Vous êtes sur la page 1sur 30

JEUDI 2 JUILLET 2020

76E ANNÉE– NO 23476


2,80 € – FRANCE MÉTROPOLITAINE
WWW.LEMONDE.FR –
FONDATEUR : HUBERT BEUVE-MÉRY
DIRECTEUR : JÉRÔME FENOGLIO

Hongkong : Pékin impose son régime de répression
▶ La loi de sécurité natio­
nale imposée par Pékin
▶ Alors que la population
n’avait pas été informée
▶ Le texte, qui prévoit, en­
tre autres, des peines de
▶ Cette législation porte
la marque du président 1 ÉDITORIAL
a été promulguée à Hong­ de son contenu avant son prison à vie pour « subver­ chinois, qui assoit ainsi UN DÉFI AU MONDE 
kong peu avant minuit, entrée en vigueur dans sion », met un terme à l’ex­ la domination de Pékin
mardi 30 juin, par la chef la nuit, la version finale ception hongkongaise en sur le territoire OCCIDENTAL
de l’exécutif, Carrie Lam a surpris par sa portée matière de libertés civiles PAG ES 2- 3 PAG E 30

Aérien Secoué par la crise, FACE À GOODYEAR, LE COMBAT DE SOPHIE ROLLET 
Airbus supprime 15 000 emplois
mardi 30 juin, la direction du ne pouvait s’y soustraire, alors ▶ Dans le Doubs, cette
constructeur aéronautique a an­ que « 40 % de [son] activité a dis­
noncé un plan sans précédent de paru ». Les coupes intervien­ mère de famille tente
réduction d’effectifs. Airbus pré­ dront presque exclusivement au depuis six ans d’élucider
voit notamment de supprimer sein de la branche aviation com­
5 000 postes en France, 5 100 en merciale. les circonstances de
Allemagne, 1 700 au Royaume­ L’ampleur de la saignée effraie la mort de son mari
Uni, 900 en Espagne. Au dire de jusqu’au gouvernement. Bercy a
son président, Guillaume Faury, jugé « excessif » le plan et sou­ ▶ Ce dernier, chauffeur
c’est « l’ampleur et la profondeur haite que l’avionneur réduise routier, est mort dans
de la crise due au Covid­19 » qui « au maximum les départs con­
poussent Airbus à tailler dans traints ». un accident en 2014
ses effectifs. Selon lui, le groupe PAGE 14
▶ Au cœur de ses investi­
gations : des pneus du
manufacturier américain
Etats­Unis Epidémie possiblement défectueux
Trump fragilisé Agnès Buzyn  ▶ Une expertise
judiciaire vient
par le rebond défend sa gestion  de conforter sa thèse
de la pandémie de la crise HORIZONS – PAGE S 20- 21

Alors que les Etats­Unis « Vous ne pouvez pas dire


ne parviennent pas à que je n’ai pas anticipé », a
contrôler la propagation assuré l’ancienne ministre
du virus, le président est de la santé, entendue,
critiqué pour avoir négligé mardi 30 juin, devant la
la sécurité sanitaire au commission d’enquête par­
profit de la reprise écono­ lementaire. Elle a évoqué
mique. A quelques mois une « mauvaise surprise », Sophie Rollet chez elle,
en découvrant l’état à Geney (Doubs), le 22 juin.
de la présidentielle, sa cote RAPHAËL HELLE/SIGNATURES POUR « LE MONDE »
de popularité s’en ressent des stocks de masques
PAGE 6 PAG E 1 1

Education Environnement Politique Société


L’école prépare Les riverains des Face à la poussée Des policiers de
une rentrée autoroutes veulent écologiste, deux Seine­Saint­Denis
inédite en le respect de lignes s’affrontent soupçonnés
septembre la loi antibruit dans la majorité de racket
PAGES 12-13 PAG E 7 PAGE 8 PAGE 13

LE REGARD DE PLANTU
Surprenez Emblématique du made in Italy, Kartell
a fait de l’audace sa marque de fabrique.

vous !
Philippe Starck, Ron Arad, Antonio
Citterio…, les plus grands designers
innovent pour la marque souveraine en
transparence qui, la première, invita le

-20%
polycarbonate dans l’objet décoratif.

WOLFGANG VOLZ/CHRISTO 1985 sur toute la


collection en juillet

Exposition
Les années  Parmi les nombreux
best-sellers, le

parisiennes fauteuil Louis Ghost


par Philippe Starck

de Christo
Le Centre Pompidou rend
KARTELL SHOP
hommage à l’artiste Chaises, fauteuils, tables, luminaires made in Italy
récemment décédé et
Votre nouvel espace rive gauche vous accueille 7j/7
à Jeanne­Claude, duo qui 60 bis rue de la Convention Paris 15e
a éclos dans la capitale 01 45 71 59 49, M° Boucicaut, parking gratuit
PAGE 22
Algérie 220 DA, Allemagne 3,70 €, Andorre 3,50 €, Autriche 3,80 €, Belgique 3,10 €, Cameroun 2 400 F CFA, Canada 5,70 $ Can, Chypre 3,20 €, Côte d'Ivoire 2 400 F CFA, Danemark 36 KRD, Espagne 3,50 €, Gabon 2 400 F CFA, Grande-Bretagne 3,10 £, Grèce 3,50 €, Guadeloupe-Martinique 3,20 €, Guyane 3,50 €,
Hongrie 1 330 HUF, Irlande 3,50 €, Italie 3,50 €, Liban 6 500 LBP, Luxembourg 3,20 €, Malte 3,20 €, Maroc 22 DH, Pays-Bas 3,80 €, Portugal cont. 3,50 €, La Réunion 3,20 €, Sénégal 2 400 F CFA, Suisse 4,40 CHF, TOM Avion 500 XPF, Tunisie 4,10 DT, Afrique CFA autres 2 400 F CFA
INTERNATIONAL
0123
2| JEUDI 2 JUILLET 2020

LA  LOI  DE  SÉCURITÉ  CHINOISE

A Hongkong,
la fin brutale
d’une exception
La loi de sécurité imposée par Pékin prévoit des peines
allant jusqu’à la prison à perpétuité pour les ennemis
du régime et une surveillance étendue par ses agences,
restreignant considérablement les libertés
hongkong ­ correspondance seillé à tous ses amis de ne pas accepter la
moindre interview, car « même parler et don­

C’
est l’estocade finale. Pour beau­ ner son avis est désormais dangereux ».
coup de Hongkongais qui se Théoriquement, jusqu’en 2047, Hongkong
sont mobilisés depuis des an­ devait pourtant « gérer ses propres affaires »
nées pour obtenir un peu plus avec un « haut degré d’autonomie », mais les
de démocratie, la nouvelle loi de sécurité na­ nombreuses restrictions détaillées dans cette
tionale imposée par l’Assemblée nationale nouvelle loi précipitent la « continentalisa­
populaire à Pékin, et promulguée à Hon­ tion » de l’ancienne colonie britannique. Jus­
gkong un peu avant minuit mardi 30 juin par qu’au 30 juin 2020, Hongkong fondait son ex­
la chef de l’exécutif, Carrie Lam, marque la fin ception au sein de l’ensemble chinois sur un
de Hongkong en tant que cité libre. « Pour les Etat de droit solide et crédible, hérité du sys­
membres de la petite minorité qui menace la tème britannique de la common law (le droit
sécurité nationale, cette loi sera un glaive sus­ coutumier), et respecté par le reste du monde. depuis quelques mois en allant notamment à démocratie n’a jamais changé. » La loi, qui
pendu au­dessus de leur tête », a averti le gou­ En plaçant sa loi au­dessus de celle de Hong­ « CETTE LOI EST  Washington, Londres et Berlin. s’appliquera aussi aux étrangers, résidents
vernement chinois. kong, Pékin s’attaque au cœur même de cette FAITE POUR  « Inciter à la haine des gouvernements », permanents ou non, qui auraient commis un
La région administrative spéciale avait jus­ spécificité. Et bien que les milieux d’affaires qu’il s’agisse du pouvoir central à Pékin ou du crime de sécurité nationale, prévoit un con­
qu’à présent le privilège d’être la seule ville de font pour le moment mine de regarder TERRORISER,  gouvernement local, relève du crime de sub­ trôle plus étroit des organisations non gou­
Chine où les libertés individuelles étaient ailleurs, se persuadant que tout ira bien – la version. La quasi­totalité des slogans enten­ vernementales et des agences de presse et
protégées. « Cette loi est faite pour terroriser, Bourse a fermé en hausse mardi –, la fragilisa­ INTIMIDER, RÉDUIRE  dus dans les manifestations de Hongkong des journalistes étrangers. Selon le journal
intimider, réduire Hongkong à néant, faire de tion du cadre juridique de Hongkong risque pourraient donc désormais tomber sous le populaire d’opposition Apple Daily, la non­ré­
Hongkong une ville dans laquelle il n’y aura tôt ou tard de porter atteinte au centre finan­
HONGKONG  coup de cette loi, selon l’interprétation que troactivité de la loi n’est pas clairement éta­
plus de dissidence, plus de manifestations, cier international. À NÉANT » les juges et les autorités voudront en faire. blie. En outre, n’importe quelle personne
plus d’opposition », déclare au Monde Claudia Alors que la population n’avait pas été in­ coupable d’un crime de sécurité nationale
Mo, députée du camp prodémocratique. « Superviser et guider » CLAUDIA MO formée du contenu du texte jusqu’à son en­ sera déclarée inéligible à vie.
Alors que Hongkong marque, ce 1er juillet, En six chapitres et soixante­six articles, le députée du camp trée en vigueur dans la nuit, la version finale Les procédures prévues par le texte sont
les vingt­trois ans de sa rétrocession à la texte couvre quatre crimes, à savoir séces­ prodémocratique a surpris par l’étendue de sa portée. La loi in­ tout aussi alarmantes, certains procès impli­
Chine, ce texte va limiter considérablement, sion, subversion, terrorisme et collusion avec clut même des crimes commis en dehors de quant des questions de secret national ou
voire annihiler, les libertés civiles et politi­ une puissance étrangère. Ils sont passibles de Hongkong et vise par exemple le fait d’être fa­ d’ordre public devant avoir lieu à huis clos et
ques de n’importe quel citoyen en désaccord la prison à perpétuité, même si des peines vorable à l’indépendance de Taïwan. Alors sans jury dans certaines circonstances.
avec le système chinois ou avec le gouverne­ plus courtes sont prévues dans certaines cir­ que la crise de Hongkong a considérablement Comme le redoutait la profession légale, il re­
ment. « Fondamentalement, Pékin va pouvoir constances « mineures ». L’article 33­3 précise renforcé les aspirations des Taïwanais à ne viendra au chef de l’exécutif de nommer les
arrêter n’importe qui, pour n’importe quel par ailleurs que les peines seront allégées si pas être réunifiés avec la Chine continentale, juges qui présideront aux procès relevant de
crime, puisque c’est Pékin qui a le pouvoir d’af­ l’accusé dénonce une autre personne. la présidente de l’île, Tsai Ing­wen, a tweeté : la sécurité nationale. La loi prévoit même la
firmer ce que vous avez fait de mal et en quoi Demander que des sanctions soient impo­ « Le mépris de Pékin à l’égard des aspirations possibilité que certains cas soient jugés en
c’est mal », affirme un grand juriste qui, sées sur Hongkong ou sur la Chine sera dé­ des Hongkongais prouve qu’“un pays, deux Chine, notamment « quand la sécurité natio­
comme la plupart des gens contactés mer­ sormais considéré comme un crime de collu­ systèmes” n’est pas viable. Beaucoup de choses nale de Chine fait face à une menace substan­
credi matin, n’a accepté de parler qu’à la con­ sion avec un régime étranger. Or c’est exacte­ ont changé à Hongkong depuis [la rétroces­ tielle réelle, quand des forces étrangères sont
dition explicite de ne pas être cité, une nou­ ment ce qu’ont fait, activement et publique­ sion en] 1997, mais le soutien de Taïwan aux impliquées ou quand le gouvernement de
veauté dans cette ville. Il affirme avoir con­ ment, plusieurs membres de l’opposition Hongkongais qui aspirent à la liberté et à la Hongkong ne peut pas faire appliquer la loi ».

Le président Xi Jinping ou la loi du plus fort


Aux yeux du dirigeant chinois, l’Etat de droit qui prévalait à Hongkong entravait le pouvoir du PCC, clé de l’ascension de son pays

pékin­ correspondant tion ». Juillet 2015 : plusieurs cen­ tion » de ces îlots en mer de Chine qu’à l’Union soviétique, le Parti que le 1er juillet marque aussi le l’Etat et abattre le leadership du
taines d’avocats spécialisés dans la du Sud, assure le président chi­ communiste chinois, fort de ses 99e anniversaire du Parti commu­ Parti communiste chinois », selon

E t maintenant, à quoi va
s’attaquer Xi Jinping ? A
Taïwan ? A l’appropriation
de la mer de Chine du Sud ? A l’hu­
miliation du rival indien ? La loi
défense des libertés sont arrêtés.
C’est la plus grande atteinte aux
droits de l’homme en Chine de­
puis le massacre de Tiananmen,
en 1989. La plupart d’entre eux ont
nois à son homologue américain.
Les travaux ont commencé deux
ans plus tôt, juste après son instal­
lation au pouvoir, et les images
satellites seront par la suite for­
91,9 millions de membres, doit
exercer une dictature des
meilleurs. Dans la droite ligne des
empereurs qui, pendant des siè­
cles, ont prétendu gouverner par
niste chinois. Alors que se prépa­
rent les festivités du centenaire,
Xi Jinping martèle son message :
confronté à un environnement
instable, le Parti doit rester uni et
les explications officielles. D’où la
loi sur la sécurité nationale. Peu
importe que Carrie Lam, chef du
gouvernement de Hongkong,
n’en ait jamais fait la demande ni
sur la sécurité nationale imposée été depuis libérés, mais les arresta­ melles : non seulement la Chine y les « hommes de bien », compé­ mobilisé derrière son leader. même affirmé que la police de
à Hongkong n’est que la dernière tions n’ont jamais cessé. a construit des pistes d’atterris­ tents et non motivés par leur inté­ Si l’Assemblée nationale popu­ Hongkong ne parvenait pas à
initiative en date du dirigeant 2015, c’est aussi l’année du men­ sage, mais elle y a installé des mis­ rêt personnel, qu’ils opposaient laire a adopté en mai un code civil maintenir l’ordre.
communiste qui, depuis son arri­ songe à Barack Obama. « Les acti­ siles sol­air et des équipements de aux « hommes de peu », la popu­ qui marque un certain progrès Comme l’analyse le sinologue
vée au pouvoir, à l’automne 2012, vités de construction que la Chine brouillage militaires. lation non éduquée. Evidem­ pour les affaires privées – le Parti Sebastian Veg, directeur d’études à
n’a jamais renoncé à provoquer entreprend actuellement dans les En 2018, Xi Jinping parvient à ment, les ennemis sont impitoya­ s’immisce moins dans la vie pri­ l’Ecole des hautes études en scien­
ses adversaires ou l’opinion publi­ îles Nansha [Spratleys] ne visent et faire modifier la Constitution chi­ blement réprimés. vée des Chinois que sous Mao –, ces sociales, dans un article publié
que internationale pour confor­ n’ont aucun impact sur quelque noise, mettant fin au système li­ les affaires publiques sont plus par la revue Tocqueville 21, « même
ter le pouvoir du Parti commu­ pays que ce soit et la Chine n’en­ mitant à deux mandats de cinq Anniversaire du parti que jamais régies par ce dernier. si la répression que va permettre la
niste chinois en général et le sien tend pas poursuivre la militarisa­ ans la fonction présidentielle. Significativement, ce mercredi En 2018, Xi Jinping a éprouvé le nouvelle loi sur la sécurité natio­
propre en particulier. Cette réforme avait été introduite 1er juillet, Le Quotidien du peuple, besoin d’inscrire « le rôle diri­ nale à Hongkong devrait être
Le 1er mars 2014, une attaque au en 1982 par Deng Xiaoping pour l’organe officiel du Parti commu­ geant » du Parti communiste moins systématique qu’en Chine
couteau commise par des musul­ éviter l’émergence d’un nouveau niste chinois, ne titre pas sur dans la Constitution. continentale, elle s’inscrit sans
mans ouïgours à la gare de Kun­ EN 2018,  dictateur à vie, à l’instar de Mao Hongkong. La loi sur la sécurité Des responsables chinois expli­ aucun doute à l’intérieur du même
ming, dans le sud­ouest de la XI JINPING A ÉPROUVÉ  Zedong. A cette occasion, la « pen­ nationale n’a droit qu’à un titre et quaient ces derniers temps que cadre politique, légal et philosophi­
Chine, fait 31 morts et 141 blessés. sée de Xi Jinping » est introduite un renvoi aux pages intérieures. certes Hongkong était juridique­ que, dans lequel la souveraineté et
Xi Jinping se rend en avril au Xin­ LE BESOIN D’INSCRIRE  dans la Constitution. Les quatre principaux articles ment chinoise, mais que, dans les l’idéologie du parti [la distinction
jiang, où il ordonne aux autorités Tous ces éléments ont leur logi­ sont consacrés à des discours ré­ faits, il n’en était rien. Une inter­ ami­ennemi] l’emportent sur les
d’utiliser « tous les outils de la dic­ LE « RÔLE DIRIGEANT »  que. Selon Xi Jinping, le dévelop­ cemment tenus par Xi Jinping, à vention de Pékin était d’autant définitions libérales de légalité ».
tature » pour mener une « lutte pement de la Chine passe par le une lettre qu’il a envoyée aux plus nécessaire que les démocra­ Pour Xi Jinping, l’Etat de droit qui
sans merci (…) contre le terrorisme
DU PARTI  rôle dirigeant du Parti commu­ communistes de l’université Fu­ tes hongkongais n’entendaient prévalait à Hongkong n’était pas
et le séparatisme ». Plus d’un mil­ COMMUNISTE DANS  niste. Pour réussir face à un Occi­ dan et à la publication du troi­ pas seulement « déstabiliser et tolérable. A ses yeux, seule la loi du
lion de Ouïgours seront internés dent qui rêve de faire subir à l’em­ sième tome de ses œuvres sur la prendre le pouvoir à Hongkong, plus fort compte véritablement. 
dans des camps dits « de rééduca­ LA CONSTITUTION pire du Milieu le même destin gouvernance de la Chine. C’est mais aussi renverser le pouvoir de frédéric lemaître
0123
JEUDI 2 JUILLET 2020 international | 3

Kim Yo­jong, la « dame


de fer » de la Corée du Nord
La sœur cadette de Kim Jong­un a mené l’offensive verbale contre
la Corée du Sud dans un pays où les femmes pèsent d’un poids accru

tokyo ­ correspondant per les envois par des réfugiés à tra­ dans le parti, elle fut surtout la
vers la DMZ de ballons avec des Les héritiers confidente et conseillère de son

L’ doivent démontrer
escalade fut aussi bru­ messages dénonçant le régime. Al­ frère. Gérant la fortune de la fa­
tale que la désescalade ler plus loin aurait été contre­pro­ mille, elle servit l’ambition de son
soudaine. Après des at­ ductif, estime Cheong Seong­ leur détermination mari Jang Song­taek, avant de le
taques au vitriol du gou­ chang, de l’Institut Sejong à Séoul. par un coup d’éclat. laisser exécuter pour corruption
vernement sud­coréen puis le dy­ Kim Yo­jong s’est montrée capable en 2013. Agée et malade, elle n’a
namitage du bureau de liaison in­ de mobiliser des hauts cadres et L’offensive contre plus aucun poids.
tercoréen à Kaesong – ville nord­ d’organiser des manifestations de Séoul est le premier La RPDC hérite d’une culture pa­
coréenne proche de la zone masse. C’est à son crédit. » triarcale qui a priori dessert Kim
démilitarisée (DMZ) séparant les Signataire de diatribes contre le fait d’armes Yo­jong. Mais, même sous une dic­
deux pays –, Kim Jong­un a ren­ Sud, ridiculisant le président de Kim Yo-jong tature, les sociétés évoluent. De­
versé la vapeur le 23 juin en an­ Moon Jae­in et menaçant de « re­ puis la catastrophique famine de
nonçant suspendre les actions mi­ présailles », Kim Yo­jong est passée la seconde moitié des années
litaires contre le Sud. Depuis, le en deux semaines du rôle de plus avoir rappelé au cercle dirigeant 1990, les femmes se sont progres­
calme est revenu dans la penis­ proche collaboratrice de son frère qu’une incapacité de celui­ci n’est sivement dégagées du statut dis­
nule. Simple trève ? à celui de « dame de fer » du ré­ pas à exclure et qu’il est nécessaire criminatoire de souche confu­
Le régime est coutumier de ces gime. Petite­fille de Kim Il­sung qu’une voix incarnant la « lignée céenne sous un vernis socialiste
revirements tactiques qui permet­ (1912­1994), elle appartient à la du mont Peaktu » puisse continuer dont elles sont victimes.
tent au dirigeant de donner « glorieuse lignée du mont Paektu » à se faire entendre. Les Coréennes ont un caractère
l’image d’un homme imprévisible – volcan éteint à la frontière avec la Pour la première fois de son his­ trempé dont attestent la littéra­
– et ainsi maître du jeu. Avec cette Chine, berceau de la guérilla anti­ toire, la dynastie est menacée. Le ture et l’histoire. Elles l’ont prouvé
fois une particularité : l’offensive japonaise dont le régime tire sa lé­ ou les enfants de Kim Jong­un au cours de ces « années noires » :
contre le Sud a été menée par Kim gitimité. Fondé sur cette lignée et sont en bas âge ; le fils que Kim Il­ alors que les hommes « aboyaient
Yo­jong, sa sœur cadette, tandis une personnalisation exacerbée sung eut avec sa seconde épouse a à la Lune », elles devinrent la che­
que lui­même restait en retrait du pouvoir, le système nord­co­ passé sa vie en semi­exil comme ville ouvrière des marchés noirs
pour ensuite y mettre fin. Désaveu réen exclut tout « numéro deux » : ambassadeur en Europe du Nord et, par la suite, de l’effervescence
du dirigeant entamant l’autorité lorsqu’un membre de la famille et est hors jeu ; Kim Jong­nam, fils mercantile. Elles représentent
de sa plus proche collaboratrice ? émerge aux côtés du dirigeant en de Kim Jong­il né de sa première aujourd’hui les forces vives de
L’hypothèse semble peu probable. place, c’est qu’il est appelé à deve­ compagne en titre, a été assassiné l’économie hybride, de facto de
D’une part, les actions militaires nir le successeur en titre. en 2017 à l’aéroport de Kuala Lum­ marché, à laquelle le pays doit un
annoncées n’ont pas été annulées pur. Quant au frère aîné de Kim embryonnaire redressement.
mais « suspendues » ; en outre, La dynastie est menacée Jong­un, Kim Jong­chol, il ne sem­ « Les transformations socio­éco­
dans un système monolithique Les héritiers doivent démontrer ble pas taillé pour le pouvoir. Reste nomiques ont eu un impact pro­
Carrie Lam, comme celui de la République po­ leur détermination par des ac­ Kim Yo­jong. fond sur la place de la femme dans
De nouvelles agences verront le jour. Une la chef pulaire démocratique de Corée tions d’éclat : on prête ainsi à Kim Bien que la RPDC se soit montrée la société », estime la sociologue
« commission pour la protection de la sécurité de l’exécutif (RPDC), une divergence ouverte au Jong­il d’avoir instigué l’attentat à progressiste sur le plan des princi­ sud­coréenne Kyungja Jung. Une
nationale » sera composée d’officiels du gou­ de Hongkong sommet ne serait pas tolérée. Rangoun en 1983 visant le général pes (en accordant dès 1945 aux autonomie chère payée pour
vernement et d’un « conseiller » de Chine. Ses (au centre), L’hypothèse d’une répartition des président du Sud Chon Too­hwan Coréennes l’égalité des droits), beaucoup, plus exposées par leurs
décisions seront sans appel et en aucun cas présente, lors tâches semble plus probable. Mais – dont il réchappa – et à son fils aucune femme n’est jamais appa­ activités aux sévices et violences
soumises à un recours judiciaire. La loi pré­ d’une conférence avec en toile de fond deux incon­ Kim Jong­un d’être à l’origine du rue au premier plan. Nombreuses des agents du régime, mais qui a
voit aussi que la police et le ministère de la de presse, nues : les raisons de l’absence en naufrage de la corvette sud­co­ dans les instances du parti, les sec­ aussi permis l’apparition de chefs
justice de Hongkong forment de nouveaux une copie avril de Kim Jong­un – dont les ap­ réenne Cheonan, coulée en 2010 teurs de l’éducation et de la santé, d’entreprise riches et puissantes.
services destinés à la sécurité nationale. Un de la nouvelle loi paritions se sont en outre raré­ en mer Jaune. L’offensive contre la elles figurent rarement au som­ Les trentenaires de l’élite té­
autre bureau dont la fonction sera de préser­ de sécurité fiées ces deux dernières semaines Corée du Sud est le premier « fait met des hiérarchies. Et encore moins de ces évolutions socio­
ver la sécurité nationale va prendre ses quar­ nationale, – et la projection de sa soeur au d’armes » de Kim Yo­jong. Voir moins dans le cercle dirigeant. économiques sont sans doute
tiers à Hongkong pour « superviser et guider » avec la secrétaire premier plan. pour autant en elle la future diri­ Les seules femmes mises en plus ouverts que la vieille garde à
les autorités locales. Et si les inculpés auront à la justice, Rondement menée, l’offensive geante suprême est, pour l’instant, avant et vénérées sont les épouses l’accession de femmes aux hautes
droit à un avocat et à un « procès juste », ce Teresa Cheng eut des effets : « Le dynamitage du hasardeux. Sa nouvelle stature des dirigeants en tant que mères sphères du pouvoir. Il reste à Kim
sera « après un premier interrogatoire par le (à gauche), bureau de liaison intercoréen a n’en marque pas moins l’amorce des héritiers. La seule éminence Yo­jong à convaincre les « durs »
bureau ». et le ministre contraint le ministre de l’unifica­ d’une évolution du régime. grise fut Kim Kyong­hui, sœur de du bureau politique qu’elle est de
de la sécurité, tion du Sud à démissionner et Séoul La disparition (inexpliquée) de Kim Jong­il. Occupant des fonc­ leur trempe. 
« Nous ne devons pas avoir peur » John Lee, à prendre des mesures pour stop­ Kim Jong­un en avril pourrait tions sans grande importance philippe pons
Plusieurs figures du camp de l’opposition le 1er juillet.
prodémocratie ont appelé coûte que coûte STR/AFP
à manifester mercredi après­midi malgré
l’interdiction de la police. C’est la première
fois depuis un grand rassemblement d’un
demi­million de personnes en 2003 que la
police interdit cette marche. « Nous espérons
Traversée en mer fatale pour des Rohingya
que tous les Hongkongais descendent dans
la rue pour s’opposer à la loi de sécurité natio­ Une quinzaine de membres de cette ethnie opprimée de Birmanie ont péri au large d’Aceh
nale. Nous ne devons pas avoir peur. Si nous
avons peur, nous perdrons nos droits et nos li­
bertés inéluctablement », a déclaré l’un
des leaders du front civil des droits de bangkok ­ correspondant tragédie vécue par les Rohingya, mer, à la dérive », explique Rima ramené les survivants à terre. Cer­
l’homme, organisateur habituel des plus en Asie du Sud­Est cette minorité musulmane de la Shah Putra, responsable pour la tains plus morts que vifs. Leur dé­
grandes manifestations. province birmane de l’Arakan. province d’Aceh de l’ONG malai­ barquement sur cette « terre pro­
La police a fait usage d’un canon à eau pour
disperser des manifestants, et trente person­
nes ont été arrêtées pour violation de cette
nouvelle législation, rassemblement illégal,
refus d’obtempérer et possession d’armes,
Q uand leur réserve d’eau
potable fut épuisée, ils
commencèrent à boire
leur urine. Quand ils
eurent consommé tout le riz et les
Surtout depuis que, en 2016 puis
en 2017, ils ont dû fuir l’extraordi­
naire violence d’opérations de
« nettoyage » lancées à leur en­
contre par l’armée du Myanmar,
sienne Fondation Geutanyoe.
L’un des survivants, Karim, qui
est le seul à parler malais, langue
véhiculaire de l’Indonésie, a décrit
par le menu à Rima – lui­même
mise » – qui n’était pas la Malaisie
espérée –, ne s’est cependant pas
fait sans mal : dans un premier
temps, les autorités d’immigra­
tion ont menacé de rejeter à la
selon les forces de l’ordre. Le premier homme autres aliments qu’ils avaient em­ nom officiel de leur pays d’origi­ joint par Le Monde au téléphone mer les rescapés.
arrêté au motif de ce nouveau texte portait portés à leur départ du Bangla­ nie. Ils sont désormais plus de dans la ville de Lhokseumawe, au En 2015, l’Indonésie avait ac­
un drapeau avec les caractères « Hong Kong desh, certains commencèrent à 700 000 entassés dans des camps nord de Sumatra –, l’horreur du cepté plus de 300 d’entre eux, qui
Independence ». mourir. Alors, durant des jours, de réfugiés du sud du Bangladesh. voyage. « Le plus terrible pour eux avaient débarqué sur leurs côtes.
Avec déjà près de 10 000 arrestations en un des semaines et des mois, ils a été l’attente : ils étaient partis du Et parvinrent plus tard à immi­
an de protestation, de nombreux cas docu­ dérivèrent en pleine mer sur un Livrés à eux-mêmes Bangladesh quatre mois aupara­ grer aux Etats­Unis. Cette fois, en
mentés d’abus par la police sur les personnes petit bateau sans capitaine. Ils ne Depuis trois ans, des milliers d’en­ vant. Ils ont passé environ trois raison de l’épidémie de Covid­19,
arrêtées, et à présent la menace de cette loi, il savaient plus où ils étaient. Ils tre eux s’efforcent de fuir les mois et demi en pleine mer, sans l’Indonésie s’est montrée plus ré­
est probable que la majorité des Hongkongais flottaient quelque part entre la camps, espérant, après avoir savoir ce qui allait leur arriver, dé­ ticente à accepter ses frères en is­
choisissent la prudence en restant chez eux. côte birmane et l’île indoné­ acheté des places coûteuses sur taille Rima. Parfois, d’autres ba­ lam, religion principale de cet ar­
Les réactions internationales ont été viru­ sienne de Sumatra, mais n’en des rafiots de fortune à des pas­ teaux, ceux des passeurs, et aussi, chipel, le plus grand pays musul­
lentes, notamment en provenance des Etats­ avaient aucune idée. seurs sans scrupule, pouvoir ga­ peut­être, des pêcheurs malaisiens man du monde. Les choses se
Unis. « La loi draconienne sur la sécurité natio­ Parfois, ils réussissaient à pê­ gner un pays incarnant pour eux les ont ravitaillés. Mais un jour, sont cependant arrangées après
nale expose ce qui fait le plus peur à Pékin : la li­ cher des poissons, mais ça ne suf­ l’eldorado : la Malaisie, où de leur capitaine est parti et, en dépit que les réfugiés eurent tous été
berté de penser et d’agir des Hongkongais », a fisait pas à calmer leur faim. Au nombreux Rohingya sont instal­ des promesses des “organisateurs” testés négatif au coronavirus. Le
tweeté le secrétaire d’Etat américain, Mike fur et à mesure que certains lés depuis des années. du voyage, ils se sont retrouvés li­ gouvernement indonésien s’est
Pompeo. Le seul appui à cette loi draconienne d’entre eux succombaient aux Et si cette épopée cauchemar vrés à eux­mêmes. » dit vendredi décidé à « faire tous
et liberticide est venu de Cuba, qui, au nom de privations, les survivants du vais­ n’est pas la première, la teneur des L’Agence France­Presse a cité un les efforts nécessaires pour ac­
52 autres pays, a proposé une motion de sou­ seau fantôme passèrent par­des­ témoignages recueillis en fin de autre survivant, interviewé ven­ cueillir 99 migrants rohingya ».
tien à cette loi lors de l’ouverture de la 44e ses­ sus bord une quinzaine de cada­ semaine dernière à leur arrivée il­ dredi à Aceh : selon Rashid Ah­ Les opérations de secours,
sion du Conseil des droits de l’homme des Na­ vres. A leur arrivée sur la terre lustre, une fois encore, le carac­ mad, âgé d’une cinquantaine ajoutent les autorités indonésien­
tions unies à Genève. A Causeway Bay, quar­ ferme, ils étaient 15 hommes, tère inouï de l’errance sans fin de d’années, « les passeurs nous ont nes, ont été décidées « sur la base
tier très commerçant de l’île de Hongkong, 53 femmes, 27 enfants et un bébé à ces parias. Ainsi que, peut­être, la battus quand il a fallu que l’on de principes humanitaires » et
quelques militants prochinois qui étendent avoir survécu. reprise en masse d’un exode qui change de bateau. L’un d’entre compte tenu de la « situation de
régulièrement des pancartes vantant « le rêve Cette épopée de cauchemar, qui avait semblé se tarir. « Ils ont dû nous en est mort ». Après ces mois vie ou de mort dans laquelle
chinois » en agitant le drapeau rouge aux dura les quatre mois où ils furent changer de bateau en route, pas­ d’infernale galère, le groupe de se trouvaient » les Rohingya. Mais
5 étoiles jaunes étaient un peu plus nombreux bloqués en mer, et s’est terminée sant sans doute d’un grand navire Rohingya a été secouru par des la fin de l’éternel exode de leur
que d’habitude, mercredi après­midi, alors mercredi 24 juin au large des cô­ mère à un plus petit avant que, m’a pêcheurs d’Aceh. Ceux­ci ont con­ communauté ne semble pas pour
que le reste de Hongkong était en deuil.  tes de la province d’Aceh, en Indo­ raconté l’un d’entre eux, ils soient tacté par radio les responsables demain. 
florence de changy nésie, n’est certes pas la première tout simplement abandonnés en maritimes de leur district et ont bruno philip
0123
4 | international JEUDI 2 JUILLET 2020

Belgique : le roi évoque ses Pas à pas, la Lituanie


renoue avec son héritage
« regrets » pour le passé colonial juif longtemps occulté
Dans une lettre au président congolais, Félix Tshisekedi, le roi Philippe Des manifestations sont organisées par
Vilnius pour sensibiliser la population
déplore les « blessures du passé » et les « discriminations » d’aujourd’hui

bruxelles ­ correspondant
La lettre du roi Depuis, divers épisodes ont re­
mis le thème colonial à la une. Il a
tre les populations locales et que
la domination belge avait en­ E n ces temps de mémoire
troublée, où, un peu par­
tout, des statues et des mo­
La jeune
génération est

L
e chef de l’Etat belge, le roi Philippe évoque été porté par une jeune généra­ traîné, pour le Congo, des progrès numents se retrouvent, sinon le
plus réceptive,
Philippe, a fait un geste tion radicale et des métis exi­ dans les domaines de la santé, de nez à terre, du moins au cœur de
très attendu par les Con­
« les souffrances, geant la reconnaissance des injus­ l’éducation ou de l’agriculture. vives polémiques, la Lituanie ne elle comprend
golais et l’importante les humiliations » tices qu’ils ont subies. Fin juin, Pas de condamnation de l’exploi­ fait pas exception. Des « héros »
ce qu’a été
communauté noire de Belgique, cinq femmes – dont une possède tation, donc, mais pas non plus de du passé deviennent des person­
mardi 30 juin. Dans une lettre
causées par la nationalité française – ont dé­ déni des violences. nages encombrants. Ainsi, la pla­ l’Holocauste
adressée au président Félix Tshi­ le colonialisme posé plainte contre l’Etat belge Pressé par les événements, et que mémorielle de Jonas Noreika,
JURGITA VERBICKIENÉ
sekedi à l’occasion du 60e anni­ pour crimes contre l’humanité : peut­être par un monde politique dressée à Vilnius, la capitale litua­
historienne
versaire de l’indépendance du enfants d’un père belge et d’une soucieux de désamorcer la colère nienne, a­t­elle été posée, détruite,
Congo, le roi a exprimé ses « plus visibles de cette période, comme mère africaine, elles avaient été de la rue, l’entourage du roi Phi­ puis reposée. Haut fonctionnaire
profonds regrets pour les blessures les statues de Léopold II. enlevées, placées de force dans lippe l’a incité à aller un pas plus de l’administration, résistant à
du passé », celui d’une colonisa­ Celui que certains manuels des institutions religieuses et loin. Et il a opposé un démenti à l’occupation soviétique exécuté l’Etat et ses citoyens de toute res­
tion marquée par des atrocités d’histoire présentent encore abandonnées à leur sort après certains historiens qui invitaient en 1947, il fut aussi un collabora­ ponsabilité dans les crimes de la
commises contre les populations comme un « roi conquérant », l’indépendance. à nouveau à un « examen appro­ teur zélé des nazis, signant l’ordre seconde guerre mondiale sous
locales. A la fois durant la période avait été qualifié de « civilisateur » fondi » de la période coloniale d’établir des ghettos juifs dans le peine de poursuites, avant d’être
coloniale, qui s’est étalée de 1908 à par Baudouin Ier, dans un discours « Un débat sans tabou » avant l’expression de regrets ou comté de Siauliai – ce qui ne l’em­ amendée, a bien effleuré certains
1960, et à l’époque de l’Etat indé­ prononcé à Léopoldville – deve­ En décembre 2018, la réinstalla­ d’excuses, d’autant que toutes les pêchera pas d’être lui­même dé­ élus en Lituanie. « Au début de
pendant du Congo, quand Léo­ nue Kinshasa – le 30 juin 1960, tion d’un Musée de l’Afrique cen­ archives de l’époque ne sont pas tenu dans un camp de concentra­ l’année, le mot s’est répandu dans
pold II possédait, à titre person­ jour de l’indépendance. A l’épo­ trale, à Tervuren, dans la banlieue encore dépouillées. tion entre 1943 et 1945. le monde entier selon lequel un
nel, l’immense territoire africain. que, le chef de l’Etat belge avait de Bruxelles, avait relancé des dis­ Mercredi, dévoilant, à Ixelles, Pas à pas, ce petit Etat balte d’à membre du Seimas avait l’inten­
D’après les historiens, l’entre­ évoqué la « grande œuvre » et le cussions sur la mémoire ou la res­ une plaque commémorative pour peine 2,8 millions d’habitants, tion de rédiger une résolution – et
prise coloniale belge se serait sol­ « génie » de son ancêtre. titution des œuvres et des objets. l’indépendance du Congo, la pre­ membre de l’Union européenne non un projet de loi – sur cette
dée par la mort de plusieurs mil­ Un panégyrique auquel Patrice Parallèlement, une jeune généra­ mière ministre Sophie Wilmès a, depuis 2004, tente de se réconci­ question, mais ce ne sont que des
lions de personnes. La lettre du roi Lumumba, fondateur du Mouve­ tion d’historiens insistait sur le elle, prôné « un débat sans tabou » lier avec son histoire cauchemar­ rumeurs, proteste le ministre des
Philippe évoque « les violences, les ment national congolais, avait ré­ fait qu’au­delà des violences com­ sur le rôle de son pays au Congo. desque du XXe siècle. Occupée par affaires étrangères, Linas Linkevi­
souffrances, les humiliations » qui pondu par une diatribe cinglante. mises au nom de Léopold II et de « Avec sincérité et vérité », a plaidé les Soviétiques en 1940, puis par cius, joint par Le Monde. Les faits
ont accompagné ce colonialisme, Celui qui allait devenir un héros et ses ambitions économiques et la responsable libérale, reprenant les nazis l’année suivante, puis in­ sont clairs : aucun projet de loi ni
mais aussi ses conséquences. A sa­ un martyr de l’anticolonialisme stratégiques, des fonctionnaires les mots du roi Philippe. tégrée à l’URSS jusqu’en 1991, la Li­ résolution sur le “blanchiment” de
voir « la douleur aujourd’hui ravi­ avait décrit, devant des représen­ et des militaires, complices de so­ Dans la communauté des afro­ tuanie a longtemps occulté l’une l’Holocauste n’a été enregistré au
vée par les discriminations encore tants belges consternés, un pays ciétés privées en quête d’immen­ descendants, on exprime de la sa­ de ses pages les plus sombres lors­ Parlement lituanien. »
trop présentes dans nos sociétés ». violenté et vidé de ses richesses. ses profits, avaient eux aussi cou­ tisfaction mais aussi l’espoir que que, accueillant les fantassins « Nous avons reconnu la respon­
Une allusion claire à la mobilisa­ Auteur d’un discours entré dans vert des pratiques esclavagistes et les choses n’en resteront pas là. « Il d’Hitler comme des libérateurs, sabilité de ceux qui ont collaboré
tion du mouvement Black Lives l’histoire, le jeune leader nationa­ des exactions. est évident qu’il faut saluer un tel une partie de la population parti­ avec les nazis, poursuit­il. En 1995,
Matter et aux manifestations qui liste a été assassiné le 17 jan­ Même si le roi n’a pas présenté, acte, mais nous avons besoin de cipa à l’extermination des Litvaks, le président, s’exprimant à la Knes­
se sont déroulées récemment vier 1961, avec la probable compli­ mardi, les excuses attendues par plus de symboles et d’un plan con­ les juifs de Lituanie. set, s’est excusé au nom du pays
dans plusieurs villes du royaume. cité des services de sécurité bel­ certains – c’est peut­être une pro­ tre les discriminations », estime pour les Lituaniens qui ont parti­
Le mouvement, qui s’est cristal­ ges. En 2002, le rapport d’une chaine commission d’enquête Stéphanie Ngalula, du comité Mé­ « Shoah par balles » cipé au meurtre de juifs. Nous ne
lisé autour des discriminations commission d’enquête parlemen­ parlementaire dite « de réconci­ moire coloniale. Mireille Tsheusi­ Plus de 200 000 d’entre eux péri­ pouvons nier ni ne voulons nier
contre les Afro­Belges, le racisme, taire belge évoquait la « responsa­ liation » qui s’en chargera –, son Robert, dirigeante d’un comité rent dans des camps de concen­ que des Lituaniens ont participé à
les violences policières, a égale­ bilité morale » du royaume dans geste marque une rupture. De­ des femmes contre le racisme, tration ou furent victimes de la l’Holocauste et collaboré avec les
ment ciblé le silence des autorités ce crime prémédité et soigneuse­ puis le discours de Baudouin, la parle d’un événement « excep­ « Shoah par balles », ces fusillades autorités d’occupation nazies. Il ne
et de la monarchie sur le passé co­ ment organisé. En juin 2018, un monarchie avait renoncé à faire tionnel » pour un pays mal à l’aise de masse commises dans plu­ peut y avoir de pardon pour ce
lonial. Un débat récurrent qui a square Patrice­Lumumba était l’éloge de Léopold II, tout en souli­ avec son passé, mais qu’il faut sieurs pays de l’Est par les unités qu’ils ont fait. Nous savons, aussi,
pris une tournure particulière en inauguré par la ville de Bruxelles, gnant qu’il n’avait pas ordonné « encourager à aller plus loin ».  allemandes et leurs collabora­ que les historiens (…) ne blâment
s’attaquant aux symboles les plus dans un autre geste symbolique. personnellement les crimes con­ jean­pierre stroobants teurs. A la sortie de la guerre, se­ pas la nation lituanienne tout en­
lon les historiens, 95 % de la com­ tière pour les crimes de la Shoah. »
munauté juive lituanienne avait Pour le ministre, l’Année du
disparu. Gaon de Vilna atteste de la volonté
Adoptée par la Seimas, le Parle­ des autorités de sensibiliser « l’en­

La chercheuse Fariba Adelkhah condamnée ment de Lituanie, la commémora­


tion prévue cette année du 300e
anniversaire de la naissance du
semble de la société sur la riche his­
toire du pays, indissociable de celle
des juifs de Lituanie ». Un premier
Gaon (« génie ») de Vilna – de son pas avait été fait en 1997, pour le

en appel à cinq années de prison à Téhéran vrai nom Elijah ben Solomon Zal­
man, il contribua au XVIIIe siècle à
la formation du judaïsme litva­
200e anniversaire de la mort du
sage. Et pour la cinquième fois de­
puis sa première édition en 2001,
kien et à la renommée de Vilnius, un congrès des Litvaks devrait
Dans un autre procès, l’activiste iranien Rouhollah Zam a été condamné à la peine de mort aussi appelée la « Jérusalem du être organisé en septembre.
Nord » – participe à ces tentatives « Ce n’est ni le début ni l’aboutis­
de renouer avec l’héritage de la cul­ sement du processus, disons que

L’ universitaire franco­ira­
nienne avait fait appel. La
justice de la République
islamique a confirmé sa peine
mardi 30 juin. Plus d’un an après
sur le dossier nucléaire iranien.
La libération de M. Marchal était
finalement intervenue en mars,
en même temps que la libération
et le retour sur le territoire de la
tique et d’une protection poli­
cière. En octobre 2019, il a été en­
levé alors qu’il avait quitté le terri­
toire français pour se rendre en
Irak puis transféré en Iran et placé
lièrement suivies en province. La
chaîne annonçait ainsi l’heure et le
lieu des rassemblements à venir
dans plusieurs villes iraniennes,
facilitant l’organisation des mani­
ture juive du pays. Quoique handi­
capées par la pandémie de Covid,
plusieurs manifestations sont pré­
vues, y compris à l’étranger afin de
sensibiliser les descendants li­
nous sommes encore au milieu,
mais le plus important, cette an­
née, concerne un changement d’at­
titude de la société sur son passé »,
témoigne l’historienne Jurgita
son arrestation à Téhéran, l’an­ République islamique d’un ingé­ sous les verrous. Amadnews, sa festants. Mais les contenus publiés tvaks exilés dans le monde entier. Verbickiené, enseignante à l’uni­
thropologue Fariba Adelkhah a nieur iranien, Jalal Rohollahne­ chaîne sur l’application Telegram, par Amadnews comptaient aussi Lors d’un concert organisé à Lon­ versité de Vilnius. Certes, « des di­
été condamnée à cinq ans de pri­ jad. Détenu depuis février 2019 en très utilisée par les Iraniens dans bien des révélations que de faus­ dres fin mai, le ministre lituanien vergences demeurent, précise
son pour atteinte à la sécurité na­ France et menacé d’extradition le pays comme à l’étranger, était ses informations. Le média de de la culture, Mindaugas Kviet­ cette spécialiste, mais la société
tionale. La peine a été annoncée vers les Etats­Unis, il était accusé suivie par des centaines de mil­ M. Zam a pu ainsi être considéré kauskas, avait eu des mots justes est de plus en plus ouverte. La
lors d’une conférence de presse de violations des sanctions amé­ liers de personnes, un nombre ra­ par les observateurs de la vie poli­ pour évoquer la reconnaissance jeune génération, en particulier est
par Gholamhossein Esmaïli, por­ ricaines sur l’Iran. Décrit comme rement atteint par les médias ira­ tique iranienne comme le canal d’un « Holocauste à grande échelle plus réceptive, ils comprennent ce
te­parole de l’autorité judiciaire résultant d’un échange de prison­ niens plus conventionnels. En dé­ opportuniste de règlements de dans le pays » et du « rôle des colla­ qu’a été l’Holocauste alors qu’ils
iranienne. La chercheuse est éga­ niers entre les deux pays, la libé­ cembre 2016, il y avait dévoilé compte entre factions politiques borateurs lituaniens » freinée par ont du mal à appréhender la pé­
lement condamnée à un an et ration de M. Marchal n’a pas été l’existence de 63 comptes bancai­ opposées, plaçant ainsi l’activiste « la persistance de stéréotypes » et riode soviétique ! Pour les person­
demi de prison pour « propa­ suivi d’avancées visibles sur le res au nom de l’ancien chef de au cœur des rivalités féroces qui « les changements lents dans les nes âgées, c’est plus délicat. Cer­
gande » contre le régime. Mais dossier de Mme Adelkhah. l’appareil judiciaire, Sadegh perdurent au sein du système. mentalités ». Auteur lui­même tains pensent toujours que les juifs
elle ne devra purger que la peine Amoli Larijani, où avaient été ver­ Les conditions de « l’arrestation » d’une traduction du journal in­ étaient communistes et qu’ils ont
la plus lourde. Double nationalité non reconnue sés des cautions déposées par des de M. Zam, présentée par les mé­ time d’un adolescent de 14 ans, participé à la déportation de la po­
Spécialiste du chiisme, affiliée Alors que la France la considère accusés et des dommages finan­ dias officiels iraniens comme le Yitzhak Rudashevsky, interné pulation [dans les goulags en Si­
au Centre de recherches interna­ comme une ressortissante de ciers versés par des condamnés. fruit d’une opération menée en dans le ghetto de Vilnius, il avait bérie]. Et les discussions restent
tionales de Sciences Po, plein droit, la République islami­ Cette information, qui a été avé­ collaboration avec les services de surtout mis l’accent sur la « répres­ compliquées sur nos “héros” qui
Mme Adelkhah avait été arrêtée le que ne reconnaît pas la double na­ rée, a renforcé la crédibilité du mé­ sécurité irakiens, demeurent trou­ sion systématique de la mémoire ont participé à l’Holocauste. »
5 juin 2019 en même temps que tionalité de ses citoyens, rendant dia de M. Zam auprès de ses lec­ bles. L’activiste aurait en effet été collective antérieure » à l’époque Comme d’autres Litvaks, l’artiste
son collègue et compagnon, Ro­ plus délicate la poursuite de négo­ teurs. Amadnews a par la suite encouragé à se rendre dans le pays soviétique. franco­israélienne Esther Shalev­
land Marchal, qui venait d’arriver ciations d’une nature similaire. joué un rôle important dans les en vue de recevoir une aide finan­ A Paris, le Conseil représentatif Gerz, née à Vilnius, a fait plusieurs
à Téhéran. Peu après l’annonce de L’entourage de Mme Adelkhah manifestations de janvier 2018 cière de la part de personnalités des institutions juives de France fois le déplacement en Lituanie.
sa condamnation, Paris a dé­ continue toutefois à espérer que, contre la cherté de la vie, particu­ hostiles au régime. Pris au piège en (CRIF) a salué l’initiative. « C’est Elle y a retrouvé la rue de sa mai­
noncé un jugement « exclusive­ malgré la condamnation, des territoire irakien, emmené de une prise de conscience qui va son où toute sa famille maternelle
ment politique » par la voix de la pourparlers discrets entre Paris et force en Iran et accusé d’espion­ dans le bon sens, pas seulement a été massacrée. « La réconciliation
porte­parole du ministère fran­ Téhéran pourraient encore per­ nage, il avait commis des aveux fil­ pour regarder le passé et sa part est difficile, mais si la haine ne
çais des affaires étrangères. Le cas mettre sa libération ou au moins La libération més, diffusés par les autorités de la d’ombre mais aussi sa part de lu­ prend pas toute la place, on peut
des deux chercheurs détenus à la un aménagement de sa peine. République islamique. Paris avait mière, l’apport juif dans la culture avancer », dit­elle. Au bout de sa
prison d’Evin à Téhéran avait em­ La condamnation en appel de
de M. Marchal alors dénoncé son arrestation et lituanienne », estime son prési­ quête, Esther Shalev­Gerz, partie
poisonné des mois durant les re­ Mme Adelkhah a été confirmée n’a pas été suivi fait savoir que M. Zam avait été dis­ dent, Francis Kalifat, tout en se di­ de son pays natal à l’âge de 8 ans, a
lations entre la France et l’Iran, à mardi en même temps que la con­ suadé de se rendre en Irak par les sant « inquiet d’une poussée du recouvré sa nationalité d’origine.
partir de l’été 2019, alors même damnation à mort d’un activiste
d’avancées services de sécurité français en rai­ nationalisme dans les ex­pays Au premier jour du déconfine­
qu’Emmanuel Macron s’était en­ iranien, Rouhollah Zam, dont le visibles sur son de l’influence qu’y exerce la communistes ». ment en France, le 11 mai, elle s’est
gagé dans une tentative de mé­ cas comporte une dimension République islamique.  La tentation d’imiter la loi mé­ rendue à l’ambassade de Lituanie
diation entre l’administration française. Cet exilé bénéficiait en
le dossier de ghazal golshiri morielle polonaise controversée à Paris, recevoir son passeport. 
Trump et la République islamique France d’un statut de réfugié poli­ Mme Adelkhah et allan kaval de 2018, qui visait à exonérer isabelle mandraud
Vous êtes un jeune en formation ou un salarié en mobilité ?
Nous proposons la garantie Visale et une aide de 1 000 euros
pour déménager.

Vous êtes salarié et vos revenus ont diminué pendant la crise ?


– Action Logement Groupe – Siège social : 19/21 quai d’Austerlitz, 75013 Paris – Association déclarée à la préfecture de Paris sous le n° W751236716 – SIRET : 824 581 623 00025 – Crédit Photo : Konstantin Ismuhamedov/EyeEm/Getty Images.

Nous proposons une aide de 150 euros pendant deux mois


pour faire face à vos dépenses de logement.

Vos frais de chauffage pèsent sur votre budget familial ?


Nous proposons une aide jusqu’à 20 000 euros
pour faire des travaux de rénovation énergétique.

Vous êtes à la retraite et vous souhaitez vivre dans un habitat adapté ?


Nous proposons jusqu’à 5 000 euros pour adapter
votre salle de bains et nous finançons la modernisation d’Ehpad.

Et pour tous ceux qui ont besoin d’un logement à loyer abordable
plus proche de leur emploi, nous finançons la construction
de nouveaux logements, sur tous les territoires.

Avec 1 million de logements sociaux et intermédiaires, Action Logement


est le premier bailleur de France. Dans le cadre du Plan d’Investissement
Volontaire, les partenaires sociaux d’Action Logement s’engagent avec l’État,
pour qu’à chaque étape de la vie, le logement ne soit plus un frein à l’emploi.

AGIR POUR
LE LOGEMENT

Voir conditions sur actionlogement.fr


Aides soumises à conditions et plafonds de ressources,
sous réserve de validation de votre dossier.
0123
6 | international JEUDI 2 JUILLET 2020

Le rebond de la pandémie de Covid­19 fragilise Trump


Le président américain, qui a misé une part de sa réélection sur la reprise économique, reste quasi silencieux

washington ­ correspondant les jugements sévères portés sur


sa gestion de la crise sanitaire

L
e constat d’Anthony comme celle des manifestations
Fauci, le directeur de l’Ins­ contre les violences policières, les
titut national des mala­ avis négatifs sur son action n’ont
dies infectieuses, a été cessé de progresser depuis le dé­
clair, mardi 30 juin. « Il est évident but du mois d’avril dans la
que nous n’avons pas le contrôle moyenne des sondages calculée
total actuellement » de la pandé­ par le site RealClearPolitics. Ils ont
mie de Covid­19, a­t­il assuré au atteint 56 % mardi. Il faut remon­
cours d’une audition au Sénat. ter à mars 2018 pour retrouver un
L’expert a ajouté qu’il ne serait écart aussi important avec les avis
« pas surpris si nous atteignions positifs (41 %).
100 000 [cas de contamination] Une enquête du Pew Research
par jour si on ne renverse pas la Center publiée le 30 juin met en
tendance », a­t­il ajouté. Au pire de Donald évidence la sévérité du regard
la pandémie, le chiffre n’avait ja­ Trump, porté par les Américains sur l’état
mais dépassé les 35 000 cas quoti­ lors d’un de leur pays plus de trois ans
diens. Il a atteint 42 528 nouvelles meeting après l’arrivée de Donald Trump
infections et 1 199 morts en électoral à la Maison Blanche. Une majo­
24 heures, selon le dernier bilan à Tulsa rité écrasante (87 %) se déclare
journalier de l’université Johns (Oklahoma), ainsi « mécontente ». Le décro­
Hopkins, mardi. le 20 juin. chage est particulièrement net
Depuis la mi­juin, les contamina­ EVAN VUCCI / AP auprès des électeurs républi­
tions sont reparties à la hausse, ali­ cains, dont seulement 19 % se dé­
mentée principalement par la dé­ clarent « satisfaits » au lieu de
gradation de la situation dans des 55 % au mois d’avril.
Etats dirigés par des gouverneurs Ce décrochage est confirmé par
républicains : l’Arizona, le Texas et les dernières études d’intentions
la Floride, où les mesures de confi­ de vote effectuées par le New York
nement ont été les moins sévères Times et Fox News au niveau des
et les plus brèves. Mais les conta­ le président des Etats­Unis ob­ de la commission des affaires sa­ t­il assuré. « Il semble que notre Etats­clés pour l’élection de no­
minations augmentent égale­ serve le silence, ou bien réitère nitaires du Sénat, Lamar Alexan­
Les avis négatifs président par temps de guerre se vembre. Non seulement Joe Bi­
ment dans une vingtaine d’autres. son souhait de supprimer la cou­ der, qui souhaite que le locataire sur l’action soit rendu, ait brandi le drapeau den est en tête dans ceux qui
Dans la majorité des cas, les éta­ verture santé léguée par son pré­ de la Maison Blanche révise son blanc et quitté le champ de ba­ avaient basculé en faveur de Do­
pes de la réouverture graduelle décesseur, l’Obamacare, alors que jugement sur ce point, a déploré
de M. Trump taille », a­t­il ajouté dans une allu­ nald Trump en 2016 (le Michigan,
recommandées par l’administra­ le Congrès est pour l’instant inca­ que « cette pratique simple pou­ n’ont cessé sion à la définition guerrière que la Pennsylvanie et le Wisconsin),
tion fédérale n’ont pas été respec­ pable de s’entendre sur une alter­ vant sauver des vies se retrouve Donald Trump avait donné de sa ainsi qu’en Floride, mais il rivalise
tées. Les contaminations ne bais­ native. dans un débat politique selon le­
de progresser fonction au début de la pandémie. avec le président sortant dans des
sent que dans deux Etats. L’im­ quel si on soutient Trump, on ne depuis le début Le candidat démocrate a assuré Etats considérés jusqu’à présent
pact de cette reprise sur le nom­ Rapport de forces inattendu porte pas de masque, mais si on est que sa campagne respecterait les comme sûrs pour les républi­
bre des décès lié au Covid­19, pour Le locataire de la Maison Blanche contre Trump, on en met un ».
du mois d’avril. recommandations des experts de cains : le Texas, l’Ohio, la Géorgie
l’instant toujours en recul depuis n’a pas participé aux dernières Steve Doocy, l’un des anima­ Ils ont atteint la santé. Il a ainsi exclu pour l’ins­ et la Caroline du Nord.
la mi­avril, est particulièrement réunions de la « task force » mise teurs de la matinale de la chaîne tant l’organisation de grands Ce rapport de forces inattendu
redouté. Cette dégradation expli­ sur pied au début de la pandémie conservatrice Fox News que re­
56 % mardi meetings, contrairement au pré­ pourrait obliger l’équipe de cam­
que la décision prise par l’Union et, mardi, il n’a pas non plus com­ garde assidûment Donald sident qui les a repris à Tulsa, dans pagne de Donald Trump à y inves­
européenne de continuer d’inter­ menté le retour de mesures res­ Trump, l’a également invité à l’Oklahoma. Avec un résultat mi­ tir financièrement des sommes
dire l’accès de son territoire aux trictives dans les Etats les plus changer d’avis. « Je pense que si le Soucieux de profiter de chaque tigé, compte tenu de la faible as­ prévues pour étendre au con­
ressortissants américains. Un vé­ touchés, comme la fermeture de président en portait un, cela don­ occasion pour se démarquer de sistance présente le 20 juin. traire la carte électorale dans le
ritable camouflet, alors que plages, de bars, de cinémas, et nerait juste un bon exemple. Ce se­ son adversaire, Joe Biden a exposé Aucun autre n’est d’ailleurs pro­ New Hampshire ou le Minnesota,
d’autres pays sont considérés dé­ l’obligation du port du masque. rait un bon modèle. Je ne vois pas un plan de lutte contre l’épidémie, grammé pour l’instant. des bastions démocrates. Donald
sormais comme sûrs. Donald Ce dernier est devenu d’autant en quoi le fait de porter un mas­ mardi, déplorant la dégradation La reprise de la pandémie est po­ Trump a réagi à ces mauvaises
Trump avait le premier pris cette plus un sujet de crispation politi­ que en public est un inconvé­ de la situation. « Cela n’aurait pas tentiellement dévastatrice pour nouvelles sur son compte Twitter
mesure contre les ressortissants que que Donald Trump refuse nient », a­t­il estimé. La porte­pa­ dû tourner de cette manière », le président, qui a misé une en déniant tout crédit à ces son­
européens, le 11 mars. d’en porter en public, contraire­ role du président, Kayleigh McE­ mais « mois après mois, alors que bonne partie de sa réélection sur dages préélectoraux. Il a assuré
Après avoir célébré bruyam­ ment à son adversaire démocrate nany, a répliqué à ces exhorta­ d’autres dirigeants et d’autres pays une reprise vigoureuse de l’éco­ disposer d’enquêtes confidentiel­
ment début juin les premiers ré­ pour la présidentielle de novem­ tions en expliquant que le prenaient les mesures nécessaires nomie, l’un des rares domaines les qui le montreraient au con­
sultats positifs sur l’économie bre, Joe Biden. président est « l’homme le plus pour maîtriser le virus, Donald pour lequel il est jugé plus compé­ traire à son avantage. 
des mesures de déconfinement, Mardi, le président républicain testé du pays ». Trump nous a laissés tomber », a­ tent que Joe Biden. Alimentés par gilles paris

Coronavirus : en Afrique, la catastrophe prévue n’est pas arrivée


Une population plus jeune, les modes de vie et le faible taux de pathologies aggravantes devraient protéger le continent d’une hécatombe

D es prévisions catastro­
phistes qui ne se réalisent
pas. Une maladie qui ac­
célère sa progression, mais reste
bien moins mortelle que sur les
« cas invisibles », « une population
jeune, touchée par des formes légè­
res, qui ne consulte pas et guérit
seule après quelques jours de fiè­
vre », décrit Moumouni Kinda, le
« En France, vous avez un pic im­
portant durant l’hiver et une qua­
si­disparition du virus l’été. Au Ca­
meroun, la grippe connaît certes
aussi un pic en novembre et dé­
selon les chiffres de l’université
Johns Hopkins.
Beaucoup ont pu croire à des
omissions, avec des personnes
décédées qui n’auraient pas été
attendons pas à une explosion du
nombre de décès », puisque « ceux
qui meurent du Covid­19 sur le con­
tinent appartiennent, comme
ailleurs dans le monde, à la tranche
Déjà le doute s’est installé dans
nombre de capitales d’Afrique de
l’Ouest. Ainsi, à Dakar, les mas­
ques, pourtant obligatoires, sont
portés négligemment sous le
autres continents. Quatre mois directeur des opérations de l’Or­ cembre, mais bien plus limité et comptabilisées. La directrice des des 55 à 60 ans », explique le biolo­ nez, les jeunes des quartiers re­
après l’arrivée des premiers cas de ganisation non gouvernementale l’épidémie reste ensuite présente, opérations de Médecins sans giste. Or la population du conti­ mettent en question les chiffres
Covid­19 en Afrique, la menace Alima. En revanche, difficile d’ar­ circulant à bas bruit le reste de l’an­ frontières (MSF) et coordinatrice nent a un âge médian oscillant et pensent que le virus n’est pas
d’hécatombe promise par les mo­ gumenter sur l’absence de tests née », décrit­elle. Le coronavirus mondiale sur le Covid­19 s’est autour de 20 ans. vraiment arrivé en Afrique, que
dèles mathématiques ne s’est pas qui, du Cameroun à l’Afrique du pourrait reproduire cette diver­ aussi posé la question, elle qui Si Elisabeth Carniel observe le c’est une maladie de l’Europe.
concrétisée, ce qui singularise ce Sud, en passant par le Maroc, sont gence, souligne­t­elle, centralise les données des cin­ même phénomène, la directrice Une situation qui interroge le
continent où le nouveau coronavi­ beaucoup plus disponibles qu’ils L’autre grande singularité de quante pays du continent où de l’Institut Pasteur au Cameroun docteur Kinda : « Certes, on a pour
rus se comporte différemment. En n’ont pu l’être en France durant le l’épidémie en Afrique réside l’ONG intervient. ajoute tout de même à la liste des l’heure échappé à des contamina­
France, 1 personne sur 4 000 a été pic épidémique. pour l’heure dans le nombre de « Nous avons mené une enquête « personnes à risques » le groupe tions importantes. Mais si on baisse
touchée. Elles sont trois fois plus décès enregistrés. Un décompte à Kano, ville du nord du Nigeria de ceux qui attendent trop long­ la garde, que va­t­il se passer ? »
aux Etats­Unis quand, en afrique, Moins de 10 000 décès très éloigné des courbes de mor­ où nous avaient été relayées des temps avant une prise en charge. D’autant que les confinements
les contaminations restent pour Ainsi, même en ajoutant des cas talité européenne ou améri­ morts suspectes, raconte Isabelle « Nous manquons de données sur précoces décrétés dans nombre
l’heure dix fois moindres. non documentés aux données caine. On meurt beaucoup Defourny. Mais nous n’avons pas ce sujet, regrette­t­elle, mais il est de capitales africaines ont peut­
Le cap des 370 000 malades, officielles, on resterait loin de la moins du Covid­19 en Afrique pu a posteriori travailler sur les certain que la latence allonge la être contribué au « bon » bilan.
franchi dimanche 28 juin, trahit montée en flèche qu’ont connue qu’ailleurs. Au 28 juin, seuls causes des décès et, si nous avons liste des victimes dans la tranche Depuis Yaoundé, au Cameroun,
certes une nette accélération de la la France ou l’Italie. Cette courbe 9 600 décès y avaient été recen­ bien observé un surcroît d’enterre­ des 40 à 60 ans », observe­t­elle. Yap Boum partage cette inquié­
diffusion du virus en signant un très pentue ne devrait pas se re­ sés, soit un taux de mortalité de ments dans les cimetières de la tude. « Nous n’aurons vraisembla­
doublement des cas en vingt et un trouver en Afrique si l’on en croit 2,6 % des personnes contami­ ville, il faut prendre en compte le « Une maladie de l’Europe » blement pas les courbes de morta­
jours. Mais cette flambée est tirée la directrice de l’Institut Pasteur nées, quand il est globalement de fait que, durant l’épidémie, les Dans son bureau de Dakar, Mou­ lité qu’on a connues ailleurs. Mais
par quelques zones, dont l’Afrique au Cameroun, Elisabeth Carniel : 5 % tous continents confondus corps n’étaient plus rapatriés vers mouni Kinda s’inquiète aussi nous avons des personnes vulné­
du Sud. Dans ce pays qui se disso­ « Nous sommes sur des schémas (4,39 % au Brésil, 5 % aux Etat­ les villages. » Dans ce paysage in­ que la rue doute de plus en plus rables aussi ici qui seront grave­
cie de la situation générale du de progression du virus très diffé­ Unis, et a été de 15 % en France), certain, Mme Defourny exclut de la réalité de l’épidémie. « De­ ment atteintes si la maladie se ré­
continent, la situation s’aggrave rents de ceux qu’ont connus seulement d’« être passée à côté puis mars, on nous parle d’une pand plus largement. Alors ne
rapidement, au point que l’Afri­ l’Europe ou les Etats­Unis. En dépit d’un vrai surcroît de décès ». flambée à venir. Mais dans beau­ baissons pas la garde, avertit
que du Sud cumule un tiers des d’un nombre de cas qui augmente Les modes de vie avec moins de coup de pays, l’Africain de la rue l’épidémiologiste. Sans doute
contaminations du continent et plus rapidement que dans les mois
L’Afrique, déplacements, des populations ne voit pas de cas autour de lui, faudrait­il réfléchir à une préven­
un quart de ses morts. Ailleurs, le précédents, nos courbes ne res­ qui abrite 17 % plus jeunes et un faible taux de pa­ car une grande part sont asymp­ tion ciblée et à la mise en place de
décompte est bien moins maca­ semblent en rien à celles des autres thologies aggravantes (hyperten­ tomatiques ou se limitent à un stratégies pour les protéger. » 
bre : l’Afrique, qui abrite 17 % de la continents. »
de la population sion, diabète…) devraient mainte­ peu de fièvre », analyse le méde­ maryline baumard
population mondiale, ne compte Mme Carniel appuie aussi son mondiale, nir cette courbe basse selon les ob­ cin, conscient que ce ressenti
que 2 % des morts. analyse sur le déroulement diffé­ servations de l’épidémiologiste ca­ n’aide ni à la prise en charge, ni à
Bien sûr, il faudrait ajouter à ces rent des épidémies de grippe sai­
ne compte que merounais Yap Boum. « Au vu des la prévention, ni demain à l’ac­
décomptes formels de nombreux sonnière en Europe et en Afrique. 2 % des morts quatre mois passés, nous ne nous cueil qui sera réservé au vaccin. Retrouvez en ligne l’ensemble de nos contenus
0123
JEUDI 2 JUILLET 2020 planète | 7

Autoroutes : la loi sur le bruit reste mal appliquée


Des riverains s’opposent à l’élargissement de l’A10, en raison de la hausse des nuisances sonores générées

D
es meuglements de
vaches et même des
Au premier rang
coassements. Pendant des « lacunes
le confinement, Sté­
phanie Alfred a découvert des
significatives
sons qu’elle n’avait jamais enten­ persistantes »
dus. Elle habite pourtant à la
campagne. A Villeperdue, com­
repérées dans
mune rurale d’un millier d’habi­ « la plupart »
tants à une vingtaine de kilomè­
tres au sud de Tours, en Indre­et­
des dossiers : les
Loire. Mais sa maison a un handi­ études de trafic
cap : elle est située à 150 mètres
de l’A10. « Je suis une nostalgique
du confinement, dit Mme Alfred. riverains, le concessionnaire
Tous ces week­ends au calme, doit prendre des mesures d’atté­
installés dehors à écouter la na­ nuation du bruit. Or, pour éva­
ture, on les a perdus. » luer cet impact, ils raisonnent
Avec le déconfinement, le trafic habitation par habitation, voire
est revenu, la tranquillité s’en est étage par étage, et non à l’échelle
allée. « On ne peut plus dormir les d’un tronçon de l’infrastructure,
fenêtres ouvertes et, avec la cha­ comme le prévoit la loi. « Cette in­
leur, c’est d’autant plus pénible ; terprétation est contraire à la let­
on est de nouveau réveillés par les tre et à l’esprit des textes et est dé­
coups de klaxon des poids lourds ; favorable aux riverains », déplore
et, même les fenêtres fermées, ce l’AE. C’est ainsi que dans le dos­
bruit lancinant nous oblige à sier de l’A10, le fameux critère de
monter le son de la radio et de la transformation significative – et
télévision, énumère cette secré­ donc les seuils réglementaires –
taire médicale, mère d’un garçon n’a été appliqué qu’à 179 des 1 921
de 16 ans. On se rend compte que bâtis de l’aire d’étude, soit moins
ça joue sur notre santé : on n’a de 10 % des habitations.
plus la même qualité de sommeil, Selon nos informations, l’AE
la même patience, on est plus ner­ s’apprête à saisir le ministère de
veux. » Selon l’Organisation la transition écologique et soli­
mondiale de la santé, le bruit est A Noisy­le­Sec (Seine­Saint­Denis), sous l’A86 d’un côté et la voie de chemin de fer de l’autre, le 10 avril. LAHCÈNE ABIB/DIVERGENCE daire et en particulier la direc­
la « deuxième cause de morbi­ tion générale de la prévention
dité », après la pollution de l’air, ému en mars, auprès de Vinci, le tion de la note », indique le prési­ bruit, aucun renforcement de sez technique portant sur le cri­ des risques et la direction géné­
parmi les facteurs de risque député de Maine­et­Loire Mat­ dent de l’AE, Philippe Ledenvic. l’isolation acoustique de sa mai­ tère dit de « transformation si­ rale des infrastructures, des
environnemental. thieu Orphelin, au sujet de l’élar­ Au premier rang des « lacunes son n’est envisagé. gnificative ». Pour résumer, si les transports et de la mer sur cette
gissement de l’A11 à Angers. « Il significatives persistantes » repé­ Dans la plupart des dossiers, aménagements sur une infras­ question récurrente. Le minis­
Deux mille maisons concernées faut revoir ou abandonner ce pro­ rées dans « la plupart » des dos­ l’AE constate que les maîtres tructure entraînent une aug­ tère n’a pas répondu à nos sollici­
Outre le trafic, la fin du confine­ jet d’un autre temps », tonne le co­ siers : les études de trafic. Pri­ d’ouvrage jouent avec un article mentation des nuisances sono­ tations. 
ment a aussi marqué le retour des président du groupe parlemen­ mordiales, elles alimentent la du code de l’environnement as­ res de plus de 2 décibels pour les stéphane mandard
engins de chantier et des nuages taire Ecologie, démocratie et soli­ justification des projets et condi­
de poussière. L’A10 est en cours darité. Au total, une centaine de tionnent le calcul des impacts
d’élargissement pour passer chantiers sont menés dans le ca­ comme le bruit, mais aussi la
de 2 × 2 voies à 2 × 3 voies entre Vei­ dre du plan de relance autorou­ pollution de l’air ou les émis­
gné (Indre­et­Loire) et Poitiers tier de 2015. sions de gaz à effet de serre. Tarifs 01/01/20
(Vienne). Les travaux avaient dé­ Signé par Emmanuel Macron Or, souligne l’AE, ces études « ne

Bonnes Adresses
1 parution Professionnels Particuliers
marré juste avant la crise due lorsqu’il était à Bercy et négocié prennent presque jamais en Forfait 5 lignes 65€ HT 65€ TTC
au Covid­19. Ils ont repris sitôt le par l’actuelle ministre de l’envi­ compte les trafics induits par la Forfait 10 lignes 110€ HT 110€ TTC
confinement levé. Ils font crain­ ronnement, Elisabeth Borne, alors création ou la transformation de
Reproduction interdite marie-cecile.bernard@mpublicite.fr
dre à Mme Alfred une aggravation directrice du cabinet de Ségolène l’infrastructure ». Une grande ma­
des nuisances : « La troisième voie Royal à l’écologie, ce plan allonge jorité des dossiers d’élargisse­
fera passer les camions encore
plus près de chez nous. » Elle n’est
pas la seule dont ce projet, porté
jusqu’à six ans les concessions ac­
cordées aux exploitants privés,
contre un investissement total de
ment (c’est le cas pour l’A10 entre
Veigné et Poitiers et au niveau
d’Orléans, mais aussi pour l’A57
Antiquités ANTIQUITÉS Suite à mes prestations
télévisées sur le marché
de l’art, je vous propose
DÉBARRAS TOUS LOCAUX,
par Vinci Autoroutes, « empoi­
sonne » la vie. A Villeperdue, une
3,2 milliards d’euros sur la période
2016­2024. Il rapportera une quin­
près de Toulon ou l’A6 au niveau
d’Auxerre) produisent des études
CAROLINE PONS successions... Mobilier, vinyles, livres. UN RENDEZ-VOUS
ALEX TRANSPORT POUR VOS DEMANDES
dizaine de maisons jouxtent zaine de milliards d’euros de re­ de trafic qui montrent des axes d’Affaire Conclue alexandreternane@orange.fr D’ESTIMATIONS,
l’autoroute. Au total, près de 2 000 cettes supplémentaires aux socié­ congestionnés et font l’hypo­ Tél. : 06 87 47 60 76 Spécialisé successions
sont concernées. Une association, tés autoroutières – dont les deux thèse que le projet n’entraînera J’ACHETE
Agir A10, a été créée dès 2016. Pré­ tiers pour le groupe Vinci –, soit aucune augmentation de trafic, Meubles Tableaux Pendules
sidée par l’ancien maire de Sainte­ environ 5 euros pour 1 euro in­ sans en faire la démonstration ou Objets d’art & curiosités
Maure­de­Touraine, Christian Ba­ vesti. Dans un référé sévère publié en s’appuyant sur des « do­ Argenterie Livres anciens
rillet, elle regroupe aujourd’hui en avril 2019, la Cour des comptes cuments très anciens ». Ainsi, Violons & Archets anciens
400 adhérents. a étrillé la gestion de l’Etat et dans le projet combattu par Agir “Vu à la télé” Vins,
Art d’Afrique et d’Asie
« Au départ, nous n’étions pas pointé sa « faiblesse » face aux con­ A10, l’étude de trafic repose sur
Art décoratif du XXe s
opposés à l’élargissement, mais, cessionnaires. des seuils de trafic moyen journa­ ACHÈTE Art d’Islam et d’Orient
au fil des réunions avec Vinci, nous Piètre négociateur, l’Etat semble lier annuel évoqués dans une cir­ Photos anciennes et d’artistes
Mobilier de toutes époques
nous sommes rendu compte que aussi en grande difficulté pour culaire datant de 1991. Sérieux et discrétion
nous nous faisions rouler dans la faire respecter les normes envi­ Vinci n’a pas répondu aux solli­ Pianos droits & à queue assurés, déplacements
farine avec les grandes promesses ronnementales. « Il est paradoxal citations du Monde. Délégué gé­ Manteaux de fourrure Paris et Province.
de réduction des nuisances sono­ et juridiquement fragile que le néral de l’Association des sociétés PATRICK MORCOS
res », témoigne sa vice­prési­ plan de relance autoroutier, qui in­ françaises d’autoroutes (ASFA), Sacs à main & foulards de marques
EXPERT
dente, Gaëlle Lahoreau. En jan­ duit des incidences environnemen­ Christophe Boutin reconnaît que Briquets Dupont, Cartier... Affilié à la Compagnie
vier 2019, l’association a déposé tales majeures, n’ait pas, à l’inverse les études de trafic sont « aléatoi­ Nationale des Experts
Bijoux anciens & contemporains
un recours devant le tribunal ad­ de la plupart des plans susceptibles res ». Il assure cependant que le
ministratif d’Orléans pour de­ d’incidences environnementales, plan de relance de 2015 a eu pour Services de table 06.07.55.42.30
mander l’annulation de la décla­ fait l’objet d’une évaluation envi­ effet de « requalifier beaucoup morcospatrick@orange.fr
Ménagères & argenteries
ration d’utilité publique du pro­ ronnementale », pointe l’autorité d’autoroutes construites dans les
avec le respect des mesures sanitaires en vigeur Tableaux anciens & contemporains
jet. L’instruction est en passe environnementale (AE) dans une années 1980­1990 où la prise en
d’être clôturée. note publiée en février 2019. Ce compte des normes acoustiques Objets asiatiques : vases, assiettes
Défendue par l’ancienne minis­ document synthétise les 104 avis était plus faible ». Bouddhas, corails, ivoires ...
tre de l’environnement Corinne rendus par l’AE entre sa création LIVRES BIJOUX Livres anciens & contemporains
Lepage, l’action en justice inten­ en 2009 et début 2018 sur les pro­ « Situations incohérentes »
tée par Agir A10 pourrait en en­ jets d’infrastructures de trans­ « En matière de pollution sonore, ACHÈTE LIVRES ANCIENS PERRONO-BIJOUX Armes anciennes : sabres, fusils...
traîner d’autres. Des chantiers port routières. la réglementation n’est pas correc­ --------------
comme celui de l’A10, il y en a des Depuis, trente­six nouveaux tement appliquée, tranche pour­ du 15e au 20e, bibliothèques d’érudits, Anciens. Occasions argenteries. Sculptures & horlogerie ACHAT AU DESSUS
Brillants. Pierres précieuses. DE VOS ESTIMATIONS
dizaines : à Metz, Clermont­Fer­ avis ont été rendus, toujours en tant Philippe Ledenvic. L’interpré­ Création & transformation Montres : Rolex, Cartier, Oméga,
livres illustrés, dessins, éditions
rand, Toulon, Narbonne, Bayon­ amont des enquêtes publiques. tation insatisfaisante de la régle­ réparations. Achats ventes. Jaeger LeCoultre, Longines, Lipe... ET EXPERTISES
ne… « Elargir une autoroute ? Il y a « La situation n’a pas fondamenta­ mentation, s’appuyant à tort et de originales, archives, estampes... Echanges sélectionné par le guide
PARIS PAS CHER « ART D’ASIE » :
Vases Gallé, Daum, Lalique...
plus urgent en 2020, non ? », s’est lement évolué depuis la publica­ façon biaisée sur des textes de la
hubert.hoppenot@orange.fr
-------------- CHINE, JAPON
fin des années 1990 et du début des OPÉRA : angle bd des Italiens Tapis, tapisseries, lustreries... ET MOYEN-ORIENT
4, rue de la Chaussée d’Antin
années 2000, conduit assez systé­ Tél. : 06 80 06 54 24 Tél. : 01 47 70 83 61 N’hésitez pas à nous contacter, 06 07 55 42 30
Des carences sur les gaz à effet de serre matiquement à des situations in­
cohérentes et injustifiées. » pour tout renseignement. P. MORCOS
Outre le bruit, le président de l’Autorité environnementale (AE), Parfois, seuls quelques étages EXPERT CNE
MAISON CHARLES HEITZMANN ✶ Porcelaines et Bronzes
Philippe Ledenvic, relève qu’« en règle générale, les questions et certaines maisons bénéficient
01 40 55 46 15 ✶ Cristal de Roche
d’émissions de gaz à effet de serre et de polluants atmosphériques de mesures de protection, alors
✶ Corail et Ivoires Anc.
ne sont toujours pas traitées correctement » dans les projets que d’autres logements connais­
06 19 89 55 28 ✶ Jade blanc et couleurs
routiers. Dans nombre de dossiers, l’évaluation des émissions sent des niveaux sonores plus
✶ Cornes et Laques
de gaz à effet de serre fait même défaut, ce qui constitue élevés, voire subissent des aug­ DÉPLACEMENTS RÉGULIERS
une « carence majeure », relève l’AE. Elle constate également mentations des niveaux de bruit RUBRIQUE BONNES AFFAIRES ✶ Peintures et Tissus anc.
ET GRATUITS SUR TOUTE LA FRANCE ✶ Manuscrits et Estampes
que des mesures d’évitement, de réduction ou de compensation plus importantes sans que les POUR VENDRE, VOULEZ-VOUS
DEPLACEMENT
des émissions de gaz à effet de serre (à l’instar des polluants dossiers prévoient aucune me­ LE BON PLAN OU LE MEILLEUR ? charlesheitzmann@free.fr
PARIS – PROVINCE
toxiques) ne sont « presque jamais proposées », alors même que sure. Ainsi, pour Mme Alfred, à marie-cecile.bernard@mpublicite.fr www.antiquaire-heitzmann.fr morcospatrick@orange.fr
le secteur des transports représente 30 % des émissions en France. Villeperdue, aucun mur anti­
FRANCE
0123
8| JEUDI 2 JUILLET 2020

Macron veut contrer la poussée écologiste
Verdir le programme ou attaquer de front les représentants d’EELV, deux stratégies s’opposent en interne

V
ous n’avez qu’un
opposant sur le
terrain : c’est le
Front national »,
avait déclaré Em­
manuel Macron
aux députés de La République en
marche (LRM), le 16 septem­
bre 2019. Neuf mois plus tard, la
poussée d’Europe écologie­Les
Verts (EELV) au second tour des
élections municipales, qui
confirme sa percée des européen­
nes de mai 2019, change la donne.
Désormais, le chef de l’Etat et ses
troupes se méfient également de
l’émergence des thèses environ­
nementales dans la perspective de
l’élection présidentielle.
Certains, dans son propre camp,
appellent à la vigilance, en consi­
dérant les écolos comme un « dan­
ger » potentiel pour 2022, à ne pas
minimiser. « L’envie que la transi­ Emmanuel
tion écologique soit la première Macron
priorité des élus, tant au plan local et Edouard
que national, est très forte chez les Philippe,
Français », met en garde le député à l’Elysée,
LRM de l’Isère, Jean­Charles Colas­ le 29 juin.
Roy, chargé de cette thématique. CHRISTIAN
Des cadres du parti présidentiel HARTMANN/POOL VIA AP
redoutent qu’une partie des élec­
teurs de gauche, qui avaient voté
en masse en faveur du candidat En
marche !, en 2017, trouvent refuge
dans un vote écologiste. Au point
de menacer l’accession de M. Ma­
cron au second tour. Un risque
réel, selon Brice Teinturier. « L’idée
qu’il y aurait inévitablement un
duel entre Emmanuel Macron et
Marine Le Pen à la présidentielle
n’est pas assurée, dit le directeur
général délégué d’Ipsos. Les résul­
tats des municipales montrent
qu’une offre rassemblant la gauche avait vécu. On a donc décidé de faut aller dans le sens de ce qu’at­ radicalement différente ». « A l’in­ fermeture de Fessenheim…), les
et les écologistes pourrait avoir des l’amplifier », résume le député tendent les Français. » « Il y a une
Les macronistes verse d’EELV, nous ne voulons pas macronistes pâtissent du bilan en
chances de s’inviter au second tour, LRM de la Vienne, Sacha Houlié. aspiration forte des Français à ce pâtissent nous contenter d’une écologie de demi­teinte du président dans ce
dans une forme de tripartition. » Si le président a décidé de verdir qu’on fasse davantage sur l’écolo­ l’incantation, mais mettre en domaine. Une politique des « pe­
son discours pour ne pas laisser gie, il faut entendre ce message »,
du bilan en œuvre une écologie concrète, non tits pas », dénoncée par Nicolas
Supposé péril vert aux troupes de Yannick Jadot le appuie son collègue Hugues Ren­ demi-teinte punitive, qui s’appuie sur la science Hulot, lors de son départ du gou­
Pour contrer la vague verte, Em­ monopole de la défense de l’envi­ son (Paris). et l’innovation, qui mobilise les en­ vernement, en 2018. Depuis, plu­
manuel Macron a riposté fort. Dès ronnement, ses fidèles s’interro­ A l’inverse, certains députés de
du président sur treprises, et ne renie pas les libertés sieurs ministres et députés regret­
le lendemain du scrutin munici­ gent sur la stratégie à mener pour l’aile droite de la majorité, comme l’écologie individuelles », souligne­t­il. Lundi, tent que « rien n’imprime ». « Les
pal, il a présenté un plan pour l’en­ tenter de contrecarrer la poussée Jean­Baptiste Moreau (Creuse), le chef de l’Etat a plaidé pour « une gens continuent de penser qu’on n’a
vironnement, lundi 29 juin, lors verte. En interne, les avis diver­ Cendra Motin (Isère) ou Aurore écologie au cœur du modèle pro­ pas fait ou qu’on a fait trop peu »,
de la réception des membres de la gent. Deux lignes principales ont Bergé (Yvelines), issue du parti Les manifestations indigénistes ». Pour ductif », en rejetant « un modèle de s’est désolé le président des dépu­
convention citoyenne sur le cli­ émergé des discussions tenues Républicains, préconisent de s’op­ elle, le parti présidentiel doit res­ décroissance ». Ses fidèles font le tés LRM, Gilles Le Gendre, mardi,
mat. Le chef de l’Etat a annoncé par les responsables de la majo­ poser frontalement aux représen­ ter sur une position équilibrée, pari que cette doctrine « probusi­ en revendiquant l’action « extraor­
qu’un projet de loi reprenant la rité, lundi soir, lors du bureau exé­ tants d’EELV, qu’il convient de cari­ afin de ne pas effrayer l’électorat ness », visant à concilier écologie dinairement verte » de la majorité.
quasi­intégralité des 149 proposi­ cutif du parti et, mardi, lors de la caturer en « pastèques » – verts à LR rallié à M. Macron. et économie, permettra de con­ Lundi, M. Macron a reconnu de
tions de la convention sera pré­ réunion des députés LRM à l’As­ l’extérieur, rouges à l’intérieur –, Face à ce dilemme stratégique, le server le socle électoral du chef de pas avoir suffisamment œuvré
senté d’ici à la fin de l’été. Estimant semblée. D’un côté, certains élus afin de les décrédibiliser. Hors de patron de LRM, Stanislas Guerini, l’Etat. « Il n’y a pas que les gauchis­ dans ce domaine. « Même si nous
que « le temps est venu de faire, préconisent de verdir le pro­ question, selon eux, de travailler plaide pour une voie médiane. tes qui votent écolo ! », déclare un avons déjà un bilan, l’histoire s’ac­
d’agir », il a promis « 15 milliards gramme pour capter une part de avec des élus « d’extrême gauche », « Plutôt que de se lancer sur une op­ pilier de la majorité, en assurant célérant, il est insuffisant », a­t­il
d’euros supplémentaires sur deux l’électorat attiré par EELV. « Il faut alliés à La France insoumise ou au position frontale avec EELV ou que LRM avait bien réussi à fédé­ admis, disant vouloir aller « beau­
ans » pour la conversion de l’éco­ agir de façon plus volontariste sur Parti communiste dans plusieurs d’être dans une course à l’échalote, rer des électeurs écologistes et de coup plus loin, beaucoup plus
nomie. Une manière de montrer la transition écologique, comme on villes. Lundi, Aurore Bergé a alerté en cherchant à faire plus vert que droite modérée aux européennes. fort ». Reste à voir si cela lui per­
son volontarisme et sa conversion va le faire avec les propositions de sur un supposé péril vert, en assi­ les Verts, nous devons faire enten­ S’ils soulignent avoir déjà beau­ mettra d’enrayer la montée en
à l’écologie. « On a bien saisi que le la convention citoyenne, poursuit milant EELV à « des gens qui sont dre notre propre ligne en matière coup œuvré en la matière (aban­ puissance des écologistes, à deux
message était mal reçu et que le slo­ M. Colas­Roy. Il y a une demande contre les vaccins », « contre l’exten­ de transition écologique », analyse­ don du projet de Notre­Dame­des­ ans de la présidentielle. 
gan Make our planet great again qu’on aille plus vite et plus fort. Il sion de la 5G » et « qui vont dans des t­il, en revendiquant « une vision Landes, arrêt des hydrocarbures, alexandre lemarié

LR s’interroge sur la meilleure façon de reconquérir les urbains


Après la perte de fiefs comme Bordeaux, certains dirigeants de la droite veulent que leur parti s’adapte aux aspirations environnementales

D rôle de temporalité que


celle de la vie politique.
Deux ans, c’est le temps
qu’il reste au parti Les Républi­
cains (LR) pour revenir au premier
vait construire son ascension.
Mais cette base semble moins so­
lide que prévu. Certes le parti et les
têtes de liste divers droite ont rem­
porté 261 des 454 communes de
rural et dans les villes intermédiai­
res, LR n’a pas su conquérir les
électeurs des métropoles. « On se
gargarise d’avoir remporté 60 %
des villes, alors qu’on a perdu 60 %
2014. La droite n’a pas de proposi­
tions pour cette catégorie de gens
plutôt aisés, plutôt instruits et dont
la sensibilité sur les questions éco­
logiques a sans doute été renforcée
gie « humaniste ». Pourtant, il n’en
a pas toujours été ainsi : c’est sous
Georges Pompidou qu’a été créé le
ministère de l’environnement et
sous la présidence de Nicolas
bles, celle de l’alimentation par
exemple. Convaincu qu’une écolo­
gie « façon LR » existe, le député
souhaiterait que la rentrée du
parti, à Nîmes soit consacrée à ces
plan, avant le couperet de 2022. Un plus de 20 000 habitants. LR, qui des électeurs français qui vivent par le confinement. » L’eurodé­ Sarkozy qu’a été organisé le Gre­ thématiques.
délai à la fois suffisant pour s’adap­ avait raflé la plupart des villes dans les grandes villes », s’affole un puté, qui voit dans ces municipa­ nelle du même nom. Au­delà de la question écologi­
ter aux évolutions de l’électorat, françaises lors d’une vague bleue élu pour qui les victoires ne se fe­ les « une fondation sur laquelle Oubliées ces avancées. Ces der­ que, la formation de droite doit, se­
mais aussi très court quand on sans précédent, en 2014, a même ront pas sans l’électorat urbain. construire l’avenir », considère tout nières années, LR s’est concentré lon l’eurodéputé Geoffroy Didier,
émerge à peine de douloureux conquis de nouvelles communes. de même dans le contexte que LR, sur les questions régaliennes, s’intéresser à toutes les préoccu­
traumatismes électoraux. Privée Sauf que le parti a également « Mieux épouser son temps » « sans oublier ses fondamentaux mais aussi sur les territoires et les pations des urbains : « Nous ne de­
du second lors de l’élection prési­ perdu des villes importantes. Au Certains dirigeants du parti esti­ régaliens, doit mieux épouser son régions. « Il y a une aspiration à des vons pas seulement améliorer le ni­
dentielle de 2017, exsangue après milieu de ce paysage a priori favo­ ment que le discours offert par LR temps pour ne pas le subir ». évolutions écologiques, économi­ veau de vie, nous devons aussi par­
les européennes de 2019 où elle n’a rable, un obstacle s’est dressé sur ne correspond plus aux aspira­ De fait, la droite n’a aujourd’hui ques et démocratiques, reconnaît ler de style de vie, manger sain, res­
même pas atteint les 9 %, la forma­ le chemin du parti : Europe écolo­ tions de cette strate de l’électorat, pas vraiment de discours sur les Aurélien Pradié, député du Lot et pirer mieux… Il est urgent qu’une
tion de droite a vingt­quatre mois gie­Les Verts (EELV). Les écologis­ notamment en matière écologi­ thématiques environnementales. numéro trois du parti. Nous de­ droite urbaine s’affirme », plaide
pour corriger le tir. tes ont, à la surprise générale, rem­ que. « Nous assistons à une boboï­ Quelques députés se penchent sur vons interpeller les électeurs en tra­ l’élu. Et d’ajouter : « La droite ne
Dans ce parcours, chaque scrutin porté certaines métropoles im­ sation des villes, affirme l’ancien ces questions, mais aucune doc­ vaillant sur une transformation de cesse de dire “il n’y a pas de territoi­
est une marche de plus à grimper portantes, des communes prospè­ ministre de l’intérieur Brice Horte­ trine nationale ne semble émer­ notre modèle, pas uniquement en res perdus pour la République”,
dans la course à la présidentielle, res comme Bordeaux, acquise à la feux. Nous sommes loin de Chirac ger. « Il va falloir se muscler sur ces proposant des mesurettes. » Pour mais il ne doit pas y avoir non plus
élection structurante de la vie dé­ droite depuis la seconde guerre remportant vingt arrondissements sujets », prévient Julien Aubert, dé­ l’élu, la droite doit profiter de ce de territoires perdus pour Les Répu­
mocratique. Les municipales de­ mondiale, ou encore comme Lyon parisiens sur vingt, et même des puté de Vaucluse, et auteur d’un li­ scrutin pour tirer des enseigne­ blicains ». Il reste vingt­quatre
vaient être ce premier niveau, la qui auraient pu être une terre de presque 45 % de Nathalie Koscius­ vret vert exposant ses vues sur la ments et travailler plus avant des mois à LR pour les récupérer. 
fondation sur laquelle le parti de­ conquête de LR. Forte en milieu ko­Morizet, lors des municipales de question et défendant une écolo­ questions devenues incontourna­ sarah belouezzane
0123
JEUDI 2 JUILLET 2020 france | 9

A Marseille,
la gauche suspendue
à un accord
avec Samia Ghali
La sénatrice a un rôle important
dans l’élection de la future maire

marseille ­ envoyée spéciale l’aide des sept conseillers munici­ Samia Ghali
paux élus avec Samia Ghali. Avec dans un bu­

M arseille ne pourra plus


se faire sans les
quartiers nord. » C’est
par ces quelques mots tweetés sur
son téléphone que, dimanche
42 sièges sur 101, la candidate du
Printemps marseillais est sous la
menace de la droite. Samia Ghali
le sait : samedi 4 juillet, dans l’hé­
micycle du conseil municipal, ce
reau de vote
lors du pre­
mier tour
des élections
municipales,
soir 28 juin, Samia Ghali a an­ bunker enterré à deux pas du à Marseille,
noncé sa victoire dans les 15e et Vieux­Port, elle sera la clé de le 15 mars. PE-
16e arrondissements de Mar­ l’élection de la future maire. Le RHYN CAPEL/MAXPPP
seille, ce secteur qu’elle dirige ralliement du clan Ghali ne don­
depuis 2008. Il s’en est fallu de nerait pas la majorité absolue à la
386 voix seulement dans une gauche, mais lui offrirait une Anne Hidalgo ont soutenu le risque pas de l’appeler. Ce n’est pas incité le Printemps marseillais à
triangulaire, avec, face à elle, le sorte d’assurance­vie. A défaut de Printemps marseillais, l’ex­secré­ une inimitié mais plutôt une con­
Dans ce faire alliance avec Samia Ghali
Rassemblement national (RN) et prendre la ville comme elle en rê­ taire national du PS, Jean­Christo­ ception différente de la politique », bourdonnement entre les deux tours. En vain. De­
le Printemps marseillais, cette vait en lançant sa campagne, phe Cambadélis, encourageait Sa­ explique­t­il. Tandis que la droite puis dimanche, il hésite à écrire à
large coalition « citoyenne » et de Samia Ghali, avec 2,89 % des voix mia Ghali. La nouvelle maire du 8e fait des œillades à Samia Ghali, lui
de téléphones et la maire de sa chère Estaque, celle
gauche qui a porté Michèle et 5 025 électeurs au second tour, a été sa secrétaire nationale. Dès lance : « Si elle vote pour la droite, ce feu d’artifice de Marius et Jeannette. Il faut dire
Rubirola en tête des suffrages. devient l’arbitre de l’élection. dimanche, il comprend que la elle risque de prendre des pierres à qu’il est venu personnellement
Les « quartiers nord » consti­ sénatrice des quartiers nord a un la sortie du conseil municipal. »
de déclarations, mener campagne contre elle, une
tuent l’un des territoires les plus « Pistolet à plusieurs coups » « pistolet à plusieurs coups » dans Des pierres ? Depuis lundi, ce deux femmes fois la fusion avortée. Son mes­
pauvres de la deuxième ville de C’est l’avantage et l’inconvénient sa poche, mais juge qu’il faut sont de nouveaux messages qui sage partira « peut­être mer­
France, un ensemble de grandes de devenir incontournable : votre s’allier avec Michèle Rubirola. s’affichent sur le téléphone de
restent muettes : credi », confie­t­il, mais, en atten­
cités, de zones d’entreprises et smartphone devient une ma­ A droite, la parlementaire a Samia Ghali. Ou qu’on lui fait pas­ Samia Ghali et dant, il envoie un petit signe
d’anciens villages à près d’une chine de guerre, sursaute, vrom­ beaucoup d’amis, peut­être plus ser, par médias interposés. L’« in­ grâce au site de l’hebdomadaire
heure de bus du centre­ville. Le bit, livre messages, Tweet et aler­ qu’au PS, où elle n’a pas repris sa soumise » Sophie Camard, invitée
Michèle Rubirola Politis : « Samia Ghali doit s’allier
8e secteur de Samia Ghali n’en tes. Depuis dimanche, c’est le cas carte. Elue depuis 2001, Samia de France Bleu Provence pour avec Michèle Rubirola. Sinon, ce
couvre que la moitié, le reste ap­ de celui de Samia Ghali. « Bravo ! » Ghali connaît et fréquente tout ce commenter sa victoire dans le serait une fois de plus une terrible
partient au 7e secteur voisin, re­ Dimanche, jusque tard dans la que Marseille compte de respon­ premier secteur, fait aimable­ sière, le mal­logement et la préca­ défaite de la démocratie. »
pris dimanche par la droite au RN. nuit, sont d’abord arrivées les féli­ sables politiques. Au conseil mu­ ment savoir qu’elle rêve de « ré­ rité énergétique… », écrit­il sur Dans ce bourdonnement de té­
Mais la sénatrice socialiste, née il citations. L’ancienne élue socia­ nicipal, il n’y a que le sénateur du concilier » la ville en « dialoguant Twitter lundi. Entre les deux léphones et ce feu d’artifice de dé­
y a 52 ans, s’en veut l’unique porte­ liste reprend en effet un secteur RN Stéphane Ravier à qui elle ne avec Samia Ghali ». tours, il était de ceux qui soute­ clarations, deux femmes restent
voix. Les quartiers nord, c’est elle. conquis en 2008, mais laissé à un claque pas la bise. Son adversaire Sébastien Barles, le responsable naient l’option d’une fusion entre muettes : Samia Ghali et Michèle
Sa prophétie renvoie à une réa­ de ses élus en septembre 2017 malheureux, le communiste local d’Europe Ecologie­Les Verts, le Printemps et la sénatrice. Rubirola. La première digère mal
lité arithmétique. L’élection de pour cause d’interdiction de cu­ Jean­Marc Coppola, l’homme qui tend lui aussi la main. « Samia Le ton de Benoît Payan, porte­ le maintien de la liste du Prin­
Michèle Rubirola, arrivée avec mul des mandats. Pas besoin en remportant le 8e secteur aurait Ghali partage avec nous la néces­ parole du Printemps marseillais, temps marseillais contre elle. Les
13 091 voix d’avance mais sans d’être marseillais pour saluer sa offert à Mme Rubirola une majo­ sité d’irriguer les quartiers nord de est plus pressant. « Je ne peux pas Républicains, eux, ont retiré leur
majorité absolue au conseil mu­ victoire. Tandis que de Paris, Lio­ rité absolue, est l’un des rares à ne transports collectifs, de lutter con­ imaginer que Samia Ghali, qui, candidat, l’acteur Moussa Maas­
nicipal, reste incertaine sans nel Jospin, Christiane Taubira ou pas avoir salué sa victoire. « Je ne tre la pollution des navires de croi­ pendant vingt­cinq ans, a com­ kri, la tête déjà dans le troisième
battu la droite, le système local, tour. Pourquoi décrocherait­elle
qui a affronté Jean­Claude Gaudin son téléphone ? Entre le 15 mars et
« Nous pouvons diriger avec une majorité relative » et Martine Vassal, se retrouve du
jour au lendemain leur alliée po­
le 28 juin, alors que le confine­
ment laissait beaucoup de temps,
tentielle », lâche­t­il à La Provence. la sénatrice a déjà attendu long­
marseille peut­elle être gérée par qui régit les élections municipales à « Nous pouvons diriger avec une majorité La société civile s’y met aussi. temps un appel de la chef de file
une maire qui ne possède qu’une majorité Marseille, comme à Paris et Lyon, et relative. Nous l’avons déjà fait au conseil Dès lundi, l’ancien journaliste de du Printemps marseillais. Le coup
relative ? « Ce n’est pas l’habitude et cela se­ attribue aux huit secteurs un nombre régional sous la présidence de Michel Vau­ La Marseillaise Philippe Pujol, qui de téléphone n’est jamais venu.
rait très difficile », prophétisait encore, di­ différent d’élus. zelle, assume Jean­Marc Coppola (PCF), une aujourd’hui réalise des films et « Samia ne subit aucune pression.
manche 28 juin, Jean­Claude Gaudin. Pour des têtes de liste du Printemps marseillais. écrit des romans, adresse de son Elle a gagné sa liberté en empor­
le maire sortant (Les Républicains), la né­ « Chercher des alliances ponctuelles » Cela impose de chercher des alliances ponc­ côté un texto à « Samia », qu’il tant la victoire sur son nom et sans
cessité d’avoir le soutien d’au moins Avec ses 42 conseillers, Michèle Rubirola tuelles sur les grands dossiers. » « Cela néces­ connaît bien. Soit tu es une parti, explique son entourage. Ne
51 élus sur les 101 que compte le conseil ne devance Martine Vassal (LR) que de site d’écouter, de respecter son opposition », femme de gauche qui fait passer pas appeler Samia, c’est se détour­
municipal a toujours été une priorité. Un trois élus. L’élection du maire, qui a lieu complète le socialiste Benoît Payan, porte­ la gauche, soit tu es une femme ner des électeurs qui lui ont ap­
dogme même qui, au prix d’alliances éton­ samedi 4 juillet à bulletin secret, reste parole du Printemps marseillais, qui voit, de gauche qui fait passer une porté leur soutien dans les quar­
nantes, lui a permis, pendant quatre man­ totalement indécise, tout comme, au­delà, lui aussi, la majorité relative comme une droite affairiste capable de s’allier tiers nord. » Coté Rubirola, on an­
dats, d’imposer ses choix politiques sans la possibilité de diriger la ville. Le Rassem­ solution potentielle. S’il ne parvient pas à avec le Front national, écrit en nonce un communiqué mer­
se soucier des idées de son opposition. blement national (9 élus), les colistiers de valider son alliance avec Mme Ghali avant substance l’auteur de La Chute du credi. Et, qui sait, si la main tendue
En remportant le second tour des élec­ Samia Ghali (8), les voix du sénateur ex­LR samedi, le Printemps marseillais devra, monstre (Seuil, 2019), le pamphlet est acceptée, une rencontre ven­
tions municipales avec près de 13 000 voix Bruno Gilles (2) et de l’ex­maire du 2e sec­ après avoir fait basculer quatre secteurs à qui s’attaque au système Gaudin. dredi, au vu et au su de tous ? 
d’avance, le Printemps marseillais n’a pas teur, la PRG Lisette Narducci, pourraient gauche, réussir aussi à modifier les habitu­ Pas de réponse de l’intéressée… ariane chemin
décroché cette fameuse majorité absolue. peser sur toutes les décisions et rendre la des au sein du conseil municipal.  Le cinéaste Robert Guédiguian et gilles rof
La faute à la loi relative au statut électoral ville ingouvernable. g. r. (marseille, correspondant) était aussi de ceux qui avaient (marseille, correspondant)

Nouvelles perquisitions dans l’affaire des procurations douteuses


Mardi, la directrice générale des services de la mairie des 11e et 12e arrondissements de Marseille a été placée en garde à vue

marseille ­ correspondant en garde à vue. Le maire de sec­ perquisitionnée. Comme celle de mi­juin sur de possibles Colistier de M. Ravier et vier sur le candidat du Printemps
teur, la tête de liste LR Julien Ra­ sa chef de file, Martine Vassal, « manœuvres frauduleuses » et Mme Boyer, M. Laget a été réélu marseillais, le socialiste Yannick

L a pause a été courte. Juste le


temps pour le second tour
des municipales de se tenir
sans interférence directe. Moins
de quarante­huit heures après la
vier, réélu dimanche avec une
marge étroite de 352 voix sur plus
de 28 000 votants, a, lui, été en­
tendu pendant près de trois heu­
res par les enquêteurs.
dans le secteur voisin.
L’enquête se concentre notam­
ment sur le cas d’un établisse­
ment d’hébergement pour per­
sonnes âgées dépendantes (Eh­
« faux et usages de faux ».

Fief LR imprenable
Parmi les mandataires appelés à
voter pour les pensionnaires de
conseiller municipal et conseiller
communautaire. Il est invité,
comme l’ensemble des 101 con­
seillers municipaux de Marseille,
à participer à l’élection du maire,
Ohanessian. Mardi, les équipes de
ce dernier étaient dans les locaux
du bureau des élections de la mai­
rie de Marseille pour consulter les
listes d’émargement. Un recours
fin du vote, la justice a repris le M. Ravier explique qu’il a été pad), situé dans le quartier de cet Ehpad, on retrouve les noms samedi 4 juillet à l’hôtel de ville. pour contester les résultats est en
cours de ses investigations dans auditionné « à [sa] propre de­ Saint­Barnabé (12e). Cinquante et de plusieurs proches du maire Ju­ Dimanche, le Printemps mar­ cours de constitution.
l’affaire des procurations douteu­ mande faite avant le second tour ». un des pensionnaires de cet éta­ lien Ravier et de la députée Valé­ seillais a longtemps cru pouvoir Si la décision politique de porter
ses du 6e secteur de Marseille, qui « Tout s’est bien passé et j’ai pu ap­ blissement, dont certains frappés rie Boyer ; le directeur du cabinet faire basculer le 6e secteur, qui en­ l’affaire devant le tribunal admi­
a affecté la campagne de l’entre­ porter les éléments que j’avais en par la maladie d’Alzheimer ou at­ de M. Ravier, Richard Omiros, qui voie treize conseillers munici­ nistratif est prise par le Printemps
deux­tours de la candidate ma possession, notamment le fait teints de dégénérescence sénile, a été suspendu de ses fonctions paux à la mairie centrale. A droite marseillais, le dossier pourrait
Les Républicains (LR), Martine que je suis totalement étranger figurent dans les fichiers de pro­ de directeur de campagne par depuis 1995, conquis en 2008 par être déposé vendredi. Le sort du
Vassal. Mardi 30 juin, la mairie aux procédures de procuration », curations enregistrés au bureau M. Ravier dès le 19 juin ; la direc­ Valérie Boyer, celui­ci apparais­ 6e secteur peut s’avérer capital
des 11e et 12e arrondissements, à a­t­il relaté à l’AFP. Depuis les pre­ des élections de la mairie de Mar­ trice générale des services, qui est sait avant le début de la campagne pour la suite du mandat alors que
l’est de la ville, a été perquisition­ mières révélations dans la presse, seille. Ces procurations auraient, ressortie sans charge de sa garde comme un fief LR imprenable. Michèle Rubirola et le Printemps
née par la brigade financière de la l’élu affirme régulièrement ne selon certaines familles, été éta­ à vue mardi ; et l’adjoint à l’urba­ Après une journée de vote ten­ marseillais ne possèdent pour
police judiciaire. La directrice gé­ s’être « jamais occupé de ces pro­ blies sans le consentement des nisme du 6e secteur, Pierre Laget, due, le dépouillement des der­ l’instant qu’une majorité relative
nérale des services et deux em­ curations ». Mi­juin, sa perma­ mandants et à l’insu de leurs pro­ qui n’a pas souhaité commenter niers bureaux a confirmé la vic­ de 42 élus contre 39 à la droite. 
ployés municipaux ont été placés nence de campagne avait déjà été ches. Une enquête a été ouverte l’affaire au Monde. toire du maire sortant Julien Ra­ g. r.
0123
10 | france JEUDI 2 JUILLET 2020

A Perpignan, la résignation Les « cas sévères »


de Covid­19 reconnus en
d’une ville passée à l’extrême droite maladie professionnelle
Dans la cité catalane, l’indifférence a gagné une partie des habitants Les malades pourraient bénéficier
d’une prise en charge spécifique
après la victoire du candidat du RN, Louis Aliot, face au maire LR

REPORTAGE
perpignan ­ envoyée spéciale
marche sur une croix gammée.
Derrière le comptoir, Roger Coste
porte un brassard noir au bras
« Quand je pense
qu’il y a même
rant avant la fin de l’année. C’est
pourtant tout ce qu’il a, mais à
presque 40 ans, il ne digère pas
I l aura fallu un peu plus de
trois mois au gouvernement
pour esquisser les modalités
permettant à des travailleurs, qui
« C’est un régime
à deux vitesses :
il reste les

I
l faut gratter sous le vernis gauche sur une chemise bleu ma­ que « la jeunesse » ne se soit pas ont contracté le Covid­19 dans le
du quotidien pour deviner rine. Officiellement « en deuil »
des anciens du mobilisée. Plus d’un électeur sur cadre de leur activité, de le faire premières et les
les gueules de bois du lundi mais « pas trop voyant quand Parti socialiste deux s’est abstenu dimanche. reconnaître en maladie profes­
secondes lignes »
matin. A Perpignan, le début même ». Son sentiment, il l’ex­ « Lève­moi cette tête, on va s’en sionnelle. Le 23 mars, après le dé­
de semaine semble amorti, sans prime surtout dans les livres, la
maintenant dans sortir !, tente de le raisonner un cès de cinq médecins, Olivier Vé­ CATHERINE PINCHAUT
que l’on sache si cela tient des vitrine, le comptoir où Matin l’équipe du FN » acteur culturel de poids de la ville ran avait pris cet engagement secrétaire nationale CFDT
masques témoignant encore de la brun (Cheyne, 2002), de Franck en passant la porte. Tout sauf leur « pour tous les soignants qui sont
ROGER COSTE,
présence du coronavirus en Pavloff, côtoie un roman de René donner raison. C’est justement tombés malades » : « Il n’y aura
commerçant perpignanais
France, du début des vacances Crevel intitulé Etes­vous fous ? maintenant qu’il faut rester, se aucun débat là­dessus », avait Les annonces de mardi feront
d’été ou de la victoire de l’extrême « Si ma mère voyait ça… », déses­ battre de l’intérieur ! Tu ne peux ajouté le ministre des solidarités l’objet d’un décret qui devrait être
droite au second tour des élec­ père Roger Coste dans cette librai­ pas partir, t’as pas le droit. » Le vi­ et de la santé. Une annonce qu’il a publié « au plus tard mi­juillet »,
tions municipales, le dimanche rie créée « en 1945 par le Conseil de d’attirer au­delà du « socle » des sage rongé par une nuit agitée, finalement concrétisée, mardi selon l’entourage de M. Véran. Du
28 juin. A moins qu’il ne s’agisse la Résistance ». « Quand je pense habitués. Ils étaient au maximum Romain Margueritte se perd dans 30 juin, dans un communiqué côté des syndicats, les réactions
juste de la moiteur d’orage. qu’il y a même des anciens du Parti cinquante, dimanche soir, à crier ses pensées. « C’est compliqué. » commun, paraphé par son cabi­ sont très contrastées. « C’est un
Quelques cars télévisés et une socialiste maintenant dans des slogans antifascistes devant Sous les HLM du quartier net, celui de la ministre du travail, pas en avant, qui va dans le sens ce
caméra errant devant l’hôtel de l’équipe du FN [Front national, an­ l’hôtel de ville. « Ici, je passe pour prioritaire de Saint­Assiscle, Muriel Pénicaud, et du secrétaire que nous avions demandé »,
ville viennent rappeler l’actualité. cien nom du RN]. » La faute, selon le jeune militant dans plein d’assos Jean­Paul Carrère espère que le d’Etat chargé des retraites, Lau­ confie Pierre­Yves Montéléon
Les affiches électorales sont in­ lui, à « l’abandon » d’une ville en­ où je vais. Alors que je ne devrais découragement n’est que passa­ rent Pietraszewski. (CFTC). Un arbitrage dépasse
tactes, les rares manifestants kystée dans la pauvreté (32 % de pas être le plus jeune à 32 ans ! » ger. « On a plus que jamais besoin La démarche de l’exécutif com­ même les espérances de la cen­
antifascistes du dimanche soir taux de pauvreté, le double de D’autant que, poursuit le trente­ de gens qui restent. » Le président porte deux volets : « une recon­ trale chrétienne : le fait de ne pas
rentrés depuis bien longtemps. ménages non imposés) avec un naire en allumant nerveusement de l’association Jeunes reporters naissance automatique » et systé­ conditionner la reconnaissance
Sur une chaîne en continu tour­ chômage élevé (25,4 %). une nouvelle cigarette, « on n’a citoyens (JRC) ne voit d’ailleurs matique pour les soignants ; « une du Covid­19 en maladie profes­
nant en boucle à la réception d’un La faute aussi à une opposition aucune excuse, on savait que ça aucune « révolution » dans le sa­ reconnaissance facilitée » pour les sionnelle à l’existence de séquel­
hôtel, le visage du futur maire ap­ qui a « complètement disparu » nous pendait au nez ». Prévenus il cre de Louis Aliot. « Ce n’est pas autres professionnels « ayant tra­ les. « Les intentions sont bonnes »,
paraît souriant sur grand écran. selon Roger Coste. Entendre : y a six ans, « on a fait quoi ? ». un basculement, mais un glisse­ vaillé en présentiel pendant la pé­ résume M. Montéléon.
Louis Aliot vient de remporter la l’opposition de gauche. En 2014, Lui qui n’avait pas voulu choisir ment, juge­t­il. On savait qu’on al­ riode du confinement ». Dans un Secrétaire général de Force
ville de plus de 120 000 habitants, le candidat socialiste d’alors Emmanuel Macron face à Marine lait se retrouver au fond. Là, on y cas comme dans l’autre, l’objectif ouvrière, Yves Veyrier estime,
offrant un trophée de taille au s’était retiré dans l’entre­deux­ Le Pen au second tour de la prési­ est. » Pour lui, manifester contre est d’« éviter les procédures com­ pour sa part, avoir été « partielle­
Rassemblement national (RN) tours pour barrer la route à Louis dentielle de 2017, pour « ne pas la victoire d’Aliot et « se scandali­ plexes ». Seront concernées les ment entendu » mais attend en­
dans les Pyrénées­Orientales. Aliot, déjà, et avait offert sa réé­ être complice de ça », a finale­ ser », « bon O.K. », mais « ensuite, personnes ayant développé une core des « précisions » afin de « s’as­
Difficile de deviner l’avis du ré­ lection au maire Les Républicains ment voté Pujol cette fois. « C’est on fait quoi ? » « forme sévère » de la pathologie surer que ces dispositions ne
ceptionniste caché derrière son (LR) Jean­Marc Pujol. Six ans plus la première fois que je vote à liée au SARS­CoV­2. Au ministère conduisent pas à exclure des per­
masque. Il suffit de demander. Lui tard, les sourires ont changé de droite… », soupire­t­il en se diri­ Devise placardée partout de la santé, on précise vouloir vi­ sonnes, pour des raisons illégiti­
vient de Pia, la commune mi­ camp. A 71 ans, Jean­Marc Pujol geant vers le siège de l’Associa­ A deux pas de la mission jeunesse ser les types « de coronavirus suffi­ mes ». Catherine Pinchaut (CFDT)
toyenne où le candidat du RN a est déchu, malgré le double re­ tion de soutien à tous les immi­ du quartier prioritaire, Angele, So­ samment graves pour nécessiter exprime sa déception : pour elle,
également fait basculer la ville à trait des listes La République en grés de son quartier. « Il faut évi­ fian et Mansour se saluent autant une assistance respiratoire ». l’exécutif « reste au milieu du gué » :
l’extrême droite, la veille, sans marche et Europe Ecologie­Les ter l’état de sidération qui donne qu’il est permis en ces temps de Une telle mesure offre « une prise « Tous ceux qui ont continué à tra­
brandir son étiquette lepéniste. Verts (EELV) pour tenter, encore envie d’aller juste cultiver son jar­ crise sanitaire. Après l’attentat en charge des frais de soins à hau­ vailler et qui sont tombés malades
Comme Louis Aliot à Perpignan. une fois, de faire barrage au can­ din », tente de positiver Gabriel contre Charlie Hebdo, en 2015, les teur de 100 % des tarifs d’assuran­ ne sont pas placés sur un pied
La voix du réceptionniste ne tra­ didat de l’ex­FN. Llesta, membre du bureau de l’as­ trois ados avaient besoin de ce­maladie », une meilleure cou­ d’égalité. C’est un régime à deux vi­
hit ni enthousiasme ni colère. Sans regrets pour Agnès Lange­ sociation. « Il faut organiser une détacher leur cité des clichés. De là verture en termes d’« indemnités tesses [entre les soignants et les
« Franchement, faut essayer. » vine, la candidate d’EELV et du PS : résistance », s’anime le septuagé­ est née JRC, et leur première tour­ journalières » lors des arrêts de tra­ autres] : il reste les premières et les
« Une triangulaire n’aurait fait naire. Mais avec qui ? « Ah, c’est ça née dans le quartier, caméra à la vail et « une indemnité (…) en cas secondes lignes. » Une critique par­
Haussements d’épaules qu’amplifier la victoire de Louis le problème… » Lui continuera main, pour demander aux habi­ d’incapacité permanente ». Enfin, tagée par Jérôme Vivenza (CGT).
Dans la cité catalane, les hausse­ Aliot. » La vice­présidente de la ré­ avec la dizaine de bénévoles à tants ce que signifiait cette devise si la personne meurt, une rente est « Pourquoi cette différence ? C’est la
ments d’épaules répondent à gion socialiste a « jusqu’au bout » aider les demandeurs d’asile et placardée partout sur les frontons versée à ses ayants droit. Pour même maladie qui a été contractée
l’évocation de la victoire de Louis tenté de convaincre Jean­Marc les chibanis qui viennent d’entrer français : « Liberté, égalité, frater­ l’heure, le ministère de la santé in­ sur le lieu de travail, ça devrait être
Aliot, lundi. Ici, un boulanger ra­ Pujol de lui laisser la place. Après pour qu’on les aide à récupérer nité. » A 20 ans passés désormais, dique ne pas être en capacité de la même indemnité », juge­t­il.
conte ses amis biterrois, qui ont son retrait, et malgré sa troisième leurs droits à la retraite. « Ce qui le droit de vote les a rattrapés mais donner le nombre de bénéficiaires Dans le monde associatif, les pre­
réélu Robert Ménard à plus de place au premier tour (14,51 %), me fait le plus peur, c’est que ça li­ ils ne montrent pas un grand en­ potentiels, ni le coût du dispositif. miers commentaires sont défavo­
68 %. Là, un serveur n’a « pas elle sera finalement absente du bère des excités qui vont se sentir train pour l’exercer. rables. « Nous ne sommes pas du
d’avis ». Pas voté, d’ailleurs. Quel­ conseil municipal pendant les six pousser des ailes » avec la victoire « Je vais vous dire, je ne sais « Un pas en avant » tout satisfaits », déclare même
ques griffes résistantes tentent prochaines années. « Mais je vais du député RN à Perpignan. Mais même pas qui était la tête de la Seront éligibles à une reconnais­ Nadine Herrero, présidente de l’As­
de réveiller discrètement l’apa­ rester, debout et déterminée. La vi­ hors de question de partir. « Je gauche cette année », lâche An­ sance automatique « tous les soi­ sociation des accidentés de la vie.
thie générale. Comme ce tag talité démocratique ne se limite suis fils de réfugiés politiques es­ gele, pour qui « ils avaient tous le gnants des établissements sanitai­ Elle rappelle que son organisation
« Aliot le facho » dans le quartier pas au conseil municipal. » pagnols, alors je ne vais pas repar­ même programme : la sécurité ». res et médico­sociaux ». Les per­ plaidait en faveur d’une « solution
Saint­Jacques ou cette affiche Alors où ? Gautier Sabria n’est tir dans l’autre sens ! » « Moi, je suis pour les écolos de sonnels non soignants, qui tra­ simple, rapide et efficace », à travers
« peurpignan » placardée dans pas tendre avec le tissu militant Les larmes au fond de la gorge et toute façon ! », rétorque Sofian. vaillent « en présentiel dans ces la mise en place d’un fonds d’in­
une ruelle déserte du centre­ville. local auquel il appartient : « On est la colère aux bords des yeux, Ro­ On lui glisse les listes en présence structures » pourront également demnisation des victimes : l’op­
Plus frontal, sur une autre affi­ dans l’autoconsommation, on main Margueritte fait le même au premier tour, où il n’a pas voté. la réclamer, tout comme les indi­ tion finalement retenue va dans le
che à l’entrée d’une librairie qui croise toujours les mêmes à toutes constat, sans arriver à la même « Attends, y avait les écolos au vidus « assurant le transport et sens inverse et ressemble à une
fait presque face à la permanence les manifestations. » Lucide, le conclusion. Le sommelier catalan premier tour ? »  l’accompagnement des personnes « usine à gaz », selon elle.
de Louis Aliot, une espadrille sociologue évoque la difficulté assure qu’il fermera son restau­ lucie soullier atteintes du Covid­19 ». Même « On reste dans un système de ré­
chose, enfin, pour les profession­ paration forfaitaire qui accorde des
nels de santé libéraux. L’automa­ indemnisations limitées », com­
ticité de la reconnaissance pour plète Alain Bobbio, secrétaire na­
ces catégories d’actifs se justifie tional de l’Association nationale de

A Ivry, règlements de comptes post­municipales par la présomption « assez forte


d’être exposé, quand on soigne des
personnes infectées », affirme­
défense des victimes de l’amiante.
Pour lui, le gouvernement fait, de
surcroît, l’impasse sur un point
Socialistes et « insoumis », exclus de l’alliance avec le maire, veulent faire annuler l’élection t­on au cabinet de M. Véran. important au sujet des personnels
Pour les autres travailleurs tou­ soignants, relevant de la fonction
chés par la maladie, un « comité publique hospitalière et vivant en
unique de reconnaissance natio­ couple sans être mariés : pour

L a tension ne retombe pas.


Pourtant, Ivry­sur­Seine
– bastion communiste du
Val­de­Marne depuis près de cent
ans – a, dimanche 28 juin,
« Cela prive
la ville d’une
opposition
« Cela prive la ville d’une opposi­
tion de gauche au conseil. En in­
terne, nous avons voté majoritai­
rement contre cette décision, as­
sure Antoine Spire, du Parti so­
leurs militants soit blacklisté ». En
revanche, pas de regrets en ce qui
concerne le PS : « Je ne me voyais
pas repartir avec eux. Il y a un
point de rupture sur les questions
nal » dédié au Covid­19 sera créé
de manière à « assurer l’homogé­
néité du traitement » des dossiers.
Les personnes qui déposent une
demande ne se verront pas exiger
ceux qui sont morts du Covid­19,
leur compagnon (ou compagne)
survivant(e) n’aura pas droit à une
rente, contrairement aux salariés
du privé – sauf si la loi est modifiée
reconduit largement son maire de gauche cialiste (PS). Sabrina Sebaihi n’a de société, ils se sont auto­exclus. » un « taux d’incapacité perma­ en ce sens. 
sortant Philippe Bouyssou avec consulté personne, elle a refusé de En clair : le Parti socialiste local est nente », qui serait lié aux séquelles raphaëlle besse desmoulières
plus de 65 % des voix. Une vic­
au conseil » participer à une réunion Zoom très à cheval sur les questions de causées par l’affection. et bertrand bissuel
toire facilitée par le ralliement de ANTOINE SPIRE [un logiciel de visioconférence] laïcité et de République, une in­
dernière minute de son oppo­ Parti socialiste où l’on devait discuter de ce sujet. flexibilité que ne partagent pas
sante du premier tour, l’écolo­ Son poste d’adjointe, ce sont les forcément les écologistes.
giste Sabrina Sebaihi, et quelques trente deniers de Judas. » Socialistes et « insoumis » vont
candidats également estampillés décolèrent pas non plus qu’elle également déposer un recours S OC IAL YOU TU BE
Europe Ecologie­Les Verts (EELV). ait accepté les conditions de « Ils se sont auto-exclus » devant le tribunal administratif Les allocations chômage La chaîne de Dieudonné
Problème : les autres colistiers de M. Bouyssou. A savoir, qu’il n’y Mme Sebaihi jure le contraire : de Melun pour contester l’élec­ revalorisées de 0,4 % supprimée
Mme Sebaihi, des socialistes et des ait pas de socialistes et que l’un « C’est absolument faux. Je les ai tion. Ils se basent sur le fait que le Les allocations chômage sont Condamné à plusieurs repri­
« insoumis », crient à la « trahi­ des candidats LFI, Mourad prévenus en donnant les condi­ retrait de leur liste avait été acté revalorisées de 0,4 % au ses pour des propos néga­
son » et veulent faire annuler Tagzout – qui avait déclaré au tions de l’accord. Il faut construire en préfecture avant que M. Bou­ 1er juillet, a indiqué, mardi tionnistes et antisémites, le
l’élection municipale. Monde que « le maire [avait]une un rassemblement, ne pas être yssou ne dépose sa liste fusion­ 30 juin, l’Unédic, l’association polémiste Dieudonné a vu sa
Selon eux, en rejoignant la liste indulgence vis­à­vis de l’indigé­ dans une opposition stérile. Phi­ née. Ce qui rendrait cette dernière paritaire qui gère le régime chaîne disparaître, le 29 juin.
du maire « contre l’avis de la nisme », créant un casus belli lippe Bouyssou a intégré toutes « irrégulière ». Mme Sebaihi le re­ d’indemnisation des deman­ Contacté par Le Monde, You­
majorité des colistiers », l’écolo­ avec les communistes – ne figure nos propositions. » Si elle est sûre connaît : « Ça prendra du temps deurs d’emploi. Environ Tube confirme avoir procédé
giste aurait oublié sa promesse pas non plus sur la nouvelle liste. de son choix, elle regrette néan­ pour que tout s’apaise. Mais on se 3 millions de demandeurs à cette suppression à cause
de bâtir une opposition de la gau­ Résultat : il n’y aura ni socialistes moins « la décision de La France retrouvera sur des causes collecti­ d’emploi sont concernées. « des enfreintes répétées à
che non communiste dans la ni « insoumis » dans le nouveau insoumise de ne pas venir dans la ves. » Rien n’est moins sûr.  Il s’agit d’une hausse « insuffi­ notre règlement de la
ville. Ses anciens partenaires ne conseil municipal. fusion mais ils refusaient qu’un de abel mestre sante », a déploré la CFDT. communauté YouTube ».
0123
JEUDI 2 JUILLET 2020 france | 11

Devant les députés, Agnès Buzyn sur la défensive


Mardi, l’ancienne ministre de la santé est revenue sur sa gestion au début de l’épidémie due au coronavirus

C’
était sans doute masques – environ 100 millions
l’audition la plus at­ d’unités – lui paraît « suffisant ».
tendue par les dépu­ « C’est une bonne question », ré­
tés qui cherchent à pond­elle avant d’esquiver : « Il n’y
comprendre, depuis le 16 juin, si a pas eu de travaux spécifiques
l’Etat était prêt à affronter la pan­ pour décider quel était vraiment le
démie de Covid­19 et s’il l’a bien besoin en stocks stratégiques
gérée. Pendant plus de quatre heu­ d’Etat. Ça n’a pas été questionné. »
res, mardi 30 juin au soir, l’ex­ mi­ L’ex­ministre a également été
nistre de la santé, Agnès Buzyn, a interrogée sur ses confidences
pu livrer sa version des faits de­ faites au Monde au lendemain du
vant la commission d’enquête réu­ premier tour des municipales, le
nie dans les sous­sols de l’Assem­ 17 mars. Elle avait alors qualifié le
blée nationale. La candidate La Ré­ scrutin de « mascarade » et assuré
publique en marche (LRM) aux qu’elle savait en quittant le minis­
élections municipales à Paris, qui a tère mi­février « que la vague du
subi dimanche soir une humi­ tsunami était devant nous ». Elle a
liante défaite, est apparue émue et plaidé la fatigue, à l’issue d’une
sur la défensive, se perdant sou­ « journée épouvantable ». « Ce que
vent dans ses notes. « Vous ne pou­ j’ai dit au Monde ce jour­là, c’était :
vez pas dire que je n’ai pas anti­ “Arrêtez de dire que j’ai rien vu. J’ai
cipé », a­t­elle répété, la voix blan­ tout vu. J’ai tout vu. J’ai préparé”,
che, parfois près de se casser. martèle­t­elle, en insistant sur le
Devant des députés souvent fait qu’elle avait « senti le danger
sceptiques, l’ex­ministre a détaillé bien avant les autres ».
la généalogie de sa prise de cons­
cience « précoce » du « danger ». « Quand je pars, tout est prêt »
C’est « par hasard » sur Twitter Buzyn assure devant les députés
qu’elle tombe, fin décembre, sur être partie le 16 février la
un blog en anglais évoquant l’ap­ conscience tranquille. « J’estime
parition d’une mystérieuse pneu­ que j’ai fait mon travail de prépa­
monie. Quand la Chine annonce ration du système de santé », insis­
un premier décès, « autour du te­t­elle, en rappelant qu’il y avait
11 janvier », elle décide d’en infor­ alors seulement 12 cas recensés
mer Emmanuel Macron et en France et que le risque pour les
Edouard Philippe. Mais le vrai systèmes de santé était considéré
« tournant » se situe, selon elle, le Agnès Buzyn, lors de son audition par la commission d’enquête sur la crise sanitaire, à l’Assemblée, le 30 juin. BERTRAND GUAY/AFP comme « faible à modéré » par les
22 janvier, quand l’OMS confirme autorités de santé européenne.
la transmission interhumaine de « J’ai le sentiment d’avoir fait tout
ce virus, apparu sur un marché decin qui la guide, alors que l’OMS mandées – 1,1 million de FFP2 2018 et début 2020. Et charge ce que je pouvais faire » à ce mo­
aux animaux de Wuhan, en ne déclare l’urgence de santé pu­ quand la consommation allait at­
Agnès Buzyn l’agence Santé publique France, ment­là, insiste­t­elle : « Quand je
Chine. Deux jours plus tard, blique que le 30 janvier. Encore un teindre 40 millions par semaine assure devant dont la « responsabilité » était de pars, tout est prêt. »
quand sont diagnostiqués les pre­ « pressentiment », assure­t­elle, chez les soignants pendant la va­ « vérifier, acheter, contrôler, gérer « Imaginez­vous, en pleine
miers cas français, elle comprend quand ce même jour, dans une gue épidémique – peine cepen­
les députés les stocks stratégiques de l’Etat ». guerre ou juste avant, le ministre
que « quelque chose de grave » est « discussion de salon » tenue en dant à convaincre. Surtout, cette être partie du « On peut se demander si ça aurait de la défense se présenter aux mu­
en train de se passer. marge d’une réunion consacrée commande et les suivantes se pu être fait avant, plus vite, plus nicipales ? », interroge un député.
aux retraites, elle dit au premier heurtent très vite aux difficultés
ministère de la tôt », lâche­t­elle. Buzyn évoque « Ça voudrait dire qu’un ministre
« Mauvaise surprise » ministre, candidat au Havre : « Si d’approvisionnement. « On dé­ santé le 16 février notamment une « réunion de sé­ de la défense ne peut jamais partir
« Le lendemain, je mets en branle cette épidémie arrive en Europe (…), couvre que ces produits­là sont fa­ curité sanitaire » qui se tenait tous en campagne ?, a­t­elle interrogé
tout le système sanitaire français », les élections [municipales] ne briqués en Chine, et que la tension
la conscience les mercredis, avec son cabinet et en retour. Vous êtes des élus ! Je
assure­t­elle, en détaillant ses « dé­ pourront pas se tenir. » est déjà extrême au moment où la tranquille toutes les agences. Selon elle, suis comme vous, je pense qu’il
cisions multiples », dont un état « Le drame, c’est que vous avez la commande part », admet­elle. aucune alerte n’aurait alors été faut à un moment se présenter de­
des lieux dans chaque région du bonne intuition mais elle a été Agnès Buzyn a expliqué à quel lancée sur les masques par Santé vant les électeurs. » Agnès Buzyn
nombre de lits en réanimation, de mise en œuvre de façon calami­ point la découverte de l’état des stock stratégique de masques. « Il publique France. « Sur un sujet dit encore qu’elle a alors « le senti­
respirateurs et de masques dans teuse », attaque le député Les Ré­ stocks français a été une « mau­ ne m’est pas adressé », dit­elle, en aussi essentiel, alors que vous avez ment qu’un maire a un rôle majeur
les hôpitaux. Sa première confé­ publicains (LR) Damien Abad. vaise surprise ». Interrogée à plu­ soulignant que « le ministre ne une réunion toutes les semaines, à jouer dans les crises ». L’ex­belle­
rence de presse est organisée le « Faux (…) Ce que nous avons mis sieurs reprises sur ce point précis, connaît pas les stocks des milliers jamais n’a été évoqué le fait qu’on fille de Simone Veil qui se rêvait
21 janvier pour « alerter les Fran­ place au ministère de la santé est elle assure ne pas avoir eu de produits dont on a besoin dans n’a plus de stocks stratégiques ? », un destin politique avant de tout
çais ». « Je pense être la seule minis­ sans commune mesure avec ce connaissance du courrier envoyé le système de santé ». s’étrangle le rapporteur Eric perdre s’arrête un instant, puis
tre de la santé européenne à avoir que j’ai vu dans les autres pays », le 26 septembre 2018 par l’agence L’ancienne ministre jure ne pas Ciotti. S’en tenant à sa ligne de dé­ déclare en souriant tristement :
pris la décision de faire une confé­ rétorque l’ancienne ministre, en Santé publique France pour aver­ avoir retrouvé dans les archives fense, Mme Buzyn acquiesce. « L’histoire aura montré que ça ne
rence de presse aussi tôt », a­t­elle rappelant avoir, dès le 30 janvier, tir le directeur général de la santé, cette lettre cruciale, qui met pour­ Habile, elle élude lorsque le dé­ s’est pas passé. » 
fait valoir avec insistance. Selon ordonné une commande de mas­ Jérôme Salomon, de la non­con­ tant en lumière l’inertie du minis­ puté LR des Alpes­Maritimes lui chloé hecketsweiler
elle, c’est son « intuition » de mé­ ques. Le nombre d’unités com­ formité d’une grande partie du tère de la santé entre l’automne demande si le stock restant de et solenn de royer

Les collectivités regrettent le «déficit de coordination» face au Covid­19


Dans un rapport, les administrateurs territoriaux reviennent sur la gestion de la crise et critiquent un « manque de concertation »

C omment les collectivités


territoriales ont­elles fait
face à la crise sanitaire ?
Comment se sont opérées les
coordinations entre l’Etat et les
le temps et leur sécurité juridi­
que », note le rapport, rappelant
les difficultés rencontrées à l’an­
nonce de la fermeture des écoles
ou dans la préparation du dé­
permanente concertation­coordi­
nation, voire en partenariat, avec
les acteurs publics et privés du
Grand­Est », relève Nicolas Per­
not, directeur général des servi­
placées pour proposer des mesu­
res locales de nature à garantir
l’atteinte des objectifs gouverne­
mentaux au moyen, le cas
échéant, de mesures innovantes
proximité. La coconstruction par
les communes et les départe­
ments des fichiers de personnes
vulnérables a permis d’actualiser
leurs fichiers. Dans le domaine
comme “ensemblières” des initia­
tives locales : recensement des ini­
tiatives et soutien aux mutualisa­
tions, ouverture de plates­formes
d’information ou d’échange de
collectivités, et entre les collecti­ confinement. ces de la région. et différenciées, selon les caracté­ social, le département s’est im­ services, appels à projets pour
vités entre elles ? Qu’a révélé la De manière générale, les ac­ Selon les administrateurs terri­ ristiques locales, note le rapport. posé naturellement comme chef soutenir les actions associatives
crise des capacités d’adaptation teurs locaux, à l’échelon commu­ toriaux, la principale source de L’uniformité des mesures n’est pas de file au côté des communes qui locales, mobilisation des acteurs
des acteurs publics ou de leurs nal, font état d’« une information complexité a davantage résidé toujours garante de rapidité et étaient en première ligne sur la de solidarité », souligne le rap­
faiblesses ? Dans un document, trop verticalisée et descendante » dans la communication entre d’efficacité. » protection sanitaire et les effets port. Une logique qui sera sans
publié mercredi 1er juillet, l’Asso­ et d’une insuffisante prise en l’Etat et ses services déconcen­ Par ailleurs, la profusion de tex­ sociaux du confinement. doute appelée à s’amplifier, indé­
ciation des administrateurs terri­ compte des besoins d’adaptation trés qu’entre les services dé­ tes normatifs pendant la crise sa­ Ce qui n’a pas empêché, malgré pendamment du contexte de
toriaux de France (AATF) fournit locale, « au moins dans les pre­ concentrés et les collectivités ter­ nitaire, complexes à interpréter tout, des dysfonctionnements et crise sanitaire.
une riche palette de réponses, miers temps de la crise ». C’est, au ritoriales. L’Etat aurait du mal à se et parfois en décalage temporel « des actions redondantes, voire Pour le président de l’AATF, Fa­
nourrie du retour d’expériences fil de la gestion de crise, lorsque parler à lui­même, à communi­ avec l’évolution de la situation, concurrentielles », certains dé­ bien Tastet, ce retour d’expé­
de terrain venant de cinquante des réunions régulières ont été quer à ses propres représentants invite à revenir à un cadre nor­ partements ou communes étant rience met en exergue, d’une
collectivités de toutes strates. organisées par le corps préfecto­ sur le terrain. Selon eux, ce sont matif recentré sur les grands parfois allés au­delà de leur part, la capacité d’adaptation et
Les cadres territoriaux ayant ral, l’agence régionale de santé parfois les responsables régio­ principes et laissant une marge champ de compétences. « La l’agilité des collectivités territo­
contribué à cette enquête expri­ (ARS) ou le rectorat, que s’est ins­ naux qui apprenaient aux repré­ d’appréciation au préfet et aux multiplication des interventions riales et, d’autre part, la nécessité
ment un sentiment général d’in­ tallé un fonctionnement plus sentants de l’Etat dans les régions collectivités. « Le rôle du préfet en en soutien aux entreprises en dif­ d’« un Etat plus svelte et plus mus­
satisfaction et relèvent « un défi­ vertueux. des décisions prises au niveau na­ situation de crise devra être réin­ ficulté a pu parfois engendrer le clé ». « On a observé, pendant
cit de coordination », notamment tional les concernant. En outre, terrogé à la lumière de ce retour sentiment d’un besoin de coordi­ cette crise, un Etat effacé, désarti­
en ce qui concerne les collectivi­ Différenciation souligne le rapport, « l’existence d’expérience », selon l’AATF. nation plus approfondie », note le culé et englué, note­t­il. Sur le
tés du bloc communal. Ils déplo­ La coordination Etat­départe­ de plusieurs centres de décision de rapport, qui revèle aussi « une champ institutionnel, nous avons
rent à la fois « manque de concer­ ment s’est révélée très variable l’Etat en région, perçus comme « Un Etat effacé et désarticulé » concurrence entre les collectivités besoin d’une “déconcentralisa­
tation », « imprécision des infor­ d’un département à l’autre, tan­ autonomes les uns des autres (pré­ Dans une deuxième partie, le dans le domaine de la dotation en tion”, c’est­à­dire de faire avancer
mations et des directives », dis qu’au niveau régional, de ma­ fecture, ARS, rectorat), a été sou­ rapport relève que la coopéra­ équipements de protection ». avec la même force déconcentra­
« temps de latence entre les an­ nière générale, est saluée une ap­ vent source d’ambiguïté opéra­ tion entre les collectivités terri­ L’AATF salue également la mo­ tion et décentralisation, de ren­
nonces gouvernementales et les proche « réellement partena­ tionnelle et juridique ». toriales a été renforcée pendant bilisation rapide de nombreux forcer les pouvoirs du préfet et
conditions de mise en œuvre ». riale », notamment en matière de Les conclusions qu’en tire la crise et la mutualisation des bénévoles pour accompagner les d’aller plus loin dans les transferts
« Elles ont souvent dû anticiper les soutien économique. Ainsi, dans l’AATF plaident en faveur de la ressources accélérée. Les métro­ publics fragiles. « L’aspect le plus de compétences. J’ai l’impression
normes nationales et adopter des le Grand­Est, « toutes les mesures différenciation. « Dans une logi­ poles ont montré l’importance original de cette gestion de crise que c’est un peu ce qu’annonce le
mesures dans un contexte d’incer­ mises en place par la région l’ont que de subsidiarité, les collectivi­ de leur rôle en matière de mutua­ aura été le choix de nombreuses président de la République. » 
titude quant à leur maintien dans été dans le cadre d’une étroite et tés territoriales sont les mieux lisation de certains services de collectivités de se positionner patrick roger
0123
12 | france JEUDI 2 JUILLET 2020

RENTRÉE  SCOLAIRE

L’école au défi
de « préparer
septembre »
Le confinement et la crise sanitaire ont creusé
les inégalités. Les enseignants anticipent une
rentrée dont les enjeux seront inédits, où il faudra
évaluer et réduire les écarts de niveaux

D
es trois mois de confi­ tous les vendredis mais il nous est
nement qu’elle a tra­ DE NOMBREUX  impossible de voir plus loin que la
versés, la communau­ ENSEIGNANTS  semaine d’après. »
té éducative tire un « L’urgence, c’est de finir l’année
premier enseignement. Parce que ENVISAGENT DÉJÀ  de manière cohérente, souligne
la donne sanitaire reste instable, Laurent Klein, directeur à Paris.
la prochaine rentrée des classes UNE ANNÉE PONCTUÉE  Même s’il est difficile d’anticiper la
mérite, autant que faire ce peut, reprise, on peut espérer garder les
d’être anticipée. « Préparer sep­
DE CONFINEMENTS  réflexes acquis, le rituel du lavage
tembre » : c’est ce que réclament, LOCAUX ET­OU  des mains, la réflexion avec les en­
unanimement, les syndicats fants sur les gestes barrières, la res­
d’enseignants, en vue d’accueillir TEMPORAIRES ponsabilité que l’on a vis­à­vis de
au mieux 12 millions d’élèves soi et vis­à­vis des autres… » « Entre
– dont au moins 20 000 supplé­ collègues, on parle beaucoup de
mentaires dans le secondaire – et telle, Jean­Michel Blanquer, inter­ cette rentrée pleine de points d’in­
lutter contre des écarts scolaires rogé sur France Inter le 22 juin. terrogation, confie aussi Sabine,
qui se sont creusés pendant la Voilà pour le constat. Reste au directrice en Seine­Saint­Denis.
crise sanitaire. ministre de l’éducation à détailler Mais on ne sait même pas si les élè­
Benoît Teste, secrétaire général ce que seront les priorités de l’an­ ves seront tous là… C’est aussi ça A l’école élémentaire
de la FSU, le dit autrement : « On née scolaire 2020­2021, dans une qui rend l’exercice compliqué ! » Jules­Julien, à Toulouse,
est condamné à réussir le retour en « circulaire de rentrée », d’ordi­ A ce jour, huit écoliers sur dix le 22 juin. LIONEL BONAVENTURE/AFP
classe car le rôle de l’école dans la naire déjà connue à cette date sont revenus à l’école. Une
réduction des inégalités a été dé­ mais qui tarde à être diffusée. Elle moyenne nationale qui cache des
montré durant le confinement. » le sera après un « cadrage » du disparités d’un département à
Quels sont les enjeux de cette ren­ Haut Conseil de la santé publi­ l’autre, parfois d’une ville à
trée inédite ? Quelles en sont en­ que attendu le 7 ou le 8 juillet, ex­ l’autre, et entre centres­villes et
core les inconnues ? En attendant plique­t­on au ministère de l’édu­ quartiers populaires. Quoi qu’il Evaluer, aménager, raccrocher loi Blanquer pour symboliser Adapter les programmes ? L’ins­
le cadrage ministériel en juillet, cation. Y ont été conviés, mi­juin, en soit, il reste toujours un cin­ Chaque année scolaire s’ouvre sur cette « culture de l’évaluation » dé­ titution ne semble pas l’exclure.
Le Monde revient sur les défis à les syndicats d’enseignants, pour quième des élèves – souvent ceux un « état des lieux » dans la classe ; fendue au ministère de l’éduca­ En salle des professeurs, on dé­
relever en septembre. discuter des scénarios. « Il y en a dont les parents sont considérés une « photographie diagnostic », tion. Un chiffre résume l’ampleur fend aussi des « adaptations au
trois, rapporte Stéphane Crochet « à risque » – qui n’ont pas repris comme disent les enseignants. Ils de la tâche : 4 % des élèves ont sein des cycles », ces périodes de
Des garanties sanitaires Les du SE­UNSA. Le premier qui fait le les cours. « Rien ne dit que ces fa­ auront, en septembre, à élargir « décroché » pendant le confine­ trois ans (maternelle, CP­CE2,
plus optimistes des enseignants pari d’un retour à la normale en milles­là oseront faire leur rentrée leur batterie de tests. Outre les ment, de source ministérielle. CM1­6e, 5e­3e) censées favoriser la
veulent croire en un « retour à la septembre, le deuxième qui, un peu dans trois mois », observe Sabine. évaluations nationales habituel­ « Sans doute plus », disent les en­ progressivité des apprentissages.
normale ». D’autres, nombreux, comme aujourd’hui, se base sur Fin juin, si des « clusters scolai­ les en CP, CE1, 6e et 2de, le ministre seignants, qui comptent parfois « On ne pourra pas repartir en sep­
envisagent déjà un rebond épidé­ une circulation toujours active du res » sont apparus – de Paris à Di­ de l’éducation a annoncé un jusqu’à un tiers de leur classe qui tembre comme si de rien n’était,
mique et une année ponctuée de virus, le troisième, enfin, qui prévoit jon en passant par Le Vigan « plan ultravolontariste en la ma­ a coupé les ponts. Dans leurs prévient la psychologue Agnès
confinements locaux et/ou tem­ une dégradation de la situation. » (Gard) –, les données scientifiques tière qui concerne potentiellement rangs, nul ne conteste la nécessité Florin. L’école n’est pas qu’une ins­
poraires. Alors que la reprise des Trois pistes que voient aussi se sont plutôt rassurantes : un nou­ tous les élèves », en vue de déclen­ d’une « étape bilan » pour réa­ tance d’apprentissages, c’est aussi
cours durant les deux dernières dessiner sur le terrain les ensei­ veau rapport de l’Institut Pasteur, cher une « aide personnalisée ». morcer l’année. Mais « il faut que une instance d’écoute et de protec­
semaines de juin s’est affranchie gnants, sans trop savoir com­ s’appuyant sur une enquête me­ Des « groupes de soutien », une cette évaluation soit menée sans tion. On peut compter sur l’intelli­
(ou presque) du strict protocole ment les aborder. « On ne peut pas née à Crépy­en­Valois (Oise), l’un « aide aux devoirs » : beaucoup pression, soutient Benoît Teste, de gence des enseignants pour relever
sanitaire en vigueur depuis la mi­ se projeter, témoigne Virginie des tout premiers foyers de conta­ d’engagements sont pris. la FSU. On ignore dans quel état re­ toutes ces missions. »
mai, rares sont les professeurs à Akliouat, directrice d’une école gion en France, établit que le ris­ La fin de l’année se place déjà viendront les élèves, leur état sco­ Au sortir du confinement, les
imaginer revivre un confine­ à Salon­de­Provence (Bouches­ que de transmission est faible sous le signe de l’évaluation, avec laire mais aussi psychologique. Il y enseignants sont unanimes : la
ment généralisé. Une « catastro­ du­Rhône) et porte­parole du parmi les enfants. Une bonne l’installation le 30 juin du très at­ aura un travail très fin à mener période a creusé des écarts de ni­
phe éducative mondiale », selon SNUipp­FSU. On a pourtant nouvelle qui ne vaut qu’au pri­ tendu Conseil d’évaluation de pour savoir quoi adapter, com­ veau parfois criants entre élèves.
les mots de leur ministre de tu­ conservé nos réunions d’équipe maire, et pas au collège ni au lycée. l’école, une instance créée par la ment et pour qui ». Certains, sans équipement infor­

Bac : les E3C deviennent les « épreuves communes »


Les lycées disposeront d’une plus grande autonomie dans l’organisation des sessions, après une première année houleuse

L es épreuves communes de
contrôle continu (E3C) sont
réaménagées, après une an­
née d’existence. Elles changent
par d’autres enseignants que ceux
de l’élève. En revanche, la logisti­
que sera simplifiée.
Les dates des épreuves seront
cées à faire remonter leurs notes à
des dates précises. Elles sont rem­
placées par des commissions se
réunissant deux fois, en fin d’an­
LE CALENDRIER DES 
ÉPREUVES TERMINALES 
drage », analyse Sophie Vénétitay,
du SNES­FSU. Une partie de la
communauté enseignante, em­
menée par le SNES, majoritaire
nissent jusqu’au 6 juillet, avec
pour consigne d’harmoniser au
maximum les écarts entre éta­
blissements. « Les lycées ne notent
aussi de nom, a annoncé le fixées par le lycée. Le calendrier nées de 1re et de terminale. ET DE PARCOURSUP  dans le second degré, souhaiterait pas tous selon les mêmes objec­
ministère de l’éducation natio­ des épreuves terminales et de « C’est tirer la leçon de ce qui n’a revenir à des épreuves termina­ tifs », rappelle le syndicaliste.
nale, dans la soirée du 30 juin. Parcoursup sera connu dès le dé­ pas fonctionné, dans une démar­ SERA CONNU DÈS LE  les. D’autres, dont le SGEN­CFDT Le SNES­FSU, de son côté, a
Dans un souci de « lisibilité » de la but de l’année scolaire, pour per­ che de simplification qui nous con­ et le SNPDEN, sont favorables à pointé, lors du comité de suivi du
réforme du lycée, ces épreuves mettre aux établissements de vient », se satisfait Pascal Bolloré,
DÉBUT D’ANNÉE SCOLAIRE une plus grande part de contrôle 30 juin, que la session 2020 cons­
sont rebaptisées « épreuves com­ s’organiser. « L’objectif est que ce secrétaire général adjoint du continu strict dans la note. Il tituait une « preuve par l’exemple »
munes ». C’est l’un des aménage­ soit le plus simple possible », a as­ SNPDEN­UNSA, le syndicat majo­ compte aujourd’hui pour 10 % du des limites du contrôle continu.
ments dévoilés dans la foulée suré le ministre de l’éducation na­ ritaire des chefs d’établissement. coup la deuxième session des résultat final. Certains établissements, pris de
d’une réunion du comité de suivi tionale, Jean­Michel Blanquer, Enterrer le nom des E3C, sources E3C. En conservant des épreuves Alors que le comité de suivi avait court par l’annulation des épreu­
de la réforme du lycée, au terme mercredi 1er juillet sur RTL. de fortes crispations, suffira­t­il à communes comptant pour 30 % déjà suggéré des pistes d’amélio­ ves, ont tenté tant bien que mal de
d’une année mouvementée. faire accepter enfin la réforme du de la note totale, l’universitaire ration avant la crise due au Co­ « valoriser » leurs élèves suscepti­
Les arbitrages retenus ne modi­ « Démarche de simplification » bac ? Entre janvier et mars 2020, Pierre Mathiot et l’inspecteur vid­19, l’annulation des épreuves bles d’obtenir de meilleures notes
fient pas l’architecture de l’exa­ Autre simplification dans ce que une partie des enseignants et des général Jean­Charles Ringard, du bac 2020 aurait pu laisser pen­ à l’examen. « Les copilotes ont fini
men : les épreuves communes les détracteurs de la réforme ap­ élèves de 1re ont fortement rejeté présidents du comité de suivi, ont ser à une victoire sans partage du par reconnaître que l’année 2020
compteront toujours pour 30 % pelaient l’« usine à gaz » des E3C, la première session. L’organisa­ voulu tenir la position d’équilibre contrôle continu. Au contraire, ne pouvait pas faire figure d’exem­
de la note finale et se tiendront à les commissions académiques tion de ces épreuves a viré au cas­ qui caractérise – et affaiblit, diront « le bac 2020 a démontré que cela ple, avec les harmonisations
trois reprises au cours du cycle ter­ d’harmonisation, après chaque se­tête pour les établissements, certains – la réforme du baccalau­ ne s’improvisait pas », reconnaît le sauvages, en amont des jurys,
minal. Les sujets resteront choisis session, sont supprimées. Elles avant que la crise sanitaire ne réat depuis le début. « Il y a une secrétaire national de la SGEN­ qu’on a vues dans certains lycées »,
dans une banque nationale, et contribuaient à « contraindre le mette un coup d’arrêt à l’année volonté d’apporter de la souplesse, CFDT, Alexis Torchet, alors que les rapporte Sophie Vénétitay. 
corrigés au sein de l’établissement calendrier », en obligeant les ly­ scolaire, supprimant du même tout en gardant le même ca­ jurys de la session en cours se réu­ violaine morin
0123
JEUDI 2 JUILLET 2020 france | 13

Des policiers de Seine­Saint­Denis


au cœur d’un scandale
en présentiel et en distanciel ».
Des enquêtes de l’IGPN, qui portent sur du racket de trafiquants
C’est en tout cas ce qu’anticipent de drogue, menacent l’existence d’une compagnie
nombre d’entre eux. « Articuler,
hybrider… ce sont des termes à la
mode, réagit Loys Bonod, ensei­

E
gnant dans un lycée parisien. n jargon policier, on ap­ un pistolet à impulsion électrique
Mais pouvoir être présent à dis­ pelle cela un « chantier »,
Ce n’est pas dans le fourgon. Il avait porté
tance me laisse circonspect. » La un coup monté à base de la première fois plainte pour actes de torture. Six
« vraie » continuité pédagogique preuves maquillées. fonctionnaires avaient été placés
doit, pour lui, reposer sur un Mais aujourd’hui, les quelques
que des signaux en garde à vue. Une partie d’entre
« rythme de travail régulier et fonctionnaires de Seine­Saint­De­ d’alerte eux seront jugés en novembre.
ritualisé ». Et pas sur une « succes­ nis impliqués dans cette affaire Pour la CSI 93, cette enquête de
sion de visioconférences », dont il qui aurait pu sembler anodine
sont envoyés grande envergure sonne le glas.
doute des effets. « On veut faire menacent d’engloutir une unité au sujet L’unité, composée de quelque
comme si les enseignants avaient entière, dans un scandale fracas­ 150 fonctionnaires et créée
le don d’ubiquité ou la faculté de sant. Six agents de la compagnie
de cette unité en 2008 sous Nicolas Sarkozy, ne
se couper en deux », souffle aussi de sécurité et d’intervention de survivra pas au scandale. Le préfet
Laurence, enseignante en collège Seine­Saint­Denis (CSI 93) ont été de police Didier Lallement a
à Montpellier. placés en garde à vue, lundi céder dans le plus grand des se­ d’ores et déjà annoncé qu’une
Entre la réouverture des pre­ 29 juin, notamment pour déten­ crets à un « balayage » des procé­ refonte allait avoir lieu.
mières écoles, mi­mai, et le retour tion et transport de stupéfiants, dures montées par cet équipage
en classe de tous les élèves, mi­ vol, faux et usage de faux, extor­ en particulier, et par tous leurs Très mauvais moment
juin, une répartition des tâches sion de fonds, violences volontai­ collègues de la CSI 93. La compagnie de sécurité et d’in­
entre professeurs s’était opérée : res par personne dépositaire de Au fur et à mesure qu’avancent tervention joue pourtant un rôle
60 % d’entre eux étaient revenus l’autorité publique… Une ribam­ les investigations, les faits se pré­ majeur dans ce département, où
en cours, 35 % continuaient d’en­ belle de charges, qui ne serait que cisent. Les agents sont soupçon­ la délinquance est très impor­
seigner à distance. Quelque 5 % la partie émergée de l’iceberg. Car nés d’avoir racketté des trafi­ tante. Cette unité composite, qui
étaient excusés ou en arrêt. en réalité, une vingtaine d’enquê­ quants de drogue, notamment intervient notamment pendant
Depuis le 22 juin, ils sont 90 % à tes préliminaires ont été menées avec des fausses procédures enta­ les épisodes de violences urbai­
avoir repris la classe in situ. La de front par l’inspection générale mées contre eux. Ils auraient ex­ nes, réunit des effectifs en tenue,
rentrée verra­t­elle encore la de la police nationale (IGPN), sur torqué d’importantes sommes d’autres en civil, qui agissent
donne changer ? « En réunion on décision du parquet de Bobigny. d’argent. Leurs appartements ont comme des brigades anticrimi­
parle de tout sauf des conséquen­ Elles pourraient viser des dizaines été perquisitionnés lundi. Les nalité (BAC), ainsi qu’un groupe
ces sur le métier, reprend Lau­ de policiers de cette même unité. locaux de la CSI, notamment les de motards.
rence. Un peu comme si on était Tout commence en juin 2019. vestiaires, ont également reçu la Pour la police nationale, la po­
dans le déni… psychologique. » L’IGPN reçoit deux plaintes visant visite des enquêteurs. tentielle mise en cause de dizai­
des policiers. Deux jeunes hom­ Pendant un an, l’IGPN a déployé nes d’agents tombe à un très
Soutenir directeurs et chefs mes de la cité Cordon, connue les grands moyens pour permet­ mauvais moment. L’institution
d’établissement Ils ont redoublé comme l’un des principaux tre aux investigations d’aboutir, traverse une période de remise en
d’activité durant toute la période points de « deal » à Saint­Ouen, se mettant au jour un système orga­ cause de ses pratiques, sur fond
du confinement. Modifié les em­ plaignent d’avoir été interpellés nisé. D’après une source poli­ d’accusations de violences poli­
plois du temps et réaménagé les de manière illégale, le 30 mai 2019. cière, des véhicules et des locaux cières et de racisme. Le mouve­
salles de classe au gré des évolu­ Ils accusent les agents d’avoir fait de la CSI 93 ont été sonorisés, ment parti des Etats­Unis après la
tions du protocole sanitaire. croire que l’un d’entre eux déte­ plusieurs agents ont fait l’objet mort de George Floyd, un homme
Mesuré la distance entre chaque nait un sachet de cannabis. En réa­ d’écoutes. En tout, une vingtaine noir tué par un policier blanc à
élève et compté les passages aux lité, ce serait les policiers qui d’enquêtes préliminaires sur des Minneapolis (Minnesota), a
toilettes pour se laver les mains. auraient jeté un sac contenant de faits potentiellement délictueux connu un vif écho en France, no­
Calmé les familles, distribué les l’herbe aux pieds du jeune ont été ouvertes depuis juin 2019. tamment dans les quartiers po­
masques, recensé les élèves sans homme. La scène a été filmée, Certaines ont été classées sans pulaires d’Ile­de­France, en Seine­
jamais compter leurs heures… mais le téléphone aurait été suite, faute de preuves suffisan­ Saint­Denis en particulier.
Faut­il s’étonner que tous ceux détruit par les agents. Les deux tes. Mais d’autres pourraient D’un autre côté, plusieurs sour­
qui dirigent des écoles, collèges et jeunes hommes se plaignent éga­ aboutir dans les jours à venir, ces policières soulignent l’impor­
lycées finissent l’année épuisés ? lement de mauvais traitements, après les interrogatoires menés tant travail effectué par l’IGPN de­
matique, sans accompagnement Et qu’ils réclament du soutien ? de coups portés pendant l’inter­ pendant les gardes à vue. puis un an. Un service dont l’indé­
parental, se sont « enfoncés ». « LA QUESTION CENTRALE,  « A rentrée exceptionnelle, pellation. Ils dénoncent enfin des A l’été 2019, la CSI 93 avait déjà pendance et la qualité du travail
D’autres au contraire, qui ont bé­ C’EST L’ACCOMPAGNEMENT moyens exceptionnels », écrivent procès­verbaux maquillés. fait parler d’elle pour des faits de sont régulièrement critiquées.
néficié d’un « cocon familial » et les syndicats d’enseignants, dans Ce n’est pas la première fois que violence. Un homme interpellé Alors que le ministère de l’inté­
d’un suivi privilégié, ont pu « dé­ DES ENSEIGNANTS  un communiqué en date du des signaux d’alerte sont envoyés pour trafic de drogue avait reçu un rieur souhaite une réorganisa­
coller ». « C’est la gestion de cette 19 juin. Une large intersyndicale au sujet de cette compagnie. Sur coup de pied de la part d’un agent. tion, ce coup de filet spectaculaire
disparité qui représente un défi À LA TRANSFORMATION  (UNSA, Snalc, SUD, SGEN, FSU…) instruction de la procureure de Une scène filmée. Il avait ensuite devrait peser, à l’heure de faire le
pour septembre », souligne la di­ réclame ainsi un effort budgé­ Bobigny, Fabienne Klein­Donati, assuré que les policiers avaient bilan de son activité. 
rectrice Virginie Akliouat. Dans
DE LEUR MÉTIER  taire pour la rentrée de septem­ la police des polices décide de pro­ tiré dans ses parties génitales avec nicolas chapuis
son école de dix classes, le maître DANS DES CONDITIONS  bre, sur l’exemple du plan britan­
E (enseignant spécialiste de la dif­ nique tout juste annoncé, qui pré­
ficulté scolaire) n’intervient que D’EXERCICE INÉDITES » voit de débloquer 1,1 milliard
trois demi­journées par semaine ; PASCAL PLANTARD d’euros pour le retour à l’école.
le psychologue scolaire, qui s’oc­
cupe de sept écoles et un collège,
n’est présent que lors des réu­
professeur d’anthropologie Dans le second degré, le 25 juin,
le syndicat majoritaire SNPDEN­
UNSA donnait à ses adhérents,
Des dirigeants de LFI visés par
nions. « Il faut que ces personnels
puissent intervenir à temps plein si
l’on veut vraiment raccrocher tous
cela nous est tombé dessus, les en­
seignants connaissaient leurs élè­
chefs d’établissement, consigne
de faire une « journée morte ». De
décélérer, en somme. Au pri­
une enquête pour «abus de confiance»
les enfants », dit­elle. ves. Ils les avaient déjà suivis deux maire, ils croulent aussi sous les La justice s’interroge sur le paiement des dommages et intérêts par
Laurent Klein, à Paris, défend trimestres ; ils avaient au moins ça tâches. « Ce qui m’a permis de te­
l’apport des « dédoublements » pour eux… S’il fallait revivre un nir, c’est la solidarité entre collè­ le parti, après la condamnation de M. Mélenchon et d’autres membres
– ces classes de 12 à 15 élèves dont deuxième épisode un mois ou gues », témoigne Sabine, direc­
il bénéficie déjà en CP et CE1 puis­ deux après la rentrée, ce serait plus trice d’école en Seine­Saint­De­
que son école relève de l’éduca­ compliqué. » D’où la nécessité, nis. Dans sa commune, Pantin, à
tion prioritaire – et l’investisse­
ment des Réseaux d’aides spécia­
lisées aux élèves en difficulté
(Rased) qui n’ont cessé de perdre
des moyens au fil des années. Sa­
souligne­t­on dans les rangs syn­
dicaux, de tirer les leçons de la
crise sanitaire. Du SNES au
SNUipp­FSU, du SE­UNSA au
SGEN­CFDT, les mêmes deman­
l’automne 2019, son homologue
Christine Renon mettait fin à ses
jours. « On attend toujours l’aide
administrative et l’allègement des
tâches qui nous ont été promis »,
L a République, c’est lui, mais
le paiement des condam­
nations, c’est plutôt le parti.
Jean­Luc Mélenchon, dirigeant de
La France Insoumise (LFI), et plu­
rée de la perquisition. Le 9 décem­
bre 2019, le chef de file des « insou­
mis » avait été condamné à trois
mois de prison avec sursis par le
tribunal correctionnel de Bobigny
ques », dit au Monde l’avocat Da­
vid Lepidi qui défend un policier
et un gendarme dans ce dossier.
« Si les amendes doivent être ré­
glées personnellement par les justi­
bine, en Seine­Saint­Denis, plaide des émergent : équiper les ensei­ observe Sabine. « Le chantier de la sieurs cadres des « insoumis » et 8 000 euros d’amende pour ciables, ce qui a été fait par cha­
pour la multiplication des « grou­ gnants et les familles en diffi­ direction d’école, c’est une urgence font l’objet d’une enquête préli­ « rébellion » et « provocation » et cune des personnes concernées, les
pes de besoin ». culté, sécuriser les serveurs, nor­ absolue, témoigne aussi Virginie minaire ouverte le 14 mai par le avait renoncé à faire appel. dommages et intérêts relèvent eux
Pour rattraper le retard, sans at­ maliser les procédures. Akliouat, dans les Bouches­du­ parquet de Paris des chefs du civil. Ils peuvent donc à ce titre
tendre septembre, le gouverne­ Les chercheurs, eux, insistent Rhône. Depuis Christine Renon d’« abus de confiance » et « recel », « Ne pas encaisser les chèques » être réglés par un tiers », a affirmé
ment défend une autre option : sur les besoins en formation. « La rien n’a changé… Or, dans la pé­ confiée à la brigade financière. Les versements, d’un montant M. Mélenchon dans un communi­
les « vacances apprenantes », des question centrale, c’est l’accom­ riode actuelle, et dans celle qui Comme l’a révélé Le Canard global de 26 500 euros, équivalent, qué mardi. Sur Twitter, le député
accueils et des séjours pour pagnement des enseignants à la s’ouvre, vue la pression qui nous enchaîné, la justice s’interroge sur selon la décision du tribunal, au des Bouches­du­Rhône a toute­
700 000 jeunes, prioritairement transformation de leur métier attend, on n’est pas à l’abri la légalité du règlement des préjudice moral des fonctionnai­ fois indiqué qu’il s’agissait d’une
issus des quartiers défavorisés. dans des conditions d’exercices d’autres Christine Renon. » amendes et des dommages et res qui participaient à la perquisi­ avance. Et d’ajouter, « la proc (…)
Un « bol d’air », sans doute, mais inédites qui voient les outils numé­ La proposition de loi « créant la intérêts effectués par M. Mélen­ tion, ont bien été réglées mais par ouvre une enquête préliminaire
pour une efficacité pédagogique riques prendre une importance gi­ fonction de directeur d’école », chon et ses camarades à l’issue de LFI. L’association pouvait­elle plutôt qu’un Code. Avantage : elle
qui reste à démontrer. gantesque », explique Pascal Plan­ portée par la députée (La Répu­ leur condamnation, en décem­ supporter le coût du montant des peut écouter mon téléphone. Dites
tard, professeur d’anthropologie, blique en marche) Cécile Rilhac bre 2019, pour leur obstruction à dommages et intérêts prononcés bonjour ! Et BFM invente un abus
Une « vraie » continuité pédago­ spécialiste des usages des techno­ (Val­d’Oise), a été adoptée le la perquisition menée au siège de contre des personnes physiques, de confiance. Merci Macron ».
gique Bon an mal an, l’enseigne­ logies numériques. Le « coup de 24 juin, mais après avoir été vidée LFI l’année précédente. Le 16 oc­ quand bien même celles­ci ont été Les aventures judiciaires de
ment à distance a été assuré. Les massue » du confinement a obli­ de ses principaux points – dont la tobre 2018, une perquisition avait condamnées pour s’être opposées M. Mélenchon ne sont pas finies.
deux tiers des familles l’ont gé, dit­il, toute une frange d’ensei­ création d’un emploi fonctionnel en effet été lancée dans le cadre de à une perquisition dans les locaux La justice soupçonne LFI d’avoir
d’ailleurs salué, selon un sondage gnants à s’adapter pour innover de direction. Avec lui, l’espoir des deux enquêtes préliminaires du de cette même association dont employé des assistants parlemen­
IFOP que Jean­Michel Blanquer se pédagogiquement, souvent avec décharges et des rémunérations parquet de Paris portant sur les elles sont membres ? Ce montant taires au Parlement européen en
plaît à citer. Mais une chose est succès. Mais il reste environ un promises se serait envolé, en tout comptes de campagne du parti et a­t­il été acquitté avec de l’argent les faisant travailler pour le parti.
sûre : s’il fallait se reconfiner, quart de réticents aux usages nu­ cas à brève échéance, regrettent sur le rôle de ses assistants parle­ public perçu par le parti ? Elle s’interroge par ailleurs sur
même partiellement, il faudrait mériques, selon lui. Et c’est ce des enseignants. M. Blanquer a mentaires européens. « Avant même de connaître une « éventuelle violation des
faire mieux. « On redoute tous une quart qui l’inquiète. promis des textes réglementaires Plusieurs membres de LFI, dont l’existence de cette enquête préli­ prescriptions du code électoral
reprise même partielle de l’épidé­ D’autant qu’on leur demande­ sous quinze jours, avec applica­ M. Mélenchon, avaient vigoureu­ minaire, j’ai conseillé à mes clients relatives au financement des
mie à l’automne, reconnaît Benoît rait, en cas de rebond épidémi­ tion à la rentrée.  sement fait par de leur méconten­ de ne pas encaisser les chèques campagnes ». 
Teste, de la FSU. Mi­mars, quand que, d’« articuler enseignement mattea battaglia tement entraînant la fin prématu­ afin d’éviter de prendre des ris­ simon piel
ÉCONOMIE & ENTREPRISE
0123
14 | JEUDI 2 JUILLET 2020

Covid­19 : Airbus supprime 15 000 emplois
Bercy juge « excessif » le plan de réduction d’effectifs et souhaite que les départs contraints soient réduits

A 7 600 postes
irbus a choisi la ma­
nière forte. A l’occasion
d’un conseil économi­ menacés
que et social européen chez Air France
(CESE) ordinaire, mardi 30 juin, Le groupe Air France compte
suivi le même jour, d’un CESE ex­ supprimer 7 600 postes, dont un
traordinaire, la direction de l’avi­ millier dans sa filiale régionale
onneur a annoncé un plan de dé­ Hop !, a indiqué mercredi
parts de grande ampleur. Au total, 1er juillet le secrétaire d’Etat
le groupe, présidé par Guillaume chargé des transports interrogé
Faury, veut supprimer environ sur BFM-TV et RMC, Jean-Bap-
15 000 postes d’ici à l’été 2021. Une tiste Djebbari. A propos de ces
saignée encore plus importante chiffres révélés mardi par des
que celle de 2007 à l’occasion du sources syndicales, M. Djebbari
plan de restructuration baptisé a précisé que l’ampleur de cette
« Power 8 », qui prévoyait déjà restructuration envisagée d’ici
10 000 suppressions de postes. à 2022 et qui sera présentée le
Cette fois, au dire de M. Faury, 3 juillet dépendrait « beaucoup
c’est « l’ampleur et la profondeur de à la fois des dispositifs d’entre-
la crise due au Covid­19 » qui pous­ prise et de la reprise du trafic ».
sent Airbus à tailler dans ses effec­ « Nous avons demandé à la direc-
tifs. Les coupes interviendront tion d’Air France d’avoir le moins
presque exclusivement au sein de de départs contraints possible,
la branche aviation commerciale, d’avoir recours, évidemment là
qui emploie 81 000 personnes sur aussi, aux départs volontaires. »
les 135 000 salariés de l’entreprise. Les rivales d’Air France ont aussi
Airbus prévoit de supprimer annoncé des plans massifs de
5 000 postes en France, 5 100 en Al­ suppressions d’emplois : 22 000
lemagne, 1 700 au Royaume­Uni, chez Lufthansa, 12 000 chez Bri-
900 en Espagne et 1 300 sur les tish Airways ou encore 10 000
autres sites dans le reste du pour l’Américain Delta Air Lines.
monde, notamment en Chine et
aux Etats­Unis, où l’avionneur
européen a installé des usines
d’assemblage. Enfin, ces réduc­ Selon ses prévisions, le groupe
tions d’effectifs incluent un peu n’entrevoit pas de début de re­
plus de 900 suppressions de pos­ prise de l’activité avant deux ans.
tes déjà décidées chez Premium Ce qui devrait d’abord bénéficier à
Aerotec, une filiale en Allemagne. l’activité moyen­courrier de l’avi­
onneur. La reprise sera plus lon­
Modération salariale gue à venir pour le long­courrier.
Ces 15 000 suppressions de postes Des avions Airbus A321, dans l’usine de Mobile (Alabama, Etats­Unis), en juillet 2017. BLOOMBERG VIA GETTY IMAGES Pas avant « quatre à cinq ans », pré­
« sont la plus grosse réduction d’ef­ cise M. Baril. Une période qui ne
fectifs à laquelle Airbus a jamais sera pas couverte pas le dispositif
procédé », a reconnu le PDG. Selon mercredi 1er juillet, puis, site par de licenciements, pas de mesures Il s’agit de s’ajoute « 1,5 milliard d’euros pour de chômage partiel de longue du­
lui, le groupe ne pouvait s’y sous­ site, jeudi 2 juillet. Le PDG a déjà contraignantes », prévient Jean­ la recherche et le développement ». rée. A terme, Airbus, qui souhaite
traire alors que « 40 % de [son] ac­ indiqué que les dispositifs de re­ François Knepper, délégué Force
« la plus grosse En outre, le groupe, comme toute pourtant « conserver les compé­
tivité a disparu ». Fin avril, l’améri­ traite anticipée et les plans de dé­ ouvrière (FO). Même son de clo­ réduction la filière aéronautique, devrait tences », pourrait procéder à des li­
cain Boeing avait déjà annoncé parts volontaires seront utilisés. A che à la CGT, qui déclare qu’elle profiter de la reconduction du cenciements au sein du long­
16 000 suppressions de postes, l’occasion de cette seconde étape « refusera toute annonce de licen­
d’effectifs à dispositif de chômage partiel qui courrier. La production des gros­
soit 10 % de ses effectifs. de son plan d’adaptation, la direc­ ciements secs ». L’ampleur des laquelle Airbus a pourrait être étendu jusqu’à porteurs A350 et A330 Neo a déjà
Ces coupes claires sont la tion va négocier avec les syndicats suppressions de postes effraie jus­ vingt­quatre mois. Pour le délé­ été fortement réduite. Il ne sort
deuxième étape du plan d’adapta­ des mesures additionnelles. L’ob­ qu’au gouvernement. Bercy juge
jamais procédé », gué FO, tout cet arsenal d’aides plus chaque mois que six A350 et
tion mis en place par Airbus. De­ jectif d’Airbus est de parvenir à « excessif » le plan de réduction a reconnu le PDG « doit obliger Airbus à garder le deux A330 Neo contre 40 exem­
puis mars, l’avionneur avait pris conclure des accords de compéti­ d’effectifs d’Airbus et souhaite que sens de la mesure ». Si FO veut né­ plaires de la famille des A320, le
des mesures de court terme tivité qui pourraient inclure de la l’avionneur réduise « au maxi­ gocier, la CGT prend une posture best­seller de l’avionneur.
« pour protéger l’entreprise », telles modération salariale, mais aussi mum les départs contraints ». Pour mars ». Pour le dirigeant syndical, plus contestataire. Elle appelle à Chez FO, M. Knepper estime
que « l’utilisation massive du chô­ l’abandon de jours de congé ou de les éviter, le délégué FO invite la « Airbus a les moyens de traiter so­ « une journée d’action le 9 juillet ». néanmoins qu’Airbus devrait
mage partiel ». Airbus avait aussi RTT. Pour l’instant, aucune ferme­ direction à « s’asseoir à la table des cialement cette crise ». Il soupçon­ Pour Thierry Baril, directeur mieux se sortir de la crise que
sécurisé une ligne de crédit de ture de site n’est à l’étude. négociations pour discuter, y com­ ne la direction d’avoir « la tenta­ monde des ressources humaines Boeing. A l’en croire, l’avionneur
15 milliards d’euros et renoncé à En revanche, la direction se dit pris des mesures de réductions de tion de profiter de la crise pour de l’avionneur européen, « il faut européen dispose « d’une fenêtre
verser des dividendes aux action­ « incapable aujourd’hui de pren­ temps de travail et d’activité ». prendre des mesures structurelles », regarder la vérité de la situation, de tir » pour conforter son lea­
naires. Mardi, la direction n’a pas dre l’engagement » de ne pas pro­ En pratique, ces suppressions de comme les réductions d’effectifs. l’ensemble du plan d’aide de l’Etat dership mondial sur l’aéronauti­
détaillé les modalités de son céder à des licenciements secs. postes ne sont pas les premières, M. Knepper souligne qu’Airbus n’est pas pour Airbus ». L’objectif que. « Le Boeing 737 MAX est au ta­
« plan d’adaptation ». Elles devai­ Pour les syndicats, l’annonce de M. Knepper rappelle que « les inté­ va bénéficier du plan d’aide à la fi­ de la direction est « de préserver pis et les Chinois ne sont pas encore
ent être présentées aux organisa­ départs contraints serait un chif­ rimaires ont perdu leurs emplois lière aéronautique de 15 milliards l’avenir d’Airbus », se défend égale­ des concurrents », explique­t­il. 
tions syndicales, pays par pays, fon rouge. « Nous ne voulons pas par milliers depuis le mois de d’euros du gouvernement, auquel ment Guillaume Faury. guy dutheil

En Occitanie, les sous­traitants de la filière retiennent leur souffle


Les 450 équipementiers pourraient supprimer près de 40 000 emplois. Certaines PME se battent pour trouver de nouveaux débouchés

REPORTAGE sa production aux besoins de cer­


tains clients de l’aviation d’affai­
président de la chambre de com­
merce et d’industrie de la région.
du département ont pour leur
part annoncé, mercredi, un plan
les clients pour décaler les com­
mandes. Nous avons du travail
industrie. « Aujourd’hui, la diversi­
fication de l’économie n’est pas la
toulouse ­ correspondance
res, mais une restructuration, à la « Il s’agit d’un risque maximum de soutien de 100 millions d’eu­ jusqu’à la fin de l’année. Mais, solution. C’est de l’incantation, ré­

U n silence assourdissant.
« On entend l’air qui
s’échappe des machi­
nes », se lamente en soupirant Flo­
rian Ruscassie. Avant la crise, les
fin de l’année, semble inéluctable.
« Nous n’éviterons pas un PSE [plan
de sauvegarde de l’emploi] », dé­
plore le patron, Didier Cauquil,
qui reste vague quant au nombre
déterminé à partir d’un postulat :
en associant l’aide de l’Etat, la
sous­traitance perdra un tiers
d’activité en 2021 et un quart
en 2022 », prévient­il.
ros et devraient détailler, ven­
dredi, leur utilisation.
En attendant, à Saint­Martin­
du­Touch, quartier toulousain
qui concentre de nombreuses en­
après, c’est la dégringolade, s’in­
quiète la dirigeante. Sans aide de
l’Etat, il faudra diminuer les frais
fixes et les charges. »
pond Alain Di Crescenzo. Car elle
prendra des années. Le secteur est
un cas d’urgence, il ne faut pas
traîner pour le sauver afin de le
maintenir fort. »
allées du site de production de de suppression de postes. Face à l’urgence, la CGT se mobi­ treprises du secteur, on croise les « Un cas d’urgence » Reste que les PME préfèrent s’ac­
Cauquil étaient bruyantes, arpen­ Alors que, en 2019, l’aéronauti­ lise. « Les sous­traitants sont consi­ doigts. « Elles n’ont pas eu de bol, A Decazeville (Aveyron), Stephan tiver tous azimuts pour sauver ce
tées en pleine journée par soixan­ que connaissait une année re­ dérés comme de la chair à canon, elles commencent par le plus mau­ Mazars, à la tête de l’entreprise qui peut l’être. « On prend tout. On
te­quinze salariés. Ce mercredi cord, avec un carnet de comman­ s’indigne Frédéric Birobent, secré­ vais », regrette Acacio Dos Santos, adaptée STS (découpe et pein­ a même été consultés pour des
24 juin, ils sont moins d’une quin­ des de 7 500 avions, soit huit an­ taire régional de la centraole en couvant du regard ses deux filles ture), se retrouve ainsi avec moules de soutien­gorge. On chif­
zaine à se croiser. Les étagères, qui nées de production pour les quel­ Occitanie. Ils seront mis sous pres­ qui, quelques jours avant le confi­ 300 000 euros de pièces non ven­ fre et on verra bien », confie Sa­
supportaient matières premières que 450 entreprises de la région et sion par les donneurs d’ordres. » Il nement, ont repris la direction de dues sur les bras. « On a produit brina Dos Santos, de Vidal Aéro­
et pièces finies, sont désespéré­ leurs 94 500 salariés, l’arrêt du plaide pour la tenue d’états géné­ l’entreprise Vidal Aéronautique, pour ne pas jeter et pour faire tra­ nautique. Gilles Verhelst, le pa­
ment vides et vingt­cinq machi­ transport aérien provoqué par la raux associant les salariés et ap­ fondée par leur arrière­grand­ vailler les salariés », explique ce tron de Femso Industrie, installé à
nes, sur trente, sont à l’arrêt. pandémie a tout remis en cause. pelle à une journée de mobilisa­ père en 1950. « On se doit d’être op­ patron, qui réfléchit à se séparer Aucamville, près de Toulouse, est
Cette PME installée à Mondouzil tion le 9 juillet pour défendre timistes », rétorque la cadette, d’une vingtaine de personnes à aussi déterminé. Il a noué un par­
(Haute­Garonne), à une vingtaine « De la chair à canon » l’emploi. « La survie du secteur doit Christelle, pour qui « sauver le l’automne. « C’est un crève­cœur si tenariat avec Kepra, spécialiste de
de kilomètres près de Toulouse, Avant même l’annonce par Air­ passer par un changement de rap­ plus d’emplois possible » est la pré­ on les met dehors. Nous avons la mécanique de précision dans le
devait enregistrer un résultat re­ bus de la baisse de cadence de port entre donneurs d’ordres et occupation majeure. passé beaucoup de temps à les for­ nord de la France. « On chasse en
cord en 2020, affirme le commer­ production, les trois quarts des sous­traitants », insiste Xavier Pé­ Une partie de l’activité de cette mer. C’est une double peine, pour meute, on unit nos forces pour ré­
cial de cette entreprise vieille de entreprises locales anticipaient trachi, délégué CGT chez Airbus. entreprise, qui se consacre à la eux et pour nous », affirme­t­il. A cupérer du business, dans le ferro­
73 ans. Mais la pandémie a douché déjà un chiffre d’affaires en recul Pour soutenir la filière en souf­ mécanique de précision, a été moins que l’entreprise ne trouve viaire notamment. C’est la raison
toutes les prévisions de ce sous­ de plus de 50 %, selon la Direccte france, l’Etat a débloqué une aide maintenue pour garantir un mi­ de nouveaux marchés d’ici là. pour laquelle je n’envisage pas de
traitant de l’aéronautique. Le ré­ Occitanie. A court terme, jusqu’à de 15 milliards d’euros. La région nimum de travail à la dizaine Cette crise pose, en effet, la ques­ dépôt de bilan. Le PSE, je n’y pense
sultat annuel sera divisé par deux 40 000 emplois seraient mena­ Occitanie, présidée par la socia­ d’employés. « On a fini tout ce qui tion de la dépendance de l’écono­ pas », assure­t­il. 
fin décembre. L’entreprise adapte cés, avance Alain Di Crescenzo, le liste Carole Delga, et la préfecture était en cours et on a négocié avec mie de la métropole à une seule audrey sommazi
0123
16 | économie & entreprise JEUDI 2 JUILLET 2020

Le modeste
« New Deal » de
Boris Johnson
Le premier ministre britannique
a annoncé une enveloppe de
5,5 milliards d’euros pour relancer
la construction d’infrastructures

londres ­ correspondante blèmes qui n’ont pas été résolus Le premier


dans notre pays depuis des décen­ ministre

C
es derniers jours, Boris nies », notamment le déséquilibre britannique,
Johnson a multiplié les entre Londres et le sud de l’Angle­ Boris
apparitions en gilet fluo terre, riches et dynamiques, et le Johnson,
et casque de chantier. centre et le nord, paupérisés par la à Dudley,
Mardi 30 juin, juste avant son pre­ désindustrialisation. le 30 juin.
mier grand discours « post­Co­ JEREMY SELWYN/AFP
vid », le premier ministre britanni­ 1,5 milliard pour les hôpitaux
que visitait encore un chantier à Faisant référence au New Deal
Dudley, une grosse ville des Mid­ lancé par le président américain
lands, ex­capitale du « pays noir » Roosevelt dans l’entre­deux­guer­ 12 milliards seront consacrés sur dans l’amplification de ses promes­ élections générales de décembre
pendant la première révolution res, il a promis de « construire huit ans à la construction de loge­ ses de campagne » pour Tim Bale, dernier, et ceux­ci entendent bien
12 milliards
industrielle. Son message était mieux, plus vert, plus vite », avec ments abordables : un engage­ politologue à l’université Queen la conserver, comme les dizaines seront consacrés
limpide, il apparaissait d’ailleurs une première enveloppe de 5 mil­ ment en réalité déjà présent dans Mary de Londres. d’autres bastions du Labour con­
écrit en toutes lettres sur son pupi­ liards de livres sterling (5,5 mil­ le budget 2020 présenté par Rishi Fin 2019, M. Johnson a remporté quis lors de ce scrutin historique.
à la construction
tre lorsqu’il a pris la parole : « Build, liards d’euros), dont 1 milliard Sunak, le chancelier de l’Echiquier, une victoire historique aux élec­ de logements
build, build ! » (« Construisons, pour bâtir de nouvelles écoles, juste avant la crise du Covid­19. tions générales en promettant de Chute de 11,5 % du PIB
construisons, construisons ! ») 1,5 milliard pour réhabiliter les hô­ « Nous ne répondrons pas à cette « réaliser le Brexit » et en s’enga­ Ce « recyclage » du manifeste de
abordables,
Avec l’optimisme qui le caracté­ pitaux, et le reste consacré à des crise par l’austérité, car le monde a geant à un programme de dépen­ 2019 a nourri les critiques, mardi, à un engagement
rise, Boris Johnson a donc an­ projets routiers. M. Johnson a changé depuis 2008 (…) et parce ses inédit (recrutement de 20 000 l’égard d’un plan de relance jugé
noncé qu’il voulait inaugurer une aussi proposé une dérégulation que le coût de l’endettement est fai­ policiers, construction de 40 hô­ trop modeste au regard des enjeux
déjà présent dans
« révolution par les infrastructu­ des règles de construction : les lo­ ble en ce moment », a précisé le pre­ pitaux, etc.). Dudley n’a d’ailleurs – la récession historique qui s’an­ le budget 2020
res » pour relancer l’économie du caux commerciaux devraient mier ministre, qui confirme qu’il pas été choisie au hasard par nonce. L’office national des statis­
pays, à l’arrêt depuis trois mois à pouvoir être reconvertis en im­ reste sur une ligne intervention­ Downing Street : cette circons­ tiques a confirmé une contraction
cause de la crise pandémique, meubles d’habitation, des com­ niste, nouvelle chez les conserva­ cription a longtemps été acquise de 2,2 % du produit intérieur bri­ que a mis en place un dispositif de
mais aussi « profiter » de cette der­ merces de détail en cafés sans teurs. « Il y a beaucoup de rhétori­ aux travaillistes mais a été ravie tannique au premier trimestre, la soutien à l’emploi, l’Etat payant le
nière pour « répondre à des pro­ autorisations préalables. Enfin, que dans son discours, il est surtout par les conservateurs lors des plus forte depuis 1979. Le Royau­ chômage partiel à la place des en­
me­Uni, qui affiche le plus lourd treprises en arrêt forcé. Mais ce
bilan du continent (près de 44 000 schéma va s’arrêter progressive­
L’immobilier commercial dans une « tempête parfaite » décès officiels dus au coronavi­
rus), est aussi l’un des pays euro­
ment entre fin juillet et octobre :
le taux de chômage pourrait ex­
péens aux perspectives les plus ploser, alors que d’après les der­
les conséquences du confinement au « On fait face à une tempête parfaite : les con­ agi comme une sorte de banque pour les sombres (une chute libre de 11,5 % niers chiffres du Trésor, 9,3 mil­
Royaume­Uni commencent à ressembler à sommateurs, les magasins et les propriétai­ commerçants », estime M. Fox. Pour tenir, du PIB sur 2020, selon l’OCDE). lions de Britanniques ont bénéfi­
des dominos qui s’effondrent les uns sur res sont sous pression en même temps », ana­ ils ont multiplié les emprunts, s’endettant « Cinq milliards, cela semble beau­ cié de ce chômage partiel. A qua­
les autres. A court de liquidités après trois lyse David Fox, spécialiste à Colliers Interna­ grâce aux taux d’intérêt très bas. A cet em­ coup, mais c’est une goutte d’eau tre jours d’une dernière phase de
mois de fermeture forcée, les magasins bri­ tional, une entreprise de consultants. pilement dangereux s’est ajoutée l’arrivée dans l’océan, quand on parle de déconfinement (les restaurants,
tanniques peinent à payer leurs loyers : au des fonds de capital­risque, qui ont racheté projets d’infrastructures, a réagi les pubs et les hôtels pourront en­
deuxième trimestre, seuls 38 % d’entre eux Spirale de dettes des centres commerciaux grâce à un étage Jude Brimble, secrétaire nationale fin rouvrir le 4 juillet), M. Johnson
ont été versés, selon la base de données Si la pandémie a précipité la mise sous ad­ d’endettement supplémentaire. du syndicat GMB Union, cela cou­ espérait aussi en finir mardi avec
spécialisée Re­Leased. Logiquement, la ministration d’Intu, ses difficultés sont Intu a été l’un des pires exemples de ce vrirait à peine la moitié des frais à la séquence désastreuse de sa ges­
contamination financière passe désormais bien plus anciennes et leur origine re­ phénomène. Cotée en Bourse, l’entreprise engager pour combler les nids­de­ tion ratée de la crise du coronavi­
aux propriétaires des locaux. Vendredi monte à une quinzaine d’années. « Dans les est entrée dans une spirale de dettes et de poule sur les routes d’Angleterre et rus. Mais son discours a été en
26 juin, Intu, un groupe qui possède quinze années 2000, on a trop construit d’espaces restructurations depuis cinq ans. Elle était du Pays de Galles. » partie éclipsé par l’annonce d’un
centres commerciaux, a déposé le bilan. commerciaux au Royaume­Uni, alors même déjà en très mauvais état avant la pandé­ Boris Johnson devrait se con­ reconfinement strict de Leicester,
Ces centres commerciaux, répartis à tra­ que la révolution Internet était en cours », mie et avait annoncé la cession de plu­ centrer sur le maintien de l’em­ une ville de 300 000 habitants à
vers le pays, de Manchester à Newcastle en poursuit M. Fox. Pour attirer les commer­ sieurs centres commerciaux. ploi, a dénoncé Keir Starmer, le 80 km à l’est de Dudley. « Cela pa­
passant par Glasgow, dont les magasins em­ çants, en difficultés face à la concurrence Sa chute va maintenant se répercuter leader de l’opposition travailliste, raît un peu prématuré de faire un
ploient 100 000 personnes, continuent à d’Amazon et de la livraison à domicile, les sur tout le marché. « La vente des centres précisant que l’argent avancé par discours sur l’avenir du pays après
fonctionner pour l’instant, mais leur avenir propriétaires ont été forcés d’accorder de commerciaux d’Intu va fixer un nouveau Downing Street (« 100 livres par le Covid­19 (…) mais on ne peut pas
est incertain. Intu cherche d’urgence un re­ larges rabais, en réduisant les loyers. prix – à la baisse – pour le secteur », conclut personne dans le pays ») était trop continuer à être prisonniers de
preneur, alors même que le secteur de l’im­ Quand la crise financière de 2008 est ar­ David Fox.  modeste. Au début de la pandé­ cette crise », a­t­il concédé. 
mobilier commercial est en pleine crise. rivée, ils ont dû absorber le choc. « Ils ont éric albert (londres, correspondance) mie, le gouvernement britanni­ cécile ducourtieux

Brexit: la City n’a toujours pas son «passeport» européen AUTO MO BILE
Rebond du marché
français
Le marché automobile fran­
Les discussions entre le Royaume­Uni et Bruxelles patinent (aussi) sur le front des services financiers çais s’est redressé en juin, pro­
gressant de 1,2 % sur un an,
après des mois de chute libre
liée à la crise, a annoncé mer­
bruxelles ­ bureau européen avoir accès aux marchés finan­ l’intérêt de l’Union, de notre stabi­ dards européens et internatio­ bien entendu, au cœur des discus­ credi 1er juillet le Comité des
londres ­ correspondante ciers européens et traiter des titres lité financière, de nos investisseurs naux (règles de Bâle, capitalisation sions entre Londres et Bruxelles. constructeurs français d’auto­
en euros, il leur faudra se prévaloir et de nos consommateurs », a des banques, etc.), le ministre de la Des sources britanniques officiel­ mobiles. Le groupe Renault

D écidément, rien n’est


simple entre Londres et
Bruxelles. Alors que la
date de sortie effective du Royau­
me­Uni de l’Union européenne
d’« équivalences » que la Commis­
sion européenne aura attribuées
au Royaume­Uni.

Une approche « sur mesure »


insisté le Français.
Dans ce contexte, la Commis­
sion a besoin de savoir comment
le Royaume­Uni compte faire
évoluer sa réglementation finan­
City, John Glen, a néanmoins as­
suré qu’il « y aura des change­
ments » et laissé entendre que le
pays ne s’interdirait pas, à l’avenir,
une approche « sur mesure » con­
les citées par le Financial Times es­
timent que Bruxelles « complique
les choses » car ses négociateurs
espèrent tirer parti de cet aspect
de la relation future – cruciale
(avec Dacia et Alpine) a profité
du rebond (+ 6,5 %), tandis
que PSA (Peugeot, Citroën, DS,
Opel) a vu ses livraisons conti­
nuer de baisser (– 9,1 %) par
(UE), le 31 décembre, approche, les En clair, Bruxelles doit décider cière, laquelle est aujourd’hui cernant, notamment, la régula­ pour les Britanniques –, afin d’ob­ rapport à juin 2019. – (AFP.)
négociations entre les deux ex­ d’autoriser (ou pas) les assureurs, alignée sur les normes commu­ tion des sociétés d’investisse­ tenir des concessions concernant
partenaires patinent. On a beau­ banquiers et autres fonds de pen­ nautaires. Les services de Valdis ment. « On analyse ces documents le reste des discussions. HABILLEMENT
coup parlé, ces derniers temps, de sion installés outre­Manche à Dombrovskis, le commissaire et on attend des réponses à nos La Commission européenne, en Sept offres de reprise
leur difficulté à trouver un terrain opérer dans l’UE. Et pour une du­ chargé du sujet, ont envoyé vingt­ questionnaires », répond­on au­ tout cas, ne manque jamais de rap­ pour Camaïeu
d’entente sur la nature de leur fu­ rée qui peut être plus ou moins huit questionnaires à l’adminis­ jourd’hui à la Commission. peler que l’attribution des équiva­ L’enseigne d’habillement
ture relation commerciale, de longue… « N’ayons aucune illu­ tration britannique, portant sur lences – aujourd’hui, une tren­ féminin, placée en redresse­
leur coopération judiciaire et po­ sion : le Royaume­Uni va s’écarter le reporting financier, l’audit, les A la discrétion de la Commission taine de pays tiers bénéficient de ment judiciaire, a fait l’objet
licière, ou encore sur la pêche. de notre cadre réglementaire, c’est agences de notation, les assu­ En réalité, les équivalences ne quelque 280 équivalences – est à sa de sept offres de reprise, de­
Mais les choses ne semblent pas même l’une des raisons d’être du reurs, les banques… A ce stade, ils sont pas toutes aussi importantes totale discrétion et qu’elle peut re­ vant le tribunal de commerce
beaucoup plus avancées sur le Brexit », a rappelé le négociateur n’ont reçu des réponses que pour les unes que les autres. Quatre ou tirer ces permis d’exercer si elle le de Lille, mardi 30 juin, selon
front des services financiers, sur en chef des Européens, Michel quatre d’entre eux. cinq d’entre elles – celles qui con­ juge nécessaire. A l’été 2019, elle a des sources syndicales. Deux
lequel les deux parties avaient Barnier, le 30 juin, à l’occasion de La semaine du 22 juin, le Trésor cernent l’accès au marché stricto ainsi abrogé les équivalences de d’entre elles portent sur
pourtant prévu, en 2019, de s’en­ l’assemblée générale du think britannique a donné des premiè­ sensu, c’est­à­dire les chambres cinq pays (Argentine, Australie, l’ensemble de la société aux
tendre avant le 30 juin 2020… tank Eurofi. Dès lors, les équiva­ res informations sur la manière de compensation, les plates­for­ Brésil, Canada et Singapour) pour 4 263 salariés. La première est
Pour rappel, après le Brexit, les lences financières ont pour voca­ dont Londres souhaitait voir évo­ mes de négociation, ou encore les le secteur des agences de notation, présentée par les actionnaires
banques et autres établissements tion de protéger, autant que faire luer sa réglementation financière. banques d’investissement – sont au motif que ceux­ci ne respec­ et le dirigeant de Camaïeu.
de la City perdront le « passeport » se peut, l’Europe de tout élément « C’est un premier pas », juge­t­on à indispensables à la survie de la taient plus les normes de l’UE. Avis La seconde est portée par la
qui leur permet aujourd’hui d’opé­ extérieur d’instabilité financière. Bruxelles. Tout en affirmant que le place financière londonienne, à Boris Johnson.  Financière immobilière bor­
rer librement sur le continent. A « Nous ne donnerons des équiva­ Royaume­Uni souhaite pour l’es­ l’un des poumons économiques c. du. delaise, fonds d’investisse­
compter du 1er janvier 2021, pour lences que lorsque cela sera dans sentiel rester aligné sur les stan­ du Royaume­Uni. Et elles seront, et virginie malingre ment créé par Michel Ohayon.
0123
JEUDI 2 JUILLET 2020 économie & entreprise | 17

PERTES & PROFITS | FACEBOOK
L’Inde interdit 59 applications par phili ppe esc ande

Mauvaise réputation
chinoises sur son territoire Le mouvement Boogaloo n’a qu’aux annonceurs publicitaires.
Deux semaines après un affrontement meurtrier avec la Chine, de sympathique que le nom.
Ses partisans s’échangent sur
Les plus gros d’entre eux, comme
Ford, Coca­Cola ou Unilever, ont
New Delhi a décidé de fermer l’accès à TikTok, SHAREit et UC Browser Facebook de précieux conseils
sur l’usage des armes de guerre,
décrété une « pause » dans leurs
investissements publicitaires,
la meilleure manière d’attaquer s’inquiétant pour leur réputation
un commissariat ou de semer et pas mécontents de faire payer
bombay et shanghaï ­ Détenu par le géant chinois du Mais la mesure avait aussitôt été le désordre dans une foule. Leur à Facebook et Google leur hégé­
correspondances
Ce bannissement high­tech ByteDance, TikTok en­ interprétée comme un dispositif objectif, la guerre civile contre monie dans la publicité sur Inter­
n’aura registre, en Inde, près du tiers de visant à barrer la route aux Chi­ l’Etat fédéral américain. L’asso­ net. Même les propres employés

L
a rumeur d’un boycot­ ses téléchargements mondiaux nois. Entre 2015 et 2019, les inves­ ciation Tech Transparency du groupe se sont soulevés,
tage des produits chinois
qu’une incidence et y compte plus de 120 millions tisseurs chinois auraient misé Project a compté des centaines certains n’hésitant pas à démis­
planait depuis une financière limitée d’usagers, d’après une estima­ quelque 5,5 milliards de dollars de groupes privés et publics sionner pour protester contre
bonne dizaine de jours tion de la société d’études de mar­ (4,9 milliards d’euros) sur l’Inde et de discussion sur le réseau l’attitude du patron.
en Inde. Elle s’est concrétisée,
pour les intérêts ché californienne Sensor Tower. seraient présents au capital d’au et environ 70 000 membres. Car, jusqu’au bout, Mark Zuc­
lundi 29 juin, en début de soirée, de Pékin dans L’application s’est implantée de moins 16 des 29 licornes, ces Mais leur nombre a explosé kerberg a résisté à la tentation
avec l’annonce par le ministère façon spectaculaire en étant tra­ start­up ayant une valorisation depuis, avec la révolte contre de policer le contenu de son
indien des technologies de l’in­
le sous-continent duite dans quinze des multiples supérieure à 1 milliard de dollars. les mesures de confinement. réseau. Pour des raisons de prin­
formation du blocage de 59 appli­ langues parlées dans le sous­con­ cipe, celui de la liberté de parole,
cations mobiles originaires de tinent, et en profitant de l’en­ « Grande muraille » numérique Audience maximale inscrit dans la Constitution
Chine, parmi lesquelles les plates­ Dès mardi 30 juin au matin, cer­ gouement de la jeunesse in­ De son côté, l’empire du Milieu On parle, on s’échange des plans, américaine, mais aussi pour pro­
formes d’échange de vidéos Tik­ taines d’entre elles, notamment dienne pour les vidéos sur smart­ n’a pas réagi officiellement, tan­ on met au point des opérations. téger un modèle économique
Tok et Helo, le service de messa­ TikTok, ont commencé à disparaî­ phone. L’entreprise s’est défen­ dis que les médias chinois n’ont Ce mardi 30 juillet, la firme de assis sur la publicité et la recher­
gerie WeChat (souvent comparé à tre des magasins en ligne Google due dans un communiqué, pas couvert l’événement : le seul Mark Zuckerberg a annoncé la che de l’audience maximale.
WhatsApp), le réseau social Play Store et Apple Store. Ce ban­ mardi 30 juin : « TikTok continue article sur le sujet est une reprise fermeture de 220 comptes Face­ Facebook a besoin de passion­
Weibo (l’équivalent chinois de nissement n’aura qu’une inci­ de respecter la sécurité et le carac­ de l’information par la version book, de 95 comptes Instagram, nés et de polémiques autant que
Twitter), l’outil de partage de fi­ dence financière limitée pour les tère privé des données aux termes chinoise du Global Times. Depuis de 28 pages et 106 groupes de données. Le problème est que
chiers SHAREit ou le navigateur intérêts de Pékin en Inde, mais il du droit indien et n’a partagé le début du conflit frontalier, la du réseau Boogaloo, ainsi que son attitude actuelle et les dom­
UC Browser du groupe Alibaba. est fort en termes de symbole, aucune information sur nos utili­ Chine a largement censuré le su­ de 400 autres groupes qui héber­ mages causés à sa réputation
Deux semaines exactement l’Inde constituant un marché gi­ sateurs en Inde avec des gouver­ jet pour éviter de souffler sur les geaient des contenus similaires. sont en train de compromettre
après l’affrontement au corps­à­ gantesque et en pleine croissance nements étrangers, y compris braises du nationalisme chinois. Il a quand même fallu des an­ son ambition future, celle d’une
corps entre les armées des deux pour les entreprises chinoises. avec [Pékin]. » Par ailleurs, la Chine peut diffici­ nées de polémique et des émeu­ plate­forme universelle que l’on
puissances nucléaires d’Asie Le sous­continent, dont la Le blocage des applications chi­ lement accuser l’Inde de nationa­ tes raciales pour que le plus utilisera pour communiquer et
dans l’Himalaya, qui a fait vingt population dépasse aujourd’hui noises intervient dans un con­ lisme économique, puisqu’elle grand réseau social du monde s’informer, mais aussi pour faire
morts côté indien, à la frontière 1,350 milliard d’habitants, compte texte de plus en plus tendu entre pratique la même approche de­ condescende à interdire ses courses, payer ses achats
disputée entre les provinces du 800 millions de consommateurs les deux géants d’Asie. Avant puis plus de dix ans : les princi­ des contenus appelant à la haine, ou appeler un taxi, à l’image
Ladakh et de l’Aksai Chin, New potentiels, dont 560 millions ont même que les premières tensions paux sites Internet et applications au meurtre et à la destruction de du réseau chinois WeChat qui
Delhi a décidé de prendre des accès à Internet. Le marché du militaires apparaissent dans l’Hi­ américaines, comme Facebook et la société. Et ce ne sont pas que permet déjà tout cela.
mesures de rétorsion d’ordre smartphone est d’ailleurs dominé malaya, au début du mois de mai, WhatsApp, Google et YouTube, des paroles. La pression est con­ Pour enfermer le client dans un
économique, à défaut de repré­ par les fabricants chinois Xiaomi, New Delhi reprochait à Pékin Twitter, sont censurés en Chine sidérable en ce moment sur univers, il faut soigner son image
sailles militaires aux confins du Vivo, Realme et Oppo, qui contrô­ d’avoir mal géré la pandémie de par la « grande muraille » numéri­ Facebook. Du président améri­ auprès des utilisateurs comme
Cachemire et du Tibet. lent aujourd’hui 65 % des ventes, Covid­19 et de fournir à l’Inde des que, de même que la plupart des cain, Donald Trump, qui menace auprès des politiques. Amazon
selon l’Agence France­Presse. équipements de lutte contre la grands médias occidentaux. Une d’une loi responsabilisant en sait quelque chose, Facebook
Un marché en pleine croissance C’est une très mauvaise nou­ crise sanitaire défectueux. censure justifiée au nom de la les réseaux sur les contenus, jus­ est train de l’apprendre. 
« Le gouvernement a décidé de ne velle pour SHAREit et UC Browser, En avril, le service de promotion lutte contre la pornographie,
plus autoriser l’usage de certaines qui compteraient respectivement de l’industrie du ministère indien mais surtout de la « cyber­souve­
applications (…), afin d’assurer la 200 millions et 130 millions d’uti­ du commerce avait durci les con­ raineté », qui a permis le dévelop­
sécurité et la souveraineté du cybe­ lisateurs en Inde, selon l’Econo­ ditions d’accès à l’Inde pour les in­ pement des géants chinois du
respace indien », a­t­il été expliqué
dans un communiqué. Officielle­
ment, l’Inde considère que ces ap­
mic Times, mais surtout pour Tik­
Tok. Cette application prisée des
moins de 25 ans avait connu des
vestissements directs en prove­
nance des pays voisins, en ren­
dant obligatoire une autorisation
Web, tel Tencent, créateurs des ap­
plications de conversation en li­
gne QQ et WeChat, ou Baidu, le
Gilles Gateau prend
plications « se livrent à des activi­
tés portant préjudice à la souverai­
neté et à l’intégrité de l’Inde, à la
débuts difficiles en Inde en 2019,
en raison des contenus jugés sub­
versifs qu’elle véhiculait, et avait
de l’Etat indien. Il s’agissait de dé­
courager toute entreprise préda­
trice de profiter du marasme éco­
principal moteur de recherche
chinois, qui a bénéficié de l’exclu­
sion de Google en 2010. 
les rênes de l’APEC
défense de l’Inde, à la sécurité de même été interdite deux semai­ nomique actuel pour acquérir des guillaume delacroix L’Association pour l’emploi des cadres va
l’Etat et à l’ordre public. » nes par une cour de justice locale. firmes indiennes à bas prix. et simon leplâtre
devoir faire face à une chute des embauches

A Belfort, l’espoir d’un nouvel avenir E conomiste de formation,


Gilles Gateau, a baigné
dans les chiffres et l’emploi
durant toute sa carrière : à la di­
rection générale de l’ANPE de
les services aux entreprises pour
faciliter le recrutement, le service
aux cadres pour sécuriser leur
parcours professionnel, la col­
lecte et la diffusion des offres

pour General Electric prend corps 1993 à 1997, au ministère du tra­


vail de Michel Sapin de 2012 à
2014, puis dans le privé comme
d’emploi et, enfin, le travail de
veille sur le marché du travail.
Sur un marché de l’emploi sinis­
DRH d’Air France, où il arrive tré, on voit mal, en effet, com­
Huit pistes de diversification du site ont été validées entre syndicats et direction en 2015 en pleine vague de sup­ ment garantir un taux de 45 %
pressions d’emplois. Un profil d’actifs en poste parmi les cadres
« écosocial », qui lui sera bien ayant bénéficié des services de
belfort ­ correspondant L’un de ces axes, c’est l’utilisa­ « L’ensemble de ces sept autres utile à l’Association pour l’emploi l’APEC. C’était pourtant un objec­
tion de l’hydrogène dans le fonc­
« Il y aura pistes de diversification mobilise­ des cadres, où il a pris, mercredi tif fixé et tenu en 2019. « Face aux

I l ne faut pas s’y tromper : si le


quatrième comité paritaire
de suivi de l’accord du 21 oc­
tobre 2019, qui s’est tenu mardi
30 juin au ministère de l’écono­
tionnement des turbines à gaz
alors qu’un écosystème autour de
cette énergie verte est en gesta­
tion dans le pôle métropolitain
Nord ­ Franche­Comté. Il y a tout
deux nouvelles
réunions à Bercy
afin d’analyser
rait un investissement de 30 mil­
lions d’euros, prévoit M. Petitcolin.
Ce n’est rien au regard du chiffre
d’affaires de l’entité belfortaine qui
oscille entre 1 et 2 milliards par an.
1er juillet, ses fonctions de direc­
teur général, en plein retourne­
ment du marché du travail.
L’association, qui surfe depuis
2016 sur des records historiques
gels d’embauches et à la vague de
suppressions d’emplois, notre
priorité sera l’accompagnement
des entreprises et des jeunes diplô­
més. Il ne faut pas croire que plus il
mie et des finances en présence juste un an, l’équipementier auto­
les budgets qui y On ne demande pas la lune. » Son de recrutements, avec trois an­ y a de chômage, plus c’est facile de
de représentants de l’Etat, de Ge­ mobile Faurecia a choisi de locali­ seront associés » homologue de SUD appuie : « Leur nées successives de croissance à recruter. Et plus l’offre est rare,
neral Electric (GE) et des syndicats ser son centre d’expertise mon­ mise en œuvre, c’est d’abord de la deux chiffres, a vu ses offres d’em­ moins l’erreur de recrutement est
PHILIPPE PETITCOLIN
(hormis la CGT), n’a débouché sur dial pour le stockage de l’hydro­ matière grise avec, pour chacune, ploi s’effondrer et passer d’une acceptable. L’originalité de l’APEC
syndicaliste CFE-CGC
aucune annonce ferme, il a enfin gène à Bavans, dans le Doubs, à une dizaine de personnes. Ensuite, moyenne quotidienne de 90 000 est de se tourner vers les TPE,
posé les bases d’un futur pour le une trentaine de kilomètres de d’autres investissements seront avant le confinement à moins de PME », affirme Gilles Gateau.
site de Belfort et de sa filière turbi­ Belfort. « GE investirait 50 millions probablement nécessaires, par 53 000 en avril et 63 000 en juin. Si le nouveau directeur général
nes à gaz ébranlés, l’an passé, par d’euros, avance M. Petitcolin. Le tomiser, poursuit M. Sesmat. L’ob­ exemple pour construire, pour les 296 600 recrutements étaient at­ peut, pour sa mission, s’appuyer
un plan social (485 suppressions plus difficile consiste à trouver un jectif, c’est de baisser les coûts, de turbines à hydrogène, un démons­ tendus en 2020. Mais « il pourrait sur un statut « cadre » dûment
de postes sur 1 760). « Il offre la partenaire alors que tous nos con­ diminuer les délais entre la com­ trateur qui serve de vitrine com­ y avoir entre deux et trois fois inscrit, au terme de deux ans de
possibilité de sortir du tunnel, ré­ currents ont déjà franchi cette mande et la livraison, et donc merciale. » Désormais, le défi pour moins d’embauches que prévu. négociations, dans l’accord natio­
sume Philippe Petitcolin, délégué étape. Siemens s’est, par exemple, d’être plus compétitifs. » les syndicats, c’est d’obtenir les Une des premières choses que je nal interprofessionnel enfin ap­
syndical CFE­CGC. Rien n’est en­ associé à Engie. » La mise en flux (« flow lines »), moyens financiers suffisants. « En demanderai, c’est d’actualiser dès prouvé par tous les syndicats de­
core acquis, mais l’espoir renaît. » c’est­à­dire l’application de la mé­ ce moment, il y a une énième réor­ septembre, l’enquête annuelle sur puis la signature de la CGT le
La direction du conglomérat « On ne demande pas la lune » thodologie Lean (optimisation de ganisation chez GE, explique le les intentions de recrutements », 18 juin, les moyens vont être ré­
américain de l’énergie a, en effet, Il y a aussi l’énergie à la demande la production), l’internalisation syndicaliste CFE­CGC. Elle peut être annonce M. Gateau. duits par les pertes d’emploi,
accepté d’intégrer huit axes de di­ (« power on demand »). « Il s’agit (« farming in »), avec la fabrication une opportunité pour que Belfort puisque l’association est financée
versification du site dans ses ici de rendre les centrales plus flexi­ à Belfort de composants de tur­ redevienne un des sites majeurs du « Rediscuter avec l’Etat » par une cotisation sur la masse
orientations stratégiques et dans bles, explique Alexis Sesmat, délé­ bine (roues, rotors, ailettes…) groupe dans le monde. » « Mon intention est aussi de redis­ salariale cadre.
son processus budgétaire (année gué syndical SUD. C’est un enjeu aujourd’hui sous­traitée, le déve­ En 2014, lors du rachat de la bran­ cuter avec l’Etat des objectifs 2020, « Le sujet est soit celui d’un cap
2021) qui doit débuter courant crucial lié à deux phénomènes : la loppement de la turbine 4.0 en che énergie d’Alstom, GE s’était en­ dans la mesure où ils ont été défi­ de trésorerie à passer, soit un re­
juillet. Ils ont été élaborés, ces der­ déréglementation des réseaux vue d’assurer une communica­ gagé à créer une filière aéronauti­ nis dans une phase ascendante de tournement de la dynamique de
niers mois, au sein de groupes de électriques et le développement tion instantanée entre la centrale que avec 70 emplois à la clé à partir l’emploi. » L’APEC est un orga­ l’emploi cadre. On n’a pas la possi­
travail composés notamment de des énergies renouvelables, insta­ et son opérateur et de détecter au du 1er janvier 2021 (200 à l’horizon nisme paritaire reconnu d’utilité bilité de faire de la dette, recon­
membres du personnel. « Il y aura bles par essence. » GE a encore ac­ plus tôt une défaillance ou un 2023). L’effondrement du secteur, générale qui a une mission de ser­ naît M. Gateau. Il appartiendra
deux nouvelles réunions à Bercy, cepté de travailler sur le montage aléa, ou bien encore la possibilité lié à la crise du Covid­19, a rebattu vice public pluriannuelle (2017­ aux partenaires sociaux de réflé­
l’une fin août­début septembre, d’une ligne d’arbre standardisée pour le site belfortain de devenir les cartes. « Ce projet n’est pas défi­ 2021) pour sécuriser le parcours chir aux solutions », tranche­t­il.
l’autre en décembre, afin d’évaluer (turbine à gaz et alternateur). « On une usine 4.0 et un centre de ré­ nitivement abandonné, mais gelé, professionnel des cadres, et dont En attendant, l’APEC reprendra
la consistance des axes du nou­ veut en faire un dénominateur paration rotors de référence (fré­ conclut Philippe Petitcolin. GE s’est les résultats sont examinés cha­ son activité en présentiel avec
veau projet industriel et d’analyser commun à toutes les centrales que quence 50 Hz) pour l’Europe, engagé à intégrer ces 70 personnes que année par un comité de suivi. l’accueil des clients à partir du
les budgets qui y seront associés », nous vendons, tout en laissant la l’Afrique et le Moyen­Orient com­ dans la filière gaz. »  L’association doit remplir quinze lundi 6 juillet. 
précise le syndicaliste. possibilité à nos clients de les cus­ plètent le tableau. alexandre bollengier objectifs chiffrés sur quatre axes : anne rodier
0123
18 | économie & entreprise JEUDI 2 JUILLET 2020

Gondoliers
à Venise,
le 12 juin.
ANDREA PATTARO/AFP

PLEIN CADRE

Des touristes à Venise : ront plus. Cette crise doit nous

un poco ma non troppo


venise ­ envoyé spécial
aider à nous poser ces questions. »

L
es premiers visiteurs Venise prend­elle vraiment ce
sont venus à Venise chemin ? Pour l’heure, rien n’est
en voisins, à partir du moins sûr, après des années
18 mai, dès que les d’une fuite en avant marquée par
déplacements d’une l’explosion du marché des appar­
commune à l’autre
ont été autorisés. Habitants des
Dans la cité des Doges, l’activité reprend lentement. Faute tements en location touristique,
souvent mis sur le marché par les
villes proches de Trévise, Padoue
ou Vicence, ou même résidents
de liaisons internationales, l’afflux de voyageurs est limité. hôtels eux­mêmes, et la multipli­
cation des projets hôteliers, jus­
de la périphérie (sur la « terre
ferme », autour de la lagune), ils
Une bonne chose pour ceux qui, parmi les habitants, redoutent qu’à Mestre, sur la « terre ferme »,
où plusieurs projets géants sont
ont été des milliers à accourir
pour voir, au moins une fois dans
le retour du tourisme de masse sortis de terre ces derniers mois.
En campagne pour sa réélection
leur vie, Venise désertée, et ses (les élections municipales doi­
canaux libérés du trafic incessant vent se tenir à l’automne), le
des barques, où l’on pouvait piazza, qui pendant des siècles a pendance absolue envers l’indus­ son, au moins jusqu’à l’automne. » maire sortant, Luigi Brugnaro,
même apercevoir des poissons. été la scène privilégiée du théâtre trie du tourisme. C’est en Vénétie,
« Aujourd’hui, Aussi les conséquences de la crise, s’emploie à faire redémarrer la
Pendant deux semaines, les ha­ politique de la Sérénissime et le dans le village de Vo’Euganeo il faut penser pour l’économie vénitienne, s’an­ ville au plus vite, par tous les
bitants de la Vénétie ont été les cœur de sa vie sociale, s’est iné­ (province de Padoue), qu’a été re­ noncent­elles proprement désas­ moyens, et se fait le porte­parole,
seuls à jouir de ce privilège. Les luctablement éloignée, au point censée la première victime ita­
à plus long treuses. « Cela doit nous pousser à auprès de l’Etat, des revendica­
premiers cafés et restaurants ont de disparaître, hors cas excep­ lienne du Covid­19, le soir du terme, et la réfléchir sur les moyens de se ren­ tions des hôteliers.
commencé à rouvrir, au compte­ tionnel, du quotidien des Véni­ 21 février dernier. Trois jours plus dre moins dépendants, en sortant « Les Américains et les Asiati­
gouttes, tandis que les magasins tiens. Depuis trois mois, certains tard, le carnaval de Venise, habi­
priorité doit être de ce que les Anglo­Saxons appel­ ques, dont nous avons tant besoin
de vêtements débarrassaient ont pris l’habitude de revenir y tuel coup d’envoi de la saison tou­ de faire revenir lent l’over­tourism », veut croire car ce sont eux qui consomment le
leurs vitrines de leurs collections flâner, mais on n’efface pas en ristique, s’arrêtait, peu avant son Claudio Vernier. « Depuis des an­ plus, ne reviendront pas tout de
d’hiver, devenues invendables. quelques semaines l’effet d’an­ terme.
des habitants nées, ici, on gère la ville comme suite, souligne Stefano Croce, pré­
Puis, le 3 juin, les déplacements nées d’éloignement. Ainsi le célé­ en ville » une marque, une sorte de poule sident de l’association des guides
interrégionaux ont été autorisés, brissime café Florian n’est ouvert « DONNER UN SIGNAL » aux œufs d’or. Aujourd’hui il faut touristiques de Venise. Sans eux,
CLAUDIO VERNIER
et les frontières se sont progressi­ que le week­end, et les terrasses Première région touchée par penser à plus long terme, et la prio­ les hôtels de luxe auront du mal à
président de l’association
vement rouvertes. Dans les ruel­ des établissements voisins res­ l’épidémie (avec la Lombardie), la rité doit être de faire revenir des rouvrir, et on a l’impression que
Piazza San Marco
les du centre, on s’est remis à par­ tent clairsemées. Vénétie a ensuite adopté une po­ habitants en ville [le centre histo­ les musées attendent le redémar­
ler allemand ou français, voire Claudio Vernier, qui gère un ca­ litique fondée sur des tests mas­ rique de la Cité des Doges compte rage des grands hôtels pour repar­
anglais (mais plus rarement). fé­glacier situé au pied de la co­ sifs, qui lui a permis d’éviter environ 50 000 résidents officiel­ tir. » De fait, le confinement est
Quelques gondoliers sont reve­ lonne de Saint­Théodore, face au d’être submergée. Avec 2 000 vic­ l’immense majorité des touristes lement enregistrés, soit le tiers de fini depuis près d’un mois, et
nus proposer leurs services aux bassin de Saint­Marc, a été aux times pour 20 000 cas enregis­ étrangers rencontrés ces derniè­ sa population dans les années pourtant beaucoup de lieux im­
passants et – miracle du déconfi­ premières loges, depuis le début trés et un système hospitalier qui res semaines à Venise sont venus 1960]. C’est un projet très com­ portants, comme le musée de
nement –, certains se permettent de la crise, pour observer ce phé­ a été, du début à la fin, en mesure en voiture : la Suisse, l’Autriche et plexe, parce qu’il impose de penser Ca’Rezzonico, la Ca’Pesaro ou le
même d’être aimables. nomène. « Je suis né ici, et ce com­ d’amortir le choc, elle fait figure la Bavière ne sont qu’à quelques tout en même temps. Les résidents Museo Correr restent fermés,
merce a été fondé par mon arrière­ de « bonne élève » dans la gestion heures de route de la ville, ce qui ne reviendront pas sans l’installa­ tandis que d’autres n’ouvrent
AFFLUENCE TROMPEUSE grand­père, en 1948… J’ai rouvert de la pandémie. A Venise, qui a explique la nette surreprésenta­ tion de nouvelles entreprises, et que du vendredi au dimanche.
Depuis cette date, chaque jour, le 22 mai, mais les premiers jours pourtant abrité un foyer impor­ tion des germanophones dans les cela n’est pas possible sans une « Pour l’instant, la culture n’est
l’affluence augmente impercepti­ nous étions seuls, et j’ai dû faire un tant durant les premiers temps rues. La France, elle, est plus loin­ nouvelle offre de services… ici tous pas une priorité, constate Stefano
blement. En fin de semaine, sur­ peu de battage auprès des amis de l’épidémie, la contagion a été taine. Les avions sont rares et le les problèmes sont liés. » Croce. Pour une ville comme Ve­
tout, autour du Campo Santa pour faire revenir les gens sur la vite contenue. Selon les données trafic des trains de nuit ne repren­ nise, c’est un signe très préoccu­
Margherita ou aux abords du place », confie­il. « Ici, l’activité du 29 juin, il n’y a plus aucun ma­ dra pas avant le 31 juillet. DES RÉSIDENTS DÉJÀ FURIEUX pant. Mon autre préoccupation,
Ghetto, là où se concentrent les était touristique à 100 %. Quand lade hospitalisé dans les structu­ Pour l’heure, selon l’adjointe au Pour cette raison, Claudio Ver­ poursuit­il, est que pour aider les
étudiants de l’université Ca’Fos­ vous êtes dans la monoculture du res de la ville, et la province ne tourisme de la mairie de Venise, nier, qui préside l’association restaurateurs, on a autorisé cha­
cari, l’affluence est telle qu’on tourisme et que tout s’arrête d’un compte plus désormais en tout et Paola Mar, 70 % des hôtels sont Piazza San Marco, un groupe­ cun à agrandir sa terrasse au dé­
pourrait croire la ville revenue à la coup, vous vous rendez compte pour tout que 28 cas positifs. ouverts, avec un taux d’occupa­ ment rassemblant les commer­ triment de l’espace public, au ris­
normale. Rien ne serait plus qu’il y a un vrai danger : celui de Autrement dit : la crise, à Venise, tion de 50 %. Et rien ne laisse espé­ ces historiques de la place et de que de mécontenter les résidents,
trompeur : ailleurs en ville, l’acti­ devenir un lieu mort, une sorte de paraît jugulée. Mais une ville rer une hausse spectaculaire de la ses environs, prône une limita­ qui déjà sont furieux de l’invasion
vité touristique reprend à peine. Pompei moderne. » aussi ouverte aux échanges inter­ fréquentation durant les prochai­ tion des entrées quotidiennes sur des touristes. Et comment être cer­
A la même heure, la place Saint­ En mettant à l’arrêt une ville nationaux est, par définition, nes semaines. « Chez les hôteliers le site de la ville, qui passerait par tain qu’ils reviendront en arrière
Marc, en temps normal inaccessi­ déjà meurtrie par les conséquen­ plus sujette que les autres au ris­ et les restaurateurs, il y a deux éco­ un système de réservations. quand la crise sera finie ? Sur la
ble, est presque vide. C’est qu’au ces de l’acqua alta de novembre que de « deuxième vague », et les, fait remarquer un profession­ « C’est dans l’intérêt de tous, assu­ place Saint­Marc, par exemple, les
fil du temps, à mesure de la crois­ dernier, qui avait rappelé au l’ensemble des acteurs locaux nel du secteur : ceux qui rouvrent re­t­il. Tout le monde doit avoir le cafés ont acheté des parasols.
sance exponentielle de la fré­ monde entier l’extrême vulnéra­ veillent à ne surtout pas donner à perte pour donner un signal, droit de découvrir Venise dans de Vous croyez vraiment qu’ils vont
quentation touristique, les Véni­ bilité de la Sérénissime face au l’impression de baisser la garde. quitte à perdre beaucoup d’argent, bonnes conditions et, si les gens les jeter au bout de quelques mois,
tiens ont tout simplement perdu changement climatique, le confi­ Aussi les liaisons internationales et ceux qui préfèrent attendre, et sont satisfaits, personne n’y per­ quand tout cela sera fini ? » 
l’habitude de s’y rendre… La nement a mis en lumière sa dé­ repartent­elles très lentement : ont déjà fait une croix sur la sai­ dra rien parce qu’ils consomme­ jérôme gautheret
0123
JEUDI 2 JUILLET 2020 management | 19
La cohésion d’équipe dans les entreprises CARNET DE BUREAU
CHRONIQUE PAR ANNE RODIER
à l’épreuve du Covid Les DRH face aux
Le recours massif au télétravail et la mise en place de mesures de distanciation
ont fragilisé le vivre­ensemble et l’efficacité collective salariés décrocheurs
I
l n’y a pas qu’à l’école qu’il y a des décrocheurs. Des

D
epuis quelques se­ par plusieurs mois de télétravail sera indispensable d’être au bu­ salariés ne veulent pas revenir », confie Régis Mulot,
maines, Jean­Claude massif et porteur de nombreux
L’annonce reau, estime Mme Dang Tran. Ce le directeur des ressources humaines (DRH) du
(qui témoigne sous le défis. Comment préserver la de l’allégement ne sera plus forcément nécessaire groupe biopharmaceutique Ipsen. Les responsables
couvert de l’anony­ cohésion de l’entreprise avec un pour certaines réunions. En revan­ d’entreprises comme les enquêtes réalisées auprès des
mat), directeur financier dans effectif dispersé façon puzzle ?
des dispositifs che, les temps de présence passés salariés le confirment, ces derniers sont nombreux à ne
une grande entreprise, reçoit des Comment s’assurer également sanitaires ensemble pourront être l’occasion pas souhaiter rejoindre leur lieu de travail.
messages de salariés impatients. qu’une fracture n’apparaisse pas de servir la cohésion d’équipe, la Plus d’un sur deux (56 %) s’inquiète du retour en entre­
« Nous faisons revenir très pro­ entre les salariés ayant accès au
a été une bonne transversalité, et d’organiser des prise, indique l’étude Malakoff Humanis, publiée le
gressivement nos équipes sur site télétravail et ceux qui poursui­ nouvelle pour ateliers permettant d’actionner de 25 juin et réalisée du 6 au 20 mai auprès de 2 970 salariés
et beaucoup aimeraient que les vent l’activité sur site ? l’intelligence collective. » du secteur privé.
choses s’accélèrent, constate­t­il.
les organisations La présence de l’ensemble des Ils mettent en avant une sécurité sanitaire insuffisante,
Ils voudraient quitter le 100 % télé­ Au cœur des réflexions collaborateurs sur site pourrait les contraintes de l’open space, les changements d’orga­
travail et retrouver pour au moins La capacité à mener des projets même devenir, à ses yeux, un nisation. Mais quelle que soit l’origine des réticences,
quelques jours la vie de bureau, collectifs est questionnée, alors de la vie de l’entreprise ». Chez Ma­ événement, célébré comme tel. la reprise, organisée jusqu’alors sur la base du volonta­
comme avant. » Problème, à ses qu’un roulement permanent a nutan, une entreprise de vente de « Ce serait un levier intéressant riat, devient progressivement obligatoire. « Les DRH ont
yeux : « Tout a changé. Un grand lieu dans les équipes entre sala­ mobilier de bureau, les espaces d’un point de vue managérial : la constaté que le volontariat ne permettait pas de faire revenir
nombre de collègues ne sont plus riés en distanciel et en présentiel. d’échange virtuel se sont multi­ venue de tous les salariés appar­ les salariés. Au tout début du déconfine­
là en même temps que vous, les « Le travail implique une dimen­ pliés, avec la volonté de « mainte­ tenait jusqu’alors à la routine de ment, très peu de salariés revenaient, ce
mails ont remplacé les discussions sion relationnelle et collaborative nir le lien social et d’avoir ainsi l’entreprise. Elle pourrait demain LE FAIBLE RETOUR  qui n’était pas surprenant. Mais ça s’est
autour d’un café… Les collabora­ qui a été fortement impactée du­ de bonnes bases pour la phase devenir un moment vraiment DES SALARIÉS  prolongé », explique Frédéric Guzy, direc­
teurs n’ont pas forcément cons­ rant cette période, note Maurice d’après », indique la directrice gé­ marquant pour les équipes. »  teur général d’Entreprise & Personnel.
cience que, protocole sanitaire Thévenet, professeur à l’Essec. nérale, Julie Dang Tran. françois desnoyers S’EXPLIQUE  Les responsables des ressources hu­
allégé ou pas, une partie de la con­ Une conférence Zoom n’est pas La « phase d’après » est désor­ maines ont donc changé les consignes.
vivialité a disparu. » forcément suffisante pour déve­ mais lancée. L’annonce de l’allé­ PAR LA PERTE  « Aujourd’hui, on est moins sur la gestion
De fait, les mesures de distan­
ciation ont complexifié les rela­
lopper la créativité ou pour conce­
voir collectivement des solutions
gement des dispositifs sanitaires
a été une première bonne nou­
LES CHIFFRES DU COLLECTIF  du risque Covid que sur celle de l’appré­
hension du retour sur site. On essaie un
tions entre salariés. « Durant les face à des situations difficiles. » velle pour les organisations. Mais PLUS QUE PAR  jour de retour obligatoire sur site, puis ce
premières semaines de déconfi­ Ces menaces qui pèsent sur le au­delà, ces dernières se sont mi­ sera deux, etc. jusqu’en septembre », té­
nement, ils n’ont par exemple pas collectif de travail sont aujour­ ses en quête de nouveaux leviers 88 % UN MANQUE  moigne Jérôme Friteau, le DRH de la
pu retrouver sur les plateaux cette d’hui au cœur des réflexions des d’action pour recréer du lien.
fluidité des échanges qui permet services des ressources humai­ Le retour progressif des collabo­ C’est le pourcentage de DRH D’INVESTISSEMENT Caisse nationale d’assurance­vieillesse.
Parmi les réticents, il y a les salariés
de s’entraider de manière infor­ nes. « C’est “la” préoccupation, rateurs est l’un d’entre eux. qui estiment que le télétravail en activité partielle et ceux dont le
melle », expose Elisabeth Péle­ confirme Benoît Serre, vice­pré­ représente un risque important travail n’a pas été qualifié d’« essentiel ». Pendant des se­
grin­Genel, architecte et psycho­ sident de l’Association nationale Nouveau souffle de perte du sentiment maines, les manageurs étaient au four et au moulin,
logue du travail. Qu’en sera­t­il des DRH. Nous devons nous Pour beaucoup d’entreprises, d’appartenance à l’entreprise, et leur priorité allait aux collaborateurs qui avaient une
avec l’allégement des dispositifs concentrer sur un défi de taille : c’est une condition sine qua non selon l’enquête de juin de importante activité.
sanitaires ? « On ne reviendra parvenir à reconstituer l’unité de pour apporter un nouveau souf­ l’Association nationale des DRH Ceux qui n’avaient plus l’obligation de se rendre au
pas directement à la situation l’entreprise. » Le sujet est d’autant fle au collectif. « Nous étions (ANDRH), analysée par BCG. bureau ont été isolés du collectif. « Il n’y a pas plus de
d’avant­crise, estime­t­elle. Beau­ plus sensible dans le contexte moins de 10 % dans les bureaux Ils sont également 88 % décrocheurs que d’habitude, mais le confinement a zoomé
coup de salariés se montrent très actuel de crise économique, es­ début juin et nous avons senti à considérer qu’il y a un risque sur des situations particulières qu’il a amplifiées, relativise
prudents dans leur rapport aux time M. Thévenet : « Les entrepri­ qu’il fallait remettre de l’énergie important de perte de cohésion Frédéric Guzy. Ainsi, la personne qui est en chômage partiel
autres et ne souhaitent pas per­ ses vont se retrouver face à un im­ dans un site manquant vraiment entre les télétravailleurs à 80 % de son temps quand son voisin l’est à 20 % sur une
dre, par un relâchement, le béné­ pératif de productivité. Ce qui im­ de vie », reconnaît Mme Dang et les autres salariés, indique même activité révèle une différence de performance et
fice de plusieurs mois d’efforts. » plique de disposer, en interne, Tran. L’entreprise a donc fait en l’ANDRH. d’implication », illustre­t­il.
A l’heure du déconfinement, d’une cohésion et d’un fort enga­ sorte que chaque salarié revienne Mais le faible retour s’explique davantage par la perte du
le vivre­ensemble est fragilisé. gement dans le travail. » plusieurs journées au bureau collectif que par un manque d’investissement. Le réseau
Affaibli par les règles de distan­ Comment, dès lors, redonner dans les semaines suivantes. A la 60 % Entreprise & Personnel constate ainsi auprès des grandes
ciation, il est aussi mis à l’épreuve de la force à l’esprit d’entreprise ? tête d’Eurécia, éditeur de logiciels C’est la part des entreprises entreprises que plus les mesures de sécurité sanitaires
Quelques réponses ont été ap­ RH, une PME de quatre­vingts qui envisagent d’avoir plus (roulement d’équipes, contacts directs interdits) limitent
portées durant le confinement. collaborateurs, Pascal Grémiaux d’un quart de leurs salariés en les interactions entre collaborateurs et la cohésion du col­
La période a été l’occasion de tes­ estime lui aussi « essentiel d’or­ télétravail, avec une moyenne lectif, moins les salariés reviennent durablement. Ils pas­
La période ter de nouveaux dispositifs pour ganiser un retour progressif des de deux jours par semaine, sent au bureau une fois ou deux pour, finalement, se
maintenir la notion de collectif. équipes. Rester trop longtemps en selon la même enquête. réinstaller chez eux. « Ces mesures sanitaires très restricti­
a été l’occasion A la MAIF, « les manageurs appe­ télétravail intégral pourrait ves qui accompagnent l’obligation de retour empêchent le
de tester de laient régulièrement tous les être dangereux pour notre dyna­ collectif de fonctionner », alerte M. Guzy.
nouveaux membres de leur équipe, explique mique collective ». 39 % Enfin, les véritables salariés décrocheurs du Covid sont
son directeur général, Pascal De­ Enfin, redéfinir le rôle joué par C’est la proportion de tous ceux qui, pendant le confinement, se sont interrogés
dispositifs pour murger. Pour ma part, j’adressais le lieu de travail commun pour­ télétravailleurs qui ressentent sur le sens de leur travail et ont réalisé soit qu’il ne leur
un message vidéo chaque se­ rait redonner de la vigueur à ce une dégradation de la qualité plaisait pas, soit que leur contribution au collectif n’était
maintenir la maine à nos huit mille collabora­ même collectif. « Nous devons du lien social, selon l’étude pas valorisante. Ceux­là plus que tous les autres freinent
notion de collectif teurs, afin de les tenir au courant nous demander quand est­ce qu’il Malakoff Humanis de mai. des quatre fers. Pourtant, on va les obliger à revenir. 

Après la crise, plus de télétravail, l’équité mieux maîtrisée, l’emploi en pointillé


Les Rencontres RH se sont tenues le 23 juin aux Jardins de Saint­Dominique, à Paris, pour tirer les leçons de la période du Covid­19

ganiser, communiquer, avant de des cols bleus aux cols blancs, des contexte du Covid et informer les geage pour entraîner tout le chiffre d’affaires, qui conditionnera
revenir sur la généralisation du travailleurs dits « essentiels » aux salariés de l’évolution de la situa­ monde vers une réussite collective, nos décisions, avec une priorité
télétravail imposée par le Covid. autres, de nouveaux clivages tion dans les différents pays », rap­ malgré les différents contextes », au maintien de l’emploi. Sur les
« Les renégociations des accords soient apparus liés aux situations porte le DRH Régis Mulot. explique M. Friteau. Le spécialiste fonctions support, il y a peut­être

L es entreprises sortent
d’une période inédite :
outre le télétravail large­
ment expérimenté et débattu de­
puis le 16 mars, les pratiques RH
de télétravail sont au cœur des su­
jets des DRH », affirme Christine
Caldeira, la secrétaire générale de
l’Association nationale des DRH.
« On va tous les renégocier », con­
de travail incomparables.
Le contexte du Covid a aussi accé­
léré les processus. « Carrefour, qui
auparavant exigeait qu’on voie les
intérimaires en présentiel avant de
« S’appliquer ce qu’on prescrit »
Mais, en parallèle de la cohésion
gagnée pour prendre des déci­
sions, des tensions naissaient sur
de la formation Cegos a logique­
ment aussi misé sur la formation
professionnelle : « On essaie de
s’appliquer ce qu’on prescrit. Un
tiers des salariés a été envoyé en
des choses qui nécessitent plus
ou moins d’investissements. Par
ailleurs, la contrainte sur la mobi­
lité internationale ouvre de nouvel­
les pistes de réflexion », explique
ont été bousculées avec la gestion firme Frédérique Durand, la DRH les embaucher, y a renoncé », illus­ les questions d’équité. « Là où il formation », témoigne le DRH Jean­Marie Lambert. « Les accords
du Covid­19. Une quinzaine de de l’Imprimerie nationale. Veolia, tre Pascal Lorne, le PDG de la plate­ existe une culture du dialogue, Christophe Le Bars. de performance collective ? Ça
responsables des ressources hu­ par exemple, est déjà passé à un forme d’intérim Gojob. « Le Covid a les tensions liées aux inégalités se Mais sur la question de l’emploi, monte doucement », a conclu Mat­
maines se sont retrouvés mardi jour de télétravail par semaine de­ créé une cohésion dans l’émotion sont exprimées dès le confine­ les DRH ont été moins diserts. « On thieu Pavageau. 
23 juin aux Jardins de Saint­Do­ puis la réouverture des écoles, et pour prendre des décisions dans un ment », rapporte M. Pavageau. va d’abord mesurer l’impact sur le anne rodier
minique à Paris, pour échanger « on verra en septembre si on le contexte inconnu, en s’appuyant « L’égalité de traitement a été for­
sur leur expérience de la crise, à maintient », précise Jean­Marie sur la connaissance technique et tement percutée, confirme Jé­
l’occasion des Rencontres RH, Lambert, le DRH du groupe. Les stratégique », poursuit Matthieu rôme Friteau, le DRH de la Caisse ¶
un rendez­vous mensuel de ré­ débats sont ouverts et l’avenir Pavageau, directeur technique et nationale d’assurance­vieillesse Ont participé aux Rencontres RH du 23 juin : Marion Azuelos, DRH de
flexion sur l’actualité du manage­ s’annonce hybride pour beau­ scientifique de l’Agence nationale (CNAV). Certains salariés étaient BNP Paribas Asset Management ; Christine Caldeira, secrétaire générale
ment, organisé par Le Monde en coup de salariés, partagés entre le pour l’amélioration des condi­ équipés, d’autres non, certains tra­ de l’Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) ;
partenariat avec Leboncoin. travail sur site et à domicile. tions de travail. Pour le groupe vaillaient en présence de leurs Noëlle de La Loge, DRH de la Réunion des musées nationaux-Grand Palais ;
Leurs leçons de cette période « Mais quel que soit le poids du té­ pharmaceutique Ipsen, face à l’in­ enfants, d’autres non, certains Cécile Desrez, directrice RH de CFAO ; Frédérique Durand, DRH de l’Impri-
ont révélé quelques surprises sur létravail demain, en management, connu, le choix a été de prendre avaient de la place, d’autres non. » merie nationale ; Jérôme Friteau, DRH de la Caisse nationale d’assurance-
des sujets qu’ils n’avaient pas on a beaucoup parlé de prise de dé­ tout de suite des décisions fermes Comment maintenir l’équité en­ vieillesse ; Emmanuelle Greth, DRH de Guerlain ; Jean-Marie Lambert, DRH
anticipés : l’égalité de traitement cision plus rapide et d’aplatisse­ et de s’y tenir : « Pas de chômage tre les salariés, alors que leurs du groupe Veolia ; Christophe Le Bars, DRH de Cegos ; Pascal Lorne, cofon-
des salariés, l’apparition de nou­ ment de la hiérarchie. La question technique, mais une mise en place conditions de travail étaient deve­ dateur de Gojob ; Régis Mulot, DRH d’Ipsen ; Kim-Xuan Nguyen, directrice
veaux clivages cols bleus­cols est comment rebondir là­dessus », de programmes de formations lon­ nues très différentes à cause du marché emploi Leboncoin ; Matthieu Pavageau, directeur technique et
blancs et la disparition d’anciens s’interroge Marion Azuelos, la gues sur dix semaines. Notre pré­ confinement ? « La question pour scientifique de l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions
clivages entre DRH et salariés. DRH de BNP Paribas Asset Mana­ sence en Chine nous avait permis les manageurs a été de savoir com­ de travail (Anact) ; Albane Prieto, directrice du recrutement permanent chez
Les DRH présents ont évidem­ gement. La crise a accéléré les pri­ d’observer comment ça se passait et ment aider suffisamment les sala­ Robert Half ; Sibylle Quéré-Becker, directrice des relations sociales d’Axa
ment témoigné de la « formidable ses de décision, renforcé la cohé­ cela a facilité l’anticipation. On a riés pour reconstituer le collectif France ; Matthieu Rivière, responsable du recrutement chez Devoteam ;
capacité d’adaptation de leurs sion des dirigeants et la solidarité créé une webradio pour raconter à travers l’équité et la justice. On a, Anne Rodier, journaliste, Le Monde ; Vincent Roux, DRH de la Ligue de
équipes », pour se mobiliser, s’or­ au sein de l’entreprise, bien que, l’adaptation de chaque métier au par exemple, suspendu le bad­ football professionnel (LFP) ; Gilles van Kote, directeur délégué, Le Monde.
20 | horizons 0123
JEUDI 2 JUILLET 2020

L
a mort l’escorte depuis trop long­
temps. Il serait peut­être temps
de s’en débarrasser… Des fenêtres
de sa maison, Sophie Rollet a vue
sur le monument aux morts de
Geney, bourgade du Doubs de
146 habitants. Gravée dans la pierre, en hom­
mage aux gars du coin victimes des deux
guerres mondiales, l’inscription rituelle :
« Geney – A ses enfants, morts pour la patrie ».
Et puis, il y a son mari, Jean­Paul, fauché à
l’été 2014, qui n’était pas un enfant de Geney ;
mais sa veuve, elle, a gagné sa guerre.
Sophie Rollet arbore en permanence un
curieux sourire, un rictus plutôt, celui d’une
femme de 46 ans, seule depuis six ans, plus
dupe de grand­chose. Sur un ton égal, d’une
voix où ne perce aucune émotion, elle confie :
« Depuis la mort de Jean­Paul, combien de fois
je me suis dit que je livrais un combat perdu
d’avance… On peut dire que j’ai été la chieuse. »
Par où commencer ? Elle a connu tant d’épi­
sodes, cette histoire hors norme, portée par
une mère de trois enfants, sans emploi,
convaincue contre la terre entière que le décès
de son mari dans un accident de la circulation
n’était pas le fait de la fatalité. Menant sa
propre enquête depuis un bureau aménagé
au rez­de­chaussée de sa maison, avec pour
unique arme un antique ordinateur, elle est
parvenue à mettre au jour un scandale poten­
tiel, susceptible d’ébranler la firme amé­
ricaine Goodyear, troisième fabricant
mondial de pneumatiques, près de 4 mil­
liards de dollars de chiffre d’affaires annuel…
L’affaire est digne d’un scénario de film, un
remake à la française d’Erin Brockovich, seule
contre tous, par exemple. L’analogie est évi­
dente : en 2000, le long­métrage de Steven
Soderbergh racontait le combat d’une
chômeuse, avec trois enfants à charge, prête à
défier une toute­puissante compagnie

Sophie Rollet,
américaine. Le point de départ de l’histoire,
transcendée par l’interprétation de Julia
Roberts ? Un accident de la circulation…

« SINCÈRES CONDOLÉANCES »
Vendredi 25 juillet 2014. Il fait beau à Geney,
presque trop chaud. Les trois enfants du cou­

« seule contre tous »


ple Rollet prennent le soleil dans le jardin. Si­
tué sur une placette dans le haut du village, le
vaste corps de ferme où vivent Sophie et Jean­
Paul est confortable. Dire que c’était une qua­
si­ruine lorsqu’ils l’ont acheté, en octo­
bre 2004… La journée se présente bien, les va­
cances approchent, Jean­Paul, avec lequel elle
vit depuis 1996, ne va pas tarder à rentrer. Il est
parti pour sa tournée, à 4 heures du matin, Dans le Doubs, cette mère de famille enquête depuis six ans pour élucider
provoquant les ronchonnements habituels
d’un voisin irascible, prompt à sortir son fu­ les circonstances de la mort de son mari, chauffeur routier décédé dans
sil… Employé par la Franc­Comtoise de carbu­
rants et combustibles (F3C), Jean­Paul Rollet li­ un accident, en 2014. Sa cible : des pneus Goodyear possiblement défectueux
vre de l’essence dans toute la région au volant
de son gros camion­citerne blanc. Comme
d’habitude, ce matin, elle lui a glissé les mots
qui comptent – « Tu es prudent, tu m’appel­
les… » –, pendant qu’il faisait, comme toujours, contrôle, a traversé le terre­plein central, sement blessé, alors qu’il inspectait son multiplier les démarches auprès du peloton
un tour d’inspection de son poids lourd. Tous pulvérisant les glissières de sécurité métalli­ camion, par l’explosion de l’un de ses pneus. motorisé de Villars­sous­Ecot, rien à faire, ils
deux pensent déjà au week­end festif en pré­ ques avant de s’encastrer dans la cabine de Dès le départ, les écueils pullulent. Valérie se sont comme volatilisés. Déjà qu’on lui
paration. Sophie a invité la famille pour célé­ Jean­Paul Rollet. Le choc, d’une violence Bonduelle, maire adjointe de Geney, mais avait refusé l’accès au corps – « Ils avaient
brer les 8 ans de Jérémy, le petit dernier. « La inouïe, a tué sur le coup les deux routiers. surtout fidèle amie, l’atteste : « Il y a eu telle­ scellé son cercueil avant. » Elle apprendra plus
fête d’anniversaire s’est transformée en veillée L’enquête en flagrance menée par les gen­ ment d’obstacles, c’est incroyable… Rien que tard que les photos avaient en réalité été
mortuaire », résume­t­elle aujourd’hui. darmes établit rapidement la cause du pour récupérer l’acte de décès, eh bien, ça a pris détruites par les gendarmes. « Dans leur
Affairée dans sa cuisine, Sophie Rollet pré­ drame : le pneu avant gauche du camion de trois semaines. Et c’est comme ça sans arrêt, esprit, c’était sans doute pour me protéger »,
pare des gâteaux, un œil sur le « 13 heures » de Pascal Rochard a éclaté, transformant le cette histoire. Mais Sophie est si pugnace. » déduit­elle. A en croire les constatations
TF1. Soudain, sa vie bascule. Le présentateur, véhicule en bombe roulante incontrôlable. Pugnace ? Le mot est faible pour décrire cette effectuées sur place et le rapport d’autopsie,
Jacques Legros, annonce, en fin de journal, Dans son édition du lendemain, le quotidien personnalité obstinée, voire têtue. A 20 ans à ces images devaient être insoutenables.
un grave carambolage impliquant plusieurs régional L’Est républicain relate les faits, en « RIEN QUE POUR  peine, malgré les regards de travers, n’a­t­elle En 2015, la lecture du procès­verbal synthéti­
poids lourds sur l’autoroute A36, sans plus de concluant qu’« il n’y aura peut­être jamais RÉCUPÉRER L’ACTE  pas été l’une des premières femmes à sant l’enquête des gendarmes, dans lequel elle
détails. La jeune femme est comme fou­ d’explication ». Sophie Rollet, elle, en veut intégrer le corps des sapeurs­pompiers, à détecte « des incohérences », achève de la
droyée. « C’est papa », hurle­t­elle, une tasse une, d’explication. Loin de se complaire dans DE DÉCÈS, ÇA  Lyon ? L’expérience a tourné court : « J’ai convaincre : manifestement, elle ne pourra
de café à la main. « Je ne sais pas comment l’ex­ ce rôle de veuve éplorée que le village sou­ dénoncé l’acharnement sur les femmes, j’ai compter que sur elle­même pour faire avan­
pliquer, mais j’ai compris tout de suite que haiterait la voir endosser, la tout juste qua­ A PRIS TROIS  subi des brimades », note­t­elle froidement. cer l’affaire. « En septembre 2015, se souvient­
c’était Jean­Paul », dit­elle. Elle tente de le join­ dragénaire est vite persuadée qu’« il y a un elle, ç’a été violent, parce que j’apprends à la
dre sur son portable, sans succès, puis télé­ truc qui ne va pas ». Là encore, elle serait bien
SEMAINES. ET  DES NUITS D’ENQUÊTE fois la destruction des photos et le classement
phone au siège de F3C. « Et là, on me répond : en peine de dire pourquoi. Clément, son fils C’EST COMME  Elle ne lâche rien, jamais. Elle aurait tant sans suite de ma plainte. » De fait, le 5 septem­
“Sincères condoléances, Mme Rollet.” Comme aîné, 19 ans, y voit la marque d’un don parti­ aimé, par exemple, récupérer le téléphone bre 2015, le procureur de Besançon a classé
ça. On ne m’avait pas prévenue, alors que tout culier : « Notre mère a toujours eu la faculté ÇA SANS ARRÊT,  portable de Jean­Paul, parce qu’il contenait l’affaire pour « infraction non caractérisée ».
le monde savait déjà autour de moi, la rumeur de sentir les choses. Quand on était petits, si les photos du dernier week­end de bonheur Sophie Rollet ne s’explique pas pourquoi le
s’était propagée dans le village. » on avait fait une bêtise, je ne sais pas CETTE HISTOIRE » familial. Les gendarmes n’en ont pas la trace. parquet ne semble pas avoir tenu compte du
A 9 h 08 très précisément, Jean­Paul Rollet, comment, mais elle le savait, elle le sentait. » VALÉRIE BONDUELLE Alors Sophie Rollet va déverser sur une rapport d’expertise soulignant que l’éclate­
53 ans, a trouvé la mort sur une portion mon­ Passé les premiers mois, au cours desquels maire adjointe vieille bâche le contenu de la benne à ordures ment du pneu pouvait avoir pour origine son
tante de l’A36, à moins de 10 km de chez lui. elle est submergée par les formalités, So­ de Geney (Doubs) où ont été déposés les débris ramassés sur « recreusage », en décembre 2013, par une
Après une première livraison de carburant, il phie Rollet va se lancer dans une bataille ho­ l’autoroute. Des heures d’une fouille maca­ entreprise du Doubs spécialisée dans la réno­
repartait se ravitailler dans un dépôt pétrolier mérique afin d’éclaircir les causes du décès bre pour finalement exhumer le téléphone, vation des pneumatiques. Lancée dans une
proche de Mulhouse lorsqu’il a été percuté de de son mari. « Sa mort ne s’inscrit pas dans mais en trois morceaux, donc inexploitable. offensive tous azimuts, elle bombarde de
pleine face par un poids lourd arrivant en mon esprit », dit­elle. Cette épreuve réveille Sophie Rollet débute sa quête de la vérité courriels gendarmes et magistrats, sollicite un
sens inverse, la remorque lestée de neuf voi­ en elle un traumatisme ancien : son père, par la recherche des photos de son mari pri­ avocat, Me Philippe Courtois, basé à Bordeaux
tures neuves. Le véhicule en cause, dont le lui­même chauffeur routier, avait dû mettre ses par les gendarmes sur les lieux du drame. et spécialisé dans la défense et l’indemnisa­
conducteur, Pascal Rochard, 44 ans, a perdu le un terme à sa carrière après avoir été sérieu­ Las, ces clichés sont introuvables. Elle a beau tion des victimes d’accidents corporels… Sur­
0123
JEUDI 2 JUILLET 2020 horizons | 21

Sophie Rollet, chez elle,


à Geney (Doubs), le 22 juin.
RAPHAËL HELLE/SIGNATURES
POUR « LE MONDE »

semé l’émoi dans la commune. « C’est vrai C’est alors qu’elle adresse un courriel au pert en pneumatiques. En 66 pages, celui­ci
que l’intégration, ici, c’est compliqué », glisse Monde, comme un appel au secours. Recen­ décrit minutieusement le mécanisme ayant
diplomatiquement Valérie Bonduelle. Venus sant une série d’accidents dus, d’après elle, à conduit au drame du 25 juillet 2014. S’il blan­
de l’Oise, les Rollet ont toujours été perçus des pneus Goodyear, elle écrit ceci, le chit totalement l’entreprise qui avait ré­
comme des corps étrangers. « C’est très parti­ 3 février 2016 : « Je ne vois pas comment le sys­ nové le pneu en décembre 2013, l’expert met
culier. Les gens comme nous, qui viennent tème judiciaire actuel pourrait faire vite et cen­ directement en cause le fabricant. Le pneu,
d’ailleurs, sont mal vus par certains », traliser mes éléments. Je suis apparemment la sorti de l’usine luxembourgeoise de Good­
confirme Sophie Rollet. D’ailleurs, elle a seule à avoir fait tous ces liens, j’avoue avoir year en février 2011, présente, selon lui,
refusé que son mari soit enterré au cime­ l’impression de tenir une bombe entre les « plusieurs anomalies affectant sa fabrica­
tière local. « Pas question, j’ai préféré le faire mains dont je ne sais trop que faire. Aussi, un tion ». M. Duc dénonce ainsi « des liaisons in­
incinérer, et je n’ai dit à personne où sont les regard, une suggestion, seraient appréciables. » suffisantes et défectueuses entre les éléments
cendres !, s’exclame­t­elle. On n’a jamais été Ce texte est le début d’une longue corres­ assemblés, des défauts liés aux manuten­
acceptés, Jean­Paul n’avait rien à faire dans ce pondance, avec ses moments d’espoir, mais tions et au stockage, des irrégularités et des
cimetière. » Et puis, dans cette ambiance bal­ aussi de doute, comme ce 4 juillet 2018, où défauts de positionnement dans les plis cein­
zacienne, il faut aussi faire avec la jalousie. elle envoie au journal ce sombre message : ture ». Evoquant les rappels produit effec­
D’ailleurs, après l’avoir révélé, Sophie Rollet « Bonjour, à quelques jours de la date anniver­ tués par Goodyear, l’ingénieur déplore « des
nous prie de ne pas publier le montant – saire de l’accident de l’A36, soit près de qua­ retraits vraisemblablement insuffisamment
pourtant dérisoire, au regard du préjudice tre ans après les faits, je mets un point final à ciblés, puisque l’on retrouve les mêmes symp­
subi – des indemnités versées par les assu­ mes recherches… » Elle n’en fera rien. « J’ai pris tômes caractéristiques de séparation et
rances : « Ça ferait encore trop de jaloux… Et mes enfants, séparément, et je leur ai d’éclatement pour les pneus dont le DOT se si­
puis, c’est l’argent de la mort, du sang. » demandé si je devais continuer. Et mon fils tue entre 2011 et 2013 » – le DOT (pour De­
Claquemurée dans son bureau, à l’abri des aîné m’a dit : “Maman, tu nous as toujours partment of Transportation) est le mar­
mesquineries, Sophie Rollet cherche donc. Et appris à aller au bout.” Alors j’ai continué. » quage indiquant l’âge et l’origine d’un pneu.
trouve. Depuis le début, elle focalise ses inves­ Depuis la fin 2016, Sophie Rollet est aussi
tigations sur le pneu à l’origine de l’accident, un peu moins seule. La justice a enfin ac­ GOODYEAR RÉFUTE TOUTE RESPONSABILITÉ
un Goodyear, très précisément le modèle cepté d’enquêter : en se constituant partie En clair, à en croire l’expert, qui valide ainsi la
Marathon LHS II. Or, au moment même où civile, le 11 octobre 2016, Me Courtois a con­ thèse à laquelle s’accroche Sophie Rollet de­
elle apprend le classement sans suite du dos­ traint le tribunal de Besançon à ouvrir une puis 2015, Goodyear aurait laissé en circula­
sier, Sophie Rollet exhume du tréfonds du instruction. C’est qu’au fil des mois Sophie tion pendant des années des pneus compor­
Web un rapport du Bureau d’enquêtes sur les Rollet a collecté une masse impression­ tant de graves défauts de fabrication, suscep­
accidents de transport terrestre (BEA­TT), nante d’informations. « C’était un travail de tibles d’avoir provoqué une série d’accidents
daté de septembre 2013, analysant une colli­ fou, acquiesce­t­elle. Il n’existe aucun fichier mortels impliquant des camions. Peut­être
sion survenue deux ans plus tôt sur l’A9, dans d’accidents, aucune statistique de la sécurité certains poids lourds en sont­ils d’ailleurs
l’Hérault. Le drame, qui avait fait deux morts routière, aucune centralisation, en France toujours équipés en 2020…
et deux blessés graves, ressemble étrange­ comme ailleurs en Europe. » Sophie Rollet n’est pas près d’oublier
ment à celui de l’A36. Là aussi, un poids lourd, La plainte contre X pour « homicide l’émotion qu’elle a ressentie lorsqu’elle a
pneu avant gauche éclaté, avait traversé le ter­ involontaire » rédigée par Me Courtois est pris connaissance de l’expertise. « J’ai pleuré,
re­plein central avant de percuter un camion. « CETTE AFFAIRE,  sans ambiguïté. « Des fautes et manque­ j’ai remercié mes enfants… Je suis toute seule,
Le pneu en question ? Un Marathon LHS II. FINALEMENT,  ments ont été commis », assène l’avocat, depuis si longtemps, à ramer à contre­
avant de dresser l’accablant inventaire des courant, et ce rapport me dit : “Vous avez
« L’IMPRESSION DE TENIR UNE BOMBE » COMME ME L’A  « accidents corporels, impliquant des poids raison.” » Elle va enfin pouvoir « passer le
Toujours à la rentrée 2015, un autre accident lourds, dont la cause est une avarie de pneu­ relais », comme elle dit. A la presse, mais
grave (2 morts) survient sur l’A36. En cause, CONFIÉ UN JOUR  matique », entre 2010 et 2015. Une liste éta­ surtout à la justice. « Je veux me libérer
tout, elle multiplie les recherches sur Internet encore une fois, l’éclatement du pneu avant blie par son opiniâtre cliente. Au total, en six d’un poids. Ai­je fait tout cela pour lui,
sans jamais quitter son bureau. « J’ai décidé de gauche d’un poids lourd chaussé en Good­
UN LIEUTENANT  ans, 76 accidents, pour un bilan terrible : Jean­Paul, ou pour moi ? »
trouver les réponses toute seule. Internet, c’est year. Des Marathon LHS II ? « Les photos ne DE GENDARMERIE,  56 morts, 142 blessés. « Il est édifiant de rele­ De son côté, la direction de Goodyear fait
formidable, même si le réseau passe mal ici, ça m’ont pas permis de l’établir avec certitude », ver que la plupart de ces accidents sont dus à savoir au Monde qu’elle réfute toute respon­
marche mieux la nuit », raconte­t­elle. regrette Sophie Rollet, habituée à C’EST L’ÉQUIVALENT  l’éclatement d’un pneumatique de marque sabilité dans l’accident du 25 juillet 2014.
Face à l’écran de son ordinateur, au­dessus décortiquer sous tous les angles, en les Goodyear », écrit Me Courtois. « Il est par « Nos équipes techniques ont examiné le
duquel trônent quelques photos de la petite agrandissant au besoin, les photos des DU MEDIATOR DANS  ailleurs éloquent, conclut­il, qu’une campa­ pneumatique et pu constater des signes
famille au temps des jours heureux, Sophie crashs piochées sur le Net ou récupérées LE TRANSPORT  gne de rappel de la gamme des pneumati­ évidents d’un choc accidentel ayant entraîné
Rollet s’esquinte les yeux des heures durant à auprès de photographes de presse. ques précisément référencés Marathon LHS sa détérioration, il n’y avait pas d’éléments
la recherche d’indices. En surplomb, sur l’éta­ Persuadée d’être sur la bonne piste, il lui ROUTIER » ait été faite. La raison de cette campagne particuliers en lien avec sa fabrication. » La
gère, un modèle réduit semble veiller sur elle : reste à étayer son intuition. Alors, l’ancienne tient à l’identification de problèmes, lesquels firme assure que le pneu en cause « n’a
SOPHIE ROLLET
la réplique du camion­citerne de Jean­Paul. assistante maternelle se mue en détective. demeurent indéfinis, et pour cause : aucune jamais fait partie d’un programme
plaignante
Sophie Rollet enquête sans relâche, week­ « C’est une vraie enquêtrice, elle fait un peu vo­ investigation n’a été faite sur ce point. » d’échange, qui portait sur une autre généra­
ends inclus, plusieurs heures par jour, ou tre travail !, lance, amusée, Valérie Bonduelle. tion de produits, d’une autre dimension ».
plutôt par nuit. Elle traque chaque accident Elle est maligne, ses questions sont toujours L’EXPERTISE QUI CHANGE TOUT L’avocat de Sophie Rollet a demandé à la
de la circulation provoqué par des pneus, en très bien emballées pour ne pas effrayer ses En mai 2017, une juge d’instruction, Marjo­ juge la mise en examen du manufacturier.
France, puis bientôt dans toute l’Europe interlocuteurs, du style : “Vous ne pensez pas laine Poinsard, est désignée. Pourtant, So­ « Le dossier ne peut s’arrêter là, constate
selon un modus operandi immuable. « Tous que, peut­être…” Elle est très forte ! » phie Rollet n’est pas au bout de ses peines ni Me Courtois. Ce n’est pas une affaire d’argent
les matins, je me lève à l’aube, je lance mon Sophie Rollet répertorie tous les accidents de ses investigations. Car si son avocat ob­ pour ma cliente, elle se bat pour la mémoire
café, je m’installe à mon poste, et j’attaque ! Je de ce type en France, puis en Suisse, en Belgi­ tient de la magistrate de faire procéder à une de son mari, mais pour les autres, aussi. Ce
tape dans les moteurs de recherche “accident que, enfin dans l’Europe entière. « Parfois, nouvelle expertise, voilà que le pneu en n’est évidemment pas un hasard, cet accident,
camion” ou “accident poids lourd”, parfois c’était compliqué, à cause de la langue », cause a disparu ! C’est seulement fin et il se peut que ces pneus circulent encore. On
j’ajoute “pneu”. Je cherche les occurrences les admet­elle. Pas grave, Google traduction août 2018 que le tribunal parvient à le locali­ aurait pu éviter tant de drames, de morts. »
plus récentes, je fouille aussi les archives vient à sa rescousse. Une fois l’accident sus­ ser, caché parmi des scellés… Une nouvelle Impressionné par la ténacité dont sa cliente
des journaux régionaux. » Elle s’interrompt pect repéré, l’enquêtrice de Geney attend que expertise est ordonnée, fin 2018. De son a fait preuve toutes ces années, l’avocat dit
un instant et lâche : « Je sais, se lever à 3 heu­ le jour se lève et téléphone, envoie des cour­ côté, Sophie Rollet, entre agacement et abat­ son soulagement : « Personne ne croyait en
res du matin pour regarder des accidents riels à tour de bras, au bluff, à des gendarmes, tement, continue d’amasser des informa­ elle, on l’a prise pour une folle. »
sur Internet, ça a un côté morbide. » des magistrats, des journalistes… Lorsque tions, c’est plus sûr. Il y a cette énième colli­ Non, Sophie Rollet n’était pas folle, et les
l’un d’eux accepte de lui répondre, elle sion sur l’A36, en juillet 2018, tout près de Geneys ne vont pas être les seuls à l’appren­
SÉRIE NOIRE POUR LE MARATHON LHS II demande des précisions sur les faits, tente l’endroit où son époux a trouvé la mort : en­ dre car, Me Courtois n’en doute pas, « on va
Sa quête devient obsessionnelle, et ses pro­ d’identifier le pneu incriminé. « Tous les jours, core une fois, un poids lourd, victime de passer d’un drame individuel à un scandale
ches s’en inquiètent. « C’est vrai qu’à un je fais ma revue de presse des accidents, et j’im­ l’éclatement d’un pneu, a traversé l’auto­ international ». En attendant, le moment est
moment j’avais l’impression qu’elle était prime tous mes échanges, résume­t­elle. Mais route pour venir fracasser des véhicules sur peut­être venu de cesser de passer ses nuits
obnubilée et qu’elle ne voyait même plus ses en­ je reste la veuve, la mauvaise personne, qui l’autre voie (un mort, trois blessés graves). sur son ordinateur. Elle, qui se qualifie de
fants, se souvient Valérie Bonduelle. Je me suis manque d’objectivité. » Elle contacte des fabri­ Ou encore ce procès, passé inaperçu, au « petite fourmi » ou de « petite bonne femme »,
dit : “Mais jusqu’où elle va aller ?” » Au village, cants de pneus, les syndicats de routiers, la tribunal de Mâcon, en novembre 2018 : s’inquiète : « Attaquer de front Goodyear, je ris­
on jase sur la « veuve Rollet ». Son activisme commission de sécurité des consommateurs Goodyear jugé pour un accident lié à l’ex­ que ma maison, c’est pour ça que j’ai travaillé
agace. « Globalement, ici, les gens n’ont pas à la répression des fraudes, le ministère des plosion du pneu d’un poids lourd, à l’origine dans l’ombre. » Ce qu’elle a vécu l’a marquée
compris mes démarches, assure­t­elle. Les gen­ transports et même Emmanuel Barbe, d’un accident mortel sur l’A6, en 2012. Le par­ au plus profond. « J’ai subi tant de pressions,
darmes eux­mêmes me disaient : “Arrêtez avec délégué interministériel à la sécurité routière quet requiert une amende de 225 000 euros rappelle­t­elle, y compris familiales… Je me suis
ces recherches de documents, pensez à vos en­ entre 2015 et 2020… En vain : « Je n’ai jamais eu contre le géant américain, accusé d’avoir sentie très seule contre tous. » Décidément, on
fants.” » Un ami du couple, ex­gendarme aucun retour, de personne. » mis en service un pneu défectueux, mais le en revient toujours à Erin Brockovich.
aujourd’hui à la retraite, a bien tenté de la « rai­ Poursuivant son combat solitaire, elle finit tribunal prononcera une relaxe. Sophie Rollet grimace. Elle n’est pas cer­
sonner », mais ça a failli s’envenimer. Alors, par découvrir que Goodyear, dans plusieurs Le 12 mars 2019, Sophie Rollet ne dissimule taine de se reconnaître dans le personnage
maintenant, quand ils se voient, ils évitent de pays, a procédé en catimini à des « rappels pro­ plus son découragement. « Est­ce que vous incarné par Julia Roberts : « J’ai vu le film.
parler de l’affaire. « C’est un peu le sujet tabou duits ». « J’ai par exemple trouvé des infos sur portez toujours un regard, un intérêt quel­ Moi, je pense plus à Irène Frachon, la lanceuse
entre nous, dit­elle. Des amis m’ont tourné le un forum allemand, avec des transporteurs conque sur la problématique que nous avi­ d’alerte. Parce que cette affaire, finalement,
dos. La plupart des gens ici voulaient me préser­ tchèques parlant d’un rappel produit que je ne ons pu évoquer précédemment ?, écrit­elle au comme me l’a confié un jour un lieutenant de
ver, en fait, et que je veuille à tout prix savoir ce connaissais pas », se remémore Sophie Rollet. Monde. Sans élément probant, je mettrais en gendarmerie, c’est l’équivalent du Mediator
qui s’était passé, ça, ils ne l’admettaient pas. » Se faisant passer pour une cliente lambda, elle sourdine (voire plus) mes espoirs de voir, un dans le transport routier. » Elle évoque le
C’est qu’à Geney on est assez « gilets jau­ va jusqu’à commander, avec succès, un pneu jour, le phénomène pris en compte par les long­métrage d’Emmanuelle Bercot consa­
nes » mais pas très #metoo, et encore moins « sous rappel », donc a priori interdit à la entités/autorités normalement concernées. » cré à l’affaire, La Fille de Brest, sorti en 2016.
George Floyd. Plus de 50 % des Geneys – le vente ! En novembre 2015, elle parvient à Et puis, alors qu’elle n’y croyait plus, l’ines­ « Quand je l’ai vu, ça m’a fait drôle, j’ai
nom des habitants – ont voté Marine Le Pen établir qu’un grave accident, survenu le péré survient. L’expertise qui change tout. reconnu les mêmes phrases, les mêmes
à la dernière présidentielle. Il y a quelques 11 septembre 2014 sur l’A49, est dû à l’écla­ Signée le 30 novembre 2019, mais versée au mots… En tout cas, c’était très bien. » « La Fille
années, la visite d’un homme noir – une tement d’un pneu Marathon. Son enquête dossier il y a quelques semaines, elle est de Geney », ce serait pas mal, aussi. 
connaissance des Rollet, justement – avait progresse, mais dans l’indifférence générale. l’œuvre de Christian Duc, un ingénieur ex­ gérard davet et fabrice lhomme
CULTURE
0123
22 | JEUDI 2 JUILLET 2020

Empaquetage par Christo de la statue


« Le Printemps », de Paul Niclausse,
ARTS le 14 février 1964, sur l’esplanade
du Trocadéro, à Paris.
dernier, qui les relie au dadaïsme.
Désaccord qu’il exprime à travers

S
amedi 14 mars, à quatre CENTRE POMPIDOU, MNAM-CCI BIBLIOTHÈQUE KANDINSKY, un pied de nez : un cheval à roulet­
jours de l’ouverture de FONDS SHUNK ET KENDER/DIST. RMN-GRAND PALAIS tes d’enfant, Néo­Dada emballé
l’exposition, l’accrochage (1963), de Raymond Hains, dont il
était prêt. Christo, trop a réalisé la maquette. Malgré son
affaibli pour faire le déplacement utilisation d’objets existants, il ne
jusqu’à Paris, avait rendez­vous s’est jamais non plus inscrit dans
avec la presse par visioconférence la lignée des ready­made de Du­
depuis son domicile new­yorkais, champ. Sa terminologie lui est
la veille du vernissage. Mais le propre : il parle d’empaquetages et
Centre Pompidou avait dû fermer non pas d’emballages. Le paquet
jusqu’à nouvel ordre. L’onde renvoie en effet à l’idée de voyage,
mondiale du Covid­19 est passée de balluchon, presque, pour lui qui
par là. Puis l’artiste est mort, di­ a connu l’exil et le départ impro­
manche 31 mai, à quelques jours visé, sans argent ni bagages,
de son 85e anniversaire. L’exposi­ quand l’emballage renvoie plus à
tion « Christo et Jeanne­Claude, la société de consommation, sur
Paris ! » ouvre finalement mer­ laquelle il ne fait pas de commen­
credi 1er juillet, orpheline. taires à travers son travail.
L’artiste ne voulait pas une
rétrospective, mais plutôt une Installations « temporaires »
découverte de la matrice créative Terminologie toujours, ses instal­
de ses débuts. Il a 22 ans quand il lations dans l’espace public sont
arrive, seul et apatride, à Paris, « temporaires » plutôt qu’éphé­
en 1958. Etudiant à l’Académie des mères : « L’éphémère est associé à
beaux­arts de Sofia, en Bulgarie, il l’art contemporain, or Christo ne
a réussi à fuir le bloc communiste voulait pas être associé au land
depuis Prague par l’Autriche, puis art, résume Sophie Duplaix, la
la Suisse jusqu’à Paris, capitale commissaire de l’exposition. Ses
des arts qu’il rêvait d’atteindre. Sa œuvres ne s’inscrivent pas dans la
ville d’adoption sera finalement durée, c’est un processus autre, en
New York, où il s’est installé dès deux phases : une première phase
1964. Les sept années parisiennes longue, pour porter un projet, où il
auront été un sas créatif détermi­ s’agit de s’inscrire dans la réalité de
nant dans l’évolution de sa la vie, de négocier, de prendre des
pratique. coups aussi ; puis un temps con­
Il gagne d’abord sa vie en centré, celui du don fait au public
peignant des portraits signés « Ja­ au nom de la joie et de la beauté. »
vacheff », son nom de famille. Une salle présente un autre
C’est grâce à ce travail alimen­ type de projet lancé à Paris avant
taire qu’il rencontrera Jeanne­ le départ définitif du couple pour
Claude : quelques mois après son New York : des devantures de
arrivée, la mère de celle­ci, ma­ magasin à l’échelle 1 ou en
riée au général Jacques de Guille­ modèle réduit, aux vitrines oc­
bon, l’invite au domicile familial cultées par du tissu ou du papier,
pour lui passer commande. Il éclairées de l’intérieur (l’une
montrera son véritable œuvre en d’entre elles, autre don récent de
construction à celle qui devien­ l’artiste, se trouve dans les collec­
dra sa « jumelle » (ils sont nés le tions permanentes du musée). Il
même jour, le 13 juin 1935) poursuivra ce travail autour de
pendant plus de cinquante ans l’empêchement du regard par des
(elle est morte en 2009) à la lu­ Store Fronts aux Etats­Unis, plus
mière minutée des chambres de minimalistes, en écho aux
bonne dans lesquelles il vit et tra­ recherches des artistes améri­
vaille : des murs remplis d’objets cains de l’époque.
empaquetés. Ce que, déjà, il signe L’exposition se consacre dans
de son nom d’artiste, son simple un deuxième temps à son projet
prénom. Christo deviendra parisien le plus spectaculaire :
« Christo et Jeanne­Claude », dès l’empaquetage du Pont­Neuf,

Les années parisiennes
lors que leurs collaborations (lui en 1985. Il s’agit là d’une « exposi­
à la création, elle à l’orchestration tion­dossier », modèle pédagogi­
des projets) viendront s’implan­ que que le couple a élaboré pour
ter dans l’espace public, à l’échelle chacun de ses projets majeurs
des villes ou des paysages. afin d’en préserver la mémoire.

de Christo et Jeanne­Claude
Elle retrace les dix années de son
Effets de matières histoire complexe, des prémices
C’est le cas dès juin 1962, à Paris, à sa réalisation. Soit un ensemble
rue Visconti. Pour la première de plus de 300 pièces, dessins et
fois, en réaction à la construction collages originaux, documents
du mur de Berlin qui le révolte, d’archives, études et éléments
Christo troque les boîtes de métal d’ingénierie, jusqu’à l’immense
qu’il empaquette façon inven­ Le Centre Pompidou rend hommage au duo new­yorkais maquette qui présenta le projet
taire contre des barils de pétrole aux Parisiens à travers les vitri­
usagés, modules qu’il empile dans la ville qui l’a vu éclore, au tournant des années 1960 nes de la Samaritaine. Des
jusqu’à barrer la rue étroite, une aspects les plus techniques à la
nuit, sans autorisation. Un « ri­ magie sensuelle du moment :
deau de fer » qui sera sa première une parenthèse immersive de
intervention monumentale, réa­ tiste au musée –, paysages lunai­ les tendant comme des peaux de rigidité sculpturale pour emballer deux semaines en accès libre,
lisée avec la complicité de Jeanne­ res qui font écho au travail de bête par des cordelettes.
L’artiste des portraits signés Javacheff captée par les photos de
Claude, l’année même de sa Dubuffet. Surtout, le vocabulaire Variant matières et attaches, ne voulait (ceux de Brigitte Bardot ou de Wolfgang Volz. On retrouve une
première exposition personnelle du paquet, dont les prémices laissant peu à peu le tissu brut, Jeanne­Claude), mais aussi des partie des cordages et du délicat
dans une galerie. semblent dater du passage gene­ brillant ou mat, rugueux ou
pas une corps : de femmes réelles ou de tissu beige doré utilisé, qui rappe­
A Paris, il s’imprègne des ten­ vois de l’artiste sur le chemin de soyeux, il saisit les contours d’ob­ rétrospective, statues dans l’espace public. lait la couleur de la pierre du pont
dances artistiques de l’époque. Il l’exil, se développe à Paris. Au jets du quotidien qu’il dérobe au Toujours en dialogue avec l’art et s’illuminait au soleil.
s’affranchit de la surface des ta­ début, Christo travaille d’ailleurs regard pour donner à voir leurs li­
mais plutôt de son temps, Christo reste irré­ Cet ensemble commence par la
bleaux comme du motif pour ex­ sur la surface de ces secondes gnes de force. Au tournant des an­ une découverte ductiblement à part, quitte à projection de Christo in Paris
plorer les effets de matières. L’ex­ peaux de papier ou de tissu opa­ nées 1960, Christo empaquette déconcerter. Proche des nou­ (1990), très savoureux documen­
position montre une série incon­ que qu’il donne aux objets, avec tout : landaus, poussettes, cha­
de la matrice veaux réalistes, mouvement taire des frères Albert et David
nue de toiles, Cratères, en trois di­ un aspect froissé, sali, presque riots de supermarché, panneaux créative fondé par le critique d’art Pierre Maysles qui permet de s’immer­
mensions (1960) – la plus grande momifié. Des Surfaces d’empa­ de signalisation… Il utilise des Restany en 1960, il conteste ger dans la « méthode » Christo et
est l’un des dons récents de l’ar­ quetage, qu’il met aussi à plat, en films plastique transparents à la
de ses débuts l’approche théorique de ce Jeanne­Claude pour défendre un
projet qu’ils savent aussi « sédui­
sant » que « provocant », et retrace
L’Arc de triomphe en ligne de mire la folle campagne d’influence pour
réussir à convaincre, et surtout
rassurer, le maire de Paris de l’épo­
c’est un rêve très ancien de Christo Quichotte des arts, artiste aux projets les deux tiers des grands projets du cou­ En parallèle de ces deux actualités que, Jacques Chirac, peu emballé…
et Jeanne­Claude qui devrait prendre presque impossibles à réaliser, presque ple, dont la force a été de ne jamais se dé­ parisiennes, le Musée Würth, en Alsace, « Tous nos projets temporaires
forme à la fin de l’été. Dès 1961, trois ans suicidaires économiquement, aux con­ courager, n’ont jamais abouti. a conçu une rétrospective des grands ont un caractère nomade, transi­
après leur rencontre, le duo avait com­ ditions matérielles folles, et nécessitant Christo aura savouré cette victoire projets du couple à travers dessins, col­ toire, ils sont en perpétuel mouve­
mencé à imaginer des projets urbains pour leur aboutissement de déployer sans Jeanne­Claude (1935­2009), mais il lages et maquettes de ses collections. ment, disait Christo. Ces œuvres
temporaires, et projetait d’empaqueter une énergie hors norme, pour la beauté se sera éteint avant de pouvoir décou­ Elle reviendra sur les portiques de ne sont visibles qu’une fois dans
un édifice public parisien. En 1962­1963, du geste. vrir son rêve de soixante ans enfin Central Park, les chemins flottants sur le une vie, mais restent gravées dans
Christo réalise un photomontage mon­ C’est le projet de cette exposition d’en­ exaucé. Mesures sanitaires imposées lac Iseo, en Italie, l’empaquetage du les mémoires. Cet aspect est essen­
trant la place de l’Etoile surmontée d’un vergure à Beaubourg qui est venu relan­ par le Covid­19 obligent, les dates d’em­ Reichstag à Berlin, du Pont­Neuf et des tiel dans notre démarche et
grand colis, projet que les visiteurs cer la machine : Christo, qui souhaitait paquetage ont été repoussées d’une an­ îles de la baie de Biscayne, en Floride, les rappelle un principe résolument
peuvent voir dans l’exposition du l’accompagner d’une nouvelle œuvre née pendant le confinement. L’œuvre, parapluies jumelés d’Ibaki et de Los humain : rien ne dure éternelle­
Centre Pompidou consacrée aux années dans l’espace public, a reformulé son as­ entièrement autofinancée, et qui néces­ Angeles et le rideau tendu dans la vallée ment, et c’est là toute la beauté de
parisiennes de l’artiste. piration, et le CMN (Centre des monu­ sitera 25 000 mètres carrés de tissu du Colorado. Egalement décalée par le la vie. » 
Christo refera un collage en 1989, car ments nationaux), chargé de l’Arc de argent bleuté et 7 000 mètres de corde confinement et s’adaptant au report de emmanuelle jardonnet
les rêves, toujours, sont entêtants chez triomphe, a donné son accord sans diffi­ rouge, sera visible pendant seize jours, la mise en paquet de l’Arc de triomphe,
le couple. Enfant, en Bulgarie, les frères culté. Il faut rappeler que les tractations du 18 septembre au 3 octobre 2021. Le elle sera visible à partir du 12 juillet, et Christo et Jeanne­Claude, Paris !,
de Christo le surnommaient « Don pour réussir à draper le Pont­Neuf, à Pa­ monument restera accessible pendant jusqu’à l’automne 2021.  au Centre Pompidou, Paris 4e.
Quichotte ». Il deviendra en effet un Don ris, en 1985, avaient pris dix ans, et que la durée du projet. e. j. Jusqu’au 19 octobre.
0123
JEUDI 2 JUILLET 2020 culture | 23

Hystérie collective dans la rue et sur la scène


LES GRANDES HEURES D’AVIGNON 3|6 En 1968, interdictions et échauffourées perturbent la 22e édition du Festival

B
éjart, Vilar, Salazar ! »
C’était en 1968, au Fes­
« L’atmosphère
tival d’Avignon. La rime était dure.
était facile et résonnait
méchamment pendant les
On attaquait
échauffourées qui faisaient du la police.
petit bois des chaises des cafés de
la place de l’Horloge. « Ce slogan a
La révolte était
énormément blessé Maurice, se partout »
souvient la danseuse Dominique
DANIEL LOMMEL
Genevois, interprète de Béjart au
danseur
Ballet du XXe siècle. Il revendi­
quait avec sincérité un art pour le
peuple, comme Vilar, et il était mis
dans le même sac que le dictateur layée dans Le Monde du
portugais, lorsqu’on ne le traitait 15 août 1968, il fait remarquer que,
pas en plus d’artiste bourgeois. » « compte tenu des circonstances, le
N’empêche que la formule de­ nombre des spectateurs était plus
meura, stigmatisant cet été avi­ important que celui de l’an
gnonnais dévasté où la danse em­ dernier ». Et déclare dans la fou­
porta le morceau. lée : « Nous avons frôlé souvent le
Envers et contre tout, alors que le danger et le pire pouvait arriver. A
Festival de Cannes avait abdiqué tort ou à raison, nous n’avons pas
devant les événements de Mai 68, cédé devant qui que ce soit, et nous
Jean Vilar maintient la 22e édition avons tenu nos engagements. »
de la manifestation. Avec deux « Paradise Pour réjouir le public dans ce
troupes internationales à l’affiche, Now », contexte troublé, un spectacle de
le Ballet du XXe siècle de Béjart, du Living Béjart est donné en plein air et
installé à Bruxelles, et le Living Theatre, gratuitement le 6 août sur le pont
Theatre, groupe américain légen­ en juillet 1968, d’Avignon. « Ceci pour de multiples
daire créé au début des années au Festival raisons, rappelle Vilar dans Le
1950 par Julian Beck (1925­1985) et d’Avignon. Monde. Et notamment rappeler
Judith Malina, associées à des KEYSTONE-FRANCE que, parmi les difficultés de tous
films et à des concerts. Un pro­ ordres, nous n’avons pas changé.
gramme court mais suffisant pour Bien sûr, nous sommes pris dans
susciter des conflits. une société de consommation
« Malheureusement, à l’excep­ mais, lorsque nous le pouvons,
tion de quelques courtes études et nous tenons à rappeler l’esprit po­
allusions journalistiques, peu a été pulaire de ce festival qui, je le pré­
écrit sur juillet 1968 à Avignon, cise à nouveau, est le meilleur mar­
raconte Emeline Jouve, maîtresse ché du monde. » Et pour pimenter
de conférences à l’université Tou­ la soirée chorégraphique, une dé­
louse­II, autrice du livre Avignon gustation d’aïoli combla le public.
1968 et le Living Theatre Quelques années plus tard,
(Deuxième époque, 2018). Pour­ Béjart témoignera ainsi dans le
tant, les tensions qui ont traversé livre Béjart. Le démiurge, d’Ariane
le festival, trop souvent réduites au Dollfus (Arthaud, 2017) : « Mai
statut d’anecdotes, rendent com­ 1968 fut un moment capital de
pte d’une hystérie collective. Il y l’histoire française. Mais juillet
avait les Avignonnais qui se plai­ 1968, ce fut une imposture. Ces en­
gnaient au maire de la façon dont les deux, de multiples passerelles. Concrètement, au début de la Un incident met le feu aux « Et le Living s’en alla avec les recet­ ragés, ce n’était que des acteurs mé­
les acteurs du Living se touchaient Béjart était admiratif de la compa­ manifestation, certains danseurs poudres. Un spectacle du jeune tes, pointe en riant Emeline Jouve. diocres, des artistes sans travail. »
et du bruit que faisaient leurs per­ gnie américaine. Il avait rencontré du Ballet du XXe siècle passaient Gérard Gelas, intitulé La Paillasse Ce qui fit aussi beaucoup parler. Quant à Vilar, qui meurt trois ans
formances, les gauchistes et les les acteurs lors de leur passage à dans la même soirée des pièces aux seins nus, que devait jouer Certains les traitant de voleurs et plus tard, il affirmait lors d’un en­
anars qui mettaient le bazar, mais Bruxelles, quelques mois aupara­ de Béjart aux performances du la compagnie avignonnaise du les autres de Robin des bois ! » tretien avec Bertrand Poirot­
aussi l’extrême droite qui était pré­ vant, et tissé des liens avec eux. Living auxquels ils participaient. Chêne noir, à Villeneuve­lès­Avi­ Delpech, le 27 juillet 1968, dans Le
sente. Ça bastonnait de tous les Dans le livre Béjart, d’Antoine « Nous étions sept ou huit à être sur gnon, est interdit. « Les acteurs Plus de 60 000 spectateurs Monde : « Il faut continuer le théâ­
côtés et c’était la confusion. On trai­ Livio (La Cité Editeur, 1970), le cho­ les deux fronts, se souvient Daniel bâillonnés de Gelas se sont re­ Maurice Béjart, solidaire de Jean tre jusqu’au moment où la collecti­
tait Vilar de “chien de communiste” régraphe confie : « Le Living nous Lommel. J’interprétais la Messe et trouvés sur le plateau de la Cour Vilar, va jusqu’au bout des dix­ vité le rend impossible, parce que je
et de “commerçant”. Mais certains a appris beaucoup, à nous tous, je filais ensuite jouer Antigone. d’honneur et celui du Cloître des neuf représentations avec un crois que c’est un moyen d’informa­
Avignonnais se retrouvaient aussi à tous les gens de théâtre. Nous ne D’un côté, c’était l’abstraction, et Carmes pour rappeler cette cen­ taux de remplissage à 100 % – soit tion, de réflexion. Je pense encore
à la piscine avec des comédiens du pourrons plus jamais compter de l’autre, une explosion physique. sure », explique Emeline Jouve. plus de 60 000 spectateurs au une fois que, s’il n’y avait pas eu le
Living et les danseurs de Béjart. » sans son passage. Et je crois que ce Du jamais­vu. J’ai beaucoup aimé Quelques jours après, l’interdic­ total. Pendant qu’une affiche festival, certaines gens qui ne sont
n’est pas uniquement moi, mais collaborer avec le Living. C’était tion de Paradise Now, du Living, claironne : « Non à la culture de pas protestataires n’auraient pas
« Une explosion physique » tous les directeurs de troupe, tous très bizarre, aussi bizarre que pour cause de « trouble à l’ordre papape », Vilar tient le cap vaille réfléchi sur les problèmes qui se po­
Dans la Cour d’honneur, six bal­ les metteurs en scène, je dirais l’époque que nous traversions public », envenime la situation. Le que vaille. Chaque jour, au Verger sent. Sur le nombre, il suffit pour
lets de Maurice Béjart, dont Messe même tous les artistes qui ont as­ mais très engagé politiquement. Living propose une représenta­ d’Urbain­V, où se déroulent les as­ moi qu’il y en ait seulement dix qui
pour le temps présent et Bhakti, sisté à un spectacle du Living, qu’ils On parlait des personnes qui ne tion gratuite et en plein air qui est sises du théâtre sur le thème « Le aient bien réfléchi. » 
étaient programmés ; au Cloître soient comédiens, chanteurs, dan­ pouvaient pas entrer dans un pays, aussi interdite par la mairie. De fil théâtre dans la société », il débat rosita boisseau
des Carmes, le Living, féru d’im­ seurs, doivent obligatoirement de la situation des Noirs aux Etats­ en aiguille, la troupe, qui avait dé­ avec les jeunes de la liberté d’ex­
provisation, proposait trois spec­ avoir subi une influence en voyant Unis… L’atmosphère était dure, à barqué dès mai à Avignon, repart pression, questionne « contesta­ Prochain article 1982, le Festival
tacles : Mysteries and Smaller Pie­ cette profondeur de sentiment et Avignon. On attaquait la police. dès le 28 juillet, avant la fin des tion et destruction »… Lors de sa « off » prend de l’ampleur
ces, Paradise Now, Antigone. Entre d’extériorisation par le geste… » La révolte était partout. » représentations prévue le 14 août. conférence de presse bilan, re­ et devient un marché

A Lyon, une ancienne usine trouve une seconde jeunesse


La résidence étudiante Les Sheds, à Vaise, joue habilement avec l’architecture industrielle d’origine, qu’elle souligne de bois et de béton

ARCHITECTURE tisanale, puis zone industrielle,


puis zone de friches, aujourd’hui
cette volumétrie singulière, ils
pouvaient inventer de nouvelles
teur du logement sont moins
contraignantes quand il s’agit de
sur les chambres où trois postes de
travail ont été installés. Des surfa­
diant, à vivre dehors, permettent
aisément de s’en accommoder.
lyon (rhône) ­ envoyée spéciale
en proie à une frénésie immobi­ manières d’habiter. transformer une structure exis­ ces minuscules qui engendrent de Voire d’y trouver un réel charme.

C’ est un tout petit projet,


encastré dans une mas­
se d’immeubles com­
pacte. Un volume tout en lon­
gueur divisé en huit tranches,
lière. La métropole lyonnaise a
toutefois conditionné l’achat de
la parcelle à la préservation d’un
de ses éléments, un petit bâti­
ment au toit en shed emblémati­
Disciples de Patrick Bouchain,
adepte de la philosophie du réem­
ploi des matériaux et de la valori­
sation du patrimoine ordinaire,
les architectes de l’agence A­Mas
tante. Elles ont été ici encore as­
souplies, car il s’agit de logements
étudiants et individuels.

Grands volumes bien agencés


grands volumes bien agencés où
l’on a envie de vivre : peut­on don­
ner meilleure définition de l’archi­
tecture ?
Les autres ouvertures, elles,
Exploitant le moindre atout du
bâtiment d’origine, les architec­
tes s’appuient sur les contraintes
qu’il présente pour inventer des
solutions ingénieuses. Les effets
où l’agence A­Mas a conçu, que d’une certaine architecture ont récemment installé un centre Le résultat est surprenant. butent sur des murs : celui de les plus intéressants se révèlent
pour le compte d’Alliade Habitat, industrielle du siècle passé. d’hébergement d’urgence dans Aucune pièce n’est privée de lu­ l’immeuble d’en face d’un côté, parfois seulement à l’usage. La
huit triplex destinés à loger cha­ La structure en acier a été une église de Villeurbanne. Ils mière naturelle, qui vient d’en celui de l’ancienne usine de pergola, par exemple, sous la­
cun quatre étudiants. Sa partie conservée, ainsi qu’une partie œuvrent actuellement à transfor­ haut. Le long escalier courant de­ l’autre. Dans chacun des loge­ quelle serpente une allée paysa­
haute est bardée d’un voile d’alu­ des murs en mâchefer. Le reste, mer un ancien foyer d’ouvrières puis le rez­de­chaussée jusqu’au ments, deux des quatre chambres gère, a été conçue pour répondre
minium blanc. Son toit en dents c’est du neuf. Du béton et du bois, des années 1920 en un complexe deuxième étage contribue à une ouvrent sur un patio dans lequel aux règles du PLU (la distance en­
de scie, vitres verticales et pentes principalement. Les architectes rassemblant une maison des ser­ impression d’espace et de panache s’engouffre une lumière zéni­ tre la résidence étudiante et l’im­
en tuiles rouges, permet à la lu­ auraient pu s’affranchir de la vices publics, un restaurant, du assez rares pour du logement étu­ thale. Difficilement acceptable meuble à côté est inférieure à
mière d’y pénétrer. Une pergola forme d’origine, de celle du toit logement, etc. « C’est dans ces pro­ diant. La cage ouvre directement pour du logement classique, cette celle qui doit séparer deux bâti­
de béton raccorde l’ensemble au notamment, que la structure jets qu’on peut retrouver une sur une vitre du shed, découpant perspective l’est dans le contexte ments autonomes). Selon son
bâtiment voisin, toujours en n’imposait d’aucune manière. forme de liberté. Ils offrent beau­ un carré de ciel qui forme en son d’une résidence étudiante. La ver­ tempérament, on valorisera plus
construction, qui doit réunir une Mais ils ont opté pour le pastiche. coup plus de possibilités pour in­ sommet un mystérieux tableau ticalité des volumes, l’inventivité volontiers le raffinement des om­
centaine de logements. Une manière de ne pas chasser venter que la construction neuve », vivant. Au deuxième étage, la ver­ des espaces partagés, l’élégance bres qu’elle projette au sol, ou la
Nous sommes dans le quartier les esprits des ouvriers qui ont soutient Stéphanie David, cofon­ rière se révèle dans toute sa gran­ des matériaux bruts, le loyer très fonction de paravent qu’elle en­
de Vaise, à Lyon (9e), ancien fau­ travaillé dans ces lieux. L’occa­ datrice de l’agence stéphanoise. deur, inondant de lumière la dou­ raisonnable (de 290 à 345 euros) dosse gracieusement. 
bourg populaire devenu zone ar­ sion d’expérimenter aussi. Avec Les normes qui corsètent le sec­ che et le mince couloir qui ouvre et la propension qu’on a, étu­ isabelle regnier
24 | télévision 0123
JEUDI 2 JUILLET 2020

La sincérité, ultime « Adaptation » de l’être humain VOTRE


SOIRÉE
TÉLÉ
Vivre trente jours, seul, sous quatre climats extrêmes : Christian Clot raconte son pari fou dans un film touchant

USHUAÏA TV offrent des images envoûtantes.


JEUDI 2 - 20 H 40 Christian Clot marche seul, JEUDI  2  JUILLET
DOCUMENTAIRE rame seul, se filme quasi seul – six
jours sur trente, une équipe TF1

Q
uand un aventurier complète les prises. Pour éviter, 21.05 Taxi 3
de l’extrême accepte peut­être, la monotonie, le com­ Film de Gérard Krawczyk. Avec
le rôle de cobaye pour mentaire insiste sur les risques Samy Naceri, Frédéric Diefenthal,
la science, cela donne encourus : « Venir ici l’été est de la Bernard Farcy (Fr., 2002, 105 min).
« Adaptation », nom folie. » Lors de courts entretiens 22.50 Taxi 2
de code que Christian Clot a donné sans grand intérêt, Mélusine Film de Gérard Krawczyk. Avec
à une mission réalisée entre Mallender fait part de ses angois­ Samy Naceri, Frédéric Diefenthal,
août 2016 et février 2017 : parcou­ ses, alors qu’il n’y a aucun moyen Marion Cotillard (Fr., 2000, 88 min).
rir successivement, durant trente de communiquer avec lui.
jours, quatre régions parmi les Etonnamment, ce sont ces mala­ France 2
plus hostiles de la planète, pour y dresses qui font qu’Adaptation 21.05 Le Grand Echiquier
tester l’adaptation de son corps et, sort du lot. On s’attache à l’entre­ Magazine présenté
en particulier, de son cerveau. prise, touché par la sincérité de ce par Anne-Sophie Lapix.
Seul, doté d’un équipement grand enfant de 46 ans, au mo­ 23.40 Fête de la musique :
médical portatif sophistiqué, le ment du tournage. L’enthou­ tous ensemble aux festivals
Franco­Suisse va ainsi s’engager à siasme de Christian Clot est conta­ Divertissement.
pied en tirant une charrette à bras, gieux. « Yes, yes, yes ! Ah, c’est bon
dans le désert du Dasht­e Lut, ça ! », s’exclame­t­il lorsqu’il trouve France 3
dans le sud­est de l’Iran, où la tem­ un passage ancien ouvert par les 21.05 Puzzle
pérature au sol atteint 80 degrés ; Indiens en pleine forêt. Ou un Téléfilm de Laurence Katrian. Avec
dans le labyrinthe de canaux ma­ énigmatique : « C’est venu, paf ! Sagamore Stévenin, Elsa Lunghini,
rins de Patagonie, soumis aux Christian Clot, dans le désert du Dasht­e Lut, dans le sud­est de l’Iran. ZEPPELIN SANTUCCI/ADAPTATION/USHUAÏA TV c’est reparti, paf ! Et ça va repartir, Naidra Ayadi (Fr., 2019, 90 min).
tempêtes et aux tourbillons, en paf ! », sous la pluie. S’il parle tant, 22.35 Rien ne vaut la douceur
kayak ; dans la forêt amazonienne admet­il face caméra, c’est pour du foyer
du Brésil, par 35 degrés et 95 % Pourquoi s’infliger un tel dans son livre sorti en mars 2018, sages à couper le souffle », la con­ tromper la solitude. « Parfois, c’est Téléfilm de Laurent Jaoui. Avec
d’humidité, à pied, équipé d’une calvaire ? Pour cet admirateur de Au cœur des extrêmes (Robert currence est rude. Or, Adaptation un peu long… » Le téléspectateur Annelise Hesme, Grégori Derangère,
machette et d’un kayak gonflable ; Charles Darwin, il y a urgence à Laffont). n’est pas parfait. Le désert du acquiesce, conscient du prix à Yann Sundberg (Fr., 2017, 90 min).
dans les monts Verkhoïansk de étudier nos facultés d’adapta­ Dasht­e Lut, immensité plate gra­ payer pour vivre et faire vivre cette
Yakoutie (Sibérie), à skis, tirant un tion, histoire d’avoir une petite Maladresses villonnée de gris, dans sa première expérience de l’intérieur.  Canal+
traîneau par – 52 degrés. Entre chance de survivre aux change­ En plus de ce livre, Christian Clot a partie du moins, n’est pas des plus catherine pacary 21.10 Football
deux voyages, Christian Clot met ments climatiques à venir. « Le tiré avec sa compagne, Mélusine télégéniques. La forêt amazo­ Premier League. Manchester City-
à profit ses quinze jours de pause projet “Adaptation” est un Mallender, un film de cette aven­ nienne filmée sous la pluie pen­ Adaptation, 4 × 30 jours au cœur Liverpool. 32e journée. En direct.
pour rentrer à Paris, Caen ou Ge­ message d’espoir. Demain, s’il fait ture inédite. Mais, sur le créneau dant des jours et des jours a quel­ des extrêmes, de Mélusine 23.44 Homeland
nève et effectuer des examens 36 degrés ou − 20 degrés, nous du « documentaire d’aventure », que chose de légèrement répétitif, Mallender et Christian Clot Série. Avec Claire Danes,
plus poussés en laboratoire. saurons nous adapter », écrit­il qui repose souvent sur des « pay­ même si de gros glaçons flottants (Fr., 2018, 90 min). Mandy Patinkin, Maury Sterling,
Beau Bridges (EU, 2020).

France 5
20.50 En quête d’une nouvelle

Un « premier amour » pour personnages au bout du rouleau Terre


Documentaire de Lucy Haken
et Duncan Bulling
Le prolifique cinéaste Takashi Miike filme les tribulations nocturnes, hilarantes et terrifiantes, de deux damnés (Fr.-RU, 2017, 95 min).
23.35 Des Bushmen en Europe
Documentaire de Simon Stadler
(RU, 2016, 50 min).
OCS CITY franches réussites, comme First Leo (Masataka Kubota) et Otomo (Nao Omori), et s’emparer deux facettes d’un monde social
JEUDI 2 - 20 H 40 Love, projeté en 2019 à la Quin­ Monica (Sakurako Konishi) se d’une livraison de cocaïne, au décrit comme chaotique, voué à la Arte
FILM zaine des réalisateurs, à Cannes, croisent par hasard dans la nuit centre de toutes les convoitises. destruction. Mais plutôt que d’en 20.55 The Killing
dont le titre de bluette (« premier agitée de Shinjuku, quartier d’af­ Le plan capote dans des largeurs tirer un pensum ou une diatribe, Série. Avec Sofie Grabol,

A ctif depuis le début des


années 1990, Takashi
Miike est au cinéma japo­
nais une sorte de phénomène, un
réalisateur surproductif. Il lui
amour ») cache un polar délirant
sur fond de guerre des gangs.
Il n’y a pas tromperie sur la mar­
chandise. Le film comporte une
histoire d’amour, mais tout ce
faires bouillonnant de Tokyo, l’un
profitant de ce qu’il n’a plus rien à
perdre pour soustraire l’autre à sa
terrible sujétion. Mais le clan de
yakuzas qui la séquestre entre au
assez grandes pour que tout ce pe­
tit monde se retrouve embarqué
dans une course folle.
First Love dépeint une ville,
Tokyo, et, à travers elle, un Japon
Miike voit l’occasion de lui oppo­
ser un grand rire nietzschéen : le
chaos est chez lui le seul produit
possible de la condition humaine,
universellement faillible. 
Lars Mikkelsen (Dan., 2017).
22.50 The Killing
Série. Avec Sofie Grabol,
Lars Mikkelsen (Dan., 2017).

arrive même d’abattre plusieurs qu’il y a de moins romantique, car même moment en guerre avec urbain si gangrené par l’individua­ mathieu macheret M6
films par an, jusqu’à sept ou huit. advenant entre deux personnages une triade chinoise lui disputant lisme que seules la prédation et 21.05 This Is Us
Tout n’est pas bon à prendre, mais au bout du rouleau : un boxeur un juteux trafic de drogue. l’exploitation de l’autre tiennent First Love, le dernier yakuza, Série. Avec Mandy Moore, Justin
les curiosités, aberrations et bon­ condamné par une tumeur au Kae (Shota Sometani), lieute­ lieu de rapports humains. La perte de Takashi Miike. Avec Masataka Hartley, Milo Ventimiglia (EU, 2018).
nes surprises surviennent assez cerveau et une toxicomane prosti­ nant empoté, tire parti de cette de repères des uns (Leo est un or­ Kubota, Nao Omori, Shota 22.45 This Is Us
pour faire de Miike un artiste à tuée par la mafia pour éponger les crise pour monter une combine phelin abandonné à la naissance), Sometani, Sakurako Konishi Série. Avec Mandy Moore, Sterling K.
suivre. Il arrive qu’y surnagent de dettes d’un père abusif. bancale avec un détective véreux, l’appât du gain des autres sont les (Jap.­RU, 2019, 108 min). Brown, Jon Huertas (EU, 2018).

0123 est édité par la Société éditrice


HORIZONTALEMENT du « Monde » SA. Durée de la société :
I. Tombé bien bas. Valet, roi ou as de SUDOKU 99 ans à compter du 15 décembre 2000.
Capital social : 124.610.348,70 ¤.
GRILLE N° 20 - 153
PAR PHILIPPE DUPUIS
cœur. II. Musique chez les tirailleurs,
java chez les noceurs. Exprimer sa
N°20­153 Actionnaire principal : Le Monde Libre (SCS).
Rédaction 67-69, avenue Pierre-Mendès-France,
liberté chez Beaumarchais. III. Guide 1 8 6 4 3 5 2 7 9
75013 Paris. Tél. : 01-57-28-20-00
spirituel et maître à penser. Entraîne Abonnements par téléphone au 03 28 25 71 71
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 2 9 4 1 6 7 8 3 5
vers les fonts. IV. Mit de côté. S’ac- 5 7 3 9 8 2 1 4 6 (prix d’un appel local) de 9 heures à 18 heures.
I croche pour descendre. Sauvé des 5 9 7 4 9 4 7 3 5 8 6 2 1 Depuis l’étranger au : 00 33 3 28 25 71 71.
Par courrier électronique :
8 3 1 2 9 6 4 5 7
eaux avec son père. V. A passer aux abojournalpapier@lemonde.fr.
II premiers frissons. Dans les ténèbres.
9 3 6 5 2 7 1 4 9 8 3
Tarif 1 an : France métropolitaine : 399 ¤
4 6 5 8 7 9 3 1 2
VI. Assure la liaison. On la retrouve 3 2 9 5 4 1 7 6 8 Courrier des lecteurs
III Par courrier électronique :
à la cuisine, à l’atelier et dans les ma- 7 1 8 6 2 3 5 9 4
courrier-des-lecteurs@lemonde.fr
rais. VII. Fin de partie. Supporte dans 4 2 5 1
IV Moyen
son coin. Prépare à la gestion des af- Médiateur : mediateur@lemonde.fr

V
faires. VIII. Ardente et passionnée. La 8 5 3 9 Complétez toute la
grille avec des chiffres
Internet : site d’information : www.lemonde.fr ;
petite est dans la couture. IX. Chant Emploi : www.talents.fr/
allant de 1 à 9.
VI autour du feu. Ligne d’assemblage. 4 3 1 Chaque chiffre ne doit Collection : Le Monde sur CD-ROM :
X. Boîtes de direction. Renforcée par être utilisé qu’une CEDROM-SNI 01-44-82-66-40
VII derrière. 8 5 7 seule fois par ligne,
Le Monde sur microfilms : 03-88-04-28-60

VIII
VERTICALEMENT 9 4 1 2 8 par colonne et par
carré de neuf cases.
La reproduction de tout article est interdite
sans l’accord de l’administration. Commission
1. Constipe chez le médecin, mais Réalisé par Yan Georget (https://about.me/yangeorget) paritaire des publications et agences de presse
pousse à s’emballer. 2. Cordage à n° 0722 C 81975 ISSN 0395-2037
IX
bord. Chargée par Bercy. 3. Chaîne
X et fleuve de Russie. Grande quantité.
4. Venu de Pologne avec sa dame. HORS-SÉRIE

SCIENCES
SOLUTION DE LA GRILLE N° 20 - 152
Bonne carte en main. Mauvais fond.
5. Met tout le monde d’accord. Tru- LE GÉNIE Présidente :
Laurence Bonicalzi Bridier PRINTED IN FRANCE

DE LA NATURE
67-69, avenue
quâtes le jeu. 6. Donnent belle et Pierre-Mendès-France
75013 PARIS
HORIZONTALEMENT I. Effondrement. II. Cerbère. Unie. III. Hé. Iranien. fière allure aux rockeurs. 7. Fait son Tél : 01-57-28-39-00

IV. Nef. Dotent. V. Noir. Pus. Mua. VI. Clé. Pie. Fisc. VII. Rallie. Vue.
beurre. 8. Chopé au passage. Publica- Fax : 01-57-28-39-26

VIII. Lestait. Ol. IX. Rues. Agraire. X. Essentielles.


tion de la République. 9. Dressé sur le Le génie Un hors-série L’Imprimerie, 79, rue de Roissy,
bâtiment. En fin d’appel. Personnel. de la nature 68 pages - 6,90€ 93290 Tremblay-en-France
Montpellier (« Midi Libre »)
VERTICALEMENT 1. Echancrure. 2. Fée. Ola. Us. 3. Fr. Nielles. 4. Obier. 10. Mortes chez Gogol. Adresse d’au- Chez votre marchand de journaux
Lèse. 5. Nerf. Pis. 6. Dra. Piétât. 7. Rendue. Agi (gai). 8. Ios. Vire. 9. Muet. jourd’hui. 11. Héraclès est venu là, et sur laboutiquelavie.fr Origine du papier : France. Taux de fibres recyclées : 100 %.
Ce journal est imprimé sur un papier UPM issu de forêts gérées
pour chasser le lion. Casse la croûte. durablement, porteur de l’Ecolabel européen sous le N°FI/37/001.
Futal. 10. Ennemie. Il. 11. Ni. Nus. Ore. 12. Tentacules.
12. Fait de gros dégâts à la bergerie. Eutrophisation : PTot = 0.009 kg/tonne de papier
0123
JEUDI 2 JUILLET 2020
styles | 25

MODE mouvement Black Lives Matter et


celui du prochain sac à main…

L
e monde vous le dira : « Mais il faut aussi joindre les ac­
nous devons en finir avec tes à la parole », rappelle Lucien Pa­
le racisme… » Le 30 mai, gès, qui dirige un bureau de presse
quatre jours après les pre­ à Paris et à New York et préconise
mières manifestations liées à la des dons à des associations. Du
mort de George Floyd, un post côté des marques internationales,
Instagram de Gucci reprend cette reverser 15 % des bénéfices réalisés
phrase de la poétesse et activiste aux Etats­Unis depuis le début de
américaine Cleo Wade. Plus prag­ l’année à des organisations améri­
matique, la marque de cosméti­ caines de lutte contre le racisme
ques new­yorkaise Glossier an­ est devenu la norme en vigueur.
nonce le lendemain un don de Certaines se sont aussi engagées
1 million de dollars à des organi­ à mener des audits internes sur la
sations de lutte contre l’injustice diversité (c’est le cas de Stella Mc­
raciale et à des labels de beauté Cartney), à lancer des program­
d’entrepreneurs noirs. mes d’éducation de leurs em­
Pendant ce temps, Versace pu­ ployés sur le racisme (comme la
blie sur les réseaux ce message en marque australienne Zimmer­
lettres capitales : « Dites non au mann, pointée du doigt pour des
racisme. » Puis vient l’avalanche. documents internes jugés discri­
Des maisons comme Prada, minatoires) ou à nommer des
Fendi, Dior ou Saint Laurent y « responsables de la diversité » (ce
vont chacune de leur déclaration. que Prada, Burberry, Chanel et
Ça continue le jour suivant, le Kering avaient déjà fait en 2019).
mardi 2 juin, rebaptisé « Blackout
Tuesday », où Celine, Chanel, Ami, « Sortez votre porte-monnaie ! »
Burberry, Maje, Stella McCartney, La prise de parole non suivie d’an­
Lacoste, Marc Jacobs, Sézane ou nonce concrète a, elle, été mal per­
encore Loewe diffusent un carré çue. Exemple parmi d’autres, le
noir, un message de paix ou une cœur posté sur Instagram de Dries
lettre d’engagement à pro­ Van Noten, simplement légendé
mouvoir la diversité. « Black Lives Matter », qui a suscité
L’ampleur de la réaction des des dizaines de commentaires sur
marques face à la mobilisation l’inutilité, voire l’hypocrisie d’une
antiraciste aux Etats­Unis et dans telle publication : « Où est votre
le monde est inédite : la mode n’a contribution ? » ; « Sortez votre
pas l’habitude de commenter porte­monnaie ! » ; « J’espère qu’ils
l’actualité politique, encore moins détruiront vos magasins aux Etats­
à chaud. Que Nike, marque enga­ Unis ». « Faire des promesses et les
gée, inverse son slogan « Just do it » tenir sont deux choses différentes,
en « For once, don’t do it » (« Pour commente le styliste afro­améri­
une fois, ne le faites pas », sous­en­ cain Sergio Hudson. Les grands
tendu, ne tournez pas le dos aux groupes vont­ils engager des
injustices raciales) dès le 29 mai designers noirs ? Vont­ils financer
n’a pas surpris. Mais que la quasi­ les labels de créateurs noirs ? C’est
totalité des griffes réagisse, si. ce dont nous avons vraiment be­
Ces messages en cascade inter­ soin. Reparlons de leurs engage­
viennent alors que le sujet de la ments dans un an. »
diversité est une préoccupation A l’heure où la « responsabilité
récente de la mode. « Quand j’ai MATHILDE AUBIER sociale » (qui englobe les ressour­
pris la direction artistique de Bal­ ces humaines et l’environnement)
main, il y a neuf ans, le milieu était est devenue le grand sujet de ré­
relativement réfractaire à une
forme de diversité, comme si le luxe
devait rester le privilège d’une caste
de Blancs fortunés », raconte
Politique, racisme... la mode flexion des entreprises, les mar­
ques de mode s’affirment de plus
en plus comme des acteurs de la
vie publique. Ainsi, dès les pre­

et le joug du « bad buzz »


Olivier Rousteing, l’un des rares miers temps de la pandémie de
créateurs noirs à la tête d’une mai­ Covid­19, l’industrie de la mode
son de couture. L’internationalisa­ s’est mobilisée pour fabriquer
tion du commerce de luxe et la masques et gel hydroalcoolique.
pression des réseaux sociaux ont Les marques qui se sont impli­
forcé les marques à évoluer. Pas habituée à commenter l’actualité, encore moins quées en sont sorties auréolées
d’une forme de légitimité, d’une
Un arsenal de parades à chaud, la quasi­totalité des marques de mode a pourtant reconnaissance de leur utilité so­
Depuis environ trois ans, on voit ciale. « François­Henri Pinault est
un peu plus de mannequins de réagi à la mort de George Floyd. Certaines spontanément, convaincu que les entreprises doi­
toutes origines sur les podiums, vent prendre part au débat public
dans les campagnes de publicité d’autres plus ou moins contraintes et forcées. quand leur voix est pertinente sur
et les magazines lifestyle. Virgil certaines questions de société », ex­
Abloh, designer américain d’ori­ Avec, pour épée de Damoclès, le risque du faux pas plique Valérie Duport, directrice
gine ghanéenne, a été nommé di­ de la communication de Kering.
recteur artistique de Vuitton Un changement en profondeur
homme en mars 2018. Mais ces serait­il enfin possible ? « Je crois
actions peuvent paraître symbo­ Sous le post Instagram de Saint au front. « On n’a pas vraiment Chez LVMH, ce n’est pas le qu’il s’agit d’un mouvement impor­
liques : les mannequins non Laurent du 29 mai montrant un laissé le choix à nos clients, surtout
« Les jeunes groupe qui a pris position, mais les tant, cette fois, estime Olivier
blancs restent minoritaires sur élégant poignet bijouté, on peut américains, explique Guillaume d’aujourd’hui marques, auxquelles « on laisse Rousteing. Le malaise est évident,
les fashion weeks (38,8 % à lire les commentaires suivants : Delacroix, fondateur du bureau leur autonomie, la possibilité de le sentiment de culpabilité générale
l’automne­hiver 2019 d’après Bu­ « On attend votre prise de posi­ de presse DLX, présent à Paris et à
attendent des faire passer leur propre message. Il semble plus fort que jamais et
siness of Fashion), la quasi­tota­ tion. » « Dites quelque chose. Faites New York. On les a contactés les marques qu’elles ne faut pas tout centraliser », af­ l’envie d’avancer paraît sincère. » Et
lité des créateurs des grandes quelque chose. #BlackLivesMat­ uns après les autres et on les a plus firme Sidney Toledano, président­ d’ajouter : « Qui plus est, les jeunes
maisons sont encore blancs, sans ters. » « Encore une marque que la ou moins forcés à s’exprimer,
soient porteuses directeur général de LVMH d’aujourd’hui attendent des mar­
parler des dirigeants. « Quand j’ai communauté noire a soutenue parce qu’on a compris que c’était de valeurs. Fashion Group. Une indépen­ ques qu’elles soient porteuses de
donné une dimension hip­hop aux pendant des décennies et qui reste un moment historique. » dance lourde à gérer en temps de valeurs. Ils ne tolèrent pas l’hypo­
collections et invité des personna­ silencieuse. » Le lendemain, en Les griffes les plus dures à con­
Ils ne tolèrent pas crise. De 10 % à 15 % de commen­ crisie. C’est cette exigence morale
lités du R’n’B aux défilés, certains réaction à une photo Chanel pro­ vaincre n’ont pas forcément été l’hypocrisie » taires négatifs sont synonymes qui peut réellement changer la
journalistes m’ont demandé si mouvant un mascara : « La vie con­ celles qu’on croit : « Celles qui ont d’une prise de parole réussie, es­ donne. »
OLIVIER ROUSTEING
c’était vraiment compatible avec tinue pour vous et votre business. mis la diversité au cœur de leurs va­ time un communicant parisien : Une chose est certaine : après
directeur artistique
l’univers du luxe. Est­ce qu’on Est­ce que les vies noires comptent leurs considéraient qu’il était inu­ « Tant que les médias ne repren­ les manifestations des « gilets
de Balmain
m’aurait posé la question si j’avais ou seulement votre argent ? », ou tile de s’exprimer sur un sujet qu’el­ nent pas ces critiques, ça va. Sinon, jaunes » et les grèves de l’hiver
été blanc ? », s’interroge Olivier encore : « Personne ne se préoccupe les s’étaient déjà approprié. C’est le le bad buzz commence… » passé en France, les émeutes à
Rousteing. de mascara en ce moment. Votre si­ cas de certaines marques de vée, surtout lorsqu’on doit s’expri­ Alors, pour éviter le bad buzz, Hongkong et le coronavirus, la
Délicat, donc, pour les marques lence est éloquent. » Quatre­vingt­ streetwear, par exemple », précise mer rapidement. Un attaché de justement, il existe un arsenal de grande crainte des marques est
de s’exprimer légitimement sur le seize heures d’injonctions et d’in­ Guillaume Delacroix. A l’inverse, presse a ainsi dû dissuader un parades. « Internet est plus indul­ que le business tarde à reprendre.
sujet du racisme. D’ailleurs, la plu­ sultes, c’est long, surtout pour le celles – nombreuses – qui sen­ client d’organiser un gala de cha­ gent avec les marques qui admet­ Un conseiller en communication
part n’ont pas spontanément pris community manager en panique taient qu’elles pourraient se voir rité contre le racisme animé par tent publiquement qu’elles n’ont rappelle que, après les propos
la parole, elles ont plutôt été accu­ qui doit gérer les kilomètres de reprocher de ne rien faire pour lut­ une personnalité noire. pas assez fait et s’engagent à s’amé­ racistes de Jean­Paul Guerlain, au
lées. George Floyd est mort le commentaires négatifs sous la ter contre les inégalités raciales, Même les grands groupes de liorer », affirme Guillaume De­ JT de France 2, en 2010, des
25 mai au soir à Minneapolis. Les photo d’une crème antirides. voire de perpétuer une culture de luxe, pourtant aguerris à la com­ lacroix. A privilégier aussi, le sittings avaient eu lieu devant les
marques n’ont réagi massivement Dans certaines maisons, la prise domination blanche, ont été plus munication, semblent perdre de dirigeant ou le directeur artistique vitrines des boutiques du parfu­
qu’à partir du 30. Dans l’intervalle, de position a été moins due à la sensibles à l’argument : « Si vous leur agilité sur une problématique qui s’exprime en son nom plutôt meur et un collectif « Boycottez
elles ont été violemment prises à volonté des dirigeants qu’à la ne prenez pas la parole, vous serez si sensible. Le groupe Kering a sorti qu’au nom de la marque ; les mes­ Guerlain » s’était monté. Au­
partie sur les réseaux sociaux pression des employés, qui ne considérées comme raciste. » son chéquier pour soutenir des as­ sages brefs – moins d’une dou­ jourd’hui, après des mois de tur­
parce qu’elles continuaient à pos­ concevaient pas que leurs entre­ Reste que pour une marque de sociations luttant contre les discri­ zaine de mots sur Instagram – bulences, nul ne peut se payer le
ter des contenus légers alors qu’un prises restent silencieuses. Par­ mode, s’improviser commenta­ minations raciales et les violences pour éviter le faux pas ; et, évidem­ luxe d’un faux pas. 
vent de révolte soufflait partout fois, ce sont les conseillers en teur politique n’est pas chose policières, mais une semaine ment, le temps de latence entre le elvire von bardeleben
dans le monde. communication qui sont montés aisée. Une bourde est si vite arri­ après la mort de George Floyd. post du carré noir en soutien au et théodora aspart
26 | disparitions 0123
JEUDI 2 JUILLET 2020

Milton Glaser
Graphiste américain

I
l y a des artistes dont la car­ de culot : en 1968, pour une mar­
rière se résume à un seul que italienne de machines à 26 JUIN 1929 Naissance
chef­d’œuvre. Celle de l’Amé­ écrire, il avait détourné sans ver­ à New York
ricain Milton Glaser, mort à gogne, mais avec talent, une 1966 Illustre la couverture
New York le 26 juin, jour anniver­ peinture de Piero di Cosimo du « Bob Dylan’s
saire de ses 91 ans, typographe (1462­1522). Greatest Hits »
(on lui doit une douzaine de poli­ 1968 Cofonde « The New
ces de caractères) et graphiste, Réputation internationale York Magazine »
créateur, en 1975, c’est­à­dire à Mais son premier coup d’éclat da­ 1975 Crée le logo « I love NY »
une époque où la ville était poten­ tait de deux ans plus tôt : en 1966, 26 JUIN 2020 Mort
tiellement en faillite, du logo il avait en effet été chercher à New York
mondialement connu « I NY », l’icône d’un autre artiste, bien
est bien plus riche que cela. plus contemporain, pour illustrer
Elle a contribué à créer le style la couverture d’un disque de Bob
pop puis psychédélique des an­ Dylan édité par CBS Records, Bob
nées 1960 et 1970. L’homme a été Dylan’s Greatest Hits : celle de américain (de gauche) The Nation,
aussi politiquement engagé : c’est Marcel Duchamp, duquel il s’était fondé en 1865, ayant besoin d’un
à lui (sur une idée de l’écrivain inspiré d’une photo de profil pour lifting, il en redessina la ma­
Philip Roth) que l’on doit le mer­ refaire celle du chanteur, y ajou­ quette, et ajouta quelques buttons,
veilleux « Bring Back Monica tant une chevelure peinte en cou­ des badges publicitaires qui di­
Lewinsky » (« Rendez­nous Mo­ leurs psychédéliques du plus bel saient : « Secrecy promotes ty­
nica Lewinsky »), qui mettait en effet. ranny » (« le secret entraîne la ty­
balance un président trop em­ En 1954, il avait fondé avec Rey­ rannie »), « Dissent protects demo­
pressé auprès d’une de ses stagiai­ nold Ruffins, Seymour Chwast et cracy » (« la dissidence protège la
res, et un autre, George W. Bush, Edward Sorel, des copains d’école, démocratie »), ou encore « Sur­
trop pressé d’engager son pays l’agence Push Pin (il la quitte veillance undermines liberty » (« la
dans une guerre. en 1974 pour créer sa propre so­ surveillance entrave la liberté »).
Né le 26 juin 1929 dans le Bronx, ciété) à New York. L’agence a le Un programme, en quelque sorte.
de parents d’origine hongroise, vent en poupe, et une réputation Dans les années 1980, c’est la
Milton Glaser suit les cours de la internationale, au point qu’une lutte contre la transmission du
célèbre Cooper Union, avant d’ob­ exposition lui est consacrée sida qui l’occupe : il dessine le logo
tenir une bourse Fulbright qui lui en 1970 à Paris, au Musée des arts « AIDS » pour l’Organisation mon­
permet, en 1952, d’étudier en Ita­ décoratifs. Une photographie de diale de la santé, mais aussi, et
lie, à l’Académie des beaux­arts de l’époque montre une vingtaine de dans un genre très différent, la fi­
Bologne, où il a pour professeur jeune gens, certains en costume­ gure d’un ange déchu pour la pièce
Giorgio Morandi, lequel avait ob­ cravate, d’autres non, mais tous En février 2019. DEBORAH FEINGOLD/CORBIS VIA GETTY IMAGES de théâtre gay Angels in America,
tenu le Grand Prix de peinture de ou presque (lui est déjà fort dé­ de Tony Kushner.
la Biennale de Venise quatre ans garni) aux cheveux longs, comme d’auteur. Certains des logos ima­ naire et parfois extravagante. Ex­ slogan « Sans tabac, prenons la Son dernier grand fait d’arme
plus tôt, en 1948. il seyait alors. Toutefois, c’est ginés par Milton Glaser sont réel­ travagant, il l’est aussi souvent vie à pleins poumons » : le dessin graphique fut inspiré par les atten­
Cette formation auprès d’un moins leur image qui compte que lement proches des peintures dans ses travaux. Quand il illus­ est de lui. tats du 11 septembre 2001 : il reprit
des grands peintres du XXe siècle, celle qu’ils entendent donner, cer­ d’Indiana (on pense notamment tre les couvertures des pièces de le logo qui l’a rendu célèbre, ajou­
fasciné par Cézanne, un temps tes de leurs clients souvent presti­ à celui qu’il dessina pour DC Co­ Shakespeare, ou des pochettes de Etrille le Parti républicain tant une petite tache noire sur le
compagnon de route des futuris­ gieux, mais surtout de leur ville : mics), sans qu’il soit possible, ni réorchestrations de Bach, on se Publicitaire, il sublime des raviolis bas du cœur rouge, à l’emplace­
tes italiens, mais aussi très loin­ « I love New York » est né bien nécessaire, de se poser la ques­ demande si ces vénérables comme des sodas, sans trop ment des Twin Towers sur l’île de
tain héritier des artistes de la avant que Glaser le dessine. tion de l’influence de l’un sur auteurs n’ont pas fumé la mo­ d’états d’âme. En revanche, ses af­ Manhattan, et ajouta à son « I love
première Renaissance, particu­ On ne peut s’empêcher de pen­ l’autre (et vice versa) : l’époque quette : la pochette des Greatest fiches politiques sont sans ambi­ NY » « More than ever » (« Plus que
lièrement Giotto, Masaccio et ser à « LOVE », créé en 1970 par le était plus généreuse, et moins Hits, de Bach, en particulier, a des guïté : l’une étrille le Parti républi­ jamais »). Il était peut­être un ar­
Uccello, sera déterminante pour pop­artiste Robert Indiana (1928­ procédurière. faux airs de Yellow Submarine… cain en stylisant l’éléphant, qui est tiste, certainement un grand gra­
Milton Glaser, lui inculquant le 2018), également devenu une En 1968, il cofonde New York Pourtant, on se souvient aussi son symbole, pour lui donner phiste, évidemment un New­Yor­
sens de l’efficacité des formes icône, et sur lequel, comme Gla­ Magazine, aujourd’hui encore d’un gentil pigeon au pantalon la forme du mot no (« non »). « No kais, et les vrais sont moins nom­
simples et des compositions ri­ ser avec son « I love NY », l’artiste une référence pour les amoureux rayé et souliers vernis piétinant compassion, no solutions », dit breux qu’on ne le pense. 
goureuses. Avec une bonne dose refusait de toucher des droits de cette métropole extraordi­ une cigarette, accompagné du le sous­texte… L’hebdomadaire harry bellet

Li Zhensheng
Photographe chinois mettent mal à l’aise, comme il l’ex­
plique dans un entretien au
mille pauvre. Son père est cuisi­
nier sur un vapeur. Sa mère
Monde, en 2003 : « Voir des adultes meurt alors qu’il a 3 ans. Très
humiliés par des enfants… Je me jeune, le garçon s’intéresse à la
sentais obligé de les immortaliser. » photographie et au cinéma, qu’il

L
a photo, un autoportrait employés brandissant le poing Mais Li Zhensheng finit, étudiera à l’Institut du cinéma de
en noir et blanc pris le autour d’un homme aux allures en 1968, par être à son tour ciblé Changchun. Il rejoint ensuite le
6 juillet 1966, montre un d’intellectuel qui incline vers le bas par une faction rebelle au sein de Quotidien du Heilongjiang, dont il
jeune Chinois qui fixe un visage tendu. Sur l’immense son journal. Il subit six heures de est l’un des plus jeunes photogra­
l’objectif, le sourire en coin, arbo­ chapeau de papier qui se dresse sur « critiques » par trois cents em­ phes. Mais il est envoyé une pre­
rant fièrement sur ses bras croi­ sa tête, des idéogrammes géants ployés et sera envoyé, avec son mière fois à la campagne, en 1962,
sés un brassard de la « brigade disent : « Suiveur de la voie capita­ épouse, à la campagne, pour ac­ dans le cadre du « mouvement
rouge de l’information ». Alors liste et opposant au mouvement de complir du travail manuel pen­ d’éducation socialiste » qui cible
photographe au Quotidien du masse ». C’est, dit la légende, un dant deux ans. la jeunesse.
Heilongjiang, le principal journal responsable du « groupe de tra­ Après la mort de Mao, en 1976,
officiel de Chine du Nord­Est, Li vail », ces cadres que la direction du « Anticiper les problèmes » la Chine s’ouvre sous Deng Xiao­
Zhensheng ne sait sans doute pas Parti communiste avait envoyés Il revient en 1972 au Quotidien du ping. Li Zhensheng devient,
qu’il va, dans les jours et les mois pour piloter la mystérieuse révolu­ Heilongjiang, dont il dirige le ser­ en 1982, professeur de photogra­
qui vont suivre, traverser – et pho­ tion culturelle que Mao a procla­ vice photo, reprenant sa mission phie à l’université de Pékin. Il ex­
tographier – un accès de pure fo­ mée quelques semaines plus tôt, En 2013, à New York. de témoin tout en redoublant de pose alors quelques­unes de ses
lie collective, à l’échelle d’une na­ mais qui sont vite dénoncés NEILSON BARNARD/AFP précautions. Pendant la Révolu­ photos, en 1988, qui sont remar­
tion de 700 millions d’habitants. comme des « révisionnistes ». tion culturelle, dit­il aux journalis­ quées par Robert Pledge, directeur
Photographe de la Révolution Dans les universités, les usines, tes du Monde, même les photos de l’agence photo Contact Press
culturelle (1966­1976), dont ses ti­ les organisations, une jeunesse positives et anodines compor­ Images. Mais les événements de
rages constituent aujourd’hui l’un mystique obéit aux injonctions ges incessants à Mao que publie 22 SEPTEMBRE 1940 Nais- taient d’énormes risques dès Tiananmen, en 1989, repoussent
des plus importants témoignages de Mao de « bombarder le quartier son quotidien, des images de « ses­ sance à Dalian (province qu’une image de Mao était dans le tout projet de coopération. A par­
visuels connus, Li Zhensheng est général », c’est­à­dire d’attaquer sions de lutte », où sont humiliés de Liaoning, Chine) cadre. Or, celles­ci étaient omni­ tir de 1996, les milliers de négatifs
mort aux Etats­Unis, dans la ré­ les cadres en place et de débarras­ ceux qui sont soupçonnés d’avoir 1966-1976 Photographie présentes. Il lui faut « constam­ de Li Zhensheng sont acheminés
gion de New York, à l’âge de 79 ans, ser le pays des quatre « vieille­ appartenu par le passé aux cinq ca­ la Révolution culturelle ment anticiper les problèmes et en secret vers New York. Les ima­
d’une hémorragie cérébrale, selon ries » (vieilles idées, vieilles cou­ tégories noires (« propriétaires fon­ 1968-1970 Envoyé à la faire des retouches » : c’est ainsi ges sont développées sans reca­
son éditeur américain, Robert tumes, vieille culture et vieilles ciers, paysans riches, contre­révolu­ campagne, avec son épouse, qu’il blanchit l’encadrement de drage et fourniront matière à des
Pledge, de Contact Press Images. habitudes) datant d’avant la créa­ tionnaires, mauvais éléments et pour faire du travail manuel portraits de Mao qui, de rouge, de­ expositions qui feront le tour du
Les photos de Li Zhensheng ont tion de la République populaire, droitiers »), mais aussi d’un champ 1982 Professeur de venait noir – couleur de deuil – une monde et à plusieurs ouvrages,
été publiées en France, en 2003, en 1949. Cette révolution dans la d’exécution où des ennemis du photographie à l’université fois imprimé en noir et blanc ; qu’il dans les années 2000.
sous le titre Le Petit Livre rouge révolution va dégénérer en foire peuple sont passés par les armes. de Pékin gomme des poings brandis sem­ Li Zhensheng partageait son
d’un photographe chinois (Phai­ d’empoigne générale, dans une Seules une partie de ses photos 2003 Publie « Le Petit Livre blant boxer le Grand Timonier. Un temps depuis sa retraite entre les
don, 316 pages). M. Pledge n’a pas surenchère de fanatisme et de sont publiables. Il a l’intuition rouge d’un photographe jour, un portrait de Mao présent Etats­Unis et Pékin, où vivent ses
précisé la date exacte de la mort mouvements de masse visant les qu’il doit témoigner sur le chaos chinois » sur une photo en première page deux enfants. Au moment de sa
du photographe. responsables politiques, mais dans lequel est plongé le pays : il 2020 Mort dans la région apparaît en transparence, comme mort, il travaillait avec son édi­
En sa qualité de photographe of­ aussi les intellectuels, les direc­ commence à cacher, sous le plan­ de New York transpercé par une lance impri­ teur, selon le New York Times, sur
ficiel, Li Zhensheng couvrait l’ac­ teurs d’entreprise, les institutions cher de l’appartement où il vit mée de l’autre côté : des gardes un nouvel ouvrage réunissant des
tualité de la région de Harbin, dans culturelles. Les gardes rouges dé­ avec son épouse et leur enfant, les rouges se mettent à dénoncer le autoportraits du photographe. Il
le nord­est de la Chine. Le truisent temples et églises. négatifs des photos jugées « néga­ journal et le photographe. aurait laissé de nombreuses pho­
25 août 1966, il photographie par Durant deux ans, Li Zhensheng tives », car elles montrent les scè­ Li Zhensheng est né à Dalian, tos inédites, dont des clichés des
exemple, dans les locaux même de mitraille. Des photographies des nes de dénonciation, d’humilia­ dans la province de Liaoning, le événements de Tiananmen. 
son journal, un groupe de jeunes rassemblements et des homma­ tion et d’exécution. Ces scènes le 22 septembre 1940, dans une fa­ brice pedroletti
0123
JEUDI 2 JUILLET 2020 carnet | 27
Michel et Claude, La famille de

Jacques Coursil Le Carnet


ses fils,
Myriam et Sophie,
ses belles-filles,
Sarah, Jules, Gabrielle, Agathe et
Jean-Pierre MARECHAL,
médecin anesthésiste hospitalier,
auteur, en 1996, de
« Réformer l’hôpital » ! (Hermès),
en vente

Trompettiste Merci de nous adresser


vos demandes par mail
Noémie,
ses petits-enfants,
Léa Clédière,
sa sœur,
romancier en devenir,

a la tristesse de faire part de son


décès, survenu à Vaucresson (Hauts-
K En kiosque
actuellement

Sylvie Clédière, de-Seine), le 3 juin 2020.


en précisant impérativement
votre numéro
sa nièce
Et toute sa famille,
0123
La cérémonie religieuse a été
HORS-SÉRIE

de téléphone personnel, célébrée dans l’intimité et les


votre nom et prénom,
adresse postale et votre
ont la très grande tristesse
d’annoncer le décès, survenu dans
cendres déposées, dans la chapelle
familiale, à Rivecourt (Oise). 1940
DE GAULLE
sa quatre-vingt-quinzième année, LA RÉSISTANCE

éventuelle référence le 27 juin 2020, de Paris.


PÉTAIN
LA COLLABORATION

d’abonnement.
Gisèle GIRAULT, Les familles de
L’équipe du Carnet née VECSLIARSCHII.
reviendra vers vous M. Michel MARTEAU,
Elle a rejoint sa fille,
dans les meilleurs délais. ont la douleur d’annoncer son décès Hors-série
Françoise, survenu à Paris, le 24 juin 2020,
à l’âge de quatre-vingt-treize ans.
carnet@mpublicite.fr

& CIVILISATIONS
décédée le 6 septembre 1976
La cérémonie religieuse a eu lieu
N° 63
JUILLET-
AOÛT 2020

& C I V I L I S AT I O N S
et son petit-fils, ce mercredi 1er juillet, en l’église
Notre-Dame d’Auteuil, suivie de
AU CARNET DU «MONDE» Max-Arthur, l’inhumation dans l’intimité.
LES
« Je sais en qui j’ai cru. » BARBARES
décédé le 4 septembre 1995. Timothée 1:12. ARRIVENT
Décès L’EMPIRE ROMAIN
DANS LA TOURMENTE

Ses obsèques auront lieu le


Baptiste, Gaspard et Simon Boin, vendredi 3 juillet, à 16 h 30 précises, Benoît et Stéphanie, CHAQUE MOIS UN PRÉSIDENT

DICKENS HÉBREUX WILSON


Jean-Guy Boin, au crématorium du cimetière du Denis et Tatiana, IL A RÉVÉLÉ
LES BAS-FONDS
DE LONDRES
LE MYSTÈRE
DE L’ARCHE
DISPARUE
UN IDÉALISTE
CONFRONTÉ À
LA GRANDE GUERRE

Sa famille Père-Lachaise, Paris 20e. Marianne et Frédéric,


Et ses nombreux amis, Catherine et Christophe, Mensuel
ses enfants et leurs conjoints,
Merci de ton amour Maman.
Abel, Lucas, Agathe et Zafar, Mila,
En 2009. FRED TOULET/
LEEMAGE VIA AFP
ont la tristesse de faire part du décès
de 17, boulevard Jeanne-d’Arc,
02200 Soissons.
ses petits-enfants et conjoint,
Marie-Cécile, Collections
son ex-épouse,
Emmanuelle BELLOC, 57, avenue de Ségur, Pierre et Claire,
75007 Paris. son frère et sa sœur, Vos collections reviennent
survenu le 27 juin 2020, à Paris. chez votre marchand de journaux
Marie-Pierre Gutmann ont la tristesse de faire part du décès
de

N
é en 1938, à Paris, dans 1938 Naissance à Paris Une cérémonie en hommage se et ses filles, Alma, Clara,
déroulera en la salle de la Coupole, Laurent Gutmann
le quartier de Mont­ 1969 « Black Suite » Bernard POCHE,
au cimetière du Père-Lachaise, et Annette Poehlmann sociologue,
martre, de parents 1995 Enseigne à l’université Paris 20e, le 4 juillet, à 10 heures. et leurs filles, Sarah, Jeanne, docteur ès lettres,
martiniquais, Jacques des Antilles et de Guyane Vincent et Caroline Gutmann directeur de recherche honoraire
Coursil est mort le 26 juin, à Aix­la­ 2005 « Minimal Brass » « Après la neige, où va le blanc ? » et leurs enfants, Gaspar, Enora, au CNRS,
Chapelle (Allemagne), où il rési­ 26 JUIN 2020 Mort à Aix- Iroise, École Polytechnique promotion 54,
dait. Trompettiste, compositeur la-Chapelle (Allemagne) emmanuelle.belloc@gmail.com ses enfants et petits-enfants, ingénieur civil
des ponts et chaussées,
singulier, acteur pluriel, linguiste Francine et Isabelle Matthyssens,
éclatant, il aura autant enchan­ Mme Sylvie Boublil, Maïté de Gaulle, survenu le 30 juin 2020, dans sa
té les mondes parallèles qu’il son épouse, Véronique Gamblin, quatre-vingt-cinquième année.
échappe aux radars. « J’ai remis mon instrument dans Daniel, Benjamin et Clara, Alain et Michèle de Gaulle,
ses enfants, Le service religieux aura lieu le
Rire philosophe, voix en danse, sa boîte, je l’ai prise sous mon bras vendredi 3 juillet, à 9 h 30, en l’église
Primo, Dora, Daphnée, Elior et ont la tristesse de faire part du décès
allure folle – plus tard, dreadlocks et j’ai filé jouer avec Rashid Ali et Saint-Polycarpe, Lyon 1er.
Lenny, de
et binocles de souris de bibliothè­ Marion Brown. Grâce à qui on m’a ses petits-enfants, L’inhumation aura lieu le
Actuellement en vente,
que –, Coursil écrit ce texte en no­ proposé d’enregistrer sous mon Francis GUTMANN, vendredi 3 juillet, à 11 h 30, au le volume n° 9
vembre 1968, dans le n° 2 de la re­ nom », dira Coursil. ont la tristesse de faire part du décès ambassadeur de France, cimetière de la Croix-Rousse nouveau, CLOVIS
vue Actuel en noir et blanc, pre­ Il commence à écrire sérieuse­ de Lyon 4e.
mière mouture : « Tout le monde a ment. En résulte Black Suite (1969), survenu le 25 juin 2020,
Gaëtan BOUBLIL dans sa quatre-vingt-dixième année. ablucat@orange.fr
sa chance : il ne s’agit que d’être formidablement accueilli à New
(Nanou), FEMMES
prêt quand elle se présente. » Man­ York. Il n’a que trompette en tête. Une messe sera célébrée le
Remerciements D’EXCEPTION
tra que lui offrira le pianiste Paul Cherche le point d’articulation. vendredi 3 juillet, à 10 h 30, en l’église
survenu le 27 juin 2020.
Bley à New York. Les lignes mélodiques, le swing Notre-Dame-de-Grâce-de-Passy, 10, rue
Sabine Thouin,
Avant de s’installer à Montmar­ sans que ce swing s’encadre dans de l’Annonciation, Paris 16e.
Un cancer d’évolution foudroyante Marie-Claude Housard de la Potterie,
tre, son père milite en Martinique un mètre régulier. Pure poétique. a eu raison de son extraordinaire Eric Baudeu,
L’inhumation aura lieu dans sa conjointe, sa fille et son fils
au Parti communiste, sa mère A Paris, les critiques en sont à pi­ énergie. l’intimité familiale, au cimetière de Et toute sa famille,
chante. Les parents écoutent avec nailler pour savoir si le « swing » Saint-Pierre-de-Manneville (Seine-
ferveur Stellio, le clarinettiste­ ne serait pas quelque concept Il éclairait nos vies. Maritime). remercient tous ceux et celles qui se
phare de l’île, qui met notre poul­ idéaliste, bourgeois, bla­bla­bla… sont associés à leur peine lors du
Françoise Bréart, Il a rejoint son épouse, décès de
bot antillais sur la piste du jazz. Coursil : « Une phrase atonale et
Coursil apprend la trompette à arythmique doit contenir un cer­ son épouse,
Pierre Callaud, Chantal GUTMANN, Robert BAUDEU,
15 ans. Le blues a renversé le siè­ tain swing… Même à son pic de ten­ née de GAULLE, En vente actuellement,
son frère, survenu le 7 juin 2020
cle ? Il le sait. sion, il faut qu’elle balance à la ma­ Anne-Marie Bréart, le volume n° 12
qui nous a quittés le 21 novembre
En 1958, séjour sous les drapeaux nière des gosses d’Harlem quand ils Danièle Bréart,
2017. et pour leur générosité en cette MIRIAM MAKEBA
en Afrique de l’Ouest. Décolonisa­ dansent le boogaloo. » ses belles-sœurs, occasion.
tion vécue à chaud. Lors du réfé­ 22, rue du Ranelagh,
rendum, le soldat Coursil fait l’as­ Inoubliable improvisation ont la tristesse de faire part du décès 75016 Paris. Débats
sesseur. Demande qu’on veuille A New York, mille et trois rencon­ de
bien aller quérir les bulletins tres, quelques enregistrements. Anouk Martini-Hennerick,
Georges CALLAUD,
« non ». Par quelque souci de péda­ Coursil rentre à Paris en 1968. Il se son épouse,
licencié ès lettres,
gogie, les militaires français n’a­ lance à fond dans la science : lin­ Léonor Hennerick et Léo Achache,
diplômé de Sciences-Po Paris (1969), sa fille et son compagnon,
vaient placé que la pile des « oui ». guistique théorique, informati­ ancien directeur adjoint Les familles Hennerick et Martini,
Hop, voici notre poète au trou… Il que, deux thèses… Maître de con­ de la C.C.I. de Calais,
en sort pour être accueilli dans la férences, il est élu professeur des ont la tristesse infinie de faire part
maison Senghor : « Tu vois ? Il fau­ universités en Martinique et bien­ survenu le 19 juin 2020, du décès de « Le monde d’après »
drait envoyer tout jeune homme tôt aux Etats­Unis (Cornell, Ir­ dans sa quatre-vingtième année. Les architectes face aux défis
Bruno HENNERICK, d’aujourd’hui
chez un poète. » Il parcourt l’Afri­ vine). Sans jamais lâcher la trom­
Les obsèques ont eu lieu au
que. Au retour, il découvre Bar­ pette et l’écriture. John Zorn, son Cycle de débats en public et
cimetière de Cumieres (Marne). survenu le 25 juin 2020.
thes, Greimas, Foucault, Lacan… ancien étudiant en littérature, l’in­ Facebook Live @Citedelarchitecture,
En vente actuellement,
1965 : assassinat de Malcolm X. vite à enregistrer sur le label Tza­ francoisebreart75@gmail.com Les obsèques auront lieu le le volume n° 13
Jeudi 2 juillet, 19 heures,
Coursil file à New York, travaille dik : Minimal Brass (2005), en solo vendredi 3 juillet, à 14 h 30, en l’église L'ÉVOLUTION DE L'UNIVERS
avec le pianiste de Mingus, Jaki sur multipiste. Une splendeur Saint-Médard, Paris 5e. Les grands défis :
Anne Durupty,
Byard, rallie les militants radi­ sans nom. Il en revient à Frantz Fa­ son épouse, écologie, climat, santé.
caux pour les droits civiques et, non (Peau noire, masques blancs, Hortense et Patrick, Anne et Stéphan Lampert, COLLECTIONNEZ LES VOITURES DE

trompette en main, se joint aux


fondateurs de la New Thing : en
Seuil, 1952). Point sur les « i » du
poète trompettiste : « Je ne veux
Sébastien et Sabrina,
Emmanuelle et Xavier,
Denyse et Jean-Jacques Class
Ainsi que toute la famille,
Avec Brigitte Métra, Alicia Orsini,
Simon Teyssou, Marc Barani,
Denis Dessus,
TINTIN
cinq sets, il est des leurs. Duo avec pas être esclave de l’esclavage. » Laurent et Émilie,
ont la très grande tristesse de faire
ses enfants et beaux-enfants, Animé par Francis Rambert.
Bill Dixon, groupes divers et va­ Un soir de 2014, il apparaît au part du décès du
Aurélien, Elsa, Lola, Léa, Alice,
riés avec Marion Brown, Arthur Souffle continu, disquaire et pro­ Romane et Victor, Jeudi 16 juillet, 19 heures,
Jones, Sam Rivers, Alan Silva, ducteur de vinyles, Paris 11e. Inou­ docteur Marc LAMPERT, L’urgence à requestionner
ses petits-enfants,
Sunny Murray qu’il quitte pour bliable improvisation, comme on Françoise, Dominique et Christiane, le logement.
survenu le 26 juin 2020. Actuellement en vente,
rejoindre Frank Wright, toute la sourit du fond de l’âme. Théo, l’un ses sœur, frère et belle-sœur,
Plateforme de la création le volume n° 30
mouvance free qui dessine les des animateurs du lieu : « Il était Le culte aura lieu le lundi 6 juillet, architecturale,
lendemains actifs, il en est. déjà venu ici, en présence d’Archie ont la tristesse de faire part du décès à 14 h 30, en l’église réformée Saint- Inscription obligatoire LE TAXI PANHARD DYNA Z
Ceci, peu connu : dans la horde Shepp. Le plus bouleversant, ce sera de Paul de Strasbourg. sur citelarchitecture.fr
intergalactique du grand Sun Ra, il
se retrouve lead trumpet. Ce n’est
sa dernière prestation au Théâtre
Hébertot : ouverture en solo, après
Michel DURUPTY,
agrégé de droit public, Société éditrice du « Monde » SA
Nos services
pas rien. Répétition : au cours quoi le groupe [Sylvain Kassap, Di­ Président du directoire, directeur de la publication Louis Dreyfus
professeur émérite
d’une lecture à vue d’une parti­ dier Petit, etc.] l’invite à revenir sur de l’université Paris I
Directeur du « Monde », directeur délégué de la publication, membre du directoire Jérôme Fenoglio
Directeur de la rédaction Luc Bronner Lecteurs
tion « imbitable » (le free, ce n’est scène. Le public debout, en larmes… Panthéon Sorbonne, Directrice déléguée à l’organisation des rédactions Françoise Tovo
que rarement ce que l’on croit), le Jamais il n’avait joué aussi loin. avocat honoraire Direction adjointe de la rédaction Grégoire Allix, Philippe Broussard, Emmanuelle Chevallereau, Alexis Delcambre, K Abonnements
Benoît Hopquin, Marie-Pierre Lannelongue, Caroline Monnot, Cécile Prieur, Emmanuel Davidenkoff (Evénements) Sur abo.lemonde.fr
deuxième trompette rate un fa Toute la nuit, il nous a lu des pages au barreau de Paris, Directrice éditoriale Sylvie Kauffmann
Rédaction en chef numérique Hélène Bekmezian Par tél. au 03 28 25 71 71
dièse. Envoyé spécial de Sirius, de Fanon, en riant, en pleurant… » Rédaction en chef quotidien Michel Guerrin, Christian Massol, Camille Seeuws, Franck Nouchi (Débats et Idées) de 9 h à 18 h (prix d'un appel local)
survenu le 29 juin 2020,
Sun Ra interrompt la répète et dis­ C’est toujours la même histoire, Directeur délégué aux relations avec les lecteurs Gilles van Kote
à l’âge de quatre-vingt-trois ans. Directeur du numérique Julien Laroche-Joubert
serte pendant une heure sur avec les mondes parallèles. Leurs Chef d’édition Sabine Ledoux K Le Carnet du Monde
l’équilibre du cosmos. Du genre ta­ anges sont très disponibles, mais Les obsèques auront lieu dans Directrice du design Mélina Zerbib carnet@mpublicite.fr
Direction artistique du quotidien Sylvain Peirani
tillon, il n’admet pas le moindre le monde étriqué préfère, moins l’intimité familiale. Photographie Nicolas Jimenez
raté de fa dièse. Un fa dièse raté par peur que par méchanceté, les Infographie Delphine Papin
Directrice des ressources humaines du groupe Emilie Conte
peut vouer l’univers à l’imperfec­ ignorer. So long, Jacques !  32, avenue de l’Observatoire, Secrétaire générale de la rédaction Christine Laget
tion, autant dire à sa destruction : francis marmande 75014 Paris. Conseil de surveillance Jean-Louis Beffa, président, Sébastien Carganico, vice-président
IDÉES
0123
28 | JEUDI 2 JUILLET 2020

L’« Europe de la santé » que le président français


appelle de ses vœux existe déjà en partie
sionnels de santé, relèvent principale­ ple à l’organisation de la prévention. Ré­ mutualiser l’achat d’équipement médi­
Selon trois chercheurs de l’université du Michigan, ment du droit du marché intérieur et cemment, la Commission a activé la cal et l’envoyer aux Etats les plus dure­
la crise due au Covid­19 a été l’occasion non de l’article 168 du TFUE. clause dérogatoire générale du cadre ment touchés. Enfin, la Commission
Ces normes, qui ne sont pas toujours budgétaire européen pour permettre européenne a proposé, le 27 mai, un
pour Bruxelles de renforcer la politique édictées au nom de la santé, ont pour­ aux Etats membres de s’écarter tempo­ nouveau programme pour la santé,
sanitaire commune au sein du cadre restreint tant un impact direct sur celle des Euro­ rairement de leurs obligations fiscales. EU4Health, doté d’un budget de
péens. Au plus fort de la crise, plusieurs Enfin, l’Europe envisage actuellement 9,4 milliards d’euros. Ce programme
offert par les traités pays ont interdit l’exportation de mas­ d’émettre des « coronabonds », permet­ veut renforcer les prérogatives euro­
ques et fermé leurs frontières. L’UE a tant de mutualiser la dette européenne péennes en matière de sécurité sani­

L’
dénoncé ces comportements, qu’elle a et de venir en aide aux pays les plus en­ taire et préparer l’UE à de futures pandé­
Europe est devenue l’épicentre européen des systèmes et politiques de jugés peu solidaires. Sous l’impulsion dettés, dont l’économie est fragilisée. mies. Cela signifie, concrètement, al­
de l’épidémie de Covid­19 en santé, 2019). Le premier est l’article 168 de la Commission, les gouvernements louer plus de ressources aux agences de
mars 2020. De nombreux obser­ du traité sur le fonctionnement de se sont ensuite engagés à fournir des Budget multiplié par 25 sécurité sanitaire, améliorer leur capa­
vateurs ont alors déploré son im­ l’Union européenne (TFUE), qui confère masques aux pays confrontés à des On le voit, l’UE est intervenue dans la ré­ cité d’achats groupés, élaborer des mé­
puissance face à la menace sanitaire et à l’UE une mission de sécurité sanitaire. pénuries, comme l’Italie. solution de la crise en mobilisant les thodologies communes pour recenser
l’absence de mécanismes permettant La santé reste du ressort des Etats, mais La gouvernance fiscale est le troisième trois piliers de sa politique sanitaire. les cas, etc.
d’harmoniser la réponse des Etats à « l’action de l’Union (…) complète les pilier des politiques de santé européen­ Dès lors, comment expliquer ses diffi­ Ainsi, entre les mois de mars et de
l’échelle communautaire. Ce constat politiques nationales » et l’UE « encou­ nes. Les dispositifs de surveillance fis­ cultés initiales face à l’épidémie de juin 2020, l’UE a renforcé les trois piliers
d’échec a poussé le président Macron à rage la coopération entre les Etats » en cale peuvent infléchir la trajectoire sani­ Covid­19 ? Elles tiennent à des facteurs de sa politique sanitaire : elle a élaboré
plaider pour la création d’une « Europe matière de santé publique. taire des Etats. Chaque année, lors du politiques et structurels. Politiques, un ambitieux programme de santé pu­
de la santé » investie de missions de semestre européen, par exemple, la d’une part, puisque les Etats membres blique (EU4Health), a réaffirmé sa préé­
sécurité sanitaire. Selon lui, cette Impact direct sur la vie des Européens Commission examine les politiques ont d’abord refusé que l’Europe impulse minence en matière de régulation des
Europe n’a « jamais existé », car « la L’intitulé même de l’article 168 – « Santé budgétaires nationales pour repérer une stratégie commune, préférant assu­ biens médicaux et a infléchi sa politi­
compétence sanitaire n’est pas une publique » – résume à lui seul le para­ d’éventuels déséquilibres émergents. mer seuls la gestion de l’épidémie. que budgétaire dans un sens plus favo­
compétence communautaire ». digme sanitaire européen, puisqu’il Depuis 2012, le Conseil émet des recom­ Comprenant peu à peu la nécessité rable aux politiques de santé. Le budget
Ces propos témoignent d’une mécon­ s’agit d’orienter les politiques de santé mandations spécifiques par pays sur les d’une politique concertée, les gouverne­ de la santé a été multiplié par 25. L’Eu­
naissance partielle du rôle de l’Union communautaires vers des mesures po­ systèmes de santé, relatives par exem­ ments se sont ensuite tournés vers les rope de la santé – qui préexistait à la
européenne (UE) dans le domaine de la pulationnelles visant à protéger la santé autorités supranationales. Structurels, crise sous une forme limitée – en sort
santé. On ignore trop souvent qu’elle des ressortissants européens et non à d’autre part, puisque l’ECDC compte donc renforcée, conformément à l’ada­
détient une compétence restreinte en réformer les systèmes de santé natio­ moins de 300 employés (contre 15 000 ge de Jean Monnet : « L’Europe se fera
matière de santé publique, visant à pré­ naux. L’Europe dispose ainsi d’agences pour les centres pour le contrôle et la dans les crises et elle sera la somme des
venir les risques sanitaires et à protéger de sécurité sanitaire, dont le Centre prévention des maladies [CDC] améri­ solutions apportées à ces crises. » 
la santé des populations. « L’Europe de la européen de prévention et de contrôle cains) et sert principalement de
santé » que le président français appelle des maladies (ECDC) et l’Observatoire plate­forme d’échange d’idées et d’ex­
de ses vœux existe déjà (en partie). Prise européen des drogues et des toxicoma­ LA COMMISSION pertise. L’ECDC a pourtant centralisé
en défaut au début de la crise, elle est nies (OEDT), pleinement mobilisées lors des données épidémiologiques, mais les
ensuite intervenue dans la gestion de la crise due au Covid­19 pour diffuser
A PROPOSÉ, Etats ont préféré s’en remettre à leurs
de l’épidémie, en actionnant chacun des données fiables et prévenir les pé­ LE 27 MAI, experts nationaux. Scott Greer, professeur à l’Ecole de
de ses trois leviers, ou « piliers ». nuries de médicaments. L’UE dispose enfin d’une organisation santé publique de l’université du Michi-
La politique sanitaire européenne re­ Moins intuitif, le deuxième pilier n’en UN NOUVEAU chargée de répondre aux crises sanitai­ gan, chercheur associé à l’Observatoire
pose en effet sur trois piliers, que nous est pas moins fondamental, puisqu’il res et environnementales (rescEU), européen des systèmes et politiques de
avons analysés dans un ouvrage récent s’agit du marché intérieur. Les règles PROGRAMME DOTÉ créée il y a moins d’un an pour mutuali­ santé ; Holly Jarman, professeure à
(Everything you always wanted to know qui encadrent la mise sur le marché des DE 9,4 MILLIARDS ser les ressources des Etats en cas d’in­ l’Ecole de santé publique de l’univer-
about European Union health poli­ médicaments et des dispositifs médi­ cendie, notamment. Avec un peu de sité du Michigan ; Sarah Rozenblum,
cies but were afraid to ask, Observatoire caux, ou encore la mobilité des profes­ D’EUROS retard, l’UE a mobilisé la rescEU pour doctorante à l’université du Michigan

Daniela Schwarzer
Les défis de la présidence allemande de l’Union européenne
Alors que l’Union affronte une crise géopolitique et géoéconomique majeure, elle doit se réinventer en refusant tout
compromis touchant la démocratie et l’Etat de droit, relève la directrice de l’institut allemand de politique étrangère

L
e 1er juillet, en un moment miques colossales. Ces dommages ressants s’ils n’augmentent pas dont le projet a vu le jour en 2017 que, notamment en fournissant européenne devra publier son
capital pour l’Europe, vont considérablement varier leur compétitivité. sous la Commission Juncker, en­ et en stockant des équipements premier rapport sur l’Etat de
l’Allemagne prend la prési­ d’un pays à l’autre et à l’intérieur La meilleure base pour une éco­ trera en vigueur le 1er octobre. Il médicaux. La Conférence sur droit en septembre, Berlin, avec
dence de l’Union euro­ même des pays. L’Allemagne et nomie compétitive reste un mar­ faudra élaborer d’autres initiati­ l’avenir de l’Europe, qui s’ouvrira Paris, aura la lourde responsabi­
péenne. La bonne nouvelle, c’est la France sont les nations qui ché unique basé sur une concur­ ves en se basant sur une analyse pendant la présidence allemande lité d’assurer le soutien du
qu’après des mois de paralysie, la soutiennent le plus leur écono­ rence libre et équitable et la zone sérieuse des nouveaux risques de l’UE et se terminera en 2021, Conseil européen.
France et l’Allemagne ont lancé mie et, dans une certaine mesure, euro complétée à l’avenir par une qui menacent la compétitivité in­ sous la présidence française, per­ Pour conserver notre capacité à
d’importantes initiatives politi­ elles entraîneront dans leur union de marchés des capitaux. dustrielle et l’autonomie stratégi­ mettra d’identifier d’autres prio­ agir sur la scène internationale et
ques communes et proposé la sillage d’autres pays du marché Cette économie européenne en que de l’UE. rités pour les citoyens. à cofaçonner l’agenda mondial, à
création d’un fonds de reconstruc­ unique. Mais les divergences vont transformation numérique doit L’UE ne sera une actrice forte un moment où des problèmes
tion européen. S’il est suffisam­ s’accentuer. C’est pourquoi l’Eu­ être soutenue par des politiques sur la scène internationale que si Des principes non négociables transnationaux nécessitent une
ment ambitieux, ce fonds aidera rope doit mener une action rapide nationales de réformes coordon­ elle renforce sa cohésion et sa Tandis que la pression extérieure coopération mondiale mais où
l’UE à se redresser, tout en accom­ et audacieuse pour stabiliser son nées. L’UE devra également revoir légitimité interne. Pour cela, sur l’UE monte, nous sommes l’ordre international s’écroule, il
pagnant la nécessaire transforma­ économie dès la rentrée, mais sa politique de la concurrence et elle doit garantir aux citoyens appelés à nous réinventer pour est impératif de renforcer la cohé­
tion de son économie. aussi se préparer à l’éventualité renforcer sa politique commer­ européens une protection et des l’avenir et à défendre les principes sion interne de l’UE, basée sur
Alors que l’Union européenne d’un automne difficile et d’une ciale en défendant une approche biens publics de sorte qu’ils puis­ qui sont non négociables. Ainsi, des principes clairs et non négo­
accomplit des pas prudents en période politique orageuse. commune forte pour faire face à sent être compris. les Européens doivent refuser tout ciables, et d’accompagner son
direction d’une réouverture, elle la Chine et aux Etats­Unis. La di­ Au début de la crise, les gouver­ compromis touchant la démocra­ redressement économique avec
ne peut pas revenir à l’ancienne Inventer notre modèle rective européenne sur le filtrage nements ont agi selon des tie et l’Etat de droit, qui sont à la une transformation ambitieuse.
normalité. Le paysage politique, Il sera crucial de transformer des investissements étrangers, logiques nationales : contraire­ base même de la paix et de l’unifi­ L’année 2020 sera une année où
économique et social, dans l’économie tout en la stabilisant. ment au principe de marché cation européenne depuis la fin elle devra préparer son avenir. En­
l’Union européenne comme au En pleine crise, nous devons unique européen, ils ont interdit de la seconde guerre mondiale. semble, la France et l’Allemagne
niveau international, change plus inventer notre modèle socio­éco­ l’exportation de matériel médical Ces deux principes sont mis à mal doivent s’assurer que nous ne pas­
vite que nous ne le pensions. L’im­ nomique et de compétitivité pour et fermé des frontières. De telles par certains gouvernements euro­ serons pas à côté des opportunités
pact géopolitique et géoéconomi­ l’avenir. Le vaste plan de relance mesures nous rappellent une le­ péens, notamment en Hongrie et que nous avons encore. Car il se
que de cette crise sera vraisembla­ de l’économie d’environ 750 mil­ çon que nous avons déjà apprise en Pologne. Ils sont aussi délibé­ peut qu’elles ne se représentent
blement considérable et durable. liards d’euros doit mener à bien la de crises précédentes : pour faire rément minés par des acteurs plus avant très longtemps. 
L’Europe n’y est pas préparée et reconstruction en même temps L’UE NE SERA UNE tomber les frontières et garantir extérieurs comme Moscou ou Traduit de l’allemand
elle a peu de temps pour s’adapter. que la transition numérique et le les libertés, notamment la liberté Pékin, qui encouragent les leaders par Valérie Morizot
Voici quatre observations qui par­ green deal. ACTRICE FORTE SUR de mouvement des citoyens, l’UE autoritaires et interviennent dans
lent en faveur d’une UE plus forte. La compétitivité du secteur nu­ doit assurer les mécanismes de nos démocraties.
Le choc du Covid­19 a des effets mérique est primordiale pour LA SCÈNE protection nécessaires à l’échelle Alors que l’UE élabore de
asymétriques qu’il faut amoin­
drir. L’Union européenne traverse
l’Europe, aucun pays isolé ne sera
capable de rivaliser avec la Chine
INTERNATIONALE européenne. Si elle ne le fait pas,
les fruits de dizaines d’années
nouveaux instruments finan­
ciers, elle doit s’assurer que les
la crise du siècle : une chute d’envi­ ou les Etats­Unis. En cas d’un QUE SI ELLE d’intégration commenceront à se bénéficiaires de ses politiques
ron 8 % du PIB en 2020, la multi­ changement de leadership améri­ gâter de l’intérieur. respectent pleinement les princi­ Daniela Schwarzer
plication des faillites d’entrepri­ cain, de nouvelles possibilités de RENFORCE SA A l’heure actuelle, en plus de pes de la démocratie et de l’Etat est directrice de l’institut
ses, une flambée du chômage qui coopérations peuvent se présen­ la stabilisation socio­économi­ de droit. Au second semestre allemand de politique
frappe en particulier les jeunes et ter, mais les Européens ne consti­
COHÉSION ET SA que, la priorité majeure est d’assu­ 2020, quand ces outils seront mis étrangère Deutsche Gesells-
crée des difficultés socio­écono­ tueront pas des partenaires inté­ LÉGITIMITÉ INTERNE rer la protection de la santé publi­ en place et que la Commission chaft für Auswärtige Politik
0123
JEUDI 2 JUILLET 2020 idées | 29

Jean de Kervasdoué Marie-Astrid Piquet


et Daniel Zagury Le directeur, seul
De grave, la situation
de la psychiatrie est passée patron à l’hôpital
à catastrophique La logique de métier des soignants s’oppose à la
logique de rationalisation de l’institution. L’hôpital
est gangrené par ce conflit de légitimité, explique
la professeure de gastro­entérologie et nutrition
L’Etat maintient sur ce secteur une pression financière

L
« à l’exclusion de toute autre vision », déplorent l’économiste et es malades pensent souvent qu’un
le psychiatre. Il laisse le personnel, médecins et soignants, livré médecin dirige l’hôpital. En fait, ce
n’est pas le cas dans les hôpitaux
à lui­même et croulant sous le poids des tâches administratives publics français. Les directeurs Marie-Astrid Piquet est
sont des hauts fonctionnaires, issus d’un professeure des universités

L
cursus de santé publique, gestion et de gastro-entérologie
es partis politiques n’abor­ bureaucratiques chronophages management. En 2009, la loi hôpital, et nutrition au centre hospitalier
dent les questions de santé et débilitantes ; on a dépouillé le patients, santé, territoires, sous l’impul­ universitaire de Caen
que sous leur aspect écono­ chef de service de tout pouvoir sion de Nicolas Sarkozy, a consacré le
mique et financier. Il y a fort sur sa propre équipe ; on a cassé le directeur général (DG) comme « le seul
à parier que, après le choc de l’épi­ binôme mythique chef de service­ IL NE S’AGIT PLUS patron à l’hôpital ». Le DG détient ainsi le
démie de Covid­19, il ne sera pas cadre infirmier supérieur, qui de­ pouvoir de décision et de nomination. que si les directeurs choisissent la
dit grand­chose de la santé men­ puis Pinel et Pussin [respective­ D’EXAMINER Il bénéficie des conseils éclairés d’un carrière de directeur d’hôpital, c’est
tale qui, à notre connaissance, ment médecin aliéniste et sur­ médecin élu par ses pairs, le président de parce qu’ils ont un vrai sens de la santé,
n’est pas à l’agenda du Ségur de la veillant à l’asile Bicêtre puis à la
ET DE SOIGNER, la commission médicale d’établissement j’étais suspectée d’être passée à l’en­
santé (lancé le 25 mai). Pourtant, Salpêtrière, à Paris, à la fin du MAIS DE (CME), mais ce dernier n’a pas de nemi ! Je m’étais présentée à la CME
depuis une décennie, la situation XVIIIe siècle], organisait le soin, en pouvoirs propres, la loi lui conférant un pour coconstruire avec le DG, et je me
est passée de grave à catastrophi­ faisant basculer les cadres vers DÉBARRASSER rôle de proposition, mais pas de décision. retrouvais face à mes collègues qui s’at­
que. Certes, de tout temps, la folie l’administratif ; on a transformé Finalement, le président de CME acquiert tendaient à ce que je les « défende contre
– terme aujourd’hui refoulé – a dé­ chaque garde en enfer : il ne s’agit LES URGENCES sa capacité d’agir à travers la relation la direction ». Et depuis que j’ai quitté
rangé, mais le rejet collectif du plus d’examiner et de soigner, DE MALADES qu’il entretient avec le DG. la CME, je ressens moi­même cette
différent, de l’anormal dans une mais de débarrasser les urgences C’est ce que j’ai réalisé en prenant tension, cette sensation de devoir
société du bien­être n’explique de malades transformés en « pata­ TRANSFORMÉS mes fonctions de présidente de CME. J’ai choisir un camp, d’être avec eux ou
pas à lui seul la persistance du tes chaudes » et de faire du psy­ eu la chance de travailler avec un DG d’être contre eux.
massacre. Certes, la reconnais­ chiatre de garde un « bed mana­ EN « PATATES qui avait une grande connaissance du Ce conflit de légitimité dans l’hôpital,
sance publique par Agnès Buzyn
[ministre de la santé de mai 2017 à
ger », cherchant désespérément
des lits pendant toute la nuit.
CHAUDES » terrain hospitalier, une vision auda­
cieuse de l’offre de soins et un sens aigu
tout le monde en souffre. Les soignants
en souffrent, parce que c’est doulou­
février 2020] de l’abandon de la de la coopération avec les soignants. reux pour eux d’être limités dans leurs
psychiatrie a dégagé l’Etat d’une Des procédures très lourdes tableaux Excel, à produire des re­ Nous avons toujours pu compter l’un initiatives et de se voir imposer des déci­
posture perverse de déni, mais, La psychiatrie est une discipline commandations, des protocoles, sur l’autre. Pourtant, nos discussions sions qui les éloignent de leur réalité et
sur le fond, rien n’a changé. médicale complexe, dont le des procédures, des programmes, étaient parfois tendues, car je ressen­ qui affectent la prise en charge de leurs
Pour prendre en charge les meilleur a toujours consisté dans des guides de bonnes pratiques… tais une frustration en cas de désaccord patients. Les directeurs en souffrent car
2,1 millions de patients suivis par un regard en plusieurs registres et On n’imposait pas d’intermina­ qui me laissait un goût un peu amer. leur engagement pour la santé publique
les « secteurs » psychiatriques, dans une écoute en plusieurs di­ bles réunions sur la certification Comme m’a dit un directeur, au football n’est pas reconnu, leurs contraintes sont
une organisation très particulière mensions. La psychiatrie est bio­ et sur les processus qualité à des c’est toujours l’Allemagne qui gagne, ignorées, et ils sont soumis en per­
et spécifique a été conçue dans psycho­sociale, ce qui d’ailleurs médecins constatant chaque jour au CHU c’est toujours le DG. Et cela m’a manence à cette suspicion d’illégitimité
les années 1960 : le secteur psy­ pose des problèmes très parti­ l’effondrement de la qualité des posé un problème. qui leur est rappelée régulièrement par
chiatrique. Le suivi des patients culiers dans l’enseignement et la soins. On ne distribuait pas de li­ J’étais médecin, élue présidente de des réflexions (« vous n’êtes pas méde­
est géographique ; la prise en recherche de cette discipline. La vret d’accueil à des patients scan­ CME, je pensais être légitime. Je pensais cin ») allant parfois jusqu’à remettre en
charge est globale et, pour y par­ césure entre les universitaires et daleusement contentionnés plu­ qu’en accédant à la présidence de CME, question leur valeur.
venir, le secteur dispose d’une les praticiens y est d’ailleurs forte. sieurs jours aux urgences faute j’aurais autant de poids que le DG dans Alors comment en finir avec ce conflit
équipe, d’un service d’hospita­ En effet, les universitaires sont par de lits ! L’hôpital est devenu fou les décisions concernant les soins. En de légitimité gestionnaires/soignants
lisation et de très nombreuses essence spécialisés et, de surcroît, de cette coupure et de cette hosti­ même temps, je n’ai jamais remis en qui gangrène les relations dans l’hôpi­
autres formes de prise en charge : leur conception de la discipline va­ lité entre ceux qui gèrent et ceux cause la légitimité du DG. Il avait une tal ? Certains proposent une inversion
hôpital de jour, hôpital de nuit, rie considérablement d’une uni­ qui soignent, comme de cette lo­ légitimité de gestionnaire des fonds des responsabilités, sur le modèle des
centre de consultation médico­ versité à l’autre, voire d’un ensei­ gique descendante de schémas publics, un savoir­faire du management, centres anticancéreux : un médecin est
psychologique (CMP), centre gnant à l’autre, alors que la prati­ abstraits supposés miraculeuse­ une vision de santé publique large, et nommé DG et il choisit un administratif
d’accueil thérapeutique à temps que d’un psychiatre de secteur doit ment s’adapter au terrain. une responsabilité juridique que je comme directeur adjoint. Il y a une
partiel (CATTP)… Le financement être intégrative [faire intervenir di­ Face au désastre désormais re­ n’avais pas. Mais si la plupart des méde­ certaine logique à ce que la fonction
provient d’une dotation globale verses disciplines pour répondre connu, il faut contraindre l’Etat à cins qui travaillent au quotidien au support, l’administration, soit au service
annuelle plus contrainte encore, aux besoins spécifiques du patient]. sortir de sa posture perverse. contact des directeurs ne contestent pas de l’opérationnel, le soin. Mais ce
depuis 2011, que celle de l’hospi­ Mais ce n’est pas tout, et l’his­ L’Etat « pervers », c’est celui qui leur légitimité, il n’en est pas de même système maintient un déséquilibre.
talisation traditionnelle. Si, en toire décernera certainement maintient la pression financière, pour les soignants du terrain.
principe, l’égalité règne, la réalité une mention particulière à Nico­ à l’exclusion de toute autre Car deux logiques s’opposent : la logi­ Une gouvernance équilibrée
depuis vingt ans est scandaleuse­ las Sarkozy. Après le meurtre vision ; qui clive les « décideurs » que de métier des soignants, qui prio­ Je pense pour ma part que l’hôpital a
ment autre, car certains secteurs d’un étudiant par un malade et les exécutants ; qui multiplie risent le soin dans sa dimension hu­ besoin de tous ses corps professionnels,
n’ont plus de psychiatres ! Plus de mental en 2008 à Grenoble, il a les missions de service public, maine artisanale, centrée sur un collo­ gestionnaires et soignants, dans une
1 000 postes ne sont pas pourvus, en effet clairement laissé enten­ sans se préoccuper de leur fai­ que singulier, et la logique de coopération d’égal à égal. Le Collectif
soit de l’ordre de 20 % des postes dre que les malades mentaux sabilité ; qui laisse en bout de l’institution, menée par les directeurs, inter­hôpitaux propose une gouver­
du secteur public. faisaient courir un danger à la po­ course l’aide­soignant, l’infirmier qui privilégient la rationalisation de l’ac­ nance équilibrée entre le directeur, le
pulation et a notamment modi­ ou le psychiatre assumer les tivité, avec une perspective à plus grande président de CME et le président de la
Présence soignante minimaliste fié « l’hospitalisation sans con­ dysfonctionnements, quand il ne échelle, et gèrent la pénurie. La raré­ commission des personnels paramé­
La politique menée depuis trois sentement ». Sans entrer dans les les leur impute pas. Certains se faction des moyens budgétaires a consi­ dicaux. Ce trio devrait décider de façon
décennies consiste à prétendre, détails, sous couvert de donner sont suicidés de devoir porter sur dérablement accru la pression de la di­ consensuelle, en cogestion, avec recours
sous couvert de déstigmatisation, plus de liberté aux malades, les leurs épaules les conséquences rection sur les soignants, qui rejettent à une instance (le conseil de
que la psychiatrie serait une spé­ procédures sont devenues très de ce qu’ils n’ont cessé de dé­ cette domination qui les prive d’auto­ surveillance) en cas de désaccord.
cialité médicale comme les autres. lourdes et impliquent certes les noncer dans l’indifférence. Croire nomie dans l’organisation des soins. Un autre élément essentiel est de
Ainsi, les hôpitaux psychiatriques psychiatres, mais aussi le direc­ que quelques insultantes mé­ rapprocher la décision des services de
ont perdu leur qualificatif et sont teur de l’établissement, le préfet dailles en chocolat pour les valeu­ « Vous n’êtes pas médecin » soins en supprimant les pôles, strates
devenus des « centres hospita­ et surtout le juge des libertés et reux guerriers du Covid­19 ou Les injonctions de rationalisation sont bureaucratiques intermédiaires qui
liers ». Il n’y a plus de concours de la détention. La complexité et quelques augmentations de sa­ d’autant plus mal acceptées que leur n’ont pas de cohérence clinique et éloi­
particulier pour devenir psy­ l’inutilité de certaines de ces obli­ laire vont suffire, c’est tout finalité est financière et qu’elles sont gnent les soignants de la direction.
chiatre ; le choix de cette spécia­ gations ont accru le poids du tra­ simplement n’avoir rien compris menées par un gestionnaire. Quand Enfin, il est temps de redonner du
lité, après le concours de l’Inter­ vail des administrations hospita­ à ce que nous a montré la pandé­ j’essayais de convaincre mes collègues pouvoir à ceux qui font, et de leur rendre
nat, dépend donc du rang de clas­ lières, transformé les secrétariats mie, sur fond de crise ancienne de l’autonomie.
sement, comme si l’on choisissait médicaux en greffes de tribu­ de la psychiatrie.  S’il est logique que les gestionnaires
d’être psychiatre parce que l’on naux et les dossiers médicaux en contrôlent les dépenses, les soignants
n’avait pas pu devenir chirurgien ! pièces judiciaires. On a imposé à ne se résignent pas à être dépossédés
Une partie des postes offerts à la psychiatrie un schéma narratif IL EST TEMPS DE de leur libre­arbitre en ce qui concerne
l’internat n’ont pas de candidats. qui n’est pas le sien. la qualité. La qualité des soins leur
Il n’y a plus non plus de forma­ Au temps de la mise en place du
REDONNER appartient, c’est leur première motiva­
tion spécifique des infirmiers psy­ secteur psychiatrique (de 1960 à Jean de Kervasdoué est DU POUVOIR À CEUX tion. Les normes excessives et les mul­
chiatriques. Les dimensions rela­ 1985), « les décideurs de la santé » économiste de la santé. tiples procédures de contrôle doivent
tionnelles et institutionnelles, venaient rencontrer les soi­ Il a été directeur des hôpitaux QUI FONT ET être réduites au profit de la confiance
dans la formation des jeunes psy­ gnants, discuter avec eux. Nous au ministère de la santé de dans les soignants, qui ont largement
chiatres, ont disparu ; on a réduit n’étions pas « les uns contre 1981 à 1986 ; Daniel Zagury DE LEUR RENDRE prouvé, lors de la crise sanitaire
au minimum la présence soi­ les autres ». Ils n’étaient pas mu­ est psychiatre, expert auprès DE L’AUTONOMIE [liée au nouveau coronavirus], qu’ils la
gnante en imposant des tâches rés dans leur bureau, devant des de la cour d’appel de Paris. méritaient. 
0123
30 | 0123 JEUDI 2 JUILLET 2020

GÉOPOLITIQUE | CHRONIQUE LA MISE AU PAS 


par sylv i e kauf fmann
DE HONGKONG,  par un traité déposé à l’ONU, le haut degré mouvement de protestation de 2019, dans
d’autonomie de Hongkong durant cin­ sa très grande majorité attaché à l’autono­
DÉFI AU MONDE 
L’Europe face OCCIDENTAL
quante ans. Elle impose par la force ce que
les Hongkongais redoutaient, et ce contre
quoi ils étaient descendus dans la rue en
mie actuelle, que Pékin veut punir, mais les
insultes proférées à son encontre, sous
forme d’emblèmes ou de drapeaux
au doute démocratique masse l’an dernier : des lois susceptibles
d’envoyer en prison à vie des citoyens pour
« subversion, sécession, terrorisme et collu­
souillés, ainsi que les tentatives des mili­
tants pour obtenir l’assistance des Etats­
Unis et même celle de l’ancien colonisateur
sion avec l’étranger ». Une brèche sinistre britannique.

C’
est une de ces peti­ de non­droit dans le système judiciaire lo­ Obsédé par la « sécurisation » du système
tes phrases glissées DANS LA CRISE  cal, calqué sur la common law britannique. politique et du parti, Xi Jinping considère
au détour d’un en­
tretien et qui finis­
DU COVID, L’EUROPE  La crainte des Hongkongais est nourrie
par la farce tragique que constitue en Chine
que la guerre commerciale lancée par l’ad­
ministration Trump et l’offensive des parle­
sent par en dire plus long que le OFFRE UN MODÈLE  une justice qui, en sept ans de règne de Xi mentaires américains contre les atteintes
reste du texte. Dans l’interview Jinping, a usé et abusé des délits de subver­ aux droits de l’homme, notamment au
qu’elle a donnée aux journaux du QUI CONCILIE  sion, ou d’autres lois d’atteinte à l’ordre pu­ Xinjiang, ont augmenté les risques pour
réseau Europa, dont Le Monde, au
moment où l’Allemagne s’apprê­
tait à prendre la présidence de
l’Union européenne (UE), mer­
credi 1er juillet, la chancelière An­
LIBERTÉ DE DÉBAT ET 
FILET DE SÉCURITÉ L es blindés chinois n’ont pas roulé
dans les rues de Hongkong, mais le
coup de force législatif de Pékin,
mardi 30 juin, à la veille du 23e anniversaire
de la rétrocession du territoire à la Chine,
blic, dans un mépris grossier à la fois de ses
propres procédures, de sa Constitution et
des droits à la défense. Le tout au nom de la
suprématie absolue du Parti communiste
et du rejet assumé des valeurs universelles,
une Chine qui doit, selon lui, « prendre une
place centrale sur la scène mondiale ». Il
s’agit pour lui de crever l’abcès que consti­
tuait la protestation à Hongkong.
Le Covid­19 a fourni une occasion inat­
gela Merkel a confié ses interroga­ lante posture. Le président Em­ n’est pas loin de provoquer le même effroi : les deux principales composantes de la tendue en permettant d’y interdire les ma­
tions sur la supériorité du modèle manuel Macron, qui lui a rendu des commerçants prodémocratie ont retiré « pensée de Xi Jinping ». nifestations et d’agir alors que les frontiè­
démocratique libéral. visite lundi 29 juin, venait de précipitamment les slogans qui tapissaient La Chine s’était pourtant accommodée res sont fermées. Que les Etats­Unis et
« Jusqu’à présent, nous n’avons constater à la faveur des élections leurs devantures, et les candidats à l’émi­ pendant vingt­trois ans du statut quasi dé­ l’Europe affrontent les effets dévastateurs
pas su apporter la preuve à 100 % municipales, la veille, que la gration se comptent par milliers. mocratique de sa « région administrative du virus est du pain bénit pour le diri­
que le modèle libéral démocrati­ grande disruption du système po­ La loi dite « sur la sécurité nationale » im­ spéciale ». Elle commence aujourd’hui à la geant chinois, qui abreuve la population
que est en train de s’imposer, a­t­ litique qui l’a amené au pouvoir posée par Pékin, en criminalisant les at­ phagocyter, montrant un appétit et une du récit de ses succès contre l’épidémie. La
elle observé. Cela m’inquiète. » La en 2017, loin d’être achevée, pou­ teintes à son pouvoir, viole la Constitution impatience qui reflètent sa spectaculaire Chine, en imposant sa loi à Hongkong pré­
chancelière venait de dresser le vait aussi se retourner contre lui. de Hongkong, selon laquelle le territoire montée en puissance économique, mili­ cisément au moment où elle est mise en
bilan des grandes com