Vous êtes sur la page 1sur 31

Initiation à la comptabilité

Générale :
Bilan, Compte de Résultat et
Compte de Trésorerie
Sources

 Cours et Transparents de Philippe DUQUENNE et


Stéphane NEGNY, novembre 2003 , de l’ENSIACET –
Département GI-INPT
 :

2
Plan

 Introduction et objectifs
 Objectifs de l’analyse comptable
 Objectifs et limites du module
 Un peu de comptabilité générale :
 Le bilan
 Le compte de résultat
 Analyse et diagnostic :
 L’analyse économique
 L’analyse financière
 Rapport d’analyse

3
Objectifs du Chapitre :
 A l’issue de ce rapide aperçu, vous devriez être capable de :

 Exploiter des connaissances sommaires en comptabilité générale pour :

 Lire et comprendre un bilan


 Lire et comprendre un compte de résultat

 Analyser ces documents pour évaluer :

 la viabilité économique d’une activité


 la pérennité financière d’une entreprise

⚫ Que ce soit la vôtre ...


(examen de la possibilité de développer, d ’investir)
⚫ … ou une entreprise extérieure
(examen d’un partenaire, d’un fournisseur, …, avant une coopération durable )
4
Limites du cours

 A l’issue de ce rapide aperçu, vous ne serez pas capable de


:

 Devenir expert – comptable,


 ni même comptable,

 ... mais vous pourrez discuter avec eux, les comprendre, les
convaincre ...

5
Avertissement déontologique

 Obligation de rentabilité

 L’activité normale d’une entreprise doit être rentable


(en termes plus crus, de dégager des bénéfices)

 On ne portera pas de jugement moral sur ces bénéfices


(ils sont nécessaires)

 Tout jugement d ’ordre moral ne pourra concerner que


l’usage que fait l’entreprise (ou que font les actionnaires)
des bénéfices dégagés.

6
INTRODUCTION
et
OBJECTIFS
L’entreprise industrielle

ENTREPRISE :

Unité économique autonome


organisée pour la mise en œuvre
d'un ensemble de moyens de production,
en vue de produire des biens sur le marché

On peut distinguer :

❖l’entreprise marchande :
achète et revend des marchandises sans processus notable de transformation (autre que
des modifications du conditionnement)

❖l’entreprise prestataire de service :


vend de la mise à disposition de moyens, humains ou matériels.

❖L’entreprise industrielle :
assure des opérations de transformation sur des produits.

Par la suite, on s’intéressera par défaut à l’entreprise industrielle (pour laquelle la vente de
marchandises ou de services est marginale par rapport à la vente de produits) 8
Objectifs de l’analyse comptable (1)
POSTULAT :

"UNE ENTREPRISE N'EXISTE PAS SANS VOLONTE D'ENTREPRENDRE"

... donc elle n'existe pas sans une stratégie.

(qui peut être définie plus ou moins précisément,


de manière plus ou moins consciente,
et plus ou moins diffusée :
- au sein de l'entreprise
- auprès de ses interlocuteurs
- dans le grand public)

Cette stratégie qui exprime les volontés de l'entreprise s'appuie sur des moyens.
La définition des actions de l'entreprise dans le cadre de la stratégie suppose
ainsi une connaissance précise des moyens dont elle dispose.

L'évaluation de ces moyens est le premier rôle de l’analyse comptable

9
Objectifs de l’analyse comptable (2)

 L‘ENTREPRISE DOIT EGALEMENT ETRE ORGANISEE :

 DANS SA PRODUCTION
 gestion de production
 Tout au long du CYCLE DE VIE de ces PRODUITS et familles de produits
 Gestion de la chaine logistique
 DANS SES ACTIVITES
 gestion des projets, ou par projets

 ET DANS SON PROCESSUS DECISIONNEL-en terme économique-financier ...

 ... c'est le deuxième rôle de l’analyse comptable

10
Objectifs de l’analyse comptable (3)

 Publication périodique d’états de santé de l’entreprise :


 relations avec les banquiers
 relations avec les investisseurs
 relations avec les actionnaires
 relations avec les partenaires
 C'est le troisième rôle de la gestion d'entreprise ...

 Nouvelle ambiance industrielle, nouvelles méthodes de travail :


 gestion de projets
 état d'esprit "qualité"
 implication croissante des partenaires dans les affaires traitées
 rapports avec les donneurs d'ordres, avec les sous-traitants
 ... et il est de plus en plus important.
11
Comptabilité générale
Recueil des données

OBJECTIF : enregistrer et classer.


Mise en évidence des forces et faiblesses de l'entreprise.

nécessité : • de recueillir des informations sur l'entreprise,


• de définir une façon de quantifier ces informations
• de présenter ces informations
• d'analyser ces informations

Comptabilité : Technique d'enregistrement des flux économiques


chiffrés que provoque l'activité d'une entreprise

Flux économiques : parti pris de négliger les aspects techniques, sociaux, environnementaux, ...
Chiffrés : une seule unité de mesure, l’unité monétaire légale
(pour une entreprise européenne : euro ... quels que soient les lieux d’activités)
(pour une entreprise tunisienne : DT ... quels que soient les lieux d’activités)
enregistrement des flux :

flux réels : à la date des documents (factures)


flux monétaires : à la date du paiement
(comptes de régularisation pour coordonner)

13
Présentation des données

 Principe de la partie double :


 de point de vue comptable, un flux (opération) est défini par une quantité et deux comptes
élémentaires dont l'un est l'origine du flux (il est débité), et l'autre sa destination (il est
crédité).
 Objectif : vérification aisée (sur tous les comptes, et sur une période donnée, somme des
crédits = somme des débits)
 Liste des comptes : imposée par le « Plan comptable général » (ministère des finances)

 Chronologie de l'enregistrement :
 1 - au fur et à mesure, enregistrement par ordre chronologique dans le JOURNAL,
 2 - classement par catégories ou comptes dans un GRAND LIVRE, (quotidien)
 3 - contrôle des opérations précédentes par la BALANCE. (mensuel)
Cette balance fournit périodiquement le résultat (bénéfice ou perte),
au moins une fois par an ... pour des raisons fiscales!

14
Expression du résultat de l’entreprise

 Notion de résultat :
 Correspond au constat d’un enrichissement (résultat positif = bénéfice) ou d’un
appauvrissement (résultat négatif = perte) sur une période donnée (exercice)

 Deux déterminations du résultat :

 RESULTAT CONSTATE :
 variation sur l'exercice du patrimoine de l'entreprise :
 examen de l’évolution de la situation nette (capitaux propres)

 RESULTAT EXPLIQUE :
 différence, sur un exercice donné, entre :
⚫ les créations de valeur pour l’entreprise (produits)
⚫ et les valeurs consommées (charges).

15
Résultat constaté : BILAN

 Détermination du résultat sur une période donnée par l’évolution du


patrimoine de l’entreprise, appelé situation nette.
 Ce patrimoine est exprimé dans un document comptable : le bilan
 Du coup, l’examen d’un seul bilan n’est pas pertinent en soi : besoin du
recours à deux bilans consécutifs, encadrant l’exercice en question.

Retenir : BILAN = INVENTAIRE DU PATRIMOINE,


réalisé à un instant donné
Notion d’instantané

16
Bilan (1)

BILAN

BILAN : inventaire du patrimoine de l’entreprise.


Habitude comptable : toujours faire les calculs deux fois (par souci de vérification). Cet inventaire est
donc réalisé sous deux formes différentes :

1 – L’entreprise vue comme une boîte noire : inventaire historique, depuis la naissance de l’entreprise,
de toutes les valeurs qui sont entrées sous une forme ou sous une autre, et n’en sont pas ressorties.
Revient à dresser l’énumération de ce que doit l’entreprise au monde extérieur (les actionnaires font
partie du monde extérieur) : cette recherche des origines des ressources de l’entreprise constitue le
passif du bilan.

2 – On ouvre la boîte noire, et on procède à l’inventaire (valorisé) de ce qu’on trouve dedans : cette
inventaire de l’emploi des ressources de l’entreprise est ce qu’on appelle l’actif du bilan.

Ces deux façons de procéder doivent correspondre de toute façon au même inventaire,
donc par principe :

ACTIF = PASSIF

17
Bilan (2)

BILAN

ACTIF :
PASSIF :
(généralement présenté à gauche quand le bilan
est sous forme de tableau à deux colonnes).
(généralement présenté à droite quand le bilan
est sous forme de tableau à deux colonnes).
Emploi des ressources dont dispose l’entreprise :
Origine des ressources dont dispose l’entreprise :
on fait la part des choses entre les ressources
durablement immobilisées (actif immobilisé) et
On fait la part des choses entre les moyens dont
les affectations provisoires (actif circulant).
elle dispose en propre (capitaux propres, ou
situation nette), et les moyens qu’elle devra
Séparation entre le « durable » et le
restituer à plus ou moins long terme (dettes)
« provisoire » : la durée de l’exercice fiscal
(1an)

18
Bilan (3)

BILAN

ACTIF IMMOBILISE : CAPITAUX PROPRES :


Comprennent :
Comprend :
Le capital social
Les immobilisations incorporelles
Les réserves
Les immobilisations financières
Le résultat (et le report)
Les immobilisations matérielles
Subventions ... entre les deux ... Provisions
ACTIF CIRCULANT :
DETTES :
Comprend (de haut en bas, du plus immobilisé au
plus volatil) : Dettes financières
Les stocks
Dettes d ’exploitation
Les créances
La trésorerie

19
Bilan : récapitulatif

ACTIF PASSIF

Exemple

20
Enregistrement des opérations
de point de vue comptable, un flux (opération) est défini par une quantité et deux comptes
élémentaires dont l'un est l'origine du flux (il est débité), et l'autre sa destination (il est crédité).

21
Enregistrement des opérations

22
Règle : Enregistrement des opérations

Comptes du bilan

omptes du compte
de résultat

23
Règle : Enregistrement des opérations

24
Résultat constaté : exemple
Bilans : inventaires du patrimoine
ACTIF EXERCICE t-1 PASSIF pour les exercices
t - 1 et t
CAPITAUX PROPRES

EMPLOIS = 150 MF
DETTES = 85 MF
ACTIF EXERCICE t PASSIF

Situation nette (t-1) = 150 - 85 = 65 MF CAPITAUX PROPRES

EMPLOIS = 190 MF
RESULTAT DE L'EXERCICE t : DETTES = 100 MF
90 - 65 = 25 MF
… au moins …
(dividendes éventuels à rajouter,
selon que les bilans sont établis avant ou
après affectation du résultat) Situation nette (t) = 190 - 100 = 90 MF

25
Résultat expliqué : compte de résultat
Correspond à l’enregistrement, sur un exercice, des créations ou consommations de richesse de l'entreprise :
création = produit, consommation = perte

toujours le principe de
la double détermination :
PRINCIPE :
bénéfice : en charges
perte : en produits

CHARGES
Autre exemple, moins optimiste :
PRODUITS
PRODUITS

BENEFICE
CHARGES

PERTE
TOTAL 1 TOTAL 2
TOTAL 1 TOTAL 2

PAR PRINCIPE, TOTAL 1 = TOTAL 2 ... ou erreur dans l'enregistrement des flux.

26
Ventilation des charges et produits

 En trois catégories :

 Les charges et produits liés à l ’exploitation normale :


 Activité classique de vente de produits (ou services) pour l’obtention desquels on a
consenti des dépenses ;

 Les charges et produits liés au financement de l ’exploitation


 que ce financement soit onéreux ...
⚫ besoin d ’aide extérieure pour financer les investissements
 … ou rémunérateur
⚫ excédent de trésorerie qui, placé, rapporte des produits financiers (dividendes, plus-values, …)

 …et les charges et produits qu ’on ne peut pas rattacher aux deux catégories
précédentes :
 C ’est ce qu ’on va qualifier d ’exceptionnel, qu ’il s ’agisse de charges ou de produits.

27
Compte de résultat : RCAI

COMPTE DE RESULTAT

CHARGES : PRODUITS :

Charges d ’exploitation

Produits d ’exploitation

Charges financières

Charges exceptionnelles
Produits financiers
Différence = RCAI

(Résultat courant avant impôt) Produits exceptionnels

28
Du R.C.A.I. au résultat

 RCAI = Résultat courant avant impôt = S (produits) – S (charges)

 Si RCAI <= 0, alors résultat = RCAI ... (donc perte)


⚫ Pas d’impôt BIC cette année
⚫ Mais possibilité de « conserver » le déficit pour le déduire du bénéfice imposable l’année
prochaine ... ou l’année d’après ... (durée max : 5 ans)

 Si RCAI positif ...


 1ère étape : PSFE : « participation des salariés aux fruits de l’expansion »
PSFE = 0,5 x (RCAI – 5% des capitaux propres) x (Masse salariale) / (Valeur ajoutée)
⚫ Pour les entreprises de + de 100 salariés, et + de 5 ans d’existence
 2ème étape : impôt sur les bénéfices industriels et commerciaux (BIC) :
⚫ caractérisé par un taux d’imposition « a » (actuellement, a = 1/3)
⚫ B = Bénéfice imposable = RCAI – PSFE
⚫ Montant de l’impôt = a x B

Résultat = B x (1 – a)

29
Du compte de résultat aux bilans

 Le compte de résultat détaille les événements vécus sur une période,


 Le bilan décrit l’état de l’entreprise à un instant donné,
 Logiquement, le compte de résultat d’un exercice doit donc justifier l’évolution du bilan
au cours de cet exercice :
⚫ Capitaux propres :
⚫ accroissement (ou baisse) par ajout du résultat (qui peut être négatif)
⚫ accroissement ou baisse par modification des provisions et des subventions
⚫ Dettes :
⚫ L’entreprise a-t-elle réglé toutes les charges enregistrées ?
⚫ Attention aux décalages sur les charges salariales et TVA
⚫ Si résultat positif, prise en compte de l’impôt BIC (non encore payé)
⚫ Actifs immobilisés :
⚫ Décroissance de leur valeur nette du montant des amortissements
⚫ Actif circulant :
⚫ Stocks : stocks initiaux augmentés de la variation des stocks au cours de l’exercice (qui peut être négative)
⚫ Créances : Les produits et services vendus ont-ils tous été réglés, ou a-t-on augmenté les créances?

30
Danger : ce que n’indique pas le compte de
résultat

 En revanche, un certain nombre de pièges :


 Correspondent à des évolutions du bilan dont on n’a pas de trace dans le compte de
résultat.
⚫ Capitaux propres : augmentation de capital (n’est ni un enrichissement, ni un appauvrissement)
⚫ Endettement :
⚫ Les emprunts de capitaux n’apparaissent pas en produits, et les remboursements de capitaux empruntés
n’apparaissent pas en charges.
⚫ Immobilisations :
⚫ De la même manière, les dépenses liées à des investissements ne sont pas des charges
⚫ Actif circulant :
⚫ Créances : des créances inscrites au bilan initial peuvent avoir été effacées au cours de l’exercice, sans que
ça apparaissent dans le compte de résultat (qui n’est pas un compte de trésorerie!)
⚫ Le niveau de trésorerie du bilan : même remarque, pour trouver le niveau final des disponibilités, il faudra
s’aider d’un compte de trésorerie.

31