Vous êtes sur la page 1sur 10

1

Le concept de RSE

1.1 Comment peut-on définir la RSE ?

1.1.1 Que signifie ce sigle ?


La RSE signifie « responsabilité sociale et environnementale » ou « respon-
sabilité sociétale de l’entreprise », selon les sources et les réseaux, et prend
l’appellation RSO quand il s’agit d’organisations au sens large du terme (en
réalité toute structure, qu’elle soit sur le secteur marchand ou non marchand,
privée ou publique).
Ainsi :
ff La RSE est vue comme un levier de la réussite économique et corres-
pond à la contribution de l’entreprise au développement durable.
ff Elle représente pour les entreprises une action qui, sans obligations ou
réglementations à appliquer (au-delà de la loi), peut constituer une véri-
table valeur ajoutée !

1.1.2 Quelle définition peut-on en donner ?


Nous retiendrons celle de la Commission européenne :
** L’intégration volontaire par les entreprises de préoccupations sociales et
environnementales dans leurs activités commerciales, ainsi que dans leurs
interactions avec les parties prenantes.

3465371 Comprendre et entreprendre une démarche RSE.indd 1 25/05/2012 09:39:24


Comprendre et entreprendre une démarche RSE

Alors pourquoi parler de responsabilité sous un aspect culpabilisant  ?


N’est-ce pas plutôt une volonté d’engagement d’une structure, ô combien
plus positive ?
Peut-être s’agit-il d’un dosage entre ces deux notions, l’entreprise ayant un
rôle sociétal, mais dans lequel l’humanisme peut être une ligne de conduite ?

1.1.3 Quelques rappels sur le développement durable


La définition du développement durable, généralement retenue, est celle-ci :
** Un développement qui répond aux besoins des générations du présent sans
compromettre la capacité des générations futures à répondre aux leurs.

Responsabilité
sociétale

Équitable Vivable

Développement
durable

Responsabilité Responsabilité
économique Soutenable environnementale

Figure 1.1 Les principes du développement durable

Il est répondu ainsi à l’objectif de construire un développement :


ff durable et soutenable : assurant la pérennité de notre planète ;
ff viable : permettant en même temps de gérer au mieux les ressources
naturelles ;
ff vivable : assurant un cadre de vie acceptable ;
ff équitable : dans le respect des droits de l’Homme et de l’équité.

Ce qui se traduit par cinq grands principes du développement du-


rable qui ont été énoncés comme suit.

2|

3465371 Comprendre et entreprendre une démarche RSE.indd 2 25/05/2012 09:39:25


Le concept de RSE

 Le premier grand principe


Le premier principe place l’Homme au cœur de ce nouveau type de projet :
** Les êtres humains sont au centre des préoccupations relatives au développement
durable. Ils ont droit à une vie saine et productive, en harmonie avec la nature.

 Le deuxième principe
Le deuxième principe explique la notion de gestion des ressources :
** Conformément à la charte des Nations Unies et aux principes du droit inter-
national, les États ont le droit souverain d’exploiter leurs propres ressources
selon leur politique d’environnement et de développement, et ils ont le droit
de faire en sorte que les activités exercées dans les limites de leur juridiction
ou sous leur contrôle ne causent pas de dommages à l’environnement dans
d’autres États ou dans des zones ne relevant d’aucune juridiction nationale.

 Le troisième principe
Le troisième principe rappelle l’importance d’une gestion raisonnée des res-
sources, dans la perspective d’un héritage à léguer aux générations futures :
** Le droit au développement doit être réalisé de façon à satisfaire équitablement
les besoins relatifs au développement et à l’environnement des générations
présentes et futures.

 Le quatrième principe
Le quatrième principe associe la notion de « développement » à la notion
d’« environnement » :
** Pour parvenir à un développement durable, la protection de l’environnement
doit faire partie intégrante du processus de développement et ne peut être
considérée isolément.

 Le cinquième principe
Le cinquième et dernier principe précise la notion de lutte contre la pauvreté
et la réduction des écarts de niveaux de vie, à l’échelle planétaire :

** Tous les États et tous peuples doivent coopérer à la tâche essentielle de


l’élimination de la pauvreté, qui constitue une condition indispensable au
développement durable, afin de réduire les différences de niveaux de vie et de
mieux répondre aux besoins de la majorité des peuples du monde.

|3

3465371 Comprendre et entreprendre une démarche RSE.indd 3 25/05/2012 09:39:25


Comprendre et entreprendre une démarche RSE

1.2 Un peu d’histoire


Sans entrer dans le détail, il est intéressant de noter quelques étapes no-
toires sur le chemin de la RSE et de ce principe de développement durable
qui influence les comportements des citoyens d’aujourd’hui.

1.2.1 Développement durable :


quelques repères marquants
La notion de développement durable apparaît en 1972, à Stockholm,
quand des chercheurs font émerger, à la conférence des Nations Unies sur
l’environnement, la notion d’écodéveloppement. Celle-ci sera officialisée
en 1987 dans le rapport Brundtland et la définition citée plus haut sera
alors retenue.
Deux concepts sont donc inhérents à cette notion, comme le précise ce
rapport :

ff Le concept de besoins, et plus particulièrement des besoins essentiels


des plus démunis, à qui il convient d’accorder la plus grande priorité.

ff L’idée des limitations que l’état de nos techniques et de notre organisa-


tion sociale impose sur la capacité de l’environnement à répondre aux
besoins actuels et à venir.

Le problème de la conciliation entre croissance économique, cohésion so-


ciale et préservation des ressources naturelles avait été formulé dès 1971
par les experts du Club de Rome.
En 1992, le Sommet de la Terre à Rio a officialisé la notion de développe-
ment durable et celle des « trois piliers » (économie, social, environnement).
e
Un programme d’action international pour le XXI  siècle, dit Agenda 21, a été
défini à la suite de ce sommet.
En 2001, l’Union européenne inscrit le développement durable à son agen-
da politique et adopte une stratégie (Conseil européen de Göteborg) qui
décline des objectifs et instaure un dispositif de suivi et d’évaluation fondée
sur un ensemble d’indicateurs.
Le sommet de Johannesbourg de 2002 a conforté l’analyse faite à Rio
et recommande un changement profond des modes de production et de
consommation.

4|

3465371 Comprendre et entreprendre une démarche RSE.indd 4 25/05/2012 09:39:25


Le concept de RSE

1970 1980 1990 2000 2010

1972 1987 1992 2002 2010


Conférence des Commission Sommet Sommet mondial Sommet
Nations Unies sur Bruntland de la Terre du développement mondial sur
l'environnement à Rio durable à le climat
Johannesburg

Halte à la croissance et
protection de l'environnement Développement durable
Évolution des
concepts

RSE

Performance économique,
sociale et environnementale

Scientifiques et ONG
des acteurs

Gouvernements et nations
Évolution

Entreprise

Consommateurs

Figure 1.2 Frise chronologique2

1.2.2 La naissance de la RSE


Depuis les années quatre-vingts, sous l’impulsion notamment des ONG,
des outils ont été développés pour identifier le niveau de responsabilité des
entreprises. Des référentiels ont vu le jour, des codes de conduite des entre-
prises, des certifications, normes ou labels, ainsi que des audits sociaux ou
environnementaux.
Ainsi pouvons-nous citer, sous forme de convention internationale :

ff La déclaration unique des droits de l’Homme : Pacte international sur les


droits civil et politique ;

ff Le Pacte international sur les droits économique, social et culturel ;

ff La convention des Nations Unies sur les droits de l’enfant ;

ff La convention sur l’élimination de toutes les formes de discrimination à


l’encontre des femmes.

2 Delchet Karen, Qu’est-ce que le développement durable ?, AFNOR Éditions, 2003.

|5

3465371 Comprendre et entreprendre une démarche RSE.indd 5 25/05/2012 09:39:25


Comprendre et entreprendre une démarche RSE

 Repères RSE en France

La RSE a été mise en avant par la loi NRE (dite des nouvelles régulations
économiques) du 15 mai 2001 qui oblige les sociétés cotées à publier des infor-
mations sur les conséquences environnementales et sociales de leurs activités.

 La loi NRE
Elle concerne le reporting des entreprises cotées en bourse. Cette loi
de 2001, dont le décret d’application est paru en février 2002, relative aux
nouvelles régulations économiques, conforte le concept de RSE et rend
obligatoire pour les entreprises cotées, l’intégration dans leur rapport annuel
d’informations sur la façon dont elles prennent en compte les impacts
sociaux et environnementaux de leur activité. Cela va des émissions de
gaz à effet de serre à l’égalité professionnelle entre hommes et femmes en
passant par l’insertion des personnes handicapées.
Le rapport annuel contient ainsi des informations sur la manière
dont l’entreprise prend en compte les conséquences sociales et
environnementales de ses activités. Cependant, la loi ne précise pas les
conditions de responsabilité juridique des dirigeants s’ils ne respectent
pas cette obligation. Néanmoins, les entreprises qui informent sur leurs
pratiques en terme de RSE ont la vertu de créer de la transparence envers
leurs parties prenantes, bénéfique surtout envers des actionnaires dont le
critère-clef est l’ISR (investissement socialement responsable).
Doivent figurer notamment dans le rapport annuel :
ff la prise en compte de l’impact territorial de l’activité ;
ff les mesures prises pour limiter les atteintes à l’équilibre biologique ;
ff les démarches internes pour former et informer les salariés.
… ceci dans une perspective dynamique de responsabilisation des acteurs
et de progrès.
Les lois issues du processus du Grenelle de l’environnement (exigences de
publication en matière de RSE) prévoient progressivement de s’adresser
aussi aux sociétés non cotées (avec un abaissement progressif des seuils,
en nombre de salariés). Citons quelques exemples tirés du Grenelle 2 :
ff Agir pour les entreprises :
dd exiger des entreprises de plus de cinq cents salariés qu’elles présen-
tent un bilan social et environnemental ;

6|

3465371 Comprendre et entreprendre une démarche RSE.indd 6 25/05/2012 09:39:25


Le concept de RSE

dd afficher le coût carbone et les autres impacts environnementaux des


produits de consommation (à partir du 1er juillet 2011 et dans un pre-
mier temps à titre expérimental) ;
dd afficher les émissions de carbone associées aux prestations de trans-
port de voyageurs ou de marchandises, sans limitation de distance à
partir de 2011 ;
dd obliger les gestionnaires de fonds à indiquer, dans les documents
destinés aux souscripteurs, la prise en compte des critères environ-
nementaux, sociaux et de gouvernance ;
dd mettre en place une vérification par des organismes tiers des infor-
mations sociales et environnementales que les entreprises doivent
fournir à leurs actionnaires en sus des informations financières ;
dd mettre financièrement à la charge des maisons-mère, soit sur la base
du volontariat, soit en cas de faute et de condamnation, la réparation
de dommages environnementaux incombant à des filiales défaillantes.

ff Parmi les structures qui ont été motrices sur ce champ de la RSE :
dd IMS Entreprendre pour la cité (Club d’entreprises national) : né en
1986 autour de la notion de responsabilité sociétale, qui a concerné,
dans un premier temps, le mécénat, d’où l’origine du nom IMS (Institut
du mécénat de solidarité) ;
dd le CJD (Centre des jeunes dirigeants)  : il a lancé à la fin des an-
nées quatre-vingts le thème de l’entreprise citoyenne, pour le retenir
comme thème de travail national en 1991/1992.

1.3 Pourquoi la RSE a-t-elle aujourd’hui


de réels fondements ?
1.3.1 L’entreprise et son contexte ont évolué
En effet, l’entreprise dans les années soixante-dix/quatre-vingts tournait
autour des seules préoccupations liées aux :
ff actionnaires (en tant qu’apporteurs du capital, l’entreprise devait les
rémunérer et leur rendre des comptes) ;
ff clients (l’optique était de produire, pour vendre. Sans clientèle pour
acheter les produits, point de salut !) ;
ff salariés (sans eux, il n’était pas possible de produire et de vendre !).

|7

3465371 Comprendre et entreprendre une démarche RSE.indd 7 25/05/2012 09:39:25


Comprendre et entreprendre une démarche RSE

À cette époque, même les fournisseurs étaient hors du cercle de base, la


tendance étant à acheter auprès des fournisseurs susceptibles de fournir au
moindre coût et dans les meilleurs délais…
e
L’entreprise du XXI  siècle doit tenir compte d’autres facteurs qui influent
sur leur quotidien, parce qu’elle travaille dans un contexte plus élargi, avec
la mondialisation et Internet, et parce que les exigences l’ont faite évoluer :
ff Organismes professionnels (chambres syndicales, chambres de
commerce et d’industrie, organismes patronaux, clubs d’entreprises…) :
leur rôle est croissant, voire déterminant comme sur le champ du
développement durable.
ff Riverains : la prise en compte des nuisances, le dialogue avec les voisins
de l’entreprise sur son territoire, sont quasi incontournables aujourd’hui.
Des études d’impact sont demandées lorsqu’une entreprise s’implante
sur un territoire.
ff Associations et ONG : elles font partie du paysage partenarial, à des
degrés divers. L’entreprise peut avoir besoin d’elles (par exemple pour
recruter ou lutter contre l’illettrisme) ou doit composer avec elles (par
exemple avec les associations de défense de l’environnement).
ff Élus et administrations  : dans le domaine du droit (travail, pollution,
etc.) comme pour rechercher des solutions locales (locaux, facilités
administratives…), l’entreprise est amenée à avoir de bonnes relations,
dans la durée, avec les pouvoirs publics.
ff Enseignement : ignorer les possibilités de passerelles entre l’entreprise
et le monde de l’enseignement revient à ne pas se préoccuper de fu-
turs collaborateurs, ni de synergies pouvant être utiles (cas des grandes
écoles pour des études marketing, par exemple, ou des laboratoires
d’études et de recherche).
ff Médias : tel un bonus ou un malus, ils pèsent sur les décisions et leur
puissance est avérée.
ff Agences de notation RSE : dans ce domaine de la RSE, il est de plus
en plus demandé et opportun de se situer…
ff Autres entreprises  : les synergies se développent, sur les territoires,
dans les complémentarités, hors relations d’affaires. C’est le cas des
groupements d’employeurs ou des mutualisations de formations, par
exemple, ou même des groupes de travail sur des thématiques requérant
du partage d’expériences.

8|

3465371 Comprendre et entreprendre une démarche RSE.indd 8 25/05/2012 09:39:26


Le concept de RSE

Organismes
professionnels
Enseignement

Riverains
Entreprises
Clients
partenaires
Salariés
Médias Actionnaires

Fournisseurs
Élus & Associations/
administrations ONG

Agences de
(…) notation RSE

Figure 1.3 L’entreprise et ses parties prenantes

## Les objectifs sont désormais de mieux maîtriser les enjeux,


d’identifier les facteurs de réussite, de définir des critères
d’action, de communiquer et de rendre compte.

1.4 Comment la RSE est-elle perçue


en Europe et en France ?
Notre territoire national aurait à s’inspirer des avancées constatées dans
plusieurs pays de l’Union européenne… Plus de la moitié des PME en
Europe indiquent mener des activités responsables aux plans social et
environnemental, dans l’intérêt de leurs parties prenantes.

1.4.1 Regards sur l’Europe


Les États membres de l’Union européenne n’ont pas tous la même conception
de la place de la réglementation par rapport à l’initiative volontaire. Dans une
certaine mesure, la RSE est perçue en Europe comme un prolongement de
la tradition réglementaire en matière de politique environnementale.
Le rôle des entreprises a été nettement souligné dans l’objectif de l’UE, qui
repose sur trois piliers : la compétitivité, la cohésion sociale et le dévelop-
pement durable.

|9

3465371 Comprendre et entreprendre une démarche RSE.indd 9 25/05/2012 09:39:28


Comprendre et entreprendre une démarche RSE

En mars 2010, la Commission européenne s’est engagée à « relancer


la stratégie de l’Union visant à accroître la responsabilité sociale des
entreprises, qui constitue un facteur-clef pour la confiance à long terme des
employés et des consommateurs ».

À noter le rôle important de CSR Europe (Corporate Social Responsibility),


réseau Européen créé en 1996 à l’initiative de Jacques Delors et de respon-
sables du monde économique, véritable « plaque tournante » de la RSE en
Europe, dont les outils, tels le SME Key qui sera évoqué plus loin, ont été
utilisés dans quinze pays européens.

 Quelques repères

L’UE s’est clairement prononcée en faveur de la RSE lors du sommet euro-


péen de Lisbonne en mars 2000. Cette dernière a été portée au rang de
dimension stratégique pour l’Union.
L’investissement socialement responsable (ISR) caractérise le concept
de RSE et suscite un consensus autour de son utilité en pointant un fort
potentiel de développement…
De plus en plus d’entreprises adoptent la RSE et si le débat s’est focalisé, au
départ, sur les grandes entreprises internationales, la RSE n’est pas sans
fondements dans les PME aujourd’hui, notamment dans les pays voisins.

 Quelques constats de disparités selon les pays

Les pays d’Europe du Nord (Allemagne, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et


Suisse) apparaissent dans l’ensemble plus favorables à la démarche et plus
familiarisés, avec des offres bien identifiées.
L’Allemagne et les Pays-Bas arrivent en tête pour les actions de protection
de l’environnement.
La Belgique, le Danemark (exemples de job rotation) ou même le Royaume-
Uni (mais seulement pour les formations en alternance ou les parrainages
de mini-entreprises) étant dans une démarche plus sociale.
Le principe de job rotation, au Danemark, est innovant et permet à ce pays
d’avoir le taux de chômage le plus faible d’Europe : il consiste à former les
salariés de façon beaucoup plus ambitieuse qu’en France, notamment en
durée, pour les remplacer par des chômeurs qui vont ainsi monter en quali-
fication, tout en retrouvant la confiance.

10 |

3465371 Comprendre et entreprendre une démarche RSE.indd 10 25/05/2012 09:39:28