Vous êtes sur la page 1sur 10

INTRODUCTION

Afin de satisfaire les besoins de ses clients par le biais de biens et


services qu’elle produit et commercialise, l’entreprise mis en œuvre et
coordonne plusieurs fonctions spécialisées telles que la logistique, la
production, la direction, la fonction commerciale, la fonction financière et
la fonction de gestion des ressources humaines. Le nombre et la nature
des fonction à créer au sein de l’entreprise ainsi que les modes de
coordination entre ces fonctions dépendent de plusieurs facteurs
notamment la taille de l’entreprise, les objectifs de cette dernière, ses
moyens, la nature de ses produits et enfin de son environnement. Dans
une petite entreprise, différentes tâches sont assurées par une même
personne, généralement le chef d’entreprise, Mais dans une grande
entreprise, la diversité et la complexité du travail à faire fait que
différentes fonctions sont créées et réparties entre des groupes
spécialisés. Dans l’entreprise, les fonctions correspondent aux différentes
activités nécessaires pour atteindre son but. Des taches et activités
même de nature différente peuvent être regroupées pour former une
fonction. Notre travail portera sur la fonction Direction.

La fonction de direction a une place très importante dans l'entreprise.


C'est la seule fonction que l'on ne peut pas externaliser. Cette fonction
est délicate à définir.

I- La fonction direction dans entreprise


1. Definition et Caractéristiques
La fonction de direction : C'est la fonction prédominante d'une
entreprise. Elle s'applique à définir les choix stratégiques de l’entreprise.

1
Le premier à avoir réfléchi sur la Direction (ou l’Administration) est Henri
Fayol en 1916.
Pour lui, la direction d’une entreprise s’appuie sur 5 types d’actions :
prévoir, organiser, commander, coordonner et contrôler

 Prévoir : cela signifie prendre en compte les évolutions probables


de l’environnement, et fixer des objectifs en tenant compte de
contraintes internes (moyens financiers, humains, matériels dont
l’entreprise dispose) et de contraintes externes (marchés,
concurrences, besoins des clients …).
 Organiser : c’est mettre en place les moyens nécessaires afin
d’atteindre les objectifs fixés. A travers l’organisation l’entreprise
définie son mode de fonctionnement, choisie une structure
organisationnelle et définie les différents services qui formes
l’entreprise ainsi que les relations entre eux.
 Commander : le commandement signifie donner des ordres et
définir des règlements afin de susciter des actions orientées vers la
réalisation des objectifs fixés. Le commandement inclus aussi le
choix des collaborateurs, leur évaluation et leur motivation.

 Coordonner : vise à harmoniser les actes des divers employés


pour les faire converger vers le même but. H. MINTZBERG a
montré que toute activité humaine donne naissance à deux types
de besoins : la division du travail en taches distinctes puis la
coordination de ces taches. Il distingue six (06) mécanismes de
coordination :
 L’ajustement mutuel : c’est la forme la plus simple et la plus
répondue dans les organisations. Elle consiste en un processus de

2
communication informelle entre deux ou plusieurs individus
concernés par le même travail.
 La supervision directe : il s’agit dans ce cas d’une personne (un
superviseur) qui coordonne le travail par le biais des ordres et des
instructions qu’ils donnent à plusieurs personnes qui travaillent en
interrelations.
 La standardisation des procédés de travail : on parle de
standardisation lorsque la coordination est incorporée dans le
programme du travail dès sa conception et limite par conséquent,
le besoin de communication continue entre les personnes. Dans la
standardisation des procédés, la coordination est assurée en
spécifiant les procédés (procédures, façon de faire) de ceux qui
doivent effectuer des taches intermédiaires.
 La standardisation des résultats : des résultats sont spécifiés à
l’avance pour les différents types de travail. Lorsque les résultats
sont standardisés, les interfaces entre les taches sont
prédéterminées. Les postes reçoivent des résultats spécifiés qu’ils
devront atteindre mais ils gardent la liberté de choisir comment
faire pour y parvenir.
 La standardisation des qualifications et du savoir : ce mécanisme
de coordination et d’autant plus important lorsqu’il est impossible
de standardiser les procédés et résultats. La coordination est
assurée par le biais d’une formation spécifique de celui qui exécute
le travail. Grace à la formation, les travailleurs reçoivent les bases
du travail et de coordination et lorsqu’ils travail ils paraissent agir
d’une façon autonome et les besoins de communiquer avec les
autres personnes seront réduit à leurs plus bas niveaux.

3
 La standardisation des normes : les normes font que chacun
travaille à partir d’un même ensemble de données et de croyances.
Les normes dictent le travail et assure la coordination. Dans une
organisation, quel que soit sa nature et son activité, ne peut
employer qu’un seul de ces mécanismes de coordination, mais
combine deux ou plusieurs en même temps. Selon Mintzberg,
l’ajustement mutuel et la supervision directe sont les mécanismes
les plus courants dans les organisations contemporaines.
 Contrôler : c’est l’ensemble d’actions et d’outils mis en œuvre afin
de s’assurer que le travail effectué permet d’atteindre les objectifs
fixés et de prendre des actions correctives dans le cas contraire.
Plusieurs outils sont utilisés notamment la comptabilité analytique,
la gestion budgétaire et les tableaux de bords.

2. Rôle et importance de la Direction


 Pour FAYOL, « diriger c’est avant tout commander aux hommes
pour obtenir que des objectifs préalablement définis soient
atteints ».
 D’après FAYOL le dirigeant doit : prévoir, organiser, commander,
coordonner, contrôler (POCCC).
 Le rôle de la direction dépend de 3 variables :
 La taille de l’entreprise : (PME – GE) : elle réserve la gestion du
système d’informations et des systèmes de contrôle. Dans les GE,
la direction doit faire preuve de son efficacité par rapport aux
actionnaires. Dans une PME, les décisions stratégiques sont plus
facilement prises ; la gestion courante et importante. Le chef
d’entreprise supervise toute la gestion (paie, production,

4
comptabilité, approvisionnement). La gestion commerciale n’est
pas présente. Les directeurs de PME ont du mal à vendre leurs
produits. Ils font appel à l’ANCE afin de recruter des commerciaux
et de rechercher un partenariat ;
 La façon dont elle conçoit le commandement : le style de
leadership : c’est l’influence qu’exerce une personne sur un
groupe. Ce style d’animation des hommes va dépendre de la
personnalité des gens. Il va déterminer le degré de centralisation,
la capacité de la direction de l’entreprise à mobiliser le personnelle
à générer une culture d’entreprise.
 La nature de l’activité.

II- Les relations entre la fonction direction et les autres


fonctions

Dans les petites entreprises, la notion de fonction se confond avec celle


de service, car les différentes tâches de la fonction sont regroupées. La
classification de Fayol présente les inconvénients suivants :

 Des fonctions englobent les éléments hétérogènes. La fonction


commerciale englobe l’approvisionnement et la vente. En réalité, ce
sont deux fonctions différentes. L’une est en amont du processus de
production et l’autre en aval ;
 Des fonctions sont omises en dépit de leur importance. Par
exemple, la fonction Ressources Humaines qui est pourtant
indispensable au bon fonctionnement de l’entreprise ;

5
 Il y a confusion entre fonction et service. La fonction comptable,
selon Fayol, n’est, en réalité, qu’un service de la fonction financière.

Par ailleurs, la fonction administrative, selon Fayol, n’est pas localisée.


Elle est indispensable dans tous les services et son importance augmente
au fur et à mesure que l’on s’élève dans la hiérarchie. Actuellement, le
terme le plus utilisé est « management ».

1. Relation entre la fonction direction et les fonctions


(production, approvisionnement, marketing)

La fonction direction et approvisionnement, la plupart des organisations


possèdent une fonction approvisionnement à part entière au sein de leur
structure organisationnelle. Il appartient au responsable des achats
(Directeur ou autre) de gérer la fonction approvisionnement à l’intérieur
d’une structure définie afin d’en tirer le maximum.
D’un point de vue général que l’entreprise soit industrielle ou
commerciale la fonction approvisionnement joue un rôle primordial dans
le fonctionnement de toute l’entreprise. Elle est en relation avec tous les
services de l’entreprise. La fonction direction et production,
la fonction de production est une fonction vitale et occupe une place
primordiale au sein des entreprises.

Son importance est évidente : sans le produit, les autres fonctions n’ont


pas de justification, et la défaillance ou la performance insuffisante de
la production peuvent en très peu de temps anéantir les efforts des
autres fonctions

6
En effet, cette fonction a pour principale mission d’assurer la mise à
disposition du marché, en temps voulu, des produits que l’entreprise a
décidé de développer, vendre, commercialiser dans le cadre des
spécifications acceptées et pour un coût qui permette de dégager une
marge suffisante pour couvrir l’ensemble des autres coûts de
l’entreprise.

Pour réaliser sa mission, la fonction de production a besoin de se doter


de moyens humains, matériels et financiers nécessaires à son
fonctionnement.

De plus, elle se caractérise par une organisation particulière lui


permettant d’agencer les moyens mis à sa disposition et de structurer
ses relations avec les autres unités de l’entreprise.

La fonction direction et marketing, la direction marketing s’impose


comme une fonction majeure. Elle est d’ailleurs souvent rattachée à la
direction générale, le directeur marketing faisant partie, dans la plupart
des cas, du comité exécutif de la société. Coordinateur de l’ensemble de
la politique marketing, le rôle du directeur marketing pourrait se résumer
en deux mots : stratégie et conception. En effet, il assure, en étroite
collaboration avec la direction commerciale, la définition de plans
marketing destinés à développer la vente de l’ensemble des biens ou
services produits par l’entreprise. Pour cela, il analyse le marché,
détermine les cibles, fixe les objectifs à atteindre ainsi que les grands
axes de publicité et de communication. Le directeur marketing peut
également concevoir et mettre en place des actions promotionnelles.
C’est un métier de challenge et d’innovation : il faut bien sûr étudier la
concurrence mais aussi avoir le sens de l’écoute et de l’observation pour

7
anticiper les nouvelles tendances, les nouveaux modes de
consommation, capter des opportunités de marché et proposer les
meilleures offres. Autre attrait du poste, il présente une forte
composante managériale. Coordinateur de plusieurs chefs de produits, le
directeur marketing supervise leur action de la conception du produit
jusqu’à sa mise à disposition sur le marché. Recrutement, formation,
motivation… à lui de bien manager ses équipes marketing.

2. Relation entre la fonction direction et les fonctions


(finance, comptable, Ressources humaines)
La fonction « finance » permet d’assurer aux décideurs qu’ils auront bien
les fonds nécessaires à l’instant T pour financer telle ou telle activité.

C’est donc à elle, que revient la responsabilité de donner à l’entreprise


l'opportunité et les moyens de se développer. Elle garantit aussi que le
capital de l’entreprise est bien investi de façon rentable.

Avant de prendre n’importe quelle décision qui implique un flux financier


ou un trou dans la trésorerie, un gestionnaire ou décideur doit consulter
la fonction finance de l’entreprise. Ce qui implique que les outils mis en
place soient en adéquation avec l’activité.

La fonction financière dans l’entreprise accorde un grand intérêt à la


gestion du risque. En effet, il est très important de limiter les risques
financiers qui pourraient causer du tort à l’entreprise.

La fonction financière s’intéresse aussi à l’aspect juridique en s’assurant


que l’entreprise respecte bien les procédures d’autorisations.

Selon la dimension de l'entreprise, les missions du DRH diffèrent


sensiblement :

8
Dans les groupes, le DRH occupe une position stratégique et ses
missions sont focalisées sur l'harmonisation des pratiques RH aux
niveaux des différents établissements et zones géographiques. Il joue
donc un rôle d'impulsion, d'arbitre et de suivi des projets RH gérés par
ses collaborateurs. Dans les PME, le DRH réfléchit à la stratégie RH mais
s'investit également dans l'opérationnel, d'autant que ses équipes
peuvent être réduites. Il s'appuie le plus souvent sur ses collaborateurs
pour l'administration du personnel. En revanche, il prend en charge tout
ou partie du domaine du développement des RH.

 La nature de son rattachement hiérarchique influe également sur le


poids de sa fonction et sur la bonne marche de l'entreprise :

Lorsque le directeur des ressources humaines est rattaché à la direction


générale de l'entreprise, le DRH est plus influent en matière
d'élaboration et d'application de la stratégie de l'entreprise. Il peut alors
dialoguer d'égal à égal avec les autres grandes directions de l'entreprise.
Son poids est plus important dans l'entreprise lorsqu'il fait partie du
comité de direction. Lorsqu'il est rattaché à un directeur de
département (secrétaire général, DAF...), son influence est moins
forte. Sa fonction se rapproche de celle d’un responsable RH.

9
10