Vous êtes sur la page 1sur 24

R. Zitari/LibertéD.

R. Zitari/LibertéD. LE SÉLECTIONNEUR NATIONAL DÉVOILE SON PROGRAMME Rajevac, le discours de la méthode P .

LE SÉLECTIONNEUR NATIONAL DÉVOILE SON PROGRAMME

Rajevac, le discours de la méthode P.17

LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

LIBERTE

Supplément TIC

UN JEU EN RÉALITÉ AUGMENTÉE POUR SMARTPHONES

La “Pokémon Go” mania arrive aussi en Algérie

P.13 à 15

Go” mania arrive aussi en Algérie P.13 à 15 RETOUR DU MAROC AU SEIN DE L’UNION

RETOUR DU MAROC AU SEIN DE L’UNION AFRICAINE

Un ballon- sonde de Rabat ? P.19

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 7283 VENDREDI 15 - SAMEDI 16 JUILLET 2016 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

UN ATTENTAT FAIT 84 MORTS ET 100 BLESSÉS, DONT 50 DANS UN ÉTAT GRAVE Nuit
UN ATTENTAT FAIT 84 MORTS ET 100 BLESSÉS,
DONT 50 DANS UN ÉTAT GRAVE
Nuit
d’horreur
à Nice
P.6
DONT 50 DANS UN ÉTAT GRAVE Nuit d’horreur à Nice P.6 VISITE DU PREMIER MINISTRE À

VISITE DU PREMIER MINISTRE À OUM EL-BOUAGHI

Plusieurs projets inspectés P.2

MINISTRE À OUM EL-BOUAGHI Plusieurs projets inspectés P.2 LA REFONTE DU BACCALAURÉAT EN QUESTION Experts et

LA REFONTE DU BACCALAURÉAT EN QUESTION

Experts et pédagogues étalent leurs divergences P.2

Experts et pédagogues étalent leurs divergences P.2 M e BERGHEUL RÉAGIT À LA DÉCLARATION DE L’AVOCAT

M e BERGHEUL RÉAGIT À LA DÉCLARATION DE L’AVOCAT DU MINISTÈRE DE LA COMMUNICATION

“Seule une décision extrajudiciaire peut fermer ‘El Khabar’” P.3

INTERROGATOIRE DU DÉPUTÉ BOUABDALLAH DANS UNE CASERNE À HYDRA

Les silences troublants de Saâdani et de l’APN

P.4

IMPORTATION DE VÉHICULES NEUFS

Les quotas revus à la hausse pour six concessionnaires P.7

SELON UNE ENQUÊTE DE L’OFFICE NATIONAL DES STATISTIQUES

Activité industrielle : hausse dans le secteur privé et baisse dans le secteur public P.7

NATIONAL DES STATISTIQUES Activité industrielle : hausse dans le secteur privé et baisse dans le secteur

2

L’actualité en question

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

LIBERTE

CRISE FINANCIÈRE ET DIFFICULTÉS ÉCONOMIQUES DU PAYS

L’optimisme de Sellal

Se voulant rassurant, le Premier ministre a insisté sur le fait que la politique de l’État n’est nullement “orientée vers l’austérité”, mais plutôt vers une rationalisation des dépenses.

E n visite, jeudi, dans la wilaya d’Oum El-Bouaghi, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a passé en revue la situation écono- mique et les impacts de la crise fi- nancière sur les capacités écono-

miques du pays. Donc, contre toute attente, le

chef de l’Exécutif s’est montré très confiant, al- lant jusqu’à ras-

surer que le pays n’est nulle- ment dans le

rouge et que la baisse des entrées en devises in- duite par la dégringolade des prix du pétrole sur le marché international est, à en croire M. Sellal, sans effet. Avec un excès d’optimisme, M. Sellal s’est adonné à un jeu où il a exploré les différentes pistes qui confirmeraient, le cas échéant, sa lec- ture de la situation et mettre à profit certains aspects qu’il considère être un contre-argument aux différentes lectures faites par les spécialistes des questions économiques, énergétiques ou budgétaires. En totale contradiction avec ces analystes qui ne cessent, depuis des années, de tirer la son- nette d’alarme sur la fragilité et la vulnérabi- lité de l’Algérie à faire face à la crise, M. Sel- lal a d’emblée mis en avant l’impossibilité de l’amenuisement des réserves de change en des- sous de 100 milliards de dollars. “Elles vont s'établir autour de 116 milliards de dollars en 2016 et ne baisseront pas en dessous de 100 mil- liards de dollars quelles qu'en soient les circons- tances”, tenait-il à dire, ajoutant que les caisses de l’État se sont renflouées de 30 milliards de dollars depuis le début de l'année 2016. 35 mil-

De notre envoyé spécial à Oum El-Bouaghi :

MOHAMED MOULOUDJ

APS
APS

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal jeudi dernier à Oum El-Bouaghi.

liards de dollars sont attendus dans les caisses en 2017 et 45 milliards de dollars en 2018. Plus rassurant encore, il a insisté sur le fait que la politique de l’État n’est nullement “orientée vers l’austérité” mais plutôt vers une rationalisation des dépenses, d’où l’exclusion du recours à une

loi de finances complémentaire pour l’année en cours. Il a soutenu, au passage, que l’État poursuivra sa politique économique et sociale. “Malgré le choc engendré par la chute des prix du pétro- le, aucune usine n'a été fermée et aucun tra-

vailleur n'a été licencié”, s’est-il réjoui. Pour donner plus de consistance à ces affirmations, le Premier ministre a souligné qu’à côté de cet- te “immunité” contre la crise, la croissance éco- nomique générée par les secteurs de l’indus- trie et de l’agriculture connaîtra une hausse dans les années à venir. Il a souligné, à ce propos, qu’elle sera d’un taux de 3,5% en 2017 et atteindra les 4% en 2018. M. Sellal a aussi évoqué l’emprunt obligatai- re lancé en avril dernier. Il a révélé, à ce sujet, que la collecte a atteint plus de 460 milliards de dinars, alors que l’objectif fixé initialement était de 400 milliards de dinars. Il a ajouté que le FCE allait injecter une somme de 150 mil- liards de dinars à la cagnotte qui atteindra plus de 600 milliards de dinars. “Cela atteste la confiance des citoyens algériens en leur État et en leur président, Abdelaziz Bou- teflika”, a commenté le chef de l’Exécutif. À souligner que la visite du Premier ministre dans la wilaya a, néanmoins, été marquée par des tentatives de protestation, lors desquelles des citoyens tenaient à dénoncer leur situation so- cioéconomique, à l’image d’un jeune qui a in- terpellé M. Sellal sur “le taux effarant” du chô- mage dans la région. À Aïn Beïda, Aïn Kercha ou ailleurs, si ce n’était pas le dispositif sécuritaire mis en place, des débordements pourraient survenir lors d’une visite où le chef de l’Exécutif a balayé d’un revers de la main la crise qui plombe, de plus en plus, une économie totalement dépendante des recettes des hydrocarbures.

M. M.

VISITE DU PREMIER MINISTRE À OUM EL-BOUAGHI

Plusieurs projets inspectés

L a visite, jeudi, dans la wilaya d’Oum El- Bouaghi, a permis au chef de l’Exécutif de s’enquérir de la situation des projets dans

la région. Ainsi, M. Sellal a procédé à la pose de la première pierre d’une cimenterie du Groupe in- dustriel des ciments d’Algérie (Gica), dans la com- mune de Sigus. L’objectif d’un tel investissement est “de contribuer à une croissance économique du- rable”, soulignant que l’année en cours sera cel- le de l’autosuffisance, 2017, année de la stabilité, avant de s’engager dans l’exportation à partir de 2018. Les responsables du groupe ont rappelé que plusieurs autres nouveaux projets ou d’extension de cimenteries sont d’ores et déjà engagés, à l’ima- ge de celles d’Aïn Kebira, Chlef et Mascara… Lors de la même visite, M. Sellal a procédé aussi à l'inauguration de plusieurs projets relevant du secteur de l’eau, comme le transfert des eaux du

complexe de Beni Haroun vers Ouarkiss, de Koudiet Lemdouar à partir de la station de pom- page d’Aïn Kercha… Sur place, le Premier mi- nistre a appelé les responsables du secteur à faci- liter aux agriculteurs l’accès aux eaux d’irrigation. Il a souligné que les agriculteurs peuvent utiliser les eaux du complexe de Beni Haroun avant d’an- noncer que les mêmes eaux doivent êtres exploi- tées pour améliorer l’approvisionnement des wilayas de Khenchela et de Biskra. Une laiterie a été inaugurée à Ouled Hamla dans la daïra d’Aïn M’lila, avant d’annoncer qu’une nouvelle zone industrielle est prévue dans la lo- calité d’Ouled Gacem. Dans la même commune, M. Sellal a assisté au lancement du projet d’une ferme d’élevage bovin, ainsi qu’à la mise en exploi- tation du périmètre agricole de cette localité. Une unité de fabrication de gants chirurgicaux a été

aussi inaugurée dans la commune d’Ouled Gacem, lors de laquelle le Premier ministre a mis en avant l’importance de réduire la facture d’importation des produits pharmaceutiques, rassurant que l’État allait aider tout promoteur dans le domai- ne. Il a rappelé que les importations dans le do- maine pharmaceutique vont connaître de nou- velles restrictions dès l’année prochaine, exhor- tant les professionnels à mettre sur pied une ac- tivité industrielle nationale. Il a rappelé, par ailleurs, que cette mesure concer- ne les concessionnaires automobiles et les impor- tateurs de produits laitiers. À Oum El-Bouaghi, le Premier ministre a inauguré l’institut des sports de l’université Larbi-Ben-M’hidi au chef- lieu de wilaya, où il a insisté sur l’importance d’ex- ploiter toutes les infrastructures existantes.

M. MOULOUDJ

ABDELMALEK SELLAL À L’ADRESSE DE LA PRESSE

“Vous êtes libres…”

n Réagissant à l’actualité qui agite la presse nationale, M. Sellal a rassuré qu’aucun journaliste n’est emprisonné pour ses opinions et que la corporation est libre. Le Premier ministre a évoqué “la diffamation, l'injure, l'insulte et l'atteinte à la dignité des personnes et des familles”, qui ne sauraient être acceptées et qui ne relèvent pas de nos traditions et des valeurs de la société. Il a expliqué, par ailleurs, que “nous n'avons aucun problème avec la presse” et que “les journalistes sont libres”, mais “ils sont tenus de respecter l'éthique, les institutions de l'État et les lois de la République”.

M. M.

LA REFONTE DU BACCALAURÉAT EN QUESTION

Experts et pédagogues étalent leurs divergences

L es réformes seront graduelles et s'étale- ront jusqu'à 2020, alors que l'évaluation continue peut être introduite dès l'an-

née prochaine pour les classes terminales. La refonte de l’examen du baccalauréat fait l’unanimité des intervenants du secteur de l’éducation, entre pédagogues, enseignants et partenaires sociaux. Mais, ces derniers sont loin de s’entendre sur le contenu de cette ré- forme, notamment au sujet de la réduction du nombre de jours dédiés à cet examen, la pri- se en compte des évaluations continues. Alors que certains proposent la réduction du nombre de jours à trois pour les matières es- sentielles, d’autres estiment nécessaire le maintien de l'examen tel quel en amendant uniquement la programmation. Ainsi, lors d'un atelier national sur la refonte du baccalauréat, tenu jeudi à Alger, le recteur de l'université de Boumerdès, Abdelhakim Bentellis, a proposé

la réduction des épreuves à moins de cinq jours pour atténuer la pression psychologique que subissent les candidats et leur famille de l’or- ganisation des examens des matières littéraires durant la deuxième année secondaire ou l'examen oral pour certaines matières, notam- ment littéraires. Mais, cette proposition, qui sous-tend l’élaga- ge de certaines matières non essentielles, est loin de récolter le soutien de toute la famille de l’éducation. En témoigne la mise en garde de certains syndicats contre toute atteinte aux matières en relation avec l’identité natio- nale. D’autres pédagogues et universitaires, quant à eux, estiment nécessaire l'introduction d'une épreuve de langue française ou anglaise, à l'or- ganisation d'une session en deuxième année secondaire et d'une autre en classe de termi- nale. Et hormis la nécessité de revoir le conte-

nu des programmes du baccalauréat, soulignée par l’inspecteur général du ministère de l'Édu- cation nationale, Nedjadi Messeguem, la tu- telle a dégagé six propositions, allant de la re- forme graduelle du baccalauréat et l'introduc- tion de l'évaluation continue à la réduction de la durée de l'examen. Selon le conseiller au ministère de l'Éducation nationale, Mohamed Chaïb Draâ Tani, les ré- formes seront graduelles et s'étaleront jusqu'en 2020, ajoutant que l'évaluation continue peut être introduite dès l'année prochaine pour les classes de terminale. Il a indiqué, dans ce contexte, que la ministre de l'Éducation natio- nale, Nouria Benghabrit, annoncera prochai- nement toutes les propositions et changements relatifs à cet examen. La refonte du baccalauréat inclura “la révision de l'organisation, du fonctionnement et des pré- rogatives de l'Office national des examens et des

concours (Onec), étant un organe technique et exécutif chargé de l'organisation de cet examen, pour devenir “une véritable institution ca- pable de préparer le baccalauréat”, a affirmé, pour sa part, le secrétaire général du ministè- re de l'Éducation nationale, Abdelhakim Be- labed. Cela étant, le dossier de réforme du baccalau- réat, qui est en phase d'examen, sera soumis à d'autres parties qui prendront “des décisions souveraines”, notamment le gouvernement et le Conseil des ministres. Trois ateliers ont été installés depuis une année, au ministère de l'É- ducation, en vue de procéder à la refonte de cet examen. Le premier sur “la refonte du bacca- lauréat”, le deuxième sur “la conception et l'éla- boration des sujets” et le troisième sur “l'éva- luation continue et autres innovations”.

A. R.

LIBERTE

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

L’actualité en question

3

M e BERGHEUL RÉAGIT À LA DÉCLARATION DE L’AVOCAT DU MINISTÈRE DE LA COMMUNICATION

“Seule une décision extrajudiciaire peut fermer ‘El Khabar’”

Après les déclarations de l’avocat du ministère de la Communication, M e Nadjib Bitam, sur la fermeture d’El Khabar si le jugement rendu mercredi venait à être exécuté, la défense réagit et explique que “seule une décision extrajudiciaire peut envisager la fermeture d’El Khabar”.

L e jugement de l’annu- lation de la transaction de rachat d’actions du groupe de presse El Khabar par la société Ness-Prod, filiale de

Cevital, rendu mercredi par le tri- bunal administratif de Bir-Mou- rad-Raïs, à Alger, devrait être noti- fié aux parties concernées dimanche ou lundi. C’est ce qu’affirme l’avocat d’El Khabar, M e Khaled Bergheul, contacté hier par Liberté, et qui pré- cise que “la décision est automati- quement exécutoire, même si la loi nous permet de faire appel au Conseil d’État”. En attendant de savoir s’il y aura des difficultés à exécuter le jugement, et, donc, prendre les dispositions né- cessaires, l’avocat du ministère de la Communication, M e Nadjib Bitam, s’est empressé de s’exprimer sur la question, jeudi, soutenant qu’El Khabar ne devrait pas paraître jus- qu’au retour à la situation initiale”. En clair, il insinue que le journal doit fermer jusqu’à ce que la procédure d’exécution du jugement soit ache- vée. Le ministre de la Communication, Hamid Grine, qui était le même jour en visite de travail à Oran, a dé- claré que “l’État n’a aucune intention de fermer le journal El Khabar”, et que son département “n’a pas cette volonté contrairement à ce qui a été rapporté aujourd’hui (jeudi), dans la presse”. C’est pourtant l’avocat qu’il a lui- même engagé qui le dit. Des décla- rations, en somme, contradictoires et qui cultivent doute, flou et suspi-

cion. Surtout que l’avocat du dé- partement de la Communication avait pris le soin d’organiser une conférence de presse pour s’exprimer sur l’affaire, le lendemain du verdict, sans attendre la notification offi- cielle, ce qui s’apparente à une action concertée. La défense d’El-Khabar, M e Khaled Bergheul, considère que “les propos de M e Bitam sont de simples avis qui n’engagent que sa propre personne”,

et qu’“il s’agit d’une interprétation er-

ronée du jugement et des textes de loi”. Pour notre interlocuteur, le ju-

gement est “clair”, les dispositions de

la

loi “le sont aussi”, et les propos de

M

e Bitam “n’entrent pas dans le

cadre du jugement”.

À son avis, la fermeture du journal

El Khabar peut intervenir dans un seul cas : “une décision extrajudi- ciaire”. C’est pourquoi il estime que “M e Bitam veut être plus royaliste que le roi”. Cependant, l’exécution du ju- gement peut s’avérer “complexe” et “problématique” selon M e Khaled Bergheul. “Un huissier de justice devrait offi- ciellement notifier El-Khabar di- manche ou lundi, et lui accorder un délai pour revenir à la situation ini- tiale. En tant que défense, nous nous attendions à ce que l’exécution du ju- gement soit très difficile. L’huissier de justice qui doit accompagner et en- cadrer cette procédure, risque, lui aus- si, d’évoquer des difficultés et les porter au président de la chambre ad- ministrative. Parce que indépen- damment de l’argent qui a été dé- pensé, nous ne pouvons pas exiger d’une personne physique qui a ven-

M e KHALED BOURAYOU À PROPOS DE LA DÉCLARATION DE M e BITAM

“Des conclusions hâtives et saugrenues”

suis surpris par les propos de

e Bitam, avocat du ministère la Communication, tenus à la

faveur d'une conférence animée au- jourd'hui (hier, Ndlr) à la Maison de la presse au lendemain du pronon- cé du jugement portant annulation du contrat de cession d'actions de la SPA El Khabar à la Société Ness-

Prod conclu le 3 avril 2016. Il estime que “si la décision de cette juridiction est exécutée aujourd'hui,

le journal ne peut pas paraître de-

main, et s'il est imprimé, il pourrait

y avoir des poursuites pénales”.

Ces propos constituent en soi une menace, on ne peut être plus claire, dirigée à l'endroit de la SPA El Kha- bar, de son collectif de journalistes et de son personnel technique et ad- ministratif. Je me demande sur quelle base légale l'avocat dudit département minis- tériel a-t-il pu asseoir de telles conclusions aussi hâtives que sau- grenues dès lors que le jugement ad- ministratif, qui vient d'être rendu, ne comporte aucun attendu entrant

J

e

M

de

dans les prévisions d'une quelconque sanction pénale ? La SPA El Khabar prend acte de cet- te décision et en tirera les consé- quences de droit qui s'imposent à la lumière des motifs de ce jugement. Par ailleurs, la SPA El Khabar rap- pelle que les difficultés d'ordre fi- nancières qu'elle avait rencontrées

ces toutes dernières années, et qui sont à l'origine de cette transaction, résultent directement des agisse-

ments du ministère de la Commu- nication qui, non seulement a privé

le quotidien El Khabar de bénéficier

de la publicité publique, mais a éga- lement œuvré à dissuader des so-

ciétés privées habituées à fournir de

la publicité au journal.

Eu égard à cette décision de justice, il y va de la responsabilité de l'État de gérer dans l'équité l'accès à la publi- cité publique, faute de quoi s'élève- ront aux yeux de l'opinion publique les prémisses de la mort programmée de ce grand journal de la presse in- dépendante.

du ses parts et démissionné de son poste, de revenir l’occuper. Aucun tex- te de loi n’oblige un citoyen à tra- vailler malgré lui. Le ministère de la Communication peut aussi être sai- si pour aider et faciliter l’exécution de cette décision”, explique-t-il. Et ce n’est pas tout. M e Khaled Ber- gheul qui insiste sur le fait que “ce genre de procédure est habituellement difficilement exécutoire”, souligne que “la défense peut engager une ac-

tion en référé à la même juridiction pour exposer ces difficultés”. Le bras de fer opposant le ministère de la Communication au groupe de pres-

se El Khabar semble loin d’être ter-

miné. M e Khaled Bergheul n’exclut pas d’ailleurs de faire appel au

Conseil d’État. “Nous allons discuter de cette possibilité. De toutes les ma- nières, le code de procédures civile et administrative nous le permet. Mais nous préférons attendre pour voir”, a- t-il indiqué. La défense d’El Khabar n’entend pas se précipiter avant la notification officielle du jugement. Aussi, avant de s’enquérir du délai accordé par l’huissier de justice aux parties concernées pour revenir à la situa- tion initiale. M e Khaled Bergheul af- firme, d’ailleurs, qu’il n’avait pas l’intention de faire des commentaires n’étaient “les propos tenus, jeudi, par M e Nadjib Bitam”.

Liberté
Liberté

Des propos, il faut le dire, qui vien- nent jeter, de nouveau, la confusion dans une affaire pourtant “stricte- ment commerciale”, de l’avis

Siège du journal “El Khabar”.

d’hommes de droit, politiques et autres observateurs qui ont suivi le procès.

M. MEHENNI/D. LOUKIL

L’ÉDITO

PAR SOFIANE AÏT IFLIS

La caresse pour faire supporter la gifle

Écouter les officiels ? Avons- nous besoin de le

faire ? Ne sommes-nous pas suffisamment édifiés par leurs actes ? Des actes souvent contraires au discours. Le ministre de la Communication devrait nous expliquer comment oser affirmer ne pas vouloir la mort d’un journal, en l’espèce El Khabar, lorsqu’on organise son asphyxie financière, en le privant de la

publicité institutionnelle et en faisant pression sur les annonceurs privés pour en faire de même et quand, pis

encore, on se précipite vers le tribunal pour saborder l’entreprise qu’il a conclue pour sa survie ? ”

A voir saisi la justice et obtenu la décision qu’il souhaitait pour maintenir, sinon aggraver les difficultés d’El Khabar, en se substituant par le fait du prince à l’Autorité de ré-

gulation de la presse écrite qu’il ne trouve pas à son goût et dont

il affirme publiquement ne pas juger l’utilité, le ministre de la

Communication, Hamid Grine, pince-sans-rire, demande aux jour- nalistes de ne pas s’inquiéter du sort de la publication, de leur sort propre, donc. Depuis Oran où il se trouvait jeudi, dans le cadre d’une visite de travail officielle, il a soutenu qu’il ne voulait pas la mort

d’El Khabar. “Il faut que les journalistes d’El Khabar soient rassurés, ils ne doivent pas écouter d’autres personnes, hormis les officiels”, a-t-il soutenu. Tiens, tiens ! Écouter les officiels ? Avons-nous besoin de le fai- re ? Ne sommes-nous pas suffisamment édifiés par leurs actes ? Des actes souvent contraires au discours. Le ministre de la Communication devrait nous expliquer comment oser affirmer ne pas vouloir la mort d’un journal, en l’espèce El Khabar, lors- qu’on organise son asphyxie financière, en le privant de la pu- blicité institutionnelle et en faisant pression sur les annonceurs privés pour en faire de même et quand, pis encore, on se préci- pite vers le tribunal pour saborder l’entreprise qu’il a conclue pour sa survie ? Ne sommes-nous pas davantage édifiés sur l’intention liberti- cide du pouvoir après la jubilation mal contenue de l’avocat qui

a plaidé la plainte du ministère de la Communication pour l’an-

nulation de la cession d’actifs du groupe El Khabar au profit de la société Ness-Prod, en l’occurrence M e Bitam qui, n’ayant pas brillé par un quelconque effet de manche, s’est répandu en me- naces de poursuites pénales à l’encontre des imprimeurs d’El Kha- bar ? L’avocat ne peut pas avoir parlé sans s’en être référé au préa- lable à son mandant, en l’espèce le ministère de la Communication, une institution de l’État. Il est en effet difficile de croire à une ini- tiative solitaire de l’avocat, étant donné la sensibilité de l’affai- re El Khabar. n

4

L’actualité en question

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

LIBERTE

INTERROGATOIRE DU DÉPUTÉ BOUABDALLAH DANS UNE CASERNE À HYDRA

Les silences troublants de Saâdani et de l’APN

Le secrétaire général du FLN, Amar Saâdani, qui avait mis de l’excès dans sa bravade à réclamer l’éloignement du DRS de la vie politique nationale, n’aura pas eu le courage ne serait-ce que de s’offusquer du terrible interrogatoire subi par un cadre de son parti, le député Wahid Bouabdallah.

À l’origine, un entretien au site électronique TSA. Le député Wahid Bouabdallah, ancien directeur général de la com- pagnie aérienne Air Algérie, dit tout haut ce qu’il pense sur un

large spectre de questions liées à la politique nationale et à l’environnement régional. Le ton est inhabituellement affranchi des prudences coutumières chez la nomenklatura, notam- ment lorsqu’il s’agit de sujets sensibles. La ré- action ne s’est pas fait attendre. Elle n’est pas venue de la justice. Elle ne s’est pas non plus

confinée en une diatribe politique. Terrible, elle

a consisté en un interrogatoire musclé de plus

de trois heures dans la caserne Antar, dans le quartier huppé d’Hydra, sur les hauteurs d’Alger. Le journal El Watan rapporte dans sa

livraison de jeudi que le malheureux député a relaté son supplice moral dans une lettre adressée au président de la République. Cer- tains de ses collègues parlementaires auraient été rendus destinataires de copies de la lettre. Wahid Bouabdallah raconte qu’il a été convo- qué par un certain colonel Smaïl de la Direc- tion de la sécurité intérieure (DSI) et que, une fois à l’intérieur de la caserne, il a été pris en charge, comme on dit, par un officier qui lui a reproché son propos sur l’ancien ministre de l’Énergie et des Mines, Chakib Khelil, son com- mentaire sur la mise à la retraite de l’ex-patron du DRS, le général Toufik, ses déclarations sur le roi du Maroc, Mohammed VI, etc. L’inter- rogatoire a été décrit comme extrêmement brutal par le député qui a évoqué “une am- biance électrique et tendue”. D’après la victi-

me, l’officier des services qui l’a interrogé s’est même autorisé de vouer aux gémonies la fa- mille Boubadallah, famille révolutionnaire. Le député a quitté la caserne tellement affecté que sa santé en a pris un coup. Il a fait un AVC qui lui a valu une hospitalisation dans un hôpital français. Un établissement niçois, confie une source proche de Bouabdallah. Le harcèlement, cependant, s’est étendu aux membres de sa fa- mille, à son fils plus précisément. Ce dernier, propriétaire d’une régie mobile de transmis- sion, est accusé d’avoir loué pour la chaîne de télévision KBC. Il fait l’objet d’un contrôle fis- cal et les comptes de son entreprise sont blo- qués. Ainsi les intimidations subies par le dé- puté et son entourage n’ont pas soulevé de ré- action chez le secrétaire général du FLN et en- core moins au bureau de l’APN qui est resté

étrangement silencieux alors que l’immunité parlementaire a été foulée aux pieds. Le se- crétaire général du FLN, Amar Saâdani, qui avait mis de l’excès dans sa bravade à réclamer l’éloignement du DRS de la vie politique na- tionale, n’aura pas eu le courage ne serait-ce que de s’offusquer du terrible interrogatoire subi par le député Bouabdallah, de surcroît cadre de son parti. Le silence de Saâdani est d’autant plus incompréhensible qu’il a mené une campagne virulente pour dénoncer les agissements de la police politique. C’est à croi- re qu’il n’abhorre pas la pratique pour ce qu’el- le est mais uniquement parce qu’elle était pra- tiquée par l’ex-DRS. Qu’elle survienne au- jourd’hui que le DRS n’est plus ne semble pas le déranger outre mesure.

S. A. I.

LE RCD S’EXPRIME SUR LES AFFAIRES BOUABDALLAH, EL KHABAR ET LES DÉTENUS DE GHARDAÏA

“Une police politique en cache une autre”

L e Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD)

s’est exprimé hier sur les harcèlements policier, judiciaire et politique qui ciblent les médias et les militants asso-

ciatifs et partisans. Dans un communiqué rendu public hier,

le parti a souligné qu’“un traitement plus qu’humiliant vient

d’être infligé à un parlementaire. En effet, selon la presse, un dé- puté de la majorité parlementaire est sorti traumatisé et phy- siquement marqué du fameux centre Antar de l’ex-DRS. Mo- tif : un entretien qu’il a accordé au journal électronique TSA. Depuis, sa famille subit les classiques recettes de la police poli- tique : représailles fiscales, intimidations, menaces…” Le RCD

a ajouté que “l’absence de réaction de la part de sa formation

politique dont le secrétaire général a bâti sa communication sur les dérives de la police politique et la dissolution du DRS rap- pelle que l’État civil tant chanté est illusoire. Pis encore, le si-

lence de l’Assemblée nationale, groupes parlementaires compris, aggrave le discrédit d’une institution déjà en mal de légitimi- té”. Le parti de Mohcine Bellabas, parlant de l’affaire El Kha- bar, a affirmé que “(…) ceux qui misaient sur l’amateurisme dans les procédures de saisine par les avocats du ministère de la Com- munication pour déduire qu’il s’agissait d’une initiative isolée et prise à la hâte en ont eu pour leur compte. Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une attaque contre la ligne éditoriale du jour- nal arabophone. Le maintien sous mandat de dépôt de Benaïssa Hatem Mehdi, Hartouf Mohamed Ryad, Nedjaï Mounia après l’annulation du contrat de cession d’action au profit de l’en- treprise Ness-Prod est un avertissement de plus pour tous ceux qui seraient tentés de ne pas se conformer aux désiderata des faiseurs de rois”. Pour le RCD, “l’escalade dans l’arbitraire, l’abus d’autorité et les dénis sont également illustrés par la mise sous

contrôle judiciaire de M e Salah Dabouz, avocat et président de la Laddh”. Le parti alerte également sur le cas de ses militants emprisonnés. “Moins médiatique est le traitement infligé à deux cadres du RCD, Nacereddine Hadjadj et Noureddine Kerrou- chi en détention provisoire depuis une année. Le pourvoi en cas- sation dans l’affaire du secrétaire national de notre parti reste sans aucune suite. La cour suprême a ordonné le 5 avril 2016 le dessaisissement de la procédure pendante par-devant la cour de Ghardaïa au profit de la cour de Médéa. Son transfert à la maison d’arrêt de Médéa participe de la volonté de prolonger sa détention arbitraire. De même, le complément d’informations ordonné depuis le 23 février 2016 dans la procédure criminel- le diligentée à l’encontre de Kerrouchi Noureddine ne voit tou- jours pas le jour”.

SYNTHÈSE S. A. I.

IL CONSIDÈRE QUE LE DISCOURS SUR LA MENACE DU CHAOS FAVORISE LE STATU QUO

MDS : “Les démocrates sont appelés à reprendre le combat contre l’islamisme”

M ême s’il a perdu sur le plan stratégique, l’islamisme et son corollaire le terrorisme

demeurent une menace permanen-

te sur le monde dans sa globalité. En

témoigne l’attentat qui, de nouveau,

vient d’endeuiller la France. Le Mou- vement démocratique et social (MDS), un des partis politiques qui

a été à l’avant-garde de la lutte

contre le terrorisme en Algérie du-

rant les années 1990, a réitéré, hier,

sa proposition de l’institution d’un

tribunal international du terrorisme islamiste, un véritable Nuremberg de l’islamisme. “Il faut s’attaquer à sa matrice idéo- logique”, a affirmé, hier, à Alger, lors d’une conférence de presse, le co- ordonnateur du parti, Hamid Farhi. Selon lui, les pouvoirs refusent de re- garder le phénomène de l’islamisme dans sa globalité. Et son règlement passe aussi par la résolution du conflit israélo-palestinien. Pour avoir

payé un lourd tribut, l’Algérie, qui a réussi à contenir la déferlante isla- miste durant les années 1990 grâce

à la mobilisation des Patriotes, n’est

pas pour autant à l’abri des menaces, met en garde Hamid Farhi.

“Les forces démocratiques sont ap- pelées à reprendre le combat à leur compte.” Au chapitre politique, à contre-courant d’une certaine idée

véhiculée par quelques partis poli- tiques et autres segments de la so- ciété, le MDS considère que le dis- cours sur la menace du chaos a pour effet de maintenir le statu quo.

“C’est la peur du chaos qui pro- voque le statu quo et le pouvoir joue sur la peur”, estime, de son côté, Ya-

cine Teguia. Et contrairement à ceux qui attribuent une espèce de ré- signation à la société, le parti cher au défunt Hachemi Chérif dont on cé- lébrera bientôt l’anniversaire de la disparition, soutient qu’“il existe au sein de la société des forces détermi- nées à récupérer les institutions”. “Il n’y a pas d’autres pays qui compta- bilisent autant de grèves et d’émeutes par an”, relève Hamid Farhi. Reste que la jonction entre les partis et la société n’est pas aisée au regard des multiples entraves que le pouvoir dresse devant l’exercice politique. Dernier fait en date, l’adoption de la

loi portant sur le régime électoral et qui impose aux partis n’ayant pas participé aux dernières élections de

collecter les signatures au profit de leurs éventuels candidats.

Des cadres du MDS retenus dans le commissariat de Ghardaïa pendant près de 8 heures

Mais pas seulement : il y a aussi les harcèlements et autres entraves qui visent les militants politiques. Partis, mercredi dernier, apporter leur soutien à l’avocat M e Dabouze, président d’une aile de la Laddh, qui risquait une mise sous mandat de dé- pôt et désormais sous contrôle ju- diciaire, Hamid Ferhi, Fethi Ghares, porte-parole du mouvement, ainsi que quatre animateurs de la société

civile ont été interpellés avec “bru- talité” alors qu’ils étaient attablés dans une cafétéria. “On a pris des photos dans une cafétéria avec des pancartes, une dizaine de policiers (BRI) est venue nous interpeller vers 10h45 pour nous emmener au com- missariat où on est restés jusqu’à 18h”, a raconté Hamid Farhi. Ils ont été relâchés après de longues heures durant lesquelles ils se sont vu in- terdire de communiquer et d'infor- mer à propos du lieu où ils étaient re- tenus, selon le parti. “On est partis soutenir M e Dabouze, mais aussi essayer de comprendre la situation à Ghardaïa et interpeller le

premier magistrat du pays pour li- bérer les détenus d’opinion”. “Si pour se redéployer sur le terrain, on va su- bir la même chose, cela veut dire qu’il n’y a pas de volonté pour laisser les partis politiques activer normale- ment et participer éventuellement”, ironise-t-il. Mais qu’advienne, le MDS, qui dénonce la nouvelle loi électorale, se prépare dès maintenant en perspective des prochaines lé- gislatives à travers le laborieux tra- vail de collecte des signatures. “Mais on réserve la réponse de la partici- pation ou non à la veille de l’échéan- ce”, conclut Farhi.

KARIM K.

LE FRONT DU CHANGEMENT

“Approfondir le dialogue avec tous les partenaires”

n Le président du Front du changement (FC), Abdelmadjid Menasra, a appelé, hier à Alger, le gouvernement à “approfondir le dialogue et la concertation” avec tous les partenaires politiques, sociaux et économiques pour “traiter les différents dossiers nationaux”. M. Menasra a indiqué à l'ouverture de la session ordinaire du conseil consultatif du parti que l'Algérie “traverse une conjoncture difficile qui exige d'être examinée avec pragmatisme et discernement”. Évoquant les échéances électorales, M. Menasra a affirmé que son parti “espère une participation massive à ces rendez-vous” car, a-t-il dit, “ces élections sont la meilleure voie pour instaurer la démocratie”. Il a appelé à “différer l'application” de la loi sur le régime électoral adoptée par les députés de l'Assemblée populaire nationale (APN), contestant notamment l'article 73 de cette loi qui exige de tout parti désirant participer aux élections l'obtention de 4% des voix des électeurs aux précédentes élections.

APS

LIBERTE Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

LE RADAR

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI

radar@liberte-algerie.com

DE LIBERTÉ

DE LIBERTÉ

5

ILS EXIGENT D’ÊTRE PAYÉS AVANT LA MISE EN SERVICE DE LA PÉNÉTRANTE AHNIF-BÉJAÏA

Le “chantage” des Chinois

LA PÉNÉTRANTE AHNIF-BÉJAÏA Le “chantage” des Chinois n Le chantier de la pénétrante Ahnif-Béjaïa risque,

n Le chantier de la pénétrante Ahnif-Béjaïa

risque, selon toute vraisemblance, de ne pas être achevé dans les temps. La mise en servi- ce du tronçon reliant la localité de Bouira à Ighzer-Amokrane, prévue pour le 20 août pro- chain, devrait être repoussée à une date ulté- rieure. Selon des sources sûres, la société chi- noise CRCC, en charge de la réalisation de cet important projet, exige d’être payée avant la mise en service dudit tronçon. Il s’avère, néanmoins, selon nos interlocuteurs, que les autorités compétentes ne peuvent, ac- tuellement, procéder à aucun virement, en rai- son du manque de ressources financières.

Les walis de Bouira et de Béjaïa ont tenté de trouver une issue favorable à cette crise, mais sans grand résultat. L’entreprise chinoise, qui ne peut refuser, dans l’absolu, de livrer son pro- jet du fait de ses obligations contractuelles et aussi de crainte de créer un incident diplo- matique entre l’Algérie et la Chine, aurait trou- vé un subterfuge pour mettre la pression sur le gouvernement algérien. Elle aurait demandé à ses sous-traitants de re- tarder autant que possible la fourniture de ma- tériaux et d’équipements requis avant l’ou- verture de cette pénétrante à la circulation automobile.

SAISON ESTIVALE À AÏN TÉMOUCHENT

Le maillage sécuritaire renforcé sur les axes routiers

Le maillage sécuritaire renforcé sur les axes routiers n Le groupement de la Gendarmerie nationale de

n Le groupement de la Gendarmerie nationale de la wilaya d’Aïn Témouchent s’est doté de 12 radars de dernière génération qui permettront d’intensifier le contrôle des véhicules sur les axes routiers du littoral qui connaissent un trafic dense, notamment en cette période es- tivale. Ce qui porte le nombre de radars utilisés par les gendarmes pour la traque des chauf- feurs à 21. Rappelons qu’au cours du 1 er semestre 2016, il a été enregistré 46 accidents de la circulation mais avec un bilan macabre puisqu’il a été dénombré 11 morts et 76 blessés contre 98 accidents durant la même période de l’année écoulée ayant fait 8 morts et 152 blessés, soit une baisse sensible avec un taux estimé à 53%.

POUR PROTESTER CONTRE DES COTISATIONS JUGÉES EXCESSIVES

Sit-in demain devant le siège de la Casnos de Tizi Ouzou

n Après avoir organisé, ces derniers temps,

plusieurs actions de protestation pour contes- ter le plafonnement des cotisations appli- quées cette année par la Casnos (Caisse na- tionale de sécurité sociale des non-salariés), plusieurs associations de professions libé- rales ont décidé d’observer un sit-in, demain matin à partir de 8h, devant le siège de l’agen- ce de la Caisse dans la wilaya de Tizi Ouzou. C’est une action de rue pour exprimer notre colère, alerter les autorités locales et même

nationales pour exiger tout simplement le… départ du directeur général de la Casnos de Tizi Ouzou. Ce dernier a animé, il y a quelques jours, une conférence de presse pour assurer que les co- tisations sont, à quelques nuances près, pa- reilles dans toutes les wilayas du pays. Il a sou- tenu qu’il ne convient nullement de parler de disparités régionales dans l’application des barèmes comme le prétendent les contesta- taires.

SI 33 CLUBS VENUS DES QUATRE COINS DU PAYS ONT PARTICIPÉ À LA COMPÉTITION

Le GS Pétroliers déclare forfait à la Coupe d’Algérie de judo

n Si les traditionnelles

Coupes d’Algérie, qui se sont disputées ce week- end à Tizi Ouzou, ont bouclé la saison de judo en apothéose puisque près de 250 judokas, garçons et filles, représentant 33 clubs venus des quatre coins d’Algérie, ont pris part à cette dernière compétition officielle de fin de saison, il n’en demeure pas moins que le GS Pétroliers, le club le plus huppé d’Algérie en moyens humains et financiers, a brillé par son absence, et ce, au grand dam du grand public qui n’a pas apprécié un tel forfait. Pourtant, les clubs les plus représentatifs de judo tels que l’USM Alger, l’ASSN, l’EN militaire et de nombreux clubs tels ceux de Tizi Ouzou, d’Oran, d’El- Harrach, de Sétif et de Blida étaient au rendez- vous.

BENYOUCEF MELLOUK INTERPELLE YACEF SAÂDI

“Rendez publics vos documents sur les faux moudjahidine”

n Benyoucef Mellouk, par

qui le scandale des magistrats faussaires et des faux moud- jahidine a éclaté en 1992, a réagi vivement et à sa manière

à la polémique qui oppose

Yacef Saâdi à Ted Morgan, un

journaliste et historien fran- co-américain, qui, dans son livre Ma bataille d’Alger, affirme que Yacef Saâdi a in- diqué aux Français l’endroit

où se cachaient Ali La Poin- te, Hassiba Ben Bouali et le Petit Omar. M. Mellouk, qui s’est déplacé

à la rédaction de Liberté, ne

s’immisce nullement dans la controverse pour appuyer une partie contre une autre. Il saisit l’opportunité de la sor- tie médiatique du combattant du FLN, pour l’inciter à conforter le dossier des faux moudjahidine. Notre inter- locuteur nous montre une copie d’une interview accor- dée par Yacef Saâdi au quoti- dien Horizons, le 20 sep- tembre 2005, et dans laquel-

le il dit être en possession de documents authentiques de

le il dit être en possession de documents authentiques de harka qui se sont fait passer,

harka qui se sont fait passer, à l’orée de l’Indépendance, pour des moudjahidine. “Libérez votre conscience vis- à-vis du peuple et de l’histoi- re de l’Algérie et rendez publics ces documents. C’est pour vous un devoir”, insiste l’homme qui a passé près de 25 ans à se battre pour que le dossier des magistrats faussaires et des faux moudjahidine soit enfin traité sous l’optique de la justice.

CITÉ SOUACHETTE CONTRE CITÉ BENZERGA

Bagarre avec sabres, gourdins et projectiles dans la banlieue-est d’Alger

n Suite à un différend survenu, jeudi dernier à la cité Soua- chette, commune de Rouiba (Alger), une bataille rangée a écla- té entre environ 300 jeunes dudit quartier et ceux de la cité Benzerga, commune de Bordj El-Kiffan. Gourdins, sabres et pierres ont été les armes utilisées par les antagonistes, qui ne se sont dispersés que vers 1 heure du matin, après l’intervention d'un dispositif de la Gendarmerie nationale.

ARRÊT SUR IMAGE

Vu aux Sablettes (Alger)

D. R.
D. R.

n Une importante fuite d’eau dure depuis longtemps sur la promenade des Sablettes sur

le front de mer d’Alger. Elle a été, selon les citoyens qui nous ont saisis, signalée à maintes

reprises aux agents qui travaillent à cet endroit (gardiens, agents d'entretien, agents de police), en vain.

6

L’actualité en question

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

LIBERTE

UN ATTENTAT FAIT 84 MORTS ET 100 BLESSÉS, DONT 50 DANS UN ÉTAT GRAVE

Nuit d’horreur à Nice

Le terroriste, à bord d’un gros camion, un 19 tonnes, a foncé dans la foule, nombreuse en ce jour de fête nationale du 14 juillet. L’horreur absolue.

H uit mois, jour pour jour, après les san- glants attentats du 13 novembre 2015 à Paris et en Seine- Saint-Denis qui se

sont soldés par la mort de 130 per- sonnes, la France a de nouveau été endeuillée, jeudi, par un nouvel acte terroriste qui a fait au moins 84 morts et une centaine de blessés à Nice, sur la Côte d’Azur, dans le sud de l’Hexagone. Parmi les blessés, une cinquantaine se trouvait hier, en début d’après-midi, dans un état “d’urgence absolue”, selon les propres propos du président français, Fran- çois Hollande. De nombreux étran- gers, venus spécialement assister aux festivités, figureraient parmi les victimes de cet acte terroriste. Un vé- ritable carnage perpétré, alors que la population locale célébrait la fête na- tionale de la France, coïncidant avec le 14 juillet de chaque année. Le ter- rorisme a donc frappé là où peut-être on l’attendait le moins et avec un mode opératoire innovateur qui a permis à son auteur de déjouer le dispositif sécuritaire mis en place. Le

terroriste, à bord d’un gros camion, un 19 tonnes, a foncé dans la foule, nombreuse en ce jour de fête natio- nale, sur la promenade des Anglais. L’horreur absolue. Des dizaines d’hommes, de femmes, d’enfants, de bébés sont percutés de plein fouet par le véhicule lourd qui écrase tout sur son passage. Les images cruelles de la scène, reprises

D. R.
D. R.

par certains médias, notamment français, ont suscité l’indignation des téléspectateurs, ce qui a poussé le Conseil supérieur français de l'audio- visuel à lancer, à l’adresse des chaînes de radio et de télévision, un appel à la prudence et à la retenue dans le traitement du sujet. L’auteur de l’attaque, un Français de 31 ans, connu, selon la presse fran- çaise, pour des faits de droit com- mun, a été abattu par la police. Ce Niçois d'origine tunisienne s'appel- le Mohamed Lahouaiej Bouhlel, si l’on se réfère aux documents d’iden-

tité récupérés par la police dans le ca- mion. Selon le quotidien Nice Ma- tin, l’homme qui exerçait la profes- sion de chauffeur-livreur serait connu pour des faits de délinquan- ce, notamment de violence. D’après le journal, sa radicalisation serait pas- sée inaperçue puisque le concerné ne faisait pas partie des fichés “S” par la police. Son acte semble pourtant avoir été prémédité, selon la même source. En effet, l'individu aurait loué le camion qui a servi à l'attaque dès mercredi dans une commune limitrophe de Nice. Les enquêteurs de la police ont perquisitionné hier matin l’apparte-

Scène d’horreur à Nice après l’attentat meurtrier de jeudi soir.

ment du concerné, dans le quartier Nice-Nord. L’émoi a été tel que les autorités semblaient surprises par cette attaque, surtout que le pays ve- nait de réussir la gageure d’abriter le championnat d’Europe des nations de football, un mois durant et sans le moindre incident notable enregis- tré. Ce nouvel acte terroriste a contraint les autorités françaises à décréter un deuil national de trois jours à compter d’aujourd’hui, alors que les drapeaux ont été mis en ber- ne dans les édifices publics, depuis hier matin. L’état d'urgence, décla- ré au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, devrait, en outre,

être prorogé pour une nouvelle du- rée de trois mois, comme l’a affirmé le Premier ministre français, Manuel Valls. “Un projet de loi permettant la prorogation de l'état d'urgence pour une durée de trois mois supplémen- taires sera présenté en Conseil des mi- nistres, après avis du Conseil d'État, mardi prochain, pour que le Parle- ment puisse examiner ce texte mer- credi et jeudi prochains”, a-t-il pro- mis. Dans sa déclaration à la presse, M. Valls a reconnu que le terroris- me “est une menace qui pèse lourde- ment sur la France et qui pèsera en- core longtemps”.

HAMID SAÏDANI

Trois Algériens,dont deux enfants parmi les victimes

n Trois Algériens, dont deux enfants, ont été tués lors de l'attentat ayant fait au moins 84 morts jeudi soir à Nice, dans le sud-est de la France, a annoncé, hier, le porte-parole du ministère algérien des Affaires étrangères. “Il y a des victimes algériennes parmi celles de l'attentat terroriste de Nice. Il y a une dame de 70 ans et deux enfants”, a déclaré à la télévision publique algérienne le porte-parole, Abdelaziz Benali Cherif.

L'âge des deux enfants, qui étaient avec leur grand- mère, une Française mariée à un Algérien, n'a pas été communiqué. La septuagénaire algérienne tuée, qui n'est pas de la même famille, rendait visite à sa fille à Nice. Le porte-parole a précisé que le bilan n'était pas définitif.

AFP

Une des victimes est originaire de Constantine

n Parmi les 84 victimes de l’attentat meurtrier qui a eu lieu, dans la soirée de jeudi à vendredi, dans la ville de Nice en France, figuraient trois ressortissants algériens, dont Rahmouni Zahia, une veuve de 65 ans et mère de cinq enfants - 3 filles et 2 garçons. La victime habitait la cité Ziadia, sur les hauteurs de la ville de Constantine. Selon des sources concordantes, elle était partie à Nice chez sa fille, vivant en France, après les fêtes de l'Aïd, pour des soins médicaux. Elle était sur la Promenade des Anglais, accompagnée de sa fille et de sa petite-fille, lorsque le chauffeur fou a foncé sur la foule.

INES B.

L’Algérie condamne énergiquement“cet acte barbare”

L e président de la République, Abdelaziz Bouteflika, a exprimé hier sa “profonde indignation” suite à l'attaque terroriste

commise dans la nuit du 14 juillet à Nice, en précisant dans un message à son homologue français, François Hollande, que “l'Algérie condamne énergiquement cet acte barbare”. “L'Algérie condamne énergiquement cet acte barbare. Elle réitère sa conviction que le terroris-

me qui n'a ni nationalité ni religion, et qui ne reconnaît aucune frontière, interpelle toute la communauté internationale pour faire front face à ce fléau, avec une solidarité plus effective et sous l'égide des Nations unies”, a précisé le chef de l'État. “En cette tragique circonstance, je vous exprime au nom du peuple algérien, de son gouvernement et en mon nom propre nos plus sincères condoléances à vous-même, au peuple français et aux familles des victimes, et vous assure aussi de la solidarité de l'Algérie avec la France amie”, a ajouté le président de la République, qui a assuré M. Hollande de son soutien devant cette épreuve.

Vague de condamnations dans le monde

L’horrible attentat de Nice a suscité une vague de condamnations et d’indignation à travers le monde et les voix ont été nombreuses à expri- mer soutien et solidarité avec la France dans cette terrible épreuve. Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon a, en cette occasion, appelé la communauté internationale à renforcer les

efforts “pour combattre le terrorisme”. Dans une déclaration unanime, les 15 pays membres du conseil réaffirmaient, jeudi, que “le terroris- me sous toutes ses formes représente une des plus graves menaces pour la paix et la sécurité internationales” et appelaient tous les États “à combattre” la menace terroriste “par tous les moyens”, dans le respect des lois internatio- nales. De leur côté, les chefs de la diplomatie russe et américaine, Sergueï Lavrov et John Kerry, se sont rendus ensemble hier à l'ambas- sade de France de Moscou pour y déposer des fleurs, avant de signer tour à tour à l'intérieur de l'ambassade un livre de condoléances. “La Russie est solidaire avec le peuple français. Nous partageons votre peine”, a écrit M. Lavrov, espé- rant “une détermination commune à ne pas céder face au terrorisme”. M. Kerry y a exprimé, lui, ses “plus profondes condoléances et fraterni- té avec le peuple français”. “Puissions-nous tous faire preuve de force et de détermination afin de mettre fin au fléau de la terreur”, a-t-il écrit. Les pays arabes et musulmans n’ont pas été en reste puisque les messages de condamnation de l’acte terroriste et de solidarité avec la France ont commencé à être diffusés dès l’annonce de l’attentat, jeudi soir. L'Iran a présenté ses condoléances à la France après “l'acte terroris- te”, estimant que “le terrorisme est un fléau qui ne peut être déraciné sans une unité et une col- laboration internationales”. En Égypte, la plus haute institution de l'islam sunnite, Al-Azhar, a

estimé que “ces attaques terroristes abomi- nables contredisent les enseignements de l'is- lam” et souligné “la nécessité d'unir les efforts pour vaincre le terrorisme et débarrasser le monde de ce mal”. Le président Abdel Fattah al- Sissi a réaffirmé “la pleine solidarité de l'Égypte avec la France amie”. “Le terrorisme ne connaît pas de frontières et détruit la vie d'innocents De tels actes renforcent la détermination des pays épris de paix pour vaincre le terrorisme”, a- t-il déclaré. En Arabie saoudite, un porte-parole officiel a assuré la France “amie” de “sa solida- rité et coopération pour faire face aux actes ter- roristes”, alors que les Émirats arabes unis ont estimé que tous les pays “doivent œuvrer ferme- ment contre le terrorisme”. Alors que l'auteur de l'attaque a été identifié comme un Franco- Tunisien, la Tunisie, par la voix de son prési- dent Béji Caïd Essebsi, a dénoncé un acte “terro- riste lâche”, appelant à la “solidarité” dans la lutte antiterroriste. L'Autorité palestinienne dirigée par Mahmoud Abbas a condamné, elle aussi, “un acte lâche, terroriste et sauvage” qui “affecte la France, mais aussi la liberté, l'égalité et la fraternité”.

(

)

La France parmi les pays les plus menacés par le terrorisme

La France, qui vient d’être endeuillée par un nouvel attentat terroriste jeudi à Nice, est clas- sée par le top des 10 pays les plus menacés par le terrorisme, selon IntelCenter, une compagnie

américaine spécialisée dans le terrorisme. Dans son classement, établi sur la base des activités terroristes dans le monde au cours des 30 der- niers jours et disponible sur son site, IntelCenter, qui fournit des services de rensei- gnement contre le terrorisme depuis 20 ans, a indiqué hier que le top des pays menacés sont dans l’ordre : la Syrie, l’Irak, l’Afghanistan, la Libye, la Turquie, la Somalie, les États-Unis, la France, le Bangladesh et le Nigeria. Cet organis- me, basé à Washington, qui alimente les ser- vices de renseignement en informations sur le terrorisme dans le monde, analyse, à travers un algorithme, le volume des activités terroristes, le trafic de messagerie, des vidéos, des photos, des attentats et le nombre de personnes tuées et blessées dans un pays au cours des 30 der- niers jours.

L’appel du Conseil des démocrates musulmans de France

Le Conseil des démocrates musulmans de France dénonce l’ignominie, l’acte criminel et barbare perpétré cette nuit à l’encontre de la nature humaine, du vivre-ensemble et de l’uni- té nationale. À l’occasion de ce vendredi, jour sacré pour toute la communauté musulmane, le CDMF appelle toutes les mosquées de France à prier et témoigner de sa solidarité et de son soutien aux familles des victimes innocentes et à leurs amis. L’appel est signé du président du CDMF, Abderrahmane Dahmane.

LIBERTE

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

L’actualité en question

7

IMPORTATION DE VÉHICULES NEUFS

Les quotas revus à la hausse pour six concessionnaires

Au total, 24 concessionnaires sur les 30 qui ont fait recours de la répartition des quotas ont essuyé un niet catégorique du ministère du Commerce, et ce, malgré la solidité des arguments qu’ils ont avancés.

L e Comité interministé- riel chargé de l’examen des demandes des li- cences d’importation des véhicules, une ins- tance rattachée au mi-

nistère du Commerce, a rendu sa dé-

cision, jeudi matin, dans l’affaire des

30 recours introduits par les conces-

sionnaires automobiles et qui avaient jugé insuffisants les quotas qui leur étaient accordés. Selon une source proche du dossier, ces quotas ont été revus à la hausse pour seulement 6 concessionnaires sur les 30 qui avaient déposé, le

20 juin dernier, des demandes de re-

cours afin de maintenir un équilibre de leur activité et sauver les emplois. Les décisions seront notifiées aux concessionnaires concernés dès de- main matin afin de réévaluer les quotas des véhicules neufs à im- porter. Ces nouveaux contingents in- terviennent après que le ministre du Commerce, Bakhti Belaïb, eut vent que ledit comité “a adopté des critères

LIberté
LIberté

Les concessionnaires ayant des projets industriels vont bénéficier de nouveaux quotas.

généraux ne prenant pas en compte certaines données relatives aux concessionnaires”. Depuis la remarque, sinon l’aveu du ministre, le comité a prolongé la du-

rée d’étude des recours, sans toute- fois rendre publique la liste des concessionnaires touchés par les nouveaux quotas. Hier, toutes nos tentatives de toucher les conces-

sionnaires concernés ont été vaines. Toutefois, des sources bien infor- mées ont indiqué que “seuls les concessionnaires ayant engagé des projets industriels ou semi-indus- triels, et dont les projets sont validés ou en cours de validation au minis- tère de l’Industrie et des Mines, ont bénéficié des nouveaux quotas. Le res- te risque de ne pas avoir un nouvel agrément en janvier prochain et ne seront même pas candidats aux li- cences d’importation en 2017. Du coup, ils allongeront la liste des concessionnaires qui vont mettre la clé sous le paillasson”. Ainsi, indi- quent nos sources, “ces nouveaux quotas sont quantifiés en valeur mo- nétaire et non en nombre de véhicules à importer. Évidemment, toutes les quantifications ont été établies sur la base du dollar américain”. En tout état de cause, la valeur dans des licences d’importation ne dé- passerait pas un milliard de dollars, soit un peu moins de 90 000 unités pour l’année 2016. Il faut rappeler

que le nombre de véhicules à im- porter a été divisé (presque) par deux, passant pour atteindre 83 000 unités contre un quota fixé initiale- ment par le gouvernement à 152 000 unités. Dès l’annonce des licences, les concessionnaires automobiles, toutes marques confondues, avaient in- troduit des demandes d’importation d’une valeur globale de 11 milliards de dollars US. Après la signature des licences par le ministère du Com- merce, seulement quarante conces- sionnaires de véhicules ont été re- tenus pour bénéficier de ces licences sur les 80 postulants. Piégés par les multiples notes, l’ab- sence d’un cahier des charges pour investir dans l’industrie automobi- le et les effets d’annonce répétitifs du gouvernement et qui encouragerait le montage de véhicule et la sous- traitance, plus de 30 concession- naires, actuellement en exercice, sont menacés de disparition totale du “paysage automobile algérien”.

FARID BELGACEM

SELON UNE ENQUÊTE DE L’OFFICE NATIONAL DES STATISTIQUES

Activité industrielle : hausse dans le secteur privé et baisse dans le secteur public

L ’activité industrielle poursuit sa ten- dance à la hausse durant ce 1 er trimestre 2016, selon l’opinion des chefs d’entre-

prise privée enquêtés, indique l’Office natio- nal des statistiques (ONS) dans une enquête sur la situation et les perspectives dans l’industrie au 1 er trimestre 2016 qui a touché 740 entreprises composées de 340 sociétés pu- bliques et 400 privées. En revanche, relève l’ONS, elle enregistre une baisse selon le sec- teur public. Près de 84% du potentiel de production du sec- teur privé ont utilisé leurs capacités de pro- duction à plus de 50%. Le niveau d’approvi- sionnement en matières premières a été infé- rieur, selon près de 40% des enquêtés du sec- teur public et près de 21% de ceux du privé, ce qui a engendré des ruptures de stocks à plus de 11% des premiers et à près de 10% des se- conds, causant des arrêts de travail allant jus- qu’à 29 jours pour la majorité des concernés

du secteur public et à plus de 30 jours pour près de 22% de ceux du privé. Malgré la hausse des prix de vente, la demande en produits fabri- qués poursuit sa tendance à la hausse durant les trois premiers mois de l’année en cours, no- tamment selon le secteur privé. Près de 60% des chefs d’entreprise publique et plus de 85% du secteur privé ont satisfait toutes les commandes reçues et il subsiste des stocks de produits fabriqués selon la plupart des pre- miers et plus de 81% des seconds, situation ju- gée normale par plus de 78% des concernés du secteur public et anormale par près de 53% de ceux du privé. Près de 4% des enquêtés du sec- teur public déclarent avoir rencontré des problèmes de transport durant ce trimestre. Avec l’installation de nouvelles capacités de production et la hausse du volume des com- mandes, les effectifs continuent d’augmenter selon l’opinion des enquêtés du secteur privé. En revanche, les concernés du secteur public

déclarent une baisse. Près de 79% des chefs d’entreprise publique jugent le niveau de qualification du personnel insuffisant et près de 81% déclarent avoir trouvé des difficultés à recruter, notamment du personnel d’enca- drement. À cause de conflits sociaux, plus de 3% du potentiel de production du secteur pri- vé ont connu des ruptures de travail, infé- rieures à 12 jours. L’état de la trésorerie est jugé bon, selon 82% des chefs d’entreprise publique et plus de 84% de ceux du privé, néanmoins, il reste mauvais selon près de 18% des premiers et près de 16% des seconds. Les charges élevées, l’allongement des délais de remboursement et la rigidité des prix continuent d’influer sur l’état de la trésorerie. Pour des raisons, essentiellement, de vétusté et de surutilisation de l’équipement, près de 79% du potentiel de production du secteur pu- blic et près de 35% de celui du privé ont connu

des pannes, engendrant des arrêts de travail al- lant jusqu’à 13 jours pour la majorité des concernés. Plus de 90% des chefs d’entrepri- se du secteur public et près de 40% de celui du privé déclarent pouvoir produire davantage en renouvelant l’équipement et sans embauche supplémentaire du personnel. Par ailleurs, près de 55% des premiers et près de 32% des seconds déclarent pouvoir produire davantage juste en réorganisant le processus de production sans renouvellement ni exten- sion. Pour le prochain trimestre et compara- tivement au précédent, les chefs d’entreprise des deux secteurs prévoient une hausse de l’ac- tivité, de la demande ainsi que des prix de ven- te. Contrairement aux enquêtés du secteur pri- vé, ceux du secteur public prévoient une baisse de leurs effectifs. Par ailleurs, les concer- nés des deux secteurs prévoient de bonnes perspectives de leur trésorerie.

MEZIANE RABHI

SITUATION DU COMMERCE AU 1 er TRIMESTRE 2016

L’activité commerciale en baisse

L ’enquête sondage d’opinion auprès des chefs d’entreprise du secteur du commerce ini-

tiée par les services de l’Office na- tional des statistiques (ONS) in- dique que l’activité commerciale a connu une baisse au cours de ce pre- mier trimestre 2016. Près de 79% des commerçants grossistes et près de 85% des détaillants approchés dé- clarent avoir enregistré des rup- tures de stocks de produits, surtout ceux des matières premières, des demi-produits et des machines et matériel d’équipement. “Plus de 64% de grossistes et plus de 24% de détaillants interrogés avouent s’être approvisionnés auprès du secteur privé uniquement. Il s’agit essentiel-

lement de ceux de l’agroalimentaire, des textiles, habillement et cuirs et des machines et matériel d’équipement”, explique l’Office. Par ailleurs, près de 18% de grossistes et près de 55% de détaillants se sont approvisionnés auprès des secteurs public et privé à la fois, particuliè- rement ceux des matières premières et demi-produits. Concernant la ta- rification, les prix d’acquisition des produits sont jugés “plus élevés”, selon près de 90% des grossistes et 84% des détaillants abordés. Les plus touchés sont le commerce de l’agroalimentaire, celui des ma- tières premières et demi-produits et celui des machines et matériels d’équipement. Sur un autre registre,

les commerçants des textiles et de droguerie, quincaillerie, appareils électroménagers et parfumerie (DQAEMP), les jugent moins élevés. Plus de 84% des deux catégories en- quêtées achètent leurs marchan- dises en première main. Par contre, près de 16% dont ceux des textiles et à un degré moindre ceux des ma- tières premières et demi-produits les achètent en deuxième ou troisième main. La plupart des commerçants ciblés juge “bonne” la qualité et le conditionnement du produit. Selon l’opinion des commerçants gros- sistes sondés, la “demande en pro- duits a connu une baisse au cours du premier trimestre 2016, essentielle- ment, pour le commerce des ma-

tières premières et demi-produits, des machines et matériels d’équipe- ment et des combustibles et lubri- fiants”. En revanche, elle a observé une hausse selon les détaillants du commerce multiples. Les prix de vente sont jugés plus élevés par rap- port à ceux du trimestre précédent par près de 72% des enquêtés gros- sistes et près de 56% des détaillants, principalement ceux de l’agroali- mentaire, des matières premières et demi-produits et des machines et matériel d’équipement. Ils sont jugés moins élevés par les concernés des textiles. Près de 94% de commerçants grossistes enquêtés et plus de 82% de détaillants dispo- sent de leurs propres moyens de

transport. Néanmoins plus de 46% des grossistes déclarent avoir ren- contré des difficultés de transport durant ce trimestre, particulière- ment ceux des machines et matériel d’équipement. En ce qui concerne l’état de la trésorerie, il est jugé moyen selon plus de 85% de com- merçants grossistes et 92% des dé- taillants. Ceci étant, pour le prochain trimestre et comparativement au précédent, les commerçants gros- sistes prévoient une baisse de leur ac- tivité contrairement à ceux des dé- taillants qui espèrent une hausse. La plupart des commerçants enquêtés prévoient cependant une hausse de leurs prix de vente.

B. K.

8

L’Algérie profonde

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

LIBERTE

profonde Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016 LIBERTE BRÈVES du Centre TAOURIRT-IGHIL/ BÉJAÏA Des manifestants

BRÈVES du Centre

TAOURIRT-IGHIL/ BÉJAÏA

Des manifestants ferment encore le siège de l’APC

n Des habitants de la commune

de Taourirt-Ighil, en colère contre

le maire, sont revenus à la charge

pour fermer une seconde fois le siège de l’APC. “Non à la hogra”, “Non à la fitna”, “Pour le départ

du maire” et “Non à la mauvaise gestion” sont les mots d’ordre qui ont rythmé cette montée au créneau des habitants.

Il y a lieu de rappeler que l’APC

est bloquée depuis février dernier. Le maire a perdu sa majorité. Aussi bien la majorité de l’assemblée que le mouvement associatif n’ont cessé de dénoncer “la gabegie” du maire. Suite à quoi, une commission d’enquête fut diligentée par le wali. Depuis, aucun résultat. “Nous voulons savoir où sont les résultats de cette commission d’enquête”, nous a déclaré un groupe de manifestants au téléphone. Selon des élus et des manifestants, une enquête judiciaire est ouverte pour “éplucher” la gestion “en solo” du maire. Pour eux, la répartition des enveloppes des PCD est inéquitable et s’est faite sans aucune transparence. Les manifestants interpellent le wali sur les résultats de la commission d’enquête.

L. OUBIRA

BACCALAURÉAT 2016

47,48% de réussite à Bouira

n Le taux de réussite au

baccalauréat 2016 à Bouira a atteint les 47,48%, selon les chiffres de l’académie. Un taux qualifié d’appréciable selon les responsables de l’éducation de la wilaya, puisque proche de la moyenne nationale estimée à 50%. On enregistre une progression de presque trois points par rapport à 2015, où le taux était de 45,06%.

R. B.

64,02% à Boumerdès

n Le directeur de l’éducation de

Boumerdès M. Nadir Khensous est satisfait des résultats du BAC. Le taux de réussite dans la wilaya a atteint 64,02 %, un taux supérieur à la moyenne nationale.

N. ZERROUKI

LAGHOUAT ET GHARDAÏA

177 000 q de céréales récoltés

n 177 000 quintaux de céréales

ont été récoltés à travers les wilayas de Laghouat et Ghardaïa, au titre de la campagne moissons-battages en cours, a-t- on appris auprès de la Coopération régionale des céréales et légumes secs (CCLS). Cette moisson, constituée de blé

et d’orge, se répartit entre 110 000

q à Ghardaïa et 67 000 q à

Laghouat, selon la même source. Une bonne” production, sur les plans quantitatif et qualitatif, a- t-on souligné.

BOUHAMAM AREZKI

MODERNISATION DU SECTEUR DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE

Une certification pour des diplômes reconnus à l'international

Le programme ICDL permet l’acquisition et la validation des compétences de base en informatique et représente un gage de qualité et de performance des formations.

L ancés dans le cadre du programme de moder- nisation du secteur de la formation et de l’en- seignement profes- sionnels, les télé-

centres mobiles de proximité (TCM)- des bus équipés de maté- riel et moyens nécessaires pour une formation qualifiante- s’avè- rent un projet prometteur pour les populations des zones n’ayant pas facilement accès à la formation. Opérationnels dans cinq wilayas du Sud, en l’occurrence Tamanrasset, Naâma, Illizi, Adrar et Djelfa, les TCM, pourvus d’es- paces pédagogiques destinés à l’en- cadrement des jeunes en quête d’emploi ont ainsi sillonné de nombreuses localités et enregistré 4000 stagiaires ayant bénéficié de formation de qualification à l’usa- ge des nouvelles technologies de l’information et de communica- tion, à l’alphabétisation et l’ac- compagnement des promoteurs et porteurs de projets dans le cadre des différents dispositifs d’emploi, Ansej, Cnac et Angem. À Tamanrasset, le TCM a sillonné quatre localités dépourvues de

centres de formation profession- nelle, à savoir Outoul, Amsel, Tit et In Zaouen. Selon le directeur du télé-centre de la wilaya, Moulay Lakhder Mustapha, 1454 inscrits ont été relevés durant le premier semestre de l’année en cours. Les stagiaires ont bénéficié de forma- tions d’une durée variant entre 15 jours et 6 mois dans différentes spécialités. Le programme de for- mation, selon lui, a ciblé les jeunes demandeurs d’emploi, les femmes artisanes et les étudiants. “Le télé-

centre mobile assure les tâches d’une institution dynamique qui joue le rôle de relais entre la société et l’environnement économique. Le TMC s’infiltre dans la vie commu- nautaire en tant qu’organe d’appui,

de conseil et de consultation favo- rable au climat de l’entreprenariat. C’est un espace de proximité à vocation pédagogique et socioéco- nomique s’insérant dans un proces- sus de développement local, régio- nal, national et international”, souligne M. Moulay Lakhdar. Dotés de 18 places pédagogiques, de 11 micro ordinateurs, d’un sys- tème de connexion internet mobi- le et d’une assiette parabolique auto-déployable capable de poin- ter le satellite de manière automa- tique, le TCM a également été jugé opportun pour les femmes vivant dans des régions enclavées et n’ayant pas un niveau scolaire élevé. Équipé d’un groupe électro- gène, d’un écran de projection et d’autres outils de reprographie (photocopieurs, graveurs et data show), le télécentre de proximité a, de par sa conception et ses mis- sions, été élu meilleur projet au Sommet mondial sur la société de l’information tenu à Genève en mai dernier. Le prix Wisis a été ainsi discerné au ministère de la Formation et de l’Enseignement professionnels. Une convention de partenariat a été conclue entre le Cnepd ( Centre national de l’ensei- gnement professionnel à distance) et ICDL ( International Computer Driving Licence) dans le but de moderniser le secteur par l’appro- priation des TIC à tous les niveaux notamment celui des stagiaires devant compléter leur formation professionnelle par l’acquisition des compétences numériques pour leur intégration dans le marché du travail. Le programme ICDL, explique M. Moulay Lakhdar, per- met l’acquisition et la validation des compétences de base en infor- matique et représente un gage de qualité et de performance des for- mations. Les TCM peuvent ainsi produire des formations sanction- nées par des diplômes reconnus

D. R.
D. R.

Les stagiaires ont bénéficié de formations d’une durée variant entre 15 jours et 6 mois dans différentes spécialités.

internationalement. Le CNEPD, sous tutelle du MFEP et ICDL El Djazaïr en sa qualité de représen- tant exclusif en Algérie de la Fondation ICDL, ont convenu de mettre en place un partenariat actif dans le but d’intégrer le pro- gramme ICDL de base à travers tous les niveaux de qualification et des différents modes de formation de l’enseignement professionnels appliqués en Algérie. Le projet vise la formation et la certification des formateurs en termes de mise à niveau de leurs compétences leur permettant un meilleur encadre- ment de leurs stagiaires. Versant dans le sens du détail, un autre res- ponsable auprès du MFEP a fait savoir que la mise en œuvre du projet ICDL donnera lieu à des formations de qualité et à la certifi- cation de 110 formateurs préala- blement désignés par le Cnepd. 110 établissements entre IFEP, CFPA, INSFP, télécentres mobiles, centres d’excellence et structures régionales du Cnepd, seront accrédités en tant que

centres de formation et de test ICDL, ajoute ce responsable non sans signaler que les contenus cor- respondants aux quatre modules ICDL-base seront accessibles et remis sous forme de cours à dis- tance (e-Learning) à partir du datacenter du ministère de tutelle. Le déploiement du programme de formation est entièrement gratuit sauf pour les examens de certifica- tions. Le stagiaire aura donc un code d’accès et peut prendre attache avec le formateur certifié ICDL. Des espaces de formation du secteur de la formation et de l’enseignement professionnels seront dégagés dans toutes les wilayas au profit de ce programme qui touchera tous les stagiaires des établissements de formation. Il convient de noter que l’informa- tion et l’inscription se feront au niveau des établissements où les stagiaires suivent leur formation professionnelle.

RABAH KARECHE

MÉDÉA

Dépôt des comptes sociaux, la date butoir fixée

L’ antenne locale du Centre du registre de commerce (CNRC) a averti que des sanctions seront prises à l’encontre des

assujettis qui n’auront pas satisfaits à l’obliga-

tion de dépôt des comptes sociaux tel que prévu par la réglementation. Dans un commu- niqué de l’agence, il est fait obligation aux per- sonnes détentrices de registre du commerce de

déposer leurs comptes sociaux avant le 21 juillet, date au-delà de laquelle il sera fait appli- cation des pénalités de retard. Ainsi, les entre- prises commerciales et les opérateurs écono- miques de la wilaya qui sont visés par ledit communiqué ont donc moins d’une semaine avant la date de clôture de réception des comptes sociaux. En outre, le non-respect des

3 personnes brûlées

par une bonbonne de gaz en feu

T rois personnes d’une même famille ont été secourues, hier vers 4 heures pour des brûlures causées par une bonbonne de

gaz butane qui a pris feu à l’intérieur d’une habitation située au lieudit Gueaïchia, commu- ne de Guelb Kébir, 60 km à l’est du chef-lieu de wilaya. Agées entre 7 et 37 ans, les victimes, qui

présentent des brûlures de degrés divers, ont été évacuées par les éléments de la Protection civile vers le secteur sanitaire de Guelb Kébir pour 2 d’entre elles alors que la 3 e personne a été trans- portée par des particuliers vers l’établissement hospitalier de la ville.

M. EL BEY

dispositions relatives au dépôt des comptes sociaux peut amener l’entreprise à la perte des avantages financiers et fiscaux accordés dans le cadre de la promotion de l’investissement, à son exclusion de la participation aux marchés publics et aux opérations du commerce exté- rieur, etc.

M. EL BEY

Un enfant se noie dans une mare d’eau

n Un adolescent âgé de 14 ans a trouvé la mort par noyade dans une mare d’eau stagnante, hier vers 10h30, au lieudit Djamâa R’Soul, commune d’Ouled Brahim, 30 km à l’est du chef-lieu de wilaya. Le corps inerte de la victime a été retiré du fond de la mare par les plongeurs de l’unité secondaire de la Protection civile de Ben Chicao qui l’ont par la suite déposé à la morgue de l’hôpital civil de Médéa.

M. EL BEY

LIBERTE

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

L’Algérie profonde

9

8 000 ACTES NOTARIÉS NÉGLIGÉS PAR LA CONSERVATION FONCIÈRE À BATNA

Les notaires déterrent “la hâche de guerre”

L'initiative est venue encore une fois du notaire de Batna Maître Allaoua Bouteghrar, ex-président de la Chambre régionale des notaires de l'Est (Constantine), lequel a carrément dénoncé le laisser-aller et la bureaucratie paralysante de la Conservation foncière de Batna.

E n prolongement de celle de 2010, la nouvelle guerre de “principes et d'in- térêts” est désormais déclenchée à Batna

par la corporation des notaires contre la Conservation foncière suite à une lettre ouverte - “une alerte” - visant la réaction des pouvoirs publics de Batna et la direction générale des Domaines. L'initiative est venue encore une fois du notaire de Batna Maître Allaoua Bouteghrar, ex-prési- dent de la Chambre régionale des notaires de l'est (Constantine), le- quel a carrément dénoncé le lais- ser-aller et la bureaucratie para- lysante de la Conservation fon- cière de Batna. D'où, semble-t-il, de nombreux graves préjudices portés aux transactions légales des citoyens. En effet, le signa- taire de cette dénonciation évoque 8 000 actes notariés concernant des citoyens de Bat- na bloqués à la Conservation, sans suites ni raisons objectives,

et ce, depuis la création en 2010 d'une bizarre “instance d'attente des dossiers”. Une telle pratique administrative n'existant nulle part à travers le monde, viole ou- vertement le principe de la célé- rité et de la continuité du servi- ce public. L'on indique à cet égard que des actes notariés nou- veaux se voient publiés par la Conservation dans un délai re- cord de 24 heures après leurs dé- pôt alors que des tas d'autres actes continuent de végéter de- puis des mois, voire des années dans les tiroirs de cette Conser- vation. Fait plus grave lorsqu'on apprend que des pièces juri- diques auraient disparu de cer-

D. R.
D. R.

tains dossiers déposés par des no- taires pour le compte de ci- toyens. D'autre part, Maître Al- laoua Bouteghrar exprime son étonnement sur le fait que 13 000 fiches foncières n'aient pas été ac- tualisées à ce jour. Tout comme il affirme ne pas croire au pré- texte invoqué par la Conserva- tion selon lequel ce serait l'actuel wali de Batna, M. Mohamed Sa- lamani qui aurait ordonné au conservateur d'accorder la prio- rité exclusive à la publication des actes notariés des promoteurs immobiliers privés, chargés de l'exécution de programmes d'ha-

De graves négligences bureaucratiques pénalisent lourdement les citoyens.

bitat (logements). Pour les no- taires de Batna, cette échappa- toire constituerait un motif irre- cevable dès lors qu'une telle pra- tique est contraire aux disposi- tions du décret 63/76 du 25/03/1976 (article 41 relatif à la publicité foncière) ainsi qu'aux directives émanant de la direc- tion général des Domaines (Al- ger). Pour Maître Allaoua Bou- teghrar, il est inconcevable que la Conservation mette en difficul- tés des citoyens dont les dossiers sont bloqués sans raison alors que la procédure est destinée à leur permettre d'accéder au per-

mis de construire ou, comme dans certains cas, des citoyens placés malgré eux dans un état de dépassement des délais régle- mentaires pour le dépôt des dos- siers de régularisation de leurs constructions (certificat de conformité/loi 15/08). À titre de rappel, les notaires de Batna avaient réussi à faire démettre en 2010 le conservateur qui était en place. Mais cette nouvelle “of- fensive” prouve que les pro- blèmes de “fond” demeurent en l'état.

ALI BENBELGACEM

Résultats du baccalauréat

Un taux de réussite de 60,43% à Sétif…

n Les résultats de l’examen du baccalauréat session 2016, rendus publics par la direction de l'éducation de la wilaya de Sétif, indiquent que la capitale des hauts plateaux a réalisé un taux de réussite de l’ordre de 60,43%, soit une petite amélioration de près de 2% par rapport à l’année passée (58,93%). En effet, sur les 20 216 inscrits à l'examen, 12 128 (4155 garçons et 7973 filles) ont décroché le fameux sésame. Seize nouveaux bacheliers ont obtenu leur bac avec une moyenne dépassant 18/20, 283 avec la mention très bien et 1031 avec la mention bien. En effet, Aïssa Younès, du lycée Kateb- Yacine, a réussi l'exploit record en décrochant la première place, avec une moyenne de 18,58, suivie de Chaïb Imène du lycée Ibn Rachik, qui a décroché son bac avec 18,53 et enfin Belhattab Meriem du lycée Boudjadi-

Boukaroua de Aïn Roua qui a arraché son bac avec 18,52. Pour le classement des lycées, ce sont les établissements des régions enclavées qui montent sur le podium, à savoir le lycée de Beni Mouhli au nord de Sétif, vient en première position avec un taux de réussite de 79,45%, suivi en seconde position par le lycée du 20-Août de Boutaleb, au sud de Sétif avec un taux de réussite de 77,52%, la troisième position est revenue au lycée d’Ouled Tebban avec un taux de réussite à l’ordre de 76,14%. Par ailleurs, au chef- lieu de wilaya, c’est le lycée Malika-Gaïd qui est premier avec un taux de 73,02% qui s’est distingué pour la énième fois. Pour les candidats libres, 2938 candidats ont obtenu leur bac sur un total de 7768 inscrits, dont 30 candidats du centre de rééducation.

F. S. / A. LOUCIF

Plus de 47% à Mila…

n Le taux de réussite au baccalauréat 2016 à Mila a dépassé le seuil des 47%. Selon la direction de l’éducation, sur les 20 965 candidats qui ont passé l’examen, 9969 élèves ont décroché le titre, ce qui représente 47,55% de l’ensemble des candidats qui se sont présentés à l’examen. Par ailleurs, la meilleure moyenne a été réalisée par Anouar Hadaya Maâzri, du lycée Aïn-El-Foua, à Oued Athmania. La lauréate, indique-t-on, a obtenu son bac avec une moyenne de 18,48, qui la place à la 13 e position à l’échelle nationale.

KAMEL B.

… et 50,29% à Skikda

n Le taux de réussite au baccalauréat a connu cette année à Skikda une légère baisse, mais un peu mieux que la moyenne nationale. Ainsi, le taux communiqué par la direction de l'éducation est de 50,29% contre 52,29% en 2015. Ce taux est considéré comme acceptable, vu la tendance nationale à la baisse de cette année. La meilleure moyenne de la wilaya (18,67) a été remportée par Younès Narimane, une candidate libre, une fois n'est pas coutume. Alors que la deuxième lauréate, Mira Yasmine Laïfa, est la première parmi les candidats scolarisés, avec une moyenne de 18,35. La troisième lauréate est Aya Bouhala avec 18,33 et en 4 e position Rayane Yahia avec 18,25. Avec un taux de réussite de 77,55%, le lycée Oussama-Ben-Zeyd de Skikda a obtenu le meilleur taux et cela pour la troisième année consécutive. Pour les candidats libres, sur les 4939 présents sur les 7175 inscrits, 1900 candidats ont obtenu le bac, soit 38,47% de réussite.

A. BOUKARINE

ont obtenu le bac, soit 38,47% de réussite. A. BOUKARINE BRÈVES de l’Est ANNABA Neuf harraga

BRÈVES de l’Est

ANNABA

Neuf harraga tentent de s’immoler par le feu

n Interceptés au large de Annaba par les gardes-

côtes, 9 harraga ont tenté de se suicider solidairement, mercredi matin, en incendiant la barque à bord de laquelle ils se trouvaient. Des sources proches de la Marine nationale indiquent que 6 d’entre les harraga, dont un mineur âgé de 15 ans, souffrent de brûlures du deuxième degré et qu’ils ont été admis en urgence au centre des grands brûlés du CHU Ibn Rochd de Annaba. Ceci alors que 3 autres ont pu se jeter à l’eau avant d’être repêchés par les gardes-côtes. Selon nos sources, ce sont deux d’entre les candidats à l’émigration clandestine qui, dans un geste désespéré, auraient volontairement mis le feu à l’embarcation. Et d’ajouter que l’opération de sauvetage mouvementée a eu lieu à 20 milles au nord de Ras El-Hamra et que la tentative d’immolation a été entièrement filmée. Une plainte pour tentative d’homicide volontaire a été déposée à l’encontre des deux harraga qui ont mis le feu aux jerrycans qui se trouvaient dans l’embarcation.

KHENCHELA

B. BADIS

L’eau du robinet se fait rare

n Les habitants de plusieurs quartiers du chef-lieu

de la wilaya de Khenchela, à savoir la cité 326- Lotissements, la nouvelle-ville Mustapha-Ben Boulaïd, la cité 350-Logements et autres quartiers ont soif. Les citoyens mécontents qui ont pris contact avec notre rédaction affirment que l'eau ne coule dans les robinets qu'une fois par semaine dans les meilleurs des cas, et la population est alimentée exclusivement à partir des eaux du barrage de Koudiat Lamdaouar (Timgad, wilaya de Batna). “On vit un véritable calvaire, on se trouve aujourd’hui confrontés en cette période des grandes chaleurs à une dramatique pénurie d’eau”, se plaignent-ils. Par ailleurs, rares sont les Khenchelis qui étanchent leur soif avec l'eau du robinet, utilisée seulement pour les tâches ménagères. En effet, depuis plusieurs années l'eau du robinet, dans toute la ville de Khenchela, est d'un aspect pour le moins douteux. Les citernes d'eau dépêchées sur les lieux sont payées par les habitants à raison de 1000 DA l’unité, alors que pour se désaltérer, ils sont obligés d'acheter de l'eau minérale.

M. ZAIM

INSPECTION RÉGIONALE DE LA POLICE DE L'EST

Journée d'information régionale sur la terminologie juridique et l'information

n L'inspection régionale de la police de l'Est a

organisé, mercredi dernier, une journée d'information régionale sur la terminologie juridique et l'information, au service régional des finances et de l'équipement à Constantine. Ont pris part à cette rencontre, le représentant de l'inspecteur régional, des cadres de l'inspection, les responsables des cellules de communication et des relations publiques de 15 Sûretés de wilaya de l'est du pays, ainsi que des journalistes. La terminologie juridique concernant la police judiciaire, la sécurité publique et la police administrative ont été les thèmes développés lors de cette rencontre. La relation police - presse, la communication de l'information, les problèmes liés à la traduction ont été, entre autres, les sujets

des débats qui ont suivi les communications présentées.

B. NACER

EL-MILIA (JIJEL)

Dix-neuf blessés dans un accident de la route

n Au moins 19 personnes ont été blessées dans un

accident de la circulation survenu jeudi matin, ont indiqué des sources de la Protection civile. L’accident s’est produit à la RN 43 à la sortie de la commune d’El-Milia, quand un minibus de transport de voyageurs a percuté un camion. Selon des sources bien informées, le minibus, dont le chauffeur a perdu le contrôle, a effectué plusieurs

tonneaux. Les services de la Protection civile ont déployé tous les moyens nécessaires pour secourir les passagers en détresse et les évacuer vers l’hôpital Bachir-Mentouri d’El-Milia. Les mêmes sources ont fait savoir que les victimes ont quitté l’hôpital après avoir reçu les premiers soins.

RAYAN MOUSSAOUI

10

L’Algérie profonde

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

LIBERTE

profonde Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016 LIBERTE BRÈVES de l’Ouest AÏN TÉMOUCHENT Saisie de

BRÈVES de l’Ouest

AÏN TÉMOUCHENT

Saisie de 450 chardonnerets

à

El-Amria

n

Les éléments de la Sûreté de la

daïra d’El- Amria ont arrêté un contrebandier en possession de 450 chardonnerets qui se trouvaient à bord d’un véhicule de location de type Dacia Logan immatriculé à Oran. Les policiers ont agi à la suite d’une information après avoir dressé un barrage de contrôle à l’entrée de la ville. Les oiseaux étaient convoyés de la frontière marocaine à destination d’Oran via El-Amria (RN 2). H. S. M., 30 ans, le conducteur du véhicule, originaire de Maghnia, a été libéré après avoir été présenté devant la justice. Les oiseaux saisis ont été mis à la disposition des services forestiers de la même localité.

M. LARADJ

Une camionnette en panne volée puis récupérée

n La gendarmerie de Aïn

Témouchent, avisée sur le numéro vert 10 55 par un citoyen sur le vol de sa camionnette de marque Mazda, l’a retrouvée 15 minutes plus tard, abandonnée en bordure de la RN 2. La victime avait laissé sa camionnette en panne avec les clés de contact à l'intérieur près d’El-Amria. Une enquête a été ouverte.

A. A.

MOSTAGANEM

Noyade de deux collégiennes

à

Ouled Boughalem

n

Deux nouvelles victimes de

noyade ont été enregistrées dans la wilaya de Mostaganem avec la mort de B. R. et S. M., deux collégiennes de 14 ans, qui se sont noyées dans une retenue d’eau à Ouled Boughalem. Le drame est survenu au douar Ouled Hadou, non loin de leur domicile familial.

M. SALAH

MASCARA

Dix hectares de pins d'Alep et d'oliviers ravagés par un incendie

n Dix hectares de pins d'Alep et

d'oliviers ont été détruits dans un incendie d'origine indéterminée qui s'est déclaré dans la forêt Aïn Semane (commune de Rachem).

A. A.

L’AMBASSADRICE D’INDONÉSIE À ORAN

Création prochaine d’un Conseil d’affaires algéro-indonésien

Sa présence à Oran entre dans le cadre d’une série de visites à travers cinq wilayas pour connaître leurs potentialités économiques et culturelles.

A ccompagnée d’une forte délégation diplomatique, M me Machrusah Safira, ambassadrice d’Indonésie en

Algérie, a été l’hôte, jeudi, de la Chambre de commerce et d’indus- trie d’Oran (CCIO) où elle a annoncé la création d’un Conseil d’affaires algéro-indonésien en octobre 2016 lors du Salon inter- national du tourisme à Djakarta en vue de booster les relations écono- miques entre les deux pays. Le but de cette initiative est de lever les obstacles entravant les échanges économiques bilatéraux notam- ment en matière de barrières douanières. La mise sur pied de ce conseil devra permettre, selon la diplomate, de faciliter les ren- contres directes entre les hommes d’affaires des deux pays. À ce pro-

pos, M me Machrusah Safira a affir- mé qu’une délégation d’hommes

d’affaires indonésiens est attendue

à Alger en novembre. Sa présence

à Oran entre dans le cadre d’une

série de visites à travers cinq wilayas pour connaître leurs potentialités économiques et cul- turelles. “Nous avons subodoré une mollesse dans nos échanges com- merciaux que nous souhaitons développer avec les partenaires

algériens dans les domaines de l’in- dustrie de l’armement, la pétrochi- mie, l’agriculture, les industries stratégies liées à la construction des bateaux et des avions”, a indiqué la diplomate. Dans le même contex-

D. R.
D. R.

C’est à la Chambre de commerce et d’industrie d’Oran (CCIO) qu’a eu lieu la rencontre.

te, M me Machrusah a déclaré qu’un mémorandum d’entente est en voie d’élaboration dans la perspec- tive de renforcer les échanges commerciaux hors hydrocarbures qui n’ont pas dépassé les 600 mil- lions de dollars en 2015. Pour elle, il est plus que nécessaire de faire fructifier les expériences dans tous les domaines, avec à la clé, le lan- cement d’un programme de jume-

lage touristique entre les villes d’Oran et de Constantine avec des villes indonésiennes. M me Machrusah a souligné que son pays souhaite signer un mémoran- dum d’entente avec l’Algérie por- tant sur le tourisme religieux, archéologique ainsi que la forma- tion touristique. Elle a aussi évo- qué le lancement d’un projet de pisciculture à Ouargla en s’ap-

puyant sur l’expérience indoné- sienne. Enfin, M me Machrusah a annoncé la création d’une associa- tion d’amitié algéro-indonésienne qui œuvrera pour la promotion touristique entre l’Algérie et l’Indonésie.

K. REGUIEG-ISSAAD

Un jet-ski blesse trois estivants

n Les services de la Protection civile d’Oran ont enregistré un incident en mer provoqué par un jet-ski entraînant des blessures à trois estivants.

L’accident s’est produit au niveau de la plage du complexe les Andalouses sur la corniche oranaise. Selon la Protection civile, le chauffeur de l’engin en aurait perdu le contrôle, percutant alors deux baigneurs et se blessant lui-même au niveau des jambes. Les blessés ont immédiatement été pris en charge et évacués. Malheureusement, ce type d’accidents impliquant des jet-ski devient récurent chaque

été sur les plages oranaise en raison de l’imprudence de leurs chauffeurs qui ne respectent pas les limites de vitesse près du rivage. Ces dernières années il y a eu plusieurs décès impliquant des jet-ski dont celui d’une petite fille de 3 ans qui avait fortement choqué la population.

AYOUB A.

Feu de forêt à Coca

n 2,5 hectares de maquis et de broussailles ont

été détruits par un incendie qui s’est déclaré

dans la forêt de Coca. Le sinistre s’est produit ce jeudi vers 14h40 et plusieurs foyers d’incendie ont été enregistrés.

A. A.

Un ado chute de 14 m

n J. M., 17 ans, est tombé ce jeudi soir vers 21h15

d’une hauteur de 14 m d’une bâtisse comptant trois étages à Saint-Eugène. L’adolescent souffre de plusieurs blessures graves sur tout le corps et une enquête est ouverte.

A. A.

TLEMCEN

Il chute mortellement du haut d’une falaise

n Un homme de 37 ans, visiblement en état

d'ébriété, a chuté mortellement d'une falaise d'une hauteur de 15 m, dans la commune d’Ouled Mimoun. La dépouille a été déposée à la morgue de l’hôpital de Tlemcen et une enquête a été ouverte.

A. A.

Portes ouvertes sur les Douanes

n La direction régionale des Douanes de

Tlemcen, qui regroupe également des délégations à Aïn Témouchent, Sidi Bel-Abbès, Ghazaouet et Maghnia, a organisé du 12 au 14 juillet des portes ouvertes pour sensibiliser les citoyens à ses activités orientées vers la protection de l’économie nationale. Ainsi, il est indiqué qu’en 2015, les douaniers ont arrêté 231

prévenus et saisi 14 t de drogue, 175 g de cocaïne provenant de Colombie et 16 000 comprimés psychotropes. Concernant le carburant, les saisies ont été de l’ordre de 350 000 l. La valeur totale est estimée à environ 10 000 000 000 DA.

B. ABDELMAJID

L’université Abou-Bekr- Belkaïd prime ses lauréats

n 397 étudiants de l’université Abou-Bekr-

Belkaïd (207 en licence et 190 en master sciences) ont reçu jeudi leurs diplômes au cours d’une cérémonie solennelle présidée par le recteur. Plusieurs lauréats ont été retenus pour poursuivre leurs études à l’étranger, notamment en Chine, en Tunisie et en France. La faculté des sciences regroupe 4000 étudiants. L’université de Tlemcen compte 45 000 étudiants dont de nombreux étrangers provenant de pays

africains. Elle est dotée de 8 facultés implantées sur 5 pôles universitaires et une annexe à Maghnia.

B. A.

La meilleure moyenne du bac au lycée de Honaïne

n La meilleure moyenne du bac a été

enregistrée cette année au lycée de Honaïne, d’où est issue l’élève Benkada Fatima-Zohra (filière sciences appliquées) qui a obtenu 18,43/20. Sur un total de 13 300 candidats à l’examen, 7021 ont été reçus à travers la wilaya, soit un taux de 52,79%, en hausse de 1,9 point par rapport à l’année précédente. Concernant les candidats libres, sur les 4575 qui ont subi l’épreuve, seuls 1332 ont décroché leur bac, soit un taux de 21,11%. En tête des disciplines figurent les mathématiques avec 76,80%.

B. A.

LIBERTE

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

Culture

11

EXPOSITION INDÉPENDANTE “FULL-CONTACT” DES ARTISTES RAFIK NAHOUI ET MIDOU DAMBRI

L’art à la rencontre de l’histoire et du patrimoine

Les jeunes peintres et photographes ont organisé l’exposition “Full-Contact” dans la wilaya de Biskra. Un concept d’exposition indépendante qui vise à faire vivre “une expérience visuelle à travers le lieu même qui est la Dachra de Lichana”.

L a ville de Biskra a abrité récemment (du 30 juin au 5 juillet) une exposi- tion très originale et aty- pique. Intitulée “Full- Contact”, cette exposi-

tion artistique indépendante a été réalisée par deux jeunes artistes, Rafik Nahoui et Midou Dambri, qui se sont illustrés chacun dans le collage et la photographie. L’origi- nalité de cet événement réside dans le lieu choisi pour le vernissage : la “Dachra de Lichana”, une oasis du

Ziban située à l’ouest de la wilaya de Biskra. Ce vestige culturel a été dé- truit par les pluies diluviennes en 1969, et il a été enregistré d’énormes dégâts matériels au ksar de Lichana, dont seules quelques constructions ont été épargnées. Concernant le déroulement de cet événement, le peintre Rafik Nahoui

a indiqué que “nous avons accroché

nos œuvres, à savoir les tableaux de collage et de peinture ainsi que les photographies de manière à offrir la meilleure expérience visuelle et sen- sitive au visiteur”. Et de renchérir :

“Nous avons reçu des gens de partout, et ça allait des professionnels de l'art jusqu'à ceux qui n'ont jamais eu de contact avec l'art. Nous étions fran- chement très satisfaits par l'impact de l'événement.” Sur le choix de cet endroit, il est mentionné dans le

D. R.
D. R.

communiqué de presse que “Full- Contact” est “un concept d’exposition indépendant qui vise à faire vivre une expérience visuelle à travers le lieu même qui est la Dachra de Lichana”.

À ce propos, cet artiste a expliqué qu’à travers cette manifestation, ils (avec Midou Dambri, ndlr) voulaient “non seulement ramener l’œuvre d'art à un lieu insolite, mais aussi fai- re transporter le visiteur par toute la magie que ce vestige dégage, la Da- chra de Lichana qui, indépendam- ment de l'expo, est un lieu à visiter”. Et d’ajouter : “Nous voulions marier l'art avec la singularité de l'endroit. Du coup, même les adeptes du lieu ont senti que c'est la première fois

“People of Temple” (Midou Dambri) et “Géronimo” (Rafik Nahoui)

qu'ils le visitaient.” Pour la concré- tisation de ce projet, les deux acolytes ont dû employer tous leurs efforts et courage pour arriver au bout de leur objectif. À ce sujet, Rafik Nahoui a confié : “Midou et moi sommes amis depuis longtemps et nous par- tageons les mêmes ambitions artis- tiques et culturelles. Nous travaillions sur un projet ensemble quand est ve- nue l'idée du concept.” Et de continuer : “Et c'est après une longue quête d'un lieu notamment dans l'Est algérien, qu'on s'est mis d'accord sur Lichana, d'abord pour la beauté et la singularité du lieu, en- suite pour la valeur historique et patrimoniale que recèle cette ville.”

Quant à la difficulté de sa réalisation,

il a indiqué que “nous avons eu des

difficultés, mais la volonté était au-

dessus de tout, surtout que l'événe- ment était autofinancé et auto-or- ganisé. Mais, les membres de l'Offi- ce de protection et de développe- ment de Ksar Lichana nous a ac-

cueillis à bras ouverts, ce qui nous a facilité la réalisation du projet”. Rafik Nahoui, vétérinaire de for- mation, est également musicien et possède un “fort penchant” pour les arts plastiques. Dans ses œuvres, il

a abordé diverses thématiques, no-

tamment l’humain, la résistance, l’Afrique, la liberté… Sur son travail, il a annoncé qu’en gé-

néral, “le peuple et l'actualité sont mes points de départ et, d'autre part, je pense que l'art est la manière la plus libre de s'exprimer. Mes tableaux de collage et de peinture sont une com- position dans laquelle plusieurs formes sont superposées de manière à faire voyager le visiteur à travers le contenu d'ailleurs”. Tout en expliquant que “je pense que c'est pour cela que je choisis souvent un encadrement assez grand pour of- frir ce sentiment”. Quant à Midou Dambri, étudiant en médecine et photographe autodi- dacte, il s’est illustré dans cette ex- position par des photographies prises lors de ses différents voyages. “Il y a des photos de ses voyages et beaucoup

de photos prises en Algérie. Il a choi- si quelques clichés de ses reportages photo ainsi que des photos uniques. On a diversifié les thèmes selon chaque coin où on a exposé pour don- ner plus de valeur au concept”, a in- formé Rafik Nahoui. Suite à cette ex- périence réussie à Biskra, ces deux artistes sont déjà sur plusieurs idées “pour développer le concept Full- Contact et le transporter à travers plusieurs villes du pays”.

HANA MENASRIA

Retrouvez l’exposition sur la galerie photos de notre site :

www.liberte-algerie.com

L’ÉVÈNEMENT SERA ORGANISÉ PAR L’AARC

“Voix de femmes” : trois artistes d’exception à Alger

“V oix de femmes” est un évènement

exceptionnel qui ravira tous les

mélomanes, et qui verra se produire

trois chanteuses internationales : Souad Mas-

si qu’on ne présente plus, la généreuse Rokia

Traoré, ainsi que la captivante Hindi Zahra. Organisé par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel (Aarc), en collaboration avec l’ONDA, l’APC d’Alger-Centre et l’Éta- blissement public de télévision (EPTV), ce ren- dez-vous musical se déroulera du 22 au

24 juillet à partir de 21h30, au théâtre de ver- dure Laadi-Flici. L’artiste franco-marocaine Hindi Zahra don- nera le coup d’envoi de cette manifestation avec un concert programmé pour le vendre-

di 22 juillet, où elle interprétera ses plus

beaux morceaux ainsi que des titres issus de son dernier album Homeland, sorti en 2015, et qui lui a permis de collaborer avec des ar- tistes de renommée internationale, tels que le

guitariste Bambino, le percussionniste brési- lien Ze Luis Nascimento, et le guitariste de fla- menco Juan Fernández “El Panky”. C’est la deuxième fois que l’artiste se produit en Al- gérie après un concert donné en février der- nier à la salle Ibn Zeydoun, où elle avait déjà charmé son public avec son style mêlant jazz, blues et rock. La chanteuse se produira éga- lement à Oran, le 24 juillet, à 21h30, à l’hôtel Le Méridien. Le public pourra également apprécier la rock’n’roll attitude de la célèbre Souad Mas- si, qui donnera un concert le samedi 23 juillet, et interprétera, entre autres, des titres de son dernier album El-Mutakallimun, qu’elle avait déjà présenté l’an dernier, après une absence de 7 ans de la scène musicale algérienne. La chanteuse, connue internationalement, a déjà collaboré avec plusieurs artistes, dont François Cabrel, Marc Lavoine et Michel Françoise. Son titre Raoui a figuré, par ailleurs, sur la bande

Son titre Raoui a figuré, par ailleurs, sur la bande originale du film de Sacha Baron

originale du film de Sacha Baron Cohen, Le Dictateur. Enfin, la splendide chanteuse malienne Rokia Traoré clôturera l’évènement avec son riche répertoire, un mix de classique, de jazz, de mu- sique du monde et d’une touche bien à elle qui envoûtera le public algérois.

À noter que le tarif des tickets est fixé à 1000 DA par personne. L’Aarc a annoncé sur sa page Facebook qu’ils seront disponibles à partir du 17 juillet, de 12h00 à 19h00, au ci- néma Chabab “Casino” et au cinéma Algeria. Pour le public oranais, le prix sera de 1500 DA.

AZZOUZ YASMINE

LA CHANTEUSE MERYEM BENALLAL SORT UN QUATRIÈME ALBUM

Hommage au cheikh Redouane Bensari

M eryem Benallal, une des nouvelles voix du hawzi, rend hommage au cheikh

Redouane Bensari, doyen de la chan-

son andalouse, dans un nouvel al-

bum où elle reprend une dizaine de

ses interprétations dans une forme

modernisée. Dans les genres hawzi, sanâa ou aroubi, le nouvel album de Benallal comprend en tout 13 pièces, édité chez Just The New. À l'instar des variations modales du Zidène, moual et raml el maya, des mouvements bachraf, ksid et be- rouali, Meriem Benallal promène sa

voix limpide sur les différentes pièces de son album de 78 mn, met- tant en valeur l'œuvre d'un des maîtres de l'andalou. Cheikh Redouane Bensari (1914- 2002) avait rendu, à des époques dif- férentes, les mêmes chansons, of- frant agréablement à l'oreille, diffé- rents thèmes existentiels, où sont exaltées la beauté de la cité des Zia- nides et celle de ses femmes. De belles poésies aux contenus riches, écrites et mises en musique entre le XVII e et XVIII e siècles, par les plus grands poètes et musiciens tlemceniens du hawzi et du mel-

houn, Mohamed Ben Msayeb et Mohamed Bensahla notamment, sont brillamment reprises par la chanteuse. Tout en prenant en compte “la hauteur et la grande maîtrise vocale” de Redouane Ben- sari dans son interprétation -qui a insufflé une âme particulière aux pièces choisies dans cet album- la cantatrice y ajoute de nouvelles couleurs, par une interprétation subtile, et l'emploi d'instruments modernes comme la guitare et le pia- no. Préludant son album avec Ya lal- la Setti, ya moulet ezzine, une can- tate hawfie (interprétation exécutée

en chœur, a capella, par un groupe de femmes lors de fêtes familiales), Meriem Benallal a voulu rendre hommage à la ville de Tlemcen, à la- quelle cheikh Redouane Ben Sari consacrera ses plus belles créations. Parmi les chansons phares de ce nouvel opus, Chahil elaïn, dans le genre sanâa, où la voix ténorisante du “maître”, associée au trémolo de

son luth, se mêle à la douceur de Me- riem Benallal dans un mixage in- temporel inédit.

À travers ce duo virtuel, la jeune can-

tatrice a voulu mettre en valeur la méthode de travail du cheikh sur des

chansons du terroir encore mécon- nues du grand public, sa voix ve- loutée qui ressuscite les atmosphères denses de la musique andalouse et sa virtuosité d'instrumentiste. D'autres pièces, toutes aussi belles et riches viennent orner le silence des mélomanes, à l'instar du M'khiless Ra-aytou el hilel, Bkit mahmoum ou encore Taal ed'dher âaliya dans le genre aroubi, pour conclure avec Ma waf'fachi talabi, un madih dédié à la Kaâba (la Mecque). Cet Hommage

au cheikh Redouane Bensari, est son 4 e album.

APS

12

Publicité

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

LIBERTE

F.680
F.680
12 Publicité Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016 LIBERTE F.680 F.690 SPR

F.690

12 Publicité Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016 LIBERTE F.680 F.690 SPR

SPR

LIBERTE

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

Supplément TIC

13

13

UN JEU EN RÉALITÉ AUGMENTÉ POUR SMARTPHONES

La “Pokémon Go” mania arrive aussi en Algérie

D.R.
D.R.

L’ Union européenne (UE) abandonne le projet Safe Har- bor et opte pour le Privacy Shield, un projet de texte portant sur le transfert des données personnelles des

citoyens de l’UE aux États-Unis. Les représentants des États membres de l’UE ont donné leur feu vert pour que la machine américaine de la protection des données ouvre un répertoire destiné à la data personnelle des Européens. Se- lon des observateurs, cet accord vise à conserver le commerce des données transatlantique et devient un moyen d’em- pêcher la balkanisation de l’internet. Il est à rappeler que des milliers de compagnies européennes transfèrent des don- nées collectées sur le sol européen vers des data centers lo- calisés aux États-Unis. Depuis que la Commission euro- péenne a invalidé, en 2015, le projet Safe Harbour, unique cadre juridique qui régissait le transfert transatlantique des données, suite aux révélations de l’ancien consultant de la NSA, Edward Snowden, sur les capacités technologiques des outils américains de la surveillance des données en ligne, aucun régime juridique n’était applicable aux flux des don- nées européens qui atterrissent dans les serveurs américains. Le projet Privacy Shield vient donc combler ce vide juridique dont l’existence était liée au vide des politiques de sécuri- té des données en ligne.

L'Europe renonce à l'indépendance de la “data flow”

Par : FARID FARAH

En vertu de cet accord, les États-Unis ont donné à l'UE l'as- surance que l'accès des agences gouvernementales aux don- nées à des fins d'ordre public et de sécurité nationale serait soumis des mécanismes de surveillance particuliers. La ques- tion sensible de la sécurité des données personnelles semble donc ne pas prêter à la polémique. On peut alors se poser la question de savoir si les Américains n’ont pas au- torisé les Européens à mettre en place un mécanisme de contrôle afin de s’assurer de l’adéquation de la réalité des assurances formulées par la Maison-Blanche en matière de protection des données transférées. Finalement, les Amé- ricains poursuivent leur domination de l’espace numérique mondial. Ils sont en train de changer l’internet grâce à leurs performances réalisées dans le domaine de l’analyse des quantités énormes des données. Des compagnies comme Facebook, Google, Microsoft et autres ont appris à reconnaître les visages dans les photos, identifier les voix, traduire vo- calement des propos d’une langue à une autre, etc. En de- venant le “hub” de la data mondiale, les États-Unis se pré- parent donc à devenir le gendarme du monde numérique après l’avoir été dans le monde réel.

F. F.

Publicité

pré- parent donc à devenir le gendarme du monde numérique après l’avoir été dans le monde

14

Supplément TIC

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

LIBERTE

EN PARTENARIAT AVEC DES OPÉRATEURS MOBILES

Ericsson lance le processus de migration de la 4G vers la 5G

L'engouement des mobinautes à l'égard des services télécoms à très haut débit mobile donne des idées au fournisseur des solutions IT, Ericsson. L’entreprise suédoise propose aux opérateurs mobiles ses premiers modules 5G destinés à adapter les réseaux mobiles 4G et 4.5G à une migration accélérée vers la 5G.

D ans un communi- qué transmis à notre rédaction, Ericsson annonce le lancement de nouveaux plug-ins

5G pour répondre aux multiples cas d’usa-

la

vi-

déo HD sur mobile, bus sans conducteur, drones ou encore réseau sans fils dont le débit est équivalent à celui de la fibre optique. “Ces plug-ins logiciels faciliteront l’évolution en souplesse des réseaux actuels vers la 5G tout en améliorant les services fournis par les opérateurs, qu’il s’agisse de haut dé- bit mobile, de connectivité fixe sans fil ou encore d’IdO (Internet des ob- jets)” lit-on dans le communiqué. L’équipementier suédois révèle éga- lement qu’il travaille déjà avec plus d’une vingtaine d’opérateurs mobiles dans le monde sur des projets ex- périmentaux de mise en activité des réseaux 5G à un débit théorique des- cendant (Downlink) de 25 Gbits/s. Le développement de la 5G mène

donc vers de nouvelles applications qui auront un impact sur la maniè- re dont les usagers utilisent Internet. “Les voitures autonomes, les robots commandés à distance, les drones à retour haptique ou encore l’accès fixe sans fil d’une capacité équivalente à celle de la fibre comptent parmi les principales applications prévues”, indique le communiqué. M. Arun Bansal, senior vice-prési- dent et responsable de la Business Unit Radio d’Ericsson, cité dans le communiqué, souligne que “la 5G sera alimentée par de nouveaux cas d’usage nécessitant des performances supérieures, qu’il s’agisse de voitures

Par : FARID FARAH

ge

5G

de

:

D. R.
D. R.

connectées aux performances de conduite irréprochables, de réalité augmentée immersive pour les opé- rations de chirurgie à distance ou en- core de films en HD sur les terminaux mobiles. La 5G va permettre de dé- bloquer de nouvelles applications, aussi bien pour l’industrie que pour les consommateurs, et, grâce à nos programmes d’expérimentations, nous sommes d’ores et déjà en mesure de lancer des plug-ins 5G qui per- mettront aux opérateurs de procéder aux évolutions nécessaires pour pré- parer leurs réseaux à l’arrivée de la

5G”.

Selon Ericsson, le déploiement de la 5G englobera une évolution dans le spectre des fréquences d’aujour- d’hui. Les technologies d’accès radio utiliseront des fréquences plus éle- vées que celles du LTE (4G) qui au-

ront une portée de transmission plus courte que celle des réseaux cel- lulaires actuels et qui risquent d’être moins fiables et performantes à cau- se des phénomènes liés aux condi- tions météorologiques.

Faciliter l’interopérabilité

Ainsi, le facteur de réussite de la 5G ne sera pas celui de la bande des fré- quences utilisée, celui de son inter- opérabilité radio avec le LTE (4G). Cette interopérabilité est facilitée par l’entrée en action des plug-ins 5G de la firme suédoise. Ce sont des soft- wares, supportés par la solution ra- dio d’Ericsson, qui facilitent l’évo- lution des sous systèmes radio des réseaux LTE vers la 5G. Ces plug-ins englobent les plug-ins Massive Mimo, Multi-User Mimo, RAN Vir- tualization, Intelligent Connectivi-

ty, et Latency Reduction (réduc- tion de la latence). Le premier com- bine le Mimo mono utilisateur (SU- Mimo) et la formation dynamique de faisceaux radio (beamforming), pour améliorer la capacité et la cou- verture du réseau. Le second permet de transmettre des données vers les terminaux d’utili- sateurs multiples en utilisant les mêmes ressources de temps et de fré- quence et de coordonner la forma- tion dynamique de faisceaux radio via une élimination des interfé- rences. Le plug-in de la virtualisation des réseaux RAN centralise les fonc- tions réseau virualisées (NFV) sur une plateforme commune suppor- tant aussi bien la 4G que la 5G, ce qui améliore le rendement et la perfor- mance du réseau. Le plug-in de la connectivité intelligente permet de

dissocier les données 4G de celles des réseaux 5G dans les zones de cou- verture où les réseaux se chevau- chent. Mieux, ce software combine les ressources radio 4G et 5G pour atteindre des débits de données très élevés. Le plug-in de la réduction du temps de latence permet de rac- courcir les procédures d’accès et de modifier la structure de trame afin de garantir un accès instantané au réseau et une plus grande fréquen- ce de transmission. Les plug-ins 5G d’Ericsson seront disponibles pour des essais chez les opérateurs dès cette année et pour les réseaux commerciaux à compter de

2017.

Ainsi, selon Peter Jarich, vice-pré- sident en charge des services consommateurs et d’infrastructures chez Current Analysis : “La 5G a in- déniablement enregistré un élan au cours de l’année passée. Toutefois, en l’absence d’allocations de spectre ou de normes ratifiées, les opérateurs ont besoin de développer une tactique de migration qui leur permette de tirer profit de leurs réseaux existants en phase avec leurs stratégies d’évolution vers la 5G. Les plug-ins 5G d’Ericsson apportent la souplesse nécessaire, soutenant le déploiement de techno- logies d’accès avancées sur le court ter- me et en préparation de la 5G”. Par ailleurs, Ericsson indique dans son communiqué que le LTE (4G) poursuivra son développement à coup d’abonnés et de data. C’est la technologie d’accès mobile qui permettra d’ici la fin 2021 à

plus de 4.3 milliards d’usagers d’ac- céder à de nombreuses applications dont celles de type LPWA (basse consommation, longue portée) des- tinées à l’Internet des objets (IoT).

F. F.

FORUM ÉCONOMIQUE MONDIAL

L’Algérie à la 117e place en matière d’innovation dans l’économie numérique

L’Algérie gagne trois petites places dans le classement du rapport 2016 du Forum économique mondial consacré à l’innovation dans l’économie numérique, passant du 120 e au 117 e rang sur 139 pays. Elle ne figure pas parmi les dix premiers pays africains en raison d’un environnement et d’un usage des TIC en deçà des standards mondiaux.

L e Forum économique mondial (WEF) a rendu public le 6 juillet dernier son rapport 2016 “The Global Information

Technology” dont le thème choisi pour cette

nouvelle édition est l’“Innovation dans l’économie numé-

rique”. L’Algérie gagne trois places dans le classement général, passant de la 120 e (2015) à la 117 e (2016), mais ne figurant pas parmi les dix premiers pays africains. Il faut savoir que l’Algérie occupait la 129 e et la 131 e place respectivement en 2014 et 2013. Dans l’édition 2016 du rapport “The Global Information Technology”, l’Algérie ob- tient une note de 3.2 dans l’indice de “Net- worked Readiness Index (NRI)”. Lancé en 2001, et étendu en 2012, l’indice NRI “regroupe

Par : ABDELKADER ZAHAR

les données à partir de 53 indicateurs” pour re- fléter “l'importance croissante de la technolo- gie et de l'innovation à travers le monde”. Les 53 indicateurs sont répartis en quatre sous-in- dices et une dizaine de “piliers” : “environne- ment” (piliers : “politique et régulation” et “bu- siness et innovation”, “aptitude” (“infrastruc- ture”, “abordabilité”, et “compétences”), “usa- ge” (“individuel”, “business”, “gouvernement”) et “impact” (“économique” et “social”). Dans le classement mondial, une dizaine de pays africains devancent l’Algérie. Il s’agit de l’île Maurice (49 e ), l’Afrique du Sud (65 e ), les Seychelles (74 e ), le Maroc (78 e ), le Rwanda (80 e ), la Tunisie (81 e ), le Cap-Vert (85 e ), le Ke- nya (86 e ), l’Egypte (96 e ), la Namibie (99 e ) et le Botswana (101 e ), Ghana (102 e ), Côte d’Ivoi- re (106 e ), le Sénégal (107 e ), la Gambie (113 e ),

le Lesotho (115 e ) et la Zambie (116 e ). Dans la région MENA (Moyen-Orient et Afrique du Nord), c’est l’Algérie et la Mauritanie (136e) qui occupent la fin du tableau.

Un environnement qui n’aide pas

L’économie de l’Algérie figure dans le grou- pe des pays à “haut-revenu intermédiaire”. Mais en matière d’impact social et économique des TIC, les performances de l’Algérie sont in- férieures à la moyenne de ce groupe de pays, sauf dans deux “piliers” parmi dix : les “com- pétences” et les “infrastructures”. Dans les piliers “politique et régulation” et “bu- siness et innovation” des TIC du sous-indice “environnement” (131 e ), l’Algérie est classée respectivement 123 e et 133 e . C’est dans le sous- indice “aptitude” (95 e ) en matière de TIC, que

l’Algérie réalise ses meilleurs classements avec : “infrastructure” (80 e ), “abordabilité” (99 e ), “compétences” (89 e ). Dans les “usages” des TIC (125 e ), en “individuel” (103 e ) l’Algérie fait mieux que dans les domaines “économique” (133 e ) et “gouvernemental” (130 e ). Enfin, concernant le sous-indice “impact” des TIC (129 e ), en matière “d’impact écono- mique” l’Algérie est à la 124 e place mondiale, contre la 132 e concernant “l’impact social” des technologies de l’information et de la com- munication. Notons aussi que dans le pilier “compétences”, sont examinés la “qualité du système éducatif” (91 e place sur 139 pays), la “qualité de l’enseignement des maths et des sciences” (105 e ), et le “taux d’alphabétisation” (84 e place).

A. Z.

LIBERTE

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

Supplément TIC

15

UN JEU EN RÉALITÉ AUGMENTÉE POUR SMARTPHONES

La “Pokémon Go” mania arrive aussi en Algérie

Depuis sa sortie le 6 juillet dernier, le jeu Pokémon Go compte plusieurs millions d’utilisateurs. Une mise à jour a déjà été publiée sur le site de téléchargement Google Play. En une semaine, cette application mobile Android et iOS a inondé la Toile. Bien que la sortie officielle n’ait été faite qu’aux États-Unis, en Australie et en Nouvelle-Zélande, la frénésie du jeu n’a pas épargné l’Algérie.

D éveloppée par Niantic, une ex-startup de Google, et en partenariat avec Nintendo, le jeu de Pokemon Go repo- se sur le système de réalité augmentée, qui consiste en

différentes méthodes informatiques, qui permettent d’incruster

de façon réaliste, des objets virtuels dans une

image. Le principe est simple, chaque joueur incarne un dresseur de Pokémon, qui chasse, élève et fait com- battre ces monstres de poche (Pocket mons- ters). Le joueur doit chercher et capturer partout les célèbres petits monstres qui peu- vent se cacher aussi bien sur le bureau, dans le placard, dans une mosquée, dans un magasin, sur un arbre, bref, partout, parfois même dans des endroits insolites. Grâce à la 3G et au GPS du téléphone, le per- sonnage que vous incarnez est situé à l’en- droit exact où vous vous trouvez, à l’aide notamment de Google Maps. L’appareil photo combiné à la réalité augmentée font tout le reste. Ils bousculent réel et virtuel en insérant des Pokémons dans l’environne- ment du joueur. Non, ce n’est pas de la magie, mais de la technologie.

Non, ce n’est pas de la magie, mais de la technologie. Par : MELIZA BEGHDAD Téléchargeable

Par : MELIZA BEGHDAD

Téléchargeable en Algérie via VPN

“Qu’est-ce-que Pokemon Go ?”, à cette ques- tion, Amina, sous le pseudonyme @Aminatos sur Twitter, s’est empressée de répondre aux novices que “c’est un jeu où il faut sortir dans la rue pour chasser des Pokémons. Il faut avoir une bonne batterie, de la 3G et le GPS du Smartphone.” Cadre d’Air Algérie, Amina confie à ses followers qu’elle est tellement fascinée par le jeu qu’el- le consacre sa pause déjeuner pour dénicher des Pokémons dans son lieu de travail. Bien que cette application mobile ne soit lancée officiellement que dans trois pays, les Algériens ont pu y accéder en usant de deux petits stratagèmes. Le premier est l’utilisation de VPN auquel l’internaute algérien s’est déjà familiarisé lors de la deuxième session du baccalauréat. Le VPN (réseau privé virtuel) permet de changer son adresse IP et de ce fait, switcher sa géolocalisation vers un autre pays. D’autre part, pour contourner le problème, certains ont eu recours au téléchargement d’APK, qui sont des fichiers d’installation du

d’APK, qui sont des fichiers d’installation du jeu. Cette version est désormais instable et cause certains

jeu. Cette version est désormais instable et cause certains soucis, comme le réchauffe- ment rapide du téléphone, ou encore cer- tains bugs dont se plaignent les joueurs. Ce n’est, en tous cas, pas suffisant pour dissua- der les internautes algériens de prendre part à la Pokémon mania.

Des anecdotes d’ici et d’ailleurs

L’engouement planétaire pour ce jeu vidéo d’un genre nouveau, puisqu’il faut se dépla- cer à la recherche des monstres et autres créatures du célèbre dessin animé, a aussi ses travers et ses dangers. Les appels à la vigilance lancés par la société créatrice du jeu, Niantic, ancienne filiale de Google, n’ont pas été suffisants. On dénombre déjà plusieurs accidents liés à la quête des per- sonnages du jeu. Aux États-Unis, la police du Missouri a tenu à avertir les utilisateurs sur les risques de guet-apens dont ils pour- raient faire objet. La presse américaine et française rapportent plusieurs témoignages de personnes blessées lors des opérations de chasse aux Pikachu, Skitty, Bulbizarre et autres Goinfrex. En Nouvelle-Zélande, deux aventurières n’ont pas hésité à louer un kayak pour rejoindre une arène située au milieu de l’océan. En Irak, un ex-soldat américain qui combat Daech a fièrement partagé une photo du Pokémon qu’il a capturé près de Mossoul. Et

aux États-Unis, un papa a attrapé un “Roucool” pendant que sa femme accou- chait. En Algérie, sur Facebook, plus d’un millier de mordus de l’application mobile se sont réunis en plusieurs communautés. Dans un groupe nommé “Pokémon Go Algérie” et administré par Imad Brahimi, des jeunes (et moins jeunes) des 48 wilayas échangent astuces, conseils et anecdotes. Un groupe fermé, Pokéfans Algérie (Pokemon Go) compte déjà 466 membres. Un autre groupe fermé, Pokémon Go (Algérie), en compte 892 membres. Outre les barrières liées à la restriction d’uti- lisation de l’application en Algérie, la cherté de la 3G en Algérie a constitué une barrière supplémentaire de taille aux fans de Pikachu. Mais quand on aime, on ne comp- te pas. Un fan répondant au nom de M’hamed le prouve avec son commentaire :

Moi je suis au boulot, j'attends midi pour sortir récupérer mon ancienne puce pour activer la 3G illimité et partir à l'aventure ce week-end.” Pendant que certains dévoilent un à un leur butin avec fierté en publiant les prises d’écrans, d’autres racontent de drôles d’anecdotes qu’ils ont vécu. Amusé, Sofyene Senouci raconte aux membres comment les policiers ont commencé à le suspecter après qu’il se soit garé trois fois devant le commis-

sariat pour capturer des Pokémon qui s’y trouvaient. “À Lalla Seti, c’est le seul Pokespot que j’ai trouvé”. Deux jours plus tard, le jeune Tlemcénien revient soulagé en annonçant qu’il a enfin trouvé un second Pokespot à proximité du monument de Mansourah. Toujours sur Pokémon Go Algérie, Elyes Amm, a posté une photo du portail du Jardin d’Essai fermé. Son téléphone a vibré, il indique la présence de Pokémons à l’intérieur. Il attend son ouverture pour commencer la chasse. Amine Mane, de son côté, propose une ren- contre entre les adhérents du groupe pour une partie commune. Il suggère de démarrer de la Grande Poste, puis de partir à la conquête de tout Alger.

Des menaces à ne pas négliger

Très peu de temps après le lancement du jeu, certains professionnels de la sécurité infor- matique ont relevé plusieurs anomalies dans les permissions que s’accorde le jeu sur votre smartphone Android. En effet, pour instal- ler l’application, il faut donner l’accès entier au jeu à votre compte Google. Ce qui a alar- mé les utilisateurs qui ont pris peur pour leurs mails, historiques de navigation et leur vie privée. La réponse des développeurs a été immédia- te. Ils rassurent et assurent que ce n’était qu’une erreur, et qu’elle a été corrigée dans la nouvelle mise à jour (parue le 13 juillet). Google a confirmé qu’aucune donnée utili- sateur en dehors du profil n’a été vue par l’application, qui n’a d’ailleurs pas de fonc- tionnalité permettant de parcourir ces don- nées. Cependant, il faut faire attention à l’endroit où télécharger l’APK pour l’installer sur un téléphone Android. Certains fichiers ont été infectés par un malware, logiciel malveillant qui nuit à votre téléphone à votre insu. Une entreprise spécialisée dans la sécurité infor- matique, explique dans un rapport que l’un des nombreux fichiers APK du jeu Pokemon Go disponibles sur le web est en fait un mal- ware. Cette entreprise met en garde tous les utilisateurs contre des versions piratées du jeu, et leur demande de prendre les précau- tions nécessaires avant de se lancer à l’aven- ture.

M. B.

BRÈVES

VimpelCom et Dhabi Group annoncent la fusion de Mobilink et Warid

n La fusion du Pakistan Mobile Communications Ltd (Mobilink) et de Warid Telecom a été achevée, ont annoncé leurs actionnaires respectifs, VimpelCom, GTH et Dhabi Group. La nouvelle entité détient désormais un total de plus de 50 millions de clients. Les actionnaires, VimpelCom, GTH et Dhabi Group, ont annoncé l'accord de fusion de leurs entreprises de télécommunications du Pakistan, le 26 novembre 2015. L'achèvement de la transaction fait suite à l'approbation réglementaire de toutes les autorités compétentes et l'échange ultérieur d'actions. Mobilink a complété l'acquisition de 100% des actions de Warid, et les

actionnaires du Groupe Dhabi ont acquis 15% des actions de Mobilink. La prochaine étape importante de la fusion. Le CEO de Mobilink, Jeffrey Hedberg, cédera le poste de PDG de Mobilink et Warid à Aamir Ibrahim, actuellement directeur commercial et directeur général adjoint de Mobilink. Aamir va faire avancer et exécuter l’intégration de Mobilink et de Warid. Il sera soutenu par une équipe du VimpelCom Group. Le redressement de Mobilink au cours des deux dernières années a montré des améliorations significatives dans la croissance des revenus des services (de -5% à +12% sur un an), l'ARPU (de -11% à +15% sur un an) et l'augmentation des marges EBITDA (de -3% à +4% sur un an). La fusion juridique des deux sociétés, qui se traduira par une seule entité, devrait être achevée dans environ six mois, sous réserve de l'accomplissement des procédures

juridiques nécessaires au Pakistan. Le chiffre d'affaires combiné des deux opérateurs pour les douze mois à mars 2016 était de 1,4 milliard de dollars.

Le marché de la voix sur LTE (VoLTE) devrait atteindre 34,8 milliards $ en 2022

n Un nouveau rapport publié par Allied Market Research prévoit que le marché mondial de la voice over long term evolution (VoLTE) est susceptible de générer des revenus de 34,8 milliards $ en 2022, soit une hausse de 50,1% par rapport à la période 2016-2022. L’Asie-Pacifique devrait être le plus grand marché de la VoLTE au cours de la période de prévision. Les opérateurs mobiles à travers le

monde se dirigent progressivement vers la VoLTE en raison des investissements accrus dans la technologie LTE et IP Multimedia Subsystem (IMS). Parmi les différentes technologies de VoLTE, Circuit-Switched Fall Back (CSFB) constitue la part de marché la plus élevée en raison de sa large acceptation à l'échelle mondiale, comme la solution de bout en bout offrant des services de voix sur LTE. Bien que nécessitant des modifications spécifiques de l'infrastructure matérielle et utilisant plusieurs éléments de transition de données, elle reste la solution la plus rentable pour la fourniture de la voix dans le LTE. D'autre part, la VoLTE via Generic Network Access (VOLGA) est susceptible d'être la technologie la plus forte croissance. VOLGA offre une accélération de service à court terme ainsi que la protection de l'investissement à long terme.

D. R.

16

Sport

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

LIBERTE

EN U-23 : NI BENSEBAÏNI, NI BENRAHMA, NI FERHAT, NI CHITA, NI GAÂGAÂ

Un choix limité et “imposé” pour Schürmann

L e sélectionneur national André- Pierre Schürmann a rendu pu- blique la liste des dix-huit joueurs retenus pour les Jeux olympiques de Rio de Janeiro 2016. Ne dispo- sant pas d’énormes solutions, le

coach a eu un choix limité et imposé par une conjoncture. Il n’y a pas eu vraiment de sur- prises, mais on s’attendait à voir l’attaquant de l’OGC Nice, Saïd Benrahma, mais finalement le joueur n’a pas été retenu, car, à l’instar de

Bensebaïni, il n’a pas été autorisé par les diri- geants du club de la Côte d’Azur. La liste a été dévoilée au lendemain du match face à l’Irak, ponctué d’une défaite (2-3). Dans ce groupe, qui aura à défendre les chances de l’Algérie aux JO, on retrouve 12 joueurs qui ont participé

à la finale de la CAN 2015 au Sénégal, qui a per- mis à l’équipe nationale de décrocher son tic- ket pour cet événement sportif… après 36 ans d’absence. Six joueurs, dont deux hors caté- gorie U23 – Demmou (MCA), Bendebka (NAHD) et Bounedjah (Al-Sadd), en plus des

deux internationaux évoluant à l’étranger : Bel- kebla (Tours FC) et Aït Atmane (Sporting Gi- jon) – ont renforcé le groupe. À ces cinq élé- ments, on ajoutera Benkablia (JSK), qui faisait partie de l’équipe, mais qui avait raté la CAN

à cause d’une blessure. Ainsi, Schürmann a

choisi ses deux gardiens de but en sélection-

nant Salhi, qui vient de rejoindre le CR Be- louizdad, et Chaâl du Mouloudia d’Alger. En défense, on notera finalement l’absence de Rami Bensebaïni, mais on retrouve Benguit,

l’absence de Rami Bensebaïni, mais on retrouve Benguit, passé durant l’intersaison à l’USMA, son nouveau

passé durant l’intersaison à l’USMA, son nouveau coéquipier Abdelaoui, mais également Kenniche (ESS), Ferhani (JSK) et Demmou (MCA). Au milieu du terrain, sans surprise, le technicien suisse a choisi Benkhemassa (USMA), Draoui (CRB), Belkebla (FC Tours), Aït Atmane (Sporting Gijón) et Bendebka (NAHD), alors que Belkablia (JSK), Darfalou (USMA), Meziane Bentahar (USMA), Bou- nedjah (Al-Sadd) et Haddouche (ESS) com- posent le secteur offensif. Benrahma (OGC Nice) n’ira finalement pas au Brésil malgré les assurances reçues par la FAF. Methazem (MCEE), Chérifi (USMBA), Merbah (JSS) et Amokrane (ESS) sont relégués dans la liste des réservistes. Schürmann a choisi 6 défenseurs, 5 milieux de terrain et 5 attaquants en plus des

deux gardiens de but. L’équipe enregistrera quatre grands absents aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro pour diverses raisons, alors qu’ils furent parmi les principaux artisans de la qualification. Il s’agit des milieux de terrain Oussama Chita et Ah- med Gaâgaâ, qui ont déclaré forfait à cause de graves blessures, de l’attaquant Zinedine Ferhat, sanctionné par la FAF pour ses écarts disciplinaires, et du dé- fenseur Ramy Bensebaïni, privé par l’ancien sé- lectionneur national Christian Gourcuff des JO. Quatre défections lourdes de consé- quences, puisque Schürmann a du mal à composer une équipe compacte et homogène. À 18 jours du premier match face au Hondu- ras, la sélection nationale ne convainc pas et n’arrive pas à hisser son niveau de jeu. On est loin du rendement qui lui avait permis de dé- crocher une qualification aux JO lors de la CAN-2015. La bande à Schürmann a enregistré mercredi soir sa 5 e défaite consécutive. En effet, avant le revers face à l’Irak (2-3), les Algériens ont perdu face au Nigeria (1-2) en finale de la compétition africaine, puis ils ont entamé l’an- née 2016 par une défaite face à la Palestine au

stade du 5-Juillet (0-1), suivie de deux échecs face à la Corée du Sud à Séoul (0-2 et 0-3). Cet enchaînement de contre-performances devient plutôt inquiétant, alors qu’il reste environ deux semaines de l’entame de la compétition au Bré- sil. Pour retrouver la dernière victoire de l’équipe nationale U-23, il faudra remonter au 9 décembre 2015 lors du succès en demi-finale de la CAN-2015 face à l’Afrique du Sud. Il est temps pour les Algériens de se redresser, car l’Argentine, le Portugal ou le Honduras sont des adversaires bien meilleurs que ceux qu’ils ont affrontés. La sélection nationale olympique affrontera demain l’Irak pour la deuxième fois, avant de disputer deux rencontres à Murcie en Espagne. Schürmann devra absolument trou- ver des solutions avant le 4 août prochain, date du premier match des Verts aux JO.

MALIK A.

La liste des 18

n

Gardiens : Salhi (CRB), Chaâl (MCA)

n

Défenseurs : Rebiaï (ESS), Abdellaoui

(USMA), Kenniche (ESS), Ferhani (JSK), Benguit (USMA), Demmou (MCA)

n Milieux : Draoui (CRB), Belkebla (Tours

FC), Benkhemassa (USMA), Aït Atmane (Sporting Gijon), Bendebka (NAHD)

n Attaquants : Haddouche (ESS), Benkablia

(JSK), Meziane (USMA), Bounedjah (Al-

Sadd), Darfalou (USMA)

n Réservistes : Methazem (MCEE), Cherifi

(USMBA), Merbah (JSS), Amokrane (ESS)

Calendrier Ligue 1 2016 - 2017

1 re journée

USMA /

DRBT /

CSC /

CRB /

RCR /

OM /

USMBA /

JSK /

16 e journée

MOB

JSS

ESS

MCO

NAHD

CAB

USMH

MCA

2 e journée

USMA /

USMH /

CAB /

NAHD /

MCO /

ESS /

JS /

MOB /

17 e journée

RCR

MCA

USMBA

JSK

OM

CRB

CSC

DRBT

3 e journée

MCA /

DRBT /

CSC /

CRB /

RCR /

OM /

USMBA /

JSK /

18 e journée

CAB

USMA

MOB

JSS

MCO

ESS

NAHD

USMH

4 e journée

USMA /

DRBT /

CAB /

NAHD /

MCO /

ESS/

JSS /

MOB/

19 e journée

CSC

RCR

USMH

MCA

USMBA

JSK

OM

CRB

5 e journée

MCA /

USMH /

CSC /

CRB /

RCR/

OM/

USMBA /

JSK/

20 e journée

MCO

NAHD

DRBT

USMA

JSS

MOB

ESS

CAB

 

USMA/

DRBT /

CSC /

NAHD /

MCO /

ESS /

JSS /

MOB /

 

6 e journée

OM

CRB

USMBA

CAB

USMH

MCA

JSK

RCR

21 e Journée

7 e journée

MCA /

USMH /

CAB /

CRB /

RCR /

OM /

USMBA /

JSK /

22 e journée

USMA

DRBT

MCO

CSC

ESS

NAHD

JSS

MOB

8 e journée

USMA /

DRBT /

CSC /

CRB /

MCO /

ESS /

JSS /

MOB /

23 e journée

JSK

OM

RCR

USMBA

NAHD

CAB

USMH

MCA

9 e journée

MCA /

USMH /

CAB /

NAHD /

RCR /

OM /

USMBA /

JSK /

24 e journée

JSS

MOB

USMA

ESS

CRB

CSC

DRBT

MCO

10 e journée

USMA /

DRBT /

CSC /

CRB /

RCR /

ESS /

JSS /

MOB /

25 e journée

USMH

MCA

JSK

OM

USMBA

MCO

NAHD

CAB

11 e journée

MCA /

USMH /

CAB /

NAHD /

MCO /

OM /

USMBA /

JSK /

26 e journée

CSC

ESS

JSS

CRB

USMA

RCR

MOB

DRBT

12 e journée

USMA /

DRBT /

CSC /

CRB /

RCR /

OM /

JSS /

MOB /

27 e journée

NAHD

CAB

USMH

MCA

JSK

USMBA

ESS

MCO

13 e journée

MCA /

USMH /

CAB /

NAHD /

MCO /

ESS /

USMBA /

JSK /

28 e journée

RCR

CRB

CSC

DRBT

JSS

MOB

USMA

OM

 

USMA /

DRBT /

CSC /

CRB /

RCR /

OM /

USMBA /

MOB /

 

14 e journée

ESS

MCO

NAHD

CAB

USMH

MCA

JSK

JSS

29 e journée

15 e journée

MCA /

USMH /

CAB /

NAHD /

MCO /

ESS /

JSS /

JSK /

30 e journée

USMBA

OM

RCR

MOB

CSC

DRBT

USMA

CRB

LIBERTE

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

Sport

17

LE SÉLECTIONNEUR NATIONAL DÉVOILE SON PROGRAMME

Rajevac, le discours de la méthode

U n visage d’où ne transparaît aucune émotion, un prag- matisme venu du froid et des phrases courtes

sans aucune connotation possible :

la première du nouveau sélection- neur Milovan Rajevac n’a pas été riche en spectacle, mais plutôt en enseignements. Aux antipodes des one man shows comme aimait à les reproduire Vahid Halilhodzic et en contraste avec les dissertations philoso- phiques de Christian Gourcuff, la conférence de presse de Rajevac a surtout laissé l’impression d’un homme pressé de confirmer son sa- voir-faire ghanéen mais pas pour autant empressé d’entamer une quelconque révolution. Qu’on en juge : le fait d’avoir af- firmé ne vouloir programmer au- cun match amical avant le Lesotho dénote, si besoin est, que Rajevac se contentera volontiers de “gérer” sur les bases de son prédécesseur au lieu de faire du changement pour du changement. Si changement il y a, ce sera sur la base de ce qu’il va voir et des conséquences qu’il en tirera, pas sur ce qu’on va lui raconter, ce qu’au- rait prescrit Neghiz, ou ce qu’il aura lu dans la presse. En parallèle, le technicien serbe ne promet aucun projet de jeu, mais plutôt une froide efficacité, un réa- lisme venu du froid, de l’ex-bloc de

Zitari/Liberté
Zitari/Liberté

l’Est. Pour ce faire, cet adepte de l’universalisme compte bien bé- tonner à l’italienne et triompher même sans convaincre, comme l’a fait tout récemment le peu brillant champion d’Europe portugais. Son discours, lorsqu’il parle foot- ball, tranche, du reste, assez clai- rement avec le bouillonnement d’un Vahid Halilhodzic qui passait des heures à expliquer la multipli- cation des passes de son équipe comme priorité de jeu et la non- chalance quasi maladive de Gour- cuff qui imposait sa vision scienti- fique unilatérale d’un immobile 4-4-2 qui devait correspondre à toutes les situations et satisfaire aux différents contextes et autres faits de jeu. Aussi, s’il ne met pas de bar- rière pour l’instant dans sa com-

munication, n’a-t-il, toutefois, pas fait montre d’une précision chi- rurgicale dans ses réponses, es- quivant à chaque fois pour ne pas

se faire rattraper par la suite. Rajevac laisse ain- si le champ libre aux interprétations pour ne pas être pris au piège des principes qu’il aurait lui- même fixés avant de les fouler aux pieds dans l’urgence comme l’a fait Coach Vahid ou Maître Gourcuff avant lui avec, comme exemple ba- sique, les cas des joueurs titulaires en sélection mais qui jouaient peu ou pas dans leurs clubs res- pectifs. Un discours de la mé- thode qui sera rapide- ment mis à l’épreuve du terrain et qui en dira un peu plus sur sa vé- racité sur le terrain de la réalité.

RACHID BELARBI

QUALIFICATIONS MONDIAL-2018

Algérie-Cameroun le 5 octobre

n La sélection algérienne de football accueillera son homologue camerounaise le mercredi 5 octobre prochain, dans le cadre de la 1 re journée (Gr. B) du 3 e et dernier tour des qualifications de la Coupe du Monde-2018 en Russie, selon le calendrier général des compétitions dévoilé jeudi soir sur le site de la LFP. Les Verts défieront ensuite le mercredi 9 novembre en déplacement le Nigeria avant d'aller défier la Zambie chez elle entre le 28 août et le 5 septembre 2017, pour le compte de la 3 e journée. La sélection nationale s'est qualifiée pour ce dernier tour en dominant la Tanzanie (aller 2-2, retour 7-0). Les Verts sont dirigés désormais par le technicien serbe Milovan Rajevac qui s'est engagé avec la Fédération algérienne de football (FAF) jusqu'en 2019, en remplacement du Français Christian Gourcuff parti à l'amiable en avril dernier.

LE MCO BLOQUÉ PAR SES ANCIENNES CRÉANCES

Et si Djebbari payait ses dettes ?

R appelé à l’ordre par la chambre de réso- lution des litiges qui lui réclame le paie- ment des arriérés de quelques-uns de ses

anciens sociétaires, le Mouloudia d’Oran a jusqu’au 20 juillet en cours pour lever l’inter- diction de recrutement que lui a infligée la LFP. “Le cas échéant, ils demeureront interdits de re- crutement et subiront les sanctions de la com- mission de discipline prévues par les règlements et qui peuvent aller à la défalcation de points pour la prochaine saison”, a même prévenu le bureau fédéral de la FAF lors de sa réunion statutaire élargie aux présidents des Ligues régionales. Le président Mohamed Belhadj, dit Baba s’était, pour rappel, déjà offusqué lors de son point de presse du 2 juin dernier de ces dettes qui pleu- vaient sur son bureau, conséquence directe de

Ranieri “sûr et certain” que Mahrez reste à Leicester City

n L'entraîneur de Leicester City, Claudio Ranieri, a réaffirmé, hier, qu'il était “sûr et certain” que l'international algérien, Riyad Mahrez, poursuivra son aventure avec le champion d'Angleterre en titre en vue du prochain exercice. “J'ai grande confiance en Mahrez. Il va rester avec nous. Lui-même a cette envie-là. Et puis, il n'est pas le genre de joueurs à changer d'avis subitement”, a déclaré le technicien italien au journal Leicester Mercury. Sous contrat jusqu'en 2019, Mahrez a été pressenti pour changer d'air à l'occasion de l'actuel mercato estival. La saison de premier ordre, qu'il a réussie avec son équipe en contribuant grandement dans son premier titre en Premier League, lui a permis d'être convoité par plusieurs grosses écuries européennes.

la mauvaise gestion de ses prédécesseurs, no- tamment un certain Youssef Djebbari. “Deux mois seulement après avoir pris 520 mil- lions, l’équipementier Benabbou a déposé une nouvelle plainte pour 560 autres millions que mes prédécesseurs n’ont pas versés ! À cela, s’ajoutent les plaintes de six autres joueurs, à savoir Bouaï- cha, Bourzama, Megherbi, Bouhanniche, Am- mour et Saïdi pour un total de 2,2 milliards de centimes. Ce n’est pas normal !” tançait-il dans ces mêmes colonnes quarante-huit heures plus tard. Depuis, l’actuel P-DG de la SSPA/MCO a eu le loisir de rencontrer les “principales causes” de cet endettement, ses prédécesseurs Larbi Ab- delilah et Youssef Djebbari. C’était à l’occasion de la récente assemblée générale des action- naires. Djebbari avait même annoncé devant les

médias et les supporters présents “être décidé à aider Baba dans sa tâche”. Et si la première aide de l’ancien président à l’ac- tuel était d’éponger les dettes qu’il avait lui- même contractées afin de permettre au MCO de qualifier ses dix recrues estivales ? Cela s’avérerait d’autant plus utile que l’actuel président du club d’El-Hamri a réellement be- soin d’un budget supplémentaire pour “sauver” son marché estival après avoir fini par lâcher l’at- taquant ivoirien Manucho au profit du CSC contre la somme d’un milliard de centimes alors qu’il en réclamait deux au départ. Pour combler ce vide, Habib Bouguelmouna (CABBA) est at- tendu à Oran pour signer, tout comme étaient attendus Boulemdaïs et Ziaya avant lui…

R. B.

LE CLUB NE RECEVRA PAS AU STADE DU 1 er -NOVEMBRE AVANT LA 7 e JOURNÉE

Un calendrier défavorable aux Harrachis

L e calendrier n’a pas gâté les Banlieusards qui auront à effectuer un périlleux dépla- cement à Sidi Bel-Abbès pour accueillir en-

suite au stade du 5-Juillet, le MCA dont ce sera le premier derby chaud algérois. les Harrachis n’auront pas de temps de répit puisqu’ils se dé- placeront deux fois consécutives, chez la JSK et le CAB (3 e et 4 e journées). Ils enchaîneront avec un autre derby algérois cet- te fois-ci face au NAHD au stade du 5-Juillet (5 e journée). Ils se déplaceront ensuite du côté de Constantine chez le CSC (6 e journée), pour pouvoir finalement recevoir chez eux la solide formation du DRBT. C’est dire toute la difficulté qui attend Charef pour cette nouvelle saison. Le président Mohamed Laïb a affirmé récemment que son équipe jouera cette saison le titre, et qu’elle a les moyens de le faire, mais avec ce ca-

lendrier très difficile, l’USMH aura de la peine à démarrer le championnat. Les Harrachis qui ont repris la préparation d’intersaison il y a quelques jours avec l’entraî- neur Boualem Charef, ne veulent pas rater le dé- but de saison où ils auront à affronter le nouveau promu, l’USMBA à Sidi Bel-Abbès. Pour cela, le coach a préféré peaufiner sa pré- paration sur son lieu habituel à savoir la ville cô- tière d’Aïn Témouchent qui offre toutes les com- modités pour une bonne préparation d’une durée de dix jours qui sera entamée le 25 juillet avec l’ensemble de l’effectif y compris les anciens qui ont rempilé. Un match amical est programmé ce mardi contre le nouveau promu, l’O Médéa drivé par le bouillonnant Ahmed Slimani.

RACHID ABBAD

USMA : À PROPOS DE BELAÏLI

La FAF n’a pas reçu une demande de réduction de peine

n L’USM Alger envisage, sérieusement,

de déposer une demande de grâce au niveau de la FAF et de la Fifa afin de réduire la sanction de son ancien joueur Youcef Belaïli. Ce dernier est disposé à retourner chez les Rouge et Noir une fois la sanction réduite à deux ans. Ayant déjà écopé d’une année de suspension, Belaïli espère voir sa peine réduite à deux ans, lui qui a été sanctionné pour quatre ans suite à une affaire de dopage. Or, à en croire une source digne de foi, l’enfant d’Oran doit d’abord purger deux ans de suspension pour pouvoir introduire une demande de grâce auprès des instances concernées. Autrement dit, l’ex-usmiste doit encore patienter une année supplémentaire afin d’entreprendre cette démarche. Il n’est pas sûr que sa demande sera acceptée par les instances footballistiques.

N. T.

MCA : GÓRNIK ZABRZE AU MENU CET APRÈS-MIDI

Chaouchi se blesse de nouveau

n Le Mouloudia d’Alger disputera, cet

après-midi (16h, heure algérienne), son

deuxième match amical face à l’une des plus prestigieuses formations

polonaises, Górnik Zabrze, avec ses 14 titres nationaux, mais qui a perdu de son aura depuis quelques années. Après sa courte défaite face au FC Karpaty Lviv, le Mouloudia espère réagir

à l’occasion de cette deuxième sortie et

rendre une meilleure copie par rapport à la première rencontre, notamment sur le plan offensif. À signaler que Chaouchi s’est blessé une nouvelle fois et sera normalement dispensé de cette rencontre, ce qui permettra à Boussouf

d’aligner un deuxième match de suite. Il

y a eu un choc avec un partenaire,

provoquant une blessure au doigt du gardien de but des Vert et Rouge. Le MCA poursuit sa préparation en Pologne et selon des informations recueillies sur l’application “Le Mouloudia”, l’équipe a eu quelques soucis à cause des conditions météorologiques capricieuses. Les Algérois ont dû changer de stade d’entraînement après la détérioration de la pelouse du complexe

suite aux fortes chutes de pluie. L’équipe

a dû effectuer environ 22 kilomètres

pour rejoindre la ville de Szczyrk pour s’entraîner sur une pelouse synthétique et sous une pluie battante. Malgré tous ces petits aléas, les hommes de Djamel Menad ont travaillé avec un grand sérieux et dans la bonne humeur.

M. A.

ASMO

Berradja et Chlaoua en renfort

n L’ASMO a officialisé ce week-end le

recrutement de l’ancien capitaine du Mouloudia d’Oran, Seddik Berradja. Libre de tout engagement depuis l’expiration de son contrat au mois de

juin dernier, Berradja a, ainsi, signé pour deux saisons chez les Vert et Blanc de M’dina J’dida qui ont misé sur son expérience et son vécu pour encadrer la jeune troupe de Noureddine Saâdi.

À l’ASMO, Berradja retrouvera son ex-

coéquipier au MCO, le jeune Sofiane Chlaoua, signataire lui aussi d’un contrat de deux ans. Après s’être assuré les services de ces deux éléments qui apporteront assurément beaucoup à leur nouvelle équipe, les responsables de l’ASMO ont procédé à la libération de trois joueurs récemment recrutés, à savoir Hammouche (Jijel), Zitoun (Mekhadma) et Hanni (Oued R’hiou). En revanche, la direction asémiste a récupéré le jeune Boubakour qui avait tenté une expérience à Sétif avant de rentrer au bercail.

R. B.

18

18 Publicité Particulier vend plusieurs lots de terrain près du tramway à Bordj El Kiffan, sup.

Publicité

18 Publicité Particulier vend plusieurs lots de terrain près du tramway à Bordj El Kiffan, sup.
18 Publicité Particulier vend plusieurs lots de terrain près du tramway à Bordj El Kiffan, sup.

Particulier vend plusieurs lots de terrain près du tramway à Bordj El Kiffan, sup. 190 m 2 à 247 m 2 avec acte.

0523

El Kiffan, sup. 190 m 2 à 247 m 2 avec acte. 0523 Tél. : 0550

Tél. : 0550 81 14 78

0550 12 27 24

2 avec acte. 0523 Tél. : 0550 81 14 78 0550 12 27 24 Vendredi 15

Vendredi 15 - Samedi 16 juillet 2016

LIBERTE

PPETITESETITES

LIBERTE PUB

ALGER

ANNONCESANNONCES

37, rue Larbi Ben M’hidi Tél : 021 73 04 89 Fax : 021 73 06 08

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane, El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

OFFRES

DEMPLOI

————————————— Ets ATP Mesrouk recrute

2 fraiseurs longue expérience. Tél. : 0661 51.18.30 - F671 ————————————— Hôtel Palm Beach cherche gouvernante + f. de ménage, expérience exigée. Tél. : 023 20.11.57 - Fax : 023 20.13.72 - 0555

24.61.46 - BR20493

————————————— Pizzeria située à Béjaïa-ville recrute pizzaïolos et serveurs qualifiés.

Tél. : 0557 01.82.44 - BJ-BR3284 ————————————— Le British Institute est à la recherche de deux réception- nistes F/H jeunes et motivé(e)s, maîtrisant anglais, avant le 1er août. Tél. : 021

71.01.89 - 0560 89.57.90 - ALP

————————————— Restaurant à Alger-Centre cherche serveur, serveuse, aide-cuisinier qualifié avec hébergement. Tél. : 0552 138 411 - XMT ————————————— Hôtel-restaurant à Tizi Ouzou recrute 1 cuisinier, 1 chef de rang, 1 plongeur, 1 femme de chambre. Tél. : 026 20.06.06 - Fax : 026 20.01.70 - T.O-BR22851

F3, F4 à Tigzirt et Tizi Ouzou, crédit bancaire, permis de construire. Tél. : 0552 28.22.13 - 026

20.67.93 - T.O-BR22823

————————————— Promotion immobilière vend des logements en cours de réalisation à Boumerdès avec facilité de paiement, 0% d’in-

térêt. Tél. : 0560 02.65.26 - 024

79.00.45 - T.O-BR22863

PROSPECTION

————————————— Agence Abdelaziz cherche pour achat un terrain de 1500 à 3000 m2 urbanisé ou indus- triel à Ouled Heddadj, Ouled Moussa ou Khemis El Khechna. Tél. : 024 74.12.05 - 0661 65.09.46 - ABZ

libre de suite et disponible, résidant à Kouba. Tél. : 0661 48 52 91 —————————————

F mariée cherche emploi,

diplômée éducatrice de crèche avec exp. ponctuelle, libre de suite et disponible,

étudie toute proposition, rési- dant à Kouba. Tél. :0553 14 75 50 ————————————— Retraité 59 ans longue exp. dans le domaine gestion des ressources humaines cherche emploi. Tél. : 0793 04 93 96 ————————————— JH 30 ans cherche emploi comme chauffeur-démarcheur ou acheteur-démarcheur ou représentant commercial à Alger. Tél. : 0550 83.26.09 ————————————— Cuisinière professionnelle, 14 ans d’exp. gastronomie tradition. cherche emploi à Alger 8h-15h. Tél.: 0555 65 78 68 —————————————

H marié 3 enfants 22 ans

d’exp. chauffeur cherche emploi chauffeur, livreur ou autre. Tél. : 0552 37 23 58 ————————————— JH 38 ans cherche emploi comme commercial dans une

entreprise dans le territoire algérien, diplômé en commer- ce international et MBA. Tél. : 0696 67 98 90 —————————————

JH cuisinier cherche emploi

comme cuisinier. Tél. : 0696 67 98 90 ————————————— Chef comptable 30 ans d’exp.

CAP CMTC CED tenue comptabilité bilans, décl. fis- cales CNS, adm. cherche emploi. Tél. : 0551 11 66 32 ————————————— H cadre comptable plus de 20 ans d’exp. travaux de bilan décl. fiscles CNAS cherche emploi dans cabinet comp- table Alger. Tél. : 0662 19 57 70 ————————————— Licenciée en finance cherche emploi. Tél. : 0553 34 94 59 ————————————— Licenciée en droit et ayant le CAPA, 4 ans d’exp. comme assistante cherche emploi. Tél. : 0553 34 94 59 ————————————— Retraité cherche emploi comme agent de sécurité, caissier, vendeur, magasinier, démarcheur, gardien de jour ou autre, permis VL. Tél. : 0556 01 96 47 —————————————

JH résidant à Alger ing. en instrumentation, 15 ans d’exp. dans le domaine ind. notamment pétrole et gaz, bonne connaissance en instru- mentation automatisme élec- tricité la maintenance ind. et supervision trvx de construc- tion, cherche emploi. Tél. : 0696 29 61 14 ————————————— DRH retraité âgé de 60 ans

diplômé, plus de 35 ans

d’exp., très sérieux et discipli- né, souhaitant partager son savoir-faire, cherche emploi stable dans société étrangère ou privée en qualité de consultant GRH et gestion des expatriés, axe : Hamadi, K.E. Khechna, DEB, BEZ, Rouiba. Tél. : 0770 509 215 - 0552 066 838 ————————————— JH 33 ans, 5 ans d’exp. dans le transit, cherche emploi comme déclarant en douane, permis de conduire. Tél. : 0558 40.99.70 ————————————— JH comptable possédant CAP et CMTC comptabilité exp. 11 ans sur PC Compta et PC paie habitant à Réghaïa, cherche emploi dans société étatique ou privée. Tél. : 0676 11.45.60 ————————————— H 52 ans, universitaire, 26 ans d’expérience, cherche emploi. Tél. : 0666 69 21 33 —————————————

H retraité 57 ans cherche

emploi polyvalent PC B ou gardiennage, sérieux, ponc-

tuel, parc autos, démarcheur, coursier. Tél. : 0790 92 37 74 —————————————

JH ingénieur en génie civil

cherche emploi dans le domaine sur le territoire national exp. 2 ans dans un bureau d’études. Tél. : 0795 93 33 65 —————————————

DEMANDES

TERRAINS

————————————— Particulier vend plusieurs lots de terrain près du tramway à Bordj El Kiffan, sup. 190 m2 à 247 m2 avec acte. Tél. : 0550 81 14 78 / 0550 12

27 24 - Comega

————————————— Ag vend terrain 475m2 lot Kaïdi Bordj El Kiffane, acte

individuel, livret foncier, 18m de façade, artère secondaire, int. s’abstenir. Tél. : 0550 40.63.07 - F682 ————————————— Part. vend 50 lots à Oued- Gossine (Beni-Haoua) très belle vue sur mer et à 700 m de la plage, idéal pour la construction d’une maison de vacances, acte notarié, prix très raisonnable. Tél. : 0550 70 28 31 - Acom ————————————— Agence Abdelaziz vend un terrain de 2300m2 avec han- gar de 700 m2 acte et livret foncier avec 2 façades à Boudouaou El Bahri. Tél. : 024 74.12.05 - 0661

DEMPLOI

————————————— JH sérieux, dynamique, pré- sentable, avec exp. cherche emploi comme agent de sécu-

rité, étudie toute proposition. Tél. : 0550 88.03.41 ————————————— Menuisier, ébéniste 40 ans d’exp. cherche emploi à Alger

ou environs.

Tél. : 0556 41 38 02 —————————————

Chauffeur-livreur 10 ans d’exp. cherche emploi. Tél. : 0674 78 50 26 —————————————

JF 31 ans célibataire diplômé

journalisme (communication) cherche emploi en adminis-

tration. Tél. : 0551 14 31 32 —————————————

JF licenciée en science écono-

mie gestion d’entreprise, exp. 4 ans assistante direction commerciale, cherche emploi. Tél. : 0542 38 69 15 ————————————— JH 28 ans, sérieux, dyna- mique, présentable, licence en espagnol + connais. en com-

AVIS DIVERS

————————————— Réparation TV+plasma à domicile 7/7 Lyès Sonacat. Tél. : 0561 27 11 30 - BR20479

65.09.46 - ABZ DIVERSES LOCATIONS OCCASIONS —————————————
65.09.46 - ABZ
DIVERSES
LOCATIONS
OCCASIONS
—————————————
—————————————
Ag loue villa de 3 niveaux
100m2 chacun 11 chambres à
Belfort côté portable, idéal
pour société, administration,
école, 12,5u nég.
Tél. : 0550 40.63.07 - F682
—————————————
Soummam immobilier Béjaïa
met en location période esti-
vale des bungalows, apparte-
munication, parle et écrit parf.
français, anglais, arabe, maî-
trise l’outil informatique
cherche emploi.
Tél. : 0554 66 82 52
—————————————
Félicitations
M. et Mme Tiouit
Vends
hyfoama
DNS
pour
H 27 ans soutien de famille
meringue.
licence en droit + CAPA 2014
Tél.
:
0550 97.31.42 -
0550
cherche emploi dans n’impor-
57.78.14 - ABR43778
te domaine.
—————————————
Acide acétique 99,9% grade
alimentaire.
Tél. : 0550 97.31.42 - ABR43778
Tél. : 0697 80 53 59
—————————————
Abdelhamid félicitent
leurs petits-enfants
pour la réussite au bac
H père de famille cherche
ABDELAZIZ YASMINE
APPARTEMENTS
—————————————
Eurl promotion immobilière
vend appartements type F2,
ments pieds dans l’eau à Tichy,
Aokas, Souk El Tenine.
Tél. : 0560 53.20.60
emploi chauffeur, agent de
sécurité, livreur, magasinier
dans société privée ou éta-
tique, sérieux, ponctuel, dyna-
BABOURI RAYANE
et BABOURI IMED
- 0771 65.41.39
mique, sens du travai en grou-
pe, étudie toute proposition,
- BJ-BR3283
Félicitations
Félicitations
A notre fille
M. et Mme Berdous Kaci, leurs
enfants et leurs gendres
au BEM
Nous sommes fiers de vous.
A d’autres succès,
Inch’Allah.
félicitent leurs filles
DJABRI KHADIDJA
FATMA