Vous êtes sur la page 1sur 60

Ministère de l’Enseignement Supérieur

et de la Recherche Scientifique

UNIVERSITE DE TUNIS EL MANAR

Faculté des Sciences Economiques et de Gestion de Tunis

Projet de fin d’études


Pour l’obtention du diplôme national de licence applique en économie en ingénierie de
risque

Stage effectué au sein de :

Encadrante académique :

Jalila Attafi travail effectuée par :

Maitre de stage : Lassoued Marwa

Mr Hassen nefzi

Année Universitaire : 2019-2020

I
Dédicace

Je dédie ce projet de fin d’études à

Mon très cher père


Pour l’amour qu’il me porte et pour l’encouragement qu’il m’a apporté au cours de ce
projet, qu’il trouve dans ce travail le témoignage à ma profonde gratitude et mon infini
dévouement.

Ma très chère mère


A qui je dois tout et dont l’affectation, le dévouement et l es encouragement ont été pour
moi le meilleur gage de réussite. Je lui dédie ce travail en témoignage de mon grand amour
et reconnaissance infinie.

Ma chère sœur et Mes chers frères


Pour leur amour et leur encouragement continu.

Mes chères amies

Qu’ils trouvent dans ce travail l’expression de mon profond respect et reconnaissance.

II
Remerciement

C’est avec plaisir que je réserve ces quelques lignes en signe de gratitude et de profonde
reconnaissance à l’égard de tous ceux qui m’ont aidé à la réalisation de mon projet de fin
d’études.

Je tiens en premier lieu à exprimer ma gratitudes envers

Madame Jalila Attafi


Qui m’a permis de mener à terme ce travail, par ses précieux conseils et ses
bienveillances. Sa disponibilité et sa qualité humaine sont autant d’éléments qui ont
favorisé le développement de ce projet

Mrs Hassen Nefzi


Le chef d’agence Attijari, qui m’a aidé à accomplir ma mission avec succès.

En plus que son chaleureux accueil, il fut une aide précieuse dans le moment les
plus délicats.

III
Sommaire

Introduction ............................................................................................. 1
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari Bank ..... 4
I. Le système bancaire Tunisien................................................................................... 4
1. Structure de système bancaire et organisme spécialisés ............................................... 6

2. Activités et exploitation des établissements de crédits 2018/2019............................... 8

3. Les principaux indicateurs relatifs aux banques ........................................................... 8

II. Présentation de l’entreprise d’accueil .................................................................... 9


1. Les filiales d’Attijari Bank ......................................................................................... 10

2. L’organigramme d’Attijari Bank ............................................................................... 11

3. Les principaux indicateurs financiers de la banque .................................................... 12

4. L’agence Attiajri Bank Mnihla ................................................................................... 14

5. Les produits ................................................................................................................ 16

Conclusion .............................................................................................. 17

Chapitre II. Crédit documentaire ........................................................ 18


I. Crédit documentaire .................................................................................................. 19
1. Les avantages d’un crédit documentaire .................................................................... 19

2. Les inconvénients d’un crédit documentaire ............................................................. 20

3. Les fonctions d’un crédit documentaire ..................................................................... 21

4. Les principaux acteurs de Credoc ............................................................................... 22

5. Les types de crédit documentaire ............................................................................... 23

6. Les paiements de Credoc ............................................................................................ 25

IV
7. Les Supports d’un Crédit Documentaire .................................................................... 26

8. Les crédits documentaires spécifiques ....................................................................... 27

II . Crédit documentaire d’Attijari Bank ........................................... 28


1. Atouts.......................................................................................................................... 29

Chapitre III Le financement en devise : Simulation de cas d’une


Entreprise Exportatrice et Importatrice ............................................. 31

Introduction ........................................................................................... 31
I. Le financement des exportations :......................................................................... 32
1. Les avances en devises à l’exportation ou escompte avec recours: ................................. 32

2. Avance sans recours « le forfaiting » : ....................................................................... 34

3. Les avantages des financements en devises des exportations :........................................ 36

II. Le financement des importations .............................................................37


1. Les besoins de recourir aux financements en devises des importations ..................... 37

2. L’utilité du financement en devises des importations ................................................ 37

III. Simulation du financement d’un crédit à l’exportation ............................ 40


1. Financement en devises : Application de la technique de termaillage ....................... 41

2. Financement en Dinars sous forme de préfinancement export: ................................. 43

IV. Simulation du financement d’un crédit à l’importation .......................... 45


1. Recours à des financements en devises : .................................................................... 47

2. Recours à des financements en dinars : ...................................................................... 48

Conclusion générale .............................................................................. 51

Bibliographie : ....................................................................................... 53

V
Liste figures
Figure 1:organigramme du système bancaire Tunisien ............................................................ 6
Figure 2:l'organigramme de la banque..................................................................................... 12
Figure 3:Graphique de principaux indicateurs financières .................................................... 14
Figure 4:l'organigramme de l'agence........................................................................................ 15
Figure 5: Le fonctionnement d’un Credoc ............................................................................... 21

Liste tableaux
Table 1: les principaux indicateurs relatifs ................................................................................ 8
Table 2: Les principaux indicateurs financiers d’Attijari Bank ............................................ 13
Table 3: les produits de la banque ............................................................................................. 16
Table 4:Les avantages du financement en devises des exportations ...................................... 36
Table 5:Récapitulation des critères du financement en devises ............................................. 39
Table 6:calcul du coût de l'opération de financement en devises ........................................... 47
Table 7:calcul du coût de l'opération en Dinars ...................................................................... 48
Table 8: Calcul du coût de l'opération par un financement en Dinars .................................. 49

VI
Introduction

Introduction

Dans le but de préparer l’entrée dans la vie active et dans cadre de la licence
appliquée en ingénierie de risque, la faculté des sciences économiques et de gestion
de Tunis m’a permis d’effectuer un stage de 3 mois, du 15/02/2020 au 15/05/2020,
au sein de Attijri Bank.

Ce stage me permet d’une part de découvrir mieux le monde professionnel et d’autre


part la découverte de l’univers bancaire.

Cette expérience m’a aidé à m’adapter et à m’intégrer au sein d’une équipe qui
m’a donné l’opportunité de mieux comprendre la notion de responsabilité, de la
hiérarchie et du respect de cette dernière.

De même, ce stage m’a permis de tester mes capacités d’analyse et de synthèse, et


de faire une comparaison entre application théorique et application pratique. A mon
avis, je crois que tous ces points paraissent clairs au niveau d’une banque, parce que
j’étais devant diverses applications qui se diffèrent les unes des autres. L'enjeu de ce
stage était donc de découvrir un nouvel univers professionnel est d'élargir mes
compétences.

Dans un premier temps, on m’a confié des tâches simples, comme la saisie, puis
au fur et à mesure des tâches plus complexes en étroite relation avec ma formation
théorique, ce qui m’a permis de consolider mes connaissances théoriques et de les
affecter au monde pratique, et ainsi de mieux comprendre. Puis, grâce à cette
expérience, ceci m’a permis d’aller au-delà des cours de théorie, et de compléter mes
connaissances dans le domaine de la finance.

1
Introduction

L’on ne saurait effectuer une étude sur une banque sans là connaitre au préalable et
cerner le système bancaire auquel elle appartient.

C’est pourquoi, à titre de prélude à notre étude, nous nous proposons de présenter
de façon succincte et explicite la structure globale du système bancaire tunisien dans
un premier chapitre, et de clore ce chapitre par une présentation détaillée de
l’établissement de crédit sujet à la présente étude.

A une époque où le commerce extérieur est l'un des impératifs vitaux pour la
santé économique d'une nation, les acteurs de la scène internationale (exportateurs,
importateurs, banques) se trouvent quotidiennement confrontés à des problèmes que
créent les frontières parmi, ceux-ci il en est un qui constitue la charnière de toutes
opérations internationales : (les transactions et échange monétaire avec les divers
facteurs de réglementation)

Les échanges économiques extérieurs d'un pays reflètent sa situation


économique, ses forces et faiblesses, de même que sa place et son poids au sein de
la communauté internationale, orienter le commerce extérieur dans le sens des
intérêts nationaux ont toujours été l'un des objectifs prioritaires de toutes politiques
dans une société moderne.

Le rôle des banques, se trouve au carrefour des routes qui suit la monnaie, afin que
celle-ci accomplisse au mieux, dans l'espace et temps voulu, sa double fonction
d'instrument d'échanges et d'accumulation de stabilisation économique.

De nos jours l'activité des entreprises et des banques est de plus en plus orientée
vers des échanges internationaux, Vu l’ordre économique mondial (la
Mondialisation).

En effet, le développement des échanges internationaux, a eu comme conséquence


la mise en place d'une gamme de moyens de paiement, et mode de financement
2
Introduction

adéquat pour le développement et le renforcement de ce dernier, car ces moyens de


transaction constituent les paramètres déterminants et indispensables à tout échange
commercial.

Pour cela, la mise en place des crédits extérieurs doit faire l'objet d'un calcul
économique minutieux, pour le coût et le taux de rentabilité, et leurs remboursements
doivent s'effectuer aux dates d'échéances contractuelles.

En définitive, pour assurer la bonne foi et le règlement d'un bon déroulement d'un
contrat commercial, d'une facture ou d'une transaction internationale, ceux-ci
doivent être démunis des risques,

C'est pourquoi des banques ont mis à la disposition de leurs clients différents
techniques de financement qui reposent à leur tour de différents modes de transaction
qu'on va démontrés dans notre étude, en répondant aux questions suivantes :

C’est quoi le service bancaire étranger ?

Quels sont les techniques et les moyens de paiement à l’international ?

Que signifie le financement en devises et c’est quoi son utilité dans les opérations de commerce
international ?

3
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari bank

Chapitre I Présentation du système bancaire


et d’Attijari Bank

________________________________________________________________

Introduction

Pour bien traiter et circonscrire un projet quelconque d’une manière efficace, il


est indispensable d’avoir une idée claire et suffisante sur son environnement. C’est
pourquoi une présentation générale du cadre du ce projet de fin d’étude fait l’objet
de ce chapitre.

Nous présentons brièvement dans la première section, le système bancaire


Tunisien. En suite dans la deuxième section, nous présentons Attijari Bank.

I. Le système bancaire Tunisien


En vue de se mettre au diapason des mutations de l’économie notamment de l’ouverture
de plus en plus sur le reste du monde et des attentes de la clientèle, particuliers et
entreprises, toutes les banques tunisiennes se sont lancées dans une nouvelle étape de leur
cycle de vie, se consacrant davantage sur l’efficacité et la rentabilité. A cet effet, l’activité
bancaire se transforme de plus en plus en une véritable industrie avec les caractéristiques
et spécificités afférentes au métier de la banque avec la densification du réseau, la
diversification des services rendus et la promotion de nouveaux produits. Le
développement du système bancaire Tunisien a passé par plusieurs étapes pour arriver a
cet état actuel.

La création du Système bancaire tunisien remonte à 1958 lorsque la banque centrale


a été créée, et a instauré le Dinar Tunisien comme unité monétaire du pays. Son rôle majeur

4
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari bank

consiste à veiller sur la politique monétaire, à encadrer la circulation de la monnaie, à


superviser les établissements de crédit ainsi qu’à préserver la stabilité et la sécurité du
système financier.

Depuis ce moment-là, les banques ont joué un rôle central dans le financement de
l’économie. Elles ont tout d’abord pris l’orientation de banques de développement, visant
principalement l’établissement de l’infrastructure du pays. L’octroi de crédit était réservé
principalement aux fonctionnaires de l’Etat.

Entre 1986 et 1987, les banques se sont orientées plutôt vers une politique de financement
des ménages et d’accroissement de leur pouvoir d’achat, par l’allègement des conditions
d’octroi de crédit. Il en est apparu ainsi une économie d’endettement.

Le système bancaire a également connu une libéralisation financière, le menant vers la fin
des années 90 à un changement de structure. Les banques se sont distinguées par leurs
métiers en six catégories, à savoir, les banques commerciales, les banques de
développement, les banques offshores, les sociétés de factoring et les sociétés de leasing
les bureaux de représentation des banques étrangères.

Plus récemment, le système bancaire a subi au cours de ces dernières années un certain
désengagement de l’Etat, l’entrée des investisseurs étrangers dans l’actionnariat des
banques ainsi que l’accès des banques étrangères au marché local. Il a affiché de ce fait
une structure de l’actionnariat plus équilibrée, classant l’essentiel des banques en trois
catégories :

•Les banques ayant une forte participation de l’Etat (principalement BNA, STB et BH).

•Les banques à capitaux privés Tunisiens (BIAT, BT et Amen Bank).

•Les banques à majorité étrangère (UIB-SG, UBCI-BNP Paribas, Attijari Bank et ATB).

Dans ce système financier on retrouve 44 établissements de crédit comprenant 21 banques


(dont 11 cotées sur la BVMT), disposant d’un large réseau (1394 agences) toutes enseignes
confondues dont 3 sont spécialisées dans la micro-finance, le financement de petites et

5
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari bank

moyennes entreprises et la finance islamique. Il regroupe également 14 établissements


financiers spécialisés dont 10sociétés de leasing, 2 établissements de factoring et 2 banques
d’affaires ainsi que 8 banques off-shore.

1. Structure de système bancaire et organisme spécialisés


La structure actuelle du système bancaire tunisien et des organismes spécialisés peut être
présentée de la manière suivante :

Figure 1:organigramme du système bancaire Tunisien

Chaque organisme à son rôle se traduit comme suite :

 Les banques :

La banque a d'abord montré deux activités principales, quelles que soient sa durée et sa
forme, elle collectera des dépôts auprès de différentes entités économiques.
Deuxièmement, elle accorde des crédits sous diverses formes et au nom des opérateurs
économiques pour assurer le fonctionnement du commerce international et fournir des
services de change et de caisse.

6
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari bank

 Les établissements financiers :

Les rôles des établissements financiers constitue à assurer le financement d’acquisitions


de matériel mobilier ou immobilier et le mettre en location pour usage professionnel à la
disposition d’un opérateur économiques. Ce dernier a la possibilité de l’acquérir à une
valeur résiduelle en fin du contrat.

 Les établissements leasings

Les établissements leasing sont chargés d’assurer le financement d’acquisitions de


matériel mobilier ou immobilier et le mettre en location pour usage professionnel à la
disposition d’un opérateur économique .Ce dernier a la possibilité de l’acquérir à une
valeur résiduelle en fin du contrat.

 Les sociétés factoring

Son rôle consiste à Gérer, au moyen de techniques de gestion financière appropriées les
comptes clients en acquérant leurs créances et d’assurer le recouvrement de ces créances
pour son propre compte.

 Les banques des affaires :

Elle a pour assurer des services de conseil et d’assistance en matière de gestion de


patrimoine, de gestion financière et d’ingénierie financière et d’une manière générale tous
les services destinés à faciliter la création, le développement et la restructuration
d’entreprises.

 les banques offshores :

La banque offshores sont utilisés pour collecter les dépôts auprès des non-résidents,
quelles qu’en soient la forme et la durée, accorder des crédits aux non-résidents sous tous
les formes et assurer les opérations de changes avec les non-résidents et dans les limites
autorisées par la législation et la réglementation en vigueur avec les résidents.

 les bureaux de représentations :

7
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari bank

Représenter en Tunisie les établissements, notamment financiers et bancaires, dont le


siège est à l’étranger à la condition que cette représentation ne donne lieu à perception
d’aucune rémunération directe ou indirecte et que les dépenses qui en découlent soient
intégralement couvertes par les apports en devises de l’étranger.

2. Activités et exploitation des établissements de crédits 2018/2019


A fin 2019, les emplois d’exploitation des banques ont atteint 87 Milliards de dinars,
soit une progression de 11,4% contre 10,6% une année auparavant. Cette évolution
provient notamment De la forte progression de l’encours de crédit, soit 12,2% en 2019
contre 9,5% en 2018, et à un Degré moindre de la poursuite du renforcement du portefeuille
bon du Trésor et obligations de L’Etat (+714 MD ou 8,7% contre +1 447 MD ou 21,3% en
2018).

3. Les principaux indicateurs relatifs aux banques


L’exercice 2019 a été marqué par une accélération du taux progression de l'encours de
crédit, soit12,2% ou 7 945 MD, lequel taux de progression à deux chiffres n'a pas été
observé depuis l'année2010. Cette accélération provient de la forte relance des crédits aux
professionnels, alors que les crédits aux particuliers ont évolué presque au même rythme.

Elle traduit une forte augmentation des demandes de financement de la part des

Entreprises en lien particulièrement avec l'augmentation des prix des biens et services suite
à la forte dépréciation du dinar.

Table 1: les principaux indicateurs relatifs

2017 2018 2019


Total des ressources d’exploitation (en
56.283 62.008 71.219
MD)
52.074 56.518 62.735
Dépôts de la clientèle
4.209 5.490 8.484
Ressources d’emprunts
Total des emplois d’exploitation (en MD) 70.326 77.801 86.665
Crédits à la clientèle 59.581 65.264 73.209

8
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari bank

Portefeuille-titres 10.745 12.537 13.456

Evolution des dépôts et des crédits (en


%) 9.5 12.2
Taux de progression des crédits

8.5 11
Taux de progression des dépôts

II. Présentation de l’entreprise d’accueil

Attijari bank Tunisie est une banque tunisienne universelle. Elle détient le réseau
d’agences le plus important en Tunisie (207 agences) et classée 3ème banque privée en
termes de dépôt et d’engagement. Attijari bank est fortement présente sur l’ensemble des
segments des marchés Particuliers, Professionnels et Entreprises. Parmi les vingt banques
commerciales tunisiennes, Attijari Banque se distingue par sa longue histoire qui remonte
à plus d’un siècle.

Créée en juillet 1968 dans la région du sud tunisien, sous le nom de « Banque du Sud
», la Banque a contribué depuis sa constitution au financement de l'économie nationale, et
a étendu sa représentation sur l'ensemble du territoire tunisien. A fin 2005, le consortium
Andalumaghreb constitué de Grupo Santander et Attijariwafa bank a acquis 53,5% du
capital de la Banque du Sud. Sur décision du Conseil d’Administration de la Banque du 8
septembre 2006, par délégation de l’Assemblée Générale Extraordinaire du 29 mai 2006,
le logo et la dénomination sociale de la Banque de Sud sont devenus le 11 décembre 2006
Banque Attijari de Tunisie et le Attijari bank par abréviation commerciale.

A la fin de l’année 2008, les deux partenaires ont créé un nouveau holding financier
dénommé Andalucarthage détenu respectivement à hauteur de 83,7% par Attijariwafa bank
et de 16,3% par Grupo Santander. Le 21 décembre 2009, le capital de la Banque est passé

9
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari bank

de 150 MDT à 168,8 MDT et ce par l’émission de 3 750 000 nouvelles actions de nominal
5 DT. A la date du 15 août 2011, Attijariwafa bank a procédé au rachat des participations
de Grupo Santander dans le capital de Andalucarthage et en détient, par conséquent,
100,0% du capital et des droits de vote.

La Banque du Sud se nomme désormais Attijari Bank, ce nom a été proposé au cours
de l’assemblée générale tenue le 29 mai 2006, ce changement de nom vient suite à la prise
de participation de la part du consortium composé, à part égale, de Attijariwafa Bank
(Maroc) et Grupo Santander (Espagne). La valeur de la cession s’est élevée à 61,05
millions de dinars tunisiens.

La direction de la banque est assurée par directoire composé de 4 membres :

 Andalucarthage
 ICF
 M.M’zoughi Mzbi et autre …

1. Les filiales d’Attijari Bank

Attijari Leasing: Opérations de leasing portant sur des biens


mobiliers et immobiliers. à usage professionnel, ainsi que les opérations d’affacturage.

Attijari gestion: La gestion des portefeuilles des valeurs mobilières


pour le compte des organismes de placement collectif en valeurs mobilières.

10
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari bank

Attijari Recouvrement: assure les services liés au recouvrement des


créances bancaires, commerciales et civiles. Elle intervient tant sur le plan de la relance,
que sur le plan du recouvrement amiable et du recouvrement contentieux.

Attijari assurance: Opérations d’assurance et de réassurance sur la


vie et la capitalisation

Attijari Intermédiation: est un intermédiaire en bourse filiale


d'Attijari Bank créée en 1994. Elle est présente sur l'ensemble des métiers de titres à savoir
l'intermédiation boursière et la gestion sous mandat de portefeuilles individuels.

2. L’organigramme d’Attijari Bank


L’organigramme de la banque est actualisé en mois de Janvier 2017 comme suit :

11
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari bank

Figure 2:l'organigramme de la banque

3. Les principaux indicateurs financiers de la banque


En décembre 2018/2019 le total du bilan s’est établi à 9036,4 millions de dinars contre
8568,6 millions de dinars à fin 2018, soit une progression de 467,9 millions de dinars.

En générale, l’activité d’Attijri bank a été caractérise par :

-Une hausse de les dépôts et avoirs de la clientèle entre 2018 et 2019 de 10,4%.

-Une baisse des emprunts et ressources spéciales de 215,345 en 2018 à 193,955 en 2019.
Soit une réduction de 21,39 millions de dinars.

-Une stabilisation de fonds propre.

-Une diminution du résultat de 58,791 millions de dinars entre 2018 et 2019.

-Une stagnation du capital social entre 2018 et 2019.

12
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari bank

- Une augmentation de la créance sur clientèle de 5440,168 à 5757,757. Soit une


progression de 317,589 millions de dinars.

-Une baisse au niveau des cautions avals et crédits documentaires. Les crédits
documentaires ont diminués 68.3% et les cautions avals vu une baisse de 15,043 millions
de dinars.

Table 2: Les principaux indicateurs financiers d’Attijari Bank

2018 2019
8.568,56
Total bilan 9.036,421
8
Dépôts et avoirs de la 6.760,76
6.995,804
clientèle 2
Emprunts et ressource
215,345 193,955
spéciales
Fonds propres 3,646 3,646
Résultat 144,931 86,140
Capital social 203,710 203,710
5.440,16
Créance sur la clientele 5.757,757
8
Les engagements hors bilan
Cautions et avals 406,950 391,907
Crédits documentaires 369,236 252,236

13
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari bank

Principaux indicateurs financiére d'Attijari


900000
800000 391,907
700000
600000 252,236
500000
400000 193,955 203,710 406,950 369,236
300000
200000 215,345 86,140 203,710
100000 144,931
0 0 0 3,646 0

2018 2019

Figure 3:Graphique de principaux indicateurs financières

4. L’agence Attiajri Bank Mnihla


L’agence Attijari Bank tunis mnihla est parmi les nouvelles agences du réseau de la
banque, elle existe depuis 2018. Les dépôts de la clientèle sont de l’ordre de 12MD et les
engagements sont de l’ordre de 7 MD. Le portefeuille client est modeste, réparti entre des
PME, des professionnels et de particuliers.

L’effectif comporte 3 employés à savoir : un chef d’agence, un adjoint du chef d’agence


et 1 agent d’exécution.

Dans un souci d'efficacité commerciale et de respect des règles de sécurité administrative,


l'agence est organisée par postes de travail

14
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari bank

Figure 4:l'organigramme de l'agence


Selon cet organigramme où je fais du stage, nous présenterons les tâches de tous les
employés

Chef d’agence : toutes les autres tâches de la banque lui sont liées, car il joue un rôle
important, tant qu’il responsable non seulement de la gestion de l’agence selon les axes
bancaires stratégiques, mais aussi de la réalisation d’une rentabilité optimale par le
contrôle et la coordination des travaux menés au niveau de l’agence.

L’adjoint du chef d’agence: il supervise par la gestion des réclamations , la vente des
produits bancaires, la suivie des placements en SICAV, assure la gestion des cartes
bancaires, le traitement des opérations bancaires avec l’étranger à savoir les opérations
commerciales (crédit documentaire et remise documentaire), et les transferts qui ne se
rattachent pas à des opérations commerciales (règlement des frais d’étude, loyer,
honoraire...)
15
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari bank

Attaché clientèle : assure les opérations de la caisse. Il reçoit les versements et assure les
paiements en espèces, traitement des virements, assure l’arrêt physique de la caisse à la fin
de la journée, participe dans la vente des produits bancaires et assure l’arrêt comptable de
la caisse à la fin de la journée.

5. Les produits
Attijari bank fournit une large gamme de produits et services selon les différents besoins :

Table 3: les produits de la banque

Les cartes Les comptes Les assurances Les crédits

bancaires : bancaires : bancaires:

La carte VISA Nationale et Compte courant : C'est Epargne AWLEDI : Crédits de


Internationale : un compte destiné à garantir l’avenir de vos logements :exp Crédits
permet retirer de personnes majeures ou enfants MEFTAH ", une gamme
l'argent liquide auprès mineures émancipées complète de crédits
de toutes les banques exerçant une activité immobiliers
affiliées au réseau de commerciale ou parfaitement adaptés
votre carte agricole ou toute aux besoins, pour
personne physique permettre de construire
exerçant une activité et d'acheter un terrain
libérale (Médecin, ou une maison.
Avocat, Agriculteur,
Huissier Notaire,…)

La carte Allocation Compte spécial Epargne Crédit de Préfinancement


touristique « Voyage » : d'épargne : Disposer à TOUMOUHI : mettre à l’export : Finance la
est une carte tout moment de votre l’argent pour réaliser préparation d’un stock
internationale de argent votre rêve mariage, marchand destiné à
paiement et de retrait … voyage, voiture, … l’exportation ou
de fonds en devises … l’exécution de services
utilisable à l’étranger…
exclusivement à
l’étranger.

16
Chapitre I Présentation du système bancaire et d’Attijari bank

Conclusion
Sur le plan international, l'évolution des opérations de commerce international oblige
les banques à s'adapter et à modifier leurs types de crédits offerts, afin de rendre compatible
les exigences des clients avec les ressources permanentes de chaque banque.

17
Chapitre II Crédit documentaire

Chapitre II. Crédit documentaire

___________________________________________________________ __________

Introduction

Les échanges internationaux se développent et prennent de l'ampleur jour après jour.


Des millions de produits sont commandés, vendus et acheminés par voie aérienne,
maritime ou terrestre. Toutefois, cette évolution s'accompagne d'un accroissement des
risques liés aux conditions de financement des importations à l'encaissement et à la
mobilisation des créances nées des exportations.

Ce risque est d'autant plus important « lorsque les parties en présence sont
géographiquement éloignées et que les relations qu'elles ont nouées comportent une part
d'incertitude surtout si l'un ou l'autre des pays souffre de restrictions douanières ou
monétaires».

Pour parier à ces risques et établir une sécurité des transactions, progressivement, divers
techniques de paiements internationaux ont été mis en place à savoir le crédit
documentaire.

Vous êtes en négociation avec un client étranger que vous connaissez mal ou qui se trouve
dans un pays à fort risque politique. Pour exporter en toute sécurité et disposer de solides
garantis en paiement, vous proposez à votre client de vous payer par crédit documentaire
irrévocable auprès de votre banque. Votre client accepte les termes du contrat commercial
et donc le règlement par CREDOC.

- Donnez une définition du Credoc

18
Chapitre II Crédit documentaire

- Comment va se dérouler les opérations ?

- Quel sont les avantages et les inconvénients de ce type de paiement ?

Le terme « Crédit Documentaire » qualifie un arrangement en vertu duquel, une banque


fournit la garantie écrite de payer dans la monnaie prévue, sur ordre de l’acheteur un certain
montant, au bénéficiaire contre remise par ce dernier des documents stipulés et conformes
aux termes de l’arrangement, dans les délais convenus.

I. Crédit documentaire
Le Crédit Documentaire est un engagement irrévocable, émis par la Banque de
l’acheteur (banque émettrice), à la demande de son client (donneur d’ordre), de payer le
montant de la transaction à l’échéance convenue contre remise par l’exportateur de
documents requis strictement conformes à ce qui est exigé dans l’ouverture du crédit
documentaire. Le contrat d’ouverture d’un crédit documentaire est transmis à l’exportateur
par sa banque ou par une banque de son pays.

Les crédits documentaires sont basés sur des « documents ». L’initiateur doit
expressément déterminer quels documents doivent être présentés pour que le crédit
documentaire soit réalisable. Ces documents doivent permettre au bénéficiaire de prouver
qu’il a respecté ses obligations. Un crédit documentaire est généralement confirmé par le
banquier du vendeur. En apportant sa confirmation, celui-ci reprend les engagements de la
banque émettrice. Il s’agit donc d’une obligation de paiement.

1. Les avantages d’un crédit documentaire


Une garantie de paiement : le fait qu’une banque accepte d’ouvrir un crédit
documentaire constitue un indicateur de solvabilité de client étranger, l’exportateur
connait précisément sa date de règlement.

19
Chapitre II Crédit documentaire

- Une sécurité totale qui permet de ne pas recouvrir à l’assurance-crédit pour les
crédits irrévocable et confirmés.

- La réalisation des opérations commerciales dans les conditions optimales peuvent


être espérées par l’acheteur, compte tenu de vigilance des banques qui font un
contrôle exclusivement sur pièce.

2. Les inconvénients d’un crédit documentaire


Le crédit documentaire doit être utilisé avec beaucoup de professionnalisme pour
être efficace, à défaut, il perd son efficacité et peut devenir onéreux.

Le coût du crédit documentaire est assez élevé, mais il ne se réduit pas aux seuls
frais bancaires (les erreurs techniques de toute nature qui peuvent émailler la
procédure représentent un coût indirect qui peut se révéler très important).

La complexité et le coût du crédit documentaire l’ont pendant longtemps réservé à


des paiements de gros montants, l’ampleur des risques qu’il permet de couvrir et la
volonté de sécuriser les transactions avec l’étranger expliquent cependant que les
entreprises recouvrent souvent à cet instrument de paiement, même si les sommes
en jeu sont d’un montant assez faible.

En contrepartie de la sécurité qu’il apporte, le crédit documentaire fait courir aux


banques un risque technique résultant d’une erreur dans la vérification des
documents ou dans le déroulement de la procédure.

La banque confirmatrice est exposée à l’éventuelle insolvabilité de la banque


émettrice et risque politique inhérent à tout engagement pris pour le compte d’une
entité étrangère.

20
Chapitre II Crédit documentaire

3. Les fonctions d’un crédit documentaire


Le fonctionnement d’un Credoc schématisé comme suite :

Figure 5: Le fonctionnement d’un Credoc


Nous indique le déroulement de l’opération de Credoc :

(1) L’acheteur va demander à son banquier d’ouvrir un crédit documentaire en


faveur de son vendeur, c’est-à-dire de prendre vis-à-vis du vendeur

21
Chapitre II Crédit documentaire

l’engagement de régler l’importation sur présentation de certains pièces,


appelées « documents », qui prouvent l’expédition et attestent la conformité de
la marchandise.
(2) Le banquier adresse à son correspondant étranger une « lettre d’ouverture
d’accréditif » qui fixe les conditions de l’opération, et qui, notamment, demande
au correspondant de régler le vendeur sur présentation de documents conformes
aux spécifications indiquées dans les crédits.
(3) Le correspondant notifie l’ouverture de crédit au vendeur en lui précisant les
termes.
(4) Le vendeur peut alors expédier la marchandise en toute tranquillité. En échange
de sa remise, le transporteur délivre au vendeur les documents d’expédition
(connaissement,….).
(5) Le vendeur remet ces documents énumérés dans l’ouverture de crédit au
correspondant, qui après avoir vérifié leur conformité avec les stipulations de
la lettre de crédit qu’il a reçu, règle le prix des marchandises.
(6) Le correspondant fait suivre ces documents au banquier de l’acheteur, qui le
rembourse de son paiement.
(7) Le banquier délivre les documents à son client en échange de règlement de
l’importation.
(8) L’acheteur, muni de ces documents, peut se faire délivrer les marchandises par
le transporteur.

4. Les principaux acteurs de Credoc


Le crédit documentaire met en évidence quatre parties :

a. Donneur d’ordre : est l’acheteur qui a négocié un contrat commerciale


avec un fournisseur étranger il donne à sa banque des instructions

22
Chapitre II Crédit documentaire

d’ouverture du crédit documentaire en faveur de son fournisseur, dans lesquelles il


précise entre les documents qu’il désire ainsi que le mode de règlement.

b. La banque émettrice : est la banque de l’acheteur qui après avoir reçus


des instructions de son client le crédit documentaire : c’est-dire procède on
ouverture.
c. La banque notificatrice(confirmatrice): la banque correspondante de
la banque émettrice dans le pays du vendeur : elle notifie l’ouverture du crédit
documentaire en sa faveur cette banque n’est pas forcement la banque
habituelle de vendeur.
d. La banque de remboursement : la banque qui s’engage au règlement de la
banque du vendeur dans le cas où la banque émettrice ne détient pas de
compte auprès de la banque du vendeur.

5. Les types de crédit documentaire


Il existe trois niveaux de sécurité des crédits documentaires :

1. Crédit documentaire révocable :


Il s’agit d’un crédit documentaire qui peut être amendé ou annulé par la banque
émettrice à tout moment et cela sans avis préalable du bénéficiaire. Etant donné que
la banque émettrice, agit dans la plus part de cas sur ordre de l’acheteur, il est
conséquence évident que le vendeur est entièrement dépendant du bon vouloir de
l’importation (acheteur).

Cependant, la banque émettrice ne peut pas plus exercer cette faculté à partir du
moment où les documents ont été présentés par le bénéficiaire à la banque
notificatrice.

23
Chapitre II Crédit documentaire

Ce type de crédit procure beaucoup de souplesse à l’acheteur et ne donne pas une


réelle sécurité au vendeur, il ne convient que si les deux partenaires contractuels se
connaissent bien et que le vendeur ait une certain confiance en l’importateur.

2. Le crédit documentaire irrévocable :


Ce type de crédit est basé sur l’engagement irrévocable de la banque émettrice vis-à-vis
du vendeur d’effectuer ou de faire effectuer un règlement moyennant la présentation des
documents conformes aux exigences (instruction) de l’acheteur.

Ce type de crédit est nettement plus sûr pour le vendeur que le crédit révocable.

Néanmoins le vendeur demeure tributaire d’un banque à l’étranger et supporte d’autre par
un certain nombre de risque comme :

 Risque de cessation de paiement d’une paye lie à coup d’état.


 Risque catastrophe naturelle.
 Une politique de change suspendant les transferts de vers l’étranger.
Ce type de crédit est moins souple pour l’acheteur car toute modification ou annulation
unilatérale d’un crédit irrévocable est impossible sans l’accord de toutes les parties.

3. Le crédit documentaire irrévocable et confirmé :

Ce crédit documentaire est la forme la plus sûr en matière de sécurité, il comporte un


double engagement bancaire celui de la banque émettrice et celui d’une banque dans le
pays de vendeur (banque confirmatrice). Ce dernier doit examiner soigneusement la
solvabilité de la banque émettrice ainsi que les risques politiques et transfert avant de
confirmer le crédit.

24
Chapitre II Crédit documentaire

La confirmation peut être amendée par la banque émettrice suite aux instructions de
l’acheteur si ce n’est pas le cas, le vendeur a toujours la faculté de sollicites cette
conformation soit après de la banque notificatrice, soit de tout autre banque.

Dans tous les cas la confirmation permettra au vendeur de se faire payer dans son pays ce
qui supprime tout risque de non-transfert en réduisant les délais de règlement.

Quand le crédit est irrévocable, le paiement sera effectué par la banque émettrice, s’il est
irrévocable et confirmé. La banque notificatrice paie l’exportateur et se fait rembourser par
la banque émettrice.

Il faut noter que cette confirmation est un service bancaire que le vendeur devra payer,
ce pendant si l’importateur ne précise pas dans les instructions qu’il donne à sa banque,
que les fais de confirmation sont à la change du vendeur, ils lui seront imputés
automatiquement.

6. Les paiements de Credoc


De toutes les techniques bancaires, utilisables par l’exportateur, pour obtenir le
règlement de leur opération, le crédit documentaire est celui qui offre le maximum de
sécurité.

La réalisation du Credoc est l’acte par lequel une banque réalise ses engagements envers
le bénéficiaire. Si les documents sont conformes, la réalisation du crédit représente pour le
vendeur le dénouement positif de la sécurité de paiement qu’il a choisie.

Le mode de réalisation, le lieu et le montent de la réalisation constituent en conséquence


des indications essentielles pour le vendeur.

Il existe quatre modes de réalisation :

a. Paiement à vue :
Le paiement s’effectue à la présentation des documents reconnus conformes aux termes
et conditions du crédit documentaire.
25
Chapitre II Crédit documentaire

b. Paiement différé :
Le paiement s’effectue à l’échéance du délai fixé par les termes et conditions du crédit
documentaire. Le vendeur accorde un délai de paiement à l’acheteur.

c. Paiement par acceptation :


Le paiement s’effectue sur un schéma similaire au paiement différé. La différence réside
dans le fait que le bénéficiaire reçoit une traite en guise de garantie de paiement, traite qu’il
présente au terme du délai fixé par les termes et conditions du crédit documentaire.

d. Paiement par négociation :


Le paiement s’effectue soit à vue soit à terme soit auprès de toute banque dans le pays
du bénéficiaire, soit auprès d’une seule banque dans le pays du bénéficiaire (ou
exportateur). Cette banque peut accorder un escompte au bénéficiaire après vérification de
la conformité des documents aux termes et conditions du crédit documentaire.

7. Les Supports d’un Crédit Documentaire


Les supports essentiels d’un crédit documentaire sont les documents, comme le stipule
«l’article 4» des règles et usances uniformes (révision 93 publication 500) :

- Facture Commerciale : établie par le fournisseur et adressée à l’acheteur pour une


prestation de service ou pour une acquisition d’une marchandise.
- Document de transport : confirme la réception de la marchandise pour le transport
et les conditions fixées pour celui-ci.
- Note de poids : La note de poids ou liste de poids est un document destiné à certifier
quantitativement la marchandise expédiée.
- Liste de colisage : est un document plus complet que la note de poids, qui fait
ressortir les caractéristiques des divers colis constituant une expédition (nombre,
poids, marque....).

26
Chapitre II Crédit documentaire

- Certificat d’Origine : Quel que soit leur nature, les certificats ne sont valables que
s’ils sont munis de la signature de l’émetteur (exemple: certificat de qualité,
certificat de quantité, certificat d’assurance,…etc.)

8. Les crédits documentaires spécifiques

• Le crédit « RED CLAUSE », « CLAUSE ROUGE » :

Il autorise les banques à effectuer une avance de fonds au bénéficiaire avant l’expédition
des marchandises, sur simple engagement écrit de produire ultérieurement les documents
stipulés dans ce crédit.

• Le crédit adossé (back to back):

Le vendeur/intermédiaire obtient également les marchandises auprès d’un autre


fournisseur. Ici, le premier bénéficiaire ne veut pas que son client le sache.

Ce crédit permet à l’intermédiaire, en tant que bénéficiaire du premier crédit, de l’offrir


à la banque notificatrice en garantie de l’émission d’un second crédit en faveur de
son propre fournisseur.

• Le crédit transférable :

Utile lorsque le bénéficiaire du crédoc doit lui-même acheter ou sous-traiter auprès d’un
partenaire qui souhaite également sécuriser le règlement de sa prestation. Ce crédit permet
au premier bénéficiaire de demander à la banque autorisée de transférer le montant, en
totalité ou en partie, à un tiers.

Le premier bénéficiaire réglera ainsi son sous-traitant sans procéder à une sortie de
trésorerie et après que ce dernier ait prouvé avoir rempli son obligation. Le client final doit
accepter d’ouvrir un crédoc transférable.

27
Chapitre II Crédit documentaire

II. Crédit documentaire d’Attijari Bank

Le Crédit documentaire permet en tant que :

• Importateur (donneur d’ordre) d’initier l’opération et de fixer les termes documentaires,


les termes de paiement (à vue ou à échéance) et les délais de livraison que vous avez
négociés avec votre fournisseur (bénéficiaire).

•Exportateur (bénéficiaire du crédit documentaire) de garantir un paiement dès


l’expédition et la présentation de documents conformes aux termes du crédit documentaire
à la banque qui négocie les documents.

Le paiement se fera d’autant plus facilement que vendeur et acheteur se seront mis
d’accord sur la teneur du contrat et les modalités de règlement.

Une fois le contrat commercial conclu, l’importateur donne instruction à sa banque


d’émettre le crédit documentaire en faveur de l’exportateur auprès de la banque de
l’exportateur. Ce crédit est notifié ensuite à l’exportateur par sa banque (banque
notificatrice).

La seconde étape est la réalisation du crédit documentaire qui consiste pour le bénéficiaire,
une fois l’expédition exécutée, à présenter à la banque notificatrice les documents requis
pour les termes du crédit documentaire.

Après examen de ces documents en vertu des termes du crédit documentaire et en vertu
des RUU (Règles et Usances Uniformes) les régissant, la banque honore le paiement si les
documents sont réputés conformes. Le paiement est soumis à l’accord du donneur d’ordre
si les documents ne sont pas conformes. Dès lors, le donneur d’ordre est informé des
réserves relevées et acceptera ou pas de les lever.

28
Chapitre II Crédit documentaire

1. Atouts

a. Pour l’importateur :
L’importateur, face à un fournisseur étranger, renforce sa position en ayant recours à un
crédit documentaire. De plus, en raison de la sécurité plus grande et de l’exécution rapide
du paiement, l’importateur peut bénéficier de réductions de prix.

La documentation requise par le crédit documentaire au moment de l’émission vous


permet de disposer de documents dont les caractéristiques correspondent fidèlement à votre
importation (montant, délais d’expédition, documents, désignation et quantité de la
marchandise, etc.).

À la réalisation du crédit et en cas de non-conformité des documents, c’est à vous que


la banque s’adresse pour accepter ou non les documents et autoriser le paiement. La mise
à disposition de la marchandise en votre faveur et son paiement ne sont effectués qu’une
fois toutes les réserves levées.

b. Pour l’exportateur :
Le crédit documentaire est la forme la plus appropriée pour réaliser de façon sécurisée le
paiement d’une exportation. Il s’agit d’un engagement irrévocable de la banque en votre
faveur. Avec la confirmation du crédit documentaire par votre banque, vous bénéficiez du
maximum de sécurité de paiement.

Il obtenu le règlement de votre exportation (à vue ou à échéance) dès que les documents
de votre expédition auront été reconnus conformes par la banque confirmatrice (ou
désignée pour négocier les documents). La confirmation est
un moyen de sécuriser vos exportations soit vers vos nouveaux clients ou alors vers des
pays considérés comme à risque.

29
Chapitre II Crédit documentaire

Le crédit documentaire peut servir au financement de vos exportations.

Conclusion :

Même si le crédit documentaire est considéré comme étant le moyen


de paiement le plus sure vue qu'il est pour les contractions commerciales
et la dénomination commune de leur préoccupation et il permet d'acquérir
des biens et des marchandises avec l'intervention des banques de
l'importateur et de l'exportateur, sans oublier les avantages qu'il présente
mais il a aussi des inconvénients plus au moins important donc l'utilisation
du crédit documentaire nécessite une souplesse et une clarté dans
l'utilisation des termes du contrat.

30
Chapitre III : Le financement en devise

Chapitre III Le financement en devise :


Simulation de cas d’une Entreprise
Exportatrice et Importatrice

___________________________________________________________ __________

Introduction

Le développement des opérations du commerce extérieur et le mouvement rapide


de la mondialisation, font appelle à une évolution permanente des techniques
bancaires à l’international.

En effet, les services bancaires rendus aux entreprises à l’occasion de leurs


opérations avec l’international ont pris une importance de premier plan dans la
relation banque/entreprise.

C’est dans ce contexte, les besoins de financement des opérations de commerce


extérieur ont nécessité d’élaboration de techniques de paiement offrant des garanties
aux parties concernées.

Et pour cette raison qu’on essaiera de développer successivement les différentes


techniques du financement des exportations et des importations.

31
Chapitre III : Le financement en devise

I. Le financement des exportations :

Le financement des exportations peut être effectué quel que soit le régime des
produits à exporter (prohibés, contingentés, libérés). Il est réalisé dans la limite du
montant prévu au contrat commercial au plus tôt à compter de la date d'imputation
douanière du titre d'exportation.

Le financement peut s'effectuer en toute monnaie étrangère convertible quelle que


soit la monnaie du contrat commercial. Le montant du financement accordé par la
banque doit être immédiatement et intégralement cédé, pour le compte du
bénéficiaire, à la Banque Centrale de Tunisie. Cette opération ne peut donner lieu à
inscription en compte Exportations Frais Accessoires (EFAC) ou Voyage d'affaires
qu'au moment du rapatriement du produit de l'exportation.

1. Les avances en devises à l’exportation ou escompte avec recours:


C’est un prêt en devises consenti par une banque à un exportateur ayant une créance
commerciale à court terme, finançant ainsi ses exportations en attendant le règlement
convenu.

*C’est aussi une technique permettant à l’exportateur de se couvrir contre le risque de


change.

Il s’agit de l’escompte en devises des créances commerciales nées sur l’étranger.

Pour être éligibles à ce financement, les créances doivent satisfaire aux conditions
suivantes:

-l’opération doit être confirmée, ce qui permet de s’assurer sur le caractère certain du
rapatriement des devises qui vont servir au remboursement de l’avance.

32
Chapitre III : Le financement en devise

-Présentation des documents d’expédition: facture commerciale imputée par les services
des douanes et domiciliée auprès de nos guichets pour les entreprises résidentes,
accompagnée du titre de transport.

1.1 Conditions d’éligibilité:


L’opération doit être confirmée et par conséquent le rapatriement des devises doit avoir
un caractère certain (ce sont ces mêmes devises qui serviront au remboursement de
l’avance).

La mobilisation en devises de l’avance ne doit se faire qu’au vu des documents


d’expédition :

 La facture commerciale imputée par les services des douanes et domiciliée auprès
de nos guichets pour les entreprises résidentes
 une copie du titre de transport
 La durée de l’avance devra correspondre à celle de la créance commerciale, en
effet, le montage de l’opération fait qu’à l’échéance l’exportateur rapatrie le
produit de l’exportation et rembourse l’avance.

33
Chapitre III : Le financement en devise

1.2 Formule de calcul des intérêts (avance avec recours) :


Les intérêts sont calculés sur la base de la formule de l’intérêt simple (in fine) et
prélevés en fin de période c.à.d. à l’échéance du remboursement :

I = M*N*(T+m)/ 36000
I= montant des intérêts prélevés sur le client
M= Montant de l’avance en devises
N= nombre de jour de financement
T= Taux d’intérêt appliqué: LIBOR1
m= Marge de la banque

2. Avance sans recours « le forfaiting » :


C’est une alternative pour le financement des exportations qui consiste en un escompte
sans recours de créances commerciaux avalisés ou garantis par une banque du pays de
l’importateur ou, le cas échéant, une banque du pays de l’exportateur.

Le forfaiting (ou financement sans recours) signifie donc que moyennant un paiement
immédiat, l’exportateur cède au profit de la banque ses droits et actions sur des créances
tirés sur ses clients matérialisant t un paiement à terme des marchandises vendues ou
services rendus.

Ce rachat se fait :

-Sans recours contre l’exportateur

-A prix fixe

1
Le LIBOR, ou London Interbank Offered Rate, est le taux du marché monétaire observé à Londres. Il est égal à la
moyenne arithmétique des taux offerts sur le marché bancaire à Londres pour une échéance déterminée (entre 1
et 12 mois) et une devise donnée (euro, livre, dollar).

34
Chapitre III : Le financement en devise

-Jusqu’à 100% de la valeur de la créance

Cette technique se traduit par la cession définitive, au profit de la banque et moyennant


un paiement immédiat, des droits et actions que détient l’exportateur sur sa créance. Cette
cession se fait donc sans recours contre l’exportateur en cas de non-paiement par le
débiteur.

Aussi, ne sont éligibles à ce financement que les créanciers commerciaux avalisées ou


garanties par une banque du pays de l’importateur ou, le cas échéant, par une banque du
pays de l’exportateur. De ce fait, en plus des conditions d’éligibilité, exigées dans le cadre
de l’avance avec recours, la banque exige:

 Une confirmation de paiement a l’échéance par la banque avaliste ou la banque


émettrice et/ou confirmatrice de la lettre de crédit.
 Une lettre de cession et de subrogation de droits et actions sur la créance en faveur
de la banque.

2.1 Conditions d’éligibilité :


En plus des conditions d’éligibilité de l’avance avec recours la banque exige :

Une confirmation de paiement à l’échéance par la banque avaliste ou la banque émettrice


et ou confirmatrice de la lettre de crédit.

Une lettre de cession et de subrogation de droit et action sur la créance en faveur de la


banque.

2.1 Formule de calcul des intérêts (avance sans recours) :


Le prix de cession de la créance correspond au montant de la créance à financer diminué
des intérêts revenant à la banque et calculés selon la formule de calcul en dedans:

35
Chapitre III : Le financement en devise

I = M*(T+m)*(N+n)/ 36000((T+m)*(N+n))
I = Intérêt perçus sur financement sans recours
M= Montant de la créance commerciale à financer.
M1 = Montant net du financement
T = Taux de base sur la monnaie du financement et correspondant à la période de
financement
m = marge de la banque sur l’opération de financement.
N = durée du financement en nombre de jours
n = nombre de jours de grâce.
M1 =M-I

3. Les avantages des financements en devises des exportations :


Dans ce tableau en distingue les avantages des avances avec recours et sans recours :

Avec recours : Sans recours :


-Gain du différentielle d’intérêt
-Alimentation systématique du compte
-Gain du différentielle d’intérêt professionnel
-Alimentation systématique du -Couverture automatique contre le risque
compte professionnel de change
-Couverture automatique contre le -ne pas puiser sur les autorisations de

risque de change crédit


-se dessaisir totalement du risque de non-
paiement de la créance
Table 4:Les avantages du financement en devises des exportations

36
Chapitre III : Le financement en devise

II. Le financement des importations


Le financement des importations peut être effectué quel que soit le régime des produits
à importer (prohibés, contingentes, libérés).Le règlement financier de l'importation doit
être assuré par la banque non résidente.

Les décaissements sont opérés au plus tôt à la date à laquelle la réglementation des
changes, suivant la procédure, permet d'opérer le transfert.

1. Les besoins de recourir aux financements en devises des importations

Ces financements sont sollicités lorsque l’importateur n’est pas en mesure de négocier
un crédit fournisseur avec des conditions meilleures que celles offertes par la banque.

L’importateur n’est pas en mesure de négocier un crédit fournisseur pour les motifs
suivants :

 Refus du fournisseur
 Délai accordé par le fournisseur insuffisant
 Coût du crédit hors des conditions du marché
 dépassement de la limite de trois millions de dinars par année civile des emprunts
contracter auprès de non-résidents (circulaire BCT 93 -16 du 07/110/93).

2. L’utilité du financement en devises des importations

2.1 Pour les sociétés exclusivement importatrices


-Alléger sa situation de trésorerie et éviter le recours systématique aux facilités de caisses
qui est généralement plus coûteuse.

-Bénéficier éventuellement du différentiel des taux d’intérêts entre le TMM2 et le coût des
différentes monnaies cotées sur les places internationales.

2
Il s'agit du taux auquel sont pratiquées les opérations entre banquiers sur le marché monétaire. Le taux moyen
du marché monétaire est un taux d'intérêt variable établi à partir de la moyenne de taux du marché monétaire.

37
Chapitre III : Le financement en devise

2.2 Pour les sociétés totalement ou partialement exportatrices


Crédit relais en devises en attendant l’expédition des marchandises et la mobilisation de
la créance en devises

Remboursement de l’emprunt par des recettes en devises retardées (compte


professionnel en devises)

a. L’impact du financement en devises sur le risque de change et de taux :


Le financement des importations génèrent automatiquement une position de change
longue dans la monnaie du contrat et un risque de Taux.

L’impact de ses risques sur le résultat de l’entreprise est très important.

b. Procédure de mise en place du financement en devises :


Présentation d’une demande de financement à votre agence comprenant les informations
suivantes:

 Le montant de financement en devises


 La date de règlement du fournisseur
 Le mode de règlement
 La période de financement requise
 Le recours ou non à la couverture contre le risque du taux et/ou des changes.
 Le numéro du titre de commerce extérieur et des changes pour les entreprises
résidentes.
 Après accord de l’agence et de la zone, la demande est transmise à la division du
commerce extérieur relevant du Département relations internationales.

c. Formule de calcul des intérêts (financement des importations) :


Les intérêts sont calculés sur la base de la formule de l’intérêt simple (in fine) et prélevés
en fin de période c.à.d. à l’échéance du remboursement :

38
Chapitre III : Le financement en devise

I = M*N*(T+m)/ 36000
I= montant des intérêts prélevés sur le client
M= Montant du financement en devises
N= nombre de jour de financement
T= Taux d’intérêt appliqué: LIBOR (London Interbank offered rate par Reuter à
11 H GMT)
m= Marge de la banque

Régime d’activité Avantages Risques Critères de choix


Comparer le coût
Société -Gain du d’un financement
exclusivement différentiel en dinars par
Risque de change
importatrice d’intérêts rapport à un
Risque de taux
(financement des -Eviter le recours a financement en

importations) la facilité de caisse devises avec


couverture
-Gain d’intérêts
Société
-Couverture contre
exportatrice Recours aux
le risque de change
(financement des Risque de taux financements en
-Gain du
importations et devises
différentiel de
des exportations)
change

Table 5:Récapitulation des critères du financement en devises

39
Chapitre III : Le financement en devise

III. Simulation du financement d’un crédit à


l’exportation
Afin de mieux comprendre le déroulement des opérations du commerce
extérieur et spécifiquement celle d’importation réalisées par crédit documentaire au
comptant et d’exportation réalisées par lettre de crédit a vue, nous allons exposer un
exemple concret, tel qu’il se présente dans la pratique au niveau de Attijari Bank,

La société de conditionnement des huiles Créée en 1996, elle est une SA au


capital de 1.750 md spécialisée dans la collecte, la trituration, production, le
conditionnement et la commercialisation des huiles d’olive et végétal. Elle est
devenue en quelques années parmi les plus grandes entreprises exportatrices d’huile
en Tunisie, avec un chiffre d’affaires de 59MD. Le laboratoire de SCH est certifié
ISO 9001 version 2000, ECOCERT, USDA

Dans le cadre de son activité d’importation, de conditionnement et d’exportation


d’huile, La SCH a signé deux contrats commerciaux portant sur l’achat de 1000
tonnes de l’huile de maïs auprès de son fournisseur américain aux conditions
suivantes :

* Quantité : 1000 tonnes

* prix unitaire : 1.865 USD

* prix total : 1.865.000 USD soit la contre-valeur de 5.285.410 MD


(1USD=2,834TND)

* modalités de paiement : contre documents (au comptant)

40
Chapitre III : Le financement en devise

L’huile importée sera conditionnée pour être exporté à son client libyen suivant le
contrat ci-après. La vente d’huile de maïs aux conditions suivantes :

* Quantité : 84.000 pièces de 12 bouteilles chacune

* Prix unitaire : 25 USD

* prix total : 2.100.000 USD

* modalités de paiement : par lettre de crédit a vue

La SCH sollicite un financement en devises du montant de l’importation soit


1.865.000 USD pour une durée de 45 jours (ce délai représente la durée de
conditionnement d’huile) ou un financement en Dinars soit de 5.285.410 MD sous
forme de préfinancement export pour une durée de 45 jours.

Conditions appliqués par la banque à la société SCH :

Dans le cas du financement en devises, le taux de financement sera calculé selon


la formule :

Taux du financement en devises : LIBOR + la marge de la banque (1,75%)

Et dans le cas du financement en dinars, le taux de financement sera calculé selon

la formule

Taux du préfinancement export : le Taux de marché monétaire + la marge de la


banque (1,75%)

1. Financement en devises : Application de la technique de termaillage

41
Chapitre III : Le financement en devise

Le besoin de financement sollicité par la société SCH est le résultat du termaillage


c'est-à-dire le décalage entre le recouvrement de sa créance auprès de son client libyen et
le règlement de son fournisseur Américain.

Couverture contre le risque de change : La couverture doit être systématique pour cette
catégorie de financement : pour cela il suffit de faire coïncider les échéances de
remboursement du principal au remboursement de la créance commerciale. L’opérateur
ainsi ne sera exposé à un risque de change que pour la marge brute qu’il pourra couvrir à
terme.

Dans notre cas la société va emprunter la totalité du montant en devises moyennant des
intérêts et qui sera réglée par les produits des exportations (couverture automatique contre
le risque de change).

Cout de l’opération : la société supporte les intérêts de financement calculés comme suit :

I = M*N*(T+n)/ 36000

I= montant des intérêts prélevés sur le client

M= Montant du financement en devises : 1.865.000 USD

N= nombre de jour de financement : 45 jours

T= Taux d’intérêt appliqué: LIBOR: 0,75%

m= Marge de la banque : 1,75%

I= 1.865.000*45*(0,75% + 1,75%) / 36000 = 5.828 USD

Soit la contre-valeur de 16.516,552 TND

Marge brute: (2.100.000 – 1.865.000 – 5.828)*2,934= 672.390,648TND

Avec 2,934 est le cours de vente au comptant le jour de la réception des fonds
USD/TND (dans ce cas le risque de change est limité au montant de la marge brute)

42
Chapitre III : Le financement en devise

Par ailleurs, le montant de la marge brute en dollars peut être logé dans un compte
professionnel en devises et qui servira au règlement d’une éventuelle importation.

2. Financement en Dinars sous forme de préfinancement export:

Conformément au circulaire de la BCT 87-47 du 23 décembre 1987 : Ce


concours est destiné à couvrir les besoins occasionnés par la préparation d'un stock
marchand destiné a l'exportation ou l'exécution de services à l'étranger.

Dans notre cas l’opération de financement se déroule comme suit :

- la société va emprunter la totalité du montant en Dinars moyennant des intérêts.

Cout de l’opération : la société supporte les intérêts de financement calculés comme


suit :

I = M*N*(T+n)/ 36000

I= montant des intérêts prélevés sur le client

M= Montant du financement en Dinars : 5.285.410 MD

N= nombre de jour de financement : 45 jours

T= Taux d’intérêt appliqué: TMM= 6,8%

m= Marge de la banque : 1,75%

I= 5.285.410 *45*(6,8% + 1,75%) / 36000= 56.487,82TND

43
Chapitre III : Le financement en devise

-Suite a la réalisation de l’exportation, la société SCH va céder sur le marché monétaire


devises le produit de la vente afin de régler le préfinancement export. Dans ce cas elle va

subir le risque de change : 3 positions sont possibles.

Position 1 : cour de vente des devises produits de l’exportation coïncide avec le cours
d’achat des devises suite a l’importation 1USD=2,834TND.

Montant de la vente : 2.100.000 USD*2,834= 5.951.400 TND

Marge brute : 5.951.400 2.927.610-5.285.410 - 56.487,82= 665.990,000 TND

 Constatation : Le financement en devises est plus rentable que le financement en


dinars

Position 2 : cours de vente des devises est inférieur au cours d’achat (cas de dépréciation
du dollar par rapport au dinars).

 Constatation : La société va subir une perte de change. D’autant plus que le cours
USD/TND diminue, la perte de change s’aggrave.

Position 3 : le cours de vente du dollar est supérieur au cours d’achat (cas d’appréciation
du dollar par rapport au dinars) 1USD=1,40TND

Montant de la vente : 2.100.000 USD*2,934= 6.161.400TND

Marge brute : 6.161.400- 5.285.410 - 56.487,82= 819.502,18 TND

 Constatation : Le financement en dinars est plus rentable que le financement en


devises. D’autant plus que le cours USD/TND augmente, le gain de change
augmente.

44
Chapitre III : Le financement en devise

Conclusion et recommandations :

Le financement en devises est généralement moins cher que le financement en


dinars et ce pour la raison principale : le taux de marché monétaire est largement
supérieur que le LIBOR ou l’EURIBOR.

Afin de garantir une rentabilité similaire ou supérieure du financement en dinars


par rapport au financement en devise, la société SCH doit négocier d’avance un
cours de vente à terme des devises produits de son exportation : ce cours peut être
calculé sous cette condition:

2.100.000 * C – 56.487,82>= 672.390,648 TND avec

- 2.100.000 : produits de la vente

- C : cours de change à terme

- 56.487,82: Intérêts à payer en cas de financement en dinars

- 672.390,648 : la marge brute en dinars en cas d’application d’un cours similaire


pour l’achat et la vente de devises.

IV. Simulation du financement d’un crédit à


l’importation

La Société STPA est une SARL au capital de 1000 MD, spécialisée dans l’importation
et la production des produits d’alimentation pour bétails à savoir le maïs et le soja. Elle
développe un chiffre d’affaires annuel de l’ordre de 30 MD.

45
Chapitre III : Le financement en devise

La totalité des achats de la société sont importés par lettre de crédit a vue. En fait, le
fournisseur a refusé d’accorder un délai de crédit à la société STPA.

Pour des raisons de coûts et de transport, la société procède à des achats regroupés, elle
lance 3 commandes par an soit une commande chaque 4 mois.

Le montant de la facture par commande s’élève à 4.200.000 USD

Vente :

- La totalité des ventes est locale.

- Toutes les ventes se font à crédit par traites comme suit :

30% à 60 jours, 40% à 90 jours, et 30% à 120 jours

Conditions appliqués par la banque à la société SCH :

Dans le cas du financement en devises, le taux de financement sera calculé selon


la formule :

Taux du financement en devises : LIBOR + la marge de la banque (1,75%)

Et dans le cas du financement en dinars, le taux de financement sera calculé selon

la formule

Taux du préfinancement export : le Taux de marché monétaire + la marge de la


banque (1,75%)

Problématique:

46
Chapitre III : Le financement en devise

L’objectif de cette étude est de faire un arbitrage en termes de coûts entre le financement
des importations par des crédits court terme en devises et des crédits court terme en dinars.

1. Recours à des financements en devises :


Rappelons que suivant les dispositions de la circulaire 92-13 que les banques sont
autorisées à utiliser, sans autorisation préalable de la BCT, les ressources en devises pour
des durées ne dépassant pas les 12 mois pour le financement des importations des
entreprises éligibles.

Ce financement leur permettra de s’acquitter de leur dette vis à vis des fournisseurs et de
bénéficier d’un délai de règlement.

Dans notre cas, le financement en devises permettra à la société STPA de régler au


comptant son fournisseur tout en bénéficiant de délais de remboursement plus souples de
la part de sa banque.

Simulation de l’opération de financement en devises :

Dans le cadre d’une meilleure gestion de sa trésorerie, la STPA a bénéficié d’un


financement en devises de 4.200.000 USD remboursable sur 3 tranches soit 30% après 60
jours, 40% après 90 jours, et 30% après 120 jours. (Ce choix de remboursement est effectué
sur la base des prévisions de ventes et des délais moyens clients.)

Le coût de l’opération est déterminé comme suit :

Table 6:calcul du coût de l'opération de financement en devises

47
Chapitre III : Le financement en devise

Taux appliqué
Montant du Montant du Durée du
LIBOR+Marge de Intérêts*
financement remboursement financement
la banque
4.200.000 1.260.000 60 jours 0.75%+1.75%= 2.5% 17500
2.940.000 1.680.000 30 jours 0.80%+1.75%=2.55% 6247,5
1.260.000 1.260.000 30 jours 0.85%+1.75=2.6% 2730
Total 4.200.000 --------------- Total 26477,5
* I = M*N*(T+n)/ 36000

Afin de se prémunir contre le risque de change, déterminer le coût de revient et de fixer


le prix de vente, la société a procédé a un achat a terme des échéances de financement en
devises contractés récapitulés dans le tableau suivant :

Table 7:calcul du coût de l'opération en Dinars

Principal Intérêts Total du Cours Remboursement


en USD en USD remboursement négocier en TND
en USD USD/TND
1.260.000 17.500 1.277.500 2.934 3.748.185,000
1.680.000 6.247,5 1.686.274,5 2.954 4.947.529,383
1.260.000 2.730 1.262.730 2,964 3.742.731,720
Total 26.477,5 ----------------- Coût de
12.438.446,100
l’opération

2. Recours à des financements en dinars :


Supposant que la société à bénéficier d’un financement en dinars, elle a procédé
à l’achat du montant de la facture au cours USD/TND négocier 1USD=1.994TND.

48
Chapitre III : Le financement en devise

Ainsi le montant de l’achat est fixé d’avance à (4.200.000 1.994=12.574.800 TND)


et sera remboursé, en tenant compte des délais clients, a raison de : 30% après 60
jours, 40% après 90 jours, et 30% après 120 jours.

Simulation de l’opération du financement en dinars :

Table 8: Calcul du coût de l'opération par un financement en Dinars

Montant Durée
Montant du Taux appliqué
du du Total
financemen TMM+Marge de la Intérêts*
rembourse finance remboursement
t banque
ment ment
6.8%+1.75%=
12.574.800 3.772.440 60 jours 179.190,900 3.951.630,900
8.55%
6.8%+1.75%=
8.802.360 5.029.920 30 jours 62.716,815 5.092.636,815
8.55%
6.8%+1.75%=
3.772.440 3.772.440 30 jours 26.878,635 3.799318,635
8.55%

Total 12.574.800 ---------- Coût de l’opération 268.786,350 12.843.586,350

* I = M*N*(T+n)/ 36000

Conclusion:

L’option de financement en devises est plus avantageuse pour la société que le


financement en dinars car le LIBOR est moins couteux que le TMM, en effet, la
société a pu économiser un différentiel de coût de

49
Chapitre III : Le financement en devise

(12.843.586,350- 12.438.446,100) soit 405.140,250 TND.

Notant que si la société n’a pas procédé à un achat a terme des échéances du
financement en devises, elle pourrait subir une perte de change en cas de
dépréciation du dinar par rapport au dollar, ce qui va se répercuter négativement sur
sa rentabilité.

50
Conclusion générale

Conclusion générale

L’objectif que nous nous sommes assigné était de mettre en relief les services de la
banque comme des moyens d’aide et de soutien pour le mode du commerce international.

En effet Trois chapitres ont constitué l’ossature de ce travail :

Le premier chapitre a porté sur la présentation du système bancaire Tunisien, son


historique, sa structure et le rôle de chaque organisme dans ce système, en 1er lieu, et la
présentation d’Attijari Bank d’une manière détaillée et l’Agence Mnihla, dans un second
lieu.

Le second chapitre a été consacré à l’étude du service bancaire étranger, les différents
types d’opérations avec l’étranger et les techniques de paiement à l’international.

Dans le troisième et le dernier chapitre nous avons mis l’accent sur le financement en
devises comme une solution pour le bon déroulement des opérations d’importations et
d’exportations par un cas pratique résumant le déroulement de l’opération et la comparant
avec un financement en Dinars.

Cette période de formation en milieu professionnel m’a permis d'acquérir une nouvelle
expérience dans le milieu du travail par la confrontation directe et quotidienne de
problèmes réels.

Je pense avoir obtenu, grâce à ce stage, des connaissances pratiques plus approfondies et
j'ai pu exploiter mes connaissances financières.

Grâce à ce contact professionnel, j'ai pu exploiter mes connaissances théoriques et les


conjuguer avec les explications de Mme Manel. J'ai apprécié l'ensemble des travaux que
j'ai effectués. Le fait d'avoir réalisé de nombreuses applications directes de mes cours,
d'avoir travaillé sur des thèmes concrets, m'ont permis de m'investir davantage dans le
travail et de me rendre compte de l'importance des études.

51
Conclusion générale

Ce stage m'a également beaucoup appris sur le plan personnel à travers les rapports
humains.

Le travail au sein d'une banque, tout comme le rythme de travail différent de celui de la
faculté, furent très intéressants. L'ambiance dans cette banque étant particulièrement
agréable du fait de son efficacité et son dynamisme, il en découle de très bons rapports
ainsi qu'un travail effectué dans une entente ne pouvant être que bénéfique à sa qualité.

Je garderais un très bon souvenir de ce séjour chez Attijari Bank où chaque personne m’a
accordé un peu de son temps et a bien voulu me transmettre une partie de son savoir.

52
Bibliographie

Bibliographie :

Livres :

- Analyse bancaire de l’entreprise (méthodologie) -auteur : Eric Manchon-

- La banque et l’entreprise : techniques actuelles de financement –auteurs : Gérard Rouyer, Alain


Choinel-

Circulaires :

- Circulaires internes Attijari Bank

- Circulaire de la banque centrale de la Tunisie BCT

Séminaires :

- Séminaire Attijari Bank : LES LIGNES DE CREDITS EXTERIEURES GEREES PAR ATIJARI
BANK

- Séminaire ATB : COMPRENDRE LES CREDITS DOCUMENTAIRES

- Séminaire : Attitudes commerciales et techniques de ventes - Pierre Voos -

Autre :

53
Bibliographie

- Manuel de procédure ATTIJARI BANK

- Catalogue des produits ATTIJARI BANK

- Catalogue des produits autres Bank (BIAT-AMEN BANK…..)

- Différents cours présentations et séminaire de l’institut de financement du développement du


Maghreb Arabe –IFID-

54