Vous êtes sur la page 1sur 4

Union des Kinésithérapeutes Respiratoires

Formation « La kiné respi pour les nuls : maîtriser la pratique chez l’adulte en partant
de bases »

CAS CLINIQUE 1


Vous accueillez dans votre cabinet Me L. de 50 ans qui est sortie avant hier d’une
hospitalisation de 12 jours pour exacerbation de BPCO stade II qui avait été diagnostiquée il y
a un an. Elle a par ailleurs une hypertension artérielle.
Le médecin a fait une prescription de kinésithérapie respiratoire et rééducation motrice.
Elle vous a apporté une radiographie pulmonaire faite à sa sortie d’hospitalisation, un examen
des gaz du sang et sa dernière spirométrie.


Union des Kinésithérapeutes Respiratoires



Test des muscles respiratoires :
PIMax : 90 cmH20 (95% théorique)
PEMax : 120 cmH20 (100% théorique)


Gaz du sang
pH 7, 39
PaO2 68 mmHg
PaCO2 45 mmHg
HCO3- 26 mmol/L



Union des Kinésithérapeutes Respiratoires


Résultats du bilan de kinésithérapie

ANAMNESE :

- Qui est le patient ?
Me L est mariée, a 4 enfants et 2 petits enfants, elle vit avec son mari dans un appartement à 2
étages sans ascenseur. Elle aime se promener avec son mari et rendre visite à ses enfants. Elle
est femme au foyer et fume 1 paquet de cigarretes par jour (30 PA). Elle souhaiterais arrêter
de fumer.

- Quelle est sa pathologie ?
BPCO stade II, trachéomalacie et hypertension artérielle
Traitements médicamenteux : bronchodilatateurs et anti-hypertenseurs
Elle ne connaît pas qu’est-ce que la BPCO, pense qu’elle est essoufflée à cause de son cœur.
De plus, elle nous explique qu’elle est en attente de réaliser une épreuve d’effort pour intégrer
un programme de réhabilitation respiratoire.

- Qu’est-ce qui le gêne ?
Ne pas pouvoir aller plus souvent voir ses petits enfants car elle est très essoufflée pour
monter les deux étages (Dyspnée 2 sur échelle Sadoul).
Elle tousse beaucoup mais n’arrive pas à expectorer, elle est très gênée par la toux car elle a
des fuites urinaires quand elle tousse.

- Est-ce qu’elle fait des fausses routes souvent en mangeant ou en buvant de l’eau ?
Cela lui est arrivée quand elle était à l’hôpital, elle a eu une adaptation des textures pendant
quelques jours puis quand ça allait mieux elle a fait un test de déglutition qui n’a pas montré
d’anomalies donc elle a repris une alimentation normale.

- Quels sont ses objectifs ?
Aller voir plus souvent ses petits enfants.


Union des Kinésithérapeutes Respiratoires

EXAMEN CLINIQUE
• Sur le plan morphostatique :
IMC à 30, thórax en hyperinsuflation avec hyperthrophie des SCOM et épaules en rotation
interne. Position spontanée en appui des mmss.
• Sur le plan respiratoire :
- Observation :
Respiration naso-bucale, ventilation thoracique avec utilisation des muscles inspiratoires
accessoires mais sans asymétrie.
Pas de signes de détresse respiratoire.
Saturation à 92%, FC à 80 et FR à 18
- Examen :
Expansion thoracique à niveau axillaire à 4 cm et xiphoïdien à 1cm.
Voies aériennes supérieures non obstruées.
Pas de dyspnée de repos.
AFE positif : encombrement de l’arbre bronchique moyen
A l’auscultation : MV bilatéral et symétrique, pas de bruits surajoutés
Toux grasse non productive
Test de lever de chaise 3’ (TLC3-12) : 20 levers, s’est arrêtée à la minute 2 :10 car dyspnée à
8/10.
Evaluation de la prise des traitements inhalés : bonne coordination main-bouche mais ne fait
pas l’apnée et ne fait pas d’expiration profonde avant d’inspirer.
• Sur le plan fonctionnel :
Elle marche sans aide technique en compagnie de son mari, est essoufflée à la montée
d’un étage et a besoin de s’arrêter sur le pallier.

Quelle prise en soins proposeriez-vous à cette patiente ?