Vous êtes sur la page 1sur 7

Master Spécialisé Comptabilité, Contrôle et Audit

Résumé de l’exposé
« Diagnostic technologique et système d’information »

On est dans l’ère où la technologie joue un rôle très important. Elle fait démarquer
l’entreprise par rapport à ses concurrents, si elle est en avance en technologie, ça
influence la réputation de l’entreprise, son image sur le marché et sa part dans ce
dernier. Il y a donc une grande différence entre une entreprise qui est en avance
technologique par rapport à une entreprise qui est suiveuse technologiquement parlant,
car ça impacte tout le reste.
Jusque-là toutes les démarches sont identiques qu’on peut résumer en 4 stations :
1- Les contours et les spécificités de la mission  La lettre de mission
2- La prise de connaissance : du lieu où la mission sera menée
3- L’exécution de la mission en utilisant les outils adéquats à la mission (les outils
mis en place pour une mission de diagnostic social diffèrent de ceux utilisés pour
la mission de diagnostic stratégique, technologique, fiscal…)
4- Rédiger un rapport en proposant des solutions
Section I : Le diagnostic technologique
1. La technologie
Est l’élaboration et le perfectionnement des méthodes permettant l’utilisation efficace
des techniques diverses prises isolément, en groupe ou dans leur ensemble en vue d’assurer
le fonctionnement des mécanismes de la production, de la consommation, de l’information,
de la communication, des loisirs, de la construction et de la destruction, ainsi que des
activités de la recherche artistique et scientifique.

2. Typologies
 Les technologies embryonnaires sont en phase finale de recherche / développement.
 Les technologies émergentes sont des technologies en phase de croissance appelées
à remplacer à terme les technologies clés.
 Les technologies de base sont des technologies dont l'entreprise à la maîtrise mais
dont la concurrence a également la maîtrise. Leur impact concurrentiel n'est donc
pas très significatif.
 Les technologiques clés sont celles dont l'entreprise à la maîtrise mais pas la
concurrence. Leur impact concurrentiel est, bien entendu, beaucoup plus fort que
celui des technologies de base. L'avantage qui en résulte pour l'entreprise est certain.
2 typologies parmi les plus classiques célèbres :
- Une technologie selon la nature de l’utilisation
- Une technologie selon l’état d’avancement : elle montre l’importance de la
technologie, si l’entreprise étudiée a une technologie de base alors que ses
concurrents ont une technologie clés, l’entreprise est en état de guerre qui va
impacter le coût de production, la qualité du service offert aux clients et elle risque
de perdre la guerre.
3 Quelle est la relation entre la technologie et la stratégie
La technologie est devenue une variable stratégique essentielle dans le contexte
contemporain, car la technologie peut constituer un élément différenciateur durable pour
une entreprise, tant au plan des produits que des processus et procédés de fabrication. Donc
d’une générale elle impact d’une façon directe ou indirecte le choix stratégique de
l’entreprise.

4 Le diagnostic technologique
C’est l’ensemble des méthodes permettant d’évaluer le potentiel technique d’une
entreprise, son savoir-faire, son positionnement technologique, sa capacité de recherche et
d’innovation.

I) Démarche du diagnostic technologique


I-1) Prise de connaissance de l’environnement technologique

La première des choses, il faut répertorier les technologies qu’utilisent l’entreprise, c’est
ce qu’on appelle Portefeuille technologique.

2- Est-ce que l’entreprise a les moyens de ces technologies ? Premier jugement sur ou
sous dimensionnée (évaluation interne) je compare mon portefeuille par rapport à mes
ressources et mes besoins pour savoir si je dispose des ressources ou Jai une technologie
surdimensionnée (SAP pour un bac+2) ou sous dimensionnée (bac+5 avec seulement
Excel)

3- Évaluer l’écart par rapport aux normes qui existent, par rapport aux concurrents :
(Évaluation externe)

a) Analyse du portefeuille technologique:


 Une entreprise possède plusieurs technologies qui forment le portefeuille. Ce dernier doit
être équilibré
 Pour définir sa stratégie technologique, la grande question à laquelle doit répondre une
entreprise est de savoir si elle doit rechercher ou non une avance technologique.
 En d'autres termes, faut-il être l'initiateur d'une innovation dans l'une ou l'autre des
activités créatrices de valeur ou faut-il attendre que d'autres aient lancé cet innovation ?

b) Analyse du domaine de compétences:


Le domaine de compétence d’une entreprise correspond aux technologies qu’elles
maîtrisent actuellement pour exercer son métier et qu'elle met en œuvre dans ses
activités

I-2) Evaluation technologique:

a- Evaluer technologie
- La technologie est l’une des variables stratégiques importantes permettant à une
entreprise de détenir des FCS.
- La technologie n’est plus considérée comme une variable extérieure, indépendante de
l’entreprise et accessible de la même manière par tous les concurrents.

2
- L’intégration d’un progrès technologique peut devenir source d’un avantage
concurrentiel, C’est pourquoi la technologie fait partie des variables stratégiques.

a.1) Le cycle de vie d’une technologie


- L’analyse menée sur la vie d’un produit peut être appliquée à une technologie. Une
technologie apparaît, se développe plus ou moins amplement et rapidement, connaît une
période de diffusion puis stagne et régresse. L’évolution de cycle de vie d’une technologie
peut être visualisée par une courbe.
- J.Morin distingue cinq périodes pour caractériser le cycle de vie d’une technologie :
émergence, croissance, maturité, saturation et obsolescence.
Rendement
Saturation

Maturité

Déclin (Obsolescence)

Emergence Croissance

Temps

a.2) La veille technologique


La veille technologique est un processus de mise à jour périodique d'informations. Elle
consiste à recueillir l'information, à la synthétiser et à tirer des conclusions pouvant
orienter l'entreprise.
 Description de la veille technologique
Elle se décompose en deux parties principales qui sont la surveillance de, et l'exploitation
des informations fournies.
 Rôle de la veille technologique
Le rôle fondamental de la veille technologique est de permettre une meilleure planification
stratégique de l'entreprise.

b- Evaluer les compétences technologiques


L’entreprise doit connaître ses ressources et compétences technologiques actuelle et futures
pour les croiser avec le cycle de vie de ces technologies. En effet, il ne lui sert à rien d’être la
compétence des entreprises sur technologies obsolètes. Il est préférable d’investir dans des
technologies naissantes qui vont supplanter les anciennes.

3
Il y a plusieurs outils, mais le fondamental c’est celui qui fait référence au cycle de vie, Il est
clair que Les technologies de base présentent pour l’entreprise beaucoup plus un handicap
qu’un avantage : elles sont à délaisser et que les activités actuelles doivent se baser sur les
technologies clés, mais ces dernières sont des technologies de base de demain et donc
l’entreprise doit se préparer à la succession, c’est pourquoi elle doit investir plutôt dans les
technologies émergentes. Comment ? La formation d’abord ! Même avant l’acquisition des
technologies, l’entreprise doit acquérir des journées de formation des ressources humaines,
les préparer pour qu’au cas où nos technologies clés deviennent de base, les ressources ont
déjà maitrisés la technologie émergente qui va substituer la technologie clés qui va être
abandonnée : c’est ce qu’on appelle l’enveloppe de Technologie. C’est le cas des
consommateurs de technologie et non pas producteurs qui produisent l’émergente et
investissent dans l’embryonnaire. Et quand j’applique cet outil, je l’applique par rapport à la
nature de l’entreprise (consommatrice ou productrice)
Si elle est utilisatrice de technologie : je dirai que le diagnostic technologique est positif si elle
utilise les clés et investit dans la technologie émergente. Comment ? La formation
Si elle est productrice de technologie : Je dirai que son diagnostic technologique est bon si
elle produit de l’émergente et investit dans l’embryonnaire.

4
Section II : Système d’information.
« Il n’y a pas de bon vent pour qui ne sait pas ou il va. »

Sénèque.

Cette sentence de sagesse prends aujourd’hui tous son sens car l’ensemble des experts
identifient comme facteur clé de compétitivité, la capacité d’une e/se à se doter d’un SI
performant qui soit véritablement au service de sa stratégie.

1- Délimitation conceptuelle :

« L’ensemble des ressources (matériels, logiciels, données, procédures …)


structurés pour acquérir, traiter, mémoriser l’information (sous forme de
données, textes, sons, images, …) dans et entre les organisations. » Robert
Reix

2- Typologie du Système d’information.

Système
d’information.

Système Système de Système


Système d’aide d’information
d’information de traitement des
à la décision. pour dirigeants.
gestion. transactions.

 SI de gestion : Son objectif est d’offrir aux gestionnaires des indicateurs et des
rapports de performance. (Exp : Les ventes/ CA de l’année, % de livraisons en
retard…)
 Système de traitement des transactions : Exécute et enregistre les transactions
quotidiennes nécessaires à l’exploitation. (Exp : Réservation, vente de PF…)

5
 Système d’aide à la décision : Utilise les données issues des STT et des SIG
combinées aux informations externes afin d’aider les administrateurs dans le
processus de prise de décision.
 Système d’information pour les dirigeants : Utilisé par les dirigeants pour les
réflexions et prévisions stratégiques de l’organisation.

3-Fonctionnement du SI :

- Identifier l’information
- Collecter l’information
- Traiter
- Stocker
- Diffuser ou restituer

On parle de la symétrie de l’information si, au moment de la collecte, on dispose de toute


l’information possible (correcte) et au moment de la diffusion, on la partage de manière
démocratique vers les utilisateurs.

Le SI permet au Système opérant de communiquer des informations au Système de


pilotage qui s’en charge de prendre les décisions. Et dans le sens inverse ; il transmet
les informations émis par le système du pilotage au système opérant pour que ce
dernier réalise les taches, transforme et produit.

6
3-Les objectis de SI :
 Amélioration de la productivité grâce à l’assistance informatique,
 Remplacement des tâches récurrentes par des traitements automatisés
 Optimiser les processus afin de réduire les coûts
 La création de nouveaux produits, services et modèles commerciaux
 Amélioration de la prise de décision
 Création de rapports privilégiés avec les clients et les fournisseurs.

Grosso modo, le système d’information rend légitime la décision, grâce au SI que les
instances de décision peuvent détecter des événements qui nécessitent une prise de décision.

4-Conception du SI :
La conception d’un SI n’est pas évidente puisqu’il faut réfléchir à l’ensemble de
l’organisation que l’on doit mettre en place. Il existe une pléthore de méthodes, la plus
utilisée est la méthode MERISE.
Cette Méthode d’Etude et de Réalisation Informatique pour les Systèmes d’Entreprises
à été très en vogue dans les années 1978 et 1980 son but est la conception du SI par la
modélisation pour les projets de grande taille.

5-les outils du SI :
Pour évaluer à quel niveau le SI sert les métiers de l’organisation, on peut avoir recours à des
outils proposés comme :
 La matrice RACI : Regroupant l’ensemble des activités nécessaires pour qu’un processus
soit accompli d’une part, et d’autre part la part de responsabilité ou le niveau
d’information pour chaque personne impliquée dans le processus. Un outil qui peut être
utilisé dans l’élaboration de flow chart.
 Le niveau de maturité : Décrit le mode d’application du processus de management quel
que soit sa nature (inexistant, intuitif, documenté, automatisé...) pour l’organisation de 0
à 5.
 Toile d’araignée : Outil de synthèse qui met en exergue le niveau de maitrise des
processus qui concernent le SI, et aussi à quel niveau les différents types de SI sont
exploités (STT, SIG, SAD, SID).
 Benchmark : Bien que ne constituant pas un outil à part entière, il est possible de se
servir des résultats obtenus avec les autres outils de diagnostic pour effectuer des
comparaisons avec des organisations similaires, et en tirer les enseignements
nécessaires.