Vous êtes sur la page 1sur 83

Université Abdelmalek Essaâdi

Faculté Polydisciplinaire
Tétouan

Sous le thème

Réalisée par :Encadrée par :

JBIRA MohamedCNE: 2825701912Dr. TRITAH Said


Dédicace
Je dédie ce Mémoire :

A mes chers parents qui ont toujours essayé de me
préparerles bonnes conditions de travail et qui sacrifient
tout pour la réussite de mes études

A mes frères et sœur auxquels j’exprime mon respectet
reconnaissance

A mon professeur TRITAH Said qui m’a encadré durantla
préparation de ce mémoire

A tous mes amis, mes enseignants et les responsables de
laFaculté Polydisciplinaire de Tétouan
Remerciements
J’exprime toute ma gratitude à Monsieur le Professeur TRITAH Said
pour l’effort fourni, les conseils prodigués, sa patience et sa
persévérance dans le suivi.


J’adresse également mes remerciements, à tous mes enseignants, qui
m’ont donné les bases de la science.


Je tiens également à exprimer mes remerciements aux membres de
personnel de la FPT, administration et enseignants, et
particulièrement, le personnel du service bibliothèque, et surtout
Monsieur El Idrissi El Berkani Mohamed Qui m’a bien conseillé et
aidé dans le choix des ouvrages pour ma bibliographie.


SOMMAIRE
SOMMAIRE ................................................................................................................................. 1
Introduction générale : .................................................................................................................. 1
PARTIE I : Contexte d’apparition de la Finance Islamique ......................................................... 5
Introduction : ................................................................................................................................. 5
Chapitre 1: Notions de base de la Finance Islamique ................................................................... 6
Section 1: L’historique de la Finance Islamique................................................................... 6
1.1. Les origines : ................................................................................................................. 6
1.2. La finance islamique moderne : ..................................................................................... 7
1.3. La finance islamique dans le monde : ............................................................................ 8
Section 2: Les fondements de la Finance Islamique ................................................................... 11
1.1. Les sources de la Charia : ......................................................................................... 11
1.2. Les principes d’économie islamique :.......................................................................... 12
1.2.1. Le principe de double propriété : .......................................................................... 13
1.2.2. Le principe de la liberté économique dans un cadre limité : ................................ 13
1.2.3. Le principe de la justice sociale : .......................................................................... 13
Section 3: Les principes de la Finance Islamique ....................................................................... 14
1.1. Les « Cinq Piliers » de la Fiance Islamique:................................................................ 14
1.1.1. Interdiction de la Riba :......................................................................................... 14
1.1.2. Interdiction du Gharar et du Maysir : ................................................................... 15
1.1.3. Interdiction des investissements illicites :............................................................. 16
1.1.4. Principe du Partage de Profits et de Pertes (3P) : ................................................. 17
1.1.5. L’ « Asset Backing » : .......................................................................................... 18
1.2. Le rôle du Sharia Board : ............................................................................................. 18
Chapitre 2: Crise financière et la finance islamique ................................................................... 20
Section 1: L’histoire de la crise .................................................................................................. 21
1.1. La crise : sa naissance, son évolution .......................................................................... 21
1.2. La crise du subprime : .................................................................................................. 23
1.3. La crise de la dette : ..................................................................................................... 23
Section 2: Les causes des la crise ............................................................................................... 24
1.1. L’immoralité : .............................................................................................................. 24
1.1.1. L’immoralité dans la crise du subprime : ............................................................. 24
1.1.2. L’immoralité dans la crise de la dette : ................................................................ 26
1.1.3. Les éléments externes aux deux crises : ............................................................... 26
1.1.4. L’immoralité de la spéculation : ........................................................................... 28
1.2. Le refinancement : ....................................................................................................... 29
1.2.1. Rappel sur le fonctionnement du système bancaire :............................................ 29
1.2.2. Le système de refinancement ................................................................................ 30
Section 3: Les conséquence de la crise ....................................................................................... 31
1.1. Le déficit de la confiance des ménages : ..................................................................... 31
1.2. L’Effet systématique : .................................................................................................. 32
Conclusion : ................................................................................................................................ 34
PARTIE II La Finance Islamique ............................................................................................... 36
Introduction: ................................................................................................................................ 36
Chapitre 1: La finance islamique : Outils, Modèles et Applications .......................................... 37
Section 1: Les Produits financière Islamiques ............................................................................ 37
1.1. Les instruments de financement : ................................................................................ 38
1.1.1. Murabaha : ............................................................................................................ 38
1.1.2 Ijara : ...................................................................................................................... 39
1.1.3. Al Salam : ............................................................................................................. 40
1.1.4. Istisna : .................................................................................................................. 41
1.2. Les instruments participatifs : ...................................................................................... 42
1.2.1. Moudaraba : ......................................................................................................... 42
1.2.2. Mousharaka : ........................................................................................................ 42
1.3. Les autres produits financière Islamique: .................................................................... 43
1.3.1. Sukuk : .................................................................................................................. 43
1.3.2. Arbun : .................................................................................................................. 44
Section 2: Les institutions financières islamique et la gestion des risques financière islamique 45
1.1. Les institutions financières islamique: ......................................................................... 45
1.2. La gestion des risques financières islamique: .............................................................. 47
1.2.1. Préalables a la gestion des risques : ...................................................................... 48
1.2.2. Les principaux risques encourus par les institutions financières islamique : ....... 48
A- Le risque de crédit : ............................................................................................... 48
B- Le risque de taux d’intérêt : ................................................................................... 49
C- Le risque opérationnel : ......................................................................................... 50
D- Le risque de retraits : ............................................................................................. 50
E- Le risque de liquidité :............................................................................................ 51
1.2.3. Techniques de gestion des risques: ....................................................................... 51
A- Techniques de gestion du risque de crédit : ........................................................... 52
a- Réserves pour pertes : ......................................................................................... 52
b- Autres techniques utilisées : ............................................................................... 52
B- Techniques de gestion d’autres risques : ............................................................... 53
Section 3: Les indices Islamiques ............................................................................................... 53
1.1. L’analyse des indices islamiques : ............................................................................... 54
1.1.1. Le screening du DJIM Index : .............................................................................. 54
1.1.2. L’allocation géographique et sectorielle du DJIM Index Et du DJ World Index . 55
1.2. L’analyse d’un Certificat sur l’indice islamique :........................................................ 61
Chapitre 2: La Finance Islamique au Maroc : ............................................................................. 65
Section 1: Cas pratique de la Finance Islamique au Maroc par Dar Assafaa ............................. 65
1.1.Véhicule juridique :....................................................................................................... 66
1.2. Financement des produits de Dar Assafaa ................................................................... 66
1.3. Modèle d’affaire........................................................................................................... 67
1.4. Les agences da Dar Assafaa au Maroc : ...................................................................... 67
Section 2: Les perspectives d’avenir de la Finance Islamique au Maroc ................................... 68
1.1.Un contexte politique favorable à la finance islamique : .............................................. 69
1.2.Le Qatar International Islamic Bank intéresse par le Maroc : ...................................... 70
Conclusion générale : .................................................................................................................. 71
Bibliographie : ............................................................................................................................ 73
Annexes : .................................................................................................................................... 76
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Introduction générale :

Le monde est depuis des années sous l'emprise d'une crise financière, la pire depuis
celle de 1929. Ses effets se sont fait sentir dans l'économie réelle et la mondialisation
a accéléré sa propagation en effet domino à travers le monde entier. Cette crise,
initialement axée sur des titres financiers américains obsolètes, n'a pas cessé de
s'étendre. Ainsi, les bourses internationales ont essuyé des pertes colossales, des
piliers de la finance mondiale se sont effondrés du jour au lendemain. Les pertes
réelles ne sont pas encore cernées par les autorités politiques et monétaires
mondiales. Pour limiter les effets de cette crise, plusieurs pays développés ont
adoptés des politiques d'austérité, ce qui n'a pas empêché de connaître une quasi-
faillite de certains états réputés solides du point de vu économique.

En revanche, cette crise financière a eu le mérite de mettre en évidence la fragilité du


système capitaliste face aux dérives spéculatives et face à la spirale de la dette. Le
fort impact qu'a eu la crise financière sur les économies des pays développés et
émergents a poussé plusieurs économistes et analystes à se pencher sur les raisons
de la crise, ses conséquences, ainsi que les moyens qui doivent être mis en place afin
d'éviter que cela se reproduise.

A ce titre, la commission d'experts de l'ONU, réunie à New York sous la présidence de


Joseph Stiglitz, met en exergue la nécessité vitale de réformer les principes qui
gouvernent les systèmes monétaires et financiers pour éviter de nouvelles crises.
Parmi les lignes directrices de cette commission, une nouvelle porte a été ouverte
pour s'inspirer des principes propres à la finance islamique. Ainsi, grâce à sa
remarquable ascension ces dernières années, le système financier Islamique a
particulièrement intéressé l'ensemble des analystes économiques dans le monde. En
effet, la finance islamique est estimée, à l'horizon 2010, à près de 1000 milliards de
dollars d'actifs, et sa croissance dans les cinq prochaines années est annoncée
comme deux fois plus rapide que celle de la finance conventionnelle, autour de 15 %
par an (financialislam.com, 2010).

JBIRA Mohamed 1
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Il s'agit d'un système de finance éthique, qui se base sur des valeurs morales tirées du
Coran et plus globalement de la Charia, la loi islamique. On compte parmi ses
principaux fondements l'interdiction de la pratique de l'intérêt, l'interdiction des
pratiques spéculatives, le principe de partage des profits et des pertes, l'obligation de
l'asset-backing ou encore l'interdiction d'investir dans des sociétés dont les activités
sont jugées illicites dans l'Islam.

C'est dans le cadre de ce mémoire que nous allons aborder la problématique de la


crise financière, ses origines et ses issues. Nous allons ensuite étudier les fondements
de la finance islamique. Le rapport tentera d'analyser les caractéristiques de ce
système et évaluer les possibilités de transposer quelques-uns de ses atouts positifs
dans le système conventionnel pour lui donner plus de crédibilité et de solidité face à
d'éventuelles crises dans le futur.

Ainsi, nous avons choisi pour sujet principal de ce travail :

La dernière crise financière a impacté le système bancaire de tous les pays


développés et émergents. Ses effets ont été relativement limités dans quelques
pays qui se basent principalement sur un système financier islamique.

La Finance Islamique est-elle un rempart à la finance conventionnelle face à la


crise?

L'intérêt de ce mémoire est de se demander quelles contributions peuvent apporter la


finance islamique au système financier international.

Dans la première partie de ce mémoire, on commencera par le première chapitre à


donner les notions de base de cette finance islamique commençant par l’histoire de la
finance islamique et en suite établir son cadre légal, dans le deuxième chapitre j’ai
tenté de définir les aspects de la crise financière à travers un rappel de l'enchaînement
des événements liés, déclencheurs de cette crise. Ce chapitre relatera une vue
globale des différentes faits d'actualités et analyses menées pour comprendre l'origine
de la crise et les issues possibles.

JBIRA Mohamed 2
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Dans la deuxième partie, nous aborderons dans un premier chapitre le sujet de la


finance islamique en décrivant ses principes et les aspects qui ont contribué à son
succès. Puis, exposer les principaux produits financiers islamiques. Ensuite, nous
comparer et analyser un indice islamique, le Dow Jones Islamic Market Index (DJIM),
par rapport à un indice conventionnel, le Dow Jones World Index (DJWI). En sus, nous
avons étudié un Certificat sur indice islamique. Lors de ce chapitre, on a remarqué que
l’indice islamique affiche une meilleure performance à court et moyen terme
comparativement au DJWI. Cependant, le DJIM possède une volatilité supérieure sur
le long terme. Enfin, dans le deuxième chapitre on a vu un cas pratique de la Finance
Islamique au Maroc celui de Dar Assafaa. Par son véhicule juridique, Financement,
Model d’affaire et ses agences au Maroc et à la fin, j’ai essayé de donner les
perspectives d’avenir de la finance islamique au Maroc. Que le Maroc sous l’impulsion
d’un nouveau gouvernement et d’investissements Qatari semble s’engager vers la
finance islamique.

JBIRA Mohamed 3
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

PARTIE I
Contexte d’apparition de
la Finance Islamique

JBIRA Mohamed 4
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

PARTIE I : Contexte d’apparition de la Finance


Islamique

Introduction :

On entend parler dans les milieux scientifiques d’une discipline qui s’appelle finance
islamique et dont découlent de nouvelles institutions financières nommées institutions
financières islamiques (IFI). C’est un domaine qui est pour plusieurs, mêmes
universitaires, méconnu. Comme son nom l’indique, c’est une filiale scientifique
(domaine économique et financier) qui fait référence à une idiologie religieuse à savoir
la religion musulmane. C’est l’une des grandes religions du monde avec environ un
milliards de partisans dans le monde. Elle tire ses fondements de deux sources
principales à savoir le Coran et la Sunna.
Le Coran est l’ensemble des paroles de Dieu transmis au prophète Mohamed -
Bénédiction et Salut de Dieu sur lui- par l’ange Jibril au cours du VIIème siècle sur une
durée de 23 ans.
La sunna est l’ensemble des paroles et des actions du prophète Mohamed -
Bénédiction et Salut de Dieu sur lui- et qui sont rassemblées dans des livres appelés
Koutoub al Hadith. Elles ont été reportées par ses compagnons.
Comme l’affirment les chercheurs dans la religion musulmane, la loi islamique n’est
pas rigide. Elle est évolutive dans le temps et dans l’espace. C’est pourquoi des cours
suprêmes ont été crées pour se prononcer des questions nouvelles dont le texte
coranique ou la Sunna n’ont pas évoqué. Ceci ajoute aux deux sources principales
précitées une troisième appelée Ijma (consensus) ou jurisprudence islamique formée
par les décisions prononcées par les Fuqaha ou « interpréteurs » de la loi islamique.
Cette interprétation est la tâche de personnes dont des critères doivent exister.
Comme toute autre discipline, la personne doit être qualifiée dans le domaine pour
pouvoir donner des interprétations justes et acceptables.
Cette loi islamique ou Charia couvre, en plus des obligations que doit accomplir le

JBIRA Mohamed 5
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

musulman (comme la prière, le jeune…), des aspects liés à la vie quotidienne des
individus (coté social, économique…).
L’objet du premier chapitre est de comprendre la finance islamique, nous allons dans
un premier temps, retracer son histoire, dans un second temps,Nous traiterons
également une présentation générale des fondements et principes de cette finance.

Dans le deuxième chapitre Nous retracerons par la suite la crise financière à cette
partie :
- origine de la crise
- Les failles du système
- Sortie de la crise
Enfin nous verrons quels sont les avantages et inconvénients de cette finance face à
la crise financière.

Chapitre 1: Notions de base de la Finance Islamique

Section 1: L’historique de la Finance Islamique

1.1. Les origines 1 :


La finance islamique trouve sa source dans la religion musulmane : l'islam. Cette dernière
aurait été révélée au prophète Muhammad (né en 570 à la Mecque et mort en 532 à Médine)
à partir de l'an 610.

L'islam prévoit dans ces textes (Coran et Hadiths), un ensemble de préceptes afférant aux
échanges économiques entres les hommes. Ainsi pouvons-nous voir apparaitre les grands
principes de la finance islamique dans la charia. Cependant nous ne pouvons pas dire qu'il
s'agisse de la finance telle qu'on la connait. En effet le Coran décrit certains comportements à
avoir lors de transactions commerciales, mais ne définit pas un système aussi complexe que
celui que l'onconnait aujourd'hui.

Les premières traces d'un système comptable organisé en terre d'islam se situeraient à
l'époque des premiers Khoufala (à partir de 634). Cette époque fut le début de l'expansion de
la religion musulmane. Les institutions islamiques de cette période furent très rigoureuses sur

1
Toutes les dates figurants dans cet historique se referant au calendrier grégorien.

JBIRA Mohamed 6
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

la gestion des ressources des Etats. L'enjeu majeur fut de canaliser correctement la Zakat.
Déjà à cette époque la religion musulmane se voulait transparente en matière de finance. En
1969 Subhi LABIB décrit cette période comme la naissance du capitalisme islamique.
Effectivement, dans un article du journal of economic history, il rappela qu'à cette époque un
système économique musulman verra le jour. Ce système sera basé sur le dinar. Ce sera à
partir de ce moment que nous pourrons voir apparaître de nouveaux instruments financiers
(tels que les chèques, les lettres de changes, les opérations de transferts de fond
internationaux....).
Cet âge d'or perdurera jusqu'à la chute des abbassides, en 1258.

1.2. La finance islamique moderne :

La finance islamique telle que nous la connaissons ne verra le jour que dans les années
1970. En effet, ce n'est qu'en 1963 que naquit la première caisse d'épargne musulmane. Cet
évènement se déroula dans le village égyptien de Mit Ghamr et fut déclenché par l'économiste
Ahmad EL NAGGAR. La population locale, très croyante, exprima une méfiance vis-à-vis des
banques classique. C'est pourquoi ils décidèrent de fonder un système tontinier d'entraide
musulman (par le biais du microcrédit), afin de subvenir à leurs besoins. Au départ, il n'était
pas question d'un système islamique à proprement parler. Il s'agissait simplement d'un
rassemblement d'agriculteurs souhaitant mutualiser leurs ressources pécuniaires. Cette caisse
d'épargne, qui fut la première initiative du genre dans le monde musulman, draina une grande
partie des revenus des villageois. Fidèles à leurs principes, les villageois ne pratiquaient
aucune distribution ou prise d'intérêts. Ils favorisaient plutôt les prises de participations et les
financements directs. En ce sens on peut dire que la finance islamique moderne vit le jour à
cette époque. Bien que cette première expérience fût une véritable réussite elle ne dura que 4
ans, et dû prendre fin pour des raisons politiques.

Cette initiative aura inspiré la création de plusieurs leviers islamiques :

- En 1969 la Malaisie créa un fond islamique d'entraide appelé le Tabung Hadji. Ce


fond, toujours en activité, a pour mission d'aider financièrement les pèlerins
(partant pour la Mecque). Aujourd'hui encore ce fonds joue un rôle économique
très important en Malaisie.

JBIRA Mohamed 7
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

- En 1969, toujours, se créa le Dallah Albaraka Group. Un conglomérat


d'entreprises puissant dont fait partie l'Albaraka Banking Group. Ce dernier ayant
des filiales, « charia compliant », spécialisées dans la banque de détail et la
banque d'investissement.

- En 1970, on observe la naissance du premier sharia board, « le sharia supervisory


board ». Celui-ci fut indépendant, et fut l'initiateur de la gouvernance bicéphale des
banques islamiques (nous y reviendrons plus tard dans notre étude).

- En, 1972, on assista à la création de la Nasser Social Bank. Il s'agissait de la


première banque destinée aux gens modeste en Egypte. Le concept était de
proposer des services conventionnels et parallèlement proposer des services
islamiques tels que la collecte et la redistribution de la Zakatou le financement
du Hadj

D'une manière générale, on peut dire que c'est dans les années 1970 que l'on vit apparaître
un ensemble de pratiques financières conformes aux préceptes de l'islam. Cela à plus grande
échelle. Ce mouvement verra le jour grâce à l'OCI (Organisation de la conférence islamique)
qui décida en 1973 de créer l'Islamic Development Bank. Elle démarra son activité 2 ans plus
tard, en même temps que la banque privée Dubai Islamic Bank. Ce mouvement fut appelé
« Islamic Finance » (finance islamique en français).

1.3. La finance islamique dans le monde :

Nous avons vu que la finance islamique, était née en 1963 en Egypte (Mit Ghamr). Elle
s'exporta ensuite en Malaisie. Dans les années 1970, elle commença tout juste son évolution,
en passant par les pays du Golfe (Dubai, par exemple). Elle démarra sa normalisation au
début des années 1980, atteignant des régions du monde telles que l'Afrique subsaharienne
(Niger, Sénégal...) ou l'Europe (Grande Bretagne, Luxembourg).

Cette finance, a connu en quarante ans, un essor considérable. Effectivement, née la veille du
choc pétrolier de 1973, elle est aujourd'hui pratiquée dans plus de 60 pays. Elle s'est exportée
bien en dehors des terres arabes, traditionnellement musulmanes.

JBIRA Mohamed 8
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Il est maintenant nécessaire de comprendre comment se répartie l'activité financière


islamique.
Elle est représentée par 345 institutions financières ou fenêtres d'institutions financières2Parmi
ces dernières, on pourra noter que seules 105, sont des banques purement islamiques. Même
dans les pays du golfe arabo-persique, la part de marché des activités purement islamique ne
dépassera pas les 26,5% des activités bancaires totales en 2008. Ce chiffre est enregistré par
le Koweït. En revanche, l'Iran et le Bahreïn enregistrent le meilleur chiffre en ce qui concerne
la part des banques purement islamique dans le système bancaire des pays du golfe en 2008.
Ce chiffre est de 86%. On pourra noter que même si l'Iran fait partie des pays utilisant le plus
la finance islamique, elle n'est pas souvent citée pour en parler. En effet, ce pays est
extrêmement protectionniste. D'après Dhafer SAIDANE, le processus d'instauration de la
finance islamique dans ce pays fut différent des autres. En effet, cette finance serait née dans
ce pays, à l'initiative des pouvoirs publics, pendant les révolutions de 1979. On observera
aussi que le sultanat d'Oman ne pratique pas la finance islamique. Effectivement, ce pays
émet un rejet, qui serait d'ordre religieux. Le dogme qui y est majoritairement pratiquée est
l'islam de tendance Abadhite. Ainsi elle ne peut qu'exprimer un rejet vis-à-vis des principes
émanant du courant Sunnite : « ...des recherches récentes ont montré que des anciennes
sectes de l'islam [dont font partie les Abadhites], lorsqu'elle se séparèrent de la communauté
orthodoxe [Sunnite], ne pouvaient partager avec la majorité les principes essentiels d'un droit
qui n'existait pas »3

2
Filiales de banques classiques répondant aux normes islamiques.
3
SACHAT Joseph (1953), esquisse d’une histoire du droit musulman.

JBIRA Mohamed 9
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Figure 1
La finance islamique dans le monde

Comme nous pouvons le voir sur cette carte, l'essentiel de l'activité islamique se concentre
dans les pays du golfe et d'Asie. Cela n'est pas un hasard car ces deux régions du monde
abritent environ 85% de la population musulmane mondiale. D'après Amine NAIT DAOUD4la
répartition de l'activité islamique s'effectue de la manière suivante :
CCG5 70%, Malaisie 20%, Europe 7%, et Amérique 3%

Nous voyons que les pays du golfe doivent, en grande partie, le développement de leur
finance à l'exploitation pétrolière (point que nous développerons plus loin dans notre étude).

4
NAIT DAOUD Amine, dans son mémoire Finance islamique & fonds sharia compilant, Université d’Evry val
d’Essonne, année 2007-2008; Mémoire nominé au concours des Mémoire de l’Economie et de la Finance organisé
par le Centre des Professions Financières de Paris.
5
Conseil de coopération du regroupant : l’Arabie saoudie, Oman, Kuweit, Bahrein, des Emirates arabes unis et le
Qatar.

JBIRA Mohamed 10
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Section 2: Les fondements de la Finance Islamique

La finance islamique, quant à elle, est bel et bien un concept se suffisant à lui-même faisant
appel à une notion d'économie indépendante. En effet, elle résulte d'une réflexion
philosophique sur une économie musulmane consécutive à une application des lois du la
Charia.
Afin de mettre en exergue les sources de la Charia et le principe de cette économie islamique
nous établirons les différents principes de la finance islamique.

1.1. Les sources de la Charia :


Le terme « Charia », qui littéralement signifie en arabe « Le chemin à suivre », désigne un
système légal basé sur l'éthique musulmane. Ce système fait figure de référence juridique et
indique la ligne de conduite dans tous les domaines de la vie des musulmans, y compris le
domaine économique. Les deux principales sources de la Charia sont :

- Le Coran : Le livre saint de l'Islam rend compte du message de Dieu tel que révélé au
Prophète Mohammed (SAWS), il constitue la première source en termes de loi. Tout élément
tiré d'autres sources juridiques doit impérativement être en totale conformité avec la parole de
Dieu dans le Coran.

- La Sounna : Ce terme englobe l'ensemble des enseignements transmis par le Prophète


Mohammed (SAWS) via ses paroles, ses expressions, ses actes, et son approbation tacite.

Ces deux sources constituent les bases essentielles permettant de déterminer la conformité
de toute action avec les règles et la finalité de la Charia. Toutefois, la Charia reste ouverte aux
possibles interprétions et développements. Ainsi nous pouvons rajouter deux autres sources
de la Charia :

- L’ijmaa : Dans sa dimension technique, Ijmaa signifie le consensus des juristes musulmans
sur un point de droit. En pratique, l'Ijmaa fait office de preuve si aucun élément du Coran ou de

JBIRA Mohamed 11
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

la Sounna ne permet de trancher sur un cas.

- Le Qiyass (raisonnement par analogie) :cette technique consiste à affecter, sur la base
d'une caractéristique sous-jacente commune, la règle juridique d'un cas existant trouvée dans
les textes du Coran, de la Sounna et/ou de l'Ijmaa à un nouveau cas dont la règle juridique
n'apas pu être clairement identifiée. Ceci tout en restant fidèle à l'esprit des sources
traditionnelles du droit musulman.6

1.2. Les principes d’économie islamique :


L'économie islamique désigne la pratique de l'économie en accord avec les principesde la
doctrine islamique. Elle a été conçue au début du vingtième siècle pour faire face aux
idéologies communistes et capitalistes, et avait pour but de libérer les économies des pays
musulmans du poids de l'exploitation et de l'oppression des forces coloniales.

Comme toute théorie économique, l'économie Islamique aspire à atteindre un idéal de société
où les besoins humains fondamentaux sont satisfaits, où les ressources sont utilisées de
manière optimale et où les richesses sont partagées équitablement pour toucher toutes les
classes sociales, et ceci sans trop limiter la liberté individuelle ou créer des déséquilibres
macroéconomiques et écologiques continus.

Toutefois, les principes qui régissent le fonctionnement d'un système économique islamique
sont différents de l'esprit des systèmes conventionnels. En effet, le système Islamique se
distingue principalement par ses dimensions morale et religieuse dans la définition des
problèmes économiques, ce qui implique que les agents économiques ne doivent pas
considérer la profitabilité comme l'unique ni le principal critère de prise de décision.

En conséquence, un système financier islamique, tout en intégrant des objectifs de rentabilité


et d'efficacité, se doit de respecter l'ensemble des principes éthiques de la Sharia. Ainsi
d'autre paramètres sont à prendre en compte lors de toute évaluation économique, ceux-ci
comprennent des objectifs tels que la fraternité humaine, la justice socio-économique, la paix
mentale, le bonheur, la famille, ou encore l'harmonie sociale.

6
(financialislam.com, 2010).

JBIRA Mohamed 12
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Bien que ce paradigme Islamique soit pratiquement impossible à quantifier, l'application de la


loi Islamique aux activités économiques vise à apposer les règles de la Charia sur les
opérations courantes relatives aux dépenses, à l'épargne, à l'investissement, aux dons, etc.

La structure générale de ce système peut s'exposer en trois principaux piliers qui sont,selon
Muhammad Umar Chapra (1996) de la Banque Islamique de développement7:

1- Le principe de la double propriété.

2- Le principe de la liberté économique dans un cadre limité.

3- Le principe de la justice sociale.

1.2.1. Le principe de double propriété :

La Doctrine islamique ne s'accorde ni avec le capitalisme dans son affirmation que la propriété
privée est le principe, ni avec le socialisme lorsqu'il considère la propriété socialiste comme
principe général. Elle admet en même temps les différentes formes de la propriété lorsqu'elle
adopte le principe de la double propriété (propriété à formes diverses) au lieu de celui de la
forme unique de la propriété que font leur le capitalisme et le socialisme.
Le désir de gagner sa vie, de vivre confortablement, même d'avoir des ornements ou des
décorations ou de se protéger d'un avenir incertain n'est jamais considéré comme un mal. Le
Coran dit plutôt que ses préceptes sont les moyens de réussir dans ce domaine sans le
troquer pour un échec dans l'au-delà.

1.2.2. Le principe de la liberté économique dans un cadre limité :

Le second pilier de l'Economie islamique est le fait d'accorder aux individus une liberté
économique, dans les limites des valeurs morales et éthiques auxquelles croit l'Islam.

1.2.3. Le principe de la justice sociale :

7
La Banque Islamique de développementwww.isdb.org. (1996)

JBIRA Mohamed 13
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Le troisième pilier de l'Economie islamique est le principe de la justice sociale, que l'Islam a
incarnée en pourvoyant le système de distribution de la richesse dans la société islamique, en
éléments et garanties assurant à la distribution la possibilité de réaliser la justice sociale, et
mettant ledit système en harmonie avec les valeurs sur lesquelles il est fondé.

Section 3: Les principes de la Finance Islamique


Ce qui distingue l'approche islamique des pratiques financières conventionnelles est une
conception différente de la valeur du capital et du travail. Au lieu d'une simple relation prêteur-
emprunteur, le système financier islamique repose sur un partage plus équitable du risque
entre le prêteur et le propriétaire d'entreprise (Haque Zia Ul, 1980). Cette pratique découle de
cinq piliers principaux sur lesquels se base le modèle financier islamique: il s'agit de
l'interdiction du Riba (usure), l'interdiction du Gharar (spéculation) et du Maysir (incertitude),
l'exigence d'investissement dans les secteurs licites, l'obligation de partage des profits et des
pertes (P3) et enfin le principe d'adossement des investissements à des actifs tangibles de
l'économie réelle.

1.1. Les « Cinq Piliers » de la Fiance Islamique:

1.1.1. Interdiction de la Riba :

L’économie islamique est fondée sur l’interdiction du Riba. Ce mot arabe qui signifie
augmentation couvre la notion d’usure et d’intérêt. Cette pratique financière est totalement
prohibée qu’elle soit à taux faible ou élevé. D’ailleurs Martens (2001)8 indique que cette
interdiction est aussi présente dans les autres grandes religions à savoir la judaïque et le
christianisme à travers leurs bibles (respectivement Le Torah et l’Evangile).
Le Riba a deux formes principales:

- Riba-Al-fadl : Il s'agit de tout surplus concret perçu lors d'un échange direct entre deux
choses de même nature qui se vendent au poids ou à la mesure.

- Riba-Annassia :Le surplus perçu lors de l'acquittement d'un dû, dont le paiement a été
posé comme condition de façon explicite ou implicite dans le contrat, en raison du délai

8
« La finance islamique : Fondements, théorie et réalité », Martens A., Conférence présidentielle, 41e congrès de
la Société canadienne de science économique, Québec (2001).

JBIRA Mohamed 14
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

accordé pour le règlement différé. Riba-Annassia est le type le plus répandu dans la société,
notamment à travers les crédits, des prêts et des placements proposés par les établissements
bancaires et les organismes de financement traditionnels.

Ce qui différencie le Riba de la vente d'un bien ou d'un service, est que la contrepartie perçue
n'est considérée comme acceptable dans le droit musulman, que si elle vise à compenser
quelque chose de légitime, comme :

- la perte de valeur liée à l'usage d'un bien (dans le cas de la location d'un bien),
- l'effort fourni pour la réalisation d'un objet (dans le cas de la vente d'un bien produit par le
vendeur),
- ou le travail accompli pour l'obtention d'un bien matériel et le risque engagé dans sa prise
en charge (dans le cas de la vente d'une marchandise achetée à autrui).

Selon l'orientaliste français Jacques Austruy9la prohibition du Riba dans toutes ses formes
semble être l'une des conséquences de l'égalitarisme recherché dans la loi musulmane.
D'après lui, cette interdiction est fondée sur la double affirmation que le temps appartient à
Dieu seul et que l'argent, en lui même, n'est pas productif. Ainsi, la Charia interdit le retrait par
le prêteur d'un quelconque avantage de son prêt, sauf si cet avantage est librement accordé
par l'emprunteur après remboursement du prêt et sans en constituer une condition tacite ou
explicite.

1.1.2. Interdiction du Gharar et du Maysir :

La Charia exige également, dans les affaires et le commerce, qu'il n'est pas permis de
conclure de transaction qui renferme du Gharar. Le Gharar peut être définit comme étant tout
flou non négligeable au niveau d'un des biens échangés et/ou qui présente en soi un caractère
hasardeux et incertain10.C'est le cas notamment :

- lorsque la vente porte sur une marchandise qui n'est pas déterminée de façon
précise.
- lorsque la transaction est conclue sans que le prix de la marchandise ne soit fixé de

9
« L’islam face au développement économique», collection économie et humanisme, les éditions ouvrières. Paris
2006, p.52.
10
« Comprendre la finance islamique », Publication de la Cellule de Fiqh du Centre Islamique de la Réunion, Avril
2008 - Édition spéciale.

JBIRA Mohamed 15
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

façon claire.
- lorsque la transaction porte sur une marchandise déterminée que le vendeur ne
possède pas encore.
- lorsque le transfert de propriété est conditionné à un évènement hasardeux.

Ceci correspond en finance conventionnelle aux produits ou transactions à terme caractérisés


par une incertitude évidente quant à leur réalisation, tels que les Futures, les Swaps ou les
autres produits financiers plus complexes comme les Subprimes.

De la même manière, le Charia interdit les transactions basées sur le Maysir.


Etymologiquement, le Maysir était un jeu de hasard, dans le domaine économique, il désigne
toute forme de contrat dans lequel le droit des parties contractantes dépend d'un événement
aléatoire. Ainsi, chaque contrat doit avoir tous les termes fondamentaux (tels que l'objet, le
prix, les délais d'exécution et l'identité des parties) clairement définis au jour de sa conclusion.
Les juristes musulmans encouragent par ailleurs fortement la satisfaction de toutes les
conditions préalables avant la signature du contrat. Ceci différencie clairement les banques
Islamiques des institutions de prêt à intérêt, basées sur le principe que l'on peut acheter sans
payer et vendre sans détenir, ce qui alimente constamment la spéculation et porte préjudice à
la stabilité du système bancaire.

Le risque calculé d'un investissement est autorisé par la Charia, en revanche l'interdiction des
contrats à terme impliquant le Gharar et le Maysir vient du fait que le risque de fausse
anticipation d'évolution des marchés pourrait remettre en cause la réalisation de transactions
basées sur l'incertitude, la spéculation, ou même la détention délictuelle d'une information
privilégiée et préalable. Les juristes musulmans justifient également la prohibition de ces
transactions par la nécessité d'orienter les fonds disponibles au financement de l'économie
réelle, au lieu de les laisser alimenter les bulles financières vides de toute productivité et de
richesse utile. (Zerouali, 2009)

1.1.3. Interdiction des investissements illicites :

La Charia exige également que tout musulman ne peut traiter des biens jugés illicites ou
Haram. En effet, il existe des exigences quant à la nature de l'activité dans laquelle un
investissement demeure conforme aux impératifs moraux et religieux tels que dictés par
l'Islam. Ainsi, les jeux de hasard, les activités en relation avecl’alcool, avec l'élevage porcin ou

JBIRA Mohamed 16
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

encore avec l’armement, avec l’industrie cinématographique suscitant ou suggérant


ladébauche et les activités liées à la pornographie en particulier constituent des secteurs
d'investissement prohibés dans l'Islam. On retrouve ce principe d'exclusion dans la finance
éthique en faveur du développement durable et dans l'investissement socialement
responsable.

Du point de vue financier, les sous-jacents de tout type de contrats doivent également être
conformes à la Charia. Typiquement, dans le cadre d'une prise de participation sous la forme
d'actions, un certain nombre de secteurs dont les activités sont considérées comme illicites
sont à exclure de l'univers d'investissements.

1.1.4. Principe du Partage de Profits et de Pertes (3P) :

La notion de partage des pertes et profits est un des éléments clés dans le concept
definanceislamique car elle est le reflet des valeurs que l’Islam transmet à ses fidèles, àsavoir
justice, égalité sociale et fraternité. Ce système est défini par KHAN (1984)comme étant « un
mécanisme financier qui lie le capital financier à l’industrie et aucommerce sans utiliser un
intérêt ». Il s’agit donc d’un procédé qui permet auxtechniques de financements islamiques
d’établir des échanges commerciaux enempêchant l’intérêt et ceci dans les règles de la
Charia. Cette technique permet enoutre le partage des risques entre entrepreneur et
investisseur. Effectivement, cedernier est directement lié au bon déroulement des affaires lors
de la transaction baséesur le principe des 3P alors que lors d’un prêt à intérêt le risque est en
partie transféréau demandeur de fond.

Le principe de partage des pertes et profits est utilisé dans plusieurs techniques
definancements islamiques tels que le Mudharaba où la banque va financer entièrementle
projet et l’entrepreneur va fournir son travail afin de faire fructifier le montant investi.
Les profits sont partagés tandis que les pertes sont entièrement assumées par la banque. Ou
encore le Musharaka, transaction qui permet à la banque et l’entrepreneur de s’associer pour
un projet et partager les pertes et profits. Ces méthodes de financement se rapprochent du
capital risque où l’investisseur va financer la phase post-amorçage de l’entreprise. Elles
favorisent le développement des entreprises etdonc de la croissance économique.

Nous comprenons rapidement que ce système suppose des risques supérieurs


car,contrairement aux banques conventionnelles, la rémunération d’un type definancement

JBIRA Mohamed 17
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

dépend directement du rendement de l’opération et donc de la gestion duprojet par


l’entrepreneur. Le financement islamique ne peut donc être viable qu’avecdes clauses
contractuelles strictes permettant à la banque de s’assurer du bonfonctionnement des affaires.
Sans quoi la direction de l’entreprise partenaire pourraitmaquiller ses résultats financiers afin
de diminuer la rétribution à la banque.

De plus, dans un tel système, les critères de sélection d’un projet par la banque nesont plus
basés sur des questions de solvabilité mais plus sur la rentabilité anticipée,laquelle est très
difficilement estimable.

1.1.5. L’ « Asset Backing » :

Toute transaction financière doit être sous-entendue par un actif pour être valide selon la
Charia. La tangibilité del'actif signifie que toute opération doit être obligatoirementadossée
à un actif tangible, réel, matériel et surtout Détenu.

Ce principe de l'« Asset Backing » permet de renforcer le potentiel en termes de stabilité et de


maîtrise des risques et rassure notamment quant aux problématiques de déconnexion de la
sphère financière à la sphère réelle.

Le principe de la tangibilité des actifs est également une manière pour la finance islamique de
participer au développement de l'économie réelle par la création d'activité économique dans
les autres domaines.

1.2. Le rôle du Sharia Board :


Toute institution financière islamique est dotée d’une structure de gouvernement bicéphale.
D’un côté, il y a les structures de direction classiques qui veillent à la gestion quotidienne de la
société. De l’autre, il y a une entité spécifique aux institutions financières islamiques, le Sharia
Board. Cette institution, composée de membres à la fois compétents pour interpréter la
jurisprudence islamique et avec des connaissances suffisantes en matière de finance et
d’ingénierie financière, veille à la conformité aux normes de la Charia des produits proposés
aux clients mais aussi des modalités de fonctionnement de la société elle-même.

Il serait erroné toutefois, de considérer que le Sharia Board est exclusivement préoccupé par

JBIRA Mohamed 18
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

des considérations religieuses, au détriment de tout objectif commercial ou financier. Le


Sharia Board prend ses décisions en fonction de trois préoccupations :

- Est-ce que les termes du contrat financier sont compatibles avec les principes de la

Charia ?

- Est-ce que cet investissement est optimal pour le client ?

- Est-ce que cet investissement crée de la valeur pour le client mais aussi pour
communauté?11

Les Sharia Board ne sont en aucune façon des entités passives. Ils peuvent avoir, au
contraire, une influence forte sur le développement des institutions financières islamiques
qu’ils conseillent.
Comme nous l’avonsd’ores et déjà évoqué, les textes sacrés musulmans fournissent
uniquement les principes généraux de l’organisation de la vie économique et financière de la
société musulmane. Il faut donc transposer ces normes éthiques dans des situations
concrètes, parfois inédites. La jurisprudence joue donc un rôle prépondérant dans la Finance
Islamique. Elle explique également, en grande partie, l’hétérogénéité de l’univers des produits
islamiques. Certes, l’ensemble des spécialistes en droit musulman s’accordent sur les grands
principes fondamentaux, mais de nombreuses divergences existent sur certains points de
détail.
En effet, les opinions et les interprétations avancées par les différents shariah
scholarspeuvent différer fortement, empêchant de ce fait l’harmonisation des produits ou
desprocédures financières islamiques. Cette diversité d’opinions parmi les shariah scholars
qui composent ces comités religieux pourrait se révéler un des plus grands défis à relever par
la Finance Islamique.

Les deux grands centres actuels de la Finance islamique – le Golfe Persique et la Malaisie –
ont abordé différemment cette situation qui pourrait à terme soulever d’importantes difficultés
mais qui est porteuse également de grandes opportunités :

- En Malaisie : création d’un Sharia Board central – rattaché à la Banque Centrale – qui
statue sur la conformité des produits financiers – chaque institution peut avoir son propre
Sharia Board, mais elle doit, en premier lieu, se conformer aux normes édictées par ce
Sharia Board central.

11
P. Moore, « Islamic Finance: partnership for growth”, Euromoney publications, Londres 1997.

JBIRA Mohamed 19
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

- Pays du Golfe : chaque établissement a son propre Sharia Board qui statue sur la
conformité des produits qu’il propose. Une certaine homogénéité est toutefois assurée
par le fait que la plupart des shariah scholars siègent dans plusieurs Sharia Boards à la
fois.

Enfin, en matière de ShariahBoard, les institutions financières islamiques doivent faire face à
un autre problème de taille : la rareté du capital humain. Il y a moins d’une centaine de sharia
scholars dans le monde suffisamment formés et compétents pour siéger dans un Sharia
Board. Pour contourner cette difficulté, ces spécialistes en droit islamique multiplient les
mandats dans différents Shariah Boards. Cela permet, certes, d’assurer, de manière indirecte,
une plus grande homogénéité dans les décisions des différents comités islamiques. Mais cela
ne peut être qu’une solution temporaire et, par ailleurs, cela peut engendrer des situations de
conflits d’intérêts.

Chapitre 2: Crise financière et la finance islamique

Aujourd'hui en 2013 l'Europe doit essuyer l'une des plus grandes crises économiques de son
histoire. En effet cet évènement, qui concerne des dettes contractées par des Etats, révèlent
l'impuissance de notre système financier.

La situation est telle qu'il est possible d'envisager la sortie de la Grèce de l'Union Européenne.
Les banques, quant à elles, refusent de se prêter sur les marchés monétaires interbancaires.
Mais bien plus proche de nous, il est possible d'assister à de graves manifestations de la part
d'un peuple grec écrasé sous la pression de l'austérité.

Dans ce contexte la finance islamique connait un essor depuis les années 1980.

En effet, loin des excès d'un monde bancaire de plus en plus immoral la finance islamique se
dresse contre la spéculation à outrance, l'usure et la prise d'intérêts, les produits dérivés etc...
Elle préfère se recentrer sur des modes de financements participatifs et le désendettement de
l'Homme. L'objectif ici étant de le replacer au centre de l'économie et d'en faire le principal
acteur. Bien que ce dessein semble utopique, la finance islamique prévoit de réelles solutions
pour y parvenir.

JBIRA Mohamed 20
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Il n'est donc plus question d'un système à destination de la communauté musulmane, mais
bien d'une finance visant les personnes qui s'exaspèrent des dérives du système. C'est en
partant de ce postulat que des associations telles que l'AIDIMM essayent de promouvoir ce
nouveau paradigme. Ainsi pouvons-nous nous interroger sur l'alternative que représente la
finance islamique face à cette crise du capitalisme.

Afin de répondre à cette question, nous verrons, dans un premier temps, comment nous
sommes arrivés à cette situation. Nous nous attarderons sur les crises, leurs causes, et leurs
conséquences. Enfin nous verrons quels sont les avantages et inconvénients de cette finance
face à la crise du capitalisme.

Section 1: L’histoire de la crise

1.1. La crise : sa naissance, son évolution12


La crise du capitalisme est une expression que nous pouvons employer pour définir l'état de
notre système financier. Afin de comprendre pourquoi et comment il est devenu si critiquable,
nous dresserons un bref historique de son évolution. Ainsi nous remonterons jusqu'au début
du XIXème siècle pour arriver en 2011.

- De 1815 à 1914 les pièces d'or ou d'argent constituaient la monnaie des


transactions marchandes. Leur poids représentait leur valeur. La loi du 12 aout
1870, mettra en place les billets « ayant un cours légal ». Ils pouvaient être
échangés contre leur valeur en pièces (d'or ou d'argent). De plus, l'utilisation de la
vraie monnaie permettait d'éviter l'inflation, de stabiliser les salaires et de contrôler
les prix. En effet, l'existence d'une monnaie (pièces) réelle en contrepartie limitait
les émissions de billets de banque.

- A la fin de la seconde guerre mondiale. Les nations alliées signent les accords de
Bretton Wood. Dès lors le dollar deviendra la monnaie étalon. En effet il sera la
seule monnaie indexée sur l'or et servira de référence pour les autres. C'est ainsi
que fut créé le système monétaire international. D'autre part, ces accords ont
permis la création de la Banque Mondiale et du FMI.

12
« Vous avez dit la crise ? », BOELTZ Hubert, 13 avril 2012.

JBIRA Mohamed 21
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

- Le 15 août 1971 le président NIXON dans le cadre du « New Economic Policy »


suspendra la convertibilité du dollar en or, John Connally secrétaire du trésor,
déclarera : « le dollar est notre monnaie et votre problème »

- Le 3 janvier 1973 Valéry GISCARD D'ESTAING, ministre des finances de


l'époque, mettra en place la loi « POMPIDOU-GISCARD ». Cette dernière ôtera le
rôle de service public à la Banque de France. Ainsi le Trésor Public ne pourra plus
escompter ses effets auprès de la Banque de France. Désormais, les emprunts
d'Etat seront souscrits sur les marchés financiers.

- En 1994 Blythe MASTERS perfectionnera les dérivés de crédit en « inventant » les


CDS, traités« d'armes financières de destruction massive » par Warren Buffet. Elle
mettra aussi au point un nouvel instrument de couverture : le CDO (collaterised
debt obligation). Celui-ci permettra aux entreprises de titriser leurs dettes. En effet,
il consiste en la transformation des dettes (réparties par tranche) en obligation. Ce
processus se faisant par l'intermédiaire d'un SPV (special purpose vehicule).

- Le 12 novembre 1999 les Américains voteront le « Gramm-Leach-Bliley Act ». Il


remplacera le « Glass-Steagall Act » voté en juin 1933 sous la présidence de
Roosevelt. Cette mesure mettra fin à la séparation entre les banques de
dépôts et les banques d'affaires. De plus, elle autorisera celles-ci à fusionner
avec les sociétés d'assurance. L'Europe suivra le mouvement en dérèglementant,
elle aussi.

- En 2007, les CDS (Crédit Default Swap) dans lesquels, entre autres, des crédits
«subprimes» accordés à des américains afin d'accéder à la propriété, sont utilisés
et diffusés massivement. Ceci entraînera une méfiance entre les banques. En
effet, elles ne se prêteront plus sur le marché monétaire interbancaire. Elles
accorderont moins de crédits aux entreprises et aux particuliers.

- Aujourd'hui en 2012, la Grèce est en quasi faillite. La plupart des Etats de l'Union
Européenne sont trop endettés.

La décorrélation progressive de la valeur de la monnaie et de son actif sous-jacent (l'or), a


permis une prise de risques inconsidérée de la part des acteurs de la finance. En effet la
fusion des banques de dépôts et des banques d'affaires, ainsi que la construction des

JBIRA Mohamed 22
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

instruments de transfert de risques ont eu des conséquences très graves sur notre système
économique. Nous nous attacherons à expliquer cela plus loin dans notre étude.

1.2. La crise du subprime :


Cette crise a débuté juillet 2007 jusqu'à atteindre son paroxysme à l'automne 2008. En effet
les banquiers américains ont consentis des prêts hypothécaires à des ménages modestes,
présentant de très grands risques de défaut. Ces banquiers peu scrupuleux, avaient, pour
déplacer ce risque, titrisé un grand nombre de ces créances « douteuses ». Le principal
problème fut que les biens saisis ne pouvaient être vendus à leur valeur d'origine. En effet la
multiplication de ces défauts de paiement a engendré une trop grande offre face à une trop
faible demande sur le marché immobilier. Les banques étaient donc propriétaires d'un parc
immobilier de faible valeur. En effet, la différence entre l'hypothèque française et l'hypothèque
américaine est qu'aux Etats-Unis la banque est propriétaire du bien jusqu'au remboursement
du prêt, alors qu'en France la banque n'a qu'un droit de préférence sur le bien qui lui sera
accordé en cas de non-paiement de la part des clients.

La part de ces « subprimes » dans le bilan de certaines banques américaine étant trop
importante, ces dernières ont dû se résigner à faire faillite (Lehmann Brothers par exemple).
Cependant un élément plus grave vint empirer le tableau. En effet, une grande partie des
banques non-américaines avaient acheté des obligations issues des subprimes. Ceci a
engendré une contagion dans la plupart des marchés bancaires développés....

1.3. La crise de la dette :


La crise de la dette est moins complexe dans son schéma de propagation. En effet bien que
l'on ignore beaucoup d'éléments sur cette crise, il est possible d'affirmer une chose : les Etats
sont trop endettés et certains d'entre eux ne pourront jamais rembourser leur dette (le cas
notamment de la Grèce). Dettes, qui rappelons le, sont détenues par les banques, les
compagnies d'assurance et les particuliers à travers les contrats d'assurance vie souscrits en
euro.

En effet la majorité des Etats de l'Union Européenne se sont endettés. Le principal souci que
soulève cette information est que les nations se sont, pour quelques unes, endettées au-delà
de leurs moyens. Si nous prenons le cas de l'Espagne nous pouvons voir que sa dette

JBIRA Mohamed 23
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

publique est passée de 54% à 62% du PIB entre 2009 et 201013. De plus sa balance
commerciale était négative de 52 milliards d'euros.cette crise est différente de celles que l'on a
connues. En effet, elle ne résulte pas de l'éclatement d'une bulle spéculative, mais bien d'un
défaut de gestion de la part des Etats. C'est pourquoi, il décrit cette crise comme une crise
financière à ses débuts, qui se sera transformée en crise économique.

Section 2: Les causes des la crise

Les causes des crises sont multiples. Afin de comprendre l'enjeu que représente la finance
islamique, face à cette dernière, nous pouvons dégager 2 causes majeures :l'immoralité et
le refinancement.

1.1. L’immoralité :
L'immoralité constitue un des éléments qui fait le plus débat dans la sphère financière. En effet
la question est de savoir si l'on doit être rentable ou moral. Evidemment cette présentation est
caricaturale mais permet de comprendre l'enjeu caché derrière les questions d'éthique
financière. Toutefois une chose est sure : l'immoralité est l'une des causes des deux
crises. Ainsi nous nous pencherons sur les éléments immoraux qui ont causé la crise du
subprime, ceux qui ont causé la crise des dettes souveraines et les éléments externes aux
deux crises.

1.1.1. L’immoralité dans la crise du subprime :

L'immoralité est l'élément qui a causé la crise de la subprime. En effet, des banquiers
américains, peu scrupuleux ont été les instigateurs de cet évènement.

Débuts des années 2000 le marché immobilier américain était saturé. En effet la cible des
agences immobilières, traditionnellement composées de ménages ayant des revenus assez
conséquents pour pouvoir absorber un crédit immobilier, n'était plus assez abondante pour
assurer des perspectives commerciales suffisantes. Elles se sont donc penchées sur une

13
Source : www.diplometie.gouv.fr/

JBIRA Mohamed 24
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

nouvelle cible : les ménages ayant de faibles ressources. Paradoxalement cette cible pouvait
être financée.

Tout d'abord il fallait pouvoir vendre un crédit immobilier à des ménages modestes. Pour ce
faire il suffisait de prêter à taux variable et à paliers. Ainsi les emprunteurs pouvaient
rembourser les premières années de prêt sans trop de difficulté. Ensuite, lorsque les taux des
prêts « recollaient » à la réalité des marchés, et que les clients devaient passer un pallier, ces
mêmes emprunteurs devaient supporter des échéances, nettement plus élevées (allant du
simple au double). Cela les conduisait inéluctablement vers l'insolvabilité.
En expliquant cela nous répondons à la question : comment la crise du subprime a-t-elle été
initiée ? En revanche, nous ne répondons pas à la question « pourquoi ? ». Pour ce faire,
Ilfaut tout d'abord comprendre une différence juridique majeure entre le cadre juridique
français,
et le cadre juridique américain.

En France, les prêts hypothécaires, sont systématiquement affectés au bien qu'ils financent.
De plus les lois NEIERTZ et SCRIVENER 2 obligent le créancier à s'assurer de la solvabilité
de son débiteur avant de prêter. Enfin l'hypothèque prise sur le bien n'accorde à la banque
qu'un droit de préférence. Cela signifie qu'en cas d'impayé de la part de l'emprunteur la
banque devra demander à un tribunal la saisie du bien. Ce n'est qu'après la vente en
adjudication de l'immeuble que le créancier pourra faire valoir son droit de préférence. S'il
n'est pas remboursé après la vente de l'immeuble il devra faire appliquer son droit de suite qui
le placera au même rang que les autres créanciers du débiteur.

Aux Etats-Unis, en revanche le cadre juridique est beaucoup plus léger. En effet, l'obligation
de la solvabilité des emprunteurs est moins présente. Cependant ce qu'il faut comprendre est
le principe du « mortgage loan » (prêt hypothécaire). L'hypothèque américaine, contrairement,
à l'hypothèque française, donne un droit de propriété à la banque. Cela signifie que la banque
est propriétaire du bien jusqu'au remboursement de la dette. Concrètement, la banque peut
expulser un mauvais payeur, et revendre son bien immédiatement après. Cela démontre
clairement que le prêt hypothécaire américain est beaucoup moins encadré que dans le
système français.

Malgré un système hypothécaire facilitant les prêts, les banquiers américains, ont réussi à
dégager ses prêts risqués de leur bilan. En effet, les banques ont tout simplement utilisé la
titrisation par le FCC, mais aussi et surtout via les CDO. Ainsi elles pouvaient exporter leurs

JBIRA Mohamed 25
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

risques qu'elles prenaient en finançant ces créances douteuses. Il faut voir que le volume de
CDO émis aura connu une évolution exponentielle juste avant la crise du subprime et une
chute après cette dernière.

On pourra, noter que la propagation de la crise du subprime, s'est faite en raison de la


recherche du profit, et ce, de la part de chacun des agents économiques. En effet, on a
souvent l'habitude de désigner les banques comme seules et uniques responsables de cette
crise. Cependant il est utile d'observer que les banques qui proposaient des produits ne
contenant pas de dette de subprime, offraient des rémunérations bien inférieures à celles de
leurs concurrentes, qui elles en proposaient. Ainsi sous la pression commerciale infligée
par leurs clients elles devaient s'aligner sur leur confrère en en proposant elles aussi.

1.1.2.L’immoralité dans la crise de la dette :

Lorsque l'on parle de la crise de la dette. On pense immédiatement à la Grèce. En effet, ce


pays fut le premier à être frappé par ce fléau. La crise de la dette se résume par le fait que
pendant trop longtemps des pays ont vécus au-dessus de leurs moyens, et qu'aujourd'hui ils
doivent rembourser leurs emprunts. Nous pouvons noter, par exemple, que le premier poste
de dépense de l'Etat français est le remboursement des intérêts de la dette. En effet,
aujourd'hui certains Etats n'arrivent plus à rembourser leurs dettes du fait d'une charge
d'intérêts trop lourde. Mais revenons-en à la Grèce. Ce pays est rentré dans la zone euro avec
des comptes falsifiés. Effectivement, leur situation ne le permettait d'atteindre les critères de
convergence mis en place par l'Eurogroupe. Et c'est bien ici que se place l'immoralité. En
effet, aujourd'hui ce sont 10,8 millions d'habitants qui souffrent à cause de la tromperie de
leurs élus. Il est ici intéressant de noter que le vice-président pour l'Europe de la banque
Goldman Sachs qui a aidé la Grèce à falsifier ses comptes n'est autre que Mario DRAGHI,
actuel président de la BCE.

1.1.3. Les éléments externes aux deux crises :

Pendant ces crises, nous avons pu voir apparaître des éléments d'immoralité financière qui
n'en sont pas des facteurs. En effet on a pu voir et entendre parler de certains scandales
financiers. En effet, nous parlons ici de certaines affaires qui ont heurtées l'opinion en temps
de crise, et contribué à la mise en place d'une barrière entre les banques et les personnes.
Nous retiendrons dans notre cas deux scandales : l'affaire KERVIEL et l'affaire MADOFF.

JBIRA Mohamed 26
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Jérôme KERVIEL était un jeune trader au sein de la Société Générale. Il entra en 2000 au
middle office avant d'intégrer le front office en 2005. Il fut connu pour avoir perdu 4,82 milliards
d'euros en vendant à perte. L'affaire sera révélée le 24 janvier 2008. Daniel BOUTON, PDG
de cette banque, n'arrivera pas à le qualifier lors de son interview ce même jour sur France
Inter : «cet escroc, ce fraudeur, ce terroriste, je ne sais pas ». Le gouverneur de la banque de
France (Christian NOYER) le qualifiera, quant à lui de génie de la fraude. Toutes ces
allégations relayées par les médias on fait renaître chez les français un sentiment « anti-
banquier », que les grands établissements français ont tenté de faire disparaître dans le début
des années 2000. Le principal élément mis en avant dans cette affaire est que le trader fit un
passage au middle office avant d'être placé au front office. Il connaissait les rouages du
système. Il savait contourner les contrôles. On pourra noter que le 5 octobre 2010 la
11ème chambre correctionnelle de Paris reconnaîtra Jérôme KERVIEL coupable de « faux,
usage de faux, abus de confiance, introduction frauduleuse de données dans un système
informatique ». Il sera condamné notamment à rembourser les 4,8 milliards d'euros, et a une
peine de prison ferme (3 ans). Il fera appel de la décision et sera rejugé du 4 au 28 juin 2012.

Ce sera d'ailleurs le 7 juin 2012 que l'on apprendra de la bouche de Claire DUMAS
(représentante de la Société Générale au procès), que les personnes qui auraient pu
empêcher le trader de prendre des positions (jusqu'à 50 milliards d'euros en 2008), ne
comprenaient pas les opérations passés, mais les autorisaient quand même. Elle déclarera ce
jour même« [la position] était visible, mais elle n'était pas vue et c'est normal »14

Bernard MADOFF, quant à lui, est un homme d'affaire qui fut condamné pour une escroquerie
basée sur le système de la chaine de PONZI. Il créa Bernard L. Madoff Investment Securities
LLC qui devint l'une des principales sociétés d'investissements à Wall Street.

Eloi LAURENT, dit de cet homme qu'il a su habilement profité de « l'exubérance irrationnelle
de la finance mondialisée et la foie entretenue par les agences de notation, dans des
rendements chimériques »15

En raison de son activité au sein de la National Association of Securities Dealer (NASD),


MADOFF bénéficiait de la confiance des autres investisseurs et des autorités de contrôle (la
SEC par exemple), qui n'ont pas douté du cachet de notre fraudeur. Sans cette relation
« consanguine » il n'aurait jamais pu réussir sa manoeuvre.

14 .
Reuters, « la SocGen sur la sellette a son tour au procès kerviel 8 juin 2012 » paru le 7 juin 2012
15
LAURENT Eloi, économie de la confiance, édition la découverte, 2012.

JBIRA Mohamed 27
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Le mécanisme était simple. Les investisseurs apportaient des capitaux qui servaient à payer
les intérêts qui étaient servis aux clients plus anciens. Ce système est appelé « vente
pyramidale ».

Le montant de la fraude s'élevait à 50 milliards d'euros. Il sera jugé et condamné le 29 juin


2009 à une peine de prison de 150 ans.

Contrairement à Jérôme KERVIEL, MADOFF, lui, s'est enrichi avec cette escroquerie.
Ces deux affaires, mises à jour en période de crise, ont creusé un peu plus le fossé entre les
banques et les ménages. En effet, les deux affaires que nous avons évoquées ont permis de
comprendre les failles morales du système financier. Effectivement, lors de l'affaire KERVIEL,
nous avons pu voir l'immoralité d'une banque (Société Générale) mais aussi d'une institution
(l'AMF). Ces deux entités ont laissé passer des opérations d'un montant exorbitant. Rappelons
notamment que le trader en question avait, avec des opérations similaires à celles qui lui sont
actuellement reprochées, gagné un peu plus d'un milliard d'euros avant d'en perdre six fois
plus, et qu'à cet instant, personne n'avait dit mots à ce sujet. L'affaire MADOFF, quant à elle,
mit en exergue l'immoralité d'un homme qui s'est enrichit en trompant ses clients.

1.1.4. L’immoralité de la spéculation :

La spéculation consiste à prévoir les évolutions de marché afin d'en tirer un profit financier, en
prenant des positions d'achat ou de vente en fonction de son anticipation. Elle est l'un des
éléments financiers les plus critiqués. Ainsi, elle est immorale en trois points :
Tout d'abord, nous pourrons noter que la spéculation est un moyen d'acheter ou de vendre
des biens dont on ne dispose pas réellement. En effet, elle consiste en des prises de position
concernant des actifs sous-jacents. Ainsi, grâce à la spéculation, nous pouvons vendre un
bien dont nous ne sommes pas propriétaire.

Ensuite nous dirons que la spéculation est un moyen de gagner de l'argent en cas de baisse
des prix des valeurs. Effectivement, la vente à découvert permet d'anticiper une baisse de
marché, en vendant un bien dont on ne dispose pas. Concrètement, cela signifie qu'il est
possible de gagner de l'argent alors que des investisseurs, sur ces mêmes valeurs sous-
jacentes, enregistrent des pertes.

JBIRA Mohamed 28
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Enfin nous parlerons du deposit. Celui-ci est la garantie laissée au broker afin de pouvoir
spéculer. Il est inférieur au montant des sommes sur lesquels on spécule. Cela signifie que
nous pouvons prendre des positions sur 100€ alors que l'on ne dispose que de 50€. C'est ce
que l'on appelle l'effet de levier.

En raison de ces éléments la spéculation est vivement critiquée. Souvent remise en question
par les médias, elle reste très utilisée par les investisseurs.

1.2. Le refinancement :
Le système de refinancement est l'élément qui a permis de propager les crises de manière
internationale. Sans ce dernier, les soucis causés par la sphère financière seraient restés
localisés. Nous allons donc l'expliquer afin de le comprendre.

1.2.1.Rappel sur le fonctionnement du système bancaire :

Le système bancaire français fonctionne selon un modèle appelé gestion actif/passif. Ce


système repose sur un principe : la banque prête à monsieur B l'argent déposé par monsieur
A (moyennant intérêts). Jusque dans les années 1990 ce système constituait le principal mode
de rémunération des banques.

Figure 2
Fonctionnement du système bancaire

Client AClient BBANQUEPrête 100Dépose 100Rend 100Rend 105

Cependant ce système présente certains risques. En effet il est possible que monsieur A
demande à retirer son argent sur avant que B n'ait remboursé son prêt. Il se peut aussi que B
fasse défaut (quel que soit la qualité de B). Il est donc nécessaire pour la banque de pouvoir
pallier ces carences.

Il faut tout d'abord souligner qu'il existe trois risques liés au crédit :

- Le risque de crédit : c'est le risque lié au défaut de paiement du client.

- Le risque opérationnel : ce risque se constitue essentiellement de la mauvaise

JBIRA Mohamed 29
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

application des processus des collaborateurs au sein de la banque. Il résulte de


fraudes, erreurs humaines...

- Le risque de marché : ce risque est lié à la performance des marchés. Par


exemple, en accordant un prêt immobilier à taux fixe sur 20 ans, le banquier prend
le risque que les taux de crédit en immobilier dépassent celui qu'il a fixé.
Effectivement, il se peut que le coût de l'argent soit plus élevé que le taux pratiqué.
Ceci est particulièrement vrai en France dans la mesure où la majorité des crédits
se font à taux fixes.

Comme nous venons de le voir la gestion actif/passif présente certains risques. Il est donc
nécessaire pour une banque de pouvoir se refinancer en cas d'une forte exposition à ses
derniers. Nous verrons dans l'annexe 1 un tableau récapitulant l'ensemble des couvertures de
ces risques.

1.2.2. Le système de refinancement :


Il existe 2 types de sources de couverture de risque pour une banque : l'interne et l'externe :
 Les sources internes :
Constituées des liquidités ainsi que des fonds propres.
 Les sources externes :

Le marché monétaire : il est composé de trois marchés


- Le marché interbancaire : c'est un marché de taux dont les participants sont
exclusivement des banques. Dans ce marché, elles se prêtent entre elles à des taux qu'elles
se fixent.

- Le marché banque centrale : la BCE permet aux banques d'emprunter à taux fixe via
son taux directeur « Refi ». Aujourd'hui à 1%, il est l'un des moyens les plus efficaces pour
lutter contre la méfiance qui règne sur le marché monétaire interbancaire.

- Le marché des titres : marché qui permet aux banques d'émettre des titres de créances
négociables. Ces TCN pourront ensuite passer par le FCC afin d'être échangés sur le marché
secondaire (la bourse).

Le marché hypothécaire :

JBIRA Mohamed 30
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Caisse de Refinancement Hypothécaire (CRH) :


La CRH est exclusivement utilisée pour refinancer les crédits immobiliers. Tout comme pour
les titres, ces refinancements peuvent faire l'objet d'une titrisation par le FCC. Les dettes
seront alors transformées en obligations. Lorsque l'on recourt à la CRH, on partage son risque
avec notre refinancer.
Le Fonds Commun de Créances (FCC) :
Le FCC est un « véhicule » qui permet de titriser une créance. Cela signifie que les prêts
qu'une banque consent peuvent être transmis à ce fond. Ce dernier les transformera en
obligations. Ainsi ces créances seront mises à disposition des épargnants. En effet, ils
pourront intégrer des fonds ou des assurances-vie.
L'avantage (mais aussi le risque) est que lorsqu'une banque titrise une créance elle déplace
son risque vers celui qui l'achète. On pourra toutefois noter que le recours au FCC n'est pas
illimité. Par exemple, une banque n'a pas le droit de titriser plus de 30%de ses crédits à la
consommation.

Section 3: Les conséquence de la crise

1.1. Le déficit de la confiance des ménages :


La méfiance est un élément bien connus de la sphère financière. En effet, elle est l'un des
ennemis de la liquidité. Lorsqu'elle sévit sur le monétaire interbancaire, elle paralyse les
banques et les empêchent de prêter facilement. Cependant, il existe un phénomène dont on
parle moins : la méfiance des ménages.

Afin de comprendre l'enjeu de cet élément, il faut comprendre que les ménages sont à la base
d'une économie développée. Ainsi, ce sont des agents économiques qui ont pour missions,
entre autre, de financer les entreprises. Cependant, l'accès aux sociétés étant complexes et
risqués, très peu de personnes se risquent à investir directement dans ces structures. C'est ici
qu'intervient la banque. En effet, sa mission d'intermédiation, lui permet d'investir dans des
entreprises avec les dépôts des ménages. Elle a donc pour mission de faire se rencontrer ces
deux agents économiques.

Afin de déterminer ce qu'est la méfiance des ménages à l'égard des banques, nous nous
baserons sur une étude menée par le cabinet Deloitte intitulée Comment regagner
durablement la confiance des clients et parue en mai 2011.

JBIRA Mohamed 31
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Tout d'abord, il est nécessaire de comprendre que les ménages ne voient pas leur banque
comme un offreur de prestation quelconque, mais bien comme un établissement dans lequel
ils vont placer leurs économies. C'est pourquoi ils ont le sentiment que les banques prennent
des risques inconsidérés lorsqu'elles spéculent sur les marchés. Les établissements bancaires
l'ont compris, c'est ainsi qu'ils ont entrepris des campagnes de communication cherchant à
rétablir la relation de confiance avec les clients : « Confiance (n.f.) : premier capital qu'un client
doit pouvoir investir dans sa banque », « Vous méritez une marque de considération », « Etre
autre chose qu'un numéro de compte, ça compte ! », « Développons ensemble l'esprit
d'équipe ».

Cette étude décrit l'effet négatif qu'ont eu les crises et les scandales financiers sur les
ménages. De plus on peut constater que les Français sont moins confiants envers leurs
banques que leurs voisins belges, britanniques, et américains. Cela est paradoxal lorsque l'on
sait qu'aucune banque française n'a fait faillite alors que c'est le cas pour nos voisins.

Tableau 1
Comparaison de la confiance dans le système bancaire entre différents pays 16

Même si cette étude montre que la confiance des ménages a été impactée par les crises, elle
montre aussi que ce déficit de confiance est dû aussi au manque d'informations de la part des
banques ainsi qu'à des tarifs jugés trop haut.

1.2. L’Effet systématique :


Les outils de refinancement peuvent avoir un effet néfaste sur le système financier : la
transmission des risques de crédits.

16
Source : Cabinet Deloitte, Comment regagner durablement la confiance des clients ? , mal 2011

JBIRA Mohamed 32
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Chaque crédit représente un risque pour une banque. Les outils de refinancement permettent,
en plus de pallier les problèmes liés à la gestion active/passive, de les transmettre à des
contreparties :
Tableau 2
Les risques du refinancement

MODE DE REFINANCEMENT RISQUE SUPPORTE


Marché interbancaire Partagé entre la refinancée et sa contrepartie
Banque Centrale Européenne Partagé entre la refinancée et la BCE
Marché des titres Partagé entre la refinancée et les acheteurs de
titres
Caisse de Refinancement Partagé entre la refinancée et sa contrepartie
Hypothécaire
Fonds Commun de Créance Déplacement du risque vers celui qui achète
l'obligation

Comme nous pouvons le voir dans ce tableau, les risques pris par une banque peuvent être
soit partagés soit déplacés dans le cas du recourt au fonds commun de créances. La crainte
que l'on peut avoir face à ces éléments, est que les risques se propagent sur les marchés.
Pire encore que les ménages aient à supporter ces risques. En effet, le recourt au Fonds
Commun de Créances permet de déplacer le risque sur les acheteurs d'obligations. Par
ailleurs, dans ce système de refinancement, le refinanceur et le refinancé n'ont aucun contact
direct, ne se connaissent pas.

Le système de couverture permet aux banques de limiter leurs propres risques. Cependant il
n'est pas illimité. Ainsi, il génère un risque très grave : le risque systémique.

Ce dernier fut découvert en 1974, en raison de la faillite de la banque Herstatt. En effet, cette
dernière, qui détenait un monopole sur l'achat du dollar, tenta de spéculer massivement sur
l'achat de cette devise. Cependant elle n'avait pas prévue que le gouvernement américain
injecterait, à cette période une grande quantité de dollars dans son économie. Ayant acheté à
crédit cette monnaie en grande quantité, la banque Herstatt n'arriva pas à rembourser et fit
faillite. Le problème que cela souleva était que l'établissement entraina ses créanciers dans sa
chute.

JBIRA Mohamed 33
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Le risque systémique est le fait que lorsqu'une banque subit un défaut de paiement
conséquent mettant en jeu sa santé financière, elles mettent en danger tout le système
bancaire. Nous sommes donc face à un effet domino qui entraîne l'ensemble du marché dans
la chute du refinancé. Ainsi la chute d'une banque qui subirait un défaut de paiement de taille,
impliquerait toutes ses contreparties de refinancement.

Conclusion :

L’occident est sous l’emprise d’une crise financière, la pire depuis celle de 1929, ses effets
commencent à se faire sentir dans l’économie réelle et la mondialisation accélère sa
propagation en effet domino à travers le reste du le monde. Les experts dénoncent « la faillite
d’un système économique et financier aux contrôles défaillants et à la finalité discutable » et
proclame une moralisation de l’économie de marché pour qu’elle soit « au service de
l’Homme » 17
« En réalité, et Benoît XVI nous pardonnera, au moment où nous traversons une crise
financière qui balaie tous les indices de croissance sur son passage, c’est plutôt le Coran qu’il
faut relire que les textes pontificaux. Car si nos banquiers, avides de rentabilité sur fonds
propres, avaient respecté un tant soit peu la Charia, nous n’en serions pas là«18C’est avec ces
mots que l’éditorialiste français, Vincent Beaufils, décrit la situation et préconise le recours à la
finance islamique.
En effet, la finance islamique pourrait offrir une réelle alternative à l’actuelle économie de
marché, ou du moins y être bien intégrée en tant que complément indispensable19.
La finance islamique a fêté en 2005 ses 30 ans d’existence, durant lesquels, elle a enregistré
des taux de croissance variant entre 10 et 30% en fonction des classes d’actifs. Actuellement,
sa taille de marché représenterait entre 500 et 700 milliards de dollars basés essentiellement
en moyen orient.

17«
Les causes et remèdes de la crise financière mondiale » Nicolas DUPONT-AIGNAN.
18«
Le Pape ou le coran » Beaufils Vincent.
19«
La finance islamique » Anouar HASSOUNE.

JBIRA Mohamed 34
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

PARTIE II
La Finance Islamique

JBIRA Mohamed 35
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

PARTIE II La Finance Islamique

Introduction:

Dans le Partie précédent, nous avons vu les bases sur lesquels repose la finance islamique.
Nous allons voir premièrement dans cette partie les différents instruments financiers
islamiques
Apres, nous avons vu quelques aspects des institutions financière islamiques et la gestion des
risques financiers islamique, et en fin, nous avons vu les indices islamiques par analyser le
DJIM Index.
Dans le second chapitre nous avons vue un cas pratique de la Finance Islamique au Maroc ci
le Dar Assafaa. Par son véhicule juridique, Financement, Model d’affaire et ses agences au
Maroc et à la fin, nous avons donné les perspectives d’avenir de la finance islamique au
Maroc. Que le Maroc sous l’impulsion d’un nouveau gouvernement et d’investissements Qatari
semble s’engager vers la finance islamique

JBIRA Mohamed 36
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Chapitre 1: La finance islamique : Outils, Modèles et


Applications

Section 1: Les Produits financière Islamiques

Au cours de son développement, la finance islamique a créé plusieurs produits ou instruments


afin de satisfaire les besoins de leurs clients. Certains de ces instruments sont des
constructions arabes préislamiques développées à l'origine pour les besoins des villes-états
marchandes déjà citées.
Compte tenu du nombre de contrats existants aujourd'hui, nous avons décidé d'évoquer les
contrats les plus utilisés et les plus connus dans le secteur de la finance islamique. Ceux-ci
ont joué un rôle prépondérant dans l'évolution croissante de la finance islamique.
La majorité des experts de la finance islamique s’accorde à dire qu’il existe deux typesdes
instruments financiers islamiques : les instruments de financement et les instruments
participatifs.
- Les instruments de financement : Murabaha, Ijara, Al Salam et Istisna.
- Les instruments participatifs : Moudaraba et Mousharaka.

Ce graphique nous permet d'avoir un aperçu de la tendance des contrats utilisés dans ce
secteur :

JBIRA Mohamed 37
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Figure 3
Répartitions des actifs islamiques selon le type de produit20

1.1. Les instruments de financement :

1.1.1. Murabaha :

La Murabaha est contrat de vente, entre un vendeur et un acheteur, par lequel ce dernier
achète les biens requis par un acheteur et les lui revend à un prix majoré. Les bénéfices
(marge bénéficiaire) et la période de remboursement (versements échelonnés en général)
sont précisés dans un contrat initial. Cela permet à un client d'acquérir un bien sans contracter
un emprunt avec intérêt. Les conditions de vente telles que la marge bénéficiaire pour le
vendeur ou les détails de remboursement des échéances sont prédéfinies entre les différentes
parties.

20
Rapport moral sur l'argent dans le monde (2005), Association d'Economie Financière.

JBIRA Mohamed 38
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Figure 4
Principe de Murabaha

Herbert Smith (2009), le guide de la finance islamique.

1.1.2 Ijara :

L'Ijara est un mode de financement à moyen terme par lequel la banque achète des machines
et des équipements puis en transfère l'usufruit au bénéficiaire pour une période durant laquelle
elle conserve le titre de propriété de ces biens. L'Ijara est l'équivalent du contrat crédit-bail.
Toutefois, il y a quelques différences qu'il convient de souligner. Ce qui le diffère du crédit bail,
c'est l'absence de pénalité en cas de non paiement mensuel ou en cas de retard car les
pénalités qui surviendraient pour ces motifs seraient considérées comme des intérêts, or la
finance islamique réfute ce procédé. Les conditions de contrat sont prédéfinies, en cas de
modification d'une des conditions, même avec l'accord des deux parties, un nouveau contrat
doit être réalisé avec les nouvelles conditions.

JBIRA Mohamed 39
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Figure 5
Principe de l’Ijara

Herbert Smith (2009), le guide de la finance islamique.

1.1.3. Al Salam :

Cette technique consiste à payer à l’avance des biens prédéterminés. Elle peut, par exemple,
être utilisée pour financer les besoins en trésorerie d’une société. Le financier paie ainsi
l’intégralité du prix de l’actif à l’avance, pour une date de livraison différée. Afin que cette
technique soit conforme à la Charia, le paiement intégral de l’actif doit être effectué dès la
signature du contrat et la date de livraison doit être clairement déterminée.

Un paiement intégral anticipé permet souvent au financier de faire l’acquisition de l’actif à un


prix réduit. Le prix est calculésur la base d’un indice de référence (tel que le LIBOR) auquel
s’ajoute une marge. Au moment de la livraison, le financierpeut ainsi vendre l’actif à son client
pour un prix plus élevé ou conclure en parallèle un contratbai al salamavec un tiers
(auxtermes d’un contrat distinct) afin de revendre l’actif à un prix supérieur.

JBIRA Mohamed 40
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Figure 6
Principe de l’Ijara

Herbert Smith (2009), le guide de la finance islamique.

1.1.4. Istisna :

L'Istisna est un moyen de financement progressif. C'est un contrat de fabrication (ou de


construction) au terme duquel le participant (vendeur) accepte de fournir à l'acheteur, dans un
certain délai et à un prix convenu, des biens spécifiés après leur fabrication (construction)
conformément au cahier des charges. En effet, le vendeur s'engage à fournir dans un délai
précis et à un prix convenu préalablement le bien immobilier selon les conditions émises lors
de l'élaboration des cahiers de charges. En contrepartie, l'acheteur s'engage à payer le
vendeur en fonction de l'avancée des travaux.
Figure 7
Principe de l’Istisna

Herbert Smith (2009), le guide de la finance islamique.

JBIRA Mohamed 41
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

1.2. Les instruments participatifs :

1.2.1. Moudaraba :

La Mudaraba est une technique de financement utilisée par les banques islamiques. La
banque joue le rôle de l'investisseur (Rab el Mal). Elle s'engage à financer intégralement le
projet. En contrepartie, l'entrepreneur (Moudarib) doit assurer la gestion du projet. La
rémunération est fondée sur un pourcentage de bénéfices de l'entrepreneur fixé à l'avance.
Les pertes éventuelles doivent être supportées par le seul bailleur de capitaux. Le chef
d'entreprise renonce à une rémunération variable de son travail. Aujourd'hui, la Mudaraba peut
s'appliquer à diverses activités économiques.

Figure 8
Principe de Moudaraba

Herbert Smith (2009), le guide de la finance islamique.

1.2.2. Mousharaka :

La Musharaka est un contrat entre la banque et le client en vertu duquel la banque et le client
apportent chacun des capitaux en vue d'un projet spécifique. Les partenaires apportent les
fonds, mais seul un d'eux, dispose de la charge de la gestion du projet.

JBIRA Mohamed 42
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Les conditions de partage des profits sont prédéfinies. La répartition des bénéfices réalisés est
au prorata. Le remboursement obéit à un tableau d'amortissement qui comprend, outre le
capital principal, les bénéfices tirés par la banque pour cette opération. Les pertes sont
partagées en fonction de l'apport en capital investi.

Figure 9
Principe de Mousharaka

Herbert Smith (2009), le guide de la finance islamique.

1.3. Les autres produits financière Islamique:

1.3.1. Sukuk :

Le Sukuk est l'équivalent islamique d'une obligation où l'intérêt devient un profit prévu à
l'avance à risque quasi-nul. Cette forme d'obligation est particulièrement utilisée pour les
financements immobiliers.

Le Sukuk permet de rémunérer un placement en évitant l'usage de l'intérêt. L'investisseur


possède une part de propriété dans un actif sous-jacent. En échange, celle-ci lui assure un
revenu. Pour cela, la société émettrice doit repérer les actifs destinés à la vente afin de les
proposer aux investisseurs Sukuk. Cette opération se réalise avec l'intervention d'une société
ad Hoc. Les investisseurs percevront alors l'usufruit de ces actifs en fonction du prorata de
leur investissement. Les risques de cette opération sont partagés. Les investisseurs
supportent les risques de crédit de l'émetteur et les risques liés aux actifs sont supportés par
la société ad Hoc. La particularité des Sukuk est qu'elles peuvent être cotées et notées en
fonction du marché cible.

JBIRA Mohamed 43
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Figure 10
Principe de la Sukuk

Herbert Smith (2009), le guide de la finance islamique.

1.3.2. Arbun :

Montant prélevé en garantie pour l’exécution d’un contrat futur.L’acheteur paie au vendeur un
dépôt pour avoir le droit de conclure ou d’annuler la vente. En cas de non exécution du contrat
le vendeur garde le dépôt en compensation. Si la vente est conclue le montant du dépôt est
intégré au prix d’achat.
Selon Nuradli (2001), ce type de transaction n’est pas unanimement accepté par les
différentes écoles de pensées musulmanes. D’un côté, l’école Hanafite21estime quel’Arbun est
une forme de corruption et les écoles Shafiites et Malikite soutiennent que ce genre de contrat
est nul, car, selon eux, il s’agit d’une forme de tromperie et accentue le risque22.

21
Les quatre écoles principales du sunnisme la Chafiite, la Hanafite, la Malékite et la Hanbalite.
22
« Fiqh and Islamic Laws, Vol IV »,Wahbah al-Zuhaili , (1995. p. 462).

JBIRA Mohamed 44
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Section 2: Les institutions financières islamique et la


gestion des risques financière islamique

1.1. Les institutions financières islamique:


La valeur des actifs des institutions de financement islamique (IFI) étaitd'environ cinq milliards
de dollars US en 1985 (Iqbal, 1997). Elle est estimée, àl'aube du troisième millénaire, à 100
milliards de dollars, ce qui, à titre de comparaison,représentent près du quart de la dette
extérieure à court terme des pays endéveloppement (Banque mondiale, 2000).

Au début des années quatre-vingt, deux pays ont introduit officiellement àgrande échelle les
pratiques de la FI : l'Iran, de manière presque draconienne, lePakistan, d'une façon plus
graduelle (Khan et Mirakhor, 1990; Anwar, 1992). Cesdernières années, les IFI se sont
multipliées dans les pays majoritairement musulmans : en Arabie Saoudite, au Bahreïn, au
Bangladesh, au Brunei, en Egypte, auxEmirats arabes unis, en Jordanie, en Malaisie, au
Sénégal, au Soudan et même enTurquie où l'attachement à la laïcité, du moins au plan officiel,
est bien connu (tableau 3). L'Irak et la Syrie, où gouverne un parti farouchement laie, le
ba’ath,ou parti socialiste arabe, sont les exceptions qui confirment la règle.

Les IFI ont aussi fait leur apparition dans des pays non musulmans, mais où vitune minorité
musulmane relativement importante et en expansion : au Danemark,aux Etats-Unis,
particulièrement dans la région de Détroit et en Californie, enGrande-Bretagne, aux
Philippines et aussi au Canada. À Montréal, une sociétéislamique de financement
hypothécaire fonctionne depuis 1991 (Vogel et Hayes,1998 : 22-23; Shepherd, 2000).
Certaines des IFI ont en outre choisi d'installerleur siège ou d'effectuer une partie de leurs
opérations dans des places financièresinternationales connues pour leur respect du secret
bancaire et leurs avantagesfiscaux, comme les îles Anglo-Normandes, le Luxembourg et la
Suisse.
S'inspirant des modèles précurseurs de la banque Amanah aux Philippines,en 1973 (Ariff,
1988), et de la Citibank au Bahreïn, en 1996 (Iqbal, 1997), desbanques occidentales n'ont pas
hésité, ces dernières années, à ouvrir dans le mondemusulman des succursales où coexistent
deux guichets de dépôt et d'emprunt :l'un conventionnel, c'est-à-dire de type occidental, l'autre
islamique. Plusieursbanques locales ont fait de même.

JBIRA Mohamed 45
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Signe de respectabilité, la FI a ses propres revues scientifiques : depuis plusieursannées, le


Journal ofhlamic Banking and Finance, et depuis 1999, le International
Journal ofhlamic Financial Services, dont le contenu est disponible surla toile. L'Université de
Harvard a, de son côté, considéré le phénomène de la FIcomme étant suffisamment important
pour créer, à la fin des années quatre-vingtdix,son Islamic Finance Information Program, qui
promet la mise à la dispositionde ses membres, dans les prochaines semaines, d'une base de
données surplus de 60 000 transactions qui furent effectuées selon les règles de la Finance
Islamique.

Tableau 3
Quelques institutions de financement islamique privées et publiques

Arabie Saoudite
Banque islamique de développement (octroie des prêts aux pays musulmans en
développement)
Société de banque et d'investissement Al Rahji
Bahreïn
Banque islamique ABC
Banque islamique Faysal
Première banque islamique d'investissement
Société Al Amin de Titres (securities)
Bangladesh
Banque islamique du Bangladesh
Banque Al-Baraka du Bangladesh
Banque islamique Al-Arafah
Canada
Islamic Co-operative Housing Corporation Ltd.
Danemark
Banque internationale islamique
Émirats Arabes Unis
Banque islamique de Dubai
Egypte
Banque internationale islamique pour l'investissement et le développement
Banque islamique Faysal
Banque sociale Nasser
Etats-Unis d'Amérique
American Finance House Laribâ
Grande-Bretagne
Al Safa Investment Fund
Iran
Toutes
Jersey (Des Anglo-Normandes)
Société financière Faysal
Jordanie
Banque islamique de Jordanie
Koweït
Société de crédit (Finance House) du Koweit
Luxembourg

JBIRA Mohamed 46
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Holding international du système de banque islamique


Malaisie
Holding BIMB Berhard
Pakistan
Toutes
Soudan
Banque islamique Faysal
Banque agricole du Soudan
Suisse
Dar al Maal al-Islami
Société financière Faysal
Tunisie
Beit Ettamwil Al-Tunisi Al-Saudi

Tableau 3 (suite)

Turquie
Société turque de crédit Albaraka
Yémen
Banque islamique du Yémen

SOURCE : www.islamic-banking.com

1.2. La gestion des risques financières islamique:


Nul ne peut nier les changements rapides et continus sur le marché des services financiers.
C’est une course à l’innovation qui touche plusieurs domaines tels que la mathématique
financière, l’informatique, les techniques de gestion des risques…
Les institutions financières islamiques sont aussi bien concernées par ces mutations. Elles
doivent par conséquent œuvrer à bien gérer leurs risques pour occuper une place parmi les
grandes institutions financières internationales.
La question qui se pose est de savoir la nature des risques encourus par ces institutions.
En d’autres termes, est-ce –que ce sont les mêmes que ceux encourues par les institutions
financières classiques ?
Sinon quelles sont les différences éventuelles et quelles sont les techniques de gestion des
risques utilisées ?

JBIRA Mohamed 47
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

1.2.1. Préalables a la gestion des risques :

Selon Habib Ahmed (2001)23, une bonne gestion des risques nécessite des étapes au
préalable pour être plus efficace.
Une maîtrise des risques implique nécessairement leurs identifications à travers une
organisation interne de l’institution financière. Ceci est facilité grâce à un système de contrôle
interne adéquat. L’ensemble des règles et des procédures à respecter est multi varié. De part
les normes communes à toutes les institutions financières, la banque doit veiller à ce qu’elle
fonctionne conformément à la Charia. Ceci étant à la fois un objectif et une stratégie à suivre.
En élaborant les manuels de procédures, les responsables doivent bien tenir compte de cette
spécificité en indiquant de façon claire les principes que suit la banque. Dans le cas contraire
l’institution risque de ne pas atteindre l’objectif voulu.
De plus, une fois les manuels de procédure sont établis, la banque doit veiller à faire un
« système de notation (rating) interne ». Ceci consiste en un inventaire des postes d’actif de la
banque pour évaluer le degré de risque qu’ils courent. Cette démarche contribue à une
identification des risques et à une amélioration de la notation externe de la banque. Ce
système est utilisé par la plupart des banques islamiques mais il doit être renforcé24.

1.2.2. Les principaux risques encourus par les institutions financières


islamique :

A- Le risque de crédit :

Ce risque se manifeste lorsque le client se trouve incapable d’honorer ses engagements vers
la banque. Chez une banque islamique la nature de ce risque diffère selon le mode de
financement.
Dans le cas d’un contrat Murabaha, la banque court ce risque lorsqu’elle délivre le bien,
acheté au nom du client, avant de recevoir une contrepartie et que ce dernier n’arrive pas à
payer le prix convenu d’avance avec la banque. La spécificité de la finance islamique est la
prohibition du taux d’intérêt. Ceci rend impossible le rééchelonnement de la dette sur la base
d’une marge négociée plus élevée. Ceci ajoute un risque de crédit supplémentaire par rapport

23
« A microeconomic model of an Islamic bank », Ahmed Habib, IIRF, BID, document de recherche n°59, (2001).

24
« La gestion des risques : Analyse de certains aspects liés à l’industrie de la finance islamique », Khan T. et
Ahmed H., IIRF, BID, document occasionnel n°5, (2002).

JBIRA Mohamed 48
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

aux autres institutions conventionnelles. En fait, le client pourrait se présenter défaillant pour
se libérer de la contrepartie à payer tout en sachant que la marge de profit de la banque est
constante et ne peut pas faire l’objet d’augmentation.
Ce risque supplémentaire est compensé par la spécificité de partage de perte et de profit chez
les banques islamiques. Cette compensation permet de classifier les actifs de ce mode de
financement similairement aux hypothèques moins risquées. En général, le coefficient de
pondération de ces actifs est inférieur ou égal à 50%25.

Dans le cas des contrats participatifs tels que Moudaraba et Mousharaka la nature du risque
est différente. La banque risque de ne pas être remboursée du montant et à la date convenue.

Ce risque est de plus en plus présent surtout dans un contexte d’asymétrie d’information. En
fait la source de remboursement de la banque est le profit réalisé du projet. La banque doit
veiller à connaître les profits réels réalisés pour ne pas être lésée au moment du
remboursement.

B- Le risque de taux d’intérêt :

Pour déterminer les prix de leurs instruments financiers, les banques islamiques utilisent un
taux de référence. Par exemple, dans le cadre d’un contrat Mourabaha, la marge de profit est
obtenue en ajoutant une prime de risque au taux de référence (généralement le LIBOR).
Cette marge est fixe tout au long du contrat. Ainsi la banque ne peut pas l’ajuster pour une
variation du taux de marché. Du coté des déposants ils ont droit de partage de profits avec la
banque. En cas de variation du taux de référence, les nouveaux contrats se feront à ce
nouveau taux.
Par conséquent, les nouveaux déposants auront droit à une rémunération proportionnelle à la
marge de profit réalisée par la banque. Selon le principe de l’équité, les anciens déposants ont
droit à un taux de profit similaire à celui donné aux nouveaux déposants. Ainsi les déposants
vont voir leurs rémunérations affectées par les variations du taux de référence du marché. Le
risque est évident en cas de hausse du taux de référence. La rémunération de la banque pour
les anciens contrats se trouve inchangée alors que le taux de profit pour les anciens
déposants augmente. La conséquence est une diminution dans les gains nets de la banque
provenant des contrats Murabaha. Pour éviter ce genre de risque et d’autres risques

25
« Réglementation et contrôle des banques islamiques », Chapra MU. et Khan T., IIRF, BID, étude spéciale n°3,
(2001).

JBIRA Mohamed 49
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

semblables tels que le risque de change, les institutions financières classiques utilisent les
produits dérivés. Ces instruments sont considérés par la plupart des fuqaha prohibés.
L’utilisation des produits dérivés par les banques islamiques sera analysée dans une section
ultérieure.
Ceci di l’institution islamique coure un risque dû aux variations du taux d’intérêt.

C- Le risque opérationnel :

Rappelons que le risque opérationnel est lié à une mauvaise conception ou application du
système de contrôle interne.
Les banques islamiques sont relativement récentes par rapport aux autres institutions
financières traditionnelles. Ceci peut créer un risque de mal compréhension du personnel de la
spécificité de l’activité financière islamique. La banque doit veiller à avoir un personnel qualifié
qui maîtrise cette discipline. La majorité des étudiants ont eu des cours de finance classique
au cours de leurs parcours universitaire. C’est une bonne formation qui doit être complétée par
une formation en finance islamique pour s’adapter au travail dans de telles institutions.
Outre cela l’outil informatique est indispensable à l’activité bancaire. Se pose alors le risque de
ne pas avoir un logiciel performant adapté à l’activité bancaire islamique.

D- Le risque de retraits :

Les comptes d’épargne ouverts au près des banques islamiques sont rémunérés suivants les
profits réalisés par les projets financés. Donc, c’est une rémunération variable contrairement à
celle chez les banques classiques qui est fixée d’avance. Le risque ici est de fournir une
rémunération inférieure à celle offerte par les autres banques. En plus, les clients averses au
risque vont préférer une rémunération fixe au lieu de participer au risque pris par la banque
dans le financement des projets.
Outre cela, la banque islamique prétend fonctionner selon les règles éditées par la Charia.
Toute doute par les clients sur ce principe peut conduire un retrait massif et engendra ainsi
une perte de ressources pour la banque.
Du côté de la banque islamique, cette forme de comptes de dépôts constitue une spécificité.
En fait le risque encouru par la banque dans le financement des projets est « amorti » du fait
qu’il est partagé par les clients déposants. Mais bien évidemment la banque visera les projets
les plus rentables pour élargir la gamme de ses clients dépositaires.

JBIRA Mohamed 50
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

En cas de profits faibles réalisés, ces institutions peuvent augmenter la marge de profit
distribuée aux dépositaires aux dépens des actionnaires (Khan & Ahmed, 2002)26.

E- Le risque de liquidité :

Une banque se trouve dans une situation de risque de liquidité lorsqu’elle ne dispose de fonds
nécessaire pour faire face aux retraits ou qu’elle n’arrive pas à obtenir des fonds à un coût
raisonnable.
La banque islamique dans de telle situation coure un risque plus grave que celui chez une
banque classique. En fait il est prohibé pour l’institution financière islamique d’emprunter des
fonds puisqu’ils vont être remboursés majorés des intérêts. Les institutions financières
classiques se trouvent avantagées puisqu’elles ont la possibilité d’avoir plus d’instruments
interbancaires. Ainsi, ce risque peut être atténué par la présence d’un marché interbancaire
islamique. Ceci favorise l’échange d’instruments bancaires conformes à la Chariaentre les
institutions financières islamiques.
Outre cela, d’habitude la banque centrale joue le rôle du prêteur en dernier ressort. Elle
permet ainsi à la banque de sortir de cette situation de risque. Le problème qui se pose est
que la banque centrale prête moyennant un taux d’intérêt. Il n’est pas permis alors à la banque
islamique d’emprunter des fonds au près de la banque centrale.

Les institutions financières islamiques sont ainsi concernées par certains risques encourus par
les autres institutions classiques. Toutefois, le degré d’importance du risque diffère selon la
nature d’activité de la banque. Ainsi on ne peut pas parler du même degré d’importance du
risque du taux d’intérêt pour les deux types d’institutions. Ces risques seront mieux gérés à
travers une meilleure coopération entre les banques islamiques elles mêmes et avec la
banque centrale du pays ou elles sont implantées (Chapra & Khan, 2001)27.

1.2.3. Techniques de gestion des risques:

La question qui se pose est de savoir si la gestion des risques chez les banques islamiques
est la même que celle chez les banques conventionnelles ou non. On a déjà vu qu’il y a des
risques en commun entre les deux catégories d’institutions (même avec un degré

26
« La gestion des risques : Analyse de certains aspects liés à l’industrie de la finance islamique », Khan T. et
Ahmed H., IIRF, BID,document occasionnel n°5, (2002).
27
« Réglementation et contrôle des banques islamiques », Chapra M. et Khan T., IIRF, BID, étude spéciale n°3,
(2001).

JBIRA Mohamed 51
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

d’importance variable) et qu’il y a d’autres risques spécifiques à l’activité bancaire islamique.


Par conséquent, les banques islamiques sont aussi concernées par les techniques de gestion
derisque utilisées par les banques classiques tant qu’elles sont en conformité avec la Charia.
Ce sont les techniques standard généralement connues telles que l’analyse différentielle, le
RAROC, les comptes rendus des risques…
Une étude a été menée par khan & Ahmed (2002) pour voir l’application de ces techniques par
les banques islamiques et voir s’il y a lieu d’autres techniques utilisées par ces institutions tout
en focalisant l’analyse sur certains risques.

A- Techniques de gestion du risque de crédit :

a- Réserves pour pertes :

Le préalable à la constitution de réserves c’est le calcul de pertes anticipées. Ainsi les


banques islamiques sont aussi concernées par cette technique. La différence c’est que les
banques islamiques utilisent des modes de financement variés et « hétérogènes » par
opposition à la forme simple de crédit à intérêt. Ceci amène à des calculs plus complexes des
pertes anticipées. C’est une tache à mener rigoureusement pour obtenir des anticipations
proches le plus possible de la réalité. Une nécessité de formation des cadres dans la finance
islamique parait inévitable.
Les banques islamiques détiennent, en plus des réserves légales, une autre forme de réserve
à savoir « les réserves de protection de l’investissement ». Ces réserves sont constituées par
les actionnaires et les titulaires des dépôts d’investissement pour faire face à des pertes
éventuelles. Ceci montre de manière claire la relation entre le client et sa banque. Il
représente un partenaire effectif qui partage avec la banque aussi bien ses profits que ces
pertes. Toutefois ce partage ne met pas la banque à l’abri des risques puisqu’elle est exposée
au risque de retrait en tout moment aussi bien de son argent que de sa contribution dans cette
réserve.

b- Autres techniques utilisées :

Les banques islamiques utilisent le nantissement comme moyen de gestion du risque de


crédit. Toutefois, « les créances, les produits périssables, et les instruments financiers à base
d’intérêt ne peuvent pas être acceptés comme garantie ». Les autres objets précieux peuvent
faire l’objet de garantie (or, argent espèce,…).
Outre cela, les banques islamiques utilisent des « conditions » relatives à chaque mode de

JBIRA Mohamed 52
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

financement pour garantir une bonne exécution des termes du contrat et se prémunir ainsi
contre les risques imminents.
A titre d’exemple, ces institutions exigent en amont du contrat de Mourabaha une commission
importante. Dans le cadre de ce même contrat la banque achète la marchandise ou le bien au
nom de son client. Ceci allège la responsabilité inhérente à l’achat du bien.
De plus, le RAROC est utilisé pour affecter à chaque mode de financement le capital qui
permettra de couvrir ses pertes éventuelles. Ainsi un capital-risque est déterminé pour chaque
mode de financement.

B- Techniques de gestion d’autres risques :

Un autre risque auquel la banque islamique est exposée est celui du taux d’intérêt. Bien
qu’elle ne pratique pas le taux d’intérêt dans ses transactions, elle utilise un taux de référence
pour déterminer sa marge de profit (généralement le LIBOR). Parmi les techniques de gestion
de ce risque chez ces institutions c’est l’analyse différentielle. Elle permet de mesurer le
revenu net et sa sensibilité par rapport au taux de référence. La banque essayera ainsi
d’immuniser son bilan. C'est-à-dire elle fixe un niveau quelconque de profit qu’elle veut
atteindre quelque soit le mouvement du taux de référence. Une analyse différentielle se base
sur la réévaluation des postes de bilan. Les ressources peuvent être réévaluées puisque le
rendement des dépôts d’investissement est variable selon les conditions de marché. La
difficulté rencontrée c’est la réévaluation des emplois à cause de l’impossibilité de vente des
dettes.

Section 3: Les indices Islamiques

Dans cette section, nous nous proposons de décrire l’indice islamique Dow Jones
IslamicMarket (DJIM) puis d’expliquer la méthodologie utilisée par cet indice poursélectionner
les titres compatibles avec l’Islam. Ceci nous permettra de comprendre lessubtilités ainsi que
les différences des indices islamiques par rapport aux indicesconventionnels. Nous
comparerons ensuite les allocations géographiques etsectorielles du DJIM et du Dow Jones
World Index (DJWorld). Nous poursuivrons parune analyse des performances de ces deux
indices, puis pour clore cette quatrièmepartie nous analyserons un certificat d’indexation sur
indice islamique.

JBIRA Mohamed 53
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

1.1. L’analyse des indices islamiques :

Le cas de Dow Jones Islamique Market (DJIM)


Le premier indice islamique a été créé en 1999 par le Dow Jones Index. Il s’agit du Dow Jones
Islamic Market Index. Dès lors, de nombreux autres acteurs ont introduitleurs indices. Nous
pouvons citer S&P Sharia Indices, FTSE Global Islamic Index, DarAl-Maal Al-Islami (DMI)
Index, SG Baraka Index.

1.1.1. Le screening28 du DJIM Index :

Le Dow Jones Islamic Market Index est un indice dont la capitalisation flottante29est de
15’058.1 milliard USD et est composé de 2406 titres30. Afin de rester en adéquation avec les
principes de la Charia, les indices islamiques ont dû appliquer des critères de sélection de
titres qui leurs sont propres.

Dans un premier temps et sur la base du Dow Jones World Index (6417 titres), une première
présélection est effectuée en éliminant les titres d’entreprises actives dans des industries
illicites comme les banques commerciales, l’alcool, le tabac, l’armement ainsi que les jeux de
hasard. Dans un deuxième temps, et pour être en adéquation avec les principes de l’Islam, on
procède à un affinage de la sélection à l’aide de ratios comptables :
- Dettes totales / Moyenne mobile 12 mois de la capitalisation boursière < 33%

Il s’agit d’un ratio qui démontre l’endettement de l’entreprise. Un endettement supérieur à 33%
n’est pas admis.
- Débiteurs totaux / Moyenne mobile 12 mois de la capitalisation boursière < 33%
- (Cash + valeurs mobilières portant intérêt) /Moyenne mobile 12 mois de la capitalisation
boursière < 33%

28
Filtrage, dépistage.

29
« La capitalisation flottante ou “flottant” est la part du capital d’une société détenue par le public. Sont donc
exclues les actions des fondateurs et actionnaires familiaux majoritaires, les blocs de contrôle, les titres liés par un
pacte d’actionnaires ou détenus par l’Etat (l’actionnariat salarié est considéré comme flottant) ». EURONEXT.
(Consulté le 18.08.2008)
30
(DOW JONES INDEXES). http://www.djindexes.com/ (consulté le 18.08.2008).

JBIRA Mohamed 54
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Ces deux ratios mesurent la détention de « cash » de l’entreprise. En effet, la Chariaprohibe la


thésaurisation de l’argent et ceci permet de favoriser l’investissement. Il està noter que ces
ratios ne sont pas égaux pour chaque famille d’indices. Les indicesS&P Sharia Index imposent
notamment un ratio Débiteurs totaux / Moyenne mobile 12 mois de la capitalisation boursière
inférieure à 49% ce qui élargit d’avantage le champ de sélection. Par ailleurs, les indices S&P
Shari’a incluent également un ratio de détection des activités illicites :
- Revenus provenant d’activités illicites (hors intérêts) / Revenus < 5%.

1.1.2. L’allocation géographique et sectorielle du DJIM Index Et du DJ


World Index

Graphique 1
Répartition géographique de DJIM

Source :http://www.djindexes.com

JBIRA Mohamed 55
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Graphique 2
Répartition géographique de DJ World

Source :http://www.djindexes.com
Commentaire :
Nous constatons qu’en comparaison avec l’indice conventionnel, l’indice islamiqueinvestit
davantage dans des entreprises sises aux Etats-Unis et moins dans desentreprises européennes
ou asiatiques.
Graphique 3
Allocations sectorielles

Source :http://www.djindexes.com

JBIRA Mohamed 56
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Commentaires :
Nous pouvons remarquer que le DJIM ne détient qu’un pourcentage infime depositions dans
les services financiers et ceci en raison de la contrainte de l’intérêt. LeDJIM Index alloue un
pourcentage bien plus élevé que le DJW Index dans les secteursdes technologies, de la santé
et de l’énergie. Ce dernier constitue d’ailleurs l’activitémajoritaire du panier.

1.1.3. L’analyse de la performance du DJIM Index :

Graphique 4
Performance DJIM & DJWorld de 2007à 2008

Source : Bloomberg.com
Tableau 5
Données rendement moyen, minimum, maximum, volatilité

Commentaires :
Ces premières données nous permettent de remarquer une meilleure performance du
DJIM par rapport au DJ World. Ils obtiennent respectivement des rendementsannualisés de
1.9% et -5.27% pour la période allant du 01.01.2007 au 20.08.2008.
Cette différence est pour le moins logique et nous pouvons expliquer ces écarts par
lacontrainte de non-sélection des activités pratiquant intérêts, comme les
banquescommerciales par exemple. Ce secteur a connu d’une part des pertes

JBIRA Mohamed 57
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

exceptionnellesdepuis 2007 ce qui engendre des rendements négatifs de l’indice. D’autre part,
cesactifs prennent une part importante (22%) dans le DJ World.

Nous pouvons aussi voir que l’indice islamique est moins volatile que l’indiceconventionnel
avec respectivement 0.84% et 0.87 % de volatilité mesurée à partir deleurs écart-types.

Finalement, nous constatons que le DJIM a mieux résisté à la crise depuis le début del’année.
En effet, l’indice conforme à la Chariaa perdu 12.1% de sa valeur depuis ledébut de l’année
alors que l’indice conventionnel déplore 17.11% de perte de valeur.

Afin d’éliminer les biais relatifs à la crise financière, nous allons analyser ces deuxindices sur
une plus longue période. Le graphique ci-dessous illustre les performancesdes deux indices
de 2005-2008.

Graphique 5
Performance DJIM & DJWorld de 2005 à 2008

Source : Bloomberg.com

JBIRA Mohamed 58
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Tableau 5
Données rendement moyen, minimum, maximum, volatilité

Nous constatons que sur une plus longue période, l’indice islamique reste plusperformant que
l’indice conventionnel, mais il l’est dans une moindre mesure comparéà une période plus
courte. À contrario, la volatilité du DJIM est légèrement plus élevéeque celle du DJ World avec
respectivement 11.084% et 11.075% d’écart-type. Cettedifférence traduit un risque
sensiblement supérieur pour le DJIM que pour le DJ World.
Les rendements journaliers minimum et maximum sont très proches pour les deuxindices mais
le DJIM subit une perte maximale plus faible que le DJ World. Par contre,le rendement
maximal est obtenu par le DJ World.

Le Maximum Draw Down (MDD)31est quant à lui bien supérieur (en valeur absolue)pour l’indice
conventionnel que pour l’indice conforme à la Charia avec des valeurs de22.36% et 16.26%
respectivement. Le MDD du DJ World correspond à la période du31.10.2007 au 20.08.2008
coïncidant plus ou moins avec la crise financière actuelle.Le MDD du DJIM correspond
exactement à la même période.
Ces résultats ainsi que le graphique ci-dessus nous permettent d’émettre l’hypothèseque ces
deux indices sont fortement corrélés. Le bêta de 0.9656 ci-dessous nous leconfirme. Cette
mesure montre quelle pourrait être la variation du DJIM suite à unevariation DJ World de 1%.

Tableau 6
Données Bêta, taux sans risque, espérance de rendement

31
Cette mesure de risque représente la perte maximale qu’a subit l’indice depuis la dernière valeur plafond.

JBIRA Mohamed 59
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Afin de mesurer les écarts de rentabilité de manière plus concrète entre l’indiceislamique et
l’indice conventionnel nous avons choisi les trois indices suivants.

1. Le ratio de Sharpe. Il mesure la performance ajoutée du portefeuille par unité derisque du


portefeuille. Il est calculé à l’aide de la formule suivante :

Où : Rp = l’espérance de rendement du portefeuille


Rf = taux sans risque = Libor 3 mois32
σ (Rp) = écart-type du portefeuille

2. L’Alpha de Jensen. Il mesure la surperformance du portefeuille par rapport aurendement


requis par le Modèle d’Evaluation des Actifs Financiers (MEDAF) dontla formule est la
suivante :

Où : βp = Bêta du portefeuille =
E (Rm) = Espérance de rendement du marché (DJ World)
Rf = Taux sans risque
Βp * (E(Rm) – Rf) = Prime de risque

Il est calculé à l’aide de la formule suivante :

3. L’indice de Treynor. Il mesure le surplus de performance du portefeuille par rapport au


risque représenté par le Bêta du portefeuille. C’est-à-dire la capacité à générer un rendement
supérieur au marché à risque systémique identique. Il est calculé à l’aide de la formule
suivante :

32
Taux utilisés par les IFI pour ajuster les rendements des PSIA.

JBIRA Mohamed 60
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Ces mesures de performance postulent les hypothèses de normalité des distributionsainsi que
de constance des taux sans risque sur la période analysée. Malgré ces biais,et dans le cadre
de notre travail, elles permettent de comparer le DJIM et le DJ Worldavec suffisamment de
précision.

Tableau 7
Ratio de Sharpe, alpha de Jensen, indice de Treynor

Au vu des résultats, nous constatons que le ratio de Sharpe du DJIM est supérieur àcelui du
marché. Cette différence est sûrement due à une meilleure allocation d’actif du
DJIM. Notre analyse ne permet toutefois pas d’identifier s’il s’agit d’une meilleurepondération
sectorielle ou géographique. Par ailleurs, l’Alpha de Jensen est égale à
2.21%, ce qui signifie que le DJIM a surperformé de ce même chiffre le rendementrequis par
le MEDAF. En d’autres termes, ce résultat dénote l’excédent de rendementobtenu par le
DJIM.

Pour finir, l’indice de Treynor est aussi favorable au DJIM car il possède un indicesupérieur à
celui du marché. En effet, l’indice est respectivement de 0.038 et de 0.015.

A travers ces explications, nous comprenons mieux maintenant l’univers des


indicesislamiques, leurs méthodes de sélection de titres, les allocations d’actifs ainsi que
leursperformances. Actuellement, les indices servent également à réaliser des profits par
lebiais de produits structurés complexes. Dans la prochaine partie, nous proposons
unedescription et une analyse des risques liés à un titre financier permettant de profiterdes
variations d’un indice islamique.

1.2. L’analyse d’un Certificat sur l’indice islamique :


Les Certificats d’indexation sont des produits financiers répliquant parfaitement lesfluctuations
d’un indice. Ces produits permettent donc de profiter de l’évolution d’unmarché sans acheter
tous les titres qui le composent. Ils permettent aussi de diversifierles

JBIRA Mohamed 61
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

investissements et facilitent le suivi des performances du portefeuille 33. Par ailleurs,les


Certificats sont émis par des banques, cotés quotidiennement et échangés sur desmarchés
organisés. Leur structure est proche de celle d’une obligation car leuréchéance est déterminée
et ils sont remboursés à maturité. De même, certains
Certificats d’indexation peuvent garantir le capital à terme.

Grâce aux récentes innovations des ingénieurs financiers spécialistes de la finance islamique,
ces produits peuvent être compatibles avec la Charia. Nous allons maintenant analyser un
Certificat émis par la banque néerlandaise ABN AMRO et géré conjointement par la
Lichtenschteinische Landesbank, le « Islamic Certificate on the LLB Top 20 Middle East Total
Return Index (LLBI)». Ce produit, lancé en décembre 2007, est libellé en USD et le montant
d’une part équivaut à 100 USD34

Dans le cadre de cette transaction, la banque émettrice possède plusieurs casquettes.


D’une part, ABN AMRO agit en tant que gestionnaire du Certificat (the Trustee) pour leclient
avec l’aide d’un Wakala (contrat d’agent), ainsi que celle d’un agentd’investissement
concernant les titres du portefeuille.

Dans un premier temps, ABN AMRO achète des titres compatibles avec la loi islamique. Ces
titres sont connus et sont Philips Electronic, TNT N.V et ASML N.V etreprésente chacun un
tiers du « portefeuille ». Dans un deuxième temps, ABN AMROutilise l’indice LLBI comme
sous-jacent. Cet indice use des mêmes critères desélection que le DJIM Index et les titres qui
le composent sont donc « Chariacompilant ».

En ce qui concerne la structure du Certificat, il applique un procédé appelé leWa’d (promesse)


dans lequel, le Trustee contracte une promesse unilatérale de venteavec l’émetteur. Ce
dernier conclut une promesse unilatérale d’achat avec le Trusteecomme le montre le schéma
suivant :

33
BNP PARIBAS. http://produitsdebourse.bnpparibas.com/fr/indexation.aspx(Consulté le 19.09.2008).
34
MAKTOUB BUSINESS.
http://business.maktoob.com, (consulté le 19.09.2008).

JBIRA Mohamed 62
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Figure 11
Schéma du Wa’d ABN AMRO

Le Wa’d permet à l’investisseur de profiter des performances à la hausse du sousjacenttout en


investissant dans un titre financier négociable sur un marché organisé.
Effectivement, le prix de vente du Certificat à l’échéance est égal à la performance del’indice
depuis l’initiation du contrat, multiplié par le nombre de jours de possessions du
Certificat, moins les frais et commissions (1.25%).

Dans un tel produit, les risques intrinsèques sont nombreux et nous proposons ici
d’enmentionner les plus importants.

Volatilité du sous-jacent
En raison de la dépendance du prix de l’actif aux variations du prix du sous-jacent,
unchangement du cours de ce dernier peut avoir des conséquences sur les profits
del’investisseur à l’échéance. Effectivement, comme mentionné ci-dessus, la valeur du
Certificat est directement liée à l’évolution du LLBI. Si, par exemple, cet indice perd 10
% de sa valeur en une année, le Trustee devra vendre pour le compte de l’investisseurla
promesse à un prix inférieur au nominal. Dans le cas contraire, le Trustee pourravendre la
promesse à un prix supérieur au nominal.

Risque de change
Le Certificat étant émis en USD, il peut subir des pertes dues à la dévalorisation dubillet vert.
De nombreux facteurs déterminent la valeur de ce dernier, commel’inflation : plus il y a
d’inflation plus le pouvoir d’achat de la monnaie diminue, ce quiinfluencera négativement le
taux de change ; les taux d’intérêt : la rationalité desagents économiques les poussent à
investir là où les taux sont les plus élevés. Parconséquent, une augmentation des taux US
valorisera le dollar. Il y a également ledéficit américain : l’augmentation du déficit

JBIRA Mohamed 63
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

américaindiminue la confiance desinvestisseurs et augmente le taux d’intérêt US ce qui aura


pour effet de valoriser ledollar. Pour l’heure, en raison des récentes injections de liquidités du
trésor américain,le déficit risque de s’accentuer, ce qui nous fait émettre l’hypothèse d’une
prochainevalorisation du dollar.

La solvabilité de l’émetteur
En l’occurrence, l’émetteur, ABN AMRO jouit d’un rating plutôt favorable ce qui réduitle risque
d’insolvabilité. Effectivement, la banque néerlandaise est notée Aa3 par
Moody’s et AA- par S&P pour une dette à long terme ce qui correspond à uneprobabilité de
défaut de 0.03%. Cependant, comme l’a révélé la crise financièreactuelle, les ratings des
agences de notations sont à considérer avec précaution. Eneffet, avant l’effondrement du
marché hypothécaire américain, les dérivés de crédit à labase des « subprimes » étaient notés
AAA par les principales agences de notations.

JBIRA Mohamed 64
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Chapitre 2: La Finance Islamique au Maroc :


La finance islamique a toujours manifesté de l’intérêt pour le Maroc. Depuis le début des
années 1980, plusieurs institutions financières islamiques approchent les autorités monétaires
marocaines dans la perspective d’une implantation dans le royaume.On se rappelle,
également, d’une tentative de création d’une banque islamique locale, maroco-marocaine,
initiée en 1985 par Wafabank35.

Mais, depuis cette époque, la banque centrale du Maroc (Bank Al Maghrib) a toujours été
hermétique à l’idée d’octroi d’agréments à des banques spécialisées dans la finance
islamique.

Ce scepticisme est d’autant plus curieux que le Maroc est un pays qui a toujours compté dans
la communauté musulmane internationale. Pour exemple, le Maroc a été l’un des pays
fondateurs de l’Organisation de la Coopération Islamique (OCI) : L’assemblée constitutive de
cette organisation intergouvernementale a eu lieu à Rabat, le 25 septembre 1969, sous la
présidence de feu Hassan II, lequel a été le premier chef d’État musulman à lancer l’idée
d’une rencontre au sommet des chefs d’États des pays islamiques (3ème sommet des pays
arabes, Casablanca en 1965)36.

Membre actif au sein de l’OCI, le Maroc va être un des pays artisans de la création, en 1975,
de la Banque Islamique de Développement (BID) dans le but de stimuler le développement
économique et le progrès social des communautés musulmanes selon les principes de la
charia.

Section 1: Cas pratique de la Finance Islamique au


Maroc par Dar Assafaa37

Attijari wafa Bank vient de lancer une société de crédit spécialisée dans les produits, dits selon
le site de la banque, "Alternatifs". En fait il s'agit de produits islamiques. Le site n'utilise

35
Devenue Attijariwafa bank, depuis la fusion, en 2004, avec la banque commerciale du Maroc.
36
Source : Site de l’Institut Européen de Recherche sur la Coopération Euro-Arabe.http://www.medea.be/
37Source : http://www.darassafaa.co.ma.

JBIRA Mohamed 65
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

pascette expression et prèfère utiliser le mot "alternatifs". Il s'agit d'une société de crédits qui
porte le nom de Dar Assafaa offrant des produits islamiques (Alternatifs).
La société a obtenu l'agrément d'exercer son activité de Bank Al-maghrib (Banque Centrale du
Maroc) le 13 mai 2010, de ce fait, elle devient la première institution financière agrée et
spécialisée dans ce mode de financement.

Dar Assafaa propse à ses clients des formules pour financer des projets immobiliers,
acquisition de véhicules neufs ou anciens, crédits consommation et équipement de logements.

Pour en savoir plus veuillez consuler le etapes suivant :


- Véhicule juridique
- Financement des produits de Dar Assafaa
- Model d’affaire
- Les agences de Dar Assafaa

1.1.Véhicule juridique :
Dar Assafaa est une Société de Financementqui dispose d’un agrément fourni par Bank
AlMaghrib lui permettant de distribuer lesproduits alternatifs autorisés par le systèmebancaire
marocain. En d’autres termes, DarAssafaa est une Société de Financement,ciblant les
particuliers et les professionnelssouhaitant financer leurs projetsd’acquisition de biens
meubles ouimmeubles par le biais de produits alternatifsne faisant pas usage des intérêts
bancairesclassiques.
Mourabaha qui consiste en une opération d'achat -revente à tempérament d'actifs réels et à
valeur connue à l'avance
Dar Assafaa est la première, et pour le moment la seule, Sociétéde Financement du Maroc qui
est dédiée exclusivement à ladistribution des produits alternatifs. De même, Dar Assafaa amis
en place un modèle de financement novateur et unique surla place lui permettant de se
financer exclusivement au moyend’instruments de capital et de dette alternatifs.
Ce modèle estqualifié d'équitable entre les parties du fait du partage des risques entre les
deux.

1.2. Financement des produits de Dar Assafaa


Dar Assafaa est une Société de Financement qui se finance auprèsdu marché en utilisant
Les instruments de dette alternatifsautorisés par Bank Al-Maghrib dont la rémunération ne fait

JBIRA Mohamed 66
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

pasappel aux intérêts bancaires conventionnels


Dar Assafaa offre à ses clients la possibilité deréaliser leurs projets d’acquisition de biens
meublesou immeubles au moyen d’un produit alternatif parmiceux définis et autorisés par
Bank Al-Maghrib. Cesproduits ont en plus la particularité d’être eux mêmeconçus et financés
selon un schéma particulier où lefinancement est assuré au moyen d’instruments dedette
alternatifs.

1.3. Modèle d’affaire


Dar Assafaa est une société de financement qui sefinance et qui finance les projets
d’acquisition de sesclients exclusivement au moyen des produitsalternatifs autorisés par Bank
Al-Maghrib. Grâce à sonmodèle, Dar Assafaa ne facture pas à ses clientsd’intérêts et ne paye
pas non plus d’intérêts aux bailleursde fonds. Par ailleurs, Dar Assafaa dispose d’un
réseaud’agences propre pour la distribution de ses produits

A son lancement, Dar Assafaa dispose d’un réseau de 9 agences situées dans les plus
grandes villes du Royaume, à savoir : Casablanca, Rabat, Marrakech, Agadir, Tanger, Oujda,
Fès et Meknes. Par la suite, Dar Assafaa projette d’étendre progressivement son réseau
d’agences pour couvrir les principales localités du Maroc.

1.4. Les agences da Dar Assafaa au Maroc :


A son lancement, Dar Assafaa dispose d’un réseau de 10 agences situées dans les plus
grandes villes du Royaume, à savoir : deux a Casablanca, Rabat, Marrakech, Agadir, Tanger,
Oujda, Fès et Meknes. Par la suite, Dar Assafaa projette d’étendre progressivement son
réseau d’agences pour couvrir les principales localités du Maroc.

JBIRA Mohamed 67
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Graphique 6
Les agences de Dar Assafaa au Maroc

Source : http://www.darassafaa.co.ma

Section 2: Les perspectives d’avenir de la Finance


Islamique au Maroc

La crise financière que traversent les plus grandes économies aura permis de mettre en
évidence une fois de plus que le modèle financier reposant sur la spéculation et l’usure est
voué à l’échec. D’un autre côté le primptemp arabe et les changements politiques au sein du
Maghreb laissent entrevoir de nouvelles perspectives économiques, ainsi le Maroc sous
l’impulsion d’un nouveau gouvernement et d’investissements Qatari semble s’engager vers la
finance islamique.38

38
Source :http://www.AJIB.fr (Publié le 19 Janvier 2012).

JBIRA Mohamed 68
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

1.1.Un contexte politique favorable à la finance islamique :


La victoire aux élections législatives le 26 novembre 2011 du PJD (Parti de la Justice et du
Développement) au Maroc, avec 107 sièges sur un 395 que compte la Chambre des
représentants, marque un tournant dans l’histoire du pays, désormais dirigé par un parti à
l’orientation islamo-conservateur.
Cinq mois après la révision de la Constitution, et dans ce contexte de crise financière
international, le nouveau gouvernement se doit de tenir des promesses tant attendues par un
peuple ayant effectué un vote « sanction » à l’égard des partis traditionnels. Ainsi, ce parti
devra mettre en place des réformes économiques et sociales (hausse du SMIC, indemnités
aux sans-emploi, aides au logement, baisse du chômage, etc). Le dirigeant du PJD, et
nouveau premier ministre, Abdelilah Benkirane, a annoncé l’introduction prochaine de
principes de la finance islamique dans la nouvelle loi bancaire marocaine 2012. La question
d’une finance islamique basée sur des principes éthiques et solidaires, devient rapidement
l’apanage du nouveau gouvernement et permettrait d’atteindre plusieurs objectifs.

Elle permettrait d’abord de relancer comme l’a souligné Belkacem Boutayeb, expert consultant
en finance islamique, la « culture entrepreneuriale en perte de vitesse » au Maroc, et donc un
dynamisme économique. Elle favoriserait également un partage équitable des risques mais
aussi des profits, dans un Etat aux inégalités encore élevées. En outre, elle représente un
moyen afin de répondre à l’intérêt croissant des consommateurs marocains désireux de
consentir à des prêts halal en vue d’acquérir un bien immobilier dans le respect de leurs
principes religieux.

In fine, il s’agirait pour le Maroc d’un passage obligatoire afin d’obtenir davantage
d’investissements provenant des pays arabes et notamment, ceux du Golfe, qui détiennent
des réserves d’argent faramineuses. A cet égard, la banque Al Maghrib met en avant la
nécessité du développement de la finance islamique dont elle a saisi tout l’enjeu (un marché
qui doublera d’ici 2015 et qui pèserait actuellement 1 000 milliards de dollars).

JBIRA Mohamed 69
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

1.2.Le Qatar International Islamic Bank intéresse par le Maroc :


Le Sheikh Khalid bin Thani al Thani et Abdulbasit al Shaibei, respectivement Président et PDG
de la QIIB39, ont été reçu le 21 décembre 2011 au Maroc afin de discuter d’un projet de
partenariat financier et de coopération en matière d’investissement entre les deux Etats. Un
projet de création d’une banque d’investissement et d’une société d’assurance islamiques a
ainsi été discuté (avec comme partage 51% de parts d’action pour le Maroc, et 49% pour le
groupe bancaire qatari).
Le groupe qatari a évoqué les solutions et les services financiers innovants proposés tant au
secteur public qu’au secteur privé, et aussi bien au niveau national qu’au niveau international.
QIIB pourrait ainsi représenté un modèle exemplaire pour le Maroc ayant l’avantage de se
trouver sur trois marchés économiques (Europe, Moyen-orient, Afrique).

Le Maroc aspire à détenir à l’avenir une plaque tournante de la finance avec le développement
d’un projet de centre financier régional et international, la Casa Finance City, et dont la
construction devrait débuter cette année. Ce centre favoriserait la création de banques
islamiques et encouragerait les investissements étrangers.

Le Maroc pourrait donc devenir l’endroit incontournable de la finance islamique régionale.


Rappelons que pour l’instant, le seul hub de finance islamique existant est représenté par
l’Indonésie et la Malaisie.

39
Qatar International Islamic Bank.

JBIRA Mohamed 70
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Conclusion générale :

Tout au long de ce travail, j’ai essayé de démontré que la finance islamique représente une
bonne alternative à la finance conventionnelle.

Pour cela, j’aicommencé, par établir l’historique de la finance islamique qui est définie par trois
étapes : les origines, la finance islamique moderne et la finance islamique dans le monde.
Ainsi, j’ai essayé d’expliquer les fondements de cette finance par des sources de la Charia.
Apres j’ai expliqué les principes de l’économie islamique qui sont le principe de la double
propriété, le principe de la liberté économique dans un cadre limité et le principe de la justice
sociale. Et enfin, j’ai défini les principes sur lesquels repose la finance islamique. Celle-ci est
basée sur un ensemble de prohibitions telles que les intérêts (Riba), la spéculation (Maysir,
Gharar), l'investissement dans des secteurs jugés illicites (Haram) par la loi islamique (Sharia).
J’ai par ailleurs expliqué les principes des « 3P » (Partage de Profits et de Pertes) et le rôle de
la Sharia Board.
Dans un second temps, j’aicommencé de la Crise financière par sa naissance et son
évolution. Après, j’ai essayé d’expliquer les causes de la crise. Celle -ci a indirectement mis en
avant la finance islamique. Enfin nous j’ai donné ses conséquences.

Après avoir vu les bases sur lesquels repose la finance islamique, on a vu les principales
techniques de financement qu'offre la finance islamique.J’ai évoqué les instruments
dits : « financement » (Murabaha, Ijara, Al Salam et Istisna).Et les instruments de
« participatifs » (, Moudaraba et Mousharaka), et autres instruments. Apres, on a vu les
institutions financières islamiques et la gestion des risques financières islamiques
commençant par les préalables à la gestion de ces risques et ainsi les principaux risques
encourus par les institutions islamiques qui sont le risque de crédit, le risque de taux d’intérêt,
le risque opérationnel, le risque da retraits et le risque de liquidité et après, on donne les
techniques de gestion des risques. Enfin, j’ai analysé les indices islamiques du cas de DOW
JONES ISLAMIQUE MARKET (DJIM) : premièrement par le screening du la DJIM Index, et
après, par l’allocation géographique et sectorielle du la DJIM Index et la DJ World Index et
l’analyse de la performance du la DJIM Index. Et enfin l’analyse d’un certificat sur l’indice
islamique.
Dans un second temps, on a vu un cas pratique de la Finance Islamique au Maroc celui de
Dar Assafaa. Par son véhicule juridique, Financement, Model d’affaire et ses agences au
Maroc et à la fin, j’ai donné les perspectives d’avenir de la finance islamique au Maroc. Que le

JBIRA Mohamed 71
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Maroc sous l’impulsion d’un nouveau gouvernement et d’investissements Qatari semble


s’engager vers la finance islamique.

JBIRA Mohamed 72
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Bibliographie :
Ouvrages :

SACHAT Joseph, « Esquisse d’une histoire du droit musulman »


Libr. Orientale et américaine Max Besson, 1953.

MARTENS André, « La finance islamique : Fondements, théorie et réalité »,


Université de Montréal, Centre de recherche et développement en économique, 2001.

AUSTRUY Jaques, « L’islam face au développement économique »,


Collection économie et humanisme, les éditions ouvrières. Paris 2006.

MOORE Philip, « Islamic Finance: partnership for growth »,


Euromoney publications, Londres 1997.

LAURENT Eloi, « Economie de la confiance»,


Editions La Découverte, 15 mars 2012.

« Rapport moral sur l'argent dans le monde 2005 »,


Association d'Economie Financière, 496 pages - Parution : 04/2005.

WAHBAH al-Zuhaili, « Fiqh and Islamic Laws, Vol IV »,


Malay Translation. Fiqh &Perundangan Islam, Jilid IV. Traduit par Mohd Akhir Haji Yaacob et
al. DewanBahasa dan Pustaka, 1995.

HABIB Ahmed, « A Microeconomic Model of an Islamic Bank »,


IIRF, BID, document de recherche n°59, (2001).

KHAN Tariqullah et HABIB Ahmed, « La gestion des risques : Analyse de certains


aspects liés à l’industrie de la finance islamique »,
IIRF, BID, document occasionnel n°5, (2002).

CHAPRA M. Umer et KHAN Tariqullah, « Réglementation et contrôle des banques


islamiques »,
IIRF, BID, étude spéciale n°3, (2001).

JBIRA Mohamed 73
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Articles de presse et études :

 « Comprendre la finance islamique »Édition spéciale,


Publication de la Cellule de Fiqh du Centre Islamique de la Réunion, Avril 2008.

« Vous avez dit la crise ? », BOELTZ Hubert,


13 avril 2012, (10 Pages).

Reuters, « la SocGen sur la sellette a son tour au procès kerviel 8 juin 2012 »,
Paru le 7 juin 2012.

 « Les causes et remèdes de la crise financière mondiale »,


Le Blog de Nicolas DUPONT-AIGNAN (2008).

 «Le Pape ou le coran »,


BEAUFILS Vincent, Le magazine de challenges (2008), http://www.challenges.fr/

Herbert Smith, « Le guide de la finance islamique »,


RIBH, le journal de la finance islamique (2009).

IQBAL Zamir, « Islamic Financial Systems »,


Finance and Development, June 1997.

Rapports :

Rapport annuelde Cabinet Deloitte, « Comment regagner durablement la confiance des


clients ? », Mai 2011.

Support de conférences :

JBIRA Mohamed 74
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Anouar HASSOUN «Cartographie de la finance islamique»,


Le 21 novembre 2009, IAE Lyon

Sites Internet :

http://www.banquemondiale.org/
http://www.islamic-banking.com/
http://www.euronext.com/
http://www.djindexes.com/
http://business.maktoob.com
http://produitsdebourse.bnpparibas.com
http://www.bloomberg.com/
http://www.medea.be/
http://www.darassafaa.co.ma.
http://www.AJIB.fr

JBIRA Mohamed 75
FPT Mémoire de fin d’études de licence sous le thème : Finances Islamiques

Annexes :

JBIRA Mohamed 76