Vous êtes sur la page 1sur 9

Lamine Guèye

Une des grandes figures politiques africaines (1891-1968)

Lamine Guèye qui n’a pas eu la chance d’être président de la République du Sénégal n’est pas connu de la jeunesse actuelle. Léopold Sédar Senghor, qu’il présenta au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale comme son second et député des « sujets français », a réussi à l’éclipser.

Victime de l’action des administrateurs de la France d’outre-

mer, pour avoir giflé celui de Bakel, il a été battu aux élections législatives du 17 juin 1951 par Léopold Sédar Senghor et Abbas Guèye (un syndicaliste). Ce geste considéré comme une injure

à la France a incité le syndicat des administrateurs à éliminer Lamine Guèye de la scène politique africaine.

Depuis cette époque, l’ancien député des Quatre Communes

a vu son influence politique baisser considérablement. Il avait

perdu les électeurs de la campagne et singulièrement l’appui des chefs de grandes confréries musulmanes comme El Hadj Falilou Mbacké, Serigne Ababacar Sy et El Hadj Seydou Nourou Tall. L’un de ses grands soutiens dans le Sine Saloum, Djaraf Ndaw, l’avait abandonné pour rejoindre Léopold Sédar Senghor. Ainsi, à la veille de l’indépendance, Lamine Guèye n’avait gardé de l’influence qu’à Saint-Louis et à Dakar.

gardé de l’influence qu’à Saint-Louis et à Dakar. Amady Aly Dieng , né en 1932 à

Amady Aly Dieng, né en 1932 à Tivaouane (Sénégal), docteur

ès sciences économiques et ancien fonctionnaire international

à la Banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO),

a enseigné à l’université Cheikh Anta Diop. Il a été parmi les

dirigeants de l’Association Générale des Étudiants de Dakar (AGED), créée en 1950 et devenue en 1956 l’Union Générale des Étudiants d’Afrique Occidentale (UGEAO). Il a été aussi président de la Fédération des étudiants d’Afrique noire en France (FEANF) pendant deux ans en 1961 et en 1962. Auteur de plusieurs ouvrages sur l’Afrique, Amady Aly Dieng est l’un des plus grands intellectuels africains.

Illustration de couverture : Lamine Guèye

ISBN : 978-2-336-30453-3

18 €

couverture : Lamine Guèye ISBN : 978-2-336-30453-3 18 € Amady Aly Dieng Lamine Guèye 11 Amady

Amady Aly DiengLamine

Guèye

Amady Aly Dieng Lamine Guèye 11

11

Amady Aly Dieng Lamine Guèye 11
Amady Aly Dieng
Amady Aly Dieng
Amady Aly Dieng

Amady Aly Dieng

Amady Aly Dieng

Lamine Guèye

Une des grandes figures politiques africaines

(1891-1968)

Aly Dieng Lamine Guèye 11 Amady Aly Dieng Lamine Guèye Une des grandes figures politiques africaines
Aly Dieng Lamine Guèye 11 Amady Aly Dieng Lamine Guèye Une des grandes figures politiques africaines
Aly Dieng Lamine Guèye 11 Amady Aly Dieng Lamine Guèye Une des grandes figures politiques africaines

Lamine Guèye

Une des grandes figures politiques africaines (1891-1968)

COLLECTION « MÉMOIRES ET BIOGRAPHIES », N°11

AMADY ALY DIENG

Lamine Guèye

Une des grandes figures politiques africaines (1891-1968)

COLLECTION « MÉMOIRES ET BIOGRAPHIES », N°11

Guèye Une des grandes figures politiques africaines (1891-1968) C OLLECTION « M ÉMOIRES ET B IOGRAPHIES

DU MÊME AUTEUR

Hegel, Marx, Engels et les problèmes de l’Afrique noire, Dakar, Sankoré, 1978. Le rôle du système bancaire dans la mise en valeur de l’Afrique de l’Ouest, Dakar, NEA, 1982. Contribution à l’étude des problèmes philosophiques en Afrique noire, Paris, Nubia, 1983. Le marxisme et l’Afrique Noire, Paris, Nubia, 1986. Blaise Diagne, premier député africain, Paris, Éditions Chaka, 1990. Le Sénégal à la veille du troisième millénaire Forum du Tiers-Monde, Paris, L’Harmattan, 2000. Les premiers pas de la Fédération des Étudiants d'Afrique Noire en France. De l'Union française à Bandoung (1950-1955), Paris, L'harmattan, 2003. Hegel et l’Afrique noire, Hegel était-il raciste ? Dakar, Codesria, 2006. Les étudiants africains et la littérature négro-africaine d’expression française, Langara Research & Publishing Common Initiative Group. Bamenda. North West Region. Cameroon. 2009. Lamine Guèye, une des grandes figures politiques africaines (1891-1968), Dakar, Éditions Panafrica, 2011. Histoire des organisations d’étudiants africains en France (1900-1950), Dakar, L’Harmattan-Sénégal, 2011. Mémoires d’un étudiant africain, 2 volumes, Dakar, Codesria, 2011. Lénine, Rosa Luxemburg, Boukharine et les problèmes de l’Afrique noire (à paraître).

© L'Harmattan Sénégal, 2013

« VILLA ROSE », RUE DE DIOURBEL, POINT E, DAKAR

http://www.librairieharmattan.com

diffusion.harmattan@wanadoo.fr

senharmattan@gmail.com

ISBN : 978-2-336-30453-3 EAN : 9782336304533

INTRODUCTION

Lamine Guèye qui n’a pas eu la chance d’être président de la République du Sénégal n’est pas connu de la jeunesse actuelle. Léopold Sédar Senghor qu’il présenta au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale comme son second et député des « sujets français » a réussi à l’éclipser. Victime de l’action des administrateurs de la France d'outre-mer, pour avoir giflé celui de Bakel, il a été battu aux élections législatives du 17 juin 1951 par Léopold Sédar Senghor et Abbas Guèye, un syndicaliste. Ce geste considéré comme une injure à la France a incité le syndicat des administrateurs à éliminer Lamine Guèye de la scène politique africaine. Depuis cette époque, l’ancien député des quatre communes a vu son influence politique baisser considéra- blement. Il avait perdu les électeurs de la campagne et singulièrement l’appui des chefs de grandes confréries musulmanes comme El Hadj Falilou Mbacké, Serigne Ababacar Sy et El Hadj Seydou Nourou Tall. L’un de ses grands soutiens dans le Sine Saloum, Djaraf Ndao, l’avait abandonné pour rejoindre Léopold Sédar Senghor. Ainsi, à la veille de l’indépendance, Lamine Guèye n’avait gardé de l’influence qu’à Saint-Louis et à Dakar. Confiné dans son rôle de maire de Dakar de 1945 à 1961, de député du Sénégal de 1945 à 1951 et de président de l’Assemblée nationale de 1961 à 1968, Lamine Guèye n’a pas pu jouer un grand rôle auquel le destinait son ancienneté politique incontestable. Mais il ne faut pas oublier que Lamine Guèye fait partie des premiers universitaires que compte le Sénégal. Il a fait

AMADY ALY DIENG

ses études universitaires avant Léopold Sédar Senghor. Il obtient sa licence en 1920 et son doctorat en droit en 1921. Il a toujours gardé sa vocation d’enseignant en donnant des cours de droit à l’École supérieure de Droit à la Réunion et en ayant eu l’intention de se présenter à l’agrégation de Droit. Si Lamine Guèye n’est pas très connu aujourd’hui parmi les jeunes, c’est aussi parce qu’il n’a pas beaucoup écrit. Il s’en explique lui-même dans le Dakar-Matin du 24 mai 1966 :

« Je n’ai pas l’habitude d’écrire. Tous mes discours, même les plus importants, étaient improvisés. Il y a à cela une raison très simple ; j’éprouve beaucoup de difficultés à lire et quand je lis, je ne me sens pas le même ». Son héritage littéraire se réduit à sa thèse (1921), à deux ouvrages écrits en 1955 et 1966 et à quelques articles parus dans L’AOF. Il est temps de consacrer à cet homme qui a été mêlé à beaucoup d’événements politiques africains une étude retraçant son itinéraire et ses différentes prises de position sur des problèmes essentiels de notre continent. Les chercheurs se sont plus intéressés à ses adversaires politiques (Blaise Diagne, Galandou Diouf, Léopold Sédar Senghor). Lamine Guèye a connu une vie politique longue et riche. On peut regretter amèrement qu’il ne nous ait pas livré toute la richesse de son expérience. Son ouvrage : Itinéraire africain est un précieux témoignage. Mais il demeure insuffisant quand on songe à sa stature politique et son statut de doyen des hommes politiques africains. Les péripéties de la vie politique de Lamine Guèye sont nombreuses : il a eu à collaborer avec le premier député noir du Sénégal, Blaise Diagne, et à le combattre au moment où ce dernier pactisait avec les commerçants bordelais. De retour de la Réunion, il a eu à affronter le second député noir du Sénégal, Galandou Diouf, qui a exercé son mandat pendant six ans (1934-1940).