Vous êtes sur la page 1sur 19
CooPérAtion Sellal réaffirme l'excellence des relations algéro-tunisiennes l signature de protocoles
CooPérAtion
Sellal réaffirme l'excellence
des relations algéro-tunisiennes
l signature de protocoles d'accord entre l'Algérie et la tunisie dans le bâtiment
P. 3

6 dhou-el-hidja 1435 - Mardi 30 septembre 2014 - n°15246 - nouvelle série - www.elmoudjahid.com - issn 1111-0287

- nouvelle série - www.elmoudjahid.com - issn 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

P A R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

Colloque sur la violenCe

LANCEMENTd’uNECAMPAGNE

dESENSiBiLiSATiON

l une experte universitaire :« les problèmes socio- économiques et les enjeux politiques ne doivent
l
une experte
universitaire :« les
problèmes socio-
économiques et les
enjeux politiques ne
doivent pas être
négligés »
l
madjer : « il faut
joindre l'acte à la
parole »
l
l’ancien
président du Cs
Constantine : « la
loi rempart contre la
violence »
Qualifiant, le thème de la violence d’important et d’urgent, le mi-
nistre de la Communication, Hamid Grine, a fait état, hier, du lancement
prochain, «dans une dizaine de jours», d'une vaste opération de sensibi-
lisation contre la violence, avec le concours des différents secteurs re-
levant de son département. «Le ministère de la Communication, au
même titre que d'autres institutions, a été chargé par le Premier ministre,
d'enclencher une large opération de sensibilisation contre la violence,
devenue phénomène de société en Algérie», a affirmé le ministre à la
presse, en marge d'un colloque sur la violence tenu à la Safex, en préci-
sant que cette opération ne concernera pas uniquement la violence dans
le milieu du football, mais toute l’étendue de ce phénomène. Il s’agit,
en définitive, de faire émerger une large et efficace prise de conscience
sur sa gravité, notamment sur le devoir d’implication collective pour
combattre ce fléau.
P
P. 3 - 4
Ph : Billal

Célébration du 1 er noveMbre 1954

Exposition de photos sur le Président Bouteflika

P. 3

1954 Exposition de photos sur le Président Bouteflika P. 3 CélébrAtion du 60 e AnniversAire du

CélébrAtion du 60 e AnniversAire du déClenChement de lA Glorieuse révolution

M. Zitouni donne le coup d’envoi des activités à Guelma

P. 9

Ph : Cheurfi
Ph : Cheurfi

Maître Merouane azzi au ForuM d’EL MOUDJAHID :

« LaChartepour lapaixet laréconciliation nationaleaatteint 95%desesobjectifs»

P.

9

CooPérAtion militAire

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

Laforcepermanentedeguerredes

minesdel’OTANfaitescaleàAlger

l le contre-amiral thomas ernes :

« la modernisation des forces navales algériennes est très impressionnante »

P. 3 2

ForuM dia-Med

Encourager le projet d’entreprendre dans le pays d’origine

l Présentation de 25 projets

d’investissement à réaliser en Algérie

P. 11

Clôture de la ConFérenCe nationale des Cadres de la jeunesse

de la ConFérenCe nationale des Cadres de la jeunesse Khomri : « La jeunesse constitue l'élément

Khomri : « La jeunesse constitue l'élément essentiel dans la protection du pays »

P. 4

entretien entre M. el ghazi et une délégation du FMi

P. 4 entretien entre M. el ghazi et une délégation du FMi La situation du secteur

La situation du secteur de l'emploi au menu des discussions

M. Mebarki :

P. 6

de l'emploi au menu des discussions M. Mebarki : P. 6 « La rentrée universitaire se déroule

« La rentrée universitaire se déroule normalement »

P. 5

réinsertion soCiale des détenus

Signature d’une convention

P. 4

le Ministre de l’agriCulture depuis aïn deFla :

P. 4 le Ministre de l’agriCulture depuis aïn deFla : « Assurer la sécurité alimentaire à

« Assurer la sécurité alimentaire à l’horizon 2019 »

P. 7

le wali d’alger :

le wali d’alger : « 1.070 familles relogées aujourd’hui à Birtouta et aux Eucalyptus » l

« 1.070 familles relogées aujourd’hui à Birtouta et aux Eucalyptus »

l 4.000 familles relogées en

septembre

P. 6

2

2 EL MOUDJAHID CE M ATIN À 8H AU PALAIS DES NATIONS Journée d’étude sur la

EL MOUDJAHID

CE M ATIN À 8H AU PALAIS DES NATIONS Journée d’étude sur la modernisation de
CE M
ATIN À 8H
AU PALAIS DES
NATIONS
Journée d’étude
sur la modernisation
de la c
onstruction
Le ministre de l'Habitat, de
l'Urbanisme et de la Ville, Ab-
delmadjid
Tebboune, prési-
dera, ce matin à 8h, au palais
des Nations, une journée d’étude sur l’industrialisation
dans la construction.
M. Yousfi
à Naâma
Le ministre de l’Énergie,
Youcef Yousfi, effectuera au-
jourd’hui une visite de travail
dans la wilaya de Naâma en vue
de s’enquérir de l’état d’avance-
ment des ouvrages énergétiques
de la wilaya, et procédera au
lancement de plusieurs projets.
M. Amar Ghoul
à Constantine
Le ministre des Transports,
Amar Ghoul, effectuera au-
jourd’hui une visite de travail et
d’inspection des projets du sec-
teur dans la
tine.
wilaya de Constan-
M. Nouredine Bedoui
à Bouira
Le ministre de la Formation
et de l'Enseignement profes-
sionnels, Nouredine Bedoui, ef-
fectuera aujourd’hui une visite
de travail et d’inspection des
structures relevant du secteur
dans la wilaya.
DEMAIN À 10H
À CONSTANTINE
Conférence sur
« Constantine,
capitale
de la culture
arabe 2015 »
Le comité exécutif de la
manifestation «Constantine,
capitale de
la culture arabe
2015» organise la première
conférence
de presse autour de l’évènement, demain à
10h, au siège de la wilaya, animée conjointement par la
ministre de
la Culture, Nadia Laâbidi, et le coordinateur
de la manifestation, Sami Bencheikhi El-Hocine.

CET APRÈS-MIDI À 14H À LA BIBLIOTHÈQUE MULTIMÉDIA

Programme de divertissement avec Arts et Culture

L’établissement Arts et Culture de la wilaya d’Alger, avec la participation de l’association Kafl El-Yatim, pré- sente un riche programme destiné aux enfants, cet après- midi de 14h à 17h à la bibliothèque MultiMédia Bachir-Mentouri.

Les carburants disponibles durant l’Aïd-el-Adha N A F TA L informe son ai- mable clientèle
Les carburants disponibles
durant l’Aïd-el-Adha
N A F TA L
informe son ai-
mable clientèle
que durant les
fêtes
de
l’Aïd-
el-Adha
El-
Moubarek, et à
l’instar des au-
tres
jours,
la
distribution
des carburants
et
des
bou-
teilles de gaz butane sera assurée sur l’ensemble de
son réseau
de
stations-service
et de
ses points
de
vente, de jour comme de nuit, et à travers tout le
territoire national.
MÉ T É O NUAGEUX CE MATIN À 10 HEURES Le soutien des intellectuels arabes
MÉ T É O
NUAGEUX
CE MATIN
À 10 HEURES
Le soutien des intellectuels
arabes à la Révolution
algérienne
Le Forum de la Mémoire d’El Moudjahid,
initié en coordination avec l’association Ma-
chaâl Echahid, organise, ce matin à 10h, une
conférence historique sur le soutien des intel-
lectuels arabes à la Révolution algérienne.
Cette conférence se veut un hommage au
docteur Ibrahim Makhous, à l’occasion du
premier anniversaire de sa disparition.
CET APRÈS-MIDI À 13H
À L’ÉCOLE SUPÉRIEURE
DE POLICE
Séminaire sur « La lutte contre
le crime organisé »
Au Nord, maintien d'un temps passagère-
ment nuageux avec localement activité plu-
vio-orageuse, notamment vers les régions de
l'Ouest.
Les vents seront en général modérés
(20/40 km/h), notamment vers les régions
du littoral Ouest.
La mer sera peu agitée à localement agi-
tée.
Sur les régions Sud, le temps sera voilé à
nuageux, notamment vers la Saoura et Nord-
Sahara, avec localement tendance orageuse
en cours d'après-midi/soirée.
Les vents seront en général modérés
(20/30 km/h), avec localement chasse sable
vers le Sahara central.
Le général major Abdelghani Hamel, Di-
recteur général de la Sûreté nationale, prési-
dera, cet après-midi à 13h, à l’École
supérieure de police Ali-Tounsi, les travaux
d’un séminaire sur le thème : «La lutte contre
le crime organisé». Les travaux se poursui-
vront jusqu’au 2 octobre.
CE MATIN À 9H30
ALNAFT : ouverture des offres du 4 e appel
à la concurrence
L’Agence nationale pour la valorisation des ressources en hydrocarbures,
ALNAFT, organise, ce matin à partir de 9h30, à la salle des conférences de
la tour B du ministère de l’Énergie, une cérémonie d’ouverture publique
des offres du 4 e appel à la concurrence national et international pour les op-
portunités de recherche et d’exploitation des hydrocarbures.
Températures (maximales-minimales)
prévues aujourd’hui :
Alger (31° - 22°), Annaba (31°- 20°),
Béchar (31° - 20°), Biskra (31° - 22°),
Constantine (32° - 16°), Djelfa (26°- 14°),
Ghardaïa (31° - 19°), Oran (32° - 21°),
Sétif (28° - 15°), Tamanrasset (33°- 19°),
Tlemcen (32° - 20°).
CE MATIN À 9H30 AU MINISTÈRE
DE L’AMÉNAGEMENT DU TERRITOIRE
ET DE L’ENVIRONNEMENT
Signature d’une convention-cadre de coopération

Le ministère de la Justice, et le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement signeront, ce matin, une convention-cadre de coo- pération en vue du développement d’un partenariat pour la réinsertion so- ciale des détenus.

CE MATIN À 10H À L’UGCAA

« L’approvisionnement et les prix durant l’Aïd »

L’Union générale des commerçants et ar- tisans algériens organise, ce matin à 10h, au siège de l’UGCAA, 18, rue Mohamed-Boul- doum – commune de Belouizdad, une confé- rence sur le thème : «L’approvisionnement et les prix pendant les jours de l’Aïd».

CE MATIN À 8H30 À L’HÔTEL MERCURE

Norme et management qualité dans le domaine hospitalier

L’Agence nationale de gestion et d’équipement des établissements de santé (Arees, Epic sous tutelle du MSPRH) organise, ce matin à 8h30,

à l’hôtel Mercure, un colloque international in- titulé : «Norme et management qualité dans le domaine hospitalier».

DEMAIN À L’IPA

Journées techniques sur le contrôle de la chaîne de froid

La société Scalar Analytique organise, demain,

à l’Institut Pasteur d’Alger, des Journées tech-

niques sur les thèmes «Respect de la chaîne de froid pour les produits thermosensibles dans le domaine de la santé», et «Traçabilité de tempé- rature, contrôle et surveillance de la chaîne de froid».

LE 2 OCTOBRE À 9H AU CENTRE SCIENTIFIQUE DES LOISIRS D’ANNABA

Journée de sensibilisation

L 'association BONA SEP des malades atteints de sclérose en plaques organise sa première journée de sensibilisation, le 2 octobre au Cen- tre scientifique des loisirs d’Annaba, à partir de

9h.

DEMAIN À 9H À L’INSP Journée internationale de la personne âgée Le ministère de la
DEMAIN À 9H À L’INSP
Journée internationale de la personne âgée
Le ministère de la Santé – direction générale des services de santé
et de la réforme hospitalière célèbre, demain à partir de 9h, à l’Ins-
titut national de santé publique, la Journée internationale de la per-
sonne âgée.
DEMAIN À 14H
Conférence de l’association Ihcène
SOS 3 e âge
À l’occasion de la
Journée mondiale des
personnes âgées,
l'association Ihcène
SOS 3 e âge, d'aide aux
personnes âgées en
détresse, organise,
demain à 14 heures,
une conférence sur les
problématiques de
prise en charge de la
personne âgée aux
plans économique,
social, sanitaire et
juridique.
aux plans économique, social, sanitaire et juridique. JEUDI 2 OCTOBRE À 9H À LA SAFEX ALGEX

JEUDI 2 OCTOBRE À 9H À LA SAFEX

ALGEX : séminaire de lancement du projet de jumelage

Un séminaire de lance- ment officiel du projet de ju- melage «Renforcement des capacités opérationnelles de l’Agence nationale de pro- motion du commerce exté- rieur en matière de commerce extérieur» sera or- ganisé, jeudi 2 octobre de 9h à 13h, à la salle dar El-Dja- zaïr – SAFEX.

N

a t io n

3

EL MOUDJAHID

CooPérATion

Sellalréaffirmel’excellence

desrelationsalgéro-tunisiennes

Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a reçu hier le ministre tunisien de l'Equipement et du Dé- veloppement durable, Hadi Larbi, en visite de travail en Algérie, à qui il a réaffirmé l'"excellence" des re- lations algéro-tunisiennes, indique les services du Premier ministre dans un communiqué. L'entretien, qui s'est déroulé en présence du mi- nistre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, Ab- delmadjid Tebboune, "a permis de passer en revue la coopération bilatérale", ajoute le communiqué.

A ce propos, le Premier ministre "a réaffirmé l'ex- cellence des relations algéro-tunisiennes ainsi que la volonté et la disponibilité de l'Algérie de les amélio- rer encore davantage", souligne la même source. "Dans le cadre du développement du secteur de la construction et de l'habitat, l'expérience capitalisée par les deux pays doit être mise à profit pour amé- liorer les capacités d'intervention des entreprises al- gériennes et tunisiennes, notamment dans le cadre du partenariat", affirme le communiqué.

dans le cadre du partenariat", affirme le communiqué.

Signaturedeprotocolesd'accordentrel'AlgérieetlaTunisiedanslebâtiment

Deux protocoles d'accord ont été signés, hier à Alger, entre l'Algérie et la Tunisie dans le do- maine du bâtiment et des travaux publics, portant sur la création de groupements d'entreprises et de bureaux d'études entre les deux pays. Les proto- coles ont été signés par le ministre de l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, M. Abdelmadjid Tebboune, le ministre des Travaux publics, M.

Abdelkader Kadi, et le ministre tunisien de l'Equipement, de l'environnement et du dévelop- pement durable, M. El Hadi Larbi. Dans une déclaration à la presse à l'issue de la cérémonie de signature, M. Tebboune a souligné que le marché algérien est ouvert aux partenaires tuni- siens dans les domaines de la réalisation et des études. De son côté, M. Kadi a souligné que les

Tunisiens disposent d'une expertise dans les do- maines concernés par ces protocoles et qu'il y a lieu de créer des groupements d'entreprises pour opérer en Algérie et en Tunisie et dans d'autres pays africains. A cet effet, M. Tebboune se rendra prochainement en Tunisie pour entamer la phase de concrétisation de ces accords, a indiqué, pour sa part, le ministre tunisien qui a été reçu, hier,

par le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal. Lors d'une réunion tenue dimanche dernier entre MM. Tebboune et Larbi, il a été convenu que des partenariats algéro-tunisiens soient mis en place entre des sociétés publiques et privées du secteur du bâtiment des deux pays afin de lancer des chantiers de construction en Algérie et en Tuni- sie.

CoLLoQUE SUr LA VioLEnCE

lancement d’une campagne de sensibilisation

Qualifiant le thème de la violence d’important et d’urgent, le ministre de la Communication, Hamid Grine, a fait état, hier, du lancement, «dans une di- zaine de jours», d'une vaste opération de sensibilisation contre la violence, avec le concours des différents secteurs rele- vant de son département. «Le ministère de la Communication, au même titre que d'autres institutions, a été chargé par le Premier ministre, d'en- clencher une large opération de sensibi- lisation contre la violence, devenue phénomène de société en Algérie », a af- firmé le ministre, à la presse en marge d'un colloque sur la violence, tenu à la Safex, en précisant que cette opération ne concernera pas uniquement la vio- lence dans le milieu du football mais toute l’étendue de ce phénomène. il s’agit, en définitive, de faire émerger une large et efficace prise de conscience sur sa gravité, notamment sur le devoir d’implication collective pour combattre ce fléau. il a entre autres, fait savoir que cette opération parrainée par le ministère de la Communication ne sera pas limitée dans l’espace d’une journée seulement, mais elle se prolongera pour une année et sera axée, notamment sur l'affichage, par la distribution de prospectus dans les établissements scolaires, dans la pro- grammation d’émissions télévisées et de radio, ainsi que des articles de presse. «Peut-être que notre travail avec celui des autres ministères et celui de toute la société algérienne, nous permettra d’es- compter un résultat positif qui mettra fin à cette violence à travers une réelle prise de conscience sur la gravité du danger » souligne M. Grine. La campagne de sen- sibilisation devrait se faire à travers des spots publicitaires véhiculant un mes- sage clair. «Les différents organes de presse (télévisions, radios, presse écrite, presse électronique et même les réseaux sociaux) seront associés à cette opération qui est inscrite sur le long terme», a sou- ligné Hamid Grine, en ajoutant que beaucoup d’artistes prendront part à cette campagne, en l’occurrence Moha- med rouane, nassima Chaabane, Laila bourssali, l’animateur de la Chaîne iii Mehdi… « Ces artistes et bien d’autres encore, ont accepté de participer à cette campagne de sensibilisation pour dé-

Ph. : Billal
Ph. : Billal

montrer les méfaits de la violence et ses conséquences sur la société algérienne» dit-il, en espérant que cette opération ne se limitera pas dans le temps, contri- buera à mieux sensibiliser la société, et par voie de conséquence, agir en faveur de son élimination. Le ministère de la

Communication projette donc d’associer le monde des médias dans leur diversité à cette vaste opération, en comptant bien sûr son rôle et l’impact attendu. A cet effet, il a mis en exergue, le rôle de l'in- formation. il faut que les journalistes, les cameramen et photographes sachent que

leurs gestes ne sont pas gratuits ou ano- dins. Chaque écrit, chaque mot d'un journaliste et chaque image d'un came- raman ou d'un photographe ont leur im- pact et leur importance sur la société», a-t-il expliqué, lançant un appel aux journalistes «à faire preuve de modéra- tion, de rationalité dans les mots et dans les images». S'agissant du séminaire sur la vio- lence, il a indiqué que son département intervient en application des instructions du Président de la république, Abdela- ziz bouteflika, et dans le cadre des acti- vités menées par le gouvernement dans sa lutte contre la violence. il a noté que le but est de véhiculer l’idée que le com- portement qu’il soit gestuel ou verbal est l’élément clé dans la stratégie de réduc- tion de la violence. «il faut que notre comportement soit propre et sans vio- lence pour arriver à des ententes paci- fiques». Par ailleurs, des communications d’experts, des témoi-

gnages d’acteurs sociaux et du monde sportif ont été présentés lors de cette ren- contre. Parmi les intervenants, M me Da- lila Djerbal, membre du réseau Wassila a axé son intervention sur la violence faite aux femmes et aux enfants. Elle a, notamment déploré l'image négative que donnent les médias des femmes, esti- mant dans ce cadre qu'une «charte d'éthique» des médias est «nécessaire» pour assurer un meilleur traitement de l'image de la femme. Pour sa part, M me flora boubergout, présidente de l'Association El-baraka a évoqué la «violence routière», rappelant que plus de 4.800 personnes décèdent chaque année suite aux accidents de la route. «La violence routière est une forme de violence et les dégâts sont considérables en pertes humaines et en dégâts matériels», a-t-elle déploré, en souhaitant que l’état déclare l'an 2016 «année de la sécurité routière. Kafia Ait Allouache

CéLébrATion DU 1 er noVEMbrE 1954

Exposition-photos sur le Président Bouteflika

Une "grande" exposition photos sur le

parcours du Président de la république, Ab- delaziz bouteflika, sera organisée à l'occasion

de la célébration du 60 e anniversaire du déclen- chement de la révolution du 1 er novembre 1954, a annoncé hier à Alger, le ministre de la Communication, Hamid Grine. "Une grande exposition photo sur le par- cours du moudjahid, homme de paix, de sta- bilité et de progrès, le Président Abdelaziz bouteflika, sera organisée à l'occasion de la célébration du 60 e anniversaire du déclenche- ment de la révolution du 1 er novembre 1954",

a déclaré M. Grine à la presse, en marge d'un

séminaire sur la violence. il a expliqué que cette exposition, d'environ 1.600 photos, sera organisée à Alger, oran, Constantine et Adrar,

précisant que la première aura lieu au Palais de

la culture à Kouba (Alger). Par ailleurs, le mi-

nistre a indiqué avoir donné des instructions à la Commission provisoire chargée de la carte professionnelle des journalistes pour délivrer cette carte à tout journaliste, cameraman ou photographe qui pourra justifier son statut. Concernant l'autorité de régulation de la presse écrite, M. Grine a rappelé que cette instance était "paritaire", com- posée de sept membres nommés et autres élus. "organisez-vous et délivrez vos cartes de journalistes professionnels pour que vous puissiez élire vos représentants au sein de l'autorité de régulation de la presse écrite", a lancé le ministre à l'adresse des journalistes, indiquant que l'installation de cette com- mission "dépend en premier lieu des journalistes eux-mêmes". "Mon message aux journalistes est simple : je leur dis organisezvous et vos conditions changeront", a conclu M. Grine.

message aux journalistes est simple : je leur dis organisezvous et vos conditions changeront", a conclu

M me DALiLA fErCHAnE :

« les problèmes socio-économiques et les enjeux politiques ne doivent pas être négligés »

« Les problèmes socio-économiques et les enjeux politiques, omniprésents dans le quotidien de tout individu, sont susceptibles lorsqu’ils sont associés à d’autres paramètres comme le phéno- mène de masse, de déboucher sur une forme de violence », a estimé une universitaire lors d’un séminaire sur la lutte contre la violence, tenu hier à Alger. «Une personne au chômage, ou qui souffre de maltraitance, chez-elle ou à l’école, ne va pas se débarrasser de ces problèmes à son arrivée au stade. bien au contraire, ces problèmes restent ancrés en elle et peuvent même conduire à une manifesta- tion de violence, s’ils sont attisés par d’autres facteurs, comme le mouvement de foule» a expliqué M me Dalila ferchane, Maître-as- sistante à l’institut des sciences de l’information et de la commu- nication (iSiC) de l’Université d’Alger 3. «Au fond, nous sommes tous supporters, car même si on n’est pas fan d’un club en particu- lier, on est au moins derrière l’équipe de notre pays à certaines oc- casions. Donc, la question qu’il y a lieu de se poser est : Qu’est-ce qui fait que certains supporters soient plus violents que d’autres ?» s’est-elle interrogée. «il faut tenir compte de la sensibilité et de la réactivité de certaines personnes à des faits pouvant passer inaper- çus chez d’autres personnes, comme cette tension palpable lors du match france-Algérie, par rapport à l’histoire entre les deux pays, ou encore face à l’Egypte, au Caire et à oum Dormane (Soudan). Les enjeux politiques font également partie intégrante du quotidien de l’individu et ce dernier ne peut pas les mettre de côté à l’occa- sion d’un match» a-t-elle fait savoir.

L’ex-joueur et sélectionneur de l'équipe algérienne de football, rabah Madjer, a estimé que la lutte efficace contre le phénomène de la violence doit se faire par les actes et non pas par des paroles. « La seule chose qui a toujours manqué jusqu'ici, c'est la mise en œuvre sur le terrain, d'où d'ailleurs l'expansion du phénomène de la violence, car si on ne joint pas l'acte à la parole, les choses ne risquent pas d'évoluer" a affirmé l'an- cienne star du fC Porto, lors d'un sémi- naire organisé au Palais des expositions d'Alger, sous l'égide du ministère de la Communication. Madjer a dénoncé «la violence» en insistant sur le fait que ce phénomène a pris de l’ampleur dans notre pays. «Certes la violence a toujours existé

profit" a dénoncé Madjer lors d'un point de presse improvisé à l'issue du séminaire en ajoutant «je ne dis pas cela pour en- flammer les choses mais je trouve que quand il y a gangrène il faut amputer. Donc, il est temps de prendre des mesures au niveau des clubs, des fédérations et tous les responsables pour donner le bon exemple à ces jeunes. Le football, avant d’être un sport, c’est d’abord un specta- cle». affirme-t-il. Madjer a salué par ail- leurs, «le courage du referee bitam, qui a osé dénoncer tout haut les pressions dont est victime le corps arbitral en Algérie», avant d'encourager «toutes les parties pre- nantes dans le domaine du football à faire comme lui» a-t-il préconisé. K. A. A.

MADjEr :

« Il faut joindre l'acte à la parole »

A. A. MADjEr : « Il faut joindre l'acte à la parole » et dans beaucoup

et dans beaucoup de domaines, mais ré- cemment, elle à pris une proportion in- quiétante, notamment dans le monde du sport. Lorsqu’il y a atteinte à la vie hu- maine notre conscience ne nous permet plus de nous taire. je trouve que la vio- lence morale est la source de la violence physique» explique t-il en ajoutant que dans le domaine du football si «le suppor- ter voit des dépenses à coup de mil- liards pour des rendement médiocres, la corruption chez certains arbitres, l’inca- pacité des responsables à apporter des so- lutions, il exprime sa colère à travers la violence, dans cet engrenage, le cor- rompu et le corrupteur ont plongé notre football dans un cercle quasiment flou, c’est pour moi une forme de violence qui

est visible dans les tribunes et malheureu- sement même sur le terrain» regrette t- il, en soulignant que le simple supporter, que beaucoup pointent du doigt comme étant le principal responsable des actes de violences dans les stades «n'est que le dernier maillon de la chaîne» et par conséquent, «il ne doit pas être le seul à blâmer». «La violence commence dans les plus hautes sphères du football, à tra- vers les responsables qui font pression sur les arbitres pour influer sur le résultat d'un match, les dirigeants qui ne respec- tent pas leurs entraîneurs et qui sont prêts à tout pour venir à bout d'un adversaire, sans oublier les opportunistes et les ma- gouilleurs qui voient le football juste comme un moyen de réussir un très gros

N

4

a t io n

EL MOUDJAHID

CLÔTURE DE LA CONFÉRENCE NATIONALE DES CADRES DE LA JEUNESSE

Khomri : « La jeunesse constitue l'élément essentiel dans la protection du pays »

L e ministre de la Jeunesse, Abdel- kader Khomri, a affirmé, hier à Alger, que la jeunesse constitue

l'élément essentiel dans la protection du pays, précisant que la prise en charge de cette large catégorie concourt au maintien de la sécurité et de la sta- bilité de l'Algérie. Dans une allocution à l'issue des

travaux de la 1 re conférence nationale des cadres de la jeunesse, M. Khomri a souligné que «les jeunes constituent

l'élément essentiel dans la protection du pays», précisant que «plus nous pre- nons en charge leurs problèmes et leurs préoccupations, plus nous créons les conditions et les moyens de protéger le pays». Il a ajouté que «vu la conjonc- ture régionale et les problèmes que connaissent certains pays, tous ceux qui aiment leur pays sont appelés à œu- vrer pour sa protection et sa défense, notamment les jeunes qui composent la majeure partie de la société algérienne,

qui composent la majeure partie de la société algérienne, ce qui fait de la prise en

ce qui fait de la prise en charge de leurs attentes une des plus importantes stra- tégies de l'État». M. Khomri a, par ailleurs, indiqué que le plan de l'État concernant le sec- teur de la jeunesse ne peut se concréti- ser tant que la bureaucratie perdure. Il a appelé à «l'éradication de ce phéno- mène», estimant qu'«il est inconceva- ble qu'un secteur aussi souple et flexible que celui de la jeunesse souffre de bureaucratie».

La conférence nationale sera annuelle

Le ministre de la Jeunesse, Abdelkader Khomri, a annoncé, hier à Alger, que la confé- rence nationale des cadres de la jeunesse sera annuelle pour débattre des questions des jeunes et «enrichir les propositions, conformément aux normes de modernisation internationales». La conférence nationale des cadres de la jeunesse sera annuelle, a indiqué le ministre qui commen- tait les rapports des cinq ateliers présentés lors de la séance de clôture de la conférence, ajoutant qu'«elle sera élargie au niveau régional», en vue de mobiliser toutes les énergies pour hisser le secteur au niveau escompté. M. Khomri a, d'au- tre part, annoncé la constitution d'un comité de suivi composé d'experts pour étudier les pro-

blèmes du secteur, choisis parmi les participants à la conférence. Le comité est chargé du «suivi de la mise en œuvre des recommandations et des réso- lutions de la conférence», et ce en coordination entre les experts et la tutelle, a-t-il précisé. Il a ajouté que le comité, composé de 16 membres «tiendra pro-

que le comité, composé de 16 membres «tiendra pro- chainement sa première réunion», pour prendre en

chainement sa première réunion», pour prendre en charge les préoccupations des jeunes et concrétiser le partenariat entre les différents acteurs du secteur et l'administration centrale sur le terrain. À cet effet, le ministre a précisé que la catégorie des jeunes qui représente plus de 70% de la population en Algérie,

«constitue une richesse encore plus importante que le pétrole qui est le principal revenu de l'éco- nomie nationale», appelant à la mobilisation de tous les efforts pour répondre aux attentes de cette frange de la société. Le développement du secteur de la jeunesse permettra de réaliser les objectifs de l'Algérie en matière «de sécurité, de paix, de développement et de démocratie», car «la gestion du pays sera confiée à l'avenir aux jeunes», a-t-il dit. Le ministre a, par ailleurs, plaidé pour la coor- dination des efforts de tous les secteurs, notam- ment ceux de l'Éducation nationale, de l'Enseignement supérieur, et de la Santé, pour tirer profit de leurs expériences sur le terrain, de manière à contribuer efficacement à l'éducation

et à la formation des jeunes. Pour M. Khomri, le dossier de la formation est «un dossier important» pour son secteur, affirmant que son actualisation doit «répondre aux normes internationales, à la faveur de l'ouverture aux universités aux compétences et à l'expertise internationales». À propos du dysfonc-

tionnement relevé dans le décret exécutif 01-07 re- latif à «la transformation des centres d'information et d'animation de jeunes en offices d'établissements de jeunes», le ministre a affirmé qu'il «accorde toutes les prérogatives aux directeurs de la jeunesse au niveau de la wilaya pour prendre les décisions», soulignant que le directeur de wilaya est l'ordonna- teur au niveau local. M. Khomri a également appelé «à la nécessité de compter sur les experts juridiques dans la révision des textes de loi régissant le secteur, que ce soit pour 'l'actualisation des ces lois ou leur abrogation», a-t-il précisé. Le ministre a réitéré ses orientations aux cadres du secteur, appelant à la né- cessité de s'approcher des jeunes dans les quartiers et les villages afin de les «accompagner et d'amélio- rer leur performance au service de la patrie». Il a ap- pelé, par ailleurs, à éviter les espaces fermés dans la réalisation des infrastructures de jeunes et à opter pour les «espaces ouverts» qui peuvent subir des transformations en fonction des exigences de la mo- dernisation.

LES PARTICIPANTS AUX ATELIERS

Appel à la nécessité de transformer les CIAJ en ODEJ

Les participants aux ateliers de la conférence natio- nale des cadres de la jeunesse ont appelé, hier, à la réactivation du décret exécutif 01-07 portant trans- formation des Centres d'information et d'animation des jeunes (CIAJ) en Offices des établissements de jeunes de wilayas (ODEJ), à travers la promulgation des textes d'application y afférents. La promulgation des textes d'application relatifs au décret 01-07 du 6 janvier 2007 est à même de «combler les lacunes» que connaissent les gestionnaires des établissements de jeunes dans le domaine de la gestion financière

et administrative, a déclaré à l'APS le président de l'atelier sur «La gestion administrative et financière des établissements pour jeunes». Ces textes permet- tront de définir les modes de paiement des frais liés à la restauration, à l'hébergement et à l'entretien des camps et des maisons de jeunes et autres établisse- ments de jeunes, a-t-il estimé. «Les directeurs des ODEJ font face à plusieurs obstacles en raison du vide juridique. Ils sont dans l'incapacité de payer les frais des sorties touristiques, ce qui les contraint à recourir à des procédés illégaux pour s'acquitter des

dépenses liées aux activités organisées en faveur des jeunes», a-t-il dit. «Ces directeurs ont besoin d'un cadre juridique qui leur permet de payer les salaires des employés des maisons de jeunes, dont les cuisi- niers et les femmes de ménage», a-t-il indiqué. L'ate- lier préconise de «consacrer un budget à la restauration et à l'hébergement», outre la création de nouveaux postes, notamment pour les intendants et aide-intendants devant former les cadres pédago- giques «qui ne maîtrisent pas les techniques de ges- tion». Les participants ont souligné la nécessité de

permettre aux cadres gestionnaires de saisir les op- portunités de formation, en coordination avec le mi- nistère de la Formation professionnelle, pour organiser des sessions de formation dans les spécia- lités souhaitées et encourager l'utilisation de l'outil informatique. Les participants à l'atelier sur «Le sys- tème de formation des cadres de la jeunesse» ont ap- pelé «à la nécessité de relancer la formation continue des cadres de la jeunesse et de réviser les conditions d'accès aux instituts de formation des cadres de la jeunesse».

Associer les jeunes et le mouvement associatif à l'élaboration de programmes adaptés

Les participants à la Conférence nationale des ca- dres de la jeunesse, tenue dimanche et hier à Alger, ont affirmé la nécessité d'associer les jeunes, les col- lectivités locales et le mouvement associatif à l'éla- boration de programmes qui répondent aux préoccupations des jeunes. Parmi les principales re- commandations issues des cinq ateliers organisés dans le cadre de la conférence, l'association des

jeunes, du mouvement associatif, ainsi que des col- lectivités locales à toutes les étapes de préparation des programmes visant à prendre en charge les préoccu- pations de cette frange de la société. Les participants ont préconisé la modernisation des établissements de jeunes et leur adaptation aux défis du siècle, en offrant des incitations financières aux cadres activant sur le terrain. Ils ont également appelé à la création d'un fi-

chier pédagogique, d'un statut pour tout établissement de jeunes, en assurant l'encadrement approprié et l'au- tonomie financière, à l'instar des établissements édu- catifs et de formation et en offrant de plus larges prérogatives aux directeurs de ces établissements pour assurer une meilleure gestion. Les participants ont, en outre, proposé l'introduction de nouvelles spé- cialités dans le système de formation supérieure au

profit des cadres des établissements de jeunes, et l'adaptation des programmes de formation aux exi- gences des jeunes. Un appel a été lancé pour relancer le partenariat avec le mouvement associatif, eu égard à son rôle efficace dans la structuration et l'animation des jeunes, à travers la signature de conventions-ca- dres pour l'organisation d'activités au niveau des éta- blissements de jeunes.

SELON UN EXPERT

Le chômage et l'oisiveté, principales causes de la délinquance juvénile

Les participants à la conférence natio- nale des cadres de la jeunesse ont affirmé, dimanche à Alger, que la délinquance à la- quelle les jeunes sont actuellement en proie est due essentiellement au chômage, appe- lant cette frange de la société à changer de mentalité, à s'armer de savoir et à recourir à la formation pour atteindre ses objectifs tant escomptés. Le cumul de problèmes dont souffrent les jeunes est dû à la volonté de ces derniers de décrocher un poste d'em- ploi qui soit sur mesure, sans recourir, tou-

tefois, aux diplômes qui leur faciliteraient pourtant la réalisation de leurs objectifs, a souligné à l'APS, le chercheur au Centre des recherches en économie appliquée pour le développement, Mohamed Bouka- bous. Celui-ci a, dans ce sens, appelé les jeunes à s'armer de savoir et à recourir à la formation dans les centres de formation professionnelle, ce qui leur permettra d'ob- tenir un emploi ou d'apprendre un métier, évitant par là même de sombrer dans la dé- linquance. L'expert a expliqué le recours

de certains jeunes à la drogue et à diffé- rentes formes de violence, en choyant l'idée d'émigrer vers l'autre rive, notam- ment par «l'oisiveté due au chômage». À cette occasion, il a appelé les jeunes «à changer de mentalité» et à prendre conscience que la réalisation des rêves «se fait graduellement», et que l'image véhicu- lée par les médias sur «l'Europe» n'était qu'illusion. Pour sa part, le conseiller pé- dagogique à l'Office des établissements pour jeunes, Mohamed El-Eulmi, a estimé

que les problèmes rencontrés par certains jeunes étaient en fait dus à «la perte de l'identité algérienne», en raison «d'une uti- lisation excessive des médias et de la dé- faillance des établissements éducatifs et de la famille dans la prévention des généra- tions montantes» contre certains fléaux et dans l'ancrage de la culture algérienne riche et diversifiée. Il a, par ailleurs, souli- gné «une recrudescence de la délinquance» dans notre société, ces dernières années, notamment durant la décennie noire qui a

amené les jeunes à chercher un autre mode de vie social pour fuir leur réalité, un be-

soin nourri, a-t-il dit, par les chaînes satel- litaires et les nouvelles technologies. Il a, en outre, indiqué que la perte de l'identité chez les jeunes Algériens est due aussi à l'échec des cellules de la société (famille,

école

), ajoutant que les programmes

éducatifs n'ont plus l'effet positif escompté, parce qu’il n’y a pas «d'innovation».

RÉINSERTION SOCIALE DES DÉTENUS

Signature d’une convention

Le ministères de la Justice et celui de l’Amé- nagement du territoire et de l’Environnement vont signer, aujourd’hui, une convention-cadre de coo- pération en vue du développement d’un partenariat pour la réinsertion sociale des détenus au niveau des établissements pénitentiaires, a indiqué, hier, un communiqué du ministère de l’Aménagement

du territoire. «Le ministère de la Justice, avec le ministère de l’Aménagement du territoire et de l’Environnement vont signer mardi une conven- tion-cadre de coopération en vue du développe- ment d’un partenariat pour la réinsertion sociale des détenus au niveau des établissements péniten- tiaires conformément aux recommandations du co-

mité interministériel de coordination des activités de rééducation et de réinsertion sociale des déte- nus», a précisé la même source. Cette convention a pour objet la mise en place de mécanismes effi- caces pour la réinsertion sociale des détenus, a ajouté le communiqué. L’introduction de la dimen- sion environnementale dans le processus de réin-

tégration sociale se fait de façon «intégrée», par la mise en place de programmes de sensibilisation, de formation et d’éducation à l’environnement. La mise en place de ce programme se fera par la créa- tion d’un club vert au niveau de chaque établisse- ment pénitentiaire à travers le territoire national.

FFS

Pour la consécration de la démocratie et des libertés

La célébration du 51 e anniversaire de la création du Front des forces socialistes (FFS), organisée hier à Alger, a été l’occasion pour ses mi- litants de réaffirmer leur position ferme pour consacrer les principes de démocratie et asseoir un consensus national pour le règlement des crises. Ont pris part à la cérémonie qui a eu lieu au siège du parti, des militants et militantes du parti, des «anciens de 1963» et certains de ses fondateurs, à leur tête le moudjahid Lakhdar Bouragaâ. Le premier se- crétaire du FFS, Mohamed Nebbou, a évoqué la stratégie du parti depuis sa création, visant à asseoir un consensus national à même de consacrer les principes de démocratie, de justice sociale, des libertés et des droits de l’homme, affirmant que sa formation politique était déterminée à

concrétiser cette démarche. Il a précisé que le changement en Algérie «doit s’appuyer sur un consensus national entre tous les acteurs poli- tiques», rappelant que «les portes du FFS sont ouvertes à toutes les per- sonnalités, partis politiques et représentants de la société civile». À propos du ressortissant français Hervé Gourdel assassiné à Tizi Ouzou par des terroristes appartenant à l’organisation autoproclamée «État is- lamique», M. Nebbou a condamné cet acte, tout en critiquant certains journaux nationaux qui ont, selon lui, «terni l’image de l’Algérie en gé- néral et de la Kabylie en particulier par leur manière de traiter l’infor- mation». Il a souligné que la Kabylie «a toujoujours été et continue d’être une région de paix, de tolérance et de dignité». Le moudjahid

Lakhdar Bouragaâ a rappelé, de son côté, que le FFS «a été fondé pour une cause qui continue de marquer la conjoncture actuelle, à savoir la démocratie». Après avoir souligné que la démocratie impliquait «une volonté sacrée, un engagement moral, une justice et une équité dans tous les domaines», M. Bouragaâ a affirmé que «le FFS n’a de cesse œuvré, avec ses militants et militantes, à sa consécration». Il a par ail- leurs salué «les positions immuables» de son parti concernant les ques- tions nationales, régionales et internationales, appelant les forces politiques algériennes à s’unir contre «le plan des États-Unis visant à diviser les pays arabes au nom de la lutte contre le terrorisme, dont ils sont le parrain par excellence».

Mardi 30 Septembre 2014

N

a t io n

5

EL MOUDJAHID

M. MEBARKI L’AAFFIRMÉ :

« La rentrée universitaire se déroule normalement »

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Mohamed Mebarki, a affirmé, hier à Alger, que la rentrée universitaire 2014-2015 se déroule "normalement" dans tous les établissements universitaires à travers le pays.

D ans un entretien à l'APS (texte integral sur www.aps.dz), le ministre a

souligné que la rentrée universi- taire 2014-2015 — qui a débuté cette année plus tôt que les années précédentes (le 7 septembre) — se déroule "normalement", ajoutant que toutes les conditions sont réu- nies à cet effet notamment avec la reprise des services de restaura- tion, d'hébergement et de transport depuis le 1 er septembre. Le déroulement des examens de rattrapage à la fin de l'année écoulée et le recul du taux de trans- fert du fait que la plupart des nou- veaux étudiants ont été orientés vers l'une des trois premières fi- lières de leur choix, ont également aidé à débuter l'année universitaire dans les délais fixés, a-t-il souli- gné. Concernant les nouvelles struc- tures du secteur, M. Mebarki a pré- cisé que le réseau des campus universitaires a connu au début de cette rentrée universitaire "une évolution notable" après l'ouver- ture de nouvelles structures telles que l'Ecole nationale supérieure polytechnique, l'Ecole nationale supérieure de biotechnologie à Constantine et trois facultés de mé- decine à Ouargla, Laghouat et Be- char. La rentrée universitaire 2014-2015 a été par ailleurs mar- quée par l'élargissement de la carte des filières à inscription nationale ce qui porte à 41 le nombre des fi- lières d'excellence outre la réorga- nisation du secteur de l'enseignement supérieur dans la wilaya d'Alger par le transfert de quatre écoles supérieures natio- nales à Koléa. Il s'agit de l'Ecole supérieure des études commer- ciales, l'Ecole supérieure de com- merce, l'Ecole nationale supérieure des statistiques et de l'économie appliquée et l'Ecole supérieure du management outre le transfert des facultés des sciences médicales et de droit à leurs nouveaux sièges. Parmi les nouvelles mesures enga- gées, figure également l'élargisse- ment de la mesure de découpage qui englobera l'université d'Es- senia (Oran) qui rejoindra les au- tres universités touchées par cette mesure comme les universités d'Alger, Blida et Constantine, a in- diqué M. Mebarki qui précise que cette mesure sera promulguée pro- chainement dans le cadre d'un dé-

sera promulguée pro- chainement dans le cadre d'un dé- cret ministériel. Il convient de rappeler dans

cret ministériel. Il convient de rappeler dans ce sens que la mesure du découpage qui s'inscrit dans le cadre de l'ap- profondissement du processus de réforme concerne les universités dont le nombre d'étudiants dépasse les 25.000 et ce, dans le but d'une meilleure gestion. Asouligner également que l'an- née universitaire 2014-2015 connaîtra le renforcement des in- frastructures pédagogiques après la réception de 62.500 nouvelles places pédagogiques portant la ca- pacité d'accueil à 1.250.000 places pédagogiques. Le nombre d'étu- diants inscrits a atteint 1.330.000, soit une augmentation de 5,13% par rapport à l'année précédente. Concernant les critiques faites sur le système LMD, M. Mebarki es- time qu'il "est prématuré de faire une évaluation objective défini- tive" d'autant plus que le secteur fonctionne toujours avec ce sys- tème et le système classique. Il a rappelé toutefois que le système LMD fait l'objet d'une évaluation périodique par des équipes péda- gogiques qui formulent les propo- sitions et apportent les améliorations à même de réaliser l'objectif escompté par cette ré- forme engagée en 2009. A une question relative au repli des mou- vements de protestation qui ont marqué dans le passé le secteur de l'enseignement supérieur et menés par les représentations estudian- tines et les syndicats d'enseignants, M. Mebarki a souligné que "ce calme relatif ne signifie pas que tous les problèmes ont été résolus" cependant, "l'adoption d'une dé- marche basée sur l'implication ef- fective de tous les partenaires dans

la gestion du secteur s'est avérée efficiente". Il a indiqué dans ce do- maine que "les problèmes de l'uni- versité aussi nombreux soient-ils, eu égard au poids stratégique du secteur, trouveront toujours des so- lutions dans le cadre du dialogue et de la concertation afin d'éviter l'impasse".

4.000 projets de recherche universitaire en post-graduation enregistrés annuellement Concernant la recherche scien- tifique, le ministre a fait savoir que quelque 4.000 projets de recherche universitaire en relation avec la formation en post-graduation sont enregistrés annuellement outre 2.200 projets relatifs aux besoins du secteur économique réalisés dans le cadre du précédent plan quinquennal sur la recherche et le développement technologique, M. Mebarki a précisé que son secteur a recensé 2.200 recherches dans le cadre du précédent plan quinquen- nal dont 300 peuvent etre retenus dans le cadre de la valorisation des résultats de la recherche. Le minis- tre a relevé l'existence de 100 pro- jets en cours de valorisation au niveau de l'Agence nationale de valorisation des résultats de la re- cherche, en prévision de la créa- tion de 10 start-up. Le ministre a évoqué par ailleurs la question re- lative au classement des universi- tés au niveau mondial. Il a souligné à ce propos que les efforts des chercheurs universitaires "ont commencé à porter leurs fruits" à travers "l'amélioration de la visibi- lité et du classement de l'université algérienne au niveau internatio- nal". Le ministre s'est appuyé dans ses propos sur le classement publié

sur le site spécialisé dans l'évalua- tion de la visibilité des universités (Webotmetrics Ranking of world universities" qui a touché 13.000 universités dont 73 établissements universitaires algériens. Selon ce classement, l'univer- sité de Constantine I se positionne

à la 1 re place au niveau maghrébin,

à la 28 e au niveau africain et à la

2.256 place au niveau mondial, en- registrant une progression de 183 places par rapport au classement de janvier 2014. L'université de Ouargla a été classée à la 2 e place au niveau maghrébin, à la 30 e au

niveau africain et à la 2.306 e place

au niveau mondial, marquant une

progression de 1315 places, a indi- qué le premier responsable du sec- teur.Selon le dernier classement annuel de l'Institut espagnol de re- cherche "SCIMAGO", spécialisé dans le classement des universités sur la base de la production scien- tifique, l'innovation et le dévelop- pement technologique publié le mois en cours et ayant touché 5.100 établissements universi- taires, l'université des Sciences et Technologies Houari-Boumediene

se place à la 290 e place en ce qui concerne l'innovation, à la 380 place pour ce qui est du dévelop- pement technologique et à la 1.400 e place concernant la produc- tion scientifique. L'université de Blida I se positionne à la 290 e place en ce qui concerne le déve- loppement technologique. S'agis- sant de la coopération scientifique avec des universités étrangères, M. Mebarki a fait savoir que 1.512 conventions ont été conclues avec des universitaires étrangères re- présentant 65 pays. Au total 2.400 conventions ont été enregistrés, a- t-il précisé, si on prend en considé- ration celles en phase de finalisation.

Ouverture dusecteurauprivé :

la tutelle n'a été destinataire d'aucune demande Evoquant l'ouverture du secteur au privé, son premier responsable

a affirmé que la tutelle "n'a reçu à

ce jour aucune demande pour la création d'un établissement privé" dans le cadre de l'ouverture du secteur aux privés, soulignant que "le premier cahier de charges a été retiré depuis un mois seulement". Un travail est en cours actuelle- ment pour achever le dispositif

d'encadrement de ce genre d'initia- tive à travers la création d'une commission qui sera chargée d'étudier et d'ouvrir les dossiers qui seront présentés à la tutelle, a indi- qué le ministre. Ce dossier a été l'une des préoc- cupations posées par le patronat au

cours de la dernière tripartite, a

souligné le ministre qui a affirmé que le ministère de l'Enseignement supérieur "ne voit aucun inconvé- nient à l'ouverture d'instituts pri- vés, à condition qu'une telle entreprise soit conforme au cahier de charges arrêté à cet effet". Le ministre a tenu a souligner que les établissements privés qui se prétendent des établissements de formation supérieure, ne sont pas agréés pour ce mode de forma- tion, "ce qui signifie que leurs di- plômes ne sont pas "reconnus par l'Etat". Pour plus de détails, M. Mebarki a indiqué que plusieurs établissements privés prétendant offrir une formation supérieure ont reçu l'agrément du ministère de la formation professionnelle, selon un cahier de charges qui définit leur champs d'action qui n'a rien à

voir avec le secteur de l'enseigne- ment supérieur et de la recherche scientifique. Ce sont des établissements "hors la loi", a-t-il martelé. Pour remédier à cette situation, le minis- tère de l'Enseignement supérieur effectue des contacts avec le mi- nistère de la Formation profession- nelle afin de mener des campagnes d'inspection au niveau des instituts concernés, a ajouté M. Mebarki. Concernant certains instituts étrangers qui décernent des di- plômes non reconnus par le minis- tère, M. Mebarki a souligné l'importance de ce dossier pour son secteur, au regard de sa relation di- recte avec la crédibilité de l'univer- sité algérienne. Dans ce cadre, le ministre a souligné "le souci" de la tutelle de protéger la nomenclature des diplômes nationaux notam- ment avec la prolifération d'éta- blissements d'enseignement

supérieur dont le seul souci est de s'enrichir en offrant des formations à distance sanctionnées par des di- plômes qui ne prennent pas en considération les exigences acadé- miques ainsi que d"autres forma- tions non résidentielles dispensées par des universités étrangères en dehors de leurs pays d'origine.

ÉTABLISSEMENTS UNIVERSITAIRES PRIVÉS

Le premier cahier des charges retiré

 

Le premier cahier des charges pour l'ou-

gée d'étudier et d'ouvrir les dossiers qui se-

formation supérieure ont reçu l'agrément du

de l'université algérienne. Dans ce cadre, le

verture d'établissements universitaires privés

ront présentés à la tutelle, a indiqué le minis-

ministère de la formation professionnelle,

ministre a souligné "le souci" de la tutelle de

a

été retiré depuis un mois, a indiqué, hier,

tre. Ce dossier a été l'une des

selon un cahier de charges qui définit leur

protéger de la nomenclature des diplômes

le

ministre de l'Enseignement supérieur et de

préoccupations posées par le patronat au

champs d'action qui n'a rien avoir avec le

nationaux notamment avec la prolifération

la Recherche scientifique, Mohamed Me-

cours de la dernière tripartite, a souligné le

secteur de l'enseignement supérieur et de la

d'établissements d'enseignement supérieur

barki , qui a démenti tous les propos qui cir- culent sur le rejet par le ministère, des demandes déposées à cet effet. Dans un entretien accordé à l'APS, M. Mebarki a affirmé que le ministère "n'a reçu

ministre qui a affirmé que le ministère de l'Enseignement supérieur "ne voit aucun in- convénient à l'ouverture d'instituts privés, à condition qu'une telle entreprise soit conforme au cahier de charges arrêté à cet

recherche scientifique. Ce sont des établis- sements "hors la loi", a-t-il martelé. Pour re- médier à cette situation, le ministère de l'Enseignement supérieur effectue des contacts avec le ministère de la formation

dont le seul souci est de s'enrichir en offrant des formations à distance sanctionnées par des diplômes qui ne prennent pas en consi- dération les exigences académiques ainsi que d"autres formations non résidentielles dis-

à

ce jour aucune demande pour la création

effet". Le ministre a tenu a souligner que les

professionnelle afin de mener des cam-

pensées par des universités étrangères en de-

d'un établissement privé" dans le cadre de l'ouverture du secteur aux privés, soulignant que "le premier cahier des charges a été re- tiré depuis un mois seulement". Un travail est en cours pour achever le dispositif d'en- cadrement de ce genre d'initiative à travers la création d'une commission qui sera char-

établissements privés qui se prétendent des établissements de formation supérieure, ne sont pas agréés pour ce mode de formation, "ce qui signifie que leurs diplômes ne sont pas "reconnus par l'Etat". Pour plus de dé- tails, M. Mebarki a indiqué que plusieurs établissements privés prétendant offrir une

pagnes d'inspection au niveau des instituts concernés, a ajouté M. Mebarki. Concernant certains instituts étrangers qui décernent des diplômes non reconnus par le ministère, M. Mebarki a souligné l'impor- tance de ce dossier pour son secteur, au re- gard de sa relation directe avec la crédibilité

hors de leurs pays d'origine. Dans ce contexte, le ministre a rappelé que les di- plômes décernés par les établissements uni- versitaires étrangers qui ne répondent pas aux critères pédagogiques et scientifiques définis par la tutelle "ne sont ni reconnus ni homologués.

Mardi 30 Septembre 2014

N

6

a t io n

EL MOUDJAHID

noUredine BédoUi aU ForUM de la radio nationale :

« Le Conseil supérieur de l’éducation et de l’enseignement professionnels sera installé la semaine prochaine »

Le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, Nouredine Bedoui, qui était l’invité, hier, du Forum de la Radio nationale, a affirmé que les assisses du secteur se tiendront au courant du mois prochain. Le ministre a affirmé que ces assises seront une occasion pour débattre des perspectives et des ambitions du secteur, du partenariat et des pôles d’excellence, ainsi que l’élaboration de stratégies qui répondent aux normes internationales en matière de formation pour permettre à nos centres de relever les défis, d’autant plus que l’État a consacré des budgets conséquents pour la qualification de la ressource humaine.

I l s’agit, également, selon le ministre, de consacrer, aujourd’hui, la culture de la formation et de l’apprentissage

qui contribue à la relance de la dynamique économique du pays, précisant que tous les partenaires du secteur participeront à cet espace de concertation. M. Bédoui es- timera que le secteur de la formation avec une nomenclature constituée de plus de 420 spécialistes, s’ouvre sur toutes les fi- lières et les créneaux, évoquant dans ce cadre, l’introduction de nouvelles spécia- lités relatives à la gestion des déchets au niveau des centres d’enfouissement tech- niques ou encore certains métiers du bâti- ment et des travaux publics, en vertu des conventions-cadres, signée l’année der- nière avec la formation professionnelle, et les ministères de l’habitat et les travaux publics. il rappellera que sur un objectif de formation de 72.000 stagiaires pour les différents programmes lancés par les sec- teurs de l’habitat et de l’urbanisme et des travaux publics, plus de 50.000 jeunes ont bénéficié de formation dans ces domaines,

jeunes ont bénéficié de formation dans ces domaines, insistant sur les opportunités d’intégration

insistant sur les opportunités d’intégration professionnelle pour les apprenants, comme le prouvent, dira-t-il, les données de l’office national des statistiques qui at- testent que 75% des diplômés des centres de formation et d’enseignement profes- sionnels ont accédé au marché de l’em-

ploi. le chargé du secteur s’exprimant sur

le projet du «Baccalauréat agricole», tient

à assurer les personnes intéressées que

c’est en bonne voie avant de poursuivre

que le premier lycée sera créé à tighenif,

à Mascara, le deuxième à oued Souf, le

troisième à ain defla, quant au quatrième,

il sera, lancé à Khenchela. Ces mêmes projets verront le jour selon le ministre, vers le début de l’année 2015. il rappellera que des déficits sont recensés au niveau de certains métiers, notamment les gref- feurs, les tailleurs d’arbres pour ne citer que ceux là. M. nouredine Bédoui, souli- gnera que le Président de la république accorde un intérêt particulier à la relance de l’agriculture, il ne manquera pas de souligner que la réglementation est, on ne peut plus claire sur la consécration de 1% de leur recrutement de main d’œuvre aux diplômés des centres de formation qui n’est pas appliquée par les chefs d’entre- prises, en l’absence de la culture de l’ap- prentissage chez ces derniers, rappelant que pour remédier à ce problème, une ins- truction a été donnée par le Premier mi- nistre, d’autant plus que le mode de

l’apprentissage a prouvé son efficacité dans tous les pays. le conférencier soutiendra également

que le Conseil supérieur de l’éducation et de l’enseignement professionnel sera ins-

tallé, la semaine prochaine, pour mieux orienter les élèves des classes d’examen. il s’agit aujourd’hui, selon le premier res- ponsable du secteur d’aller vers l’orienta- tion de ceux qui ne peuvent accéder aux paliers supérieurs vers des centres de for- mation, expliquant que ce Conseil, est composé de spécialistes de l’éducation na- tionale et de la formation professionnelle avec toutes les prérogatives d’orienter l’élève. abordant la question des centres de formation privés, il relèvera qu’il sera intransigeant quant à la qualité des forma- tions dispensées qui doivent répondre aux normes, avant d’ajouter que ces centres sont des partenaires du secteur. revenant enfin sur la formation en langue ama- zighe, il notera que son département reste ouvert aux propositions du hCa quant à l’ouverture de nouvelles spécialités en fonction de la demande exprimée, souli- gnant par la même occasion que son dé- partement ne ménagera aucun effort, dans ce cadre.

Samia D.

alGérie - eUroPe

Le Forum économique mondial suit avec intérêt les réformes économiques engagées par l'Algérie

le Forum économique mondial suit avec intérêt toutes les réformes économiques engagées par l'algérie et montre sa disponibilité à contri- buer à la vulgarisation de l'image du pays, a affirmé le président exécutif de cette fondation, M. Klaus Schwab, lors de sa rencontre à istanbul (turquie) avec le ministre de l'industrie et des Mines, M. abdesselam Bouchouareb. en marge de sa participation aux travaux du Sommet ré- gional (europe, la région Menaet eurasie) du Forum économique mon- dial, M. Bouchouareb s'est entretenu avec M. Schwab ainsi qu'avec M. Philippe rosler, directeur exécutif et membre du conseil d'adminis- tration du forum, a indiqué le ministère dans un communiqué. lors de ces entretiens, M. Schwab s'est félicité du retour de l'algérie sur la scène économique internationale, précisant que le Forum économique mondial "suit avec intérêt toutes les réformes économiques engagées par l'algé- rie". il a, également, exprimé "la disponibilité du Forum à contribuer à la vulgarisation de l'image de l'algérie en portant à la connaissance de l'opinion internationale et de la communauté des affaires les avancées réalisées dans ce domaine". a ce titre, il a émis "le souhait d'une présence plus active de l'algérie et "un approfondissement des relations avec ce Forum". Pour sa part, M. rosler s'est dit satisfait de l'amélioration du classement de l'algérie (79 e ) dans le dernier rapport du Forum consacré

(79 e ) dans le dernier rapport du Forum consacré à la compétitivité. il a même

à la compétitivité. il a même avancé que les éléments d'informations ap- portés par M. Bouchouareb étaient de nature "à améliorer davantage la position de l'algérie lors des prochains rapports". Ces audiences ont éga- lement permis à M. Bouchouareb d'exposer la batterie de réformes éco-

nomiques engagées par l'algérie et leur accélération au cours des der- niers mois. il s'agit, notamment du consensus construit autour du Pacte national économique et social de croissance, le travail mené pour pro- mouvoir les leviers de la croissance économique, l'amélioration du climat des affaires, la révision en cours du code des investissements, la loi d'orientation sur la PMe, la stimulation de l'innovation, l'amélioration de la compétitivité, la nouvelle stratégie industrielle et l'approche prônée pour l'amélioration des performances du secteur public marchand indus- triel. Cette séance de travail a également été l'occasion d'établir une feuille de route traduisant une démarche d'approfondissement des rela- tions dans l'objectif d'entretenir un contact permanent entre l'algérie et le Forum économique mondial. le sommet régional (europe, la région Mena et eurasie) du Forum économique mondial, qui a ouvert ses tra- vaux dimanche à istanbul, se déroule en présence d'un millier de parti- cipants parmi les représentants des gouvernements, les milieux d'affaires et de la société civile de plusieurs pays d'europe, du Moyen-orient, de l'afrique du nord et de l'asie centrale. Cette rencontre a pour principal objectif d'aider les investisseurs des entreprises et compagnies régionales et internationales à analyser et à s'adapter aux modifications en cours au sein des économies nationales.

entretien entre M. el Ghazi et Une déléGation dU FMi

Le secteur de l'emploi au centre des discussions

la situation du secteur de l'emploi en algérie, notamment la maîtrise du chômage, ont été au centre d'un entretien, hier àalger, entre le ministre du travail, de l'emploi et de la Sécurité sociale, Mohamed el Ghazi et une délégation d'experts du Fonds monétaire international (FMi), conduite par zeine ould zeidane, conseiller à la direction du

Moyen-orient et de l'asie centrale.l'entretien a porté sur "la situation du secteur de l'emploi en algérie, notamment la maîtrise du chômage et des dispositifs de soutien à l'emploi, l'encouragement à la création de micro-entreprises, la politique na- tionale de sécurité sociale et le code du travail, souligne un communiqué du ministère.la rencon-

tre a permis de passer en revue les efforts consen- tis par les pouvoirs publics dans le cadre de la po- litique nationale de promotion de l'emploi, de lutte contre le chômage et les différents mécanismes et dispositifs publics de l'emploi, ajoute la même source. les deux parties ont également abordé le programme de développement et de promotion du

le wali d’alGer :

système national de sécurité sociale et les mesures en cours d'application pour améliorer la prestation de ces différents dispositifs et programmes pour une meilleure efficacité. l'accent a, en outre, été mis sur "le développement considérable" des in- dicateurs d'emploi en algérie, notamment la baisse progressive et constante du chômage.

« 1.070 familles relogées aujourd’hui à Birtouta et aux Eucalyptus »

le wali d’alger s’est rendu, hier, en visite de travail et d’inspection dans les communes de oued Koriche, Sidi M’ hamed, Baraki et Sidi Moussa où il a inau- guré certaines structures et s’est enquis de l’avancement d’autres projets. dans un point de presse tenu en marge de cette vi- site, M. abdelkader zoukh a annoncé que «1.070 familles seront relogées au- jourd’hui au niveau de deux sites relevant de la commune des eucalyptus et un autre se situant à Sidi M’hamed.» Sans donner plus de détails sur les bénéficiaires, le chef de l’exécutif de la wilaya d’alger, a confirmé, une fois de plus, que les pou- voirs publics «multiplient les efforts pour qu’aucune famille ne reste dans les bidon- villes.» et d’insister : «la distribution de logement concernera les citoyens vivant dans des conditions précaires.» dans ce contexte, il explique que l’«etat poursuit sa lutte contre les constructions anar- chiques.» dans le même ordre d’idées, le wali a rappelé que les unités livrées ré- cemment ou qui le seront prochainement, disposent de toutes les commodités néces- saires.» l’opération de relogement, sou- ligne-t-il, «ne connaitra pas de répit. on n’a pas de solutions magiques, mais le programme se poursuivra.» Se prêtant au jeu des questions-réponses, M. zoukh a indiqué quel’etat poursuivra ses efforts dans le cadre de l’amélioration urbaine dont 272 cités ont été recensées. Par ail- leurs, le wali a relevé, dans le cadre de

Ph. : A. Hammadi
Ph. : A. Hammadi

l’aménagement d’alger, que 7 parkings sont en construction et 12 autres seront construits juste après l’identification des assiettes foncières. S’agissant des infra- structures éducatives, le chef de l’exécutif de la wilaya a affirmé que 40 projets sont prévus.

Propreté d’Alger, le citoyen doit s’y mettre interrogé sur le spectacle de désola- tion qu’offre la Capitale en dépit des ef- forts consentis, M. zoukh a évoqué l’«incivisme du citoyen qui doit participer positivement et efficacement pour rendre àalger son lustre d’antan.» déplorant cer- tains comportements, notamment celui de jeter quotidiennement du pain dans des poubelles, il dira que la «propreté est l’af- faire de tous.» a ce propos, le wali lui re- proche sa passivité. «Chez nos jeunes,

explique-t-il, il y a ce que j’appelle un chômage de luxe. nombre d’entre-eux sont sollicités pour travailler dans des ate- liers de construction, en vain. dans le même ordre d’idées, le wali rappellera la mise en place d’un plan spécial pour contenir l’encombrement dont souffre alger. «Maintenant il faut un maillage au niveau de toutes les routes réalisées», ex- plique-t-il. Pour le transport, M. zoukh in- dique que l’on s’achemine vers l’unification du ticket du transport (métro, tramway et train). Quant aux communes visitées, le wali a donné des instructions pour réduire les délais de réalisation des différentes infrastructures. il a relevé avec satisfaction les efforts déployés à la cité haouch Mihoub, où la surcharge dans les écoles fondamentales (45 élèves par classe), a été réduite presque de moitié. Fouad Irnatene

4.000 familles relogées en septembre

depuis le 21 juin, la wilaya a distribué 7.821 loge- ments sociaux à travers dix opérations de recasement, la première ayant été lancée à la cité des 3.216 logements de Chaïbia, dans la commune de ouled Chebel, à l'ex- trême sud de la wilaya. la 10 e opération, réalisée les 22- 23 septembre, avait profité à 1.131 familles, issues notamment d'un bidonville de la commune de Bourouba (578 familles), qui ont été recasées en majorité à "el- dalia". la wilaya avait annoncé auparavant le relogement durant ce mois de septembre de plus de 4.000 familles vi-

vant dans des habitations précaires, en deux ou trois étapes. interrogé par ailleurs sur le relogements des oc- cupants du bidonville "erramli" de la commune de Gué de Constantine, qui ont bloqué la circulation des trains dans la banlieue ouest d'alger durant le week-end dernier, M. zoukh s'est voulu rassurant. "Une délégation compo- sée de 15 membres représentant le bidonville a été reçue dimanche au siège de la wilaya. nous les avons assuré qu'un projet de logements spécialement dédié à erramli est en cours de réalisation pour le recasement de toutes

les familles", a-t-il dit, précisant qu'erramli compte 4.200 familles. lors de sa visite de travail dans les circonscrip- tions de Bab el oued, Sidi M'hamed et Baraki, M. zoukh

a inauguré un stade de proximité, un jardin public et une aire de jeu dans la commune de oued Koriche, à draa eddis. a haouch Mihoub, dans la commune de Baraki, il

a officiellement mis en service une école primaire de 12

classes, ouverte aux élèves depuis la rentrée scolaire, avant d'inaugurer une crèche pour les moins de 5 ans à la cité des 300 logements de Sidi Moussa.

Mardi 30 Septembre 2014

N

EL MOUDJAHID

a t io n

7

LE MINISTRE DE L’AGRICULTURE DEPUIS AÏN DEFLA :

« Assurer la sécurité alimentaire à l’horizon 2019 »

300 milliards de dinars seront alloués annuellement au secteur de l’Agriculture au titre de l’allocation budgétaire dans le cadre du programme quinquennal 2015-2019, a annoncé Abdelouahab Nouri, ministre de l’Agriculture et du Développement rural, depuis la wilaya d’Aïn Defla où il a procédé au lancement officiel de la campagne agricole 2014-2015.

D e 200 milliards de dinars alloués durant

l’exercice écoulé, l’enveloppe allouée cette année est de 300 milliards de di-

nars, c’est dire l’attention particulière accordée à ce secteur et son importance, aussi il est temps pour nous tous de retrousser les manches et de nous mettre au travail car seul le travail paie », a relevé M. Nouri. Un programme quinquennal avec son objectif de 2019 qui signifie pour le secteur de l’agriculture d’assurer la sécurité alimentaire de l’Algérie et de consolider par la même son indé- pendance et sa souveraineté a souligné le ministre devant les représentants du monde agricole, fel- lahs, techniciens et opérateurs administratifs et économiques. Pour ce faire et en application des orientations du Président de la République, le sec- teur se doit de porter la superficie irriguée de 1 million d’hectares actuellement à 2 millions à l’échéance 2019, autre facteur relevé par le minis- tre, « la vulgarisation agricole qui se doit de jouer pleinement et efficacement son rôle, l’usage des fertilisants et autres engrais, mais de manière ra- tionnelle ainsi que le recours à la mécanisation pour d’un côté améliorer la production et pallier

«

le manque de main-d’œuvre ». Tout en appelant à une utilisation rationnelle de l’eau, M. Nouri a ap- pelé les agriculteurs à contracter des assurances pour leur production, « les chiffres actuels quant à l’assurance agricole ne sont pas de nature à rassu- rer ». Le lancement de la campagne agricole cette année depuis Ain-Defla a coïncidé avec la célébra- tion de la 21 e édition de la journée nationale de la Vulgarisation agricole et la tenue d’un salon na- tional sur les équipements et produits pour l’agri- culture, l’élevage et le froid. Donnant le coup d’envoi de la campagne labours-semailles depuis la ferme pilote Sidi-Belhadj à la sortie est du chef- lieu de la wilaya d’Ain-Defla, M. Nouri a assuré et rassuré les céréaliculteurs quant à la mobilisa- tion de tous les moyens pour la réussite de l’année agricole, notamment pour ce qui est de la semence contrôlée et certifiée et les engrais. Placée sous le thème de « l’agriculture familiale : base de la sé- curité alimentaire » la journée nationale de la Vul- garisation agricole ambitionne dans le cadre du programme quinquennal 2015-2019 de moderniser l’approche en matière de stratégie de vulgarisation

l’approche en matière de stratégie de vulgarisation et d’appui technique en ciblant et touchant direc- tement

et d’appui technique en ciblant et touchant direc- tement les populations rurales. Au niveau du salon abrité par l’enceinte du complexe omnisports d’Ain-Defla-ville, le ministre de l’Agriculture

s’est longuement attardé au niveau des différents stands abritant plus d’une soixantaine d’exposants entre producteurs agricoles et spécialistes des in- trants et autres équipements et machinisme agri- cole. Au niveau des instituts spécialisés, le ministre a invité les responsables et techniciens à sortir de leurs bureaux et aller à la rencontre des fellahs, « il ne faut pas livrer l’agriculture au seul agriculteur et laisser l’agriculteur livré lui aussi à lui-même, il nous faut arriver à avoir une chaîne thématique propre à l’agriculture et à la vulgarisa- tion agricole » ». Un appel à unifier les efforts qui trouve un autre écho au niveau des stands d’expo- sition du machinisme agricole « investissez dans le machinisme spécialisé, l’Etat est là et prêt à vous accorder des subventions ». Machinisme agricole spécialisé, vulgarisation de proximité, sa- voir-faire pour une utilisation rationnelle de l’eau et des engrais et fertilisants, recours à l’assurance agricole, ce n’est qu’avec tous ces facteurs réunis que nous pourrons développer et moderniser notre agriculture », a déclaré M. Nouri aux représentants du monde agricole réunis à Ain-Defla. A. M. A.

LE MINISTRE DES SPORTS A KHENCHELA :

« Nécessité de relancer les projets liés au sport de proximité »

Le ministre des Sports, Mohammed Tahmi, a souligné, hier à Khenchela, la nécessité de relan- cer les projets inscrits dans le cadre du sport de proximité dans les daïras et les communes à forte densité démographique. Le ministre a indiqué, au cours d'une visite dans cette wilaya, que les infrastructures spor- tives de proximité sont "le garant du développe- ment de la pratique sportive par le plus grand nombre de jeunes". Le ministre a également exhorté les respon- sables locaux du secteur à multiplier la sensibi- lisation des équipes et des associations sportives pour les inciter à prendre des initiatives et à di- versifier leurs sources de financement. Il a ajouté, à ce propos, que la nouvelle loi re- lative aux associations sportives, devant être pro- mulguée en 2015, définira les critères d'octroi des subventions. M. Tahmi qui s'est montré sa-

des subventions. M. Tahmi qui s'est montré sa- tisfait du pôle sportif de la commune d'El

tisfait du pôle sportif de la commune d'El Mah- mel qui englobe entre autres, un stade de football et une piscine, a appelé à concrétiser des projets similaires dans les autres communes de la wilaya de Khenchela. Au cours de son inspection du projet de réa- lisation d'une piscine, dans la commune de Ouled Rechache, le ministre a appelé à multiplier ce type de projets sur les hauts plateaux et dans le sud du pays, en soulignant l'intérêt accordé par le ministère à ces infrastructures sportives. Au chef-lieu de la wilaya, M. Tahmi a ins- pecté les différentes structures du complexe om- nisports, où il a mis l'accent sur la nécessité de préserver cet acquis en recrutant davantage de personnel pour une meilleure prise en charge de cette infrastructure. M. Tahmi a inspecté, toujours au chef-lieu de la wilaya, les travaux d'extension du stade Amar-

Hammam et la réalisation d'une tribune d'une ca- pacité de 800 places. Dans la zone de Ain Silane, près de la station thermale de Hammam Essalihine, le ministre a inspecté les travaux de réalisation d'un centre ré- gional de regroupement des équipes sportives qui s'étend sur 20 ha, dont 2.640 m 2 sont réservés pour les structures d'accueil. En rappelant le retard enregistré dans la concrétisation de ce projet, le ministre a instruit, in situ, l'entreprise Cosider qui a repris le marché à l'effet de respecter les délais de réalisation de ce projet auquel une enveloppe financière de 600 millions de dinars a été allouée. M. Tahmi a clôturé sa visite en inspectant dans la commune de Kaïs, le stade communal et les travaux de réalisation d'une piscine dont le taux d'avancement a atteint les 80%.

SIGNATURE ÉLECTRONIQUE

Des formations au profit de magistrats

Une journée de formation sur la signature électronique au profit de juges et du personnel des cours d’Al- ger et de Tipasa a été organisée hier par le ministère de la Justice à la cour d’Alger. La formation a concerné des présidents de cours, des magistrats, des greffiers en chef, des greffiers chargés des services de nationalité et des casiers judiciaires et des experts en informatique. Le directeur-adjoint chargé des prospectives au ministère de la Jus- tice, M. Abdelkrim Djadi, a déclaré lors d’un point de presse que « la for- mation servira à familiariser ces uti- lisateurs avec la nouvelle méthode de signature appelée à être utilisée au quotidien. » Selon lui, après l’inauguration du centre de personnalisation de la puce pour la signature électronique au début du mois de septembre par le

Ph : Nacéra
Ph : Nacéra

ministre de la Justice, il est nécessaire d’avancer dans l’opération et de pas- ser à la pratique. M. Djadi a expliqué que « cette formation permettra aux concernés

de maîtriser la technique avant de personnaliser les puces et de passer au système de généralisation. La puce personnalisée permet aux magistrats de signer par voie électronique des

documents et des actes judiciaires. » Il y a lieu de noter que le ministre de la Justice, garde des Sceaux, Tayeb Louh, a indiqué lors d'un point de presse au terme de la cérémonie d'inauguration du centre de personna- lisation de la puce de signature élec- tronique que « cette nouvelle structure s'inscrit dans le cadre de la facilitation de la délivrance des docu- ments judiciaires et de la modernisa- tion du secteur. Le centre permet aux magistrats de signer et de parapher des documents judiciaires à distance via un réseau hautement sécurisé et authentifié. » Quatre wilayas ont été sélectionnées afin de lancer l'opéra- tion de la signature électronique, à sa- voir, Tipasa, Ouargla, Sétif et Sidi Bel-Abbès. Selon M. Louh, le dispositif sera généralisé à compter du deuxième tri- mestre 2015 et la généralisation de la

signature électronique sera soutenue par des cycles de formation de haut niveau au profit de l'ensemble des in- tervenants dans le processus à com- mencer par les magistrats. Le centre a pour mission de mener des actions de formation et d'assistance aux uti- lisateurs de la puce pour la signature électronique, de mettre en place des solutions techniques pour répondre aux besoins des intervenants dans les systèmes et des solutions de sauve- garde pour assurer une sécurité d'ar- chivage. Les avantages de la signature électronique dans le do- maine de la justice, garantie l'authen- tification des documents, l'intégrité en matière de cohérence entre les données envoyées et celles réception- nées, et enfin la confidentialité et la protection contre toute tentative de

piratage. Wassila Benhamed

ORAN

Un établissement public pour gérer la grande mosquée Abdelhamid-Ibn-Badis

Un établissement public de gestion de la grande mosquée "Abdelhamid Ibn Badis" d'Oran sera créé en fin avril prochain, a-t-on annoncé, hier, lors de la 3 e session ordinaire de l'assemblée populaire de wi- laya (APW). Cette décision est interve- nue suite à l’approbation, par les membres de l’APW, de la délibération portant sur statut particulier de l’entreprise de gestion de cet édifice religieux présentée par la wilaya. Le dossier de création de cet établissement sera soumis aux ministères des Affaires re- ligieuses et Wakfs, de l’Inté- rieur et des Collectivités

locales et des Finances pour une décision ministérielle com- mune, a souligné le directeur de l’administration locale (DAL) de la wilaya. Dans son intervention, le wali d’Oran, Abdelghani Zaa- lane, a estimé nécessaire de ré- fléchir sur la gestion de la mosquée "Abdelhamid Ibn Badis" avant son achèvement, soulignant que les structures d'un tel complexe religieux et culturel ne peuvent pas être gé- rées par un imam, mais par une entreprise administrative dis- posant de son propre budget. Le futur établissement, qui sera présidé par un conseil d’admi- nistration, se chargera de la

gestion de la mosquée, de ses annexes, de sa réfection, de la tenue de rencontres religieuses, du recrutement et autres mis- sions qui contribuent à la pro- motion et préservation de cet édifice, a-t-on indiqué. Le projet de la grande mos- quée "Abdelhamid Ibn Badis" d’Oran, dont les travaux accu- sent un retard de plus de 30 ans, prévoit la réalisation d'une salle de prière d’une capacité d’accueil de 8.000 fidèles, d'une salle de conférences (460 places), d'une grande cour, de deux parkings en sous sol, de locaux commerciaux, d'es- paces d’expositions et autres.

COLLOQUE À ALGER

Normes et management qualité dans le domaine hospitalier

Un colloque sur les normes et le management qualité dans le domaine hospitalier s’est tenu, hier à Alger, en présence d'experts d'organismes algé- riens et français, a indiqué, hier, l'Agence nationale de gestion des réalisations et d'équipement des éta- blissements de santé (AREES) dans un communi- qué. La rencontre constitue une occasion d'"implanter la culture de l'efficience de la gestion, du management qualité dans les structures hospita- lières et de mettre en contact des organismes algé- riens et français en vue de promouvoir les échanges d'expériences". Elle a pour objectif d'assurer l'"amélioration" de la qualité et la sécurité des soins, l'accueil de la fonctionnalité d'un hôpital, explique la même source. Pour atteindre cet objectif, les établisse- ments de santé et privés "doivent faire l'objet d'une procédure externe d'évaluation dénommée certifi- cation", a indiqué le communiqué qui précise que cette procédure vise à apporter une appréciation in-

dépendante sur la qualité à atteindre. A cet effet, l'Agence nationale de gestion des réalisation et d'équipement des établissements de santé a inscrit, dans son plan d'action à court et moyen terme, la mise en place d'un organisme d'accréditation des hôpitaux, placé sous tutelle du ministère de la santé, révèle la même source. L'organisme d'accréditation des hôpitaux "vise à assurer que les conditions de sécurité et de qualité des soins soient réunies". Cette rencontre s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du protocole signé en février dernier entre l'AREES, relevant du ministère de la Santé, de la Population et de la Ré- forme hospitalière, et la mission économique fran- çaise (UBIFRANCE). La journée sera courronnée par des recomman- dations "pouvant être mises en place de manière progressive et allant dans le sens de la recherche constante de l'amélioration de la prise en charge des patients", indique l'AREES.

Mardi 30 Septembre 2014

N

8

a t io n

EL MOUDJAHID

Un plan spécial dans les marchés aUx bestiaUx

21.676 ovins récupérés par la gendarmerie

La Gendarmerie nationale a mis en place, un plan de sécurité national pour accompagner les éleveurs et surtout assurer leur sécurité contre les contrebandiers et voleurs de cheptels qui écument les régions agropastorales à la recherche du gain facile. Ce plan prévoit également de permettre aux éleveurs de se consacrer à leur métier et de développer l’économie régionale.

De notre envoyé spécial à Laghouat : Mohamed Mendaci

C e nouveau plan s’inscrit dans la politique de proximité adoptée par les gendarmes

pour prévenir les vols de cheptel et les agressions contre les éleveurs. depuis quelques années, les éle- veurs tirent la sonnette d’alarme quant au cheptel exporté illicite- ment vers la tunisie et la libye, où des troupeaux entiers disparaissent comme par enchantement à la fa- veur de la nuit. « nous n’avons pas enregistré de plaintes concernant le vol de cheptel au niveau des mar- chés de bestiaux et sur les routes empruntées par les éleveurs », a souligné le lieutenant-colonel, ab- delhamid keroud, responsable de la cellule de communication du com- mandement de la gendarmerie na- tionale, lors d’un point de presse tenu à laghouat à l’occasion de la présentation du bilan d’activités re- latif des huit premiers mois de 2014 du groupement territorial de la gen- darmerie nationale de laghouat. chiffres à l’appui, « 21.676 bêtes ont été volées, dont la plupart sont des ovins. elles ont été récupérées et restituées à leurs propriétaires », a indiqué abdelhamid keroud, pré- cisant que 81% des affaires sont en fait de fausses déclarations de vol ou le fait de complicité avec les auteurs du vol.» a l’approche des fêtes de l’aïd el adha, ce même plan de sécurité connaîtra une autre étape, à savoir qu’il sera renforcé au niveau des marchés à bestiaux, les axes rou- tiers, mais aussi pour prévenir les

bestiaux, les axes rou- tiers, mais aussi pour prévenir les cas de fièvre aphteuse. « la

cas de fièvre aphteuse. « la gendar- merie nationale est présente sur le terrain 24h sur 24, à l’intérieur et à l’extérieur des marchés à bestiaux. le déplacement et le contrôle des documents nécessaires au transfère- ment du cheptel sont suivis de ma- nière rigoureuse par les éléments de la gendarmerie nationale, assure le colonel keroud qui décrit le proces- sus. a la question de la traçabilité de l’itinéraire du cheptel de la ferme au marché, le lieutenant-colonel ke- roud nous dira qu’au niveau des bar- rages de la gendarmerie nationale « un registre de contrôle du dépla- cement du bétail et un autre contrôle se fait sur place pour s’assurer que

c’est bien le cheptel qui a pris ce moyen de locomotion et c’est le même cheptel exposé au marché pour la vente », expliquera-t-il. « nous guettons également les faus- saires qui veulent saisir le manque de concentration des maquignons pour écouler leur fausse monnaie et porter par la même occasion des préjudices énormes à l’économie nationale. ce plan assure la protection des éleveurs au niveau des banques ou des bureaux de poste quand les éleveurs procèdent au retrait de fonds ou au virement de leurs re- cettes qui se chiffrent à des cen- taines de millions de dinars lors des

fêtes religieuses. les patrouilles des éléments de la gendarmerie natio- nale sont présentes sur le terrain 24h/24 pour prévenir toute agres- sion lors des retraits ou dépôts de fonds dans les banques et bureaux de poste ou arrêter les auteurs des méfaits retraits.

Tadjrouna, un marché où le mouton est roi pour avoir une idée précise sur le déroulement de l’achat-vente des moutons dans les marchés mais aussi constater l’efficacité du plan en question, nous nous sommes dé- placés au lieu-dit tadjrouna (la- ghouat), située au nord-est de la

wilaya. présent sur place depuis les premières heures, le froid nous guette de partout en cette fin de mois de septembre. très connu dans la région et même dans les wilayas limitrophes, le marché de tadjrouna se tient chaque lundi, au grand bon- heur des éleveurs et autres maqui- gnons qui viennent présenter leur bétail et le vendre après des tracta- tions de plusieurs heures au plus of- frant. le marché de tadjrouna est un terrain vague qui ne dispose en réa- lité d’aucune commodité, ni clôture qui délimite ce marché. ce qui est normal pour les vendeurs et ache- teurs puisque la première vocation de cet espace est la conclusion de l’opération d’achat. le mouton est là. des troupeaux sont installés çà et là, chacun porte la marque colorée ou le signe de son éleveur. chaque camion transportant des ovins doit passer devant le vétéri- naire qui mitraille chaque maqui- gnons de questions sur l’état de santé, la nourriture habituelle, la ré- gion où il nourrit son troupeau avant de constater de près leur état de santé. Une visite qui se veut en réa- lité une carte d’entrée au marché. a chacun son prix et à chacun son pre- neur telle est la devise des vendeurs qui sortent des arguments pour jus- tifier la hausse des prix de leur « produit » qui ne cesse de connaître une courbe ascendante depuis ces dernières années. « Un prix qui tourne entre 40.000 et 70.000 da en fonction de l’âge, du poids et de la qualité du mouton », souligne l’un des vendeurs. M. M.

bientôt lancée par l'algérie

Une étude sur l'asthme en Afrique du Nord et au Moyen-Orient

l'algérie lancera prochainement une étude sur l'évaluation du contrôle de l'asthme chez la population asthmatique adulte de l'afrique du nord et du moyen-orient, a indi- qué, hier à alger, le chef de service pneumo- logie au chU de beni messous, pr nouredine Zidouni. "Une enquête internationale sur l'asthme débutera prochainement dans onze pays de l'afrique du nord et du moyen-orient en vue d'évaluer la progression de la maladie dans les pays cités", a précisé à l'aps le pr Zi- douni. l'étude descriptive sur la prise en charge de l'asthme touchera l'algérie, les emirats arabes Unis, le koweit, le Qatar, l'arabie saoudite, l'egypte, la tunisie, l' irak, le liban, la Jordanie et l'iran. l'asthme est une maladie

du système respiratoire touchant les voies aé- riennes inférieures et notamment les bron- chioles. la maladie se manifeste par une gêne respiratoire, des crises d'essoufflement aiguës et de la toux. l'enquête sera menée par des médecins pluridisciplinaires à savoir des gé- néralistes, des pneumologues et des allergo- logues, exerçant dans les structures publiques et privées, a ajouté le même spécialiste. il a par ailleurs souligné que l'asthme est un réel problème de santé publique dans différents pays en raison de l'intensité de ses symptômes, de son impact sur l'économie et sur la qualité de vie. selon les estimations de l'organisation mondiale de la santé (oms), le nombre d'asth- matique dans le monde avoisine les 300 mil- lions, dont un million en algérie.

tipasa

Un millier de dossiers de projets touristiques déposés

le comité d’assistance à la localisation et à la promotion des investissements et de la ré- gulation du foncier (calpireF) de la wilaya de tipasa a réceptionné près d’un millier de dossiers de projets d’investissements pour une implantation au niveau de l’une des 22 zones d’extension touristique de la région, a-t-on ap- pris, hier, auprès du wali. "le niveau de qualité de ces investissements diffère d’un projet à un autre", a indiqué layadhi mustapha, assurant que "seuls les projets reflétant au mieux la vraie image de la wilaya de tipasa, seront agréés". les paysages féeriques de la wilaya l’ont promue, auprès des pouvoirs publics, pour être un "pôle touristique d’excellence", a-t-il expli- qué. il a souligné, en outre, que l’exploitation effective des 22 zones d’extension touristique de la wilaya bute sur la complexité des procé- dures de déclassement des terres à vocation agricoles en terres constructibles, car nécessi- tant une intervention du gouvernement, a-t-il observé. il a fait cas d’une requête formulée, dans ce sens, auprès du premier ministre, ab- delmalek sellal, lors de sa dernière visite à ti-

pasa, suite à quoi une dotation financière a été affectée pour la réalisation d’une étude tech- nique en vue du déclassement de certaines terres agricoles. rappelant qu’une grande ma- jorité du territoire de la wilaya est constituée de forêts, de terres agricoles et de pentes, un fait nécessitant une étude technique approfon- die, layadhi a estimé que le problème de ra- reté du foncier constructible pour l’implantation de projets de développement "est un problème national touchant toutes les wilayas". il a, néanmoins, assuré conférer un "intérêt particulier à un investissement de ni- veau digne de la bonne image qu’on veut don- ner de tipasa, et de l’algérie en général". la wilaya de tipasa est, chaque année, la desti- nation de choix de nombreux groupes touris- tiques attirés par ses paysages naturels enchanteurs et ses sites archéologiques, no- tamment. "nous soutenons un investissement respectueux de l’environnement et nécessitant une économie de l’eau", a-t-il soutenu, invitant les investisseurs à une "implication effective dans la relance du secteur touristique par des projets efficients et sérieux".

mascara

Simulation d’une collision entre un train et un bus

Un exercice de simulation d’une collision entre un train de transport d’hydrocarbures et un bus de transport de voyageurs a été effectué hier sur l'axe entre les communes de tizi et bouhanifia (mascara) de la voie ferrée reliant mohammadia aux wilayas du sud- ouest du pays. organisé par la di- rection de la protection civile de la wilaya en collaboration avec le groupement territorial de la gen- darmerie nationale, cet exercice auquel ont pris part 119 éléments de la protection civile et des di- zaines autres de la gendarmerie na- tionale a pour objectif de tester le plan d’organisation des secours en cas de catastrophes et d'évaluer les

capacités d'intervention. le scéna- rio a porté sur une collision entre un train de transport d’hydrocar-

bures et un bus à son bord 40 pas-

sagers sur un site qui a été sécurisé par la fermeture des accès, le trans- fert du trafic automobile. la protection civile a mobilisé

dix ambulances, six camions

d’extinction de feux, des véhicules de contact et de transport et a érigé un hôpital de campagne. l'opéra- tion de sauvetage et d’extinction de l'incendie a duré moins d’une heure, qualifiée de "succès" sur tous les plans par le directeur de la protection civile de la wilaya et di- recteur de l’opération, le comman-

dant boucherifi nacer. le chef

d'état-major du groupement de la gendarmerie nationale de mascara, le commandant beloutar lazhar a jugé cet exercice réussi surtout en matière d’intervention de la pro- tection civile et de la gendarmerie, deux éléments moteurs du plan d’organisation des secours. le rôle des agents techniques de la gendar- merie nationale s'est avéré néces- saire surtout pour l'identification des victimes et des blessés. le wali de mascara, m. ouled salah Zi- touni a souligné, pour sa part, qu’il a donné des instructions pour pré- parer une manœuvre similaire de grande envergue sur les inonda- tions, prévue avant fin 2014.

accidents de la roUte

7 morts et 22 blessés en moins de deux jours

sept personnes ont été tuées et

22 autres blessées dans des acci-

dents de la route survenus entre le

28 et les premières heures du 29

septembre sur l'ensemble du terri- toire national, a indiqué hier un communiqué de la direction géné- rale de la protection civile. le bilan le plus lourd a été enregistré

dans la wilaya d'el-tarf avec une personne décédée et quatre autres blessées, suite au renversement d'un véhicule léger, survenu au lieu-dit mekia, commune de chi-

véhicule léger, survenu au lieu-dit mekia, commune de chi- hani. par ailleurs, les services de la

hani. par ailleurs, les services de la protection civile ont effectué

skikda

deux opérations de sauvetage de personnes cernées par les eaux pluviales qui se sont abattues du- rant les dernières 24 heures, au ni- veau de la wilaya de tissemsilt ainsi que d'une autre personne dans la wilaya de saida.dans la même wilaya, l'opération de re- cherche d'une seconde personne emportée par les eaux de l'oued ioussit en crue dans la commune de tircine se poursuit par les élé- ments de la protection civile de la wilaya, conclut le communiqué.

11 blessés dans deux accidents de la circulation

onze personnes ont été blessées dans deux ac- cidents de la route survenus dimanche dernier dans la wilaya de skikda, a-t-on appris, hier, auprès de la pro- tection civile. le premier accident s’est produit sur la route na- tionale (rn) n° 85, à proximité du village de refraf, dans la commune d’ain bouziane (sud de skikda) lorsqu’un taxi assurant la liaison Jijel-annaba a dé- rapé provoquant des blessures à 7 personnes âgées

entre 19 et 70 ans, a précisé la même source. la rn 44 a également été le théâtre d’un carambolage entre deux véhicules de tourisme et un camion, au lieu-dit menzel el abtal, dans la commune d’azzaba (est de skikda), occasionnant des blessures à 4 personnes âgées entre 26 et 60 ans, a-t-on indiqué à la protection civile. Une enquête a été diligentée par les services compétents pour déterminer les circonstances de ces deux accidents, a-t-on ajouté.

mardi 30 septembre 2014

N

EL MOUDJAHID

a t io n

9

Célébration du 60 e anniversaire du déClenChement de la Glorieuse révolution

M. Zitouni donne le coup d’envoi des activités à Guelma

Le ministre des Moudjahidine, Tayeb Zitouni, a donné, hier depuis Guelma, le coup d’envoi des activités sportives et culturelles célébrant le 60 e anniversaire du déclenchement de la Révolution du 1 er Novembre 1954.

L e ministre a déclaré, en marge de la cérémonie organisée à la maison de jeunes mohamed-

salah-boubnider, que son départe- ment ministériel adoptera toutes les initiatives destinées à commémorer cet anniversaire, avant de souligner que les activités prévues dans ce cadre se poursuivront jusqu’au 1 er no-

vembre 2015. m. Zitouni a appelé tous les intervenants à «être à la hau- teur de l’importance de cet anniver- saire afin de porter aux jeunes le message et la signification historique de cette date». Parmi les évènements-phare qui marqueront la célébration du 60 e an- niversaire de la révolution, il est prévu la projection de deux films consacrés respectivement au colonel lotfi et à Krim belkacem, ainsi que le premier tour de manivelle d’un long-métrage sur larbi ben m’hidi. le ministre s’est également rendu dans la commune de dahouara, plus précisément dans la zone de bes- bessa, à 75 km à l’est de Guelma, où

s’est déroulée «la bataille du 6 mars 1956», durant laquelle sont tombés au champs d’honneur 365 chahid, parmi eux 8 femmes et 8 enfants. «les algériens sont en droit d’être fiers de la révolution du 1 er novembre 1954», a déclaré le minis- tre qui a suivi un exposé sur le dérou- lement de cette bataille pour laquelle les forces d’occupation françaises ont utilisé 27 avions de guerre et 15 héli- coptères. «des moyens -a indiqué m. Zi- touni- qui n’ont pas empêché les moudjahidine de résister héroïque- ment, infligeant à l’ennemi la perte de 90 soldats et causant des blessures à 70 autres.» s’ensuivirent, a-t-il rappelé, de sanglantes représailles contre les ci- vils isolés qui furent tués ou brûlés vifs. dans cette région déshéritée et enclavée entre les monts de dahouara et de laâouabed, le ministre a ins- pecté un projet d’aménagement ur- bain au profit de 100 habitants qui bénéficieront de plusieurs infrastruc-

100 habitants qui bénéficieront de plusieurs infrastruc- tures, de l’alimentation en eau pota- ble, ainsi que

tures, de l’alimentation en eau pota- ble, ainsi que de l’aménagement du cimetière des martyrs et d’une stèle commémorant cette grande bataille à laquelle un musée, aujourd’hui achevé à 60 %, sera consacré. le ministre a également visité le musée du moudjahid à Guelma, le centre de repos de hammam debagh, les cimetières des martyrs d’héliopo-

lis et de boumehra-ahmed. il a aussi présidé une cérémonie de baptisation de la polyclinique de la commune de belkheir. m. Zitouni a réaffirmé, lors de cette visite de travail, que le pro- gramme du gouvernement vise une meilleure prise en charge des moud- jahidine et des ayants droit, sur les plans psychologique, sanitaire et so- cial. il a également appelé les res-

ponsables du musée du moudjahid de Guelma à «ne pas se limiter au travail administratif» et à ouvrir l’établisse- ment à tous les visiteurs, en répon- dant à toutes les demandes, et en prévoyant des activités en collabora- tion avec les associations de jeunesse, les établissements scolaires et les scouts. le ministre des moudjahidine a, par ailleurs, lancé le projet de raccor- dement au réseau de gaz naturel de la commune de dahouara, où il a inau- guré une unité de production d’eau minérale entrée en activité en août dernier, à l’initiative d’un investis- seur privé. m. Zitouni a clôturé sa vi- site par l’inspection d’une fresque murale en marbre portant le nom des chouhada de la wilaya de Guelma, érigée place el-Karmet, au chef-lieu de wilaya. il a également rencontré les res- ponsables des organisations d’enfants de chouhada, les représentants de la société civile et les élus locaux.

L’ONEC : un programme riche et varié

l’hôtel el-djazaïr a abrité, hier, une confé- rence de presse animée par tayeb el-houari, secrétaire général de l’organisation nationale des enfants de chouhada (oneC). Parmi les points abordés lors de cette rencontre, les pré- paratifs des festivités marquant la célébration du 60 e anniversaire du déclenchement de la glorieuse révolution de novembre 1954, et ceux afférant à la tenue du 5 e congrès de l’oneC. s’exprimant d’abord au sujet des préparatifs concernant la célébration du 1 er no- vembre 1954, m. el-houari souligne que le programme qui sera étalé sur une année est «riche et varié». de nombreuses activités culturelles au pro- fit des jeunes, comprenant des concours, seront initiées, tout au long de l’année. l’on prévoit également un concours spécial qui aura pour objectif de revaloriser la lecture des ouvrages à caractère historique. «les lecteurs devraient présenter des fiches de lecture», précise tayeb el-houari relevant que cette opération sera sui-

vie d’un sondage consacré à la lecture. «Fidé- lité au message des martyrs», sera l’intitulé d’un concours initié par l’oneC au profit des professionnels des médias auxquels tayeb el- houari promet l’annonce «très prochaine» des conditions de participation. l’orateur affirme dans ce contexte qu’il s’agit, là, «d’un travail venant en prolongement de celui initié par le ministère des moudjahidine et le ministère de la Communication dans le cadre du « prix des enfants de novembre». Par ailleurs, l’oneC projette d’organiser un colloque sur «les crimes de la France colo- niale en algérie». toutes ces activités et d’au- tres que compte le programme des festivités visent, en fait, à «raviver le sens du patrio- tisme», met en avant le conférencier. en somme, «il s’agit d’un programme riche et varié, d’un programme ambitieux, que nous voulons concrétiser grâce à tous ceux et à toutes celles qui sont à l’avant-garde des prin- cipes de novembre. aussi, notre objectif est de

renforcer l’unité nationale et de sauvegarder les intérêts suprêmes de la nation», soutient m. el-houari.

Préparation du 5 e congrès

évoquant ensuite le deuxième point inscrit

à l’ordre du jour de cette rencontre, l’orateur

relèvera le fait que «l’oneC se félicité de l’adhésion de l’ensemble des cadres et respon- sables de l’organisation aux dispositions orga- nisationnelles relatives aux préparatifs du 5 e congrès qui devrait avoir lieu dans les plus brefs délais, soit, dans les toutes prochaines se- maines». Poursuivant ses propos, le secrétaire général de l’organisation nationale des enfants de chouhada (oneC) rappelle que son organi- sation a «écarté six personnes» et que «le mi-

nistère de l’intérieur et des Collectivités locales

a avalisé les décisions prises par le conseil na-

tional de l’organisation, tenu les 31 mars et 1 er avril 2014, dans la wilaya de béjaïa». aussi, «conformément à la décision n° 6653 datée du

10 août 2014 émanant du ministère de l’inté- rieur et confirmant la poursuite des procédures légales pour la préparation du cinquième congrès, la seule partie habilitée à parler et à représenter officiellement l’organisation est le bureau national présidé par m. el-houari, se- crétaire général et président de la commission nationale préparatoire du 5 e congrès». il fera remarquer que «toute déclaration et décision émanant de hadj abdelkader mokhtar consti- tue une usurpation de fonction». Par ailleurs et en réponse à une journaliste ayant affirmé que «l’oneC a vécu ces derniers temps quelques perturbations et remous», tayeb el-houari ré- pond que «l’oneC se porte bien». Par ailleurs, le sG de l’oneC n’a pas man- qué de condamner vivement le terrorisme et face aux menaces qui guettent notre pays, il a appelé au «renforcement du Front interne» et «l’ensemble des citoyens et citoyennes à se mobiliser davantage». Soraya Guemmouri

maître merouane aZZi au Forum d’EL MOUDJAHID :

« La Charte pour la paix et la réconciliation nationale a atteint 95% de ses objectifs »

«neuf ans après son plébiscite par le peuple algérien, par référendum, la Charte pour la paix et la réconcilia- tion nationale, initiée par le Président de la répu- blique, a atteint 95% de ses objec- tifs», a souligné, hier au forum d’el moudjahid, le président de la cellule d’assistance judiciaire pour l’application de la Charte pour la paix et la réconciliation nationale, maître merouane azzi. l’infatigable avocat reste convaincu que l’assassinat du ressortissant fran- çais par un groupe terroriste ne remet en cause ni la réconciliation nationale ni la lutte sans merci menée par nos services de sécurité contre l’hydre terroriste. invité à s’exprimer au forum d’El Moudjahid, m e azzi a souligné que la Charte pour la paix et la réconcilia- tion nationale, plébiscitée par le peu- ple algérien en 2005, et entrée en vigueur en 2006, avait pour objectif de mettre fin à l’effusion de sang, mais également d’effacer les sé- quelles de la tragédie nationale. m e azzi a affirmé que le nombre de per- sonnes ayant bénéficié de la Charte de la réconciliation nationale, et ce durant la période allant de 2006 jusqu’à 2013, est estimé à 9.000, soit 95% des personnes concernées. Pour les 5% restant, m e . azzi a affirmé qu’il s’agit des dossiers qui sont en- core au niveau des commissions de wilayas, précisant que les mesures de la Charte pour la paix et la réconci- liation nationale concernent quatre catégories de personnes. il s’agit des

concernent quatre catégories de personnes. il s’agit des personnes qui ont préféré rendre leurs armes

personnes qui ont préféré rendre leurs armes volontairement, les fa- milles des personnes disparues, les familles des terroristes, et les per- sonnes licenciées de leur travail pour des raisons liées à la tragédie nationale. Quant aux personnes qui ont bénéficié des mesures de la concorde civile initiée par le Pré- sident de la république en 1999, il s’élève à 6.500 personnes. Ce qui porte le nombre global de per- sonnes concernées par les mesures de concorde civile et de la réconcilia- tion nationale, et qui ont pu s’intégrer dans la vie sociale depuis 1999, à près de 15 000 personnes. évoquant, par ailleurs, le dossier des disparus, m e azzi a estimé que la réconciliation nationale pose des questions plus lancinantes que celle des disparus, dont la quasi-totalité des familles ont accepté l’indemnisa- tion. «l’intérêt du pays exige des

concessions de la part de tout le monde. or, sur les 7.100 familles ayant présenté des dossiers, 44 n’ont pu établir des P-v de disparition exi- gibles pour extraire le certificat de décès, alors que 24 familles ont re- fusé l’indemnisation et que des par- ties étrangères continuent à utiliser pour faire pression sur l’algérie», a- t-il regretté, précisant dans le même contexte, que l’affaire de l’assassinat

du ressortissant français en algérie, n’était en réalité qu’un scénario pré- paré pour remettre en cause la récon- ciliation nationale et traîner l’algérie dans la guerre menée par les usa, la France et l’angleterre contre l’orga- nisation de l’état islamique. il s’agit selon le conférencier d’un «complot ourdi qui se dessine contre l’algérie, visant sa stabilité à l’instar de ce qui se passe dans les autres pays arabes». Pour ce qui est des familles des ter- roristes, m e azzi a précisé que l'état algérien a mis en place, dans le cadre des dispositions de la Charte pour la paix et la récon- ciliation natio-

, l’indemnisation

n

a

l

e

de 11.222, fa-

milles». Pour ce

qui est du nom-

bre des

per-

sonnes licenciés

de leur travail

pour des raisons

liées à la tragédie

nationale,

 

m e

azzi a décompté

plus de 4.300 personnes à avoir bénéficié des me- sures prises pour rétablir la paix. dans le même contexte, m e azzi

a noté que la lutte antiterroriste n’a pas connu pour autant de répit et que les services de sécurité ont éliminé

1.900 terroristes depuis 2006. il a

également précisé que le bilan de

cette lutte fait état de l’élimination de

17.000 terroristes depuis l’avènement

de la «tragédie nationale».

500 enfants nés dans les maquis

m. azzi, a souligné que «la vo- lonté et la détermination de l'algérie à lutter contre le terrorisme, et afin de l’éradiquer, ne compte pas s’arrêter, bien au contraire, elle va se poursui- vre. illustrant ces dires, m e azzi, a fait état de l'élimination de 192 terro- riste en 2013. un chiffre en baisse par rapport à l’année 2012 où 220 terro- ristes ont été éliminés. maître azzi a précisé que les mesures d’application de la Charte pour la réconciliation na- tionale continuent de pousser plu- sieurs terroristes à quitter les maquis et à mettre fin aux opérations portant

atteinte à la sécurité du pays. d’un autre côté, il reconnaît les lacunes existantes dans les dispositions de la Charte pour la réconciliation natio- nale. «nous avons remis un rapport au Président de la république en 2011, où nous avons soulevé les lacunes existantes dans cette Charte. nous avons mentionné quinze proposi- tions, dont la révision des indemnités attribuées aux victimes du terrorisme, estimées entre 5.000 et 6.000 da/mois, le dossier des enfants nés sous X dans les maquis, dont le nom- bre atteint les 500, et les femmes vio- lées dans les maquis. Plusieurs dossiers ont été pris en considération durant l’année 2014, dont celui relatif aux femmes violées par des terro- ristes, qui a fait l’objet d’un décret promulgué en février 2014 relatif à l’indemnisation de ces femmes. Salima Ettouahria

mardi 30 septembre 2014

Eco no m ie

11

EL MOUDJAHID

FORUM DIA-MED

Encourager le projet d’entreprendre dans le pays d’origine

l ACIM coordonne actuellement 4 dispositifs d’accompagnement qui devraient permettre, à terme, le suivi de 230 projets

U forum d’affaires prévu dans

en Algérie, du projet euroma-

ghrébin «Dia Med», a été organisé, hier, à l’hôtel Sheraton par ME- DAFCO-Consulting et son partenaire européen, ACIM, l’agence de l’entre- preneuriat en Méditerranée. Destiné

à informer les investisseurs sur l’évo-

lution du climat des affaires dans notre pays, ce forum devait égale- ment contribuer à établir le contact entre les investisseurs, notamment ceux établis à l’étranger, les institu- tions algériennes concernées par le développement des PME, la promo- tion des investissements, ainsi que les instances en charge de la commu- nauté algérienne à l’étranger. À ce propos, le dispositif d’ac- compagnement Dia Med consiste jus- tement à encourager les Algériens résidents à l’étranger pour investir dans leur pays d’origine, à contribuer

à la création d’emplois et au transfert

de compétences et de technologie. En effet, grâce au projet Dia Med, 25 in- vestisseurs algériens résidents en Eu- rope ont été sélectionnés et bénéficient actuellement d’un accom- pagnement personnalisé en vue de leur permettre de créer leurs entre- prises dans onze wilayas algériennes (5 wilayas de l’Est, 4 de l’Ouest et 2 du Centre). Représentants des principaux dé- partements et institutions concernés par l’acte d’investir, dont l’ANDI, l’ANIREF et la Banque d’Algérie, le représentant de la Délégation euro- péenne à Alger, responsables des par- tenaires européens du programme Dia Med, consultants et experts en in- vestissement ont pris part à cet évè- nement dédié à l’encouragement de la migration de savoir-faire, et la pro- motion de la culture entrepreneuriale dans le pays d’origine. Objectif rap- pelé par le président d’ACIM, qui in- sistera sur le «rôle de la diaspora dans

cadre de la mise en oeuvre,

n

le

«rôle de la diaspora dans cadre de la mise en oeuvre, n le la réussite dans

la réussite dans la rive Sud». M.

Christian Apothéloz dit, à ce propos, que l’investissement dans l’élément humain reste une priorité du projet Dia Med. Un projet, a-t-il affirmé, qui consiste à accompagner et à sou- tenir les entrepreneurs et personnes,

notamment les jeunes universitaires, dans le processus de création d’acti- vités et d’emplois au Maghreb. Une démarche adoptée également par les différents programmes d’aide et d’assistance technique de l’Union européenne, a fait savoir le représen-

tant de la Délégation UE en Algérie. M. Andréas Schmidt a affirmé, à ce propos, que le «développement de l’entreprise, en Algérie, est d’intérêt important», et que l’UE soutient l’ini- tiative cadrée par ACIM en ce sens qu’il relève du développement éco- nomique. L’intervenant a annoncé, dans ce contexte, le lancement, dans les pro- chaines semaines, d’un projet dédié à la «jeunesse et l’emploi», et d’un autre programme, dans les mois à venir, qui concernera «l’emploi, la formation et la qualification», dans le souci d’améliorer le niveau de l’em- ployabilité. La représentante d’ADER Médi- terranée, une association pour le dé- veloppement de l’enseignement et des recherches en Méditerranée, acti- vant dans le domaine de la recherche, l’innovation et la formation, a, pré- cisé que le projet Dia Med qui mobi- lise 3 millions d’euros/an est financé à hauteur de 80% par la commission européenne. L’intervenante a égale- ment expliqué que d’ici 2015, le pro- jet en question vise à contribuer au développement local et au renforce-

ment du tissu entrepreneurial des pays du Maghreb à travers le soutien de projets d’investissements, de transfert de l’innovation, de forma- tion et de coaching. D’ici 2015, 270 personnes devront être formées au dispositif du projet Dia Med (90 uni- versitaires étant déjà formés en Algé- rie, notamment dans les technologies vertes), 90 entrepreneurs accompa- gnés, 90 créateurs d’entreprises coa- chés pour booster leurs activités, a-t-elle affirmé. Le forum a également permis de présenter les 25 projets algériens en cours d’accompagnement dans le cadre de Dia Med, ainsi que des ex- posés sur les dispositifs ANIREF re- latif au foncier industriel, et ANDI portant réglementation, et encourage- ment de l’investissement, et les règles de la Banque d’Algérie régissant le contrôle des changes et de transfert de dividendes. Pour illustrer le bien-fondé de son action, ACIM a présenté des témoi- gnages de deux entrepreneurs de la diaspora ayant créé leur entreprise en Algérie.

D. Akila

DIASPORAALGÉRIENNE

Présentation de 25 projets d’investissement à réaliser en Algérie

Vingt-cinq projets d’investissement dans divers sec- teurs seront réalisés en Algérie par des porteurs de projets algériens résidant à l’étranger, ont annoncé des participants au forum d’affaires sur le pro- gramme euromaghrébin Diamed. Ces projets qui se- ront concrétisés dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’industrie agroalimentaire, de l’agri- culture et des TIC seront implantés à Alger, Tizi Ouzou, Khenchela, Oum El-Bouaghi, Bejaïa, Constantine, Oran, Mostaganem, Tlemcen et Sidi Bel-Abbès. Ils entrent dans le cadre du projet Dia- med initié par le cabinet de consulting algérien Mé- dafco et financé par la Commission européenne. D’un coût de deux millions d’euro, Diamed consiste

à inciter les diasporas de trois pays du Maghreb (Al- gérie, Maroc, Tunisie) à investir dans leur pays d’origine, en leur assurant un accompagnement dans la création de leurs projets. L’initiative vise à contri- buer au développement économique local et au ren- forcement du tissu entrepreneurial à travers le soutien à la création d’entreprises dans les pays ci- blés, et ce durant la période du programme (mars 2013 à décembre 2015). "C’est la première fois qu’une telle action est réalisée enAlgérie : réunir les diasporas d’Algérie et les accompagner pour la créa- tion de projets d’investissement concrets", a indiqué Mohamed Kamel Osman, directeur général de Mé- dafco, organisateur du forum. Interrogé sur les cri-

tères de sélection des projets, M. Osmane a expliqué qu’il s’agissait d’évaluer la pertinence des projets et de leur faisabilité, mais surtout "leur réponse aux besoins de développement économique national". Pour Christian Apothéloz, président de l’Agence pour la coopération internationale et le développe- ment local en Méditerranée (Acim), partenaire dans le projet Diamed, "le plus important dans ces projets est qu’il y aura un transfert du savoir-faire de ces jeunes Algériens qui ont acquis des expériences so- lides dans des pays européens". Des porteurs de pro- jets algériens présents au forum ont notamment plaidé pour la levée des contraintes qui entravent leurs projets, notamment celles liées au foncier.

SONELGAZ

La révision de la tarification n'est pas à l'ordre du jour

La question de la révision de la tarification de l'électricité n'est pas à l'ordre du jour tant que le groupe Sonelgaz supporte, à travers ses pro- pres capitaux, le déficit induit par les prix en vi- gueur, a réaffirmé, hier à Alger, le PDG de Sonelgaz, Noureddine Bouterfa. "Pour le mo- ment, la question de l'augmentation des tarifs de l'électricité n'est pas à l'ordre du jour. Nous possédons un peu les capitaux propres et nous renflouons un peu les sociétés de distri- bution pour leur permettre de s'équilibrer", a précisé M. Bouterfa dans un entretien à la radio nationale. Cependant, le PDG de Sonelgaz sou- tient que la question de tarifications des prix de l'électricité "reviendra sur la table d'une façon

ou d'une autre", en évoquant, entre autres, d'au- tres formules de réactualisation des tarifs. "Cela fait 10 ans que ces tarifs sont gelés et je ne pense pas qu'ils continueront à l'être durant les 10 prochaines années. Nous aurons toujours un rendez-vous avec les tarifs. À quel horizon ? Ce sera une question d'opportunité", a-t-il avancé. À ce sujet, il a fait savoir que le gel des tarifs de l'électricité depuis ces dernières années a eu un impact sur les 4 sociétés de distribution qui relèvent du groupe Sonelgaz. "Le groupe So- nelgaz est composé de 36 entreprises, dont 4 ont un problème de trésorerie ; et cela est dû essen- tiellement au problème de tarification de l'élec- tricité", selon lui. Ces 4 sociétés, a-t-il

poursuivi, fonctionnent avec des tarifs régulés et "subissent les contrecoups de cette régula- tion", tandis que les autres sont toutes compéti- tives et équilibrés". M. Bouterfa a même précisé que le déficit d'exploitation de ces 4 sociétés a avoisiné les 20 milliards de dinars, alors que celui de trésorerie est de l'ordre de 70 milliards de dinars. Quant au niveau d'endettement du groupe Sonelgaz, il avoisine les 1.800 milliards de DA. Par ailleurs, M. Bouterfa a affirmé que dans le cadre du programme national de déve- loppement des énergies renouvelables, 200 mé- gawatts (MW) du solaire seront produits d'ici la fin de l'année. "Nous aurons près de 200 MW de solaire qui seront mis en service d'ici la fin

de l'année en cours, et nous allons réaliser, d'ici à 2024, près de 3.000 MW en énergie renouve- lable", a précisé le même responsable qui a, tou- tefois, écarté, pour l'heure, l'éventualité d'exportation de ce type d'énergie. En effet, a- t-il expliqué, "l'Algérie a toujours affirmé sa disponibilité à offrir son sol pour la réalisation de centrales renouvelables à même d'exporter leur production, mais pour autant qu'il y ait des investissements extérieurs, des partenaires ex- térieurs et un marché extérieur qui puisse ab- sorber cette énergie. Pour l'instant, ce n'est pas le cas. Vous connaissez la situation énergétique de l'Éurope. Pour nous, l'exportation n'est pas une priorité dans les (énergies) renouvelables".

BANQUE MONDIALE

Les technologies propres, un marché de 195 mds de dollars au MENA

Le développement des technologies propres constitue un marché de 195 milliards de dollars dont peuvent bénéficier les PME dans la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA), indique un rapport de la Banque mondiale (BM). Intitulé "Développer des industries vertes com- pétitives : l'aubaine des technologies climatiques propres pour les pays en développement", le rapport souligne que ce marché constitue 195 milliards de dollars dans la région MENA sur un total de 1.600 milliards de dollars répartis sur ces régions du monde. Dans cette zone, les tech- nologies propres prometteuses pour les PME concernent l'énergie so- laire, les eaux usées et l'hydraulique de façon globale, indique encore le document. Par ailleurs, cette institution internationale a estimé que les PME des pays en développement pouvaient générer beaucoup de crois- sance et créer des emplois en exploitant les débouchés qui existent dans le domaine des technologies propres. "Avec respectivement 349 et 235 milliards de dollars, l'Amérique latine et l'Afrique font partie des plus grands marchés potentiels pour les PME des technologies propres", ajoute la BM. "Les PME constituent un moteur essentiel de création d'emplois. De plus, les emplois créés dans les technologies propres sont plutôt de meilleure qualité que ceux des autres secteurs, puisqu'ils sont en moyenne plus qualifiés, plus sûrs et mieux rémunérés. Cependant, les pays doivent mettre en œuvre des mesures politiques décisives pour pleinement tirer parti de ce vivier de croissance."

MATÉRIAUX DE CONSTRUCTION

Les importations poursuivent leur hausse

La facture des importations des matériaux de construction de l'Algérie a atteint 2,25 milliards de dollars (mds usd) durant les huit premiers mois de 2014, contre près de 2,11 mds usd à la même période de l'année précédente, soit une hausse de 7%, a indiqué à l'APS, le Centre national de l'informa- tique et des statistiques des douanes (Cnis). Les quantités importées des principaux matériaux de construction (ciments, rond à béton et bois) sont passées à 7,1 millions de tonnes entre janvier et août 2014, contre 6,3 mil- lions de tonnes sur la même période de 2013 (hausse de 13,7%). Par catégorie de produits, la valeur des importations du ciment a grimpé de 31% avec une facture de 373,5 mil- lions usd, contre 285,3 millions usd à la même période de l'année dernière, précisent les chiffres provisoires du Cnis. Les quantités du ciment importées ont augmenté de près de 28%, passant

de 3,2 millions de tonnes à 4 millions

de tonnes. Concernant le bois, le Cnis

a relevé que les importations de ce

produit ont connu une augmentation de 20,4%, puisque la valeur des im- portations est passée de 488,3 millions usd à 588 millions usd. Les quantités importées ont tota- lisé, durant les 8 mois de l'année en cours, un volume de 1,03 million de tonnes, contre 0,96 million de tonnes

à la même période en 2013 (hausse de

7,8%). Par ailleurs, il est constaté que malgré un recul de 3%, la facture des importations du rond à béton est la plus élevée puisqu'elle a atteint 1,29 milliard usd contre 1,33 milliard usd à

la même période en 2013, tandis que

les quantités importées ont connu, pra- tiquement, une stagnation à 2,01 mil- lions de tonnes. En 2013, les importations de l'Al- gérie des matériaux de construction avaient reculé de près de 2%, totali- sant 2,98 milliards usd, malgré une

hausse de plus de 20% des quantités

qui ont atteint 8,66 millions de tonnes.

Cette augmentation des quantités a été tirée essentiellement par la hausse des importations du ciment (55%) et du bois (5%), alors que celles de fer et de l'acier ont reculé de 11,4% durant

2013.

Selon le ministère de l'Industrie et des Mines, l'Algérie devrait cesser d'importer du ciment d'ici 3 à 4 ans, et

ce grâce au renforcement de ses capa- cités de production nationale, avec le lancement d'une dizaine de projets de réalisation de cimenteries en 2014. Le déficit de l'Algérie en ciment dépasse actuellement les 5 millions de

tonnes/an, alors que la production na- tionale actuelle est de plus de 18 mil- lions de tonnes/an. Le développement de la filière ciment figure parmi les priorités du gouvernement pour at- teindre une production de 20 millions de tonnes/an à l'horizon 2016 et 29 millions de tonnes en 2018.

Mardi 30 Septembre 2014

Ré g io ns

13

EL MOUDJAHID

NAÂMA

Formation sur les TIC en milieu rural

l Prochaine mise en service d’un centre de proximité itinérant

U n centre de proximité itinérant pour la formation dans le domaine des techno- logies de l’informatique sera prochai-

nement mis en service au profit des habitants des régions rurales de la wilaya de Naâma, a- t-on appris hier auprès des responsables lo- caux du secteur de la formation professionnelle (FP). Ce centre, relevant du centre de formation professionnelle "Amara Mohamed" d'Ain-Sefra, aura pour but d’ini- tier les jeunes, dans les zones rurales, sur les techniques d'utilisation de l'internet et d’amé- liorer leurs connaissances générales, afin de les aider à postuler à un emploi. Ce centre itinérant dans les régions rurales est un bus équipé d’un système satellitaire VSAT assurant une connexion de haut débit qui permettra aux intéressés de bénéficier de plusieurs spécialités qu’elles soient spéci- fiques à leurs région, telles que l’agriculture et le pastoralisme, ou liées à d’autres créneaux à l’instar de l'audiovisuel et les nouvelles tech- nologies de l'information, dans le but de les généraliser à tous. L'encadrement de ce centre itinérant sera assuré par deux spécialistes for- més en Allemagne et en Jordanie ou cette ex- périence scientifique et de formation a connu un vif succès, selon la même source. Le secteur a fait état, par ailleurs, de la conclusion, à l'occasion de la rentrée de la for- mation (session de septembre), d’une nouvelle convention avec une entreprise étatique spé- cialisée dans les infrastructures énergétiques,

spé- cialisée dans les infrastructures énergétiques, bénéficier de session de formation de deux mois dans le

bénéficier de session de formation de deux mois dans le domaine agro-pastoral, à l'instar de la reproduction et la gestion des cheptels, la santé animale et l’arboriculture. Quelque 420 chauffeurs de taxi et instructeurs d’auto- école vont également bénéficier, lors de cette session, d’une formation administré par le secteur de la formation professionnelle et le centre national de formation à distance, a-t-on fait savoir encore à la direction de la FP de la wilaya de Naâma.

qui offrira aux jeunes de la région des oppor- tunités de formation par l'apprentissage et la formation résidentielle dans neuf spécialités, à l'instar de la topographie, la gestion des stocks, le bâtiment, la gestion des ressources humaines, la mécanique et la réparation des équipements diesels. Le secteur continu à as- surer une formation destinée aux jeunes ayant bénéficié de microcrédits, avec la qualifica- tion jusqu'à présent de 120 jeunes porteurs de projet sur un total de 750 programmés pour

BÉCHAR

Découverte d’une importante nappe d’eau

C’est une véritable aubaine pour les habi- tants de Kénadsa (18 km du chef-lieu de la wi- laya de Béchar) que cette découverte d’une importante nappe d’eau, au lieu-dit Karkab- Stali, à l’intérieur d’une grotte, située sur le monticule « La Barga », long de plus de 15 km. Un site, d’ailleurs, bien connu du monde ciné- matographique, pour avoir servi, il y a quelques années de cela, au tournage du feuilleton algé- rien Ahl El Kahf (Les gens de la caverne). Cette grotte se trouve aujourd’hui inondée d’une eau pure, en provenance de nappes souterraines et permettra de bien sécuriser en eau la daïra de

Kénadsa, pour les années à venir et mettre fin à cette hantise des risques de pénuries d’eau que cette localité, au même titre que Béchar et Abadla, a vécue il y a quelques mois. Pour l’instant, aucune étude scientifique, hydrogéo- logique ou travaux de recherches n’ont été en- trepris sur ce site, mais selon les spécialistes du secteur de l’hydraulique, les quantités d’eau dé- couvertes sont équivalentes à celles actuelle- ment consommées par les habitants de Kénadsa. En outre, la conception d’un plan di- recteur pour l’agriculture permettrait aussi, en termes de production, de subvenir aux besoins

locaux et d’améliorer le cadre de vie de la po- pulation. Il resterait, toutefois, à signaler qu’une surveillance de la grotte s’avère indispensable, en raison des risques d’éboulement constatés sur place. Un endroit qui mériterait également de faire l’objet d’inquiétude de la part, aussi bien des services municipaux, que de ceux relevant du domaine de la culture et de la préservation du patrimoine architectural et immatériel de la ré- gion, en vue d’une éventuelle sauvegarde de ce

site naturel. Ramdane Bezza

AÏN TÉMOUCHENT

Adoption des plans d’aménagement de sept ZET

Les plans d’aménagements de sept zones d’expansion touristiques (ZET) de la wilaya d’Ain Temouchent ont été adoptés par l’APW lors de sa dernière session, a-t-on appris, sa- medi dernier, du directeur du tourisme et de l’Artisanat. Cette adoption, précise Larbi Me- cheri, concerne la 3 e phase d’étude de ces zones, préalablement, à leur mise à disposition d’investisseurs dès l’achèvement des procé- dures réglementaires conformément au décret exécutif fixant les modalités d’établissement des plans d’aménagement touristique des ZET. Il s’agit des zones de Sassel, Terga, Sidi Jelloul, Sbéât, Madagh, Hammam Bouhadjar et Rache- goune qui vont faire l’objet d’un arrêté du wali, qui sera transmis au ministère pour l’élabora- tion d’un décret exécutif, ajoute-t-on. Ces ZET s’ajouteront à celle de Bouzedjar, dont l’étude

d’aménagement a été déjà adoptée par la même APW. Ainsi, ce sont plus de 1.300 ha qui seront mis à la disposition des investisseurs pour la réalisation de projets. Plus de 500 ha seront, en- suite, ajoutés à cette superficie dès l’achève- ment des études d’aménagement de deux autres ZET implantées respectivement à Ma- louze-Ouardania (269 ha) et Sid Yakoub (240 ha), indique le même responsable. Le nombre de ces zones est passé de sept, en 2010, à dix, actuellement, pour profiter au secteur du tourisme de cette wilaya potentielle qui a accueilli 14 millions d’estivants durant cette saison estivale 2014, rappelle-t-on. Selon le directeur technique de l’Agence nationale de développement touristique (ANDT), les sept ZET approuvées par l’APW abriteront 66 pro- jets touristiques d’investissement totalisant

10.500 lits et la création de 15.000 emplois di- rects. Cette opération fait suite, rappelle-t-on enfin, à l’adoption, en juin 2013, par la même assemblée, du plan d'orientation pour l'aména- gement touristique (POAT) de la wilaya d’Ain Temouchent. Basé sur une vision futuriste vi- sant la promotion et le développement touris- tique générateur de richesses et de postes d'emploi au profit de la population locale, ce plan constitue un instrument important pour la prise de décision et une feuille de route pour le développement du secteur pour les 20 années à venir, a précisé le directeur du tourisme. Le POAT, rappelle-t-on, détermine concrètement, les voies et moyens de développement des ac- tivités et équipements touristiques en prenant en considération les spécificités et potentiels de chaque zone de la wilaya.

CONSTANTINE

Encourager le développement des clubs d’astronomie de jeunes

Les participants au Salon international d’astronomie populaire clôturé, samedi soir à Constantine, ont appelé à ‘‘encourager davan- tage et à promouvoir les associations et clubs de jeunes activant dans le domaine de l’astro- nomie. La 13 e édition de cette manifestation organisée annuellement par l’association Si- rius d’astronomie de Constantine, et qui a ras- semblé des associations et des clubs d’astronomie de différentes wilayas du pays en plus de participants de Tunisie, de France, de Libye et de Sharjah (Emirats Arabes Unis),

a été centrée sur le thème de ‘‘l’homme et l’univers’’. De nombreuses conférences ont été pré- sentées à cette occasion, suscitant des débats passionnés sur, notamment, l’origine de l’uni- vers, et la théorie du Big Bang. Outre des in- terventions de représentants du Centre de recherche en astronomie, astrophysique et géophysique (CRAAG) et du centre des tech- niques spatiales d’Arzew, les participants ont eu droit à une conférence de Philippe Morel, ancien président de la Société d’astronomie de France (SAF) qui a traité de l’origine de la Terre. La matinée de samedi avait été marquée par une visioconférence donnée à partir de

Lyon (France) par le Pr. Bruno Guiderdoni, in- titulée ‘‘une brève histoire de l’univers’’, sui- vie d’une communication sur la ‘‘cosmologie

et l’idéologie’’, présentée par le président de

Sirius, le Pr. Jamal Mimouni.

KHENCHELA

Désignation de neuf marchés à bestiaux

Neuf marchés à bestiaux ont été désignés dans la wilaya de Khenchela pour la vente des moutons destinés au sacrifice de l’Aïd El Adha. Deux parmi ces marchés seront ou- verts dans la ville de Khenchela et les sept autres dans autant de chefs-lieux de daïras, a précisé la même source, soulignant que ces espaces de commercialisation seront contrô- lés par des équipes de vétérinaires agréés re- levant des secteurs privé et public. Par ailleurs, le déplacement du cheptel ovin vers d’autres régions du pays doit être soumis à une autorisation des services vété- rinaires afin d’éviter tout risque d’apparition de la fièvre aphteuse qui peut également tou- cher les moutons. Le cheptel ovin est toutefois "totalement sain", a encore affirmé la même source (wi- laya), relevant que le cheptel de cette région est totalement sain, a affirmé la même source, faisant savoir que plus de 293.000 ovins et 7.000 caprins ont été prémunis contre la clavelée durant la dernière cam- pagne de vaccination. S’agissant des bovins, la même source a rappelé que dans la wilaya de Khenchela, 19 bêtes ont été touchées, vers la mi-août 2014, par la fièvre aphteuse. Des animaux abattus à la suite du constat des ser- vices vétérinaires, a-t-on signalé à la direc- tion des services agricoles.

PROGRAMME « AQUA-PÊCHE-2020 »

700 projets proposés par les professionnels

Près de 700 projets, portant développement du secteur de la pêche et de l’aquaculture au ni- veau de la wilaya d’Ain , ont été proposés par les professionnels dans le cadre du programme "Aqua-pêche 2020" initié par le ministère de tu- telle, a-t-on appris, mercredi dernier, auprès de la direction locale de la pêche et des ressources halieutiques. Ces propositions ont été formu- lées, lors des rencontres regroupant les profes- sionnels du secteur à Bouzedjar et Beni Saf, où sont implantés les deux ports de pêche de la wi- laya, rappelle-t-on. Organisées par la direction du secteur, la chambre de pêche et d’aquaculture, ces rencon- tres ont insisté sur trois volets importants pour cette action de développement, à savoir, l’ac- quisition et le renouvellement des unités de pêche, l’investissement en aquaculture et enfin l’investissement d’accompagnement. Pour le premier volet, pas moins de 547 projets ont été avancés, dont l’acquisition de nouvelles unités de pêche artisanale (100), renouvellement des

unités de pêche (134), réhabilitation des unités de pêche (15), crédit de campagne (150), projets d’aquaculture (21) et projets de soutien (127). Un projet de conchyli- culture, trois autres pour la réalisation de fermes d’élevage de poissons d’eau douce en étangs et 17 autres pour la pis- ciculture marine en cages flottantes, figu- rent dans le second volet. Enfin, dans le troisième volet, on re- tiendra l’acquisition de deux camions-ate- liers, 19 camions frigorifiques, 95 motocycles isothermes, un centre d’expé- dition, deux chantiers navals, deux unités de conserverie et la réhabilitation de trois conserveries, ainsi que trois unités de vente de matériels de pêche. Par ailleurs, la direction chargée du secteur souligne : la wilaya va lancer un programme d’équipement public conséquent. Portant sur une dizaine d’opérations, celui-ci permettra aux professionnels de disposer d’une zone d’acti-

aux professionnels de disposer d’une zone d’acti- vités à S’béat, une halle à marée à Bouzedjar,

vités à S’béat, une halle à marée à Bouzedjar, une annexe de l’agence nationale du dévelop- pement durable de la pêche à Ain Temouchent et des antennes de pêche avec logements d’as- treinte à Beni Saf et Oualhaça. A ces projets, s’ajouteront des actions pré- vues à l’école de pêche de Beni Saf, notam- ment, la réalisation d’un centre de sécurité

maritime, un atelier de mécanique générale et de soudure et une salle de navigation pêche. Le programme "Aqua-pêche 2020", basé sur le bilan du quinquennat 2010/2014, vise à la dynamisation de la nouvelle stratégie devant orienter le secteur à l’horizon 2030, indique-t-

on. Cette opération s’articule autour de quatre axes, entre autres, la promotion de la pêche et de l’aquaculture, la dotation du marché en pro- duits de qualité et l’investissement productif. Le programme, rappelle-t-on, sera financé, notamment, par le système d’accompagne- ment de l’investissement productif (SAIPA) à hauteur de 59%, l’intersectoriel (20 %), les équipements publics (14 %) et le FNDPA (5 %). D’autres rencontres sont programmées dans ce même cadre pour recueillir le maximum de re- commandations pratiques à même de contribuer au développement du secteur, notamment, celle du 19 octobre qui verra la participation de re- présentants du ministère de tutelle.

Mardi 30 Septembre 2014

Mo nd e

15

EL MOUDJAHID

TURQUIE

Le gouvernement va solliciter le feu vert du Parlement pour intervenir en Syrie et en Irak

Le gouvernement turc devait présenter, hier au plus tard, au Parlement, un projet de résolution autorisant le recours à la force en Syrie qui permettrait à la Turquie de rejoindre la coalition formée contre les jihadistes du groupe État islamique (EI).

L e Premier ministre, Ahmet Davutoglu, a indiqué di- manche que ces textes pour-

raient être communiqués aux députés dès hier, pour un débat en séance plénière programmé jeudi. La première de ces résolutions, classique, doit renouveler pour un an l’autorisation accordée par le Parlement aux forces armées turques pour intervenir en Irak. Ce texte permettait jusque-là à la Tur- quie de conduire des frappes contre les bases arrières des rebelles du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) installées dans les monts Kandil, dans l’extrême nord de l’Irak. Le second texte, nouveau celui- là, doit accorder le même feu vert à des opérations militaires conduites sur le territoire syrien. Après l’avoir explicitement refusé, la Turquie semble prête à participer à son tour à l’intervention militaire engagée par la coalition formée par les Etats-Unis contre les combat- tants de l’EI, accusés de multiples exactions en Irak et en Syrie. Accusée d’avoir soutenu, voire armé, les groupes rebelles les plus extrémistes engagés dans la guerre contre le régime du président sy- rien Bachar al-Assad, dont l’EI, Ankara a longtemps justifié son

YÉMEN

Des rebelles chiites tués dans trois attaques imputées à El-Qaïda

Trois attaques menées vrai- semblablement dimanche par le réseau terroriste El-Qaïda ont fait des dizaines de morts et de bles- sés parmi les rebelles houthis qui contrôlent la quasi-totalité de Sanaa, la capitale du Yémen, de- puis le 21 septembre, a-t-on indi- qué hier de sources concordantes. Une des attaques a été lancée par un kamikaze contre un petit hô- pital de la localité de Mazjar, à quelque 80 km à l’est de Sanaa, où étaient soignés des rebelles chiites, dits Houthis. Des sources tribales de la pro- vince de Marib, où se trouve Mazjar, ont confirmé l’attaque, mais sans fournir un bilan précis. Dimanche soir également, des éléments du groupe Ansar al- Charia, affilié à Al-Qaïda au Yémen (Aqba), ont a lancé une attaque armée dans le région de Baïda (centre du Yémen), tuant les six rebelles chiites qui étaient à bord d’un véhicule, selon des témoins, cités par des médias. À Sanaa, une source des ser- vices de sécurité qui a attribué l’attaque à El-Qaïda, a indiqué qu’un engin artisanal, posé près d’un point de contrôle des re- belles chiites, a explosé di- manche soir, faisant deux blessés. Il y a une semaine, le groupe Ansar El-Charia a affirmé avoir mené une attaque suicide contre les Houthis dans leur fief de Saada (Nord), faisant des di- zaines de tués. L’attentat n’a pas été confirmé de sources indépen- dantes.

n’a pas été confirmé de sources indépen- dantes. refus d’intervenir par la nécessité de protéger ses

refus d’intervenir par la nécessité de protéger ses 46 ressortissants re- tenus en otage depuis juin par l’EI au consulat turc de Mossoul (Irak). Après leur libération le 20 sep- tembre, la Turquie a amorcé un re- virement total et suggère désormais qu’elle pourrait rejoindre le combat contre les jihadistes. La récente of- fensive lancée par l’EI dans la par- tie à majorité kurde de la Syrie, autour de la ville d’Aïn al-Arab

(Kobané en langue kurde) a provo- qué depuis dix jours un exode massif.

cain, Barack Obama, a reconnu di- manche que les Etats-Unis ont sous-estimé la menace de l’Etat is- lamique ce qui a rendu la région, selon lui, un terrain propice à l’émergence de groupes extré- mistes aussi dangereux que l’orga- nisation l’Etat islamique (EI). « Il est vrai que les Etats-Unis ont com- mis une erreur d’appréciation quant à l’Etat islamique », a indi- qué M. Obama qui s’exprimait sur la chaîne de télévision CBS. Il a, par ailleurs, reconnu que la ma- chine à propagande du groupe est devenue « très calée » sur les ré- seaux sociaux et attirait, en Europe, en Amérique, en Australie et dans les pays musulmans, de nouvelles recrues « qui croient en leurs inep- ties jihadistes ». « Nous devons les combattre, viser leur commandement, et affai- blir leur capacité d’armement, de ravitaillement, et de financement »,

a relevé le chef de l’Exécutif US, en soulignant l’importance d’élimi- ner le flot des combattants étran- gers ». M. Obama a ajouté que les Etats-Unis doivent aider à « trou- ver des solutions politiques en Irak et la Syrie en particulier, mais au Moyen-Orient en général pour faire face à cette menace grandis- sante.

Les États-Unis ont sous-estimé l’État islamique

Selon le gouvernement, au moins 160.000 réfugiés kurdes de Syrie ont franchi la frontière turque pour échapper aux combats entre jihadistes et combattants kurdes. De son côté, le Président améri-

NUCLÉAIRE IRANIEN

Les négociations reprendront avant la mi-octobre

Les négociations entre l’Iran et les pays du groupe 5+1 sur le dos- sier nucléaire iranien reprendront avant la mi-octobre en Europe, a affirmé un haut responsable ira- nien, cité hier par l’agence offi- cielle Irna. La dernière série de discussions entre l’Iran et le groupe 5+1 (Etats-Unis, Royaume-Uni, France, Russie, Chine et Allemagne) en marge de l’Assemblée générale de l’ONU à New York, s’est achevée samedi sans progrès notables. Les deux parties se sont données jusqu’au 24 novembre pour parvenir à un ac- cord définitif sur le programme nucléaire de Téhéran. « Les négo- ciations reprendront dans moins de deux semaines, soit à Vienne, soit à Genève », a déclaré le vice-mi- nistre des Affaires étrangères

Abbas Araghchi, lors d’un entre- tien avec l’agence japonaise Kyodo repris par Irna. « On a créé une atmosphère dans laquelle on se comprend mieux, mais il y a tou- jours des désaccords » sur le dos- sier nucléaire, a-t-il ajouté sans donner de détails sur les discus- sions de New York. Le vice-minis- tre, membre de l’équipe de négociateurs iraniens, a souligné la nécessité de parvenir à un accord le 24 novembre, estimant qu’une prolongation des discussions serait « inutile ». Le président iranien Hassan Rohani a affirmé jeudi à la tribune de l’Assemblée générale que son pays est déterminé à poursuivre les négociations « honnêtement et de bonne foi », avec l’espoir de les conclure dans les délais. L’Iran et

les grandes puissances ont reconnu la semaine dernière être encore

loin de pouvoir sceller un accord définitif malgré huit jours de négo- ciations sans relâche à New York.

« Les écarts demeurent importants

» et « il nous reste encore des

points d’accords très, très difficiles

à boucler », a reconnu vendredi un

haut responsable de l’administra- tion américaine. Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov s’est montré pour sa part « prudemment optimiste » sur un accord final, expliquant qu’il restait de « petits mais très importants sujets à régler ». L’ac- cord définitif doit garantir le carac- tère exclusivement pacifique du programme nucléaire iranien en échange d’une levée des sanctions contre Téhéran.

PALESTINE

Un adolescent ghazaoui blessé par des tirs israéliens

Un adolescent palestinien de 14 ans a été blessé, hier, par des tirs de l’occupant israélien dans le nord de la bande de Ghaza, au lendemain de tirs ayant blessé un agriculteur, selon le ministère de la Santé. L’adolescent a été blessé par balle au pied gauche dans son village du nord de l’enclave pa- lestinienne, a indiqué Achraf al- Qodra, le porte-parole du ministère. Dimanche, l’armée d’occupation israélienne a égale- ment blessé à la jambe un agri- culteur ghazaoui au nord de Beit Lahiya, alors qu’il se trouvait sur des terres agricoles. La bande de Ghaza, dévastée par 50 jours d’agression de l’armée israélienne (8 juillet-26 août), qui a fait 2.150

israélienne (8 juillet-26 août), qui a fait 2.150 morts, environ 12.000 blessés, 20.000 habitations

morts, environ 12.000 blessés, 20.000 habitations détruites jetant 25% des habitants de Ghaza à la rue. Vendredi, le président pales- tinien devrait s’exprimer devant

l’Assemblée générale des Na- tions unies à New York. Il entend faire adopter une résolution de- mandant la fin, d’ici à trois ans, de l’occupation israélienne.

AFGHANISTAN

Ashraf Ghani appelle à des pourparlers de paix avec les talibans

Ghani appelle à des pourparlers de paix avec les talibans Le nouveau président afghan Ashraf Ghani

Le nouveau président afghan Ashraf Ghani a appelé hier à des pourparlers de paix avec l’ensemble de la rébellion incluant les talibans afin de stabiliser le pays au terme de la mission de l’Otan. « Nous deman- dons aux opposants, et plus spécifi- quement aux talibans et au Hezb-e-Islami, d’entamer des pour- parlers politiques », a déclaré M. Ghani peu après avoir prêté serment pour succéder à Hamid Karzaï à la tête de l’Etat. M. Ghani, 65 ans, suc- cède à Hamid Karzaï, seul homme à avoir dirigé le pays depuis la chute du régime des talibans à la fin 2001, consacrant ainsi la première transi- tion démocratique de l’histoire de

l’Afghanistan. Ashraf Ghani et son rival Abdullah Abdullah revendi- quaient tous deux la victoire lors du second tour de la présidentielle du 14 juin. Les deux rivaux ont finale- ment accepté la semaine dernière de former un gouvernement d’union nationale. L’Afghanistan fait face depuis 2001 à une insurrection meurtrière des talibans. Malgré la présence de plus de 130.000 soldats étrangers de la coalition internatio- nale de l’Otan, ces insurgés n’ont pu être défaits.

UKRAINE

Neuf soldats tués dans des combats

Au moins neuf militaires ukrai-

niens ont été tués dans des combats

avec les séparatistes prorusses au cours des dernières 24 heures dans

l’est du pays, ont annoncé hier les autorités militaires ukrainiennes. « Neuf soldats ont été tués et vingt- sept blessés durant les dernières 24 heures malgré l’instauration d’une trêve début septembre », a déclaré le porte-parole militaire, Andriï Lyssenko, lors d’une conférence de presse à Kiev. « Hier (dimanche), les rebelles ont tenté une nouvelle fois de prendre d’assaut l’aéroport de Donetsk », a ajouté M. Lys- senko. « Un de nos véhicules de transport blindé a été touché, nos parachutistes ont essuyé des pertes », a-t-il ajouté, sans préciser le nombre de militaires tués dans cette attaque. Auparavant, la mairie de Donetsk avait annoncé la mort di- manche de trois civils et cinq autres blessés dans ce bastion contrôlés par des séparatistes. Hier matin, « la situation était très tendue dans la ville et des tirs à l’arme lourde et des salves pouvaient être entendus dans plusieurs quartiers », a ajouté la mairie de Donetsk dans un com- muniqué. Les autorités de Kiev ont signé le 5 septembre dernier à Minsk un accord de cessez-le-feu avec les rebelles. L’Ukraine, de même que les Occidentaux, accu- sent la Russie d’avoir envoyé des troupes dans l’est du pays en sou- tien aux séparatistes qui réclament l’indépendance des régions russo- phones dans les mois qui ont suivi le renversement du président Viktor Ianoukovitch en février dernier. Moscou, de son côté, dément toute implication dans le conflit ukrai- nien. Plus de 3.200 personnes ont péri en cinq mois de conflit en Ukraine.

Société

16

EL MOUDJAHID

AÏD EL ADHA

La ménagère prépare le grand évènement

La fête de l’Aïd –El-Adha est liée à des rituels et des comportements qui font partie de nos traditions et coutumes ancestrales. En effet, cet évènement est sacralisé, au même titre que toutes les fêtes religieuses, par toute la famille qui met les bouchées doubles pour honorer l’Aïd-El-Kébir.

S i, le chef de famille, s’occupe de l’achat du mouton, des couteaux et toute l’artil- lerie indispensable pour accomplir

égorger le mouton, la ménagère prend en charge quant, à elle le volet cuisine, notam- ment les épices, les piques à brochettes, le charbon et autres pièces sans lesquelles la fête serait incomplète. Les coutumes, en fait, ac- cordent une place de choix, à ces articles qui font la particularité de cet évènement et lui donnent même plus de charme. Aussi, tous les membres de la famille veillent au grain pour faire de l’Aïd-El-Adha un moment de retrouvailles et surtout de convivialité. Les préparatifs pour ce grand jour, vont bon train pour la ménagère, qui consacre la plupart de son temps, à quelques jours de l’Aïd aux emplettes. Il faut dire que les magasins et les marchés sont bondés de clientèle qui vient de partout acheter, bassines, piques, grilles et tout ce qui va avec. Le rayon des épices et des légumes, notamment celui des navets et de la cour- gette, et même le citron, très prisés pour les repas « spéciaux », à vrai dire, ne chôme pas ces, jours-ci.

« spéciaux », à vrai dire, ne chôme pas ces, jours-ci. Les flux que connaissent ces

Les flux que connaissent ces espaces sont

vit au rythme de

cet évènement religieux depuis quelques jours. Elle tient à être au rendez-vous. Nombreuses sont celles, en effet, qui consi- dèrent que l’Aïd-El-Adha, en dehors de son

importants. La ménagère

aspect spirituel, est une aubaine pour faire plaisir à leurs familles, et ce, à travers des mets et des recettes succulentes, à la hauteur de la symbolique de l’évènement lui-même. Rien n’est laissé au hasard. A moins d’une semaine de la fête, les couffins « sentent »

déjà ce grand jour. Poivre noir, cumin, carvi, et l’incontournable « Rass-El-Hanout » pour les délicieuses « Chtatah » attirent de plus en plus de femmes qui pensent déjà aux plats qu’elles prépareront durant les deux jours de la fête et même après. Une ménagère, ren- contrée, au marché de Bab El Oued, nous dira que la délicieuse « Bekbouka » et le savou- reux « Bouzellouf sont incontournables, avant d’ajouter qu’elle a acheté tout ce qu’il faut et chaque année elle fait le même geste qu’est entré dans les meurs culinaires. Une autre femme, croisée, au même mar- ché, au niveau des articles de cuisines préci- sera que la fête demande beaucoup d’ustensiles notamment les cuvettes et les ré- cipients car une fois le mouton égorgé, la corvée commence pour la mère de famille. « J’ai acheté deux bassines pour les abats », dira-t-elle. Les préparatifs pour la fête de l’Aïd se poursuivent pour les chefs de familles qui s’occupent des moindres détails pour accueil- lir convenable le prestigieux hôte. Samia D.

Fête pour certains, boulot pour les autres

L’Aïd El Adha, ne rime pas, du moins pour certains, avec paresse et apathie. Bien au contraire, cette fête religieuse est même perçue comme une journée ordinaire. En fait, quand beaucoup croient dur comme fer que la fête est incompatible avec le boulot, d’autres ne chôment pas et profitent de la moindre circons- tance pour s’adonner à leur métier ou carrément faire de bonnes af- faires et gagner de l’argent. Eux, ce sont les égorgeurs et les bouchers, qui partent à la rescousse des pères

de familles qui n’ont jamais ac-

compli le sacrifice. En fait, La fête inspire les guetteurs d’aubaines et pas uniquement les éleveurs de mou- tons. Et aujourd’hui, bien de per- sonnes ont trouvé des astuces pour

ne pas être en panne

Les idées pullulent et Ils ont ainsi créé des occupations, voire des métiers de l'Aïd El Adha. Ils sont à vrai dire nombreux à embrasser le métier d’égorgeur de moutons ou de boucher apprenti. Ne supportant pas la vue du sang, ou par peur de

d’argent.

faire souffrir la bête, beaucoup sont ceux que l'acte du sacrifice rebute et optent ainsi pour la solution la plus facile et la plus pratique ; celle de louer les services d’un connaisseur. Cette pratique est devenue courante dans les familles, notamment chez les nouveaux couples qui habitent seuls, appelés à passer l’aïd, loin des parents et des grands parents, qui se chargeaient jusque là de ce genre de tâche. Par le passé, cela se fai- sait en communion avec la grande famille ou les voisins mais ce n’est

point le cas désormais où chacun fête l’Aïd, presque à huis clos. Ce recul en fait de l’esprit familial ex- plique en partie, ce recours parfois inévitable à une tierce personne pour égorger son mouton ou le découper, quitte à payer cette dernière. Il faut dire que ces « sauveurs » qui tombent à pic font bel et bien le bonheur de tous ceux qui pour une raison ou une autre ne peuvent ac- complir le rite du sacrifice, d’autant plus que l’attente au niveau des abattoirs – quand on a la chance bien

entendu d’habiter à côté- risque d’être longue et épuisante. Certains égorgeurs se passent des numéros de téléphone alors que d’autres vont carrément jusqu’à pro- poser un ami pour cette tâche déli-

cate et sensible. Aujourd’hui,

la

notion de la fête a changé et

la

quête d’améliorer sa situation et faire face aux multiples dépenses et charges familiales est entrée dans nos mœurs. Qui a dit que l’aïd n’est pas pour bosser ? Samia D.

Publicité

COMBATS DE MOUTONS

Une pratique condamnée par les hommes de culte

L’Aïd El Adha qui est sensé être une fête caritative musulmane devient depuis quelques temps chez nous un spectacle qui fait jouir beaucoup de personnes. Il s’agit d’une nouvelle attraction qui vient ma- cabrement divertir cer- tains. Avant d’être sacrifiés, nombre de bé- liers sont traditionnelle- ment appelés au combat pour le plaisir des petits et l’ap- pétit financier des plus grands. Cette année encore, comme chaque année a l'approche de l’Aïd-El-Adha, certains quar- tiers populaires se transfor- ment en vraies Arènes de combat de moutons. Les joutes se déroulent du- rant les deux, trois, où même quatre semaines qui précédent l’événement religieux. Si les enfants sont ravis du spectacle offert, les adultes, eux, se ré- jouissent des gains qu’ils ont réalisés ou se lamentent de ne pas avoir parié sur le bélier le plus féroce. Il existe même un championnat, certes non offi- ciel pour ce genre de « jeux ». Tous les adeptes de ces com- bats se donnent rendez-vous dans des endroits précis pour y assister. Les combats ont lieu généralement une fois pas se- maine. Kamel, habitant le quartier de climat de France est un des passionnés de ces rixes. Chaque année il expose son bélier de combat qui reçoit des soins journaliers. La laine est brossée quotidiennement. Quant aux entrainements, elles consistent à faire marcher le bélier au moins 10 km par jour,

à faire marcher le bélier au moins 10 km par jour, afin de pouvoir supporter les

afin de pouvoir supporter les rudes combats. Car, il n'y a pas d'entraînements spécifiques », explique-t-il. On remarque en effet que ces moutons « excep- tionnels » possèdent une mus- culation impressionnante et un caractère grincheux et belli- queux. « Plus le bélier est co- léreux plus il gagne le combats et plus sa valeur augmente » nous dit Kamel. Le prix des béliers de combat dépasse l'imaginaire. Ils sont cotés à partir de 70 000 DA. Les plus chers actuel- lement dépassent la bagatelle des 100 000 DA. Lors des combats, plus un bélier gagne, plus son prix augmente et le contraire est juste. C'est une sorte de « bourse de moutons ». En ce qui concerne les paris, beaucoup de propriétaires de béliers de combats ramassent de vraies fortunes même s’ils disent ne pas participer à ces tournois basés sur ce jeu. Mais une chose est sûre, les paris existent. Réda témoigne que « les gens qui assistent aux com- bats, ne se présentent pas uni- quement pour apprécier le spectacle… Mais ils misent de l’argent, même si beaucoup

d’entre eux rentrent chez- eux bredouilles», nous ra- conte-t-il. Des voix s’élèvent néanmoins pour condam- ner ces combats violents qui se terminent souvent dans le sang voire par la mort d’un des animaux en compétition. Beaucoup personnes suivent désor- mais les avis religieux émis sur ces combats avant de suivre leur ins- tinct d'hommes, estimant qu'il est interdit de faire souffrir l'animal. Cheikh Saïd, Imam à la mosquée de Bouzaréah nous dit que « cette célébration an- nuelle commémore le sacrifice offert à Dieu par Sidna Ibra- him, ce mouton que nous égor- geons au nom de Dieu le jour de l’Aid-El-Adha, est donc une offrande pour Dieu. Il doit être sain et exempt de tout défaut. Et ces moutons qu’on fait combattre jusqu’au sang deviennent mal propres ». L’imam rappelle que la « plu- part des descendants d’Abra- ham semblent avoir oublié le goût du vrai combat spirituel le plus noble qui puisse exister celui contre soi-même ». Cheikh Saïd nous rappelle à cet effet « c’est plus la dimen- sion symbolique de cette fête qui importe, la piété qui sous- tend l’action et non le mouton et les plaisirs liés à sa consom- mation. Il s’agit d’une fête dont le Seigneur rappelle qu’à l’occa- sion « ni leurs chairs ni leurs sang n’atteindront Allah, mais ce qui l’atteint de votre part, c’est la piété ». Farida Larbi

El Moudjahid du 30/09/2014

Mardi 30 Septembre 2014

Culture

17

EL MOUDJAHID

RENCONTRE AVEC ABDENOUR CHIKH, AUTEUR D’UNE VIE POUR L’ALGÉRIE

Histoire d’un moudjahid de l’Algérie combattante

L’ouvrage qui vient de paraître aux éditions Casbah est dédié au militant exemplaire, intègre et courageux que fut Amar Ath Chikh pendant les premiers mois de la lutte armée. Écrit par son petit neveu Abdenour, que nous avons rencontré à la Librairie du Tiers-Monde au cours d’une vente- dédicace, il apparaît comme la parole d’un enfant de la génération de l’après-indépendance qui fait la parfaite jonction entre l’histoire de la lutte de Libération nationale et celle d’une Algérie qui vient

de fêter le cinquantenaire et s’apprête à célébrer le 60 e anniversaire du déclenchement de la Révolution du 1 er Novembre 1954. L’ouvrage, qui peut être considéré comme une modeste contribution à la connaissance de l’histoire des moudjahidine de l’Algérie combattante, se lit à la fois comme un hommage et un témoignage des proches parents d’Amar Ath Chikh avec des faits qui relatent, avec la plus grande fidélité possible, les prémices de la guerre de Libération en mettant en avant les qualités

morales et toute l’abnégation d’un combattant mort au champ d’honneur. Un valeureux militant qui, par son action discrète, a contribué à approfondir chez les populations, la conscience du fait national et faisait partie de l’un des premiers résistants au colonialisme français entré dans les maquis au début de l’année 1948. Ici, l’entretien express que nous a accordé Abdenour Chikh alors qu’il signait l’ouvrage.

Pouvez-vous vous présenter et nous raconter ce qui vous a poussé à écrire ce livre dont le titre, à lui seul, est évocateur ? Je suis le petit neveu du chahid Amar Ath Chikh et je suis titulaire d’un diplôme d’ingénieur obtenu en 1995 à l’Institut national d’agrono- mie d’El Harrach. Dès mon en- fance, j’ai toujours été fasciné par la personnalité de mon grand oncle, et j’ai tout au long de ma jeunesse patiemment recueilli auprès de mes parents, de la famille ainsi que des militants de la région d’Aïn El Hammam des faits et des anecdotes qui ont jalonné l’itinéraire du brave maquisard qu’était le combattant Amar Chikh, mort les armes à la main. Je veux par l’entremise de ce livre lui rendre un hommage, étant donné que j’ai beaucoup d’informa- tions sur lui. Ses amis et ses frères de combat nous ont sollicités pour rédiger cet ouvrage sur l’un des premiers militants de la cause na- tionale.

Comment avez-vous procédé pour la rédaction de cet ouvrage ? J’ai d’abord fait une collecte d’informations les plus complètes que j’avais à ma disposition et joint

Ph : T. Rouabah
Ph : T. Rouabah

le témoignage de mon grand-père qui nous a quittés en 1978 et que je conservais depuis longtemps chez moi. Ce livre est avant tout un travail familial, car mon oncle a, lui aussi, récolté certaines informations, et en 2012 j’ai pu concrétiser ce projet de livre-mémoire.

A la maison, j’ai toujours baigné dans cette atmosphère particulière où tout le monde évoquait ce grand homme que fut Amar Chikh. Mon père qui fut son bras droit n’a jamais cessé de le vénérer et nous racontait comment il est mort le 11 août 1956 en se rendant au Congrès de la Soummam.

Avait-il des contacts avec Abane Ramdane ? Non pas précisément mais avec Krim Belkacem, oui. Il faisait par- tie de tous ceux qui ont rejoint le maquis dans les années 1940. Il connaissait Amar Ouamrane, Ous- sedik, Aït Ahmed et tant d’autres. Il a même reçu Hadj Messali chez lui lors de la tournée que ce dernier a effectuée en Kabylie. Toute la délé- gation du PPA a séjourné chez lui. Amar Chikh jouissait d’une aura de grand patriote au sein de notre vil- lage. Je raconte dans ce livre cer- tains détails de la lutte de Libération et les liens entre les ma- quisards, dont certains sont incon- nus du public comme par exemple le fait que mon oncle a fait monter le futur colonel Amirouche au ma- quis. J’évoque aussi quelques anec- dotes vécues avec Krim Belkacem.

Dans quelles circonstances votre oncle est-il mort ? Il était chargé de la sécurité des congressistes de la Soummam. Il est mort lors d’un accrochage, dans le livre vous pouvez retrouver les photographies du lieu. Il est mort avec 14 de ses compagnons dont je cite les noms au début de

l’ouvrage, lorsqu’un obus de l’ar- mée coloniale est tombé près d’eux.

Cette figure emblématique de la guerre de Libération ait reçu les hommages qu’elle méritait… Oui, certainement. Beaucoup d’auteurs ont cité parfois, sous la forme de quelques phrases seule- ment, certains hauts faits d’armes accomplis par mon grand oncle. Aït Ahmed et Ali Kafi ont parlé de lui dans leurs mémoires. Il faut dire que chaque fois que l’on parle du colonel Amirouche, son nom est cité. Je dois dire par ailleurs que certaines publications nous ont déplus, particulièrement un livre qui traite de la crise berbé- riste. On a voulu faire des mises au point dans la presse privée, elle a refusé et j’ignore pourquoi. C’est pour cela que toute la famille a jugé utile de rétablir la vérité sur certains faits. Bien sûr, elle n’est pas absolue mais elle est pour nous la plus plau- sible car elle se base sur des sources avérées que la famille détient de- puis longtemps. Entretien réalisé par Lynda Graba

COUP D'ENVOI DE LA MANIFESTATION « LA HADHRA AÏSSAOUIA » À MOSTAGANEM

Le public au rendez-vous

La 3 e édition des journées de la "Hadhra Aïssaouia" a débuté dimanche soir à la mai- son de culture Ould Abderrahmane-Kaki de Mostaganem. Cette manifestation de trois jours, initiée par la Direction de la culture de la wilaya de Mostaganem en collabora- tion avec la maison de la culture, vise à pré- server ce patrimoine immatériel et le transmettre aux générations futures. Six troupes de Mostaganem, de Béchar, de Souk Ahras et de Tlemcen prennent part à ces journées. La Direction de la culture prendra en charge l'enregistrement des qacidate ais- saouia présentées lors des soirées de Hadhra pour les éditer dans un ouvrage, selon les organisateurs. La cérémonie d'ouverture, à laquelle ont assisté les autorités locales et

des familles, a été marquée par la présence de mélomanes de ce genre qui ont enchanté l'assistance par des chants de la tariqa ais- saouia, interprétés de qacidate de Sidi M'hamed Benaïssa par la troupe de Maza- ghran (Mostaganem) portant son nom et au- tres du patrimoine de Aïssaoua de la wilaya de Béchar. Le public, les jeunes surtout, ont suivi avec plaisir cette première soirée où des qacidate intitulées, telles que "Ya Ben Bouziane", "Allah moulana" et "Eddikr sbeb koul kheir", ont été reproduites. Les journées de la Hadhra Aïssaouia se poursuivront, dans les deux jours à venir, par la présentation d'autres répertoires de cheikh El Kamel, Sidi M'hamed Benaïssa (Mostaganem) et des troupes de Aïssaoua de Tlemcen et de Souk Ahras.

LIRE EN FÊTE

Exposition de livres d’hommes de lettres de Tissemsilt

Une exposition de livres et de références d’hommes de lettres de la wilaya de Tissemsilt s'est ouverte dimanche à la bibliothèque prin- cipale de lecture publique Yahia-Bouaziz de Tissemsilt. Organisée par cet établissement cul- turel dans le cadre du festival "Lire en fête", cette exposition comporte des ouvrages écrits par des hommes de lettres de la région, à l’ins- tar des poètes Abdelkader Mekaria, Kacem Chikhaoui, les romanciers M’hamed Zabour et Abdelkader Khaled et le penseur Ahmed Be- nyahia El Wancharissi. Elle constitue, trois jours durant, une occasion pour les visiteurs de prendre connaissance de la biographie de chaque auteur avec la programmation d’une rencontre avec l’écrivain et poète Abdelkader Mekaria, le romancier M’hamed Zabour sur la problématique de l’écriture romanesque en Al- gérie et son influence sur les différentes

couches de la société. Le directeur de la biblio- thèque principale de lecture publique de Tis- semsilt, M. Mohamed Chebah, a annoncé que le dernier jour de cette exposition sera marqué par l’ouverture d’un atelier de formation sur l’écriture pour enfants ciblant des élèves du cycle primaire. Parallèlement à cette manifes- tation, les œuvres et le parcours de l’historien et penseur, le regretté Yahia Bouaziz, seront évoqués. La 4 e édition du festival local "Lire en fête" se poursuit avec au programme plu- sieurs activités dont des représentations théâ- trales pour enfants, des ateliers de dessin, des travaux pédagogiques, des contes, des récita- tions du Coran, de l’audiovisuel, de l’écriture de presse, de la lecture, des concours de calli- graphie, de la sculpture, de la poésie et du récit, des rencontres sur la littérature pour enfants et la gestion des bibliothèques scolaires.

Publicité

sur la littérature pour enfants et la gestion des bibliothèques scolaires. P ublicité Mardi 30 Septembre

Mardi 30 Septembre 2014

SS éé ll ee cc tt ii oo nn

D é t e nt e - T V

EL MOUDJAHID

21

P a g e a n im é e p a r M o u
P a g e a n im é e p a r M o u r a d B o u c h e m la
M o ts C R O IS É S
N º 3763
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
V
I
V
II
V III
IX
X

D é f in it io n s

HORIZONTALEMENT

I-Donner des valeurs-Plat créole. II-Environ une semaine. III-Amer-Démonstratif. IV-Pensée-Moitié-En guenille. V-Gai participe-Théâtre de Milan. VI- Petite pente raide.VII -Organe de sens-Arrondi de hanche.VIII-Vanité pour des choses insignifiantes IX- Subjuguer. X-Sans-Direct.

VERTICALEMENT

1-Peau-Risquer. 2-Entendre bien avant-Deux. 3-Petite branche-

Rapace. 4-Pièce de consolidation. 5-Fine lumière-En code-Conjonction.

6-Perdre du poids. 7-Relatif à une servante.8-Ex-Europe-Interjection. 9-

Article-Agent d’église. 10- Insecte des jardins.

SO LU TIO N D ES M O TS C R O ISÉS 1 2
SO LU TIO N D ES M O TS C R O ISÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
C
O
T
E
R
A
C
R
A
2
H
U
I
T
A
I
N
E
R
3
A
I
G
R
I
C
E
L
A
4
I
D
E
E
M
I
E
I
5
R
S
C
A
L
I
A
G
O
6
R
A
I
D
I
L
L
N
7
O
E
I
L
G
A
L
B
E
8
S
G
L
O
R
O
L
E
I
E
B
O
U
I
R
L
A
9
R
I
E
N
R
E
C
T
A
10

S O L U T IO N D E S M O T S F L É C H É S

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1 C O N S
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
C
O
N
S
T
I
T
U
E
R
2
A
N
A
S
C
A
T
A
3
N
U
E
R
A
C
I
L
S
4
T
V
E
R
S
L
A
S
5
H
E
U
I
O
E
N
E
6
A
R
S
E
N
C
C
R
I
7
R
I
L
E
H
U
E
E
8
I
N
D
E
I
O
S
N
T
D
A
V
A
N
A
G
E
9
E
M
E
N
O
T
T
E
R
10
M o t s F L É C H É S N º 3763 REGROUPERDESÉLÉMENTS
M o t s F L É C H É S
N º 3763
REGROUPERDESÉLÉMENTS
QUISERT
—————————————————
———————————
RECUEILDEMOTS
GENREENJAZZ
———————————————
———————————
SOUVERAINE
ARMEANCIENNE
ENLICE
———————————
METTREUNPEUDECOULEURS
—————————————————
POILS
ORGANISATIONMONDIALE
BRUITSEC
——————————————
BELLESPHRASES
—————————
——————————————
FATIGUÉ
INSECTEVERTDORÉ
NOTE
ESTALLÉEPAÎTRE
———————————
———————————
HÉSITATION
DIRECTION
———————————
———————————
ÉDUQUE
ÉTANGSALÉ
ENCRUE
————————————
POISON
————————————
AÉTÉSIFFLÉE
GRAINDEBEAUTÉ
PERSONNEL
——————————
———————————
ARTICLE
——————————
AMONTRÉSAJOIE
DÉESSEMARINE
ÎLEGRECQUE
RASSURER
——————————
———————————
PAYSD’ASIE
FORMEDEUSER
——————————
———————————
PÉRIODE
ENGERBE
IRLANDEPOÉTIQUE
———————————
UNBIENFAIT
INJUSTICE
——————————
LIERLESPOIGNETS
N º 3763
t t i s i e r
M o t C A C H É
Grille
3.
Démagogue
33.
Synchrone
15. Emission
C
R
E
C
O
U
V
R
I
R
R
E
M
A
R
Q
U
E
R
A
6. Brailleur
34. Siègerais
20.Humectage
D
C
O
N
Q
U
E
R
I
R
I
S
O
L
A
T
I
O
N
B
11. 35.Variqueux
Réverbérer
22.Boumerdès
E
P
I
A
N
O
T
E
R
R
A
P
L
U
V
I
E
U
X
R
12. Insolation
36. Indicible
M
P
R
O
P
R
I
E
T
E
R
A
B
A
T
J
O
I
E
A
23. Chatonner
13. Croupetons
37. Gaufrette
A
R
I
C
I
C
N
O
I
S
S
I
M
E
T
V
T
P
L
I
24.Bien-fondé
G
E
N
R
M
E
G
A
T
C
E
M
U
H
P
I
E
I
E
L
14.Implacable
38. Retentir
25.Manipuler
O
V
S
O
P
S
E
D
R
E
M
U
O
B
E
C
L
G
V
L
16. Victorieux
39. Vacciner
G
E
O
U
L
R
E
N
N
O
T
A
H
C
R
T
E
E
I
E
17.Téléviseur
40. Septembre
27.Séjourner
U
R
L
P
A
E
D
N
O
F
N
E
I
B
S
O
V
O
T
U
18.
Pigeonneau
41.
Broussard
29. Quiétisme
E
B
A
E
C
R
E
L
U
P
I
N
A
M
I
R
I
N
A
R
19.
Lévitation
42.
Théodicée
30. Détriment
C
E
T
T
A
R
E
N
R
U
O
J
E
S
L
I
S
N
T
A
21.
Persillé
43.
Cisailler
O
R
I
O
B
E
M
S
I
T
E
I
U
Q
L
E
E
E
I
P
1.
Recouvrir
26.
Complexer
7.
Pianoter
M
E
O
N
L
T
N
E
M
I
R
T
E
D
E
U
U
A
O
P
2.
Remarquer
R
28.
Appauvrir
8.
Pluvieux
P
R
N
S
E
E
E
T
I
N
A
S
N
I
X
R
U
N
A
4.
Conquérir
L
D
U
C
T
I
L
I
T
E
S
Y
N
C
H
R
O
N
E
U
31.
Insanité
9.
Propriété
E
S
I
E
G
E
R
A
I
S
V
A
R
I
Q
U
E
U
X
V
32.Ductilité
10. Rabat-joie
5.
Isolation
X
I
N
D
I
C
I
B
L
E
G
A
U
F
R
E
T
T
E
R
TYPER, DÉFINIR
E
R
E
T
E
N
T
I
R
I
S
V
A
C
C
I
N
E
R
I
R
S
E
P
T
E
M
B
R
E
B
R
O
U
S
S
A
R
D
R
SOLUTIONPRÉCÉDENTE:CAPITAINERIE
E
T
H
E
O
D
I
C
E
E
C
I
S
A
I
L
L
E
R
R
E T H E O D I C E E C I S A I L
E T H E O D I C E E C I S A I L
E T H E O D I C E E C I S A I L

MARDI

08h00 : Bonjour d'Algérie (direct) 09h30 : Yamachi fel layle (04) rediff 10h00 : El ardh el haya (04) 10h30 : Farachat el foussoul (14) 11h00 : Questions d'actu (rediff) 12h00 : Journal en français+météo 12h25 : El Malika (06) 13h45 : Awalim oua assfar (03) 14h35 : Wahiba (05) 15h20 : 52 Chrono (rediff) 16h20 : Ben 10 (07) 16h45 : Les trois royaumes (35) 17h20 : Takder tarbah 18h00 : Journal en amazigh 18h30 : Yamachi fel layle (05) 19h00 : Journal en français+météo 19h30 : Ziane darek (03) 20h00 : Journal en arabe 20h45 : Trésors d'Algérie (Skikda) 22h00 : Expression livre

: Trésors d'Algérie (Skikda) 22h00 : Expression livre T é l é v i s i
T é l é v i s i o n
T é l é v i s i o n

TRESORS D'ALGERIE (Skikda)

La wilaya de Skikda est située au nord-est de l'Algérie, elle s'étend sur une superficie de 4.137,68 km², avec une population avoisinant les 804.697 habitants. Elle dispose de 130 km de côte qui s'étale de la Marsa à l'est jusqu'à Oued Z'hour aux fins fonds du massif de Collo à l'ouest. Elle est limitrophe avec les wilayas de Annaba, Guelma, Constantine et Jijel.

20h45
20h45

Expression Livre

Réalisée par Nylda OUZIALA Émission proposée par Youssef SAIAH

Une émission consacrée exclusivement à la littérature, aux auteurs algériens. L’objectif de celle-ci est d’informer un large public tant algérien qu’émigré que la littérature algérienne se porte bien, et que l’édition, la diffusion sont en net progrès ces dernières années.

22h00
22h00

Mardi 30 Septembre 2014

Vie pratique

29

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du Mardi 6 Dou El-Hidja 1435 correspondant
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du Mardi 6 Dou El-Hidja 1435
correspondant au 30 septembre 2014 :
- Dohr
12h38
- Asr 16h00
- Maghreb
18h36
- Icha…………………19h54
Mercredi 7 dou el Hidja 1435
correspondant
au
1 er
octobre
2014 :
- Fedjr 05h17
- Chourouq
06h43
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal oulmane — Achour cheurfi
diRectioN geNeRAle
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
diRectioN de lA RedActioN
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
internet : http://www.elmoudjahid.com
e-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUReAUX RegioNAUX
coNStANtiNe
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
oRAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BoRdJ BoU-ARReRidJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
Sidi Bel-ABBeS
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BeJAiA :
Bloc administratif, rue de la Liberté.
Tél/Fax : 034.22.10.13
tiZi oUZoU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3, 1 er étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
tleMceN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MAScARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
ceNtRe AiN-deFlA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBlicite
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
AlgeR : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
oRAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABoNNeMeNtS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux
ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
coMPteS BANcAiReS
Agence CPA Che-Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
iMPReSSioN
Edition du Centre :
Société d’impression d’Alger (SiA)
Edition de l’Est :
Société d’impression de l’est, constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’impression de l’ouest, oran
Edition du Sud :
Unité d’impression de ouargla (SiA)
Unité d’impression de Béchar (SiA)
diFFUSioN
centre : EL MOUDJAHID
tél. : 021 73.94.82
est : SARl “SodiPReSSe” :
tél-fax : 031 92.73.58
ouest : SARl “SdPo”
tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARl “tdS”
tél-fax : 029 75.02.02
France : iPS (international Presse Service)
tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

CONDOLÉANCES

Suite au décès de la mère de notre collègue

M. Bouzid Ismail

Le directeur général de la Caisse nationale d’assurance chômage, ainsi que l’ensemble du personnel présentent à la famille de la défunte, leurs sincères condoléances, et l’assurent, en cette pénible circonstance, de leur profonde compassion. Que Dieu le Tout-Puissant lui accorde Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. «À Allah nous appartenons, et à Lui nous retournons.»

ANEP N° 148439 du 30/09/2014

El Moudjahid/Pub

El Moudjahid/Pub

ANEP 203772 du 30/09/2014

El Moudjahid/Pub

Pensée

Voilà déjà 1

le

28

Pensée Voilà déjà 1 le 28 an, septembre 2013, que tu nous as quittés à jamais

an,

septembre 2013, que tu nous as quittés à jamais cher père et grand-père Gourou Mohamed Samy Laissant derrière toi un immense vide que nul ne peut combler. Tu étais le pilier de notre famille toujours disponible pour nous et tout ton entourage. Ta veuve, tes enfants ; Naïma, Naïm et Fatma ta belle-fille Rym et ses enfants et ses petits-enfants te rendent hommage à travers ces lignes car tu fus un homme exemplaire dont le souvenir affectueux demeure vivant. Que Dieu Le Tout-Puissant t’accueille en Son vaste Paradis (Incha’Allah).

El Moudjahid/Pub du 30/09/2014

Paradis (Incha’Allah). El Moudjahid/ Pub du 30/09/2014 E l M o u d j a h

El Moudjahid/Pub

ANEP 203730 du 30/09/2014

El Moudjahid/Pub

ANEP 203771 du 30/09/2014

Mardi 30 Septembre 2014

Sp o rt s

30

EL MOUDJAHID

LIGUE DES CHAMPIONS D’AFRIQUE (DEMI-FINALE RETOUR)

Sétif danse au rythme de l’Afrique

Historique ! C’est le moins que l’on puisse dire de cette qualification qui relève d’un véritable défi et qui permet aux Sétifiens de relever un véritable défi dans la réalisation d’une performance sans précédent qui leur permet malgré tout d’accéder au niveau le plus haut de cette compétition africaine.

H ier après-midi, les parte- naires de l’héroïque Younes qui brisa par son excellente

réalisation tous les espoirs du Tout Puissant Mazembé et marqua ce se- cond but glorieux, auront ainsi mis fin à une longue aventure de ces Congolais du TPM qui pensaient déjà à une finale maison entre deux clubs d’un même pays après la qua- lification la veille à Tunis du Vita club face au club Sfaxien. Une qualification d’autant plus méritée qu’elle fut arrachée des tripes de chacun de ses joueurs sé- tifiens qui n’ont jamais abdiqué, qui bravèrent tout absolument tout, de ce match à huit clos à Sétif jusqu’au brouhaha non-stop qu’ils subirent depuis leur arrivée à Lu- bumbashi en passant par le gri-gri et ce chaudron que fut ce stade plein à craquer pour faire que ce rêve devienne réalité. Ente temps Sétif aura vécu des moments intenses marqués par des hauts et des bas en suivant cette rencontre mais l’explosion finale fut aussi forte que dès le coup de sifflet final de l’arbitre, toutes les grandes artères et placettes seront investi par cette merveilleuse am- biance que Sétif connaît déjà et ré- édita à la dimension de cet événement qui permet pour la pre- mière fois à une équipe algérienne

permet pour la pre- mière fois à une équipe algérienne de se hisser au stade suprême

de se hisser au stade suprême de cette compétition africaine et hono- rer une fois encore les couleurs du pays. Une ambiance extraordinaire que déchiraient de vibrants you you au pays de Sid el Khier que Sétif chanta, dansa à ne plus en finir, sa- chant que Kidiaba le gardien du TP Mazembé ne vibrera pas en cette

soirée au rythme de sa tradition- nelle danse et la cèdera à Khedairia le goal de l’équipe sétifienne qui fera que la nuit sera longue dans la cité de Ain Fouara. Onze jeunots qui sont parvenus à relever ce grand défi et s’inscrire dans la dynamique de l’Algérie sportive qui gagne en attendant

cette grande finale qui les opposera à une autre formation congolaise le Vita Club avec un aller à Kinshasa entre le 20 et le 25 octobre et le re- tour en Algérie à Tchaker peut-être ou à Constantine entre le 30 octobre et le 2 novembre. F. Zoghbi

Madoui optimiste pour la finale

«Les joueurs n’ont pas craqué. Ils ont eu le mental et le comportement qu’il fallait pour faire face à toutes les difficultés en dehors et sur le ter- rain. Franchement, je suis fier de mon équipe» a tenu à déclarer Ma- doui, à la presse, à l’issue du match retour de la demi-finale de ligue des champion qui a vu l’ESS arracher son billet qualificatif pour la finale malgré la défaite (3-2) face au Tout Puissant Mazembé. «On savait par- faitement que ça n’allait pas être fa- cile et que les Congolais allaient nous mettre la pression pour nous dé- stabiliser. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’on axé notre préparation sur le plan moral. Pour ce qui est de l’aspect tech- nique, cette équipe du TPM n’est plus à présenter. C’est une formation qui pratique un bon football, avec des joueurs assez doués techniquement. Néanmoins nous avons adopté la stratégie appropriée pour neutraliser leurs milieux offensifs afin de priver leurs redoutables attaquants de balles» a souligné le coach de l’ESS, avant d’enchaîner à propos de la fi- nale : «Nous allons d’abord savourer

à propos de la fi- nale : «Nous allons d’abord savourer cette qualification historique, avant de

cette qualification historique, avant de penser à la finale. Une chose est sûre, le fait de jouer le match retour

à domicile est une chance inouïe pour l’Entente d’accrocher une deuxième étoile à son maillot, même si les choses ne seront pas aussi sim- ple qu’on pourrait le croire. Cepen- dant, les joueurs sont très motivés pour soulever le trophée. Notamment après le match héroïque qu’ils ont fourni face à la redoutable équipe du TP Mazembé.». Par ailleurs, Madoui, le plus jeune technicien du cham- pionnat professionnel de ligue 1, est revenu sur la fin de la saison dernière et la trêve estivale qui n’ont pas été facile a gérer pour les staffs dirigeant et technique. «Nous avons eu une fin de saison compliquée, l’année der- nière ou le doute s’était installé. Il a

AS Vita Club (RDC) - ES Sétif (Alg) à Kinshasa

L’ES Sétif (Algérie) devra se déplacer à Kinshasa en RD Congo pour affronter l'AS Vita Club, le 24, 25 ou 26 octobre prochain, en finale de la ligue des champions africains de football-2014, après sa qualification, dimanche, en dépit de sa défaite devant le TP Mazembé (3-2) à Lubum- bashi. La finale retour aura lieu le 31 octobre 2014, en Algérie. Au match aller joué à Sétif, les Sétifiens avaient battu leur adversaire sur le score de 2 à 1. L'AS Vita club avait éliminé le CS Sfax (1-2), samedi à Sfax en Tunisie, dans l'autre demi-finale de la Ligue des champions africains.

fallu remobiliser l’équipe afin d’ar- racher la qualification pour la phase de poules, qui était pratiquement vi- tale pour le club. Par la suite, il fallait faire face aux mouvements des trans- ferts dans les deux sens. Surtout que nous avons perdu des joueurs importants dans l’effectifs à l’image de Nadji, Delhoum, Gourmi ou encore Karaoui. C’est vous dire que cette qualification n’était pas fa- cile à arracher.» L’ESS sera à une autre formation du RDC à savoir l’AS Vita Club. Pour rappel, l’équipe de la capitale congolaise a déjà perdu une finale de ligue des champions, en 1981, face a un représentant Algé- rien, la JS Kabylie. Le match aller aura lieu à Kinshasa le 1er Novembre prochain. Pour le match retour, l’ESS hésite entre le stade Tchaker (Blida) et Hamlaoui (Constantine). Toute- fois, il est fort probable que la direc- tion de l’Entente opte pour la ville des Ponts, qui a déjà porté chance au club, en 1988, lors de sa première fi- nale face au club nigérian Iwanwa- nyu Nationale, pour des raisons de

proximité. Rédha Maouche

BASKET-BALL

SUPERDIVISION A (2 e JOURNÉE)

Les prévisions respectées

Pour la 2 e journée du championnat de superdivision A, ce weekend, la logique

a été respectée. Sur les six matches pré-

vus vendredi, aucun résultat inattendu n’a été enregistré. Une 2 e journée qui a per- mis aux deux promus l’OMSMiliana et le CSMBB Ouargla de se ressaisir par rap- port à la 1 re journée où ils ont été battus

par leurs adversaires respectifs. Mais l’at- traction de la journée a eu pour théâtres les salles de Dar El Beida où s’est déroulé

le duel entre le CRBDB et le CS Constan-

tine et celle de Staouéli avec le premier test des pétroliers qui ont joué leur pre- mier match chez le NB Staoueli, revigoré par le succès ramené de Constantine la semaine dernière. Deux duels qui consti- tuaient les affiches de la journée et contrairement à ce que l’on a pensé, ces deux affiches n’ont pas tenu, mais alors du tout, leurs promesses à commencer par celle de Dar El Beida entre les Beidaouis et les Constantinois, deux clubs battus lors de la première journée par respecti- vement l’US Sétif et le NB Staouéli. Le CRBDB drivé par Yacine Ait Kaci se sont offert les services des deux Boufarikois Slimi et Boulesnane qui ont débuté en force ce duel face au CSC qui a fait, lui aussi, peau neuve, en recrutant Amairia et Adel Cherif tous deux venant du Widad de Boufarik ainsi que Hichem Benayad- Cherif (24 ans) qui a joué aux USA. Changement également à la tête de la barre technique, Lahmar qui succède à Merouane Brahami. Mais ces change- ments, étaient accompagnés de rumeurs de crise financière qui secoue le club et ce qui explique le mauvais début du championnat. Et c’est sans aucune diffi- culté que les Beidaouis parviennent à do- miner leur adversaire du jour par un écart large de 21 points 80 à 59. Le CRBDB corrige ainsi sa mauvaise entame du championnat, contrairement au NB Staoueli qui avait débuté l’exercice face au CSC, mais qui subit cette fois-ci la loi du tenant du doublé le GS Pétroliers qui pourtant n’avait pas encore de repères cette saison. Les protégés de Faid Billal dictent leur loi s’imposant par un écart large 93 à 74. La 2 e journée a été également mar- quée par la deuxième victoire de suite de l’US Sétif qui après avoir battu le CRBDB, est revenu gagnante de son long déplacement à Ouargla où le promu l’at- tendait de pied ferme. Les Sétifiens qui ont mis les moyens cette saison, se sont imposés par 66 points à 62. Et puis mal- heureusement, l’ASMIBlida ne s’est pas présentée encore une fois sur l’aire de compétition et elle en est à son deuxième forfait en deux journées de compétition. Mokhtar Habib

RÉSULTATS

OMSMiliana 73 - O.Batna 68 (huit clos) WAB 70 - IRBBA 65 CSMBBOuargla 62 - USS 66 CRBDB 80 - CSC 59 NBS 74 - GSP 93 ASMIBlida - ABSkikda (non joué)

SPONSORING

L'ASM Oran parrainée par Mobilis

«Pour lutter contre la violence dans les stades, nous sommes prêts à appor- ter notre contribution pour financer des stages de for- mation en direction des as- sociations de supporters», a déclaré M. Saad Damma, PDG de Mobilis. Cet opéra- teur public de téléphonie mobile est, depuis hier, le sponsor officiel de l’ASM Oran. Cette cérémonie de si- gnature entre le PDG de Mobilis et le président du club de football oranais, El Morro Mohamed, qui s’est déroulée dans un grand hôtel de la ville d’Oran per- met à cette entreprise de té- léphonie d’ajouter un septième club à son panier après les contrats conclus

un septième club à son panier après les contrats conclus avec des club des deux Ligues

avec des club des deux Ligues 1 et 2 , le RC Larbaa,

le CS Constantine, le MO

Béjaia, le CRB Ain Fe- kroun, la JS Saoura et le NA Hussein Dey. Notre objectif est de devenir le sponsor majeur du football algérien

a déclaré Saad Damma à

l’occasion de cette cérémo-

nie, dans une courte allocu- tion au cours de laquelle il a

rappelé que son entreprise avait signé avec la Ligue de football professionnel (LFP) deux contrats. Le premier concerne le parrainage de la Supercoupe d'Algérie, tan-

dis que le second est relatif au «naming» des deux

championnats Ligues I et II. Rappelons que Mobilis est, également, liée par un contrat avec la FAF. L’ar- gent qui découlera de cette convention avec la FAF ser- vira à construire un “Aspi-

tar” en Algérie (qui sera à la disposition de tous les clubs) “, un nouveau stade au centre technique de Sidi Moussa (qui sera prêt d’ici la saison prochaine), à in- vestir dans les infrastruc-

le

développement du football national, à finaliser 107 cen- tres techniques à l’image de celui de Sidi Moussa et, enfin, à acquérir des sièges pour les ligues à travers le territoire national. M. Koursi

tures

et

dans

ARTS MARTIAUX

Le ministère des Sports gèle les Comités nationaux

Le ministère des Sports a décidé de geler les activités des huit comités na- tionaux des Arts martiaux jusqu’à l’élection de leurs présidents, en application de la nouvelle loi sur le sport, a-t-on appris, hier auprès du président de l’instance fédérale du Kung fu wushu. Une fois l’élection des présidents des Comités na- tionaux accomplie, des membres de ces comités intégreront alors le bureau exé- cutif de la Fédération algérienne des arts martiaux (FARM). «La date de la tenue des élections des Comités nationaux des arts martiaux n’est pas encore fixée. Elles permettront aux acteurs de la famille des arts martiaux en Algérie de se porter candidats et devenir actifs au sein de ces comités», a déclaré Ahmed Fenni, président de la fédération algérienne du Kung fu wushu. De l’avis de plusieurs entraîneurs et techniciens de la discipline Wushu, «les présidents et membres de ces comités avaient été désignés sans passer par le vote». La Fédération algérienne du Kung fu wushu n’a pas reçu, jusqu’à présent, son agrément, alors qu’elle active depuis presque une année, date de la tenue de son assemblée constitutive. Durant l’année 2014, la Fédération algérienne du Kung fu wushu a organisé des championnats nationaux et régionaux, en plus de stages de formation. «C’est grâce à l’apport financier de ses membres que ces activités ont pu se tenir. Le dernier le stage international pour arbitre, tenu en Chine (25-31 août) dans le style Sanda et Taolu a permis à cinq arbitres interna- tionaux d’y prendre part, à leurs propres frais : voyage et d’hébergement», ont assuré les intéressés.

Mardi 30 Septembre 2014

Sp o rt s

31

EL MOUDJAHID

CAN-2015 (QUALIFICATIONS/GR B) 3 e ET 4 e J

Gourcuff fait appel à 24 joueurs pour la double confrontation face au Malawi

Le sélectionneur de l'équipe algérienne de football, le Français Christian Gourcuff, a convoqué 24 joueurs en vue des deux matches face au Malawi, le 11 octobre à Blantyre, et le 15 octobre à Blida, comptant respectivement pour la 3 e et 4 e journée (Gr B) des qualifications à la Coupe d'Afrique des nations CAN-2015, a annoncé hier la fédération algérienne de football (FAF) sur son site officiel.

Les éléments retenus pour ces deux rendez-vous entreront en stage à partir du 6 octobre prochain, pré- cise la même source. À noter le re- tour des deux gardiens de but, Mohamed Lamine Zemmamouche (USM Alger) et Azzedine Doukha (JS Kabylie), aux dépens de Faouzi Chaouchi (MC Alger) et Si Moha- med Cédric (CS Constantine). En revanche, le défenseur Mohamed Ziti (JS Kabylie) effectue son retour chez les Verts. L'attaquant de Cor- doue (Liga espagnole), Nabil Ghi- las, et Mehdi Zeffane (O.Lyon), retenus pour le précédent stage, sont absents de cette liste. À l'issue de la 2 e journée, l'Algé- rie occupe le poste de leader avec 6

points, devant le Mali et le Malawi qui comptent chacun 3 points. L'Ethiopie ferme la marche avec 0 point.

Liste des 24 joueurs convoqués :

Gardiens de but : Raïs Mbolhi (Philadelphie/USA), Mohamed La- mine Zemmamouche (USM Alger), Azzedine Doukha (JS Kabylie). Défenseurs : Aissa Mandi (Reims/France), Essaid Belkalem (Trabzonspor/Turquie), Madjid Bougherra (Fujairah/EUA), Carl Medjani (Trabzonspor/Turquie), Rafik Halliche (Qatar Club), Ghou- lam Faouzi (Naples/Italie), Mesbah Djamel-Eddine (Samdporia de Gênes/Italie), Ziti Mohamed Khou-

(Samdporia de Gênes/Italie), Ziti Mohamed Khou- LIGUE 1-MOBILIS (6 e JOURNÉE) tir (JS Kabylie),

LIGUE 1-MOBILIS (6 e JOURNÉE)

tir (JS Kabylie), Cadamuro Liassine (Osasuna/Espagne). Milieux de terrain : Taïder Sliti Saphir (Sassuolo/Italie), Feghouli Sofiane (Valence/ Espagne), Boude- bouz Ryad (Bastia/ France), Bra- himi Yacine (Porto/Portugal), Lacen Medhi (Getafe/ Espagne), Guedioura Adlene (Crystal Pa- lace/Angleterre), Bentaleb Nabil (Tottenham/Angleterre) Attaquants : Belfodil Ishak (FC Parme/Italie), Djabou Abdelmou- mene (Club Africain/ Tunisie), Mahrez Riyad (Lesicester/Angle- terre), Slimani Islam (Sporting Lis- bonne/Portugal), Soudani Hilal El Arabi (Dinamo Zagreb/Croatie).

CSC - USMA : choc au sommet

l La 6 e journée de Ligue 1-Mobilis a été avancée au jeudi 2 octobre, puisque l’Aïd-el-Adha est fixé au samedi 4 octobre.

L e match CSC-USMA sera l’un des clous de cette journée. Il aura donc lieu comme prévu, à

17h45, au stade Chahid-Hamlaoui de Constantine. Il drainera certainement la grande foule, surtout que les Sana- fir espèrent une réaction positive de leurs préférés suite à leur faux-pas pour le moins inattendu, à Zabana, face au MC Oran sur le score de 2 à 1. Il s’agit en fait de la première dé- faite des Constantinois de Garzitto depuis le début de saison. Certes, les gars du « Vieux-Ro- cher » ont réussi à réduire le score, mais ils ont manqué d’efficacité de- vant le but adverse. Boulemdaïs, le buteur du championnat national avec six buts en compagnie du Eulmi Der- rardja, est resté « muet » ces derniers temps. Ce qui fait que la ligne d’at- taque du CSC est en train de se « gripper ». Depuis sa large victoire de- vant l’USMH (4 à 1), le CSC n’arrive

large victoire de- vant l’USMH (4 à 1), le CSC n’arrive plus à dérouler et ce,

plus à dérouler et ce, malgré la ri- chesse de son effectif et le talent de sa composante. Garzitto n’avait pas manqué de pointer du doigt ses joueurs en disant qu’ils ne concréti- sent pas les nombreuses occasions qu’ils se créent par manque de luci-

dité et aussi de précision dans le pé- rimètre adverse. Il y a lieu de se cor- riger et de reprendre le chemin du but, dès ce jeudi, à l’occasion de la venue de l’USM Alger, le champion d’Algérie en titre, qui vient de concé- der deux défaites consécutives contre

le RC Arbaâ (2-0) et l’USMH (1-0). Défaites qui ont commencé à faire jaser. Le public usmiste, qui ne s’atten- dait nullement à voir ses incondition- nels chuter de cette façon, escompte une réaction expresse face au CSC. Certains n’ont pas hésité à incriminer les choix de Velud qui ne semble pas à l’aise depuis la blessure de Zine- Eddine Ferhat. Ce joueur a vraiment manqué au groupe par son punch et aussi par les coups francs qu’il pouvait provoquer pour ses coéquipiers. Du coup, le déplacement des gars de Soustara à Constantine s’appa- rente à une mission des plus diffi- ciles, surtout que le CSC n’a pris qu’un point sur six possibles après la défaite contre le MCO et le nul, à do- micile, devant le MCEE (2-2). Les Usmistes aussi ne sont pas au mieux de leur forme suite à leur dé-

faite at-home devant l’USMH (1 à 0) sur un coup franc d’Aït Ouamar. Les poulains d’Hubert Velud ont perdu deux derbies de suite. Ils n’ont remporté qu’un seul derby, c’était contre le CRB (2-0). Cette empoignade entre les deux équipes sera très disputée du fait que les deux opposants veulent se ressai- sir. Ils ne seront pas disposés à perdre encore des points. Les Constantinois devant leur public voudront se rache- ter et mettre fin à cette spirale de mauvais résultats. Il est certain que cette empoignade ne laissera per- sonne indifférent, eu égard à la valeur des deux équipes. Certes, les Constantinois seront favoris, mais at- tention à cette équipe de l’USMA qui avait réussi à les battre, dans leur fief, la saison écoulée. Donc, cette joute reste ouverte à tous les suspenses. Que le fair-play soit au rendez-vous! Hamid Gharbi

JSK : ALORS QUE L’OPTION D’UN ENTRAÎNEUR LOCAL A ÉTÉ RETENUE

Menad attendu après l’Aïd

Après le départ de Hugo Broos de la barre technique de la JSK, pour les

raisons que l’on sait, la direction du club kabyle, sous l’impulsion de son président, Mohand-Chérif Hannachi,

a pris une première option avec en tête

de liste Djamel Menad, qui n’est plus

à présenter. Ce dernier, qui vient de quitter la barre technique de l’équipe d’El- Wihda d’Arabie saoudite, se trouve actuellement aux Lieux saints de l’is- lam avec son frère Salim, pour accom- plir le hadj. Menad, qui est très estimé par les fans kabyles et par la famille footballistique nationale pour sa forte personnalité, sa droiture et ses compé-

tences d’entraîneur, n’a encore rien décidé et n’a rien discuté, ni négocié avec qui que ce soit de son éventuelle arrivée à la JSK. Djamel Menad qui porte le club kabyle dans son cœur — cela n’est un secret pour personne— est réputé pour n’être pas du genre à

pour personne— est réputé pour n’être pas du genre à se faire dicter quoi que ce

se faire dicter quoi que ce soit qui touche à ses prérogatives. À rappeler qu’il a quitté la JSK en 1995 suite à un conflit qui l’a opposé au président ka- byle. Depuis, Djamel Menad n’a plus remis les pieds à la JSK, même s’il y a eu entre-temps plusieurs tentatives de lui confier la barre technique des Canaris. Pour ceux qui le connaissent bien, il n’acceptera de venir à la JSK que s’il aura carte blanche.

Cela, même s’il demeure de ceux qui ne ferment jamais la porte du dia- logue avec leur président. Par ailleurs, connaissant la passion de Hannachi pour son club de toujours et aussi son immixtion lorsqu’il le juge nécessaire dans le volet technique qui est du res- sort du coach, on se demande si Menad prendra le risque de répondre aux sollicitations du boss kabyle. Pour le moment, il est à préciser que rien n’a été décidé entre les deux parties parce qu’on a pris attache avec le concerné en Arabie saoudite et il a fait savoir qu’il a pour le moment la tête au pèlerinage à la Mecque et à rien d’autre. Il nous a fait savoir qu’avec son frère Salim, il sera de retour au pays après l’Aïd, soit après le dimanche prochain. Enfin, pour ce qui est de son départ et de celui de son frère Salim qui était son adjoint de l’équipe d’E- Wihda, avec laquelle ils avaient pour-

tant réalisé quatre victoires et deux matches nuls après six journées de championnat, il faut savoir qu’ils n’ont pas accepté que les dirigeants s’immiscent dans leur travail pour leur imposer de faire jouer des éléments

qu’ils ont eux-mêmes fait venir au club. D’ailleurs, leur désormais ex- équipe a perdu son premier match di- manche avec le nouvel entraîneur… Mohamed-Amine Azzouz

JS Kabylie - JS Saoura demain au stade du 20-Août

Le match JS Kabylie-JS Saoura, comptant pour la 6e journée du cham- pionnat de Ligue 1 Mobilis de football, se jouera demain 1 er octobre au stade du 20-Août 1955 (Alger) à 17h00, a annoncé dimanche la Ligue de football professionnel (LFP). Cette rencontre, prévue initialement pour le jeudi 2 octobre, a été avancée de 24 heures, en raison du déroulement du match CR Belouizdad-ASO Chlef le lendemain. La JSK est contrainte de jouer en dehors de ses bases, à huis clos, après la suspension qui a touché son stade du 1 er -Novembre, suite au décès de son attaquant camerounais, Albert Ebossé, touché par un projectile mortel à l'issue du match face à l'USM Alger (2-1), le 23 août dernier. La JSK avait accueilli l'ASO Chlef (0-0) au stade du 20-Août de Bordj Bou-Arréridj, dans le cadre de la 3 e journée.

ENCADREMENT

Déjà quatre entraîneurs limogés !

Fait courant en championnat d’Algérie, toutes divisions confondues : l’instabilité des entraîneurs. En Ligue 1 Mobilis, quatre entraî- neurs ont déjà sauté depuis le début de la saison. Un chiffre quand même énorme lorsqu’on sait qu’on en est qu’à la cinquième journée. De quoi étonner même le sélectionneur national Chris- tian Gourcuff, frappé par la facilité déconcer- tante avec laquelle les entraîneurs sont démis de leurs fonctions. La JSS est le premier club à changer d’entraîneur. Alain Michel, pourtant en poste depuis la saison dernière, était le premier

à trinquer après seulement deux journées de

championnat. Il faut dire que le technicien fran- çais a résisté, en dépit de la rapidité avec la- quelle il a été débarqué, sachant que le manager général, Mohamed Zerouati, voulait déjà sa tête

à l’intersaison. Au MCO, Si Tahar Cherif El

Ouazzani a connu une fin peu habituelle au MCO, puisqu’il s’est fait débarquer comme à chaque fois après quelques journées seulement. Il est déjà de retour au RCA en remplacement de Mohamed Mekhazni qui lui a succédé lorsqu’il avait décidé de répondre « à l’appel du

cœur » en rejoignant le MCO, son club de tou- jours. Enfin, à la JSK, Hugo Broos a finalement démissionné pour de vrai après avoir menacé de le faire au moins par deux fois. Le technicien belge n’a pas attendu la fin du match face au NAHD pour annoncer sa démission, car refu- sant « qu’on s’immisce dans mon travail. Je n’accepte pas qu’on vienne me dire ce que je dois faire », a déclaré le Belge après-coup, fai- sant allusion aux immixtions de Moh-Cherif Hannachi dans ses prérogatives. Les deux hommes se sont rencontrés une dernière fois ce

dimanche pour négocier les modalités de la sé- paration. Un accord a été trouvé. Cette valse des entraîneurs risque de s’étendre à d’autres clubs, lorsqu’on sait que Zvunka n’est pas du tout serein au CRB, lui qui collectionne les dé- bâcles. Tout comme Aït Djoudi au NAHD, bon dernier de la classe. La tendance ne déroge pas à la règle en Ligue 2 Mobilis où des entraîneurs vont devoir sauter à tout moment de la saison. Comme quoi, quand les entraîneurs s’en vont, les présidents restent ! A. Benrabah

Mardi 30 Septembre 2014

D E R N I E R E S MON N AIE PÉTROLE L'euro à
D E R N I E R E S

D E

R N

I

E

R E

S

D E R N I E R E S
MON N AIE PÉTROLE L'euro à 1.268 $ Le Brent à 97.23 dollars
MON N AIE
PÉTROLE
L'euro à 1.268 $
Le Brent
à 97.23
dollars

PROTeCTION De L'eNvIRONNeMeNT

L'Algérie « toujours soucieuse » de concrétiser ses engagements internationaux

L'Algérie a "toujours" été "soucieuse de la mise en œuvre de ses engagements internationaux en matière de protection et de préservation de l'environnement, a soutenu, hier à Alger, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, Abdelhamid Senouci Bereksi.

"L 'Algérie a tou- jours été sou- cieuse de la

mise en œuvre des engage- ments découlant des conventions internationales auxquelles elle a souscrit", en matière de protection et de préservation de l'envi- ronnement, a affirmé le re- présentant du MAe, à l'ouverture de l'atelier inter- national d'information sur les mécanismes de finance- ment du Fonds de l'environ- nement mondial (FeM). Soulignant l'existence d'un arsenal juridique environne- mental "très développé" et d'un cadre institutionnel et réglementaire "adéquat" en la matière, le SG du MAe a mis en avant les "efforts" de l'Algérie s'agissant, notam- ment du développement du- rable. Il a cité, plus spécifique- ment, la lutte contre la dé- sertification et la dégradation des sols à tra- vers les programmes de re- boisement et de mise en valeur des terres agricoles, la promotion des énergies renouvelables et "l'effica-

promotion des énergies renouvelables et "l'effica- cité" énergétique à l'horizon 2030, et, enfin,

cité" énergétique à l'horizon 2030, et, enfin, la "consoli- dation de la gestion écolo- giquement rationnelle" des déchets et autres produits chimiques. Relevant le rôle "primordial" des institu- tions internationales que sont le FeM et le Pro- gramme des Nations unies pour le Développement (PNuD) quant à la préser- vation de l'environnement, M. Bereksi a plaidé pour une coopération plus "ren- forcée" entre l'Algérie et ces deux pourvoyeurs de fonds,

et ce, a-t-il expliqué, aux fins "d'identification" et "d'éligibilité" des projets nationaux au financement. "Cet atelier revêt une im- portance particulière dans la mesure où il permet aux ca- dres algériens d'assimiler les techniques de présenta- tion de leurs dossiers afin de bénéficier des ressources du FeM ", a observé M. Be- reksi dans une déclaration à la presse, en marge de cette rencontre. S'étalant sur deux jours, l'atelier sera ainsi animé par des repré-

COOPéRATION MILITAIRe

sentants du FeM et PNuD,

qui interviendront, notam- ment sur la gestion des pro- jets "conformément aux normes" du Fonds mondial ad hoc, ainsi que les modes de financement octroyés. Des représentants d'établis- sements ministériels (Res- sources en eau, Agriculture et Développement rural, Aménagement du territoire

et environnement

par ailleurs, intervenus en matinée de la première jour- née, sur les questions envi- ronnementales intéressant leurs départements respec- tifs. Au terme des travaux de cette rencontre, six mé- morandums d'accord seront signés, au titre du pro- gramme de micro-finance- ment des Organisations non gouvernementales (Small Grant Programm), au profit des associations algériennes retenues dans le cadre de la seconde phase de ce pro- gramme. Six autres ONG avaient bénéficié, en 2012, du même dispositif enAlgé- rie, lequel se poursuivra du- rant la période 2014-2018, indique-t-on.

) sont,

Escale d’un groupe naval de l’OTAN au port d’Alger

Composé de 6 bâtiments de guerre, un groupe naval de l’OTAN, commandé par le capitaine de vaisseau Giovanni Pie- gaja, de la marine italienne, a accosté, hier, au port d’Alger, pour une escale de 4 jours dans notre pays. à son arrivée, le commandant de cette importante escadre a été accueilli par un détachement des forces navales de l’ANP qui lui a rendu les honneurs, avant d’effectuer une visite de courtoisie au commandant de la Façade maritime Centre, le général Zineddine Samah, accompagné des commandants des autres bâtiments. Selon le lieutenant-colonelAbdelkader Mok- dad, responsable de la cellule de communication des forces na- vales algériennes, un riche programme culturel, protocolaire

et sportif a été mis en œuvre au profit des hôtes de l’Algérie pendant leur séjour, comprenant des conférences, des visites aux lieux historiques et touristiques de la région algé- roise et des rencontres sportives contre les équipes des forces navales. Comme d’habitude, un exercice en mer de type «Pas- sex» est prévu avec le bâtiment Raïs Klich des forces navales de l’ANP. Pour rappel, le port d’Alger accueille constamment des bâtiments, relevant des forces navales de l’OTAN et de di- vers pays frères et amis, dans le cadre de la coopération et de

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

l’échange d’expériences avec les pays et les organisations. Le groupe permanent de l’OTAN de lutte contre les mines sous- marines (SNMCMG2) se compose du vaisseau amiral italien, la frégate ITS AVIERE, et des chasseurs de mines FGS HOM- BURG (Allemagne), TCG ERDEK (Turquie), ESPS DUERO (espagne) et HMS GRIMSBY (Royaume-uni).

Mourad A.

ALGéRIe - COMOReS

Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie

Le gouvernement de l'union des Comores a donné son agrément à la nomi- nation de Mokaddem Bafdal, en qualité d'ambassadeur extraordinaire et pléni- potentiaire de la République algérienne démocratique et populaire, auprès de l'union des Comores, avec résidence à Antananarivo, a indiqué, hier, un com- muniqué du ministère des Affaires étrangères.

ALGéRIe - MALI

L'UE demeure engagée dans le processus de pourparlers intermaliens à Alger

L'union européenne "restera enga- gée" dans le processus de pourparlers à Alger avec les différents groupes ma- liens en vue d'un accord de paix durable au Mali, a affirmé, hier à Bruxelles, le président du Conseil européen, Herman van Rompuy, suite à sa rencontre avec le Premier ministre du Mali, Moussa Mara. "J'ai assuré au Premier ministre (malien, ndlr) que l'ue restera engagée dans ce processus et soutiendra la mise en œuvre d'un accord de paix durable", a déclaré M. van Rompuy. "Nous avons convenu qu’accélérer les pourparlers à Alger avec les différents groupes était es- sentiel pour identifier une solution dura- ble", a-t-il soutenu. Le président du Conseil européen a indiqué avoir eu avec le Premier ministre malien, "une discussion franche sur les questions les plus pressantes au Mali"."Le pays continue à faire face à de graves défis dans le domaine de la sécu- rité et du développement socio-écono- mique", a-t-il dit. "en ce qui concerne la

situation dans le Nord, nous avons tous deux exprimé notre préoccupation concernant les attaques contre les forces de maintien de la paix des Nations unies (MINuSMA), et l'insécurité générale dans la région", a-t-il noté. Le responsa- ble européen a indiqué que la stabilisa- tion et le développement du Mali restent "un défi" sur le long terme, ajoutant que l'union européenne "salue les efforts que le Mali s’engage à faire pour y parvenir". "Ce seront des reformes difficiles, mais nécessaires pour un futur meilleur pour le pays. L'union se tient aux côtés du Mali et du peuple malien pour les aider à les mener à bien", a-t-il assuré.Rappe- lant que "le FMI vient de terminer une mission d'examen à Bamako", il a sou- ligné que la mise en œuvre de mesures correctives discutées avec le Fonds afin d'améliorer la gouvernance économique au Mali "facilitera la continuation de l'aide budgétaire apportée par l'union européenne".

FORuM éCONOMIque MONDIALà ISTANBuL

M. Bouchouareb évoque la stratégie de développement industriel de l’Algérie

Le ministre de l’Industrie et des Mines, Abdessalem Bouchouareb, s’est entretenu, hier à Istanbul, avec plusieurs responsables du Forum économique mondial avec qui il a évoqué les princi- paux objectifs de la stratégie de dévelop- pement industriel de l’Algérie. M. Bouchouareb s’est, dans ce sens, entre- tenu avec le professeur Klaus Schwab, fondateur et président du Conseil exécu- tif du Forum économique mondial, ainsi qu’avec MM. Philippe Rosler, directeur exécutif et membre du Conseil d’admi- nistration, et Miroslav Dusek, directeur Moyen-Orient et Afrique du Nord, en marge des travaux de la réunion spéciale du Forum économique mondial, à Istan-

bul. Le ministre a évoqué, à cette occa- sion, avec ses interlocuteurs les princi- paux objectifs de la stratégie de développement industriel de l’Algérie, qui a, a-t-il dit, pour ambition de moder- niser le tissu industriel national, confor- mément aux standards internationaux d’excellence et de compétitivité. La nou- velle approche des pouvoirs publics en matière de relance et de développement

industriel porte également sur la promo- tion de l’économie numérique, la mise en place d’instruments et modes de fi- nancements flexibles et modernes, et l’encouragement de l’innovation, a-t-il ajouté. Il s’agit aussi de faciliter la créa- tion d’entreprises, d’améliorer l’attracti- vité de l’Algérie pour les investisseurs étrangers et d’encourager la délocalisa- tion d’entreprises internationales de ré- férence vers l’Algérie. M. Bouchouareb a mis en exergue le fait qu’une dizaine de secteurs à fortes synergies sont identifiés pour la mise en œuvre de cette nouvelle poli- tique, à savoir l’industrie automobile et mécanique, la pharmacie et l’industrie chimique et pétrochimique, le traitement de l’eau et l’environnement, l’industrie agroalimentaire, le transport ferroviaire, l’industrie textile et le BTPH. Il a souli- gné que l’Algérie présente toutes les ca- ractéristiques pour figurer, dans un horizon proche, parmi les pays émer- gents, et que le rôle de l’industrie est de donner corps à cette ambition, rappelant l’objectif d’atteindre une croissance économique de 7% d’ici à 2019.

Le CONTRe-AMIRALTHOMAS eRNeS, CHeF DeS MOyeNS AéROMARITIMeS Du COMMANDeMeNT MARITIMe De L’OTAN :

« La modernisation des forces navales algériennes est très impressionnante »

«Nous voulons ouvrir une inter- opérabilité entre les forces navales al- gériennes et les forces maritimes de l’OTAN», a déclaré, hier, le contre- amiral Thomas ernes, chef des moyens aéromaritimes du comman- dement maritime de l’OTAN, lors d’une conférence de presse organisée à bord du bâtiment HMS Grimsby. Pour le conférencier, «les capacités des forces navales algériennes sont très importantes et sont en expan- sion», a-t-il encore affirmé. Selon lui, «la modernisation des forces navales est très impressionnante». Il poursuit en déclarant que «les forces navales algériennes sont bien capables de donner une vraie contribution sur le plan maritime». De son côté, le commandant Pie- gaja, capitaine de vaisseau, avait sou- ligné, dans le communiqué de presse qui nous a été remis, que «la marine algérienne est un partenaire de confiance et d’une grande valeur qui contribue efficacement à maintenir la sécurité maritime en Méditerranée». Il a aussi indiqué qu’avec cette visite de bâtiments appartenant à la Force permanente de guerre des mines de l’OTAN, «nous souhaitons contri- buer à approfondir les relations entre

Ph : Nesrine
Ph : Nesrine

l’Algérie et l’Alliance, et identifier de nouvelles occasions de coopéra- tion à la mer». Les différents do- maines permettant d’atteindre cet objectif ont été énumérés : entraîne- ment, exercices, échanges de procé-

Il sera ainsi indiqué que lors

de cette escale, la force antimine par- ticipera à un exercice de type «Passes» et de navigation tactique avec des unités de la marine natio- nale, et embarquera, à cette occasion, des observateurs à bord de ses bâti- ments. Interrogé sur les dangers qui

menacent la Méditerranée, il sera ré-

dures

pondu par les conférenciers que leur mission se limite aux mines dont cer- taines sont en mer depuis la Seconde Guerre mondiale. «Les autres dan- gers ne sont pas mon travail», a dé- claré le commandant Piegaja. Il est à souligner que la visite est programmée depuis plus d’une année dans le cadre du dialogue méditerra- néen entre l’Algérie et l’Alliance. Au cours de cette escale, le contre-amiral aura des entretiens avec les autorités navales algériennes sur des sujets d’intérêt commun. Nadia Kerraz

Du 1 er Au 31 OCTOBRe 2014

Révision annuelle des listes électorales

La période de révision annuelle des listes électorales aura lieu du 1 er au 31 octobre 2014, dans les bureaux chargés des élections au niveau des communes, a annoncé, hier, le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales dans un communiqué. Le ministère a invité, à cette occasion, les citoyens non inscrits sur les listes électorales, notamment ceux âgés de 18 ans révolus à cette période, à s'inscrire sur la liste électo- rale de leur commune de résidence. Les électeurs ayant changé de résidence "sont tenus de demander leur radiation de la liste électorale de leur ancienne commune et leur inscription sur la liste électorale de la nouvelle commune de résidence", a-t-on ajouté. La demande d'inscription doit être appuyée de la carte d’identité nationale ou le passeport, d'un titre de propriété (contrat de location, reçu de loyer, attestation d'hébergement, quittance d'électricité et de gaz, quittance des services des eaux), pour la justification de la résidence et de l'attestation de radiation de la liste électorale de l'ancienne commune pour les électeurs ayant changé de résidence, a-t-on encore précisé. Pour les besoins de cette opération, les bureaux chargés des élections au niveau des communes sont ouverts tous les jours de la semaine, à l'exception du vendredi, a-t-on indiqué.

AïD-eL-ADHA

Les journées du samedi 4 et dimanche 5 octobre chômées et payées

Les journées du samedi 4 et dimanche 5 octobre 2014, coïncidant avec la fête de l'Aïd-el-Adha, seront chômées et payées pour l'ensemble des personnels des institutions et administrations publiques, y compris les personnels payés à l'heure ou à la journée, a indiqué hier la Direction générale de la Fonction publique dans un communiqué. Toutefois, les personnels exerçant en travail posté sont tenus d'assurer la continuité du service, durant ces deux journées, a-t-on précisé de même source.

CONDOLÉANCES

Les familles Bakhti et Mehor ont l'immense douleur de faire part du décès de leur chère et regrettée épouse, mère et grand-mère, Baya Bakhti née Mehor (épouse de H'mida Bakhti, ex-wali et ex-ambassadeur) L'enterrement aura lieu ce jour au cimetière de Sidi Merzoug de Ben Ak- noun, à proximité du Complexe sportif féminin, après la prière du dohr.