Vous êtes sur la page 1sur 9

Corrigé indicatif – STMG – GESTION FINANCE

Dossier 1 : Gestion des relations avec un fournisseur

A- Documents commerciaux

1.

N° 02/03/19 Débit Crédit


615 Entretien et réparation 1 520
44566 Etat, TVA déductible sur ABS 304
(ou
4458)
401 Fournisseurs 1 824
Facture n°251

2.

Désignation Quantité PU brut HT Remise PU net HT Prix net HT


Buns briochés 100 0.8 5% 0.76 76
Net HT 76
TVA à 5.5% 4.18
Net à déduire 80.18

3.

N° 19/03/19 Débit Crédit


401002 Fournisseurs Délisse 80.18
44566 Etat, TVA déductible sur ABS 4.18
601 Achats de matières premières Fournisseurs 76
Fa tu e d’avoi °A

4. Montant dû au fournisseur Délisse = Montant net à payer de la facture de doit du 02/03 – Montant
et à d dui e de la fa tu e d’avoi du / = . – 80.18 = 344.77 euros

5.

N° 30/03/19 Débit Crédit


401002 Fournisseurs Délisse 344.77
512 Banques 344.77
Chèque n°1257131
B – Compte fournisseur

1.

Annexe A à rendre - Extrait du grand livre du compte 401002

Dates Libellés Débit Crédit Lettrage Solde


Débiteur Créditeur
01/03/19 A nouveau 235.12 A 235.12
05/03/19 Chèque 235.12 A 0
1257129
10/03/19 Facture 836 677.95 677.95
17/03/19 Facture 984 424.95 B 1 102.90
19/03/19 Avoir 32 80.18 B 1 022.72
30/03/19 Chèque 344.77 B 677.95
1257131

Le solde du compte 401002 est donc de 677.95 euros.

2.

Lett age effe tu da s l’a e e A.

3.

Seule la fa tu e ’est pas lett e d’où le solde de . eu os.

Peut-être est- e u ou li de la SASU O’Bu ge , il faud ait up e l’i fo atio su le d lai de


paiement accordé par ce fournisseur sur la facture 836.
Dossier 2 : A al se fi a i e et fi a e e t d’u i vestisse e t

A- Analyse de la profitabilité

1.

Taux de variation = 100 * [ (valeur N – valeur N-1 ) / Valeur N-1 ]

Taux de variation du CA = 100 * [ ( 149 750 – 155 256 ) / 155 256 ) = - 3.55 %

2.

Une explication possible : Les nombreuses pannes rencontrées par Monsieur TARTASSE (cf. énoncé
du dossie o ti o ilis le a io et o t eu pou o s ue e u a t de l’a tivit pe da t es
périodes. La conséquence financière est tout simplement que le montant des ventes a baissé en
aiso des a ts de l’a tivit .

Aut e e pli atio possi le ais peu p o a le / pe ti e te : les lie ts e so t pas satisfaits…

3.

Evolution de la VA de 2017 à 2018 :

La valeur ajoutée représente les i hesses es pa l’e t ep ise g â e à so a tivit .

La VA est passée de 68 000 euros en 2017 à 67 236 euros en 2018. Cette baisse de 1.12% de la VA
s’e pli ue pa la aisse du hiff e d’affai es de -3.55% mais aussi par une baisse de la consommation
en provenance des tiers (le calcul non demandé : - 5.44%). Monsieur TARTASSE a donc très bien géré
ses a hats e p ove a e des tie s afi de p e d e e o pte la aisse du hiff e d’affai es. La
richesse créée a donc baissé mais dans des proportions oi d es ue la aisse du hiff e d’affai es.
Le taux de VA en augmentation en 2018 par rapport à 2017 confirme notre analyse sur la richesse
créée (annexe 4).

Evolutio de l’EBE de 2017 à 2018:

L’e de t ut d’e ploitatio ep se te les gai s d gag s pa l’e ploitatio de l’e t ep ise.

L’EBE est est sta le e pou u o ta t de 056 euros avec une croissance quasi nulle de
. % pa appo t à . Cet i di ateu est do assu a t d’u e e tai e a i e puis u’il sig ifie
ue l’a tivit de Mo sieu TARTASSE d gage les es gai s alg u e aisse du hiff e d’affai es.
E effet, il suffit de o state le tau de a ge ute d’e ploitatio e aug e tatio e pou
s’e o vai e a e e .

4.

A al se la p ofita ilit d’u e e t ep ise consiste à cerner sa capacité à dégager un résultat positif
(bénéfices).

Un ratio peut être calculé : 100 *(Résultat net / CA)

E , e atio de p ofita ilit est de . % alo s u’il est de . % e .

Nous constatons que les bénéfices ont augmenté de 14.22% en passant de 12 489 en 2017 à 14 265
euros en 2018, en précisant que le résultat exceptionnel est égal à 0.
Ainsi, la société de Monsieur TARNASSE d gage plus de fi es e u’e aug e tatio
de la profitabilité), malgré la baisse du hiff e d’affai es.

Remarquons également que Monsieur TARNASSE a subi de nombreuses pannes avec son camion ce
ui a eu u i pa t gatif su le hiff e d’affai es t s t s p o a le e t a t de l’a tivit …

Conclusion : Monsieur TARNASSE ne doit pas s’i ui te , so a tivit d gage de t s o sultats


(ratio de profitabilité), il faudrait juste essayer de trouver une solution pour éviter les pannes du
a io . E effet, sa s les pa es de a io et do les a ts d’a tivit , les sultats se aie t
probablement encore meilleurs !

B. A al se de l’ uili e fi a ie et hoi de fi a e e t

1.

Bilan fonctionnel

ACTIF MONTANT PASSIF MONTANT


EMPLOIS STABLES (2) 64 127 RESSOURCES STABLES 84 513
(1)
ACTIFS CIRCULANTS 1 054 PASSIF CIRCULANT (3) 11 235
(4)
TRESORERIE ACTIVE 30 567 TRESORERIE PASSIVE 0
(6) (5)
TOTAL ACTIF 95 748 TOTAL PASSIF 95 748

(1) = Capitaux propres (51 465) + Dettes bancaires hors CBC (8 167) + Amortissements et
dépréciations (24 881) = 84 513

(2) = Actifs immobilisés bruts = 64 127

(3) = Dettes fournisseurss (1 273) + Dettes fiscales (3 875) + Autres dettes (6 087) = 11 235

(4) = Stocks bruts (990) + Clients bruts (64) = 1 054

(5) = CBC = 0

(6) = Disponibilités = 30 567

2.

FRNG 2018 = Ressources stables – Emplois stables = 84 513 – 64 127 = 20 386

BFR 2018 = Actifs circulants – Passifs circulants = 1 054 – 11 235 = - 10 181

TN 2018 = T.active – T.passive = 30 567 – 0 = 30 567

Ou FRNG – BFR = 20 386 – ( - 10 181) = 30 567

3.

Le ila fo tio el pe et d’a al se d’où p ovie t le fi a e e t de l’e t ep ise et o e t il est


utilis pou fi a e les i vestisse e ts puis l’e ploitatio .

Dans le cas de la société de Monsieur TARNASSE, nous constatons que :


- Le FRNG est positif ce qui signifie que les investissements sont financés exclusivement par
des ressources stables (capitaux propres et emprunt bancaire). Un FRNG positif est un signe
d’u o uili e fi a ie e t e les i vestisse e ts et les fi a e e ts à lo g te e. Le
montant du FRNG (20 386 euros) permettra de finance l’e ploitatio .
- Le BFR est négatif (- 10 181 euros ) ce qui signifie u’il ep se te u e sou e de
financement, ce qui est assez rare dans les entreprises. Concrètement, Monsieur TARNASSE
reçoit des paiements comptant de la part des clients du food-truck, mais a réussi à négocier
des d lais de paie e t ave ses fou isseu s. C’est u e o e gestio de la t so e ie et du
fi a e e t de l’e ploitatio , et ’est souve t t s le as da s la estau atio .
- Ainsi, la Trésorerie nette est très positive (30 567 euros) et permet une sérénité financière et
des possi ilit s d’i vestisse e ts et/ou de pla e e ts fi a ie s.

L’ uili e fi a ie est do t s satisfaisa t.

4.

Tau d’e dette e t a i u auto is pa la a ue = % des apitau p op es

Montant des capitaux propres = 51 465

Mo ta t de l’e dette e t ava t i vestisse e t = € a e e

Possi ilit de s’e dette jus u’à 465 – 8 167 = 43 298 euros.

5.

Le montant HT du camion à financer est de 70 €

Montant maximum du crédit bancaire = 43 €

Montant de la CAF prévisionnelle 2019 = 27 €

Montant des disponibilités au 31/12 = 30 €

Proposition de financement : Monsieur TARNASSE peut contracter un emprunt de 43 € aup s de


sa banque et financer le reste à partir de sa trésorerie (il faudrait décaisser 26 702 euros).

Il serait intéressant pour lui de négocier une reprise de son camion afin de réduire le montant HT du
nouveau camion à financer.

La trésorerie sera reconstituée assez rapidement étant donné le montant élevé de sa CAF qui
représente le surplus o tai e d gag pa l’a tivit u’il est possi le d’affe te à l’autofi a e e t
de la société.

Autre idée : Monsieur TARNASSE pourrait peut-être envisager un apport en compte courant
d’asso i p t e so o à sa société).
Dossier 3 : T aite e t o pta le d’u i vestisse e t

A- A uisitio d’u e i o ilisatio

1.

N° 01/06/19 Débit Crédit


218201 Matériel de transport – Structure 50 000
218202 Matériel de transport – Aménagement 20 000
44562 Etat, TVA déductible sur immobilisation 14 000
404 Fournisseurs d’i o ilisatio 84 000
Facture n°519

2.

Pla d’a o tisse e t de la st u tu e du a io e ode o li ai e U.O

Années Base Amortissements Amortissements Valeur nette


amortissable cumulés comptable
2019 50 000 4 444 (1) 4 444 45 556
2020 50 000 7 222 (2) 11 666 38 334

(1) : 50 000 * 16 000 km / 180 000 km = 4 444

(2) : 50 000 * 26 000 / 180 000 km = 7 222

Pla d’a o tisse e t de l’a age e t du a io e ode li ai e U.O

Années Base Amortissements Amortissements Valeur nette


amortissable cumulés comptable
2019 20 000 2 917 (1) 2 917 17 083
2020 20 000 5 000 (2) 7 917 12 083

(1) : 20 000 * (100 / 4 années) * 7/12 (prorata) = 2 917

(2) : 20 000 * (100 / 4 années) = 5 000

3.

N° 31/12/19 Débit Crédit


6811 Dotation aux amortissements sur immobilisations 7 361
2818201 Amortissement du matériel de transport – Structure 4 444
2818202 Amortissement du matériel de transport – Aménagement 2 917
Cf. pla s d’a o tisse e t
B. Cessio d’u e i o ilisatio

1.

N° 01/06/19 Débit Crédit


28154 Amortissement du matériel de transport 25 000
2154 Matériel de transport 25 000
So tie du pat i oi e de l’a ie a io

Remarque : la VNC est gale à selo l’ o i utile de débiter le compte 675 « VCEA » pour 0 ou
e o e d’e egist e u e dotatio o pl e tai e au a o tisse e ts pou ).

Les autres écritures sont correctement enregistrées (cession et encaissement).

2.

Résultat de cession = prix de cession (compte 775) – valeur nette comptable (compte 675) = 5 000 –
0=5 €

La plus-value est de 5 000 euros.

3.

Cette cession augmentera les produits exceptionnels (compte 775) pour 5 000 euros.

Aucune incidence sur les comptes de charge puisque le bien est totalement amorti.

Le résultat comptable augmente de 5 000 euros du fait de cette cession.

4.

En date du 02/06, les conséquences sur le bilan du changement de camion et de son financement
sont :

- Aug e tatio de l’a tif i o ilis pou eu os e aiso de l’a uisition du nouveau
camion
- So tie de l’a tif i o ilis de l’a ie a io ui avait u e valeu ute de 000 euros
mais une valeur comptable nette de 0 euro.
- Baisse de la trésorerie pour le montant non financé par emprunt et payé comptant (non
précisé sur la facture)
- Augmentation des dettes bancaires pour le montant financé par emprunt

Des hypothèses pourraient être formulées sur le délai de paiement accordé par le fournisseur
puis ue e de ie ’est pas i di u su la fa tu e.
Question de gestion

Le fi a e e t de l’i vestisse e t peut-il e ett e e ause l’ uili e fi a ie de l’e t ep ise ?

Introduction et définitions :

L’investissement est une décision stratégique prise par un dirigeant en vue d’acquérir ou de
renouveler des biens incorporels et corporels qui seront utilisés pour le développement de
l’entreprise. L’investissement est nécessaire pour les entreprises.

La décision d’investir doit être bien réfléchie, et un aspect important sur lequel il faut
s’interroger est le mode de financement des investissements… Le financement qui concerne
les moyens à disposition d’une entreprise pour soulever des capitaux est donc également un
enjeu important pour une entreprise.

Pour se financer, une entreprise dispose de différents types de financement (emprunt,


autofinancement, apports en comptes courants des associés, augmentation de capital).
Cependant sa taille et sa structure conditionnent les moyens dont elle va réellement disposer
pour se financer.

La question de gestion posée met en relation la question du choix du financement des


investissements avec l’équilibre financier, c’est à dire avec les conséquences financières
pour l’entreprise en termes de bilan et de trésorerie principalement. Un déséquilibre financier
aurait des conséquences néfastes pour une entreprise et ses partenaires telles que des
découverts bancaires, des retards de paiement, ou encore une situation d’insolvabilité.

Partie 1 : Le choix de financement a un impact sur la structure financière de


l’entreprise, et peut parfois remettre en cause l’équilibre financier

- Choisir un mode de financement n’est pas sans conséquence sur la structure


financière : Par exemple, un emprunt bancaire ou une augmentation de capital
augmentera les ressources stables d’une entreprise au niveau du bilan fonctionnel.
Cependant, un emprunt bancaire va générer un coût parfois important à supporter
par l’entreprise (intérêts) en plus du remboursement du capital. Si l’investissement est
couteux mais n’est pas suffisamment rentable, il se peut que les remboursements à
la banque mettent l’entreprise en difficulté financière (taux d’endettement trop élevé).
- L’autofinancement en mobilisant la trésorerie disponible est une source intéressante
pour investir, mais une utilisation trop importante de la trésorerie disponible peut
également générer des découverts bancaires et des difficultés de trésorerie par la
suite.
- La cession d’éléments d’actifs peut être une source de financement mais il faut être
vigilant sur les actifs cédés et ne pas générer d’autres difficultés de production par
exemple. Par exemple, une entreprise qui cède une machine industrielle pour
acquérir un PGI pourrait rencontrer des difficultés financières par la suite si la
conséquence est une sous-capacité de production.
- … toute idée montrant que les choix de financement modifient la structure financière
et peuvent créer des difficultés financières…
- Autre exemple : une entreprise qui a quelques difficultés financières souhaite investir
pour se relancer économiquement, doit être très prudente quant au mode de
financement qui pourrait la précipiter dans un état de cessation de paiements.
-
Partie 2 : Cependant, il existe de nombreux outils d’analyse permettant de réaliser les
meilleurs choix en termes de financement des investissements en vue de réduire le
risque de déséquilibre financier.
Pour éviter de déséquilibrer la structure financière d’une entreprise et donc de lui porter
préjudice, il est possible de citer quelques outils / méthodes :
- L’analyse de la profitabilité de l’entreprise. Cet indicateur permet de connaître la
capacité de l’entreprise à générer du profit. L’étude de la profitabilité de l’entreprise,
s’appuie sur des outils d’analyse comme les SIG, les ratios de profitabilité et la CAF.
Cette analyse permet d’étudier les résultats de l’entreprise est d’analyser par
exemple sa capacité de remboursement, et sa capacité à s’enrichir. L’exemple de la
société de Monsieur TARNASSE montre que son activité génère des revenus
conséquents et qu’il sera en mesure d’assumer la charge et le remboursement d’un
emprunt par exemple.
- Une règle d’or est que les investissements devraient être financés par des
ressources à long terme. Il est donc intéressant d’établir un bilan fonctionnel à partir
du bilan comptable. Ce bilan fonctionnel met en évidence les différents cycles de
l’entreprise (d’investissement, de financement, d’exploitation) et permet de calculer
les valeurs structurelles : le fonds de roulement, le besoin en fonds de roulement et la
trésorerie. L’exemple de la société de Monsieur TARNASSE montre une excellente
structure financière de quoi rassurer sa banque qui lui prêt à un taux bas (3%).
- Des indicateurs complètent l’analyse financière (indépendance financière, niveau
d’endettement,…) afin d’évaluer le risque financier. La banque de l’entreprise de
Monsieur TARNASSE l’a obligé à respecter un taux d’endettement de 100% afin que
la charge de l’emprunt ne soit pas trop lourde à supporter.
- Il est également possible et recommander de réaliser des documents prévisionnels
afin d’estimer la situation financière selon plusieurs scénarios. Par exemple, dans le
cadre du financement du food-truck de Monsieur TARNASSE, il serait intéressant
d’établir un budget prévisionnel de trésorerie en y intégrant notamment le
remboursement de l’emprunt et le paiement sur fonds propres pour le montant non
emprunté.
- Le BFR est tout de même un indicateur à prendre en compte pour le financement des
investissements, car parfois il peut être négatif (société de Monsieur TARNASSE) et
générer un excédent de trésorerie… Dans ce cas bien précis, le FRNG peut être égal
à 0 sans que cela soit problématique.
- Une analyse de la rentabilité peut être intéressante afin d’étudier les ratios et de se
rendre compte de l’impact du financement sur la rentabilité économique et financière
par exemple.

Conclusion : Il convient d’étudier, de manière détaillée, la situation financière d’une


entreprise afin de lui proposer un financement adapté à sa situation, c’est-à-dire un
financement qui prendra en compte sa structure financière et ses enjeux.