Vous êtes sur la page 1sur 2

CHAPITRE 5 : CHANGEMENT SOCIAL ET DEVELOPPEMENT

Le changement social est souvent dans le sens de la captation et de l’adoption de


ce qui est innovant pour améliorer la façon de vivre.

Il existe plusieurs théories de développement et elles sont si générales qu’elles


finissent par être réfutées par des contre-exemples. Les voies du développement
sont variées.

Définition : qu'est-ce que le développement ?

L'emploi des termes de développement et de sous-développement date des


années 40 ; il est contemporain de la décolonisation qui a permis à de jeunes
nations d'accéder à l'indépendance.

Il apparaît alors que ces pays doivent connaître un ensemble de transformations


profondes, sociales et économiques, pour parvenir au stade de « pays développés
».

Le développement est d'abord un processus de changement avant d'être un


objectif ou un niveau atteint au cours de l'évolution sociale. C'est pourquoi le
terme de « pays en développement » (PED) ou son synonyme « pays en voie de
développement » (PVD) est employé par la suite, de préférence à celui de « pays
sous-développé » qui indique plutôt un état.

Le développement comme processus de changement social et économique

Il existe de très nombreuses définitions du développement, en raison des


divergences entre les analyses de ce phénomène. Nous retiendrons celle de
l'économiste français François Perroux

« Le développement est la combinaison des changements mentaux et sociaux


d'une population qui la rendent apte à faire croître, cumulativement et
durablement son produit réel global » ( F. Perroux, Etudes, janvier 1961)

Cette définition comprend deux éléments essentiels


- Le développement est un phénomène qualitatif, social et culturel, alors
que la croissance est d'ordre quantitatif et économique.

Le développement se distingue donc de la croissance : il peut y avoir croissance


sans développement, par exemple lorsque des découvertes de ressources
minières entraînent une augmentation temporaire du PIB qui prendra fin avec
l'épuisement des gisements.

- Le développement rend la croissance irréversible (cumulative) : il n'y a


pas de retour en arrière.

Ces deux éléments rejoignent certains aspects de la théorie des étapes de la


croissance économique de Walt Rostow, historien américain contemporain.

Pour Rostow, les sociétés traditionnelles, pour accéder au développement -


doivent d'abord remplir « les conditions préalables au décollage » pendant une
phase de transformations sociales, institutionnelles et politiques, où les
changements de mentalités jouent un rôle essentiel : diffusion de l'idée de
progrès de l'instruction, apparition « de nouveaux types d'hommes animés de
l'esprit d'entreprise » ;