Vous êtes sur la page 1sur 6

Diagnostic financier Niveau : 2ème LA et 2e LF

Correction du TD1
Exercice 1 : Rôle des soldes intermédiaires de gestion
Indiquez le ou les soldes intermédiaires de gestion correspondant à la nature de l’information
recherchée.

Informations Soldes intermédiaires de gestion


correspondant
Analyser le résultat Résultat brut d’exploitation (excédent ou
insuffisance)
Résultat des activités ordinaires
Résultat net de l’exercice
Mesurer la performance des activités Résultat des activités ordinaires
d’exploitation et financières
Mesurer le résultat des opérations non courantes Résultat exceptionnel
(qui n’est pas pris en considération dans les SIG
du système tunisien, contrairement au système
français)
Mesurer la performance industrielle et Résultat brut d’exploitation
commerciale (dans le système français, c’est le résultat
d’exploitation, un solde intermédiaire entre l’EBE
et le RAO)
Analyser l’activité Marge commerciale
Production de l’exercice
Mesurer la richesse créée par l’entreprise Valeur ajoutée
Mesurer le bénéfice ou la perte de l’exercice Résultat net
Mesurer la rentabilité économique Résultat brut d’exploitation (EBE ou IBE)
Mesurer la ressource dégagée par l’activité Marge commerciale
commerciale
Mesurer le poids économique de l’entreprise Valeur ajoutée
Mesurer l’ensemble de l’activité de production Production
Marge sur coût matières
Mesurer le surplus monétaire potentiel généré par Résultat brut d’exploitation
l’activité d’exploitation de l’entreprise

Exercice 4. Analyse de la profitabilité et de la rentabilité


1- L’excédent brut d’exploitation
a- Calcul :
Elément N N-1
Chiffre d’affaires 11236 9659
- Coût d’achat des marchandises vendues 7752 6972
- Autres achats et charges externes 1346 1380
- Impots, taxes et versements assimilés 79 75
- Charges de personnel 1144 1121
= Excédent brut d’exploitation 915 111

b- Evolution
Taux de variation de l’excédent brut d’exploitaton = = 724%.
Diagnostic financier Niveau : 2ème LA et 2e LF

Après un niveau très médiocre en N-1, on assiste à une nette amélioration en N de l’excédent
brut d’exploitation. Ceci s’explique par un accroissement du chiffre d’affaires dans une plus
grande proportion que celui du coût d’achat des coûts des marchandises vendues et des
charges de personnel. D’autre part, on constate une légère réduction des autres achats et aux
charges externes. On peut en conclure que l’entreprise a su maîtriser ses coûts d’exploitation.
L’évolution très positive de l’EBE permet d’affirmer que la diversification de l’activité a
permis une progression de la performance de l’entreprise.

2- Le ratio de profitabilité et de rentabilité économique

a- Profitabilité économique :
La profitabilité économique s’apprécie à partir de deux ratios :

N N-1
Taux de marge brute d’exploitation
915/11236 = 8% 111/9659 =1%
EBE/CAHT
Partage de la valeur ajoutée
915/2138 = 43% 111/1307 = 8%
EBE/VA
Valeur ajoutée N = 11236-7752-1346 = 2138
Valeur ajoutée N-1 = 9659-6972-1380 = 1307

La capacité de l’entreprise à générer un résultat pour le chiffre d’affaires a


progressé de 7% (8% -1%). La forte augmentation de l’EBE en est la cause.

Par ailleurs, la valeur ajoutée a augmenté de 35% ; il en résulte que la part de


richesse revenant à l’entreprise pour rémunérer les apporteurs de capitaux et
renouveler le capital investi est en hausse sensible.

b- Rentabilité économique :
La performance économique se mesure grâce au ratio de rentabilité
économique :

N N-1
Taux de rentabilité économique 915/4580 111/4230
= =
= EBE/capital engagé pour l’exploitation ou 20% 2,6%
actif économique

Pour améliorer sa rentabilité économique, l’entreprise a agit à la fois sur le taux


de marge brute d’exploitation et sur le taux de rotation du capital engagé mais
dans une moindre mesure.
Diagnostic financier Niveau : 2ème LA et 2e LF

L’amélioration tant de la profitabilité que de la rentabilité est encourageante en


ce qui concerne les perspectives de développement de l’entreprise.

Exercice 5. Analyse du seuil de rentabilité et calcul du levier d’exploitation

1. Le seuil de rentabilité

Seuil de rentabilité (en DT) s’obtient à l’aide de la formule suivante :

= = 1238182 DT.

Avec :
Eléments Montant Pourcentage
Chiffre d’affaires 2112760 100
Coût d’achat des marchandises vendues 917080
(940800+109000-132720)
Autres charges variables d’approvisionnement 181555
Coût variable des marchandises vendues -1098635 52
Marge sur coût variable d’achat =1014125 48
Charge variable de distribution -313760
Marge sur coût variable =700365 33
Charges fixes 408600
Résultat courant 291765

L’activité Vetpro ne dégage des bénéfices qu’à partir d’un chiffre d’affaires de
1238182 dt.

Seuil de rentabilité (en termes de date) :

(Seuil de rentabilité / Chiffre d’affaires)


= 210,97 = 1238182/2112760 = 211 jours = 7mois

Date : 30 juillet : il reste 5 mois d’activités pour réaliser des bénéfices.

2. Marge de sécurité et indice de sécurité

Marge dé sécurité = chiffre d’affaires – seuil de rentabilité


= 2112760-1238182 = 874578 dt.

Il s’agit de la tranche du chiffre d’affaires qui permet la réalisation de bénéfice


Diagnostic financier Niveau : 2ème LA et 2e LF

Indice de sécurité = Marge de sécurité/ Chiffre d’affaires * 100


= 874578 / 2112760 * 100 = 41,4%

Toute baisse du chiffre d’affaires supérieure à 41,4% entrainerait des pertes pour
l’entreprise.

3. Levier d’exploitation
a. Calcul des résultats d’exploitation

Eléments Exercice N Augmentation de 15% du


chiffre d’affaires
Chiffre d’affaires 2112760 2112760*1,15 = 2429674
Marge sur coût variable 700365 2429674*0,33 = 801792
Charges fixes d’exploitation 408600-81720= 408600-81720 = 326880
326880
= Résultat d’exploitation 373485 474912

b. Calcul du levier d’exploitation

Coefficient du levier d’exploitation (CLE) =

CLE = = 1,81

Une augmentation de 15% du chiffre d’affaires entraine une augmentation de 27,15% (1,81 *
15%) du résultat d’exploitation.

Exercice 6

1- Calcul du taux de marge nette, de la rentabilité économique et de la rentabilité


financière

 Taux de marge nette (TMN)


Bénéfice net (BAII- FF)(1- t)
TMN= 
Chiffre d' affaires CA
Or BAII (bénéfice avant impôt et intérêt) = 15% chiffre d’affaires (CA) 
Diagnostic financier Niveau : 2ème LA et 2e LF

BAII= 15% x 800000= 120000


Frais financiers :
FF  i  D avec
D = Dettes totales = Total Actif TA – Capitaux propres CP
Et TA = CA= 800000
 CP = ½ CA et D=0,5 TA
D’où Dettes : D= 400000 et Capitaux propres = CP = 400000
Frais Financiers = FF = 10% x 400000  FF= 40000
(120000 - 40000)(1-30%) 56000
= = = 7%
 TMN= 800000 800000

 Taux de rentabilité économique


BAII 120000
RE    15%
TA 800000

 Taux de rentabilité financière


BN (120000 - 40000)(1-30%) 56000
RF = = = =14%
CP 400000 400000

On constate un taux de marge nette TMN = 7% relativement faible par rapport au Taux de marge
BAII
nette TMB (15%= ) à cause des frais financiers qui sont élevés. En outre, la rentabilité
CA
économique = 15% s’avère insuffisante par rapport au coût de la dette =10%.

2- Relation entre rentabilité financière et rentabilité économique et nature de l’effet de


levier financier ELF

 D
RF   RE  ( RE  i)  (1  t )
 CP 
é 400000 ù
RF = ê15%+ (15%-10%)´ ú(1- 30%)  R F = 14%
ë 400000 û
R E =15% > i =10%  Effet de levier financier positif (ELF >0) l’entreprise n’a plus intérêt à
s’endetter car l’endettement détériore la rentabilité des actionnaires.
Diagnostic financier Niveau : 2ème LA et 2e LF

3- Sensibilité du résultat d’exploitation et du bénéfice net par rapport au volume


des ventes

Coefficient du levier d’exploitation (CLE)


(p - v)Q M / CV 40%  800000 320000
CLE      CLE = 2,67
(p - v)Q - CFEXP BAII 120000 120000

Si la quantité produite et vendue augmente de 10%  Le BAII augmente de 26,7%

 Coefficient du levier global (CLG)


(p - v)Q M / CV 40%  800000 320000
CLG      CLG = 4
(p - v)Q - CFEXP  FF BAII  FF 120000- 40000 80000

Si la quantité produite et vendue augmente de 10%  Le Bénéfice par action augmente de


40%

 Coefficient du levier financier (CLF)


CLG 4
CLF    CLF = 1,49
CLE 2,67
Si le bénéfice avant import et intérêt (BAII) augmente de 10%  Le Bénéfice par action
augmente de 14,9%.