Vous êtes sur la page 1sur 32
 
 Íau
 Anadé
Garbe
 de
 193?
LAMS
 DE DOU TR1NE
A
 PERPAUS
 D'U
 PARTIT
 FELIBRE
Lou
 baient
 alendau,
 qui
 mie
 per
 Lengadoc
 lou
 coumbat
 qui
miam
 per
 aci
 dab lous
 Reclams,
 que-m
 
 l'aunou
 e
 lou
 plasé
 de
discuti
 la mie
 idée
 d'û
 partit
 felibre
 doun
 èy
 entertiengut
 lous
noustes
 leyidous au
 mes
 de
 Yulhet
 de
 l'an passât
 e
 au
 mes
 de
Heure
 d'aquéste
 an. Lou bayle
 de
 alendau,
 l'amie
 Peire
 Azema,
qu'ey
 û
 dous felibres
 lou
 mey
 hournit
 de
 mestiou
 felibrenque
 e
 que
hè
 gay
 d'en
 plarla
 dab et
 permou
 d'aco
 :
 qu'en
 sap
 hère
 e
 aquere
sapience
 qu'où
 permét
 de
 discuti
 en
 counechence
 de
 cause,
 coum
disen.
 Mes
 de
 trop
 espia
 lous
 detalhs,
 que
 pot
 pourta
 dou
 tort
 à
 la
biste
 d'ensemble.
Azema
 dounc,
 apuch
 d'abé
 estudiat
 la
 questioû
 qui
 èy
 pausat,
que
 pense
 que
 la
 mie idée
 d'û
 partit
 felibre
 qu'ey
 ue
 illusioû
 e,
 si
dit
 en acaba,
 de
 créde
 qu'û tau
 partit
 que
 haré
 de
 b
 tribalh
 enta
la
 défense
 e
 l'esplandide
 de
 las
 noustes
 idées,
 que
 pouderé esta
 ue
illusioû
 danyerouse.
Qu'aberé
 rasoû,
 lhèu,
 si
 enteni
 lou
 partit
 felibre
 au sens
 qui
 dan,
à
 tort
 soubén,
 au
 mout
 partit;
 oey,
 en
 France, oun
 fourren pertout
la
 politique
 pouliticayre,
 nou
 l'enténen
 qu'au
 sens
 de
 coualicioû
d'intérêts
 de
 goubernament,
 e
 qu'at
 eau
 dise tabé,
 coualicioû
 de
proufitayre.s
 d'ue
 forme
 de
 goubernament.
 Nou
 bouy
 pas
 rapetiti
 la hèyte
 dinqu'à parla d'intérêts
 particuliès,
 mes
 que
 pouderi
 parla
 de
«
 classes
 »
 souciaus
 qui
 nou
 pensen
 goayre
 qu'à
 d'ères
 e
 tant
 pis
per las
 autes
!
 En
 abém exémples
 à
 d'aquéste moument
 ou
 noû
 ?
Que
 bouy
 enténe
 lou
 mout
 partit
 au
 sens
 d'unioû
 enta
 la
 défense
d'û ensémble
 de
 causes
 atacades
 pe.r
 d'autes
 coualicioûs, causes
 de
l'esprit
 d'abord
 
 e
 l'esprit
 que mie
 lou
 corps
 
 prencipis
 de
bite-bitante qui soun
 la
 resuite
 d'aqueres
 causes
 espirituales
 e,
coum
 tout
 se
 tién, qui goubernen tabé
 l'économie. Aquiu
 sus,
 ni
 las
formes
 de
 goubernament, rey
 ou
 republique,
 ni
 las
 reliyioûs
 n'an
pas
 à
 esta
 mesclades
:
 que
 soun
 questioûs
 à
 despart.
 Azema
 n'ey
pas
 d'aquet
 abis
 permou qu'espie
 ço
 qui-s
 passe
 en
 aquéste
 temps,
mes
 l'abiéne
 qu'ey
 en
 marche
 e
 arré
 nou
 dit
 que
 ço
 qui
 bedém
 que
durara.
 Mes,
 si-m
 ba
 repica,
 lou
 mout
 de
 partit
 qu'ey
 labets mau
causit
:
 lou
 dicciounàri
 que
 dit
:
 Parti
 
union
 de
 personnes contre d'autres
 ayant
 une opinion contraire.
 U
 partit
 b'ey dounc
 ue
fourmacioû
 de
 guerre
 ?
 
 266
 
 Pas fourçamén
:
 que
 pot
 esta
 simplamén
 ue
 fourmacioû
 de
défense
 e
 de
 prouteccioû
 e
 qu'ey
 atau
 qui
 l'enténi,
 coum
 enténi
lous
 moûts
 de
 Patrie
 e
 de
 Nacioû
 aus
 sens
 mistralenc,
 qui
 n'ey
 pas
lhèu
 lou
 dous
 parisiens;
 proubable
 n'acceptarén
 pas que preten-
doussen
 que
 la
 France qu'ey
 û
 assemblàdye
 ou
 û
 rassemblàdye
 de
nacioûs.
 E
 toutû
...
E
 puch,
 aço
 tapoc
 ne-s
 pot
 pas
 denega,
 lous
 partits
 d'adare
 qu'an
sustout
 — que
 pouderi
 dise
 n'an
 pas
 qu'aquet
  lou desi
 de
 cou-
manda,
 d'esta
 lous
 mèstes
 qui forcen lous
 auts
 à
 créde, au
 mesprèts
de
 la
 libertat
 e
 de
 la
 dignitat
 umane
:
 e
 seré
 dounc
 impoussible
 per aco
 de
 pensa
 diferentamén
 sens
 de
 cessa
 d'esta
 û
 partit
 ?
Azema
 qu'a
 pou
 que
 l'acord
 nou-s
 pousquie pas
 ha
 enter
 lous
omis
 qui-m
 paréchen destinats
 à
 counstitui
 lou
 «
 frount
 »,
 pusque
lou
 mout qu'ey
 à
 la
 mode, lou
 frount
 felibrenc
 à
 qui pénsi, permou
de
 las
 diferences
 de
 councepcioû dous
 Fédéralistes,
 dous
 Reyiouna-
listes, dous
 Felibres,
 etc.
 Per
 aco,
 ya bedém en
 aqueste
 ore
 û frount qui
 tién,
 à
 maugrat
 de
 la
 diference
 de
 bistes
 dous
 très
 ou quoate
partits
 qui-u
 counstituéchen.
 Om
 que
 s'entén
 sus
 lous
 prencipis
màyes,
 sus
 ço
 qui
 apèren
 en
 francés
 les
 directives
 e
 aquiu
 sus,
que
 crey
 que
 l'acord
 que-s
 haré
 prou
 aysidamén.
 Trente
 ans
 de
yournalisme
 de
 tout
 die,
 certes,
 que
 m'an
 permetut
 de
 béde
 que
n'ey
 pas
 toustém
 coumode
 d'amassa
 sus
 û
 medich nabiu
 û
 esqui-
pàdye qui
 hara
 ço
 qui eau
 enta
 que
 lou
 bachèt
 que
 s'en
 àne
 de
 dret
tau
 port,
 mes
 n'ey
 pas impoussible,
 qu'en
 abouy
 mantue
 probe;
 que
y
 a
 encoère,
 gràcis
 à
 Diu,
 omis
 de
 boune
 boulentat
 e
 qui
 bòlen
enténe
 la
 rasoû.
Que
 debini tabé
 ço
 qui
 
 pòu
 à
 Peyre
 Azema,
 ya
 que
 nou-n
digue
 mout;
 en
 n'esta
 que
 ue
 assouciacioû
 literàri
 de
 mounde pasible, lou
 Felibridye
 ne
 parbién
 pas
 toustém
 à
 mantiéne
 l'acord
enter
 lous
 sous
 feaus; qu'ey
 ço
 qui
 seré
 doungues
 si,
 à
 la
 literature
bienèn mescla
 las
 questioûs souciaus
 e
 lous
 proublèsmes
 écono-
mies
 ?
...
Enta-t
 sabé,
 que
 caleré
 ha
 l'esperience
 e
 que
 crey
 qu'en
 baleré
 la
péne.
Qu'at
 tourni
 dise
:
 la
 toque
 dou
 Felibridye
 qu'ey souciau;
 Mistral
qu'a
 clamât
:
 la
 lengue
 d'abord,
 mes,
 en
 sa
 pensade,
 au
 segu,
 qu'ey
sounque permou
 qu'y
 bedè lou
 miélhe
 utis
 enta
 parbiéne
 à
 las
 fis
qui
 assignabe
 à
 l'obre
 entreprese
:
 que
 sabè
 plâ
 —
 qu'ère prou
 paysâ
de
 race
 ta
 d'aco
 
 que
 lou
 pòple
 ne
 biu pas
 de
 cansoûs;
 que
 bedè
lou
 Felibridye
 d'û
 oelh
 réaliste,
 emparàyre
 d'ue
 soucietat
 mey
 yuste
e
 mey
 umane,
 mey
 fraternale
 en
 û
 mout
:
 yusticie,
 libertat
 e
 pats
ta
 touts.
En
 nou
 ha
 que
 literature,
 lou
 Felibridye
 e
 coumplira
 la
 pensade dou
 Mèste
 ?
 Que soy
 segu que
 Azema
 qu'ey
 lou
 permè
 à
 estima
 que
noû.
 La
 soue
 counstitucioû
 que seré
 lhèu
 toutû
 prou
 souple enta
que
 s'eslarguisse la
 bie,
 mes
 qu'a
 trop
 loungtemps
 que lou
 plec
 
267
 
qu'ey prés
 enta
 que
 s'y
 pousquie coumpta
 sus
 û
 cambiamént
 de
mouyéns
 pròpis
 à
 l'accioû
 qui
 miaré
 û
 partit
 felibre. Las metodes
que
 serén
 diferentes
:
 l'académie
 dou
 bî
 ne
 founccioune
 pas
 coum
la
 counfederacioxi
 dous'bignès.
Si
 dounc
 lou
 Felibridye
 ey
 ue
 obre
 qui
 u
 ha
 mey que
 literature,
 tout
 ço
 qui
 a
 hèyt
 dinqu'adare
 de
 d'autes
 bords
 qu'ey trop
 poc
de
 cause,
 sens
 d'en
 denega lou
 meriti,
 enta
 que
 s'y
 pousquie
 trouba
il
 alibi
 —
que
 eau
 créa
 l'utis ta ha
 lou
 lliebàmi
 necessàri.
Mes,
 si
 la
 mayouritat
  ne
 bouy pas
 desbremba
 que bibém
 en reyime
 mayouritàri,
 débat
 la
 ley
 dou
 noumbre
 
 si
 la
 mayouritat
dous
 manteneyres
 estime
 que
 tout
 que
 ba
 plâ coum
 aço,
 coum
 soy
prou disciplinât
 de
 nature,
 que
 diserèy
 tout
 simplemén
:
 atau
 sic
 !
e
 nou-n
 parlaram
 pas
 mey.
SIMIN
 PALAY.
LOU
 COURNÉ
DOU
POUETE
A
 LA
 OUPE
 SANTE
(Tringade
 dite
 à
 la
 Sente
 Estéle
 de
 Beziès).
Nou
 t'èy
 pas
 soubén estregnude,
 ô
 oupe
 santé, mes
 cade cop
 que
 senti
 en
 moun
 co
 lou
 frémit
de
 touts
 lous
 qui-t
 prenoun
 d'ue
 mâ
 tremoulante
de
 frèbe estrambourdante
 e
 dab
 els qu'eu
 tremit.
Quoaus èren
 ?
 N'at sèy
 pas.
 Mes
 ço
 dount
 soy
 segure,
qu'ey
 de
 la
 
 qui-us
 alugabe
 l'estrambord
e
 qui-us
 miabe
 à
 de
 cap-sus
 la
 bie
 escure enta
 la
 luis
 qui percebèn
 au
 soum
 dou
 port.
Que
 camïni
 coum
 ets de-cap
 aquere
 estéle;
Au
 bent
 qui
 bouhe
 sus
 la
 mar
 largant ma
 bêle,
sens
 temou
 de
 l'andade
 e
 dou
 roc
 escounut
...
Lou
 port
 qu'ey
 loegn,
 mes, per
 lou toû
 
 sustienut,
O
 oupe
 Sanie,
 quoan
 tout
 e
 seré
 miràdye,
cap
 à
 la
 luis
 que
 perseguéchi
 lou
 me
 biàdye
 !
SIMIN
 PALAY.
576648e32a3d8b82ca71961b7a986505