Vous êtes sur la page 1sur 22

MALADIES ÉRUPTIVES,

PURPURAS ET DERMITES
DE L'ENFANT

Jean-Bernard Girodias
pédiatre

Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 1


CINQUIÈME MALADIE (érythème infectieux)
DERMITE À RHUS (herbe à la puce)
EXANTHÈME LATÉRO-THORACIQUE
IMPÉTIGO
MALADIE DE KAWASAKI
MALADIE "MAINS-PIEDS-BOUCHE"
PITYRIASIS ROSÉ
PURPURA DE HENOCH-SCHÖNLEIN (purpura rhumatoïde)
PURPURA FACTICE
PURPURA MÉNINGOCOCCÉMIQUE
PURPURA THROMBOCYTOPÉNIQUE IDIOPATHIQUE
RASH À L'AMOXIL
ROSÉOLE (érythème subit)
ROUGEOLE
RUBÉOLE
SCARLATINE
SYNDROME DE GIANOTTI-CROSTI
SYNDROME DE STEVENS-JOHNSON
URTICAIRE
VARICELLE

Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 2


CINQUIÈME MALADIE
Parvovirus B19 ÉVOLUTION. Guérison habituelle
en 2 à 5 semaines
INCUBATION: de 4 à 20 jours
COMPLICATIONS: crise aplastique
chez sujets à risque, anémie
Fin de l'hiver et printemps chronique, méningo-encéphalite,
myocardite, purpura thrombopénique,
Surtout âge scolaire neutropénie transitoire
FACTEURS DE RISQUE :
CONTAGIOSITÉ: hémoglobinopathies, anémies
- Enfant normal: 1 à 5 jours avant l'éruption héréditaires ou acquises, déficits
- Formes compliquées (crise aplastique, anémie immunitaires
chronique): contagiosité prolongée RISQUE EMBRYO-FŒTAL faible
risque d'anasarque fœto-placentaire
ÉVICTION SCOLAIRE habituellement
non indiquée ÉRUPTION RÉTICULÉE
• D'abord joues rouges comme giflées
•  Bon état général • Puis éruption réticulée symétrique sur les
•  Pas de fièvre avant-bras et les cuisses
•  Parfois prurit cutané • Parfois présence de quelques macules
•  Arthralgies (adultes) rosées sur le thorax
• Éruption avivée par la pression, la chaleur
Conjonctives normales et le soleil
• Évolution à éclipses pendant quelques
jours ou quelques semaines
• Pas de lésions muqueuses
S IGNE PARTICULIER. Rash réticulé
TRAITEMENT symptomatique
NE PAS CONFONDRE AVEC: éruption
PRÉVENTION.
allergique, autre infection virale (rubéole,
Contacts normaux : informer et rassurer
infection à entérovirus, etc.)
Contacts à risque: surveillance étroite
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 3
DERMITE À RHUS
Herbe à la puce ÉVOLUTION. Guérison en 2 à 4
semaines
INCUBATION: durée variable selon degré de
sensibilité et la quantité de poison COMPLICATIONS: infection
bactérienne exceptionnelle
Printemps, été, automne FACTEURS DE RISQUE : contacts
antérieurs, complexion claire, eczéma
Tous âges
ÉRUPTION MACULO-PAPULEUSE,
CONTAGIOSITÉ: poison parfois BULLEUSE ET CROÛTEUSE
encore actif sur plant desséché ou sur
objets inertes. • Éruption maculo-papuleuse et bulleuse
(L’enfant n'est pas contagieux) • Aspect, nombre et étendue des lésions
variables: éléments érythémateux, stries
ÉVICTION SCOLAIRE selon degré rouges et surélevées, vésicules et bulles à
d'inconfort contenu clair, plaies suintantes et
croûtées, placards ædémateux rouges et
indurés
• Bon état général • Gonflement des paupières, du visage, des
• Pas de fièvre mains, des avant-bras, des organes
• Prurit féroce génitaux externes
• Lésions éparses ou prédominant au niveau
Conjonctives normales des surfaces cutanées découvertes ou
dénudées.
• Muqueuses buccales indemnes
S IGNE PARTICULIER. Lésions linéaires par
griffures de la plante, prurit TRAITEMENT.
Antihistaminique et gluco-
corticoïde topique ou buccal
NE PAS CONFONFONDRE AVEC:
eczéma, gale, impétigo, dermite exfoliante PRÉVENTION.
staphylococcique, cellulite bactérienne Apprendre à reconnaître la
plante pour éviter son contact
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 4 (feuilles à 3 folioles)
ÉXANTHÈME LATÉRO-THORACIQUE
Cause virale probable ÉVOLUTION. Guérison spontanée
en 2 à 8 semaines
INCUBATION: durée variable selon étiologie
COMPLICATIONS: maladie bénigne
Surtout le printemps
FACTEURS DE RISQUE : ?
Âge préscolaire
RISQUE EMBRYO-FŒTAL négligeable
CONTAGIOSITÉ: peu contagieux

ÉVICTION SCOLAIRE indiquée ou ÉRUPTION PAPULO-VÉSICULEUSE


non selon contexte clinique • Éruption tronculaire asymétrique de
petites papules rouges ou rosées formant
des placards érythémateux eczémati-
• Bon état général forme ou scarlatiniforme.
• Pas ou peu de fièvre • Éruption débutant au niveau d’une région
• Adénopathie (aisselle, aine) sous-axillaire puis se propageant vers le
• Prurit absent ou modéré bras et, au travers du thorax, vers
l’autre région sous-axillaire et, le long du
Conjonctives normales flanc abdominal, vers la région inguinale;
elle prédomine du côté où elle débute.
• Pas d’atteinte muqueuse.
S IGNE PARTICULIER. Distribution des
lésions (régions latéro-thoraciques) TRAITEMENT symptomatique

NE PAS CONFONDRE AVEC : dermite de PRÉVENTION.


contact, eczéma, scarlatine Informer et rassurer

Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 5


IMPÉTIGO
ÉVOLUTION. Guérison rapide sous
Staphylocoque doré, streptocoque A traitement antibiotique
COMPLICATIONS (inhabituelles):
INCUBATION: 1 à 10 jours cellulite, lymphangite, arthrite,
septicémie, glomérulonéphrite
Saison chaude et humide (été) FACTEURS DE RISQUE : période
néonatale, déficits immunitaires,
Période néonatale, promiscuité
Âges préscolaire et scolaire
RISQUE EMBRYO-FŒTAL négligeable

CONTAGIOSITÉ: contamination par ÉRUPTION VÉSICULO-BULLEUSE ET


contacts avec les lésions CROÛTEUSE

ÉVICTION SCOLAIRE pendant les • Lésions vésiculo-bulleuses à contenu clair


2 premiers jours du traitement ou trouble de différentes tailles, à parois
flasques et fragiles.
• Placards rouge vif, suintants et croûteux.
•  Bon état général • Sites de prédilection: visage, aisselles,
•  Pas de fièvre abdomen, siège.
•  Pas ou peu de prurit • Élargissement et multiplication rapide des
lésions.
Conjonctives normales • Parfois hyperpigmentation cicatricielle.
• Pas de lésions muqueuses.

S IGNE PARTICULIER. Auto-inoculation


rapide, lésions en miroir TRAITEMENT antibiothérapie orale de
préférence à antibiothérapie topique
NE PAS CONFONDRE AVEC : varicelle,
zona, herpes simplex, piqûres d'insecte, dermite PRÉVENTION.
à rhus, mycose Soins d'hygiène rigoureux
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 6
MALADIE DE GIANOTTI-CROSTI
Virus Epstein-Barr et autres virus ÉVOLUTION. Guérison spontanée
en 2 à 4 semaines
INCUBATION: durée variable selon étiologie
COMPLICATIONS: maladie bénigne
sous sa forme commune de cause
Toutes saisons indéterminée

Âge préscolaire FACTEURS DE RISQUE : dépendant


de l'agent causal
CONTAGIOSITÉ: RISQUE EMBRYO-FŒTAL négligeable
habituellement peu contagieux
ÉRUPTION PAPULEUSE
ÉVICTION SCOLAIRE indiquée ou • Papules rosées ou rouges, parfois
non selon contexte clinique purpuriques, de petites tailles, situées
classiquement sur les joues, les coudes et
les genoux
Généralement • Parfois, larges placards rouges et
• Bon état général surélevés par confluence des lésions
• Pas ou peu de fièvre • Chez l'enfant, éruption souvent
• Pas ou peu de prurit généralisée avec lésions clairsemées sur
Conjonctives normales le tronc et les membres (syndrome de
Gianotti-Crosti)
• Guérison sans cicatrices
• Pas de lésions muqueuses
S IGNE PARTICULIER. Distribution des
lésions (joues, coudes et genoux)

TRAITEMENT symptomatique
NE PAS CONFONDRE AVEC : varicelle,
urticaire, rash à l'amoxicilline, dermite de contact, PRÉVENTION.
eczéma, gale Informer et rassurer

Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 7


MALADIE DE KAWASAKI
Cause inconnue ÉVOLUTION. Le plus souvent guérison
complète; parfois séquelles cardiaques
INCUBATION: durée inconnue
COMPLICATIONS: anévrismes
Toutes saisons
coronariens, infarctus myocardique

Âge préscolaire FACTEURS DE RISQUE : race jaune,


sexe masculin, âge < 1 an, fièvre > 10
CONTAGIOSITÉ: maladie très peu jours, anémie, hypoalbuminémie
contagieuse RISQUE EMBRYO-FŒTAL ?
négligeable (?)
ÉVICTION SCOLAIRE jusqu'à
rétablissement de l’enfant ÉRUPTION VÉSICULEUSE
• Rash généralisé polymorphe (le plus
•  Fièvre élevée souvent aspect maculo-papuleux,
•  Irritabilité morbililliforme ou scarlatiniforme et
•  Adénopathie cervicale localisation tronculaire).
•  Douleurs abdominales, • Rougeur et gonflement des mains et des
diarrhée, vomissements pieds.
• Secondairement desquamation péri-
Yeux rouges
unguéale et palmo-plantaire.
• Anomalies bucco-labiales (érythème
buccal et pharyngé, langue framboisée,
S IGNE PARTICULIER. Danger cardiaque lèvres rouges et fissurées.

NE PAS CONFONDRE AVEC : TRAITEMENT gammaglobulines


scarlatine, rougeole, exanthème viral non immunes en perfusion iv et aspirine
spécifique, arthrite rhumatoïde, choc
toxique, syndrome de Stevens-Jonhson PRÉVENTION.
Surveillance
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 8
MALADIE "MAINS-PIEDS-BOUCHE"
Virus coxsackie A 16
ÉVOLUTION. Guérison spontanée
en près d'une semaine
INCUBATION: 3 à 6 jours
COMPLICATIONS inhabituelles:
déshydratation, myocardite, méningo-
Printemps et été encéphalite
FACTEURS DE RISQUE : absence
Âges préscolaire et scolaire apparente

CONTAGIOSITÉ: pendant les 7 jours RISQUE EMBRYO-FŒTAL négligeable


suivant le début du rash
ÉRUPTION VÉSICULEUSE
• Vésicules à contenu clair ou citrin cernées
ÉVICTION SCOLAIRE au besoin d'un liseré rouge ou maculo-papules
(selon état clinique) situées au niveau des mains et des pieds
• Lésions maculo-papuleuses au niveau des
fesses et sur le haut des cuisses
• Bon état général • Parfois éléments papulo-vésiculeux au
• Pas ou peu de fièvre niveau du tronc et des membres
• Dysphagie, anorexie • Chez la fille, présence possible de lésions
vésiculeuses au niveau des régions
Conjonctives normales inguinales et vulvo-périnéale
• Lésions aphteuses au niveau des
muqueuses buccales et sur les lèvres
S IGNE PARTICULIER. Distribution des • Pas d'atteinte des muqueuses
lésions conjonctivales

TRAITEMENT symptomatique
NE PAS CONFONDRE AVEC :
varicelle, stomatite herpétique, herpès
PRÉVENTION.
Informer et rassurer
Conseils d'hygiène
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 9
PITYRIASIS ROSÉ
ÉVOLUTION. Guérison spontanée en
Cause inconnue
1 à 4 mois; récidive exceptionnelle

INCUBATION: indéterminée COMPLICATIONS: maladie bénigne

FACTEUR FAVORISANT :
Toutes saisons adolescence

RISQUE EMBRYO-FŒTAL négligeable


Surtout adolescence
ÉRUPTION MACULO-PAPULEUSE
CONTAGIOSITÉ: possible • Éruption maculo-papuleuse squameuse, à
prédominance tronculaire.
• D'abord tache isolée en forme de
ÉVICTION SCOLAIRE: non indiquée médaillon, de couleur rosée et de rebord
plus sombre, recouverte de minuscules
squames.
•  Bon état général • Puis apparition de multiples éléments
•  Pas de fièvre lenticulés rosés ou rouges (sur peau
•  Parfois prurit cutané claire) ou grisâtres (sur peau brune), de
grand axe aligné sur les plis cutanés.
Conjonctives normales • Sur les versants thoraciques, disposition
symétrique des lésions en « branches de
sapin » .
• En règle, pas d’atteinte muqueuse.
S IGNE PARTICULIER. Lésion en médaillon
TRAITEMENT symptomatique; au besoin
NE PAS CONFONDRE AVEC : tinea corticoïde topique ou séance de rayons
corporis, psoriasis en gouttes, exanthème viral, ultra-violets (si prurit très incommodant)
pityriasis versicolor, éruption médicamenteuse
PRÉVENTION.
Soins d'hygiène habituels
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 10
PURPURA DE HENOCH-SCHÖNLEIN
Cause inconnue ÉVOLUTION. Guérison spontanée
habituelle en 1 à 2 mois; évolution
prolongée ou récidive possible
INCUBATION: indéterminée
COMPLICATIONS: syndrome
néphritique-néphrotique, hémorragies
Toutes saisons digestives, invagination
FACTEURS FAVORISANTS : divers
Âges préscolaire et scolaire agents infectieux (streptocoque A),
médicamenteux et autres
CONTAGIOSITÉ: nulle ÉRUPTION PURPURIQUE
• Taches ecchymotiques et pétéchiales,
ÉVICTION SCOLAIRE: selon maculaires ou papuleuses, rarement
condition clinique nécrotiques et croûteuses.
• Lésions situées au niveau des membres
inférieurs, des fesses et des membres
•  État général plutôt bon supérieurs; absentes ou en petit nombre
•  Pas de fièvre sur le tronc et sur le visage.
•  Douleurs abdominales • Purpura qui tend à s'accentuer en position
•  Arthralgies debout prolongée et à s'atténuer au repos
•  Hématurie en position couchée.
Conjonctives normales • Pas de lésions muqueuses.

TRAITEMENT symptomatique
S IGNE PARTICULIER. Purpura des membres
SURVEILLANCE. En l'absence de
complications, examen médical et analyse
NE PAS CONFONDR AVEC : purpura des urines à intervalles de 3 à 5 semaines
thrombopénique idiopathique, maltraitance, pendant 3 à 4 mois
méningococcémie PRÉVENTION. Soins d'hygiène habituels
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 11
PURPURA FACTICE

ÉVOLUTION. disparition des marques


Friction, succion (lèvres), révulsion purpuriques en quelques jours; récidives
(ventouses, verres), pression (garrot, fréquentes en l’absence de diagnostic
appui sur objet dur contondant) formel

FACTEURS PRÉDISPOSANTS :
adolescence, médecines traditionnelles
Tous âges (Cao-Gio1)
Adolescence (succion des lèvres)

ÉRUPTION PURPURIQUE
• Bon état général
• Formule sanguine, numération
• Pétéchies et/ou ecchymoses d’apparition
plaquettaire et bilan de
soudaine; lésions bien délimitées et de
coagulation normaux
• « Belle indifférence » distribution souvent symétrique.
(adolescents) • Sites de prédilection: pourtour de la
bouche, membres supérieurs, thorax.
• Aspect, disposition ou regroupement
Conjonctives normales
bizarre des éléments purpuriques: lignes
parallèles sur l’épaule, le bras et l’avant-
bras (suçons), bouquet pétéchial au
pourtour de la bouche (verre),
arborescence ecchymotique sur le thorax
S IGNE PARTICULIER. Distribution des (frictions), pétéchies en îlots dans le dos
éléments purpuriques (ventouses).
• Absence de lésions muqueuses.
NE PAS CONFONDRE AVEC :
purpura thrombopénique, 1 « Cao-Gio », pratique de soins traditionnels des pays du sud-est asiatique: applications
hémopathie, maltraitance d’huile tiédie sur le thorax, le cou ou le front, et frictions par pressions appuyées et
répétées avec la tranche d’une pièce de monnaie, d’une cuillère ou d’un peigne.
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 12
PURPURA MÉNINGOCOCCÉMIQUE
Neisseria meningitidis
ÉVOLUTION. bon pronostic si
INCUBATION: 1 à 10 jours traitement précoce et absence de
purpura fulminans
Toutes saisons
COMPLICATIONS: méningite, coagulation
Tous âges mais surtout avant 5 ans intravasculaire disséminée, nécroses
cutanées, gangrène des extrémités
CONTAGIOSITÉ: jusqu'à la fin du 1er
jour d'antibiothérapie FACTEURS DE RISQUE : promiscuité
(famille, garderie, école, pensionnat);
ÉVICTION SCOLAIRE jusqu'au déficits immunitaires
rétablissement de l'enfant
RISQUE EMBRYO-FŒTAL négligeable
en l'absence d'infection maternelle
Tableau septicémique: fièvre élevée ,
céphalée, douleurs abdominales, ÉRUPTION PURPURIQUE
vomissements, toxicité, adynamie,
prostration, irritabilité, frissons, • Éruption purpurique généralisée
arthralgies, myalgies. • Après apparition des premiers éléments
purpuriques, pétéchies ou ecchymoses,
Purpura fulminans: purpura extensif,
généralisation très rapide du purpura:
pâleur, cyanose, extrémités froides,
élargissement et multiplication des taches
collapsus, choc, coma, décès
purpuriques puis apparition de lésions
Hémorragies conjonctivales possibles bulleuses et de placards nécrotiques
• Hémorragies muqueuses
S IGNE PARTICULIER. Purpura fébrile (tout
purpura fébrile est a priori méningococcémique) TRAITEMENT. Antibiothérapie iv et
hospitalisation dans une unité hospitalière
NE PAS CONFONDRE AVEC : purpura de réanimation pédiatrique intensive
thrombopénique idiopathique, purpura de Henoch-
Schönlein, syndrome hémolytique urémique, PRÉVENTION.
maltraitance, purpura en cocarde Chimioprophylaxie pour l'entourage familial
et scolaire immédiat et les contacts étroits
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 13
PURPURA THROMBOPÉNIQUE IDIOPATHIQUE
Cause inconnue; rôle mal défini du terrain ÉVOLUTION. Le plus souvent guérison
génétique et des infections virales spontanée en quelques semaines.
Rechutes possibles.
Toutes saisons mais surtout
hiver et printemps COMPLICATIONS: hémorragies
digestives, rénales, génitales,
Plus souvent avant 5 ans intracrâniennes.

ÉVICTION SCOLAIRE jusqu‘à la FACTEURS DE RISQUE : souvent


stabilisation de l’état de l'enfant histoire récente d’épisode fébrile non
spécifique ou d’infection des voies
respiratoires supérieures
•  État général plutôt bon
•  Absence de fièvre PURPURA PÉTÉCHIAL ET ECCHYMOTIQUE
•  Pas d’hépatosplénomégalie
• Taches cutanées de couleur rouge violacé ne
•  Pas d’adénopathie s’effaçant pas à la pression, en nombre
•  Pas d’ictère variable, de différents âges, situées en
n’importe quel point du corps mais
•  Pas d’anémie en l’absence de privilégiant les zones plus exposées
complications (hanches, genoux, face antérieure des
Parfois hémorragies conjonctivales jambes, coudes)
• Hémorragies muqueuses (bouche et lèvres)
S IGNE PARTICULIER.
Hypoplaquettose isolée TRAITEMENT. Dépendant du risque
hémorragique (plaquettes < ou > 30 x109/L),
NE PAS CONFONDRE AVEC : purpura de de la condition clinique de l’enfant et de la
Henoch-Schönlein, maltraitance, purpura factice, durée de l’évolution, simple surveillance,
hémopathie maligne corticothérapie ou immunoglubulines.

Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 14


RASH À L’AMOXICILLINE
Ampicilline, amoxicilline, autres
ÉVOLUTION. disparition après quelques
pénicillines
jours, parfois après 1 à 2 semaines, qu’il y
ait ou non arrêt du traitement
Toutes saisons
COMPLICATIONS: maladie bénigne
Tous âges
FACTEURS PRÉDISPOSANTS :
infections virales (tout particulièrement
ÉVICTION SCOLAIRE indiquée
ou non selon contexte clinique mononucléose)

ÉRUPTION MACULO-PAPULEUSE
Généralement
• Éruption non prurigineuse, généralisée à
prédominance tronculaire, apparaissant le
•  État général non altéré
plus souvent dans la première semaine du
•  Pas ou peu de fièvre
traitement; parfois apparition plus de 2
semaines après le début du traitement.
Conjonctives normales • Taches rouge foncé plus ou moins
confluentes, fixes.
• Absence de réaction muqueuse.

S IGNE PARTICULIER. En règle, pas


de prurit
TRAITEMENT symptomatique
NE PAS CONFONDRE AVEC : allergie
aux pénicillines, éruption virale (rougeole), PRÉVENTION. Le rash à l’amoxicilline
maladie de Kawasaki n’est pas une contre-indication à l’emploi
des pénicillines

Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 15


ROSÉOLE
Virus herpétique humain type 6B ÉVOLUTION. Guérison habituelle
complète en moins d'une semaine

INCUBATION: 5 à 15 jours COMPLICATION: convulsion fébrile,


hypertension intracrânienne bénigne,
méningo-encéphalite
Toutes saisons
FACTEURS DE RISQUE:
transplantation, déficit immunitaire
Surtout entre 6 et 24 mois
RISQUE EMBRYO-FŒTAL négligeable

CONTAGIOSITÉ: pendant la phase


fébrile ÉRUPTION MACULO-PAPULEUSE

• Maculo-papules rosées se localisant


ÉVICTION SCOLAIRE: surveillance à préférentiellement au niveau du tronc
domicile de l'enfant fébrile (surtout abdomen et région lombaire) et du
visage (front).
•  État général plutôt bon • Éruption apparaissant dans les 24 à 48
•  Forte fièvre heures qui suivent le retour de la
•  Irritabilité température à la normale et disparaissant en
•  Tympans congestifs moins de 3 jours, sans desquamation, ni
pigmentation.
Conjonctives normales • Parfois présence de petites lésions maculo-
papuleuses au niveau du palais mou (taches
de Nagayama).
S IGNE PARTICULIER. Fièvre de 3 jours
puis éruption
TRAITEMENT symptomatique
NE PAS CONFONDRE AVEC : autre
exanthème virale (entérovirus, rubéole,
rougeole), rash allergique PRÉVENTION. Soins d'hygiène
habituels
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 16
ROUGEOLE
Virus de la rougeole
ÉVOLUTION. Guérison en une
dizaine de jours
INCUBATION: 8 à 10 jours
COMPLICATIONS: otite, convulsion,
Hiver et printemps diarrhée, pneumonie, laryngo-trachéo-
bronchite, encéphalite, panencéphalite
sclérosante subaiguë
Nourrissons et adolescents
FACTEURS DE RISQUE : premiers
12 mois de vie, déficits immunitaires,
CONTAGIOSITÉ: durant les 5 jours
malnutrition, grossesse
précédant et suivant le début de l’éruption
RISQUE EMBRYO-FŒTAL. Faible
ÉVICTION SCOLAIRE d’au moins risque de maladie congénitale
4 jours après le début de l’éruption
ÉRUPTION MACULO-PAPULEUSE
• Malaise général, abattement, • Rash généralisé non prurigineux débutant
irritabilité au niveau de la tête puis envahissant le
• Fièvre élevée tronc et les membres.
• Rhinorrhée, toux • Éléments maculo-papuleux rouges espacés
de peau saine .
• Érythème des muqueuses bucco-
Yeux rouges
pharyngées; dépôts blanchâtres à la face
interne des joues (taches de Koplik).

S IGNE PARTICULIER. Taches de Koplik


TRAITEMENT symptomatique; vitamine A
si facteur de risque
NE PAS CONFONDRE AVEC : maladie de
Kawasaki, scarlatine, autre éruption virale, toxidermie, PRÉVENTION.
allergie Contacts réceptifs : gammaglobulines IM
Entourage: vaccination des sujets réceptifs
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 17
RUBÉOLE
Virus de la rubéole ÉVOLUTION. Guérison rapide de la
forme acquise
INCUBATION: 14 à 21 jours
COMPLICATIONS inhabituelles:
encéphalite, purpura, anémie
Hiver, printemps
hémolytique, myocardite, péricardite

Surtout nourrissons et adolescents FACTEURS DE RISQUE :


grossesse
CONTAGIOSITÉ: les 7 jours avant et RISQUE EMBRYO-FŒTAL.
après le début de l'éruption Risque d'embryopathie-
(Pendant plusieurs mois pour la rubéole foetopathie tératogène
congénitale)

ÉVICTION SCOLAIRE 1 semaine


ÉRUPTION MACULO-PAPULEUSE
(période contagieuse)
• Éruption non prurigineuse du visage puis
• Bon état général du tronc et des membres
• Pas ou peu de fièvre
• Macules rouges ou rosées, espacées de
• Adénopathies sous-occipitales et peau saine, plus vives et plus denses sur
rétro-auriculaires les joues, plus clairsemées sur le tronc et
• Arthralgies distales les membres
(adolescents, adultes) • Pas d’atteinte des muqueuses

Conjonctives normales
TRAITEMENTsymptomatique

S IGNE PARTICULIER. Risque tératogène


PRÉVENTION.
Contacts normaux : surveillance
NE PAS CONFONDRE AVEC :
Femmes enceintes : vérification du
autre exanthème viral, scarlatine, allergie
statut sérologique, gammaglobulines IM
(?)
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 18
SCARLATINE
Streptocoque β-hémolytique du groupe A ÉVOLUTION. Guérison rapide sous
antibiothérapie
INCUBATION: 2 à 5 jours
COMPLICATIONS: abcès péri-
amygdalien, rhumatisme articulaire aigu,
Toutes saisons
glomérulonéphrite aiguë
Surtout âge scolaire FACTEURS DE RISQUE : antécédents
de rhumatisme articulaire aigu, de
CONTAGIOSITÉ: maximale au stade aigu; glomérulonéphrite aiguë
pendant plusieurs jours ou semaines en
RISQUE EMBRYO-FŒTAL négligeable
l’absence de traitement

ÉVICTION SCOLAIRE jusqu'au ÉRUPTION ÉRYTHÉMATEUSE


rétablissement de l'enfant; plus de
risque contagieux après 24 heures • Éruption généralisée prédominant au
d'antibiothérapie niveau de la face antérieure du tronc.
• Pâleur du pourtour de la bouche et du nez
• État général ± bon si érythème du visage.
• Fièvre • Peau rouge et rêche; éruption plus foncée
• Mal de gorge, dysphagie au niveau des plis de flexion (signe de
• Douleurs abdominales Pastia).
• Nausées, vomissements • Amygdales rouges et exsudatives,
• Adénopathies cervicales pétéchies au niveau du palais, langue
saburrale puis rouge framboise.
Conjonctives normales

S IGNE PARTICULIER. Signe de Pastia, TRAITEMENT antibiothérapie orale


langue framboisée
PRÉVENTION.
NE PAS CONFONDRE avec : dermite de Contacts normaux : surveiller
contact, maladie de Kawasaki, allergie, rougeole Contacts à risque: culture de gorge
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 19
URTICAIRE
Virus, aliments, médicaments, etc.
FACTEURS DE RISQUE : antécédents
d'urticaire grave , asthme
Toutes saisons

Tous âges ÉRUPTION MACULO-PAPULEUSE


- Urticaire commune: papules rosées
ÉVICTION SCOLAIRE indiquée reposant sur des placards érythémateux; à
ou non selon état clinique la pression, effacement de l'érythème et
blanchiment ou teinte jaunâtre de
• État général plutôt bon l'élément papuleux; variation parfois
• Fièvre présente ou non rapide du nombre, du siège et de l'aspect
• Prurit des lésions; dermographisme entre deux
• Gonflement des paupières, lèvres, poussées évolutives.
oreilles, organes génitaux externes, - Urticaire géante ou annulaire: anneaux
mains et pieds rouges entourant une zone claire, rouge ou
• Arthralgies, arthrite bleuâtre; anneaux fixes de différentes
tailles, de disposition souvent symétrique,
Conjonctives normales ou isolées et clairsemés ou regroupées.
œdème conjonctival gélatineux - Parfois œdème des muqueuses
respiratoires (toux, stridor, dyspnée),
S IGNE PARTICULIER. Évolution à éclipses, digestives (douleurs abdominales,
dermographisme vomissements, diarrhée, rectorragies) et
conjonctivales (gonflement gélatineux des
NE PAS CONFONDRE AVEC : rash à conjonctives bulbaires); habituellement
l’amoxicilline, syndrome néphrotique conjonctives d'aspect normal.

ÉVOLUTION. disparition en quelques jours, TRAITEMENT symptomatique


parfois en quelques semaines ou quelques
mois; récidives possibles PRÉVENTION. Éviter, si possible le facteur
provoquant.
PRINCIPALES COMPLICATIONS: œdème
Après urticaire grave, adrénaline
laryngé, bronchospasme, choc anaphylactique
injectable à portée de main en tout temps
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 20
SYNDROME DE STEVENS-JOHNSON
Médicaments (sulfamides, pénicillines,
ÉVOLUTION. Guérison habituelle en
etc.), agents infectieux (mycoplasma
1 à 2 semaines
pneumoniae, entérovirus, etc.).
Souvent cause non identifiée COMPLICATIONS: kératite, uvéite,
pyodermie, pneumonie, septicémie,
Toutes saisons déshydratation, néphrite

Tous âges ÉRYTHÈME VÉSICULO-BULLEUX

• Éruption maculo-papuleuse ou
ÉVICTION SCOLAIRE jusqu’au érythémateuse avec éléments vésiculo-
rétablissement de l’enfant
bulleux, exfoliation cutanée (signe de
Nikolsky), placards rouge vif, suintants et
croûteux.
• État général ± altéré
• Oedème palpébral, hyperhémie et
• Fièvre, malaise général, myalgies
hémorragies conjonctivales, ulcérations
• Dysphagie, larmoiement, toux,
cornéennes.
douleurs abdominales, diarrhée,
• Hyperhémie, œdème, ulcérations
dysurie douloureuses des lèvres, de la bouche et
des narines; lésions bulleuses et dépôts
Yeux rouges et larmoyants membraneux à la face interne des joues.
• Vulvite ou balanite, uréthrite et anite
érythémateuses ou vésiculo-érosives
S IGNE PARTICULIER. Atteinte muqueuse
pluri-orificielle TRAITEMENT
  Forme bénigne: traitement symptomatique
  Altération de l’état général, lésions
NE PAS CONFONDRE AVEC : choc cutanées étendues, atteinte muqueuse
toxique, maladie de Kawasaki, érythrodermie importante: prise en charge
bulleuse staphylococcique multidisciplinaire (pédiatre, infectiologue,
ophtalmologue, dermatologue)
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 21
VARICELLE
Virus varicelle-zona ÉVOLUTION. Guérison habituelle
en ± 1 semaine
INCUBATION: ± 15 jours. Après COMPLICATIONS: impétigo, cellulite,
immunoglobulines: jusqu’à 20 jours fasciite, pneumonie, hépatite ataxie,
encéphalite, syndrome de Reye
Toutes saisons
FACTEURS DE RISQUE : période
néonatale, prématurité, âge adulte,
Surtout âge scolaire
déficits immunitaires, aspirine

CONTAGIOSITÉ: 5 jours avant RISQUE EMBRYO-FŒTAL.


l'éruption et jusqu'à l'assèchement Faible risque d'embryopathie
des lésions
ÉRUPTION VÉSICULEUSE
• Rash photosensible généralisé à
ÉVICTION SCOLAIRE indiquée ou non
prédominance tronculaire .
selon contexte clinique
• Lésions maculo-papuleuses puis
vésiculeuses et croûteuses.
•  État général plutôt bon • Éléments d'âge et d'aspect différents
•  Fièvre modérée dans un même territoire
•  Prurit cutané • Cicatrices hypopigmentées ou
hyperpigmentées
Conjonctives normales • Vésicules ou lésions érosives sur les
muqueuses buccale et génitale

S IGNE PARTICULIER. Vésicules et prurit TRAITEMENT symptomatique;


acyclovir si facteur de risque

NE PAS CONFONDRE AVEC : piqûres PRÉVENTION.


d’insecte, maladie de Gianotti-Crosti, molluscum Contacts normaux : surveillance
contagiosum, herpès cutané, folliculite, maladie Contacts à risque: immunoglobulines
mains-pieds-bouche de varicelle-zona (VariZIG)
Jean-Bernard Girodias / CHU Sainte-Justine , Montréal / 2010 22