Vous êtes sur la page 1sur 16

Manipulation : Mesure de la chaleur massique de l’huile de table et du lait par calorimétrie.

But :
Cette première partie des travaux pratiques est consacrée à la mesure de la chaleur massique de
l’huile de table et du lait afin de comparer ce qu’on a obtenu comme valeurs avec les valeurs
théoriques.
Mode opératoire :
Mesure de la capacité calorifique du vase interne du calorimètre :
Nous avons commencé par une pesée du vase intérieur pour déterminer sa masse appelée m0,
après on a pris une masse d’eau froide M1 entre 150g et 160g et la mettre à l’intérieur du
calorimètre, une agitation par la suite et nous avons noté sa température initiale T1

Une autre masse d’eau, situé aussi entre 150g et 160g, a été chauffé dans un récipient métallique à
l’aide d’un four à micro-ondes, puis l’agiter en notant sa température initiale T2

Nous avons versé par la suite la masse d’eau chaude dans le calorimètre contenant préalablement
la masse d’eau froide précédente, le mélange est agité et la température d’équilibre Tm est notée.

On site que la paroi du calorimètre est adiabatique, c'est-à-dire que ce calorimètre garde la
chaleur, chose qui nous a permis d’écrire le bilan d’échange suivant :

M1.Ce.(Tm-T1)+M2.Ce.(Tm-T2)+ m0.Ce.(Tm-T1) = 0

Cette expression nous a permis de déterminer l’expression de C0, qui est la


capacité calorifique du vase intérieur du calorimètre

Avec C0 = m0.Ce
−𝑀1. 𝐶𝑒. (𝑇𝑚 − 𝑇1) − 𝑀2. 𝐶𝑒. (𝑇𝑚 − 𝑇2)
𝐶0 =
(𝑇𝑚 − 𝑇1)

𝑀2. 𝐶𝑒. (𝑇𝑚 − 𝑇2)


𝐶0 = −𝑀1. 𝐶𝑒. (𝑇𝑚 − 𝑇1) −
(𝑇𝑚 − 𝑇1)

La masse totale dans le calorimètre et on a déduit la masse d’eau chaude versée M2


- Mesure de la chaleur massique du lait et de l’huile de table :
Cette étape consiste à placer le fluide considéré (lait et huile) à une masse comprise entre 300g et
310g dans calorimètre, agiter puis fermer. Ensuite, le générateur de courant est mis en marche et
les paramètres (température, tension et courant) sont mesurés pendant 10 minutes.
Si on suppose qu’il n’y a pas de perte par la paroi, et la puissance dissipée dans le liquide et le
vase est UI, on peut écrire le bilan énergétique comme suit :

On pend une masse M1 d’une masse comprise entre 300g et 310 du fluide considéré, que ça soit
le lait ou l’huile, et on la place dans le calorimètre, agiter doucement pour réaliser un mélange
homogène.
Le générateur est allumé et on note la température, la tension et le courant pendant chaque minute
pour une durée de 10 minutes.

Résultats et interprétations :
Les mesures pour le lait et l’huile sont les suivantes :
T(min) 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
T(°C) 21.9 21.9 22 22.2 22.3 22.3 22.4 22.5 22.7 22.8 23
Huile

I(A) 1.16 1.16 1.16 1.16 1.16 1.16 1.16 1.16 1.16 1.16 1.16
U(V) 1.6 1.5 1.5 1.5 1.5 1.5 1.5 1.5 1.5 1.5 1.5
T(°C) 21.9 22.1 22.2 22.4 22.5 22.6 22.9 23 23.1 23.1 23.2
Lait

I(A) 1.16 1.16 1.16 1.16 1.16 1.16 1.16 1.16 1.16 1.16 1.16
U(V) 1.6 1.6 1.6 1.6 1.5 1.5 1.6 1.6 1.5 1.5 1.5

- Traçage des courbes expérimentales des températures en fonction du temps en nuage de


points :
Pour l’huile :

T en fonction de t en minutes pour l'huile


23.2
23
y = 0.1082x + 21.823
Température en °C

22.8
22.6
22.4
22.2
22
21.8
21.6
0 2 4 6 8 10 12
Temps en min

Pour le lait :
T en fonction de t en minutes pour le lait
23.4
23.2 y = 0.1345x + 21.964
Température en °C

23
22.8
22.6
22.4
22.2
22
21.8
0 2 4 6 8 10 12
Temps en min

- On détermine la pente a :
- La supposition : on n’a pas de perte par la paroi, on écrit le bilan énergétique :
On pose :
𝑚𝐶(𝑇𝑚 − 𝑇0) + 𝐶0(𝑇𝑚 − 𝑇0) = 𝑑𝑄

Et on sait que : 𝑑𝑄 = 𝑃. 𝑑𝑡
Avec 𝑃 = 𝑈. 𝐼 et (𝑇𝑚 − 𝑇0) = 𝑑𝑇
Le bilan énergétique deviendra après le remplacement :
𝑚𝐶(𝑇𝑚 − 𝑇0) + 𝐶0(𝑇𝑚 − 𝑇0) = 𝑃. 𝑑𝑡

𝑚𝐶(𝑑𝑇) + 𝐶0 (𝑑𝑇) = 𝑃. 𝑑𝑡

𝑑𝑇(𝑚𝐶 + 𝐶0) = 𝑈. 𝐼. 𝑑𝑡
𝑑𝑇
Et on obtient : (𝑚𝐶 + 𝐶0) = 𝑈. 𝐼
𝑑𝑡

𝑈𝐼
Et : 𝑇(𝑡) = (𝑚𝐶+𝐶0)
𝑡 + 𝑇0

𝑈𝐼
𝐴=
(𝑚𝐶 + 𝐶0)

Les valeurs de la pente pour l’huile et le lait sont présentés dans le tableau suivant :

L’aliment A T0
Huile 0.1082 21.823
Lait 0.1345 21.964

On déduit la valeur C des deux aliments :


𝑈𝐼
𝐴=
(𝑚𝐶 + 𝐶0)

𝑎(𝑚𝐶 + 𝐶0) = 𝑈𝐼

𝑎𝑚𝐶 + 𝑎𝐶0 = 𝑈𝐼

Avant de déterminer les C des liquides, on calcule la capacité calorifique du vase intérieur du
calorimètre :

Avec M1 = 155.47g et M2 = 156.90


T1 = 19.8°C, T2=103°C et Tm = 53.9°C

𝑀2. 𝐶𝑒. (𝑇𝑚 − 𝑇2)


𝐶0 = −𝑀1. 𝐶𝑒 −
(𝑇𝑚 − 𝑇1)

C0 = 294.47 J/Kg/°C
On calcule C pour les deux aliments :

L’aliment C (J/kg/K)
Huile 901.11
Lait 930.657

D’après la formule de la pente, on obtient :

𝑈𝐼 − 𝑎𝐶0
𝐶=
𝑎. 𝑚

Avec : U = 1.5V et I = 1.16A pour les deux cas.


Avec les masses :
Masse de lait : m1 = 302.51g
Masse de l’huile : m2 = 308.94g

- On calcule l’incertitude C0 :

D’après ce qu’on a démontré ci-dessus :

𝑀2. 𝐶𝑒. (𝑇𝑚 − 𝑇2)


𝐶0 = −𝑀1. 𝐶𝑒. (𝑇𝑚 − 𝑇1) −
(𝑇𝑚 − 𝑇1)

Le calcul de l’incertitude peut se faire soit avec la méthode des dérivées partielles ou la méthode
algébrique, cette dernière est celle qu’on a utilisé, elle nous a permis de trouver :

𝑇𝑚 − 𝑇2 𝑇𝑚 − 𝑇2
∆𝐶0 = 𝐶𝑒 . ∆𝑀1 + 𝐶𝑒[∆𝑀2. ( ) + 𝑀2. ∆ ( )]
𝑇𝑚 − 𝑇1 𝑇𝑚 − 𝑇2
𝑇𝑚 − 𝑇2
∆𝐶0 = 𝐶𝑒 . ∆𝑀1 + 𝐶𝑒[∆𝑀2. ( )
𝑇𝑚 − 𝑇1
(∆𝑇𝑚 + ∆𝑇2). (𝑇𝑚 − 𝑇1) + (𝑇𝑚 − 𝑇2). (∆𝑇𝑚 + ∆𝑇1)
+ 𝑀2. ( )]
(𝑇𝑚 − 𝑇2)2
Un aperçu sur la méthode algébrique utilisée pour le calcul de l’incertitudes et ses règles :

Sachant que : ∆𝑇 = 0.1°C = 273K et ∆𝑀 = 0.01𝑔 et les autres valeurs présentes dans la relation
ont été mentionnées déjà.

∆𝐶 = 1.7105 𝐽/°𝐶

Donc 𝐶0 = 294.47 ± 1.7105

- Calcul de l’écart relatif :


- L’écart relatif est calculé à l’aide de la formule suivante :

|𝐶𝑚𝑒𝑠 − 𝐶𝑟é𝑓|
𝜎= 𝑥100
𝐶𝑟é𝑓

Exemple de calcul pour l’écart relatif de l’huile : Cmes = 901.11 et Créf = 2000

|901.11 − 2000|
𝜎= 𝑥100 = 54.9445
2000
- Le table ci-dessous récapitule les différentes grandeurs calculées, y compris l’écart relatif :

𝐶0 ± ∆𝐶0
294.47 +/- 1.7105 J/kg/°C
Nature de 𝑚 ± ∆𝑚 𝑇0 ± ∆𝑇0 A Créf Cmes Ecart
corps relatif
Lait 302.51 21.9 0.1345 3800 930.657 75.50
× 10−3 ± 0.1
± 0.01
× 10−3
Huile 308.94 21.9 0.1082 2000 901.11 54.9445
× 10−3 ± 0.1
± 0.01
× 10−3

- Conclusion :
A partir de la table ci-dessus, résumant les différentes grandeurs obtenus, on constate que
les chaleurs massiques mesurées sont loin de celles des références, la différence présente
peut être due aux erreurs de manipulations ou de calcul ou problème dans l’appareillage
ou le matériel.

….
Manipulation : Mesure de la pression de vapeur et la chaleur latente de vaporisation de l’eau.

But :
Cette deuxième partie des travaux pratiques va nous permettre d’un part d’étudier la relation entre
la pression de vapeur et la température, d’autre part de déterminer la valeur moyenne de la chaleur
latente de vaporisation de l’eau.
Mode opératoire :
Le ballon est lié à un manomètre pour avoir les mesures de la pression absolue qui règne le ballon,
ce ballon est lié, par une seconde ouverture à un thermocouple pour la mesure de la température ,
l’ouverture centrale est liée à la pompe à vide par un robinet en verre.
-Après la mise à une température ambiante du ballon et du bain, on a mis en marche la
pompe à vide, puis ouvrir le robinet pour éliminer l’air présent au-dessus de l’eau dans le
ballon.
- Pour ne pas avoir un passage de la vapeur d’eau dans la pompe, on a placé un piège de
glace entre la pompe et le ballon en arrêtant tout d’abord le robinet puis arrêter la pompe
- Le ballon est complètement étanche, et on note la température et la pression initiales ;
- Allumer le chauffage de la plaque et l’agitateur ; la température d’arrêt de chauffage ne
doit pas dépasser 80 °C, pour éviter des éclatements des bouchons à cause de l’élevation
de la pression de la vapeur d’eau.
- Noter la température par un pas de variation de pression de 20 mbar.
Résultats et interprétations :
Le tableau ci-dessous présente les valeurs de la température obtenue et leurs pressions
correspondantes :
La pression en mbar Température en °C Température en
Kelvin
P1 40 27.1 302,25
P2 60 34.1 309,25
P3 80 40 315,15
P4 100 44.1 319,25
P5 120 48.2 323,35
P6 140 51.5 326,65
P7 160 53.8 328,95
P8 180 56.6 331,75
P9 200 58.9 334,05
P10 220 60.9 336,05
P11 240 62.6 337,75
P12 260 64.8 339,95
P13 280 66.5 341,65
P14 300 68.2 343,35
P15 320 70.5 345,65
P16 340 72.1 347,25
P17 360 73.6 348,75
P18 400 76.3 351,45
P19 420 77.4 352,55
P20 440 78.5 353,65
P21 460 79.1 354,25
P22 480 80 355,15

- On trace la courbe de la pression en fonction de la température :


Pression en fonction de la température
600

500 y = 13.244e0.0453x
Pression en mbar

400

300

200

100

0
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90
Température en °C

On note que l’évolution de la pression en fonction de la température se fait d’une fonction


exponentielle, avec une faible évolution au début.
𝑃 1
On trace la courbe de ln 𝑃0 = 𝑓(𝑇)

La pression en mbar Température Température 1/T P/P0 Ln(P/P0)


en °C en Kelvin
P1 40 27.1 300,25 0,00333056 0,04 -3,21887582
P2 60 34.1 307,25 0,00325468 0,06 -2,81341072
P3 80 40 313,15 0,00319336 0,08 -2,52572864
P4 100 44.1 317,25 0,00315209 0,10 -2,30258509
P5 120 48.2 321,35 0,00311187 0,12 -2,12026354
P6 140 51.5 324,65 0,00308024 0,14 -1,96611286
P7 160 53.8 326,95 0,00305857 0,16 -1,83258146
P8 180 56.6 329,75 0,0030326 0,18 -1,71479843
P9 200 58.9 332,05 0,00301159 0,20 -1,60943791
P10 220 60.9 334,05 0,00299356 0,22 -1,51412773
P11 240 62.6 335,75 0,00297841 0,24 -1,42711636
P12 260 64.8 337,95 0,00295902 0,26 -1,34707365
P13 280 66.5 339,65 0,00294421 0,28 -1,27296568
P14 300 68.2 341,35 0,00292954 0,30 -1,2039728
P15 320 70.5 343,65 0,00290994 0,32 -1,13943428
P16 340 72.1 345,25 0,00289645 0,34 -1,07880966
P17 360 73.6 346,75 0,00288392 0,36 -1,02165125
P18 400 76.3 349,45 0,00286164 0,40 -0,91629073
P19 420 77.4 350,55 0,00285266 0,42 -0,86750057
P20 440 78.5 351,65 0,00284374 0,44 -0,82098055
P21 460 79.1 352,25 0,00283889 0,46 -0,77652879
P22 480 80 353,15 0,00283166 0,48 -0,73396918
1/T
0
0.0028 0.0029 0.003 0.0031 0.0032 0.0033 0.0034
-0.5

-1

-1.5
Ln P/P0

-2

-2.5

-3
y = -4899.3x + 13.131
-3.5

Le graphe est sous forme linéaire et décroissante avec une équation de droite égales à :

y = -4899,3x + 13,131

On déduit la valeur moyenne de chaleur latente de vaporisation dans l’intervalle de


température de cette expérience :
La formule de Clausius – Clapeyron :

𝑃 𝐿𝑣 1
𝐿𝑛 = −
𝑃0 𝑅 𝑇

𝐿𝑣
La pente présentée dans cette relation est égale à − 𝑅

Et la pente obtenue par l’équation de droite est égale = -4899.3

𝐿𝑣
− = −4899.3
𝑅

𝐿𝑣 = −𝑅 × ( −4899.3)

Avec R = 8.314 J/mol/k

La valeur moyenne de la chaleur latente de vaporisation Lv qui correspond à l’intervalle de


température :

𝐿𝑣 = 40732.7802 𝐽/𝑚𝑜𝑙
Il faut qu’on fasse une conversion en KJ/kg ;

On sait que la masse molaire de H2O est de 18g/mol, c'est-à-dire qu’une mol correspond à 18g

Donc :
40732.7802
𝐿𝑣 = = 2262.932233 𝐽/𝑔
18
𝐿𝑣 = 2262.932233 𝐾𝐽/𝐾𝑔

La valeur théorique de Lv : Lv = 2257KJ/kg

La valeur expérimentale de Lv : Lv = 2262.93 KJ/kg


La valeur obtenue est proche de celle de la théorie, la petite différence peut être due à des petites
erreurs de manipulation ou de mauvais fonctionnement du matériel peut être.
Manipulation 3 : Etude d’un cycle frigorifique avec compresseur
a) But:
Le but de la manipulation est de:
 Voir les différents composants de la machine frigorifique et les définir.
 Suivre l’évolution de ses paramètres à savoir les températures et les pressions à
l’extérieur et à l’intérieur des composants en fonction du temps.
 étudier le Coefficient de Performance (COP).

b) Mode opératoire :
- verser une quantité d’eau dans l’évaporateur et le condenseur après l’avoir pesé.
- Mesurer les température, les pressions et la puissance à t=0.
Pour l’évaporateur on aura :
- P1 : pression relative (bar)
- T1 : température du bain (°C)
- TEin : Température d’entrée à l’évaporateur. (°C)
- TEout : Température de sortie de l’évaporateur. (°C)

Pour le condenseur on aura :


- P2 : pression relative(bar)
- T2 : température du bain (°C)
- TEin : Température d’entrée au condenseur. (°C)
- TEout : Température de sortie du condenseur. (°C)

Puissance consommée par le compresseur


- Mettre le compresseur en marche au même temps que le chronomètre.
- Lire les paramètres chaque minute et pendant 10 min.
c) résultats et interprétations :
Temps t=0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
(min)
Coté P1 3,6 2 2,1 1,8 1,8 1,9 1,6 1,5 1,6 1,8 1,5
évaporateur T1 13,6 11,7 9,9 8,1 7,1 5,6 4,7 2,8 1,7 1,2 0,9
TEin 13,3 3,2 1,7 1,2 -0,6 -0,8 -2,6 -2,7 -2,5 -1,3 -3
TEout 14,1 7,7 11,2 2,4 7,1 0,4 6 3,8 5,6 2,1 3,3
Coté P2 3,5 4,9 5,5 5,3 5,4 6 6 6,3 6,7 6,9 7
condenseur T2 14,1 16 17,1 19,1 20,5 20,9 22,9 23,1 24,2 25,7 26,8
TEin 18,1 17,4 18,4 20,2 21,2 21,6 23 23,9 24,8 25,8 26,6
TEout 20 34,6 39,6 41,4 41,7 43 42,8 43,5 43,7 42,3 45,9
Energie 0 0,126 0,250 0,373 0,690 0,610 0,725 0,842 0,960 1,079 1,976
consommée
J (105)

- Energie totale consommée =1,976 105 J.

variation des températures en fonction du


temps
120
100
T Eout (condenseur)
température en °C

80
T Ein (condenseur)
60
T2 (condenseur)
40
T Eout (évaporateur)
20
T Ein (évaporateur)
0
t=0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 T1 (évaporateur)
-20
temps en minutes

Figure : les variations des différentes températures mesurées en fonction du temps.


P1 en fonction de T1
4
3.5
3
2.5
P1

2
1.5
1
0.5
0
13.6 11.7 9.9 8.1 7.1 5.6 4.7 2.8 1.7 1.2 0.9
T1

Figure : pression en fonction de la température (évaporateur)

P2 en fonction de T2
8
7
6
5
P2

4
3
2
1
0
14.1 16 17.1 19.1 20.5 20.9 22.9 23.1 24.2 25.7 26.8
T2

Figure : pression en fonction de la température (condenseur)


- Déterminer Q1eau (t) et Q2eau (t) :
 Q1eau (t) : coté évaporateur

On a Q1eau (t) = meau× Ceau× (Tf – T0) = 3883,66 10-3×4180×(0,9-13,6) =-206167,97 J.

 Q1eau (t) : coté condenseur.

On a Q1eau (t) = meau× Ceau× (Tf – T0) = 4899,86 10-3×4180×(26,8-14,1) =260113,97 J.


- Déterminer Q1(t) et Q2(t) échangées par le fluide frigorifique.
 Q1(t) : coté évaporateur
Q1= - Q1eau = 206167,97 J
 Q2(t) : coté condenseur
Q= - Q2eau = -260113,97 J
- Déterminer l’Efficacité :
𝑄1 𝟐𝟎𝟔𝟏𝟔𝟕,𝟗𝟕
ε= = = 1,043
𝑤 1,976.105

- Déterminer le 𝑪𝑶𝑷
_𝑸𝟐 −(−𝟐𝟔𝟎𝟏𝟏𝟑,𝟗𝟕)
= = 1,316
𝒘 1,976.105

Interprétations :
A partir du graphe de la variation des température on fonction de du temps on constate que la
température diminue au niveau de l’évaporateur puisque ce dernier prend la chaleur de l’eau
pour évaporer le fluide frigorifique.et elle augmente au niveau du condenseur puisque ce
dernier cède la chaleur à l’eau pour liquéfier le fluide frigorifique
Pour la variation de la pression en fonction de la température , la pression toujours augmente
avec la température sauf que la pression au niveau du condenseur est plus élevée que celle de
l’évaporateur et c’est grâce à la présence d’un détendeur qui comprime le gaz frigorifique.
Pour le premier principe de la thermodynamique :

W+Q1+Q2 = 197600- 260113,97 + 206167,97 = 143654 J

Normalement cette sommation doit être nulle, ce qui peut être expliqué les pertes au niveau de
l’énergie électrique.

Conclusion :

Ces trois manipulation nous ont permet à déterminer les différentes paramètres liés à l’aliment par
calcul tel que la chaleur massique inconnue d’un aliment, déterminer la relation entre des
paramètres tel que la pression et la température, ainsi que découvrir les différents composants d’une
machine frigorifique ainsi que la variation de ses paramètres et vérifier le premier principe de la
thermodynamique. Cette séance était très utile puisque elle nous approchait du domaine de la
thermodynamique et son utilisation très importante dans le domaine de l’agroalimentaire pour le
transfert de chaleur et éviter l’explosion des gaz et étudier l’écoulement des fluides dans les
conduites ….