Vous êtes sur la page 1sur 21
SELLAL AUJOURD’HUI DANS LA WILAYA DE SOUK AHRAS Option : développement ● Rencontre Premier ministre-walis,

SELLAL AUJOURD’HUI DANS LA WILAYA DE SOUK AHRAS

Option : développement

Rencontre Premier ministre-walis, mercredi à Alger

Lors de cette visite qui s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du programme du Président de la République,

Abdelaziz Bouteflika, le Premier ministre aura à s'enquérir de l'état d'avancement des projets socio-économiques en cours

de réalisation à travers la wilaya, a précisé la même source.

P. 3

15 Chaâbane 1434 - Lundi 24 Juin 2013 - N°14854 - Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

- Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287 L A R E V O L U

L A

R E V O L U T I O N

PA R

L E

P E U P L E

E T

P O U R

L E

P E U P L E

OUVERTURE AUJOURD’HUI DE L’EXPOSITION “MÉMOIRE ET RÉALISATIONS” Le cinquantenaire 
OUVERTURE AUJOURD’HUI DE L’EXPOSITION
“MÉMOIRE ET RÉALISATIONS”
Le cinquantenaire 
de la communication par l’image
Cette exposition qui se tient au Palais
des Expositions (Pins Maritimes
SAFEX), permettra aux différentes
franges de la société de “découvrir” les
coulisses du travail des médias publics
pour garantir un service public à la hau-
teur des attentes du citoyen, respectant
les règles d’éthique. Dans ce contexte,
le public pourra s’enquérir des diffé-
rentes réalisations des entreprises pu-
bliques, à savoir l’APS, la télévision
algérienne, la radio nationale et les en-
treprises d’impression, ainsi que les
différents journaux publics, à travers
les étapes du développement du secteur
depuis 1962 à ce jour, notamment le
lancement de la télévision numérique
terrestre, l’amélioration et l’élargisse-
ment des réseaux de diffusion et de
transmission des programmes de la té-
lévision et de la radio, et la création de
radios locales, ainsi que le développe-
ment des réseaux d’imprimeries.
À L’OCCASION DE L’EXPOSITION SUR LE SECTEUR
DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE
M. Mebarki :
“Bourses et présalaires
revus à la hausse”
PP. 4-5
Ph. Billal
Ph. Nesrine T.

APN-PROJET DE LOI PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D’AVOCAT

Ph. A. Hammadi
Ph. A. Hammadi

138 interventions

attendues

M. OULD KHELIFA, À PROPOS DE LA PROGRAMMATION DE L’EXAMEN DU PROJET DE LOI :

“Aucun rapport avec les menaces de M e Lanouar”

P. 6

M. REVEYRAND DE MENTHON, REPRÉSENTANT SPÉCIAL DE L’UE POUR LE SAHEL :

“L’Algérie a toujours

accompagné le Mali

dans ses efforts 

de sortie de crise”

P. 7

GHLAMALLAH À CONSTANTINE

“Les biens wakfs

proposés à la location

selon les besoins

du développement”

P. 7

DÉVELOPPEMENT ÉCO-SOCIAL À L’HORIZON 2030

M. Messaitfa :  “Le rapport final est prêt”

P. 11

SAISON ESTIVALE

Ph. Louiza M.
Ph. Louiza M.

1.000 agents  de police déployés  aux postes- frontières

P. 8

JM 2013

D’autres médailles

en lutte et en judo

P. 31

2 EL MOUDJAHID
2
EL MOUDJAHID
Mé téo
Mé téo

ENSOLEILLÉ

Au Nord, le temps sera généralement en- soleillé, notamment vers les régions de l'Ouest et du Centre. Les vents seront en général faibles à mo- dérés (15/25 km/h). La mer sera belle à peu agitée.

Sur les régions Sud, le temps sera généra- lement chaud et ensoleillé. Les vents seront modérés avec soulève- ments de sable.

Températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui :

Alger (26 - 16°), Annaba (24°- 14°), Bé- char (39° - 26°), Biskra (38° - 24°), Constan- tine (26°- 12°), Djanet (39°- 26°), Djelfa (34° - 20°), Ghardaïa (36° - 23°), Oran (27° - 17°), Sétif (27°- 12°), Tamanrasset (37°- 24°), Tlemcen (31° - 15°).

DEMAIN À 10 HEURES AU FORUM DE LA MÉMOIRE Hommage au martyr de la cause
DEMAIN À 10 HEURES
AU FORUM DE LA MÉMOIRE
Hommage au martyr de la cause palestinienne
Mohamed Boudia
Le Forum de la Mémoire, en coordination avec l’association Machâal
Echahid, organise, demain à 10 heures, en collaboration avec l’ambas-
sade de Palestine et l’APC d’Alger-Centre, une conférence historique
sur l’engagement de Mohamed Boudia durant la Révolution et son sou-
tien continu à la cause palestinienne. Cette conférence s’inscrit dans le
cadre des festivités marquant le cinquantenaire de l’indépendance et le
40 e anniversaire de l’assassinat de Mohamed Boudia, martyr de la cause
palestinienne.
de Mohamed Boudia, martyr de la cause palestinienne. DEMAIN À 10H À L’HÔTEL EL-AURASSI Conférence de

DEMAIN À 10H À L’HÔTEL EL-AURASSI

Conférence de presse Benyounès-Arnold Schwarzenegger

Une cérémonie de signature entre le R20, représenté par son fondateur M. Arnold Schwarzenegger, et le gouvernement algérien, représenté par M. Amar Benyounès, ministre de l’Aménagement du territoire, de l’En- vironnement et de la Ville, aura lieu demain à 10h00 à l’hôtel El-Aurassi ; elle sera suivie d’une conférence de presse.

El-Aurassi ; elle sera suivie d’une conférence de presse. CE MATIN À 11H30 À L’HÔTEL EL

CE MATIN À 11H30 À L’HÔTEL EL DJAZAÏR

Rencontre institutionnelle algéro-italienne

EL DJAZAÏR Rencontre institutionnelle algéro-italienne Le ministre de l’Industrie, de la Petite et Moyenne

Le ministre de l’Industrie, de la Petite et Moyenne Entreprise et de la Promotion de l’investissement, M. Cherif Rahmani, et M. Carlo Calenda, vice-ministre italien du Développement économique, présideront ce matin à partir de 11h30 à l’hôtel El Djazaïr, la cérémonie d’ouverture des travaux de la rencontre institutionnelle algéro-italienne.

CET APRÈS-MIDI À 15H À L’HOTEL OASIS

Conférence de presse Alliance Assurances-FNAI

A l’occasion de la si- gnature d’un partena- riat entre Alliance Assurances et la Fédé- ration nationale des agences immobilières, une conférence de presse sera organisée par Alliance Assu- rances cet après-midi à 15h00 à l’hôtel Oasis.

CE MATIN À 10H AU SIÈGE DE L’ASSOCIATION DES ANCIENS SCOUTS MUSULMANS ALGÉRIENS

Conférence de presse

Le commandant général de l’Associa- tion des anciens Scouts musulmans al- gériens M. Mustapha Saâdoune anime, ce matin à 10h00 au siège central, 2, rue Mohamed-Bouras, place des Martyrs, une conférence de presse sur la caravane nationale de sensibilisation «Non à la drogue» et le programme de manifestation sur la clô- ture du cinquantenaire de la fête de l’indépen- dance.

ture du cinquantenaire de la fête de l’indépen- dance. Mémoire et Réalisations telles la radiodiffu- la

Mémoire et Réalisations

telles la radiodiffu-

la commémoration du

organise, du 24 au 30

la Solidarité natio-

Affaires religieuses

affaires religieuses

partir de 9h00 une

Affaires religieuses affaires religieuses partir de 9h00 une Feth la cérémonie officielle de célé- d’aujourd’hui,
Affaires religieuses affaires religieuses partir de 9h00 une Feth la cérémonie officielle de célé- d’aujourd’hui,
Affaires religieuses affaires religieuses partir de 9h00 une Feth la cérémonie officielle de célé- d’aujourd’hui,
Affaires religieuses affaires religieuses partir de 9h00 une Feth la cérémonie officielle de célé- d’aujourd’hui,
Affaires religieuses affaires religieuses partir de 9h00 une Feth la cérémonie officielle de célé- d’aujourd’hui,

Feth la cérémonie officielle de célé-

d’aujourd’hui, le touriste de demain».

d’Etat chargée de

wilaya de Tissem-

la cérémonie officielle de célé- d’aujourd’hui, le touriste de demain». d’Etat chargée de wilaya de Tissem-
la cérémonie officielle de célé- d’aujourd’hui, le touriste de demain». d’Etat chargée de wilaya de Tissem-

Journée nationale du Tourisme

CET APRÈS-MIDI À 14H30 À LA SAFEX

Exposition

du secteur de la communication

Le ministre de la Communication M. Mohamed Saïd procèdera, dans le cadre des manifestations marquant le cinquan- tenaire du recouvrement de l’indépen- dance nationale, à l’inauguration de l’exposition Mémoire et Réalisations du secteur de la communication, cet après-

midi à 14h30 à la Safex. Les divers seg- ments d’activité relevant du secteur de

la communication,

sion sonore et télévisuelle, la télédiffusion, l’édition et l’im- pression de la presse écrite, seront représentés à cette manifestation retraçant les principales évolutions du secteur, de 1962 à ce jour. L’exposition, organisée au pavillon «S», sera ouverte au public tous les jours de la semaine jusqu’à sa clôture le 6 juillet.

CE MATIN À 11H AU PALAIS DES EXPOSITIONS

Formation professionnelle :

exposition de la mémoire

Dans le cadre de

50 e anniversaire de l’indépendance, le mi-

nistère de la Formation et de l’Enseigne-

ment professionnels

juin au Palais des expositions des Pins- Maritimes, une exposition des réalisations du secteur, de 1962 à 2012. La cérémonie d’ouverture aura lieu ce matin à 11h au pavillon Gourara «G».

Souad Bendjaballah à Annaba

La ministre de

nale, de la Famille et de la Condition de la femme, M me Souad Bendjaballah, effectue aujourd’hui à partir de 8h00 une visite de travail et d’inspection dans la wilaya d’Annaba où elle visi- tera plusieurs structures spécialisées et des projets relevant de son secteur.

CE MATIN À 9H À DAR EL IMAM

« La gestion des wakfs et de la zakat »

Le ministre des

et du Wakf, M. Bouabdallah Ghlamal- lah, préside ce matin à 9h00 à Dar El Imam, El Mohammadia, l’ouverture

des travaux de la conférence régionale

des directeurs des

et des wakfs des wilayas du Centre sur « La gestion des wakfs et de la zakat ».

Benmeradi à Relizane

Le ministre du Tourisme et de l’Ar- tisanat M. Mohamed Benmeradi ef-

fectue ce matin à

visite de travail et d’inspection des structures relevant de son secteur dans la wilaya de Relizane.

DEMAIN À 9H30 À L’OFFICE RIADH EL FETH

Le ministre du Tourisme et de l’Artisanat, M. Moha-

med Benmeradi, présidera demain à partir de 09h30 à

l’Office Riadh El

bration de la journée Nationale du tourisme sous le

thème : « L’enfant

Mellah à Naâma

Le secrétaire d’État auprès du mi- nistre de la Jeunesse et des Sports, chargé de la Jeunesse, M. Belkacem Mellah, effectue les 24 et 25 juin une visite d’inspection dans la wilaya de Naâma, au cours de laquelle il inspec- tera des établissements de jeunesse et rencontrera le mouvement associatif local.

Dalila Boudjemaa à Tissemsilt

La secrétaire

l’Environnement, M me Dalila Boudje- maa, effectue aujourd’hui une visite

de travail dans la silt.

Agenda culturel CET APRÈS-MIDI À 14H À LA BIBLIOTHÈQUE MULTIMÉDIA JEUNESSE DIDOUCHE-MOURAD Hommage à Fadhila
Agenda culturel
CET APRÈS-MIDI À 14H
À LA BIBLIOTHÈQUE
MULTIMÉDIA JEUNESSE
DIDOUCHE-MOURAD
Hommage à Fadhila Dziria
L’ E t a -
blissement
Arts et Cul-
ture
de
la
w i
l
a
y a
d’Alger or-
ganise,
en
collabora-
tion
avec
l’associa-
tion Ahbab
F a d h i l a
Dziria,
un
v i b r a n t
hommage à
F a d h i l a
Dziria,
et
ce, à l’occa-
sion de son 96 e anniversaire, cet après-midi à
partir de 14h00 à la Bibliothèque multimédia
jeunesse, Didouche-Mourad. Des documents,
des photos, ainsi qu’un documentaire autour
de cette diva seront programmés à cette occa-
sion.
CE SOIR À 21H AU THÉÂTRE
DE PLEIN AIR DE SIDI FREDJ
Les chœurs de l’Armée rouge
L’ONCI organise, dans le cadre des festivi-
tés célébrant le cinquantenaire de l’indépen-
dance de l’Algérie, en collaboration avec
l’ENTV et l’ENRS, la première du grand spec-
tacle mondialement connu Les Chœurs de
l’Armée rouge, de la République fédérale de
Russie les 24, 25 et 26 juin, au théâtre de plein
air de Sidi Fredj – Casif, à partir de 21h00.
DEMAIN À 14H30 À DAR
ABDELLATIF
« La littérature contemporaine
latino-américaine »
L’Agence algérienne pour le rayonnement
culturel organise une conférence sur le thème
de « La littérature contemporaine latino-amé-
ricaine» dans le cadre de la résidence d’écri-
ture «Session été » de Barbara Belloc qui se
déroule jusqu’au 9 juillet à la villa Abdelatif.
Activités des partis CE MATIN À 10H AU SIÈGE DU PT Session ordinaire Le bureau
Activités des partis
CE MATIN À 10H AU SIÈGE DU PT
Session ordinaire
Le bureau politique du Parti des travailleurs se
réunit aujourd’hui en session ordinaire.
Le rapport d’ouverture sera présenté par M me
Louisa Hanoune, secrétaire générale du Parti des
travailleurs, ce matin à 10h, au siège national 2, rue
Belkheir-Belkacemi Belfort - El Harrach.

Lundi 24 Juin 2013

N

ation

3

EL MOUDJAHID

N ation 3 EL MOUDJAHID L es nombreux projets de déve- loppement engagés dans la wilaya

L es nombreux projets de déve- loppement engagés dans la wilaya de Souk Ahras, où le

Premier ministre Abdelmalek Sellal effectuera aujourd’hui une visite de travail et d'inspection, ont fait de cette région de l’extrême nord-est du pays une vitrine de l’Algérie en plein essor. des centaines de chantiers re- levant, entre autres, des secteurs de l’habitat, de l’éducation, de la forma- tion et de la jeunesse et des sports sont actuellement ouverts dans toutes les communes de cette wilaya, y compris dans les zones frontalières. bien qu’élevée au rang de wilaya en 1984, Souk Ahras ne commencera réellement à prendre son envol qu’en 2000, notamment lorsque d’impor- tantes opérations du secteur de l’ha- bitat ont permis de ramener, en 2009, le taux d’occupation de logement (toL) à 5,9 puis à 5,3 en 2012, soit bien en deçà de la moyenne nationale de 6,4. Le programme quinquennal 2010-2014 a retenu pour la wilaya 9.500 nouveaux logements publics locatifs (LPL), dont 2.300 sont mis en chantier, 5.000 à lancer dans les prochaines semaines et 2.200 autres avant la fin de l’année en cours. A cela s’ajoutent 9.690 aides au loge- ment rural qui placent la wilaya de Souk Ahras, selon les services de l’administration locale, en troisième position à l’échelle nationale en termes de consommation des crédits alloués à l’habitat rural.

Un taux de croissance de 30,29% en matière agricole

Les dispositifs d’aides publiques et les programmes engagés par l’etat pour le secteur agricole ont eu un im- pact notable dans cette wilaya qui a enregistré un taux de croissance de l’ordre de 30,29%, soit trois fois la moyenne nationale de 10,3%. La ré- colte céréalière avait atteint, à l’issue de la saison 2011-2012, les 2,02 mil- lions de quintaux, toutes variétés confondues, notent les responsables du secteur.

Atout tourisme

Forte d’une superficie agricole utile (SAu) de 311.492 hectares, Souk Ahras possède également une filière lait très active ayant réussi à produire en 2011 près de 96 millions litres ainsi que des atouts non négli- geables pour les cultures maraîchères grâce au périmètre irrigué Sedrata- zouabi-bir bouhouch.

Sellal aujourd’hui dans la wilaya de Souk Ahras

Lors de cette visite qui s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du pro- gramme du Président de la république, Abdelaziz bouteflika, le Premier ministre aura à s'enquérir de l'état d'avancement des projets socio-écono- miques en cours de réali- sation à travers la wilaya,

Rencontre Premier ministre- walis, mercredi à Alger

Le Premier ministre, Abdel- malek Sellal, présidera mercredi prochain une réunion avec les walis qui sera consacrée essen- tiellement aux préparatifs du mois de ramadhan et de la saison estivale, a-t-on appris hier de source gouvernementale. La rencontre, à laquelle pren- dront part des membres du gou- vernement, fera le point de la situation dans plusieurs do- maines et secteurs, notamment les préparatifs du mois de rama- dhan, la saison estivale, la distri- bution de logements, l'éradication des marchés infor- mels et leur remplacement par des marchés de proximité, ainsi que le bilan de l'opération concernant les déchets ménagers et solides, a-t-on précisé de même source.

L e Premier ministre Abdelmalek Sellal, accompagné d'une

importante délégation ministérielle, effectuera aujourd’hui une visite de travail et d'inspection dans la wilaya de Souk Ahras, a indiqué hier un communiqué des services du Premier ministère.

a précisé la même source. m. Sellal présidera, éga- lement, une réunion élar- gie aux représentants de la société civile, au cours de laquelle il répondra aux préoccupations pré- sentées par les citoyens de la wilaya de Souk Ahras, a ajouté le com- muniqué.

Une région en plein essor

Ph. : T. Rouabah
Ph. : T. Rouabah

ce dernier, qui s’étend sur 1.300 hectares, avait permis une produc- tion, en 2012, de quelque 300.000 quintaux de pommes de terre. une performance remarquable mais tempérée, cependant, par la perte, cette même saison, de 114.000 quintaux de légumes, de pastèque et de melon dévastés par les chutes de grêle.

Des atouts touristiques remarquables

Véritable musée d’histoire à ciel ouvert de par la multitude de ses sites archéologiques et ses vestiges témoi- gnant du passage de différentes civi- lisations méditerranéennes, Souk Ahras regorge aussi de sites naturels et montagneux traversés par un im- portant réseau routier. un potentiel qui fait de cette wi- laya une destination touristique de premier choix, conduisant les pou- voirs publics à y programmer sept zones d’expansion touristique (zet) à machrouha, ouled driss, ouled moumène, Aïn zana, m’daourouch, Khemissa et taoura où des sites ar- chéologiques de premier plan (ma- daure, notamment) sont extrêmement attractifs. Avec à peine 222 lits de ca- pacité d’hébergement, ce potentiel demeure toutefois sous-valorisé. une situation qui a nécessité, selon le directeur de wilaya du tou- risme et de l’artisanat, l’engagement d’une véritable course contre la mon- tre en vue de la construction de plu- sieurs établissements hôteliers.

Premiers balbutiements de l’investissement et davan- tage d’eau dans les robinets

Les contours d’un portefeuille foncier destiné à l’investissement commencent, depuis deux années, à se profiler dans cette wilaya, affirme le directeur de l’industrie, des Pme et de la promotion de l’investisse- ment qui fait état de la proposition de plusieurs nouvelles zones d’activités. Le responsable relève que la wilaya peut être divisée en trois régions en fonction des vocations de chaque zone. Ainsi la partie nord de Souk Ahras (machrouha, Aïn Sennour et henancha) se prête pour les élevages et la production de lait et de viandes rouges. La seconde zone comprenant Sedrata, m’daourouch et taoura est idéale pour la pratique en intensif de la céréaliculture, tandis que la troi- sième, qui s’étend le long de la bande frontalière (heddada, ouled mou- mène et Sidi Fradj) présente des atouts indéniables pour des activités touristiques, commerciales et artisa- nales. Les réalisations du secteur des ressources en eau se sont traduites par l’augmentation de la moyenne du vo- lume d’eau distribué quotidienne- ment à la population de la wilaya, aujourd’hui de l’ordre de 130 litres par personne et par jour. La tendance évolutive caractérise la couverture sa- nitaire et scolaire, ainsi que le raccor- dement aux réseaux d’assainissement, de distribution d’eau, de gaz et d’électricité. une po- pulation de 470.000 âmes vit dans la

wilaya de Souk Ahras qui s’étend sur une superficie de 4.360 km 2 , répartie sur 26 communes et 10 daïras. elle est à 640 km de la capitale, Alger, et à seulement 97 km de l’aéroport in- ternational rabah-bitat d’Annaba et de son port.

in- ternational rabah-bitat d’Annaba et de son port. A l’écoute des citoyens ● Le cycle des
in- ternational rabah-bitat d’Annaba et de son port. A l’écoute des citoyens ● Le cycle des

A l’écoute des citoyens

Le cycle des visites d’inspection et de travail sur le terrain, accompli par le Premier ministre M. Abdelmalek Sellal, va le conduire pour cette fois-ci dans la wilaya de Souk Ahras, pour s’informer de l’état

d’avancement de projets de développement en cours de réalisation, et pro- céder au lancement d’autres infrastructures de même acabit. Cette nou- velle étape d’une journée, mais à l’agenda particulièrement fourni, permettra de mieux cibler les attentes des citoyens en termes de besoins

à prendre en charge pour ce qui touche à leurs aspirations en matière

d’amélioration de leur quotidien, des conditions de vie, de promotion so- ciale et de développement local. Il va sans dire que la population de la région de Souk Ahras mise énor- mément sur cette visite, à l’instar des habitants des autres wilayas qui ont eu à accueillir le chef de l’exécutif dont les nombreux déplacements sur le terrain se sont soldés par des résultats extrêmement probants et des déci- sions destinées à redynamiser le développement régional. La visite entre aussi dans le cadre du suivi du programme d’investissements publics 2010- 2014, initié par le Président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, et doté d’une enveloppe financière globale de l’ordre de 286 milliards de dol- lars. Ce budget éminemment conséquent, consacré à de multiples projets, nécessite de la part de tous rigueur, suivi et contrôle afin de s’assurer de sa complète réussite. S’il appartient au gouvernement de concrétiser ce programme, il se doit de mobiliser l’ensemble des citoyens dans une im- plication directe pour le transformer en un puissant levier de croissance, de création d’emplois et de modernisation du pays. Cela étant, M. Abdel- malek Sellal va également prêter une écoute attentionnée aux différents partenaires économiques et sociaux avec lesquels il aura à se concerter

afin de s’enquérir et de s’informer sur le terrain et prendre in situ les dé- cisions qui s’imposent. Point non moins important de sa visite, la tradi- tionnelle rencontre avec la société civile et avec tout ce que compte la région comme potentiel de représentativité populaire est une opportunité idoine pour sérier non seulement, les préoccupations des citoyens dans leur vie quotidienne, mais surtout y apporter, autant que faire se peut, des solutions adéquates. Le Premier ministre, depuis son investiture à la tête de l’exécutif, a démontré au travers de ces multiples déplacements sur le territoire national, une forte propension à prendre le pouls de la situa- tion qui prévaut dans chaque wilaya visitée, d’en référer avec les cadres et les citoyens pour ensuite indiquer la démarche à suivre concrètement en vue d’aboutir aux objectifs escomptés. Cette attitude se vérifie à chaque visite d’inspection du Premier ministre qui, en plus des lancements des projets et des mesures à prendre pour accélérer les projets en souffrance, accorde une attention primordiale à l’écoute de la population. De mieux en mieux imprégnés par la démarche, les citoyens s’attellent de pied ferme

à lui confier la somme de leur réflexion et de leur contribution à l’œuvre

de développement et de promotion de leur région. « Nous sommes un gouvernement de terrain et nous sommes venus pour la prise en charge des préoccupations des citoyens », avait dit M. Sel- lal. Cette déclaration a fini par imprimer la marque de son gouvernement dont les attributs les plus saillants se constatent au niveau de l’écoute, de la prise de décisions rapides et de mise en marche immédiate des projets ainsi que la garantie de leur suivi. M. Bouraib

ArnoLd SchwArzenegger inStALLerA demAin Le bureAu du r20 à orAn

Un statut exceptionnel pour El Bahia

Quatre villes à travers le monde ont déjà décroché ce privilège. Il s’agit de Genève, Los Angeles, Pékin et Rio de Janeiro.

r20 regions of climate Action, une organisation non gou- vernementale fondée par Arnold Schwarzenegger avec le sou- tien de l’onu, a choisi la ville d’oran pour l’instauration de son bureau pour la région du bassin méditerranéen. un

gestion « zéro déchet» réussit, ce modèle gestionnaire sera étendu aux autres régions algériennes, dans un premier temps et, ensuite, servira comme base de travail à d’autres régions du monde du r20.

statut exceptionnel que moins de cinq villes à travers le monde ont décroché : genève, Los Angeles, Pékin et rio de Janeiro.

de fait, l’ouverture d’un bureau de la r20 à oran va per- mettre à la capitale de l’ouest algérien d’être une référence

A

cet effet, on annonce pour demain l’arrivée du président de

pour tout le bassin méditerranéen et, partant, d’être le point cen-

cette fondation à la tête d’une délégation à oran pour entériner

tral des échanges internationaux pour tout ce qui a trait à l’en-

un accord pour lancer un programme pilote d'économie verte. Le projet devra lier oran à cette ong pour la mise en place d'une gestion « zéro déchet », qui consiste en une valorisation

vironnement. m. mohamed mekakia, directeur de l’environnement de la wilaya d’oran, a déclaré à la presse que « au-delà des avantages dont bénéficiera l’Algérie à partir de

économique des rejets industriels et ménagers, ainsi que la mise

son partenariat avec cette grande coalition de gouvernements

en

place d’infrastructures destinées à l’assainissement des eaux,

sub-nationaux, compagnies privées, organisations internatio-

la

récupération des boues et la gestion des pneus usagés. Si la

nales, ong et institutions académiques et financières, en ma-

tière d’assistance à la mise en œuvre des projets à faibles émis- sions de carbone, ainsi que les meilleures pratiques et politiques dans le domaine des énergies renouvelables, l’ouverture d’un bureau de la r20 à oran va permettre à la capitale de l’ouest algérien d’être un point focal pour tout le bassin méditerranéen et, partant, le point central des échanges internationaux pour tout ce qui a trait à l’environnement d’une manière générale». La structure de la r20 pour la mise en œuvre de ses projet est une approche en trois phases : déterminer les besoins des ré- gions (appelée regions in action), ensuite trouver la technolo- gie appropriée (technologie in action) et, enfin, identifier un investisseur adéquat (Finances in action). M. K.

N

4

ation

EL MOUDJAHID

N 4 ation EL MOUDJAHID OUVERTURE AUJOURD’HUI DE L’EXPOSITION Cinquantenaire du secteur de la communication par
N 4 ation EL MOUDJAHID OUVERTURE AUJOURD’HUI DE L’EXPOSITION Cinquantenaire du secteur de la communication par
N 4 ation EL MOUDJAHID OUVERTURE AUJOURD’HUI DE L’EXPOSITION Cinquantenaire du secteur de la communication par
N 4 ation EL MOUDJAHID OUVERTURE AUJOURD’HUI DE L’EXPOSITION Cinquantenaire du secteur de la communication par
N 4 ation EL MOUDJAHID OUVERTURE AUJOURD’HUI DE L’EXPOSITION Cinquantenaire du secteur de la communication par
N 4 ation EL MOUDJAHID OUVERTURE AUJOURD’HUI DE L’EXPOSITION Cinquantenaire du secteur de la communication par

OUVERTURE AUJOURD’HUI DE L’EXPOSITION

Cinquantenaire du secteur de la communication par l’image

L e Palais des exposi- tions (Pins Maritimes - Alger), abritera à

partir d’aujourd’hui, une ex- position sur la Mémoire et les réalisations du secteur de la communication, durant cin- quante ans d’indépendance. L’exposition, qui s’étalera jusqu’au 6 juillet, évoquera les développements importants enregistrés dans le secteur de la communication dans ses différentes composantes et qui ont accompagné les change- ments politiques et socio-éco- nomiques vécus par l’Algérie depuis 1962. L’organisation de cette exposition s’inscrit dans le cadre de la célébration du cinquantième anniversaire du recouvrement de l’indé- pendance. Elle permettra aux différentes franges de la so- ciété de “découvrir” les cou- lisses du travail des médias publics pour garantir un ser- vice public à la hauteur des at- tentes du citoyen, et respectant

les règles d’éthique. Dans ce contexte, le public pourra s’enquérir des différentes réa- lisations des entreprises pu- bliques, à savoir l’APS, la télévision algérienne, la radio nationale et les entreprises d’impression ainsi que des différents journaux publics, à travers les différentes étapes du développement du secteur depuis 1962 à ce jour, notam- ment le lancement de la télé- vision numérique terrestre, l’amélioration et l’élargisse- ment des réseaux de diffusion et de transmission des pro- grammes de la télévision et de la radio, et la création de ra- dios locales ainsi que le déve- loppement des réseaux d’imprimeries. L’exposition “Mémoire et réalisations” du secteur de la communication sera inaugu- rée par le ministre de la Com- munication, M. Mohamed Saïd.

APS

Ph. : Nesrine
Ph. : Nesrine

FORMAtION

M. Mebarki : “Bourses et présalaires

Qualifiant l’évolution du secteur de la formation professionnelle de "positive", le ministre de la Formation et de l'Enseignement professionnels, M. Mohamed Mebarki, a rappelé, hier, qu’« au lendemain de l’indépendance, l’Algérie ne comptait que 17 centres de formation. Aujourd’hui, nous en sommes à plus de 1.100 établissements, répartis à travers tout le pays », a-t-il souligné.

L e ministre a rappelé que le secteur « a été pris en charge par l’Etat algérien dès le début de l’indépendance partant

du constat que la formation professionnelle est pourvoyeuse de main-d’œuvre qualifiée à l’économie nationale naissante », a-t-il déve- loppé. Intervenant lors d’une conférence de presse, organisée au siège de son département, Mohamed Mebarki a déclaré que cette mani- festation entre dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance. « C’est un rendez-vous important pour mesurer le che- min parcouru et évaluer les réalisations dans tous les domaines d’activité. » S’étalant à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 30 juin prochain au Palais des expositions, le ministre a rappelé lors de la conférence que le peu d’établissements de formation pour adultes qui existaient « ont été désertés par les personnels enseignants et d’encadrement eu- ropéens, et c’est le personnel algérien, peu

nombreux, qui avait assuré la bonne marche de ces structures », a-t-il souligné. « La mani- festation de la volonté de l’Etat ne s’est pas faite attendre, puisque dès août 1962, il a été procédé à la création d’un Commissariat à la formation professionnelle et à la promotion des cadres, et un peu plus tard, à un Conseil national consultatif de la formation profession- nelle et de la promotion des cadres, rattachés à la Présidence de la République », a-t-il dit, précisant qu’ « il fallait prendre en charge, en urgence, la formation de l’encadrement algé- rien, et donc reconvertir les établissements vers les besoins économiques du pays, dans des spécialités comme l’électromécanique, le machinisme agricole, la maintenance indus- trielle, etc. ». Pour offrir aux jeunes Algériens une forma- tion qualifiante, afin de participer à l’effort d’édification nationale, il précise que « des

projets de réalisation d’établissements de for- mation professionnelle ont été lancés dans le cadre des différents programmes de dévelop- pement ». M. Mebarki a indiqué que « depuis l’indépendance, la formation professionnelle est considérée comme un segment important dans le système éducatif national », et « conti- nue de bénéficier des avantages de la politique volontariste de l’Etat en matière d’enseigne- ment, d’éducation et de formation. »

Une nouvelle nomenclature des spécialités

Aussi, l’organisation de l’exposition des réalisations « nous permettra de mettre en exergue l’évolution dans l’effort de l’Etat en réalisations d’infrastructures et autres moyens, dans le secteur », mais aussi, dit-il, « l’évolu- tion qualitative à travers les politiques menées, pour enfin évaluer les résultats obtenus. » Le premier responsable du secteur a indi- qué qu’« aujourd’hui, nous sommes à plus de 1.100 établissements de formation, répartis à travers le pays. Des établissements qui accueil- lent des milliers de jeunes, et qui assurent des centaines de spécialités liées au développe- ment économique et social ». Ces centres (CFPA) et instituts (INSFP) de formation, dont cinq sont destinés aux handicapés, sont accom- pagnés d’un réseau d’ingénierie pédagogique composé d’un Institut national (INFEP) et de six instituts régionaux (IFEP), d’un Centre na- tional de l’enseignement professionnel à dis- tance (CNEPD), d’un Office national de développement et de promotion de la forma- tion continue (ONDEFOC), d’un Fonds natio- nal de développement de l’apprentissage et de la formation continue (FNAC) et d’un Etablis- sement national des équipements technico-pé- dagogiques de la formation professionnelle

Ph. Billal
Ph. Billal

(ENEFP). « Le réseau de structures de forma- tion totalise une capacité pédagogique de plus de 300.000 postes de formation en mode rési- dentiel avec 54.500 lits pour le régime d’inter- nat, alors que le potentiel de formation par apprentissage est évalué à plus de 500.000 postes, en plus du potentiel de formation à dis- tance dont les limites peuvent être repoussées au gré de la demande. » Qualifiant ce réseau de formation, d’"assez dense", M. Mebarki a souligné qu’« il ne cesse de se renforcer en infrastructures puisque, rien que cette année, 12 nouveaux établissements, un Institut national supérieur de formation pro- fessionnelle (INSFP) de 450 postes pédago- giques, sept Centres de formation professionnelle d’apprentissage (CFPA) de 1.900 postes pédagogiques et quatre annexes de 275 postes pédagogiques viennent d’ou- vrir. » De plus, pour traduire sur le terrain une des orientations du plan d’action du gouverne- ment, qui prévoit « l’amélioration du service public », nous comptons ouvrir au moins un CFPA ou INSFP par daïra, à la prochaine ren-

trée de la formation professionnelle ». « Ces infrastructures, qui seront dotées d’internats, participeront à rapprocher les jeunes des pos- sibilités de formation à des métiers, pour s’in- sérer plus facilement dans le monde du travail.»

Des établissements spécialisés pour handicapés

Et ce n’est pas tout : « Les populations à besoins spécifiques, telles que les personnes handicapées, les jeunes en danger moral et les populations en milieu carcéral, sont prises en charge en matière de formation profession- nelle, ainsi que la femme rurale et la femme au foyer », a expliqué le ministre. « C’est de- puis l’indépendance que l’Algérie assure une politique d’égal accès, de toutes les catégories sociales, à la formation professionnelle », a-t- il affirmé. Aujourd’hui encore, selon lui, « le gouvernement consacre des mesures qui visent à lutter contre l’exclusion sociale et à assurer l’insertion socioprofessionnelle des catégories

● ● ●

N

ation

5

EL MOUDJAHID

N ation 5 EL MOUDJAHID MÉMOIRE ET RÉALISATIONS ALGéRIENS DéPORtéS PAR LA FRANCE vERS LA NOuvELLE-CALéDONIE
N ation 5 EL MOUDJAHID MÉMOIRE ET RÉALISATIONS ALGéRIENS DéPORtéS PAR LA FRANCE vERS LA NOuvELLE-CALéDONIE
N ation 5 EL MOUDJAHID MÉMOIRE ET RÉALISATIONS ALGéRIENS DéPORtéS PAR LA FRANCE vERS LA NOuvELLE-CALéDONIE

MÉMOIRE ET RÉALISATIONS

ALGéRIENS DéPORtéS PAR LA FRANCE vERS LA NOuvELLE-CALéDONIE

Un livre contenant la liste de 2.106 personnes remis à M. Sahli

U n livre contenant la liste des 2.106 Algériens déportés par la France coloniale vers la Nou-

velle-Calédonie, à la fin du 19 e siècle,

a été remis hier au secrétaire d’Etat

chargé de la Communauté nationale établie à l’étranger, Belkacem Sahli. Le livre intitulé Caledoun, histoire des Arabes et Berbères de Nouvelle-Calé- donie a été remis par la secrétaire d’Etat chargée de la Citoyenneté et de

la Culture de la Nouvelle-Calédonie,

Dioui Gorodi, à M. Sahli à l’issue de

l’audience qu’il lui a accordée au siège du ministère des Affaires étrangères. Le directeur de l’Institut d’archéologie de la Nouvelle-Calédonie et du Paci-

fique, Christophe Sand, a expliqué que le livre de Louis-José Barbaçon pro- cure des informations sur les Algériens déportés en Calédonie, notamment sur leurs régions d’origine, leurs âges et la durée de la condamnation ainsi que le numéro de matricule de chacun d’en-

tre-eux. M. Sand a précisé que le livre en question est divisé en trois parties,

à savoir l’arrivée des déportés, l’enra- cinement, le regard vers l’avenir en as- sumant le passé et faire le lien entre les déportés et leur pays d’origine (l’Algé- rie). A noter que la délégation de la Nou- velle-Calédonie, composée notamment d’Algériens déportés, est en Algérie pour prendre part à l’exposition « Mé- moire et réalisations » du ministère des Moudjahidine, organisée au niveau de la Safex, dans le cadre du 50 e anniver- saire de l’Indépendance.

Sahli : « Aucun chiffre exact sur les descendants d'Algériens déportés vers la Nouvelle-Calédonie »

L’ Algérie ne dispose pas de chiffres exacts sur les descendants

d'Algériens déportés par la France coloniale vers la Nou- velle-Calédonie dès la fin du 19 e siècle, a affirmé hier à Alger le secrétaire d'Etat

chargé de la Communauté na- tionale établie à l'étranger, Bel- kacem Sahli. "Nous n'avons pas le chiffre exact sur les des- cendants d'Algériens déportés vers la Nouvelle-Calédonie. Cependant, nous avons installé un point focal, au niveau de notre institution, pour rester en contact avec eux", a déclaré à

la presse M. Sahli, à l'issue d'un entre-

tien avec la secrétaire d'Etat chargée de

la Citoyenneté et de la Culture de la Nouvelle-Calédonie, Dioui Gorodi. Il

a expliqué que cette question a été évo-

quée par le biais d'une association qui représente ces descendants d'Algériens

déportés, estimant que leur recense- ment demeure "très difficile". M. Sahli

Ph. : Nacera
Ph. : Nacera

a indiqué que les ministères de la Jus-

tice et de l'Intérieur ont été instruits pour faciliter les démarches adminis- tratives de ces Algériens qui souhaitent renouer avec leur pays d'origine. "La

réunion avec M me Gorodi avait pour but notamment de trouver les voies et moyens d'aider ces Algériens à retrou- ver leur nationalité et leur origine", a- t-il souligné. M. Sahli a fait savoir, en

outre, que la délégation calédonienne a été invitée en Algérie pour prendre part à l'exposition "Mé- moire et réalisations" or- ganisée par le ministère des Moudjahidine dans le cadre du cinquantenaire de l'Indépendance. "Je suis très honorée d'avoir ramené la délégation des descendants d'Algériens déportés qui symbolisent la victoire de la vie sur la mort, les souffrances et les deuils qu'entraînent la

déportation", a déclaré pour sa part M me Dioui Gorodi. Elle a ajouté que cette visite constitue "le début d'une relation plus importante et plus suivie par nos deux pays visant à aider ces Algériens à tra- vers notamment l'apprentissage de la langue arabe et en facilitant les forma- lités de demande de visa d'entrée vers l'Algérie."

APS

PROFESSIONNELLE

revus à la hausse”

● ● ●

de populations aux besoins spécifiques ». Il a rappelé que cette volonté de l’Etat « s’exprime à travers la loi de 2002 qui contient plusieurs dispositions relatives à la for- mation professionnelle, en tant qu’outil privilégié pour l’insertion sociale et économique de cette catégorie de citoyens, pour exercer pleinement ses droits et participer à la création des richesses », a-t-il ajouté. Il a rappelé par ailleurs, que les orientations du Pré- sident de la République pour le programme 2012-2014 pour la formation, « portent sur l’amélioration du service public, l’adaptation de la formation aux besoins de la sphère socioéconomique du pays et, donc, la facilitation de l’employabilité des jeunes diplômés ». Pour la réha- bilitation en matière d’infrastructures : « Je rappelle le projet de densification du réseau et sa répartition de façon équilibrée, à travers tout le territoire du pays, et en particulier à l’implantation d’au moins un établisse- ment, avec internat, par daïra ». « On n’est pas très loin de la concrétisation de ce dernier objectif, puisque seu- lement 20 daïras, sur les 548 que compte le pays, sont encore concernées », a-t-il lancé. Egalement, la moder- nisation des moyens, l’actualisation des contenus et des méthodes, la formation et le perfectionnement des for- mateurs et des gestionnaires, sont nos priorités.

Les bourses et présalaires, revus à la hausse

S’agissant des spécialités, M. Mebarki a affirmé « nous avons introduit, à partir de janvier 2013, une nou- velle nomenclature », et ce « afin de répondre aux sou- haits des jeunes, en particulier ceux au niveau de scolarité modeste, nous développerons des formations courtes, car l’adaptation des formations doit être dyna- mique face à une demande qui change en fonction des besoins du moment. » Sur un autre plan, pour assurer l’adéquation de la formation avec les besoins du déve- loppement et avec l’emploi, des partenariats avec les secteurs économiques stratégiques ont été organisés. Par ailleurs, dans cet effort de réhabilitation de la for- mation et l’enseignement professionnels, et à côté des mesures techniques et pédagogiques, des mesures so- ciales seront prises en direction des élèves et des sta- giaires. Il cite à titre d’exemple « les bourses, qui sont actuellement à 500 DA/ mois, et les présalaires seront relevés sérieusement ». Et enfin, « l’information perma- nente en direction des jeunes et de leurs parents, sur les possibilités offertes et la sensibilisation autour de la né- cessité d’avoir un métier et une qualification, est l’affaire

de toute la société », ajoute-t-il. Il a en outre indiqué que « la nouvelle nomenclature tient compte des spécificités locales. Elle compte 422 spécialités, alors que celle de 2007 n’en contenait que 300. » tout l’effort consenti dans l’élaboration de la nomenclature, selon lui, « visait

à répondre aux besoins du développement et de l’entre-

prise économique ». Dans ce contexte, il cite « les spé- cialités nouvellement introduites comme : la maintenance industrielle, l’automatisme-régulation, la chaudronnerie, la tuyauterie industrielle, l’électricité in- dustrielle, le soudage sur tôle et profilés, grutiers, po- seurs de canalisations, agent forestier, etc. ». Il s’agit de « mettre en commun nos moyens avec ceux du partenaire, de définir la demande en spécialités et de quantifier les effectifs concernés ». Pour l’industrie, par exemple, « c’est développer des formations en rela- tion avec les bassins industriels existants ». Comme à Constantine, pour les spécialités liées à la construction mécanique et métallique, à Sidi Bel Abbès, des spécia-

lités liées à l’électronique, à Ouargla, les spécialités liées

à l’industrie pétrolière, etc. », a-t-il conclu.

Sihem Oubraham

Plus de 700 professionnels y participent

« L’exposition "Mémoire & réalisations" du secteur de la formation et de l’enseignement professionnel a pour objectif de montrer aux jeunes les opportunités de formation que nous offrons pour la rentrée de septembre 2013 », a affirmé M. Akli Hammami, président de la commission de préparation de cette exposition. Dans une déclaration à El Moudjahid, en marge de la conférence de presse, M. Hammami, a indiqué que « cette manifestation regroupera plus de 700 participants dont des stagiaires, des formateurs et des représentants d'établissements de la formation professionnelle ». Le ministre a précisé que cette initiative « comprend 30 stands, dont 24 seront ouverts au public dans plus de 100 spécialités et branches professionnelles, dans les domaines de l'agriculture, de l'industrie agro-alimentaire, de la pêche et de l'électronique, ainsi que des métiers de l'audiovisuel ». Dans ce sillage il ajoute qu’en marge de ce rendez- vous, « des conférences et des tables rondes sont programmées », et ce pour « débattre des thèmes qui sont en relation avec l’économie. » S. O.

ALGéRIE-tuNISIE

Une nouvelle vision du partenariat dans l’enseignement supérieur

Ph. Wafa
Ph. Wafa

L a coopération algéro-tuni- sienne dans le domaine de l’enseignement supérieur et

de la recherche scientifique a été à l’ordre du jour de la conférence des recteurs des universités des deux pays qui a eu lieu hier à la résidence El-Mithak. Présidée conjointement par M. Rachid Haraoubia, ministre de l’En- seignement supérieur et de la Re- cherche scientifique, et son homologue tunisien, M. Moncef Bensalem, la conférence élargie aux opérateurs industriels et écono- miques en vue d’une action com- mune visant à trouver des solutions aux problématiques qui se posent au niveau des entreprises, et en prenant en considération les préoccupations du secteur économique et en amélio- rant le niveau de la formation, a porté essentiellement sur la réflexion et l’évaluation des actions de coopéra- tion entre les universités algériennes et tunisienne, la planification des ob- jectifs et des actions de coopération et l’échange et développement de bonnes pratiques. Il est question par ailleurs, de mise en place et de suivi de la mobilité des enseignants et des étudiants et d’or- ganisation de manifestations scienti- fiques communes sur des thématiques stratégiques d’intérêt commun. Dans son allocution d’ouverture M. Haraoubia a indiqué l’intérêt par- ticulier accordé par les deux pays à la coopération dans le domaine de l’En- seignement supérieur, tout en se fé- licitant du niveau de ces relations et en plaidant en faveur du soutien à la dynamique d’échanges entre les deux pays à travers l’échange d’ensei- gnants et encadreurs. Il a également appelé à la relance des activités de formation et de recherche en vue d’en faire un espace d’échanges et de partenariat sur nombre de thèmes dont la bonne gouvernance des uni- versités, la qualité de l’enseignement et la promotion de l’emploi. Le ministre a rappelé dans ce contexte l’importance des accords conclus lors de la dernière conférence de tunis qui portent sur une nouvelle stratégie de coopération bilatérale adaptée aux mutations qu’ont connues les systèmes universitaires des deux pays. Il n’a pas omis de mettre l’accent sur la nécessité de « développer et de renforcer la coopération entre les deux pays afin de répondre aux aspi- rations des chercheurs et des parte- naires socio-économiques. » M. Rachid Haraoubia a indiqué que l’objectif visé par cette rencontre qui aura lieu deux fois par an, selon la convention signée en début du mois en cours, « est la nécessité d’assurer une formation de qualité et de développer la recherche et la pro- motion de l’innovation. » Rappelant que la conférence conjointe « s’est élargie, pour la pre- mière fois, en plus des recteurs des universités, à des représentants des secteurs socio-économiques entre les deux pays », le ministre a précisé que celle-ci est appelée à « adopter une nouvelle vision dans le processus de coopération algéro-tunisien fondé sur la complémentarité et la solidarité ». La rencontre, a-t-il relevé, permettra

d’examiner plusieurs thèmes straté- giques relatifs au secteur de l’ensei- gnement supérieur et la recherche scientifique visant à conforter une dynamique de coopération dans ce domaine. Outre la définition des domaines prioritaires de coopération, la confé- rence à pour objectif de devenir « un véritable espace de concertation pour débattre et traiter des sujets liés à la coopération entre les deux pays dans le domaine de l’enseignement supé- rieur et la recherche scientifique à l’instar des systèmes d’excellence et la relation entre l’université, l’entre- prise, l’emploi, le management et la bonne gouvernance. »

« Pour que l’université soit un espace d’échanges »

Le ministre a appelé à la « relance de cette conférence en organisant une réunion une fois par an en alter- nance entre les deux pays avec les re- présentants des ministères et institutions de l’enseignement supé- rieur en associant des opérateurs éco- nomiques et sociaux des deux pays. » Cette initiative, a-t-il estimé, constitue « un terrain fertile pour l’échange d’expériences dans le do- maine de l’enseignement supérieur et la recherche scientifique qui s’est ouvert sur les plans économique et social d’autant que ces dernières an- nées ont été marquées par une dyna- mique continue et de qualité ». Pour sa part le ministre tunisien a mis en exergue la nécessité de faire de l’uni- versité un véritable espace d’échanges autour des grandes ques- tions intéressant le secteur de l’ensei- gnement supérieur et de la recherche scientifique, à savoir le système de la qualité, la problématique de l’emploi et la relation entre l’université et les entreprises économiques. M. Moncef Ben Salem a préconisé le « renforcement » de la coopéra- tion dans le domaine de l’enseigne- ment supérieur et de la recherche scientifique pour être en « adéquation avec les développements enregistrés dans les pays avancés notamment en Europe. » Il a, à cette occasion, ap- pelé les deux pays à redoubler d’ef- forts et à travailler ensemble afin de réaliser une action commune dans un domaine aussi important que la for- mation des cadres de demain », a-t-il notamment indiqué, tout en insistant sur l’importance d’unifier les pro- grammes d’enseignement dans la perspective d’une complémentarité maghrébine dans le domaine scienti- fique afin de pouvoir s’aligner aux rangs des pays européens. Les travaux de la conférence se sont poursuivis à huis clos pour l’examen des voies et moyens à même d’assurer la qualité, d’aug- menter les flux des étudiants vers l’enseignement supérieur, construire des formations communes (Master, Doctorat) et actualiser les accords de coopération entre les universités. La conférence devrait être sanc- tionnée par une série de recomman- dations liées au renforcement des relations bilatérales entre les deux pays dans le domaine de formation supérieure et de la recherche scienti- fique.

Sarah SOFI

N

6

ation

EL MOUDJAHID

EXAMEN À L’APN DU PROJET DE LOI PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION D’AVOCAT

138 interventions attendues

L’Assemblée populaire nationale a repris, hier matin, ses travaux en séances plénières, présidées par M. Mohamed Larbi Ould-Khelifa, consacrés à la présentation et au débat général du projet de loi portant organisation de la profession d’avocat qui a fait l’objet de réflexion et d’enrichissement de ses dispositions depuis son dépôt le 18 janvier 2011.

D ans son exposé des motifs du projet de la loi portant organisa- tion de la profession d’avocat,

comprenant 134 articles répartis en sept chapitres, pour lequel 138 députés se sont inscrits à son examen, le mi- nistre de la Justice, garde des Sceaux, M. Mohamed Charfi, a mis l’accent sur les droits de la défense qui revêtent une «importance particulière, tant ils sont indissociables des droits de l’homme et des libertés, et consolident les bases de l’État de droit», et ce en conformité de l’article 151 de la Constitution. «Un principe, confirmé dans le pacte universel des droits civils et politiques», qui consacre le droit à la défense et permet la garantie néces- saire à un procès équitable. L’Algérie, qui a placé parmi ses priorités des réformes globales enta- mées au début du nouveau millénaire la réforme de la justice en constituant une commission nationale d’experts et de spécialistes, a franchi une étape im- portante dans ce sens, avec la moder- nisation et l’adaptation des différentes lois et statuts. Aussi, le statut des avo- cats dont l’examen a débuté hier constitue un cheminement logique de cette évolution dans la reformulation et la mise à niveau des lois de la Répu- blique, avec la dynamique des muta- tions que connaissent le pays et la société. Le texte de loi vient amender la loi 91-04 du 8 janvier 1991, notam- ment au plan des conditions d’accès, de l’organisation ou de l’exercice, et de la place et du rôle de la profession au plan interne et externe, des conditions qui concourent au respect et à la sauve- garde des droits de la défense en res- pect du principe de la primauté du droit, l’assurance de la représentation, la défense et l’assistance des parties au- près des juridictions et des instances administratives et disciplinaires. Les débats de ce statut des avocats qui vient établir les règles générales de l’exercice de la profession et détermi- ner les modalités de son organisation, une année après la promulgation du statut des magistrats et d’un certain nombre d’autres textes auxiliaires, se sont focalisés, au premier jour de sa présentation, sur des questions en rap- port avec l’indépendance de la profes- sion d’avocat, des droits de la défense ou encore des larges prérogatives au juge qui affaiblissent la profession. Dans son rapport complémentaire, la commission permanente de l’As- semblée des affaires juridiques, admi- nistratives et des libertés apporte sa contribution en balisant les débats et en étayant les imperfections dans la forme de certaines dispositions à une dizaine d’articles, et, dans le fond, en introdui- sant des amendements à une quinzaine d’autres. Ces amendements concer- nent, en particulier, les articles relatifs aux cas d’incompatibilité avec l'exer- cice de la profession d'avocat, aux in-

cidents d'audience et aux cas d'agres- sion contre l'avocat dans l'exercice de ses fonctions. C’est ainsi que l’article 26 du texte de loi relative aux incom- patibilités, qui stipule que la fonction d’avocat est compatible avec les tâches d’enseignant dans le cadre contractuel pour les titulaires d’un doctorat ou doc- torat d’État en droit, est plus clarifié en ce sens où la commission apporte des précisions à la définition des cas d’in- compatibilité en incluant les tâches d'enseignement dans les universités et les établissements de l'enseignement supérieur.

Des droits de la défense, et des obligations des avocats et des juges en audiences Le même article, qui stipule que la profession d'avocat est incompatible avec toute fonction administrative, ju- diciaire ou activité commerciale ou in- dustrielle, ou tout emploi impliquant un lien de subordination, lui interdit d’investir un mandat parlementaire, un mandat de président d'une Assemblée locale élue durant la durée de son man- dat en même temps que sa profession d'avocat. Il doit choisir pour l’une ou l’autre des professions. Au chapitre des droits, l’article 21 énonce l’inviolabilité du cabinet d’avo- cat, alors que l’article suivant précise ses honoraires et les modalités de rè- glement des litiges entre les deux par-

Ph : A. Hammadi
Ph : A. Hammadi

ties. Les articles 23 et 24 ont été les plus critiqués, notamment les disposi- tions concernant les incidences entre l’avocat et le magistrat qui surviennent souvent durant l’audience, un sujet qui a pris de larges échos des débats ; la commission a apporté son avis et pro- posé, qu’en cas d'incident grave lors de l'audience, la levée immédiate de l’au- dience et la dévolution du traitement de ces incidents au président de la juridic- tion compétente et au délégué du bâ- tonnier pour un règlement à l'amiable. Et dans le cas où le problème persiste, elle propose de soumettre le cas au pré-

sident de la cour et au bâtonnier. Ce qui

a quelque peu réduit l’écart par rapport

à l’article original qui stipule qu’en cas

d’incidents d'audience entre le juge et l'avocat, ce dernier est suspendu de ses fonctions et le traitement du différend est dévolu au bâtonnier. Il faut préciser que cet article constitue l’un parmi d’autres ayant constitué un point de différence entre les avocats et la tutelle, et qui ont conduit, en 2011, au mouve- ment de protestation et au boycott des audiences. Concernant l'article 25 relatif à l'ou- trage fait à un avocat dans l'exercice de

L’UNBA "satisfaite" de la dernière mouture

Le président de l'Union nationale des barreaux d'Algé- rie (UNBA), M e Mustapha Lanouar, a exprimé, samedi, sa "satisfaction" des amendements introduits à la dernière

mouture du projet de loi portant organisation de la profes- sion d'avocat, en ce sens qu'ils "répondent à la majeure partie" des propositions et préoccupations exprimées par les avocats. Ces amendements "ont respecté à 95%, ce qui

a été convenu entre les avocats et le ministère de tutelle

représenté par le ministre de la Justice, garde des Sceaux, lors des séances de dialogue et de concertation", a affirmé

M e Lanouar dans une déclaration à l'APS. Le président de

l'UNBA, également bâtonnier des avocats de Constantine,

a précisé que le projet de loi "répond, dans sa dernière

mouture, aux exigences de la profession et à son évolution,

à même de permettre d'asseoir les fondements de l'État de

droit et de préserver les intérêts des justiciables et, partant,

de la société". Le projet de loi dans sa mouture de 2011 avait, rappelle-t-on, suscité l'indignation des avocats du barreau d'Alger qui avaient boycotté à trois reprises les au- diences programmées au niveau des tribunaux et de la cour d'Alger. Les avocats du barreau d'Alger avaient, égale- ment, organisé, en juin 2011, une marche à Alger, du tri- bunal de Sidi M'hamed jusqu'au siège de l'Assemblée populaire nationale (APN), pour protester contre le projet de loi les concernant. Les robes noires avaient, en effet, rejeté plusieurs articles, dont l'article 24 qui prévoyait que "lorsque l'avocat commet un incident d'audience, le juge en fait dresse un procès- verbal par le greffier qu'il trans- met au président de la cour. L'avocat se retire de l'audience avec possibilité pour le président de la cour de saisir le conseil de discipline. L'avocat ne sera plus autorisé à plai- der jusqu'à ce que le bâtonnier ait statué sur la saisine".

Pour les avocats, cet article restreignait la liberté de l'avocat et le plaçait "sous le coup d'une suspension disci- plinaire immédiate ne lui accordant même pas le droit de se défendre ni celui de protester contre la démarche du tri- bunal, même si cette dernière s'avérait inconvenante". Ils avaient aussi critiqué le contenu des articles 99 et 131 qui faisaient obligation au barreau, assemblée générale et conseil de l'UNBA compris, de présenter une copie de leurs PV et décisions au ministre de la Justice qui était en droit de les contester et au bâtonnier d'informer le ministre de certaines de ses activités telle la désignation du rappor- teur. "C'est là une volonté manifeste de vouloir placer le barreau sous la tutelle du ministère de la Justice", avaient- ils souligné. Les avocats avaient émis des réserves concer- nant 64 des 134 articles prévus par le projet de loi en question. Le premier amendement du texte initial a eu lieu après une série de rencontres entre l'UNBA et le ministère de la Justice tenues depuis novembre 2012 et aussi avec la commission des affaires juridiques, administratives et des libertés de l'Assemblée populaire nationale (APN). Ces rencontres faisaient suite à une décision de l'Assemblée générale de l'UNBA qui compte plus de 30.000 avocats, de boycotter toutes les audiences prévues au niveau natio- nal du 2 au 6 décembre de la même année. Par ailleurs, M. Lanouar a précisé que l'UNBA "émet à hauteur de 5% des réserves" sur les propositions d'amendements provenant de la commission des affaires juridiques, administratives et des libertés de l'APN. Parmi les amendements objet de réserves figure "l'élargissement des cas d'incompatibilité pour inclure les tâches d'enseignement dans les universités et les établissements relevant de l'enseignement supérieur dans l'article 26 du projet de loi en question", a-t-il ajouté.

ses fonctions, la commission propose d'introduire l'agression contre l'avocat, sachant que l'article prévoit les mêmes peines stipulées dans le code pénal re- latives à l'outrage à un magistrat. Au plan de l’accès à la profession, la commission apporte sa proposition en amendant l’article 33, en suppri- mant carrément la condition d'âge qui exige que le candidat à l'accès à la pré- paration au certificat d'aptitude à la profession d'avocat soit âgé de 23 ans au moins. Sur un autre plan, la com- mission propose la réduction de l’an- cienneté d'exercice exigée des magistrats voulant intégrer la profes- sion d'avocat de 15 ans au moins à 10 ans au moins amendant l’article 34 qui énonce parle d’au moins quinze (15) ans d'ancienneté et les titulaires d'un doctorat ou doctorat d'État en droit.

Les travaux qui se sont déroulés en

présence du ministre des Relations

avec le Parlement, M. Mahmoud Khe- dri, se poursuivront aujourd’hui et de- main avec les réponses du ministre. Le projet de loi sera soumis au vote le 2 juillet prochain. Houria Akram

M. OULD KHELIFA À PROPOS DE LA PROGRAMMATION DE L'EXAMEN DU PROJET DE LOI

« Aucun rapport avec les menaces de M e Lanouar »

La programmation de l'examen du projet de loi portant organisation de la profession d'avocat pour l'ac- tuelle session parlementaire n'a aucun rapport avec les menaces du président de l'Union nationale des barreaux d'Algérie (UNBA) de dé- missionner, si ce projet n'est pas programmé, a affirmé hier le prési- dent de l'Assemblée populaire natio- nale (APN) Larbi Ould Khelifa. M. Lanouar, qui est également bâton- nier de Constantine, avait menacé il

y a un mois de démissionner de son

poste à la tête de l'UNBA, si le pro- jet en question ne serait pas pro- grammé avant la clôture de l'actuelle session parlementaire en juillet pro- chain. Il a renouvelé ces menaces il

y a une semaine. Cette mise au point

de M. Ould Khelifa, intervient suite

à l'intervention du député, Naamane

Laouar, du groupe l'Alliance de l'Al- gérie verte, qui a indiqué que, "l'APN a accéléré la programmation du projet de loi organisant la profes- sion d'avocat, suite aux menaces du président de l'UNBA".

ALGÉRIE-UE

M. Medelci reçoit le représentant spécial de l’UE pour le Sahel

Le ministre des Affaires étrangères, Mourad Medelci, a reçu, hier à Alger, le représentant spécial de l’Union européenne (UE) pour le Sahel, Michel Reveyrand de Menthon. L’audience s’est déroulée au siège du ministère des Affaires étrangères.

M. Reveyrand de Menthon : « L'Algérie a toujours

accompagné le Mali dans ses efforts de sortie de crise »

"L'Algérie a toujours accompagné le Mali dans ses efforts de sortie de crise", a souligné, hier à Alger, le représentant spécial de l'Union européenne (UE) pour le Sahel, Michel Re- veyrand de Menthon. "L'Algérie a toujours été un grand par- tenaire du Mali et a toujours accompagné ce pays dans ses efforts de sortie de crise", a déclaré à la presse M. Reveyrand de Menthon, à l'issue d'un entretien avec le ministre des Af- faires étrangères, Mourad Medelci. Il a indiqué que l'Algérie "a soutenu les derniers accords de Ouagadougou qui ont été un élément important dans le processus de remise en marche du Mali, en particulier vers la prochaine échéance électorale". "Le Mali a adopté une feuille de route, signé les accords de Ouagadougou, il y a quelques jours, et va s'engager dans les élections qui sont des étapes très importantes dans le proces- sus de résolution de la crise malienne", a-t-il relevé. Le re- présentant spécial de l'UE pour le Sahel a indiqué avoir

évoqué, avec le chef de la diplomatie algérienne, "la façon dont l'ensemble de la communauté internationale allait aider le président qui sera élu et les acteurs maliens à prendre plei- nement en charge ce processus". Les entretiens entre les deux parties ont porté également sur la situation régionale "dans toutes ses composantes" et la nécessité de travailler dans le cadre de "partenariats renouvelés" pour assurer la sécurité dans la région. "Le développement économique et la vie des populations (dans la région du Sahel, ndlr) sont des paramè- tres absolument essentiels pour lutter contre toutes formes d'extrémisme", a-il mentionné. M. Reveyrand de Menthon a, en outre, estimé que sa désignation au poste de représentant spécial de l'UE pour le Sahel démontre "l'importance que l'UE souhaite apporter à cette partie du monde (Sahel, ndlr) qui connaît actuellement des difficultés" M. K.

TAHMI DEVANT LA COMMISSION DE LA CULTURE, DE L'INFORMATION, DE LA JEUNESSE ET DU TOURISME DU CONSEIL DE LA NATION :

« Les dispositions du texte de loi visent l'organisation des activités sportives »

Le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Mohamed Tahmi, a réaffirmé hier, devant la commission de la culture, de l'information, de la jeunesse et du tourisme du Conseil de la nation, que les dispositions du texte de loi portant organisation et développement des activités physiques et sportives visent à définir les principes et les règles générales les régissant. Selon un communiqué de la commission de la culture, de l'information, de la jeunesse et du tourisme du Conseil de la nation, M. Tahmi a indiqué que le texte de loi traitera, notamment, la question de la "promotion des activités physiques et sportives en se basant sur la formation qui figure au centre de la politique nationale du sport". Lors de sa réunion avec les membres de la commission sous la présidence de M. Abdelkader Zerrouki, le ministre a insisté sur "le renforcement des structures d'organisation des sportifs et la prise de mesures préventives contre la violence et le dopage". M. Tahmi a écouté les questions et observations des membres de la commission sur les dispositions contenues dans le texte de loi auxquelles il a répondu de manière exhaustive, ajoute le communiqué.

N

ation

7

EL MOUDJAHID

AMAR GHOUL À TEBESSA

Un programme spécial de modernisation

L e ministre des Travaux pu- blics, Amar Ghoul, a rap- pelé à Tébessa la mise en

œuvre d’un programme spécial pour la modernisation des routes nationales (RN) et des chemins de wilaya (CW) à l’échelle du pays. Le ministre, arrivé en début de soirée dans cette wilaya pour une visite de travail de deux jours, a précisé que le programme arrêté portait également sur la mise en place de signalisations routières, horizontales et verti- cales, le long de l’ensemble des axes qui en sont dépourvus afin d’as- surer la sécurité des usagers. Les responsables locaux du sec- teur ont exposé à M. Ghoul les me- sures déjà prises dans ce sens dans la wilaya de Tébessa, devant donner lieu au renouvellement de toutes les plaques de signalisation sur un li- néaire de 500 km, ainsi qu’à la mise en place de glissières de sécurité au niveau des virages jugés dangereux.

de sécurité au niveau des virages jugés dangereux. Ils ont également exposé la situation du réseau

Ils ont également exposé la situation du réseau routier de la wilaya de Té- bessa où 46 opérations ont été ins- crites au profit du secteur dans le cadre du programme quinquennal 2010-2014, portant essentiellement sur la modernisation et le doublement de routes. Il a été fait état, à ce propos, du doublement d’un tronçon de 80 km reliant les limites administratives de la wilaya de Tébessa, la wilaya voi-

sine d’Oum El Bouaghi et le poste frontalier de Bouchebka. Il a également été évoqué le doublement d’une partie de la RN 16 traversant la wilaya de Tébessa sur un linéaire de 200 km afin de la relier à l’au- toroute Est-Ouest. M. Ghoul s’est informé, au premier jour de sa visite, de l’état d’avancement d’un pro- jet de contournement, en dou- ble voie, à l’est de Tébessa, et de deux autres doubles voies entre Boulhaf-Dyr et Hamma- met, d’un côté, et Aïn Zerroug et Hammamet, de l’autre. Le ministre des Travaux publics a également ins- pecté le chantier de construction d’une seconde trémie urbaine au chef-lieu de wilaya (avancée à 95%) et le projet de renforcement de la piste secondaire de l’aéroport Larbi- Tébessi au second jour de sa visite, dimanche.

APS

« Lancement d’un important programme de désenclavement des zones rurales »

Un nouveau programme national de désenclavement des zones rurales sera prochainement lancé à travers le pays, a annoncé le ministre des Travaux publics. Le programme en question, actuellement en cours d’élaboration au niveau des ministères des Travaux publics, de l’Intérieur et des Collectivités locales et des Finances, aura un “impact considérable, au plan socioéconomique, sur les populations vivant en zones rurales”, a souligné le ministre. Le ministre s’est rendu au second jour de sa visite à Bir El Ater où il a procédé à l’inauguration d’un contournement de 10 km réalisé dans la partie est de la ville, avant de s’enquérir de l’état d’avancement des travaux de réhabilitation d’un tronçon du chemin de wilaya (CW) n°1, reliant les communes d’Oglat-Ahmed et de Bir El Ater sur un segment de 18 km. Les travaux de modernisation de deux axes routiers de la route nationale (RN) n°16, sur des longueurs

respectives de 9 et de 28 km, ont également fait l’objet d’une visite d’inspection de M. Ghoul qui a inauguré ensuite une maison cantonnière dans la localité d’El Ma Labiod. Sur les douze maisons cantonnières inscrites à l’indicatif de la wilaya de Tébessa, dans le cadre du précédent programme quinquennal (2005-2009), à raison d’une par daïra, sept ont été réceptionnées à ce jour, selon les responsables locaux du secteur des travaux publics. Le ministre des Travaux publics a entamé, samedi, sa visite de travail dans la wilaya. Il a suivi un exposé sur l’état des routes de la wilaya, s’enquérant notamment de la prise en charge du programme spécial mis en œuvre pour leur modernisation et leur réhabilitation. Le réseau routier de la wilaya de Tébessa est constitué, à l’heure actuelle, d’un linéaire de 2.618 km, dont 565 km de routes nationales et 418 km de chemins de wilaya, consolidés par 54 ouvrages d’art.

M. GHLAMALLAH À CONSTANTINE

Sortie de la 1 re promotion de qayemet de muezzins

U ne cérémonie de sortie de la 1 re promotion de qayem (pré- posé à l’entretien des mos-

quées) et de muezzins a été présidée hier à Dar El Imam de Constantine par le ministre des Affaires reli- gieuses et du wakf, Bouabdallah Ghlamallah. Cette promotion compo- sée de 30 muezzins et 49 qayem, for- més par des encadreurs qualifiés à l’Institut national de formation spé- cialisée des corps spécifiques de l’ad- ministration des affaires religieuses et wakfs de Constantine, est «le fruit de la politique de réforme du système de formation adopté conformément aux instructions du Président de la Répu- blique, M. Abdelaziz Bouteflika», a souligné M. Ghlamallah dans son al- locution. Soulignant l’importance de la mission confiée au qayem et au muezzin dans la protection et la pré- servation des mosquées, le ministre a indiqué que le diplôme qui vient d’être délivré à ces étudiants, au nombre de 79, leur permet, entre au- tres, de remplacer l’imam lorsqu’il est absent. Le ministre a indiqué, dans ce contexte, qu’une formation adéquate dans diverses filières des sciences re- ligieuses a été dispensée à ces étu- diants qui avaient déjà appris à réciter le Saint Coran dans les zaouïas. Qua- lifiant l’imam, le qayem, le muezzin et l’enseignant du Saint Coran de «quatuor indispensable» pour la pro- tection et la consolidation du rôle des mosquées, M. Ghlamallah a appelé ces professionnels à être «à la hauteur du défi et de ne ménager aucun effort pour réduire à néant toute velléité de division visant le peuple algérien». Le ministre, qui a appelé à protéger le référent religieux de toute intrusion pouvant se faire au nom de l’islam, a mis l’accent sur l’importance de la question liée à ce référent religieux, estimant que la mosquée doit jouer le rôle noble de perpétuer l’amour de Dieu et de la patrie, et permettre aux citoyens de «contourner la course vers le néant». Rappelant le rôle ac- compli par les mosquées durant la dé- cennie noire, M. Ghlamallah a indiqué que cette institution reli-

noire, M. Ghlamallah a indiqué que cette institution reli- gieuse, qui a su, à cette époque,

gieuse, qui a su, à cette époque, dé- jouer des complots, et qui a accom- pagné les processus de la Rahma et de la réconciliation nationale, se trouve aujourd’hui devant l’obliga- tion de protéger le pays contre toute menace. Le ministre, qui a rappelé que la mosquée n’était «pas une usine ou une entreprise», a affirmé que les droits des personnes qui veillent à sa protection et à son entretien sont «dû- ment protégés par la loi». «L’Algérie n’est la propriété de personne, elle appartient à tous les Algériens», a en- core souligné le ministre, appelant à

mesurer les acquis de l’indépendance à leur juste valeur pour «ne pas tom- ber dans le piège de la trahison». Il a également appelé les fidèles, notamment les jeunes, à «marquer des temps de réflexion lors de chaque exécution de l’hymne national pour ne jamais oublier les sacrifices consentis pour la libération du pays». Des présents et des attestations d’honneur et de mérite ont été décer- nés à la fin de la cérémonie aux lau- réats de cette première promotion de qayem et de muezzins, ainsi qu’aux encadreurs et aux vainqueurs des dif- férents concours organisés durant cette année de formation à laquelle ont pris part des étudiants venus des quatre coins du pays. Le ministre s’est ensuite dirigé vers la cité du 5-Juillet où il a inau- guré l’école coranique Lokman El Hakim. Il devra achever sa visite en fin d’après-midi en inaugurant la mosquée Ennour d’Aïn Smara et en inspectant, à Aïn Abid, les mosquées Omar Ibn El Khatab et Omar Ibn Ab- delaziz.

APS

«Lesbienswakfsserontproposés à la location en fonction des besoins »

Le ministre des Affaires religieuses et du Wakfs, M. Bouabdallah Ghla- mallah, a indiqué que les biens wakfs seront proposés à la location “selon les besoins, pour accompagner le processus de développement multisectoriel du pays”. Lors d’un point de presse animé en marge de sa visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Constantine, M. Ghlamallah a révélé, à ce propos, qu’un bien wakf d'une superficie de 10 hectares vient d’être accordé dans le cadre de la formule location à la wilaya de Constantine qui s’apprête à accueillir l’évènement “Constantine, capitale 2015 de la culture arabe”. S’agissant de la réduction imposée de 20% du nombre de pèlerins devant se rendre, cette année, aux Lieux saints de l'Islam, le ministre a indiqué qu’elle a concerné “un peu plus de 7.000 hadjis sur un total de plus de 36.000 pèlerins programmés”. Il a souligné dans ce contexte que toutes les dispositions nécessaires à ce déplacement en Arabie saoudite, notamment en ce qui concerne le volet santé (le vaccin en particulier), ont été prises pour permettre aux hadjis d’accomplir leur devoir religieux sans contraintes. Le ministre a fait part de l’initiation d’une session de formation ciblant une trentaine d’enseignantes du Saint Coran qui devra sortir l’année prochaine. Evoquant les préparatifs du mois sacré de Ramadhan, M. Ghlamallah a af- firmé qu’ils s’effectuent “dans une parfaite organisation”, avant d'affirmer que toutes les mesures ont été arrêtées pour permettre aux mosquées de vivre ce mois dans la sérénité et la piété.

M. BENAISSA DANS LA WILAYA DE M’SILA

« Le barrage vert, un acquis nécessitant un entretien régulier »

Le ministre de l’Agriculture et du Développement rural, M. Ra- chid Benaïssa, a souligné, hier à Boussaâda (M’sila), que le barrage vert au sujet duquel les avis diver- gent, reste “un acquis et un succès” qui a permis de stopper l’avancée du désert vers le Nord, mais néces- site des actions régulières d’entre- tien. Le ministre qui présidait une rencontre à l’Ecole hôtelière de Boussaâda, en présence d’agricul- teurs et de représentants des orga- nisations professionnelles, a précisé que sa visite s’inscrit dans le cadre de la célébration de la journée mondiale de Lutte contre la désertification. Il a insisté sur le fait que cet acquis (le barrage vert) doit être consolidé par un entretien régulier, la régénération des sur- faces déboisées, ainsi que par une lutte de tous les instants contre les parasites, en particulier la chenille processionnaire. M. Rachid Be- naïssa a également souligné que la diversification de l’économie agri- cole, dans la wilaya de M’sila à vo- cation steppique, requiert aussi une “diversification des interventions à travers les PPDRI (projets de proximité de développement rural intégré) et l’implication des rive- rains afin de résorber les manques enregistrés lors des programmes précédents”. S’adressant aux agri- culteurs de la wilaya du Hodna, le ministre a indiqué que la nouvelle loi d’orientation agricole vise es- sentiellement à régler le problème du foncier qui se pose depuis 1983, date de promulgation de la loi rela- tive à l’accession à la propriété foncière agricole (PFA). Il a no- tamment rappelé que le nouveau texte “vise les fellahs qui travail- lent réellement la terre”. M. Be- naïssa a également insisté, au cours de cette rencontre, sur la sécurité alimentaire, appelant dans ce cadre les agriculteurs à “redoubler d’ef- forts, surtout dans la wilaya de M’sila dont le potentiel la prédes- tine à occuper les premières places en Algérie en matière de produc- tion agricole”. Dans la commune

en matière de produc- tion agricole”. Dans la commune de Tamsa, à l’est de Boussaâda, le

de Tamsa, à l’est de Boussaâda, le

ministre a inspecté un projet de mise en défens où il a recueilli des explications de la part des respon- sables du Haut Commissariat au développement des steppes (HCDS). Ces derniers ont expliqué que les objectifs de ce projet de 1.527 hectares consistent à donner, d’ici à une année, 229.050 unités fourragères/an pour un cheptel ovin de 3.144 têtes. A El Hamel, M. Benaïssa a inspecté la portion

du barrage vert située dans cette

commune, ainsi qu’un PPDRI au lieu-dit El Maktaâ. Sur place, le

ministre a de nouveau insisté sur la conduite d’opérations d’entretien

du barrage vert et sur l’implication

des citoyens dans cette action. De retour à Boussaâda, le ministre de l’Agriculture a visité une exposi- tion de produits agricoles montée à la CMA (entreprise économique de commercialisation des matériels agricoles) par des fellahs de la wi- laya de M’sila. Une exposition, a- t-on expliqué, destinée à rapprocher les acteurs du secteur agricole, à inciter les investisseurs à créer des unités de transformation des viandes rouges ainsi que des fruits et légumes, à faire connaître aux agriculteurs les dispositifs de soutien mis en place par l’Etat et à informer les jeunes sur les possibi- lités offertes par les organismes de soutien à l’emploi en matière d’in- vestissement agricole.

4 e CONCOURS NATIONAL FÉMININ DE RÉCITATION DU CORAN

Une centaine de candidates inscrites

La 4 e édition du concours na- tional féminin de récitation du Coran, placée sous l'égide du mi- nistère des Affaires religieuses et du Wakf, s’est ouverte hier matin à Dar El Imam d’El Mohammadia (Alger). Venues des quatre coins du pays (deux par wilaya), les 96 candidates ont été présélection- nées au niveau local parmi les meilleures, et seront scindées en deux groupes. Dans son intervention, M. Ahmed Azzoug, sous-directeur de l’enseignement coranique au mi- nistère des Affaires religieuses et du Wakf, a indiqué que la centaine de participantes, à raison de deux candidates par wilaya, prennent part à ce concours organisé en deux épreuves. La première est la récitation in- tégrale du Coran et la seconde consiste en la récitation de la moi- tié du Coran. Soulignant l'impor- tance de ce concours, le D r Mohand Ouidir Mechenane, conseiller auprès du ministre des Affaires religieuses, a rappelé que cette manifestation a été interrom- pue pendant trois ans pour être re-

lancée, afin d’ouvrir les portes à la femme algérienne et que celle-ci puisse accéder à la concurrence dans le plus noble domaine, à sa- voir la récitation du Saint Coran.

Et d’ajouter que “ce concours per-

met aux participantes de faire va-

loir leurs dons et leurs potentialités

en matière de récitation du Saint

Coran”. Pour sa part, le D r Mechenane, qui a salué l’effort des enseignants et des mourchidate qui se sont en-

gagés à promouvoir l’apprentis- sage et la récitation du Livre saint,

a également souligné l’intérêt

qu’accorde l’Algérie à la religion

qui se traduit, notamment, par l’or- ganisation de ce genre de manifes- tations religieuses visant à encourager l’esprit de compétition

en matière de récitation du coran. Il reste à préciser que les épreuves du concours, qui ont dé- buté hier, se poursuivront au- jourd’hui. La remise des prix et cadeaux aux lauréats des concours aura lieu demain, en présence du ministre des Affaires religieuses, Bouabdallah Ghlamallah. Kamélia H.

N

8

ation

EL MOUDJAHID

SAISON ESTIVALE

1.000 nouveaux agents de police déployés au niveau des postes-frontières

Ces éléments viendront renforcer le nombre d’effectif au niveau des services de la police des frontières, estimé à 11.547 agents policiers, dans le but de faciliter les procédures de traitement des passagers et auto-passagers.

L a Direction générale de la Sûreté na- tionale a procédé au renforcement de son effectif de 1.000 nouveaux élé-

ments, déployés au niveau de tous les postes- frontières, dans le but d’accomplir les procédures de transit et de contrôle des do- cuments des passagers, en un «temps re- cord». C’est ce qu’a indiqué, hier, le directeur de la police des frontières, le com- missaire divisionnaire El-Ghali Lazreg, qui s’exprimait à l’occasion d’une conférence de presse tenue en marge de l’ouvertures des journées d’information sur la police des frontières, organisées au niveau de l’aéroport international Houari-Boumediene d’Alger, sous la présidence du Directeur général de la Sûreté nationale, le général major, Abdel- ghani Hamel. M. Lazreg a précisé que ces éléments viendront renforcer le nombre d’ef- fectif au niveau des services de la police des frontières, estimé à 11.547 agents policiers, dans le but de faciliter les procédures de trai- tement des passagers et auto-passagers avec célérité et courtoisie, au niveau des postes- frontières, aériens, maritimes et terrestres, à travers tout le territoire national. Cette procédure qui se poursuivra jusqu’à la fin du mois de septembre de l’année en cours entre dans le cadre des mesures prises par la Direction générale de la Sûreté natio- nale, à l’occasion de la saison estivale 2013, à même de réserver un meilleur accueil à la communauté nationale établie à l’étranger. De ce fait, il a été décidé, selon le directeur de la police des frontières, l’accomplisse-

ment préalable des formalités de police au profit des passagers, avant leur arrivée à bord des vols et des car-ferries, par la récupération des manifestes, et ce après le pointage usuel dans les annales du fichier opérationnel. Il ajoute que ce renfort en moyens hu- mains sera déployé, en outre, au niveau d’un comptoir d’accueil et d’information à l’arri- vée des vols internationaux, chargé de l’as- sistance et de l’orientation des passagers. Concernant la prise en charge et l’accomplis- sement des formalités de police au profit des personnes en difficulté (âgées, malades, han- dicapées, familles accompagnées d’enfants en bas âge), et ce à bord de leurs véhicules, il a été procédé, selon le même responsable, à la mise en place de nouveaux guichets de police au niveau des arrivées internationales. Pour les familles venant accueillir leurs proches au niveau des aérogares et des gares maritimes, des mesures de facilitation et d’acceuil sont également prévues. Au niveau des postes de contrôle terrestres (PCT) fron- tières algéro-tunisiennes, il est prévu de «sé- parer entre les passagers piétons et auto-passagers, dont les premiers seront for- malisés à l’intérieur du PCT (guichets exis- tants), quant à la seconde catégorie, l’opération de l’accomplissement des forma- lités police sera effectuée au niveau de gui- chets spéciaux mobiles en structure légère sans que le passager quitte son véhicule», a précisé M. Lazreg. Il rappelle, en outre, que la direction de la police des frontières a pro- cédé au renforcement des mesures sécuri-

ÉCOLE SUPÉRIEURE DES TRANSMISSIONS DE KOLÉA

Sortie de 12 nouvelles promotions

TRANSMISSIONS DE KOLÉA Sortie de 12 nouvelles promotions Baptisée au nom de Moha- med Kallouza, un

Baptisée au nom de Moha- med Kallouza, un glorieux chahid de la Wilaya VI histo- rique, 12 nouvelles promo- tions d’officiers d’active sont sorties hier à l’École supé- rieure des transmissions de Koléa, Tipasa, à l’issue d’une importante cérémonie, prési- dée par le général major Ab- delkader Lachkham, directeur central des transmissions au ministère de la Défense natio- nale, en présence de plusieurs officiers supérieurs de l’ANP, de personnalités nationales et des autorités civiles et mili- taires de la wilaya. Les nou- velles promotions de cette année sont formées d’officiers de commandement et d’état- major, de perfectionnement et d’application dans les do- maines des télécommunica- tions militaires et de la guerre électronique, ainsi que des res- sortissants de Palestine et de la République arabe sahraouie démocratique. La nouveauté, cette année, réside en la sortie de la première promotion de formation spécialisée en com-

munications, comprenant 19 officiers, et relevant de la di- rection des communications, de l’information et de l’orien- tation du MDN, ainsi que celle de la première promotion de cours spécialisés en transmis- sions. Après la traditionnelle revue des carrés des officiers sortants par le général major Abdelkader Lachkham, direc- teur central des transmissions au ministère de la Défense na- tionale, le général Farid Bedj- ghit, commandant de l’École, a prononcé une importante al- locution dans laquelle il a rap- pelé les lourds efforts déployés par l’ANP en matière de formation et de perfection- nement de ses cadres, dans tous les domaines, avant d’évoquer les progrès remar- quables réalisés par l’EST, grâce à l’introduction de moyens pédagogiques mo- dernes, l’adaptation des pro- grammes de formation avec les nouvelles mutations tech- nologiques, ainsi que l’amé- lioration constante des

conditions de prise en charge des officiers stagiaires. Après quoi, il s’est adressé aux offi- ciers sortants, les exhortant à accomplir leurs missions avec sérieux et professionnalisme, dans le respect des lois de la République et des principes et valeurs de la nation. Les offi- ciers sortants de l’EST ont en- suite prêté serment avant l’organisation d’une sympa- thique cérémonie de remise de grades et médailles aux majors des 12 promotions, parmi les- quels figurent une femme, l’officier stagiaire de cours d’application «communica- tions militaires», Menad Aïcha. La passation de l’em- blème de l’École sera suivie du baptême des promotions sortantes au nom du chahid Mohamed Kallouza, un glo- rieux chahid de la Wilaya VI historique, né en 1938 à La- ghouat et mort au champ d’honneur en 1960 à Djebel Lazreg, près de la localité de Sidi Makhlouf, wilaya de La-

ghouat. Mourad A.

Ph : Louisa
Ph : Louisa

taires au niveau de 14 aéroports internatio- naux, 11 ports et 9 postes-frontières pour as- surer le bien-être des voyageurs. Concernant les journées portes ouvertes sur l’activité de la police des frontières, M. Lazreg a indiqué que cette manifestation, qui se tient sous le slogan «La Sûreté nationale

à votre service» et s’étalera jusqu’au 25 juin

en cours, est organisée au niveau de toutes les grandes structures portuaires et aéropor- tuaires et terrestres ouvertes au trafic inter- national, à travers le territoire national. Salima Ettouahria

SÛRETÉ NATIONALE

Création d'une unité d'aviation dans l'ouest du pays

Les services de la sûreté de la région Ouest seront renforcés par une unité d'aviation comportant quatre héliosphères, a indiqué à l'APS, l'inspecteur régional de la police de l'Ouest, M. Arezki Hadj Saïd. Les hélicoptères seront réceptionnés avant la fin de l'année, a-t-il annoncé en marge

de l'ouverture des journées portes ouvertes sur la police des frontières, à l'aéroport international Ahmed-Benbella à Oran. Des travaux d'aménagement de hangars au niveau de l'aéroport, où seront parqués les hélicoptères, seront bientôt lancés, a- t-on ajouté.

ÉCOLE D’APPLICATION DES TROUPES MARINES DE JIJEL

Sortie de la 20 e promotion de sous-officiers contractuels

Une cérémonie de sortie d’une promotion de sous-of- ficiers contractuels, la 20 e du nom, formés à l’École d’ap- plication des forces marines de Jijel, est sortie hier lors d’une cérémonie présidée par le général major Mohamed Lakmeche, chef d’état-major des Forces navales. Cette promotion d’élèves sous-offi-

ciers contractuels de l’École d’application des troupes ma- rines de Jijel a été baptisée du nom du chahid Thabet Ho- cine, dont la famille a été ho- norée pour la circonstance. Les élèves sortants ont suivi une formation théorique et pratique de deux années, cou- ronnée par l’obtention d’un brevet professionnel militaire

du 1 er et du 2 e degrés, et par un certificat professionnel militaire. Le général major Lakmeche, après avoir passé en revue les sous-officiers constituant cette 20 e promo- tion, a remis leurs diplômes aux plus méritants parmi les élèves, avant d’assister à un défilé dans l’enceinte de

l’École.

APS

ÉCOLE D’APPLICATION DE L’ARME BLINDÉE DE BATNA

Une formation de haut niveau

L’École d’application de l’arme blindée (EAAB) de Batna a abrité, hier, une cérémo- nie de sortie de six promotions présidée par le commandant de la 5 e Région militaire (RM), le général major Ibn Ali Ben Ali. Au cours de son intervention, prononcée en pré- sence des autorités de la wilaya, le général Mohamed Omar, commandant de l’École, a mis l’accent sur la qualité des formations re- çues par les promotions sortantes, à la faveur de la modernisation du système pédagogique sur les plans théorique et pratique. «Nous avons tenu, durant toute la période de forma- tion, à enrichir les connaissances théoriques des stagiaires, et les aider à acquérir les com- pétences qui leur permettent de renforcer les différents corps de troupes de l’Armée natio- nale populaire (ANP) et affronter tous les défis», a-t-il souligné. Les promotions formées sont celles de la 42 e promotion des officiers de maîtrise, de la 34 e d’aptitude professionnelle militaire (1 er degré), la 28 e de certificat professionnel mi- litaire (2 e degré), la 19 e d’aptitude profes- sionnelle militaire (2 e degré), la 17 e des officiers d’application spécialité blindé et la 3 e d’officiers d’application spécialité recon-

naissance et guerre électronique. Ces promo- tions ont été baptisées du nom du chahid Boughanbor Omar né à Morsot (Tébessa) en septembre 1917 et tombé au champ d’hon- neur le 15 janvier 1962 lors d’une bataille sur le mont Ouenza.

Il avait rejoint les maquis en 1955 dans la 5 e zone de la Wilaya I historique et obtenu le grade de sous-lieutenant en 1961 après avoir pris part à plusieurs batailles contre l’armée d’occupation coloniale. Après la prestation de serment et la remise des certificats et grades, les hôtes de l’École ont été conviés

à visiter les structures et moyens pédago-

giques mis à la disposition des stagiaires de l’EAAB. La cérémonie a été clôturée par la distinction de la famille du chahid Boughan- bor Omar et du major de chaque promotion par le commandant de la 5 e RM et le wali de Batna. L’École d’application de l’arme blin- dée assure, depuis 1990, des formations spé- cialisées à l’armement blindé pour les officiers et sous-officiers actifs et de réserve, et forme, depuis 2010, des officiers d’appli- cation dans la spécialité reconnaissance et guerre électronique. APS

Régions

9

EL MOUDJAHID

SIDI BEL-ABBÈS

LE WALI DANS LA DAÏRA DE RAS EL-MA

Une région aux riches potentialités

Jouissant de potentialités non négligeables de par l’implantation sur son vaste territoire d’institutions stratégiques, la daïra de Ras El-Ma, autrefois Bedeau, à la vocation agropastorale, pourrait constituer un pôle attractif et servir de locomotive pour rayonner sur cette partie des Hauts Plateaux.

E lle a tenté d’ailleurs, au fil des ans, de s’équiper et de se moderniser dans la tentative

de répondre aux besoins multiples de ces zones du sud de la wilaya, surtout après le passage des lignes de chemins de fer menant jusqu’à Béchar et la future autoroute des Hauts Plateaux. L’effort d’investissement consenti par l’État demeure consé- quent sans doute, mais il n’a pas été valorisé du fait de ces retards constatés et aussi en raison de l’ab- sence d’une approche de développe- ment adaptée à de telles données. Des projets remontant à 5 et 10 ans ne sont pas encore réceptionnés, à l’image de l’unité de la Protection civile, dont l’inscription a été initiée en 2003, ou de l’hôpital de 60 lits inscrit en 2008. Un constat amer fut établi encore une fois par le nou- veau wali, M. Hattab Mohamed, en visite d’inspection et de travail, la semaine dernière, dans le cadre de l’évaluation du programme d’action de la wilaya et de la mise en œuvre d’un plan de relance pour la remise à niveau des zones de cette région et l’exploitation de leurs ressources et potentialités. L’objectif est aussi de veiller au lancement de tous les pro- jets en souffrance et la redynamisa- tion des chantiers à l’arrêt. Un réel engagement semble animer ce com- mis de l’État pour relever un tel défi qui nécessite également l’implica- tion et des directeurs des secteurs d’activité et des élus locaux et du ci- toyen. À la lumière de l’expérience vécue, force est de constater que ces gestionnaires de proximité ne se sont pas suffisamment impliqués pour suivre de près l’exécution de leur plan de charge. La réflexion faite par le premier responsable de la wilaya inspire effectivement et in- vite à méditer. «Je sais que certains

directeurs ne se sont jamais dépla- cés dans ces zones», dit-il. Les com- munes d’Oued Sebbaâ, Redjem Demouche et Ras El-Ma ont été ainsi les principales haltes de cette tournée marathon pour que les pro- jets soient passés en revue et tous les chantiers inspectés offrant l’oppor- tunité au responsable en question de s’entretenir avec les maîtres d’ou- vrages sur les retards et de relever la mauvaise gestion des dossiers d’équipements. Du choix du terrain en passant par la signature des mar- chés jusqu’au lancement des projets, aucune méthodologie reposant sur le suivi des chantiers, le souci constant d’achever dans la perfec- tion les projets et le respect des clauses de délais et autres obliga- tions du cahier des charges n’a guidé l’action des gestionnaires en charge des secteurs de développe- ment. Plus de 1.700 logements n’ont pas connu un début d’exécution, alors que ceux en chantiers peinent

début d’exécution, alors que ceux en chantiers peinent à voir le jour, pénalisant une région aux

à voir le jour, pénalisant une région aux énormes besoins en la matière. Le même constat est relevé au ni- veau des autres secteurs, à l’image de ces chantiers abandonnés du cen- tre pénitentiaire, de la piscine semi- olympique, de l’unité de la Protection civile et de l’hôpital. S’il reste vrai que les moyens de réalisa- tion se font relativement rares dans ces zones, il n’empêche que la part de responsabilité des maîtres de

l’ouvrage demeure importante éga- lement compte tenu du manque d’initiative et d’esprit d’entreprise au vrai sens du mot. Cela dit, quelques satisfactions sont à exprimer dans les domaines des travaux publics et de l’hydrau- lique, eu égard au travail réalisé en matière de renforcement des routes et d’assainissement, à l’image de la construction de la station d’épura- tion et de réservoirs pour l’amélio- ration de l’alimentation en eau potable. Ponctuée le plus souvent par des entretiens avec les jeunes de

la région, cette visite a été ce lien ré- tabli pour favoriser un dialogue et contribuer à l’établissement d’une confiance au demeurant détermi- nante. Et toute une projection est élaborée pour provoquer une nou- velle dynamique et accompagner les projets structurants en perspective dans le ferroviaire et les routes, ou tout bonnement parfaire une com- munication et assurer une jonction entre ces zones des Hauts Plateaux et le Grand Sud. C’est le défi à rele- ver et le pari à tenir. A. Bellaha

Des projets structurants

La daïra de Ras El-Ma comptera sûrement sur l’impact de ces projets structurants initiés au titre d’un programme national d’équipement et de modernisation. On songe plus précisément à la ligne des chemins de fer qui transite sur son territoire pour mener jusqu’à Béchar ou la future autoroute des Hauts Plateaux. Des projets appelés à changer radicale- ment le visage de Ras El-Ma pour s’ériger en un pôle régional si impo- sant avec l’ensemble des incidences sur la relance de l’activité economique. D’ailleurs, la culture de l’alfa fut autrefois une véritable ressource. Une unité de transformation existait et employait un effectif dépassant les 400 travailleurs. Il n’y a pas si longtemps, une idée germait pour la réhabilitation de la steppe et le développement de l’arboriculture dans cette zone jusque-là agropastorale. Toujours est-il, un travail de base est en train d’être mené pour susciter l’investissement productif. A. B.

L’APC d’Oued Sebaâ paralysée

En plus des retards considérables dans l’exécution d’un programme d’équipement où l’on relève, entre autres, le non-lancement de 127 projets et la non-consommation de 1.700 milliards de centimes, une difficulté d’ordre organisationnel subsiste et bloque la situation de toute une commune. Il s’agit de celle d’Oued Sebaâ, située sur l’axe Dhaya-Ras El-Ma, dont l’Assemblée communale n’est pas encore ins- tallée depuis son élection suite aux divergences entre ses membres et la contestation, surtout de son président. Lors de sa tournée, une bonne partie de la population de cette commune n’a pu s’empêcher d’expri- mer son ras-le-bol et exiger l’assainissement du climat et le départ, no- tamment, du président de l’APC. Des représentants de la societé, constituée de nombreuses tribus, d’où cette difficulté d’aboutir à un éventuel consensus, se sont rapprochés du wali pour engager un dia- logue et aborder en définitive les véritables préoccupations et attentes de cette zone steppique. Un terrain d’entente semble être trouvé pour débloquer la situation au courant des semaines prochaines. L’espoir d’une reprise donc pour cette zone longtemps singularisée par l’esprit de solidarité et le sens de l’hospitalité de ses habitants. A. B.

EL-BAYADH

DÉVELOPPEMENT RURAL

Plusieurs projets en cours de réalisation

D es projets de proximité de développe- ment rural intégré (PPDRI) sont en cours de réalisation dans la wilaya d’El-

Bayadh, a-t-on appris dimanche auprès du res- ponsable de la Conservation des forêts. Ces projets concernent plus de 300 opérations qui représentent 82,47% de l’ensemble des projets pour les années 2009-2014, pour un coût de

2,49 milliards de dinars, a indiqué le conser- vateur des forêts, M. Bouakaz Jdid. Ces projets ont permis, à ce jour, la plantation de 4.280 ha d’arbres forestiers, de 1.555 ha de plantes pas- torales et steppiques, l’entretien d’une surface de 700 ha de ceintures vertes. En outre, 1.245 ha sont consacrés à l’oléiculture. Ces opéra- tions de proximité destinées aux populations

rurales ont été menées en étroite collaboration entre les secteurs des forêts et le Haut-Com- missariat au développement de la steppe d’El- Bayadh (HCDS), a ajouté la même source . Ce programme a également permis l’ouverture de 115 km de nouvelles pistes et l’aménagement de 259 km de chemins dans le cadre des opé- rations de désenclavement des régions éparses,

a-il précisé. 17.390 familles rurales ont béné- ficié des ces projets de proximité à travers 126 hameaux, selon la même source. Pas moins de 2.766 postes d’emploi ont été générés par les chantiers de ces projets au profit des jeunes des régions ciblées, ce qui a contribué à la stabilité de ces populations, et l’améliorations de leurs conditions de vie.

P ublicité

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE CINQUIEME REGION MILITAIRE

AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL OUVERT Nº88/2013/D3/T/5 e RM

Le Ministère de la Défense Nationale, Cinquième Région Militaire, lance un avis d’appel d’offres na- tional ouvert pour l’acquisition :

COUCHAGE COOPÉRANT ET RESIDENCE TRANCHE 2012

Les personnes physiques et/ou morales intéressées par le présent avis peuvent se présenter au siège de la :

CINQUIEME REGION MILITAIRE Sis à : Plateau El Mansourah - Constantine

pour retirer les cahiers des charges, contre paiement de la somme de cinq mille dinars

algériens (5.000.00 DA) au compte nº008-25001-5250000288/93 ouvert auprès de Trésorerie Publique - wilaya de Constantine. Les personnes déléguées pour le retrait du cahier des charges doivent se munir :

- d’une copie légalisée d’une pièce d’identité en cours de validité ;

- d’une lettre d’accréditation, délivrée par le candidat à la soumission ;

- d’une copie légalisée du registre du commerce ;

- d’une copie légalisée du bon de versement de la somme citée ci-dessus.

Les offres comprenant les pièces et documents exigés dans le cahier des charges devront

El Moudjahid/Pub

être scindées en deux (02) parties :

1- Une offre technique comprenant les documents requis par le cahier des charges ; 2- Une offre financière (commerciale) comprenant les documents requis par le cahier des charges. Les offres (technique et financière), contenues dans deux (02) enveloppes distinctes, doivent parvenir sous pli cacheté à l’adresse ci-après :

DIRECTION RÉGIONALE DES FINANCES / 5 e RÉGION MILITAIRE BUREAU D’ADMINISTRATION DES CAHIERS DES CHARGES BP 73, PLATEAU EL MANSOURAH - CONSTANTINE (25000) L’enveloppe extérieure doit être strictement anonyme et ne devra comporter que la mention :

“Soumission à ne pas ouvrir” Avis d’Appel d’Offres National Ouvert Nº 88/2013/D3/T/5 e RM

Les soumissions doivent être adressées ou déposées à l’adresse indiquée ci-dessus avant la date limite de dépôt des offres fixée à 30 jours à compter de la date de la première parution du présent avis d’appel d’offres. La date d’ouverture des plis est fixée dans le cahier des charges. Les soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de 120 jours, égale à celle de préparation des offres.

ANEP 527922 du 24/06/2013

10

Economie

EL MOUDJAHID

LE DéLéGUé GéNéRAL DE L’ABEF A RADIO ChAîNE III :

« Il faut augmenter la part de financement de l’investissement productif »

Invité, hier, de la Chaîne 3 de la Radio nationale, le délégué général de l’Association des banques et établissements financiers (ABEF) s’est félicité de la bonne santé financière des banques algériennes, soulignant que celles-ci ont maintenant la capacité d’une grande intervention dans les crédits.

«A ujourd’hui, nous avons un système bancaire solide. Ce

n’est pas peu dire dans la conjonc- ture de crise internationale actuelle. Le facteur de stabilité du système bancaire est quelque chose d’extrê- mement important. Que nous ayons des banques qui affichent des résultats extrêmement positifs, il faut s’en féliciter. Et nos banques ont la capacité d’une grande inter- vention dans les crédits », a déclaré M. Abderezak Trabelssi sur les ondes de la radio. L’invité de la rédaction a, d’au- tre part, mis en exergue que la Banque d’Algérie vient de publier le rapport trimestriel 2013, docu- ment qui vient confirmer une série de rapports établis depuis des an- nées déjà. Ce document révèle concrètement, et de manière chif- frée et sans équivoque, qu’il y a une croissance « extrêmement im- portante » des crédits. Le taux de croissance est, en effet, à 2 chiffres au moment où, faut-il le rappeler, beaucoup de pays souffrent d’une faiblesse de la croissance du crédit. Le deuxième constat indiscutable et irréfutable — par ce que chiffré — concerne la part des crédits al- loués au secteur privé qui est plus importante que celle accordée au secteur public, et ce depuis 2005. Chiffres à l’appui, il dira qu’au 1 er trimestre 2013, il a été enregistré « une hausse de crédits de l’ordre de 2.300 milliards de dinars pour le secteur privé. Un peu moins a été accordé au secteur public ». M.

Un peu moins a été accordé au secteur public ». M. Abderzak Trabelssi, et tout en

Abderzak Trabelssi, et tout en rele- vant que « la hausse des crédits se poursuit », qualifiera cet aspect de

« très positif ». Il nuancera, toute-

fois : « Cela ne veut pas dire que ces crédits sont orientés vers l’in-

vestissement productif » et c’est là où, selon lui, réside toute la pro- blématique. Insistant particulière- ment sur l’impérieuse nécessité de

« s’y intéresser de manière plus ap-

profondie », le délégué général de l’ABEF martèle : « Il faut augmen- ter la part de financement de l’in- vestissement productif ». De l’avis de M. Trabelssi, « la statistique que l’on a à travers les crédits à moyen et long terme est une statistique qui commence à de- venir de moins en moins pertinente parce qu’elle ne colle pas forcé-

ment à un financement de l’inves- tissement. Il faut que l’on s’inté- resse de plus près au financement

de l’investissement productif ». Mais comment faire pour que le secteur privé, tel qu’il est au- jourd’hui (TPE, PME et grandes entreprises) se développe ? Rappe- lant qu’il existe en fait toute une série d’actions visant à faciliter, du

point de vue bancaire, la tâche de l’investisseur productif. Il mettra en exergue l’impératif de lever l’ensemble des obstacles s’oppo- sant à l’investissement productif et de faire en sorte que ce dernier de- vienne « moins risqué pour les banquiers ». Pour M. Abderzak Trabelssi, il ne suffit pas de mettre de l’argent pour que l’investisse- ment productif avance. « Sinon, il

y a longtemps que l’investisse-

ment productif aurait décollé ». Il soutient qu’il « ne s’agit pas d’ar- gent parce que c’est le dernier maillon. Il s’agit, tout simplement, de revoir et de revisiter l’environ- nement de l’entreprise privée qui s’inscrit dans l’investissement pro- ductif ». Relevant que nous avons à élar- gir le paysage des produits de fi- nancement dans notre économie, il rappelle que les dernières études sur le secteur privé montrent que nous avons une majorité d’entre- prises qui sont des très petites en- treprises (TPE). « Nous avons aussi des petites et moyennes en- treprises ainsi que de grandes en-

treprises. Il faut que nous adaptions l’offre de produits de fi- nancement à ces différentes caté- gories d’entreprises. Comme

« première » réponse à cette adap-

tation de l’offre aux besoins du marché, il citera celle de l’ABEF. L’ABEF a engagé dans le cadre d’une coopération internationale avec GIZ qui est un programme al- lemand de développement, un pro- gramme de mise en place du financement de très petites entre- prises qui dure depuis plus d’une année. Aujourd’hui, les méca-

nismes à la fois de formation et des tests ont été mis en place dans deux banques pour pouvoir généraliser

la formation des banquiers sur la

micro-finance, indique l’invité de la rédaction. Mais pourquoi ne l’avoir pas fait plus tôt ? M. Tra- belssi rappelle que le recensement

de l’ONS indiquant que plus de 90% des entreprises sont des TPE date de l’année dernière. « Il n’y a qu’à cette date-là qu’on a eu une idée plus ou moins exhaustive du secteur privé », soutient le délégué général de l’ABEF. Et de préci- ser : « Avant, il n’y avait pas d’études exhaustive. Il y avait des appréciations, des analyses, des estimations, mais pas d’étude exhaustive. La première étude exhaustive sur le secteur privé c’est celle fournie par l’ONS.» Au sujet des opportunités de fi- nancement qui sont à prendre en charge par les banques, M. Tra- belssi notera qu’il « nous manque cette connaissance des marchés qui existe ailleurs ». C'est-à-dire, des établissements spécialisés qui ne font que les études de marché, de manière à signaler le risque aux

gens et partant savoir dans quel créneau se positionner. Or, « nous n’avons pas cet outil et nous de- vons absolument le mettre en place », selon M. Trabelssi. A retenir, par ailleurs, au pre- mier trimestre 2013, le volume des financements enregistrés à l’im- portation était de plus de 12 mil- liards de dollars. « C’est un niveau qui reste inférieur par rapport à celui de l’an dernier. Toutefois, si les financements de l’investisse- ment productif ne connaissent pas

la croissance que l’on souhaiterait, ce n’est pas à cause de l’importa- tion », note M. Trabelssi.

Soraya G.

ENERGIE

16 milliards de dinars pour améliorer la fourniture d'électricité dans 16 wilayas de l’Est

U ne enveloppe finan- cière estimée à 16 mil- liards de dinars, a été

consacrée, au titre du plan d’ur- gence 2013, à l’amélioration de la fourniture d’électricité et mettre fin aux coupures récur- rentes enregistrées dans 16 wi- layas de l’Est du pays, a-t-on appris hier du PDG de la So- ciété de distribution de l’élec- tricité et du gaz de l’Est (SDE). S’exprimant en marge d’une conférence de presse, M. Tahar Djouambi, a précisé que ce programme porte sur la réalisa- tion de 1.789 postes de trans- formation et de 2.075 km de lignes électriques dans plu- sieurs cités et agglomérations de ces wilayas. Outre l'amélioration de la qualité des prestations de la SDE, cette action vise à réduire les délestages que la SDE est amenée à opérer en cas de né- cessité absolue et à "mettre un terme aux fréquentes coupures qui pénalisent les habitants de ces régions, notamment durant la saison d’été", selon le même responsable. Un total de 1.540 postes de transformation et de 1.919 km du réseau électrique, ont été réalisés, au titre du plan d’urgence 2012, dans l’ensem- ble de ces régions, a rappelé le même responsable qui a évo- qué, à cette occasion, les contraintes entravant la réalisa-

tion de ces projets, notamment le manque d’assiettes foncières dans les wilayas dont le tissu urbain est saturé particulière- ment les wilayas de Constan- tine et d’Annaba. Pas moins de 85 centres de distribution de l’énergie élec- trique, destinés également au renforcement de l’alimentation électrique en zones rurales et urbaines de ces régions, ont été réalisés au titre de l’exercice 2012, a-t-il ajouté, soulignant que ces équipements élec-

triques inscrits dans le cadre des programmes d’électrifica- tion rurale et des quartiers et lotissements sociaux, ont per- mis la création d’un réseau de plus de 240 km et de 1.084 branchements. Une améliora- tion dans la distribution de l’énergie électrique, a été enre- gistrée, ces dernières années, dans les 16 régions de l’Est, passant de 96 %, en 2008, à 98 % actuellement, a-t-il indiqué. Cette amélioration, a-t-il pré- cisé, est consécutive à des in-

vestissements consentis par l’entreprise en la matière, et le recrutement de nouveaux fonc- tionnaires entre cadres et sim- ples travailleurs, dont 741 agents placés en 2012. La SDE Est a affiché plus de 131.000 nouveaux abonnés en 2012, sa- chant que la grande majorité, soit 130.953, sont inscrits pour la basse tension, a-t-il annoncé, faisant savoir que le montant des créances enregistré, durant la même période, est de près de 11 milliards de dinars.

RENCONTRE éCONOMIQUE ALGéRO-ITALIENNE AUjOURD’hUI à ALGER

Partenariat croissant

U ne rencontre algéro-italienne entre acteurs économiques algériens et ita- liens sera organisée aujourd’hui à

Alger pour renforcer les relations de parte- nariat entre les deux pays, a indiqué hier un communiqué du ministère de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investisse- ment. Cette rencontre sera coprésidée par le ministre de l’Industrie, Cherif Rahmani, et le vice-ministre italien du Développement éco- nomique, Carlo Calenda. Elle regroupera des organisations patronales et professionnelles algériennes notamment l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), le Conseil na- tional consultatif pour la Promotion de la PME et le Forum des chefs d’entreprises (FCE). Elle verra également la participation

de l’Union professionnelle de l’industrie au- tomobile et mécanique (UPIAM), l’Union nationale des opérateurs de la pharmacie et la Chambre algérienne de la pêche et de l’aquaculture. La partie italienne sera représentée par la Confédération nationale des organisations patronales et des associations profession- nelles dans les secteurs de la mécanique, des industries manufacturières, du BTPh, du tourisme, de la pêche, de la pharmacie et bio- technologie. Cette réunion s’inscrit dans le cadre de l’application des recommandations du mé- morandum d’entente et de coopération in- dustrielle et technologique, signés lors du sommet algéro-italien en novembre 2012.

PAyS LES PLUS RIChES AU MONDE EN 2013

Les Etats-Unis restent en tête

Les Etats-Unis conservent, en 2013, leur place en tant que pays produisant le plus de richesse, avec un PIB estimé par le FMI à 16.238 milliards de dollars, révèle une récente étude diffusée par les sites web spécialisés. Sur la base des chiffres du FMI, la Chine reste également à sa place, sur la deuxième marche du podium, qu'elle occupe depuis 2010 au détriment du japon, précise la même source. A noter que l'écart entre l'empire du Milieu et les USA ne cesse de se réduire pour passer de 7.800 milliards en 2011 à 7.400 milliards en 2012 et à 7.218 milliards en 2013. Par ailleurs, le PIB de la France s'élève quant à lui à 2.739 milliards de dollars, soit une augmentation de 5% sur un an, ajoute-t-on. Dans ce classement 2013 des pays les plus riches, sans grands changements on recense toutefois que le Brésil repasse devant le Royaume-Uni, arrivant respectivement aux 6 e et 7 e rangs, alors que la Russie 8 e et l'Italie 9 e ont, elles aussi, interverti leur place. Il est à noter que la Turquie devance l'Arabie saoudite en termes de richesse étant respectivement en 17 e et 18 e position avec un PIB à 852 et 746 milliards de dollars. Peu de changements également dans le classement des PIB par habitant, si ce n'est qu'après une remarquable performance en 2012, quand il était passé de la 18 e à la 12 e , le japon sort du tableau. Le Luxembourg conserve la 1 re place, la Norvège monte sur la 2 e marche du podium, reléguant le Qatar au 3 e rang, alors que la Belgique perd quant à elle deux places. Autre nouveauté, l'Islande fait son entrée dans le classement, tandis que l'Allemagne et la France restent respectivement en 19 e et 20 e position. Il est à rappeler que le PIB est la somme des valeurs ajoutées de toutes les entreprises nationales ou internationales situées sur le territoire, différent du PNB qui comptabilise lui, toutes les activités de biens et services, produits dans un pays.

Economie

11

EL MOUDJAHID

DévELOPPEMENT éCOSOCIAL DE L'ALGéRIE à L'hORIZON 2030

Le rapport final fin prêt

L a réunion de la commission mixte Algérie - Corée du Sud dans le domaine de la pros-

pective et du développement s’est tenue hier à la résidence Djenane El Mithak (Alger ), en présence du se- crétaire d’Etat auprès du Premier mi- nistre, chargé de la Prospective et des Statistiques, Bachir Messaitfa et des experts de haut niveau coréens, pré- sidée par M. Cae One Kim, profes- seur Emeritus Senior Advisor de l’institut coréen de développement (KADI). S’exprimant en marge de l’ouverture des travaux de la rencon- tre, M. Bachir Messaitfa, a relevé que « le rapport final sur la vision de dé- veloppement socioéconomique de l'Algérie à l'horizon 2030 est fin prêt ». Il dira dans ce contexte que « ce projet sera présenté prochainement au gouvernement et puis nous explique- rons comment le faire appliquer sur les programmes quinquennaux à long et moyen terme ». Il a été souligné que « cette nou- velle vision se décline en cinq grands axes : à savoir l’éducation ; la forma- tion et la gouvernance économique ; l’industrie et l’environnement ; les terres et le foncier ainsi que l’écono- mie basée sur le savoir.» Et de poursuivre : « le département de la prospective et des statistiques a lancé depuis octobre 2011 une étude sur la vision de développement so- cioéconomique de l’Algérie à l’hori- zon 2030 en collaboration avec le ministère de la Stratégie et des Fi- nances coréen et de l’institut coréen de développement (KDI). » S’agissant du choix de l'institut co- réen pour la préparation de l'étude, il indiqué que « celui-ci a semblé le plus approprié du fait des compé- tences scientifiques de cette institu- tion, mais aussi de la réussite incontestable de l'expérience co- réenne de développement et de la dis- ponibilité dont les institutions coréennes ont toujours fait preuve à l'égard de l'Algérie. » Mettant l’accent sur cette rencon- tre, il a indiqué que celle-ci « s’inscrit dans le cadre du programme de coo- pération entre les deux pays sur le thème « programme de partage de connaissance (Knowledge Sharring Program).

Ph. Wafa
Ph. Wafa

Il est à noter dans ce contexte que les objectifs recherchés à travers l’or- ganisation de cette rencontre sont entre autres la poursuite de la coopé- ration entre l’Algérie et la Corée du Sud en vue d’approfondir le KSP

2012 , l’échange des idées et des pro-

cédures de collecte de données auprès des secteurs et des producteurs d’in- formations statistiques et la déclinai- son d’une vision prospective en programme de développement éco- nomique et sociaux de moyens et long termes (l’Algérie 2030), ainsi que la traduction des programmes de développement de moyens termes en plans d’actions annuels.

Messaitfa n’a pas manqué de met- tre l’accent sur la réalisation de l’ins- titut algérien de développement (IAD), en affirmant que « celui-ci est sur l’examen de la possibilité de lan- cement. La rencontre d’aujourd’hui avec les partenaires coréens est une opportunité pour profiter de leur ex- périence et d’échanger les méthodes de travail concernant la prospection et la statistique », et ce dans le cadre, a-t-il encore ajouté, « de la politique du gouvernement algérien pour ac- quérir les systèmes et instruments in- telligents, pour une Algérie émergente. » De son côté, M. Cae One Kim a exprimé sa satisfaction quant à l’organisation de cette impor- tante rencontre en rappelant que « le travail avec l’Algérie date depuis

2006 » et de poursuivre : « l’année

dernière nous avons terminé un tra- vail qui va aider l’Algérie à prévoir un plan de développement de 2030. » Il précisera, par ailleurs, que « la rencontre d’aujourd’hui a pour objec- tif de continuer le travail des précé- dentes rencontres pour la mise en œuvre de ces prévisions de long terme sur le moyens terme et le ren- dre exécutoire et opérationnel sur le terrain. » Il a estimé, à ce titre, que « la re-

lance du secteur de l'industrie est pri- mordial pour l'Algérie dont la richesse nationale, tirée principale- ment par le capital naturel comme facteur essentiel de la production, manque de diversification. » Il y a lieu de souligner que les experts pré- sents à cette rencontre ont souligné « qu’une dynamique du secteur réel sous deux dimensions est envisagée dans la cadre d'une vision Algérie 2030. » Il s'agit d'une dynamique d'expansion globale de l'économie ou d'un changement structurel de l'éco- nomie à travers l'expansion de cer- tains secteurs porteurs. Ainsi, la nécessité d'augmenter de deux fois et demie le revenu par habitant pour passer de 4.700 dollars actuellement

à 11.800 dollars en 2030, d'atteindre

un taux de croissance annuel de 7,5%

à partir de 2015 et de maintenir la

croissance dans le secteur des hydro- carbures entre 1 et 2% à l'horizon

2030.

Makhlouf Ait Ziane

FILIèRE DES BOISSONS

Un marché en évolution

Le programme d’appui aux PME/PMI et à la maîtrise des technologies d’Information et de la communication (PME II), cofinancé par l’Algérie et l’Union européenne, organise, aujourd’hui, à l’hôtel El Djazaïr, en collaboration avec l’Associa- tion des producteurs algériens des boisons (APAB), un séminaire destiné à informer les acteurs concer- nés, sur les conclusions de cette étude. Une initia- tive précédée par deux études menées en 2005 et 2007. La rencontre qui sera présidée par M. Chérif Rahmani, ministre de l’Industrie, de la PME et de la Promotion de l’investissement, prévoit des inter- ventions d’experts mobilisés dans le cadre du pro- gramme PME II ainsi que la présentation de témoignages des responsables de l’APAB. L’étude qui sera exposée aux entreprises et aux institution- nels concernés, porte sur les évolutions du marché des boissons en Algérie et les perspectives de dé- veloppement de la filière sur la base des éléments prédéfinis à savoir, une analyse détaillée de la fi- lière, ses branches et ses sous-secteurs, le marché intérieur et le commerce extérieur, l’analyse éco- nomique et financière du secteur, et l’environne- ment des affaires. Le séminaire devra aboutir sur une présentation des perspectives et l’élaboration de recommanda- tions pour le développement de la filière, le poten- tiel du marché et les perspectives de son évolution au sein de l’industrie nationale. La filière qui n’est pas encore cadrée par une législation adaptée no- tamment en matière de qualité d’où les dépasse- ments enregistrés à la faveur de ce vide juridique. En témoigne la multitude de marques de boissons peu connues qui ne respectent pas les exigences et normes de la sécurité et qui échappent au contrôle au détriment de la santé du consommateur. La filière qui a connu ces dernières années une expansion notable enregistre une production an- nuelle de 3,7 milliards de litres, dont 0,5 à 1,8 mil- liard de litres, respectivement, pour la sous-filière des jus de fruits et des boissons fruitées et des bois- sons gazeuses. Selon les chiffres de l’association, le niveau de la consommation algérienne de boissons, toutes ca- tégories confondues, est estimée à 57,4 litres/habi- tant/an. Le défi aujourd’hui, pour cette filière qui couvre 90% de la demande nationale consiste à l’intégrer en synergie avec le secteur agricole sachant que plus de 90% des intrants sont importés. En l’ab- sence d’une action concertée entre le secteur agri- cole et les industriels de la filière des boissons, en dépit du potentiel arboricole fruitier national, et au regard de l’évolution de la demande du marché na- tional, de plus en plus exigent, au plan de la qualité notamment, la solution la plus adaptée « réside dans la mise au diapason de l’offre agricole et du besoin industrie », soulignent les responsables de l’APAB qui compte une quarantaine d’adhérents représen- tant entre 75 et 80% des parts de marché. D. Akila

OUARGLA

Des experts coréens en crevetticulture sur le chantier de la future ferme-pilote

en crevetticulture sur le chantier de la future ferme-pilote D es experts coréens en crevet- ticulture

D es experts coréens en crevet- ticulture (élevage de cre- vettes) se sont enquis samedi

et dimanche de l'état d'avancement des travaux de construction de la fu- ture ferme de crevetticulture située dans la commune de hassi Ben Ab- dallah dans la wilaya de Ouargla. La délégation coréenne qui était accom- pagnée du directeur central au minis- tère de la Pêche et des Ressources halieutiques (MPRh), M. Oussaid Ramdane, est composée du représen- tant de l’agence KOICA en Algérie, M. Chon Gyong Shik, du directeur de l'Institut national coréen de la re- cherche en aquaculture et du dévelop- pement (NFRDI), jang In-Kwon, ainsi que d’autres experts appartenant au même établissement. M. Chon Gyong a indiqué que cette tournée de deux jours en Algérie s’inscrit dans le cadre du suivi de l’état d'avancement

des travaux de réalisation de deux projets portant sur la ferme pilote d'élevage de crevettes à pattes blanches à Ouargla, et celle de la wi- laya de Skikda. Les travaux de réali- sation de la future ferme pilote de hassi Ben Abdallah (à 20 km du chef-lieu de la wilaya) confiés à l’en- treprise sud-coréenne "halla", avec le concours d’entreprises algériennes privées, ont enregistré un taux d’avancement de 25 %, a précisé le directeur de la Pêche et des Res- sources halieutiques de Ouargla M. Nadhir Kourichi. A l'issue de cette vi- site, une réunion de travail a regroupé des cadres locaux et les experts co- réens, axée sur les questions tech- niques liées à la situation et à l'état d’avancement des travaux du projet. Le projet de la ferme de crevetticul- ture de hassi-Benabdallah, dont les travaux de réalisation ont été lancés

en mai dernier, a une capacité de pro- duction de 10 à 20 tonnes/an. La ferme expérimentale sera opération- nelle en 2014, selon la fiche tech- nique du projet. La KOICA a accordé six millions de dollars pour la construction et l'équipement de la ferme pilote de crevetticulture et du centre de recherche de Ouargla, a-t- on rappelé. Pour ces deux projets (Skikda et Ouargla) qui s'étalent sur cinq ans, la KOICA est chargée de leur construction et équipement ainsi que la formation de chercheurs algé- riens en Corée et l'envoi d'experts co- réens afin de les assister. A travers cette coopération, la KOICA espère contribuer à l'augmentation de la pro- duction des crevettes mais aussi "ex- porter l'excédent de cette production" en plus de la création de nouveaux postes d'emploi dans la filière notam- ment dans le sud, selon la KOICA.

Lundi 24 juin 2013

Monde

12

EL MOUDJAHID

PARLEMENT EUROPÉEN

Les droits de l’Homme au Sahara occidental en débat

Le rapporteur du Parlement européen (PE), Charles Tannock a présenté jeudi dernier son rapport consacré à la situation des droits de l’Homme au Sahara occidental et au Sahel devant le Parlement Européen, a indiqué le ministre Sahraoui délégué auprès de l’Union européenne, Mohamed Sidati, cité par l’agence de presse sahraouie (SPS).

U ne large majorité des eurodéputés s’est exprimée favorablement sur le rapport, qualifié par plusieurs

membres «d’actualité, d’exhaustif et d’objectif», a-t-il ajouté devant la Com- mission des droits de l’Homme du Parle- ment européen, toujours selon SPS. Le débat a fait ressortir une grande «préoccupation» quant aux violations «récurrentes» des droits de l’Homme au Sahara occidental, illégalement occupés par le Maroc et auxquels sont consacrés d’importants développements dans le rap- port. Les autorités marocaines et «leur lobby» ont essayé «vainement» de faire obstacle, à ce que la situation des droits de l’Homme au Sahara occidental puisse être traitée dans ce rapport, a souligné le diplomate sahraoui. M. Tannock présen- tera une mouture finale de son rapport, qui intègre les amendements approuvés par vote à la plénière du PE, au mois

approuvés par vote à la plénière du PE, au mois d’octobre prochain, a conclu la même

d’octobre prochain, a conclu la même source. L’institution européenne avait ex- primé en février dernier dans une résolu- tion adressée à la 22e session du Conseil des Droits de l’Homme des Nations unies, sa «préoccupation» devant la situa- tion des droits humains au Sahara occi- dental, appelant à «la protection des droits fondamentaux de la population du Sa- hara, y compris la liberté d’association, la liberté d’expression et le droit de mani- fester». Le PE qui avait demandé que soient libérés «tous les prisonniers poli- tiques» sahraouis, a salué la nomination

d’un envoyé spécial pour le Sahel et sou- ligne la «nécessité» d’un suivi internatio- nal de la situation des droits de l’Homme au Sahara occidental. Le PE a réitéré, à ce propos, son soutien à un règlement juste et durable du conflit, sur la base du droit du peuple sahraoui à l’autodétermination, conformément aux résolutions des Na- tions unies, rapporte SPS. En septembre 2011, le PE avait adopté une résolution qui réaffirme le droit du peuple sahraoui à se prononcer souverainement sur le sta- tut du Sahara occidental par le biais d’un referendum, rappelle-t-on.

RESPECT DES DROITS DE L’HOMME

La Ligue de défense des détenus sahraouis appelle à faire pression sur le Maroc

La Ligue de défense des détenus sahraouis dans les prisons marocaines a appelé les associations, les organisations et les instances activant dans le domaine des droits de l’homme à faire pression sur l’Etat marocain pour le respect des droits des prisonniers. Cet appel fait suite à la grève de la faim entamée jeudi dernier par le détenu politique sahraoui Cheikh Amidane dans la prison de Aït Melloul, a indiqué l’agence de presse sahraouie (SPS) qui a donné l’information. La Ligue de dé- fense des détenus sahraouis dans les prisons marocaines a ex- primé, selon la même source, sa solidarité inconditionnelle avec Cheikh Amidane, les détenus d’opinion et tous les pri- sonniers sahraouis dans les geôles marocaines notamment

celle de Aït Melloul. La Ligue a demandé l’ouverture d’une enquête «libre et équitable sur les pratiques racistes et viles exercées contre cheikh Amidane, appelant l’Etat marocain à la libération inconditionnelle de tous les détenus politiques sahraouis dans les prisons marocaines». Le détenu politique sahraoui cheikh Amidane a entamé une grève de la faim en signe de protestation contre «les pratiques racistes», les exac- tions et les privations exercées à son encontre par l’adminis- tration pénitentiaire d’Aït Melloul. Cheikh Amidane condamné à 5 ans de prison ferme a affirmé sa détermination à poursuivre le combat si les pratiques racistes et répressives exercées contre lui ne cessent pas.

SYRIE

L’Iran met en garde contre l’envoi d’armes aux rebelles

L’Iran a estimé hier que les pays qui soutiennent l’envoi d’armes en Syrie sont responsables «du massacre des innocents et de l’insécurité dans la région», et ap- pelé les Etats Unis à cesser de soutenir le «terrorisme», rapporte l’agence de presse iranienne Irna. «Ceux qui soutiennent l’envoi d’armes en Syrie sont responsables du massacre des innocents et de l’insécurité dans la région», a déclaré le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, en réaction à la réu- nion samedi au Qatar du groupe des «Amis de la Syrie». Samedi, les princi- paux pays soutenant l’opposition sy- rienne ont annoncé à Doha avoir décidé «une aide urgente en matériel et en équi- pements» à la rébellion syrienne. Dans un communiqué à l’issue de leur réunion, les 11 pays dont les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France indiquent que «toute aide militaire sera canalisée» par l’Armée Syrienne Libre (ASL, oppo- sition armée). Les ministres des onze pays «ont convenu, pour changer l’équilibre des forces sur le terrain, de fournir d’urgence tout le matériel et les équipements néces- saires à l’opposition sur le terrain, chaque pays le faisant à sa manière», affirme le communiqué. «Au lieu d’envoyer des armes en Syrie, Washington doit soutenir l’arrêt de

la violence et le dialogue national pour que les Syriens décident de leur avenir», a encore ajouté M. Amir-Abdollahian. Il a demandé aux «Etats-Unis de ces- ser de soutenir le terrorisme, le meurtre des gens et la destruction des infrastruc- tures de la Syrie». Samedi, le chef de la diplomatie ira- nienne, Ali Akbar Salehi a affirmé que son pays «ne permettra pas qu’on impose de l’extérieur une solution politique au peuple syrien». L’Iran dénonce régulière- ment l’aide de certains pays occidentaux, arabes et de la Turquie aux rebelles sy- riens.

occidentaux, arabes et de la Turquie aux rebelles sy- riens. Au moins trois morts et dix

Au moins trois morts et dix blessés dans un attentat à Damas

Au moins trois personnes ont été tuées et dix autres blessées hier dans un attentat dans le quartier de Roukneddine, dans le nord de la capitale syrienne Damas, rap- porte l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH). La même source a évo- qué deux explosions dans le quartier, sans préciser leur origine. La télévision officielle syrienne a annoncé qu’»un attentat suicide terroriste a eu lieu derrière une boulangerie dans le quartier de Roukneddine», en faisant état de «victimes parmi les civils». Les forces de sécurité s’étaient déployées dans le secteur et avaient fermé plusieurs rues, selon l’OSDH. Roukneddine est situé près du quartier de Barzé, théâtre de violents combats entre l’opposition armée et l’armée régulières. Les troupes gouvernementales, ont lancé mercredi une campagne pour éliminer les poches rebelles à Damas et dans ses environs, concentrant leurs opérations dans le nord et l’est de la capitale.

PALESTINE Abbas accepte la démission de son Premier ministre

Abbas accepte la démission de son Premier ministre Le président palestinien Mahmoud Abbas a accepté la

Le président palestinien Mahmoud Abbas a accepté la démission de son nouveau Premier ministre Rami Hamdallah, a affirmé hier un haut responsable palesti- nien. «Le président Abbas a accepté la démission de M. Hamdallah après que ce dernier eut refusé de tra- vailler avec deux vice-Premiers ministres», a indiqué ce haut responsable, cité par des agences. MM. Abbas et Hamdallah se sont réunis samedi soir sans faire de déclaration à l’issue de leur rencontre qui a duré une heure et demie, avait rapporté un autre responsable pa- lestinien. Les deux hommes devaient se rencontrer di- manche au siège de la présidence palestinienne à Ramallah (Cisjordanie) pour poursuivre les discussions sur la répartition des compétences à la tête du gouver- nement de M. Hamdallah, à l’origine d’une crise poli- tique. Le nouveau Premier ministre, qui a présenté jeudi sa démission avant de la suspendre vendredi, ré- clame des «compétences claires et définies pour lui en tant que chef du gouvernement et pour ses vice-Pre- miers ministres conformément à la loi afin d’éviter les conflits et les empiètements sur les prérogatives».

BRÉSIL

Nouvelles manifestations malgré la main tendue présidentielle

manifestations malgré la main tendue présidentielle Des dizaines de milliers de Brésiliens ont de nou- veau

Des dizaines de milliers de Brésiliens ont de nou- veau manifesté samedi dans plus de 100 villes du pays, malgré la main tendue par la présidente Dilma Rous- seff qui a promis la veille de s’atteler à l’amélioration des services publics, en particulier des transports. Quelque 75% des Brésiliens soutiennent le mouvement historique de protestations, selon le premier sondage, publié samedi, sur la crise qui secoue le géant d’Amé- rique latine depuis bientôt deux semaines. Les pro- messes de la présidente de gauche ont été accueillies avec scepticisme sur les réseaux sociaux, par les jeunes généralement issus de la classe moyenne qui animent ce mouvement très hostile aux institutions. A Sao Paulo, mégapole et poumon économique du pays, 35.000 personnes ont protesté dans une ambiance fa- miliale, la plupart contre un projet de réforme consti- tutionnelle (PEC37) prévoyant de retirer le pouvoir d’enquêter aux parquets, souvent perçus dans le pays comme des acteurs efficaces contre la corruption. A Santa Maria (sud), une ville où l’incendie d’une disco- thèque avait tué 242 jeunes en janvier, 30.000 per- sonnes ont défilé. Enfin dans le quartier ultra-chic de Leblon à Rio, une quarantaine de manifestants ont pro- testé pacifiquement devant le domicile du gouverneur Sergio Cabral. Certains y ont planté des tentes dans l’intention d’y camper, imitant les «Indignés» espa- gnols. Le prix et la piètre qualité des transports en com- mun arrivent en tête des motifs de mécontentement (77%), devant la classe politique (47%) et la corruption (33%). Les manifestants sont souvent très critiques en- vers les sommes colossales dépensées pour l’organisa- tion de la Coupe Fifa des Confédérations - qui se dispute jusqu’au 30 juin - et du Mondial en 2014. Mais le cœur des Brésiliens balance, entre ces critiques et leur amour viscéral pour le football. Ils approuvent à 67% l’organisation du Mondial au Brésil, que la «Se- leçao» a remporté cinq fois dans son histoire, alors que 29% sont contre. L’onde de choc des protestations bré- siliennes à atteint Hollywood: l’acteur américain Brad Pitt a renoncé à assurer lundi à Rio la promotion de son film «world war Z» en raison des événements en cours. «Toute l’équipe du film World war Z adresse son res- pect et sa considération au peuple brésilien dans ce mo- ment d’inquiétude et de réflexion que traverse le pays», a indiqué dans un communiqué la Paramount.

Société

15

EL MOUDJAHID

SÉMINAIRE SUR LA DÉLINQUANCE JUVÉNILE

Un phénomène qui interpelle la société

L’Institut de criminalistique et de criminologie de la Gendarmerie nationale (INCC/GN) a organisé,hier, le premier séminaire sur la délinquance juvénile sur le thème :

«Pour un traitement multidimensionnel».

L e séminaire, dont l’ouverture offi- cielle a été effectuée par le général Nouba Menad, chef d’état-major

du Commandement de la Gendarmerie nationale, est articulé autour de quatre axes principaux qui sont : l’évaluation de l’ampleur de la délinquance juvénile, la justice des mineurs, la prise en charge des mineurs auteurs et/ou victimes d’infra- ctions et la prévention de la délinquance juvénile. La démarche de l’INCC, à travers cette initiative, qui réunit les acteurs concernés par la problématique de la dé- linquance juvénile, permettra d’apporter un éclairage sur la genèse et l’ampleur du phénomène, d’une part, et de mener une prospection de moyens à même de mu- tualiser les actions des compétences na- tionales concernées et la proposition de mesures idoines de nature à endiguer la délinquance juvénile dans notre pays, d’autre part. Le choix de cette thématique, selon le colonel Abdelhamid Messaoudi, directeur général de l’Institut de criminalistique et de criminologie de la Gendarmerie natio- nale, «est dicté par plusieurs raisons, puisque la problématique de la délin- quance juvénile revêt les spécificités sui- vantes :- elle concerne une frange sensible de la population dont la person-

nalité est en pleine construction (jeunes et adolescents), soit les générations futures

;- il s’agit d’une problématique constante,

puisque les statistiques de la Gendarmerie nationale allant de 2008 à 2012 font res- sortir une moyenne de 3.153 mineurs im- pliqués dans tout type d’infractions ;- sa compréhension et sa prise en charge né- cessitent l’intervention et la conjugaison des efforts de l’ensemble des compo- santes de la société». Au cours de son allocution, le direc- teur de l’école a affirmé que «la Gendar- merie nationale, en tant que partie concernée et soucieuse d’apporter son concours à l’effort national œuvrant pour la prise en charge de ce type de délin- quance, a créé, depuis mars 2005, des bri- gades de protection des mineurs». «Ce type de déviance est sensible dans la mesure où il touche une frange impor- tante de la société, soit les mineurs qui re-

impor- tante de la société, soit les mineurs qui re- présentent 48% de la population», a

présentent 48% de la population», a sou- ligné le conférencier. Et d’ajouter que «la délinquance juvénile est persistante puisque les statistiques de la Gendarmerie nationale de 2008 à 2012 font ressortir une moyenne annuelle de 3.153 mineurs impliqués dans des affaires délictuelles, voire criminelles». Par ailleurs, et selon les experts, la dé- linquance juvénile, la problématique mul- tifactorielle, impose un traitement multidimensionnel nécessitant la mobili- sation de tous les acteurs de la vie sociale. Tout cela «nécessite une approche appro- fondie qui permet la compréhension du phénomène dans ses différents aspects ju- ridique et psycho- sociologique aux fins de dégager les moyens adéquats à même de le contenir», a expliqué le colonel Messaoudi. Pour l’officier supérieur, les mineurs sont de plus en plus impliqués dans des affaires criminelles, «une implication ré- voltante causée par la vulgarisation des technologies de l’information et de la communication, et l’absence de l’autorité dans son sens le plus large (parentale, scolaire, religieuse, etc.), et cela en dépit des mesures prises par les pouvoirs pu- blics», a-t-on notamment spécifié.

Les 16-25 ans, les plus impliqués

Il faut également noter que ce premier séminaire a pour objectifs d’évaluer l’am- pleur du phénomène et de définir les ty-

pologies à travers les statistiques crimi- nelles ; d’établir un état des lieux de l’existant en matière de justice des mi- neurs ; de mettre en évidence l’impor- tance de l’interaction entre le processus judiciaire et la prise en charge psycholo- gique des mineurs (auteurs, victimes, té- moins et mineurs en danger moral) ; et de prendre connaissance et tirer profit de l’expérience étrangère en matière de trai- tement de ce phénomène. Dans son intervention, le lieutenant- colonel Debbih Demen a évoqué les in- fractions les plus représentées statistiquement, en matière de criminalité commise par les jeunes, qui se résument en des coups et blessures volontaires, des vols et des agressions sexuelles. «Il est utile de souligner, dans ce sens, que la recherche criminologique dévelop- pementale a démontré qu’une large pro- portion de conduite délictueuse commise entre 16 ans et 25 ans ne se poursuit pas au-delà de cet âge sous forme de carrière criminelle», a-t-il ajouté. Il a également précisé que «tenant compte de la spécificité démographique de la société algérienne et des données chiffrées disponibles, il est constaté que la catégorie des jeunes délinquants âgés entre 16 et 25 ans génère un flux impor- tant de dossiers au niveau des instances judiciaires, constituant la majeure partie de la population carcérale». Mohamed Mendaci

JIJEL

Portes ouvertes sur la police du 24 au 26 juin

Mendaci JIJEL Portes ouvertes sur la police du 24 au 26 juin L a ville de

L a ville de Jijel accueillera, à partir d’au- jourd’hui, des portes ouvertes sur la Sûreté nationale. Cette 48 e édition, prévue au centre

culturel Omar- Ousseddik, ne manquera d’attirer la foule. Ces journées d’information qui s’étaleront sur trois jour sont considérées comme une excellente oppor- tunité aux responsables de la DGSN pour faire connaître à un large public, le corps de la police et les missions de ses différents services à travers les différents stands, ainsi que via les animations et les conférences prévues tout au long de cette manifesta- tion. Selon la cellule de communication de la Direc- tion générale de la Sûreté nationale, les citoyens seront conviés à des démonstrations qui seront pré- sentées par les éléments des Unités républicaines de sécurité (URS), l’équipe cynophile des maîtres- chiens, des cavaliers assisteront aux nombreuses séances de spectacles des policiers des services opé- rationnels qui présenteront, entre autres, les diffé- rentes techniques d’interpellation d’individus dangereux. En outre, le programme prévoit la parti- cipation à ces portes ouvertes de toutes directions et services centraux de la DGSN pour exposer les sta- tistiques et les bilans des équipements de la Sûreté nationale. L’autre attraction de ce rendez-vous sera sans conteste la piste d’éducation routière qui sera dédiée aux enfants et qui est déjà opérationnelle depuis le 20 mai dernier où des recommandations sont dispen- sées sur les lieux, en présence des parents. La mise en place de ce circuit a pour objectif d’éduquer nos enfants sur le respect du code de la route et des comportements à suivre lorsqu’on est au volant d’une voiture. Les initiateurs insistent également sur la nécessité d’apprendre aux enfants de se prévenir des dangers de la route. La brigade d’appui canin spécialisée qui est d’une grande contribution dans les descentes anti-drogue et la détection des explosifs sera elle aussi au rendez- vous, et cet événement sera mis à profit pour se rap- procher davantage des citoyens, toujours attirés pour ce genre de brigades.

SAM

AÏN DEFLA

Arrestation de plusieurs malfaiteurs

Deux affaires distinctes traitées

par les services de la sûreté de la wilaya d’Aïn Defla au chef-lieu de Khemis-Miliana, basées sur l’ob- servation et l’écoute, ainsi que le traitement de la bande enregistrée d’une caméra de surveillance d’une banque et d’une station-ser- vice, ont permis d’appréhender, en un temps record, les malfaiteurs impliqués. La première affaire, détaille le communiqué de la sûreté de wilaya

,a eu pour cadre la ville de Khemis-

Miliana où une dangereuse bande de malfaiteurs spécialisée dans le

cambriolage et le vol par effraction

a été neutralisée, grâce à un minu-

tieux travail d’investigation. Plu- sieurs plaintes ont été déposées par des particuliers et des commer- çants qui ont reçu la visite de cette bande qui a fini par tomber dans les rets tendus par les services de la Sûreté nationale pour ainsi dire en flagrant délit alors qu’elle s’apprê- tait à opérer le casse d’un magasin. L’un des malfaiteurs a pu être arrêté après une course poursuite, et le reste de la bande composée de deux frères et du quatrième acolyte

a été appréhendé par la suite. Âgés entre 18 et 27 ans et ayant déjà eu maille à partir avec la justice pour trois d’entre eux, les mis en cause ont été déférés devant le procureur de la République près le tribunal de Khemis-Miliana qui les a placés sous mandat de depôt. La deuxième affaire a été dévoi- lée par une caméra qui a permis d’identifier les deux malfaiteurs qui ont dérobé la somme de 100.000 dinars dans un véhicule.

La victime qui avait retiré cette somme dans une agence bancaire à Chlef était venue à Aïn Defla pour affaire, c’est là que le vol a été per-

pétré à la cité des 60-Logementst. La première étape de l’enquête a débuté à l’agence BNA de Chlef où la victime a retiré son argent. Il s’est avéré qu’elle avait été suivie jusqu’à Aïn Defla, le guetteur ayant été filmé à l’intérieur de l’agence. C’est la caméra d’une station- service toujours à Chlef qui leur permet alors de confondre et d’identifier le deuxième larron. A. M. A.

TLEMCEN

Des automobilistes protestent contre le trafic de carburants

Des dizaines d’automobilistes se sont regroupés hier devant le siège de la wilaya de Tlemcen pour dénon- cer le trafic de carburants dans les zones frontalières avec le Maroc et l’absence de ce produit des diffé- rentes stations-service de la wilaya. Scandant des slogans hostiles aux agissements des «hellaba», ces trafi- quants de carburants sévissant dans la wilaya, les protestataires ont fait part de leurs difficultés à s’approvi- sionner normalement en carburants. Ils ont également demandé l’annula- tion de la dernière instruction du wali de Tlemcen censée mettre fin à ce tra-

fic. En effet, pour lutter contre le phé- nomène qui a pris des proportions alarmantes dans la région, le wali de Tlemcen a signé dernièrement un ar- rêté plafonnant les ventes de carbu- rants pour les véhicules utilitaires à 500 DA et 2.000 DA aux camions, contre 10.000 DA précédemment. Le regroupement s’est déroulé sans heurt devant le siège de la wilaya. Les élé- ments de la police ont invité les ma- nifestants à se disperser après avoir désigné trois personnes chargées de transmettre leurs doléances aux auto- rités de la wilaya. La pénurie de l’es-

sence et du gasoil a également influé sur d’autres secteurs d’activités consommateurs de ces produits, à l’instar de l’agriculture et du tou- risme. Cette pénurie pénalise aussi bien les propriétaires de moisson- neuses-batteuses que les touristes ve- nant visiter la wilaya de Tlemcen et qui ont du mal à faire le «plein». À Sebdou, les transporteurs assurant la liaison entre cette ville et le chef-lieu de la wilaya ont observé eux aussi, dans la journée, un débrayage pour protester contre l’absence du gasoil au niveau des stations de service sur

le territoire de la commune. Les usagers de ces moyens de trans- port ont eu des difficultés à se rendre a Tlemcen. Pour leur part, les chauf- feurs de taxi de la ville frontalière de Maghnia ont également observé un arrêt de travail pour protester contre les difficultés de s’approvisionner en essence et en mazout. Les longues files d’attente visibles au niveau des stations de service publiques et pri- vées sont devenues un spectacle quo- tidien à travers tout le territoire de la wilaya.

APS

AÏN EL-HAMMAM

Une jeune fille de 26 ans enlevée

Une jeune fille âgée de 26 ans a été enlevée hier, vers 10h, dans la com- mune d’Aïn El-Hammam, à une cinquantaine de kilomètres au sud-est de Tizi Ouzou, a-t-on appris de sources sécuritaires. La jeune fille, dont l’iden- tité n’a pas été communiquée, était avec sa mère, à proximité de l’hôpital d’Aïn El-Hammam, lorsqu’elle a été enlevée par des ravisseurs au nombre indéterminé. Ces derniers ont forcé la victime à monter dans un véhicule utilitaire, selon les informations données par la mère de la jeune fille aux services de sécurité. Cette information a été aussitôt transmise à l’ensemble des barrages fixes de sécurité de la wilaya, qui ont lancé une opération de contrôle, a-t-on ajouté.

APS

Culture

16

EL MOUDJAHID

EXPOSITION AU PALAIS DES RAÏS SUR LA MARINE ALGÉRIENNE

Une épopée inscrite dans l’histoire de la Méditerranée

L'exposition, qui se tiendra jusqu'au 6 juillet pro- chain, retrace notamment l'histoire de la marine algérienne et la relation entre l'Algérien et la mer et le rôle de la mer dans la vie des hommes depuis des siècles. La construction navale dans les ports algériens entre le

XVI

l'Algérie fut l'une des puissances

entre le XVI l'Algérie fut l'une des puissances des d'Alger au XVI e siècle et des

des

d'Alger au XVI e siècle et des aperçus sur la marine algérienne à l'époque ottomane. Des copies de traités signés par le dey d'Alger avec des pays étrangers, les différents grades et ti- tres de la marine ainsi que des dessins représentant les métiers exercés par les Algériens à l'époque sont également exposés. Etaient présents à cette exposition, or- ganisée par la Direction de la pêche, en collaboration avec le Centre national des archives, l'Institut national de la pêche et de l'aquaculture et l'Ecole na- tionale supérieure de la marine de Bou-Ismaïl, la ministre de la Cul- ture, Khalida Toumi, et le ministre de la Pêche et des Ressources ha- lieutiques, Sid- Ahmed Ferroukhi. Des conférences seront animées par des historiens et des spécialistes en marge de cette exposition.

e et le XVIII e siècles, alors que

du bassin méditerranéen, sont entre autres les thèmes des présentations. L'exposition compte également des maquettes de chalu- tiers et de bateaux

de

dessins et des peintures repré- sentant le port d'Alger avant la conquête française en 1830, une cartographie de la ville

guerre,

À PROPOS DE SON DERNIER ALBUM

Rachid Taha fustige son boycott médiatique en France

Le chanteur franco-algérien Rachid Taha a fustigé le boy- cott médiatique en France de son dernier album Zoom, ju- geant l’accueil de son œuvre ar- tistique à la lumière de “l’évolution du pays vers un ra- cisme ambiant”. Tout en se fé- licitant de l’accueil “sans problème” de son dernier album par la presse, l’artiste a affirmé, dans un entretien à l’hebdomadaire français Politis, qu’il était “une nou- velle fois obligé de constater que la langue arabe ne passe pas en France”. “Car, à part Radio France, aucune radio ne veut le diffuser. Certaines di- sent qu’il est trop rock, d’autres qu’il est trop raï, mais moi, je sais pertinemment pourquoi elles ne le passent pas”, a-t-il regretté, signalant qu’à l’étran- ger (hors de France), on ne le “voit pas comme un Arabe,

mais comme un artiste”. L’au- teur De Barbès (son grand suc- cès en 1991) a ajouté que quand Amnesty International épinglait la France pour racisme, il ne peut constater que “c’est une vérité quotidienne”. “J’ai tou- jours autant de difficultés à pé- nétrer dans certains lieux. Depuis l’époque où l’on inter- disait aux Blacks et aux Reu- beus l’accès aux boîtes branchées, rien n’a changé”, a- t-il constaté. L’artiste, rendu surtout célèbre avec la reprise, sur un air hard-rock, de la chan- son du défunt Dahmane El Har- rachi Ya Rayah, a relevé que le racisme s’est amplifié en France et se manifeste “diffé- remment”. “Même moi, qui pourtant ne regarde que des films à la télé, je tombe forcé- ment à un moment ou un autre sur Marine Le Pen (présidente du Front National). Ce qui veut

Marine Le Pen (présidente du Front National). Ce qui veut dire que son discours est ins-

dire que son discours est ins- tallé”, a-t-il dit. Tout en regret- tant qu’aujourd’hui, en France, la pensée est “à droite”, il a fait porter au Parti Socialiste (au pouvoir) “d’énormes responsa- bilités” de la montée xéno- phobe et raciste dans l’Hexagone. Le chanteur à la

voix rauque a cité notamment le rejet, pour l’heure, du droit de vote aux étrangers. Le président François Hollande avait re- poussé, lors de sa conférence de presse semestrielle du 16 mai dernier, le vote des étran- gers non communautaires au- delà des municipales de 2014, enterrant quasiment une de ses 60 promesses de campagne pour la présidentielle de 2012. Pour l’heure, seuls les étrangers ressortissants de l’Union euro- péenne (UE) peuvent participer aux élections municipales en France. En mars 2010, les dé- putés de la majorité (UMP) avaient repoussé, lors d’un vote à l’Assemblée nationale, une proposition de loi socialiste vi- sant à donner le droit de vote et d’éligibilité aux étrangers non européens aux élections muni- cipales.

APS

ECHANGES CULTURELS

L'héritage de la capitale du Djurdjura s'invite à Tissemsilt

de la capitale du Djurdjura s'invite à Tissemsilt Le coup d'envoi des festivités de la semaine

Le coup d'envoi des festivités de la semaine cultu- relle de la capitale du Djurdjura (Tizi-Ouzou) a été mar- qué par des expositions, montées à la maison de la culture Mouloud-Kacem-Naït-Belkacem de Tissemsilt, et des activités artistiques qui reflètent l'héritage cultu- rel de la ville des Genêts. Cette exposition se distingue par la présence de produits de l'artisanat qui reflètent la richesse et l'authenticité de la région de Tizi-Ouzou, à savoir la joaillerie, la bijouterie, l'habit traditionnel, la sculpture sur bois, le tapis des Ath Hichem, ainsi que le dessin sur soie et autres spécialités d'arts plastiques. Elle met en exergue l'histoire antique de la wilaya de Tizi-Ouzou à travers les photos qui montrent des lieux de mémoire, des vestiges et monuments romains tels que “Taksebt Aflassen” et “cathédrales romaines” de la ville côtière de Tigzirt, outre la présentation d'an- ciens manuscrits préservés jalousement par les zaouïas de cette région. Le public nombreux de Tissemsilt, plongé dans une ambiance riche en exhibitions animée par la troupe Mouloud Maâmeri de la ville de Tizi-Ouzou, a été gra- tifié par un cocktail de chansons kabyles, lors de la cé- rémonie d'ouverture, jeudi soir, de cette manifestation culturelle de quatre jours, exécutées par Ahcène Ajroud et Hadj Saïd Youcef. La délégation de Tizi-Ouzou pré- voit plusieurs activités artistiques et culturelles dont un spectacle de jeux de magie, œuvre de Amar Hachemi, ainsi que des chansons puisées dans le patrimoine local du Djurdjura dans les genres chaâbi et kabyle, inter- prétées par la troupe de la maison de la culture Mou- loud-Maâmeri et les chanteurs Kaci Issemghoul et Toukik Chaabouni.

9 e FESTIVAL INTERNATIONAL DES DANSES POPULAIRES DE SIDI BEL-ABBÈS

Participation des troupes de 13 pays

, Des troupes de treize pays prendront part à la 9 e édition du Festival culturel internatio- nal des danses populaires, prévu du 26 juin au 1 er juillet dans la ville de Sidi Bel-Abbès, a-t-on appris auprès de la com- missaire de cette manifestation. Outre l'Algérie, cette nouvelle

édition verra la participation de troupes de Colombie, Bélarus- sie, Emirats arabes unis, Pales- tine, France, Turquie, Ukraine, Albanie, Serbie et Liban, a pré- cisé M me Halima Hankour. Des troupes de danses algériennes de diverses villes participeront également à cette édition, à

l’instar des années passées qui ont vu la participation de troupes de Tamanrasset, Djelfa, Sidi Bel-Abbès et Tizi Ouzou, a- t-elle ajouté. Les participants à cette édition devront aussi se produire dans les villes d’Oran, Aïn Témouchent et Tlemcen en plus des places publiques de la

wilaya de Sidi Bel-Abbès qui abrite cet évènement culturel in- ternational, a-t-elle encore indi- qué. Des ateliers artistiques seront organisés à cette occa- sion, outre des conférences sur les danses populaires à travers le monde, a-t-on signalé de même source.

OKKADHIA NATIONALE DE POÉSIE POPULAIRE À MEKHADMA (BISKRA)

Récitals poétiques et fantasia

Des récitals de poètes populaires et des exhibi- tions de fantasia ont marqué, jeudi dernier dans la commune de Mekhadma (Biskra), l’ouverture de l’Okkadhia nationale de poésie populaire. Plusieurs poètes du genre populaire appelé “chi’r el melhoun” se sont succédé à la tribune du centre culturel Ali- Maâchi, déclamant avec flamme des textes dédiés à la patrie, à l’amour et à divers autres sujets, au grand bonheur de l’assistance qui a applaudi vive- ment ces “ciseleurs” du verbe. Sur la place attenante au centre culturel, le public a suivi de magnifiques tableaux de fantasia et de danses équestres aux sons mélodieux des troupes folkloriques de cette région des Ziban-Ouest. Des concerts de chants tradition- nels bédouins, exécutés par des troupes de plusieurs régions du pays, figurent au programme de cette Okkadhia prévue sur trois jours. Des dépliants bio- graphiques sur Abderrahmane Kacem, figure cultu- relle marquante du XX e siècle dans la région de Mekhadma, ont été distribués à l’occasion de cette rencontre qui donnera lieu à la présentation d’une communication sur le rôle de la poésie populaire du- rant la guerre de Libération nationale. A l’ouverture de cette rencontre littéraire, organisée par l’associa- tion Abderrahmane-El-Akhdari, avec le concours de la commune, le président de l’Assemblée popu- laire communale (APC), M. Azzedine Ghezzal, a rappelé que cette manifestation “littéraire et artis- tique est un espace de rencontre entre les poètes po- pulaires du pays”.

3 E FESTIVAL “LAYALI CIRTA” DE CONSTANTINE

Une manifestation qui gagne en maturité

Le coup d’envoi du 3 e festival “Layali Cirta” (les nuits de Constantine) sera donné mercredi prochain au théâtre de plein air de la ville qui accueillera, durant deux mois, une pléiade d’artistes de plusieurs continents, a in- diqué jeudi le wali, M. Noureddine Bedoui. S’exprimant au cours de l’installation du co- mité d’organisation de cette manifestation, constitué de représentants des services de sé- curité et des responsables des secteurs des transports, de la culture, de la commune et de l'Assemblée populaire de wilaya, le chef de l’exécutif local a indiqué que ce festival, qui “gagne en maturité”, verra la participation, aux côtés d’artistes algériens, des vedettes et des troupes américaines, jamaïcaines, chi- noises, libanaises, syriennes et indonésiennes, entre autres. De son côté, le directeur de la culture, Dja- mel Foughali, précisant que ce festival sera “subdivisé en trois parties dont la première est fixée du 26 juin au 5 juillet”, a indiqué que les artistes se produiront durant cette période et devraient répondre à tous les goûts du public. Il a cité, à ce propos, Wafik Habib (Syrie), Arken (Chine), Desmond Foster (Jamaïque), Baraka Blue (USA), Assi El Hilani (Liban), Debu (Indonésie). Des artistes, a précisé M. Foughali, invités par l’Office national de la culture et de l’in- formation (ONCI) dans le cadre du festival de Timgad (Batna), “donneront à la ville de Constantine sa part de l’ambiance des grands festivals”. La deuxième phase du festival aura lieu à partir de la deuxième semaine du mois

sacré de Ramadhan pour prendre fin deux jours avant la fête de l’Aïd El-Fitr, a souligné le même responsable. Cette seconde partie sera entièrement dédiée, a-t-il précisé, au pa- trimoine musical algérien (malouf, sraoui, bé- douin et chaâbi, entre autres) et aux chants religieux. “Layali Cirta” se poursuivront juste après l’Aïd El-Fitr jusqu’au 24 août pour livrer la scène du théâtre de plein air à de nombreuses vedettes de la chanson arabe invitées en Algé- rie dans le cadre d’un festival de Djemila (Sétif), a encore précisé M. Djamel Foughali. Faisant part de la perspective d’institution- naliser ce festival, M. Bedoui a indiqué que les artistes invités par l’ONCI permettront aux Constantinois de “vivre sans quitter leur ville l’ambiance des festivals internationaux de Timgad et de Djemila”. Cette grande manifes-

tation, outre l’atmosphère festive qu’elle ne manquera pas de créer sur le Vieux-Rocher, permettra aussi de “développer et de perfec- tionner le sens de l’organisation des grands évènements dans une ville qui s’apprête à ac- cueillir l’évènement grandiose de Constantine, capitale 2015 de la culture arabe”, a encore indiqué le wali, faisant part de la “perspective d’institutionnaliser Layali Cirta”. Toutes les mesures ont été prises, notam- ment en matière de sécurité et de transport, pour la réussite de cet événement, a également affirmé M. Bedoui, ajoutant que des espaces d’exposition seront parallèlement organisées sur les grandes artères de Constantine pour donner “un vrai sens à l’animation estivale dans une grande ville qui aspire à retrouver son statut de capitale de l’Est algérien”. APS

ARCHÉOLOGIE

Les dégâts sur le site protégé de la kalaâ El Hafsia, objet d’une enquête à Annaba

Une enquête a été ouverte sur les dégâts subis par le site archéologique pro- tégé de la kalaâ El Hafsia, dans la ville d’Annaba, lors de travaux de construc- tion de l’hôtel Sheraton, apprend-on, jeudi, auprès de la Direction de la culture. L’entreprise chargée des travaux a aménagé pour mettre en place sa base-vie sur ce site renfermant des tombeaux, et sur un terrain de statut wakf (propriété de main morte), ajoute la même source. L’enquête est menée par une commission de wilaya, selon la même source. La kalaâ El Hafsia remonte au XIII e siècle. Elle couvre une superficie de 13.000 m 2 à l’est d’Annaba, et elle a été classée monument protégé en 1978.

Culture

17

EL MOUDJAHID

ENTRETIEN AVEC DEUX AUTEURS DES ÉDITIONS LE LIVRE MAGIQUE

Des contes qui suscitent l’intérêt de l’enfant

En marge du Festival de la littérature et du livre de jeunesse, nous avons pu rencontrer deux sœurs, Djazia et Assia Ghouti, qui ont créé leur propre maison d’édition. Au cours de cette nouvelle édition du Feliv, consacrant un large espace aux ateliers de lecture et de dessin, elles auront connu un franc succès dans la vente de leurs derniers livres et une certaine affluence de parents d’enfants attirés par les contes aux histoires attrayantes et aux thèmes accrocheurs. Dans cet entretien, ces deux jeunes filles dynamiques et pleines d’espoir, quant à l’avenir de l’édition pour enfants, nous livrent quelques secrets dans la confection de leurs livres ; un travail qui les accapare presque toute l’année et auquel elles vouent une véritable passion. Elles qui nous disent que si elles n’avaient pas suivi cette voie, elles auraient certainement été de parfaites éducatrices scolaires.

Parlez-nous de votre travail ? Nous participons à ce Feliv pour la première fois en tant que maison d’édition qui s’appelle Le livre Magique. Nous éditons des contes pour en- fants âgés de moins de 10 ans dans les versions bilingues français et arabe et nous venons de nous lancer dans cette aventure qui nous tenait beau- coup à cœur. Auparavant, nous avons travaillé aux éditions Dalimen pendant quatre ans en tant qu’auteures et illustratrices et nous avons pu faire sortir quatre ouvrages. C’est une initiative courageuse mais expli- quez-nous votre attrait pour l’écriture du conte ? Tout le monde nous a dit ça justement ! Nous avions toutes les deux, parce que nous travaillons un peu en famille et que nous nous intéressons aux mêmes choses depuis longtemps, des projets plein la tête que nous avons voulu concrétiser de manière à créer en toute liberté et pour voler de nos propres ailes. Cette passion pour les contes nous a bercées depuis que nous étions toutes pe- tites ; notre mère lisait elle-même les contes d’Anderson quand elle était jeune, surtout les beaux livres de Gustave Doré. Elle nous racontait aussi beaucoup d’histoires du patrimoine oral al- gérien. Le premier conte que nous avons adoré était Jacques et le haricot magique. Nous nous étions promis, ma sœur et moi, d’écrire plus tard pour les enfants nos propres histoires, et puis il faut dire qu’il y a un sérieux manque de ce genre de livres sur le marché algérien.

Les contes que nous présentons aujourd’hui portent sur le droit à la différence avec un conte intitulé Soulahfet. Une tortue pas comme les au- tres. Nous avons voulu aussi nous intéresser au rapport de l’enfant à l’école, et c’est ainsi que nous avons écrit et illustré Assel et Lili aiment l’école. Et à l’occasion de la journée de l’Enfance, le 1 er juin, nous avons sorti le conte Malik décou- vre ses droits. Quant au volet patrimoine, nous avons carrément consacré une nouvelle collection intitulée Mani Aicha el Ksioura, raconte- moi une histoire ! Pourquoi avoir choisi l’écriture du conte et pas de la nouvelle ou d’un autre genre litté- raire ? Nous avons toutes les deux, comme de vraies sœurs jumelles, étudié les arts graphiques. Il faut dire que nous avons baigné depuis notre enfance dans un milieu d’artistes. Notre mère est artiste- peintre et nos parents nous ont toujours encoura- gées à lire. Et puis notre grand-père était imprimeur et notre oncle relieur. C’est donc très tôt que nous nous sommes dirigées dans cette voie parce que nous avons toujours voulu faire ce mé- tier ; on a une imagination débordante et nous avons voulu mettre toutes nos idées sur papier. Est-ce que vous faites concrètement un tra- vail de création et de composition ou voulez- vous seulement perpétuer la tradition du conte qui se perd de nos jours ? Pour certains livres, nous faisons un vrai tra- vail de création, mais pour ce qui concerne cette

CLÔTURE DU 6 e FELIV

Soirée nostalgie avec Akli Yahiaten

Le chanteur algérien Akli Ya- hiaten a donné un récital, samedi,

à Alger, à la salle Ibn-Zeydoun,

en clôture du 6 e Festival interna- tional de la littérature et du livre de jeunesse (Feliv), devant de nombreux fans venus manifester leur gratitude à leur idole et revi- vre avec lui son passé prestigieux dans la chanson, marqué par une créativité fertile. D'entrée déjà, les atavismes et la nostalgie se sont réveillés, entraînant l'assis- tance dans un enthousiasme et une euphorie instantanés provo- qués par la raucité de la voix pré- sente et très familière de “Da

Akli”. Dans un élan lyrique et une fraîcheur phy- sique insoupçonnés, l'artiste a su replonger ses ad- mirateurs dans l'ambiance d'un passé éblouissant durant lequel il a enchaîné les succès nourris par l'amour de la patrie. Chantant le pays, A thamourth iw thamourth idhourar (ô mon pays de mon- tagnes), Arras awal (répond à son appel), le chan- teur a évoqué la grandeur de la nation algérienne et l'importance de la voir entourée de ses enfants pour la protéger et la bâtir. Dans la douceur des mélodies et la conciliation des paroles, le voyage

a continué pour chanter la femme dans sa splen-

deur et sa beauté, consacrée dans A tharam'men't (ô la grenade), Azrigh ezzine dhi Michli (j'ai contemplé la beauté à Michelet). El Firak vezzaf

yewaar (la séparation est tant difficile), Yal' menfi (ô toi, le banni) ou encore Jahegh (je me suis voué

à l'errance), dans un autre registre, ont rappelé à

l'assistance la séparation et la contrainte à l'exil comme impératifs catégoriques, dictés, pour cer- tains, par le contexte de l'Algérie en guerre pour son indépendance, sans laisser d'alternative au- cune. Rendant hommage à Dahmane El Harrachi

au- cune. Rendant hommage à Dahmane El Harrachi qu'il a qualifié d'“ami”, l'artiste a

qu'il a qualifié d'“ami”, l'artiste

a chanté Ya nekkar el melh

wet'taam (ô toi qui trahis l’ami- tié) une des chansons du re- gretté qui incite à la tolérance

et à reconnaître la bonté des au-

tres avant d'enchaîner avec des

rythmes dansants et plus lé- gers, quelques pièces du patri- moine marocain. Dans un élan qui a rappelé à la mémoire les moments d'une carrière pleine

et riche, Akli Yahiaten a inter-

prété ses anciens succès avec un enthousiasme et un plaisir partagés avec ses fans qui l'ont accompagné, dansant et chan- tant avec lui et donnant l'impression de se faire li- vrer un patrimoine dont ils ont toujours été dépositaires. Né en 1933 près de Boghni (Tizi- Ouzou), Akli Yahiaten s'est exilé en France à l'âge de 17 ans où il a rencontré Slimen Azem, Zerrouki Allaoua et Cheikh El Hasnaoui qui ont aiguisé sa passion pour la chanson. Suspecté de collecter des fonds pour la cause nationale, il est emprisonné à plusieurs reprises, saisissant ainsi l'occasion de se consacrer à ses nombreuses compositions qui fe- ront son succès et sa notoriété. Outre les chansons interprétées lors de la soirée de clôture du Feliv, le doyen de la chanson kabyle compte aussi dans son répertoire Yal moujareb, (le chevronné), Yedja yemmas (l'abandon de sa mère), A minigh awal (je te dis ceci) entre autres. Le 6 e Festival internatio-

nal de la littérature et du livre de jeunesse, tenu du

13 au 22 juin à Alger, Tipasa et Tizi-Ouzou, a vu

la participation de 45 auteurs algériens et étrangers avec la tenue de 30 rencontres littéraires et la pro- grammation d'ateliers et de concerts de musique.

Palmarès du concours de la nouvelle

Les jeunes auteurs algériens M'derrek Narou Sabah, Nassima Messaoudi et Anis Saâdouni ont reçu les premiers prix du concours de la nouvelle, à la clôture samedi du 6 e Festival international de la littérature et du livre de jeunesse (Feliv), ou- vert le 11 juin à Alger, Tipasa et Tizi-Ouzou. Ré- compensant les auteurs de la meilleure nouvelle en arabe, en tamazight et en français, ainsi que celui du meilleur dessin de couverture de livre, la cérémonie a été présidée par le commissaire du Feliv, Azeddine Guerfi, en présence des pré- sidents de jury des différentes catégories du concours. Le concours d'écriture de la meilleure

Thalalith (la naissance), en plus de Anis Saâ- douni qui a reçu le premier prix de la meilleure nouvelle en français pour Avaçi l'arrière. La jeune Nassima Baba a, quant elle, reçu le premier prix du concours de la meilleure couverture de livre, organisé pour les enfants âgés entre 6 et 11 ans et dont le jury était présidé par le plasticien algérien Karim Sergoua. Les trois nouvelles pri- mées seront éditées par le Feliv et présentées lors de la 7 e édition, a annoncé le commissaire du fes- tival. Le jury, présidé par Mohammed Sari, Rachid Mokhtari et Amina Bekkat, a été unanime pour

nouvelle, placé cette année sous le thème “Iden- tités”, a vu la participation de soixante-quatorze jeunes auteurs algériens (24 en arabe, 8 en tama- zight et 42 en français), âgés entre 18 et 30 ans. M'derrek Narou Sabah a été primé pour Al

saluer “la grande qualité”, et la “diversité des ap- proches du thème”, dans les œuvres proposées dans les trois langues du concours. Le commis- saire du Feliv s'est félicité de la “dimension po- pulaire” du 6 e Feliv qui a vu la participation de

Haouia (l'identité) en arabe, tandis que Nassima

45

auteurs algériens et étrangers avec la tenue de

Messaoudi a été distinguée en tamazight pour

30

rencontres littéraires.

Ph. : Nesrine
Ph. : Nesrine

collection, nous avons voulu reprendre et réadap- ter à notre façon des contes connus du patrimoine. D’où vous vient l’inspiration et comment travaillez-vous sur les thèmes du conte ? Disons qu’il y a des livres qui nous ont été ins- pirés par nos discussions avec les enfants que nous rencontrons dans les écoles avec lesquelles nous avons des commandes de livres. Mais en gé- néral, nous avons voulu répondre aux besoins des enfants en matière de livres. Par exemple, nous voyons souvent des enfants terrorisés à l’idée d’aller pour la première fois à l’école. Un père nous a raconté qu’il était resté une demi-heure avec sa fille qui ne voulait pas lui lâcher la main. Cette histoire nous a donné matière à réflexion et nous avons écrit un conte. Vous savez, nous avons

plein d’histoires qui bouillonnent dans nos têtes

et parfois nous nous réveillons la nuit pour termi-

ner l’écriture d’un conte. Le thème de l’enfance est une passion ; consacrer des livres pour incul- quer aux enfants l’amour du livre est notre pre- mier objectif. Les gens ne comprennent pas l’importance de ce sujet. Pouvez-vous nous parler du projet de livre personnalisé ? Nous organisons beaucoup de séances d’illus- tration dans les écoles, et c’est comme ça que nous est venue l’idée d’écrire le livre personna- lisé. Ce dernier est réalisé avec une belle reliure et fait sur commande avec la photo de l’enfant que nous redessinons. Celui-ci devient le héros de l’histoire, nous utilisons à cet effet la photo et le prénom de l’enfant qui va vivre en tant que per- sonnage principal des histoires drôles, attendris- santes, éducatives et surtout amusantes. Entretien réalisé par Lynda Graba

Publicité

18

EL MOUDJAHID

RÈGLEMENT DU CONCOURS 1. Nom, prénom, adresse complète, e-mail ou téléphone. 2. Les bulletins seront
RÈGLEMENT
DU CONCOURS
1.
Nom, prénom, adresse complète,
e-mail ou téléphone.
2.
Les bulletins seront regroupés dans une
urne, en attendant le tirage au sort en fin
d’année.
3.
Les gagnants seront informés par LR
avec AR que leur présence est obligatoire
lors de la remise des cadeaux qui sera
effectuée pendant la soirée de Gala. Ils
pourront se faire représenter par la
personne de leur choix munie de
l’attestation (envoyée avec la LR) et d’une
pièce d’identité.
4. Cette tombola est dotée de cadeaux …
5. Le souscripteur pourra à tout moment
prendre connaissance des détails
de ces cadeaux au siège d’EL MOUDJAHID.
6.
Il ne doit y avoir qu’un billet de tombola
par famille (nom et adresse identiques) ;
dans le cas contraire tous les bulletins
(portant le même nom et la même adresse)
seront déclarés nuls lors du Contrôle avant
la mise en urne définitive.
7.
Si lors du tirage au sort le gagnant n’est
pas identifiable à cause d’une mauvaise
orthographe, le tirage sera considéré
comme nul après délibération du jury ou
décision de l’huissier. En cas de nullité, un
nouveau tirage sera effectué, et ainsi de
suite jusqu’à ce que le gagnant soit
identifié et son billet validé.
8.
Le gagnant devra justifier son identité
par une pièce officielle (carted’identité,
passeport ou permis de conduire).
9.
La dotation de cette tombola est non
monnayable et ne peut donc être
convertie en espèces.
10.
Les lots non retirés lors de la remise
des prix seront annulés.
11.
Le tirage au sort se fera au niveau du
siège du journal, sous contrôle d’huissier,
à défaut par une personne assermentée,
ou par un jury de trois personnes élues à
l’unanimité.
Lundi 24 Juin 2013
cadeau
cadeau
cadeau
cadeau
cadeau

D étente - T V

24

EL MOUDJAHID

Page animée par Mourad Bouchemla Mots CROISÉS Nº 3443 1 2 3 4 5 6
Page animée par Mourad Bouchemla
Mots CROISÉS
Nº 3443
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

Définitions

HORIZONTALEMENT

I-Qui va dans la direction inverse-Pièce de charrue. II-Faire de larges coupures dans un texte-Monnaie suédoise .III-Deux du Togo-Enfant fréquentant un établissement primaire. IV-Rendre de nouveau vert. V-Faites avec audace. VI-Complément d’objet indirect-Ce qui est précieux ou extrêment utile. VII-Mélange d’acides constituant les graisses animales.VIII-Coupes le bois- Ce qui fixe solidement. IX-Qui ne dit pas la vérité-Allure de cheval. X-Épis laissées après la moisson-Soutien de balle.

VERTICALEMENT

1-Action d’exclure quelqu’un d’un groupe. 2-Chacun des deux côtés d’une même feuille-Démonstratif. 3-Plomb de laboratoire-Qui habite à proximité. 4-Aux abords d’une forêt-Qui ne fait qu’à sa tête . 5-Produits par un glande. 6-Usera lentement par frottement-Personnel pour toi.7-Border un vêtement d’un ruban étroit. 8-À la tombée du jour-Adverbe qui enlève l’imminence.9-Longtemps- Composition instrumentale.10-Fait des trous.

SOLUTION DES MOTS CROISÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1
SOLUTION DES MOTS CROISÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
O
P
P
O
S
E
S
E
P
2
S
A
B
R
E
R
O
R
E
3
T
G
E
C
O
L
I
E
R
4
R
E
V
E
R
D
I
R
F
5
A
O
S
E
E
S
S
O
6
C
R
O
I
T
E
S
O
R
7
I
S
T
E
A
R
I
N
E
8
S
C
I
E
S
T
A
U
E
M
E
T
T
9
N
R
O
T
S
E
T
E
U
L
E
T
E
E
10
SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 1
SOLUTION DES MOTS FLÉCHÉS
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
1
O
T
T
O
M
A
N
E
S
2
M
A
I
A
C
A
B
I
T
3
B
R
I
T
D
O
D
O
4
L
I
E
D
E
V
I
N
P
5
E
N
T
E
R
R
I
A
6
U
A
I
L
T
E
E
7
A
S
I
L
A
I
R
E
T
I
8
M
T
E
U
S
E
L
I
O
T
E
B
I
R
9
S
S
A
N
E
M
B
E
L
O
T
E
10
Mots FLÉCHÉS Nº 3443 TURQUEAVANT —————————— DANSUNERIDE JOLI MOIS
Mots FLÉCHÉS
Nº 3443
TURQUEAVANT
——————————
DANSUNERIDE
JOLI MOIS
———————————
DIT POUR UN VOYOU
———————————
PARFAITES
POSSESSIF
EN ACCORD
————————————
————————————
ESTCONTENT
————————————
OISEAUDISPARU
PASUTILISÉ
COULEURROUGE
VIOLET
———————————
EN ARME
VALLLEÉINONDÉE
———————————
GREFFER UN OEIL
————————————
POLI
POISSON
PONCTUATION
————————————
———————————
PUEMAISBON
DIEUSUPRÊME
———————————
QUESTION
PAS LE ZÉNITH
————————————
SOCLE
————————————
VAISSEAUROYAL
ISOLANT EN CAOUTCHOU
——————————————
DE L’ASILE
——————————————
OUED
MESURE DE CHINE
———————————
TROOUPÉE
———————————
EN BORDURE
BASE DE TRAVAIL
———————————
SOUSTRAITS
———————————
LANGAGEMIXTE
PÂTÉIMPÉRIAL
———————————
JEU DE CARTES
Nº 3443
Mot CACHÉ
Grille
3.
Chamarrer
33.
Radiateur
15
. Epiphyse
A
E
T
M
A
N
G
E
B
L
T
R
I
V
A
L
E
N
T
H
6.
Contrarie
34.
Homophone
20
. Aranéides
P
R
C
A
C
C
O
M
L
I
A
S
B
E
S
T
O
S
E
C
11.
Copenhague
35.
Immersion
P
A
22
. Hivernant
H
E
X
T
I
R
E
R
N
C
I
S
E
L
U
R
E
O
12
. Tentations
36
. Coordonne
M
E
A
C
O
N
T
U
A
C
S
V
E
L
T
E
S
S
E
N
23
. Désarmant
E
P
13.
Grièvement
37.
Corroyeur
M
E
S
T
E
A
P
I
H
Y
S
E
T
S
R
E
E
T
24
. Rectitude
R
E
A
U
N
N
T
A
A
N
I
D
E
S
E
T
E
S
R
14.
Scénariste
38
. Fillette
R
I
R
S
25
. Islamisme
R
G
O
E
S
H
V
E
N
A
N
T
E
L
O
V
A
16.
Guillemets
39.
Compteur
E
R
R
A
I
M
I
D
S
A
M
A
N
T
S
M
L
P
I
R
17.
Echeniller
40.
Incroyant
27 . Prosaïsme
E
I
E
H
T
E
R
R
C
T
T
U
D
E
I
E
I
U
U
I
18
. Présuppose
41.
Entraider
29 . Véhiculer
S
M
R
N
A
V
A
I
L
A
I
S
M
E
T
L
N
S
S
E
19.
Poursuivre
42
. Débardage
R
A
30 . Rémission
C
E
T
E
N
P
O
S
I
S
M
E
E
L
E
S
R
R
21.
Apetisse
43.
Aérocable
E
C
R
P
N
I
E
V
H
I
U
L
E
R
P
I
H
E
U
E
1. Mangeable
26.
Créditeur
7. Extirper
E
S
E
O
E
R
C
R
M
I
S
I
O
N
A
U
C
R
O
M
2 . Trivalent
D
T
T
L
G
28.
Rémunérés
8. Ciselure
D
C
G
S
O
I
A
R
I
B
E
E
P
P
U
R
T
4.Accomplir
I
D
E
C
L
A
A
N
R
A
D
I
A
T
E
U
R
N
31.
Diatribe
9. Contumace
H
E
T
H
O
M
O
P
O
N
I
M
M
E
R
S
I
O
N
E
32 . Déclarant
10. Sveltesse
5. Asbestose
O
E
E
C
O
O
R
D
N
N
C
O
R
R
O
Y
E
U
R
R
ETUDE
DE LA MORT
T
O
U
F
I
L
L
E
T
E
G
C
O
M
P
T
E
U
R
E
Y
T
R
I
N
C
R
O
A
N
E
N
T
R
A
I
D
E
R
S
D
E
SOLUTIONPRÉCÉDENTE:TERRIBLEMENT
I
D
E
B
A
R
A
G
A
E
R
O
C
A
B
L
E
E
T é l é v i s i o n
T é l é v i s i o n

Canal Algérie

Lundi

•09h30 : Dar Da Meziane II (18) rediff •10h00 : Azhar oua hikayet (13) •10h30 : Bouhairet e'chabout (29) •11h00 : Canal foot ''rediff'' •12h00 : Journal en français+météo •12h20 : Oua yabqa el hob (72) •13h40 : Ziyarat la tounssa (02) •14h25 : Nour ayni (03) •15h10 : C'est son show ''rediff'' •17h00 : Tarikh oua hadhara (18) •17h20 : Takder tarbah n°169 •18h00 : Journal en Amazigh •18h20 : Dar Da Meziane II (19) •18h45 : Martyrs de la guillotine •19h00 :Journal en français+météo •19h30 : Visite •20h00 : Journal en Arabe •20h45 : Questions d'actu (direct) •22h00 : Zahoua •23h00 : Secrets des plantes •00h00 :Journal en Arabe

SS éé ll ee cc tt ii oo nn 12h20 20h45
SS éé ll ee cc tt ii oo nn
12h20
20h45

OUAYABQAELHOB

Feuilleton turc L'histoire est celle de Schéhérazade, architecte de talent qui travaille dans une entreprise de construction. Elle est la mère d'un petit garçon de cinq ans qui souffre d'une leucémie et a besoin d'une intervention chirurgicale urgente. Schéhérazade tente désespérément de trouver des moyens d'emprunter l'argent dont elle a besoin pour la chirurgie très coûteuse de son fils, une transplantation de moelle osseuse…

QUESTIONS D’ACTU

Une émission-débat animée par le journaliste Ahmed Lahri, avec la participation d’un panel d’invités de divers horizons qui auront à commenter et à décrypter en direct des sujets d’actualité.

Vie pratique

29

EL MOUDJAHID

Vie religieuse Horaires des prières de la journée du lundi 15 chaâbane 1434 correspondant au
Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du lundi 15 chaâbane 1434
correspondant au 24 juin 2013 :
- Dohr
12h50
- Asr
16h42
- Maghreb
20h14
- Icha……
……
21h55
Mardi 16 chaâbane 1434
correspondant au 25 juin 2013 :
- Fedjr 03h39
- Chourouk
05h31

ReMeRCIeMeNtS

Ne pouvant remercier individuellement, nous transmettons tous nos remerciements à ceux qui ont compati à la douleur de la famille HANANI, suite au décès du père, grand-père et arrière- grand-père HANANI Slimane.

El Moudjahid/Pub du 24/06/2013

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID au capital social de 50.000.000 DA 20,
QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
au capital social de 50.000.000 DA
20, rue de la Liberté, Alger
Téléphone : 021.73.70.81
Présidente-Directrice générale
de la publication
Naâma Abbas
Rédacteurs en chef
Kamal oulmane — Achour cheurfi
diRectioN geNeRAle
Téléphone : 021.73.79.93
Fax : 021.73.89.80
diRectioN de lA RedActioN
Téléphone : 021.73.99.31
Fax : 021.73.90.43
internet : http://www.elmoudjahid.com
e-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com
BUReAUX RegioNAUX
coNStANtiNe
100, rue Larbi Ben M’hidi
Tél. : (031) 64.23.03
oRAN
Maison de la Presse
3, place du 1 er Novembre : Tél. : (041) 29.34.94
ANNABA
2, rue Condorcet : Tél. : (038) 86.64.24
BoRdJ BoU-ARReRidJ
Ex-siège de la wilaya
Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000
Tél/Fax : (035) 68.69.63
Sidi Bel-ABBeS
Maison de la presse Amir Benaïssa
Immeuble Le Garden, S.B.A.
Tél/Fax : (048) 54.42.42
BeJAiA :
BP 68 - Béjaia 06000
tiZi oUZoU :
Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts)
Bâtiment 3,
1 er
étage, Nouvelle ville
Tél. - Fax : (026) 21.73.00
tleMceN :12, place Kairouan
Tél.-Fax : (043) 27.66.66
MAScARA : Maison de la Presse
Rue Senouci Habib
Tél.-Fax : (045) 81.56.03
ceNtRe AiN-deFlA :
Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste)
Tél/Fax: 027.60.69.22
PUBlicite
Pour toute publicité, s’adresser
à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et
de Publicité “ANEP”
AlgeR : 1, avenue Pasteur
Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43
Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150
Télex : 81.742
oRAN : 3, rue Mohamed Khemisti
Tél. : (041) 39.10.34
Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320
ANNABA :
7, cours de la Révolution
Tél. : (038) 84.86.38 : Fax : (04) 84.86.38
Régie publicitaire
EL MOUDJAHID
20, rue de la Liberté, Alger : Tél./Fax : 021 73.56.70
ABoNNeMeNtS
Pour les souscriptions d’abonnements, achats de
journaux ou commandes de photos, s’adresser au service
commercial : 20, rue de la Liberté, Alger.
coMPteS BANcAiReS
Agence CPA “Che” Guevara - Alger
Compte dinars n° 102.7038601 - 17
Agence BNA Liberté
- Dinars : 605.300.004.413/14
- Devises : 605.310.010078/57
Cptes BDL - Agence Port Saïd
- Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28
- Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA
EL MOUDJAHID
Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger
iMPReSSioN
Edition du Centre :
Société d’impression d’Alger (SiA)
Edition de l’Est :
Société d’impression de l’est, constantine
Edition de l’Ouest :
Société d’impression de l’ouest, oran
Edition du Sud :
Unité d’impression de ouargla (SiA)
diFFUSioN
centre : EL MOUDJAHID
tél. : 021 73.94.82
est : SARl “SodiPReSSe” :
tél-fax : 031 92.73.58
ouest : SARl “SdPo”
tél-fax : 041 46.84.87 : Sud : SARl “tdS”
tél-fax : 029 75.02.02
France : iPS (international Presse Service)
tél. 01-46-07-63-90
Les manuscrits, photographies ou tout autre document et
illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas
rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation

CoNDoLÉANCeS

CoNDoLÉANCeS
Profondément affectés par le décès de CHeRouRA Hachemi , agent de l’entreprise Rekkache, le Directeur

Profondément affectés par le décès de CHeRouRA Hachemi, agent de l’entreprise Rekkache, le Directeur de Distribution de Belouizdad, M. Bouchenak Khelladi Djelloul, ainsi que l’ensemble des travailleuses et travailleurs de la Direction de Belouizdad présentent leurs sincères condoléances à toute sa famille et l’assurent de leur profonde sympathie. Qu’Allah Le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis.

Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. E l M o u d j a
Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. E l M o u d j a

El Moudjahid/Pub

ANeP 528006 du 24/06/2013

Félicitations Très cher SADMI Saïd, pour ta brillante réussite à l’examen de 6 e avec brio,
Félicitations
Très cher SADMI Saïd,
pour ta brillante réussite à
l’examen de 6 e avec brio, les
familles Sadmi et Harbi
expriment leur immense joie
et te souhaitent beaucoup
d’autres succès.
El Moudjahid /Pub du 24/06/2013

République Algérienne Démocratique et Populaire

Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière

Direction des Etudes et de la Planification

AVIS

D'INFRUCTUOSITÉ

Le Ministère de la

la

Population et de la

Réforme hospitalière

la

connaissance de

des

soumissionnaires ayant participé à l'appel d'offres national restreint nº03/2013, portant réalisation des travaux d'électricité de l'hôpital de 60 lits et 06 logements de fonction de Tablat, qu'il a été déclaré infructueux.

l'ensemble

porte

Santé,

de

à

ANeP 528015 du 24/04/2012

Félicitations A l’occasion de la réussite de notre très chère petite Chaïma à l’examen de
Félicitations
A l’occasion de la réussite
de notre très chère petite
Chaïma à l’examen de
sixième, les familles Bounab
et Harbi te félicitent et
t’encouragent à d’autres
succès.
El Moudjahid /Pub du 24/06/2013
El Moudjahid /Pub

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de la Culture Office National de la Culture et d'Information

AVIS DE PROROGATION DE DELAI DE L’APPEL D’OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL OUVERT

Nº01/2013

En application du décret présidentiel N°10/236 du 07 octobre 2010, modifié et complété, portant réglementation des marchés publics, l'Office National de la Culture et de l'Information informe l'ensemble des soumissionnaires ayant retiré le cahier des charges de l'appel d'offres N°01-2013 relatif à l'acquisition et l'installation des équipements pour la salle El-Mouggar, en lots séparés, paru dans les quotidiens nationaux El Moudjahid du dimanche 12 Mai 2013 et El-Massa du dimanche 12 Mai 2013, que la date et l’heure limites de dépôt des offres, prévues initialement le Mardi 25 juin 2013 à 12 heures, est prorogée de quinze (15) jours.

A cet effet, la date limite de dépôt des offres est fixée au Mercredi 10 juillet 2013

à 12 heures.

El Moudjahid/ Pub

ANeP 527991 du 24/06/2013

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE Ministère de la Culture Office National de la Culture et d'Information

AVIS DE PROROGATION DE DELAI DE L’APPEL D’OFFRES NATIONAL ET INTERNATIONAL OUVERT

Nº02/2013

En application du décret présidentiel N°10/236 du 07 octobre 2010, modifié et complété, portant réglementation des marchés publics, l'Office National de la Culture et de l'Information, informe l'ensemble des soumissionnaires, ayant retiré le cahier des charges de l'appel d'offres N°02-2013 relatif à l'acquisition et à l'installation des équipements, pour l’ONCI, en lots séparés, paru dans les quotidiens nationaux El Moudjahid du dimanche 12 Mai 2013 et El-Massa du dimanche 12 Mai 2013, que la date et l’heure limite de dépôt des offres prévues initialement au Mardi 25 juin 2013 à 12 heures, est prorogée de quinze (15) jours.

A cet effet, la date limite de dépôt des offres est fixée au Mercredi 10 juillet 2013

à 12 heures.

El Moudjahid/ Pub

ANeP 527986 du 24/06/2013

 

Demandes d’emploi

 

Ingénieur,

expérience

dans

une

centrale électrique au sein d’une multinationale, cherche emploi. cyclecombined@yahoo.fr

 

——0o0——

 

J.H. cherche emploi maçonnerie générale (carrelage, dalle de sol + soudure) conducteur de travaux ou agent de sécurité, 03 ans : service

militaire. Tél. : 0664.58.52.99

 

——0o0——

 

JH., 28 ans, licencié en anglais + attestation en restauration, 03 ans d’expérience dans le catering, cherche emploi dans le domaine au autre. Tél. : 0554 73.62.77

 

——0o0——

 

Père de famille sérieux, possède véhicule, cherche emploi comme chauffeur dans secteur privé, public ou

chez particulier. Tél.: 0554.29.26.43

 

——0o0——

 

Jeune fille cherche emploi dans le domaine d’archéologie (musée) ou autres. Tél. : 0797 83.12.85

 

——0o0——

 

JH 29 ans, TS en froid industriel et climatisation SN accompli, cherche emploi dans le domaine ou

autres. Tél.: 0550.70.51.26

 

——0o0——

 

Ing.+master canadien en génie mécanique, chargé d’affaires, exp. dans le domaine pétrolier, isolation et montage industriel, logistique, gestion de projet, trilingue, cherche emploi. Tél. : 0557 08.30.36 Tiabiazziz@yahoo.fr

 

——0o0——

 

Jeune fille licenciée en sports cherche emploi comme prof de

sports. Tél.: 0561 51.92.49

 

El Moudjahid/Pub du 24/06/2013

Lundi 24 Juin 2013

Sports

30

EL MOUDJAHID

S ports 30 EL MOUDJAHID VAHID HALILHODZIC CONTENT DE BELKALEM : « Il ne pourra que
S ports 30 EL MOUDJAHID VAHID HALILHODZIC CONTENT DE BELKALEM : « Il ne pourra que
S ports 30 EL MOUDJAHID VAHID HALILHODZIC CONTENT DE BELKALEM : « Il ne pourra que
S ports 30 EL MOUDJAHID VAHID HALILHODZIC CONTENT DE BELKALEM : « Il ne pourra que
S ports 30 EL MOUDJAHID VAHID HALILHODZIC CONTENT DE BELKALEM : « Il ne pourra que
S ports 30 EL MOUDJAHID VAHID HALILHODZIC CONTENT DE BELKALEM : « Il ne pourra que

VAHID HALILHODZIC CONTENT DE BELKALEM :

« Il ne pourra que progresser à l’Udinese »

sélectionneur national,

Vahid Halilhodzic, s’est dit

ravi du transfert de l’in-

ternational et défenseur de la JSK, Essaïd Belkalem, à l’Udinese (Serie A italienne) via le CF Granada (Liga espagnole) pour lequel il a paraphé un contrat de 4 ans, afin de pouvoir porter les couleurs du club italien sous forme de prêt. À ce propos, il a affirmé, lors d’une émission sur la chaîne nationale Canal Algérie :

«Belkalem est un joueur sérieux qui mérite ce qui lui arrive. Il évoluera la saison prochaine dans un champion- nat de haut niveau, sous les couleurs d’un bon club.

L

e

très

Cela ne pourra qu’être bénéfique au joueur et à l’équipe nationale. C’est toujours une bonne chose de pouvoir compter sur des éléments qui se frottent aux championnats de haut niveau. Il sait qu’il doit crava- cher dur et beaucoup travailler pour réussir à s’imposer et à gagner donc sa place afin de jouer le plus réguliè- rement possible. Jouer dans un championnat élevé comme celui d’Italie ou d’un autre pays européen, notamment en palier supérieur, ne peut être que profitable à tout joueur ambitieux qui veut évoluer. Je lui souhaite pleine réussite.» M. A. A.

veut évoluer. Je lui souhaite pleine réussite.» M. A. A. Le sélectionneur national confirme pour le

Le sélectionneur national confirme pour le match amical Algérie-Guinée

C oach Vahid à par ailleurs confirmé la programmation d’un match ami-

face à la Guinée, le 14 août pro-

chain, au stade de Mustapha-Tchaker de Blida. «Après avoir envisagé en premier lieu d’affronter le Niger, nous avons décidé de jouer finalement face à la Guinée le 14 août prochain», a affirmé le coach national sa- medi soir à la télévision nationale. Ce match amical s’inscrit dans le cadre du ca-

cal

lendrier établi par la Fédération internatio- nale de football (FIFA). Revenant sur la qualification des Verts pour le tour décisif des barrages, Halilhodzic estime que les joueurs devront «éviter de s’enflammer, d’autant que le plus dur reste à faire». «Nous sommes en train de vivre une pé- riode d’euphorie après notre qualification au dernier tour qualificatif, seulement nous devons garder les pieds sur terre et éviter de s’enflammer», a-t-il mis en garde. Le coach

des Verts estime par ailleurs que le tour des barrages sera «encore plus difficile» que les matchs disputés en second tour. «Rien n’est encore fait, et nous ne sommes pas encore qualifiés au Brésil. Nous devons écarter d’abord un adversaire de taille aux barrages pour pouvoir être pré- sent à la coupe du monde, qui reste notre principal objectif. J’espère que la réussite sera de notre côté», a-t-il conclu.

MCO

Solinas ou Amoros à défaut d’Ighil

A u MCO, les jours se succèdent et se ressemblent. Le

flou qui a caractérisé la fin

de la saison demeure en- core. Le bras de fer entre Abdelilah et Djebbari a fini par plomber l’intersai- son du club qui patauge encore dans des eaux trou- bles. Alors que Larbi Ab- deillah a confirmé Omar Belatoui au poste d’entraî- neur en chef, tout en opé- rant quelques légers remaniements au sein des staffs des jeunes, voilà que Youcef Djebbari, auteur d’un putsch surprenant vendredi, a déclaré qu’il voulait un grand entraî- neur. De la trempe d’Ighil Meziane que le MCO veut encore malgré les infor- mations l’annonçant de re- tour à Chlef. Alors que des indiscré- tions font état de l’instal- lation de l’ancien sélectionneur national, passé par les bancs de la JSK et de l’USMA, You- cef Djebbari insiste encore pour l’avoir dans son staff. L’actuel PDG de la SSPA, du reste actionnaire majo- ritaire — si l’on compte ce que lui doit le club — de- vait discuter une dernière

ce que lui doit le club — de- vait discuter une dernière fois avec Meziane Ighil,

fois avec Meziane Ighil, hier, pour le convaincre de prendre en main l’équipe. À défaut, le président du MCO a fait savoir qu’il se rabattra sur un coach étranger. Deux CV ont particulièrement attiré son attention. Celui de Manuel Amo- ros, l’ancien sélectionneur du Bénin, un temps pres- senti à la JSK, et Giovanni Solinas, qui a quitté son poste d’entraîneur de la JSMB. Si les négociations avec Meziane Ighil échouent, Youcef Djebbari se rabattra sur l’une des deux pistes, à forte raison Giovanni Solinas qui pré- sente l’avantage de connaître le championnat d’Algérie pour avoir coa- ché à l’Entente de Sétif, au

pour avoir coa- ché à l’Entente de Sétif, au CRB et tout récemment à la JSMB.

CRB et tout récemment à la JSMB. Solinas est connu pour avoir fait ses preuves, ce qui devrait faire pencher la balance de son côté. Mais encore faut-il qu’il soit disponi- ble, car, aux dernières nouvelles, il serait en né- gociations avec un club saoudien. Le MCO qui a déjà fait signer quelques joueurs de «seconde zone» compte bien se rattraper en la ma- tière. Mais encore faut-il à la direction de boucler le dossier de l’entraîneur en premier, pour ensuite déci- der des joueurs à recruter et de ceux à libérer. Car, à ce niveau, le flou demeure

encore. Amar Benrabah

Ighil décidera dans 48 heures entre l’ASO et le MCO

L’ entraîneur Meziane Ighil a af- firmé hier être en contacts avec l’ASO Chlef et le MC Oran, et

qu’il devrait trancher «dans 48 heures» l’une des propositions des deux clubs. «Je suis en contacts avec l’ASO et le MCO, mais, pour l’instant, je n’ai pas encore tranché ma prochaine destination. Je pren- drai une décision finale dans 48 heures», a déclaré à l’APS, l’ancien sélectionneur national. «J’ai eu des discussions avec Youcef Djebbari, le président du MCO, et avec Abdelkrim Medaouar, le porte-parole de l’ASO. J’avoue que les choses avan- cent bien avec ce dernier, mais on n’a pas

encore approfondi les négociations», a-t-il ajouté. Le porte-parole de l’ASO, Abdel- krim Medaouar, avait déclaré dernièrement à l’APS, qu’il avait tout conclu avec Ighil, et qu’il ne restait que la signature du contrat devant lier les deux parties. «Certes, j’ai abordé le projet sportif avec lui à plusieurs reprises, mais, à aucun mo- ment, je ne lui ai donné mon accord défi- nitif pour entraîner son équipe. Il va falloir qu’on s’entende sur d’autres volets avant de finaliser», a encore expliqué l’entraî- neur qui a offert à l’ASO son premier titre de champion lors de l’exercice 2010-2011.

MCA

Hadj Bouguèche sur les tablettes d’Enahda Essaoudi

L’attaquant du

MC Alger,

Hadj Bou-

guèche, est

dans le viseur

club saou-

dien d’En-

a

(première di-

vision), rap-

porte la presse

locale.

buteur des Vert et Rouge

figure dans la

n

h

du

locale. buteur des Vert et Rouge figure dans la n h du a d Le des

a

d

Le

des

liste

joueurs étrangers susceptibles de porter les

couleurs du club d’Ennahda la saison pro-

chaine, selon le journal Alriyadh. La com-

mission technique du club saoudien a

proposé

à la direction de l’équipe le nom de

l’ancien

attaquant d’El-Qadissia pour renfor-

cer le secteur offensif de l’équipe en vue de

la saison prochaine, précise la même source.

Trois joueurs de l’Académie du Paradou réussissent leurs essais au FC Porto

Trois joueurs issus de l’Académie Paradou, Ramy Bensebaini, Abdou Nef et Abdellah

Daouadji, viennent de passer avec succès leurs essais au sein du club portugais du FC Porto, a appris hier l’APS auprès du prési- dent du club de la division nationale ama- teurs, Kheireddine Zetchi, qui a entamé les négociations avec la formation lusitanienne

en vue de conclure les trois transactions.

«Nos trois jeunes sont rentrés à Alger après

avoir réussi leurs essais techniques au FC Porto. Reste maintenant à trouver un accord

sur les modalités des contrats devant les lier

à ce club», a déclaré à l’APS, le président du PAC. «On a déjà transmis nos propositions

à nos homologues portugais, qui devraient

s’y prononcer d’ici à dix jours», a-t-il ajouté.

Bensebaini (18 ans), Nef (18 ans) et Daouadji (17 ans) ont été tous les trois lancés en équipe première du Paradou AC durant la deuxième partie de la saison 2012/2013.

L’ESS et la JSK se disputent Zerara

L’ESS et la JSK se disputent Zerara A uteur d’une excellente saison sous les couleurs de

A uteur d’une excellente saison sous les couleurs de la JSMB, dont il a été le meneur de jeu, Toufik Zerara ne

laisse personne indifférent en cette période des transferts. Parmi les clubs qui le convoi- tent au plus haut point, figurent deux grosses cylindrées du football algérien, la JSK et l’ESS, qui le veulent à tout prix et qui font de lui l’une de leurs principales priorités concernant le volet recrutement en cette pé- riode cruciale d’intersaison. Les deux clubs sont en contact avancé avec lui et lui font les yeux doux, pendant que la JSMB essaye de le retenir. Côté En- tente de Sétif, le président Hassan Hammar affirme qu’après avoir négocié avec le joueur hier au téléphone, ce dernier lui a donné son accord pour signer au profit du champion d’Algérie en titre. Zerara qui se trouve en France pour passer ses vacances auprès de sa famille aurait tout conclu avec l’ESS, selon Hammar. Le président de l’En- tente sétifienne a fait savoir que Zerara rega- gnera le pays au début du mois de juillet et sera du déplacement avec l’ESS à Sousse où les Sétifiens entameront un stage de prépa- ration en prévision de la saison prochaine, mais aussi dans la perspective d’être prêts pour les matches de poules de la coupe de la CAF, dont certains sont programmés pour cette été. Selon certaines informations, la direction de l’ESS a transmis à Zerara, par courrier électronique, une copie du contrat qui devrait le lier à l’Aigle noir. La direction du club es- père que le joueur le paraphera comme convenu entre lui et le président Hammar. À rappeler que Zerara est en fin de contrat avec la JSMB. Il est de ce fait libre de tout enga- gement. Il aura la latitude de choisir à sa guise sa future destination. Par contre, s’il venait effectivement à opter pour l’ESS, comme le dit Hammar, il ne pourra bénéfi- cier d’une licence CAF avec l’Entente du moment qu’il a pris part à la même compé- tition avec la JSMB pour l’édition actuelle. Le boss sétifien a tenu par ailleurs à encenser son joueur Gourmi qui connaît bien Zerara et qui, a-t-il confié, a joué un rôle important pour convaincre ce dernier de dire oui. En parallèle, côté JSK, on affirme aussi que Ze- rara évoluera la saison prochaine sous les couleurs du club kabyle. On indique qu’il a donné son accord à Hannachi et qu’il est at- tendu à Tizi Ouzou dans quelques jours pour signer son contrat. Dans l’une de ses décla- rations dans la presse sportive spécialisée, Zerara a affirmé récemment et dans un pre- mier temps, que sa future destination serait la JSK. Le joueur a clairement exprimé son désir de jouer dans ce grand club, encouragé par cela par ses parents et les membres de sa famille qui sont des supporters des Canaris. Alors, qui dit vrai et qui aura finalement le dernier mot pour s’adjuger Zerara ? On le saura ces jours-ci puisque cette transaction ne devrait pas tarder à s’effectuer. Par ail- leurs, en plus de l’annonce de l’arrivée de Zerara, l’ESS s’apprête à engager un autre joueur émigré qui évolue au poste de meneur de jeu lui aussi, du nom de Samir Houri, dont l’arrivée est attendue pour ce jeudi. Hammar dit beaucoup de bien de lui et le voit même convoqué en équipe nationale dès qu’on le verra à l’œuvre. De son côté, avec le départ de Belkalem, la JSK a pris attache avec le défenseur de l’ASO, Mellouli, qui se dit pour sa part disposé à opter pour le club kabyle. Il est attendu par les dirigeants pour négo- cier.

Mohamed-Amine Azzouz

Sports

31

EL MOUDJAHID

S ports 3 1 EL MOUDJAHID 17 e s JEux MédITErrAnéEns dE MErsIn (TurquIE) Les boxeurs
S ports 3 1 EL MOUDJAHID 17 e s JEux MédITErrAnéEns dE MErsIn (TurquIE) Les boxeurs
S ports 3 1 EL MOUDJAHID 17 e s JEux MédITErrAnéEns dE MErsIn (TurquIE) Les boxeurs

17 es JEux MédITErrAnéEns dE MErsIn (TurquIE)

Les boxeurs sur leur lancée, Benhamadi ouvre le bal

De notre envoyé spécial :

HAMID GHARBI

Nos boxeurs se comportent comme il se doit jusqu'ici, ils ont déjà assuré quatre médailles de bronze avec Chadi, Benbaaziz, Flissi et Lyès Abbadi. Il est certain que Benchabla, le grand espoir algérien, remportera l'or. Il est en super forme, surtout qu'il est très concentré sur son sujet. Oudahi aussi est capable de briller dans cette compétition.

E n attendant leur confirmation, le judoka algérien, Abderrahmane Benamadi, avait ouvert le bal en empochant le bronze de-

vant un Libanais. Il méritait mieux s’il n'avait pas commis une erreur d’inattention. redjimi et Zouani chez les lourds, ainsi que kawter et Asselah chez les filles sont capables de nous donner quelques satisfactions. notons que les compétitions de judo se sont terminées hier. Ahmed Moussa était pour sa part très déçu.

''s’il avait fait plus attention, il aurait pu passer l’écueil de l'Italien. dommage, surtout qu’il a pu battre l’égyptien derrouiche.'' En haltéro- philie, le jeune Ainouazène a fait un bon clas- sement avec sa sixième place en arraché et 4 e place en épaulé-jeté. Ferdjallah, malgré l'adver- sité est apte à réaliser un bon classement chez les 77 kg. Il est évident que son coach yahiaoui est assez confiant pour voir Bidani, chez les 105 kg, se distinguer dans cette catégorie ce mer- credi. Cet athlète est vraiment très craint par ses adversaires. d’ailleurs pour l'opération antido- page, on l'avait cherché dès le début de la ma- tinée. Heureusement qu'il était présent, sinon il aurait rencontré de fâcheux problèmes. La grande déception de notre délégation est venue du Basket-ball ou le cinq national s'est fait pié- ger sur le fil par l'Egypte suite aux lancers francs de Harrat. Il a réussi le premier, mais le second, il l'a presque délibérément raté. Ce qui

a mis en rogne son coach Faïd Billal.

raté. Ce qui a mis en rogne son coach Faïd Billal. ''Je n'ai jamais vu un

''Je n'ai jamais vu un pareil comportement de la part d'un joueur. Il est pour moi responsa- ble de notre défaite devant l'Egypte. Le joueur pensait que c'est l'Algérie qui menait au score. Il n'a pas a prendre seul une telle décision'', avait-il dit. La délégation algérienne sera com- plétée ce lundi avec les arrivées des équipes d'athlétisme, de cyclisme et de karaté. Certes, l'équipe d'athlétisme a été sensiblement réduite pour atteindre quelque 23 athlètes à cause d'un problème d'accréditation, mais elle est vraiment en mesure de se distinguer en courant carrément pour l'or en dépit de l'adversité. Il est certain que l'absence de Makhloufi à ces Jeux méditer- ranéens va laisser un grand vide, surtout qu'il était à même de se couvrir en or, lui le cham- pion olympique du 1.500 m. En gymnastique, les qualifications de Hacib Walid et de Metidji Hellal en finale est des plus encourageantes. En voile, aussi bien les filles que les garçons, sont en train de poursuive allègrement leurs courses, meme si les filles sont classées à la 8 e place et les garçons à la 11 e . nos karatékas qui rentre- ront en scène ce 28 juin ont de sérieuses chances de monter sur le podium. Toutefois, il faudra rester prudent jusqu'au bout du fait des surprises sur le finish. nombreux sont les athlètes algériens qui se sont fait battre sur le fil. Certes, l'or n'a pas encore était décroché, mais l'espoir est permis, comme l'on dit. H. G.

ABdELHAdI dJELLAB (EnTrAInEur nATIOnAL dE BOxE) :

« On doit rester prudent jusqu'au bout »

İl était assez content, suite aux performances de ses poulains. Néanmoins, il reste prudent, eu égard à la qualité de l'adversité.

Que pensez-vous des résultats obtenus par vos poulains jusqu'ici ?

Il faut dire que rien n’a été facile, Je dirai même que c’était très dif- ficile. néanmoins, le fait que nous avons déjà quatre boxeurs en demi-finale est une très bonne chose pour nous, en attendant mieux les prochains jours de cette compétition très relevée, faut-il le

rappeler. On a de bons boxeurs, et le niveau d'ensemble est assez bon.

Il y a eu la blessure de Hamma- chi ? On peut dire qu'il a combattu de malchance. Il s'est fracturé la main gauche. Il a, à vrai dire, combattu d'une seule main. Et cela l'a privé d'une qualification au prochain tour. selon le médecin, il peut reti- rer son plâtre d'ici à quinze jours.

Votre satisfaction ? C'est incontestablement la qualifi- cations pour les demi-fınales de Benbaaziz. Malgré son jeune âge,

on peut dire qu'il a été l'agréable surprise de notre équipe. C'est de bon augure pour la suite. Cela ne fait que contribuer à aider ses ca- marades à se transcender. Il faudra rester prudent jusqu'au bout. Pour Benchabla, on peut dire qu'il était assez crispé. néanmoins, il s'est bien repris par la suite. Il faudra qu'il fasse atten- tion jusqu'au bout.

Optimiste ? Oui, nous le sommes, mais Propos recueillis par H. G.

CHABAnE HICHAM (CyCLIsTE) :

« On a des chances de se distinguer, Barbari et moi »

Comment voyez-vous le contre-la-montre de ce mardi ? Il faut dire que nous sommes sereins moi et Barbari. On possède de réelles chances d’obtenir un très bon résultat, même si rien ne sera facile devant les ténors du cyclisme comme les Italiens, les Français et les Es- pagnols, pour ne citer que ceux-là. Il n'y aura que deux coureurs engagés dans cette course contre-la-montre.

Et la course en ligne ? nous serons huit au départ. On essayera d'être très soudés en courant tactiquement. Ce sera une course sur une distance de 148 km. Elle aura lieu sur du plat. Ce qui ne va pas faire l'affaire des grimpeurs. Le cir-

cuit plat pourrait avantager les sprinters, surtout si la course est assez lente.

Vous allez courir pour un leader donné ? Ce ne sera pas évident d'emblée. Il faudra voir com- ment la course se déroulera. On décidera au fur et a mesure de son déroulement. On verra aussi avec nos responsables qui ont réussi à régler le problème de la voiture pour suivre la course. sans cela, il leur sera mal aisé de conseiller les coureurs. On a un bon coup à jouer. On a aussi des chances réelles avec Hannachi Abdelbasset de décrocher une médaille. A Pescara, il avait décroché la 5 e place ! Entretien réalisé par H. G.

FAId BILLAL (EnTrAInEur nATIOnAL dE BAskET-BALL) :

« Le geste de Harrat est vraiment impardonnable »

Il était hors de lui, après la défaite de son équipe devant l'Egypte, suite à un geste incompréhensible de Harrat.

Comment expliquez-vous vos prestations dans cette compétition de bas- ket-ball ?

Il faut avoir à l'esprit que nous savions que la Turquie et la Macédoine étaient

un degré au-dessus. On avait une très belle carte à jouer devant l’Egypte. On

a fourni une très belle prestation. On avait une victoire qui nous avait presque ouvert les bras.

C'est un geste pour le

moins impardonnable. On a ainsi raté la victoire qui nous aurait aidé énor- mément pour la préparation du championnat d'Afrique en août prochain. Je suis très déçu. Je n'ai jamais connu pareil cas durant toute ma carrière. L'a-t-il fait délibérément ?

Je ne le pense pas, mais il n'a pas a se comporter de cette manière. Il pensait que c'est nous qui menions au score. Il n'a pas à prendre cette décision seul.

Il doit jouer un point c'est tout. Le reste, c'est du ressort du staff et non pas de

l'appréciation du joueur.

Quelles sont les mesures que vous allez prendre à son encontre ? C'est une erreur, certes impardonnable, mais ce n'est pas une raison pour l'écarter de la sélection nationale. C'est une erreur d'appréciation et de jeu- nesse surtout. Je qualifie ce geste, cependant, de ridicule qui touche en premier lieu sa per- sonne.

Globalement, quel bilan pourrez-vous faire de vos prestations à ces JM ? Tout d'abord que ces JM sont pour nous une étape intermédiaire du fait qu'on prépare le championnat d'Afrique, en août. C’est pour nous une très bonne

préparation pour ce championnat d'Afrique qui reste notre principal objectif.

Il constitue pour nous une opportunité pour le préparer du fait qu'il n’y a pas

en ce moment de sparrıng-partners disponibles. C’était une très bonne op- portunité pour nous de nous frotter à des équipes comme la Turquie ou la Macédoine. C'est vraiment bénéfique pour nous. Entretien réalisé par H. G.

Cela s'explique à cause du comportement de Harrat

D’autres médailles dans la lutte et le judo

L e jeune lutteur, djediat Mouaataz, vient d’ajouter une autre médaille de bronze à l’Algérie, venant s’ajouter aux trois mé- dailles de bronze engrangées déjà par le judo algérien. C’est

donc la quatrième médaille de bronze de la délégation algérienne présente à ces 17 e JM de Mersin. En natation, sahnoun Oussama n’a

obtenu que la 4 e place sur le 100 m nage libre dans l’excellent temps de 49’’77. son entraîneur, Arslane dris, n’a pas caché pour autant

sa joie en affırmant : ‘‘C’est sa meilleure performance. Avec ce type

de combinaison. Elle est de niveau international. İl a raté son virage sinon, il aurait pu monter sur le podium. C’est une bonne partipation.

Il faudra compter avec lui à l’avenir. En volley-ball, l’Algérie a créé

une véritable surprise en disposant, sur le score de trois sets à deux, de l’Italie.

Le judo, dans sa dernière journée, a offert deux médailles de bronze à l’Algérie grâce à la judokate kawther Ouallal (-78kg) et Zouani Billal chez les (+ de 100kg). Par conséquent, il s’agit de la troisième médaille de bronze empochée par notre pays. Après qu’Ab- derrahmane Benamadi eu ouvert la voie, on peut dire que ses cama- rades l’ont bien suivi. En effet, Ouallal kawther qui était opposée a une Libanaise a fait montre d’une grande maîtrise en l’emportant quelques secondes seulement après le début du combat par ippon. La deuxième médaille de bronze est à mettre à l’actif de Zouani Bil- lal qui avait pourtant devant lui le véloce égyptien, El shahaby. C’était un combat très difficile pour notre représentant. néanmoins. il a bien pris soin de ne commettre aucune erreur. H. G.

HANDBALL (MESSIEURS)

L’Algérie s’incline face à la Macédoine (27-26)

La sélection nationale de handball (messieurs) s’est inclinée hier face à la Macédoine (27-26, mi-temps 13-11), en match comptant pour la première jour- née (Gr A) des Jeux méditerranéens à Mersin en Turquie (20-30 juin). Les coéquipiers de Ryad Chahbour rencontreront aujourd’hui l’Italie, avant d’affronter la Serbie demain et la Turquie mercredi. L’équipe masculine prépare le prochain champion- nat d’Afrique des nations CAN 2014 prévu en Al- gérie.

Pétrole Monaie Le Brent L'euro à 105,30 à 1,333 dollars dollar
Pétrole
Monaie
Le Brent
L'euro
à 105,30
à 1,333
dollars
dollar
D E R N I E R E S

D