Vous êtes sur la page 1sur 99

UNIVERSITE MOHAMED V

FACULTE DE MEDECINE DENTAIRE-RABAT

PHYSIOLOGIE
CARDIOVASCULAIRE
1ère Année de Médecine dentaire

Deuxième semestre

Pr. Mustapha El Bakkali


Laboratoire de Physiologie
2019 - 2020
1
OBJECTIFS DU COURS

• Identifier les organes de l’appareil cardiovasculaire

• Connaitre les principaux rôles du système cardiovasculaire

• Connaître les mécanismes de régulation de la pression


sanguine artérielle

2
PLAN

I. Introduction

II. Organisation générale du système cardiovasculaire

III. Le sang

IV. Le cœur

V. Le système vasculaire

VI. Régulation de la pression sanguine artérielle


3
I. INTRODUCTION

 L’appareil cardiovasculaire est un système fermé, il joue un


rôle de transport de sang et un rôle d’échange de produits de
métabolisme de solutés hydrolytiques et de gaz

 Cet appareil fonctionne à l’aide :

 D’un transporteur ou sang, qui transporte les substances


énergétiques (nutriments), les solutés (sels minéraux…) et
l’oxygène vers les organes consommateurs et les déchets
comme le dioxyde de carbone (CO2) vers les organes de rejets
(poumons..).
4
 des canalisations ou vaisseaux sanguins (artères, capillaires et
veines) qui distribuent et collectent les substances d’échange :

• Les artères partent du cœur vers les organes

• Les veines partent des organes vers le cœur

• Les capillaires relient les systèmes artériel et veineux et qui


permettent les échanges entre le sang et les organes

 D’une pompe ou cœur qui propulse le sang sous forme de


pression dans les vaisseaux

5
PLAN

I. Introduction
II. Organisation générale du système cardiovasculaire
III.Le sang
IV.Le cœur
V. Le système vasculaire
VI.Régulation de la pression sanguine artérielle

6
II- ORGANISATION GENERALE :

 Le système cardiovasculaire est


Vaisseaux =
un système circulatoire qui forme Capillaires

une boucle fermée


Veines
pulmonaires
 Le point de départ, c’est le cœur

 Le sang est expulsé par le cœur Vaisseaux =


Vaisseaux =
Veines Cœur Artères
par une série de vaisseaux y
retourne par une autre série

Figure 1a : Système cardio- Vaisseaux =


Capillaires 7
vasculaire = Système circulatoire
 Le cœur envoie le sang dans deux
réseaux vasculaires Poumons

complémentaires:
 La grande circulation ou Artères Circulation Veines
pulmonaires pulmonaire pulmonaires
circulation systémique qui débute
du cœur gauche et se termine au Veines
Artères
systémiques
systémique
cœur droit (artères, capillaires et s

veines systémiques). Circulation


systémique

 La petite circulation
ou circulation pulmonaire qui
Tous les organes et tissus
débute du cœur droit et se termine autres que les poumons
au cœur gauche (artères, capillaires
Figure 1b : Organisation générale
et veines pulmonaires).
du système cardio-vasculaire 8
 Dans la grande circulation:
*Le cœur gauche délivre le
sang artériel (riche en oxygène)
à tout l'organisme.

 Dans la petite circulation:


*Le cœur droit envoie le sang
veineux (pauvre en oxygène)
vers les poumons pour y être
oxygéné.

Ces deux systèmes sont


cependant interdépendants
9
Figure 1c : Circulation systémique et pulmonaire
 Le cœur est divisé en 2 moitiés.

 Chaque moitié comprend 2 cavités, une oreillette et un


ventricule

 L’oreillette de chaque côté se vide dans le ventricule du


même côté

Figure 2 : Trajet du sang dans le cœur 10


 Dans la circulation systémique, le sang quitte le ventricule
gauche par une seule grosse artère, appelée l’aorte

 Les artères se séparent de l’aorte et se divisent progressivement


en branches de plus en plus petites (artérioles)

 Les artérioles se ramifient en un grand nombre de très petits


vaisseaux, les capillaires (échanges sang/organes)

Ventricule gauche → Aorte → Artères → Artérioles → Capillaires

 Les capillaires s’unissent pour former des vaisseaux de diamètre


plus grand, les veinules

 Les artérioles, les capillaires et les veinules forment la


microcirculation 11
 Les veinules s’unissent pour former des vaisseaux plus
gros, les veines

 Les veines provenant des différents tissus et des différents


organes périphériques s’unissent pour former de grosses
veines, la veine cave supérieure qui collecte le sang de la partie
supérieure de l’organisme et la veine cave inférieure qui
collecte le sang de la partie inférieure de l’organisme

→ Veinules → Veines → Veines caves supérieure et inférieure →


Oreillette droite

12
- Dans la circulation pulmonaire, le sang quitte le ventricule
droit par une artère unique, appelé le tronc pulmonaire :

Ventricule droit → tronc pulmonaire → 2 Artères pulmonaires


(droite et gauche) → Artérioles → Capillaires → Veinules → 4
Veines pulmonaires→ Oreillette gauche

13
 La circulation systémique démarre
du ventricule gauche jusqu’à
l’oreillette droite, à travers tous les
tissus de l’organisme sauf les
poumons.

 La circulation pulmonaire démarre


du ventricule droit jusqu’à l’oreillette
gauche, en passant par les poumons.

Figure 3 : trajet du sang dans les


deux Circulations sanguines
14
- Le sang des veines pulmonaires, du cœur gauche et des artères
systémiques a un contenu riche en 02

- Le sang des veines systémiques, du cœur droit et des artères


pulmonaires a un contenu appauvri en 02

Figure 4: Trajet du sang chargé


en oxygène et en dioxyde de
carbone

15
Figure 5: Circulation sanguine
chez l’Homme

16
PLAN

I. Introduction
II. Organisation générale du système cardiovasculaire
III. Le sang
IV.Le cœur
V. Le système vasculaire
VI.Régulation de la pression sanguine artérielle

17
III- LE SANG :

 Le sang est un liquide vital qui transporte l’oxygène, les


nutriments (sucre, sels minéraux, vitamines…) vers les
organes et tissus. En retour, il évacue les déchets vers les
organes d’élimination, comme les poumons ou les reins
(pour le gaz carbonique).

18
Autres fonctions du sang:

Le sang véhicule des messagers chimiques (hormones) essentiels


à la régulation et au bon fonctionnement de l’organisme

Il contribue au maintien de la température corporelle et à la


régulation de la chaleur dans l’ensemble du corps

Il joue un rôle central dans la défense de l’organisme contre les


agents pathogènes (bactéries, virus…). Et en cas de blessure, il
assure lui-même la réparation de ses vaisseaux (processus
de coagulation).

19
 Le sang est composé de cellules spécialisées en suspension
dans un plasma :

- Erythrocytes (globules rouges), + de 99%, transport d’O2


- Leucocytes (globules blancs), protègent contre les infections
- Les plaquettes, formation de caillots sanguins (Rôle dans la
coagulation)

 Dans le plasma : protéines, nutriments, déchets de


métabolisme,
hormones …

Le volume de sang chez une personne de 70 kg est de 5,5 L environ


20
 Hématocrite :

 C’est le pourcentage de volume de sang occupé par les


érythrocytes

 Il correspond au volume de sang occupé par les globules rouges


par rapport au volume total de sang

Plasma = 55%

Leucocytes
Et Plaquettes

Hématocrite = 45%
Figure 6: Mesure de l’hématocrite
par centrifugation
21
 On mesure l’hématocrite par centrifugation (technique de
séparation des composés d’un mélange selon leur densité)

 L’hématocrite est dit normal lorsqu'il est de 45% chez


l’homme et 42% chez la Femme

 Le taux d’hématocrite est mesuré lors d’une analyse de sang


pour prévenir, diagnostiquer ou suivre certaines anomalies
sanguines comme l’anémie ou la polyglobulie (augmentation
anormale de l’hémoglobine et du nombre des globules rouges
dans le sang = Maladie de Vaquez = Polyglobulie primaire)

22
a- Le plasma :

 Le plasma constitue la portion liquide du sang


 Il se compose d’un grand nombre de substances dissoutes
dans l’eau

a-1/ Eau et éléments minéraux :

 L’eau constitue 93% de la masse plasmatique, il sert à


véhiculer tous les autres constituants

 Les éléments minéraux représentent moins de 1% du plasma:

• Na+, K+, Ca2+, Mg2+, Cl-, HCO-3, P et SO2-4


23
a-2/ Substances organiques :

 Les protéines qui représentent 7% du plasma :

• Albumines : principales protéines de transport dans le


sang/maintien de la pression osmotique dans le sang

• Globulines : un composant important du sang/ gammaglobulines


= immunoglobulines (plasmocytes/lymphocytes B activés)

• Fibrinogène : Glycoprotéine synthétisée par le foie :

Thrombogénèse (processus de formation de thrombose = caillot


sanguins dans les vaisseaux et athérogènèse (processus de
formation des athéromes = dépôts des lipoprotéines sur les parois
des artères) 24
 Les nutriments (Glucides, Acides aminés, Lipides, Cholestérol
et vitamines)

a-3/Gaz :

CO2, O2 et N2…

a-4/Produits de déchet :

Urée, Créatinine, Bilirubine

25
 Urée

 Molécule qui résulte d’un processus de dégradation des


protéines
 C’est la forme principale d'élimination des déchets azotés

 C’est l’azote des protéines qui est combinée avec des


molécules produites par le foie, constitue l’urée

 Le dosage de l’urée dans le sang (urémie) s’effectue sur un


prélèvement sanguin

 Il faut de préférence être à jeun et éviter les repas trop riches


en protéines les jours précédents
26
 Les valeurs normales de l’urémie sont comprises entre 2,5 et
7,6 mmol/L (ou 0,10 à 0,55 g/L)

 Chez les enfants et les femmes enceintes, ces valeurs sont plus
basses

 Le dosage de l’urée dans les urines (uricémie) se fait sur 24


heures

 Dans les urines, l’urée se retrouve à hauteur de 300 à


500 mmol/24 heures

27
b- Les globules sanguins :

b-1/Erythrocytes :

 Synthétisés par la moelle osseuse


 Globules rouges (GR) ou hématies, 7 µm de diamètre
 Il ne contiennent pas de noyau
 5 millions/µl de sang
 Leur membrane possède des polysaccharides et des protéines
spécifiques qui différent d’un individu à l’autre
 Groupe ABO

Figure 7 : Globules rouges ou


Erythrocytes 28
 Un GR contient 200 à 300 millions de molécules d’Hémoglobine
(1/3 de la masse totale du GR)
 La durée de vie d’un GR est de 120 jours
 L’organisme renouvelle près de 1% par jour soit 100 milliards/j

b-2/Leucocytes :

 Cellules produites par la moelle osseuse


 4000 et 10000 leucocytes/µl de sang
 Ils protègent l'organisme contre les infections (système
immunitaire)
 Ils se composent de granulocytes (neutrophiles, basophiles,
éosinophiles), monocytes et lymphocytes (B et T)
 Si leur nombre est supérieur, on parle d'hyperleucocytose, et si
29
leur nombre est inférieur, de leucopénie
b-3/Plaquettes:
 Cellules sans noyau formées également dans la moelle osseuse

 Elles jouent un rôle essentiel dans la coagulation car elles


forment des agrégats qui vont "boucher" une blessure (coupure,
plaie)
 Elles permettent d’éviter un saignement à l’intérieur du corps
 250000 plaquettes/µl de sang
 Leur durée de vie est de 9 jours

Figure 8 : Plaquettes sanguines


circulant dans le sang avec les
érythrocytes et les leucocytes 30
 Débit, pression et résistance :

 Le sang propulsé par le cœur dans le système circulatoire


est soumis à un certains nombre de facteurs tels que la
différence de pression et la résistance à l’écoulement qui vont
déterminer le debit du courant sanguin

.
 Dans toutes les parties du système, le débit (Q) se fait
d’une zone de forte pression vers une zone de faible pression

 Ce qui détermine donc le débit, c’est la différence de pression


(Δp) entre deux points et également la résistance R au débit
31
 Débit, pression et résistance :

. Δp Débit exprimé en L/min


Q=
R Pression en mmHg
Résistance en mmHg/L/min

8Lη R : résistance
R= L : longueur du vaisseau
r4 η : viscosité
r : rayon du vaisseau (tube)

32
 Débit, pression et résistance :

 Il est rare que la viscosité (η) varie:

 Plus la viscosité augmente, plus la capacité du fluide à s'écouler


facilement diminue, plus l'énergie dissipée par l'écoulement sera
importante

 La longueur (L) est constante

 C’est donc le rayon et plus précisément le terme 1/r4 qui est


le principal déterminant de la variation de la résistance

 Si le rayon d’un vaisseau sanguin diminue de moitié, la


résistance sera augmentée de 16 fois
33
 Débit sanguin:
Débit ml/min

Encéphale 750 (13 %)


Cœur 250 (4 %)
Muscle 1200 (20 %)
Peau 500 (9 %)
Rein 1100 (20 %)
Organes abdominaux 1400 (24 %)
Autres 600 (10 %)
Total 5800

Figure 9 : Répartition de la circulation sanguine


générale dans les différents tissus et
organes de l’organisme 34
 Au repos :

 Le débit sanguin musculaire est de 1200 ml.min-1 en moyenne,


soit 20 % du débit sanguin total, et le débit sanguin viscéral
(organes abdominaux) est augmenté

 Au cours d'un effort physique intense :

 Le débit sanguin musculaire peut atteindre jusqu'à 4000 ml.min-


1
environ, soit 80 % du débit sanguin total, et le débit sanguin
destiné aux organes abdominaux (l'appareil digestif) va diminuer

 Cette adaptation va permettre aux muscles de recevoir l'apport


énergétique nécessaire à leur bon fonctionnement

Redistribution sanguine ou de balance circulatoire 35


PLAN

I. Introduction
II. Le sang
III.Organisation générale de l’appareil cardiovasculaire
IV.Le cœur
V. Le système vasculaire
VI.Régulation de la pression sanguine artérielle

36
IV- LE COEUR :

a- Rappels anatomiques :

 Le cœur est un organe creux et musculaire situé dans la cage


thoracique
 Il est localisé entre les deux poumons à l’arrière du sternum

 Il est en forme de pyramide inversée

 Son sommet (ou apex) repose sur le muscle diaphragme et


pointe vers le bas, en avant, à gauche

 Pas plus gros qu’un poing fermé, il pèse en moyenne 250 à


350 g chez l’adulte pour environ 12 cm de longueur
37
 Enveloppes et paroi :

 Le cœur est entouré d’une enveloppe sous forme d’un sac


fibreux, le péricarde

 Le péricarde est constitué de deux feuillets :

 Un feuillet superficiel, le péricarde fibreux, qu’est accolé au


muscle cardiaque (le myocarde)

 Un feuillet profond, le péricarde séreux qui stabilise le cœur


aux poumons et au diaphragme

 L’espace entre les deux feuillets est rempli d’un liquide qui
sert de lubrifiant
38
 La paroi du cœur est constituée de trois couches

 de l’extérieur à l’intérieur, il y a :

 l’épicarde, qui s'étend sur toute la surface externe du cœur

 le myocarde, il constitue l’essentiel de la masse du cœur

(masse musculaire du cœur)

 l’endocarde, qui tapisse les cavités (oreillettes et ventricules)

 Le cœur est muni de deux valvules auriculo-ventriculaires


séparant chaque oreillette du ventricule correspondant

 Ces valvules permettent la circulation du sang de l’oreillette


vers le ventricule, et non du ventricule vers l’oreillette 39
 Valvule auriculo-ventriculaire droite : Valvule tricuspide

 Valvule auriculo-ventriculaire gauche : Valvule mitrale

 L’ouverture des valvules est un phénomène passif

 L’ouverture du ventricule droit dans l’artère pulmonaire et du


ventricule gauche dans l’aorte est aussi régie par des valvules
appelées les valvules sigmoïdes (pulmonaire et aortique)

40
IV- LE COEUR :
a- Rappels anatomiques :

Veines pulmonaires Aorte

Veine cave
sup. Artères pulmonaires

Oreillette
gauche
Oreillette Péricarde
droite Valvule mitrale
Valvule pulmonaire
Valvule aortique
Valvule tricuspide
Ventricule
gauche
Veine cave
inf.
Epicarde
Ventricule droit
Myocarde
Endocarde
41
Figure 10 : Coupe schématique du cœur
Veines caves supérieure
et inférieure CO2 Cheminement
du sang à
Oreillette droite
travers
Valvule tricuspide l’appareil
cardio-
CO2 Ventricule droit vasculaire

Valvule sigmoïde
pulmonaire
Artères, artérioles
Artères pulmonaires, capillaires
capillaires, veinules
pulmonaires et veines pulmonaires
et veines systémiques

Oreillette gauche
Valvule mitrale
O2
O2
Ventricule gauche

Valvule sigmoïde aortique


42
Aorte
b- Le muscle cardiaque :

 Le muscle cardiaque combine à la fois les propriétés du


muscle squelettique et du muscle lisse

 Près de 1% des cellules cardiaques n’interviennent pas dans


la contraction du cœur, elles participent à l’excitation
(système de conduction cardiaque = tissu nodal)

43
 Le myocarde :
 Le myocarde, ou muscle cardiaque, est le muscle strié épais et
creux qui représente la partie du cœur capable de se contracter

 «Myocarde» signifie «muscle du cœur». Il en forme la masse


principale du cœur

 Il est composé de cellules musculaires cardiaques spécialisées


appelées «cardiomyocytes» ou «cellules myocardiques»

 Ces cellules sont disposées en couches qui encerclent


complètement les cavités remplies de sang

 Quand les parois de la cavité se contractent, les cellules


myocardiques se resserrent comme un poing qui se ferme et elles
44
exercent une pression sur le sang qu’elles renferment
 Le tissu nodal :

 Le tissu nodal ou système nodal du cœur est un appareil de


conduction qui relie le myocarde atrial et ventriculaire et qui
tien sous sa dépendance la contraction automatique et
rythmique du cœur

 Le tissu nodal comporte une partie dispersée, le réseau sous-


endocardique de Purkinje, et une partie condensées en
faisceaux (faisceau de His) et nœuds (sinusal et auriculo-
ventriculaire) plus ou moins volumineux

45
Nœud atrioventriculaire

Nœud sinoatrial Faisceau de His

Branche gauche
du faisceau

Fibres
de Purkinje

Figure 11 : Tissu nodal ou Système de conduction du cœur


46
a-1/L’innervation :

 Des fibres nerveuses sympathiques et parasympathiques


innervent richement le cœur

 Activation du sympathique → Noradrénaline → accélère les


battements du cœur (effet cardio-accélérateur)

• Les récepteurs à la noradrénaline sont de type -adrénergiques


(1)

 Activation du parasympathique (nerf vague) → Acétylcholine →


ralentit les battements du cœur (effet cardio-modulateur)

• Les récepteurs à l’acétylcholine sont de type Cholinergiques


(muscariniques) 47
b-2/ Vascularisation

 Le sang qui traverse les cavités cardiaques n’échange pas de


nutriments, ni de dérivés métaboliques, ni de gaz avec les
cellules myocardiques

 Le cœur, comme les autres organes, reçoit du sang par des


artères provenant de l’aorte, appelées les artères coronaires

 De l'aorte naissent deux artères coronaires, une pour le cœur


droit et l’autre pour le cœur gauche

48
 Ces artères conduisent à un réseau très ramifié de petites
artères, d’artérioles, de veinules et de veines comparables à
celles des autres organes

 Leur obstruction ou celle de leurs branches collatérales est


responsable d'un infarctus

 L‘artère inter ventriculaire antérieure (IVA) est d'ailleurs


surnommée l'artère de la mort

49
Figure 12 : Vascularisation cardiaque
Face antérieure 50
c- Coordination des battements cardiaques :

 Le cœur est une double pompe : le cœur droit et gauche, qui


pompent le sang séparément mais simultanément

c-1/ Révolution cardiaque :

 Le cœur délivre et reçoit le sang en deux temps :

 Contraction (les cavités diminuent de volume)

 Relaxation (les cavités augmentent de volume = elles se dilatent)

 Ces deux phases constituent la révolution cardiaque

 Quand une cavité se dilate elle admet du sang, et quand elle se


contracte elle l’éjecte
51
c-2/ Synchronisation :

 Ce système d’admission et d’éjection du sang est synchronisé


dans le temps :

 D’abord ce sont les deux oreillettes qui se dilatent pour se


remplir de sang, puis elles se contractent en même temps

 Au même moment les ventricules se relâchent pour recueillir le


sang en provenance des oreillettes

 La différence de pression entre l’oreillette et le ventricule fait


ouvrir les valves auriculo-ventriculaires correspondantes

 Les deux ventricules se remplissent en même temps de sang et


les valves auriculo-ventriculaires se referment par la suite 52
 Ensuite, ces deux ventricules se contractent en même temps
pour éjecter le sang

 Les valves sigmoïdes situées à la sortie de chaque ventricule


vont s’ouvrir pour laisser passer le sang

 C’est le moment que choisissent les oreillettes pour se dilater,


c’est le point de départ d’un nouveau cycle cardiaque

53
c-3/ Séquence de l’excitation

 La contraction du muscle cardiaque est déclenchée par la


dépolarisation de la membrane plasmique de ses cellules
musculaires

 Tout part du nœud sinusal (aussi appelé nœud de Keith et


Flack), situé au niveau de l’oreillette droite

 Il s’appelle également le pacemaker (amorce les contractions


et établit le rythme des battements → commande le rythme
cardiaque, dit aussi « rythme sinusal»

54
 La dépolarisation du nœud sinusal ou sinoatrial débouche sur
le potentiel d’action qui va générer un influx nerveux qui
traverse tout le myocarde des 2 oreillettes (dépolarisation des 2
oreillettes) → Contraction des oreillettes

 Au niveau auriculaire, dès que cet influx touche une cellule


musculaire cardiaque, celle-ci se contracte, on dit qu’elle se
dépolarise

 Ensuite, l’influx nerveux passe à la cellule suivante qui se


contracte à son tour

 Ainsi, de proche en proche les cellules musculaires auriculaire


vont se contracter 55
 La propagation de l’onde de contraction des
cellules musculaires auriculaires n’emprunte
pas les fibres du système de conduction, car
les oreillettes et les ventricules sont séparés
par une couche de tissu conjonctif non
conducteur

 Ce sont d’abord les oreillettes qui vont se


dépolariser et donc se contracter en même
temps, puis la dépolarisation arrive au nœud
auriculo-ventriculaire = nœud atrioventiculaire
(nœud d’Atchoff Tawara)

 De ce nœud partent les fibres du système de


conduction représenté par le faisceau de His et 56
 L’influx nerveux emprunte tout d’abord le faisceau de His, qui
se divise après un court trajet entre les deux ventricules, en deux
parties, appelées les branches du faisceau de His : une branche
droite pour le ventricule droit, et une branche gauche pour le
ventricule gauche

 L’influx arrive ensuite aux fibres de Purkinje qui vont stimuler


la contraction de toutes les cellules du myocarde ventriculaire

 Dès que l’influx est passé, les cellules se mettent au repos

 Elles se repolarisent et sont donc prêtes pour une nouvelle


dépolarisation
57
Excitation atriale Excitation ventriculaire
début Fin début Fin

Nœud SA → Contraction des 2 oreillettes → Nœud AV → Faisceau


de His → Fibres de Purkinje → Contraction des 2 ventricules

Figure 13 : Séquence de l’excitation cardiaque 58


c-4/ Potentiels d’action cardiaques :

 La membrane plasmique de la cellule cardiaque au repos est


plus perméable aux ions de Potassium (K+) qu’aux ions de
Sodium (Na+), ce qui explique que le potentiel de membrane de
repos est plus proche du K+ (-90mv) que du Na+ (+60mv)
Potentiel membrabaire (mv)

-50

-90
-100

Figure 14 : Potentiel membranaire d’une cellule cardiaque 59


 Dépolarisation membranaire se réalise grâce à l’ouverture
des canaux Na+ et fermeture des canaux K+

 Membrane reste polarisée grâce aux canaux K+ qui restent


fermés et  de perméabilité aux ions de Calcium (Ca++)

 Cellule se repolarisent → perméabilité aux Ca++ et K+


retrouvent valeurs d’origine
Perméabilité membranaire relative

10

Figure 15 : Perméabilité 0,1


membranaire relative 60
c-5/ Couplage excitation-contraction :

Excitation
(dépolarisation de la mb plasmique)

Ouverture des canaux calciques


voltage dépendants de la mb plasmique

Entrée de calcium dans le cytoplasme

Calcium se fixe sur des


récepteurs au Ca++ du RE

Flux du Ca++ du RE
dans le cytoplasme

 Concentration cytoplasmique de Ca++

Contraction

 Cependant, le muscle cardiaque ne se tétanise pas (période réfractaire longue


61
et donc toute réexcitation est impossible)
d- Evénements mécaniques du cycle cardiaque :
Le cycle est divisé en 2 phases principales (0,8 s) :
d-1/ Systole : Période de contraction ventriculaire
et d’éjection sanguine (0,3 s)

Contraction Ejection
ventriculaire ventriculaire
isovolumétrique

d-2/ Diastole : Période de relaxation ventriculaire


et de remplissage sanguin (0,5 s)

Relaxation Remplissage
ventriculaire Ventriculaire
Isovolumétrique

62
d-3/ Bruits du cœur :

 Stéthoscope apposé sur la paroi thoracique → 2 bruits du cœur :

- 1er de basse tonalité = fermeture des valves auriculo-

ventriculaires (mitrale et tricuspide) = début systole

- 2ème plus intense = fermeture des valves sigmoïdes (pulmonaire

et aortique) = début diastole

 Ces bruits sont parfaitement normaux, mais d’autres bruits,


comme les souffles cardiaques, peuvent être des signes de
maladie cardiaque

63
e- Débit cardiaque :

 La quantité de sang éjectée par les ventricules, c’est-à-dire le


volume éjecté à chaque battement cardiaque (chaque
contraction des ventricules), pendant une minute

 DC : Débit cardiaque
DC = FC x VES (l/min) FC : Fréquence cardiaque
 VES : Volume d’éjection systolique

e-1/ Contrôle de la fréquence cardiaque :

 En absence de toute influence nerveuse et hormonale, la FC est


de 100 bats/min

 Au repos, l’activité parasympathique exerce un effet continu d’où


la FC moyenne normale au repos est d’environ 70 bats/min 64
 Adrénaline plasmatique

 Activité des nerfs  Activité des nerfs


symp. au cœur parasymp. au cœur

 Fréquence cardiaque

Figure 16 : Principaux facteurs influençant


la FC cardiaque

65
f-L’électrocardiogramme (ECG) :

- P : dépolarisation des oreillettes

- QRS : dépolarisation des ventricules

- T : repolarisation ventriculaire

(la repolarisation des oreillettes


n’apparaît pas sur l’ECG parce
qu’elle provient en même temps
Que le complexe QRS)

Figure 17 : a) ECG typique b) potentiel d’action


ventriculaire enregistré dans une cellule
66
musculaire ventriculaire
PLAN

I. Introduction
II. Le sang
III. Organisation générale de l’appareil cardiovasculaire
IV.Le cœur
V. Le système vasculaire
VI.Régulation de la pression sanguine artérielle

67
V- Le système vasculaire :

 La totalité du système vasculaire depuis le cœur jusqu’au plus


petit capillaire ont une couche unique de cellules endothéliales,
ou endothélium

 La pression artérielle:

Figure 18 : Pressions dans le système vasculaire


68
* Pression systolique (PS) = pression artérielle maximale atteinte
au pic de l’éjection ventriculaire

*Pression diastolique (PD) = pression artérielle minimale atteinte


juste avant le début de l’éjection ventriculaire

* Pression différentielle = PS – PD, augmente avec le volume


d’éjection, vitesse d’éjection et la compliance

 Pression différentielle  si la compliance d’un vaisseau diminue


(durcissement des vaisseaux chez personnes âgées)

* Pression moyenne (PAM) = (PS + 2 PAD)/3 (diastole dure 2 fois


plus longtemps que systole)
69
a- Artères :

 Deux grands rôles :

1- Elles constituent les voies de


conduction du sang du cœur vers
différents tissus et organes de
l’organisme

2- Etant donné leur élasticité, les


artères constituent un réservoir de
pression pour maintenir un débit
Figure 19 : Déplacement de sang
sanguin dans les tissus pendant la dans les artères au cours d’un cycle
diastole cardiaque
70
b- Artèrioles :
 Leur rôle principal c’est de déterminer le débit sanguin relatif
dans chaque organe donné

Réservoir
de pression
Δp « artères » Δp

Conduits de
de sortie à
résistance
variable
« artérioles »

Débits aux
1 2 3 4 5 organes 1 2 3 4 5
« 1,2,3,4,5 »

. Δp
Q=
R 71
 Les artérioles jouent un rôle important par leur capacité à
modifier le débit sanguin en jouant sur la résistance :

 Deux mécanismes qui contrôlent la vasoconstriction et


vasodilatation des artérioles :

1- Contrôles intrinsèques = Contrôles locaux (indépendants des


nerfs et des hormones) :

 Hyperhémie active ( du débit sanguin) suite à une  de


l’activité métabolique du tissu entraine une vasodilatation

 Réponse à un traumatisme suite à une lésion tissulaire


entraine une relaxation du muscle artériolaire → vasodilatation
(processus inflammatoires) 72
2- Contrôles extrinsèques :

 Nerfs sympathiques :

 La plupart des artérioles reçoivent un riche apport de fibres


sympathiques qui libèrent la noradrénaline qui se fixe sur les
récepteurs -adrénergiques et entraîne la vasoconstriction

diminution du debit sanguin


 Nerfs parasympathiques :

 Les artérioles reçoivent peu d’innervation parasympathique


(influence très minime)

 L’acétylcholine est le principal neurotransmetteur


(vasodilatateur)
73
Hormones : Adrénaline, Angiotensine II, Vasopressine
c- Capillaires :

 A un instant t, 5% du sang circulant se retrouve dans les


capillaires

 Ce sont ces 5% qui assurent l’échange final d’O2, de


nutriments et de dérivés de métabolisme (Ex. CO2)

 La plupart des cellules de l’organisme ne s’éloignent pas plus


de 0,1 mm d’un capillaire

 On estime à 40 000 Km la longueur totale des capillaires chez


un adulte
74
Artériole

Capillaires

Veinule

Figure 20 : Schéma de la microcirculation

75
d- Veines :

 Sont le dernier groupe de vaisseaux sanguins par lequel


s’écoule le sang avant d’arriver au cœur

 La force qui détermine le retour veineux est la Δp entre


les veines périphériques (10 à 15 mmHg) et l’oreillette
droite (0 mmHg)

76
 Déterminants de la pression veineuse :

• Volume sanguin contenu dans les veines :

60% du sang se retrouve dans les veines

• Paroi des veines :


o Elle est plus fine, donc plus compliante,
donc peut contenir de gros volumes de sang
o La paroi des veines contient du muscle lisse
innervé par des neurones sympathiques →
libération de noradrénaline → vasoconstriction
des veines →  pression veineuse → sang
se draine vers le cœur droit
• Pompe du muscle squelettique
Figure 21 : Retour veineux
• Mouvements inspiratoires 77
Figure 22 : Fonctionnement
de la pompe musculaire 78
e- Système lymphatique :

 Système lymphatique est un réseau


principalement constitué de :
 Ganglions lymphatiques: petits
organes en forme de haricot qu’on trouve
dans tout le corps)
 Vaisseaux lymphatiques (conduits)

à travers lesquels s’écoule la lymphe

 Ils contiennent un liquide incolore


ou légèrement jaunâtre dérivé du
liquide interstitiel
Figure 23 : Système lymphatique
79
 Rôles :

 Activation de la réponse immunitaire (lymphocytes B et T)

 Voie par laquelle les graisses absorbées par l’intestin gagnent le


sang (chylomicrons libérés dans les chylifères lymphatiques)

 Transfert du liquide interstitiel (le liquide dans lequel baigne


nos cellules) vers le système cardiovasculaire se fait à partir des
vaisseaux lymphatiques (à raison de 4l/j)

 Drainage des excès de liquide au niveau des tissus

 Circulation des hormones

 Une défaillance du système lymphatique (obstruction) →

gonflement du territoire concerné → œdème 80


PLAN

I. Introduction
II. Le sang
III.Organisation générale de l’appareil cardiovasculaire
IV.Le cœur
V. Le système vasculaire
VI.Régulation de la pression sanguine artérielle

81
IV- Régulation de la pression sanguine artérielle (PSA) :
 Les mécanismes de régulation de la PSA peuvent agir soit à
court terme minute par minute ou à plus long terme de semaine
en semaine
a- Régulation à court terme de la PSA :

 Mécanismes d’action immédiate


 Agissent en quelques secondes voire quelques minutes
 d’origine nerveuse
 Mettent en jeu les barorécepteurs et les volorécepteurs, et ils
impliquent le centre cardiovasculaire bulbaire qui active des
fibres nerveuses motrices :
 Nerfs sympathiques qui libèrent Noradrénaline
 Nerfs parasympathiques qui libèrent l’Acétylcholine 82
a-1/ Barorécepteurs :

 Sont sensibles à la tension de la paroi des artères (à l’étirement)

 Sont situés à deux niveaux: dans la paroi de la cross aortique


et à la bifurcation des artères carotidiennes, internes et externes)

 Le centre du baroréflexe se situe au niveau du bulbe, centre


cardiovasculaire bulbaire

Figure 24 : Barorécepteurs

83
 Si la PSA , les barorécepteurs inhibent le tonus
sympathique et activent le tonus parasympathique dirigé vers
le cœur et donc  PSA

 Si PSA , les barorécepteurs activent le tonus sympathique


et inhibent le tonus parasympathique et donc  PSA

84
Barorécepteurs
carotidiennes

Barorécepteurs
aortiques

Figure 25 : Régulation nerveuse de la PSA 85


a-2/ Système Nerveux Autonome (SNA) :

 Système (ortho)sympathique :

 Innervation de l’ensemble du cœur et des vaisseaux


 Les nerfs sympathiques ont des effets cardio-accélérateurs :

↗ contractilité cardiaque : Effet inotrope positif


↗ fréquence cardiaque : Effet chronotrope positif
↗ conduction auriculo-ventriculaire : Effet dromotrope positif

 Les nerfs sympathiques ont également des effets vasculaires :

 Effet vasoconstricteur (α1-adrénergique)


 Effet vasodilatateur (β2-adrénergique)

 Antagoniste : bêtabloquants et alphabloquants


86
 Système parasympathique :

 Innervation du Nœud Sinusal (Sinoatrial) et du Nœud Auriculo-


ventriculaire (atrioventiculaire)

 Les nerfs parasympathique ont des effets cardio-freinateurs :

↘ contractilité cardiaque : Effet inotrope négatif

↘ fréquence cardiaque : Effet chronotrope négatif

↘ conduction auriculo-ventriculaire: Effet dromotrope


négatif
 Antagoniste : atropine
87
 En hypotension

88
a-3/Les volorécepteurs

 Sont situés dans la paroi des oreillettes et des artères


pulmonaires
Sensibles aux variations de volume (à l’étirement produit par des
changements de volume)
Réflexe est semblable à celui des barorécepteurs

Par exemple, ↗ volume sanguin dilatation des parois ↗

stimulation des volorécepteurs stimulation du centre


cardiovasculaire bulbaire activation du tonus
parasympathique PSA

89
b- Régulation à moyen terme de la PSA :
Réflexes hormonaux
b-1/Noradrénaline (NA), Adrénaline (Ad)

 La diminution de la PSA stimule la libération de la NA et de l’Ad


par la glande médullosurrénale qui vont favoriser la
vasoconstriction en agissant sur les récepteurs α1-adrénergiques
↗ de la PSA à sa valeur d’origine

 La NA et l’Ad ont une durée d’action 10 fois supérieure à celle


90
du système nerveux sympathique
b-2 /Système rénine angiotensine

91
Figure 26 : Système rénine-angiotensine
92
c- Régulation à long terme de la PSA :

 Les baroreflexes ne peuvent régler la PSA à long terme

 Elle se fait exclusivement par les reins

 C’est le volume sanguin qui en est le principal facteur

 Une  du volume sanguin entraîne une  de PSA et vice versa

93
Figure 27 : Equilibre du volume sanguin par les rein 94
d- Autres réflexes et réponses cardiovasculaires :

  [O2]art.,  [CO2]art.,  du débit sanguin cérébral →  de PSA

 De nombreuses activités physiologiques peuvent


s’accompagner
de modifications de PSA comme l’alimentation ou l’acte sexuel

 Par exemple, réunions de travail ( 20 mmHg), marche (10


mmHg), sommeil ( 10 mmHg)

 Ces modifications sont déclenchées par des influx provenant


de centres supérieurs vers le centre cardiovasculaire bulbaire
95
Comportement du sujet sain et dans la maladie
a- Hypotensions :
 La cause générale de
Hémorragie l’hypotension est la baisse du
(perte sanguine) volume sanguin suite à une
hémorragie par exemple
 Volume sanguin

 Pression veineuse  Les conséquences les plus


sévères de l’hypotension sont les
 Retour veineux diminutions des débits sanguins
cérébral et myocardique
 Pression auriculaire

 Volume ventriculaire télédiastolique

 Volume d’éjection

 Débit cardiaque

96
 Pression artériele
b- Position débout :

 Position debout engendre une pression supplémentaire surtout


des membres inférieurs → accumulation de sang dans les veines
(effet de la pesanteur) → annulée par contraction des muscles
squelettiques des membres inférieurs → vidange complète des
veines

97
c- Hypertension artérielle :

 Est une augmentation chronique de la PSA

 On fixe à 140/90 mmHg la ligne de séparation entre


pression normale et Hypertension, c’est-à-dire, la PSA est dite
normale quand elle est inférieure à 140/90 mmHg

 La principale anomalie relevée lors des hypertensions est


l’augmentation des résistances périphériques par diminution
du rayon artériolaire

98
 Conséquence → hypertrophie ventriculaire gauche
(augmentation de la masse du muscle du ventricule gauche)
pour remédier à la forte pression artérielle mais avec le
temps, des modifications des propriétés contractiles du
muscle myocardique vont apparaitre → infarctus du
myocarde ou accident vasculaire cérébral (AVC)

99