Vous êtes sur la page 1sur 73

UNIVERSITE SIDI MOHAMED BEN ABDLLAH

FACULTE DES SCIENCES DHAR EL MEHRAZ


DEPARTEMENT DE CHIMIE
-FES-

Cours de Chimie Organique

Module :
« Introduction à la Chimie de Composés Hétérocycliques et de Substances Naturelles »

Filière : SMC / S6

Réalisé par :

Pr. H. FARAJ et Pr. A. ALAMI

Année universitaire : 2016-2017

1
TABLE DES MATIERES

CHAPITRE I : INTRODUCTION A LA CHIMIE HETEROCYCLIQUE : .................................. 4


I. GENERALITE: ..................................................................................................................... 4
II. NOMENCLATURE DES HETEROCYCLES : ................................................................... 4
II. 1. Règle concernant la dénomination des hétérocycles, Préfixe et Suffixe : ........................ 4
II. 2. Monocycles partiellement saturés comportant un seul hétéroatome : ............................. 6
II. 3. Monocycles comportant plusieurs hétéroatomes : ........................................................... 6
II. 4. Systèmes bicycliques, hétérocycles accolés à un cycle benzénique : ............................... 7
III. HETEROCYCLES A TROIS CHAINONS, PREPARATION ET REACTIVITE: ......... 8
III. 1. Oxiranes :........................................................................................................................ 8
a- Préparation : ...................................................................................................................... 8
b- Réactivité : ........................................................................................................................ 9
III. 2. les thiiranes :................................................................................................................... 9
a-Préparation : ....................................................................................................................... 9
b- Réactivité : ...................................................................................................................... 11
III. 3. Aziridines : .................................................................................................................... 11
a- Préparation : .................................................................................................................... 11
b. réactivité : ........................................................................................................................ 12
IV- HETEROCYCLES A QUATRE CHAINONS, PREPARATION ET REACTIVITE: ....... 13
V. HETEROCYCLES A CINQ CHAINONS, PREPARATION ET REACTIVITE: ............... 15
V. 1. Synthèses du furane, pyrrole et thiophène: .................................................................... 15
V. 2. Réactivité : ...................................................................................................................... 19
V. 3. Dérivés benzo des mono hétérocycles à 5 chaînons : .................................................... 22
a. Généralités : ..................................................................................................................... 22
b. Synthèse de l’indole : ...................................................................................................... 22
VI. HETEROCYCLES A SIX CHAINONS, PREPARATION ET REACTIVITE: ................. 24
VI. 1. Synthèse de noyau pyridinique :.................................................................................... 24
VI. 2. Réaction de noyau de la pyridine : ............................................................................... 26
a. Réaction électrophiles : ............................................................................................... 26
b. Réactions nucléophiles : .............................................................................................. 27
VI. 3. Synthèse des dérivés benzopyridines la quinoléine et l’isoquinoléine. ......................... 30
a. La quinoléine : ................................................................................................................. 30
b. L’isoquinoléine : ............................................................................................................. 33
CHAPITRE II : LES GLUCIDES HYDRATES DE CARBONE OU CARBOHYDRATES ...... 35
I. INTRODUCTION :................................................................................................................. 35
II. LES MONOSACCHARIDES : ............................................................................................. 36
II. 1. Désignation D et L des monosaccharides : .................................................................... 36
II. 2. Structures cycliques des monosaccharides : Formation d’hémiacetals. ....................... 37
a. Cas du D-glucose :....................................................................................................... 38
b. Cas du D-fructose : .......................................................................................................... 40
c. Conformation des formes cycliques : .............................................................................. 41
II. 3. Interconversion des anomères des oses, la mutarotation du glucose : .......................... 43
II. 4. Réactivité des monosaccharides : .................................................................................. 45
a. Oxydation des monosaccharides : ............................................................................... 45
b. Réduction des monosaccharides, les alditols : ................................................................ 48

2
c. Réaction des monosaccharides avec la phénylhydrazine : .............................................. 48
d. Formation d’esters et d’éthers : ....................................................................................... 50
e. Allongement ou rétrécissement des monosaccharides : .................................................. 51
III. LES DISACCHARIDES OU DIHOLOSIDES : .................................................................. 52
III. 1. Le saccharose : ............................................................................................................. 53
III. 2. Maltose : ....................................................................................................................... 54
III. 3. Cellobiose : ................................................................................................................... 55
III. 4. Le lactose : .................................................................................................................... 55
IV. POLYSACCHARIDES : ...................................................................................................... 56
CHAPITRE III : LES TERPENES ................................................................................................ 57
I. GENERALITES : ................................................................................................................ 57
II. BIOGENESE DES TERPENES :.................................................................................... 58
III. LES MONOTERPENES : .................................................................................................... 63
III. 1. Monoterpènes acycliques: ............................................................................................. 63
III. 2. monoterpènes monocycliques : ..................................................................................... 65
III.3. Monoterpènes bicycliques :............................................................................................ 66
CHAPITRE IV : LIPIDES : ........................................................................................................... 68
I. INTRODUCTION :............................................................................................................. 68
II. ACIDES GRAS : ................................................................................................................. 68
II. 1. Acides gras saturés : ...................................................................................................... 68
II. 2. Acides gras insaturés : ................................................................................................... 69
III. GLYCEROLIPIDES : ..................................................................................................... 69
III. 1. Glycérides : ................................................................................................................... 69
III. 2. Phosphoglycérides : ...................................................................................................... 69
IV. SPHINGOLIPIDES : ....................................................................................................... 70
V. CERIDES : .......................................................................................................................... 70
VI. HYDROCARBURES : .................................................................................................... 71
VII. LIPIDES ISOPRENIQUES : ........................................................................................... 71
VII. 1. Hydrocarbures polyisopréniques (voir cours des terpènes) ........................................ 71
VII. 2. Stérols et stéroides : ..................................................................................................... 71
a. Stérols : ........................................................................................................................ 71
b. Les stéroïdes : .............................................................................................................. 71
c. Stéroïdes synthétiques : ................................................................................................ 72

3
CHAPITRE I : INTRODUCTION A LA CHIMIE HETEROCYCLIQUE :

I. GENERALITE:

On appelle hétérocycles, des composés cycliques dans lesquels un ou plusieurs atome (s) de
carbone est (sont) remplacé (s) par un ou plusieurs hétéroatome (s). Actuellement, Dans la
littérature, plus du tiers des publications en chimie se rapportent à la chimie hétérocyclique. Les
plus abondants des hétérocycles sont ceux qui ont un oxygène, soufre ou un azote et sont
généralement doués d’activités biologiques, tels que :

II. NOMENCLATURE DES HETEROCYCLES :

La nomenclature des composés hétérocycliques est régie par des conventions


internationales définies par la commission de l’Union Internationale de Chimie Pure et Appliquée
(UICPA). Deux principales règles sont utilisées, celle de Hantzesch-Widman et celle dite de
remplacement. La règle de nomenclature selon Hantzesch-Widman s’applique à de nombreux
composés, en particulier aux hétérocycles dont le nombre d’atomes est compris entre trois et dix.
Pour ceux qui dépasse dix et ils sont rares, une autre nomenclature a été proposée.

II. 1. Règle concernant la dénomination des hétérocycles, Préfixe et Suffixe :

A Chaque hétéroatome est attribué un préfixe, ces préfixes sont ordonnés selon une
convention pour la dénomination d’un hétérocycle. Dans le tableau sont indiquées les positions
de chaque atome O, S, N et P dans le tableau périodique :
N O F
P S Cl
As Se Br
Sb Te I

Les préfixes et leur ordre relatif :

4
Hétéroatome Préfixe
Oxygène Oxa
Soufre Thia
Azote Aza
Phophore phospha

Le nombre de chainons constituants le cycle est indiqué par un suffixe. Il y a un suffixe


pour les cycles saturés et en général, un autre suffixe pour les hétérocycles insaturés.

Nombre de chainons Cycle saturé sans Cycle saturé avec


Cycle insaturé
du cycle atome d’azote atome d’azote
3 Irène, irine (avec un atome d’azote) Irane Iridine
4 ète étane étidine
5 ole olane olidone
6 (série A : O, S) ine ane ane
6 (série B : N) ine inane inane
6 (sérieC : P) inine inane inane
7 épine épane épane
8 ocine ocane ocane
9 onine onane onane
10 écine écane écane

Exemples :

Dans certains cas, les dénominations triviales sont préférées à celles des règles énoncées
c’est le cas par exemple de :

5
II. 2. Monocycles partiellement saturés comportant un seul hétéroatome :

Les monocycles partiellement saturés sont nommés en utilisant le suffixe du cycle insaturé
incluant en plus les préfixes : dihydro, tetrahydro…..précédés des suffixes indiquant la ou les
positions de la saturation. Les préfixes précedent immédiatement le nom de l’hétérocycle. La
numérotation commence à partir de l’hétéroatome, le sens de celle-ci est fonction des positions
des substituants, est aussi, celui qui donnera les indices les plus bas. Exemples :

II. 3. Monocycles comportant plusieurs hétéroatomes :

Les hétérocycles comportant plusieurs hétéroatomes de même nature sont nommés en


indiquant le nombre d’hétéroatomes par les préfixes di, tri, tetra…. Les chiffres signalant les
positions de ces atomes sont placés en tout début, l’indice le plus bas en premier. Exemple :

Les monocycles comportant plusieurs hétéroatomes de nature différente sont nommés en


respectant l’ordre de priorité : O > S > N > P. La position 1 revient à celui qui est prioritaire, le
suffixe revient à l’hétéroatome qui a le rang le plus faible. Exemples :

6
Lorsque plusieurs isomères ont pour différence entre eux la position d’un hydrogène dans
le cycle, celle-ci est indiquée par « H » précédée de la position de l’atome auquel il est lié.
Exemples :

II. 4. Systèmes bicycliques, hétérocycles accolés à un cycle benzénique :

Dans la plupart des cas, ces composés possèdent des noms triviaux adoptés par UICPA.
Exemples :

Pour les composés possédant un cycle benzénique accolé à un hétérocycle à dénomination


triviale ou pour un système ne comportant qu’un hétéroatome, chaque liaison de l’hétéroatome
est alors désignée par une lettre en partant de « a » pour la liaison hétéroatome-carbone la plus
proche du cycle benzénique. Le nom de l’hétérocycle est précédé du préfixe « benzo » suivi
d’une lettre entre crochet qui désigne la liaison commune aux deux cycles définie à partir de
l’hétéroatome. Exemples :

7
III. HETEROCYCLES A TROIS CHAINONS, PREPARATION ET
REACTIVITE:

On parle des oxiranes, thiranes et aziridines :

III. 1. Oxiranes :

Sont généralement préparés à partir des alcènes ou bien à partir des α-halogénoalcools.

a- Préparation :

Le plus simple est l’oxyde d’éthylène qui est préparé industriellement à partir d’éthylène,

d’oxygène sous une température avoisinant les 300°C et sous une pression de deux atmosphères :

 A partir des alcènes :

L’action d’un peracide sur un alcène conduit aisément à l’époxyde correspondant :

Le peroxycarboxylique le plus connu est l’acide m-chloroperbenzoïque :

Mécanisme :

Le transfert de l’oxygène se réalise de manière stéréospécifique en « syn » la stéréochimie

de l’alcène est conservé dans le produit.

8
 A partir des β-halogénoalcools :

Mécanisme qui se fait en une seule étape SN2’ intramoléculaire

b- Réactivité :

Comme tout cycle à 3 chaînons, les oxiranes sont tendus à cause du mauvais recouvrement
σ, l’angle étant inférieur à celui du carbone sp3, l’ouverture est très facile sous l’influence d’un
Nu

 Réaction très connue

Homologation de la chaîne carbonée de 2 carbones

 En milieu très basique CH3O-Na+ :

III. 2. les thiiranes :

a-Préparation :

Peuvent être préparés à partir des oxiranes et des α-thioalcools.


 A partir des Oxiranes :

Un oxiranes réagit avec une thio-urée ou thiocarbamide pour donner un thiirane selon le
mécanisme suivant :

9
Le thiirane peut être aussi préparé à partir d’oxyde d’éthylène et de thiocyanate de
potassium :

 A partir des α-thioalcools :

Le thioalcool le plus simple, réagit avec le phosgène dans l’acétate d’éthyle en présence de
pyridine pour donner le thiirane correspondant :

Dans le cas général :

10
Une variante de cette réaction est l’action de l’acide chlorhydrique sur un thioalcool
cyclique :

b- Réactivité :

De la même manière les thiranes sont réactifs à cause de la tension du cycle à 3 :

L’ouverture se fait de côté opposé

III. 3. Aziridines :

a- Préparation :

 À partir des β-aminoalcools :

Les β -aminoalcools, précurseurs des aziridines, peuvent être préparé à partir des oxiranes :

-Synthése de wenker :

-Une autre variante :

11
 Par réaction de cycloaddition :

Les alcènes réagissent avec des azides pour donner, via une réaction de cycloaddition, des
triazoles. Ces derniers subissent une isomérisation thermique en aziridines

b. réactivité :

Les aziridines sont largement utilisés en synthèse organique :

Les oxiranes et les aziridines sont de très bons agents alkylants, ces deux cycles sont
présents dans des agents alkylants de l’ADN de la cellule cancéreuse. Exemples:

Ces deux molécules forment des liaisons covalentes avec l’ADN de la cellule tumorale empêchant
ainsi la duplication de la cellule.

Remarque : La réaction de corey chaykovsky pour la synthèse des époxydes et aziridines par addition
d’ylure d’oxosulfonium, de sulfonium sur aldéhyde, cétones ou imines sera étudiée à un niveau supérieur :

12
IV- HETEROCYCLES A QUATRE CHAINONS, PREPARATION ET
REACTIVITE:

Les principaux sont :

L’importance est donnée aux lactones et lactames puisqu’elles sont présentes dans de
nombreuses molécules à activité biologique (antibiotiques, hypertenseurs). Cependant une
méthode simple pour préparer l’oxétane à partir de l’acétate de 3-chloropropyle à 150°C est
décrite dans le schéma suivant :

Mécanisme :

- Lactones : les cétènes réagissent avec le formaldéhyde pour donner des lactones :

Le mécanisme de cette réaction est le suivant :

13
Une autre synthèse des lactones se fait à partir des acides β-hydroxylés en les traitants avec
du chlorure de tosyle dans la pyridine, la cyclisation est spontanée :

- lactames :

Les β aminoacides peuvent se lactamiser en présence de chlorure de méthane sulfonyle.

De la même manière que celle décrite pour les lactones, les cétènes réagissent avec les
imines pour donner des lactames :

- Le noyau lactone se trouve dans beaucoup de médicaments, un exemple est celui de la


spironolactone qui agit sur l’hypertension artérielle :

- Le cycle lactame existent dans beaucoup d’antibiotique, en effet elles sont sujet d’attaque
Nucléophiles permettant la formation de liaison irréversible. Ex Ser-OH (inhibition irréversible de
la transpeptidase, une protéase à serine).

14
V. HETEROCYCLES A CINQ CHAINONS, PREPARATION ET REACTIVITE:

Sont des composés contenant quatre atomes de C et un hétéroatome O, N, S :

Leurs radicaux correspondants sont : par exemple

X = O 2-furyl, X = NH 2-pyrryl, X = S 2-thiényl

V. 1. Synthèses du furane, pyrrole et thiophène:

Le furane est synthétisé industriellement à partir du furfural qui est oxydé par l’oxyde
d’argent en présence de base suivi d’une décarboxylation :

L’arabinose, sucre abondant, est le précurseur du furfural :

15
Le pyrrole peut être obtenu à partir du furanne.

Synthèse de PAAL-KNORR :

Les composés 1,4-dicétones peuvent donner le furane, thiophène et pyrrole :

Mécanisme :

16
Si on souhaite obtenu le pyrrole ou le thiophène il faut :

Le P2O5 et P2S5 servent de piège à eau afin de déplacer l’équilibre vers la formation de
l’hétérocycle.

Synthèse de HANTZSCH :

Cette synthèse est spécifique des pyrroles, elle permet leur l’obtention par condensation
d’un β- cétoester sur une cétone α-halogénée en présence d’ammoniac ou d’amine primaire :

Mécanisme :

On peut avoir soit :

17
Soit une attaque directe de l’azote

Synthèse de KNORR :

La condensation des α-amino-β-cétoesters sur les β-cétoesters :

Mécanisme :

Exemples de pyrroles synthétisés par la méthode de KNORR :

18
Remarque : les α-aminocétone sont synthétisées de manières suivantes:

V. 2. Réactivité :

Ce sont des systèmes riches en électrons donc réagissent mieux en tant que nucléophile
comme indiquent les formes de résonance.

Ces composés subissent la substitution électrophile très facilement, la S.E se fait


préférentiellement en position 2 ou α de l’hétéroatome. L’ordre de réactivité vis-à-vis de la S.E
est le suivant :

Halogénation :

19
Acylation :

La réaction de Fiedel-crafts se fait préférentiellement en position 2.

Réaction de Vilsmeier- Haack.

Mécanisme :

20
Une réaction de ce type est utilisée dans la synthèse du tolmetin, anti inflammatoire non
stéroïdien :

Action d’un carbène sur le pyrrole :

Mécanisme :

Remarque : les cycles furane, thiophène et pyrrole sont présents dans de nombreuses molécules
possédant une activité biologique (médicaments):

21
V. 3. Dérivés benzo des mono hétérocycles à 5 chaînons :

a. Généralités :

X= O benzo[b]furanne appelé aussi coumarone


X= S benzo[b]thiophène ou thionaphtalène
X= NH benzo[b]pyrrole ou indole

Le plus important des 3 composés est l’indole c’est un noyau retrouvé dans pas mal de
composés organiques tel que : le tryptophane, acide aminé essentiel et l’acide 2-indolylacétique
qui est une hormone :

b. Synthèse de l’indole :

La Synthèse de Fischer est une réaction découverte en 1883 qui reste une des méthodes les
plus employées pour la préparation des noyaux indoliques.

Mécanisme :

Synthèse de Reissert :

22
Synthése de Madelung : est une variante de Reissert :

Synthése du benzimidazole : cette synthèse est l’objet d’un TP

Synthése des benzofurannes et benzothiophènes :

Remarque : le meilleur exemple de molécules à effet biologique est l’indométacine qui est un
puissant anti-inflammatoire non stéroïdien :

23
VI. HETEROCYCLES A SIX CHAINONS, PREPARATION ET REACTIVITE:

La pyridine est le composé le plus connu dans cette famille d’hétérocycles à 6 chaînons,
c’est un produit toxique surtout pour l’homme, il agit sur la spermatogenèse. Composé très stable
dans lequel l’azote exerce un effet (-I) et (–M).

Le sel de pyridine appelé pyridinium est aussi aromatique.

VI. 1. Synthèse de noyau pyridinique :

A partir des dérivés 1,5-dicarbonylés : semblable à la synthèse de Paal-Knorr.

Une autre variante de cette synthèse est l’utilisation de l’hydroxylamine

Mécanisme :

24
Synthèse de HANTZSCH :

Elle se base sur la condensation de deux moles d’un β cétonester avec un aldéhyde en
présence d’ammoniac.

Mécanisme :

Une variante de la synthèse de HANTZSCH et l’utilisation d’énamine :

25
Synthèse de GUARESCHI :

Condensation d’un β-cétoester avec un β-aminonitrile insaturé :

Réaction de cycloaddition

VI. 2. Réaction de noyau de la pyridine :

a. Réaction électrophiles :

Nous avons vu que :

Les postions α et δ sont déficientes en électrons la position β est épargnée. La substitution


électrophile va se faire exclusivement en position β mais dans tout les cas cette S.E est plus lente
que celle effectuée sur le benzène. Sur l’ion pyridinium même chose.

Seule la position β est épargnée

26
 Nitration

Si on active le cycle par des groupements donneurs :

 Halogénation :

 Réaction de FRIEDEL-CRAFTS

Mais

b. Réactions nucléophiles :

 Addition nucléophile :

Régiochimie des additions nucléophiles sur les pyridines :

Position α :

Position β :

27
Position γ :

Le passage par les formes limites N- stabilise la forme, α et γ sont favorisée. Alors que β est
défavorisée.

Le phényllithium réagit avec la pyridine pour donner, après oxydation à l’air, un produit de
substitution en α.

 Substitution nucléophile :

Un autre type de substitution nucléophile est celle d’un halogène en position δ du cycle :

 Formation de la pyridyne

La réaction la plus importante est la formation de la pyridyne, intermédiaire non isolable :

28
La pyridyne comme le benzyne sont des intermédiaires non isolables.

 Métallation :

 Formation de carbanions :

α-position :

δ-position :

29
N.B : les carbanions peuvent être formé en milieu acide de lewis.

 Oxydation de la chaîne latérale :

Avec l’oxyde de sélénium SeO2 la réaction s’arrête au stade de l’aldéhyde :

Une molécule à grand intérêt en cardiologie, la milrinone dérivé de la pyridine :

VI. 3. Synthèse des dérivés benzopyridines la quinoléine et l’isoquinoléine.

Ces composés benzopyridiniques sont très importants, on les trouve dans les plantes
médicinales, comme ils constituent des noyaux dans beaucoup de composés pharmaceutiques.

a. La quinoléine :

Synthèse de combes : c’est la condensation d’une amine aromatique avec un composé β-


dicétone.

30
Synthèse de SKRAUP :

Consiste à réagir une amine aromatique sur une composé carbonylé α,β-insaturé en
présence d’un catalyseur et un agent oxydant doux tel que ΦNO2 OU As2O5, une condition est
imposée sur l’aniline, il faut que la position ortho soit libre. Le composé carbonylé est préparé in
situ.

Mécanisme de la synthèse de SKRAUP :

31
La même réaction sur une cétone α,β-insaturée:

Synthèse de FREINLANDER :

Comme réactif en utilise de l’orthoaminobenzaldéhyde ou cétone et un aldéhyde


méthylénique (RCH2CHO) ou (RCOCH2R’). Les conditions opératoires jouent un rôle important
dans le déroulement de la réaction.

 Milieu acide :

 Milieu basique :

32
b. L’isoquinoléine :

Synthèse de Pomeranz-Fritsch : Le benzaldéhyde réagit avec un aminoaldéhyde protégé


(aminoacétaldéhyde) pour donner l’isoquinoléine

Synthèse de Bischler-Napieralski :

P2O5 est un desséchant et joue le rôle d’un acide et permet la déshydratation ainsi que la cyclisation. La
déshydrogénation se fait en présence de palladium supporté sur charbon.

Quand à la synthèse de elle se fait soit à partir de :

Soit à partir de :

33
Synthèse de Spengler Pictet :

Tetrahydroisoquinoléine est oxydé en isoquinoléine.

Remarque : beaucoup d’alkaloides contiennent le cycle isoquiloléique. Cependant, et quant au


cycle quinoléine, nombreux sont les médicaments contenant ce cycle :

34
CHAPITRE II : LES GLUCIDES HYDRATES DE CARBONE OU
CARBOHYDRATES

I. INTRODUCTION :

Les glucides sont présents partout, on les trouve dans tous les organismes vivants et ils sont
essentiels pour la vie.

Exemples :

 Le sucre et l’amidon dans les aliments.


 La cellulose dans le bois.
 le papier et le coton.

Les termes carbohydrates ou hydrates de carbone désignent les glucides, historiquement le


glucose C6H12O6 était considéré comme un dérivé hydraté C6(H20)6. Aujourd’hui le terme glucide
(carbohydrate) est attribué à la famille des aldéhydes ou cétones polyhydroxylés.

Importance en biologie :

 40% des calories apportées par l’alimentation humaine sont des glucides.
 Rôle de réserve énergétique dans le foie et les muscles.
 Constituants de molécules fondamentales : acides nucléiques, coenzymes etc…

Photosynthèse dans les plantes :

Dans la nature les glucides sont produits par une réaction appelée photosynthèse :
lumière
6 CO2 + 6 OH2 C6(H2O)6 + 6 O
chlorophille 2

Les glucides stockés dans l’organisme sont source d’énergie, ils sont transformés par le
métabolisme en eau et en dioxyde de carbone avec libération d’énergie:
Cx(H2O)y + O2 x CO2 + y OH2 + énergie

35
On distingue :

 Les monosaccharides sont des sucres simples (glucose, fructose etc….) qui ne peuvent
être hydrolysés en molécules plus simples.
 Les disaccharides dont l’hydrolyse libère deux moles de monosaccharides, ces derniers
peuvent être de même nature ou de nature différente.
Ex : l’hydrolyse du maltose (disaccharide) libère deux moles de glucose.
 Les polysaccharides, lorsqu’ils sont hydrolysés, ils libèrent plus de deux moles de
monosaccharides.

II. LES MONOSACCHARIDES :

Les oses ou glucides simples ou bien monosaccharides sont des aldéhydes ou cétones
polyhydroxylés, les oses aldéhydiques sont appelés aldoses et ceux cétoniques sont appelés
cétoses. La classification est simple:
Nombre d’atome de C Classe Nom générique
3 trioses aldotriose, cétotriose
4 tetroses aldotetrose, cétotetrose
5 pentoses aldopentose, cétopentose
6 héxoses aldohéxose, cétohexose

Exemples:

II. 1. Désignation D et L des monosaccharides :

Les plus petits des oses sont l’aldotriose en l’occurrence le glycéraldéhyde et la cétotriose
dihydroxyacétone. Le glycéraldéhyde HOC-CH(OH)-CH2OH se présente sous deux
configurations, les représentations en perspective et Fischer sont les suivantes:

36
NB : (+) fait tourner le plan de polarisation dans le sens positif ;
(-) fait tourner le plan de polarisation dans le sens négatif.

Ce sont des énantiomères, ils ont les mêmes propriétés physicochimiques sauf sur la
lumière polarisée plane (polarimètre) si l’un tourne le plan d’un angle (+) α l’autre sera de (-) α.

En général, il faut regarder le stéréocentre dont le numérotage est le plus élevé, si le -OH
est à droite c’est un sucre D, si le –OH est à gauche le sucre est L.

NB1 : la 1ere cétotriose ne contient pas de carbone asymétrique.

NB2 : la nomenclature D et L est encore utilisée car presque tous les oses naturels ont la
configuration D.

II. 2. Structures cycliques des monosaccharides : Formation d’hémiacetals.

Les aldéhydes réagissent avec le méthanol pour donner des acétals passant par un
intermédiaire hémiacétalique. La première réaction est une réaction d’addition la seconde est une
substitution :

37
Les sucres ne donnent que des réactions d’hémiacétalisation, la plus part des fois avec un
des hydroxyles de leur chaîne conduisant à la formation soit d’hétérocycles à six chaînons on
parle alors de cycle pyrane soit à la formation d’hétérocycles à cinq chaînons, dans ce cas on
parle de cycle furane. Pour représenter ces diverses formes cycliques, il faut adopter la
représentation en perspective de Haworth qui utilise un certain nombre de conventions :

 le cycle est perpendiculaire au plan de la feuille. Les liaisons en avant sont épaissies,
 le carbone le plus oxydé (fonction hémi-acétalique) est à droite,
 la position des groupements hydroxyles est fonction de leur position dans la
représentation de Fischer :
 Les –OH se trouvant à droite dans la représentation de Fischer se retrouvent en dessous
du plan du cycle,
 Les –OH se trouvant à gauche dans la représentation de Fischer se retrouvent au-dessus
du plan du cycle,
 la position par rapport au plan du cycle de la fonction alcool primaire détermine la série :
 série D pour le -CH2OH au-dessus du plan. Dans ce cas les anomères α et β formés lors
de la cyclisation intramoléculaire seront : α pour le –OH dirigé vers le bas (-CH2OH et
-OH anomérique en trans); β pour le –OH dirigé vers le haut (-CH2OH et -OH
anomerique en cis).
 série L pour –CH2OH en dessous du plan. L’anomère α est celui pour lequel –OH est
vers le haut et l’anomère β est celui pour lequel –OH est vers le bas.
a. Cas du D-glucose :

La réactivité du carbonyle aldéhydique est suffisante pour que mis à proximité d’un
hydroxyle, la réaction se produise, théoriquement, elle peut être entre le –CHO en 1 et
l’hydroxyle en 5, on parle de glucopyranose, comme la réaction peut être entre le -CHO en 1et
l’hydroxyle en 4 on formera alors, un glucofuranose.

38
Formes pyraniques du D-glucose : cyclisation entre les carbones C1et C5 :

L’attaque de l’hydroxyle sur le carbonyle peut se faire des deux cotés conduisant à deux
anomères α et β.

Il faut noter dans l’anomère α, le –OH est dirigé vers le bas et il est en trans vis-à-vis de CH2OH
alors que dans l’anomére β, le –OH est dirigé vers le haut et en cis par rapport à –CH2OH.

Formes furaniques du D-glucose : cyclisation entre les carbones C1 et C4 :

39
Remarque : En réalité les formes furaniques des aldohexoses sont instables à l’état libre, et les
formes cycliques naturelles des aldohexoses sont les formes pyraniques.

b. Cas du D-fructose :

Comme les aldoses, les cétoses peuvent se cycliser de deux manières :

La cyclisation intramoléculaire entre les carbones C2 et C5 donnera un cycle furanique :

40
La cyclisation entre les carbones C2 et C6 permet d’obtenir un cycle pyranique :

Au cours de la cyclisation le C2 devient asymétrique, on obtient deux anomères α et β.

c. Conformation des formes cycliques :

Compte tenu des angles des valences des atomes de carbone tétraédriques et des tensions
imposées par la cyclisation, la conformation des hétérocycles à cinq ou six chaînons n’est pas
plane.

Le cycle pyrane pourra se présenter sous deux formes principales : la forme chaise qui est
en équilibre avec la forme bateau. La conformation la plus stable est la forme chaise et celle-ci
sera d’autant plus stable que les substituants encombrants des carbones asymétriques seront en
position équatoriales. Ainsi, dans le β-D-glucopyranose, le –OH hémi-acétalique du C1 est en
position équatoriale alors qu-il est en position axiale dans le α-D-glucopyranose ; l’anomère β
sera plus stable que l’anomère α.

41
Le cycle furane se présente sous une conformation en enveloppe : quatre atomes coplanaires et le
5ème en dehors du plan,

Conformation de α et β fructofuranose :

42
II. 3. Interconversion des anomères des oses, la mutarotation du glucose :

Le glucose précipite à partir des solutions concentrées et ce, dés la température ordinaire
(température ambiante). Le point de fusion des cristaux obtenus est de 146°C, l’analyse par
diffraction aux rayons X des cristaux montre qu’il s’agit de α-D-(+)-glucopyranose. PF=146°C

Si on dissout ces cristaux α-D-(+)-glucopyranose dans l’eau et qu’on mesure


immédiatement le pouvoir rotatoire de la solution, on obtient :

Cette valeur diminue au cours du temps et se stabilise à :

Le processus qui donne lieu à ce phénomène est appelé interconversion des anomères α et β.

Cela laisse supposer que l’anomère α s’ouvre en glucose qui va se cycliser à nouveau pour
donner l’anomère β, d’où l’équilibre suivant :
43
Dans le cas du D-mannose l’équilibre est en faveur de la forme α :

En résumé :

 Le carbone anomérique peut se présenter sous configurations différentes : α et β.


 En solution les formes α et β réalisent un équilibre interconversionnel.
 L’atteinte de l’équilibre peut être suivie en mettant en solution un anomère pur et en
observant l’évolution du pouvoir rotatoire spécifique, phénomène qui est appelé
mutarotation.

44
II. 4. Réactivité des monosaccharides :

Comme les monosaccharides possèdent uniquement deux types de groupements


fonctionnels, leur chimie est principalement due aux groupements aldéhyde et hydroxyles.

a. Oxydation des monosaccharides :

Parmi les tests qualitatifs qui permettent de déceler une fonction aldéhyde, il y a les tests de
Tollens, de Benedict et de Fehling :

 Réactif de Tollens est un complexe de nitrate d’argent en solution dans l’ammoniac


[Ag(NH3)2+;NO3-], au cours de cette réaction l’ion Argent I oxyde l’aldéhyde en ion
carboxylate selon la réaction suivante :
R-CHO + 2Ag+(aq) + 3HO− → RCOO− + 2Ag(s) + 2H2O

Un dépôt d’Argent se forme sur les parois évoquant un miroir, cette réaction s’appelle aussi
« test du miroir d’Argent ».

 Réactif de Fehling est une solution aqueuse contenant des ions cuivre II complexés par les
ions tartrates en milieu basique (NaOH).
 Réactif de Benedict est aussi une solution contenant des ions cuivre II mais complexés par
les ions citrates en présence de carbonate de sodium (Na2CO3).

Les tests de Fehling et Benedict indiquent la présence de l’aldéhyde par la formation d’un
précipité rouge brique de Cu2O.
R-CHO + 2Cu2+(aq) + 5HO−(aq) → RCOO− + Cu2O(s) + 3H2O

Ces trois réactifs, une fois le test est positif, indique la présence de sucres réducteurs c’est-
à-dire, possédant une fonction aldéhyde. Cependant leur utilisation reste limitée car dans ces
conditions très alcalines, les sucres subissent des réactions d’isomérisation et de décomposition.

45
En pratique les acides aldoniques sont préparés en oxydant les aldoses par l’eau de brome
en milieu légèrement acide (PH 5-6).

La série des acides aldariques ou bien glycariques est obtenue en oxydant les aldoses par
l’acide nitrique :

46
La plus importante réaction d’oxydation des aldoses et cétoses est l’action de l’acide
périodique HIO4, en effet, il oxyde sélectivement les α-diols, les composés carbonylés α-
hydroxylés ainsi que les composés dicarbonylés selon les processus suivants :

Le mécanisme réactionnel de cette réaction laisse supposer le passage par un intermédiaire


de type ester périodique cyclique :

Exemples de cette réaction d’oxydation :


Ex 1 :

Ex 2 :

47
Ex 3 :

Ex 4 :

Alors que dans l’exemple 5, il n’y a pas de réaction :

b. Réduction des monosaccharides, les alditols :

La réduction de la fonction aldéhyde en alcool se fait soit par action des ions borohydrure
de sodium (NaBH4) soit par action de l’hydrogène en présence d’un catalyseur tel que le platine
(H2/Pt) :

La nomenclature de ces dérivés est simple, on ajoute le suffixe « itol » au nom de l’ose,
ainsi le mannose donne le mannitol.
c. Réaction des monosaccharides avec la phénylhydrazine :

Les aldéhydes réagissent avec la phénylhydrazine pour donner la phénylhydrazone. Avec

pour former une seconde fonction carbonyle qui réagit à son tour pour donner une osazone.

48
Il est évident que le D-glucose et le D-mannose donnent la même osazone, celle-ci est
encore obtenue quand le fructose qui est un cétohexose est traité dans les mêmes conditions :

Il faut noter que dans ce cas la réactivité de l’alcool primaire est supérieure à celle de
l’alcool secondaire.

Mécanisme de la réaction : cas du D-glucose :

49
d. Formation d’esters et d’éthers :

 Acéthylation : les monosaccharides réagissent, en général avec l’anhydride acétique dans la


pyridine à basse température pour donner un produit dans lequel toutes les fonctions –OH sont
acétylées.

Exemple :

 Méthylation complète :

50
 Formation de glycosides :

C’est la réaction la plus importante de cette série dans la mesure ou lorsque le α ou β


glucopyranose est traité par un courant d’acide chlorhydrique dans le méthanol, la réaction
produit un acétal et puisqu’il y a un équilibre entre la forme α et la forme β les deux acétals sont
obtenus :

Les acétals de ce type sont appelés « glycosides » et leur nom doit comprendre en premier
le nom du radical de l’alcool « méthyle » et la terminaison « oside ».

Ce sont des composés stables et ne subissent pas la mutarotation.


e. Allongement ou rétrécissement des monosaccharides :

 Allongement, synthèse de Kiliani-Fischer :

L’action des ions cyanure sur les aldoses en général, permet d’avoir les cyanhydrines
correspondantes, il est évident que l’on va obtenir deux cyanhydrines diastéréoisomères puisque
l’aldéhyde de l’ose peut être attaqué des deux cotés :

51
La réduction et l’hydrolyse fournissent un ose allongé d’un atome de carbone :

 Rétécissement (dégradation) :

La dégradation de Ruff et celle de Wohl permettent de rétrécir un ose, la première consiste


en une décarboxylation la deuxième en l’expulsion d’un groupe cyano :

Dégradation de Wohl :

III. LES DISACCHARIDES OU DIHOLOSIDES :

Un disaccharide est formé par la combinaison de deux monosaccharides au cours d’une


réaction de synthèse. Les deux molécules sont liées par une liaison osidique ou liaison

52
glycosidique. Les plus importants, de formule C12H22O11, sont le saccharose, le lactose, le
maltose et le cellobiose.

III. 1. Le saccharose :

Le saccharose, sucre quotidiennement utilisé en cuisine, est probablement le produit


organique pur le plus abondant dans le monde, il provient de la canne à sucre et de la betterave
sucrière. Il résulte de l’union par une liaison osidique d’une molécule de α-glucopyranose et
d’une molécule de β-fructofuranose. C’est un sucre non réducteur (test de Fehling négatif), ne
forme pas d’osazone et ne donne pas lieu à la mutarotation. Ces observations suggèrent que les
sous unités du disaccharide sont reliés par un pont acétalique qui connecte les deux carbones
anomériques.

Le pouvoir rotatoire du saccharose est de +66,5, cette valeur diminue en milieu acide pour
atteindre -20. Ce phénomène est appelé inversion du saccharose, son mécanisme fait intervenir la
mutarotation des monosaccharides constituant le saccharose à savoir la mutarotation de α-D-
glucopyranose et la mutarotation du β-D-fructofuranose.

NB : une enzyme appelée invertase aboutit au même résultat.

53
NB : le D fructose peut se cycliser sous forme pyranique.

III. 2. Maltose :

Appelé aussi sucre de Malt, il est obtenu par dégradation enzymatique de l’amidon
(polysaccharide contenu dans le mais, le blé ou la pomme de terre). C’est un dimère du glucose,
l’oxygène hémiacétalique de la première molécule du glucose est lié au C-4 de la seconde :

54
C’est un sucre réducteur (test positif Tollens, Fehling et Benedict) et il réagit avec la
phénylhydrazine pour donner une osazone. Les deux formes anomériques ont les caractéristiques
suivantes :

III. 3. Cellobiose :

Il provient de l’hydrolyse partielle de la cellulose, ses propriétés chimiques sont les mêmes
que celles du maltose : structure voisine sauf que le lien acétalique est de type β au lieu de α.

III. 4. Le lactose :

C’est le sucre de lait des mammifères à une concentration d’environ 50g/l (4 à 5 % dans le
lait de vache et 5 à 7 % dans le lait de la femme). Une lactase intestinale l’hydrolyse en glucose et
galactose. Il est aussi le substrat de fermentation en acide lactique par des lactobacilles à la base
des fermentations fromagères.

55
IV. POLYSACCHARIDES :

Les polysaccharides sont des polymères des monosaccharides : condensation répétitive


d’oses par liaison glycosidique. Dans la nature, trois polysaccharides sont plus abondant, la
cellulose, l’amidon et le glycogène qui dérivent tous du même monomère. La cellulose et
l’amidon sont des polymères non ramifiés.

La cellulose est un poly-β-glucopyranoside liés au niveau du C-4 contenant environ 3000


unités. La molécule est essentiellement linéaire.

La nature utilise la cellulose principalement comme matériau structurant qui donne aux
plantes leur ossature et leur rigidité. Le bois, les feuilles, l’herbe et le coton sont constitués de
cellulose.

56
CHAPITRE III : LES TERPENES

I. GENERALITES :

Les terpènes constituent une famille de composés largement répandus dans le règne
végétal, ils sont entre autre, responsables de l’odeur caractéristique des plantes (fleurs, feuilles,
tiges et racines). Ces odeurs, une fois concentrée sous forme d’huiles essentielles, ont un intérêt
chimique considérable puisqu’elles sont des produits naturels.

Bien que de structures diverses, les terpènes ont un caractère commun et peuvent être
découpés en unité isoprénique :

De ce fait une classification rationnelle basée sur le nombre d’unités isopréniques qu’ils
renferment, est possible :

 Hémiterpènes ne comportent qu’une seule unité isoprénique en C5 comme le prénol :

 Monoterpènes comportent 10 atomes de C et peuvent être scindés en deux unités


isopréniques, c’est le cas du géraniol, nérol et linalol, qui sont des alcools allyliques à
grand intérêt :

 Sesquiterpènes, trois unités isopréniques (C15).


 Ditepènes, 4 unités isopréniques (C20).
 Sesterpènes, 5 unités isopréniques (C25).
 Triterpènes, 6 unités isopréniques (C30).
 Caroténoides, 8 unités isopréniques (C40).
 Caoutchouc, n unités isopréniques [(C5)n].

57
La grande majorité des composés terpéniques connus résultent d’un couplage dit « tête-
queue » d’unités isopréniques :

Une telle structure est dite régulière, c’est le cas du géraniol et de la plupart des
sesquiterpène, diterpènes et sesterpènes. En revanche, les tripetpènes et les caroténoides sont
respectivement formés de deux ensembles, chacun de structure régulière, mais reliés par une
liaison située au milieu de la molécule faite de manière « queue-queue ». L’exemple le plus
simple est le Squalène :

Il existe un nombre important d’exceptions « apparentes » à l’enchaînement isoprénoide


régulier, on peut les expliquer par des réarrangements de précurseurs isopréniques au cours du
processus de biosynthèse ou bien au cours de leur isolement (notamment par entraînement à la
vapeur).

II. BIOGENESE DES TERPENES :

Le précurseur des terpènes est l’acide mévalonique (acide 2,5-dihydroxy-3-


méthylpentanoique) qui dérive lui-même de l’acide acétique et du thiol coenzyme A (CoASH) :

58
Puis un composé à chaîne ramifiée se forme ; en effet l’acétoacétylcoenzyme A donne une
addition aldolique avec la fonction cétone de l’acétylcoenzyme A, pour donner un dérivé de
l’acide glutarique :

Par réduction on passe ensuite à l’acide mévalonique :

La formation de l’unité isoprène se fait d’abord par phosphorylation des 2 groupes alcool
de l’acide mévalonique (grâce à l’ATP) puis il y a élimination d’eau avec formation d’une double
liaison C=C, puis décarboxylation (-CO2), l’ensemble conduisant au 3-méthylbut-3-
ènylpyrophosphate :

Il y a ensuite isomérisation du composé obtenu grâce à un enzyme ayant un groupement S-H (E-
SH)

59
Puis il y a formation d’un carbocation :

Ce carbocation agit sur une autre molécule de 3-méthylbut-3-ènylpyrophosphate et l’on obtient


du géranylpyrophosphate après élimination d’un ion H+ :

Le composé obtenu est trans, mais lors de l’élimination de H+ la double liaison créée peut être de
configuration cis, il s’agit alors du nérylpyrophosphate :

On peut écrire ces deux molécules un peu différemment :

60
Une autre réaction de ce type peut avoir lieu entre le géranylpyrophosphate et le 3-méthylbut-3-
ènylpyrophosphate pour conduire au farnésylpyrophosphate :

On arrive ainsi à deux monoterpènes, le géraniol et le nérol et à un diterpène, le farnésol.

61
Le pyrophosphate de farnésyle, sesquiterpène auquel peut s’ajouter une nouvelle unité en
C5 pour former le géranyle-géranyle pyrophosphate (diterpènes en C20). Deux molécules de
pyrophosphate de farnésyle peuvent se lier pour former un triterpénes, (le squaléne C30) et à
partir des squalène, se formeront, d’une part les stéroïdes, et d’autre part les triterpénes cyclique.

NB : - la co-enzyme A notée CoA-SH ou bien CoA :

- Acéthyl Coenzyme A ou bien Acéthyl-CoA désigne le produit de la réaction de l’acide acétique


avec la CoA-SH :

62
- Le groupe –OPP désigne un pyrophosphate qui est libéré par l’adénosine triphosphate noté
ATP :

L’OPP a le même rôle que celui d’un tosylate en chimie organique. L’ATP se transforme alors en
ADP en livrant un groupe -OPP.

III. LES MONOTERPENES :

Ils peuvent être acycliques, monocycliques et bicycliques. Il existe même un monoterpène


tricyclique appelé « tricyclène ». Dans chaque série, on rencontre des produits oxygénés tels que,
des alcools, aldéhydes, cétones etc.….

Les monoterpènes constituent les composants principaux des huiles essentielles tirées de
fleurs, feuilles, fruits, tiges et mêmes des racines.

III. 1. Monoterpènes acycliques:

Les monoterpènes acycliques dérivent presque tous du 2,6-diméthyloctane, on distingue le


β-myrcène, le cis-β-ocimène et le trans-β-ocimène :

Les formes α et β ont un rapport avec les structures « têtes » du monoterpène :

63
La plupart des produits naturels sont sous forme β.

Le β-myrcène présente une importance considérable dans l’industrie des parfums, en


qualité d’intermédiaire pour la préparation de nombreux terpènes oxygénés. Les principaux sont
le linalol, le géraniol, le nérol, le citronellol et leurs aldéhydes correspondant.

Les trois alcools allyliques linalol, géraniol et nérol sa transposent en milieu acide. Le
géraniol donne surtout du linalol alors que le nérol fournit du α-terpinol :

Ce type de cyclisation en catalyse acide est très important car il fournit un certain nombre
de dérivés présentant un grand intérêt en parfumerie comme les ionones issues de la condensation
de l’acétone sur le citral :

64
III. 2. monoterpènes monocycliques :

La grande majorité de ces terpènes est construite sur un cycle à six chaînons. Ils dérivent du
paramenthane :

Six hydrocarbures diéniques ont été trouvés dans la nature :

65
Le limonène, le plus répandu des monoterpènes, est le constituant principal des huiles
essentielles d’orange, de bergamote et de citron. Une Réaction importante est la préparation de
la carvone à partir du limonène :

Ce procédé a fait l’objet de nombreux développements industriels avec dépôt de brevets, la


carvone est abondamment utilisée pour l’aromatisation des denrées alimentaires, le chewing-qum
est un exemple.

Dans la classe des alcools monoterpéniques à structure cyclique, le menthol est le plus
important et le plus stable :

III.3. Monoterpènes bicycliques :

Les principaux composés monoterpéniques bicycliques correspondent aux squelettes


suivants :

- Dérivés du thyane : il y a, comme produits naturels l’α-thyène et le son isomère β le sabinène :

66
- Dérivés du carane : on ne connait que deux produits naturels dans les essences de térébenthine
en particulier l’essence indienne :

- Dérivés du camphane : seul le camphène est connu à l’état naturel dans certaines essences
naturelles :

- Dérivés des pinanes : dans cette série on trouve deux hydrocarbures extrêmement importants α-
pinène et β-pinène :

La chimie des α-pinènes et β-pinènes a considérablement influencé le développement de la


chimie des systèmes bicycliques pontés.

67
CHAPITRE IV : LIPIDES :

I. INTRODUCTION :

Les lipides forment un groupe très hétérogène de composés dont les structures sont
différentes et que l’on a réunis en raison de leur insolubilité dans l’eau et de leur solubilité dans
les solvants organiques (éther, acétone, chloroforme ou alcools etc....). Les termes de graisses et
d’huiles désignent respectivement des mélanges de lipides solides et liquides à température
ordinaire. Ils ne désignent pas les esters du glycérol utilisés dans l’industrie :

Les lipides regroupent tout ce qui est :

 Acides gras.
 Glycérolipides.
 Sphingolipides.
 Cérides et hydrocarbures.
 Lipides isopréniques.

II. ACIDES GRAS :

On les trouve en petites quantités à l’état libre mais en grandes quantités engagés dans des
liaisons esters et amides, en général ils sont mono carboxylique et ont un nombre pair d’atomes
de carbone, ils peuvent être saturés ou insaturés et parfois hydroxylés.

II. 1. Acides gras saturés :

De formule générale : CH3-(CH2) n-COOH, les plus rencontrés sont l’acide palmitique et
l’acide stéarique :

Acide palmitique : CH3-(CH2)14-COOH dont la nomenclature est l’acide héxadécanoique.

68
Symbole en nomenclature normalisée: C16:O. Symbole en nomenclature Oméga : C16:O.

II. 2. Acides gras insaturés :

Les acides gras insaturés peuvent contenir entre 1 et 6 doubles liaisons, on parle alors
d’acide gras mono insaturé et d’acide gras poly insaturé. Les plus abondants sont l’acide oléique
(C18 : 1), l’acide linoléique (C18 : 2) et l’acide linolénique (C18 : 3).

Exemple : l’acide linoléique :

III. GLYCEROLIPIDES :

III. 1. Glycérides :

Les glycérides sont les produits de l’estérification du glycérol par les acides gras, on
distingue les monoglycérides, les diglycérides et les triglycérides

La plupart des glycérides naturels sont sous forme triglycérides, ils sont présents dans la
totalité des tissus de tous les êtres vivants plus particulièrement dans le tissu adipeux comme
réserve d’énergie.

III. 2. Phosphoglycérides :

C’est un diester d’acide gras dont la dernière position est estérifiée par un dérivé d’acide
phosphorique. Les plus importants sont les lécithines et et les céphalines :

69
Les phosphoglycérides sont les composants lipidiques importants des menbranes céllulaires.

IV. SPHINGOLIPIDES :

Ils ont comme squelette de base un dérivé de la dihydroxyamine estérifié avec un acide
phosphorique en 1, l’amine est sous forme amide. Ils sont présents dans les membranes
cellulaires :

V. CERIDES :

Ce sont les constituants des cires (cires végétales, cuticules des insectes et blanc de
baleine). Elles sont des esters ayant jusqu’à 50 atomes de C formés par l’union d’acides gras et
d’alcools à longue chaîne.

Exemple : palmitate de céthyle CH3-(CH2)14-COO-(CH2)15-CH3.

Un autre type d’ester forme le groupe des hormones juvéniles des insectes :

70
VI. HYDROCARBURES :

Ce sont des composés de structures générale CH3-(CH2)n-CH3, ils sont parfois ramifiés ou
insaturés. Ils se trouvent en faibles quantités dans la plupart des organismes vivants plus
particulièrement dans la cuticule des insectes.

VII. LIPIDES ISOPRENIQUES :

VII. 1. Hydrocarbures polyisopréniques (voir cours des terpènes)

VII. 2. Stérols et stéroides :

Composés dérivant d’un noyau polycyclique appelé noyau cyclopentanophénanthrène :

a. Stérols :

Le principal est le cholestérol, hormone se trouvant chez tous les vertébrés. La biosynthèse
du cholestérol s’effectue à partir du squalène :

Le cholestérol est un précurseur des hormones stéroïdes, des acides biliaires et certaines
vitamines.
b. Les stéroïdes :

Chez l’homme, beaucoup de stéroïdes agissent comme hormones. Il existe deux grandes
classes, les hormones sexuelles qui contrôlent le développement et la reproduction et hormones
adrénocorticoides qui régulent divers processus métaboliques.

71
Dans le premier cas, il y a les hormones sexuelles males (testostérone et androstérone) et
des hormones femelles (oestrones et oestradiol).

Dans le second cas, il y a deux types d’hormones corticoïdes, les minéralocorticoides


comme l’aldostérone qui contrôlent le gonflement des tissus en régulant l’équilibre des sels
cellulaires entre Na+ et K+ :

Les glucocorticoïdes, tel l’hydrocortisone, interviennent dans la régulation du métabolisme


du glucose et dans le contrôle de l’inflammation :

c. Stéroïdes synthétiques :

En dehors de ceux isolés, des milliers d’autres ont été synthétisés dans les laboratoires
pharmaceutiques, parmi les stréroides de synthèse, il y a les contraceptifs et les anabolisants :

72
Les stéroïdes anabolisants, tels le stanozolol (détectés chez plusieurs athlètes) sont des
androgènes dont le rôle est d’accroître la masse musculaire, ce que fait naturellement la
testostérone :

73