Vous êtes sur la page 1sur 15

ISLAMIC BANKING

Agenda
• Introduction
• Islamic Banking sur T24
• Notion de base
• Produit de financements
• Produit d’investisement
Pourquoi Islamic Banking?

 Les banques islamiques et les institutions financières ont émergé en


réponse aux besoins des sociétés musulmanes des alternatives
compatibles avec les shari'a aux services bancaires classiques.

 Les principes de la shari'a établissent un équilibre entre les besoins et les


intérêts des individus et de la société.

 En shari'a, les intérêts de l'Ummah (nation) ont la priorité sur les


individus en cas de conflit ou de désaccord. Cependant, les intérêts des
individus sont bien entretenus sous la sharia, grâce à un système bien
établi de contrats et de paramètres contractuels qui couvrent tous les
aspects de la vie d'un musulman (personnel, juridique, commercial,
financier, etc.).
C’est quoi la finance islamique

 La banque islamique est un système bancaire fondé sur


les principes de la loi islamique (Shari'a)

 Le but ultime d'une banque islamique est d'investir des


fonds dans des transactions productives, en fonction
de la participation proportionnelle aux bénéfices et aux
pertes.
 En bref, la banque islamique est basée sur des
transactions réelles et le partage des bénéfices, et non
sur des transactions financières qui ne contribuent
rien à la productivité des individus et des sociétés.
Interdictions régissant la banque islamique
 Riba
• Riba Al-Fadhl, arabic‫ رـبا لاــفضل‬, Un type de riba résultant d'une transaction de
vente qui implique l'échange d'un élément de commodité (tels que les dates,
le blé, etc.) pour le même type de produit mais un montant ou un poids
différent. Par exemple, l'échange de 10 kg de dates d'excellente qualité pour
20 kg de dates de mauvaise qualité.
• Riba al-Nasi'ah, arabic ‫ رـبا لاــنسيئة‬Un type d'riba résultant d'un montant
supplémentaire en raison du retard de paiement. Plus précisément, riba al-
nasi'ah survient dans les opérations de prêt
 Gharar
• Les transactions basées sur le gharar ne sont pas claires ou ambiguës; Tout le
monde ne sait pas à quoi s'attendre et peut prendre une décision éclairée.
Gharar existe lorsque deux parties signent un contrat et qu'une partie
manque d'informations complètes ou lorsque les deux parties manquent de
contrôle sur la transaction sous-jacente.
 Jeux d'argent
• Maysir est l'acquisition de la richesse par hasard plutôt que par effort. Qimar
se réfère à un jeu de hasard. Les deux types de transactions sont basées sur
l'incertitude, personne ne peut savoir comment un jeu sera payant.
 Produits et industries interdits
 L'islam interdit certains produits et industries. Les exemples comprennent
l'alcool, le porc, le tabac et tous les produits basés sur l'incertitude ou le jeu.
Produits de financements
Murabaha
 Murabaha est l'un des contrats les plus utilisés dans la finance islamique.

 Littéralement, cela signifie une vente à un bénéfice mutuellement convenu.

 Techniquement, c'est un contrat de vente dans lequel le vendeur déclare son coût et ses
bénéfices. Les banques islamiques ont adopté ce mode de financement.

 En tant que technique de financement, il implique une demande du client à la banque d'acheter
certains produits pour lui.

 À Murabaha, les parties négocient sur la marge de profit sur un prix de revient connu. Le
vendeur révèle le coût engagé pour l'acquisition des biens et fournit tous les renseignements
liés aux coûts à l'acheteur.

 Le bénéfice pour la banque est la différence entre le prix qu'il paie au fournisseur et le prix
auquel il vend l'actif au client.

 Le bénéfice peut être payé à titre forfaitaire ou à un taux de profit convenu. Le remboursement
est normalement différé à une date ultérieure qui peut être payée par versements ou comme
paiement par balle à la date de paiement definie
Murabaha
 Le prix de vente convenu de l'actif ne peut pas être changé. Pas de frais de retard de paiement
ou pénalité est perçue en raison d'un défaut de remboursement.

 Toute modification du contrat Murabaha n'aura aucun impact sur le montant du profit
Murabaha.

 Les actifs qui peuvent être financés par Murabaha sont les véhicules, les biens immobiliers, les
équipements et tout autre actif approuvé par la charia.

 L'actif à vendre doit exister.

 La propriété et la possession d'actifs par le vendeur doivent exister au moment de la vente.


Ijara
 Ijara est définie comme une transaction dans laquelle la banque (le bailleur) loue un actif lui
appartenant au client (locataire).

 Il s'agit d'une technique bien connue de financement / location de biens meubles et immeubles,
y compris l'équipement lourd, les moyens de transport importants et coûteux tels que les
avions.

 Ijara est un accord dans lequel la banque loue des biens meubles ou immeubles à un client
contre une charge de location fixe ou variable.

 Dans le cas où la banque ne possède pas les biens meubles ou immeubles requis, elle peut
l'acheter, à la demande du client, puis le louer.

 Grâce à cette entente, la banque devient le bailleur et le client devient locataire. Un contrat de
location est un contrat contraignant afin qu'il ne soit pas annulé avant la fin de la période de
location.

 Le bailleur fournit l'actif au profit des loyers payés par le locataire.

 Le locataire peut être responsable de la perte d'actif en raison de sa négligence mais ne peut
être considéré comme responsable de la perte causée par des facteurs indépendants de sa
volonté.

 Le bailleur devrait supporter les dépenses et les risques liés à la propriété de l'actif.
Ijara
 Les consommables ne peuvent être loués. Par exemple. Le blé, l'argent, etc.
 Les actifs comme les avions, les navires, etc. peuvent également être financés par ce mode.
 Les produits comme la nourriture, le coton, les bougies ou le carburant ne conviennent pas pour
la location ou l'embauche.
 Le cycle de vie du contrat Ijara comprend
 Forward Ijara
 Financial Ijara

 Forward Ijara
• La banque effectue une commande auprès du fabricant pour fabriquer l'actif pour le
compte de l'acheteur et achète l'actif.
• Sur la base de la commande et du contrat de location à terme avec le locataire identifié, la
banque commence à effectuer des paiements aux fabricants.
• La banque peut, d'un commun accord, recevoir un loyer de location anticipé pendant la
construction. Toutefois, le bail réel au client commence dès l'achèvement / livraison de
l'actif à une date ultérieure.
• Le bail à terme contient les termes du contrat de location Ijara normal, qui est appliqué
après la livraison de l'actif.

 Financial Ijara
• Il s'agit de l'étape de location réelle dans laquelle l'actif acheté par la banque est loué au
client.
• Au cours de la phase financière Ijara, le client effectuerait les remboursements de l'actif à
la banque.
Produits d'investissement
Produits d'investissement
 La banque islamique est conforme aux principes de la sharia et à son application pratique grâce
au développement de l'économie islamique.

 La charia interdit le paiement fixe ou flottant ou l'acceptation d'intérêts ou de droits spécifiques


(appelés riba ou usure) pour des prêts d'argent.

 Pour les dépôts placés dans la banque, la Banque investit les fonds des déposants pour générer
des bénéfices. Ce bénéfice est partagé avec le déposant selon l'accord de participation aux
bénéfices.

 Les banques ont le droit d'agréger et de regrouper le bénéfice de différents placements et de


partager le bénéfice net après déduction des coûts administratifs, de l'amortissement du capital
et de la zakah avec les déposants selon une formule spécifiée

 La structure du pool est l'endroit où les contrats d'investissement sont regroupés avec les
contrats de financement.

 Le bénéfice des produits financiers est partagé entre les détenteurs de produits
d'investissement (clients bancaires et actionnaires) selon les principes conformes à la sharia.
Mudaraba Investment
 Mudaraba est un contrat entre le fournisseur de fonds («RabAlmal») et un gestionnaire de fonds
(«Mudarib»), par lequel RabAlmal fournit le capital et le Mudarib gère l'investissement de
capital de RabAlMal pour réaliser un profit, qui est ensuite réparti entre eux

 Dans les dépôts de Mudaraba, le client fournit le capital comme (RabAlmal) et la Banque fournit
le travail / expérience comme Mudarib

 Le bénéfice sera partagé entre le Client (fournisseur de capital) et la Banque (Mudarib) sur un
Ratio prédéfini qui doit être convenu d'un commun accord et indiqué explicitement au moment
de conclure du contrat.

 La perte financière dans les dépôts de Mudaraba ne doit être supportée que par l'investisseur

 L'investissement de Mudaraba aura une durée définie

 Les banques investissent les fonds dans un produit conforme à la charia comme Murabaha, Ijara
etc.

 Le client ne participe pas à la gestion des fonds.


Profit Distribution System
 Principe

• Il ne devrait y avoir aucune récompense sans risque.


• Le système financier islamique favorise le concept de participation à une transaction
soutenue par des actifs réels, en utilisant les fonds à risque et en partage de profits et
pertes
• La Banque s'engage dans la gestion de la distribution des bénéfices afin d'être plus
prudente quant au profil de risque de son investissement et de s'assurer que les capitaux
propres ne sont pas menacés.

 Ensembles de configuration des banques, ce qui signifie une combinaison d'actifs et de passifs
pour faciliter la distribution des bénéfices des pools,

 La gestion de pool aide la banque à gérer les fonds en acceptant les dépôts et en déployant des
fonds de manière appropriée pour le financement et l'investissement, ce qui contribue au
partage des bénéfices entre les clients bancaires et les actionnaires
MERCI