Vous êtes sur la page 1sur 3

HEPATITES VIRALES

- Caractérisé par inflammation et nécrose hépatocellulaire, PBF inutile


- Hépatites A, B, D, E peuvent donner une hépatite grave fulminante
- Les hépatites B, C, D (co-virus du B) peuvent évoluer vers la chronicité et le CHC

Hépatites à transmission entérale

Hépatite A :

- La plus fréquente, virémie brève


- Transmission : entérale, sanguine, placentaire, sexuelle (homosexuelle)
- Sujets jeunes
- Cytolyse à 20 fois la normale
- Sérologie : rechercher les AC anti VHA de type IgM

Hépatite E :

- Virémie brève
- Touche l’adulte jeune
- Mortalité élevé chez la femme au 3ème trimestre
- Transmission : entérale
- Sérologie AC anti VHE de type IgM

Transmission parentérale :

Hépatite B :

- Virus à ADN
- Souvent bénigne 90% asymptomatique
- Gravité liée à sa forme fulminante (0,1%) et au passage à la chronicité (10%)
- Incidence annuelle du CHC est de 3à 5%
- Transmission : placentaire, sexuelle, sanguine, salive lait maternelle (toutes les sécrétions
biologique)
- L’Algérie est une zone de prévalence intermédiaire, dominée par le risque de transmission
horizontal chez l’adulte jeune
- L’Ag HBs est un Ag de surface, présent en cas d’infection aigue
- L’AC HBs marqueur de guérison totale
- L’Ag HBc constituant essentiel de la capside du virus
- L’Ag HBc entraine la formation d’AC IgM ou IgG
- L’Ag HBe marqueur de la réplication virale
- L’Ag HBe est la forme soluble de l’Ag HBc

Hépatite D :

- Co virus de l’hépatite B qui est indispensable à sa multiplication (enveloppe du virus D contient


l’AG Hbs)
- Le vaccin du VHB protège contre la VHD
- Responsable d’hépatites aigues fulminantes et de surinfection chez le porteur chronique
- Transmission sanguine
- Sérologie : AC anti HVD, +/- AC anti HBc, Ag HBs,
Hépatite C :

- L’hépatite post-transfusionnelle la plus fréquente 90%


- Evoluent dans 80% des cas vers la chronicité, 30% évoluant vers la cirrhose
- Incidence du CHC 3 à 5%
- Transmission : sanguine, professionnelle, sexuelle
- Sérologie : AC anti HCV (PCR)

Clinique :

- Forme commune ictérique :


 Phase d’incubation 
 Phase pré ictérique : syndrome pseudo grippal, asthénie quasi constante, troubles digestifs,
parfois triade de Caroli (céphalée, urticaire, arthralgie)
 Phase ictérique : ictère + syndrome de choléstase (prurit, urine foncé, selle décolorés) +
syndrome de cytolyse constant
 Phase de convalescence : recoloration des selles puis crise polyurique franche

- Hépatite fulminante :
 Hépatite aigue nécrosante entraine une insuffisance hépatique grave avec encéphalopathie
hépatique
 80% mortelle
 Anapath : nécrose hépatocellulaire étendue + atrophie hépatique
 Effondrement du facteur V
 Signes d’alarmes :
 Douleurs abdominale
 Reprise de l’asthénie ou de la fièvre
 Diminution de la matité hépatique
 TP < 50%
 Encéphalopathie hépatique
- stade 1 : astérixis, inversion du rythme du sommeil
- stade 2 : confusion, agitation
- stade 3 : stupeur, patient souvent endormi
- stade 4 : coma hépatique
EEG : ralentissement du rythme de base + apparition d’ondes triphasiques

Traitement :

RHD : repos, arrêt de tt médicament non indispensable (paracétamol…)

- Hépatites A et E : trt symptomatique

- Hépatite B aigue : symptomatique

- Hépatite C aigue : interféron

- Hépatite fulminante : hospitalisation en réa, symptomatique, transplantation hépatique


Prophylaxie :

1) Hépatite entérales :
- Mesures d’hygiènes
- Sérothérapie : réalisée dans les deux semaines qui suivent la contagion possible pour les
personnes en contact

2) Hépatites parentérales :

- Hépatite B, D :
 hygiène et précautions
 immunisation passive : injection immédiate d’Ig anti HBs
 accident d’exposition au sang
 NNé de mère porteuse HVB
 Rapport sexuel avec sujet fortement contagieux
 vaccination : 2 inj 1 mois d’intervalle + rappel a 6 mois (programme national)
- Hépatite C :
 RHD et précaution