Vous êtes sur la page 1sur 66

A l’occasion de la rédaction de mon rapport de stage , je tiens

à offrir mes remerciements et mes vifs sentiments de gratitude et de


respect à tout le personnel qui m’a aidé par le conseil et les
propositions pour assurer un contact direct avec la vie professionnel.

Je tiens à exprimer mes remerciements en particulier à mes


encadreurs Mr Snoussi Lahbib le directeur financier et Mr RidhA
Haddaji (le chef de la division shipping) qui m’ont remarquablement
soutenu pour assurer la réalisation de mon stage dans les meilleurs
conditions.
Ce rapport est l’ objet d’un stage effectué du 02/08/2005 au
23/08/2005 dans la GROUPE CHIMIQUE TUNISIEN (GCT) région
du GABES précisément dans la direction financière et la division
shipping .

L’objectif essentiel de ce stage est de découvrir une


expérience professionnelle, de plus confronter les connaissances
théoriques à la pratique professionnelle.

Et comme j’ai passé vingt jours dans la division shipping et la


direction financière du GCT qui est aussi riche en événement
historique et en réalisation économique.

C’est pourquoi j’ai essayé de suivre un ordre clair et bien


détaillé en commençant par la présentation de la division shipping
par la suite les différents sections qui se trouvent dan cette division
tout en donnant une idée concernant l’historique de GCT.
Après une grande période d’exportation du phosphate brut,
la Tunisie s’est orientée vers la transformation et la valorisation de ce
minéral , par l’implantation d’une industrie locale de production
d’acide phosphorique et d’engrais regroupant actuellement, sous le
nom du Groupe Chimique, les sociétés SIAPE et SAEPA.

Le GCT est une société anonyme constitué en 1974 sous le


nom du SIAPE avec un capital de 238042032 dinars.

En 1993 la SIAPE et la SAEPA ont été fusionnées pour former


le GCT .Le secteur phosphaté , à raison de l’industrie de
transformation du phosphate, occupe une place importante dans
l’économie Tunisienne, tant au niveau de l’emploi qu’au niveau de la
balance commerciale car plus de80% de la production annuelle de
phosphate sont transformées par le GCT .

En 1995 le GCT a pu transformer 5,7 millions de tonnes de


phosphate, c’est un record ,et niveau mondial la Tunisie se classe au
3éme en ce qui concerne les ventes des produits phosphoriques après
les USA et le Maroc.
DATE DE CREATION : Début des années 1970 .
PRODUCTION :Acide phosphorique, DAP,TSP,
DCP,Nitrate agricole et Nitrate poreux .
EMPLOI : L’ effectif total du GCT à Gabès est 1910
permanents .
Chaque usine du GCT comprend :
LES SERVICES DE PRODUCTION :
-Service utilité .
-Service sulfurique .
-Service TSP-DCP .
- Service phosphorique .
LES SERVICES ENTRTIEN :
-Service Entretien Mécanique.
-Service Electrique –Régulation.
LES SERVICES ANNEXE :
-Service Réception –Exportation .
-Service Bureau de méthodes .
-Service Administratif et financier .
-Service Hygiène et sécurité .

Le GCT à Gabès comporte 3 usines implantées dans la


zone industrielle de Ghannouch qui sont les suivants :

 USINE D’ACIDE PHOSPHORIQUE :


Elle assure la production de l’acide phosphorique et DCP à
partir : du soufre et du calcaire (DCP).
 USINE DAP :
Elle produit l’acide phosphorique et le DAP à partir des
différentes matières premières tel que : l’ammoniac et le soufre.
 USINE AMMONITRATE :
Elle produit l’acide nitrique , le nitrate poreux et l’ammonitrate
agricole en utilisant l’ammoniac comme matière première principale
importée .
Le produit de ces trois usines est écoulé sur le marché
international et local grâce aux efforts de la division shipping située
dans l’usine d’ammonitrate au sein de laquelle j’ai passé mon stage
d’ouvrier .

1- Mission
Le responsable du shipping à pour mission d’accomplir
toutes les formalités nécessaires pour toute opération
commerciale du Groupe Chimique, relatives aux escales des
navires, en chargement et en déchargement et éventuellement
celles relatives aux ventes locales et ce dans la limite du site auquel
il est rattaché.

2-Attribution :
Il est responsable :
 Des effectifs et de tous les moyens mis à sa disposition pour
s’acquitter convenablement de sa mission .

 De la fiabilité de toutes les donnée relatives à l’activité


commerciale, dans la limite des tache qui lui sont confiées.
 De toutes les décisions touchant à l’activité commerciale ,
prises sur la base des propositions faites et des initiatives menées par
lui .

 De la qualité des services rendus par l’activité dont il est


responsable.

Cette division est formée de 5 sections, chacune à son propre


rôle .Mais une liaison coexiste pour contrôler la démarche du travail
dans le bon sens :
 Section export .
 Section importation des matières premières .
 Section formalité .
 Section ventes locales .
Section prestation .

La dite division se situe donc parmi les divisions annexes à la


direction générale des usines à Gabès comme le montre
l’organigramme du GCT du GABES ( page 25 ).
Cette section a pour rôle essentiel : la réalisation et le suivi des
opérations d’exportation des produits fabriqués par le GCT .

I-Déroulement d’une opération d’export :

Les procédures d’une opération de vente export


Commencent à partir de la signature d’un contrat entre deux parties
à savoir la direction générale commerciale du groupe et le client
concerné .Ces procédures se réalisent suivant des étapes liées aux
clauses du contrat.

1- Avant l’arriver du navire :
 Réception par fax d’une copie de contrat comportant toute les
conditions d’affrètement et de vente tel que :

*nom du navire .
*date d’arrivée .
* modalités de paiement .

 Accomplir les formalités douanières préliminaires dès


confirmation de l’entrée de navire .
 Informer la direction de zone concerné après avoir pris contact
avec le bord .
 Informer le service d’ expédition et de réception pour designer de
l’acconier et de la société de surveillance .
 Réception d’une confirmation du bord de l’Etat .
N.B
Le connaissement est une pièce maîtresse délivrée par le
commandant du navire, indiquant que la marchandise est reçue au
bord pour être transportée à la destination concerné . Ce document
est généralement établit en 3 exemplaires originaux qui servant de
base pour la délivrance des marchandises au réceptionnaire .

2- L’arrivée du navire :
 A l’accostage du navire , un contrat avec le commandant aura lieu
pour recevoir la notice of readness déclarant l’arrivée du navire et
qu’il est prêt à charger .
La notice of readness servira de base pour le calcul du temps
passé par le navire au port à disposition du chargeur .
En plus de la notice of readness le responsable de shipping reçoit
une attestation du commandant du port .
 Vérification des mentions et clauses du connaissement avec le
commandant .
 L’organisme désigné pour la surveillance établit un DRAFT
SURVEY INITIAL concernant le contrôle qualitatif et quantitatif .
 Chargement des marchandises .
 Réception d’un avis ayant pour objet la fin du chargement .
 Détermination du tonnage par la société de surveillance désignée
et ce en présence de la douane .
 Establishment du DRAFT, SURVEY ; qui sera signé par l’agent
de douane présent .
 Préparation de tous les documents exigé , suivant le mode de
paiement .
 Réception du reçu du capitaine : engagement du capitaine d’avoir
reçu les documents exigés tels que le connaissement et ce pour les
transmettre au réceptionnaire .
 Réception du « state ment of facts » ou état des faits établissement
la chronologie du navire dès son arrivée au port de chargement
jusqu’au moment du départ .
3- Départ de navire :
La section formalités procède au dédouanement de
l’exportation l’établissement d’une déclaration en détail sur le
système informatisé .
Relie avec la déclaration à la douane « SINDA » , une fiche
d’ajustement sera établie également indiquant les matières première
utilisées pour la fabrication du produit exporté cette dernière est
avisée par l’agent de douane chargé des entrepôts par la suite un
dossier complet sera disposé à la recette de douane .
Au départ de navire il faut avoir :
 Déclaration en détail des marchandises aux douanes .
 Réception des quatre factures visé par le douane .
 Etablissement d’une demande de domiciliation à la banque .
 Domiciliation avec le dépôt des quatre copies de la facture .
 Réception du numéro de domiciliation de la banque .
 Réception d’une copie de la facture de la part de la banque
ayant gardé les trois autres .

II- Les modalités de payement :


Le mode de paiement diffère d’un produit à un autre et d’un
client à un autre mais les trois moyens les plus adoptés sont :

#le crédit documentaire .


#la garantie bancaire .
#le transfert télégraphique .

1- Le documentaire crédit :
C’est le mode le plus utilisé bien qu’il demande un suivi très
strict des clauses de la lettre pour éviter le retard de paiement,
mais il désigne bien la sûreté et surtout la confiance pour le client .
La lettre de crédit peut exister sous deux formes : l’irrévocable et
la stand by .
Toute écriture erronée ou oubli se traduit par une réserve
de la part de la banque émettrice de la réserve par le client , ce qui
conduit à une perte de temps et entraîne des charges
supplémentaires.

2- La garantie bancaire :
C’est un engagement de la banque du client à verser le
montant de l’opération de 30 à 90 jours de la date du
connaissement moyennant la prestation à la banque d’une
attestation de non -paiement par le client .
Comme la lettre de crédit ,la garantie bancaire nécessite
la vérification de la conformité des documents .

3- Transfert télégraphique :
Il est en général de 60 à 150 jours de la date du
connaissement . Il est différent de la lettre du crédit et de la
garantie bancaire du fait qu’il se rattache au contrat de vente et
par la suite aux données tel que : adresse client , document
demandé .
III- Les modes de lioraison :
On assiste à divers modes de livraison tel que :
*Free on bord (FOB) :Tout les frais sont à la charge de l’acheteur
ou le GCT est tenu de présenter les marchandises au port .
*Cost and fret (CF) :le GCT se charge de présenter ou fournir les
marchandises commandées et le les transporter .
*Free on truck (FOT) : ce mode correspond au transport terrestre
(par camion) et il s’agit essentiellement de livraison de DAP en
sac.
*Cost , Insu rance , Fret (CIF) : même contenu que le CF , en
ajoutant la condition de l’assurance .

C’est les FOB & CF qui sont souvent utilisées par le GCT .

Remarque :

-Lorsque le GCT arrive à charer le navire avec une cadence de


chargement supérieur à la cadence contractuelle fixée dans le télex
de condition, ceci va engendrer un gain d’argent appel «  Despatch »
et qui est calculé en fonction du taux convenu du despatch .
-Au contraire lorsque le GCT n’arrive pas à respecter la
cadence contractuelle fixée , il aura un retard de chargement et doit
subir donc une perte d’argent qu’on appel « Surestarie » à partir
du taux de surestarie .
Ce bureau d’import est chargé de la réalisation et le suivie du
programme transmis par la direction centrale, concernant les
opérations d’importation des matières premières de divers
provenances, qui sont : le phosphate , soufre et l’ammoniac .
La commande est passée par la direction des achats de matières
premières à Tunis sur la base des rapports mensuels établis par les
usines du Groupe Chimique et suite à une décision de la
programmation .

I Procédures d’importation :

 Avant l’arrivée du navire :


- Réception d’un télex ou fax portant les conditions
d’affrètement et d’achat auprès de la direction des achats
renfermant :
 Le nom du navire .
 La date du B/L .
 Le port de chargement .
 La planche d’arrivée .
 Le tonnage facturé .
 Le prix unitaire d’achat .
 Le montant facturé .
 Le mode de paiement .
 Le mode de livraison .
 Le taux de despatch et surestaries .
 La cadence de déchargement .
 La taxe 1 .
 Le montant d’assurance .

- Réception de l’agent maritime d’un préavis de


confirmation de l’E.T.A .
- Lancement d’un préavis de réception à la direction de
l’usine concernée .
- Informer au nom de l’usine concernée , le service
réception expédition pour la désignation de l’acconier et
la société de contrôle.
- Réception de l’avis d’aliment auprès de  l’assureur qui
comprend les conditions d’assurance et la somme
assurée.
- Etablissement de la demande de déchargement sur quai
auprès de l’OMMP (éventuellement en cas de panne sur
l’installation portuaire ) . Cette demande permet au
service SER de compléter le déchargement de la
cargaison sur quai et l’acheminer par camions vers le
halls de stockage des usines , afin d’éviter les surestaries
des navires .
- L’établissement de la demande d’autorisation
d’enlèvement (DAE) auprès de la recette des douanes
installée à proximité du port . Cette dernière délivre le
bon à enlever par lequel est autorisé à entamer
l’opération de déchargement de la marchandise sous la
surveillance du service actif de la douane dans l’enceinté
portuaire .
- Réception de l’original du B/L .

 Arrivée de navire :

- Réception auprès du commandant de bord des


documents suivants :
*Notice of readness .
*Connaissement .
*Certificat d’origine .
*certificat de qualité .
*certificat de quantité .

- Le calcul du draft par la société de surveillance en présence


de l’agent de douane et d’un agent de la division contrôle
de qualité du GCT . Cette opération se fait avant et après le
déchargement, afin de déterminer la quantité déchargée .
 Une note de poids est établit par la société de contrôle à la fin
du déchargement qui sera signée par le commandant de bord,
l’inspecteur de la société qui a effectué l’opération et l’agent de
douane , afin de permettre à l’agent maritime du navire d’enregistrer
le manifeste de sortie et autorise le navire à quitte le port.
 Un certificat de poids établi par la société de contrôle en trois
exemplaires .
-L’établissement de l’état des faits .

 Départ du navire :
- Achèvement des formalités douanières par
l’établissement de la déclaration définitive des
marchandises de type « SA » .
- Envoi après la liquidation du dossier de :
§ Deux copies de la factures visée par la douane à la
déclaration centrale financière à Tunis pour paiement de fournisseur
§ L’original et une copie du rapport de chargement
jointes d’une copie de la notice of readness et une copie de l’état des
faits sont envoyés à la direction centrale des achats des matières
première à Tunis .
Cadre réglementaire:
Les ventes locales sont soumises aux dispositions de la
loi 93-120 du 27/12/1993 portant promulgation du code
d’incitation aux investissements dont l’article 16 autorisé
les société totalement exportatrices à écouler une
proportion a concurrence de 20% de chiffre d’affaires sur
le marché .

ACTIVITE:
Le bureau des ventes locales est chargé de la
réalisation des ventes de:

L’acide phosphorique .
L’ammoniac .
Le nitrate poreux .
Le phosphate bicalcique .
Le DAP .
Lammonitrate agricole .

PROCEDURES D’UNE VENTE LOCALE


L’opération d’une vente locale commence à Tunis
dans la direction commerciale et se poursuit dans la
division shipping mais elle dépend si le client est STEC ou
non.
La STEC présente un monopole pour la production de
DAP , elle a installé son bureau au sein de la division
shipping pour faciliter ces opérations de vente qui se
déroule comme suit :

-Réception d’un Télex ou Fax de la direction qui


clarifier le contenu du contrat de vente (Nature , quantité ,.. ).
-Enlèvement de la marchandise par réception d’un bon
d’enlèvement sous la surveillance de la douane.
-Une fois le client à déclaré la marchandise et payé les
droits et taxe il récoit un Bon A Enlever ( BAE )
-Il s’adresse au G C T , une fois le dossier est
accomplis , il acquière un ordre de
chargement.
-Le client s’adresse au Service d’Expédition Réception
( SER ) qui se chargera de la charge.
sauf pour l’ammoniac ou le client est tenu de contacter le
service de gestion ammoniac.
-La dernière étape consiste à viser l’ordre de
chargement par la douane pour faire sortir la
marchandise.
Le Shipping est tenu d’établir mensuellement, les factures
de chaque client :
*La facture original étant destinée au client.
*Une copie à la Direction Centrale Financière (DCF).
* Une copie à la Direction Financière de la Région .
*Une copie à la Direction Commerciale chargée du
marché Local.

STATISTIQUE MENSUELLES DES VENTES LOCALES

A partir des données qui lui sont communiquées des régions


et de la DCF, la direction de vente locale (DVL) procède à
l’élaboration des statistiques mensuelles des ventes locales.
Ces statistiques reflètent les situations mensuelles et
cumulées des ventes locales par produit.
Elles sont diffusées à :
 La DGC
 La Direction Programmation
 La DCF et à la structure chargée de l’élaboration
du tableau de bord mensuel.
Le GCT est une société totalement exportatrice exonérée de toute
taxe de ce fait , un suivi et un contrôle permanents de la douane sont
obligatoires pour toute entrée et sortie de frontière nationale d’une
marchandise qui doit être déclarée à l’avance en douane et apurée
par la suite en collaboration avec le shipping .

Les procédures douanières:


Les formalités douanières constituent la base de toutes les
opérations d’importation ou d’exportation et leur circuit se résume
ainsi à :
*La préparation de la DAE (Demande d’Autorisation
d’ Embarquement ou d’Enlèvement),il s’agit d’ une déclaration
provisoire .
*L’établissement de la déclaration en détail : Après la réception
des documents de la section import ou export tels que : La facture , le
B/L , la note de poids, l’assurance , etc. … On remplit un peigne de
codage en vue d’établir la déclaration en détail , ce peigne de codage
contient plusieurs formats :
-Format 1 : ou on doit déclarer :
Le code du pays de provenance de la marchandise .
 Le nom du fournisseur ou du client et sa nationalité .
Le code de bureau de douane concerné .
Le code en douane de la société .
Le moyen de transport et sa nationalité .
Le numéro de crédit .
 Le code de la devise .
 Le montant total brut et net de la marchandise.
 Le montant de fret et d’assurance.
-Format 3 : ou on enregistre :
La date(car le régime suspensif donne un délai de 6 mois
pour la réexportation de la marchandise) .
Le moyen de transport à l’intérieur de territoire
Le chemin suivi pour le transport de la marchandise
Le lieu de dépôt de la marchandise
L’engagement qui représente une caution déposé chez la
douane.

en cas de manque de documents, cet engagement peut être


soit une caution bancaire, soit une caution morale (c’est
l’engagement d’une autre société en faveur de GCT une
consignation qui est un montant déposé à la douane) .
-Format 5 : Remplie en cas d’import , contient :
Le nombre d’article .
Le numéro d’escale du navire .
La nature du produit .
Le tonnage par produit.
-Format 7 : Elle comprend :
La nomenclature de produit .
 Le régime déclaré (import ou export ).
Le poids brut et net .
L’origine de la marchandise.
Le coût de la matière première en cas d’export.
Le mode de paiement.
 Le délai de paiement.
Le nom de la banque.

L’établissement du répertoire en vue d’octroyer à l’opération en


question un numéro de réception qui sera communiquer à la douane.
En suite la déclaration en détail sera établie sur ordinateur
précisément sur le site « SINDA ».
*l’établissement du sommier : Utilisé pour l’apurement de la
marchandise , ce document existe dans le service Shipping et chez
l’agent de la douane chargé de l’entrepôt, pour contrôler les entrées
et les sorties des produits sous le régime suspensif . Ce document sert
à solder la qualité de chaque marchandise dans les délais désignés.
*Vérification de l’inspecteur de douane : S’il y a apurement en cas
d’import ou de prise en charge en cas d’export, l’agent de formalités
douanières dépose une chemise de déclaration concernant les
documents originaux et la déclaration . Après vérification de
l’inspecteur de douane et si tout est conforme, le dossier est accepté
et l’inspecteur oppose sa signature et son cachet sur la facture à
domicilier .
*La domiciliation par le remplissage de l’engagement pour la
banque et dépôt des documents chez celle-ci .
*La fin de l’opération : Après le paiement des droits et taxes il
aura le retrait des documents tels que la facture et le bon à enlever .
 Les différents types de déclaration :
- Concernant les opérations d’achat :
SA : C’est la déclaration pour les opérations d’importation
de matière première en admission temporaire.
SE : Déclaration pour les opérations d’importation des
marchandises, pour la revendre sans aucune transformation . Il
s’agit essentiellement d’importation des sacs pour l’emballage .
SN : Elle concerne l’opération d’achat des produits
nationaux : le phosphate de la C.P.G
SS : Elle concerne la réception des marchandises d’un
autre entrepôt en vue de les réexporter .
- Concernant les opérations de vente :
EA  : Déclaration pour chaque opération export .
VA : Déclaration pour chaque vente sous droits de
Douane sur le marché locale.
C  : Mise à la consommation avec paiement des droits et
taxes.
CF  : Mise à la consommation avec franchise.
La section des prestations assure aux navires les opérations de
prestation telles que l’acconage , la surveillance le garde - feu, droits
et redevances portuaire (O.M.M.P), mouvement des navires etc.…
I- Les procédures de prestation :
Le bureau des prestations procède ainsi :
- Après la réception de la note de prestation du S.E.R,
l’ouverture d’un dossier de prestation aura lieu.
- Envoi du rapport de prestation rempli (seulement la
première partie) au S.E.R. Remplissage de la deuxième
partie du rapport de réception prestation par le S.E.R.
ladite partie contient les détails quantitatifs et qualitatifs.
- Réception du rapport de prestation dûment remplis par
S.E.R.
- Attente de la facture définitive des prestations par le
prestataire choisi.
- Arrivée de la facture définitive composée au bureau
d’ordre central (B.O.C) de la direction générale à Gabès
avec le cachet .
- prix étant arrêté suivant les tarifs du protocole d’accord
entre le G.C.T et les sociétés de surveillance et d’acconage.
Suite à cette confrontation deux situations peuvent se
présenter Confrontation entre le rapport de réception et la
facture . Le engagent deux procédures différentes .
Le résultat de la confrontation . conforme ou non conforme.

SI CONFORME :

-Le chef de la division shipping oppose son visa de


vérification de la facture.
-Visa des commandes par les services de la douane pour
paiement.
-Envoi à la comptabilité de la facture originale dûment visée
et jointe d’une copie de rapport de réception ainsi une
copie de la commande.
-Joindre une copie de la facture visée par le chef de la
division, l’original de la note de prestation, une copie de la
commande et l’original du rapport de réception au dossier.
-Fermeture du dossier des prestations.
SI NON CONFORME :

-Etablissement d’une lettre de rejet.


-Envoi d’une copie à la direction financière contenant les
causes de rejet et signé par le chef de la division shipping avec
un bordereau d’envoi.
- Retour de la facture originale au prestataire.
- Attente de la nouvelle facture.

Les opérations sont les mêmes pour l’acconage, la


surveillance ou les gardes-feu.
La tarification est établie par rapport aux protocoles
d’accord conclu entre les sociétés en question et le GCT.
Pour l’OMMP et les mouvements navires, la tarification est
celle de l’Etat .

II- Schéma du bureau prestation :

TELEX DE CONDITION

PREAVIS DE RECEPTION OU
EXPEDITION

NOTE DE PRESTATION

RAPPORT DE RECEPTION

RAPPORT DE RECEPTION
DUMENT REMPLI PAR LE SER

RECEPTION DE LA FACTURE

DIRECTION FINANCIERE GABES


Direction financière
B.S.F
(Bureau Suivi Facture)

Dans le cadre de la mise en place de la nouvelle


application de la gestion de la trésorerie et pour une
meilleure maîtrise des engagements (facture fournisseur)
un bureau de suivi des factures a été mis en place en vue
de :

1)Permettre au G.C.T d’assurer un suivi exhaustif des


engagements vis avis de leurs fournisseurs.

2)Assurer une meilleure gestion de la trésorerie.

3)Réduire les délais de transmission des factures a la


trésorerie.

4)Renforcer le système de contrôle interne notamment par


cette nouvelle procédure.
5)Générer automatiquement les écritures comptables aux
niveaux d’imputation :

 Des règlements

 Des factures

6)Les factures sont transmises par le bureau d’ordre au


B.S.F qui est charge des taches suivantes :

- La vérification

- La saisie

- le dispatching

- le retour des factures

 La vérification  :
Le B.S.F vérifie que les factures :
 Concernant bien le G.C.T
 Comportent le cachet de
fournisseurs.
 Comportent le cachet de Bureau
d’ordre
 Sont arrêtées en chiffre et en
lettres.
 La saisie  :

Les factures après vérification sont reparties et triées


par services et directions qui ont des codes déterminés pour
imputer chaque facture au service concernent, on cite ces
services :

Numéro Services

N°2  Service Administratif

N°3  Acide Phosphorique

N°4  Ammonitrate

N°5  D.A.P

N°6  Formation

N°7  Equipement

N°8  Consommable

N°9  Prestation

N°10  Formalité

N°11  Agence Maritime

N°12  Juridique

N°14  Pièce de Rechange

N°15  Bureau d’Etude

N°17 Recherche

N°20  Shipping

N°50   Comptabilité

Le fournisseur envoie avec chaque facture une copie de bon de


commande qui porte la référence du service concerné.

Une fois cette répartition est achevée, l’agent de B.S.F


oppose un numéro a l’aide d’un composteur sur chaque
facture avec l’inscription du code de chaque tiers. Enfin il ne
reste qu’a saisir chaque facture sur l’ordinateur en
indiquant :

- le numéro de composteur
- le code du fournisseur
- le numéro de la facture
- la date
- le code destinataire
- mode de paiement
- le montant
Avec la saisie il doit éditer deux bordereaux d’envois
par service, puis il vérifie la conformité des montants.

 le dispatching  :
Après cette deuxième vérification le B.S.F retourne les
factures au bureau d’ordre pour les repartir aux différentes
usines accompagnées d’un bordereau pour :

- La prise en charge.
- La vérification.
- L’établissement d’un rapport de réception.
 Le retour des factures  :
Les factures retournées au B.S.F avec un bordereau de
transmission de la direction d’achat pour charger le code
destinataire (service financier) en ajoutant la date de retour
puis l’extrait d'autres bordereaux (un pour le B.S.F et l’autre
pour la comptabilité), enfin et après pointage l’agent met le
cachet «positionner » sur les factures pour qu’elles soient
valables a la comptabilisation.

- lettre de rejet  :

Si la direction d’achat constate les non- conformité avec


leurs besoins elle rejette et retourne la facture aux
fournisseurs accompagnée d’une lettre de rejet, une copie de
cette lettre sera remise au B.S.F pour sortir cette facture du
circuit et la copie originale va être reçue par le fournisseur
pour qu’il donne une nouvelle facture.

Imputation comptabilité des


achats

Cette direction consiste essentiellement en deux taches :


 Direction d’achat locale
 Direction d’achat étrangère
LA COMPTABILISATION DES ACHATS LOCAUX  :
Consiste en premier lieu de la réception des bordereaux de la
direction des achats des factures prises en charges positionnées
par le B.S.F ou on s’intéresse par la suite par faire le pointage
des bordereaux de transmission direction achats et
confrontation avec bordereau B.S.F, puis le retour les
bordereaux de transmission après vérification au secrétariat
pour classement.

En deuxième lieu, le contrôle des factures a comptabiliser


qui se fait par :

 S’assurer que les factures concernent le G.C.T.


 S’assurer que la facture est originale et prise en
charge par la direction achats.
 S’assurer que le dossier est complet (facture
originale + rapport de réception «copie comptabilité »
+commande ou ordre de service en cas ou il y a un
contrat ou une convention »copie comptabilité »
+décision de commande).
 Calcul arithmétique (montant).
 Rapprochement facture avec la commande ou
contrat (vérification des prix).
 Rapprochement facture avec le rapport de réception
(vérification des quantités ).

montant dépasse 5000 DT).

En troisième lieu l’imputation qui se fait :


le plan comptable de la G.C.T.



imputées.

financier pour règlement.
En quatrième lieu, la validation dans la fiche du grand livre.
En cinquième lieu, le classement qui se fait au service
comptabilité et le classement des factures payées se fait par
origine, par mois et par numéro d’écriture.

LA COMPTABILISATION DES ACHATS ETRANGERS  :

Cette sous section traite les approvisionnements contracter


avec les fournisseurs étrangers, caractérisés spécifiquement par
le paiement avant le traitement comptable vu la nature des
fournisseurs et les du domaine.
Le traitement des achats étrangers passe par plusieurs
étapes :
 Constitution du dossier fournisseur constitué de :
-La décision de commande.
-Le bon de commande.
-Le rapport de réception.
-La facture visée par la douane.
-Une pièce justificative du règlement.
 Des rapprochements et des vérifications de la
conformité entre les différentes pièces sont exigés.
 La conversion : c’est le fait de convertir le montant
établi sur la facture en devises, en dinar tunisien. Par
principe, entre le service comptabilité et la gestion de stock,
le cours utilisé est le cours moyen mensuel établi sur la base
du cours journalier du mois précédant celui de l’entrée en
magasin de la marchandise.
L’état du cours moyen mensuel est livré à la fin de chaque
mois par la banque centrale de Tunisie.
 L’imputation comptable : elle se fait Selon la nature
de l’opération, et selon la destination.
 Saisie des opérations sur micro ordinateur : en
mentionne :
-Date du jour.
-Date de la facture.
-Numéro de la facture.
-Compte à débiter.
-Compte à créditer.
-Libellé.
-L’origine (l’usine ou le service concerné).
 Lancement des états de validation.
 Le contrôle de la facture visée.
 Le classement des différents documents.

LA COMPTABILISATION DE LA TRESORERIE :

La comptabilisation de la trésorerie a pour mission la


comptabilité de tous les flux monétaires entrant ou sortant de
l’entreprise en d’autre terme, tous les règlements ou dépenses et
les encaissements ou recettes.
Cette comptabilisation se fait sur des journaux auxiliaires
selon la nature de l’opération.
Le courrier est généralement reçu de service trésorerie y
compris les caisses des trois usines et subit les opérations
suivantes :
 Séparation des pièces justificatives de la facture payée
qui va retourner au service achats pour classement.
 Vérifier :
La présence de la décharge sur l’ordre de
virement.
La conformité entre le montant de l’ordre et
celui de la lettre.
Les avis de débit ou de crédit sont libellés au nom
du GCT.
 Imputation comptable : un cachet est apposé sur
chaque pièce, on met le comptes mouvementés et les faire
enregistre dans le journal relatif.
 Saisie sur journal auxiliaire.
 Edition d’un état de validation pour vérification.
 Correction des erreurs si elles existent.
 La validation comptable (fin du mois )pour permettre de
déterminé le grand livre, la balance, le bilan et le résultat de
l’exercice.

La Justification
la section justification a un rôle primordial .En effet, elle
permet de détecter les erreurs et par conséquent de minimiser
les risques , elle doit effectuer une comparaison entre la pièce
justificative et les livres comptables dont elle dispose et par la
suite la justification des écarts constatés .Afin d'assurer son
rôle, la section justification a une série des tâches à effectuer .
1. Tenue des journaux auxiliaires :
A)Ventes :

de la Le GCT réalise une série des ventes qui dépendra


essentiellement de son niveau de production .Au sein du GCT ,
c'est la section justification qui est responsable comptabilisation
de ces ventes dont on distingue deux types :
a)Ventes des produits finis :

Le GCT produit plusieurs produits dont on cite l'acide


phosphorique, ammonitrate .Lors de la réalisation de cession de
ces produits c'est la section justification qui va imputer ces
ventes, après leurs facturations par la division shipping, en
débitant le compte de tiers 41101.
b)Ventes diverses:

Vu que le GCT est capable de satisfaire ses besoins


internes en certains types d'énergie tels que eau de mer ,
vapeur, électricité il réalisera alors la vente de l'excédent et en
assurant cette opération la section justification reçoit des usines
des états de facturations qu'elle vérifiera , une note interne ou
externe , un fax ou toute autre pièce écrite pour justifier la
commande ainsi que le bon de livraison .Une fois les états sont
vérifiés, la section justification va appliquer les tarifs de
facturation(mise à jour de la comptabilité analytique du prix).
De plus elle assure l'envoie des factures qui concernent les
clients par le bureau d'ordre ainsi que le suivi du recouvrement
ou règlement des clients.
.B)Cessions:
On distingue deux catégories de cessions:
*Cession inter-unité: Pas de comptabilisation
*Cession inter-région: Il y a comptabilisation suite à
l'établissement d'une note de cession.
A ce niveau la cession s' effectue entre les
régions(Gabès ,Gafsa ,Sfax)suite à une demande établie par
celle qui souffre d'une lacune de stocks dans ces magasins.
Au niveau de la cession inter-région la section justification doit:
-Etablir des notes provisoires pour douane suite à la
réception d'une note interne du service gestion de
stocks ou de la direction des achats à travers le service
formalité.
-Etablir des notes définitives en suivant l'apurement
des provisoires.
-Recevoir les notes émises par les régions cédantes.
-Transmettre les à l'unité donatrice pour prise en
charge.
-Imputer les notes de cession émises et reçues.
-Saisir les imputations et valider.
-Assurer le rapprochement des comptes de
liaison(17&79).

C)Agence maritime:

Elle joue le rôle d'interlocuteur entre le GCT et


l'armateur. Elle envoie à la DRU des factures relatives à des
livraisons des biens ou services réalisés au profit de l'armateur.
Elle se charge de tous les frais qui concernent l'armateur, ses
collaborateurs ainsi que les bateaux durant leurs séjours à
Gabès. L'agence maritime facture ces frais dans un compte
débours puis elle envoie la facture originale à l'armateur alors
qu'une copie sera transmise à la direction financière du GCT
pour imputation et règlement. L'armateur, en recevant la
facture , règle ses dettes envers le GCT en payant la direction
centrale au siège social à Tunis qui va débiter le compte banque
par le crédit au compte 17:compte de liaison inter-région .
A ce stade intervient la section justification qui a pour
rôle:
*Création des codes escales suite à la réception d'un
état d'embarquement navire (un code par escale).
*Réception des comptes débours définitifs établis par
l'agence accompagnés des bordereaux d'envoi.
*Comptabilisation des honoraires agences plus autres
produits facturés par l'agence (PTT, voiture..).
*Edition des fiches tiers par escale.
*Rapprochement des fiches tiers avec chaque compte
débours reçu puis régularisation par OD (voir
annexe);
*Veiller à l'équivalence entre la somme du compte
débours établi par l'agence et le débit du compte tiers.
*Comptabilisation des versements reçus de l'armateur
(transmis par la direction centrale financière);
*Détermination du solde du grand livre de chaque
escale.

D)Paye:

Au niveau de la paye , la section justification doit:


*Editer des journaux auxiliaires spécifiques à la paye par
unité.
*Vérifier les écritures générées automatiquement par
l'application existante dans l'ordinateur et les valider.
*Comparer les états des retenues avec le grand livre
(exemple des retenues : Prêts, frais médicaux, avances,
assurance...).
*Informer le SAF des écarts constatés.
*Etablir les OD nécessaires en collaboration avec le SAF;
*Comptabiliser les changes patronaux à la suite des
déclarations effectuées par la direction administrative

2. Justification des comptes du bilan & gestion:

La section justification est censée , à la fin de chaque mois


et en disposant de tous les états comptables ,de justifier tous les
comptes de bilan (classe1 jusqu'à classe5)et les comptes de
gestion(Classe 6:Charges et classe7:Produits).Pour cela , elle
doit effectuer mensuellement des états de rapprochement
bancaire pour s'assurer que les comptes banques de l'entreprise
sont conformes avec les relevés bancaires.

3. Déclaration fiscale:

A ce niveau , la section justification doit déclarer


mensuellement la TVA à la suite de cette déclaration elle doit
assurer la création d'un dossier fiscal.
4. Edition et archivage des documents comptables:

Une fois , toutes les écritures comptables d'un mois donné


sont validées ,on procède au traitement de la comptabilité et à
l'édition des documents comptables à savoir:
 Le journal général mensuel.
 Le journal général cumulé.
 Les journaux auxiliaires.
 Les balances mensuelles et cumulées.
 Le grand livre.
 Le Bilan détaillé.

La Gestion des
Immobilisations

en cours »et en contrepartie, on crédite le compte 40


« Fournisseurs » et, lorsqu’elle entre en service, on solde le
compte 22 (au crédit) en débitant le compte 21
« Immobilisations ».
Comment savoir si l’immobilisation est mise en service ?
Par le biais de Les principales taches de cette
section sont :
La tenue du journal et fichiers des
immobilisations.
SSuivi et mise à jour de ce fichier.
Lle calcul des amortissements
I. IMPUTATION COMPTABLE :
Les immobilisations sont la partie la plus importante du
patrimoine de la société. Dans le cadre du droit de commerce,
le groupe chimique a instauré un service de gestion des
immobilisations pour le suivi et la mémorisation des biens de la
société dans un fichier suivi par ordinateur.
Les factures parviennent à la section « gestion des
immobilisations » par l’intermédiaire de la comptabilité
générale qui les a imputées. Pour les nouvelles acquisitions, il y
a lieu d’imputer, soit directement dans le compte 21
« Immobilisations » :
21 500 Matériels de transport
21 600 MMB & Matériels
informatiques,
soit dans le compte 22 « Immobilisations en cours » :
22 200 Construction en cours
22 400 Equipement en cours
22 700 AAI en cours
Chaque numéro de compte est composé de cinq chiffres et
sera suivi d’un code composé de quatre chiffres : les deux
premiers pour indiquer la chaîne de fabrication au niveau de
chaque usine et les deux derniers pour indiquer le service
d’affectation.
Lorsque l’immobilisation n’a pas encore été mise en
service, on impute dans le débit du compte 22
« Immobilisations s imprimés reçus de la part du bureau des
méthodes instauré au niveau de chaque usine.
Le bureau des méthodes assure le suivi et le maintien
préventifs des appareils tournants. Tous les travaux de
réparation effectués par l’usine ou par les tiers sont enregistrés
dans un livre appelé « journal des travaux et dépannage ». Ce
bureau tient un fichier technique de tous les appareils
tournants, il assure les mouvements des immobilisations :
entrées, sorties et transferts.
La gestion des immobilisations a instauré des imprimés
pour assurer tous mouvements d’un bien ou d’un équipement
immobilisé. Ces imprimés sont codifiés alphabétiquement (  A,
B, C, D ) .
II. SUIVIE ET MISE A JOUR DES FICHIERS :

En effet, le Bureau de méthode, selon une note de


procédure, informe la section gestion des immobilisations de
tous les mouvements s’effectuant à l’intérieur de l’usine
ainsi que cette note comprend 4 tableaux :
*Tableau A : note d’entrée en immobilisation
*Tableau B : matériel provenant du pool
*Tableau C :retrait ou transfert d’un équipement de
l’installation
*Tableau D : sortie des immobilisations

NB  :Le tableau D est divisé en deux demandes : (Voir annexes)


*Demande de la mise en rebut :D1
*Demande de mise en ferraille ou
cession : D2

Tableau A : note d’entrée en


immobilisation
Ce tableau concerne l’acquisition d’équipements et les
travaux dans le cadre du budget d’investissement et c’est la
DER (direction des études et recherches) qui prépare le budget
d’investissement, elle collecte l’information auprès de services
d’exploitation et après approbation de la DER et du conseil
d’administration, le budget sera présenté au ministère de
l’économie. La DER assure alors l’exécution du projet en
spécificité(qualité et prix) et le suivi de réalisations des tâches
des fournisseurs ainsi que leurs périodicités dans le travail. A
la fin de la réalisation de l’élément acquis la DER émet une
note pour informer le bureau de méthode. Une fois cette note
est reçue, le BM est appelé à émettre le tableau A qui récapitule
toutes les dépenses effectuées pour la réalisation de chaque
projet à savoir :
* Montant d’achat
* Frais d’approche (frais sur achat)
* Travaux réalisés par la société
* Date achèvement ou mise en service.
Au niveau de ce tableau, le BM va défalquer les projets en
nature, pour cela il y a des clés de répartition qui assurent cette
défalcation des immobilisations par nature ,de plus la note
d’entrée reçue par le BM permet d’effectuer un rapprochement
entre la comptabilité et la réalité d’une part et le vidage du
compte 23 dans le compte 22 d’autre part.
Finalement, à partir du tableau A, on détermine la valeur à
immobiliser pour chaque nouveau poste et on prépare les
éléments à la prise en charge.

Tableau B : équipements provenant do pool


1) Définition :
le pool  : c’est l’ensemble de matériels de réserves qui assure
la continuité de fonctionnement des usines et évite d’entraver le
travail au sein des usines .
On distingue alors deux types de pool :
*Pool spécifique : c’est un matériel immobilisé étant
assimilé aux immobilisations donc amorti au même titre que
l’équipement auquel il est destiné.
*Pool non spécifique : c’est un matériel de rechange
inter-chargeable qui a plusieurs destinations. Ce matériel va
être géré par le BM et ne sera immobilisé que lorsqu’il y
aura installation définitive c’est à dire substitution d’un
détérioré et cela soit pour l’amélioration de performance ou
pour le renouvellement des installations et ce pool non
spécifique qui était lors de son achat comme une charge qui
sera vidée en stocks sera constatée comme
immobilisation(compte 2)
Le tableau B nous donne alors une information sur la sortie
définitive du pool et son installation définitive dans l’usine .
DESCRIPTION :
Suite au prélèvement du pool, l’équipement sera alors
installé sur un nouveau poste .Sa valeur d’acquisition sera alors
immobilisée.
Le tableau B récapitule les données suivantes :
*Valeur d’acquisition
*Code et repère de l’appareil
*date de sortie pool ou mise en service

Le tableau B est utilisé lorsque l’équipement prélevé du pool


est destiné à remplacer un autre équipement rebuté.
Tableau C : Retrait ou transfert d’un
équipement de l’installation :

Ce tableau émis par le BM qui connaît en permanence les


mouvements effectués à l’intérieur de l’usine, est établi lorsqu’il
y a transfert d’un équipement c’est à dire changement
d’affectation de l’équipement d’un service à un autre ou d’ une
usine à une autre.De plus ce tableau nous renseigne sur le
retrait d’un élément fonctionnel vers le pool non spécifique et
cela peut être effectué pour deux buts :
 Eliminer un circuit quelconque
 Améliorer la performance du matériel
il comprend les éléments suivants :
 Le code
 La désignation
 Date de transfert
 Nouvelle affectation(service ou pool)
 Nouveau repère

Tableau D :Mise au rebut


Il récapitule les éléments relatifs aux équipements à rebuter
(qui ne sont plus opérationnels et réparables) .
Le tableau D est divisé en deux demandes :
D1 :demande formulée par le service d’exploitation qui
sera complété par le BM et signée par les différents
responsables elle est appelée demande de mise en rebut .A
ce niveau la section gestion des immobilisations demande
une note explicative sur l’état du matériel et cela s’effectue
généralement par un constat physique établi par un
représentant de DRU.
D2 :demande d’une sortie définitive de l’immobilisation
de patrimoine de l’entreprise appelé demande de mise en
ferraille en cas de :
-Ventes /cessions ou transferts
-Incendie ou destruction

III. MISE A JOUR DU JOURNAL ET CALCUL DES


AMORTISSEMENTS 

La création du journal est effectuée le 31 décembre de


chaque année.
Pour la réalisation de cette opération un certain nombre de
documents doit être établi par la section gestion des
immobilisations :

Etat de prise en charge des immobilisations ;


Etat de transposition des immobilisations ;
Etat de sortie des immobilisations ;
Etat de vidage du compte « en cours ».
NB : Les amortissements sont calculés en se basant sur la
méthode linéaire (au prorata temporise )une fois les annuités
d’amortissement sont calculées pour chaque immobilisation ils
seront transmis à la section imputation pour l’établissement des
états de flux de trésorerie.
Comptabilité général
La Trésorerie

La fonction de trésorerie est fondée sur l’ordre de virement


et ce dernier est forme par trois documents :
 Ordre de virement : qui consiste à donner à la banque
l’ordre de virer une somme bien déterminée
 Une lettre d’information : envoyée aux fournisseurs
pour lui informer que l’entreprise a donné un ordre de
virement.
 Certificat d’impôt : consacre à l’état dont lequel est
inscrit les taux enlevés des fournisseurs.
Les taux sont :
15% pour les honoraires payées.
2,5% pour les honoraires payées au personnel moral et
physique.
5% pour les honoraires servis au personnel physique non
soumis a l’IR.
1,5% dans tous les autres cas.
La trésorerie est composée de deux fonctions :
 La première est spécifiée dans les règlements locaux
(fournisseurs locaux).
 La deuxième est spécifiée dans les règlements étrangers
(fournisseurs étrangers ).
Ce service reçoit la facture du service comptabilité pour les
régler.
En plus, il faut tenir compte que la trésorerie ne paye au
comptant sauf dans des cas urgents :
 voyage des personnels pour réunion.
 95% des opérations faites par l’ordre de virement
pour éviter tout effet négatif des autres règlements.
 Commande contrat avec fournisseurs.
 Bon de réception.
Les engagements à payer  :
La saisie sera au niveau de la trésorerie puis il sera
comptabilise avant règlement.
I / REGLEMENTS LOCAUX :
Une fois comptabilisées, les factures seront transmises pour
règlement à la section : ``Règlements locaux ``.

Avant règlement, une vérification de la facture et les documents


annexes est obligatoire pour s’assurer de la conformité de la
facture aux procédures de règlement en vigueur.

Pour les factures à régler, un ordre de virement sera établi


en faveur du fournisseur. Préalablement à l’ordre de virement,
une lettre d’information précisant les factures réglées sera
établie (et envoyée aux fournisseurs), aussi un certificat de
retenu à la source (IRPP) sera établi conformément au montant
de la retenue opérée sur les factures réglées, ce certificat sera
également envoyé aux fournisseurs avec la lettre d’information
pour lui servi apures de la fiscalité.

En général le règlement est fait toujours par un ordre de


virement sauf pour des cas rares tel que : les achats urgents,
indemnité de stage, les factures sous numéro de CCP. Après
avoir été établi et signé, l’ordre de virement sera envoyer à la
banque correspondante, l’originale sera gardée par la banque,
une copie portant la décharge de la banque sera retournée au
G.C.T. Après le transfert des fonds au bénéficiaire la banque
envoie un avis de débit.
L’ordre de virement accompagné par la lettre
d’information, d’une copie du certificat IRPP et de l’avis de
débit sera transmis à la section trésorerie pour confirmer le
règlement et envoyer à son tour l’ordre a la comptabilité pour
comptabiliser le règlement.

En plus des factures fournisseurs, les prêts subvention,


dons, avance aux fournisseurs et des autres engagements seront
saisis au niveau de la section ``règlements locaux`` puis envoyé
à la comptabilité pour comptabilisation puis reçus encore une
fois pour règlement. La procédure de règlement est aussi la
même que pour les factures locales.

II / REGLEMENT ETRANGER :

Les factures sont envoyées par la direction des achats


soit au service trésorerie, soit au service comptabilité selon
leurs modes de règlements .

Exemple :
Mode de règlement service concerné
Virement bancaire comptabilité
Crédit documentaire trésorerie
Remise documentaire trésorerie
Il existe quatre principaux modes de règlement des
fournisseurs étrangers :

1/ Virement bancaire  :
La procédure de règlement par virement bancaire est
similaire à celle relative aux paiements des fournisseurs locaux.
Elle consiste à effectuer le règlement par ordre de virement,
mais il faut obtenir au préalable l’autorisation de la banque
centrale pour le transfert des fonds.
Toute fois, la facture originale visées par la douane est
transmise avec l’ordre de virement à la banque. Après le
contrôle du dossier de règlement, on prépare l’ordre de
virement.
Plusieurs opérations permettent l’aboutissement au
règlement :
 Envoi par le fournisseur de la facture.
 Dédouanement, réception et stockage de la
marchandise par la direction des achats.
 Vérification de la conformité et l’établissement du
rapport de réception.
 Envoi du dossier à la direction financière pour
paiement et apurement.
 Etablissement de l’ordre de virement.
 Envoi du dépôt de l’ordre accompagné des factures
visées par la douane à la banque.
 Transmission du reste du dossier pour
comptabilisation.

2/ Remise documentaire  :

Le règlement par remise documentaire consiste à l’ordre


donné par la société à son banquier de payer son fournisseur
contre l’obtention des documents permettant le dédouanement
de la marchandise.
Les différentes étapes se rapportant à ce mode de règlement
sont les suivants :
 Réception d’une facture pro forma du fournisseur.
 Etablissement du titre d’importation.
 Réception de la banque de l’avis d’arrivée des
documents.
 Etablissement de l’ordre de paiement par le
service approvisionnement, adressé à la trésorerie.
 Envoi de l’ordre de paiement à la banque et d’une
lettre de règlement au fournisseur.
 Réception des documents et vérification de la
facture.
 Dédouanement et réception de la marchandise.
 Ouverture des paquets en présence d’un agent de
la douane pour contrôle de quantité et de qualité sur
la base de la facture qui sera signée par l’agent
douanier.
 Réception du dossier par la comptabilité pour
imputation. Le dossier comprend : la facture visée et
attestée, le bon de réception, le bon de commande.
Le cours de conversion utilisé est le cours mensuel
moyen.
Lors de la réception de l’avis de débit bancaire, le
responsable des règlements étrangers vérifie le
montant de l’ordre de paiement, de la facture
définitive, de l’avis de débit, de la mise à jour des
fichiers comptes de trésorerie, règlement anticipés
et le compte des tiers.
L’avis de débit bancaire est ensuite transmis à la
section comptabilité générale pour mise à jour des
fichiers fournisseurs et enregistrement du
règlement.
 Classement définitif de l’avis de débit bancaire
selon l’ordre des écritures comptables.

3/ Crédit documentaire  :
Article 720 du code de commerce dispose : « Le crédit
documentaire est un crédit ouvert par une banque à la
demande d’un donneur d’ordre en faveur d’un
correspondant de celui-ci et garantie par la possession des
documents représentatifs de la marchandise en cours de
transport ou destinée à être transporter.
Le crédit documentaire est indépendant du contrat de
vente qui peut en former la base et auquel les banques
restent étrangères. »
La procédure de règlement par remise documentaire,
s’applique aussi au crédit documentaire, mais avec certains
particularités.
L’opération de crédit documentaire implique
l’intervention de deux banques : Une banque émettrice de
l’acheteur, et une banque du pays du fournisseur appelée
notificative.
Ainsi lors qu’un contrat de vente prévoyant le paiement
au moyen du crédit documentaire est conclu, l’acheteur
demande à sa banque d’émettre un crédit en faveur du
vendeur. Cette banque émettrice charge une autre banque
située dans le pays du fournisseur de notifier le crédit.
Cette dernière informe le vendeur de l’émission du
crédit, ce qui signifie que cette banque payera, acceptera
ou négociera sans recours contre le vendeur, à condition
que tous les documents soient conformes.
 La direction des achats envoi un dossier à la
direction financière contenant :
 Une demande d’ouverture de crédit.
 Une copie de la commande.
 Une facture pro forma.
 Après vérification et signature par le responsable de
trésorerie et le directeur financier, le dossier sera présenté à
la banque.
 Après quelques jours, la banque confirme
l’ouverture de crédit par un message Swift et nous donne le
n° correspondant.
 Avant la date de validité, le fournisseur doit envoyer
les documents demandés dans la lettre de crédit à la
banque.
 Les documents retirés de la banque sont transmis à
la direction des achats pour dédouanement et enlèvement
de la marchandise.
 A l’échéance, la banque règle le fournisseur et remet
un avis de débit.
 Après réception de la marchandise, la direction des
achats remet à la direction financière la facture prise en
charge, un rapport de réception et deux copies de la facture
visée par la douane.
Ce mode de règlement offre plusieurs avantages tant
à l’acheteur qu’au vendeur :
 Minimiser le risque de non-paiement.
 S’assurer de la conformité de la marchandise.
 Faciliter la remise des documents par
l’intervention des banques.
Possibilité d’avoir un crédit pour pouvoir vendre
la marchandise avant le paiement.
 Le respect le plus strict possible des clauses du
contrat.
N.B  :

Endossement : Le GCT procède à l’endossement du


document de transport dans le cas où les documents ne
seraient pas reçus par la banque alors que la marchandise
est arrivée

Connaissement : c’est un titre de transport qui permet


l’acheminement de la marchandise. Il est indiqué le lieu de
déchargement, poids net, poids brut, destination de la
marchandise. Ce document doit être signé par le capitaine
du navire.

LTA : Lettre de Transport Aérien lorsque la


marchandise est envoyée par avion.
Certificat d’origine : Document délivré par la
chambre de commerce, ce document certifie que la
marchandise est d’origine du pays de provenance.

Certificat de poids : C’est un document établit par une


société de surveillance et qui indique la désignation de la
marchandise, nature d’emballage, nom du navire…

Liste de colisage : Document établit par fournisseur et


qui indique le nombre de colis, poids brut….

4/ Contre remboursement :

1) Réception d’une note de la direction des achats


ordonnant l’établissement d’un chèque en faveur de
M.Le receveur des PTT accompagnées de :
 Un bon de commande comptabilité établie au
nom d’un fournisseur étranger,
 Une déclaration sur l’honneur pour transfert
financier (s’il y a lieu) ;
 Et une fiche d’information(s’il y a lieu).
2) Vérification de :
 L’exhaustivité des documents constitutifs du
dossier ;
 Conformité entre la fiche d’information /la
note et le BC ;
 Existence des signatures des personnes
habilitées.

3) Transmission du dossier au responsable suivi au


responsable suivi des engagements du service de
comptabilité pour constatation de l’engagement puis
retour.
4) Vérification de l’existence du cachet d’engagement et
du N°composteur sur la note.
5) Etablissement du cheque et de la lettre d’émission du
chèque.
6) Signature du cheque et de la lettre d’émission du
cheque par les personnes habilitées.
7) Saisie du paiement sur l’application de trésorerie
(fenêtre avance aux fournisseurs).
8) Remise du chèque, de la fiche d’information et de la
lettre d’émission de cheque au service formalités contre
décharge sur une copie de la LEC.
9) Classement d’une copie du dossier pour suivi et
apurement.
10) Transmission à la comptabilité de :
*Une copie de la LEC (lettre d’accompagnement)portant décharge d’un
responsable du service formalités ;
*BC comptabilité ;
*La note de la direction des achats ;
*Une copie de fiche d’information signée par le DF ;

*Une copie de la déclaration sur l’honneur pour transfert financier signé par
le directeur financier.
Comptabilité
analytique
PRESENTATION DES USINES ET DES PRODUITS :

Il est évident que la CAE soit en étroite liaison


avec les usines et les chaînes de production pour
qu’elle réalise convenablement les tâches qui lui
sont attribues. Il faut donc une parfaite
connaissance des moindres détails concernant les
approvisionnements, la fabrication des produits.
Le G.C.T région de Gabès comprend 3 usines.

1.L’usine Acide Phosphorique : Cette usine fabrique :

 L’acide sulfurique (H2SO4)

 L’acide phosphorique (P2O5) 54% et28%.

 Phosphate bi calcique (DCP).


Elle consomme comme matière première :

 Le phosphate.

 Le souffre.

 Le calcaire.

LA COMPTABILITE ANALYTIQUE :

La comptabilité analytique se présente comme méthode d’analyse et de


contrôle des coûts.
Elle effectue un certain nombre de traitements sur l’information comptable
élémentaire :
Regroupement, reclassement, ventilation, abonnement etc.... dans le but de mener
des analyses multidimensionnelles (rentabilité des produits, contrôle des centres
d’activité, préparation des décisions).
CALCUL DU COUT DES PRODUITS :

Le calcul du coût des produits ou du prix de revient est sans conteste le plus
ancien des raisons d’être de la comptabilité analytique. Plusieurs raisons expliquent
cette vocation :

 La direction de l’entreprise cherche à contrôler l’évolution des coûts de chaque


produit, a apprécié les économies d’échelle qu’entraîne l’augmentation des
productions et a mesuré les gains de productivité.

 Le coût des produits est un paramètre de l’orientation de la stratégie commerciale,


de la fixation des prix de ventes, de l’établissement des devis etc...

 Enfin la connaissance du coût des produits en cours de fabrication ou finis est


indispensable a l’élaboration du bilan puisqu’elle permet d’évaluer les stocks.

CONTROLE DES COUTS DES CENTRES D’ACTIVITES :


Le contrôle du coût des centres d’activités est facilite par l’utilisation des
standards, c a d, des normes préétablies permettant d’une part de planifier l’activité
(en quantité et en valeur) et d’autre part, d’effectuer des comparaisons avec les
résultats effectivement obtenus.

PRERARATION DES DECISIONS :

L’ultime objectif de la comptabilité analytique est la préparation des décisions.


Cette mission est tournée vers l’action car les décisions ne sont jamais rétroactives,
elle doit donc quitter l’habituel domaine de la comptabilité, celui du reportage pour
entrer dans celui de l’anticipation.

A cet égard, la comptabilité analytique fournit au gestionnaire l’information


dont il besoin, et sous une forme a la fois claire et facile d’accès.

LES SECTIONS HOMOGENES :


Les grandes fonctions de l’entreprise sont généralement reparties en centre
d’activité accomplissant un travail détermine, ce sont des unités de travail distinctes.
Chaque unité ou centre d’activité présente les caractères suivants :
 Le centre d’activité est un groupement de frais.
 Il est place sous une même autorité responsable.
Son activité peut être ramenée à une de mesure dite unité d’œuvre (production,
volume de vente, temps de travail).
De tels centres d’activité constituent des sections homogènes. Elle apparaît ainsi
comme un moyen de contrôle de gestion en regroupant les charges d’exploitation
sous l’autorité d’un même responsable.

LE CONTROLE DES CONDITIONS INTERNES DE L 'EXPLOITATION  :


Coût et prix de revient réels coût et prix de revient standards :
Coût et prix de revient réels : toutes les charges incorporables sont affectes aux
coûts et aux prix de revient. Ces coûts et prix de revient sont établis a posteriori, ad,
lorsque sont connues toutes les charges de l’entreprise.
Coût et prix de revient standards : l’un des objectifs de la comptabilité analytique
est de permettre l’examen des conditions internes de l’exploitation par la comparaison
des charges a des prévisions ou a des normes préétablies, l’analyse des écarts et la
recherche de leurs causes.
Description des taches :
Les principales tâches du service comptabilité analytique sont les suivants :
 Elaboration des prix de revient :
 Prix de revient mensuel.
 Prix de revient annuel.
 Prix de revient prévisionnel
 Prix de revient probable.
 Elaboration du tableau de bord
 Préparation des rapports d’inventaire et valorisation des stocks et
analyse des achats et des ventes :
 Suivi mensuel des achats utilise (gaz, électricité, eau).
 Suivi des frais de chargement et de déchargement.
 Calcul mensuel des prix de facturation des utilités aux tiers.
 Suivi mensuel des frais du personnel.
 Suivi journalier des données techniques.
 Rapprochement de la comptabilité générale avec la comptabilité
analytique.
 Détermination des éléments de valorisation des stocks.
 Participation a l’élaboration et au suivi des budgets.
 Détermination des résultats analytiques.
 Statistiques et études.
D’une manière générale, la CAE doit fournir tous les éléments de nature à éclairer les
prises de décisions.
Elle apporte, son concours dans l’application des méthodes mathématiques telles que
la recherche opérationnelle.
Les dispositions de la CAE sont constitues par un éventail de la solution entre
lesquelles la société doit opérer des choix et des combinaisons en fonction de ses
particularités….

GCT:Groupe Chimique Tunisien.

CPG:Compagnie Phosphate Gafsa.

SIAPE:Société Industrielle d’Acide Phosphorique et des Engrais.

SAEPA:Société Arabe des Engrais, Phosphates et Azotes.

SER:Service Expédition Réception.

DCF:Direction Commerciale et Financière.

DGC:Direction Générale Commerciale.

DVL:Direction des Ventes Locales.

SAF:Service Administratif et Financier.

OMMP:Office de la Marine Marchande et des Ports .


BOC:Bureau d’Ordre Centrale.

SINDA:Système Informatique Douanier Automatique.

EUR1:Certificat de circulation des marchandises.

DAP: Di-Ammonium Phosphate.

TSP: Triple Super Phosphate.

DCP: Dicalcium Phosphate .

STEC:Société Tunisienne des Engrais Chimique

J’ai essayé lors de mon passage entre les différentes


sections de la division « shipping » et dans les services de la direction
financière de faire une conclusion ressortant les points majeurs de
mon rapport et à raison de la diversité des activités et la spécificité
des tâches il est difficile de regrouper cette conclusion dans un seul
document. Mais j’ai essayé à mettre l’accent sur l’activité du
personnel, les relations entre eux.

Tout d’abord il faut signaler que le GCT occupe une place


importante dans l’économie Tunisienne, il absorbe presque la
majorité de la main d’œuvre de la région. Il est aujourd’hui une école
de formation incomparable de plus le progrès de son activité qui a
touché tous les domaines autres que l’industrie.

Notant bien qu’à travers mon stage, j’ai remarqué qu’il existe
des relations confiantes avec la direction et agréables entre le
personnel, les travailleurs étaient devenus une équipe homogène avec
ses propres objectifs, sa propre solidarité et ils ont l’idée que lorsque
la participation, la coopération et la discution s’établissent les
conditions matérielles et l’effort physique ont peu d’importance.
Les efforts conjugués aux investissements ont amélioré les
recherches de développement et ont permis la modernisation des
équipements, l’adaptation à la technique récente et par conséquent
l’augmentation du rendement et l’amélioration des quantité produits.

Remerciements
Introduction .....................................................................................
. 02

►DIVISION SHIPPING :
Chapitre1: Historique du GCT………………………….03
« GCT- GABES »…………………………….04
Chapitre2: Présentation de la division shipping :
-1 Mission………………………………05
-2 Attribution..…………..……………..05
-3 Section Export………………………07
-4 Section Import.......................... …..11
-5 Section des Ventes locales.......…14
-6 Section de Formalité douanière..16
-7 Section du prestation....................20
►DIRECTION FINANCIERE :
■ comptabilitè financière
-bureau de suivi des factures
- imputation comptabilité des achats
- justification
- immobilisations

■comptabilité général

- tresorerie
- régléments étrangeres
- régléments locaux

■comptabilité analytique

Comptabilitè financière
Vocabulaire…………………………………………………23
Conclusion....................................................................…24
Organigramme……………………………………………..25
Annexes
A mes parents bien aimés, pour l’amour qu’il me portent, et
les sacrifices qu’ils consentent pour ma réussite ; j’ai fait ce travail en
espérant qu’ils trouvent ici le témoignage de ma reconnaissance et
que dieu leurs préserve l’honneur et la santé .

A mes frères et mes sœurs bien aimés et mes amis et tous ceux
qui m’ont aidés qu’ils trouvent ici l’expression de mon amour et ma
gratitude


Kchini Samira

 