Vous êtes sur la page 1sur 7

Mr Azdine El Mountassir Billah (Directeur Maroc Telecommerce)

Le vendredi 4 avril 2003.

Après 3 ans d’existence et un investissement de démarrage 20 millions de DH en 2001, Maroc


Telecommerce, seul opérateur de commerce électronique au Maroc vient d’annoncer le
lancement du portail de télé-déclaration DAMANCOM. Mr Mountassir Billah, directeur de la
firme et son Directeur Technologique Mme Samira Gourroum, se penche à travers nos
questions sur l’etat de l’e-commerce au Maroc.

Mr Mountassir Billah Directeur Maroc Telecommerce

ITM : Après 3 ans d’existences et un rôle de précurseur dans la fourniture de solution e-


commerce au Maroc, quel premier bilan pouvez tirer sur le présent parcours de Maroc
Télécommerce ?

Je pense que la simple existence de Maroc Telecommerce est d’abord un bilan positif qui concrétise
l’action d’une équipe et d’investisseurs importants qui lui on fait confiance. De là à dire que le bilan du e-
commerce au Maroc est positif, je ne pourrais franchir ce pas. En effet, pour nous, le commerce
électronique au Maroc est à ses débuts. Et comme tout démarrage, il y a des aspects positifs et d’autres
négatifs. A titre d’exemple, notre souhait, lors du lancement de Maroc Telecommerce était de voir se
développer une activité de e commerce dans les secteurs du tourisme et de l’artisanat. Or, force est de
constater que rien n’a encore été fait dans ces deux domaines combien porteur pour l’économie de notre
pays. Les raisons de ce retard sont multiples et variées :

Le manque d’initiative de la part des grands acteurs dans ces domaines. En effet, le e commerce
aurait du mal à démarrer au Maroc au niveau des PME/PMI si les grandes entreprises ne montrent pas le
chemin...

L’action, très volontariste du reste, des autorités gouvernementales n’a pas encore réussit à transformer
les idées, et les suggestions et autres études en projets concrets ayant un impact et une force d’exemple
dans la pratique quotidienne des entreprises et des citoyens marocains.

Etc.

En somme, nous considérons que le parcourt de Maroc Telecommerce, en tant qu’acteur dans le
domaine des NTIC, est plutôt une réussite ce qui n’est malheureusement pas encore le cas du e commerce
au Maroc. Ce constat, certes mitigé, ne nous décourage pas, il nous montre par contre que le chemin est
long mais que le marché recèle un potentiel important de développement dont nous comptons
certainement prendre une part

ITM : Aujourd’hui, quel est l’état de santé de l’e-commerce au Maroc et comment le voyez
vous évoluer dans les années futures ?

Le Maroc n’a pas le choix et le développement du e commerce est inéluctable. La seule question qui
mérite d’être posée est de savoir à quel rythme ce développement aura lieu. Les données actuelles et
notre expérience sur le terrain laissent à penser que ce rythme sera plutôt lent et qu’il ressemblera au
parcourt de l’informatisation des entreprises et des administrations au Maroc.
Notre souhait bien évidemment est de voir s’accélérer le processus d’autant plus que les pré-requis sont
plus d’ordre stratégique que financiers. En effet, il est possible aujourd’hui de mettre en place des projets
de e commerce et de e gouvernement ou le retour sur investissement est garantie sur le court terme ( le
projet de la CNSS est un très bon exemple ). Ainsi, l’émergence du commerce électronique au Maroc est
plus une affaire de volonté qu’une affaire de coût d’investissement.

ITM : Il a été inauguré dernièrement le portail DAMANCOM, service de télé déclaration de la


CNSS, pensez-vous que ce projet est un pas important de franchi pour le développement
généralisé de l’e-gouvernance au Maroc ?
Oui et non ! Il est un fait que le portail de la CNSS DAMANCOM, que Maroc Telecommerce a eu le
privilège de mettre en place, est un projet qui peut avoir une valeur d’exemple. En effet à terme, ce portail
devrait concerner quelques 100 000 entreprises affiliées à la CNSS et plus de 1,5 millions d’assurés. En
cela l’impact du projet est sans aucun doute important. D’un autre côté, si ce projet n’est pas suivi par
d’autres au niveau d’autres administrations ( impôts ; willaya, communes, etc.) alors son impact sur le
développement de la e-gouvernance sera faible voir inexistant.
Notre sentiment valeur d’aujourd’hui est que la volonté des autorités gouvernementales dont nous avons
parlé plus haut tant à canaliser les idées et les réflexions vers des projets concrets ayant valeur d’exemple.
La preuve sur cette nouvelle approche est la création d’une commission par le Premier Ministre devant lui
remettre dans les jours à venir une liste de projets de e gouvernement pouvant être mis en place avant la
fin de l’année.

ITM : Quelles ont été les raisons de l’alliance avec la société Française ASP-ONE pour la
réalisation de ce projet ?, Ce genre d’alliance va-t-elle se réitérer pour les projets avenir ?

Des raisons objectives de complémentarité entre les équipes de nos deux entreprises. ASP-ONE a mis en
place un projet de portail des déclarations fiscales et sociales en France. Les équipes de Maroc
Telecommerce ont une connaissance parfaite du marché marocain en matière de besoins dans le domaine
des services en ligne et particulièrement dans celui des paiements électroniques en général. Il n’y a
aucune raison pour qu’un partenariat gagnant pour les deux parties s’arrête. Or, comme le potentiel du
marché marocain en matière de service en ligne est important, nous pensons que notre partenariat avec
ASP-ONE est durable.

ITM : Pouvez vous nous parler des futurs chantiers de Maroc Telecommerce ?

Il est difficile de donner des informations précises sur les chantiers futurs de Maroc Telecommerce cela
ne plairait pas à nos clients et prospects pour les raisons que je vous laisse imaginer. Ce pendant, nous
pouvons dire que nous préparons des choses aussi bien dans le domaine de l’administration en ligne que
dans ce celui du paiement électronique. Le secteur où nous avons lever le pied en attendant la maturité du
marché est celui du e commerce ( B2C et B2B )

ITM : Pour finir la question habituelle : Quel est votre site web préféré ?

www.damancom.ma Nous avons comme mission de recruter le maximum d’affiliés pour l’utilisation des
services en ligne de la CNSS alors comme vous pouvez l’imaginer notre préoccupation majeure va au-delà
de la fourniture du système à la CNSS Notre souhait est que les services de DAMANCOM soit utilisé par les
cent mille affiliés d’ici cinq ans. Cela serait le meilleur moyen pou vulgariser l’utilisation des NTIC au
niveau des entreprises marocains.

Mlle Gourroum -Directeur de technologies et du Business developpement-

"Le problème qui se pose pour les entreprises c’est plutôt le manque de pré-requis
nécessaires pour le développement d’une activité e-Commerce"

ITM : Pouvez vous nous expliquer un petit peu votre fonction au sein de Maroc
Telecommerce ?

Je fais partie de l’équipe Maroc Telecommerce depuis sa création comme Directeur de technologies et du
Business developpement. Ma mission est d’assurer le suivi des projets en déploiement ou en avant vente
et d’assister la direction générale dans le développement de l’activité de l’entreprise en participant dans
des missions de consulting ou de prospection du marché.

ITM : Comment expliquez vous aujourd’hui la rareté de la concurrence sur ce secteur au


Maroc ?

Pour les mêmes raisons évoquées par Mr El mountassir. Ce secteur est encore à ses débuts et les
opportunités sont difficiles à trouver ou à concrétiser. C’est un marché à créer de toute pièces. Maroc
telecommerce est un pionnier dans ce domaine et fera profiter la concurrence, par la suite, des efforts
qu’elle fait pour vulgariser et introduire les nouveaux concepts tels que l’e-commerce, l’administration en
ligne et le e-paiement.
ITM : Quels sont aujourd’hui vos démarches au niveau de la sécurité des plateformes et des
transactions ? Pensez vous êtres assez armée dans ce domaine ?

La sécurité est un volet important dans tous nos projets. Nous ne sommes pas des experts des
technologies de sécurité, mais pour garantir la sécurité de nos plates-formes et des échanges
d’informations nous faisons appel à des experts et nous pratiquons toujours des concepts approuvés et
adaptés à chaque domaine. Par exemple, notre plate-forme e-commerce est basée sur les techniques
utilisées par les grandes plates-formes e-Commerce à travers le monde. Un autre exemple, c’est
l’introduction par Maroc Telecommerce d’une plate-forme ICP (Infrastructure à clés publics) dans le portail
DAMANCOM. Le respect des standards internationaux et des politiques de sécurité approuvées sont des
points fondamentaux de notre stratégie de sécurité.

ITM : L’e-commerce est il considéré comme un luxe par les entreprises Marocaines ?

Je ne le pense pas. Les entreprises dont le marché visé est l’international (activité d’export, tourisme,
artisanat) ou celles dont l’activité se base sur la vente de l’information ou du service, sont conscientes que
le e-Commerce est une opportunité pour réduire les coûts, acquérir plus de clients et de Marché et réaliser
plus de vente. Le problème qui se pose pour ces entreprises c’est plutôt le manque de pré-requis
nécessaires pour le développement d’une activité e-Commerce (problèmes de logistiques et
d’organisation, manque de budgets de promotion, nombre de porteurs de cartes, ect....). ces pre-requis
sont importants et explique le nombre réduit de nos marchands malgré le fait que les entreprises
intéressées ont eu des offres très abordables de Maroc telecommerce.

ITM : Le savoir faire Maroc Télécommerce s’exporte t-il à l’internationale ? Avez-vous des
clients à l’étranger ?

Oui, Maroc telecommerce a été sollicitée pour des projets en Espagne, en France et au golf mais nous
nous concentrons plus aujourd’hui sur le marché marocain. Maroc Telecommerce est considéré par l’UIT
comme une référence dans le domaine du e-SERVICES et son modèle de business est un exemple qu’elle
présente pour les Pays africains et arabes. L’UIT fait appel à nous souvent pour présenter l’expérience
marocaine dans différentes manifestions (Tunisie, Egypte, Mauritanie, Algérie, UAE, Afrique du Sud,
Algérie, ect...)

ITM : Votre site web préféré ?

www.journaldunet.com

Par Redaweb http://www.itmaroc.com/Mr-Azdine-El-Mountassir-Billah.html

Revue de presse :

www.menara.ma (30 décembre 2004)


Europcar Maroc adopte le e-commerce

Maroc Hebdo International (du 21 au 27 mars 2003)


La CNSS lance un nouveau service, Damancom

La Nouvelle Tribune (du 20/03/2003)


La télé déclaration en marche

Le Matin (du 20 mars 2003)


La CNSS lance un nouveau service, Damancom
Le Matin (18 mars 2003)
Caisse Nationale de sécurité sociale à l'heure des NTIC

Ajourd'hui Le Maroc (17 mars 2003)


La CNSS lance son portail internet "DAMANCOM"

La Gazette du Maroc (du 02 au 12 décembre 2002)


L'administration pionnière dans l'e-commerce

L'Economiste (21 novembre 2002)


Premier pas du Cadastre sur le Net

www.menara.ma (30 mai 2002)


L’ANRT: première administration en ligne au Maroc

L'Economiste (8 mai 2002)


Le Crédit du Maroc ose l'e-commerce

La lettre des SSII (28 mars 2002)


Contrat marocain pour prologue Software

Solutions.journaldunet.com (28 mars 2002)


ASP-One exporte ses solutions de télépaiement au Maroc

Cyperus.fr (26 mars 2002)


Succès international sur le marché de la dématérialisation

La Gazette du Maroc (11 mars 2002)


Le marché de la CNSS dans le pipe

www.menara.ma (5 mars 2002)


Maroc Telecommerce remporte le marché de la CNSS

Le Matin (25 janvier 2002)


ANRT : Pour un projet de paiement en ligne de taxes

La Vie Economique (25 janvier 2002)


E-commerce : comment contourner l'absence de loi

La Gazette du Maroc (du 3 au 9 décembre 2001)


L’Internet est le seul catalyseur vers l’aventure numérique des entreprises

Ousra (août / septembre 2001)


Le commerce électronique à la une

Tourisme et Gastronomie (juillet / août 2001)


Lancement de Maroc Telecommerce, l'opérateur du commerce électronique

Economie et Entreprises (juillet / août 2001)


Premier opérateur de commerce électronique au Maroc

New Tech Magazine (juillet / août 2001)


Maroc Telecommerce, le precurseur du e-commerce

Le Temps du Maroc (du 10 au 12 juillet 2001)


Le premier opérateur est né
La Nouvelle Tribune (jeudi 5 juillet 2001)
Maroc Telecommerce, la nouvelle start up

L'Opinion (mardi 3 juillet 2001)


Les circuits classiques du commerce sont-ils révolus ?

Femmes du Maroc (juillet 2001)


Maroc Telecommerce

Demain (du 30 juin au 6 juillet 2001)


Maroc Telecommerce sur les rails

Maroc Hebdo (du 29 juin au 5 juillet 2001)


Maroc Telecommerce lance ses formules d’abonnement, pour plus de proximité

La Vie Economique (vendredi 29 juin 2001)


Naissance d’une plate-forme sécurisée de e-commerce

Finances News (du 28 juin au 4 juillet 2001)


Pour le développement du e-commerce

L'Economiste (mercredi 27 juin 2001)


La plate-forme de Maroc Telecommerce opérationnelle

La Vérité (du 22 au 28 juin 2001)


L'adresse du e-commerce

Le Reporter (du 21 au 27 juin 2001)


Naissance de Maroc Telecommerce

Business Magazine (juin 2001)


Paiement électronique, la solution Maroc Telecommerce

La Gazette du Maroc (du 21 au 28 mai 2001)


Le e-commerce sur les traces de l’artisanatses

www.menara.ma
Jeudi 30 décembre 2004
Par : Rachid Jankari

EUROPCAR MAROC ADOPTE LE E-COMMERCE

Maroc Telecommerce vient de déployer sa solution de paiement en ligne pour les huit
agences de la société location de voitures Europcar. Il s’agit de la première entreprise de
son domaine à franchir le pas du e-commerce. Visite guidée.

Le marché du paiement en ligne au Maroc continue sa croissance lentement mais sûrement. Pour
preuve, de plus en plus de nouveaux sites adoptent l’offre de réservation et de paiement en ligne.
C’est le cas récemment du réseau de location de voitures « Europcar » qui a franchi le pas pour
offrir, à l’instar des autres filiales du loueur au monde, la possibilité de procéder à la réservation et le
paiement en ligne.

Ainsi, tout touriste porteur de cartes de Visa ou Master Card peut, dorénavant, choisir son agence,
définir les caractéristiques et les options de sa voiture à louer pour pouvoir procéder au paiement en
ligne directement.

Cette nouvelle offre du e-commerce est opérationnelle sur les huit agences du réseau de Europcar
au Royaume (Tanger, Rabat, Marrakech, Ouarzazate, Fès et Oujda, Casablanca et Agadir).
« Pour l’année 2005, nous tablons sur 600 réservations via notre site, soit un objectif de 5% de
l’ensemble de notre business», révèle le directeur général de Europcar Maroc, Michel Benisty. Pour
atteindre ce seuil, la société fera bénéficier ses clients web de tarifs promotionnels, de
surclassement de catégories et de journées gratuites.

A rappeler que plusieurs entreprises et administration ont adopté la plate-forme de paiement de


Maroc Telecommerce. Il s’agit notamment du projet phare de la CNSS « Damancom », l’Agence
nationale du cadastre et de la conservation foncière, la RAM, l’OMPIC, Medinashop, et Harmoney
Collection.

Nouveau tournant dans le paiement en ligne au Maroc

Deux banques viennent de franchir le pas pour encourager leurs clients à utiliser leurs cartes
bancaires pour payer sur le net. En effet, la Banque Populaire et la BMCI ont décidé d’autoriser à
partir du mois de décembre leurs clients porteurs de cartes de débit (hors les cartes Electron) à
effectuer des transactions sur le Web. Cette initiative a pu aboutir grâce à la coordination entre le
GPBM et la société Maroc Telecommerce.

D’autres banques vont rejoindre ce club, et ce en association avec le Centre monétique interbancaire
(CMI). D’ailleurs, une solution d’authentification des porteurs de cartes locaux sera mise en ligne au
courant de l’année 2005.

Actuellement, au Maroc, ce sont plus de 1.600.000 cartes qui circulent à travers l’ensemble des
réseaux des banques du pays.

L’aboutissement de chantier ne manquera certainement pas de booster le marché du e-commerce


qui a trop tardé à démarrer malgré l’importance des investissements de la plate-forme de paiement
Maroc Telecommerce dont les banques d’ailleurs sont les principaux actionnaires.

http://www.maroctelecommerce.com/telecommerce_presse_menara_03.htm

Maroc Hebdo International


21 au 27 mars 2003
N° 550

La CNSS lance un nouveau service, Damancom

La sécurité au bout du clic

" En quelques clics, nous pouvons aujourd'hui faire ce qui se faisait en plusieurs semaines
et mobilisait beaucoup de personnel ". C'est ainsi que Mounir Chraïbi, Directeur de la
CNSS, a présenté le nouveau service de la caisse, baptisé Damancom.
La technique est simple. L'utilisateur aura seulement à remplir puis envoyer un fichier
électronique sur le site web de la caisse pour déclarer ses employés. Cette méthode
permettra de supprimer le bordereau papier et de déclarer électroniquement. Formidable
gain de temps, d'énergie et de coût. En effet, la caisse dépense plus de 13 millions de
dirhams par an seulement en frais de poste pour acheminer les documents relatifs aux
déclarations ainsi qu'aux allocations. Sans parler de la multiplicité des documents, des
tâches fastidieuses et répétitives de saisie à chaque opération de déclaration des
cotisations sociale.
Avec Damancom, l'affilié procède à une seule déclaration normalisée. " Nous faisons un
nouveau pas vers la modernisation de l'administration. En même temps, nous nous
inscrivons dans la politique du gouvernement qui veut que les administrations utilisent les
nouvelles technologies de l'information pour se rapprocher du citoyen ", a déclaré Mounir
Chraïbi.
Avantages

Le directeur de la CNSS a annoncé que cette opération comprendra d'abord les grandes
entreprises, qui devront signer une convention et disposeront de la technique,
gratuitement. M. Chraïbi a d'ailleurs exprimé son souhait de voir les entreprises
marocaines adhérer à ce nouveau produit transparent, fiable et hautement sécurisé. Et
plus précisément les PME-PMI, qui ne possèdent pas nécessairement un logiciel approprié
de comptabilité ou de paie. De leur côté, les fiduciaires aussi pourront faire la déclaration à
la place des entreprises.
Cependant, les entreprises le souhaitant pourront toujours imprimer le bordereau papier si
elles ne veulent pas adhérer à Damancom.
Depuis le mois de novembre, 40 entreprises ont essayé Damancom et n'ont pas rencontré
de problème, ce qui a encouragé la caisse à lancer ce nouveau service.
Concernant la portée juridique de Damancom, M. Chraïbi a assuré que le dahir de 1972 a
tout prévu. " Ce que nous lançons aujourd'hui n'est que la première étape. Nous avons
pour objectif de payer les cotisations par Internet également. Les premiers tests auront
lieu à partir du mois de juin et l'application est prévue pour septembre. A moyen terme,
nous voulons permettre aux entreprises d'immatriculer par Internet puis donner les
allocations familiales directement aux salariés ", a affirmé M.Chraïbi. Une campagne de
communication dans les médias écrits et audiovisuels accompagnera le lancement de
Damancom, afin d'expliquer ses avantages et inciter les entreprises à y adhérer.
Enfin toutes les informations relatives à la sécurité sociale au Maroc et à ce nouveau
service sont disponibles sur le site de la caisse, (www.damancom.ma).

http://www.maroctelecommerce.com/telecommerce_presse_MH_02.htm