Vous êtes sur la page 1sur 61

Ministère de l’Education Nationale Département de langue française

Ecole normale supérieure 5ème Année de l’ENS


Rabat-Takaddoum

Transposition didactique d’une œuvre intégrale


Il était une fois un vieux couple heureux de
Mohammed Khaïr-Eddine

Préparé par les étudiants-professeurs: Sous la direction de M. le professeur :


 Melle Halima Anbeir Abdellah Baïda
 M. Rachid Zidine

Année scolaire : 2007-2008


I. Présentation du projet
Il était une fois un vieux couple heureux se divise en vingt sept chapitres
avec diverses thématiques. Notre projet pédagogique centré sur l’œuvre
s’articule en trois séquences dont l’une est une séquence préparatoire. La
première séquence a pour thématique le caractère mnémonique chez le vieux
Bouchaïb, alors que la deuxième s’intéressera de près à cette mutation sociale
que le vieux couple regarde proliférer non sans une certaine réticence
II. Séquence préparatoire
Cette séquence se déroulera en trois séances (3 heures). Elle a pour
objectifs :
 La découverte de la littérature maghrébine de langue française (L.M.L.F)
 Connaissance du contexte de l’œuvre étudiée
 Approche externe de l’œuvre étudiée

Séance Durée Activité Support Objectifs Stratégie Prolongement


Recherches Aperçu sur la - Exposé des Lecture de l’œuvre
Orale et
bibliographi L.M.L.F élèves
S1 1h Travaux
ques - Récapitulation
encadrés
par l’enseignant
La 1ère et - Emettre des - Analyse du Fiche de lecture
ème
4 de hypothèses de titre concernant l’œuvre
couverture lecture - Analyse de étudiée
- Construire un l’image
S2 1h Lecture horizon - Lecture
d’attente analytique du
résumé sur la
4ème de
couverture
Recherches Apprendre aux - Présentation de Lire l’extrait
biblio- élèves la la fiche par les «Qu’y a-t-il ... sa
Production
S3 1h graphiques méthodologie de élèves jeunesse enfouie».
écrite
la fiche de - Récapitulation pp.7-9
lecture par l’enseignant
Fiche de présentation de la séance n° 1

Activité: orale et travaux encadrés


Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : recherches bibliographiques
Objectif : permettre aux élèves d’avoir un aperçu sur la littérature
maghrébine de langue française
Stratégie : exposé des élèves et récapitulation par l’enseignant
Déroulement de la séance :
1. Qu’est ce qu’on entend par ‘’littérature maghrébine de langue française’’ ?
 On entend par littérature maghrébine de langue française, une littérature
issue des pays du Maghreb (Algérie, Tunisie et Maroc) produite par des
autochtones. Les trois littératures, tunisienne, algérienne et marocaine,
sont nées sous la colonisation.
2. Comment cette littérature a-t-elle évoluée ?
 Cette littérature a évoluée en trois étapes :
- Dans les premiers écrits maghrébins, le français se caractérise par un
grand souci de la correction et de la perfection où on décèle une grande
préciosité. Les écrivains, fortement ancrés dans la langue et la culture
arabo-musulmanes, ont des modèles esthétiques surtout réalistes, avec une
légère teinte exotique. Le souci qui domine ces productions est surtout
d’ordre informatif plus qu’esthétique. Les auteurs écrivent pour témoigner
de leur existence et de celle de leurs sociétés.
- Dans les dix années qui suivirent 1945, le rapport des auteurs à la langue
française évolue. Les écrivains maîtrisent mieux la langue du colonisateur.
En conséquence, les recherches esthétiques deviennent de plus en plus
sensibles dans les œuvres, et le texte devient œuvre de création et non
plus simple témoignage.
- A partir des années 1962, le rapport de la troisième génération à la langue
est moins honteux. Refusant les limites d’une culture étroite et étriquée,
les écrivains recourent, par le biais de la langue apprise, à des références
nouvelles.
3. Quels sont les courants de cette littérature ?
 On distingue plusieurs courants dans cette littérature maghrébine :
- un courant ethnographique ou documentaire : dans les œuvre appartenant
à cette catégorie, abondent des thèmes folkloriques; ce qui prédomine
c’est la description de la vie quotidienne avec tous ses détails. Le but est
de faire plaisir au lecteur européen curieux de connaître le secret de la vie
au Maghreb, mais surtout de préserver l’identité culturelle par le biais de
l’évocation des images authentiques. Parmi les auteurs de ce courant, il y
a Mouloud Feraoun, Ahmed Sefrioui…
- Un courant esthétique né du besoin de l’écrivain d’exprimer son moi et
son mode intérieur. Parmi les écrivains qui illustrent ce courant nous
avons Assia Djebar.
- Un courant de refus et de contestation: l’écrivain dévoile les tares de la
colonisation, mais en même temps critique sa société. On y trouve
notamment Kateb Yacine, Albert Memmi, Driss Chraîbi.
- Un courant de combat et de résistance: la littérature mène un combat
contre l’occupation française et prône la libération. Il est illustré par
Mohammed Dib, Assia Djebar, Kateb Yacine…
- Un courant de contestation qui dévoile l’injustice succédant à
l’indépendance. Il est illustré par beaucoup d’écrivains comme Driss
Chraïbi, Abdelatif Laâbi, Tahar ben Jelloun, Mohammed Khaïr-Eddine…
4. Quels sont les grands thèmes de cette littérature ?
 Dans la littérature maghrébine, il y a deux préoccupations importantes :
- Les aspects traditionnels et les aspects nouveaux de la société au
Maghreb.
- Les aspects traditionnels sont abordés par plusieurs écrivains. Ces
derniers évoquent les coutumes, le folklore et la vie quotidienne. Ils font
une description ethnographique de la société pour montrer que la tradition
est toujours vivante malgré l’occupation qui cherche à estomper l’identité
culturelle du Maghreb.
- Les nouveaux aspects apparaissent sous la forme d’une interrogation et
d’une remise en question de la culture nationale. Les écrivains œuvrent
pour le changement des structures sociales et culturelles au Maghreb.
C’est le phénomène appelé par les critiques l’acculturation. Les auteurs
procèdent à une autocritique qui débouche sur un appel à la révolte contre
la religion et l’autorité du père despotique.

Prolongement :
Demander aux élèves de lire l’œuvre intégralement.
Fiche de présentation de la séance n°2

Activité: lecture
Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : la 1ère et la 4ème de couverture
Démarche : observer-analyser
Objectifs :
 initier les élèves à émettre des hypothèses de lecture
 aider les élèves à construire un horizon d’attente
Stratégie :
 analyser le titre et l’image
 lecture analytique du résumé sur le 4ème de couverture
La 1ère de couverture La 4ème de couverture
Déroulement de la séance :
1. En lisant le titre, pouvez vous dire à quel genre narratif s’apparente cette
œuvre ? relevez l’indice qui justifie votre réponse ?
 Le titre de cette œuvre indique qu’elle s’apparente à un conte. L’indice qui
le justifie c’est : ’’il était une fois…’’
2. Quelles informations donne le titre à propos des personnages de cet
œuvre ?
 Le titre indique qu’il s’agit d’un vieux couple heureux
3. Sur la 4ème de couverture, il y a une référence qui guide notre
interprétation de l’image sur la 1ère de couverture, laquelle ? Comment
oriente-t-elle l’interprétation de l’image ?
 Ernest Rudolf, scène marocaine, (détail) Musée des beaux arts, Nantes.
 Elle indique que la 1ère de couverture est la photographie d’une peinture
de l’artiste Ernest Rudolf qui a choisit comme thème pour sa toile : la
société (la culture) marocaine.
4. Sur cette image que voyez-vous au premier plan ? décrivez-la ?
 Au premier plan, on voit une jeune femme habillée de manière
traditionnelle. L’habit porte à croire qu’elle est issue des régions du sud
marocain. Elle porte une jarre en terre cuite sur sa tête.
5. Que voyez-vous en arrière plan ?
 En arrière plan on voit deux vieillards, l’un au dos d’un mulet, l’autre,
portant également une cruche en terre cuite, est assis devant une porte
dont l’architecture arquée indique qu’effectivement la scène est
représentative d’une culture orientale.
6. Quelles informations donne l’extrait se trouvant sur la 4ème de couverture ?
 Le genre : un récit (RÉCIT mentionné sur la 4ème de couverture)
 Les personnages : un vieux couple berbère (une femme et son mari
Bouchaïb).
 Leurs occupations : la femme prépare des plats ancestraux, le mari écrit
des poèmes calligraphiés dans la langue des anciens touaregs.
 Les lieux : un village dans la montagne marocaine
 Le temps : l’histoire a eu lieu dans un certain passé « il était une fois,
effectivement, un vieux couple heureux »
 Les péripéties : le couple vit au rythme de la vie villageoise, les
changements du modernisme qui commencent à toucher le village, les
poèmes de Bouchaïb diffusés à la radio.
7. Après cette lecture de la 1ère et de la 4ème de couverture, quelles sont vos
attentes par rapport à cette œuvre ?
 L’œuvre est un récit qui raconte l’histoire d’un vieux couple
 Ce couple n’existe plus, indiqué par le titre ‘’ il était une fois…’’, donc
l’histoire s’est déroulée à une époque passée.
 Il y aura un conflit entre la modernité naissante et les traditions enracinées
chez le vieux couple attaché aux valeurs ancestrales.
Prolongement :
Demander aux élèves de préparer une fiche de lecture sur l’œuvre étudiée
en respectant les consignes suivantes :
o Présentation de l’auteur
o Présentation de l’œuvre (principaux thèmes)
o Donner un avis personnel argumenté
o Ouvrir l’œuvre sur d’autres lectures.
Fiche de présentation de la séance n°3

Activité: production écrite


Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : recherches bibliographiques
Objectif : Apprendre aux élèves la méthodologie de la fiche de lecture
Stratégie :
 Présentation de la fiche par les élèves
 Récapitulation par l’enseignant.
Déroulement de la séance :
1. Qui est Mohammed Khaïr-Eddine ?
 Mohammed Khaïr-Eddine est né en 1941 à Tafraout dans le sud marocain.
Cette région à laquelle il reste profondément attaché sera au cœur de son
œuvre. Après des études secondaires à Casablanca où il découvre
Rimbaud, il travaille comme fonctionnaire du gouvernement, comme le
narrateur futur de son premier roman Agadir (1967).
De 1965 à la fin des années 1970, il quitte le Maroc, travaille
comme ouvrier près de Paris et publie de nombreux poèmes et romans :
Soleil arachnide (1969), Moi l’aigre (1970), Le Déterreur (1973), Ce
Maroc (1975), Une Odeur de manthèque (1976). Il tente un retour au
Maroc mais ne peut y rester longtemps. Malade, il meurt à Rabat en 1995.
Ses dernières œuvres, Légende et vie d’Agoun’chich (roman) et Mémorial
(poèmes), paraissent respectivement en 1984 et 1991, tandis que son récit
Il était une fois un vieux coule heureux est publié à titre posthume.
2. Quels sont les principaux thèmes dans Il était une fois un vieux couple
heureux ?
Les thématiques de cette œuvre sont diverses. Parmi lesquelles, nous
pouvons repérer :
 L’espace dans lequel se meuvent les deux vieux ressemble un site
archéologique. Le narrateur le décrit en insistant sur les ruines hantées par
des créatures farouches et insaisissables.
 La mémoire : le vieux ne se lasse pas d’évoquer le passé récent
(l’occupation française) ou lointain (l’Ancêtre, les Touaregs).
 Le patrimoine : le vieux dénonce le pillage des vestiges (archéologie,
bois, bijoux) par des mercantis qui le vendent à des étrangers.
 La modernité : mais c’est une modernité fallacieuse, pour le vieux, qui
présente un danger pour l’identité.
 La femme : le vieux déplore la situation des vieilles filles qui ne trouvent
pas de maris et dénonce la violence dont sont victimes les femmes
mariées.
 L’amazighité : le vieux est un fin lettré qui écrit des poèmes berbères qui
sont mis en chanson par de grands raïs.
 L’écriture : l’écriture est, pour Bouchaïb, un moyen de lutter contre la
modernité trompeuse qui aliène l’homme, ébloui par les traits trompeurs
de la voiture, de la villa qui le détournent des vraies valeurs telles
l’entraide, la générosité, la nature.
3. Donner un avis personnel argumenté :
 C’est un texte très poétique à travers duquel on plonge dans ce Maroc
dont la mosaïque culturelle est riche et variée.
 C’est un texte plein de critique subtile tout en nuances loin de cette
virulence qui a caractérisé les romans maghrébins et qui a valu l’exil à un
bon nombre de leurs scripteurs.
 Ce récit, loin des romans à tonalité folklorique, présente un regard lucide
de la société marocaine à une époque où elle connaît de grands
bouleversements.
 L’écrivain déconstruit la notion d’intrigue, la réduit à des bribes de récit.
Seule la parole prédomine dans ces textes où les personnages sont absents
et remplacés par des pronoms et des pseudonymes (Bouchaïb, le vieux, la
veille…)
4. Connaissez-vous une autre œuvre qui peut s’apparenter à ce récit de Khaïr-
Eddine ?
 Un autre roman, dans la littérature maghrébine de langue française,
présente des points communs, en ce qui concerne les thématiques
abordées, avec le récit de Khaïr-Eddine Il était une fois un vieux couple
heureux c’est le roman de Kateb Yacine Nedjma puisque ce roman est
écrit alors que l’Algérie est encore sous le joug de l’occupant français. Tel
Khaïr-Eddine, Kateb Yacine a voulu également donner un témoignage de
cette époque colonialiste qu’a connue l’Algérie.

Prolongement :
Demander aux élèves de lire l’extrait de l’œuvre : «Qu’y a-t-il de…sa
jeunesse enfouie » pp. 26-28
III. Première séquence
La première séquence s’étalera sur sept séances dont la dernière est une
séance d’évaluation sommative. Cette séquence a pour objectifs :
 Etudier le rôle de la mémoire chez le vieux Bouchaïb dans le
renforcement de l’effet du réel
 Rédiger un court récit en usant de la technique de l’analepse

Séance Durée Activité Support Objectifs Stratégie Prolongement


Extrait : «Qu’y a-t-il Etudier l’illusion du - Etudier La Sujet : « rédigez un
... sa jeunesse réel dans l’incipit présence du début de récit dans
enfouie». narrateur lequel vous
pp.7-9 - Etudier La présenterez un lieu
S1 1h Lecture mise en place du que vous avez
cadre romanesque connu enfant »
- Etudier
l’annonce du
genre du récit
Sujet : « rédigez Rédaction d’un début Mettre l’accent sur Fiche de lecture
un début de récit de récit les changements de concernant un
dans lequel vous lieu : roman maghrébin
présenterez un lieu - amélioration, qui a pour
Production que vous avez détérioration thématique la
S2 1h
écrite connu enfant » - Les personnes mémoire : Nedjma
qui y vivent de Kateb Yacine
- Les personnes
disparues
- vos sentiments
Recherches Présentation d’un - Présentation de Lire l’extrait « il
Orale et bibliographiques roman maghrébin qui la fiche par les but son thé… ses
S3 1h Travaux a pour thématique la élèves ancêtres »pp.26-
encadrés mémoire : Nedjma de - Récapitulation 28
Kateb Yacine par l’enseignant
l’extrait : « il but Etudier l’organisation - L’ordre de Sujet : « dans
son thé… ses du récit la narration : le votre jeune âge
ancêtres » retour en arrière vous avez vécu un
pp.26-28 - Alternance événement qui
S4 1h Lecture récit/ description vous a marqué ».
dans l’évocation Racontez cet
d’un fait événement : en
historique effectuant un
retour en arrière
Sujet : « dans Effectuer une - Cadre spatio- Distribution de
votre jeune âge analepse dans un temporel DVD du film Les
vous avez vécu récit - Situation initiale Indigènes de
un événement qui (récit primaire) Rachid Bouchareb
Production vous a marqué ». - Analepse pour que les élèves
S5 1h
de l’écrit Racontez cet - Retour au récit le visionnent en
événement : en primaire vue d’un débat lors
effectuant dans la de la séance de
narration un l’activité orale et
retour en arrière travaux encadrés
film Les sensibiliser les élèves Débat dirigé par Faire une révision
Indigènes de quant au rôle des l’enseignant autour des cours
Orale et Rachid productions de la thématique du précédents en vue
S6 1h Travaux Bouchareb cinématographiques film d’une évaluation
encadrés dans la reconstruction prochaine
de la mémoire
collective.
Extrait : « Mais Evaluez les acquis - Questions de
qu’est ce que des élèves en ce qui compréhension
vous nous dites concerne le contenu - Sujet de
Evaluation
S7 2h là… je pense de cette première rédaction
sommative
souvent à elle, je séquence
ne la néglige
pas » pp.14-16
Fiche de présentation de la séance n°1
Activité: lecture
Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : extrait de l’œuvre : «Qu’y a-t-il de…sa jeunesse enfouie » pp.
26- 28
Objectif : étudier l’illusion du réel dans l’incipit
Stratégie:
o étudier la présence du narrateur
o étudier la mise en place du cadre romanesque
o étudier l’annonce du genre du récit.
Déroulement de la séance :
1. Comment appelle-t-on la question par laquelle débute cet incipit ?
 C’est une question oratoire (rhétorique) qui n’attend pas de réponse
2. A votre avis pourquoi le narrateur entame-t-il le récit par cette question
rhétorique ?
 Il entame le récit par cette question rhétorique pour :
o capter l’attention du lecteur
o mettre en place le cadre de l’histoire
 le lieu : des ruines récentes dans une vallée
 le temps : un passé où la vallée vivait
3. Relevez les éléments du champ lexical qui se rapportent au cadre de
l’histoire?
 Les éléments du champ lexical qui se rapportent au cadre de l’histoire
sont : ruines, amas de décombres, pans de murs difformes.
4. Quelle impression ce cadre dégage-t-il ?
 Il dégage une impression de tristesse et de désolation.
5. Quelle modalité le narrateur a-t-il utilisé pour décrire ce cadre ? que pouvez-
vous en déduire ?
 Le narrateur a utilisé une modalité dépréciative. Il s’implique en donnant
une idée sur ses sentiments devant un tel spectacle de ruines et de
désolation.
6. L’histoire se déroule-t-elle avant ou après la dégradation du site ? relevez les
éléments qui l’indiquent ?
 L’histoire se déroule avant la dégradation du site. Les éléments qui
l’indiquent: ruines qui furent des demeures, au temps où la vallée vivait,
les anciens habitants des lieus disparus…
7. A votre avis pourquoi le narrateur commence-t-il le récit par la description du
site?
 Pour donner l’illusion que ces ruines existent réellement et que le récit
qui va suivre est un récit véridique.
8. Comment l’implication du narrateur se traduit-elle sur le plan énonciatif
dans le passage « qu’y a-t-il …squelettiques » ?
 Cette implication nous donne un passage ancré dans la situation
d’énonciation (présent de l’indicatif, récentes, ces)
9. Le narrateur a utilisé un temps pour annoncer le récit. Lequel ?
 C’est le plus-que-parfait (Elle avait été la demeure…)
10.Comment est décrit le vieux Bouchaïb ? que peut-on dire de ce personnage ?
 Il est décrit par ce qu’il fait et non par ce qu’il est. C’est un personnage
atypique.
11. Le narrateur évoque des noms de lieux (Mogador, Nord, Moussem Sidi
Hmad Ou Moussa). Quel rôle joue cette évocation ?
 Cette évocation renforce l’illusion du réel.
12.Cette illusion du réel est accentuée à la fin du récit. Comment?
 Le narrateur passe du récit au discours en introduisant un dialogue autour
du personnage Bouchaïb.
Prolongement : Rédaction d’un début de récit dans lequel l’élève
présentera un lieu qu’il a connu quand il était enfant
Fiche de présentation de la séance n°2

Activité: production écrite


Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : sujet : « rédigez un début de récit dans lequel vous présenterez
un lieu que vous avez connu quand il était enfant »
Objectif : rédiger un début de récit
Stratégie : il faut que l’élève mette l’accent sur :
o les changements de lieu (amélioration, détérioration, les personnes
qui y vivent et les personnes disparues)
o les sentiments engendrés par cette visite.

Déroulement de la séance :
1. Lecture des travaux faits par les élèves.
2. Rédaction collective d’un début de récit :
 Durant mes dernières vacances, j’étais à la compagne pour rendre visite à
l’un de mes oncles. Pendant mon séjour, j’ai décidé un jour de faire un
petit tour du côté de la demeure de mes défunts grands-parents. C’est un
lieu cher à mon cœur car, étant enfant, j’y passais la plupart des vacances
d’été. Une fois sur les lieux, j’étais très choqué et la tristesse m’a
submergée car j’ai gardé en ma mémoire le souvenir d’une grande maison
avec ses murs immaculés, tant ils étaient entretenus avec de la bonne
chaux blanche, et sa grande cour propre où il n’y avait le moindre
soupçon d’une herbe sauvage. C’était une petite ferme pleine de vie tant
la cacophonie des animaux domestiques emplissait l’air déjà saturé par
cette odeur alléchante d’un bon pain que ma grand-mère finissait de cuir
sur un feu crépitant et des plus chaleureux.
Maintenant, c’est un spectacle de désolation qui s’offre à mes yeux.
Les murs, s’ils sont encore debout par endroit, ils ne sont plus que
noirceur et trous béants. La cour est devenue une forêt tropicale tellement
elle a été dévastée par une flore dense la rendant infranchissable. Un
silence de mort pèse sur les ruines de la demeure de mes aïeux où seul le
spectre omniprésent du temps hante les lieux en maître incontesté.

Prolongement :
Demander aux élèves de préparer une fiche de lecture concernant un autre
roman maghrébin : Nedjma de Kateb Yacine
Fiche de présentation de la séance n°3

Activité: orale et travaux encadrés


Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : recherches bibliographiques
Objectifs : initier les élèves à l’étude comparative d’œuvres littéraires
Stratégie :
o présentation de la fiche par les élèves
o récapitulation par l’enseignant
Déroulement de la séance :
1. Qui est Kateb Yacine ?
 Kateb Yacine (1929-1989), écrivain algérien originaire de Constantine, de
langues française et arabe, qui s’illustra avec un égal talent dans tous les
genres littéraires. Rompant avec toutes les conventions romanesques
(Nedjma, 1956), il emprunte à la tradition orale sa polyphonie et sa
logique déroutante. Poète (Soliloques, 1946), auteur dramatique (le Cercle
des représailles, 1959 ; Les Ancêtres redoublent de férocité, 1967 ; la
Poudre d’intelligence, 1967), Kateb Yacine poussa le refus des
classements littéraires et des consécrations officielles jusqu’à offrir aux
plus humbles de ses compatriotes, en collaboration avec sa troupe de
théâtre, des pièces en arabe dialectal (Mohammed, prends ta valise, 1971 ;
Palestine trahie, 1978).
2. Quels sont les principaux thèmes dans Nedjma ?
 Comme dans beaucoup de romans issus de la colonisation, la question de
la double identité est permanente. Nedjma, l’étoile, incarne tout à la fois
l’être désiré et l’Algérie: elle est une vision fantasmatique de la patrie qui
est aussi voilée par la colonisation comme la femme l’est par la tradition
religieuse musulmane.
 On trouve dans Nedjma ce rêve d’une nation algérienne qui, se construit
progressivement, étape par étape.
 La femme constitue une thématique qui traverse toute l’œuvre. Cette
femme est tant désirée et tant inaccessible que même le regard le plus
aimant n’arrive pas à l’appréhender ni à en percer le secret.
3. A votre avis quel est le point commun entre Nedjma et Il était une fois un
vieux couple heureux ?
 Les deux récits sont un témoignage d’une époque douloureuse et pleine de
sacrifices pour les deux pays, le Maroc et l’Algérie, avec un regard
prospectif sur deux nations en train de se construire après une expérience
historique qui a débouché sur une remise en question d’un bon nombre de
traditions et de coutumes.
Prolongement :
Lire l’extrait de l’œuvre : « il but son thé…ses ancêtres » pp. 26-28
Fiche de présentation de la séance n°4

Activité: lecture
Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : extrait de l’œuvre : « il but son thé…ses ancêtres » pp. 26-28
Objectifs : étudier l’organisation du récit.
Stratégie :
o étudier l’ordre de la narration : le retour en arrière
o étudier l’alternance récit/ description dans l’évocation d’un fait
historique.
Déroulement de la séance :
1. De quelle escapade parle le narrateur ?
 L’épouse de Bouchaïb lui a demandé comment il connaissait si bien les
nomades. Bouchaïb lui a répondu qu’il était un spahi au Sahara et qu’il a
déserté, puis emprisonné à cause de sa désertion.
2. Relevez les éléments qui signalent au niveau de la narration le retour en
arrière (analepse) ?
 Les éléments sont :
- cette brusque escapade dans le passé avait rouvert certaines
plaies qu’il croyait cicatrisées.
- il se revit.
3. Comment interprétez vous « on en était là au moment où le Mokhazni était
venu… » ? comment appelle-t-on ce récit ?
 Le retour en arrière (analepse) se fait par rapport au récit qui raconte la
venue du Mokhazni.
 C’est le récit primaire.
4. Cette analepse offre un témoignage sur une époque, laquelle ?
 c’est l’époque de la colonisation (les indigènes, les Français, les colons,
le maître, les autorités coloniales, les résistants…)
5. Quelles informations nous donne cette analepse sur les conditions des
Marocains à l’époque de la colonisation ?
 Les conditions des Marocains étaient des plus déplorables : misère,
épidémie, sécheresse, manque d‘hygiène (poux), famine, mortalité élevée,
bidonvilles…
6. A travers quel regard cette analepse est-elle racontée? Pourquoi ? Dans quel
but ?
 Cette analepse est racontée à travers le regard de Bouchaïb.
 Le narrateur veut nous faire croire qu’il est en train de décrire la situation
à travers les yeux d’un témoin.
 Il veut renforcer l’illusion du réel.
7. Relevez les expressions qui donnent à ce passage une tonalité satirique ?
 Ces expressions sont :
- « qui n’a pas de poux n’est pas musulman »
- « C’est la racaille qui crève, disait-on. Bon débarras ! »
8. Comment la description est-elle intégrée au récit ?
 Le narrateur n’arrête pas l’évolution du récit. La description ne constitue
pas une pause, elle participe à la progression du récit en donnant des
informations sur une époque historique du Maroc.
Prolongement :
L’élève racontera un événement qu’il a vécu dans son jeune âge et qui l’a
marqué en effectuant dans la narration un retour en arrière (analepse).
Fiche de présentation de la séance n°5

Activité: production écrite


Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : sujet : « dans votre jeune âge vous avez vécu un événement qui
vous a marqué. Racontez-le en effectuant une analepse »
Objectif : permettre aux élèves d’effectuer une analepse dans un récit.
Stratégie :
o mettre en place le cadre socio-temporel
o mettre en place la situation initiale (récit primaire)
o Effectuer l’analepse
o Effectuer le retour au récit primaire
Déroulement de la séance :
1. Lecture des travaux faits par les élèves.
2. rédaction collective d’un court récit avec analepse
 Après une journée de travail qui était éprouvante, je me suis installé
devant la télé, histoire de me détendre et me changer les idées. J’ai mis la
chaîne documentaire, ma préférée. En voyant sur le petit écran un
sanglier, je me revis le jour où j’étais en vacances à la compagne. C’était
un matin, nous étions en train de prendre le petit déjeuner, grand-père et
moi, lorsque des cris d’hommes et des aboiements de chiens nous ont
interpellés. Une fois dehors, un spectacle grandiose s’offrait aux yeux du
petit garçon de dix ans que j’étais, celui d’une grande battue avec des
dizaines d’hommes armés de bâtons, fourches et même quelques uns avec
des fusils de chasse. Tout ces braves gens accompagnés d’une meute de
chiens étaient sur la trace d’un pauvre sanglier qui s’est aventuré loin de
son territoire et a blessé les bovins de quelques paysans. En éteignant la
télévision pour aller dormir, je n’ai pu m’empêcher de penser que le sort
de cette bête traquée était moins drôle que celui de l’animal qu’on a filmé
pour encourager sa protection car les paysans ont décapité la sanglier sans
le moindre souci pour la sauvegarde de l’espèce.

Prolongement :
Distribuer aux élèves des DVD du film Les Indigènes de Rachid Bouchareb
pour qu’ils le visionnent en vue d’un débat lors de l’activité orale et des travaux
encadrés
Fiche de présentation de la séance n°6

Activité: orale et travaux encadrés


Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : film Les indigènes de Rachid Bouchareb
Objectif : sensibiliser les élèves au rôle des productions
cinématographiques dans la reconstruction de la mémoire collective.
Stratégie : débat dirigé par l’enseignant autour de la thématique du film
Déroulement de la séance :
1. À quels pays appartiennent les soldats du film ?
 Le film commence en Algérie et au Maroc, où des hommes sont recrutés.
Les soldats indigènes sont donc issus des forces de l’Empire appelées par
le général de Gaulle “les soldats de la plus Grande France”. Ces troupes
furent aussi enrôlées en Tunisie. Elles forment l’Armée d’Afrique. Les
autres colonies françaises d’Afrique fournirent aussi de nombreux soldats
que l’on voit dans le film. Ces soldats sont aussi désignés sous le terme de
tirailleurs (le caporal Abdelkader dirige une section qui appartient au 7 e
RTA, Régiment de Tirailleurs Algériens).
2. Lors du voyage en bateau des troupes de l’Italie vers la France, le capitaine a
du mal à désigner les soldats que son bateau transporte. Quels noms emploie-
t-il pour les désigner ? Que lui répond le sergent ?
 Le capitaine appelle ses hommes les “indigènes” puis après les
protestations du sergent il les appelle “musulmans”. Ce dernier veut qu’on
les appelle tout simplement les “hommes”. Ces hésitations sont
révélatrices du statut à part, et sans doute inférieur, de ces hommes aux
yeux du capitaine.
3. Quel est le sens du mot « Indigènes » donné comme titre au film ?
 Le nom d’indigène fut employé à l’époque de la colonisation, pour
désigner le statut de colonisé (et donc de dominé) de ces populations
issues de l’Empire français.
4. Essayez de déduire à quels corps d’armée appartiennent les différents soldats
du film ?
 Saïd, Messaoud et le caporal Abdelkader appartiennent au 7ème régiment
de tirailleurs algériens. Yassir est un “goumier”. Il se repère à son
uniforme (différent de celui des trois autres personnages), à mi-chemin
entre le vêtement traditionnel berbère (chèche et djellaba) et la tenue de
combat moderne. Il porte des sandales. Au début du film, il ne combat pas
dans le même régiment que les tirailleurs algériens, il fait partie d’une
tribu berbère, mobilisée au Maroc.
5. Pour quelles raisons ces hommes s’engagent-ils ?
 Saïd veut partir, alors que sa mère veut l’en empêcher, parce que sa “vie
est dure”. Yassir au contraire le fait “pour l’argent”. Quant au caporal
Abdelkader, la guerre lui offre une chance d’évoluer dans la hiérarchie
militaire et donc d’obtenir une promotion sociale.
6. Qui sont les hommes, et spécifiquement Saïd et Yassir, qui s’engagent dans
le film ?
 Saïd vient du bled: c’est un paysan plutôt pauvre qui habite les
montagnes. Ainsi, ce furent en priorité des populations pauvres des
campagnes et des villes qui s’engagèrent dans l’armée coloniale,
notamment des populations venues des montagnes berbères. Yassir vient
d’une tribu berbère montagnarde appelée les Aït Tserouchem. Le Chant
des Tabors, chant des goumiers marocains confirme cette origine: ce sont
des bergers qui ont “laissé [leurs] troupeaux”, ce sont des “coureurs de
bled” qui sont issus de “tribus”.
7. A quel signe voit-on que ces hommes sont d’origine très modeste ?
 Ils sont dans l’ensemble peu cultivés: seul le caporal Abdelkader sait lire
et écrire et a passé un examen. Tout le film lui oppose le personnage de
Saïd, analphabète, parlant mal le français et n’éprouvant pas le besoin de
changer cette situation.
8. Quelle place prend la religion musulmane dans le film et donc dans la vie des
soldats indigènes ?
 La religion ne semble pas avoir un rôle prégnant dans la vie des soldats.
Certes ceux-ci font leur prière avant le combat et après, pour enterrer leurs
morts. Mais sa religion n’empêche pas Saïd de boire un verre de whisky
avec le sergent Martinez.
9. Comment apparaît le décalage culturel entre Messaoud et Irène, la jeune
femme qu’il rencontre à Marseille ?
 Le décalage culturel apparaît à travers le malaise de Messaoud dans la
chambre de la jeune femme; ce malaise est provoqué à la fois par
l’attitude entreprenante de la jeune femme, mais aussi par le luxe de cette
chambre (Messaoud touche les oreillers, les sent, et se vante plus tard
d’avoir dormi dans des draps).
10. Montrez comment dans le film, les soldats indigènes sont dépossédés de leur
victoire dans le village alsacien ?
 La fin du film montre bien que le bénéfice de la dernière bataille est ôté à
la section du caporal et des tirailleurs venus les aider: un film est tourné
avec les villageois et des soldats français. On entend le journaliste
commenter : “les soldats français libérèrent l’Alsace”.
11. Est ce qu’on a rendu un hommage à ces indigènes qui ont participé à la
libération de la France ?
 Aujourd’hui dans l’historiographie, une large place est faite aux faits
d’armes, aux bilans chiffrés, mais peu à l’histoire de ces individus, de ces
bataillons et de la façon dont ils ont vécu. Les récits sont souvent le fait
d’officiers (et pour cause, comme le montre le film, très peu de ces
“indigènes” savaient lire ou écrire). Il est significatif que le réalisateur
Rachid Bouchareb ait surtout construit son film en consultant les archives
et en allant interviewer des Anciens Combattants.
12.Que signifie, au début du film, la juxtaposition en forme de mosaïques des
images d’archives ?
 La volonté d’ancrage du film dans l’Histoire est inscrite dès le générique
qui juxtapose en forme de mosaïques des images d’archives montrant les
colonisés au travail. Le film de Rachid Bouchareb participe donc au
processus de reconstruction de la mémoire.
13.Qui a produit le film ?
 C’est une coproduction France-Maroc-Algérie-Belgique, ce qui indique
une certaine volonté de réconciliation, de part et d’autre de la
Méditerranée.
14.Qui a participé au financement du film ? Qu’en concluez-vous ?
 Le film a reçu le soutien du Centre National de la Cinématographie,
organisme public, des chaînes publiques France 2 et France 3, ainsi que
d’un financement de plusieurs régions (notamment, à titre exceptionnel,
de régions où le film n’a pas été tourné, comme l’Ile-de-France) : il y a
donc eu une volonté institutionnelle de l’Etat français, à travers ses
différents opérateurs, de soutenir le film.
Synthèse :
Le film Indigènes de Rachid Bouchareb en retraçant la vie de ces quatre
hommes d’Afrique du Nord, Saïd, Yassir, Messaoud et Abdelkader (les
Indigènes), qui s’engagent dans l’armée française de 1943, jusqu’au début de
l’année 1945, et qui participent aux combats de la libération de l’Italie et de
la France, redonne une juste place à tous les tirailleurs, oubliés de l’histoire.
L’analyse de ce film montre combien les productions
cinématographiques peuvent constituer, avec les productions littéraires, un
témoignage d’une époque, une critique des valeurs et des comportements tout
en présentant un regard neuf sur des faits historiques. Ainsi le cinéma
participe à la sauvegarde de la mémoire nationale et contribue à la
constitution de l’imaginaire sociétal.

Prolongement :
Demander aux élèves de faire une révision des cours précédents en vue
d’une évaluation prochaine.
Fiche de présentation de la séance n°7

Activité: évaluation sommative


Durée : deux heures
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : extrait : « Mais qu’est ce que vous nous dites là…je pense
souvent à elle, je ne la néglige pas » pp.14-16.
Objectif : évaluer les acquis des élèves en ce qui concerne le contenu de
cette séquence.
Stratégie :
o Questions de compréhension
o Sujet de rédaction
Déroulement de la séance :
I. Compréhension
1. complétez le tableau suivant :
Personnages Autres œuvres de
Titre de l’œuvre Nom de l’auteur Genre narratif
principaux l’auteur
Il était une fois un Mohammed Khaïr- récit - le vieux - Agadir
vieux couple Eddine Bouchaïb - Le Déterreur
heureux - la vieille : sa - Ce Maroc !
femme
- Radwane : son
ami

2. Situez ce passage par rapport à l’œuvre d’où il est extrait :


 Ecoulant des jours paisibles avec sa vieille femme, le vieux Bouchaïb se
souvient du jour où un Mokhazni est venu chercher des résistants qui
auraient pu se cacher dans le village de l’Anflouss Bouchaïb.
3. Ce passage constitue un retour en arrière. Relevez dans le texte des éléments
qui le prouvent ?
 Les éléments qui le prouvent :
- Ce souvenir était si cher au vieux.
- Cette époque était…
- Où est tout cela à présent ?
- Il revenait au quotidien.
4. Pourquoi certaines personnes sont-elles recherchées ? par qui ?
 Ces personnes sont recherchées pour faits de résistance contre
l’occupation française.
 Elles étaient recherchées par les services secrets.
5. Quelles images des villes du Nord le narrateur donne-t-il dans ce passage?
Que représente la montagne par rapport à ces villes ?
 Les villes du Nord sont mouvementées et peu sûres car la résistance y est
très active : des attentas à la bombe, des rafles massives et des exécutions
sommaires.
 La montagne par contre représente un refuge sûr pour les résistants cachés
et havre de paix pour le vieux où il coule des jours paisibles et tranquilles.
6. Pourquoi certains propos sont-ils rapportés au discours direct ? Quel effet est
ainsi produit sur le récit ?
 Ces propos sont rapportés au discours direct pour donner l’impression
qu’ils sont fidèlement rapportés.
 Le discours direct donne l’illusion que le récit est réel.
7. Que constitue ce souvenir dans la vie du vieux ? comment est-il valorisé ?
 Ce souvenir relève d’une époque très importante dans la vie du vieux.
 Il est valorisé positivement: souvenir si cher au vieux, il en reparlait
souvent, époque de l’enthousiasme, du sacrifice et de l’honneur.
8. Dites en quoi on peut considérer ce texte comme un témoignage d’une
époque et d’un aspect de la vie sociale ?
 Ce texte constitue un témoignage d’une époque car il relate des
événements qu’a connus le Maroc lors de l’occupation française :
résistance, exécutions sommaires, rafles massives, poursuites.
 Il présente également un aspect de la vie sociale dans les montagnes où le
temps s’écoulait paisiblement rythmé par le labour de la terre et le travail
aux champs et si les paysans se réfugiaient, ils se réfugiaient de la
canicule quand le soleil est au zénith.

II. Production écrite


Sujet : « Pour venir en aide à une personne en difficulté, vous avez dû agir
contrairement à vos principes. Racontez cet épisode de votre vie et décrivez ce
que vous avez ressenti »
IV. Deuxième séquence
Cette séquence prend comme thème principal la mutation sociale et les
changements des lieux et des personnages à travers la progression du roman. Au
terme de cette séquence, l’apprenant doit être capable de :
 Elaborer un portrait à partir de la lecture globale de l’œuvre.
 Produire un récit sur la mutation sociale à partir de la lecture de l’œuvre.
 Débattre un sujet, prendre la parole pour exprimer et défendre une idée ou un
point de vue.
Séance Durée Activité Contenu Objectif Prolongement
1 1h lecture Extrait : pp. 42- Reconnaître les changements Préparer des
43 issus de la modernité. recherches sur
L’installation de la
la modernité modernisation
du pays.
2 1h TE La Maroc entre Débattre les aspects de la Préparer des
tradition et modernisation recherches sur
modernité. P 86 Exprimer son point de vue, l’impact de la
« Comme les expliquer, argumenter modernité sur le
choses vont comportement
vite… on a des gens.
maintenant une
radio » L’apport
de
l’électrification.
3 1h Production Ecriture d’un Produire un récit sur les Lire : extrait
écrite récit sur la changements sociaux. pp. 118- 122
mutation sociale ; « Point trop…
les changements conclut le
de caractères Vieux. »
chez les gens…
4 1h Lecture Extrait : pp. 118- - Etudier la visée argumentative Préparer des
122 et sa contribution à changer recherches sur
un projet l’avis de Bouchaib sur la l’émigration.
d’écriture qui modernité.
sera imprimé et Etudier l’apport des arguments
mis en musique. dans le discours des personnages
5 1h TE « Vous êtes Exprimer et défendre son point Préparer un
contre ou pour le de vue moyennant un portrait sur la
phénomène de raisonnement mutation du
l’émigration? » personnage
Bouchaib à
travers le
roman.
6 1h Production « Mutation du -Rédiger un portrait. Lire l’excipit
écrite personnage
Bouchaib à
travers le roman »
à rédiger à travers
un portrait de ce
personnage.
7 1h Lecture Extrait : l’excipit Comparer le début et la fin du Faire des
pp.153-154 roman recherches sur
La fin du roman. la situation de
la femme
marocaine.
8 1h TE débattre le sujet : Comparer le récit maghrébin de Faire au
La femme dans la 1ère et la 2ème années Bac. préalable une
le roman réflexion sur la
maghrébin. dernière phrase
Fiche de présentation de la séance n° 1
Activité: Lecture
Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : Extrait pp. 42-44 « Des années passèrent…Maudits soient-ils »
Objectif : Reconnaître les changements issus de la modernité.
Etudier l’ordre de la narration : technique de l’ellipse.
Identifier l’alternance : discours / récit dans un texte argumentatif.
Déroulement de la séance :
Lecture du passage.
Questions de compréhension :
1- Qui parle ? A qui ? De quoi ? Où et quand ?
 Avant de céder la parole aux protagonistes, le narrateur évoque les
changements intervenus dans le village après bien des années de
l’indépendance.
2- Par quoi s’ouvre le texte ? Pourquoi ?
 Le texte commence par un indicateur de temps, le narrateur utilise la
technique de l’ellipse pour ne pas mentionner des actions passées.
3- De quels changements parle-t-on dans le texte ?
 Les changements dont parle le texte : l’envahissement du village par la
modernité ainsi que ses apports.
4- Relevez les aspects de ces changements ?
 Aspects du changement : on s’y approvisionnait en produits essentiels,
d’autres inexistants au village, une boutique s’ouvrit, marchandises
innombrables qui venaient du Nord, une petite minoterie commença.
5- Est-ce que le vieux couple les a adoptés ?
 Non, le couple s’attache encore à la tradition et aux objets traditionnels
berbères.
6- Pourquoi les refusent-ils ? Quels sont les arguments qu’ils présentent ?
 La vieille préfère moudre les céréales à la maison plutôt qu’à se rendre à
la minoterie parce qu’ils ont plus de goût. Les bijoux en or ne sont que la parure
des parvenues, en plus, ils sont dénués de beauté et de valeur.
7- Relevez dans le texte les expressions qui renvoient au registre familier et
cherchez l’équivalent de ces mots dans le langage courant.
 Mangeaille = nourriture abondante et médiocre, dépouillait= volait, tout
ça= tout cela.
8- Dressez dans un tableau les traits relatifs à la tradition et ceux qui se rapportent à la
modernité.
Termes qui se rapportent à la tradition Termes qui se rapportent à la modernité
A la maison minoterie
Seule la vieille Les femmes vantent de vivre mieux en ville
Continuaient à cultiver la terre Là-bas elles portent de l’or
Bijoux en argent Bijoux en or
Souk Boutique

Bilan :
Situation du passage :
Au lendemain de l’indépendance, le village connaît des changements
brusques dus à l’envahissement de la modernité. Ces changements ne dérangent
pas le vieux couple qui se considérait comme le gardien de la tradition.
Axes de lecture :
1- Modernité des parvenus :
Le couple se moque des citadines vaniteuses qui vaquent à la modernité via
l’utilisation des figures de style : comparaison (ressemblent à des bijouteries
ambulantes), un registre de langue familier : (mangeaille, dépouillait) et un ton
plutôt ironique (grossissent, vieillissent plus vite, se vantent, bijouteries
ambulantes, parvenues).

2- Une modernité inopérante :


Le couple semble désintéressé par la modernité qui envahit son entourage
(seule la vieille). Ainsi il se rattache davantage à son produit traditionnel, ancien
mais noble et berbère chose qui manque aux produits modernes. La tradition est
meilleure et leur maintient en forme.
Synthèse :
Le texte s’avère une critique sociale, puisque le vieux couple déprécie les
gens épris de la modernité rampante qui a sûrement métamorphosé les
comportements des hommes. En revanche, il résiste encore à ses changements.
Prolongement :
Demander aux apprenants de préparer des recherches sur la modernisation
du pays.
Fiche de présentation de la séance n° 2
Activité: Orale
Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : Extrait p. 86 « Comme les choses vont vite… on a maintenant
une radio ».
Objectif : Exposer des recherches. Sélectionner les informations
essentielles. Prendre des notes.
Déroulement de la séance :
1-Annoncer le sujet : le Maroc entre tradition et modernité.
2-Demander aux apprenants de définir le mot « modernité ».
3-Animer un débat entre les élèves sur les aspects de la modernité au
Maroc :
 L’ouverture sur les autres cultures.
 Adoption de nouvelles stratégies dans le système éducatif marocain.
 Une particularité du Maroc réside dans la pluralité de ses langues.
 La production artistique, industrielle…
 La domination des produits étrangers.
 Suivre l’occident dans tous ses changements en oubliant même les valeurs
marocaines traditionnelles.
 Adoption des droits de l’homme.
 L'autonomisation des fils et des filles à prendre des décisions concernant leur
propre avenir ce qui entraîne une évolution des mentalités d'une ampleur très
supérieure.
4-Demander d’argumenter, d’expliquer et de donner leurs avis sur la
modernisation du pays à travers leur lecture préalable de l’extrait susmentionné
ainsi que de l’extrait étudié lors de la séance précédente.
5-Quels sont les avantages et les inconvénients de la modernité ?
 Dans le cadre d’une communication interculturelle, les Marocains sont
arrivés à s’ouvrir sur d’autres horizons.
 La tradition suppose d’être attaché aux valeurs de l’Islam et de l’identité
ancestrale, d’où une attitude entachée d’ambiguïté, avec une méfiance, voire
un rejet à l’égard de la culture moderne.
 Les Marocains sont tiraillés entre tradition et modernité.
6- Demander à un élève de prendre des notes au fur et à mesure de la
discussion.
o La modernité se marque par le développement intense des
techniques : multiplication des voies ferrées, le domaine de la
télécommunication est en plein expansion.
o La crise de transition vers la modernité frappe surtout, en ce
moment à l'échelle mondiale, le monde musulman.
o La modernisation déstabilise les gens traditionnels dont la
structuration par les valeurs familiales suivait des modèles très divers.
o L’Etat marocain, d'allure moderne, prône la liberté d’expression et
une relative égalité des hommes et des femmes.
La modernité a certainement influencé les caractères et le comportement
des gens.
Prolongement :
Demander aux apprenants de lire le même extrait et d’en dégager l’impact
de la modernité sur le comportement des gens.
Fiche de présentation de la séance n° 3
Activité: Production écrite.
Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : Extrait p. 86 « Comme les choses vont vite… on a maintenant
une radio ».
Objectif : Elaborer une production écrite sur le thème des changements
sociaux.
Produire différents types d’arguments sur le changement de caractères chez
les gens en respectant l’enchaînement et la cohérence entre les paragraphes.
Déroulement de la séance :
1-Annoncer le sujet : la mutation sociale et les changements de caractères
chez les gens.
2-Expliquer aux élèves les étapes qu’ils doivent suivre pour bien
développer le sujet.
Introduction :
Présenter la problématique : la mutation sociale a donné lieu à des
changements de caractères chez les gens.
Poser la question du sujet : quels sont ces changements ?
Développement :
Deux paragraphes seront développés, le premier approuve la mutation
sociale et le second expose les changements des caractères des gens.
Premier paragraphe :
 Depuis les progrès technologiques tout a changé.
 De nos jours, les gens ont fait évoluer leur mode de vie malgré leur revenu
très limité.
 Ils veulent imiter de toute façon les gens les plus aisés même s’ils
s’endettent.
Deuxième paragraphe :
 Les voisins d’antan s’échangeaient des visites et rendent service aux gens
dans tous les domaines.
 Ils peuvent se procurer ce qui leur manque de leurs voisins aisés.
 Ils peuvent subvenir aux besoins des autres.
 Pas de respect envers l’autre et il peut même exister un obstacle de
communication.
 Comme conséquence : manque de respect mutuel, d’amitié, de chaleur et
de tendresse dans les rapports sociaux.
Conclusion :
Faire un bilan des points développés sur le sujet.
Prolongement :
Lire : extrait pp. 118- 122 « Point trop… conclut le Vieux. »
Fiche de présentation de la séance n° 4
Activité: Lecture
Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : Extrait pp. 118-122 « Point trop… conclut le Vieux. »
Objectif : Etudier la visée argumentative et sa contribution à changer l’avis
de Bouchaïb sur la modernité.
Etudier l’apport des arguments dans le discours des personnages.
Déroulement de la séance :
Lecture du passage.
Questions de compréhension :
1- Qui parle ? A qui ? De quoi ? Où et quand ?
 La vieille parle à son mari qui se réveille la nuit pour achever son texte.
2- Pourquoi la vieille est-elle inquiète pour son mari ?
 La vieille est inquiète pour la santé de son mari qui, contrairement à son
habitude, commence à se réveiller la nuit pour écrire.
3- Comment explique-t-il son réveil ?
 Bouchaïb explique son réveil, la nuit, par sa détermination à finir son
œuvre et parce qu’il faut mettre les idées sur papier avant qu’elles se volatilisent.
4- Qu’écrit Bouchaïb ?
 Bouchaïb écrit une épopée, une sorte de roman de guerre mythologique.
5- A qui Bouchaïb confie-t-il son texte achevé ?
 Il le confie à l’imam.
6- A-t-il réussi à le publier ? Comment ? Qui l’a aidé à régler le problème de
l’édition ?
 Au début, c’était difficile de le publier mais le problème a été réglé grâce
à un alim, professeur à l’institut de Taroudant et ami de l’imam, qui leur propose
d’ouvrir une souscription.
7- Qu’est-ce que l’éditeur exige de Bouchaïb ?
 L’éditeur exige de Bouchaïb que ses poèmes soient à la fois imprimés et
mis en musique par des compositeurs professionnels.
8- Quel avis partagent Bouchaïb et l’imam sur la modernité ?
Bouchaïb et l’imam consentent enfin que la modernité est bénéfique si on
l’adopte dans les limites du raisonnable.
Bilan :
Situation du passage :
Le vieux rend visite à l’imam de la medersa qui lui assure que son œuvre
mérite d’être lue et publiée et qu’il lui fallait l’achever d’abord avant de recourir
à un mécène. Sa femme, épuisée par le travail domestique, change enfin sa
position contre la modernité en se rendant à la minoterie du village.
Axes de lecture :
1-Une inspiration nocturne :
Le vieux se consume dans son travail pour le finir et le publier. Ainsi il se
réveille la nuit et rédige les idées qui lui viennent dans la tête de peur de les
oublier.
2-Une publication inopinée :
Bouchaïb, après avoir discuté l’affaire de la publication, reçoit la visite
inattendue d’un raïss qui désirait mettre en musique ses poèmes. Cette
production introduit des effets sur l’avis du vieux qui revient sur son opinion
émise sur la modernité. Grâce à elle tout devient facile. En outre, c’est un
mécanisme actualisé (utilisation du présent de l’indicatif, de nos jours) qui
devient de plus en plus une nécessité indispensable.
Synthèse :
L’extrait à l’étude comporte un fragment autobiographique. Ainsi, on trouve
qu’il y a une coïncidence entre ce que vit le personnage et ce que vit Khaïr-
Eddine qui se réveillait la nuit pour achever ce récit.
Fiche de présentation de la séance n° 5
Activité: Orale
Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : Recherches des élèves.
Objectif : Exposer des recherches sur l’immigration. Sélectionner les
informations essentielles. Prendre des notes.
Déroulement de la séance :
1- Annoncer le sujet : Vous êtes pour ou contre le phénomène de
l’immigration?
2- Demander aux apprenants de définir le mot « immigration ».
3- Demander aux apprenants de donner la différence entre : migration,
émigration et immigration.
4- Donner la parole aux élèves chargés de présenter un exposé sur le sujet.
5- Animer un débat entre les élèves sur le sujet.
6- Demander d’argumenter, d’expliquer les différents types de l’immigration.
La typologie d’immigration :
 Immigration légale ou illégale (clandestine).
 Immigration de travail : accueil de la main d’œuvre.
 Immigration permanente ou de réfugiés pour des raisons de guerre ou des
raisons politiques ou religieuses.
 Immigration pour poursuivre ses études.
7- Exprimer et défendre son point de vue sur les raisons de l’immigration
moyennant un raisonnement et en donnant des exemples.
Les raisons sont dues à :
 Des décisions individuelles ou familiales : rejoindre un membre de la famille.
 Des situations économiques : améliorer son niveau de vie.
 Une situation de guerre (les gens fuyant leur propre pays).
8- Charger un élève de prendre des notes pour en faire un bilan oral.
Fiche de présentation de la séance n° 6
Activité: Production écrite.
Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : Préparations et réflexions des élèves sur le sujet.
Objectif : Rédiger le portrait de Bouchaïb.
Déroulement de la séance :
1-Annoncer le sujet : la mutation du personnage Bouchaïb à travers le
roman.
2-Expliquer aux élèves les étapes qu’ils doivent suivre pour bien
développer le sujet.
Introduction :
Présenter la problématique : la mutation du personnage principal du roman.
Développement :
Deux paragraphes seront développés :
a- Le premier traite le portrait physique :
Bouchaïb est un vieil homme montagnard, amazighophone.
Il a longtemps erré dans le Nord à la recherche d’une fortune.
b- Le second présente son portrait moral ainsi que les changements
des caractères qui sont survenus.
o Un fin lettré du village.
o Compositeur de poèmes.
o L’écriture pour lui est une échappatoire.
o Il aime le jardinage, la chasse, le tajine que prépare sa femme...
o Au début, il parait un gardien de la tradition, il s’obstine dans son opinion sur
la modernité : il se rend au souk à dos d’âne, il utilise encore les lampes à gaz.
o A la fin, il achète un lecteur pour écouter ses poèmes mis en musique. D’après
lui, il faut adopter la modernité mais dans les limites du raisonnable.
Conclusion :
Les élèves doivent développer, à travers une description, une opinion
personnelle sur le personnage.
Prolongement :
Lire l’excipit pp. 153-154.
Fiche de présentation de la séance n° 7
Activité: Lecture
Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : Extrait pp. 153-154
Objectif : Lire l’épilogue et faire une comparaison entre le début et la fin
du roman.
Déroulement de la séance :
Lecture du passage.
Questions de compréhension :
1-Comment appelle-t-on le dernier chapitre d’un roman ? A quoi sert-il ?
 La dernière partie de chaque roman est appelée épilogue, il sert à
présenter le dénouement de l’histoire.
2-Qui parle ? A qui ? De quoi ? Quand et où ?
 Au début du chapitre, le narrateur commente les séquelles des années de
sécheresse qui ont frappé la région, avant de rapporter le discours de son
personnage.
3-Comment était la deuxième année de la sécheresse ?
 La deuxième année de la sécheresse était plus terrible et plus atroce que
la première. Des villages entiers se vidèrent de leurs habitants.
4-Quels effets la sécheresse a-t-elle sur la vie des habitants ?
 Les conséquences de la sécheresse : exode rural, manque de nourriture
et, bien avant, on peut assister au tarissement des puits.
5-Est-ce que le vieux pense que son propre village allait être frappé par la
sécheresse ?
 Non, Bouchaïb pense que son village n’allait pas connaître le même sort,
parce que les puits sont encore profonds et intarissables et que Dieu ne
permettra pas ça.
6-D’après Bouchaïb, est-ce que la ville constitue la solution ? Pourquoi ?
 Non, pour Bouchaïb la ville ne constitue pas la solution, ce n’est qu’un
mirage, car il la considère comme un volcan endormi ; et faute de labeur, ceux
qui s’y rendent deviennent des chômeurs et des désœuvrés.
7-Comment l’évocation du passé ramène-t-elle le vieux vers une vision
optimiste de l’avenir de la région ?
 Le vieux se rappelle des années où le climat était plus aride, il poursuit
qu’il faut persister et travailler sa terre et creuser plus profondément les puits
pour qu’ils donnent vie aux gens, aux bêtes et à la terre.
8-Montrez comment cet optimisme est contredit par le discours inaugural de
l’auteur dans l’incipit.
 Dans l’incipit, le narrateur était pessimiste, il ne perçoit que des ruines et
des décombres. En revanche, dans l’excipit, il est optimiste et exhorte à la vie et
au travail.
9-Quel est le registre de texte dominant ? Quel est son effet ?
 Le registre dominant est le pathétique, il produit un effet de compassion
et suscite l’attendrissement.
10-Quelle est donc l’intention de l’auteur ?
 L’intention de l’auteur est de faire agir le lecteur en l’impliquant
directement dans la situation, mais aussi pour qu’il partage son point de vue.
11-Quelle est la conclusion que vous pouvez déduire à partir de ce chapitre ?
Il ne faut pas désespérer, au contraire il faut venir à bout des difficultés et
persévérer dans son travail.
Bilan :
Situation du passage :
Les prévisions de Bouchaïb se réalisent : la sécheresse abat le pays. Pour
lui, tout est enclin au changement, même sa femme: elle apprend comment faire
fonctionner un magnétophone pour écouter les vers de Bouchaïb mis en
musique.
Axes de lecture :
1-Un désastre qui met fin à la vie des hommes ainsi que celle des animaux :
Le narrateur fait un constat sur l’état désertique des villages voisins à cause
de la sécheresse qui pousse les gens à abandonner leurs maisons et leurs
familles. Bien entendu cela est dû au manque d’argent pour creuser les puits et
travailler la terre. Le discours du protagoniste semble prémonitoire, puisqu’il
avertit les villageois de l’état désolant et consternant des villes.
2-La portée critique de l’épilogue :
L’épilogue critique les gens passifs : ceux qui fuient leur village et
abandonnent leur terre et leur trésor en se dirigeant vers les villes mirages. A cet
égard, il s’appuie sur des exemples pour convaincre les hommes de s’attacher à
la terre et à la vie simple plutôt qu’au tapage ; mais aussi pour éviter le fléau de
l’exode rural qui complique davantage la crise de la ville : chômage,
surpopulation, délinquance…
Synthèse :
Bouchaïb, le personnage principal du roman, convainc le lecteur à accorder
plus d’importance à l’endroit où on vit, et donne à cet effet deux expériences,
l’une est personnelle et l’autre concerne ceux qui ont succombé à la tentative de
la ville. Vers la fin, Bouchaïb clôt son discours par une maxime et une
exhortation à la vie et au travail : « la vie est partout même dans la désert le
plus aride. »

Il était une fois un vieux couple heureux se veut le reflet de la réalité d’un
groupe social, il donne l’image la plus précise possible de la société et de la vie
des individus. Il affirme son lien étroit avec la réalité en décrivant et en
rapportant méticuleusement les événements.
A travers ce vieillard qui lui ressemble, Khaïr-Eddine s’exprime sur tous les
sujets qui suscitent un vif intérêt chez le lecteur : la résistance glorieuse des
anciens face à l’occupation française, l’émigration, la sécheresse, l’abandon des
campagnes au profit des grandes villes, la misère...

Prolongement :
Faire des recherches sur la situation de la femme marocaine.
Fiche de présentation de la séance n° 8
Activité: Orale
Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : La Boîte à merveilles d’Ahmed Sefrioui et Il était une fois un
vieux couple heureux de Mohammed Khaïr-Eddine.
Objectif : Exposer des recherches. Sélectionner les informations
essentielles. Prendre des notes.
Déroulement de la séance :
1- Annoncer le sujet : La place de la femme dans la société, dans la famille
et dans le couple à partir des deux romans : La Boîte à merveilles d’Ahmed
Sefrioui et Il était une fois un vieux couple heureux de Mohammed Khaïr-
Eddine.
2- Animer un débat entre les élèves sur le sujet.
3- Demander d’argumenter, d’expliquer et de donner leurs avis sur le statut
de la femme dans les deux romans marocains.
Le statut de la femme dans les deux romans : mère, soumise et
analphabète, son avis est peu ou prou respecté.
Les mères, dans les cas les plus défavorisés, deviennent des chefs de
famille, quand les hommes s’absentent de leur foyer.
4- Demander aux apprenants de développer les idées :
La femme commence à prendre une place prépondérante dans la société.
La réaction de la femme face au machisme.
L’émancipation de la femme surtout avec le nouveau code de la famille.
5- Charger un élève de prendre des notes pour en faire un bilan oral.
Le statut de la femme dans les deux romans maghrébins :
o Son statut dans la famille et dans le couple : femme ou mère, soumise et
analphabète, son avis est peu ou prou respecté.
o La fonction de la femme est de se marier et d'avoir des enfants. C’est la
société qui lui a déterminé son rôle relativement à l'homme ; comme mère, la
femme est gardienne du foyer, elle reçoit essentiellement une instruction
domestique.
o La femme est considérée comme une mineure qui passe par le mariage de
l'autorité du père à celle de son mari.
o Les mères actuelles, dans les quartiers les plus défavorisés, deviennent des
chefs de famille, quand les hommes démissionnent face aux difficultés de la vie
Prolongement :
Demander aux apprenants de faire des réflexions sur la dernière phrase du
roman : « La vie est partout même dans le désert le plus aride. »
Fiche de présentation de la séance n° 9
Activité: Production écrite.
Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : Préparations et réflexions des élèves sur le sujet.
Objectif : Réfléchir et analyser la dernière phrase du roman : « La vie est
partout même dans le désert le plus aride. »
Déroulement de la séance :
1-Annoncer le sujet : la vie dans le désert aride.
2-Expliquer aux élèves les étapes qu’ils doivent suivre pour bien
développer le sujet.
Introduction :
Présenter la problématique : peut-on vraiment vivre dans le désert ?
Que signifie désert aride dans le texte de Khaïr-Eddine ?
Développement :
Deux paragraphes à développer :
Le premier présente les conditions de vie naturelle de l’homme, en d’autres
termes les arguments pour vivre en ville :
 Vie facile.
 Belles demeures.
 Quête du luxe.
 Faculté de communication et de déplacement grâce au progrès technologique.
Le second détaille les arguments contre la vie dans le désert aride :
 Vie difficile voire même pénible.
 Manque d’eau, d’électricité, de moyens de divertissement, scolarisation...
 Difficulté de communiquer avec autrui, de se déplacer.
 Risque de mourir faute d’hospitalisation et/ou manque de centres
hospitaliers.
Conclusion :
Faire un bilan des points développés sur le sujet.
Fiche de présentation de la séance n° 10
Activité: Evaluation
Durée : une heure
Public visé : 2ème Année du Baccalauréat
Support : Il était une fois un vieux couple heureux, extrait pp. 100-101
Objectif : Evaluer les acquis des élèves. –Produire un récit.
Déroulement de la séance :
Questions de compréhension :
1- Pourquoi les gens se rendaient-ils de plus en plus au magasin du village ?
2- Pourquoi le vieux allait-il quelquefois au souk ?
3- Quel est le sujet de discussion du couple ?
4- Pourquoi la vieille se moque-t-elle de Bouchaïb ?
5- Qu’est-ce que Bouchaïb compte acheter du magasin ?
Production écrite :
Ecrivez un dialogue entre deux personnes qui expriment leur avis sur la
modernité.
o La modernité est contre le principe de la conservation.
o La modernité apparaît comme une crise des valeurs et une rupture avec ce
qui précède ce qui entraîne l’absence de l'esprit social.
o La modernité comme conséquence d’industrialisation et de
mondialisation.
o Elle est la recherche d’une vie simple.
o La modernité est la confrontation à la nouveauté, voire à l'esprit
progressiste.
o La modernité est l’essor de la pensée.
o La modernité c’est « vivre avec son temps » et non pas désirer conserver
ce qui est jugé ancestral.
o Elle permet un accès facile aux informations.
Bibliographie
1. Baïda (A.), Francophonie, enseignement et culture, Publication AMEF, 2006.
2. Baïda (A.), Les Voix de Khair-Eddine, Pour une lecture des récits de l’enfant
terrible, Editions Bouregreg, Rabat, 2007.
3. Bivona (R), « Nourriture et anthroposophie dans Il était une fois un vieux
couple heureux in Expressions Maghrébines, Vol.5, N° 2, hiver 2006.
4. Bourdereau (F), « Quels auteurs au programme? Le cas de l’enseignement du
français au Maroc » in Notre Librairie, Association pour la diffusion de la
langue française (adpf), Paris, 2005
5. Boutinet (J-P.), Anthropologie du projet, Paris, PUF, 2ème édition, 1992.
6. Chevallard (Y.), La transposition didactique du savoir savant au savoir
enseigné, La Pensée Sauvage, 1991.
7. Chami (M.), L’enseignement du français au Maroc, Imprimerie Najah El
Jadida, Casablanca, 1987.
8. Greimas (A.-J.), L’Analyse structurale du récit, Communications n° 8, 1996.
9. Jakobson (R.), Essais de linguistique générale, Les Editions de Minuit, 1963.
10.Joubert (J.-L.), Littératures francophones du monde arabe, Nathan, Paris,
1994.
11. Khaïr-Eddine (M.), Le Temps des refus, Entretiens 1966-1995, réunis par
(A.)Abboubi, L’Harmattan, Paris, 1998.
12.Khair-Eddine (M), On ne met pas un en cage un oiseau pareil, Edition
William Blake &Co., 2001
13.Khaïr-Eddine (M.), Il était une fois un vieux couple heureux, Editions du
Seuil, Paris, 2002.
14.Langlade (G.), La séquence didactique en français, collection didactiques,
Bertrand- Lacoste, CRDP, de Toulouse, 1992.
15.Lecomte (J.-M.), Nestrigue (A-M.), L’établissement dans la démarche de
projet, Hachette Education, Paris 1992.
16.MERIEU (P.), DEVELAY (M.), Transfert de connaissances en formation
initiale et continue, CRDP de Lyon, 1996, Paris.
17.Raynal (F), Rieunier (A), Pédagogie, dictionnaire des concepts- clés, ESF
éditeur, Paris, 1997.
Table des matières
REMERCIEMENTS
INTRODUCTION.................................................................................
.........................................................................................................................4-5
PREMIERE PARTIE...........................................................................6
CHAPITRE PREMIER........................................................................7
I. Le projet pédagogique...............................................................................8-12
II. La transposition didactique...................................................................12-16
CHAPITRE DEUXIEME....................................................................17
I. Les œuvres intégrales dans l'enseignement secondaire marocain.......18-19
II. La lecture méthodique (analytique) des œuvres intégrales................19-20
DEUXIEME PARTIE...........................................................................21
CHAPITRE PREMIER........................................................................22
I. La littérature maghrébine de langue française.....................................23-24
II. Biobibliographie de Mohammed Khair-Eddine..................................24-28
III. le corpus : Il était une fois un vieux couple heureux...........................28-29
CHAPITRE DEUXIEME ....................................................................30
I. Présentation du projet..............................................................................31
II. Séquence préparatoire..........................................................................31-40
III. Première séquence...............................................................................41-60
IV. Deuxième séquence...............................................................................61-82
CONCLUSION....................................................................................83-84
BIBLIOGRAPHIE.............................................................................. 85-
87
TABLE DES MATIERES..................................................................88-89