Vous êtes sur la page 1sur 120

RAPPORT DE STAGE DE DEVELOPPEMENT

Les projets d’agrégation dans la zone


d’Elhajeb et le défi de contribution dans
le développement agricole

Réalisé par : ASSINI Oumaima

BABA Salma
BAHRI Manal

GUARTOUMI IDRISSI Meriem

SBAI Samah

TAAIME Nawal

Encadrées par : Mme. HOUT Rquia

Mr. EL AMRANI Mohammed

Lieu de sortie : DOMAINE BEAUSEJOUR


Année académique : 2017/2018
REMERCIEMENT

Nous profitons par le biais de ce rapport, pour exprimer nos vifs


remerciements à toute personne contribuant de près ou de loin à
l’élaboration de cet humble travail.

Nous tenons à remercier vivement Mr. ELAMRANI et Mme. HOUT,


professeurs à l’Ecole Nationale d’Agriculture de Meknès pour leur
encadrement, pour leurs directives et pour l’intérêt qu’ils portent aux
étudiants. Nous tenons à leurs exprimer nos sincères remerciements pour
leurs suivis et leurs orientations.
SOMMAIRE
Remerciement
INTRODUCTION GENERALE : .................................................................................................................. 10
Première partie : Problématique et cadre théorique........................................................................11
Chapitre I : Problématique ........................................................................................................................ 12
I. Cadre général de la problématique : ............................................................................................ 12
II. Questions de recherche : ................................................................................................................... 12
Chapitre II : Analyse documentaire et revue bibliographique sur l’agrégation ................... 14
I. Introduction :......................................................................................................................................... 14
II. Définitions des concepts et notions:............................................................................................ 14
III. L’agrégation agricole au Maroc :................................................................................................ 16
1. Généralités : ....................................................................................................................................... 16
2. Principe de loi de l’agrégation :.................................................................................................. 17
3. L’importance de l’agrégation : .................................................................................................... 18
4. Les composantes du contrat d’agrégation :.......................................................................... 18
5. Le projet d’agrégation agricole ................................................................................................. 19
5.1. Objectifs : ................................................................................................................................... 19
5.2. Les étapes d’un projet d’agrégation ................................................................................ 19
5.3. La délivrance d’une attestation d’agrégation .............................................................. 20
IV. Le rôle de l’Etat dans le système d’agrégation agricole : ................................................ 20
1. Les subventions financières accordées dans le cadre du Fonds de Développement
Agricole : ...................................................................................................................................................... 20
2. L'accès au financement bancaire. .............................................................................................. 20
3. Accès des produits au marché international ........................................................................ 21
4. La mise en place des agropoles. ................................................................................................. 21
V. Présentation sur les deux projets d’agrégations : ................................................................... 22
1. Projet AICHA : ................................................................................................................................... 22
1.1. Caractéristiques du projet : ................................................................................................ 22
1.2. Capacités de la société dans le cadre du projet : ........................................................ 22
1.3. Description de la superficie à agréger : .......................................................................... 22
1.4. Nature d’intervention de l’agrégateur dans le projet : ............................................. 23
2. Projet OLEA CAPITAL : .................................................................................................................. 23
2.1. Caractéristiques du projet : ................................................................................................ 23
2.2. Description des superficies à agréger : .......................................................................... 24
Deuxième partie : Présentation de la zone d'étude, du contexte et méthodologie de
travail.....................................................................................................................................................................25
Chapitre I : Présentation de la zone et contexte de l’étude .......................................................... 26
I. Localisation géographique: .............................................................................................................. 26
II. Le découpage administratif : ........................................................................................................... 26
III. Climat : ................................................................................................................................................. 26
IV. Ressources en eau : ......................................................................................................................... 27
V. Démographie de la zone : ................................................................................................................. 28
VI. Systèmes de production de la zone d’étude :........................................................................ 28
1. Production végétale : ..................................................................................................................... 28
2. Production animale : ...................................................................................................................... 30
3. L’état d’avancement des projets d’agrégation dans la région Fès-Meknès: ............. 30
Chapitre II : Méthodologie de travail .................................................................................................... 31
I. Contexte du projet :............................................................................................................................. 31
II. Choix de la zone d’étude : ................................................................................................................. 31
III. Lectures exploratoires : ................................................................................................................ 31
IV. Questionnaire et son test : ........................................................................................................... 32
V. Enquêtes et sorties :............................................................................................................................ 32
VI. Echantillonnage et personnes ressources à enquêter : ................................................... 33
VII. Saisie et analyse des données :................................................................................................... 33
Troisième partie : Résultats et discussions...........................................................................................34

Chapitre I : Caractéristiques socio-économiques et systèmes de production des agrégés


............................................................................................................................................................................. 35
I. Introduction :......................................................................................................................................... 35
II. Caractéristiques socio-économiques des agrégés : ................................................................ 35
1. Identification des agrégés : .......................................................................................................... 35
1.1. Age des agrégés enquêtés : ................................................................................................. 35
1.2. La participation des femmes aux projets d’agrégation :.......................................... 36
1.3. La charge familiale des agrégés : ...................................................................................... 36
1.4. Niveau d’instruction : ............................................................................................................ 37
1.5. Activités des agrégés avant l’installation en agriculture : ...................................... 38
1.6. Adhésion des agrégés aux OPA: ....................................................................................... 38
1.7. Source de revenu des agrégés: .......................................................................................... 39
1.8. Expérience et technicité des agrégés : ............................................................................ 40
2. Caractéristiques de l’exploitation : ........................................................................................... 40
2.1. Origine des exploitations :................................................................................................... 40
2.2. Superficie agricole utile : ..................................................................................................... 41
2.3. Assolement :.............................................................................................................................. 45
2.4. Matériels : .................................................................................................................................. 46
2.5. Bâtiments :................................................................................................................................. 47
2.6. Elevage :...................................................................................................................................... 48
III. Systèmes de production : ............................................................................................................. 49
1. L’olivier : ............................................................................................................................................. 49
1.1. Fiche de renseignement : ..................................................................................................... 49
1.2. Techniques de production : ................................................................................................ 52
1.3. Mobilisation de la main d’œuvre : .................................................................................... 55
2. La tomate : .......................................................................................................................................... 56
2.1. Variétés cultivées : ................................................................................................................. 56
2.2. La conduite technique de la tomate : .............................................................................. 57
Chapitre II : L’impact technico-économique de l’agrégation ....................................................... 60
I. Commercialisation .............................................................................................................................. 60
1. Commercialisation dans le cadre de l'agrégation (cas du projet d’agrégation
AICHA) .......................................................................................................................................................... 60
1.1. Quantité de la tomate vendue :.......................................................................................... 60
2. Circuit de commercialisation pour les autres parcelles non agrégées ....................... 61
II. Autres services rendus par l’agrégateur aux agrégés : ......................................................... 62
1. Bénéfices des techniques modernes : ...................................................................................... 62
2. Octroi des avances : ........................................................................................................................ 62
3. Exigence de normes minimales de production : ................................................................. 62
III. Problèmes et enjeux : ..................................................................................................................... 63
1. Problème d’approvisionnement en intrant ........................................................................... 63
2. Problème de production :............................................................................................................. 63
2.1. Mesures pour la résolution des problèmes de production .................................... 64
3. Problème de récolte et de commercialisation : ................................................................... 64
3.1. Les problèmes confrontés lors de la commercialisation de la tomate : ............ 65
IV. Les subventions : ............................................................................................................................. 65
1. Les subventions pour les futurs agrégés :.............................................................................. 66
V. Encadrement : ....................................................................................................................................... 67
VI. Contrats :............................................................................................................................................. 68
1. Pour les anciens agrégés : (projet AICHA) ............................................................................. 68
1.1. Précision du prix de vente dans le contrat : ................................................................. 68
1.2. Respect du calendrier de la livraison de production : .............................................. 68
1.3. Désengagement de l’agrégateur, l’agrégé ou bien les structures étatiques: .... 68
2. Pour les futurs agrégés : (projet OLEA CAPITALE) ............................................................ 68
2.1. Information de l'agrégation agricole : ............................................................................ 68
2.2. Source de l'information :...................................................................................................... 69
2.3. Adhésion pour le projet de l'agrégation : ...................................................................... 69
2.4. Contribution à l'élaboration du contrat d'agrégation : ............................................ 70
2.5. Des craints concernant le projet :..................................................................................... 70
3. Contrat agrégé/agrégateur : (les deux projets) ................................................................... 70
3.1. Information du contenu et du prix fixé dans le contrat: .......................................... 70
3.2. Livraison de la production : ................................................................................................ 71
VII. Subventions et assurances: ......................................................................................................... 71
1. Subventions préférentielles ........................................................................................................ 71
2. Assurance : ......................................................................................................................................... 71
3. Bénéfice des financements par la banque sur la base de contrat d’agrégation : .... 72
4. Adaptation du programme de subventions aux besoins : ............................................... 72
4.1. Pour le projet OLEA CAPITAL : .......................................................................................... 72
4.2. Pour le projet AICHA : ........................................................................................................... 72
5. Machines pour lesquelles les subventions sont demandées : ........................................ 73
6. Rencontre des problèmes lors de l’élaboration du dossier de demande des
subventions : .............................................................................................................................................. 73
VIII. Effet des projets d’agrégation sur l’agrégé ............................................................................ 73
1. Projet oléicole ................................................................................................................................... 73
2. Projet de la tomate .......................................................................................................................... 74
IX. Recommandations : ........................................................................................................................ 75
1. Recommandations des agrégés pour l’amélioration de l’agrégation : ........................ 75
2. Recommandations des agrégés pour la réussite du projet : ........................................... 76
X. Autres informations : ......................................................................................................................... 76
1. Conflit dans l’exécution d’une clause dans le contrat : ..................................................... 76
2. Les productions et les activités, les plus intéressantes selon les agriculteurs : ...... 76
3. Les choses à changer dans les exploitations selon les agriculteurs : .......................... 76
4. Avis sur la stratégie du travail : ................................................................................................. 77
5. Conviction d'adhésion aux projets d'agrégation :............................................................... 77
5.1. Pour le projet OLEA CAPITAL : .......................................................................................... 77
5.2. Pour le projet AICHA : ........................................................................................................... 77
Chapitre III : Analyses des agrégateurs et des structures étatiques de l’agrégation ......... 78
I. Analyse des agrégateurs : ................................................................................................................ 78
1. Fiche d’identification du premier agrégateur : AICHA...................................................... 78
2. Fiche d’identification du deuxième agrégateur : OLEA CAPITAL ................................. 78
3. Emergence du projet d’agrégation ........................................................................................... 78
4. Assurance ........................................................................................................................................... 79
5. Encadrement des agrégés ............................................................................................................ 79
6. Contrat agrégateur-DRA : ............................................................................................................. 79
7. Contrat agrégateur-agrégé : ........................................................................................................ 80
8. Subventions : ..................................................................................................................................... 80
9. Les contraintes rencontrées : ..................................................................................................... 80
10. Recommandation des agrégateurs : .................................................................................... 80
II. Analyse des structures étatiques chargées de l’agrégation : .............................................. 81
Chapitre IV: Synthèses des résultats ..................................................................................................... 83
I. Les points forts et atouts des deux projets d’agrégation : ................................................... 83
II. Les points faibles et contraintes des deux projets d’agrégation : ..................................... 83
CONCLUSION GENERALE .......................................................................................................................... 86
RECOMMANDATIONS ................................................................................................................................. 89
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUE ......................................................................................................... 90
ANNEXES : ....................................................................................................................................................... 91
LISTE DES TABLEAUX
Tableau N°1 : l’agrégation selon les années
Tableau N°2 : la superficie à agréger
Tableau N°3 : la superficie à agréger
Tableau N°4 : Ressources en eau
Tableau N°5 : Représentation de la population de la province d’Elhajeb
Tableau N°6 : Représentation de la population de la province de Sidi Slimane
Tableau N°7 : Evolution de la superficie et de la production des filières végétales, 2008-
2015
Tableau N°8 : La production des principales céréales dans la province de Sidi Slimane
Tableau N°9 : Evolution de l'effectif et de la production des filières animales, 2008-2015
Tableau N°10 : Synthèse de l'Etat d'avancement des projets d'agrégation, Cumul 2008-
2015
Tableau N° 11: Principales sources de revenu des agrégés
Tableau N° 12 : les différentes origines des exploitations des agrégés enquêtés
Tableau N° 13 : les pourcentages des statuts foncier des exploitations des agrégés enquêtés
Tableau N° 14 : le pourcentage des superficies totales de SAU réparties en classes
Tableau N°15 : les superficies irriguées et les superficies bours des deux projets
Tableau N°16 : le pourcentage d’agrégés des deux projets possédant des matériels
agricoles
Tableau N°17 : Rendement de l’olivier des agrégés
Tableau N°18 : Différentes séquences de travail du sol des agrégés
Tableau N°19 : Comparaison du rendement et de la marge brute dégagée avant et après
agrégation.

7
LISTE DES FIGURES :
Figure N°1 : Localisation géographique des deux zones d’étude
Figure N°2 : Pluviométrie annuelle par station, en millimètres
Figure N° 3: Répartitions des agrégés des deux projets par tranches d’âge
Figure N°4 : La répartition des agrégés des deux projets selon le sexe
Figure N°5 : Graphe représentatif de la charge familiale des agrégés
Figure N°6 : Niveau d’instruction des agrégés
Figure N°7 : Répartition des agrégés selon leurs activités avant l’installation en agriculture
Figure N°8 : Répartition des agrégés selon leur adhésion à une OPA
Figure N° 9: Date d’installation des agrégés en agriculture :
Figure N°10 : les différentes origines des exploitations des agrégés des deux projets
Figure N° 11 : les statuts fonciers des exploitations des agrégés des deux projets
Figure N°12 : les classes des SAU totales des deux projets
Figure N° 13 : les SAU exploitées des deux projets
Figure N°14 : le pourcentage de superficies d’olivier/tomate
Figure N°15 : les superficies d’olivier/tomate
Figure N°16 : les superficies irriguées/bours des deux projets
Figure N°17 : Superficie prise/donnée en association/location
Figure N°18 : les superficies des autres cultures d’assolements
Figure N°19 : le pourcentage des superficies des cultures d’assolements du projet OLEA
CAPITAL
Figure N°20 : le pourcentage des superficies des cultures d’assolements du projet AICHA
Figure N°21 : le nombre de bâtiments possédés par les agrégés des deux projets
Figure N°22 : nombre de puits possédé par les agrégés des deux projets
Figure N°23 : les classes de profondeurs des puits dans les deux projets
Figure N°24 : les effectifs d’animaux dans les différents élevages pratiqués par les agrégés
des deux projets
Figure N°25 : les différentes races bovines des agrégés des deux projets
Figure N°26: Pourcentage de la superficie agrégée de l’olivier
Figure N°27: Age des plantations des agrégés
Figure N°28: Degrés d’utilisation des engrais
Figure N°29: les principaux produits phytosanitaires utilisés par les agrégés:

8
Figure N°30: Les types de taille pratiquée par les agrégés
Figure N°31: Mobilisation de la main d’œuvre selon les opérations culturales
Figure N°32: les systèmes de rotation suivis par les agrégés :
Figure N°33: les classes de quantité vendue de la tomate
Figure N°34 : les types de vente en fonction des agrégés
Figure N°35 : les pourcentages des agrégés bénéficiant des techniques modernes
Figure N°36 : les différents problèmes d’approvisionnement en intrant dans le deux projets
Figure N°37 : les différents problèmes de production en intrant dans le deux projets
Figure N°38 : Pourcentage de réalisation des mesures pour la résolution des problèmes de
production dans le projet AICHA
Figure N°39 : Problèmes de récolte et de commercialisation dans le projet OLEA CAPITAL
Figure N°40 : pourcentages des agrégés bénéficiant des subventions
Figure N°41 : Formations reçues et niveaux de satisfaction des agrégés
Figure N°42 : motivations derrière l’adhésion aux projets d'agrégation
Figure N°43 : Source de l’information sur l’agrégation
Figure N°44 : attentes des agriculteurs à partir du projet
Figure N°45 : Information du contenu et du prix fixé dans le contrat:
Figure N°46 : l’assurance des agrégés
Figure N°47 : adaptation du programme de subventions aux besoins des agrégés
Figure N°48 : les pensées des agrégés sur le projet oléicole
Figure N°49 : Conviction des agrégés de leur adhésion aux projets d'agrégation

9
INTRODUCTION GENERALE :
Depuis l’indépendance du pays en 1956, le secteur agricole marocain a été mis au
premier rang des priorités nationales en raison de son importance économique et
sociale. «Les atouts dont jouit l’agriculture marocaine actuellement sont le résultat d’une
succession de plusieurs politiques conduites depuis l’indépendance. Il d’agit de la
politique des barrages (1966-1985), des politiques d’ajustement structurel (1985-
1993), des programmes de développement rural ayant comme finalité la lutte contre la
pauvreté ... ».1
L’agriculture marocaine se trouve aujourd’hui au croisé des chemins, dans un
contexte mondial en profonde mutation. D’un côté, des potentiels de développement
importants sur les marchés nationaux et internationaux, de l’autre, un risque
d’accélération de la pauvreté en milieu rural. Dans ce contexte, le Plan Maroc Vert se
positionne au centre des préoccupations de développement durable et de sécurité
alimentaire. Par son mode de gouvernance structuré, il a créé une nouvelle dynamique
dans le secteur agricole qui commence déjà à porter des fruits. Ce plan s’articule sur
deux piliers fondamentaux :
Le pilier 1 porte sur le développement d’une agriculture moderne et compétitive
adaptée aux règles du marché autour de plusieurs projets concrets d’agrégation.
Le Pilier 2 concerne l’accompagnement solidaire des populations rurales à
travers la création de projets sociaux dans toutes les régions du royaume.
Le Plan Maroc Vert s’articule sur un modèle d’organisation dit « agrégation », ce
dernier représente un moyen de développement d’une agriculture productiviste et à
haute valeur ajoutée. Il permet notamment de dépasser les contraintes liées à la
fragmentation des structures foncières tout en assurant aux exploitations agrégées la
possibilité de bénéficier des techniques modernes de production et du financement et
d’accéder au marché intérieur et extérieur. Ce travail va s’intéresser principalement à ce
modèle.
Dans ce cadre, nous avons choisi d’analyser et d’évaluer deux projets
d’agrégation, le premier de l’olivier de la société OLEA CAPITAL au niveau de la région
d’Elhajeb et le deuxième est celui de la tomate de la société Les Conserves de Meknès au
niveau du Gharb. Nous essayerons de déceler les conditions d’émergence de ces deux
projets, relever leurs points forts et ses faiblesses, connaitre les points de vue des parties
prenantes et déterminer leurs impacts technico-économique sur les agrégés.
Le présent rapport s’articule autour de trois parties. La première partie traite la
problématique et le cadre théorique de l’agrégation, la deuxième partie comporte une
présentation de la zone d’étude ainsi que la méthodologie de travail et enfin la dernière
partie qui traite notamment et analyse les résultats de l’ensemble des donnés recueillis
le long de la durée du stage.

10
11
Chapitre I : Problématique
I. Cadre général de la problématique :
L'approche « Pilier I » du Plan Maroc Vert (PMV) vise le développement d'une
agriculture moderne à haute productivité ou à forte valeur ajoutée, la mise à niveau
de l’agriculture marocaine et la consolidation de son rôle dans l’économie nationale.

Depuis le lancement de la stratégie du PMV en 2008, 961 projets d'agrégation ont


été prévu à l’échelle nationale à l’horizon 2020 visant 562 000 exploitants
moyennant un investissement global de 75 milliards de MAD.

Cependant, selon les données du Ministère que nous avons pu avoir, le nombre de
projets pilier I réalisés en 2016 est d’environ 580 soit environ 60% seulement à trois
années de la fin du PMV annoncé en 2020.

En outre, dans la région de Meknès Tafilalet, 103 projets pilier I ont été prévus.
En effet, d’après le Plan Agricole Régionale (PAR), 85 projets pilier I ont été prévus
pour les filières végétales (dont 6 projets programmés pour la filière olive dans la
zone d’El Hajeb) et 18 pour les filières animales.

Dans le même sens, le nombre de projets réalisés entre 2008 et 20015 dans la
région de Fès Meknès jusqu’à présent est de 19 et ceux lancés à Elhajeb est deux
projets à savoir : un sur l’olivier (OLEA CAPITAL) et l’autre sur la tomate (AICHA) et
ce, malgré qu’elle jouit de grands atouts et d’un potentiel agricole important
(monographie de la région Fès/Meknès, 2016).

Par ailleurs, la revue de la bibliographie que nous avons pu réalisée montre la


rareté des travaux de recherche sur l’évaluation de ces projets d’agrégation au Maroc
en général et dans la région d’Elhajeb en particulier.

II. Questions de recherche :


Partant de ces constats, nous pouvons formuler la question centrale suivante :
Quelles sont les conditions d’émergence des projets d’agrégation dans la région
d’Elhajeb et quels sont leurs impacts technico-économiques sur les agrégés ?

Afin d’expliciter cette question de recherche, nous avons fixé les objectifs
suivants :

1. Evaluer la mise en œuvre des contrats des 2 projets d’agrégation (OLEA


CAPITAL et AICHA).

12
2. Décrire les caractéristiques socioéconomique et systèmes de productions des
agrégés

3. Evaluer l’impact de l’agrégation sur les résultats technico-économiques des


exploitations

4. Proposer des recommandations pour l’amélioration de la situation.

13
Chapitre II : Analyse documentaire et revue
bibliographique sur l’agrégation
I. Introduction :
De la part de la diversité de ses potentialités, le secteur agricole est considéré comme
le levier de l’économie nationale. Son évolution a été intimement liée aux différents
programmes de développement agricole et rural et de réforme structurelle définis dans
le cadre des politiques économiques, mises en œuvre depuis l’indépendance du pays
(1956).

Malgré le soutien dont a bénéficié l'agriculture par le passé, elle reste un secteur
sous-développé. Plusieurs facteurs endossent en fait cette responsabilité à savoir le
déficit des politiques, d'institutions et de gouvernance. C'est l'une des principales
conclusions de l'étude prospective sur l'agriculture à l'horizon 2030, menée sous la
conduite du Haut Commissariat au Plan (HCP).

« Les politiques agricoles successives des 50 dernières années, même si elles ont
apporté des progrès indéniables, n'ont pas pu su aborder le développement agricole
dans sa totalité, dans sa diversité et dans sa relation fondamentale avec le
développement rural et avec la durabilité. Elles sont restées d'une façon générale trop
dirigistes et technicistes, elles n'ont pas pu s'adresser au capital humain, mobiliser et
responsabiliser suffisamment les acteurs ou appuyer efficacement leurs initiatives» 1.

Baptisée « Plan Maroc Vert », cette stratégie qui vient pour relancer une dynamique
de croissance du secteur est articulée autour d’une approche globale qui couvre
l’ensemble des filières et repose sur deux piliers majeurs : l’agriculture moderne et
l’agriculture solidaire. Notre travail est consacré à l’étude du pilier 1 qui porte sur le
développement d’une agriculture performante et compétitive adaptée aux règles du
marché autour de plusieurs projets concrets d’agrégation.

II. Définitions des concepts et notions:


 Projet : On appelle projet un ensemble finalisé d’activités et d’actions entreprises
dans le but de répondre à un besoin défini dans des délais fixés et dans la limite
d'une enveloppe budgétaire allouée. ...
 L’agrégation : L’agrégation qui représente l’un des fondements du Plan Maroc
Vert, est un modèle novateur d’organisation des agriculteurs autour d’acteurs
privés ou d’organisations professionnelles à forte capacité managériale. C’est un
partenariat gagnant-gagnant entre l’amont productif et l’aval commercial et
industriel qui permet notamment de dépasser les contraintes liées à la
fragmentation des structures foncières tout en assurant aux exploitations
agrégées de bénéficier des techniques modernes de production et du financement
et d’accéder au marché intérieur et extérieur.
1 HCP, « Prospectives Maroc 2030 », Mai 2007.

14
 Organisation : Une organisation est en sciences sociales un ensemble d'individus
ou de groupes d'individus en interaction, ayant un but collectif, mais dont les
préférences, les informations, les intérêts et les connaissances peuvent diverger :
une entreprise, une administration publique, un syndicat, un parti politique,…
 Le Plan Maroc Vert : En avril 2008, le Gouvernement marocain a adopté la
stratégie du « Plan Maroc Vert » afin de relancer l’économie du secteur agricole.
Cette nouvelle politique a pour finalité la mise en valeur de l’ensemble du
potentiel agricole du territoire afin de répondre à quatre objectifs
principaux constituant à l’heure actuelle un enjeux important pour l’économie
nationale. Ces objectifs sont : l’amélioration des revenus des agriculteurs, la
garantie de la sécurité alimentaire de 30 millions de marocains, la protection des
ressources naturelles des différentes régions, l’intégration de l’agriculture
marocaine au marché national et international.
 Contrat : Un contrat est un accord de volonté en vue de créer une ou des
obligations juridiques. C'est un engagement volontaire, formel ou informel, seul
ou entre plusieurs parties et reconnu par le droit. Engagement volontaire,
le contrat naît d'un accord assumé et accepté.
 Engagement : L'engagement est un terme juridique désignant le fait de convenir
de participer à une œuvre ou à une entreprise en contrepartie d'un paiement ou
d'un salaire.
 Le développement : Le terme de développement, utilisé dans les sciences
humaines, désigne l'amélioration des conditions et de la qualité de vie d'une
population, et renvoie à l'organisation sociale servant de cadre à la production du
bien être. Définir le développement implique de le distinguer de la croissance.
 Secteur agricole au Maroc : Le secteur Agricole au Maroc génère 14 % du PIB. Le
taux de croissance du pays est fortement corrélé à celui de la production agricole.
L’agriculture demeure le premier pourvoyeur d’emplois du pays. Plus de 40 % de
la population vivent de ce secteur.
 Loi n°04-12 : la loi n°04-12 sur l’agrégation agricole stipule que l’agrégation
agricole est fondée sur le regroupement volontaire d’agriculteurs agrégés autour
d’un agrégateur pour la réalisation d’un projet agricole, en vue de réaliser un ou
plusieurs des objectifs suivants :
 l’organisation de la production agricole à travers notamment
l’encadrement technique des agriculteurs, la mutualisation des moyens de
production et l’accès aux intrants ;
 la facilitation de l’accès au financement et/ou aux systèmes d’assurance ;
 la facilitation et l’optimisation de l’écoulement des produits agricoles ;
 l’amélioration des conditions de mise en marché des produits agricoles
 Agrégé : tout agriculteur, personne physique ou morale de droit public ou privé y
compris les coopératives, les associations ou les groupements d’intérêt
économique, regroupé par l’agrégateur pour la réalisation d’un projet
d’agrégation agricole.

15
 Agrégateur : toute personne physique ou morale de droit public ou privé y
compris les coopératives, les associations ou les groupements d’intérêt
économique qui regroupe des agrégés pour la réalisation d’un projet d’agrégation
agricole.
 Contrat d’agrégation agricole : le contrat conclu entre un agrégateur et des
agrégés pour la réalisation d’un projet d’agrégation agricole.
 Projet d’agrégation agricole: tout projet agricole regroupant, pour une durée
déterminée, des agrégés et un agrégateur pour le développement d’un ou
plusieurs segments d’une filière végétale et/ou animale portant sur la production
et/ou le conditionnement et/ou l’emballage et/ou le stockage et/ou la
transformation et/ou la commercialisation des produits de ladite filière.
 Subvention : Une subvention est, en première approche, une aide financière,
directe ou indirecte, allouée par une personne publique en vue de financer une
activité d'intérêt général. Le bénéficiaire de la subvention peut être public ou
privé, entreprise, association, ou personne, etc.
 Médiation : La médiation est une pratique ou une discipline qui vise à définir
l'intervention d'un tiers pour faciliter la circulation d'information, éclaircir ou
rétablir des relations. Ce tiers neutre, indépendant et impartial, est
appelé médiateur.
 Différend : Désaccord, querelle sur un point précis, résultant d'un conflit
d'opinions ou d'intérêts.
 Clause : Une clause est une disposition particulière d’un contrat. On peut aussi
l'appeler pacte.
 Chambre d’agriculture : Etablissement public doté de la personnalité morale et
de l’autonome financière (loi de 2009)
 Attestation : Déclaration verbale ou plus souvent écrite témoignant d'une
situation ou d'un fait.
 Ministère de l’agriculture : l'administration chargée de la politique agricole,
halieutique, alimentaire et forestière. Il organise aussi l'enseignement et la
recherche dans ces domaines. Il est dirigé par le ministre de l'Agriculture,
membre du gouvernement.
 Approbation : Action d'approuver quelqu'un, quelque chose ; consentement
donné : Donner son approbation à un projet.
 DPA : direction provinciale de l'agriculture.
 DRA : direction régionale de l’agriculture.

III. L’agrégation agricole au Maroc :


1. Généralités :
Le développement de l’agriculture au Maroc est basé sur la réduction des freins au
commerce et à l’investissement, particulièrement dans le secteur agricole, en
contribuant à renforcer les liens entre petits agriculteurs, industriels et marchés,

16
notamment à l’export à travers des formes de contractualisation telles le système
d’agrégation. C’est une solution adéquate pour résoudre les problèmes qui empêchent
le petit agriculteur à améliorer sa situation au niveau du marché.

Afin de garantir une relation équitable entre les agrégateurs et les agrégés, l'Etat a
promulgué par dahir n° 1-12-15 du 27 Châabane 1433 (17 juillet 2012) la loi n° 04-12
relative à l'agrégation agricole. Cette dernière constitue une nouvelle stratégie de
partenariat gagnant-gagnant dans le cadre du Plan Maroc Vert, elle représente l’un de
ses fondements. C’est une sorte de contrat entre l’amont productif et l’aval commercial
et industriel. Cette opération se base sur le regroupement des agriculteurs producteurs
autour des unités de valorisation (stockage, frigo, emballage, conditionnement,
transformation…) par des agrégateurs morals comme les sociétés, les coopératives ou
les groupements d’intérêt économique (GIE) ou par des personnes physiques.

L’agrégation agricole est une sorte de bénéfice pour l’agrégé que pour l’agrégateur.
D’une part, l’agrégation permet à l’agrégé d’améliorer sa productivité agricole et la
qualité de la commercialisation dans des marchés fiables, ainsi qu’elle lui permet la
production dans un cadre garanti et règlementé, chose qui va contribuer à l’amélioration
de son revenu. D’autre part, elle permet à l’agrégateur de sécuriser d’une manière
régulière l’approvisionnement des unités de valorisation par une matière première de
qualité, répondant aux exigences du marché et permettant de consolider et de renforcer
la compétitivité du produit agricole marocain au niveau national et international.

En plus de cela, l’Etat représente également un agent actif dans tel


regroupement « l’agrégation », qui constitue une approche adéquate pour le
développement des filières de production et des terroirs en confiant aux agrégateurs le
rôle d’encadrement et d’animation au profit des agrégés, ce qui se traduit par l’attraction
d'une nouvelle vague d'investissements et le développement de pôles de croissance
autour des projets d’agrégation ainsi que la création de richesses et d'emploi en milieu
rural et le renforcement du tissu d'acteurs dans le secteur agricole.

2. Principe de loi de l’agrégation :


La loi n°04-12 stipule que l’agrégation agricole est fondée sur le regroupement
volontaire d’agriculteurs agrégés autour d’un agrégateur pour la réalisation d’un projet
d’agrégation agricole, en vue de réaliser un ou plusieurs objectifs, à savoir l’organisation
de la production agricole à travers l’encadrement technique des agriculteurs, la
mutualisation des moyens de production et l’accès aux intrants. Le système
d’agrégation a permet également la facilitation de l’accès au financement et aux
systèmes d’assurance ainsi que l’amélioration des conditions de mise en marché des
produits agricoles.

En plus de cela, la loi d’agrégation et ses textes d’application encadrent strictement


l’établissement du contrat d’agrégation afin de protéger chacune des deux parties. Le
contrat d’agrégation devra ainsi comporter conformément à la loi les engagements de
chacun comme la fixation du prix ainsi que le mode de sa fixation, la nature de
l’assistance et de l’accompagnement de l’agrégateur au profit des agrégés,

17
l’investissement prévu par le projet d’agrégation et la fourniture des intrants par
l’agrégateur.
Ajoutant à cela, que l’application de la loi permettra ainsi de rendre opposables le
contrat d’agrégation. En cas de désaccord, les deux partenaires font recours vers
l’organisme de médiation. Cet organisme, composé par des représentants de la chambre
régionale d’agriculture, de l’interprofession et des représentants administratifs des
services du département de l’Agriculture, a pour mission de protéger les droits et les
engagements de chaque partie.

3. L’importance de l’agrégation :
Dans le but de la réalisation des projets du Plan Maroc Vert, l’agrégation a été
choisie comme un mode privilégié pour la mise en œuvre de ces projets, ce choix a été
justifié par plusieurs raisons dont on peut citer les suivantes :
Premièrement, l’agrégation constitue une solution attractive et compétitive où
elle permet l’optimisation du lien entre le marché, l’agrégé et toute la chaine de
valeurs à travers les compétences de l’agrégateur en matière de connaissance de
marchés.
Deuxièmement, elle permet aux petits exploitants d’accéder au financement à
travers les possibilités de financement direct des exploitants par les banques sur la base
des contrats d’agrégation et les avances et les intrants octroyés par l’agrégateur aux
agrégés.
Dernièrement, partager les risques entre l‘agrégateur et les agrégés du fait que le
risque de la production est principalement pris en charge par les agrégés, alors que le
risque de la commercialisation est principalement pris en charge par l’agrégateur. Le
recours à des assurances adaptées permet de juguler ces risques par les deux partis.

4. Les composantes du contrat d’agrégation :


D’après l’article 9 de la loi 04-12, le contrat d’agrégation agricole doit contenir
obligatoirement des clauses que l’agrégateur doit respecter et celles que l’agrégé doit
respecter. Parmi ces clauses, on peut citer les suivantes :
Tout d’abord, il faut déterminer la localisation des parcelles et leurs superficies,
puis l’identification des cheptels faisant l’objet du projet d’agrégation agricole, la nature
de l’assistance, les programmes d’encadrement et d’accompagnement technique de
l’agrégateur au profit de l’agrégé.
Aussi les prix convenus pour la livraison de la production ou les modalités de leur
fixation ainsi que les normes de qualité de la production exigées par l’agrégateur doit
faire une partie du contrat.
La fixation du rendement minimal selon la conduite technique convenue pour
les productions végétales ou animales avec l’obligation de livraison de la quantité de
production convenue par les agrégés selon un calendrier et des modalités de livraison
définis est nécessaire. Egalement un contrat d’agrégation doit mentionner les modalités
et les délais de paiement du produit livré par l’agrégé, la durée du contrat qui est
déterminée en fonction de la nature des activités prévues comme il faut indiquer la

18
solution proposé en cas de conflit : le recours à la médiation conventionnelle et à la
procédure d’arbitrage.
En ajoutant à cela que le contrat d’agrégation agricole doit contenir des clauses
relatives aux autres engagements convenus entre les parties concernées, citons à titre
d’exemple :
 Le financement et les délais de paiement de la production prévus dans le projet
d’agrégation agricole, objet du contrat ;
 l’investissement prévu par le projet d’agrégation agricole notamment la nature,
les modalités et le calendrier de réalisation ;
 la fourniture des intrants prévus par le projet d’agrégation agricole notamment
la nature, la quantité et les modalités d’approvisionnement ;
 Le ou les contrats d’assurance conclus dans le cadre du projet d’agrégation
agricole, conformément à la législation et la réglementation en vigueur en
matière d’assurance.
5. Le projet d’agrégation agricole
5.1. Objectifs :

Le projet d’agrégation agricole a plusieurs objectifs, dont on peut citer les suivantes :

 L’organisation de la production agricole via l’encadrement technique des


agriculteurs, la mutualisation des moyens de production et l’accès aux
intrants ;
 La facilitation de l’accès au financement et au système d’assurance ;
 La facilitation et l’optimisation de l’écoulement des produits agricoles vers les
marchés de consommation, les unités de transformation agro-industriel et les
marchés d’exportation ;
 L’amélioration des conditions de mise en marché des produits agricoles à
travers notamment l’organisation logistique et le développement des
techniques d’emballage, de stockage, de regroupement, de conditionnement,
de transformation et de conservation.

5.2. Les étapes d’un projet d’agrégation

Généralement, la création d’un projet d’agrégation agricole passe obligatoirement


par les phases suivantes:
 Phase de constitution et de dépôt du dossier de demande d’approbation du projet
d’agrégation agricole ;
 Phase d’examen du dossier d’approbation du projet d’agrégation agricole par le
comité technique ;
 Phase de dépôt du dossier définitif du projet d’agrégation agricole ;
 Phase d’octroi des attestations d’agrégation agricole.
En effet, tout projet d’agrégation nécessite une attestation pour sa mise en place
suite à son approbation après avoir la vérification de ses modalités fixées par vois
réglementaire, cette attestation ne peut pas être délivré dans le cas où un non respect
des engagements par l’agrégateur ou par l’agrégé, d’où la nécessité d’un médiateur pour
résoudre le conflit.
19
En plus de cela, l’attestation de l’agrégation agricole est délivrée à l’agrégateur et à
l’agrégé sous leurs noms où ils peuvent être éligibles à toutes les aides consenties par
l’Etat en matière d’investissement agricole conformément à la réglementation relative
au Code des investissements agricoles et aux textes pris pour son application.
5.3. La délivrance d’une attestation d’agrégation

La rationalisation des procédures d’autorisation d’agrégation et la demande de


subventions sont à la base de deux points essentiels:
Premièrement c’est la mise en place des comités techniques locaux, qui ont pour mission
de délivrer les autorisations d’agrégation sous un certain délai.
Deuxièmement, il concerne l’aspect des demandes de subvention. Pour faciliter le
travail des agrégés, ceux-ci pourront demander à jouir des subventions allouées sous le
pilier 2 du Plan Maroc Vert, en déposant un dossier unique. Les agrégés et les
agrégateurs bénéficient en effet de plafond et de taux de subventions relevés.

IV. Le rôle de l’état dans le système d’agrégation


agricole :
En vue d'accompagner les promoteurs à réaliser leurs projets, l'Etat marocain a
veillé à l'amélioration de l'environnement des investissements dans le secteur agricole à
travers des subventions ciblées, vers des activités permettant une meilleure exploitation
du potentiel agricole national à savoirs :

1. Les subventions financières accordées dans le cadre du


Fonds de Développement Agricole :
Généralement, on distingue entre deux types de subventions :

 Une subvention forfaitaire d’encouragement à l’agrégation agricole ;


 Une subvention à taux préférentiels pour les investissements réalisés en
matière d’acquisition du matériel agricole et d’équipement en système
d’irrigation localisée ou de complément.

En effet les principales rubriques concernées par les subventions de l'Etat dans le
cadre du FDA sont comme suit : l'irrigation et d'aménagement foncier, d'acquisition du
matériel agricole et de protection des cultures, la production animale végétale et
analyses de laboratoire aussi En matière de mise en place des unités de valorisation des
produits agricoles.

2. L'accès au financement bancaire.


Pour accompagner les investisseurs dans le secteur agricole, cinq banques se sont
engagées à assurer le financement des projets agricoles à travers une gamme de
produits et de services bancaires (crédit de production, de commercialisation,
d'investissement, d'import et d'export, produits d'assurances, conseil et
accompagnement). Il s'agit des institutions bancaires suivantes :

20
 AttijariWafa Bank.
 Crédit Agricole du Maroc.
 Banque Populaire.
 Société Générale.
 Crédit du Maroc.

Dans ce cadre, le Crédit Agricole du Maroc a mis en place la SFDA (Société de


Financement pour le Développement Agricole) dénommé «TAMWIL EL FELLAH» pour
couvrir les besoins de financement des petits agriculteurs et exploitants agricoles
intégrant les projets du Plan Maroc Vert qui n'ont pas accès au financement bancaire
classique et ce, moyennant un fonds de garantie de l'Etat à hauteur de 60%. Ce
financement peut atteindre 100 000 Dh par agriculteur.

3. Accès des produits au marché international


Grâce à son ouverture sur le marché mondial, le Maroc offre l'opportunité aux
investisseurs nationaux et étrangers d'accéder à près d'un Milliard de consommateurs à
travers la signature de plusieurs accords de libre-échange. Les principaux accords signés
sont:

 Accord agricole Maroc-UE


 Accord d'Agadir (Maroc, Tunisie, Jordanie, Egypte)
 Préparation d'un accord Maroc-Canada.

4. La mise en place des agropoles.


Afin d'accompagner la dynamique dans l'amont agricole et d'assurer l'intégration
de l'ensemble de la chaîne de valeurs, le Plan Maroc Vert prévoit l'installation de 6
agropoles couvrant les principaux bassins de production à savoir :

 Agropole de Meknès.
 Agropole de Berkane (Madagh).
 Agropole de Souss Massa Draâ.
 Agropoles du Gharb.
 Agropole de Tadla.
 Agropole du Haouz.

Chaque agropole constitue une plateforme intégrant toutes les activités liées à l'agro-
industrie à savoir :

 Une zone d'activités à vocation agro-industrielle abritant les entreprises de


production agroalimentaires, les entreprises de l'agrofourniture et de service
 Un pôle de R&D et de contrôle qualité abritant des laboratoires relevant
d'organismes sous tutelle du MAPM (INRA, ONSSA, EACCE…)
 Une zone d'activités tertiaires pour accueillir les banques, les assurances…
 Un centre de formation.

21
V. Présentation des deux projets d’agrégations
étudiés:
1. Projet d’agrégation autour de la tomate par la société
AICHA :
Le projet d’agrégation concernant la tomate industrielle se focalise dans la région de
Meknès, Gharb et l’oriental où se trouvent la plupart des agrégés qui font la production
de la tomate, dont l’agrégateur est la société les conserves de Meknès sous la
responsabilité de Mr. MARDOCHEE DEVICO qui est le directeur général de la société.

1.1. Caractéristiques du projet :

 Type de l’unité de valorisation: unité de transformation des produits agricoles


frais.
 Capacité de l’unité de valorisation : 2000t/jr
 Superficie du projet : 2000 ha
 Nombre total des agrégés : 500
 Productivité prévisionnelle moyenne : 80 t/ha
 Adresse de l’agrégateur : Quartier industriel Ain slogui, Meknès
 Périmétre d’agrégation du projet :
o DRA : Meknès-Fés
o Province : Meknès

1.2. Capacités de la société dans le cadre du projet :

Concernant le côté technique, la société dispose, en amont, d’un parc important en


matériels agricoles (récolteuses, tracteurs avec grande et moyenne puissance, matériels
de préparations et de travail du sol…) et en aval, elle dispose de moyens de valorisation
des produits agricoles. En parlant du management, la société dispose des moyens
techniques et managériaux et réalisent des formations de ses personnels. Pour la
commercialisation, AICHA dispose d’une part importante du marché national.

1.3. Description de la superficie à agréger :

Tableau N°1 : l’agrégation selon les années


Année A1 A2 A3 A4 A5 A6 A7 A8 A9 A10
Nombre 70 100 150 200 250 300 350 400 450 500
d’agrégés

Superficies 1.000 1.100 1.200 1.300 1.400 1.500 1.600 1.700 1.800 2.000
(ha)
Rendement 80 80 80 90 90 90 95 95 95 95
(T/ha)

22
Production 80.000 88.000 96.000 117.000 126.000 135.000 152.000 161.500 171.000 190.000
(T)
Source : DRA de Meknès
Tableau N°2 : la superficie à agréger
Superficie total à agréger : 2.000 ha
Structures foncières des agrégés Proportions en nombre Proportions en superficie
...<5ha 150 400
5ha<...<10ha 250 1.000
10ha<... 100 600
Source : DRA de Meknès

En outre de ça, AICHA demande un profil variétal comportant des variétés hybrides à
maturité groupée, de moyens calibres et un degré Brix important tout en adoptant une
irrigation localisé.

1.4. Nature d’intervention de l’agrégateur dans le projet :

 Achat de la production des agrégés (100%) ;


 Mise à la disposition des agrégés des plants nécessaires ;
 Assurer le transport de la tomate frais jusqu’à l’unité de transformation ;
 Suivi, assistance et encadrement technique des agriculteurs.

2. Projet d’agrégation autour de l’olivier par la société OLEA


CAPITAL :
2.1. Caractéristiques du projet :
2.1.1. Identification de l’agrégateur

 Agrégateur : Mr. ECHRAIBI Hicham


 Société : OLEA CAPITAL SLE 2
 Adresse de correspondance de l’agrégateur : 15 Rue de Tétouane, quartier
Hassan 2 Rabat.

2.1.2. Filière concernée :

 Filière objet du projet : olivier/ production d’huile d’olives


 Superficie de l’amont propre : néant
 Superficie agrégé : 1500 ha

2.1.3. Localisation du projet

 Zones ciblées par le projet : Meknès, Séfrou, Fès, Taounat


 Région : Fès-Meknès
 Lieu d’implantation de l’unité de valorisation : Ras Jerry
 Type de l’unité de valorisation : unité de trituration des olives et de mise en
bouteille

23
 Capacité de l’unité de valorisation : 440t/jr

2.1.4. Capacités et ambitions de la société dans le cadre du projet :

La société OLEA CAPITAL SLE2 a pour ambition de devenir un opérateur national du


secteur oléicole jouissant également d’un rayonnement à l’international, elle a pour
vocation d’intervenir dans la trituration des olives, le stockage, la valorisation et la
commercialisation des produits en vrac et conditionnés sous marques sur le marché
domestique et à l’international. La société dispose en amont des moyens de productions
qui sont toujours disponible et en aval des moyens de valorisation des produits agricoles
(conditionnement, transformation…).

2.2. Description des superficies à agréger :

Tableau N°3 : la superficie à agréger

Désignation Nombre des agrégés 2017 % Superficie % Superficie


Sup =<5 48 85,71% 84,5 5,63%
5 < Sup =<10 3 5,36% 23 1,53%
10 < Sup =<50 2 3,57% 56,5 3,77%
Sup >50 3 5,36% 1336 89,07%
Total 56 100% 1500 100%
Source : DRA de Meknès

2.2.1. Objectifs recherchés de l’agrégation :

 Profil variétal cible : 70% picholine marocaine et 30% des variétés étrangères
 Mode d’irrigation : gravitaire et localisé
 Nombre d’agrégés : 8 agrégés pour la goutte à goutte et 53 pour les superficies
bours.
 Superficie : G-G 64%, bour 36%.

2.2.2. Nature d’intervention de l’agrégateur dans le projet :

 Achat de la production des agrégés (variable selon chaque agrégé)


 Développement de partenariats commerciaux en fonction des marchés à servir
 Préfinancement des investissements des agrégés (achat de matériels agricoles…).

24
25
Chapitre I : Présentation de la zone et contexte de
l’étude
I. Localisation géographique:
La zone d’étude objet de notre recherche est composée de deux sous zones : la
province d’Elhajeb relevant de la région Fès-Meknès et la commune rurale Sidi Yahia
El Gharb qui relève de la province Sidi Slimane dans la région de Rabat Salé Kénitra
(Voir Figure 1).

Figure N°1 : Localisation géographique des deux zones d’étude

Source : Google map (2017)

II. Le découpage administratif :


La province d’Elhajeb est composée de 3 cercles, 5 Caïdats et 16 communes (4
urbaines et 12 rurales).

La province de Sidi Slimane est composée d’un cercle (Sidi Slimane), 5 Caïdats et
11 communes 2.

III. Climat :
La province d’Elhajeb comptabilise en moyenne de 10 ans environ 520 mm de
précipitation. Elle connait également des fréquentes chutes de neige surtout pendant
les mois de janvier et février (entre 5 et 10 cm). Les températures moyennes
annuelles sont assez constantes et varient entre 16 et 34°C. La moyenne des jours de
brouillard ne dépasse guère les 10 jours.
2 Bulletin Officiel du 18/06/2009

26
Pour la province de Sidi Slimane, la pluviométrie varie entre 300 et 600mm, Elle a
enregistré une baisse de 57% entre 2008-2009 et 2011-2012. En général, le climat
de la province de Sidi Slimane est un climat tempéré et semi-aride, favorable à
l’activité agricole malgré la faiblesse relative des précipitations.

Figure N°2 : Pluviométrie annuelle par station, en millimètres

Source : Ministère de l'Agriculture et de la Pêche Maritime, 2013

IV. Ressources en eau :


Les ressources en eau de la province d’Elhajeb sont présentées dans le tableau
suivant :

Tableau N°4 : Ressources en eau

Source : DPA d’Elhajeb, 2016

Pour la deuxième zone, Le barrage El Kansera, situé sur l'Oued Beht dernier
affluent important de l'oued Sebou avant son embouchure, à environ 20 km au Sud
de Sidi Slimane, assure l'irrigation d'un périmètre de 28.700 ha près de Sidi Slimane.

27
V. Démographie de la zone :
La population de la province d’Elhajeb est composée de 247 016 habitants qui
forment un ensemble de 53 230 ménages.

Tableau N°5 : Représentation de la population de la province d’Elhajeb

Source : RGPH 2014, le HCP

Pour la province de Sidi Slimane, la population s’élève à 320 407 habitants qui
forment 60 922 ménages.

Tableau N°6 : Représentation de la population de la province de Sidi Slimane

Source : Haut Commissariat au Plan, Recensement de la Population et de l’Habitat, 2014

VI. Systèmes de production de la zone d’étude :


1. Production végétale :
La région d’Elhajeb jouit de grands atouts et d’un potentiel agricole très important.
70% de la superficie de cette province est allouée à l’activité agricole qui est
majoritairement pratiquée dans la plaine de SAIS. La partie Nord est constituée de
grandes étendues caractérisées par des sols profonds. Alors que la partie Sud abritant la
forêt est adaptée est adaptée aux activités agro-pastorales et Sylvio-pastorales.

28
Tableau N°7 : Evolution de la superficie et de la production des filières végétales,
2008-2015
Filière 2008/2009 2014/2015
Superficie (Ha) Production (T) Superficie (Ha) Production (T)
Céréales 753 891 1 467 138 839 518 2 057 303
Légumineuses 200 500 148 144 168 898 60 475
Oléagineux 2 500 2 125 8 400 11 600
Fourrages 60 661 670 621 69 316 1 295 106
Cultures sucrières
Maraichage 20 2 800
primeur
Maraichage de 32 955 921 375 34 472 1 070 767
saison
Amandier 25 965 24 135 31 423 40 225
Oléiculture 257 866 255 738 340 129 323 564
Palmier dattier
Agrumes 1 890 19 759 4 439 64 344
Arboriculture 51 475 302 458 66 066 592 468
fruitière
Source : Ministère de l’Agriculture et de Pêche Maritime (2015)

Au niveau de la province de Sidi Slimane, l’agriculture est basée sur l’exploitation


d’un système agro-sylvopastoral assez bien équilibré. Cette zone compte parmi les plus
importantes régions agricoles "bour" (agriculture pluviale) du Royaume, grâce à
l’étendue de ses terres cultivables et à son climat relativement favorable.

La contribution de la province de Sidi Slimane à la production céréalière nationale


demeure importante, elle est de l’ordre de1455 milliers de quintaux soit 2,81 % lors de
la campagne 2012-2013.

Tableau N°8 : La production des principales céréales dans la province de Sidi


Slimane

Source : Ministère de l’Agriculture et de la pêche maritime


29
2. Production animale :
Pour la province d’Elhajeb, L’élevage constitue la principale source de revenu de la
population et surtout dans la partie montagneuse de cette province.

Tableau N°9 : Evolution de l'effectif et de la production des filières animales, 2008-


2015
Filière 2008/2009 2014/2015
Effectif (nbre de tête/ nbre de ruche) Effectif (nbre de tête/ nbre de ruche)
Bovins 359 900 382 979
Ovins et caprins 3 246 700 3 544 808
Source : Ministère de l’Agriculture et de Pêche Maritime (2015)

Pour la province de Sidi Slimane, la majorité des paysans pratiquent l’élevage intensif
des Ovins, des Bovins, des Caprins et des Equidés, en plus de la Basse-cour et de
l’apiculture. Cet élevage est intense dans la partie bour et devient plus intense et
amélioré dans les zones irriguées.

3. L’état d’avancement des projets d’agrégation dans la région


Fès-Meknès:
Tableau N°10 : Synthèse de l'Etat d'avancement des projets d'agrégation, Cumul
2008-2015
Filière Filières Nombre de Superficie Investissement Nombre
végétale projets lancés agrégée (Ha) en MDH d'agrégés
Agrumes 1 726 45 16
Arboriculture 2 467 280 35
Céréales 1 1 690 1 103
Légumineuses 2 6 000 94 800
Maraîchage 2 755 87 124
Oléagineuses 1 22 000 43 1833
Olivier 3 2 250 180 291
Tabac 3 1097 13 1560
Filière Filière Nombre de Effectif (têtes) Investissement Nombre
animale projets lancés en MDH d'agrégés
Lait 2 16500 495 3400
Viandes 1 10,8 60
Blanches
Viandes Rouges 1 2500 75 200
Cumul 19 1323 8422
2008-2015
Source : ADA, Ministère de l’Agriculture et de Pêche Maritime (2015)

30
Chapitre II : Méthodologie de travail
I. Contexte du projet :
Le choix du thème de notre stage de développement émane d’un intérêt évaluatif. En
effet, notre but a été de suivre et d’évaluer le déroulement des deux projets
d’agrégation : OLEA CAPITAL et AICHA, de vérifier si les modalités et les procédures
d’exécution et d’élaboration d’un projet d’agrégation sont réalisées et de déceler les avis
des différents intervenants (agrégés, agrégateurs, l’Etat) concernant ces projets.

En outre, le thème constitue généralement un grand avantage pour le


développement agricole. L’agrégation est un mode privilégié pour la mise en œuvre des
projets du Plan Maroc Vert. En effet, elle constitue une solution attractive et compétitive
d'extension du périmètre agricole face à une offre limitée du foncier en milieu rural. Elle
permet d’optimiser le lien entre le marché, l’amont productif et toute la chaine de
valeurs. Elle vise aussi à permettre aux petits exploitants d’accéder au financement à
travers les possibilités de financement direct des exploitants par les banques sur la base
des contrats d’agrégation et/ou les avances et les intrants octroyés par l’agrégateur aux
agrégés. Enfin, elle permet de généraliser les bonnes techniques moyennant les équipes
d’encadrement mobilisées par l’agrégateur, d’une part et les unités de production en
propre gérées par l’agrégateur et constituant des plateformes de démonstration, d’une
part.

II. Choix de la zone d’étude :


Nous avons travaillé dans notre stage sur deux sous zones : El Hajeb et Sidi Slimane
qui abritent respectivement un projet d’agrégation en cours de démarrage (OLEA
CAPITAL) et un autre ayant été réalisé depuis 2013 (Aicha).

III. Lectures exploratoires :


Nous avons préalablement été amenées avant d’élaborer les enquêtes, à effectuer des
lectures bibliographiques à travers l’analyse documentaire des rapports et des projets
de fin d’étude relatifs au thème d’agrégation et du développement agricole.

Nous avons aussi analysé les rapports monographiques et effectué une webographie
sur la loi relative à l’agrégation et ses textes d’application pour mieux comprendre un
projet d’agrégation, son importance, ses intervenants et le règlement de son exécution.

31
IV. Questionnaire et son test :
Nous avons réalisé trois questionnaires pour trois intervenants : les agrégés, les
agrégateurs et les structures étatiques (voir détail en annexe).

Le questionnaire destiné aux agrégés contient des questions sur l’identification des
agrégés interrogés, l’itinéraire technique de chacune des cultures de l’olivier et de la
tomate, le contrat, la commercialisation des produits, les subventions et les assurances,
l’encadrement et les problèmes qui préoccupent les différents intervenants de ces
projets.

Le questionnaire destiné aux agrégateurs contient des questions sur les parties :
identification des agrégateurs, structure des exploitations, l’itinéraire technique,
assurances, subventions, encadrement assuré aux agrégés, contrat agrégateur-agrégé,
contrat agrégateur-Etat.

Le questionnaire destiné aux structures étatiques contient des questions sur les
parties : subventions, contrat, médiation, recommandations.

Une fois la première version du questionnaire élaborée, nous avons procédé à son
test auprès d’in agriculteur qui travaille à l’ENA. Cette étape s’est avérée très importante
car elle nous a permis de s’exercer sur le questionnement des agriculteurs et de clarifier
les termes.

V. Enquêtes et sorties :
Lors de notre période de stage, nous avons effectué une visite à la direction régionale
de Meknès pour avoir des informations sur le rôle et l’intervention de l’Etat dans ces
projets d’agrégation, pour aussi connaitre les différents projets qui existent dans la
région leur déroulement et pour avoir un idée sur les projets réussis et non réussis.
Nous avons effectué une visite à la direction provinciale d’EL Hajeb pour également
avoir des informations sur son intervention dans l’exécution et la réalisation des projets
d’agrégation et pour avoir une liste des agrégés.

Nous avons effectué une sortie à l’entreprise AICHA pour rencontrer le chargé
d’agrégation à la société Aicha afin de lui poser des questions en tant qu’agrégateur. Il
nous parlé sur tous les aspects du projet d’agrégation AICHA : son historique, son
déroulement, les agrégés avec lesquels ils travaillent, les caractéristiques du projet….

Concernant le projet OLEA CAPITAL, nous avons rencontré un ingénieur lauréat de


l’ENA en tant qu’agrégateur qui nous a parlé à son tour du projet et nous a permis tous
les informations depuis le début du projet jusqu’à nos jours.

Ensuite, nous avons effectué des sorties pour rencontrer les agrégés pour leur
interroger sur les différentes parties qui constituent le questionnaire destiné aux
agrégés.
32
VI. Echantillonnage et personnes ressources à
enquêter :
Pour les agrégés, vu le temps impartis, nous avons enquêté aléatoirement 60
agriculteurs, soit 30 par projet d’agréation.

Pour les agrégateurs l’enquête a été réalisée auprès des 2 ingénieurs chargés du suivi
du projet d’agrégation à OLEA CAPITAL et Aicha

Pour les autres acteurs institutionnels, nous avons réalisé des entretiens auprès du
responsable des projets d’agrégation et auprès du chef de division de partenariat et
appui aux organisations professionnelles à la DRA de Fès/Meknès, la responsable du
développement agricole et partenariat de la chambre d’agriculture de Fès/Meknès et le
directeur de la DPA d’El Hajeb.

VII. Saisie et analyse des données :


Concernant la saisie et l’analyse des données, nous avons travaillé avec l’Excel pour
la réalisation des différents tableaux et des graphiques qui nous ont permis de tirer des
remarques sur tous les aspects qui concernent ces deux projets et ainsi d’évaluer leur
déroulement, leur réussite et leurs différents problèmes.

33
34
Chapitre I : Caractéristiques socio-économiques et
systèmes de production des agrégés
I. Introduction :
Afin de pouvoir évaluer l’impact de l’agrégation sur les résultats technico-
économiques des agrégés, nous commençons tout d’abord par une description de ces
agriculteurs tout en ciblant leur identification et les caractéristiques de leurs
exploitations.

II. Caractéristiques socio-économiques des agrégés :


1. Identification des agrégés :
1.1. Age des agrégés enquêtés :

L’âge des 60 agrégés enquêtés varie entre 30 et 75 ans avec une moyenne de 47
ans. Nous avons déterminé, comme l’illustre notre graphe, trois classes d’âge, la
première classe comprend les agriculteurs dont l’âge est compris entre 30 et 45, c’est la
classe la plus dominante qui englobe 50% des agrégés (63% des agrégés d’AICHA et
37% des agrégés d’OLEA CAPITAL). La deuxième classe concerne ceux dont l’âge est
compris entre 45 et 60, et qui représente 37% des agrégés (33% des agrégés d’AICHA et
40% des agrégés d’OLEA CAPITAL). En troisième lieu, nous avons la classes des agrégés
ayant dépassé les 60 ans et qui représente 13% des agrégés (4 % des agrégés d’AICHA et
23% des agrégés d’OLEA CAPITAL).

Pour les agrégés d’AICHA, on note une dominance de la classe des jeunes (<45
ans), ceci peut être à l’origine de plusieurs conflits survenus entre les deux parties ; les
avances et les aides fournies par AICHA sont exploitées dans des affaires personnelles,
comme l’organisation des fêtes de mariage par exemple.

Figure N° 3: Répartitions des agrégés des deux projets par tranches d’âge

70
Effectifs des agrégés

60
50
40
Effectif OLEA CAPITAL
30
Effectif AICHA
20
Total
10
0
[30-45[ [45-60] 60< Total
Classe des âges

35
1.2. La participation des femmes aux projets d’agrégation :

La figure ci-dessous montre une faible présence voire l’absence des femmes
agrégées (1,6%). Malgré les études et les institutions vouées à l’intégration des femmes
au développement, ces dernières restent très peu prises en compte dans les différents
domaines d’activités et cela peut être expliqué par la position qu’elles occupent au sein
d’une configuration sociale et économique patriarcale.

Figure N°4 : La répartition des agrégés des deux projets selon le sexe

70

59 60
60

50

40 Effectif Femmes
29 30 30 30 Effectif Hommes
30
Total
20

10
1 0 1
0
OLEA CAPITAL AICHA Total

1.3. La charge familiale des agrégés :

Le nombre de personnes qui sont à la charge des agrégés varie de 0 à 20 avec une
moyenne de 8 personnes et un écart type de 4.

Ainsi la classe des agriculteurs qui ont une charge familiale inférieure à 7
représente la plus grande partie avec 47%, suivi par celle des agriculteurs qui se
chargent d’un nombre d’individus entre 7 et 14 avec un pourcentage de 42% et
finalement, 11% des agrégés ont une charge familiale supérieure à 14 personnes.

Pour les deux projets d’agrégation, les familles sont qualifiées de moyenne et
grande taille. 42% des agrégés reçoivent l’aide de la part de leur famille à plein temps et
18% à temps partiel.

36
Figure N°5 : Graphe représentatif de la charge familiale des agrégés

70

60

50

40 OLEA CAPITAL
AICHA
30
Total
20

10

0
[0-7[ [7-14] 14< Total

1.4. Niveau d’instruction :

L’analyse du graphique montre la dominance des agrégés qui ont atteint le niveau
primaire (35%), suivi par la classe des analphabètes qui constitue (32%) puis la classe
des agrégés qui ont atteint le niveau secondaire avec un pourcentage de 25%.

On note notamment une faible présence voire absence des agrégés qui ont reçu
une scolarité traditionnelle au sein des écoles coraniques et seulement 2 personnes sur
60 ont pu suivre les études universitaires.

Cette graphique reflète le faible niveau d’instruction des agrégés, chose qui doit
être prise en considération pour toute action ultérieure de développement des projets
d’agrégation.

Figure N°6 : Niveau d’instruction des agrégés

70
60
50
40
30
Effectif OLEA CAPITAL
20
Effectif AICHA
10
0 Total

37
1.5. Activités des agrégés avant l’installation en agriculture :

La figure suivante montre que 55/60 des agrégés ont hérité l’activité agricole de
leurs parents, chose qui peut expliquer leur degré d’attachement à la terre et leur souci
de promouvoir l’agriculture à travers la recherche des programmes de développement
et la demande des journées de formation afin de pouvoir booster leur rendement et
améliorer la qualité de leurs production.

Figure N°7 : Répartition des agrégés selon leurs activités avant l’installation en
agriculture

70

60

50

40
OLEA CAPITAL
30
AICHA
20 Total
10

0
Agriculteur Ouvrier Etudiant Fquih Commercial Total
dans une
société

1.6. Adhésion des agrégés aux OPA:

Avant de discuter les deux modèles d’agrégation d’OLEA CAPITAL et d’AICHA, et


d’appréhender les causes d’adhésion des agriculteurs à des tels projets, on a jugé
nécessaire de voir dans un premier lieu leur degré d’organisation, ce dernier est mesuré
par le taux d’adhésion des agriculteurs à des organisations professionnelles agricoles.

Les résultats obtenus sont consignés dans la figure suivante :

Figure N°8 : Répartition des agrégés selon leur adhésion à une OPA

70
60
50
40 Effectif OLEA CAPITAL
30 Effectif AICHA
20 Total
10
0
Adhérent Non adhérent Total

38
Pour OLEA CAPITAL, on note un haut niveau d’organisation des agrégés (87% des
agrégés appartiennent à des OPA). Les structures les plus dominantes sont des
coopératives le cas notamment de la coopérative IDRISSIA et El ISSAOUIA. Partant de ce
fait, on peut dire que la première cause d’adhésion des agriculteurs à un tel projet
d’agrégation est la présence d’un leader (par exemple, le président de la coopérative
IDRISSIA) qui prend la plupart des initiatives, mène les autres membres de la
coopérative et détient le commandement. On signale aussi que 15 % de ces agriculteurs
organisés appartient à des associations et des AUEA alors qu’on note une absence
d’adhésion à des GIE.

Pour le Projet d’AICHA, on remarque un très faible niveau d’organisation des agrégés
(17% des agrégés appartient à des OPA), 10% de ces agriculteurs appartiennent à des
coopératives, 10% appartiennent à des associations tandis qu’on note une absence des
autres structures d’organisation. Suite à une question posée aux enquêtés : « Pourquoi
vous n’êtes pas adhérent à une OPA », on a pu révéler les principaux causes suivantes :

 Absence de l’esprit du groupe, chaque personne cherche son intérêt personnel ;


 Absence de sensibilisation et d’encouragement des agriculteurs ;
 Présence de difficultés au niveau des paperasses et des papiers administratives ;
 Les agriculteurs sont pressés par le temps.

Malgré tout, 66% de ces agriculteurs veulent participer à une organisation


professionnelle et plus précisément à une association des agriculteurs pour défendre
leurs droits vis-à-vis la société AICHA (Contrôle des degrés des impuretés de la tomate,
du degré Brix, Prix de location des récolteuses ...).

1.7. Source de revenu des agrégés:

Le tableau suivant montre que l’agriculture constitue la principale source de


revenu des agrégés, avec notamment 51/60 agriculteurs qui pratiquent l’élevage, 54/60
agrégés qui pratiquent les cultures annuelles ainsi que 38/60 agrégés qui pratiquent
l’arboriculture. A coté de ces activités, on trouve une faible proportion de ceux qui
exercent d’autres activités annexes telles que le FQUIH et le CHEIKH (3% des agrégés).

D’après ces résultats, on constate que les agriculteurs optent à une diversification
de cultures, ainsi les exploitations ne sont plus spécialisées dans l’élevage ou bien une
culture précise. Cette politique permet notamment d’avoir une complémentarité entre
les activités et de diminuer les risques liés aux catastrophes naturelles, aux marchés ...

Tableau N° 11: Principales sources de revenu des agrégés

Cultures Activités annexes


Source de revenu Elevage Arboriculture
annuelles FQUIH CHEIKH
OLEA CAPITAL 22 26 31 0 0
Effectif
AICHA 29 28 7 1 1
Total 51 54 38 1 1
39
1.8. Expérience et technicité des agrégés :

Figure N° 9: Date d’installation des agrégés en agriculture :

70

60

50

40 OLEA CAPITAL
AICHA
30
Total
20

10

0
[1950-1970[ [1970-1990[ [1990-2010[ 2010-2017 Total

L’analyse du graphe montre une faible présence des agrégés qui ont intégré
l’agriculture entre 1950 et 1970, ces agriculteurs représentent 8% de la totalité des
agrégés et dont 40% ont vécu pendant la période du protectorat. Ceci peut traduire ainsi
une mentalité fortement façonnée par les expériences accumulées et les attitudes
construites pendant plusieurs années. Ainsi 32% des agrégés sont installés en
agriculture entre 1970 et 1990 (53% des agrégés d’OLEA CAPITAL et 10% des agrégés
d’AICHA), avec une expérience relativement grande, ces agriculteurs ont subi plusieurs
changements dictés par le programme d’ajustement structurel dont l’état a été
désengagé suite à la crise qu’à connu le Maroc durant les années 1980. Entre 1990 et
2010, on trouve presque la moitié des agrégés ont rejoint l’agriculture alors que
seulement 10% des agrégés sont considérés notamment comme des nouveaux
agriculteurs (entre 2010 et 2017), ces derniers représentent ainsi un niveau
d’expérience plus ou moins faible marqué par un appui approfondi de la part des
programmes de développement inscrits dans le cadre du Plan Maroc Vert.

2. Caractéristiques de l’exploitation :
2.1. Origine des exploitations :

L’origine des exploitations des agrégés enquêtés varie avec une dominance de
presque 90 % des exploitations héritées ou prise en location, alors que le reste
rassemble celles achetées ou don du Roi. Concernant les agrégés du projet OLEA
CAPITAL, l’origine des exploitations est souvent l’héritage avec 76% (26 exploitations)
tandis que la location englobe 67% des exploitations dans le projet AICHA.

40
Tableau N° 12 : les différentes origines des exploitations des agrégés enquêtés

Origine de l'exploitation Héritage Achat Location don du Roi Inconnue

OLEA CAPITAL 76% 6% 12% 3% 3%

AICHA 26% 8% 67% 0% 0%

Total 49% 7% 41% 1% 1%

Figure N°10 : les différentes origines des exploitations des agrégés des deux projets

80
73
70
Nombre d'exploitation

60

50
39
40 36 34 OLEA CAPITAL
30
30 26 26 AICHA

20 TOTAL
10
10 5 4
2 3 1 0 1 1 0 1
0
Héritage Achat Location Offerte par Inconnue Total
le roi
Origine de l'exploitation

2.2. Superficie agricole utile :


2.2.1. Statuts fonciers :

Concernant le statut foncier des terres agricoles agrégées, celui-ci est soit Melk avec un
pourcentage de 65% (81% pour le projet OLEA CAPITAL et 50% pour le projet AICHA)
contre un pourcentage de 35% dans le cas du collectif (équivalent à 22 exploitations au
total dont le statut foncier est collectif).
Tableau N° 13 : les pourcentages des statuts foncier des exploitations des
agrégés enquêtés
Statut foncier Melk Collectif Total

OLEA CAPITAL 81% 19% 100%

AICHA 50% 50% 100%

Total 65% 35% 100%

41
Figure N° 11 : les statuts fonciers des exploitations des agrégés des deux projets

70 63
Nombre d'exploitation

60
50
41
40
31 32 OLEA CAPITAL
30 25
22 AICHA
20 16 16
Total
10 6

0
Melk Collectif Total
Statut foncier

2.2.2. Superficies agrégées:

Les superficies totales des différents agrégés interrogés d’OLEA CAPITAL sont
souvent inférieures à 20 ha avec une dominance de 93% tandis que 77% des SAU totales
des agrégés du projet AICHA sont supérieur à 20 ha. Ceci est du au fait que les petits
agriculteurs n’osent pas encore adhérer au projet OLEA CAPITAL vue qu’il vient de
démarrer et qu’il n’est pas encore connu chez eux contrairement à celui de AICHA.
Tableau N° 14 : Répartition des tailles de superficies agrégées
Classes de superficies
] 0-5] ] 5-20] ] 20-35] ] 35-50] > 50 Total
(ha)
OLEA CAPITAL 10% 83% 3% 0% 3% 100%
AICHA 0% 23% 20% 17% 40% 100%
Total 5% 53% 12% 8% 22% 100%

Figure N°12 : les classes de suprficies des deux projets

70
60
60
Effectifs d'agrégés

50
40
32 30 30 OLEA CAPITAL
30 25
AICHA
20
12 13 Total
10 7 6 7 5 5
3 3 1 1
0 0
0
>=5 ]5-20] ]20-35] ]35-50] > 50 Total
Superficie totale de SAU (ha)

42
2.2.3. Structures foncières des exploitations

La majorité des agrégés des deux projets exploite presque la totalité de leur SAU
en cultivant diverses cultures. Ceci apparaitra en comparant le graphe précédent qui
représente la SAU totale avec celui ci dessous qui représente la SAU exploitée.

Figure N° 13 : les SAU exploitées des deux projets

70
60
60
Effectifs d'agrégés

50
40 33
3030 OLEA CAPITAL
30 25
AICHA
20
8 1011 Total
10 5 6 7 7
3 3 1 1
0 0
0
]0-5] ]5-20] ]20-35] ]35-50] > 50 Total
Superficie exploitée de SAU (ha)

2.2.4. Superficie olivier / tomate :

Le pourcentage des superficies d’olivier/tomate par rapport aux autres cultures


représenté par le graphe ci-dessous montre que chez la majorité des agrégés des deux
projets, la superficie réservée à l’olivier/tomate est inférieur à 50%. Tandis que seule
une minorité qui réserve plus que 50% pour l’olivier / tomate dont la superficie de ces
parcelles est généralement inférieure à 10ha.

Figure N°14 : le pourcentage de superficies d’olivier/tomate

70
60
60 55
Effectifs d'agrégés

50

40
30 30 OLEA CAPITAL
27 28
30
AICHA
20 Total

10 5
3 2
0
]0-50] ]50-100] Total
Pourcentages des superficies d'olivier/tomate

43
Figure N°15 : les superficies d’olivier/tomate

70
60
60
Effectifs agrégés

50 47

40
30 30 OLEA CAPITAL
28
30
AICHA
19
20 Total
9 10
10
1 0 2 2 1 0 1
0
]0-10] ]10-20] ]20-30] >30 Total
Superficies olivier/tomate (ha)

2.2.5. Superficie irriguée et bour :

D’après le tableau ci-dessous, on peut constater que pour les deux projets les
superficies irriguées (surtout par le « goutte à goutte ») dépassent les superficies bour.
Ceci est peut être due au fait que les agrégés bénéficient des subventions et/ou au fait
qu’ils sont conscients de l’importance de l’irrigation dans l’amélioration du rendement.

Tableau N°15 : les superficies irriguées et les superficies bours des deux projets

Superficie irriguée (ha) Superficie bour Total


G-G Gravitaire Aspersion (ha) (ha)
OLEA CAPITAL 210,5 38 2 165,92 416,42
AICHA 673 232 94 601 1600
Total 883,5 270 96 766,92 2016,42

Figure N°16 : les superficies irriguées/bours des deux projets

2500
Superficie (ha)

2000
1500
1000 OLEA CAPITAL
AICHA
500
Total
0
Sup. irrig. G-G Sup. irrig. Sup. irrig. Sup. Bour total
Gravitaire Aspersion
Superficie irriguée / bour

44
Il est nettement clair d’après le graphe ci-dessous que presque la totalité des
superficies sont prises en location.

Figure N°17 : Superficie prise/donnée en association/location

1600 1477
1400 1316
Superficie (ha)

1200
1000
800
OLEA CAPITAL
600
AICHA
400
161 Total
200
0 20 20 0 45 45 2 0 2
0
sup prise en sup donnée en sup prise en sup donnée en
location (ha) location (ha) association (ha) association (ha)
Superficie prise/donnée en association/location

2.3. Assolement :

Les agrégés d’OLEA CAPITAL et de AICHA cultivent généralement du blé tendre


ou du blé dur avec un plus pour ceux de AICHA qui est la tomate. La différence des
cultures entre les agrégés des deux projets étudiés est due au climat et au type de sol.
Ceci est bien présenté dans les graphiques à secteurs où l’assolement des exploitations
des agrégés de chaque projet est détaillé.

Figure N°18 : les superficies des autres cultures d’assolements

400
Superficie (ha)

300

200 OLEA CAPITAL

100 AICHA
Total
0

45
Figure N°19 : le pourcentage des superficies des cultures d’assolements du projet
OLEA CAPITAL

Fourrage
OLEA Pomme
CAPITAL
Légumineuses 7% de terre
11% 10%
Maïs
1% Oignon
Orge 10%
8% Melon Niora
Other
7% 0%
7%
Blé dure Betterave
16% 0%
Blé tendre Tomate
30% 0%

Figure N°20 : le pourcentage des superficies des cultures d’assolements du projet


AICHA

Légumineuses Fourrage Oignon AICHA


4% 9%
2%
Maïs
6%
Pomme de terre
0%
Orge
11%
Tomate
Other Melon
25%
Blé dure 34% 8%
12%

Blé tendre
22% Betterave
Niora
0%
1%

2.4. Matériels :

Comme ce tableau l’indique clairement, seulement 20% des agrégés du projet


d’OLEA CAPITAL possèdent un tracteur contre 83% pour le projet AICHA.

Tableau N°16 : le pourcentage d’agrégés des deux projets possédant du


matériel agricole

Tracteur Moissonneuse

OLEA CAPITAL 20% 0%

AICHA 83% 3%

46
2.5. Bâtiments :

Plus que la moitié des agrégés possède en moins un bâtiment tandis que le reste
ne le possède pas vue que les agrégés n’ont pas vraiment recours au stockage de leurs
productions.

Figure N°21 : Le nombre de bâtiments possédés par les agrégés des deux projets

70
60
60
Effectifs des agrégés

50

40
31 30 30 OLEA CAPITAL
30
AICHA
19 17
20 14 Total
10 9
10 6
2 4 1 3
4
0
0 1 2 3 Total
Nombre de bâtiments

2.5.1. Puits et forages :

Comme c’est déjà indiqué, presque la totalité des agrégés procède à l’irrigation, ce
qui implique la nécessité de la présence de puits comme source d’eau. Le graphique ci-
dessous montre que plus que la moitié des agrégés possède un seul puit et donc une
seule source d’eau pour l’irrigation de leurs cultures. La profondeur de ces puits varie
d’un projet à un autre et donc d’une région à une autre. Pour le projet OLEA CAPITAL, les
profondeurs sont comprises entre 10 et 35m. Tandis que pour le projet AICHA les
profondeurs des puits sont comprises entre 60 et 85m. Ceci est dû à plusieurs raisons
dont la principale raison est le type de sol.

Figure N°22 : Nombre de puits possédés par les agrégés des deux projets

70 60
Effectifs des agrégés

60
50
40 31 30 30 OLEA CAPITAL
30 20 18 AICHA
20 11 11
7 8 11
10 3 Total
0
1 2 >=3 Total
Nombre de puits

47
Figure N°23 : Les classes de profondeurs des puits dans les deux projets

120
110

100

80
66
OLEA CAPITAL
60
AICHA
44
Total
40
30 32
27 27
18 19 20
20 13 12 13
5
0 2 1 1
0
[10-35[ [35-60[ [60-85[ [85-110[ >=110 Total

2.6. Elevage pratiqué:

Les agrégés des deux projets pratiquent l’élevage, principalement les bovins et les ovins.
Avec des effectifs plus importants dans le cas des élevages ovins. Concernant l’élevage
bovin, nous avons constaté que les agrégés élèvent surtout des animaux croisés dont la
production est destinée principalement à l’autoconsommation.

Figure N°24 : les effectifs d’animaux dans les différents élevages pratiqués par les
agrégés des deux projets

3500
3105
3000
2649 2557
Effectifs des animaux

2500
2185

2000
OLEA CAPITAL
1500 AICHA
Total
1000
464 548
500 372 456
84
0
bovin ovin Total
Elevage

48
 Elevage bovin :

Figure N°25 : les différentes races bovines des agrégés des deux projets

70

60
60

50
Effectifs d'agrégés

40
35
30 30 OLEA CAPITAL
30 AICHA

19 Total
20 16 17

10
10 6 7
3 3
1 1 2
0
Croisée Locale Holstein Aucune Total
Races bovines

III. Systèmes de production :


1. L’olivier :
L’olivier, de par ses produits et leurs utilisations séculaires ainsi que ses fonctions
multiples de valorisation des terres agricoles et de fixation des populations dans les
zones de montagne, constitue la principale spéculation fruitière cultivée au Maroc. A
travers cette étude, nous essayerons de donner un aperçu sur cette culture au niveau
de la région Ras Jerry en étudiant le cas des agrégés de la société OLEA CAPITAL.

Notre souhait est de mieux appréhender les contraintes qui s’opposeraient en


vue d’améliorer la production des olives ainsi que d’assurer sa valorisation et son
écoulement dans le marché national et international.

1.1. Fiche de renseignement :


1.1.1. Variétés cultivées :

La picholine marocaine est une variété omniprésente au niveau des vergers des
agrégés. Elle est cultivée à double fins : l’huile d’olive et les olives de table. L’huile
extraite est de bonne qualité et de longue conservation. Par la suite, on trouve une
faible présence des deux variétés : Menara et Haouzia qui sont cultivées seulement
par 10% des agrégés.

49
1.1.2. Mode d’irrigation :

La grande moitié des agrégés conduisent leur culture en Bour (57%) alors que
seulement 43% optent pour un système irrigué.

Malgré les efforts fournis par l’état en matière d’adoption du système goutte à goute,
une grande partie des agrégés n’ont pas pu bénéficier, l’enquête qu’on a effectué auprès
des agrégés nous a permis de déceler les résultats suivant :

 Manque d’une source de préfinancement : les agriculteurs se trouvent dans


l’incapacité de financer le système d’irrigation tout en attendant le
remboursement par l’état.
 Le temps : l’installation d’un système d’irrigation exige une longue durée.
 Difficultés rencontrées au niveau administratif

Afin de surmonter ses difficultés, OLEA CAPITAL accompagnera ses agrégés au


niveau des préfinancements de leurs investissements, en leur permettant de bénéficier
des subventions de l’état et en améliorant leur système de production.

1.1.3. Superficie agrégée :

Figure N°26 : Pourcentage de la superficie agrégée de l’olivier

100

90

80

70
Pourcentage %

60

50 % de la superficie agrégée
% Superficie non agrégée
40

30

20

10

0
2 1 1 1 25
Effectif des agrégés

D’après la figure ci-dessus, 25/30 des oléiculteurs ont agrégé la totalité de leur
production, 1/30 ont agrégé 91%, 1/30 ont agrégé 67%, 1/30 ont agrégé 60% alors que
2/30 des agriculteurs ont agrégé seulement 50% ; sans oublier de mentionner
notamment que ces derniers disposent d’une superficie totale qui ne dépasse pas 3 ha.

50
L’analyse de ces données montre que la majorité des agrégés sont mises en
accord de livrer la totalité de leur production à OLEA CAPITAL et la superficie non
agrégée par les autres oléiculteurs correspond tout simplement à la production destinée
à l’autoconsommation ; étant donné que l’huile d’olive occupe une place privilégiée au
sein de la société marocaine.

1.1.4. Age des plantations :

L’âge moyen des plantations est de 14 ans avec un minimum de 0 ans (Plantule
récemment plantées) et un maximum de 42 ans.

La figure suivante montre que 67% de la superficie plantée n’est pas encore entrée en
production (inférieur à 5 ans), 30% des plantations ont un âge supérieur à 10 ans alors
que seulement 3% des plantations ont un âge entre 5 et 9 ans.

Il est à mentionner que le fait que la majorité de la superficie est représentée par les
jeunes plantules dû à une valeur aberrante représentée notamment par la société AGRI
SAISS dont la superficie agrégée atteint 92ha.

Figure N°27: Age des plantations des agrégés

200
167.5
150
112.5
100
49 superficie totale
50
5
0
0à5 5à9 >=10 TOTAL
Age des plantations en année

1.1.5. Rendement :

Le rendement moyen des oliviers des agrégés est de 4,6 T/ha, avec un maximum
de 12T/ha dans les zones irriguées et un minimum de 1 T/ha dans la partie Bour.

Le tableau suivant montre la répartition des rendements en fonction du mode


d’irrigation et de l’âge des plantations.

Tableau N°17 : Rendement de l’olivier des agrégés

Mode d'irrigation Bour Irrigué


Age de plantation (ans) 0à5 5à9 >10 0 à 5 5 à 9 >10
Rendement moyen (T/ha) 0 2 2 0 5 6
Rendement de référence (T/ha) 0 3 4 0 8 12

51
Une étude du tableau permet de constater que :

 L’olivier irrigué est beaucoup plus productif que celui du Bour, soit disant le
double voire même le triple.
 L’olivier entre en production vers l’âge de 5 ans et atteint ses potentialités à
partir de l’âge de 10 ans (12T/ha)
 Les agrégés sont loin d’atteindre les productions moyennes de références, ceci
est dû principalement aux différentes façons de conduite culturale qualifiée
notamment de ‘’ pratiques encore traditionnelles’’ comme nous les verrons par la
suite.

1.2. Techniques de production :


1.2.1. Utilisation des engrais :

Figure N°28: Degrés d’utilisation des engrais

35
30
25
20
15
10
5 effectif d'utilisateur
0

Les résultats des enquêtes effectués auprès des agrégés montrent que 53% de
ces agriculteurs n’utilisent pas les engrais, 20% recourent au DAP, 10% utilisent des
engrais composés alors qu’une faible proportion utilisent l’urée, sulfate du phosphore ...

Ajoutons à cela, on assiste à une utilisation anarchique de ces engrais, sans


prendre en considération les besoins des plantes, les formes des éléments assimilables,
la richesse du sol ...

Partons de ces constats, on peut dire que les agrégés manquent de technicité en
matière d’utilisation des engrais et des fertilisants, chose qui doit être prise en
considération lors de l’élaboration des programmes de formation. En outre la non
utilisation des engrais par les autres agrégés peut être expliqué d’une part par la hausse
des prix, par conséquent les agriculteurs se trouvent dans l’incapacité de
s’approvisionner en cet intrant, de l’ignorance et de manque de formation des
oléiculteurs d’autre part.

52
1.2.2. Utilisation des produits phytosanitaires :

Figure N°29: les principaux produits phytosanitaires utilisés par les agrégés:

35

30

25

20

15
effectif d'utilisateurs
10

0
confidor cuivre safor aucun Effectif
totale des
agrégés

La graphique ci-dessus montre que 60% des agrégés n’utilisent pas des
traitements phytosanitaires, alors que le reste les utilise d’une manière non spécifique
ciblant ainsi plusieurs ravageurs, c’est dans ce contexte que 30% des agrégés utilisent
CONFIDOR pour traiter à la fois la mouche blanche et le psylle, 20% utilisent des
traitements à base de cuivre contre la maladie de l’œil de paon alors qu’un seul
agriculteur utilise le produit SAFOR.

Ces résultats montrent une faible utilisation des produits phytosanitaires, de


plus, lorsqu’ils sont utilisés, ces produits sont choisis d’une manière anarchique et non
raisonnée, on note ainsi une ignorance presque complète en ce qui concerne la
manipulation de ces pesticides, les doses utilisées, les fréquences de traitements ...

Suite à la majorité des agriculteurs enquêtés, la première raison qui les empêche
d’utiliser ces produits phytosanitaires est la cherté des prix, à savoir une charge de
1500 DH par compagne.

1.2.3. L’irrigation :

Au niveau des ressources en eau la Seguia représente une source


d’approvisionnement en eau pour 20% des agrégés, alors que le reste (80% des agrégés)
a recours au puits.

La moyenne des charges d’irrigation en utilisant le gasoil est estimée à 7500 Dh


par compagne alors que les charges d’irrigation par gaz ne dépassent pas 2500Dh. Ces
données peuvent expliquer alors la raison pour laquelle les petits agrégés optent pour
un système de conduite en Bour comme il est mentionné auparavant.

53
D’un autre côté, on assiste à une utilisation traditionnelle de l’eau au niveau des
parcelles des agrégés, une utilisation non efficiente qui ne prend en considération ni la
structure du sol, ni les données météorologiques ni les besoins de la plante elle-même.
Lors des enquêtes effectuées, il s’est avéré que les agriculteurs irriguent seulement
lorsque le contour de l’arbre devient sec sans savoir la quantité à apporter ou les
fréquences à suivre.

Il est à ajouter que les agrégés manquent de technicité au niveau de la conduite


du système d’irrigation goutte à goute. En effet, il s’est avéré qu’on n’a pas pu atteindre
l’objectif ultime derrière la confection d’un tel système qui est l’économie d’eau, ceci est
dû notamment soit à l’utilisation des buses à haut débit ou bien au prolongement de la
durée d’irrigation.

1.2.4. La taille :

Figure N°30: Les types de taille pratiquée par les agrégés

35

30
30
26
25

20

15
12
11
10

0
0
En vert Fructification Formation Regénération Effectif Total

L’analyse du graphique ci-dessus montre que les agrégés n’ont jamais pratiqué la
taille de régénération, 37% ont effectué la taille en vert, 40% ont déjà fait la taille de
formation alors que la majorité (87%) pratiquent la taille de fructification.

Ces résultats montrent que le grand souci de l’agriculteur est d’avoir une
production à vendre à la fin de la campagne sans prendre en considération ni la santé de
l’arbre, ni la facilitation des travaux culturaux ..., ceux-ci exige notamment d’organiser
des sessions de formations auprès de ces oléiculteurs dans le but de leur montrer
l’importance des autres types de taille soit au niveau de la production ou bien au niveau
de la qualité du fruit récolté.

54
1.2.5. Le désherbage :

Vu le rôle important que joue l’opération du désherbage, cette activité est


pratiquée par l’ensemble des agriculteurs dont 90% utilisent un désherbage manuel à
l’aide des sapes alors que seulement 10% des agrégés se réfèrent au désherbage
chimique.

Parmi les adventices les plus dominantes, on trouve l’avoine et NJEM, il existe
aussi d’autres espèces telles que KHBBIZA, BELAAMAN, LOUAYA ...

1.2.6. La Récolte :

La période de la récolte commence dès la moitié du mois novembre et s’étale


jusqu’à la fin de Décembre, le rendement moyen est de l’ordre de 4,22 T/ha.

La totalité des agrégés pratique une récolte manuelle, ceci exige notamment une
allocation plus ou moins importante de la main d’œuvre dont le salaire moyen varie
entre 70 et 80 Dh. On y assiste à une absence de stockage de la production étant donné
qu’elle est destinée directement soit au marché soit aux unités de trituration.

Il est à noter que les agrégés viennent de rejoindre ce projet, du coup, ils n’ont jamais
livré leur production à OLEA CAPITAL. Cette année (2017) représente alors le premier
pas qui réunirait l’agrégateur d’une part et ses agrégés d’autre part dans une perspective
de développement économique.

1.3. Mobilisation de la main d’œuvre :

L’analyse de la graphique suivante montre que les agrégés ont recourt à un faible
nombre de main d’œuvre pour accomplir les différentes opérations culturales, à savoir
un moyen de 2,88 pour la fertilisation, 2,42 pour les traitements phytosanitaires et 2,66
pour l’irrigation, cependant le désherbage exige plus ou moins un grand nombre de
salariés étant donné qu’il est effectué mécaniquement. Enfin, la récolte représente
l’opération la plus exigeante en main d’œuvre, elle mobilise à elle seule un moyen de 11
personnes avec un maximum de 30, ceci est expliqué notamment par le fait que les
agriculteurs utilisent encore les méthodes traditionnelles de récolte (Gaulage), du coup
il faut maximiser le nombre de salariés afin de pouvoir garder la qualité des olives
récoltés (Garder les caractéristiques organoleptiques et nutritionnelles du fruit).

55
Figure N°31: Mobilisation de la main d’œuvre selon les opérations culturales

35
30
25
20
15
10
Nombre moyen de la Main d'œuvre
5
Nombre max de la Main d'œuvre
0
Nombre min de la Main d'œuvre

2. La tomate :
Au fil des années, grâce aux efforts déployés par l’état (formations des agriculteurs
et l’assistance technique aux champs), la culture de tomate a connu un développement
émérite au niveau de la région d’El Gharb. Le niveau de rendement est passé de 14 T/ha
en moyenne (en 1998-1999) à 69 T/ha (en 2000-2001).

A travers cette partie, nous essayerons de décrire le système de production de la


tomate en se basant sur l’exploitation minutieuse de l’ensemble des données récoltés
auprès des agrégés de Les Conserves de Meknès. Nous souhaitons à travers cette étude
analyser les différentes techniques agricoles utilisées, savoir niveau de production, les
moyens matériels employés ... .Cela permet d’évaluer ainsi le rôle joué par l’agrégateur
LCM dans l’accompagnement de ses agriculteurs et sa contribution dans l’utilisation des
facteurs modernes de production.

2.1. Variétés cultivées :

La totalité des agrégés utilisent la variété Advance, en plus de cette dernière, 10%
des agrégés utilisent aussi Rebeca.

Ceci est peut être expliqué par l’unicité de source d’approvisionnement des plants,
qui est AICHA. Advance est choisi comme la principale variété des agriculteurs suite à sa
productivité, sa fermeté, son feuillage sain et le plus important sa tenue à la sur-
maturation.

56
2.2. La conduite technique de la tomate :
2.2.1. Rotations culturales :

L’analyse des résultats des enquêtes montrent que la majorité des agriculteurs ne
pratiquent pas de rotation particulière. D’une façon générale, ils respectent que la
tomate ne doit pas revenir en parcelle plus d’une fois tous les trois ans. Néanmoins,
autres agrégés pratique la tomate dans une succession culturale de 1 ou 2ans.

Il est à noter que la meilleure rotation est dont laquelle est intégrée une légumineuse
(luzerne, pois ...), étant donné que les tomates sont très gourmandes et ont tendance à
épuiser la terre.

La figure ci-dessous représente les rotations adoptées par les enquêtés :

Figure N°32: les systèmes de rotation suivis par les agrégés :

Fève Tomate luzerne Tomate

Blé Tomate

Blé Blé

2.2.2. Travail du sol :

Pour l’ensemble des agrégés enquêtés, le travail du sol est une opération très importante
dans le processus de production, elle permet notamment d’ameublir le sol, de casser les
mottes, d’assurer une culture homogène, de bien travailler la zone d’enracinement et de
préparer le lit de semence afin de garantir un bon rendement. Cette opération s’étale
entre le mois de février vers la fin du mois avril. La séquence Charrue à disque + CC +
Herse est la plus dominante (31,225%) suivi par la suite par Sous soleuse + Chisel +
Herse (18,75%). La raison derrière ces séquences consiste à travailler le sol en
profondeur (Charrue à disque et CC) et de préparer le lit de semence par la herse.
Tableau N°18 : Différentes séquences de travail du sol des agrégés
Séquence de travail du sol Pourcentage des agriculteurs
CD +CC + H 31,25 %
SS+ chisel+H 18,75%
CD+ CC+ chisel + rouleau 12,5%
Chisel + CC + H 12,5%
CD + CC+ rabatteur 12,5%
AUTRES 12,5%
CD : Charrue à disque ; CC : Cover-Crop ; H : Herse ; SS : Sous soleuse

57
Globalement, le niveau d’équipement des exploitations des agrégés en matériels de
travail de sol reste insuffisant, par conséquent certains agrégés font appel à la location
du matériel agricole auprès de l’agrégateur pour effectuer le travail.

2.2.3. Semis et repiquage :

La culture de la tomate passe par deux stades, le stade pépinière et le stade plein champ.
Le stade pépinière est assuré par la société AICHA, celle-ci s’occupe du choix de la
variété, de l’entretien des plants ... et les agriculteurs s’en approvisionnent avec un prix
de 0,22 Dh par plant.

Généralement, les agrégés procèdent au repiquage de la fin du mois Avril jusqu’au début
du mois Mai. Il s’agit d’une opération très exigeante en main d’œuvre qui atteint 30
personnes.
2.2.4. Traitements phytosanitaires :

La tomate est une culture très sensible aux attaques des ennemis naturels, en
l’occurrence les adventices, les maladies et les ravageurs. Selon les témoignages
enquêtés, les attaques sont nombreuses dont on trouve : les acariens, les cochenilles, les
pucerons, la mineuse, Tuta absoluta, l’Alternaria et le mildiou. La lutte se fait
exclusivement par l’utilisation des produits chimiques.

2.2.5. Entretien de la tomate :

Chez les agrégés d’Aicha, le désherbage et le binage se font manuellement en mobilisant


notamment un grand nombre de salariés. Le désherbage est effectué selon la fréquence
de l’apparition des adventices, soit une moyenne de 3 fois par compagne, alors que le
binage est effectué à raison de 2 fois, il favorise le développement des plantules,
l’aération du sol et l’élimination des adventices.
2.2.6. L’irrigation :

L’irrigation est un facteur essentiel pour les cultures maraichères. La fréquence


d’irrigation durant le cycle cultural est variable selon la disponibilité de l’eau, la source
et le mode d’irrigation. Pour les exploitations enquêtées, l’eau d’irrigation a deux
origines principales à savoir : les puits (80%) et les seguias (20%).
Le cout moyen d’irrigation est estimé à 7000 Dh/ha, le pompage de l’eau à partir des
ressources d’eau et l’arrosage des parcelles se fait généralement en utilisant le gaz ou
bien le gasoil.

2.2.7. Récolte :

L’ensemble des agrégés effectue leur récolte entre juillet et septembre selon la date du
repiquage. Il s’agit d’une opération culturale qui se fait mécaniquement à l’aide des
récolteuses louées chez l’Agrégateur Aicha. Le coût de location est retranché de
0,81Dh/kg (prix de vente de la tomate) lors de la livraison de la production en
retranchant.

58
Les rendements réalisés sont variables oscillent alors entre 70T/ha et 128T/ha avec un
moyen de 90,64 T/ha. Ceci reflète un bon niveau de production et une technicité élevée
de ces agriculteurs. On y assiste aussi au non stockage de cette production, étant donnée
qu’elle est destinée soit directement à l’usine de la société AICHA ou bien au marché.

59
Chapitre II : L’impact technico-économique des
projets d’agrégation
I. Commercialisation
1. Commercialisation dans le cadre de l'agrégation (cas du
projet de Tomate par AICHA)
1.1. Quantité de tomate vendue :

La quantité vendue de la tomate varie entre 400 et 2000 T par superficie totale de
l’agrégé, dont on trouve 36% des agrégés enquêtés vendent aux agrégateurs une
quantité comprise entre 400 et 700 T par superficie totale, 16% de ces agrégés vendent
une quantité entre 700 et 800T/total, 20% de ces agriculteurs vendent une production
qui peut arriver jusqu’à 1900T/total et chez 7% de ces derniers la quantité vendue
dépasse 1900T.

Figure N°33 : les classes de la quantité vendue de la tomate

30

25

20

15

10 effectif

1.1.1. La part de la quantité de tomate vendue

Presque tous les agrégés enquêtés vendent la totalité de leur production de


tomate aux agrégateurs.

D’après ces résultats, on peut conclure que les agrégés du projet de la tomate ont
plus de tendance à spécifier leurs productions seulement à ce projet parce qu’ils disent
qu’ils n’ont pas d’autres choix et que de ce projet qu’ils aspirent leurs revenus même si
les conditions sont dépréciées par eux.

60
Concernant le prix de vente, le projet de la tomate a fixé un prix de 0,81dh/kg
avec les agrégés d’El Gharb dont l’acheteur est l’usine de AICHA situé à Meknès. AICHA
demande toujours que la production soit prête dans le mois aout mais on trouve que la
plupart des agrégés enquêtés se plaignent du retard de la livraison causé la non
disponibilité du transport ce qui diminue la qualité de la production.

Le projet de l’olivier n’a pas encore commencé, c’est pour cela que ses agrégés ne
disposent pas d’informations concernant la commercialisation. Mais la seule information
qu’on a pu obtenir c’est que le prix va être supérieur à celui du marché selon la qualité
du produit.

2. Circuit de commercialisation pour les autres parcelles non


agrégées
Les agrégés du projet de l’olivier font recours aux différents types de circuits de
vente à savoir la vente sur pied d’une part de 23%, la vente sur marché d’un
pourcentage arrivant à 26%, la vente mixte avec 10% des agrégés qui l’utilisent, tandis
que le reste des agrégés ne possèdent pas de parcelles non agrégées.

Concernant la tomate, on constate que 40% des agrégés vendent leurs productions
sur pied, 10% livrent la production sur le marché, la vente mixte représente 10% et 40
% des agrégés dédient la totalité de leurs parcelles à l’agrégation.

D’après ces résultats, on peut conclure que les agrégés des deux projets étudiés
préfèrent la vente sur pied afin d’éviter certains problèmes tels que la fluctuation, la
négociation des prix, la triche au niveau de la balance (dans le cas de la vente sur
marché), les frais du transport, etc. Les agrégés de la tomate souffrent d’autres
problèmes tels que : perte des produits à cause des conditions climatiques, élimination
d’une grande quantité d’impuretés par l’acheteur ce qui diminue le prix de vente causant
aussi une diminution du revenu des agrégés.

Figure N°34 : les types de vente en fonction des agrégés


100
90
80
70
60
50 olivier
40 tomate
30 total
20
10
0
vente sur pied mixte vente sur total
marché

61
II. Autres services rendus par l’agrégateur aux
agrégés :
1. Bénéfices des techniques modernes :
On constate que les agrégés du projet de la tomate ont bénéficié des techniques
modernes avec une part de 77% contrairement à ceux de l’olivier qui n’ont bénéficié que
de 8% de ces techniques. Ceci est du au lancement du projet qui n’a pas encore
commencé et donc n’a pas introduit aux agrégés les différentes techniques modernes à
savoir : système G-G, les récolteuses, etc.

Figure N°35 : les pourcentages des agrégés bénéficiant des techniques modernes

100

90

80

70

60

50
bénéfices
40

30

20

10

0
olivier tomate total

2. Octroi des avances :


90% des agrégés de la tomate ont reçu des avances en relation avec le projet
contrairement à l’olivier qui n’ont rien reçu.

3. Exigence de normes minimales de production :


Les agrégateurs des deux projets demandent certaines normes de production qui
sont : la bonne qualité en 1er lieu, un grand calibre, absence des déchets et impuretés,
couleur rouge (pour les tomates), grande quantité, etc.

62
III. Problèmes et enjeux :
1. Problème d’approvisionnement en intrant
Figure N°36 : les différents problèmes d’approvisionnement en intrant dans le deux
projets

100%
90%
80%
70%
60%
50% olivier
40%
tomate
30%
20% échantillon global
10%
0%
prix des disponibilité éloignement échantillon
intrants des intrants des vendeurs global
d'intrants

D’après ce graphe, on constate qu’il y a plusieurs problèmes qui ont une relation avec
l’approvisionnement en intrant (prix, disponibilité…). Le pourcentage de chaque
problème diffère par rapport à l’autre dans les deux cas (olivier et tomate) citant à titre
d’exemple le pourcentage du problème de l’éloignement des vendeurs est faible (8%)
par rapport au pourcentage du problème du prix (68%).

D’après ces résultats, on peut déduire que le prix des intrants dépasse le pouvoir
d’achat des agrégés.

2. Problème de production :
Figure N°37 : les différents problèmes de production en intrant dans le deux projets

100%

80%

60%
olivier
40% tomate
échantillon global
20%

0%
main coût accès au coût des matériel échantillon
d'œuvre d'énergie finacement intants agricole globale

63
Ce graphe nous renseigne sur les différents problèmes de production que
rencontrent les agrégés (main d’œuvre, coût d’énergie, matériel agricole…) dans les
deux projets (olivier et tomate). On constate qu’il y a une augmentation au niveau du
pourcentage de ces problèmes citant à titre d’exemple : en ce qui concerne le matériel
agricole on a 70% pour l’olivier et à peu près 65% pour la tomate.

Tous ces problèmes constituent un véritable problème devant les projets


d’agrégation tout en limitant le bon déroulement des projets.

2.1. Mesures pour la résolution des problèmes de production

Figure N°38 : Pourcentage de réalisation des mesures pour la résolution des


problèmes de production dans le projet AICHA

120%

100%

80%

60%

40%

20%

0%
mécanisation de la location du matériel convention avec les echantillon global
production agricole banques

Ce graphe nous renseigne sur les mesures pour la résolution des problèmes de
production qui se représentent dans la mécanisation de la production 40%, la location
du matériel agricole 27% et la convention avec les banques 43%.

D’après ce graphe, on peut déduire que les agrégés ne bénéficient pas tous de ces
mesures malgré la présence des problèmes dans leur production.

3. Problème de récolte et de commercialisation :

64
Figure N°39 : Problèmes de récolte et de commercialisation dans le projet OLEA
CAPITAL

100%
90%
80%
70%
60%
50%
40% olive
30%
20%
10%
0%
problème de récolte problème de échantillon globale
commercialisation

Ce graphe nous renseigne sur les problèmes de récolte et de commercialisation


de la production de l’olivier avec un pourcentage de 50% de problème de récolte
causé par le manque de main d’œuvre et l’absence du matériel agricole de récolte, etc.
Et 40% de problème de commercialisation citant à tire d’exemple le retard de livraison,
le problème de balance, etc.

3.1. Les problèmes confrontés lors de la commercialisation de la


tomate :

Parmi les problèmes confrontés lors de la commercialisation de la tomate, il y a :

 le problème du prix de vente avec un pourcentage de 36%,


 et celui du transport de production avec un pourcentage de 18%.

Ajoutons à cela le problème de retard au niveau de la récolte ainsi qu’au niveau du


paiement des agrégés par l’agrégateur.

IV. Les subventions :


Dans les deux zones enquêtées, la filière de l’olivier a fait l’objet des enquêtes à Rass
Jerry alors que la tomate était la filière concernée à sidi Yahia. Le graphe suivant va
présenter les pourcentages des bénéficiaires de chaque type de subvention (l’achat des
plants, le matériel agricole, le creusement des puits, l’analyse du sol et l’installation de
système de G-G) par rapport au total.

65
Figure N°40 : pourcentages des agrégés bénéficiant des subventions

100

90

80

70

60

50 olivier

40 tomate
échantillon global
30

20

10

0
achat des matériels creusement analyse des installation échantillon
plants agricoles des puits sols du système global
GàG

Pour l’olivier, 23% des agrégés enquêtés dans la région de Ras Jerry reçoivent des
subventions pour le creusement des puits, suivi par 17% de ces agrégés qui ont reçu des
subventions pour l’installation du système G-G et 13% ont tiré profit de ces subventions
pour l’analyse du sol ainsi que le matériel agricole. En ce qui concerne l’achat des plants,
juste 6% en ont bénéficié.

Concernant la tomate, une part importante (40%) des agrégés enquêtés dans la
région de Sidi Yahia ont bénéficié des subventions pour des matériels agricoles
contrairement à l’installation du système de G-G où la totalité des agrégés n’ont pas reçu
ce type de subventions.

1. Les subventions pour les futurs agrégés :


Concernant l’olivier, la plupart des agriculteurs demandent des subventions surtout au
niveau de l’introduction de matériel agricole et l’installation du système G-G, et cela était
justifié par le coût moyennement cher de ces deux facteurs de production.

Pour la tomate, les futurs agrégés désirent bénéficier de l’installation d’une pépinière en
plus de matériel agricole et de système G-G.

En guise de conclusion, on peut déduire que, pour les deux filières, le matériel agricole
ainsi que le creusement des puits constituent les facteurs de production les plus
concernés par les subventions relativement aux analyses du sol ou l’achat des plants.

66
V. Encadrement :
Le graphique suivant montre le pourcentage des agrégés enquêtés qui ont bénéficié des
formations ainsi que le niveau de leur satisfaction de ces formations.

Figure N°41 : Formations reçues et niveaux de satisfaction des agrégés

100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0
bénéfice des satisfaisance échantillon
agrégés des des formations global
formations (%) (%)

olivier tomate échantillon global

Concernant le projet de l’olivier, 30% des agrégés enquêtés ont bénéficié des
encadrements techniques et des démonstrations sous forme de formations réalisées par
des conseillers agricoles. Le nombre de ces formations est compris entre 1 et 3 au début
du projet, 26% des enquêtés (ça veut dire 89% des agrégés qui ont reçu ces formations)
étaient satisfaits de cet encadrement qui a abordé des thèmes différents tout en se
focalisant sur les techniques de production végétale (conduite, taille, désherbage,
traitement) ainsi que des formations sur l’utilité des projets d’agrégation (les buts et les
avantages).

Pour le projet de la tomate, seulement 13% des enquêtés ont bénéficié des
formations, dont le nombre se limite à 3 formations sur des thèmes en relation avec le
projet d’agrégation (définition, buts, avantages…) avec une satisfaction totale de ces
formations.

Le reste des agrégés qui n’ont pas reçu un encadrement le souhaite vivement tout
en demandant des formations techniques de production : installation des cultures,
semis, irrigation, traitement phytosanitaire et récolte afin d’améliorer leur productivité
et compétitivité.

D’après ces résultats on peut déduire la conclusion suivante : malgré les efforts
déployés en matière d’encadrement et de formation il reste encore des agriculteurs qui
ont des attentes et des besoins en formation surtout sur le plan technique.

67
VI. Contrats :
1. Pour les anciens agrégés : (projet AICHA)
1.1. Précision du prix de vente dans le contrat :

97% des agriculteurs du projet AICHA déclarent que le prix de vente est précisé dans le
contrat.

1.2. Respect du calendrier de la livraison de production :

69% des agriculteurs du projet AICHA respectent le calendrier de livraison de la


production. Donc, on peut dire que la majorité des agrégés respecte les modalités ou les
procédures sur lesquelles se base un projet d’agrégation.

Concernant le transport, c’est AICHA qui s’en occupe et le produit livré est payé soit par
versement soit par des chèques.

1.3. Désengagement de l’agrégateur, l’agrégé ou bien les


structures étatiques:

D’après les déclarations des enquêtés, seulement 15% des cas ont rapporté le non
respect des engagements du projet AICHA.

2. Pour les futurs agrégés : (projet OLEA CAPITALE)


2.1. Information de l'agrégation agricole :

70 % des agriculteurs déclarent avoir suffisamment d’informations sur l’agrégation


agricole. Ces derniers présentent des motivations pour participer à de tels projets. Le
graphique si dessous nous montre ces motivations d’adhésion au projet d’agrégation et
leurs pourcentages.

Figure N°42 : motivations derrière l’adhésion aux projets d'agrégation

100
80
60
40
20
0 OLEA CAPITAL

A la lumière du graphique, on note que l’encadrement et le conseil agricole


présentent la plus importante motivation pour les agriculteurs avec un pourcentage de

68
90 %. Après, viennent les autres motivations comme l’acquisition du matériel agricole
et maintenance avec 80%, Traitement phytosanitaire avec 75%, l’approvisionnement en
intrants et la commercialisation avec 65%, la récolte avec 60 % et enfin le stockage avec
un pourcentage très faible qui est 10%.

2.2. Source de l'information :

Figure N°43 : Source de l’information sur l’agrégation

100

80

60

40 OLEA CAPITAL
20

0
télévision/ radio salons et foirs de journées de
l'agriculture formation

D’après le graphique, on constate que la plupart des agriculteurs ont reçu des
informations sur ces projets d’agrégation à partir des médias c'est-à-dire la télévision et
la radio avec un pourcentage de 26%, ensuite les journées de formation avec 17%, 13%
des agriculteurs ont reçu des informations à partir des salons et foires de l’agriculture et
le reste des agrégés ont reçu l’information d’auprès le président de leur OPA.

2.3. Adhésion pour le projet de l'agrégation :

Tous les agriculteurs sont prêts pour adhérer au projet d’agrégation. Ainsi, ils ont
certaines attentes à partir du projet. Le graphique ci-dessous reflète ces attentes.

Figure N°44 : attentes des agriculteurs à partir du projet

90
80
70
60
50
40
30
20
10
0 OLEA CAPITAL

69
Donc 79% des agrégés visent le bénéfice des suivis et d’encadrement technique et la
vente collective organisée à partir du projet. Ensuite, 75% des agrégés considèrent
l’accès au financement un but important derrière la mise en ouvre du projet. Après,
62,5% des agriculteurs considèrent l’approvisionnement en intrants comme leur
principale attente de ce projet. En outre, 43% des agrégés souhaitent le stockage
moderne et la valorisation collective des tomates. Enfin, 42% des agrégés visent
principalement du projet l’usage collectif des nouvelles techniques de production.

2.4. Contribution à l'élaboration du contrat d'agrégation :

Seulement 4% des agrégés ont contribué à l’élaboration du contrat d’agrégation.


Cela peut être dû à l’analphabétisme ou à la non conscience des agrégés de l’importance
du contrat dans un projet d’agrégation.

2.5. Des craints concernant le projet :

Seulement 30,8% des agrégés présentent des craintes concernant le projet, parmi ces
craintes qu’on a pu trouver chez les agrégés : l'échec du projet, la manière d'appliquer ce
projet, la faiblesse des agrégés, la non organisation des agrégés par l'agrégation les
rendent instables, l’absence de soutien, le niveau de réussite du projet et leur
application, etc.

3. Contrat agrégé/agrégateur : (les deux projets)


3.1. Information du contenu et du prix fixé dans le contrat:

Figure N°45 : Information du contenu et du prix fixé dans le contrat:

100
90
80
70
60
50 information du contenu
40 information du prix fixé
30
20
10
0
OLEA CAPITAL AICHA TOTAL

D’après le graphique nous pouvons noter que:

 Pour le projet OLEA CAPITAL, 67% des agrégés ont des informations sur le
contenu du contrat alors que 64% des agrégés ont des informations seulement
sur le prix qui y est fixé sur le contrat.

70
 Pour le projet AICHA, 53% des agrégés ont des informations sur le contenu du
contrat alors 100% des agrégés ont des informations sur le prix qui y est fixé
sur le contrat. Ils rapportent que ce dernier est de 0,81 Dh/Kg.

3.2. Livraison de la production :

 Pour le projet AICHA, la production est livrée en camions assurés par aicha.

VII. Subventions et assurances:


1. Subventions préférentielles
Pour le projet AICHA, 17% des agrégés ont bénéficié de la subvention préférentielle à
100% pour le système goute à goute.

Donc, peu d’agrégés bénéficient de 100% des subventions pour l’installation du système
d’irrigation.

2. Assurance :
Figure N°46 : l’assurance des agrégés

100
90
80
70
60 assurance qui protège les
50 agrégés des risques
40 l'arrivée à l'agrégé d'en tirer
profit
30
20
10
0
OLEA CAPITAL AICHA TOTAL

 Pour le projet OLEA CAPITAL : 21% des agrégés possèdent une assurance qui les
protège des risques et 13% en ont tiré profit.
 Pour le projet AICHA : 17% des agrégés possèdent une assurance qui les protège
des risques et 3% en ont tiré profit.

D’après les agrégés, leur paiement afin de bénéficier de ces ‘assurances varie de 50
jusqu’à 2000 Dhs/ha.

71
3. Bénéfice des financements par la banque sur la base de
contrat d’agrégation :
Une minorité des agrégés bénéficient des financements par la banque sur la base du
contrat d’agrégation. En effet, pour le projet OLEA CAPITAL juste 13% en bénéficient et
pour le projet AICHA juste 3% bénéficient.

Donc, on peut dire qu’en général un des objectifs visé par les projets d’agrégation n’est
pas encore bien réalisé.

4. Adaptation du programme de subventions aux besoins :


D’après le graphique ci-dessous 26,7 % des agrégés du projet OLEA CAPITAL affirment
que le programme de subventions est adapté à leurs besoins tandis que 33% des
agriculteurs du projet AICHA voient que ce programme répond à leurs besoins.

Figure N°47 : adaptation du programme de subventions aux besoins des agrégés

100
80
60
OLEA CAPITAL
40
AICHA
20
TOTAL
0
Nature des Niveau de Procédures
subventions subvention (Taux administratives
et plafond)

4.1. Pour le projet OLEA CAPITAL :

Le programme de subventions répond aux besoins qui concernent la nature de


subventions de 78% des agriculteurs, et aux besoins qui concernent la subvention
(taux…) de 73% des agriculteurs alors qu’il répond aux besoins qui concernent les
procédures administratives de 11%.

4.2. Pour le projet AICHA :

Le programme de subventions répond aux besoins qui concernent la nature de


subventions de 89% des agriculteurs, et aux besoins qui concernent la subvention
(taux…) de100% des agriculteurs alors qu’il ne répond pas aux besoins des agriculteurs
qui concernent les procédures administratives.

Donc, on peut dire que le programme de subvention arrive à satisfaire les besoins de
certains agriculteurs ce qui favorise le bon fonctionnement des projets.

72
5. Machines pour lesquelles les subventions sont demandées :
Parmi les machines pour lesquelles les subventions sont demandées par les
agriculteurs, Cover Crop, tracteur, chisel, matériel de semis pompe, moissonneuse, etc.

6. Rencontre des problèmes lors de l’élaboration du dossier de


demande des subventions :
 Pour le projet OLEA CAPITAL, juste 17% des agrégés ont rencontré des
problèmes lors de l’élaboration du dossier de demande des subventions.
 Pour le projet AICHA, 23% des agrégés ont rencontré des problèmes lors de
l’élaboration du dossier de demande des subventions.

Donc, en général peu des agrégés ont rencontré des problèmes lors de l’élaboration du
dossier de demande des subventions, ce qui est un avantage dans le déroulement de
l’ensemble des étapes des projets..

VIII. Effet des projets d’agrégation sur l’agrégé


1. Projet oléicole
Dans la zone RAS JIRRI, la majorité des agrégés du projet oléicole ont des pensées
positives sur le projet d’agrégation. En effet, 5% des agrégés souhaitent l’augmentation
de leur rendement avec l’amélioration de la qualité, la minimisation des coûts ainsi que
la valorisation de la production des olives. En plus de cela, on ajoute qu’à travers le
projet d’agrégation, 46% des agrégés cherchent à augmenter la marge bénéficiaire et
développer leur savoir technique.

Enfin, on a constaté également que 36% des agrégés enquêtés désirent l’accès aux
financements et seulement 33% qui veulent l’accès aux marchés.

A partir de ces résultats, on peut dire que les agriculteurs cherchent :

 l’augmentation du rendement qui présente un objectif important chez les


agrégés du fait qu’il est une composante primordiale à côté de la qualité qui
leur permet de continuer dans ce projet et de renforcer le niveau de
confiance avec l’agrégateur à fin de promouvoir sa place autant qu’agrégé.
 La valorisation de la production des olives à travers l’introduction de
nouvelles variétés ainsi que mettre à la disposition des agrégés les intrants et
les moyens de récolte.
 Amélioration de la marge bénéficiaire en augmentant le prix de vente des
olives ainsi que la diminution du prix des intrants au niveau du marché.

73
 Développement du savoir technique : tout agriculteur a besoin d’un
encadrement et un suivi pour qu’il améliore sa technicité et par conséquent
sa productivité.
 Accès au financement pour dépasser les crises qui se coïncident le plus
souvent avec la sécheresse.

A partir de cela, il est apparu nécessaire une intervention fréquente par les agrégateurs
pour satisfaire les besoins des agrégés et par la suite atteindre les objectifs tracés.

Figure N°48 : les pensées des agrégés sur le projet oléicole

100
90
80
70
60
50
40
30
20
10
0 olivier

2. Projet de la tomate
Généralement, le projet d’agrégation de la filière tomate dans la zone de Sidi Yaya
vise l’amélioration de la qualité et du niveau de vie des agriculteurs à travers
l’augmentation de la marge brute dégagée tout en améliorant le rendement.

D’après les données collectées, on constate qu’il y a eu que des faibles changements
au niveau du rendement où il a connu une faible augmentation en passant d’un
rendement moyen de 93t/ha avant l’agrégation pour arriver après le projet à 94 t/ha.
Cela est du au manque de formations techniques des agrégés et leur encadrement ainsi
au manque du contrôle de la qualité des pratiques culturales par les experts.

Au niveau de la marge brute dégagée, on remarque une diminution importante de


celle-ci.

En effet, D’après les agriculteurs de la région de Sidi Yahya, cette chute est expliquée
principalement par le coût élevé de la machine de récolte qui est à l’ordre de 10000 DH
ainsi que la diminution de la quantité produite par l’agrégé au niveau de la balance en
raison de l’augmentation du taux des impuretés qui est exprimé par le degré BRIX
exigé par l’agrégateur « société Aicha ».

74
Tableau N°19 : Comparaison du rendement et de la marge brute dégagée avant et
après agrégation.

Rendement moyen

Avant agrégation Après agrégation


Tomate
93 94

IX. Recommandations :
1. Recommandations des agrégés pour l’amélioration de
l’agrégation :
Afin d’améliorer les projets d’agrégation, les agrégés proposent des
recommandations pour les deux filières.

Concernant l’olivier, les enquêtés demandent encore plus de formations et


d’encadrement technique pour enrichir leurs connaissances sur le projet de l’agrégation
et avoir des meilleures techniques pour l’amélioration de leurs exploitations, ils désirent
aussi bénéficier des subventions de l’état. L’augmentation du nombre des agrégés,
surtout avec des superficies relativement importantes, est vivement souhaitable par les
agriculteurs et ils demandent de renforcer leurs relations avec les agrégateurs par le
respect mutuel, la confiance entre les deux, le respect du contenu du contrat et surtout le
prix qui doit être fixé d’une manière raisonnable et convenable aux conditions des
agrégés.

Une partie des agrégés du projet de la tomate souhaitent avoir un grand nombre de
récolteuses pour faciliter la tâche de la récolte et gagner du temps, d’autres, désirent
éliminer ces machines et exploiter la main d’œuvre pour la récolte afin d’augmenter la
production et la conserver contre les dégâts causés par les récolteuses. La plupart des
enquêtés demandent une augmentation du prix de vente afin d’améliorer leurs
conditions de vie, ils souhaitent aussi profiter d’un grand nombre de formations et
bénéficier des techniques modernes de production sans oublier l’intégration d’un grand
effectif des agrégés et de grandes superficies de la culture. Certains d’entre eux,
souhaitent organiser des associations et des coopératives.

75
2. Recommandations des agrégés pour la réussite du projet :
Pour les deux projets d’agrégation, les agrégés proposent certaines recommandations
qui permettent selon leurs avis de réussir ces projets et de les passer dans les meilleures
conditions, à savoir :
-assurer un bon encadrement technique des agrégés
-bénéficier des subventions de l’état et notamment au niveau de l’introduction de
matériel agricole et de système de G-G.
-introduction des récolteuses pour la culture de l’olivier.
-respect du contenu du contrat (prix, modalités et dates de livraison…)
-augmenter le prix de vente et diminuer le prix des machines de récolte (pour le projet
de la tomate)
-aide et soutien des petits agriculteurs.
-respect des droits des agrégés.

X. Avis des agrégés sur le fonctionnment des projets


d’agrégation :
1. Conflit dans l’exécution d’une clause dans le contrat :
D’après les agrégés enquêtés, il n’est jamais t’arriver qu’il ait un conflit dans l’exécution
des clauses du contrat.

2. Les productions et les activités, les plus intéressantes selon


les agriculteurs :
Les agrégés voient que les activités les plus intéressantes sont principalement : l’oignon,
l’élevage, la vigne, tomate, pomme de terre, cultures sucrières, poivre, etc.

3. Les choses à changer dans les exploitations selon les


agriculteurs :
Parmi les choses que les agriculteurs voient qu’il faut changer dans leurs exploitations:

 Utiliser des techniques modernes et du matériel agricole.


 Equipements ajout d'un hectare d'olivier.
 Equipements GAG matériels modernes.
 Agrandir la superficie de l'exploitation.
 Traitement chimique.
 Bon suivi des olives de la plantation jusqu'à la récolte.

76
 G-G matériel et l'installation des nouveaux arbres.
 Changer la race de ses vaches.
 Développer le G-G.
 Approfondir le puits.
 Louer des terres pour les cultiver et utiliser un matériel moderne.

4. Avis sur la stratégie du travail :


Pour les agrégés du projet AICHA, ils existent ceux qui voient que c’est une bonne
stratégie et d’autres qui la considèrent comme une mauvaise stratégie.

5. Conviction d'adhésion aux projets d'agrégation :


Figure N°49 : Conviction des agrégés de leur adhésion aux projets d'agrégation

100
90
80
70
60
OLEA CAPITAL
50
AICHA
40
TOTAL
30
20
10
0
oui un peu non

5.1. Pour le projet OLEA CAPITAL :

 86% des agrégés sont convaincus de l’adhésion au projet.


 17% sont un peu convaincus de l’adhésion au projet.
 Ils n’existent pas agrégés qui ne sont pas convaincus carrément de l’adhésion au
projet.

5.2. Pour le projet AICHA :

 53% des agrégés sont convaincus de l’adhésion au projet.


 20% des agrégés sont un peu convaincus de l’adhésion au projet.
 36% des agrégés ne sont pas convaincus de l’adhésion au projet.

On peut tirer que les agriculteurs du projet OLEA CAPITAL sont plus convaincus de leur
adhésion au projet en comparaison avec les agriculteurs du projet AICHA.

77
Chapitre III : Analyses du rôle des agrégateurs et
des structures étatiques de l’agrégation
I. Analyse des agrégateurs :
1. Fiche d’identification du premier agrégateur : AICHA
Aicha est une société anonyme, son siège social est situé à Meknès. Elle a été créée
en 1929 par la société Paul Sibutcie dont l’activité principale est la Transformation et la
conservation ainsi que la commercialisation , aujourd’hui elle est le leader national de
la production de double concentré de tomate et de confitures avec une capacité de
2000t/j de tomates fraîches et 150 t / jour pour la confiture qui ne fait pas partie du
projet d’agrégation et un capital de 180.000.000 DHS.

Le projet d’agrégation, qui est sous la responsabilité d’un cadre ingénieur, a été
débuté en 2013 avec un nombre de 79 agrégés qui n’ont aucune relation avec
l’agrégateur « AICHA ».
2. Fiche d’identification du deuxième agrégateur : OLEA
CAPITAL
Dans le cadre de l’agrégation, le crédit Agricole du Maroc et la Société Générale Asset
Management ont choisi de lancer un fonds d’investissements dédié à l’oléiculture.
Baptisé OLEA CAPITAL, ce fonds ambitionne de créer le plus grand projet oléicole du
monde.

OLEA CAPITAL est une société anonyme, située à Ras Jerry à Meknès dont l’activité
principale est la production des olives et des huiles extra vierges tout en exerçant le
conditionnement, la transformation et la commercialisation à l’aide d’une unité de
trituration dont la capacité est de 440t/j.

Elle a commencé son activité autant qu’agrégateur en 2017, elle promeut une
oléiculture performante, économiquement rentable, écologiquement durable et
socialement équitable à travers sa structure cohérente et une équipe compétente.

En effet OLEA CAPITAL regroupe 62 agrégés, ces derniers sont tous des membres
des coopératives : EL Idrissia et Elîssawia.

3. Emergence du projet d’agrégation


La mise en place des deux projets est due à une initiative de l’agrégateur qui
cherche à augmenter son degré de bénéfice des subventions de l’état.

En plus de cela, OLEA CAPITAL est engagée dans un tel projet pour assurer un
approvisionnement en intrant et garantir la qualité de la production, ce qui est le cas
pour la société LCM (les conserves de Meknès).

78
4. Assurance
Dans le but de se protéger, OLEA CAPITAL recourt à l’assurance surtout l’anti-grêle
et les incendies par contre Aicha ne bénéficie pas de cette assurance.

5. Encadrement des agrégés


AICHA assure à ses agrégés un encadrement technique à travers des formations et
des journées de sensibilisation qui visent généralement à approfondir le niveau de
technicité de l’agrégé pour avoir une meilleure production ce qui encourage les
agriculteurs à s’adhérer et se railler.

En plus de cela, l’agrégateur Aicha motive ses agrégés en les accompagnants de


l’amont jusqu’à l’aval de la compagne :

 En amont, Aicha offre des avances selon l’ancienneté de l’agrégé, ces avances
peuvent être en espèce comme elles peuvent être des engrais et des produits
phytosanitaires.

Comme elle met à la disposition de l’agrégé du matériel agricole et de maintenance


notamment des récolteuses, des chisels et des broyeuses.

 En aval et au moment de la récolte, l’agrégateur aide l’agrégé en lui assurant une


récolteuse comme il se charge du transport du produit agricole du champ à
l’usine.

En ce qui concerne OLEA CAPITAL, les formations sont rares. Elles sont au nombre de
deux et qui portent généralement sur l’importance de l’agrégation et ses avantage sur le
niveau technique que financier.

En plus de cela, les agrégés souffrent de l’absence et le manque de toute forme


d’accompagnement et d’aide de la part de l’agrégateur, tout cela est expliqué par le fait
qu’OLEA CAPITAL est nouvellement créée et qu’elle n’a pas encore reçu l’attestation de
l’agrégation.

6. Contrat agrégateur-DRA :
Ce contrat a une durée de cinq ans, en effet il doit tenir en compte les opinions et les
souhaits de chaque partie contractée, la première représente l’agrégateur et la deuxième
la DRA, de ce fait, les clauses et les spécificités du contrat doivent être lues et acceptées
à priori.

En plus de cela, ce contrat est sous forme d’une énumération des responsabilités et des
obligations de chaque partie, les modalités de l’application, la pénalité en cas de non
respect du contrat ainsi que les modalités du règlement des litiges.

79
7. Contrat agrégateur-agrégé :
Sa durée varie d’un agrégateur à un autre, elle est de 5 ans pour OLEA CAPITAL alors
qu’elle est annuelle pour Aicha.

Généralement, ce contrat contient le rendement minimal fixé par l’agrégateur qui est de
2t/ha pour les agrégés d’OLEA CAPITAL et de 80t/ha pour ceux de Aicha. Également, le
prix d’achat de la production chez les agrégés est mentionné dans le contrat qui est de
l’ordre de 0,81dh pour les tomates alors qui il est égal au prix de marché plus un
pourcentage selon la qualité des olives pour OLEA CAPITAL. En plus de cela, le paiement
de l’agrégé pour les deux projets se fait par chèque et pendant un délai qui ne dépasse
pas 15 jours après la livraison de la production qui doit être de bonne qualité. Ajoutant à
cela, les agrégés arrivent à respecter le calendrier de la livraison de la production mais
sans conformité de la qualité et de la quantité de cette dernière aux conditions
contractuelles.

8. Subventions :
Autant qu’agrégateur, Aicha a bénéficié des faibles subventions forfaitaires de
245000dh/5ans, également elle n’a pas tiré profit de la subvention pour l'installation
de l'unité de valorisation en absence de compatibilité entre le programme de
subventions proposé et leurs besoins ainsi la complexité de l’élaboration du dossier de
subvention.

9. Les contraintes rencontrées :


Premièrement, la principale difficulté rencontrée par Olea capital c’est au niveau de
la constitution du dossier d’agrégation où la DRA a demandé les statuts juridiques des
terres ce qui était difficile vue que beaucoup d’agrégés ont refusé de lui donner ce
document.

Deuxièmement, en ce qui concerne Aicha, les sources des problèmes sont multiples à
savoir : les faibles subventions reçues ainsi que l’absence de tout appui ou soutien de la
part de l’état mettent la société dans une situation de faiblesse.

Ces problèmes sont dus principalement au non respect de l’agrégé du contrat où il


arrive à vendre la production au marché au lieu de la société, également les agrégés
exploitent les subventions et les avances pour leurs propres besoins tel que le mariage,
la construction d’un bâtiment ou encore pour pratiquer autre culture que la tomate.

10. Recommandation des agrégateurs :


Pour dépasser ces contraintes et améliorer la situation des deux projets, il faut
augmenter le taux de subventions et que la législation marocaine puisse accompagner le
développement du secteur en menant une guerre contre les intermédiaires qui
travaillent de façon anarchique sans respect des normes de qualité et sans payer les
taxes.

80
En plus de cela, il faut accentuer les formations en faveur les agrégés à fin de les
sensibilisés de l’importance de l’agrégation et leurs avantages. Comme il faut les
accompagner durant toute la compagne pour contrôler leurs pratiques et leur niveau de
technicité dans le but de l’améliorer ainsi que les encourager tout en gagnant la
confiance de l’agrégé.

II. Analyse du role des structures étatiques chargées


de l’agrégation :
D’après le directeur de la direction provinciale de l’agriculture d’ELHAJEB (DPA),
il existe plusieurs projets :

Intitulé du Filière agrégateur Adresse de Observation


projet concernée l’agrégateur
Projet Blé tendre CAM Meknès CAM Meknès En cours
d’agrégation du d’agréage
blé tendre
Projet Lait Sté centrale Casablanca En cours
d’agrégation de laitière Danone d’agréage
la filière autour SA
d’unités de
transformation
Agrégation de Oléiculture Société OLEA OLEA CAPITAL En cours
la production CAPITAL Sebt Jahjouh d’agréage
d’olives autour
d’une unité de
trituration et
de mise en
bouteille
Projet Pommier Sté Red Fruit Route Lamhaya En cours
d’agrégation de S.A.R.L BP109 Ain d’agréage
la production Taoujdate
de pomme
autour d’un
entrepôt
frigorifique
Projet Avicole Sté EXTRALAP BP 35 Sidi Addi En cours
d’agrégation Elevage sarl Azrou d’agréage
des aviculteurs
autour d’un
abattoir
Projet Tournesol Lesieur Cristal 1 Caporal Cordi En cours
d’agrégation Groupe Agousal Roches noires d’agréage
des cultures (GIO) Casablanca
oléagineuses

81
Parmi ces projets il y a ceux qui sont réalisés et ceux qui sont en cours de
réalisation ; ces derniers attendent la confirmation finale de l’état.

L’état reste un membre important dans les projets d’agrégation à travers les
subventions qu’elle apporte aux agrégateurs ainsi que pour les agrégés.

Il existe un contrat entre les institutions étatiques (DPA/DRA) et l’agrégateur qui


dure 5 ans et qui englobe tous les engagements et les conditions qui concernent les
projets d’agrégation. Ce contrat doit être obligatoirement respecté par les deux côtés.

L’état peut intervenir en tant que médiateur à travers son organe collégial lors
d’un différend entre l’agrégé et l’agrégateur.

Ajoutons à cela, l’état est toujours active à travers sa recherche continue pour
l’amélioration des projets d’agrégation.

En ce qui concerne la chambre d’agriculture, la Chambre d’Agriculture de la


Région Fès-Meknès avait organisé durant ces trois dernières années des journées de
formation au profit des agriculteurs (y compris des arboriculteurs) sur le thème de
l’agrégation (en collaboration avec l’Agence pour le Développement Agricole).
D’après la chambre de l’agriculture, les contraintes qui se posent aux projets
d’agrégation sont : Le manque de confiance entre les agrégés et l’agrégateur ce qui
engendre parfois la réticence des agriculteurs envers les projets d’agrégation.
La contrainte majeure qui entrave la réussite des projets de l’agrégation réside
dans la fixation de prix de vente des produits (Entre situation d’incertitude et de
concurrence).
Aussi, l’échec d’un projet d’agrégation peut être dû à la non honoration des
engagements contractuels entre l’agrégateur et les agrégés notamment en matière
d’intrants à mettre à la disposition de ces agrégés (semences, fertilisants, produits
phytosanitaires….).
Et pour résoudre ces problèmes et améliorer la situation, la chambre d’agriculture :
 Encadre les agriculteurs pour s’organiser et mettre en œuvre des projets
d’agrégation
 Contrôle des engagements de l’agrégateur envers les agrégés en ce qui
concerne l’approvisionnement en intrants et la commercialisation de la
production (engagements de l’agrégateur envers les agrégés)
Comme c’est le cas de la DPA et la DRA, la chambre d’agriculture peut intervenir
en cas de conflit entre les agrégés et l’agrégateur (si elle reçoit des réclamations dans ce
sens) pour régler le conflit ou transmettre ces réclamations aux instances concernées.

82
Chapitre IV: Synthèses des résultats
I. Les points forts et atouts des deux projets
d’agrégation :
 Agrégateurs de grande renommé dans le domaine agro-industriel, occupent une
très grande part du marché national et international, disposent d’un grand chiffre
d’affaire, suivent une démarche qualité avec une technologie de pointe et un savoir
faire technique du personnel offrant une occasion aux petits producteurs d’intégrer
le marché
 Agrégateur ayant des unités de valorisation de produits agricoles objet du contrat
d’agrégation
 Agrégateurs jouissant d’un bon positionnement géographique (agropole de Meknès)
 Projets d’agrégation fruit d’une initiative personnelle plutôt qu’induite par
l’administration
 Dominance des agrégés de jeune âge : Un potentiel de dynamisme et d’innovation
pour un développement durable de la production agricole, esprit d’entreprenariat,
moins de réticence à l’adoption des nouvelles technologies, une ambition et une
recherche continue d’évolution.
 Niveau d’expérience et de technicité élevé des agrégés d’AICHA.
 Les agrégés d’AICHA sont satisfaits des services rendus concernant
o L’approvisionnent en intrant de leur agrégateur
o L’achat des plants : homogénéité des cultures
o Location du matériel agricole
o Location des récolteuses
o Avances de campagne
 Les superficies des agrégées et leur production sont mentionnés dans le contrat
d’agrégation
 Bonne relation et confiance mutuelle entre l’agrégateur OLEA CAPITAL et ses
agrégés :

II. Les points faibles et contraintes des deux projets


d’agrégation :
 Implication débile des femmes dans les projets d’agrégation.
 Faible niveau d’instruction des agrégés.
 Pour OLEA CAPITAL, presque la totalité des agrégés sont inconscient de l’intérêt
que porte l’agrégation, ils déclarent avoir adhéré à ce projet seulement pour
répondre à la demande du président de leur coopérative.
 Faible niveau d’organisation des agrégés d’Aicha :
o Absence de l’esprit du groupe et la recherche de l’intérêt personnel.

83
o Présences des conflits entre les agriculteurs
o Faible niveau de sensibilisation et d’encouragement des agriculteurs.
 Les cultures objet du contrat d’agrégation ne représentent qu’un élément des
systèmes de production, ce qui risque d’impacter la productivité puisque l’effort
des exploitants sera partagé pour minimiser les risques. En effet, La culture de la
Tomate ne représente qu’une partie des systèmes de production des agrégés, de
même l’olivier représente une source de revenu secondaire pour les agrégés
d’OLEA CAPITAL, parfois on trouve ceux qui utilisent l’olivier seulement comme
des brises vent. De plus, la céréaliculture occupe une superficie très importante
dans l’assolement des agrégés des deux projets ainsi que l’élevage ovin
représente une activité très importante pour les agrégés d’AICHA.
 Pour Aicha, on note une rareté et même une absence (d’après l’échantillon) des
petits agriculteurs dont la superficie est inférieure à 5 ha)
 Présence des grandes exploitations agrégées, le cas d’AGRI SAISS qui vient d’être
installée et dont la superficie agrégée est presque 92 ha, ce qui risque de diluer et
dominer le reste des petits agrégés. En effet, AGRI SAISS a bénéficié des
subventions dans le cadre de l’agrégation pour planter 92ha d’olivier, creuser le
bassin et les puits, installer le système G-G ...
 D’après les enquêtés, il se peut qu’ils y renoncent à leurs engagements si les
services fournies par OLEA CAPITAL ne sont pas satisfaisantes.
 Pour OLEA CAPITAL :
o les rendements actuels sont faibles, ce qui nécessite un grand effort pour
pouvoir l’améliorer dans le cours terme.
o Faible utilisation des engrais voire une utilisation anarchique de ces
engrais.
o Faible utilisation des produits phytosanitaires voire une utilisation
anarchique.
o système d’irrigation actuel caractérisé par une faible efficience et un
gaspillage d’eau.
o Dominance de désherbage manuel
o Dominance de la récolte traditionnelle (gaulage)
 Le prix de vente des olives est non mentionné dans le contrat d’agrégation pour
OLEA CAPITAL, ce qui laisse les agrégés dans le flou au lieu de les rassurer et les
sécuriser contre les aléas du marché comme prévu dans le principe de
l’agrégation.
 La majorité des agrégés n’ont pas encore bénéficié des subventions soit pour
l’achat des plants, soit pour le creusement des puits, soit pour l’analyse des sols
ou bien pour l’installation du système G à G
 Faible connaissance du contenu des contrats d’agrégation par les agrégés, ce qui
pose plusieurs interrogations sur l’acte d’adhésion volontaire qui doit guider le
montage de ce type de projets d’agrégation.

84
 Les agrégés utilisent les facteurs de production fournis par l’agrégateur AICHA
pour des finalités autres que la tomate, ce qui affecte les rendements espérés par
l’agrégateur.
 Certaines subventions accordées aux agrégés sont exploités dans des affaires
personnelles telles que l’organisation des fêtes de mariage.
 Faible encadrement technique des agrégés.
 L’agrégateur AICHA rompt annuellement un grand nombre de contrats avec ses
agrégés selon son besoin en production, ce qui témoigne de la situation précaire
des agrégés dans ce contrat, ils sont en fait le maillon faible.
 Le faible nombre de récolteuses mobilisées par la société AICHA ne répond pas
aux besoins de ses agrégés : retard de récolte et perte de production.
 Non respect des délais de payement des agrégés, ce derniers s’effectue selon des
traites ventilées dans le temps
 Présence des tensions et manque de confiance entre les agrégés et la société
AICHA, lors de la livraison, il n’existe pas une structure qui fait le contrôle des
degrés des impuretés, le degré Brix
 La mécanisation de la production n’a pas permis de dépasser la contrainte de la
main d’œuvre suite à son cout élevé.
 La cherté de la location du matériel agricole par les agrégés
 Puisque les agrégés de la société AICHA font recourent à la location des terres, ils
ne possèdent pas de fonds garanties afin d’établir des conventions ou contracter
des prix auprès des banques.
 Le manque de confiance entre les agrégés et l’agrégateur ce qui engendre parfois
la réticence des agriculteurs envers les projets d’agrégation.
 Les subventions accordées à l’encadrement et l’accompagnement des agrégés
sont maigres, ne couvrent même les couts de transport.
 Difficultés de l’élaboration du dossier d’agrégation d’OLEA CAPITAL. Suite à un
manque de confiance, les agrégés ont refusé de donner leurs documents de la
propriété foncière qui sont très importants pour l’obtention de l’attestation de
l’agrégation.

85
CONCLUSION GENERALE
Au terme de cette étude, l’agrégation au Maroc nous parait mieux que jamais un objet
difficile à approcher ; mais intéressant à étudier. En effet, ce modèle d’organisation
paraît être, aux yeux de bon nombre de responsables et de chercheurs, l’une des
mesures capables d’assurer la prise en charge de l’organisation de la production,
d’améliorer les conditions de vie des agriculteurs ainsi que de développer une
agriculture marocaine productiviste et à haute valeur ajoutée.

A la lumière de notre recherche bibliographique, il s’est avéré que rares sont les travaux
de recherche qui se sont réalisés sur l’évaluation de ces projets d’agrégation. En outre,
on a constaté qu’à trois ans de la fin du PMV, seuls 60% de ces projets qui se sont
réalisés à l’échelle nationale et seulement 18% réalisés au niveau de la région Meknès
Fès.

Notre question de départ était la suivante : Quelles sont les conditions d’émergence
des projets d’agrégation dans la région d’Elhajeb et quels sont leurs impacts
technico-économiques sur les agrégés ?

C’est dans le but de contribuer à comprendre cet écart que nous avons choisi d’étudier
deux projets d’agrégation : un projet en cours de démarrage sur l’olivier au niveau de la
région d’Elhajeb et un autre ancien sur la tomate au niveau du Gharb. Nous avons
essayé à travers ce travail de décrire les caractéristiques socioéconomiques et les
systèmes de productions des agrégés, d’évaluer la mise en œuvre des contrats des 2
projets, d’évaluer l’impact de l’agrégation sur les résultats technico-économiques des
exploitations et de proposer des recommandations pour l’amélioration de la situation de
l’agrégation au Maroc.

La méthode de travail utilisée pour approcher cette problématique est basée sur des
enquêtes effectuées auprès des différentes structures concernées. Ainsi, nous avons a
préparé trois questionnaires ; le premier est destiné au agrégés (30 agrégés du projet
oléicole et 30 agrégés du projet de la tomate), le deuxième est destiné aux agrégateurs (2
enquêtes) et le dernier était consacré aux structures étatiques, notamment la DRA, DPA
et la Chambre d’agriculture.

A partir d’une analyse minutieuse des données ainsi collectées, nous avons pu dégager
ce qui suit :

Tout d’abord, Notre échantillon révèle que la majorité des agrégés sont encore jeunes,
ceci représente un potentiel de dynamisme et d’innovation, un sens d’entreprenariat et
une recherche continue d’évolution. En outre, la plupart des agrégés est analphabète ou
bien a un niveau d’instruction primaire. ceci reflète ainsi un faible niveau d’instruction
de ces agriculteurs. Ajoutons à cela, le niveau d’organisation des agrégés est très élevé
au niveau du projet oléicole « OLEA CAPITAL » tandis que celui des agrégés du projet de
la tomate « AICHA » est très faible, ceci est dû notamment à :

86
o L’absence de l’esprit du groupe et la recherche de l’intérêt personnel.
o La présence des conflits entre les agriculteurs
o Et le faible niveau de sensibilisation et d’encouragement des agriculteurs.

Au niveau des caractéristiques des exploitations des agrégés, On note une assez grande
différence au niveau des superficies agricoles des agrégés des deux projets ; des
superficies moyennes dont la taille ne dépasse pas 20 ha au niveau d’OLEA CAPITAL
contre de grandes superficies qui peuvent atteindre 200ha au niveau des agrégés de la
société AICHA. Il est à noter qu’il y a également la présence des grandes exploitations
agrégées, le cas d’AGRI SAISS qui vient d’être installée et dont la superficie agrégée est
presque de 92 ha, ce qui risque de diluer et dominer le reste des petits agrégés. En effet,
AGRI SAISS a bénéficié des subventions dans le cadre de l’agrégation pour planter 92ha
d’olivier, creuser le bassin et les puits, installer le système G-G ...

D’un autre coté, nous pouvons noter que ces deux cultures (Tomate/Oliver) ne
représentent qu’une faible partie du système de production des agrégés, ces derniers
recourent ainsi à une diversification de culture afin de sécuriser leur revenu. Du coup ,
leur adhésion aux projets d’agrégation était seulement pour pouvoir bénéficier des
facteurs de production. Néanmoins, les agrégés d’Aicha par exemple exploitent ces
facteurs de production soit pour conduire des cultures autres que la tomate ou bien
utilisent les subventions et les avances accordées par Aicha dans des affaires
personnelles telles que l’organisation des fêtes de mariage ce qui risque d’impacter la
productivité puisque l’effort des exploitants sera partagé pour minimiser les risques. De
plus, la céréaliculture occupe une superficie très importante dans l’assolement des
agrégés des deux projets ainsi que l’élevage ovin qui représente une activité très
importante pour les agrégés d’AICHA.

Les agrégés d’OLEA CAPITAL conduisent leurs cultures d’une manière traditionnelle.
Les rendements actuels sont faibles accompagnés d’une faible utilisation des engrais
voire une utilisation anarchique, une faible utilisation des produits phytosanitaires, des
systèmes d’irrigation non efficients, une dominance de désherbage manuel et de la
récolte traditionnelle (gaulage). Cependant, pour les agrégés d’AICHA, on assiste à une
maitrise de la conduite technique de la tomate. En effet, ils pratiquent un bon système de
rotation culturale, une bonne utilisation des engrais, maitrisent la protection
phytosanitaire et pratiquent une récolte mécanique.

Concernant la commercialisation, nous avons pu étudier seulement le cas du projet


Aicha vue que l’autre projet d’OLEA CAPITAL vient juste de démarer. En effet, la totalité
de la production des agrégés est destinée à l’agrégation avec un prix de 0,81 DH/Kg. Ceci
n’empêche pas de dire qu’il existe aussi des cas où les agrégés se désengagent parfois et
livrent leur production aux marchés lorsque les prix sont compétitifs.

Selon un enquêté, même si les prix de vente de la tomate à la société AICHA restent
faibles, ils ne peuvent pas tous s’orienter vers le marché car cela peut engendrer ainsi

87
une augmentation de la compétitivité entre les agriculteurs, et face à une demande faible
du marché les prix de vente peuvent chuter en dessous des prix accordés par la société.

Le pourcentage des agrégés qui a bénéficié des subventions dans le cadre de l’agrégation
reste faible. Cette étude a montré que parmi les problèmes qui se posent, résident dans
le fait que le plafond des subventions est faible d’une part et dans l’absence des sources
de préfinancement d’une part. Le niveau d’encadrement des agrégés reste faible, au
niveau du projet d’AICHA, seulement 13% des agrégés ont bénéficié des formations
techniques. Ceci est expliqué ainsi par les faibles subventions que l’état a consacré pour
ces projets d’agrégation. D’après le responsable de l’agrégation au niveau de la société
AICHA, ce budget ne suffit même pas pour couvrir les frais du transport du technicien
qui accompagne les agrégés.

L’étude que nous avons a effectuée a permis de conclure qu’il y a une faible connaissance
du contenu des contrats d’agrégation par les agrégés, ce qui pose plusieurs
interrogations sur l’acte d’adhésion volontaire qui doit guider le montage de ce type de
projets d’agrégation. En effet, pour OLEA CAPITAL, presque la totalité des agrégés est
inconsciente de l’intérêt que porte l’agrégation. Les enquêtés déclarent avoir adhéré à ce
projet seulement pour répondre à la demande du président de leur coopérative.
Ajoutons à cela, le prix de vente des olives est non mentionné dans le contrat
d’agrégation pour OLEA CAPITAL, ce qui laisse les agrégés dans le flou au lieu de les
rassurer et les sécuriser contre les aléas du marché comme prévu dans le principe de
l’agrégation.

L’étude de ces deux projets d’agrégation nous a permis de déceler les principaux
problèmes auxquels sont confrontés les agrégés. Ainsi, on distingue d’abord des
problèmes liés aux facteurs de production, à titre d’exemple le cout élevé des intrants et
du matériel agricole, en plus du faible nombre de récolteuses mobilisées par la société
AICHA qui ne répond pas aux besoins de ses agrégés : retard de récolte et perte de
production. En outre, on assiste à un non respect des délais de payement des agrégés.
Ce dernier s’effectue selon des traites ventilées dans le temps sans oublier notamment la
présence des tensions et le manque de confiance entre les agrégés et la société AICHA,
lors de la livraison des productions (Contrôle des impuretés, °Brix ...).

En somme, nous pensons que la condition préalable à la réussite de ces projets


d’agrégation est tributaire de l’établissement d’une relation de confiance entre
l’agrégateur et ses agrégés, la transparence dans l’élaboration dans les contrats
notamment la mention explicite des prix, une bonne communication avec les agrégés
autour du projet depuis sa conception et un accompagnement soutenu du projet par
l’administration.

88
RECOMMANDATIONS
A la lumière des résultats obtenus, plusieurs recommandations sont à suggérer, à
savoir :

 La nécessité de bien étudier le projet, avant son démarrage, et d’impliquer les


agrégés ciblés tout en tenant compte de son site d’implantation, pour s’assurer
des conditions nécessaires à sa bonne conduite et sa réussite.
 Responsabilisation des agrégés par leur intégration dans toutes les phases du
projet particulièrement dans l’élaboration des clauses du contrat, dans le but de
renforcer leurs capacités et d’assurer une bonne pérennité du projet.
 Assurer plus de formations et d’encadrements techniques aux agrégés pour
enrichir leurs connaissances sur le projet de l’agrégation et avoir des meilleures
techniques pour l’amélioration de leurs exploitations.
 Augmentation du nombre des agrégés particulièrement ceux qui possèdent de
petites superficies pour leur donner une chance d intégrer au marché.
 Renforcer les relations entre les deux parties, par le respect mutuel, la confiance
entre les deux, le respect du contenu du contrat et surtout le prix qui doit être
fixé d’une manière raisonnable et convenable aux conditions des agrégés et le
faire figurer dans les contrats établis.
 Augmentation du prix de vente pour les deux projets et diminution du prix des
machines de la récolte pour le projet de la tomate.
 Bénéfice des subventions et de l’aide de l’état surtout au niveau de l’introduction
du matériel agricole
 Organisation des associations qui s’occupent de la défense des droits des
agrégés.
 recours à la main d’œuvre au lieu des machines pour le projet de la tomate afin
d’éviter la perte de la production et de sa qualité causée par ces machines.
Faire Bénéficier les agrégés des techniques modernes de production (système
GàG, récolteuse…)

89
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

HCP, « Prospectives Maroc 2030 », Mai 2007.


Abdel Aziz BELAL et Abdeljalil AGOURRAM, « L'ÉCONOMIE MAROCAINE DEPUIS
L'INDÉPENDANCE », Avril-Mai 1970.
L’agrégation agricole, Bulletin officiel, N°6070, 13 Ramadan 1433 (2-8-2012).
Direction générale des collectivités locales, « Monographie générale de la région de
Rabat-salé-Kénitra », 2015.
Centre Régional d’investissement Fès Meknès, Monographie de la région Fès-Meknès,
2016.
Agence de développement agricole, « Processus de mise en œuvre des projets pilier 1 et
pilier 2 ».

DRA Meknès, « CANEVAS olivier », 2017.

DRA Meknès, « CANEVAS tomate », 2013.

Projet pilier 1 et 2 Fès-Meknès, Dynamique régionale des PAR, 2015.

LES CONSERVES DE MEKNES (09-12-2016)

Najat ZGUENI, « analyse prospective des conditions de mise en œuvre du plan agricole
régional de MEKNES-Tafilalet : cas de l’agrégation au niveau de la filière oléicole »,
projet de fin d’étude, option : économie rurale, ENA, 2009

http://www.oleacapital.ma

http://www.leconomiste.com/article/olea-capital-lance-sa-premiere-plantation

https://www.maghress.com/fr/lesechos/156605

http://www.ada.gov.ma/page/les-fondements-de-la-strategie-plan-maroc-vert

http://www.chambreagriculture-fesmeknes.ma/fr/un-bref-apercu-sur-la-strategie-du-
plan-maroc-vert/

http://www.entreprendre.ma/Plan-agricole-regional-Fes-boulomane-Faible-
engagement-des-agregateurs-pour-les-projets-pilier-1_a4731.html

90
ANNEXES :
Annexe 1 : Questionnaire destiné aux agrégés
Enquête N° : ------------ Douar : --------------------------

Date : ------------------- Commune : --------------------

I. Identification de l’agrégé :
- Nom de l’agriculteur : ----------------------------------------------------------------------------
---------
- Mobile : ---------------------------------------------------------------------------------------------
----------
- Age : -------------------------------------------------------------------------------------------------
----------
- Sexe : ------------------------------------------------------------------------------------------------
----------
- Statut : -----------------------------------------------------------------------------------------------
---------
- Origine : De la région  Hors région 
- Niveau d’instruction :

Analphabète  Coranique  Primaire  Secondaire  Etude supérieur


- Date d’installation en agriculture : ------------------------------------------------------------


---------
- Etes-vous membre d’une OPA ?  Oui  Non
o Si oui, laquelle :
 Coopérative 
 Association 
 GIE 
 Association des Usagers des Eaux Agricole 
 Autre (à préciser)
o Si non, pourquoi vous n’y êtes pas adhérent ? -------------------------------------
-----------------------------------------------------------------------------------------------
------------------
- Souhaiteriez-vous en intégrer une ?  Oui  Non
o Si oui, laquelle :
 Association d’agriculteurs  Oui  Non
 Coopérative  Oui  Non
 Autres projets d’agrégation :  Oui  Non
 Autres (à préciser) : ……………………………

91
- Fonction avant l’installation sur l’exploitation : --------------------------------------------
---------
- Ménage :
o Nombre de personnes à charge par l’agriculteur : --------------------------------
---------
o Membres de famille qui travaillent avec lui à plein temps, à temps partiel :
-----------------------------------------------------------------------------------------------
------------------
- Sources de revenu :
o Agriculture :
 Elevage :
 Cultures annuelles :
 Arboricultures :
o Activités annexes :
______________________________________________________________________
II. Caractéristiques de l’exploitation
- Origine de l’exploitation :
 Héritage
 Achat
 Autres : -------------------------------
- SAU :
o Statut foncier : ----------------------------------------------------------------------------
o Superficie totale : ------------------------------------------------------------------------
o Superficie exploitée : --------------------------------------------------------------------
o Superficie olivier : -----------------------------------------------------------------------
o Superficie irrigué : -----------------------------------------------------------------------
 G-G : -------------------------------------------------------------------------------
 Gravitaire : -----------------------------------------------------------------------
 Aspersion : -----------------------------------------------------------------------
o Superficie Bour---------------------------------------------------------------------------
-
o Superficie prise en location------------------------------------------------------------
-

92
o Superficie donnée en location---------------------------------------------------------
-
o Superficie prise en association--------------------------------------------------------
-
o Superficie donnée en association-----------------------------------------------------
-
- Assolement :

Culture BOUR/Mode d’irrigation RDT

Blé tendre

Blé dur

Orge

Mais

Légumineuses
alimentaire

Fourrage

Pomme de terre

Oignon

Tomate

Autres maraichage

Autres (à préciser)

- Matériel possédé
o Tracteur  Oui  Non
o Moissonneuse  Oui  Non
o autre (à préciser) :-----------------------------------------------------------------------
------
- bâtiments et hangars :
_________________________________________________________________________
- Puits /forage :
o profondeur : _____________________________________________________________________

93
o date de creusement : ____________________________________________________________
- Elevage pratiqué (2016/2017)

Race (pure, croisée ou locale) Effectif Production


Elevage bovin
Elevage ovin
Elevage caprin
III.Systèmes de production :
1. Olivier :

1.1 Fiche de renseignement sur l’Olivier : (année 2016/2017)

Variété Bour ou Superficie RDT Age de Superficie Age de la RDT


irrigué agrégée Superficie plantation de non plantation superficie
agrégée la superficie agrégée non
agrégée agrégé

1.2 Techniques de production :


- Quantité et cout des intrants :
Nature d’intrant Désignation Nombre de Quantité Cout
traitement
Engrais Minéraux
Organiques

Traitement Herbicides
phytosanitaire
Insecticides

Fongicides

- Dose d’irrigation :
 Puit  Seguia
Fréquence Durée Débit Cout d’irrigation

- Mobilisation de la main d’œuvre :


Opération culturale Nb MO Durée de travail Salaire Journalier
Fertilisation
Traitement
phytosanitaire
Désherbage manuel

Irrigation

Récolte

94
- la taille :
o Taille en vert :  Oui  Non période
o Taille de fructification :  Oui  Non période
o Taille de formation :  Oui  Non période
o Taille de régénération :  Oui  Non
- Désherbage :
o Type de désherbage -------------------------------------------------------------------
o Les principaux adventices ------------------------------------------------------------
o Produits utilisés --------------------------------------------------------------------------
o Source d’approvisionnement des produits -----------------------------------------
- Traitement phytosanitaire :
o Principaux ravageurs / Maladies -----------------------------------------------------
o Seuils d’intervention --------------------------------------------------------------------
-
o Stratégies de luttes ----------------------------------------------------------------------
--
o Produits phytosanitaires utilisés -----------------------------------------------------
-
o Source d’approvisionnement des produits phytosanitaires---------------------
-----------------------------------------------------------------------------------------------
-----------
- Fertilisation :
o Amendements chimiques, organiques ? --------------------------------------------
---------
o Utilisez-vous du fumier ? ---------------------------------------------------------------
--------
o Fertilisation de fond : -------------------------------------------------------------------
---------
 moment
 éléments apportés
 quantités apportées
 types d’engrais
o Fertilisation foliaire --------------------------------------------------------------
- Irrigation :
o Système d’irrigation
o Quantité d’eau apportée
o Fréquence d’irrigation
- Récolte :

Rendement Quand ? Comment ? Qui ? Main d’œuvre Coût ? Stockage de


mécanique ou familiale ou salariés la récolte en
manuelle %

95
2. Tomate :
2.1 Période des opérations culturales :
Travail du sol Semis Arrachage / Récolte
Repiquage

Travail du sol :
- Réalisation des opérations de travail du sol :
 Par soi même  A la tache
- Pour préparer vos sols, quels outils utilisez-vous ?
 Charrue à socs  charrue à disque  chisel autres
- Ce labour est il nécessaire ? Pourquoi ?
- D’après vous, quelle est la meilleure séquence à faire pour le travail du sol pour la
tomate ?
- Pour préparer le lit de semence, quel outil utilisez-vous ?
 Cover crop  Stuple plow herse  Vibroculteur 
Autres
- Pourquoi cet outil et non un autre ?
- Combien de fois ? (nombre de passage)
- Combien de temps avant semis ?
- Main d’œuvre mobilisée par hectare : familiale Salariée
- Traction animale :

Nombre de mules Durée de travail Cout (DH)

2- Stade pépinière :
- Nature de semis
 Semis direct
 Transplantation (jeunes plants)
- Origine des semences :
 Locales produites sur place
 Locales achetées au souk
 Importées
 Achetées de l’agrégateur
Autres (à préciser) : ___________________________________________________________

96
- Coût total de préparation ou d’achat des semences : ................... DH
- Variétés de tomates :
 Daniela  Gabriella  Autres (à préciser) : -------------
-------------
A croissance déterminée A croissance indéterminée
- Rotation culturale : ---------------------------------------------------------------------------
- Procédez-vous au greffage : Oui Non
- Procédez-vous à la désinfection du sol : Oui Non
- Densité de plantation : -----------------------------------------------------------------------
- Dose de semis : ------------------ Kg/ha
- Profondeur de semis : -------------------------------------------------------------------------
- Nombre d’ha semés : ---------------------------------------------------------------------------
- Surface de pépinière nécessaire pour la production des plans d’un ha : -------------
- Procédez-vous au tuteurage : Oui Non
- Procédez-vous à une désinfection des plants après plantation : Oui
Non
- Procédez-vous au sarclo-buttage : Oui Non
- Quantité et couts des intrants : ----------------------------------------------------------------
Nature d’intrant Désignation Nombre de Quantité Cout
traitement

Engrais Organiques

Minéraux

Traitement Herbicides
phytosanitaire
Insecticides

Fongicides

_ Dose d’irrigation :
Fréquence Durée (heures) Débit Cout d’irrigation

- Mobilisation de la main d’œuvre :

Opération culturale Nb MO Durée de travail Salaire journalière


Semis
Epandage d’engrais

97
Traitement
phytosanitaire
Désherbage manuel
Irrigation
Arrachage
Repiquage
3- Stade plein champs :

- Binage/ Désherbage/

Nombre de répétition Nombre de MO Durée de travail Salaire journalier

- Source d’irrigation :

 Puit  Forage autre (à préciser) :

- Dose d’irrigation :
Fréquence Durée Débit Cout d’irrigation

- Les nuisibles de la culture :


o Ravageurs : --------------------------------------------------------------------------------
-----
o Maladies : ----------------------------------------------------------------------------------
------
 Viroses : ---------------------------------------------------------------------------
----
 Bactérioses : ---------------------------------------------------------------------
------
 Maladies fongiques : -----------------------------------------------------------
-----
- Lutte :
o Chimique 
o Organique 
o Variétale 
o Culturale 
o Intégrée 

98
- Récolte :
o Réalisation de l’opération de récolte :
 Par soi même  A la tache  Vente avant récolte

Rendement Quand ? Comment ? Qui ? Main d’œuvre Coût ? Stockage de


mécanique ou familiale ou salariés la récolte en
manuelle %

IV. Commercialisation :
- Commercialisation dans le cadre de l’agrégation
Produit Quantité Part dans la Prix Où ? A qui ? Quand ?
vendue production totale
(%)

- Y a-t-il évolution annuelle des prix ?  Oui  Non


o si oui, pourquoi pas fixé le prix dans le contrat ?
- Circuit de commercialisation pour les autres parcelles non agrégées
o Vente sur pieds :
o Mixte :
o Vente sur marché : (quantité moyenne vendue)
- Quels sont les problèmes que vous confrontez lors de ma commercialisation ?
Autres questions sur les techniques :
- Est-ce que les agrégés bénéficient des techniques modernes de production ?
 Oui  Non

- Est-ce que les agrégés reçoivent des avances de la part des agrégateurs ?
 Oui  Non

- Les normes de qualité minimale de la production exigée par l’agrégateur ?


V. Problèmes et enjeux des producteurs des olives :
- Parmi ces problèmes qui vous préoccupe de plus lors de la production des
olives :

99
 Problème d’approvisionnement en intrant
 Problème de production (Disponibilité de la main d’œuvre)
 Problème de récolte
 Problème de commercialisation
- Parmi ces problèmes qui vous préoccupent le plus ?
 Prix des intrants
 Disponibilité des intrants
 L’éloignement des vendeurs des intrants
 Autres à préciser
- Parmi ces problèmes qui vous préoccupent le plus ?
 Main d’œuvre
 Cout de l’énergie
 Accès au financement
 Cout des intrants
 Matériel agricole
 Autres à préciser
VI. Problèmes et enjeux des producteurs de la filière tomate :
- Parmi ces problèmes qui vous préoccupe de plus lors de la production
de la tomate :
 Problème d’approvisionnement en intrant
 Problème de production (Disponibilité de la main d’œuvre)
 Problème de récolte
 Problème de commercialisation
- Approvisionnement en intrants :
o Parmi ces problèmes qui vous préoccupent le plus ?
 Prix des intrants
 Disponibilité des intrants
 L’éloignement des vendeurs des intrants
 Autres à préciser
o Est ce que vous procédez des mesures pour palier ces problèmes ?
 Oui  Non
o Si oui, lesquelles ?
 Approvisionnement collective dans le cadre de l’agrégation

100
 Adhérer à des coopératives/ Association
 Autres à préciser
- Production :
o Parmi ces problèmes qui vous préoccupent le plus ?
 Main d’œuvre
 Cout de l’énergie
 Accès au financement
 Cout des intrants
 Matériel agricole
 Autres à préciser
o Quelles sont vos pratiques pour résoudre ces problèmes ?
 Mécaniser la production
 Location du matériel agricole
 Convention avec les banques
 Autres à préciser

- Valorisation et conditionnement :
o Quels sont les problèmes que vous confrontez lors du stockage ?
 Cout de stockage élevé
 La faible durée de stockage
 Problèmes techniques
 Autres à préciser
o Quels sont les mesures que vous procédez pour remédier ces
problèmes,
 Abandonner l’activité de stockage (Vente sur place)
 Stockage collectif
 Adhérer à des coopératives/ Associations
 Adhérer à des projets d’agrégation
 Autres à préciser
o Quelle est la part de votre production totale réservée au stockage ?
o Est ce que vous pratiquez la valorisation de la tomate ?
 oui  non
o Si oui, Quels sont les modes de valorisation que vous utilisez ?
101
 Transformation
 Conditionnement et emballage
 Autres à préciser
- Commercialisation :
o Quels sont les problèmes que vous confrontez lors de la
commercialisation ?
 Prix de vente
 Transport de la production au marché/ Agrégateur
 Autres à préciser

VII. Subventions
- Achats des plants :
- Matériels agricoles :
- Creusement des puits :
- Analyse du sol :
- Est-ce que l'agriculteur a bénéficié des subventions de l’état pour l’installation
des systèmes d’irrigation ? Oui  non 
- Autres
- Pour les futurs agrégés ( quels subvestion vont-ils demander)
-
VIII. Encadrement :
- Est-ce que les agrégés bénéficient d’un encadrement technique et des
démonstrations au niveau des unités de productions ?
Oui  Non 
Si oui, combien de formations ont été réalisées ? (préciser les dates)
- Que traitent ces formations ?
- Êtes-vous satisfaits de ces formations ? Oui  Non 
- Si non, quel type de formation souhaitez-vous en bénéficier ?
- Pour les futurs agrégés quels leurs besoins en formation et encadrement (lister les
thèmes demandés)
IX. Contrat :

Questions pour les anciens agrégés (cas de projet de la tomate) :

- Prix de vente de la production est il précisé dans le contrat :


o sinon pourquoi ?
- Quels sont les prix perçus la première année, la deuxième année etc., jusqu’à présent
- Quelle est la durée du contrat ?
- Rendement minimal fixé :
- Est-ce qu’il y a un respect du calendrier de la livraison de production ?

102
Oui  Non 

- Qui se charge des frais de transport ?


- Quelles sont les modalités et les délais de paiement du produit livré par l’agrégé ?
- Y a-t-il un cas du non respect des engagements par l’agrégateur, l’agrégé ou bien
l’état ?
Oui  Non 

o si oui, lequel ?
o comment a-t-il été résolu ?
Questions pour les futurs agrégés (cas des projets oléicoles)

1- Information et participation au projet d’agrégation :


- Êtes-vous informés de l’agrégation agricole ? Oui Non
- Si oui, quels sont vos motivations pour participer aux tels projets ? (cocher plusieurs
réponses possibles du répondant)
 Approvisionnement en intrants
 Traitement sanitaires et phytosanitaire
 Matériel agricole et maintenance
 Encadrement et vulgarisation (Suivi de la campagne)
 Récolte
 Stockage
 Commercialisation
 Autres à préciser
- Quelle est la source de l’information ?
 Télévision/ Radio
 Salon et foires d’agriculture
 Journées de formation
 Autres à préciser
- Est-ce que vous êtes prêt pour l’adhésion au projet d’agrégation ? Oui Non
o Si oui, quelles sont vos attentes du projet d’agrégation ?
 Usage collectif des nouvelles techniques de production
 Bénéficier des suivis et d’encadrement technique
 Vente collective organisée
 Stockage moderne et valorisation collective des tomates
 Accès au financement
 Approvisionnement en intrants
 Autres à préciser

- Avez-vous contribué à l’élaboration du contrat d’agrégation ? Oui Non


o Si oui ou en partie, Comment ?
- Quels sont les engagements qui vous lient avec votre agrégateur ?
______________________________

103
_________________________________________________________________________________________________
_________
- Est-ce que vous avez des craints concernant le projet ? Oui Non
o Si oui, lesquelles ?

Pour le contrat agrégé/Agrégateur :

- Sont-ils informés du contenu ?  Oui  Non


- Sont-ils informés du prix fixé ou qui sera fixé?  Oui  Non
- Comment vont-ils livrer la production (modalité) :
____________________________________________
- Quelles attentes en matière de RDT ? ______________________________________
X. Subventions et assurances :
- Est-ce que le taux de subvention préférentiels est à 100% pour le système goutte-à-
goutte ? Oui  Non 
- Sur la base de quel critère les agrégés en profitent ?
- Est-ce qu’il y a une assurance qui protège les agrégés des risques? Oui Non
- Qu’elle est son rôle ?
_________________________________________________________________________________
- Combien l’agrégé paye pour en bénéficier ?
_______________________________________________________
- Est ce qu’il est arrivé un jour à l’agrégé d’en tirer profit ? Oui  Non 
- Est-ce que les agrégés bénéficient des financements par la banque sur la base de
contrat d’agrégation ? Oui Non
- Et quels sont les conditions pour en bénéficier ?
_________________________________________________

Pour les futurs agrégés :

- Trouvez vous que le programme de subventions proposé est adapté à vos besoins ?
o Nature des subventions
o Niveau de subvention (Taux et plafond)
o Procédures administratives
o Autres
- Pour quelles machines vous avez demandé des subventions ?
________________________________
- Est-ce que vous rencontrez des problèmes lors de l’élaboration du dossier de
demande des subventions ? Oui Non
o Si oui, lesquels ?
____________________________________________________________________________
XI. Effet des projets d’agrégation sur l’agrégé
- Pour le projet de la tomate

104
Avant agrégation Après agrégation
Rendement (quantité, qualité)

Marge Brute dégagée (produit moins


les charges)

- Pour les projets oléicoles :


o Qu’est ce que vous espérez de ce projet d’agrégation ?
 Augmenter le Rendement
 Améliorer la qualité de la production
 Valoriser la production (Huile d’olive)
 Trouver des marchés potentiels
 Minimiser les couts d’intrants et matériels
 Augmenter la marge de bénéfice
 Développer les compétences et savoir techniques
 Accès aux financements
 Autres à préciser
XII. Recommandations :
- Quelles sont les recommandations des agrégés pour l’amélioration de l’agrégation ?
_____________________________________________________________________________________________________
_________

- Quelles sont selon vous les recommandations pour réussir ces projets
d’agrégations ?
_____________________________________________________________________________________________________
_________

XIII. Autres questions:


- Est-ce qu’il a un conflit dans l’exécution d’une clause dans le contrat ? Oui
Non
- Est-ce qu’il est arrivé un jour que l’agrégé ait recours aux médiations ? Oui
Non
- Quelles sont selon vous, les productions et les activités, les plus intéressantes, et
pourquoi ?
_____________________________________________________________________________________________________
_____________________________________________________________________________________________________
____________________

105
- Si vous avez les moyens qu’est ce que vous aimeriez changer dans votre
exploitation ?
_____________________________________________________________________________________________________
__________

- Que pensez-vous de cette stratégie de travail ?


_____________________________________________________
- Êtes-vous convaincu de votre adhésion au projet d’agrégation ?  oui  un peu
non
o Si non, Pourquoi ?

106
Annexe 2 : Questionnaire destiné aux agrégateurs :
Enquête N° : ------------ Douar : --------------------------

Date : ------------------- Commune : --------------------

I Identification de l’agrégateur :

1. Informations sur le projet

- Nom commercial : --------------------------------------------------------------------------------


----------
- Siège social : ---------------------------------------------------------------------------------------
----------
- Tél/Fixe : -------------------------------------------------------------------------------------------
----------
- Activité : --------------------------------------------------------------------------------------------
----------
- Statut juridique : ----------------------------------------------------------------------------------
----------
- Capital : ---------------------------------------------------------------------------------------------
----------
- Chiffre d’affaire : ----------------------------------------------------------------------------------
----------
- Résultat commerciale : --------------------------------------------------------------------------
----------
- Nombre de salariés : -----------------------------------------------------------------------------
----------
- Gérant : ---------------------------------------------------------------------------------------------
----------
- Niveau d’instruction du gérant :
 Illettré  Coranique  Primaire  Secondaire  Universitaire
- Date du début du projet d’agrégation : -------------------------------------------------------
---------
- Nombre d’agrégés au démarrage du projet : ------------------------------------------------
---------

107
- Nombre d’agrégés actuellement : -------------------------------------------------------------
----------
- Capacité de l’unité : -------------------------------------------------------------------------------
---------
- Fonction avant le projet d’agrégation : -------------------------------------------------------
---------
- Activités hors projet d’agrégation : -----------------------------------------------------------
---------
- Types de relations avec les agrégés :
o lien de parenté  Oui  Non
o Adhésion ensemble dans une OPA  Oui  Non
II Emergence du projet d’agrégation

- Raison du choix de l’agrégation :


o Initiative personnelle  Oui  Non
o sollicitation par un autre agrégateur  Oui  Non
o DPA  Oui  Non
o DRA  Oui  Non
o Centre d’investissement  Oui  Non
o Autres (à préciser) : ---------------------------------------------------------------------
---------
- Motivation d’agrégation :

o Approvisionnement en matière première  Oui  Non


o Garantie de la qualité de la production  Oui  Non
o Financement et avances  Oui  Non
o Autres (à préciser) : ---------------------------------------------------------------------
---------
III Caractéristiques du projet d’agrégation :

- Quelle est l’activité du projet de l’agrégation :


o Conditionnement  Oui  Non
o Emballage  Oui  Non
o Stockage  Oui  Non
o Transformation  Oui  Non

108
o Commercialisation  Oui  Non
o Trituration des olives  Oui  Non
- Combien de nouvelles demandes d’adhésion / an ?
----------------------------------------------------------------------------------------------------
---------
o Pourquoi ? ----------------------------------------------------------------------------
--------
- Combien de nouvelles demandes de retrait / an ?
----------------------------------------------------------------------------------------------------
---------
o Pourquoi ? ----------------------------------------------------------------------------
--------
- Y a-t-il émergence de conflits avec les agrégés?  Oui  Non
o Si oui, de quel type ? ----------------------------------------------------------------
--------
IV Contrat agrégateur-DRA : (récupérer une copie)

- Quelles sont les clauses du contrat ? -----------------------------------------------------


---------
- Quel est la durée du contrat entre l’agrégateur et la DRA/ADA ? ------------------
-----------------
V Relation agrégateur Fédam :

- Bénéfice des actions prévues par le contrat programme de la FéDAM :

 Oui  Non
Préciser les actions : ------------------------------------------------------------------------------
---------

VI Contrat agrégateur-agrégé : (récupérer une copie)

- Est-ce que l’agrégateur possède un registre nominatif des agrégés ?


 Oui  Non

- Quel est le rendement minimal fixé ?


- Quelles sont les normes minimales de la production exigées par l’agrégateur?
----------------------------------------------------------------------------------------------------
109
- Quel est le prix d’achat de la production chez les agrégés ? -------------------------
--------------------------------------------------------------------------------------------------
o Ce prix est il mentionné dans le contrat ?  Oui  Non
o sinon pourquoi ? ------------------------------------------------------------------
- Quelles sont les modalités et les délais de paiement du produit livré par
l’agrégé ? ---------------------------------------------------------------------------------------
- Quelle est la durée du contrat entre l’agrégé et l’agrégateur ? --------------------
- Est-ce qu’il y a un respect du calendrier de la livraison de production ?
 Oui  Non

o Sinon pourquoi ? -------------------------------------------------------------------


- Est-ce qu’il y a une conformité de quantité et de qualité de production (de
l’agrégé) aux conditions contractuelles ?  Oui  Non
- Est-ce-que l’agrégateur accorde des avances aux agrégés ?  Oui  Non
o Si oui, combien dans :
 l’année 1 du projet :
 l’année 2 du projet :
 Etc.
VII Encadrement assuré aux agrégés :

- Quel est l’encadrement technique et quelles sont les démonstrations au


niveau des unités de production que vous avez assuré aux agrégés? ------------
--------------------------------------------------------------------------------------------------
- Combien de formations ont été réalisées ? ---------------------------------------------
---------
- Quels sont les thèmes traités par ces formations ?------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------------------------------
-------------------
- Fonctions assurées par l’agrégateur envers les producteurs agrégés :

110
Implication de l’agrégateur Nature de service
A- En amont :
a- Rôle opérationnel
- avances au début de campagne
- fourniture d’engrais
- traitements phytosanitaires
- matériel agricole et maintenance
- analyse de sol
- autres
b- Financement
- Crédit de campagne
- Crédit d’investissement
- Assurance récolte
- Subventions
- Autres
B- En aval
- Récolte
- Logistique (Transport et manutention)
- Prix (Min, Max)
- Autres

VIII Assurances :

- Est-ce qu’il y’a une assurance agricole qui protège les agrégateurs ?
 Oui  Non

- Type d’assurance :
o Multirisques  Oui  Non
o Anti-grêle  Oui  Non
o autres (à préciser) : -----------------------------------------------------------------
- Combien l’agrégateur paye pour en bénéficier ? -------------------------------------
- Est ce qu’il est arrivé un jour à l’agrégateur d’en tirer profit ?
 Oui  Non
IX Subventions

- Est-ce que l’agrégateur bénéficie des subventions forfaitaires /différentielles ?


 Oui  Non

111
o si oui quel est le taux de subventions ? (à comparer avec ce qui était
prévu)
---------------------------------------------------------------------------------
- As t-il bénéficié de la subvention pour l’installation l’unité de valorisation
(frigo, unité de trituration ou autre) ?  Oui  Non
o Si oui, quel est le montant ? -----------------------------------------------------
- Trouvez-vous que le programme de subventions proposé est adapté à vos
besoins ?
 Oui  Non

o Nature de subventions : ------------------------------------


o Niveau de subventions (taux et plafonds ...) : ---------------------------------
o Procédures administratives : -----------------------------------------------------
-
o Autres : --------------------------------------------------------------------------------
-
- Est-ce que vous rencontrez des problèmes lors de l’élaboration du dossier de
subventions ? si oui lesquels ? -------------------------------------------------------------
----------------------------------------------------------------------------------------------------
------------------
- Est-ce qu’il est arrivé que l’Etat ait bloqué les tranches de subvention
forfaitaire ?
 Oui  Non
o Si oui, pourquoi ?--------------------------------------------------------------------
- Y a-t-il un aspect sur lequel je ne vous ai pas interrogé et sur lequel vous
voudrez vous exprimer ? -------------------------------------------------------------------
--------------------
X Autres questions :

- Quelle est le degré de satisfaction de la relation entre les agrégateurs et les


agrégés ?  très satisfait  satisfait  moyen. satisfait peu
satisfait non satisfait
- Contraintes et difficultés rencontrées depuis le début du projet ? -----------------
----------------------------------------------------------------------------------------------------

112
- Quelles sont ces requêtes et suggestions pour améliorer la situation ou
dépasser les contraintes ? ------------------------------------------------------------------
--------------------------------------------------------------------------------------------------
- Connaissez un projet d’agrégation réussi dans la zone/Région ? ------------------
--------------------------------------------------------------------------------------------------
- Quels sont les facteurs de réussite d’après vous ? -------------------------------------
--------------------------------------------------------------------------------------------------
- Connaissez un projet d’agrégation qui a échoué dans la zone/Région ? ----------
--------------------------------------------------------------------------------------------------
- Quels sont les facteurs d’échec d’après vous ? -----------------------------------------
--------------------------------------------------------------------------------------------------

113
Annexe 3 : Questionnaire aux responsables de la
DPA/DRA/chambre d’agriculture.
Date :

Nom :

Lieu :

I. Les projets d’agrégations :

Projets d’agrégation Nombre de projets prévus Nombre de projets réalisés

A l’échelle nationale

A l’échelle régionale

A l’échelle locale

- Quels sont les projets d’agrégation qui ont été prévus à l’échelle locale depuis 2008?
- Quels sont les projets qui ont été réalisés jusqu’à présent par filière agricole végétale
et animale?
- Pourquoi la non réalisation des autres?
- Y a-t-il des projets d’agrégation qui ont été rejeté ou non abouti ?  Oui  Non
o Si oui, pourquoi ?
II. Subvention :
- Les montants de subvention accordés au projet tomate et les autres projets
(demander les chiffres s’ils sont accessibles)
III. Contrat :
- Quelle est la durée de contrat entre l’agrégateur et la DRA/ADA?
- Qu’est ce qui se passe lors du non respect des engagements par l’agrégateur, l’agrégé
ou la DRA ?
IV. Médiation :
- Est-ce qu’il est arrivé un jour que l’organe collégial a intervenu en tant que
médiateur lors d’un différend entre l’agrégé et l’agrégateur ?
 Oui  Non

114
V. Recommandations :
- Quelles sont les recommandations pour l’amélioration l’émergence d’un projet
d’agrégation ?
- Quelles sont les recommandations pour l’amélioration du suivi de l’exécution d’un
projet d’agrégation ?
VI. Chambre d’agriculture:
- Avez-vous assuré des formations aux agrégés des 2 projets d’agrégation ?
Oui  Non 

- Avez-vous assuré des formations aux arboriculteurs de la région durant les 3


dernières années ? Oui  Non 
o quels était les thèmes de ces formations ?
- Quels sont les contraintes qui se posent aux projets d’agrégation dans la région
d’après vous ?
- Quelles suggestions pour améliorer la situation d’après vous ?

115
Annexe 4 : fiche de liquidation d’un agrégé de AICHA

116
Annexe 5 : fiche de liquidation d’un agrégé de AICHA

117
Annexe 6 : Contrat d’agrégation AICHA (page 1/2)

118
Annexe 7 : contrat d’agrégation AICHA (page 2/2)

119