Vous êtes sur la page 1sur 18

Bilan de l’épaule

Bilan articulaire
Goniométrie
Mouvements de la SCAPULA
Mouvements de déplacement latéral :
 lorsque l’omoplate se déplace en dedans :
- elle a tendance à s’orienter dans un plan frontal
- la cavité glénoïde regarde plus directement en dehors
- l’extrémité externe de la clavicule se porte en dedans et en arrière
- l’angle entre clavicule et omoplate a tendance à s’ouvrir

 lorsque l’omoplate se déplace en dehors :


- elle a tendance à s’orienter dans un plan sagittal
- l’extrémité externe de la clavicule se porte en dehors et en avant, et
son axe longitudinal tend à devenir frontal ; c’est à ce moment que le
diamètre transversal des épaules est le plus grand
- l’angle entre clavicule et omoplate tend à se fermer
Mouvements de la SCAPULA
Mouvements de translation latérale :
l’amplitude totale entre la translation interne extrême et la translation
externe extrême est de 15 cm.
Mouvements de la SCAPULA
Mouvements de translation verticale : l’amplitude globale
entre l’abaissement et l’élévation extrêmes est de 10 à 12
cm.
Mouvements de la SCAPULA
Mouvements de sonnette : il s’agit de la rotation de la scapula
autour d’un axe perpendiculaire au plan de la scapula et situé
un peu au-dessous de l’épine, non loin de l’angle supéro-
externe.
Lors de la sonnette interne, on a une rotation de l’omoplate vers le
bas.
Lors de la sonnette externe, on a une rotation de l’omoplate vers le
haut.
L’amplitude totale est de 60°.
Le déplacement de l’angle inférieur est de 10 à 12 cm.
Le déplacement de l’angle supéro-externe est de 5 à 6 cm.
FLEXION de l’épaule
La flexion se réalise dans le plan sagittal autour d’un axe transversal
contenu dans le plan frontal, et définie les mouvements qui portent le
bras en avant du plan de symétrie du corps. Elle se fait en 3 temps :

1er temps : de 0 à 50-60°


Position du sujet : assis sur une chaise, tronc droit, bras pendant le long du
corps.
Position du MK : debout, côté à tester ; il saisit avec sa main distale le bras du
sujet part une prise en corbeille, et avec sa main proximale fixe la scapula.
Lors de ce mouvement, en prenant pour base de référence fixe l’omoplate, on
constate :
- une élévation de 10° de l’extrémité interne de la clavicule
- une ouverture de l’angle omo-claviculaire inférieur à 70°
- une rotation longitudinale de 45° de la clavicule vers l’arrière.
Le centre du goniomètre se place au niveau de la tête de l’humérus (2 travers de
doigts sous l’acromion), la branche mobile le long de l’humérus en direction
de l’olécrane et la branche fixe direction de la pointe de la scapula.
Muscles moteurs : coraco-brachial, biceps brachial, faisceau antérieur du
deltoïde et faisceau claviculaire du grand pectoral.
Facteurs limitants : la tension du ligament coraco-huméral, ainsi que la résistance
des muscles petit rond, grand rond et infra-épineux.
FLEXION de l’épaule
2ème temps : de 60 à 120°
Position du sujet : assis sur une chaise, tronc droit, bras pendant le long du
corps.
Position du MK : debout, côté à tester ; il saisit avec sa main distale le bras du
sujet part une prise en corbeille, et avec sa main proximale effectue la
mesure goniométrique.
Lors de ce mouvement, on a une mise en jeu de la ceinture scapulaire, avec :
- une rotation de 60° de l’omoplate par un mouvement de sonnette qui
oriente la glène en haut et en avant
- une rotation axiale, mécaniquement liée, dans les articulations
sterno-costo-claviculaire et acromio-claviculaire, chacune participant pour
30°.
Le centre du goniomètre se place au niveau de la tête de l’humérus (2 travers
de doigts sous l’acromion), la branche mobile le long de l’humérus en
direction de l’olécrane et la branche fixe direction de la pointe de la scapula.
Muscles moteurs : le trapèze et le grand dentelé.
Facteurs limitants : la résistance des muscles grand dorsal et grand pectoral,
par son faisceau inférieur.
FLEXION de l’épaule
3ème temps : de 120 à 180°
Le mouvement de flexion étant bloqué dans la scapulo-humérale et dans la
scapulo-thoracique, il fait intervenir le rachis.
Si la flexion est unilatérale, il est possible de terminer le mouvement en
passant en abduction maximale, puis en inclinant latéralement le rachis.
Si la flexion est bilatérale, il faut alors compléter par une hyperlordose
lombaire par action des muscles lombaires.
EXTENSION de l’épaule
L’extension se réalise dans le plan sagittal autour d’un axe transversal
contenu dans le plan frontal, et définie les mouvements qui portent le
bras en arrière du plan de symétrie du corps. Elle se fait en deux
temps, au niveau de l’articulation scapulo-humérale, puis au niveau
de la scapulo-thoracique.

Position du sujet : assis sur une chaise, tronc droit, bras pendant le long
du corps.

Position du MK : debout, côté à tester ; il saisit avec sa main distale le


bras du sujet part une prise en corbeille, et avec sa main proximale
fixe la scapula pour le premier temps.

Lors de ce mouvement, en prenant pour base de référence fixe


l’omoplate, on constate :
- une élévation de 10° de l’extrémité interne de la clavicule
- une fermeture de 10° de l’angle omo-claviculaire
- une rotation longitudinale de 45° de la clavicule vers l’arrière.
EXTENSION de l’épaule
Le centre du goniomètre se place au niveau de la tête de l’humérus
(2 travers de doigts sous l’acromion), la branche mobile le long de
l’humérus en direction de l’olécrane et la branche fixe direction de la
pointe de la scapula.
Amplitude : 45 à 50°
Muscles moteurs : 1) extension dans la scapulo-humérale : le petit rond,
le grand rond, le grand dorsal et le faisceau postérieur du deltoïde.
2) extension dans la scapulo-thoracique, par
adduction de l’omoplate : les rhomboïdes, le faisceau moyen du
trapèze et le grand dorsal.
Facteur limitant : mise en tension prédominante du faisceau trochinien du
ligament coraco-huméral.
ABDUCTION de l’épaule
L’abduction se réalise dans le plan frontal autour d’un axe antéro-
postérieur contenu dans le plan sagittal, et définie les mouvements
qui portent le bras en dehors du plan de symétrie du corps. Elle se
fait en 3 temps :

1er temps : de 0 à 90°


Position du sujet : assis sur une chaise, tronc droit, bras pendant le long du
corps.
Position du MK : debout, côté à tester ; il saisit avec sa main distale le bras du
sujet part une prise en berceau, et avec sa main proximale fixe la scapula.
Lors de ce mouvement, en prenant pour base de référence fixe l’omoplate, on
constate :
- une élévation de 10° de l’extrémité interne de la clavicule
- une ouverture jusqu’à 70° de l’angle omo-claviculaire
- une rotation longitudinale de 45° de la clavicule vers l’arrière.
Le centre du goniomètre se place au niveau de la tête de l’humérus (2 travers de
doigts sous l’acromion), la branche mobile le long de l’humérus en direction
de l’olécrane et la branche fixe en direction de la pointe de la scapula.
Amplitude : 90°
Muscles moteurs : deltoïde et supra-épineux.
Facteurs limitants : butée du trochiter sur le bord supérieur de la glène, qui peut
être retardée par une rotation externe ou une légère flexion (le trochiter
s’efface alors vers l’arrière).
ABDUCTION de l’épaule
2ème temps : de 90 à 150°
Position du sujet : assis sur une chaise, tronc droit, bras pendant le long du
corps.
Position du MK : debout, côté à tester ; il saisit avec sa main distale le bras du
sujet part une prise en berceau, et avec sa main proximale effectue la
mesure goniométrique.
Lors de ce mouvement, la scapula est animé de quatre mouvements :
- une ascension de l’ordre de 8 à 10 cm sans que s’y associe de
déplacement vers l’avant
- un mouvement de sonnette suivant une progression pratiquement
linéaire, de 38° lorsque l’abduction du membre supérieur passe de 0 à 145°;
à partir de 120° d’abduction, la rotation angulaire est égale dans la scapulo-
humérale et la scapulo-thoracique
- un mouvement de bascule autour d’un axe transversal, oblique de
dedans en dehors et d’arrière en avant, entraînant la pointe de l’omoplate
en avant et en haut tandis que la partie supérieure de l’os se déplace en
arrière et en bas, ce mouvement évoquant celui d’un homme qui se rejette
en arrière pour regarder un gratte-ciel ; son amplitude est de 23° lors de
l’abduction de 0 à 145 °
- un pivot autour d’un axe vertical dont la caractéristique est d’être
diphasique : dans un premier temps, lors de l’abduction de 0 à 90°, la glène
tend paradoxalement à s’orienter vers l’arrière suivant un angle de 10° ;
puis, à partir de 90° d’abduction, la glène tend à reprendre une orientation
vers l’avant suivant un angle de 6° ; elle se reprend donc pas tout à fait son
orientation initiale dans le plan antéro-postérieur.
ABDUCTION de l’épaule
Au cours de l’abduction, la glène subit donc un déplacement complexe,
s’élevant, se rapprochant de la ligne médiane, tout en effectuant un
changement d’orientation tel que le trochiter échappe en avant à l’acromion
pour glisser sous le ligament acromio-coracoïdien.

Le centre du goniomètre se place au niveau de la tête de l’humérus (2 travers


de doigts sous l’acromion), la branche mobile le long de l’humérus en
direction de l’olécrane et la branche fixe en direction de la pointe de la
scapula.

Muscles moteurs : le trapèze et le grand dentelé.

Facteurs limitants : le mouvement est limité vers 150° par la résistance des
muscles adducteurs (grand dorsal et grand pectoral).
ABDUCTION de l’épaule
3ème temps : de 150 à 180°

Pour atteindre la verticale, il faut que le rachis participe au mouvement.

Si un seul bras est en abduction, une inclinaison latérale sous l’action des
muscles spinaux du côté opposé est suffisante.

Si les deux bras sont en abduction, ils ne peuvent être rendu parallèles qu’en
étant portés en flexion maximum. Pour qu’ils atteignent la verticale, il faut
alors compléter par une hyperlordose lombaire, elle aussi sous la
dépendance des muscles spinaux.

En fin d’abduction, tous les muscles moteurs abducteurs sont en contraction.


ADDUCTION de L’épaule
L’adduction se réalise dans le plan frontal autour d’un axe antéro-
postérieur contenu dans le plan sagittal, et définie les mouvements qui
portent le bras en dedans du plan de symétrie du corps.
Mais l’adduction pure ne peut s’effectuer en raison de la présence du
tronc. On utilise donc une adduction combinée à une flexion ou une
extension de 10°.
Position du sujet : assis sur une chaise, tronc droit, bras pendant le long
du corps.
Position du MK : debout, côté à tester ; il saisit avec sa main distale le
bras du sujet part une prise en corbeille, et avec sa main proximale
fixe la scapula.
Le centre du goniomètre se place au niveau de l’acromion, la branche
mobile suit la direction de l’humérus et la branche fixe le long de
l’épine de la scapula.
Amplitude : 30 à 45°
ADDUCTION de L’épaule
Muscles moteurs : deux couples + grand pectoral
- grand rond / rhomboïde : leur action synergique est
indispensable, car la contraction seule du grand rond fait que
l’omoplate tourne vers le haut de son axe en raison de la
résistance à l’adduction qu’offre le membre supérieur ; la
contraction du rhomboïde empêche cette rotation et permet
l’action d’adduction du grand rond
- grand dorsal / long triceps : la contraction du grand dorsal,
muscle adducteur très puissant, a tendance à luxer la tête
humérale vers le bas ; le long triceps, qui est légèrement
adducteur, en se contractant simultanément, s’oppose à cette
luxation en faisant remonter la tête humérale.
ROTATION EXTERNE de l’épaule
La rotation externe est un mouvement qui se réalise dans le plan
horizontal autour d’un axe longitudinal.
Position du sujet : assis sur une chaise, tronc droit, bras pendant le long
du corps, coude fléchi à 90° et avant-bras en supination.
La rotation s’effectue part un déplacement de l’avant-bras vers le dehors.
Position du MK : debout, côté à tester ; il saisit avec sa main distale le
bras du sujet part une prise en berceau de l’avant-bras, et avec sa
main proximale fixe la scapula.
Le centre du goniomètre se place sous le coude, la branche mobile le
long de l’avant-bras et la branche fixe dans le plan sagittal.
Amplitude : 80°
Muscles moteurs : infra épineux et petit rond.
Facteur limitant : tension des trois faisceaux du ligament gléno-huméral.
ROTATION INTERNE de l’épaule
La rotation interne est un mouvement qui se réalise dans le plan
horizontal autour d’un axe longitudinal.
Position du sujet : assis sur une chaise, tronc droit, bras pendant le long
du corps, coude fléchi à 90° et avant-bras en supination.
La rotation s’effectue part un déplacement de l’avant-bras vers le
dedans.
Position du MK : debout, côté à tester ; il saisit avec sa main distale le
bras du sujet part une prise en berceau de l’avant-bras, et avec sa
main proximale fixe la scapula.
Le centre du goniomètre se place sous le coude, la branche mobile le
long de l’avant-bras et la branche fixe dans le plan sagittal.
Amplitude : 110°
Muscles moteurs : sub-scapulaire, grand pectoral, grand dorsal et grand
rond.