Vous êtes sur la page 1sur 6

Le résume du projet de titrisation

Le cadre théorique : la titrisation


Définition : technique financière qui transforme un portefeuille de créances ou d’actifs non-
financiers en titres négociables, destinés à être cédés à des investisseurs.

Les intervenants :

• L'arrangeur : celui qui analyse l’opération dans sa globalité afin d’éteindre les
objectifs
• Le cédant : Le propriétaire des actifs financiers.
• FPCT (Fonds de Placement Collectif en Titrisation ) :son rôle c’est d'acquérir des
créances et d'émettre des titres représentatifs de ces créances.
• La société de gestion : qui gère le FPCT en ce qui concerne sa trésorerie et les
procédures relatives à la gestion ces actifs et aux remboursements des titres émis .
• Le dépositaire : de garder les actifs du FPCT et contrôler les opérations effectuées
par la société de gestion.
• Les investisseurs : achètent les titres émis par le FPCT.
• L’agence de notation : déterminer le niveau de risque final des parts émises par ce
fonds.
• Société de rehaussement de Crédit : intervient lorsque la qualité des titre est faible
afin de les améliorer
• l’AMMC : c’est le régulateur de marché pour plus de transparences dans les
transactions.

Types de titrisation :

 D’un point de vue organisation de l’opération :

- La titrisation Hors bilan : céder une partie de ces actifs à une entité spécifique FCC et
émettre des titres gagés sur ces actifs.

- La titrisation synthétique : Elle permet à l’initiateur d’émettre des titres gagés sur des actifs
qui restent inscrits à son bilan comme garantie.

 En termes de flux financiers :

-Dette collateralisée : Le propriétaire des actifs financiers (l’initiateur) lève des fonds en
émettant des obligations qui seront garantis par un portefeuille d’actifs dans son bilan.

-Titrisation Pass-through : Les investisseurs acquièrent une participation directe dans le


portefeuille d’actifs titrisés et sont donc rémunérés régulièrement et directement des flux
générés par le portefeuille.

Titrisation Pay-through : les investisseurs n’ont pas de participation directe dans le


portefeuille titrisé , ils ont simplement investi dans un instrument de dette adossé à un pool
d’actifs.
Typologie des titres émis lors d’une une opération de Titrisation :

-Une ou plusieurs tranches prioritaires (senior) : dont le risque est faible

-Une ou plusieurs tranches subordonnées (mezzanine) :absorbant les pertes restantes en cas
d’épuisement de la tranche résiduelle.

a. La tranche résiduelle (junior): où les éventuels défauts de paiement


seront prioritairement imputés.

Montage de la titrisation :

Phase de préparation :
1. Les avantages associés à la titrisation :
 Les avantages pour l’initiateur

Parmi eux :

-Nouvelle source de financement permettant de rendre liquide certains postes de


l’actif.

-Réduction des coûts de financement.

-Transfert des risques (de crédit, de liquidité, de remboursement anticipé, de


réinvestissement et de concentration des actifs).

 Les avantages pour les investisseurs :

-Possibilité d’investir dans des produits à rating élevé : C.-à-d. que La titrisation offre la
possibilité d'investir dans un actifs de haute qualité.

-Investissement en titres bénéficiant de diverses garanties : le cédant veille à mettre en


place des mécanismes de garanties internes et externes pour sécuriser l’investisseur.

2. Les inconvénients associés à la titrisation :

 Les inconvénients pour l’initiateur

- Coût de l’opération et la lourdeur de la procédure.

-Nombre d’intervenants élevé et opération complexe.

-Les Coûts de montage supérieurs à une opération de financement classique

 . Les inconvénients pour les investisseurs :

-Transfert de risque passe aux investisseurs.


-Perte financière possible si le portefeuille est de mauvaise qualité.

3. Les risques associés à la titrisation :

-Utilisation de la titrisation comme véhicule de diffusion des produits toxiques.

-Utilisation de la titrisation pour la manipulation de l’information comptable et financière.

-Négligence dans le processus de sélection des emprunteurs ou des clients.

4. Les contraintes de la titrisation :

-La titrisation doit offrir des avantages à la fois aux émetteurs et aux investisseurs.

-Existence et efficience de marchés primaire en amont et secondaire en aval.

-Un cadre législatif et réglementaire définissant la mise en place, l'agrément et Le


fonctionnement des FCC.

5. le montage de la phase de préparation :

 Sélection de portefeuille des créances :

Il s'agit de constituer un portefeuille de créances homogènes destiné à être titrisées et


L'établissement cédant réalise une analyse bilancielle et procède à la sélection de créances à
partir de données moyennes.

Une fois le type de créance déterminé, la phase de sélection se poursuit par la réalisation de
tris sur le portefeuille en fonction des critères suivants :

-Critères de conformité à la loi : durée, créances saines ...

-Critères liés au montage : mode de gestion des créances.

-Critères liés à la qualité des créances : faible dispersion des coupons, faible dispersion des
maturités.

 Modélisation de la structure :

Le FCC opère une transformation des flux et des risques entre l'actif qui se compose de
créances et le passif qui se compose de titres.

Les transformations réalisables à l'intérieur du FCC utilisent cinq principaux vecteurs :

-Le transfert : transférer les flux des créances sans entreprendre des modifications

-Le découpage séquentiel : repartir les flux de créances sur plusieurs tranches.

-L'échange : après avoir modifier la nature des tx d’intérêt par les swap , les flux de créances
sont distribues aux porteurs des parts.

-Le démembrement : i s’agit de distribuer les parts des flux selon des tranches
-Le changement de périodicité :c’est le fait de distribuer aux porteurs des parts les flux des
créances après modification du mode d’amortissement du capital et /ou la fréquence de
distribution des coupons .

6. les leviers

 Le levier fiscal :

Dans le système fiscal marocain la titrisation est traité comme un financement autrement dit
il y a la neutralité fiscale, c.à.d. que la plus value sur les actifs titrisés ne sont pas imposable.

 Le levier financier:

-Elle permet une augmentation de la capacité de financement.

-Elle est moins coûteuse que le financement traditionnel.

-Elle permet une amélioration du bilan de la Société de Financement cédante.

-Elle permet d’assurer une gestion active des risques.

Phase de négociation :
A ce niveau la on parle de la relation avec l’agence de notation, qui permet de noter un FCC
afin de déterminer le niveau du risque final des parts émises par ce fond.

Le processus de négociation :

1-Discussions informelles avec l’arrangeur et le cédant :

 Description de l’opération envisagée (type d’actifs, schéma de la structure juridique,


type de cédant)

 Mise en évidence des principaux risques et particularités de l’opération

 Brève description des méthodologies appropriées

 Type d’informations nécessaires en vue de la notation

2-Visite opérationnelle:

Derrière cette visite y’a une liste des objectifs tels que découvrir la politique d’octroi.

 La visite opérationnelle n’est pas un audit

 Une demi-journée à une journée

 Discussion avec les cadres dirigeants du cédant et l’arrangeur

 L’objectif est de comprendre:

–La nature des actifs titrisés (type de produits commercialisés, spécificités,...)


–La politique d’octroi de la banque cédante

–La politique de recouvrement

–La stratégie de développement du cédant

–Les outils de gestion informatique.

3-Analyse du portefeuille et de la structure :

Elle se base sur 3 analyse :

L’analyse Juridique : s’appuie sur le document d’émission et les contrats de l’opération et


doit être accompagner par une opinion juridique d’un cabinet d’avocat

L’analyse Opérationnelle : Se caractérise par une analyse de la qualité du processus de


recouvrement du portefeuille d’actifs par le crecouvreur et une Évaluation de l’ensemble des
contreparties à l’opération de titrisation

L’analyse quantitative : L’objectif premier de cette analyse est de déterminer le taux de


défaut cumulé du portefeuille d’actifs à maturité ainsi que le taux de recouvrement qui
peuvent être influences par les 2 analyses précédentes

4 : Comité de Notation

Le « Lead Analyst » et le « Back-up Analyst » présentent leur analyse de l’opération


au comité de notation et font une proposition de notation pour chacune des tranches de la
structure.

5-Publication des notations et du rapport d’appréciation

A l’issue du comité final, les ratings sont publiés avec un rapport de notation et un
communiqué de presse est diffusé aux principales agences de presse.

 Négociation avec les rehausseurs de crédit :

Le rehaussement de crédits dans une opération de titrisation consiste à fournir une


protection aux investisseurs contre les pertes probables résultant de défaut de débiteur. Il
intervient lorsque la qualité de titres est faible afin de l’améliorer.

Plusieurs outils peuvent être utilisés :

 La lettre de crédit : L’établissement cédant qui possède une bonne notation peut
faire bénéficier le FCC de cette notation par cet engagement de caution en sa faveur.

 L'assurance :Ce mécanisme consiste à faire prendre en charge par une compagnie
extérieure tout ou partie du risque de défaillance des débiteurs.

 Le surdimensionnement. Le FCC émet un montant de titres inférieur au volume des


créances détenues .Celle ci génèrent donc un surplus de paiement qui couvre les
éventuels défauts.
 La subordination : Ce type de garantie consiste à découper les parts émises en deux
tranches : une ordinaire et une subordonné, pour couvrir les investisseurs contre le
risque de remboursement anticipés

Phase de finalisation
Se caractérise par :

La documentation juridique et visa CDVM : Le CDVM apprécie la cohérence et la qualité de


l'information fournie aux souscripteurs sollicités.

La communication : c’est la note d’information qui précise tous les éléments nécessaires sur
les créances émis par le FPCT, a fin que les souscripteurs prennent la bonne décision.

L’émission des parts de FPCT : il s’agit de l’émission de parts ou de titres de créances par
FPCT . Les flux d’intérêt et de remboursement sur ces créances sont alors perçus par le FPCT
qui les reverse aux investisseurs acquéreurs des parts ou titres de créances qu’il a émis.

Le suivi après le montage : suivie de recouvrement du portefeuille d’actifs, lorsque le


cédant est chargé de recouvrement.