Vous êtes sur la page 1sur 2

Etape première du commentaire :

Rentabiliser sa lecture et construire son brouillon.

1) Enquêter sur l'auteur, son œuvre, sa notoriété, ses caractéristiques (métier, style, entourage,
influences...) : on stocke ces informations.
2) Identifier le genre (roman, théâtre, discours, poésie …)
4) Lire le texte à voix haute : facile ? Malaisé ? Si oui, à quel endroit du texte a-t-on buté ? Le cas
échéant, pourquoi ? Des effets rhétorique (sonores, rythmiques etc.) ?
5) Intention de l'auteur : claire ? Originale ? Second degré éventuel ?
6) « Juger » le texte : facile d'accès ou pas ? Pour dire la même chose, aurait-on dit comme ça ? Texte
efficace ou pas ? Risqué ou pas ? Evaluer le ratio gain/risque.
7) Rechercher des points de commentaire en fonction de ce tableau :

Points de vérification Exemple Procédé, preuve Interprétation


technique
1. Énonciation : qui parle à « J’avais envie de vomir » Pronom personnel Texte qui se veut
qui ? (l.1), « J’allais vomir » sujet de la première introspectif
personne « je », Authenticité,
+ mention du destinataire d’emblée implication
personnelle du
« au fond de vous », locuteur
« votre existence »
Appel au lecteur
Implication,
responsabilisation (le
roman se veut
didactique)
2. Temps des verbes et leur « allait », « attendait » Imparfait puis Actualisation
valeur Puis présent « elle tombe », présent Volonté de faire vrai et
« vous attrape », d’actualisation marquer le lecteur
« s’interrompt »
3. Modes des verbes « attrapent », « rient", Indicatif La force du réel
« s’installent », « est »
4. Voix des verbes : passif ? Pas exploitable ici
Actif ?
5. Structure du texte Un seul paragraphe Bloc pesant
Gravité, sérieux du
propos d’un seul
tenant

Pas de respiration, pas


d’aération = urgence
du propos
6. Rythme. Effet RAS
d’emballement ?
Stagnation ? Lenteur ?
7. Mouvement de texte Début « je » Dépersonnalisation Plutôt force du
(début/fin): gradation, Fin : impersonnel « il y a », ? Plutôt du discours normatif, loi
constance, dégradation ? « il parait » et indéfini « on particulier générale, parole

p. 1/2
aurait dit » (personnel) au d’autorité
général (universel)
8. Figure de style « lueur », « ténèbres », Champ lexical de la Symbolique
dominante ? « allumettes » en fin de lumière Espoir retrouvé
texte (au début : « noir », Contraste, antithèse Survie du protagoniste
« ombre », « éteinte ») ombre/lumière
+ Force fantastique
« les ténèbres rient », « les + (paysage s’anime) :
ténèbres dévorent » miracle de la survie à
Personnification l’horreur ? expérience
rendue
exceptionnelle ?
9. Niveau de langue « je sais quand je suis Courant Neutralité froide
mort », « c’est fini » (au Dureté du récit
lieu de « décédé », Et aussi, accessibilité
« trépassé », et « achevé ») (nécessité de faire
passer le témoignage
et toucher à
l’universel)
10. Ponctuation RAS Cf. remarque Ton neutre, maîtrisé
précédente Clarté du propos
(valeur pédagogique)

Regroupement des idées, en tenant compte de 5 IMPERATIFS :

• Commentaire écrit : 6 sous-parties (3x2 ou 2x3) !


• On va crescendo dans le développement, du plus évident au plus sophistiqué !
• Au commentaire rédigé, tous les signes mathématiques et abréviations vont disparaître. On
rédigera tout, au moyen de phrases verbales.
• Attention à ne pas abuser des champs lexicaux.
• Énonciation : pas de « je » dans les copies françaises de commentaire et de dissertation.

p. 2/2