Vous êtes sur la page 1sur 4

Réalisé par :

KHOUMRI Majdouline
Groupe 8

Encadré par:
Mr SASSI Amine
 Analysez l’article 6 de la loi 65-99 :

Cet article traite la définition du salarié et d’employeur d’un point juridiquement. En effet,
un salarié selon l’article est une personne physique qui exerce une activité professionnelle
sous la supervision d’un employeur en contrepartie d’une rémunération, on observe qu’un
employeur est une personne qui peut être physique ou morale et qui exploite les efforts
d’un salarié en contrepartie d’une rémunération.

 La valeur juridique du règlement intérieur :


Le règlement intérieur vient compléter les statuts de la société. Comme les statuts, il a force
obligatoire et sa violation peut engager la responsabilité de l'auteur de l'acte. Mais il ne
s'applique en principe qu'au gérant, aux associés et aux salariés. N'étant pas publié, il n'est
pas applicable aux tiers à la société, à moins qu'ils le connaissent, voire qu'ils l'aient accepté.
Le règlement intérieur a une valeur inférieure aux statuts. Ainsi, en cas de contradiction
entre les statuts et le règlement intérieur, ce sont les statuts qui prévalent.

 Analysez l’article 274 de la loi 65-99 :

Les permissions d’absence bénéficiées par le salarié pour des événements familiaux à savoir
le mariage (4 jours pour le salarié et 2 jours pour son enfant) et le décès (3 jours pour le
conjoint ou l’enfant ou l’ascendant et 2 jours pour le frère ou la sœur) sont traités dans cet
article. Et autres absences (2 jours pour une circoncision ou une opération chirurgicale du
conjoint ou d'un enfant à charge).

 Analysez les articles 387 388 389 390 391de la loi 65-99 :

Ces articles expliquent la saisie-arrêt et de la cession des salaires, commençant tout d’abord
par les conditions dont lesquelles les salaires sont saisissables et les taux appliqués Et par la
suite les éléments du calcul du salaire à savoir les indemnités, les primes et les allocations et
finalement la pension alimentaire due au conjoint et les amendes en précisant l’intervalle
(300 – 500) et également le plafond (20.000) .

 Les fondements du code de travail

Le fondement du droit du travail Définition Travail : Ce terme vient du grec tripalium


(instrument de torture). Dans le langage courant le travail se confond avec l'activité
professionnelle, c'est une action rémunérée faite par une personne physique ou morale
(groupement qui a une existence juridique autre que celle de ses membres : association,
groupement d’employeurs) à la demande d'une autre personne physique ou morale.
L'opérateur agit dans la perspective d'une rémunération. Le travail est au cœur de
l'économie et c'est aussi l'un des principaux moteurs des relations sociales.

 Analysez les articles 35 et 36 de la loi 65-99 :


L’article 35 précise les cas où il est interdit le licenciement d’un salarié par l’employeur, Ils
sont selon l’article 3 cas, l’aptitude, la conduite et les nécessités de fonctionnement de
l’entreprise. Et bien sur le cas normal c’est celui du motif valable, Et selon l’article 36 il existe
des motifs qui ne nécessite pas des sanctions ou des licenciements tels que l’affiliation ou la
participation à des activités syndicales, la race la couleur le sexe la religion …

 Droit prévu par la loi :


La loi (CO) fait une distinction entre les normes d’application obligatoire et celles
d’application dispositive. Font partie des normes d’application obligatoire, donc des normes
qui priment toutes les autres réglementations, les normes des art. 319 et s. CO énumérées
dans les catalogues des art. 361 al. 1 et 362 al. 1 CO. Toutes les autres normes sont
foncièrement considérées comme des normes de droit dispositif (non obligatoires).

 Conventions collectifs de travail :


Ces prescriptions qui règlent la conclusion, l’objet et la fin des contrats individuels de travail
doivent uniquement respecter les réglementations légales obligatoires et priment toutes les
autres prescriptions .

 Règlements intérieur :
Les règlements intérieurs sont, dans la hiérarchie des normes, inférieurs aux conventions
collectives de travail

 Contrat-type de travail :
Les contrats-type de travail ne peuvent, non seulement, pas contrevenir aux conventions
collectives de travail mais sont également primés par les conventions individuelles entre les
parties.

 Instruction :
Le droit dont dispose l’employeur de donner des instructions au travailleur ne vaut
que dans le cadre du rapport de travail déjà fixé.