Vous êtes sur la page 1sur 5

CH1 : Introduction sur l’analyse financière

Introduction :
L’analyse financière est un ensemble des méthodes , techniques et approches permettant de cerner et d’étudier la
situation financière de l’entreprise, elle cherche la performance de l’entreprise à travers de l’analyse de son activité,
de sa rentabilité, et l’appréciation de son équilibre financier, d’une part et solidité financière de l’entreprise en
examinant la solvabilité, liquidité, l’endettement et la gestion des risques financier de l’entreprise.
L’analyse financière se base sur certains nombre des approches dont notamment :
- L’approche fonctionnelle ;
- L’approche patrimoniale ;
- L’approche statique ;
- L’approche normative ;
- L’approche dynamique.
En plus de diagnostiquer, l’analyse financière doit proposer des solutions, des remèdes aux problèmes financiers
détectés.
En fin les résultats d’analyse financière profitent aux dirigeants, actionnaires, préteurs, Etat et touts autres
partenaires de l’entreprise.
I- Définition et objectifs :
1) Définition de la finance :
La finance c’est l’ensemble des moyens utilisé par l’entreprise pour allouer et affecter ces ressources financières
d’une façon optimale et efficace. La finance concerne deux domaines : la finance de marché et la finance de
l’entreprise.
 La finance de marché : vise l’analyse organisationnelle et fonctionnelle des différents compartiments de
ces marchés à savoir : le marché de capitaux (de long terme), marché monétaire (court terme) et marché
boursier (court, moyen et long terme).
 La finance de l’entreprise : qui porte sur le diagnostic et l’analyse financière de l’entreprise en se basant
sur le système d’information comptable dont principalement : le bilan comptable, CPC, ESG, ETIC et
tableau de financement.
2) Objectifs :
L’objectif de l’analyse financière c’est d’apprécier l’équilibre financier de l’entreprise , d’analyse sa structure
financier (autonomie financier, endettement), l’analyse de la rentabilité, de la liquidité, de la solvabilité et la gestion
des risques financiers de l’entreprise.
II- Les rôles et les missions de l’analyse financière :
L’analyse financière est considéré comme outils de prise de décision, outils stratégique d’opérer les choix
financiers et d’investissements rentable et outil de voir clair et d’explorer l’avenir.
III- Approche de l’analyse financière :
L’analyse financière de l’entreprise peut être mené selon différents approches en fonctions des objectifs
stratégiques, des moyens humains et financiers de l’entreprise. Ces approches peut être regrouper en trois
catégories :
 Approche d’appréciation de l’équilibre et la situation financière de l’entreprise : l’approche fonctionnelle
et l’approche patrimoniale ;
 Approche examinant l’activité, la rentabilité et la croissance de l’entreprise : l’approche statique et
l’approche normative ;
 Approche perspective : approche qui explorant l’avenir : approche dynamique.
Ch2 : l’analyse de l’activité
Introduction :
L’activité de l’entreprise consiste une étape cruciale de l’analyse financière dans la mesure qu’on peut dégage un
ensemble d’indicateur pertinent renseignant sur la régularité d’activité, les richesses crées par l’activité et
ressources dégagés par l’exercice de l’activité de l’entreprise. L’analyse de l’activité de l’entreprise se base sur le
retraitement et le reclassement de CPC de façon à dégager les dites indicateurs.
I- Cycle financier de l’entreprise :
Durant la vie de l’entreprise on distingue généralement trois cycles :
 Cycle d’investissement : c’est un cycle long qui consiste à doter l’entreprise en moyen de production, se fait en
trois étapes : étude de rentabilité d’investissement, l’étude des possibilités de financement et la réalisation
d’investissement.
 Cycle d’exploitation : c’est cycle court qui vise de transformer les matières premières en produits finis se fait
en plusieurs étapes : l’approvisionnement, le stockage, transformation et la distribution.
 Cycle de financement : regroupe les différents politiques de financement de l’investissement et de
l’exploitation. Ces politiques peuvent varies entre financement intégrale par fond propre, financement partielle
par fond propre et dette de financement (court ou à long terme) ou financement intégrale par les dettes.
II- Etat des soldes de gestion (ESG) :
1) Définition :
ESG est état de synthèse comptable qui est obligatoire pour les entreprises qui réalise un chiffre d’affaire dépassant
10 million de DH par an, c’est un retraitement de CPC pour des fin d’analyse d’exploitation et financière et dégager
les soldes significatifs renseignant sur la performance et la rentabilité de l’entreprise comporte deux tableaux :
tableau de formation de résultat et tableau de détermination de la capacité d’autofinancement.
a- Tableau 1 : tableau de formation de résultat
Signes Mode de calcul Comptes utilisés
1 + Vente de marchandises en l'état
2 - Achat revendus de marchandises
I = MARGE BRUTE SUR VENTES EN L'ETAT (1-2)
3 + Ventes de biens et services produits
4 + ou - Variation de stocks de produits
5 + Immobilisation produites par l’entreprise pour elle-même
II = PRODUCTION DE L'EXERCICE (3 + 4 + 5)
6 + Achats consommés de matières et fournitures
7 + Autres charges externes
III = CONSOMMATION DE L'EXERCICE (6 + 7)
I + Marge brute sur ventes en l'état
II + Production de l'exercice
III - Consommation de l'exercice
IV = VALEUR AJOUTEE (I + II – III)
IV + Valeur ajoutée
8 + Subvention d'exploitation
9 - Impôt et taxes
10 - Charges de personnel
V = EXCEDENT BRUT D'EXPLOITATION (E.B.E) ou INSUFFISANCE
= BRUTE D'EXPLOITATION (I.B.E)
V + Excèdent brut d'exploitation (E.B.E) ou insuffisance brute d'exploitation
ou – (I.B.E)
11 + Autres produits d'exploitation
12 - Autres charges d'exploitation
13 + Reprises d'exploitation, transferts de charges
14 - Dotations d'exploitation
VI = RESULTATS D'EXPLOITATION (V+11-12+13-14)
15 + Produits financiers
16 - Charges financières
VII = RESULTAT FINANCIER (15 – 16)
17 ± Résultat d'exploitation
18 ± Résultat financier
VIII = RESULTAT COURANT (17 – 18)
19 + Produits non courants
20 - Charges non courantes
IX = RESULTAT NON COURANT (19 – 20)
21 ± Résultat courant
22 ± Résultat non courant
23 - Impôt sur les résultats
X = RESULTAS NET DE L'EXERCICE (21 ± 22 ± 23)
(Résultat après impôt)

b- Tableau 2 : tableau de détermination de la capacité d’autofinancement (CAF)


La CAF sont des possibilités financières dégagés par l’activité de l’entreprise et qui permettre de garantir son
autofinancement. La CAF est déterminée par deux méthodes : méthode additive et méthode soustractive.
1) méthode additive :
Méthode additive : à partir du résultat net de l'exercice

Signe Mode de calcul


+ Résultat net de l'exercice
+ Dotations d'exploitation
+ Dotations financières
+ Dotations non courantes
- Reprises d'exploitation
- Reprises financières
- Reprises non courantes
- Produits des cessions d'immobilisations
+ Valeurs nettes d'amortissement des immobilisations cédées
= Capacité d'autofinancement (C.A.F)
- Distribution de bénéfices (Bénéfices mis en distribution)
= Autofinancement (A.F)

NB : les dotations et les reprises d’élément stable.

2) méthode soustractive :
Méthode additive : à partir de l’EBE ou l’IBE
CAF= EBE ou IBE
- Charges décaissables :
 Autres charges d’exploitation
 Charges financières (sauf dotation sur actif immobilisé et financement permanent)
 Charges non courantes (sauf valeur nette d’amortissement des immob. Cédées et dotation sur
actif immobilisé ou sur financement permanent).
 Impôt sur le résultat.
+Produits encaissables :
 Autres produits d’exploitation
 Transfert de charges d’exploitation
 Produits financiers (sauf reprise sur provisions réglementées ou sur provisions durables et
reprises sur amortissement)
 Produits non courant (sauf produit de cession d’immobilisation, reprises sur subvention
d’investissement et reprises sur provisions durables ou réglementées)
III- signification des soldes intermédiaires de gestion (SIG):
SOLDES SIGNIFICATION DES SOLDES
Marge brute sur vente en l'état Notion réservée exclusivement à l'activité négoce (Entreprise
commerciales).
Production de l'exercice  Solde concernant les entreprise industrielles et prestataires de services
 A la différence du solde précédent, la production de l'exercice n'est pas
une marge mais résulte d'une addition
Valeur ajoutée  Mesure la richesse produite par l'entreprise
 Mesure sa contribution à l'œuvre de la production nationale (Contribution
à l'économie du pays)
Excédent brut d'exploitation  Mesure les performances économiques et financières des entreprises
 Il se prête particulièrement aux comparaisons interentreprises parce qu'il
est calculé indépendamment de la politique propre à chaque entreprise
en matière d'investissement, de financement, de fiscalité et d'opérations
exceptionnelles (non courantes).
 C'est le dernier solde à ne comprendre que les charges décaissables et les
produits encaissables.
Le plan comptable marocain (PCM) lui a réservé une place privilégiée : Il est
le point de départ du calcul de la capacité d'autofinancement (CAF)
(Méthode soustractive)
Résultat d'exploitation  Ce solde mesure le résultat dégagé par l'activité normale
 Il mesure également la performance industrielle et commerciale de
l'entreprise
Résultat financier  Résultat correspondant aux opérations purement financières
Résultat courant  Résultat des opérations normales et courantes (habituelles) de l'entreprise
 La croissance du résultat courant peut aussi bien être due à une
amélioration du résultat d'exploitation qu'à celle du résultat financier
 Il est donc préférable d'analyser en cas de besoin séparément ces deux
composantes.
Résultats non courant  Résultat ayant un caractère non répétitif et donc exceptionnel
Résultat net de l'exercice (après impôt)  Résultat dont la répartition va être décidé par les actionnaires.

IV- Retraitements de certains postes du CPC :


De façon à obtenir des indicateurs pertinents, il est indispensable de retraiter certains postes, à condition que leur
montant soit significatif.
Ces retraitements permettront une approche économique de l'entreprise et favoriseront des comparaisons dans le
temps et entre entreprises du même secteur d'activité.