Vous êtes sur la page 1sur 56

ŒUVRE CIBLÉE : LE DERNIER JOUR D’UN CONDAMNÉ, 1829, VICTOR HUGO.

EDITION : FOLIO CLASSIQUE

Liminaire :
Le Dernier jour d’un condamné de Victor Hugo, est un roman à thèse proposé aux
élèves de la 1ère année du baccalauréat comme dernier module qui clôt le programme de
l’année.

En effet, ces élèves sont appelés à l’étudier, l’analyser dans la mesure du possible, le
fouiller et le comprendre, non seulement pour passer l’examen mais pour déceler
l’objectif visé par l’auteur. Ils sont donc, appelés à le déguster en tirant des leçons de
morale et des notions qui pourront les servir au cours de leur vie.

Certes, le profil de nos apprenants n’est pas assez préparé pour ce genre d’œuvre, mais
avec l’explication et l’aide du professeur, ils seront capables de la déchiffrer en
plongeant dans l’univers de l’auteur.

Ainsi s’annoncera l’axe sur lequel portera le travail et autour duquel seront articulées
toutes les activités du module : « Le dernier jour d’un condamné : plaidoyer pour l’abolition de la peine de mort et
appel à l’instauration et le respect des droits de l’Homme ».

Il s’agit d’un autre côté de faire comprendre aux élèves que cette littérature rentre dans le cadre de l’écriture engagée
où l’auteur défend une cause.
Dans cette même perspective nos objectifs seront :
♣ La lecture méthodique d’une œuvre intégrale.
♣ L’identification des caractéristiques d’un roman à thèse.

En ce qui concerne le développement des compétences chez les apprenants, nous viserons :
L’étude et l’identification des outils linguistiques et sémantiques mis en œuvre pour dénoncer un fait dans un
roman à thèse.
Le repérage et l’analyse de certaines notions :
→ Le réquisitoire.
→ La polémique.
→ Le blâme.
→ La dimension tragique de l’œuvre.
Macro-
Macro-compétence
compétence : Lire méthodiquement et intégralement le roman à thèse de Victor Hugo, Le Dernier jour
d’un condamné, en décelant ses caractéristiques et ses procédés d’écriture.

Problématique : Le Dernier jour d’un condamné, un plaidoyer contre la peine capitale, un roman à thèse ou la
synthèse des deux ?

Séquence n° 1 :
A.orales et T.encadrés : A-Fiche de lecture.
B-Définitions : *Qu’est-ce qu’un roman à thèse ?
*Qu’est-ce que la littérature engagée ? Donnez-en quelques formes.

Lect.méthodique : Extrait de la préface de 1832 :


De : « Il n’y avait… à : … chez le bourreau. » pp 143-144.

A.Langue : Les liens logiques.

A.P.E :
Sujet : produire un texte argumentatif en insistant sur le rôle important des liens logiques.

Lect.méthodique : Extrait 1, chapitre l pp 39-40.

A.Langue : Les différentes formes d’arguments.

A.orales :
Exposé autour de la peine de mort (historique, moyens utilisés).

A.P.E :
Sujet : produire un monologue.

Séquence n° 2 :
Lect.méthodique : Extrait 2, chapitre VIII pp 54-55.

A.Langue : Les types de raisonnement.

A.orales :
Exposé :
Sujet : La réinsertion des prisonniers au Maroc :
Documentaire.
Remarques. Ce qu’on dit.
débat Ce qu’on voit, ce qu’on a…
Ce qu’on veut, ce qu’on souhaite…
A.P.E :
Sujet : rédiger un réquisitoire contre l’exploitation des enfants.

Lect.méthodique : Extrait 3 : chapitre XV pp 74-75.

A.Langue :
Quelques figures de style (suite) :
L’atténuation : *l’euphémisme.
*la litote.
L’ironie.
A.P.E :
Sujet : rédiger une polémique pour ou contre l’euthanasie.
Séquence n° 3 :
Lect.méthodique : Extrait 4 : chapitre XLVlll pp 131-132.
De : « De l’hôtel de ville… à … a répondu l’autre »

A.Langue : La question rhétorique.

A.orales :
Exposé : Les droits de l’homme.

A.P.E :
Sujet : produire un texte narratif descriptif.

Lect.méthodique : Extrait 5 : chapitre XLlX pp 139-140

A.Langue : Les registres littéraires : pathétiques, tragiques…

A.orales : choisir un poème engagé.

A.P.E :
Sujet : choisir entre un plaidoyer et un pastiche à l’instar du poème vu en activité orale.

Bilan de l’étude :
Les moments forts dans l’œuvre.
Correction des exercices.
Entrainement à la production écrite argumentative.
Niveau : 1ère année bac
Séance : activités orales.
Durée : 2heures.
Axes : 1-
1-fiche de lecture.
2-Déf : *Qu’est-
*Qu’est-ce qu’un roman à thèse ?
*Qu’est-
*Qu’est-ce que la littérature
littérature engagée ? Donnez-
Donnez-en quelques formes.

Compétences ciblées : Amener l’élève à :


Effectuer des recherches pour informer et s’informer.
Exposer des informations relatives à l’œuvre en question.
Emettre des hypothèses à partir des recherches exposées.

A-Fiche de lecture d'une œuvre intégrale


(À titre indicatif)
Fiche 1 : le paratexte.

1. Titre de l'œuvre: ........................................


2. Nom de l'auteur :........................................
3. Edition / collection : ...................................
4. Année de parution : ..................................

1. Le titre de l'œuvre renvoie à un/une:


Lieu :……………………
Temps : …………………………..
Personne : …………………………………
Action : ……………………………..
Animal : ………………………………
Objet : …………………………………………..
Autre (à préciser) : …………………………………….

-Quelles hypothèses formuler ? …………………………………………………………………………………………..


……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….
- A quoi associes-tu le titre? ………………………………………………………………………………………………
- A quel événement rattaches-tu le titre? ………………………………………………………………………………….
- A quelle autre texte / œuvre te fait penser le titre? ……………………………………………………………………...
- A partir du titre, que va-t-il se passer? …………………………………………………………………………………..

___________________________________________

Situer l'œuvre dans un genre :


Genre : …………………………………………………………………
Définition : ………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………..
Type de littérature : ……………………………………………………………………………………………………….
Définition : ……………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………….
……………………………………………………………………………………………………………………………..
Fiche 2 : Contextualisation : « contexte socioculturel de l’œuvre »
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….

Biographie de l'auteur :
- dates de naissance et de décès : …………………………………………………………………………………………
- 1 ou 2 événements essentiels relatifs à sa vie, à ses études…: …………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
- quelques œuvres essentielles : …………………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………….
-Courant littéraire : ……………………………………………………………………………………………………….
-Caractéristiques du courant littéraire : …………………………………………………………………………………..
…………………………………………………………………………………………………………………………….
…………………………………………………………………………………………………………………………….

Fiche 3 : narrativité et personnages.


Tableau récapitulatif permettant de suivre un personnage :
Nom : …………………………………………….
Prénom : …………………………………………..
Age : ………………………………..
Sexe : …………………………………
Portrait physique : …………………………………………………………………………………………………
Portrait moral : …………………………………………………………………………………………………….
Portrait vestimentaire : …………………………………………………………………………………………….

1.Quels sont les événements essentiels? (sous forme de tirets)


……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………

2. Le début de l'histoire:
Temps : …………………………………………………………………………………….
Lieu : ………………………………………………………………………………………
Personnages :………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………….........
Sujet/thème :……………………………………………………………………………………………………………..
Action:……………………………………………………………………………………………………………………..
……………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….

La fin de l'histoire :
Temps :………………………………………………………………………………………………………………
Lieu :…………………………………………………………………………………………………………………
Personnages :…………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………..
Sujet/thème :………………………………………………………………………………………………………….
………………………………………………………………………………………………………………………..
Action :……………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….

- Quelles remarques faire? Quels changements?...


……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….

- Comment réécrire les événements? (tentative de recréer l'histoire/le récit...)


……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….

Fiche 4 : intérêt sémantique :


1. Elaborer un petit dico (de 10 à 20 mots nouveaux à apprendre) :
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………

2. Choisir, un ou plusieurs passages que vous avez aimé (s):


……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
…………………………………………………………………………………………………………………………….
PRÉSENTATION DE LA FICHE :

Fiche 1 : le paratexte.

1. Titre de l'œuvre: Le Dernier Jour d’un Condamné.


2. Nom de l'auteur : Victor Hugo
3. Edition / collection : Folio classique.
4. Année de parution : 1829.

1. Le titre de l'œuvre renvoie à un/une:


Lieu :……………………
Temps : dernier jour.
Personne : un condamné.
Action : exécution.
Animal : ………………………………
Objet : …………………………………………..
Autre (à préciser) : …………………………………….

-Quelles hypothèses formuler ?


Qu’est-ce qui fait de ce titre une annonce de la mort ?
Qu’est-ce qui fait de cette œuvre une fenêtre ouverte sur les sentiments d’un condamné pendant son dernier
jour ?
- A quoi associes-tu le titre? A la mort, à l’exécution…
- A quel événement rattaches-tu le titre? Un crime (assassinat, vol à main armée, trahison…)
- A quelle autre texte / œuvre te fait penser le titre? :

L'Exécution (Le Livre de Poche)

J'avais écrit ce livre, où se mêlent récit d'un drame judiciaire et réflexions sur la justice et le métier d'avocat,
après l'exécution de Claude Buffet et Roger Bontemps, en novembre 1972, à Paris, dans la cour de la prison de
la Santé. Tous deux avaient été condamnés à mort par la Cour d'assises de Troyes pour avoir pris en otage et
égorgé, à la Centrale de Clairvaux, une infirmière et un gardien. Leur grâce avait été refusée par le Président
Pompidou.
Depuis lors, la guillotine a été reléguée dans les caves d'un musée, et la peine de mort a disparu de nos lois.
Mais elle sévit encore dans d'autres pays, notamment aux Etats-Unis. Et la tentation d'y revenir n'a pas
disparu de tous les esprits. Cette justice qui tuait, la voici à l'œuvre dans ce livre. Il n'est pas inutile que de
nouvelles générations, plus heureuses à cet égard que la nôtre, la connaissent. Robert Badinter

- A partir du titre, que va-t-il se passer? : On va exécuter une personne…


_________________________________________

Situer l'œuvre dans un genre :


Genre : Roman à thèse.
Définition : Le roman à thèse est une expression utilisée en littérature pour classer des romans dans
lesquels la réflexion philosophique ou politique prime sur l'histoire. Ce sont des romans mettant en scène des
personnages destinés à illustrer ou représenter des concepts ou des courants philosophiques. Il s'agit d'un
genre didactique qui naît principalement au XVIIIe siècle, avec les Lumières, à travers des auteurs tels que
Denis Diderot ou Voltaire.
L'expression a souvent une acception péjorative.
Paul Bourget est considéré comme l'exemple le plus révélateur du genre, définissant cependant plutôt ses
propres romans comme des « romans d'analyse ». Selon lui les romans de George Sand et de Victor Hugo
sont des exemples de romans à thèse.
Source : Wikipédia.
Type de littérature : Littérature engagée.
Définition : La littérature engagée renvoie en règle générale à la démarche d'un auteur (poète, romancier,
dramaturge…) qui défend une cause éthique, politique, sociale ou religieuse, par et dans ses œuvres. On dit d’une
œuvre qu’elle est engagée lorsqu’elle présente certaines opinions ou prises de position de son auteur sur un sujet
donné. Par le biais de son texte, un écrivain peut critiquer certains aspects de la société, dénoncer une situation qui
le dérange ou encore défendre une cause qui lui tient à cœur.
Source : Wikipédia.

Fiche 2 :
♣ Contextualisation : « contexte socioculturel de l’œuvre »

La France au 19ème siècle : ( le contexte politique et social)


Le 19ème siècle en France est une période de différents changements et d’instabilité politique et sociale, ce qui a
influencé profondément les tendances littéraires de cette époque.

SUR LE PLAN POLITIQUE :

3 Monarchies : Après la chute de Napoléon Bonaparte, trois rois se succèdent pour régner sur la France :

Louis 18 (1815- 1824) :


- instauration du suffrage censitaire (les plus riches ont le droit de voter en l’achetant)
- période de calme : réconciliation entre le peuple et la classe bourgeoise
Charles 10 (1824-1830) : suite à la mort de Louis 18 Charles10 est nommé roi
- politique favorisant l’enrichissement des bourgeois et supprimant les libertés
- Conquête de l’Algérie en 1830
- augmentation du prix du droit de vote
Ces mesures provoquent la révolte du peuple au cours de journées appelées les trois glorieuses (27/28/29 juillet) qui
engendrent la chute de Charles 10.
Louis Philippe (1830- 1848) :
- Le nouveau roi n’a pas été différent de son prédécesseur
- Réduction de la liberté de presse
-expansion de la classe bourgeoise suite au développement économique et industriel du pays ( chemins de fer, textile
et extraction du charbon)

SUR LE PLAN SOCIAL : deux couches sociales qui s’affrontent ; les bourgeois patrons d’usine et
population ouvrière prolétariat
Sur le plan littéraire : Le romantisme, courant littéraire se révoltant contre les contraintes du classicisme, connaît un
réel essor avec la publication de « Hernani » pièce théâtrale de Victor Hugo.
La crise économique et les révoltes qui s’en sont suivies ont mis fin au règne de Louis Philippe en 1847.
La deuxième république : en 1848 apportant plusieurs réformes sociales et politiques :
- proclamation du droit au travail
- abolition de la peine de mort en matière politique
- instauration du suffrage universel masculin
A cause du manque de savoir-faire politique, le gouvernement provisoire trop idéaliste ne sera pas épargné des
révoltes.
- Les bourgeois ayant peur de l’anarchie, encouragent Louis Napoléon (neveu de Napoléon 1) qui devient président de
la république entre (1848-1852)
Le second empire (1852-1870) : Après un coup d’état contre le régime républicain le second empire est déclaré,
Louis napoléon est nommé Napoléon 3 empereur de France :
- Victor Hugo qui s’est opposé au régime impérial est forcé à l’exile, beaucoup d’autres opposants sont soit tués,
soit expatriés en Algérie
- Colonisation définitive de l’Algérie et d’autres pays (Sénégal, Liban, Mexique…)
- Progrès des sciences, de la psychologie et de la sociologie moderne
- Fin de l’ère du Romantisme cédant la place au réalisme (Stendhal, Flaubert, Balzac, Maupassant…) et au
naturalisme (Émile Zola, Maupassant, les frères Goncourt…)
- Développement de l’économie
- Toutes les grandes villes de France sont reliées par le train
- Voulant ressusciter les grands exploits de son oncle Napoléon déclare la guerre à la Prusse, cette tentative se
solde par un échec certain. L’empereur est fait prisonnier le 2 septembre 1870 ; c’est la fin du second empire, Victor
Hugo revient de son exile.
La troisième république (1870-1940) : restauration du suffrage universel masculin/ Jules Ferry ministère de
l’instruction proclame l’école gratuite, laïc et obligatoire de 6 ans à 13 ans/ Poursuite de la politique coloniale
française/ construction de la tour Eiffel en 1887
Source : http://lewebpedagogique.com/francparadis/category/1ere-annee-bac/page/7/
♣ Biographie de l'auteur :

dates de naissance et de décès : né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris.
1 ou 2 événements essentiels relatifs à sa vie, à ses études…:
un poète, dramaturge et prosateur romantique considéré comme l’un des plus importants écrivains de langue française. Il est aussi
une personnalité politique et un intellectuel engagé qui a compté dans l’Histoire du XIXe siècle.
Il est également un romancier du peuple.
Victor, Marie Hugo9 est le fils du général d'Empire Joseph Léopold Sigebert Hugo (1773-1828), créé comte, selon la tradition
familiale, par Joseph Bonaparte, roi d'Espagne et en garnison dans le Doubs au moment de la naissance de son fils, et de Sophie
Trébuchet (1772-1821), jeune femme issue de la bourgeoisie nantaise (voir maison natale de Victor Hugo). Benjamin d'une
famille de trois enfants après Abel Joseph Hugo (1798-1855) et Eugène Hugo (1800-1837), il passe son enfance à Paris. De
fréquents séjours à Naples et en Espagne, à la suite des affectations militaires de son père, marqueront ses premières années.
Ainsi, en 1811, il est, avec son frère Eugène, pensionnaire dans une institution religieuse de Madrid, le Collège des Nobles. Vers
1813, il s'installe à Paris avec sa mère qui s'est séparée de son mari, car elle entretient une liaison avec le général d'Empire Victor
Fanneau de la Horie, parrain et précepteur de Victor Hugo auquel il donne son prénom10. En septembre 1815, il entre avec son
frère à la pension Cordier. D'après Adèle Hugo, c'est vers cet âge que Victor Hugo commence à versifier. Autodidacte, c'est par
tâtonnement qu'il apprend la rime et la mesure11. Il est encouragé par sa mère à qui il lit ses œuvres, ainsi qu’à son frère Eugène.
Ses écrits sont relus et corrigés par un jeune maître d’études de la pension Cordier qui s’est pris d’amitié pour les deux frères12. Sa
vocation est précoce et ses ambitions sont immenses. Âgé de quatorze ans à peine, Victor, en juillet 1816, note sur un journal :
« Je veux être Chateaubriand ou rien13 ».
En 1817, il participe à un concours de poésie organisé par l'Académie française sur le thème Bonheur que procure l’étude dans
toutes les situations de la vie. Le jury est à deux doigts de lui adresser le prix, mais le titre de son poème (Trois lustres à peine)
suggère trop son jeune âge et l’Académie croit à un canular : il reçoit seulement une mention14. Il concourt sans succès les années
suivantes, mais gagne, à des concours organisés par l'Académie des jeux floraux de Toulouse, en 1819, un Lys d’or pour La statue
de Henri IV et un Amaranthe d’or pour Les Vierges de Verdun15, et un prix en 1820 pour Moïse sur le Nil16.
Encouragé par ses succès, Victor Hugo délaisse les mathématiques, pour lesquelles il a des aptitudes (il suit les cours des classes
préparatoires), et embrasse la carrière littéraire. Avec ses frères Abel et Eugène, il fonde en 1819 une revue, Le Conservateur
littéraire, qui attire déjà l’attention sur son talent. Son premier recueil de poèmes, Odes, paraît en 1821 : il a alors dix-neuf ans.
Les quinze cents exemplaires s’écoulent en quatre mois. Le roi Louis XVIII, qui en possède un exemplaire, lui octroie une
pension annuelle de mille francs17, ce qui lui permet d’envisager d’épouser son amie d’enfance Adèle Foucher10 qui lui donne cinq
enfants :
*Léopold (16 juillet 1823 - 10 octobre 1823) ;
*Léopoldine (28 août 1824 - 4 septembre 1843) ;
*Charles (4 novembre 1826 - 13 mars 1871) ;
*François–Victor (28 octobre 1828 - 26 décembre 1873) ;
*Adèle (28 juilletnote 1 1830 - 21 avril 1915), la seule qui survivra à son illustre père, mais dont l’état mental, très tôt défaillant, lui
vaudra de longues années en maison de santé.
Source : WIKIPEDIA

♣ quelques œuvres essentielles :


Han d’Islande (1823), Hernani, Cromwell, Les Misérables (1862), Les contemplations…
♣ Courant littéraire : Le romantisme.
♣ Caractéristiques du courant littéraire :
Le romantisme est un mouvement culturel apparu à la fin XVIIIe siècle en Allemagne et en Angleterre et se diffusant
à toute l’Europe au cours du XIXe siècle, jusqu’aux années 1850. Il s’exprime dans la littérature, la peinture, la
sculpture, la musique et la politique.
Il se caractérise par une volonté d'explorer toutes les possibilités de l'art afin d'exprimer ses états d'âme : il est ainsi
une réaction du sentiment contre la raison, exaltant le mystère et le fantastique et cherchant l'évasion et le ravissement
dans le rêve, le morbide et le sublime, l'exotisme et le passé. Idéal ou cauchemar d'une sensibilité passionnée et
mélancolique. Ses valeurs esthétiques et morales, ses idées et thématiques nouvelles ne tardèrent pas à influencer
d'autres domaines, en particulier la peinture et la musique.

Fiche 3 : narrativité et personnages.

Tableau récapitulatif permettant de suivre un personnage :


Nom : non identifié.
Prénom: non identifié
Age : Indéfini mais on suppose qu’il est jeune (cf chap 9 : « je laisse une mère, je laisse une femme, je laisse un enfant.
Une enfant de trois ans …)
Sexe : masculin
Portrait physique : sain, fort…( cf chap XV)
Portrait moral : Il est cultivé « raffiné par l’éducation », « quelques mots latin », « apprend l’argot… ». C’est aussi
un homme digne devant l’annonce de son verdict… (cf chaps V, XXXlΙl).
Portrait vestimentaire : une belle redingote, chemise (cf chap XXlΙl pp 98-99).

1. Quels sont les événements essentiels?


Le livre est l’histoire d’un homme qui a été condamné a mort et, il raconte ce qu’il vit pendant les
dernières semaines de sa vie. Nous ne savons ni le nom de cet homme ni ce qu’il a fait pour être
condamné à mort, mais nous pouvons comprendre et vivre avec cet homme ce que veut dire être
condamnés à mort. Il nous raconte sa vie en prison ; nous parle de ses sentiments ; peurs et espoir, de sa
famille ; sa fille, sa femme et sa mère. Il raconte aussi quelques bribes de son passé et cesse d’écrire
quand arrive le moment de l’exécution.

1. Le début de l'histoire :
Temps : indéfini, le narrateur vivait heureux avec sa famille. (cf chap l)
Lieu : indéfini mais on peut supposer qu’il s’agit de Paris…
Personnages : Le narrateur libre, jeunes filles (cf chap l), sa femme, sa fille, sa mère…
Sujet/thème : La liberté, l’amour… (cf chap l)
Action : Le narrateur menait une vie très heureuse. Il était libre et il jouissait pleinement de sa vie… (cf chap l)

2. La fin de l'histoire:
Temps : 1829/ Cinq semaines, à partir du moment où le protagoniste est condamné à mort jusqu’au moment où il
monte sur l’échafaud.
Lieux : Les grandes prisons de Paris : Bicêtre, la Conciergerie et l’Hôtel de Ville.
Personnages : Le condamné à mort / Les geôliers / Sa fille / Sa femme et sa mère / Le prêtre. / La foule
Sujet/thème : La peine de mort / La peur / la haine / la religion / la violence contre les prisonniers / l’injustice / la
justice
Action : Le personnage-narrateur menait une vie heureuse avec sa famille, sa fille Marie, sa femme et sa mère
jusqu’au jour du crime qui a bouleversé sa vie.

- Quelles remarques faire? Quels changements?...


On remarque un changement brutal dans la vie du narrateur. C’est vrai que l’auteur n’a pas insisté sur le passé du
narrateur, mais c’est voulu puisque son intérêt est de défendre une cause : il s’agit de l’abolition de la peine de mort.
Ainsi, l’essentiel n’est pas l’histoire en elle-même mais le but ciblé à travers elle.

- Comment réécrire les événements? (tentative de recréer l'histoire/le récit...)


Travail qu’on cherche à réaliser sous forme d’exercice en groupe de 4 ou 5 élèves.

Fiche 4 : intérêt sémantique :


1. Elaborer un petit dico (de 10 à 20 mots nouveaux à apprendre) :
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………

2. Choisir, un ou plusieurs passages que vous avez aimé (s):


……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………

B-Définitions :
a- Qu’est-ce qu’un roman à thèse ?
→Le roman à thèse est une expression utilisée en littérature pour classer des romans dans lesquels la
réflexion philosophique ou politique prime sur l'histoire. Ce sont des romans mettant en scène des
personnages destinés à illustrer ou représenter des concepts ou des courants philosophiques. Il s'agit d'un
genre didactique qui naît principalement au XVIIIe siècle, avec les Lumières, à travers des auteurs tels que
Denis Diderot ou Voltaire.
L'expression a souvent une acception péjorative.
Paul Bourget est considéré comme l'exemple le plus révélateur du genre, définissant cependant plutôt ses
propres romans comme des « romans d'analyse ». Selon lui les romans de George Sand et de Victor Hugo
sont des exemples de romans à thèse.
Source : Wikipédia.
b- Qu’est-ce que la littérature engagée ?
→La littérature engagée renvoie en règle générale à la démarche d'un auteur (poète, romancier,
dramaturge…) qui défend une cause éthique, politique, sociale ou religieuse, par et dans ses œuvres. On dit
d’une œuvre qu’elle est engagée lorsqu’elle présente certaines opinions ou prises de position de son auteur
sur un sujet donné. Par le biais de son texte, un écrivain peut critiquer certains aspects de la société,
dénoncer une situation qui le dérange ou encore défendre une cause qui lui tient à cœur.

c- Formes possibles :
→Comme Homme, l'artiste peut assumer les responsabilités de son temps (adhésion à des partis, action dans la
résistance, la révolution, signature de manifestes, participation à des congrès), comme : Sartre, Camus, Malraux,
Gide, Barres, Paul Bourget et avant eux, Zola, Victor Hugo, Lamartine.
Comme écrivain :
• il éclaire et dirige l'opinion : journaux, revues, conférences, pamphlets, manifestes ;
• il s'unit à d'autres écrivains pour agir sur les pouvoirs et le public avec tout le prestige de l'artiste ;
• il traite des problèmes actuels, en prenant position à leur égard et en instruisant le public. Les fins purement
esthétiques, l'art ne viennent que « par-dessus le marché » (Sartre).
Cela entraîne un goût pour les genres qui agissent sur un vaste public : théâtre, cinéma et roman.

ESSAI
Pour les articles homonymes, voir Essai (homonymie).
En littérature, un essai est une œuvre de réflexion portant sur un sujet précis et exposé de manière
personnelle, voire subjective par l’auteur.
Contrairement à l’étude, l’essai peut être polémique ou partisan. C’est un texte littéraire qui se prête bien à la
réflexion philosophique, mais aussi à d'autres domaines : essais historiques, essais scientifiques, essais
politiques, etc.
L’auteur d’un essai est appelé « essayiste ».
Le terme « essai » est dérivé du latin exagium, un poids ou appareil de mesure.

CONTE PHILOSOPHIQUE :

Un conte philosophique est une histoire fictive, produite par l’auteur dans le but de réaliser une critique
de la société et du pouvoir, le plus souvent fustigée dans toutes ses dimensions (mœurs de vie
mondaine/rurale, pouvoir politique, arts, intolérance religieuse). Ce texte est rédigé en s'inspirant de la
structure d'un conte, dans le but de se soustraire à la censure, tout en restant compréhensible. En effet, sous
le voile de la fiction se profile la plume acérée de l'auteur, constituant l'essence même de la pensée de ce
dernier. Pour s'adresser à un lectorat mondain et influent, il est nécessaire de piquer sa curiosité pour lui
ouvrir les yeux sur les réalités sociales ou culturelles qu'il ne sait ou ne veut pas discerner. Étant également
une manière pour les philosophes de défendre leurs idées, ce genre a été particulièrement utilisé par les
philosophes des Lumières, notamment par Voltaire, dans Candide ou encore Zadig.

PAMPHLET
Le pamphlet est une forme d'expression contestataire. Un pamphlet peut tout aussi bien être une poésie,
un roman, une fiction etc. (cf. la définition du pamphlet par Nicole Brenez.)
Au Québec, le terme pamphlet n'est pratiquement utilisé que dans son sens anglais, c'est-à-dire celui de
tract.

THÉÂTRE :
Le théâtre, ou genre dramatique, est à la fois l'art de la représentation d'un drame, un genre littéraire
particulier, et l'édifice dans lequel se déroulent les spectacles de théâtre1.
Jadis, le mot désignait également la scène ou le plateau, c'est-à-dire toute la partie cachée du public par le
rideau2.
Au sens figuré, « théâtre » désigne un lieu où se déroule une action importante (par exemple, un théâtre
d'opérations militaires).
Aujourd'hui, à l'heure des arts dits pluridisciplinaires, la définition de l'art du théâtre est de plus en plus large
(jusqu'à se confondre avec l'expression spectacle vivant), si bien que certains grands metteurs en scène
n'hésitent pas à dire que pour qu'il y ait théâtre, il suffit d'avoir un lieu, un temps, un acte et un
public.[réf. souhaitée]
Il s'agit de spectacles dans lesquels des acteurs, mis dans les circonstances et les situations créées par un
texte et la vision d'un metteur en scène/réalisateur, incarnent des personnages pour un regard extérieur (le
public), dans un temps et un espace limités. Les dialogues écrits sont appelés pièces de théâtre, mais il peut y
avoir également du théâtre sans texte écrit ou même sans aucune parole. Dans la création contemporaine, les
frontières entre les différents arts de la scène (théâtre, mime, cirque, danse...) sont de plus en plus ténues, si
bien que certains professionnels n'hésitent pas à remplacer le mot théâtre par les mots spectacle
pluridisciplinaire ou spectacle vivant, mettant ainsi l'accent sur le métissage des disciplines.
Source : Wikipédia
Niveau : 1ère année bac
Séance : Lecture méthodique.
Durée : 2heures.
Support : Le dernier jour d’un condamné,
condamné, Hugo .V
Extrait de la préface de 1832 :
De : « Il n’y avait… A … chez le bourreau » pp 143
143-144.

Compétences ciblées : Amener l’élève à :


identifier la thèse dont il sera question le long de l’œuvre.
Déceler la notion du « plaidoyer »

Extrait de la préface de 1832 :

Il n'y avait en tête des premières éditions de cet ouvrage, publié d'abord sans nom
d'auteur, que les quelques lignes qu'on va lire :
« Il y a deux manières de se rendre compte de l'existence de ce livre. Ou il y a eu,
en effet, une liasse de papiers jaunes et inégaux sur lesquels on a trouvé, enregistrées
une à une, les dernières pensées d'un misérable ; ou il s'est rencontré un homme, un
rêveur occupé à observer la nature au profit de l'art, un philosophe, un poète, que sais-
je ? dont cette idée a été la fantaisie, qui l'a prise ou plutôt s'est laissé prendre par elle,
et n'a pu s'en débarrasser qu'en la jetant dans un livre.
« De ces deux explications, le lecteur choisira celle qu'il voudra. »
Comme on le voit, à l'époque où ce livre fut publié, l'auteur ne jugea pas à propos
de dire dès lors toute sa pensée. Il aima mieux attendre qu'elle fût comprise et voir si
elle le serait. Elle l'a été. L'auteur aujourd'hui peut démasquer l'idée politique, l'idée
sociale, qu'il avait voulu populariser sous cette innocente et candide forme littéraire. Il
déclare donc, ou plutôt il avoue hautement que Le Dernier Jour d'un Condamné n'est
autre chose qu'un plaidoyer, direct ou indirect, comme on voudra, pour l'abolition de la
peine de mort. Ce qu'il a eu dessein de faire, ce qu'il voudrait que la postérité vît dans
son œuvre, si jamais elle s'occupe de si peu, ce n'est pas la défense spéciale, et toujours
facile, et toujours transitoire, de tel ou tel criminel choisi, de tel ou tel accusé
d'élection ; c'est la plaidoirie générale et permanente pour tous les accusés présents et à
venir ; c'est le grand point de droit de l'humanité allégué et plaidé à toute voix devant la
société, qui est la grande cour de cassation ; c'est cette suprême fin de non-recevoir,
abhorrescere a sanguine, construite à tout jamais en avant de tous les procès
criminels ; c'est la sombre et fatale question qui palpite obscurément au fond de toutes
les causes capitales sous les triples épaisseurs de pathos dont l'enveloppe la rhétorique
sanglante des gens du roi ; c'est la question de vie et de mort, dis-je, déshabillée,
dénudée, dépouillée des entortillages sonores du parquet, brutalement mise au jour, et
posée où il faut qu'on la voie, où il faut qu'elle soit, où elle est réellement, dans son vrai
milieu, dans son milieu horrible, non au tribunal, mais à l'échafaud, non chez le juge,
mais chez le bourreau.

l-Mise en situation :
1-Situez l’extrait en question :
→Situation : Le texte en question est un extrait de la préface de 1832 de l’œuvre de Victor Hugo, Le dernier jour d’un
condamné. Il est situé au début et par lequel l’auteur nous prépare à découvrir le long de l’œuvre un plaidoyer
retentissant pour l’abolition de la peine capitale.
2-Identifiez le type de l’extrait :
→Il s’agit d’un extrait à dominante informative : l’auteur nous informe sur les conditions de l’existence et la naissance
de cette œuvre.

3-Repérez les éléments de l’énonciation dans cet extrait :

Qui parle ? Victor Hugo.


A qui ? Au public
De quoi ? Les conditions de la naissance de l’œuvre.
Où ? En France.
Quand ? En 1832.
Comment ? Sous forme d’un plaidoyer.
Dans quel but ? Abolir la peine de mort.

ll-Hypothèse de lecture :

Dans quelle mesure peut-on considérer cet extrait comme annonce d’un plaidoyer pour l’abolition de la peine
de mort ?

lll-Axe de lecture :

Le dernier jour d’un condamné : plaidoyer pour l’abolition de la peine capitale.

Victor Hugo reprend ici la préface de 1829 et la réécrit en 1832, pourquoi ?


→La reprise de la même préface est une façon d’insister sur la valeur inédite du contenu de l’œuvre.

Repérez dans cet extrait les indices qui renvoient à l’auteur :


→Cf. p 143, §2, L10 ; p 144, §1, L21

Quelles remarques faites-vous sur la désignation de l’énonciateur le long de l’extrait ? Citez le texte en
repérant les indices de l’énonciation.
→Le pronom personnel « il » : l’objectif de l’auteur c’est de donner à son idée l’effet universel, (cf pp 143, 144).

Identifiez dans l’extrait tous les éléments qui renvoient au destinataire (indices de l’énonciation) :
→Cf. L14, p 143 – L7, p 144 – L14, p 144 – L27, p 144.

Quel est l’objectif de l’auteur en évoquant le lecteur et les autres destinataires ?


→L’auteur cherche à vulgariser l’idée de « la peine de mort ». Il veut à ca que l’idée devienne un débat ouvert devant
toutes les catégories sociales. C’est une polémique (débat violent, vif et agressif) qu’il cherche à déclencher.

D’après cette préface, quel genre de texte vise l’auteur à produire ? Citez le texte.
→L’auteur cible un plaidoyer (défense) pour l’abolition de la peine capitale (cf. L 3, p 144)

A quelle forme de discours peut-on rattacher ce genre d’écrit ?


→Il est rattaché au discours argumentatif.

Reformulez la thèse que l’auteur cherche à défendre :


→La thèse que l’auteur cherche à développer est :
« Le dernier jour d’un condamné est une déclaration à haute voix d’un Homme qui cherche à plaider en faveur
de l’abolition de la peine de mort, non seulement en ce temps, mais cette plaidoirie sera celle de tous les temps,
pour tous les accusés et pour toutes les sociétés » p 144. L 3 L 14.

Quelle relation y a-t-il entre cette thèse et les thèmes des droits de l’Homme ?
→Cette thèse peut être placée en tête des thèmes des droits de l’Homme.

D’après la phrase dans la ligne 11, quelle portée cherche l’auteur à donner à son œuvre ?
→Il cherche à universaliser son œuvre. Cf. p 144, L 11.

En se basant sur les dernières lignes de ce passage, qui vise l’auteur exactement par son œuvre ?
→L’auteur vise exactement le bourreau. Cf. p 144, L27.
lV-Traces écrites :
La préface joue un rôle très important. Elle nous permet d’avoir une idée centrale sur les perspectives et les attentes de
l’auteur.
En effet, celle-ci montre clairement l’objectif de Victor Hugo : produire un plaidoyer en faveur de l’abolition de la
peine de mort.

V-Prolongement :
Les chapitres 6 et 7 relatent des points communs avec la préface, dégagez – les.
Niveau : 1ère année
année bac
Séance : A.Langue
Durée : 1heure.
1heure.
Titre : Enchainer des arguments : « les liens logiques »
Support : *L’art d’écrire 3ème, pp 52/54.
*Mes œuvres en 1ère bac,
bac, p 143.

Compétence ciblée : Amener l’élève à :


Identifier les connecteurs logiques
logiques servant à l’enchainement des arguments.

Texte :

Aujourd'hui, plus que jamais, la civilisation est urbaine. Elle l'est jusqu'à l'asphyxie. En effet, dans les fourmilières où
se pressent, se gênent, s'écrasent des multitudes accrues, l'homme finit par être privé de l'espace et de l'indépendance
nécessaire à la moindre joie. Pourtant je ne vitupère pas le machinisme. Mais je rappelle seulement que la civilisation
industrielle entraîne donc avec elle ses inconvénients.
D'après R. Caillois.

1-Compréhension :
♣ Quel est le thème abordé dans ce texte ? les effets négatifs de la civilisation.
♣ Quelle position adopte l’auteur ? Il s’y oppose.
♣ De quel type de texte s’agit-il ? c’est un texte argumentatif.

2-Conceptualisation :
♣ Identifiez les liens logiques contenus dans le texte en complétant le paragraphe ci-dessous :

………………………………… exprime ……………………………………………..

………………………………… exprime ……………………………………………..

………………………………… exprime ……………………………………………..

………………………………… exprime ……………………………………………..

♣ Complétez le tableau suivant :

→ trouvez les mots de liaison pour :

Débuter
.

Introduire une cause, une explication


.

Ajouter une même idée, une autre idée


.

Opposer une idée, contredire


.

Introduire une conséquence


.

Pour indiquer qu'une idée est la dernière


3-Réemploi :
Exercice 1 :
Pour chacune des thèses suivantes, trouvez trois arguments, trois exemples puis reliez-les par des mots de liaison pour
rédiger un paragraphe construit :
☺ La peine de mort est un moyen efficace pour combattre le crime.
☺ La prison sert à rééduquer et à réintégrer dans la société.
☺ Le système judiciaire efficace diminue le nombre de crimes dans la société.
☺ La dictature est un moyen pour abolir le crime dans la société.

Exercice 2 :
Texte :
Un média d’avenir

A l’égard de la radio, qui vient d’avoir cent ans, on commet généralement deux injustices. On oublie le rôle qu’elle a
joué dans les mutations mentales du 20e siècle. Et on minimise la place qu’elle est appelée à tenir au 21e.
La perception globale de notre monde, qui semble de nos jours si évidente, est née avec la radio. C’est sur les ondes de
la radio que les révolutions, les coups d’Etat, les guerres, ont peu à peu pénétré le quotidien de paysans illettrés dans
les deltas du Nil et du Gange, que les musiques indienne, africaine, caraïbe, ont été entendues à Paris et à Londres
pour la première fois. La radio c’est l’ouverture, dans tous les pays, dans toutes les catégories sociales, d’un nouvel
espace de conscience où se conjuguent l’ubiquité, l’instantanéité et la multiplicité des sources. On ne dira jamais assez
l’importance de cette ouverture dans les progrès du pluralisme démocratique.
Soit, répliquera-t-on. Enterrons la radio sous une colline de fleurs, et n’en parlons plus. La télévision, et demain les
autoroutes de l’information, ne lui laissent aucune chance. Elle leur a frayé la voie, c’est une glorieuse aînée, mais elle
n’a aucun avenir.
Erreur. De même que la mondialisation des flux financiers et technologiques ne dissoudra pas les identités nationales
et les cultures locales, de même, la télévision ne remplacera pas le livre et ne fera pas disparaître la radio. Certes, de
vieilles habitudes sont saccagées, d’antiques repères explosent. Des régressions nous guettent. Mais il se trouve que
plus nous étendons nos antennes, plus nous ressentons le besoin d’approfondir nos racines. Plus nous regardons loin,
plus nous devons revenir à notre profondeur.
Le Courrier de l’Unesco, février 1997

Questions :
1-Lisez attentivement le texte puis :
☺ Relevez les articulateurs logiques.
☺ Précisez la relation que chacun exprime.
☺ Dans quel(s) paragraphe(s) ces articulateurs logiques sont-ils dominants ? Pourquoi ?
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.P.E
Durée : 1heure.
Sujet : En développant l’idée ci-
ci-dessous, variez l’utilisation des liens logiques pour construire
Un texte argumentatif : « Si j’étais tout puissant… »

Compétences ciblées : Amener l’élève


l’élève à :
Développer une thèse pour produire un support argumentatif.
Utiliser convenablement et correctement les liens logiques dans un texte argumentatif.

1ère phase :
Lecture du sujet et repérage des mots –clés.
Attirer l’attention des élèves sur :
→le thème en question en l’expliquant.
→le développement du thème de manière à obtenir une thèse à défendre.
→le rôle des connecteurs logiques.

2ème phase :
PLAN EXEMPLE :

Mettez en situation le thème en question en vous référant à votre propre quotidien :


Ex : Quelque chose qui vous ronge qui suscite en vous l’espoir d’avoir la puissance pour la changer :
→La société connait énormément de vices et de défauts comme l’injustice, la corruption, le chômage, la pauvreté…

Evoquez votre thèse que vous allez défendre à partir du thème en question sans oublier les liens logiques :
→Malheureusement, certains responsables n’accordent pas suffisamment d’importance à ces phénomènes et les négligent à
tel point que la société se plonge dans l’abîme de la déchéance. Or, cela nécessite une grande vigilance et une patience
énorme afin de lutter contre ces fléaux.

Introduisez un lien logique exprimant la conséquence et évoquant le thème en question, voire les arguments :
→c’est pour cela que je me disais toujours, si j’étais tout puissant, je n’hésiterais pas à veiller sur le règne du bien et du
bonheur dans la société.
En effet, ma première occupation serait la justice. Je n’hésiterais pas à consulter les gens directement pour connaitre leurs
malheurs et leurs douleurs. Je poursuivrais toute personne irresponsables et violeuses des droits de l’Homme, étant donné
que ce dernier mérite le respect pour qu’il puisse évoluer. Aussi lutterais-je contre certains fléaux sociaux comme le
chômage, la pauvreté et la corruption.
Certes, ces trois phénomènes ne peuvent pas s’effacer complètement de la société mais je n’hésiterais pas à rester vigilant
autant qu’il le faut pour trouver des solutions car le chômage produit la violence et le crime, la pauvreté fait propager la
haine et la corruption facilite la chute.
Ainsi, si j’étais tout puissant, tout serait puissant dans la société et j’arriverais à créer un monde idéal.

3ème phase :
Lecture du sujet et affinement.
Niveau : 1ère année bac
Séance : Lecture méthodique.
méthodique.
Durée : 2heures.
Support : Le dernier jour d’un condamné,
condamné, Hugo .V
Extrait 1 : chapitre l

Compétences ciblées : Amener l’élève à :


Identifier l’incipit dans un roman à thèse.
Repérer le statut du narrateur.
Déceler l’énonciation dans l’incipit.

Extrait 1 :
l
Bicêtre
Condamné à mort !
Voilà cinq semaines que j'habite avec cette pensée, toujours seul avec elle, toujours glacé de sa présence, toujours
courbé sous son poids !
Autrefois, car il me semble qu'il y a plutôt des années que des semaines, j'étais un homme comme un autre
homme. Chaque jour, chaque heure, chaque minute avait son idée. Mon esprit, jeune et riche, était plein de fantaisies.
Il s'amusait à me les dérouler les unes après les autres, sans ordre et sans fin, brodant d'inépuisables arabesques cette
rude et mince étoffe de la vie. C'étaient des jeunes filles, de splendides chapes d'évêque, des batailles gagnées, des
théâtres pleins de bruit et de lumière, et puis encore des jeunes filles et de sombres promenades la nuit sous les larges
bras des marronniers. C'était toujours fête dans mon imagination. Je pouvais penser à ce que je voulais, j'étais libre.
Maintenant je suis captif. Mon corps est aux fers dans un cachot, mon esprit est en prison dans une idée. Une
horrible, une sanglante, une implacable idée ! Je n'ai plus qu'une pensée, qu'une conviction, qu'une certitude :
condamné à mort !
Quoi que je fasse, elle est toujours là, cette pensée infernale, comme un spectre de plomb à mes côtés, seule et
jalouse, chassant toute distraction, face à face avec moi misérable, et me secouant de ses deux mains de glace quand
je veux détourner la tête ou fermer les yeux. Elle se glisse sous toutes les formes où mon esprit voudrait la fuir, se
mêle comme un refrain horrible à toutes les paroles qu'on m'adresse, se colle avec moi aux grilles hideuses de mon
cachot ; m'obsède éveillé, épie mon sommeil convulsif, et reparaît dans mes rêves sous la forme d'un couteau.
Je viens de m'éveiller en sursaut, poursuivi par elle et me disant : - Ah ! ce n'est qu'un rêve ! - Hé bien ! avant
même que mes yeux lourds aient eu le temps de s'entrouvrir assez pour voir cette fatale pensée écrite dans l'horrible
réalité qui m'entoure, sur la dalle mouillée et suante de ma cellule, dans les rayons pâles de ma lampe de nuit, dans la
trame grossière de la toile de mes vêtements, sur la sombre figure du soldat de garde dont la giberne reluit à travers la
grille du cachot, il me semble que déjà une voix a murmuré à mon oreille :
- Condamné à mort !

l-Mise en situation :
1-Situez le chapitre en question :
→Le texte en question constitue le premier extrait de l’œuvre de Victor Hugo, Le Dernier jour d’un Condamné,
publiée en 1829. C’est un extrait d’ouverture dans lequel le narrateur nous prépare pour aborder l’œuvre en présentant
le lieu, le temps, le personnage essentiel et ses sentiments. Il s’agit donc d’un incipit.

2-A quel type de texte peut-on rattacher ce chapitre ? Justifiez.


→Le texte est descriptif narratif : dans le 1er §, le narrateur utilise l’impft pour décrire sa situation dans le passé mais
dans le 2ème § il utilise le présent pour raconter les faits où il vit.

3-De quelle focalisation s’agit-il dans ce chapitre ?


→Le narrateur sait tout, son passé, son présent et son avenir… il est omniscient, c’est la focalisation zéro.

ll-hypothèse de lecture :
Dans quelle mesure peut-on considérer ce chapitre comme incipit du roman à thèse en question ?
lll-Axes de lecture :
1er axe : l’incipit dans le roman à thèse :
• Relevez tous les éléments qui renvoient à un incipit :
→Les éléments qui renvoient à un incipit sont :
Le lieu : Bicêtre.
Le temps : indéterminé sinon le temps des verbes et les adverbes qui le mentionnent (Cf.§ 1-2)
Le personnage : le narrateur signalé par le pronom personnel « je »
Les sentiments : le narrateur exprime ses sentiments de regret à l’égard de sa vie.

• Repérez tous les lieux cités par le narrateur et indiquez leur rôle dans la progression des faits.
→§ 1 : Bicêtre, théâtre, marronniers (jardin).
§2 : Cachot, cellule. Ces endroits font évoluer et progresser les faits racontés en montrant
le changement dans l’état du narrateur entre le passé et le présent :
→ Changement négatif : de la liberté vers l’emprisonnement.

• Que symbolisent ces lieux pour le narrateur ?


→§1 : Les lieux symbolisent la vie en liberté du narrateur (le passé)
§2 : Les lieux symbolisent l’emprisonnement (le présent)

• Par quels indicateurs temporels ce changement dans la vie du narrateur est-il signalé ?
→§1 : Autrefois la liberté, le bonheur…
§2 : Maintenant l’emprisonnement, la tristesse, …

• Cet extrait, remplit-il la fonction d’incipit ?


→En général, on peut le considérer comme incipit quoique les personnages essentiels ne sont pas tous cités.

2ème axe : Les personnages dans l’incipit du roman à thèse :

• Relevez les éléments de l’énonciation dans cet extrait :


→Qui parle ? Le « je » : le condamné.
A qui ? Interlocuteurs indéfinis…
De quoi ? De sa situation entre le passé et le présent.
Où ? Dans un cachot
Quand ? Indéterminé (quand il fut emprisonné)
Comment ? Dans un discours qui se rapproche de l’oral.

• A qui renvoie le « je » ? Justifiez.


→Le « je » renvoie au personnage et au narrateur : il est maitre de sa situation et lui seul domine son état.

• Puisque le destinataire est indéfini et le discours s’approche de l’oral, de quel procédé de communication
s’agit-il ?
→Il s’agit d’un monologue puisque le narrateur parle à lui-même et il n’y a aucun indice qui renvoie à un destinataire
précis.

• Relevez dans le texte tous les procédés énonciatifs et syntaxiques qui rapprochent ce texte d’un discours
oral :
→Cf §1 p 39, §2 p 40 : se rendre compte de la nature des phrases et des mots.

• Le personnage, « le je », vit dans une opposition qui le ronge, laquelle ? Citez le texte.
→Il vit dans une opposition entre le passé et le présent : Cf §1 : Autrefois # §2 : Maintenant.

• Repérez le champ lexical qui est en relation avec cette relation avec cette opposition et montrez comment il
la sert :
→Le passé : cf §1 Ce champ lexical montre l’opposition dans l’état d’âme du personnage en question.
Le présent : cf §2
☺ SYNTHÈSE :
• Identifiez les temps verbaux et leur valeur dans ce passage :
→L’impft : la description.
Le présent : actualiser les faits.

• Quelle image le narrateur donne-t-il de lui-même ?


→Le narrateur se présente comme une personne déchirée entre le présent et le passé : il vit dans un dilemme.

lV-Traces écrites :
Les élèves recopieront la synthèse.

V-Prolongement :
Effectuer des recherches concernant des monologues reflétant l’état d’âme des personnage surtout dans certaines
pièces théâtrales (ex : Hernani de Victor Hugo).
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.Langue
Durée : 1heure.
Titre : Les différentes formes d’arguments.
Support : *L’art
*L’art d’écrire 3ème, pp 62.

Compétence ciblée : Amener l’élève à :


Identifier et utiliser les différentes
différentes formes d’arguments.

1-Compréhension :

Voici la thèse qui servira comme support pour quelques formes d’arguments :

« Il est interdit de fumer dans les collèges et les lycées »

TYPE D’ARGUMENT EXEMPLES

Fumer nuit à la santé.

Tous les médecins s’accordent pour dire qu’il est


beaucoup plus difficile de s’arrêter de fumer quand on a
commencé très jeune.
L’interdiction de fumer dans les lieux publics a déjà
permis à des fumeurs adultes de s’arrêter.
L’interdiction de fumer permet aux établissements
scolaires de rester plus propres.
Les élèves sont moins dépendants du tabac.

Avec cette mesure, on le sait, plus de 30% des élèves


n’auront pas pris l’habitude de fumer avant la fin de leur
scolarité.
Si l’on permettait aux élèves de fumer au sein des
établissements scolaires, ce serait une vraie tabagie
partout, ce serait la porte ouverte à d’autres permissivités.
L’interdiction de fumer doit valoir pour tous les lieux
publics.
On pourrait leur permettre de fumer dans la cour. Mais
mieux vaut éviter les demi-mesures.
Le respect de ceux qui ne fument pas, le respect de soi-
même et des autres doivent primer.
Vous qui fumez, avouez que cette mesure est absolument
nécessaire.

2-Conceptualisation :
Exemple 1 : Quelle relation ya-t-il entre le fait et le résultat ? On a une constatation.

Exemple 2 : Sur quoi se base le constat confirmé dans cet exemple ? Sur l’avis des médecins.
Quel type de rapport ont-ils avec les gens ? Rapport d’autorité.

Exemple 3 : Quel rapport y a-t-il entre l’acte des fumeurs et décision prise dans les lieux publics ?
Rapport d’analogie (similitude / ressemblance).

Exemple 4 : Quelle relation y a-t-il entre la décision et le résultat ? Relation de cause à effet.

Exemple 5 : Comment peut-on considérer l’acte des élèves ? C’est un avantage.


Exemple 6 : Quel est l élément qui renforce l’argument ? Des statistiques : données incontestables.

Exemple 7 :* Repérez la thèse et les arguments :


▀La thèse : permettre aux élèves de fumer au sein des établissements scolaires.
Arguments : 1-ce serait une vraie tabagie.
2-ce serait la porte ouverte à d’autres permissivités.
* Repérer la thèse adverse (c.à.d.) celle que l’auteur cherche à passer implicitement en démontrant
La fausseté de la première :
▀La thèse adverse : En aucun cas, il ne faut autoriser aux élèves de fumer au sein des établissements scolaires.
De quel type d’argument s’agit-il ? Argument de réfutation.

Exemple 8 : Que vise-t-on par le fait d’interdire de fumer à tout le monde ? Généraliser.

Exemple 9 : Combien de situations cet exemple signale –t-il ? Relevez-les.


On a deux situations: 1-permettre de fumer dans la cour
2-ne pas permettre de fumer dans la cour
Le responsable se trouve, alors dans quelle position ? Il est face au choix.

Exemple 10 : Que cherche le locuteur à provoquer chez l’interlocuteur en lui citant ce qu’il doit respecter ?
Il cherche à secouer sa conscience, le pousse à réfléchir aux valeurs supérieures…

Exemple 11 : Quelle valeur faut-il attribuer au pronom « je » dans cet exemple ? Témoignage.

« Il est interdit de fumer dans les collèges et les lycées »

TYPE D’ARGUMENT EXEMPLES

Fumer nuit à la santé.


Le constat
Tous les médecins s’accordent pour dire qu’il est
Argumentd’autorité beaucoup plus difficile de s’arrêter de fumer quand on a
commencé très jeune.
Argument par analogie (similitude) L’interdiction de fumer dans les lieux publics a déjà
permis à des fumeurs adultes de s’arrêter.
Le lien de cause à effet L’interdiction de fumer permet aux établissements
scolaires de rester plus propres.
Les élèves sont moins dépendants du tabac.
Les avantages
L’utilisation des données incontestables Avec cette mesure, on le sait, plus de 30% des élèves
n’auront pas pris l’habitude de fumer avant la fin de leur
scolarité.
La réfutation de la thèse adverse Si l’on permettait aux élèves de fumer au sein des
(démonstration de la fausseté…) établissements scolaires, ce serait une vraie tabagie
partout, ce serait la porte ouverte à d’autres permissivités.
La généralisation L’interdiction de fumer doit valoir pour tous les lieux
publics.
L’alternative (le choix) On pourrait leur permettre de fumer dans la cour. Mais
mieux vaut éviter les demi-mesures.
Le recours aux valeurs supérieures Le respect de ceux qui ne fument pas, le respect de soi-
même et des autres doivent primer.
La prise à témoins Vous qui fumez, avouez que cette mesure est absolument
nécessaire.
3-Réemploi :
Exercice 1 :
Trouvez le type d’argument dans les énoncés suivants :
1- Le commandant Cousteau l’a dit, les océans et les mers sont en danger.
2- Il faut équiper tous les avions par des radars, puisque le radar est à l’avion ce que l’œil est au chasseur.
3- Les femmes doivent choisir, soit l’arrêt du tabac, soit des risques du cancer.
4- Ou l’on installe des feux, ou l’on interdit les Quatre Routes à la circulation.
5- « En tant que Directeur de cet établissement, je n’ai pas à saluer mes élèves. »
6- Des études révèlent que 63% des jeunes de 15 à 20 ans rêvent de devenir journalistes. »
7- « Si on libérait le commerce de la drogue, on serait envahi par des toxicomanes et l’insécurité des villes
augmenterait davantage. »
8- « Il me paraît bien plus important de s’occuper aujourd’hui de la misère qui est aux portes de nos villes que
d’exporter notre aide humanitaire en Afghanistan. »
9- « Si vous cédez devant les routiers, demain vous serez obligés de céder devant les infirmières, les médecins et
les enseignants. »
10- « Aujourd’hui, j’ai vaincu mon cancer du sein. La vie a un tout autre sens pour moi maintenant. »
11- « Partout dans le monde, les filles, au même titre que les garçons, ont droit à une éducation solide. »
12- Vous, qui conduisez à toute vitesse, avouez que c’est la première cause des accidents au Maroc.

Exercice 2 :
Trouvez au moins quatre arguments pour illustrer les thèses suivantes :
Les vacances scolaires devaient être moins longues.
Le meilleur moyen d’apprendre le français est d’aller en France.
La télévision a un rôle éducatif primordial.

4-Production :
Phase réservée aux exemples que les élèves sont appelés à produire.
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.orales historique.
Durée : 1heure.
Titre : exposé autour de la peine de mort : moyens utilisés.
Compétence ciblée : Amener l’élève à :
Effectuer des recherches pour informer et s’informer.
Exposer des informations relatives au thème de l’œuvre.

1ère phase :
Désigner l’élève / les élèves qui se chargera /se chargeront de l’exposé.
Préciser les axes sur lesquels les élèves vont travailler.
Attirer l’attention des élèves sur la durée de l’exposé : à ne pas dépasser 20 mn, l’essentiel c’est le débat.
Attirer l’attention des élèves sur la méthodologie :
→Il ne s’agit pas de lire, feuille à la main mais d’exposer les informations.
→tracer les grandes lignes du travail sur le tableau (les axes).
→Exposer oralement les informations, dans la mesure du possible, sans feuille.

2ème phase :
Plan exemple :
Définir la peine de mort.
Donner quelques exemples de méthodes utilisées dans l’exécution : un documentaire ou des photos sera (ont)
mieux placé (es) pour élucider les faits.
Mentionner les pays les plus pratiquants de la peine capitale : La Chine, La Birmanie, L’Arabie Saoudite…
Conclusion : Les pays qui ont aboli la peine capitale : l’union européenne, certains états dans les Etats Unis
d’Amérique…

3ème phase :
Ouvrir un débat et finir par une question pour préparer une production écrite :
→pour ou contre la peine capitale ?

4ème phase :
Traces écrites : recopier les axes avec le mon de quelques méthodes utilisées dans l’exécution.
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.P.E
Durée : 1heure.
Sujet : Vous avez quelque chose qui vous ronge de l’intérieur (sentiment d’injustice, dettes, échec, trahison…),
rédigez un monologue dans lequel vous vous exprimez en vous inspirant de l’incipit étudié.
Compétences ciblées : Amener l’élève à :
Rédiger un monologue en exprimant ses
ses sentiments.

1ère phase :

Lecture du sujet et repérage des mots clés.


Rappeler l’incipit étudié : →utilisation du « je ».
→rappel de l’état d’âme du condamné entre le présent et le passé : joie→amertume.
→rappel des indicateurs temporels : Autrefois Maintenant.
Choix des temps verbaux selon les indicateurs temporels ci-dessus : présent / passé.
Choix du thème qui suscitera le monologue : le chômage…

2ème phase :
Plan exemple :
♣ Mise en situation : état d’âme à l’issu du problème qui vous ronge :
→Sentiment d’injustice social : être en chômage et se trouver devant toutes les portes fermées après avoir achevé ses
études…
Exemple : Rien ne fait mal au cœur que ces diplômes qui sont entassés devant moi. Matin et soir je les lis et je les relis
comme si je suis en train de chercher une faute quelque part…

♣ Se situer dans le temps comme le cas du condamné, et se rappeler les faits entre le passé et le présent :
→Autrefois : les beaux et durs moments passés dans les études…
Révéler ses espoirs et ses vœux…
Exemple : Autrefois, je passais des nuits entières en train de lire et d’effectuer des recherches pour m’enrichir et
améliorer ma situation culturelle…Mon espoir dépassait toutes les limites, je voyais devant moi un avenir sûr, une
famille fondée constituée de petits enfants qui me donnaient toujours envie de revenir le soir pour les caresser et jouer
avec eux…

→Aujourd’hui : évoquer sa situation sentimentale :


Exemple : Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Le temps passe comme l’éclair, j’ai un aspect d’un homme cinquante
ans, des cheveux gris commencent à surgir autour de mes tempes. De temps en temps, je ressens mon âme remonter,
ma gorge devient sèche, je transpire, j’étouffe…

♣ Conclusion : parler de son espoir malgré une situation pareille :


→malgré tout cela, j’essaye de remonter mon désespoir, j’essaye de voir un demain plus clair, plus beau afin de
conserver un certain sens à ma vie…

3ème phase :
Affinement et rédaction sur les cahiers.
Niveau : 1ère année bac
Séance : Lecture méthodique.
Durée : 2heures.
Support : Le dernier jour d’un condamné,
condamné, Hugo .V
Extrait 1 : chapitre VΙΙΙ .pp 54-
54-55

Compétences ciblées : Amener l’élève à :


Identifier le réquisitoire (1) dans un roman à thèse.
Repérer le temps : le tragique dans le compte à rebours.
Déceler la narration au service de la dénonciation.

Extrait 2 :
VIII
Comptons ce qui me reste :
Trois jours de délai après l'arrêt prononcé pour le pourvoi en cassation.
Huit jours d'oubli au parquet de la cour d'assises, après quoi les pièces, comme ils disent, sont envoyées
au ministre.
Quinze jours d'attente chez le ministre, qui ne sait seulement pas qu'elles existent, et qui cependant est
supposé les transmettre, après examen, à la cour de cassation.
Là, classement, numérotage, enregistrement ; car la guillotine est encombrée, et chacun ne doit passer
qu'à son tour. Quinze jours pour veiller à ce qu'il ne vous soit pas fait de passe-droit.
Enfin la cour s'assemble, d'ordinaire un jeudi, rejette vingt pourvois en masse, et renvoie le tout au
ministre, qui renvoie au procureur général, qui renvoie au bourreau. Trois jours.
Le matin du quatrième jour le substitut du procureur général se dit, en mettant sa cravate : - Il faut
pourtant que cette affaire finisse. - Alors, si le substitut du greffier n'a pas quelque déjeuner d'amis qui l'en
empêche, l'ordre d'exécution est minuté, rédigé, mis au net, expédié, et le lendemain dès l'aube on entend
dans la place de Grève clouer une charpente, et dans les carrefours hurler à pleine voix des crieurs enroués.
En tout six semaines. La petite fille avait raison.
Or voilà cinq semaines au moins, six peut-être, je n'ose compter, que je suis dans ce cabanon de Bicêtre,
et il me semble qu'il y a trois jours c'était jeudi.

I. Mise en situation :

1-Situez l’extrait en question :


→Après avoir entendu sa sentence, le condamné compte les jours qui lui restent.

2-A quel type de texte peut-on rattacher ce chapitre ? Justifiez.


→Le texte set purement narratif : le narrateur énumère les étapes que son dossier va suivre avant l’exécution, en
utilisant : les indicateurs temporels qui marquent la chronologie, en plus des tps verbaux (présent, passé composé…)

3-De quelle focalisation peut-on parler dans ce chapitre ? Justifiez.


→Le narrateur est omniscient. Il sait tout de son état d’âme, de ce qui va lui arriver… Il sait aussi comment réagissent
ses adversaires…

II. Hypothèse de lecture :


Qu’est ce qui fait de ce chapitre une dénonciation du système judiciaire français ?
III. Les axes de lecture :

1er axe : Le temps : le compte à rebours, un moyen de dénonciation :


Repérez les indicateurs temporels et les étapes judiciaires correspondantes :

Etapes judiciaires correspondantes


Indicateurs de temps
Délai imposé par le juge après la cassation (2.)
Trois jours
Dossier oublié au parquet (3) avant de l’envoyer au ministre.
Huit jours
Quinze jours Dossier reste chez le ministre

Quinze jours Assiéger le dossier de sorte qu’on ne donne aucun privilège au


condamné.
Trois jours Rejet de pourvoi, envoi du dossier au ministre qui le renvoie au
procureur général qui le renvoie au bourreau
Un jour (le 4ème jour) Le substitut du procureur général s’en charge.

Deux jours (le lendemain du 4ème jour) Préparation de la place de grève…

Quelle valeur donne-t-on au temps par les différents protagonistes (procureur, ministre, condamné…) ?
Justifiez par le texte.
→Autant que le temps compte pour le condamné, les responsables ne s’y intéressent guère.
Ex : p 54, L 7 : Le désintérêt du ministre.
p54-55 L 20-21 : les réactions du procureur général à l’égard de l’affaire.

Quel sentiment inspire ce compte à rebours ?


→il fait naître chez le condamné un caractère d’obsession. Ce dernier se voit assiégé par le temps.

Quelles sont les figures de style qui traduisent cet état d’obsession ?
→L’énumération : Cf p 54-55, L11-L 4 : « Là, classement, numérotage, enregistrement »
« …l’ordre d’exécution est minuté, rédigé, mis au net, expédié… »
L’hyperbole : Cf p 54, L 12 : « la guillotine est encombrée »

L’ironie : Cf : p54-55, L 12 : « chacun ne doit passer qu’à son tour » ; L20 -21 : « le substitut du procureur… »

La répétition : Cf p 54, L 17-18 : « … et renvoie le tout au ministre, qui renvoie au … qui renvoie au … »

Quelle est la tonalité dominante dans ce chapitre ? Justifiez.


→On a la tonalité tragique. Le condamné est obsédé par le temps.

2ème axe : La narration au service de la dénonciation :

Quels sont les éléments qui assurent la narration dans ce chapitre ? Quelle est leur valeur ?
→Les éléments qui assurent la narration dans ce chapitre sont :
Les indicateurs temporels sous formes d’adjectifs numéraux valeur chronologique.
Les temps verbaux : présent narratif et passé composé

Quelle est la valeur de la narration dans cet extrait ?


→Elle vise à dénoncer le système judiciaire français de l’époque.

Comment appelle-t-on ce genre de dénonciation ?


→il s’agit d’un réquisitoire.

A quel type de texte peut-on rattacher le réquisitoire ?


→Le texte argumentatif.
Trouvez donc, la thèse implicite et les arguments :

Thèse Argument

Trois jours pour annuler une décision juridique.


Le dossier reste huit jours au parquet.
Le dossier reste quinze jours chez le ministre.
Le dossier est assiégé pendant quinze jours pour
Le temps n’a aucune valeur dans le système judiciaire ne pas avoir de privilège.
français. Trois jours pour que le dossier arrive chez le
bourreau.
Le dossier passe un jour cher le substitut du
procureur général.
Après deux jours, on prépare la place de grève.

IV. Traces écrites :


Recopier le tableau contenant les éléments argumentatifs.

V. Prolongement :
Sujet : exploiter le tableau ci-dessus pour rédiger un texte argumentatif en variant l’utilisation des liens logiques.

1-Discours, texte qui accuse qqn en


énumérant ses fautes, ses torts.
2-Annulation d’une décision juridique.
3-Lieu où se tiennent les juges ou les
avocats.
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.Langue
Durée : 1heure.
Titre : Les types de raisonnement.
Support : *Les
*Les œuvres intégrales en 1ère bac,
bac, p 180.

Compétence ciblée : Amener l’élève à :


Identifier et utiliser les différentes formes de raisonnement.
raisonnement.

1-Compréhension :
☺ Comment organiser une argumentation ?
→Un texte argumentatif s’organise autour d’une thèse étayée par des arguments.
La thèse correspond à une prise de position, une opinion, un point de vue.
Pour étayer ou réfuter une thèse, on s’appuie sur des arguments. Chaque argument doit être illustré par un exemple.
La cohérence d’un texte argumentatif est assurée par des connecteurs logiques.
En fonction de la stratégie argumentative adoptée, on choisit le type de raisonnement et les arguments qui per-
mettent de défendre la thèse en question.

Tableau à remplir (destiné aux élèves) :

Types de raisonnement Définitions Exemples

L’homme détruit les forêts pour


Il s’agit de partir de l’observation étendre les terres agricoles,
d’un fait particulier pour en tirer l’érosion des soles provoque de
une idée générale, une règle ou un graves inondations, donc un plan de
principe. sauvetage de la forêt doit être mis
en place.

C’est à partir d’une idée générale La sédentarité expose à de graves


qu’on déduit un fait particulier ou maladies. Or vous ne faites aucun
une conséquence. exercice physique, donc vous
courez d’énormes risques.

L’énonciateur commence par Sans doute l’aide alimentaire est-


reconnaitre la thèse et les elle utile pour les pays victimes de
arguments adverses avant de les la sécheresse, mais elle risque de les
réfuter et de défendre plus librement transformer en éternels assistés.
les siens.

Il s’agit de rapprocher deux réalités, Le sénat et le peuple, comme un


deux univers différents pour faire seul corps, périssent par la discorde
admettre une conception originale. et prospèrent grâce à la paix.

Ce raisonnement part de deux La peine de mort détruit la personne


propositions contraires voire du criminel. Mais elle l’exalte
contradictoires : thèse / antithèse. jusqu’à en faire un héros. Donc
A synthèse rallie les deux supprimer la peine de mort permet
propositions. d’humaniser le criminel sans
l’idéaliser.

2- Conceptualisation :
N.B : Avant toute explication, les élèves doivent souligner tous les liens logiques dans chaque exemple pour faciliter
le travail.
Exemple 1: *Identifiez la thèse et l’(es) argument(s) L’homme détruit les forêts pour étendre les terres
agricoles / l’érosion des soles provoque de graves inondations
* Sur quoi s’est basé l’auteur pour raisonner ? L’observation.
*Comment appelle –t-on ce type de raisonnement ? Raisonnement inductif.

Exemple 2 : *Repérez la thèse et l’(es) argument(s) La sédentarité expose à de graves maladies /


Vous ne faites aucun exercice physique.
*Sur quoi s’est basé l’auteur pour raisonner ? Une idée générale.
*Quel type de raisonnement a-t-on ? Raisonnement déductif.

Exemple 3 :*identifiez la thèse en question L’aide alimentaire est utile pour les pays victime de
la sécheresse.
*Quelle place occupe la phrase qui suit la thèse ? Elle s’y oppose (antithèse).
*Quel raisonnement a-t-on alors ? Raisonnement concessif.

Exemple 4 : *Repérez les différents protagonistes mis en œuvre dans cet exemple Le sénat et le peuple.
*Comment sont-ils présentés par l’auteur ? Il les compare.
*A quel résultat aboutit l’auteur ? L’union fait la force.
*Comment appelle-t-on ce genre de raisonnement ? Raisonnement analogique.

*La peine de mort détruit la personne du criminel

Exemple 5 : *Identifiez la thèse et son contraire

*Elle l’exalte jusqu’à en faire un héros.

*Quel rapport y a-t-il entre ces deux idées ? Rapport d’opposition.


*Quel rapport y a-t-il entre ces deux phrases et la dernière ? La dernière est une conclusion.
*De quel type de raisonnement s’agit-il ? Raisonnement dialectique : thèse, antithèse, synthèse.

☺ Tableau destiné au professeur :

Types de raisonnement Définitions Exemples

Il s’agit de partir de l’observation L’homme détruit les forêts pour


Raisonnement inductif d’un fait particulier pour en tirer étendre les terres agricoles,
une idée générale, une règle ou un l’érosion des soles provoque de
principe graves inondations, donc un plan de
sauvetage de la forêt doit être mis
en place.
C’est à partir d’une idée générale La sédentarité expose à de graves
Raisonnement déductif qu’on déduit un fait particulier ou maladies. Or vous ne faites aucun
une conséquence. exercice physique, donc vous
courez d’énormes risques.
L’énonciateur commence par Sans doute l’aide alimentaire est-
reconnaitre la thèse et les elle utile pour les pays victimes de
Raisonnement concessif arguments adverses avant de les la sécheresse, mais elle risque de les
réfuter et de défendre plus librement transformer en éternels assistés.
les siens.
Il s’agit de rapprocher deux Le sénat et le peuple, comme un
Raisonnement analogique réalités, deux univers différents seul corps, périssent par la discorde
pour faire admettre une conception et prospèrent grâce à la paix.
originale.
Raisonnement dialectique Ce raisonnement part de deux La peine de mort détruit la personne
propositions contraires voire du criminel. Mais elle l’exalte
contradictoires : thèse / antithèse. jusqu’à en faire un héros. Donc
A synthèse rallie les deux supprimer la peine de mort permet
propositions. d’humaniser le criminel sans
l’idéaliser.
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.orales
Durée : 1heure.
Titre : exposé autour de la réinsertion des prisonniers au Maroc.
Maroc.
Compétences
Compétences ciblées
ciblées : Amener l’élève à :
Effectuer des recherches concernant
concernant un fait social.
Débattre d’un sujet d’ordre social.

1ère phase :

L’élève (les élèves) responsable(s) de l’exposé sera appelé à réaliser sa recherche hors classe en préparant son sujet
selon les axes que le professeur choisira avec lui :

Le prisonnier au Maroc : réalité et espoir.


Le prisonnier marocain : vie à l’intérieur de la prison.
Le prisonnier libéré : réalité et attentes.
Le prisonnier réinséré entre la réalité et les exigences sociales.

2ème phase :

Débat ouvert autour des axes exposés.


Point de vue personnel.

3ème phases :

Traces écrites : axes discutés.

Remarque :

Il est préférable que l’exposé soit sous forme de reportage, photos, interview…
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.P.E
Durée : 1heure.
Sujet : Rédigez un réquisitoire dans lequel vous dénoncez toute personne exploitant les mineurs.

Compétence visée : Amener l’apprenant à :


Rédiger un réquisitoire où il exprime ses sentiments et son opinion à l’égard d’un fait social.

1ère phase :
☺ Lecture du sujet et repérage des mots-clés.
☺ Réexpliquer le mot réquisitoire.
☺ Rappeler le type de texte et de plan à suivre : texte argumentatif / plan simple.

2ème phase : Plan exemple :

Proposer une thèse à travers laquelle vous allez prononcer votre discours qui reproche l’exploitation des
enfants mineurs :
→Nombreux sont les messages qui se diffusent chaque jour sur les écrans de la télévision et sur les ondes de la radio
concernant l’exploitation des enfants.

Relier ce constat avec votre point de vue à l’aide d’un lien logique qui le confirme :
→En effet, l’enfance dans le monde entier souffre de ce fléau qui la ronge et la pousse à la dérive…

Donner des exemples qui montrent l’exploitation des mineurs :


→Ainsi, nous trouvons des mineurs dans des champs, des usines… des bonnes dans des maisons et pourquoi pas sur
les trottoirs et les lieux malsains…

Emettre son discours (réquisitoire) dans lequel vous accusez les responsables :
→Or, leur place n’est plus là. Ils doivent être parmi ceux qui jouissent de l’école et des cours dans les classes.
Malheureusement, les exploitants ne voient en eux qu’un moyen de s’enrichir et d’agrandir sa fortune, quelque soient
le résultat et les conséquences. Où sont donc les responsables ?
Certes, ces enfants aident leurs familles démunies mais ils subissent une autodestruction. De là, vient donc, la
responsabilité des parents. Ces derniers doivent être poursuivis en justice en cas d’un délaissement vis-à-vis leurs
progénitures…

Proposer une conclusion ouverte au sujet suscitant un débat :


→Malheureusement, cette situation, nous la vivons quotidiennement quoique ce problème doive être mis entre les
mains des responsables. Ils sont appelés à imposer des lois qui inculperont toute personne de près ou de loin, qui pense
abîmer cet âge…

3ème phase :
Affinement et rédaction.
Niveau : 1ère année bac
Séance : Lecture méthodique.
Durée : 2heures.
Support : Le dernier jour d’un condamné,
condamné, Hugo .V
Extrait 3 : chapitre XV .pp 74-
74-75

Compétences ciblées : Amener l’élève à :


Identifier le thème qui suscite la problématique.
Repérer et reconstituer les thèses et les arguments.

Extrait 3 :
XV

Malheureusement je n'étais pas malade. Le lendemain il fallut sortir de l'infirmerie. Le cachot me reprit.
Pas malade ! en effet, je suis jeune, sain et fort. Le sang coule librement dans mes veines ; tous mes
membres obéissent à tous mes caprices ; je suis robuste de corps et d'esprit, constitué pour une longue vie ;
oui, tout cela est vrai ; et cependant j'ai une maladie, une maladie mortelle, une maladie faite de la main des
hommes.
Depuis que je suis sorti de l'infirmerie, il m'est venu une idée poignante, une idée à me rendre fou, c'est
que j'aurais peut-être pu m'évader si l'on m'y avait laissé. Ces médecins, ces sœurs de charité, semblaient
prendre intérêt à moi. Mourir si jeune et d'une telle mort ! On eût dit qu'ils me plaignaient, tant ils étaient
empressés autour de mon chevet. Bah ! curiosité ! Et puis, ces gens qui guérissent vous guérissent bien
d'une fièvre, mais non d'une sentence de mort. Et pourtant cela leur serait si facile ! une porte ouverte !
Qu'est-ce que cela leur ferait ?
Plus de chance maintenant ! Mon pourvoi sera rejeté, parce que tout est en règle ; les témoins ont bien
témoigné, les plaideurs ont bien plaidé, les juges ont bien jugé. Je n'y compte pas, à moins que... Non,
folie ! plus d'espérance ! Le pourvoi, c'est une corde qui vous tient suspendu au-dessus de l'abîme, et qu'on
entend craquer à chaque instant, jusqu'à ce qu'elle se casse. C'est comme si le couteau de la guillotine
mettait six semaines à tomber.
Si j'avais ma grâce ? - Avoir ma grâce ! Et par qui ? et pourquoi ? et comment. ? Il est impossible qu'on
me fasse grâce. L'exemple ! comme ils disent.
Je n'ai plus que trois pas à faire : Bicêtre, la Conciergerie, la Grève.

I. Mise en situation :
Situez l’extrait en question :
→Le chapitre qui nous intéresse ici est tiré de l’œuvre de Victor Hugo, Le dernier jour d’un condamné publiée en
1829.
Après avoir assisté au transfert lamentable des forçats, le condamné regrette sa situation et rêve d’être gracié sinon au
moins être malade pour rester à l’infirmerie.

A quel type de texte peut-on rattacher ce chapitre ? Justifiez.


→C’est un texte à dominante narrative : variation dans l’utilisation des temps de narration à savoir le présent, le passé
composé, l’imparfait… cette variation fait rapprocher ce chapitre à un discours que le condamné adresse aux
responsables…

De quelle focalisation s’agit-il dans ce chapitre ? Justifiez.


→C’est la focalisation zéro : le narrateur est omniscient, il sait tout que ce soit sa situation ou celle de ses
adversaires…

II. Hypothèse de lecture :

Qu’est –ce qui fait de ce chapitre un appel direct à la grâce et une traduction visible de la situation tragique du
condamné ?
III. Axes de lecture :

1er axe : Le quotidien tragique du condamné :

Où se manifeste le tragique dans la situation du condamné et par conséquent de tous les accusés ? Citez le
texte.
→Le condamné souhaite rester à l’infirmerie. Il déteste retourner au cachot. Cf L 1 p 74

Quel est son souhait ? Quel élément linguistique le traduit dans le texte ?
→Il souhaite tomber malade : l’adverbe de manière « Malheureusement… » Cf L 1 p 74.

D’autres idées folles le regagnent, lesquelles ? arrive-t-il à les conserver ?


→Il est rongé par trois idées qu’il n’arrive pas à conserver :
Se montrer fou, s’évader, avoir la complicité des médecins et des sœurs de charité. Cf §3 p74.

Quel message cherche-t- à transmettre ?


→il cherche à nous montrer que le condamné passe des moments horribles dans sa cellule, surtout après avoir assisté
au transfert inhumain des forçats.

Quelle tonalité domine lorsque le condamné parle de sa santé ? Pourquoi ?


→On a deux tonalité : tragique, vu que le destin du narrateur est marqué par la fatalité « l’exécution » (Cf § 3 L 18-19
p74 / §1 p75) et ironique étant donné qu’il se moque de sa santé que les responsables ne vont pas épargner malgré sa
« validité ». Cf § 1-2,p 74.

Malgré cela, quel est son souhait ? Citez le texte.


→Il rêve d’une grâce, cf § 2, p 75

En évoquant le thème de « la grâce », que cherche le condamné à susciter chez le public ?


→Il cherche à déclencher un débat, par conséquent une polémique.

2ème axe : La grâce : un souhait impossible :

Le condamné parviendra-t-il à conserver l’idée de sa grâce ? Pourquoi ?


→Non, il sait que son jugement était décisif et qu’il ne lui reste que trois pas à faire. Cf § 1. L 2-3, §2 .L13.

Dans ce chapitre, le condamné évoque ses adversaires, lesquels ? quelles figures de style utilise-t-il pour les
citer ?
→Il a trois types d’adversaires : les témoins, les plaideurs et les juges.
→Les figures de style : L’énumération, l’exclamation, la comparaison, l’hyperbole… Cf §1, p75.

A quel genre littéraire peut-on rattacher le discours du condamné ?


→Il s’agit d’une satire (épigramme : discours qui s’attaque à qqn ou qqch de façon ironique ou moqueuse)

Quel est le champ lexical qui domine dans le 1er et le 2ème § ? Que vise le condamné ?
→On a le champ lexical de la santé : « malade, infirmerie, jeune, sain, fort, sang… » ; le condamné cherche à
démontrer l’absurdité des gestes des responsables non seulement à son égard, mais vis-à-vis tous les condamnés de
son genre. Son objectif donc, est de déclencher une polémique contre la peine capitale.

A quel type de texte peut-on rattacher une polémique ? reformulez les thèses et les arguments.
→On un texte argumentatif contenant deux thèses opposées avec des arguments :

Thèse du condamné : Je suis en bonne Thèse des adversaires : Le


santé (corps et esprit) pourvoi est refusé et le condamné
doit être exécuté.
Arguments : Je suis jeune / je suis sain Arguments: Les témoins ont bien
et fort. OR témoigné.
Tous mes membres Les plaideurs ont
obéissent à tous mes caprices bien plaidé
Je suis robuste de corps et Les juges ont bien
d’esprit, constitué pour une longue vie. jugé.
Quelles sont les institutions impliquées dans la peine de mort et que le narrateur accuse ?
→Il accuse deux institutions : la justice et la médecine.

Quel est l’objectif du narrateur en évoquant ces deux institutions ?


→Il les critique pour attirer l’attention du lecteur sur leur rôle négatif à l’égard du citoyen, d’où production d’un
support polémique.

IV. Traces écrites :

A l’aide d’un discours ironique qui constitue une satire sociale, le narrateur critique vivement toutes les
institutions impliquées dans la peine de mort : il produit par là, un texte polémique.

V. Prolongement :

Identifiez dans le chapitre xxvɪ les institutions et les destinataires impliquées dans la peine capitales.
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.Langue
Durée : 1heure.
Titre
Titre : Les figures de style : *L’atténuation : l’euphémisme / la
la litote.
*L’ironie.
*Mes œuvres en 1ère bac,
Support : *Mes bac, p 157.

Compétence ciblée : Amener l’élève à :


Identifier et réutiliser quelques figures de style.

I. Compréhension et conceptualisation :

A-L’atténuation :

A1 :L’euphémisme :

Repérez dans les exemples l’idée que cherche l’auteur à passer :

Exemples :
1- Le quatrième âge les grands vieillards.
2- Il est temps que je me repose (Hugo) Il est temps que je meure.

Quel est l’objectif de l’auteur ? Adoucir une réalité cruelle.

De quelle figure de style s’agit-il ? l’euphémisme.

☺ Définition : L’euphémisme consiste à employer un mot à la place d’un autre ou une expression pour atténuer
son sens. L’objectif est de dissimuler une idée brutale, désagréable ou jugée inconvenante.

A2 : La litote :

Identifiez les exemples ci-dessous le sens désiré par l’auteur. Pourquoi à-t-il recourt à ce procédé ?

Exemples :
1- « Va, je ne te hais point », Corneille Je t’aime toujours.
2- Ce n’est pas fameux C’est mauvais. Le but : dire moins pour
signifier plus.

☺ Définition : La litote consiste à atténuer une idée par une tournure moins directe, souvent par un verbe à la
forme négative ; le but est d’exprimer implicitement beaucoup plus qu’il n’est dit.

B-L’ironie :

Répondez aux questions à partir de l’exemple ci-dessous :

Exemple : « Les yeux me cuisent comme si j’étais dans la fumée.


J’ai mal dans les coudes.
Encore deux heures et quarante-cinq minutes, et je serai guéri » Le dernier jour d’un condamné, Hugo.

De quoi le narrateur souffre-t-il ? Il souffre de l’attente.


Combien de temps à vivre lui reste-t-il ? Deux heures et quarante-cinq minutes.
Quel adjectif / p. passé utilise-t-il pour parler de son exécution ? Le participe passé : « guéri ».
Quel mot peut-il remplacer ce participe / adj. ? guillotiné, exécuté, mort…
Quel rapport y-t-il entre le mot « guéri » et les autres mots ? Rapport d’opposition.
Quel nom donne-t-on à cette figure de style ? Il s’agit de l’ironie.
Quel effet produit-elle sur le lecteur ? La surprise.

☺ Définition : L’ironie est une figure de style qui consiste à utiliser des mots qui signifient le contraire de ce
qu’on veut dire, en employant divers procédés dont l’antiphrase.
L’effet recherché / le but : Le locuteur utilise l’ironie quant il formule une idée en laissant entendre qu’il n’y
adhère pas. Dans les textes littéraires, l’ironie surprend et cherche à faire réagir le
lecteur , surtout quand il s’agit de critiquer ou de dénoncer qqchose ou qqn.

II. Réemploi :

1-Trouvez les expressions sous-jacentes que cible la litote dans les phrases suivantes :

a-Je ne suis pas très content ! Je suis mécontent.


b-Ce n'est pas mal ! C'est bien.
c-Ça ne sent pas la rose ! Ça sent mauvais.
d-Ne pas se le faire dire deux fois. Agir immédiatement.
e-Ce n'est pas pour demain. C'est pour dans très longtemps.
f-Ce n'est pas l'idéal C'est mauvais, mal fait.
g-Ce n'est pas rigolo C'est pénible, ennuyeux.
h- Angli, sed non angeli. Les Anglais sont des diables.
i-Ça ne casse pas trois pattes à un canard. C'est banal, sans intérêt.
j-Il ne laissera pas que des regrets On le déteste.
k- Il ne fait pas partie de la ligue anti-alcoolique C'est un ivrogne.
l-Ils ne partiront pas en vacances ensemble Ils se haïssent.
m- Il n'a pas fait le voyage pour rien Il a réussi.
Source : http://exercices.jeblog.fr/la-litote-p599391

2-Trouvez l’expression ciblée par l’euphémisme dans les phrases suivantes :

Chatouiller les côtes (rosser), les malentendants (les sourds), les verticalement différents (les nains), s'éteindre
(mourir), traiter un objectif (bombarder), lisser les effectifs (licencier) ; les personnes âgées, le troisième âge, les
anciens, les seniors (les vieux) ; les pays en voie de développement (les pays sous-développés), les économiquement
faibles (les pauvres).
Source : http://monsu.desiderio.free.fr/atelier/figures4.html

3-Identifiez les procédés de l’ironie dans les phrases suivantes :

a- Tu as encore eu un zéro en math ? alors, tu as vraiment battu un record !


b- Quelle belle journée ! Il n’a pas arrêté de pleuvoir depuis le matin.
c- Cet ordinateur est vraiment beau marché ; son prix n’est que 35000 dh !
d- Notre prof est très gentil : chaque jour, il renvoie de la classe deux à trois élèves.
e- Votre équipe préférée se défend bien, elle n’a perdu que 7 matchs sur 10.
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.P.E
Durée : 1heure.
Sujet : Certains pays autorisent l’euthanasie comme solution pour des malades atteints de maladies incurables.
Rédigez une polémique dans laquelle vous dénoncez cet acte en l’accusant d’être une forme d’exécution.

Compétence visée : Amener l’apprenant


l’apprenant à :
Rédiger un texte polémique.

1ère phase :
o Lecture du sujet et repérage des mots-clés.
o Attirer l’attention des élèves sur :
→Le genre de discours à produire : discours polémique.
→Le type de texte à produire : texte argumentatif.
→Le plan à suivre : plan simple.
→la bonne utilisation des liens logiques.
→l’utilisation des exemples

2ème phase : plan exemple :


♣ Reformuler l’idée proposée dans le sujet :

→Plusieurs personnes / pays pensent que l’euthanasie est une mort choisie soit par le malade, soit par sa famille afin
de le libérer du mal dont il souffre…

♣ Réfuter cette idée en proposant votre opinion personnelle qui sera à la fois une thèse à défendre et un début
pour un texte polémique :

→Malheureusement, la réalité est une autre chose : l’euthanasie n’est qu’une façon parmi d’autres qui sert à
condamner la personne…

♣ Proposer des arguments qui appuient votre thèse :

→En effet, tout être humain a le droit de vivre quelque soit sa condition physique ou morale. D’une part, il jouie de la
vie comme les autres et cherche à se soigner vu que la médecine est un droit offert gratuitement pour tout citoyen.
D’autre part, c’est un membre de la famille dont cette dernière est responsable. Elle est obligée de le protéger et de
veiller sur lui malgré sa situation difficile.
D’un autre côté, la personne qui pratique l’euthanasie en tant que solution doit se mettre à la place de l’infirme pour
sentir le mal que peut lui causer cette opération. Certes, pour la pratiquer c’est une solution mais pour celui qui la
subie, ce n’est qu’une exécution au nom de la pitié et de l’amour…

♣ Penser à une conclusion ouverte :

→Cherchons d’autres solutions que l’euthanasie, protégeons toute personne qu’elle soit de près ou de loin, veillons
sur la santé de l’être humain et soyons surtout solidaire…

3ème phase :

Lecture du sujet et affinement.


Niveau : 1ère année bac
Séance : Lecture méthodique.
Durée : 2heures.
Support : Le dernier jour d’un condamné,
condamné, Hugo .V
Extrait
Extrait 4:4: chapitre XLV11.
De : « D’une chambre de … à … a répondu l’autre ». pp 131-
131-132
Compétences ciblées : Amener l’élève à :
Identifier le blâme (désapprobation, refus) dans le roman à thèse.
Repérer les éléments de la narration et de la description qui sont au service de l’argumentation.

Extrait 4 :

XLVIII
D'une chambre de l'Hôtel de Ville.

De l'Hôtel de Ville !... – Ainsi j'y suis. Le trajet exécrable est fait. La place est là, et au-dessous de la
fenêtre l'horrible peuple qui aboie, et m'attend, et rit.
J'ai eu beau me roidir, beau me crisper le cœur m'a failli. Quand j'ai vu au-dessus des têtes ces deux bras
rouges, avec leur triangle noir au bout, dressés entre les deux lanternes du quai, le cœur m'a failli. J'ai
demandé à faire une dernière déclaration. On m'a déposé ici, et l'on est allé chercher quelque procureur du
roi. Je l'attends, c'est toujours cela de gagné.
Voici :
Trois heures sonnaient, on est venu m'avertir qu'il était temps. J'ai tremblé, comme si j'eusse pensé à
autre chose depuis six heures, depuis six semaines, depuis six mois. Cela m'a fait l'effet de quelque chose
d'inattendu.
Ils m'ont fait traverser leurs corridors et descendre leurs escaliers. Ils m'ont poussé entre deux guichets
du rez-de-chaussée, salle sombre, étroite, voûtée, à peine éclairée d'un jour de pluie et de brouillard. Une
chaise était au milieu. Ils m'ont dit de m'asseoir ; je me suis assis.
Il y avait près de la porte et le long des murs quelques personnes debout, outre le prêtre et les
gendarmes, et il y avait aussi trois hommes. Le premier, le plus grand, le plus vieux, était gras et avait la
face rouge. Il portait une redingote et un chapeau à trois cornes déformé. C'était lui.
C'était le bourreau, le valet de la guillotine. Les deux autres étaient ses valets, à lui.
À peine assis, les deux autres se sont approchés de moi, par-derrière, comme des chats, puis tout à coup
j'ai senti un froid d'acier dans mes cheveux et les ciseaux ont grincé à mes oreilles.
Mes cheveux, coupés au hasard, tombaient par mèches sur mes épaules, et l'homme au chapeau à trois
cornes les époussetait doucement avec sa grosse main.
Autour, on parlait à voix basse.
Il y avait un grand bruit au-dehors, comme un frémissement qui ondulait dans l'air. J'ai cru d'abord que
c'était la rivière ; mais, à des rires qui éclataient, j'ai reconnu que c'était la foule.
Un jeune homme, près de la fenêtre, qui écrivait, avec un crayon, sur un portefeuille, a demandé à un
des guichetiers comment s'appelait ce qu'on faisait là.
– La toilette du condamné, a répondu l'autre.

I. Mise en situation :

1-Situer le passage par rapport aux événements :


→Rongé par l’atmosphère qui précède l’exécution, le narrateur présente les personnages qui vont s’occuper de lui et
décrit son état d’âme qui ne cesse de se dégrader au fur et à mesure que l’heure de la condamnation s’approche.
2-A quel type de texte appartient ce passage ? Justifiez.
→C’est un texte narratif descriptif : variation dans l’utilisation des temps verbaux, des caractérisants.. (Cf extrait)

3-De quelle focalisation s’agit-il ? Justifiez.


→La focalisation est interne : le narrateur rapporte les faits et les réactions des autres personnages à sa façon. En plus
de l’utilisation du pronom personnel « il(s) ».

II. Hypothèse de lecture :

Qu’est-ce qui fait de la narration et de la description un blâme / un refus adressé contre la peine de mort ?

III. Axes de lecture :

1er axe : La description et la narration pour blâmer :

♣ Quels sont les lieux cités dans ce passage ? comment se présentent-ils ? quelle interprétation donnez-vous ?
→on a : chambre de l’hôtel de ville, la place, au dessous de la fenêtre, quai, ici, corridors, escaliers, guichets de rez-
de—chaussée, salle, « une chaise », dehors les lieux varient du plus grand vers le plus petit, cela
montre qu’il n’y a plus de place pour le condamné, il a fini par avoir à la fin une simple chaise même si que lui, il
pense toujours à sa liberté (dehors).

♣ Complétez le tableau ci-dessous :


Personnages Caractérisants Fonction de la caractérisation Valeur de la
caractérisation
Le peuple Horrible, aboie, attend, rit Narrative (présenter le caractère Dévaloriser, dénoncer,
des personnages) et symbolique critiquer…
(passer un message sur les
personnages)
Le bourreau Grand, vieux, gras, face rouge, a Narrative et explicative (donner Dénoncer
une redingote et un chapeau… une image fidèle sur le
personnage).
Le journaliste Jeune homme, qui écrivait. Narrative informative. Neutre

♣ Quelles sont les figures de style utilisées dans cette description ?


→Personnification : trajet exécrable (très mauvais).
Hyperbole, métaphore et énumération : l’horrible peuple qui aboie, et m’attend, et rit. Le peuple / Cf §1 p131.

La gradation : Le premier, le plus grand, le plus vieux.


La métaphore : le valet de la guillotine. Le bourreau / Cf §1 p 132.

♣ Dans duel état d’âme se présente le condamné devant ses adversaires ? Accepte-t-il ce qu’on fait de lui ?
→Il est choqué surtout vis-à-vis du peuple qui se montre avec la peine capitale. Cela nous pousse à dire qu’il est
complètement opposé à ce qui se passe. Il refuse tout, c’est ce qu’on appelle un blâme.

♣ Repérez les pronoms personnels utilisés dans cet extrait. A qui renvoient-ils ? Quel rapport entretiennent-
ils ?
On

→ Je : Le narrateur Les responsables de l’exécution : On a un rapport d’opposition /


Ils Rapport condamné / hommes de loi

2ème axe : La narration et la description au service de l’argumentation :


♣ Qu’est ce qui fait de la narration et de la description de la scène des toilettes un argument fort contre la
peine de mort ?
→On a une narration et une description a fonction argumentative : on insiste sur le psychique du condamné qui se
dégrade lorsqu’on le prépare. En quelque sorte c’est une contradiction : on fait ses toilettes pour une fête, pas pour
une exécution…
♣ Que cherche le narrateur à déclencher chez le lecteur ?
→Une certaine responsabilité et conscience. Il veut que le lecteur se mette à la place du condamné pour le défendre.

♣ Quel registre littéraire domine dans ce passage ?


→On a le registre tragique : la situation dans laquelle se trouve le condamné est sans issue. C’est une situation de
pitié et de terreur face à la force du destin (la mort certaine).

IV. Traces écrites :


Dans ce passage, la narration et la description ne sont pas gratuites. Elles sont au service de l’argumentation. Elles
montrent à quel point le condamné blâme la situation dans laquelle, il se trouve surtout la scène des toilettes et le
comportement inconscient du peuple.

V. Prolongement :

La scène du peuple qui se montre avide de sang, n’est qu’un moyen de dénonciation que lui adresse le condamné.
Montrez, dans un texte argumentatif, comment en vous appuyant sur des arguments et des exemples.
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.Langue
Durée : 1heure.
Titre : La question rhétorique.
Support : *Mes
*Mes œuvres en 1ère bac,
bac, p 141.

Compétence ciblée : Amener l’élève à :


Identifier le s caractéristiques de la fausse question.

1-Compréhension et conceptualisation :

Et puis, ce que j'écrirai ainsi ne sera peut-être pas inutile. Ce journal de mes souffrances, heure
par heure, minute par minute, supplice par supplice, si j'ai la force de le mener jusqu'au moment
où il me sera physiquement impossible de continuer, cette histoire, nécessairement inachevée,
mais aussi complète que possible, de mes sensations, ne portera-t-elle point avec elle un grand
et profond enseignement ? N'y aura-t-il pas dans ce procès-verbal de la pensée agonisante, dans
cette progression toujours croissante de douleurs, dans cette espèce d'autopsie intellectuelle
d'un condamné, plus d'une leçon pour ceux qui condamnent ? Peut-être cette lecture leur
rendra-t-elle la main moins légère, quand il s'agira quelque autre fois de jeter une tête qui
pense, une tête d'homme, dans ce qu'ils appellent la balance de la justice ?
Le dernier jour d’un condamné, Chap V1, Hugo

Repérez dans ce passage toutes les phrases interrogatives .Quel est l’objectif du narrateur en les posant ?
→ On a 3 interrogations (cf texte), le narrateur essaye de trouver des réponses.

Ce passage est considéré comme monologue, c’est pourquoi le narrateur se pose ces questions, pourquoi ?
→il cherche à se soulager et trouver un argument tangible qui justifie sa condamnation.

Ce passage est destiné indirectement au lecteur, pourquoi donc le condamné lui soumet-il ces questions ?
→Il veut impliquer le lecteur avec lui.

Quel autre type de phrase peut remplacer ces interrogations ? Effectuez la transformation.
→La phrase déclarative :
N'y aura-t-il pas dans ce procès-verbal de la pensée agonisante, dans cette progression toujours
croissante de douleurs, dans cette espèce d'autopsie intellectuelle d'un condamné, plus d'une
leçon pour ceux qui condamnent ?

Il y’aura dans ce procès verbal de la pensée agonisante, dans cette progression toujours croissante
de douleurs, dans cette espèce d’autopsie intellectuelle d’un condamné, plus d’une leçon pour
ceux qui condamnent.

Comment appelle-t-on ce type de question ? Quel intérêt représente son emploi ?


→Une fausse question / question oratoire / question rhétorique. Son intérêt est d’impliquer le
destinataire…

☺Définition :
Une question rhétorique est une fausse question qui se présente sous forme de phrase interrogative mais qui
n’a pas besoin de réponse, puisqu’elle équivaut à une phrase déclarative. Elle est utilisée dans un
monologue délibératif (où une personne réfléchit pour prendre une décision), et dans un texte argumentatif
où l’énonciateur cherche à forcer le destinataire à adhérer à la thèse avancée.
2-Réemploi :

Trouvez les phrases déclaratives correspondantes aux fausses questions suivantes :

a-Peut-être n'ont-ils jamais réfléchi, les malheureux, à cette lente succession de tortures que renferme la formule
expéditive d'un arrêt de mort ?
b-Se sont-ils jamais seulement arrêtés à cette idée poignante que dans l'homme qu'ils retranchent il y a une
intelligence ; une intelligence qui avait compté sur la vie, une âme qui ne s'est point disposée pour la mort ?
c-Que ce que j'écris ici puisse être un jour utile à d'autres, que cela arrête le juge prêt à juger, que cela sauve des
malheureux, innocents ou coupables, de l'agonie à laquelle je suis condamné, pourquoi ?
d-Est-ce que vraiment j'ai pu penser ces folies ?

Transformez les déclaratives soulignées en fausses questions :

a- La peine de mort doit être abolie, personne ne peut dire le contraire.


b- Les juges prononcent facilement la peine de mort ; ils ne réfléchissent pas assez aux conséquences du
verdict.
c- Le condamné est angoissé par la mort ; il ne pourrait faire autrement.

3-Production :

Phase réservée aux élèves et aux phrases qu’ils sont appelées à produire.
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.orales
Durée : 1heure.
Titre : exposé autour des droits de l’Homme.
Compétences ciblées : Amener l’élève à :
Effectuer des recherches concernant
concernant un thème intellectuel, l’exposer et le débattre.

1ère phase :

Désigner un volontaire pour l’exposé.

2ème phase :

Orienter les élèves en choisissant les axes à exposer vu que le sujet est très riche :
Droits de l’Homme dans l’antiquité.
Droits de l’Homme à l’époque moderne.
Droits de l’Homme en Europe.
Droits de l’Homme en Afrique.
Droits de L’homme au Maroc.

3ème phase :
Exposé et débat.

N.B : l’exposé aura plus de valeur s’il est sous forme de documentaire, de photos…
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.P.E
Durée : 1heure.
Sujet : Au fur et à mesure que le temps de l’exécution s’approche, le condamné connait beaucoup de
transformations
transformations psychiques et sentimentales.
Rédigez un texte dans lequel vous décrivez son état.
Compétence visée : Amener l’apprenant à :
Rédiger un texte descriptif narratif pour mettre en valeur l’état de sentiment d’un condamné.
Exploiter les éléments linguistiques
linguistiques (caractérisants, verbes d’état…) vus dans les chapitres étudiés, dans
un cadre écrit.

1ère phase :
o Lecture du sujet et repérage des mots-clés.
o Attirer l’attention sur le type de texte à produire : narratif descriptif.
o Attirer l’attention sur le temps verbal dominant : le présent narratif et descriptif pour donner une
certaine vivacité au sujet.
o Le pronom personnel utilisé est « Il ».
o Repérer en vrac l’état de sentiment du condamné en notant tout sur le tableau.

2ème phase : plan exemple :

Introduction
Introduction :
Amener le sujet par une idée générale / répéter la même idée contenue dans le sujet…
→Au fur et à masure que le temps de l’exécution s’approche, le condamné connait beaucoup de
transformations psychologiques et sentimentales.

Développement :
Employer un lien logique convenable pour éclaircir l’état moral du condamné :
→En effet, seul dans sa cellule, il se voit seul au monde, ses idées s’estompent l’une après l’autre, son esprit
se vide, parfois il se sent la nausée et se précipite au petit coin pour vomir…

Montrer comment l’état moral influence l’état physique sans oublier les liens logiques :
→Or, tout cela n’est que l’effet de la pression psychologique vu que son corps lui aussi subit beaucoup de
transformations. Il se sent ses vêtement se rétrécir, sa gorge devient sèche, ses cheveux se hérissent, ses yeux
deviennent larmoyants, son front transpire, ses jambes et ses mains tremblent à tel point qu’il fait tomber son
stylo plusieurs fois. Il se sent que les murs de sa cellule se renferment sur lui. Il cherche vainement à
remonter le temps et se rappeler son passé, malheureusement une voix froide lui rappelle la guillotine.
Chaque fois qu’il entend le bruit d’un pas dans le couloir, son cœur bat la chamade en croyant que c’est le
bourreau qui l’appelle…

Conclusion :
Penser à une conclusion convenable pour fermer le sujet :
→Bref, il voit que personne ne peut l’aider à dépasser sa torpeur et tente de s’encourager mais l’ombre de la
mort le guette là où il se déplace…

3ème phase :
Affinement et rédaction.
Niveau : 1ère année bac
Séance : Lecture méthodique.
Durée : 2heures.
Support : Le dernier jour d’un condamné,
condamné, Hugo .V
Extrait 5:
5: chapitre XLIX. Pp 139-
139-140.

Compétences ciblées : Amener l’élève à :


Identifier les caractéristiques du texte de clôture dans un roman à thèse.
Identifier le message de l’auteur.
Identifier le ton tragique contenu dans l’œuvre.

Extrait 5 :

XLIX

Un juge, un commissaire, un magistrat, je ne sais de quelle espèce, vient de venir. Je lui ai demandé ma
grâce en joignant les deux mains et en me traînant sur les deux genoux. Il m'a répondu, en souriant
fatalement, si c'est là tout ce que j'avais à lui dire.
- Ma grâce ! ma grâce ! ai-je répété, ou, par pitié, cinq minutes encore !
Qui sait ? elle viendra peut-être ! Cela est si horrible à mon âge, de mourir ainsi ! Des grâces qui
arrivent au dernier moment, on l'a vu souvent. Et à qui fera-t-on grâce, monsieur si ce n'est à moi ?
Cet exécrable bourreau ! il s'est approché du juge pour lui dire que l'exécution devait être faite à une
certaine heure, que cette heure approchait, qu'il était responsable, que d'ailleurs il pleut, et que cela
risque de se rouiller.
- Eh, par pitié ! une minute pour attendre ma grâce ! ou je me défends ! je mords !
Le juge et le bourreau sont sortis. Je suis seul.
Seul avec deux gendarmes.
Oh ! l'horrible peuple avec ses cris d'hyène. Qui sait si je ne lui échapperai pas ? si je ne serai pas
sauvé ? si ma grâce ?... Il est impossible qu'on ne me fasse pas grâce !
Ah ! les misérables ! il me semble qu'on monte l'escalier..

QUATRE HEURES

I. Mise en situation :
a- Situez le chapitre en question :
→Situation : Le narrateur nous conduit avec lui sur l’échafaud avec l’espoir de recevoir une grâce
impossible : on a donc un texte de clôture.

b- A quel type de texte peut-on rattacher ce chapitre ? Justifiez.


→Le chapitre est à dominante narrative : les temps verbaux (PC, , impft,…), le discours du condamné
qu’on peut considérer comme monologue (rendre les faits plus vivants…)

c- De quelle focalisation s’agit-il ? Justifiez.


→Le narrateur est omniscient, c’est la focalisation zéro : le narrateur / condamné connait les intentions
profondes de ses adversaires…

II. Hypothèses de lecture :


Qu’est-c qui fait de ce texte de clôture (épilogue) message et signe d’alarme contre la peine capitale ?

III. Axes de lecture :


1er axe : Le texte de clôture dans le roman à thèse :
Quel est l’événement marquant dans ce chapitre ?
→Le narrateur arrive sur l’échafaud, il n’a pas été gracié.

Peut-on parler d’un excipit ? Pourquoi ?


→Ce chapitre ne remplit pas la fonction d’excipit : il n’y a pas de solution, on arrive à une fin tragique,
c’est une chute.

Dans quel état psychologique se trouve le narrateur ? justifiez par des indices linguistiques et
rhétoriques.
→L’état psychologique du narrateur/condamné se dégrade de plus en plus avec l’espoir d’être gracié.(Cf § 1,
p139) : l’énumération (L1), l’exclamation (cf texte), la question oratoire (cf §2-4), la répétition (cf texte), la
ponctuation expressive… (cf texte).

Comment apparait l’attitude du narrateur face à ses bourreaux ? Citez le texte.


→On assiste à un cadre où règne le déséquilibre et le narrateur se trouve confronté à des forces supérieures
(cf §1, p 139)
Quelle est la tonalité dominante dans ce chapitre ? Justifiez par le texte.
→La tonalité tragique : l’attitude du narrateur face à ses adversaires, les indicateurs temporels (cf L 7, 9, 10, 14, 17, 27)

2ème axe : Le message dans le texte de clôture :

En confrontant le narrateur / le condamné et ses bourreaux, l’auteur cherche à transmettre un


message, lequel ?
→Victor Hugo cherche à secouer la conscience de toutes les personnes qui participent à l’exécution, du plus
petit responsable jusqu’au plus grand.
En plus, toute l’œuvre est un appel ouvert à toute la société pour crier haut contre la peine capitale.

Quelle est la stratégie adoptée par l’auteur pour mettre en évidence la situation du condamné et
défendre l’abolition de la peine capitale ?
→On a la stratégie argumentative tant que l’auteur cherche à convaincre l’adversaire et à défendre une
cause.

VΙ. Traces écrites :


Cf les axes (penser à donner aux élèves les éléments les plus importants)

V. Prolongement :
Sujet : A l’instar du narrateur dans le dernier chapitre, exprimez une forte émotion à l’égard d’un fait social
qui vous ronge en utilisant les procédés suivants : interjections, phrase exclamative, fausse question, phrase
inachevée, répétition, lexique appréciatif et dépréciatif…
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.Langue
Durée : 1heure.
Titre : Les registres littéraires : pathétique, tragique
Support : *Mes
*Mes œuvres en 1ère bac,
bac, p 151.

Compétence ciblée : Amener l’élève à :


Identifier et employer correctement certaines tonalités littéraires à savoir le pathétique et le
tragique.

N.B :
Cette fiche se compose de deux activités, c’est au professeur de choisir, soit de les exécuter
toutes deux ; sinon il n’a qu’à cibler celle qui l’intéresse. (Cela dépend du niveau du profil qu’il a)
……………………………………………………………………………………………………………………………………………

A- LE REGISTRE PATHÉTIQUE :
I. Compréhension et conceptualisation :

Extrait :

Pauvre petite ! ton père qui t'aimait tant, ton père qui baisait ton petit cou blanc et parfumé, qui passait la
main sans cesse dans les boucles de tes cheveux comme sur de la soie, qui prenait ton joli visage rond dans sa
main, qui te faisait sauter sur ses genoux, et le soir joignait tes deux petites mains pour prier Dieu !
Qui est-ce qui te fera tout cela maintenant ? Qui est-ce qui t'aimera ? Tous les enfants de ton âge auront des
pères, excepté toi. Comment te déshabitueras-tu, mon enfant, du Jour de l'An, des étrennes, des beaux
joujoux, des bonbons et des baisers ?
Comment te déshabitueras-tu, malheureuse orpheline, de boire et de manger ?
Oh ! si ces jurés l'avaient vue, au moins, ma jolie petite Marie ! ils auraient compris qu'il ne faut pas tuer le
père d'un enfant de trois ans.
Le dernier jour… Hugo ; Chap XXVΙ.

Identifiez le destinateur et les destinataires dans cet extrait :


→Le destinateur : le condamné.
→Les destinataires : la fille du condamné, les bourreaux (juges, jurés, bourreau…), l’opinion publique…

De quelle manière ces destinataires sont-ils interpellés ?


→Ils sont interpellés indirectement, c.-à-d. à travers le message adressé à la petite fille.

Quel est le mot qui se répète dans le 1er§ ? Quel est l’élément qui le reprend ? Comment appelle-t-
on ce procédé ?
→Le mot qui se répète est « ton père », il est repris par le pronom relatif « qui » : ce procédé est un figure de
style appelée « anaphore (grammaticale) »

Quelle est le but ciblé par cette figure de style ? Quel en est l’effet recherché ?
→L’effet recherché est l’insistance et le but est d’impliquer le lecteur directement dans l’action.

Quel sentiment se laisse dégager des gestes et du comportement du condamné ?


→Le sentiment de souffrance.

Quel effet le narrateur veut-il créer en employant tous ces procédés ?


→provoquer chez le lecteur un sentiment de pitié et de compassion.
Quel explication donnez-vous à l’utilisation de l’exclamation dans le 1er § ?
→Les exclamations expriment le regret.

Quel type de phrases a-t-on dans le 2ème § ? Repérez-les. Quel en est l’effet recherché ?
→On de fausses questions (questions oratoires) : susciter la pitié des bourreaux et de l’opinion publique.
Quelle figure de style a-t-on dans le 2ème § ? Quel est son effet sur le lecteur ?
→L’hyperbole « Tous les enfants de ton âge auront des pères, excepté toi. »: toucher les sentiments du lecteur

Conclusion :
De quel registre littéraire s’agit-il ? Quels sont les éléments linguistiques et rhétoriques qui
facilitent son utilisation et son repérage ? Pourquoi l’utilise-t-on ?
Définition :
Il s’agit du registre pathétique. Le mot vient du grec « pathos » qui signifie « souffrance ».
Ce registre suscite un sentiment de pitié et de compassion en utilisant les champs lexicaux des sentiments,
les phrases interrogatives (fausses questions), exclamatives et les hyperboles…

II. Réemploi :

Relevez dans le texte suivant tous les procédés du registre pathétique :


"Pardonnez si j’achève en peu de mots un récit qui me tue. Je vous raconte un malheur qui n’eut jamais d’exemple.
Toute ma vie est destinée à le pleurer. Mais, quoique je le porte sans cesse dans ma mémoire, mon âme semble reculer
d’horreur chaque fois que j’entreprends de l’exprimer. Nous avions passé tranquillement une partie de la nuit. Je
croyais ma chère maîtresse endormie et je n’osais pousser le moindre souffle, dans la crainte de troubler son sommeil.
Je m’aperçus dès le point du jour, en touchant ses mains, qu’elle les avait froides et tremblantes. Je les approchai de
mon sein, pour les échauffer. Elle sentit ce mouvement, et, faisant un effort pour saisir les miennes, elle me dit, d’une
voix faible, qu’elle se croyait à la dernière heure. Je ne pris d’abord ce discours que pour un langage ordinaire dans
l’infortune, et je n’y répondis que par les tendres consolations de l’amour. Mais, ses soupirs fréquents, son silence à
mes interrogations, le serrement de ses mains, dans lesquelles elle continuait de tenir les miennes, me firent connaître
que la fin de ses malheurs approchait."
L’Abbé Prévost, Manon Lescaut (1731)
Source : http://www.lyceedadultes.fr/sitepedagogique/documents/francais/francais1S/07_Les_registres_litteraires.pdf
III. Production :
Phase réservée aux élèves pour produire des exemples.

B- LE REGISTRE TRAGIQUE :

I. Compréhension et conceptualisation :
Extrait :
1.[…]- Ma grâce ! ma grâce ! ai-je répété, ou, par pitié, cinq minutes encore !
2.Qui sait ? Elle viendra peut-être ! Cela est si horrible à mon âge, de mourir ainsi ! Des
3.grâces qui arrivent au dernier moment, on l'a vu souvent. Et à qui fera-t-on grâce,
4.monsieur si ce n'est à moi ?
5.Cet exécrable bourreau ! il s'est approché du juge pour lui dire que l'exécution devait être
6.faite à une certaine heure, que cette heure approchait, qu'il était responsable, que
7.d'ailleurs il pleut, et que cela risque de se rouiller.
8- Eh, par pitié ! Une minute pour attendre ma grâce ! Ou je me défends ! Je mords !
9.Le juge et le bourreau sont sortis. Je suis seul.
10.Seul avec deux gendarmes.
11.Oh ! L’horrible peuple avec ses cris d'hyène. Qui sait si je ne lui échapperai pas ? si je
12.ne serai pas sauvé ? Si ma grâce ?... Il est impossible qu'on ne me fasse pas grâce !
13.Ah ! Les misérables ! il me semble qu'on monte l'escalier…
QUATRE HEURES
Le dernier jour d’un condamné, Hugo ; Chap XLVIII
Quel est le personnage principal dans cette scène ?
→Le condamné.
Dans quelle situation se trouve –t-il ? Justifiez
→Il se trouve dans une situation très difficile : il est entre les mains des bourreaux (cf. texte).

Quel est son destin ? Peut-il s’en échapper ?


→La mort, il ne peut plus s’en échapper.
Quels sentiments exprime-t-il ? Et quels en sont les moyens linguistiques et rhétoriques ?
→Il se sent soumis, triste, chagriné… face à son destin dont il ne peut pas échapper.

♣ Les moyens linguistiques : *Les types de phrases : exclamative, interrogative (fausse question) cf texte.
*Le lexique des sentiments : pitié, exécrable, dernier moment…
*Le discours direct du condamné (cf marques typographiques)

♣ Les moyens rhétoriques : *La répétition (L1- 9/10)


*L’hyperbole (L2-11)
*La fausse question (L4, 11, 12)
De quelle tonalité s’agit-il donc ? Donnez-en une définition.
→Tonalité tragique.
Définition : Le registre tragique est caractéristique de la tragédie classique et du théâtre du XXe siècle.
On peut également trouver du tragique dans certains romans (par exemple chez Malraux, Camus, etc.)
Un texte tragique émeut le lecteur car il présente des situations sans issue : les personnages, tourmentés par
de fortes passions ou par un dilemme, ne peuvent éviter un dénouement malheureux (la mort ou la folie).
C’est un registre qui inspire l’effroi (devant la puissance du destin) et la pitié.
Parmi ses procédés :
• Registre de langue soutenu
• Interrogations et exclamations, ponctuation affective
• Métaphores et comparaisons, figures d’opposition (antithèses, chiasmes) et d’amplification
• Champ lexical du destin, de l’impuissance, de la souffrance, de la faute, de la mort…
Lire la suite sur http://www.etudes-litteraires.com/registres.php

II. Réemploi :

Relevez tous les indices du registre tragique dans le poème suivant :

"Grâce aux dieux ! Mon malheur passe mon espérance!


Oui je te loue, ô Ciel, de ta persévérance !
Appliqué sans relâche au soin de me punir,
Au comble des douleurs tu m’as fait parvenir ;
Ta haine a pris plaisir à former ma misère ;
J’étais né pour servir d’exemple à ta colère,
Pour être du malheur un modèle accompli.
Hé bien : je meurs content, et mon sort est rempli."
Jean Racine, Andromaque, scène finale (1667).

III. Production :
Phase réservée aux élèves pour produire des exemples.
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.orales
Durée : 1heure.
Sujet : poème engagé
Titre : Le mendiant, Victor Hugo.
ciblées : Amener l’élève à :
Compétences ciblées
Identifier les caractéristiques de l’engagement dans un poème.
poème

Le Mendiant
Un pauvre homme passait dans le givre et le vent.
Je cognai sur ma vitre ; il s'arrêta devant
Ma porte, que j'ouvris d'une façon civile.
Les ânes revenaient du marché de la ville,
Portant les paysans accroupis sur leurs bâts.
C'était le vieux qui vit dans une niche au bas
De la montée, et rêve, attendant, solitaire,
Un rayon du ciel triste, un liard de la terre,
Tendant les mains pour l'homme et les joignant pour Dieu.
Je lui criai : « Venez vous réchauffer un peu.
Comment vous nommez-vous ? » Il me dit : « Je me nomme
Le pauvre. » Je lui pris la main : « Entrez, brave homme. »
Et je lui fis donner une jatte de lait.
Le vieillard grelottait de froid ; il me parlait,
Et je lui répondais, pensif et sans l'entendre.
« Vos habits sont mouillés », dis-je, « il faut les étendre,
Devant la cheminée. » Il s'approcha du feu.
Son manteau, tout mangé des vers, et jadis bleu,
É talé largement sur la chaude fournaise,
Piqué de mille trous par la lueur de braise,
Couvrait l'âtre, et semblait un ciel noir étoilé.
Et, pendant qu'il séchait ce haillon désolé
D'où ruisselait la pluie et l'eau des fondrières,
Je songeais que cet homme était plein de prières,
Et je regardais, sourd à ce que nous disions,
Sa bure où je voyais des constellations.
Victor Hugo, Les Contemplations (1856)

I. ETUDE FORMELLE DU POÈME :

Que remarquez-vous sur la forme de ce poème ?


→Il se compose d’une seule strophe de 26 vers.

Donnez quelques informations sur :


→Le type de vers : 12 syllabes alexandrin. (à découper un vers sur le tableau
→la disposition des rimes : aabbcc… rimes plates / suivies
→Les types de rimes : rimes féminines et masculines (cf poème)

II. ENGAGEMENT DU
DU POÈTE :

Où et quand se passent les faits dans ce poème? Justifiez.


→Le cadre spatio-temporel : la ville, le givre / le vent… ( voir poème)
Dans quel état le poète présente son personnage principal ? quel est son but ?
En pleine ville le mendiant souffre énormément des conditions climatiques et personne ne s’y
intéresse (vers 1, 4, 5). Son but est d’attirer l’attention des gens sur une catégorie sociale méprisée, lancer
une polémique dans la société…

Quels gestes émanent du poète et du mendiant dans ce texte ?


→Les gestes : du poète courtoisie, affection, compassion, solidarité... (vers 2, 3,10, 12, 13, …) .
du mendiant calme (vers 2), modeste (vers6), satisfait / croyant (vers 9),
misérable (vers 16, 18, 20, 21, 23…).

des gens (paysans) indifférents (vers 4, 5).

A quel type de texte peut-on rattacher ce poème ? Justifiez.


→C’est un texte narratif descriptif : tps verbaux (P.S et impft), caractérisant…

Quelle est la valeur de la description dans ce poème ?


→Dénoncer la situation du mendiant

Quels sont les moyens linguistiques et rhétoriques qui assurent cette dénonciation ?
→Les caractérisants, les verbes d’état / d’action… cf poème.
→les figures de style comme : *métaphore (vers 6)
*antithèse (vers 9)
*personnification (vers 18, 22)
* hyperbole (vers 20)
*comparaison (vers 21)

III. Conclusion et traces écrites :

→Dans ce poème, Victor Hugo apparait comme d’habitude très attentif à l’égard d’une catégorie sociale
que la plupart des gens méprise : il s’agit des mendiants.
Son but est de dénoncer le silence qui règne autour d’eux, il veut animer un débat violent contre la pauvreté,
l’humiliation et l’injustice sociale…

Reque :
Ce poème n’a pas été analysé exhaustivement. Il s’agit d’une simple activité
orale où l’élève est appelé à repérer les caractéristiques de l’engagement.
Niveau : 1ère année bac
Séance : A.P.E
Durée : 1heure.
Sujet : Rédigez un plaidoyer en faveur d’une cause qui vous tient à cœur : « la paix dans le monde, la protection
de la nature,
nature, le respect de la femme… »
Compétence visée : Amener l’apprenant à :
Rédiger un plaidoyer en s’inspirant de l’œuvre étudiée.

N.B :
Cette séance peut être réservée à la rédaction d’un pastiche sur un fait social, un phénomène… à l’instar du
poème étudié au cours de l’acticité orale.

1ère phase :

Lecture du sujet et repérage des mots-clés.


Attirer l’attention des apprenant sur :
*Le type de texte à produire : argumentatif.
*Le plan du texte argumentatif : plan simple.
*La bonne exploitation des liens logiques.

2ème phase : Plan exemple :

Pensez à un thème, à un phénomène ou à un sujet qui attire votre attention et qui ronge la société
et dont l’intérêt suscite chez vous le besoin d’un plaidoyer :
→Les guerres ravagent la planète toute entière. Les quatre continents souffrent de ce fléau qui ne cesse de se
propager au sein des pays alors que la paix ne peut guère trouver place chez les nations…

Lien logique pour confirmer la thèse choisie :


→En effet, il s’avère difficile de parler de la paix ces derniers temps. D’une part, les intérêts des personnes
responsables s’opposent. D’autre part, le besoin de s’imposer en tant que force irrésistible prime chez
d’autres…

Utiliser un lien logique marquant l’opposition pour introduire les arguments en faveur de la thèse
que vous allez développer :
→Or, toutes les nations souhaitent vivre en paix, instaurer la démocratie et jouir d’une vie paisible et stable.
Certes, sans paix personne ne peut se déplacer aisément, ni profiter des biens que lui offre sa vie + exemple
réel d’une guerre qui ravage les citoyens d’un pays quelconque… La paix reste, donc le seul moyen qui
permet de se développer, de s’unir, de s’aimer, de travailler l’intérêt de la planète toute entière…
Néanmoins, il y a des gens qui s’y opposent comme les vendeurs d’armes, mais ils sont peu nombreux par
rapport à ceux qui veulent la quiétude…

Conclure le sujet en lançant un appel pour toutes les personnes conscientes :


→Unissons-nous alors, marchons main dans la main et réfléchissant à l’avenir de notre planète « TERRE » !
Réfléchissons aux générations futures ! Evitons les guerres pour les intérêts personnels et ne soyons pas
égoïstes ! Que la paix règne entre tous les peuples de la terre !

3ème phase :
Affinement du sujet sur le tableau.
Niveau : 1ère année bac
Séance : bilan de l’étude
Durée : 1heure.
Sujet : Les moments
moments forts dans l’œuvre étudiée.
Compétence visée : Amener l’apprenant à :
Déceler les moments les plus importants dans l’œuvre.

☺ Identification des devises relevées par Hugo :


→Abolir la peine capitale.
→Respecter les droits de l’Homme.

☺ Etapes et faits :
Les étapes sont en relation permanente avec les lieux cités dans l’œuvre :

1ère étape : Le condamné se trouve dans une cellule, seul à Bicêtre : Chap 1 Chap 21, pp 39 /83
Condamnation sans motifs clairs (cf chap 11).
Le condamné entre le présent et le passé.
La peine capitale accordée : état d’âme du condamné… incapable de parler…
Les premiers contacts avec les détenus et les gardiens.
Le condamné pense écrire son journal intime.
Le condamné pense à sa famille : elle sera déshonorée surtout sa fille Marie.
Le condamné découvre sa cellule avec les noms des condamnés qui y sont passés.
Transfert du condamné à une autre cellule pour assister au déplacement des forçats à Toulon.
Le condamné est transféré à l’infirmerie.
Le retour au cachot : le condamné regrette ne pas s’être évadé, pensait aussi à sa grâce…
Le condamné est informé du jour de l’exécution. (Cf p 81).

2ème étape : Transfert du condamné à la conciergerie (l’Hôtel de ville) : Chap 22 Chap 46, pp 85/131
Le condamné se rappelle le jour du transfert des forçats à Toulon.
Etat d’âme dégradé : joie inquiétude (cf p 93).
Rencontre d’un nouveau condamné qui va le remplacer à Bicêtre. (Cf p 94)
Discours du condamné à sa petite fille Marie (cf p 101)
La peur de l’échafaud.
Le condamné repense à la grâce.
La rencontre du prêtre, du gendarme, de l’architecte (cf p 109)
Le condamné se rappelle de son enfance (Pepa, p 113).
Le condamné regrette son passé et son présent.
Le condamné rencontre sa fille (p 125).

3ème étape : Déplacement du condamné vers la place de Grève (l’échafaud): Chap 48 / 49, pp 131/139
Préparation du condamné pour l’exécution.
Etat d’âme du condamné qui se dégrade au fur et à mesure que le temps de l’exécution s’approche.
Etat de la foule qui attend l’exécution.
Le condamné supplie ses adversaires sur l’échafaud… leur souhaitant la grâce.

☺ Message de l’auteur :
Tout le monde doit être mobilisé contre la peine capitale : le peuple, les responsables, les écrivains…
Les droits de l’Homme doivent être respectés.
Réalisé par :

Abderrezak BERBARA.
BERBARA

Professeur du cycle
secondaire qualifiant, Lycée
Mohamed DERFOUFI.

Tikiouine, Agadir.

Remarque :

Prière de nous signaler toute faute remarquée. En plus, vos remarques, propositions et suggestions nous
seront très utiles pour avancer.

Cordialement.