Vous êtes sur la page 1sur 10

F- PREDIMENSIONNENEMT ET CALCUL DE L’ESCALIER

L’escalier est un élément d’ouvrage permettant de passer à pied d’un niveau de bâtiment à
un autre. L’escalier est composé d’une succession régulière des plans horizontaux consistant
en de marches et des paliers.
Ces ouvrages peuvent être en acier, en bois, mais généralement en béton armé. Les escaliers
représentent les voies d’évacuation en cas d’incendie. L’avantage des escaliers en béton
armé est la faculté de les construire sous des formes très nombreuses qui permettent de les
adapter à toutes les dispositions.

Figure 1 : Détails de l’escalier

Source : PFE 2017


 Le modèle de l’escalier étudié

On va s’intéresser à un escalier extérieur à deux volées droites. Le calcul du ferraillage est


conduit vis-à-vis de la flexion simple à la fois à l’ELU. La volée d’escalier calculée sera
considérée comme étant une poutre rectangulaire de largeur unité sur deux appuis simples.
Figure 2 : Schéma simplifié de la volée de l’escalier (une poutre rectangulaire)

Source : PFE 2017


1. Pré-dimensionnement de l’escalier
Dans le cadre de notre projet, il s’agit d’un escalier intérieur comportant deux volées non
identiques. A l’aide du plan de l’étage, il en ressort les caractéristiques suivantes :
Données :
 Hauteur à franchir hf = 4,80 m
 Emmarchement E = 1,40 m
 Hauteur des marches hm = 17 cm
 Largeur du palier de repos : l = 1,50 m

a) Calcul du nombre de marches


hf
N =hm

480
N = 17

N = 28,24
Nous aurons donc 28 marches.
b) Calcul du giron
La relation de BLONDEL permet de calculer le giron del’escalier comme suit :
60 ≤ 2h m+ g ≤ 6 4

60−2 hm ≤ g ≤ 64−2h m

60−34 ≤ g ≤ 6 4−34
26 ≤ g ≤ 30
Nous prenons alors, g=30 cm.
c) Calcul de l’angle de la paillasse α
hm
tan α=
g

−1 hm
α =tan ( )
g

α =tan−1 ¿
α =29,54 °
d) La longueur de la volée + le palier de repos 
15 ×0,30
l= +1,00
cos α
l=6,17 m

e) Epaisseur de la paillasse
L’épaisseur de la paillasse est donnée par la relation :
l l
< ép<
30 25
617 617
< ép<
30 25
20,57< ép<24,68
Nous optons pour ép=20 cm.

2. Descentes de charges

a) Charges permanentes
Surcharges d’exploitation : 4 KN /m²

 Charges permanentes

 Sur la paillasse
TableauXX : descente de charges sur la paillasse

MATERIAUX POIDS SURFACIQUE (KN/m2)


ρb× ep 25× 0,20
Poids propre =5,7 5
cos α cos(29,53)
ρb × h 25 × 0,17
Marches =1,8 4
2cos α 2cos (29,53)
Revêtement sur les marches (carrelage grès 0,60
cérame)
Enduit sous paillasse 0,33
Chape au mortier de ciment 0,66
G1 = 9,18
Source PFE

 Sur le palier de repos


TableauXX : descente de charges sur le palier de repos

MATERIAUX POIDS SURFACIQUE (KN/m2)


Poids propre ρb ×ep 25 ×0,20=5
Carrelage grès cérame y compris mortier de 0,60
pose
Chape au mortier de ciment 0,66
Enduit sous plancher 0,33
G2 = 6,59
Source PFE
b) Charges d’exploitations
Les charges d’exploitation ou surcharges sont celles qui résultent de l’usage des locaux.
Elles correspondent au mobilier, au matériel, aux matières en dépôt et aux personnes pour
un mode normal d’occupation.

Escalier : 2,5 KN/m2


TableauXX : Récapitulatif des charges sur l’escalier

Charges permanentes KN /m² Charges d’exploitations KN /m²


paillasse 9,18 2,5
palier de repos 6,59
Source PFE
3. Combinaisons d’actions

a) Pour la paillasse

 ELU
Pu1 = 1,35G + 1,5Q
Pu1= 1,35x9,18+ 1,5x2, 5
Pu1= 16,14 KN/m
 ELS
Pser1 = G + Q
Pser1 = 9,18+ 2,5
Pser1 = 11,68 KN/m

b) Pour le palier de repos

 ELU

Pu2 = 1,35G + 1,5Q


Pu2 = 1,35x6,59+ 1,5x2, 5
Pu2= 12,65 KN/m
 ELS
Pser2 = G + Q
Pser2 = 6,59+ 2,5
Pser2 = 9,09 KN/m
4. Calcul du moment
Etant donné que les charges sont maximales au niveau de la paillasse, nous les utiliserons
pour le dimensionnement de tout l’escalier.
a) ELU

Pu x L2
Mu =
8

16,14 x 4,80 2
Mu =
8

Mu = 46,48 KN.m
b) ELS

Pser x L2
Mser =
8

11,68 x 4,802
Mser =
8

Mser = 33,64 KN.m


5. Dimensionnement a l’ELU
a) Armatures principales (Ax)
Le calcul des armatures principales s’effectue à la flexion simple comme pour les poutres, en
prenant comme largeur b = 1 m.
Données
 fc28 = 25 MPa

 p = 20 cm, b = 100 cm
e

 = 14,17 MPa, fbser = 15 MPa 


fbu

 = 400 MPa et fsu = 347,83 MPa 


fe

Fissuration peu préjudiciable 

 Enrobage : e = 2 cm

 Mu = 35,57 KN.m

 Calcul de dx
dx = 0,95.ep – e
dx = 0,95x20– 2
dx = 17 cm
 Calcul de μ
Mu
μ=
b . d 2 . f bu
16,14
μ=
1 x 0,17 2 x 14,17 x 103
μ=0,039
on a bien :μr (HA 400)=0 , 392 > µ, on est donc au pivot A.

 Calcul de α
α = 1,25 (1-√ 1−2 μ ¿

α = 1,25 (1-√ 1−2 ( 0,039 )


α= 0,050

 Calcul de Z
Z = d (1 – 0,4α )
Z = 35 (1 – 0,4 x 0,050)
Z = 16,66 cm
 Calcul de la section des aciers tendus
Mu
AX=
Z . f su

16,14 x 10 3
AX=
16,66 x 347,83
A X =2,79 cm ²

Choix de la section d’aciers : Nous choisissons 3HA12 de section réelle A st =3,39 cm ².


Les aciers seront espacés de 17 cm.
 Vérification de la condition de non-fragilité

f tj
A SCNF =0,23. b . d .
fe
2,1
A SCNF =0 , 23 x 100 x 17 x
400
A SCNF =2 , 05 cm²

A st > A SCNF  

Conclusion : La condition de non fragilité est satisfaite. 


6. Armatures secondaires (Ay)
Il s’agit des aciers de répartition. La section Ay est donnée par :
AX
AY =
4
3,39
AY =
4

AY =0,85 c m2 /m soitdes aciers 2HA8 de section réelle 1,01 cm2 espaces de 20 cm.

7. Armatures sur appuis (Aa)


Dans la détermination des armatures supérieures au niveau des appuis, on utilise le moment
suivant : Ma = 0,15Mu.
Soit : Ma = 0,15 x 16,14 = 2,42 kN.m.
Données
 fc28 = 25 MPa

 p = 20 cm, b = 100 cm
e

 = 14,17 MPa, fbser = 15 MPa 


fbu

 = 400 MPa et fsu = 347,83 MPa 


fe


Fissuration peu préjudiciable 

 Enrobage : e = 2 cm

 Mu = 2,42 KN.m
 Calcul de μ
Ma
μ=
b . d 2 . f bu
2,42
μ=
1 x 0,17 x 14,17 x 103
2

μ=0 , 05 9
on a bien :μr (HA 400)=0,392 > µ, on est donc au pivot A.

 Calcul de α
α = 1,25 (1-√ 1−2 μ ¿

α = 1,25 (1-√ 1−2 ( 0,059 )


α= 0,076

 Calcul de Z
Z = d (1 – 0,4α )
Z = 35 (1 – 0,4 x 0,076)
Z = 16,48 cm
 Calcul de la section des aciers tendus
Ma
Aa =
Z . f su

2,42 x 103
Aa =
16,66 x 347,83
Aa =0,42 cm²

Constat
Aa < A SCNF  

Conclusion : On prendra donc la section donnée par la condition de non fragilité pour
déterminer les armatures supérieures : ASCNF = 2,05 cm2.
On choisit de mettre des aciers 5HA8 de section réelle Aa =¿2,51 cm2 espacés de 20 cm.
8. Armatures transversales
Les escaliers ont une grande largeur en comparaison aux poutres, les contraintes de
cisaillement sont donc très faibles et dans la plupart des cas, les armatures transversales ne
sont pas nécessaires. Pour cela, il faut vérifier que :
0,07. f cj
τu ≤
γb
Considérons une charge absolue Pu agissant sur toute la poutre.
Pu = Pu1 + Pu2
Pu = 16,14 + 12,65
Pu = 28,79 kN/ml
Ainsi, la contrainte conventionnelle de cisaillement τ u est donnée par:
Pu . L
τu=
2b.d
28,79 × 4,80
τu= . 10−3
2 ×1,00 × 0,17
τ u =0 , 41 MPa.

0,07. f cj 0,07 ×25


Or: = =1,17 MPa .
γb 1,5
0,07. f cj
Constat: τ u ≤
γb

Conclusion : Il n’est donc pas nécessaire de disposer d’armatures transversales.


9. Dispositions constructives
On vérifie les espacements des aciers en calculant les espacements maximaux ex et ey.

 e x ≤ min {3. ep ; 33 cm }
e x ≤ min {3 × 20; 33 cm }
e x ≤33 cm .
 e y ≤ min { 4. ep ; 45 cm }
e y ≤ min { 4 ×20 ; 45 cm }
e y ≤ 45 cm.

Les espacements sont donc respectés, car dans le calcul des armatures, les espacements
choisis (17-20-20 cm) sont inférieurs ou égaux à ex et ey.
10. Plan de ferraillage de l’escalier