Vous êtes sur la page 1sur 3

Activité 

: lecture analytique
Support : Candide, Voltaire, Chapitre 6.
Objectifs :
- Identifier la situation d’énonciation et la structure du passage ;
- Identifier les champs lexicaux et leurs connotations ;
- Identifier les procédés de style et leurs effets.

I- Identifier la situation d’énonciation et la structure du texte.


- A partir du titre du chapitre, dites quels événements ont précédé ce chapitre.
- Ce chapitre vient après le tremblement de terre de Lisbonne.
- Comment se présente le récit ? Quel est le statut du narrateur ?
- Le récit est à la 3ème personne, le narrateur est omniscient.
- Quels sont les temps employés ? A quoi correspondent-ils ?
- 1er paragraphe : la situation initiale : emploi de l’imparfait.
- 2ème paragraphe : les péripéties : emploi du passé simple.
- 3ème paragraphe : la situation finale : emploi de l’imparfait.
- Quelle est la structure narrative du passage ?

1- La situation initiale :
- A quelles questions répond-elle ?
- Quand ? Après le tremblement de terre de Lisbonne.
- Où ? A Lisbonne.
- Qui ? Les sages du pays.
- Quoi ? ont donné un autodafé.
- Pourquoi ? pour prévenir une ruine totale.
- Comment ? en condamnant quelques personnes.

2- Les péripéties :
- De qui parle-t-on dans le début du 2ème paragraphe ?
- Des condamnés.
- Quels faits leur sont reprochés ?
- Le biscayen a épousé la marraine d’un enfant dont il était le parrain (interdit par l’église).
- Les deux portugais ont arraché le lard d’un poulet avant de le manger (ce qui est une pratique juive).
- Pangloss a parlé et Candide l’a écouté.
- Relevez le passage qui parle de la cérémonie A quel temps est-il ?
- A l’imparfait
- Comment appelle-t-on un passage descriptif dans un récit ?
- Une pause.
- Le procès de ces personnages est-il relaté ?
- Non.
- Comment appelle-t-on un événement qui est passé sous silence ?
- Une ellipse.
- A quoi furent condamnées ces personnes ?
- Le biscayen et les portugais à être brûlés, Pangloss à être pendu et Candide à être fessé.
- Que veut mettre en valeur Voltaire dans la dernière phrase du passage : « le même jour, la
terre trembla de nouveau dans un fracas épouvantable. » ?
- Il veut montrer l’inefficacité de l’action.

3- La situation finale.
- A quelle forme est ce discours ?
- Au discours direct.
- Quel est le bilan fait par Candide ?
- Il veut montrer l’inutilité de la mort de ces gens.
II- Les champs lexicaux et leurs connotations :
- Relevez dans un tableau les champs lexicaux dominants et dites ce qu’ils expriment.
Thèmes : Champs lexicaux : Connotations :
Le châtiment « lier ; fessé(x 2) en cadence ; Les châtiments sont montrés sous leurs aspects
brûlés à petit feu ; pendu ». les plus barbares.
La religion « autodafé ; un san-benito ; mitre ; Les rites sont ceux de l’inquisition. Leur
procession ; sermon ; musique en accumulation les rend dérisoires. Ils apparaissent
faux-bourdon : prêché. » comme des règles théâtrales sans valeur.
La peur « épouvanté ; interdit ; éperdu ; La peur et la faiblesse de Candide permettent de
tout palpitant ; se soutenant à remettre en cause le « tout » est au mieux.
peine ».
La « tremblement ; ruine totale ; Termes forts pour évoquer la catastrophe et pour
catastrophe détruit ; la terre tremble ; fracas montrer l’ironie du sort : »la terre trembla de
épouvantable. » nouveau ».

- Que révèlent ces champs lexicaux ?


- La cruauté de l’inquisition ;
- Le désaccord avec la foi ;
- La futilité des actes d’accusation ;
- La remise en cause de la philosophie de l’optimisme.

III- Les figures de style et leurs effets.

- Relevez, dans le passage, les figures de style employées par Voltaire afin de dénoncer la
pratique de l’autodafé.

Figures de style : Effets produits :


Oxymore : « un bel autodafé » Ironie pour tourner l’inquisition en dérision.
Gradation : « fessé, brûlé, pendu » Souligner l’aspect barbare du châtiment.
Hyperbole dans les accusations Dénoncer le côté arbitraire des accusations.

- Quels sont les autres procédés employés par voltaire pour souligner l’absurdité des prétextes
de l’inquisition ?
- Le faux rapport de cause à effet entre le tremblement de terre et les motifs d’accusation des victimes.
- L’ironie : « le même jour, la terre trembla de nouveau avec un fracas épouvantable ».

- Que dénonce Voltaire dans ce passage ?


- Il dénonce :
1- le fanatisme et l’intolérance :
- par l’arbitraire des arrestations basées sur des motifs qui relèvent de la différence de culture et de
religion.
- par l’horreur des châtiments infligés.
2- la superstition :
En montrant que les gens pensent que l’autodafé et la condamnation de coupables vont empêcher un
éventuel tremblement de terre.
3- l’optimisme de Candide :
Par la répétition des structures « ô mon cher… » et l’emploi de structures emphatiques qui montrent le
ridicule et la naïveté de Candide. Il dénonce ainsi son optimisme.

Synthèse :
Voltaire, maître dans l’art de la mise en scène, apporte une nouvelle preuve que tout n’est pas au
mieux.