Vous êtes sur la page 1sur 9

TRAVAUX

MARITIMES
10/02/2019 Esquisse

Réaliser par :
✓ BOULEBNANE Mohamed Aimen
✓ BOUAB Mustapha
✓ ALLALOU Rania

Travaux maritimes
ESQUISSE
Travaux maritimes

Sommaire :

I. Introduction
II. Brève histoire sur les ports
III. Lexique
IV. Présentation du projet
V. Etude d’aménagement
VI. Etude de plan de masse
VII. Dimensionnement de la jetée
VIII. Conclusion

Page 1
Travaux maritimes

Introduction
« La pression anthropique sur le littoral ne cesse de croître. Aujourd’hui, 12 % de la population vit sur le
littoral, soit sur 4 % du territoire métropolitain. La pression dans les territoires insulaires de l’outre-mer est
encore plus marquée. » Extrait du Livre Bleu du Grenelle de la Mer.
Une meilleure prise en compte de l'environnement par les nouveaux aménagements côtiers et littoraux est
donc une nécessité.

Brève histoire sur les ports

Antiquité Du Moyen Âge à l’époque contemporaine

XXe siècle

Page 2
Travaux maritimes

Lexique :
Port = Un port est une infrastructure construite par l'homme, située sur le littoral maritime, sur les berges
d'un lac ou sur un cours d'eau, et destinée à accueillir des bateaux et navires. D'autre part il existe des
ports à sec installés en sus ou non d'un port maritime ou fluvial comme stationnement portuaire relié à une
infrastructure à terre permettant un stockage de petites unités, comme des voiliers, ainsi que des transferts
vers des réseaux ferroviaires et routiers.
Un port sera protégé par une ou plusieurs digues ou môles. Il pourra être composé de plusieurs darses,
de parties isolées par des écluses de cales sèches ou flottantes. Il peut nécessiter des dragages afin
d'entretenir une profondeur suffisante. Le port lui-même est aménagé avec des jetées, des quais, des
pontons.
Une digue est un remblai longitudinal
Une darse est un bassin rectangulaire destiné principalement à l'accostage des cargos
Une écluse est un ouvrage d'art hydraulique
Dragage= l'opération qui consiste à extraire les matériaux situés sur le fond d'un plan d'eau.
La jetée est une structure rigide construite, s'avançant dans la mer, un lac ou un fleuve.

Présentation du projet
Compte tenu des richesses halieutiques de la zone de pêche de MADAGH ainsi que la Volonté des
autorités pour le développement économique de la région, le Ministère des Travaux Publics par
l’intermédiaire de la Direction des Travaux Publics de la wilaya de AIN TEMOUCHENT a confié au
Laboratoire d’Etudes Maritimes l’étude d’un l’abri de pêche à MADAGH.

Etude d’aménagement
1) Détermination des houles extrêmes au large :

Page 3
Travaux maritimes

2) Variantes d’aménagements
• Nombre et taille des embarcations :

Type Longueur Largeur Tirant d’eau Nombre

Petits métiers 5à9m 3à5m 0.5 à 1.5 m 100

Pour notre cas, la profondeur minimale à respecter au pied des quais est de - 2.50 m NGA.
3) Schéma d’aménagement :
Un abri de pêche pour petits métiers comprend 03 zones distinctes :

Une zone d’amarrage Une zone de réparation Zone diverse

Pour chacune de ces zones, il convient de prévoir des quais et terre-pleins distincts.
Zone d’amarrage :

• Linéaire de Quai ou appontement nécessaire pour l’amarrage


Il est retenu un amarrage en perpendiculaire selon les différents types d’embarcations.
Le linéaire nécessaire pour l’amarrage est de : 400ml

• Linéaire pour la brigade maritime :


Il est retenu un post de 40 ml pour les besoins de la brigade maritime.

• Linéaire pour l’avitaillement :


Il est retenu un post de 40 ml pour les besoins d’avitaillement en fuel.

• Besoins en surfaces sur les terre-pleins :

- Evaluation de la production en poisson


Selon les ratios de rendements retenus pour les petits métiers, la production annuelle est estimée à 10 t/an.
L’évaluation de la production annuelle est donc :100 x 10 = 1000 T
- Halle de vente/entrepôt frigorifique/fabrique de glace
Le tonnage annuel à débarquer est de 1000t, le nombre de sorties par an est estimé à 200, soit une
moyenne de 5 t de poisson par jour. Afin de tenir compte des prises de pointe, on considère deux (02) fois
la prise journalière soit 2 x 5 = 10 t.
Sur la base d’un ratio de 0.10 t /m², le besoin en surface pour la halle de vente est de 100 m² et 60 m²
pour la surface de l’entrepôt frigorifique. Le total en surface est de 160 m² environ.
Fabrique de glace : Les besoins en quantité de glace sont basés sur les ratios suivants :
Poisson bleu : 0.5 t/j par tonne de poisson

Page 4
Travaux maritimes

La quantité de glace à fabriquer est de 10 t/j, en tenant compte des imprévues on aura donc 15t/j. Une
surface de 60 m² est réservée pour la fabrique de glace.

Zone de réparation et entretien :

• Surface des terre-pleins pour la réparation


our la mise à sec des petits métiers, il est prévu une cale de halage. La surface préconisée permet la mise
à sec des 2/3 des embarcations de pêche, soit environ 67 petits métiers. Sur la base de 40 m² par unité,
le besoin en surface de terre-pleins est de 67 x 40 = 2680 m².

• Rangement d’outillages et d’accessoires


Compte tenu de la demande exprimée la surface minimale retenue est la suivante :
Petit métier :12 m² /unité. La superficie totale des cases pêcheurs est de : 100x 12 = 1200 m²

Zone diverse :

• Alimentation en énergie
Une surface de 100 m² a été prévue pour la station d’avitaillement en carburant (NAFTAL). Cette station
est située à 10 m de la magistrale du quai d’avitaillement.

• Bâtiment administratif
Une surface pour le bloc administratif est prévue au port estimé à 150 m².

• Surface parking
Une réservation de 25 m² est assurée à chaque véhicule ; sur la base d’un véhicule par embarcation au
minimum, la surface totale à réserver est de :100 x 25 = 2 500 m²

• Protection civile/brigade maritime et douane


En ce qui concerne les surfaces réservées pour le poste de police, la protection civile, la brigade maritime
et la douane, il faut prévoir une surface d’environ 800 m².

Etude de plan de masse


Profondeur de chenal d’accès (p) 1.3 Te (tirant d’eau)
Largeur de chenal d’accès (W) 4*B (largeur de navire)
Cercle d’évitage (D) 1.5L<D<2L (L : longueur de navire de projet)
Distance d’arrêt (DA) 2à 5 L

Page 5
Travaux maritimes

Dimensionnement de la jetée
• Houle de dimensionnement :
Pour un ouvrage de défense des côtes, et tout ouvrage en eau peu profonde, la hauteur de la
houle déterminante (Hb) est bien souvent celle qui correspond à la hauteur de la plus grande
lame déferlante devant atteindre l’ouvrage.
Hb est déterminer par :
Le rapport Hb/hs = 0.78, La hauteur d’eau hs au pied Un modèle numérique (Swan
critère de déferlement en de l’ouvrage et de la pente par ex.) qui permet
eau peu profonde de pente m de la plage donnés sur d’obtenir la grandeur des
uniforme. l’abaque de WEGGEL ou houles à la cote à partir des
de GODA houles du large.

• Détermination des paramètres de la structure :


✓ Poids des blocs de la carapace :

Avec :
H : Hauteur caractéristique de la houle
Dn50 : Longueur caractéristique d'un bloc (typiquement un côté d'un cube
régulier)
M50 : Masse moyenne d'un bloc (M50= ρSxDn503)
ρS : Masse volumique d'un bloc
ρw : Masse volumique de l'eau
Δ :
α : Pente du talus
KD : Coefficient de stabilité d’Hudson

NB : La tenue de l'ouvrage devra être validée en phase projet par des essais en modèle réduit physique
en bassin à houle.

✓ Epaisseur de la carapace :

E = n KΔ (W/ ρS) 1/3


Avec :
W50 : poids médian de l’enrochement de la carapace en tonne (T) ;

ρS : masse volumique des enrochements:

Enrochements naturels = 2,65 t/ m3 blocs de béton = 2.40 t/m3

KΔ : coefficient de couche :

1.02 our les blocs de béton BCR 1.15 pour les enrochements naturels
n : nombre de couche=2.

Page 6
Travaux maritimes

✓ Poids des filtres :

Sous-couches pour les carapaces en Sous-couches pour les carapaces en


enrochements naturels enrochements artificiels
M50F= M50c/15 à M50c/10 M50 F (kg), doit être d’environ 1/10 de
la masse du bloc artificiel.

✓ Calcul du Run-up de la houle :


En utilisant la formule du C.E.R.C
Nb : Ces valeurs ne doivent servir qu’à des estimations préliminaires, il est recommandé de
procéder à une modélisation physique compte tenu des exigences strictes en matière de franchissement.

✓ Cote d’arase et largeur de crête :


Compte tenu de l’estimation préliminaire du Run-up de la houle, et pour une raison esthétique imposant la
limitation du niveau d’arase de l’ouvrage, on peut retenir une cote d’arase ne dépassant pas les + 4.50 m
NGA.

✓ Enrochements du talus arrière (ouvrage peu franchi) :


Le graphe permet l’estimation moyenne de la réduction de la taille du matériau du talus arrière d’un
ouvrage par rapport à celle du matériau du talus côté mer (Rock manuel).

✓ Butée de pied et protection anti-affouillement :

Avec :

Δ :

D50%, dimension médiane d'un bloc


Nod=2, dommage admissible (dégâts mineur)
hb= profondeur à laquelle se situe la butée, la digue faisant environ.

✓ Dispositions particulières
Pour limiter la cote d'arase, il faut chercher à dissiper un maximum d'énergie avant d'arriver sur le
couronnement, afin d'abaisser la hauteur des vagues qui sont susceptibles de franchir l'ouvrage. Pour cela,
on peut élargir l'ouvrage et ou augmenter la valeur de cotδ.

Pour se prémunir des affouillements, on peut tout d'abord ensouiller la partie inférieure de la carapace.
On peut également installer une pédale anti-affouillement, afin que la butée de pied, ensouillée, ne bouge
pas. Enfin, on peut mettre en place des enrochements, comblant l'affouillement prévisible.

Page 7
Travaux maritimes

Conclusion :
Aménagement des travaux maritimes deviens de plus en plus trop demander.
Aménagent à des impacts négatifs et positives.
Dimensionnement de la jetée est indispensable pour un projet maritime.

Annexes :
➢ Cours travaux maritimes ENSTP
➢ Donnés Madagh
➢ TRAVAUX DE PROTECTION ET D’AMENAGEMENT DE LA BANDE COTIERE (PROMENADE ET PLAGE
DE LA BAIE D’ALGER)
SITE LES SABLETTES
-1ère tranche-( LEM)

Page 8