Vous êtes sur la page 1sur 4

COMMUNICATION INTERNATIONALE

Présentation préliminaire de la culture : la vision de l’autre


Objectifs de la séance
 Comprendre les concepts
- Relations internationales
- La communication internationale et
- La communication interculturelle
 Saisir la distinction entre ces différents concepts
 S’approprier le concept de culture.

I/ RELATIONS INTERNATIONALES
Traditionnellement, les relations internationales sont considérées comme un
ensemble de liens, e rapports et de contacts qui s’établissent entre les 2tats et
relèvent de la politique étrangère de ces derniers.
Les RI, relèvent des sciences politiques tout en se focalisant sur les relations
parmi les Etats et entre les Etats ; et dans une certaine meure des institutions
appartenant au système international. Le domaine des RI est interdisciplinaire,
dans lequel on retrouve la politique, le droit, l’économie et l’histoire, etc.
ANTOINE GAZANO (2009) disait que : « Les relations internationales
comprennent tous les rapports et flux transfrontaliers, matériels ou immatériels,
qui peuvent s’établir entre deux ou plusieurs individus, groupes ou
collectivités. »
1/ les relations internationales : les écoles
On distingue plusieurs théories en matière des RI :
 Les approches d’idéalisme politique : initiées par l’ancien président
américain Woodrow Wilson. Cette théorie considère que la nature
humaine est altruiste (personne généreuse et désintéressée, en un mot
charitable) et que individus sont capables de s’entraider, de collaborer et
de coopérer entre eux.
 Les approches du réalisme politique : perçoivent l’histoire en tant que
résultats de la nature de l’être humain, compte tenu de la convoitise du
pouvoir et le désir de domination d’une classe par rapport à l’autre.
 (c’est-à-dire la classe bourgeoise sur les prolétaires ; domination
riches/pauvres ; les pays du nord occidentalisées/ tiers monde pauvres)
 Autrement dit, selon cette théorie, il est difficile d’éradiquer l’instinct par
le pouvoir.
 Les approches néoréalisme structurel : cette théorie montre la nécessité
pour les Etats de recourir à la guerre pour parvenir à la paix. La notion de
guerre préventive est plus mise en avant dans l’application de cette
théorie.
 On peut citer en exemple : l’opération « tempête de désert », lancée le 17
janvier 1991 par les Etats-Unis contre l’Irak, suite à la résolution 678 du
conseil de sécurité de l’ONU, qui autorise le recours à la force et «  de
moyens nécessaires », qui vont au-delà de la libération du Koweït ; mais
aussi prévenir l’enlisement dans le Proche et Moyen-Orient.
Douze des 15 pays membres du conseil de sécurité, dont le Canada, ont
voté en faveur de la résolution.
Et récemment « l’opération guerre éclaire » ou « opération Iraqi
Freedom » commencé le 20 mars 2003, suite aux attentats du 11
septembre.
 Les approches du néolibéralisme : cette théorie minimise le rôle de l’Etat
et considère que les RI doivent être réglés par les
Et enfin les approches transnationales : qui se basent sur les relations
transnationales qui vont au-delà des relations pays-pays, mais entre
continent/continent (rôle des entreprises multinationales). C’est le cas des
relations sino-américaines qui constituent le moteur de l’économie mondiale.
2/ LES ACTEURS DES RELATIONS INTERNATIONALES
 L’Etat
 Les organisations internationales gouvernementales
 Les organisations internationales non gouvernementales
 Les entreprises multinationales
 Les collectivités
 Les médias
II/ LA COMMUNICATION INTERNATIONALE : LE DEBAT
- Hamid Mowlana (1997) La communication internationale fait partie
des relations internationales.
- Paul Lazarsfeld (…) la communication internationale est issue de la
communication.
1/ ORIGINES DE LA COMMUNICATION INTERNATIONALE
La communication internationale est aussi vieille que l’histoire des hommes et
des nations.
2/ VERS UNE DEFINITION DE LA COMMUNICATION
INTERNATIONALE
Gerhard Maletzke (…) : « la communication internationale a lieu à l’échelle des
pays ou des nations, c’est-à-dire à travers les frontières. »
Hamid Mowlana (1997, p. 207) : « la communication internationale est un
champ d’investigation et de recherche qui consiste dans le transfert de valeurs,
d’attitudes, d’opinions et d’informations par l’entremise des individus, des
groupes, des gouvernements et des technologies ainsi que l’étude de la structure
des institutions responsables de promouvoir ou d’entraver de tels messages
parmi et entre les nations et les cultures.(…).
Plus important, cela inclut l’examen de significations mutuellement partagées
qui rendent la communication. »
Le domaine de la communication internationale se réfère la plus part du temps
aux questions de développement international.
Gaby Hsab et Gina Stoicu (2011, P.10) explique que la communication sert de
contexte pour comprendre les enjeux d’interculturalité. On distingue trois grands
enjeux liés à la communication internationale.


 Enjeu de la diversité culturelle : protéger la diversité culturelle de tous les
peuples à la domination américaine.
Carmen Rico Sotelo et Antonin Serpereau (2001, P. 97), citant Appadurai
(2005), souligne que la communication Internationale « s’inscrit dans le
contexte des flux financiers, des personnes, des médias, des idées et des cultures
caractéristiques de la mondialisation ».
Au-delà de ces considérations, la communication internationale à comme « 
point de départ, l’appartenance à l’humanité zéro, c’est-à-dire, la mise en
commun et la prise de conscience des responsabilités conjointes dans un esprit
de dialogue interculturel » Carmen et Antonin (2011, p. 99).
III/ LA COMMUNICATION INTERCULTURELLE
Gerhard Maletzke (…) : la communication interculturelle est le processus
d’échanges de pensées et de signification entre des gens de cultures différents. »
Gaby et Gina (2011), avancent que la communication interculturelle se focalise
sur les rapports de communication dans un contexte de diversité linguistique et
culturelle.
Pour ces deux chercheurs, les communications interculturelles «  servent de
contexte pour comprendre les enjeux d’internalité. »
Le domaine de communication interculturel s’intéresse aux trois enjeux selon
Gaby et Gina (2011, p. 12) :
- Enjeu lié à la gestion du pluralisme ethnique et linguistique :
l’immigration, l’intégration, la reconstruction nationale, le
multiculturalisme, la laïcité…
- Enjeu relatif aux filtres culturels et sociaux : problèmes de
communication lors de la rencontre avec l’autre. On parle des zones
sensibles ; perception du temps et de l’espace ; interaction, cadres de
références, distance/ proximité culturelle ; etc.
- Enjeu des appartenances identitaires : il s’agit des questions liées aux
concepts de cohabitation et confrontation ; d’identités plurielles ; de
sensibilisation, de médiation, négociation…..
En communication internationale, selon Gaby et Gina (2011, p. 16), la
perception qu’on fait de l’étranger «  prend surtout la forme de l’immigrant,
traité sous plusieurs angles considérés séparément ou ensemble : celui qui a
émigré de son pays d’origine, celui qui s’intègre à la société d’accueil ou celui
qui retourne à l’occasion dans son pays natal ».
Bref, selon Gina Stoiciu (2011, p. 66 – 67), le domaine d’étude en
communication internationale «  ressemble à un laboratoire multidisciplinaire
dont les frontières disciplinaires sont floues(…) o peut charger le préfixe
INTER de trois enjeux majeurs de la communication : il s’agit d’une rencontre
avec, une rencontre entre, une rencontre agissant sur.