Vous êtes sur la page 1sur 5
 
Théonomie appliquée : le droit moraldu Code Théodosien et sa postérité
Le
Codex Theodosianus
(Code Théodosien) est un recueil de trois mille lois romaines compiléespar les juristes des écoles de droit de Constantinople et de Beyrouth puis promulgué par
l’empereur chrétien 
Théodose II.Ses lois couvrent du règne de Constantin Ier (à partir de 312) jusq
u’{ l’année de sa publication, 438
. Ces lois ayant été émises par plusieurs législateurs, cecode contient quelques contradictions et de nombreuses répétitions. Il est composé de seize volumes. Les lois relatives aux affaires religieuses figurent dans le seizième volume, lui-mêmesubdivisé en onze chapitres comprenant 176 lois, comme suit :
1.
 
Mesures diverses (4 lois).
2.
 
Les affaires ecclésiastiques ; essentiellement : les privilèges fiscaux des églises et desdispositions connexes (27 lois).
 3.
 
Les moines (2 lois).
4.
 
Les controverses religieuses ; essentiellement : les deux exils de Jean Chrysostome par
l’impératrice arienne Eudoxie
(6 lois).
5.
 
Les hérétiques (ariens,marcionistes, montanistes, manichéens, eunomiens,etc.) et les schismatiques(donatistes, novatiens) 
(66 lois) ; essentiellement : sanctions portéescontre eux.
6.
 
L’interdiction du rebaptême (6 lois) ;
cela visait les donatistes du Maghreb quirepabtisaient des chrétiens trinitaires sans raisons valables, mais ces lois ne peuvent pasêtres retenues par les 
d’aujourd’hui.
 
7.
 
Les apostats ; essentiellement : limitations de leurs droits successoraux (7 lois).
8.
 
Modalités de la cohabitation entre les chrétiens et les juifs (29 lois).
9.
 
Restrictions sur l’esclavage des chrétiens par les juifs (5 lois)
.
10.
 
Les païens, les sacrifices et les temples polythéistes (25 lois).
11.
 
Mesures diverses (3 lois).Certaines de ces lois peuvent volontiers être qualifiées de « césaropapistes », par exemple celles
empêchant les citoyens nantis d’accéder au pastorat parce que l’État tient { ce qu’ils soient
mobilisables pour le service civique. Cependant, ce serait une erreur de balayer ce code durevers de la main comme
s’il était
entièrement mauvais.
Le
Codex Theodosianus
a constitué,malgré ses limites évidentes
, une pièce essentielle à l’édification de notre civilisation.
 
D’ailleurs, c
et ouvrage fondamental
et le droit byzantin en général
est plus pondéré que ceque certains critiques ont prétendus.Ce code a le mérite de distinguer entre les domaines spirituels et temporels
(ce qui n’était pas le
cas du droit romain pré-byzantin) : «
Il n’est pas juste, en effet, que les ministres du service
 
divin soient livrés à la décision des pouvoirs temporels » (Cod. Th. 16:2:47). Dans cette veine, le
Codex Theodosianus
stipule
qu’
en ce qui concerne les non-clercs, les causes religieuses doiventêtre gérées par les cours ecclésiastiques et les autres causes doivent être gérées par les tribunauxpublics (Cod. Th. 16:11:1). Toutefois, ce code établit que les litiges civiles impliquant des clercsdoivent êtres jugés par les cours ecclésiastiques, tout en maintenant que les litiges relevant dudroit criminel et impliquant des clercs doivent être jugés par les tribunaux publics (Cod. Th.16:2:23). Ce traitement préférentiel des clercs en matière civile fut également la politique
d’Arcadius et d’Honorius
en 398 (Cod. Just. 1:4:7) et fut maintenu par
l’empereur Valentinien III
en 452 (
 Novelle
35).Le Code Théodosien contient de multiples dispositions théonomiques conformes à la Bible ; en voici un échantillon
 +++++
Les clercs doivent restés mariés
« Une chaste affection exhorte à ne pas abandonner celles qui, avant le sacerdoce de leurs
époux, leur avaient été unies en mariage légitime. En effet, il n’est nullement déplacé de voir
unies aux clercs celles qui, en partageant leurs vies, les ont rendus dignes du sacerdoce. » (Cod.Th. 16:2:44, 8 mai 420)
 Protection des églises contre la violence
«
Si quelqu’un se précipitait dans ce genre de sacrilège, { savoir que, faisant irruption dans les
églises universelles [chrétiennes orthodoxes], ils se rendent coupables de violence envers lesclercs et les ministres, voir envers le culte lui-
même ou les bâtiments […] ces violences […]doivent être punies d’une sentence capitale contre les coupables convaincus.
» (Cod. Th. 16:2:31,15 janvier 409)
Une magistrature extraordinaire accordée à tous les citoyens chrétiens
«
Qu’il soit non seulement libre mais de plus louable { chacun de poursuivre les atroces violences contre les clercs et les ministres comme des crimes d’État et de donner l
e châtiment àde tels crimes. » (Cod. Th. 16:2:31, 15 janvier 409)
La magistrature ordinaire réservée aux chrétiens trinitaires
« Nous interdisons à ceux qui sont les ennemis des de la faction universelle [chrétiensorthodoxes] de servir dans la
militia
[
fonctionnaires du palais, de l’armée et des bureaux
 publics] afin que personne en désaccord avec nous sur la foi et la religion ne nous soit associé. »(Cod. Th. 16:5:42, 14 novembre 408)
 
«
Ceux qui sont souillés par l’erreur impie ou par le crime du rite
païen, c'est-à-dire les 
, ne peuvent être admis dans la
militia
 
ni décorés des charges d’administrateur et de
gouverneur. » (Cod. Th. 16:10:21, 7 décembre 415)« Quelques hérétiques osent servir soit dans les bureaux, soit parmi les agents de mission, soitparmi les palatins, au mépris de nos lois. Tous ceux que tu arrêteras comme complices de cette
faute, tu ordonneras que, avec ceux qu’ils auront aidé par leur connivence { détruire nos lois et
les pratiques de la religion, ils soient non seulement chassés de la
milita
, mais encore expulséshors des murs de cette ville [Constantinople]. » (Cod. Th. 16:5:29, 24 novembre 395)
Protection de l’harmonie
spirituelle dans la cité
« Il mérite la déportation celui qui, ni avertit par la loi générale, ni corrigé par la sentenceappropriée, trouble la foi universelle [chrétienne orthodoxe] et le peuple. » (Cod. Th. 16:4:3, 7décembre 415)
Protection de la doctrine biblique proclamée à Nicée
«
Que l’o
n empêche la foule hérétique de tenir ses assemblées illicites. Que le nom de Dieu, Unet Très Haut, soit partout célébré ; que
,transmise depuis longtemps par nos
aïeux et confirmée par le témoignage et l’affirmation de la religion divine, soit toujours
tenuedans une perpétuelle observance. » (Cod. Th. 16:5:6, 10 janvier 381)
Interdiction des attroupements des ariens et ultra-ariens
«
Nous ordonnons que personne parmi les eunomiens ou les ariens […] n’ait la permission
de
construire des églises tant en ville que dans la campagne. Si d’aventure l’un d’eux avait la
présomption de le faire, que la maison elle-même où aurait été cons
truit ce qu’il est défendu de
construire, ainsi que le domaine ou la propriété privée où elle se trouve soient immédiatementrevendiqués au bénéfice de notre Fisc. » (Cod. Th. 16:5:8, 19 juillet 381)«
Il est interdit { tous ceux, quels qu’ils soient, que tourmente l’erreur des différentes hérésies[…] de rassembler la foule, d’attirer { eux la population […] de faire quoi que ce soit, en publicou en privé, qui puisse porter atteinte { la sainteté universelle [chrétienne orthodoxe]. Mais s’il
apparaissait
que l’un d’eux outrepasse ces interdictions si claires […] qu’ils soient bannis de la
société des gens de bien. » (Cod. Th. 16:5:11, 25 juillet 383)
Illégalité du paganisme
« Nous ordonnons de soumettre à
la peine capitale les individus convaincus de s’êtr
e consacrés
aux sacrifices ou d’avoir honorés les statues.
» (Cod. Th. 16:10:6, 19 février 356)

Satisfaites votre curiosité

Tout ce que vous voulez lire.
À tout moment. Partout. Sur n'importe quel appareil.
Résiliez à tout moment
576648e32a3d8b82ca71961b7a986505