Vous êtes sur la page 1sur 28

Licence Professionnelle Animateur Qualité

Année universitaire 2015 - 2016

Histoire de la Qualité

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de
Poitiers. »

FEVRIER 2016

Tuteur : Monsieur Mikael LAVANDIER


Créé par : Marine PUIBOUBE, Emmanuelle JOLLY, Christelle NEUVIALLE
Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et
l’histoire des formations Qualité au sein de
l’IUT de Poitiers. »

Le thème du projet tutoré que nous développerons dans les pages


suivantes est : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au
sein de l’IUT de Poitiers ». Ce sujet a été proposé par Monsieur LAVANDIER,
responsable de la formation Licence Professionnelle Animateur Qualité.
Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »

Cette proposition s’inscrit dans un projet plus global qui est la mise en
valeur de cette formation durant la manifestation organisée à l’occasion des
cinquante ans de l’IUT de Poitiers. Ce projet sera également une première base
de travail pour la réalisation d’un futur projet tutoré visant à préparer
l’organisation d’un forum d’anciens étudiants de la Licence Professionnelle
Animateur Qualité.
Tout au long de ce rapport, nous essaierons de suivre une logique basée
sur le triptyque Données historiques/ Supports et outils de la Qualité/ Les
hommes acteurs de la Qualité. Cette logique nous a en effet permis de dégager
des axes de recherches plus précis sur : l’évolution de la Qualité et des
formations Qualité de l’IUT d’un point de vue chronologique et historique, les
organismes, outils et chiffres clés de cette évolution, et enfin la mise en avant
des hommes ayant contribué à l’essor de la Qualité et des formations Qualité de
l’IUT.
Ce fascicule présentera un extrait de notre rapport de projet tutoré en nous
focalisant sur la partie consacrée aux données historiques relatives à l’évolution
de la Qualité d’un point de vue général. Nous vous présenterons tout d’abord un
historique sur la Qualité, puis une sélection d’outils dédiés à la Qualité. Nous
ferons ensuite un point sur la normalisation, les organismes de normalisation et
les normes majeures. Pour finir, nous vous présenterons des comptes rendus
d’interviews de professionnels en poste donnant leur point de vue sur la Qualité
et l’avenir de la Qualité.

1
Sommaire

SOMMAIRE ................................................................................................................... 2
1/ HISTOIRE DE LA QUALITE ............................................................................................ 3
1.1/ HISTORIQUE DE LA QUALITE ............................................................................... 3
1.2/ SELECTION DE SEPT OUTILS QUALITE ................................................................... 6
1.3/ LA NORMALISATION, DEFINITIONS ..................................................................... 10
1.4/ LES PRINCIPAUX ORGANISMES DE NORMALISATION .............................................. 12
1.5/ LES PRINCIPALES NORMES ................................................................................ 14
1.6/ LES PRIX DEDIES A LA QUALITE ......................................................................... 19

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »
2/ VISION DE PROFESSIONNELS EN POSTE ET AVENIR DE LA QUALITE .................................... 21
3/ CONCLUSION ........................................................................................................... 24
WEBOGRAPHIE ............................................................................................................ 25
HISTOIRE DE LA QUALITE ET OUTILS QUALITE .................................................................. 25
HISTOIRE DE LA NORMALISATION ................................................................................. 26
DONNEES STATISTIQUES ............................................................................................. 27
SUPPORTS DE COURS LPAQ ........................................................................................ 27

2
1/ Histoire de la Qualité

Dans ce chapitre, nous nous intéresserons à l’évolution de la Qualité au travers de


différents aspects. Notre présentation sera tout d’abord axée sur les grands concepts et les
hommes ayant contribué à l’essor de la Qualité. Nous définirons ensuite succinctement la
Qualité avant de nous intéresser à une sélection d’outils « dédiés » à sa mise en place et son
développement. Puis nous aborderons l’aspect Normalisation (définitions, principaux
organismes de normalisation et normes majeures). Nous achèverons cette partie par une
sélection de divers prix dédiés à la Qualité au niveau mondial, européen et national.

1.1/ Historique de la Qualité


Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »

La Qualité a connu de nombreuses évolutions et est aujourd’hui un mode de


management des entreprises incontournable et performant.

L’apparition des premières notions de Qualité date de plusieurs siècles. En effet, le


Code d'Hammourabi 1 (texte juridique babylonien daté d’environ 1750 avant JC) imposait
déjà des règles en matière de contrôle de la Qualité des produits finis. En France, la notion de
Qualité est importée par Colbert en 1664 : « Si nos fabriques imposent, à force de soins, la
qualité, la qualité supérieure de nos produits, les étrangers trouveront avantage à se fournir
en France et leur argent affluera dans les caisses du Royaume. »

Mais c’est réellement au cours des années 1920, avec le développement de la


production industrielle de masse (période appelée « Taylorisme »), que la place de la Qualité
devient prépondérante.

La Qualité dans le monde

Dès 1904, la réflexion sur un système de normalisation internationale est engagée à


Saint-Louis (Missouri) lors d'un congrès international : quinze pays s’engagent alors à
coopérer sur les questions de normalisation, de nomenclatures ou de valeurs assignées pour
les appareils et machines électriques. Cependant, on considère 1906 comme étant le début de
la normalisation internationale avec la création du CEI (Commission Electrotechnique
Internationale). La CEI compte aujourd'hui soixante neuf pays membres. Elle a permis le
développement des normes d'unités de mesures (ex: le gauss, le hertz ou encore le weber) et
de références du SI (Système international d'Unités).

En 1920, FISHER met au point le Plan d’expériences statistiques. Puis c’est en 1922
qu’est publié l'un des premiers ouvrages traitant de l'indépendance de la Qualité par rapport au
management : « The Control quality in manufacturing » (G.S RADFORD). On y constate une

3
prise de conscience de l'importance de faire de la Qualité une préoccupation majeure dans le
secteur l'industrie

Aux Etats-Unis, en 1924, est créé le premier service Qualité : le Département Qualité
Bell Telephone Laboratories. Il est issu de la volonté de s'adapter aux contraintes
qu'impliquent la production de masse et l'innovation. Il a vu émerger des grands noms tels que
W.A. SHEWHART et G.D. EDWARD. Par la suite, en 1928, JURAN présente l'un des
premiers cours de formation professionnelle de Quality Control. Pendant la guerre, en 1942,
aux Etats-Unis, les mêmes JURAN et DEMING proposent des programmes de formation
dans les usines d'armements.

Ancêtre de l'ISO, l'ISA (International Federation of the National Standardizing


Associations ou fédération internationale des associations nationales de normalisation), est
créée en 1926 et disparaîtra en 1942 à cause de la seconde Guerre Mondiale. Au cours des

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »
années 30, les grandes industries commencent à imposer des contraintes techniques à leurs
fournisseurs. En 1934, afin de faciliter la classification des défauts, Juran adapte le
diagramme de Pareto.

En 1945, FEIGENBAUM, publie un article « Quality as a management », qui amorce


une des évolutions majeure de la Qualité en milieu industriel en tant qu'outil de management.
Jusque là, la Qualité impliquait uniquement le contrôle de la fabrication du produit. Il propose
de prendre en compte toutes les étapes du produit, de sa conception à sa livraison. Puis, en
1946, naissent l'ASQC (American Society for Quality Control) aux Etats-Unis et la JUSE au
Japon (sous la direction d'ISHIKAWA), équivalent de l'AFNOR. En parallèle, vingt huit pays
se réunissent à Londres pour évoquer la création d'une organisation internationale de
normalisation afin de réfléchir à la manière d'unifier et rendre accessible la compréhension
des normes par tous.

Le 23 février 1947, l'ISO, l'Organisation Internationale de Normalisation, entre


officiellement en fonction.

La Qualité rencontre un essor considérable pendant la seconde guerre mondiale, au


sein des industries d’armement. Au lendemain de la guerre, le Japon est vaincu et son
économie est en ruine. DEMING, envoyé en 1947 à Tokyo, développe alors une
méthodologie Qualité qui repose sur le cycle dynamique PDCA (Planifier (plan), Faire (do),
Contrôler (check), Agir (act)). En matière de Qualité, les Etats-Unis et le Japon ont su les
premiers collaborer. DEMING organise en juillet 1950 une conférence devant les vingt sept
dirigeants du Keidanren (fédération patronale japonaise) qui s’intéresse à ses théories sur le
management en matière industrielle.

En 1951, le concept de Total Quality Control fait son apparition aux Etats-Unis grâce
à Feigenbaum. On note aussi à cette date la mise au point de l'AMDEC. Entre 1951 et 1952,
de nombreux livres sur la Qualité sont publiés comme le « TQC » par Armand VALLIN,

4
premier ouvrage traitant de la maîtrise totale de la Qualité et le « Quality Control Handbook »
écrit par Joseph JURAN.

En 1955, ISHIKAWA diffuse la Carte de Contrôle mise au point par SHEWHART en


1924. L’armée américaine, en 1959, développe quant à elle la première norme « MIL-Q-
9858 » relative à l’assurance Qualité. CROSBY impose quant à lui la méthode « 0 défaut »
dans le cadre des programmes spatiaux APOLLO en 1961, aux Etats-Unis.

En 1970, les USA légifèrent sur l'obligation de respecter des critères Assurance
Qualité pour la construction des centrales nucléaires. Et c’est en 1974 que l’on voit apparaître
les premiers cercles de Qualité aux Etats-Unis, sous l'influence d'ISHIKAWA.

JURAN créé en 1979 le « Juran Institute» afin de développer l’organisation, la


planification et les processus d’amélioration de la Qualité.
Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »

Enfin en 1991, pour inciter les entreprises à adopter davantage un système de


management de la Qualité afin de faire face aux Etats-Unis et au Japon (ayant eux intégré
depuis longtemps ces systèmes), l'European Organization for Quality et la Commission
Européenne créent l'European Qualtity Award.

La Qualité en France

L’un des premiers faits marquants de l’évolution de la Qualité en France est la création
du LNA (Laboratoire National d'Essais) en 1901.

En 1916, Henri FAYOL, pionnier du management, explique les principes de la gestion


globale de l’entreprise dans un ouvrage « Administrer, c’est prévoir organiser et contrôler ».

La Commission Permanente de Standardisation voit elle le jour en 1918 ; son but étant
de définir un système permettant de généraliser les unités de mesures. Cette Commission a
disparu en 1926 lors de la création de l'AFNOR.

Le premier Salon de la Qualité Française à lieu à Paris, au Grand Palais, en 1933.

En 1957, l'AFCIQ (Association Française pour le Contrôle Industriel et la Qualité)


voit le jour et en 1961, l'Association Française des Qualiticiens (AFQ) est créée.

En 1970, l'AFNOR lance une étude concernant les normes relatives à la gestion de
l'Assurance Qualité. Puis, quatre ans après les Etats-Unis, la France, impose en 1974 la mise
en place d'une organisation de la Qualité pour la construction des centrales nucléaires.

C’est en 1975 qu’apparaît le SQUALPI, Service de la Qualité des Produits Industriels


de la Normalisation. Il faudra attendre 1978 pour que les premiers cercles de Qualité

5
apparaissent en France (les premiers à les avoir mis en place sont les usines Citroën de
Rennes).

Le Réseau National d'Essais (RNE) est quant à lui créé en 1979.

En 1991, Le MFQ, Mouvement Français pour la Qualité, naît de la fusion de l'AFCIQ,


de l'AFQ et de l'AFCERQ. En collaboration avec le Ministère de l'industrie, il créée le Prix
Français de la Qualité.

Le COFRAQ, Comité Français d'Accréditation, voit le jour en 1994. Il regroupe le


RNE et le Bureau National de Métrologie. Enfin en 1995, le MFQ lance le Mois de la Qualité.

Depuis l'apparition des normes ISO, en particulier la norme ISO 9001, les entreprises
de tous secteurs ont intégré un système de management de la Qualité. Depuis les années 2000,

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »
de nombreuses entreprises de services adoptent elles aussi une démarche Qualité.
Régulièrement, ces normes sont revues et la Qualité est en perpétuelle évolution afin de
permettre à tous les secteurs d'activités de mettre en place un système de management
Qualité, Sécurité, Environnement efficace.

1.2/ Sélection de sept outils Qualité

Dans la partie précédente, nous avons évoqué les dates et hommes clés pour
l’évolution de la Qualité. Nous allons maintenant nous intéresser succinctement aux outils
dédiés à la Qualité. En effet, pour réussir à faire évoluer la Qualité interne et externe et à
inscrire l’entreprise durablement dans une réelle dynamique d’amélioration continue, la
démarche Qualité met à disposition des entreprises une large panoplie d’outils.
Nous avons choisi de sélectionner sept outils parmi les plus utilisés en entreprise.
Avant de vous les présenter, nous ferons un point sur deux méthodologies majeures faisant
appel à ces outils.

Méthodologies pour la Qualité :


- PDCA :
Connue également sous le nom de Roue de Deming. Elle est une stratégie générale
pour améliorer la qualité et se décompose en quatre étapes :

 Plan : planifier, définir


 Do : faire
 Check : étudier, analyser
 Act : agir

6
- 6 Sigma :

Elle est l’équivalent du PDCA, dont elle est une version améliorée. C’est une
démarche globale d’amélioration structurée, fondée sur la voix du client (enquêtes) et des
données mesurables et fiables (analyse statistique poussée). Elle s’appuie sur le principe de la
MSP (Maîtrise Statistique des Procédés) et se décompose en cinq étapes (DMAIC) :

 Définir : recueil des besoins clients et cartographie processus.


 Mesurer : analyse par des systèmes de mesure, définition des principaux
indicateurs de qualité traduits en Sigma (écart type et DPMO).
 Analyser : cartographie détaillée des processus, analyse des causes, analyse de
capabilité…
 Innover : amélioration des processus.
 Contrôler : vérification de la pérennité des améliorations.
Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »

Lors de la mise en place de ces méthodologies, divers outils sont utilisés. Nous vous
présentons ci-dessous une sélection de sept d’entre eux, parmi les plus utilisés actuellement en
entreprise.

Sélection de sept outils pour la Qualité :

- Brainstorming :

Le brainstorming ou encore appelé remue-méninges est une méthode participative de


résolution de problèmes s’appuyant sur la créativité spontanée des participants (équipe
pluridisciplinaire), sous la direction d’un animateur. Conçu et développé 1939 par Alex
OSBORN, cet outil consiste à communiquer le plus d’idées possibles dans un temps et sur un
thème donné, sans critique, sans jugement ni censure (pour favoriser la spontanéité et
l’imagination).

Ces idées sont ensuite regroupées et améliorées pour finir par une analyse de solutions
envisageables et réalisables en fonction du contexte de l’entreprise. Le brainstorming est
souvent utilisé sur les phases de lancement de projet, sur l’analyse des causes d’un
problème…

- Le diagramme des causes à effet :

Le diagramme de causes à effet est aussi appelé : diagramme d’Ishikawa, diagramme


en arête de poisson ou encore méthode des 5 M. C’est un outil permettant d’identifier les
causes possibles d’un problème ou un défaut (effet). D’après le CNRS, il est créé en 1943 par
le professeur Kaoru ISHIKAWA et s’impose rapidement comme un outil fondamental de la
Qualité.

7
Tout comme le Brainstorming, dont il est une suite logique, il est préférable de le
travailler en groupe. Il permet de classer les causes identifiées en grandes familles
(5M : Matières, Milieu, Méthodes, Matériels, Main d’œuvre), limite les risques d’oubli et
facilite l’analyse des solutions possibles.
Son avantage majeur est de permettre une représentation graphique aisément
compréhensible par tous et rapidement.

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »
Exemple Diagramme Ishikawa issu de : http://3dc.asso-web.com/27+kaoru-ishikawa.html

- L’AMDEC
L’AMDEC est élaborée dans les années 1940 par l’armée américaine en tant que
procédure militaire (MIL-P-1629) et est l’abréviation de « Analyse des Modes de
Défaillances, de leurs Effet et de leurs Criticité ». C’est outil permet d’anticiper les risques
d’apparition de défaillances, d’évaluer leurs conséquences, de rechercher les causes liées à ces
risques, d’en assurer leurs détections et de déclencher des actions correctives en fonction du
degré de criticité obtenue.

Le principe de l’AMDEC est de lister et d’organiser les modes de défaillances, les causes de
défaillances et les effets de défaillances et d’y appliquer un calcul de criticité. Il fait appel à
une analyse de groupe (équipe pluridisciplinaire). L’application de cet outil se décompose en
plusieurs étapes :

 Constitution du groupe de travail


 Définition du cadre et analyse fonctionnelle
 Détermination des modes de défaillance
 Détermination des causes de défaillance
 Détermination des effets de défaillance
 Calculs de Criticité (Criticité = Probabilité d’apparition X niveau de
Gravité X probabilité de non-Détection)
 Hiérarchisation et catégorisation des modes de défaillance
 Proposition d’amélioration et recalculs
.

8
- QQOQCCP :

L’outil QQOQCCP permet de décrire relativement rapidement une situation pour aider
à la résolution d’un problème. Il se réalise en adoptant une attitude interrogative systématique
basée sur les questions suivantes : Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? Comment ? Combien ?
Pourquoi ?

Cet outil peut être utilisé de manière individuelle ou collective et dans diverses situations
(poser un problème, rechercher des idées de causes ou solutions possibles, préparer un plan
d’actions…). L’utilisation systématique de cet enchaînement de questionnements permet une
exhaustivité du champ de recherche et ce de manière simple et rapide.

- Les 5 pourquoi :

L’outil « 5 Pourquoi ? » (en anglais : « 5 why’s » ou 5W) est la base d’une


Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »

méthodologie de résolution de problèmes (« problem solving ») proposée dans un grand


nombre de systèmes de Qualité. Cet outil d’analyse permet de rechercher les causes racines
d’un problème ou d’un dysfonctionnement.
C’est également un questionnement systématique où il s’agit tout d’abord d’énoncer le
problème puis de le soumettre à un premier Pourquoi. La réponse apportée à cette première
question devient alors un nouveau problème à soumettre à un autre Pourquoi. L’expérience a
montré que les causes racines peuvent être identifiées dès le cinquième Pourquoi (mais elles
peuvent l’être avant également). La solution de résolution du problème se déduit alors dans la
réponse à ce cinquième Pourquoi. Pour vérifier que le questionnement est correctement
effectué, il est utile de repartir de la dernière réponse et de s’assurer que la réponse précédente
en est bien la conséquence et ainsi de suite.

- Le diagramme de PARETO :

Le diagramme de Pareto, ou méthode « ABC » ou encore règle des 80/20, est une
représentation graphique des causes essentielles d’un phénomène classées par ordre
d’importance (sous forme d’histogramme) et de leurs effets (sous forme de courbe). Cet outil
est le résultat des recherches de l’économiste italien Vilfredo Frédérico Damaso surnommé
« Marquis de Pareto » (20ème siècle). Sur ces recherches portant sur la répartition des
richesses, il observe que 80% des richesses sont possédées par 20% de la population. Il
observe également dans un autre contexte que 20% des voies ferrées occupent 80% du trafic
(d’où le nom de la loi 80-20 ou 20-80), et conclue donc sur la nécessité de ne s’intéresser
qu’aux voies qui sont les plus rentables pour l’entreprise.

Cette loi en fait donc un outil majeur d’aide à la décision puisque « si 20% des causes
produisent 80% des effets, il suffit de travailler sur ces 20% là pour influencer fortement les
résultats ».

9
Sa réalisation se décompose en plusieurs étapes :

 Définir une période de collectes des données et lister les problèmes rencontrés de
manière exhaustive
 Quantifier l’importance des problèmes (fréquences d’apparition) et déterminer le
pourcentage de chacun par rapport au total, puis les classer par ordre croissant
 Construire le diagramme avec les pourcentages cumulés

- La MSP :

La MSP (Maîtrise Statistique des Procédés) est d’après le cours de Monsieur Gérard
PINEAU « un ensemble d’actions pour évaluer, régler et maintenir un processus de
production en état de fabriquer tous ses produits conformes aux spécifications retenues et
surtout avec des caractéristiques stables dans le temps ». Cet outil s’intéresse particulièrement

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »
aux mesures, aux statistiques et permet la mise en place de notions telles que : calculs de
capabilité machine et procédé, constructions de cartes de contrôle avec limites de contrôle et
de surveillance…

1.3/ La normalisation, définitions

Qu'est-ce que la Normalisation et pourquoi normaliser?

Selon LAROUSSE :
Déf. 1« Ensemble des techniques qui ont pour objet de définir les produits et/ou les méthodes
de fabrication aptes à satisfaire des besoins spécifiés ; standardisation. »

Au sens courant, on parle de normalisation lorsqu'il s'agit de clarifier, d'édicter des


codes afin de favoriser et simplifier les échanges entre des individus. Il s'agit de mettre en
place un code commun, comme peuvent l’être les différents alphabets ou la numération.

Depuis plusieurs siècles, normaliser revient à harmoniser et déterminer des procédures ou des
règles afin de mettre en place des ordres de grandeurs et des unités de mesure qui seront
utilisés par le plus grand nombre de personnes possible (une unité de poids, de distance, de
temps...). Ces règles ne sont pas systématiquement des obligations (on citera l'exemple du
Royaume-Uni n’utilisant pas les unités de mesure communes). Cependant, pour faciliter les
échanges internationaux dans le domaine industriel, instaurer et adopter un système de
normalisation commun est indispensable : simplifier les codes pour une meilleure
compréhension de tous et « échanger » au mieux les produits. Les avantages techniques d'une
normalisation sont indiscutables et favorisent la production ainsi que l'économie.

Def. 2 « Action qui consiste à édicter des normes ; fait d'être soumis à des normes »

10
Qu'est-ce qu'une norme ?
Au sens large, pour un organisme, une norme est un document qui définit des
exigences, des spécifications, des lignes directrices ou des caractéristiques à mettre en place
pour la production de produits ou service.

Selon LAROUSSE : « Règle fixant les conditions de la réalisation d'une opération, de


l'exécution d'un objet ou de l'élaboration d'un produit dont on veut unifier l'emploi ou assurer
l'interchangeabilité. »

Il existe des normes de différents niveaux : normes européennes (édictées par le CEN),
normes nationales (émanant de l'AFNOR pour la France, de l'ANSI pour les Etats-Unis ou
encore le JISC pour le Japon). Il existe dans chaque pays plusieurs organismes de
normalisation, cependant, chaque état est représenté par un seul organisme officiel à l'ISO.
Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »

Qu'est-ce qu'une norme ISO ?


Au niveau international, plusieurs normes font référence et sont adoptées par de
nombreux pays. L'ISO (International Organization for Standardization) est en charge de la
création et publication de ces normes afin d'harmoniser les normes nationales et définir des
standards industriels communs à tous.

Plus de vingt mille normes internationales sont disponibles à l’achat auprès de l'ISO
ou de ses membres. Obtenir une certification ISO est, pour un organisme, un atout
économique et stratégique majeur. Elle permet de garantir un produit ou service de Qualité,
d'assurer une gestion efficace de l'organisme, en matière de management, gestion des coûts de
non-conformité ou encore de sécurité et de pouvoir être un concurrent sérieux sur le marché.

Processus d'élaboration d'une norme ISO, exemple ISO 14001 : 2015

Données issues du site www.iso.org

11
1.4/ Les principaux organismes de normalisation

Vous trouverez ci-dessous une présentation succincte des principaux organismes de


normalisation.

AFNOR : Association Française de Normalisation. Créée le 22 Juin 1926, elle contrôle le


secteur de la normalisation en France. En 1939, elle est autorisée à délivrer la marque NF. En
1947, elle contribue à la création de l'ISO, dont elle fait partie en tant que représentant
français. Le 23 Décembre 2004, elle fusionne avec l'AFAQ (créée en 1988) pour devenir le
Groupe AFNOR. Aujourd'hui, sa principale mission est de coordonner l'élaboration des
normes et de promouvoir leur application.

CEI : Commission Electrotechnique Internationale, 1906. Elle est la première organisation


internationale de normalisation. En charge d'élaborer et publier les normes internationales

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »
dans les domaines de l'électrotechnologie, elle est composée de différents organismes de
normalisation nationaux. Les normes CEI sont reconnues dans plus de 100 pays. On notera
qu'elle a permis le développement de mesures comme le Gauss ou encore le Hertz.

CEN : Comité Européen de Normalisation, 1961. Au même titre que l'ISO en matière de
normes internationales et que l'Afnor en matière de normes françaises, la vocation du CEN est
l'élaboration des normes Européennes (CE)

Données issues du Baromètre international de la normalisation (www.afnor.org)

ISO : Anciennement ISA (1926-1942), Fédération internationale des associations nationales


de normalisation (International Standards Association). L'ISO entre officiellement en fonction
en 1947, l'ISA ayant cessé ses activités en raison de la seconde guerre mondiale. Elle est le
premier producteur de Normes internationales.

12
Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »

Données issues du Baromètre international de la normalisation (www.afnor.org)

Place de la France :

Données issues du Baromètre international de la normalisation (www.afnor.org)

13
COFRAQ : Comité Français d'Accréditation, 1994. Il est l'unique instance nationale
d'accréditation des différents organismes intervenant dans l'évaluation de la conformité.

1.5/ Les principales normes

La normalisation débute dans le monde, dans le domaine électrotechnique, en 1906


avec la création de la commission électronique internationale (CEI). Ensuite, en 1940, le
département de la Défense US publie les « military standards ». Les premières normes
internationales apparaissent sous le titre de "Température normale de référence des mesures
industrielles de longueur " en 1951. C'est en 1959 qu'apparaît aux Etats-Unis la première
norme d'assurance Qualité, la norme MIL-Q-9858. Enfin, en 1979 l'ISO lance l'étude de
normes internationales d'assurance Qualité.

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »
En 1980 en France, l'AFNOR publie l'une des premières normes françaises d'assurance
Qualité, la X 50-110.

Les principales normes en lien avec la Licence Professionnelle Animateur Qualité :

Nous avons sélectionné les principales normes à évoquer en nous basant sur les
enseignements de la formation. Nous avons donc décidé de mettre en avant une norme
majeure pour chaque domaine QHSE étudié :

- Qualité : ISO 9001


- Hygiène : ISO 22000
- Sécurité : OHSAS 18001 et ISO 45000
- Environnement : ISO 14001

En règle générale, les normes ISO sont révisées tous les cinq ans pour les améliorer,
ou les supprimer. Nous allons retracer l'évolution (révisions) des normes choisies ainsi que
l'évolution du nombre de certifications délivrées en France pour chacune et le classement
international 2014 du nombre d'organismes certifiés par pays.

QUALITE : ISO 9001


Apparue en 1987, elle s'impose comme étant un avantage stratégique sur le marché
pour les entreprises y adhérant. Elle a pour objectif de garantir un niveau de Qualité et, pour
un fournisseur, elle est un avantage incontestable afin de garantir des contrats.

Elle connaîtra de nombreuses révisions. Au cours de son évolution, on notera que les
normes de la série ISO 9000 (ISO 9001 et ISO 9004) ont été adaptées afin d'être mises en
relation avec d'autres normes de système de management, et que d'autres ont disparu (ISO
9002 et ISO 9003).

14
ISO 9000 présente les principes essentiels et le vocabulaire utilisé dans toutes les
normes de la famille ISO 9000. Non certifiable, elle est un référentiel indispensable pour la
mise en place d'une certification ISO 9001. Publiée en 1987, elle répond à des exigences
Qualité de manière standard et au niveau international. Elle connaît une première révision en
1994. Orientée industrie et trop « lourde », elle devient plus généraliste et implique une mise
en place de la Qualité d'un point de vue organisationnel. Elle est révisée une deuxième fois en
2000, puis en 2005 en vue de la révision de la norme ISO 9001:2008.

ISO 9001 « Systèmes de management de la Qualité – Exigences» est une norme


certifiable par des organismes extérieurs à l'entreprise. Publiée en 1987, elle est utilisée pour
la mise en place d'un système de management de la Qualité. Elle est également révisée en
1994. En effet, depuis quelques années, les secteurs non industriels commencent à s'intéresser
à ces référentiels (les commerces, services, professions libérales...). Il a donc été
indispensable d'adapter la norme à tous types d'organismes. Révisée une deuxième fois en
Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »

2000, elle est unifiée avec les normes ISO 9002 et 9003. Les organismes intègrent la notion
de management par la Qualité : prise de conscience qu'au delà de la conformité d'un produit
ou service, la Qualité doit être totale et considérer l'organisme dans son ensemble (satisfaction
client, processus et amélioration continue). On commence alors à parler d'approche système.
En 2008 est publiée une troisième version dans laquelle l’approche système est toujours
présente, cependant la notion d'approche processus fait son apparition (le système doit être
repensé en processus).

Enfin, en 2015 est publiée une quatrième version : version simplifiée de la précédente, elle
met en avant la notion de risques. A terme, les autres normes de systèmes de management
s’accorderont à structure.

ISO 9002 : publiée en 1987 également, elle préconisait la mise en place de


dispositions relatives à la maîtrise de la production et à des contrôles et essais finaux. Au
même titre qu'ISO 9000 et 9001, elle est révisée en 1994. Cependant, elle devient inadaptée
par la suite : la seule conformité d'un produit ou service n'étant plus la seule notion à prendre
en compte pour parler de Qualité dans une entreprise. Elle est donc unifiée en 2000 à l'ISO
9001.

ISO 9003 : publiée en 1987, elle préconisait la mise en place de dispositions relatives
aux contrôles et essais finaux. Conçue comme la 9002, elle connaîtra la même évolution en
1994 et sera également unifiée à la norme ISO 9001 en 2000.

ISO 9004 : non certifiable, elle est un guide pour appliquer au mieux la norme ISO
9001. Elle donne les lignes directrices. Elle est révisée une première fois en 2000 puis en
2009, suite à la révision d'ISO 9001.

15
Nombre de certifications ISO 9001 délivrées en France
35000

30000

25000

20000

15000

10000

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »
5000

0
1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

Données issues de l’étude ISO 2014 (site www.iso.org)

Top 10 countries for ISO 9001 certificates - 2014


1 China 342800
2 Italy 168960
3 Germany 55363
4 Japan 45785
5 India 41016
6 United Kingdom 40200
7 Spain 36005
8 USA 33008
9 France 29122
10 Australia 19731
Données issues de l’étude ISO 2014 (site www.iso.org)

ENVIRONNEMENT : Normes ISO 14000 et 26000 (en partie)

ISO 14001: Elle est publiée en 1996. Norme certifiable, elle a pour objectif la mise en
place d'un système de management environnemental. Elle est le résultat d'une prise de
conscience de la nécessité de protéger l'environnement, suite à la conférence de RIO (1992).
Sa construction est calquée sur la norme ISO 9001 avec laquelle elle compatible.

16
Elle connaîtra deux révisions en 2004 et 2015 afin d'être compatible avec d'autres
systèmes de management. Elle met en avant le rôle de la direction, l'amélioration de la
performance environnementale, la stratégie de communication.

Nombre de certifications ISO 14001 délivrées en France


9000

8000

7000

6000

5000
Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »

4000

3000

2000

1000

0
1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

Données issues de l’étude ISO 2014 (site www.iso.org)

Top 10 countries for ISO 14001 certificates - 2014


1 China 117758
2 Italy 27123
3 Japan 23597
4 United Kingdom 16438
5 Spain 13869
6 Romania 9285
7 France 8306
8 Germany 7676
9 USA 6573
10 India 6436
Données issues de l’étude ISO 2014 (site www.iso.org)

ISO 26000 : elle est publiée en 2010 sous le titre Responsabilité sociétale. Ni
obligatoire, ni certifiable, elle permet une prise de conscience de l'importance des activités de
l'entreprise sur l'environnement économique, social et naturel en mettant en avant des notions
telles que les droits de l'Homme, l'Environnement, la loyauté des pratiques, les conditions de

17
travail. Elle contient des lignes directrices et non des exigences. Les organismes ont donc la
possibilité de mettre en place une démarche de développement durable, en intégrant la notion
de responsabilité sociétale au cœur de leur politique. Conçue autour et grâce à de nombreux
acteurs (ONG, industries, groupe de consommateurs...), elle est le résultat d'un véritable débat
international et n'a pas encore connu de révision majeure.

HYGIENE : ISO 22000

Publiée en 2005, elle est certifiable sous le nom de Gestion de la sécurité des denrées
alimentaires. Elle traite du management de la sécurité des denrées alimentaires et permet aux
organismes de maîtriser les dangers liés aux produits alimentaires. Sa structure tient compte
des dispositions contenues dans la norme ISO 9001:2000 (toujours dans un souci de
compatibilité entre les référentiels de management). Elle est le résultat de négociations

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »
internationales sur le commerce des produits alimentaires, suite aux crises alimentaires des
années précédentes (salmonellose, ESB ou maladie de la “vache folle”...). Une première
révision de cette norme est prévue pour 2017.

Nombre de certifications ISO 22000 délivrées en France


700

600

500

400

300

200

100

0
1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014

Données issues de l’étude ISO 2014 (site www.iso.org)

18
Top 10 countries for ISO 22000 certificates - 2014
1 China 10212
2 India 1817
3 Greece 1354
4 Italy 1214
5 Romania 1086
6 Japan 1036
7 Taipei, Chinese 836
8 Turkey 826
9 France 632
9 Poland 626
Données issues de l’étude ISO 2014 (site www.iso.org)
Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »

SECURITE : Normes OHSAS 18001 (British Standard Occupational Health and Safety
Advisory Services) / ISO 45001

OHSAS 18001: publiée en 1999, elle définit le système de management de la santé


sécurité au travail. Elle est un référentiel britannique et non une norme ISO. Elle permet la
mise en place d'un management de la santé et sécurité au travail, en définit les
exigences et donc permet une meilleure gestion des risques conformément aux législations en
vigueur. Elle a été révisée une première fois en 2007.

ISO 45001 : comme nous l’avons vu précédemment pour les différentes normes de
système de management, l'objectif de l'ISO est d'instaurer une cohérence entre celles-ci en
adoptant des structures semblables. C'est de ce constat qu'est née la réflexion sur une norme
internationale de système de management sécurité/santé. En 2017, la norme ISO 45001 verra
le jour. Elle conservera les exigences de l'OHSAS 18001.

1.6/ Les prix dédiés à la Qualité

Afin de récompenser les entreprises impliquées dans la gestion de la Qualité, de


nombreux prix ont été créés. Nous retiendrons ici les prix les plus connus.

Prix Deming

Créé en 1950 au Japon par la JUSE, en l'honneur d'un des précurseurs de la Qualité, le
prix Deming est décerné chaque année au mois de Novembre (Edwards Deming assistait
d’ailleurs régulièrement à la cérémonie de remise des médailles). Ce prix a pour but principal
de récompenser les individus et entreprises qui ont pu faire progresser la Qualité par des idées
et actions novatrices en matière d'amélioration. Il évalue de nombreux aspects tels que la
politique, la structure et le fonctionnement de l'entreprise, la diffusion de l'information, la

19
maîtrise de la Qualité, l'application des normes et procédures ou encore les programmes futurs
et les résultats. Plusieurs années peuvent être nécessaires à une entreprise pour prétendre à
cette récompense et la concurrence est grande.

A l'heure actuelle, moins de cent entreprises ont remporté ce prix.

Malcolm Baldrige National Quality Award

Créé en 1987 aux Etats-Unis, après la signature par Ronald Reagan du Malcolm
Baldrige National Quality Improvement Act par le National Institute of Standard and
Technology, il a été nommé ainsi en l'honneur de Malcolm Baldrige (secrétaire d'Etat au
Commerce dans les années 80). Il était un grand partisan du management de la Qualité et
défendait l'idée qu'il s'agissait de la clé la prospérité économique d'un pays. Ce prix est
décerné tous les ans par le National Institute of Standards and Technology et récompense les

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »
entreprises les plus performantes dans les domaines du commerce, de la santé et de
l'éducation. Son objectif sous-jacent est la promotion de l'excellence dans la démarche et
l'exécution des projets. Les critères d'évaluation sont variés. Ils comprennent le leadership, la
planification stratégique, l'attention accordée à la clientèle et au marché, le perfectionnement
et la gestion des ressources humaines ou encore la gestion des processus. A l'heure actuelle,
une centaine de récompenses ont été accordées à des organisations américaines.

Prix Européen de la Qualité

Créé en 1991, il est décerné par l'EFQM tous les ans et est remis aux entreprises
européennes montrant leur engagement en matière de politique Qualité. Ses critères
d’évaluation sont similaires à ceux du Malcolm Baldrige National Quality Award.

Après ce point sur les diverses évolutions de la Qualité, les outils majeurs et les
hommes clés pour l’essor de la Qualité, nous allons maintenant nous intéresser, dans un
troisième chapitre, à l’évolution des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers.

20
2/ Vision de professionnels en poste et avenir de la Qualité

Après avoir étudié les différentes évolutions de la Qualité, ses principes majeurs, et la
manière dont elle est enseignée dans le programme de formation de la Licence Professionnelle
Animateur Qualité, nous avons souhaité nous intéresser succinctement au point de vue de
professionnels en poste.

Nous avons alors réalisé quelques interviews. Nous avons sollicité ces professionnels sur des
thèmes tels que : leur parcours professionnel et de formation, leur définition de la Qualité, leur
vision de la Qualité et ses évolutions, les freins à la mise en place d’une Démarche Qualité,
leur idée quant à l’avenir de la Qualité. Dans cette partie, nous vous présenterons une synthèse
de ces interviews.
Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »

Parcours professionnel et de formation de trois professionnels en poste dans les métiers de la


Qualité :

- Madame Anne-Françoise PERON :


 Actuellement Consultante Qualité pour son propre cabinet de consulting
Qualy’s (http://qualy-s.com) et également intervenante dans la Licence
Professionnelle Animateur Qualité pour les enseignements relatifs aux Normes
ISO 9000, Approche Processus et Indicateurs Qualité.
 Non issue à l’origine d’une formation Qualité, elle a évolué sur un poste de
Responsable Qualité dans le secteur de l’hôtellerie. Par la suite, elle est
chargée de la mise en place de la Démarche Qualité au sein d’un cabinet
d’avocats et anime en parallèle des groupes de travail.
 Suite à ces diverses expériences et après l’obtention d’une Licence
Professionnelle dans le domaine de la Qualité, elle ouvre son cabinet de
Consulting Qualité.

- Monsieur Frédéric BERNARD :


 Actuellement Animateur Qualité et Directeur de France Menuisiers au sein du
Groupe Ridoret (http://www.groupe-ridoret.com/).
 Issu d’une formation d’ingénieur en Travaux, il intègre rapidement le Groupe
Ridoret au sein duquel il développe sa carrière depuis seize ans. Son profil est
donc beaucoup plus technique et production.
 La Qualité n’est pas pour lui une « vocation » ou un métier à part entière, mais
plutôt une mission supplémentaire pour l’atteinte de ces objectifs.

- Madame Véronique THOZET :

21
 Actuellement Senior manager Quality Assurance pour cold chain &
distribution & supply chain au sein du groupe GSK en Belgique, division
vaccins (http://www.gsk.fr/).
 Diplômée d’un Doctorat en Pharmacie, elle s’intéresse de près à la Qualité dès
la fin de ces études notamment par le sujet de sa thèse de Doctorat relatif aux
bonnes pratiques de laboratoire.
 A la suite de son parcours de formation, elle intègre le groupe GSK et y
développe sa carrière dans des fonctions Qualité.

Définition de la Qualité :

- V. THOZET : « Qualité = Bien faire du premier coup. »


- A. PERON : « La qualité est un outil indispensable pour organiser une entreprise,

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »
manager les processus et avoir une vision globale afin d'être efficace. »
- F. BERNARD : « La Qualité serait plus la Qualité du produit. L’idéal de la Qualité est
de se mettre au service d’une entreprise désorganisée en s’appuyant sur un système Qualité
pour la faire progresser.»

Point de vue sur les différentes évolutions de la Qualité :


- V. THOZET : « Les évolutions de la qualité constatées :
• Années 1970-1990 : fonctionnement axé sur le contrôle produit.
• Années 1990-2010 : fonctionnement basé sur l’approche processus.

• A partir de 2010 : l’attention est portée sur la mise en place d’un système préventif, basé sur
la détection des risques. »

- F. BERNARD : « Concernant l’évolution de la ISO 9001 V2015 et la question de la


gestion de l’analyse des risques et opportunités, cela peut dans un premier temps paraître un
peu compliqué à mettre en place. Mais au final, les difficultés sont moindres car il s’agira
probablement d’accompagner la reconversion... Cette « nouveauté » est surtout une nouvelle
façon de formaliser. C’est plutôt une bonne évolution dans l’approche mais dans les faits ce
n’est pas une réelle révolution. »

Freins majeurs à la mise en place d’une démarche Qualité :


- V. THOZET : « Le frein majeur est la réticence aux changements : faire évoluer les
mentalités (notamment par l’éducation). Ceci nécessite de communiquer au maximum, de ne
jamais « se fatiguer », pour bien faire comprendre l’importance de la Qualité malgré le fait
que l’opérationnel soit souvent « débordé ».

Freins selon les différentes étapes du PDCA :

22
• Plan et Do : ne représente à présent pas de difficultés majeures.
• Check : quelques soucis apparaissent à cette étape.

• Act : cette étape est la plus délicate à maîtriser car elle nécessite une remise en question
permanente. »

- A. PERON : « La plus grande contrainte est l'engagement de la direction, qui ne doit


pas être hermétique et doit être capable de se remettre en question. »
- F. BERNARD : « Il n’apprécie pas spécifiquement la Qualité aujourd’hui telle qu’elle
est présentée et pratiquée. Il n’est pas forcément plaisant pour lui de mener les actions visant à
une certification ISO 9001 car par rapport à leur propre culture d’entreprise, la mise en place
de la 9001 a plus été une sorte de formalisme sans « autre apport ». Dans le contexte du
Groupe Ridoret, la certification ISO 9001 n’a pas eu de réel apport pour leur progression mais
a plus été une « contrainte de mettre les choses dans les bonnes cases ». »
Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »

Idées quant à l’avenir de la Qualité :

- V. THOZET : « C’est un fondamental. Il faut faire changer les mentalités sur la base
d’un cadre réglementaire hyper stricte ; il faut faire comprendre que la Qualité est la propriété
de tous. Aujourd’hui, pour la partie production, la Qualité est devenue une évidence. Un enjeu
d’avenir est maintenant de mettre en place de façon évidente, d’implanter un système
d’Assurance Qualité, sur la partie Globale (fonctions d’ingénierie, système de
validation...) : faire en sorte que la notion « bien faire du premier coup », pour éviter de perdre
du temps, soit intégrée progressivement. »
- F. BERNARD : « Plus aller vers l’essentiel, car actuellement son ressenti est que l’on
perd l’essentiel par une trop grande masse d’informations et de reporting. L’évolution de la
Qualité serait pour lui une évolution vers un outil de simplification aidant à aller à
l’essentiel. »
- A. PERON : « La qualité est amenée à se simplifier (référentiels plus accessibles) afin
que tout le monde puisse s'approprier ces concepts. La qualité s'adaptera à tous les niveaux, ce
qui sera facilité par la rationalisation des référentiels à l'image d'ISO 9001. »

La fonction Qualité peut être vue comme une compétence supplémentaire. Il convient
alors de valoriser cette fonction par des formations reconnues, d’où l’importance d’établir des
programmes de formation en adéquation avec le marché de l’emploi et de faire la promotion
de ces formations. Pour un étudiant en Licence Professionnelle Animateur Qualité, le
parcours préalable de formation ou professionnel paraît donc être un axe déterminant dans la
future évolution de carrière du diplômé (notamment en termes de secteurs d’activité). La
Qualité est en perpétuel mouvement et implique de se former régulièrement (de manière
ponctuelle ou sur des parcours de formation plus longs).

23
3/ Conclusion

Au cours de ces cinq mois, nous avons développé le thème « L’histoire


de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers »
dont l’un des principaux objectifs était la réalisation d’une frise chronologique
qui sera exposée à l’occasion des cinquante ans de l’IUT.
Nous avons effectué de nombreuses recherches et sollicité de nombreuses
personnes afin d’établir une base de travail solide et déterminer les axes à
développer, ce qui nous a amenées à repenser, améliorer notre organisation et
méthodologie de travail tout au long de ce projet.
Une répartition cohérente et précise du travail à effectuer nous a permis de

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »
mener à bien ce projet. Nos recherches se traduisent par des résultats divers dont
la réalisation de la frise chronologique, mais également des retranscriptions
d’interviews de professionnels et d’anciens responsables de la Licence, une
enquête réalisée auprès d’anciens étudiants, notre vision de l’Histoire de la
Qualité depuis le début du XXe siècle, une chronologie de l’évolution de la
formation Animateur Qualité à l’IUT de Poitiers.
La richesse de la documentation à disposition et la disponibilité des
personnes rencontrées nous a permis de développer une méthodologie de travail
efficace, d’appliquer les outils Qualité évoqués au cours de notre formation, de
construire notre réseau professionnel et d’enrichir notre culture générale. Cette
expérience nous sera donc utile à l’avenir pour appliquer des méthodes de
gestion de projets en entreprise. L’accès aux informations disponibles et la
cohésion de notre groupe de travail a permis de compiler un grand nombre de
données qui seront la base de travail d’un futur projet tutoré. Ces informations
n’apparaissant pas toutes dans ce dossier, nous les rassemblerons dans un
dossier, ultérieurement, afin qu’elles puissent être accessibles et exploitées à
l’avenir.

24
Webographie
Histoire de la Qualité et outils Qualité
 Amdec
- http://www.piloter.org/qualite/amdec.htm
- http://www.qualiteonline.com/question-44-quel-est-l-objectif-d-une-
amdec.html
- https://fr.wikipedia.org/wiki/Analyse_des_modes_de_d%C3%A9faillance,_de
_leurs_effets_et_de_leur_criticit%C3%A9a
 Brainstorming
- http://www.piloter.org/qualite/brainstorming.htm
- http://www.iaat.org/telechargement/guide_methodo/2_1_brainstorming.pdf
 Cours histoire Qualité
Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »

- http://sarraelghazi.e-monsite.com/pages/3-les-outils-d-aide-a-la-decision.html
 Ishikawa
- http://www.logistiqueconseil.org/Articles/Methodes-optimisation/5m-
ishikawa.htm
- http://www.commentprogresser.com/outildiagrammecauseeffet.html
- http://www.esen.education.fr/conseils/traitement-des-
donnees/operations/outils-de-diagnostic-structurants/outil-1-le-diagramme-
dishikawa/
 Entreprise Qualité Axess
- http://www.axess-qualite.fr/iso-13485.html
 Entreprise Qualité performance
- http://www.qualiteperformance.org/comprendre-la-qualite/principes-et-
fondamentaux
 Histoire de la Qualité et des normes
- http://www2.emergences.fr/dossiers/normes/notre-dossier/quest-ce-que-la-
normalisation/
 Histoire de la Qualité au Québec
- https://www.qualite.qc.ca/centre-des-connaissances/historique-de-la-qualite
 L’utilité de la Qualité
- http://www.codlor.com/img/fichiers/file/QUALITE/Int%C3%A9r%C3%AAts
%20de%20la%20d%C3%A9marche%20qualit%C3%A9.pdf
- http://www.blog.saeeed.com/2009/11/la-qualite-un-atout-pour-
l%E2%80%99entreprise/
 Les 5 pourquoi
- http://erwan.neau.free.fr/Toolbox/5_pourquoi.htm
- http://non-qualite.over-blog.com/article-qu-est-ce-que-les-5-pourquoi-
46601035.html
 Livre historique de la Qualité

25
- https://books.google.fr/books?id=34NrCjdLtPoC&pg=PA139&lpg=PA139&d
q=mac+arthur+qualit%C3%A9&source=bl&ots=dMNgX4rd37&sig=BnYLH
UtiVrPFl8k8wiUbf4mcncg&hl=fr&sa=X&ved=0CC4Q6AEwA2oVChMI-
LCTv_vqyAIViW0UCh16tQA6#v=onepage&q=mac%20arthur%20qualit%C3
%A9&f=false
 Outils Qualité
- http://www.qualiblog.fr/category/outils-et-methodes/
- http://www.previnfo.net/sections.php?op=viewarticle&artid=55
 Pareto
- http://www.e-ades.org/upload/Article_5_2007.pdf
- http://www.iaat.org/telechargement/guide_methodo/5_2_pareto.pdf
- http://www.groupes.polymtl.ca/ind2501/OutilsBase/Analyse%20de%20Pareto.
pdf
 QQOQCP

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »
- https://fr.wikipedia.org/wiki/QQOQCCP
- http://www.previnfo.net/sections.php?op=viewarticle&artid=52
- http://gii.polytech.up.univ-mrs.fr/deuterium/page_guide.php?num_page=442
- http://www.ouati.com/qqoqcp.html
 Qu’est-ce que la Qualité
- http://www.cma94.com/chef-dentreprise-artisanale/developper-mon-
entreprise/mengager-dans-une-demarche-qualite/quest-ce-que-la-qualite-.html

Histoire de la Normalisation
 Définition norme, site ISO
- http://www.iso.org/iso/fr/home/standards.htm
 AFNOR BiVi Qualité : comprendre et mettre en œuvre la Qualité
- http://www.bivi.qualite.afnor.org/
 NORME ISO 9001 DEFINITION | Isoprocess
- http://www.isoprocess.fr/normes/norme-iso-9001/norme-iso-9001-definition
 ISO - Organisation internationale de normalisation
- http://www.iso.org/iso/fr/
 Groupe AFNOR - Normalisation, Certification, Edition et Formation
- http://www.afnor.org/
 ISO Certification, ISO Training, London, British Assessment Bureau | The British
Assessment Bureau
- http://www.british-assessment.co.uk/
 Petit historique de la normalisation « Normes et Qualité au travail »
http://www2.emergences.fr/dossiers/normes/notre-dossier/quest-ce-que-la-
normalisation/petit-historique-de-la-normalisation/

26
Données statistiques
Sur l’emploi

 Infographies APEC sur l’emploi dans les métiers de la Qualité pour 2014 et 2015 :
- https://fr.pinterest.com/apecfr/les-fiches-fonctions-2014/
- https://fr.pinterest.com/apecfr/les-fiches-fonctions-2015/

Sur les normes et organismes de normalisation

 Baromètre international de la normalisation 2015 : la France en 2ème position en


Europe et dans le top 5 mondial - AFNOR
- http://www.afnor.org/liste-des-actualites/actualites/2015/octobre-
2015/barometre-international-de-la-normalisation-2015-la-france-en-2eme-
position-en-europe-et-dans-le-top-5-mondial

Extrait du Projet tutoré : « L’histoire de la Qualité et l’histoire des formations Qualité au sein de l’IUT de Poitiers. »

L'Etude ISO 2014 : L'enquête montre le nombre de certificats aux normes ISO de
management (ISO 9001 et ISO 14001) délivrés chaque année dans chaque pays
- http://www.iso.org/iso/FR/home/standards/certification/iso-
survey.htm?certificate=ISO%209001&countrycode=AF

Supports de cours LPAQ


 « Culture Qualité », cours dispensé par Monsieur LAVANDIER
 « Introduction à la métrologie » et « Maîtrise statistique des procédés », cours
dispensés par Monsieur PINEAU
 « Gestion de la Qualité : méthodes et outils de traitement de problèmes », cours
dispensé par Monsieur LASNIER

27