Vous êtes sur la page 1sur 125

UNIVERSITE DE DSCHANG

UNIVERSITY OF DSCHANG

FACULTE D’AGRONOMIE ET DES SCIENCES AGRICOLES


FACULTY OF AGRONOMY AND AGRICULTURAL SCIENCES

DEPARTEMENT DE VULGARISATION AGRICOLE ET DE SOCIOLOGIE RURALE


DEPARTMENT OF AGRICULTURAL EXTENSION AND RURAL SOCIOLOGY

ANALYSE QUALITATIVE DES


SYSTEMES DE CACAOCULTURE DANS
LA REGION DU CENTRE, CAMEROUN

Mémoire de fin d’études présenté en vue de l’obtention du Diplôme d’Ingénieur Agronome


Option : Economie et Sociologie Rurales

Par :

KWESSEU PETGUEN Jacques Marcien


Matricule: 02A102

Janvier 2010
UNIVERSITE DE DSCHANG
UNIVERSITY OF DSCHANG

FACULTE D’AGRONOMIE ET DES SCIENCES AGRICOLES


FACULTY OF AGRONOMY AND AGRICULTURAL SCIENCES

DEPARTEMENT DE VULGARISATION AGRICOLE ET DE SOCIOLOGIE RURALE


DEPARTMENT OF AGRICULTURAL EXTENSION AND RURAL SOCIOLOGY

ANALYSE QUALITATIVE DES SYSTEMES DE


CACAOCULTURE DANS LA REGION DU
CENTRE, CAMEROUN
Mémoire de fin d’études présenté en vue de l’obtention du Diplôme d’Ingénieur Agronome
Option : Economie et Sociologie Rurales

Par :

KWESSEU PETGUEN Jacques Marcien


Matricule: 02A102

Encadreur : Superviseur :
Jagoret Patrick Tchouamo Isaac Roger, PhD
Chercheur IRAD/CIRAD Maître de Conférences,
Yaoundé-Nkolbisson Université de Dschang

Janvier 2010
FICHE DE CERTIFICATION DES CORRECTIONS APRES SOUTENANCE

Le présent mémoire a été revu et corrigé conformément aux observations du jury.

Visa du superviseur

Date:…… /……… /………

Président du Jury Visa du Chef de Département de Vulgarisation


Agricole et de Sociologie Rurale

Date :……/……. /……. Date :……/……. /…….

i
FICHE DE CERTIFICATION DE L’ORIGINALITE DU TRAVAIL

Je soussigné, KWESSEU PETGUEN Jacques Marcien, atteste que le présent travail est le
résultat de mes propres travaux effectués à l’Institut de Recherche Agricole pour le
Développement (IRAD), a Nkolbisson, Yaoundé, sous la supervision de Tchouamo Isaac
Roger, Maître de Conférences à l’Université de Dschang, et de l’encadrement de Patrick
Jagoret, Chercheur à l’IRAD/CIRAD de Nkolbisson.

Ce mémoire est authentique et n’a jamais été antérieurement présenté pour l’obtention de
quelque grade universitaire que ce soit.

Nom et Signature de l’Auteur :

KWESSEU PETGUEN Jacques Marcien


Date

Visa de l’Encadreur Visa du Superviseur

Date Date

Visa du Chef de Département de Vulgarisation Agricole et de Sociologie Rurale

Date

i
DEDICACE

A ma mère Ngamen Monique pour l’assistance morale et matérielle que tu m’as apportée
durant toute ma formation ;

A ma bien aimée Fiekni Minève pour l’assistance morale et matérielle que tu m’as apportée. J’ai
souvent compte sur ton soutien et savourer cette joie. Ce mémoire est aussi le fruit des sacrifices
que tu as consentis.

A mes neveux et nièces, Liliane, Simplice, Pamela, Franky, Loïc, Bryan, Ryan, Maeva,
Daniel, Kyra, Kelan et Nathanaelle.

A ceux qui n’ont pas eu la chance de savourer ce Mémoire, notamment : Petguen Daniel;
Tsebain Pierre et Ketchiegnia Jacqueline. Que vos âmes reposent en paix.

A tous ceux qui luttent contre la faim et œuvrent pour la Sécurité Alimentaire au Cameroun et
dans le monde. Que ceux qui ont été oubliés me pardonnent.

ii
REMERCIEMENTS

Le projet de réaliser ce mémoire n’aurait pas pu se concrétiser du seul fait de ma volonté et de


mon engagement. Il l’a été par le concours de plusieurs personnes et de nombreuses structures
que je ne pourrais pas toutes citer ici. Les travaux de terrain et la rédaction du mémoire ont été
rendus possibles par le soutien, l’implication, la mobilisation de plusieurs personnes. C’est
l’occasion pour moi de les remercier. A cet effet, je pense principalement aux personnes ci-
après:
- Professeur Tchouamo Isaac Roger, pour la supervision et l’appui nécessaires à la réalisation
de mon stage. Sa disponibilité, ses orientations et sa bienveillance ont été capitales. Il a pris
chaque fois le temps nécessaire pour lire mes textes et me donner des conseils utiles ;
- Le corps enseignants de la FASA, en particulier ceux des Départements d’Economie et de
Sociologie Rurales pour les connaissances qu’ils m’ont transmises durant tout le second
cycle ;
- M. Jagoret Patrick, d’une part pour m’avoir accordé ce stage et d’autre part, pour ses conseils
et les moyens financiers, humains et matériels qu’il a mobilisés pour que mon stage se
déroule dans les meilleures conditions;
- M. Batomen Francis, pour les moyens humains qu’il a mobilisés pour le bon déroulement de
mon stage sur le terrain;
- M. Todem Ngnogue Hervé et M. Bouambi Emmanuel, pour leur parfaite collaboration
pendant ce stage et leur précieuse aide;
- Les chauffeurs du projet REPARAC, Messieurs Mvondo Christian et Ali pour l’ambiance
chaleureuse et réconfortante qui régnaient dans leurs véhicules ;
- Les hôtes qui m’ont hébergé lors des travaux de terrain : Essomba Cosmas (Ngomedzap),
Bidias Jean Paul (Bakoa), Athanase Onana (Ezezang) et Tsanga Fabien (Leki-Assi), pour
l’accueil chaleureux qu’ils m’ont accordé ;
- Les guides : Bidias Jean Paul (Bakoa), Tsanga Fabien (Leki-Assi), Athanase Onana
(Ezezang), pour le temps qu’ils ont sacrifié à m’accompagner dans les cacaoyères ;
- Les producteurs avec qui j’ai travaillé, pour leur disponibilité et leur volonté à contribuer aux
travaux de recherche ;
- Monsieur Samain Samuel Gaston, pour tous les sacrifices qu’il à consentis pour mon
éducation et ma formation ;
- Monsieur Mbpille Pierre Esaie, pour toute l’assistance et les conseils qu’il m’a apporté ;
- La famille Tchuangwa, pour l’assistance morale et matérielle qu’elle m’a apportée ;

iii
- Mes frères et mes sœurs, Nana Tankeu Bruno, Njapa Nya René, Tchamba Blaise et son
épouse, Mbuntcha Michée et son épouse pour leur soutien ;
- Tous mes cadets de l’association NAFSA ;
- Tous mes camarades de la FASA ;
Enfin, à tous ceux qui de près ou de loin, ont sacrifié un peu de leur énergie pour moi afin de
donner de la saveur au fruit que je suis actuellement. Qu’ils trouvent ici, avec assurance,
l’expression de ma profonde gratitude.

iv
TABLE DES MATIERES

Pages

FICHE DE CERTIFICATION DES CORRECTIONS APRES SOUTENANCE ------------- i


FICHE DE CERTIFICATION DE L’ORIGINALITE DU TRAVAIL -------------------------- i
DEDICACE ------------------------------------------------------------------------------------------------ ii
REMERCIEMENTS ------------------------------------------------------------------------------------ iii
TABLE DES MATIERES ------------------------------------------------------------------------------- v
LISTE DES TABLEAUX------------------------------------------------------------------------------ viii
LISTE DES FIGURES -----------------------------------------------------------------------------------ix
LISTE DES PHOTOS ------------------------------------------------------------------------------------ x
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS ---------------------------------------------------------xi
RESUME -------------------------------------------------------------------------------------------------- xii
ABSTRACT ---------------------------------------------------------------------------------------------- xiii
CHAPITRE 1: INTRODUCTION --------------------------------------------------------------------- 1
1.1. CONTEXTE ----------------------------------------------------------------------------------------------------- 1
1.2. PROBLEMATIQUE ------------------------------------------------------------------------------------------ 3
1.3. OBJECTIFS DE L’ETUDE --------------------------------------------------------------------------------- 5
1.4. IMPORTANCE DE L’ETUDE ----------------------------------------------------------------------------- 5
1.5. HYPOTHESES D’ETUDE ----------------------------------------------------------------------------------- 6
1.6. ORGANISATION DU MEMOIRE. ------------------------------------------------------------------------ 6
CHAPITRE 2: DEFINITION DES CONCEPTS ET REVUE DE LA LITTERATURE ---- 7
2.1. DEFINITION DES CONCEPTS ---------------------------------------------------------------------------- 7
2.1.1. Arbres fruitiers -------------------------------------------------------------------------------- 7
2.1.2. Arbres forestiers ------------------------------------------------------------------------------- 7
2.1.3. Analyses ---------------------------------------------------------------------------------------- 7
2.1.4. Agroforêt --------------------------------------------------------------------------------------- 7
2.1.5. Agroforesterie --------------------------------------------------------------------------------- 8
2.1.6. Système Agroforestier ------------------------------------------------------------------------ 9
2.2. REVUE DE LA LITTERATURE-------------------------------------------------------------------------- 10
2.2.1. Le cacaoyer ----------------------------------------------------------------------------------- 10
2.2.1.1. Origine, historique et utilisation ------------------------------------------------------------------- 10
2.2.1.2. Classification botanique ------------------------------------------------------------------------------ 11
2.2.1.3. Production et commercialisation------------------------------------------------------------------- 11
2.2.1.4. Contribution du cacao au PIB ---------------------------------------------------------------------- 13
2.2.1.5. Agro écologie du cacaoyer--------------------------------------------------------------------------- 14
2.2.1.6. Ennemis et maladies du cacaoyer ----------------------------------------------------------------- 14
2.2.1.7. Itinéraire technique d’une cacaoyère ------------------------------------------------------------- 15
2.2.2. Importance des espèces ligneuses dans les cacaoyères ---------------------------------- 15
2.2.3. Structure et composition des cacaoyères -------------------------------------------------- 17
2.2.4. Production et rendement des systèmes de cacaoculture --------------------------------- 18
2.2.4.1. Production et rendement du cacaoyer ------------------------------------------------------------ 18

v
2.2.4.2. Production et rendement des arbres associés -------------------------------------------------- 19
2.2.5. Revenu des systèmes de cacaoculture ----------------------------------------------------- 20
2.2.5.1. Revenu du cacao----------------------------------------------------------------------------------------- 20
2.2.5.2. Revenu des arbres associés -------------------------------------------------------------------------- 20
2-3- DYNAMIQUE DES CACAOYERES.-------------------------------------------------------------------- 20
CHAPITRE 3 : METHODOLOGIE ----------------------------------------------------------------- 22
3.1. CHOIX DE LA ZONE D’ETUDE ------------------------------------------------------------------------- 22
3.2. PRESENTATION DE LA ZONE D‘ETUDE ----------------------------------------------------------- 23
3.2.1. Milieu physique ------------------------------------------------------------------------------ 23
3.3. COLLECTE DES DONNEES ------------------------------------------------------------------------------ 27
3.3.1. Les données secondaires -------------------------------------------------------------------- 27
3.3.2. Les données primaires ----------------------------------------------------------------------- 27
3.3.2.1. Choix de la Population -------------------------------------------------------------------------------- 27
3.3.2.2 .Taille de l’échantillon --------------------------------------------------------------------------------- 28
3.3.2.3. Elaboration des questionnaires --------------------------------------------------------------------- 29
3.3.2.4. Méthodes d’enquêtes ---------------------------------------------------------------------------------- 30
3.4. ANALYSE DES DONNEES -------------------------------------------------------------------------------- 32
Analyse descriptive du peuplement --------------------------------------------------------------- 32
CHAPITRE 4. RESULTATS : PRESENTATION, ANALYSE ET DISCUSSION --------- 34
4.1. CARACTERISTIQUES DES PRODUCTEURS ------------------------------------------------------- 34
4.1.1. Age des producteurs ------------------------------------------------------------------------- 34
4.1.2. Ethnie des producteurs----------------------------------------------------------------------- 35
4.1.3. Niveau d’éducation formelle des producteurs de cacao --------------------------------- 35
4.1.4. Les activités secondaires exercées par les producteurs ---------------------------------- 36
4.2. CARACTERISTIQUES DES CACAOYERES ET DES ESPECES ASSOCIEES ------------- 37
4.2.1. Caractéristiques des cacaoyères ------------------------------------------------------------ 37
4.2.1.1. Surface des cacaoyères -------------------------------------------------------------------------------- 38
4.2.1.2. Mode d’acquisition des cacaoyères --------------------------------------------------------------- 38
4.2.1.3. Densité de plantation et des espèces associées ----------------------------------------------- 39
4.2.1.4. Production, prix et recette du cacao dans les zones d’étude ----------------------------- 41
4.2.2. Identification des espèces associées aux cacaoyers-------------------------------------- 42
4.2.2.1. Fréquence et pourcentage des espèces végétales et familles botaniques de la zone
de transition forêt- savane (Bokito) -------------------------------------------------------------- 42
4.2.2.2. Fréquence, pourcentage des espèces végétales et familles botaniques de la zone
de forêt fortement anthropisée (Zima) --------------------------------------------------------- 44
4.2.2.3. Fréquence, pourcentage des espèces végétales et familles botaniques de la zone
de forêt (Ngomedzap)--------------------------------------------------------------------------------- 46
4.2.3. Diversité Floristique et Richesse Spécifique des AFC. ---------------------------------- 47
4.2.4. Calcul de l’indice de Sorensen (K) ou de similarité floristique ------------------------- 49
4.3. IMPORTANCES ACCORDEES PAR LES PRODUCTEURS AUX FONCTIONS ET AUX
ESPECES ASSOCIEES DANS LES AFC. --------------------------------------------------- 50
4.3.1. Importances accordées aux fonctions par les producteurs dans les AFC.-------------- 50
4.3.2. Importances accordées aux espèces et en fonction des usages par les producteurs dans
les AFC. -------------------------------------------------------------------------------------- 55
4.4. STRATEGIE DES PRODUCTEURS SUITE AUX VARIATIONS DE PRIX DE CACAO. 64
4.4.1. Présentation en fonction des scénaris dans la zone de Bokito--------------------------- 65
4.4.2. Présentation en fonction des scénaris dans la zone de Ngomedzap -------------------- 66
4.4.3. Présentation en fonction des scénaris dans la zone de Zima ---------------------------- 68

vi
4.4.4. Présentation en fonction des scénaris dans la zone d’étude ----------------------------- 69
4.5. VERIFICATION DES HYPOTHESES ----------------------------------------------------------------- 71
CHAPITRE 5 : CONCLUSION, RECOMMANDATIONS ET LIMITES DE L’ETUDE. 72
5.1. CONCLUSION------------------------------------------------------------------------------------------------- 72
5.2. RECOMMANDATIONS ------------------------------------------------------------------------------------ 73
5.3. LIMITES DE L’ETUDE ------------------------------------------------------------------------------------- 74
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ----------------------------------------------------------- 75
ANNEXES ------------------------------------------------------------------------------------------------- 83
Annexe 1: Présentation de l’IRAD -------------------------------------------------------------------------- 83
Annexe 2 : Fiche d’inventaire des espèces associées aux cacaoyères --------------------------- 84
Annexe 3 : Fiche d’enquête des producteurs ------------------------------------------------------------ 85
Annexe 4 : Fréquence et Densité obtenues pour les espèces inventoriées dans les zones
d’étude------------------------------------------------------------------------------------------------ 91
Annexe 5 : Liste des espèces recensées dans la zone d’étude --------------------------------------- 99
Annexes 6 : Densité des arbres dans les zones d’étude --------------------------------------------- 104

vii
LISTE DES TABLEAUX

Tableau 1: Principaux pays producteurs de fèves de cacao dans le monde de 2005 à 2006 ....... 11

Tableau 2: Caractéristiques physiques des trois zones d’étude.................................................. 24

Tableau 3: Superficie, population et densité des trois départements d’étude ............................ 27

Tableau 4: Organisations de producteurs de cacao impliquées dans le projet ASPPA en 2003. . 28

Tableau 5: Répartition des cacaoculteurs et des cacaoyères par zones d’étude et par sites. ....... 29

Tableau 6: Répartition des producteurs de cacao par zones et suivant le niveau d’éducation

formelle (%) ............................................................................................................ 36

Tableau 7: Niveau de revenu, de production et de prix du cacao dans la zone d’étude .............. 42

Tableau 8: Fréquence et pourcentage des espèces végétales de la zone de Bokito..................... 43

Tableau 9: Fréquence et pourcentage des familles botaniques de la zone de Bokito.................. 44

Tableau 10: Fréquence et pourcentage des espèces végétales de la zone de Zima ..................... 44

Tableau 11: Fréquence et pourcentage des familles Botaniques de la zone de Zima ................. 45

Tableau 12: Fréquence et pourcentage des espèces végétales de la zone de Ngomedzap........... 46

Tableau 13: Fréquence et pourcentage des familles botaniques de la zone de Ngomedzap........ 47

Tableau 14: Nombre d’individus, d’espèces et de familles, dans la zone d’étude...................... 48

Tableau 15: Indices de Sorensen (K) et pourcentage de coïncidence écologique entre les zones

................................................................................................................................ 49

Tableau 16: Hiérarchie des espèces pour chacun des usages dans la zone de Bokito................ 56

Tableau 17: Hiérarchie des espèces pour chacun des usages dans la zone de Ngomedzap ........ 57

Tableau 18: Hiérarchie des espèces pour chacun des usages dans la zone de Zima ................... 58

viii
LISTE DES FIGURES

Figure 1: Niveau de production et de prix de cacao au Cameroun de 1959 à2007 ..................... 13


Figure 2: Localisation des bassins de production de cacao au Cameroun et la Zone d’étude ..... 23
Figure 3: Distribution des producteurs par tranches d’âges et par zone ..................................... 34
Figure 4: Répartition spatiale des producteurs par ethnie par zone (en %)................................. 35
Figure 5: Pourcentage des producteurs exerçant ou non une activité secondaire........................ 36
Figure 6: Répartition spatiale des cacaoyères par zone d’étude ................................................. 38
Figure 7: Mode d’acquisition des cacaoyères dans la zone d’étude ........................................... 39
Figure 8: Densité des cacaoyers dans la zone d’étude ............................................................... 40
Figure 9: Densité des espèces associées aux cacaoyers dans la zone de Bokito ......................... 40
Figure 10: Densité des arbres associés aux cacaoyers dans la zone de Ngomedzap ................... 41
Figure 11: Densité des arbres associés aux cacaoyers dans la zone de Zima.............................. 41
Figure 12: Répartition spatiale d’arbres introduits et conservés dans les AFC. .......................... 48
Figure 13: Importances accordées aux fonctions par les producteurs dans les AFC ................... 51
Figure 14: Hiérarchisation des arbres dont les fruits sont les plus consommés par les producteurs
............................................................................................................................... 59
Figure 15: Hiérarchisation des arbres appréciés pour le bois d’œuvre ou de chauffage par les
producteurs de Ngomedzap ..................................................................................... 60
Figure 16: Répartition des plantes bio fertilisantes dans la zone d’étude en fonction des
préférences des producteurs .................................................................................... 61
Figure 17: Répartition des plantes médicinales en fonction des préférences des producteurs..... 61
Figure 18: Hiérarchie des arbres procurant de l’ombrage .......................................................... 62
Figure 19: Préférences des producteurs dans la valeur attribuée à la vente des récoltes des arbres
............................................................................................................................... 63
Figure 20: Hiérarchisation des plantes suivant les besoins sociaux ........................................... 64
Figure 21: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du cacao. 65
Figure 22: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du cacao
marchand à Bokito lorsque le prix de cacao est haut................................................ 65
Figure 23: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du cacao
marchand à Ngomedzap lorsque le prix de cacao est bas ......................................... 66
Figure 24: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du cacao
marchand à Ngomedzap lorsque le prix de cacao est haut ....................................... 67
Figure 25: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du cacao
marchand à Zima lorsque le prix de cacao est bas .................................................. 68
Figure 26: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du cacao
marchand à Zima lorsque le prix est haut ................................................................ 69
Figure 27: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du cacao
marchand dans la zone d’étude............................................................................... 69
Figure 28: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du cacao
marchand dans la zone d’étude................................................................................ 70

ix
LISTE DES PHOTOS

Photo 1: Noix récoltées pour faire de l’huile de palme .............................................................. 52

Photos 2: Chenilles de consommation....................................................................................... 52

Photo 3: Une agroforêt à base de cacaoyers .............................................................................. 53

Photo 4: Fruits de Ficus mucoso au sol (Fertilisation de la cacaoyère)…………………………54

Photo 5: Accueil des convives par la sève d’Elaeis guineensis…………………………………55

x
LISTE DES SIGLES ET ABREVIATIONS

AFC : Agroforêt à base de Cacao.

ASPPA : Appui aux Stratégies paysannes et à la professionnalisation de L’Agriculture

BAD : Banque Africaine de Développement

CIRAD : Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le


Développement.

CNUCED : Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement

CRESA : Centre Régional Spécialisé en Agriculture. Forêt-Bois.

FASA : Faculté d’Agronomie et des Sciences Agricoles.

FAO : Food Agriculture Organisation

FSP : Fonds de Solidarité Populaire

FCFA : Franc de la Communauté Française d’Afrique

GIC: Groupement d’Initiative Commune

ICRAF: International Centre for Research in Agroforestry

IITA: International Institute of Tropical Agriculture

IRAD : Institut de Recherche Agricole pour le Développement.

IRD : Institut de Recherche et du Développement.

MINAGRI : Ministère de l’Agriculture

MDC : Méthode de Distribution des Cailloux

ONCC : Office National du Cacao et du Café.

ONCPB : Office National de Commercialisation des Produits de Base.

ONG : Organisation Non Gouvernementale

PIB : Produit Intérieur Brut.

PFNL : Produits Forestiers Non Ligneux.

REPARAC : Renforcement des Partenariats dans la Recherche Agronomique au Cameroun

SAFC : Systèmes Agroforestiers à Base de Cacao

xi
RESUME

Afin d’analyser qualitativement les systèmes de cacaocuture dans le Centre Cameroun, une
enquête à été menée auprès de 35 producteurs possédant 50 cacaoyères dans la Région du Centre
Cameroun. L’objectif était d’évaluer l’importance des espèces associées dans les agroforêts à
base de cacaoyers, ainsi que l’impact des variations du prix de cacao sur les stratégies de
conduite de ces agroforêts. Les données ont été collectées à l’aide d’une fiche d’inventaire, d’un
questionnaire, et ensuite analysées avec les logiciels Microsoft office Excel 2003, et SPSS
(version 12.0).
Les résultats de l’inventaire révèlent que 6982 arbres sont associés au cacaoyer dont 4647 arbres
fruitiers et 2335 arbres forestiers. A Bokito, on a enregistré 4519 arbres appartenant à 78
espèces, et à 33 familles botaniques. A Ngomedzap, on a enregistré 1172 arbres appartenant à
110 espèces et à 35 familles botaniques. A Zima, on a enregistré 1291 arbres appartenant à 110
espèces et à 35 familles botaniques. Ceci traduit une probabilité de 29 % de chance de retrouver
une même espèce dans les AFC de Bokito et Ngomedzap, 26 % de chance de retrouver la même
espèce dans les AFC de Zima et Ngomedzap, et 20 % de chance de retrouver la même espèce
dans les AFC de Bokito et Zima.
Grâce à la Méthode de distribution des cailloux (MDC), 270 espèces associées aux cacaoyers ont
été réparties suivant les préférences que les producteurs accordent aux usages : vente (36 %),
autoconsommation (21 %), bois d’œuvre et de chauffage (13 %), ombrage (11 %), médicinale
(11 %), fertilitaire (5 %), et social (5 %). Ils préfèrent Dacryodes edulis (13,3 %), Persea
americana (12,6 %), Citrus sp (12,5 %) et Elaeis guineensis (12 %). Le processus de
diversification par introduction des espèces fruitières dans les cacaoyères est plus fort en zone de
transition forêt-savane qu’en zone forestière.
Suite à la fluctuation des prix de vente du cacao marchand, les résultats montrent que les
producteurs accordent plus d’importance aux fruitiers lorsque le prix du cacao est bas et en
situation inverse, ils accordent plus de valeur à la vente du cacao.
Afin que les résultats de cette étude soient utiles, elle recommande aux producteurs de
s’organiser et de produire les jus de fruits naturels, du beurre, de l’huile et de la pâte de cacao en
groupe. Aux Organismes de recherche et de développement, elle recommande de former les
cacaoculteurs dans la conservation des fruits, la production des jus de fruits naturels, et la
transformation du cacao en chocolat, beurre et pâte. A l’Etat Camerounais, elle propose
d’étendre le réseau routier, les pistes de collectes et des points de vente. Il serait important de
poursuivre cette étude en recherchant le type d’association d’arbres économiquement rentable et
à haute valeur nutritive que l’on pourrait introduire dans les AFC.

xii
ABSTRACT

In order to qualitatively analyze the systems of cocoa farming in the Center Region of
Cameroon, an investigation was carried out from 35 producers having 50 cocoa-farms. The
objective was to evaluate the importance of species associated in the agroforest containing
cocoa, as well as the impact of cocoa price changes on management strategies of these
agroforests. The data were collected using an inventory card, a questionnaire, and then analyzed
with the software Microsoft Office Excel 2003, and SPSS (version12.0).

The inventory results reveal that 6982 trees are associated with the cocoa-tree: 4647 fruit trees
and 2335 forest trees. In Bokito, we recorded 4519 trees belonging to 78 species, and 33
botanical families. In Ngomedzap, one recorded 1172 trees belonging to 110 botanical species
and 35 families. In Zima, we recorded 1291 trees belonging to 110 botanical species and 35
families. This translated a probability of 29 % of chance to find the same species in the AFC of
Bokito and Ngomedzap, 26 % of chance to find the same species in the AFC of Zima and
Ngomedzap, and 20 % of chance to find the same species in the AFC of Bokito and Zima.
Thanks to the Method of distribution of stones (MDC), 270 species associated with the cocoa-
trees were distributed according to the preferences which the producers grant to the usage: sale
(36 %), subsistence farming (21 %), heating and sawlog (13 %), shade (11 %), medicinal (11 %),
fertiliser (5 %), and social (5 %). They prefer Dacryodes edulis (13,3 %), Persea americana
(12,6 %), Citrus sp (12,5 %) and Elaies guineensis (12 %). The process of diversification by
introduction of fruiterer species into the cocoa-plantations is more important in the transition
forest-savannah zone than in forest zone.
Following the fluctuation of selling price of the commercial cocoa, the results show that the
producers attach more importance to the fruiterer when the price of cocoa is low and in opposite
situation, they grant more value to the sale of cocoa. For us to expect the results of this study to
be useful, it recommends to the producers to organize and produce natural fruit juices, cocoa
butter, oil and cocoa paste in group. It therefore belongs to Research organizations and
development to train the cacao farmers in fruit conservation technics, production of natural fruit
juices, and transformation of cocoa into chocolate, butter and paste. The Cameroonian
Government should extend the highway network, the collection tracks of and sales outlets. It
would be important to continue this study by seeking the type of association of trees
economically profitable and with high food value which one could introduce into the AFC.

xiii
CHAPITRE 1: INTRODUCTION

Ce chapitre présente le contexte, la problématique, les objectifs, l’importance de l’étude et


l’organisation du mémoire.

1.1. CONTEXTE
La production mondiale du cacao se concentre essentiellement à 10 degrés au Nord et 10
degrés au Sud de l’équateur. Trouvant ses origines en Amérique du Sud, le cacao apparaît
d’abord en Espagne grâce à Hernan Cortes en 1528. Afin de satisfaire la demande des cours
espagnoles, les premières tentatives de plantation du cacaoyer (Theobroma cacao) sont
entreprises dans les Caraïbes, puis en Équateur vers 1635 par les frères Capucins. La fin du
XVIIe siècle voit les autres nations européennes à l’affût des territoires favorables à la culture
du cacaoyer, toujours dans les Caraïbes et en Amérique du Sud: Curaçao (Pays-Bas),
Jamaïque (Grande-Bretagne), Martinique et Ste Lucie, République Dominicaine, Brésil,
Guyane, et Grenade (France).

Au XIXe siècle, face à la demande de plus en plus importante en cacao, cette nouvelle culture
est introduite sur le continent africain. Introduite en Afrique de l’Ouest et Centrale depuis plus
d’un siècle (Champaud, 1973 et Massein, 2000), la culture du cacaoyer occupe aujourd’hui
d’importantes surfaces de terres forestières. Dans les principaux pays producteurs de
l’Afrique de l’Ouest et de l’Afrique Centrale, la superficie cacaoyère est passée d’environ 3 à
5 millions d’hectares de 1961 à 2000 (Leakey, 2001). Si en Afrique de l’Ouest, les cacaoyères
sont installées après abattage de la forêt, en Afrique Centrale, elles se gèrent en harmonie avec
les arbres par aménagement du couvert forestier pour procurer de l’ombre aux cacaoyers.
Cette multitude de composantes (cacaoyers et espèces associées) confère à ces systèmes une
certaine flexibilité de gestion et d’amortissement. C’est ainsi que face aux mutations socio-
économiques (baisse des prix, dévaluation du Franc CFA, libéralisation du secteur agricole),
les agriculteurs vont s’appuyer sur les arbres associés au cacaoyer en diversifiant leurs
systèmes de cacaoculture. A la faveur de la volonté internationale de conservation des
ressources forestières in et ex situ et de lutte contre la pauvreté, le mode de gestion sous
ombrage de l’Afrique Centrale est aujourd’hui perçu comme durable (Leakey, 2001 ; Sonwa
et al., 2001).

1
L’économie du Cameroun repose principalement sur l’agriculture et le secteur agricole. Ce
dernier occupe plus de 70 % de la population active et contribue pour au moins 44,8 % du
produit intérieur brut (PIB). Le cacao procure 28 % des exportations non pétrolières et 40 %
des exportations du secteur primaire et occupe une place de choix parmi les produits agricoles
d’importance (Abena, 2006 ; ONCC, 2007 ; et Wikipedia, 2009). Il est en effet la troisième
culture pérenne d’exportation dans les zones forestières humides (Donald, 2004). Au
Cameroun en particulier, il s’agit d’une ressource agricole essentielle pour environ 400.000
agriculteurs qui pratiquent la cacaoculture sur des exploitations agricoles de petite taille
(Jagoret et Nyasse, 2003) et dont la surface est estimée à environ 400.000 ha. Le secteur cacao
représente environ 2 % du PIB national et 6 % du PIB primaire et à peu près 30 % du PIB du
sous-secteur des produits agricoles destinés à l’exportation et à la transformation.

La culture du cacaoyer a été introduite au Cameroun en 1892 par les Allemands via Sao
Tomé et Principé (Assoumou, 1977). D’abord localisée autour du Mont Cameroun sous forme
de grandes plantations industrielles, la culture du cacaoyer a été ensuite diffusée des plaines
côtières de l’ouest vers les plateaux forestiers du Sud et du Centre par l’Administration
Française (Champaud, 1966). Temple (1995) énonce les raisons d’introduction de la
cacaoculture dans le Centre Cameroun :
 Elle est bien adaptée à l’écosystème forestier ;
 Le système d’imposition de l’administration coloniale a obligé les agriculteurs du
Centre Cameroun à recourir à une source de revenu monétaire afin de pouvoir
s’acquitter des sommes qui leur étaient réclamées comme taxe (impôt de capitation) ;
 Le développement de la cacaoculture a été facilité par le fait que les agriculteurs ont
trouvé un intérêt majeur au cacaoyer, comme marqueur du sol. Avec une durée
végétative de plus de quarante ans, créer une plantation de cacaoyers revient en effet à
s’approprier définitivement le terrain sur lequel elle est installée.

Le Centre Sud du Cameroun est le principal bassin de production du cacao. Le système de


cacaoculture adopté par les exploitants se transforme au cours du temps en un système où le
cacaoyer est associé à une multitude d’espèces forestières et fruitières. Le cacao constitue la
principale source de revenus monétaires des masses rurales des régions du Centre, du Sud, du
Sud-ouest, de l’Est et du Littoral. Dans le Centre, la cacaoculture est pratiquée sur des
systèmes agroforestiers à base de cacaoyers (SAFC). Ce type de cacaoculture correspond à un
système traditionnel (Morgane, 2008). Le même auteur souligne que les systèmes

2
agroforestiers sont complexes car ils réunissent des associations temporelles d’espèces avec la
présence simultanée d’espèces annuelles et pérennes, des associations spatiales avec des
structures complexes, la diversité spécifique et des productions variées.

La cacaoyère constitue le lieu privilégié des fruitiers locaux améliorés (Obiang, 1998). Les
agriculteurs préfèrent en effet des systèmes de cultures qui présentent un meilleur potentiel de
marché afin d’augmenter leurs revenus en accroissant la rentabilité de la terre. Selon le même
auteur, cette tendance se retrouve dans de nombreux autres pays ou l’expérience des
plantations mixtes de cacaoyers, de fruitiers ou d’arbres à usage multiple est enrichissante. La
culture du cacaoyer représente une source de revenus importante pour un grand nombre de
producteurs. Les plantations sont encore des exploitations familiales de 2 à 10 hectares. Cette
culture est autant plus signifiante qu’elle est réservée essentiellement à l’exportation, la
demande en consommation étant faible chez les populations productrices. (http :
//www.zchocolat.com/ z33/ chocolat/chocolat/production-cacao.asp)

1.2. PROBLEMATIQUE
La cacaoculture est, depuis 1920, principalement pratiquée par des producteurs sur des
parcelles de petites dimensions à l’ombre de la forêt (Gokowski et Dury, 1999). Pendant les
défriches qui précèdent l’installation, certains arbres sont régulièrement conservés (fruitiers,
espèces médicinales, espèces ligneuses) pour assurer un ombrage léger aux jeunes cacaoyers
et pour leurs valeurs socio économiques (Jagoret et al., 2009). Le même auteur souligne que
pendant le développement de la cacaoyère, les producteurs introduisent dans le système
plusieurs espèces fruitières (palmiers, orangers, safoutiers, colatiers, etc.) qui se développent
en association avec les cacaoyers et les espèces forestières conservées à l’origine. Trente-huit
et 47 % des producteurs plantant Dacryodes edulis le font par exemple avec respectivement
quatre non fruitiers et quatre fruitiers (Sonwa et al., 2002). En plus de l’ombrage, ces arbres
procurent des services et des revenus. Les producteurs gèrent dans les agroforêts à base de
cacao des produits forestiers non ligneux (PFNL) comme Dacryodes edulis, Irvingia
gabonensis et Elaeis guinensis, des bois d’œuvre de haute valeur comme Terminalia superba
et Chlorophora excelsa; des fruitiers exotiques comme Persea americana, Mangifera indica,
Citrus spp et des plantes médicinales comme Alstonia boonei. Tous ces arbres jouent un rôle
essentiel dans le quotidien des producteurs.

3
La cacaoculture est une activité de première importance économique et sociale pour le
Cameroun (Todem, 2005). Sur le plan économique, le cacao et le café sont les principaux
produits agricoles d’exportation (Bernard, 2003). Les trois quarts de la production nationale
de cacao sont exportés en fève et le reste est exporté après transformation industrielle.
Cependant, depuis près d’une vingtaine d’années, les producteurs vivent des changements dus
au contexte économique provoqués par la conjugaison de plusieurs facteurs au nombre
desquels :
 la chute brutale des cours mondiaux (qui commence dès 1986) et les limites du
système de stabilisation des prix ;
 la libéralisation de l’économie en général et de la filière cacao en particulier ;
 le démantèlement du dispositif coopératif au profit de nouveaux modèles associatifs
dont les effets bénéfiques pour les producteurs tardent à se manifester.

En 1989, le cours du cacao (250 FCFA/ kg) est de moitié de sa valeur en 1985 (435 FCFA) et
ces prix vont se maintenir jusqu’en 1994, date à laquelle la dévaluation du FCFA va
contribuer à les faire remonter. Cette crise a ainsi fortement réduit la contribution de la
cacaoculture à la croissance économique et au bien-être des agriculteurs. La conséquence
majeure est l’appauvrissement de plus en plus accentué des producteurs qui, malgré le
relèvement des prix du kilogramme (kg) au cours des dernières années, assistent impuissants à
la baisse de leurs revenus (CTS, 2001). Face aux diminutions de revenu engendrées par la
crise cacaoyère et ses conséquences, dans certaine zone comme la Lékié, la forte densité de
population rend l’accès aux terres difficile. Ainsi, de plus en plus souvent, les producteurs
n’ont pas la possibilité d’agrandir leurs plantations au sein de leurs terroirs traditionnels pour
contrer la baisse des prix par une augmentation de la production (Massein, 2000).

Si on s’intéresse à présent aux prix payés aux producteurs, on voit que la crise ne les atteint
qu’à partir de 1989, grâce au système de stabilisation qui était alors en vigueur dans le pays.
En application d’un décret présidentiel daté du 1er septembre 1989, le prix du cacao passe de
435 FCFA /Kg à 250 FCFA/Kg. Le cacao représente à cette époque une part très importante
du revenu des producteurs, car le cacaoyer est depuis longtemps la principale culture de rente
dans la région du centre du Cameroun. A cause de la situation d’incertitude qui prévaut depuis
1989 et de l’absence de visibilité des exploitants (les prix d’achat du cacao marchand
fluctuent d’une semaine à l’autre), nombreux sont également les producteurs de cacao qui ont

4
introduit dans leurs cacaoyères des arbres fruitiers dans le but de diversifier les productions
(Dury, 1999).

Si de nombreuses études ont été réalisées dans le domaine des agroforêts à base de cacaoyers,
rares sont celles qui prennent en compte les revenus des arbres associés aux Systèmes
Agroforestiers à base de cacao (SAFC), de l’importance accordée à chaque espèce associée
dans le système, de l’importance accordée au cacao dans le système, et les stratégies de
gestion des agroforêts par les producteurs suite aux variations de prix du cacao marchand.

1.3. OBJECTIFS DE L’ETUDE


L’objectif principal de cette étude est d’évaluer le rôle et l’importance des espèces associées
dans les agroforêts à base de cacao, ainsi que de l’impact des variations de prix de cacao sur
les stratégies de conduites de ces agroforêts. Plus spécifiquement, il s’agira :
 d’identifier les différentes espèces ligneuses autres que le cacaoyer présentes dans les
cacaoyères ;
 de déterminer l’importance relative qu’accordent les producteurs aux différents usages
et espèces présentes dans les cacaoyères ;
 d’évaluer l’impact de la fluctuation du prix du cacao marchand sur les stratégies de
conduite des systèmes de cacaoculture par les producteurs.

1.4. IMPORTANCE DE L’ETUDE


L’importance de cette étude est double : théorique et opérationnelle.

 Sur le plan de la théorie scientifique, cette étude contribuera à enrichir davantage


la littérature sur les agroforêts à base de cacao. Elle fournira également des
connaissances supplémentaires sur la composition des cacaoyères en termes de
diversité floristique. Cette étude permet également de dresser la liste des PFNL
importants pour les producteurs en termes d’usages et de services.

 Sur le plan opérationnel, cette étude sera utile aux cacaoculteurs, aux ONGs et
aux décideurs.

5
Elle permettra aux producteurs de prendre connaissance du potentiel forestier des SAFC. Elle
fournira également des indications sur le revenu réel et potentiel des cacaoyères, tout en
préservant les espaces de forêts naturelles.

Pour les ONGs et GICs, cette étude servira de base de données pour l’élaboration des projets
de recherche et de développement rural. Elle favorisera l’établissement des priorités pour le
financement des projets de domestication, de vulgarisation et de conservation des agroforêts à
base de cacao.

A l’Etat Camerounais, les résultats de cette étude permettront d’envisager des stratégies de
conservation et de gestion durable de ces ressources forestières génératrices de revenus afin
de renforcer ses actions de lutte contre la pauvreté.

1.5. HYPOTHESES D’ETUDE


Pour cette étude, H1 est établie comme valeur de chaque hypothèse telle que libellée ci-après
tandis que H0 sera considérée comme hypothèse contraire.
- Les espèces associées aux cacaoyers seraient quantitativement et qualitativement
important dans le Centre Cameroun.

- L’importance et le rôle accordés à une espèce par un producteur varieraient


lorsque l’on passe d’une zone à une autre.

- La contribution du cacao au revenu des ménages entraînerait des stratégies de


diversifications des cacaoyères suite aux fortes variations de prix.

1.6. ORGANISATION DU MEMOIRE.


Ce mémoire est organisé en cinq chapitres brièvement décrits de la manière suivante :
 le chapitre premier, qui introduit, pose le problème, identifie les objectifs et
l’importance de l’étude ;
 le chapitre 2, qui définit les concepts et passe en revue la littérature ;
 le chapitre 3, qui indique la méthodologie utilisée pour collecter et analyser les
données;
 le chapitre 4, qui présente et analyse les résultats; et le dernier chapitre, qui
conclue et fait des recommandations aux parties prenantes.

6
CHAPITRE 2: DEFINITION DES CONCEPTS ET REVUE DE LA
LITTERATURE

Ce chapitre définit les concepts et passe en revue la littérature sur le thème d’étude.

2.1. DEFINITION DES CONCEPTS


L’étude repose sur les concepts suivants : Arbres fruitiers, Arbres forestiers, Analyses,
Agroforêt, Agroforesterie, et Système Agroforestier.

2.1.1. Arbres fruitiers

Dans le cadre de cette étude, nous désignons sous le terme d’arbres fruitiers toutes les espèces
ligneuses, autres que le cacaoyer, capables de produire des fruits, des amandes ou tous autres
biens comestibles par l’homme (Mangifera indica, Persea americana, Dacryodes edulis, etc.).

2.1.2. Arbres forestiers

Nous désignons sur le vocable d’arbres forestiers, toutes les espèces d’arbres, autres que le
cacaoyer, capables de produire des services (ombrage, fertilité, etc.) et des biens autres que les
biens alimentaires (bois d’œuvre, bois de chauffage, etc.).

2.1.3. Analyses

L’analyse est l’action de décomposer intellectuellement un tout en ses parties constitutives.


On distingue l’analyse quantitative qui consiste à faire une analyse statistique (souci de
représentativité) alors que l’analyse qualitative est une analyse qui se rapporte à la qualité par
opposition à la quantité (Fongang, 2008a).

2.1.4. Agroforêt

Une agroforêt désigne un milieu où des populations rurales vivent d’un mélange d’agriculture,
de jardinage et de cueillette forestière, pratiqués sous la canopée.
Foresta & Michon (1993), Dalliere (1996) présentent une agroforêt comme «un système
forestier complexe qui a atteint sa phase de pleine maturité »(50). Faisant suite à cette
définition, nous pouvons dire que l’agroforêt à base de cacaoyers (AFC), est un système

7
d’utilisation des terres intégrant sur une même parcelle, le cacaoyer, les cultures pérennes et
annuelles, les arbres fruitiers et forestiers introduits et/ou laissés en place au moment de
l’installation de la cacaoyère. Une telle association pour le cacaoculteur lui permet de
diversifier ses sources de revenus provenant des cultures pérennes et annuelles durant la
période qui précède l’entrée du cacaoyer en production ; les produits forestiers ligneux et non
ligneux, à la fin de la rotation de la cacaoyère. La composition d’une AFC s’organise autour
du cacaoyer auquel les planteurs associent des espèces fruitières et forestières d’origine
endogène ou exogène (Aulong, 1998).
Une agroforêt est une forêt dont la composition faunistique et floristique est le fruit d’une
gestion par la ou les populations locales (Wikipedia, 2009). L’intérêt de ces populations est la
constitution d’un cadre de vie satisfaisant leurs divers besoins, en termes d’alimentation, de
matériaux de construction, d’artisanats variés, d’énergie, de produits médicinaux, et toutes
activités sociales. Les écosystèmes désignés comme agroforêts sont en général situées en zone
intertropicale. Les agroforêts à base de cacaoyer, en dehors du rôle socioéconomique qu’elles
jouent auprès des populations du Centre Sud, constituent des espaces où se conjuguent
développement de la cacaoculture, gestion et conservation de la biodiversité (Leplaideur,
1985 ; Sonwa et al., 2000).

2.1.5. Agroforesterie

Hladick et al. (1996) définissent l’agroforesterie comme étant «un ensemble de pratiques et de
systèmes de production caractérisé par l’introduction délibérée d’arbres, suivant des
séquences spatiales et/ou temporelles optimales dans l’espace de production agricole, les
terres de parcours, les écosystèmes appauvris, les piscicultures, les bassins versants ou toute
zone exposée aux risques d’érosion, afin de créer des systèmes de production
multidimensionnels et stables, assurant la protection des systèmes entretenant la vie et
fournissant une production totale agricole, animale, forestière, énergétique maximale pour le
bénéfice de la collectivité concernée et dans le cadre du développement rural intégré» (P.51).
« L’agroforesterie est un système intégré de gestion des ressources du territoire rural qui
repose sur l’association intentionnelle d’arbres ou d’arbustes à des cultures ou à des élevages,
et dont l’interaction permet de générer des bénéfices économiques, environnementaux et
sociaux ». Mompremier (2003 : 25)

8
Torquebiau (2000) et Lamanda (2005) pensent que l’agroforesterie correspond à un type de
pratiques agricoles défini comme « la mise en valeur du sol avec une association simultanée
ou séquentielle d’arbres et de cultures ou d’animaux, afin d’obtenir des produits et services
utiles à l’homme» (P.32). L’agroforesterie apparaît ainsi comme un terme collectif désignant
un système d’utilisation des terres associant sur une même parcelle de terres des plantes
ligneuses (arbres et arbustes) et des plantes herbacées (récoltes, pâturages) et / ou du bétail
dans un arrangement spatial ou un système de rotation, ou les deux FAO (2009 : 20).

Pour l’ICRAF ﴾2008﴿ « l’agroforesterie est un système dynamique de gestion des ressources
naturelles reposant sur des fondements écologiques qui intègre des arbres dans les
exploitations agricoles et le paysage rural et permet ainsi de diversifier et de maintenir la
production afin d’améliorer les conditions sociales économiques et environnementales de
l’ensemble des utilisateurs de la terre » (P.6)

Dans le cadre de cette étude, l’agroforesterie est un système intégré de gestion des ressources
du territoire rural qui repose sur l’association intentionnelle d’arbres ou d’arbustes à des
cacaoyers sur une même parcelle de terre.

2.1.6. Système Agroforestier

Baumer (1987) désigne un système agroforestier comme étant les techniques et les modes de
mise en valeur de terres dans lesquelles des végétaux ligneux (arbres, arbustes) sont
volontairement associés dans une même parcelle aux cultures ou aux animaux domestiques
soit simultanément, soit de manière séquentielle. De cette définition l’on peut différentier trois
systèmes agroforestiers à savoir :
 Le système agri sylvicole (association cultures et ligneux) ;
 Le système sylvo-pastoral (association animaux domestiques et ligneux) et
 Le système agri sylvo-pastoral (association des trois composantes).

Foresta et Michon (1993) distinguent deux principaux groupes de systèmes agroforestiers :


simples et complexes
- les systèmes « simples » présentent une faible diversité spécifique et sont
généralement composés d’herbacées ou d’arbustes associés à des espèces
arborescentes. On retrouve de tels systèmes, conduits de façon intensive, dans les

9
régions à très forte densité de population. Leur structure est très différente de celle de
la forêt naturelle.
- Les systèmes « complexes » présentent une très grande diversité spécifique dont la
structure est extrêmement proche de celle la forêt secondaire.

Des définitions du système agroforestier existantes, la définition qui s’applique à notre étude
est celle énoncée par Baumer (1987). Pour cet auteur, un système agroforestier désigne les
techniques et les modes de mises en valeur des terres dans lesquelles des végétaux ligneux
(arbres, arbustes, etc.) sont volontairement associés dans une même parcelle à des cultures ou
à l’élevage soit simultanément (selon un certain agencement dans l’espace et dans le temps),
soit de manière séquentielle. Les systèmes agroforestiers supposent une interaction positive à
la fois économique et écologique entre les arbres et les autres éléments du système (FAO,
2009).

2.2. REVUE DE LA LITTERATURE


2.2.1. Le cacaoyer

2.2.1.1. Origine, historique et utilisation


Le cacaoyer (Theobroma cacao L), plante de la famille des Sterculiaceae, originaire des forêts
tropicales humides de l’Amérique Centrale a pour berceau botanique le plus important le pied
des Andes, dans le cours supérieur du fleuve Amazone (Mossu, 1990). Ce dernier note que les
premiers témoignages de la culture du cacaoyer remontent à quelques deux mille ans par les
Maya et que ses fèves étaient utilisées comme produit de consommation et comme monnaie
d’échange. Ce sont les mots Aztèques «cacahualte» et «xocoalt» qui ont donné naissance aux
termes actuels de «cacao» et «chocolat» (Nkeng, 2002). Les premières exportations de cacao
vers l’Europe sont effectuées en 1585. Les plantations de cacaoyers se multiplient au 17è
siècle dans le nouveau monde et c’est à partir des îles de Fernando Pôo (actuel Malabo), Sao
Tomé et Princîpe, que le cacaoyer est introduit en Afrique. Il parviendra au Cameroun en
1892 par les Allemands [Nya (1981) ; Wood (1991) ; et Nkeng (2002).]

La fève de cacao est le produit obtenu après fermentation et séchage de la graine fraîche. Elle
constitue la matière première d’une importante industrie qui fabrique soit des produits semi-
finis (pâte de cacao, fondue de cacao, beurre de cacao), soit des produits finis directement
consommés (chocolat en poudre, en tablette) (Mossu, 1990).

10
2.2.1.2. Classification botanique
Selon Nkeng (2002), la première description de l’arbre est donnée par Hernandez en 1630. En
1737, Linné retint le mot Theobroma comme nom du genre. Toutes les espèces cultivées se
recensent dans la tribu des Byttnériées, l’ordre des Tiliales, et la famille des Sterculiaceae. Du
même auteur, on distingue trois grands groupes de cacaoyer dont : les Criollo, les Forastero et
les Trinitario. Les cultivars de ce dernier groupe constituent encore la majeure partie des
cacaoyers introduits au Cameroun. Il s’agit d’une population hybride extrêmement
polymorphe. Il y a également eu introduction de cinq pieds de Catongo (Forastero du Brésil)
issus d’une même cabosse. Par ailleurs d’autres espèces du genre Theobroma (T. bicolor et T.
grandifolia) ont été introduites au Cameroun en 1983.

2.2.1.3. Production et commercialisation


La production mondiale depuis le 20è siècle croît à un rythme de 2 à 2,5 % et atteint 1,5
million de tonnes en 1964 et dépasse aujourd’hui les 2 millions de tonnes dont, l’Afrique
assure à elle seule près de 66 % (Mossu ,1990). Les grands pays producteurs sont : la Côte-
d’Ivoire, le Ghana, Indonésie, le Cameroun et le Nigeria (CNUCED, 2007). Le tableau 1
indique les principaux pays producteurs de cacao dans le monde.

Tableau 1: Principaux pays producteurs de fèves de cacao dans le monde de 2005 à 2006

Pays producteurs Production (tonne) Pourcentage (%)


Côte d'Ivoire 1 400 000 38
Ghana 734 000 21
Indonésie 580 000 13
Nigeria 485 000 5
Cameroun 199 412 4,9
Brésil 164 553 4,1
Équateur 93 659 3
Malaisie 73 000 1
Autres pays 333 616 10
Source : CNUCED, 2007 : 25

Il ressort du tableau 1 que le Cameroun avec ses 200 000 tonnes, produit 5 % du cacao du
monde alors que le premier producteur est la Côte d’Ivoire qui met sur le marché
1 400 000 tonnes.
Les principaux pays importateurs de fèves de cacao regroupent Les Etats-Unis, l’Allemagne,
la France, le Royaume Uni, et la Fédération de Russie. (CNUCED, 2007). Ces pays importent

11
environ 3 millions de tonnes de cacao (Wikipedia, 2009). Le tableau 2 indique les principaux
pays importateurs de fèves de cacao dans le monde.

Tableau 2 : Les principaux pays importateurs de fève de cacao de 2005 à 2006

Pays importateurs Importation (tonne) Pourcentage (%)


Etats-Unis 915 600 32.7
Allemagne 324 800 11.6
France 288 400 10.3
Royaume Uni 257 600 9.2
Russie 215 600 7.7
Japon 179 200 6.4
Italie 128 800 4.6
Brésil 103 600 3.7
Espagne 106 400 3.8
Mexique 70 000 2.5
Canada 72 800 2.6
Pologne 72 800 2.6
Belgique 61 600 2.2
Source : CNUCED 2007 : 30

Il ressort du tableau 2 que la plupart des pays importateurs de fèves de cacao sont situés dans
la zone tempérée. Les Etats-Unis importent à eux seuls près de 33 % de la production
mondiale de fèves de cacao. Par ailleurs le Brésil qui est un pays producteur fait partie
également des pays importateurs. Le Cameroun n’importe pas de fèves de Cacao.

Au Cameroun, avant la libéralisation de la filière cacao, les prix aux producteurs étaient fixés
par décret présidentiel. Depuis les années 90, la libéralisation de la filière cacao s’est faite
sans mesures d’accompagnement. Les producteurs ont vu leurs revenus décroître. Ils ont alors
adopté une attitude d’expectative par l’exploitation à moindre frais de leurs plantations dans
un contexte d’accès limité au crédit et aux intrants (Alary, 1996 ; Varlet, 2000). C’est ainsi
que d’après le Quotidien Mutations (Sept.2006), les statistiques du Ministère du Commerce
estiment la production cacaoyère de la campagne 2005/2006 à 141 000 tonnes contre 157 000
tonnes pour la campagne précédente. Soit une diminution de plus de 15 000 tonnes en un an.
La figure 1 montre la fluctuation de la production des fèves et les prix de cacao marchand du
Cameroun de 1959 à 2007.

12
200000 1200
180000
1000
160000
140000
800
120000
quantites(en tonnes)
100000 600
Prix
80000
400
60000
40000
200
20000
0 0

60 64 68 72 76 80 84 88 92 96 00 04 08
59/ 63/ 67/ 71/ 75/ 79/ 83/ 87/ 91/ 95/ 99/ 03/ 07/
19 19 19 19 19 19 19 19 19 19 19 20 20
Figure 1: Niveau de production et de prix de cacao au Cameroun de 1959 à 2007
Source : FAO, 2008 : 15

Il ressort de la figure 1 que la production de fèves de cacao au Cameroun varie d’une


campagne à l’autre. Les raisons de cette situation inquiétante avancées par Jarry (1997) sont :
la chute des cours de rémunération, le vieillissement du verger Camerounais (plus de 40 %
des cacaoyers ont plus de 40 ans) qui provoque une baisse des rendements, le vieillissement
des exploitants eux mêmes (35 à 38 % d’entre eux ont plus de 60 ans dans les départements
de la Lékié et du Nyong et So’o), la suppression des subventions qui ne permettent plus aux
exploitants de traiter convenablement leurs vergers, et le manque de main d’œuvre suite à
l’exode rural dans certaines zones, l’augmentation des pertes dues aux différents fléaux en
raison de la chute des traitements phytosanitaires.

2.2.1.4. Contribution du cacao au PIB


D’après la Division des Etudes et Projets Agricoles du Ministère de l’Agriculture et du
Développement Rural (MINAGRI, 1999), les secteurs café cacao ont représenté environ 2 %
du PIB national, 6 % du PIB primaire et à peu près 1/3 du PIB du sous-secteur des produits
agricoles destinés à l’exportation et à la transformation. Au cours des trois dernières années
ayant précédé l’année 1999, les exportations de café et cacao ont représenté près de 28 % des
exportations non pétrolières et 40 % des exportations du secteur primaire. On observe donc
une hausse sensible après la baisse qui avait caractérisé la période 1982-1992, où ces parts
étaient passées respectivement de 55 à 17 % et de 66 à 25 %. Au niveau des recettes internes,
cette Division précise que le poids direct de ces secteurs reste respectivement minime (2 à
3 % par an). Il est par contre important en ce qui concerne sa contribution aux revenus du

13
monde rural dans les zones de production. Environ 110 milliards de FCFA ont été distribués
au cours de ces dernières campagnes à près de 600 000 producteurs.
Les productions de café et cacao jouent donc un rôle essentiel dans l’équilibre de la balance
commerciale du Cameroun et dans l’élaboration du revenu monétaire des populations dans les
zones de production.

2.2.1.5. Agro écologie du cacaoyer


De nombreux facteurs écologiques interviennent pour que le cacaoyer cultivé ait une
croissance régulière, une floraison et une fructification abondante et des poussées foliaires
normales et bien réparties au cours de l’année (Mossu, 1990). Le cacaoyer exige une
température relativement élevée, avec une moyenne annuelle située entre 30-20°C au
maximum et 18-21°C au minimum. Une pluviosité de 1500 mm à 2000 mm par an est
généralement considérée comme la plus favorable.

Le cacaoyer est une plante ombrophile car sa culture traditionnelle s’est toujours déroulée
sous ombrage : ombrage de la forêt naturelle en Afrique, ombrage artificiel procuré par les
arbres à croissance rapide en Amérique et/ou par le cocotier en Asie du Sud-Est et dans le
pacifique. Le maintien d’un ombrage permanent, en limitant les besoins, limite les risques et
assure une régularité de production, même si celle-ci demeure inférieure aux rendements de
plein soleil. Cet ombrage définitif doit être progressivement aménagé pour laisser passer au
maximum 50 % de la lumière. Il peut être d’autant plus léger, jusqu’à laisser passer 75 % de
la lumière totale, que les cacaoyers forment eux-mêmes un couvert régulier assurant leur auto-
ombrage, que le sol est plus riche et mieux approvisionné en eau et les pluies sont plus
régulièrement réparties au cours de l’année. Le sol intervient par ses caractéristiques
physiques et chimiques en étroite liaison avec le climat. En fait, le cacaoyer peut se
développer sur les sols de types très variés mais, il est évident que les sols les plus profonds et
les plus riches se révèlent très nettement plus favorables au développement et à la production
de l’arbre (Mémento de l’Agronome, 2002)

2.2.1.6. Ennemis et maladies du cacaoyer


D’après Nkeng (2002), les ennemis naturels du cacaoyer provoquent de nombreux dégâts. Les
principaux insectes ravageurs sont des punaises des genres Distantiella, Sahlbergella,
Helopeltis et Menalonion. En jeune plantation, les psylles, les chenilles, les thrips et autres

14
insectes détruisent le bourgeon terminal et retardent la croissance de la plante. Pour Jagoret et
al. (2004), la contrainte majeure de la cacaoculture dans toutes les zones de production du
Cameroun est la maladie de la pourriture brune des cabosses due à un champignon
phytopathogène, le Phytophthora megakarya. Les fruits atteints présentent une ou plusieurs
taches brunes, dures au toucher, recouvertes d’un revêtement sporifère blanc crème. Cette
maladie peut aussi se manifester sur les feuilles, dans le bois des rameaux ou des racines où
elle provoque l’apparition des chancres.
D’après Nkeng (2002), la plus importante maladie virale est le "Swollen-Shoot "qui sévit
aussi au Togo et au Ghana et dont l’agent causal est "Cocoa Swollen Shoot Virus (CSSV)".
Elle se manifeste en particulier par l’apparition de gonflement du bois des rameaux, des rejets
ou des racines.

2.2.1.7. Itinéraire technique d’une cacaoyère


Celui-ci peut se définir comme une suite logique et ordonnée d’opérations culturales
appliquées à une espèce ou une association d’espèces cultivées dans le cadre d’un système de
culture (Sebillotte, 1974). Pour Mossu (1990), cet itinéraire comporte les opérations suivantes
: le choix et la préparation du terrain ; la plantation et l’entretien de la plantation ; la récolte
des cabosses et l’écabossage ; et la préparation du cacao marchand (séchage).

L’intensification de l’itinéraire technique d’après Varlet et Tchiat (1991) est une


augmentation quantitative des facteurs de production autre que la terre, et l’augmentation du
rendement n’est que la conséquence de celle-ci.

2.2.2. Importance des espèces ligneuses dans les cacaoyères

D’après Dupriez et De Leener (1993), l’utilité des espèces ligneuses présentes dans les
cacaoyères pour les économistes agraires se situe sur trois plans :
1. la production des biens consommables par l’homme ou par les animaux : fruits,
légumes, graines, fourrages, bois, fibres et médicaments ;
2. celui de la production des services écologiques : limitation de l’érosion hydrique et
éolienne, effet brise-vent, et réduction de la température du sol.
3. celui de la production fertilitaire : dans certains cas, les feuilles, les branches, les fruits
et parfois les racines sont en effet responsables de la production fertilitaire.

15
Du point de vue de la demande au Cameroun, les espèces ligneuses qui entrent dans la
médecine traditionnelle et la pharmacopée sont relativement les plus demandées (Debroux et
Dethier, 1993). Au Burkina-Faso, les feuilles d’Azadirachta indica, Eucalyptus sp et les
fruitiers sont appréciées pour soigner le paludisme et les maux de ventre (Nouvellet, 1992).
Le même auteur souligne que le noyau de l’aiélé (Canarium schweinfurthii) posséderait des
propriétés pharmacologiques notamment pour les soins de dysenterie, l’angine et les rougeurs
fessières du nourrisson. C’est pourquoi dans une communication prononcée au colloque du 4-
5-6 novembre 1993 tenu à Bruxelles (Belgique) Mandjo Medebe Alphonse, chef du
groupement de la boucle du Dja déclare : " La forêt dans laquelle nous vivons est une
pharmacie de surcroît et reste notre seul hôpital"
Ensuite viennent les produits destinés à la consommation locale (condiments, épices,
excitants, et les liants). Ceux destinés à l’exportation arrivent en 3e position et ceux sollicités
par l’industrie sont quantitativement les plus exploités du point de vue volume. Quant à la
diversité, les produits destinés à l’industrie ne sont pas très diversifiés (Ndoye et al., 1999).
Du point de vue de la disponibilité, Koppert et al. (1993) rapportent que les espèces ligneuses
sont les plus disponibles pour toutes les couches de la société, et à la portée de toutes les
bourses, aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain. Quant à l’aspect socio-économique,
Iqbal (1995) souligne que toutes les espèces ligneuses qui entrent dans l’alimentation,
l’artisanat, la construction, la médecine traditionnelle et la pharmacopée jouent un rôle
déterminant dans la gestion de la crise économique au Cameroun. Cet auteur renchérit que
dans les communautés rurales où les prix des matières premières et des cultures de rente ont
drastiquement baissé, l’apport en protéines animales et végétales est assuré dans sa totalité par
les espèces ligneuses. Tous les repas sont à base de feuilles diverses. Il existe des familles de
producteurs de vin de palme de père en fils et d’autres de distilleurs d’ « odontol ». De
nombreuses familles en zone rurale vivent exclusivement de la vente des produits de
l’artisanat. D’autres vivent de la récolte des fruitiers sauvages et de la récolte des différentes
écorces pouvant leur rapporter de l’argent. Les prix des produits pharmaceutiques devenant de
plus en plus élevés, les populations en milieu rural n’utilisent ces produits que dans des cas
d’extrême gravité et au cas où on aurait un parent en ville pour la prise en charge. Dans le cas
contraire, pour de petites affections quotidiennes, ils utilisent les recettes de la médecine
traditionnelle.
En outre, Koppert et al. (1993) ; Iqbal (1995) ; Ndoye et al. (1999) déclarent que dans les
zones urbaines, la situation est presque identique. Bien que la majorité des espèces ligneuses
qui rentrent dans l’alimentation n’apparaissent que saisonnièrement, grâce à leurs prix

16
relativement bas, ces derniers aident beaucoup de ménages en milieu urbain à assurer leurs
repas quotidiens. Dans ce milieu, les planteurs entretiennent des familles entières, grâce à la
revente quotidienne du vin de palme, des fruits et des feuilles des espèces de toutes sortes se
trouvant dans leurs cacaoyères.
En ce qui concerne l’aspect social, Ngala (1997) constate que les revenus que les populations
tant urbaines que rurales tirent des espèces ligneuses représentent une soupape de sécurité
permettant de dégager le trop plein de tension sociale provoquée par la crise économique.
Lorsqu’on a faim, on trouve toujours, à moindre frais, de quoi assurer son alimentation. En
d’autres termes, grâce à l’apport des ligneux, on réussit à des coûts relativement faibles à
avoir une alimentation variée.

2.2.3. Structure et composition des cacaoyères

Les systèmes de cacaoculture du Centre Cameroun sont très diversifiés. Cette diversité se
traduit par leur richesse spécifique mais aussi par les types biologiques qu’on y trouve
(Mekembom, 2005). Ce dernier a effectué une étude dans 46 cacaoyères dans les provinces du
Centre et du Sud du pays (Okola, Mbalmayo, Ebolowa). L’objectif était de déterminer le
potentiel en produits forestiers non ligneux (PFNL) des agroforêts à base de cacaoyer (AFC)
de la zone. Il a principalement comme méthodes de collecte de données l’inventaire et
l’observation.
Il ressort des observations que les cacaoyères de la zone sont stratifiées ou étagées. Elles sont
constituées de trois strates à savoir la strate inférieure très dense constituée des herbes et des
espèces rampantes ; la strate moyenne composée des cacaoyers et des arbustes ; la strate
supérieure constituée des arbres.
Sur la strate constituée d’arbres, le safoutier (Dacryodes edulis), l’avocatier (Persea
americana), le manguier (Mangifera indica), l’emien (Alstonia boonei) et le palmier à huile
(Elaeis guinensis) sont les espèces les plus fréquentes.
Les densités d’arbres à l’ha observées respectivement à Okola, Ebolowa et Mbalmayo sont de
119, 151 et 196 tiges respectivement. Ce qui est très supérieur aux densités habituellement
recommandées dans les principaux pays africains producteurs de cacao :
 En Côte d’Ivoire, les densités des arbres associés au cacaoyer sont comprises entre
17 et 56 tiges par ha (Herzog, 1994) ;

17
 Au Ghana, la recherche agronomique recommande une association cacaoyers-arbres
fruitiers où les arbres sont plantés à une densité moyenne de 10 à 15 tiges à l’ha, et
le cacaoyer à une densité de 1.730 tiges par ha (Padi et Awusu, 2003) ;
Dans la zone humide au Cameroun, Sonwa (2004) a observé à l’ha une densité moyenne de
321 arbres associés aux cacaoyers plantés à une densité de 1.168 plants par ha. Dans la Lékié,
Gockowski et Dury (1999) ont trouvé 165 arbres par ha associés aux cacaoyers. De même
Moneye (2005), et Mekembom (2004) ont révélé une importante richesse en termes d’espèces
dans les AFC dans la province du Centre Cameroun. Ceux-ci ont respectivement trouvé 164,
255 et 204 espèces dans les cacaoyères.
Dans les systèmes de cacaoculture, de nombreuses espèces sont associées au cacaoyer dans le
but de gérer, au sein des cacaoyères, d’autres espèces qui peuvent améliorer le revenu du
système et épargner ainsi les producteurs des fluctuations des cours sur le marché
international (Sonwa et al., 2002).
Pendant la mise en place d’une cacaoyère, certaines espèces (Cola spp. ou colatier,
Terminalia superba ou fraké) sont laissées volontairement sur la parcelle (Duguma et al.,
1998). Les investigations faites au Sud du Cameroun, vers la frontière du Gabon et celle de la
Guinée Equatoriale montrent que les cinq espèces d’arbres fruitiers que les producteurs
préfèrent introduire dans leurs cacaoyères sont : le Dacryodes edulis, le Persea americana, le
Mangiféra indica, le Citrus sinensis et le Citrus reticulata (Sonwa et al., 2000). Par contre,
dans la zone de transition entre la forêt et la savane, Gockowski et Dury (1999) ont noté la
présence dans les cacaoyères, outre les espèces déjà citées, des espèces telles que Elaeis
guinensis, Cola spp., Carica papaya et Irvingia gabonensis.

2.2.4. Production et rendement des systèmes de cacaoculture

2.2.4.1. Production et rendement du cacaoyer


La production en cacao varie avec les conditions du milieu. Dans un même pays, elle peut
aussi varier d’une région à l’autre, et en fonction de l’intensité des techniques culturales
(Burle, 1961).
Au Ghana, Wessel et Gerritsma (1993) ont obtenu les rendements de 12, 14, 39 et 48 cabosses
par arbre, respectivement dans les conditions d’ombrage, sous ombrage avec fertilisant, sans
ombrage et sans ombrage avec fertilisant.

18
Par contre, en Côte d’Ivoire, dans les conditions d’ombrage, de plein soleil avec application
d’engrais et de plein soleil sans application d’engrais, les rendements de 25, 69 et 62 cabosses
par arbre et par an ont été respectivement obtenues (N’goran, 2003).
Au Nigeria, la production annuelle du cacaoyer sous ombrage est de 580 kg par ha (Okuneye
et al., 2003).
Au Cameroun, la production annuelle du cacaoyer sous ombrage est de 300 kg par ha (Losch
et al., 1991). Dans ce pays, Sonwa (2004) a toutefois constaté, dans des conditions d’ombrage
avec application des pesticides, et dans des conditions d’ombrage sans pesticide, que la
production est respectivement de 11 et 5,5 cabosses par tige et par an. Selon le même auteur,
au Sud Cameroun, cette production est comprise entre 258 et 445 kg par ha.
Dans la Lékié où la gestion de la cacaoyère est intensive, la production en cacao atteint 600
kg par ha et par an. Au contraire, dans le Sud Cameroun où la gestion du verger de cacaoyers
est extensive, la production de cacao est d’environ 270 kg par ha et par an (Sonwa et al.,
2002).
Ces résultats recoupent ceux obtenus par Hietet (2005) dont l’étude avait pour but d’estimer la
valeur socio-économique des agroforêts à base de cacao dans la zone du Centre Sud, dans les
départements de la Lékié, de la Mefou Afamba et de la Mvila. Il ressort de cette étude que le
département de la Lékié est le site de production où le rendement en cacao est le plus élevé
(575 kg par ha et par an). Il est suivi par le département de la Mefou Afamba et par celui de la
Mvila où le verger de cacaoyer produit en moyenne respectivement 342 kg et 337 kg par ha et
par an.

2.2.4.2. Production et rendement des arbres associés


Dans les systèmes de cacaoculture du Sud-Cameroun, Dacryodes edulis, Irvingia gabonensis
et Ricinodendron heudelotii peuvent produire respectivement 1,5 ; 0,65 et 1,87 unités de fruits
par arbre et par an. Un sac de ces fruits pèse respectivement : 68, 56 et 84 kg (Ndoye, 1995).
Dans les systèmes de cacaoculture des zones de transition entre la forêt et la savane au
Cameroun, Persea americana et Mangifera indica peuvent produire respectivement 140 et
130 kg de fruits par arbre et par an (Massein, 2000).
En plus de nombreux arbres fruitiers que gèrent les cacaoculteurs dans leurs exploitations, il
existe de nombreuses plantes médicinales comme Alstonia booneii, des bois d’œuvre de haute
valeur comme Terminalia superba et Milicia excels (Iroko), des bois de chauffage et des
espèces fertilisantes (Ceiba pentandra ou fromager) (Sonwa et al., 2002).

19
Boyer (1973) a estimé que la production en bois de chauffe des cacaoyères est comprise entre
1.360 et 2.450 kg par ha. Jimenez et Beer (1999) ont montré qu’au Sud-Cameroun, la chute de
litière sous cacaoyère due à Terminalia ivorensis favorable à la fertilisation est estimée à 91,5
m3 par ha.

2.2.5. Revenu des systèmes de cacaoculture

2.2.5.1. Revenu du cacao


Au Cameroun, la vente du cacao est une source de revenu importante pour les exploitants.
C’est le cas des décennies 80 où la cacaoculture contribuait entre 50 et 75 % du budget total
d’environ 90 % des ménages au Centre et au Sud du pays (Leplaideur, 1985).
Aujourd’hui, le cacaoyer demeure la principale culture de rente des ménages ruraux et elle
représente jusqu’à 48 % du revenu total des ménages dans la zone du Centre-Sud du
Cameroun (Hietet, 2005). Les enquêtes effectuées par cet auteur dans la Lékié, la Mefou
Afamba et la Mvila révèlent d’ailleurs que les recettes liées au cacao dans chacun des sites
étudiés étaient respectivement de 375.430 FCFA, 216.200 FCFA et 201.675 FCFA par ha.

2.2.5.2. Revenu des arbres associés


Une bonne gestion des plantes associées au cacaoyer pourrait améliorer le revenu des
producteurs (Obiang, 1998). L’étude réalisée par Hietet (2005) a montré que Dacryodes
edulis, Citrus reticulata, Persea americana, Ricinodendron herdeloti et Citrus limon sont les
espèces les plus rentables dans la Lékié. Lorsque les productions des arbres fruitiers associés
au cacaoyer ne sont pas commercialisées, elles sont destinées à l’autoconsommation. Soixante
pour cent de la production de Dacryodes edulis provenant des cacaoyères de la Lékié sont
ainsi consommés par les ménages et le reste, qui est commercialisé, procure un revenu de
4050 à 36 000 FCFA par an. Le bois d’œuvre provenant des cacaoyères contribue à la
construction et à l’alimentation du commerce local en bois d’œuvre (Vandijk, 2000).

2-3- DYNAMIQUE DES CACAOYERES.


La crise cacaoyère a des répercussions chez tous les planteurs dans la composition de leurs
parcelles. Les réactions de ces derniers dans leurs cacaoyères témoignent des différentes
stratégies adoptées suite à la fluctuation du prix du cacao. Massein ﴾2000﴿ constate que 80 %
des cacaoculteurs ont réduit la proportion de cacaoyers parmi les espèces pérennes plantées.
Pour lui, ces variations dépendent de la fluctuation en hausse où en baisse du cacao. Ainsi,

20
lors de la remontée des prix du cacao, la proportion de cacaoyers plantés augmente et lorsque
le prix baisse la proportion diminue.

Pour Massein ﴾2000﴿, la crise cacaoyère a deux conséquences importantes sur les stratégies
des planteurs par rapport aux cultures pérennes de diversification :
 Elle déclenche un mouvement de désintéressement des producteurs face aux fruitiers
extensifs,
 Elle oriente également certains d’entre eux vers une spécialisation sur les cultures
fruitières intensives.
La stratégie consécutive aux variations de prix du cacao est liée à l’importance économique
de ce produit dans leurs systèmes de cultures pérennes. Par conséquent, la sensibilité des
systèmes de cultures pérennes à la variation des prix du cacao est une caractéristique
déterminante dans le choix des producteurs. Ainsi, lorsque les prix du cacao ont chuté, ces
producteurs investissent dans un système plus diversifié et ce d’autant plus qu’ils étaient
auparavant spécialisés sur le cacao. Par conséquent, le degré de spécialisation dans les
exploitations a tendance à diminuer et à s’homogénéiser.

21
CHAPITRE 3 : METHODOLOGIE

Ce chapitre présente la zone d’étude, les raisons du choix de la zone d’étude, le choix et la
taille de l’échantillon, les types de données collectées, et les outils utilisés pour analyser les
données.

3.1. CHOIX DE LA ZONE D’ETUDE


Notre étude a été menée dans la région du Centre du Cameroun. Le cacaoyer y trouve des
conditions idéales de croissance, et de ce fait, occupe 60 % des surfaces cultivées. (Jagoret et
al., 2006). Pour le même auteur, le cacaoyer est la principale culture de rente et par
conséquent la principale source de revenu des producteurs. Cette région fourni également plus
de 60 % de la production nationale du cacao.

L’étude s’est déroulée dans les zones de Bokito, Ngomedzap et Zima. Le choix de ces zones
a été guidé par l’existence d’organisations de producteurs de cacao viables, volontaires et
susceptibles de devenir des interlocuteurs privilégiés des chercheurs impliqués dans
l’opération de recherche. De plus ces zones de production ont été identifiées en fonction du
découpage administratif et de manière à couvrir un maximum de diversité (histoires des
cacaoyères, conditions pédoclimatiques, végétations et reliefs).

Enfin, le choix de ces zones correspond à celles d’action du projet Fond de Solidarité
Prioritaire (FSP) régional cacao dont les travaux de recherche sont réalisés sur la base des
critères de différenciation suivants :
 Bokito, est une zone caractérisée par des conditions pédoclimatiques jugées
marginales pour la culture du cacaoyer, mais qui présente une dynamique de
plantation qui lui est propre (absence de front pionnier, intensification des pratiques
culturales, et cacaoyères installées sur savane) ;
 Ngomedzap, est situé dans la zone cacaoyère en déclin où dominent les plantations
âgées qui produisent peu ;
 Zima est une zone de cacaoculture stabilisée qui entame son déclin suite au
vieillissement des vergers, concomitant à la baisse de fertilité.

22
3.2. PRESENTATION DE LA ZONE D‘ETUDE
L’étude est conduite dans la région du Centre et plus spécifiquement dans les zones de Bokito
(Département du Mbam et Inoubou), Ngomedzap (Département du Nyong et So’o) et de Zima
(Département de la Lékié)
A Bokito, nous avons travaillé plus spécifiquement dans le village de Bakoua. Dans la zone
de Zima, les cacaoyères étaient situées dans les villages de Leki-Assi et Ezezang-Esséle. A
Ngomedzap, nous avons travaillé à Abod-Mveng et Tiga. La figure 2 indique la localisation
géographique de la zone d’étude.

Figure 2: Localisation des bassins de production de cacao au Cameroun et la Zone d’étude


Source : FSP, 2004 :12

3.2.1. Milieu physique

Le tableau 3 présente les principales caractéristiques pédo-climatiques des trois zones d’étude.

23
Tableau 3: Caractéristiques physiques des trois zones de l’étude

Caractéristiques
Ngomedzap Zima Bokito
physiques
Pluviométrie
1.700 à 1.800 mm 1.400 à 1.500 mm 1.300 à 1.500 mm
moyenne annuelle
- Petites collines
- A l’ouest : hautes - Collines de plateaux
surbaissées et plateaux
collines complexes à fortement ondulées ;
légèrement ondulés ;
sommets supérieurs à 900 -Collines relativement
Relief - Plaines à talwegs très
m; accidentées ;
peu marquées, réseau
- A l’est : collines - Plaines faiblement
diffus et souvent
largement ondulées. ondulées avec bas- fonds.
marécageux.
- Savanes arbustives à
raphiales ;
- A l’ouest : forêt dense
-Paysage forestier - Forêts-galeries ;
sempervirente ;
Végétation domestiqué et culture - Savanes herbacées à
- A l’est : forêt mixte
arbustive. hypparthenia,
dégradée.
cypéraceas ou
graminées diverses.
- Sols ferrallitiques
moyennement désaturés,
-A l’ouest : rochers nus, appauvris, à faciès ocre ;
sols peu évolués lithiques, - Sols ferrallitiques
- Sols faiblement
ferrallitiques fortement moyennement désaturés
désaturés rajeunis ;
désaturés, typiques ou avec érosion et
Nature des sols - Sols faiblement
rajeunis, ocre à jaune ; remaniement à faciès
dominants désaturés rajeunis,
-A l’est, sols ferrallitiques ocre ;
appauvris et
fortement désaturés, faciès - Sols ferrallitiques
hydromorphes.
jaune-rouge, ocre et jaune moyennement désaturés, à
en bas de pente. faciès jaune,
hydromorphes de bas-
fonds.
Source : Santoir et Bopda, 1995 :22

24
Climat
Le climat de la région du Centre est de type guinéen avec des températures moyennes
annuelles de 25°C. La pluviométrie, comprise entre 1.500 et 2.000 mm par an est répartie en
deux saisons bien distinctes permettant deux cycles de culture et un calendrier cultural bien
étalé avec semis et récolte échelonnés (Ambassa- kiki et Tiki, 1993).
Le cacaoyer est une plante exigeante en termes de climat. Sa culture nécessite une
température relativement élevée avec une moyenne annuelle située entre 30-32º C au
maximum et 18-21º C au minimum. Le minimum absolu est de 10° C ; la moyenne des
minima quotidiens doit être supérieur à 15° C.
Le même auteur souligne que la pluviométrie est le facteur affectant le plus la variabilité
interannuelle des rendements. L’optimum de pluviométrie se situe entre 1500 et 2000 mm par
an. Les pluies doivent être abondantes et surtout bien réparties tout le long de l’année sans
qu’il ait plus de 3 mois de saison sèche avec 100 mm de pluie par mois.

Relief

L’ensemble de la zone présente un relief assez plat. L’altitude moyenne est de l’ordre de 440
m (Santoir et Bopda, 1995).

Sols

Trois grands types de terres, dont la fertilité diminue lorsqu’on passe, du Nord au Sud de la
zone de savane à la zone forestière, peuvent être distingués (Ambassa-kiki et Mvondo, 2001) :
- les terres jaunes des savanes péri-forestières. Elles concernent principalement la
zone de forêt savane localise dans le Département du Mbam et Inoubou. Ces terres
sont parfois peu profondes. Elles sont bien drainées et présentent généralement une
nappe de gravats à une profondeur variable. Leurs propriétés chimiques sont bonnes
en dehors de leurs faibles teneurs en matières organiques ;
- les terres rouges moyennement désaturées sur roches acides. Elles sont localisées
dans le Département de la Lékié .Ce sont des terres profondes et bien drainées.
Leurs propriétés chimiques sont comparables à celles des terres ocres des savanes
péri-forestières ;
- les terres fortement désaturées rouges et jaunes. Elles sont présentes dans le
Département du Nyong et So’o. Ce sont des terres de très faible valeur agricole.
Elles sont en général profondes et bien drainées, avec parfois un horizon

25
gravillonnaire ou une cuirasse ferrugineuse à faible profondeur. Elles ont une
acidité élevée qui accentue la pauvreté en bases échangeables. Ces sols sont
pratiquement pauvres en éléments nutritifs et nécessitent d’importants apports
d’engrais. Les terres de bas fonds son plus acides et plus appauvries.

Le cacaoyer se développe sur des sols de types très variés mais, à conditions climatiques
équivalentes, il est évident que les sols les plus profonds et les plus riches se révèlent très
nettement plus favorables au développement et à la production de l’arbre.

Végétation

Selon Anon (2000), la végétation est stratifiée, du Nord au Sud de la région du Centre, de la
façon suivante :

Le Département du Mbam et Kim sont assimilés à la zone post-forestière ou la forêt,


fortement défrichée pour les cultures demeurent le long des cours d’eau et sur les crêtes des
collines alors que la savane arborée riche en Imperata cylindrica occupe le reste du territoire ;

Dans le Département de la Lékié, la forêt devient semi-décidue, riche en celtis et en


Sterculiaceae, et la végétation est influencée par les défrichements ;

Le Département du Nyong et So’o, où l’influence de la forêt Congolaise est fortement


ressentie, est principalement occupé par la forêt humide, hémi-ombrophile à Sterculiaceae

La zone d’étude est caractérisée par deux formations végétales distinctes.

Milieu humain

La population des zones d’étude est principalement constituée de l’ethnie Yambassa dans le
Mbam et Inoubou, et de l’ethnie Béti dans la Lékié et le Nyong et So’o. A Bokito, les langues
parlées sont le Mmala et le Gounou ; à Ngomedzap, c’est l’Ewondo et à Zima, l’Eton.
La superficie du département du Mbam et Inoubou est la plus grande des trois départements
considérés et la densité de population y est plus faible que celle des autres départements. Le
tableau 4 ci dessous présente la superficie, la population et la densité de population dans les
trois Département de la zone d’étude (MINPAT, 2000).

26
Tableau 4: Superficie, population et densité de la population des trois départements
d’étude

Départements Superficie Nombre hbts Densité


(km2) en 1995 (hbts/km2)
Nyong et So’o 3.580 132.871 37
Mbam et Inoubou 7.125 205.834 29
Lékié 2.990 332.394 111
Source : MINPAT / Projet PNUD-OPS CMR, 2000:34

La principale activité économique commune aux trois sites est la cacaoculture qui occupe plus
de 60 % de la population active. Les autres activités économiques sont le maraîchage, la
culture de vivriers, le petit commerce, la pêche et la chasse.

3.3. COLLECTE DES DONNEES


La collecte des données a concerné les données secondaires et primaires.

3.3.1. Les données secondaires

Les données secondaires ont été obtenues dans les structures suivantes : Herbier National
(Yaoundé), les bibliothèques de la FAO (Yaoundé), de l’IITA (Yaoundé), de l’IRAD de
Nkolbisson ; de l’Université de Dschang et de la bibliothèque privée de mon encadreur.

3.3.2. Les données primaires

Les données primaires sont celles recueillies sur le terrain. Elles ont été collectées en quatre
phases de Mars à juillet 2009.

3.3.2.1. Choix de la Population

Le choix de la population des producteurs a été aussi guidé par l’existence locale
d’organisations de producteurs de cacao viables, volontaires, et susceptibles de devenir des
interlocuteurs privilégiés des chercheurs impliqués dans l’opération de recherche.

27
Au Cameroun, les producteurs de cacao sont regroupés en Groupement d’Initiative Commune
(Gics), en Union de Gics, puis en Confédérations. La sélection préalable, puis les premiers
contacts avec les organisations de producteurs de cacao partenaires du projet d’Appui aux
Stratégies Paysannes et à la Professionnalisation de l’Agriculture (ASPPA), financé par la
Coopération Française. Ainsi, six unions de Gics, appartenant à trois fédérations de
producteurs de cacao, et regroupant 69 Gics. Soit 4.189 producteurs en 2003 ont ainsi été
identifiés et ont collaboré dans le cadre d’une enquête menée par le projet ASPPA. Le tableau
5 présente l’organisation de producteurs impliqués dans le projet.

Tableau 5: Organisations de producteurs de cacao impliquées dans le projet ASPPA en


2003.

Zones Fédérations Unions Gics Producteurs


Ugicaked 04 114
Bokito Fuprocam
Ugicabo 17 950
Zima Fuprocale Ugiplacale 24 1592
Ugiset 05 213
Ngomedzap Fuprocam
Ugicaabo 05 120
Source : Jagoret et al, 2006 : 23

Suite au lancement des activités du projet FSP, l’opération de recherche intitulée


« Intensification raisonnée du verger camerounais par l’identification des systèmes de
production compétitifs et durables », conduite dans le cadre de ce projet a débuté en 2003.
L’opération de recherche était basée sur une approche participative et sur une approche
pluridisciplinaire. Elle visait à la fois l’identification des systèmes de cacaoculture les plus
performants du Centre-Cameroun, et la transformation des systèmes de culture basés sur le
développement de « front pionniers » vers des systèmes viables et stabilisés.

Ainsi l’identification des chronoséquences s’est faite grâce à l’âge dominant des cacaoyers de
la parcelle. Les informations récoltées concernant la cacaoyère ont été relatives au rendement
annuel du cacaoyer. Toutes les parcelles ont fait l’objet de plusieurs études : caractérisation
des producteurs de cacao, caractérisation des facteurs de production, caractérisation de
l’assolement, caractérisation du verger de cacaoyers, caractérisation de l’itinéraire
technique par Jagoret et al., (2006).

3.3.2.2 .Taille de l’échantillon


Les producteurs qui constituent le réseau du projet FSP, ont été réorganisés en 2007 dans le
cadre du projet Renforcement des Partenariats dans la Recherche Agronomique au Cameroun

28
(REPARAC) par les membres de l’équipe du « programme Plantes Stimulantes ». Les études
portaient sur 60 cacaoyères réparties de façon équitable dans les trois zones d’étude de
manière à : tester la pérennité des producteurs des SAFC, et à mettre en évidence les
différences de production selon un gradient pédoclimatique.
Ainsi les critères de choix des cacaoyères étaient les suivantes :
 disposer d’une gamme de cacaoyères représentative des différents stades de
développement ;
 de repérer des zones ayant subit des enquêtes du projet ASPPA en 2003 (nombreuses
données disponibles) ;
 disposer des systèmes de cacaoculture représentatifs de la diversité de la zone ;
 de repérer des zones homogène du point de vue foncier ;
 de regrouper le dispositif de recherche ;
 de sélectionner les producteurs de cacao volontaires ;
 disposer d’une ou de plusieurs cacaoyères à moins de 30 minutes de marche ; et
 disposer des cacaoyères entretenues, et non marquées par un accident de parcours
majeur.

Dans le cadre de cette étude, l’échantillonnage des producteurs a été réalisé à partir des listes
réorganisées. La liste présente dans le tableau 6 à constituer notre base de sondage (Ardilly,
1994 ; Grais, 2000).

Tableau 6: Répartition des cacaoculteurs et des cacaoyères par zones d’étude et par
sites.
Zones Sites Producteurs Cacaoyères
Bokito Bakoua 13 19
Ngomedzap Abod-Mveng 5 6
Tiga 6 8
Zima Ezezang-Esséle 3 5
Leki-Assi 8 12
Total 35 50

3.3.2.3. Elaboration des questionnaires

Les données primaires ont été collectées à l’aide de plusieurs outils :


 une grille d’observation (Annexe 2). Elle a servi à inventorier les différentes espèces
d’arbres fruitiers et d’arbres forestiers, autres que le cacaoyer, présentes dans chaque

29
verger de cacaoyers et à déterminer les espèces introduites par l’exploitant et celles qui
se sont développées spontanément.
 un questionnaire adressé aux cacaoculteurs des différents sites d’étude (Annexe 3).
L’inventaire s’est fait en la présence d’un guide interprète et du planteur. Ces deux personnes
avaient pour rôle d’identifier les espèces, de donner leurs noms communs et leurs noms
vernaculaires et, enfin, de veiller à ce que le décompte de différents arbres se déroule dans les
limites de la plantation.
Ce questionnaire a pour but de caractériser les producteurs, les cacaoyères et d’évaluer
l’impact de la fluctuation du prix de cacao marchand sur les stratégies de conduites des
cacaoyères. Enfin, l’objectif de cette grille était d’inventorier les raisons pour lesquelles ces
différentes espèces ont été maintenues dans les cacaoyères par les exploitants ou ont été
introduites par ces derniers.

3.3.2.4. Méthodes d’enquêtes


La première phase relative à l’inventaire s’est déroulée de Mars et Mai 2009. Une fiche
d’inventaire portant mentions les noms vernaculaires, les noms pilotes, les noms scientifiques
et les familles des espèces associées a été utilisée dans 50 cacaoyères réparties respectivement
dans trois zones. Pour y arriver, la méthodologie suivante a été retenue :
 la description physique des parcelles a consisté à sa délimitation afin d’en estimer la
superficie. Les données ont été prélevées d’une part à l’aide d’un décamètre et d’autre
part à l’aide d’une boussole et consignées dans une fiche conçue pour la circonstance;
 la description horizontale a concerné l’inventaire des espèces ligneuses ;
 l’inventaire proprement dit a consisté pour chaque agroforêt ciblée à un comptage
systématique de toutes les espèces végétales ligneuses présentes dans la cacaoyère.
Les parcelles ont été entièrement inventoriées et les données consignées dans une
fiche d’inventaire. L’identification de ces espèces s’est basée sur les noms
vernaculaires en Yambassa, Eton et Ewondo selon la zone. Les correspondances en
noms communs et noms scientifiques ont été rendues possible grâce aux lexiques de
botanique de Vivien et Faure (1985) et au guide pratique d’identification des arbres de
la Guinée Equatoriale de Wilks et Issembé (2000). Les échantillons (feuille, écorce, et
fruits) des espèces ne pouvant être immédiatement identifiés ont été récoltés et
envoyés à l’Herbier National pour identification.

30
En plus de cette méthodologie utilisée par Messie (2007), nous avons chaque fois que cela
était nécessaire ajouté ou retranché des espèces oubliées au cours de l’inventaire. Il faut noter
que des ajouts sont dus au fait que les producteurs ont supprimé des espèces entre la période
où l’inventaire était réalisé et le moment de la mise en application de la méthode de
distribution des cailloux (MDC). Dans un souci éventuel de maîtrise du nom des espèces
ligneuses, les travaux d’inventaire ont été faits grâce à la collaboration de producteurs
Yambassa, Eton et Ewondo afin de mieux appréhender ces espèces ligneuses et d’avoir le
maximum d’information.
La deuxième phase relative à la méthode d’évaluation à dire d’acteur s’est déroulée de Mai à
juillet 2009. Pour cela, afin de pouvoir hiérarchiser les composantes via une unité commune,
nous nous sommes intéressés à l’importance attribuée aux différents usages par le producteur
lui-même. Ainsi nous avons appliqué la Méthode de Distribution des Cailloux (MDC) qui
repose sur la quantification de l’importance relative par les producteurs et part du principe que
les populations locales sont les plus aptes à estimer ce qui est important pour elles (Sheil et
al.,2004). L’exploitant réparti 100 unités (dans notre cas des noix de palmistes) sur une feuille
de papier présentant un tableau croisant les espèces présentes sur la parcelle et les différents
usages ou fonctions considérés : autoconsommation familiale, vente, utilisation du bois de
chauffe et du bois d’œuvre, ombrage créé, fertilité, médicinales et social (dons fait aux autres
membres de la communauté, rites, coutumes, et autres. La notion d’importance est propre à
chaque individu, il y a donc variabilité des estimations selon l’exploitant mais la méthode
permet une estimation holistique de préférence. Pour aider et suivre le raisonnement du
producteur, la question posée est « pourquoi tel individu de telle espèce est conservé ? ». Il est
essentiel de noter les justifications de l’exploitant car elles permettent d’entrevoir la logique
productive ainsi que le mode de gestion de la parcelle (Wagler, 2007). De plus, il faut
s’assurer que le planteur exprime l’importance attribuée aux individus de l’espèce présents
dans la parcelle et ensuite celle accordée de manière générale. Pour cela, la distribution des
cailloux se fait dans les parcelles et après une lecture commune de la liste des espèces
présentes.
Les résultats de la MDC ont permis de calculer l’importance globale accordée à chaque
espèce, mais aussi à chacune des fonctions de cette espèce.
Les producteurs ont été soumis à trois exercices:
- le premier exercice a consisté à disposer les noix de palmistes dans le tableau croisé de
l’importance relative (Annexe 1) en tenant compte du prix de cacao actuel;

31
- le second exercice a consisté à disposer les noix de palmistes en tenant compte du prix
du cacao le plus faible déterminé par les planteurs ;
- le troisième exercice a consisté à disposer les noix de palmistes en tenant compte du
prix du cacao le plus élevé déterminé par le producteur.

3.4. ANALYSE DES DONNEES


L’analyse des données a pour but d’apporter une réponse à chacun des objectifs spécifiques et
par conséquent d’apporter une réponse à la question de recherche initiale. Le dépouillement
de la fiche d’inventaire (annexe 2) s’est fait manuellement. Les données finales résultantes ont
tout d’abord été contrôlées avant d’être saisies sur le logiciel Microsoft Office Excel 2003. Les
données collectées à partir du questionnaire (confère annexe 3) ont été saisies sur le logiciel
Microsoft Office Excel 2003. Ensuite elles ont été transférées sur le logiciel R (version 2.7.0)
pour apurer les données, faire des simulations d’analyses univariées et multivariées. Enfin,
analysées sur les logiciels Statistical Package for Social Sciences (SPSS) version 12.0 et
Microsoft Office Excel 2003.

Les analyses effectuées ont consisté à la statistique descriptive (somme, fréquence,


pourcentage et tableaux croisés des résultats) et aux graphes interactifs.

Analyse descriptive du peuplement

Afin de caractériser les peuplements d’espèces associées, nous avons utilisé l’indice de
Sorensen et calculer les densités des arbres dans les cacaoyères.
L’indice de Sorensen (K) ou similitude floristique (Betti, 2001) est obtenu par l’application
de la formule :
2a
K
2a  b  c
a est le nombre d‘espèces communes aux deux sites ;
b est le nombre d’espèces propres à l’échantillon 1 ;
c est le nombre d’espèces propres à l’échantillon 2.

Plus la valeur de l’indice s’approche de 1, plus la composition floristique des deux sites est
proche. Pour K= 0, Il n’y a aucune espèce en commun sur les deux zones.
L’indice de diversité considéré ici est le plus couramment utilisé dans la littérature.

32
Les densités des arbres
D = n/s
D: densité;
n: nombre total de pieds par parcelle ;
s: surface de la parcelle (ha)
La méthodologie indiquée dans ce chapitre à permis de collecter, analyser et discuter les
résultats obtenus conformément aux objectifs spécifiques et hypothèses que nous nous
sommes fixés et que nous présentons au chapitre 4.

33
CHAPITRE 4. RESULTATS : PRESENTATION, ANALYSE ET
DISCUSSION

Ce chapitre présente, analyse et discute les résultats obtenus conformément aux objectifs
spécifiques que nous nous sommes fixés à savoir :
- d’identifier les différentes espèces ligneuses autres que le cacaoyer présentes
dans les cacaoyères ;
- de déterminer l’importance relative qu’accordent les producteurs aux différents
usages et espèces présentes dans les cacaoyères ; et
- d’évaluer l’impact de la fluctuation du prix du kg de cacao marchand sur les
stratégies de conduite des systèmes de cacaoculture par les producteurs.

4.1. CARACTERISTIQUES DES PRODUCTEURS


Les caractéristiques des producteurs de cette étude concernent : l’âge, la situation
matrimoniale, le niveau d’instruction et d’alphabétisation, le nombre d’enfants, et les activités
secondaires.

4.1.1. Age des producteurs

La figure 3 présente les informations sur l’âge des producteurs dans les trois zones d’étude.

35
30
Pourcentage de

25
producteurs

Bokito
20
Ngomedzap
15
Zima
10
5
0
[20 ; 30 ans[ [30 ; 40 ans[ [40 ; 50 ans[ [50 ; 60 ans[ [60 ans et +[
Tranches d'age

Figure 3: Distribution des producteurs par tranches d’âges et par zone

Il ressort de la figure 3 que 97 % des producteurs sont mariés avec une moyenne de 6 enfants
par ménage dont 3 filles et 4 garçons. Les producteurs (100 %) de la zone d’étude, sont des

34
hommes dont l’âge varie de 23 (Zima) à 74 ans (Bokito) avec une moyenne de 50 ans.
Cinquante quatre pourcent des producteurs ont moins de 50 ans. Ceci est le corollaire d’une
natalité encore élevée et d’une mortalité infantile faible (Minpat, 2000). Ces résultats sont
proches de l’âge moyen des producteurs qui est de 55 ans (R.C, 1987). .

4.1.2. Ethnie des producteurs

La figure 4 présente la répartition spatiale des producteurs par ethnies dans les zones d’étude.
Bokito Ngomedzap Zima

40
35
30
Pourcentage

25
20
15
10
5
0
Beti Ew ondo Eton Yambassa
Ethnie des Producteurs

Figure 4: Répartition spatiale des producteurs par ethnie par zone (en %)

Il ressort de la figure 4 que la zone d’étude est composée de quatre ethnies à savoir : Béti (3
%), Ewondo (29 %), Eton (31 %), et de Yambassa (37 %). La zone de Bokito est composée à
majorité de Yambassa (37 %), celle de Zima d’Eton (31 %) et enfin la Zone de Ngomedzap
est composée de Béti (3 %) et des Ewondo (29 %). "Malgré la diversité d’ethnies et de
dialectes, ils se comprennent et ont des coutumes, des traditions ainsi qu’une littérature orale
commune" (MINPAT 2000 : 20). La correspondance des noms vernaculaires a été obtenue
dans le cadre de cette étude grâce a cette similitude de dialectes.

4.1.3. Niveau d’éducation formelle des producteurs de cacao

Le niveau d’éducation des producteurs peut constituer un élément central pour la


compréhension des méthodes intégrées à la pratique de l’agriculture. Cependant, il n’est
généralement pas élevé en zone rurale. Cette éducation permet aux producteurs de mieux
développer les stratégies de diversification des plantations, et d’amélioration de leur niveau
de vie à travers des courtes formations. Le tableau 7 présente la répartition des producteurs de
cacao par zone et niveau d’éducation formelle.

35
Tableau 7: Répartition des producteurs de cacao par zone et suivane le niveau
d’éducation formelle (%)

Zones
Libellé Total
Bokito Ngomedzap Zima
Sans niveau 2 ,9 2,9 2 ,9 8,6
Primaire 20,0 2,9 8,6 31,4
Secondaire 14,3 25,7 20,0 60,0
Total 37,1 31,5 31,4 100

Il ressort du tableau 7 que 60 % des producteurs ont fait le secondaire et le primaire. Il n’y a
que 9 % d’analphabètes. Il est donc claire que 91 % des producteurs peuvent lire et écrire et
de même peuvent constituer des interlocuteurs privilégiés de la recherche, servir de cible pour
l’adoption, l’innovation et le transfert de technologie. C’est une opportunité pour le
changement des agents comme l’indique Rogers (1983) qui pense que « Earlier adopters are
more likely to be literate than later adopters » (P.45). De plus, ce niveau d’éducation élevé
constitue un atout pour les producteurs qui peuvent jouer le rôle de leaders ou de responsable
de groupe et même de constituer de véritables intermédiaires entre le monde rural et les
partenaires extérieurs (Fongang, 2008 b).

4.1.4. Les activités secondaires exercées par les producteurs

Dans les zones d’étude, en plus de la cacaoculture, les producteurs ont d’autres activités qui
leur procurent des revenus. On peut citer : l’élevage, le commerce, l’enseignement, et la
maçonnerie. La figure 5 présente la répartition en proportion des producteurs exerçant ou non
une activité secondaire.
70
60 Pas d'Activité
Pourcentage

50 Secondaire
40
30 Activité
20 Secondaire
10
0
l
ito ap m
a ta
ok z Zi To
B ed
m
go
N
Zones

Figure 5: Pourcentage des producteurs exerçant ou non une activité secondaire

36
Les résultats de la figure 5 révèlent que 63 % des producteurs de cacao exercent une activité
secondaire contre 37 % qui n’en exercent pas. Vingt trois pour cent des producteurs de
Bokito n’exercent aucune activité secondaire. Ceci est dû au fait que dans cette zone les
cacaoyères sont pour la plupart diversifiées avec des arbres fruitiers qui leur procurent une
partie importante de leur revenu. Mais il faut dire que les producteurs eux mêmes ne se
considèrent pas comme commerçants. Par contre dans les zones de Zima et de Ngomedzap,
respectivement 31 % et 17 % des producteurs exercent une activité secondaire. Ceci
s’explique par le fait que la cacaoculture ne leur procure pas l’essentiel du revenu de leur
ménage. Par conséquent, ils passent la plupart de leur temps à faire soit de l’élevage et du
commerce. De plus, sur l’ensemble des enquêtés un seul des producteurs est un enseignant
salarié. Les producteurs de la zone d’étude ont pour la plupart une ou plusieurs cacaoyères
réparties dans leurs villages.

En somme, sur l’ensemble de la zone d’étude, 97 % de producteurs mariés ayant en moyenne


6 enfants répartis en 3 filles et 4 garçons. Les résultas de l’enquête montrent que la majorité
(54 %) des producteurs ont moins de 50 ans. Ceux-ci sont répartis au sein de quatre ethnies
(Beti, Ewondo, Eton, et Yambassa) dominé par les Yambassa (37 %). Quant au niveau
d’éducation formelle, il est constitué de 91 % de producteurs pouvant lire, écrire et même à
mesure de penser en développant diverses activités secondaires susceptibles de leurs procurer
une part importante des revenus. Mais il faut dire que loin des 63 % des producteurs exerçant
une activité secondaire, tous trouvent une satisfaction au sein des AFC dont les
caractéristiques sont présentées dans la section suivante.

4.2. CARACTERISTIQUES DES CACAOYERES ET DES ESPECES ASSOCIEES


Les caractéristiques concernent les cacaoyères dans un premier temps et ensuite les espèces
associées dans un second temps.

4.2.1. Caractéristiques des cacaoyères

Les travaux de cette étude ont été menés dans 50 cacaoyères inégalement réparties dans les
trois zones (Bokito, Ngomedzap, et Zima). Ainsi 38, 28 et 34 % appartiennent respectivement
aux zones citées.

37
4.2.1.1. Surface des cacaoyères
Les surfaces cacaoyères sont inégalement réparties dans les zones d’étude et cela en fonction
du choix qui a été fait à la base. La surface totale des agroforêts est de 43,74 ha. La figure 6
présente la répartition spatiale des cacaoyères dans la zone d’étude.

2,5

Surface en Hectare 2

1,5

0,5

0
Bokito Ngomedzap Zima

Surface Maximale Surface Moyenne Surface Minimale

Figure 6: Répartition spatiale des cacaoyères par zone d’étude

Les zones de Bokito, Zima et Ngomedzap ont respectivement les proportions en surfaces
respectives suivantes : 38, 34, et 28 %. Les surfaces maximales sont de 2,3 ha pour Bokito,
2,3 ha pour Ngomedzap et 1,9 ha pour Zima. Sur l’ensemble de la zone d’étude, la plus
grande cacaoyère à une surface de 2,3 ha et la plus petite a une valeur de 0,1 ha. Les surfaces
réduites observées dans les zones d’étude sont dues au fait que 70 % des cacaoyères sont
hérités. Dans ces zones, ce sont les garçons (57 %) qui se partagent l’héritage laissé par les
parents. Ce facteur contribue à réduire davantage la surface des parcelles et de ne pas
facilement en créer d’autres car la pression foncière est très élevée.

4.2.1.2. Mode d’acquisition des cacaoyères


La figure 7 présente le mode d’acquisition des cacaoyères dans la zone d’étude.

38
80
70
60
Pourcentage

50
40
30
20
10
0
Création Héritage
Mode d'acquisition

Figure 7: Mode d’acquisition des cacaoyères dans la zone d’étude

Il ressort de la figure 7 que 70 % des cacaoyères sont acquises par héritage contre 30 % qui
ont été créées par les producteurs. Ces résultats concordent avec ceux trouvés par Losch
(1991) qui affirme que le verger du Centre Cameroun est ancien du fait que 42 % des
cacaoyères ont plus de 40 ans. Ce résultat montre que la nouvelle génération de producteurs
ne crée presque pas de plantation. Ceci est dû à la pression foncière élevée, qui ne facilite pas
l’acquisition des terres par les jeunes producteurs.

4.2.1.3. Densité de plantation et des espèces associées


La densité de plantation et des espèces associées concernent le nombre moyen d’arbres
recensés à l’hectare.

Densité de plantation
Les arbres ayant les densités les plus élevées sont le cacaoyer avec des valeurs de 3008 arbres
à Zima, 2752 arbres à Ngomedzap, et 1832 arbres à Bokito. Ces résultats montrent que les
densités de plantation des cacaoyers dans les trois zones sont très élevées. Ces valeurs sont
loin de celles présentées par Jagoret et al., en 2006. Pour ces derniers, la densité de plantation
du cacaoyer dans le Centre Cameroun est de 1567 avec respectivement des valeurs de 1275
(Bokito), 1823 (Ngomedzap) et 1831 (Zima). Loin de toute spéculation, la norme de
plantation en cacaoyers prévoit une densité de 1111 pieds à l’hectare avec des écartements de
3 m * 3 m. Mais dans une AFC, les densités sont généralement plus élevées.

39
4000
3500
Densité 3000
2500
2000
1500
1000
500
0
Bokito Ngomedzap Zima

Figure 8: Densité des cacaoyers dans la zone d’étude

Densité des espèces associées

Les figures 9, 10 et 11 présentent les densités des arbres associées aux cacaoyers dans les trois
zones d’étude.

80 74 72
70
60
Densité

50
40 32 32 32
30
20
10
0
Citrus Elaeis Spathodea M i ll itia sp. Dacryodes
sinensi s guineensi s campanul ata edul is

Espèces associées au cacaoyer

Figure 9: Densité des espèces associées aux cacaoyers dans la zone de Bokito

40
30
25
25

20
16
Densité 14
15
10 9
10

0
Terminalia Dacryodes Persea Indéterminé Elaeis
superba edulis americana guineensis
Espèces associées

Figure 10: Densité des arbres associés aux cacaoyers dans la zone de Ngomedzap

25
22

20

14
Densité

15 13
11
10
10

0
Persea Mansonia Dacryodes Indéterminé Mangifera
americana altissima edulis indica
Espèces associées

Figure 11: Densité des arbres associés aux cacaoyers dans la zone de Zima

Il ressort de ces figures que la densité des arbres varie d’une zone à une autre. Pour les
espèces associées, les densités varient également d’une zone et d’une espèce à une autre.
Ainsi, les arbres ayant les densités les plus élevées à Bokito sont respectivement : Citrus
sinensis (74), Elaeis guineensis (72), Spathodea campanulata (32). A Ngomedzap, les
densités sont de 25, 16, et 14 pour Terminalia superba, Dacryodes edulis, et Persea
americana. Par contre à Zima les densités sont de 22, 14, et 13 pour Persea americana,
Mansonia altissima, et Dacryodes edulis.

4.2.1.4. Production, prix et recette du cacao dans les zones d’étude


Le tableau 8 présente le niveau de revenu, de production et de prix du cacao dans la zone
d’étude.

41
Tableau 8: Niveau de revenu, de production et de prix du cacao dans la zone d’étude

Production Prix de vente Recette


Zones
Max Min Moy Max Min Moy Max Min Moy
Bokito 1125 75 449 1100 575 857 1 125 000 54 375 378 892
Ngomedzap 1050 60 600 1000 700 834 945 000 48 000 502 907
Zima 1875 20 771 960 800 896 1 781 250 61 875 830 207

Il ressort du tableau 8 une variation de production, du prix de vente et de recette entre les trois
zones. Ainsi, la production moyenne en cacao marchand dans le Centre Cameroun est de 606
Kg avec des valeurs respectives par zone de 771 kg (Zima), 600 kg (Ngomedzap), et 449 kg
(Bokito). Ces résultats sont proches de ceux présentés par Jagoret et al., (2006). Pour ce
dernier, les productions moyennes du verger sont de 669 kg de cacao marchand dans le
Centre Cameroun, 508 Kg dans la zone de Bokito, 582 Kg dans la zone de Zima et enfin de
474 Kg dans la zone de Ngomedzap.
Ces prix ont été obtenus sur la base des déclarations des producteurs qui voient leur cacao
acheter différemment d’une campagne à une autre. La fluctuation des prix de cacao marchand
ne tient pas compte des prix fixés sur les bourses de Londres mais des prix payés aux
producteurs. Une nette variation de prix d’achat de cacao marchand aux producteurs est
visible dans ce tableau. D’une zone à une autre, ce prix varie de 896 Fcfa à Zima, 857 Fcfa à
Bokito et 834 Fcfa à Ngomedzap.

4.2.2. Identification des espèces associées aux cacaoyers

La diversité floristique et la richesse spécifique des agroforêts se traduisent par le nombre


d’individus, d’espèces et de familles botaniques que l’on y rencontre. Ainsi, celles à base de
cacaoyers sont constituées d’arbres fruitiers, et d’arbres forestiers, qui sont associées aux
cacaoyers. Les informations telles que la fréquence, la densité de plantation des arbres, varient
considérablement en fonction des conditions de milieu de la zone de savane à la zone
forestière en passant par la zone de transition forêt-savane.

4.2.2.1. Fréquence et pourcentage des espèces végétales et familles botaniques de la zone


de transition forêt- savane (Bokito)

4.2.2.1.1. Fréquence et pourcentage des espèces végétales de la zone de Bokito

42
Les résultats du tableau 9 révèlent la présence des arbres recensés dans la zone de transition
forêt-savane. De même, les fréquences et les pourcentages des espèces végétales recensées y
sont présentés (Annexe 4).

Tableau 9: Fréquence et pourcentage des espèces végétales de la zone de Bokito

Noms Scientifiques Fréquence Pourcentage (%)


Citrus sinensis (L.) Osbeck 1209 27
Elaeis guineensis Jacq. 960 21
Dacryodes edulis (G. Don) H. J. Lam 537 12
Persea americana Mil. 249 6
Mangifera indica L. 144 3
Ceiba pentandra (L.) 132 3
Cola nitida (Vent.) Schott & Endl. 129 3
Milicia excelsa (Welw.) Berg. 127 3
Newbouldia laevis Seem. Ex Bureau 111 2
Voacanga africana Stapf 63 1

Le tableau 9 présente les dix espèces fortement représentées dans la zone. Ainsi sur un total
de 4519 arbres, soit 78 espèces recensées dans les AFC situées dans la zone, Citrus sinensis,
Elaeis guineensis, Dacryodes edulis, Persea americana, et Mangifera indica ont
respectivement les proportions suivantes : 27, 21, 11, 6 et 3 % . Ces valeurs montrent que les
espèces fruitières sont les plus présentes dans ces zones. Les proportions élevées de fruitiers
sont dues au souci des producteurs de diversifier les cacaoyères en augmentant les sources de
revenus et en améliorant le niveau de vie. Ces espèces sont regroupées au sein de 33 familles
botaniques (Annexe 4).

4.2.2.1.2. Fréquence et pourcentage des familles botaniques du site de Bokito

Les résultats du tableau 10 révèlent la présence de10 familles botaniques les plus représentées
dans la zone. De même les fréquences et les pourcentages des familles recensées y sont
présentés.

43
Tableau 10: Fréquence et pourcentage des familles botaniques de la zone de Bokito

Familles Fréquence Pourcentage (%)


Rutaceae 1221 27
Arecaceae 960 21
Borraginaceae 576 13
Loganiaceae 249 6
Sterculiaceae 200 4
Anacardiaceae 189 4
Myristicaceae 187 4
Bombacaceae 141 3
Combretaceae 129 3
Bignoniaceae 120 3

Le tableau présente les fréquences et les proportions de familles dans la zone d’étude. Ainsi
sur un total de 33 familles recensées en savane, les Rutaceae, les Arecaceae, les
Borraginaceae, les Loganiaceae, et les Sterculiaceae ont des proportions respectives de 27, 21,
12, 5, et 4 %. Par contre, les Meliaceae, Polygalaceae, Tiliaceae, Agavaceae et bien d’autres
sont faiblement représentées (Annexe 4). Quittant le département du Mbam et Inoubou vers
une zone plus proche, et sensiblement voisine, le parcours du département de la Lékié est
couvert par une forêt fortement anthropisée.

4.2.2.2. Fréquence, pourcentage des espèces végétales et familles botaniques de la zone


de forêt fortement anthropisée (Zima)

4.2.2.2.1. Fréquence et pourcentage des espèces végétales de la zone de Zima

Les résultats du tableau 11 révèlent la présence des arbres recensés dans la zone de Zima. De
même, les fréquences et les pourcentages des espèces végétales recensées y sont présentés.
Tableau 11: Fréquence et pourcentage des espèces végétales de la zone de Zima

Noms scientifiques Fréquence Pourcentage (%)


Persea americana Mil. 309 24
Dacryodes edulis (G. Don) H. J. Lam 195 15
Mangifera indica L. 109 8
Mansonia altissima (A. Chev.) A. Chev. 88 7
Elaeis guineensis Jacq. 64 5
Citrus sinensis (L.) Osbeck 45 3
Citrus sp. 39 3
Milicia excelsa (Welw.) Berg. 37 3
Terminalia superba Engl. & Diels 26 2
Tieghemella africana Pierre 25 2

44
Il ressort du tableau 11 que : les espèces fortement représentées dans la zone sont Persea
americana Mil, Dacryodes edulis, Mangifera indica, Mansonia altissima, elaeis guineensis, et
Citrus sinensis ont respectivement les proportions suivantes : 24, 15, 8, 7, 5, et 3 %. Ces
valeurs montrent que les espèces fruitières sont les plus fréquentes. Eu égard à la présence
élevée des fruitiers dans la zone, les espèces forestières sont présentes en des proportions
faibles. Suivant un ordre décroissant, nous avons : Anthocleista schweinfurthii, Anthocleista
vogelii, Bombax buenopozense, Canarium schweinfurthii, et Cola acuminata. Ces espèces
sont pour la plupart des espèces forestières à l’exception du Canarium schweinfurthii qui est
une espèce fruitière. Toutes ces espèces sont réparties au sein de 30 familles dont la
distribution en fréquences et le pourcentage est présenté dans le paragraphe des fréquences et
pourcentage des familles botaniques de la zone de Zima.

4.2.2.2.2. Fréquence et pourcentage des familles botaniques de la zone de Zima


Les résultats du tableau 12 révèlent la présence des familles recensées dans la zone de forêt
fortement anthropisée. Les fréquences et les pourcentages des familles botaniques recensées y
sont présentés.

Tableau 12: Fréquence et pourcentage des familles Botaniques de la zone de Zima

Familles Fréquence Pourcentage (%)


Lauraceae 309 25
Burseraceae 202 16
Sterculiaceae 128 10
Anacardiaceae 113 9
Rutaceae 87 7
Moraceae 68 5
Arecaceae 64 5
Euphorbiaceae 35 3
Apocynaceae 31 2
Indéterminé 58 5

Le tableau 12 montre 10 familles fortement représentées sur l’ensemble de la zone. Cinq


d’entre elles dominent : les Lauraceae, les Burseraceae, les Sterculiceae, les Anacardiaceae et
les Rutaceae qui représentent respectivement 25, 16, 10 ,9 et 7 % des effectifs recensés.

45
4.2.2.3. Fréquence, pourcentage des espèces végétales et familles botaniques de la zone
de forêt (Ngomedzap)

4.2.2.3.1. Fréquence et pourcentage des espèces végétales de la zone de Ngomedzap


Le tableau 13 révèle la présence des arbres recensés dans la zone de forêt. De même, les
fréquences et les pourcentages des espèces végétales recensées y sont présentés.

Tableau 13: Fréquence et pourcentage des espèces végétales de la zone de forêt


(Ngomedzap)

Noms Scientifiques Fréquence Pourcentage (%)


Dacryodes edulis (G. Don) H. J. Lam 215 18
Persea americana Mil. 140 12
Terminalia superba Engl. & Diels 96 8
Indéterminé 72 6
Ficus mucoso ficalho 58 5
Albizia adianthifolia (Schumach.) W. Wight 41 3
Milicia excelsa (Welw.) Berg. 34 3
Ficus exasperata Valh. 34 3
Phyllanthus discoideus (Baill.) Müll. Arg. 29 2
Elaeis guineensis Jacq. 27 2

Le tableau 13 présente les espèces fortement représentées de la zone. Ainsi, un total de 1172
arbres représenté par 110 espèces recensées dans les AFC situées en zone de forêt, Dacryodes
edulis, Persea americana, Terminalia superba, Ficus mucoso, Ficalho albizia, adianthifolia,
Milicia excelsa, Ficus exasperata, Phyllanthus discoideus, et Elaeis guineensis sont
respectivement représenté à des proportions de : 18, 12, 8, 6, 5,3, 3, 3, 2, et 2 %. Ces valeurs
montrent que les espèces fruitières dominent le paysage par son effectif élevé mais ne
sauraient s’imposer en hauteur aux côtés des espèces forestières tels que Ficus mucoso.
Toutes ces espèces sont reparties au sein de 35 familles dont la distribution en fréquence et en
pourcentage est présentée dans le paragraphe intitulé fréquences et pourcentages des familles
botaniques de la zone de Ngomedzap.

4.2.2.3.2. Fréquence et pourcentage des familles botaniques de la zone de Ngomedzap

Le tableau 14 révèle la présence des familles recensées dans la zone de forêt. Les fréquences
et les pourcentages des familles recensées y sont présentés.

46
Tableau 14: Fréquence et pourcentage des familles botaniques de la zone de Ngomedzap

Familles Fréquence Pourcentage (%)


Burseraceae 234 22
Lauraceae 143 13
Moraceae 103 10
Combretaceae 97 9
Euphorbiaceae 78 7
Mimosaceae 52 5
Anacardiaceae 39 4
Apocynaceae 34 3
Bignoniaceae 32 3
Indéterminé 34 3

Le tableau 14 indique que 10 familles sur l’ensemble de la zone. Les plus représentées sont:
les Burseraceae, les Lauraceae, les Moraceae, Combretaceae, Euphorbiaceae, Mimosaceae,
Anacardiaceae, qui représentent respectivement 22, 13, 9, 9, 7, 4 et 4 % respectivement.
L’ensemble des espèces associées aux cacaoyers constitue donc un paysage diversifié et
riche.

4.2.3. Diversité Floristique et Richesse Spécifique des AFC.

La diversité recouvre deux aspects : la richesse qui est le nombre d’espèces dans un
écosystème ou le nombre de type d’écosystèmes dans un paysage et la régularité, c'est-à-dire
la répartition du nombre Ni d’individus observés dans les espèces i, i allant de 1 à S
(Schlaepfer, 2002).
Les études menées par Messie (2007), Moneye (2005), et Sonwa (2004) dans la Région du
Centre ont révélés une importante richesse en termes d’espèces dans les AFC. Ceux-ci ont
respectivement trouvé 145, 164, et 204 espèces dans les cacaoyères. Ces chiffres montrent le
degré de pression et d’anthropisation dans les forêts, et la zone de transition forêt-savane. Le
tableau 13 présente la répartition spatiale dans le Centre Cameroun des effectifs d’individus,
d’espèces et de familles botaniques qui ont été identifiés soit par leurs noms vernaculaires,
soit par leurs noms communs, soit par leurs noms scientifiques ou soit par les trois.

47
Tableau 15: Nombre d’individus, d’espèces et de familles, dans la zone d’étude

Bokito Zima Ngomedzap Total


Libellé
Fe Fo T Fe Fo T Fe Fo T Fe Fo T

Nb. d’individus 3396 1123 4519 805 486 1291 446 726 1172 4647 2335 6982

Nb. d’espèces 18 60 78 13 69 82 14 96 110 45 225 270


Nb. de familles - - 33 - - 30 - - 35 - - 98
Fe : Espèces fruitières, Fo : Espèces forestières, T : Total, Nb : Nombre

Il ressort du tableau 15 que sur un effectif de 6982 arbres, soit 270 espèces et 98 familles
recensées dans la zone d’étude, que 4647 arbres, et 45 espèces sont de type fruitier alors que
2335 arbres et 225 espèces sont de type forestier. Ces résultats montrent que les agroforêts à
base de cacao ont respectivement 110 espèces à Ngomedzap, 82 à Zima et 78 à Bokito. Ces
agroforêts sont très diversifiées tel que le montrent les résultats. Il va sans dire qu’on observe
une particularité dans ces résultats due au fait que le nombre d’arbres et le nombre d’espèces
fruitières recensés dans la zone de Bokito sont plus élevés que dans les autres zones. Ce
facteur est sans doute dû au fait que les populations de Bokito ont pour soucis de diversifier
les cacaoyères et aussi d’avoir des cultures sous couvert végétal. Plus loin les producteurs de
la zone d’étude ont un souci de diversification par l’introduction des arbres dans leurs
cacaoyères.

120 110

100 93
78 82
Fréquence

80 68
62
60

40
16 17 14
20

0
Bokito Ngomedzap Zima

Introduit Conservée Total

Figure 12: Répartition spatiale d’arbres introduits et conservés dans les AFC.

48
Il ressort de la figure 12 que 93 arbres sont consersvés à Ngomedzap contre 68 à Zima et 62 à
Bokito. A l’inverse, on observe que 17, 16 et 14 arbres ont été introduits à Ngomedzap,
Bokito et Zima. Sur l’ensemble de la zone d’étude, on observe 93 arbres conservés contre 17
arbres introduits. Cette valeur élevée d’arbres conservés observée à Ngomedzap s’explique en
grande partie par le fait que le département du Nyong et So’o est une zone forestière où de
nombreux arbres sont déjà disponibles pour couvrir les cacaoyères, ce qui limite
l’introduction d’arbres fruitiers. Ainsi afin d’évaluer la richesse spécifique, l’indice de
Sorensen est calculé dans le paragraphe suivant.

4.2.4. Calcul de l’indice de Sorensen (K) ou de similarité floristique

Les écarts de valeurs observés dans le tableau 15, des nombres d’individus, d’espèces et de
familles nous amène à calculer l’indice de Sorensen. Ces valeurs traduisent la richesse
spécifique dans les différentes zones. Le tableau 16 présente les résultats.

Tableau 16: Indices de Sorensen (K) et pourcentage de coïncidence écologique entre les
zones

Zones
Libellé Total
Bokito-Ngomedzap Ngomedzap-Zima Bokito-Zima
Nb d’espèces
39 34 21 94
communes
K 0,29 0,26 0,20 0,75

Il ressort du tableau 16 que 39 espèces sont communes à Bokito et Ngomedzap, 34 espèces


communes à Ngomedzap et Zima et 21 espèces sont communes à Bokito et Zima. Ces
résultats sont loin de ceux présentés par Messie (2007) qui a trouvé 52 espèces communes à
Ngomedzap et Zima, 35 espèces communes à Bokito et Zima et 20 espèces communes à
Bokito et Ngomedzap.
Le tableau 16 révèle également que, l’indice de Sorensen est relativement homogène entre les
trois zones. Mieux encore, il se présente avec des valeurs de 0,29 dans la Zone de Bokito et
Ngomedzap, 0,26 dans la zone de Ngomedzap et Zima et enfin une valeur de 0,20 dans la
zone de Bokito et Zima. Ces résultats traduisent le fait que l’on a 29 % de chance de
retrouver une même espèce dans les agroforêts de Bokito et Ngomedzap, 26 % de chance de
retrouver la même espèce dans la zone de Zima et Ngomedzap, et 20 % de chance de

49
retrouver la même espèce dans la zone de Bokito et Zima. Les variations des indices de
Sorensen respectivement de 29, 26 et 20 % montrent « l’existence des gradients écologiques
et démographiques et le degré d’intensification de l’itinéraire technique propre de chaque
sites.» (Messie, 2007 : 24).

En somme, sur 50 cacaoyères possédant une surface de 43,74 ha inégalement réparties entre
les zones de Bokito (38 %), Zima (34 %), et Ngomedzap (28 %), il est montré que 70 % des
AFC sont héritées contre 30 % acquises. Dans ces AFC, la densité de cacaoyers est
inégalement répartie avec des valeurs supérieures aux normes prescrites. Aussi nombreuses
qu’elles soient, l’étude a permis de compter 6982 arbres, soit 4647 arbres fruitiers et 2335
arbres forestiers. Ce potentiel forestier procure aux producteurs une importance et des rôles
divers. Preuve que la fluctuation du prix d’achat de cacao marchand aux producteurs conduit à
une stratégie de diversification des AFC.

4.3. IMPORTANCES ACCORDEES PAR LES PRODUCTEURS AUX FONCTIONS


ET AUX ESPECES ASSOCIEES DANS LES AFC.
Les résultats de la MDC ont permis de calculer et de présenter l’importance accordée aux
fonctions et aux espèces associées par les producteurs dans les AFC. L’ensemble des
importances attribuées à chacun des usages permet de dresser le profil fonctionnel de chacune
des zones.

4.3.1. Importances accordées aux fonctions par les producteurs dans les AFC.

Il ressort des enquêtes menées dans la zone d’étude que les producteurs pour l’ensemble ont
sept principales fonctions qu’ils accordent aux arbres des AFC. Ces fonctions sont :
l’autoconsommation, le bois d’œuvre et d’usage (chauffage), la fertilité, la pharmacopée,
l’ombrage, la vente, et un aspect social. La figure 13 présente les fonctions accordées aux
arbres des AFC par les producteurs.

50
Figure 13: Importances accordées aux fonctions par les producteurs dans les AFC

Il ressort de la figure 13 que sur l’ensemble de la zone d’étude, les producteurs accordent aux
arbres les fonctions suivantes : vente (36 %), autoconsommation (21 %), bois d’œuvre et de
chauffage (12 %), ombrage (11 %), médecine traditionnelle (10 %), fertilité (5 %) et le social
(5 %). Plus spécifiquement, l’importance accordée aux espèces dans chaque zone suit l’ordre
suivant :
Bokito : Vente (43 %), Autoconsommation (21 %), Ombrage (11 %), Bois d’œuvre et bois de
chauffage (8 %), Social (8 %), Fertilité (6 %), Médicinale (3 %) ;
Ngomedzap : Vente (33 %), Autoconsommation (17 %), Médicinale (17 %), Bois d’œuvre et
de bois de chauffage (13%), Ombrage (13%), Fertilité (4 %), Social (3 %) ;
Zima : Vente (32 %), Autoconsommation (24 %), Bois d’œuvre et bois de chauffage (17 %),
Ombrage (9 %), Médicinale (9 %), Social (5 %), Fertilité (4 %).
Les producteurs ont fait savoir au cours de l’enquête que l’objectif principal, et même le but
visé dès la création des cacaoyères était de se procurer de l’argent à travers la vente (36 %) du
cacao. Suite à la baisse drastique du prix d’achat du cacao marchand aux producteurs,
l’introduction des fruitiers a très vite contribué à augmenter les revenus. La valeur hautement
représentative attribuée dans ce cas à la fonction vente exprime la stratégie des producteurs de
diversifier les sources de revenus et même de vivre aisément. Ces résultats sont proches de
ceux de Morgane (2008) et contraire aux résultats de Todem (2005) qui a trouvé que les
producteurs accordaient plus d’importance à la fonction d’ombrage aux espèces présentes
dans les AFC. L’argent obtenu de la vente va concourir à promouvoir la croissance.
L’autoconsommation (20,7 %) est la deuxième fonction prise en compte par les producteurs.
Pour ces derniers, les arbres présents dans les cacaoyères ne sont pas conservés ou introduits

51
au hasard. C’est le résultat des habitudes alimentaires qui en ait l’idée directrice. Pour eux, ces
arbres contribuent à leur fournir des aliments tels que les feuilles, les condiments, le vin, les
fruits, et les chenilles. (Photos 1, et 2). Ces résultats concordent avec ceux de Todem (2005) et
Morgane (2008). Pour ces derniers cette fonction est aussi classée au second rang.

Photo 1: Noix récoltées pour faire de l’huile d’Elaeis guineensis


Source : Photo Jagoret, 2009

Photos 2: Chenilles de consommation


Source : Photo Jagoret, 2009

Le bois d’oeuvre ou de chauffage (12,7 %) est la troisième fonction prise en compte dans les
cacaoyères par les producteurs. Ces résultats sont contraires à ceux présentés par Todem

52
(2005) qui avait trouvé que cette fonction était la principale des fonctions des arbres dans les
cacaoyères. Dans cette étude, les producteurs laissent les arbres dans les AFC pour faire de
l’ombrage aux cacaoyers (Photo 3) et par la suite, ils trouvent une importance diversifiée des
arbres. Ainsi après une étude menée par Todem (2005) et complétée par Messie (2007), puis
par Morgane (2008). Ils ont montré que la vente des arbres contribuait significativement aux
revenus des producteurs.

Photo 3: Une agroforêt à base de cacaoyers dans le Centre Cameroun (Ngomedzap)

La médecine (9,7 %) pour les producteurs est classée en cinquième position. Pour ces
derniers, l’agroforêt constitue un milieu riche de produits de la médecine. Les feuilles, les
écorces, les racines, les fruits sont utilisés dans le cadre des traitements des maladies. La
maîtrise de cette pharmacopée diversifiée par les producteurs limite leurs présences dans les
hôpitaux. C’est ainsi que l’Herbier National du Cameroun estime le nombre d’espèces de
plantes médicinales à 1000. Pour ces producteurs, le choix de la médecine traditionnelle est
dû au manque de moyens financiers, du mauvais état des routes dans les zones reculées.
Suite à la baisse des prix d’achat de cacao aux producteurs en 1989 (Massein, 2000), la
suppression des organismes chargés de fournir les intrants, la dévaluation du franc CFA en
janvier 1994 contribue à faire doubler le prix des intrants. Les producteurs abandonnés se
voient obligés de s’organiser et mieux encore d’adopter des stratégies de diversification ayant
pour rôle principal d’intégrer des arbres bio fertilisants dans les AFC. Il est donc important

53
pour les producteurs d’introduire et mieux encore de conserver des plantes fertilisantes (4,7
%) dans les cacaoyères pendant leur installation et durant le cycle de vie des cacaoyers.
(Photo 4)

Photo 4: Fruits de Ficus mucoso au sol (Fertilisation de la cacaoyère)


Source : Photo Jagoret, 2009

Les producteurs trouvent au sein des AFC, des plantes utilisées au cours des rites
traditionnels. Ces rites sont pour la plupart du temps fait lors de veuvages, les décès
accidentels des membres d’une famille. De plus, les fruits, le vin de palme (photo 5) et bien
d’autres produits des AFC sont utiles pour l’accueil des convives.

54
Photo 5: Accueil des convives par la sève d’Elaeis guineensis.
Source : Photo Jagoret, 2009

4.3.2. Importances accordées aux espèces et en fonction des usages par les producteurs
dans les AFC.

D’après une hiérarchisation des espèces par la MDC, appliquée dans les zones de Bokito,
Ngomedzap et Zima, on se rend compte que les producteurs accordent une importance à
certaines espèces et non à d’autres. Celles pour qui ils n’accordent aucune importance sont
encore présentes dans leurs cacaoyères à cause du manque de moyen pour les faire abattre et
ils évitent de détruire leurs cacaoyères lors de la chute. Les tableaux 17, 18 et 19 présentent
les dix espèces les plus importantes pour les producteurs et classées par ordre décroissant.

55
Tableau 17: Hiérarchie des espèces pour chacun des usages dans la zone de Bokito

Autoconsommation Bois d’œuvre Fertilité Médicinale Ombrage Vente Social


Dacryodes edulis Milicia excelsa Ceiba pentandra Persea americana Mil Ceiba pentandra Theobroma Elaeis guineensis
(15 %) (11 %) (15 %) (8 %) (7 %) cacao (14 %)
(56 %)
Persea americana Indéterminé (Edouasseu) Ficus mucoso Morinda lucida Terminalia Dacryodes Dacryodes edulis
(14 %) (5 %) (13 %) (7 %) superba edulis (12 %)
(6 %) (6 %)
Elaeis guineensis Theobroma cacao Theobroma cacao Alstonia boonei Elaeis guineensis Elaeis Citrus sinensis
(12 %) (5 %) (9 %) (6 %) (5 %) guineensis (12 %)
(4 %)
Citrus sinensis Persea americana Albizia Theobroma cacao Persea americana Mangifera Cola nitida
(11 %) (4 %) adianthifolia (6 %) (5 %) indica (9 %)
(7 %) (4 %)
Mangifera indica Triplochyton scleroxylon Milicia excelsa Spathodea campanulata Milicia excelsa Persea Persea americana
(9 %) (4 %) (6 %) (5 %) (5 %) americana (7 %)
(4 %)
Citrus sp. Pterocarpus soyauxii Dacryodes edulis Pterocarpus soyauxii Ficus exasperata Citrus sinensis
Mangifera indica
(5 %) (3 %) (6 %) (4 %) (4 %) (3 %) (6 %)
Ricinodendron Distemonanthus Indéterminé Mangifera indica Dacryodes edulis Milicia excelsa Theobroma
heudelotii benthamianus (Osse) (4 %) (4 %) (3 %) cacao
(4 %) (3 %) (5 %) (5 %)
Cola nitida Dacryodes edulis Mangifera indica Indéterminé Albizia Ricinodendron Terminalia
(4 %) (3 %) (4 %) (Osse) adianthifolia Heudelotii superba
(4 %) (4 %) (2 %) (2 %)
Theobroma cacao Ficus exasperata Erythrophleum Entandrophragma Indéterminé Citrus sp Milicia excelsa
(3 %) (3 %) Ivorense cylindricum (Alogo) (2 %). (2 %)
(2 %) (4 %) (4 %)
Canarium Tieghemella africana Erythrococca sp. Dacryodes edulis Mangifera indica Terminalia Cola acuminata
schweinfurthii (3 %) (2 %) (4 %) (4 %) Superba (2 %)
(2 %) (2 %)

56
Tableau 18: Hiérarchie des espèces pour chacun des usages dans la zone de Ngomedzap

Autoconsommation Bois d’œuvre Fertilité Médicinale Ombrage Vente Social


Citrus sinensis Milicia excelsa Theobroma cacao Alstonia boonei Terminalia superba Theobroma cacao Elaeis guineensis
(12 %) (4 %) (11 %) (4 %) (5 %) (23 %) (8 %)
Persea americana Theobroma cacao Erythrococca sp. Persea americana Theobroma cacao Dacryodes edulis Citrus sinensis
(12 %) (3 %) (4 %) (3 %) (4 %) (4 %) (7 %)
Dacryodes edulis Indéterminé (Osse) Ceiba pentandra Morinda lucida Elaeis guineensis Mangifera indica Theobroma cacao
(11 %) (3 %) (4 %) (3 %) (3 %) (3 %) (5 %)
Mangifera indica Persea americana Triplochyton scleroxylon Pterocarpus soyauxii Ficus exasperata Persea americana Persea americana
(10 %) (2 %) (3 %) (3 %) (3 %) (3 %) (2 %)
Elaeis guineensis Sterculia rhinopetala Persea americana Dacryodes edulis Triplochyton scleroxylon Ricinodendron Mangifera indica
(10 %) (2 %) (3 %) (3 %) (2 %) heudelotii (2 %)
(2 %)
Ricinodendron Pterocarpus soyauxii Ficus mucoso Pycnanthus angolensis Pterocarpus soyauxii Elaeis guineensis Cola nitida
heudelotii (2 %) (3 %) (3 %) (2 %) (2 %) (2 %)
(5 %)
Theobroma cacao Triplochyton Ficus exasperata Entandrophragma Pycnanthus angolensis Citrus sinensis Indéterminé
(5 %) scleroxylon (3 %) cylindricum (2 %) (2 %) (Azanga)
(2 %) (3 %) (2 %)
Citrus sp. Dacryodes edulis Milicia excelsa Cordia platythyrsa Persea americana Milicia excelsa Dacryodes edulis
(4 %) (2 %) (2 %) (3 %) (2 %) (1 %) (2 %)
Triplochyton Alstonia boonei Entandrophragma Canarium schweinfurthii Entandrophragma Rauvolfia macrophylla Alstonia boonei
scleroxylon (2 %) cylindricum (3 %) cylindricum (1 %) (2 %)
(2 %) (2 %) (2 %)
Tetrapleura tetraptera Tieghemella africana Dacryodes edulis Albizia adianthifolia Ceiba pentandra Indéterminé (Azanga) Milicia excelsa
(2 %) (2 %) (2 %) (3 %) (2 %) (1%) (1 %)

57
Tableau 19: Hiérarchie des espèces pour chacun des usages dans la zone de Zima
Autoconsommat
Bois d’œuvre Fertilité Médicinale Ombrage Vente Social
ion
Dacryodes edulis Milicia excelsa Ficus mucoso Indéterminé (Osse) Indéterminé (Alogo) Theobroma cacao Citrus sinensis
(14 %) (13 %) ficalho (10 %) (12 %) (35 %) (12 %)
(23 %)
Citrus sp. Indéterminé Indéterminé (Osse) Alstonia boonei Terminalia superba Dacryodes edulis Elaeis guineensis
(13 %) (Osse) (13 %) (9 %) (9 %) (7 %) (11 %)
(8 %)
Persea americana Tieghemella Erythrococca sp. Persea americana Spathodea Persea americana Dacryodes edulis
(12 %) africana (10 %) (7 %) campanulata (6 %) (8 %)
(6 %) (6 %)
Citrus sinensis Mansonia Ceiba pentandra Mangifera indica Milicia excelsa Citrus sp. Persea americana
(11 %) altissima (10 %) (7 %) (6 %) (6 %) (6 %)
(5 %)
Elaeis guineensis Ficus exasperata Milicia excelsa Spathodea Citrus sp. Mangifera indica Theobroma cacao
(11 %) (5 %) (7 %) campanulata (4 %) (4 %) (5 %)

(6 %)
Mangifera indica Antiaris africana Dacryodes edulis Entandrophragma Alstonia boonei Elaeis guineensis Indéterminé
(10 %) (4 %) (7 %) cylindricum (4 %) (4 %) (Azanga)
(6 %) (5 %)
Cola nitida Pycnanthus Persea americana Rauvolfia vomitoria Mangifera indica L. Terminalia superba Engl. Alstonia boonei
(4 %) angolensis (5 %) (5 %) (3 %) & Diels De Wild.
(3 %) (4 %) (5 %)
Theobroma cacao Triplochyton Terminalia superba Morinda lucida Dacryodes edulis Milicia excelsa Milicia excelsa
(4 %) scleroxylon (3 %) (5 %) (3 %) (4 %) (4 %)
(3 %)
Ricinodendron Citrus sinensis Ricinodendron Triplochyton Ceiba pentandra Indéterminé (Osse) Cola nitida
heudelotii (3 %) heudelotii scleroxylon (3 %) (3 %) (4 %)
(4 %) (3 %) (4 %)
Indéterminé Pterocarpus Pentaclethra Canarium Theobroma cacao Citrus sinensis Citrus sp.
(Azanga) soyauxii macrophylla schweinfurthii (3 %) (3 %) (4 %)
(3 %) (3 %) (3 %) (4 %)

58
IL ressort des tableaux 17, 18, et 19 que sur l’ensemble des espèces présentes dans la zone
d’étude, les producteurs de Bokito apprécient consommé Dacryodes edulis (15 %), Persea
americana (14 %), Elaeis guineensis (12 %). Ceux de Ngomedzap apprécient Citrus sinensis
(12 %), Persea americana (12 %), et Dacryodes edulis (11 %), et les producteurs de Zima
apprécient Dacryodes edulis (14 %), Citrus sp (13 %), et Persea americana (12 %). Les
producteurs trouvent en ces arbres fruitiers une satisfaction alimentaire. Ces résultats
concordent avec ceux trouvés par Ousmanou (2005). Pour lui, les producteurs ont une
préférence élevée pour Dacryodes edulis (70 %), Persea americana (53,3) et Elaeis
guineensis (35 %). Nous pouvons donc dire que les producteurs des trois zones ont une
préférence élevée dans un premier temps pour Dacryodes edulis (13,3 %), de Persea
americana (12,6 %), et Citrus sp (12,5 %) et de Elaeis guineensis (12 %). Ces valeurs sont
proches de celles trouvées par Todem (2005) qui dit que les espèces pour lesquelles la valeur
de l’autoconsommation est la plus élevée sont Dacryodes edulis et Persea americana. Ces
arbres concourent à diversifier le régime alimentaire des producteurs (Bellefontaine & al.,
2001) et sont sources naturelles de vitamines A et C, et de complexe vitaminique B
(Thamman, 1990). La figure 14 illustre cette hiérarchisation par zone.

13,5 13,3

13
12,6
Pourcentage

12,5
12,5
12
12

11,5

11
Dacyodes Persea Citrus sp Elaeis
edulis americana guineensis
Arbres Fruitiers

Figure 14: Hiérarchisation des arbres dont les fruits sont les plus consommés par les
producteurs

Les producteurs préfèrent Milicia excelsa (11 %), Edouasseu (5 %), et Theobroma cacao (5
%) comme bois de chauffage, et bois d’œuvre dans la zone de Bokito. Dans la zone de
Ngomedzap, Milicia excelsa (4 %), Theobroma cacao (3 %), et Osse (3 %) sont appréciés par
des producteurs. Ceux de Zima préfèrent Milicia excelsa (13 %), Osse (8 %), et Tieghemella

59
africana (6 %) comme bois de chauffage et bois d’usage. Dans l’ensemble, les producteurs
ont déclaré préférer comme bois de chauffage et bois d’œuvre Milicia excelsa (9,33 %),
Tieghemella africana (6 %), Osse (5,5 %). et Edouasseu (5 %). Le bois de cacaoyer est utilisé
lorsqu’il est coupé ou lorsque le producteur procède à la taille. Ainsi les branches sont
utilisées pour le bois de chauffage. La figure 15 présente cette distribution des préférences des
arbres à usage de bois d’œuvre et de chauffage dans la zone de Ngomedzap.
.

10 9,33
9
8
7
Pourcentage

6
6 5,5
5
5
4
3
2
1
0
Milicia excelsa Tieghemella Osse Edouasseu
africana
Arbres appréciés

Figure 15: Hiérarchisation des arbres appréciés pour le bois d’œuvre ou de chauffage
par les producteurs de Ngomedzap

Les producteurs préfèrent Ceiba pentadra (15 %), Ficus mucoso (13 %), Theobroma cacao (9
%) et Albizia adianthifolia (7 %) comme plante susceptible de fertiliser le sol dans la zone de
Bokito. Dans la zone de Ngomedzap, Theobroma cacao (11 %), Erythrococca sp (4 %),
Ceiba pentadra (4 %) et Triplochyton scleroxylon (3 %) sont appréciés des producteurs.
Quant aux producteurs de Zima, Ficus mucoso (23 %), Osse (13 %), Erythrococca sp (10 %),
et Ceiba pentadra (10 %) sont appréciés comme plante fertilisante.*

Dans l’ensemble, les producteurs ont déclaré préférer Ficus mucoso (18 %), Osse (13 %),
Erythrococca sp (10 %) et Ceiba pentadra (9,7 %), comme plantes fertilisantes de leurs
cacaoyères. La figure 16 illustre cette hiérarchisation des plantes fertilisantes dans la zone
d’étude.

60
20 18
18
16
14 13

Pourcentage
12 10 9,7
10
8
6
4
2
0
Ficus Osse Theobroma Ceiba
mucoso cacao pentadra
Plantes biofertilisantes

Figure 16: Répartition des plantes bio fertilisantes dans la zone d’étude en fonction des
préférences des producteurs

Les producteurs préfèrent Persea americana (8 %), Morinda lucida (7 %), Alstonia boonei (6
%), et Theobroma cacao (5 %) comme plantes médicinales. Dans la zone de Ngomedzap,
Alstonia boonei (3 %), Morinda lucida (3 %), et Pterocarpus soyauxii (2,5 %) sont appréciés
par les producteurs pour guérir les malades. Quand aux producteurs de Zima, Osse (10 %),
Alstonia boonei (9 %), Persea americana (7 %) et Mangifera indica (7 %) sont appréciés
comme plantes médicinales. Dans l’ensemble de la Zone d’étude, Osse (10 %), Mangifera
indica (7 %), Alstonia boonei (6,33 %) et Persea americana sont appréciés comme plantes
médicinales dans le centre Cameroun pour guérir les malades. Certaines de ces espèces
entrent en conformité avec les résultats de Dupriez et al., (1993), et Mbolo (2002). Ils ont cité
entre autres plantes médicinales, Persea americana, Mangifera indica, et Morinda lucida. La
figure 17 illustre cette hiérarchisation des plantes médicinales dans la zone d’étude.

12 10
10
Pourcentage

8 7
6,3 6 6
6
4
2
0
o
na
i
ca
e

ei

ca
ss

di

on

ca
ic
O

in

bo

er

a
ra

am

om
a
i fe

ni

br
ea
g

to
an

eo
ls

rs
A
M

Pe

Th

Plantes médicinales

Figure 17: Répartition des plantes médicinales en fonction des préférences des
producteurs

61
Les producteurs préfèrent Ceiba pentandra (7 %), Terminalia superba (6 %), Elaeis
guineensis (5 %), et Persea americana (5 %) comme plantes procurant l’ombrage dans la
cacaoyère. Dans la zone de Ngomedzap, Terminalia superba (5 %), Elaeis guineensis (4 %),
et Ficus exasperata (3 %) sont appréciés comme arbres produisant de l’ombrage. Quant aux
producteurs de Zima, Alogo (12 %), Terminalia superba (9 %), Spathodea campanulata (6
%), et Milicia excelsa (6 %) sont appréciées comme plantes procurant de l’ombrage dans la
cacaoyère. Dans l’ensemble de la zone d’étude, Alogo (12 %), Ceiba pentandra (7 %),
Terminalia superba (6,7 %), et Milicia excelsa (6 %) sont des arbres qui pour les producteurs
leurs procurent de l’ombrage dans les cacaoyères. Ces résultats sont en conformité avec ceux
présentés par Gendre (2008) qui distingue entre autres plantes procurant un ombrage faible,
Canarium schweinfurthii, Pterocarpus soyauxii, Elaeis guineensis et pour un ombrage fort, il
cite Persea americana, Dacryodes edulis, Alogo, Ceiba pentandra, Milicia excelsa et
Ricinodendron heudelotii. La figure 18 illustre cette hiérarchisation des préférences des arbres
procurant de l’ombrage dans la zone d’étude.

14
12
12
10
Pourcentage

8 7 6,7
6
6
4
2
0
Alogo Ceiba Terminalia Milicia excelsa
pentadra superba
Arbres procurant de l'ombrage

Figure 18: Hiérarchie des arbres procurant de l’ombrage

Les producteurs préfèrent Theobroma cacao (56 %), Dacryodes edulis (6 %), Elaeis
guineensis (4 %), Mangifera indica (4,5 %) et Persea americana (4 %) comme plantes
produisant des fruits ayant une haute valeur commerciale. Dans la zone de Ngomedzap,
Theobroma cacao (23 %), Dacryodes edulis (4 %), Mangifera indica (3 %), Persea
americana (3 %), et Ricinodendron heudelotii (2 %) sont appréciés des producteurs comme
arbres procurant des revenus à travers la vente. Quant aux producteurs de Zima, Theobroma
cacao (35 %), Dacryodes edulis (7 %), Persea americana (6 %), Citrus sp (6 %) et Mangifera
indica (4 %) sont des arbres dont la valeur marchande est hautement appréciée des
producteurs. Dans l’ensemble, les plantes ayant une haute valeur commerciale sont les

62
suivantes : Theobroma cacao (38 %), Citrus sp (6 %), Dacryodes edulis (5,7 %), Persea
americana (4,3 %) et Elaeis guineensis (4 %). Pour Todem (2005), après le revenu issu de la
vente de cacao, Dacryodes edulis, Citrus sinensis, et Elaeis guineensis ont des valeurs
marchandes très élevées. La figure 19 présente la distribution hiérarchique des plantes ayant
une valeur commerciale préférentielle aux yeux des producteurs.

38
40
35
Pourcentage

30
25
20
15
10 6 5,7 4,3 4
5
0
Citrus sp
Theobroma

Dacryodes

americana

guineensis
Persea
edulis

Elaeis
cacao

Hierarchisation de la valeur commerciale des


arbres

Figure 19: Préférences des producteurs dans la valeur attribuée à la vente des récoltes
des arbres

Les producteurs préfèrent Elaeis guineensis (14 %), Dacryodes edulis (12 %), Citrus sinensis
(12 %), Cola nitida (9 %) et Persea americana (7 %) comme plante susceptible de procurer
une satisfaction aux convives des producteurs. Dans la zone de Ngomedzap, Elaeis guineensis
(8 %), Citrus sinensis (7 %), Theobroma cacao (5 %), Persea americana (2 %), et Mangifera
indica (2 %) produisent une satisfaction sociale (dons, mariage, funérailles, deuils, rites,…)
chez les producteurs. Quant aux producteurs de Zima, Citrus sinensis (12 %), Elaeis
guineensis (11 %), Dacryodes edulis (8 %), Persea americana (6 %) et Theobroma cacao (5
%) sont des arbres dont les fruits sont appréciés des producteurs pour le bien social qu’ils
procurent. Dans l’ensemble, Elaeis guineensis (11 %), Citrus sinensis (10,33 %), Dacryodes
edulis (10 %), et Cola nitida (9 %) ont des valeurs sociales très élevées pour les producteurs
de la région du Centre. La figure 20 présente la distribution hiérarchique des plantes ayant une
valeur sociale préférentielle aux yeux des producteurs.

63
12 11 10,3 10
10 9

Pourcentage
8
6 5
4
2
0

a
is

is

is

an
tid
ns

ul
ns

ic
ed

ni
ee

ne

er
a
in

s
si

am
ol
e
gu

us

od

ea
itr
is

ry
ae

rs
C

ac

Pe
El

D
Plantes ayant une valeur sociale élevé

Figure 20: Hiérarchisation des plantes suivant les besoins sociaux

En somme, les producteurs accordent une forte importance à la vente (36 %),
L’autoconsommation (20,7 %), le bois d’œuvre et d’usage (12,7 %), l’ombrage (11 %), la
médecine (11 %), la fertilisation (4,7 %), et le social (5,33 %). Il a été montré que suivant les
objectifs, les producteurs ont accordé plus de point à la vente du cacao marchand (38 %). Ceci
montre que loin de diversifier les agroforêts à base de cacao, il serait important de mettre un
accent sur la production cacaoyère et ensuite de la diversifier avec des espèces fruitières et
forestières de haute consommation, de haute fertilité, à ombrage régulier, de bois de chauffage
et de bois d’œuvre, de valeur médicinale et pouvant satisfaire durablement les producteurs
dans la vente des produits issus des arbres lors des fluctuations des prix du cacao marchand.

4.4. STRATEGIE DES PRODUCTEURS SUITE AUX VARIATIONS DE PRIX DE


CACAO.
Suite aux fluctuations de prix de vente de cacao marchand, les producteurs sont contraints de
développer des stratégies de diversification pour pallier au manque des ressources dont ils ont
besoin pour vivre. Ces stratégies sont adoptées en période de prix faible et en période de prix
haut de vente du cacao marchand.

64
4.4.1. Présentation en fonction des scénaris dans la zone de Bokito

Scénario 1: Prix bas (250 Fcfa/ Kg de cacao marchand)

Cacao Forestier Fruitier

35
Pourcentage

30
25
20
15
10
5
0
n

ge
e

al
e
ité

e
r

nt
io

al

ci
uv

a
til

in
at

Ve

So
br
r
œ

ic
m

Fe

m
d'

éd
m

O
so

M
oi
on

B
oc
ut
A

Usages

Figure 21: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du
cacao marchand à Bokito lorsque le prix de cacao est bas

Il ressort de la figure 21 qu’en situation de vente de cacao marchand à un prix relativement


faible (250 Fcfa), les producteurs de Bokito accordent un score de 27, et 11 % à la vente
respective du cacao et des produits issus des arbres fruitiers. De ce revenu, ils ne peuvent
s’épanouir pleinement dans leur besoin quotidien (Vêtement, santé, scolarité, loisir et
aliment). Pour cette raison, la présence de fruitiers dans les cacaoyères témoigne de 19 % le
score qui lui, est réservé. Ce comportement est contraire en situation de prix haut (figure 22).

Scénario 2: Prix haut (1000 Fcfa/ Kg)

Figure 22: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du
cacao marchand à Bokito lorsque le prix de cacao est haut

65
Il ressort de la figure 22, qu’en situation de hausse de prix de cacao marchand (1000 Fcfa), les
producteurs remodèlent leurs plans de gestion des AFC en accordant un score de 33 % (soit
une augmentation de 2 %) à la vente du cacao et en réduisant de 3 % le score accordé à la
consommation des fruitiers (17 %). Le score unitaire (1 %), accordée à la consommation du
cacao reflète le désir des producteurs de transformer et de consommer le cacao.
Au vu des résultats de cette étude, la stratégie des producteurs suite à la variation de prix de
cacao marchand est d’accroître la densité des fruitiers comestibles tout en veillant à une
association rigoureuse des arbres dans les AFC.

4.4.2. Présentation en fonction des scénaris dans la zone de Ngomedzap

Scénario 1: Prix bas (250 Fcfa/ Kg)

Cacao Forestier Fruitier

35

30

25
Pourcentage

20

15

10

0
n

l
e

te

ia
al
io

ag
r

n
i
uv

c
til

in
at

Ve

So
br
r
œ

ic
m

Fe

m
d'

éd
m

O
so

M
oi
on

B
oc
ut
A

Usages

Figure 23: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du
cacao marchand à Ngomedzap lorsque le prix de cacao est bas

Il ressort de la figure 23 qu’en situation de vente de cacao marchand à un prix relativement


faible (250 Fcfa), les producteurs de Ngomedzap accordent un score de 16, 11 et 10 %
respectivement à la vente de cacao, des produits dérivés des arbres fruitiers, et des arbres
forestiers. Pour des besoins de complément nutritionnel, un score de 17 % est accordé à la
consommation des produits issus des fruitiers. A cause du manque de pistes et de routes, les
producteurs ont souvent du mal à soigner les malades dans les centres hospitaliers éloignés.
Ce manque conduit les producteurs à accorder un score de 12 % aux plantes médicinales. Le

66
bois d’œuvre ou de chauffage, est également utile pour les producteurs de cette zone. Raison
pour leurs accordés des scores respectifs de 11 et 9 %. La figure 24 présente un comportement
différent dans la stratégie de gestion lorsque le prix de vente de cacao marchand augmente.

Scénario 2 : Prix haut (1000 Fcfa/ Kg)

Cacao Forestier Fruitier

35
30
Pourcentage

25
20
15
10
5
0
n

al
re

ité

e
ag
al

nt
io

ci
uv

til

in
at

Ve

So
br
r
œ

ic
m

Fe

m
d'

éd
m

O
so

M
oi
on

B
oc
ut

Usages
A

Figure 24: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du
cacao marchand à Ngomedzap lorsque le prix de cacao est haut

La figure 24 montre qu’en situation de hausse de prix (1000 Fcfa) de vente du cacao, un score
de 24, et 10 % est accordé à la vente du cacao et des produits dérivés des arbres forestiers. Un
score de 11, 12 et 14 % est accordé respectivement aux plantes médicinales, au bois d’œuvre
et de chauffage, et à la consommation des produits dérivants des fruitiers. La valeur attribuée
à la vente de cacao augmente en situation de prix élevé pendant que la valeur attribuée à la
consommation des produits issus des fruitiers diminue. En situation inverse, les producteurs
accordent une importance relativement plus grande à la consommation des fruitiers et une
moins grande à la vente du cacao.

67
4.4.3. Présentation en fonction des scénaris dans la zone de Zima

Scénario 1 : Prix bas (250 Fcfa/ Kg)

Cacao Forestier Fruitier

35
30
Pourcentage 25
20
15
10
5
0
n

al
re

e
al

e
ag
io

nt

ci
in
ili
uv
at

Ve

So
rt

br
ic
œ
m

Fe

éd

m
d'
m

O
M
so

s
oi
on

B
oc
ut

Usages
A

Figure 25: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du
cacao marchand à Zima lorsque le prix de cacao est bas

Il ressort de la figure 25 qu’en situation de vente de cacao marchand à un prix relativement


faible (250 Fcfa), les producteurs de la zone forestière anthropisée (Zima) accordent un score
de 9, 10 et 13 % respectivement à la vente de cacao, de produits dérivés des arbres forestiers
et des produits dérivés des arbres fruitiers. Pour compléter et mieux enrichir leurs
alimentations, un score de 22 % est accordé à la consommation des produits dérivants des
arbres fruitiers. Le bois de chauffage est utilisé dans la cuisson des aliments et cela nécessite
une attribution de 13 % de score à cet usage. Ce comportement de gestion des AFC n’est pas
souvent le même en situation de prix de cacao haut tel que le présente la figure 26.

68
Scénario 2 : Prix haut (1000 Fcfa/Kg)

Cacao Forestier Fruitier

35
30

Pourcentage
25
20
15
10
5
0
n

al

e
al
re

nt
ag
io

ci
in
ili
uv
at

Ve

So
br
rt

ic
œ
m

Fe

éd

m
d'
m

O
M
o

s
ns

oi
B
o
oc
ut

Usages
A

Figure 26: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du
cacao marchand à Zima lorsque le prix est haut

La figure 26 montre qu’en situation de hausse de prix (1000 Fcfa) de vente de cacao, un score de 10,
12, et 15 % est accordé respectivement à la vente des produits forestiers, des fruits et du cacao
marchand. Quant à la consommation des produits issus des arbres fruitiers, un score de 17 % lui est
accordé et 13 % aux produits forestiers comme bois de chauffage et bois d’œuvre.

4.4.4. Présentation en fonction des scénaris dans la zone d’étude

Scénario 1 : Prix bas (250 Fcfa/ Kg)

Cacao Forestier Fruitier

35
30
25
Pourcentage

20
15
10
5
0
n

re

ité

e
al

al
ag
io

nt
in

ci
uv

il
at

Ve

So
br
ic
rt
œ
m

Fe

éd

m
d'
m

O
M
so

s
oi
on

B
oc
ut

Usages
A

Figure 27: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du
cacao marchand dans la zone d’étude

69
Il ressort de la figure 27 qu’en situation de vente de cacao marchand à un prix relativement
faible (250 Fcfa), les producteurs dans l’ensemble accordent un score de 18, 12 et 7 %
respectivement à la vente de cacao, des produits dérivés des arbres fruitiers, et des arbres
forestiers. Pour des besoins de complément nutritionnel, un score de 19 % est accordé à la
consommation des produits issus des fruitiers. Pour ces derniers, les arbres fruitiers ont plus
de valeurs que les cacaoyers. Dans certains cas, des planteurs trouvent mieux de supprimer
certaines tiges de cacaoyers de leur AFC. La figure 28 présente un comportement différent
dans la stratégie de gestion lorsque le prix de vente de cacao marchand augmente.

Scénario 2 : Prix haut (1000 Fcfa/ Kg)

Cacao Forestier Fruitier

35
30
Pourcentage

25
20
15
10
5
0
n

re

al
e
é

al
io

nt
lit

ag
in

ci
uv
at

rti

Ve

So
ic

br
œ
m

Fe

éd

m
d'
m

O
M
so

s
oi
on

B
oc
ut

Usages
A

Figure 28: Distribution des préférences en fonction des usages, des types d’arbres et du
cacao marchand dans la zone d’étude

Il ressort de la figure 28 qu’en situation de vente de cacao marchand à un prix haut (1000
Fcfa), les producteurs dans l’ensemble accordent un score de 24, et 10 % respectivement à la
vente de cacao, des produits dérivés des arbres fruitiers, et des arbres forestiers. Pour des
besoins de complément nutritionnel, un score de 16 % est accordé à la consommation des
produits issus des fruitiers. Dans ce cas, la valeur accordée à la vente du cacao est
relativement supérieure de 8 % de la valeur des fruitiers. Les cacaoyers sont de nouveaux
entretenus.

La diminution des prix de vente du cacao marchand et des revenus des producteurs a entraîné
des stratégies de diversification des AFC par l’introduction des espèces fruitières pour pallier

70
au manque à gagner. Mais lors de la remontée des prix de vente de cacao, l’attrait représenté
par la vente de ce produit conduit à favoriser à nouveau la culture du cacaoyer (Traitement et
récolte) et en laissant sur place les arbres fruitiers qui servent d’aliment.

4.5. VERIFICATION DES HYPOTHESES


Notre première hypothèse est formulée comme suit : «Les espèces associées aux cacaoyers
sont quantitativement et qualitativement signifiantes dans le Centre Cameroun ». Les résultats
de l’inventaire révèlent 4647 arbres fruitiers et 2335 arbres forestiers. Soit un total de 6982
arbres répartis dans cinquante cacaoyères. Nous pouvons de ce fait accepter cette hypothèse.

Ensuite, la deuxième hypothèse à tester est la suivante : « L’importance et le rôle accordé à


une espèce par un producteur varient lorsque l’on passe d’une zone à une autre ». Les résultats
de l’étude montrent que les producteurs des trois zones (Bokito, Ngomedzap et Zima)
accordent une importance forte à l’usage vente (36 %), suivi de l’autoconsommation (21 %).
Cette hypothèse est refusée.

Enfin, la troisième hypothèse à vérifier est intitulée comme suit : « La contribution du cacao
au revenu des ménages entraîne des stratégies de diversifications des cacaoyères suite aux
variations de prix ». Dans le premier cas, les producteurs du Centre Cameroun accordent un
score de 19 % à la consommation des fruits contre 18 % à la vente du cacao. En situation de
hausse de prix de vente du cacao, 24 % sont accordés à la vente du cacao contre 16 % à la
consommation des fruits. Ces résultats montrent que suivant la variation de prix à la baisse ou
à la hausse, les producteurs adoptent des comportements différents dans le mode de gestion
des AFC. Cette hypothèse est acceptée.

71
CHAPITRE 5 : CONCLUSION, RECOMMANDATIONS ET LIMITES
DE L’ETUDE.

5.1. CONCLUSION
L’étude avait pour objectif principal d’évaluer l’importance des espèces associées dans les
agroforêts à base de cacao, ainsi que de l’impact des variations de prix de cacao sur les
stratégies de conduites de ces agroforêts dans la Région du Centre Cameroun. La finalité était
de prime abord d’identifier les différentes espèces ligneuses autres que le cacaoyer présentes
dans les cacaoyères, ensuite de déterminer l’importance relative qu’accordent les producteurs
aux différents usages et espèces présentes dans les cacaoyères et enfin d’évaluer l’impact de
la fluctuation du prix du cacao marchand sur les stratégies de conduites des agroforêts à base
de cacao par les producteurs.
L’analyse des caractéristiques des producteurs révèle que sur 50 cacaoyères appartenant à 35
producteurs, 97 % sont mariés et 54 % ont moins de 50 ans. Ces producteurs sont répartis au
sein de quatre ethnies (Betti, Ewondo, Eton, et Yambassa) dominé par 37 % de Yambassa.
Dans la zone, 91 % peuvent lire, écrire et même constituer des interlocuteurs privilégiés de la
recherche.
L’analyse des résultats d’inventaire dévoile que 6982 arbres associés au cacaoyer ont été
inventoriés soit 4647 arbres fruitiers et 2335 arbres forestiers. Ces arbres sont répartis au sein
de 70 % des AFC héritées contre 30 % qui sont acquises. Ainsi de façon zonale Bokito
enregistre 4519 arbres, 78 espèces, et 33 familles. Quant à Ngomedzap, il enregistre 1172
individus, 110 espèces et 35 familles. Enfin Zima enregistre 1291 individus, 82 espèces et 30
familles botaniques.
La grande diversité floristique des agroforêts a été mise en évidence et montre que 39 espèces
sont communes à Bokito et Ngomedzap, 34 espèces communes à Ngomedzap et Zima et 21
espèces communes à Bokito et Zima. L’indice de Sorensen présente des valeurs de 0,29 dans
la Zone de Bokito et Ngomedzap, 0,26 dans la zone de Ngomedzap et Zima et enfin une
valeur de 0,20 dans la zone de Bokito et Zima. Ceci traduit 29 % de chance de retrouver une
même espèce dans les agroforêts de Bokito et Ngomedzap, 26 % de chance de retrouver la
même espèce dans la zone de Zima et Ngomedzap, et 20 % de chance de retrouver la même
espèce dans la zone de Bokito et Zima. Ces résultats montrent l’existence des gradients
écologiques et démographiques propre à chaque zone.

72
Aux questions d’importances sur les usages et les espèces dans les AFC, les producteurs dans
l’ensemble ont présenté une importance forte à la vente (36 %), l’autoconsommation (20,7
%), le bois d’œuvre et d’usage (12,7 %), l’ombrage (11 %), la médecine (11 %), la
fertilisation (4,7 %), et le social (5,33 %). Des 270 espèces associées (225 fruitiers et 45
forestières) à répartir entre 7 usages, les producteurs dans l’ensemble ont manifesté une
préférence pour Dacryodes edulis (13,3 %), Persea americana (12,6 %), Citrus sp (12,5 %) et
Elaeis guineensis (12 %).
Suite à la fluctuation de prix de vente du cacao marchand, les résultats montrent que les
producteurs accordent plus d’importance aux fruitiers lorsque le prix du cacao est bas et en
situation inverse, ils accordent plus de valeur à la vente du cacao.
Aux fins de contribuer à l’exploitation durable et à l’augmentation des revenus des
producteurs malgré la fluctuation de prix d’achat de cacao marchand, et même de lutter
efficacement pour la création des richesses en zone rurale, quelques recommandations ont été
formulées.

5.2. RECOMMANDATIONS
La population sans cesse croissante, la fluctuation de prix d’achat de cacao marchand aux
producteurs, le gain de valeur commerciale de certains PFNL, la pression sur les agroforêts à
base de cacao rendent urgent le developpement des techniques intensives de productions des
arbres à haute valeur socio-économique. Pour la valorisation de ces ressources dans les
agroforêts à base de cacao l’étude recommande :
Les producteurs devraient :
- domestiquer et densifier les agroforêts à base de cacao en espèces productrices
de bien consommables à haute valeur nutritive, à haute valeur commerciale, à
haute valeur fertilitaire, à haute valeurs médicinales et produisant un ombrage
utile et de manière à augmenter leurs revenus.
- s’organiser en groupe pour produire les jus de fruits naturels, du beurre, de
l’huile, et de la pâte de cacao.
Les organismes de recherche et de développement (IRAD et CIRAD) devraient :
- développer un programme de spécialisation des zones agro-écologique du
Centre Cameroun qui tiennent compte des spécificités de production fruitières
de chaque localité pour éviter les inadaptations environnementales, et socio
économique de certaines plantes.

73
- vulgariser auprès des producteurs, les espèces fruitières et forestières à haute
valeur nutritive, à haute valeur commerciale, à haute valeur médicinale, à haute
valeur fertilitaire et à ombrage utile ;
- vulgariser les techniques d’exploitation du bois dans ces zones agro-
écologiques pour une meilleure appropriation ;
- conduire d’autres études similaires qui viseront à schématiser les agroforêts à
base de cacao à valeurs optimales pour le bien être des producteurs
- organiser des séances de formation sur les méthodes de conservation des fruits,
production et conservation des jus de fruits naturels, de fabrication et de
conservation du beurre, de l’huile, et de la pâte de cacao dans les zones rurales.
L’Etat Camerounais devrait :
- étendre le réseau routier, les pistes de collectes et des points de vente afin de
favoriser les mouvements des biens et des personnes. Ce faisant, il contribuera
à la création des richesseset des emplois, et à l’amélioration de leur bien-être.

5.3. LIMITES DE L’ETUDE


1. En raison des travaux de recherches permanentes dans les zones d’étude, les
producteurs des différents sites trouvaient le questionnaire un peu fatigant et
contraignant. Cette situation entraînait des biais dans les réponses et parfois l’absence
de réponses.
2. La méthode de distribution des cailloux en elle-même trouve des limites. Lorsque les
espèces sont nombreuses dans une parcelle, le producteur a du mal à distribuer les
palmistes. En ce sens qu’après avoir distribué les 100 palmistes, il ne sait plus
comment gérer les cases vides, lorsqu’elles existent.
3. Les producteurs ne connaissent pas toutes les utilités des espèces présentes dans leurs
parcelles et ceci entraîne des biais dans MDC.
4. Les résultats de l’étude sont le fruit d’un travail opéré sur un panel de producteurs
définis. Les orientations proposées ne sont en aucun cas généralisables à l’échelle de
la région du centre.
5. L’étude est menée en faisant varier uniquement le prix du cacao et en supposant stable
la valeur marchande des espèces associées.
6. Les données ont été recueillies sur déclaration, avec un seul passage, et l’information
est exclusivement qualitative même si des données quantitatives ont aussi été
collectées et analysées en tant qu’ordre de grandeur,
7. Les stratégies utilisées dans cette étude jouent sur le long terme.
Cependant, ces limites n’ont pas hypothéqué les résultats qui ont été présentés.

74
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Abena P. E., 2006 .La libéralisation des filières cacao/café du Cameroun et la transparence
des marchés. Réunion des experts sur les moyens d’aider les petits producteurs et
transformateurs des produits de base dans les pays en développement à accéder aux
marchés mondiaux, CNUCED
Alary V., 1996. Incertitude et prise de risque en période d’ajustement .Le comportement des
producteurs de cacao du Cameroun avant et après 1994. Thèse de Doctorat. Paris,
France, Université de Paris 1 Sorbone, 749 P.
Ambassa-Kiki R., & Tiki Manga T., 1993. Caractérisation biophysique et socio-
économique de la zone forestière humide du Cameroun. Actes du symposium national
du projet “Alternatives à l’Agriculture Itinérante sur Brûlis” du Cameroun. 154pp.
Ambassa-Kiki R., & Mvondo Ze. D., 2001. Les différentes terres agricoles du Cameroun
.In : La voix du Paysan, recueil de fiches techniques pour l’entrepreneur rural, tome
2.Yaounde, Cameroun, Saild : 9-20.
Annon., 2000. Etudes socio-économiques régionales au cameroun. Province du Centre.
Yaoundé, Cameroun, Ministère de la planification et de l’Administration du territoire,
Projet Pnud-Ops Cmr/98/005/01/99,152p.
Ardilly P., 1994. Les techniques de sondage. Paris : Edition technique.
Assoumou J., 1977. L’économie du cacao. Agriculture d’exportation et bataille du
développement. Paris, Edition universitaires Jean-pierre Delarge, 351 p.

Aulong S., 1998. Les conditions d’extension de l’agrumiculture dans le centre Cameroun.
Cas du village de Ntsan .Mémoire de stage ESATI. CNEARC, ENITA de Bordeaux,
CIRAD- FLHOR, 1998.

Baumer M., 1987. Agroforesterie et désertification. Centre technique de coopération agricole


CTA. 259 p.

Bernard A., 2003. Libéralisation de la commercialisation d’un produit de base.


Conséquences et perspectives : Cas du cacao au Cameroun, CICC. 16 p.

Bellefontaine R. Petit, S., Pain O, M., Deleporte P., & Bertault, R., 2001. Les arbres hors
forêt vers une meilleure prise en compte.

75
Betti J. L. (2001). Usages traditionnels et vulnérabilité des plantes médicinales dans la
reserve de biosphère du Dja, Cameroun. Thèse de Doctorat, Université Libre de
Bruxelles. Belgique.
Burle L., 1961. Le cacaoyer tome premier. Paris, France, Editions Larose, 316 p.

Boyer J., 1973. Cycle de la matière organique et des éléments minéraux dans une cacaoyère
Camerounaise. Café, cacao, thé 17 : 2-23.

Champaud J., 1966. L’économie cacaoyère du Cameroun. Cahiers Orstom, série Sciences
humaines, (3) : 105-124.
Champaud J., 1973. Commentaire des cartes de l’atlas régional ouest II. France : Orstom,
115p
Dallière C., 1996. Systèmes agroforestiers caféier et cacaoyer d’écotone forêt-savane chez
les Tikarsdu Cameroun: étude agro-écologique, ethnobotanique et socio-économique.
Mémoire DEA. Université d’Orléans. 70p. 16-17.
Debroux L., & Dethier M., 1993. Valorisation des produits secondaires de la forêt dense
humide tropicale. Réserve de faune du Dja, Sud-Cameroun. Mémoire de fin d’études.
Faculté des Sciences Agronomiques de Gembloux, Belgique.
Donald F.P., 2004. Biodiversity impact of some agricultural commodity production systems.
Conservation Biology. Vol 28 nº1: 17- 37.
Duguma B., Gockowski J., & Bokala J., 1998. Smallholder cocoa (Theobroma cacao).
Cultivation in agroforestry systems of West and Central Africa: Challenges and
opportunities ICRAF-Yaoundé. 25 p.

Dupriez H., & De Leener P., 1993. Arbres et agricultures multi étagées d’Afrique, CTA,
Terres et vie 280 p.

Dury S., 1999. Les conditions économiques d’adoption d’innovations agroforestieres. Le cas
de l’arboriculture fruitière au Centre-Cameroun. Rapport d’activité AUPELLF-
UREF, IRAD, IITA, CIRAD, Université de Dschang, INRA.80p

FAO., 2009. Directives pour la Planification de l’Utilisation des Terres Département du


développement durable, archives de document de la FAO
Fongang F. G. H., 2008 a. Cours de Méthodologie de la recherche. Quatrième année, Faculte
d`Agronomie et des Sciences Agricoles (FASA)
Fongang F. G. H., 2008 b.Les mutations du secteur agricole bamiléké (Cameroun) étudié à
travers ses acteurs : une analyse à partir des localités de Fokoué et de Galim. Thèse
de Doctorat en Sociologie. AgroParisTech, INAPG, 415 p.

76
Foresta H., & Michon G., 1993. Creation and management of rural agroforests in
Indonesia: Potential applications in Africa. In: Tropical forest, people and food:
biocultural interactions and applications to development. Paris, MAB séries. 13 pp.
709-724.
FSP., 2004. Rapport annuel scientifique et technique. Projet FSP. 35 p
Gokowski J.J., & Dury S., 1999. The economics of cocoa-fruit agroforests in Southern
Cameroon. In F. Jimenez and J. Beer, eds. Multi-strata Agroforestry Systems with
Perennial Crops, p. 239-241. Turrialba, CATIE.
Grais B., 2000. Méthodes statistiques. Paris : Dunod
http : //www.zchocolat.com/z33/chocolat/chocolat/production-cacao.asp page en ligne
consultée le 19 Août 2009 à 11 h 15
Herzog F., 1994. Multiporpose shade trees in coffee and cocoa plantations in Côte d’Ivoire.
Agroforestry system 27: 259-267.

Hietet N. J. D., 2005. Valeur socio-économique des agroforêts à base de cacaoyer : Cas de
la Lékié et de la Mefou Afamba dans le Centre et de la Mvila dans la province du Sud-
Cameroun. Mémoire de fin d’études. FASA, UDS, Dschang. 78 p.

Hladick A., Maldague M., & Posso P., 1996. Agroforesterie en zones forestières humides
d’Afrique, Paris, UNESCO-MAB.
Jagoret P., & Nyassé S., 2003. Intensification raisonnée du verger de cacaoyer
Camerounais par l’identification des systèmes de productions compétitifs et
durables. Rapport annuel scientifique et technique 2003 IRAD/ CIRAD, projet
Mise au point de systèmes de cacaoculture compétitif et durable en Afrique FSP
2000- 137
Jagoret P., Couve C., Bouambi E., Menimo T., Domkam I., & Nyassé S., 2006.
Caractérisation des systèmes de cacaoculture du Centre-Cameroun. Yaoundé,
Irad/Cirad, 107 p.
Jagoret P., Todem N. H., Bouambi E., & Nyasse S., 2006. In : 15ème Conférence
internationale sur la recherche cacaoyère, San José, Costa Rica, 9-14 octobre 2006.
S.l. s.n, 9 p. Conférence internationale sur la recherche cacaoyère. 15, 2006-10-
09/2006-10-14, San José, Costa Rica.
Jagoret P., Todem N. H., Bouambi E., Battini L, J., & Nyassé H., 2009. Diversification
des exploitations agricoles à base de cacaoyer au Centre Cameroun : mythe ou
réalité ? Centre de Coopération Internationale de Recherche Agronomique pour le

77
Développement (CIRAD). Unité Propre Biotechnol. Agron. Soc. Environ. 2009
13(2), 271-280
Jimenez F., & Beer., 1999. Multistrata agroforestry systems with perennials crops.
Turrialba. CATIE

Koppert G.J.A., Dounias E.A., Froment A., & Pasquet P., 1993. Food Consumption in
three Forest Populations of the Southen Coastal Area of Cameroon: Yassa-Mvae-
Bakola. In: Hladik, C.M. & Linares, O.F. (éds). Tropical Forest Peoples and Food:
Biocultural Interactions and Applications to Development. Man and the Biosphere
series, vol. 13, UNESCO, Paris.
Lamanda N., 2005. Caractérisation et évaluation agro-écologique des systèmes de culture
agroforestiers : une démarche appliquée aux systèmes de culture à base de cocotiers
(Cocos nucifera L.) sur l’île de Malo. Thèse de doctorat, INAPG. 200 p. + annexes.
Leakey, R. R .B. 2001. Win-win land use strategies for Africa: 2. Capturing economic and
environment benefits with multistrata agroforests. Iternational Forestry Review, 3 :
331- 340
Leplaideur A., 1985. Les systèmes agricoles en zone forestière: les paysans du Centre et Sud
Cameroun. 615p. (114-118p).
Losch B., Fusillier J.L., Dupraz P.O., & Ndoya J., 1991.Stratégies des producteurs en
zone caféières et cacaoyère du Cameroun : Quelle adaptation à la crise ? Collection
DSA vol 2.DSA-CIRAD.
Losch B. (1990). Evolution des systèmes de production agricoles en zone SODECAO et
principales réactions des productuers camerounais à la crise cacaoyère. CIRAD/DSA,
Programme SILVIT (DSA 1990/21). 71p.
Massein G., 2000. Impact des variations de prix du cacao sur les stratégies de plantations
des producteurs de la Lékié, Centre-Cameroun.Etude de cas à Ntsan (arrondissement
d’Obala). Mémoire de diplôme d’ingénieur: Agro M, Montpellier, IITA, CIRAD, 93p
Mekembom Y. N., 2005. Potentiel en produits forestiers non ligneux des agroforêts à base
de cacaoyers : Cas des départements de la Lékié, de la Mefou-Afamba dans la
province du Centre et de la Mvila dans la province du Sud-Cameroun. Mémoire de fin
d’étude.84 p.

Mémento de l’Agronome., 2002. Cirad, Gret, Ministère des affaires étrangères. Paris,
Jouves, 1063p

78
Messie A.C., 2007. Caractérisation de la richesse floristique en fonction de l’age des
agroforêts à base de cacaoyers du bassin du centre Cameroun : cas de Bokito, Obala
et Ngomedzap. Mémoire du diplôme d’Ingénieur de conception des Eaux Forets et
Chasse. Dschang, Cameroun, Faculté d’Agronomie et des Sciences Agricoles,
Département de Foresterie, 96 p.
MINAGRI / Division des études et projets agricoles., 1999. Programme sectoriel café et
cacao. MINAGRI, 37p.
MINPAT / Projet PNUD-OPS CMR/98/005/01/99., 2000. Etudes socio-économiques
régionales au Cameroun. MINPAT, 152 p.
Mompremier E., 2003. L’agroforesterie pour le développement durable de l’Estran
(Gaspésie) : Caractérisation du milieu en vue d’une valorisation de l’espace rural par
des pratiques agroforestières. Essai de Maîtrise. Université Laval, Québec, 86 p.
Moneye J. J., (2005). Contribution à l’étude du potentiel ligneux des agroforêts à base de
cacaoyers dans les zones de forêt dense humide du Cameroun : cas des départements
de la Lékié, de la Mefou-Afamba et de la Mvilla. Mémoire présenté en vue de
l’obtention du diplôme d’ingénieur des eaux, Forêts et Chasse. UDS, Cameroun. 66p.
Morgane B., 2008. Contribution à l’évaluation des systèmes de culture plurispécifiques en
milieu tropical. Cas des agroforêts à base de cacaoyers au Cameroun. Mémoire de
master science et technologie du vivant.74P
Mossu G., 1990. Collection «Le technicien d’agriculture tropicale». 155p.
Ndoye O., Ruiz P., & Eyebe A., 1999. NTFP Markets in Central Africa: The Role of
Research for a Balance between Welfare Improvement and Forest Conservation. In:
Sunderland, T.C.H., Clark, L. & Vantomme (eds). The NWFP of Central Africa:
Current research issues and prospects for conservation and development. FAO, Rome.
345p.
Ndoye O., & Ruiz-Perez M., 1995. Commerce transfrontalier et intégration régionale en
Afrique centrale: Cas des produits forestiers non-ligneux. Cahier des Sciences
Humaines. Yaoundé, Cameroun: ORSTOM. 21p.
N’goran K., 2003. Reflection on a durable cocoa production system: The situation in the
Ivory Coast. Africa Paper from Workshop held in panama, 3/30-4/2, 1998.
Smithsonian institution Washington DC.

Nouvellet Y., 1992. L’arbre au centre de la vie de FARA-Poura (Burkina Faso). Le


Flamboyant 21 : 9-13. SILVA.

79
Nya N., 1981. Etat d’avancement des travaux de génétique et d’amélioration du cacaoyer.
Actes de la 7ème conférence internationale sur la recherche cacaoyère. p 507-511.
Ngala O.Y., 1997. The collection, processing, use and marketing of NTFPs in selected
Villages of Solidam Zone located in the Central Province of Cameroon. M.Sc.
dissertation, Université de Dresde, Allemagne. 212p.
Nkeng M., 2002. Incidence des facteurs agro-écologiques sur l’épidémiologie de la
pourriture brune des fruits du cacaoyer au Cameroun : contribution à la mise en
place d’un modèle d’avertissements agricoles. Thèse de Doctorat. Paris,
France, Institut national agronomique Paris-Grignon, 151 p.
ONCC., 2007. Mesures prise par les gouvernements pour parvenir à une économie
cacaoyère plus durable:Cas du Cameroun. Table ronde sur l’économie cacaoyère
mondiale durable.8p
Obiang O.B., 1998. Stratégies d’intégration des fruitiers locaux dans les systèmes de
production en zone forestière humides de basse altitude du Cameroun. Cas des
départements de la Lékié et de la vallée du Ntem. Université de Dschang.

Okuneye P. A., Aromolaran A. B., Adetunji M. T., Arowolo T. A., Adebayo K., &
Ayinde I. A., 2003. Environmental impact of cocoa and rubber cultivation in Nigeria.
Outlook on agriculture 32 (10): 43-50.

Ousmanou I., 2005. Structure et fonctionnement des jardins de case à base de Caféiers dans
les zones humides du Cameroun : cas des Départements du Koung-khi, Bamboutos, et
du Ndé. Mémoire présenté en vue de l’optention du diplôme d’ingénieur des Eaux,
Forêt et Chasses. 50 p

Padi B., & Owusu G. K., 2003. Towowords an integrated pest management for sustainable
cocoa production in Ghana. Paper from workshop held in Panama, 3/30-4/2, 1998.
Smithsonian institution. Washington, D.C.

R C., 1987. Recensement agricole 1984. MINAGRI, Yaoundé.

Rogers E.M., 1983. Diffusion of innovations. The Free press: New York, N.Y.

Santoir C., & Bopda A., 1995. Atlas régional Sud-Cameroun. Paris, France, Editions de
l’ORSTOM. 53p.

80
Schlaepfer R., 2002. Cours d’Ecologie. Laboratoire de gestion des Ecosystèmes (GESCOS),
Faculté de l’environnement Naturel, Architectural et construit (ENAC), EPFL.
Lausane
Sebillotte M., 1974. Agronomie et agriculture. Essai d’analyse des tâches de l’agronome.
Dans les cahiers de l’ORSTOM, série biologie, N°24. Paris : ORSTOM. 3-25pp.
Sheil D., Rajindra K.P., Imam B., Van H., Wan M., Liswanti N., Rukmiyati., Sardjono
A.M., Samsoedin I., Sidiyasa K., Chrisandini., Permana E., Angiu M.E.,
Gatzweiler F., Johnson B., & Wijaya A., 2004. A la découverte de la biodiversité,
de l’environnement et des perspectives des populations locales dans les paysages
forestiers. Méthodes pour une étude pluridisciplinaire du paysage. Center for
international forestry research, indonesie.2004. 97p.
Sonwa D., Weise S., Tchatat M., Nkongmeneck B., Adenesia A., Ndoye O. & Gockowski,
J., 2000. Les agroforêts cacao: espace intégrant développement de la cacaoculture,
gestion et conservation des ressources forestières au Sud-Cameroun. Paper presented
at the second Pan African Symposium on the sustainable use of Natural Resources in
Africa. Ouagadougou, Burkina Fasso, 24-27 July 2000. 50 p
Sonwa D., Weise S., Tchatat M., Nkongmeneck, B.A., Adesina A., Ndoye O., &
Gockowski J., 2001. The role of cocoa agroforests in rural and community forestry in
Southern Cameroon. Rural Development Forestry Network Paper, 25g: 1-10.
Overseas Development Institute, London
Sonwa D.J., Okafor J.C., Mpungi B, P., Weise S., Tchatat M., Adesina A., Nkongmeneck
A.B., Ndoye O. & Endamana D., 2002. Dacryodes edulis, a neglected non-timber
forest species for the agroforestry system of West and Central Africa. Forest trees and
livelihoods, 12: 41-45
Sonwa D., 2004. Biomass management and diversification within cocoa agroforests in the
humide forest zone of Southern Cameroon. PhD Thesis, Kumba, Cameroon. 130 p.

Temple L., 1995. Système et structure des exploitations de cacao au Cameroun. Extrait du
rapport du projet STD-Union Européenne (Agricultural price policy and its impact on
export and food crop production in Cameroon). Cirad, Institute for Agricultural
Economics, University Hohenheim. Montpelier, France, Cirad, 46 p.
Thamman R. R., 1990. Mixed home gardering in the pacific Islands present statuts and
future prospects. In landauer, K and Brasil M. (Eds) tropical home gardens. United
nations University press. P 41-65.

81
Todem N. H., 2005. Bilan financier des systèmes de cacaoculture du Centre-Cameroun.
Mémoire de fin d’étude. Yaoundé, Cameroun, Irad, Université de Dschang, 86 p.
Torquebiau E.F., 2000. A renewed perspective on agroforestry concepts and classification.
C.R. Acad. Sci. Paris, Sciences de la vie, 323 : 1009-1017.
Van D. J. F. W., 2000. An assessment of non-wood forest products resources for a
development sustainable commercial extraction. In T.C.H Sunderland, L. E. Clark and
P. Vantome, eds. 1999. Non-wood forest products of central Africa. Current research
issus and prospects. For conservation and developpement. p37-49.

Vandijk, J. F. W. 2000. An assessment of non-wood forest products resources for a


development sustainable commercial extraction. In T.C.H Sunderland, L. E. Clark and
P. Vantome, eds. 1999. Non-wood forest products of Central Africa. Current research
issus and prospects. For conservation and developpement. p37-49.

Varlet F., & Tchiat L., 1991. Dynamique de plantation et stratégies des planteurs dans les
zones cacaoyères et caféières de Makénéné et Ndikiniméki (Centre-Cameroun).
Rapport de stage effectué pour la SODECAO. 179p

Varlet F., 2000. Institutions publiques et croissance agricole au Cameroun. Thèse de


doctorat. Montpellier, France, école nationale supérieure agronomique, 467 p +
annexes.

Vivien J., & Faure J. J., 1985. Arbres des forêts denses d’Afrique centrale. Agence de
coopération culturelle et technique, Paris. France.
Wagler C., 2007 Comparaison des méthodes de description de la structure végétale de
parcelles agroforestières à base de café, et évaluation des performances de ces
parcelles .Pour l’obtention du diplôme d’Ingénieur en Agronomie générale, Paris,
France, Agro Paris Tech.125 p

Wessel M., & Geritsma W., 1993. Pre-thinking the shade policy for cocoa growing in West
Africa proceedings, 11th international cocoa research conference, Yamoussoukro/Côte
d’Ivoire, p 80-86.

Wikipedia., 2009. L’encyclopédie libre. Economie du Cameroun. [On line][13-04-


09].http://fr.wikipedia.org
Wilks C. M., & Issembé Y. A., 2000. Guide pratique d’identification: les arbres de la
Guinée Equatoriale. Région continentales, Projet Curef, Bata Guinée Equatoriale.
Wood G. A. R. 1991. A history of early cocoa introduction: Cocoa Growers Bul. 44p: 7-12.

82
ANNEXES
Annexe 1: Présentation de l’IRAD
STATUT
L’institut de recherche Agricole pour le développement (IRAD) est un Etablissement Public à
caractère Administratif (EPA) créé en 1996 par le décret nº 96/050 du 12 mars 1996 modifié
par le décret nº 2002/230 du 6 Septembre 2002.

MISSIONS
- Mettre en œuvre une programmation Scientifique autour des axes prioritaires
pour le développement du pays, à partir des besoins réels des utilisateurs ;
- Assurer la gestion durable des ressources de base et la conservation de
l’environnement ;
- Favoriser la valorisation et mettre à la disposition des utilisateurs de la
recherche des données, des résultats et produits répondant à leurs besoins ;
- Générer toutes les informations ayant un impact sur le développent agricole.
-
RESSOURCES HUMAINES
L’IRAD compte actuellement 1030 agents dont 275 chercheurs, 147 techniciens, le reste du
personnel est constitué de cadres administratifs et agents d’appui.

INFRASTRUCTURES
Pour exécuter ses missions, l’IRAD dispose de :
5 centres régionaux de recherches ;
4 centres spécialisés de recherches à vocation régionale et internationale ;
12 stations polyvalentes de recherches (SPRA) ;
4 stations spécialisées de recherches (SSRA) ;
33 antennes de recherches ;
10 laboratoires de référence.

LES COORDINATIONS SCIENTIFIQUES


Cultures annuelles
Céréales, légumineuses et cultures maraîchères, tubercules, racines et plantains, cultures
annuelles industrielles ;
Cultures pérennes
Fruits, plantes stimulantes, plantes oléagineuses, plantes à latex ;
Productions animales et halieutiques
Bovins, monogastriques, petits ruminants, santé animale, pêche et aquaculture ;
Forêt et environnement
Foret et bois, biodiversité, sol, eaux et atmosphère ;
Systèmes de production sociologie et économie
Socio-économie, Technologie alimentaire, agroforesterie.

RELATIONS DE COOPERATION
L’IRAD entretien des relations :
- Au niveau national avec les départements ministériels, les instituts
universitaires et les sociétés de développement public et privé ;
- Au niveau international avec le CIRAD, l’IRD, la Banque Mondiale, l’IPGRI,
l’IITA, l’ICRAF, le SCAC, la CEE, la BAD.

83
Annexe 2 : Fiche d’inventaire des espèces associées aux cacaoyères

ESSENCES

Circonférence (m)

Hauteur (m)
N° Noms Noms Noms

Rayon (m)
Familles
vernaculaires Pilotes Scientifiques

1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
17
18
19
20
21
22
Source : Messie 2007

84
Annexe 3 : Fiche d’enquête des producteurs

UNIVERSITE DE DSCHANG

QUESTIONNAIRE

ANALYSE QUALITATIVE DES SYSTEMES DE CACAOCULTURE DU CENTRE


CAMEROUN

Ce questionnaire est élaboré dans le cadre du stage d’Insertion Professionnelle des étudiants
de la Faculté d’Agronomie et des Sciences Agricoles (F.A.S.A.) de l’Université de Dschang.
Les informations recueillies ne seront utilisées qu’à des fins académiques ou de recherche.
Votre coopération sera grandement appréciée.

Identification de l’enquêté.

1. Date …………………………………..
2. Zone…………………. ……………….
3. Site…………………………………….
4. Nom et prénom de l’enquêté……………………………………………………
5. Age (ans) ………..
6. Sexe : 1 = Masculin 2 = Féminin
Caractéristiques socio-économiques des planteurs
7. De quel village êtes vous originaire ……………………………………….
8 De quelle ethnie appartenez-vous…………………………………………………..
9. Situation matrimoniale :
1 = Marié(e) 2 = Divorcé(e) 3 = Célibataire 4 = Veuf (ve)
10. Combien d’enfants avez-vous……………..
11. Combien de filles avez-vous ……………...
12. Combien de garçons avez-vous …………..
13. Niveau d’instruction :

85
1 = Sans niveau 2 = Primaire 3 = Secondaire 4 = Universitaire
14. Niveau d’alphabétisation :
1= Illettré 2= Sais lire
15. Activité principale :
1 = Agriculture 2 = Elevage 3 = Commerce 4 = Salarié(e)
5 = Elève 6 = Autre (à préciser)………………………….
16. Activité secondaire :
1 = Agriculture 2 = Elevage
3 = Tronçonneur 4 = Autre (à préciser)………………………….

Identification des cacaoyères

17. Combien de cacaoyères avez-vous ?__________


18. Tableau d’identification des parcelles

N° Parcelle Age de la Superficie (m²) Mode


cacaoyère d’acquisition
(année)

Mode d’acquisition : H =héritage ; C= création ; M=métayage

19. Détermination des revenus des cacaoyères.

Parcelles Age de la Superficie Production Prix moyen Revenu


N° cacaoyère (m²) moyenne (kg) de vente du moyen par
(année cacao cacaoyère

86
20. Fiche de comptage des espèces associées au cacaoyer

Noms Noms Noms Espèces Espèces


Nº vernaculaires pilotes Scientifiqu Introduite conservée Objectifs
es s s
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
10.
11.
12.
13.
14.
15.
16.
17.
18.
19.
20.
21.
22.
23.
24.
25.

87
21. Méthode de Distribution des cailloux (exercices sur l’importance relative)
1-Parmis les espèces présentes (cacaoyer et espèces associées) dans votre parcelle, lesquelles
sont les plus importantes.
Usages

Bois d’œuvre

funérailles.)
Médicinale
Autoconso

et d’usage

(mariage,
Ombrage
mmation

TOTAL
Fertilité

Social
Vente

deuil
Espèces

TOTAL

88
2-En supposant une variation de prix du Kg de cacao à la baisse. Quelle serait l’importance
attribuée à chaque espèce.
NB. Le prix est celui vécu par le planteur.

Usages

funéraille
(mariage,
Ombrage
Autocons

Médicina
ommatio

d’œuvre

TOTAL
Fertilité
d’usage

Social
Vente

deuil
Bois

s.)
et

le
n

Espèces

TOTAL

89
3- En supposant une fluctuation de prix du Kg de cacao à la hausse .Quel serait l’importance
attribuée à chaque espèce.
NB. Le prix est celui vécu par le planteur.
Usages

funéraill
sommati

Ombrag
Autocon

Médicin

TOTAL
Fertilité
d’œuvre et

(mariag
e, deuil
Social
Vente
d’usage
Bois

es.)
ale
on

e
Espèces

TOTAL

Merci pour votre entière disposition !

90
Annexe 4 : Fréquence et Densité obtenues pour les espèces inventoriées dans les zones
d’étude

Fréquences et Densité obtenues pour les espèces inventoriées à Bokito


Noms Scientifiques Types d'arbres Fréquence Densité/ ha
Afzelia pachyloba Forestière 12 4
Albizia adianthifolia (Schumach.) W. Wight Forestière 48 6
Alchornea cordifolia (Schumach.&Thonn.) Forestière 6 1
Annona muricata Fruitière 9 15
Anthocleista vogelii Planch. Forestière 3 1
Artocarpus altilis J.R.Forst. & G.Forst. Forestière 3 2
Bombax buenopozense P. Beauv. Forestière 9 4
Bridelia micrantha (Hochst.) Baill. Forestière 57 5
Canarium schweinfurthii Engl. Fruitière 39 5
Carapa procera Dc. Forestière 24 7
Carpolobia alba G.Don Forestière 3 1
Ceiba pentandra (L.) Forestière 132 28
Citrus articulata (Spreng.) Swingle &Kellerm. Fruitière 9 22
Citrus sinensis (L.) Osbeck Fruitière 1209 74
Citrus sp. Fruitière 3 2
Cleistopholis patens (Benth.) Engl. & Diels Forestière 6 2
Coelocaryon preussii Warb. Forestière 6 6
Cola acuminata (P. Beauv.) Schum. Fruitière 9 2
Cola ballayi Cornu ex Hack. Forestière 21 5
Cola ficifolia Mast. Forestière 15 6
Cola lateritia k. Schum. Fruitière 36 5
Cola nitida (Vent.) Schott & Endl. Fruitière 129 10
Cordia aurantiaca Baker Forestière 6 2
Cordia platythyrsa Baker Forestière 9 4
Cylicodiscus gabunensis Harms Forestière 3 3
Dacryodes edulis (G. Don) H. J. Lam Fruitière 537 32
Desbordesia glaucescens (Engl.) Van Tiegh. Forestière 18 3
Discoglypremma caloneura (Pax) Prain. Forestière 6 6
Dracena arborea (Wild.) Link Forestière 6 2
Elaeis guineensis Jacq. Fruitière 960 72
Elaeophorbia drupifera Stapf. Forestière 6 5
Entandrophragma candollei Harms Forestière 3 1
Erythrophleum ivorense A. Chev. Forestière 27 7
Ficus exasperata Valh. Forestière 9 2
Ficus mucoso Ficalho Forestière 42 15
Ficus sp. Forestière 3 1
Gambeya lacourtiana Forestière 6 6
Garcinia afzellii Forestière 3 2
Garcinia cola Heckel Fruitière 12 5
Glyphrea brevis (Spreng.) Monach. Forestière 3 12
Harungana madagascariensis Lam. ex poir Forestière 6 2
Hevea brasiliensis (A. Juss.) Mull. Arg. Forestière 9 4
Inconnu Forestière 12 4
Indéterminé Forestière 6 1
Indéterminé Forestière 18 2
Indéterminé Forestière 3 3

91
Indéterminé Forestière 3 16
Irvingia gabonensis (Aubry-Lecomte ex O'Rorke) Baill. Forestière 9 2
Kigelia africana (Lam.) Forestière 15 4
Klainedoxa gabonensis Pierre ex Engl. Forestière 9 2
Mangifera indica L. Fruitière 144 23
Markhamia lutea (Benth.) k. Schum. Forestière 9 3
Milicia excelsa (Welw.) Berg. Forestière 127 9
Milletia sp. Forestière 9 32
Nauclea diderrichii (De Wild. & T.Durand) merr. Forestière 3 8
Newbouldia laevis Seem. Ex Bureau Forestière 111 16
Persea americana Mil. Fruitière 249 13
Phyllanthus discoideus (Baill.) Müll. Arg. Forestière 18 13
Picralima nitida Fruitière 3 1
Porterandia cladantha Forestière 15 2
Pseudospondias microcarpa (A. Rich.) Engl. Forestière 30 5
Psydium guajava L. Fruitière 6 5
Pteleopsis hylodendron Mildb. Forestière 21 12
Pterocarpus soyauxii Taub. Forestière 3 1
Pycnanthus angolensis (Welw.) warb Forestière 12 3
Rauvolfia macrophylla Stapf. Forestière 3 3
Rauvolfia vomitoria Afzel. Forestière 21 2
Ricinodendron heudelotii (Baill.) Pierre ex Heckel Fruitière 24 3
Spathodea campanulata P. Beauv. Forestière 9 32
Spondias cytherea Sonn. Fruitière 15 3
Sterculia rhinopetala K. Schum. Forestière 3 1
Tetrapleura tetraptera (Schumach. & Thonn.) Taub. Forestière 6 3
Trilepisium madagascariensis Forestière 6 10
Triplochyton scleroxylon K. Schum. Forestière 36 6
Uapaca guineensis Müll. Arg. Forestière 15 5
Vitex grandifolia Gürke Forestière 18 3
Voacanga africana Stapf Forestière 63 7

Fréquences obtenues pour les familles inventoriées à Bokito


Famille Fréquence Moyenne Pourcentage (%)
Agavaceae 6 6 0,008
Anacardiaceae 189 63 0,282
Annonaceae 6 6 0,008
Apocynaceae 96 24 0,143
Arecaceae 960 960 1,434
Bignoniaceae 120 60 0,179
Bombacaceae 141 71 0,210
Boraginaceae 15 8 0,022
Borraginaceae 576 288 0,860
Burseraceae 39 20 0,058
Caesalpiniaceae 21 7 0,031
Clusiaceae 21 21 0,031
Combretaceae 129 22 0,192
Euphorbiaceae 9 9 0,013
Fabaceae 12 12 0,017
Inconnu 12 12 0,017
Indéterminé 63 13 0,094
Irvingiaceae 18 27 0,026
Lauraceae 27 14 0,040
Loganiaceae 249 249 0,372

92
Meliaceae 3 3 0,004
Mimosaceae 42 14 0,062
Moraceae 57 19 0,085
Myristicaceae 187 37 0,279
Myrtaceae 18 9 0,026
Papillonaceae 6 6 0,008
Polygalaceae 3 3 0,004
Pteropodidae 15 15 0,022
Rubiaceae 18 9 0,026
Rutaceae 1221 407 1,824
Sapotaceae 6 6 0,008
Sterculiaceae 62606 10434 93,564
Tiliaceae 3 3 0,004
Verbenaceae 18 18 0,026

Fréquences et Densité obtenues pour les espèces inventoriées à Ngomedzap


Types
Noms Scientifiques d’arbres Fréquence Densité/ha
Albizia adianthifolia (Schumach.) W. Wight Forestière 41 6
Albizia glaberrima (Schum. & Thonn.) Benth. Forestière 1 1
Alstonia boonei De Wild. Forestière 20 3
Antrocaryon klaineanum Pierre Forestière 12 2
Artocarpus altilis J.R.Forst. & G.Forst. Forestière 1 1
Berlinia confusa Hoyle Forestière 1 3
Bombax buenopozense P. Beauv. Forestière 1 1
Bridelia micrantha (Hochst.) Baill. Forestière 4 2
Canarium schweinfurthii Engl. Forestière 11 3
Carapa procera Dc. Forestière 2 2
Carpolobia alba G.Don Forestière 1 1
Ceiba pentandra (L.) Forestière 3 2
Citrus sinensis (L.) Osbeck Fruitière 6 2
Cleistopholis patens (Benth.) Engl. & Diels Forestière 6 2
Cola acuminata (P. Beauv.) Schum. Fruitière 5 2
Cola ficifolia Mast. Forestière 1 1
Cola lateritia k. Schum. Fruitière 9 2
Cola lepidota Fruitière 1 1
Cordia platythyrsa Baker Forestière 14 2
Coula edulis Baill. Forestière 10 3
Dacryodes edulis (G. Don) H. J. Lam Fruitière 215 16
Dacryodes macrophylla (Oliv.) Lam. Forestière 8 3
Desbordesia glaucescens (Engl.) Van Tiegh. Forestière 7 1
Discoglypremma caloneura (Pax) Prain. Forestière 20 3
Distemonanthus benthamianus Baill. Forestière 6 4
Duboscia macrocarpa Bocq. Forestière 3 1
Elaeis guineensis Jacq. Fruitière 26 9
Entandrophragma cylindricum (Sprague) Sprague Forestière 8 1
Eribroma oblonga (Mast.) Pierre Forestière 1 1
Erythrophleum ivorense A. Chev. Forestière 3 5
Erythroxylon mannii Oliv. Forestière 3 2
Fagara heitzii Aubrev. & Pellegr. Forestière 6 2
Ficus exasperata Valh. Forestière 34 6
Ficus mucoso Ficalho Forestière 58 8
Ficus sur Forssk Forestière 10 3

93
Gambeya lacourtiana Forestière 1 1
Garcinia cola Heckel Fruitière 7 3
Glyphrea brevis (Spreng.) Monach. Forestière 3 3
Guibourtia tessmannii Forestière 2 1
Harungana madagascariensis Lam. ex poir Forestière 1 1
Hevea brasiliensis (A. Juss.) Mull. Arg. Forestière 2 2
Hylodendron gabunense Taub. Forestière 1 1
Hypodaphnis zenkeri Forestière 3 3
Inconnu Forestière 7 2
Indéterminé Forestière 1 1
Indéterminé Forestière 1 1
Indéterminé Forestière 1 2
Indéterminé Forestière 1 1
Indéterminé Forestière 1 1
Indéterminé Forestière 1 1
Indéterminé Forestière 2 3
Indéterminé Forestière 3 2
Indéterminé Forestière 3 5
Indéterminé Forestière 3 1
Indéterminé Forestière 3 1
Indéterminé Forestière 3 5
Indéterminé Forestière 4 1
Indéterminé Forestière 5 2
Indéterminé Forestière 5 3
Indéterminé Forestière 5 3
Indéterminé Forestière 6 2
Indéterminé Forestière 6 2
Indéterminé Forestière 13 10
Irvingia gabonensis (Aubry-Lecomte ex O'Rorke) Baill. Fruitière 3 2
Klainedoxa gabonensis Pierre ex Engl. Forestière 3 2
Lannea welwitschii (Hiern) Engl. Forestière 3 4
Lovoa trichilioides Harms. Forestière 3 2
Macaranga hurifolia Beille Forestière 14 3
Macaranga sp. Forestière 1 1
Mangifera indica L. Fruitière 23 4
Markhamia lutea (Benth.) k. Schum. Forestière 6 2
Massularia acuminata Forestière 6 3
Milicia excelsa (Welw.) Berg. Forestière 34 8
Milletia sp. Forestière 2 2
Morinda lucida Benth. Forestière 6 2
Musanga cecropioides R. Br. Forestière 1 1
Myrianthus arboreus P. Beauv. Forestière 4 5
Nauclea diderrichii (De Wild. & T.Durand) merr. Forestière 1 4
Newbouldia laevis Seem. Ex Bureau Forestière 8 2
Ongokea gore (Hua) Pierre Forestière 2 4
Persea americana Mil. Fruitière 140 14
Petersianthus macrocarpus (P. Beauv.) Liben Forestière 3 1
Phyllanthus discoideus (Baill.) Müll. Arg. Forestière 29 4
Picralima nitida Fruitière 2 2
Piptadeniastrum africanum (Hook. f.) Forestière 1 2
Polyalthia suaveolens Engl Forestière 1 5
Porterandia cladantha Forestière 10 3
Pseudospondias microcarpa (A. Rich.) Engl. Forestière 1 1
Pteleopsis hylodendron Mildb. Forestière 1 1

94
Pterocarpus soyauxii Taub. Forestière 12 3
Pycnanthus angolensis (Welw.) warb Forestière 26 5
Rauvolfia macrophylla Stapf. Forestière 3 2
Rauvolfia vomitoria Afzel. Forestière 8 2
Ricinodendron heudelotii (Baill.) Pierre ex Heckel Fruitière 10 5
Schumanniophyton magnificum Forestière 1 1
Spathodea campanulata P. Beauv. Forestière 18 4
Spondias cytherea Sonn. Forestière 1 2
Staudtia kamerunensis Warb. Forestière 3 2
Sterculia rhinopetala K. Schum. Forestière 1 2
Sterculia rhinopetala K. Schum. Forestière 3 3
Terminalia superba Engl. & Diels Forestière 96 25
Tetrapleura tetraptera (Schumach. & Thonn.) Taub. Forestière 4 2
Tetrorchidium didymostemon (Baill.) Pax. & K. Hoffm. Forestière 1 5
Trichoscypha acuminata Engl. Forestière 1 1
Triplochyton scleroxylon K. Schum. Forestière 1 1
Tristemma mauritianum J. F. Gmel Forestière 4 1
Vernonia conferta Benth. Forestière 3 1
Vitex grandifolia Gürke Forestière 1 1
Xylopia aurantiodora Forestière 8 6

Fréquences obtenues pour les familles inventoriées à Ngomedzap


Famille Fréquence Pourcentage (%)
Anacardiaceae 39 0,112
Annonaceae 15 0,043
Apocynaceae 34 0,098
Arecaceae 25 0,072
Asteraceae 3 0,008
Bignoniaceae 32 0,092
Bombacaceae 4 0,011
Boraginaceae 4 0,011
Burseraceae 234 0,675
Caesalpiniaceae 12 0,034
Cecropiaceae 5 0,014
Clusiaceae 8 0,023
Combretaceae 97 0,279
Erythroxylaceae 3 0,008
Euphorbiaceae 78 0,225
Fabaceae 2 0,005
Inconnu 7 0,020
Indéterminé 34 0,098
Irvingiaceae 10 0,028
Lauraceae 143 0,412
Lecythidaceae 3 0,008
Melastomataceae 4 0,011
Meliaceae 14 0,040
Mimosaceae 52 0,150
Moraceae 103 0,297
Myristicaceae 29 0,083
Olacaceae 12 0,034
Papillonaceae 12 0,034
Polygalaceae 1 0,002
Rubiaceae 17 0,049

95
Rutaceae 6 0,017
Sapotaceae 1 0,002
Sterculiaceae 33599 96,978
Tiliaceae 3 0,008
Verbenaceae 1 0,002

Fréquences obtenues pour les espèces inventoriées à Zima


Noms Scientifiques Types d’arbres Fréquence Densité/ha
Albizia adianthifolia (Schumach.) W. Wight Forestière 7 2
Albizia ferruginea (Guill. & Perr.) benth. Forestière 3 2
Alstonia boonei De Wild. Forestière 8 2
Anthocleista schweinfurthii Gilg. Forestière 1 1
Anthocleista vogelii Planch. Forestière 6 2
Antiaris africana Forestière 3 1
Bombax buenopozense P. Beauv. Forestière 1 2
Bosqueia angolensis Forestière 5 2
Canarium schweinfurthii Engl. Fruitière 6 2
Ceiba pentandra (L.) Forestière 7 2
Citrus sinensis (L.) Osbeck Fruitière 45 5
Citrus sp. Fruitière 39 4
Cola acuminata (P. Beauv.) Schum. Fruitièrec 1 3
Cola ficifolia Mast. Forestière 4 1
Cola nitida (Vent.) Schott & Endl. Fruitière 19 3
Cylicodiscus gabunensis Harms Forestière 1 3
Dacryodes edulis (G. Don) H. J. Lam Fruitière 195 13
Desbordesia glaucescens (Engl.) Van Tiegh. Forestière 1 1
Diospyros crassiflora Hiern Forestière 1 1
Distemonanthus benthamianus Baill. Forestière 1 2
Elaeis guineensis Jacq. Fruitière 64 6
Entandrophragma angolensis (Welw.) C.Dc Forestière 5 2
Entandrophragma cylindricum (Sprague) Sprague Forestière 1 1
Eribroma oblonga (Mast.) Pierre Forestière 3 1
Erythrococca sp. Forestière 15 3
Erythrophleum ivorense A. Chev. Forestière 1 1
Erythroxylon mannii Oliv. Forestière 3 2
Ficus exasperata Valh. Forestière 10 3
Ficus mucoso Ficalho Forestière 12 3
Garcinia cola Heckel Fruitière 1 1
Hevea brasiliensis (A. Juss.) Mull. Arg. Forestière 10 2
Indéterminé Forestière 1 1
Indéterminé Forestière 1 1
Indéterminé Forestière 1 2
Indéterminé Forestière 1 6
Indéterminé Forestière 1 1
Indéterminé Forestière 1 1
Indéterminé Forestière 2 1
Indéterminé Forestière 3 3
Indéterminé Forestière 3 1
Indéterminé Forestière 3 1
Indéterminé Forestière 3 2
Indéterminé Forestière 3 4
Indéterminé Forestière 4 2
Indéterminé Forestière 6 11

96
Indéterminé Forestière 9 2
Indéterminé Forestière 11 5
Indéterminé Forestière 22 3
Irvingia gabonensis (Aubry-Lecomte ex O'Rorke) Baill. Fruitière 1 1
Klainedoxa gabonensis Pierre ex Engl. Forestière 6 2
Lannea welwitschii (Hiern) Engl. Forestière 3 3
Lovoa trichilioides Harms. Forestière 5 2
Macaranga barterii Mull. Agr. Forestière 3 3
Mangifera indica L. Fruitière 109 10
Mansonia altissima (A. Chev.) A. Chev. Forestière 88 14
Milicia excelsa (Welw.) Berg. Forestière 37 4
Morinda lucida Benth. Forestière 1 1
Musanga cecropioides R. Br. Forestière 1 1
Newbouldia laevis Seem. Ex Bureau Forestière 3 1
Pachyelesma tesmannii Forestière 3 2
Pentaclethra macrophylla Benth. Forestière 6 2
Persea americana Mil. Fruitière 309 22
Petersianthus macrocarpus (P. Beauv.) Liben Forestière 10 3
Phyllanthus discoideus (Baill.) Müll. Arg. Forestière 3 2
Piptadeniastrum africanum (Hook. f.) Forestière 4 3
Psydium guajava L. Fruitière 1 1
Pterocarpus soyauxii Taub. Forestière 1 2
Pterocarpus soyauxii Taub. Forestière 18 5
Pycnanthus angolensis (Welw.) warb Forestière 10 2
Rauvolfia vomitoria Afzel. Forestière 6 2
Ricinodendron heudelotii (Baill.) Pierre ex Heckel Fruitière 17 4
Schrebera arborea A. Chev. Forestière 2 1
Spathodea campanulata P. Beauv. Forestière 3 2
Sterculia rhinopetala K. Schum. Forestière 6 2
Symphonia globulifera Forestière 1 4
Terminalia superba Engl. & Diels Forestière 26 4
Tieghemella africana Pierre Forestière 25 4
Treculia africana Decne Forestière 1 1
Trichoscypha acuminata Engl. Forestière 1 1
Triplochyton scleroxylon K. Schum. Forestière 11 4
Voacanga africana Stapf Forestière 5 2
Xylopia aurantiodora Forestière 1 1

Fréquences obtenues pour les familles inventoriées à Zima


Famille Fréquence Pourcentage (%)
Anacardiaceae 113 0,218
Annonaceae 1 0,001
Apocynaceae 31 0,060
Arecaceae 64 0,123
Bignoniaceae 4 0,007
Bombacaceae 8 0,015
Burseraceae 202 0,391
Caesalpiniaceae 4 0,007
Cecropiaceae 1 0,001
Clusiaceae 1 0,001
Combretaceae 26 0,050
Ebenaceae 1 0,001

97
Erythroxylaceae 3 0,005
Euphorbiaceae 35 0,067
Indéterminé 58 0,112
Irvingiaceae 7 0,013
Lauraceae 309 0,598
Lecythidaceae 10 0,019
Loganiaceae 7 0,013
Meliaceae 10 0,019
Mimosaceae 21 0,040
Moraceae 68 0,131
Myristicaceae 10 0,019
Myrtaceae 1 0,001
Olacaceae 2 0,003
Papillonaceae 19 0,036
Rubiaceae 1 0,001
Rutaceae 87 0,168
Sapotaceae 25 0,048
Sterculiaceae 50523 97,814

98
Annexe 5 : Liste des espèces recensées dans la zone d’étude
Noms Vernaculaire Noms Scientifiques Familles
Abam Gambeya lacourtiana Sapotaceae
Abang Milicia excelsa (Welw.) Berg. Moraceae
Abel / Otu Canarium schweinfurthii Engl. Burseraceae
Abelbongo Tristemma mauritianum J. F. Gmel Melastomataceae
Abem afan Berlinia confusa Hoyle Caesalpiniaceae
Abeu Cola acuminata (P. Beauv.) Schum. Sterculiaceae
Abeu goro Cola acuminata (P. Beauv.) Schum. Sterculiaceae
Abeyak Vernonia conferta Benth. Asteraceae
Abing Petersianthus macrocarpus (P. Beauv.) Liben Lecythidaceae
Adébolegua Ficus sp. Moraceae
Adombio Cleistopholis patens (Benth.) Engl. & Diels Annonaceae
Adoum Cylicodiscus gabunensis Harms Mimosaceae
Ahongna Pycnanthus angolensis (Welw.) warb Myristicaceae
Akak Duboscia macrocarpa Bocq. Tiliaceae
Akeng Morinda lucida Benth. Rubiaceae
Akolé Ficus exasperata Valh. Moraceae
Akom Terminalia superba Engl. & Diels Combretaceae
Akondok Indéterminé Indéterminé
Akonong Nauclea diderrichii (De Wild. & T.Durand) merr. Rubiaceae
Ako'o Indéterminé Indéterminé
Akpwa'a Tetrapleura tetraptera (Schumach. & Thonn.) Taub. Mimosaceae
Akuk Alstonia boonei De Wild. Apocynaceae
Alen Elaeis guineensis Jacq. Arecaceae
Alen afan Elaeis guineensis Jacq. Arecaceae
Alen ele Elaeis guineensis Jacq. Arecaceae
Aloa Antiaris africana Moraceae
Alogo Indéterminé Indéterminé
Amvout Trichoscypha acuminata Engl. Anacardiaceae
Anding Indéterminé Indéterminé
Andok beti Irvingia gabonensis (Aubry-Lecomte ex O'Rorke) Baill. Irvingiaceae
Andok ntangan Mangifera indica L. Anacardiaceae
Ando'o Mangifera indica L. Anacardiaceae
Angoana Porterandia cladantha Rubiaceae
Angongui Antrocaryon klaineanum Pierre Anacardiaceae
Angossa Markhamia lutea (Benth.) k. Schum. Bignoniaceae
Angueuk Ongokea gore (Hua) Pierre Olacaceae
Assa'a Dacryodes edulis (G. Don) H. J. Lam Burseraceae
Assas Macaranga hurifolia Beille Euphorbiaceae
Asse Entandrophragma cylindricum (Sprague) Sprague Meliaceae
Assié Entandrophragma cylindricum (Sprague) Sprague Meliaceae
Atague Hypodaphnis zenkeri Lauraceae
Atanga Spondias cytherea Sonn. Anacardiaceae
Atom Dacryodes macrophylla (Oliv.) Lam. Burseraceae
Atombekui Pseudospondias microcarpa (A. Rich.) Engl. Anacardiaceae
Atondo Harungana madagascariensis Lam. ex poir Clusiaceae
Atui Piptadeniastrum africanum (Hook. f.) Mimosaceae
Avinkounouk Symphonia globulifera Clusiaceae
Avo Tieghemella africana Pierre Sapotaceae
Avom Cleistopholis patens (Benth.) Engl. & Diels Annonaceae
Ayous Triplochyton scleroxylon K. Schum. Sterculiaceae

99
Azanga Indéterminé Indéterminé
Baguéséguè Cola ficifolia Mast. Meliaceae
Bibolo Lovoa trichilioides Harms. Meliaceae
Bofia Persea americana Mil. Lauraceae
Bokaga Indéterminé Indéterminé
Bonênê Vitex grandifolia Gürke Verbenaceae
Bongo Fagara heitzii Aubrev. & Pellegr. Rubiaceae
Bongolomeki Indéterminé Indéterminé
Bosango Garcinia afzellii Clusiaceae
Bosolo Picralima nitida Apocynaceae
Bossino Discoglypremma caloneura (Pax) Prain. Euphorbiaceae
bossobossobo Artocarpus altilis J.R.Forst. & G.Forst. Moraceae
Bouanca Afzelia pachyloba Caesalpiniaceae
Boubénou Cola nitida (Vent.) Schott & Endl. Sterculiaceae
Boufédou Canarium schweinfurthii Engl. Burseraceae
Boufouni Desbordesia glaucescens (Engl.) Van Tiegh. Irvingiaceae
Bougodê Cola lateritia k. Schum. Sterculiaceae
Bougogolo Carapa procera Dc. Meliaceae
Bougondo Indéterminé Indéterminé
Bougoumé Ceiba pentandra (L.) Bombacaceae
Bouhondo Trilepisium madagascariensis Moraceae
Boukéné Klainedoxa gabonensis Pierre ex Engl. Irvingiaceae
Boukôdo Dacryodes edulis (G. Don) H. J. Lam Burseraceae
Boukombou Citrus sinensis (L.) Osbeck Rutaceae
Boukougni Voacanga africana Stapf Apocynaceae
Boulondo Mangifera indica L. Anacardiaceae
Bouôlo Harungana madagascariensis Lam. ex poir Clusiaceae
Boutingdili Markhamia lutea (Benth.) k. Schum. Bignoniaceae
Boutini Indéterminé Indéterminé
Cacaoyer Theobroma cacao L. Sterculiaceae
Calbot Pycnanthus angolensis (Welw.) warb Myristicaceae
Casmanga Spondias cytherea Sonn. Anacardiaceae
Damba ebouma Hevea brasiliensis (A. Juss.) Mull. Arg. Apocynaceae
Doum Ceiba pentandra (L.) Bombacaceae
Douma Ceiba pentandra (L.) Bombacaceae
Ebae Cordia platythyrsa Baker Boraginaceae
Ebaye Pentaclethra macrophylla Benth. Mimosaceae
Ebebeng Phyllanthus discoideus (Baill.) Müll. Arg. Euphorbiaceae
Ebing Petersianthus macrocarpus (P. Beauv.) Liben Lecythidaceae
Ebogbeva Indéterminé Indéterminé
Ebom afan Picralima nitida Apocynaceae
Ebouma Psydium guajava L. Myrtaceae
Ededonguê Rauvolfia vomitoria Afzel. Apocynaceae
Edip Indéterminé Indéterminé
Edjen Distemonanthus benthamianus Baill. Caesalpiniaceae
Edouasse Indéterminé Indéterminé
Efobolo Tetrorchidium didymostemon (Baill.) Pax. & K. Hoffm. Euphorbiaceae
Efok Cola lateritia k. Schum. Sterculiaceae
Ega Gambeya lacourtiana Sapotaceae
Ekaéka Erythrococca sp. Euphorbiaceae
Ekekoé Indéterminé Indéterminé
Ekekom Ficus sur Forssk Moraceae
Eko Lannea welwitschii (Hiern) Engl. Anacardiaceae
Ekoate Indéterminé Indéterminé

100
Ekogo Pachyelesma tesmannii Caesalpiniaceae
Ekom Cola ficifolia Mast. Meliaceae
Ekoua Indéterminé Indéterminé
Ekui Xylopia aurantiodora Annonaceae
Ekuk Alstonia boonei De Wild. Apocynaceae
Elelom Anthocleista schweinfurthii Gilg. Loganiaceae
Elon Erythrophleum ivorense A. Chev. Caesalpiniaceae
Endo Indéterminé Indéterminé
Engang Carapa procera Dc. Meliaceae
Engokom Myrianthus arboreus P. Beauv. Cecropiaceae
Epok Entandrophragma angolensis (Welw.) C.Dc Meliaceae
Esesang Ricinodendron heudelotii (Baill.) Pierre ex Heckel Euphorbiaceae
Esoldouma Bombax buenopozense P. Beauv. Bombacaceae
Esolgom Indéterminé Indéterminé
Essak Albizia glaberrima (Schum. & Thonn.) Benth. Mimosaceae
Esseng Musanga cecropioides R. Br. Cecropiaceae
Essigang Guibourtia tessmannii Caesalpiniaceae
Essoldoum Bombax buenopozense P. Beauv. Bombacaceae
Essombi Rauvolfia macrophylla Stapf. Apocynaceae
Etaméboul Indéterminé Indéterminé
Eteng Pycnanthus angolensis (Welw.) warb Myristicaceae
Etête Indéterminé Indéterminé
Etetoua Indéterminé Indéterminé
Eto Voacanga africana Stapf Apocynaceae
Evie Glyphrea brevis (Spreng.) Monach. Tiliaceae
Evom Cola ficifolia Mast. Meliaceae
Evoué Cola lepidota Sterculiaceae
Evoula Vitex grandifolia Gürke Verbenaceae
Evovone Spathodea campanulata P. Beauv. Bignoniaceae
Ewolote Bridelia micrantha (Hochst.) Baill. Euphorbiaceae
Ewom afan Indéterminé Indéterminé
Ewomé Coula edulis Baill. Olacaceae
Ewoua Ficus exasperata Valh. Moraceae
Eyaba Indéterminé Indéterminé
Eyen Distemonanthus benthamianus Baill. Caesalpiniaceae
Eyong Eribroma oblonga (Mast.) Pierre Sterculiaceae
Ezezang Ricinodendron heudelotii (Baill.) Pierre ex Heckel Euphorbiaceae
Fia Persea americana Mil. Lauraceae
Guébabê Cordia platythyrsa Baker Boraginaceae
Guébotso Ficus mucoso Ficalho Moraceae
Guédondo Erythrophleum ivorense A. Chev. Caesalpiniaceae
Guédondogabegelime Milletia sp. Fabaceae
Guéseinguê Coelocaryon preussii Warb. Myristicaceae
Guêtè Anthocleista vogelii Planch. Loganiaceae
Guéyiéna Ricinodendron heudelotii (Baill.) Pierre ex Heckel Euphorbiaceae
Guicholocholo Spathodea campanulata P. Beauv. Bignoniaceae
Guifiguêsobo Bridelia micrantha (Hochst.) Baill. Euphorbiaceae
Guifouguènê Sterculia rhinopetala K. Schum. Sterculiaceae
Guilime Bombax buenopozense P. Beauv. Bombacaceae
Guilobio Nauclea diderrichii (De Wild. & T.Durand) merr. Rubiaceae
Guinkoungou Pseudospondias microcarpa (A. Rich.) Engl. Anacardiaceae
Ibile Elaeis guineensis Jacq. Arecaceae
Ikekoué Ficus mucoso Ficalho Moraceae
Inconnu Alchornea cordifolia (Schumach.&Thonn.) Euphorbiaceae

101
Inconnu Cola acuminata (P. Beauv.) Schum. Sterculiaceae
Inconnu Cordia aurantiaca Baker Borraginaceae
Inconnu Inconnu Inconnu
Inconnu Psydium guajava L. Myrtaceae
Inimbo Indéterminé Indéterminé
Itoup Treculia africana Decne Moraceae
Kakoa Milletia sp. Fabaceae
Kekaye Erythroxylon mannii Oliv. Erythroxylaceae
Keume Hevea brasiliensis (A. Juss.) Mull. Arg. Apocynaceae
Landa Erythroxylon mannii Oliv. Erythroxylaceae
Lebel goro Cola nitida (Vent.) Schott & Endl. Sterculiaceae
Mandarinier Citrus sp. Rutaceae
Mbanga Indéterminé Indéterminé
Mbel/Essil Pterocarpus soyauxii Taub. Papillonaceae
Mbikam Newbouldia laevis Seem. Ex Bureau Bignoniaceae
Mbonda Staudtia kamerunensis Warb. Myristicaceae
Mejang mejanga Rauvolfia vomitoria Afzel. Apocynaceae
Mekam Newbouldia laevis Seem. Ex Bureau Bignoniaceae
Mevina Diospyros crassiflora Hiern Ebenaceae
Mfanda Hylodendron gabunense Taub. Caesalpiniaceae
Moana Kigelia africana (Lam.) Pteropodidae
Monambo Dracena arborea (Wild.) Link Agavaceae
Ndagnè Irvingia gabonensis (Aubry-Lecomte ex O'Rorke) Baill. Irvingiaceae
Ndamba ebouma Hevea brasiliensis (A. Juss.) Mull. Arg. Apocynaceae
Ndambalé Discoglypremma caloneura (Pax) Prain. Euphorbiaceae
Ndiménobola Pteleopsis hylodendron Mildb. Combretaceae
Ngalè Porterandia cladantha Rubiaceae
Ngolong Indéterminé Indéterminé
Ngom Indéterminé Indéterminé
Ngomenafan Indéterminé Indéterminé
Ngon Klainedoxa gabonensis Pierre ex Engl. Irvingiaceae
Nkam Indéterminé Indéterminé
Nkanga Sterculia rhinopetala K. Schum. Sterculiaceae
Nkangla Indéterminé Indéterminé
Nkélé Elaeophorbia drupifera Stapf. Euphorbiaceae
Nobéna Phyllanthus discoideus (Baill.) Müll. Arg. Euphorbiaceae
Noubongobongo Tetrapleura tetraptera (Schumach. & Thonn.) Taub. Mimosaceae
Noueimchê Newbouldia laevis Seem. Ex Bureau Bignoniaceae
Nounko Cola ballayi Cornu ex Hack. Sterculiaceae
Nounkô Uapaca guineensis Müll. Arg. Euphorbiaceae
Nourga Anthocleista vogelii Planch. Loganiaceae
Ntoua Indéterminé Indéterminé
Ntoussa Indéterminé Indéterminé
Nyale Garcinia cola Heckel Clusiaceae
Nyel Garcinia cola Heckel Clusiaceae
Obang Schrebera arborea A. Chev. Olacaceae
Odanana Cylicodiscus gabunensis Harms Mimosaceae
Odjobi Xylopia aurantiodora Annonaceae
Ofumbi Citrus sinensis (L.) Osbeck Rutaceae
Olotombi Indéterminé Indéterminé
Omang Desbordesia glaucescens (Engl.) Van Tiegh. Irvingiaceae
Ombélè Pterocarpus soyauxii Taub. Papillonaceae
Ompagna Albizia adianthifolia (Schumach.) W. Wight Mimosaceae
Ondodo élé Indéterminé Indéterminé

102
Onié Garcinia cola Heckel Clusiaceae
Opess Pterocarpus soyauxii Taub. Papillonaceae
Opouma(Pamplemoussier) Citrus sinensis (L.) Osbeck Rutaceae
Oppa Entandrophragma candollei Harms Meliaceae
Oséga Ficus exasperata Valh. Moraceae
Ossang Indéterminé Indéterminé
Ossanga Citrus articulata (Spreng.) Swingle &Kellerm. Rutaceae
Ossas Macaranga barterii Mull. Agr. Euphorbiaceae
Osse Indéterminé Indéterminé
Oteng Mansonia altissima (A. Chev.) A. Chev. Sterculiaceae
Otolof Indéterminé Indéterminé
Otulba Indéterminé Indéterminé
Otungui Polyalthia suaveolens Engl Annonaceae
Ouholo Rauvolfia macrophylla Stapf. Apocynaceae
Oukolo Triplochyton scleroxylon K. Schum. Sterculiaceae
Ovoué Indéterminé Indéterminé
Owondo ntangan Artocarpus altilis J.R.Forst. & G.Forst. Moraceae
Oyebe Massularia acuminata Mimosaceae
Pamplemoussier Citrus grandis (L.) Osbeck Rutaceae
Pia Persea americana Mil. Lauraceae
Sabosaba Annona muricata Euphorbiaceae
Saliyeme Albizia adianthifolia (Schumach.) W. Wight Mimosaceae
Sayeme Albizia adianthifolia (Schumach.) W. Wight Mimosaceae
Sene Albizia ferruginea (Guill. & Perr.) benth. Mimosaceae
Sikong Pteleopsis hylodendron Mildb. Combretaceae
Tchônou / Ngombè Milicia excelsa (Welw.) Berg. Moraceae
Timbi Carpolobia alba G.Don Polygalaceae
Tolé Ficus mucoso Ficalho Moraceae
Tombi Carpolobia alba G.Don Polygalaceae
Tomo Indéterminé Indéterminé
Tsit-mod Schumanniophyton magnificum Rubiaceae
Zolibi Bosqueia angolensis Ficalho Moraceae

103
Annexes 6 : Densité des arbres dans les zones d’étude

Densité des arbres dans la zone de Bokito


Noms Scientifiques Densité/ ha
Theobroma cacao L. 1832
Citrus sinensis (L.) Osbeck 74
Elaeis guineensis Jacq. 72
Spathodea campanulata P. Beauv. 32
Milletia sp. 32
Dacryodes edulis (G. Don) H. J. Lam 32
Ceiba pentandra (L.) 28
Mangifera indica L. 23
Citrus articulata (Spreng.) Swingle &Kellerm. 22
Newbouldia laevis Seem. Ex Bureau 16
Indéterminé 16
Ficus mucoso Ficalho 15
Annona muricata 15
Phyllanthus discoideus (Baill.) Müll. Arg. 13
Persea americana Mil. 13
Pteleopsis hylodendron Mildb. 12
Glyphrea brevis (Spreng.) Monach. 12
Trilepisium madagascariensis 10
Cola nitida (Vent.) Schott & Endl. 10
Milicia excelsa (Welw.) Berg. 9
Nauclea diderrichii (De Wild. & T.Durand) merr. 8
Voacanga africana Stapf 7
Erythrophleum ivorense A. Chev. 7
Carapa procera Dc. 7
Triplochyton scleroxylon K. Schum. 6
Gambeya lacourtiana 6
Discoglypremma caloneura (Pax) Prain. 6
Cola ficifolia Mast. 6
Coelocaryon preussii Warb. 6
Albizia adianthifolia (Schumach.) W. Wight 6
Uapaca guineensis Müll. Arg. 5
Psydium guajava L. 5
Pseudospondias microcarpa (A. Rich.) Engl. 5
Garcinia cola Heckel 5
Elaeophorbia drupifera Stapf. 5
Cola lateritia k. Schum. 5
Cola ballayi Cornu ex Hack. 5
Canarium schweinfurthii Engl. 5
Bridelia micrantha (Hochst.) Baill. 5
Kigelia africana (Lam.) 4
Inconnu 4
Hevea brasiliensis (A. Juss.) Mull. Arg. 4
Cordia platythyrsa Baker 4
Bombax buenopozense P. Beauv. 4
Afzelia pachyloba 4
Vitex grandifolia Gürke 3

104
Tetrapleura tetraptera (Schumach. & Thonn.) Taub. 3
Spondias cytherea Sonn. 3
Ricinodendron heudelotii (Baill.) Pierre ex Heckel 3
Rauvolfia macrophylla Stapf. 3
Pycnanthus angolensis (Welw.) warb 3
Markhamia lutea (Benth.) k. Schum. 3
Indéterminé 3
Desbordesia glaucescens (Engl.) Van Tiegh. 3
Cylicodiscus gabunensis Harms 3
Rauvolfia vomitoria Afzel. 2
Porterandia cladantha 2
Klainedoxa gabonensis Pierre ex Engl. 2
Irvingia gabonensis (Aubry-Lecomte ex O'Rorke) Baill. 2
Indéterminé 2
Harungana madagascariensis Lam. ex poir 2
Garcinia afzellii 2
Ficus exasperata Valh. 2
Dracena arborea (Wild.) Link 2
Cordia aurantiaca Baker 2
Cola acuminata (P. Beauv.) Schum. 2
Cleistopholis patens (Benth.) Engl. & Diels 2
Citrus sp. 2
Citrus grandis (L.) Osbeck 2
Artocarpus altilis J.R.Forst. & G.Forst. 2
Sterculia rhinopetala K. Schum. 1
Pterocarpus soyauxii Taub. 1
Picralima nitida 1
Indéterminé 1
Ficus sp. 1
Entandrophragma candollei Harms 1
Carpolobia alba G.Don 1
Anthocleista vogelii Planch. 1
Alchornea cordifolia (Schumach.&Thonn.) 1

Densité des arbres dans la zone de Ngomedzap

Noms Scientifiques Densité/ha


Theobroma cacao L. 2752
Terminalia superba Engl. & Diels 25
Dacryodes edulis (G. Don) H. J. Lam 16
Persea americana Mil. 14
Indéterminé 10
Elaeis guineensis Jacq. 9
Milicia excelsa (Welw.) Berg. 8
Ficus mucoso Ficalho 8
Xylopia aurantiodora 6
Ficus exasperata Valh. 6
Albizia adianthifolia (Schumach.) W. Wight 6
Tetrorchidium didymostemon (Baill.) Pax. & K. Hoffm. 5
Ricinodendron heudelotii (Baill.) Pierre ex Heckel 5
Pycnanthus angolensis (Welw.) warb 5
Polyalthia suaveolens Engl 5
Myrianthus arboreus P. Beauv. 5

105
Indéterminé 5
Indéterminé 5
Erythrophleum ivorense A. Chev. 5
Spathodea campanulata P. Beauv. 4
Phyllanthus discoideus (Baill.) Müll. Arg. 4
Ongokea gore (Hua) Pierre 4
Nauclea diderrichii (De Wild. & T.Durand) merr. 4
Mangifera indica L. 4
Lannea welwitschii (Hiern) Engl. 4
Distemonanthus benthamianus Baill. 4
Sterculia rhinopetala K. Schum. 3
Pterocarpus soyauxii Taub. 3
Porterandia cladantha 3
Massularia acuminata 3
Macaranga hurifolia Beille 3
Indéterminé 3
Indéterminé 3
Indéterminé 3
Hypodaphnis zenkeri 3
Glyphrea brevis (Spreng.) Monach. 3
Garcinia cola Heckel 3
Ficus sur Forssk 3
Discoglypremma caloneura (Pax) Prain. 3
Dacryodes macrophylla (Oliv.) Lam. 3
Coula edulis Baill. 3
Canarium schweinfurthii Engl. 3
Berlinia confusa Hoyle 3
Alstonia boonei De Wild. 3
Tetrapleura tetraptera (Schumach. & Thonn.) Taub. 2
Sterculia rhinopetala K. Schum. 2
Staudtia kamerunensis Warb. 2
Spondias cytherea Sonn. 2
Rauvolfia vomitoria Afzel. 2
Rauvolfia macrophylla Stapf. 2
Piptadeniastrum africanum (Hook. f.) 2
Picralima nitida 2
Newbouldia laevis Seem. Ex Bureau 2
Morinda lucida Benth. 2
Milletia sp. 2
Markhamia lutea (Benth.) k. Schum. 2
Lovoa trichilioides Harms. 2
Klainedoxa gabonensis Pierre ex Engl. 2
Irvingia gabonensis (Aubry-Lecomte ex O'Rorke) Baill. 2
Indéterminé 2
Indéterminé 2
Indéterminé 2
Indéterminé 2
Indéterminé 2
Inconnu 2
Hevea brasiliensis (A. Juss.) Mull. Arg. 2
Fagara heitzii Aubrev. & Pellegr. 2
Erythroxylon mannii Oliv. 2
Elaeis guineensis Jacq. 2
Cordia platythyrsa Baker 2

106
Cola lateritia k. Schum. 2
Cola acuminata (P. Beauv.) Schum. 2
Cleistopholis patens (Benth.) Engl. & Diels 2
Citrus sinensis (L.) Osbeck 2
Ceiba pentandra (L.) 2
Carapa procera Dc. 2
Bridelia micrantha (Hochst.) Baill. 2
Antrocaryon klaineanum Pierre 2
Vitex grandifolia Gürke 1
Vernonia conferta Benth. 1
Tristemma mauritianum J. F. Gmel 1
Triplochyton scleroxylon K. Schum. 1
Trichoscypha acuminata Engl. 1
Schumanniophyton magnificum 1
Pteleopsis hylodendron Mildb. 1
Pseudospondias microcarpa (A. Rich.) Engl. 1
Picralima nitida 1
Petersianthus macrocarpus (P. Beauv.) Liben 1
Musanga cecropioides R. Br. 1
Musanga cecropioides R. Br. 1
Macaranga sp. 1
Indéterminé 1
Indéterminé 1
Indéterminé 1
Indéterminé 1
Indéterminé 1
Indéterminé 1
Indéterminé 1
Indéterminé 1
Hylodendron gabunense Taub. 1
Harungana madagascariensis Lam. ex poir 1
Guibourtia tessmannii 1
Gambeya lacourtiana 1
Eribroma oblonga (Mast.) Pierre 1
Entandrophragma cylindricum (Sprague) Sprague 1
Elaeis guineensis Jacq. 1
Duboscia macrocarpa Bocq. 1
Desbordesia glaucescens (Engl.) Van Tiegh. 1
Cola lepidota 1
Cola ficifolia Mast. 1
Cola acuminata (P. Beauv.) Schum. 1
Carpolobia alba G.Don 1
Bombax buenopozense P. Beauv. 1
Artocarpus altilis J.R.Forst. & G.Forst. 1
Albizia glaberrima (Schum. & Thonn.) Benth. 1

107
Densité des arbres dans la zone de Zima
Noms Scientifiques Densité/ha
Theobroma cacao L. 3008
Persea americana Mil. 22
Mansonia altissima (A. Chev.) A. Chev. 14
Dacryodes edulis (G. Don) H. J. Lam 13
Indéterminé 11
Mangifera indica L. 10
Indéterminé 6
Elaeis guineensis Jacq. 6
Pterocarpus soyauxii Taub. 5
Indéterminé 5
Citrus sinensis (L.) Osbeck 5
Triplochyton scleroxylon K. Schum. 4
Tieghemella africana Pierre 4
Terminalia superba Engl. & Diels 4
Symphonia globulifera 4
Ricinodendron heudelotii (Baill.) Pierre ex Heckel 4
Milicia excelsa (Welw.) Berg. 4
Indéterminé 4
Citrus sp. 4
Piptadeniastrum africanum (Hook. f.) 3
Petersianthus macrocarpus (P. Beauv.) Liben 3
Macaranga barterii Mull. Agr. 3
Lannea welwitschii (Hiern) Engl. 3
Indéterminé 3
Indéterminé 3
Hevea brasiliensis (A. Juss.) Mull. Arg. 3
Ficus mucoso Ficalho 3
Ficus exasperata Valh. 3
Erythrococca sp. 3
Cylicodiscus gabunensis Harms 3
Cola nitida (Vent.) Schott & Endl. 3
Cola acuminata (P. Beauv.) Schum. 3
Voacanga africana Stapf 2
Sterculia rhinopetala K. Schum. 2
Spathodea campanulata P. Beauv. 2
Rauvolfia vomitoria Afzel. 2
Pycnanthus angolensis (Welw.) warb 2
Pterocarpus soyauxii Taub. 2
Phyllanthus discoideus (Baill.) Müll. Arg. 2
Pentaclethra macrophylla Benth. 2
Pachyelesma tesmannii 2
Lovoa trichilioides Harms. 2
Klainedoxa gabonensis Pierre ex Engl. 2
Indéterminé 2
Indéterminé 2
Indéterminé 2
Indéterminé 2
Hevea brasiliensis (A. Juss.) Mull. Arg. 2
Erythroxylon mannii Oliv. 2
Entandrophragma angolensis (Welw.) C.Dc 2
Distemonanthus benthamianus Baill. 2
Citrus sinensis (L.) Osbeck 2

108
Ceiba pentandra (L.) 2
Canarium schweinfurthii Engl. 2
Canarium schweinfurthii Engl. 2
Bosqueia angolensis Ficalho 2
Bombax buenopozense P. Beauv. 2
Anthocleista vogelii Planch. 2
Alstonia boonei De Wild. 2
Albizia ferruginea (Guill. & Perr.) benth. 2
Albizia adianthifolia (Schumach.) W. Wight 2
Xylopia aurantiodora 1
Trichoscypha acuminata Engl. 1
Treculia africana Decne 1
Spathodea campanulata P. Beauv. 1
Schrebera arborea A. Chev. 1
Psydium guajava L. 1
Newbouldia laevis Seem. Ex Bureau 1
Musanga cecropioides R. Br. 1
Morinda lucida Benth. 1
Irvingia gabonensis (Aubry-Lecomte ex O'Rorke) Baill. 1
Indéterminé 1
Indéterminé 1
Indéterminé 1
Indéterminé 1
Indéterminé 1
Indéterminé 1
Indéterminé 1
Garcinia cola Heckel 1
Ficus mucoso Ficalho 1
Erythrophleum ivorense A. Chev. 1
Eribroma oblonga (Mast.) Pierre 1
Entandrophragma cylindricum (Sprague) Sprague 1
Distemonanthus benthamianus Baill. 1
Diospyros crassiflora Hiern 1
Desbordesia glaucescens (Engl.) Van Tiegh. 1
Cola ficifolia Mast. 1
Antiaris africana 1
Anthocleista vogelii Planch. 1
Anthocleista schweinfurthii Gilg. 1

109