Vous êtes sur la page 1sur 58

UNIVERSITE DE DSCHANG

THE UNIVERSITY OF DSCHANG

Faculté d’Agronomie et des Sciences Agricoles


Faculty of Agronomy and Agricultural Sciences

Département de Vulgarisation Agricole et de Sociologie Rurale


Department of Agricultural Extension and Rural Sociology

DIAGNOSTIC DE LA DEMARCHE CONSEIL A L’EXPLOITATION


AGRICOLE DANS LES GROUPEMENTS DE PRODUCTEURS
AUTONOMES DE COTON DE L’EXTREME-NORD DU CAMEROUN

Mémoire présenté en vue de l’obtention du Diplôme d’Ingénieur Agronome

Option : Economie et Sociologie Rurales

Par

DJOMO SANDRINE
Matricule : 01A017

Juin 2007

Centre de Coop ération In stitut de Pôl e d e R echerche Service


Interna ti onal e en Recherch e Appl iqué e pour le d’ Appui au
Recherche Agricole Dé vel oppe ment Dé velopp ement
Ag ronomiq ue pour le pour le des Savan es Lo cal
Dévelo ppemen t Dével oppeme nt d’Afriqu e C entrale
UNIVERSITE DE DSCHANG
THE UNIVERSITY OF DSCHANG

Faculté d’Agronomie et des Sciences Agricoles


Faculty of Agronomy and Agricultural Sciences

Département de Vulgarisation Agricole et de Sociologie Rurale


Department of Agricultural Extension and Rural Sociology

DIAGNOSTIC DE LA DEMARCHE CONSEIL A L’EXPLOITATION


AGRICOLE DANS LES GROUPEMENTS DE PRODUCTEURS
AUTONOMES DE COTON DE L’EXTREME-NORD DU CAMEROUN

Mémoire présenté en vue de l’obtention du Diplôme d’Ingénieur Agronome


Option : Economie et Sociologie Rurales

Par

DJOMO SANDRINE
Matricule : 01A017

Juin 2007

ENCADREUR SUPERVISEUR
Dr Joseph WEY TCHOUAMO Isaac R., PhD
Chargé de Recherches Maître de Conférences
IRAD/CIRAD/PRASAC Université de Dschang

Centre de Coop ération In stitut de Pôl e d e R echerche Service


Interna ti onal e en Recherch e Appl iqué e pour le d’ Appui au
Recherche Agricole Dé vel oppe ment Dé velopp ement
Ag ronomiq ue pour le pour le des Savan es Lo cal
Dévelo ppemen t Dével oppeme nt d’Afriqu e C entrale
Page ii

Dédicace

Je dédie ce document à ma famille et plus particulièrement à :

• mon père NDJOMO NJELANKONG Henri ;

• ma mère ABO’O ABESSOLO Jeannine ;


• mes frères DJOMO Maximilien, DJOMO Séverin, DJELAKONG DJOMO Fabrice, CHUSSEPA
DJOMO Boris, CHEZEU DJOMO Hugo et GOULEU DJOMO Aristide

• ma sœur MINSI DJOMO Tatiana

• mon fils ABOO Semax Emmanuel

• TCHOUAMO TCHOUAMO Eric Gildas

pour leur soutien et amour durant les moments difficiles.


Page iii

Remerciements

Je voudrais ici remercier tous ceux qui de près ou de loin m’ont aidée dans la rédaction de ce
mémoire. Il s’agit de :

- Drs. Joseph WEY et Michel HAVARD qui m’ont encadrée durant ce stage ;

- Pr. TCHOUAMO qui a assuré la supervision de ce travail, malgré ses innombrables


préoccupations ;

- Dr. KLASSOU Célestin, Chef de la Station Polyvalente de l’Institut de Recherche Agricole pour le
Développement (IRAD) de Garoua ;

- M. Michel THEZE, Directeur de la Production Agricole de la Société de Développement du Coton


du Cameroun (SDCC) et tout son personnel d’encadrement pour les facilités sur le terrain ;

- M. Nathan BELLO, chef de la Division professionnalisation de la SDCC ;

- M. Djamen Patrice, Responsable du Service d’Appui au Développement Local-Groupe d’Intérêt


Economique (SADEL-GIE) ;

- MM. Jean Faikréo, Siméon Takoua , Ibrahima Saidou, Mana Pierre et Mana Bourou , tous de la
Station Polyvalente de l’IRAD de Garoua ;

- Mes amis, camarades de promotion et les familles NDJOMO, NJELAKONG, ABESSOLO,


NGANGNOU, TCHOUAMO, TAKOUA et TCHAME.
Page iv

Table des matières

FICHE DE CERTIFICATION DE L’ORIGINALITE DU TRAVAIL ........................................................... I


DEDICACE .............................................................................................................................................. II
REMERCIEMENTS ................................................................................................................................ III
LISTE DES TABLEAUX ........................................................................................................................ VI
LISTE DES FIGURES ............................................................................................................................ VI
LISTE DES CARTES ............................................................................................................................. VI
LISTE DES ABREVIATIONS................................................................................................................ VII
RESUME .............................................................................................................................................. VIII
ABSTRACT............................................................................................................................................ IX
CHAPITRE 1. INTRODUCTION ............................................................................................................. 1
1.1. CONTEXTE GENERAL ...................................................................................................................... 1
1.2. PROBLEMATIQUE............................................................................................................................ 2
1.3. OBJECTIFS DE L’ETUDE ................................................................................................................... 2
1.4. HYPOTHESES DE L’ETUDE ............................................................................................................... 2
1.5. IMPORTANCE DE L’ETUDE ................................................................................................................ 3
1.6. LIMITES DE L’ETUDE ....................................................................................................................... 3
1.7. ORGANISATION DU MEMOIRE........................................................................................................... 3
CHAPITRE 2. CADRE THEORIQUE, DEFINITION DES CONCEPTS ET REVUE DE LA
LITTERATURE........................................................................................................................................ 4
2.1. CADRE THEORIQUE ........................................................................................................................ 4
2.2. DEFINITIONS DES CONCEPTS .......................................................................................................... 8
2.2.1. Conseil de gestion et conseil à l’exploitation familiale agricole .......................................... 8
2.2.2. Conseiller agricole .............................................................................................................. 8
2.2.3. Gestion................................................................................................................................ 8
2.2.4. L’exploitation agricole ......................................................................................................... 8
2.2.5. Dispositif ............................................................................................................................. 9
2.2.6. Diagnostic ........................................................................................................................... 9
2.2.7. Vulgarisation agricole.......................................................................................................... 9
2.3. REVUE DE LA LITTERATURE ........................................................................................................... 10
2.3.1. La démarche de Conseil de Gestion appliquée en France .............................................. 10
2.3.2. La démarche Conseil de Gestion appliquée en Amérique du Sud................................... 10
2.3.3. La démarche Conseil de Gestion appliquée en Afrique ................................................... 10
2.3.4. La démarche conseil appliquée au Nord Cameroun ........................................................ 12
2.3.5. Les structures impliquées dans la démarche CEF ........................................................... 14
2.3.6. Quelques structures d’appui aux producteurs au Nord-Cameroun .................................. 17
CHAPITRE 3. METHODOLOGIE ......................................................................................................... 19
3.1. PRESENTATION DE LA ZONE D’ETUDE ............................................................................................ 19
3.1.1. Situation administrative de la zone cotonnière du Cameroun. ......................................... 19
3.1.2. Climat, topographie et sols ............................................................................................... 19
3.1.3. Hydrographie .................................................................................................................... 19
3.1.4. La végétation .................................................................................................................... 19
3.1.5. La faune sauvage ............................................................................................................. 19
3.1.6. Le milieu humain............................................................................................................... 20
3.1.7. Le secteur secondaire....................................................................................................... 20
3.1.8. Les regroupements de producteurs.................................................................................. 20
3.1.9. Agriculture......................................................................................................................... 20
Page v

3.2. COLLECTE DES DONNEES ............................................................................................................. 21


3.2.1. Les données secondaires................................................................................................. 21
3.2.2. Les données primaires...................................................................................................... 21
3.2.3. Echantillonnage de la population enquêtée...................................................................... 21
3.2.4. Elaboration et administration des questionnaires............................................................. 22
3.3. ANALYSE DES DONNEES ............................................................................................................... 22
CHAPITRE 4. RESULTATS ET DISCUSSIONS .................................................................................. 23
4.1. LE DISPOSITIF DE CONSEIL EFFECTIVEMENT MIS EN OEUVRE A LA SODECOTON............................ 23
4.1.1. Le rôle, les objectifs et les activités de SADEL dans le dispositif..................................... 23
4.1.2. Les CDZ n’ont pas réalisé les activités de CEF selon le programme prévu. ................... 25
4.2. LES PRODUCTEURS DE COTON IMPLIQUES DANS LA DEMARCHE DE CEF.......................................... 26
4.3. DISCUSSIONS............................................................................................................................... 26
4.3.1. La SODECOTON cherche à intégrer la démarche de CEF à son dispositif .................... 26
4.3.2. Les activités de CEF mises en oeuvre varient selon le profil et les activités des Chefs
de Zone............................................................................................................................. 27
4.3.3. Les producteurs impliqués dans le CEF sont principalement les membres des
bureaux des GPA.............................................................................................................. 27
4.3.4. L’âge et le niveau de formation des paysans influent sur l’appropriation de la
démarche de CEF............................................................................................................. 28
4.4. IDENTIFICATION DES PROBLEMES RENCONTRES PAR LES AGENTS D’ENCADREMENT ET LES
PRODUCTEURS DE COTON............................................................................................................. 31
4.4.1. Problèmes rencontrés par les agents d’encadrement de la SODECOTON (CDS,
CDZ).................................................................................................................................. 31
4.4.2. Problèmes rencontrés par les producteurs de coton des GPA ........................................ 32
CHAPITRE 5. CONCLUSION ET RECOMMANDATIONS .................................................................. 33
5.1. VALIDATION DES HYPOTHESES DE L’ETUDE .................................................................................... 33
5.2. CONCLUSION ............................................................................................................................... 33
5.3. RECOMMANDATIONS .................................................................................................................... 34
REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES ................................................................................................ 36
ANNEXES ............................................................................................................................................. 39
ANNEXE 1 : QUESTIONNAIRE ADRESSE AUX PAYSANS ............................................................................. 39
ANNEXE 2 : QUESTIONNAIRE ADRESSE AUX CHEFS DE ZONE .................................................................. 40
ANNEXE 3 : QUESTIONNAIRE ADRESSE AUX CHEFS DE SECTEUR ............................................................ 41
ANNEXE 4: RESUME DES FORMATIONS DU PRASAC.............................................................................. 41
ANNEXE 5 : RECAPITULATIF DES FORMATIONS SADEL........................................................................... 42
ANNEXE 6 : FICHE DE SUIVI DES CULTURES ............................................................................................ 43
ANNEXE 7 : COMPTE RENDU DES FORMATIONS DE SADEL..................................................................... 44
Page vi

Liste des tableaux


TABLEAU 1 : SITUATION DES EXPERIENCES DE LA DEMARCHE CDG APPLIQUEE EN AFRIQUE EN 2001 .......... 11
TABLEAU 2 : PAYSANS CONCERNES PAR LE CEF ET NIVEAU SCOLAIRE EN AFRIQUE .................................... 11
TABLEAU 3 : COMPARAISON DU TRAINING & VISIT SYSTEM ET DU CEF....................................................... 12
TABLEAU 4 : REPARTITION DES PRODUCTEURS DE COTON ENQUETES PAR VILLAGE ..................................... 21
TABLEAU 5 : CARACTERISTIQUES DU PERSONNEL DE LA DPA ENQUETE ...................................................... 22
TABLEAU 6 : TABLEAU DE CONTINGENCE ................................................................................................... 22
TABLEAU 7 : LES FORMATIONS REALISEES PAR SADEL EN 2005-2006 ET 2006-2007................................ 24
TABLEAU 8 : REPARTITION DES PRODUCTEURS DE COTON PAR CLASSE D’AGE ............................................. 26
TABLEAU 9 : REPARTITION DES PRODUCTEURS DE COTON EN FONCTION DU NIVEAU D’EDUCATION
FORMELLE ............................................................................................................................ 26

TABLEAU 10 : REPARTITION DES PRODUCTEURS EN FONCTION DU POSTE OCCUPE DANS LE GROUPEMENT ... 28
TABLEAU 11 : RELATION ENTRE LE POSTE OCCUPE DANS LE GROUPEMENT ET LA MAITRISE DU
PROGRAMME PREVISIONNEL .................................................................................................. 28

TABLEAU 12 : RELATION ENTRE LE POSTE OCCUPE DANS LE GPA ET LA COMPREHENSION DE LA FICHE DE


SUIVI .................................................................................................................................... 28

TABLEAU 13. RELATION ENTRE L’AGE ET LA MAITRISE DU PROGRAMME PREVISIONNEL ................................. 29


TABLEAU 14 : RELATION ENTRE L’AGE ET LA COMPREHENSION DE LA FICHE DE SUIVI ................................... 30
TABLEAU 15 : RELATION ENTRE LE NIVEAU D’EDUCATION FORMELLE ET LA MAITRISE DU PROGRAMME
PREVISIONNEL ...................................................................................................................... 30

TABLEAU 16 : RELATION ENTRE LE NIVEAU SCOLAIRE ET LE DEGRE DE COMPREHENSION DES FICHES DE


SUIVI .................................................................................................................................... 31

Liste des figures


FIGURE 1 : LA DIFFUSION DE L'INNOVATION (ROGERS, 1983) ....................................................................... 5
FIGURE 2. MODELE DU PROCESSUS D’ACCEPTATION D’UNE INNOVATION ....................................................... 7
FIGURE 3. MISE EN ŒUVRE DE LA DEMARCHE CEF AU NORD - CAMEROUN ................................................. 13
FIGURE 4 : ORGANIGRAMME DU PERSONNEL D’ENCADREMENT DE LA DPA.................................................. 14
FIGURE 5 : ORGANIGRAMME DU GP.......................................................................................................... 16

Liste des cartes

CARTE 1. LOCALISATION DE LA ZONE D’ETUDE ........................................................................................... 18


Page vii

Liste des abréviations


APROCASUDE Association des Producteurs Ovin Caprin du Sud Est
APROSTOC Association des Producteurs Stockeurs de Céréales du Diamaré
BAC Baccalauréat
BEPC Brevet d’Etude du Premier Cycle
BIRD Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement
CADG Cellule d’Appui au Développement du Conseil de Gestion
CAGEA Cellule d’Appui à la Gestion des Exploitations Agricoles
CdG Conseil de Gestion
CDS Chef de Secteur
CDZ Chef de Zone
CEF Conseil à l’Exploitation Familiale
CERN Centre d’Education Rural de Ngong (province du Nord)
CFA Centre de Formation Agricole
CIRAD Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique pour le
Développement
CPS Centre de Prestations de Services
DPA Direction de la Production Agricole
DPGT Développement Paysannal et Gestion de Terroirs
FASA Faculté d’Agronomie et des Sciences Agricoles
FEPRODEX Fédération des Producteurs d’Oignon de l’Extrême Nord
FNGN Fédération Nationale des Groupements de Naam
GPA Groupement de Producteurs Autonomes
GPB Groupement de Producteurs avec mandat de Base
GPM Groupement de Producteurs avec Mandat de gestion
INADES Institut Africain pour le Développement Economique et Social
IRAD Institut de Recherche Agricole pour le Développement
MINADER Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural
MINEPIA Ministère de l’Elevage des Pêches et des Industries Animales
OPCC-GIE Organisation des Producteurs de Coton du Cameroun-Groupement d’Intérêt
Economique
PRASAC Pôle Régional de Recherche Appliquée au Développement des Savanes d’Afrique
Centrale
PNVRA Programme National de Vulgarisation et Recherche Agricole
PSSA Programme Spécial de Sécurité Alimentaire
SADEL-GIE Service d’Appui au Développement Local-Groupement d’Intérêt Economique
SAILD Service d’Appui aux Initiatives Locales Pour le Développement
SCGEAN Service de Comptabilité et de Gestion des Exploitations Agricoles du Nord
SNV Service Néerlandais de Développement
SODECOTON (SDCC) Société de Développement du Coton du Cameroun
SOFITEX Société des Fibres Textiles, Burkina Faso
SPSS Storage Package for Social Sciences
UNPCB Union Nationale des Producteurs de Coton du Burkina Faso
UPPM Union Provinciale des Producteurs du Mouhoun, Burkina-Faso
URDOC Unité Recherche Développement et Observatoire du Changement, Mali
Page viii

Résumé

L’étude du diagnostic de la démarche Conseil à l’Exploitation Familiale (CEF) dans les Groupements
de Producteurs Autonomes (GPA) de coton à l’Extrême-Nord du Cameroun s’est déroulée de Mai à
Décembre 2006. L’objectif était d’analyser les contraintes à la mise en œuvre du CEF au sein du
dispositif d’appui à la production agricole de la Société de Développement de Coton du Cameroun
(SDCC) géré par un prestataire privé le Service d’Appui au Développement Local (SADEL). L’étude
s’est appuyée sur des observations directes sur le terrain et des enquêtes socio-économiques. Quatre
vingt producteurs appartenant à huit groupements (en deuxième année du contrat d’autonomie) et
sept agents d’encadrement ont été enquêtés. Les groupements étaient répartis dans les
départements du Diamaré, du Mayo-Tsanaga et de Mayo-Kani. Les données recueillies ont été
analysées par le logiciel SPSS 10.0.
L’analyse des données collectées conduit aux résultats suivants:
- Le dispositif de CEF comprend les producteurs de coton des GPA qui adhèrent à la
démarche, les agents d’encadrement (Chefs de Région, Chefs de Secteur, Chefs de Zone) de
la Direction de la Production Agricole de la SDCC chargés de la mise en œuvre des activités
de CEF, SADEL chargé de la formation et du suivi du personnel d’encadrement et les moyens
utilisés. Les formations sont basées sur une approche participative. Les Chefs de Zone
doivent jouer le rôle de conseiller auprès des producteurs.
- Aucun Chef de Zone n’a pu réaliser le programme des activités prévu. Ceci est l’une des
principales raisons qui explique le faible taux de maîtrise de la démarche par les paysans soit
6 %.
- Les producteurs de coton impliqués dans la démarche de CEF sont jeune (94 % ont moins de
55 ans), ont un niveau de scolarisation faible (43 % n’ont jamais été à l’école). Ils sont en
majorité non membres du bureau (73 %).
- La SDCC intègre la démarche à son dispositif. Les activités de CEF mise en œuvre varient
selon le profil et les activités du CDZ. La maîtrise du programme prévisionnel est influencée
par l’âge et le niveau de scolarisation. La compréhension de la fiche de suivi est influencée
par le poste occupé dans le GPA.
- Le manque de temps constitue la principale difficulté rencontrée par les agents d’encadrement
lors de la mise en œuvre de la démarche de CEF. Au niveau des producteurs, on recense les
problèmes tel que le niveau de scolarisation faible et le manque d’intérêt.
Une meilleure connaissance des contraintes relatives à la mise en œuvre du CEF permettrait de
mettre sur pied des dispositifs de CEF durables.
Mots clés : Conseil à l’Exploitation Familiale, diagnostic, dispositif, conseiller.
Page ix

Abstract

A study on the diagnosis of the Management Advise for Family Farms (MAFF) in the Autonomous
Producers Groups (APG) was carried out from May to December 2006 in the Cameroon Far North.
The objective was to analyse the major constraints for the implementation of the MAFF within the
supporting device of the Development Cotton Company (SODECOTON) managed by a private body,
the Service for Support to Local Development (SADEL).
The study was focused on direct observations on the field and socio economic inquiries. Eighty
farmers in eight farmer organizations (in the second year of autonomy contract) and seven exchange
agents have been questioned. The chosen sites are located in the Diamare, Mayo-Tsanaga and
Mayo-Kani. Data collected were analysed through the SPSS 10.0.
Through the analysis of the data collected, we came to the following results:
- The MAFF device comprises APG cotton farmers who adhere to the approach, exchange
agents of the SODECOTON in charge of the setting of the MAFF, SADEL in charge of the
training and follow up of the teaching personal and the means they use. Training sessions are
based on a participative approach. Exchange agents must play the role of advisers to the
farmers.
- No exchange agent has completed the designed activities program. This is one of the main
reasons which justifies the peasants low rate of the mastery (6 %) of the approach.
- The cotton farmers involved in the MAFF approach are young (94 % are less than 55 years)
and have a medium education (43 % have never been to school).
- SODECOTON combines the approach with the device. MAFF activities implemented vary
depending on the profile and the exchange agents activities. The mastery of the previsional
program is subjected to age and the level of education. The understanding of the follows up
the record card depends on the post occupied within the APG.
- Lack of time is the major difficulty that exchange agents face in the implementation of the
MAFF. As concerns for farmers, the lack of interest and the low rate of education.
A better understanding of the constraints related to the implementation of the MAFF could help to
elaborate sustainable MAFF devices.
Key words: Management Advise for Family Farms, diagnosis, device, adviser.
Page 1

Chapitre 1. Introduction

Dans ce chapitre introductif, il s’agira plus particulièrement de ressortir le contexte général, de


présenter la problématique, les objectifs, les hypothèses l’importance de l’étude, les limites
rencontrées et enfin de présenter les principales articulations du mémoire.

1.1. Contexte général


Jusqu’à la fin des années 40, que ce soit en Europe ou dans le reste du monde, la vulgarisation
agricole était perçue comme une démarche descendante de transfert de technologies. Le principal
objectif de la diffusion de messages techniques visait l’augmentation de la production (sinon de la
productivité), gage d’une amélioration de la situation économique des paysans.
Dans ce contexte, un intérêt particulier était apporté au suivi des taux d’adoption des innovations par
les agriculteurs (Faure et al., 1996) : « ce n’est que vers les années 50, qu’on a pris conscience de la
nécessité de s’intéresser davantage à la rentabilité économique des technologies proposées ainsi
qu’à la gestion technico-économique des exploitations auxquelles les innovations étaient destinées ».
Au Cameroun, la population reste en majorité rurale avec plus de 60 % de la population totale, malgré
une rapide croissance de la population urbaine (Tchala et al., 1994) : « le secteur agricole continue à
occuper une place prépondérante dans l’économie du pays à travers l’importance de la population
active qui travaille (70 %) ; sa contribution à l’autosuffisance alimentaire (plus de 90 %) ; sa
contribution importante aux exportations (51 %) et sa part non négligeable dans le Produit Intérieur
Brut (22 %) » (P. 3)
L’arrivée de la crise économique au Cameroun dans les années 80 l’a contraint à modifier sa politique
de développement. Dans ce cadre, et depuis une dizaine d’années, la filière cotonnière vit des
évolutions importantes, liées à la politique de désengagement de l’Etat, à l’évolution des organisations
professionnelles et à la libéralisation de l’économie. L’Organisation des Producteurs de Coton du
Cameroun (OPCC-GIE), créée en 2000, prend progressivement le relais de la Société de
Développement du Coton (SODECOTON) dans les fonctions de commercialisation du coton,
d’approvisionnement en intrants et d’appui aux groupements de producteurs. Sous la pression des
institutions internationales, l’État camerounais a accepté le principe de la privatisation de la
SODECOTON, mais celle-ci n’est pas encore effective. Ces évolutions inquiètent les producteurs car,
depuis 1998, les cours mondiaux du coton sont déprimés, mettant à mal la rentabilité de la filière et
entraînant une baisse des prix d’achat au producteur. Malgré ce contexte difficile, la vente de coton
constitue la principale source de revenu de 350 000 producteurs, soit la majorité des paysans des
provinces du Nord et de l’Extrême-Nord. Produisant quelque 200 000 tonnes de coton-graine, le
Cameroun se place dans les cinq premiers producteurs en Afrique de l'Ouest francophone
(Koussoumna et Havard, 2006).
Ces changements dans l’environnement socio-économique des exploitations, nécessitent des
adaptations importantes des producteurs, et des démarches et outils de vulgarisation (Boukassa,
2003 ; Daouda, 2002). Plutôt que de sensibiliser ou de convaincre comme le recommandent les
méthodes classiques ou de formations et visites (Training & Visit), il s’agit d’informer, de former et
d’aider les producteurs à acquérir de plus grandes capacités de prise de décision pour améliorer les
performances de leurs exploitations et de mieux négocier avec les acteurs des filières de production
(Djamen et al., 2003). Pour les aider à relever les défis de professionnalisation et de compétitivité, les
services d’agriculture doivent revoir leurs approches.
Ces changements ont amené l’Institut de Recherche Agricole pour le Développement (IRAD) dans le
cadre du Pôle Régional de Recherche Appliquée au Développement des Savanes d’Afrique Centrale
(PRASAC) à développer une démarche d’aide à la décision, le Conseil à l’Exploitation Familiale
(CEF). Inspirée de l’expérience du Burkina Faso au début des années 1990, elle a été adaptée aux
exploitations familiales du Nord Cameroun entre 1998 et 2002. Cette démarche, fondatrice d’une
nouvelle forme de relation conseiller/paysan a intéressé un projet de développement le
Développement Paysannal et Gestion des Terroirs (DPGT) dès 1999, puis la Direction de la
Production Agricole (DPA) de la SODECOTON à partir de 2003.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 2

1.2. Problématique
La trilogie du développement agricole (recherche / vulgarisation / production) organisée autour de la
culture de rente (« coton moteur du développement rural ») et selon un schéma descendant, a été
particulièrement efficace au Nord-Cameroun où elle est en parfaite adéquation avec les référents
locaux de fonctionnement hiérarchique de la société rurale (Legile et al., 2004). Le rendement du
cotonnier par exemple est passé de 534 kg/ha sur la période 1971/75 à plus de 1200 kg/ha
aujourd’hui (Havard et al., 2004). Cependant, les marges de progrès permises par les seules
innovations techniques se réduisent, l’environnement économique est de plus en plus instable et
limitant. Les évolutions en cours (libéralisation de l’économie, désengagement de l’Etat de certaines
fonctions de services à l’agriculture, création de l’OPCC-GIE en 2000) induisent de nouveaux besoins
des exploitations et des changements dans la façon de penser de la recherche au sein du
développement agricole, et donc redéfinir le système recherche / vulgarisation / production. Ces
changements touchent la SODECOTON qui ressent le besoin de faire évoluer son dispositif d’appui à
la production agricole. Avec le transfert progressif de certaines fonctions de son dispositif aux
groupements, comme la gestion des magasins, l’approvisionnement en intrants, la SODECOTON
souhaite positionner davantage les agents de la DPA sur le conseil technique à la production, et sur le
renforcement des capacités des agriculteurs dans la gestion de leur exploitation. Pour ce faire, la
démarche de CEF élaborée par l’IRAD dans le cadre du PRASAC lui est apparu intéressante à tester.
Depuis 2004, elle a inséré dans la formation des Chefs de Zone (CDZ) qu’elle recrute un module sur
la démarche de CEF, et a mis en place des activités de conseil sur la programmation de la campagne
agricole auprès des Groupements de Producteurs Autonomes (GPA). Ce programme, confié aux CDZ
et Chefs de Secteur (CDS), vise à renforcer les capacités des groupements dans la gestion des
intrants (prévisions et commandes). Sa mise en oeuvre nécessite :
- un changement de comportement des CDZ et CDS dans leurs relations avec les paysans,
c’est-à-dire dialoguer avec les paysans, et les conseillers, alors qu’ils ont l’habitude d’être
directifs « donneurs d’ordre » ;
- d’introduire la prévision, la mesure et le calcul dans l’élaboration du plan prévisionnel de
campagne des groupements autonomes et dans celui des exploitations membres de ces
groupements de producteurs ; Ces deux éléments sont liés car des besoins d’intrants bien
évalués au niveau des exploitations permettront une consolidation plus facile au niveau des
groupements.
Cependant, les difficultés du passage de la démarche de la recherche au développement posent des
questions :
- Comment la démarche CEF est-elle mise en œuvre ? Avec quelles adaptations, quels
ajustements, quelles contraintes ?
- Quels sont les rôles et les tâches des acteurs impliqués dans le CEF ?
- Quel dispositif est mis en œuvre et comment fonctionne-t-il ?
- Quels sont les profils des ressources humaines mobilisées ?

1.3. Objectifs de l’étude


L’objectif global est de faire un diagnostic de la démarche de CEF au sein du dispositif d’appui à la
production agricole de la SODECOTON, dans le but de proposer des adaptations favorisant la mise
en œuvre de dispositifs de CEF durables. Plus spécifiquement, il s’agira de:
- décrire le dispositif du CEF mis en place ;
- caractériser les producteurs de coton des GPA impliqués dans le CEF ;
- identifier les problèmes rencontrés par les producteurs de coton et les agents d’encadrement
(CDS, CDZ) de la Direction de la Production Agricole (DPA) de la SODECOTON

1.4. Hypothèses de l’étude


H1. La SODECOTON adapte la démarche de CEF à son dispositif, c’est-à-dire principalement aux
besoins et aux ressources humaines dont elle dispose ;

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 3

H2. Les activités de CEF mises en oeuvre varient selon le profil et les activités des Chefs de Zone;
H3. Les producteurs impliqués dans le CEF sont principalement les membres des bureaux des GPA;
H4. L’âge, le poste occupé et le niveau de formation (scolarisation, alphabétisation) des paysans
influent sur l’appropriation de la démarche de CEF.

1.5. Importance de l’étude


Théoriquement, elle enrichira la littérature sur l’approche conseil et procurera des informations sur
cette approche comparativement à celles mises en œuvre dans la même zone par le Programme
National de Vulgarisation et de Recherche Agricole (PNVRA) le Training & Visit et par la coopération
hollandaise le « Farmer Field School ».
Pratiquement, elle sera utile aux producteurs, aux vulgarisateurs, aux décideurs, et à la
SODECOTON.
- aux producteurs, elle renforcera leurs capacités de gestion de leurs exploitations ;
- aux vulgarisateurs, elle renforcera leurs compétences dans les démarches participatives
d’appui aux agriculteurs ;
- aux décideurs, elle permettra de comparer la démarche aux autres approches de vulgarisation
qui ont été expérimentées dans le pays ;
- à la SODECOTON, elle permettra d’adapter son dispositif d’appui à la production agricole aux
évolutions du contexte.

1.6. Limites de l’étude


La période et la durée du stage sont les principales contraintes à la réalisation du stage dans la
mesure où les enquêtes et les entretiens sont réalisés en pleine campagne agricole. Les paysans sont
occupés dans les champs et leur disponibilité s’avère difficile. De plus, le CEF malgré son introduction
dans plus d’une cinquantaine de groupements de producteurs autonomes depuis 2004 est une
démarche progressive qui nécessite du temps pour être appropriées autant par les paysans que par le
dispositif de la Direction de la Production Agricole de la SODECOTON. Les effets ne peuvent donc
s’apprécier que sur le long terme.

1.7. Organisation du mémoire


Le mémoire s’articule autour de cinq chapitres. Le premier introduit le sujet, pose le problème, définit
les objectifs et son importance. Le deuxième chapitre présente le cadre théorique et passe en revue
ce que les prédécesseurs ont développé sur le sujet. Le chapitre trois décrit la méthodologie de
collecte, de traitement et d’analyse des données. Le chapitre suivant présente les résultats et leur
discussion et enfin le dernier conclue et propose des recommandations aux parties prenantes.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 4

Chapitre 2. Cadre théorique, définition des concepts et revue de la


littérature

Ce chapitre traite du cadre théorique, de la définition des concepts relatifs au thème de l’étude et de la
revue de la littérature.

2.1. Cadre théorique


Cette étude repose sur la théorie de la construction des innovations. Cette théorie a trois concepts
fondamentaux qui sont : l’innovation, la diffusion et l’adoption.
Rogers (1983) a théorisé l’approche du processus de l’innovation et de sa diffusion spatiale. Il définit
l’innovation comme « une idée, une pratique ou un objet perçu comme nouveau par un individu ou
toute unité d’adoption » (P. 11)
Plusieurs autres auteurs ont donné des définitions du processus d’innovation.
Chantran (1972 :105) décrit l’innovation comme l’introduction d’une pratique agricole nouvelle, parfois
la modification d’une pratique traditionnelle, plus rarement l’adoption d’un comportement socio-
économique nouveau.
Pour les économistes, le terme innovation se réfère à la première introduction de tout processus ou
système à l’intérieur de l’économie (Freeman, 1979).
Treillon (1992 :70) adopte une position associant le caractère de l’innovation « à tout ce qui est perçu
comme nouveau » par un individu ou un groupe. Il identifie deux formes principales de l’innovation :
- La première renvoie à ce que l’on appelle « projet » à savoir une action spécifiée dans le
temps, dans l’espace, visant à aider des populations ou des groupes sociaux à passer d’un
état technique donné à un autre jugé plus favorable.
- La seconde est liée à la conception et à la diffusion de produits-innovations (matériels,
produits, services).
D’après Ateba (1993), un procédé ou un produit peut encore être considéré comme innovation tant
que la société ou l’individu n’a pas encore développé une attitude et des aptitudes suffisantes vis-à-vis
de lui.
Van Den Ban et al. (1994 : 115) estiment qu’une innovation est une idée, une méthode ou un objet qui
est jugé comme nouveau par un individu.
Selon Renard (2001 : 1) l’innovation est l’introduction dans une chose établie, donc dans un système
jusqu’alors stable, de quelque chose de nouveau, d’encore inconnu. C’est donc synonyme du
changement qui va contribuer à déstabiliser, à modifier, à remettre en cause une situation antérieure.
Bentz (2002 :9) définit l’innovation technique comme une combinaison nouvelle des facteurs de
production. Elle distingue dans ce cas :
- L’innovation simple qui introduit peu de changements sur l’exploitation ;
- L’innovation irradiante qui résout un problème sectoriel et a des répercussions sur l’ensemble
de l’exploitation ;
- L’innovation systémique qui implique l’adoption simultanée de diverses techniques cohérentes
entre elles. Il s’agit des changements beaucoup plus risqués et complexes que dans les deux
autres cas.
En effet, l’innovation technique (cas le plus fréquent dans différents ouvrages) n’est qu’une dimension
parmi tant d’autres et ne peut être isolée de sa composante économique, ni de ses composantes
organisationnelles, institutionnelles, sociales voire politiques. Un accent doit être mis dans ces
différentes dimensions pour voir l’innovation dans tous ses aspects.
Zaltman et Duncan (1977) définissent l’innovation comme «toute idée pratique ou bien matérielle
perçue comme nouvelle par l’unité d’adoption considéré». Etant donné que nous sommes dans le
domaine agricole, l’innovation peut être alors technique ou sociale.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 5

Une première classification de l’innovation porte sur l’origine, c'est-à-dire est-elle endogène, portée
par la société locale et des acteurs enracinés ou bien est- elle le fait des acteurs exogènes, venus
d’ailleurs et qui insufflent du changement et bousculent les habitudes acquises ? Une innovation est
aussi la mise en pratique ou l’appropriation d’une invention par les producteurs.
Une innovation est l’adoption d’une façon de faire différente par un nombre significatif de producteurs
d’une région. Elle se présente comme une expérience au cours de laquelle on échange des moyens
humains et matériels contre de l’information. Pour cela, on parle depuis un certain temps de
construction des innovations.
La diffusion est « le processus par lequel une innovation est communiquée à travers des canaux au
cours du temps aux membres d’un système social» (Rogers, 1983 : 5). En effet, la diffusion est un
type de communication. Cette dernière n’étant autre chose qu’un partage d’information par les parties
prenantes. Cet échange est un processus de convergence et de divergence. L’acceptation au cours
du temps des innovations par des unités d’adoption qui sont liées à des canaux externes de
communication et liées entre elles par une structure de relations sociales et un système de valeurs ou
une culture (Katz, 1972).
Dans son modèle épidémiologique, Rogers (1983) constate que l’innovation atteint d’abord un premier
individu d’une population puis se diffuse spontanément de proche en proche par effet de
contamination comme une épidémie (figure 1).

% d’acceptation de retardataires
l’innovation

majorité tardive

majorité précoce

innovateurs

pionniers
Temps

Figure 1 : La diffusion de l'innovation (Rogers, 1983)

Cette courbe montre que le nombre d’adopteurs d’une innovation augmente avec le temps. On
distingue cinq types d’adopteurs : Les pionniers, les innovateurs, la majorité précoce, la majorité
tardive et les retardataires.
Le concept d’adoption est défini par Rogers (1983) comme la décision de choisir une innovation
comme étant la meilleure alternative. Après avoir essayé l’innovation à une petite échelle, le paysan
peut l’adopter à grande échelle si elle présente un avantage
Les conséquences de l’adoption d’une innovation sont:
- l’adoption avec possibilité de continuité ou de discontinuité ;
- le rejet avec possibilité d’adoption tardive ou non.
Le changement de technique pourrait s’obtenir grâce à un programme d’actions adaptées au contexte
de la gestion globale dans le terroir, un bon système de communication, et des vulgarisateurs

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 6

compétents. Cependant, l’adoption d’une innovation passe par la maîtrise de la technique par les
paysans sans forcement l’appui éphémère des personnes extérieures. Il suffit qu’une innovation
apporte un supplément de revenus ou un allégement de temps de travail pour qu’elle soit adoptée.
Elle ne doit pas par ailleurs induire des charges nouvelles aux paysans. En effet, cinq caractéristiques
majeures déterminent l’adoption d’une innovation : l’avantage relatif, la compatibilité, la complexité,
l’essai, et l’observabilité. On note qu’il existe cinq étapes dans le processus d’adoption d’une idée
nouvelle, notamment :
1. la première information : l’individu apprend l’existence d’une nouvelle idée et cherche
davantage d’information à son sujet ;
2. l’intérêt : l’individu développe un intérêt particulier pour cette idée nouvelle et cherche à
obtenir plus d’informations sur ce sujet ;
3. l’appréciation : l’individu évalue mentalement ce que l’application de cette idée peut apporter à
sa situation actuelle et future et se décide à essayer ou non l’idée nouvelle ;
4. l’essai : l’individu adopte l’innovation à une petite échelle afin de savoir si l’innovation présente
un avantage ou non ;
5. l’adoption : lorsque l’essai est concluant et que l’individu est convaincu du bien fondé de la
nouvelle idée, il adopte complètement l’innovation.
Toutefois, le paysan peut rejeter l’innovation à n’importe quelle phase du processus d’adoption.
La figure 2 ci-dessous représente le modèle conceptuel du processus d’acceptation d’une innovation
de Rogers et Shoemaker de 1971.
Cette partie théorique permet de comprendre que de manière générale, une innovation ne se déroule
pas de manière systématique dans les organisations. Elle se construit par les parties prenantes. Elle
peut se heurter aux normes sociales si elle n’est pas compatible.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 7

(ANTECEDENTS) (PROCESSUS) (CONSEQUENCES)

Les variables du
Sources de communication Confirmation
receveur :
Adoption continue

Voies Adoption
Adoption tardive
Connaissance
1. Caractéristiques de Persuasion Décision
ou information
la personnalité
Discontinuité
2. Caractéristiques Rejet
Sociales
3. Besoins perçus Rejet continu
pour l’innovation
Caractéristiques de
Les variables du
4. Autres l’innovation telles que
système social :
perçues :

1. Avantage relatif
1. Normes du système social 2. Compatibilité
2. Tolérance et déviance 3. Complexité
3. Intégration de la communication 4. Essai
4. Autres 5. Observabilité

Temps

Figure 2. Modèle du processus d’acceptation d’une innovation


Source: Rogers et Shoemaker ‘‘Communication of innovation, a cross cultural approach’’ (1971)

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en
vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 8

2.2. Définitions des concepts

2.2.1. Conseil de gestion et conseil à l’exploitation familiale agricole

Le conseil de gestion (CdG) aide le producteur à atteindre ses objectifs en lui apportant un regard
extérieur sur sa situation et ses possibilités (Chombart de Lauwe et al., 1969). Ce conseil peut
prendre différentes formes: technique, économique, etc. De plus, Kleene et al. (1989) définissent le
CdG comme une méthode qui prend en compte l’ensemble de la situation d’une exploitation et
cherche, en dialogue avec le producteur un cheminement d’amélioration qui s’étend souvent sur
plusieurs années. Legile (1999) définit le CdG comme une aide à la décision au cours d’un processus
d’apprentissage faisant évoluer les représentations de l’agriculteur.
Le CdG fut introduit en Afrique de l’Ouest, d’abord au Sénégal dans les années 70, au Mali à partir de
1982 et au Burkina-Faso en 1992. Lors de l’atelier de Bohicon (Bénin) en novembre 2001 (Dugué et
Faure, 2003), la terminologie de Conseil aux Exploitations Familiales (CEF) a été proposée comme
plus large que celle de Conseil de Gestion (CdG) du fait que le CdG est souvent associé à une
démarche centrée sur la comptabilité et la gestion de l’entreprise telle qu’elle a été conçue par la
profession agricole et les pouvoirs publics en France au début des années soixante alors que le CEF
englobe un ensemble de méthodes de conseil aux exploitations. Ce qui évite de se focaliser sur un
modèle unique de conseil. C’est partant de cette logique que des économistes agricoles (Chombart de
Lauwe et al., 1969) avaient déjà précisé au début des années 60 la notion d’exploitation agricole se
rapportant au contexte de l’agriculture Française.
Une exploitation agricole est une entreprise. L’exploitant est un entrepreneur qui a un objectif, qui est
de maximiser le profit. Par la suite les économistes et les agronomes ont fait évoluer cette définition
en y intégrant les objectifs plus globaux de l’exploitant mais aussi des membres de sa famille
(Brossier et Petit, 1978 ; Capillon, 1993). La notion d’exploitation familiale est ainsi apparue. Elle
prend en compte l’importance des liens entre la famille et l’exploitation tant dans le domaine de la
mobilisation du travail que des projets (Dugué et Faure, 2003).

2.2.2. Conseiller agricole

Le conseiller agricole est un spécialiste dans un secteur de production (élevage, grandes cultures,
etc). Il assiste l’agriculteur dans la maîtrise d’une production, une activité ou dans la mise en place
d’action plus respectueuse de l’environnement, en utilisant les nouvelles données issues des centres
de recherche ou instituts techniques.

2.2.3. Gestion

Terry et Franklin (1982) définissent la gestion comme une science et un art.


"La science de la gestion est un ensemble de connaissances systématiques permettant de
comprendre les vérités générales concernant la gestion, concernant l'art, l'art de la gestion est une
aptitude créatrice personnelle doublée d'une aptitude d'obtenir des résultats".
Gérer une entreprise agricole consiste à combiner les différents facteurs de production - terre, main
d'œuvre et capital- et à choisir les spéculations végétales et/ou animales, de façon à obtenir un
revenu minimum de l'exploitation jusque dans ses moindres éléments (FAO, 1965). Dans le langage
courant, la notion de gestion est souvent réduite aux aspects économiques et financiers.
L’assimilation gestion/comptabilité est d’ailleurs fréquente, position renforcée en Afrique par le fait que
la dénomination conseil de gestion renvoie souvent à des pratiques de vérification des comptes des
Organisations de Producteurs (OP) dans le souci de transparence vis-à-vis des membres. La gestion
renvoie à une problématique plus générale puisqu’elle concerne le pilotage de l’exploitation. Elle peut
être considérée comme la mise en cohérence des objectifs, des moyens et des connaissances du
décideur. Gérer c’est décider, faire des choix en fonction d’objectifs, de moyens (atouts, contraintes)
de la perception de ce qu’il serait possible de faire compte tenu de ses données. (Goud, 1997)

2.2.4. L’exploitation agricole

Selon Dufumier (1996) l’exploitation agricole est conçue comme une unité de production au sein de
laquelle l’exploitant mobilise des ressources de nature diverses (terre, travail, capital, intrants,

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 9

matériels...) et les combines pour obtenir des productions végétales et/ou animales en vu de satisfaire
ses besoins. La notion d’exploitation agricole peut se résumer en l’ensemble regroupant le chef
d’exploitation, le(s) conjoint(s), leur progéniture et les dépendants directs, les parcelles en jachère,
celles sous culture, ainsi que celles encore en friche, le cheptel animal et les parcours appartenant à
la famille et l’ensemble des activités extra-agricoles qui occupent en son sein des membres
(Balkissou, 2000). Wambo (2000) rapporte que cette définition peut correspondre au « saaré», qui, au
Nord-Cameroun est considéré comme l’exploitation agricole. Parlant de l’exploitation familiale
agricole, c’est la famille qui assume au sein d’une unité familiale ou d’une exploitation, la part
dominante des activités productives agricoles 1 , celles-ci étant destinées en priorité à nourrir et à faire
vivre la famille (Deveze et Halley des Fontaines, 2005).

2.2.5. Dispositif

Le dispositif exprime la mise en place des mécanismes d’appui et d’accompagnement du conseil sur
le terrain (Faure et al., 2004). Son élaboration implique le concours de nombreux acteurs que l’on peut
répartir en deux groupes : les participants au conseil qui sont les premiers concernés car ils expriment
des demandes précises sur les thèmes à traiter (calendrier d’activités, profil du conseiller, méthodes
de travail). Ce groupe englobe les « producteurs ou organisations de producteurs et leurs dirigeants »
et des « structures professionnelles spécialisées et gérées par les paysans ». Le second groupe
concerne le mécanisme d’appui et les acteurs qui accompagnent le conseil sur le terrain en
l’occurrence les « bureaux d’études ou ONG », « projets de développement » et des « équipes de
recherche ».
Le dispositif de CEF comprend les paysans et les GPA qui adhérent à la démarche, la DPA de la
SODECOTON (les personnels impliqués, les moyens utilisés) chargée de la mise en œuvre des
activités de CEF, et le SADEL (ressources humaines, et moyens utilisés), chargé de la formation et du
suivi des agents de la Sodécoton.

2.2.6. Diagnostic

Elaborer un diagnostic d’une démarche, c’est identifier et apprécier les forces et faiblesses de celle-ci
et en rechercher les causes. Le diagnostic repose sur un système de collecte d’informations
(Boukassa, 2003).
Un diagnostic ne peut se réduire au commentaire (ou jugement) d’indicateurs de performances. Ainsi
donc grâce aux nombreux outils de formation, de diagnostic, des actions techniques et des
ajustements technico-économiques permanents, les agents intervenant dans la production ont de
bonnes bases de prise de décisions pour le bon fonctionnement de leur exploitation.

2.2.7. Vulgarisation agricole

Selon Leagans (1961), la vulgarisation agricole est un processus d’enseignement qui induit des
changements au niveau des connaissances, des pratiques et des attitudes des agriculteurs dans la
perspective d’améliorer leur productivité agricole et de relever leur niveau de vie. C’est un système
pédagogique qui ne se préoccupe pas d’un savoir théorique mais plutôt de l’application pratique de
connaissances à la vie quotidienne (Maunders, 1973).
Ce vocable associé aux différentes démarches d’appui aux producteurs ruraux n’est pas neutre,
d’autant que rares sont les définitions reconnues par tous. En Afrique, on a longtemps parlé (et encore
aujourd’hui) de vulgarisation, terme auquel s’adjoignent parfois les qualificatifs de «technique» ou de
«masse». « La vulgarisation en Afrique a souvent été entendue comme le moyen de faire adopter par
les producteurs des techniques mises au point par la recherche agronomique, grâce à un dispositif
d’encadrement organisé à différentes échelles géographiques» (Mercoiret, 1994).
Le schéma pyramidal de vulgarisation des sociétés cotonnières d’Afrique Francophone ou le système
« Training & Visit » de la Banque Mondiale répond à cette définition. Le paysan, premier (ou dernier)
maillon de la chaîne voit son rôle réduit à l’exécution des différentes opérations préconisées par la
structure. Ces méthodes ont fortement contribué à la diffusion d’innovations techniques, mais elles ne

1
Et, de plus en plus, d’autres activités rémunératrices hors agriculture dans le cadre d’un système familial
d’activités.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 10

permettent pas de faire remonter l’information concernant les pratiques et objectifs des agriculteurs,
préalable pourtant indispensable au diagnostic du fonctionnement de l’exploitation, donc au conseil.

2.3. Revue de la littérature

2.3.1. La démarche de Conseil de Gestion appliquée en France

C’est de la collaboration entre la section d’économie rurale de l’Institut National de Recherche


Agronomique (l’INRA) et de la chaire d’économie rurale de l’Ecole Nationale Supérieure d’Agriculture
(ENSA) de Grignon, conduite par le professeur Chombart de Lauwe qu’est née l’idée des centres de
gestion des exploitations agricoles. Ce dernier a mis au point une méthode de gestion des
exploitations en 1957. Il est d’ailleurs considéré comme le père de la gestion agricole en France
(Legile, 1999). L’évolution des problèmes de gestion des exploitations et des cadres de représentation
n’a pas été sans influence sur les méthodes et outils développés, même si d’autres facteurs y ont
aussi concouru (informatisation, et obligations administratives). Parmi ceux-ci, l’un des plus importants
actuellement est certainement la prise en compte du savoir-faire gestionnaire des agriculteurs. Si
pendant longtemps la gestion a uniquement été associée à l’obtention de «résultats», aujourd’hui elle
commence à être déclinée en terme de pratique, de raisonnement.
Dans ce cadre, le rôle des conseillers passe de celui de prescripteur à celui de catalyseur et
d’accompagnateur au cours d’une démarche définie conjointement avec l’agriculteur. Au début des
années soixante, le développement agricole français crée les centres de gestion afin de compléter le
dispositif d'appui centré précédemment sur les aspects techniques. Sous la houlette de Chombart de
Lauwe, s’élaborent les principales méthodes de gestion qui seront largement utilisées en agriculture :
la fiche d’exploitation, la méthode des marges brutes, l’analyse de groupe (Bonneviale et al., 1989).

2.3.2. La démarche Conseil de Gestion appliquée en Amérique du Sud

En Amérique du Sud, plus particulièrement en Colombie, les actions de CdG ont été développées à
travers la Fundacion para el dessarollo empresarial del sector agroecuario (FUNDESAGRO) créée en
1989. C’est une organisation formée des spécialistes de la gestion (universités, instituts, organisations
des producteurs) qui se sont donnés pour objectif de promouvoir la gestion rurale. A travers les
actions de ces derniers, des conseillers ont été formés et devaient à leur tour initier des groupes de
caféiculteurs au diagnostic de l’exploitation, à la comptabilité de gestion et à l’analyse financière
(Boukassa, 2003).

2.3.3. La démarche Conseil de Gestion appliquée en Afrique

Les expériences analysées se situent toutes en Afrique sub-saharienne mais concernent des
écologies très différentes depuis la zone sahélienne (en irrigué) jusqu'aux régions forestières
tropicales humides (Tableau 1).
Elles se situent dans des régions avec un bon potentiel de production. Les zones fortement
marginales sont peu représentées (à l’exception du Yatenga au Burkina Faso mais il s’agit là de
systèmes maraîchers irrigués). Les zones cotonnières sont particulièrement bien représentées
(Burkina Faso, Bénin, Cameroun, Tchad, Côte d’Ivoire) sachant par ailleurs que des projets sont en
cours de lancement au Mali et au Sénégal pour ce même type de région et de filière. Dans tous les
cas, les exploitations agricoles concernées par le CEF sont de type familial. Elles sont bien intégrées
au marché dans la mesure où :
- une partie de la production est destinée à la vente (le coton, le riz, les cultures maraîchères,
l'anacarde, l'ananas, l'huile de palme, la volaille et les porcs) ;
- elles ont besoin d'acquérir des intrants (engrais, aliments du bétail) et des équipements (outils de
culture attelée, pulvérisateur) et pour cela peuvent recourir au crédit.
Bien que fortement intégrées au marché, elles peuvent rencontrer des problèmes de gestion des
stocks vivriers pour l’alimentation familiale (cas fréquent au Nord Cameroun). Le niveau de revenu
peut être très variable au sein des groupes d'exploitation CEF et entre les expériences analysées. Les
exploitations agricoles du Nord Cameroun (2 ha en moyenne) disposent d'un revenu monétaire annuel
de 200 000 FCFA à 250 000 FCFA en moyenne (Djamen en al., 2003) alors qu’un producteur
d'ananas béninois peut obtenir un revenu annuel dépassant 1 million de FCFA.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 11

Tableau 1 : Situation des expériences de la démarche CDG appliquée en Afrique en 2001

Equipe Région Zone climatique Système de production dominant

Mali CPS URDOC Zone office du Niger Sahélienne Riziculture irriguée+maraîchage


Burkina UPPM devenu Province du Mouhoun
Soudanienne Coton+céréales+élevage+sésame
PANISE (Dédougou)
Burkina FNG Naam Yatenga Sahélienne Maraîchage
Burkina Sofitex
Zone cotonnière Soudanienne Coton+céréales+élevage
UNPCB
Soudano-
Cote d’Ivoire SCGEAN Région de Korkozo Elevage+ autres cultures
guinéenne
Tchad PRASAC Zone cotonnière Soudanienne Coton, arachide, céréales, élevage
Ananas+palmier à
Bénin CAGEA Sud et Centre Bénin Guinéenne
huile+maraîchage+vivriers
Coton+anacarde+vivrier (céréales
Bénin CADG Nord et Centre Bénin Soudanienne
et igname), élevage
Source : Dugué et Faure, 2003.
La formation qui constitue un pré requis dans le processus exige de la part des apprenants un niveau
scolaire minimum. C’est ainsi que les exploitations ayant au moins un actif scolarisé ont été privilégié
comme le montre le tableau 2.
Tableau 2 : Paysans concernés par le CEF et niveau scolaire en Afrique

Alphabétisés (langues
Equipe Public cible
nationales) ou lettrés (français)
Mali CPS URDOC Riziculteurs et maraîchers En majorité sauf les femmes
Burkina UPPM Paysan « cotonnier » Une majorité
Burkina FNGN Maraîchers intégrés au marché Une minorité
Burkina Sofitex UNPCB Paysan « cotonnier » Grande majorité
Cote d’Ivoire SCGEAN Jeunes voulant diversifier Tous
Cote d’Ivoire
Planteurs, éleveurs et diversification Tous
APROCASUDE
Paysan « cotonnier » et arbo-
Tchad PRASAC Grande majorité
maraîchers
Bénin CAGEA Paysan « novateur » Tous
Bénin CADG Paysan « novateur » Tous
Source : Dugué et Faure, 2003
Par rapport au Training & Visit System, la mise en œuvre du dispositif comprend des similitudes dans
les activités (activités périodiques menées avec des groupes, champs de démonstrations, etc..), mais
des différences importantes dans l’approche (beaucoup plus participative) et la place accordée aux
paysans, qui ne sont plus considérés comme des récepteurs, mais comme des acteurs (Tableau 3).

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 12

Tableau 3 : Comparaison du Training & Visit System et du CEF

Système national de vulgarisation


Caractéristiques Conseil à l’exploitation familiale (CEF)
(T&V)
Technicien Spécialisé
Tous les agents « horizontalement »
En cascade
Agents
Une fois/mois, 1 jour Deux fois/an, 1 semaine
En salle En salle et sur le terrain
Formations sont essentielles

De façon descendante des De façon participative


vulgarisateurs aux paysans, puis - Entre conseiller et groupe de Cdg,
de façon participative au niveau - Entre paysans-animateurs et groupes
des groupes de contact de proximité
Paysans Oral Ecrit et oral
Thèmes retenus suite à une Thèmes décidés à partir d’une réflexion
enquête auprès des paysans commune entre agents et paysans
Tous les 15 jours Tous les 15 jours
- Paysans contacts choisis par
- Paysans alphabétisés volontaires
l’agent
Groupe cible - Extension à des groupes de proximité
- Extension au sein des groupes
volontaires, avec paysan-animateur
de contact
Démonstrations Champs écoles collectifs Champs des participants Cdg
Essentielles
Intra-village Aux champs écoles Aux champs des participants
Visites

Inter-village Aucune Avant introduction de nouveaux thèmes


- Plusieurs, en fonction des groupes
-1à2
Thèmes - Gestion exploitation, cultures, élevage, et
- Essentiellement sur les cultures.
aménagement de l’espace
- Limitée, mais essentielle
- Absente - Intermédiation.
Fourniture - Supposée assurée - Appui à un approvisionnement
Logistique

intrants spontanément par opérateurs organisé localement, par groupes


économiques et les banques… de paysans.
Appui direct limité selon modalité à fixer
Collecte Intermédiation, et recherche de solution
Aucune
production au niveau local
Source : Inter-Réseaux 1996.

2.3.4. La démarche conseil appliquée au Nord Cameroun

2.3.4.1 Historique de la démarche de CEF dans le Nord Cameroun

Les principales raisons de la mise en œuvre de la démarche CEF au Nord-Cameroun sont les
suivantes :
Les exploitations agricoles sont petites de taille et couvrent difficilement leurs besoins alimentaires et
monétaires ;
- l’incertitude prédomine dans les pratiques de gestion des exploitations où l’avenir est rarement
envisagé au-delà d’une campagne agricole ;
- Les principales approches de vulgarisation sont descendantes, sectorielles, technicistes et
orientées vers l’augmentation de la production et de la productivité.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 13

La démarche d’aide à la décision développée par le PRASAC pour améliorer la situation des
exploitations agricoles du Nord Cameroun a été introduite au Nord Cameroun en septembre 1998 à
Mafa Kilda avec 2 groupes de paysans alphabétisés. La méthode est inspirée de celle utilisée au
Burkina Faso. Les thèmes discutés sont d’ordre général. Cela suscite l’intérêt des non scolarisés.
Une étude menée par Legile (1999) révèle que dans les exploitations de la zone l’incertitude domine
sur la prévision et les paysans ont des difficultés pour envisager l’avenir au delà d’une année. Elle a
permis d’identifier trois thèmes majeurs du fonctionnement de l’exploitation : la sécurité alimentaire
(gestion des récoltes), la gestion de la trésorerie, le programme prévisionnel de la campagne agricole.
C’est une démarche progressive, fondée sur l’approche globale de l’exploitation agricole qui s’étend
sur trois années :
- Année 1 : formation aux bases de la gestion
- Année 2 : définition et utilisation d’indicateurs technico-économiques
- Année 3 : conseil proprement dit
Les activités de CEF sont menées au travers d’animations de groupes de 10 à 20 paysans en saison
sèche. Les outils utilisés sont le carnet de CDG comprenant plusieurs fiches permettant de
caractériser la structure et les activités des exploitations, les fiches techniques, le guide de
l’animateur, la fiche de suivi évaluation. L’annexe 5 résume le contenu de ces séances en animation
de groupes.

Pour parvenir au Au conseil


diagnostic et au L’avenir Individuel
Année 3 conseil d’exploitation

À la prise en compte cf a
50F
Année 2 d’indicateurs technico- A 2
+ cf a
économiques 50F De
1
l’animation
de groupe

De la formation
Année 1 aux bases de la Du présent
gestion

Figure 3. Mise en œuvre de la démarche CEF au Nord - Cameroun

2.3.4.2 Les activités de CEF auprès des groupes de paysans volontaires

En 2001, année d’adoption du terme CEF, on assiste à l’apparition des groupes de femmes. La
formation est faite à 14 groupes dont 180 participants, 22 femmes (dans le Nord) et 14 groupes dont
140 participants avec 29 femmes (dans l’Extrême Nord). Parmi ces groupes, 7 ont débuté en 1998 et
21 en 2000. En 2002, les activités du conseil touchent près de 350 producteurs (51 femmes) répartis
dans 19 villages avec 28 groupes (3 groupes de femmes) en 2002. Cette même année, le conseil
individuel est testé auprès de paysans qui ont suivi les activités de CEF pendant au moins 2 ans.
En juin 2003, le CEF est expérimenté par la Sodecoton et l’OPCC dans la région de Guider avec
l’appui du DPGT et du PRASAC. Ce test a convaincu la SDCC d’introduire le CEF dans son système
d’appui à la production agricole à partir de 2004.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 14

2.3.5. Les structures impliquées dans la démarche CEF

2.3.5.1 Société de Développement du Coton du Cameroun (SDCC)


Créée en 1974, la SDCC assure l’encadrement des producteurs de coton. Le nombre élevé de
producteurs (350.000) l’a contraint à travailler avec des groupements au lieu des paysans isolés.
Ainsi, on note la création des associations villageoises de producteurs (AVP), puis les associations
villageoises autogérées (AVA). Depuis 1992, ces groupements ont été légalisés en GIC (Groupe
d’Initiatives Communes) ou en Association grâce au projet DPGT suivant la loi n°92/006 du 14 août de
1992. Aujourd’hui, ces groupements signent des contrats avec la SDCC. On dénote ainsi 3 types de
contrat qui ont abouti aux groupements suivants :
- GPB : Groupement de Producteurs avec mandat de Base au nombre de 959 en 2005
- GPM : Groupement de Producteurs avec Mandat de gestion au nombre de 810 en 2005
- GPA : Groupement de Producteurs Autonomes au nombre de 62 en 2005
La présence du CDZ est obligatoire à toute sortie d’intrants du magasin des GPM et GPB et de plus il
effectue un contrôle régulier du magasin. Ces deux fonctions sont assurées par le groupement dans
les GPA. De plus, il existe un surveillant de cultures payé par la SODECOTON dans les GPB et un
agent de suivi payé par le groupement dans les GPA et GPM. Ils assurent les fonctions
suivantes dans le groupement:
- Assister à la distribution des intrants ;
- Suivre l’avancement des travaux (parcelle par parcelle et par planteur pour chaque activité
agricole qui nécessite des groupes) ;
- Faire du conseil technique.
Au sein de la société, il existe la Direction de la Production Agricole (DPA) dont dépendent les CDZ et
CDS qui sont formés pour être des conseillers.
L’organigramme qui suit illustre les liens hiérarchiques entre le Directeur de la Production Agricole, les
Chefs de Région (CDR), les Chefs de Secteur (CDS) et les Chefs de Zone (CDZ) et leur effectif pour
la campagne agricole 2006-2007.

Directeur de la Production Agricole


(01)

Chefs de Région
(09)

Chefs de Secteur
(37)

Chefs de Zone
(266)

Figure 4 : Organigramme du personnel d’encadrement de la DPA

Le personnel d’encadrement compte 09 CDR, 37 CDS et 266 CDZ. La DPA encadre 350.000
producteurs de coton répartis dans 1927 groupements dont 1831 ont signé un contrat (GPB, GPM,
GPA) avec la SDCC (SODECOTON, 2005).

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 15

Les Chefs de Région sont chargées de coordonner les activités au niveau de la région. Les neuf
régions sont les suivantes : Ngong, Garoua, Kaélé, Tchatibali, Maroua Nord, Maroua Sud, Guider,
Mayo Galké et Touboro
Les fonctions du Chef de Secteur sont entre autre celles qui suivent :
- Gérer des intrants au niveau du secteur ;
- Veiller à la mise en place des intrants au niveau des groupements ;
- Gérer le personnel ;
- Superviser les ventes au comptant ;
- Transmettre les rapports d’avancement des travaux ;
- Faire la tournée dans les groupements, parcelles ;
- Faire des réunions mensuelles avec le personnel ;
- Organiser la commercialisation.
Les attributions du Chef de Zone sont notamment :
- Gérer les intrants au niveau de la zone ;
- Vulgariser les techniques développées par la SDCC à travers des réunions d’animation;
- Faire des expérimentations (suivi des essais) ;
- Contrôler le magasin.
Un CDZ a à sa charge 7 à 8 groupements dans sa zone dont 1 à 3 GPA.
La SODECOTON a pour objectif de promouvoir l’accroissement de la production de coton de qualité
et la commercialisation du coton fibre. Son intervention s’inscrit dans un schéma de « diffusion
verticale ». L’instance (direction générale) détermine les priorités et programme le calendrier
d’intervention, le réseau de personnel d’encadrement transmet les moyens techniques et les
informations aux producteurs, les producteurs exécutent les instructions. Ce sont les chefs de zone
(CDZ) qui sont chargés de la diffusion des protocoles techniques issus de la recherche et le
producteur exécute. Ces CDZ supervisent rigoureusement par l’intermédiaire des agents de terrain
(agent de suivi et surveillant de culture) les réalisations agricoles.
Le processus d’approvisionnement en intrants de la SODECOTON s’effectue en plusieurs phases :
- Chaque planteur évalue ses besoins en intrants et les remet au chef de son cercle de caution
solidaire
- Les besoins de chaque planteur sont validés par cercle
- Chaque chef de cercle remet les besoins de son cercle au CDZ
- Celui-ci établit à l’aide de l’agent de suivi une fiche de forfait pour chaque membre du groupement
- Le CDZ informe en réunion le forfait de chaque planteur et du groupement
- Il rédige un rapport qu’il remet au CDS
- La procédure suit son cours et au moment de la livraison la présence du CDZ est obligatoire
La commande des intrants est un élément important dans l’approvisionnement. Cette raison justifie le
choix du « plan prévisionnel de la campagne agricole » comme thème de CEF par la SODECOTON.
Ce thème va permettre aux producteurs de mieux raisonner leur assolement et de prévoir les intrants
nécessaires.

2.3.5.2 Service d’Appui au Développement Local-Groupe d’Intérêt Economique


Le Service d’Appui au Développement Local, Groupe d’Intérêt Economique (SADEL-GIE) est un
bureau d’étude basé à Garoua. C’est la structure chargée d’accompagner l’insertion de la démarche
CEF dans le dispositif de la SODECOTON. Le CEF mis sur pied par SADEL-GIE est un conseil
technique à la production agricole. La SDCC est l’opérateur demandeur. L’objectif de ce conseil est de
faire évoluer les pratiques du personnel de la Direction de la Production Agricole dans l’optique que le

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 16

temps libéré par la gestion des intrants est utilisé pour faire du conseil. Le dispositif est développé
avec l’appui d’un prestataire de service privé qui répond à la demande de la SDCC. Les Groupements
de producteurs autonomes (GPA) sont choisis pour recevoir le conseil. Les animateurs sont les CDZ
et CDS volontaires. La SDCC finance le conseil.
Depuis 2004, SADEL forme les CDS, CDZ en conseil qui vont à leur tour former les GPA. Le
programme de formation est celui qui suit :
- Programme prévisionnel de la campagne au mois d’avril ;
- Suivi des cultures au mois de juillet ;
- Analyse technico-économique au mois de septembre.
L’annexe 5 donne le récapitulatif et le contenu des formations SADEL.

2.3.5.3 Groupement de Producteurs Autonome (GPA)


Un GPA est un groupement de producteur de coton légalisé en Groupe d’Initiatives Communes (GIC)
dont la particularité est la gestion autonome des intrants. Chaque Groupement de Producteurs (GP)
est constitué d’un bureau de 5 membres en moyenne dont un délégué, un vice délégué, un secrétaire,
un comptable et/ou un trésorier et des membres simples. Les membres du GP sont constitués en
cercles de caution solidaire. Chaque cercle est constitué de 10 à 20 producteurs en moyenne. Le chef
de cercle représente les membres de son cercle lors des réunions. Un groupement a en moyenne 200
membres. Au sein d’un GP coton, on distingue les organes suivants (Figure 4) :
- L’Assemblée Générale (AG) regroupe tous les membres du GP. C’est l’organe suprême qui prend
les décisions engageant la vie du groupe ;
- Le Bureau Elargi regroupe le bureau et tous les chefs de cercle de caution. Il est intermédiaire
entre l’AG et le Comité Directeur (CD ou bureau) ;
- Le Comité Directeur est l’organe exécutif. Il est chargé de la gestion courante du GP et la mise en
application des décisions prises en AG.

Assemblée Générale
(Tous les membres)

Chef de Cercle de Caution


(CCC) Bureau Elargi=
Instance de CD + tous les CCC
décision Comité Directeur (CD)
croissante

Délégué du GIC

Figure 5 : Organigramme du GP
Source : SADEL, 2002

En 2005-2006, la SDCC a élaboré un nouveau contrat dit contrat d’autonomie qui a abouti au
Groupement de Producteur Autonome (GPA). Les conditions suivantes sont retenues pour valider un
GPM (Groupement de Producteurs en Mandat de gestion) en GPA :
- avoir fonctionné en GPM pendant au moins 7 années consécutives ;
- présenter un budget prévisionnel précis, clair et équilibré ;
- transparence dans la gestion ;

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 17

- être membre de l’OPCC-GIE ;


- accepter le contrôle de l’OPCC-GIE ;
- obtenir un rendement coton supérieur au rendement moyen de la zone sur 2 ou 3 ans.
Dans un contrat d’autonomie, le groupement gère lui-même ses intrants et le rôle du personnel
d’encadrement est d’assurer la livraison de la commande du GP. Les intrants sont entre autre la
semence de coton, les engrais vivriers, le matériel pour le traitement, les engrais pour le coton. Pour
recevoir des engrais vivriers le GIC doit faire une avance dont le montant est la moitié du prix de
l’engrais commandé.

2.3.6. Quelques structures d’appui aux producteurs au Nord-Cameroun

On dénote plusieurs structures d’appui aux producteurs dans la zone cotonnière en plus de la
SODECOTON.
2.3.6.1 Le SAILD

Le Service d’Appui aux Initiatives Locales Pour le Développement (SAILD) est une Organisation Non
Gouvernementale (ONG) mise en œuvre en 1991. Les trois provinces du Nord-Cameroun
(Adamaoua, Nord, Extrême-Nord) constituent sa zone d’intervention. Ses activités sont entre autres:
- l’appui au stockage des céréales (greniers communautaires)
- la structuration des groupes
- le service de crédit
- l’alphabétisation
- la diffusion d’innovation (vétérinaires, pépinières)
Les approches d’intervention utilisées par le SAILD sont la sensibilisation de groupes par des
réunions, la formation de groupe par des démonstrations, le suivi et l’évaluation individuelle. Ses
cibles sont les OP, les communautés et les femmes.
Le SAILD est née d’une recherche action sur des problèmes rencontrés en milieu rural. Puis, il a
évolué vers le statut d’ONG. Son implantation dans l’Extrême Nord du Cameroun est une réponse à
une famine en cherchant à développer : l’appui à l’activité de stockage des céréales réalisée au sein
d’une OP, la formation agricole et la vulgarisation des filières agricoles porteuses. L’intervention est
participative: définition des priorités par les producteurs à travers les rapports fournis par chaque chef
de programme (staff encadreur ou technicien), traitement puis programmation par l’instance (chef
d’antenne et chefs de programme), instructions (recommandations techniques) par le staff encadreur,
le producteur exécute et le suivi est réalisé par les agents de terrain. La structure fait face à des
difficultés de fonctionnement des activités qui ont entraîné la réduction des zones d’intervention, l’arrêt
de certaines activités (filière riz) et un allègement du dispositif d’encadrement.
2.3.6.2 Le PNVRA

Le Programme National de Vulgarisation et Recherche Agricole (PNVRA) a eu une phase pilote d’une
durée de trois ans (1988-1991). Son approche d’intervention d’abord descendante. Son approche
d’abord descendante (top-down) avec le Training & Visit est devenue plus participative de nos jours.
Depuis 2005, elle utilise une approche micro-projet de production. Ses activités sont :
- la diffusion technique au près des groupes de contact
- la formation agricole
- les visites des groupes de contact
- la structuration des groupes
Ses approches d’intervention utilisées sont les suivantes : la sensibilisation et l’animation de groupe
par des réunions, le Training & Visit par unité de démonstration (groupe de contact), le suivi et
l’évaluation individuelle. Elle associe les paysans, la recherche et le développement dans les
diagnostics et la recherche des solutions.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 18

Le PNVRA a pour objectif de fournir aux vulgarisateurs un certain nombre de messages techniques et
ensuite grâce à une stricte supervision, à assurer que ces derniers font le travail en communiquant
ces messages aux paysans de contact par le «Training and Visit » (T&V). L’objectif actuel vise
l’intégration de la démarche « recherche-développement participatif » pour remédier aux insuffisances
du système "T&V". Il s’agit de : passer d’une démarche de contact individuel à une démarche de
contact collectif (OP), tenir compte des contraintes des producteurs. Le diagnostic participatif de
l’exploitation est organisé en début de chaque campagne agricole par la supervision régionale. L’AVZ
consulte le paysan puis recense ses besoins. La supervision invite la recherche pour identifier les
atouts et les contraintes de production ainsi que les protocoles préconisés. A l’issu, un programme est
construit, précisant les activités d’intervention, l’attribution des responsabilités, le calendrier des
opérations et l’affectation budgétaire. Depuis la fin des financements de la Banque Mondiale (2004),
l’Etat a pris en charge le fonctionnement du programme. Cette nouvelle version de financements est
aléatoire (irrégulière) et ne permet pas aux AVZ d’effectuer leur travail auprès des groupes de contact.

12° 16°
Lac Tchad

Ndjaména
12° Koussèri 12°

600 mm
é
ér Tchad
Ya

Mora Logon
e
Extrême-Nord
ara

1442
nd
Ma

Maroua
Nigéria 1224 Yagoua
nts

Vieux bassin cotonnier


Mo

0 50 100 km Kaélé
Guider
1187 1195
Figuil
Zone saturée
1200 mm foncièrement

no Garoua
Bé Nord
Ret
enu
e
a

Lag
ti k

do
an
Al
ts

Fronts Fronts
on

pionniers pionniers
M

1865
Tcholliré
Zone cotonnière Fronts
2049 pionniers
Altitude > 500 m
8° Falaise de Ngaoundéré 8°
Aires protégées Touboro
1960 1213
Mbé a
Vin

Ngaoundéré
1923 1641
2460
Hosséré Ngo
2418 Adamaoua
1378

Ngaoundal Meiganga République


1821 Centrafricaine

Retenue de
Mbakaou

12° 16°

Carte 1. Localisation de la zone d’étude

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 19

Chapitre 3. Méthodologie

Il est question dans ce chapitre de la présentation de la zone d’étude, de la collecte des données et
des méthodes et outils d’analyse.

3.1. Présentation de la zone d’étude


La zone d’étude est composée de huit villages tel que le montre la carte 1 et est située dans la zone
cotonnière du Nord-Cameroun. Les villages enquêtés sont ceux sus cités : Goundeye, Diguir, Kodek,
Zamalao, Gouloua, Gagala, Kokom et Kilwou.

3.1.1. Situation administrative de la zone cotonnière du Cameroun.

La zone cotonnière, située entre 7° et 11° de latitude nord (Carte 1), s’étend sur 85 000 km² sur les
provinces du Nord et de l’Extrême-Nord, à l’exception des monts Mandara et du département du
Logone et Chari (Dugué et al., 1994).

3.1.2. Climat, topographie et sols

Le relief est caractérisé par les plaines, des massifs montagneux, des pénéplaines, des zones de
piémonts, des bassins et des hauts plateaux (Dugué et al., 1994). Le climat est de type soudanien à
deux saisons contrastées : une saison des pluies de 3 à 6 mois et une saison sèche le reste de
l’année (Donfack et al., 1996). Les précipitations varient de 400 mm/an à Kousseri (zone non
cotonnière) à 1200 mm/an à Touboro (Vall, 1996). Ces deux saisons marquées ont des effets directs
sur la gestion des exploitations agricoles. La période des récoltes est concentrée, ce qui oblige les
paysans à stocker et prévoir l’alimentation de leur famille sur une année. Les rentrées monétaires sont
concentrées à des périodes précises demandant aux paysans de raisonner la gestion de leur
trésorerie.

3.1.3. Hydrographie

Dans la province du Nord, le réseau hydrographique est dominé par le fleuve Benoué et ses affluents,
tandis que dans l’Extrême-Nord le réseau hydrographique est dominé par le cours d’eau Logone et
Chari. Ces cours d’eau sont des zones de prédilection pour les activités de pêche, et jouent un rôle
très important dans l’agriculture car ces cours d’eau peuvent permettre le développement de la
riziculture, comme c’est le cas à Lagdo en aval du barrage.

3.1.4. La végétation

La végétation dominante de la zone cotonnière varie du Nord à l’Extrême-Nord. Au Nord, la végétation


dominante est la savane arbustive tandis que dans l’Extrême-Nord, nous avons beaucoup plus la
prairie. La strate herbacée est dominée par Imperata cylindrica et Pennisetum purpureum. Parmi les
arbres de la strate dominante, on peut observer entre autre le Baobab (Adansonia digitata),
Ferdhaibia albida, Acacia seyal. La végétation n’étant pas très développée, l’utilisation de la traction
animale est répandue.

3.1.5. La faune sauvage

La zone cotonnière du Cameroun possède un potentiel faunique très important, incluant les espèces
menacées telles que l’éléphant des savanes (Loxodonta africana africana). La faune aviaire est aussi
riche et très diversifiée. On retrouve les oiseaux comme les Francolins (Francolinus spp).
L’ichtyofaune quant à elle est dominée par les espèces de poisson telles que la Carpe commune
(Cyprinus carpio), le Silure (Heterobrancus longifilus) et de nombreuses espèces de Tilapia (Tilapia
sp). Ces animaux sont le plus rencontrés dans les aires protégées qui se trouvent dans cette zone.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 20

3.1.6. Le milieu humain

L’histoire du peuplement du Nord-Cameroun est liée au relief et aux unités géographiques. Les
montagnes (monts Mandara) ont constitué des refuges pour les populations animistes face à
l’avancée des guerriers Peuls au XIXe siècle, d’où la saturation actuelle de cette zone et la compétition
entre aires pastorales et agricoles. Le déséquilibre démographique est marqué entre la province de
l’Extrême-Nord à forte densité de population (50 à 80 habitants/km² en moyenne) et celle du Nord,
sous-peuplée (18 habitants/km²). Comme l’ont montré Dugué et al. (1994), à ces variations de densité
de population correspondent des variations du taux d’occupation des terres agricoles et de charges
animales. L’accroissement démographique (3% par an environ) a augmenté la pression foncière dans
les zones peuplées et le développement de fronts pionniers dans les zones les moins denses. Ainsi,
les vastes pâturages du bassin de la Bénoué, terrains de prédilection des nomades Mbororo, sont
devenus des zones de migration depuis les années 1960. Plusieurs projets permirent de déplacer des
populations de la province de l’Extrême-Nord vers celle du Nord. La démographie croissante et l’afflux
de migrants firent passer la densité de population de 3 à 18 habitants au km2 dans la province du
Nord, où 45% des surfaces sont des aires protégées : parcs nationaux et zones d’intérêt cynégétique
(Carte 2).
La population de ces deux provinces, d’environ trois millions d’habitants, se compose de plus de
soixante groupes, inégaux en nombre, de langues et de croyances différentes; les animistes côtoient
les musulmans, les catholiques et les protestants. En dehors de quelques régions comme le pays
Toupouri, l’autorité traditionnelle est assurée par les Peuls Foulbés qui ont organisé le territoire en
lamidats et en cantons. La majorité des terres est tenue par les chefs traditionnels (lamido, sultan).
Leurs représentants (lawans et djaouros) dans les villages sont les chefs de terres, bien que selon la
législation de 1974, la seule forme d’accession à la propriété foncière est l’obtention d’un titre foncier.
Le reste de la population a accès à la terre par achat (situation informelle), par location ou par
emprunt. Les exploitants doivent remettre aux chefs de terres la zakat (équivalent du dixième de la
récolte).

3.1.7. Le secteur secondaire

Le secteur secondaire est peu développé. Les pôles principaux sont Garoua et Maroua
(SODECOTON, brasserie, filature, usine de fabrication d’équipements agricoles, etc.) et les pôles
secondaires sont Guil, Guider Ngoni, Mayo Galba et Toubab (cimenterie, unités d’égrenage du coton).
Le dynamisme rural s’articule essentiellement autour des services fournis par la SODECOTON à la
culture cotonnière (crédits, vulgarisation, commercialisation) et des activités des groupements
villageois. Les sources et les formes de financement du développement se diversifient; en particulier
grâce à des organisations non gouvernementales (ONG) présentes dans l’Extrême-Nord, et à de
nouvelles formes mutualistes (caisses d’épargne et de crédit) en cours de test.

3.1.8. Les regroupements de producteurs

Les premiers regroupements de producteurs (associations villageoises) furent constitués par la


SODECOTON en 1980 dans un contexte marqué par une crise de confiance entre les paysans et les
équipes d’achat de coton graine de la SODECOTON. La loi n° 92/006 du 14 août 1992 sur les
Groupements d’initiatives communes (GIC) consolida la dynamique du mouvement associatif. Les
associations villageoises changèrent de statut pour devenir des GIC, juridiquement mieux adaptés au
contexte socio-économique. Le développement des groupements de producteurs et de leurs
structures faîtières se poursuit encore aujourd’hui (1800 groupements). Des mouvements similaires,
mais de moindre envergure, sont visibles au niveau des filières oignon (Fédération des Producteurs
d’Oignon de l’Extrême-Nord ou FEPRODEX) et de muskwaari (Associations des producteurs
stockeurs de céréales ou APROSTOC). Bien que le développement des organisations
professionnelles agricoles soit loin d’être aussi dynamique qu’en Afrique occidentale, leur rôle
représentatif tend à se confirmer.

3.1.9. Agriculture

L’agriculture est dominée par les céréales et le coton. L'élevage, en grande partie transhumant, est
très développé : 1 700 000 bovins, 1 400 000 ovins et 1 500 000 caprins. Les éleveurs sont, soit des
transhumants (Bororo), soit des sédentaires ou semi-sédentaires pratiquant aussi l’agriculture ou

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 21

encore des agriculteurs possédant un petit élevage (bœufs de trait) souvent désignés par le terme
agro-éleveurs (Kossoumna et Havard, 2006).
L’intégration de l’élevage aux exploitations agricoles se développe rapidement à partir de la traction
animale. Le produit brut de la culture cotonnière était estimé à plus de trente milliards de francs CFA
pour une production de 188 500 tonnes en 1998-1999 et celui de l’élevage bovin à environ quinze
milliards de franc CFA : ceci représente la consommation locale, l’exportation et le commerce des
bovins de trait.

3.2. Collecte des données

3.2.1. Les données secondaires

Les données secondaires ont été obtenues dans les bibliothèques de l’université de Dschang, l’IRAD
de Garoua, la SODECOTON, le Centre de Coopération Internationale en Recherche Agronomique
pour le Développement (CIRAD) et les Organisations Non Gouvernementales (ONG) tel que SADEL-
GIE.

3.2.2. Les données primaires

Les données primaires sont des données collectées sur le terrain grâce aux entretiens avec des
personnes ressources (Délégué SADEL, Chef de la professionnalisation et chefs de Région de la
SODECOTON), et aux enquêtes socio-économiques. Ces enquêtes ont été réalisées à l’aide de
questionnaires semi-structurés et structurés (Annexes 1, 2 et 3).
- les questionnaires semi-structurés ont été administrés aux paysans ; le recours à un traducteur a
été nécessaire ;
- les questionnaires structurés ont été administrés aux agents d’encadrement de la SODECOTON.

3.2.3. Echantillonnage de la population enquêtée

Tous les GPA choisis sont à leur deuxième année du contrat d’autonomie. Au total, 80 membres des
groupements de producteurs de coton ont été enquêtés. Ils ont été choisis en fonction de leur
régularité pendant les formations sur le CEF. Ils représentent environ 40 % de la population des
producteurs de coton actifs dans la démarche de conseil. Huit villages choisis sont localisés dans les
départements du Mayo Tsanaga, du Mayo Kani et du Diamaré en fonction de l’accès, l’état des
routes, la proximité et le temps requis pour les enquêtes (Tableau 4).
Tableau 4 : Répartition des producteurs de coton enquêtés par village

Villages Département Nombre de GPA Nombre d’enquêtés


Diguir Diamaré 1 04
Gagala Mayo Tsanaga 1 08
Gouloua Mayo Tsanaga 1 14
Goundeye Mayo Kani 1 14
Kilwou Mayo Tsanaga 1 09
Kodek Diamaré 1 05
Kokom Mayo Tsanaga 1 15
Zamalao Mayo Tsanaga 1 11
Total 8 80

Sur une population de 50 agents d’encadrement en charge des GPA et participant à la démarche de
conseil, sept ont été enquêtés (Tableau 5).

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 22

Tableau 5 : Caractéristiques du personnel de la DPA enquêté

Numéro Age (ans) Sexe Niveau d’éducation formelle Fonction


1 31 masculin supérieur Chef de Secteur
2 33 masculin secondaire Chef de Secteur
3 52 masculin primaire Chef de Zone
4 34 masculin secondaire Chef de Zone
5 42 masculin secondaire Chef de Zone
6 50 masculin primaire Chef de Zone
7 32 masculin secondaire Chef de Zone

3.2.4. Elaboration et administration des questionnaires

Le questionnaire élaboré comportait trois parties :


- identification de l’enquêté ;
- degré de maîtrise de la démarche conseil ;
- évaluation du degré de transmission des notions acquises par l’enquêté lors des formations sur la
démarche conseil. Les observations de l’encadreur ont été prises en compte pour la deuxième
version. Cette version a été testée à Djiddé (province du Nord) sur un échantillon de 10
producteurs de coton. Ce test a permis d’élaborer la version finale administrée aux 80 producteurs
choisis (Tableau 4). Un exemplaire du questionnaire est présenté en annexe 2.

3.3. Analyse des données


L’analyse des entretiens réalisés avec le délégué du SADEL, avec les personnes ressources et avec
les personnels d’encadrement de la SODECOTON a permis de faire ressortir les principaux facteurs
liés à la compréhension de la démarche par le personnel d’encadrement, et à la mise en application
de la démarche par les agents d’encadrement auprès des GPA.
Les données collectées auprès des paysans ont été analysées à l’aide du logiciel SPSS 10. Les
résultats, regroupés dans les tableaux, ont fait l’objet d’une analyse descriptive. Une analyse des
fréquences simples et de certaines variables a permis d’avoir des informations sur les opinions des
producteurs de coton et les agents d’encadrement responsable des GPA. Les tests de chi-deux (χ2) et
fréquences simples à partir des tableaux de contingence ont été utilisés pour tester la validité des
conclusions. Le seuil de signification retenu est de 5 %.
Le test d’indépendance consiste à définir une règle de décision concernant la validité de l’hypothèse
relative à l’indépendance de deux caractères A et B quelconque (qualitatif). Pour ce test, χ2 est calculé
à partir du tableau de contingence.
Tableau 6 : Tableau de contingence

X1 X2 Totaux
Y1 a b a+b
Y2 c d c+d
Totaux a+c b+d N

Degré de liberté (dl) = (lignes – 1)(colonne – 1)


χ2 est la valeur calculée ou observée obtenue à partir de SPSS 10.
χ2th est la valeur théorique critique donnée par la table
H0 (hypothèse nulle ou A indépendant de B) contre H1 (hypothèse alternative ou A dépendant de B)
Si χ2th > χ2, on accepte H0 sinon on rejette H0.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 23

Chapitre 4. Résultats et discussions

Ce chapitre présente les résultats obtenus au cours de l’étude. Il est composé de quatre parties. Les
différentes parties sont : la description du dispositif de CEF déployé, la caractérisation des
producteurs impliqués dans la démarche de CEF, les discussions et les problèmes rencontrés par les
agents d’encadrement et les producteurs de coton des GPA.

4.1. Le dispositif de conseil effectivement mis en oeuvre à la SODECOTON


Depuis 2004, le dispositif de CEF mis sur pied par la SODECOTON bénéficie de l’appui d’un
prestataire de service : le bureau d’étude SADEL qui a signé trois conventions annuelles de service
avec la DPA pour la formation du personnel d’encadrement (Chefs de Région, Chefs de Secteur et
Chefs de Zone). Ceux-ci devant à leur tour former les producteurs de coton des GPA.
Pendant les premières années de contrat (2003 et 2004) dans la région de Guider notamment,
SADEL assurait un suivi assez rapproché sur le terrain. Mais à partir de la campagne 2006/2007, la
SODECOTON a décidé de réaliser ce suivi en interne. L’objectif affirmé était double :
- impliquer davantage le personnel et donc renforcer la dynamique d’appropriation et
- réduire aussi les coûts à une période où la filière coton se porte mal.
Toutefois, bien que le SADEL ne fasse plus de suivi direct sur le terrain, les formations dispensées
sont régulièrement évaluées et de façon très ouverte et aussi complète que possible. En effet, les
constats faits ces deux dernières campagnes montrent clairement que le suivi sur le terrain est
nécessaire et important. On peut remarquer que le contenu, la démarche et le dispositif se sont
affinés d’une campagne sur l’autre sur les trois années de partenariat entre SADEL et la
SODECOTON.
Les dates et les calendriers des interventions de SADEL sont arrêtés de commun accord avec la
SODECOTON. Les dates arrêtées sont celles jugées les plus indiquées, par rapport à la disponibilité
du personnel concerné. Depuis le début de l’expérience du CEF au Nord Cameroun le souci de caler
le calendrier des interventions sur les activités des personnes cibles que ce soit les producteurs ou les
personnes qui jouent le rôle de «conseiller» a toujours été constant.
Le profil requis pour les agents et conseillers, pour une meilleure maîtrise de la démarche est le
suivant (Legile et al., 2004) :
- Un homme ou une femme polyvalente
- Qui possède des connaissances en agronomie
- Qui possède des aptitudes pédagogiques
- Maîtrise les approches participatives et techniques d’animation
- Peut mettre les paysans en confiance
- Qui possède au moins le BEPC
- A un sens d’écoute et d’organisation du travail
- Le choix des conseillers est basé sur le volontariat.

4.1.1. Le rôle, les objectifs et les activités de SADEL dans le dispositif

Les objectifs du programme mené par SADEL sont :


- L’amélioration des relations inter personnelles entre les agents d’encadrement et les producteurs
de coton ;
- Le renforcement des capacités des producteurs de coton pour une meilleure prévision dans la
commande des intrants ;
- Une meilleure application et compréhension des conseils techniques par les producteurs de
coton.
Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 24

Le programme annuel s’appuie sur une approche participative à l’aide de formations sur la démarche
et les outils de CEF pour les nouveaux chefs de zone, et le personnel chargé de mettre en œuvre les
activités de CEF, mais aussi des réunions bilans et un suivi des activités sur le terrain.
La formation des nouveaux CDZ a lieu au Centre de Formation Agricole de Kaélé pour sensibiliser les
CDZ en recyclage sur la démarche de CEF. Les trois interventions ont eu lieu à Kaélé le 27 mars, 06
et 24 avril 2006 sur les thèmes suivants : les mutations en cours dans le secteur rural, le contrat
d’autonomie et le Conseil à l’Exploitation Familiale.

4.1.1.1 Campagne agricole 2005/2006


Pour la campagne agricole 2005/2006, SADEL a mené les activités suivantes en direction des agents
chargés de mettre en œuvre le CEF auprès des GPA (Tableau 7). Les participants aux formations
avaient tous au moins un GPA à encadrer.
Un premier atelier de formation (avril 2005) a été organisé sur le thème « le programme prévisionnel
de la campagne ». Cette formation vise la maîtrise et l’assimilation de la démarche du CEF par les
chefs de zone, de secteur et de région, et la définition du programme des activités de CEF à mettre en
œuvre par chaque CDZ. Les outils utilisés sont des supports de formation élaborés par le SADEL.
La deuxième session de formation (juillet 2005) a pour thème principal le suivi des cultures. Les points
suivants ont été abordés : analyse de la campagne agricole à mi-parcours, les séances thématiques,
l’utilisation des fiches de suivi technico-économiques des cultures à remettre aux paysans volontaires
qui doivent les remplir eux-mêmes.
La troisième session (septembre 2005) a pour thème l’analyse de la campagne agricole à partir des
fiches de suivi des cultures remises aux paysans. En d’autres termes, c’est comment aider les
paysans à analyser progressivement ces fiches tant sur les aspects techniques qu’économiques.Les
réunions bilans ont été organisées dans les trois centres de formation de la campagne agricole 2005-
2006 :
- Kaélé (28 mars 2006) pour les régions de Kaélé, Tchatibali et Guider ;
- Maroua (29 mars 2006) pour les régions de Maroua Nord et Maroua Sud ;
- Garoua (03 avril 2006) pour les régions de Garoua, Touboro, Ngong et Mayo Galké.
Ces réunions sont dirigées par SADEL avec comme participants les agents d’encadrement de la DPA
soient Chefs de Région, Chefs de Secteur et Chefs de Zone. Les séances sont basées sur des
travaux de groupe avec discussion dans le but de tirer des conclusions générales sur la campagne
2005-2006 et ainsi améliorer la campagne 2006-2007.
Tableau 7 : Les formations réalisées par SADEL en 2005-2006 et 2006-2007

Période Intitulé de la formation Lieu Participants Durée


Mars-Avril Programme prévisionnel Kaélé, Maroua, 2 jours par
2005 de la campagne Garoua centre
Chefs de Secteur,
Kaélé, Maroua, Chefs de Zone 1 jour par
Juillet 2005 Suivi des cultures
Garoua Moyenne de 30 centre
Analyse technico- participants
Septembre Kaélé, Maroua, 1 jour par
économique de la
2005 Garoua centre
campagne
Programme prévisionnel Kaélé, Maroua, 2 jours par
Avril 2006
de la campagne Garoua, Guider centre
Kaélé, Maroua, Chefs de Régions, 1 jour par
Juillet 2006 Suivi des cultures Chefs de Secteur,
Garoua, Guider centre
Analyse technico- Chefs de Zone
économique de la Kaélé, Maroua, Moyenne de 30
Octobre participants 1 jour par
campagne, sécurité Garoua, Guider,
2006 centre
alimentaire, gestion de la Touboro
trésorerie

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 25

4.1.1.2 Campagne agricole 2006-2007


Le nombre de centres de formation pour la campagne agricole 2006-2007 est passé de 3 à 4 pour
une plus grande diffusion. Les agents n’ayant pas de GPA mais désireux de mener des activités de
CEF ont aussi été conviés aux formations.
Les thèmes de formation dérivent des diagnostics des contraintes soulevées par les agents
d’encadrement de la DPA et des constats de la baisse de la production de coton dans les
exploitations agricoles. Ces contraintes sont entre autres la faible participation des producteurs de
coton aux réunions organisées par la SODECOTON, le taux faible de remplissage des fiches de suivi,
le non respect de l’itinéraire technique par les producteurs, etc (Djamen, 2006). Les formations ont
lieu en salle avec le personnel de la DPA, sur 2 jours pour la première session de l’année et 1 jour
pour les deux dernières.
Les producteurs de coton affirment que les formations administrées ont des effets positifs sur les
relations qu’ils entretiennent avec les agents d’encadrement de la SODECOTON; bien que nous
n’ayons pas les éléments qui nous permettent d’évaluer cette tendance. Le programme annuel de
formation est le même que celui de la campagne précédente à quelques différences près. Deux
nouveaux thèmes ont été abordés à savoir la gestion de la trésorerie et la sécurité alimentaire sur la
demande des producteurs. Le suivi a été abordé à la première session dans la mesure où les
réunions sur le CEF dans les GPA ont lieu quand les activités ont déjà débutées dans les parcelles.

4.1.2. Les CDZ n’ont pas réalisé les activités de CEF selon le programme prévu.

Le programme d’activités prévu de CEF des CDZ auprès des GPA se présente en trois phases
pendant la campagne agricole :
- Phase 1. Au moins trois séances d’animation par GPA avant la campagne agricole sur les thèmes
suivants : définition de l’assolement, identification des besoins pour la campagne agricole, et
recherche de l’adéquation entre les besoins et les ressources.
- Phase 2. Un suivi des cultures avec un passage du CDZ toutes les 2 semaines auprès des
groupes de paysans.
- Phase 3. une analyse des fiches de suivi en fin de campagne (octobre-novembre) avec les
différents groupes de paysans en deux séances d’animation
Durant ces trois phases, l’équipe de SADEL devra apporter un appui aux CDZ pour les aider à mettre
en œuvre la démarche, et à déceler les lacunes dans la mise en œuvre des activités.
Aucun CDZ n’a pu réaliser le programme prévu dans les trois phases :
- Phase 1. Les CDZ affirment n’avoir pu organiser que une ou deux séances d’animation sur les
trois prévues. Les raisons avancées sont le manque de temps et de disponibilité des paysans.
Suivant les CDZ, de 2 à 4 réunions ont porté sur ces questions : bilan de la campagne, mise en
place des cercles et estimation des besoins par cercle. Ceci montre que les CDZ ont souvent
mené de front plusieurs activités dans les réunions organisées. Ceci pose donc un problème
d’organisation et de mise en œuvre des activités des CDZ.
- Phase 2. Pratiquement aucun suivi des CDZ n’a été effectué selon la démarche proposée dans
les ateliers de formation, car la SODECOTON n’a pas jugé nécessaire que le SADEL fasse un
suivi de terrain, pensant que les CDS pouvaient le faire. Mais cela n’a pas été le cas, car ces
derniers ne sont pas encore suffisamment familiers de la démarche ;
- Phase 3. Des fiches de suivi technico-économiques de la culture du coton ont été remises aux
participants, mais seulement quelques-uns les ont remplies, et aucun CDZ n’a réalisé de séance
pour aider les paysans à analyser ces fiches. Nombreux sont les paysans qui n’ont pas compris
l’importance des fiches de suivi, ce qui s’explique par l’absence de suivi par les CDZ. Les
discussions et les entretiens avec ces derniers ont montré que c’est le thème qu’ils avaient le
moins bien compris. La courte durée des formations de SADEL sur le programme de CEF en
général, et sur cette fiche plus particulièrement et le temps d’assimilation ne leur permettant pas
de bien mener leurs tâches.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 26

4.2. Les producteurs de coton impliqués dans la démarche de CEF


Cette section décrit les caractéristiques socio-économiques des producteurs de coton qui ont été
enquêtés. L’objectif est de déterminer si les connaissances transmises ont été bien maîtrisées par
eux. Cette maîtrise dépend des facteurs socio-économiques : âge (tableau 8), niveau d’éducation
formelle, (tableau 9), poste occupé dans le groupement (tableau 10).
Tableau 8 : Répartition des producteurs de coton par classe d’âge
Classe d’âge (ans) Fréquence Pourcentage (%)
Moins de 25 14 17,50
25-35 29 36,30
36-45 17 21,30
46-55 15 18,80
Plus de 55 5 6,30
Total 80 100,00

Le tableau 8 révèle que 94 % des enquêtés ont moins de 55 ans. Cette population plus jeune
aujourd’hui, est susceptible de s’ouvrir plus facilement aux innovations agricoles. Ceci pourrait
constituer un atout pour le CEF.
Tableau 9 : Répartition des producteurs de coton en fonction du niveau d’éducation formelle

Niveau scolaire Fréquence Pourcentage (%)


N’a jamais été à l’école 34 42,50
Etude primaire 31 38,80
Etude secondaire 15 18,80
Total 80 100,00

Le tableau 9 indique que 43 % des producteurs de coton enquêtés n’ont jamais été à l’école. Ce taux
était de 92 % en 1984 pour la moyenne des paysans de la même zone (MINAGRI, 1987 : 28). Mais
ces deux taux ne sont pas comparables car les bases d’échantillonnage ne sont pas les mêmes :
l’échantillon des producteurs enquêtés est composé de volontaires pour le CEF, et pour des postes de
responsabilités dans les groupements, alors qu’en 1984, ce taux concernait un échantillon parmi
l’ensemble de la population des paysans. Malgré tout, le taux de scolarisation des producteurs de
coton enquêté est un handicap dans la maîtrise de certains outils du CEF qui nécessitent de recourir à
l’écrit comme les fiches de suivi. Rogers (1983) a indiqué qu’il y avait une corrélation positive entre le
niveau d’éducation formelle et l’adoption des innovations (P. 258). En effet, d’après Chantran (1972),
la vulgarisation des innovations agricoles est basée sur le changement des connaissances (savoir),
des aptitudes (savoir-faire), et des attitudes (savoir-être). Dans le cadre de ce travail, l’accent était mis
sur le changement des connaissances. Tchouamo et Steele (1997) dans une étude de l’impact du
PNVRA sur les connaissances des producteurs du Département des Bamboutos, ont confirmé les
résultats de Rogers (1983). De nombreux autres chercheurs (Tchala et Kamga, 1999; Tchouamo et
al., 2005) qui travaillent sur les innovations ont fait le même constat.

4.3. Discussions
Les hypothèses formulées dans le premier chapitre sont discutées dans ce paragraphe.

4.3.1. La SODECOTON cherche à intégrer la démarche de CEF à son dispositif

Pour mettre en œuvre la démarche de CEF, la rigueur dans la programmation des activités, la
participation effective des producteurs, et l’application de l’approche participative préconisée sont des
éléments essentiels qui nécessitent un dispositif approprié, et des compétences particulières.
Consciente de ces conditionnalités, la SODECOTON est confrontée à un dilemme, soit adapter son

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 27

dispositif à la démarche ce qui entraînerait des bouleversements importants de ses manières de faire,
et des choix douloureux en matière de ressources humaines, soit essayer d’intégrer la démarche au
dispositif existant. N’étant pas encore certaine des impacts à terme du conseil, elle a retenu la
seconde alternative plus facile à mettre en oeuvre. Mais, en contrepartie, ce choix va nécessiter des
adaptations importantes de la démarche, mais aussi des objectifs de la DPA dans l’évolution de ses
appuis aux groupements de producteurs et aux producteurs.
Les difficultés rencontrées avec les CDZ soulèvent une fois de plus la question des dispositifs à
mettre en place pour parvenir à la diffusion souhaitée : quels profils des conseillers ? Doit-on favoriser
la formation de spécialistes ou d’agents polyvalents ? Pour quelles activités et avec quelles
complémentarités ? Quelles modalités d’organisation du conseil au sein de la SODECOTON ? A ce
stade, il apparaît prioritaire de mettre l’accent sur le renforcement des capacités des ressources
humaines disponibles (CDZ, CDS, CDR) en vue de l’évolution de leurs activités d’appui aux
producteurs. Ces évolutions devant permettre une intégration plus facile de la démarche de CEF dans
leur programme de travail.

4.3.2. Les activités de CEF mises en oeuvre varient selon le profil et les activités des
Chefs de Zone

Lors de l’élaboration de la démarche, il a été montré que le faible niveau de formation (scolarisation,
alphabétisation) des animateurs (conseillers), et les difficultés de ces derniers à passer de
l’encadrement à l’accompagnement des agriculteurs sont des handicaps pour la mise en œuvre
d’activités de CEF (Djamen et al., 2003). L’introduction du CEF dans le dispositif de la SODECOTON
confirme ce constat. En effet, nombreux sont les CDZ qui n’intègrent pas encore la démarche car ils
trouvent qu’elle leur apporte un travail supplémentaire, qu’ils manquent de temps pour la mettre en
œuvre, qu’elle ne leur donne droit à aucun avantage tant financier qu’en terme de statut. Pourtant
dans les GPA, leurs tâches habituelles sont allégées. Ces remarques évoquées par les CDZ
constituent une rengaine depuis les premiers mois du test du CEF au Nord Cameroun (Legile et al.,
2003). En effet, changer leur façon de faire est très difficile pour des CDZ qui ont plus de dix ans
d’ancienneté et un niveau d’éducation inférieur à la fin du premier cycle de l’enseignement secondaire
et surtout une difficulté de remettre en causes des pratiques et habitudes acquises en 15 voire 30 ans
de carrière ; on ne peut pas obliger les producteurs à participer aux réunions, on doit plutôt trouver les
moyens pour susciter leur intérêt. Il ressort aussi nettement que les relations des paysans avec les
CDZ sont un facteur non négligeable pour l’adoption du CEF, mais cette nécessité n’est pas partagée
par les différents échelons du dispositif (chefs de région, chefs de secteur, et chefs de zone) qui pour
la plupart n’ont pas la volonté, ni les capacités de changer leur comportement vis à vis des paysans,
ni leurs pratiques.
Néanmoins, les problèmes rencontrés par les CDZ sont bien réels, et doivent être mieux analysés.
Les CDZ n’encadrent pas que des GPA, aussi ils passent du temps dans les magasins des GPB et
GPM. Le temps dégagé au niveau des GPA n’est pas suffisant pour leur permettre de faire l’animation
comme il se doit.
Pour leur permettre de maîtriser les thèmes, les formations sont trop courtes ainsi que le temps
d’assimilation. Même si les conclusions de l’expérience de la démarche par le PRASAC et le DPGT
(Legile et al., 2003) sont nettes de ce point de vue : le brevet est un minimum pour assurer les deux
premières années du CEF et pour la troisième année un niveau bac + 2 semble indispensable,
d’autres critères (accepter la remise en cause de ses pratiques) et conditions (reconnaissance, appui
technique) doivent être réunis pour que les agents d’appui actuels deviennent de véritables
conseillers. Cependant, la majorité des paysans et des CDZ impliqués dans le CEF notent des
changements au niveau de leurs relations. Les rapports sont plus amicaux. Les messages diffusés
sont de mieux en mieux compris par les paysans.

4.3.3. Les producteurs impliqués dans le CEF sont principalement les membres des
bureaux des GPA

Les analyses montrent que 73 % des enquêtés n’occupent aucun poste au bureau des groupements
(Tableau 10).

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 28

Tableau 10 : Répartition des producteurs en fonction du poste occupé dans le groupement

Poste occupé Fréquence Pourcentage (%)


Membre du bureau 22 27.5
Non membre du bureau 58 72.5
Total 80 100

Avoir dans un même groupe de CEF des paysans membres et non membres du bureau du GPA est
important. En effet, ce sont les membres du bureau (Secrétaire et Délégué) qui sont chargés de faire
les prévisions d’intrants pour les groupes sur la base des prévisions de chaque agriculteur membre du
groupe. La précision et la fiabilité des données de prévisions des intrants dans un groupement sont
fonction de la capacité des responsables chargés de le faire, mais aussi de la fiabilité des données et
informations fournies par les paysans du groupement.

4.3.4. L’âge et le niveau de formation des paysans influent sur l’appropriation de la


démarche de CEF.

Pour cette hypothèse, six sous hypothèses sont testées.


L’évaluation de la maîtrise du programme prévisionnel peut se substituer au taux d’enseignements
retenus pour la bonne compréhension de ce programme lors des campagnes de formation. Il sera
convenu que les paysans qui n’ont pas donné de réponse au questionnaire administré sont ceux qui
n’ont pas retenu les enseignements dispensés ; soit ne maîtrisent pas le programme prévisionnel de
la campagne agricole. Ceux qui ont donné des réponses justes aux trois thèmes du questionnaire
administré sont supposés maîtriser ce programme. La maîtrise du programme prévisionnel est
considéré comme un changement de connaissances et le remplissage de la fiche de suivi des
cultures comme un changement de savoir faire. Tous les enquêtés qui ont rempli la fiche sont ceux
qui ont compris comment le faire.
1) La maîtrise du programme prévisionnel de la campagne agricole est fonction du poste
occupé dans le groupement (Tableau 11).
Tableau 11 : Relation entre le poste occupé dans le groupement et la maîtrise du programme
prévisionnel
Membre du bureau
Maîtrise du programme prévisionnel Total
Oui Non
Pas de réponse 13 49 62
Réponse incomplète 6 7 13
3 thèmes répondus 3 2 5
Total 22 58 80

Quelques membres du bureau (17 %) ne maîtrisent pas le programme prévisionnel. Il en est de même
pour 85 % des non membres enquêtés. Le test statistique découlant du tableau 14 montre qu’il
n’existe pas de relation significative entre le poste occupé dans le GPA et le niveau de maîtrise de la
démarche.
2) Le niveau de compréhension de la fiche de suivi est fonction du poste occupé dans le
groupement (Tableau 12).
Tableau 12 : Relation entre le poste occupé dans le GPA et la compréhension de la fiche de
suivi
Occupe un poste dans le GIC Total
Compréhension du remplissage de la fiche de suivi
Oui Non
Oui 18 22 40
Non 4 36 40
Total 22 58 80

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 29

La plupart de ceux qui ne peuvent remplir la fiche (62 %) n’occupent aucun poste dans leur GPA.
Cette situation peut s’expliquer par une confusion des producteurs de coton. Dans la mesure où les
réunions SODECOTON concernent généralement les membres du bureau alors que les réunions sur
le conseil concernent tous les membres du GPA.
Le test statistique découlant de ce tableau 12 montre que le poste occupé a une influence significative
sur le niveau de compréhension du remplissage de la fiche de suivi.
Dans un des GPA enquêté, le secrétaire (aussi agent de suivi) et un autre membre chargé de la
consolidation des prévisions en intrants du GPA ont bien maîtrisé le remplissage et l’analyse des
fiches. Ils en discutent souvent entre eux, mais pas avec les autres paysans. L’effet de tâche d’huile
escompté ne se réalise pas. Ces deux paysans ont souhaité que la formation sur le plan prévisionnel
de la campagne puisse les toucher directement sans passer par le CDZ.
3) La maîtrise du programme prévisionnel de la campagne agricole est fonction de l’âge
du producteur de coton.
Cette analyse porte sur la relation entre l’âge et la maîtrise du programme prévisionnel de la
campagne agricole (Tableau 13).
Tableau 13. Relation entre l’âge et la maîtrise du programme prévisionnel

Maîtrise du programme prévisionnel Total


Age (ans)
Pas de réponse Réponse incomplète 3 thèmes répondus
15 à 45 49 6 5 60
Supérieur à 45 13 7 0 20
Total 62 13 5 80

Seuls 6 % des enquêtés ont une bonne maîtrise de la démarche et ont tous un âge inférieur à 45 ans.
Aucune personne âgée ne maîtrise le programme prévisionnel. Le taux de maîtrise du programme en
général est faible. Rogers (1983) avait indiqué qu’après 1,7 ans de diffusion d’une innovation, le taux
d’adoption serait de 10 %. Il serait de 92 % après 3,1 ans de diffusion (P.204). Le test statistique
indique que χ2ob(7,97)>χ2th0,95(5,99). L’hypothèse nulle est rejetée, c'est-à-dire que l’âge a une
influence significative sur la maîtrise du programme prévisionnel.
Cette situation pourrait s’expliquer par le fait que les jeunes ont des capacités naturelles à mieux
retenir et comprendre que les plus âgés. Chantran (1972) et Rogers (1983) avaient déjà noté que les
jeunes étaient plus enclin à adopter une innovation que les personnes plus âgées. En effet, adopter
une innovation veut dire prendre des risques. Les jeunes sont plus disposés à prendre les risques que
les vieux qui sont généralement plus conservateurs. Les chiffres de maîtrise de la démarche de 6 %
sont en contradiction complète avec ceux relevés lors des études du PRASAC (Daouda, 2002) qui ont
montré que 75 % des paysans comprenaient parfaitement le programme prévisionnel qu’ils soient ou
non alphabétisés d’ailleurs, mais que 50% seulement mettaient en pratiques les connaissances
apprises dans les séances de CEF. Les deux raisons suivantes expliquent cette différence :
- Les paysans de l’expérience PRASAC étaient plus familiers des thèmes du CEF qu’ils maîtrisaient
mieux car ils ont suivi plus de séances ;
- Les animateurs/conseillers PRASAC tenaient essentiellement des séances de conseil avec les
paysans, et ils avaient suivi plus de formation sur le conseil que les CDZ de la SODECOTON ; ils
maîtrisaient donc mieux la démarche.
4) L’âge du producteur de coton influence la compréhension de la fiche de suivi.

Cette analyse porte sur le lien entre l’âge et la compréhension de la fiche de suivi.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 30

Tableau 14 : Relation entre l’âge et la compréhension de la fiche de suivi

Compréhension de la fiche de suivi


Age (ans) Oui Non
Fréquence Pourcentage (%) Fréquence Pourcentage (%)
15 à 25 8 20 6 15
25 à 35 17 42,5 12 30
35 à 45 7 17,5 10 25
45 à 55 7 17,5 8 20
Plus de 55 1 2,5 4 10
Total 40 100 40 100

La majorité (43 %) de ceux qui comprennent la fiche de suivi sont des paysans qui ont entre 25 et 35
ans. Les vieux de plus de 55 ans représentent la proportion la plus faible (3 %) de ceux qui indiquent
qu’ils comprennent la fiche.
Toutefois, contrairement aux observations faites dans ce tableau, le test statistique montre que l’âge
n’a pas une influence significative sur le niveau de compréhension de la fiche de suivi car
χ2ob(3,54)<χ2th0,95(9,49). Ceci montre que l’âge seul ne saurait être le facteur limitant pour la
compréhension de la fiche de suivi qui serait fortement liée à d’autres facteurs. Sur le terrain, le
programme n’a pas été dispensé jusqu’au bout puisque aucune séance n’a été organisée avec les
paysans sur l’analyse des fiches de suivi avant et pendant notre stage. Cependant, le faible nombre
de CDZ qui ont pu réaliser ces séances affirment qu’il existe une amélioration par rapport à l’année
précédente. Le nombre de fiches remplies reste néanmoins faible.
5) La maîtrise du programme prévisionnel de la campagne agricole est fonction du niveau
d’éducation formelle du producteur de coton.
Cette analyse porte sur la relation entre le niveau d’éducation formelle et la maîtrise du programme
prévisionnel.
Tableau 15 : Relation entre le niveau d’éducation formelle et la maîtrise du programme
prévisionnel
Niveau Maîtrise du programme prévisionnel Total
d’éducation Pas de réponse Réponse incomplète 3 thèmes répondus
formelle
Non scolarisé 32 1 1 34
Primaire 21 9 31
Secondaire 9 3 3 15
TOTAL 62 13 5 80

Au total 78 % des enquêtés ne comprennent pas le programme prévisionnel de la campagne agricole


et 6 % seulement ont compris de quoi il était question. Cette situation pourrait avoir des effets négatifs
sur la compréhension du CEF, d’autant plus que, une bonne proportion de ces enquêtés (43 %) est
non scolarisée.
Le test statistique affirme cette tendance. Les résultats obtenus montrent que le niveau scolaire a une
influence significative sur la maîtrise du programme prévisionnel car χ2ob(14,72)>χ2th0,95(9,49). Ceci
confirme les résultats de nombreux autres chercheurs (Rogers, 1983 ; Chantran, 1972 et Ava Nanga,
2005) qui ont montré que plus le paysan était lettré, plus, il était enclin à adopter des innovations.
Toutefois, le niveau scolaire pris individuellement ne peut conditionner la compréhension du
programme prévisionnel qui est fortement lié à la façon dont la formation a été administrée. De plus, Il
est moins important pour le programme prévisionnel qui est plus un raisonnement, une manière de
faire à acquérir, et pour lequel le niveau scolaire compte moins. Le conseil peut bien aider un paysan
illettré à percevoir la différence au niveau des itinéraires techniques, par exemple des dates de semis,
de l’utilité et de l’adoption de la fumure organique.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 31

6) Le niveau scolaire du producteur de coton influence la compréhension de la fiche de


suivi.
Cette analyse porte sur la relation entre le niveau d’éducation formelle et le niveau de compréhension
des fiches.
Tableau 16 : Relation entre le niveau scolaire et le degré de compréhension des fiches de suivi

Compréhension du remplissage de la fiche


Niveau d’éducation formelle Total
Oui Non
N'a jamais été à l'école 14 20 34
Primaire 16 15 31
Secondaire 10 5 15
Total 40 40 80

La moitié des enquêtés ne peuvent pas exploiter les fiches. Ce sont en général ceux qui n’ont jamais
été à l’école. Le test statistique découlant du tableau 16 montre que le niveau scolaire n’influence pas
la compréhension de la fiche de suivi car χ2ob(1,407)<χ2th0,95(5,99). Pourtant, le niveau scolaire est
important pour les fiches de suivi puisqu’il faut les remplir.
Une fois de plus, l’analyse variable par variable ne renseigne pas suffisamment sur les raisons de la
maîtrise de la démarche. Parmi les paysans qui ont rempli les fiches dans un GPA visité, un non
alphabétisé a expliqué « les fiches m’ont montré que je perdais de l’argent avec le coton. J’ai eu peur,
j’ai laissé la fiche, mais l’année suivante, j’ai réduit ma surface en coton de moitié, juste pour
bénéficier des intrants ». Ceci montre que ce paysan a très bien compris le rôle de la fiche même si
on ne lui a pas expliqué comment l’analyser.
Toutefois, la maîtrise du programme prévisionnel ne peut pas seulement être lié à l’âge du paysan.
Elle pourrait être liée à la façon dont a été dispensée la formation aux paysans, au niveau d’éducation
formelle des producteurs ou aux effets combinés de tous ces facteurs. Comme l’ont dit Chombart de
Lauwe et al. (1969), les principales difficultés pourraient venir des conseillers et non pas des paysans.
Ceci se vérifie dans le cas présent, où les CDZ n’ont pas fait le travail correctement. Ceci a été mis en
évidence lors des entretiens avec les paysans qui n’ont pas réussi à faire la différence entre les
réunions habituelles des CDZ et les séances de conseil sur le programme prévisionnel de la
campagne agricole.

4.4. Identification des problèmes rencontres par les agents d’encadrement et


les producteurs de coton.

4.4.1. Problèmes rencontrés par les agents d’encadrement de la SODECOTON (CDS,


CDZ)

Les problèmes rencontrés par les formateurs sont de plusieurs ordres. Au niveau de l’organisation, le
temps passé dans les magasins des groupements (autre que les GPA) ne permet pas au CDZ de
faire l’animation comme il se doit. De plus, ceux-ci sont pris par les nombreuses réunions et compte
rendus à rédiger au niveau du service.
Au niveau de la maîtrise des thèmes, les formations sont trop courtes ainsi que le temps
d’assimilation.
Au niveau des paysans, l’analphabétisme et leur prédisposition à retenir les enseignements dispensés
lors des formations par les CDZ pourraient être des obstacles majeurs à l’adoption de cette nouvelle
approche de vulgarisation agricole. Leurs relations avec les CDZ sont aussi un facteur non
négligeable pour l’adoption du CEF, car cette nécessité n’est pas partagée par les différents échelons
du dispositif (chefs de région, chefs de secteur, et chefs de zone) qui pour la plupart n’ont pas la
volonté, ni les capacités de changer leur comportement vis à vis des paysans, ni leurs pratiques.
Les Chefs de Secteur affirment ne pas comprendre leur rôle dans le dispositif de CEF. Ils relèvent
aussi de manquer de temps pour faire un suivi rapproché au près des CDZ à cause de leurs tâches
administratives.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 32

4.4.2. Problèmes rencontrés par les producteurs de coton des GPA

Au niveau des producteurs, on recense les problèmes suivants :


- Le niveau d’éducation formelle des producteurs de coton dans l’ensemble est faible, ce qui
pourrait avoir des effets sur la compréhension des formations dispensées ;
- Le manque d’intérêt des producteurs qui serait du à une mauvaise sensibilisation de la démarche
de CEF ;
- La période choisie pour les réunions est inappropriée car les formations étaient faites en pleine
campagne agricole.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 33

Chapitre 5. Conclusion et recommandations

5.1. Validation des hypothèses de l’étude


Dans le cadre de cette étude, nous nous sommes fixés quatre hypothèses qui doivent être vérifiées.
Hypothèse 1 : La SODECOTON adapte la démarche de CEF à son dispositif, c’est-à-dire
principalement aux besoins et aux ressources humaines dont elle dispose
Cette hypothèse est vraie dans la mesure où la SODECOTON a adapté la démarche à son dispositif
d’appui à la production agricole et non l’inverse. De notre étude, il ressort que la SODECOTON n’a
pas recruté de personnel pour jouer le rôle de conseiller mais à plus tôt utiliser son personnel d’appui
(CDR, CDZ, CDS). De plus, le problème le plus rencontré dans les Groupements de Producteurs en
relation avec la SODECOTON est la commande des intrants. Ce qui explique pourquoi le thème
abordé lors des formations est le programme prévisionnel de la campagne. De plus le choix des GPA,
suppose que le temps libéré va leur permettre de faire le conseil.
Hypothèse 2 : Les activités de CEF mises en oeuvre varient selon le profil et les activités des
Chefs de Zone
La mise en œuvre des activités de CEF dépend de l’âge, du niveau d’éducation formelle, du nombre
dans la SODECOTON et les occupations du CDZ. Les CDZ ont des difficultés à mettre en œuvre le
CEF à cause de leur indisponibilité. Ils ont à leur charge en plus des GPA des GPM et des GPB. Le
temps passé dans les magasins des GPM et GPB ne leur permet pas de faire les animations sur le
conseil. Les CDZ moins âgés et qui viennent d’entrer dans la société sont plus enclin à accepter le
CEF. L’approche de vulgarisation descendante de la SODECOTON amène les CDZ (qui ont mis du
temps dans la société) à difficilement changer leurs façons de faire. En définitive cette hypothèse est
vraie.
Hypothèse 3 : Les producteurs impliqués dans le CEF sont principalement les membres des
bureaux des GPA
Les producteurs impliqués dans le CEF sont principalement ceux qui ne sont pas membres des
bureaux des GPA. L’hypothèse n’est pas vraie. Le CEF n’est pas réservé uniquement aux membres
des bureaux des GPA mais à tous les producteurs.
Hypothèse 4 : L’âge, le poste occupé et le niveau scolaire des paysans influent sur
l’appropriation de la démarche de CEF.
Des sous hypothèses testées, il ressort que l’âge et le niveau scolaire ont une influence sur la maîtrise
du programme prévisionnel et non sur le remplissage des fiches. Le poste occupé a une influence sur
le remplissage des fiches et non sur la maîtrise du programme prévisionnel.

5.2. Conclusion
La présente étude avait pour objectif de faire un diagnostic de la démarche de Conseil à l’Exploitation
Familiale (CEF) dans les Groupements de Producteurs Autonomes (GPA) de coton de l’Extrême-Nord
du Cameroun. Cette étude est basée sur l’analyse des contraintes à la mise en œuvre du CEF au sein
du dispositif d’appui à la production agricole de la Société de Développement du Coton
(SODECOTON) dans le but de proposer des adaptations favorisant la mise en place de dispositifs de
CEF durables.
Parvenu au terme de l’étude, nous voulons tirer des conclusions en fonction des trois objectifs
spécifiques qui avaient été fixées à savoir :
- décrire le dispositif du CEF mis en place ;
- caractériser les producteurs de coton des GPA impliqués dans le CEF ;
- identifier les problèmes rencontrés par les producteurs de coton et les agents d’encadrement
(CDS, CDZ) de la Direction de la Production Agricole (DPA) de la SODECOTON.
Depuis deux ans, le dispositif de CEF mis en œuvre par la SODECOTON bénéficie de l’appui d’un
prestataire de service privé le Service d’Appui au Développement Local (SADEL). Il est constitué en
Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 34

plus de SADEL de deux types de ressources humaines à savoir : les agents d’encadrement qui sont
les Chefs de Région (CDR), les Chefs de Secteur (CDS), les Chefs de Zone (CDZ) de la DPA de la
SDCC et les producteurs de coton des GPA. SADEL assure les activités qui sont la formation du
personnel d’encadrement sous une approche participative, les réunions bilan et un suivi des activités
sur le terrain. Son but est triple : améliorer les relations inter personnelles entre les ressources
humaines mobilisées, renforcer les capacités des producteurs dans la commande des intrants et
assurer l’application des conseils techniques par les producteurs. Le programme annuel de formation
est sensiblement le même pour les deux années (2005-20006 et 2006-2007) et se déroule en trois
sessions : avril, juillet et septembre. La première session de formation porte sur le programme
prévisionnel. La deuxième session quant à elle porte sur le suivi des cultures et la dernière session
sur l’analyse de la campagne agricole. Deux thèmes ont été ajoutés à la troisième session de la
campagne agricole 2006-2007 à savoir la gestion de la trésorerie et la sécurité alimentaire sur la
demande des producteurs lors de la campagne précédente. De plus, le suivi a été abordé à la
première session.
Les agents d’encadrement n’ont pas pu réaliser les activités de CEF selon le programme prévu qui se
subdivise en trois phases. Des trois séances prévues pour la première phase les CDZ n’ont pu réalisé
qu’une ou deux séances. Les raisons sont le manque de temps et la disponibilité des producteurs. De
plus, lors des réunions d’animation les CDZ abordent à la fois les thèmes relatifs à leurs rôles de
conseiller et de CDZ. La phase 2 basée sur le suivi n’a pas été réalisée car le personnel n’est pas
assez familier à la démarche. La phase 3 a été réalisée par un faible nombre de CDZ. Ceux qui l’ont
réalisé affirment que le nombre de paysans qui remplissent la fiche a augmenté par rapport à l’année
précédente. Les raisons avancées par les autres sont le manque de temps et le non remplissage des
fiches de suivi par les producteurs. Nous déduisons que le suivi et l’analyse de la campagne sont les
deux thèmes les moins compris par les CDZ.
Les producteurs de coton impliqués dans la démarche de CEF est en moyenne jeune (94 % ont moins
de 55 ans). Leur taux de scolarisation est moyen soit 57 %. De plus, 73 % d’entre eux n’occupent
aucun poste dans le groupement.
Le manque de temps est une difficulté rencontrée par les Chefs de Secteur et Chefs de Zone pour la
mise en œuvre des activités de CEF. Ces derniers rencontrent d’autres problèmes à savoir la non
maîtrise des thèmes à cause de la courte durée des formations, l’analphabétisme de certains
producteurs, la rigidité des relations inter personnelles avec les producteurs. Nous recensons comme
problèmes au niveau des producteurs : leur manque d’intérêt de la démarche de CEF, la période
choisie pour les réunion d’animation est inappropriée et leur faible taux d’éducation formelle.
En définitive, le choix des conseillers et le renforcement de leurs capacités sont des éléments
importants à prendre en considération dans tout dispositif de CEF puisqu’ils en sont la clé.

5.3. Recommandations
Au terme de l’étude, nous recommandons :
Au Service d’Appui au Développement Local (SADEL) :
- D’aider le personnel d’encadrement dans la mise en œuvre de leur programme d’activités de CEF
pour leur permettre d’être plus efficace dans leur tâche de conseiller;
- D’assister aux réunions d’animation sur le CEF faites par les agents d’encadrement (CDZ) aux
paysans afin de déceler les problèmes qu’ils rencontrent sur le terrain et de les rectifier ;
- De sensibiliser les CDZ en recyclage dans les centres de formation agricole organisés par la
SODECOTON sur la démarche de CEF pour une plus large diffusion et ainsi de leur permettre de
bien jouer leur rôle de conseiller futur;
- De faire des évaluations en fin de formation afin de s’assurer que le message diffusé (démarche
de CEF) est retenu ;
- D’alléger le programme de formation pour assurer une meilleure compréhension de la démarche
de CEF par le personnel d’encadrement de la SODECOTON.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 35

A la Société de Développement du Coton (SODECOTON) :


- De sensibiliser ses producteurs sur l’importance des centres d’alphabétisation et assurer ainsi une
meilleure assimilation de la démarche par les paysans ;
- De faire une étude sur les rapports inter personnels entre leurs agents d’encadrement (CDR,
CDS, CDZ) de la démarche conseil dans la zone cotonnière du Cameroun ;
- De former des agents de la SODECOTON (CDS et CDZ volontaires) qui prendront la relève des
formations au cas où le SADEL ne pourrait plus les faire ;
- De prendre en compte les mesures d’accompagnement proposées par la recherche et qui sont
nécessaires à la réussite de leur dispositif de CEF déployé ;
- De prendre des mesures qui permettront aux ressources humaines mobilisées (agents
d’encadrement, producteurs de coton) d’acquérir avant le début de la campagne agricole les
(fiches de suivi, supports de formation) de la démarche de CEF.

Aux Chefs de Zone:


- De s’intéresser davantage à la démarche pour mieux assurer leur rôle de conseiller ;
- D’organiser des réunions uniquement sur le CEF pour permettre aux paysans de mieux
s’approprier la démarche;
- De faire une bonne sensibilisation de l’approche au près des producteurs afin de susciter l’intérêt
et la participation des paysans lors des réunions de CEF;
- D’aider les paysans à faire l’analyse de la fiche de suivi pour leur permettre de mieux comprendre
son importance et de prendre la meilleure décision de gestion de son exploitation agricole.

Aux Chefs de Secteur :


- De faire un suivi rapproché lors des réunions d’animation sur le CEF organisées par les CDZ avec
les producteurs de coton afin de leur apporter leur appui où le besoin se fera ressentir;
- De s’intéresser davantage à la démarche pour mieux assurer leur rôle de suivi dans le dispositif
de CEF déployé par la SODECOTON

Aux producteurs de coton:


- D’assister aux réunions organisées par les agents d’encadrement de la SODECOTON ;
- De s’inscrire aux cours d’alphabétisation organisés par la Division de Professionnalisation de la
SODECOTON;
- De diffuser les informations reçues sur le CEF aux membres du groupement ;
- D’envoyer leurs enfants à l’école afin qu’ils soient des producteurs lettrés de demain.

Aux organismes de recherche :


- De promouvoir le Conseil à l’Exploitation Familiale au près des producteurs pour une plus large
diffusion et assurer ainsi sa pérennisation ;
- De proposer des moyens d’évaluation de l’impact du Conseil à l’Exploitation Familiale;
- De proposer des thèmes et modules à développer dans la démarche de CEF qui pourraient
intéresser un plus large public.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 36

Références bibliographiques

ATEBA, D. (1993). Réactions Paysannes à la Modernisation de la Culture du Maïs par le Centre


Rural d’Appui Technique de SA’A. INADER Dschang.
AVA NANGA, L. A. (2005). Construction des innovations agricoles et dynamiques du changement
dans le Grand Sud du Cameroun. Bibliographie commentée. PCP/IRAD, Yaoundé.
BALKISSOU, M. (2000). Pratiques de gestion des ressources alimentaires et monétaires dans les
exploitations agricoles du Nord-Cameroun : cas des terroirs de Fignolé et de Mowo. . Mémoire de fin
d’étude FASA : Université de Dschang, 69 p.
BENTZ, B. (2002). Appuyer les Innovations Paysannes. Dialogue avec les Producteurs et
Expérimentations en Milieu Paysan.
BONNEVIALE, J. R., JUSSIAU, R., MARSHALL, E. (1989). Approche globale de l’exploitation
agricole. INRAP-FOUCHER. Dijon. 330 p.
BOUKASSA, V. (2003). Identification et caractérisation des projets mis en œuvre par les paysans en
conseil individuel (Conseil de gestion) dans les terroirs de Mafa-Kilda et de Pohouoré. Mémoire de fin
d’étude FASA : Université de Dschang, 60 p.
BROSSIER, J., PETIT, M. (1978). Pour une typologie des exploitations agricoles fondée sur les
projets et les situations des agriculteurs. p. 31-40.
CAPILLON, A. (1993). Typologie des exploitations agricoles. Contribution à l’étude régionale des
problèmes techniques. Thèse de Doctorat de l’Institut National Agronomique Paris-Grignon.
CHANTRAN, P. (1972). La Vulgarisation Agricole en Afrique et à Madagascar. Maisonneuve, Paris.
277 P.
CHOMBART DE LAUWE, J., POITEVIN, J, TIREL, J. C. (1969). La nouvelle gestion des exploitations
agricoles. Deuxième édition. DUNOD. Paris. 507 pages.
DAOUDA, O. (2002). Caractérisation des exploitations agricoles en conseil de gestion de la zone
cotonnière du Cameroun et mise au point d’une grille d’analyse. Mémoire de fin d’étude FASA :
Université de Dschang, 73 p.
DEVEZE, J. C., HALLEY DES FONTAINES, D. (2005). Le devenir des agricultures familiales des
zones cotonnières africaines: une mutation à conduire avec tous les acteurs à partir des cas du Bénin,
du Burkina Faso, du Cameroun et du Mali
DJAMEN, N. P. (2006). Evaluation de l’impact du contrat d’autonomie sur le fonctionnement des
groupements de producteurs de coton. Rapport final d’avril 2006: Garoua, 17p.
DJAMEN, N. P., DJONNEWA, A., HAVARD, M., LEGILE, A (2003). Former et conseiller les
agriculteurs du Nord-Cameroun pour renforcer leurs capacités de prise de décision. Cahiers
Agricultures : 12(4) : 241-245
DJOUKAM, D. A. N. (2003). Etude du conseil adapté à la gestion des exploitations familiales dans les
filières cotonnière d’Afrique francophone: cas du Cameroun. Mémoire de maîtrise en économie de
Gestion : Université catholique d’Afrique Centrale, 69 p.
DONFACK, P., SEINY-BOUKAR, L., M’BIANDOUM, M. (1996). Les grandes caractéristiques du
milieu physique In Agriculture des savanes du Nord Cameroun Vers un développement solidaire des
savanes d’Afrique centrale. Communications présentées à l’atelier d’échange 25-29 novembre 1996,
Garoua, Cameroun
DUGUE, P., FAURE, G. (éd) (2003). Le Conseil aux exploitations familiales. Actes de l’atelier sur le
conseil aux exploitations agricoles en Afrique de l’Ouest et du centre 19-23 novembre, Bohicon,
Bénin. Montpellier France Cirad. Colloques, 78 p + CDROM.
DUGUE, P., KOULANDI, J., MOUSSA, C. (1994). Diversité et zonage des situations agricoles et
pastorales de la zone cotonnière du Nord Cameroun. IRA-IRZV, projet Garoua 2, 84p
DUFUMIER, M. (1996). Les projets de développement agricole. Manuel d’expertise. 354 p.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 37

FAO (1965). Méthodes d’enquête sur la gestion des entreprises agricoles. 2 éd. Rome.
FAURE, G., KLEENE, P.; OUEDRAOGO, S. (1996) Conseil de gestion aux exploitations agricoles
dans la zone cotonnière de l’Ouest du Burkina Faso. Rapport de synthèse Recherche-Développement
1993-1995 SARL La goutte d’encre Montpellier 1996
FAURE, G., DUGUE, P., BEAUVAL, V. (2004). Actes de l’atelier sur le conseil de gestion aux
exploitations agricoles en Afrique de l’Ouest et du Centre, Bohicon (Bénin), 19-23 novembre 2001.
Conseil à l’exploitations familiale : Expérience en Afrique de l’Ouest et du Centre. Version avril 2004.
Saint-Etienne: Dumas-Titoulet Imprimeurs, 127 p.
FREEMAN, C. (1979). The Determinant of Innovation in Futures. Juin 1976. PP 206 – 245
GOUD, B. (1997). Projet d’Action Thématique Programmée sur le conseil de gestion. Montpellier,
Document de travail interne au CIRAD, 6 p.
HAVARD, M.; COULIBALY, Y. (2006). Aide Mémoire Mission de lancement de l’étude Capitalisation
des expériences de Conseil agricole au Mali [CD-ROM].
INTER-RESEAUX (1996). Conseil en gestion pour les exploitations agricoles d’Afrique et d’Amérique
Latine. Dossier de l’Inter-réseaux n°1, Paris, 63 p.
KATZ, E. (1972). Diffusion: Interpersonal Influence In D.L. SILLS editor: International encyclopedia of
the social sciences. Reprinted press, New York-N.Y.
KLEENE, P. (1995). Présentation générale de la méthode : étapes et modalités d’intervention. In :
Atelier national sur la méthode de conseil de gestion aux exploitations. Bobo Dioulasso, 6 – 8 juillet,
INERA, Burkina-Faso, 1995 : 23-30.
KOSSOUMNA, L. N., HAVARD, M. (2006). Mutations de la filière cotonnière dans les provinces
septentrionales du Cameroun. Perception et stratégies paysannes. Cahiers de Géographie du
Québec, Vol. 50 (139) : 65-82.
LEAGANS, J. P. (1961). Some principles and concepts of extension program building. Mimeo: Ithaca,
Cornell University, 20 p.
LEGILE, A. (1998). Histoire de la gestion en France. Groupe de travail, outils et méthodes de gestion.
Paris : Inter-Réseaux/Développement Rural, 84 p.
LEGILE, A. (1999). De l’analyse des pratiques de gestion, à la proposition d’outils d’aide à la
décision : Etude sur les exploitations agricoles du Nord-Cameroun. Mémoire d’Ingénieur
d’Agronomie : ENESAD de Dijon, 58 p.
LEGILE, A. (2002). GP cotonniers du Nord-Cameroun : favoriser la responsabilisation collective. In :
Jamin J.Y, Seiny Boukar L., ed. Savanes africaines : des espaces en mutation, des acteurs face à de
nouveaux défis. Actes du colloque de mai 2002. Garoua, Cameroun, 15 p.
LEGILE, A., HAVARD, M., FAIKREO, J., TAKOUA, S. (2003). Premier bilan du Conseil aux
Exploitations agricoles Familiales dans la région de Guider : Activités réalisées entre le 27 Mai et le 04
Juillet 2003
LEGILE, A., HAVARD, M., DJAMEN, N. P., DAOUDA, O. (2004). De l’encadrement au conseil à
l’exploitation: (r) évolution des pratiques d’appui aux agriculteurs du Nord-Cameroun. 3ème édition des
Journées Olivier de Serres, Les entretiens du PRADEL « Agronomes et Innovation », 6 et 7
septembre, 14 pages [CD-ROM].
MADI, A. (1994). Politique agricole et élasticité de l’offre dans la zone cotonnière au Cameroun thèse
de doctorat INRA/ENSA/ESR Montpellier
MANA, B. (2007). Bilan des expériences d’appui aux exploitations familiales agricoles dans les projets
de développement au Nord-Cameroun. Mémoire d’Ingénieur Agronome. FASA, Dschang, 113 pages
MAUNDERS, A. H. (1973). Agricultural extension. A reference manual: Rome, FAO.
MERCOIRET, M. R. (1994). L’appui aux producteurs ruraux. Guide à l’usage des agents de
développement et des responsables de groupements. Paris: Khartala, 464 p.
MINAGRI (1987). Recensement Agricole 1984, Direction des Etudes et des Projets, Yaoundé.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 38

RENARD, J. (2001). Milieu Rural et Invitation : Réflexions à Partir de Quelques Exemples en France.
Université de Nantes, Cestan, UMR 6590. 10P. http://xxi.ac.reims.fr/fig-st-
die/actes_2001/renard/article.htm
ROGERS, E. M. (1983). Diffusion of innovation. 3rd édition. The free press, New York. 453p
SADEL (2002). Initiation au fonctionnement des groupements de producteurs. Support pédagogique à
l’intention des animateurs secteurs et contrôleurs de l’Organisation des Producteurs de Coton du
Cameroun: Garoua, 28p.
SODECOTON (2005). Activités de la structure mixte d’animation OPCC-GIE/SODECOTON. Rapport
semestriel Mai Octobre 2005.
SHUMPETER, J. A. (1935). Théorie de l’Evolution Economique. Introduction de F. Pernix, Dallas.
TCHALA, A. F., KAMGA, A. (1999). Case study of Innovative Agricultural Extension Training. In:
Innovative Extension Education in Africa. Sasakawa-Global 2000. PP 39-42.
TCHALA, A. F., KAMGA, A., NDJOYA, J. (1994). La vulgarisation agricole au Cameroun: Cas de
recherche/ développement/formation à l’Université de Dschang p 28
TCHOUAMO, I. R., STEELE, R. E. (1997). Educational impact of Training and Visit extension system
on small farmers in the West province of Cameroon. Journal of International Agricultural and
Extension Education. 31-36
TCHOUAMO, I. R., NOUAMO, L., KUETE, M., BIKOI, A. (2005). Construction and diffusion of
agricultural innovations and social change in rural Cameroon: Case study of Foréké-Dschang. PCP
Research report, FASA/CIRAD, Dschang.
TERRY, G., FRANKLIN, S. (1982). Principles of management: IRWIN, USA, 614 p.
THRUPP, L. A. (1989). Legitimizing local knowledge: From displacement to empowerment for Third
World people. Agriculture and Human Values 6(3): 13-24.
TREILLON, R. (1992). L’Innovation Technologique dans les Pays du Sud. Le Cas de l’Agro-
alimentaire. Kathala, Paris.
VALL, E. (1996). Les animaux de trait au Nord Cameroun zébu âne et cheval performances à l’effort
et adaptation physiologique CIRAD-EMVT, IRZV, Garoua, Cameroun. 56p
VAN DEN BAN, A. W. , HAWKINS, J., BROUWERS, BOON. (1994). La Vulgarisation Rurale en
Afrique. Karthala, Paris. 373 P.
WAMBO, Y. A. H. (2000). Analyse du fonctionnement des exploitations agricoles en zone cotonnière
du Nord-Cameroun. Contribution à la mise en place d’opérations de conseil de gestion à Gadas.
Mémoire d’Ingénieur Agronome. FASA, Dschang, 70 pages
ZALTMAN, G., DUNCAN, R. (1977). Strategies for Planned Change. A Wiley-Interscience Pub.;
London, 404 P.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 39

Annexes

Annexe 1 : Questionnaire adressé aux paysans


Ce questionnaire s’adresse aux producteurs de coton des GPA. Il vise à collecter les données qui
seront exploitées dans le cadre de l’étude du diagnostic de la démarche de CEF en zone cotonnière.
Les informations obtenues ne seront utilisées que dans la limite des objectifs poursuivis par l’étude.
Elles seront strictement confidentielles.
1 Identification du paysan
Localité
Nom
Ethnie
Religion
Age : 15-25 ans/___/ 25-35 ans/__/ 35-45 ans/__/ 45 et 50 ans/__/ plus de 55 ans/__/
Sexe Masculin /__/ Féminin/__/
Niveau d’éducation : /__/néant /__/primaire /__/secondaire /__/université /__/alphabétisé (langue)
Diplôme le plus élevé
Poste occupé dans le GPA
2 Participation au CEF
A-Raisons
- Avez-vous déjà assistez aux réunions sur le conseil ?
- Si oui, pourquoi ? depuis quand ?
- Si non, pourquoi ?
- Qu’est ce c’est ? Laissez le paysan s’exprimer sur ce qu’il comprend du conseil avec ses mots ?
- Assistez-vous aux réunions ? oui/__/ non/__/
- A quelle fréquence ?
- Qu’est-ce que vous avez changé dans vos façons de faire depuis que vous participez au conseil ?
- Pensez-vous continuer ? oui/__/ non/__/
- Pourquoi ?
- Enseignez-vous ce que vous avez appris ?
- A qui ?
- A quelles occasions ?
- Où ?
B- Programme
- Faites vous le suivi de vos parcelles ?
- Si oui, pourquoi ?
- Si non, pourquoi ?
- A quel moment ?
- Comment ?
- Faites vous l’analyse de votre campagne ?
- Si oui, pourquoi ?
- Si non, pourquoi ?
- A quel moment ?
- Comment ?
- Comment sont vos relations avec le CDZ depuis que vous êtes en GPA ?
- Qu’est ce qui vous intéresse dans le CEF ?
- Qu’est ce qui ne vous intéresse pas ?
- Qu’est ce que vous avez compris ?
- Qu’est ce que vous n’avez pas compris ?
- Pourquoi ?
- Comment voulez vous qu’on améliore les réunions sur le CEF ?
- Remplissez-vous les fiches ?
- Si oui, pourquoi ?
- Si non, pourquoi ?

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 40

C- Travail sur le remplissage des fiches


- Avez vous compris comment on remplit la fiche ?
- Qu’est ce qui vous intéresse sur la fiche ?
- Sur quelle culture ?
- Pourquoi sur cette culture ?
- Qui remplit votre fiche ? (préciser langue de remplissage)
- Niveau de remplissage fiche

Merci de votre collaboration

Annexe 2 : Questionnaire adressé aux Chefs de Zone


Ce questionnaire s’adresse aux producteurs de coton des GPA. Il vise à collecter les données qui
seront exploitées dans le cadre de l’étude du diagnostic de la démarche de CEF en zone cotonnière.
Les informations obtenues ne seront utilisées que dans la limite des objectifs poursuivis par l’étude.
Elles seront strictement confidentielles

A- Identification de l’enquêté
- Nom
- Age
- religion
- Niveau de scolarisation
- Diplôme le plus élevé
- Fonction
- Nombre d’années dans la société

B- Activité de conseil
- Nombre de séances de formation
- Qu’est ce que le conseil ?
- Quels sont les thèmes abordés lors des formations ?
- Comment utilisez-vous ce que vous appris ?
- Qu’est ce qui vous intéresse dans le CEF ?
- Qu’est ce que vous n’aimez pas ?
- Comment organisez vous les réunions avec les paysans ?
- A quelle fréquence ?
- Quels sont les thèmes abordés avec les paysans ?
- A quel moment ?
- Qu’est ce qu’ils ont mieux compris ?
- Qu’est ce qu’ils n’ont pas compris ?
- Qu’est ce qui les intéresse dans le conseil ?
- Relation avec la hiérarchie
- Comment le CDS vous aide dans votre travail sur le conseil ?

Changement observé
- Le CEF a t il changé quelque chose dans votre façon de travailler ?
- Comment ?
- Comment sont vos relations avec les paysans depuis que vous faites le CEF ?
- Comment sont vos relations avec le CDS depuis que vous faites le CEF ?
- Pérennisation
- Que doit-on faire pour que le CEF se pérennise ?
- Les activités du CEF sont ils un ajout de travail ?

Merci de votre collaboration

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 41

Annexe 3 : Questionnaire adressé aux Chefs de Secteur


Ce questionnaire s’adresse aux Chefs de Secteur ayant des GPA. Il vise à collecter les données qui
seront exploitées dans le cadre de l’étude du diagnostic de la démarche de CEF en zone cotonnière.
Les informations obtenues ne seront utilisées que dans la limite des objectifs poursuivis par l’étude.
Elles seront strictement confidentielles

A- Identification de l’enquêté
- Nom
- Age
- religion
- Niveau de scolarisation
- Diplôme le plus élevé
- Fonction
- Nombre d’années dans la société
B- Activité de conseil
- Nombre de séances de formation
- Qu’est ce que le conseil ?
- Quels sont les thèmes abordés lors des formations ?
- Comment utilisez-vous ce que vous avez appris ?
- Qu’est ce qui vous intéresse dans le CEF ?
- Qu’est ce que vous n’aimez pas ?
- comment appuyez vous les CDZ dans leur travail ?
- Qu’est ce qui a changé dans vos relations avec les CDZ ?
- Que faites-vous dans le cadre des activités de CEF ?
- Décrivez depuis que vous faites partie de l’opération ce que vous avez fait dans le cadre du
CEF : suivi des CDZ, participation à des réunions avec les paysans en conseil ?
Merci de votre collaboration

Annexe 4: Résumé des formations du PRASAC


Année 1 : Formation aux bases de la gestion
Sensibilisation avant novembre
3 modules :
- Sécurité alimentaire en novembre
- Gestion de trésorerie en décembre
- Prévision de campagne en mars

Année 2 : Définition et utilisation des indicateurs technico-économiques


Sensibilisation avant novembre
4 modules :
• Calcul du rendement, coût global de certaines activités en novembre
• Calcul des résultats par parcelle ou par spéculation en janvier
• Suivi technico-économique de l’élevage en mars
• Réflexion sur la démarche d’investissement en avril

Année 3 : Conseil individuel

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 42

Annexe 5 : Récapitulatif des formations SADEL

Participants
Périodes Thèmes Durée Outils Centres Observations
Nombre Groupe
Moyenne de 30 Garoua
Définition et étapes du CEF 1 jour par
Mai 2005 participants/centre de Supports de formation Kaélé Séances en salle
Programme prévisionnel campagne centre
formation Maroua
20 2 Maroua
Fiches de suivi,
Rappel démarche 1 jour par Séances en salle,
Juillet 2005 28 3 Supports de formation, Kaélé
Suivi des cultures centre travaux de groupes
Visite des parcelles
23 3 Garoua
17 4 Garoua
Septembre rappel démarche 1 jour par Supports de formation, Séances en salle,
2005 Analyse campagne centre 28 5 fiches de suivi remplies Kaélé travaux de groupes
23 5 Maroua
Rappel démarche
Programme prévisionnel de la Moyenne de 30
2 Supports de formation, Garoua, Kaélé
Avril 2006 campagne participants/centre de Séances en salle
jours/centre fiche de suivi Maroua, Guider
formation
Suivi des cultures
Moyenne de 30
Rappel de la démarche 1 jour par Garoua, Kaélé Séances en salle,
Juillet 2006 participants/centre de Supports de formation
Suivi des cultures centre Maroua, Guider travaux de groupes
formation
Rappel de la démarche, bilan et
Moyenne de 30 Garoua, Kaélé
analyse technico-économique, Séances en salle,
Octobre 2006 1 jour/centre participants/centre de Supports de formation Maroua, Guider
gestion de la trésorerie, sécurité travaux de groupe
formation Touboro
alimentaire

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en
vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 43

Annexe 6 : Fiche de suivi des cultures


FICHE DE SUIVI DES CHAMPS VILLAGE : ………………………… ZONE : ……………………………..
CAMPAGNE AGRICOLE : 06/07 NOM DU PRODUCTEUR : ………….……………………………….……..

Culture : ………………………………… Surface du champ : ………… quarts (surface mesurée : …………..)


Culture de l’année passée : ……………… Production de l’année passée : ………………………………………

Travaux réalisés A quel moment ? Comment ? Produit et quantité utilisés Coût des produits Autres dépenses

Observations : date de levée : ………………………………….. qualité de la levée : ………………………………………..………..


:……………………………………………………………….…………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………........…
…………………………………………………………………………………………………………………………………………………
………………………………………………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………………………………………..

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en
vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 44

Annexe 7 : Compte rendu des formations de SADEL


COMPTE RENDU DES ATELIERS DE FORMATION AU CONSEIL A L’EXPLOITATION FAMILIALE

1) Premier atelier conseil technique à la production agricole-campagne 2006-2007


MAROUA du 20 au 21 avril 2006
L’atelier de formation des chefs de zone et chefs secteur de la région de Maroua a eu lieu dans les
locaux de la SODECOTON (Société de Développement du Coton, SDCC) du 20 au 21 avril 2006. La
séance a été dirigée par M. DJAMEN Nana Patrice responsable au SADEL-GIE (Service d’Appui au
Développement local-Groupe d’intérêt Economique) cabinet conseil situé à Garoua. Le plan de la
journée du 20 est le suivant :
• Présentation des participants
• Bref rappel bilan des GPA
• Rappel de la démarche conseil
• Formation sur le module «programme prévisionnel de la campagne agricole»
Du deuxième point, nous retenons que les producteurs n’ont pas bien compris le contrat autonome.
Les chefs de zone sont priés de bien leur expliquer le contrat autonome pour éviter des sanctions
lourdes s’il survient des manquements. Un des problèmes majeurs soulevés est la gestion des
intrants. Elle serait due à la surestimation, la disponibilité des pluies, l’arrivée des pluies.
Il ressort du troisième point que le conseil est différent d’une injonction, c’est une aide à la prise de
décision. Le conseil à l’exploitation agricole (CEF) est un processus à trois étapes :
• Prévoir: se fixer des objectifs
• Exécuter: mise en œuvre des décisions
• Analyser: chercher les causes réelles des différences entre résultat et prévision
Le dernier point regroupe trois sous-thèmes :
• Définition de l’assolement
• Identification des besoins
• Recherche des solutions
Chaque sous-thème a été animé par un chef de zone (CDZ) pour voir les difficultés qu’ils rencontrent
sur le terrain La séance a débutée à 8H30 et s’est achevée à 17H.
Le plan de la journée du 21 :
• La démarche de suivi des cultures
• Présentation du dispositif et discussions générales
Le suivi a trois objectifs :
• Vérifier les écarts dans la mise en œuvre
• Opérer les ajustements
• Collecter les données utiles pour l’analyse de la campagne
Il est important de noter que la fiche de suivi et les visites des parcelles (habituelle et thématique) sont
des outils indispensables pour un bon suivi. Les recommandations à retenir sont les suivantes:
Pour la mise en œuvre :
• Rappels dans les Groupes de Producteurs Autonomes (GPA) des contours du contrat
d’autonomie
• Présentation de la démarche conseil

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 45

• Réunion de mise au point et de lancement avec le chef de région et les chefs de secteur si
possible
Une réunion toutes les deux semaines et faire des révisions dans la limite du possible.
Pour le suivi :
- Faire une réunion pour présenter le suivi et les thèmes ou activités qui seront réalisées
- Faire une réunion pour expliquer le remplissage des fiches et analyser les fiches de la campagne
précédente
- Faire une réunion de coordination convoquée par le chef de région au mois de juin
- Rédiger des comptes rendus en précisant la date, le nombre de participants, le thème abordé, les
questions des paysans, les difficultés rencontrées, les commentaires généraux

KAELE du 24 au 26 avril 2006


Le premier jour de la formation entre dans le cadre du recyclage des chefs de zone organisé par la
SODECOTON et le thème est le suivant"Appui aux Groupes de Producteurs Autonomes, Conseil à
l’exploitation agricole". Le programme est le suivant:
1. le secteur rural en mutations (définition de mutation et de secteur rural)
2. le contrat d’autonomie (critères, avantages et inconvénients des GPA)
3. le conseil aux exploitations (définition, postulat de cohérence, approche
globale de l’exploitation)
4. évaluation
Les journées du 25 et 26 sont identiques aux journées du 20 et 21.

GUIDER du 28 au 29 avril 2006


Les ordres du jour sont identiques à ceux de Maroua. Les participants maîtrisent mieux le sujet que
ceux de Maroua et Kaélé car ne sont pas à leur première année du conseil.
En conclusion, nous déplorons l’absence des chefs de région et l’atelier s’est déroulé dans de bonnes
conditions.

2) Deuxième atelier conseil technique à la production agricole campagne 2006-2007


Le programme établi est le suivant à Garoua le 27 juillet, à Guider le 28, à Maroua le 31, à Touboro le
04 août et à Kaélé le 09 août 2006. La formation n’a pas eu lieu à cause d’une installation du Sous-
préfet. L’ordre du jour a été le suivant :
- Bref rappel de la démarche
- Travaux de groupe
- Pause
- Restitution
- Bilan à mi-parcours et suivi des cultures
- Entretien avec la hiérarchie
Cet atelier fait suite au premier et porte sur le suivi des cultures ou deuxième étape de la démarche.
Notre attention a été portée sur les points suivants pour cette 2ème étape les écarts entre prévision et
réalisations, les aléas et difficultés, la collecte d’information (fiche de suivi) et les discussions sur les
thèmes techniques (visite de groupe, visite individuelle). Les participants ont été répartis en groupes.
Chaque groupe a répondu aux questions suivant un canevas (cf annexe 2) précis, puis une restitution
a été faite en salle. Il faut noter la présence des chefs de région. Il a été demandé aux participants de
laisser parler les paysans lors des séances thématiques. L’analyse à mi-parcours montre une

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.
Page 46

amélioration par rapport à l’année précédente surtout au niveau des relations entre paysans et
encadrement.

3) Troisième atelier Conseil Technique à la production agricole : campagne 2006-2007


Les séances ont eu lieu suivant le programme suivant :
- Kaélé le
- Maroua le
- Guider le 19 octobre
- Garoua le 20 octobre
- Touboro le 27 octobre 2006
L’ordre du jour est le suivant :
- Rappels
- Travaux de groupe et restitution
- Bilan et analyse de la campagne
- Pause
- Sécurité alimentaire et gestion trésorerie
- Remise des attestations
Les 3 étapes sont prévoir, exécuter et analyser. Cet atelier permet de répondre à la question si les
objectifs sont atteints. Les thèmes abordés lors des restitutions sont les suivants : bilan, analyse
technique et analyse économique et pour ce faire un canevas a été distribué aux participants. Le bilan
porte sur un état des lieux de la campagne et le niveau de remplissage de la fiche de suivi. L’analyse
économique consiste à calculer la marge brute qui est la différence entre les dépenses et la valeur
monétaire de la production. Il a été rappelé aux participants d’organiser une séance dans le but de
comparer la marge brute et le rendement. La sécurité alimentaire et la gestion de la trésorerie sont
développées cette fois ci à la demande des participants. Le premier thème consiste à identifier les
besoins alimentaires et les ressources disponibles puis comparer les deux et faire des ajustements si
nécessaire. Le deuxième thème consiste à comparer les besoins monétaires (identification, coût,
période, priorité) et ressources disponibles (source des revenus, montant, période), puis faire des
ajustements.

Djomo Sandrine, 2007. Diagnostic de la démarche conseil à l’exploitation agricole dans les groupements de producteurs
autonomes de coton de l’Extrême-nord du Cameroun. Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme d’ingénieur
agronome, Option : économie et sociologie rurales, FASA, Université Dschang, Cameroun.