OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT

L’ONU SALUE LA POLITIQUE DE L’EMPLOI INITIÉE PAR L’ALGÉRIE
12 Dhou El Qi’da 1432 - Lundi 10 Octobre 2011 - N°14328 Nouvelle série - www.elmoudjahid.com - ISSN 1111-0287

P. 9

L A R E V O L U T I O N PA R L E P E U P L E E T P O U R L E P E U P L E

LE QUOTA ENTRE
RETRAIT ET NÉGOCIATION DES POINTS

SALIMA SOUAKRI
ÉLUE AMBASSADRICE DE L’UNICEF

L’HONNEUR DE L’ATTRIBUT
“Le service de radiothérapie n’a jamais fermé ses portes”

Ph. : Nesrine

ELARGISSEMENT DE LA REPRÉSENTATION DES FEMMES AUX ASSEMBLÉES ÉLUES

P. 32

SANTÉ LE DIRECTEUR DU CENTRE PIERRE-ET-MARIE-CURIE (CPMC)

P. 7

SELON LE COMMUNIQUÉ DU MEN

“Plus rien ne justifie le maintien de l’appel à la grève”
Les grands débats animés à l’Assemblée populaire nationale au sujet des deux lois organiques`vont s’animer davantage avec la présentation, jeudi prochain, du projet de loi fixant l’élargissement de la représentation des femmes aux assemblées élues, l’un des trois projets de lois au programme des plénières de l’APN, que le Chef de l'Etat inscrit parmi les dispositions de la Constitution garantissant l'égalité des droits entre les citoyens et les citoyennes. P. 3

Les six organisations syndicales maintiennent la grève
JOURNÉE MONDIALE DE LA POSTE

P. 8

JOURNÉE MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT

UN PROGRÈS CERTAIN DEPUIS 2003 EN ALGÉRIE
Ksentini : “La peine de mort inappliquée depuis 20 ans”
P. 4

UN CACHET PARTICULIER
Algérie Poste lance de nouvelles prestations. P. 6

CAN-2012 DE FOOTBALL

Le Cameroun, l’Egypte, le Nigeria, l’Afrique du Sud out, la Tunisie sur le fil

P. 31

Quotidien national d’information — 20, rue de la Liberté - Alger — Tél. : (021) 73.70.81 — Fax : (021) 73.90.43 — 55e Année — Algérie : 10,00 DA - France : 1 €

2
Météo

EL MOUDJAHID

Ce matin, à 10 h

24° à Alger 33° à Adrar
Sur les régions Nord, le temps sera relativement froid et instable sur les régions de l'est avec des pluies orageuses localement assez marquées en matinée puis atténuation à partir de l'après-midi. Toutefois, vers le Centre et l'Ouest, on notera un ciel ensoleillé en cours de journée. Les vents seront de secteur Nord-Ouest faibles à modérés (20/30 km/h) sur les côtes est, et de secteur Nord-Est vers les côtes centre et ouest. La mer sera peu agitée à localement agitée vers l'Est. Sur les régions sud du pays, alternance d'éclaircies et de passages nuageux sur les wilayas de Tamanrasset et d’Illizi, et partout ailleurs, ciel dégagé à partiellement voilé. Les vents seront de secteur Est modérés (30/40 km/h) avec quelques soulèvements de sable sur le Sahara central. Les températures (maximales-minimales) prévues aujourd’hui seront comme suit : Alger (24°- 16°), Annaba (22°-18°), Béchar (27°- 15°), Biskra (27°- 17°), Constantine (20°- 10°), Djanet (30°- 19°), Djelfa (22°- 9°), Ghardaïa (28°- 14°), Oran (30°-18°), Sétif (17°- 12), Tamanrasset (28°- 17°), Tlemcen (28°- 15°). Tindouf (33°-18°), El-Oued (29°-17°), Adrar (33°-16°), Ouargla (28°- 17°).

Conférence de presse sur le deuxième Salon international des énergies renouvelables
à Oran.
Le centre de presse d’El Moudjahid abritera, ce matin, à 10h, une conférence de presse sur la deuxième édition du Salon international des énergies renouvelables, dont l’ouverture est prévue le 19 octobre

Youcef Yousfi reçoit l’ambassadeur d’Allemagne
Le ministre de l’Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi, a reçu hier au siège de son département ministériel, l’ambassadeur d’Allemagne, Mme Jutta Wolke qui lui a rendu une visite de courtoisie. Les deux parties ont passé en revu l’état des relations de coopération entre les deux pays dans le domaine de l’énergie en les qualifiant de « bonnes ». Le ministre a, à cette occasion, exprimé son souhait de voir les entreprises allemandes s’engager davantage en Algérie, notamment dans les domaines de la pétrochimie, des énergies renouvelables et dans la fabrication localement des équipements entrant dans l’industrie énergétique. Pour sa part, Mme l’ambassadeur s’est engagée à encourager les sociétés allemandes, notamment celles qui ne sont pas présentes en Algérie, à venir investir et explorer le marché algérien. A cet effet, elle a annoncé qu’une délégation d’opérateurs allemands activant dans les énergies renouvelables effectuera, en novembre prochain, une visite en Algérie afin d’explorer les opportunités d’investissement dans ce domaine.

Mercredi 12 octobre, à 10 h

Table ronde sur la prévention des catastrophes
A l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la prévention des catastrophes décrétée par l’ONU le 13 octobre de chaque année, le Centre de presse d’El Moudjahid abritera, mercredi 12 octobre, à 10 heures, une tableronde sur le thème. Les conférences seront animées par M. Ould Ameur Rabah, wali hors-cadre et point focal de la stratégie internationale de prévention des catastrophes, ainsi que des représentants de divers secteurs concernés par cette stratégie.

Jeudi 13 octobre, à 10 h

M. Ali Haroun présentera les archives de la Fédération FLN de France sur les manifestations du 17 Octobre 1961
Monsieur Ali Haroun, ancien dirigeant de la Fédération FLN de France, sera, jeudi 13 octobre à 10 heures, l’invité du forum d’El Moudjahid. A l’occasion de la célébration du cinquantième anniversaire des manifestations du 17 Octobre 1961 à Paris, M. Ali Haroun animera une conférence-débat sur cette journée “portée disparue’’. L’auteur de la 7e Wilaya présentera, pour la première fois, les archives de la Fédération FLN de France sur les manifestations du 17 Octobre 1961 (fonds Ali Haroun).

Noureddine Moussa à Batna
Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, M. Noureddine Moussa, effectuera, aujourd’hui, une visite de travail et d’inspection dans la wilaya de Batna. Cette visite permettra au ministre de s’enquérir de l’état d’avancement de l’ensemble des programmes relevant de son secteur.

Pluies orageuses assez marquées attendues sur l’est du pays Des averses de pluies parfois orageuses et assez
marquées continueront d’affecter plusieurs wilayas de l’est du pays, indique hier l’Office national de la météorologie dans un BMS (bulletin météorologique spécial). Les wilayas concernées par ce BMS sont : Béjaïa, Jijel, Skikda, Annaba, El-Tarf, Guelma et Souk Ahras. Les cumuls estimés atteindront ou dépasseront localement 40 mm durant la validité de ce bulletin (du dimanche au lundi à 12h).

Aujourd’hui, à l’Institut technologique de la pêche et de l’aquaculture de Cherchell

Ce matin, à 9 h 30, au club culturel d’El Moudjahid

Prix du journalisme méditerranéen

Notre consœur Mekioussa Chekir, delala Tribune, primée La corporation de presse
nationale s’enorgueillit de la distinction de notre consœur Mekioussa Chékir par le Prix du journalisme méditerranéen, de la Fondation euroméditerranéenne Anna Lindh. lle Mekioussa Chekir a été Me récompensée, jeudi soir, dans la catégorie presse écrite, pour son enquête «La tolérance à l’épreuve de l’unanimisme religieux» en Algérie, publiée le 28 juin 2011 dans les colonnes du quotidien la Tribune.

Hommage au martyr Ali Khodja
L’association Machaâl Chahid organise, en coordination avec le club culturel d’El Moudjahid, une conférence débat sur le thème « Création des commandos de la Wilaya IV historique », en hommage au martyr Ali Khodja ce matin, à 9h30, au club culturel d’El Moudjahid, place Port-Saïd – Alger, qui sera animée par le major Azzedine Zerrari, le major Mohamed Bousmaha et le major Omar Ramadan.

Ouverture de l’année pédagogique sectorielle
Le ministre de la Pêche et des Ressources halieutiques, M. Abdellah Khanafou, présidera, aujourd’hui, la cérémonie d’ouverture de l’année pédagogique sectorielle, qui aura lieu à l’Institut technologique de la pêche et de l’aquaculture de Cherchell, à Tipasa.

Elle sera inaugurée demain, à 8 h 30, au boulevard Fernane-Hanafi

Le 13 octobre, à 8 h, à l’hôtel Sheraton à Oran

Une stèle commémorative en l’honneur d’Emiliano Zapata
L’inauguration d’une stèle commémorative en l’honneur du révolutionnaire mexicain Emiliano Zapata aura lieu demain, à 8h30, au boulevard Fernane-Hanafi, en face de la nouvelle cour d’Alger, commune d’Hyssein-Dey.

7e édition de l’AFRICA TELECOM PEOPLE AWARDS 2011

Nedjma remporte, pour la troisième fois, le prix du Meilleur Opérateur Voix d’Afrique du Nord
Nedjma s’est une nouvelle fois distinguée, en remportant, pour la troisième fois, le prix du Meilleur Opérateur Mobile de la région Afrique du Nord de l’année 2011 dans la catégorie Voix, lors de la 7e édition de l’AFRICA TELECOM PEOPLE AWARDS 2011 (ATP) organisée les 5 et 6 octobre à Abidjan, en Côte d’Ivoire. Après les éditions des années 2007 et 2009, Nedjma décroche, cette année encore, le trophée du Meilleur Opérateur Voix d’Afrique du Nord, lors de cette grande messe des télécommunications, placée sous le thème de la célébration des 25 ans de la téléphonie mobile en Afrique, et qui a mis en concurrence des leaders régionaux et continentaux du secteur. Dans la sélection des lauréats, le jury composé d’éminents experts du secteur des télécommunications a pris en compte plusieurs critères tels que la spécificité et l'innovation au niveau technique, commercial et marketing, le volume des investissements, la progression de la télé-densité, du taux de couverture nationale, du chiffre d’affaires et du nombre de télé-centres, les tarifs de communications, etc. Cette distinction est un couronnement des performances réalisées par Nedjma, durant l’année, dans un seul et unique objectif : mettre à la disposition de ses clients les dernières innovations technologiques à travers des produits et des prestations de services inédits, modernes et abordables.

Demain, à 9 h 30

Journée technique sur les avancées de la gestion déléguée de l’eau
Dans le cadre de l’évaluation de la gestion déléguée de l’eau, le ministère des Ressources en eau organise une journée technique sur les avancées de la gestion déléguée de l’eau dans les wilayas d’Alger, d’Oran et de Constantine, le 13 octobre à Oran, Hôtel Sheraton, à partir de 8 h.

Journées portes ouvertes sur la carte Chifa
La CASNOS, agence régionale d’Alger, organise demain, à 9h30, au siège de l’agence sise 9, Bd Victor-Hugo des journées portes ouvertes, et ce dans le cadre du lancement de la phase d’exploitation de la carte Chifa.

Du 11 au 13 octobre, à l’Office Riadh El-Feth

PUB

Premier forum national de l’innovation et de la compétitivité de la PME
L’agence CPMconsulting organise, du 11 au 13 octobre, à l’Office Riadh El-Feth, un forum national de l’innovation et de la compétitivité des PME (F.N.I.C.PME) sur le thème « L’innovation ne s’invente pas… c’est un processus », en partenariat avec l’I.N.A.P.I, BCKconsulting, VIADEO, ILLUMINconsulting EMPLOITIC.COM, IT et ED E V E L O P E M E N T COMPANY.

DIRECTION DE LA DISTRIBUTION DE TIZI-OUZOU

Avis de coupure pour travaux
Pour améliorer sa qualité de service, et dans le cadre du programme d'entretien de son réseau, la Direction de la Distribution de Tizi-Ouzou informe son aimable clientèle qu'une interruption de la fourniture d'électricité est prévue pour le Mardi 11 Octobre 2011 de 09h00 à 15h00, pour travaux. La coupure concernera les localités suivantes : Lazaib, Tizra, Station d’épuration de Tassalast (relevant de la commune de Tigzirt), TIkouache, Mazer, Ibekhtaouene, Lot Ouest, Attouri (relevant de la commune de Mizrana). Pour toutes informations supplémentaires, appeler au : Le centre TIA : 026/22 25 25. District de Tigzirt : 026/25 83 08. La Direction de la Distribution de Tizi 0uzou s'excuse auprès de sa clientèle pour tout désagrément causé.
El Moudjahid/Pub ANEP 879828 du 10.10.2011

Le trophée a été décerné aux représentants de Nedjma lors d’une cérémonie grandiose organisée jeudi, 6 octobre, dans la capitale ivoirienne.

Lundi 10 Octobre 2011

EL MOUDJAHID

Nation
Le quota, entre retrait et négociation des points
L

3

ELARGISSEMENT DE LA REPRÉSENTATION DES FEMMES AUX ASSEMBLÉES ÉLUES

Les nouveaux dans la cour des grands
es prochaines élections législatives, qui qui se tiendront en mars 2012, seront intéressantes à plus d’un titre. En effet, du fait qu’elles seront les premières à être organisées post-réformes politiques, elles ne manqueront pas d’être inédites pour l’ensemble des participants à ces joutes électorales. Ainsi, si l’on se réfère aux déclarations de certains ministres et chefs de partis, ces prochaines élections législatives seront forcément plus ouvertes, puisque les nouveaux partis, agrées dans le cadre des nouvelles dispositions de la loi sur les partis et qui répondent aux conditions édictées dans la nouvelle mouture, devraient être autorisés à y prendre part. La participation étendue à d’autres formations politiques, qui viendront s’ajouter aux vieux routiers de ces élections, conférera à ces joutes un nouvel esprit de compétition. Les partis dont c’est la première participation auront à cœur de montrer aux pouvoirs publics et à l’opinion nationale que la persévérance dont ils ont fait preuve dans leur quête d’un agrément est tout à fait justifiée et que leur place sur l’échiquier politique national n’est pas imméritée. Certes, il ne faudra pas s’attendre à ce que le miracle ait lieu dès la première participation et que ces nouvelles formations viendront en toute facilité chambouler l’ordre établi depuis l’élection de la première législature pluraliste. Mais, il n’en demeure pas moins que rien n’est acquis d’avance pour ces formations qui peuvent se targuer d’avoir, au fil des participations successives, mis en place de solides machines électorales. Ainsi s’il n’est certainement pas donné à la première nouvelle formation de prétendre venir mettre en danger le FLN, le RND, le MSP, le PT ou le FFS, pour ne citer que ces grosses pointures de la scène politique nationale, il reste aussi que ces nouveaux partis pourront toujours puiser dans ce réservoir de voix que l’on qualifie à juste titre de majorité silencieuse. Les taux d’abstention relativement élevés enregistrés lors des dernières consultations, sont ainsi une brèche dans laquelle, les partis nouvellement agrées pourront s’engouffrer. A charge pour eux de mettre au point une stratégie électorale dans laquelle cette majorité peut se reconnaitre. La sanction tombera de l’urne, qui sera transparente. Nadia Kerraz

● Dans son article 1 , le projet de loi stipule que chaque liste de candidats doit comporter une proportion de femmes qui ne peut être inférieure au tiers du nombre total des candidats de la liste, qu’elle soit indépendante ou présentée par un parti politique, présentée aux élections de l’APN, des APC et APW. Quant aux sièges, comme c’est indiqué dans l’article 3, ils sont répartis en fonctions de nombre de voix obtenues par chaque liste, le 1/3 est obligatoirement réservé aux candidates femmes selon le classement nominatif dans cette liste. Dans son rapport la commission des affaires juridiques, administratives et des libertés, apporte des amendements et propose de ramener le quota de 30 à 20% quand bien même des députés refusent tout pourcentage, considérant le système d’infraction au règlement intérieur des partis politiques.
er

L

es députés qui ont jusqu’ici débattu et examiné deux projets de lois organiques, l’un fixant les règles du régime électoral, le second, définissant les cas d’incompatibilités avec le mandat parlementaire, procédant au retrait de certains de leurs articles, l’amendement d’autres, laissant ouvertes des divergences de fond quant à certaines dispositions, se préparent au débat général d’un troisième texte de loi qui amplifie la polémique avant même sa présentation. Les grands débats animés à l’Assemblée populaire nationale au sujet des deux lois organiques, vont s’animer davantage avec la présentation, jeudi prochain du projet de loi fixant l’élargissement de la représentation des femmes aux assemblées élues, l’un des trois projets de lois au programme des plénières de l’APN, que le chef de l'Etat inscrit parmi les dispositions de la Constitution garantissant l'égalité des droits entre les citoyens et les citoyennes. Aussi cette promotion des femmes sur la base de l’article 31 bis de la Constitution vient forcément couronner les efforts investis pour assurer l'égalité des genres dans les domaines de l'éducation, de l'enseignement, de l'emploi et de l'accès à d'importantes responsabilités publiques. Car en augmentant les chances des femmes d’accès à la représentation à travers une plus grande présence au sein du Parlement et des assemblées locales élues, cela confortera la représentativité de ces différentes instances et sera le gage d'un

consensus plus large autour des décisions que prendront ces assemblées, dans le respect des valeurs nationales. Entre le tiers et 30 %, un pourcentage conforme à la convention des Nations unies sur l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard des femmes Et en institutionnalisant ce nouvel article 31 bis dans la constitution révisée de 2008, le Président de la République inscrit de fait dans la mise en œuvre de son programme politique le renforcement des principes démocratiques, d’égalité et donc de promotion des droits politiques des femmes dans la gestion des affaires de la société et ce, en adéquation avec les mutations et évolutions ayant accompagné le parcours des femmes au niveau des autres domaines de la vie nationale. A travers cette disposition constitutionnelle, l’Etat rétablit les femmes dans leurs droits politiques au sein de la société et se conforme aux conventions et engagements internationaux ainsi qu’aux OMD des Nations unies. Considérant qu’en un demisiècle, le nombre de femmes aux AP est infime puisque la 7e législature de 2008-2012 ne compte que 37 femmes sur 533 hommes, réparties entre les deux Chambres, pas plus de 3 présidentes d’APC sur un total de 1.541 reviennent aux femmes, il est regrettable que la problématique de la représentation des femmes dans la vie politique reste une doléance à concrétiser par l’instauration des mécanismes de sa mise en application, et en conséquence

d’un projet de loi à fixer ses modalités. C’est ainsi que le projet de loi vient remédier à la situation et proposer le recours au système obligatoire de quota lors de l’établissement des listes électorales, et dans les sièges obtenus par chaque listes, dans une variante de quota situé entre le tiers et 30 %, un pourcentage considéré comme étant le plus conforme à la convention des Nations unies sur l’élimination de toutes formes de discrimination à l’égard des femmes. Le texte de loi qui sera présenté le 13 courant au débat général à l’Assemblée fait grincer les dents et les partis de l’alliance présidentielle négocient des points du pourcentage du quota et seul le RND qui a fait de ce seuil du quota, une pratique dans le fonctionnement interne de ses organes et structures organiques, veut encore croire aux dispositions du projet de loi dans sa forme initiale. Intervenant dans le contexte des réformes politiques, le projet de loi en question, tout comme les deux précédemment cités, obéit essentiellement à la refonde progressive de la législation en vigueur conformément aux décisions du Président de la République annoncées le 15 avril dernier. L’objectif et leur teneur, comme l’a souligné le premier magistrat du pays, consistent à traduire la volonté des Algériennes et des Algériens qui aspirent à faire progresser davantage le système politique démocratique et pluraliste qu'ils ont consolidé durant ces deux décennies,

devenu une réalité. Cette réalité que viendra consacrer le vote de la loi sur la commune et l’examen prochain de la loi sur la wilaya, devra être davantage lisible et mieux perçue dans les assemblées élues, sur la scène politique et au niveau du mouvement associatif. Un autre objectif est inscrit dans cette perspective et vise à rehausser les responsabilités aux missions, à conforter la décentralisation territoriale et à conjuguer les efforts de la participation de la population et de ses élus à la gestion des affaires locales et au développement national. Si ces trois textes de lois qui viennent pour ancrer le processus démocratique, en fixant et renouvelant les bases consacrant la transparence du processus électoral à même de lui conférer davantage de crédibilité, retiennent l’attention de la société, des acteurs politiques et autres observateurs. Comme toutes les nouveauté, les projets de lois, élaborés ou en examen devant le Parlement, constituent l’émanation du large consensus faite autour des propositions recueillies auprès de la majorité des participants aux consultations politiques de juin dernier sous l’égide d’une instance nationale constituée de personnalités nationales, approuvés en conseil des ministres. Ils alimentent les débats des travées de l’APN, dans certains de leurs aspects, et donnent du grain à moudre à des leaders politiques. Houria Akram

OCTROI D’AGRÉMENTS AUX PARTIS POLITIQUES

Ould Kablia l’a affirmé sans ambages :

« Il n’y aura pas de deux poids deux mesures, il faut avoir les conditions requises »
● La liste des formations qui se trouvent en stand by contient en tout 42 demandes d’agrément.
u’elles répondent aux conditions requises ». Ce sont les termes choisis par le ministre de l’Intérieur et des Collectivités locales, Daho Ould Kablia, pour s’adresser aux formations politiques non agrées jusque-là, les « invitant » à déposer leur agrément et effectuer leur entrée officielle dans la scène politique. Lors de cette déclaration faite à un confrère arabophone, le ministre a en fait, répondu aux critiques émises par certaines personnes ne s’étant pas conformées aux normes, mais réclamant l’agrément pour la création d’un parti. Aussi, il a souligné que ce « feu vert » est tributaire du contenu de la loi sur les partis. Quant aux conditions d’éligibilité à un agrément, M. Ould Kablia avait évoqué, lors d’une de ces sorties médiatiques, la capacité d’avoir des adhérents dans toutes les régions du pays, tenir des assemblées générales régulièrement et des scrutins à bulletins secrets. Dans le contexte actuel des choses, il convient de rappeler que nombreux sont les « apprentis » parEtant lui aussi un vieux tis de différentes obédiences, qui asroutier de la politique, Amara pirent à jouer des coudes et avoir leur Benyounes, président de mot à dire sur la scène politique. Pendant ce temps où des formal'Union des démocrates répuConnu et reconnu comme une fiblicains (UDR) a tenu un tions jouent leur va-tout pour gure emblématique non seulement conseil national au siège de convaincre et se frayer un chemin, les par ses pairs mais par l’ensemble des l’UGTA à Alger. Il a affirmé «Mastodontes» de la politique noobservateurs, Abdellah Djaballah, de partis islamistes, à l’image d’Ab- avoir décidé de participer aux pro- tamment les partis de l’alliance préfondateur de deux mouvements (En- delmadjid Menasra et de Djamel Be- chaines élections législatives de sidentielle (FLN, RND et MSP) nahda et El Islah) a, après quelques nabdeslam, veulent réinvestir le 2012. Selon lui, les dispositions du voient déjà venir les élections légisannées de non activité, compte effec- terrain. Si la volonté existe, elle peut nouveau projet de loi sur les partis latives prévues en mai 2012. Les prétuer son come back en fanfare et a an- ne pas suffire car la réalité politique politiques ne constitueront pas un paratifs ont commencé avant même noncé la création du Front de justice exige d’eux des discours convain- frein aux ambitions du parti. le Ramadhan. et de développement(FJD) dont la cants et de faire en sorte d’éviter tous demande d’agrément a été déposée le conflits internes lesquels, rappelonsFouad Irnatene La liste de ces formations qui se mois précédent. D’autres ex-leaders le, étaient derrière la division des formations dont sont issus ces responsables. Cependant, comme cela a été annoncé lors du dernier conseil des ministres, « le projet de loi prévoit notamment des dispositions à même de prévenir la réédition de la tragédie nationale » et, ipso facto, interdire à tout cadre du FIS (parti dissous en 1992) de créer leurs partis. trouvent en stand by contient en tout 42 demandes. Ce ne sont «pas seulement celles émanant de cinq ou six personnalités connues et dont on parle le plus», a clarifié le ministre de l’Intérieur en avril dernier. Notons que le Front démocratique de Sid Ahmed Ghozali et le Parti de la liberté et de la justice de Mohamed Said se trouvent en pareille situation. Ces partis cités ont, selon des sources, plus de chances à obtenir leur agrément. A ce panel de formations, s’ajoutent d’autres, toutes nouvelles, comme celle dénommée « Jil Jadid » ou nouvelle génération.

«

Q

Lundi 10 Octobre 2011

4

Nation
JOURNÉE MONDIALE CONTRE LA PEINE DE MORT

EL MOUDJAHID

Un progrès certain depuis 2003 en Algérie A
l’occasion du 9e anniversaire de la célébration de la Journée mondiale contre la peine de mort qui coïncide avec le 10 octobre de chaque année, la section algérienne d’Amnesty International a organisé hier au siège de la Mutuelle des matériaux de construction de Zéralda une conférence-débat sur la peine de mort entre politique et droit. Animée par Maître Seghir Lakhdar, membre fondateur de ladite section et coordinateur du réseau anti-peine de mort qui a fait remarquer que la peine de mort n'est pas une décision religieuse ou juridique, mais avant tout une décision politique. La religion a sa position alors que les politiques divergent : il y a ceux qui sont pour et ceux qui sont contre», a-til affirmé. Abordant le volet historique, l'intervenant explique que dans les pays européens, ce sont souvent les conditions politiques qui ont décidé de son interdiction ou de son maintien. «Juridiquement, les choses évoluent chez nous, mais lentement ». Pour ce qui est du gel de la peine de mort en Algérie et ce depuis 2003, le conférencier a indiqué que cette décision symbolise un certain progrès dans la législation algérienne. Les débats ont porté sur la vision religieuse qui empêche la législation de débloquer la situation en la matière, car selon les in-

VISITE DE LA SECRÉTAIRE D’ETAT FRANÇAISE, CHARGÉE DE LA JEUNESSE :

tervenants « nos religieux refusent de voir la vérité en face ». En marge de cette rencontre, les conférenciers participeront à l’université d’été organisée jusqu’au 13 octobre prochain, en partenariat avec la fédération Frédéric-Nomane. Plusieurs activités y sont inscrites, à savoir la formation des formateurs sur le thème, la présentation du réseau jeune et activités à l’occasion du 50e anniversaire d’Amnesty International, les droits de l’homme et les obstacles en matière de communication, liberté des cultes et instruments internationaux en matière de droits de l’homme… S.S.

Jeannette Bougrab plaide pour des relations d’ « exception »

D

Ksentini : «Inappliquée depuis 20 ans»

A

l’instar des autres pays, l’Algérie a célébré hier la Journée internationale contre la peine de mort. Dans ce cadre, il est peu -être utile de rappeler que la peine de mort n'a pas été appliquée dans notre pays depuis 1993, lorsque l'ancien Président Liamine Zeroual avait prononcé un moratoire sur les exécutions. Revenant du 4e Congrès mondial pour l'abolition de la peine de mort, organisé au mois de février 2009 à Genève, maître Farouk Ksentini, président de la Commission nationale consultative pour la promotion et la protection des droits de l'omme, a déclaré à la presse que cette peine était "inappliquée" depuis vingt ans, et que l'Algérie devait "s'en débarrasser". Nous vient à l’esprit la déclaration de M. Tayeb Belaïz, ministre de la Justice, garde des Sceaux, en juin 2004, annonçant que « la peine de mort en vigueur dans les lois algériennes sera abolie », avant d‘ajouter que « cette abolition ne concernera pas le terrorisme, l'atteinte à la sécurité de l'Etat, la trahison et les crimes d'infanticide et de parricide.» Ce n’est pas le cas du Président du Haut conseil islamique, M. Cheikh Bouamrane, qui a déclaré pour sa part que son organisation "ne pourra jamais cautionner l’abolition de la peine de mort", en ajoutant que "dire oui serait remettre en cause plusieurs versets du saint Coran". Lui em-

boitant le pas, le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, M. Bouabdellah Ghlamallah, a indiqué lors de l’ouverture de la Semaine nationale du saint Coran qui s’est tenue à Alger qu’il s’inscrivait « contre l’abolition de la peine de mort". Au plan international, l'Algérie a signé plusieurs accords favorables à l'abolition de la peine de mort et en 2004, le législateur a

ratifié la nouvelle Charte arabe des droits de l'homme, qui rejette l'application de la peine capitale. En effet la nouvelle Charte précise dans son article 7 que "la peine de mort ne peut être prononcée contre des personnes âgées de moins de 18 ans sauf disposition contraire de la législation en vigueur au moment de l'infraction". Mourad A .

es sessions de formation seront organisées en France pour les encadreurs des établissements de jeunes et les associations algériennes. C’est ce qu’a annoncé hier la secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education nationale, chargée de la Jeunesse et de la Vie associative, Mme Jeannette Bougrab. La secrétaire d’Etat française, en visite de travail à Alger, a plaidé en faveur de l'approfondissement de la relation d'exception entre l'Algérie et la France, affirmant être porteuse d'un message d'espoir et d'encouragement des Français à l'endroit des Algériens. En se rendant à la Maison de jeunes Abderrahmane-Laâla (Alger), elle a tenu à transmettre ce message à la jeunesse algérienne, lors de sa visite aux différents espaces que comprend cet établissement. A l’issue de sa visite, elle a indiqué que les misons de jeunes en Algérie sont en train d'effectuer un travail extraordinaire. Cela nous motive à échanger d'abord nos expertises, puis contribuer à élever le niveau des encadreurs des jeunes, a encore ajouté l’hôte d’Alger avant de préciser qu’elle s'engage à faire un effort concret pour augmenter le nombre de bourses en France au profit des encadreurs et des associations juvéniles algériennes tout en assurant en marge des entretiens bilatéraux entre les deux parties qui ont porté sur les voies et les moyens de renforcer les relations bilatérales. Le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Hachemi Djiar, a, pour sa part, révélé que la volonté d’œuvrer en commun doit être concrétisée sur le terrain, annonçant l’organisation prochainement d’un séminaire sur les thèmes de la prévention contre la drogue, l'incivisme et la violence dans les enceintes sportives. La secrétaire d’Etat française, qui estime que les jeunes des deux pays sont confrontés aux mêmes problèmes

étant de la même époque et attendent des mesures concrètes, parle de la consolidation d’un partenariat privilégié entre les deux parties avant de se déplacer en soirée au Centre international de la jeunesse de Sidi Fredj (Alger) pour rencontrer des représentants d'une trentaine d'associations juvéniles. Originaire de Médéa, Mme Bougrab a indiqué qu'elle a pu se ressourcer auprès de tous ces jeunes Algériens qui dégagent une formidable énergie et un grand savoir-faire à travers leurs activités. L'Algérie doit être confiante et surtout fière de sa jeunesse, porteuse de beaucoup d'espoir, a-telle souligné, en se basant sur son propre parcours évoquant ses parents qui, dit-elle, ne savaient pas lire et écrire le français, mais cela ne m'a pas empêché de décrocher mon doctorat en droit, devenir membre du Conseil d'Etat puis membre de l'actuel gouvernement français. La ministre qui a été reçue par le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Hachemi Djiar, au siège du MJS, a ensuite effectué une visite à la maison de jeunes Abderrahmane-Yala à Alger, un établissement pilote en matière d'organisation des espaces et activités du mouvement associatif dans le cadre du partenariat. S'exprimant sur les relations algérofrançaises, elle a appelé à lever les quiproquos, relevant l’importance des attentes des deux côtés, notamment de la part de la communauté algérienne, considérant qu'en France, beaucoup de gens sont issus de la communauté algérienne et sont à des postes élevés au sein des établissements hospitaliers, dans la magistrature, dans les arts et dans le monde sportif. La secrétaire d'Etat chargée de la Jeunesse et de la Vie associative est en visite officielle en Algérie à l'invitation de son homologue, le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Hachemi Djiar. Synthèse H A/APS

PERSONNALITÉS SPORTIVES CHARGÉES DE "LA RENAISSANCE DU VRAI SPORT EN AFRIQUE"

5e SESSION ORDINAIRE DU PARLEMENT PANAFRICAIN

Le député Azzedine Abdelmadjid élu président du groupe parlementaire de la région Afrique du Nord

Mustapha Berraf dans le panel
M. Mustapha Berraf a été désigné, de par sa fonction de 1er vice président de l’Association des Comités olympiques africains (ACNOA), dans le panel de personnalités sportives mis en place par l'Union africaine (UA) pour la "renaissance du vrai sport en Afrique", a t-on appris auprès de l’intéressé. Aux côtés de l’ex-président du Comité olympique algérien (COA) siégeront MM. Ahmed Fouly, le nouveau président de l'Union des confédérations sportives africaines (UCSA), qui a succédé à M. Mustapha Larfaoui en septembre dernier à Maputo, en marge des Jeux africains qu’a abrité la capitale du Mozambique, Leonard Thadeo, directeur général des sports de Tanzanie, et le Dr Vetumbuavi S. Veii, président de la zone 6 du sport en Afrique. Les missions principales de ce panel de personnalités africaines consisteront à proposer une réorganisation totale du sport africain et à hâter la restructuration des Jeux africains suite à la dissolution du Conseil supérieur du sport en Afrique (CSSA). Ce panel débutera ses travaux le 17 octobre prochain à Addis-Abeba (Ethiopie), et les propositions retenues devront être avalisées par la conférence des ministres des Sports qui se tiendra dans la capitale éthiopienne les 20 et 21 octobre.

L

e député de l'Assemblée populaire nationale (APN), M. Azzedine Abdelmadjid, a été élu président du groupe parlementaire de la région Afrique du Nord, en marge des travaux de la 5e session ordinaire du Parlement panafricain (PAP) qui ont débuté le 3 octobre, a indiqué hier un communiqué de l'APN. Le Parlement panafricain compte dans ses structures cinq groupes régionaux : les régions Afrique du Nord, Afrique australe, Afrique de l'Est, Afrique de l'Ouest et Afrique centrale. Cette 5e session ordinaire qui s'étalera jusqu'au 14 octobre débattra plusieurs thèmes relatifs aux rapports de la commission des experts de l'Union africaine (UA) sur le Soudan et de la mission d'enquête en Egypte,

en Tunisie, en Libye, au Sahara occidental et en Côte d'Ivoire, ainsi qu'au Tribunal africain des droits de l'homme et des peuples. Il sera également question du débat des rapports relatifs à l'implication des jeunes au développement durable en Afrique, celui de la Banque mondiale (BM) sur l'Afrique, du rapport sur la conférence des femmes et le changement climatique outre la réunion de concertation sur le passage du Parlement panafricain au statut d'instance législative et le renforcement de la ratification de la Charte africaine sur la démocratie et la bonne gouvernance tenue en juillet dernier à Ouagadougou. Les travaux de cette session seront sanctionnés par l'adoption des décisions et recommandations de la 4e session ordinaire.

Lundi 10 Octobre 2011

EL MOUDJAHID

Nation
GHOUL SUR LES CHANTIERS D’ALGER HACHEMI DJIAR LORS D’UN POINT DE PRESSE TENU HIER AU SIÈGE DE LA RADIO

5

Désengorger la capitale

Maître mot : la formation
C’est un discours clair, cohérent et sans équivoque qu’a tenu hier le ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Hachemi Djiar, à l’auditorium de la radio et en présence des médias et des représentants de la société civile. Une intervention remarquable et remarquée portant sur des sujets qui lui tiennent à cœur et qui interpellent surtout l’ensemble du mouvement sportif national. D’abord et en priorité, il convient de « revenir aux fondamentaux ». Ainsi et s’agissant des ressources humaines le ministre est catégorique : « Il faut impérativement puiser dans le gisement humain national ». A ce propos il précisera sur le registre de la formation des jeunes, fondement de base de toute politique qui se veut rentable à terme car managée au mieux, « un minimum de dix ans est nécessaire pour former un sportif ». C’est dire donc si ce volet vital lui « tient particulièrement à cœur » en ce qu’il conditionne littéralement l’échec ou la réussite de tout projet sportif constructif. Ensuite l’orateur qui sait de quoi il parle relèvera en substance à l’endroit de tous ceux qui reprochent à l’institution qu’il dirige de « travailler en silence » que c’est « peut-être un tort en soi » mais surtout « un mal nécessaire » car de tels chantiers méritent assurément « plus de pondération et de sérénité ». Par ailleurs et s’il faut dresser un bilan de toutes les réalisations des trente dernières années il y a lieu de noter et reconnaître surtout « beaucoup d’avancées » à cette réserve près « que la source se tarit car on néglige la formation dont il serait peu de dire qu’elle constitue un préalable incontournable ». Rien de tel en effet qu’un investissement à long terme pour « asseoir le sport sur des bases solides ». Par conséquent « c’est un choix délibéré pour sortir une bonne fois pour toute du bricolage auquel on a payé un lourd tribut ». Désormais il n’y a d’autre alternative que celle « du travail de fond » . Il va sans dire également qu’il faut avoir les moyens de sa politique. Ton rassurant du ministre : « Nous les avons », mais pas question pour autant de ne pas les utiliser à bon escient et rationnellement. Dans cette optique « 5 grands complexes omnisports, sis respectivement à Alger, Oran, Tizi-Ouzou, Sétif et Constantine outre un réseau d’écoles de formation mis en place à travers l’ensemble du pays » serviront de détonateurs puissants à une pratique sportive soumise à l’obligation de résultats puisque l’obligation de moyens est disponible. Evidemment, rassure le ministre « une vaste opération de recensement de clubs formateurs est lancée tandis qu’un bonus est prévu en leur faveur ». Bien entendu tout cela suppose des textes de loi bien qu’il s’en trouve pour nous reprocher de trop faire dans le législatif... Mais là où « s’impose une base légale inutile de contester. Il en est ainsi concernant la loi sur la formation imposable à tous. » Enfin et sur ce chapitre le ministre ne mâchera pas ses mots « oui pour le partenariat mais à condition de clarifier la relation entre les pouvoirs publics et les différents partenaires. » Autrement dit chacun désormais devrait savoir à quoi s’en tenir question utilisation des deniers publics. Et le ministre se fera fort de rappeler que « des centaines de milliards ont été débloqués au profit du sport. L’argent public sera assujetti à l’avenir à un contrôle strict, rigoureux et draconien. Chaque “dourou” dépensé doit être justifié. » Enfin conclura le ministre : « Nous œuvrons main dans la main avec le ministère de l’Education pour peaufiner le segment de la formation et l’institutionnaliser à tous les paliers pour former au final une véritable élite... tout en réhabilitant les techniciens maillons essentiels, s’il en est, de tout l’édifice... » Amar Zentar

Ph. Wafa

L

e ministre des Travaux publics, Amar Ghoul, a effectué, hier, en compagnie du wali d’Alger, une visite de travail et d’inspection dans cinq chantiers de la capitale relevant de son département. Le premier responsable du secteur des travaux publics, s’est enquis de l’état d’avancement des projets entrant dans le cadre du désengorgement et la fluidité du trafic automobile dans Alger et sa périphérie. Il s’agit notamment, du projet de réalisation de la liaison reliant Bouchaoui à Ouled-Fayet, dont les travaux sont en phase finale. Cette liaison en 2x2 voies, s’étendant sur 2 km, évitera aux automobilistes de faire le détour par Chéraga. Dans la commune de Kouba, le ministre a inspecté les travaux de la liaison Plateau des Anassers. Ce projet s’inscrit dans le cadre de l’aménagement du boulevard OulmaneKhelifa et répond à un besoin en fluidité du trafic occasionné par la forte intensité de la circulation que drainent les différents axes routiers (Ruisseau, les Sources, Oulmane-Khelifa, autoroute Est). Les travaux des structures et superstructures sont terminés à 100%.

Sur ce site, le ministre a insisté sur la préservation des infrastructures réalisées. Il a également appelé les autorités locales à intégrer les jeunes dans les travaux de maintenance et de préservation des ouvrages routiers, mais aussi des espaces verts. A Benghazi, dans la commune de Baraki, le ministre s’est arrêté sur l’état d’avancement de l’un des ouvrages routiers de la capitale à savoir la liaison radiale Oued Ouchayah-Benghazi au niveau de la RN38 ainsi que de la réalisation d’un viaduc de 2×1,1 km. Les délais de réalisation de ce projet sont de 36 mois et le coût est estimé à plus de 6,5 milliards de dinars. Le ministre s’est également rendu sur le chantier de réalisation du dédoublement du chemin de wilaya (CW) 149, reliant Bordj el Bahri à El-Hamiz, d'une longueur de 10 km. Le CW 149 passe par les agglomérations de Quahouet Chergui, Harraga, Ben Zerga, Ben Amar, pour aboutir à Hamadi. Ce projet, dont le taux d’avancement des travaux et de 23%, "sera livré dans un délai de 18 mois". Amar Ghoul a par ailleurs inspecté le projet de dé-

doublement du CW 121 reliant Aïn Taya à Rouiba. S’étendant sur 11 km, ce projet est à 28% de sa réalisation. Il devrait être livré dans 26 mois. « L’élargissement de ces routes permettra de désengorger la partie est de la capitale, notamment durant la saison estivale, a indiqué le ministre dans une déclaration à la presse. « Entre autres, les dédoublements des CW 121 et 149 pourraient, servir de pénétrantes entre les pôles urbains de l’est d’Alger et ceux de la wilaya limitrophe de Boumerdès », a-t-il ajouté. Au niveau de la plupart des chantiers visités, Amar Ghoul a exprimé sa satisfaction quant à l’avancement des travaux tout en donnant des instructions, pour cadrer ces projets par les actions d’accompagnement (éclairage, espaces verts). Il a appelé les autorités locales à s’impliquer dans les opérations de préservation et de l’aménagement des espaces verts. Le ministre a en outre insisté sur l’intégration des citoyens dans les projets de proximité, pour maintenir tout ce qui a été réalisé. Salima Ettouahria

PRODUCTION AGRICOLE EN ALGÉRIE

Un taux de croissance de plus de 10% en 2010-11

L

a production agricole de l'Algérie a enregistré un taux de croissance de 10,3% durant la saison 20102011, contre 8,5% lors de la saison précédente, selon les chiffres rendus publics hier par le ministère de l'Agriculture et du Développement rural. Toutes les filières ont enregistré des résultats "positifs" lors de la saison 2010-2011, à l'exception des céréales dont la production a reculé de 7% par rapport à la saison précédente, a indiqué le directeur des statistiques agricoles au ministère, M. Hocine Abdelghafour. Ce responsable s'exprimait lors d'une réunion d'évaluation des contrats de performances du 3e trimestre de 2011, présidée par le ministre en charge du secteur, M. Rachid Benaïssa, en présence, pour la première fois, des présidents des Assemblées communales des communes performantes. Selon le bilan définitif, la production céréalière a atteint 42,45 millions de quintaux lors de la campagne 2010/11, en baisse de 7% par rapport à la récolte de 2009/10 (45 millions de quintaux). Le ministre a qualifié les résultats enregistrés cette année de "positifs" même si la marge du progrès reste "importante". La baisse de la production céréalière s'explique, selon le ministre, notamment par la sécheresse qui a

frappé l'ouest du pays. "Avant, dans ce genre de situation la baisse était plus importante. Alors que cette année certains agriculteurs de cette région ont même enregistré des rendements supérieurs à 50 quintaux à l'hectare grâce à l'introduction de l'irrigation d'appoint", a-t-il expliqué. Quant à la filière lait, la production enregistrée au cours de la campagne 2010/11 a atteint plus de 2,92 milliards de litres toute production confondue, alors que le secteur tablait sur un objectif de 2,73 milliards de litres. La collecte du lait a également augmenté de près de 50% passant de 390 millions de litres en 2010 à 578 cette année. Cette filière a enregistré également l'importation de 60.000

génisses pleines durant les trois dernières années, selon le directeur des services vétérinaires du ministère, M. Rachid Bouguedour. C'est le cas aussi de la pomme de terre dont la production a atteint 38,49 millions de quintaux cette année contre 32 millions de quintaux la saison dernière, selon un bilan définitif concernant cette filière. Les prévisions à l'horizon 2014 tablent sur 40 millions de quintaux. La production agrumicole a atteint quant à elle plus de 11 millions de quintaux sur un objectif de 9 millions de quintaux, alors que la production de dattes a dépassé pour la première fois le seuil de 7 millions de quintaux cette année. La filière viandes rouges a enregistré une production

de 4,2 millions de quintaux pour un objectif de 3,65 millions de quintaux, contribuant ainsi à la baisse des importations de viandes congelées et à l'émergence d'un créneau de producteurs de viandes congelée issue de la production nationale, selon M. Bouguedour. La production des viandes blanches a atteint pour sa part 3,36 millions de quintaux pour un objectif de 2,89 millions de quintaux. Concernant le renouveau rural, le dernier bilan fait état de près de 3.542 projets de proximité de développement rural intégré lancés sur le terrain dont plus de 200 sont achevés. Plus de 4 millions de personnes sont touchées par les actions menées dans le cadre de ces projets qui portent essentiellement sur la lutte contre la désertification, le traitement des bassins versants et l'extension du patrimoine forestier. Par ailleurs, le ministre a souligné que les chiffres obtenus sur la production et la productivité étaient élaborés par plus de 600 cadres au niveau national ce qui signifie qu'il s'agit de "données crédibles". "Nous sommes d'accord sur la nécessité d'améliorer le système statistique du secteur, mais personne ne devrait douter de ces chiffres", a-t-il dit, en réponse à certaines questions sur la crédibilité des chiffres avancés par les pouvoirs publics.

Distinction des présidents d’APC des communes performantes
Une dizaine de présidents d’assemblées populaires des communes (P/APC) qui ont réalisé de meilleures performances agricoles en 2011 ont été distingués, hier à Alger, par le ministère de l’Agriculture et du Développement rural lors de la réunion d’évaluation des contrats de performances sur le Renouveau agricole et rural. C’est la première fois depuis la signature des contrats de performances sur le Renouveau agricole et rural en 2009 avec les 48 wilayas du pays, que des maires sont invités pour assister à la présentation des résultats de ces contrats dans les différentes filières. Les distinctions ont été remises à des P/APC des communes leaders dans plusieurs filières dont les dattes, l'oléiculture, la tomate industrielle, le lait, les viandes rouge et blanche, le maraîchage et les céréales. Deux communes d’El Oued ont émergé durant la saison. Il s’agit de Djemaa, classée première au niveau national dans la production de dattes ainsi que Hassi Khelifa dans les produits maraîchers, notamment la pomme de terre. Pour l’oléiculture c’est la commune de Sig à Mascara qui a été distinguée, alors que dans la filière tomate industrielle, c’est la commune de Ben Azzouz (Skikda), qui a produit près de 20% de la production nationale cette année, estimée à 7,5 millions de quintaux.

Ph. Bilel

Lundi 10 Octobre 2011

6

Nation
JOURNÉE MONDIALE DE LA POSTE

EL MOUDJAHID

Un cachet particulier
Algérie Poste lance de nouvelles prestations.

RENCONTRE DE CONCERTATION SUR LE DÉVELOPPEMENT LOCAL À SÉTIF

M.

Mohamed Laïd Mahloul, directeur général d’Algérie Poste, a annoncé hier la mise en service de nouveaux services innovants pour les utilisateurs algériens. Des prestations inédites, à l’image du paiement de factures par terminal de paiement électronique (TPE), la mise en production de son propre centre de personnalisation des cartes magnétiques dont le siège a été inauguré, hier, par le ministre des PTIC et d’un espace de libreservice constitué uniquement d’automates avec un seul agent de guichet chargé d’orienter les clients. Il s’agit-là d’une opération pilote symbolisant la poste du futur. Invité hier à l’émission « Sabah El Khaïr » de la télévision nationale, à l’occasion de la journée mondiale de la Poste, célébrée le 9 octobre de chaque année, M. Mahloul signalera que toutes ces nouvelles prestations ont fait l’objet d’un travail de vulgarisation lors d’une grande manifestation organisée au niveau de la Grande Poste d’Alger qui a abrité par la même, le lancement à grande échelle de la poste itinérante : autrement dit, des poids lourds entièrement équipés qui sont en mesure de se déplacer dans les régions les plus enclavées du pays en vue d’offrir aux clients un service de qualité à proximité des lieux d’habitations. Notons dans ce cadre que c’est la wilaya de M’sila qui a été la première à bénéficier du service. Algérie Poste, forte de 30.000 travailleurs avec des ingénieurs dans grand nombre de spécialités, compte valoriser la ressource humaine qui constitue sans conteste, selon son premier responsable, la matrice de la récente organisation de l’entreprise. Se basant sur cette donne et dans un message adressé aux travailleurs à l’occasion de la journée mondiale de la Poste, M. Mahloul annoncera toute une panoplie de mesures au profit des

«L’investissement privé en butte à la bureaucratie»

L

personnels. Ces mesures concernent notamment la promotion interne par voie de concours et par ancienneté, l’octroi de la prime PRI & PRC en fonction des résultats collectifs et individuels, la bonification pour les enfants et ayants droit de chahid, la formation pour tous les travailleurs durant l’exercice 2012, la dynamisation des activités des structures des œuvres sociales et la communication tous azimuts. Evoquant l’avenir de l’entreprise, M. Mahloul se dira convaincu que l’entreprise dispose de solides atouts pour rebondir et poursuivre son développement, et ce, « en dépit de toutes les difficultés économiques et structurelles que traverse l’entreprise.» Aussi, ajoutera-t-il, face aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, Algérie Poste se doit de s’adapter et de se montrer innovante. Il est en effet question de modernisation et de mise à la disposition des citoyens « de produits et services de

qualité, de mieux comprendre leurs besoins, afin de satisfaire davantage leurs attentes d’aujourd’hui et, au besoin, anticiper celles de demain. » Par ailleurs, l’on apprend que "la direction générale d’Algérie Poste procédera en ce mois d’octobre à l’émission de deux timbres-poste à 15,00 DA ayant pour thème : la journée mondiale de la Poste. La vente anticipée qui a débuté hier se poursuivra aujourd’hui dans les 48 recettes principales des postes situées aux chefs-lieux de wilaya et les recettes principales d’Alger (1er Novembre, Hussein Dey, Chéraga, Ben-Aknoun et Rouiba. La vente générale aura lieu le mardi 11 octobre 2011 dans tous les bureaux de poste. Pour rappel, la journée mondiale de la Poste est le jour anniversaire de la création, il y a 137 ans, de l'Union postale universelle (UPU) à Berne, Suisse, en 1874. Soraya G.

es représentants de la société civile de trois wilayas de l’Est du pays ont affirmé hier à Sétif que l’encouragement et le développement de l’investissement privé nécessitaient une lutte "acharnée" contre la bureaucratie et les autres fléaux qui entravent l'action des opérateurs économiques. "De nombreux Algériens souhaitent investir dans leur pays mais se retrouvent face à un mur qui s’appelle bureaucratie et corruption", a déploré un investisseur de la wilaya de Bordj Bou-Arréridj lors d’une rencontre de concertation sur le développement local en présence d’une délégation du Conseil national économique et social (CNES). Il a préconisé, dans ce contexte, la mise en place de nouvelles mesures incitatives au profit des investisseurs nationaux dans le but de les encourager à lancer des projets créateurs d’emplois et de richesses dans différents secteurs d’activité. La disponibilité du

foncier agricole et industriel, ainsi que la révision de la fiscalité imposée aux Petites et moyennes entreprises (PME), sont les premières conditions à réunir pour l’encouragement et la réussite des investissements et des projets économiques. Pour sa part, un jeune entrepreneur de la wilaya de Bejaia a mis en garde contre les "pressions" dont sont victimes de nombreux investisseurs privés et hommes d’affaires qui désirent lancer des projets en Algérie ou élargir leurs activités. Il a également demandé la révision des dispositifs d’application du programme national de mise à niveau qui malgré son colossal budget (386 milliards de dinars) et ses ambitieux objectifs n’arrive pas encore à atteindre sa vitesse de croisière. Ce programme qui vise la mise à niveau de 20.000 PME à l’horizon 2014 "nécessite avant tout une mise à niveau de l’administration et des dispositifs de financement destinés à ce type d’entreprises", a-t-il dit.

DÉPÔT DE DOSSIER DE VISA POUR LE HADJ

Dernier délai le 17 octobre

Le lancement du paiement par carte électronique reporté à la fin de l’année

S

ur les 6 millions de cartes magnétiques confectionnées pour plus de 12 millions de CCP, seules 2 millions de cartes sont utilisées. La conversion des cartes de retrait électronique d’Algérie Poste en cartes interbancaires de paiement attendue pour ce mois d’octobre est finalement reportée jusqu’à la fin de l’année, a-t-on appris hier des services concernés. Cette prestation annoncée, en effet, dans un premier temps pour août dernier avant que son lancement ne soit reporté pour ce mois d’octobre ne sera donc effective que vers la fin de l’année 2011 et ce, pour des raisons techniques, croit-on savoir, puisque l’opération de conversion de cartes de retrait en carte de paiement n’a été lancée qu’en juin dernier. Les clients de la poste, détenteurs de cartes magnétiques, devraient donc patienter encore pour pouvoir utiliser leurs cartes pour le règlement de leurs factures. Aussi, dans un premier temps, comme cela a été déjà annoncé, les cartes de paiement serviront au niveau de certains prestataires de services publics et des grands centres commerciaux, où plusieurs

TPE (terminaux de paiement électronique) auraient été déjà déployés. Elles seront utilisées notamment au niveau des agences commerciales de Sonelgaz, Naftal, Algérie Télécom et l’Algérienne des eaux et aussi au niveau des bureaux de poste pour le règlement des factures d’électricité, de téléphone et autres. Des contacts préalables ont été entrepris auprès de ces opérateurs qui ont affiché leur disponibilité à adopter le paiement électronique et quelque 100 terminaux de paiement auraient été installés au niveau de leurs agences commerciales. Il reste que, malgré les différentes mesures prises pour accélérer le développement du système monétique interbancaire en Algérie, les clients du plus grand établissement financier algérien n’expriment toujours pas un grand engouement pour l’utilisation de la carte électronique et préfèrent encore manipuler les billets de banque. En sachant que sur les plus de 6 millions de cartes magnétiques confectionnées pour une clientèle de plus de 12 millions de CCP, seules un peu plus de 2 millions de cartes sont utilisées sur les 4,5 millions retirées

des bureaux de poste, soit 44%, le peu d’engouement des usagers de la poste pour les transactions électroniques se fait vraiment ressentir. A ce stade la question de sensibilisation de la clientèle sur ce nouveau mode de paiement demeure posée d’autant plus que bon nombre affiche toujours une certaine réticence pour le retrait électronique. Et certains clients de la poste ne cachent pas d’ores et déjà leur méfiance vis-à-vis de l’adoption du paiement électronique et sur les risques qu'ils encourent sur leurs comptes alors que d’autres n’y croient pas trop, vu les problèmes rencontrés déjà dans les opérations de retrait automatique à cause des pannes répétitives des distributeurs automatiques. Mais Algérie Poste qui inscrit l’adoption du paiement électronique dans le cadre de sa démarche globale de modernisation de ses services et l'amélioration de ses prestations à l'adresse d'une clientèle, le moins qu’on puisse dire très importante, se veut rassurante à ce sujet et affirme que les différents tests menés sur le système de paiement ont donné des résultats probants. Hamida B.

Le dernier délai de dépôt du dossier d'obtention du visa pour les citoyens concernés par le pèlerinage aux Lieux saints de l'islam a été fixé au lundi 17 octobre, a annoncé hier le ministère de l'Intérieur et des Collectivités locales dans un communiqué. Les intéressés sont invités à déposer leurs dossiers au niveau de la salle réservée à cet effet, sise à la rue Docteur Saâdane (à proximité de la salle Ibn Khaldoun, Alger), précise la même source. La réception des dossiers s'effectue du samedi au jeudi inclus de 8 h 00 à 16 h 00. Le ministère de l'Intérieur rappelle que le dossier à fournir pour ce visa est constitué des pièces suivantes : passeport international, livret spécial hadj 2011, deux (2) photos d'identité avec fond blanc, acte de mariage ou tout document d'état civil attestant de la qualité d'accompagnateur (mahram) pour la femme âgée de moins de 46 ans et une copie du reçu de versement du pécule hadj 2011.

Lundi 10 Octobre 2011

EL MOUDJAHID

Nation
LE DIRECTEUR DU CENTRE PIERRE-ET-MARIE-CURIE (CPMC)

7

SANTÉ

«Le service de radiothérapie n’a jamais fermé ses portes»
cancer répertoriés à l’échelle nationale fonctionnent ». Il s’agit en l’occurrence d’Alger, Blida, Constantine, Ouargla et Oran. « Le centre de Blida est surchargé. Il est ouvert de 5 heures du matin jusqu’à 10 heures du soir. Il prend en charge 250 malades par jour, sachant qu’une seule séance de radiothérapie dure 10 minutes», précise-t-il. Selon lui, les conséquences de cette surchage se traduisent par des pannes répétitives des équipements et que l’utilisation du matériel l’use rapidement. Toujours selon M. Moussaoui, les malades qui commencent la radiothérapie pour l’arrêter en cours de traitement ne font que compliquer leur situation. « Généralement, quand un patient n’est pas correctement pris en charge durant le mois qui suit le diagnostic, il développe des métastases. Aussi est-il obligé de passer du traitement curatif au traitement palliatif, sachant que les deux traitements reviennent excessivement cher. Néanmoins, comme il tiendra finalement à le signaler, il y a des types de cancer où la radiothérapie est obligatoire, comme le cancer du sein, du rectum et de la prostate, alors que pour les autres pathologies, la chimiothérapie suffit comme traitement. Wassila Benhamed

« Comme nous procédons au remplacement des vieux équipements qui datent de plus de 20 ans par d’autres plus neufs, l’activité tourne au ralenti et les cas urgents ont été orientés vers Aïn Naâdja », a précisé M. Hamoum
aucun moment, nous n’avons envisagé de fermer le service de radiothérapie du Centre Pierre-etMarie-Curie (CPMC)». C’est ce qu’a affirmé hier à El Moudjahid le directeur du CPMC, M. Choukri Hamoum. Ce dernier nous a fait savoir qu’il s’agit du remplacement des vieux équipements qui datent de plus de 20 ans par d’autres plus neufs et donc plus performants. « Comme cette opération occasionne un déménagement conséquent, nous avons décidé de ne pas prendre les nouveaux rendezvous de la radiothérapie au niveau du CPMC jusqu’à la reprise des séances le 27 octobre prochain », a-t-il expliqué. Selon notre interlocuteur, cette situation ne pénalisera pas les malades dans la mesure où le centre continuera à prendre en charge les patients déjà admis. En ce qui concerne les nouveaux rendez-vous, M. Hamoum a souligné qu’ils seront pris en charge par l’hôpital militaire d’Ain Naâdja et ceci dans le cadre d’une convention signée entre les deux hôpitaux. Le directeur du Centre Pierreet-Marie-Curie (CPMC) a mis en évidence l’importance de cette infrastructure, indiquant que les cancéreux des 48 wilaya du pays affluent toujours vers le centre de

«A

Mustapha-Pacha, en dépit des six autres centres anticancéreux existants et tout aussi opérationnels. Pour sa part, le président de l’association de lutte contre le cancer, El Badr, M. Mustapha Mous-

saoui, nous a précisé que « l’Algérie enregistre 40.000 cas de cancer par an » et que le problème qui se pose aujourd’hui «est la prise en charge des cancéreux. Il y a d’abord le manque de structures

anti-cancer et ensuite le manque de médicaments.» a-t-il indiqué. En ce qui concerne la prise en charge par la radiothérapie, M. Moussaoui a souligné qu’ «effectivement, les six centres anti-

L’HÉMOPHILIE EN ALGÉRIE

Un nouveau traitement redonne l’espoir aux malades
L’Algérie compte quelque 1 600 malades recensés par l’Association algérienne des hémophiles (AAH), mais ils seraient réellement plus de 3 000 à souffrir de cette maladie orpheline qui touche dans une très forte proportion les garçons et qui se caractérise par une grave insuffisance dans la coagulation du sang. L’hémophilie, qui est causée par un défaut de production d’un agent de coagulation – le facteur VIII (hémophilie A) et le facteur IX (hémophilie B) –, peut être à l’origine de handicaps graves pour les patients. Le traitement des hémophiles connaît une amélioration significative en Algérie grâce au kogenate qui a été introduit sur le marché local en 2009. Ce médicament, faut-il le préciser, a fait ses preuves à travers le monde après une vingtaine d’années d’utilisation. Lors d’une rencontre organisée jeudi dernier à Alger, consacrée aux progrès enregistrés dans le domaine de la lutte contre l’hémophilie, les spécialistes ont insisté sur l’administration de ce médicament anti-hémophilique «recombinant», c’està-dire issu du génie génétique et non pas dérivé du plasma sanguin, qui réduit les risques de contamination des malades et de rejet. Cette manifestation scientifique, organisée par le laboratoire Bayer Schering Pharma, a regroupé plus de 250 praticiens spécialistes en hématologie, pédiatrie, orthopédie, pharmacie, ainsi que des infirmiers, et a été encadrée par des experts de renommée mondiale. Les défis de l’hémophilie en 2011, atteintes musculo-squelettiques de l’hémophile et leur traitement, les actualités sur la prise en charge médicale en 2011 des hémophiles et le rôle de l’infirmier, ainsi que l’expérience d’un hémophile sévère ont été les principaux points développés. Dans le domaine de la recherche, le laboratoire Bayer Schering Pharma est actuellement en train d’améliorer la prise en charge par le kogenate en vue d’arriver à une seule injection par semaine pour améliorer le confort et la qualité de vie des malades. Un produit à administration orale est par ailleurs envisagé, et les essais en cours sont prometteurs, notent les chercheurs. W.B.

ATELIER SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES ET LE DÉVELOPPEMENT DURABLE DANS LA RÉGION DU MENA DU 11 AU 13 OCTOBRE À ALGER

Affiner les positions
Un atelier sur les changements climatiques et le développement durable au profit des négociateurs de la région Moyen-Orient-Afrique du Nord, sera organisé conjointement du 11 au 13 octobre à Alger par le ministère des Affaires étrangères et le Programme des Nations unies pour le développement. L'atelier permettra aux négociateurs des pays arabes de "renforcer leur implication dans les discussions climatiques en cours, d'une part, et affiner leurs positions respectives sur les grandes questions environnementales et de développement durable, d'autre part", indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères rendu public hier. L'accent sera mis sur "le processus politique des négociations climatiques, l'atténuation, l'adaptation, les mécanismes de financements, le transfert de technologie, l'énergie durable, la sécurité alimentaire et l'économie verte". Cette rencontre s'inscrit dans le cadre des préparatifs de la 17e conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques prévue en décembre prochain à Durban, en Afrique du Sud, ainsi que ceux relatifs au sommet de Rio+20 sur le développement durable programmé en juin 2012. L'Algérie, membre du comité exécutif technologique (Cancun 2010), assure actuellement la coordination ministérielle des négociations climatiques au niveau africain, ainsi que la coordination des négociations sur le Protocole de Kyoto.

Lundi 10 Octobre 2011

8

Nation
SELON LE COMMUNIQUÉ DU MEN

EL MOUDJAHID

«Plus rien ne justifie le maintien de l’appel à la grève»
« A travers toutes les réponses concrètes prises par les pouvoirs publics en faveur des fonctionnaires du secteur de l’éducation nationale et qui correspondent à la satisfaction totale des revendications exprimées par les syndicats, plus rien ne justifie le maintien de l’appel à la grève », apprend-on dans un communiqué adressé à la rédaction par le ministère de l’Education nationale qui estime que l’appelle à la grève est injustifié.

L

e communiqué rappelle, à cet effet, la série de concertations engagées par le gouvernement autour des préoccupations socio-professionnelles des fonctionnaires du secteur. Parmi les décisions prises en réponse « aux revendications exprimées par les différents syndicats », le communiqué cité « l’augmentation des taux de l’indemnité de qualification qui passent respectivement de 25 à 40% et de 30 à 45% ». Le communiqué insiste aussi sur « l’attribution d’une indemnité de documentation à tous les corps d’intendance, une attribution de deux nouvelles indemnités aux personnels de laboratoires (25% du salaire principal pour le service technique et 10% du salaire principal comme prime de nuisance), une nouvelle indemnité de soutien scolaire et de remédiation pédagogique attribuée à tous les corps spécifiques de 15% du salaire principal ». Toutes ces indemnités sont calculées « avec effet rétroactif à partir du 1er janvier 2008. S’agissant des œuvres sociales, le communiqué précise que le MEN a procédé au mois d’août 2010 « au gel des activités de la commission nationale des œuvres sociales et l’annulation de l’arrêté 158-94 du 22 aout 1994 y afférent en réponse aux revendications des fonctionnaires ». Et d’ajouter « devant l’absence de consensus des syndicats autour d’une nouvelle organisation à mettre en œuvre, le MEN se trouve, aujourd’hui contraint de soumettre

cette question, à un référendum à l’ensemble des fonctionnaires de l’éducation nationale et ce, sous la supervision de l’ensemble des syndicats du secteur. Ainsi les fonctionnaires auront à choisir eux-mêmes en toute transparence et en toute démocratie le nouveau mode de gestion des œuvres sociales. » Pour ce qui est du statut particulier des corps spécifiques de l’éducation nationale, le communiqué rappelle que les pouvoirs publics « ont accepté le principe de sa révision en vue de corriger les insuffisances avérées tout en respectant les fondements du statut général de la fonction publique ». Dans le même communiqué, on notera qu’une commission ministérielle à laquelle participent tous les syndicats du secteur

a été installée. « Un délai de rigueur a été fixé au 15 décembre 2011 pour remettre ses conclusions. » Le communiqué rappelle en outre, que le secteur de l’éducation est « le premier à avoir appliqué la nouvelle grille des salaires et un nouveau régime indemnitaire », tout en « honorant pleinement ses engagements de procéder aux réajustements fondés revendiqués par les travailleurs. » Il a appelé dans ce cadre les enseignants « à mesurer la portée des décisions, prises par les pouvoirs publics en leur faveur », tout en les exhortant à faire « preuve de sagesse et de responsabilité afin de permettre à leurs élèves de ne pas rater, ne serait-ce qu’une heure de cours ». S. S.

Les six organisations syndicales maintiennent la grève

S

ix organisations syndicales relevant du secteur de l’éducation nationale, se sont donné le mot pour faire front commun à partir d’aujourd’hui, face au ministère de tutelle, pour dénoncer les retards accusés dans la prise en charge des doléances des travailleurs des différents corps du secteur. Il s’agit du Syndicat national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Snapest), le Conseil national autonome des professeurs de l'enseignement secondaire et technique (Cnapest), l'Union nationale des personnels de l'éducation et de la formation (Unpef), le Syndicat national des travailleurs de l'éducation (Snte), le Conseil des lycées d'Algérie (Cla) et la Coordination nationale des adjoints de l'éducation (Cnae). Les six se sont mis d'accord pour enclencher l'action protestataire le 10 octobre. Quant à la durée de la grève, les avis diffèrent d’un syndicat à un autre. Seuls les adjoints de l'Education ont opté, présentement, pour la grève illimitée.

Le Snapest, quant à lui, dans un communiqué rendu public samedi dernier, annonce une grève d'une semaine, mais celle-ci pourrait se renouveler en cas de non-respect, par le ministère, des engagements pris dans le cadre de la commission mixte, prévient-il. Quant au CLA, il annonce officiellement son adhésion au mouvement, mais seulement pour trois jours par semaine. Les autres syndicats dans un communiqué rendu public n'ont pas encore fait part de la forme qu'ils comptent adopter. Les syndicats contestataires plaident pour une révision du statut particulier des travailleurs de l'éducation nationale, une révision du statut particulier et une levée effective du monopole de la Centrale syndicale UGTA sur les œuvres sociales. D'autres questions, en relation avec les possibilités de promotion et de progression de carrière, la formation continue des enseignants, la reclassification... et autres sont aussi au menu. S. S.

IFRI DÉVOILE SON PLAN DE DÉVELOPPEMENT

Des emplois à la source
● Un pôle agroalimentaire prochainement créé.

PROJET ALGÉRO-JAPONAIS SUR LES TECHNOLOGIES SOLAIRES

Les retards rattrapés

L’

entreprise Ifri, spécialisée dans la production de l’eau minérale et des boissons fruitées a organisé, hier au niveau de son siège à Bejaia, le 4e et dernier tirage du grand jeu lancé au mois de ramadhan dernier. A travers cette opération d’envergure nationale, l’entreprise cible le renforcement de sa relation de proximité avec la clientèle. Parmi les cadeaux dédies à cet événement quatre voyages Omra aux Lieux saints de l’islam, quatre voitures, quatre scooters, des parues en or et des milliers d’autres cadeaux aux heureux gagnants. S’exprimant, en marge de cette cérémonie, Mourad Bouattou, directeur de communication et développement, souligne qu’il est intéressant de mettre en adéquation l’intérêt grandissant qu’à suscité cette campagne, à travers le territoire national, avec ce volume jamais égalé de courrier reçu de toutes les régions du pays, comme ce bilan extrêmement positif. Il précisera dans ce sens, qu’en termes de chiffrage du courrier 574.559 enveloppes reçues pour l’ensemble des 4 tirages aux sorts. Selon lui, ce chiffre constitue un record absolu, puisque on a franchi largement la barre du demi million d’enveloppes reçues, soit 6.894.708 étiquettes collectées par nos consommateurs. « Au-delà de ce bilan, ce qui est le plus important c’est l’émulation, le plaisir partagée et ce témoignage de fidélité et de confiance à notre marque, reflétés durant toute cette campagne », a-til estimé. Avant d’ajouter que « c’est le meilleur sondage à travers ces contacts et cette relation de proximité que nous avons vécus, dans toutes les villes d’Al-

gérie traversées par la caravane itinérante, portant les trophées des vainqueurs, que nous avons mis à l’honneur, juste récompense, pour ceux qui nous témoignent leur attache émotionnel de leur confiance au quotidien. » Par ailleurs, Mourad Bouattou a fait savoir que l’engagement d’un programme d’investissement important a traduit par la création de 1.550 emplois directs et des milliers d’emplois indirects, contribuant à désenclaver une région devenue un pôle industriel qui rayonne au plan national et international. En ce qui concerne les capacités de production actuelles et couverture du marché la SARL familiale est leader en son domaine et détient à peu près 50% de parts de marché des eaux embouteillées. Le positionnement parmi les leaders du marché dans les autres sous-filières, comme les eaux fruitées et les sodas, témoigne des atouts et des efforts continus pour se mettre au diapason du marché national et international au plan technologique, du management de la qualité et de l’innovation. Dans ce cadre, l’entreprise IFRI vise à créer un pôle compétitif dans l’agroalimentaire, notamment en valorisant les produits issus du patrimoine oléicole, sous un label du terroir, pouvant rivaliser avec les pays du pourtour méditerranéen. S’agissant de ses exportations la SARL familiale Ifri exporte dans certains pays européens notamment la France, l’Angleterre, l’Espagne, l’Italie, le Luxembourg et la Belgique ainsi que certains pays arabes et africains, le Canada figurent parmi nos principaux partenaires. Makhlouf Aït Ziane

L

e programme de coopération algéro-japonais en matière de développement des technologies solaires avance au rythme "convenu", a affirmé hier le vicerecteur chargée des relations internationales et de la coopération à l'Université des sciences et de la technologie Mohamed Boudiaf d'Oran (USTO). La réalisation d'un centre de recherche équipé, dédié au photovoltaïque, a été entamée dans ce cadre à l'USTO, a précisé Mme Nacéra Benharrat en marge de la cérémonie d'ouverture de la nouvelle année universitaire 2011-2012. Les légers retards accusés dans la phase de lancement de ce projet suite au violent séisme qui secoua l'archipel asiatique en mars dernier ont été "rattrapés", a-t-elle assuré, ajoutant qu'une séance de travail autour de cette opération est prévue en novembre prochain à l'USTO avec une délégation d'experts japonais. Ce programme qui a été lancé en janvier 2011, s'intitule "Projet SSB" (Sahara Solar Breeder, ferme solaire expérimentale) en référence à la plate-forme technologique prévue dans ce même cadre à Saïda. Il doit permettre l'acheminement, dans un délai de cinq ans, de l'énergie solaire du Sud vers la région Nord du pays en vue d'alimenter les stations de dessalement de l'eau de mer. L'USTO est mise en partenariat dans ce cadre avec un consortium de six universités et deux agences japonaises, l'une pour la coopération internationale (JICA) et l'autre pour le développement scientifique et technologique (JSTA). La vice-recteur a fait savoir en outre que l'USTO est engagée dans de nouveaux partenariats à l'international à travers les programmes ERASMUS (mobilité des étudiants) et TEMPUS (mise à niveau des programmes d'enseignement). L'ouverture de l'USTO sur le monde économique et académique a été également consolidée par des

conventions-cadres signées dernièrement avec la Chambre de commerce et d'industrie de l'Oranie et l'Académie militaire interarmes de Cherchell (AMIA). L'inauguration de la nouvelle année universitaire à l'USTO a été marquée dans ce sens par la signature d'une conventioncadre avec une société étrangère de droit algérien spécialisée dans la fa-

brication des matériaux de construction. Ces accords visent à consolider l'encadrement des jeunes chercheurs, a souligné la vice-recteur, annonçant également l'ouverture d'un master professionnalisant en hygiène, sécurité et environnement, en collaboration avec une entreprise et une université italiennes.

ILS VOULAIENT MANIFESTER DEVANT LA PRÉSIDENCE Des chômeurs dispersés dans le calme
Venus de plusieurs régions du pays participer hier à un rassemblement tenu à quelques encablures du siège de la Présidence de la République, 25 chômeurs qui en tentant rejoindre une cinquantaine d’autres, ont été dispersés dans le calme par les forces de l’ordre se trouvant sur place. Cette frange de la population qui n’est pas à sa première tentative de rassemblement, réclamait, entre autres, une allocation chômage équivalente à 50% du salaire national minimum garanti et l’amélioration des conditions socioprofessionnelles. F. I.

Lundi 10 Ocotbre 2011

EL MOUDJAHID

Economie
L’ONU salue la politique de l’emploi initiée par l’Algérie

9
OBJECTIFS DU MILLENAIRE POUR LE DEVELOPPEMENT

M. NOUREDDINE BOUTERFA, PDG DE SONELGAZ À PROPOS DE DESERTEC

«Nous n’avons jamais rompu avec notre partenaire »
Des financements de l’ordre de 30 milliards de dollars sont nécessaires pour couvrir les investissements prévus sur les dix prochaines années.
plexe dans ce sens où il faudra, au préalable résoudre la problématique du transport, l’Italie et l’Espagne étant les deux portes ouvertes sur le continent. Il faudra également que le déficit en la matière soit exprimé par le Nord et qu’il y ait une volonté d’acheter le renouvelable et des accords à ce propos ». Aussi, « Nous travaillons dur sur ce volet et nous considérons que nous avons déjà réussi à concrétiser un projet à savoir l’association des transporteurs de la Méditerranée qui sera un soutien à Desertec et à Medgrid sur la problématique des réseaux ». Dans le même contexte, il fera savoir que l’Etat qui tient à mettre en œuvre le programme des renouvelables a favorisé la société de 3Rouiba éclairage qui est en train de développer son projet de fabrication de panneaux photovoltaïques. « Nous menons aussi des actions pour attirer des partenaires pour aller vers d’autres projets telle que la fabrication de silicium ou de biens d’équipements concernant la turbine à gaz ou des chaudières. Et, aujourd’hui, nous cherchons beaucoup plus à intégrer une entreprise de travaux dans la réalisation de postes électriques car nous avons besoin de moyens supplémentaires pour accélérer la cadence de réalisation des programmes de transports d’électricité. Pour l’instant nous sommes sur une entreprise qui est « Anelec » a-t-il affirmé. De même, il fera état de discussions en cours pour savoir s’il ya lieu ou pas d’aller vers la fabrication en matière de câbles électriques. « Aucune décision n’a encore été prise, nous en étudions l’opportunité ». Concernant la demande nationale d’électricité, le premier responsable de la société a rappelé qu’entre 2008 et 2009, le taux était de près de 14 % et qu’entre 2009 et 2010, il ya eu un ralentissement de l’ordre de 6 %. En 2011, la puissance maximale installée a augmenté de 14 %. Ce qui signifie qu’en moyens de production, il va falloir injecter un minimum de 1.000 à 1.200 Mw en moyenne chaque année. Selon, M. Bouterfa, la problématique du financement ne se pose pas mais « il s’agit beaucoup plus de savoir si on a les capacités de suivre l’évolution de la demande ». l’année en cours aura connu l’entrée en service de la centrale de Teriak de 1.200 MW. Pour 2012, « nous aurons un renforcement au niveau de la région sud du pays ». Concernant les perturbations signalées, en 2011, au sudest (entre Biskra et El Oued), M. Bouterfa a expliqué que la région n’a pas connu de black out et que ces dernières étaient imputables aux programmes de maintenance. Toutefois, pour 2012-2013, « il y aura un équilibre » a-til rassuré. D’autres dispositions seront prises sur la période 2013-2014 pour que l’équilibre entre la production et la consommation soit maintenu et renforcé et surtout pour reconstituer la réserve a-t-il ajouté. Dans le même contexte, il dira que pour 2012, la société prévoit 200 Mw supplémentaire soit 100 MW pour El Oued et une quantité similaire pour Hassi Messaoud en moyens de production. Sonelgaz devra également injecter 400 Mw pour Biskra en attendant la réalisation d’une autre centrale de 600 MW à Hassi Messaoud et une autre de 400 MW à Tirek (Hassi R’mel) avec une décision de rendre cette région autonome en moyens de production en sus d’interconnexions d’appui. Au titre des investissements, il indiquera que l’année 2010 a englouti 240 milliards d’investissements soit l’équivalent de du chiffre d’affaires de la société qui est de 249 Mds DA. Sur les dix prochaines années, la société aura besoin de 30 milliards de dollars à injecter dans les programmes d’investissements soit 40 % dans la production, 30 % dans le transport et 30 % dans la distribution. Quant à la tarification de l’électricité, il répondra qu’actuellement « il n y a pas de risque de rupture des investissements mais qu’il faudra, un jouir que le consommateur mette la main à la poche ». Cela signifierait-il qu’il y aurait augmentation des tarifs ? « L’Etat a choisi une option » nous la respectons et nous nous inscrivons dans les mesures prises » a précisé M. Bouterfa. Sur un autre registre, le PDG de Sonelgaz a tenu à préciser qu’il n’ ya jamais eu de décisions d’expulsion des occupants des logements de fonction sis à Ben Aknoun. Plus précis, il a affirmé qu’il s’agissait, au départ, d’un souhait de Sonelgaz de céder une partie de son parc de logements situé en dehors des infrastructures de production. Entreprise qui n’a pu aboutir car l’Etat a décidé que les biens d’entreprises ne devaient pas être cédés notamment le patrimoine immobiliers. Sonelgaz a, d’autre part, mis en place un dispositif qui permet aux retraités d’être maintenus sur les lieux en attendant de trouver un logement. En attendant, les concernés doivent signer un contrat de location avec l’entreprise, chose refusé par ces derniers qui demande la cession de leur logement. D’autre part, il précisera que les expulsions concernent 17 occupants de bungalows devant être détruits et que des logements de rechange ont été proposés aux concernés qui les ont refusés. D. Akila

ous n’avons jamais rompu avec le partenaire » en ce qui concerne le projet Desertec. Le Maroc n’a pas enlevé ce projet à l’Algérie car le Maroc a besoin d’énergie et nous ne sommes pas dans les mêmes conditions que ce pays. C’est ce qu’a précisé le PDG de la société Sonelgaz hier, à l’occasion de son passage à la rédaction de la chaîne III. Le mégaprojet conduit par des firmes allemandes pour la production d’énergie solaire implantera, en effet, sa première centrale de production, en 2012 au Maroc, pour un investissement de 800 millions de Dollars. S’étalant en arguments, M. Noureddine Bouterfa a indiqué que « le programme des renouvelables, ce n’est pas Sonelgaz et que la question qui devrait se poser c’est de savoir s’il s’agit, pour le cas de notre pays, de produire de l’énergie destinée à la consommation locale ou à l’exportation ». Et d’ajouter que le marché national reste ouvert en ce qui concerne l’exportation. « Nous avons proposé à Desertec de produire en Algérie dans le cadre de l’exportation et nous avons d’ailleurs signé un partenariat avec eux incluant des points et préoccupations concrètes dira encore l’intervenant. Par contre, si cette production devait être destinée au marché local, pourquoi privilégier Desertec ou autre étant donné que c’est l’argent public qui va être engagé ? Le premier responsable considère, en fait que, la production du renouvelable « doit être produite par l’Algérien et consommé par l’Algérien ». A propos de l’exportation de ce type d’énergie notamment vers l’Europe, M. Bouterfa expliquera que la question est com-

«N

L'ONU a affirmé que l'Algérie a accompli des résultats remarquables dans la réalisation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Dans son dernier rapport portant « évaluation des progrès accomplis dans la réalisation des OMD en Afrique », le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a fait le point de situation sur chaque pays africain sur les huit objectifs internationalement convenus afin de réduire la pauvreté, la mortalité maternelle et infantile, les maladies, l'inégalité entre les genres et la dégradation de l'environnement d'ici à 2015. Abordant la question de l'emploi, le PNUD souligne que le chômage a été un « défi persistant et majeur » pour l'Algérie, rappelant qu'en 2001, le taux de chômage total et celui des jeunes y atteignaient respectivement 30 % et 48 %. Pour réduire le chômage et la pauvreté dans le pays, le gouvernement algérien a initié une politique de l'emploi « particulièrement ambitieuse », note le rapport qui cite expressément le dispositif mis en place par l'Algérie pour la lutte contre le chômage comme un cas de référence. Au total, entre 2004 et 2009, « le gouvernement algérien a réussi à créer 1,3 million d'emplois. Cette évolution positive a conduit à une baisse du taux de chômage total de 30 % en 2000 à 15,3 % en 2005, puis à 10,2 % en 2009 », précise le rapport. Pour le PNUD, « la politique publique de l'Algérie en matière d'emploi a, sans aucun doute, contribué à une diminution significative de la pauvreté laquelle atteignait seulement 5 % de la population en 2008, contre 14,1% en 1995 ».

19E AG DE L’ORGANISATION MONDIALE DU TOURISME

Tarifs de l’électricité : “La Sonelgaz s’aligne sur l’option de l’Etat”
Au titre de la consommation, l’intervenant a affirmé que, cette année a enregistré l’entrée en service de grands moyens de production mis à part ceux du sud. Aussi, avant la fin de

Mimoune à Séoul

OPEP

COOPÉRATION ALGÉRO-ESPAGNOLE

Maintien des niveaux de production en décembre
L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) devrait opter pour un maintien de ses niveaux de production lors de sa prochaine réunion en décembre, selon le représentant de l'Iran au sein de l'organisation pétrolière, cité par le site du ministère du pétrole iranien. « Les producteurs de pétrole comme les consommateurs sont satisfaits du niveau actuel des prix », a déclaré Mohamed Ali Khatibi, dont le pays assure actuellement la présidence tournante annuelle de l'OPEP. « Il est probable que la plupart des membres de l'OPEP seront d'accord pour maintenir la production à son niveau actuel lors de la prochaine réunion de l'organisation en décembre », a-t-il ajouté. M. Khatibi a par ailleurs estimé que les pays qui avaient augmenté unilatéralement leur production après l'arrêt de production de la Libye devraient revenir à leurs quotas. L'Iran, deuxième producteur de l'OPEP après l'Arabie saoudite, est traditionnellement favorable à une politique de prix élevés et s'est opposé à tout relèvement de la production, notamment lors de la dernière réunion de l'organisation en juin. L'Opep a par ailleurs révisé à la baisse, en septembre, sa prévision de croissance de la demande de brut pour 2011 et 2012 en raison du climat économique mondial morose. Le prix du baril a atteint il y a une semaine son plus bas niveau depuis un an sur les marchés internationaux.

Consolidation des initiatives de partenariat économique
Les initiatives mises en œuvre au profit des opérateurs économiques algériens et espagnols seront prochainement « consolidées », a déclaré samedi le Consul général d’Espagne à Oran, M. José-Manuel RodriguezMartinez. Le dispositif d'accompagnement sera « bientôt renforcé » au bénéfice des investisseurs des deux pays, a indiqué M. Rodriguez-Martinez à l'occasion d'une rencontre animée à l'institut culturel espagnol Cervantès d'Oran. Cette action a pour objectif de promouvoir les relations économiques bilatérales, a-t-il souligné lors de cette rencontre coïncidant avec le 9e anniversaire de la signature du Traité d'amitié, de bon voisinage et de Coopération entre l'Algérie et l'Espagne. Le Consul a insisté dans ce cadre sur les opportunités d'investissement offertes dans la région de l'Oranie et qui suscitent l'intérêt « croissant » des opérateurs espagnols. Il a rappelé à cet égard que le potentiel de l'Oranie a fait l'objet cette année d'un séminaire à la Chambre de commerce d'Alicante, avec pas moins de 300 participants dont l'inscription avait été clôturée trois semaines auparavant. Les nouvelles initiatives programmées permettront, a-t-il précisé, de « faciliter » davantage la mise en contact entre les investisseurs des deux pays, tout en accompagnant les entreprises espagnoles désirant investir en Algérie et les opérateurs algériens intéressés par le partenariat en Espagne. La coopération universitaire algéro-espagnole a été également abordée par M. Rodriguez-Martinez qui s'est déclaré « favorable » à la création d'une école doctorale d'espagnol à l'Université d'Oran. Cette rencontre s'est tenue en présence de cadres des sociétés « Fertial » (fertilisants et ammoniac) et « Seor » (eau et assainissement), présentées comme modèles du partenariat économique entre les deux pays.

Le ministre du Tourisme et de l'Artisanat, M. Smail Mimoune prend part aux travaux de la 19e Assemblée générale de l'Organisation mondiale du tourisme (OMT) qui se tient dans la ville de Gyeongju (Corée du sud) du 8 au 14 octobre. Cette session sera consacrée à l'examen des questions liées aux programmes de l'OMT, ses activités et ses projets outre les activités de soutien et de coopération présentées par l'organisation lors de la précédente session. Plusieurs rapports seront débattus lors de cette session dont ceux du secrétaire général, du conseil exécutif soumis à l'assemblée générale et du président des Membres affiliés ainsi qu'un rapport sur les institutions relevant de l'OMT.

Lundi 10 Octobre 2011

EL MOUDJAHID

Monde
OMD SYRIE

11

Onu: «Lesavancéesréalisées parl’Afriqueinterrompuesparla criseéconomiquemondiale» L’
Onu a indiqué que les avancées réalisées au titre des objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) ont été brutalement interrompues voire inversées dans plusieurs pays africains du fait de la crise économique mondiale. Dans son rapport d’octobre sur les OMD en Afrique, le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) a noté que les pays africains doivent cibler les couches les plus pauvres de leur population, en adoptant des politiques sociales spécifiquement destinées à réduire leur vulnérabilité. Cependant, les effets cumulés des crises alimentaire, énergétique et financière de ces dernières années, qui ont été aggravés par l'instabilité politique qui secoue l'Afrique du Nord depuis le début de l'année 2011, sont susceptibles d’affecter ces progrès, avance-t-elle. Le rapport soutient que les plans nationaux tels que les pensions, les filets de sécurité et les programmes de fourniture de repas scolaires ont la capacité de répondre aux besoins immédiats des personnes les plus vulnérables. Ils peuvent en outre empêcher ces dernières de retomber dans l'extrême pauvreté en renforçant leurs compétences professionnelles. « Nous recommandons vivement aux décideurs de réviser le calibrage de leurs programmes de protection sociale, de manière à ce que ceux-ci soient perçus non comme des systèmes de distribution d'aumônes ou de subventions mais plutôt comme des mesures servant à consolider les actifs productifs », préconisent les auteurs de ce rapport. Par ail-

L'opposition évoque le dialogue avec le pouvoir sous conditions

L

leurs, le PNUD note que grâce à des interventions audacieuses en matière de politique, l'Afrique a accompli des progrès soutenus au titre d'un grand nombre de cibles. Par exemple, le taux net de scolarisation à l'échelle du continent a nettement progressé, passant de 65 % en 1999 à 83 % en 2008. Parmi les 36 pays africains ayant

produit des données pour les années 1990 et 2010, plus de 80 % ont connu, dans l'intervalle, une augmentation de la proportion des femmes députées au parlement national. La prévalence du VIH/sida, quant à elle, est tombée à 5 % en 2009, alors qu'elle était à 5,9 % en 2001.

es opposants syriens au président Bachar al-Assad ont réaffirmé samedi que le dialogue avec le pouvoir ne pourra être engagé sans un « retrait total des forces armées du terrain », ont rapporté des médias. « Aucun dialogue avec le gouvernement ne sera possible sans le retrait des forces armées des rues, l'arrêt des meurtres et arrestations et l'autorisation de manifestations pacifiques », a souligné un représentant de l'opposition syrienne, Abdelaziz Al-Khair. Dans un communiqué rendu public samedi, l'opposition a réitéré « son rejet à toute intervention militaire étrangère dans les affaires internes du pays ». L'opposition a tenu ces

propos à la suite d'un rassemblement jeudi dans la région de Halboun, située à 30 km de Damas. La répression militaire « compliquera la crise et entraînera davantage d'intervention étrangère et de violence interne », souligne le communiqué. Quelque 90 représentants de l'opposition, dont des membres du Conseil national syrien (CNS), sont réunis jusqu'à dimanche au nord de Stockholm (Suède), cherchant à rallier davantage de soutien. Par ailleurs, Damas a décidé la fermeture d'un poste-frontière avec la Turquie et interdit aux Turcs le passage de la frontière à cet endroit situé non loin de la ville syrienne de Qamichli, a annoncé samedi l'agence Anatolie.

PALESTINE

LIBYE

L'occupant israélien construit de nouvelles colonies à El-Qods occupée

Les forces nouvelles s'emparent de Syrte

L' L
es forces du nouveau régime libyen engagées depuis des semaines dans la bataille de Syrte, principal bastion des derniers fidèles de Mouammar El Gueddafi, ont réalisé une percée majeure en prenant dimanche le contrôle de l'université, au prix de combats meurtriers. En fin de matinée, les combattants du Conseil national de transition (CNT) ont également pénétré dans le Centre de conférences Ouagadougou, une autre place forte des pro-Kadhafi où les affrontements se poursuivaient. « Nous avons pris l'université. Nous sommes entrés de notre côté par l'Est et les combattants de Misrata par l'ouest. Les combats ont été difficiles, il y avait beaucoup de tireurs embusqués », a déclaré un commandant pro-CNT, Nasser Zamoud.

occupant israélien envisage de lancer de nouvelles colonies comprenant 300 logements, dont onze nouveaux appartements qui seront lancés immédiatement à Al-Qods Est occupée, quelques jours après avoir annoncé la construction de 1.100 nouveaux logements, ont rapporté samedi les médias. « La municipalité a approuvé en début de semaine la construction de onze appartements, dans le cadre d'un projet de 300 logements, censé être approuvé par la suite tranche par tranche », indiquent les mêmes sources. Par ailleurs, des tombes dans un cimetière musulman et un autre chrétien de Jaffa, au Sud de Tel-Aviv ont été profanées par des inconnus, ont rapporté samedi les médias. Les vandales ont écrit « Mort aux Arabes » et « Prix à payer », sur les murs de 22 tombes dans le cimetière musulman et 4 dans le cimetière chrétien en fin de semaine, Plusieurs pierres tombales ont été également brisées, selon des témoins. Cette profanation qui a provoqué une émotion d'autant plus vive au sein de la population arabe de Jaffa, survient après que des colons juifs ont incendié une mosquée à El-Khalil en Cisjordanie en début de semaine.

Lundi 10 Octobre 2011

EL MOUDJAHID

Société
Ce mal qui ronge et qui dérange

15 ANTENNES PARABOLIQUES

CHÂTIMENTS CORPORELS A L’ÉCOLE

Quand les enseignants ne se maîtrisent plus
Des poursuites judiciaires guettent tout enseignant qui maltraite ou violente un élève.

J

adis, « corriger » un élevé c’était lui inculquer la discipline, l’autorité, le respect de l’enseignant. Pour certains professeurs, ces corrections doivent apprendre à l’écolier à obéir, à s’incliner, c’est aussi une manière pour eux de s’imposer, de montrer leur suprématie, l’enseignant est le maître du temps, de la parole et du… corps, d’où le recours automatique aux châtiments corporels. Il fallait donc marquer cet élève, à jamais. Qui de nous ne se souvient pas, des années après, de ces coups de bâton sur la tête, de ces gifles en plein cours, de ces terribles coups à la fameuse règle en bois sur le bout des ongles… Je me souviens même d’un cheikh à l’école coranique qui ne se gênait pas de déverser un bidon d’eau froide sur le visage de ces chérubins qui osaient somnoler en classe. Les parents ne trouvaient rien à redire, ils encourageaient même le maître à user de la cravache pour « dresser » les plus récalcitrants. En 2010, une jeune fillette de 13 ans, élève dans une école à Baraki, est restée deux mois dans le coma à cause d’un coup de bâton sur la tête. Avant elle, un garçon d’a peine cinq ans a été récupéré par ses parents à la sortie de la crèche, le visage tuméfié. Chaque histoire est plus bouleversante que l’autre.

L

Mais comment est-on arrivé à croire que ce climat de violence qu’on a créé dans cet espace de vie qu’est l’école peut être bénéfique pour l’élève ? De quelle manière un enfant violenté, insulté, cassé peut-il s’épanouir un jour ? D’autres temps, d’autres comportements. Les législations nationales ont évolué, et les recherches en psychologie et les sciences de l’éduction ont bouleversé les mentalités et changé la vision qu’a l’adulte sur l’enfant. Désormais, une infraction relevant de la violence sur un élève est passible de poursuites pénales, en plus des sanctions administratives encourues (4e degré) par les personnels de l’éducation nationale en cas de faute. Une législation qui a fait prendre conscience aux parents que les châtiments corporels qu’ils

prenaient comme une méthode éducative n’est autre qu’une forme de violence qui humiliait leurs enfants. De leur côté, les responsables du ministère de l’Education assurent qu’un bilan annuel sur les différentes formes de violence dans les écoles sur le territoire national est élaboré, et ce en amenant les directeurs d’établissement à répondre à des questionnaires ciblés. Malgré ces mesures coercitives, certains enseignants continuent à faire subir à leurs élèves brimades, insultes et autres violences corporelles. Pire, ils ne sont pas inquiétés pour la simple raison que les élèves ont du mal à dénoncer leurs enseignants soit parce qu’ils se sentent coupables et pensent mériter ce qu’ils ont subi, soit ils ont peur d’être doublement punis par les parents s’ils en

parlent. Ces facteurs encouragent certains enseignants au non-respect de la réglementation. Pas plus loin que la semaine dernière, un professeur d’un lycée de la commune de Boudouaou est poursuivi en justice pour avoir passé à tabac une élève devant ses camarades. La plainte a été déposée par le père de la victime, et l’enseignante risque une peine de six mois de prison ferme. Il est bien loin le temps où le châtiment corporel est considéré comme méthode éducative essentielle, les enseignants doivent donc maîtriser leur impulsivité et contrôler leur agressivité. L’éducation pédagogique est toute une science qu’il n’est pas évident de maîtriser, même pour les pédagogues. Farida Larbi

es toits des maisons, les balcons se mettent à l’heure du satellite. Les paraboles envahissent les cités et les bâtisses pour faire partie du décor de celles-ci. En effet, la fièvre de chaînes étrangères a eu raison des familles algériennes qui ne peuvent plus se passer de leurs démodulateurs et de la précieuse « assiette » qui les tiennent informés de ce qui se passe ici et ailleurs. C’est que la parabole est ainsi devenue une nécessité, à l’ère des nouvelles technologies de l’information et de la communication. Cet engouement pour la boîte à « merveilles », en fait, est aujourd’hui visible à l’œil nu et agresse de plus en plus le champ visuel des passants si, par malheur, ils s’aventurent à fixer les immeubles et les maisons. Tous les endroits sont bons pour l’installer. Les balcons et les facettes d’ immeubles « fleurissent », mais pas de plantes qui apportent une touche esthétique, mais plutôt de ces extras qui les enlaidissent. Alger est envahie par les paraboles qui constituent l’autre visage de clochardisation des cités. Le phénomène a pris de l’ampleur, ces dernières années, pour toucher même les ruraux qui, à leur tour, n’échappent pas à la règle, voire à la tentation. Les assiettes paraboliques ont poussé comme des champignons sur les immeubles qui ont perdu leur charme, avec l’intrusion du satellite qui a pénétré, par la grande porte, les foyers. Le projet de remplacement des assiettes par le système des fibres optiques attend toujours de voir le jour. En effet, le marché des assiettes paraboliques, qui a connu une véritable expansion à partir de la fin des années 80, a permis à la majorité des Algériens d’accéder aux bouquets satellitaires et aux diverses chaînes TV à travers le monde à des prix raisonnables, et parfois sans payer le moindre sou. Avec le piratage des codes et des chaînes payantes ou qui nécessitent un abonnement, il suffit d’avoir le petit machin. Toutefois, si cela a permis certains avantages aux citoyens, il n’en demeure pas moins que le paysage a subi un sacré coup. Selon un récent recensement, pas moins de 20 millions d’assiettes paraboliques sont installées sur les balcons et les terrasses à travers le territoire national. L’implantation des assiettes paraboliques aujourd’hui ne répond à aucune norme et sûrement pas d’esthétique, reléguée souvent au dernier plan. Il faut dire qu’en dépit de la volonté affichée par les pouvoirs publics d’aller vers le câble optique qui se traduit notamment par l’équipement des nouvelles cités de cette technique, la démarche peine à décoller chez nous. Le nombre d’assiettes, installées sur les balcons, renseigne sur les proportions prises par ce phénomène. Samia D.

NUISANCES SONORES

Du tapage nocturne en particulier...
Qui sont-ils donc tous ces énergumènes qui mettent nos oreilles au supplice comme si à chaque jour ne suffisait pas sa peine ?

Q

uelque part en banlieue. La fête bat son plein. Youyous et baroud se relaient, se répondent et se confondent. Minuit a déjà sonné depuis un bon bout de temps. Un bébé sursaute. Arraché à son sommeil par des coups de feu intempes-

tifs. Et une sono à pleins décibels et défectueuse. Ce qui démultiplie les désagréments. Et malheur à qui osera attirer l’attention des fêtards sinon il lui en cuira; certes, il y en a qui sont détenteurs d’une autorisation en bonne et due forme délivrée par les autorités compétentes. Certes, ce n’est pas toujours la fête et lorsque l’opportunité se présente autant la célébrer comme il se doit. Mais pas n’importe comment non plus ni n’importe quand. Car, et pour cause de négligence, on a vu nombre de fêtes tourner au drame. Et s’il n’est pas question de bouder son plaisir en ces circonstances sporadiques, il n’est pas dit pour autant que tous les écarts sont permis. Mais revenons plutôt à tout ce va-

carme et autre boucan bien après l’autorisation légale. D’autant plus que l’autorité, notamment en période estivale, ne peut pas tout contrôler. Ce qui n’empêche pas non plus tous les citoyens qui se sentent lésés de déposer, auprès de qui de droit, une plainte en bonne et due forme. Car ce n’est ni plus ni moins que du tapage nocturne, infraction prévue et réprimée au demeurant par la législation en vigueur. Quand bien même, et pour la plupart, les voisins n’entendent point altérer les relations de bon voisinage; et qui sont valables pour tous les locataires par ailleurs... Puisque certains ont pris la fâcheuse habitude sinon manie de tout mettre sur le dos des autres alors qu’euxmêmes ne sont point exempts de reproches, loin s’en faut... Comment dès lors vivre en bonne intelligence quand tout un chacun n’en fait qu’à sa tête ? En revenant à ce que les spécialistes appellent tout simplement les fondamentaux. Et c’est quoi au juste les fondamentaux ? Plus prosaïquement, ce sont tous les rudiments de

base nécessaires à un vivre ensemble sans heurts réputés majeurs mais avec quelques frictions d’usage classiques et dans le contexte qui est le nôtre quasiment inévitables. L’essentiel étant de s’atteler mutuellement à ne pas s’empoisonner l’existence déjà assez compliquée en soi... Au vrai, tout est question de civisme. Et c’est là justement où le bât blesse. Car chacun voit midi à sa porte et tout le monde ou presque n’en fait qu’à sa tête. Ce qui n’est pas fait pour arranger les choses. En réalité, tout cela ressort d’une responsabilité collective, laquelle prend sa source d’abord au sein de la famille. Là où on inculque à l’enfant, ce citoyen de demain, les rudiments élémentaires et basiques de la vie en société. Alors que le prolongement naturel du milieu familial n’est autre que l’école censée donc compléter en amont et en aval si possible les nécessaires mœurs civiques. Autrement dit, ce préalable de la citoyenneté sans lequel point de salut. Et surtout bonjour les dégâts... A. Zentar

Lundi 10 Octobre 2011

16 EL MOUDJAHID

Cult Ambiance festive et trophées en prime
Une b p

CLÔTURE DE LA QUATRIÈME ÉDITION DU FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA BANDE DESSINÉE

O

C’est dans un cadre sympathique que la 4e édition du Festival international de la bande dessinée d’Alger (FIBDA), s’est clôturée samedi soir à la salle des conférences du salon, en présence de la ministre de la Culture, Mme Khalida Toumi, de l’ambassadrice du Canada en Algérie, ainsi que de la commissaire du festival, Dalila Nadjem.

L

a cérémonie de clôture a été l’occasion de remettre les prix du concours international et national. Le prix de la mention spéciale du jury remis par Mahfoud Aider a été attribué ex aequo à Mélody Boulissiere et Aghiles Begriche. Tandis que le prix de la meilleure affiche est revenu à Youcef Ishak Idir Benali qui nous a confié : « Je suis bien content et très heureux même d’avoir eu ce prix après un travail qui était apprécié par les membres du jury. J’aime beaucoup la BD et je souhaite faire plus », a-t-il souligné. Quant au prix jeune espoir scolaire (entre 12 et 15 ans), il a été attribué à SidAhmed Hichem, qui était fortement encouragé par le public. Pour la catégorie 16 à 18 ans, le prix a été décerné à Sabri Riad Abdoune qui, visiblement ému a déclaré : « C’est une aventure très intéressante, fructueuse et passionnante. Je souhaite être en mesure de poursuivre dans ce domaine que j’aime beaucoup ». Pour ce qui est du prix des jeunes talents, remis par Harroun, le troisième prix est revenu à Oudjiane Sid Ali et Racim Bay Ben Yahia. Le prix d’encouragement pour les jeunes talents a été remis à Amine Bouhizeb et Sofiane Elaskri, et le premier prix à Houria Kouza. Ces prix ont été attribués à de jeunes lauréates, pour les encourager à persévéré dans cet art extrêmement attractif et captivant pour la frange juvénile. Cette quatrième édition a été marquée par un chapiteau monté spécialement pour l’ex-

position des œuvres des participants, dédiées aux événements du 17 octobre 1961. L’aménagement des espaces de ce lieu et la disposition intelligente des tableaux lui donnent le cachet d’un standard aux normes internationales. Agrémentée de couleurs vives, cette salle d’exposition a mis en valeur les dessins d’éminents bédéistes. Mieux, ces artistes ont organisé des ateliers sous ce chapiteau à côté de

leurs œuvres. C’est donc sur place que ces créateurs de bande dessinée se sont impliqués, montrant aux visiteurs leurs procédés et leurs techniques. Certains travaillaient directement sur ordinateur, révélant l’adaptation de ce neuvième art aux nouvelles technologies. Il faut dire que ces ateliers se sont déplacés également à l’Ecole nationale des beaux-arts où ils ont débuté

quelques jours avant le lancement de ce Festival. Quant à l’organisation de cet événement, il faut dire qu’un espace spécial a été réservé aux visiteurs, aux jeunes surtout, pour qu’ils puissent dessiner Ce festival s’est clôturé dans une ambiance amicale et chaleureuse, et les participants se sont donné rendez-vous pour la prochaine édition. Kafi a AIT Al l o uache

rganisé depuis 2008, le festi propose une centaine de stands vente de bandes dessinées n velles et d’occasion, de dessins ori naux, d'affiches, de figurines et de tout qui tourne autour de la BD. Au cours quatre jours, les fans de BD ont eu l’oc sion de rencontrer des auteurs nationaux internationaux et ramener un album dé cacé. Ouvert tous les jours de 10h à 19h festival a proposé également un va programme d’animation dans l’esplan de Riad el Fath : exposition de planc originales, clowns, con-cours de d sin…et autres jeux pour enfants. Quel est l’intérêt porté par les enfa et leurs parents à une manifestati consacrée à la BD? Telle est la question nous nous sommes posée, la veille de clôture de ce festival. Pour ce fair,e n sommes allés à la rencontre de quelq visiteurs du jour. Parmi eux Dounia, ans, accompagnée de sa mère, et qui se fan de BD. Elle nous fait part de sa gr de passion pour la bande dessin « J’aime beaucoup les bandes dessiné Je viens annuellement à ce festival que trouve bien. Il nous permet d’acheter et découvrir de nouveaux albums, surtout mangas que j’aime beaucoup. J’aime dessin et je rêve de pouvoir réaliser un j mon propre album », nous confie-t-el Pour sa part, sa maman nous confie qu le aime beaucoup la BD depuis son je âge et jusqu'à l’heure actuelle. «J’aimais et j’aimerai toujours bande dessinée. À chaque fois que j l’occasion d’assister à un tel événeme j’éprouve un grand plaisir. Je trouve c’est une excellente opportunité pour parents mais aussi pour leurs enfants passent vraiment d’agréables momen La bande dessinée nous aide à résoudre problème de lecture chez nos enfan Elle apporte à nos enfants le plaisir de lecture. Il y a une grande variété et c’ encourageant », souligne-t-elle. Cet grande passion pour la BD est aussi é quée par Kheladi Amira, une adolescen qui aime à dire que la BD est son u vers. « Tout ce que je veux c’est dessi

CONFÉRENCE DE BENOÎT PEETERS, BIOGRAPHE DE

Un philosophe hors des codes et de
Benoît Peeters, biographe du philosophe français Jacques Derrida, l’initiateur du concept de la “déconstruction”, parlait avec passion et humilité et donnait l’impression de se réjouir d’avoir à partager une proximité intellectuelle à l’égard d’un personnage clé de la pensée philosophique d’un XXe siècle assez singulier. Ce fut donc l’évocation d’un parcours tourmenté, tumultueux et atypique de Jacques Derrida, un penseur qui aura incontestablement marqué une époque chargée de tumultes, de conflits, d’affrontements et étonnamment féconde et riche.
Le Diwan Dar Abdellatif de l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel a été très bien inspiré en organisant en partenariat avec le Festival international de la bande dessinée d’Alger, une rencontre sur l’œuvre de Jacques Derrida animée par Benoît Peeters. Ce fut presque une gageure que d’avoir à brasser en un laps de temps trop court, la vie d’un petit juif français d’Alger, natif d’El Biar, exclu de l’école à douze ans, pour cause d’antisémitisme. Le philosophe français le plus traduit dans le monde en garda une trace amère. Ce n’était pas facile non plus que d’avoir à parler du statut d’un intellectuel qui ne put jamais s’adapter aux codes et aux conventions en vigueur à l’époque, à commencer par le microcosme étouffant de l’Ecole normale supérieure, ses démêlés avec les apôtres d’un structuralisme avec lequel il n’était pas en odeur de sainteté, les turbulences de mai 1968, la guerre d’Algérie, la défense des sans- papiers, de Nelson Mandela. En un survol à la fois succinct et concis, Benoît Peeters nous replonge dans l’œuvre de Jacques Derrida en essayant d’être aussi fidèle que possible, aussi rigoureux dans l’évocation d’une pensée allergique au prêtà-porter, qui n’a jamais accepté les simplismes et les raccourcis, les engagements sur le vif, l’humanisme d’un penseur qui condamna la politique coloniale de la France, les contraintes violentes, norma-

Ph. : T. Rouabah

tives de métropolitains vis-à-vis desquels le courant ne passait que difficilement. Une telle posture alimente les inimitiés, suscite des amitiés, des polémiques ardentes. Jacques Derrida, selon le conférencier, ne s’exonéra point de prises de position et d’engagements. Dès sa prime enfance, Derrida se

sentait mal dans une école communautaire. On sentait alors naître chez lui une crise d’appartenance. Ce sentiment est présent dans son œuvre. Ce n’est pas son seul choc ni sa première déconvenue. Derrida, tourné vers un Paris fantasmatique, subit les reproches d’un « establishment universitai-

Lundi 10 Octo

Ph. : T. Rouabah

ture

EL MOUDJAHID

17

bonne opportunité pour les enfants

SEMAINE CULTURELLE

Oued Souf s’invite à Relizane
Une semaine culturelle de Oued Souf s’est ouverte à Relizane à l’initiative du Commissariat du Festival culturel des arts et des cultures populaires du ministère de la Culture. Ce rendez-vous culturel se veut un espace d’échanges entre les deux wilayas. Le programme prévoit une série d’activités variées. Dans ce cadre, la maison de la Culture de Relizane, a abrité une exposition sur le patrimoine de la région de Oued Souf. Des produits de l’artisanat local aux couleurs vives, les tapis en laine, les bijoux en argent, les poteries y sont représentés. L’art culinaire est également présent. Cette exposition est illustrée de photos et d’affiches des sites archéologiques des différentes civilisations qui se sont succédé dans la région de Oued Souf, ainsi que la beauté des paysage de la région. Côté musique, des troupes traditionnelles et des chanteurs modernes se produiront sur les planches de la maison de la Culture, durant cette semaine. Des huiles de dattes avec une gamme d’artisanat mettant en exergue certains métiers comme la tapisserie, art dans lequel elle excelle, en plus de créations d’artistes plasticiens. Cette semaine culturelle s’inscrit dans le cadre des festivals locaux d’arts et de culture populaires, auxquels le public de Relizane semble, désormais, disposé à apprécier les différentes cultures venant de toutes les régions du pays. Rappelons que la wilaya de Relizane a accueilli plusieurs wilayas dans ce contexte des festivités d’arts et cultures populaires. M. Berraho

ival ds de nourigiut ce des ccaux et dédih, le aste nade ches des-

ants tion n que de la nous ques , 13 e dit rannée. ées. ue je et de t les e le jour elle. u’eleune

FESTIVAL DU COURT MÉTRAGE DE TANGER
Ph. : Billal

Le film turc B i c y c l e t t e remporte le grand prix
tements, parler de sujets complexes sans en-nuyer et sans dédramatiser des situations difficiles, voire conflictuelles. C’est aussi un moyen de distraction surtout pour les jeunes. Pour Merouane, un fonctionnaire, c’est surtout le coté convivial qui le sé-duit. « La BD pour moi est un souvenir agréable et très lointain : Lucky Luke, Zid ya Bouzid…Après les années 1980, il y a eu une grande rupture avec ce monde. Main-tenant, et depuis quelques années, on cons-tate une bonne reprise de la BD qui devient une tradition annuelle. Je trouve que la BD aborde aussi les problèmes sociopolitiques. Elle nous pousse à réfléchir et à analyser. J’espère pouvoir transmettre cette passion à mes enfants pour leur donner aussi l’amour de la lecture. Parce que le livre est généralement repoussé par eux, alors la BD est un moyen ludique pour les amener à lire », relève-t-il. K. A. A

s la j’ai ment, que r les s qui ents. re le ants. de la c’est ette évoente, uniiner

pour moi-même, pour exprimer mes sensations et mes soucis quotidiens que je n’arrive pas à partager avec les autres. J’aime bien cette ambiance. Ici je trouve ce que je veux, surtout les mangas. C’est mon propre monde. Je rêve de participer à un concours de création et de réaliser mon propre album un jour », précise Amira. Sa maman éprouve aussi un grand plaisir à accompagner sa fille : « Je trouve que, déjà, pour nous les parents, c’est un moyen de communication, surtout avec les adolescents. C’est aussi un moyen de formation et d’éducation pour nos enfants. Cela leur permet de s’améliorer sur divers aspects : la qualité des dessins, la lecture, l’écriture même…Cela les transporte dans un monde imaginaire et c’est un moyen d’expression pour leurs pensées et leurs sensations ». La BD est un excellent outil pour impliquer le lecteur, modifier des compor-

Le film turc Bicy clette du réalisateur Sarhat Karaaslan a remporté, samedi soir, le grand prix du 9e Festival du court métrage méditerranéen de Tanger (3-8 octobre) auquel ont participé 55 films réalisés dans 20 pays de la Méditerranée. Le jury, présidé par le critique marocain Mohamed Bakrim, a décerné le "Prix spécial du Jury" au film marocain Sur la route du paradis de la réalisatrice Uda Benyamina, le "Prix de la meilleure réalisation" au film Rev erse du réalisateur originaire de BosnieHerzégovine George Grigorakis et le "Prix du meilleur scénario" au court métrage espagnol En uniforme de Zoe Almeida. Avant la remise de ces récompenses, le jury dont faisait partie la réalisatrice et productrice algérienne Yamina Bachir Chouikh a annoncé l’attribution de mentions spéciales à la comédienne tunisienne Sondess Belhassen pour son rôle El Mouja de Mohamed Ben Attia et à l'acteur marocain Mohamed El Khalfi pour son rôle dans Les v agues du temps du réalisateur Ali Benjelloun. Par ailleurs, des mentions spéciales ont également été attribuées au film grec Salut anestis et au court métrage espagnol Vas-tu partir? de Christina Molino. Le prix Jeunesse a, quant à lui, été remis au film italien Trajectoires inv isibles de Luc Walpoth. Trois films algériens ont été sélectionnés pour ce festival qui a pour objectif de créer un cadre de rencontres, de dialogue et d’échanges cinématographiques et de favoriser la connaissance et la diffusion des nouveaux films de court métrage des pays méditerranéens. Il s’agit de Demain, Alger ? d’Amin Sidi-Boumediène, de Garagouz d’Abdenour Zahzah et Un homme, face miroir de Zakaria Saidani. Le festival du court métrage méditerranéen de Tanger a mis en compétition des productions de fiction d'une durée de 5 à 45 minutes en version originale, sous-titrés en arabe, en français, ou en anglais, et réalisées en 2010 et 2011.

JACQUES DERRIDA
re » dont il gardera une hargne. L’institution militaire est une autre épreuve pour lui. Il se retrouve à enseigner dans une école d’enfants de troupes en Algérie qui ne l’enthousiasma aucunement vivant au milieu d’officiers qui tiennent des propos peu amè-nes. Derrida est un anticolonialiste convaincu. Il a des positions honorables envers les Pales-tiniens. Il fut confronté à des choix parfois « cornéliens » et s’en tira avec la force de ses convictions. Comment être de gauche sans se sentir obligé de subir la chape de plomb du stalinisme ou inféoder à Moscou, ne pas citer Marx, Mao Tsé Toung, refusant de se fondre dans un moule idéologique où les maoïstes exerçaient une certaine influence ? Derrida s’est senti toujours toléré ou mal aimé dans son pays. Il entre en conflit avec le régime de Giscard d’Estaing dont il dénonce la loi Haby, consacrée à l’enseignement. Il se coupe de la Sorbonne qu’il considère comme une institution qui veut formater la pensée. Curieusement ou fatalement, il rencontre la gloire à l’étranger. Jacques Derrida enseigne aux U.S.A., se signale de manière fulgurante au colloque de Baltimore en 1964. Il bouleverse alors la cartographie universitaire américaine. Derrida, et c’est peut-être un des reproches les plus fréquents qu’il eut à subir, n’est pas un intellectuel de l’immédiateté. Il a besoin de réfléchir, de penser. Et c’est pour cette raison sans doute, qu’il ne trouve pas facilement un modèle de pensée philosophique. « Spectre de Marx », un livre écrit en 1993, est une espèce de réflexion sur l’héritage du marxisme à l’époque de la chute du communisme qui autorise à relire Marx alors que ceux qui étaient censés incarner sa pensée l’ont déserté. C’est un des multiples aspects d’une pensée fondée sur le concept de la déconstruction, une manière de revisiter les concepts en les « inquiétant », d’introduire la complexité et de refuser les choses binaires. Une démarche intellectuelle en porte à faux avec les « standards de clarté et de rigueur » et la métaphysique traditionnelle occidentale. Jacques Derrida est de ceux qui pensent que la communauté et l’appartenance sont problématiques et excluantes. Il propose en définitive, un nouveau regard sur la philosophie car il y a chez elle des choses qui ouvrent et qui libèrent. Difficile de faire l’impasse chez Benoît Peeters de son penchant avéré pour Jacques Derrida sans trahir, chez le biographe, un enthousiasme qui n’est pas feint, une attirance presque instinctive mais dont on ne décèle aucun parti pris ni culte de la personnalité. Juste une passion. C’est pour cette raison qu’il faut lire les deux ouvrages qu’il a écrits sur un philosophe, certes difficile, complexe et exigeant pour son lecteur mais forcément hors des convenances. M. Bo uraï b

OUVERTURE DU 4E FESTIVAL DE LA POÉSIE FÉMININE DE CONSTANTINE

es convenances

Vibrant hommage à Zoulikha Saoudi
Un vibrant hommage a été rendu samedi soir à Constantine à Zoulikha Saoudi, une pionnière de la littérature féminine algérienne, à l’ouverture du 4 e Festival national de la poésie féminine. Cette femme de lettres originaire de Babar, dans la wilaya de Khenchela, à laquelle cette édition de la manifestation est dédiée, a écrit, a-t-on relevé dans cet hommage, avec « un talent remarquable dans pratiquement tous les genres littéraires, y compris la critique littéraire et la correspondance radiophonique ». L’universitaire et critique littéraire, Ahmed Cheribet, qui a consacré une bonne partie de ses recherches à cette écrivaine dont il a ressemblé l’œuvre, a affirmé que Zoulikha Saoudi avait un « talent exceptionnel » qui aurait pu faire d’elle l’une des plus grandes femmes de lettres de tout le monde arabe si la mort ne l’avait pas emportée prématurément en 1972 alors qu’elle accouchait de son second bébé. La cérémonie d’ouverture du 4 e Festival de la poésie féminine a également été marquée par la tenue d’une exposition collective de quatre femmes peintres de Constantine, d’Alger et de Tizi Ouzou parmi lesquelles figure une doyenne, Souheila Belbahar. Un concert de folklore chaoui, animé par la troupe de Abdelhamid Bouzaher, a également marqué la cérémonie d’ouverture de cette manifestation à laquelle ont assisté les autorités locales et un représentant du ministère de la Culture. La rencontre qui se tient au théâtre de la ville pour se poursuivre jusqu’à jeudi prochain, donnera lieu à des déclamations de textes, œuvres de poétesses venues de diverses régions d’Algérie, ainsi qu'à des conférences d'universitaires et d'hommes de lettres qui aborderont, entre autres thèmes, « la création littéraire et la diversité des écrits de Zoulikha Saoudi », «l’art de la narration au féminin » et « la poésie féminine et l’art plastique ». La manifestation sera sanctionnée par la remise de prix aux lauréates de cette 4e édition qui verra les poèmes primés figurer dans une publication qui regroupera également l’ensemble des actes du festival.

tobre 2011

18

Régions
Sétif à la reconquête de ses espaces

EL MOUDJAHID

SUITE À UNE VASTE ACTION DES SERVICES DE LA SÛRETÉ NATIONALE

BREVES DE TIZI OUZOU
DRAA EL MIZAN : Un kilogramme de kif traité saisi
Les forces de police de la sûreté de daïra de Draa El Mizan, à une cinquantaine de kilomètres au sud du chef-lieu de la wilaya de Tizi-Ouzou, ont interpellé au courant de la semaine écoulée, suite à des investigations entreprises dans le cadre de la lutte contre la trafic de stupéfiants, un dangereux dealer en possession d’un kilogramme de kif traité destiné à la vente, apprend-on de la cellule de communication de la sûreté de wilaya de Tizi-Ouzou. Présenté jeudi dernier au parquet de la ville de Draa El Mizan, le dealer, L. M., un repris de justice âgé de 36 ans, a été placé sous mandat de dépôt pour les chefs d’inculpation de détention et commercialisation de stupéfiants. B. A.

Parmi les missions qui échoient à la Sûreté nationale, celle de la sécurité et de la tranquillité du citoyen et aussi celle de la préservation de ses biens occupent indéniablement une place de choix. Les services de la sûreté de Sétif s’attellent, dans leur action quotidienne, à être toujours plus proches du citoyen.

C’

est le moins qu’on puisse dire de cette vaste action, décidée par le wali de Sétif, M. Abdelkader Zoukh, qui n’a pas manqué, à maintes reprises, de souligner la nécessité de rendre à Sétif sa juste dimension de grande capitale. Une action engagée sur le terrain, il y a quelques jours, par les services de la sûreté de la wilaya de Sétif avec comme objectif de rendre à cette cité son statut et ses normes de ville où il fait bon vivre. Une ville, en effet, où, l’espace de quelques années, les trottoirs sont devenus des lieux privilégiés pour le commerce informel, envahis de surcroît par des personnes qui trouvaient par de telles pratiques un malin plaisir à squatter ces endroits réservés aux piétons, contraints dès lors de se rabattre sur la chaussée avec tous les dan-

gers auxquels ils s’exposent et exposent les conducteurs. Autant d’espaces «squattés» qui n’ont pas épargné tous les lieux érigés en «parkings »payants par des jeunes qui se sont octroyé ce droit, au même titre que ceux qui se sont même permis de s’installer sur la voie de la circulation, pour étaler leurs marchandises et en faire carrément des annexes de marchés à l’instar de souk Abacha, de la cité Bahri El Khier, du grand marché de la cité des 1014 logements, de la grande rue des restaurants se trouvant en face du parc d’attractions ou encore d’autres endroits non moins populeux souffrant de tels comportements. Face à de telles situations qui n’ont sou-

vent pas été sans provoquer le mécontentement de nombreux citoyens qui ont beaucoup apprécié l’impact d’une telle action, les services de la sûreté de la wilaya de Sétif s’attellent donc, depuis plusieurs jours, à faire appliquer la réglementation et combattre de telles pratiques qui ne font en fait que nuire à la tranquillité de tous. Il reste qu’en recouvrant le standing d’une aussi belle ville réputée pour sa propreté et son hospitalité, les pouvoirs publics, comme nous le confie le président d’APC, M. Mohamed Dib, n’entendent pas rester les bras croisés face aux aspirations de tous ces jeunes de l’informel «délogés» çà et là des nombreux lieux publics :

«Nous entendons effectivement créer des marchés de proximité pour prendre en charge ces jeunes, leur permettre d’exercer un emploi stable et sécurisé et en même temps offrir un cadre agréable au citoyen en lui restituant sa ville et tous ses espaces.» Entre temps, cette vaste action de la sûreté qui se déroule dans le calme et la sérénité, doublée de l’adhésion et de la compréhension du citoyen, n’est pas sans rendre, au fil des jours, à la cité de Aïn Fouara ses repères, ses grands espaces de liberté et l’image d’une grande ville revendiquant un statut de métropole régionale. F. Z.

DRAA BEN KHEDDA ET TALA ATHMANE : Descente policière dans des débits illicites de boissons alcoolisées
Dans le cadre de la lutte contre la prolifération des commerces illicites de boissons alcoolisées, les services de police de la sûreté de daïra de Draa Ben Khedda, à une dizaine de kilomètres à l’ouest du chef-lieu de la wilaya de TiziOuzou, ont mené, dans la soirée de mercredi dernier, une opération coup-de-poing dans deux bars clandestins situés sur la RN 25 durant laquelle trois individus ont été interpellés et 1.050 bouteilles de bière, 56 bouteilles de vin rouge, une somme d’argent, des jeux de hasard et un lot de matériel ont été saisis, apprend-on de source sécuritaire. Aussi, les forces de police ont récupéré au cours de la même opération 363 grammes de kif traité. Présentés jeudi dernier au parquet de la ville des Genêts, les trois individus interpellés ont été placés en détention préventive pour le chef d’inculpation de création d’un commerce de boissons alcoolisées sans autorisation. Par ailleurs, les forces de police de la brigade de recherches et d’investigations de la police judiciaire de la sûreté de la wilaya de Tizi-Ouzou ont effectué, durant la journée de mardi dernier, une opération similaire dans un lieu transformé en point de vente de boissons alcoolisées, à Tala Athmane, banlieue est de la commune de TiziOuzou. Cette opération s’est soldée par l’arrestation de deux individus et la saisie d’une quantité de boissons alcoolisées et de matériels électroménagers. Présentés mercredi dernier au parquet de Tizi-Ouzou, l’un des deux individus arrêtés a été mis en détention préventive, tandis que l’autre a bénéficié de la citation directe à comparaître, pour création d’un commerce illicite de boissons alcoolisées. B. A.

FORMATION PROFESSIONNELLE À MASCARA

Veiller à l’intégration des jeunes

L

e secteur de la formation professionnelle compte cette année 11.459 stagiaires, toutes spécialités confondues, 6.710 nouveaux inscrits, 4.449 anciens, 2.490 en formation résidentielle, 2.277 apprentis reconduits, 1.370 nouveaux prévus. En milieu fermé (prisons) 870, femmes au foyer 990, cours du soir 400 nouveaux et 67 reconduits.

Les spécialités vont avec le marché de l’emploi
Avant que ne soit établi tout programme de formation, il y a un recensement des besoins de la wilaya qui doit se faire et qui sera examiné par la commission de la wilaya puis soumis au conseil de l’administration et de la pédagogie, ensuite à la commission nationale au niveau du ministère de la Formation Professionnelle, seule habilitée à faire le choix des spécialités qui seront retenues pour chaque wilaya suivant la vocation de chacune d’elles. Pour l’incorporation des jeunes dans ces spécialités, le wali a adressé une note aux chefs de daïra et P/APC, leur recommandant de veiller à l’intégration des jeunes suivant les besoins de chaque secteur. Toutes les spécialités sont réussies, surtout celles où la formation passe par l’apprentissage comme la soudure, la mécanique, la plomberie sanitaire... Cette méthode permet aux jeunes d’acquérir une expérience et de prendre contact avec le milieu actif de la profession. Une quantité de matériel sophistiqué se trouve à l’abandon au niveau des établissements de l'éducation nationale, notamment au niveau des technicums ; pour le récupérer, une commission natio-

nale s’est rendue sur les lieux et il s’est avéré qu’il est non conforme aux spécialités des CFPA. Le problème reste donc posé. Chaque année, durant l’Aïd El Fitr en particulier, la population locale souffre du manque de pain quotidien et à les boulangers répondent que la que cela est dû au manque de main-d’œuvre qualifiée au niveau de la wilaya. Ceux qui travaillent viennent dans leur majorité de l’est ou du centre du pays et doivent rejoindre leur famille pendant les fêtes religieuses. Certains centres sont même dotés d’un matériel moderne, mais aucune formation, ni demande de formation n’a été exprimée dans ce sens ni par les jeunes ni par les boulangers. Au niveau du centre Ould Kablia-Saliha, deux concours ont été organisés pour le recrutement d’un professeur pour la formation dans la boulangerie, sans résultat cependant puisque les conditions exigent un enseignant ayant cinq ans d’expérience reconnue par la

CNAS. Pour le moment, seule une professeure assure la formation pour la pâtisserie. Cette année, le centre a bénéficié d’un poste budgétaire qui sera automatiquement réservé au recrutement d’un boulanger expérimenté pour assurer la formation de boulangers, et les démarches sont en cours. Pour un plâtrier, à titre d' exemple, les gens préfèrent les Marocains qui sont souvent en situation irrégulière dans notre pays à un stagiaire formé dans les centres CFPA. Les citoyens pensent que les Marocains sont plus chevronnés que les ouvriers locaux, ce qui est faux ; il va falloir faire confiance à nos jeunes pour leur permettre d’acquérir cette expérience requise. Les autorités sont préoccupées par la formation en fonction des besoins du marché, en particulier les travaux publics où la main-d’œuvre qualifiée fait défaut et qui se trouve dominée par la main-d’œuvre étrangère. Un manque d’orientation est enregistré au niveau des

centres CFP, en particulier durant les campagnes de sensibilisation qui se font suivant les anciens procédés ; la sensibilisation doit se faire selon les nouvelles méthodes. Les stagiaires sont pourtant encouragés par des bourses qui sont octroyées à deux catégories ; la première concerne la formation résiduelle, qui atteint 15% durant les six premiers mois, puis 30% et 60% du SMIG en fin de cycle. La seconde concerne les apprentis qui perçoivent 900 DA/mois. La wilaya de Mascara a bénéficié d’autres structures de formation dont un institut spécialisé en TP à Sig et dans le cadre du plan quinquennal 2010-2014, quatre autres instituts seront ouverts au niveau de la wilaya (Mascara ; Tighennif ; Mohammadia et Ghriss). Cette dernière sera spécialisée en agriculture. Le choix de ces localités s’est fait suivant le nombre d’établissements scolaires existants et la densité de la population. A. Ghomchi

RELIZANE

Une session APW pour faire le bilan de la rentrée

215 opérations coup-de-poing en un mois
Dans le cadre de la mise en œuvre du plan d’action initié par la DGSN en matière de lutte contre la criminalité urbaine, les différents services de police de la sûreté de wilaya de Tizi-Ouzou ont mené, durant le mois écoulé, 215 opérations coup-de-poing à travers plusieurs quartiers chauds, cafés maures, gares routières et autres lieux publics de la wilaya, apprend-on dans un communiquébilan du mois de septembre rendu public vendredi dernier. 1.381 personnes ont été soumises à examen de situation durant ce mois parmi lesquelles 53 ont été présentées au parquet pour différents délits. B. A.

L

a prochaine session de l'Assemblée populaire de la wilaya de Relizane, prévue pour la fin du mois d’otobre, aura à examiner de nombreux dossiers et en particulier le budget de la wilaya, l’investissement et l'emploi, a-t-on appris hier auprès de M. Boussaïd, vice-P/APW. Il sera aussi question de faire le bilan de la rentrée scolaire et des actions de solidarité menées par la DAS durant le mois sacré. Les élus auront droit à une synthèse des actions réalisées par les autorités locales et les services concernés pour la rentrée des classes 2011/2012. Les élus devront, par ailleurs, examiner le bilan de la Direction de l'action sociale (DAS) pour laquelle la wilaya a consacré un budget spécial pour la distribution de couffins aux familles nécessiteuses. La Sonatrach

a, de son côté, participé avec la remise de 500 couffins pour les familles démunies. Les commissions des communes chargées de cette opération de solidarité se sont engagées à distribuer les couffins et la wilaya a dégagé plus de 15 millions de dinars, alors que le ministère de la Solidarité nationale a mobilisé une subvention de 3.025 millions de dinars pour l’achat de denrées alimentaires qui ont été distribuées sous forme de kit alimentaire, les APC 84.800 dinars et le Croissant-Rouge pour un montant de 500.000 DA. En outre, quatre restaurants «erahma» ont été ouverts au niveau de quatre communes de la wilaya (Relizane, Oued Rhiou, Ammi Moussa et Djidiouia). M. Berraho

Lundi 10 Octobre 2011

24

n électio S
19:15

Télévision

EL MOUDJAHID

AHL CAIRO
Ahl Cairo un feuilleton égyptien qui transcrit toutes les étapes d’une enquête policière autour d’une alerte à la bombe dans un grand palace, le soir du mariage d’une femme d’affaires au passé douteux.

Programme d’aujourd’hui
Canal Algérie
12h00 : Journal Télévisé Français 12h20 : Assaad el waraq (11) 13h10 : Sira (14) 14h40 : National géographique (12) 15h30 : Rawai'e el cirque el roussi n° 16 16h20 : El djaoualoune (37) 17h00 : Assyade el Qouwa (06°) 17h30 : Nadi El Fouroussiya (11) 18h00 : Journal Télévisé Amazigh 18h20 : Le Médaillon (14°) 19h00 : Journal en français+météo 19h30 : Vetges et patrimoine 20h00 : Journal en arabe 20h45 : Questions d'actu ''direct'' 22h00 : Senteurs d'Algérie "saida" 23h05 : Orchestre nle de la musique andalous

ARTE
18:00 Arte Journal 18:30 Globalmag 18:55 La nature, c'est génial ! : La magie du mouvement 19:40 Cent mille dollars au soleil 21:40 Elisabeth Schwarzkopf, soprano de légende 22:35 Artistes et sagas d'Islande 23:30 Comment je me suis réveillée 00:30 L'âme en sang

M6
11:45 Le 12/45 12:00 Scènes de ménages 12:45 Une femme sous emprise 14:40 Conclusions hâtives 16:40 Un dîner presque parfait 17:45 100 % mag 18:45 Le 19/45 19:05 Scènes de ménages 19:45 Les aventuriers de l'Arche perdue 22:00 Recherche appartement ou maison 22:35 Recherche appartement ou maison 00:05 Prison Break : Bolshoi Booze

19:50

WEEK-END CHEZ LES TOQUÉES : Mon cœur est à papa !

TF1
12:00 Journal 12:40 Petits plats en équilibre 12:55 Les feux de l'amour 13:55 Tout pour la vérité 15:35 Les frères Scott : Inventer sa vie 16:25 Grey's Anatomy : La pièc quante 17:15 Secret Story 18:05 Le juste prix 19:00 Journal 19:32 C'est ma Terre 19:35 Après le 20h, c'est Canteloup 19:50 Week-end chez les Toquées : Mon cœur est à papa ! 21:35 Esprits criminels : Sous la suface 22:25 Esprits criminels : L'éventreur 23:10 Esprits criminels : Code d'honneur

Réalisateur : Emmanuel Jeaugey. Avec : Ingrid Chauvin (Fanny), Annie Grégorio (Lili), Andréa Ferréol (Rose), André Penvern (Tony), Marc Duret (Pierrot). Grégoire a organisé un super week-end en amoureux à La Grenouille aux yeux bleus, avec la nouvelle femme de sa vie : Pauline. Mais ce qu'il n'avait pas prévu, c'est que sa fille de 7 ans, à qui il n'a encore jamais osé parler de sa petite amie, débarquerait avec son oncle. Le week-end s'annonce compliqué... Surtout que Grégoire, sous l'effet de la surprise, affirmera ne pas connaître Pauline. Weekend sportif pour Fanny et Lili, qui devront également gérer la crise que traverse une romancière, en mal d'amour et d'inspiration face à un mari éditeur, qui lui met la pression. Les choses se compliquent encore, quand Fanny découvre que Rose est devenue une «shopping addict»…

CANAL +
15:55 Mad Men : La récompense 16:45 Panique aux funérailles 18:10 Têtes à claques : La prise d'otages 18:18 Une minute avant : Le dernier empereur 18:20 Mon oncle Charlie : Un fils ingrat 18:45 Le JT 19:10 Le grand journal 20:10 Le petit journal 20:35 Le grand journal, la suite 20:55 Borgia : 1492 21:50 Borgia : Ondata di Calore 22:44 Spécial investigation 22:45 Bébés volés : l'incroyable scandale 23:40 Mensomadaire : Déglingomadaire

23:10

The Good Heart
Réalisateur: Dagur Kári. Avec:Paul Dano (Lucas), Brian Cox (Jack), Isild Le Besco (April), Clark Middleton (Dimitri), Damian Young (Roddie). Lucas est arrivé à un point de non retour. Après une tentative de suicide ratée, il est admis à l'hôpital et contraint de partager une chambre avec Jack, un vieux patron de bar grognon qui vient d'avoir une cinquième crise cardiaque.

FRANCE 2
12:00 Journal 12:52 Consomag 13:00 Toute une histoire 14:10 Comment ça va bien ! 15:15 Rex : La dernière course 16:05 Côté match 16:10 Seriez-vous un bon expert ? 16:50 CD'aujourd'hui . 16:55 On n'demande qu'à en rire 17:55 N'oubliez pas les paroles 18:45 Et si on changeait le monde 18:55 La minute du Chat 19:00 Journal 19:30 Tirage du Loto 19:35 Castle : Sous haute tension 20:15 D'art d'art : Spéciale Outre-mer, Princesse tahitienne 20:20 Castle : L'enfer de la mode 21:00 Castle : L'escroc au coeur tendre

FRANCE 5
11:10 Zouzous 12:35 Le magazine de la santé 13:30 Allô, docteurs 14:05 Rêve de singe 14:35 Le long du Gange 15:30 Les voix oubliées : Les fils du vent 16:30 C à dire ?! 16:45 C dans l'air

19:45

Lesaventuriers del'Archeperdue

21:40 Paris en plus grand 21:45 Mots croisés

FRANCE 3
10:50 Le 12/13 11:00 Journal régional 11:25 Journal national 12:00 13h avec vous 12:35 Edition de l'outre-mer 12:40 Keno 12:45 En course sur France 3 13:05 Inspecteur Derrick : Encaissement 14:10 Le fil à la patte 15:45 Culturebox 15:50 Slam 16:20 Un livre, un jour 16:30 Des chiffres et des lettres 17:10 Questions pour un champion 17:50 19/20 17:58 Titres régionaux et nationaux 18:00 Journal régional 18:18 Edition locale 18:30 Journal national 19:00 Tout le sport 19:10 Plus belle la vie 19:35 Faust 22:50 Soir 3 23:20 La case de l'oncle Doc 23:25 Brassens et la Jeanne

Réalisateur: Steven Spielberg. Avec : Harrison Ford (Indiana Jones), Karen Allen (Marion Ravenhood), Wolf Kahler (Dietrich), Paul Freeman (Belloq), Ronald Lacey (Toht). Indiana Jones est un professeur universitaire d'archéologie doublé d'un aventurier, qui parcourt le monde à la recherche de trésors. Son principal adversaire est l'archéologue français Belloq, qui loue ses services à l'Allemagne hitlérienne. Le chancelier du Reich s'est, en effet, mis en tête de retrouver l'Arche d'Alliance contenant les Tables de la Loi brisées par Moïse, voilà trois mille ans. Jones sait que les dossiers allemands indiquent que le professeur Ravenhood, aujourd'hui décédé, a été en possession d'une curieuse médaille, la «Mire de Râ» qui, installée à l'endroit requis, doit délivrer un rayon de soleil vers le lieu où se trouve l'Arche Sainte.

19:40

Cent mille dollars au soleil
Réalisateur : Henri Verneuil. Avec: Jean-Paul Belmondo (Rocco), Lino Ventura (Hervé Marec dit Plouc), Bernard Blier (Mitch-Mitch), Reginald Kernan (Hans Steiner), Andréa Parisy (Pepa). À Blima, au Maroc, Castigliano dirige une entreprise de transport routier. Il vient juste d'embaucher un certain Steiner pour convoyer un chargement à Moussorah dans un camion flambant neuf. Mais, au petit matin, c'est un autre employé, Rocco, qui prend le camion et récupère sa maîtresse Pepa à la sortie de la ville, bien décidé à négocier pour son compte le chargement de contrebande. Furieux, Castigliano propose deux millions à un ancien de lamaison, Marec, pour rattraper le fuyard…

12h45 : Féminine : « Mamnou a Arjel» – Rediffusion – 14h15 : Reality-Tv Maghreb : «Jek El Marsoul » – Rediffusion – 15h45 : Talk-show : « Ness Nessma»- (Invité: Lotfi Double Canon) – 17h00 : Karakouz News– ( Rediffusion) – 17h15 : Rencontre: « Dhayf El Ousbou 3» – (Rediffusion) – 18h30 - Feuilleton ; «Al Hassen wel Housseïn » – ( Episode 3 ) 19h15 : Feuilleton: « Ahl Cairo » – ( Episode 3 ) 20h00 : News 20h45 : L’invité des News– 21h05 : Ness Sport 22h30 : Rencontre: « Dhayf El Ousbou3» – (Algérie)

Lundi 10 Octobre 2011

EL MOUDJAHID

Détente
Mots FLECHES
Nº 2918
7 8 9 10
LÉGUMINEUSE MALADE PREMIER TRAIT

25

Page animée par Mourad Bouchemla

Mots CROISES
Nº 2918
1
I II III IV V VI VII VII I IX X

2

3

4

5

6

QUI CACRATÉRISE UN MODÈLE À ATTEINDRE UN APPEL ENTRAÎNE EN PEAU TITRE ANGLAIS ATTENDUE EN GARE LOMBRIC EN CÔTE ESPAGNOL ACCROCHE ÉLEMENT DU CIEL ÉTAT DES USA DANS LE MOT MET À L’ABRI OU BESOIN TELLE UNE MÛLE BEAU PARLEUR NOUER UN CHIEN EN SELLE AVANT LES AUTRES IMPÔSER EN FORME D’ŒUFS OUI À MOSCOU ACCORD EN ÉDITION RACCOMODER PAVER ASOCIÉ QHALIFIE

Définitions
HORIZONTALEMENT I- Immobilisées - Thymus de veau. II- Signature. III- Genre musical - Fruit sec. IV- Prévenir. V- Droit de passage - A crié en bergerie. VI- Entoure fortement. VII- Poids de l’emballage - En salle Deux. VIII- Ajouter au poids. IX- Branches - MillePattes. X- Aiguisé - Périodes. VERTICALEMENT 1- Son bras c’est la force - Bavardage. 2- Représentation - En lice. 3- Joyeux - Eventement. 4- En mer - Mettre bas en bergerie. 5- Identiques Tente. 6- Met en terre - Liquide. 7-Fabrique dans la belle roche. 8- Mettre à l’abri du besoin - Solide. 9- Ne s’efface pas. 10- Tas de bois - Vieilles colères.

EXAMINA TEXTES DU ROI POU DONNER L’ORDRE

SOLUTION DES MOTS CROISES
1 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
P
A

2
I

3
G

4
E R

5
E G

6
S

7

8
R

9 10
I

F

S T E R

E M A
R A
G

E M E N T

N D E

I
A

A M A L
E

Grille
Bidonnant Triptyque Congénital Dévissage Micro-onde Retrouvée Comprimer Terrifier Obsèque Paisible Robotiser Courageux Franciser Aliénable Juijitsu Pendable Gabardine Gondolage

Nº 2918
Amovible Mortifier Cacaotier Culbuteur Basculeur Piailleur Mangeable Déprécier Oeillette Dissident Emissaire Retourner Trois mats

Mot CACHÉ
D T N E D I S S I D E R I A S S I M E E B R E N R U O T E R S I J I U J I T S U C A D E N I D R A B A G E O C C M E I A M O VI I N O R O N M O R T O F N N A N T C A C A U T A G M G R C U L B U T N E P O E B A S C L L T N O L N P I A I E L B I N I O M A N G E A I T N S E D E P R L C S A E M U O E I L E E A L R E D S E S P S R N V A N U P I E D E D N M I C R O O N D R R U C O M P R I M E M T T A M S I O R T T E L B A D N E P R G A L O D N O G I B L E S A E M C P I E R S S B E O T I E R A S R T L Y E U R C E A A P Q E U R C R N L O U E U R A M C L R E B L E G E H I T P I E R E N A S A E T T E S T G E G R E E S E E E R E S E V I S S A G E O E T R O U V E E N E R R I F I E R N

R

E

A
E

G
N E L E R

E
S E A O S E U

B

E

L
E B I

E

R R E R D I E U R

T A T A

A

R A

I

Cramponner
R

Mongolisme
I C G E

L
E

E

Entrenœud
S

Assermenté Ebranchage Métalliser Colportage Saccages Bisannuel Personnel Espérées Va-nu-pieds
L I E R

SOLUTION DES MOTS FLECHES
1
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10
F

2

3

4
E

5

6
P E

7

8

9 10
O T

E V D I
T

A L

I
S C

E

A L I

O H E I T

R

N D U L

A N D A

O U

A
L

S

T

R

E
A T M E E N T S T A

M O
E U R U E N S S R E N T E

E

O R

I S E

N

T

I

O V D P E E

RETIRER UNE SOMME DE LA CAISSE

R A

SOLUTION PRÉCÉDENTE : BRONCHOSCOPE

E O B S E Q U E S Ù E P A I S I B L E E L R O B O T I S E R C O U R A G E U X L N F R A N C I S E R A L I E N A B L E T

Lundi 10 Octobre 2011

EL MOUDJAHID Vie religieuse
Horaires des prières de la journée du lundi 12 dou el q’îâda 1432 correspondant au 10 octobre 2011 : - Dohr.........….......12 h 35 - ‘Asr.....................15 h 49 -Maghreb.............. 18 h 22 -Icha……...……...19 h 40 mardi 13 dou el q’îâda 1432 correspondant au 10 octobre 2011 : -Fedjr................ ..05 h 25 -Chourouk...........06 h 51

Vie pratique
CONDOLEANCES
L’ A s s o c i a t i o n Nationale des Anciens Condamnés à mort 1954-1962 vient d’apprendre le décès du frère moudjahid, ancien condamné à mort ZEGHIMI Abdelkader, survenu le 03/10/2011 à l’âge de 69 ans. L’Association Nationale des anciens condamnés à mort présente à toute la famille du défunt ses sincères condoléances et l’assurent, en cette pénible circonstance, de sa profonde sympathie. Que Dieu Le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. “A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.”

29
Demandes d’emploi
H., cadre comptable, ayant 30 ans d’expérience résidant à Rouiba, cherche emploi axe Réghaïa-Rouiba-B. El Bahri libre de suite. Tél.: 0555.96.82.31 ——o0o—— J.H., ingénieur en génie civil, soutraite tout dossier de régularisation, notes, calculs, confortement (agréé par l’État) cherche emploi. Tél.: 0770.33.27.61 ——o0o—— Homme marié, manœuvre supérieur, niveau 6, expérience 6 ans et 6 mois en tant qu’agent d’entretien à Netcom., cherche emploi dans n’importe quel domaine. Contactez le 0793-37-79-26 ——o0o—— Jardinier qualifié cherche emploi représentant dynamique. Tél.: 0551-01-38-85 ——o0o—— J.H. cherche emploi comme chauffeur, 15 ans d’exp. représentant vendeur présentable, dynamique, polyalent. Tél.: 0663-10.08.32 —o0o—— J.F., 35 ans, cherche emploi, diplômée en Informatique exp. 6 ans en assistance commerciale. Tél.: 0773.40.91.00 —o0o—— J.H., cherche emploi comme chauffeur catégorie (B.C) exp., 05 ans. Tél.: 0554-04-02-22 —o0o—— J.H., âgé de 31 ans TS en bâtiment option conducteur de travaux avec 7 ans d’expérience cherche un emploi à Alger. Tél. : 0661 52 84 05 —o0o—— Comptable, consultant fiscal, cherche emploi pour : mise à jour comptabilité contentieux fiscale travaux CAC, demande création d’entreprise, agrément. ANDI. Tél. 0772 29 52 35 —o0o—— Informaticien (concepteur de logiciel de gestion de stock et site web cherche travail Mob. 05.57.08.49.70 —o0o—— J.H., 33 ans, certificat d’anglais obtenu à OXFORD, diplômé en électro-mécanique cherche emploi. Tél.: (0798) 58.51.65 (025) 43.56.44

CONDOLEANCES
M o n s i e u r A R B A D J I Mahmoud, les membres du bureau, du conseil et l’ensemble des adhérents de l’Association pour la préservation des cimetières de la wilaya d’Alger profondément touchés par le décès de

NAOUI Ahmed
beau-père de Monsieur Layachi Mourad, vice-président de l’Association A.P.C.A, lui présentent ainsi qu’à toute la famille leurs sincères condoléances. Qu’Allah le Tout-Puissant accorde au défunt Sa Sainte Miséricorde et l’accueille en Son Vaste Paradis. «A Allah nous appartenons et à Lui nous retournons».

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION Edité par l’EPE-SPA au capital social de 50.000.000 DA

EL MOUDJAHID

20, rue de la Liberté, Alger Téléphone : 021.73.70.81 Présidente-Directrice générale de la publication

Naâma Abbas
DIRECTION GENERALE Téléphone : 021.73.79.93 Fax : 021.73.89.80 DIRECTION DE LA REDACTION Téléphone : 021.73.99.31 Fax : 021.73.90.43 Internet : http://www.elmoudjahid.com E-mail : elmoudjahid@elmoudjahid.com BUREAUX REGIONAUX CONSTANTINE 100, rue Larbi Ben M’hidi Tél. : (031) 64.23.03 ORAN Maison de la Presse 3, place du 1er Novembre Tél. : (041) 39.34.94 ANNABA 2, rue Condorcet Tél. : (038) 86.64.24 BORDJ BOU-ARRERIDJ Ex-siège de la wilaya Rue Mebarkia Smaïl, B.B.A. 34000 Tél/Fax : (035) 68.69.63 SIDI BEL-ABBES Maison de la presse Amir Benaïssa Immeuble Le Garden, S.B.A. Tél/Fax : (048) 54.42.42 CONSTANTINE : Route de Sétif 7e km Tél. : (031) 66.49.65 - (031) 92.30.99 Fax : (031) 66.49.37 TIZI OUZOU : Cité Mohamed Boudiaf (ex-2.000 logts) Bâtiment 3, 1er étage, Nouvelle ville Tél. - Fax : (026) 21.73.00 TLEMCEN :12, place Kairouan Tél.-Fax : (043) 27.66.66 MASCARA : Maison de la Presse Rue Senouci Habib Tél.-Fax : (045) 81.56.03 CENTRE AIN-DEFLA : Cité Attafi Belgacem (Face à la Poste) Tél/Fax: 027.60.69.22 PUBLICITE Pour toute publicité, s’adresser à l’Agence Nationale de Communication d’Edition et de Publicité “ANEP” ALGER : 1, avenue Pasteur Tél. : (021) 73.76.78 - 73.71.28 - 73.30.43 Fax : (021) 73.95.59 - Télex : 56.150 Télex : 81.742 ORAN : 3, rue Mohamed Khemisti Tél. : (041) 39.10.34 Fax : (041) 39.19.04 - Télex : 22.320 ANNABA : 7, cours de la Révolution Tél. : (038) 84.86.38 Fax : (04) 84.86.38 Régie publicitaire EL MOUDJAHID 20, rue de la Liberté, Alger Tél./Fax : 021 73.56.70 ABONNEMENTS Pour les souscriptions d’abonnements, achats de journaux ou commandes de photos, s’adresser au service commercial: 20, rue de la Liberté, Alger. COMPTES BANCAIRES Agence CPA “Che” Guevara - Alger Compte dinars n° 102.7038601 - 17 Agence BNA Liberté - Dinars : 605.300.004.413/14 - Devises : 605.310.010078/57 Cptes BDL - Agence Port Saïd - Dinars : 005.00 107.400.247 86 20.28 - Devises : 005.00 107.457.247 86 20.28
Edité par l’EPE-SPA EL MOUDJAHID Siège social : 20, rue de la Liberté, Alger IMPRESSION Edition du Centre : Société d’Impression d’Alger (SIMPRAL) Edition de l’Est : Société d’Impression de l’Est, Constantine Edition de l’Ouest : Société d’Impression de l’Ouest, Oran Edition du Sud : Unité d’Impression de Ouargla (SIA) DIFFUSION Centre : EL MOUDJAHID Tél. : 021 73.94.82 Est : SARL “SODIPRESSE” Tél-fax : 031 92.73.58 Ouest : SARL “SDPO” Tél-fax : 041 46.84.87 Sud : SARL “TDS” Tél-fax : 029 75.02.02 France : IPS (International Presse Service) Tél. 01-46-07-63-90 Les manuscrits, photographies ou tout autre document et illustration adressés ou remis à la Rédaction ne sont pas rendus et ne peuvent faire l’objet d’une réclamation..

El Moudjahid/Pub

S.O.S. S.O.S.
Femme ayant subi une opération chirurgicale à la hanche gauche, qui n’a pas réussi, demande à toute âme charitable pouvant l’aider à refaire son opération (prothèse). Contacter le 07-79-97-61-55
El Moudjahid/Pub

CONDOLEANCES
Le ministre de l'Intérieur et des Collectivites locales, le secrétaire général, le chef de cabinet, les cadres ainsi que l'ensemble du personnel du ministère de l'Interieur et des Collectivités locales, très affectes par le décès de l'épouse de leur collègue Monsieur Slimani Mohamed, C.E.S., lui présentent, ainsi qu'aux membres de sa famille leurs sincères condoléances et les assurent en cette pénible circonstance de leur profonde compassion. Que Dieu le Tout-Puissant accorde à la défunte Sa Sainte Miséricorde et l'accueille en Son Vaste Paradis. «A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons».

CONDOLEANCES
Salah-Eddine et Chérif Mesbah, très attristés par le décès de Bachir Rouis (ancien ministre et membre de l’ALN), père de leur ami et frère Mohamed Rouis, présentent à ce dernier ainsi qu’à toute sa famille leurs sincères condoléances et prient Dieu le ToutPuissant d’accueillir le défunt en Son Vaste Paradis.

DÉCÈS
Les familles AINOUZ, CHADER, parents et alliés, ont l’immense douleur de faire part du décès, survenu à Paris, le 6 octobre 2011, à l’âge de 94 ans de

Importante Société privée Située à Rouiba RECRUTE :
• 01-Directeur Finance et Comptabilité - 5 années ou plus d'expérience dans le domaine. • 01-Directeur des Ressources Humaines - 5 années ou plus d'expérience dans le domaine. Envoyer CV détaillé + lettre de motivation par Fax au N° 213 (021) 85 13 24 ou par e-mail : recrutement_sdg@yahoo.fr NB : Il ne sera répondu qu'aux candidatures jugées intéressantes.
El Moudjahid/Pub

Organisme public
Recherche pour ses besoins propres, en location, à Alger centre-Saïd Hamdine - Bir Mourad-Raïs - Kouba ou Birkhadem, un immeuble à usage de bureaux réunissant les caractéristiques suivantes: - Superficie approximative de 350 mètres carrés et de 25 à 30 bureaux, de préférence installés sur plusieurs niveaux, Dont la façade principale est orientée de préférence sur une grande rue, voire une rue secondaire, - En bon état, - Convenablement éclairé et présentant une bonne aération, - Doté des commodités indispensables, sanitaires, chauffage, etc. L'existence d'un parking de 20 places environ serait souhaitable. Les propriétaires et les agences immobilières intéressées peuvent faire leur offre indifféremment par : - Fax au N°: 021-64-59-78/ 63-34-61 - Email: Locimm@gmail.com - Adresse : ANEP - N°879483Alger.
El Moudjahid/Pub ANEP 879483 du 10/10/2011

Mme Vve AINOUZ IDIR née CHADER Mekioussa
(enseignante à la retraite) Que Dieu l’accueille en Son Vaste Paradis. A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons

Avis d’infructuosité
Un avis d’appel d’offres national n°09/ECM/2011 portant sur la fourniture de 780 tonnes de poutrelles, tôles, ronds et cornières en acier, paru sur les quotidiens nationaux El Moudjahid des 17 et 18 septembre et l’Expression des 13 et 14 septembre, est déclaré infructueux conformément au DP n°10-236 du 07/10/2010.
El Moudjahid/Pub ANEP 846978 du 10/10/2011

Lundi 10 Octobre 2011

30

Sports
LIGUE DE FOOTBALL DE LA WILAYA D’ALGER Cérémonie d’ouverture de la saison 2011/2012

EL MOUDJAHID

Ligue des champions africaine

Khelil Hammoum : «Nous sommes là pour servir le football»
Samedi dernier en soirée, à l’hôtel Mercure, la très active Ligue de football de la wilaya d’Alger, que dirige d’une main de maître, M. Khelil Hammoum, dont les compétences avérées sont reconnues par tous, notamment parmi ses pairs, a procédé à l’ouverture de la saison 2011/2012.

Le président d'Al-Hilal (Soudan) convoqué par la CAF

A

cette occasion, une cérémonie a été organisée par cette instance. Plusieurs personnalités du monde du sport et notamment du football y ont été conviées. Nous citerons, le représentant du MJS, Djaâfar Yefsah, Abdelkrim Medouar, Abderahmane Mehdaoui, Mustapha Heddane, Boualem Laroum, Mecheri le président du RCK, des représentants des clubs de l’Algérois, du corps arbitral parmi les anciens et les nouveaux, des présidents de ligues de wilaya et différents acteurs du sport de proximité aussi, des bénévoles du sport. Le président de la LFWA, Khelil Hammoum, et les membres de l’instance qu’il dirige, considérée comme un véritable exemple de bonne gestion et d’organisation, s’est adressé à l’assistance avec sa gentillesse coutumière en tenant les propos suivants : « Cette cérémonie est une occasion propice pour rassembler les personnalités du monde footballistique et d’honorer à juste titre tous ceux qui ont contribué à la réussite de la saison dernière. Toutes nos félicitations vont aux acteurs qui ont réussi leurs différents parcours que se soit les clubs, les arbitres ou les dirigeants. » D’ailleurs la LFWA a

tenu à récompenser les différents acteurs concernés par la remise de trophée à titre honorifique et d’encouragement. A cet effet, il a affirmé : « Les nombreux trophées que nous allons remettre en cours de cette soirée, que nous espérons conviviale et chaleureuse, ne sont qu’une modeste preuve de notre reconnaissance et aussi une manière pour nous d’encourager ceux qui travaillent à persévérer dans cette voie, pour une meilleure saison sportive et pour faire de telle sorte à rehausser le niveau de notre football, surtout au niveau de la base que représente notre riche jeunesse. Nous sommes-là pour servir le football.» Khelil Hammoum a profité de cette occasion pour adresser ses vifs remerciements à tous ceux qui ont aidé la LFWA (FAF, DJSL Alger, LNFA), en ne ménageant aucun effort pour développer et promouvoir le sport roi au niveau de la wilaya d’Alger. Il a félicité les clubs champions de la capitale et a souhaiter plein succès et réussite à l’ensemble des clubs engagés pour cette nouvelle saison sportive. La soi-

rée a été une véritable réussite, et a vu l’intervention de plusieurs personnalités. Des interventions qui vont dans le sens de la promotion du sport et du football en particulier. L’ancien gardien du stade Bologhine et Cerdan, le non moins connu, Abdelkader “Kiki” n’a pas été oublié et au moment où il a été honoré, l’assistance a été prise de beaucoup d’émotion. Nous tenons pour notre part, à remercier les organisateurs de cette belle et sympathique cérémonie, pour le chaleureux accueil qui nous a été réservé et pour cette louable initiative qui est à encourager. Nos remerciements

vont particulièrement à Khelil Hammoum, pour le travail de qualité qu’il est en train d’effectuer à la LFWA et son dévouement pour servir le football au niveau de la ligue qu’il dirige pour le compte de la wilaya d’Alger. Tous les présents lui ont témoigné leur reconnaissance et un grand hommage lui a été rendu pour le travail qu’il est en train d’accomplir, notamment à travers les allocutions fortement applaudies et appréciées du patron de l’ASO, Abdelkrim Medouar et du représentant du MJS, Djaâfar Yefsah pour ne citer que ceux-là. Bilan moral et financier de la LFWA adoptés à l’unanimité Par ailleurs, il faut noter qu’avant la tenue de la cérémonie d’ouverture de la saison 2011/2012 par la LFWA, cette dernière a tenu son assemblée générale ordinaire, où les bilans moral et financier de la gestion du président de la Ligue, Khellil Hammoum et de son bureau, pour l’exercice 2010/2011 ont été approuvés à l’unanimité. Mohamed-Amine Azzouz

L

e président de la formation soudanaise d'Al-Hilal, Amine El Barbare, accusé d'agression contre l'arbitre algérien, Djamel Haimoudi, lors du match de son équipe face à l'ES Tunis, devrait comparaître avant-hier devant le conseil de discipline de la Confédération africaine de football (CAF), a révélé la presse soudanaise. La convocation du président d'Al-Hilal, a été envoyée par l'instance footballistique africaine à la fédération soudanaise, afin que El Barbare se présente au siège de la CAF, au Caire, lors de la réunion d'urgence de la commission de discipline prévue pour dimanche, et qui sera consacrée à l'étude du dossier du match en question, a ajouté la même source. La presse avait rapporté que le président du club phare du Soudan a asséné un coup sur le visage à l'arbitre algérien, Djamel Haimoudi, à la mi-temps de la rencontre Al-Hilal-ES Tunis, jouée à Oum Dorman (Khartoum), pour le compte de la demi-finale aller de la ligue des champions africaine, (victoire des Tunisiens 1-0). Mais la direction d'Al-Hilal s'était précipitée pour démentir formellement cette information, rappelle-t-on. Le match retour aura lieu le 15 octobre, à Tunis à huis clos, en raison de la sanction infligée par la CAF contre les supporters de l'EST, à la suite de leur comportement lors du dernier match de leur équipe, à domicile, pour le compte de la phase de poules, face au MC Alger (victoire 4-0).

HANDBALL-CHAMPIONNAT DIV.1
Benmeghsoula (président du HBCL El-Biar) :

BOXE- TITRE INTERCONTINENTAL WBO

"Nous sommes contre la nouveau système de compétition"

Salim Larbi (Algérie) défie en novembre le champion du Ghana
la salle Bleue de Bejaia en donnant la réplique à un boxeur français, Frédéric Tripp, champion de France en Super mi-moyen. La rencontre a été organisée par le promoteur Issad Lassouag. Selon l’organisateur, lors de la rencontre du 18 novembre prochain, le combat sera rehaussé par la présence de Loucif Hamani, Ould Makhloufi, Mourad Ferguène… Aussi, de grands noms de la boxe professionnelle seront de la partie il s’agit de Marvin Hagler et Roberto Durand. Le jeune boxeur Salim Larbi, 24 ans, a déjà à son compte 18 combats professionnels dont 17 victoires parmi lesquels trois par KO et une défaite. Il est entraîné par un Franco-Algérien de Lyon est grimpe peu à peu les échelons et ambitionne de décrocher le titre mondial au cas où il bat le champion du Ghana, ce qui lui permettra d’accéder au top 5 des prétendants n combat de boxe professionnel dans la caté- au titre WBO. gorie Super mi-moyen avec comme enjeu un titre intercontinental WBO opposera, le 18 Mohamed Mendaci novembre prochain, à la salle Harcha Hacen, Alger, le boxeur algérien, Salim Larbi, au chamEURO-2012 pion en titre du Ghana, Tordjiro Selom, a-t-on appris jeudi dernier auprès de l’organisateur du combat Zabat Christian, DG de la société Entre Deux Rivages e président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, a procédé à l'inau(EDR), spécialisée dans le doguration samedi soir, devant environ 60.000 spectateurs, du stade maine de l’événementiel, de la de Kiev rénové qui abritera la finale de l'Euro-2012 organisée recherche de partenariat et de la conjointement par la Pologne et l'Ukraine. Avec ce stade, "l'Ukraine (...) mise en relations. organisera de façon digne le championnat d’Europe", a déclaré M. IaLe combat pour le titre inter- noukovitch. Cette enceinte, située dans le centre de Kiev, va accueillir e continental sera suivi par une 2 cinq matches du championnat d'Europe de football dont sa finale le 1er rencontre qui opposera l’Algé- juillet 2012. rien, Nadjib Mohammedi, à un Une soixantaine de milliers de spectateurs ont assisté à la cérémonie autre Ghanéen, Ayitey Powers, qui s'est terminée par une performance de 40 minutes de la chanteuse codans la catégorie Mi-lourd. Mais lombienne Shakira — interprète de la chanson officielle du Mondialavant ces deux rencontres Salim 2010 de football en Afrique du Sud, "Waka Waka" — et des feux Larbi a animé un gala de boxe à d'artifices.

L

e président du HBC El Biar (Div 1 algérienne de handball), Abdesselam Benmeghsoula, s'est élevé samedi dernier contre le nouveau système du championnat national, poussant même son équipe à boycotter le premier match de la saison 2011-2012, dont le coup d'envoi a été donné vendredi. "Nous nous opposons à cette nouvelle formule du championnat qui ne repose sur aucune logique, et qui n'arrangera pas les affaires du handball algérien. C'est la raison qui nous a poussés à boycotter le début de la compétition jusqu'à ce que nos doléances soient prises en considération", a indiqué à l'APS le premier responsable du HBC El Biar. L'équipe d'El Biar a déclaré forfait lors de la première journée du championnat division 1, face au CR Mila. Les deux équipes figurent dans le groupe C en compagnie du TR Sétif, CRBEE Alger Centre, et MC Saïda. Le système de compétition mis en place par l'instance fédérale pour la nouvelle saison prévoit une 1re étape de 8 journées à l'issue de laquelle les 3 premiers de chaque groupe (12 au total) seront qualifiés pour la 2e étape comptant pour le titre, alors que les deux derniers de chaque groupe (8 au total) en découdront pour le maintien. Toutefois, ce système de compétition est loin de satisfaire les principaux clubs de l'élite, notamment après l'annulation de relégation et l'augmentation du nombre de clubs de la division nationale qui est passé de 14 à 20 clubs. "Cette nouvelle formule est une vraie mascarade, elle pourrait entraîner le handball algérien au bas niveau d'autant qu'on est à la veille du championnat d'Afrique des nations", a-t-il ajouté. L'ancien international algérien est revenu sur la genèse de l'affaire, estimant que la fédération algérienne de handball (FAHB), n'a pas tenue ses promesses. "Au préalable, on nous a signifié que le nombre de clubs allait passer de 16 à 14 équipes, trois semaines avant le début de la compétition, et contre toute attente, la FAHB décide d'instaurer un championnat à 20 clubs. C'est une chose inacceptable, ce qui nous a poussés à réagir", a-t-il affirmé, précisant que d'autres clubs, à l'image du GS Pétroliers (tenant du titre) et MC Saïda, exempts lors de la 1re journée, vont boycotter à leur tour le championnat lors de la prochaine journée. Comme première réaction, Benmeghsoula a révélé avoir saisi le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS). "La tutelle a été informée par une correspondance sur la situation actuelle. Dans l'intérêt du handball national, on espère que nos doléances trouveront un écho favorable", a-t-il conclu.

U

Le président ukrainien Ianoukovitch inaugure le stade de Kiev rénové

L

Lundi 10 Octobre 2011

EL MOUDJAHID

Sports
CAN-2012 DE FOOTBALL
JSK

31 Hannachi veut de sérieux investisseurs

Le Cameroun, l’Egypte, le Nigeria, l’Afrique du Sud out, la Tunisie sur le fil
Cette CAN-2012 qui aura lieu con jointement au Gabon et en Guinée équatoriale a été caractérisée par des surprises de taille du fait que les « grosses pointures » africaines sont passées, contre toute attente, à la trappe.

L

P

armi ces grandes équipes, on peut citer l’Algérie, le Cameroun, le Nigeria, l’Egypte (triple vainqueur lors des 3 dernières éditions), l’Afrique du Sud. La Tunisie était également éliminée à une minute de la fin de la rencontre qui s’est déroulée à N’djaména entre le Tchad et le Malawi. Ce dernier était qualifié, puisqu’il menait jusque-là sur le score de 2 à 1. Néanmoins, les Tchadiens qui ont joué l’éthique sportive à fond ont réussi à égaliser sur le fil et permettre ainsi à la Tunisie de mettre la main sur le billet qualificatif pour le rendez-vous africain de la balle ronde. Il faut dire que le public de Radès avait perdu tout espoir de voir ses préférés se qualifier, surtout que le stade était quasi vide. A l’égalisation tchadienne, le peu de monde présent n’a pas caché sa joie devant ce véritable miracle. Ce qui mérite l’attention demeure le fait que la Libye qui était dans un groupe très difficile s’est qualifiée en tant que meilleur deuxième en compagnie de la Zambie, le premier du groupe C. La qualification du Niger, qui était tombé dans le groupe G de l’Egypte et de l’Afrique du Sud, les deux grands favoris, peut être considérée comme histo-

rique. Finalement, le Niger déjouera tous les pronostics en se qualifiant à la phase finale. Une qualification qui fera certainement date dans les annales de cette compétition assez relevée au demeurant. Dans le groupe B, la Guinée a fait sensation en passant devant le Nigeria après le nul qui avait sanctionné leur confrontation (2 - 2). En dépit de l’avantage du terrain, les Guinéens n’ont pas tremblé. Le Cameroun qui ne fait que constater les dégâts face au grand retour du

Sénégal. Les Lions de la Térrenga reviennent, le moins que l’on puisse dire, en force. La qualification du Botswana, dans le groupe K, en tant que premier du groupe devant la Tunisie, est telle que cela a laissé les observateurs assez rêveurs sur ce grand culot. C’est un pays qui n’a jamais jusque-là excellé sur le plan de cette compétition. Il faut admettre qu’avec de la persévérance et le travail assidu, cela finit toujours par payer. Le Soudan, malgré son faux pas at home (0 -

2) devant le Ghana, a réussi à se qualifier avec le Ghana en tant que meilleur deuxième. Il faut établir un constat par rapport au nivellement des niveaux par le bas. Il n’y a plus de grands repères comme ce fut le cas par le passé. Aujourd’hui, un illustre inconnu peut vous battre même chez-vous. C’est un peu l’enseignement qu’il faudra prendra en ligne de compte. Tout se joue désormais sur le terrain et non pas sur le papier ou sur un tableau noir. Hamid Gharbi

EN OLYMPIQUE

a JSK a entamé sa deuxième année de « professionnalisation » sans un réel projet d’ouverture du capital du club. Un appel d’offres a été lancé il y a un an jour pour jour, mais seules quelques actions ont été vendues à des prix «symboliques». Le président du club, Mohand-Chérif Hannachi, a lui-même acheté quelques actions à hauteur de 90.000 dinars, ont révélé des sources fiables. En théorie, la JSK est un club facile à «vendre». Tout investisseur avisé ou lambda serait tenté d’y placer son argent, car rassuré que cela constitue un bon placement. Sauf que les investisseurs ne se bousculent pas au portillon. Le groupe Haddad était pourtant le premier à s’être manifesté pour racheter le club, mais ça n’a pas abouti en fin de compte. Faute d’un conseil d’administration, Hannachi songe à un directoire. Il a ainsi fait savoir à ses proches collaborateurs que toute personne désireuse d’intégrer la direction doit mettre la main à la poche. Somme obligatoire : 200 millions de centimes. Autrement dit, on devrait payer pour devenir dirigeant et non actionnaire, a priori ! Hannachi affiche sa disponibilité à céder le club à un gros investisseur. Il a répété à maintes fois, sauf qu’au jour d’aujourd’hui, aucun investisseur n’a pointé le bout de son nez. Pourquoi ? Qu’est-ce qui fait fuir les investisseurs ? Autant de questions que la rue kabyle se pose. Hannachi sort à chaque fois de son «chapeau» un nom d’une grande firme prête à racheter des actions. Dernièrement, il a cité le nom de Rebrab, le patron de Cevital. Celui-ci s’est dépêché via un communiqué de démentir l’information. Le président kabyle s’est dépêché de rectifier le tir. «Je faisait allusion à Omar Rebrab. On doit d’ailleurs se rencontrer dans deux jours pour en parler», a-t-il déclaré sur Berbère TV, il y a deux semaines. Depuis, aucune information n’a filtrée sur ladite rencontre. Puis vint l’information annonçant la venue d’un groupe qatari, celui-là même qui a racheté le Paris Saint

Germain. Hannachi parlait de réelles intentions d’investir, sauf que faute de pouvoir confirmer ça auprès des principaux concernés, tout le monde est resté suspendu à ce qu’a dit le président kabyle. Certains y voient dans cette façon de distiller des noms de firmes à tire-larigot une manière de botter en touche. Il en est d’ailleurs de même pour cette histoire de participation à la Coupe de la CAF dont la décision d’y prendre part ou non est confiée aux supporters. Comment vont-ils faire valoir leur position. Combien de supporters seront sondés. Comment y parvenir. Sachant la largesse du fief kabyle, il est quasiment impossible de faire valoir le choix de la base, à moins d’entériner la «décision» dans l’entourage immédiat du club. Il se dit que le président de la JSK devra se réunir à Paris dans quelques jours avec les patrons du PSG pour discuter des modalités d’investir à la JSK, mais encore une fois, il est impossible de confirmer ça auprès du groupe qatari dont la position devra mettre fin une bonne fois pour toutes aux spéculations. Il faut savoir que le boss kabyle, soucieux de préserver les intérêts de son club de toujours, veut ramener à la JSK, de sérieux investisseurs, qui veilleront à la pérennité du club le plus titré du pays. Amar Benrabah

Stage bouclé par un match amical contre l’USMA

Le Maroc olympique bat son homologue de Gambie (3 - 0)

L

L’

équipe nationale olympique qui prépare les éliminatoires des jeux Olympiques de Londres 2012 vient de boucler son stage de préparation au Centre national technique de la FAF de Sidi Moussa par un match amical contre la formation de Ligue1, l’USM Alger , au stade de Rouiba. Cette rencontre a été très instructive pour le coach national, Aït-Djoudi. Ce fut l’occasion pour lui de passer en revue son effectif, mais surtout de pouvoir faire jouer les éléments pros de cette sélection olympique comme Sayoud (El-Ismaïly), Challali (Ecosse), Hamdi (Lens), Amari (O Marseille), Hamoum (Bulgarie). En plus de l’USMA, l’équipe nationale, drivée par Aït-Djoudi, a pu jouer deux autres matches amicaux contre des équipes de l’élite nationale, l’USM Blida et le NAHD. Elle les avait perdus sur le même score de 3 à 2. Au-delà du résultat, les éléments d’Aït-Djoudi ont bien travaillé, eux qui seront appelés à prendre part au tournoi final qualificatif aux jeux Olympiques de Londres 2012 et qui aura lieu au Caire

(Egypte) du 26 novembre au 10 décembre 2011. Comme on le sait, les Verts sont tombés dans le groupe B où ils se mesureront au Sénégal (27 novembre), au Maroc (30 novembre) et au Nigeria (03 décembre). Avant cela, les joueurs d’AïtDjoudi prendront part, du 1er au 12 novembre prochain, au Maroc, au tournoi de l’UNAF. Il est certain qu’AïtDjoudi qui bénéficie de tous les moyens de la part de la FAF fera tout avec son groupe pour passer ce dernier écueil pour faire partie du ghota africain à Londres en 2012. Il sait que l’adversité sera rude, mais il reste confiant de

a sélection olympique marocaine de football a battu samedi soir son homologue de Gambie trois buts à zéro (mi-temps 2 - 0) en match amical, joué au nouveau stade de Tanger. Les buts marocains ont été inscrits par Soufiane El Hasnaoui (17’) et Zakaria Labyed (45’ SP et 87’ SP). La rencontre entrait dans le cadre de la préparation de l’équipe marocaine au tournoi africain préolympique prévu du 26 novembre au 10 décembre prochain en Egypte, qualificatif aux jeux Olympiques de Londres-2012 (27 juillet-12 août). Le Maroc rencontrera, mardi prochain à Tanger, la Côte d’Ivoire dans un autre amical de préparation à ce championnat africain. Outre le Maroc, ce tournoi verra la participation des sélections olympiques d’Algérie, d'Egypte, du Gabon, de Côte d'Ivoire, du Nigeria, du Sénégal et d'Afrique du Sud. Le Maroc évoluera dans un groupe B aux côtés de l’Algérie, du Nigeria et du Sénégal. L'autre groupe (A) est composé de l’Egypte, de l’Afrique du Sud, du Gabon et de la Cote d’Ivoire. Les trois premiers du tournoi se qualifieront automatiquement aux JO-2012, tandis que le 4e disputera un match barrage contre une sélection asiatique le 26 avril 2012 à Londres. Avant l’organisation du Championnat d'Afrique olympique, le Maroc participera au tournoi de l'Union nord-africaine de football (UNAF), qui se déroulera au début de novembre au Maroc.

USM Blida : Latrèche démissionne
voir son équipe se classer à la deuxième place. A ce stade de la compétition, il n’ y a pas d’équipe forte ou faible. Le niveau des uns et des autres est assez proche. H. G. L’entraîneur de l’USM Blida, Abdelkrim Latrèche, vient de déposer officiellement sa démission suite au nul ayant sanctionné la sortie à Hadjout devant l’ASM Oran (0 - 0). C’est un peu le semi-échec de trop que le président de l’USM Blida, Mohamed Zaïm, n’a pu accepter. Jusque-là, l’USM Blida n’avait remporté qu’un match et fait match nul, contre trois défaites en cinq sorties. C’est très peu pour un ex-pensionnaire de la Ligue1. Il est certain que l’USM Blida fera tout pour retrouver très vite ses marques. H. G.

Lundi 10 Octobre 2011

Pétrole
Le Brent

Monnaie
L’euro à 1,3358 dollar

à 106.29
dollars le baril

D E R N I E R E S
SALON DU VÉHICULE INDUSTRIEL ET UTILITAIRE

Le transporteur Tahkout compte se lancer dans le montage automobile
CIMA Motors révèle son projet d’usine de montage d’automobiles. Les pourparlers sont lancés avec les chinois et européens
ous allons prochainement nous mettre d’accord avec un constructeur chinois pour le lancement d’une usine de montage en Algérie, nous sommes également en pourparlers avec un autre constructeur européen pour le même projet », a affirmé Bilel Tahkout, directeur général-adjoint du concessionnaire multimarques CIMA Motors. Et d’ajouter : « Nous voulons révolutionner le marché automobile en Algérie avec nos projets futurs. Des projets que nous comptons lancer dans les prochains mois. » CIMA Motors a participé au Salon international du véhicule industriel et utilitaire avec pas moins de huit marques chinoises de camions et de fourgons. Du simple pick-up au camion léger en passant par les fourgons tôlés et vitrés aux camions 4x2 et 6x4 tracteurs, porteurs et à benne. Lors d’un point de presse animé au niveau de son stand, Bilel Tahkout explique : « Nous assurons aussi bien le service après-vente que la disponibilité de la pièce de rechange pour toutes les marques que nous représentons. » Tahkout possède un site de 5.000 m² avec pas moins de 25 ponts au niveau de son site de Réghaïa, ainsi que plusieurs agences à travers le pays. Tahkout compte même ouvrir un show-room à Hydra, a précisé notre interlocuteur. « Nous sommes présents depuis deux années sur le marché de l’automobile, et nous comptons nous développer davantage et ouvrir d’autres showrooms. » En tout et pour tout, le représentant des marques de camions (Dong Feng, JAC), de bus (Zonda, Youtong) et Mudan pour les camions légers compte 15 agents à travers le territoire national, et ambitionne d’augmenter ce nombre à 35 à fin 2011. Interrogé sur le fait d’importer des véhicules qui ont leur propre concessionnaire en Algérie, le directeur général adjoint répond que la loi est claire : « Les concessionnaires en Algérie ne détiennent point l’exclusivité sur l’importation des marques qu’ils représentent. » Selon le directeur général-adjoint Bilel Tahkout, toute la gamme que représente son entreprise est garantie 2 à 3 ans kilométrage illimité. « Etant professionnels de l’automobile, nos techniciens et mécaniciens à qui nous dispensons une formation de haute facture assurent maintenance et pièce de rechange d’origine à notre clientèle très exigeante », a-t-il ajouté, précisant par ailleurs : « Nous sommes à la hauteur de la confiance de nos clients, qui sont satisfaits. » Par ailleurs, depuis l’exercice 2009, CIMA Motors a commercialisé quelques 4.500 unités entre véhicules particuliers, utilitaires et industriels. Mohamed MENDACI

SALIMA SOUAKRI, ÉLUE AMBASSADRICE DE L’UNICEF

L’honneur de l’attribut
● Un nouveau challenge et non des moindres pour la charmante Salima qui porte ainsi haut le flambeau féminin dont elle est l’un des plus beaux fleurons...

«

N

IVECO présente une gamme complète et robuste
a 5e édition du Salon du véhicule industriel et utilitaire a fermé ses portes, avant-hier, 8 octobre, après une semaine de rendez-vous d’affaires entre concessionnaires et chefs de PME, et autres grandes entreprises. Pour plusieurs concessionnaires, le Salon de cette année qui a connu une baisse en termes de participation est passé presque inaperçu, et cela est dû au manque de communication et à l’absence d’une stratégie d’information qui aurait pu être lancée un mois avant le coup d’envoi du Salon. Il déplore aussi l’affluence très timide des professionnels qui, selon eux, n’ont pas été bien informés. A la clôture du Salon, le Groupe IVAL, représentant des marques Mazda et IVECO a animé un point de presse. A ce Salon, IVECO a proposé une gamme de véhicules d'un poids total autorisé en charge compris entre 3,5 et 90 tonnes, d'une charge utile pouvant atteindre 50 tonnes et plus pour les trains routiers de transport lourd. Une série de moteurs, fournis par FPT Industrial, alimente cette gamme de véhicules. Au total, 350 modèles de base élargissent cette offre de manière significative, permettant ainsi au client de choisir le véhicule le plus adapté à chaque type de mission. Le DAILY 35C15VH et 50C15H, célèbre dans le monde entier pour ses caractéristiques professionnelles hautement spécialisées, est présenté dans sa version avec équipement de dépannage routier en variante simple cabine. La gamme Euro-Cargo de moyen tonnage, présentée à travers le 4x2 ML150E25H équipée d’une vide fosse, illustre les caractéristiques qui lui permettent de fonctionner dans des conditions extrêmes, et qui en font la solution idéale pour l'installation et la maintenance de lignes électriques en montagne. Le TRAKKER porteur et tracteur, véhicule lourd de la gamme chantiers, connu pour sa robustesse et sa productivité, existe en 4X2/4X4/6X4/6X6 et 8X4/8X8, ce qui permet au client de personnaliser chaque véhicule en fonction de la mission pour laquelle il est destiné. Le STRALIS offre toute l'excellence technologique et un confort de conduite élevé, Des coûts d'exploitation réduits et une sécurité renforcée couvre la tranche lourde et permet des convois jusqu'à 90 t, avec une suspension arrière pneumatique et un système de freinage ABS EBL et EBS, et en configuration de 4x2 /6X2 /6X4. Sur le même stand, Mazda a présenté son unique modèle, le pick-up Mazda BT 50 en double et simple cabine avec une motorisation 2.5 turbo diesel. M. M.

L

auditorium Aïssa-Messaoudi, de la radio national, a abrité hier, en présence du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Hachemi Djiar, du représentant de l’Unicef, M. Youssef Oumar, et de Mme Salima Souakri, l’heureuse lauréate es qualité de nouvelle ambassadrice, une rencontre cérémoniale marquée par trois interventions des personnalités en question. Et si autant le ministre que le représentant de l’Unicef ont accueilli « cette consécration on ne peut plus méritée » de notre nouvelle diplomate, pour sa part la laréate très émue n’a pu que se suffire d’un protocolaire « merci infiniment pour cette noble mission qui m’honore, honore l’Algérie et l’ensemble de notre continent ». Cette consécration donc qui « lui va droit au cœur » au-delà du simple enrichissement de son background déjà assez bien étoffé lui ouvre désormais « de plus larges horizons certes », mais ne manquera pas également de « doubler le volume de son cahier des charges ». Ce qui ne fait tout de même point peur à cette battante qui vient de mettre ainsi « le pied à l’ étrier pour une mission exaltante en faveur de cette enfance qu’elle connaît et chérit tant ». D’autant plus que les instances dont elle reléve désormais attendent d’elles « ce nécessaire petit plus ». Or réputée battante et fonceuse, elle trépugne d’impatience de « démontrer sur le terrain même des opérations tout ce qu’elle sait faire ». Car, avoue-t-elle avec cette innocence toute enfantine, « les discours, ce n’est pas trop ma tasse de thé... ». Ce qui lui tient le plus à cœur au fond et on l’aurait juré d’avance est de « mener un combat et surtout le gagner ». Tout comme elle émet le vif et sincère souhait qui lui semble essentiel sinon fondamental que « tout un chacun soit un ambassadeur au profit exclusif et désintéressé de l’enfance ». Par ailleurs, elle est parfaitement consciente « de l’ampleur des chantiers qui l’attendent » mais que ne ferait-elle « pour une si bonne cause », alors même, rappelle-t-elle au bon souvenir des uns et des autres, qu’« elle a toujours œuvré dans le caritatif ». Et en ayant qui plus est comme ligne de conduite inconditionnelle « servir et non se servir... ». Voilà qui en dit suffisamment long sur son intégrité et son dévouement exemplaire. Puissent alors toutes ses qualités triompher et faire boule de neige... A. Zentar

L’

HISTOIRE

54e ANNIVERSAIRE DE LA MORT DU CHAHID ALI AMMAR DIT ALI LA POINTE

PRATIQUES COLONIALES MAROCAINES DANS LA VILLE DE DAKHLA (SAHARA OCCIDENTAL)

Miliana se souvient et se recueille…
immense stèle en bronze érigée sur la fameuse pointe de la ville de Miliana, véritable balcon offrant une vue imprenable sur la vallée en contrebas du Cheliff et au loin les cimes dentelées de l’Ouarsenis, était, en cet après-midi d’octobre, le lieu de ralliement pour une commémoration. Autorités locales avec à leur tête le wali d’Aïn Defla, élus locaux et nationaux, représentants des organisations de moudjahidine et d’enfants de chouhada, simples citoyens, beaucoup de monde était présent. Miliana se recueillait à la mémoire de son enfant, Ali Ammar dit Ali la Pointe. L’immense stèle le présente debout, habillé d’une kachabia, tenant fermement une mitraillette et gardant l’entrée d’une porte enfoncée dans un porche, une œuvre d’art qui immanquablement renvoie l’esprit vers celles encore présentes dans La Casbah d’Alger, ce lieu qui renferme ses hauts faits d’armes contre la soldatesque coloniale et qui fut le témoin de son martyre aux côtés de Hassiba Ben Bouali, de Mahmoud Bouhamidi et du petit Omar Yacef, leur vie arrachée par le souffle inouïe de la charge de plastic qui a anéanti non seulement la cache dans laquelle ils s’étaient réfugiés mais pratiquement

Le Conseil des ministres sahraoui condamne
e Conseil des ministres sahraoui a condamné "les pratiques coloniales répressives" des autorités marocaines à l'égard des civils sahraouis dans la ville de Dakhla occupée. Dans un communiqué sanctionnant sa réunion tenue samedi sous la présidence du président Mohamed Abdelaziz, le Conseil des ministres a réitéré son appel à la nécessité d'une intervention "urgente" de l'ONU pour la protection des civils sahraouis. Il a en outre appelé à la levée de l'état de siège médiatique imposé au Sahara occidental et à l'envoi d'une mission internationale indépendante sur place pour enquêter sur "les dépassements et les violations flagrantes des droits humains commises par les autorités marocaines dans les territoires occupés du Sahara occidental". Le Conseil des ministres a également dénoncé "les pressions exercées par les autorités marocaines sur la famille du chahid Said Dembar qui tient à ce que toute la lumière soit faite sur la mort de son fils. Le Conseil a en outre appelé à la libération immédiate du prisonnier politique sahraoui, Yahya Mohamed Al-Hafed Iaaza, et de tous les prisonniers politiques, et à dévoiler la vérité sur le sort de plus de 651 disparus sahraouis. Il a en outre dénoncé "le pillage systématique des richesses naturelles du Sahara occidental", appelant à l'élargissement du mandat de la MINURSO, à la protection et à la surveillance des droits humains.

L’

toute la bâtisse du 5 rue des Abderames. C’était un 8 octobre 1957, Ali la Pointe avait tout juste 27 ans et quelques mois, il est né le 14 mai 1930 dans le quartier arabe d’ElAnnasser, dans l’une des maisonnettes entourées d’une dense végétation, accrochées au piémont du majestueux Zaccar. Sa famille était également présente, son frère et ses neveux et nièces. Ammi Mohamed son frère, le pas encore alerte malgré le poids des ans et la mémoire toujours vivace, nous a fait visiter la demeure parentale, celle-là même où lui et le chahid ont vécu leur enfance. L’imposant caroubier sous lequel ils se cachaient, attendant que leur père éteigne le quinquet pour échapper à la fessée et pouvoir entrer à la maison, est toujours là, en partie déraciné. Une demeure historique par laquelle ont transité nombre de moudjahidine par la suite pour s’y reposer et s’y soigner. Une demeure qu’aâmmi Mohamed restaure petit à petit avec les moyens du bord. Sans aide aucune. A. M. A.

L

Ph. Nesrine T.