Vous êtes sur la page 1sur 17
SSaavveezz--vvoouuss ooùù ssee ccaacchhee llee cchhoolleessttéérrooll ?? PP.16-17 Santé
SSaavveezz--vvoouuss
ooùù ssee ccaacchhee
llee cchhoolleessttéérrooll ??
PP.16-17
Santé
llee cchhoolleessttéérrooll ?? PP.16-17 Santé 1 1 2 2 0 0 a a u ut t

112200 aauuttoobbuuss

ssccoollaaiirreess ppoouurr 66 wwiillaayyaass

r e e s s p p o o u u r r 6 6 w

Le ministre de la Solidarité nationale et de la Famille, M. Saïd Barkat, a présidé hier à Mostaganem la cérémonie de distribution de 120 autobus scolaires destinés à six wilayas de l'Ouest et du Sud-Ouest du pays.

Météo

29° à Alger - 43° à Adrar

P. 2

PPrroojjeettss rroouuttiieerrss RRééaalliissaattiioonn 000000 kkmm
PPrroojjeettss rroouuttiieerrss
RRééaalliissaattiioonn
000000
kkmm

ddee 1188

ddee rroouuttee àà llhhoorriizzoonn 22001144

P.7

14 Chaoual 1431 - Jeudi 23 Septembre 2010 - N° 14006 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE

LA REVOLUTION PAR LE PEUPLE ET POUR LE PEUPLE

Coup d’envoi, ce week-end, des championnats des Ligues 1 et 2 en Algérie L’An 1
Coup d’envoi, ce week-end, des championnats
des Ligues 1 et 2 en Algérie
L’An 1 du football
professionnel
PP. 31-32

Seize équipes seront ce week- end sur la ligne de départ du premier championnat professionnel du football algérien de Ligue 1, avec la légitime ambition de décrocher le titre de cette version instaurée

après 47 ans d'amateurisme. Les données de la saison 2010- 2011 seront complètement différentes, dans la mesure où les seize pensionnaires de la L1, dont quinze sont issus de l'ancienne Nationale 1,

auxquels s'ajoute le seul promu de l'ex-Nationale 2, le MC Saïda, se sont préparés en fonction de leurs moyens financiers, à cette nouvelle transition décidée en juin dernier par les pouvoirs publics.

Audiences

LLee PPrrééssiiddeenntt BBoouutteeiikkaa rreeççooiitt MM JJeeaann--PPiieerrrree CChheevvèènneemmeenntt

e r r r r e e C C h h e e v v è

Ph. : Nesrine

LLee PPrrééssiiddeenntt BBoouutteefflliikkaa rreeççooiitt llee rreepprréésseennttaanntt ppeerrssoonnnneell dduu gguuiiddee ddee llaa RRéévvoolluuttiioonn iissllaammiiqquuee iirraanniieennnnee

a a m m i i q q u u e e i i r r

Ph. : Nesrine

P. 11

COMMERCE NNoouuvveellllee ppoouurr llaa rréégglleemmeennttaattiioonn ddééffiinniittiioonn àà ddeess
COMMERCE
NNoouuvveellllee
ppoouurr
llaa rréégglleemmeennttaattiioonn
ddééffiinniittiioonn
àà ddeess
ccoonnddiittiioonnss
dd''ooccttrrooii
dduu
rreeggiissttrree
dduu
ccoommmmeerrccee
P. 9
dduurrééee
ddéétteerrmmiinnééee

BBeeaauu ccoouupp ddee ffiilleett ddee llaa ggeennddaarrmmeerriiee àà llOOuueesstt

220099 vvééhhiiccuulleess ssaaiissiiss eett 2222 ppeerrssoonnnneess aarrrrêêttééeess

P. 21

2

2 EL MOUDJAHID 29° à Alger, 43° à Adrar Larbaa Nath Irathen Journée d’information sur l’emploi

EL MOUDJAHID

29° à Alger, 43° à Adrar Larbaa Nath Irathen Journée d’information sur l’emploi Météo Le
29° à Alger,
43° à Adrar
Larbaa Nath Irathen
Journée d’information sur l’emploi
Météo
Le temps sera généralement ensoleillé se voilant
progressivement en fin de journée du vendredi par l'ouest
avec localement quelques pluies éparses s'étendant aux
régions du centre et est la journée du samedi. Les
températures maximales varieront entre 28°c et 30°c avec
localement des pics de 34°c sur les régions de l'intérieur
ouest ( Relizane, Mascara; Chlef,
).
Les vents seront en
général faibles.
Au sud, le temps sera généralement chaud et ensoleillé
avec localement des formations nuageuses sur les massifs
du Hoggar/Tassili. Les températures maximales varieront
de 35°c à 40°c. Les vents seront en général faibles
Aujourd’hui, le mercure affichera 29° à Alger , à Oran
et Annaba, 28° à Bejaia, 31° à Batna, 30° à Constantine
et à Tlemcen, 33° à Chlef, 32° à Tamanrasset, 42° Tindouf
et à In Salah et 43° à Adrar.
Hadj-Omra
Suite
à
une
campagne
d’information
et
de
Plus de 16 agences
de voyages font l'objet
d'une enquête
sensibilisation
à
travers
les
villages
et
quartiers
des
communes
d’Aït
Aggouacha,
d’Irdjen et du chef-lieu de la
daïra de Larbaa Nath Irathen, le
bureau de la coordination
nationale des associations de
soutien au programme du
Président de la République, M.
Abdelaziz Bouteflika, a organisé
une journée informative sur les
différents dispositifs concernant
l’emploi. Le bureau de la daïra
de Larbaa Nath Irathen sous
l’égide du bureau de la wilaya de
Tizi-Ouzou, avec la collaboration
de la direction de l’emploi de
Tizi-Ouzou, la CNAC, l’ANEM,
l’ANSEJ, l’ANGEM, a établi
avec une population juvénile
importante, un débat fructueux
sur ces dispositifs d’aides à
l’emploi, dans l’enceinte du
centre culturel Ahcène Mezani
qui a également abrité une
exposition consacrée au thème de
l’emploi. Des dépliants et des
prospectus ont été distribués au
public. Les modalités
d’attribution des 100 locaux à
usage professionnel, non encore
achevés, ont été fournies par le
président d’APC et le chef de
daïra. Les discussions avec les
jeunes ont permis de constater
que des retards dans le traitement
des dossiers au niveau de
l’ANSEJ sont constatés. Des
jeunes évoquent un usage sélectif
des dossiers au niveau de
l’ANEM. Le forum a donné lieu
à un engouement palpable pour
ce qui touche à ce genre de
rencontre. Il a été suggéré une
décentralisation par la création
de guichets uniques au niveau
des chefs-lieux de daïra (ANSEJ,
CNAC, ANGEM, ANEM).
La coordinateur national M.
Ahmed Kada a participé aux
travaux de cette journée
d’information et il a mis en
valeur les efforts de l’Etat ainsi
que l’attention vive du Chef de
l’Etat pour la prise en charge des
problèmes et des préoccupations
de la jeunesse.
Histoire
Ce matin à 9 h 30, au siège
du Conseil de la nation
Le directeur général de l'Office national du Hadj et de la
Omra, (ONHO) Cheikh Berbara a indiqué hier, à Alger que
plus de 16 agences de voyage ayant causé des désagréments
Tébessa commémore le 55 e
anniversaire de la bataille d’El Djorf
aux hadji font l'objet d'une enquête effectuée par le consul
général de Djeddah.
M. Berbara a précisé en marge de la journée d'étude algero-
irannienne sur le Hadj organisée à Dar El Imam que ces
agences "parasitaires" et "non agréées" par l'ONHO ont crée
"une véritable catastrophe" sur les Lieux saints causant de
graves désagréments aux hadji.
Séance plénière consacrée
aux questions orales
Il a ajouté que ces agences se sont joués de la crédulité des
Le Conseil de la nation tiendra ce matin
à 9 h 30 une séance plénière consacrée aux
questions orales à des membres du
gouvernement. Les questions se
rapporteront aux secteurs suivants :
citoyens précisant que certains hadji étaient en possession de
billets de voyage ouverts (sans date de retour) et d'autres
n'avaient pas de lieux de résidence.
L'Etat doit prendre des mesures fermes pour mettre fin à
ces comportements, a insisté le ministre.
Il a indiqué par ailleurs que la saison de la Omra 2010 a
Le 55 e anniversaire de la bataille d’El Djorf, l’une des plus importantes
à avoir été menée par les Moudjahidine dans la région de Tébessa lors de la
Révolution, a été commémoré hier, donnant lieu à diverses festivités.
Une cérémonie de recueillement, à laquelle ont pris part les autorités de
la wilaya et des Moudjahidine, a été organisée en début de matinée devant la
stèle commémorative érigée sur les lieux, où le secrétaire de wilaya de
l’Organisation nationale des Moudjahidine (ONM) a évoqué cet important
événement. Il a notamment mis en relief l’importance de cette grande
bataille, déclenchée le 22 septembre 1955 au mont El Djorf, à plus de 100
km au sud de Tébessa, par environ 400 moudjahidine placés sous le
commandement du Chahid commandant Bachir Chihani et de ses
lieutenants, Abbès Laghrour, Adjel Adjoul et Lazhar Cheriet. Cette bataille,
qui a duré plus d'une semaine sans interruption, avait causé d’importantes
pertes humaines et matérielles à l’armée coloniale, forte, sur les lieux, d’un
effectif excédant les 25.000 soldats, équipés d’armes lourdes et appuyés
d’avions de chasse et de bombardiers, a rappelé le secrétaire de wilaya de
l’ONM. Des journées portes ouvertes sur cet évènement se tiennent depuis
mardi au musée du Moudjahed où a également été projeté le premier film
documentaire, de 30 mn, sur la bataille d’El-Djorf, réalisé par un amateur de
la wilaya. Des conférences sur la portée de cette bataille et ses objectifs, qui
avait eu un retentissement dans le monde, ont été animées à cette occasion
par des Moudjahidine de la wilaya de Tébessa.
finances, enseignement supérieur et
recherche scientifique, habitat et urbanisme,
poste et technologies de l’information et de
la communication.
Ghoul à Saïda
enregistré un chiffre record en recensant plus 182 000 hadji
dont 60 000 durant le mois de Ramadhan seulement. Il a ajouté
que la prise en charge d'un tel nombre de hadji nécessite de
gros efforts assurant que cette situation ne se reproduira pas
lors de la prochaine saison du Hadj où toutes les mesures
nécessaires ont été prises.
Les 25 et 26 septembre,
à l’hôtel Dar Diaf
Le ministre des Travaux publics, M.
Amar Ghoul, effectuera aujourd’hui une
visite de travail et d’inspection dans la
wilaya de Saïda. Au cours de cette visite, le
ministre marquera des haltes au niveau de
plusieurs projets à l’image de celui
concernant le renforcement en béton
Conférence internationale de solidarité
avec le peuple sahraoui
bitumeux de la RN 06 sur 29 Km. Le
ministre procédera en cette même occasion à l’inauguration du
projet de réhabilitation de la RN94 sur 15 Km et l’inauguration
du projet de réhabilitation de la RN92 sur 50 Km.
Le 25 septembre, à 10 h 30
L’hôtel Dar Diaf de Chéraga abritera les 25 et 26 septembre
une conférence internationale de solidarité avec le peuple
sahraoui. L’ouverture des travaux est prévue le 25 septembre à
9 h.
Hommage à maître Ronda Copellan
Barkat
à Annaba
et Constantine
Ce matin, à 10 h, au CNRPAH
Cérémonie de remise de
3 magnétophones à bandes
Dans la continuité des hommages rendus à travers le monde à maître
Ronda Copellan, avocate américaine, la société civile algérienne s’associe
à cette initiative en rendant un hommage particulier à cette militante qui
s’est spontanément et volontairement solidarisée avec le peuple algérien
dans sa lutte contre le terrorisme et qui s’est engagée, à titre gracieux, à
défendra aux USA, les intérêts de nos victimes du terrorisme. En cette
occasion, une cérémonie est prévue le 25 septembre à 10 h 30 au forum
d’El Moudjahid Par M me Saïda Benhabylès.
Le Centre national de recherches préhistoriques,
anthropologiques et historiques organisera ce matin à 10 h en
son siège à Alger une cérémonie de remise de 3
magnétophones à bandes.
Le 55 e numéro de la revue El Djeïch est paru !
Un Spécial OTAN 2020
M. Saïd Barkat, ministre de la
Solidarité nationale et de la Famille,
effectuera aujourd’hui une visite de travail
dans les wilayas de Annaba et de
Constantine où il présidera des cérémonies
de remise de bus scolaires au profit des élèves résidant dans des
régions éloignées à Annaba, Tebessa, El Tarf, Souk Ahras,
Skikda, Constantine, Oum El Bouaghi, Khenchela, Jijel,
Ouargla et Guelma.
Le 27 septembre, au Hilton
Conférence sur le changement du
cadre institutionnel du partenariat
euro-méditerranéen et ses implications
L’Institut national des études stratégiques globales
organisera le 27 septembre à 14 h à l’hôtel Hilton une
conférence sous le thème «Le changement du cadre
institutionnel du partenariat euro-méditerranéen et ses
implications». La rencontre sera animée par Jordi Vaquer I
Fanès, directeur du Centre international de documentation de
Barcelone (Espagne).
Pour l’ouverture de son 55 ème numéro
daté de septembre 2010, la revue
El Djeïch a choisi deux thèmes à lire
absolument. Il s’agit, en l’occurrence, des
auditions présidentielles consacrées à
l’évaluation des activités des différents
départements ministériels et d’un dossier
spécial, relatif à l’Otan de 2020.
Cette publication de 66 pages, très
riche en information, abondamment
illustré, revient dans sa rubrique “Fait du
mois” sur la réunion du Conseil des
ministres tenue le 5 ème jour du mois de
Ramadhan dernier sous la présidence du
Président de la République, M. Abdelaziz
Bouteflika, pour l’approbation d’un projet
d’ordonnance sur la loi de finances
M me Farida Illimi à la tête
de section Algérie du réseau
des parlementaires africains
pour la lutte contre la corruption
Ce matin, à 11 h, à l’hôtel El-Aurassi
Rencontre entre entreprises
algériennes et polonaises
Dans le cadre de son riche programme découlant de
l’Assemblée générale de mars 2010, la Confédération
algérienne du patronat organisera aujourd’hui avec
l’ambassade de Pologne en Algérie, une rencontre B to B entre
les entreprises algériennes et leurs homologues polonaises.
complémentaire et de 4 autres projets
d’ordonnance portant sur la prévention et la lutte contre la corruption. Les
colonnes de la revue recèlent par ailleurs des reportages, le premier porte sur
la campagne d’instruction été 2010, la quatrième effectuée à bord du bateau
école Soummam 937, et le deuxième concerne le nouvel hôpital militaire
régional Ali Mendjeli de Constantine (HMRU), “classé parmi les premiers au
monde sur le plan technique et de la conception architecturale”. L’étude du
mois se penche sur la logistique dans les conflits modernes : son soutien
constitue un gage d’efficacité pour les forces engagées , souligne-t-on.
A cet effet, une conférence de presse est prévue ce matin à
11 h à l’hôtel El-Aurassi.
Ouverture, aujourd’hui,
du Festival du cinéma indien
Aucune accréditation de journalistes
marocains demandée
C’est sous le haut patronage de la ministre de la Culture et
en collaboration avec l’ambassade de l’Inde à Alger et l’ONCI
que le Festival du Cinéma Indien ouvrira ses portes aujourd’hui
à Alger. Ce festival qui s’étalera jusqu’au 2 octobre connaîtra
la projection de plusieurs films à la salle El Mouggar.
Cet après-midi, à Bir Mourad Rais
Réunion du Co-Ville
L’APC de Bir Mourad Rais abritera cet après-midi à 13 h
une réunion de son Comité de ville (Co-Ville).
Aucune accréditation n'a été demandée aux autorités algériennes par
deux journalistes marocains, a indiqué hier à l'APS une source informée.
Ce ferme démenti fait suite aux "allégations mensongères" du directeur du
journal marocain "Essahara El-Ousbouiya", Mohamed Réda Taoujni qui,
selon Reporters sans frontières, a déclaré que "les services de l'ambassade
d'Algérie à Rabat ont été informés le 15 septembre et qu'une réponse
positive de la part du ministère de la Communication avait été donnée",
a-t-on ajouté de même source. La même source précise qu'"aucune
demande n'a été reçue par les autorités compétentes" et que "les
affirmations de ce directeur de journal font partie d'un stratagème qui,
comme à l'habitude, fait dans la confusion et dans le mensonge". "Si M.
Taoujni dispose d'une preuve écrite de cet accord qu'il le publie", a-t-on
encore indiqué.
M me Farida Illimi a été installée à la tête de la
section Algérie du réseau des parlementaires
africains pour la lutte contre la corruption mise en
place hier, au siège de l'Assemblée populaire
nationale (APN) dans le prolongement de l'opération
d'installation de sections au niveau de tous les
parlements africains. M me Illimi, membre du
parlement panafricain a indiqué que son instance
"proposera des mécanismes pour le traitement
instantané des dossiers liés à la corruption et suivra
l'application des résolutions et décrets inhérents à la
lutte contre ce dangereux fléau au niveau des
institutions". Ces efforts se feront en coordination
avec les commissions parlementaires, les partis
politiques et la société civile, a-t-elle ajouté. Le
député Azzedine Abdelmadjid, membre du
Parlement panafricain habilité à présider
l'installation des sections au niveau de la région
Afrique du Nord, a indiqué que la section Algérie
visait à "évaluer l'adaptation des législations
nationales avec les conventions africaines et
onusiennes sur la lutte contre la corruption et définir
les mécanismes juridiques en vigueur au niveau des
instances et institutions politiques, économiques et
parlementaires en Algérie". Cette instance "n'est pas
un outil d'investigations. Elle est plutôt chargée de
sensibiliser quant aux dangers du phénomène de
corruption", a-t-il précisé. Le réseau parlementaire
africain créé en 1999 à Kampala (Ouganda) est
principalement chargé de développer l'engagement
des parlementaires à redynamiser la responsabilité
de lutte contre la corruption et sensibiliser les
africains aux dangers de ce fléau.
Jeudi 23 Septembre 2010

Nation

3

EL MOUDJAHID

La jeunesse et le Président :

Le contrat de confiance

Ce n’est pas fortuit si le Chef de l’Etat appelle à la synergie des efforts de tous, et exhorte les éta- blissements de jeunesse, particu- lièrement, à prendre en charge les besoins de la jeunesse, notamment la pratique sportive, réhabilitée il faut le dire, à la faveur de la mise en œuvre du programme du Président. L’enjeu est assurément de taille. La for- mation du citoyen de demain passe par une attention authen- tique à la jeunesse. A ses aspira- tions. Les résultats déjà réalisés seront confortés d’autant plus que le plan quinquennal 2010/2014 aboutira rien qu’en matière d’in- frastructures à une consistance jamais encore réalisée. Lors de l’évaluation du secteur, le Chef de l’Etat, tout en réitérant l’inté- rêt qu’il porte à la jeunesse, n’omet pas d’instruire le gouver- nement, de tout mettre en œuvre «pour relancer l’éducation physique à l’école ainsi que du sport scolaire et universitaire, qui constituent un vivier naturel du sport d’élite et de haut niveau». C’est que la problématique de la jeunesse est répertoriée parmi les grandes priorités de la nation. L’intérêt que le Chef de l’Etat

accorde à cette frange de la société est d’autant plus soutenu que sa capacité d’écoute formi- dable à son égard est restée gran- de. Le programme du Président de la République intègre, depuis la mise en œuvre du premier plan de développement la réponse à ses attentes et ses besoins spéci- fiques. Cet intérêt se traduit concrètement, sur le terrain, par la mise en œuvre de mesures devant révolutionner les condi- tions dans lesquelles les jeunes ont évolué. Les acquis enregistrés dans le développement de l’in- frastructure relevant du secteur de la jeunesse aux côtés des actions entreprises pour promouvoir la formation dans les différents paliers ainsi que tous les méca- nismes mis en place pour faciliter l’insertion des jeunes sur le mar- ché du travail sont légion et déno- tent l’envergure de l’investisse- ment consenti au profit des jeunes dont les problèmes spécifiques sont une réelle préoccupation pour le Président de la République qui ne manque pas d’exhorter les responsables de l’ensemble des secteurs à conju- guer leurs efforts pour trouver les solutions à leurs contraintes. Comme à l’accoutumée, le

solutions à leurs contraintes. Comme à l’accoutumée, le Président de la République n’a pas manqué d’exhorter

Président de la République n’a pas manqué d’exhorter ces res- ponsables à ne pas ménager d’ef- fort dans la prise en charge de toutes leur préoccupations. L’insistance du Président pour lever toutes les contraintes qui se dressent devant les jeunes s’inscrit en droite ligne de la volonté des pouvoirs publics de soustraire les jeunes de l’état dans lequel ils sont acculés. Dans

la conception du Président, les jeunes ne peuvent pas demeurer en marge de toutes les mutations que connaît le pays. L’application du programme de développement offre des opportunités certaines d’intégration des jeunes et parti- culièrement ceux diplômés des universités, dans le processus d’édification nationale. A l’en- droit du gouvernement le Chef de l’Etat a réitéré ses instructions

quant l’impératif qu’il y a à don- ner l’efficience aux moyens mobilisés par les pouvoirs publics pour concrétiser au mieux la poli- tique de l’Etat mise en œuvre au profit des jeunes. Le souci permanent reste l’in- tégration effective de cette jeu- nesse dans le processus d’édifica- tion et dans l’action de dévelop- pent.

S. Lamari

Une justice au service des citoyens

Le secteur de la justice a été passé au peigne fin par le Président Abdelaziz Bouteflika qui a fait de la promotion de la justice et de la mise en place d´un Etat de droit au service des citoyens, sans quoi aucune autre réforme n´aurait été possible. L´objectif fondamental du processus démocratique qui se consolide d´année en année depuis 2000, et qui connaît une consécration certaine, c´est la mise en place d´institutions démocratiques et cré- dibles aptes à défendre les intérêts des citoyens et de la nation. L´instrument de ce choix stratégique qui obéit aux convictions démocratiques profondes du Président, c´est l´institution judiciaire qui a connu une réfor- me en profondeur. Celle-ci est passée à un stade qualitatif et au professionnalisme, en très peu d´années, comme on vient de le constater, à travers la satisfaction accompagnée d´encouragements du Chef de l´Etat à poursuivre la tâche de modernisation de la fonction judiciaire à laquelle le gouvernement a affecté dans le cadre du quinquennat 2005-2009 les crédits qu´il faut.

El Bayadh

Plus de 9.400 foyers raccordés au réseau de gaz naturel

Quelque 9.427 foyers dans la wilaya d'El- Bayadh ont été raccordés au réseau d'alimenta- tion en gaz naturel, a-t-on appris, hier, des ser- vices de l'entreprise de distribution de l'électrique et du gaz (Sonelgaz). Inscrite au titre du pro- gramme de développement des hauts plateaux, pour un coût de 116 millions de dinars , cette opération a permis l'approvisionnement en gaz naturel des communes enclavées de Sidi Taifour et Boualem, a précisé le responsable local de la Sonelgaz, M. Damouche Amine. Il a, à ce titre, fait part de la réalisation d'un réseau de distribution long de 26,03 km pour l'approvisionnement de 9.052 foyers dans la commune de Boualem et de 375 autres dans celle de Sidi Taifour. L'opération porte à 75% le taux de couverture en gaz naturel dans la wilaya d'El-Bayadh, a signalé M. Damouche en ajoutant que ce taux devra s'accroître avec l'achèvement du programme d'extension du réseau de gaz à tra- vers les autres communes. Les communes d'El Ghassoul, Sidi-Slimane, Sidi-Amar et El-Kerakda seront prochainement raccordées au réseau de gaz naturel, une fois achevés leurs projets actuellement à 80% d'avan- cement des travaux , a-t-il ajouté.

A l´horizon 2014 ces crédits seront doublés.

Un juge compétent et formé, de niveau supé- rieur, une justice honnête et capable de résis-

ter à toutes les pressions, de rendre justice et

de dire le droit, rien que le droit au profit du

justiciable, des centre de détention humani-

sés, le tout dans le respect des droits du justi- ciable quels que soient sa condition et son rang social. voilà les deux axes essentiels à partir desquels a été engagée la réforme judi- ciaire. Ce n´est pas par hasard que le Président Bouteflika fasse de la rentrée judiciaire annuelle l´événement qui capte l´attention des citoyens. Le bilan qu´il vient d’effectuer intervient à la veille de ce grand rendez-vous avec la justice qui accomplit des pas considé- rables pour satisfaire les aspirations des Algériens à la jouissance de leur pleine quali-

té de citoyens.

Voilà quelques années, la corruption, le népo- tisme, la bureaucratie et tout le reste caracté- risaient l´institution judiciaire, au grand désespoir des citoyens qui voyaient leurs droits ruinés par ces comportement qui sont

combattus inlassablement par les pouvoirs publics sur instruction ferme du Président

Bouteflika. Avec le programme de réforme de

la justice les choses ont commencé à bouger

en vue de la consolidation d´un véritable Etat de droit, comme il en existe dans les plus vieilles démocraties. L´Algérie n´est pas encore à ce stade, certes, mais le mécanisme enclenché dans ce sens, grâce à une vision claire des objectifs à atteindre dans ce secteur et les moyens mobi- lisés par le gouvernement, incite à l´optimis- me. Encouragée par les résultats obtenus dans la modernisation du secteur de la justice, l´Algérie entend poursuivre son programme d´assainissement de l´appareil judiciaire et renforcer comme elle le fait jusqu´à présent son dispositif juridique pour adapter son action aux nouvelles réalités dans le pays,

avec toujours à l´esprit les intérêts du citoyen

et de la nation C´est tout le monde qui

a pu le constater. En matière des droits de

l´homme, les institutions de l’Etat algérien sont irréprochables. Le gouvernement algé- rien a souscrit et respecte scrupuleusement

tous ses engagements moraux, internationaux et juridiques, en la matière. Les commentaires et les déclarations des représentants des insti- tutions étrangères, internationales officielles, ou des ONG, attestent de cette réalité véri- fiable, dans la vie des citoyens. L´Algérie a engagé et constamment renforcé depuis le début de la décennie, un processus global de réformes en profondeur pour jeter les bases de l´Etat de droit en engageant une action majeure : la modernisation et l´indé- pendance de la justice. C´est un processus qui a été au centre du pro- jet de société proposé par le Président aux Algériens, où la loi est la même pour tous et au-dessus de tous, que chacun se doit de res- pecter. Cette règle de conduite est celle qui prévaut, en 2010, en Algérie. C´est là toute la force des institutions algériennes qui fonctionnent har- monieusement et l´explication à la forte adhé- sion des citoyens aux objectifs tracés par le Président Bouteflika pour faire de l´Algérie, le pays de la justice et du droit. B. H.

Mostaganem

Plus de 16.000 nouveaux inscrits dans les classes d'alphabétisation

Plus de 16.000 nouveaux inscrits vont rejoindre les classes d'alpha- bétisation au mois d'octobre prochain à Mostaganem, a-t-on appris hier, du directeur de l'office national d'alphabétisation et d'enseigne- ment des adultes (ONAEA). M. Ahmed Chaalal a expliqué que le chiffre global des inscrits dans les classes d'alphabétisation dépasse 28.000 élèves dont 12.300 sont admis au deuxième niveau, alors que

la wilaya compte 92.000 analphabètes, soit l'équivalent de 10 pour

cent de sa population. Concernant l'encadrement, 436 nouveaux postes ont été ouverts, cette saison, dans le cadre du dispositif de sou- tien à l'insertion professionnelle, dans le but d'assurer une bonne prise en charge au profit de cette catégorie. Ces postes s'ajoutent aux 293 autres postes offerts par le ministère de l'Education nationale dans le

cadre de la stratégie nationale de lutte contre l'analphabétisme. Les responsables de l'antenne de l'ONAEA de Mostaganem ont axé leurs efforts durant les campagnes de sensibilisation, organisées depuis le mois de juin dernier, à attirer le maximum de candidats désirant s'ini-

tier à lecture et à l'écriture dans les zones rurales situées dans la région ouest de la wilaya dont celles des daïras de Bougirat et de Mesra où un faible engouement est manifesté pour les cours d'alphabétisation. Le responsable local de l'ONAEA a indiqué que les campagnes de sen- sibilisation menées en coordination avec les secteurs de la formation

et

de l'enseignement professionnels et des affaires religieuses et wakfs

et

avec le soutien de la societe civile, ont ciblé la femme rurale et la

femme au foyer. L'antenne de Mostaganem a été dotée récemment d'un quota dépassant 27.000 manuels scolaires qui vont être distribués à

titre gratuit aux élèves des classes d'alphabétisation. La région comp-

te 913 classes réparties à travers les maisons de jeunes, les établisse-

ments scolaires, les centres de formations professionnelles et les mos-

quées, selon la même source.

Tissemsilt

Livraison prochaine d'un centre de rééducation pour filles à Tissemsilt

Un centre de rééducation destiné à la prise en charge des adoles- centes pour leur réinsertion sociale sera réceptionné prochainement dans la wilaya de Tissemsilt, a-t-on appris hier, du DAS. Cette infrastructure, première du genre dans cette wilaya, peut accueillir 120 filles dont 60 en internat, a indiqué M. Benaouata Amar. Le centre, doté d'une enveloppe de 120 millions de dinars, comporte plusieurs classes de cours et d'ateliers de formation à l'instar de la cou- ture, du dessin et d'informatique, en plus d'une salle de lecture et un terrain de proximité. Cette nouvelle infrastructure sociale, encadrée par 50 spécialistes en sociologie, en psychologie et en éducation, a pour rôle d'assister les filles adolescentes pour leur réinsertion dans la vie sociale, par une prise en charge sociale et psychologique, selon la même source. Des travaux, a indiqué, par ailleurs, le directeur de l'ac- tion sociale, ont été lancés récemment pour la réalisation d'un deuxiè- me centre médico-pédagogique destiné aux enfants déficients men- taux, d'une capacité de 80 places dans la commune de Theniet El Had. Une enveloppe financière de 130 millions de dinars a été consacrée à ce projet qui prévoit des salles de cours, des ateliers de formation, une salle omnisports, un espace d'informatique et une bibliothèque. Pour rappel, le secteur de l'action sociale à Tissemsilt a bénéficié de trois opérations, dans l'ensemble au chef-lieu de wilaya, au titre du plan quinquennal 2010-2014, pour un montant global de 150 millions de dinars, portant sur la réalisation et l'équipement d'un centre médi- co-éducatif pour enfants handicapés mentaux d'une capacité de 60 lits, d'une école pour enfants sourds-muets de 120 places et d'un centre médico-pédagogique de 80 places pour enfants handicapés moteurs.

L’ événement

4

EL MOUDJAHID

2010-2011
2010-2011

La rentrée de

LFC 2010

Maintien des choix stratégiques

C'est avec beaucoup d'intérêt que le monde des affaires d'une part et les opérateurs économiques d'autre part ont accueilli la loi de finances complémentaire pour 2010. Comme il fallait s'y attendre, elle confirme le maintien des choix stratégiques arrêtés il y a mainte- nant tout juste une année avec l'adoption de la loi de finances complémentaire pour 2009. Cependant, il faut souligner que les pouvoirs publics ont visiblement tiré tous les enseignements des mesures prises dans le cadre de cette loi complémentaire. Il faut se souvenir des observations, voire des critiques, relatives à la suppres- sion du crédit à la consommation ou l'instauration, disons plutôt la restauration, du crédit documentai- re. Un an après, tout indique que les pouvoirs publics ont décidé d'affiner le dispositif pour ne pas pénaliser, en particulier, les PME/PMI. Dans l'ensemble, ils ont maintenu les mesures mais en y apportant quelques correctifs afin de les adapter aux réalités écono- miques et commerciales. Cette sta- bilité dans la conception et la conduite de la politique écono- mique et financière est donc de nature à rassurer à la fois les opéra- teurs économiques, mais aussi, les partenaires de notre pays. Cette sta- bilité se retrouve aussi à un autre niveau, ce qui indique clairement que la stratégie mise en oeuvre est maintenue. C'est ainsi que l'Etat est décidé à poursuivre les objectifs de développement des capacités pro- ductives. Il faut souligner que c'est l'un des volets les plus importants du programme 2010/2014, L'on comprend dès lors qu'ils soient repris dans le cadre de la loi de finances complémentaire 2010. Celle-ci consacre 20 milliards de dinars de dotation supplémentaire à la politique de mise à niveau des PME/PMI. Cette mesure politique entre dans le cadre global aussi de création de 100.000 PME/PMI durant la période 2010/2014. L'autre aspect tout aussi important est la politique de préférence natio- nale. Tous les pays la pratiquent directement et franchement ou en utilisant de subtiles subterfuges qu'on essaie par exemple d'exporter des médicaments ou des produits agro-alimentaires vers les pays développés ou même des produits industriels. L'Algérie, diversifiée, ouverte et compétitive, est dans son droit de se développer et donc de protéger les rares pans de son éco- nomie. C'est ainsi qu'il faut inter- préter les mesures en faveur de l'in- dustrie pharmaceutique nationale ou encore celles pour protéger la production de blé dur contre toute forme de spéculation. Toutes ces mesures ne remettent pas en cause l'option fondamentale concernant, l'ouverture du pays et l'économie du marché. Cependant, devant les graves dysfonctionnement consta- tés, l'Etat a réagi pour jouer pleine- ment son rôle de régulateur tout en dessinant des perspectives straté- giques pour le développement durable du pays.

M. C.

I ncontestablement, la rentrée, dans ses mul- tiples facettes, s’est

déroulée dans des conditions meilleures, augurant ainsi une année prometteuse. Il faut dire que malgré un contexte national exception- nel, ramadhan et retour des vacances, toutes les condi- tions ont été réunies pour que la rentrée 2010 s’effec- tue, comme d’habitude, sous les meilleurs auspices pos- sibles. Il faut souligner que c’est un souci partagé par tous les pays du monde. Certains l’appréhendent ou nourrissent des craintes, du fait de l’apparition ou de l’accumulation de pro- blèmes. D’autres, par contre, l’attendent de pied ferme” car l’année nouvelle, en termes d’activités écono- miques, politiques, sociales et culturelles, est une heu- reuse occasion de concréti- ser de nouveaux projets por- teurs pour la société et l’éco- nomie. C’est dire que la ren- trée ne laisse aucun pays indifférent. Bien entendu, l’Algérie n’échappe pas à ces tradi- tions devenues avec le temps, universelles. Cette année, elle a également réa- lisé une formidable proues- se. D’abord, la rentrée sco- laire s’est effectuée dans un climat serein puisque toutes les conditions, matérielles, humaines et sociales ont été réunies. En effet, ce sont huit millions d’élèves qui ont rejoint les bancs du savoir grâce à l’encadrement mobilisé, pour la circonstan- ce, et à l’élargissement des infrastructures pour pouvoir

L’Administration, en géné-
L’Administration, en géné-

absorber la nouvelle deman- de exprimée du fait de la démographie. Enfin, les enseignants entament cette année avec des salaires valo- risés et des rappels consé- quents, à partir du 1er jan- vier 2008. Malgré un contexte difficile, crise financière mondiale qui a entraîné une chute des reve- nus de l’Algérie, les pou- voirs publics ont tenu leurs engagements. Ce n’est que justice car le corps ensei- gnant exerce une fonction

noble et vitale pour l’avenir du pays. La rentrée concerne aussi tous les secteurs et tous les

corps

d’Etat.

ral, et tous les démembre- ments de l’Etat. C’est ainsi que le Parlement a fait sa rentrée avec des dossiers lourds qui attendent d’être débattus, notamment la loi de finances complémentaire pour 2010. Mais surtout, c’est le développement durable qui va se renforcer

et même connaître un coup

de fouet. L’année 2010 est une année charnière. En effet, les projets, des plus structurants aux plus impor- tants sur un plan local, vont être achevés cette année. Il en est, par exemple, de l’au- toroute Est-Ouest qui va bouleverser la circulation

des biens et des personnes mais aussi donner un nou- veau souffle aux activités économiques sociales et cul- turelles. C’est vraiment un tournant dans la vie nationa- le puisque l’impact est immédiat et concerne toutes les activités. L’année 2010 est aussi importante car elle consacre

le démarrage du programme 2010-2014 qui va mobiliser 286 milliards de dollars. Les projets retenus vont, eux aussi, contribuer à changer fondamentalement le visage de l’Algérie qui, d’ores et déjà, n’a plus rien à voir avec le passé récent. Mehdi C.

Développement de l’agriculture

Une option d’avenir

L es mesures prises

de finances complé-

mentaire 2009 et confirmées dans celle de 2010, loi de finances et loi de finances complémentaire, constituent indubitablement un tournant décisif dans la conduite de la politique économique et financière du pays. Tous les observateurs l’ont souligné et les opérateurs écono- miques ainsi que les parte- naires de l’Algérie ont pris acte de la volonté de l’Algérie de faire jouer à l’Etat son rôle de régulateur et de protecteur. Elle a agi en toute souveraineté sans remettre en cause ses options fondamentales en matière d’ouverture et l’éco- nomie de marché. Les choses sont donc claires et expliquent en partie sa volonté de développer ses capacités productives, industrie et agriculture, pour développer une économie

dans le cadre de la loi

densifiée et diversifiée, le libérant ainsi de la dépen- dance à l’égard des hydro- carbures. C’est ainsi que le plan quinquennal 2010-2014 consacre des enveloppes particulièrement consé- quentes au développement de l’industrie et de l’agricul- ture pour un total d’environ 3000 milliards de dinars. Concernant plus particu- lièrement l’agriculture, 1000 milliards vont lui être octroyées pour lui permettre de se moderniser et de répondre aux besoins crois- sants du pays. En outre, d’autres investissements dans d’autres domaines vont servir le secteur vital de l’économie nationale, notamment l’hydraulique. L’Etat va engager la construction de 35 nouveaux barrages, durant la période 2010-2014. Cette formi- dable mobilisation des res- sources en eau va, à la fois,

étendre les surfaces irri- guées et fournir des quanti- tés plus importantes à l’agri- culture en général. L’option de développer l’agriculture est stratégique.

A titre d’exemple, les excel-

lentes récoltes de céréales en 2009 et 2010 (bien que pour cette année, la production a baissé de près de 25 %) ont permis à l’Algérie de réduire les importations et surtout de limiter l’impact de l’aug- mentation du prix des céréales à cause de la mau- vaise récolte russe et des res- trictions aux exportations prises par le gouvernement de ce pays. En outre, il est impératif d’augmenter la production agricole en géné- ral car, selon les statistiques, le taux d’inflation en Algérie est tiré principale- ment par l’envolée des prix des produits frais, à savoir les légumes et les fruits. Or, l’inflation est source de ten- sions sociales. En effet, elle

rogne le pouvoir d’achat des citoyens, ce qui les pousse à demander chaque fois des augmentations de salaires. Par conséquent, le seul moyen de briser la spirale

prix-salaires est d’augmen- ter la production car une augmentation des salaires peut, à terme, laminer la compétitivité de l’économie nationale. Enfin, l’agricultu- re peut contribuer sérieuse- ment et efficacement à la diversification des sources de revenus en devises, constituées à l’heure actuel- le à hauteur de 98 % par la vente des hydrocarbures. L’agriculture doit être orien- tée aussi vers l’exportation et l’Algérie ne manque d’atouts en la matière. En 2010, et après une absence pratiquement d’un demi- siècle, elle a pu exporter 100.000 tonnes d’orge tout en constituant des réserves pour les besoins du pays. Mehdi C.

Jeudi 23 Septembre 2010

L’ événement

5

EL MOUDJAHID

tous les espoirs

La tendance à la baisse des importations se confirme

L a revue d’indicateurs économiques que vient de publier la douane algérienne confirme la tendance d’un recul des importations de biens

alimentaires notamment, et des biens de consomma- tion non alimentaires, même si pour les autres familles de produits, biens d’équipement, la hausse se maintient. Sur le front des exportations, ce sont toujours les hydrocarbures qui occupent la première place avec

96%.

L’économie du pays reste toujours à la traîne, en matière d’exportation hors hydrocarbures (3,2% seu- lement). Les caractéristiques qui marquent traditionnelle- ment l’appareil productif national restent donc forte- ment présentes. La volonté de diversification du tissu économique demeure soumise à un grand nombre de contraintes et singulièrement à un moindre engagement des pro- ducteurs pour aller à l’export et des mesures publiques qui demeurent, aux yeux des chefs d’en- treprises, encore insuffisantes. Au total, il s’avère que le commerce extérieur a besoin de plus de fermeté en matière d’encadrement et d’agressivité sur le terrain de la compétition de la part des entreprises. Le pari lancé depuis des années pour doper les exportations hors hydrocarbures tarde à produire ses effets et cela demeure hautement préjudiciable pour nos propres intérêts économiques. Les institutions financières internationales se sont émues de cette situation dans le cadre de leur éva- luation de l’économie algérienne. Dans leurs analyses, c’est ce manque de dyna- misme, en matière de diversification, qui inquiète. Par contre, les données concernant le chômage sont reçues par ces mêmes institutions comme encoura- geantes. Elles marquent une impulsion de la part des pouvoirs publics, investisseurs les plus importants sur la scène économique nationale, laquelle impul- sion a permis une tendance à la baisse du taux de chômage, mais de plus gros efforts restent à consen- tir parce que ces taux restent élevés cependant. Les projections pour l’avenir semblent aller dans la bonne direction avec à la clé la création de trois mil- lions d’emplois prévue pour la période quinquenna- le qui s’ouvre. L’effort est important. Il est cependant à notre por- tée, relève le gouvernement. Cet effort est un effort adossé à un portefeuille de projets inclus dans le pro- gramme quinquennal à l’horizon 2014, qui dessine- ront la carte économique de demain. L’Algérie sans avoir été heurtée frontalement par la crise financière internationale a néanmoins pris les dispositions pour s’en protéger dans le cas ou les dif- ficultés s’aggraveraient sur le plan mondial. Ce sont des mesures de sauvegarde qui sont adoptées sur le plan économique et financier qui se reflètent dans la loi de finances 2010, et celle complémentaire de la même année. L’économie algérienne a besoin d’ou- verture, d’où l’intérêt manifeste en direction du par- tenariat, avec un train de mesures qui confortent la volonté de voir des investissements extérieurs trou- ver les conditions les plus favorables pour un ticket que les autorités politiques algériennes ont toujours souhaité. Comme évoluant sous la bannière gagnant- gagnant, l’Algérie reste par ailleurs ouverte aux délocalisations qui incitent aujourd’hui des groupes industriels étrangers à rechercher des zones hors régions à risques sur les plans économique, commer- cial et financier. Comme l’Europe ou l’Amérique, l’Algérie dispose en la matière d’atouts à faire valoir. Ainsi même si les tendances de notre commerce extérieur continuent invariablement à produire des effets répétés à chaque évaluation, il y a une dyna- mique enclenchée notamment à travers les projec- tions 2014 et les lois de finances qui en assurent l’énoncé annuellement, pour que les choses aillent dans le sens souhaité, celui conforme aux réalités économiques internationales. De toute évidence, la tendance qui vise à tirer les seuls dividendes pour l’économie du pays des seuls hydrocarbures, n’est pas tenable à plus ou moins long terme. Le gouvernement en est le premier convaincu, c’est dire

Tahar Mohamed Al Anouar

Excédent commercial de plus de 11,2 milliards de dollars de l'Algérie les 8 premiers mois 2010

de dollars de l'Algérie les 8 premiers mois 2010 88,4%, le groupe d'énergie et lubri- fiants

88,4%, le groupe d'énergie et lubri- fiants avec 415 millions usd (+25%), et les produits bruts avec 906 millions usd (+14,97%). Par ailleurs l'Algérie a affiché durant le mois d'août une tendance à la hausse de son excédent com- mercial qui s'est établi à 1,573 mil- liard de dollars contre 589 millions de dollars durant le même mois de l'année écoulée soit une augmenta- tion de plus de 167 %. Cette progression s'explique par l'augmentation de près de 11,9% des exportations et par la baisse des importations de 14,89%. En effet, les exportations sont passées de 4 milliards usd au mois d'août 2009 à 4,47 milliards usd le même mois en 2010 et les importa- tions de 3,41 milliards à 2,9 mil- liards usd.

L a balance commerciale de l'Algérie a enregistré un excédent de 11,223 milliards

de dollars (usd) durant les huit pre- miers mois de 2010, contre un défi- cit de 376 millions de dollars durant la même période en 2009, a appris, hier , l'APS auprès des Douanes algériennes. Les exportations de l'Algérie ont atteint 37,10 milliards usd, contre 27,23 milliards usd au cours de la même période de l'année écoulée, en hausse de 36,24%. Quant aux importations, elles se sont établies à 25,87 milliards usd contre 27,60 milliards usd durant la même période en 2009, soit une baisse de 6,27%, selon les chiffres provisoires du Centre national de l'informatique et des statistiques des Douanes (Cnis). L'amélioration de la balance com- merciale s'explique par l'augmenta- tion de plus de 35% du montant des exportations des hydrocarbures et par une baisse des importations notamment des biens alimentaires de près de 8% Sur le montant global des expor- tations, les hydrocarbures ont repré- senté 96,72% en s'établissant à 35,88 milliards usd lors des huit pre- miers mois 2010, contre 26,56 mil- liards durant la même période de 2009, en hausse de 35,06%. Quant aux exportations hors hydrocarbures, elles demeurent faibles, avec seulement 3,2% des exportations globales. Les principaux produits hors hydrocarbures exportés sont consti- tués du groupe demi-produits avec 887 millions usd (+125,7%) et des biens alimentaires avec 182 mil- lions usd (+102,22%), précisent les Douanes.

Les exportations des autres groupes ont connu des baisses, il s'agit des produits bruts avec 114 millions usd (-5%), des biens de consommation non alimentaires avec 18 millions usd (-43,7%) et des biens d'équipements industriels qui se sont chiffrés à 17 millions usd (-43,33%), détaille l'organisme douanier. Pour les importations, il est constaté un recul des biens alimen- taires à 3,89 milliards usd, en bais- se de 7,6%, des biens de consomma- tion non alimentaires à 3,22 mil- liards usd (-29,10%) et des demi- produits à 6,61 milliards usd

(-3,11%)

Par contre, les importations des autres groupes de produits ont enre- gistré des hausses, en particulier les biens d'équipements agricoles avec 211 millions usd, en hausse de

Mines

L'ANPM met en adjudication 36 titres miniers

L' Agence natio-

moine minier

(ANPM) a lancé sa 35 e adjudication de 36 titres miniers pour l'explora- tion et l'exploitation de substances minérales industrielles réparties sur 21 wilayas, a appris hier l'APS auprès de cet orga- nisme. Cette nouvelle mise en adjudication de sub- stances minérales indus- trielles, appelées égale- ment petites et moyennes mines, la quatrième et la dernière de l'exercice 2010, porte sur 5 sites en exploitation et 31 autres en exploration. Les 5 sites concernés par l'exploitation portent sur les argiles (3 sites),

nale du patri-

les agrégats et le tuf (1 site chacun), selon l'ANPM. Les 31 sites concernés par l'exploration sont, quant à eux, répartis sur 19 wilayas et portent sur 7 substances minérales :

les agrégats (8 sites), le marbre et pierres décora- tives (7), l'argile (5), le gypse et le sable (4 sites chacun), le sel (2) et le tuf (1) site. La date de l'ouverture des offres techniques et financières relatives à cette mise en adjudica- tion a été fixée pour le 21 octobre prochain. Cet appel d'offre est accompagné d'un Data Room qui restera ouvert jusqu'au 20 octobre au niveau du siège de

l'ANPM. Le Data Room est le lieu où il est mis à la dis- position des acquéreurs potentiels l'ensemble des informations d'ordre commercial, juridique, réglementaire ou envi- ronnemental liées à ces sites miniers. La 34 e session d'adju- dication, lancée en juin par l'ANPM, avait abouti à l'attribution de 18 titres miniers pour l'exploita- tion et l'exploration de substances minérales industrielles pour un montant de près de 134 millions de dinars, por- tant ainsi à 76 le nombre total de titres miniers attribués depuis le début de l'année en cours pour un montant global de

596,9 millions de dinars. En 2009, 115 titres pour les substances minérales industrielles dont 105 pour explora- tion et 10 pour exploita- tion ont été attribués pour 2,13 milliards de dinars, contre 167 titres (150 pour exploration et 17 pour exploitation) octroyés en 2008 pour des recettes de 3,8 mil- liards de dinars, rappelle- t-on. Les appels d'offres pour la promotion de la petite et moyenne mine sont lancés trimestrielle- ment par l'ANPM, alors que ceux des substances minérales métalliques sont lancés semestrielle- ment.

Jeudi 23 Septembre 2010

Nation

7

EL MOUDJAHID

P R O G R A M M E Q U I N Q U
P R O G R A M M E
Q U I N Q U E N N A L
2 0 1 0 - 2 0 1 4

Touslesatoutspour réussir

publics de conforter l’Algérie dans ses avancées multiples. Les audi-

tions qui permettent au besoin de rectifier le tir en agissant sur les éventuels dysfonctionnements montrent que l’Algérie a pu franchir une étape déterminante dans son combat pour l’émergence. Sans complaisance l’Algérie a, à son actif, ces dernières années, des prouesses dans divers domaines et cela en dépit de l’envergure et de l’importance des chantiers ouverts. Il va sans dire que la concrétisation des deux plans quinquennaux aux- quels s’ajoutent les programmes spéciaux Sud et hauts plateaux, ont nécessité un effort d’investissement public jamais égalé depuis le recou- vrement de l’Indépendance nationa- le. Les réalisations qui couronnent l’effort intense investi dans tous les

secteurs confondus conforteront davantage les grands projets en cours aux objectifs tout aussi stra- tégiques les uns que les autres. L’Algérie maintient le cap sur cet élan. Cela est un engagement du Président de la République dont le programme a créé une dynamique

L’Algérie a en mains tous les

atouts pour réussir son quinquennat.

A la lumière des auditions qu’entre-

prend le Président de la République, il apparaît que tous les secteurs confondus ont bien avancé dans la mise en œuvre des réformes enga- gées en profondeur pour mettre à niveau le pays et dans le même temps mettre tous les services de l’Etat au service du citoyen. Les résultats enregistrés dans tous les domaines sont notables, mais comme l’aura relevé le Chef de l’Etat dans certaines de ces inter- ventions à l’issue des auditions, il

ne faut pas perdre de vue les efforts qui restent à consentir durant l’éta- pe à venir, pour consolider les acquis et aller toujours de l’avant. Les défis qui restent à relever sont grands quant il s’agit de gagner

la bataille du logement ou encore de

Mais les

vaincre le chômage.

moyens nécessaires pour engager les différentes stratégies laissent à penser que le pari sera gagné d’au- tant plus que la volonté politique ne manque pas. La détermination des pouvoirs

politique ne manque pas. La détermination des pouvoirs de développement exceptionnelle. Le programme quinquennal,

de développement exceptionnelle. Le programme quinquennal, qui s’articule sur l’investissement pro- ductif dans les secteurs porteurs que sont l’agriculture, l’industrie et le tourisme, au-delà de la pertinence de l’option par laquelle passe inévi- tablement la refondation d’une éco- nomie nationale indépendante de la rente pétrolière, autorise tous les espoirs quant à la résorption de tous les retards et la solution de fond au

problème crucial qu’est le chôma- ge. La réalisation d’un million de logements et la création de 3 mil- lions d’emplois ne relèvent aucune- ment de l’utopie. Les moyens finan- ciers, en dépit de la crise mondiale, sont mobilisés et « rentabilisés » par une volonté politique sans pareille de faire aboutir les aspirations nationales à la prospérité et au développement pérenne. S. Lamari

Projets routiers 2010-2014

Vers la réalisation de 18.000 km de routes à l'horizon 2014

Le secteur des travaux publics qui va engager 3.100 milliards de dinars

(39 mds de dollars) d'investissements à l'horizon 2014, compte réaliser 18.000 km de routes et 187 ouvrages d'art de différentes dimensions, et mettre un accent particulier sur la maîtrise des coûts et des délais des projets structurants, a-t-on appris mardi auprès du ministère des Travaux Publics. "Pour ce qui est du programme 2010-2014, il s'agit de réaliser plus de 18.000 kms de routes, dont plus de

3.000 km s de nouvelles routes natio-

nales et chemins de wilayas, et près

de 250 kms de contournements des principales agglomérations au Nord du pays et dans les hauts plateaux", a précisé dans un entretien à l'APS le directeur des Routes au ministère M. Hocine Necib, ajoutant "qu'il sera question aussi de réaliser 187 ouvrages d'art, alors que des travaux d'entretien concerneront près de

1.000 ouvrages existants".

Parallèlement aux opérations d'aménagement spécifique dans la capitale en vue d'y améliorer les conditions de la circulation, les équi- pements du péage, les installations d'exploitation, ainsi que les aires de repos de l'autoroute Est-Ouest seront mises en chantier au titre du même programme, a-t-il poursuivi. Ces équipements, dont les appels d'offres seront lancés avant fin 2010, seront construits selon les standards internationaux, a-t-il assuré. Pour ce qui est des projets structurants du nouveau quinquennat, il est prévu essentiellement la mise en chantier de la 4 è rocade d'Alger devant relier Khemis-Miliana (Aïn-Defla) à Bordj Bou-Arréridj (300 kms), et plusieurs liaisons autoroutières devant raccor- der l'autoroute Est-Ouest à plusieurs villes portuaires sur un linéaire total

de 500 km. C'est le cas, précise-t-on,

d'une pénétrante qui va relier le port

de Bejaia, une infrastructure en plei-

ne expansion, à l'autoroute Est-Ouest,

et celles faisant la jonction entre Tizi-Ouzou et l'autoroute Est-Ouest,

celle-ci et le port de

Djendjen (Jijel). En sus d'un "programme spécifique comportant plusieurs projets pour désenclaver les régions éloignées du Sud et des hauts plateaux", il est

prévu d'autres projets de pénétrantes autoroutières Nord-Sud, actuellement à l'étude, qui doivent relier la future autoroute des hauts plateaux, (Tébessa-Sud de Tlemcen, sur près

de 1.300 km), à l'autoroute Est-Ouest.

A ces projets, s'ajoutera celui relatif à

l'aménagement en voie express du tronçon Blida-limites sud de Laghouat (RN°1), dont les travaux

consisteront à moderniser, augmen-

ter la capacité du tronçon et à amélio-

rer nettement la qualité de service routier, a ajouté M. Necib. Par ailleurs, l'effort sera poursuivi afin de préserver le réseau routier et

les ouvrages d'art existants, puisque il

y aura un programme de 8.000 km de

renforcement et de réhabilitation de

chaussées, et la modernisation et l'en- tretien de 7.000 km de routes natio- nales, selon lui. Une "attention particulière" est ainsi accordée, au titre de ce pro- gramme à l'entretien des routes natio- nales, des chemins communaux et de wilayas, a précisé M. Necib, pour qui les projets portant sur la mise à niveau du réseau routier ont pour but essentiel d'atténuer la congestion de

la circulation et d'accroître la renta-

bilité des routes A cet effet, l'action du secteur sera axée, dit-il, sur le "développement des structures et des moyens opéra- tionnels pour rendre les missions

et entre

moyens opéra- tionnels pour rendre les missions et entre d'entretien plus efficaces et plus ren- tables".

d'entretien plus efficaces et plus ren- tables". Cela passera "par la multiplication des maisons cantonnières et des parcs régionaux, au nombre de 15 actuellement, et de leur équipement par des moyens nécessaires (camions, enginsà) pour assurer un service public de qualité, même en périodes difficiles d'intempéries",

souligne M. Necib. Par ailleurs, un accent particulier sera mis à l'horizon 2014 sur la maî- trise des coûts et des délais des infra- structures à réaliser, pour éviter toute réévaluation financière, a insisté le même responsable. "Nous travaillons toujours avec cette préoccupation centrale qui est la maîtrise des coûts et des délais ( Nous veillons à faire des études de qualité, à leur donner le maximum de maturation, et à élaborer de très bons

cahiers des charges, adaptés aux pro- jets en termes de délais et d'écono- mie", afin "d'éviter d'éventuelles réévaluations des projets", a-t-il sou- ligné. Le secteur, qui vient de lancer les premiers projets du nouveau quin-

quennat ayant trait particulièrement à la modernisation et au développe- ment des routes, tient aussi à exiger par le biais des cahiers des charges, le mode des travaux que les entreprises doivent adopter dès qu'elles décro- chent le marché, a précisé M. Necib. " Il y a d'abord les aspects de l'orga- nisation du travail dans les chantiers en postes continus, soit 2X8 heures ou 3X8 heures si c'est possible. Nous travaillons aussi dans cet objectif également par l'intégration de nou- velles techniques qui permettent un gain en termes de coûts et de temps aussi ", a encore expliqué le même responsable, ajoutant que le ministère assure, dans la seconde étape, le " suivi et le contrôle technique pour disposer d'un ouvrage fait selon les exigences de la qualité et dans le res- pect des délais ". Il s'agit-là, a-t-il résumé, d'une "approche très pragmatique et ration- nelle" eu égard aux "infrastructures stratégiques pour l'économie nationa- le" que réalise le secteur des travaux publics.

HABITAT

Plus de 8.000 familles dans la wilaya d'Alger relogées depuis le lancement de l'opération en février dernier

Le directeur de l'Habitat de la wilaya d'Alger, M. Mohamed Smail a indiqué hier, que 8.216 familles dans la wilaya d'Alger ont été recasées depuis le lancement des opérations de relogement en application du programme visant à l'éradication de l'ha- bitat précaire mis en oeuvre à partir de février dernier. Le même responsable a préci-

sé dans une déclaration à l'APS que 8.216 familles ont été relogées sur les 12.000 pro- grammées dans le cadre de cette opération qui s'étendra jusqu'a décembre de l'année en cours. Il a ajouté que ce programme prévoit notamment le relogement des familles occupant des logements précaires, des chalets et des habitations menacées d'effondre- ment. Plus de 3000 camions et 4000 agents ont été mobilisés pour assurer le bon déroulement de cette opération.

A chaque opération de relogement, des bureaux sont ouverts au niveau des nou-

veaux quartiers pour accueillir les recasés et leurs doléances, a indiqué le responsable qui précise que dès évacuation des habitations précaires, la wilaya d'Alger procède à leur démolition. M. Mohamed Smail a affirmé que la wilaya d'Alger a pris avec le concours des parties concernées, toutes les mesures nécessaires pour la scolarisation des enfants des familles relogées en assurant plus de 30.000 places pédagogiques.

Il a affirmé en outre que les nouveaux logements disposent des commodités néces-

saires.

Plus de 1.500 recours déposés par des familles récemment relogées au niveau de la wilaya d'Alger

Le directeur de l'habitat de la wilaya d'Alger, M. Mohamed Ismail a affirmé hier, que 1526 recours ont été déposés par des familles récemment relogées, dans le cadre du programme de lutte contre les habitations précaires lancé en février dernier. Pour 8216 familles ayant été récemment relogées, 1526 recours ont été déposés dont 125 ont reçu l'avis favorable de la commission spécialisée au niveau de la wilaya, a indiqué le même responsable à l'APS. La période de prise en charge des recours par la commission ne dépasse pas les 15 jours, à partir de leur dépôt au niveau des bureau des recours ouvert au niveau des quartiers concernés. Parmi les raisons de ces recours, le changement de la situation de certaines familles bénéficiaires dont le nombre de ses membres a augmenté après deux ans de l'opération de recensement effectuée en 2007, ce qui a nécessité la révision de leur situation, a estimé M. Ismail. Certains recours déposés par ces familles évoquent un changement de l'appar- tement affecté, car certains membres de ces familles souffrent d'handicap ou d'une maladie chronique, ce qui nécessite la présentation d'un certificat medical pour établir ce fait.

Ferme instruction de Ghoul :

“Accélérer la cadence des tra- vaux de réalisa- tion de routes express reliant les wilayas à l’autoroute”

de routes express reliant les wilayas à l’autoroute” Le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul,

Le ministre des Travaux publics, M. Amar Ghoul, a appelé, hier, à Mascara, à accélérer la cadence des travaux de réalisation des routes express pour relier les wilayas du pays à l’autoroute Est-Ouest. Lors de sa visite d’inspection dans cette wilaya, le ministre a mis l’accent sur la nécessaire coordina- tion entre les directions des wilayas des travaux publics en vue de réa- liser ces tronçons routiers et ce en prévision du raccordement de l’au- toroute Est-Ouest avec celle prévue des Hauts plateaux. Passant en revue le projet de réa- lisation d'une route express sur 73 km, allant des limites de la wilaya de Saida au sud jusqu'à l’échangeur de l’autoroute Est-Ouest dans la commune de Ras El Ain Amirouche (Mascara), M. Amar Ghoul a souligné que la réalisation de ces axes routiers inter-willayas permettront de créer à l'avenir un réseau routier, véritable trait d'union entre les agglomérations urbaines à travers le territoire natio- nal. Le ministre a insisté également sur l’importance de l’élaboration d’études relatives à la réalisation de routes express conformément aux normes internationales répondant aux exigences du trafic routier à terme du siècle prochain. Après avoir inspecté plusieurs opérations concrétisées dans le cadre du programme quinquennal 2005/2009 et les projets program- més au titre de l’actuel quinquen- nat, il a exprimé sa satisfaction quant à la qualité et le rythme des travaux en matière d’aménagement et de réhabilitation du réseau rou- tier dont la voie d’évitement de la ville de Mohammadia. En outre, la délégation ministé- rielle a inspecté la voie d’évitement réalisée à l’est de la ville de Mascara reliant la RN 17 au CW 4, appelée à désengorger le trafic rou- tier au niveau du chef-lieu de wilaya. Le ministre a également inaugu- ré, lors de cette visite de travail et d'inspection, une maison canton- nière dans la commune de Ain Fekane où d’amples explications lui ont été fournies sur le projet de réalisation de quatre structures similaires au titre du programme quinquennal 2010/2014 consacré au secteur des travaux publics dans cette wilaya, doté d'une enveloppe de 15 milliards de dinars. Ce programme vise à prendre en charge au mieux le réseau routier dans cette wilaya qui dispose de 566 km de routes nationales, 670 km de chemins de wilaya et 1.411 km de chemins vicinaux.

Nation

9

EL MOUDJAHID

Lutte contre la spéculation et les marchés informels

Deux lois pour remettre de l’ordre

les marchés informels Deux lois pour remettre de l’ordre espaces de vente informels qui pullulent dans

espaces de vente informels qui pullulent dans les grandes villes. La lutte contre la spéculation n’est pas seulement l’affaire du département du commerce mais celle aussi de plusieurs adminis- trations directement ou indirec- tement interpellées par la ques- tion. Cette synergie commence, fort heureusement, à se concréti-

ser au grand bonheur de consommateurs déchirés entre le souci d’une qualité de plus en plus contestée et un pouvoir d’achat en pleine érosion. Les deux nouvelles lois visent juste- ment à lutter contre le fléau de la spéculation et du coup préserver le pouvoir d’achat du consom- mateur. Ces deux dispositifs juridiques relatifs à la concur- rence et aux pratiques commer- ciales visent à « stabiliser les niveaux de prix des biens et ser- vices de première nécessité ou de large consommation ». Ces deux lois qui ont déjà été adop- tées par le Parlement et qui vien- nent d’être publiées au Journal Officiel après avoir été promul- guées s’appliquent aux activités de production, y compris agrico- le et d’élevage, à la distribution dont l’importation de biens pour la revente en l’état, les manda- taires, les maquignons et che- villards, l’artisanat et la pêche, ainsi qu’au commerce qu’il soit

P lus que jamais, les pou- voirs publics manifestent une volonté déterminée

d’éradiquer certains comporte- ments longtemps bannis des pra- tiques commerciales. Des efforts qui se sont, notamment traduits par des amendements apportés à la loi de concurrence et la révi- sion de la loi sur les pratiques commerciales et par la mobilisa- tion des autorités locales dans une réelle guerre contre l’infor- mel. Les marchés informels se trouvent aujourd’hui éliminés dans plusieurs régions de la capitale et ce, sur décision du wali d’Alger. Ainsi, les autorités locales viennent de joindre la dynamique de réorganisation du commerce. M. Mustapha Benbada, premier responsable du secteur, avait, a maintes reprises, souligné la nécessité d’accompagner les efforts de son département ministériel par une remise en état de l’activité com- merciale et un effacement des

exercé par des personnes morales publiques, associations ou par de corporations profes- sionnelles, aux marchés publics. Pour ce qui est de la lutte contre l’informel, elle découle, sans conteste, de la situation devenue inacceptable du mar- ché. Selon le FCE, « les revenus nets du secteur informel se situe- raient entre 300 et 600 milliards de dinars (17% de l’ensemble des revenus primaires nets des ménages) ». Ce montant corres- pond à 13% du PIB hors hydro- carbures. On évoque même une perte de recettes budgétaires et de recettes pour les organismes de sécurité sociale estimées res- pectivement à 42 milliards de dinars pour l’IRG, 22 milliards de dinars pour la TVA et 120 milliards de dinars pour les pré- lèvements de sécurité sociale. Il est clair qu’une réorganisation de ce secteur est aujourd’hui de mise.

A. Fadila

Nouvelle réglementation pour la définition des conditions d'octroi du registre du commerce à durée déterminée

L e ministre du commerce, M. Mustapha Benbada a annoncé hier, qu'un texte

de loi sera prochainement pro- mulgué qui définira les condi- tions d'octroi du registre de com- merce à durée déterminée, prévu par la loi de finances complé- mentaire (LFC) 2010. Intervenant sur les ondes de la chaîne I de la Radio nationale, M. Benbada a indiqué que "cette mesure qui fixe, de 1 à 3 ans, la durée de la validité du registre de commerce octroyé pour certaines activités, est à même de donner davantage de crédibilité à ce document et d'as- surer un contrôle plus efficace des activités des opérateurs éco- nomiques". Le recours à la détermination de la durée de

validité de ce registre est dicté "par l'attitude de plusieurs com- merçants qui se sont habitués à certaines pratiques comme la vente sans facturation et le non- affichage des prix officiels, cau- sant d'importantes pertes au tré- sor public, outre la non-déclara- tion des comptes sociaux ou leur déclaration sous des noms d'emprunt". Le nombre des détenteurs de registre de com- merce s'élève à 1,4 millions, a-t- il précisé. Concernant le com- merce extérieur, M. Benbada a affirmé que l'application depuis l'année dernière du crédit docu- mentaire "a permis un assainis- sement effectif du commerce extérieur". La LFC propose "une solution partielle" aux petites et moyennes entreprises (PME), qui peuvent être lésées par la

Industrie

Les opérateurs économiques devraient s'impliquer davantage dans la normalisation

D es experts ont appelé mercredi à Alger les opérateurs écono-

miques algériens à s'impliquer davantage dans les procédures de la normalisation, souli- gnant l'absence d'une "veille normative" en Algérie. Intervenant lors d'une conférence sur la normalisa- tion et la certification, organi- sée en marge du 4éme Salon international "Alger Industries 2010", M. Boualem Attou, responsable à l'Institut algé- rien de la normalisation (IANOR), a déploré le fait que "le système Algérien de normalisation fonctionne à un rythme insuffisant". Corroborant ses propos, il a expliqué que le problème récurrent découle du faible intérêt que les entreprises algériennes accordent à la nor- malisation. Pour y remédier à cette situation, le conférencier a incité toutes les parties pre- nantes au processus de norma- lisation, en l'occurrence les producteurs, les associations de consommateurs et les représentants des pouvoirs publics à s'organiser dans des comités techniques, suscep- tibles de jouer le rôle de sen- sibilisateurs. Pour lui, l'essor de la nor- malisation dans notre pays devrait permettre aux produits

conformes aux normes d'émerger, en isolant les pro- duits contrefaits qui consti- tuent "un danger pour les consommateurs". Dans les conditions actuelles de la sous normalisa- tion, "il est impossible de pla- cer des produits algériens sur les marchés étrangers",a-t-il soutenu. Pour ce qui est de la certifi- cation des produits en Algérie, une autre responsable à l'IANOR, Mlle Akbibouche, a regretté le fait que "la certifi- cation de produits n'est pas exigée dans le marché natio- nal". "La certification de pro- duits en Algérie se fait par rap- port aux normes algériennes, le produit certifié doit être revêtu du logo +Tedj+.C'est une garantie que le produit est conforme aux normes algé- riennes". Toutefois, prés de 16 entre- prises seulement ont bénéficié de la marque Tedj, a-t-elle indiqué, estimant que "ce chiffre reste insuffisant par rapport aux autres pays". "La certification valorise l'image de l'entreprise dans le marché national et internatio- nal, et assure la compétitivité et l'obtention de la confiance des utilisateurs", a-t-elle expli- qué.

durée d'utilisation du crédit documentaire, en les dispensant de cette procédure astreignante, notamment lorsqu'il s'agit d'im- porter des pièces détachées ou d'autres produits d'un montant avoisinant 2 millions de dinars. Quant à la diversification des exportations, le ministre a souli- gné qu'"un texte de loi est en cours de préparation en vue d'autoriser l'exportation de pâtes fabriquées à partir de blé impor- té, sur la base des prix pratiqués sur le marché international". Concernant l'adhésion à l'OMC, M. Benbada a rappelé que l'Algérie "a donné en mai dernier, à cette organisation, des réponses à 96 questions, dans lesquelles nous avons veillé à la protection de nos intérêts écono- miques". Au sujet de l'accord de

partenariat avec l'UE, le ministre a affirmé que l'Union "a favora- blement accueilli" la demande de l'Algérie de réviser le calen- drier du démantèlement doua- nier "qui n'a pas permis aux entreprises nationales de mieux se préparer à la concurrence". 40 000 infractions ont été enregistrées et plus de 2780 commerces ont été fermés durant le ramadhan, a précisé le ministre. Quant à la baisse de l'approvi- sionnement en produits de base durant les fêtes de l'aid, le ministre a affirmé qu'un "groupe de travail sera prochainement installé pour examiner l'éventua- lité d'imposer aux commerçants d'assurer un service public minimum".

Recherche

Un système national de documentation électroniquepour les chercheurs

U n système national de

nique sera accessible

aux chercheurs et aux ensei- gnants universitaires "dans les tout prochains jours", a annon- cé hier, à Guelma le directeur général de la recherche scienti- fique et du développement tech- nologique (DGRSDT) au minis- tère de l’Enseignement supé- rieur et de la recherche scienti- fique. Intervenant au cours d’une rencontre avec les ensei- gnants et les chercheurs de l’université "8-Mai 1945", le Pr. Abdelhafid Aourag a indiqué que la DGRSDT a prévu, dans le cadre du système de docu- mentation en ligne, de mettre, dès le début du mois d’octobre prochain, 60.000 comptes à la disposition des chercheurs algé- riens. Ce responsable a inscrit cette opération dans le cadre des efforts de la DGRSDT pour améliorer l’environnement de la recherche et permettre aux cher- cheurs de suivre en temps réel tout ce qui s’écrit à travers le monde dans les différents domaines du savoir. Chose, a-t- il ajouté, qui "résoudra définiti- vement la problématique de la documentation qui excédait les universitaires". M. Aourag a exposé les mesures incitatives mises en £uvre depuis la création, en 2008, de la DGRSDT, en vue d’associer le plus grand nombre d’universitaires à l’effort de recherche productive tout en fai- sant appel aux contributions des

documentation électro-

chercheurs algériens installés à l’étranger. Il a également fait état de la création de 50 nouveaux centres de recherche qui emploieront d’ici 2012 quelque 3.000 jeunes docteurs, et d’un statut particu- lier du chercheur qui, a-t-il noté, prévoit des avantages financiers conséquents. Dès la prochaine entrée uni- versitaire, chaque étudiant en classe doctorale aura, confor- mément au statut du chercheur, un présalaire équivalent au salaire national minimum garanti, en plus de l’attribution, par l’université, d’une alloca-

tion scolaire en contrepartie de 4 heures quotidiennement passées au laboratoire de recherche. Selon les statistiques présen- tées par le Pr. Aourag, sur les 38.000 enseignants universi- taires du pays, seuls 16.000 par- ticipent effectivement aux acti- vités de recherche dans les labo- ratoires et seulement un millier d’entre eux sont des chercheurs permanents activant dans 804 laboratoires et unités de recherche accrédités dans les diverses universités. L'Algérie, a-t-il souligné, £uvre, au travers du plan natio- nal de développement de la recherche scientifique, à rattra- per l’important déficit en cher- cheurs dont le nombre est appe- lé à atteindre, d’ici à 2020, plus de 68.000, ce qui rapprochera, a-t-il assuré, le pays de la moyenne mondiale qui est de

1.040 chercheurs pour un mil-

lion d’habitants.

Réhabilitation du commerce et protection du pouvoir d’achat

Un panier de nouvelles mesures

Le soutien de l'Etat au pou- voir d'achat a mis sur rails le dispositif de remboursement des frais de transport de dix wilayas du Sud, ce qui permet aux populations de ces régions d’avoir accès à des produits avec les même prix que ceux pratiqués au nord du pays.

A près maintes mesures entreprises pour le

connaît, actuellement, un vaste program-

me de réhabilitation. Un programme qui prévoit, notamment au titre du plan quinquennal 2010- 2014, la mise en place d’instruments plus per- formants en matière d’encadrement, de sur- veillance du marché, des pratiques commer-

ciales et la concurrence ainsi qu’au contrôle et à la répression des fraudes.

Il est également question, et pour casser le

monopole de la distribution et de la vente, la réalisation de nouveaux marchés de gros et la réhabilitation des marchés existants. Un pro- gramme qui est déjà en cours d'exécution. En effet, les mesures engagées par le secteur mettent l’accent sur l'approfondissement des instruments de régulation et d'organisation visant, notamment la préservation du pouvoir d'achat, la protection de l'économie nationale et du consommateur et l'élaboration d'une régle- mentation appropriée pour tenir compte des évolutions enregistrées au sein de la société et de l'économie. Dans ce contexte, la législation relative aux règles applicables à la concurrence et aux pra- tiques commerciales, a été amendée. De même, dans le domaine de l'organisation des activités commerciales et de protection du consommateur, il a été procédé à la promulga- tion de textes relatifs au dispositif de régulation de l'implantation des équipements commer- ciaux, de la conformité des produits et de l'in- formation du consommateur. Il y a lieu de signaler que la loi relative à la protection du consommateur et à la répression des fraudes, promulguée en 2009, a renforcé les mesures de protection de la santé et de la sécu- rité des consommateurs et a permis aux associa- tions de protection des consommateurs de com- mencer à jouer leur rôle, même si cela tend à être renforcé. Pour ce qui est du développement des infra- structures commerciales, un programme de modernisation et de densification a été retenu en vue de réduire le commerce informel par la dis- ponibilité, notamment de structures facilitant l'écoulement des produits agricoles frais. Dans le domaine de la surveillance et du contrôle économique du marché intérieur, les actions engagées ont été renforcées grâce à un apport complémentaire en moyens humains (1.500 agents recrutés ainsi que 7.000 agents de contrôle prévus dans le plan quinquennal 2010- 2014, la construction, en cours de 13 labora- toires de contrôle de la qualité et de la répres- sion des fraudes et la programmation de 16 pro-

redynamiser, le secteur du commerce

jets de contrôle d'analyse des produits, et, enfin, l'implantation de nouvelles subdivisions territo- riales, autant de mesures qui ont permis d'aug- menter la vigilance à l'égard des manœuvres spéculatives et autres pratiques commerciales frauduleuses sur le marché.

A cet effet, les actions menées dans le cadre

du contrôle de la qualité et de la répression des fraudes au cours de l'année 2009, se sont tra- duites par près de 500.000 interventions. Au titre des mesures conservatoires, il a été procédé à la fermeture administrative de plus 2.500 locaux commerciaux et la saisie de près de 8.000 tonnes de produits non conformes ou impropres à la consommation. Au premier semestre 2010, le nombre d'in-

terventions a été de plus de 475.000 ce qui a per- mis la verbalisation de plus de 80.000 commer- çants.

Il faut dire que le Président de la République

avait affirmé lors d’une réunion restreinte d'éva- luation consacrée à ce secteur que « le renforce- ment de l'outil de contrôle devra demeurer un priorité pour le gouvernement qui doit mobiliser tous les moyens adéquats en faveur de l'amélio- ration de la qualité des biens et services mis sur le marché, à travers une lutte efficace et perma- nente contre les phénomènes de la fraude, la contrefaçon et les pratiques déloyales ». Dans ce contexte il a mis en exergue le rôle du citoyen et celui des associations de consommateurs qui ont désormais tous les outils juridiques à leur disposition pour faire valoir leurs droits. Amel Zemouri

Jeudi 23 Septembre 2010

Coopération

11

EL MOUDJAHID

Le Président Bouteflika reçoit M. Jean Pierre Chevènement

Ph. Nesrine T.
Ph. Nesrine T.

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a reçu hier à Alger, M. Jean-Pierre Chevènement, sénateur du territoire de Belfort et ancien ministre d'Etat français. L'audience s'est déroulée en présence du ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales, M. Daho Ould Kablia.

M. Jean-Pierre Chevènement

“Les relations entre l'Algérie et la France sont très importantes”

Les relations entre l'Algérie et la France sont très impor- tantes et il est nécessaire de veiller à leur renforcement, a affirmé hier, à Alger M. Jean-Pierre Chevènement, sénateur du territoire de Belfort, ancien ministre d'Etat français. "Je pense que l'entretien que j'ai eu avec le Président Abdelaziz Bouteflika contribue à maintenir et à fortifier le lien qui existe entre l'Algérie et la France et qui est tellement important", a déclaré M. Chevènement à la presse à l'issue de l'audience que lui a accordée le Chef de l'Etat. "Il faut veiller sur cette plante (lien, ndlr) précieuse, créant tant que l'on peut des contacts amicaux", a-t-il ajouté. Il a indiqué, par ailleurs, avoir procédé à un tour d'horizon avec le Président Bouteflika des problèmes internationaux ainsi que de la vie politique en général. M. Chevènement a souligné, en outre, qu'il entretient une "relation personnelle ancienne" avec le Président Bouteflika.

Le Président Bouteflika reçoit le représentant personnel du guide de la Révolution islamique iranienne

personnel du guide de la Révolution islamique iranienne Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika,

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a reçu hier, à Alger, le représentant personnel et envoyé spécial du guide de la Révolution islamique iranienne chargé des affaires du Hadj et res- ponsable des hadji iraniens, M. Ayatollah Kadi Askar. Dans une déclaration à la presse à l'issue de l'entrevue, M. Kadi Askar a affirmé que les entretiens ont porté sur les questions du Hadj et l'échange d'expériences entre les deux pays dans ce domaine.

Journée d’étude algéro-iranienne sur l’organisation du Hadj

M. Ghlamallah salue la coopération bilatérale

Le ministre des Affaires reli- gieuses et des Wakf, M. Abdellah Ghlamallah a salué hier, à Alger la coopération algéro-iranienne notamment en matière d'organisa- tion du hadj, appelant à tirer profit de l'expérience iranienne dans ce domaine. A l'occasion de l'ouver- ture d'une journée d'étude conjointe

entre l'Algérie et l'Iran sur le hadj destinée aux imams et mourchidine

à Dar El Imam à Alger, le ministre

a souligné l'importance de l'accès à

l'expérience iranienne en matière d'organisation, de fiqh et de culture du hadj. L'accès à l'expérience ira- nienne permettra de résoudre cer- tains problèmes pendant le hadj appelant les imams à assister aux conférences animées par des pro- fesseurs des deux pays. Pour sa part, le représentant per- sonnel du guide de la Révolution

islamique iranienne, chargé des affaires du hadj et responsable des hadji iraniens M. Ayatollah Kadi Askar a affirmé que les relations algéro-iraniennes se développent de jour en jour à tous les niveaux et que cette journée d'étude a pour objectif l'échange d'expériences. Il a également souligné l'importan- ce de la préparation spirituelle et morale des hadji avant leur départ

aux Lieux saints. Cette journée

d'étude a été marquée par plusieurs conférences dont celle du représen- tant personnel du guide de la révo- lution islamique iranienne chargé des affaires du hadj et responsable des hadjis iraniens M. Ayatollah Kadi Askar sur le hadj, ses dimen- sions éducatives et sociales et celle du professeur Kamal Bouzidi sur les applications scientifiques de l'éducation en matière de hadj.

Les dirigeants de la planète se penchent sur les graves problèmes de la biodiversité

Des conséquences désastreuses pour l’humanité

Une réunion de haut niveau de l'Assemblée générale sur la biodiver- sité s'est ouverte, hier, au siège des Nations-unies à New York, en présen- ce du ministre des Affaires étran- gères, M. Mourad Medelci, et de Chefs d’Etat et de gouvernement. Cette rencontre, la première du

genre au niveau onusien, a été convo- quée à la faveur de deux résolutions de l'ONU dont l'une avait déclaré 2010 comme l'Année internationale de la biodiversité, et aussi du lien entre la

du

Millénaire pour le Développement (OMD) dont l'un est consacré à l'envi- ronnement durable en raison de son impact sur la lutte contre la pauvreté et la faim. En effet, éradiquer la faim appelle aussi à fournir davantage de la nourriture qui est l’un des éléments essentiels bénéficiant de la richesse de la biodiversité, en même temps que la réduction des maladies et la protection de l’environnement sont aussi des notions liées à la biodiversité, explique- t-on. Pour le secrétaire exécutif de la Convention de la biodiversité, l'Algérien Ahmed Djoghlaf, ce sommet de New York est une occasion unique de sensibiliser les pays à la crise de la biodiversité mondiale et à la nécessité urgente de renforcer les dispositifs pour la mise en œuvre de cette conven- tion afin de mener une action interna- tionale soutenue contre l'érosion conti- nue des ressources biologiques. ''La perte massive de la biodiversité devrait intervenir avant la fin de ce siècle et l'écosystème se rapproche des points de basculement au-delà desquels

biodiversité

et

les

Objectifs

une dégradation irréversible aura lieu avec des conséquences désastreuses pour le bien-être de l'homme'', avait-il prévenu lors d'un séminaire internatio- nal sur la biodiversité tenu il y a quelques jours en Espagne. Un même constat alarmant a été relevé par la directrice du Groupe chargé de la conservation de la biodiversité auprès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), M me Jane Smart: '' La biodiversité est en danger '', avait-elle alerté mardi lors d’une conférence de presse tenue au siège de l'ONU, appelant les Chefs d’ Etat et de gouvernement à s’engager financièrement en faveur de la biodi- versité et des espèces en voie de dispa- rition. Selon les chiffres avancés par cette spécialiste, 20% des mammifères, un amphibien sur trois, 27% des récifs coralliens, 12% des espèces connues d’oiseaux et 35% d’espèces de coni- fères sont en voie d’extinction. La troi- sième édition des Perspectives mon- diales de la diversité biologique, publiée en mai dernier, brosse égale- ment un tableau inquiétant des consé- quences graves pour le bien-être, les perspectives de développement, la sécurité et même la survie des sociétés humaines dans toutes les régions du monde. Et cet état de fait risque de mettre en péril les progrès accomplis vers la réalisation des OMD. On estime que le rythme de la perte d’espèces due aux activités humaines est 100 fois plus rapide que celui de l’extinction naturelle. Au 20 ème siècle, 40 % des forêts et 50 % des zones humides ont disparu Cette

réunion devrait donc permettra aux Chefs d’Etat et de gouvernement ainsi qu’aux organes des Nations Unies et aux organes intergouvernementaux d’apporter un appui de haut niveau nécessaire pour apporter des solutions durables et coordonnées aux défis liés à la biodiversité, et des orientations à suivre par les organisations et organes concernés. Le document de base sur lequel se penche cette réunion de haut niveau est la Convention sur la diversité biolo- gique signée au Sommet de la Terre de Rio en 1992 et ratifiée par 192 Etats, constituant l’un des principaux instru- ments internationaux relatifs à la conservation et l’exploitation rationnel- le des ressources biologiques et le par- tage juste et équitable des avantages découlant de l’utilisation des res- sources génétiques. Ainsi, des tables rondes théma- tiques sont prévues pour élaborer la stratégie pour la préservation de la bio- diversité après 2010, trouver les moyens de mise en œuvre de cette stra- tégie et mettre la biodiversité au service du développement et de la lutte contre la pauvreté. Cette rencontre sera suivie par une Conférence des Parties à la Convention sur la diversité biologique qui se tiendra du 18 au 29 octobre prochain à Nagoya (Japon) qui devra être couronnée par l'adoption d'un nouveau plan straté- gique appelé ''Protocole de Nagoya'' qui contiendra les 20 objectifs à atteindre pour la période 2011-2020 en matière de sauvegarde de la biodiversi- té.

Qualité de l’enseignement

Les ministres arabes de l'Education plaident pour "une bonne éducation" pour tous

Les travaux de la conférence ministérielle sur la qualité de l'enseignement dans les pays arabes à laquelle a pris part le ministre de l'Education, M. Boubekeur Benbouzid à la tête d'une importante délégation d'experts, ont pris fin, hier à Doha, par la "déclaration de Doha" promulguée pour "Une bonne éducation pour tous". La déclaration de Doha appelle à introduire des intrants "de haute qualité" adaptés aux normes de qualité dont des infra- structures de base, des édifices, des supports éducatifs et des res- sources humaines. Les ministres arabes de l'Education ont appelé, pour leur part, à mettre en place des poli- tiques modernes de redressement en vue de garantir un environne- ment de qualité. Parmi les thèmes abordés par la déclaration de Doha, l'impéra- tive évaluation périodique du système éducatif à même de fournir des donnés utiles à toutes les parties. M. Benbouzid a présidé les travaux de la séance qui a traité le premier thème, à savoir les défis à relever pour assurer la qualité de l'enseignement.

Fête nationale

de l'Arménie

Bouteflika félicite M. Serge Sargsyan

Le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a adressé un messa- ge de félicitations au Président de la République d'Arménie, M. Serge Sargsyan à l'occasion de la fête nationale de son pays, dans lequel il lui a exprimé son "appréciation" quant à la qualité des relations qui unissent les deux pays. "A l'occasion de la célébra- tion de la fête nationale de la République d'Arménie, il m'est particulièrement agréable de vous adresser, au nom du peuple et du gouvernement algériens et en mon nom personnel, nos vives félicitations auxquelles je joins nos vœux les plus sincères de santé et de bien-être pour vous- même, et ceux de progrès et de prospérité pour le peuple armé- nien ami", a écrit le Chef de l'Etat dans son message. "Je saisis cette agréable opportunité pour vous exprimer toute mon appréciation quant à la qualité des relations d'amitié qui unissent nos deux pays", a souligné le Président de la République.

Rôle du Parlement dans l’élaboration du budget

Une conférence internationale en Turquie

Une délégaton de l’APN prend part aux travaux

L'Assemblée populaire nationale (APN) participera à partir d’au- jourd’hui, en Turquie aux travaux de la conférence internationale sur "Le rôle des Parlements dans l'éla- boration du budget : les expé- riences nationales des pays de l'Union des assemblées des pays membres de l'Organisation de la conférence islamique (OCI) et de l'Union européenne (UE)", a-t-on appris hier auprès de l'APN. L'APN sera représentée par le pré- sident de la commission des finances et du budget, M. Mohamed Kenai et le député Abou Bakr Derguini, précise un commu- niqué de l'APN.

Conseil des ministres arabes de l’Eau

Sellal au Caire

Le ministre des Ressources en eau M. Abdelmalek Sellal prendra part aujourd’hui, au Caire à la réunion extraordinaire du Conseil des ministres arabes de l'eau, a-t-on appris hier, auprès du ministère. Au cours de cette réunion, les ministres arabes devront "examiner et adopter la stratégie arabe de la sécurité hydrique", a précisé le ministère dans un communiqué, ajoutant que l'Algérie a passé le relais de la présidence de ce Conseil à la Jordanie. La stratégie arabe de la sécurité hydrique est axée notamment sur la création d'une base de données sur les res- sources hydriques arabes, la protec- tion des droits hydriques arabes et la lutte contre les changements cli- matiques dans la région arabe, selon la Ligue arabe. Il convient de rappeler qu'au terme de sa pre- mière session, tenue en juin 2009 à Alger, le Conseil des ministres arabes de l'eau avait adopté une stratégie globale à l'horizon 2025 pour assurer la sécurité hydrique dans la région arabe et approuvé un projet de plan exécutif, d'un coût global de 10 millions de dollars pour la rationalisation de l'utilisa- tion des ressources en eau.

Monde

EL MOUDJAHID

13

Italie-Sahara occidental

Rencontre-bilan sur les activités de coopération politique et sociale

Une rencontre se tiendra aujourd’hui à Ravenne, municipalité italienne dans la région d’Emilie-Romagne, pour faire le bilan des activités de coopération poli- tique et sociale entre cette municipalité et

les autorités sahraouies, a-t-on appris hier

à Rome. Il s’agira de réaffirmer l'engage-

ment de l'administration municipale de Ravenne dans la politique générale de coopération dans les camps des réfugiés, qui cofinance des projets sociaux dans le cadre du réseau organisé de l'aide inter- nationale, en faveur des Sahraouis, a indi- qué la municipalité.

Y prendront part à cette rencontre bilan, les autorités locales, les associa- tions et les organisations régionales opé- rant dans la wilaya de Smara, un de cinq camps où vivent les réfugiés sahraouis, selon cette source. La wilaya de Smara est jumelée avec la municipalité de Ravenne, pour qui cette initiative "a été fortement appuyée par Giovanna Piaia, conseillère pour l'égalité des chances", qui ouvrira la réunion. Il s’agira aussi de faire le point sur les conditions de vie et l'évolution de la situation dans les camps de réfugiés, a-t-

on ajouté. "Le peuple sahraoui est un peuple ancien et fier, affirmant son iden- tité propre et ne doit pas être considéré uniquement comme un bénéficiaire de notre aide, mais comme un partenaire actif dans sa trajectoire de développe- ment", a indiqué la conseillère à la veille de la rencontre. La municipalité de Ravenne apporte son aide aux populations sahraouies des camps à travers notamment la formation de sages-femmes, mais aussi l’équipe- ment des structures de soins, souligne la même source.

Atteintes à l’islam

L'OCI dépose une résolution auprès de l'Onu pour condamner les autodafés du Coran

Le Pakistan a déposé hier, au nom de l'Organisation de la conférence islamique (OCI), une résolution auprès du Conseil des droits de l'homme de l'Onu qui appelle la communauté interna- tionale à condamner les "appels à l'autodafé du Coran". Cette réso- lution fait suite au projet avorté d'un pasteur d'une église évangé- liste américaine qui entendait brûler des centaines d'exem- plaires du Saint Coran, le jour de la commémoration des attaques du 11 septembre 2001 aux Etats- Unis. L'OCI (57 pays musul- mans) demande ainsi au Conseil de "condamner cet "appel récent d'un groupe extrémiste. Prenant la parole devant le Conseil des Droits de l'Homme réuni à Genève, le secrétaire général de l'OCI, Ekmeleddin Ihsanoglu, avait également évoqué le 16 septembre "l'interdiction de construire des minarets, l'organi- sation d'événements visant à inciter la haine" comme brûler des exemplaires du Coran et "d'autres mesures discrimina- toires".

Rapt de sept Français au Sahel

Une menace prise au sérieux

Les autorités françaises ont affirmé hier prendre "très au sérieux" la menace terroriste dans la région du Sahel où sept personnes travaillant pour la plupart pour des entreprises françaises sont pris en otages par des individus armés. S'exprimant sur la chaîne Radio Classique, le ministre de la Défense Hervé Morin a assuré que la revendication par Al Qaïda au Maghreb isla-

mique de ce rapt via la chaîne Al Djazira était "crédible". Les groupes d'Al Qaïda au Maghreb islamique "procède toujours de cette façon quand ils revendiquent une prise d'otage ou un attentat. Donc la piste, tout au moins le moyen d'Al Djazira, permet de consi- dérer que la revendication est crédible", a-t-il déclaré. De son côté, le président Nicolas Sarkozy a assuré, lors d'un

Conseil de ministres, que tous les services de l'Etat étaient mobilisés pour obtenir "dans les meilleurs délais" la libéra- tion des otages. Dans un compte rendu à la presse du Conseil des ministres, le porte- parole du gouvernement, Luc Chatel, a indiqué que le chef de l'Etat a qualifié cette affaire "d'extrêmement préoccupan- te".

Référendums au Soudan

Le président El-Bechir réaffirme l'engagement de Khartoum à tenir un référendum « libre et équitable »

Ban Ki-moon: « l'Onu désigne une commission de contrôle ».

Le président soudanais Omar El-Bechir a réitéré hier l'engagement de Khartoum à tenir un référendum "libre et équitable" en vue de détermi- ner le devenir de la région semi-autonome du Sud du Soudan. Dans un discours pro- noncé lors de l'ouverture à Khartoum du Forum des Parlements des pays de la région des Grands lacs, le pré- sident El-Bechir a réitéré la détermination de son gouver- nement à "mettre en œuvre l'Accord de paix global (CPA)", conclu en 2005 entre

le parti au pouvoir et le mou- vement populaire de la libéra- tion du Soudan (SPLM). "Nous réaffirmons notre enga- gement à organiser un référen- dum (prévu en janvier 2011) libre, équitable, exceptionnel et sans précédent", conformé- ment à l'accord de paix global qui a mis fin à 21 ans de guer- re civile entre le Nord et le Sud du pays, a insisté le chef de l'Etat soudanais. "Nous ouvre- rons également pour la réalisa- tion de la paix au Soudan et dans le continent africain", a ajouté M. El-Bechir appelant

les pays de la région des Grands Lacs à travailler ensemble pour enrayer la pro- lifération d'armes illicites dans la région et y soutenir le déve- loppent et l'économie. Pour sa part, la Directrice exécutive des Parlements des pays de la région des Grands lacs, Mme Alberta Mola, a affiché sa détermination à aboutir à des "résultats satisfaisants" à l'is- sue de ce Forum, qui "servent les intérêts des pays de la région".

En bref… En bref… En bref… En bref…

Yémen

L'armée prévoit de lancer une vaste opération contre Al-Qaïda dans le Sud-Est

Les forces armées yéménites prévoyaient hier de lancer une vaste opération dans le sud-est du pays, visant la branche yéménite du réseau terro- riste Al-Qaïda, a-t-on indiqué de source sécuritai- re. Cette opération, qui devait être menée dans la ville de Houta, dans la province de Chabwa, "sera déclenchée une fois que les civils auront entière- ment quitté la ville", a affirmé un responsable des services de sécurité, cité par des médias. Cette région a connu cette semaine des affrontements entre des éléments armés et les services de sécuri- té, lors desquels trois membres d'Al-Qaïda et un soldat yéménite ont été tués.

Afghanistan

27 insurgés talibans tués dans l'Est

Vingt-sept insurgés talibans ont été abattus lors d'une opération conjointe menée par les troupes internationales et les forces de sécurité afghanes dans l'est Afghanistan, a-t-on indiqué de source sécuritaire. Dans une déclaration à la presse, un officier afghan dans la province de Khost, où s'est déroulée l'opération, a affirmé que les forces afghanes et internationales ont lancé un raid "dans le village de Mirsamar du district de Spirai et ont abattus 27 insurgés".

Violences au Pakistan

3 soldats et 10 insurgés tués

Trois soldats et 10 insurgés ont été tués hier dans deux incidents distincts dans le nord-ouest du Pakistan, ont annoncé les autorités locales.

Les trois militaires ont été tués dans un attentat

à la bombe visant un véhicule militaire dans la

région tribale de Khyber, selon une source loca-

le, citée par des médias. Par ailleurs, les forces de sécurité ont tué dix insurgés au cours de l'opération dans la région semi-tribale frontaliè- re (FR) de Peshawar, selon des sources offi- cielles.

Présidentielle en Guinée

Konaté exige de la CENI une nou- velle date et exclut tout nouveau report

Le président de la transition en Guinée, le général Sekouba Konaté a exigé de la commis- sion électorale nationale indépendante (Ceni) de fixer une nouvelle date pour le second tour de la présidentielle et exclut tout nouveau report. '' J'exige une nouvelle date du second tour, un nouveau report de cette date est exclu ' avertit le général Konaté dans un discours pro- noncé devant les acteurs de la transition, notamment les deux candidats pour le second tour de l'élection présidentielle en guinée.

Somalie

L'Onu appelle le gouvernement à mettre fin à ses "divisions internes"

Les Nations unies ont appelé hier le gouver- nement somalien de transition (TFG) à mettre fin à ses "divisions internes", au lendemain de la démission du Premier ministre Omar Abdirashid Sharmarke. L'envoyé spécial de l'Onu pour la Somalie, Augustine Mahiga a affirmé dans un communiqué avoir "pris acte de la décision du Premier ministre Omar Abdirashid Sharmarke de démissionner dans l'intérêt de la paix et de la stabilité en Somalie".

Nucléaire iranien

Les grandes

puissances

pour une

"solution

négociée"

Les six grandes puis- sances impliquées dans les négociations sur le program- me nucléaire iranien ont réaffirmé hier leur volonté d'aboutir "rapidement à une solution négociée" avec Téhéran, rapportent des médias citant un communi- qué des six. "Nous avons réaffirmé notre détermina- tion et notre engagement à trouver rapidement une solu- tion négociée à la question du nucléaire iranien, et avons consacré notre discussion à de nouvelles étapes pratiques pour y parvenir rapidement", souligne le document du groupe des six composé des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l'Onu et de l'Allemagne. "Notre objectif demeure une solution négociée complète et de long terme, qui puisse rétablir la confiance interna- tionale dans la nature exclu- sivement pacifique du pro- gramme nucléaire de l'Iran", poursuit le communiqué.

Moyen Orient

Le Quartette appelle à un Etat palestinien indépendant côte à côte avec Israël

Le Quartette pour le Proche-Orient a appelé mardi soir à New York à l'émergence d'un Etat palestinien ''indépendant, démocratique et viable vivant côte à côte dans la paix et la sécurité avec Israël''. Dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion de plusieurs heures en marge de la 65 e session de l'Assemblée générale de l'Onu, le Quartette a exprimé son ''ferme soutien à la repri- se des négociations israélo-palestiniennes, qui peuvent résoudre toutes les questions du statut

final d'ici un an''. Il a réaffirmé son ''plein enga- gement à ses précédentes déclarations qui pré- voient que les négociations devaient aboutir à un accord qui met fin à l'occupation qui a commen- cé en 1967 et à l'émergence d'un Etat (palestinien) indépendant, démocratique et viable vivant côte à côte dans la paix et la sécurité avec Israël et ses autres voisins''. Confirmant sa ''détermination à soutenir les parties dans le cadre des négociations

et la mise en £uvre d'un accord'' et notant que ''la

confiance mutuelle et la confiance sont essentiels

à la réussite des négociations, le Quartette a réité- ré son appel à Israël et aux Palestiniens de pro- mouvoir un environnement propice au progrès, en s'abstenant de toute ''provocation''. Par ailleurs, il a noté que le moratoire de règlement engagé en novembre dernier par Israël pour le gel de la colonisation en Cisjordanie, dont

la date a été fixée jusqu'au 26 septembre en cours,

a eu un impact positif et a demandé, à cet effet,

qu'il soit maintenu, tout en appelant les deux par- ties à s'acquitter de leurs obligations en vertu de la Feuille de route. Le Quartette a également encouragé les parties à travailler ensemble pour s'assurer que les négociations se poursuivent de manière constructive et a exhorté la communauté internationale à soutenir leurs efforts. Il a aussi souligné son ''engagement à une paix juste, durable et globale au Moyen-Orient, y compris les accords israélo-syrien et israélo-libanais''. Dans l'esprit de l'Initiative de paix arabe, le Quartette a appelé les Etats arabes à soutenir les négociations israélo-palestiniennes. Rappelant

que ''le changement sur le terrain fait partie inté- grante de la paix'', il a réaffirmé son ''soutien à l'Autorité palestinienne pour construire les insti- tutions d'un Etat palestinien dans les deux ans et

a

salué les progrès significatifs vers cet objectif.''

Il

a aussi déclaré qu'il avait pris note, en particu-

lier, du rapport économique de la Banque mon- diale qui a souligné que ''si l'Autorité palestinien-

ne maintient sa performance actuelle au renforce- ment des institutions et la prestation des services publics, elle est bien placée pour l'établissement d'un Etat à tout moment dans un proche avenir. " Sur ce point, le Quartette a demandé à Israël de ''prendre des mesures supplémentaires pour faci- liter la construction d'un Etat palestinien et à assurer sa croissance économique'' et s'est engagé

à continuer à participer activement sur toutes les

pistes et à encourager et à examiner les progrès accomplis. Il a convenu de se rencontrer réguliè- rement et a demandé à l'émissaire au Proche-

Orient et au représentant du Quartette à intensifier leur coopération et à maintenir les contacts avec

le Comité de la Ligue arabe sur l'Initiative de paix

arabe, et de formuler des recommandations pour l'action du Quartette. Par ailleurs, il a réaffirmé son soutien, en consultation avec les parties, pour une conférence internationale à Moscou au moment opportun, parallèlement à des négocia- tions directes. A rappeler qu'après une interrup- tion des discussions palestino- israéliennes en 2008 et des échecs successifs des négociations durant 17 années (depuis les accords d'Oslo), les pourparlers entre les deux parties avaient repris en début septembre en cours à Washington ou il s'agit de régler les questions du sort d'El Qods, les frontières d'un Etat palestinien et le droit au retour des réfugiés palestiniens.

Les Palestiniens récusent la présence des troupes israéliennes sur les futures frontières

Un Palestinien tué et deux autres blessés par des soldats israéliens à El-Qods occupée . Les Palestiniens ont récusé mardi le maintien des troupes d'occupation israéliennes le long des frontières est du futur Etat palestinien, rapportent les agences de presse citant un membre de l'Organisation de Libération de la Palestine (OLP). "Les Palestiniens ne peuvent tolérer aucu- ne présence israélienne à l'intérieur ou sur les frontières de l'Etat palestinien si une solution à deux Etats est trouvée avec Israël", a indiqué M. Ahmed Majdalani, membre du Comité exécutif de l'OLP. M. Majdalani a expliqué que l'OLP n'acceptera que les forces multinationales "pour une certaine période" entre Israël et les territoires palestiniens "sans aucune présence ni contrôle israélien".

Culture

14

EL MOUDJAHID

Synopsis

terre algérienne,

Chassés de leur

mère sont sépa-

et leur

trois frères

rés. Messaoud s'engage en Indo- chine. A Paris, Abdelkader prend la

tête du mouvement pour l'Indépen-

et Saïd fait for-

dance de l'Algérie

de

et les clubs

tune dans les bouges

boxe de Pigalle. Leur destin, scellé

d'une mère, se

autour de l'amour

mêlera inexorablement à celui d'une nation en lutte pour sa li-

berté.

Centre culture algérien de Paris

Une rentrée culturelle sous le signe de la diversité

C 'est sous le signe de la diversité que le Centre culturel algérien (CCA) de Paris a étrenné son programme d'ac-

tivités devant s'étaler de septembre à dé- cembre en faisant la part belle aux déambulations festives et à la création lit- téraire. "Fanfarai", des spectacles mêlant fan- fare et musique rai, est l'une des activités phare avec laquelle le CCA compte à partir du 25 septembre ouvrir le "bal". Décrite comme une "véritable expérience humaine et musicale", elle mettra en valeur onze musiciens de cultures diverses en réinter- prétant des musiques du terroir maghrébin et en mêlant cuivres et percussions tradi- tionnelles. Dans ce spectacle de rue, se côtoient

tradi- tionnelles. Dans ce spectacle de rue, se côtoient thèmes arabo-berbères, consonances afro- cubaines, latines

thèmes arabo-berbères, consonances afro- cubaines, latines ou jazz. Une manière de "s'inscrire dans la diversité et d'essayer d'élargir l'audience de cette culture algé- rienne méconnue, voire délaissée", a indi- qué le directeur du CCA, M. Mohamed Moulessehoul, par ailleurs écrivain connu en signant de sa plume Yasmina Khadra. A l'affiche du CCA, figurent également des spectacles qui seront notamment animés par les chanteurs Hamidou (16 octobre), de retour sur la scène du CCA après quelques années d'absence, Samir El Assimi (3 dé- cembre) et El Hadi El-Anka (27 novem- bre), enfant fidèle du maître de la musique chaâbi, El Hadj M'hamed El-Anka. La création littéraire ne sera pas du reste du programme d'activités du CCA. Un hom- mage sera rendu aux Editions Barzakh à l'occasion du 10e anniversaire de leur créa- tion. Une soirée est, à cet effet, programmée le 30 septembre en présence du directeur des Editions, M. Sofiane Hadjadj, qui s'en- orgueillit, dans une libre tribune parue dans la revue du CCA "Kalila", de catalo- guer près de 110 titres. Fidèle à sa tradition, le CCA compte aussi organiser des activi- tés devant commémorer les dates du 17 oc- tobre 1961 et du 1er novembre 1954, en prévoyant des projections de films et des rencontres avec des historiens dont Jean- Luc Einaudi, auteur, entre autres ouvrages liés aux évènements du 17 octobre 1961, de "Scènes de la guerre d'Algérie en France" en 2009 et "La bataille de Paris", en 1991.

Projection en avant-première à Marseille du film "Hors-la-loi"

L e film "Hors-la loi" de Rachid Bou-

chareb, qui a suscité un tollé lors de

sa présentation au festival de Cannes

en mai dernier, a été présenté lundi soir en avant-première à la salle "Pathé Madelaine" de Marseille, devant plus de 350 spectateurs parmi lesquels des élus locaux. L'œuvre, une fiction relatant le quotidien de trois frères qui, à partir d'un même évènement (8 mai 1945, ndlr), ont pu faire des choix différents, est prévue pour sortir en salle le 22 septem- bre 2010.Sa projection en avant-première a rassemblé des représentants de la mission diplomatique algérienne à Marseille, des personnalités politiques et des figures mar- quantes de la communauté nationale en France parmi lesquelles l'ancien joueur du Paris Saint-Germain, Mustapha Dahleb. Le vice-président du Conseil régional de Pro- vence-Alpes-Côte-D'Azur (PACA), en charge de la politique culturelle, Patrick Me- nucci, était également présent à la projec- tion, le Conseil finançant en partie le film. Avant le début de la projection, une cin- quantaine de personnes, pour la plupart des militants du Front national et des nostal- giques de l'Algérie française, s'étaient ras- semblées en guise de protestation reprochant au Conseil le financement du film.

protestation reprochant au Conseil le financement du film. Dans un entretien lundi à l'APS, l'historien Henri

Dans un entretien lundi à l'APS, l'historien Henri Pouillot a affirmé que ces menaces avaient pour but de faire interdire la projec- tion du film au prétexte de "trouble à l'ordre public". Ce film, rappelle-t-il, en se référant à Rachid Bouchareb lui-même, ne se veut

pas être un documentaire historique, mais une fiction, inspirée par des faits historiques réels. "C’est une œuvre artistique, et à ce titre, en France, le droit à l’expression se doit de rester intangible. Ce film recèle d’énormes qualités", a-t-il affirmé.

La manifestation aura lieu fin septembre à Ghardaïa

2 e festival de la chanson et la musique du M'Zab

2 e festival de la chanson et la musique du M'Zab La deuxième édition du festival

La deuxième édition du festival culturel de la chanson et de la musique de la région du M'Zab, se déroulera du 30 septembre au 5 octobre à Ghardaïa, a-t-on appris hier du directeur de la culture de la wilaya et commissaire du fes- tival. Cette deuxième édition du festival, qui aura pour thème: "A la découverte de nouveaux talents et la promo-

tion de la musique locale", permettra surtout de promou- voir le patrimoine immatériel de la région du M’Zab, en par- ticulier sa chanson, sa mu- sique et sa poésie, a précisé M.Zouhir Ballalou. Des di- zaines de troupes artistiques et des jeunes talents de la région du M’’Zab ainsi que, à titre d'invités, des groupes de mu- sique célèbres des chansons

kabyle (Tagrawla), Chaouie (Kounouz) et Targuie du Tas- sili N’Ajjer animeront les soi- rées du festival. Une journée d’étude consacrée aux instru- ments de musiques, à l’or- chestration et arrangements dans la musique du M'Zab, ainsi que des soirées poé- tiques, sont prévues en marge du festival qui rendra egale- ment hommage aux artistes de la région. Une exposition sur le patrimoine matériel et immatériel de Ghardaïa et du Tassili N’Ajjer, (régions ins- crites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO) sera organisée en marge de ce fes- tival qui a été institutionnalisé en 2008. La précédente édition s’était déroulée en mai 2009 avec la participation de plus d’une vingtaine de troupes musicales, d'artistes et de jeunes talents de la wilaya de Ghardaïa.

Les prochaines journées nationales du court-métrage en novembre à Béchar

L es première journées nationales du court mé- trage de Béchar auront lieu du 22 au 27 no- vembre prochain, a-t-on appris lundi auprès de

ses organisateurs. Une centaine de jeunes cinéastes amateurs issus de différentes wilayas du pays sont at- tendus pour prendre part à cette rencontre cinémato- graphique qui aura pour thème central "Circulation routière et Accident", a précisé un membre du comite d’organisation. Cette manifestation, considéré comme un nouveau rendez-vous du cinéma national, vise un double ob- jectif, à savoir faire découvrir la créativité cinémato- graphique de jeunes cinéastes et promouvoir davantage les actions de prévention des accidents de la circulation par le biais de productions sur le thème appelées à être projetées au public, a indiqué M. Ab- delkader Abassi. A travers cette manifestation, les organisateurs en- tendent aussi impulser une dynamique aux activités cinématographiques spécialisées et créer un espace de formation et de compétition pour les jeunes cinéastes amateurs, à travers l’organisation d’ateliers des mé- tiers du cinéma et de concours des meilleurs courts métrages, scénarii, photos et montages, prévus à l’oc- casion de cette rencontre de Béchar. En marge des ac- tivités cinématographiques, des tables rondes et conférences-débats sur le cinéma et les jeunes et une rencontre nationale sur la circulation routière, à ani- mer par des spécialistes nationaux, sont également au menu projetées à cette manifestation initiée par no- tamment la direction de wilaya de la jeunesse et des

sports, en coopération avec la télévision nationale et l’association nationale de communication et d’infor- mation en milieu de jeunes.

Création prochaine d'un club de cinéphiles à Oran

La direction de la Cinémathèque d'Oran envisage la création d'un club de cinéphiles au mois d'octobre prochain, a-t-on appris lundi de cette structure culturelle.

La Cinémathèque d'Oran a procédé au lancement de ce pro- jet, qui verra le jour pour la première fois

reux du septième art, constituera un espace pour débattre et échan- ger les idées sur la pro- motion du cinéma

dans cette ville, a indi- qué le conseiller cul-

algérien et la généra- lisation de sa culture

turel

de

cet

au sein des différents

établissement, M. Youcef Boucherit. Cette initiative cultu- relle vise, selon la même source, à "re-

milieux. Il permettra d'élaborer un pro- gramme et de consti- tuer des ateliers de travail pour la contri-

lancer la culture ciné- matographique à Oran et à constituer un es- pace de rapproche- ment et de lien entre les amateurs et les ac- teurs dans le domaine du cinéma, voire invi- ter les amoureux du ci- néma à fréquenter les salles pour suivre les productions cinéma- tographiques, natio-

bution à la promotion de la production ciné- matographique, a ajouté la même source. Pour rappel, soixante cinéphiles ont ex- primé, jusqu'au jour d'aujourd'hui leur désir d'adhérer à ce club selon les de- mandes recensées au- près de la direction de la Cinémathèque

nales internationales". Ce ciné-club, qui sera ouvert aux amou-

ou

d'Oran depuis le début des enregistrements lancés durant le mois d'août dernier.

Le texte de la pièce "El-hachamine" intéresse une compagnie théâtrale marocaine

U ne compagnie théâtrale marocaine intéressée par le texte de la pièce

"El-hachamine" (les timides) de l'auteur algérien Mourad Se- nouci, a décidé de l'adapter en vue d'une représentation devant son public. Cette œuvre pro- duite par le Théâtre régional de Batna avait été récompensée du prix de la meilleure interpré- tation masculine à la dernière édition du Festival du théâtre professionnel d'Alger. C'est dans ce contexte qu'elle a sus- cité l'intérêt du metteur en scène marocain Abdelmajid Fennouche, directeur de la compagnie "El-moubadara" qui était invitée à cette manifesta-

tion, a indiqué Mourad Senouci dans un entretien à l'APS. "El- hachamine", a-t-il rappelé, est une histoire inspirée du patri- moine littéraire universel, en l'occurrence "Les Deux Ti- mides" de l'auteur dramatique français Eugène Labiche (1815-

1888).

Le thème de la timidité a capté l'attention de Mourad Se- nouci qui s'est efforcé, a-t-il dit, d'en exploiter toutes les fa- cettes en abusant généreuse- ment du côté burlesque des personnages, des dialogues et de l'amalgame entre la timidité et la faiblesse. La générale de la version marocaine est prévue en décembre prochain au théâ- tre de Rabat, a-t-il fait savoir en

citant le metteur en scène Ab- delmajid Fennouche qui a éga- lement exprimé le souhait de la voir jouée par sa troupe en Al- gérie dans le cadre des échanges culturels. Mourad Senouci, qui a fait ses preuves dans l'écriture hu- moristique, s'attaque actuelle- ment à un tout autre genre, "celui de la réflexion philoso- phique à travers l'adaptation d'une oeuvre de l'homme de let- tres algérien Wassiny Laaradj". Son nouveau texte, intitulé "Imra'a min ouaraq" (une femme en papier), se propose notamment d'explorer le rap- port qu'entretient un auteur avec son personnage, a-t-il confié.

Santé

16

EL MOUDJAHID

Œufs
Œufs

Le nombre de personnes atteintes d'Alzheimerdevrait doublerd'ici à2030

atteintes d'Alzheimerdevrait doublerd'ici à2030 le risque de développer la maladie double tous les 5 ans à

le risque de développer la maladie double tous les 5 ans à partir de 65 ans, et atteint 50% à l'âge de 85 ans. Le docteur Daisy Acosta, présidente d'ADI, estime, pour sa part, que la maladie d'Alzheimer et les autres démences représentent "la plus importante crise sociale et médicale du 21 e siècle" et les gouverne- ments sont "lamentable- ment préparés face aux perturbations sociales et économiques qu'elle entraîne".

L e nombre de per-

d ' A l z h e i m e r

devrait passer de 35,6 millions aujourd'hui à 65,7 millions d'ici à 2030, a averti un rapport publié, mardi, à l'occa- sion de la Journée mon- diale de lutte contre cette maladie. Dans ce rapport, l'asso- ciation Alzheimer's Disease International (ADI), qui fédère 73 associations dans le monde, estime que le nombre de malades d'Alzheimer et des démences apparentées devrait tripler d'ici 2050 (115,4 millions de per- sonnes). Les experts du King's College London et du Karolinska Institutet (Suède) qui ont compilé les données les plus récentes pour ce rapport appellent à un "effort international à la mesure de la maladie". Environ 0,5% de la population mondiale est aujourd'hui affectée par une forme de démence, dont Alzheimer est la plus commune. La maladie, qui affecte la mémoire et le compor- tement, est incurable et très invalidante. La maladie d'Alzheimer

sonnes atteintes

est

fortement

liée

au

vieillissement,

puisque

Alzheimer: comment prévenir les risques

L a maladie d'Alzheimer fait peur. Un mal dégénératif, qu'aucun traitement ne permet d'endiguer

à l'heure actuelle, qui débouche sur la dépendance, et dont le nombre de cas pourrait doubler ces 20 prochaines années. En attendant que les efforts fournis en matière de recherche portent leurs fruits, il est possible de réduire les risques par des moyens simples de pré- vention. Prendre soin de son coeur et de ses vaisseaux Les études montrent que les facteurs de risque cardio-vasculaire exposent aussi à la maladie d'Alzheimer, notamment parce qu'ils fragilisent les vaisseaux qui irriguent le cerveau. Parmi ceux-ci l'hypertension (à traiter), le tabagisme (vous savez quoi faire) ou encore le cholestérol (voir ci- dessous). Manger sain. Diminuer les graisses en général, et les acides gras saturés en particulier (qu'on trouve notamment dans le beurre, les graisses animales, les plats cuisinés) pour éviter le cho- lestérol. Evitez la viande rouge, et pré- férez le poisson (riche en oméga 3), les fruits et légumes frais. Le diabète étant également un fac- teur aggravant, évitez l'excès de sucre. C'est valable pour toutes les mala- dies, noterez-vous. Raison de plus

pour s'y mettre. Rester calme Une vie de stress pourrait doubler voire quadrupler les risques de survenue de la maladie d'Alzheimer. Voilà un chiffre qui ne devrait pas aider les anxieux à se détendre. Gérer son stress n'est certes pas aisé, mais vous pouvez quand même tenter quelques techniques qui ont fait leurs preuves, comme les techniques de respiration abdominale ou de relaxation. Ou en prenant soin de s'aménager

régulièrement des plages de tranquilli- té comme des promenades dans la nature, une lecture apaisante, ou juste un bon moment entre amis. Muscler son cerveau (et le reste)

Ce

n’est pas bon que pour le moral. L’inertie physique et mentale, de même que l’isolement social sont autant de facteurs favorisant la surve- nue de la maladie d’Alzheimer. est important d’avoir une activité physique régulière, de faire travailler son intellect et sa mémoire (par le biais de sports dits cérébraux par exemple), et d’échanger, de discuter, de voir du monde aussi souvent que possible. Et, s’il est important de veiller à

conserver ces activités une fois la retraite venue, il n’est jamais trop tôt pour prendre des bonnes habitudes.

Promenade, lecture, amis

Polynésie : les essais nucléaires auraient augmenté les risques de cancer de la thyroïde

U ne récente étude publiée sur le site du British Journal of Cancer montre

que les essais nucléaires en Polynésie française auraient eu comme conséquence d'augmen- ter les risques pour les habitants de développer un cancer de la thyroïde, en raison des irradia- tions reçues. La France a effectué quarante- et-un essais nucléaires en Polynésie, entre 1966 et 1974. Ces essais auraient exposé la population à une certaine dose d'irradiation, laquelle augmente- rait sensiblement le risque pour la population touchée de déve- lopper un jour un cancer de la

thyroïde. Pour les auteurs de l'étude : " L'estimation du risque attribuable aux essais nucléaires est faible, mais elle est fondée sur des données limitées concer- nant l'exposition ". L'étude s'est intéressée à 229 individus touchés par le cancer, et 373 personnes "témoins". La dose d'irradiation a alors été estimée en fonction des données récoltées et les chercheurs sont arrivés à la conclusion que " en dépit de ce faible niveau de dose,

nous avons observé un

) (

risque accru de cancer de la thy- roïde avec l'augmentation de

dose reçue à la thyroïde avant l'âge de 15 ans ".

reçue à la thyroïde avant l'âge de 15 ans ". Brisez les idées reçues ! térol

Brisez les idées reçues !

térol ! La recette : donner aux poules des graines de lin ou du colza, riches en Oméga-3. Les fameux acides gras se retrouvent alors dans les œufs, qui deviennent des armes anti-cholestérol ! Contre les kilos ? Plus récemment, une nouvelle vertu des œufs a été soulignée : ils seraient des alliés de choix dans la lutte contre le poids ! En effet, les protéines qu'ils contiennent permettraient de limiter la perte musculaire et de faciliter la fonte graisseuse. Seul hic : l'effet serait majo- ré le matin ! Il faudrait ainsi manger un œuf à chaque petit déjeuner pour profiter des bienfaits des constituants ! Les cher- cheurs soulignent qu'éventuellement, ceux qui n'aiment pas les œufs le matin peuvent se rabattre sur les produits lai- tiers (allégés en matières grasses) et les viandes maigres… En tout cas, un conseil : les œufs se conservent au frigo, et pas plus de trois semaines. Sachant qu'il vaut mieux garder les œufs frais pour les préparations type mayonnaise, et les plus vieux pour les faire cuire…

Savez-vous où se cache le cholestérol ?

Le cholestérol sanguin vient totalement de l’alimentation. Faux. Il est , pour l’essentiel , produit par le foie . Seul 1/4 pro- vient de l'alimentation. On le trou- ve dans les produits d'origine ani- male à des taux très variables :

viandes, abats, produits laitiers, crustacés, coquillages, poissons, œufs… Les yaourts sont riches en cho- lestérol. Faux. Un pot de 125 g vous apportera seulement 5 mg de cho- lestérol. Pour réduire le cholestérol, il faut limiter sa consommation en acides gras saturés. Vrai. Les acides gras saturés qui entraînent une hausse du cholesté- rol (et notamment du 'mauvais' cholestérol LDL). Ils sont appor- tés par le beurre, les aliments d'origine animale (viandes, œufs, fromages, lait entier), mais aussi les viennoiseries et pâtisseries, ainsi que les biscuits, les plats cui- sinés, etc. Les fruits et légumes appor- tent un peu de cholestérol. Faux. Ils n’en contiennent pas ! En revanche, ils sont riches en antioxydants, qui vont protéger les artères. Certains aliments font baisser le taux de mauvais cholestérol. Vrai. Les acides gras insaturés (poly et monoinsaturés) permet- tent en effet une diminution du cholestérol notamment du « mau- vais ». Ces acides gras sont four- nis par les huiles végétales, les margarines, les fruits secs oléagi- neux, les poissons gras des mers froides, etc. Le jaune d’œuf est riche en cholestérol. Vrai. Le cholestérol est particu- lièrement abondant dans les abats

ou le jaune d'œuf. Pour faire baisser son taux de cholestérol, il faut remplacer le beurre par de la margarine. Vrai. Certaines margarines végétales sont riches en acides gras polyinsaturés et éventuelle- ment enrichie en phytostérols (antioxydants d’origine végétale) :

les études montrent qu'une consommation de 20 g par jour de ce type de margarine permet d'abaisser en moyenne de 10 % le taux du cholestérol sanguin. Il y a plus de cholestérol dans le caviar que dans le foie gras. Vrai. Le caviar contient 440 mg pour 100 g, alors que le foie gras en apporte 380 mg/100 g.

œufs
œufs

L es s o n t - i l s trop riches

en cholestérol ? Quels sont les risques de salmonelle ? Peut-on en manger plu- sieurs dans la journée ? Découvrez ce qui se cache sous la coquille… Une mine d'or ! Les œufs sont une véritable source de vitamines et minéraux ! Ils sont ainsi riches en vitamines D, E et K. Mais ils contiennent également des minéraux intéressants, tel que le fer ou le phos- phore. Ils également une source d'iode, un minéral indispensable au bon fonc- tionnement de la thyroïde. Et ils appor- tent du sélénium, antioxydant par excel- lence. Bien sûr, les œufs sont également une source de protéines, qui les rendent incontournables pour les végétariens. Un aliment qui a sa place dans tous les menus…

L'œuf à l'œil Et l'œuf est un aliment santé par excel- lence ! De nouvelles études soulignent ses bienfaits pour les yeux ! On le savait, il est une source privilégiée de vitamine A, qui est nécessaire à la fabrication des piments au fond de la rétine. Un œuf apporte 30 % des apports recommandés ! Mais ce n'est pas tout : cet aliment est une source de caroténoïdes particuliers, la lutéine et la zeaxanthine, responsables de la couleur du jaune d'œuf, qui sont connus pour leur rôle dans la vision. Ces composés permettent notamment de lut- ter contre la dégénérescence maculaire liée à l'âge, une maladie qui peut entraî- ner une cécité. Ces pigments se cachent également dans les légumes verts. Les épinards aux œufs durs, incontournable pour les yeux ? Cholesterol or not cholesterol ? Une idée reçue a la vie dure : l'œuf augmente le taux de cholestérol :

D'abord, il faut savoir que le cholestérol qui circule dans notre corps est essen- tiellement fabriqué par notre organisme. Seule une petite partie vient de notre ali- mentation. Manger des œufs n'est donc pas responsable directement d'une hypercholestérolémie. C'est l'alimenta- tion déséquilibrée qui est à blâmer D'ailleurs, cette réputation pourrait bien s'inverser : les producteurs proposent des œufs qui réduisent le taux de choles-

bienfaits du Les gingembre es ses études D scientifiques sérieuses ont prouvé vertus Il antioxydantes.
bienfaits
du
Les gingembre
es
ses études
D
scientifiques
sérieuses
ont
prouvé
vertus
Il antioxydantes.
faut
savoir
que les
antioxy-
dants
sont
des
parti-
cules qui per-
mettent
au
corps
de
se
défendre
contre les radicaux
caux
libres
sont
libres. Ces radi-
des particules qui
participeraient
à l’apparition
des
troubles cardiovasculaires,
de cancers
et de pathologies
liées
au vieillisse-
ment.
gingembre
contient
pas
moins
de
quarante
ne molécules
sont anti-
Le oxydantes.
Certaines
très
résistantes
et
survivent
à
la
chaleur. On dit
même que
cer-
taines
seraient
révélées
lors
de
la
cuisson.
La
poudre de
gingembre
est
en
place en ce qui
troisième
concerne
sa
richesse
en
antioxydants,
troisième
sur
plus
de
mille
aliments.
Le jus de myrtille pour préserver la mémoire D e plus en plus de bienfaits
Le jus de myrtille pour préserver la mémoire
D e plus en plus de
bienfaits sur la
santé sont décou-
verts pour la myrtille.
Cette petite baie foncée
possède énormément
d’antioxydants.
Une étude
faite par
une équi-
pe
de
té de Cincinnati démontre que 250 ml de
jus de myrtille par jour ralentissent les
pertes de mémoire. On a fait le test sur un
groupe de retraités souffrant de problèmes
de mémoire. Pendant douze semaines, la
moitié du groupe buvait un grand verre de
jus de myrtille tous les matins. La deuxiè-
me moitié du groupe recevait un placebo,
un jus à saveur de fruits.
A la fin de l’étude, tous les patients ont
passé un test de mémoire. Ceux qui
de myrtille ont obtenu de meilleurs résul-
tats lors des tests sur la capacité de mémo-
risation. Les chercheurs concluent donc
que boire du jus de myrtille quotidienne-
ment ralentit la perte des capacités cogni-
tives et peut même les améliorer.
En raison de ses nombreux antioxydants,
la myrtille est aussi reconnue notamment
pour ses propriétés anticancer, mais aussi
pour le fait qu’elle ralentit le processus de
vieillissement.
l’universi- avaient reçu une dose quotidienne de jus

Jeudi 23 Septembre 2010

Santé

17

EL MOUDJAHID

L'ONU lève 40 milliards de dollars pour améliorer la santé dans le monde

milliards de dollars pour améliorer la santé dans le monde L e secrétaire général de l'ONU

L e secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a annoncé hier des engage- ments à hauteur de 40 milliards de

dollars pour améliorer la santé des femmes et des enfants dans le monde qui, selon lui,

permettront de sauver des millions de vie. "Nous savons ce qui marche pour sauver la

vie des femmes et des enfants, et nous savons que les femmes et les enfants sont un élément crucial pour atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD)", a décla- ré le secrétaire général dans un communiqué dif- fusé au dernier jour du sommet de l'ONU à New York. Il a souligné que les donateurs - gouvernements, groupes privés, philanthropes - avaient fait preuve de "leadership" en permettant de lever 40 milliards de dollars.

Ban Ki-moon a estimé que cette stratégie globale visant la santé des femmes et des enfants sauverait 16 millions de vies d'ici à

2015.

Du café noir contre le diabète

L e café noir pris lors du plus gros repas de la jour- née réduirait de 34% le

risque de diabète de type 2, d’après une étude franco-brési- lienne publiée dans l'American Journal of Clinical Nutrition. Les chercheurs ont suivi pen- dant 11 ans 69.532 Françaises âgées de 41 à 72 ans au début de l’étude et qui ne souffraient alors pas de diabète. A la fin de l'enquête, 1.415 d’entre elles en avaient développé un. Durant cette période, les scientifiques ont cherché à connaître les effets du café, du thé et de la chicorée sur le dia- bète de type 2. Il s’est avéré que

les femmes consommant un peu plus d’une tasse de café par jour soit environ 125 ml, durant le repas du midi (en moyenne le plus important de la journée), avaient 34% de risque en moins de souffrir de diabète de type 2 que le reste de la cohorte. Les chercheurs ont également constaté que les femmes qui buvaient au minimum trois tasses de café par jour avaient 23% de risques en moins de déclencher un diabète. Cet effet protecteur a égale- ment été constaté lorsqu’il s’agissait de café décaféiné et de café sucré. Cependant, le café soluble et le café au lait n’étaient pas dotés de ces pro-

priétés. Le thé et la chicorée n’avaient quant à eux aucune action sur le diabète. D’après les chercheurs, ces effets ne viendraient pas de la caféine mais plutôt de l’acide chlorogénique contenu dans les grains de café. Cette substance diminuerait la charge glycé- mique du repas pris juste avant. La lignane, une substance anti- oxydante, pourrait également être en cause puisque les anti- oxydants auraient une action antidiabétique. Une simple tasse de café prise après le repas pourrait donc être un moyen simple et agréable d'enrayer l'épidémie de diabète.

L'éducation des enfants

Jusqu'à

quel âge

peut-on

grandir ?

P lus de 20 ans pour les garçons, un peu moins pour les filles.

La croissance débute dès la naissance, sous le contrôle de diverses hormones dont l'hormone de croissance. Elle s'accélère à la puberté et s'arrête peu après. Comme la puberté est plus précoce chez les les filles et se termine plus tôt, leur croissance est achevée avant celle des garçons. on grandit surtout grâce aux os longs de notre squelette. Les cellules du cartilage de conjugaison (à l'extrémité des os longs) se dupli- quent puis se transforment en cellules osseuses. L'accumulation de ces der- nières permet l'allongement des os. Quand tout le cartilage de conjugaison a été rem- placé par du tissu osseux, la croissance en longueur des os longs est terminée et la taille définitive est atteinte. Le processus qui contrôle l'arrêt de cette ossi- fication reste mystérieux.

Pourquoi devrions-nous chercher des alternatives aux punitions? Parce que :
Pourquoi
devrions-nous chercher
des alternatives aux
punitions?
Parce que :

Des punitions répétées risquent d'avoir une influence négative sur l'estime de soi et la confiance en soi de l'enfant. Plus souvent qu'autrement les punitions dictent à l'en- fant ce qu'il ne doit pas faire et ne lui montrent pas ce qu'il devrait faire. La punition est une technique dont il est facile d'abuser. Les punitions répétées peuvent amener l'éducateur à développer une perception négative de l'enfant et ainsi porter davantage d'attention à ses erreurs qu'à ses réus- sites. Les punitions répétées peuvent amener l'enfant à conclure que nous satisfaire est impossible; ainsi, il pourra abandonner tout effort et se résigner à chercher notre attention de façon négative (en désobéissant, bousculant, volant, etc.). Parce que de la naissance à l'âge de deux ans, nous avons accompli de véri- tables miracles en ne punissant presque jamais! L'enfant a appris à marcher et à parler (entre autres) et rares sont les parents qui ont eu recours à la punition pour leur apprendre. Au contraire, la plupart ont applaudit et encouragé les efforts, les réussites.

ont applaudit et encouragé les efforts, les réussites. Journée mondiale du cœur Maladies cardiovasculaires
ont applaudit et encouragé les efforts, les réussites. Journée mondiale du cœur Maladies cardiovasculaires
Journée mondiale du cœur Maladies cardiovasculaires Plus de 17 millions de victimes chaque année O

Journée mondiale du cœur

Journée mondiale du cœur Maladies cardiovasculaires Plus de 17 millions de victimes chaque année O rganisée

Maladies cardiovasculaires

Plus de 17 millions de victimes chaque année

O rganisée le 26 septembre pro-

du cœur, a pour but de mieux

faire connaître au grand public les principaux facteurs de risque des pathologies cardiaques ainsi que les moyens de les combattre. L'objectif est d'attirer l'attention sur la nécessi- té d’adopter un programme de lutte contre les maladies cardiovascu- laires, le diabète de type II, l'hyper- tension et l'accident vasculaire céré- bral, et de sensibiliser à l'importance de maintenir un poids sain pour que ce risque soit réduit. Les maladies cardiovasculaires, cardiopathies et accidents vasculaires cérébraux, qui font 17,5 millions de victimes chaque année, sont la pre- mière cause de mortalité dans le monde. En Algérie, Les maladies cardio- vasculaires viennent en tête des causes médicales de décès suivies par les tumeurs. Sur environ 14 000 décès enregistrés en 2008, 19,7% des décès ont été causés par des maladies cardiovasculaires contre 8,1% causés par des tumeurs cancéreuses. L'obésité, les mauvaises habitudes alimentaires, la consommation de tabac et le manque d'exercice phy- sique constituent les principaux fac- teurs de risques des maladies cardio- vasculaires et accidents vasculaires cérébraux et, constatation alarmante, se déclarent à des âges de plus en plus précoces. Aujourd’hui, il est clairement éta-

chain, la Journée mondiale

bli que l’acquisition de mauvaises habitudes alimentaires, de modes de vie préjudiciables à la santé dont le tabagisme et la sédentarité consti- tuent la cause essentielle de l’émer- gence et de l’augmentation crois- santes des maladies cardiovascu- laires, du diabète, de l’hypertension artérielle, de certains cancers et de affections respiratoires chroniques dont l’asthme. Outre, l’obésité qui est actuellement en recrudescence causée généralement par des habi- tudes culinaires aléatoires est respon- sable dans l’apparition de ces mala- dies qui affectent de plus en plus l’adulte jeune. C’est pourquoi des mesures pré- ventives doivent être envisagées pour freiner la propagation de ces patholo- gies. C’est la raison pour laquelle les autorités mondiales et nationales ont réagit en accordant une place prépon- dérante à leur prévention, leur contrôle et leur surveillance. Il s’agit notamment de promouvoir l’activité physique qui est une composante indispensable dans la protection de la santé des individus à travers une édu- cation sportive qui doit être inculqué dés le jeune âge car les enfants ne sont pas suffisamment actifs pour rester en bonne santé. Notons que plusieurs manifesta- tions scientifiques seront organisées à l’occasion de la journée mondiale du cœur.

Kamélia H

Palpitations : Quand consulter ?

Tout à coup, votre cœur se met à battre de façon irrégulière et accélé- rée ? Vous ressentez des palpitations ? Ce trouble du rythme du cœur peut correspondre à une fibrillation auriculaire. Vous devez consulter un cardiologue dans la journée ! Explications.

Trouble du rythme : mon cœur bat irrégulièrement et plus vite

Un cœur qui tout à coup se met à battre irrégulièrement, voire à pro- voquer comme des palpitations, indique très possiblement une fibril- lation auriculaire. Ce terme médical désigne une activation anarchique des oreillettes. Sur le moment, ce trouble du rythme ne met pas en danger. En revanche, il témoigne d'un haut risque cardiovasculaire :

hypertension, insuffisance car- diaque, diabète, maladie coronaire, etc. C'est pourquoi la survenue d'une fibrillation auriculaire doit être considérée comme un signal d'alerte et amener à consulter dans la journée un cardiologue afin de réaliser un bilan cardiovasculaire complet. Selon les résultats, un trai-

tement curatif ou préventif pourra être mis en place afin soit de rédui- re la fibrillation auriculaire, soit de prévenir les complications cardio- vasculaires. En effet, si les oreillettes ne se contractent pas régulièrement, le sang risque de stagner, favorisant la formation d'un caillot sanguin. Libéré dans la circulation sanguine, celui-ci peut aller se loger dans le cerveau, provoquant une embolie avec un accident ischémique transi- toire, voire un véritable accident vasculaire cérébral (AVC). Les AVC sont souvent reconnus grâce à leurs symptômes (engourdissement soudain, perte de sensibilité du visage, d'un bras, d'une jambe ou d'un côté du corps, vertige, troubles de l'élocution, de la vue, maux de tête intenses, vomissements

Les autres troubles du rythme

La fibrillation auriculaire n'est pas la seule maladie responsable de palpitations et d'accélération du rythme du cœur. Tout changement du rythme cardiaque (pouls) doit vous amener à consulter votre médecin.

Le plein de magnésium… et de repos

L e saviez-vous ? Le magnésium est réputé

efficace contre le stress. Quelques aliments

qui en contiennent beaucoup : noix de coco

sèche (74mg/100g), céréales au son (136mg/100g), pain complet (81mg/100g), lentilles (53mg/100g), amandes (250mg/100g), noisettes (150mg/100g), chocolat noir (112mg/100g), eaux minérales, pois chiches, (53mg/100g). Si cela ne suffit pas, votre médecin vous conseillera peut-être une cure de magnésium en comprimés. De bonnes nuits de sommeil Les soucis, le surmenage augmentent la fatigue. Pour pallier cette baisse de régime, vous grignotez en espérant que cela vous donnera un regain d'énergie… Et vous grossissez. Voilà pourquoi une bonne nuit de sommeil est essentielle pour garder la ligne. Elle permet de recharger les batte- ries, sans absorber une calorie. Mieux, pendant la nuit, votre organisme continue de fonction- ner, au ralenti, certes, mais il brûle des calories. Le matin, vous vous réveillez fraîche et prête à affronter votre journée. Si vous avez des nuits agitées, voici quelques conseils pour créer l'ambiance idéale propi- ce à un sommeil vraiment réparateur. D'abord, plongez votre chambre dans l'obscurité. Dormir dans le noir permet au cerveau de ne pas réactiver trop tôt son système d'éveil : évitez donc toute stimulation visuelle en fermant les volets et en tirant les rideaux. Si vous ne vous sentez pas à l'aise dans l'obscurité totale, vous pouvez vous équiper d'une veilleuse.

pas à l'aise dans l'obscurité totale, vous pouvez vous équiper d'une veilleuse. Jeudi 23 Septembre 2010

Jeudi 23 Septembre 2010

Société

21

EL MOUDJAHID

Beau coup de filet de la gendarmerie à l’Ouest

209 véhicules saisis et 22 personnes arrêtées

De notre envoyé spécial à Mostaganem : Mohamed Mendaci

Le réseau sévissait depuis 4 ans dans plusieurs wilayas.

L e phénomène du vol de voi- tures en Algérie a atteint des proportions alarmantes.

Des centaines de véhicules circu- lent en Algérie avec de faux docu- ments, dont beaucoup d’ailleurs ont été saisis par les services de gendarmerie nationale. Aujourd’hui, les réseaux de trafi- quants de véhicules organisés ne reculent devant rien pour se rem- plir les poches, mais surtout inon- der le marché parallèle de véhi- cules avec de faux papiers en pro- venance de vol à l’étranger ou dans certaines wilayas du pays. Un important réseau régional de trafic de véhicule et de faux documents a été démantelé il y a quelques jours, par les éléments de la section de recherches de la gendarmerie nationale du groupe- ment de Mostaganem et de plu- sieurs brigades territoriales. La bande composée de 26 per- sonnes qui activait au niveau des wilayas d’Oran, Mostaganem, Tlemcen et Tissemsilt est tombée dans les mailles des filets des représentants de la loi, suite à des informations précises. Le déman- tèlement de cette association de malfaiteurs a permis la récupéra-

tion de 209 véhicules, dont 166 véhicules légers, 32 tracteurs agri- coles, 4 camions et une remorque ainsi que six autres véhicules sai- sis au niveau de la wilaya d’Oran.

Les premiers éléments de cette enquête indiquent que les membres de ce réseau structuré à tous les niveaux ont tissé leur toile d’activité depuis quatre ans, soit entre 2006 et 2010. Les enquê- teurs, déterminés à mettre la main sur le réseau criminel ont décou- vert 1.358 dossiers falsifiés desti- nés aux demandeurs, dont 842 dossiers pour l’obtention de cartes grises sans dossiers de base entre 2006 et 2007. Il a également été relevé que les dossiers de base de

140 tracteurs agricoles étaient fal-

sifiés au même titre que 366 fiches contrôles de ce type d’en- gins ne disposant point de dos- siers administratifs. Selon le com- mandant Farouk Deraia du grou- pement de la gendarmerie natio- nale de Mostaganem, le réseau de trafiquants ciblait des jeunes ayant bénéficié des aides de l’Etat dans le cadre de l’emploi de jeune en leur proposant le rachat du cré- dit de leur moyen de travail.

L’affaire conclue, les membres du

leur moyen de travail. L’affaire conclue, les membres du réseau falsifiaient par la suite les dossiers

réseau falsifiaient par la suite les dossiers administratifs des trac- teurs pour les revendre sur le mar- ché parallèle. En poursuivant leurs investigations, les auxiliaires de la justice ont informé le procu- reur de la République de Mostaganem des tenants et abou- tissants de l’affaire qui a instruit la saisie de tous les véhicules contrôlés, recensés sans dossier de base. Arrêtés et présentés devant le procureur de la République près le parquet de Mostaganem, 22 des mis en cause, dont trois femmes, ont été placés sous mandat de dépôt pour vol de véhicule, faux et usage de

faux, falsification de cachets et de griffes, et blanchiment d’argent alors que deux autres demeurent en cavale et deux autres sont déjà emprisonnés dans des affaires similaires. Selon notre source, plusieurs impliqués étaient des fonctionnaires de l’administration des services de carte grise. Les gendarmes ont récupéré égale- ment des cachets et des griffes fal- sifiés au cours de ce coup de filet. Par ailleurs, dans le même registre, les unités de la gendar- merie nationale ont procédé à la saisie de 188 véhicules durant les 8 premiers mois de l’année 2010 et 325 autres récupérés en 2009.

Bejaia

Criminalité

La PJ centrale de la sûreté de wilaya de Bejaia a eu à traiter, dans le courant de la pre- mière quinzaine de ce mois de septembre, deux affaires, l’une ayant trait à un « faux, usage de faux et escroquerie » et l’autre à « constitution de groupe de malfaiteurs faus- saires et escroquerie », dont les auteurs sont, dans la première affaire, deux étudiants maliens répondant aux initiales S.B. et M.T., respectivement âgés de 19 et 34 ans, et … encore deux autres Maliens (D.A. et K.K.). Le premier tandem a été mis sous mandat de dépôt sur instruction du procureur de la République le 5 septembre 2010 et l’autre « binôme » a subi le même sort le 15 septembre 2010. Dans la première affaire, la victime de l’arnaque est une femme répondant aux initiales H.N., âgée de 48 ans à laquelle les étudiants indélicats ont réussi à extorquer une « importante » somme d’argent « qui devait leur permettre d’acquérir un produit indispen- sable à la confection d’un document (restant) les autorisant à acheter son appartement » (?). Après qu’ elle ait déposé plainte auprès de la police, celle-ci a fini par appréhender les deux mis en cause sur lesquels ont été trouvés divers

produits devant servir à la confection de faux billets de banque. C’est le même scénario dans la seconde affaire dont la victime est un homme…

Tébessa

Une statuette antique en bronze récupérée à Cheria

Les éléments de la brigade de Gendarmerie nationale de Cheria (47 km au sud de Tébessa) viennent de récupérer une statuette en bronze, représentant Jésus-Christ, datant de l’époque romai- ne, a-t-on appris du groupement de wilaya. Cette pièce archéologique rare, d’une valeur estimée à 5 millions de dinars, a été découverte dans une voiture de tourisme à bord de laquelle se trou- vaient quatre individus qui ont été pré- sentés hier après-midi, à la justice pour répondre de cet acte. Le vol et le trafic de pièces archéologiques a pris des propor- tions alarmantes ces dernières années dans la wilaya de Tébessa qui renferme un potentiel archéologique et historique de première importance, a-t-on affirmé de même source.

Détournement de mineurs

Deux individus, D.A. (38 ans) et B.A. (33 ans), en fait deux repris de justice, ont été pla- cés sous mandat de dépôt pour « détournement de mineur et atteinte aux bonnes mœurs » après avoir entraîné un jeune homme de 17 ans (Z.S.) « intercepté » à Tichy, fragilisé car démuni et n’ayant pas ou dormir, dans un début d’ « aventure » à caractère répréhensible dans une demeure isolée appartenant à B.A.

Suicides «avortés»

Sept tentatives de suicides (4 en dehors du chef-lieu et 3 autres à l’intérieur) ont été enre- gistrées dans la wilaya de Bejaia. Il s’agit de deux femmes et de cinq jeunes hommes, dont l’âge se situe entre 23 et 38 ans. Par contre, le 23 août 2010, une femme âgée de 63 ans s’est

suicidée. Mustapha Bensadi

Environnement

L’Algérie va se doter de deux usines de traitement de déchets industriels

Une nouvelle dynamique terri- toriale vient d’être engagée par les pouvoirs publics dans le cadre du Schéma national d'aménagement du territoire (SNAT/2030) et de la politique de l'environnement, pour les cinq prochaines années. Cette nouvelle dynamique s’est traduite par la mise en œuvre de 20 Schémas directeurs d'amé- nagement du territoire et la réali- sation des grands projets d'équi- pement public de la décennie 2000-2009.Les efforts déployés dans ce domaine commencent à porter leurs fruits, puisqu’elles commencent déjà à transformer le paysage de nos villes. Les réali- sations enregistrées dans le cadre des programmes conséquents décidés par le Chef de l'Etat, ont permis, notamment l'amélioration du cadre de vie, la protection du patrimoine naturel, une croissance industrielle de qualité et la géné- ralisation de l'éducation environ- nementale. Dans le cadre de l'amélioration du cadre de vie, le programme de gestion intégrée des déchets ménagers et assimilés

connaît un état d'avancement appréciable puisqu’il a permis entre autres, la dotation des com- munes de 908 schémas directeurs de gestion des déchets ménagers et assimilés, la réalisation de 100 centres d'enfouissement tech- niques, de 8 déchetteries et de

348 incinérateurs de déchets d'ac-

tivités de soins, l'instauration de nouvelles formes de management des services de gestion des déchets, la création d'établisse- ments de wilayas publics à carac- tère industriel et commercial (EPIC de wilayas) pour la gestion de ces déchets, ainsi que la modernisation et la mécanisation des équipements et le renforce- ment des capacités locales par des cycles de formation de techni- ciens spécialisés amenés à élever le niveau de prestations de ser- vices techniques des collectivités locales. Il est également question de poursuivre la politique de recy- clage et de valorisation des déchets et qui vise, entre autres, la réduction à la source de la pro- duction, et, donc, du volume ainsi

que celle de la toxicité des déchets, puis à leur réutilisation et leur recyclage à compter de 2010 par l'inscription de la réalisation et de l'équipement de nouveaux centres d'enfouissement tech- niques et la réalisation de déchet- teries. En 2014, 54% des déchets ménagers et assimilés seront trai- tés. Pour ce qui est des espaces verts, il a été recensé le classe- ment et la protection de 1.795 espaces verts conséquemment à la mise en œuvre de loi relative aux espaces verts, et l'extension en 2010-2014 des espaces protégés pour préserver les biens écolo- giques. Pour sa part, la mise en œuvre du Plan national de gestion des déchets spéciaux dangereux, consacré à une croissance indus- trielle de qualité, a permis la réduction des flux des déchets de l'ordre de 10% par an et ce, grâce à la mise à niveau environnemen- tale de 250 complexes et entre- prises industrielles et la forma- tion de 2.000 délégués environne- mentaux. En 2010-2014, la réali- sation de deux usines de traite-

ment de déchets ultimes sera ini- tiée afin de prendre en charge les déchets industriels dangereux. Dans le cadre de la protection de l'air, le Programme national de l'élimination des substances appauvrissant la couche d'ozone (SAO) a permis de doter 156 entreprises de 349 équipements de reconversion, de recyclage et de récupération à travers l'ensemble du territoire national. Pour ce qui est de la recherche scientifique, 145 projets de recherche en matière d'environne- ment ont été finalisés et couron- nées par l'attribution du Prix national de l'environnement au profit de chercheurs algériens. Cet état des lieux a fait dire au Chef de l'Etat, M. Abdelaziz Bouteflika, lors de l’audition du ministre du secteur, M. Chérif Rahmani, que "tous les efforts qui ont été engagés, au titre de l'amé- nagement du territoire, visent l'amélioration du cadre de vie et le bien-être du citoyen". Amel Zemouri

Au cours du mois de ramadhan

4,9 tonnes de viandes sai- sies par la DCP d’Alger

Une quantité estimée à plus de 11,1 tonnes de produits alimentaires d’une valeur globale de 272 millions de centimes

a été saisie par les services de la direction

de contrôle des prix de la wilaya d’Alger au cours de la période allant du 1 er août au 8

septembre derniers et une grande partie de cette marchandise était impropre à la consommation. Selon le bilan établi par la DCP d’Alger, les viandes, notamment les

viandes blanches, représentent à elles seules plus de 44% des saisies opérées durant cette période, plus particulièrement durant le mois sacré de Ramadhan puis- qu’on compte quelque 4,9 tonnes récupé- rées par les contrôleurs de la DCP pour également défaut d’étiquetage et défaut du tampon des vétérinaires. Il convient de signaler à propos de la marchandise saisie que celle-ci est distribuée au profit des centres de personnes âgées, hormis bien évidemment les produits dont la date de péremption est expirée. Concernant le contrôle de la qualité et la répression de la fraude, la DCP d’Alger

a effectué 15.769 interventions auprès des

locaux commerciaux et ses services ont établi 3.318 procès-verbaux (PV) pour décider au bout du compte de la fermeture de 127 commerces et de la saisie de près de 13 tonnes de marchandises d’une valeur de plus de 155 millions de centimes. A propos des 3.318 infractions dont ont fait objet les

commerçants, on dénombre une grande partie d’entre elles, soit 2.012 cas, qui sont motivées par le défaut d’hygiène, contre 173 cas relatifs à la vente de produits impropres à la consommation et 193 infrac- tions liées au défaut d’étiquetage, de même que 42 infractions justifiées par la non- conformité des produits étalés. Dans le sillage de la pratique commer- ciale, la direction de contrôle et des prix de la wilaya d’Alger a instruit à la fermeture de 143 commerces à l’issue des 15.985 interventions qu’ont effectuée ses contrô- leurs et ponctuées par l’établissement de plus de 3.940 procès-verbaux (PV). Les commerces visés par ces décisions sont coupables essentiellement de non affi- chage des prix (2.581), de défaut de factu- ration (976) et d’exercice d’activités com- merciales sans registre du commerce.

S. A. M.

Sûreté de wilaya d’Alger

1.845 individus arrêtés en un mois

4.244 retraits de permis de conduire et 292 mises en fourrière.

Les services de la sûreté de wilaya d’Alger ont traité au cours du mois sacré de ramadhan près de 3.990 affaires qui se sont soldées par l’arrestation de 1.845 individus dont une vingtaine de ressortissants étran- gers, apprend-on par le biais d’un commu- niqué de presse émanant de la cellule de communication de la SWA. Impliqués dans différents délits et crimes, les mis en cause ont été déférés devant la justice et l’on compte à ce sujet 742 per- sonnes qui ont été placées sous mandat de dépôt et 16 mises sous contrôle judiciaire alors que 118 ont bénéficié de la liberté provisoire et 969 feront l’objet de citations directes. Toutefois, le communiqué de presse ne précise pas la nature des crimes et délits. Sur un autre registre, et concernant les activités liées à la sécurité publique en matière de prévention routière, les statis- tiques de la sûreté de wilaya d’Alger qui ont constaté 3 morts et 63 blessés survenus dans une soixantaine d’accidents corporels font état, durant le mois de carême, de 9.356 atteintes et autres infractions au code

de la route qui ont abouti à 4.244 retraits de permis de conduire et à la mise en fourriè- re de 292 véhicules. Aussi, on compte 566 délits de la route, 774 infractions de coor- dination (transport de personnes et de mar- chandises dans des véhicules inadaptés).

S. A. M.

25 EL MOUDJAHID Dé t e n t e
25
EL MOUDJAHID
Dé t e n t e
M o t s CROISÉS
M o t s CROISÉS

M o t s CROISÉS

M o t s CROISÉS Nº 29329

Nº 29329

M o t s CROISÉS Nº 29329
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 I II III IV V
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X
D é fin itio n s HORIZONTALEMENT I -Bovidé d’Afrique -Capitale. II- Retaper un pull
D é fin itio n s HORIZONTALEMENT I -Bovidé d’Afrique -Capitale. II- Retaper un pull

D é fin itio n s

D é fin itio n s HORIZONTALEMENT I -Bovidé d’Afrique -Capitale. II- Retaper un pull en
D é fin itio n s HORIZONTALEMENT I -Bovidé d’Afrique -Capitale. II- Retaper un pull en
D é fin itio n s HORIZONTALEMENT I -Bovidé d’Afrique -Capitale. II- Retaper un pull en
HORIZONTALEMENT I -Bovidé d’Afrique -Capitale. II- Retaper un pull en maine. III -En forme d’œuf

HORIZONTALEMENT I-Bovidé d’Afrique -Capitale. II- Retaper un pull en maine. III-En forme d’œuf - Arrête. IV - Plaisanterie - Poisson. V - Lieu d’éxécution massive. VI- Dans l’eau - Longtemps. VII- Dromadaire - Interjection. VIII - Fromage - Possessif - Berné. IX - Négation - Direction - Pose. X- Souverain - Bat. VERTICALEMENT 1- Bruit sourd. 2- Rivière de Russie - Poètes. 3- Grecque - Interjection. 4- Fleuve de suède - Réprimander. 5- Poisson. 6- Soigner. 7- Avertissement. 8- Après vous - Du grec oreille- Dans le mois. 9-Redonnées. 10- Période - Nie.

M o t s FLÉCHÉS

M o t s FLÉCHÉS

M o t s FLÉCHÉS
M o t s FLÉCHÉS Nº 29329

Nº 29329

M o t s FLÉCHÉS Nº 29329
BITUMER ——————————— VAGABONDE ——————————— CONSOLATION MODÈLE
BITUMER
———————————
VAGABONDE
———————————
CONSOLATION
MODÈLE
———————————
INTERVENUES
———————————
NOTE
TOUCHE
———————————
MOUSSELINES
———————————
QUISERVENT
AUROCHS
TRAITNOIR
———————————
———————————
ROUTEDESVACANCES
ENGARDE
———————————
———————————
DESTABILISANT
MOIS
PLANTE
———————————
ENGINDEPÊCHE
NARINEDUCHEVAL
ETUDEDELATERRE
———————————
———————————
DOULEURGRECQUE
JET
DIVISÉENPARCELLES
GOÛTERDENOUVEAU
———————————
———————————
PERSONNEL
———————————
SENTI
DRAMEAUJAPON
INSCRIPTIONSURLACROIX
BÊTISE
———————————
———————————
ECUREUIL
MONNAIEDUJAPON
AGRANDIRA
———————————
MONNAIED’AMÉRIQUE
———————————
ÉMERVAILLA
SOLUTION DES MOTS CROISES 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1

SOLUTION DES MOTS CROISES

SOLUTION DES MOTS CROISES 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1 2

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

G

O

U

D

R

O

N

N

E

R

E

R

R

E

 

B

A

U

M

E

O

P

E

R

E

E

S

 

U

T

G

I

S

E

L

L

E

S

 

A

R

N

 

G

A

 

A

O

U

T

A

 

T

U

R

L

U

T

T

E

P

 

A

L

G

O

 

T

I

R

H

U

M

A

I

T

 

I

L

 

I

 

I

N

R

I

 

E

E

N

E

P

A

T

A

 

P

E

S

O

SOLUTION DES MOTS FLECHES I II III IV V VI VII VIII IX X 1

SOLUTION DES MOTS FLECHES

SOLUTION DES MOTS FLECHES I II III IV V VI VII VIII IX X 1 2
SOLUTION DES MOTS FLECHES I II III IV V VI VII VIII IX X 1 2

I

II

III

IV

V

VI

VII

VIII

IX

X

1

2

3

4

5

6

7

8

9

10

G

N

O

U

 

C

A

I

R

E

R

E

M

M

A

I

L

L

E

R

O

V

E

E

 

C

E

S

S

E

G

A

G

 

S

A

R

 

T

 

N

 

A

B

A

T

T

O

I

R

E

A

 

L

U

R

E

T

T

E

M

E

H

A

R

I

 

O

U

F

E

D

A

M

 

S

A

 

E

U

N

E

 

E

N

E

 

M

E

T

T

S

A

R

 

R

O

S

S

E

Grille

   

Mot CACHÉ

 
   
 

Nº 29329

     
       

- Pleurésie

- Munichois

- Taxinomie

 
 

- Bufflesse

- Inexploré

   

E

M

O

R

T

 

A

L

I

T

E

Q

U

A

N

T

I

Q

U

E

P

- Recueillir

- Népériens

- Eclaircir

                                       

- Collecteur

- Narratif

 

P

B

E

C

C

R

O

I

S

E

P

R

O

M

E

N

E

U

R

B

- Préétablir

- Fatiguer

- Demi-solde

L

B

U

R

I

N

A

G

E

O

U

D

E

J

A

N

T

E

R

U

- Branchette

- Injecteur

E

T

A

L

O

N

N

E

U

R

V

I

O

L

O

N

E

U

X

F

- Ebouriffer

- Boulanger

U

R

C

P

B

 

V

E

T

A

L

I

E

R

E

A

E

F

M

C

F

- Faussement

- Partition

- Humectage

- Maintenant

- Burinage

R

E

O

R

R

M

E

N

E

T

R

I

E

R

I

B

A

A

R

L

- Creve-cœur

- Déjanter

- Mortalité

E

C

L

E

A

C

O

N

T

R

E

B

A

S

S

O

U

I

E

E

- Isocline

- Talonneur

S

U

L

E

N

D

I

O

C

E

S

A

I

N

O

U

S

N