Vous êtes sur la page 1sur 61

Cours de la gestion financière

Pr. Hasnae RAHMANI


la gestion financière est la partie des sciences de gestion
consacrée à l’étude des flux financiers dans l’entreprise.
Sa méthodologie procède selon deux étapes
complémentaires :

1. La première est l’analyse financière de l’entreprise ou


le diagnostic financier, véritable état des lieux à un
moment donnée ;

2. La deuxième est la politique financière qui consiste à


préparer et prendre les décisions financières qui
engagent l’avenir et influencent les valeurs de l’actif et
du passif, les résultats et la valeur de l’entreprise.
1. Pour pouvoir exercer son activité, une entreprise doit tout
d'abord se doter d'un certain nombre d'actifs qui vont être
utilisés sur une longue période . En comptabilité, ces éléments
particuliers de l'actif d'une entreprise sont appelée actifs
immobilisés.

2. Le financement de ces actifs immobilisés doit logiquement se


faire grâce à des ressources que l'entreprise détiendra aussi sur
une longue période. En Conséquence, le financement de l'actif
immobilisé suppose que l'entreprise dispose de ressources à
long terme autrement appelées ressources stables.

3. dépenses constituant l'actif circulant. Généralement, la durée de


détention de ce type d'actifs par l'entreprise ne dépasse pas
quelques semaines. Elle doit donc pouvoir trouver des
financements à court terme capables de satisfaire ces besoins
de financement à court terme.
4. En outre, elle doit pouvoir disposer à tout moment de
ressources financières mobilisables immédiatement
pour combler les dépenses de fonctionnement
quotidiennes. Ces besoins de financement à très court
terme représentent des besoins de trésorerie.

5. En ce sens, la trésorerie correspond à la part des


ressources financières dont dispose l'entreprise qui n'a
été utilisée ni à l'acquisition d'immobilisations, ni au
financement de l'actif circulant.
Les objectifs de la gestion financière sont en apparence
contradictoires mais complémentaires :

1. la sécurité de l’entreprise,

o la solvabilité, la capacité de faire face aux échéances,


o mais aussi la flexibilité, c'est-à-dire une structure financière
laissant suffisamment de souplesse à la gestion, en
fournissant les fonds nécessaires à l’exploitation courante,

2. la rentabilité de l’entreprise.

o réduction des intérêts et autres frais bancaires,


o optimisation de l’emploi des capitaux propres. )
La gestion financière revêt deux dimensions:

Une dimension « expost »,


l’analyse financière en tant qu’outil de la gestion financière fondée sur une
vision purement technique basée sur l’analyse et l’interprétation des
résultats portant sur la lecture des documents comptables et financiers (ce
qui est déjà étudié au 1er semestre)

Une dimension « ex-ante »,


la prévision, celle-ci est, elle-même, établie à des horizons différents:
Le long et le moyen terme, il s’agit de la prévision des emplois stables et
des ressources durables qui les financent.
Le court terme qui concerne la prévision des besoins du cycle
d’exploitation.
Concepts
Fondamentaux De
l’Analyse Financière
Les cycles financiers de l’entreprise

• Le cycle financier = processus qui intègre toutes les


opérations intervenant entre le moment ou une
entreprise transforme un stock de monnaie initiale en un
certain bien ou actif, et le moment ou le même bien se
transforme en monnaie

Monnaie Actifs Monnaie


Les opérations effectuées dans
l’entreprise peuvent présenter des
caractéristiques fort différentes. Il est
classique de les regrouper en trois cycles:

• Le cycle d’exploitation

• Le cycle d’investissement

• Le cycle de financement
.
1. Connu sous le nom de cycle Achat-Production-
Ventes, et correspond à l’ensemble des opérations
d’exploitation de l’entreprise.
2. Il s’agit d’un cycle court puisqu’il ne concerne que les
opérations courantes ou de roulement.
3. la durée du cycle d’exploitation variera d’une
entreprise à une autre
4. il est fonction de la nature de l’activité de l’entreprise,
du processus technologique, de fabrication, de la durée
de stockage des matières premières et produits finis, et
des délais de paiement accordés à la clientèle
Monnaie Matières premières (transformation)
produits en cours Produits finis Clients et
comptes rattachés Monnaie

Réflexions individuelles :
1. Selon ce schéma, quel est le produit le plus
liquide? Pourquoi ?
2. Quel est le produit (se situant en aval dans le
cycle de fabrication) le plus liquide?
3. Comment pouvez-vous évaluer le degré de
transformation des produits finis en monnaie?
• Toutes les opérations relatives à l’acquisition ou à la
création des moyens de production incorporels,
Corporels ou financiers. Il englobe également la
partie immobilisée de l’actif de roulement (stock,
créances, etc.)

• Tous les emplois relatifs aux opérations


d’investissement sont qualifiés d’acycliques.

Questions de réflexion:
1. Donnez des exemples de moyens de production
incorporels, corporels, financiers
2. Pourquoi à votre avis les emplois relatifs au cycle
d’investissement sont-ils acycliques?
• Il correspond aux opérations de financement
du cycle d'investissement. Ces opérations
visent à fixer la structure de financement de
l’entreprise, au moyen de capitaux propres, de
fonds d’emprunts ou encore de cession d’actifs.

• Il s’agit de ressources stables ou acycliques


qui s’inscrivent dans un cycle long.
La notion fondamentale de flux
 Le flux = les transferts de biens et de
monnaies effectués au cours d’une période
donnée entre deux agents économiques

 On distingue entre:
1. Les flux de résultats
2. Les flux de trésorerie
3. Les flux de fonds
Les flux de résultats:

il s’agit de flux documentés par le compte de produits


et de charges au sens de la comptabilité générale.

le résultat bénéficiaire ou déficitaire de l’exercice


s’obtient par la différence entre des produits et des
charges.

La plupart de ces flux (ventes, achats, salaires,


charges financières…) donnent lieu à des flux de
trésorerie au moment de leur date d’encaissement ou
de décaissement presque toujours postérieur à leur
enregistrement comptable.
Les flux de trésorerie

• ils désignent toutes les opérations donnant lieu à un


mouvement effectif de liquidités qui se traduisent par un
encaissement ou un décaissement.
Les flux de fonds

• Ils représentent les mouvements qui ont affecté l’actif et


le passif de l’entreprise c’est à dire les ressources et les
emplois entre le début et la fin de l’exercice.

• Les fonds d’emploi = l’accroissement d’un stock


d’emploi à l’actif ou la diminution d’un stock de
ressources au passif

• Les fonds de ressources = l’augmentation d’un fond de


ressources au passif et la diminution dun stock d’emploi à
l’actif
REFLEXIONS:

Donnez des exemples des flux de fonds affectant


les emplois ainsi que les ressources de
l’entreprise??

REPONSES:

• Les investissements, les remboursement des


dettes de financement, l’accroissement des stock …
sont de nouveaux emplois spécifiques à l’exercice
qu’il va falloir financer.
• Les augmentations de capital, l’autofinancement,
les nouveaux emprunts, les cessions
d’immobilisation sont de nouvelles ressources
financières apparues dans le même temps..
Analyse de l’activité et des
résultats de l’entreprise
LE BILAN COMPTABLE FONCTIONNEL

• Le bilan permet de visualiser à un moment donné l’état


des emplois et des ressources de l’entreprise c.à.d. ce
qu’elle détient et ce qu’elle doit
• En analyse financière, le bilan constitue un document
pour l’appréciation de la solvabilité et de l’équilibre
financier de l’entreprise
• L’approche fonctionnelle étant celle du plan comptable,
aucun retraitement ou reclassement ne devra donc être
effectué.
Emplois Ressources
Actif Immobilisé Financement permanent
Actif circulent (HT) Passif circulent (HT)
Trésorerie Actif Trésorerie passif
Le fonds de roulement fonctionnel (FRF)

 le FRF = différence entre le financement


permanent et l’actif immobilisé.

 il correspond au montant des ressources


acycliques qui, après financement de l’actif
immobilisé, demeure disponible pour couvrir les
besoins de financement du cycle d’exploitation de
l’entreprise ou besoin de financement global
(BFG)
FONDS DE ROULEMENT FONCTIONNEL
Emplois Ressources
ACTIF IMMOBILISE FINANCEMENT PERMANENT
Immobilisation en non valeur Capitaux propres
Immobilisation incorporelles Capitaux propres assimilés
Immobilisation corporelles Dettes de financement
Immobilisation financières Provisions durables pour risques et
Ecart de conversion actif sur éléments charges
non circulants Écart de conversion passif sur éléments
non circulants
FRF= Part du financement permanent
permettant de couvrir une partie du
besoin de financement global (BFG)

Calcul par le haut bilan le FRF permet d’apprécier les


modalités de financement de l’actif immobilisé
Le FRF peut être calculé également par le « bas du bilan
», par la différence entre l’actif circulent et le passif
circulant.
Emplois Ressources

Actif circulant (y compris trésorerie FRF= Excédent de l’actif circulant sur le


actif) passif circulant

Passif circulant (y compris trésorerie


passif)

Calcul par le bas bilan: le FRF constitue un indicateur


d’appréciation de l’équilibre financier et de la solvabilité
de l’entreprise.
Exercice d’assimilation
1- Quelle signification pouvez vous donner à un FRF
positif/Nul/Négatif?

2- Soit le bilan de l’entreprise X arrêté au 31/12/20N.


Evaluons le FRF selon les deux approches (haut du bilan,
bas du bilan).

Actif (Emplois) Passif (Ressources)


Actif immobilisé 1 000 000 Financement permanent 2 000 000

Actif circulant 1 500 000 Passif Circulant 5 00 000

2 500 000 2 500 000


NB: l’appréciation du niveau en valeur absolue
du FRF n’est pas suffisante et c’est pourquoi il
convient de rapprocher son montant des
besoins liés au cycle d’exploitation de
l’entreprise (stock, créances,…) c.à.d. du
besoin du financement global pour apprécier
s’il est suffisant ou non par rapport à l’activité
de l’entreprise.
Le besoin de financement global (BFG)
 = Différence entre l’actif circulant hors trésorerie
et le passif circulant hors trésorerie

 Si la différence est positive, cela signifie que les


emplois sont supérieurs aux ressources, ce qui
traduit un besoin de financement global qui doit
être financé.

 En cas de différence négative, il s’agit alors d’une


ressource de financement
BFG
Actif circulant (HT)

BFG

Passif circulant (HT)

Ressources de financement

Ressources de financement

Actif circulant (HT) Passif circulant (HT)


Exercice d’assimilation
Soit le bilan de l’entreprise Y arrêté au 31/12/20N.
Evaluons le BFG en distinguant les éléments liés à
l’exploitation et les éléments non liés à l’exploitation. -

Actif Passif
Actif Immobilisé 80 000 Financement permanent 205 000
Actif circulent (HT) 140 000a Passif circulent (HT) 35 000b
Trésorerie Actif 22 000 Trésorerie passif 2 000
242 000 242 000
a : Dont 20 000 hors exploitation
b: Dont 3 000 hors exploitation
LA TRESORERIE NETTE

 Dans le bilan fonctionnel, la trésorerie ne correspond pas


au disponible (comptes caisse et banque) mais à la
différence entre la trésorerie actif et la trésorerie passif.
 On pose:
Trésorerie nette = Trésorerie actif – Trésorerie passif
 Elle peut également calculée par le FRF et le BFG.

 Trouvez la relation entre la TN, le FRF et le BFG


 Trésorerie nette = FRF - BFG

 Cette dernière formule montre que le niveau de


trésorerie est lié aux opérations qui affectent à la fois:

 L’actif immobilisé et le financement permanent

 L’actif circulant (HT) et le passif circulant (HT)


Exercice d’assimilation

 En vous basant sur les données précédentes de la


société Y, calculer la trésorerie nette selon les deux
formules
La relation fondamentale F.R.F, B.F.G, Trésorerie
nette: éléments de réflexion
1- quelle est la relation entre ces trois éléments ?
2- Plusieurs situations types peuvent se présenter selon que
l’entreprise fonctionne selon avec un B.F.G positif ou bien
négatif. Commentez les situations suivantes:
Situation 1: FRF>0, BFG>0, TN>0
Situation 2: FRF>0, BFG>0, TN<0
Situation 3: FRF<0, BFG>0, TN<0
Situation 4: FRF>0, BFG<0, TN>0
Situation 5: FRF<0, BFG<0, TN>0
Situation 6: FRF<0, BFG<0, TN<0
3- Un fond de roulement positif est il nécessaire???
Etat des soldes de gestion (ESG)

si le CPC permet de déterminer les différents niveaux


de rentabilité (exploitation, financier, courant, non
courant ), l’ESG permet de visualiser à travers les
comment l’entreprise a
soldes de gestion
généré son bénéfice et sa capacité
d’autofinancemet .
ETAT DE SOLDES DE GESTION (ESG)

1 . Ventes de marchandises (en l'état)


2 . -Achats revendus de marchandises
I = Marge commerciale
II + Production de l’exercice (3+4+5)
3 . Ventes de biens et services produits
4 . Variation de stocks de produits (+ -)
5 . Immobilisations produites par l'entreprise pour elle-même
III - Consommation de l’exercice (6+7)
6 . Achats consommés de matières et fournitures
7 . Autres charges externes
IV = Valeur ajoutée (I+II-III)
Etat des soldes de gestion (ESG) ( suite)
Formation des résultats
IV = Valeur ajoutée (I+II-III)
8 + Subventions d'exploitation
9 – Impôts et taxes
10 – Charges de personnel
V = Excédent brut d’exploitation (EBE) ou insuffisance brute
d’exploitation (IBE)
11 + Autres produits d'exploitation
12 – Autres charges d'exploitation
13 + Reprises d'exploitation et transferts de charges (poste 719)
14 – Dotations d’exploitation (poste 619)
VI = Résultat d’exploitation (+ou-)
VII +/- Résultat financier
VIII = Résultat courant (+ou -)
IX +/- Résultat non courant
15 – Impôts sur le résultat
X = Résultat net de l’exercice (+ou-)
Etat des soldes de gestion (ESG):
 La production de l’exercice:
 elle permet de fonder une opinion valable sur le niveau d’activité de l’entreprise; (en
particulier quand les encours de fabrication sont importants et/ou que l’entreprise
réalise des travaux pour elle-même.)
 Elle permet de rapprocher la production de l’exercice à des consommations
correspondantes.
 La valeur Ajoutée (VA):
 La valeur ajoutée représente la richesse créée par l’entreprise du fait de ses
opérations d’exploitation. Elle mesure le « poids économique » de l’entreprise et
constitue le critère de taille le plus pertinent. D’un exercice à l’autre. La VA est un
bon indicateur de croissance de l’entreprise.
 Le ratio Valeur ajoutée/ production de l’exercice : Degré d’intégration de l’entreprise
(plus le ratio est grand plus l’entreprise est intégrée i.e. plus elle est intégrée moins
elle fait appel à l’extérieur).
 Excédent brut d’exploitation (EBE)
 Il représente le reste de la VA après déduction des impôts, taxes et versements
assimilés et charges de personnel.
 L’EBE est la ressource qu’obtient l’entreprise du seul fait de ses opérations
d’exploitation.
Exploitation des ESG

 Etude de la structure de l’activité:


 Taux d’exportation = Exportation / CA ht total
 Taux de marge commerciale = Marge commerciale / Ventes de
marchandises
 Etude des moyens d’exploitation
 Rendement apparent de Main d’œuvre = valeur ajoutée/ effectif moyen
 Rendement apparent de l’équipement = Valeur ajoutée / équipement
productif moyen
La capacité d’autofinancement (la CAF):

- Définition du PCG :

« Une ressource de financement générée par


l’activité de l’entreprise pendant l’exercice,
avant toute affectation du résultat net ».

 Elle se calcule
- À partir du résultat net: méthode additive
- À partir de l’EBE : méthode soustractive
CAF : Formule préconisée, la formule additive
1 Résultat de l’exercice (bénéfice +, perte -)
2 + Dotations d’exploitation (à l’exclusion des dotations relatives aux actifs
et passifs circulants et à la trésorerie)
3 + Dotations financières (à l’exclusion des dotations relatives aux actifs et
passifs circulants et à la trésorerie)
4 + Dotations non courantes (à l’exclusion des dotations relatives aux actifs
et passifs circulants et à la trésorerie)
5 - Reprises d’exploitation (à l’exclusion des reprises relatives aux actifs et
passifs circulants et à la trésorerie)
6 - Reprises financières (à l’exclusion des reprises relatives aux actifs et
passifs circulants et à la trésorerie)
7 - Reprises non courantes (à l’exclusion des reprises relatives aux actifs et
passifs circulants et à la trésorerie) et compte tenu des reprises sur
subventions des investissements
8 - Produits de cession des actifs immobilisés
9 + Valeurs nettes d’amortissements des immobilisations cédées
CAF : Formule préconisée, la formule additive

CAF = Résultat de l’exercice


+ charges calculées
- produits calculés
De la CAF à l’autofinancement

Définition de l’autofinancement (à partir du PCG) :


Elle constitue « le ‘surplus monétaire’
(ressource) généré par l’entreprise et conservé
durablement pour assurer le financement de
ses activités »

AUTOFINANCEMENT = CAF – Bénéfices distribués


EXERCICE
On vous communique le compte de produits et charges
de la société AFRITEX. Calculez les soldes de gestion et
déterminez la CAF. Commentez succinctement les
performances dégagées.
La Méthode Des Ratios

 Un ratio est un rapport entre deux grandeurs (actif


immobilisé/total actif par exemple),
 Les ratios sont généralement comparés dans le temps
pour visualiser une évolution historique (sr 3ans au
moins)
 L’autre utilisation de la méthode des ratios consiste à
comparer les données de l’entreprise à celles
d’entreprises similaires
 Généralement les ratios sont divisés en quatre types-
 les ratios de structure,
 les ratios de rentabilité.
 les ratios de rotation ou les ratios des composantes du
BFG,
 les ratios de trésorerie ou de liquidité,
 Le ratio d’autonomie financière:
 =Capitaux propres / Passif ou dettes totales
 Il mesurer l’indépendance financière de l’entreprise, et
reflètent les choix de politique financière.
 La capacité d’endettement à terme:
 =dettes de financement/capitaux propres
 = dettes de financement/capitaux permanents
 =dettes de financement/capitaux permanents
Elle traduit soit une capacité d’endettement potentielle ,
signe de flexibilité financière, soit la saturation de cette
capacité et la nécessité de recourir à des fonds propres.
La liquidité générale:
=actif circulent (y compris la trésorerie)/Passif circulent (y
compris la trésorerie)
Il mesure l’aptitude de l’entreprise à faire face à son passif
circulent au moyen de la réalisation de son actif circulent.
Il doit être sup de 1.
La stratégie d’investissement
Définition de l’investissement

Caractéristiques d’un projet d’investissement


- Notion de capital investi
- Durée de vie
- Flux de trésorerie générés par le projet
- Notion de cash-flow
- Evaluation des cash-flows
- Valeur résiduelle
 Le capital investi L’ensemble des dépenses
directes ou indirectes nécessaires à la réalisation du
projet doit être évalué : * Prix d’acquisition des biens
incorporels et financiers, * Frais accessoires d’achat, de
transport, de douane, de manutention, d’installation...
* Augmentation des besoins de financement d’exploitation
(BFE).

Cash-flow ou solde des flux de


trésorerie induits par le projet Il s’agit du
surplus monétaire crée par l’investissement.
La durée de vie du projet Un projet a
une durée de vie qui conditionnera l’échéancier des
cash-flows. Généralement, la durée de vie
économique d’un projet excède la durée
d’amortissement fiscal.

 La valeur résiduelle A la fin de la durée


de vie, les biens ont une valeur résiduelle. Cette
valeur est à prendre en compte pour le choix des
projets. Elle doit être ajoutée au cash flow de la
dernière année du projet
 A- Ressources produites par un investissement:
 Par la réalisation puis l’exploitation d’un
investissement, l’entreprise espère obtenir:
 1- un bénéfice:
 Bénéfice courant=produits courants-charges courantes
 2- un excédent de flux:
 un excédent de flux = recettes courantes - dépenses
courante
 Étant donné que: charges courantes=dépenses
courantes+dotations aux amortissement
 Et que les produits peuvent s’identifier aux recettes , il
apparait que: excédent de flux=bénéfices
courants+dotations aux amortissement (produit par
investissement)
Excédent de flux après impôt =
bénéfices nets après impôt + dotations
aux amortissement

Ce montant est appelé marge brut


d’autofinacement (MBA) et dans le cas
d’un investissement isolé, c’est aussi la
capacité d’autofinancement marginale
procurée par l’investissement;
Critères d’évaluation des projets
d’investissement

- capital moyen investi


- La Valeur Actuelle Nette
- Indice de profitabilité
- Taux de rentabilité interne (TRI)
- Délai de récupération du capital investi
 B-Etudes de rentabilité sans
actualisation
 Il s’agit de méthodes simples mettant en jeu, l’une la notion de bénéfice net
et l’autre la notion d‘excédent de flux.
 1- Méthodes financière
 Le projet espérant le meilleur taux de rentabilité moyen du capital moyen
investi sur la durée de vie de l’investissement.
 °Taux de rentabilité=Bénéfice net moyen/capital
moyen investi
 °Capital moyen investi=(capital initial-valeur
résiduelle)/2
 2- méthode du délai de récupération du capital
investi
 Cette méthode consiste à dire que l’excédent de flux (après impôt) généré par l’investissement
permet de récupérer le capital investi. On retient le projet qui permet d’obtenir cette
récupération au plus tôt. Il faut rechercher à quel moment les capacités d’autofinancement
cumulées atteignent le capital investit.
C-Le choix des investissement:
pratique de l’actualisation
 Pour choisir entre plusieurs projets d’investissement, il
faut à un taux d’actualisation donné, calculer les
valeurs actuelles nettes de chacun des projets et retenir
celui par lequel la VAN est la plus forte.
 Afin de tenir compte non uniquement des excédents
de flux mais aussi des dates auxquelles ils sont
réalisées et de même en ce qui concerne les
investissements, les valeurs en jeu sont évaluées à une
même date en tenant compte d’un « taux
d’actualisation »
 Les cash-flows sont le résultat de prévisions de chiffres
d’affaires, des différents coûts d’exploitation et des
impôts. Ils sont dégagés de façon continue tout au long
d’un exercice.
 Afin de simplifier les calculs, on considérera qu’ils sont
dégagés en fin d’exercice. Ils sont aussi calculés en tenant
compte de la fiscalité (IS, TVA...)

 Cash-flow = Recettes induites du projet – Dépenses


induites du projet

 = Produits encaissables - Charges décaissables


= capacité d’autofinancement d’exploitation
La Valeur Actuelle Nette
 La valeur actuelle nette (VAN) Elle est égale à la
différence entre les flux nets de trésorerie actualisés sur
la durée de vie de l’investissement et le montant du
capital.
 VAN= cash-flows actualisés – Investissement initiale
 Une valeur actuelle nette positive signifie que la valeur
économique du bien est sup à son coût d’acquisition.
 VAN= enrichissement procuré par l’investissement
EXERCICE:
 La société « JOUX » veut choisir entre deux projets
d’investissement dont les caractéristiques sont
présentées dans le tableau ci après.
 A préciser que le:
 Taux d’impôt sur les sociétés: 35%
 Taux d’actualisation: 12%

Calculons la valeur actuelle nette de chacun des projets


PROJET A PROJET B
Durée d’exploitation 5 5 ans 5 ans

Investissement initial 200 000 260 000


(amortissable selon le mode
linéiare) 0 3 000

Valeur résiduelle nette d’IS


Charges Charges hors
Données d’exploitation Produits hors Produits amortisseme
amortisse nt
ment
Année 1 170 000 120 000 175 000 130 000
194 000 130 000 195 000 130 000
Année 2

Année 3 228 000 150 000 225 000 150 000


 LE TAUX INTERNE DE RENTABILITE

 Le taux interne de rentabilité TIR est le taux pour lequel


la valeur actuelle nette est nulle. Autrement dit, c’est
le taux qui rend égaux le montant de l’investissement et
les cash- flows induits par ce même investissement.

I= ∑ CF (1+t)-i
 Un critère de rejet pour tout projet dont le TIR est
inférieur au taux d’actualisation
 Un critère de sélection entre deux ou plusieurs projets
pour retenir le projet dont le TIR est le plus élevé.
L’Indice de profitabilité (IP)
 IP= ∑ CF (1+t)-i /I
 IP =
Capacités d’autofinancement
actualisées/dépense d’investissement

 Lorsque la comparaison de plusieurs projets ne donne


pas nettement à l’un d’eux, il est intéressant de calculer
l’IP de chaque projet afin d’orienter le choix vers celui
qui dégage l’indice le plus élevé.
 Il constitue un critère de rejet pour tout projet dont
l’indice est inférieur à 1.
 Il mesure le profit induit par un dirham du capital
investi.
Mode de financement

 VAN du mode de financement

 Cas du financement par emprunt

 Cas du financement par crédit bail


 Coût du financement et taux actuariel

 Taux de rentabilité financière des


capitaux propres
 Reprenant l’exemple précédent pour
calculer:
- le TIR
- L’IP