Vous êtes sur la page 1sur 22

LE CONTRÔLE ET SES RÉSULTATS

Pr Rachid M’Rabet 1
Questions de réflexion

• Qu’est-ce que le contrôle dans les organisations ?


• Les systèmes organisationnels servent-ils au contrôle ?
• La gestion des opérations peut-elle améliorer les
mesures de contrôle ?
• Comment peut-on intégrer les mesures de planification et
de contrôle ?

Pr Rachid M’Rabet 2
Le contrôle

• Le contrôle désigne le processus qui permet d’évaluer le


rendement et d’intervenir en vue d’atteindre les résultats
escomptés.
• Contrôler, c’est
• veiller à ce que les plans soient réalisés
• s’assurer que les résultats obtenus concordent avec les
objectifs fixés.

Pr Rachid M’Rabet 3
Le contrôle (suite)

Pr Rachid M’Rabet 4
Le processus de contrôle

Pr Rachid M’Rabet 5
Étape 1 : établir les critères et les normes
de rendement

• Le processus de contrôle se met en branle au moment


où la planification fournit les objectifs et les normes de
rendement.
• Les objectifs déterminent les cibles de rendement et les
normes, l’étalon permettant d’évaluer (de comparer) les
résultats obtenus.

Pr Rachid M’Rabet 6
Deux types de normes

• Norme d’extrants : sert à mesurer les résultats


(quantité, qualité), ainsi que le coût et le temps requis
pour l’exécution de la tâche; exemples:
• taux d’erreurs (pourcentage)
• écart par rapport aux dépenses prévues (dollars)
• nombre d’unités produites ou de clients servis pendant une
période donnée.

• Norme d’intrants : sert à mesurer l’effort en fonction de


la quantité de travail nécessaire à l’exécution d’une tâche
(norme appliquée dans les cas où la mesure des extrants
est difficile ou coûteuse); exemples:
• respect des règles et de la procédure
• efficience dans l’utilisation des ressources
• assiduité ou ponctualité au travail.

Pr Rachid M’Rabet 7
Deux types de normes (suite)

Pr Rachid M’Rabet 8
Étape 2 : mesurer le rendement obtenu

• Mesurer les résultats obtenus, pour chacun des critères


d’évaluation.
• Les mesures doivent être suffisamment précises pour
permettre de mettre en évidence les écarts significatifs
entre ce qui s’est passé effectivement et ce qu’on avait
prévu.

Pr Rachid M’Rabet 9
Étape 2 : mesurer le rendement obtenu (suite)

Pr Rachid M’Rabet 10
Étape 3 : comparer les résultats aux objectifs
et aux normes

• Comparaison
• historique : utiliser les résultats précédents comme norme
d’évaluation des résultats actuels
• relative : faire appel aux résultats d’autres personnes,
unités fonctionnelles ou organisations comme points de
repère pour l’évaluation
• d’ordre technique : s’appuyer sur les normes établies de
manière scientifique.

• Déterminer s’il y a lieu d’apporter des mesures de


redressement, par l’équation de contrôle :
• La nécessité d’intervenir = les résultats désirés – les
résultats obtenus
Pr Rachid M’Rabet 11
Étape 4 : adopter des mesures de redressement

• Pour corriger la situation existante ou pour améliorer le


rendement à l’avenir.
• Gestion par exceptions
• priorité aux situations pour lesquelles l’intervention est la
plus urgente.
• Contrôle par échantillonnage aléatoire
• contrôle exercé sur un certain nombre d’employés ou
d’opérations, de façon à accroître l’efficacité et à diminuer
les coûts.

Pr Rachid M’Rabet 12
Mesures de contrôle efficaces : caractéristiques

• Stratégiques et axées sur les résultats.


• Faciles à comprendre.
• Favorisant l’autocontrôle.
• Exécutées en temps voulu.
• De nature positive.
• À la fois justes et objectives.
• Souples.
• Respectant le principe d’économie.

Pr Rachid M’Rabet 13
Mesures de contrôle : types

• Contrôle proactif : mesures prises avant le début d’une


activité; aussi appelé contrôle préliminaire ou contrôle
préventif.
• Contrôle continu : mesures qui portent sur ce qui se
déroule pendant le processus de travail; aussi appelé
contrôle de suivi.
• Contrôle rétroactif : mesures mises en œuvre après
l’exécution des travaux, qui portent sur les résultats
obtenus, plutôt que sur les intrants de travail et sur les
activités. Aussi appelé contrôle postérieur.

Pr Rachid M’Rabet 14
L’information et les mesures de contrôle financier

Volets financiers clés

• Les liquidités : avoir en main de l’argent pour régler les


factures.
• L’effet de levier : rendement du capital supérieur au
coût de l’endettement.
• La gestion de l’actif : capacité d’utiliser les ressources
avec efficience et de réduire le plus possible les frais
d’exploitation.
• La rentabilité : bénéfices supérieurs aux coûts.

Pr Rachid M’Rabet 15
Les ratios financiers

• Les ratios de liquidité


• Le ratio de liquidité générale = actif à court terme / passif à court
terme ()
• Le ratio de liquidité immédiate = (actif à court terme – stocks) /
passif à court terme ()
• Les ratios de levier financier
• Le ratio d’endettement = total des dettes / total de l'actif ()
• Le ratio de couverture des intérêts = bénéfices avant intérêts et
impôts / total des intérêts ()
• Les ratios de gestion de l’actif
• Le ratio de rotation des stocks = ventes / stocks moyens ()
• Le ratio de rotation de l’actif = ventes nettes / total de l'actif ()
• Les ratios de rentabilité
• La marge bénéficiaire nette = bénéfices nets après impôts /
ventes nettes ()
Le rendement du capital investi = bénéfices nets après impôts /
total de l'actif () Pr Rachid M’Rabet 16
La gestion des opérations et le contrôle

• Le contrôle fait partie intégrante de la gestion des


opérations, qui a toujours pour objectif d’optimiser le
recours aux ressources humaines, aux ressources
matérielles et à la technologie.
• Volets importants
• Le contrôle des achats
• Le contrôle des stocks
• Quantité économique de commande (QEC)
• Juste-à-temps (JAT)
• Le contrôle de la qualité.

Pr Rachid M’Rabet 17
L’intégration de la planification et du contrôle

• Qui dit planification réussie dit amélioration du contrôle,


et vice versa.
• Sans planification appropriée, les responsables du
contrôle ne disposent pas de repères leur permettant de
mesurer le rendement.
• Parmi les techniques servant à intégrer la planification et
le contrôle figure la gestion par objectifs, ou GPO.

Pr Rachid M’Rabet 18
La gestion par objectifs

• La gestion par objectifs (GPO) constitue un processus


structuré par lequel le superviseur et son subordonné
établissent, d’un commun accord, les objectifs de
rendement du subordonné et passent en revue les
résultats obtenus.

• La GPO exige que le supérieur et le subordonné se


mettent d’accord sur les éléments suivants :
1. les objectifs de rendement du subordonné pour la période
envisagée
2. les plans de réalisation des objectifs
3. les normes permettant de mesurer les résultats
4. la procédure d’analyse des résultats finaux.

Pr Rachid M’Rabet 19
La gestion par objectifs (suite)

Pr Rachid M’Rabet 20
La gestion par objectifs (suite)

Pr Rachid M’Rabet 21
Avantages de la GPO

• Les travailleurs peuvent concentrer leurs efforts sur les


tâches et les objectifs prioritaires.
• Les supérieurs concentrent leurs efforts sur les éléments
qui doivent faire l’objet d’un soutien afin d’aider vraiment
les travailleurs à atteindre les objectifs dont ils ont
convenu.
• Le processus de GPO invite au dynamisme et à
l’enthousiasme dans l’exécution des obligations de
rendement.

Pr Rachid M’Rabet 22