Vous êtes sur la page 1sur 31

CONSOLIDATION

1
CONSOLIDATION

Cumul des comptes


Élimination des opérations internes
Ecart d’évaluation
Ecart d’acquisition

2
CONSOLIDATION

Cumul des comptes

Une fois les retraitements effectués, tous les comptes des filiales sont établis
avec des méthodes homogènes.
Il est alors possible de faire le cumul des comptes de toutes les filiales. Cette
opération n’offre aucune difficulté technique.
Intégration globale : cumul de la totalité des comptes des filiales
Intégration proportionnelle : cumul des comptes en fonction du % d’intérêt
Mise en équivalence : pas de cumul des comptes

A partir de cette opération, toutes les écritures ayant un impact sur le résultat
auront un impact sur le résultat du groupe. Les résultats individuels des
filiales ne sont plus concernés.

Normes internationales : mêmes principes

3
CONSOLIDATION

Élimination des opérations internes

Après le cumul des comptes, toutes les opérations qui ont pu être réalisées
entre les sociétés du groupe sont comprises dans les comptes de charges,
de produits ainsi que dans les comptes de bilan.
L’objectif des comptes consolidés étant de présenter les comptes du groupe
comme ceux d’une seule entité, il faut éliminer toutes les opérations internes
et tous les soldes correspondant qui ne représentent pas des opérations
réalisées avec des tiers (hors groupe).
Il faut distinguer :
• L’élimination des comptes sans incidence sur le résultat
• L’élimination des comptes avec incidence sur le résultat

4
CONSOLIDATION

Élimination sans incidence sur le résultat : Comptes réciproques


Il s’agit :
• des comptes d’achats et de ventes – de clients et fournisseurs ;
• de charges et produits financiers – de prêts et d’emprunt.
Si des écarts sont constatés, ils doivent être analysés et régularisés

Opérations entre entreprises consolidées par intégration globale ou par


intégration proportionnelle
Élimination des montants retenus pour le cumul des comptes (100% ou %
d’intérêt)
Opérations entre entreprises consolidées par Intégration proportionnelle
Élimination suivant le % le plus faible
Opérations avec une entreprise mise en équivalence
Aucune élimination – sans incidence sur l’évaluation

5
CONSOLIDATION

Élimination avec incidence sur le résultat : Résultats internes


Il s’agit :
• Des marges interne sur stock
• Des résultats partiels de contrat à long terme
• Des cessions d’immobilisations
• De distributions de dividendes
• Des dépréciations internes.

Opérations entre entreprises consolidées par intégration globale


Élimination de la totalité des comptes et constatation des intérêts minoritaires
Opérations entre une entreprise consolidée par intégration proportionnelle et
une entreprise consolidée par intégration globale
Élimination dans la limite du % d’intégration de l’entreprise contrôlée
conjointement
Opérations entre entreprises consolidées par Intégration proportionnelle
Élimination suivant le % le plus faible
Opérations avec une entreprise mise en équivalence
Élimination suivant le % le plus faible
6
CONSOLIDATION

Élimination des marges sur stocks


Les sociétés A et B sont consolidées par intégration globale
La société A (fabricante) vend des produits à la société B (grossiste)

Société A Société B
Coût de production 800
Coût d’achat 1 000
Prix de vente 1 000 1 300
Taux de marge 25% 30%
Marge réalisée 200 300

Au 31/12/N, il reste dans les stocks de la société B, des produits A pour 450 €
Quelle est la marge réalisée par A qui ne correspond pas à une vente du groupe
à un client tiers ?
450 / 1,25 x 0,25 = 90

7
CONSOLIDATION

Élimination des marges sur stocks


L’objectif des écritures d’élimination est de retrouver dans les comptes
consolidés, la valeur des stocks tels qu’ils auraient été évalués dans la société A.
Il faut donc :
• Modifier la valeur du stock
• Tenir compte de l’impôt payé sur un produit non réalisé au niveau du groupe

Exercices N

Bilan Gestion
Débit Crédit Débit Crédit
Résultat groupe 60 Variation des stocks 90
Impôt différé – actif 30 Impôt sur les bénéfices 30
Stocks 90 Résultat global 60

8
CONSOLIDATION

Élimination des marges internes sur contrats à long terme


Les sociétés A et B sont consolidées par intégration globale
La société A (ingénierie) a conclu un contrat de 18 mois avec la société B
(industrie) d’un montant de 3.000 K €. Le bénéfice prévisionnel est de 300 K €.
La société A, suivant les normes du groupe, comptabilise les contrats à long
terme à l’avancement
Au 31/12/N, le % d’avancement est de 60%
A a facturé à B un acompte de 1.000 K € et constate à la clôture une facture à
établir de 1.800 K € en chiffre d’affaires.
B a comptabilisé en acompte versé sur immobilisation corporelles (cpte 238)
l’acompte versé de 1.000 K €.
Cette opération ne concernant pas les tiers doit être éliminée. Elle doit être
analysée comme une livraison à soi-même, donc sans bénéfice.

Il faut donc :
• éliminer l’acompte versé et reçu – sans incidence sur le résultat
• éliminer le chiffre d’affaires et constaté la production immobilisée
• constater une immobilisation en cours, pour le montant des frais engagés

9
CONSOLIDATION

Élimination des marges internes sur contrats à long terme


Exercices N

Bilan Gestion
Débit Crédit Débit Crédit
Acompte reçu 1 000
Acompte versé 1 000
Immo en cours 1 620 Ventes 1 800
Résultat groupe 180 Production immobilisée 1 620
Facture à établir 1 800 Résultat global 180
Impôt différé actif 60 Résultat global 60
Résultat groupe 60 Impôt sur les bénéfices 60

10
CONSOLIDATION

Élimination des cessions d’immobilisation


Les sociétés A et B sont consolidées par intégration globale
La société A a cédé un matériel à la société B

L’objectif des écritures d’élimination est de retrouver dans les comptes


consolidés, la valeur du matériel tel qu’ils aurait été évalué dans la société A,
comme si la vente n’avait pas eu lieu
Il faut donc :

• Modifier la valeur de l’immobilisation


• Modifier les amortissements
• Tenir compte de l’impôt payé sur une plus value non réalisée au niveau du
groupe

11
CONSOLIDATION

Élimination des cessions d’immobilisation

Dans les comptes de A


1/1/ N : Valeur d’entrée du matériel : 45 000 - durée d’amortissement 5 ans
30/6/N+3 : cession à B : 15 000
Dotation aux amortissements N+3 : 4 500
Plus value réalisée : 1 500
Dans les comptes de B
Acquisition du matériel : 15 000 – durée d’amortissement 3 ans
Dotation aux amortissements N+3 : 2 500
En l’absence de cession
Pas de plus value
Dotation aux amortissements : 9 000

12
CONSOLIDATION

Élimination des cessions d’immobilisation


Exercices N+3

Bilan Gestion
Débit Crédit Débit Crédit
Matériel 30 000 Dotation amortissements 2 000
Amortissements 33 500 Prix vente 15 000
Impôt différé 1 167 VNC 13 500
Résultat groupe 2 333 Impôt sur les bénéfices 1 167
Résultat global 2 333

Exercices N+4
Dernier exercice d’amortissement pour la société A
2ème exercice d’amortissement pour la société B
Les dotations ne sont pas de même montant dans les 2 sociétés

13
CONSOLIDATION

Élimination des cessions d’immobilisation


Exercices N+4

Bilan Gestion
Débit Crédit Débit Crédit
Matériel 30 000
Amortissements 37 500 Dotation amortissements 4 000
Impôt différé 2 500 Impôt sur les bénéfices 1 333
Réserves groupe 2 333
Résultat groupe 2 667 Résultat global 2 667

14
CONSOLIDATION

Élimination des dividendes


La société C a versé en N+1 des dividendes à la société mère prélevés sur le
résultat N pour un montant de 5 000 .
Écriture passée dans les comptes individuels Sté A
Date Débit Crédit
N+1 Report à nouveau 5 000
Actionnaires – dividendes à verser 5 000
Écriture passée dans les comptes individuels Sté mère
Date Débit Crédit
N+1 Banque 5 000
Produits financiers 5 000

Bilan Gestion
Débit Crédit Débit Crédit
Résultat groupe 5 000 Produits financiers 5 000
Réserve groupe 5 000 Résultat global 5 000

15
CONSOLIDATION

Élimination des dépréciations internes (titres de participation)


Les dépréciations des titres de participation sont, de fait, prises en compte dans
la reprise des comptes des sociétés concernées. Pour les comptes consolidés,
elles sont sans objet et doivent être éliminées.

Dépréciations des titres de participation comptabilisés dans les comptes de M :


31/12/N-1 : 2 500
31/12/N : 3 500

Bilan Gestion
Débit Crédit Débit Crédit
Dépréciation titres P 3 500 Résultat global 1 000
Réserve groupe 2 500 Dotation dépréciation 1 000
Résultat groupe 1 000

16
CONSOLIDATION

Écarts et partage des capitaux propres

Ces éléments sont traités en même temps en comptabilité


Mais
Pour la clarté de la présentation, il vont être analysés séparément, ce qui conduit
à utiliser des comptes de façon transitoire, comptes qui ne sont pas utiliser
réellement.

17
CONSOLIDATION

Valorisation d’une société à l’entrée dans un groupe


La société A souhaite prendre le contrôle de la société B (croissance externe).
Sa première démarche va être faire une évaluation financière de la société B.
Puis elle fera une proposition de prix pour l’acquisition des titres.
La négociation va s’engager et
se conclura par un accord sur le nombre de titres et un prix global.

Hypothèse :
Les capitaux propres de B (comptes annuels) sont de : 5 000
Les titres acquis représentent 70% du capital, soit : 3 500
La société B est valorisée à : 8 000
Le prix d’acquisition est de : 6 300

L’enjeu est de répondre aux questions suivantes :


Comment analyser ces différentes valeurs ?
Comment les traduire en comptabilité

18
CONSOLIDATION

Valorisation d’une société à l’entrée dans un groupe

La consolidation revient à remplacer les titres de participation par les actifs et


les passifs qu’ils représentent, ce qui revient à éliminer les capitaux propres
de la filiale.

Il faut donc remplacer


Les titres de participation (prix d’acquisition) : 6 300
Par :
La quote-part de capitaux propres (intégration proportionnelle) 3 500
Ou
Quote-part des capitaux propres et intérêts minoritaires (IG) : 5 000

Les montants étant différents, il faut constater cette différence dans les
comptes.

19
CONSOLIDATION

Écart d’évaluation
La première explication de l’écart entre le prix payé et la valeur comptable est
l’évaluation qui a été faite de la société au moment de la négociation de
l’acquisition des titres.
Ces écarts sont analysés et comptabilisés suivant les normes du groupe

Le raisonnement suivi est celui de l’évaluation d’une société :


- ajustement de la valeur des immobilisations et des actifs :
prise en compte des plus-values latentes ou des dépréciations
- prise en compte d’actif non comptabilisés : marques commerciales, …
- ajustement des dettes et des provisions, en particulier
prise en compte de la provision pour indemnités de départ à la retraite qui
n’aurait pas été comptabilisée
- et pour chaque élément, il faut déterminer si un impôt différé est à prendre
en compte

La contrepartie de ces réestimations serait un compte de réserve (compte


transitoire)
20
CONSOLIDATION

Impôt différé sur l’écart d’évaluation


Impôt différé sur les plus-values latentes :
En cas de cession des immobilisations réestimées, les nouveaux
actionnaires ne veulent pas assumer la charge d’impôt correspondant à la
plus value née avant leur acquisition :
Il faut constater un impôt différé passif

Impôt différé sur les provisions :


De façon symétrique, les anciens actionnaires veulent « bénéficier » de
l’économie d’impôt liée aux provisions qui viennent réduire la valeur de la
société :
Il faut constater un impôt différé actif

A la condition que ces éléments soient imposables, déductibles.


Par exemple : pas d’impôt différé sur le fonds commercial
21
CONSOLIDATION

Écart d’évaluation – exemple


Valorisation de la société B : 8 000
Capitaux propres 5 000
Réestimation d’un terrain : + 900
Réestimation d’une construction + 1 200
Marque commerciale + 2 000
Provision - 600
Impôt différé - 500
Total 8 000

Impôt différé sur les plus values latentes : - 2 100 x 1/3 = - 700
Impôt différé sur provisions : 600 x 1/3 = + 200
Total - 500

22
CONSOLIDATION

Écart d’évaluation – exemple


Comptabilisation

Bilan
Débit Crédit
Immobilisations incorporelles 2 000
Immobilisations corporelles terrain 900
Immobilisation corporelles construction 1 200
Provision 600
Impôt différé 500
Réserve – écart d’évaluation 3 000

23
CONSOLIDATION

Suivi de l’écart d’évaluation


L’écart d’évaluation est constaté le jour de la prise de contrôle, le jour de
l’acquisition des titres.
Que devient-il au cours sur les exercices suivants ?

Réponse :
Ça dépend !

S’agit-il d’un élément amortissable ?


S’agit-il d’un élément qui varie dans le temps ?

Comme pour les retraitements, il faudra à chaque exercice


- reprendre les réestimations faites le jour de la prise de contrôle (réserves)
- les évolutions cumulées de ces réestimations depuis l’entrée dans le groupe (réserves)
- l’impact sur l’exercice des rééstimations (résultat)
- l’impact de ces variations sur l’impôt différé
24
CONSOLIDATION

Écart d’évaluation – exemple


Capitaux propres 5 000
Réestimation d’un terrain : + 900 non amortissable
Réestimation d’une construction + 1 200 durée résiduelle : 10 ans
Marque commerciale + 2 000 non amortissable – test dépréciation
Provision - 600 suivant circonstances
Impôt différé - 500
Total 8 000

Acquisition titres 1/1/ N - Exercice N+5 ?


1/1/N N à N+4 31/12/N+4 N+5
Terrain 900 - 900 -
Construction 1 200 - 600 600 - 120
Marque 2 000 - 2 000 -
Provision - 600 -120 - 720 + 180
Impôt différé - 500 240 - 260 - 20
Total 3 000 -480 2 520 40
Réserves Résultat
25
CONSOLIDATION

Écart d’évaluation – exemple


Comptabilisation au 31/12/n+5

Bilan Gestion
Débit Crédit Débit Crédit
Immobilisations incorporelles 2 000 Résultat 40
Immob corporelles terrain 900 Dotation amortist. 120
construction 1 200 Impôt bénéfices 20
Amortissement construction 720 Reprise provision 180
Provision 540
Impôt différé 280
Réserve – écart d’évaluation 2520
Résultat 40

26
CONSOLIDATION

Écart d’acquisition
La société B est valorisée à : 8 000
Quote-part acquise : 8 000 x 70% = 5 600
Le prix d’acquisition est de : 6 300
Écart d’acquisition 700

La société A a acquis pour 6 300 des titres qui valaient 5 600.


A –t-elle fait une mauvaise affaire ?

Si la société A accepte de payer 6 300 car elle en attend des bénéfices


économiques (synergie, avantage concurrentiel, bénéfices futurs, etc.).
Les actionnaires de B acceptent ce prix car ils sont dédommagés des
dividendes futurs qu’ils ne percevront pas.
Cet écart qui ne peut pas être identifié représente quelque chose pour les
parties, ce n’est pas une valeur fictive.

27
CONSOLIDATION

Comptabilisation de l’écart d’acquisition


L’écart d’acquisition répond à la définition d’un actif : il peut donc figurer à
l’actif du bilan consolidé. Il est présenté avant les immobilisations
incorporelles.

L’écart d’acquisition est amorti sur une durée qui doit refléter aussi
raisonnablement que possible les hypothèses retenues et les objectifs fixés et
documentés lors de l’acquisition :
Durée retenue pour le calcul de la rentabilité de l’opération

28
CONSOLIDATION

Écart d’acquisition négatif


L’écart d’acquisition négatif correspond :
- à une plus value potentielle, acquisition dans des conditions avantageuses
- à une rentabilité insuffisante de l’entreprise acquise

Si l’écart d’acquisition est négatif, il faut tout d’abord revoir l’estimation des
plus values latentes et des passifs.
L’écart d’acquisition négatif ne peut pas résulter seulement d’un écart
d’évaluation positif

29
CONSOLIDATION

Écart d’acquisition négatif

Capitaux propres 5 000


Écart d’évaluation 3 000
La société B est valorisée à : 8 000
Quote-part acquise : 8 000 x 70% = 5 600
Le prix d’acquisition est de : 5 200
Écart d’acquisition - 400

Il suffit de réduire la plus-value latente sur le terrain (900), de la construction


(1 200) ou la marque commerciale (2 000) pour retrouver un écart
d’acquisition positif ou nul

Comptabilisation
L’écart d’acquisition négatif est affecté en provision et repris sur la même
durée que l’écart d’acquisition positif.

30
CONSOLIDATION

Modification des évaluations

Certains éléments ne sont pas connus avec certitude au moment de


l’évaluation de la société acquise.
Les modifications ultérieures sont prises en compte et la valeur de l’écart
d’acquisition est revue, si elles interviennent avant la fin du premier exercice
qui suit l’entrée dans le groupe.
Au-delà ne seront pris en compte que les corrections d’erreur

31