Vous êtes sur la page 1sur 24

DANS UN MESSAGE À L'OCCASION DU 60 E ANNIVERSAIRE DE LA JOURNÉE NATIONALE DE L'ÉTUDIANT

ANNIVERSAIRE DE LA JOURNÉE NATIONALE DE L'ÉTUDIANT Le Président Bouteflika appelle la jeunesse à se

Le Président Bouteflika

appelle la jeunesse à se mobiliser pour une économie affranchie de la dépendance aux hydrocarbures

P. p 4-5

DK NEWS

DK NEWS

23°

: ALGER

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

37° : TAMANRASSET

 

p. 2

Jeudi 19 mai 2016 - 12 Chaâbane 1437 - N° 1307 - 3 e année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

ALGÉRIE-SERBIE :

CONFÉRENCE ITALIE-AFRIQUE :

ALGÉRIE - IRAN

ALGÉRIE - BID

Le Président Nikolic se félicite de la volonté des 2 pays de renforcer leur coopération

P. 24

L'Algérie participe

La réactivation du comité industriel, un pas vers le renforcement de la coopération bilatérale

P. 7

M. Benkhalfa

activement

à la réalisation de l'Architecture de paix en Afrique

P. 24

évoque à Jakarta les actions de l'Algérie face à la baisse des prix de pétrole

P.

7

BILAN DES 21 OPÉRATIONS À ALGER :

36000 familles relogées

Les 21 opérations de reloge- ment dans la wilaya d'Alger menées depuis juin 2014 ont per- mis le relogement de 36000 familles dans des habitations décentes, a-t-on appris hier de la wilaya d'Alger. «Plus de 25000 familles issues des bidonvilles, 5000 familles habitant dans des immeubles menaçant ruine ou dans des terrasses et des caves, 4000 autres familles issues de quartiers précaires et plus de 2000 familles habitant dans des chalets ont bénéficié de nouveaux logements dans le cadre des cinq axes de relogement dont dispose la wilaya d'Alger, a indiqué la même source à l'APS. Plus de 46.000 familles ont été relogées de juin 2014 jusqu'à juin 2016, a révélé la wilaya d'Alger. Les 21 opérations de relogement dans la wilaya d'Alger ont permis jusqu'à ce jour la récupération de «395 hectares d'assiettes foncières» ainsi que la libération de plu- sieurs projets dont les terrains été squattés par les bidonvilles, a souligné la même source.

P.

3

ALGÉRIE-ONU Présentation aujourd’hui de l'expérience de la wilaya d'Alger dans l'éradication de
ALGÉRIE-ONU
Présentation
aujourd’hui
de
l'expérience
de la wilaya
d'Alger dans l'éradication
de l'habitat précaire

DANS UN ENTRETIEN À L’APS

M. Hadjar affirme

que l'université est en mesure d'accueillir tous les bacheliers

BANQUE EXTÉRIEURE D'ALGÉRIE (BEA)

Nette hausse du bénéfice en 2015

CONFÉRENCE SUR LE DON DU SANG EN PERSPECTIVE DU MOIS SACRÉ DE RAMADHAN

M. Gherbi Kadour président de la Fédération algérienne des donneurs de sang, M me Ould Kablia Hamad DG de l'agence nationale du sang et Dr Sayah Abdelmalek SG de la Fédération internationale des organisations des donneurs de sang, invités hier au forum de DKNEWS

Bon sang !

la Fédération internationale des organisations des donneurs de sang, invités hier au forum de DKNEWS Bon

P. 4

P. 7

 

P. 8

SANTÉ Marcher, c'est bon pour tout ! P.p 12-13
SANTÉ
Marcher,
c'est bon
pour tout !
P.p 12-13
8 SANTÉ Marcher, c'est bon pour tout ! P.p 12-13 HIGH-TECH ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE AUX ÉTATS UNIS

HIGH-TECH

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE AUX ÉTATS UNIS

F TBALL LIGUE 1 MOBILIS (29 E J) : Duel à distance entre l'USMB et
F
TBALL
LIGUE
1 MOBILIS (29
E J) :
Duel à distance
entre l'USMB
et le RCR pour
le maintien
P. 21
MDN
MDN

LUTTE CONTRE

LE TERRORISME :

7 abris

et 3 bombes artisanales détruits par l'ANP à Tizi-Ouzou et BB-Arréridj P. 3

CONTRE LE TERRORISME : 7 abris et 3 bombes artisanales détruits par l'ANP à Tizi-Ouzou et
CONTRE LE TERRORISME : 7 abris et 3 bombes artisanales détruits par l'ANP à Tizi-Ouzou et

RÉSEAUX SOCIAUX :

LE PASSAGE OBLIGÉ

P. 16

CLINCLIN

CLIN CLIN 2 DK NEWS Jeudi 19 mai 2016 D’ EIL COMITÉ OLYMPIQUE SPORTIF DES ÉTUDIANTS

2

DK NEWS

Jeudi 19 mai 2016

D’

EIL

CLIN CLIN 2 DK NEWS Jeudi 19 mai 2016 D’ EIL COMITÉ OLYMPIQUE SPORTIF DES ÉTUDIANTS

COMITÉ OLYMPIQUE SPORTIF DES ÉTUDIANTS UNIVERSITAIRES

Serie d’activités sportives et de loisirs

A l’occasion de la commémoration du 60e anniversaire de la fête de l’étudiant, le CSA/olympique spor- tif des étudiants uni- versitaires, organise au stade « le club » a Djenan Achabou a Dely Ibrahim en face

de l’école privée Dalia une festivité sportive commémorative en présence du ministre de la Jeunesse et des Sports et du président de la Commission parlementaire char- gée de la jeunesse et du sport.

JUSQU’A AUJOURD’HUI À COPENHAGUE

M me Mounia Meslem au Forum ministériel Women Deliver 2016

Horaires des prières

Forum ministériel Women Deliver 2016 Horaires des prières Fajr 03:42 Dohr 12:45 Asr 16:35 Maghreb 19:57
Forum ministériel Women Deliver 2016 Horaires des prières Fajr 03:42 Dohr 12:45 Asr 16:35 Maghreb 19:57
Forum ministériel Women Deliver 2016 Horaires des prières Fajr 03:42 Dohr 12:45 Asr 16:35 Maghreb 19:57
Forum ministériel Women Deliver 2016 Horaires des prières Fajr 03:42 Dohr 12:45 Asr 16:35 Maghreb 19:57
Fajr 03:42 Dohr 12:45 Asr 16:35 Maghreb 19:57 Isha 21:34
Fajr
03:42
Dohr
12:45
Asr
16:35
Maghreb
19:57
Isha
21:34

RHUMATOLOGIE

Journée d’étude de la SAR

La SAR, Société algérienne de rhumatologie que dirige le Pr H. Djoudi organise aujourd’hui une journée, à l'INSP de Ben Aknoun, consacrée aux traitements biologiques :

1. Les biosimilaires 2 Immunogénicité

biologiques : 1. Les biosimilaires 2 Immunogénicité BACCALAURÉAT 2016 Toutes les filières concernées par
BACCALAURÉAT 2016 Toutes les filières concernées par l'épreuve écrite des sciences islamiques (ONEC) dans un
BACCALAURÉAT 2016
Toutes les filières
concernées par l'épreuve
écrite des sciences
islamiques
(ONEC) dans un com-
muniqué.
«L'ONEC porte à la
connaissance de tous les
candidats au Baccalau-
Toutes les filières du
Baccalauréat-2016 sont
concernées par l'épreuve
écrite des sciences isla-
miques, a annoncé lundi
l'Office national des exa-
mens et concours
réat-session 2016 que
toutes les filières du Bac-
calauréat sont concer-
nés par l'épreuve écrite
des sciences isla-
miques».
Plus de 818.515 candi-
dats dont 268.925 libres
passeront les épreuves
du Baccalauréat, pré-
vues du 29 mai au 2 juin
2016.
Météo
Max
Min
Alger
23°
12°
Oran
27°
14°
Annaba
23°
14°
Béjaïa
22°
15°
Tamanrasset
37°
23°
LE 28 MAI À BLIDA
Colloque sur les
nouvelles pratiques
pédagogiques dans
le système LMD
4
à
L’Union nationale des
étudiants algériens
(UNEA), organise le 28 mai
à partir de 14h à l’université
Ali Lounici d'El Affroun
(Blida), un colloque régio-
nal sur «Les nouvelles pra-
tiques pédagogiques dans
le nouveau système LMD».
JUSQU’AU 21 MAI À CONSTANTINE
1 er Salon des équipements
médicaux et chirurgicaux
a
Un premier salon des équipements médicaux et chi-
rurgicaux de Constantine, «Médic Constantine» se dérou-
lera du 18 au 21 mai. Première manifestation du genre or-
ganisée dans la région Est du pays, «Médic Constantine»
réunira près de 30 établissements, producteurs, fournis-
seurs, distributeurs, importateurs, et représentants de
marques étrangères des équipements pour l'hôpital, la
pharmacologie, les équipements médicaux et chirurgi-
caux, ont précisé les organisateurs, soulignant que ce ren-
dez-vous permettra aux professionnels du secteur de dé-
couvrir les nouvelles innovations dans le domaine des nou-
velles technologies destinées aux soins.

CE MATIN AU MÉRIDIEN D’ORAN

2 e journée

université-entreprise

En collaboration avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, le Forum des chefs d’entreprise (FCE) organise aujourd’hui 19 mai à partir de 08h à l’hôtel Méridien d’Oran, la deuxième édition de la Journée sur la Relation Entreprise/Université sous le thème :"Compétitivité des entreprises et Recherche développement - un exemple de partenariat : Recherche en entreprise et thèse en entreprise". Cette rencontre sera l’occasion pour les chefs d’entreprise et la corporation des chercheurs d’échanger sur leurs attentes respectives et de développer une vision commune concernant la recherche scientifique et son rôle prépondérant et déterminant dans le développement économique et technologique et l’amélioration de la compétitivité des entreprises ainsi que sur le rôle de l’université dans la formation qualitative des étudiants pour améliorer l’employabilité des diplômés. Cette rencontre sera marquée par une cérémonie au cours de laquelle le « Prix FCE de la meilleure thèse de doctorat » sera attribué aux lauréats ; elle se distinguera également par la signature de conventions de partenariat par des entreprises membres du FCE et des universités et centres de recherche.

membres du FCE et des universités et centres de recherche. LES 20-21 MAI AU PALAIS DE

LES 20-21 MAI AU PALAIS DE LA CULTURE

14 e congrès de la SAERM

La Société algérienne d’étude et de recherche sur la ménopause (SAERM), organise son 14e congrès national, les 20 et 21 mai au Palais de la Culture. Parmi les thèmes retenus : l’épidémiologie de la ménopause, le cancer de l’endomètre, l’endométriose et la vaccination HPV.

de l’endomètre, l’endométriose et la vaccination HPV. MOBILIS PARTICIPE À LA 6 E ÉDITION DU SALON

MOBILIS PARTICIPE À LA 6 E ÉDITION DU SALON NATIONAL DE L’EMPLOI

« SALEM 2016 »

Mobilis prend part

la 6ème édition du

« SALEM 2016 » Mobilis prend part la 6ème édition du Salon National de l’Emploi SALEM

Salon National de l’Emploi SALEM 2016 , organisé par le minis- tère du Travail, de l’Emploi et de la Sé- curité sociale, qui se tient du 19 au 22 mai 2016 au Palais de la Culture, Moufdi-Za- karia, Alger, sous le thème : « La microentreprise instrument de diversification de l’économie nationale ». Ce salon regrou-

pera durant quatre (4) jours, deux mille (2000) microentreprises, créées dans le cadre des dispositifs de l’ANSEJ et de la CNAC, ainsi que des institutions et organismes publics et privés et se déroulera simultanément au niveau des 48 wilayas du pays. Il

pour but de faire connaître et de valoriser les différents for-

mules et mécanismes publics de promotion d’emploi, dans le cadre des dispositifs ANEM, ANSEJ et CNAC, d’initier les jeunes en quête d’emploi et les porteurs de projets aux for- mules de placements, notamment en ce qui concerne l’évolu- tion des dispositifs de création de microentreprises. Il sera ques- tion également, de mettre en relation d’affaires les jeunes chefs d’entreprise et les opérateurs et acteurs économiques, en créant un espace d’échange d’information et d’expériences. Mobilis, premier employeur du secteur des TIC en Algérie avec plus de 5300 employés mettra en place un stand personnalisé porté par ses conseillers en ressources humaines, afin de promouvoir l’accompagnement en ressources humaines, notamment par des stages en entreprise.

La ministre de la Solidarité natio- nale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mme Mounia Meslem Si Amer, représente l’Algérie aux travaux du Forum ministériel de la Conférence 2016 «Women Deliver», qui se tient du 16 au 19 mai 2016, à Co- penhague (Danemark). Cette confé- rence est le plus grand rassemble- ment mondial sur la santé des filles et des femmes, leurs droits et leur bien-être. La Conférence regroupera des dirigeants politiques, des avocats, des journalistes, des chercheurs et des acteurs de la société civile venant des différents continents. L’objectif principal de la Conférence est l’examen des voies et moyens de la mise en œuvre des Objectifs du développe- ment durable (ODD), en ce qui concerne les filles et les femmes avec un accent particulier sur la santé maternelle, sexuelle, reproductive et les droits à l’égalité, à l’éducation et à l’auto- nomisation économique.

à l’éducation et à l’auto- nomisation économique. LE 23 MAI À L’HÔTEL CLUB ALOUI Conférence sur

LE 23 MAI À L’HÔTEL CLUB ALOUI

Conférence sur les capacités hôtelières de la wilaya de Béjaia

A l’occasion de la visite d’une délégation tu- nisienne activant dans les secteurs des équipe- ments hôteliers, nautisme et loisirs et le tou- risme de santé, Tunisia Export Alger et ses par- tenaires Pubbox et Salade Trucks équipe- ments en collaboration avec l’association cul- turel éco-touristique les Aiguades, organisent une conférence sur les capacités hôtelière de la wilaya de Béjaia lundi 23 mai de 9h30 à 11h30 à l’hôtel club Aloui, Tichy, Béjaia.

4

OOREDOO PARTICIPE À LA CÉLÉBRATION DE LA JOURNÉE MONDIALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET DE LA SOCIÉTÉ DE L’INFORMATION

L’entrepreneuriat dans

le secteur des TIC au service du progrès social

Ooredoo a pris part en tant que sponsor à la Journée Mon- diale des Télécommunications et de la Société de l’Information ( JMTSI-16), organisée sous le haut patronage de Madame Houda Imane Faraoun, ministre de la Poste et des Technologies de l’Information et de la Communi- cation, le mardi 17 mai 2016 au Cyber-Parc de Sidi Abdellah, Al- ger. Placée cette année sous le thème : « L’entrepreneuriat dans le secteur des TIC au service du progrès social», cette rencontre a regroupé un éventail d’ex- perts et d’entrepreneurs algériens activant dans le domaine des TIC qui ont débattu sur des questions liées à ce secteur no- tamment : les services en ligne en Algérie et l’aménagement numérique du territoire. Aussi, des exemples de réussites entrepreneuriales locales (Success Stories) ont été présentés, reflétant le potentiel algé- rien.

de réussites entrepreneuriales locales (Success Stories) ont été présentés, reflétant le potentiel algé- rien.

Jeudi 19 mai 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

BILAN DE 21 OPÉRATIONS À ALGER:

36000 familles relogées

Les 21 opérations de relogement dans la wilaya d'Alger menées depuis juin 2014 ont permis le relogement de 36000 familles dans des habitations décentes, a-t- on appris hier auprès de la wilaya d'Alger.

«Plus de 25000 familles issues des bi- donvilles, 5000 familles habitant dans des immeubles menaçants ou dans des ter- rasses et des caves, 4000 autres familles issues de quartiers précaires et plus de 2000 familles habitant dans des chalets ont bénéficié de nouveaux logements dans le cadre des cinq axes de relogement dont dispose la wilaya d'Alger, a indiqué la même source à l'APS. Plus de 46.000 familles ont été relogées depuis juin 2014 jusqu'au juin 2016, a ré- vélé la wilaya d'Alger. Les 21 opérations de relogement dans la wilaya d'Alger ont permis jusqu'à ce jour la récupération de» 395 hectares d'as- siettes foncières» ainsi que la libération de plusieurs projets dont les terrains été squattés par les bidonvilles, a souligné la même source. «Il s'agit des projets du nouveau siège du ministère des Affaires religieuses, du terrain d'aménagement d'Oued El Har- rach, des sites des programmes de loge- ments AADL, LPP, LSP, LPL, du site de la grande mosquée d'Alger, du barrage de Douera, du stade de Birkhadem , du lycée El Hamiz, de la ligne ferroviaire éléctri- fiée Birtouta-Douera- Réghaia, du Cam- pus universitaire Dely Ibrahim et de la pis- cine semi-olympique», a tenu à préciser la même source. Le programme global de relogement dans la wilaya d'Alger concerne 260.000

de relogement dans la wilaya d'Alger concerne 260.000 unités dont 84.000 de type public locatif (LPL)

unités dont 84.000 de type public locatif (LPL) et 42.000 logements sociaux parti- cipatifs (LSP), a-t-on rappelé, soulignant que ces deux formules d'habitat sont su- pervisées par la wilaya d'Alger. La wilaya d'Alger compte 94.000 autres logements location-vente (AADL) relevant de l'Agence d'amélioration et de dévelop- pement du logement et 45.000 loge- ments promotionnels publics (LPP) de l'Entreprise nationale de promotion im- mobilière (ENPI), selon la même source. S'agissant de la 21e opération de relo-

gement menée par la wilaya d'Alger de- puis le 10 mai dernier, celle-ci permettra l'eradication totale des six derniers gros bidonvilles de la capitale qui ternissent l'image de la wilaya d'Alger. 9000 logements, 7000 publics locatifs (LPL) et 2000 sociaux participatifs (LSP) seront distribués au titre des quatre étapes de cette 21e opération de reloge- ment, avait précédemment souligné, la wali d'Alger Abdelkader Zoukh ajoutant que cette opération sera suivie par d'au- tres (de la 22e à la 25e).

ALGERIE - ONU

Présentation de l'expérience de la wilaya d'Alger dans l'éradication de l'habitat précaire

L'expérience de la capitale al- gérienne en matière de résorp- tion de l'habitat précaire sera présentée aujourd’hui au siège de la wilaya d'Alger à une délé- gation onusienne de l'Habitat venue assister à la 21e opération de relogement visant cette fois les habitants des bidonvilles, a-t-on appris auprès de la wilaya d'Alger. Après un exposé sur l'expérience de la wilaya d'Alger dans le domaine de l'éradication de l'habitat précaire, la déléga- tion onusienne se déplacera en compagnie du wali d'Alger dans un bidonville situé dans la cir- conscription d'Hussein-Dey pour constater de près les mé- thodes et les moyens déployés

APN:

Reprise des travaux ce jour en séance plénière consacrée aux questions orales

L'Assemblée populaire nationale (APN) reprendra aujourd’hui, ses travaux en séance plénière consacrée aux questions orales adressées à des membres du gouvernement, a indiqué hier un communiqué de l'assemblée. Les questions seront adressées au ministre de l'Intérieur et des Collectivités locales (1 question), au ministre des Finances (2 questions), au ministre des Affaires religieuses et des Wakfs (2 questions) ainsi qu'à la ministre de l'Education nationale (2 questions).

par la wilaya pour le reloge- ment de 300 familles dans des logements décents, selon la même source. La délégation composée de directeurs du bureau régional arabe et des programmes de l'ONU-Habitat ainsi que de la di- rectrice du bureau de l'ONU-Ha- bitat de New York visitera en- suite la nouvelle cité 3216 loge- ments Chaibia (commune de Ouled Chebel) à Birtouta où se- ront relogées les 300 familles, a indiqué la wilaya d'Alger. Plu- sieurs chantiers de projets AADL, LPP( logements publics promotionnels), LPL (loge- ments publics locatifs) de la nouvelle ville de Sidi Abdallah

AUDIOVISUEL:

(commune de Zéralda et de Me- halma) seront également visités par la délégation de l'ONU. Le wali d'Alger, Abdelkader Zoukh avait déclaré que la 21e opération de relogement per- mettra l'éradication des six plus grands derniers bidonvillesde la capitale. Il s'agit des bidonvilles d'El- Hamiz (1.800 familles), de Der- gana (1.400 familles), de Ker- rouch à Reghaia (1.700 familles), d'El-Hofra à Oued Smar (1.300 familles), de Bousmaha à Bou- zaréah (1.200 familles), de Qariat Echouk au Gué de Constantine (1.000 familles). Le ministre de l'Habitat et l'Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune,

avait déclaré égalmement qu'«Alger sera prochainement la première capitale en Afrique et au Maghreb sans bidonvilles». La wilaya d'Alger mène de- puis 2014 «une véritable course» contre la montre afin d'éradi- quer les bidonvilles et l'habitat précaire dans le but de redorer l'image de la capitale ternie par la propagation de telles constructions anarchiques. Lancée en juin 2014, l'opéra- tion de relogement dans la wi- laya d'Alger «unique au monde» totalisera près de 46.000 unités d'ici à la fin juin 2016.

Premières émissions expérimentales suite à l'accord entre l'APS et l'UFC

Les premières émissions expérimentales ont été enregistrées hier à Alger dans le cadre de la convention de partenariat entre l'APS et l'Univer- sité d'enseignement continu (UFC) dans le do- maine de la production audiovisuelle. Les thèmes de ces émissions ont porté sur l'enseignement et les technologies de pointe et la mise en place d'un Master à distance, projet annoncé par le ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique Tahar Hadjar. Les séances d'enregistrement se sont dérou- lées en présence du directeur général de l'APS, Ab- delhamid Kacha, du secrétaire général de l'UFC

Brahim Boukraa et de techniciens et journa- listes de l'APS et de l'UFC. L'APS et l'UFC ont signé mardi à Alger une convention de partenariat dans le domaine de l'au- diovisuel et aux termes de laquelle l'APS est en droit d'utiliser le siège aménagé de la chaîne de l'UFC contre la mobilisation de ses ressources hu- maines en matière de production audiovisuelle au profit de l'UFC pour la formation des étudiants dans ce domaine. Ainsi, l'APS pourra utiliser les studios audiovisuels de l'UFC situés dans l'enceinte de cette université pour la production et la diffu- sion de contenus audiovisuels.

PROTECTION CIVILE:

35.000 agents d'intervention pour sécuriser les examens

Un dispositif spécial, com- posé de 35.000 agents d'in- tervention et 1.886 ambulances sera mis en place pour sécuri- ser les examens scolaires de fin d'année, a indiqué hier un communiqué de la Protection civile. «Dans le cadre du disposi- tif de prévention et de sécuri- sation des examens scolaires

de fin d'année, les services techniques de prévention de la direction générale de la Pro- tection civile ont effectué des visites de sécurité au niveau de l'ensemble des établissements scolaires désignés pour abri- ter les examens scolaires pré- cités», précise la même source. En plus des visites de pré- vention visant la sécurisation

de ces lieux, un dispositif spé- cial, composé de 35.000 agents d'intervention, tous grades et fonctions confondus, et 1.886 ambulances, sera mis en place et dont le déploiement sera ap- pelé à prendre en charge l'en- semble des préoccupations liées à la sécurité des élèves et des encadreurs, ajoute la même source.

L’Ecole d’application de l’arme blindée de Batna ouvrira bientôt ses portes au public

L’Ecole d’application de l’arme blindée (EAAB) Mohamed-Kadri, de Batna, organi- sera les 23 et 24 mai, des journées portes ou- vertes sur cet établissement militaire, a-t- on appris hier du chef du bureau de la com- munication et de l’information, le com- mandant Rabah Boudraa. Cette manifestation qui coïncidera avec la sortie des promotions de l’EAAB, est ins- crite au titre du plan annuel de communi- cation du Commandement de l’Armée na- tionale populaire (ANP), qui vise à informer le public sur les missions de cette école qui relève de la 5e région militaire(RM), le mode d’inscription et d'intégration, ainsi que les spécialités dispensée au niveau de cette établissement, a souligné la même source. Créée en 1963, au camp militaire de la cité Parc-à-fourrage dans le centre-ville de Batna sous l'appellation d'Ecole natio- nale de l'arme des blindés et de la cavale- rie, l'EAAB changera d’appellation maintes fois, et devient au début des années 1990 l'Ecole nationale de l'arme blindée. En 1995, elle a été transférée en tant qu'Ecole d'application de l'arme blindée vers son site actuel, dans la commune d’Oued Chaâba (sud-ouest de la ville de Batna). Il est à noter que cette manifesta- tion connaît chaque fois une affluence notable du public, en particulier les jeunes.

LUTTE ANTITERRORISTE:

Sept abris et trois bombes artisanales détruits par l'ANP à Tizi- Ouzou et Bordj Bou-Arréridj (MDN)

Sept abris pour terroristes, une mine, trois bombes artisanales ainsi que des moyens de détonation ont été découverts et détruits par des détachements de l'Armée nationale populaire (ANP), mardi à Tizi-Ou- zou et Bordj Bou-Arréridj, a indiqué hier un communiqué du ministère de la Dé- fense nationale. «Dans le cadre de la lutte antiterro- riste, des détachements de l'Armée natio- nale populaire ont découvert et détruit, le 17 mai 2016, sept (7) abris pour terroristes, une (1) mine et trois (3) bombes de confec- tion artisanale et des moyens de détonation, au niveau des wilayas de Tizi-Ouzou (1ère Région militaire) et de Bordj Bou-Arréridj (5ème Région militaire)», précise le com- muniqué. Par ailleurs, «des éléments de la Gendar- merie nationale de Biskra (4ème Région militaire), ont appréhendé deux (02) contrebandiers et saisi 480 bouteilles de dif- férentes boissons. A Illizi (4ème Région mi- litaire), des détachements ont arrêté deux (02) immigrants clandestins de nationalité marocaine», précise la même source. «D'autres détachements ont arrêté vingt- quatre (24) contrebandiers à Djanet (4ème Région militaire) et saisi douze (12) détec- teurs de métaux, deux (02) groupes électro- gènes et deux (02) véhicules tout-terrain», note le communiqué, ajoutant qu'«à Ta- manrasset (6ème Région militaire), un détachement a saisi deux (02) détecteurs de métaux».

APS

4 DK NEWS

ACTUALITÉ

Jeudi 19 mai 2016

60 E ANNIVERSAIRE DE LA JOURNÉE NATIONALE DE L'ÉTUDIANT

La Journée de l'étudiant célébrée sous le sceau de la constitutionnalisation de la liberté de recherche scientifique

La Journée nationale de l'étudiant est célébrée cette an- née dans un contexte marqué par la constitutionnalisa- tion des libertés académiques et de la liberté de recherche scientifique afin que l'université puisse participer pleine- ment à l'effort de développement durable du pays. La promotion de la recherche scientifique et du déve-

loppement des technologies a été érigée en priorité par l'Etat dans la perspective de réunir les conditions d'un dévelop- pement durable et de diversifier l'économie nationale et mettre fin à sa dépendance aux hydrocarbures. A la faveur de la Constitution amendée en février 2016, qui a consti- tutionnalisé dans son article 44 les libertés académiques

et la liberté de la recherche scientifique, un Conseil natio-

nal de la recherche scientifique et des technologies a été créé. L'article 207 de la Loi fondamentale stipule que le Conseil

a pour mission, notamment, de «promouvoir la recherche

nationale dans les domaines de l'innovation technologique et scientifique et de proposer les mesures permettant le développement des capacités nationales de recherche-dé- veloppement». Sa mission consiste également à «éva- luer l'efficience des dispositifs nationaux de valorisation des résultats de la recherche au profit de l'économie na- tionale dans le cadre du développement durable». L'institution de ce Conseil fait suite à l'installation en novembre 2015 de l'Académie des sciences et des techno- logies d'Algérie (ASTA). L'ASTA est composée de 46 mem- bres fondateurs (noyau constitutif), dont 11 femmes et 6 membres issus de la communauté algérienne établie à l'étranger, sélectionnés par un jury international. A terme, elle atteindra un total de 200 membres. L'Académie englobe 9 spécialités, dont les mathématiques, la chimie, la phy-

sique, les sciences médicales et les technologies de l'infor- mation. En tant que haute autorité scientifique du pays, l'ASTA

a pour mission de «concourir au développement des sciences et de leurs applications, de conseiller les autori- tés gouvernementales dans ce domaine vital et de servir d'interface avec les instances scientifiques internatio- nales». Le président de la République, M. Abdelaziz Bou- teflika, avait souligné que «l'Algérie, qui investit tant dans l'éducation et la formation de ses enfants que dans

la recherche scientifique, attend des compétences natio-

nales siégeant dans cette académie de faire avancer davan- tage encore le pays sur la voie des sciences et des techno- logies, véritables atouts d'un développement puissant dans tous les domaines». L'Algérie, qui ne disposait à l'indépen-

dance que d'une seule université, en l'occurrence celle d'Al- ger, avec un effectif de 800 étudiants, est passée en 2016

à un nombre de 107 établissements universitaires accueil-

lant près de 1,5 million d'étudiants. Quelque 100.000 nouvelles places pédagogiques et plus de 55.000 lits devraient être réceptionnés à la prochaine rentrée universitaire, selon le ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique.

Pour un enseignement de qualité répondant aux besoins du pays

Lors de la Conférence nationale sur l'évaluation du sys- tème LMD (Licence-master-doctorat), organisée en jan- vier dernier, le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, a fixé comme priorités dans le programme d'action du secteur, à court et moyen terme, le renforcement des capacités de l'uni- versité, à travers la bonne gouvernance, en vue de répon- dre aux différents besoins. L'objectif du programme d'action est de «promouvoir

le système de l'enseignement supérieur et de la recherche

scientifique pour le mettre au diapason des normes inter- nationales et d'un enseignement de qualité», a-t-il expli- qué au cours de cette conférence qui a réuni 800 partici- pants représentant le secteur de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, ainsi que des entreprises socio-économiques. Il a ajouté que la Constitution «garan- tit les libertés académiques et la liberté de recherche scien- tifique dans le cadre de la loi et souligne le rôle de l’Etat dans la promotion et la valorisation de la recherche scientifique au service du développement durable». Selon les conclusions de la conférence, la dynamisation de la ré- forme de l'université exige «un renforcement de la dimen- sion professionnelle» des enseignements universitaires dans un cadre régissant la relation entre l'université et l'en- treprise, afin de «concrétiser le principe de l'employabi- lité des diplômés». Un rapprochement entre l'université et le secteur économique sera bientôt consacré à travers des textes de loi, a annoncé à cet effet le ministre de l'Enseignement su- périeur. Parmi les autres recommandations issues de la conférence, figure la nécessité d'actualiser les pro- grammes d'enseignement appliqués dans le système LMD, d'améliorer son rendement par la révision des mé- thodes d'accession d'un palier à un autre, une réduction du nombre de spécialités en Master et l'application d'un seul modèle de Doctorat à l'échelle nationale.

seul modèle de Doctorat à l'échelle nationale. 3 QUESTIONS AU MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE

3 QUESTIONS AU MINISTRE DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

M. Hadjar affirme que l'université est en mesure d'accueillir tous les bacheliers

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique Tahar Hadjar a affirmé, hier dans une interview accordée à l'APS à la veille de la célébration du 60e anniversaire de la Journée de l'Etudiant, que son secteur, qui a enregistré un progrès notable ces dernières années, était en mesure d'accueillir cette année tous les bacheliers.

APS: L'Algérie célèbre cette année la Journée nationale de l'étudiant dans un

contexte marqué par la constitutionnali- sation des libertés académiques et la liberté de la recherche scientifique et par la créa- tion d'un conseil de la recherche scienti-

fique sous la supervision du président de la République. Quel sera l'impact de cette démarche sur la recherche scientifique en Algérie et sur l'apport de l'université algé- rienne?

Tahar Hadjar: Pour commencer, j'ai- merais rappeller l'importance de l'évé- nement que nous allons fêter ce jeudi à sa- voir le 60e anniversaire de la Journée de l'étudiant célébrée le 19 mai de chaque an- née. Cette journée constitue une étape cruciale dans le parcours de notre glorieuse révolution, les étudiants avaient décidé de répondre à l'appel de la nation et d'adhé- rer au mot d'ordre de grève générale, dé- sertant ainsi les bancs des universités et des lycées pour rejoindre le mouvement popu- laire parmi les paysans, les travailleurs et

les jeunes et s'engager dans la lutte pour la libération du pays. Cette journée est mémorable en ce

sens qu'elle souligne le rôle central de la jeu- nesse algérienne, une jeunesse instruite et imprégnée de valeurs nationalistes, dans toutes les étapes de l'histoire notamment

dans les moments difficiles que le pays a eu, parfois, à traverser. Pour la cause suprême, l'indépendance nationale, les étudiants algériens ont re- noncé ce 19 mai à leurs intérêts personnels,

bienquesachantpertinemmentquelesdi-

plômes supérieurs allaient améliorer leur

vie sociale et celle de leurs proches. Ils choi- sirent de rejoindre les rangs de la révolu- tion, «il y en a parmi eux qui sont décédés et d'autres sont encore vivants». Ce sont là des positions de la jeunesse algérienne qui a toujours été au service des causes nationales à différentes étapes de la lutte du peuple algérien à commencer par les mouvements de la résistance popu- laire qui se sont succédés- et l'Emir Abdel- kader et Cheikh El Mokrani faisaient par- tie de cette catégorie de jeunes. La jeunesse algérienne a aussi joué un rôle décisif dans la préparation de la guerre de libéra- tion à travers l'organisation de marches pa- cifiques le 8 mai 1945. Elle a constitué le pre- mier noyau, le Groupe des 22 qui ont dé- clenché la révolution. Félicitations aux

étudiantsalgérienspourleurfêtenationale. L'Etat algérien a entrepris après l'indé- pendance une politique de formation dans tous les cycles et s'est intéressé à la re- cherche scientifique en tant que pilier du

développement global, pour assurer la progression de la société et sa protection.

Elle a instauré la gratuité de l'enseignement dans les différents cycles et construit des établissements d'enseignement pour effa- cer les résidus du colonialisme qui a tenté de détruire l'identité du peuple algérien. 54 ans après l'indépendance, le niveau atteint par la recherche scientifique et du

développementtechnologiquedansl'Algé-

rie d'aujourd'hui, a permis la création d'une institution de haut niveau placée sous la supervision du président de la Répu- blique et qui constitue un instrument d'orientation et d'accompagnement des ac- tivités scientifiques et de recherche dans le pays. Cela n'aurait pu être réalisé sans les ef- forts consentis par l'Etat depuis l'indé- pendance par souci d'appuyer et de soute- nir l'enseignement supérieur et la re- cherche scientifique en tant que secteur sensible et stratégique, afin qu'il puisse ac- complir au mieux sa mission de formation de l'élite et de créer un socle scientifique et technologique de haut niveau à même de concrétiser les aspirations de la so- ciété à la prospérité, le développement et le progrès. La promotion de la recherche nationale dans les domaines technologique et scien- tifique, la proposition de mesures à même de développer les capacités nationales en la matière et l'évaluation des instances nationales spécialisés dans l'appréciation des résultats de la recherche scientifique au profit de l'économie nationale dans le cadre du développement durable, sont entre autres missions importantes assi- gnées au conseil. Le Conseil national de la recherche scientifique et de la technologie vient en- core une fois souligner le souci de l'Etat d'oeuvrer à la promotion de la recherche scientifique et à sa valorisation au profit du développement durable de la nation. Il constitue un jalon supplémentaire im- portant qui tend à renforcer le socle de la recherche scientifique et du développe- ment technologique dans notre pays en tant qu'instrument permettant de réaliser un véritable progrès dans ce secteur vital.

L'Université algérienne a enregistré ces dernières années une augmentation du nombre d'universités et d'étudiants. Pou- vez-vous nous donner les chiffres en pré- vision de la prochaine rentrée universi- taire?

Tout d'abord, il y a lieu de rappeler que l'Algérie ne comptait à l'époque coloniale que trois (3) établissements pour moins de 2000 étudiants, dont 1% de filles, encadrés par moins de 250 enseignants. Mais grâce aux efforts soutenus de l'Etat algérien, le secteur de l'enseignement supérieur dis- pose aujourd'hui d'un réseau de structures d'enseignement comprenant 107 établis- sements universitaires, dont des universi- tés et des écoles supérieures spécialisées, répartis sur 48 wilayas, au titre du service public de proximité.

Ces établissements prennent en charge près de 1.500.000 étudiants algériens, dont 60% de filles, encadrés par plus de 57.000 enseignants. Nous nous employons aujourd'hui à préparer la prochaine rentrée universitaire qui est une étape importante et cruciale pour le secteur et la société. Comme tous les ans, le corps universitaire est à pied d'œuvre pour réunir les conditions d'une rentrée sereine, notamment sur le plan pé- dagogique, de la restauration et de l'héber- gement. Je tiens à rappeler que le nombre de can- didats à l'examen du baccalauréat en 2015 dépassait 850.000, un chiffre jamais enre- gistré auparavant. Cette année, les prévi- sions font état de près de 820.000 candidats au baccalauréat et le secteur de l'enseigne- ment supérieur est en mesure de prendre en charge tous les lauréats, en application de la politique de l'Etat visant à assurer une place pédagogique à chaque bachelier. Environ 100.000 places pédagogiques et 55.000 lits seront d'ailleurs réceptionnés lors de la prochaine rentrée universitaire.

Comment le ministère procède-t-il à la mise en oeuvre des réformes visant l'amélioration de la qualité de l'enseigne- ment supérieur, notamment celles issues des assises nationales du secteur, et le renforcemement de la relation entre l'uni- versité et les entreprises économiques en faveur du développement national?

Conscient de l'importance du rôle stratégique de l'université dans le dévelop- pement du pays, le secteur de l'enseigne- ment supérieur et de la recherche scien- tifique oeuvre plus que jamais à réunir les conditions devant mettre l'université algé- rienne au diapason des nouvelles avancées scientifiques et technologiques que connaît le monde d'aujourd'hui afin de répondre aux exigences croissantes du développe- ment national et assumer pleinement son rôle en faveur du progrès et de la prospé- rité de la société et son autodéveloppement

par la conjugaison des efforts de toutes ses composantes. Ainsi, les recommandations de la confé- rence nationale des universités élargie au secteur socio-économique et dédiée à l'évaluation du système Licence-Master- Doctorat (LMD), ont été integrées dans le plan d'action du secteur pour 2016 inscrit dans le cadre de la mise en oeuvre du pro- gramme du gouvernement. Ces recommandations ont pour prin- cipaux objectifs l'amélioration de la qua- lité des formations supérieures, le renfor- cement de l'encadrement pédagogique, la consolidation de la relation entre l'unive- sité et le secteur socioéconomique, la mo- dernisation de la gouvernance universi- taire, l'amélioration des conditions de vie

desétudiants,l'adoptiond'unepolitiquena-

tionale de formation continue, l'améliora- tion de la lisibilité des diplômes algeriens et de la visibilité de l'enseignement et de la recherche scientifique sur le plan interna- tional.

Plusieurs activités culturelles et sportives dans les résidences universitaires d'Alger

tifiques et intellectuels, des pièces de théâ- tre et des compétitions sportives dans dif- férentes disciplines, ont vu la participation de plus de 2000 étudiants et 14 000 étu- diants et étudiantes de 11 résidences uni- versitaires relevant de la direction des oeuvres universitaires d'Alger Ouest. Des distinctions seront remises aux lauréats ce jour et demain jeudi lors des fes- tivités prévues à l'université de Bouza- réah, a-t-elle dit, avant de faire remarquer quedestalentsparmilesétudiantsdansles domaines des arts, de l'écriture et autres Par ailleurs, la direction oeuvre égale- ment à la relance des activités des organi- sations estudiantines dans les résidences

activitésquienglobentdesconcoursscien- universitaires à travers un accompagne-

tivités tendaient à faire connaitre les acti- vités des résidences. Elle a précisé que la préparation de ces

derrazakAicha,adéclaréàl'APSquecesac-

scientifique et sportive de 11 résidences uni- versitaires à l'université «2» Abou Kassem Saad Allah (Bouzaréah), la directrice des oeuvres universitaires d'Alger Ouest, Ab-

Plusieurs activités culturelles, scienti- fiques et sportives ont été organisées dans les résidences universitaires d'Alger à l'oc- casion de la célébration du 60e anniversaire de la Journée nationale de l'étudiant pour rappelerlesgrandssacrificesconsentispas les étudiants en 1956. En marge de la manifestation culturelle,

ment dans les différentes activités au ser- vice de l'étudiant résidant. Enfin, Mme Abderrazak Aicha a souli-

gné qu'une directive du ministère de tutelle portait sur l'encouragement des clubs et as- sociations estudiantines désirant animer les résidences universitaires à travers des programmes sportifs et culturels, ajoutant que les portes des services en charge de ces

activitésrestaientouvertespourlesaccom-

pagner. Les services de la wilaya d'Alger or-

ganisent demain jeudi plusieurs activités marquant l'anniversaire de la Journée nationale de l'étudiant dont des cérémo- nies de recueillement et d'inauguration de stèles commémoratives.

APS

Jeudi 19 mai 2016

ACTUALITÉ

DK NEWS 5

60 E ANNIVERSAIRE DE LA JOURNÉE NATIONALE DE L'ÉTUDIANT

DANS UN MESSAGE À L'OCCASION DE LA CÉLÉBRATION DU 60 E ANNIVERSAIRE DE LA JOURNÉE NATIONALE DE L'ÉTUDIANT

Le Président Bouteflika appelle la jeunesse à se mobiliser pour une économie affranchie de la dépendance aux hydrocarbures

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a adressé hier un message à l'occasion de la célébration du 60e anniversaire de la Journée nationale de l'étudiant.

«Mesdames et Messieurs, Ce jour mémorable, comme beaucoup d'autres tout aussi glorieux de l'his- toire de l'Algérie, a porté et porte,soixanteannéesaprès, une forte symbolique avant et après l'indépendance. Il représente l'un des hauts faits de notre glorieuse révo- lution qui reste, elle, gra- vée dans la mémoire du peu- ple algérien tout entier tant elle constitue un évènement grandiose qui a ébranlé les fondements mêmes de l'en- tité coloniale. Cela n'aurait été possible sans le soulève- ment, un 1er novembre, de toutes les catégories du peu- ple vaillant pour enclencher une révolution qui lui a valu victoire et gloire. Elle reste à ce jour, une étape des plus éclatantes du combat des peuples pour l'indépen- dance. Une révolution qui s'en est allée, rayonnante et forte, grâce au ralliement de l'avant-garde intellec- tuelle à ses rangs. Si le soulèvement des élèves et des étudiants reste une date que l'histoire re- tiendra, tous les jeunes, en réalité, portaient sa cause en eux, ceux qui ont fait éclater la révolution de no- vembre et ceux qui s'impa- tientaient sur les bancs des écoles, d'aller affronter le colonialisme à l'instar de tous les enfants d'Algérie. Une seule conviction: leur vie ne valait pas plus cher que celle de leurs frères et le savoir et la science demeu- raient sans impact aucun en l'absence de liberté, de souveraineté et de dignité.

Mesdames et Messieurs, Si cet évènement a eu le plus grand effet sur l'évolu- tion de l'action armée, diplo- matique et politique de l'époque, il aura donné à la révolution une place pré- pondérante dans les fora in- ternationaux qui lui a per- mis de drainer soutien et sympathie de tous les hommes libres de par le monde, peuples et gouver- nements. La grandeur de ce jour réside aussi dans le fait d'avoir fait jaillir avec impé- tuosité, la prise de conscience et la volonté des jeunes et démontrer que les grandes réalisations ne se mesuraient point par le nombre des années. Il est désormais établi que toutes les fois où la ma- turité et les causes justes se côtoient, un miracle arri- vera inexorablement.

justes se côtoient, un miracle arri- vera inexorablement. Ainsi, l'adhésion de tout ce que possédait le

Ainsi, l'adhésion de tout ce que possédait le peuple comme potentialités intel-

lectuelles et scientifiques à la révolution est digne d'être considérée comme la troi- sième étape historique de la révolution après son déclen- chement le 1er Novembre 1954 et les évènements du 20 Août 1955. Elle lui aura donné un souffle nouveau et rompu toutes les tentatives des forces coloniales qui ne ces- saient de miser sur l'acqui- sition de l'élite algérienne in- tellectuelle pour en faire un

modèlequiaideraàconvain-

cre le reste des Algériens d'accepter l'intégration qui leur était proposée en ce temps. Nul doute que le sens élevé du devoir envers la pa- trie avait raffermi les jeunes révoltés dans leur sacrifice, leur patience et leur résis- tance.Ilsontrejointlesrangs de la lutte armée sans mesu- rer les inégalités de force et les déséquilibres entre une force mondiale dénuée de tout scrupule moral ou hu- manitaire quant à l'usage de son arsenal d'extermi- nation collective et de poli- tique de la terre brûlée ainsi que la dénaturation des faits au plan médiatique, et la conviction de la justesse de la cause et la confiance en le verdict de l'histoire quand il vient à s'associer à la ferme volonté et l'inébranlable dé- termination de triompher sans se soucier des sacri- fices à consentir. C'est là même le message qu'avait perçu et adopté le peuple qui a accueilli moralement et matériellement la révolu- tion allant jusqu'à consentir avec foi et honneur, des sa- crifices à la limite du suppor- table. Des sacrifices qui ont ef- frité l'arrogance démesurée de l'ennemi et pulvérisé les desseins du mal et les plans des tyrans colonialistes qui se sont illusionnés sur l'ac- quisition irréversible de l'Al- gérie. Il est capital aussi de rap- peler que l'élan des élèves et des étudiants de rejoindre les rangs de la lutte avait pourvu la révolution de jeunes compétences, toutes spécialités confondues. Cet élan a eu le plus magnifique

des impacts sur le parachè- vement des conditions de la victoire tant attendue. La mobilisation des étudiants, filles et garçons, a doté la ré- volution de ce dont elle avait le plus besoin en termes de compétences techniques en matière de maintenance des armes, de fabrication des bombes, de santé, de propa- gande, d'information, de communication et autres domaines. De même qu'elle a per- mis à l'Etat algérien indé- pendant de se doter de ses premières promotions de cadres, forts de leur savoir et pétris de nationalisme et de leur expérience révolution- naire. Des facteurs qui ont fortement contribué à la réédification de l'Etat et à l'enclenchement du déve- loppement dans un contexte de défis périlleux que l'Algé- rie se devait de relever à l'époque. Il convient de rap- peler ici que les premiers ca- dres de la diplomatie algé- rienne faisaient partie de ces étudiants qui ont ré- pondu à l'appel de la Révo- lution et rejoint ses rangs. En effet, ce legs moral et symbolique et cette expé- rience ancrée dans la conscience collective de no- tre Nation constituent le so- cle de sécurité et la véritable richesse sans laquelle les nations seraient dans l'inca- pacité de préserver leur unité, aller de l'avant dans leur développement et dé- fendre leur dignité et leur souveraineté. La meilleure illustration reste incontestablement la réussite de notre pays quant au traitement, par la sa- gesse, la patience et le cou- rage, de la tragédie qu'il a vécu dans les années quatre vingt dix du siècle dernier. Des vertus inspirées des va- leurs que nous a inculqué la glorieuse Guerre de Libéra- tion. La paix, la concorde et la réconciliation ont triomphé grâce au peuple, sur le tue- ries, la haine et la rancoeur et c'est avec la même vo- lonté, détermination et conscience que notre peuple fera face à tous les défis à tra- vers l'édification de l'Etat de Droitsurdesbasesobjectives et des fondements constitu- tionnels. Un Etat où les ins-

titutions du peuple seront l'arbitre et la référence qui définissent l'avenir de la Na- tion.

Mesdames et Messieurs, L'Algérie indépendante a tenu à ce que l'acquisition du savoir et des sciences par ses enfants soit un défi en tête de ses priorités comme une revanche sur la priva- tion de notre peuple du sa- voir durant la période du colonialisme tyrannique et par le souci d'armer les gé- nérations futures de sciences et de savoir pour leur per- mettre de contribuer large- ment à la grande bataille, celle de l'édification et du dé- veloppement. En effet, la plus grande réalisation de l'Algérie indé- pendante demeure la forma- tion dispensée à ses enfants tout au long des décennies depuis son indépendance. La fréquentation de ses écoles, instituts, centres de formation et universités au quotidien par un quart de sa population, en dépit de la conjoncture financière dif- ficile qu'elle traverse du fait de la baisse considérable des cours du pétrole sur le marché international, en est la preuve la plus élo- quente. Aujourd'hui plus que ja- mais, il est temps que notre jeunesse en général et notre élite en particulier se mobi- lisent pour être à l'avant garde de l'édification d'une économie affranchie de la dépendance excessive aux hydrocarbures et pour que nous puissions assurer la poursuite du processus de développement socio-éco- nomique qui a franchi jusque là un parcours re- marquable. Je vous exhorte, enfants de l'Algérie, à réagir dans un même élan que vos ancê- tres lors de la victorieuse Guerre de Libération et à être déterminés à relever ce défi au mieux de votre ave- nir et au service de la pros- périté de votre peuple, la préservation de l'indépen- dance de votre patrie. Une indépendance dont la conso- lidation et la préservation passent par l'autonomie fi- nancière et économique de notre pays et par la capacité de l'Algérie à faire face à l'impitoyable concurrence internationale et à occuper la place qui lui sied dans le concert des nations, une place à la hauteur de ses ca- pacités matérielles, écono- miques et surtout humaines. En conclusion, et tout en nourrissantl'espoirquevous soyez et demeuriez les dignes descendants de vos ancêtres, je vous félicite, étudiantes et étudiants, en votre fête nationale et vous souhaite un avenir radieux dans une Algérie sereine, chérie par vous et fière de la gloire et la réussite que vous lui garantissez».

L'adhésion

des potentialités intellectuelles et scientifiques à la révolution lui a donné un souffle nouveau

Le président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a affirmé hier que l'adhésion des potentialités intellec- tuelles et scientifiques algériennes aux rangs de la révo-

lution, le 19 mai 1956, lui «avait donné un souffle nouveau». «L'adhésion de tout ce que possédait le peuple algérien comme potentialités intellectuelles et scientifiques à la ré- volution est digne d'être considérée comme la troisième étape historique de la guerre de Libération après son dé- clenchement le 1er novembre 1954 et les évènements du

20 août 1955. Elle lui aura donné un souffle nouveau et

rompu toutes les tentatives des forces coloniales qui ne ces- saient de miser sur l'acquisition de l'élite algérienne in- tellectuelle pour en faire un modèle qui aidera à convain- cre le reste des Algériens d'accepter l'intégration qui

leur était proposée en ce temps», a indiqué le Président Bou- teflika dans un message à l'occasion de la célébration du 60e anniversaire de la Journée nationale de l'étudiant, le

19 mai.

Le chef de l'Etat a précisé que cet évènement «a eu le plus grand effet sur l'évolution de l'action armée, diplomatique et politique de l'époque en ce sens qu'il aura donné à la ré- volution une place prépondérante dans les fora interna- tionaux et qui lui a permis de drainer soutien et sympa- thie de tous les hommes libres de par le monde, peuples et gouvernements». Et d'ajouter: «La grandeur de ce jour réside aussi dans le fait d'avoir fait jaillir avec impétuosité, la prise de conscience et la volonté des jeunes et démontrer que les grandes réalisations ne se mesuraient point par le nom- bre des années. Il est désormais établi que toutes les fois où la maturité et les causes justes se côtoient, un miracle arrivera inexorablement». Il a souligné à ce propos, que «ce jour mémorable, comme beaucoup d'autres tout aussi glorieux de l'histoire de l'Algérie, a porté et porte, soixante années après, une forte symbolique avant et après l'indépendance. Il repré- sente l'un des hauts faits de notre glorieuse révolution qui reste, elle, gravée dans la mémoire du peuple algérien tout entier tant il constitue un évènement grandiose qui a ébranlé les fondements mêmes de l'entité coloniale». Le président Bouteflika a rappelé d'autre part, que «l'élan des élèves et des étudiants pour rejoindre les rangs de la lutte avait pourvu la révolution de jeunes compétences, toutes spécialités confondues. Cet élan a eu le plus magni- fique des impacts sur le parachèvement des conditions de la victoire tant attendue. La mobilisation des étudiants, filles et garçons, a doté la révolution de ce dont elle avait le plus besoin en termes de compétences techniques en matière de maintenance des armes, de fabrication des bombes, de santé, de propagande, d'information, de communica- tion et autres domaines». «De même qu'elle a permis à l'Etat algérien indépen- dant de se doter de ses premières promotions de cadres, forts de leur savoir et pétris de nationalisme et de leur ex- périence révolutionnaire», a affirmé le Chef de l'Etat, ajou- tant que ce sont là «des facteurs qui ont fortement contri- bué aux premières étapes de la réédification de l'Etat et l'en- clenchement du développement dans un contexte de dé- fis périlleux que l'Algérie se devait de relever à l'époque». Le président Bouteflika a rappelé que «les premiers ca- dres de la diplomatie algérienne faisaient partie de ces étu- diants qui ont répondu à l'appel de la Révolution et rejoint ses rangs», ajoutant que «ce legs moral et symbolique et cette expérience ancrée dans la conscience collective de notre Nation constituent la soupape de sécurité et la vé- ritable richesse sans laquelle les nations seraient dans l'in- capacité de préserver leur unité, aller de l'avant dans leur développement et défendre leur dignité et leur souverai- neté». Le président Bouteflika a salué la réussite de l'Al- gérie dans le traitement «par la sagesse, la patience et le courage, de la tragé die qu'elle a vécu dans les années qua- tre vingt dix du siècle dernier», soulignant que ce sont là «des vertus inspirées des valeurs que nous a inculqué la glorieuse Guerre de Libération». «La paix, la concorde et la réconciliation ont triomphé grâce au peuple, sur le tueries, la haine et la rancoeur et c'est avec la même volonté, détermination et conscience que notre peuple fera face à tous les défis à travers l'édi- fication de l'Etat de Droit sur des bases objectives et des fon- dements constitutionnels. Un Etat ou les institutions du peuple seront l'arbitre et la référence qui définissent l'avenir de la Nation», a-t-il conclu.

APS

6 DK NEWS

NATION

Jeudi 19 mai 2016

Signature d'une convention entre la DGSN et la Cnep-banque portant sur le crédit à la
Signature
d'une convention
entre la DGSN
et la Cnep-banque
portant sur le crédit
à la consommation
Une convention a été signée mardi entre la Direction
générale de la sûreté nationale (DGSN) et la Caisse natio-
nale d'épargne et de prévoyance (Cnep-banque) permet-
tant aux fonctionnaires de la Sûreté nationale de béné-
ficier de crédits à la consommation pour l'acquisition de
produits locaux.
La convention a été signée par le Directeur général de
la
Sûreté nationale, le général-major Abdelghani Hamel
et
le PDG de la CNEP, Rachid Metref. La convention fixe
les conditions et modalités d'obtention d'un crédit à la
consommation pour l'acquisition de produits locaux,
conformément aux textes législatifs et organisationnels
en vigueur. Ainsi, les fonctionnaires, les retraités, les in-
valides et ayants droit de la police âgés de moins de 75 ans,
bénéficieront - en vertu de cette convention- de crédits
la consommation avec un taux préférentiel de 6%/an.
Cette convention s'inscrit dans le cadre des initiatives
de la DGSN «visant à prendre en charge l'aspect social des
éléments de la police, à améliorer leur cadre de vie et ren-
forcer le rôle des institutions économiques algériennes»,
à
déclaré M. Hamel à la presse au terme de la signature.
De son coté, M. Metref a précisé que le choix de la Cnep-
banque «témoigne de «la confiance acquise» par cette der-
nière, indiquant que la convention sera prochainement
élargie à d'autres domaines, à l'instar du crédit logement.
a
RÉNOVATION DE DEUX TÉLÉPHÉRIQUES À ALGER : Interruption momentanée de la circulation routière mardi et
RÉNOVATION
DE DEUX
TÉLÉPHÉRIQUES À ALGER :
Interruption
momentanée
de la circulation
routière mardi
et vendredi
La
circulation
automobile connaitra
une interrup-
tion momentanée mardi et vendredi prochains au soir à
El
Madania (Alger)
en
raison
de travaux
de remise en
marche
de téléphériques, indique dans
un communi-
qué,
l'Entreprise
de
transport
algérien
par câbles
(ETAC).
L'ETAC a précisé que la réinstallation des cabines du
téléphérique
d'El Madania et celui de Riadh El Feth est
«une opération complexe et nécessite de mobiliser d'im-
portants moyens de
levage et
des équipes
spécialisées
afin d'assurer
le déroulement
de
l'opération
en toute
sécurité et entraînera une interruption momentanée de
la circulation routière dans la zone de travaux».
Les travaux de réinstallation de la cabine du téléphé-
rique
reliant
Riadh El
Feth
à la rue
Omar Kechkar se
dérouleront la nuit
de
mardi
et
entraîneront la ferme-
ture de la section de la rue Omar Kechkar au niveau de
21hà 4h du matin.
Le flux
de véhicules
à destination
de Riadh
El Feth
sera dévié par la rue Tihert.
Concernant le
téléphérique
reliant
El Madania
à la
rue Mohamed
Belouizdad les
travaux
de réinstallation
de
la
cabine
du téléphérique
d'El Madania
se déroule-
ront vendredi soir et entraîneront la fermeture de la sec-
tion de la rue Mohamed Belouizdad de 21hà 4h du matin,
ajoute l'entreprise.
La
circulation
routière
sera déviée vers
la rue
les
frères
Merakchi
puis la
rue
Abdelkader Bouda pour
rejoindre à nouveau la rue Belouizdad, poursuit l'ETAC.

SÉCURITÉ ROUTIÈRE :

Des mesures pour l'élimination des ralentisseurs anarchiques

Les autorités locales ont été destinataires d'une circulaire interministérielle les enjoignant de prendre les mesures nécessaires pour éliminer les ralentisseurs posés anarchiquement et conçus sans normes, a appris l'APS auprès du ministère des Travaux publics.

Signé par les ministres, respective- ment, de l'Intérieur et des collectivités locales et des Travaux publics, ce document s'adresse aux walis, aux chefs de daïras, aux présidents des Assemblées populaires communales (APC) ainsi qu'aux directeurs des tra- vaux publics des wilayas. Les deux ministres relèvent, dans cette circulaire, un «recours anar- chique, voire excessif» aux ralentis- seurs (dos d'ânes) comme moyen de réduction de vitesse et d'accidents. Ils relèvent également des «ano- malies et insuffisances» dans la conception et l'implantation des ralentisseurs, occasionnant de graves conséquences sur la sécurité et le confort des usagers de la route, et cau- sant parfois de graves dommages aux véhicules. Il s'agit notamment de l'implanta- tion de ralentisseurs sans études, ni autorisation préalable, de l'utilisation de dimensions et de matériaux non conformes aux prescriptions tech- niques, du manque d'information et

de concertation entre les services des

communes et ceux des subdivisions des travaux publics, ainsi que du défaut de signalisation de la plupart des ralentisseurs, constatent-ils. En fait, près de 42% des ralentis- seurs du réseau routier national sont implantés de façon anarchique et non

routier national sont implantés de façon anarchique et non conformes aux normes techniques et sans autorisation

conformes aux normes techniques et sans autorisation des autorités publiques. Ainsi, il a été notamment exigé des autorités locales d'éliminer tous les ralentisseurs réalisés sans autorisa- tion et ne répondant pas aux normes, d'interdire, en agglomération, l'im- plantation de ralentisseurs sur les voies à grande circulation et d'impli- quer systématiquement les services techniques de la subdivision des tra- vaux publics dans l'examen de toute demande d'implantation de ralentis- seurs. Les deux ministres ont aussi exhorté les autorités locales à appli- quer fermement les pénalités prévues

par la réglementation à tout contreve- nant qui réalise des ralentisseurs sans autorisation. En outre, l'autorisation d'implan- tation des ralentisseurs reste soumise

à l'examen et à l'accord de la commis- sion technique de la wilaya. La circulaire interministérielle note également que pour les tech- niques d'aménagement qui peuvent se substituer aux ralentisseurs, les services techniques peuvent recourir

à des techniques moins lourdes et

esthétiques tels les clous et les plots de

chaussées, les bandes rugueuses ainsi que les mini-giratoires et les chicanes (passages en zigzag).

SALON TOURISME :

Ghoul : «Des facilités dans la délivrance

des visas aux étrangers à partir de cet été»

Le ministre de l'Aménagement du territoire et du Tourisme, Amar Ghoul a affirmé mardi à Alger que son département s'attelait à l'élaboration d'un programme à même de faciliter l'octroi de visas d'entrée en Algérie aux touristes étrangers. S'exprimant lors d'une conférence de presse animée en marge de sa visite au SITEV, le ministre a précisé que son département oeuvrait en coordination avec le ministère des Affaires étrangères en vue de «faciliter l'octroi aux de visas d'entrée en Algérie» assurant que les «ambas- sades et consulats algériens devraient intégrer ce nouveau programme à partir de cet été». Le ministre n'a pas écarté l'élargis- sement de ce programme à l'avenir

l'élargis- sement de ce programme à l'avenir précisant que les visas allaient être accordés aux

précisant que les visas allaient être accordés aux étrangers au niveau des aéroports et ports et même à l'inté- rieur du pays. Le programme qui sera soumis au Gouvernement «servira les intérâts de l'Algérie en tant que desti- nation touristique», a encore souligné M. Ghoul. Quelque 30 accords ont été conclus entre des opérateurs algé- riens et leurs homologues étrangers visant à attirer les touristes étrangers en Algérie dans le cadre d'un partena- riat «gagnant-gagnant», a fait savoir le ministre. M. Ghoul a, par ailleurs, annoncé la tenue de deux rencontres durant le mois de Ramadhan, la première avec les fédérations et syndicats du secteur et la deuxième avec les jeunes acteurs dans le domaine du tourisme.

SANTÉ

Salon Médic Constantine, un espace pour se mettre au diapason des équipements médicaux de haute technologie

Le Premier salon des équipements médicaux et chirurgicaux, «Médic

Constantine» constitue «un espace

pour se mettre au diapason des équi-

pements médicaux de haute techno-

logie» a indiqué hier à Constantine, l’organisateur de cette première édi- tion de l’Est. «Ce rendez-vous ambi- tionne d’apporter un nouveau souffle aux marchés des équipements médi- caux pour les différents acteurs de production, de fabrication et d’im- portation», a précisé le directeur général de l'agence RH-International communication, Rachid Hessas, à l’ouverture de ce salon. Il a, dans ce sens, ajouté que ce salon va permettre aux professionnels du secteur de la santé «de découvrir les nouvelles innovations dans le

domaine des nouvelles technologies destinées aux soins», soulignant que l’ensemble des techniciens et respon- sables de cliniques et secteurs sani- taires des 48 wilayas ont été conviés à ce rendez-vous. De son côté, Nassim Hambli, gérant de la société Bio-latex Algérie, spécialisée dans l’importa- tion des instruments de la chirurgie, domiciliée à Alger a estimé qu’à tra- vers la participation de sa société dans le salon «Médic-Constantine», il ambitionne de se «positionner dans le marché des équipements médicaux et chirurgicaux « soutenant que le nom- bre des établissements de santé dans la région Est du pays est «le double de celui de la région Ouest et offre plus d’opportunités». Pour le directeur manager de la société Invest medic

Amir Maalam, spécialisée dans l’im- portation du mobilier médical et qui a entamé la phase de la production depuis deux (2) ans, la participation à ce salon a pour but de faire «connaitre la gamme des produits aux différents techniciens de santé». La société, domiciliée à El Eulma (Sétif ) assure la fabrication d’une gamme de trente (30) produits et œuvre à «trouver de nouvelles percep- tives», a-t-on noté. Devant se poursuivre jusqu’au 21 du mois en cours, le salon «Médic Constantine» réunit près de 30 expo- sants et donne l’opportunité à de jeunes sociétés de se distinguer à tra- vers leurs produits, a-t-on conclu. APS

Jeudi 19 mai 2016

ÉCONOMIE

DK NEWS 7

ALGÉRIE - IRAN

La réactivation du comité industriel algéro-iranien, un pas vers le renforcement de la coopération bilatérale

La réactivation du comité industriel algéro-iranien après huit ans d'arrêt constitue un pas vers l'intensification et le renforcement de la coopération industrielle entre l'Algérie et l'Iran qui ont souligné, lors de la visite du ministre de l'Industrie et des mines, Abdessalem Bouchouareb, à Téhéran, leur volonté de saisir toutes les opportunités en vue de concrétiser un partenariat économique intégré entre les deux pays.

Le procès-verbal de la 2e réunion de ce comité, mis en place en 2003, prévoit le renforcement de la coopéra- tion entre les ministères de l'Industrie

de l'Algérie et de l'Iran et les institu- tions de financement dans les deux pays pour faciliter le financement des projets industriels communs. Le procès-verbal a été signé par M. Bouchouareb et le ministre iranien du Commerce, de l'industrie et des mines, Mohamed Niamat Zadah. Lors de la réunion, il a été décidé que ce comité se réunira annuelle- ment. L'Algérie abritera la troisième réunion en mai 2017. A cette occasion, M. Bouchouareb a souligné que «l'Algérie est plus que jamais disposée

à établir un partenariat effectif avec

l'Iran». Le ministre a indiqué que l'Algérie comptait sur la partie ira- nienne pour diversifier l'économie et l'industrie nationales en bénéficiant

de l'expérience de ce pays qui a réussi

à réduire sa dépendance aux hydro-

carbures en dépit des sanctions inter- nationales qui lui étaient imposées pendant plusieurs années. M. Bouchouareb a estimé que la levée des sanctions internationales sur l'Iran ouvrait de nouvelles perspectives de coopération et de partenariat entre les deux pays dans tous les domaines éco- nomiques. Le ministre iranien a, pour sa part, affirmé que son pays était dis- posé à «mettre toute son expérience dans le domaine industriel et écono- mique au service de l'Algérie», souli- gnant que les deux pays étaient liés par des relations politiques et histo- riques profondes.

Energie, transports, agriculture et mécanique: des secteurs prometteurs pour le partenariat Parmi les secteurs qui suscitent l'intérêt de l'Iran pour établir des pro- jets de partenariat avec l'Algérie, l'in-

des pro- jets de partenariat avec l'Algérie, l'in- dustrie pétrolière, la pétrochimie, et la production de

dustrie pétrolière, la pétrochimie, et la production de l'énergie où les deux parties ont réalisé un saut qualitatif durant les dernières années, selon ministre iranien de l’Industrie, des

Mines et du Commerce, Niamat Zadah qui a affirmé que les entreprises de son pays étaient prêtes à mettre cette expérience au profit du partenariat. Le ministre iranien a rappelé dans ce sens que le développement de l'in- dustrie pétrolière et l'investissement intensifié dans ce secteur a permis à l'Iran de se libérer progressivement de la dépendance aux exportations des hydrocarbures (40% actuellement). La partie iranienne a exprimé égale- ment son intérêt pour le secteur du transport ferroviaire à travers la réali- sation d'usines pour developper cette industrie en Algérie. Lors de son séjour en Iran, M. Bouchouareb a visité le salon international consacré à l'industrie ferroviaire afin d'étudier la possibilité d'établir un partenariat dans ce domaine. Les deux parties comptent égale- ment établir un partenariat dans le domaine de l'industrie du logement

d'autant plus que l'Algérie a besoin de ce type d'industrie pour la mise en oeuvre de ses grands projets d'habitat. A cet effet, plusieurs entreprises ira- niennes se sont dites disposées de par- ticiper à la réalisation de ces projets. Par ailleurs, les secteurs agricole et agroalimentaire offrent d'importantes opportunités pour les deux parties notamment la filière lait et l'élevage bovin. Il a été convenu par la même occasion de l'envoi d'un groupe d'ex- perts iraniens pour la réalisation d'une ferme pilote et la possibilité d'établir un partenariat dans ce domaine. L'industrie automobile constitue quant à elle l'un des princi- paux axes de la coopération algéro- iranienne notamment à la faveur de la signature de deux accords pour la réa- lisation d'unités de montage et de fabrication de pièces de rechanges des marques «Saipa» et «Khodro». Dans ce sens, plusieurs accords ont été signés entre le groupe algérien Tahkout et le constructeur automo- bile iranien Saipa pour la réalisation d’un grand complexe composé d’une quinzaine d’usines à Tiaret (Ouest). D’un coût de près 300 millions de dollars, ce complexe sera composé d’une usine pour le montage des véhi- cules touristiques et une autre pour les véhicules utilitaires. Un autre accord portant également sur l’industrie automobile a lié le groupe privé Rahmouni au construc- teur Khodro pour le montage de véhi- cules de cette marque en Algérie. Aux termes de cet accord, deux usines seront implantés à Alger et Relizane pour fabriquer des véhicules légers roulant au GNC. Un Forum d'affaires algéro-iranien s'est tenu à l'occasion de la visite de M. Bouchouareb à Téhéran, dédié à l'exa- men des opportunités de partenariat économique entre les deux pays.

ALGÉRIE - BID

M. Benkhalfa évoque à Jakarta les actions de l'Algérie face à la baisse des prix de pétrole

Le ministre des Finances,

dans une démarche de diver-

la Société islamique de

mique de développement et

des 56 pays membres de cette

sification de l’économie et de

la

Société internationale isla-

institution financière isla-

Abderrahmane Benkhalfa, a évoqué, lors de la 41e réunion du Conseil des gouverneurs

de la Banque islamique de développement (BID), tenue du 17 au 18 mai à Jakarta (Indonésie), les actions enga- gées par l'Algérie pour faire face à l'impact de la baisse des prix des hydrocarbures. Dans son allocution pronon- cée à cette réunion, M. Benkhalfa a mis l'accent sur «les travaux multiples enga-

conduite de réformes struc- turelles», Dans son interven- tion, faite au nom de l'ensem- ble des gouverneurs arabes auprès de la BID, M. Benkhalfa s'est aussi focalisé sur les tendances de l'écono- mie mondiale et les incerti- tudes qui la caractérisent à savoir, une reprise écono- mique faible, une volatilité amplifiée sur les marchés financiers, une faiblesse des

mique de financement du commerce. Au cours de ces rencon- tres, il a exposé «les constantes, la cohérence et les nouveaux impératifs de la politique algérienne avec plusieurs de ses homologues des pays membres de la BID», a-t-on précisé. Le ministre a également eu des entretiens bilatéraux avec le président du groupe

mique et a vu la participation de plusieurs représentants d’institutions financières internationales et régionales. Par ailleurs, M. Benkhalfa a présidé les travaux de la 16e réunion du Haut conseil d'El Aqsa, consacrés à examiner l’état d’avancement des diffé- rents projets financés par ses Fonds et à l'adoption de ses rapports d’activités et finan- cier.

gés par l'Algérie (

)

pour

cours des matières pre-

de la BID et des P-dg de ses

Il convient de rappeler

faire face à l'impact de la baisse des prix des hydrocar- bures», a indiqué un com-

mières, ainsi que l’impératif pour les pays producteurs de matières premières et d’hy-

filiales, ainsi qu'avec le direc- teur du Fonds monétaire arabe (FMA), avec lesquels il

que les Fonds relevant du Haut conseil d'El Aqsa ont été créés en octobre 2000 sur

muniqué du ministère des

drocarbures de réajuster leur

a

abordé «le nouveau mode

décision du Sommet arabe

Finances. Il a aussi souligné «les dispositions prises pour assurer plus de rationalisa- tion des dépenses publiques tout en confortant la crois- sance par la mobilisation de ressources nouvelles au plan national et international». Le ministre a également convié les institutions multi- latérales dont la BID à «confé- rer une priorité aux pays, comme l’Algérie, engagés

démarche et politique écono- mique. Lors de son séjour dans la capitale indonésienne, le ministre a pris part aux diffé- rentes assemblées des filiales relevant du Groupe de la BID:

garantie des investissements et des crédits à l'exportation, la Société islamique de déve- loppement du secteur privé, le Fonds de solidarité isla-

de financement de la crois- sance et de l’économie algé- rienne et les perspectives de renouer des accords avec les institutions multilatérales pour soutenir l’investisse- ment économique en Algérie». A noter que la 41e réunion

du Conseil des gouverneurs du groupe de la BID a regroupé les ministres des Finances et de l'Economie

du Caire, dans le but de per- mettre le développement des capacités socio-économique de la Palestine. Ces Fonds ont permis le financement de nombreux projets qui ont permis d’améliorer les conditions de vie des populations et de mieux répondre aux besoins en matière d’éducation et de santé, durant ces dernières années.

BANQUE EXTÉRIEURE D'ALGÉRIE

Nette hausse du bénéfice en 2015

La Banque extérieure d'Algérie (BEA) a réalisé un bénéfice net de 33,4 milliards de dinars (mds DA) en 2015, en hausse de 13% par rapport à 2014, a indiqué, hier à Alger, son P-DG, Mohamed Loukal. Le bilan réalisé par cette banque, dont les prin- cipaux clients relèvent du secteur national des hydrocarbures telle Sonatrach, a été de 2.602,8 mds DA en 2015, un chiffre quasi stable par rapport à 2014, a précisé M. Loukal lors d'une journée d'in- formation sur l'emprunt obligataire de l'Etat lancé en avril dernier. Selon lui, la baisse des ressources financières des hydrocarbures (-46% en 2015) a été «largement compensée» par une évolution de 238 mds DA des ressources d'autres secteurs, provenant à hauteur de 161 mds DA de grandes entreprises hors- Sonatrach, de 57 mds DA de PME/PMI et de 20 mds DA des ménages et des particuliers. «Le secteur des hydrocarbures reste notre client de référence. Mais le fait d'avoir réussi à diversifier notre portefeuille nous a permis de moins ressentir l'impact de la baisse des prix de pétrole. Nous avons ainsi réussi à développer de meilleures capacités de résilience aux chocs externes», s'est félicité M. Loukal dans une décla- ration à la presse. Durant les trois dernières années, le secteur des hydrocarbures a représenté, en moyenne, pas plus de 25% des ressources de la banque et de 10,8% de son PNB (Produit net ban- caire qui équivaut à la somme des marges d'inter- médiation et des commissions nettes). En 2015, le PNB de la banque à atteint près de 70 mds DA dont 7,5 mds DA générés par le secteur des hydrocarbures. D'autre part, les crédits accordés par la banque ont augmenté de 46% en 2015: Leur encours a grimpé de 794 mds DA entre 2014 et 2015 en passant de 1.744 mds DA en 2014 à 2.538 mds DA en 2015 dont 73% sont des crédits à l'investisse- ment. Par secteur, 47% des crédits ont été affectés aux grandes entreprises, 28% aux administrations cen- trales, 20% aux PME/PMI de différents secteurs et 5% aux ménages et particuliers. Par ailleurs, la banque a augmenté son capital en décembre 2015, le portant de 100 mds DA à 150 mds DA.

EMPRUNT OBLIGATAIRE :

50 milliards DA collectés par la BEA

Plus de cinquante (50) milliards de dinars ont été collectés par la Banque Extérieure d'Algérie (BEA), dans le cadre de l'emprunt national pour la croissance économique lancé il y a un mois, a indi- qué, hier à Alger, le P-DG de cette banque publique, Mohamed Loukal. Une part allant entre 60 et 70% de ce montant a été souscrite par de grandes entreprises publiques, contre 30 à 40% par des entreprises privées et des particuliers, a précisé M. Loukal à la presse en marge d'une jour- née d'information sur cette opération financière. Interrogé sur une éventuelle souscription de la BEA à cet emprunt oblogataire de l'Etat, il a avancé que cette dernière allait souscrire à travers un montant important étant donné les taux d'intérêts qu'il a jugés «élevés», soit 5% pour une souscrip- tion de 3 ans et 5,75% pour celle de 5 ans. «Dans notre métier, on accorde des prêts parfois risqués pour un taux d'intérêt de 5,25%, alors qu'en sous- crivant à cet emprunt, on gagne plus en optant pour des placements garantis et sécurisés», a-t-il soutenu. Quant à un éventuel effet d'éviction de l'emprunt sur les autres formes de financement de l'économie, sachant que 60% des souscripteurs sont des entreprises bancarisées, il a assuré qu'un tel effet était complètement écarté du fait que les fonds souscrits sont prélevés à partir des dépôts à vue des entreprises, lesquels ne sont pas destinés au financement des investissements. «Ce sont ces fonds volatils qu'on veut mobiliser pour l'emprunt, et qu'on veut stabiliser pour 3 ou 5 ans pour les faire adosser aux financements de l'investissement», a-t-il clarifié. Ce qui signifie que les dépôts à terme, lesquels sont destinés essentiellement à financer l'économie, ne sont généralement pas concernés par l'emprunt obliga- taire, a explicité le premier responsable de la BEA. APS

Ph. : M. Naït Kaci

8

DK NEWS

FORUM

Jeudi 19 mai 2016

CONFÉRENCE SUR LE DON DU SANG

EN PERSPECTIVE DU MOIS SACRÉ DE RAMADHAN

M. GHERBI KADOUR PRÉSIDENT DE LA FÉDÉRATION ALGÉRIENNE DES DONNEURS DE SANG, MME OULD KABLIA HAMAD DIRECTRICE GÉNÉRALE DE L'AGENCE NATIONALE DU SANG ET DR SAYAH ABDELMALEK SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE LA FÉDÉRATION INTERNATIONALE DES ORGANISATIONS DES DONNEURS DE SANG, INVITÉS HIER AU FORUM DE DKNEWS

Bon sang !

Le don de sang est une valeur qui fait partie de nos traditions. Il est le produit de notre solidarité. c'est

à savoir don,

solidarité et tradition, c'est une grande partie de la personnalité algérienne qui est ainsi mise en évidence. Si nous précisons davantage que nous sommes à la veille du mois sacré du Ramadhan, la solidarité est de fait le concept qui va structurer la pensée de l'Algérien.

bien ce qui ressort de nos discours. Et quand on relie entre eux les trois concepts,

discours. Et quand on relie entre eux les trois concepts, ILS ONT DIT Said Abjaoui Durant
discours. Et quand on relie entre eux les trois concepts, ILS ONT DIT Said Abjaoui Durant

ILS ONT DIT

Et quand on relie entre eux les trois concepts, ILS ONT DIT Said Abjaoui Durant ce
Et quand on relie entre eux les trois concepts, ILS ONT DIT Said Abjaoui Durant ce
Et quand on relie entre eux les trois concepts, ILS ONT DIT Said Abjaoui Durant ce

Said Abjaoui

Durant ce mois sacré, malheureuse- ment, nous enregistrons des records nationaux en matière d'accidents de voi- ture. Plus particulièrement à l'approche de l'adhan. C'est le moment où tout le monde est pressé de rentrer chez lui, presque à la même heure. Inévitablement, à ce moment se produi- sent des accidents mortels. Qui dit acci- dents fatalement fait un lien avec le besoin en sang. Heureusement, il y a des Algériens qui pensent à ces graves moments où des accidentés de la route subissent des hémorragies de sang et risquent de s'ins- crire au chapitre de la mort. Ces Algériens font du don de leur sang un acte régulier, un geste de solidarité, un élan vers l'autre qui a besoin de sang sans lequel c'est la mort certaine. Il faut connaître ces donneurs réguliers de sang, plutôt ces donneurs réguliers de vie. Il faut connaître ces organisations qui se mobilisent pour sensibiliser au don du sang et pour promouvoir celui-ci. A l'occasion de la prochaine Journée mondiale des donneurs de sang, à l'occa-

sion également de l'avènement prochain du mois de Ramadhan, le forum de DK News a invité hier les acteurs du proces- sus de don de sang et celui de la collecte de sang. Sont venus alors pour animer un débat de sensibilisation et de promotion du don de sang M. Gherbi Keddour prési- dent de la Fédération nationale des don- neurs de sang, Mme Dr Hamad, repré- sentant l’Agence nationale du sang, le Dr Sayah Abdelmalek, secrétaire général de la Fédération mondiale des Organisations des donneurs de sang. Rappelons que le Dr Sayah Abdelmalek est un Algérien qui a été élu à l'unani- mité secrétaire général de la Fédération mondiale. Cela s'était passé au Portugal.

Il avait reçu les félicitations de tous les participants et participantes, des confé- renciers et de la presse présente au forum. Quand on dit don du sang, nous pen- sons seulement au sang qui a été offert et récolté. Or, nous avons appris des confé- renciers que le sang ainsi offert contient des composants séparables que sont les globules rouges, les plaquettes, le plasma utilisés pour soigner l'hémophi-

C'est

lie, fabriquer des médicaments

un don global qui est ainsi offert. Les trois conférenciers sont intervenus en

convergence sur ce que représente le don du sang. «Partager la vie, donnez votre sang , sans distinction de race et de religion, avec la satisfaction morale d'avoir sauvé une vie» résume à peu près l'objectif donné au don du sang. Pendant le mois de Ramadhan, la col- lecte est organisée devant les mosquées après la prière de taraouih. Les imams sont invités à en informer les fidèles. La représentante de l'Agence natio- nale du sang donna quelques chiffres explicatifs des différentes catégories de donneurs de sang. Pour l'année 2015, 31% des donneurs ont donné leur sang au titre de la compensation familiale. L'autosuffisance n'est pas encore atteinte tant que les 31% ne deviennent pas régu- liers. Sur les 69% de donneurs, 24% sont réguliers et 45% sont des occasionnels. La presse écrite, parlée et filmée a un grand rôle à jouer dans la sensibilisation et la promotion du don de sang. 38% des donneurs de sang vont vers les struc- tures mobiles. De l'année 2014 à celle de 2015, on a enregistré une augmentation de 5,34% ; Il y a beaucoup de partenaires tels la DGSN, les opérateurs de la télé- phonie mobile, le ministère de l'Education, les universités, les mouve- ments associatifs ,

Dr Hamad

Ould

Kablia:Nous

les mouve- ments associatifs , Dr Hamad Ould Kablia: Nous sommes fiers qu'un Algérien, le Dr

sommes fiers qu'un Algérien, le Dr Sayah Abdelmalek, soit élu SG de la Fédération mon- diale des organisa- tions de donneurs de sang. Cela est une reconnaissance mondiale de l'avancée de l'Algérie dans ce domaine précis. Nous avons de bons partenaires pour le

don, et la promotion du don de sang, dont la DGSN, les opérateurs de la télé- phonie mobile, les universités, les mou-

vements associatifs

La

sensibilisation

dans le secteur de l'éducation par le

biais de cours préparera la relève.

par le biais de cours préparera la relève. D r Keddour Gherbi Président de la Fédération

D r Keddour Gherbi

Président de la Fédération nationale des donneurs de sang :

Partagez la vie, donnez votre sang, sans distinction de race et de religion. Durant le Ramadhan, la collecte se fera devant les mosquées après les taraouih. Les imams en infor- meront les fidèles.

D r Sayah Abdelmalek

SG de la fédération mondiale des organisations des donneurs de sang :

La solidarité est une tradition , une valeur, une compo- sante de la person- nalité algérienne.

donneurs de sang : La solidarité est une tradition , une valeur, une compo- sante de

Jeudi 19 mai 2016

SOCIÉTÉ

DK NEWS

9

SETIF :

Saisie par la police de 97 qx de chocolat périmé

Agissant dans le cadre de la protection du consommateur, les éléments de la Brigade d’assainissement relevant du service de la sécurité publique de la Sûreté de wilaya de Sétif sont parvenus à saisir au courant de cette semaine une importante quantité de chocolat périmé estimée à plus de 97 quintaux stockée dans une unité de production de confiserie située au centre de la ville de Sétif ainsi qu’il a été procédé à l’arrestation du propriétaire de cet entrepôt.

à l’arrestation du propriétaire de cet entrepôt. lance et localisation du fonds de commerce en question,

lance et localisation du fonds de commerce en question,

munication de la Sureté de wi- laya, une procédure judiciaire

tion avec les services compé- tents. Les services de police de

que les policiers ont découvert

a

été instruite à l’encontre

Sétif réitèrent leur appel au-

cette quantité de chocolat de

du mis en cause et transmise

près des citoyens pour dé-

qualité douteuse stockée dans

à

la juridiction compétente.

noncer tout acte frauduleux

des conditions d’hygiène non conformes à la réglementa- tion en vigueur et en plus dé-

Quant à la marchandise saisie et après confirmation des analyses faisant état d’un pro-

menaçant la santé du consommateur par les deux canaux du numéro vert 15.48

pourvue d’étiquetage.

duit périmé, il a été procédé à

et du n° 17 police secours.

Selon la cellule de com-

sa

destruction en collabora-

A.Tiouri.

AÏN TÉMOUCHENT :

Saisie de plus de 31 quintaux de kif traité et démantèlement d’un réseau de trafiquants

Une quantité de 31,40 quintaux de kif traité a été saisie récemment, à Maghnia (Tlemcen), par les éléments de la brigade de lutte contre les stupéfiants de la Police judiciaire d’Ain Temouchent qui ont dé- mantelé, également, un réseau de trafi- quants de drogue, apprenait-on, hier de la Sûreté de wilaya. Composé de plusieurs individus, ce ré- seau activait au niveau des frontières Ouest en passant par des wilayas du Sud- Ouest et Sud-Est pour arriver en Libye, précise-t-on, en faisant savoir que cette affaire a été traitée, en exploitant des in- formations relatives à l’activité de ce ré- seau. L’enquête diligentée, dans ce cadre, marquée par la surveillance, plus de deux mois durant, des mouvements de ces individus en coordination avec le parquet de Beni Saf, a permis de situer, à Magh-

nia, l’endroit où était stockée la drogue, indique-t-on . Les policiers se sont dépla- cés sur place, pour saisir les stupéfiants, soigneusement dissimulés à bord d’un ca- mion transportant des parpaings, ajoute- t-on, faisant savoir qu’une grande somme d’argent, des téléphones portables à dou- ble puces marocaines, des jumelles, une voiture et une mobylette, ont été, égale- ment saisis. Sur place, quatre individus, ont été ar- rêtés y compris le chauffeur du camion qui a tenté de s’enfuir. Les membres de ce réseau ont été présentés devant le parquet de Beni Saf. Le commissaire Bellemou Zoheir, chargé de la cellule de communication a rappelé qu’en moins de cinq mois, les élé- ments de la Sûreté de wilaya d’Ain Témou- chent ont procédé à la saisie de 52,40 quin- taux de drogue.

ORAN

Sit-in des vétérinaires du secteur public

Une trentaine de vétéri- naires à la Direction des services agricoles (DSA) d'Oran ont observé hier un sit in devant le siège de la DSA à l'appel du Syndicat national des vétérinaires fonctionnaires de l’admi- nistration publique, a-t-on constaté sur place. Sur les 34 vétérinaires relevant de la DSA d’Oran, 32 s'étaient mobilisés pour appuyer une seconde fois des revendications socio- professionnelles, a indiqué la déléguée de wilaya et porte-parole des vétéri- naires d’Oran, Rachida Benblidia, rappelant que le premier sit in avait eu

lieu le 11 mai dernier et "n’a pas donné de résul- tats". Ce mouvement de protestation a été décidé suite à un conseil national consultatif extraordinaire le 5 mai pour étudier la si- tuation relative à l’évolution de la carrière du vétéri- naire et "des conditions la- mentables dans lesquelles il exerce", a-t-elle ajouté. Les vétérinaires protestent contre "le blocage de leur carrière et le manque de moyens pour l’exercice de leurs fonctions (matériel,

moyens de transport,

)", a

ajouté la source. S’agissant de l’évolution de la carrière, le vétéri-

naire est censé passer ins- pecteur au bout de 10 an- nées d'exercice et inspec- teur principal 7 après et enfin inspecteur principal en chef en fin de carrière, a souligné à l'APS Mme Ben- bilidia, ajoutant que cer- tains vétérinaires en exer- cice depuis plus de 20 ans ont toujours le statut de docteur vétérinaire. Pour sa part, le direc- teur des services agricoles d’Oran, Tahar Kadi a af- firmé que la DSA met "tous les moyens dont elle dis- pose à la disposition de ses 34 vétérinaires", reconnais- sant toutefois "un manque de moyens".

Azzedine Tiouri.

C’est à la suite de l’exploi- tation de renseignements fai- sant état qu’un individu s’adonnait à une activité sus- pecte dans la fabrication de confiserie dans l’un des quar- tiers de la ville et après surveil-

TISSEMSILT

Deux

cambrioleurs

d'une

habitation

arrêtés

TISSEMSILT Deux cambrioleurs d'une habitation arrêtés Abed Meghit Les éléments de la pre- mière sûreté

Abed Meghit

Les éléments de la pre- mière sûreté urbaine de Tis- semsilt viennent de déman- teler un groupe de malfai- teurs constitué de deux per- sonnes impliquées dans le cambriolage d'habitation avec escalade et ce, sous la menace d'armes blanches. L'opération a été déclen- chée suite à une plainte dépo- sée par la victime âgée de 40 ans du vol de son domicile. Les intrus ont emporté avec eux plusieurs objets, dont (un micro portable, un brace- let en or, un téléphone porta- ble et d'une somme en numé- raire de 6 200 DA). Suite à des investigations, les policiers ont mis la main sur l'un de ceux qui sont im- pliqués dans le vol. Lors de l'interrogatoire, le mis en cause a reconnu les faits et dénonce son complice. Lors de cette opération, tous les objets ont été récupérés. Pré- sentés devant le procureur de la République près le tribu- nal de Tissemsilt, les deux présumés voleurs ont été pla- cés sous mandat de dépôt.

SELON DES EXPERTS

Le trafic des psychotropes produits par des laboratoires clandestins de l'étranger prend de l’ampleur

Le trafic des comprimés psychotropes non pharmaceutiques, fabriqués par des la- boratoires clandestins situés dans des pays proches géographiquement de l’Algérie, prend de l’ampleur, ont affirmé, hier à Oran, des experts. Interrogés par l’APS en marge d’un sé- minaire sur "la Drogue et la toxicomanie", ces experts, dont des officiers de la Gendar- merie nationale ainsi que des chercheurs académiques, ont alerté sur l’ampleur du trafic des comprimés psychotropes en Al- gérie. Ils sont fabriqués au niveau de labo- ratoires clandestins dans la région méditer- ranéenne et en Afrique du Nord. "Le trafic des comprimés psychotropes ne relevant pas de l’industrie pharmaceu- tique et destinés exclusivement à des fins criminels avec des composants de drogue, prend de l’ampleur. Ce phénomène s’ob- serve de plus en plus, notamment à travers la saisie d’importantes quantités de ce genre de substances", a souligné le Com- mandant Yacine Boumrah, représentant de l’institut de la criminalistique et de la cri- minologie de Bouchaoui, relevant du Com- mandement de la Gendarmerie nationale. Le même officier a tiré la sonnette d’alarme quant aux risques et dangers de ce type de psychotropes sur la santé hu- maine, physique et mentale. Les narcotra- fiquants activant dans ce créneau ciblent particulièrement les jeunes. Pour lui, ce phénomène nécessite des mesures de lutte et de la sensibilisation, impliquant les dif- férents acteurs, telle que la société civile et l’université. De son côté, le Commandant Abdelmalek Derradji, du Commandement de la gendarmerie nationale, a dressé un ta- bleau sur le trafic des psychotropes. Les services de la Gendarmerie nationale ont saisi, durant les premiers quatre mois de cette année à l’échelle nationale, quelque 302.000 comprimés psychotropes, dont une partie importante a été fabriquée dans les laboratoires clandestins. La substance saisie est répartie sur trois types : les psychotropes pharmaceutiques acquis sur prescription médicale, les psy- chotropes pharmaceutiques non recon- nus par la législation nationale, ainsi que des comprimés de drogue provenant des la- boratoires clandestins, a expliqué à l’APS le Lieutenant Mohamed Kecir, du départe- ment de toxicologie relevant de l’Institut de criminologie de la Gendarmerie nationale. Le lieutenant Kecir a fait état de l’appa- rition, en 2016, de deux nouveaux types de comprimés de drogue, à savoir "Mythi- lone" et "Bythilone", produits par les labo- ratoires clandestins. Ces deux produits ont été découverts pour la première fois en Algérie, lors des différentes saisies de psy- chotropes, notamment au niveau des fron- tières Ouest du pays. Des universitaires et autres experts participant à cette rencon- tre, d’une journée, ont mis l’accent sur l’évo- lution inquiétante de la situation passant du trafic de drogue classique aux drogues dures. Ils ont également abordé les dispo- sitions prises pour le renforcement du contrôle et de la sécurité des frontières na- tionales, à l’instar de la bande frontalière ouest. Ce séminaire, organisé par les deux universités d’Oran Ahmed Benbella 1 et 2, en collaboration avec le Commandement régional de la Gendarmerie nationale d’Oran, est marqué également par la par- ticipation de plusieurs acteurs, comme les cadres de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) et les Douanes algé- riennes.

APS

10 DK NEWS

SOCIÉTÉ

Jeudi 19 mai 2016

RASSEMBLEMENT DES MUSULMANS DE FRANCE

Entre foi et fête

Le rassemblement des musulmans de France a tenu ses promesses cette année, en drainant pas moins de 150000 visiteurs, du 13 au 16 mai au Palais des expositions du Bourget (Nord de Paris).

Cherbal E-M

Pour cette 33e rencontre an- nuelle des musulmans de France (RAMF), l'Union des organisations islamiques de France (UOIF), or- ganisatrice de l’événement a mis les petits plats dans les grands pour s’attirer les foules et aussi la sympa- thie de l’opinion publique française encore ébranlée par les attentats de 2015, commis sous prétexte de l’Is- lam. Sous le thème ‘’Ensemble, construisons l’avenir’’, cette rencon- tre a été l’occasion de débats au- tour de quatre conférences mais aussi d’emplettes pour les milliers de visiteurs venus trouver la bonne af- faire à quelques jours du mois sacré du Ramadhan. Même si une bonne partie de la presse française a surtout relevé le côté ‘’foire’’, « cette année, c’est bien la citoyenneté des musulmans de Francequel’Uniondesorganisations islamiques de France (UOIF), prin- cipale organisatrice de l’événement, avait décidé d’interroger, alors que les attentats de l’année 2015 commis par des terroristes islamistes ont interpellé de nombreux musulmans sur la place de leur foi dans la so- ciété», indique le site du journal www.la-croix.com qui cite Amar Lasfar, président de l’UOIF qui vise, a-t-il déclaré, à «montrer que les mu-

qui vise, a-t-il déclaré, à «montrer que les mu- sulmans de France sont avant tout des

sulmans de France sont avant tout des citoyens de France ». Il n’a pas omis d’adresser un message de compassion et de sym- pathie aux familles des victimes des derniers attentats de Paris, avant de rappeler que l’intention de son or- ganisation est de montrer son atta- chement à la laïcité républicaine telle que conçue par la loi de 1905, relativeauxassociations,quiestàses yeux ‘’libérale et généreuse’’, mais qui sert également comme un rem- part « contre les ‘’abus du politique‘’ tels que l’interdiction du foulard à l’école », lit-on sur le même site. Des Français de confession mu- sulmanesontvenusdesquatrecoins de la France pour dire leur attache- ment à leur religion autant qu’à leur patrie, dans le cadre d’un vivre-

ensemble qui les implique pleine- ment dans la société française. Ils ont pu suivre un cycle de conférences sur

le thème « La charia made in France

: pour un islam français », animées

notamment par Tareq Oubrou, Mo- hamed Bajrafil et Ismahane Bouzidi. Les organisateurs de l’UOIF ont tenu à éviter d’inviter des confé- renciers au propos fort sur la ques- tion du djihadisme, sans doute par crainte de confirmer l’étiquette d’une organisation un peu trop proche des thèses des frères musul- mans. De l’autre côté des salons dé- diésauxconférences,lesvisiteursont fait leurs emplettes de produits di- vers, dans des stands animés par 370 exposants qui ont eu à s’acquitter de 3000 euros chacun pour faire partie de ce côté festif du rassemblement.

JOURNÉE MONDIALE DES TÉLÉCOMMUNICATIONS ET DE LA SOCIÉTÉ DE L'INFORMATION

Ban Ki-moon appelle à développer de nouvelles technologies de l'information ayant des retombées positives sur le plan social

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon a appelé mardi, à l'occasion de la Journée mondiale des télécom- munications et de la société de l'information, au déve- loppement de nouvelles technologies de l'information et de la communication (TIC) ayant des retombées po- sitives durables sur le plan social. Dans un message adressé au monde à l'occasion de cette journée, M. Ban a souligné que le Programme de développement durable exigeait de tirer parti de ces tech- nologies pour accomplir l'objectif global consistant à ga- rantir à tous de vivre dans la dignité. "Ces technologies offrent des solutions intelligentes pour lutter contre les changements climatiques, la faim, la pauvreté et les au- tres défis auxquels le monde fait face. Elles jouent un rôle essentiel pour mettre en place des services de santé mo- biles, assurer l'accès à l'éducation, valoriser l'indépen- dance des femmes, améliorer l'efficacité de la produc- tion industrielle et agricole, et préserver l'environnement",

a-t-il déclaré. Soulignant que les jeunes étaient "parti- culièrement doués pour se servir des technologies de l'in- formation et de la communication", le secrétaire géné- ral a déclaré que les décideurs mondiaux devaient inves- tir dans les jeunes innovateurs, qui font partie de la plus grande génération de jeunes dans l'Histoire. Il a en consé- quence invité les gouvernements, les entreprises et les dirigeants de la société civile à mettre au point des nouvelles technologies qui auront des retombées posi- tives à long terme sur le plan social, ainsi qu'à "tirer parti du potentiel des technologies pour bâtir un avenir meilleur pour tous". Cette année, la Journée mondiale des télécommunications et de la société de l'information est placée sous le thème "L'entrepreneuriat dans le secteur des TIC au service du progrès social". Elle vise à mettre en valeur le rôle joué par les entrepreneurs et les PME du secteur des TIC dans la construction d'une crois- sance économique à la fois durable et inclusive.

CANADA :

L'intensité des feux de Fort McMurray force de nouvelles évacuations

Les feux de forêt de l'Alberta (ouest du Canada) ont continué mardi leur avancée, forçant les autorités à procéder à de nou- velles évacuations dans la région de Fort McMurray où sont installées les compagnies pétrolières. Au total, environ 8.000 per- sonnes ont reçu l'ordre de quitter les installations pétrolières et leurs bases de vie, immenses villages de logements préfabriqués, face à la progression des flammes. Deux semaines après l'évacua- tion en quelques heures de Fort McMurray - quand le feu avait ra- vagé deux quartiers à l'ouest de cette ville pétrolière-, un nouvel avis est tombé lundi un peu avant 22h00 locale (mardi 4h00 GMT) pour une zone s'étendant sur 50 km au nord, soit au cœur des sables pétrolifères. "L'ordre d'évacuation

obligatoire a été étendu de Fort McMurray jusqu'au sud de Fort MacKay", a indiqué la municipalité régionale de Wood Buffalo en égre- nant la vingtaine de bases de vie et de communautés touchées autour des deux grandes installations des compagnies pétrolières Suncor et Syncrude. Au total, près de 100.000 per- sonnes ont quitté Fort McMurray et les bourgades aux alentours, et la grande majorité des employés des compagnies pétrolières n'avaient pas réintégré les bases de vie avant la tombée lundi du nou- vel ordre d'évacuation. Suncor, premier pétrolier cana- dien, a procédé à l'arrêt de son ex- ploitation qui avait à peine été re- lancée. Les villages de préfabriqués et toutes les sociétés de services opérant sur ces bases de vie ont été

transférés "vers d'autres installa- tions d'hébergement plus au nord",

a indiqué Suncor. Plus à l'est, cet incendie parti le 1er mai aux abords de Fort McMur- ray, se rapproche maintenant à une dizaine de kilomètres de la frontière de la province voisine de la Saskatchewan. Ce feu gigantesque de Fort McMurray, qui a dévasté près de 2.900 km2 de forêts, est alimenté par le temps chaud et sec et des vents de l'ordre de 40 km/h. Lundi, la Première ministre de l'Alberta, Rachel Notley, avait parlé de conditions très difficiles et dan- gereuses avec les feux mais surtout les épaisses fumées qui recou- vraient toute la ville de Fort McMurray, retardant les travaux de réparation des réseaux et des infra- structures.

CHINE :

Un séisme de magnitude 5,0 secoue le Yunnan

Un séisme de magnitude 5,0 a frappé le district de Yunlong, dans

la province chinoise du Yunnan (sud-ouest),

hier à 0h48, a annoncé

le Centre du réseau sismique

fondeur de 15 kilomètres, a été localisé à 26,1 degrés de latitude nord

et 99,53 degrés de longitude est.

de Chine. L'épicentre, situé à une pro-

Un séisme de 6,8 secoue l'Equateur

Un séisme de magnitude 6,8 degrés a secoué l'Equateur hier, un mois après le tremblement de terre de 7,8 qui avait fait environ 700 morts,

selon l'Institut de géophysique

des côtes de l'Equateur dans

national. Le séisme, dont l'épicentre

a été localisé à 14,7 km de profondeur près

la province de Manabi (ouest), déjà frappée par le tremblement de terre

du 16 avril, s'est produit à 02h57 (07h57 GMT). L'USGS a écarté toute

équatoriennes n'ont signalé

ou dégât matériel. La secousse, qui

pour le moment aucune victime

menace

de

tsunami, et les autorités

a été ressentie dans plusieurs quartiers de la capitale Quito, et dans

de magnitudes diverses, notam-

Le président

terre d'avril

son pays.

ment de magnitude 5,4, a précisé l'institut équatorien.

Rafael Correa avait considéré le dernier tremblement de

comme "la pire tragédie des sept dernières décennies" pour

d'autres villes, a été suivi de répliques

Celui de 1949 avait rasé des localités entières du centre du pays, fai-

sant quelque 6.000 morts et 100.000 sinistrés.

SRI LANKA :

16 personnes disparues dans un glissement de terrain

Au moins 16 personnes ont dis- paru mercredi matin dans un glis- sement de terrain ayant affecté le village de Bulathkohupitiya, situé à environ 72 km de la capitale, a rap- porté le Centre de gestion des catas- trophes (CGC). Les équipes médicales et de se- cours se sont précipitées sur les lieux mais leurs efforts ont été en- través par les conditions météoro- logiques extrêmes. Le nombre de morts et de blessés n'a pas pu être immédiatement vérifié, les équipes de secours faisa t encore leur pos- sible pour sortir les résidents coin- cés sous les décombres. Ce glisse- ment de terrain est le troisième en- registré depuis le début des fortes pluies et des vents violents qui frappent le pays depuis samedi soir. Les deux autres glissements de terrain sont survenus mardi matin et mardi soir respectivement, le premier ayant fait trois morts et

trois disparus, alors que le bilan du second n'a pas encore été vérifié. Plus de neufs districts du pays sont toujours en alerte de glissement de terrain et le CGC a conseillé aux gens de rester prudents. Les fortes pluies ont causé une montée des niveaux d'eau dans tous les principaux réservoirs et ri- vières du pays, provoquant des risques d'inondations supplémen- taires.Le CGC a indiqué qu'au moins 200.000 personnes ont été touchées par les inondations, alors que plus de 137.000 personnes ont dû être évacuées à travers le pays. Lors de ses dernières prévi- sions, le département de météoro- logie a annoncé que les pluies al- laient continuer dans plusieurs districts pour encore 36 heures, mais que la zone de dépression se déplaçait en dehors de l'île et que les pluies allaient diminuer dans les jours à venir.

SELON UN RAPPORT CONJOINT D’EUROPOLET ET INTERPOL

Le trafic de migrants aurait rapporté près de 6 milliards de dollars aux réseaux de passeurs

Environ 90% des migrants en- trés illégalement en Europe en 2015 sont arrivés via "des réseaux criminels de passeurs" qui ont en- grangé "entre 5 et 6 milliards de dol- lars", ont affirmé mardi l’office européen de police Europol et l’or- ganisation internationale de police criminelle Interpol dans un rapport conjoint. "90% des migrants entrés dans l'Union européenne (UE) sont arrivés en passant principalement par des facilitateurs membres d’un réseau criminel dont le business re- présente quelque 5 à 6 milliards de

dollars", ont-ils déploré dans leur rapport publié mardi. Depuis 2014, l'Union européenne fait face à une augmentation sans précédent du nombre de migrants illégaux. "L'ampleur des flux migratoires a atteint un niveau record en 2015 et cette tendance devrait se poursui- vre en 2016", préviennent Euro- pol et Interpol dans leur rapport. Plus de 1,2 million de demandes d’asile ont été déposées dans l’UE en 2015, montrent des statistiques publiées début mars par Eurostat. Il s’agit d’un record absolu, plus de deux fois supérieur au nombre de demandes déposées en 2014, selon l’institut européen de statistiques. Les demandes émanent principa- lement de Syriens, Afghans et Ira- kiens. "Le nombre de demandes dé- posées par les Syriens a plus que

doublé, à 362.775, ce qui en fait la première nationalité en quête du statut de réfugié (29% du total en 2015). Suivent les Afghans (178.230,

14%) et les Irakiens (121.535, 10%)",

a précisé Eurostat. Les deux organisations de police soulignent, dans leur rapport com- mun, qu’un "business multinatio- nal" avec des médiateurs crimi-

nels de plus de 100 pays se trouvent derrière ce flux de réfugiés. Etant donné qu'en 2015, on es- time que plus d'un million de per- sonnes sont entrées dans l'UE et que la plupart d'entre elles ont payé en moyenne de 3.200 à 6.500 dollars à des trafiquants, Europol

et Interpol estiment que ce "busi-

ness" a représenté quelque 5 à 6 milliards de dollars. "Avec ce rapport commun, nous souhaitons envoyer un message clair à l'UE et à ses Etats membres que nous devons lutter le plus du- rement possible contre ces ré- seaux", a expliqué le directeur d'Europol Rob Wrainwright, cité dans le rapport. "Grâce au nouveau centre contre le trafic d'êtres humains au sein d'Europol et de la collaboration accrue avec Interpol et d'autres partenaires, nous avons à présent les moyens opérationnels de le faire", a-t-il ajouté. APS

Jeudi 19 mai 2016

SANTÉ

DK NEWS

11

LE PRÉSIDENT DE LA SAAIC, P R HABIB DOUAGUI :

«Les maladies allergiquees ont doublé ces dernières années en raison de facteurs environnementaux »

Le président de la Société algérienne d'allergologie et d'immunologie clinique (SAAIC), Pr. Habib Douagui a affirmé mardi que le nombre de maladies allergiques avait doublé ces dernières du fait de la pollution de l'environnement.

La hausse de la prévalence des maladies allergiques est due à des facteurs environne- mentaux dont la hausse du parc automobiles et les émis- sions de gaz et de produits chimiques par les usines, outre l'expansion urbanis- tique, a indiqué Pr. Douagui dans une déclaration à l'APS, à la veille de la tenue du 7e Congrès euro-africain d'al- lergologie et d'immunologie clinique, prévu aujourd’hui et demain. Le spécialiste a mis en garde contre la pollution de l'air à l'intérieur des mai- sons, soulignant qu'elle était cinq fois plus élevée que celle enregistrée à l'extérieur, en raison des produits chi- miques utilisés dont la pein- ture, sans oublier les compo- sants toxiques entrant dans la fabrication des meubles, des literies et d'autres objets. Concernant les allergies causées par ces facteurs en- vironnementaux, Pr. Doua-

causées par ces facteurs en- vironnementaux, Pr. Doua- gui a cité la rhinite aller- gique qui

gui a cité la rhinite aller- gique qui touche 20% d'Algé- riens et l'asthme présent chez 4% d'adultes et 8 % d'enfants. Le 7e Congrès euro-africain d'allergologie et d'immuno- logie clinique, auquel pren- dront part plusieurs experts européens et africains de dif- férentes spécialités médi-

cales, abordera les différentes allergies et les voies de leur prise en charge. Les différents participants à cette rencontre qui s'inscrit dans le cadre de la formation continue, s'enquerront des dernières découvertes scien- tifiques enregistrées dans le domaine de l'allergologie.

La rencontre annoncera à l'occasion la création d'une académie africaine d'aller- gologie, qui sera chargée de la réalisation d'enquêtes et d'études sur le terrain, no- tamment dans les pays sub- sahariens exposés à des ma- ladies qui diffèrent de celles du reste du monde.

Le Programme national de lutte contre les maladies non transmissibles 2015-2019 lancé dernièrement

Le Programme national de préven- tion et de lutte contre les maladies non transmissibles 2015-2019 a été mis en œuvre dernièrement, a annoncé, mardi à Boumerdès, la sous-directrice au minis- tère de la Santé et de la Population, char- gée des maladies non transmissibles (MNT), Djamila Nadhir. "Ce programme national a été mis en £uvre le 11 mai courant suite à l’installa- tion des commissions chargées de son ap- plication", a indiqué Dr. Nadhir dans une déclaration à l’APS, en marge d’une jour- née d’études sur "le diabète et le mois de Ramadhan". Ces commissions, englobant des repré- sentants de 20 départements ministé- riels et organismes relevant de la Commis- sion nationale multisectorielle de préven- tion et de lutte contre les maladies non transmissibles (MNT), installées en février 2015 sont représentées par la Commission de promotion de l’alimentation saine, la Commission de lutte contre le tabagisme et la Commission de promotion de l’acti- vité physique. Selon la même responsable, ce pro-

gramme préventif est complémentaire au Plan national de lutte contre le cancer, car "cancer et maladies non transmissibles (dont diabète, insuffisance rénale) possè- dent les mêmes facteurs de risque, qu'il faut traiter de façon globale et complémen- taire". La Commission nationale multisecto- rielle de prévention et de lutte contre les maladies non transmissibles est tenue d’élaborer des rapports périodiques sur ses activités et le niveau de mise en £uvre dudit programme, afin de les soumettre au responsable du secteur et au Gouver- nement, a-t-elle fait savoir.

Plus de 3000 médecins généralistes for- més dans le diabète D’autre part, Dr. Djamila Nadhir a fait part de la formation, ces dernières années, de pas moins de 3000 médecins généra- listes à l’échelle nationale, dans le cadre du soutien de la lutte contre le diabète. Ce programme de formation toujours en cours, qui s’étendra progressivement à d’autres maladies chroniques, a pour ob- jectif, a-t-elle ajouté, d’"appuyer la bonne

prise en charge des malades diabétiques, en leur garantissant au moins un méde- cin généraliste spécialisé dans le diabète, au niveau de toutes les structures de santé du pays et des 105 foyers destinés aux malades diabétiques, à l’échelle nationale". Selon les statistiques fournies par les services des assurances sociales, à l’échelle nationale, l’Algérie compte au moins 1,3 million de personnes atteintes du diabète. "Une maladie touchant toutes les caté- gories sociales, qui a proliféré chez nous ces dernières années, comme partout dans le monde, pour des causes essentiel- lement dues à l’obésité et l’inactivité", selon les données fournies lors de cette journée d’études. Chez les enfants, la prévalence de cette maladie chronique estimée, durant les an- nées 90, à 11 cas d’atteinte pour 1000 en- fants, a été portée à 23 cas sur 1000 actuel- lement et ce pour des raisons liées à l’amélioration des moyens de dépistage de la maladie, au même titre qu’au dévelop- pement des mentalités sur le sujet, grâce à la "déclaration spontanée" de la maladie par les concernés.

Les revendications du SNPSP prises en charge

Les revendications du Syndicat national des prati- ciens de la santé publique (SNPSP) qui s'inscrivent dans le cadre des prérogatives de la tutelle ont été prises en charge, a indiqué mardi à Alger, le directeur des res- sources humaines au minis- tère de la Santé, de la popu- lation et de la réforme hospi- talière, Hadj Bencherik. Les revendications du SNPSP s'inscrivant dans le cadre des prérogatives du ministère ont été "totalement pris en charge", a précisé M. Bencherik lors d'un point de presse soulignant que "qua- tre préoccupations n'avaient

pas été prises en charge car relevant des prérogatives du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et la Direction de la fonction publique". Parmi les revendications du syndi- cat, figure la révision du sta- tut particulier et la grille des salaires et le régime indem- nitaire, a rappelé M. Ben- cherik, précisant que cette dernière préoccupation ne "relève pas des prérogatives du ministère de la Santé et ne peut donc être revue étant donné que cette loi n'a pas été appliquée dans sa totalité". Pour ce qui est de la reven- dication relative au main-

tien de l'ancienneté dans le passage de grade, qui est de cinq ans pour les praticiens de la santé publique, le même responsable a estimé que l'application systéma- tique de cette revendication était "illégale" vu qu'elle obéit au principe de la concur- rence". La troisième revendi- cation concerne l'assainis- sement du dossier de l'ali- gnement des diplômes des médecins dentistes et des pharmaciens entre les an- ciens et nouveaux diplômes, M. Bencherik a précisé que les deux diplômes sont égaux dans la classification de la carrière professionnelle.

S'agissant de la quatrième revendication relative au rè- glement de la situation fi- nancière induite par les concours de promotion de 2015, le directeur des res- sources humaines au minis- tère de la Santé a affirmé que la situation était en cours de dénouement après la récep- tion par les établissements de santé du budget 2016. A propos de la sécurité dans les établissements hos- pitaliers, le même respon- sable a rappelé que le mi- nistère avait soumis le dos- sier aux instances supé- rieures en vue de trouver une solution à ce problème.

HYPERTENSION

ARTÉRIELLE :

Le diagnostic précoce, meilleur moyen pour éviter les complications

Le diagnostic précoce de l’hypertension ar- térielle constitue "le meilleur moyen pour évi- terlescomplications",ontindiquédespraticiens mardi à Batna au cours d’une série de rencon- tres et de campagnes de sensibilisation, inscrites dans le cadre des actions de la célébration de la journée mondiale de l’hypertension artérielle. Initiées par plusieurs associations locales et le Centre hospitalo-universitaire (CHU) de Batna, les activités retenues se poursuivront sur trois (3) jours, avec au programme des expositions, des cours théoriques et autres actions "pour sensi- biliser le grand public sur la nécessité d’un diagnostic précoce pour éviter les complications de cette maladie", ont souligné les initiateurs de cette initiative. Dressé sous un grand chapiteau à l’entrée principale de cet établissement de santé, cette initiative qui a drainé un public nombreux venu de différentes secteurs de la ville, a été no- tamment ponctuée par une activité instructive pour expliquer l'importance d’une hygiène de vie permettant de prévenir la tension artérielle ou d'en limiter les complications. A ce titre, le car- diologue au CHU de Batna, Fateh Guellil, a sou- ligné que le diagnostic précoce est "hautement important" du fait que les malades s’exposent à des "complications inattendues et risquent la mort", considérant que la pathologie cardio-vas- culaire et ses pourvoyeurs, notamment le diabète et l’hypertension artérielle "connaissent une forte croissance qui interpelle tous les professionnels de la santé". De son côté, Mme Attika Belghouar, chargée de la communication auprès du CHU Batna a souligné que cet établissement a diag- nostiqué durant l’année 2015, quelque 8.017 cas d’hypertension artérielle et enregistré pas moins de 1.710 admission. Les actions de sensi- bilisation devront également investir à cette occasion les différents établissements sani- taires de proximité de la wilaya de Batna, et s'im- posent désormais comme une occasion pour les citoyens pour enrichir leurs connaissances, afin de juguler la progression de cette maladie et ses pourvoyeurs, qui affectent une personne (1) sur 4 en Algérie.

LUTTE CONTRE ZIKA :

Le Sénat américain votera la demande de financement de l'administration Obama

Le Sénat américain a voté ce mardi la demande de financement proposée par l'administration du président Barack Obama pour lutter contre le vi- rus Zika, ont indiqué des médias américains. La chambre haute du Congrès votera en faveur d'un plan bipartisan qui a réduit la demande du Président Barack Obama de 1.9 milliard de dol- lars à 1.1 milliard. La chambre des représen- tants, à majorité républicaine, avait proposé un plan de 622 millions de dollars pour aider à lut-

ter contre ce virus, mais ce plan a été vivement cri- tiqué par plusieurs congressmen dont la Démo- crate Elizabeth Warren et le sénateur de Floride Marco Rubio. Dans une lettre à l'attention du chef de la majorité républicaine au Sénat Mitch McConnell, quelque 40 congressmen démo-

cratesavaientexhortéleurshomologuesrépubli-

cains à voter cette demande de financement supplémentaire urgente pour contrer la propa- gation de ce virus, développer un vaccin et aider les autres pays dans les efforts de lutte contre Zika. Dans le même contexte, le directeur du Bureau de la gestion et du Budget, Shuan Donovan, rele- vant de la Maison-Blanche, avait annoncé une en- veloppe de 500 millions de dollars qui sera consacrée aux efforts de lutte contre un "virus qui reste difficile à diagnostiquer", notant que la si- tuation nécessite une réaction "urgente" en l'ab- sence de vaccins et de traitements efficaces. L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) avait indiqué en février dernier que la propagation de l'épidémie de Zika constitue "une urgence de santé publique de portée internationale". La progres- sion du virus inquiète d'autant plus qu'aucun trai- tement n'a pour l'heure été trouvé.

APS

12 DK NEWS

SAN

Jeudi 19

MARCHER, C'EST BON POUR TOUT !

Activité physique par excellence, la marche est accessible à tous. Et ses bienfaits sur l'organisme se font sentir à partir de 30 minutes par jour.

Démarrer doucement et accélérer petit à

petit, respirer profondément et régulière-

ment, s'hydrater suffisamment

quelques conseils simples et en pratiquant régulièrement, au moins deux ou trois fois par semaine, vous ressentirez bientôt les ef- fets positifs de la marche sur tout l'orga- nisme.

En suivant

Utile pour les os et les articulations

L'impact des pieds sur le sol augmente la densité osseuse et aide ainsi à prévenir l'os- téoporose . La marche est bénéfique aussi pour les articulations, même en cas d'ar- throse (en-dehors des poussées doulou- reuses). « Il faut veiller à bien dérouler le pied du talon jusqu'au gros orteil, à redres- ser le dos et à se grandir, pour amortir les chocs dans les articulations des jambes et du dos », conseille Sébastien Bouchonneau, coach de marche. On s'équipe de chaussures adaptées à la marche ou de chaussures de course. Enfin, on profite de l'été pour mar- cher pieds nus sur le sable et s'offrir un mas- sage gratuit de la voûte plantaire !

Recommandé pour le cœur et le souffle

Une promenade quotidienne (30 minutes au minimum) réduit le risque de diabète de type 2 de 58%, aide à lutter contre l'excès de cholestérol, le surpoids et l'hypertension, donc protège la fonction cardiaque. Selon la vitesse de marche, lente (moins de 4,8 km/heure) à très rapide (plus de 8km/heure), la fréquence cardiaque varie entre 95 et 160 battements par minute, et la consommation d'oxygène entre 30 et 90% de la capacité cardio-respiratoire. À chacun de

trouver le rythme qui fait travailler davan- tage le cœur et les poumons sans s'essouf- fler.

Idéal pour la silhouette

En marchant une heure à rythme nor-

mal, on brûle entre 250 et 400 Kcal, surtout des graisses et du sucre. Jambes, cuisses,

fessiers, abdominaux, dos, épaules

la moitié de la masse musculaire est sollici- tée. La graisse fond, les muscles se renfor- cent, la silhouette s'affine ! En activant la circulation et le retour veineux, on prévient les varices et on garde de belles jambes.

Excellent pour le moral

Il est prouvé que la marche réduit la dé-

Commencer sa jour-

pression et l'anxiété

née par une promenade dans un endroit

agréable, au soleil, respirer à pleins pou-

mons, seul ou avec des amis

Rien de tel

Près de

pour se vider la tête et démarrer la journée du bon pied.

Bénéfique pour le cerveau

Marcher au moins 8 h par semaine per- met de réduire significativement le risque d' AVC (accident vasculaire cérébral) chez les hommes de plus de 60 ans, selon une étude récente (3400 hommes suivis sur onze ans). Mais c'est le temps passé à marcher, plus que la vitesse, qui limite le risque. Autre avantage : la marche favorise l'oxygénation du sang, dont le cerveau est le premier bé- néficiaire !

La marche consciente, c'est encore mieux !

Appelée aussi marche afghane, cette technique permet de marcher vite et loin

afghane, cette technique permet de marcher vite et loin sans se fatiguer. « En temps normal,

sans se fatiguer. « En temps normal, nous respirons à 30 ou 40% de notre capacité maximale. Synchroniser la respiration et le rythme des pas entraine une suroxygénation natu- relle. Ce qui augmente la résistance à l'ef- fort, réduit le stress et améliore le sommeil », explique Sébastien Bouchonneau. Le

rythme de base est le « 3-1/3-1 » : on inspire par le nez sur les 3 premiers pas, on garde l'air sur le 4ème. On expire par le nez sur les 3 pas suivants, et on reste poumons vides sur le dernier. En montée, on fait autant de pas sur l'inspiration que sur l'expiration, sans rétention d'air, par exemple 3/3, puis 2/2 si la pente est plus raide.

L'ACTIVITÉ SPORTIVE REND LES ENFANTS HEUREUX

Une enquête de l'institut de sondage Opi- nionWay révèle que le sport permet aux en- fants de s'épanouir mais aussi d'être plus calmes et plus concentrés. Des bienfaits qui constituent de nouveaux arguments en fa- veur de la lutte contre la sédentarité. Sport est synonyme de bonheur, selon une en- quête menée par OpinionWay pour Assu- reurs Prévention entre le 25 septembre et le 7 octobre 2015. Cette étude a interrogé 1 003 parents d'enfants âgés de 6 à 11 ans sur les activités physiques et sportives (APS) pratiquées pendant leurs temps de loisir, et sur les bienfaits qui y sont associés.

Epanouissement, détente et concentration

Premier résultat, plutôt positif : 77 % des enfants de 6 à 11 pratique une APS pendant leur temps de loisir. Au palmarès des sports les plus appréciés par ces bambins : les sports collectifs, la natation et le vélo. Et les

parents des enfants sportifs sont formels : la pratique d'une APS est source de nombreux bénéfices pour les enfants : 99 % des parents jugent en effet que leurs enfants sont heu- reux et épanouis après une activité sportive. De même, ils sont 82 % à trouver leurs en- fants plus calmes et plus détendus et 61 % à remarquer qu'ils font preuve d'une meil- leure concentration après une APS. Et les bienfaits ne s'arrêtent pas là : le sport parti- cipe pleinement au développement person- nel et social de l'enfant puisqu'une APS est l'occasion pour 63 % des enfants d'appren- dre le vivre ensemble et pour 58 % d'avoir une meilleure estime de soi.

Trop peu de petites activités au quotidien

Mais en parallèle, les activités physiques simples et quotidiennes comme la marche ne font pas partie des habitudes de la majo- rité des enfants : ils ne sont que 4 sur 10 à se rendre le plus souvent à l'école à pied, en

vélo ou en trottinette, et 36 % de ceux qui vont à l'école en voiture ne le font pas pour des raisons de distance mais pour la prati- cité de ce type de transport. Ce constat fait écho à de nombreuses études qui montrent que les enfants sont trop sédentaires . Pro- blème : la sédentarité est un facteur prépon- dérant dans le développement de pathologies telles que les maladies cardio- vasculaires, les souffrances psychologiques, le diabète ou encore l' obésité . C'est pourquoi l'association Assureurs Prévention lancent une campagne de sensi- bilisation à la pratique d'une APS à destina- tion des 6-11 ans. Des dessins animés, des kits pédagogiques mais aussi des idées de jeux sont disponibles sur le site bouge-avec- les-zactifs.fr . Et pour motiver ses enfants à bouger au quotidien, rien de plus efficace que de se motiver soi-même : plus les parents sont sportifs, plus les enfants le sont à leur tour , par simple mimétisme.

de se motiver soi-même : plus les parents sont sportifs, plus les enfants le sont à

In topsanté.fr

mai 2016

DK NEWS 13

UNE HEURE DE SPORT APRÈS L'ÉCOLE AMÉLIORE LES FONCTIONS COGNITIVES DES ENFANTS

D'après une étude américaine, une heure de sport par jour béné- ficierait à la santé physique des enfants, mais permettrait aussi une amélioration de leurs fonc- tions cognitives. Dans la revue

scientifique Pediatrics, une équipe de l'Université de l'Illinois

a publié ses travaux concernant

les bénéfices de l'activité physique de l'enfant après l'école sur les fonctions cognitives. L'étude menée par le Profes- seur Hillman révèle que les en- fants ayant effectué au moins une heure d'exercice physique chaque jour après l'école montraient des améliorations de leurs fonctions cognitives.

Pour mener à bien leur expé- rience, les chercheurs ont fait appel à 221 enfants âgés de 7 à 9 ans, qu'ils ont suivi sur une pé-

riode de 9 mois. La moitié d'entre eux a participé à un programme physique appelé FITKids, alors que l'autre moitié a constitué le groupe contrôle et n'a donc fait aucun exercice. Le programme FITKids exi- geait des enfants un minimum de 60 minutes d'activité physique modérée voire énergique, chaque jour après l'école.

« Les enfants du groupe FIT-

Kids ont participé à une interven- tion structurée qui a été conçue à la manière dont les enfants ai- ment bouger, explique le Profes- seur Hillman, auteur principal de l'étude. Ils ont réalisé des petits bouts d'exercices entrecoupés à des périodes de repos, le tout es- pacé sur deux heures. » Au début de l'étude, puis après celle-ci, les chercheurs ont fait faire des tests aux enfants pour évaluer leurs capacités cognitives , et ont analysé leurs cerveaux par imagerie.Les résultats de l'étude ont alors montré qu'après 1h de sport quotidienne, les enfants étaient moins faciles à distraire, plus attentifs, et avaient une plus grande capacité d'adaptation aux changements de tâches intellec- tuelles, comparé aux enfants n'ayant pas pris part au pro- gramme physique. Dans le jargon scientifique, on dit alors que les enfants du groupe sportif ont amélioré leur inhibition atten-

tionnelle et leur flexibilité cogni- tive.

« Nous avons également ob-

servé un changement des fonc-

tions cérébrales, qui se rapportent

à la répartition de l'attention au

cours de tâches cognitives et à la vitesse de traitement cognitif, pré- cise l'équipe de recherche. Ces changements étaient significatifs par rapport au groupe témoin. »

UN INFARCTUS SUR DEUX EST ASYMPTOMATIQUE

Une fois sur deux, l'infarctus n'est accompagné d'aucun symptôme. Mais ces infarctus font autant de dégâts que les crises cardiaques plus "classiques".

Une étude publiée dans la revue médicale Circulation révèle qu'une crise cardiaque sur deux est "silencieuse", c'est-à-dire qu'elle ne provoque aucun des symptômes classiques que sont la pression dans la poitrine, la dou- leur dans le bras gauche , l'essouf- flement, les sueurs ou les nausées. Pourtant, selon le Dr El-

sayed Soliman du Centre médical

Wake Forest Baptist de Caroline du Nord (Etats-Unis), qui a dirigé cette étude, "ce type d'infarctus fait autant de dégâts qu'une crise cardiaque plus classique. Comme les patients ne savent pas qu'ils ont eu un problème cardiaque, ils ne peuvent pas recevoir le traite- ment adéquat qui leur permet- trait d'en éviter une autre".

Trois fois plus de risques de mourir d'une maladie cardiovasculaire

Pour cette étude, le Dr Soliman et son équipe ont étudié les dos-

siers médicaux de 9500 hommes et femmes qui participaient à une étude sur le risque cardiaque. Au cours des 9 années de cette étude, 317 avaient eu une crise cardiaque "silencieuse" et 386 un infarctus avec des symptômes typiques. Ce qui signifie que les crises car- diaques sans symptôme repré- sentaient 45% des infarctus du groupe. A noter qu'une crise cardiaque "silencieuse" peut quand même être détectée plus tard sur un électrocardiogramme car elle laisse une empreinte sur le cœur. Chaque participant a ensuite été suivi pendant 20 ans. Les chercheurs ont alors constaté que les crises cardiaques silencieuses triplaient le risque de mourir d'une maladie cardiovasculaire plus tard dans la vie. Les méde- cins ont également noté que ce type d'infarctus était plus fré- quent chez les hommes que chez les femmes .

plus fré- quent chez les hommes que chez les femmes . COMMENT ÉVITER LE COUP DE

COMMENT ÉVITER LE COUP DE BARRE DE L'APRÈS-MIDI ?

. COMMENT ÉVITER LE COUP DE BARRE DE L'APRÈS-MIDI ? C'est souvent juste après le déjeuner

C'est souvent juste après le déjeuner ou en fin d'après-midi qu'on ressent un petit coup de mou : c'est la somnolence post-prandiale. Voici quelques conseils pour se rafraîchir le cerveau et les neurones , évacuer les pe- tites tensions muscu- laires et retrouver un peu de vitalité. -Inspirez lentement par le nez puis soufflez profondément par la bouche, comme si vous soupiriez de mécontente-

ment (un peu comme le

font les ados quand ils ne sont pas contents). Videz bien tout l'air à chaque expiration. Entre 3 et 5 fois.

Dos bien droit, expi-

rez en tournant lente- ment la tête à droite. Inspirez pour revenir au centre, puis expirez en

tournant la tête à gauche. Entre 3 et 5 fois.

Faire la même chose

en laissant tomber délica- tement la tête vers l'avant à l'expiration, en la rame-

-

-

nant au centre à l'inspira- tion et en la laissant tom- ber vers l'arrière en expirant. Entre 3 et 5 fois. - Puis, secouer énergi- quement les avant-bras en partant des coudes jusqu'au bout des doigts. Une dizaine de fois. -Terminer en serrant les poings et en les des- serrant, un peu comme si vous jetiez un sort, de ma- nière à articuler les poi- gnets ne même temps. Une dizaine de fois.

UN LIEN ENTRE USAGE DES RÉSEAUX SOCIAUX ET TROUBLES ALIMENTAIRES ?

La consultation soutenue des réseaux so- ciaux pourrait être associée aux troubles alimentaires tels que l'anorexie ou la bou- limie. L'addiction aux réseaux sociaux et les troubles alimentaires sont-ils liés ? Selon des chercheurs de l'université de Pittsburgh (Etats-Unis), les personnes qui consultent le plus souvent les médias so- ciaux ont plus de risques d'être sujets aux problèmes de comportements alimen- taires. Leur étude est publiée dans le Jour-

nal of the Academy of Nutrition and Dietetics. Les scientifiques se sont pen- chés sur 1 765 adultes, âgés de 19 à 32

ans, sélectionnés au hasard parmi un

panel national en ligne. Ils ont alors ob- servé si ces personnes présentaient un trouble alimentaire comme l' anorexie , la boulimie , la perception déformée de son image ou des habitudes alimentaires pro- blématiques au moyen d'un question-

naire. En parallèle, ils ont relevé leur fré- quence de visites hebdomadaires et le vo- lume journalier d'utilisation de 11 réseaux sociaux : Facebook, Twitter, Google+, YouTube, LinkedIn, Instagram, Pinterest, Tumblr, Vine, Snapchat et Reddit. Résultat : les participants qui passaient le plus de temps par jour sur les réseaux so- ciaux et qui atteignaient le plus grand nombre de visites par semaine présen- taient un risque de 2,2 à 2,6 fois plus élevé d'être concernés par un trouble ali- mentaire. "Les résultats de cette étude in- diquent une association forte et cohérente entre usage des réseaux so- ciaux et troubles alimentaires dans un échantillon national représentatif de jeunes adultes entre 19 et 32 ans" concluent les auteurs dans leur publica- tion. Ce lien semble exister pour les usages de ces réseaux à la fois en terme

de volume et de fréquence de visites. Néanmoins, les chercheurs n'ont pas pu déterminer si la consultation des réseaux sociaux provoquait des troubles alimen- taires ou s'il s'agissait de l'inverse. L'asso- ciation observée n'est pour le moment qu'une simple corrélation, sans lien de cause à effet. La propagation de stéréo- types de minceur ou les nombreux défis physiques, comme récemment le A4 waist challenge , pourraient en partie expliquer les résultats de cette étude. L'addiction aux réseaux sociaux, qui pour- rait être aussi forte que celle à la cocaïne , fait l'objet de nombreuses études. Il a ainsi récemment été montré qu'une utili- sation excessive de ces réseaux génére- rait du stress , aurait un lien avec le manque de sommeil chez les jeunes , et pourrait jouer un rôle dans les problèmes de santé mentale .

14 DK NEWS

AFRIQUE

Jeudi 19 mai 2016

CASQUES BLEUS ACCUSÉS D'ABUS SEXUELS :

44 cas

recensés depuis début 2016

D'ABUS SEXUELS : 44 cas recensés depuis début 2016 Les Nations unies ont indiqué mardi avoir

Les Nations unies ont indiqué mardi avoir en- registré depuis le début de l'année 44 accusations d'abus sexuels qui auraient été commis par ses Casques bleus, dont 29 concernent sa mission en République centrafricaine (Minusca). Sept cas ont aussi été recensés en Répu- blique démocratique du Congo (RDC), deux en Haïti et d'autres en Côte d'Ivoire, Soudan du Sud ou Mali notamment. La plupart des faits remontent aux années pré- cédentes. Les soldats ou policiers soupçonnés viennent pour la plupart de République démocratique du Congo et du Congo-Brazzaville, ainsi que du Ni- ger, du Maroc et d'Afrique du Sud, selon un dé- compte publié mardi par l'ONU. Ce décompte n'inclut pas les accusations ré- vélées début avril et mettant en cause la force française Sangaris en Centrafrique (RCA) ainsi que les contingents burundais et gabonais de la Minusca. L'enquête sur ces cas n'est pas termi- née, a précisé le porte-parole de l'ONU Sté- phane Dujarric. L'ONU avait recensé 69 cas d'abus sexuels pré- sumés sur l'ensemble de l'année 2015. Ils étaient concentrés là aussi sur la RCA et la RDC et im- pliquaient des Casques bleus de 21 pays. Pour les faits recueillis en 2016, trois en-

quêtes ont pour l'instant abouti et deux militaires ont été punis de peines de prison. Parmi une série de mesures, l'ONU a recom- mandé de créer des cours martiales in situ pour juger les coupables et de prendre les empreintes génétiques des Casques bleus. Pour l'instant, seule l'Afrique du sud a annoncé qu'elle allait mettre en place une cour martiale en RDC pour juger ses soldats. L'ONU a aussi créé en mars un fonds pour ai- der les victimes de ces abus sexuels. La Norvège

a été le premier pays à l'abonder en versant 125.000 dollars.

SAHARA OCCIDENTAL-MAROC

Les eurodéputés s’inquiètent

des atteintes aux droits de l’homme au Maroc et au Sahara occidental occupée

Les atteintes aux droits de l’homme au Maroc et au Sahara occidental occupé inquiètent les parlementaires européens qui ont interpellé, une nouvelle fois, la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, sur les mesures à prendre pour mettre un terme aux exactions des autorités marocaines.

Dans une question écrite adressée à la Haute repré- sentante de l’Union euro- péenne (UE) aux Affaires étrangères et la politique de sécurité, l’eurodéputée Pa- loma Lopez, a exhorté l’UE à prendre les mesures néces- saires pour «la reconnais- sance du statut politique des détenus sahraouis du groupe de Gdeim Izik». Dénonçant le non -res- pect des droits fondamen- taux de ces prisonniers, l’eu- rodéputée espagnole a inter- pellé Mogherini sur le procès fait à ces détenus, des civils jugés devant des tribunaux militaires, en violation des principes du droit internatio- nal. Le 8 novembre 2010, les forces marocaines de sécurité ont démantelé le camp de protestation installé par des Sahraouis un mois aupara- vant à Gdeim Izik pour reven- diquer les droits écono- miques, sociaux et politiques des populations sahraouies, procédant à l’arrestation de centaines de protestataires. Défiant toutes les disposi- tions des normes internatio- nales relatives aux droits hu- mains, les autorités maro-

caines ont déféré 25 d’entre

eux devant un tribunal mili- taire qui les a condamnés à de

devant un tribunal mili- taire qui les a condamnés à de lourdes peines, allant de 20

lourdes peines, allant de 20 ans d’emprisonnement à la réclusion à perpétuité. Parmi eux figurent, Naâma Asfari, Ahmed Sbaï et Mohamed Tahlil, tous membres d’organisations sahraouies de défense des droits humains qui oeuvrent pour l’organisation d’un ré- férendum d’autodétermina- tion au Sahara occidental. L’eurodéputé espagnol, Jordi Sebastia a interpellé, quant à lui, la chef de la diplo- matie européenne sur les violations des droits de l’homme au Maroc, notam- ment sur les manifestations pacifiques des enseignants stagiaires «violemment ré- primées» par les forces de l’ordre. «Le 7 janvier 2016 ensei- gnants stagiaires ont mani- festé pacifiquement dans six villes marocaines contre deux nouveaux décrets réduisant leurs allocations et mena- çant la sécurité de leur em- ploi. Les forces de sécurité marocaines les dispersèrent en utilisant des méthodes violentes, faisant des dizaines de blessés nécessitant des soins médicaux d'urgence», a écrit l’eurodéputé Jordi Se- bastia dans sa question adres-

sée à la Haute représentante de l’UE aux Affaires étran- gères et la politique de sécu- rité.

Virulente répression poli- cière des enseignants sta- giaires

Selon ce parlementaire européen, «la répression a été particulièrement violente à Inezgane, une localité du sud-ouest marocain, où les éléments de preuve recueil- lis suggèrent que la force uti- lisée par la police était bien au-delà de ce qui est néces- saire pour obtenir la disper- sion». L’eurodéputé Jordi Sebas- tia a fait remarquer, en outre, que «les normes internatio- nales des droits de l’homme limitent l'utilisation de la force par la police aux situa- tions de force majeure», et

qu'en vertu de l'article 21 du Pacte international relatif aux droits civils et politiques, «les autorités marocaines ne peuvent imposer des restric- tions aux manifestations».

Il a exhorté, à ce titre, Mme

Mogherini à exprimer dans le cadre du dialogue politique entre les deux parties, les préoccupations de l’UE concernant la «virulente ré-

pression policière» qui s'est abattue sur les enseignants stagiaires au début du mois de janvier dans plusieurs villes du royaume. Il l’a également appelée à

mettre la question des viola- tions des droits de l’homme

à l’ordre du jour de la pro-

chaine session du dialogue politique entre l’UE et le Ma- roc. Des milliers d'enseignants stagiaires qui ont manifesté pendant plusieurs semaines dans plusieurs villes maro- caines pour réclamer la sup- pression de deux décrets mi- nistériels controversés, ont été violemment réprimés par les forces de l'ordre. «La police marocaine a at- taqué et battu des ensei- gnants stagiaires qui mani-

festaient pacifiquement le 7 janvier 2016, blessant des di- zaines d'entre eux», a indiqué l'organisation de défense des droits de l'homme Human Rights Watch dans un com- muniqué publié le 18 jan- vier. «Certains manifestants ont été grièvement blessés à la tête, ce qui a nécessité des soins médicaux d'urgence», a confirmé l'organisation basée

à New York qui a mené plu-

sieurs entretiens télépho- niques avec des enseignants stagiaires blessés à Inezgane, ville mitoyenne d'Agadir. Dans sa réponse appor- tée à ces eurodéputés concer- nant les préoccupations ex- primées, Mogherini a assuré que «l’UE, dans le cadre du dialogue politique avec les autorités marocaines, insiste sur l’importance du respect

des libertés fondamentales», faisant remarquer que les at- teintes aux droits de l’homme «sont soulevées dans le cadre spécifique du sous-comité des droits humains».

ÉTATSUNIS-AFRIQUE-LIBYE

Africom propose son assistance aux pays africains pour lutter contre le terrorisme

Le chef du commandement militaire américain pour l’Afrique, le général David Rodriguez, a proposé mardi son

assistance aux pays africains pour les aider à lutter contrer

le terrorisme dans le continent.

David Rodriguez, dont les propos ont été publiés mardi par le Pentagone, a indiqué que l’objectif d’Africom était

«d’assister les pays africains à reconstruire leurs capacités

et

établir des institutions (en mesure) de maintenir la paix

et

la stabilité dans le continent» .

Le chef d’Africom s’exprimait au cours d’un point de presse à Bruxelles accordé aux journalistes à la veille de la

réunion mercredi du comité militaire de l’OTAN qui se tien- dra en session des chefs d’état-major.

Le général américain a affirmé que son commandement avait besoin de travailler avec les pays africains et les alliés pour opérer en Afrique. «Nous avons travaillé durement pour que l’effort soit international et pour que nos partenaires africains soient considérés comme une partie de la solution»

, a-t-il dit.

En plus des efforts régionaux coordonnés avec les pays africains, Africom travaille également avec l’Union euro- péenne, notamment la France, le Royaume Uni et l’Italie pour

combler les lacunes en matière de lutte contre le terrorisme,

a ajouté Rodriguez.

Libye : déterminer les milices à réarmer

En Libye, il a relevé que l’expansion de Daech préoccupe aussi bien les pays voisins que les partenaires internationaux des Etats-Unis en soulignant que les pays frontaliers me-

des Etats-Unis en soulignant que les pays frontaliers me- naient un énorme travail pour contrer ce

naient un énorme travail pour contrer ce groupe terroriste. Au lendemain de la Conférence de Vienne qui a soutenu le réarmement du gouvernement d’union nationale, le gé-

néral Rodriguez a soutenu que la Libye n’avait pas besoin

d’énormes livraisons d’armes. Le pays peut également compter dans cette lutte sur l’expérience militaire de plu- sieurs libyens. Le chef d’Africom a expliqué que la situation politique

qui prévaut dans ce pays empêchait de déterminer les mi- lices qui sont alignées au nouvel exécutif libyen. «Nous sommes réellement dépendants du gouvernement d’union nationale pour déterminer qui est avec eux (les membres de l’exécutif ) et qui veut s’aligner avec eux», a-t- il enchaîné.

Actuellement, les Etats-Unis ont besoin de recueillir plus d’informations en Libye pour pouvoir aider le nouveau gou- vernement, même s’il reconnaît que le Pentagone est maintenant mieux informé de la situation en Libye qu’il y

a six mois. Africom avait déjà révélé en janvier un plan d’action de cinq ans visant à resserrer l’étau autour des groupes terro- ristes en Afrique, notamment en Libye où près de 6.000 élé- ments de Daech y activent, selon les estimations de la com- munauté du renseignement américain. Africom s’est fixé comme objectifs prioritaires de conte- nir l’expansion de Boko Haram en Afrique de l’ouest et de neutraliser le groupe terroriste al-Shabab en Somalie en ren- forçant les efforts de la mission de l’Union africaine, Amis- com dans le maintien de la paix. Le commandement américain est toujours en quête d’une base militaire en Afrique. Les Etats-Unis ont besoin de nou- velles bases militaires pour protéger les vies et les biens amé- ricains en Afrique qui compte 15 endroits jugés trop risqués pour les intérêts de Washington, avait précisé le Pentagone en annonçant ce plan. Actuellement Africom est abrité par le siège du comman- dement européen à Stuttgart en Allemagne. Un front de re- fus s’est constitué en Afrique, depuis que Washington a an- noncé en 2007 son plan d’installer un quartier général pour ses forces militaires dans le continent. Plusieurs pays ont ou- vertement refusé d’accueillir ce futur QJ, en signifiant clairement aux Etats-Unis qu’ils n’étaient pas les bienvenus. APS

Jeudi 19 mai 2016

MONDE

DK NEWS

15

CRISE EN SYRIE

Moscou prône un règlement politique durable à travers des pourparlers globaux

La recherche d'un règlement politique durable au conflit syrien à travers des pourparlers globaux, ainsi que la poursuite de la lutte contre le terrorisme dans ce pays sont les deux priorités de la Russie qui appelle à «éviter surtout une répétition du scénario libyen en terre syrienne».

La position de Moscou a

été renouvelée à l'occasion de

tenue, mardi à Vienne, de

réunion du Groupe inter-

national de soutien à la Syrie

(GISS), co-présidé par la Rus- sie et les Etats-Unis. Le porte-parole de la pré- sidence russe, Dmitry Peskov,

en effet affirmé lors d'une

conférence de presse que «le processus de règlement poli-

tique de la crise en Syrie doit

faire à travers des pourpar- lers globaux qui compren-

nent toutes les composantes politiques, sociales et reli- gieuses du pays». «La solution durable pour

conflit est tributaire de la

prise en ligne de compte des avis de tous les groupes rési- dant dans le territoire syrien.

L'expérience de la Libye a démontré qu'il n'y a pas d'al- ternative au règlement poli- tique», a indiqué Peskov. «L'expérience libyenne est +absolument accablante+, comme l'a répété le prési- dent (ndlr, Poutine) à plu-

le

se

a

la

la

le prési- dent (ndlr, Poutine) à plu- le se a la la sieurs occasions», a dit

sieurs occasions», a dit le porte-parole de la présidence

russe, ajoutant que «les évé-

nements en Libye montrent que les gens qui ont l'esprit étroit ont des approches dé- pourvues de toute flexibilité, et sont atteints de myopie». Dans la foulée, le chef de la

diplomatie russe, Serguei La- vrov, a indiqué lors d'une conférence à Vienne que «la lutte contre le terrorisme en

Syrie reste la priorité de la Russie et doit se poursuivre simultanément avec les ef- forts de règlement». «Nous ne soutenons pas Assad. Nous soutenons les efforts contre le

terrorisme», a-t-il dit. Pour le ministre russe, il est totalement faux de penser qu'un départ du président syrien Bachar al Assad «mè- nera tout de suite à un retour des choses à la normal et que nous allons vaincre le terro- risme». Il rappelle, dans ce contexte, que le Conseil de sé- curité de l'ONU a adopté plu- sieurs résolutions affirmant

qu'il ne saurait y avoir d'ex- cuses pour les actes terro- ristes. Sur le terrain, le Groupe international de soutien à la Syrie (GISS) a noté des pro- grès dans le processus de rè- glement, selon Lavrov. «Sur les trois plans (arrêts des combats, aide humanitaire et processus politique) nous avons enregistré des progrès. C'est notre but commun et c'est ce que nous visons», a- t-il dit. Le GISS, co-présidé par la Russie et les Etats-Unis, a été formé en novembre 2015 en vue de mettre fin au conflit en Syrie. L'UE, la Ligue arabe, la Chine, l'Iran, la Turquie et l'ONU sont également mem- bres du groupe.

GISS : «Réduire la violence et sauver des vies»

Dans une déclaration conjointe, faite mardi à Vienne à l'occasion de la réu- nion du Groupe international de soutien pour la Syrie

(GISS), les Nations unies et ses partenaires ont exprimé leur détermination à «renfor- cer» la cessation des hostili- tés qui a été remise en cause ces dernières semaines par une escalade de la violence qui a déjà fait plus de 270.000 morts dans ce pays depuis mars 2011. Les membres du GISS ont souligné en effet l'impor- tance d'une «cessation com- plète des hostilités pour ré- duire la violence et sauver des vies» et «la nécessité de solidifier cette cessation face aux menaces sérieuses obser- vées, notamment au cours des dernières semaines». Ils se sont félicités de la Déclara- tion conjointe du 9 mai par les co-présidents du groupe de travail sur le cessez-le- feu, la Russie et les Etats- Unis, dans laquelle ils s'enga- gent à intensifier les efforts pour garantir une mise en £uvre de la cessation des hos- tilités dans tout le pays. Dans sa déclaration, le GISS a exhorté toutes les par- ties concernées à «respecter pleinement les termes de la cessation des hostilités. Il leur a aussi demandé d'éviter de réagir de manière dispro- portionnée aux provocations et à afficher leur retenue». S'agissant de l'assistance humanitaire, le GISS a réaf- firmé qu'assiéger des popu- lations civiles était une viola- tion du droit humanitaire international et a demandé que tous les sièges soient le- vés.

ÉTATS-UNIS

Le Sénat américain approuve une loi contre l’Arabie Saoudite

Le Sénat américain a voté mardi une proposition de loi permettant aux familles des victimes des at- tentats terroristes du 11 septembre de poursuivre en justice l’Arabie Saoudite, en défiant la Maison- Blanche qui s’est opposée à ce processus législatif. La chambre haute du Parlement américain a ap- prouvé mardi la loi malgré la menace du veto brandie par la Maison-Blanche qui l’a rejetée par crainte des conséquences dramatiques sur les Etats-Unis et les citoyens américains vivant à l’étranger. La loi soutenue par deux sénateurs, John Cor- nyn, un élu républicain du Texas, et Chuck Schu- mer, élu démocrate de l’état de New York, a déclen- ché l’ire de l’Arabie Saoudite qui se voyait implici- tement visée. L’accusation rejetée par Riyad a enclenché un débat aux Etats-Unis sur la nécessité de déclasser le rapport de la commission d’enquête améri- caine sur les attentats du 11 septembre. La réaction de l’Arabie Saoudite ne s’est pas faite attendre. En mars dernier elle a menacé de vendre quelque 750 milliards de dollars en bons du Tré- sor américain si le Congrès américain venait à adop- ter cette loi qui va permettre aux familles des vic- times de poursuivre en justice les Etats étrangers en cas d’attaques terroristes sur le sol américain. La législation américaine en vigueur donne une immunité juridique aux Etats étrangers à l’intérieur du système judiciaire américain. En parallèle, le Président Obama a affirmé en avril dernier qu’il allait opposer son veto à une lé- gislation qui menace les intérêts américains et risque de distendre les liens avec l’Arabie Saoudite. «Il est difficile d’imaginer un scénario dans le- quel le président adopterait le projet de loi tel qu’il est actuellement présenté», a déclaré Josh Ear- nest, porte-parole de la Maison-Blanche, cité par le quotidien américain The Hill. «Un pays avec une grande économie moderne comme l’Arabie saoudite ne profiterait pas d’un marché financier mondial déstabilisé, pas plus que les Etats-Unis», a-t-il dit. De son côté, le sénateur John McCain a également averti que la législation allait saper une relation déjà tendue avec l’Arabie Saoudite.

TURQUIE

Le nom du nouveau Premier ministre sera annoncé aujourd’hui

nom du nouveau Premier ministre sera annoncé aujourd’hui Le nom du nouveau chef du parti au

Le nom du nouveau chef du parti au pouvoir et du gouvernement en Turquie, qui va succéder à Ahmet Davutoglu, doit être annoncé aujourd’hui, selon un responsable et des médias turcs. Le comité directeur exécutif du Parti de la justice et du développement (AKP) se réunira aujourd’hui et le nom de l'unique candidat à la suc- cession de M.Davutoglu sera annoncé ensuite, a précisé ce responsable et des médias turcs. Binali Yildirim, ministre des Transports, 60 ans, réputé très proche du chef de l'Etat est pressenti pour devenir le prochain leader de l'AKP lors d'un congrès extraordinaire convoqué pour di- manche. Selon la règle, le chef du parti est aussi Premier ministre, selon un sondage. Un sondage et les consultations internes au parti le donnent largement favori. M. Yildirim est l'ar- chitecte des grands travaux d'urbanisation lancés par l'homme fort du pays, accusé de dérive auto- ritaire par ses détracteurs. Les cadres de l'AKP devaient rencontrer hier M. Erdogan, qui a le dernier mot sur ce choix, même s'il est censé être neutre. M. Davutoglu, contraint d'annoncer son départ au début du mois, a déjà annoncé qu'il ne serait pas candidat à sa propre succession. Après l'élection du nouveau chef de l'AKP, M. Da- vutoglu devrait remettre sa démission dès lundi à M. Erdogan qui confiera à son successeur la tâche de former un nouveau gouvernement.

YÉMEN :

Le Premier ministre rejette un gouvernement d'union proposé par les rebelles

Le Premier ministre yéménite Ah- med ben Dagher a rejeté hier une pro- position de gouvernement d'union avan- cée par les rebelles, qu'il a accusés de mettre en péril l'unité et l'économie du pays, ravagé par la guerre depuis plus d'un an. M. Ben Dagher, qui s'est adressé à la presse à Ryadh où il vit en exil, a souli- gné que les rebelles houthis devraient remettre les armes et se retirer des ter- ritoires, dont la capitale Sanaa, qu'ils contrôlent depuis leur coup de force contre l'Etat en 2014, conformément à la résolution 2216 du Conseil de sécurité de l'ONU. «Le retrait (des rebelles) des institutions de l'Etat est une question

non négociable» et l'Etat est le seul ha- bilité «constitutionnellement» à détenir l'armement lourd du pays, a prévenu M. Ben Dagher alors que des pourparlers de paix entre gouvernement et rebelles se tiennent à Koweït. Au cours des pourparlers, engagés le 21 avril sous l'égide de l'ONU, les rebelles alliés aux partisans de l'ancien président déchu Ali Abdallah Saleh ont fait d'un gouvernement de transition consen- suel un préalable à l'application de la ré- solution 2216. Le Premier ministre s'en est pris à «ceux qui veulent un gouvernement d'union nationale avant de remettre les armes», soulignant que le Yémen, qui

célèbre dimanche le 26e anniversaire de son unification, était devant «un choix historique»: préserver son «unité» ou ris- quer le «morcellement». D'autant, a-t-

il ajouté, que le pays est confronté à «l'ef-

fondrement de son économie» après que les rebelles ont dépensé en un an, dans leur effort de guerre, «quelque 3 mil- liards de dollars qui représentaient le gros des réserves en devises du pays». Sur les 26 millions d'habitants du Yé- men, plus de 13 millions ont besoin d'une assistance humanitaire, 7,6 mil- lions souffrent «d'insécurité alimen- taire grave» et 2,5 millions ont été dépla- cés par le conflit depuis janvier 2014, se- lon des estimations de l'ONU.

GRANDE-BRETAGNE

Découverte d'une cache d'armes «terroriste» en Irlande du Nord

Une cache d'armes «terroriste» a été découverte à environ cinquante kilomè- tres au nord de Belfast, a annoncé mardi la police nord-irlandaise Découverte samedi soir dans la forêt de Capanagh par deux promeneurs, elle contenait no- tamment des mines, des bombes artisa- nales et des munitions, a précisé la po- lice, qui étudie notamment la piste de groupes dissidents républicains. «Il s'agit d'une des saisies d'explosifs les plus importantes réalisées par la police ces dernières années», a expliqué dans un communiqué Kevin Geddes, un responsable de la police. «Plusieurs de ces engins étaient prêts à être utilisés. La saisie a sans aucun

doute sauvé des vies», a-t-il estimé. Cette découverte est une «très bonne nouvelle», a réagi de son côté la minis- tre britannique chargée de la province nord-irlandaise, Theresa Villiers. «Les terroristes ne pourront pas uti- liser ces engins potentiellement mor- tels», a-t-elle ajouté. Le gouvernement britannique a re- levé la semaine dernière au niveau 3 sur une échelle de 5 la menace terroriste liée à l'Irlande du Nord. Cette mesure concerne l'Angleterre, l'Ecosse et le Pays de Galles. En Irlande du Nord même, le niveau d'alerte est fixé depuis des années déjà à «grave», soit le quatrième niveau. Plusieurs événe-

ments ont fait resurgir ces derniers mois de vieilles craintes dans la province britannique, dix-huit ans après les ac- cords de paix du «Good Friday» qui avaient mis un terme en 1998 à trois dé- cennies d'affrontements confession- nels ayant fait plus de 3.000 morts. Si l'Armée républicaine irlandaise (IRA) a annoncé en 2005 avoir définiti- vement déposé les armes, des groupes républicains dissidents sont toujours suspectés d'agir. En mars, un groupe se présentant comme la «nouvelle» IRA a revendi- qué un attentat à la bombe à Belfast qui

a coûté la vie à un gardien de prison. APS

16 DK NEWS

HIGH-TECH

Jeudi 19 mai 2016

ÉLECTION PRÉSIDENTIELLE AUX ÉTATS UNIS

RÉSEAUX SOCIAUX :

LE PASSAGE OBLIGÉ

Inaugurée en 2008, rééditée en 2012, l’intrusion de l’internet en général et des réseaux sociaux en particulier dans le déroulement de l’élection présidentielle américaine se confirme cette année avec une course effrénée des différents candidats à ces sésames numériques.

Par Samy YACINE

Mais avant de développer les grandes tendances en matière d’usages des diffé- rentes applications offertes par les diffé- rents acteurs du net par les politiciens, leurs soutiens ainsi que par les électeurs, il est utile d’illustrer l’influence prise par les réseaux sociaux par ce procès fait à Fa- cebook, accusé de s’immiscer dans les choix éditoriaux des électeurs en vue d’orienter leurs préférences électorales. Pour s’éviter une polémique inutile, voire même nuisible à son image et à son busi- ness, le réseau social américain a essayé de rassurer en jurant «qu’il n’essaiera pas d’influencer le vote des électeurs améri- cains lors de l’élection présidentielle de novembre», explique le site d’information www.slate.fr qui se fait l’écho de cette ac- cusation de manque de neutralité portée contre Facebook par Gizmodo, un blog spécialisé sur les gadgets et les nouvelles technologies qui a évoqué le 9 mai l’hypo- thèse d’une suppression délibérée de contenus jugés conservateurs sur le ser- vice Trending. Le blog a publié une série de papiers citant d’anciens prestataires qui ont eu à travailler avec Facebook et qui, aujourd’hui l’accusent «de partialité dans ses choix éditoriaux», souligne lex- press.fr, qui ajoute que «les journalistes présents s'attachaient également à ne pas utiliser de sites réputés conservateurs comme source et n'intégraient un sujet aux tendances que s'il avait été traité par des médias considérés comme plus neu- tres ». Ces accusations ont suscité un mouve- ment de réprobation dans les milieux conservateurs, tandis que le « président républicain de la commission du Com- merce, des Sciences et des Transports du Sénat américain, John Thune, a envoyé une lettre à Mark Zuckerberg, pour lui de- mander des éclaircissements », indique le site de l’hebdomadaire d’informations générales français. De son côté, tout en admettant l’implication de l’élément hu- main dans certains choix de thèmes d’ac- tualité, Mark Zuckerberg a juré que la lumière sera faite en totalité sur cette af-

juré que la lumière sera faite en totalité sur cette af- faire. L’intérêt porté au traitement

faire. L’intérêt porté au traitement de l’in- formation par les réseaux sociaux dénote la montée en puissance de ces nouveaux médias numériques dans la formation des opinions et par conséquent dans la vie po- litique. Le site de la radio française rfi.fr

a consacré un long papier à l’importance

du réseau internet dans les élections amé- ricaines dans lequel son journaliste constate que « depuis 2008 et l’élection à la présidentielle américaine de Barack Obama, les candidats utilisent les réseaux sociaux comme outil de campagne. Et cette élection de 2016 est loin de faire ex-

ception, à la différence près que les usages ont changé par rapport à 2008 et même 2012. Aujourd’hui, les soutiens des diffé- rents candidats redoublent d’inventivité pour faire campagne sur Internet. » Le papier évoque des cas concrets d’usages des nouveaux médias par des électeurs pour soutenir tel ou tel candidat,

à l’instar de ce groupe de femmes, soute-

nant Bernie Sanders le rival démocrate d’Hillary Clinton et qui n’ont pas trouvé

mieux que de mobiliser une application de rencontres, Tinder, qu’elles ont trans- formée en plateforme politique Le site rfi.fr a interrogé la chercheuse en sciences politiques Clémence Pène, selon laquelle, le «détournement d’appli-

cations sociales pour en faire une plate- forme politique n’est pas nouveau…C’était déjà le cas à l’élection de 2008, avec la vidéo Obama Girl, d’une mannequin qui chantait en mini-short pour Obama, pu- bliée sur YouTube.» Au fur des campagnes électorales, on se rend compte de l’impor- tance de ces outils numériques pour les hommes politiques qui, explique rfi.fr, « ont donc envahi les réseaux sociaux, qu’il s’agisse de Facebook, Twitter, Instagram, YouTube, Tumblr ou Snapchat. En utili- sant parfois deux comptes, l’un personnel et l’autre pour la campagne ». Invitée par ce site à analyser ce phéno- mène, Anaïs Théviot, attachée temporaire

d’enseignement et de recherche à Sciences-Po Bordeaux, estime que depuis «2008, Internet a changé la façon de faire

campagne aux Etats-Unis. » D’après elle, on retrouve de nos jours « toutes les tech- niques qui ont alors été développées :

porte-à-porte ciblé via des bases de don- nées d’électeurs, ciblage des appels aux dons, usage presque boulimique des ré- seaux sociaux, etc. » La chercheuse a noté néanmoins une évolution dans les usages faits par les can- didats des réseaux sociaux, avec en effet une prédilection, cette année pour Snap- chat ; elle explique cela par le souci de ‘’faire jeune’’, affirmant que cette « ap- plication de partage de photos et de vidéos est très prisée des 13-34 ans. Les candidats cherchent donc à séduire cet électorat jeune, qui vote parfois pour la première fois ». Pour sa part, Clémence Pène voit que Snapcaht n’est pas utilisé pour ses ca- pacités ‘’structurantes’’ d’une campagne électorale ; elle estime en effet que « ce qui est le plus déterminant dans la campagne des primaires, ce sont les soutiens. Un ré- seau comme Instagram permet par exem- ple de les afficher ».

POURQUOI FACEBOOK ATTIRE-T-IL ?

Des observateurs se sont penchés sur l’attrait exercé par le réseau social et sur son impact sur ‘’nos vies’’. « Au cours de son enquête 2015, le Pew Research Center avait découvert que 63% des utili- sateurs américains de Face- book (soit 41% des adultes américains) expliquent consulter les informations sur le réseau social », indique lexpress.fr, précisant que ces « chiffres diffèrent ensuite selon les affiliations poli- tiques ». En effet, ajoute cette source, « «En janvier [2016], nous avons appris qu’envi- ron un Américain sur quatre (37%) avait appris des choses sur l’élection au cours de la semaine précédente sur Fa-

l’élection au cours de la semaine précédente sur Fa- cebook. Les Démocrates pro- gressistes ont plus

cebook. Les Démocrates pro- gressistes ont plus tendance à expliquer que c’est le cas

que les conservateurs ou les modérés et Républicains progressistes.»

Pour autant la neutralité de Facebook est-elle assurée au regard des accusations qui fusent de partout sur de sup- posées manipulations de su- jets d’actualités proposés aux usagers. Pour Emily Bell, directrice du Tow Centre pour le jour- nalisme numérique à l’école de journalisme de Columbia, il n’y a pas de doute sur la question : «Si vous consultez

l’actualité sur Facebook, vous allez voir le même type d’in-

L’al-

formations revenir. [

gorithme de Facebook essaie de savoir ce que vous aime- riez bien voir. On vit dans ce que Eli Pariser appelle les “bulles de filtres”», explique- t-elle.

]

LES ARTISTES EN RENFORT

Dans un papier mis en ligne en mars dernier e site du quotidien économique français lesechos.fr revient en détail sur l’usage par les artistes américains des ré- seaux sociaux pour manifester leur implication dans la campagne électorale. « Du côté de la favorite à l'investiture démocrate Hillary Clinton, c'est également par l'inter- médiaire des réseaux sociaux que la plupart des artistes qui la sou- tiennent rendent publique leur préférence », note le site ajoutant que ces outils de communication offrent « l'avantage de toucher plus rapidement davantage de monde par rapport à une déclara- tion dans un média "classique" comme la télévision ou la presse écrite. »

Jeudi 19 mai 2016

HISTOIRE

DK NEWS 17

PRÉFACE DU PRÉSIDENT BOUTEFLIKA DE LA VERSION ARABE DE L’OUVRAGE DE WILFRID SCAWEN BLUNT CONSACRÉ À L’EMIR ABDELKADER

«L'Emir Abdelkader avait

conscience de l'importance des valeurs humaines dans tout acte de résistance »

Le président de la République Abdelaziz Bouteflika a mis en avant les valeurs de tolérance et d'humanisme marquant la pensée et l'œuvre de l'Emir Abdelkader El-Djazaïri qui «avait conscience que tout acte de résistance serait éphémère, sinon vain, s'il ne puisait pas sa force et sa raison d'être dans les valeurs et principes humains».

raison d'être dans les valeurs et principes humains». «L''Emir Abdelkader El-Djazaïri avait conscience

«L''Emir Abdelkader El-Djazaïri avait conscience que tout acte de résistance serait éphémère sinon vain s'il ne puisait pas sa force et sa raison d'être dans les va- leurs et principes humains», a écrit le Président Bouteflika dans sa préface de la traduction en langue arabe de l'ou- vrage intitulé « Le faucon du désert: Ab- delkader et l'occupation française de l'Algérie» de l'écrivain britannique Wil- frid Scawen Blunt (voir traduction aps de la préface sur le site www.aps.dz). «La pensée de l'Emir Abdelkader s'ar- ticule en effet autour de ces mêmes va- leurs de respect, de déférence, de tolérance et d'altruisme qu'il privilégiait, tout guerrier et noble chevalier qu'il était, aux ardeurs de la guerre, forçant ainsi le respect des ses adversaires avant les alliés», a encore soutenu le président de la République faisant valoir que la re- nommée de l'Emir Abdelkader «gagna les contrées les plus éloignées». Dans la préface du titre arabe signé du traducteur Sabri Mohamed Hossein, du centre El Ahram pour la traduction et l'édition, le Président Bouteflika a ajouté qu' «un homme de la grandeur de l'Emir Abdelkader a pu canaliser en suscitant une propension collective qui nous amène à l'aimer et à l'admirer, à vouloir questionner son parcours et son oeuvre sur cet élixir qui a fait de lui le chef de guerre authentique qu'il était et le guide, par excellence, de l'amour du prochain». Revenant sur les aspects humanistes et humanitaires de l'œuvre de l'Emir Ab- delkader, notamment lorsqu'il a avait li- béré des dizaines de prisonniers, le Président Bouteflika a tenu à rappeler que «l'Emir Abdelkader était beaucoup plus un homme de paix qu'un homme de guerre» et qu'«avant de porter une main

à son sabre, il tendait l'autre, conciliante,

à ses adversaires». Le président Bouteflika a également tenu à évoquer les positions dont cette éminente personnalité s'est prévalue à Damas lorsqu' «il avait offert, ainsi que tous ses proches et membres de sa fa- mille, refuge et hospitalité à des milliers de chrétiens qui fuyaient les massacres de 1860». «Il oeuvrait conformément à sa religion tolérante loin des convictions étroites qui prévalent de nos jours, pour

jeter les bases d'un humanisme plus large dont nous avons grandement be- soin en cette conjoncture que l'humanité tout entière, et plus particulièrement le monde arabe traverse», a encore affirmé le président de la République. «A partir de ce moment-là, il était im- pératif pour les peuples aspirant à la no- blesse et à la vertu, d'adopter ce référent humaniste: l'Emir Abdelkader, remar- quable dirigeant militaire, poète-écri- vain, savant-érudit, philosophe soufi et révolutionnaire chevronné, qui a mar- qué de son empreinte spirituelle chaque terre qu'il a foulée», a ajouté le président de la République pour qui «rien d'éton- nant alors à ce que l'Emir Abdelkader ait été, par sa pensée, précurseur du droit humanitaire, devançant même la créa- tion de la Croix-Rouge de plusieurs an- nées». «La grandeur de l'Emir Abdelkader apparaît clairement dans les principes fondamentaux portées par le projet de l'Etat algérien qui, en dépit d'un contexte politique non favorable à l'émergence d'une pensée politique hors norme, fait ressortir les contours d'un Etat civil mo- derne, le plaçant, à la faveur d'une vision sage et pondérée, dans un tournant his- torique sans précédent» a poursuivi le Président Bouteflika soulignant que «dans la conception de l'Emir Abdelka- der, les principes de l'Etat algérien pro- cèdent de la vision d'un homme politique, un guerrier, un philosophe, un écrivain, un intellectuel et un homme de foi qui stigmatisait la confrontation entre religions et prônait le dialogue.» «Qui- conque médite le parcours de ce grand homme, se rend aussitôt à l'évidence du besoin pressant de tolérance pour l'hu- manité qui s'enfonce de plus en plus au-

jourd'hui dans le bourbier de la haine et

la spirale de l'extrémisme. La tolérance est le seul remède aux maux de l'humanité qui s'en est pourtant détournée, elle est ce code de conduite délaissé par les législateurs et exalté par l'Emir Abdelkader El-Djazaïri qui en a fait une véritable charte régissant ses rapports y compris avec le colonisateur français», a écrit le président de la Répu- blique pour conclure.

APS

PUBLICITÉ

RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE DK NEWS Anep : 417 336 du 19/05/2016
RÉPUBLIQUE ALGÉRIENNE DÉMOCRATIQUE ET POPULAIRE
DK NEWS
Anep : 417 336 du 19/05/2016

18

DK NEWS

TÉLÉ

Jeudi 19 mai 2016

PROGRAMME DU JOUR

PROGRAMME

DU

JOUR

PROGRAMME DU JOUR
T É L É Jeudi 19 mai 2016 PROGRAMME DU JOUR 06:25 : TFou 08:25 :

06:25 : TFou 08:25 : Météo 08:30 : Téléshopping 09:15 : Météo 09:20 : Petits secrets entre voisins 09:50 : Petits secrets entre voisins 10:20 : Grey's Anatomy 11:05 : Grey's Anatomy 11:55 : Petits plats en équilibre 12:00 : Les douze coups de midi 12:50 : L'affiche du jour 13:00 : Journal 13:35 : La belle histoire 13:40 : Météo 13:45 : Les feux de l'amour 14:35 : Les feux de l'amour 15:20 : Petits plats en équilibre 15:25 : A la dérive : l'histoire vraie d'Ashley Phillips 17:00 : Quatre mariages pour une lune de miel 18:00 : Bienvenue au camping 19:00 : Money Drop 19:50 : C'est presque Canteloup 19:55 : Météo 20:00 : Journal 20:35 : Météo 20:37 : Bleu confidentiel 20:40 : Nos chers voisins 20:45 : C'est Canteloup 20:55 : Alice Nevers, le juge est une femme 22:00 : Alice Nevers, le juge est une femme 23:05 : Alice Nevers, le juge est une femme

est une femme 23:05 : Alice Nevers, le juge est une femme 06:00 : Les Z'amours

06:00 : Les Z'amours 06:25 : Journal 06:30 : Télématin 06:57 : Météo 2 07:00 : Journal 07:10 : Télématin (suite) 08:00 : Journal 08:10 : Télématin (suite) 09:25 : Dans quelle éta-gère 09:35 : Amour, gloire et beauté 10:00 : C'est au programme 10:50 : Météo outremer 10:55 : Motus 11:25 : Les Z'amours 12:00 : Tout le monde veut prendre sa place 12:55 : Météo 2 13:00 : Journal 13:50 : Météo 2 13:51 : Consomag 13:55 Sport : En route pour la finale 14:00 : Toute une histoire 15:10 : L'histoire continue 15:40 : Comment ça va bien ! 16:25 : Comment ça va bien ! 17:15 : Dans la peau d'un chef 18:10 : Joker 18:50 : Natation 20:00 : Journal 20:40 : Parents mode d'emploi 20:41 : Parents mode d'emploi 20:46 : Alcaline l'instant 20:50 : Météo 2 20:55 : Envoyé spécial 22:40 : Complément d'enquête 23:50 : Dans quelle éta-gère 23:51 : Météo outremer 23:55 : Idomeneo

quelle éta-gère 23:51 : Météo outremer 23:55 : Idomeneo 06:00 : EuroNews 06:30 : Garfield &

06:00 : EuroNews 06:30 : Garfield & Cie 06:42 : Garfield & Cie 06:54 : Garfield & Cie 07:06 : Garfield & Cie 07:23 : Boule et Bill 07:35 : Boule et Bill 07:47 : Boule et Bill 08:04 : Titeuf

08:11 : Titeuf 08:17 : Titeuf 08:28 : La chouette & Cie 08:36 : En sortant de l'école 08:50 : Dans votre région 09:50 : Dans votre région 10:45 : Consomag 10:50 : Midi en France 11:50 : Météo 12:00 : 12/13 : Journal régional 12:25 : 12/13 : Journal national 12:55 : Météo à la carte 14:00 : Un cas pour deux 15:05 : Un cas pour deux 16:05 : Un livre, un jour 16:15 : Des chiffres et des lettres 16:55 : Harry 17:30 : Slam 18:10 : Questions pour un champion 19:00 : 19/20 : Journal régional 19:18 : 19/20 : Edition locale 19:30 : 19/20 : Journal national 19:55 : Natation 20:55 : Amour 23:00 : Météo 23:05 : Grand Soir 3 23:40 : Grand Central

23:00 : Météo 23:05 : Grand Soir 3 23:40 : Grand Central 06:50 : Le JT

06:50 : Le JT du Grand Journal 07:20 : Le grand journal 08:05 : Mon oncle Charlie 08:25 : Taxi Téhéran 09:45 : Conversations secrètes 11:00 : Qui c'est les plus forts ? 12:45 : La nouvelle édition 14:05 : Le bureau des légendes 14:55 : Le bureau des légendes 15:50 : Album de la semaine + 16:25 : La résistance de l'air 18:00 : Parks and Recreation 18:25 : Le journal du festival 18:45 : Le JT du Grand Journal 19:15 : Le grand journal 20:10 : Le petit journal 20:50 : Les Guignols 21:00 : The Five 21:45 : The Five 22:30 : Le journal du festival 22:45 : L'émission d'Antoine 23:45 : Les gorilles

22:45 : L'émission d'Antoine 23:45 : Les gorilles 06:00 : M6 Music 07:05 : Matt et

06:00 : M6 Music 07:05 : Matt et les monstres 07:20 : La boutique de Minnie 07:25 : Princesse Sofia 07:45 : Princesse Sofia 08:10 : K3 08:20 : Alvinnn !!! et les Chipmunks 08:35 : Alvinnn !!! et les Chipmunks 08:50 : M6 boutique 09:55 : Malcolm 10:20 : Malcolm 10:50 : Malcolm 11:10 : Malcolm 11:40 : Malcolm 12:05 : Malcolm 12:40 : Météo 12:45 : Le 12.45 13:10 : Scènes de ménages 13:40 : Météo 13:45 : Enquête secrète 15:35 : La loi du silence 17:25 : Les reines du shopping 18:35 : Chasseurs d'appart' 19:40 : Météo 19:45 : Le 19.45 20:10 : Scènes de ménages 20:55 : Scorpion 21:50 : Scorpion 22:40 : Scorpion 23:20 : Scorpion

La sélection

20h55

20h55

Alice Nevers, le juge est une femme

Noah a été assassiné dans une cave de son quartier. Marquand, qui a trouvé le

Noah a été assassiné dans une cave de son quartier. Marquand, qui a trouvé le corps grâce à Léa Delcourt, se voit adjoindre les services du lieu- tenant Djibril Kadiri pour résoudre l'enquête. Peu après, Alice et Fred dé- couvrent que Noah encadrait un club d'improvisation théâtrale pour les jeunes de banlieue. Par ailleurs, en de- hors de sa famille proche, tout le monde ignorait qu'il était policier.

20h55 Envoyé spécial A l'heure où nous impri- mions, la chaîne n'était pas en mesure
20h55
Envoyé spécial
A l'heure où nous impri-
mions, la chaîne n'était pas en
mesure de nous communi-
quer le sommaire de l'émis-
sion diffusée ce soir. A tra-
vers des reportages, le ma-
gazine aborde un large éven-
tail de sujets (politique inté-
rieure ou étrangère, faits de
société, santé publique, éco-
nomie
).
En prise directe
avec l'actualité, il permet de
mieux comprendre les en-
jeux auxquels est confrontée
notre société en perpétuelle
mutation. Les deux présenta-
trices accueillent sur le pla-
teau le ou les journalistes qui ont réalisé des sujets sous toutes les latitudes. De
retour de leur reportage, ils reviennent alors sur les thèmes abordés et expli-
quent dans quelles conditions, parfois difficiles, ils ont travaillé.
20h50 Amour Policiers et pompiers enfon- cent la porte d'un appartement dans lequel gît le
20h50
Amour
Policiers et pompiers enfon-
cent la porte d'un appartement
dans lequel gît le cadavre d'une
vieille femme. Quelque temps
plus tôt, Georges et Anne ren-
trent chez eux après un concert de
piano donné par l'un de leurs
anciens élèves, Alexandre.
Quelques jours plus tard, au cours
d'une conversation anodine,
Georges constate qu'Anne a une longue absence. C'est le premier signe de la ma-
ladie qui frappe la vieille femme.
20h55 The Five Après les révélations que Slade lui a faites, Mark demande des comptes
20h55
The Five
Après les révélations que Slade lui a
faites, Mark demande des comptes à son
ami. Celui-ci se justifie mais ne semble
éprouver aucun remords. Un inconnu
s'introduit chez les Wells pendant la nuit.
Le couple pense qu'il s'agit de Jesse. Danny
est envahi par des souvenirs d'enfance an-
goissants qui le rongent. Pru tente de re-
construire son couple sans vraiment y
croire. Elle confie son désarroi à Mark.
20h55 Scorpion Cabe et son équipe sont chargés d'aider la Nasa pour le lancement top
20h55
Scorpion
Cabe et son équipe sont chargés
d'aider la Nasa pour le lancement
top secret d'une fusée. En effet, un
capteur défectueux pourrait com-
promettre la mission qui ne peut
pourtant pas être retardée. Sur
place, Cabe a la surprise d'appren-
dre que c'est Merrick, désormais
membre de la prestigieuse agence,
qui a fait appel à ses services. Parallèlement, Linda, la jeune femme que Wal-
ter a récemment rencontrée, court un grave danger.

Jeudi 19 mai 2016

DÉTENTE

DK NEWS

19

Mots fléchés n°1297 Citations “Le silence oblitère tout.” *Paul Auster C’est arrivé un 19 mai
Mots fléchés n°1297
Citations
“Le silence
oblitère tout.”
*Paul Auster
C’est arrivé un 19 mai
1051 : Mariage d'Henri I er , roi de France et
d'Anne de Kiev, fille de Iaroslav le Sage, grand-
prince de Kiev.
1322 : Le mariage du roi de France Charles IV le
Bel et de Blanche de Bourgogne, compromise
dans l'affaire de la tour de Nesle en 1314, est
annulé par le pape Jean XXII.
1359 : Jean de Gand épouse Blanche, héritière
de Lancastre, à Reading, et devient duc de
Lancastre par son mariage.
1521 : Prise de Pampelune par les troupes fran-
çaises.
1536
: Exécution d'Anne de Boleyn.
1643
: Bataille de Rocroi, victoire française sur
les Espagnols.
1802 : Création de l'ordre de la Légion d'hon-
neur en France.
1974 : Election de Valéry Giscard d'Estaing à la
présidence de la République française.
2007 : Echec du référendum sur la destitution
du président roumain Traian Băsescu.
Célébrations :
- France : Fête de la Bretagne, célébrée le jour
de la Saint-Yves.
- Grèce et Chypre : Génocide grec pontique
(génocide non reconnu par l'ONU).
- Turquie et Chypre du Nord : Fête de la com-
mémoration d’Atatürk, de la Jeunesse et du
Sport .
- Viêtnam : Anniversaire de la naissance de Hô
Chi Min.
Mots croisés n°1297
Mots croisés n°776
Samouraï-Sudoku n°1297

Les problèmes de sudoku samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chiffres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque sudoku samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. 4 Horizontalement : 1. Commune du

4 Horizontalement:

1. Commune du Var 2.Em anations - Touche

7.Pénétrées profondé- ment d'une idée - Lanière

dont la loi de composition

3.Ville de Turquie - Saoule

4.Crabe

5.C'est-à-dire - Se dit d'un atome de carbone lié à

8.Mère d'Ismaël - Groupe

est commutative 9.FI. de l'Afrique équato- riale - Astater

trois atomes de carbone

10.

Traditions - Echarpe -

6.Union d'enseignement

Premier

et de recherche - Cousin

11. Fumier - Riche

et gendre du prophète

12. Personne désignée par

Mahomet - Américium

une élection - Compter

4 Verticalement :

1.Conversation

l'on danse

2.Perdu - Magnésium - Ar-

8.Ranimèrent

gile rouge oujaune

9.Compère

- Coulis

d'ail

3.Admis - Envers - Du verbe savoir

4.Administrateur

5.Chacun des deux canaux qui conduisent l'urine du rein à la vessie - Meneur

- Curie

pilé avec de l'huile d'olive - Or 10.Homme politique italien - Conjonction - Union pour la Nouvelle République