Vous êtes sur la page 1sur 25

Rappel

Apparition des divers systèmes


frigorifiques
Nous distinguerons deux grandes classes de
systèmes frigorifiques :

• ceux qui consomment, pour fonctionner, de


l’énergie mécanique ou son équivalent, les
systèmes mécano-frigorifiques,

• et ceux qui consomment essentiellement de


l’énergie thermique, les systèmes thermo-
frigorifiques.
Systèmes thermo-frigorifiques
On distingue, parmi ces systèmes
frigorifiques consommant de l’énergie
thermique :
• les systèmes à absorption,
• les systèmes à adsorption et thermo-
chimiques
• les systèmes à éjection

3
Systèmes thermo-frigorifiques

Systèmes frigorifiques continus à absorption

historique
Le cycle frigorifique à absorption, connu depuis 1777, est le procédé de production
de froid le plus ancien.
En 1810, J. LESLIE construisait la première machine fonctionnant à eau (fluide
frigorigène) et acide sulfurique (agent absorbant).

Le père de ces systèmes est le français Ferdinand Carré (1824-1900) qui breveta
en 1859 la première machine à absorption continue utilisant le couple frigorigène :
ammoniac – absorbant : eau. de telles machines fonctionnent aujourd’hui dans une
plage de T° allant de 0°C à – 60°C.

Ces machines furent presque immédiatement opérationnelles. Leur étude


thermodynamique ne débuta qu’en 1913 avec l’allemand Edmund Altenkirch et se
poursuivit durant la première moitié du 20ème siècle. Il faut aussi citer les travaux
de l’italien Guido Maïuri sur ces machines et ceux des suédois von Platen et
Munters sur le cycle à absorption-diffusion pour les réfrigérateurs à absorption sans
pompe (1920).

4
Installation frigorifique à absorption

historique
• Dans les machines frigorifiques à absorption de
faible puissance (réfrigérateur ménager mis au point
par PLATEN et MUNTERS en 1922) le mélange binaire
eau/ammoniac utilise l’hydrogène comme gaz
tampon pour équilibrer les pressions
• Les années 40 ont vu apparaître, aux Etats-Unis, la
machine à absorption eau-bromure de lithium, où
l’eau est le frigorigène ; cette adaptation du cycle
de Carré est depuis largement utilisée en
climatisation.

• Les systèmes à absorption discontinus, bien


qu’apparus très tôt, (appareils à refroidir les carafes
d’eau d’Edmond Carré2 - 1866) ne se développèrent
guère.
5
Principe de la machine à ab/adsorption
Le principe consiste à pulvériser de l’eau en fines
gouttelettes dans un récipient sous vide.

Du fait de la basse pression, l’eau s’évapore. Pour cela


elle a besoin d’une certaine quantité de chaleur qui est
extraite de l’eau à rafraîchir, circulant dans un circuit à
travers le récipient.

Mais ce système ne peut fonctionner très longtemps  :


rapidement, le récipient sous vide sera saturé de
vapeur d’eau, et l’eau dispersée ne s’évaporera plus. Il
faut donc un moyen pour maintenir ou recréer le vide
dans le récipient !
6
Principe de la machine à ab/adsorption

C’est là qu’intervient le sorbant. C’est soit un liquide, on parle


alors d’absorbant, ou un solide poreux, on parle alors
d’adsorbant. 

Il « boit » la vapeur d’eau contenue dans l’ambiance, et la retient.


Au fur et à mesure qu’il ab/adsorbe de la vapeur, sa capacité
d’ab/adsorption diminue jusqu’à être nulle, à saturation.

Le sorbant est alors chauffé à une certaine température et


« rend » la vapeur d’eau. Il récupère alors toutes ses propriétés
d’ab/adsorption.

7
Principe de la machine à ab/adsorption

Exemple d’absorbant.
Dans les machines frigorifiques à absorption utilisées en
climatisation, la substance absorbante est généralement le bromure
de lithium (LiBr), le fluide réfrigérant, de l’eau. Le couple ammoniac/
eau peut également être utilisé. Ce type de machine permet de
refroidir de l’eau jusque environ 5°C. La température de l’eau utilisée
pour la régénération de l’absorbant doit être comprise entre 80 et
120°C.

Exemple d’adsorbant.
Le gel de silicium couplé avec de l’eau comme fluide réfrigérant. La
température de l’eau utilisée pour la régénération de l’adsorbant doit
être comprise entre 65 à 80 °C. Cette température plus basse est un
avantage par rapport à la machine à absorption. 8
Systèmes thermo-frigorifiques

Systèmes frigorifiques continus à absorption

principe

Bien que leur importance soit beaucoup plus réduite que


celle des systèmes à compression, ce sont,
actuellement, les seuls systèmes thermo-frigorifiques
qui connaissent un certain développement.

Ici la circulation du frigorigène n’est pas due à un


compresseur mécanique mais à la circulation, par
pompe, d’un liquide absorbant dont la teneur, en
frigorigène absorbé, dépend de la température et de la
pression. Le travail mécanique nécessaire est très
réduit, le système, en contrepartie, consomme de la
chaleur.
9
Fonctionnement de la machine à absorption

La machine frigorifique à absorption se


divise en quatre composants principaux :

1 l’évaporateur, Dans l’évaporateur, le


réfrigérant (ici de l’eau) est pulvérisé
dans une ambiance à très faible
pression. L’évaporateur est parcouru
par un circuit à eau. En s’évaporant,
le réfrigérant soustrait sa chaleur à
cette eau qui est ainsi refroidie.
Une partie du réfrigérant pulvérisé ne
s’évapore pas et tombe dans le fond de
l’évaporateur où elle est pompée pour être
à nouveau pulvérisée.

10
Fonctionnement de la machine à absorption

2 l’absorbeur,La vapeur d’eau créée


dans l’évaporateur est amenée à
l’absorbeur. Il contient la solution
absorbante (LiBr) qui est
continuellement pompée dans le
fond du récipient pour y être
pulvérisée. Le LiBr absorbe la
vapeur d’eau hors de l’évaporateur
et y maintient ainsi la basse pression
nécessaire à la vaporisation du
réfrigérant.
Au fur et à mesure qu’elle absorbe la
vapeur d’eau, la solution absorbante est
de plus en plus diluée ( sa composition
en eau augmente progressivement). Elle
finirait par être saturée et ne plus rien
pouvoir absorber.

11
Fonctionnement de la machine à absorption

3- le concentrateur, La
solution est donc
régénérée dans le
concentrateur. Elle est
r é c h a u ff é e , p a r u n e
batterie à eau chaude
(environ 85°C) et une
partie de l’eau s’évapore.
La solution régénérée
retourne à l’absorbeur.

12
Fonctionnement de la machine à absorption

4 le condenseur :
Enfin, la vapeur
d’eau extraite du
concentrateur est
amenée dans le
condenseur, où elle
est refroidie par une
circulation d’eau
froide. L’eau
condensée retourne
à l’évaporateur.

13
Compléments au système
Deux compléments au système augmentent son
efficacité :
•U n e c i rc u l a t i o n d ' e a u f ro i d e d a n s
l'absorbeur.

Le phénomène d'absorption génère de la
chaleur. La circulation d'eau froide dans le
fluide absorbant évite sa montée en
température, ce qui diminuerait son efficacité.


Remarque : l'eau de refroidissement de
l'absorbeur peut ensuite passer dans la
batterie de refroidissement du condenseur.
•Un échangeur de chaleur sur le circuit du
fluide absorbant. 

Le fluide chaud sortant du concentrateur qui
retourne à l'absorbeur préchauffe le fluide qui
va vers le concentrateur, économisant ainsi
une partie de l'énergie nécessaire pour
chauffer le fluide à régénérer. 14
Installation frigorifique a
absorption

15
Analogie avec la machine frigorifique traditionnelle

Bien que la machine à sorption semble assez différente de la


machine frigorifique traditionnelle, le principe de base de
fonctionnement reste le même :
• circulation d’un fluide réfrigérant,
• évaporation du fluide avec production de froid,
• compression du fluide demandant un apport d’énergie,
• condensation du fluide avec production de chaleur.
La différence réside dans :
• Le moyen de comprimer le fluide,
◦ mécanique dans le cas d’une machine traditionnelle,
◦ thermochimique dans le cas de la machine à sorption.

16
Quel est alors l'intérêt d'une telle machine ?

- Un premier avantage réside dans l'absence de compresseur mécanique,


donc de vibrations et de bruits. D'où le fait que ces machines demandent un
entretien limité et présentent une grande longévité.
- Le second avantage vient de la possibilité de valoriser une énergie
calorifique disponible et d'éviter ainsi la consommation électrique d'un
compresseur.
- La machine à sorption "fait du froid avec du chaud" !
Voici de quoi éveiller notre désir d'utiliser de la chaleur "gratuite" ! Ce n'est
pas pour rien que ce type de machine est surtout répandue dans le secteur
industriel parce que certains process libèrent une chaleur importante dont il
est possible de tirer une puissance frigorifique utile par ailleurs.
Dans le secteur du bâtiment, on peut imaginer deux possibilités :
• la chaleur issue d'un cogénérateur
• la chaleur solaire
17
Systèmes thermo-frigorifiques

Systèmes frigorifiques à adsorption et thermochimiques

principe

Ils apparurent plus tardivement, essentiellement dans la première moitié du


20ème siècle.

Leur fonctionnement, basé sur les effets thermiques qui accompagnent la


sorption ou la désorption physique d’un gaz sur un solide (systèmes à
adsorption) ou bien la formation, ou la décomposition, de composés chimiques
avec un gaz frigorigène (systèmes thermo - chimiques) est naturellement
discontinu.

Encore peu utilisés, ils font l’objet, actuellement, de nombreuses recherches.



Pour les machines à adsorption, le gel de silicium fait le plus souvent office
d’adsorbant. La machine est composée de deux compartiments.

18
La machine à adsorption

L’adsorbant étant solide, il est impossible de l’amener au fur


et à mesure vers la source de chaleur pour être régénéré.
La machine fonctionne donc de manière cyclique.

Deux récipients servent, tour à tour, d’adsorbeur et de


désorbeur.

Dans la première période, le premier adsorbant est utilisé


pour la production de froid, tandis que l’autre est parcouru
par l’eau chaude, et ainsi régénéré.

Dans la seconde période, lorsque le premier adsorbant est


saturé, il est remplacé par le second pour la production de
19
froid, et est alors lui-même régénéré.
Systèmes thermo-frigorifiques

Systèmes frigorifiques à adsorption 

principe

Schéma de fonctionnement d’une machine à adsorption

20
Le cycle idéal thermodynamique d’une
machine frigorifique à adsorption.
Le cycle thermodynamique est défini par les différentes températures de
fonctionnement du système à savoir : la température d’adsorption Ta, la
température de régénération Tg, ainsi que la température de condensation Tc
et d’évaporation Te.





Fig. 1 Le cycle idéal thermodynamique d’une machine frigorifique à
adsorption.
21
Systèmes thermo-frigorifiques 

Système frigorifique à éjection
• Bien qu’il puisse être utilisé avec d’autres frigorigènes, c’est avec l’eau que le
système frigorifique à éjection entra en scène en 1908.

• La paternité en revient au français Maurice Leblanc (1857-1923).

• L’abaissement de température de l’eau, qui se vaporise sous basse pression est


obtenue en aspirant la vapeur formée au moyen d’un éjecteur, ou trompe,
alimenté par un jet de vapeur vive provenant d’une chaudière.

• L’éjecteur est une tuyère d’abord convergente – l’accroissement de la vitesse du


jet diminue la pression ce qui permet l’aspiration voulue – puis lentement
divergente –l’augmentation progressive de la section offerte à la vapeur ralentit
sa vitesse et la pression remonte.

• Ce système qui a des créneaux d’utilisation bien spécifique est peu répandu.

22
Machine a ejection

L´installation comprend deux circuits d´agent réfrigérant: un circuit sert à la production du


froid (cycle frigorifique), l´autre circuit sert à la production de vapeur d´entraînement (cycle
de vapeur).

23
Machine a ejection

contrairement aux installations frigorifiques à compression courantes, les machines frigorifiques


à éjection de vapeur ne possèdent pas de compresseur mécanique, mais un compresseur à jet
de vapeur. Pour cette raison, il est possible d´ utiliser différentes sources de chaleur pour la
production du froid. De telles sources peuvent être, par exemple, l´énergie solaire ou la chaleur
perdue provenant des processus.

Le compresseur à jet de vapeur compresse la vapeur de l´agent réfrigérant et la transporte dans


le condenseur. Un réservoir transparent doté d´un serpentin refroidi par eau fait office de
condenseur.

Dans le cycle frigorifique, une partie de l´agent réfrigérant condensé circule dans l´évaporateur
transparent, qui est raccordé au côté aspiration du compresseur à jet de vapeur. L´évaporateur
est un évaporateur immergé, dans lequel une vanne à flotteur maintient le niveau de remplissage
constant. L´ agent réfrigérant absorbe la chaleur ambiante ou la chaleur du dispositif de
chauffage et l´évapore. La vapeur de l´ agent réfrigérant est aspirée par le compresseur à jet de
vapeur puis à nouveau compressée.

Une pompe transporte l´ autre partie du condensat dans le générateur de vapeur au cours du
cycle de vapeur. Un réservoir électrique doté d´ une chemise d´ eau évapore l´ agent réfrigérant.
L´ agent réfrigérant produit entraîne le compresseur à jet de vapeur. Comme alternative au
chauffage électrique, de la chaleur solaire comme énergie d´ entraînement peut être utilisée
24
Machine a ejection

• En sortie du condenseur, une partie du débit est dirigé vers une


pompe qui comprime le liquide, au prix d'un travail très faible.
• Le liquide sous pression est vaporisé dans un générateur à
relativement haute température(environ 100 °C), et
éventuellement surchauffé, d'une valeur dépendant des
propriétés thermodynamiques du fluide. L'énergie thermique
fournie au générateur est une énergie payante (ou issue de
rejets et donc potentiellement gratuite).
• Cette vapeur surchauffée est ensuite utilisée comme fluide
moteur dans l'éjecteur.
• La partie du liquide qui n'a pas été reprise par la pompe est
détendue dans l'évaporateur, puis dirigée vers l'éjecteur, comme
fluide secondaire.
• le mélange sortant de l'éjecteur est condensé dans le
condenseur, et le cycle est bouclé 25