Vous êtes sur la page 1sur 45

Remerciement

Je tiens à représenter mes remerciements à monsieur le


directeur, les formateurs, les responsables de l’itsa jbel lakhder

Je tiens à remercier toutes les personnes qui ont contribué au


succès de mon stage et qui m'ont aidé lors de la rédaction de ce rapport.

Je tiens à remercier vivement mon maitre de stage, Monsieur Abed


Rahim sabir, qui tout au long du stage m'a conseillée, aidée, et
accompagnée lors de mes missions

Je remercie également toute l'équipe de la direction provinciale


pour leur accueil, leur esprit d’équipe, qui m'a beaucoup aidé à
comprendre les problématiques d'achats sécurisés...

Enfin, je tiens à remercier toutes les personnes qui m'ont conseillé


et relu lors de la rédaction de ce rapport de stage

Amal boufous Page 1


LPRESAUIPHNFGH ....................................................................................................... 3
INTRODUCTION ........................................................................................................... 4

PARTIE 1: .................................................................................................................. 5

PRESENTATION DE LA DIRECTION PROVINCIAL DE MINISTERE D’EDUCTION NATIONAL AL


HAOUZ ...................................................................................................................... 5

ORGANIGRAMME..............................................ERROR! BOOKMARK NOT DEFINED.


Organigramme du service ...................................................................................................................................................................................................... 8
A- Proposition de l’Organisation du Service ........................................................................................................................................................... 9
B-Liquidation .................................................................................................................................................................. Error! Bookmark not defined.
C- Ordonnancement et mandatement : ............................................................................................................................. Error! Bookmark not defined.

Attributions et Missions de la Structure financière au sein de l’AREF................................................................................. Error! Bookmark not defined.
L’AREF dispose deux divisions essentielles : .................................................................................................................. Error! Bookmark not defined.
B – les attributions et missions des Divisions de l’AREF : .............................................................................................. Error! Bookmark not defined.

Les notions du Patrimoine, de la comptabilité et les outils de gestion accompagnés ........................................................................................................ 13


A - Notions du Patrimoine et de la comptabilité.............................................................................................................................................................. 13
B - Les outils de gestion ............................................................................................................................................... Error! Bookmark not defined.

Propositions pour un bon fonctionnement du service financier. ....................................................................................................................................... 23


1-Archivages des documents et dossiers dans le service financier................................................................................................................................... 23
2-L’assistance technique ................................................................................................................................................................................................. 23

PARTIE 2 : ................................................................................................................ 26

LES TACHES EFFECTUEES ........................................................................................ 26

Le premier travail c’est : Classification ; ............................................................................................................................................................................ 27

Le deuxième travail c’est : Service de comptabilité ; ........................................................................................................................................................ 28

Le troisième travail c’est : la régularisation de fin d’exercice 2017 ; ................................................................................................................................ 29

Le quatrième travail : Bureau Archives et photocopie....................................................................................................................................................... 30

Le cinquième travail : opérations propres à l’entité chargée de la centralisation comptable ; ...................................................................................... 31

Le sixième travail : Opérations de contrôles (1) ................................................................................................................................................................. 32

Le septième travail : Le rôle des services de recouvrement ; ............................................................................................................................................. 33

PARTIE 3 ................................................................................................................. 35

LE THEME ................................................................................................................ 35

Comptabilité publique : qu'est-ce que c'est ?........................................................................................................................................................................ 36


A-1 Budget public ........................................................................................................................................................................................................... 37
Les deux phases de la comptabilité publique .................................................................................................................................................................. 37

A-2 Comptabilité publique : différences avec la comptabilité privée ................................................................................................................................... 37

A-3 Comptabilité nationale .................................................................................................................................................................................................... 38

Amal boufous Page 2


La présentation
de stagiaire
Je m’appel Amal BOUFOUSS ; j’ai un l’âge de 22 ans, et je suis

technicienne stagiaire comptable d’entreprise a l’institut spécialisé de

technologie appliquée Jbel Lakhder à Marrakech. Je réalise mon stage à

la direction provinciale du ministère Dd l’éduction nationale à AL

HAOUZ

Amal boufous Page 3


Introduction
Le système éducatif marocain est entré dans une série de
réformes qui ont crée une nouvelle dynamique du secteur de l’éducation
et de la formation. Ces réformes ont trait à l’adoption de nouvelles
approches de gestion de la chose éducative, à la restructuration des
institutions éducatives (Administration centrale; AREF, délégations,
établissements scolaires) dans le cadre d’une bonne gouvernance fondée
sur la décentralisation et la déconcentration.

Dans cette perspective, l’Académie Régionale d’Education et de


Formation (AREF) de la région MARRAKECH- SAFI en tant qu’institution
publique relevant du ministère de l’Education Nationale, et jouissant de
la personnalité juridique et de l’autonomie financière, est entrée en plein
pied dans ce processus de réformes et de mise à niveau du système
éducatif marocain.

Amal boufous Page 4


Partie 1 :

Présentation de
la direction
provincial de
ministère
d’éducation
national al
Haouz
Amal boufous Page 5
La direction provinciale d’éduction a
pour missions principales:
Le service de CEP est l’un des services les plus importants, parmi ses
taches on peut citer:

Programmation des constructions, aménagement et Équipement en


collaboration avec les services de planification et affaires administratives
et financières de la délégation et le service du budget Équipement et
Finances de l’AREF, tout en respectant les objectifs et les indicateurs de
suivi et de performance.
Engagement des crédits d’investissement et de fonctionnement
alloués aux projets de construction, équipement et aménagement.
Suivi de l’exécution des projets sus cités dans le but d’assurer une bonne
rentrée scolaire.
Actualiser la banque de données du patrimoine du secteur de
l’éducation et de la formation dans la province (Établissement, logement,
équipement…)
Distribution des équipements acquis aux établissements bénéficiaires
après les avoir inventoriés.

Le chef de service des CEP, doit tenir compte dans toutes les tâches
précitées de la nouvelle réforme du système d’éducation et de formation
ainsi que de la nouvelle approche budgétaire axée sur les résultats et
s’articulant sur deux piliers, la globalisation de crédits et la
contractualisation afin d’assurer l’efficacité de la dépense publique, une
programmation adéquate et une exécution dans les délais contractuels et
convenables.

Amal boufous Page 6


Amal boufous Page 7
Organigramme du service

En fait, le service du service des affaires administratives et


financières est structuré comme suit suivant cet
organigramme général :

Service des affaires


administratives et financières

Secrétariat

Bureau Bureau de
Bureau des
d’intendance FONCTIONN
Marchés ‫الصفقات‬
‫االقتصاد‬ EMENT
‫ال‬

‫ال‬

Bureau des Bureau Bureau de


redevances d’engagement, suivi
d’eau et d’ordonnancement budgétaire
d’électricité, et de Mandatement et
du téléphone comptable
et d’internet
Bureau des Bureau de gestion Bureau de
photocopies et des de stock des la Régie
archives fournitures

Amal boufous Page 8


Proposition de l’Organisation du Service

Secrétariat

Le secrétariat reçoit l’ensemble du courrier destiné au service de la


gestion et procède à l’enregistrement et l’affecter par bureau
contre signature après annotation du chef de service;
Il assure le suivi des annotations apportées par le chef du service ;
Il fait transmettre le courrier au bureau d’ordre ;
Intendance

Gestion de la restauration et de l'hébergement.

Gestion des bourses et internats et :

Actualiser les effectifs des internes chaque année et déterminer les


besoins,
Définir les besoins annuels des internats et cantines scolaires,
Elaborer les CPS d’approvisionnement des internats et cantines
scolaires
Contrôle administratif et d’hygiène des internats et de cantines
scolaires ;
Contrôle d’exécution des marchés au niveau des établissements
abritant des internats et de cantines scolaires ainsi la coordination
avec les fournisseurs ;
Exploitation et investissement des rapports d'inspection du service
matériel et financier.
Suivi et exploitation des pièces périodiques du service matériel et
financier.

Amal boufous Page 9


Bureau de la Régie

CHARGER DE PAYE LES DEPENSES URGENTE ET DE FAIBLE


MONTANT

Bureau de la gestion des stocks

Gérer le stock de l’AREF et tenir les registres la comptabilité


matière,
Collecter les besoins de l’AREF, des délégations et des
établissements,
Faire la réception, en commissions, des fournitures objets des
marchés ou BC et la répartition.

Bureau de FONCTIONNEMENT

Gérer le Parc Auto de DP (Répartition, suivi d’utilisation et


consommation, comptabilisation,…
Superviser les missions des agents et du standard ;
Assurer les bonnes conditions de fonctionnement de DP et les
prestations externalisées aux DP et aux établissements (jardinage,
nettoyage, gardiennage, fournitures, moyens, matériels,
Faire un suivi de consommation des produits d’impression et de
fournitures

Bureau des marchés

Préparation des dossiers d'appel d'offre (élaboration de la


commande publique et le lancement des AO, Collecte et
préparation des besoins.) ;
Etablir les décisions de désignation des commissions ;
Convoquer les membres des commissions et leur envoyer les cops ;
Assurer l’opération de retrait des cops et des dépôts des offres à
travers des registres mis à la disposition par le bureau concerné;
Préparer les séances d’ouverture des plis ;

Amal boufous Page 10


Rédiger les PV d’ouverture des plis :
Afficher les résultats des AO et informer les soumissionnaires des
résultats par un moyen de communication (fax, courrier,… ;
Elaboration des projets de marchés ;
Présentation des projets de marchés à la signature des
attributaires ;
Présentation des projets de marchés à la signature de
l’ordonnateur ;
Préparation des dossiers pour l’engagement en produisant les
documents comptables nécessaires (PV, Etat d’engagement,
rapport de présentation, …) ;
Présenter le marché pour visa et pour approbation (si ce visa est
requis),
Notifier l’approbation des marchés (convocations des attributaires
pour enregistrement des marchés) ;
Donner l’Ordre de Service avec concertation totale avec le service
chargé du suivi ;
Remettre une copie du marché au service concerné ;
Garder l’Original+ 2 copies pour le mandatement (OS, Notification,
caution,…

Amal boufous Page 11


Bureau de suivi budgétaire et comptable

Préparation du Budget.
Préparation des dossiers des Crédits délégués.
Suivi de l'exécution du budget.
Suivi des situations mensuelles des Crédits délégués.
Tenue de la comptabilité budgétaire, générale et analytique
Etablir les situations comptables mensuelles et les bilans
comptables (mensuels, trimestriels et annuels….
Faire l’évaluation de l’exécution du budget.

Bureau Archives et photocopie

Photocopie au sein du service,


Protection des documents et dossiers du service,

Bureau d’Engagement, de liquidation et du mandatement

A. L’engagement
Dés qu’ELLE dispose de crédits ELLE A pouvoir de les dépenser, le
gestionnaire peut alors engager les dépenses. C’est l’acte
générateur de la dépense. L’engagement se déroule en deux
phases :
LA LIQUIDATION : c’est l’acte par lequel l’ordonnateur « constate
une obligation de laquelle résultera une charge ».
LE MANDATEMENT : L’ordonnateur réserve des crédits en
s’assurant de la spécialité (la dépense envisagée doit correspondre
au type de crédits) et de la disponibilité des crédits.

Amal boufous Page 12


Les notions du Patrimoine, de la comptabilité et les
outils de gestion accompagnés
A - Notions du Patrimoine et de la comptabilité
A-1- Notion du patrimoine
Dans cette perspective, la fonction patrimoine au sein de la DP
consiste à gérer l’actif immobilisé de ces institutions; le patrimoine
mobilier, immobilier, financier,…. Elle participe à l’augmentation de la
performance et contribue à une rationalisation et une maîtrise des
finances et des dépenses au niveau par le biais d’une optimisation des
coûts.

A-2- Notion de comptabilité


A-2-1- La Comptabilité matière
La comptabilité matière consiste à document te chronologiquement
les mouvements des équipements et fournitures avec la date de leur
entrée, de leur sortie réelles et à tenir, pour toutes les articles, des
relevés sur:

 Les entrées, les sorties, les stocks, le plan d’amortissement s’il ya


lieu, l’état des coûts complets et préétablis, doivent contenir les
indications suivantes:
Pour chaque opération: la date, la quantité et le genre d’article;
Pour chaque article, on doit connaître la date d’entrée, la date
d’acquisition et de mise en service afin de calculer l’amortissement
pour le liquider ou le céder après son amortissement en termes
d’utilisation.
La tenue d’un registre comptable,

Amal boufous Page 13


A-2-2- La Comptabilité analytique
L’évaluation des coûts engendrés par l’entrée de nouvel
équipements peut se faire grâce à une comptabilité analytique qui a pour
fonction de calculer les coûts (coûts d’achat, coûts de l’exploitation, coûts
de transport,…) et de constater toutes les charges pouvant entrer dans la
rubrique des charges liées à l’approvisionnement et autres (charges fixes
et charges variables, charges directes et indirectes,…).

Aussi, il est à noter que toutes les charges d’acquisition, d’achats,


d’approvisionnement et de transport et autres…, doivent être
comptabilisées afin de calculer le coût de revient de tous les articles et ce
pour bien maîtriser les dépenses.

Amal boufous Page 14


Tableau 1 : Répartition et flux des immobilisations selon les
établissements scolaires et délégations après affectation du budget
Quantit
é en fin
M
Entrée Sortie Solde de
période
t
Etablissements scolaires (E) (S) (E) – (S)
et délégations (A) (B
)
QI PU M Q P M QS P M Q P M
T E U T U T R U T
(*) (***
(1 (* ( ) (3) (** (4)
) *) 2 **)
)

Lycée Mobilier
1 matériel de
bureau

Matériel
informatique

Fournitures

Lycée Mobilier
2 matériel de
bureau

Matériel
informatique

Fournitures

Délég
ation
1

Délég
ation
2

Amal boufous Page 15


(*) : QI : La Quantité Initiale enregistrée dans l'inventaire;

(**) : QE : La Quantité Achetée ou acquise;

(***) : QS : La Quantité Cédée =

(****) : QR: La Quantité restante = (QE – QS)

(1) : Montant Initial = QI * PU (I);

(2) : Montant des Entrées = QE * PU (E);

(3) : Montant des Sorties = QS * PU (S);

(4) : Montant du Solde = QR * PU (SOLDE);

(A) : La Quantité en fin de période = QI+QR;

(B) : Le Montant en fin de période = Mt Initial + Mt (solde);

Dans cette optique, Le tableau 1 nous permettra de vérifier si la


quantité en fin de période correspond exactement au nombre d’articles
qui devront exister dans le prochain inventaire

B-1-2-Calcul des amortissements


L’évaluation des équipements nécessite le calcul des amortissements.
Plan d’amortissement :

Grâce à l’élaboration de ce plan d’amortissements, nous pourrons


calculer les dotations aux amortissements afin de dégager la valeur réelle
des équipements à la fin de chaque période de consommation effective
en termes d’utilisation de l’immobilisation.

Amal boufous Page 16


En fait, le tableau 2 présente les grandes masses et les composantes
d'un plan d'amortissement calculé selon l'approche de la comptabilité
générale.

Tableau 2 : Plan d’amortissement


N° D’inventaire Date Date de Valeur d’Entrée Taux Annuité Cumul des Vale
d’acquisition mise en (Acquisition) d'amortissement (Dotation amortissements ur
service d'amt) (*) nette
(VO) actu
elle

(VNA
) (**)

Année N

Année N+1

Année N+n

* : La dotation d'amortissement (année N) = VO * taux d'amortissement *


la durée de l'utilisation au cours de l'année N

**: VNA (année N) = VO - Cumul d'amortissement

Tableau 3 : Situation du patrimoine de l’Académie au début de la période


suivante (pour l'année 31/12/200N)
Immobilisations Quantité existante VNA de la période Cumul des VNA en fin de
en fin de période précédente amortissements période
précédente (Année
N) (A)* (N-1)

(Année N) (Année N)

* Cette Quantité est déjà calculée au niveau du tableau 1.

Amal boufous Page 17


A propos des équipements démodés (anciens) (VNA=0), nous allons
vérifier sur le terrain ‘établissement’ leur existence ou non. Toutefois,
nous aurons besoin d’une expertise et d’une assistance technique pour
une évaluation adéquate et qui pourra nous aider à décider de vendre ou
d’entretenir ces équipements.

D’autre part, la connaissance de l’effectif des établissements


scolaires de la région nous permettra d’évaluer les besoins en
équipements des examens scolaires (des milliers de photocopies des
épreuves des examens, travaux d’impression, primes des enseignants qui
corrigent les épreuves,….) ainsi que la définition des opérations annuelles
de construction et de réparation de ces établissements.

En effet, l’analyse de l’inventaire jouera un rôle important dans


l’évaluation des besoins en équipements dans les délégations et les
établissements scolaires relevant de la DP pour la période prochaine.

Aussi, pour détecter ces besoins, nous pourrons se baser sur les
sources d’information telles que : les rapports des directeurs des
établissements scolaires.

Amal boufous Page 18


Le tableau 4 ci-dessous, explique cette identification des besoins d’une
manière générale:

Tableau 4 : Evaluation des besoins en équipements


Immobilisations Quantité Destination (Lycée ; Montant estimé
Délégations)

B-2-Les démarches poursuivies au sein du service


des affaires administratives et financières
B-2-1-La gestion des achats et des approvisionnements
La fonction achat a pour rôle de fournir, pour l’ensemble des
établissements et délégations relevant de l’académie, le matériel et
fournitures dont ils ont besoin en respectant les délais. Cette fonction est
importante dans la mesure où elle représente une rubrique importante
du budget de DP

Amal boufous Page 19


B-2-2-Processus d’approvisionnement
Ce processus vise à réaliser les opérations suivantes sous
forme d’une série attachée.

Besoins : - Identification des besoins

- Définition des besoins :


A travers la détermination d’un certain nombre d’éléments
(quantité, qualité, exigences techniques…)

Prospection : - Documentation :

A travers (Annuaires, représentants, catalogues ;

Échantillons…)

- Appels d’offres pour recenser les fournisseurs. :

A travers une analyse comparative (taille de l’entreprise, la situation

Financière, le statut juridique, la qualité des produits et des biens à

Acheter « certifiés»,…avant de commander la de demande au moins a 3


entreprises des devis contradictoire

Sélection : - Négociation des conditions d’achat :


Achat : - Edition des bons de commandes
A travers des conditions et des paramètres essentiels: (Prix,
délais,
Modes de paiements, conditions de livraison,…

Suivi et Contrôle : - Surveillance des délais, relance éventuelle ;

- Contrôle des biens livrés (bon de réception) ;


- Contrôle de la facture (rapprochement entre le bon de
commande et le bon de réception)

Amal boufous Page 20


Le processus de la gestion des approvisionnements est en étroite
relation avec la gestion des stocks dont la principale vocation est de réaliser
l’adéquation des flux de l’exploitation, voire de la minimisation des coûts
engendrés par l’activité de stockage.

B-2-3-La gestion des stocks


Les intérêts divergents des différents intervenants entraînent une
opposition des objectifs de la gestion des stocks. La réduction du niveau
des stocks permet de réduire :

Les coûts de possession du stock. Ces coûts sont constitués par le


coût de magasinage, le coût financier du capital immobilisé et le coût du
risque de détérioration ou d’obsolescence.

Les coûts de gestion matérielle des stocks. Celle-ci peut être


réalisée par la réduction du nombre de références, l’informatisation,
l’utilisation de nouveaux appareils de manutention, ou une normalisation
des emballages.

Les nouvelles techniques de gestion des stocks reposent sur deux


conceptions du niveau de stock dans l’administration:

La planification des besoins en composants permettant de planifier les


entrées et les sorties de stock d’une manière centralisée à partir des
prévisions des commandes.

Le niveau du stock tend vers (zéro stock). L’organisation vise à ne


commander que ce qui est nécessaire au moment voulu selon le principe :
le Juste à Temps (JAT).

Amal boufous Page 21


B-2-4- La maitrise des procédures en Droit et en
pratique des marchés publics
Une bonne gestion nécessite la maîtrise des acquis en matière de
droit des marchés publics notamment :
Connaître le code national des marchés publics et les nouvelles directives
surtout ; Maîtriser les procédures de passation des marchés,
Créer un environnement de transparence et d’accès aux marchés publics :
Liberté et égalité d’accès et des chances.

Lors de l’accomplissement de nôtre tâche, nous essayerons de


profiter de l’expérience de nos collègues afin d’améliorer nos
connaissances relatives aux procédures des marchés publics.

B-2-5- le rôle des indicateurs du mandatement des


opérations l’impact sur la qualité de l’enseignement

- Surtout dans la réalisation des objectifs,


- L’impact et l’objet de la dépense,
- Calcul des écarts de la planification éducative et budgétaire.

Amal boufous Page 22


Propositions pour un bon fonctionnement du service
financier.
1- Archivages des documents et dossiers dans le service financier.

La gestion des documents et des dossiers du service financier doit


obéir à deux procédures d’organisation du travail à savoir :

L’organisation (le classement ; le respect du principe de la spécialisation


des exercices comptables, la chronologie des opérations avec des pièces
justifiées telles que : les factures,…).

Il est donc grand temps de moderniser cette gestion dans l’objectif


de :

 Eviter l’accumulation inutile des dossiers dans les bureaux ;


 Faciliter la tâche lors de la recherche de l’information financière ;

D’où la nécessité d’une informatisation globale des tâches exécutées


au sein du service financier

2-L’assistance technique
Pour ce faire, seule une main d’œuvre qualifiée et spécialisée qui va
s’occuper de cette tâche : l’Assistance technique. Cette dernière jouera le
rôle d’un laboratoire au sein de la DP (structure de la qualité technique),
et qui aura pour objectif, d’une part, de jouer le rôle de conseiller
technique pour l’ensemble des transactions réalisées avec les
fournisseurs. Et d’autre part, de :

Amal boufous Page 23


 Donner son avis sur les performances des échantillons des produits
sélectionnés en termes de qualité;
 Participer à l’élaboration du cahier des charges ;
 Vérifier la conformité des biens par rapport aux spécifications
prévues.

L’obtention et la maîtrise de la qualité en achats et


approvisionnement se font à travers des étapes et des phases bien
précises ; L’obtention de la qualité en achats et approvisionnement se
fait par les étapes suivantes :

 La rédaction des cahiers de spécifications CS ;


 Effectuer le contrôle de la réception ;
 Effectuer le contrôle en laboratoire ;
 Etablir un dossier fournisseur. (voir le modèle ci-dessous)

La maîtrise de la qualité en achats et approvisionnement se


réalise par l’existence des éléments suivants :

 Prouver la qualité ;
 Obtention de la qualité en achats et approvisionnements ;
 Cahier de spécifications (CS):
 Etablissement de CS ;
 Personnes concernées ;
 Composition du CS ;
 Sélection des biens ;
 Dialogue entre le fournisseur et l’administration ;
 Elaboration du CS ;
 Composition du CS ;
 Evolution des actions entre administration / fournisseur ;

Amal boufous Page 24


Dossiers de fournisseurs

Tableau 6 : Modèle dossier fournisseur

classification

N° PROFIL QUALITE FOURNISSEUR


1 2 3 4
1. Connaissance et réputation qualité fournisseur
2. Relation AREF /fournisseur
3. Délai de livraison
4. Importance de la commande par rapport à sa capacité
d’exploitation.
5. Type de son exploitation et son utilisation pour le bien
commandé.
6. Spécification des biens à la commande.
7. Niveau de qualité des produits livrés.
8. Importance des réceptions défectueuses.
9. Importance des réceptions refusées pour mauvaise qualité

Profil type pour le fournisseur :…………………… N° de points :………………………

Nombre de points pour la période :


Observation :…………………….. ……………………………………....
Du …………….. Au……………....
Date :……………………………….

Classement :……………………….

Amal boufous Page 25


Partie 2 :

Les tâches
effectuées

Amal boufous Page 26


Le premier travail c’est : Classification ;

 Le classement des ordres de paiement et de versement de fin


d’exercice 2017 avec des pièces justificatives ;

 en a classée chaque mois dans une boite ;

 classements et archive des pièces comptables ;

Amal boufous Page 27


Le deuxième travail c’est : Service de
comptabilité ;

 Saisie des ordres de paiement (op) ;

 Suivie des ordres de paiement aux niveaux de l’application ;

 Préparation du Budget.

 Préparation des dossiers des Crédits délégués.

 Suivi de l'exécution du budget.

 Suivi des situations mensuelles des Crédits délégués

 Tenue de la comptabilité budgétaire, générale et analytique

 Etablir les situations comptables mensuelles et les bilans comptables


(Mensuels, trimestriels et annuels….

 Faire l’évaluation de l’exécution du budget.

Amal boufous Page 28


Le troisième travail c’est : la régularisation
de fin d’exercice 2017 ;

 Participer aux travaux de fin d’exercice 2017

 Encaissement d’une recette fiscale recouvrée par le comptable de


base.
 Paiement d’une dépense fiscale par le comptable de base.

 Comptabilisation des versements des comptables rattachés


(Recettes / Dépenses).

 Règlement d’un marché public INDH

 Paiement d’un OP pour le compte collègue

Amal boufous Page 29


Le quatrième travail : Bureau Archives et
photocopie

 Photocopie au sein du service,

 Protection des documents et dossiers du service,

Amal boufous Page 30


Le cinquième travail : opérations propres à
l’entité chargée de la centralisation
comptable ;

 Redressements et régularisations comptables;

 saisies des recettes

 Opérations relatives au règlement du budget.

 Détermination de la balance d’entrée;

Amal boufous Page 31


Le sixième travail : Opérations de contrôles
(1)

Opérations de contrôle lors de l’exploitation des données comptables


centralisées:

 Existence de toutes les pièces ou réception des fichiers


correspondants;

 concordance des données comptables;

 imputations exactes (comptes & rubriques);

 inexistence de soldes ou de montants anormaux;

 ETABLIR UNE LISTS DES R A M (reste à mandater)

Amal boufous Page 32


Le septième travail : Le rôle des services de
recouvrement ;

 Élaborer les projets de textes législatifs et réglementaires


relatifs au contrôle des opérations financières publiques, au
recouvrement des créances publiques de l’Etat et aux règles de
la comptabilité publique ;

 Proposer des voies d’amélioration du dispositif législatif,


réglementaire et organisationnel du recouvrement des
recettes ;
 Elaborer et suivre la mise en œuvre des démarches de
recouvrement et d’apurement des restes à recouvrer des
recettes ;

 Etudier et définir les modalités de transfert d’attributions en


matière de recettes entre les postes comptables;

Amal boufous Page 33


 Participer à l’adaptation du système informatique aux textes
réglementaires et faire des propositions pour la simplification
des procédures au vu des apports des systèmes ;

 Mise en place des systèmes d’information intégrés ;

 Suivre, analyser et évaluer les performances des services


déconcentrés à travers les tableaux de bords ;

 Assurer le suivi des écarts entre les réalisations et les


objectifs des services déconcentrés ;

 Elaborer des rapports périodiques relatifs à l’état d’avancement


des réalisations par rapport aux objectifs assignés aux services
déconcentrés.

 Cas des régies de recettes ;

 Cas des Fonds de concours ;

Amal boufous Page 34


Partie 3

Le thème

Amal boufous Page 35


1- La comptabilité publique
A- la définition
Comptabilité publique : qu'est-ce que c'est ?

La comptabilité publique s'entend de l'ensemble des règles


qui régissent, sauf dispositions contraires, les opérations financières et
comptables de l'Etat, des collectivités locales, de leurs établissements
et de leurs groupements et qui déterminent les obligations et les
responsabilités incombant aux agents qui en sont chargés

Est ordonnateur toute personne habilite de engager liquider et


mandater une depense

Est comptable public(trésorier payeur), tout fonctionnaire ou


agent ayant qualité pour exécuter au nom d'un organisme public des
opérations de recettes, de dépenses ou de maniement de titres, soit
au moyen de fonds et valeurs dont il a la garde, soit par virements
internes d'écritures, soit encore par l'entremise d'autres comptables
publics ou de comptes externes de disponibilités dont il ordonne ou
surveille les mouvements

La comptabilité publique est l'ensemble des techniques


comptables qui retracent les opérations financières des entités
publiques :

 l'État ;
 les collectivités territoriales (commune, communauté de communes,
département, régions) ;
 les administrations publiques, comme par exemple la Sécurité
sociale.

Amal boufous Page 36


A-1 Budget public
La comptabilité publique permet d'établir le budget public,
c'est-à-dire la différence entre les recettes publiques (impôts) et les
dépenses publiques :

 Si les recettes publiques sont supérieures aux dépenses


publiques : on parle d'excédent budgétaire.

 Si les recettes publiques sont inférieures aux dépenses publiques :


on parle de déficit budgétaire.

Les deux phases de la comptabilité publique

La comptabilité publique se fait en deux phases :

 La phase administrative est la phase de d une dépense..


(engager-liquider- ordonnancer)

 La phase comptable est prise en charge par le trésorier payeur

A-2 Comptabilité publique : différences avec la


comptabilité privée
La comptabilité privée, ou comptabilité générale, enregistre les
flux financiers d'une organisation privée. Ce peut être ceux : d'une
association, d'une entreprise (entreprises individuelles, auto
entrepreneur, EIRL) ou d'une société (SARL, SAS, SAS, EURL, SA).

La comptabilité publique enregistre les flux financiers d'une entité


publique, d'un État, d'une collectivité locale ou une administration.

Amal boufous Page 37


Bon à savoir : la comptabilité privée et la comptabilité publique utilisent
les mêmes principes posés par le plan comptable général (PCG),
notamment le principe de la partie double, la comptabilité d'engagement
ou les règles d'amortissement

A-3 Comptabilité nationale


La comptabilité nationale est la réunion de la comptabilité
publique et de la comptabilité privée. Elle a pour objectif de quantifier le
niveau de l'activité économique d'un pays.

Tous les agents économiques sont pris en compte par la comptabilité


nationale :

 ménages ;
 sociétés non financières (entreprises et sociétés privées) ;
 sociétés financières (banques, notamment) ;
 administrations ;
 associations à but non lucratif, etc.

Pour donner une image de l'activité économique, la comptabilité


nationale utilise des agrégats :

 Un agrégat est une grandeur caractéristique de l'économie nationale.

 Le plus connu des agrégats est le PIB (Produit Intérieur Brut), à partir
duquel est calculée la croissance économique d'un pays.

Bon à savoir : la croissance économique est le taux de variation d'un


PIB entre deux périodes.

Amal boufous Page 38


Le PIB annuel mesure la richesse créée par tous les agents, privés et
publics, sur un territoire national. Il correspond à l'ensemble des valeurs
ajoutées de toutes les entités productives d'un pays.

Autres exemples d'agrégats :

 Le PNB (Produit National Brut) est la richesse créée par tous les
agents d'une même nationalité, quelle que soit leur localisation dans
le monde.

 Le Revenu National est le niveau de revenu de l'ensemble des


habitants d'un pays.

La balance commerciale est la différence entre la valeur des


exportations de marchandises vers l'étranger et la valeur des
importations de marchandises.

A-4 Comptabilité budgétaire :


Retrace l’ensemble des opérations résultant de l’exécution des
budgets des CT en recettes, dépenses et des opérations de trésorerie. Elle
est composée d’une comptabilité deniers et une autre valeur

A-5 Comptabilité générale :

C’est une comptabilité qui s’inspire de la comptabilité privé des


entreprises avec des spécificités de l’Etat, elle est basée sur les droits
constatés et la situation patrimoniale.

Amal boufous Page 39


2- L’ordre de virement : condition de validité,
preuve, effet
1-Qu'est ce qu'un virement?
Au sens large, le virement consiste en un jeu d’écritures, cette
écriture est une double inscription : au débit d’un compte et
corrélativement au crédit d’un autre compte.
Ce jeu d’écriture est le mode de dénouement de tous les paiements par
monnaie scripturale (chèque).
Au sens strict, le virement est le jeu d’écriture qui n’est déclenché ni par
un chèque, ni par une carte de paiement, mais par un ordre simple
donné par le titulaire du compte débité.
L’ordre et l’opération constituent le virement au sens strict.

→ Le virement est un procédé de transfert de fonds ou de valeurs qui,


supposant l’existence de deux comptes, repose sur un simple jeu
d’écriture.
Le virement procède de deux phases :
 D’une part, l’ordre de virement qui s’analyse comme un mandat
conféré par le donneur d’ordre à son banquier. Ce mandat a pour
objet le transfert de fonds au profit du bénéficiaire.
 D’autre part, le dénouement de l’opération, opération du virement
proprement dite, est assuré par le banquier mandataire, qui par un
jeu d’écritures, va opérer le transfert de fonds
Nous étudierons ici "l'ordre de virement". Le virement est déclenché
par un ordre donné au banquier teneur de compte, par son client
titulaire du compte.

Amal boufous Page 40


2- Qu'est ce qu'un ordre de virement?
Il s’agit de l’ordre de transférer une somme déterminée, à un
bénéficiaire, lui-même titulaire d’un compte dans le même ou dans un
autre établissement bancaire.

A)- Analyse juridique de l’ordre de virement :


La doctrine, comme la jurisprudence, analysent l’ordre de virement
comme un mandat, donné par le titulaire du compte à son banquier de
débiter son compte et de créditer le compte du bénéficiaire, c'est à dire
soit le compte du bénéficiaire, lorsque son compte est domicilié dans le
même établissement, soit le compte de la banque du bénéficiaire,
lorsque son compte est domicilié dans un établissement différent.
Lorsque le compte du bénéficiaire n’est pas domicilié dans la même
banque que le compte du donneur d’ordre, se posent :
- un problème pratique : Toutes les banques sont liées par une
convention interbancaire, à un système interbancaire de télé
compensation.
C’est un système informatisé de compensation multilatérale.
- un problème juridique : En quelle qualité intervient la banque du
bénéficiaire ?
On peut considérer, qu’elle intervient comme mandataire substitué de
la banque du donneur d’ordre.
Ou comme mandataire du bénéficiaire chargé d’un mandat général
d’encaissement, prenant sa source dans la convention générale de
service bancaire qui le bénéficiaire à sa banque.

Amal boufous Page 41


L’intérêt est de déterminer le régime de responsabilité en cas de
défaillance dans l’exécution du virement.
Excluant la qualification de mandataire substitué, la banque du
bénéficiaire intervient en vertu du mandat général d’encaissement
donné par le bénéficiaire.
· Donneur d’ordre : contrat de base : bénéficiaire
· Donneur d’ordre : ordre : banque du donneur d’ordre
· Banque du donneur d’ordre : banque du bénéficiaire
· Banque du bénéficiaire : ordre, crédite le compte du bénéficiaire

A- Régimes juridiques de l’ordre de virement :


1°)- Les conditions de validité :

Code Civil 1108 : consentement, objet, cause licite et la capacité du


donneur d’ordre.
Ces exigences sont parfois incompatibles avec la sécurité des paiements,
aussi la jurisprudence a-t-elle été amenée à adapter ces conditions pour
ne pas fragiliser les paiements par virement.
La jurisprudence limite les conséquences de l’incapacité du titulaire du
compte (donneur d’ordre).
Lorsque le donneur d’ordre devient incapable, alors que l’ordre a déjà
été donné, cette incapacité devrait entrainer la caducité de l’ordre tant
que le paiement n’a pas été exécuté.
Cette règle de droit commun est écartée par la jurisprudence
commerciale pour le virement, l’ordre ne devient caduc que si
l’inscription au débit du compte n’est pas encore intervenue.
Si l’incapacité intervient entre l’inscription au débit du compte et celle
au crédit du compte du bénéficiaire, elle est sans incidence sur le
virement.

Amal boufous Page 42


L’ordre de virement devient caduc en cas de survenance d’une
incapacité ou de décès du donneur d’ordre.
Toutefois, la caducité de l’ordre de virement ne s’impose au banquier
qu’à partir du moment où il a eu connaissance du décès (droit commun
du mandat).

2°)- La preuve de l’ordre de virement :


Les règles de preuve en matière de virement sont celles de droit
commun :
- entre commerçants, la preuve est libre, si le client est un
commerçant ;
- si le client n’est pas commerçant, il peut prouver par tout moyens,
mais la banque ne peut prouver qu’en vertu de Code Civil 1341 : preuve
libre jusqu’à 1 500 euros, au-delà la preuve exigée est un écrit.
Le législateur a adapté le régime des preuves aux nouvelles
technologies : l’écrit sur support électronique a aujourd'hui la même
valeur probante que celui sur support papier Code Civil 1313s
La preuve de l’ordre de virement peut se faire par tous moyens.
Le problème peut se présenter de différentes façons :
- soit un donneur d’ordre ou un bénéficiaire conteste l’existence ou le
contenu de l’ordre de virement,
- soit la banque du donneur d’ordre ou celle du bénéficiaire cherche à
justifier le bien-fondé de ses écritures ou son absence de réaction.
Si le client n’a pas protesté rapidement, l’écriture est présumée
acceptée, et le client doit renverser cette présomption à l’aide
d’éléments particuliers.

Amal boufous Page 43


3°)- Les effets de l’ordre de virement :

a)- Effets à l’égard du donneur d’ordre :

Il est soumis aux obligations à l’égard du mandant et bénéficie des


droits du mandant.
La jurisprudence adapte le droit commun, pour sécuriser : en principe le
mandat est révocable ad nutum.
Le donneur d’ordre peut se rétracter, mais son banquier ne pourra
engager sa responsabilité s’il a déjà exécuté l’ordre de virement et l’a
fait savoir au donneur d’ordre par un avis d’opéré.
Il convient de déterminer à quel moment cesse cette faculté de
révocation.

Amal boufous Page 44


Conclusions
Pour conclure, je voudrais dire que ce stage m’a beaucoup aidé à
développer mes connaissances sur le plan professionnel .De plus, il ma
permis de découvrir l’esprit et la culture de l’Administration aussi que
éclairer la complexité de ce processus, c’est un champ ou l’information
coûte chère.

Enfin c’était pour moi, l’occasion de profiter et de développer mon


savoir faire et mon savoir être, c’est en générale la réponse de la question
comment faire face au différents variable qui constitue l’entourage de la
vie et qui réaliser l’art de vivre au domaine des affaires.

Amal boufous Page 45