Vous êtes sur la page 1sur 7

Feuilles et films de polyuréthanne thermoplastique (TPU)

par David COLLETTE

Directeur technique de la Stevens Urethane, division de JPS Elastomerics Corp

1. Structure moléculaire des TPU

2. Propriétés

AM 3 370 - 2 — 4

3. Mise en œuvre et transformation

6

4. Applications

— 6

5. Nouvelles technologies de TPU

— 7

Références bibliographiques

— 7

A lors que le polyuréthanne thermoplastique est reconnu depuis longtemps pour ses hautes performances, c’est seulement aujourd’hui que l’on

commence à entrevoir toutes ses possibilités. Les produits d’aujourd’hui exigent des matériaux ayant des caractéristiques spécifiques et qui satisfont à des critères de performances toujours plus sévères ; c’est pourquoi de plus en plus de concepteurs s’orientent vers des ther- moplastiques de pointe, tels que le polyuréthanne thermoplastique (TPU). Le TPU est l’un des matériaux thermoplastiques les plus polyvalents ; il conjugue toute une série de propriétés et peut ainsi être employé pour les applications les plus exigeantes.

Historique

Description générale

Les polyuréthannes thermoplastiques (TPU) furent découverts à la fin des années trente, dans le cadre de la recherche allemande en perspective de la Seconde Guerre mondiale. Depuis leur arrivée sur le marché à la fin des années cinquante, les TPU en films et en tubes sont connus comme des produits indus- triels polyvalents. Ils offrent robustesse et fiabilité dans des conditions extrêmes, là où les autres matériaux ne sont pas satisfaisants. Par exemple, lesTPU conser- vent leur souplesse, même aux basses températures qui rendent le polychlorure de vinyle (PVC) friable.

Au niveau moléculaire, les TPU sont constitués de chaînes hydrocarbonées contenant aussi de l’oxygène et de l’azote. Ils se caractérisent par le motif chimi- que uréthanne (NHCO 2 ) (figure A). Ce sont des copolymères blocs caractérisés par une alternance de phases dures et souples. La proportion et la structure moléculaire de ces segments déterminent les caractéristiques spécifiques de la résine.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. ©Techniques de l’Ingénieur, traité Plastiques et Composites

AM 3 370 1

FEUILLES ET FILMS DE POLYURÉTHANNE THERMOPLASTIQUE (TPU)

H O N C O Motif uréthanne Motif uréthanne UUUGG UUUGG G U Chaîne longue
H
O
N
C O
Motif uréthanne
Motif
uréthanne
UUUGG
UUUGG
G
U
Chaîne longue
Chaîne courte
de polyalcool
de dialcool

Figure A – Structure moléculaire du motif uréthanne (en haut) et du copolymère bloc de TPU (en bas)

Les composés deTPU réunissent un ensemble de propriétés originales et pré- sentent de nombreuses et diverses combinaisons de propriétés, obtenues avec un minimum d’additifs. Ces propriétés étant propres à leur structure chimique, lesTPU n’ont pas les problèmes de fragilité ou de migration pouvant affecter les films vinyliques, par exemple. Les TPU se prêtent à d’innombrables projets et gardent leur fiabilité tout au long de leur vie, y compris dans des conditions difficiles.

Les polyuréthannes thermoplastiques sont disponibles en films ou feuillets extrudés, dans des épaisseurs allant de 0,025 mm à 6 mm et dans des largeurs de 125 à 3 000 mm, ainsi qu’en tubes, cordons et profilés extrudés.

En l’absence de statistiques fiables sur le marché des films et feuilles de TPU (aromatiques et aliphatiques), on évalue grossièrement la production mondiale à 14 000 tonnes, dont les deux tiers sont fabriqués par les États-Unis. L’Europe produit quelque 3 000 tonnes, l’Allemagne étant le premier pays producteur avant la Grande-Bretagne, la France et l’Italie. Le reste de la production est assuré par l’Asie, principalement parTaïwan, le Japon et la Corée. On estime que le marché mondial des films et feuilles de TPU connaîtra une croissance de l’ordre de 5 à 8 % jusqu’en 2003. Les segments de marché les plus importants pour les films et feuilles de TPU sont les feuilletages textiles pour d’innombrables produits finis, ainsi qu’une grande variété d’applications dans le domaine automobile, médical et celui des vitrages de sécurité.

Propriétés et avantages caractéristiques

Types de présentation

Données économiques

1. Structure moléculaire des TPU

Matières premières

Tous les TPU contiennent le motif uréthanne : NHCO 2 , qui résulte de la réaction de l’isocyanate (NCO) avec des groupes terminaux hydroxyle (OH). Ce sont, comme déjà dit, des copolymères blocs avec alternance de segments rigides et de segments souples.

Réactions chimiques

Les phases dures, ou segments, sont créées par la réaction d’un

diisocyanate avec une chaîne courte de dialcool (ou glycol) (ou extendeur de chaîne) (figure 1). Ceci entraîne un motif uréthanne très solide, qui est caractéristique des éléments durs, composés de

groupes répétitifs de diisocyanates et de chaînes courtes de dial- cool.

Les éléments souples et flexibles sont généralement des poly- alcools d’éther ou d’ester dispersés dans la chaîne polymère et reliés à la macromolécule par des motifs uréthannes (NHCO 2 ). Ces éléments souples se composent de groupes répétitifs de diisocya- nate et d’une chaîne longue de dialcool (ou de polyalcool) [1].

La proportion et la structure moléculaire de ces segments déterminent les caractéristiques spécifiques des diverses qualités deTPU, allant des matières rigides à des matières souples, extrême- ment flexibles. Pour produire ces différents types deTPU, on modifie le type et/ou le pourcentage relatif des trois éléments constitutifs de base : le diisocyanate, le polyalcool et l’extendeur de chaîne. Par exemple, les TPU peuvent se distinguer les uns des autres par le type de polyalcool qui les compose (il s’agit généralement de poly- esters ou de polyéthers, voir ci-après).

AM 3 370 2

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. ©Techniques de l’Ingénieur, traité Plastiques et Composites

FEUILLES ET FILMS DE POLYURÉTHANNE THERMOPLASTIQUE (TPU)

Dialcool

O O O O (n + 1) NC R' CN HO R O C NH
O
O
O
O
(n + 1) NC
R'
CN
HO
R
O
C
NH
R'
NH
C
O
R
O
C
NH
R'
NCO
O
n
Diisocyanate
Polyuréthanne

R , R'

Si R est un segment chimique court, on obtiendra un polymère rigide.

Si R est un segment long, le résultat sera un matériau souple.

radicaux

(n + 1) HO

R

OH

+

Figure 1 – Réaction générale à l’origine du TPU

H H

{ CO
{
CO
 

C

O }

{ O

(CH

2

H

 

O

O

{

C

O

}

{ O {(CH

2

) 4

OC

H

Groupe éther

Structure typique de polyéther

O (CH 2 ) 4 C O }}
O
(CH 2 ) 4 C
O }}

Groupe ester

Structure typique de polyester

CH 2 CH 2 CH 2 ) m

O

}

Figure 2 – Les segments souples d’un copolymère bloc de TPU sont constitués de polyalcools d’éther (en haut) ou d’ester (en bas) dans la chaîne du polymère

Propriétés des TPU liées aux segments souples (polyalcools)

Généralement, c’est l’examen des différences chimiques entre les groupes éther et ester (voir figure 2) du polyalcool qui permet de décrire les différences de propriétés entre les TPU de polyéthers et lesTPU de polyesters.

TPU de polyéther

LeTPU de polyéther (figure 2) est plus souple au toucher, possède plus de drapé que le TPU de polyester et est généralement préféré

pour les produits ou matériels devant être en contact avec la peau. Comparé auTPU de polyester, il possède une meilleure perméabilité

à la vapeur d’eau et des propriétés supérieures aux basses tempéra-

tures. Exposé à un haut degré d’humidité, il est intrinsèquement stable ; il est naturellement plus résistant à l’attaque microbienne en raison de la résistance à l’hydrolyse supérieure du groupe éther par rapport au groupe ester.

TPU de polyester

Par rapport auTPU de polyéther et pour une dureté donnée, leTPU de polyester (figure 2) est plus robuste (résistance plus élevée à l’abrasion, à la traction et au cisaillement). Il supporte mieux l’action des carburants et des huiles, et sa résistance au vieillissement (oxy- dation) est supérieure. Néanmoins, l’on sait que les TPU de poly- ester finissent par se décomposer lorsqu’ils sont soumis à des con- ditions d’humidité élevée. En effet, celle-ci provoque la scission de la liaison ester, qui entraîne à son tour la cassure et la détérioration de la macromolécule par autocatalyse. Dans ce cas aussi, la compo- sition chimique du polyester du segment souple explique à la fois la résistance aux carburants et les problèmes de dégradation associés

à ces types de polymères [2].

Propriétés des TPU liées aux segments durs (diisocyanates)

De même que pour les segments souples, une classification des TPU en fonction de la composition des segments durs permet de les répartir entreTPU aromatiques etTPU aliphatiques.

O O { O C N CH N C O } 2 H H O
O
O
{ O
C
N
CH
N
C
O
}
2
H
H
O
O
{ O
C
N
CH
N
C
O
}
2

H H

Figure 3 – TPU aromatique (en haut) et aliphatique (en bas) typiques

TPU aromatique

Le TPU aromatique (figure 3) est un type de résine résistant et multiusage, initialement développé comme caoutchouc synthétique et généralement moins onéreux que leTPU aliphatique. Il est cepen- dant sensible aux rayons UV et jaunit en cas d’exposition, même de courte durée. Il a également tendance à prendre une couleur jaune s’il est exposé à des rayons gamma de stérilisation. Dans les deux cas, cette décoloration est attribuée à la tendance qu’a la liaison diu- réthanne de s’auto-oxyder en une liaison quinone-imide, jaune par nature [3]. Une exposition de courte durée n’affecte pas les proprié- tés physiques ou les performances du polymère. Toutefois, on peut remédier aux problèmes de décoloration et de stabilité de ces maté- riaux en leur ajoutant des écrans ou des absorbeurs UV. LesTPU de polyesters aromatiques combinent plusieurs caractéristiques avan- tageuses pour les applications médicales ; par exemple, ils possè- dent une résistance élevée aux attaques microbiennes, ce qui les rend appropriés à un environnement médical typique. Bien perméa- bles à l’air, capables de résister longtemps à la dégradation par hydrolyse sur le terrain, généralement plus doux au contact que les TPU de polyester, ils conviennent bien aux applications telles que matelas thérapeutiques, enveloppements froids orthopédiques et appareils pour l’administration de médicaments.

TPU aliphatique

Le TPU aliphatique (figure 3) est photostable et ne présente pas de dégradation par les ultraviolets ni de décoloration par les rayons gamma de stérilisation, car il est moins susceptible de former des composés colorés. LeTPU aliphatique possède une excellente trans- parence optique et est souvent utilisé comme couche optique inter- médiaire. En feuille adhésive dans le verre serti et les vitrages de sécurité (pour citer quelques applications) il confère de la solidité. En raison du coût plus élevé des matières premières, le TPU alipha- tique est un produit plus cher que leTPU aromatique standard.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. ©Techniques de l’Ingénieur, traité Plastiques et Composites

AM 3 370 3

FEUILLES ET FILMS DE POLYURÉTHANNE THERMOPLASTIQUE (TPU)

 

Tableau 1 – Propriétés générales des films de polyuréthanne thermoplastique aromatique (1)

   

Polyesters

Polyéthers

 

Propriétés

MP1495

MP2080

MP1880

MP1890

Propriétés en traction (norme ASTM D 638) :

         

Module d’élasticité à 100 % d’élongation

(MPa)

10

5,7

7

10,7

Module d’élasticité à 300 % d’élongation

(MPa)

25

12,8

14

21

Module d’élasticité à la rupture

 

(MPa)

49

49

49

56

Module d’élasticité jusqu’à 10 % d’élongation

(MPa)

0,42

0,21

0,25

0,35

Élongation à la rupture

 

(%)

400

400

450

400

Déformation rémanente à la rupture

(%)

20

30

35

25

Déformation rémanente à 100 % d’élongation

(%)

6355

Propriétés en cisaillement :

         

Poinçon C (ASTM D 624)

 

(kg/cm)

98

76

71

89

Coin (ASTM D 1938)

 

(kg/cm)

120

71

54

80

Résistance à l’abrasion :

         

Perte de masse (mg/1 000 cycles), charge de 1 000 mg,

 

H

18 (ASTM C 501)

(mg)

100

70

30

25

Température maximale en service continu

(˚C)

40 à 93

40 à 107

51 à 93

51 à 107

Propriétés en compression (facteur de forme = 0,56) :

         

Déformation rémanente, méthode A, 22 h à 70 ˚C (ASTM D 395)

(%)

20

11

12

12

Déformation rémanente, méthode B, 22 h à 70 ˚C (ASTM D 395)

(%)

25

18

23

20

Dureté Shore (ASTM D 2240)

 

95A

85A

85A

90A

Plage de point de fusion

 

(˚C)

170 à 193

182 à 204

170 à 193

188 à 215

Densité par rapport à l’eau (ASTM D 792)

 

1,2

1,2

1,1

1,1

Facteur d’élasticité

 

(m 2 /kg/mm d’épaisseur)

1282

1293

1385

1361

Perméabilité à la vapeur (ASTM E 96) (coupe inversée à 22 ± 2 ˚C,

       

perte de poids en g/m

2

/24 h pour 0,5 mm d’épaissseur) :

 

À l’eau distillée

 

11

31

33

19

À l’essence super sans plomb

 

9,3

73

310

155

Résistance au vieillissement en présence d’humidité (90 % d’humidité relative à 70 ˚C)

 

Médiocre

Bonne

Excellente

Excellente

à médiocre

(1)

Source : Stevens Urethane.

MP 1485

MP 1890 sont des références d’identification pour des qualités Stevens.

 

2. Propriétés

Grâce à ses nombreuses propriétés physiques, le TPU surpasse pratiquement tous les autres élastomères thermoplastiques pou- vant être employés pour des applications délicates (tableau 1).

Dureté Le TPU peut être produit dans une gamme de duretés allant de matériaux rigides (par exemple 95 Shore A) à des matériaux de qua- lité très douce au contact, sans rapport avec le toucher habituel du plastique [par exemple 75 Shore A (55 Shore D)]. C’est en faisant varier les composants, leur ordre d’introduction dans le mélange, l’ordre de mixtion et les proportions des composants moléculaires (par exemple, en augmentant ou en diminuant la proportion de polyalcool, de diisocyanate et d’extendeur de chaîne) que l’on pro-

duit différents polymères présentant différentes duretés. La mor- phologie des segments durs/souples obtenue grâce à ces diverses possibilités est essentielle pour la ténacité ou la souplesse des TPU. Les TPU à faible dureté sont particulièrement confortables au con- tact cutané.

Souplesse aux basses températures

La composition chimique des TPU leur permet d’absorber des contraintes thermiques sans que l’ajout d’additifs chimiques soit nécessaire, ils font preuve de souplesse et ne présentent ni fissura- tion ni cassure, même à des températures bien inférieures à 0 ˚C.

Cette caractéristique est largement déterminée par le segment souple de polyalcool du polymère. Généralement, les TPU de poly- éther se vitrifient à des températures plus basses que les TPU de polyester et c’est ainsi qu’ils conservent leur souplesse à des tempé- ratures de l’ordre de 50 ˚C.

AM 3 370 4

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. ©Techniques de l’Ingénieur, traité Plastiques et Composites

FEUILLES ET FILMS DE POLYURÉTHANNE THERMOPLASTIQUE (TPU)

Résistance en traction

Une plage de résistance en traction comprise entre 28 et 70 MPa garantit robustesse et endurance durant toute la durée de vie du produit fini. Comme lesTPU sont solides et ont une grande ténacité, ils peuvent être utilisés dans des épaisseurs plus faibles sans que leurs performances soient compromises, contrairement au PVC. Tout comme pour la dureté, la morphologie des phases dures/sou- ples est déterminante pour la ténacité des TPU. On pense que c’est la liaison hydrogène intramoléculaire et intermoléculaire qui ren- force la résistance physique d’un TPU, mais il est généralement admis que la longueur du segment rigide, sa fraction volumique dans le polymère et sa « solubilité » avec le segment souple sont déterminantes pour la résistance à la contrainte et à l’élongation des TPU [4].

Résistance à l’abrasion

Étant caractérisés par une forte énergie de liaison, les TPU possè- dent une excellente résistance à l’abrasion (voir tableau 1). Ils four- nissent d’excellents résultats en tant que « peau » de protection pour matériaux stratifiés, ou en tant que film épais et résistant pour des produits exposés à une friction importante ou à un frottement. Chimiquement, davantage de sites « polaires » sont présents dans les polyesters que dans les polyéthers, ce qui leur confère davan- tage de liaisons intermoléculaires et une ténacité plus grande. La morphologie des segments durs/souples des TPU leur procure encore un avantage par rapport aux autres plastiques tels que le PVC, les TPO (polyoléfines thermoplastiques), etc. Les TPU peuvent, par exemple, être utilisés sous forme de profilés en tant que cour- roie de bande transporteuse ou comme protection contre l’usure excessive des câbles et poulies d’élévateurs, dont ils amortissent la course.

Élongation

LesTPU peuvent subir un allongement de 800 % de façon réversi- ble à condition qu’ils ne soient pas surchargés au-delà des limites acceptables. Ils résistent également au fluage, c’est-à-dire qu’en l’absence de surcharge, la déformation est peu modifiée après l’allongement élastique initial. Ceci est dû à la structure du domaine de leurs segments souples et durs, dont le comportement est dicté par la variation de cristallinité. Un allongement « normal » aligne les domaines des segments moléculaires souples desTPU. Un allonge- ment « anormal » ou de surcharge réordonne les séquences dures/ souples, crée une élongation permanente et affecte finalement la résistance du segment dur, provoquant une rupture. On peut amé- liorer la résistance des TPU en augmentant l’énergie de rupture par modification de la formule (en entrecroisant les chaînes de polymè- res et pour avoir davantage de forces intermoléculaires par rapport à une structure linéaire) [5].

Résistance aux produits chimiques et à l’environnement

La résistance chimique dépend de la structure moléculaire, et ce sont les polyalcools de polyester/polyéther qui sont les plus impor- tants pour déterminer cette résistance. Les TPU, qu’ils soient de polyester ou de polyéther, résistent aux hydrocarbures, aux pro- duits chimiques (tableau 2), à l’ozone, aux microbes, à l’humidité et aux acides gras cutanés. Les polyesters sont plus résistants aux car- burants et aux huiles. Quant aux TPU de polyéther, ils résistent généralement mieux aux microbes que les TPU de polyester, en rai- son de leur résistance à l’hydrolyse plus élevée (tableau 2).

 

Tableau 2 – Comparaison des résistances chimiques de matériaux souples traditionnels (1)

 

TPU

TPU

 

Produit chimique

de polyéther

de polyester

Alcools

 

XXX

XXX

Hydroxyde d’ammonium

XXX

Alcools de blanchiment

Chlore (humide)

 

X

Ethylèneglycol

 

XXX

XXX

Acides gras

 

XXX

Glucose

 

XXX

XXX

Glycérine

 

XXX

XXX

Acide chlorhydrique (dilué à 1 %)

XXX

Acide chlorhydrique (10 %)

XXX

Acide hypochloreux

 

Huiles minérales

 

XXX

XXX

Oxygène (gazeux)

 

XXX

XXX

Hydroxyde de sodium (dilué à 1 %)

XXX

Hydroxyde de sodium (pour application médicale)

XXX

Hydroxyde de sodium (10 %)

XXX

Hypochlorite de sodium

Acide sulfurique (dilué à 1 %)

XXX

Acide sulfurique (10 %)

XXX

Eau (courte exposition, à froid)

XXX

X

Eau (salée)

 

XXX

Carburants :

     

Super sans plomb

XX

XXX

Diesel

XX

XXX

JP4

XX

XXX

Huiles végétales

 

XX

XXX

(1)

XXX : excellente

XX : bonne

X : moyenne

 

: ceTPU n’est pas recommandé.

 

Résistance à l’hydrolyse

La résistance d’un élastomère de TPU à l’hydrolyse dépend de sa dureté et de sa composition en polyalcools. Habituellement, si l’on augmente la dureté d’un TPU, on diminue sa sensibilité à l’hydro- lyse. Les TPU de polyéther résistent plus longtemps à l’humidité, ce qui est dû en partie à l’excellente stabilité chimique du motif uré- thanne, mais aussi aux propriétés de résistance chimique des liaisons éther et ester [6]. D’autre part, lesTPU de polyester sont plus sensibles à l’humidité en raison de la scission de la liaison ester dans des environnements très humides. La résistance à l’hydrolyse est une donnée importante pour un équipement médical qui devra être fréquemment lavé ou nettoyé, sera exposé à la transpiration ou stocké dans un environnement humide.

Considérations environnementales

Les TPU respectent mieux l’environnement que le PVC et les autres films. Leur combustion est plus propre, ce qui intéresse l’industrie médicale, en particulier, qui pratique l’incinération comme mode de destruction. Les fabricants de produits médicaux à

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. ©Techniques de l’Ingénieur, traité Plastiques et Composites

AM 3 370 5

FEUILLES ET FILMS DE POLYURÉTHANNE THERMOPLASTIQUE (TPU)

usage unique ont commencé à utiliser les TPU parce que les pro- duits médicaux jetables à base de PVC dégagent des produits secon- daires toxiques lors de leur incinération. Par ailleurs, les TPU sont faciles à recycler : les chutes de fabrication et les déchets des convertisseurs peuvent être broyés et réutilisés à condition qu’ils soient maintenus dans un milieu propre.

3. Mise en œuvre et transformation

En aval de la chaîne de fabrication, une vaste gamme d’équipe- ments permet de transformer les TPU, ce qui accroît encore leur polyvalence. Les films deTPU peuvent être thermosoudés ou scellés par radiofréquences (RF), mis en forme sous vide, collés à l’aide d’un adhésif, ou encore assemblés entre eux ou posés sur d’innom- brables substrats grâce à des procédés thermiques. Les tuyaux en TPU peuvent être combinés à des feuilles ou des films, de sorte que c’est le produit fini tout entier qui bénéficie des avantages de l’uré- thanne, comme dans les systèmes gonflables et articulés de soutien à usage médical. LesTPU peuvent également servir de support pour impression traditionnelle ou par sérigraphie. Ils ont une tempéra- ture de service maximale comprise entre 40 ˚C et + 107 ˚C (polyes- ters) et entre 50 ˚C et + 107 ˚C (polyéthers) et leurs plages de fusion sont comprises entre 170 ˚C et 204 ˚C (polyesters) et entre 170 ˚C et 215 ˚C (polyéthers).

Stevens Urethane, dans le Massachusetts, est la seule entreprise au monde à proposer des TPU sous forme de films soufflés, de feuilles extrudées, de tuyaux, de cordons et de profilés.

4. Applications

Comme lesTPU coûtent plus cher au kilogramme que le PVC et les autres plastiques à faibles performances, ils sont généralement choisis pour des applications délicates, dans lesquelles toute défaillance est exclue. De telles utilisations requièrent des perfor- mances exceptionnelles et/ou une combinaison de propriétés qui font défaut à d’autres matières (souplesse à basse température, résistance élevée à la fatigue, douceur et résistance durable aux graisses de la peau, etc.). Si les TPU sont généralement plus oné- reux, ils peuvent, grâce à leur solidité et à leur ténacité, être utilisés en épaisseur plus fine, ce qui diminue le prix des matières.

Médecine

Stérilisation

Les TPU de polyéther et de polyester peuvent être stérilisés à la chaleur sèche avec de l’oxyde d’éthylène, sans jaunissement et par rayons gamma dans les cas où un faible jaunissement est accepta- ble. S’ils sont exécutés correctement, ces processus n’affectent pas les performances physiques caractéristiques des TPU. Une chaleur sèche de l’ordre de 125 ˚C pendant six heures n’a pas d’effet signifi- catif sur les propriétés mécaniques, mais les TPU souples peuvent accuser une efflorescence et/ou une décoloration. L’oxyde d’éthy- lène n’a pas d’effets notables sur les propriétés. En ce qui concerne la stérilisation par rayons gamma, l’examen des données révèle que des expositions allant jusqu’à 200 Mrad entraînent un jaunisse- ment, mais pas de modification significative des propriétés [7]. En général, la stérilisation requiert des doses de 6 Mrad maximum. Comme cela est généralement spécifié dans la littérature, les méthodes de stérilisation à la vapeur et en autoclave ne sont pas recommandées pour les TPU, en raison du lessivage potentiel de dianiline-4,4’-méthylène [8].

Propreté/pureté

L’un des principaux avantages présentés par les TPU pour les concepteurs de matériel médical est l’absence de plastifiants. Le PVC, qui est le thermoplastique le plus utilisé dans l’industrie médi- cale, contient des plastifiants et d’autres additifs. Après un certain temps, ces plastifiants peuvent migrer à la surface, ce qui augmente les risques d’infection, alors que les TPU sont très « propres », car aucune substance étrangère ne peut suinter et diminuer leurs per- formances et/ou leur fiabilité. Comme les propriétés des polymères d’uréthanne sont obtenues sans ajout de produits chimiques spé- ciaux, les TPU n’irritent pas la peau. En outre, leurs excellentes pro- priétés chimiques les rendent résistants aux acides gras cutanés, et en font des matières idéales pour les applications dans lesquelles ils sont en contact de longue durée avec la peau.

Vitrages de sécurité

Les vitrages de sécurité réalisés à partir de couches successives de verre et de plastique (habituellement du polycarbonate) trouvent des applications architectoniques dans les banques, les prisons, les commerces de détail tels que bijouteries et épiceries de nuit, les éta- blissements publics et les ambassades, et dans les vitres anti- ouragan. Dans le secteur des transports, on les retrouve dans les véhicules blindés, les avions militaires et commerciaux, les trains et les autobus, et l’automobile.

Les vitrages de sécurité nécessitent un adhésif qui permette un collage solide et durable, avec une excellente clarté optique, puis- que la visibilité est également un aspect important. Le film de poly- uréthanne thermoplastique de qualité aliphatique est le seul adhésif

à la fois compatible avec le polycarbonate et capable de maintenir

ses propriétés physiques lorsqu’il est soumis à des températures extrêmement variables. Grâce au film TPU aliphatique, la feuille de polycarbonate peut, en fonction des changements de température, se dilater et se contracter dans les limites des couches de verre, qui, elles, ne changent pas (ou très peu) de dimensions sous l’effet de la température. La solidité du polymère deTPU améliore aussi la résis- tance à l’impact de l’ensemble, et maintient le verre solidaire du polycarbonate après un impact. LeTPU aliphatique possède à la fois une clarté optique très élevée, de sorte que la vision n’est pas alté- rée, et une stabilité durable à la lumière, ce qui élimine les problè- mes de jaunissement dus aux rayons UV.

Automobile

LeTPU, matériau multiusage, intervient dans un nombre croissant de pièces automobiles. Les supports lombaires gonflables intégrés aux sièges de nombreuses voitures haut de gamme associent géné- ralement un coussinet de TPU et des tuyaux à air. Le TPU doit être extrêmement résistant à l’éclatement pour prévenir les risques de surgonflage, endurant pour supporter les fréquents changements de pression et de gonflage, garder longtemps sa souplesse et être capable des mêmes performances lorsqu’il est soumis à des tempé- ratures extrêmes, étant donné que la température intérieure d’une voiture peut osciller entre 30 ˚C en hiver et + 90 ˚C en été (cas extrêmes).

Les films de TPU sont également employés pour envelopper les mousses que l’on utilise pour l’isolation acoustique des portières, des tableaux de bord et du dessous des sièges, ainsi que dans le compartiment moteur, où les conditions sévères régnant sous le capot nécessitent un matériau résistant à une chaleur élevée, aux huiles et aux produits chimiques. La solidité et l’endurance du TPU permettent d’utiliser un film très fin (moins de 0,025 mm) qui pro- tège la mousse des poussières, de l’eau, de l’huile, du sel de dénei- gement et de la graisse, tout en permettant le passage et l’absorption des ondes sonores. Le film de TPU est le seul matériau actuellement disponible qui soit suffisamment tenace et durable pour une telle application.

L’industrie automobile utilise également les films de TPU comme barrières contre l’air et l’eau. Une fine couche de film de TPU collée

à l’intérieur d’une cavité de portière, par exemple, évite que l’eau ne pénètre dans le panneau intérieur de la portière, et constitue une

AM 3 370 6

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. ©Techniques de l’Ingénieur, traité Plastiques et Composites

FEUILLES ET FILMS DE POLYURÉTHANNE THERMOPLASTIQUE (TPU)

protection essentielle pour les composants électroniques toujours plus nombreux (mécanismes d’ouverture des vitres, de verrouillage, etc.) qui y sont logés. Les TPU sont également employés dans les sièges de voiture, par exemple : un film extrêmement fin est posé par feuilletage sur le tissu du siège, et permet ainsi le formage sous vide du siège dans un moule, avant l’injection de la mousse du coussin. Le film évite que la mousse ne pénètre dans le tissu de siège et sert d’adhésif entre la mousse et le tissu.

Industrie

Les TPU se retrouvent dans les cahiers des charges d’innombra- bles applications industrielles générales, sportives et récréatives, etc. Dans l’industrie, ils sont communément employés pour les courroies d’entraînement, les tuyaux flexibles et les soufflets pneu- matiques. Leurs autres applications sont aussi diverses que les pro- tège-claviers, les balises de sonar, les soufflets hydrauliques, les dispositifs de flottaison de sauvetage, les tampons des casques d’écoute, les compensateurs de flottaison pour équipements de plongée, les canots pneumatiques de rafting, et l’emballage d’objets délicats.

5. Nouvelles technologies de TPU

Matériaux à comportement au feu amélioré

Certains nouveaux TPU possèdent une résistance améliorée au feu, il existe même des qualités de thermoplastique polyuréthanne qui obtiennent le classement VTM-O selon l’essai UL 94. Des TPU résistant au feu sont disponibles depuis de nombreuses années, mais dans ce domaine, ils tiraient auparavant leurs propriétés d’halogènes tels que le chlore ou le brome. Les systèmes ignifuges basés sur les halogènes sont habituellement moins chers et, en cou- che mince, offrent certains avantages par rapport aux systèmes sans halogène, y compris une meilleure résistance au feu. Cependant, les halogènes risquent de dégager des émissions corrosives et nocives en cas d’incendie. Les halogènes nécessitent également des compo- sés synergiques inorganiques qui peuvent compliquer la fabrication desTPU. De nouveaux matériaux ignifuges sans halogène font con- currence aux systèmes conventionnels ; ils sont généralement plus sûrs et respectent mieux l’environnement. En outre, ces nouveaux matériaux ignifuges sont plus faciles à transformer et à utiliser par les acteurs situés en aval de la chaîne de production.

Matériaux à haute perméabilité à la vapeur d’eau

Des TPU dits « respirants » présentent une perméabilité à la vapeur d’eau pouvant être de 5 à 10 fois supérieure à celle des TPU

traditionnels (15 000 à 20 000 g/m 2 /24 h – méthode de test ASME E96 avec coupe inversée).

Ces TPU sont idéaux pour les feuilletages textiles, ainsi que comme adhésif ou couche structurelle. Une couche de TPU « respirant » est un bon compromis entre l’aspect « barrière » et le confort, deux critères importants pour les vêtements sportifs et médicaux. Les tenues de chirurgie contenant des TPU offrent une certaine barrière de protection contre le sang et d’autres fluides, tout en restant confortables à porter durant de longues périodes. De même, les alèses respirantes en TPU sont confortables pour les patients cloués au lit longtemps et contribuent à limiter les escarres. Cette meilleure capacité à laisser passer l’air est également exploi- tée dans des produits tels que les pansements, les tentes et le maté- riel de camping.

Matériaux à haute température de fusion

Les films TPU dont la température de fusion est comprise entre 190 ˚C et 210 ˚C ont une meilleure résistance thermique que les TPU standards. Grâce à cela, ces matériaux supportent aisément des températures relativement élevées durant leur transformation. Comme ils ont besoin d’une température plus élevée que la normale pour devenir pâteux et coller à d’autres matériaux, ils gardent leur solidité et leurs propriétés de barrière là où la chaleur ferait fondre des films TPU « normaux ». Dans les feuilletages multicouches (matelas de camping, par exemple), ces TPU sont généralement employés du côté où la température est la plus élevée lors de la mise en œuvre. La haute température de fusion de l’uréthanne lui permet de conserver ses propriétés et ses performances tandis que les films appliqués sur l’autre face du substrat ramollissent et col- lent, formant ainsi le feuilletage.

Matériaux souples à faible dureté

Bien qu’il soit possible depuis un certain temps de trouver des films TPU souples présentant une dureté de 70 à 80 Shore A, ces films avaient jadis tendance à perdre leurs propriétés élastoméri- ques lorsqu’ils étaient étirés. À présent, grâce aux excellentes pro- priétés élastiques des nouveaux matériaux à faible dureté, les TPU restent dans la course à la haute technologie de l’industrie textile moderne, par exemple. Habituellement, les films fins (moins de 0,125 mm) sont utilisés en feuilletage avec des tissus tels que du Lycra® et du Spandex®. Pour cela, ils doivent être pratiquement invisibles, et contribuer à l’élasticité du tissu. Les films plus épais (plus de 0,125 mm) trouvent leurs applications dans des produits tels que les coussins de chaises roulantes qui doivent assurer le confort du patient. Ces TPU constituent également une bonne alter- native aux élastiques actuellement fabriqués à partir de caoutchouc.

[1]

SARDANOPOLI et ARMANDO (A.). – Thermo- plastic Polyurethanes (TPUR), in Engineered Materials Handbook™, vol. 2, Engineering

Plastics, Metals Park, OH, ASM International,

p.

203-208, 1988.

[2]

SCHOLLENBERGER (C.S.) et STEWART (F.D.).

– Agnew, Makromol. Chemistry, vol. 29/30,

p.

413, 1973.

[3]

THORN (A.D.). – Thermoplastic Elastomers. RAPRA (Rubber & Plastic Research Associa- tion of Great Britain), p. 154, 1980.

Références bibliographiques

[4]

SCHOLLENBERGER (C.S.). – Polyurethane Thermoplastics in Polyester Technology, Interscience Publishers, 1969 by Paul Bruins.

[5]

THORN (A.D.). – Thermoplastic Elastomers, RAPRA (Rubber & Plastic Research Associa- tion of Great Britain), p. 154, 1980.

[6]

SCHOLLENBERGER (C.S.). – Polyurethane Thermoplastics in Polyester Technology, Interscience Publishers, 1969 by Paul Bruins.

[7]

Colloid and Polymer Science, vol. 267 n o 9, p. 780-781, 1989.

[8] DARBY (T.D.), JOHNSON (H.J.) et NORTHRUP (S.J.). – An Evaluation of a Poly- urethane for Use as a Medical Plastic, inToxi- cology and Applied Pharmacology, 46, p. 449-453 (1978).

Dans les Techniques de l’Ingénieur

[9]

MAROTEL (V.). – Polyuréthannes. AM 3 425 (2000), traité Plastiques et Composites.

Toute reproduction sans autorisation du Centre français d’exploitation du droit de copie est strictement interdite. ©Techniques de l’Ingénieur, traité Plastiques et Composites

AM 3 370 7