Vous êtes sur la page 1sur 24

DK NEWS

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION

MÉTÉO

FROID

et

pluvieux

page 2

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012 - 23-24 Mouharram 1434 - N° 139 - Première année - Prix : Algérie : 10 DA. France : 1€

www.dknews-dz.com

Les news

SAHEL

Le département d'Etat américain a annoncé hier la désignation du Mouvement pour l'unité et le djihad en Afrique de l'Ouest (MUJAO) comme organisation terroriste étrangère sur laquelle s'applique, désormais, le décret présidentiel 13224 des Etats-Unis. Le département d'Etat a inscrit également sur sa liste noire deux des dirigeants du groupe terroriste MUJAO, Hamad el Khairy et Ahmed el Tilemsi.

Le département d'Etat américain inscrit le MUJAO sur sa liste des organisations terroristes

PROMOTION DU DIALOGUE POLITIQUE ENTRE LE GOUVERNEMENT ET LES TOUAREG DU MALI

Washington appuie la position «leader» de l’Algérie

affirme M. William Burns

Washington appuie la position «lea- der» de l'Algérie en faveur de la promo- tion du dialogue politique entre les Maliens, a affirmé, jeudi soir à Alger, le secrétaire d'Etat adjoint américain, M. William Burns. «Les Etats-Unis appuient la position leader de l'Algérie en faveur de la promotion du dialogue politique entre le gouvernement malien et les Touareg du Mali», a indiqué M. Burns lors d'un point de presse organisé au siège de l'ambassade américaine à Alger. Il a affirmé, dans ce contexte, que son pays appuyait tous les efforts à même de faire avancer le dialogue poli- tique entre le gouvernement malien et les groupes non violents dans le nord du Mali. «Nous continuons de favoriser une coordination des efforts en vue d'accélé- rer les discussions politiques au Mali et nous savons que l'Algérie a un rôle à jouer en la matière», a souligné M. Burns. Le responsable américain a fait remarquer que la crise au Mali présen- tait différentes dimensions, à savoir sécuritaire, politique et humanitaire, indiquant que «pour qu'une stratégie réussisse il faut qu'elle prenne en compte tous ses aspects».

Page 4-5

qu'elle prenne en compte tous ses aspects». Page 4-5 SAISIE RECORD PAR LA SÛRETÉ NATIONALE DE

SAISIE RECORD PAR LA SÛRETÉ NATIONALE DE STUPÉFIANTS AUX FRONTIÈRES OUEST

18 TONNES DE KIF TRAITÉ

récupérées à Tlemcen

La quantité de drogue (cannabis), conditionnée en plusieurs centaines de paquets de 25 kg chacun, était dissimulée à l’intérieur des doubles fonds de deux camions-citernes de

transport de ciment. Quatre personnes, dont le propriétaire de la ferme où se trouvaient

les camions-citernes et un ressortissant malien,

Page 10

ont étés arrêtées.

ACCIDENTS DE LA ROUTE

12 MORTS

et 60 blessés

durant la journée de jeudi

Page 3

SCIENCE et VIE APRÈS LE SÉISME SPORTSSPORTS Quand OSTÉOPOROSE 1 ER SEMI-MARATHON SUR FAUTEUILS DES
SCIENCE et VIE
APRÈS LE SÉISME
SPORTSSPORTS
Quand
OSTÉOPOROSE
1 ER SEMI-MARATHON SUR FAUTEUILS
DES OS
vient
QUI
le soir,
Un grand
succès
PARTENT
EN FUMÉE
l’angoisse…
Participation de 61 personnes
dont des anciens champions valides
pages 12 - 13
page 8
Page 24
BÉJAÏA

FOOTBALL

Ligue 1

(14e Journée match avancé)

L’USMA cartonne

6 - 0

face à l’USMBA

Les autres rencontres auront lieu aujourd’hui

1 (14e Journée match avancé) L’USMA cartonne 6 - 0 face à l’USMBA Les autres rencontres
2 DK NEWS D’ EIL Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012 MÉTÉO CLINCLIN CE
2 DK NEWS
D’
EIL
Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012
MÉTÉO
CLINCLIN
CE MATIN À 10H AU SIÈGE DE DK NEWS
Froid et pluvieux
Conférence de presse de
M. Belkacem Sahli, SG de l’ANR
REGIONS NORD
Temps relativement froid et instable avec averses de pluies,
localement assez marquées sur les régions côtières de l'Est (Béjaïa - El
Tarf ) la journée d’aujourd’hui. Tendance à l'amélioration à partir de
dimanche avec localement quelques pluies résiduelles sur les régions de
l'Est. Les températures maximales varieront entre 12°c/15°c près des côtes
et de 6°c/10°c vers les Hauts Plateaux. Les vents seront modérés à parfois
assez forts notamment aujourd’hui.
M. Belkacem Sahli, secrétaire général de l’Alliance nationale
républicaine (ANR), présidera, ce matin à 10 h, une conférence
de presse au siège de DK News, 3, rue du Djurdjura (face au lycée
El Mokrani) à Ben Aknoun. Cette conférence s’inscrit dans le
cadre des résultats des élections locales du 29 novembre, scrutin
qui a vu la participation de l’ANR.
CET APRÈS-MIDI À 14 H AU SIÈGE DE DK NEWS
Nuageux sur la Saoura, le Nord
Sahara et les Oasis
REGIONS SUD
Temps passagèrement nuageux en cours de journée sur la Saoura, le Nord Sahara et
les Oasis. Ailleurs, temps ensoleillé. Les températures maximales varieront de 14°c à 19°c
avec des pics de 25°c vers Tamanrasset et Illizi. Les vents seront généralement faibles.
Conférence-débat
sur les événements
du 11 décembre 1960
Alger
max
15°
min
09°
Oran
max
16°
min
04°
Annaba
max
15°
min
09°
PALESTINE-
HAMAS
Béjaïa
max
14°
min
08°
1 re
visite
Tamanrasset
max
21°
min
09°
Une conférence-débat sera organisée au centre de
presse de DK News, cet après-midi à 14h, 3, rue du
Djurdjura, Ben Aknoun (face au lycée El Mokrani). Cette
conférence sera animée par M. Amar Belkhodja, jour-
naliste-chercheur et écrivain et aura pour thème «les
événements du 11 décembre 1960. Plusieurs témoins de
cet événements seront présents.
à Ghaza
depuis 45 ans
de Khaled
Mechaal
TINDOUF
No Comment
Le chef en exil
du mouvement
de résistance
palestinien
Hamas,
Khaled Mechaal, a entamé hier une
visite à
Ghaza,
sa première dans
cette enclave palestinienne depuis
1 000
logements
ruraux seront
réceptionnés
avant la fin de
cette année
45 ans. Selon des
médias,
M. Me-
chaal est entré à Ghaza par le point
de passage de Rafah, à la frontière
avec l'Egypte, à la tête d'une déléga-
tion de cadres
du Hamas, dont son
adjoint
Moussa
Abou
Marzouk.
«C'est la première fois que je viens
en Palestine
depuis
45 ans»,
a af-
firmé M. Mechaal, qui a précisé que
cette
visite
à Ghaza
était
sa
pre-
mière
dans
ce
territoire
palesti-
nien.
Khaled
Mechaal
doit
notamment
participer
à
Ghaza
aux festivités
du 25
e
anniver-
JAPON
saire de la création du mou-
vement
Hamas
prévues
aujourd’hui
dans
ce
EN PRÉSENCE DE
FRANCE TÉLÉVISIONS
ET ZDF (ALLEMAGNE)
territoire
palesti-
13 ème marathon
nien sous
blocus
israélien
puis plus de
cinq ans.
de-
des Dunes
Des artères
d'autruche pour
les pontages
humains
Pas moins de 1 000 logements
ruraux seront réceptionnés avant
la fin de cette année dans la wilaya
de Tindouf, a-t-on appris jeudi
auprès de la direction du logement
et des équipements publics
(DLEP). Ce quota relève d'un pro-
gramme de 1 166 unités rurales
prévu dans le plan d'occupation du
sol (POS) du chef-lieu de la wilaya,
a-t-on précisé. De cette tranche,
460 logements ont été attribués
au niveau de la nouvelle cité
de Tindouf, après récep-
tion des travaux de voi-
rie et réseaux divers
(VRD), a indiqué
le DLEP, M.
Larbi Bah-
loul.
Une équipe
de France télévi-
sions (Chaînes 2, 3, 4,
DE MAGNITUDE 7,3
5, Outre mer, Arte et TV
Violent séisme
ressenti jusqu’à Tokyo
Monde)
dirigée par le
journaliste franco-algérien,
El Mamoune Mahm, l’un des
chefs de service des sports de
la chaîne,
sera
présente
à
Adrar pour couvrir le 13 ème
marathon des Dunes. En plus de l’événement, les journalistes
de cette chaîne réaliseront un reportage sur la région du Touat
et Gourara qui sera diffusé sur l’ensemble des chaînes citées
de France Télévisions. D’autre part, il est fort possible que la
chaîne allemande ZDF sera présente à Adrar pour assurer un
reportage du marathon des Dunes et d’autres activités.
Des chercheurs japonais ont trans-
planté avec succès des artères d'au-
truche dans des porcs et espèrent à
terme pouvoir utiliser ces vaisseaux
sanguins pour réaliser des pontages sur
des hommes. Ces scientifiques ont dé-
couvert qu'ils pouvaient utiliser des ar-
tères de ces oiseaux, qui mesurent 30
centimètres de long et sont nettement
plus étroites que la plupart des vaisseaux
sanguins des autres espèces. Tetsuji Ya-
maoka, qui a dirigé les recherches, a expli-
qué à l'AFP que ces artères ne mesuraient
que 2 millimètres de diamètre et qu'elles
étaient parsemées de molécules prévenant la
formation de caillots.
Un important tremblement de terre de magnitude 7,3, res-
senti jusqu'à Tokyo, a eu lieu hier au large du nord-est du Japon
induisant une alerte au tsunami, a annoncé l'agence de météo-
rologie japonaise. Le séisme a eu lieu à 17h18 locale (8h18 GMT)
au large des côtes nord-est, avec un hypocentre estimé à 10 ki-
lomètres de profondeur, a précisé l'agence météo. Le tremble-
ment de terre, qui a justifié une alerte nationale au tsunami,
n'a pas déclenché de mesure similaire pour le reste du Paci-
fique, a annoncé le Centre d'alerte aux tsunamis du Pacifique.
CONFÉRENCE-DÉBAT LUNDI 10 DÉCEMBRE 2012 DE 14H30 À L’ENSJSI
L'UE
Peut-elle servir d'exemple à l'intégration du Maghreb ?
A l'occasion de la re-
mise du prix Nobel de la paix à l'Union eu-
ropéenne et de la Journée mondiale des
droits de l'homme, la délégation de l’UE
organise en partenariat avec l'Ecole natio-
nale supérieure de journalisme et des
sciences de l'information (ENSJSI) et des
Etats membres de l'DE, une conférence-
débat sur le thème : l'Union européenne
peut-elle servir d'exemple de l'intégration
du Maghreb ? La conférence-débat se
tiendra le lundi 10 décembre 2012, de
14h30 à 17h à l'amphithéâtre n° 1 de l'EN-
SJSI, 10, rue Doudou Mokhtar,
Ben Aknoun, Alger. Les problé-
matiques tourneront autour des
grands acquis de l'UE, des diffi-
cultés rencontrées depuis sa
création et sur l'attribution du prix Nobel
de la paix ainsi que ses mérites. On s'inter-
rogera si l'DE pourrait servir d'exemple à
l'intégration du Maghreb. Enfin, face aux
mutations qui agitent la région méditerra-
néenne, on évoquera les nouvelles pers-
pectives de la coopération EuroMed qui se
mettent en place.
Les intervenants seront :
bres du corps enseignant de l'ENSJSI :
SEM Marek Skolil, ambassa-
deur, chef de la délégation de
l'UE en Algérie
SEM Frederic Meurice, am-
bassadeur du royaume de Belgique
SEM Gabriel Busquets, ambassadeur du
royaume d'Espagne
SEM Aloisia Worgetter, ambassadeur de la
République d'Autriche
SEM Michal Radlicki ambassadeur de la
République de Pologne
Les débats seront animés par des mem-
M. Abdeslam Benzaoui, directeur-adjoint
de l'Ecole. M. Cherif Dris, maître de confé-
rences, chargé du séminaire Europe-Ma-
ghreb, M. Kaci Djerbib, maître assistant
associé et chroniqueur économique.
Un concours pour tous les étudiants algé-
riens portant sur : «l'Union européenne
peut-elle être considérée comme un mo-
dèle pour l'intégration maghrébine ?» sera
lancé à cette occasion. Les lauréats rece-
vront leurs prix à l'occasion de la fête du 9
Mai, Journée de l'Europe.

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

ACTUALITÉ

DK NEWS

3

INSTALLATION DE L’APW D’ALGER

Alliance FLN-FFS-RND

L’intérêt supérieur prime

O.Larbi

Alliance FLN-FFS-RND L’intérêt supérieur prime O.Larbi tuer une entrave à la volonté des élus des différentes

tuer une entrave à la volonté des élus des différentes partis politiques», a-t-il indi- qué. L’APW d’Alger compte 55 élus dont 29 du parti FLN, 14 du FFS et 12 du RND.

A l’issue du vote, le seul candidat, Abdel-

krim Bounour (FLN), a été élu, à la ma- jorité absolue, au poste de président de l’APW d’Alger. A cette occasion, M. Bou- nour a exprimé la volonté de mettre en œuvre le plan stratégique d’Alger, en coordination avec les élus des trois partis membres de l’APW. Il a estimé que la confiance placée en lui était une «grande responsabilité» exhortant les membres de l’APW à répondre aux attentes des ci- toyens.

Un président d’APW déterminé

M. Bennour, ancien P/APC d’Hydra, avait, au cours de la campagne des élec- tions, développé un discours similaire en détaillant les actions qu’il comptait

entreprendre

aspects sociaux dans la gestion locale, le

candidat FLN annonçait la réalisation de structures de santé publique de proxi- mité dans la capitale. «Nous voulons réa- liser des structures de santé de proximité pour permettre une meilleure prise en charge des personnes âgées, des handi-

capés et des catégories les plus démunies qui peinent à se soigner», a-t-il indiqué tout en insistant sur l’impératif d’une coopération et une coordination des ini- tiatives de l’APW avec les services de la wilaya. L’institution d’une «culture des loisirs» à travers la réalisation de struc- tures dédiées aux sports et aux loisirs était annoncée par Bennour. La réalisa- tion de réseaux routiers appropriés conformément aux besoins de la capitale

au programme de la wilaya fait partie

Mettant l’accent sur les

veau d’Alger. Autre percée du respect citoyen : «Nous voulons faire participer les citoyens à la prise de déci- sion concernant les projets qui les intéressent au pre- mier chef», dit-il. «Nous sommes là pour travailler en collaboration et en coor- dination dans un esprit d’entraide et de concerta- tion avec les services de la wilaya.» Devant une assis- tance rassérénée par la tournure que prenait l’ins- tallation de la nouvelle as- semblée, c’est-à-dire la codirection collégiale de

l’APW d’Alger, les membres du Parlement, les autorités civiles, des magistrats et des services de sécurité ainsi que les walis délégués et les direc- teurs de wilaya, Karim Bennour com-

mence un mandat, alors que le plan stratégique «Alger 2009-2029» est lancé depuis 2010 et connaît des réalisations qui commencent à améliorer les condi- tions de vie et de transport des Algérois. Une entreprise de droit public a même été créée pour conduire ce plan. Elle sera donc l’interlocuteur technique et le vis- à-vis du binôme wali-APW. La société de développement d’Alger a été installée par M. Addou, il y a peu. La composition de cette société publique économique, (EPE) (P-DG et conseil d’administration) est dirigée Mohamed Smaïl qui a pris les rênes de l’organisme créé par le Conseil des participations de l’Etat (CPE) Pour rappel, la stratégie est décompo- sée en quatre séquences temporelles, à savoir 2009-2014, 2015-2019, 2020-2024 et 2025-2029. Le directeur de la société di- rigera un conseil d’administration, com- posé des représentants de plusieurs ministères (Intérieur, Habitat, Hydrau- lique, etc.). La mise en place de cette société par- ticipe à l’aménagement d’un statut par- ticulier pour la capitale. «La création de cette entreprise est un pas vers la révi- sion du statut de la capitale, qui devrait être consacré à terme par la loi. Le statut de cette entreprise permettra à cette so- ciété de récupérer les projets inscrits, les gérer avec efficacité et efficience et les concrétiser dans les délais impartis», avait précisé le wali. M. Bennour a la chance de présider une troïka de gens compétents et sou- cieux du travail bien fait. Il a, en plus, un wali qui a la mission de créer la nouvelle ville d’Alger et une entreprise qui réali- sera les politiques décidées. Les walis dé- légués et les directeurs de wilaya apporteront aux commissions installées leur expertise sur les questions du loge- ment, de la jeunesse, des sports et loisirs, de l’enseignement et de la protection so- ciale, etc. De lourdes charges, mais ô combien exaltantes !

Quand Karim Ben- nour prend la parole, les procédures d’élection ayant été respectées, son statut de président de l’APW d’Alger a pris une dimension historique : il est le premier responsa- ble d’une formation poli- tique qui pouvait diriger seule à avoir réussi une alliance triangulaire avec deux partis puissants lo- calement. Le FFS à Alger

est une force et le RND l’est tout autant. Cet attelage tiendra for- cément la route car la base de travail est de satisfaire aux attentes des citoyens, comme le wali d’Alger, M. Addou, l’a af- firmé : il y a nécessité «de travailler en tant que groupe uni pour réaliser les as- pirations du citoyen, loin de toute fin personnelle et de tout calcul étroit». Pour le wali, le développement de la capitale résidait dans «le travail collectif, la coor- dination et la concertation». D’autre part, le wali d’Alger a lié la consécration de la «sécurité et la stabi- lité» dans la wilaya au développement durable, afin que son impact soit res- senti par chaque citoyen sans «exclusion ni marginalisation», et ce, a-t-il dit, à tra- vers «une communication permanente entre les autorités à différents niveaux». «Toutes les structures de l’instance exé- cutive sont mises à disposition pour aider l’APW, considérant que le point commun qui les réunit n’est autre que l’intérêt général», a-t-il assuré. «Les collectivités locales représentent les espaces naturels au sein desquels s’accomplit tout effort de développement de l’Etat», a-t-il encore dit. M. Addou s’est dit conscient de «l’ampleur» du défi qui doit être relevé par les élus, d’autant qu’Alger, qui est la capitale du pays, «doit fournir davantage d’efforts» en vue de réaliser les objectifs de «la modernité et du développement». «Les défis, quelle que soit leur nature, ne peuvent consti-

Le PT aussi

La secrétaire générale du parti des travailleurs (PT), M me Louisa Ha- noune, a affirmé vendredi à Alger la conclusion de plusieurs al- liances «politiques» avec des partis pour la gestion des nouvelles As- semblées populaires communales (APC) et de wilaya (APW) issues des élections locales du 29 novembre dernier. Le PT a passé des «di- zaines» d'alliances avec le Rassem- blement national démocratique (RND) qui a des «positions natio- nalistes, a-t-elle déclaré lors de l'ouverture des travaux du bureau politique de sa formation, préci- sant que d'autres alliances ont été conclues sur la base de l'engage- ment politique et de l'action sur le terrain qui prennent en compte l'intérêt de la nation au plan socio- économique. Le PT a, par ailleurs, conclu des alliances avec le Front de libération nationale (FLN) «mais dans de faibles proportions» dans les APC où ce parti a obtenu la majorité absolue des sièges, a-t- elle poursuivi, précisant que pour ces alliances «le PT n'avait pas d'autres choix».

du programme de l’élu FLN désormais premier responsable d’un collectif qui a engrangé des atouts dès ce jeudi. Il est question de soutenir et d’aider les APC dans la réalisation de leurs projets sans aucune exclusive partisane. C’est une nouveauté dans le jeu politique au ni-

ACCIDENTS DE LA ROUTE

12 morts et 60 blessés durant la journée de jeudi

Douze personnes ont trouvé la mort et 60 autres ont été blessées dans 28 acci- dents de la circulation survenus jeudi à travers treize wilayas, selon un bilan établi hier par les services de la Gendarmerie nationale. L'accident le plus meurtrier a eu lieu dans la wilaya de Djelfa, engen- drant la mort de cinq personnes et cau- sant des blessures à trois autres. Sept autres personnes ont péri dans des acci- dents survenus à Aïn Boucif (Médéa), Khemis El-Khechna (Boumerdès), Mo- ghrar et Masra (Naama), Ain Nouicy et Sayada (Mostaganem) et Sidi Saâda (Reli- zane), précise la même source.

AÏN TÉMOUCHENT

Vol de 315 m de câbles téléphoniques à Oued Sebbah et El Amria

L'antenne d' «Algérie Télécom» d’Aïn Témouchent a enregistré, entre le 1 er et le 3 décembre, le vol de 315 mètres de câbles téléphoniques au niveau des communes de Oued Sebbah et El Amria, a-t-on appris du chargé de communication de cette structure. Ce nouveau préjudice est es- timé à une somme de 745 000 DA qui vient s'ajouter aux pertes de l'ordre de 1,047 million DA, enregistrées à la mi-novem- bre, a indiqué M. Daifallah. «Ces actes cri- minels à répétition ont isolé, cette fois-ci, pas moins de 354 abonnés qui ne peuvent bénéficier ainsi des services du téléphone et d'Internet», a-t-il ajouté. A la cité «M’himda Miloud» dans la commune de Oued Sebbah, 240 mètres de câbles com- posés de 224 paires ont été dérobés, «alors qu'ils ont été réparés voilà seulement 20 jours», a encore précisé le même respon- sable ajoutant que le second vol a visé, à El Amria, 75 m de câbles téléphoniques constitués de 244 paires à la cité «Saâda». Pour rappel, au moins 590 mètres de câ- bles téléphoniques ont fait l'objet de vols les 13 et 14 novembre écoulé au niveau des communes d'El Amria et de Oued Sebbah. Depuis le début de l'année, les services d' «Algérie Télécom» de Aïn Témouchent ont enregistré 26 vols de câbles télépho- niques, selon la même source qui a ajouté qu'une plainte a été déposée auprès des services de sécurité.

LUNDI PROCHAIN À SÉTIF

Le 7 ème Salon national du bâtiment et de la construction

La 7 ème édition du Salon national du bâtiment et de la construction, «SétifBat 2012», sera ouverte lundi prochain à Sétif, a-t-on appris des organisateurs. Cette manifestation de 4 jours qui se tiendra au palais des Expositions de la cité Maâbouda, à l'initiative de l'entreprise Batimatec Expo, en collaboration avec la Société algérienne des foires et exportations (Safex) et la wilaya de Sétif, rassemblera une quarantaine d'exposants entre entre- prises du BTPH (bâtiment-travaux publics-hydraulique) et bu- reaux d’études. Le salon qui se fixe pour objectif de faire connaitre les capacités du pays en matière de BTPH, ainsi que les opportunités d'emploi offertes par ce secteur stratégique, «am-

bitionne de devenir, au fil du temps, un rendez-vous national des affaires à travers la promotion des échanges commerciaux et du partenariat», ont indiqué les organisateurs. Cette manifestation a acquis, selon eux, une grande importance eu égard à ce qu'elle offre comme «opportunités d'échanges d'expériences entre en- treprises activant dans le domaine de la construction, leur per- mettant de s’informer de près sur les évolutions et les nouveautés dans le domaine du bâtiment». Une journée d'étude technique animée par des experts, avec la participation de ma- nagers d'entreprises, ainsi que de représentants d'organismes spécialisés est également prévue en marge de ce salon.

4

DK NEWS

ACTUALITÉ

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

ALGÉRIE - ÉTATS-UNIS

Le président Bouteflika reçoit M. William Burns

Le président Bouteflika reçoit M. William Burns Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a

Le président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, a reçu jeudi à Alger M. William Burns, secrétaire d'Etat adjoint américain chargé des Affaires du Moyen-Orient.

L'audience s'est déroulée à la résidence Djenane El Mufti, en présence du ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel, M. Burns a entamé ce matin une visite de travail en Algérie. Le secrétaire d'Etat adjoint américain chargé des Affaires du Moyen-Orient est à Alger pour discuter avec les autorités algériennes de la crise

malienne.

avec les autorités algériennes de la crise malienne. M. BURNS : Washington appuie la position «leader»

M. BURNS :

Washington appuie la position «leader» de l'Algérie

Washington appuie la position «lea- der» de l'Algérie en faveur de la promo- tion du dialogue politique entre les Maliens, a affirmé jeudi soir à Alger, le secrétaire d'Etat adjoint américain, M. William Burns. «Les Etats-Unis ap- puient la position leader de l'Algérie en faveur de la promotion du dialogue po- litique entre le gouvernement malien et les Touareg du Mali», a indiqué M. Burns lors d'un point de presse orga- nisé au siège de l'ambassade améri- caine à Alger. Il a affirmé, dans ce contexte, que son pays appuyait tous les efforts à même de faire avancer le dia- logue politique entre le gouvernement malien et les groupes non violents dans le nord du Mali. «Nous continuons de favoriser une coordination des efforts

en vue d'accélérer les discussions poli- tiques au Mali et nous savons que l'Al- gérie a un rôle à jouer en la matière», a souligné M. Burns. Le responsable américain a fait remarquer que la crise au Mali présentait différentes dimen- sions, à savoir sécuritaire, politique et humanitaire, indiquant que «pour qu'une stratégie réussisse il faut qu'elle prenne en compte tous ses aspects». Il a noté qu'il y avait de plus en plus de «convergence» entre les principaux acteurs sur la façon avec laquelle doi- vent être traités tous les défis qu'impose la situation au Mali. Il a, toutefois, af- firmé que son pays appuierait une éventuelle intervention militaire afri- caine dans le nord du Mali. Pour faire face aux problèmes sécuritaires qui se

posent à la région, le secrétaire d'Etat adjoint américain a indiqué que les Etats-Unis sont en faveur d'une coopé- ration avec le Mali et tous les pays de la région en matière de lutte contre le ter- rorisme. Interrogé sur les nombreuses visites de hauts responsables étrangers en Algérie pour discuter de la situation au Mali, M. Burns a indiqué que ces vi- sites «témoignent du rôle de l'Algérie dans le règlement de la crise au Mali». «Les Etats-Unis apprécient haute- ment le rôle que joue l'Algérie pour faire face à la crise malienne et aux défis qui se posent à toute la région.» M. Burns est à Alger dans le cadre d'une visite de travail pour discuter avec les hauts responsables de l'Etat de la crise malienne.

ALGER - WASHINGTON

Des relations de qualité

M. William Burns, s'est félicité de la qualité des relations bilatérales entre les deux pays. Pour M. Burns qui à affirmé que sa visite en Algérie qui intervient après celle du chef de la diplomatie américaine, M me Hillary Clinton, ainsi

qu'après la tenue du dialogue stratégique à Washington, témoigne de la qualité des relations qui lient les deux pays. M. Burns a indiqué, en outre, que plusieurs questions d'intérêt commun ont été abordées lors de l'audience, notamment «la

coopération économique, l'augmentation des échanges et des investissements, la coopération en matière de lutte antiterroriste et dans le domaine sécuritaire ainsi que les réformes démocratiques menées par l'Algérie».

Le Premier ministre reçoit M. Burns

 

Le Premier ministre, M. Abdelma- lek Sellal, a reçu jeudi une importante délégation conduite par le secrétaire d'Etat adjoint américain chargé du Moyen-Orient, M. William Burns, en visite de travail à Alger, ont indiqué les

services du Premier ministère dans un communiqué. «La rencontre a donné lieu à un échange de vues sur les relations bila- térales et sur l'évolution de la situation sécuritaire dans la région du Sahel», a

précisé la même source. L'audience s'est déroulée en pré- sence du ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel, qui s’est entre- tenu également avec M. Burns.

MEDELCI À PARTIR DE BRUXELLES

Mali : l’Algérie assumera ses responsabilités dans le respect de la décision du Conseil de sécurité de l’ONU

Le ministre des Af- faires étrangères, M. Mourad Medelci, a indi- qué jeudi à Bruxelles que l’Algérie prendra ses responsabilités dans le respect des déci- sions du Conseil de sé-

curité de l’ONU concernant une intervention militaire au Mali, tout en soulignant que la communauté internationale était favorable à une solution politique. «Si des décisions de-

vraient être prises par le Conseil de sécurité, l’Algérie prendra ses responsabilités dans le respect de ces décisions mais je crois qu’il y

a une prise de conscience de la communauté

internationale qui est assez générale et qui donne la priorité à la solution politique», a déclaré M. Medelci à la presse à l’issue des travaux de la septième session du conseil d’association algéro-européen. Le Conseil de sécurité se prononcera dé- cembre courant sur cette intervention en se

basant sur le rapport du secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, qui a mis en garde contre les risques que ferait peser un recours

à la force sur la situation humanitaire et les chances d’une solution politique. M. Medelci a souligné que le processus de négociations mené avec Ansar Dine et le Mouvement national de libération de l’Aza- wad (MNLA) «prenait un peu plus de vi- gueur». «Les Maliens sont au bout du chemin

du dialogue politique qui a commencé avec des parties, considérées jusqu’ici comme re- belles et qui sont devenues des parties à la négociation», a -t-il dit. Interrogé sur la mission militaire d’en- traînement de l’armée malienne, M. Medelci

a expliqué qu’il s’agissait d’une demande

d’assistance exprimée par l’institution mili- taire malienne et à laquelle de nombreux pays, y compris l’Algérie, ont répondu favo- rablement. «C’est une coopération mili- taire», a-t-il dit. Revenant, par ailleurs, sur le blocage du processus de paix au Moyen-Orient, M. Medelci a indiqué que «la solution de deux Etats était en train de chan- ger de contenu», puisque la Palestine per- dait chaque jour du territoire en raison de la reprise de la construction des colonies par Israël.

la Palestine per- dait chaque jour du territoire en raison de la reprise de la construction

L’ONU réaffirme que l’option militaire doit être «la solution de dernier recours»

Le secrétaire général adjoint de l’ONU

aux Affaires politiques, M. Jeffrey Feltman,

a affirmé mercredi qu’une opération mili-

taire au Mali doit être «la solution de der- niers recours», en soutenant que «le processus politique doit rester la priorité». Lors de sa présentation devant les mem- bres du Conseil de sécurité le rapport du se- crétaire général de l’ONU sur la situation au Mali, M. Feltman a indiqué que le chef de l’ONU partageait pleinement le sentiment des pays de la région quant à l’urgence de répondre à la crise au Mali, marquée no- tamment par la détérioration massive de la situation humanitaire et sécuritaire dans le

nord du pays. Dans ce sens, il a plaidé pour que la ré- ponse internationale soit «multidimen- sionnelle et bien préparée». Cependant, a-t-il insisté, «une opération militaire de- vrait être la solution de derniers recours afin de répondre aux éléments les plus ex- trémistes dans le nord du pays et restaurer

l'intégrité territoriale du Mali». M. Feltman

a ajouté que les experts des Nations unies

travaillaient étroitement avec les autorités maliennes, la Cédéao et l’Union africaine

pour le développement du cadre opération- nel stratégique de la force projetée, la Mis-

sion internationale de soutien au Mali (Misma), sous conduite africaine. Néanmoins, il a insisté sur les questions en suspens relatives au financement, au leadership et à l’équipement de ladite force. «Si le Conseil de sécurité décide d’auto- riser le déploiement de la Misma, toutes les opérations envisagées devront être bien planifiées, coordonnées et mises en œuvre», a avisé M. Feltman. «La Misam et les forces maliennes devront être dotées des capacités suffisantes pour mener les opérations contre les groupes terroristes et affiliés dans le nord du Mali», a-t-il averti, en mettant en exergue l’appui logistique et financier important que devront fournir, dans ce cas, les partenaires internationaux. Abordant la question du financement de la Misma, M. Feltman a indiqué que les Na- tions unies n’avaient qu’une capacité limi- tée pour fournir un soutien logistique à court terme à une force de combat.

«De telles opérations devront être finan- cées par les contributions volontaires des pays membres de l’ONU», a-t-il avancé.

Mais pour M. Feltman, «le processus po- litique doit rester la priorité au Mali», ajou- tant que ce processus, dirigé par les Maliens, a pour objectifs «la promotion d’un dialogue national en vue de l’élabora- tion d’une feuille de route, les négociations avec les groupes armés dans le nord du pays afin qu’ils renoncent à la violence et au terrorisme et les préparatifs pour la tenue de futures élections». Selon lui, «il est crucial que les acteurs politiques clés parviennent, dès que possi- ble, à définir une vision unifiée et concen- trent leurs efforts sur le dialogue national et les négociations avec les groupes armés». Détaillant les efforts de l’ONU en appui de ce dialogue politique, M. Feltman a fait savoir que M. Ban Ki-moon avait l’intention d’établir une présence politique perma- nente des Nations unies à Bamako «afin de prêter main-forte à ce dialogue». Présente à cette séance du Conseil de sé- curité, la ministre des Maliens de l’Exté- rieur et de l’Intégration africaine, M me Traoré Rokiatou Guikiné, a relevé «l’ur- gence à agir pour éviter que le nord du Mali ne devienne un sanctuaire permanent pour

le terrorisme et la criminalité organisée». Pour sa part, le représentant de l’Union africaine, M. Antonio Tete, a demandé au Conseil d’entériner le concept d’interven- tion et d’autoriser le déploiement de la Misma. Même son de cloche pour le prési- dent de la commission de la Cédéao, M. Kadré Desiré Ouédraogo, qui a estimé qu’il était «vital que le Conseil de sécurité auto- rise le déploiement de la Misma avant la fin de l’année 2012». Dans son rapport adressé au Conseil de sécurité, le secrétaire général de l'ONU avait mis en garde contre les risques d'une intervention militaire dans le nord du Mali. «Une intervention militaire mal conçue et mal exécutée dans le nord du Mali pourrait aggraver une situation humanitaire déjà extrêmement fragile et entraîner aussi de graves violations des droits de l'homme», avait-t-il souligné. L’option militaire, avait-t-il aussi mis en garde, «risquerait aussi de ruiner toute chance d'une solution politique négociée à cette crise, qui reste le meilleur espoir d'as- surer la stabilité à long terme au Mali».

APS

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

ACTUALITÉ

DK NEWS

5

MALI
MALI

M. CARSON, LE SOUS-SECRÉTAIRE D'ETAT AMÉRICAIN POUR L'AFRIQUE :

«Le rôle de l’Algérie est crucial»

Intervenant devant le Sénat, lors d’une audition consacrée à la situation au Mali, M. Carson a souligné que le rôle de l'Algérie, ainsi que celui de la Mauritanie, est «crucial pour une solution durable dans le nord du Mali».

Dans son intervention, M. Car- son a salué, par ailleurs, les efforts des dirigeants africains pour faci- liter le dialogue en cours entre les protagonistes, mais a fait valoir que le gouvernement intérimaire du Mali doit «démontrer son en- gagement dans les négociations en nommant un négociateur en chef afin de traiter pacifiquement les revendications des groupes du Nord qui acceptent l'intégrité ter- ritoriale du Mali et renoncent au terrorisme». Il a également estimé que la faisabilité d'un règlement négocié durable «dépendra en définitive de la légitimité qui ne peut venir que d'un gouvernement malien démocratiquement élu». Des pourparlers à long terme, a-t-il poursuivi, «seront néces- saires pour répondre aux besoins sociaux et économiques légitimes des populations du Nord du Mali». Selon lui, «ces futures négocia- tions sont un complément néces- saire à celles menées actuellement et qui consistent à séparer les groupes qui respec- tent l'intégrité territoriale et la na- ture laïque du Mali, des groupes terroristes avec lesquels la négo-

ciation n'est pas une option». Par ailleurs, M. Carson a réaf- firmé que «la participation de l'Al- gérie et de la Mauritanie, qui ne sont pas membres de la Cédéao, sera également cruciale pour une solution durable dans le nord du Mali». Et c’est dans cet objectif, a-t-il expliqué, qu’une délégation amé- ricaine conduite par William Burns se rendra à Alger pour dis- cuter de la crise malienne. Par ailleurs, ce haut responsa- ble a exprimé la «sérieuse préoc- cupation» des Etats-Unis de la présence et des activités des groupes terroristes dans le nord du Mali en citant notamment Al- Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et le Mouvement pour l'Unité et le djihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). Se montrant, plutôt prudent quant à une éventuelle opération militaire, l’adjoint de Hillary Clin- ton a avisé que toute tentative mi- litaire pour déloger Aqmi du nord du Mali «doit être dirigée par des Africains, bien planifiée et bien dotée en ressources». De surcroît, a-t-il insisté, «un plan militaire doit aussi tenir

compte de la sécurité des civils et de la réponse humanitaire». Développant son analyse sur une éventuelle opération mili- taire, M. Carson a observé que la menace d’une telle intervention a, certes, contribué à changer l’atti- tude de groupes rebelles dans le nord malien, qui s’est traduite par l’acceptation du MNLA et d'Ansar Dine à négocier avec le gouverne- ment intérimaire malien. Il a, néanmoins, soutenu qu’en dépit du concept militaire pro- posé par la Cédéao et l'Union afri- caine pour résoudre la crise du nord du Mali, plusieurs ques- tions-clés exigent des réponses pour veiller à ce que cet effort soit bien planifié et bien doté en res- sources». Ces questions en sus- pens concernent, a-t-il précisé, «le niveau des forces militaires né- cessaires, les capacités des forces maliennes et internationales pour atteindre les objectifs de la mis- sion, le coût et les financements nécessaires, les exigences logis- tiques, les délais opérationnels, une planification pour minimiser l’impact sur la sécurité de la po- pulation civile et sur la situation humanitaire, et veiller à ce que

l'action militaire proposée soit liée d’une manière adéquate à une stratégie politique suffisam- ment détaillée et à l'état final d’opérations militaires dans le nord malien». Dans ce sillage, il a souligné que les pays voisins du Mali ont intensifié leurs efforts pour ren- forcer leur propre sécurité à tra-

vers les frontières. «L'Algérie, la Mauritanie et le Niger redoutent que toute inter- vention militaire dans le nord du Mali provoque un débordement des extrémistes à travers leurs frontières, qui pourrait égale- ment avoir des répercussions sur la sécurité des réfugiés», a-t-il souligné devant le Sénat.

Le Royaume-Uni attache «beaucoup d'importance» à l'expérience algérienne

Le Royaume-Uni attache «beaucoup d'importance» à l'expérience de l'Algérie concernant la situation au Sahel, particulièrement la ques- tion du nord du Mali, a indiqué jeudi à Alger l'envoyé spécial du Pre- mier Ministre britannique pour le Sahel, M. Stephen O'Brien. «Il est clair que le Royaume-Uni et la communauté internationale attachent beaucoup d'importance à l'expérience et à l'expertise de l'Algérie et sa connaissance de la question du nord du Mali», a déclaré M. O'Brien, à l'issue de son entretien avec le ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, M. Abdelkader Messahel. Il a précisé avoir eu une «analyse partagée» lors de cette rencontre avec M. Messahel sur la question du Sahel en général et la situation au Mali en particu- lier, affirmant l'engagement du Royaume-Uni à travailler avec les au- tres partenaires sur cette question. «Nous allons travailler ensemble pour trouver une solution aux problèmes de la région», a-t-il dit, sou- lignant qu'il s'agit d'une «entreprise conjointe», où «chacun aura un rôle à jouer pour apporter une solution durable aux populations du nord du Mali». A la veille de sa visite, l'émissaire britannique avait dé- claré que l'Algérie est un acteur régional «clé» dans la recherche d'une solution durable dans le nord du Mali.

Seul le dialogue

Plusieurs pays et organisations interna- tionales dont l'ONU ont soutenu que le dia- logue «doit rester la priorité» pour régler la crise au Mali, et qu'une opération militaire devait être «la solution de dernier recours». Le haut représentant de l'Union afri- caine (UA) pour le Mali, M. Pierre Buyoya, a déclaré mercredi à Alger que l'UA «pense que le dialogue est l'un des piliers impor- tants pour ramener la paix dans ce pays» dont le nord est sous contrôle de groupes armés depuis avril dernier. L'ouverture d'un dialogue entre les pro- tagonistes de la crise malienne a été aussi soutenue par Londres. L'envoyé spécial du Premier Ministre britannique pour le Sahel, M. Stephen O'Brien, qui se trouve depuis mercredi à Alger, a exprimé la détermination du Royaume-Uni à trouver «une solution qui respecte l'intégrité territoriale du Mali, mette un terme à la violence et à la souf- france de tant de personnes innocentes». De son côté, le sous-secrétaire d'Etat américain pour l'Afrique, Johnnie Carson, qui s'exprimait mercredi devant le Sénat, lors d'une audition consacrée à la situation au Mali, a estimé que «la participation de l'Algérie et de la Mauritanie, qui ne sont pas membres de la Cédéao, sera également cruciale pour une solution durable dans le nord du Mali».

Et c'est dans cet objectif, a-t-il expliqué, qu'une délégation américaine conduite par

le secrétaire d'Etat adjoint américain Wil-

liam Burns est attendu ce jeudi à Alger pour discuter de la crise malienne. M. Carson a salué, par ailleurs, les efforts des dirigeants africains pour faciliter le dia- logue en cours entre les parties en conflit au Mali. L'ONU appuie aussi les efforts vi-

sant à régler le conflit malien à travers le

dialogue. Ainsi, le secrétaire général ad- joint aux Affaires politiques, M.Jeffrey Felt- man, a soutenu que «le processus politique doit rester la priorité» au Mali et qu'une opération militaire devait être «la solution de dernier recours» afin, a-t-il dit, «de ré- pondre aux éléments les plus extrémistes dans le nord du pays et restaurer l'intégrité territoriale du Mali». Lors de sa présenta- tion devant les membres du Conseil de sé- curité du rapport du secrétaire général de l'ONU sur la situation au Mali, M. Feltman

a indiqué que Ban Ki-moon, partageait

pleinement le sentiment des pays de la ré- gion quant à l'urgence de répondre à la crise au Mali, une réponse, qui, selon lui, doit être «multidimensionnelle et bien pré- parée». Dans son rapport adressé au Conseil de sécurité, M. Ban avait mis en garde contre les risques d'une intervention militaire dans le nord du Mali, une option rejetée notamment par l'Algérie qui ne

cesse d'insister sur le dialogue pour dés- amorcer la crise malienne. L'option mili-

taire prônée en novembre par les dirigeants ouest-africains, risquerait, selon M. Ban, de «ruiner toute chance d'une solu- tion politique négociée à cette crise, qui reste le meilleur espoir d'assurer la stabilité à long terme au Mali». La solution politique au conflit malien est aussi soutenue par la Belgique qui laisse en parallèle «toutes les options ouvertes». Par la voix du vice-Pre- mier ministre et ministre des Affaires étrangères belge, Didier Reynders, Bruxelles a exprimé sa volonté de «travail- ler ensemble avec le gouvernement du Mali, la Cédéao, l'Union africaine et les pays du champ, particulièrement l'Algérie, pour faire prévaloir le dialogue en vue d'une so- lution politique à la crise (malienne) plutôt qu'une solution purement militaire». S'ex- primant au cours d'un point de presse animé conjointement à Bruxelles avec le

ministre des Affaires étrangères, M. Mou- rad Medelci, M. Reynders s'est dit «heu- reux» d'entendre les progrès éventuels qui peuvent être réalisés dans le domaine des négociations politiques engagées avec les groupes armés Ansar Dine, occupant le nord malien, et le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA, rébellion touarègue), évincé de la région en juin. De son côté, M. Medelci a relevé à ce propos

que le dialogue mené depuis quelques se- maines sur la crise malienne, «donne rai- son à ceux qui privilégient la solution politique et la démarche fondée sur le dia- logue». A l'issue de leurs premières discussions directes mardi à Ouagadougou autour du président burkinabè Blaise Compaoré, mé- diateur pour l'Afrique de l'Ouest, les émis- saires de Bamako, d'Ansar Dine et du MNLA se sont engagés à ouvrir un dialogue

basé sur» le respect de l'intégrité territo- riale du Mali et le rejet du terrorisme, pour tenter de régler la crise dans le pays. Ces premiers contacts inter maliens constituent une «avancée» dans le dossier malien au moment où les Nations unies s'apprêtent à se prononcer ce mois-ci sur l'intervention militaire dans le nord du pays, occupé aussi par les terroristes d'Al- Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) et du Mouvement pour l'unicité et le jihad en Afrique de l'Ouest (Mujao). Les chefs d'Etat des 15 pays membres de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao) ont adopté le 11 novembre à Abuja un plan de reconquête militaire du nord du Mali. Ils ont approuvé l'envoi d'une force internationale de 3.300 soldats pour une durée d'un an, pour lequel ils ont demandé le feu vert des Nations

unies.

AAPS

L’Algérie : une diplomatie reconnue et appréciée

Kamel Cherif

Sans l’accord de l’Algérie, rien ne peut se faire pour régler la situation au nord du Mali. C’est l’évidence à laquelle sont parvenus les observateurs interna- tionaux qui suivent de très près la situa- tion au nord du Mali et dans la région du Sahel de manière globale. Les nom- breuses visites de délégations étran- gères, africaines, européennes et américaines en Algérie dans le cadre de la recherche d’une solution stable et durable à la situation au Mali dénotent de la position éclairée, lucide et surtout souveraine de l’Algérie. Après que les différentes parties eurent soutenu une intervention militaire étrangère au nord du Mali, elles se sont rendu compte de la perspicacité de la position de l’Algérie, en premier lieu les Améri- cains. Ces derniers soutiennent ouver- tement l’option du dialogue prônée par

l’Algérie. L’Algérie a de tout temps ap- pelé au dialogue entre les différentes parties, tout en insistant sur l’intégrité territoriale du Mali. La diplomatie algé- rienne a expliqué qu’une intervention militaire risque de voir le Mali éclater, alors que les pays s’aventurant à inter- venir militairement s’enliseraient dans une situation qui deviendrait de plus en plus complexe. D’ailleurs, la sortie du des Azawed (MNLA) et Anssar Eddine a complètement remis en cause les visées des adeptes de l’intervention militaire. Le MNLA et Anssar Eddine privilégient le dialogue et s’opposent à la solution militaire. En ce sens, l’approche algé- rienne demeure d’actualité et tous les intervenants dans le dossier hésitent d’aller vers l’option militaire. Le secré- taire général de l’ONU a, lui-même, ap- pelé au dialogue au Mali, de même que les Américains et les Britanniques. La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cédéao), présidée

par la Côte d’Ivoire et soutenue par la France, continue de nager à contre- courant pour exiger l’intervention mi- litaire. Or, les pays africains, notamment ceux de l’ouest du conti- nent, ne disposent pas d’armées capa- bles d’intervenir au nord du Mali, ce qui explique les appels incessants de la Cédéao à une intervention militaire in- ternationale sous couvert de l’ONU. Dans cette situation, l’Algérie ne cesse pas d’appeler au dialogue, sachant que la violence ne mène que vers la vio- lence. Aussi, l’Algérie qui a connu une décennie noire avait fait face à l’hydre terroriste avec ses propres moyens. Il a suffi que les Etats-Unis soient touchés par le terrorisme un certain 11 septem- bre 2001 pour que la lutte menée alors par l’Algérie soit valorisée. Aujourd’hui l’expérience de l’Algérie est citée en exemple et sa voix reste prépondérante dans le dossier du Mali. K. C.

M. Guenaïzia reçoit l'assistant du secrétaire d'Etat américain à la Défense pour les opérations spéciales

Le ministre délégué auprès du ministre de la Défense nationale, M. Abdelmalek Guenaïzia, a reçu, jeudi à Alger, M. Michael Sheehan, assistant du secrétaire d'Etat américain à la Défense pour les opérations spéciales et les conflits de basse intensité, indique un communiqué du ministère de la Défense nationale. Les entretiens, qui se sont déroulés au siège du ministère de la Défense nationale, ont porté sur les questions d'intérêt commun, notamment la situation prévalant au niveau régional, précise le communiqué.

6 DK NEWS

ACTUALITÉ

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

Le Premier ministre reçoit

le ministre saoudien de l'Industrie et du Commerce

Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, a reçu jeudi à Alger le ministre de l'Industrie et du Commerce saoudien, M. Tawfik Ben Fawzarane El Rabia, qui séjourne à Alger dans le cadre des travaux de la 8 ème session de la commission mixte algéro- saoudienne, coprésidée par le ministre des Finances, M. Karim Djoudi, ont indiqué les services du Premier ministère dans un communiqué.

Lors de l'entretien, M. Sellal s'est fé- licité des bonnes relations entre les deux pays frères et des conclusions auxquelles ont abouti les travaux de la commission mixte, a ajouté la même source. L'audience s'est déroulée en présence de M. Djoudi, précise le com- muniqué.

en présence de M. Djoudi, précise le com- muniqué. LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ Coopération renforcée avec

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ

Coopération renforcée avec le Niger

dans le cadre de l'«échange d'ex- périences en matière de sécurité publique et de lutte contre la cri- minalité organisée», précise la même source. Elle vise également à «consoli- der et promouvoir les relations bi- latérales entre les deux institutions dans le domaine de la formation et l'échange d'expé- riences professionnelles», ajoute le communiqué. Au cours de cette visite, des contacts ont eu lieu entre les deux parties en présence

Le commandant de la Gendar-

merie nationale, le général major

Ahmed Bousteila, a reçu, jeudi à Alger, le haut commandant de la Gendarmerie nationale du Niger, le général de brigade, Issa Moun- kaila, en visite en Algérie à la tête d'une délégation, dans le cadre de la coopération bilatérale, a indi- qué le commandement de la Gen- darmerie nationale dans un communiqué. Cette visite, qui se prolongera jusqu'au 10 décembre, s'inscrit

de hauts cadres de la Gendarmerie nationale algérienne. La délégation a ainsi effectué une visite à l'Institut national de criminalistique et criminologie de la Gendarmerie nationale à Bou- chaoui (Alger), où elle a visité plu- sieurs laboratoires et départements spécialisés. Cette délégation a visité, en outre, des structures opération- nelles et des organes de formation de la Gendarmerie nationale, ajoute le communiqué.

DIPLOMATIE Le gouvernement algérien donne son agrément pour la nomination du nouvel ambassadeur de Libye en Algérie

Le gouvernement algérien a donné son agrément pour la nomination de M. Mohamed Mokhtar Ahmed Mazen en qualité d'ambassadeur extraordinaire et plé-

nipotentiaire de Libye auprès de la République algé- rienne démocratique et populaire, indique jeudi un communiqué du ministère des Affaires étrangères.

SAHARA OCCIDENTAL-SUÈDE

La RASD se félicite de l'adoption par ce pays d'une résolution demandant au gouvernement de la reconnaître

Le gouvernement de la République arabe sahraouie démocratique (RASD) s'est félicité de l'adoption, mercredi, par le Parlement suédois d'une résolution demandant au gouvernement de son pays de reconnaître officiellement la RASD, rapporte jeudi l'agence sahraouie de presse (SPS) citant une déclaration du ministère sahraoui des Affaires étrangères. «Le gouvernement sahraoui exprime, pour cette décision historique, sa profonde satisfaction, sa gratitude et ses remerciements au Parlement suédois et aux forces politiques, ainsi qu'au mouvement de solidarité avec le peuple sahraoui en Suède, qui, à travers cette position conforme à la légitimité internationale, contribuent à accélérer la décolonisation du Sahara occidental», a indiqué la même source. Cette décision démontre également que la communauté internationale «ne peut plus supporter l'intransigeance de l'occupant marocain et son rejet de la légitimité internationale à travers son occupation illégale d'une importante partie du territoire de la République sahraouie, pays membre de l'Union africaine (UA) reconnu par plus de 80 pays à travers le monde». La Parlement suédois avait consacré sa séance de mercredi au débat sur la résolution de la commission des affaires étrangères qui exhorte le gouvernement suédois à reconnaître la RASD.

SAHARA OCCIDENTAL- MAROC

La réalité des droits de l'homme dans les territoires occupés sahraouis au centre de deux rencontres

La réalité des droits de l'homme dans les territoires sahraouis occupés a été mercredi au centre de deux rencontres, la première entre l'association sahraouie des victimes des violations des droits de l'homme commises par l'Etat marocain et des élus de Florence (Italie) et la seconde entre l'association et la fondation interna- tionale de la femme et l'information dont le siège se trouve à Washington. Les deux rencontres ont abordé dans le détail des thèmes relatifs à la situation des droits de l'Homme au Sahara occidental, notamment la détermination de la respon- sabilité dans l'entrave du référendum pour l'autodétermination du peuple sah- raoui. Une conférence sur le rôle de la femme sahraouie et les difficultés rencontrées par les militants des droits de l'Homme et les journalistes sahraouis dans l'exercice de leur fonction a été animée à cette occasion.

SELON LE FAO

L'Algérie a réalisé la seconde plus grande récolte de céréales en 2012 après celle de 2009

La récolte de céréales de 2012 en Algérie s'est avérée être la deuxième plus élevée jamais enregistrée, après celle de 2009, malgré une période inhabituelle de neige en février et les températures froides dans certaines ré- gions, a relevé la FAO dans son dernier rapport trimes- triel sur la sécurité alimentaire par pays. Citant les estimations officielles préliminaires qui prévoyaient une récolte céréalière encore plus élevée d'environ de 5,6 à 5,8 millions de tonnes, le rapport a rappelé «les préoccupations» émises alors quant à «la capacité de stockage suffisante pour la grande mois- son». Les estimations les plus récentes indiquent toutefois qu'il a été enregistré «une légère baisse» de la produc- tion de 5,3 millions de tonnes en 2012, soit quelque 25 % de plus qu'en 2011, a-t-on souligné. «La production de blé et d'orge a augmenté l'an der- nier de plus d'un quart, grâce aux pluies suffisantes, à la disponibilité en temps voulu des semences et aux in- citations financières pour les agriculteurs comme les prêts sans intérêt, au soutien aux intrants agricoles, à la location de matériel, et au programme de Renouveau rural visant à revitaliser les régions rurales du pays», a- t-on souligné. D'autre part, le rapport a relevé «les températures élevées déclenchant des incendies de forêt qui ont en- traîné des pertes pour le secteur de l'horticulture, où plus de 64 000 hectares d'arbres fruitiers ont été dé- truits». En outre, plus de 4 000 hectares de céréales (une fraction de la superficie totale de plus de 3 millions d'hectares plantés) ont été détruits par les incendies en juin et juillet dernier, a-t-on rappelé. A la faveur de cette production record, les importa- tions de blé devraient diminuer par rapport à l'année dernière, a-t-on estimé.

GESTION DES FLUX MIGRATOIRES MIXTES :

8 recommandations adoptées à Nouakchott

L'atelier sur la gestion et la protection des flux mi- gratoires mixtes, a achevé ses travaux jeudi à Nouak- chott par l'adoption de huit recommandations approuvées par l'ensemble des participants. Des interventions suivies de débats ont été me- nées, ciblant l'objectif assigné à cet atelier, à savoir le «renforcement de la compréhension et des capacités de gestion des flux migratoires mixtes». Des représentants des institutions algériennes, li- byennes et mauritaniennes, des universitaires, des représentants de la société civile, les commissions des droits de l'homme des trois pays, des membres de re- présentations diplomatiques, ainsi que des représen- tants de l'Union européenne, ont intervenu et débattu tous les points inscrits à l'ordre du jour avant d'adop- ter les recommandations finales. Les participants ont appelé à la ratification des ins- truments juridiques internationaux se rapportant à la migration et à l'asile, notamment la Convention des Nations unies sur les droits des travailleurs migrants et de leurs familles. Ils ont également insisté sur la nécessité de «trans- poser les dispositions pertinentes des conventions dans les législations nationales pour assurer la pro- tection des droits de tous les migrants et demandeurs d'asile, quel que soit leur statut dans les pays récep- teurs». Les participants ont, par la même occasion, appelé à l'adoption d’une «approche humanitaire garantis- sant la dignité humaine dans la gestion du phéno- mène des flux migratoires mixtes», ainsi que le «renforcement de la coopération entre les pays concernés par le phénomène migratoire afin d’éra- diquer les causes profondes de celui-ci et réduire les inégalités entre le Nord et le Sud et, éviter, de ce fait, la fuite des cerveaux». Ils ont recommandé, en outre, la mise en place de «mécanismes bilatéraux et multilatéraux en faveur de la migration régulière et de la libre circulation des personnes» et «encourager les Etats à promouvoir une approche participative de la société civile dans la mise en place de stratégies de gestion des flux migra- toires mixtes».

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

COOPÉRATION

DK NEWS

7

ALGÉRIE - PORTUGAL

Création de deux sociétés mixtes des deux pays pour

la construction de logements

Un protocole d'accord entre la SGP INDJAB et deux entreprises portugaises portant sur la création de deux usines de fabrication de logements dont la capacité de production dépasse 20 000 logements par an a été signé récemment, a indiqué mercredi le président de ce directoire, M. Hafid Fassouli.

«Nous avons signé un protocole d'accord avec deux entreprises portu- gaises pour la création de sociétés mixtes, sur la base de la règle 51/49 % du capital, qui porte sur le transfert de technologie en installant leurs sys- tèmes d'industrie de logements en Al- gérie», a déclaré à l'APS M. Fassouli. Ces deux joint-venture sont les pre- miers fruits du protocole cadre, signé fin octobre dernier entre l'Algérie et le Portugal, visant à renforcer le parte- nariat entre les deux pays dans le sec- teur de l'habitat, et particulièrement dans la réalisation des projets de loge- ments publics et d'équipements d'ac- compagnement. Les Portugais, à travers ces deux sociétés nouvelle- ment créées, vont introduire un nou- veau procédé dans la construction de logements qui consiste à fabriquer la charpente métallique et les panneaux préfabriqués en usine puis leur instal- lation sur le site des projets d'habitat. «L'Algérie a opté pour l'industriali- sation du bâtiment par de nouvelles technologies de construction qui nous arrangent mieux. Ces nouveaux sys- tèmes répondent favorablement à nos besoin, d'autant que nous vivons dans

à nos besoin, d'autant que nous vivons dans une zone sismique», a-t-il expliqué. Les deux nouvelles

une zone sismique», a-t-il expliqué. Les deux nouvelles usines sont ca- pables de réaliser plus de 20 000 loge- ments par an, après leur installation qui se fera au plus tard au début du se- cond trimestre 2013. «Actuellement, nous somme dans la phase de création, mais il y a des as- pects d'ordre technique qui nécessi- tent toute une programmation, et qui nous laissent penser que d'ici le début du 2ème trimestre 2013, les usines se- ront installées», a-t-il estimé. Concernant les sites industriel où seront implantées les deux usines, le choix est porté «pour le moment» sur deux sites à Annaba et à Oran, selon M. Fassouli. Outre le logement, ce type d'industrie peut également contri- buer à la construction d'écoles, hôpi- taux, et autres équipements, affirme-t-il. Le protocole d'accord signé avec des entreprises portugaises exige une formation théorique et sur chantier du personnel algérien en Algérie et au Portugal. Par ailleurs, la SGP INDJAB est en discussion avec d'autres entreprises sur le même programme de construc-

tion de logements. «Nous sommes en discussions avec d'autres partenaires, notamment des entreprises espa- gnoles. Nous allons également discu- ter avec des entreprises italiennes», a ajouté M. Fassouli. D'autre part, une autre société mixte algéro-italienne dans le do- maine de l'industrie de logement est

en cours d'installation, selon le prési- dent de la SGP INDJAB. Implantée à Alger, cette entreprise est en mesure de réaliser 2 000 logements par an en usine, avant de les monter sur chan- tier. Le gouvernement, qui va lancer des projets de réalisation de 800 000 logements «en urgence», a entamé des discussions avec plusieurs pays pour prendre en charge une «bonne» partie des projets de logements publics dans le cadre du plan gouvernemental, à travers la création d'entreprises mixtes soumises à la règle des 51/49 %,

a encore précisé M. Fassouli. La feuille de route de ces partena- riats comprend notamment l'intro- duction des techniques modernes de

construction ainsi que l'installation des usines de préfabrication lourdes

et légères de logements.

FORUM

D’AFFAIRES

M. Benbada appelle à la création d'une synergie entre les économies

algérienne et finlandaise

Le ministre du Commerce, Mustapha Benbada, a invité mercredi à Alger les hommes d'affaires finlandais et leurs homologues algériens à donner «une nouvelle dimension» aux relations économiques entre les deux pays en créant une «synergie» entre les économies des deux pays. «J'invite les opérateurs économiques finlandais et algé- riens à donner une nouvelle dimension aux relations éco- nomiques entre les deux pays en créant une synergie entre les deux économies pour ne pas rester dans la dynamique commerciale», a-t-il déclaré à l'occasion d'un forum d'af- faires algéro-finlandais. Dans une allocution prononcée à l'ouverture de cette rencontre à laquelle ont pris part une vingtaine de chefs d'entreprises finlandaises et une cinquantaine d'hommes d'affaires algériens, M. Benbada a souligné la volonté de l'Algérie de développer davantage la coopération écono- mique bilatérale, appelant les hommes d'affaires finlan- dais à contribuer à cet effort. «Des signaux positifs pour la consolidation du partena- riat algéro-finlandais existent déjà», a-t-il relevé, citant l'expérience «fructueuse» du projet de fabrication de mois- sonneuses batteuses en partenariat avec une entreprise finlandaise, concrétisé en 2011. Il a appelé, dans ce sens, les opérateurs économiques al- gériens à nouer des relations d'affaires avec leurs homo- logues finlandais, rappelant la volonté de l'Algérie de diversifier son économie dépendante des hydrocarbures. Les hommes d'affaires algériens devraient tirer profit du savoir-faire et de la technologie de pointe des Finlandais pour moderniser leurs entreprises et participer à l'effort des pouvoirs publics visant à moderniser l'économie natio- nale, a-t-il estimé. Pour sa part, le ministre finlandais des Affaires européennes et du Commerce extérieur, Alexan- der Stubb, a affirmé que l'Algérie et la Finlande «ont beau- coup à échanger», soulignant la disponibilité de son pays à

«partager son expérience pour faire de l'économie du sa- voir le moteur de la croissance économique». «Ayant investi massivement dans la recherche au fil des ans, nous cherchons à développer la coopération entre les instituts, les universités et les entreprises», a-t-il indiqué. M. Stubb a estimé en ce sens que les entreprises des deux pays pourraient bénéficier de leurs expériences res- pectives à travers une collaboration et la réalisation de pro- jets en partenariat, notamment dans les domaines de l'hydraulique, la construction navale, les TIC ou encore le bâtiment. Mettant en avant la grande maîtrise de la technologie de pointe par son pays, le ministre finlandais s'est dit «convaincu» que les produits et services finlandais «pour- raient jouer un rôle clé dans le développement de la pro- duction et des investissements en Algérie». Le forum d'affaires constitue, a-t-il poursuivi, «une ex- cellente occasion» pour les entreprises finlandaises et al- gériennes en vue d'échanger des idées et d'établir de nouveaux réseaux ainsi que de renforcer les relations déjà existantes. «Je suis convaincu que ma visite en Algérie ouvrira de nouvelles perspectives sur la façon d'approfondir les rela- tions en matière de commerce et d'investissements entre nos deux pays et de tisser des liens étroits pour les années à venir», a-t-il soutenu. Selon M. Stubb, le volume des échanges commerciaux entre les deux pays s'est considé- rablement accru et des entreprises finlandaises se sont déjà établies sur le marché algérien. Ce volume est passé de 180 millions de dollars à plus de 300 millions de dollars ces trois dernières années, a-t-il précisé. Outre la présentation des opportunités d’investis- sement offertes en Algérie, des rencontres business to bu- siness (B to B) sont au menu de ce forum organisé à l’occasion de la visite en Algérie de M. Stubb.

L'Algérie et l'Arabie saoudite conviennent d'intensifier les rencontres et les visites dans différents domaines économiques

L'Algérie et le royaume d'Arabie saoudite

ont convenu mercredi au terme des travaux de

la 8 ème session de la commission mixte algéro-

saoudienne d'organiser des rencontres et des visites dans différents domaines économiques notamment commercial, financier, industriel, d'investissement et de l'énergie dans le but de promouvoir la coopération bilatérale. Il a été décidé la constitution d'un comité de suivi qui se réunira en juin 2013 à Ryadh, la tenue de rencontres sectorielles dont celle prévue à Alger portant sur l'examen du «projet d'accord sur la non double imposition» fin janvier 2013, souligne le procès-verbal sanctionnant les tra- vaux. Les deux parties ont également convenu

d'une réunion sur le parachèvement de l'exa- men du projet d'accord sur le transport mari-

time et les ports en Algérie avant la tenue de la première session du comité de suivi. Un groupe de travail sera mis sur pied pour suivre les investissements entre les deux pays dans le but d'accélérer le parachèvement des projets des documents juridiques en cours d'étude entre les deux pays et l'élaboration de leur mouture finale en prévision de leur signature «le plus tôt possible». D'autre part, la 5 ème session du conseil d'af- faires algéro-saoudien s'est tenue en marge des travaux de la commission, au cours de la- quelle l'agence nationale algérienne de déve- loppement des investissements (Andi) a présenté un exposé sur le dossier de l'investis- sement en Algérie et les législations le régis- sant. Plusieurs recommandations ont sanctionné ces travaux dont le renforcement des relations de coopération entre les cham- bres de commerce et d'industrie des deux pays, le relèvement du niveau des échanges commerciaux, l'ouverture d'une ligne mari- time directe reliant l'Algérie à L'Arabie saou-

dite et l'échange de délégations commerciales

et d'investissement. Le ministre des finances

M. Karim Djoudi qui a co-présidé la réunion avec le ministre saoudien de l'Industrie et du Commerce M. Tawfik Ben Fawzane El Rabia a

souligné, en marge des travaux de la commis-

sion, «les résultats positifs enregistrés lors de

la rencontre notamment dans le domaine de

l'investissement dans les deux pays d'autant qu'il a été convenu de la mise en place d'ins- truments de suivi des investissements com- muns». Ces instruments, a-il ajouté, «auront

un rôle important a jouer dans l'évaluation des investissements et concourront à mettre fin à

la bureaucratie qui entrave certains investis-

sements algéro-saoudiens et vice versa». M. Djoudi a annoncé la concrétisation dans l'ave-

nir de nombreux projets d'investissements saoudiens dans de nombreux secteurs à l'ins- tar de l'agriculture et de la pétrochimie. Le mi- nistre saoudien du commerce et de l'industrie

a, à son tour, salué «les résultats positifs» qui

ont couronné les travaux de la commission, exprimant l'espoir de voir «les deux pays pro- mouvoir la coopération bilatérale». Le minis- tre saoudien a souligné «l'intérêt des deux parties de promouvoir la coopération et les échanges commerciaux et d'expertise ainsi que le développement des investissements

dans tous les domaines». La 9 ème session de la commission mixte algéro-saoudienne se tien- dra en décembre 2013 à Ryadh. La dernière session de la commission a eu lieu en 2008 et

a conclu à la nécessité de mobiliser tous les

moyens pour le développement des échanges commerciaux par l'organisation d'expositions

commerciales, l'échange des visites d'hommes d'affaires des deux pays et l'instauration d'une coopération entre les chambres de commerce

et d'industrie des deux pays. La nécessité d'in-

vestir dans des domaines hors hydrocarbures notamment pour le secteur privé en invitant les investisseurs à bénéficier des avantages dans le domaine, figurait également parmi ces recommandations. Une société algéro-saou- dienne d'investissement avec un capital de 8 milliards de da avec siège à Alger a été fondée en 2008 dans le cadre de l'exécution des re- commandations de la commission.

APS

8

DK NEWS

SOCIÉTÉ

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

BÉJAÏA APRÈS LE SÉISME

Quand vient le soir,

(Pourtant, l’une des répliques (3,1) s’est produite à 15h20 mais

)

l’angoisse…

A. B.

La toute récente forte secousse sismique de magnitude 5,1 sur l’échelle de Richter, pour rappel, à Béjaïa n’en finit pas d’avoir ses répliques naturelles, mais aussi un autre type de «répliques», oratoires et imaginaires, celles-là.

Autrement dit, sur la version officielle de l’organisme habilité à émettre des in- formations et autres explications scienti- fiques crédibles, sont venues se greffer, depuis quelques jours, conjectures, sup- putations, rumeurs des plus fantaisistes, pour ne pas dire folles… Cette forte pro- pension à l’affabulation a pour effet d’exa- cerber l’angoisse collective déjà assez bien ancrée et de rendre malades les natures

les plus fragiles. Des individus déjà congénitalement mythomanes s’insti- tuent en «oracles», «élaborent» des «théo- ries… capillaires» (tirées par les cheveux… d’un quasi chauve !) et prennent un malin plaisir, voire même sadique, à les diffuser, «radio trottoir» étant une station qu’en- vient les stations radios les plus sophisti- quées du monde. L’on va même jusqu’à attribuer des «propos» et autres «com- mentaires techniques» se situant aux an- tipodes (c’est le cas de le dire) de la version officielle du CRASC à un certain spécia- liste algérien de notoriété nationale, à sa- voir que «l’épicentre ne se situait pas à 9 km au nord-est de Béjaïa maritime, mais au nord-ouest, et que la magnitude était de 5,8 et pas de 5,1…» La population, en at- tendant, a apprécié la récente visite-éclair de M me Bendjaballah, ministre de la Soli- darité, juste 24h après la secousse tellu- rique, le membre du gouvernement ayant tenu à rappeler la vive préoccupation des

plus hautes autorités du pays quant à la sécurité des citoyens, des familles et de leurs biens. La ministre s’est enquis de la situation dans le détail et n’ a pas manqué d’insister pour que les meilleures dispo- sitions, également préventives, soient en- visagées et prises par les autorités locales, notamment en faveur des pans de la po- pulation les plus exposés, voire affectés. Dans cet esprit, d’ailleurs, une forte com- mission composée surtout d’éléments ex- perts de la Protection civile et du CTC (Contrôle technique de la construction) a entrepris d’inspecter tous les vieux quar- tiers en visitant particulièrement les vieilles bâtisses, plus ou moins ébranlées par la récente secousse, donc. Le but étant de recenser celles qui menacent ruine (ef- fondrement) et de rédiger un rapport- constat qui sera transmis et soumis à appréciation à «une autre commission de wilaya», apprend-on. Mais, jusqu’à pré- sent, aucune mesure concrète de recase-

jusqu’à pré- sent, aucune mesure concrète de recase- ment n’a encore été prise, contrairement, une fois

ment n’a encore été prise, contrairement, une fois de plus, à un récent… «flash» de «radio trottoir FM (Fort mensonge)». Pourvu qu’il ne s’agisse que de ce type de «répliques»… linguistiques.

4 individus condamnés à des peines de 4 à 10 ans de prison ferme pour

4 individus

condamnés à des peines de 4 à 10 ans de prison ferme pour adhésion à un groupe terroriste

Quatre individus ont été condamnés, mercredi, à des peines de 10 ans de prison ferme, pour l’un d’entre eux, et à 4 ans de prison ferme, pour chacun des trois autres, par le tribunal criminel près la Cour de Tizi Ouzou, pour "adhésion à un groupe terro- riste". L’accusé principal, qui avait écopé de la peine la plus lourde, avait déjà été jugé et condamné dans une affaire d’assassinat d’un gendarme, a rappelé, durant le procès, le procureur général. Ces quatre accusés, ont été reconnus cou- pables d’avoir adhéré, entre 2010 et 2011 à un groupe terroriste, activant dans la wilaya de Tizi Ouzou. Selon l’acte d’accusation, leur mission consistait à enrôler de nouvelles recrues pour le compte de la nébuleuse terroriste Al Qaïda pour le Islamique (Aqmi) afin de rem- placer les éléments qui ont été éliminés par les forces de sécurité. Durant le procès les quatre accusés ont nié les faits retenus contre eux. Le procureur de la République, qui a sou- ligné la gravité des faits retenus contre les ac- cusés, à savoir l’enrôlement de nouvelles recrues pour le compte du terrorisme, a re- quis à leur encontre une peine maximale de 20 ans de réclusion criminelle.

APS

TIZI OUZOU

Ces enfants exploités…

Ferrah Menad

Le comble, c’est qu’aucune associa- tion, ni aucune ligue de la défense des droits de l’homme, ou de l’enfant ni aucun parti politique n’a jamais soufflé un mot sur l’exploitation des mineurs. Le phénomène est latent. Personne ne se soucie de ce drame. Y compris les pa- rents de ces enfants à la fleur de l’âge et qui travaillent à longueur de journée sur des chantiers, au grand bonheur des entrepreneurs des travaux publics et les nouveaux riches qui ne s’encom- brent pas et surtout ne s’offusquent pas de cette nouvelle forme d’exploitation et d’esclavagisme des temps modernes avec la bénédiction d’un Etat absent à tous les niveaux. Certes, partout dans le monde, les moins jeunes et les étu- diants «bricolent» durant la période des vacances pour gagner ce qui est appelé l’argent de poche, mais exploiter des enfants, dont l’âge ne dépasse pas les 16 ans, dans la construction de bâtiments, est un drame. Où est l’Etat ? Où est la Sécurité sociale ? Que fait l’Inspection

du travail ? Tout le monde est En se rendant sur un chantier à la nouvelle- ville de Tizi Ouzou, sur une vingtaine d’ouvriers, 8 d’entre eux ont moins de 16 ans. Ils sont payés à raison de 7 00 di- nars la journée. Interpellé à ce sujet, l’entrepreneur nous explique sans au- cune gêne : «Je leur donne à manger. Je n’ai jamais forcé quelqu’un à venir tra- vailler. En plus, la main-d’œuvre se fait de plus en plus rare. Où voulez-vous que je trouve des ouvriers ?» Même le reste de l’équipe, c’est-à-dire les adultes, aucun d’eux n’est déclaré à la Sécurité sociale. C’est sur le dos de ces misérables travailleurs, qui bossent toute la journée sous un soleil de plomb, qu’une minorité de suceurs de sang s’enrichit en toute impunité. La mafia du foncier, qui brade les espaces verts dans les grandes villes de Kabylie n’est guère inquiétée. L’exploitation des enfants n’est jamais évoquée, même lors des discussions dans les cafés. Les enfants sont également ex- ploités dans d’autres secteurs d’activité, comme la restauration, où de petits en- fants triment plus de 14 heures par jour.

Yacine, un jeune de 16 ans, travaille dans un fast-food au centre-ville de Tizi Ouzou, de l’aube au crépuscule de- puis l’âge de 13, quand il a quitté l’école. «Je travaille environs 12 heures par jour et sans répit. J’ai droit à une seule jour- née de repos une fois tous les 15 jours. La fin du mois, le patron me glisse 12 000 dinars. Parfois moins», nous dit-il, et d’ajouter : «Le patron est très dur avec nous, il ne nous donne même pas à manger. Mais mon objectif n’est pas de rester ici éternellement. Chaque mois, j’économise 30 000 dinars pour, un jour, acheter un visa ou payer une place de harga sur une barque pour quitter à jamais ce pays. Je ne veux même pas qu’on m’enterre ici.» Une phrase lourde de sens qui résume à elle seule le drame que vit une bonne partie de nos enfants. Cet exemple n’est qu’un cas parmi des milliers et des milliers d’autres. Les enfants souffrent en si- lence, leurs droits sont «violés», «ba- foués». La tragédie, c’est que même les parents exploitent leurs propres en- fants.

F. M.

Des centres de gériatrie dans les CHU

Les participants au colloque international sur «le vieil- lissement, la maladie d'Alzheimer : nouveaux problèmes, nouveaux enjeux», ouvert mardi à l'université de Tizi Ouzou, ont insisté sur la nécessité de mettre en place des centres de gériatrie au niveau des centres hospitalo-uni- versitaires (CHU) du pays, «afin de prendre en charge les pathologies du troisième âge». «Ces centres médicaux pour personnes âgées assureront la prise en charge des per- sonnes âgées atteintes de maladies chroniques ou dépen- dantes», a précisé le P r Ainas Lahlou, du CHU de Tizi Ouzou. Pour sa part, le doyen de la faculté des sciences hu- maines et sociales de Tizi Ouzou, le P r Mohamed Brahim Salhi, a estimé que «les pouvoirs publics doivent d'ores et déjà réfléchir aux dispositifs à mettre en place pour pren- dre en charge les personnes âgées de soixante ans et plus, du fait que cette frange est en augmentation dans notre

pays où l'espérance de vie est actuellement de 77 ans». Ce même sociologue a fait savoir que les personnes du troi- sième âge représentaient 6,8 % de la population en 1998, signalant que ce chiffre est passé à 8 % en 2010 et passera à 24,3 % en 2050, soit environ 10 millions d'Algériens âgés de plus de 60 ans. «Des efforts ont été et consentis en direction de cette frange de la population par les pouvoirs publics. Il s'agit, entre autres, de l'ouverture de foyers pour personnes âgées, et de deux hôpitaux du jour à Alger et Constantine pour accueillir les patients atteints de maladies invali- dantes. Toutefois, ces efforts sont à poursuivre et à renfor- cer pour pouvoir répondre à la problématique de la prise en charge de ces personnes», a observé le P r Salhi. Il a été préconisé durant ce colloque, qui se poursuivra sur trois jours, de réfléchir également à la formation d'un person- nel spécialisé en gérontologie.

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

SOCIÉTÉ

DK NEWS

9

M. NECIN À PARTIR D’EL BAYADH

L’Etat déterminé à trouver des solutions

radicales pour protéger

les villes des inondations

radicales pour protéger les villes des inondations «Une commission interministé- rielle est à pied

«Une commission interministé- rielle est à pied d’œuvre pour identi- fier les villes inondables, une question qui revêt un intérêt particulier de l’Etat», a souligné le ministre en marge de sa visite de travail dans la wi- laya. M. Necib a, dans ce cadre, lancé le projet de construction d’une digue pour la protection de la ville de Sidi Slimane (plus de 1 500 âmes) des inondations, doté d'une enveloppe de 100 millions DA.

Le ministre des Ressources en eau, M. Hocine Necib, a affirmé, jeudi à El-Bayadh, la détermination de l’Etat à trouver des solutions «radicales» pour la protection des villes des risques d’inondations.

Selon les explications fournies à la délégation ministérielle, six opéra- tions, d’une enveloppe globale de 1,2 milliard DA, puisée du programme sectoriel de développement, ont été accordées à la wilaya d’El-Bayadh pour la protection de ses villes des inondations. Ces opérations viennent compléter les projets inscrits en faveur des com- munes de Bougtob, Kef-Lahmar, La- biod Sidi Cheikh, Brézina et El-Bayadh. S’agissant de la situation de Oued- Deffa, le ministre a fait part de sa prise en charge, dans le cadre d’un plan d’urgence prévoyant l’élaboration d’une carte identifiant les différents Oueds ainsi que les zones inondables. Le ministre a, lors de sa visite de travail d’une journée, procédé à la mise en service de la canalisation d’adduction d’eau potable au profit de la commune de Bouaâlem. Cet ouvrage, retenu dans le pro- gramme sectoriel de 2012, devra ap- provisionner une population de 6 100 habitants. M. Hocine Necib a saisi cette occa- sion pour exhorter les responsables

de l’entreprise de l’Algérienne des eaux (ADE) à étendre progressive- ment, selon un ordre de priorité, ses activités pour couvrir l’ensemble de cette collectivité et assurer une ges- tion rationnelle de l’eau. Le ministre a par ailleurs mis l’ac- cent, lors de sa visite du barrage de

Brezina de 123 millions m 3 , mis l’ac- cent sur la l’exploitation de cet ou- vrage à la fois pour l’irrigation, notamment d’un périmètre de 1 200 hectares, et pour des actions récréa- tives et de détente. M. Necib a, en outre, inspecté le chantier d’une station d’épuration des eaux usées en cours de réalisation,

à la faveur d’un partenariat algéo-es-

pagnol. Cette station, dont les travaux ont atteint un taux d’avancement de 75 %, devra être réceptionnée en juin pro- chain et ses eaux, traitées et épurées, exploitées à des fins d’irrigation agri- cole. Le ministre des Ressources en eau

a visité le siège de l'ADE où il a instruit le personnel d’œuvrer à la promotion constante des prestations fournies aux citoyens.

ALGÉRIE - FINLANDE

Convention sur la coopération académique pour la protection des réseaux électroniques

L'Algérie et la Filande ont conclu mercredi à Alger une convention-cadre sur la coopération académique pour la protection des réseaux électroniques. Signée par le minis- tère de la Poste et des Technologies de l'information et de la communication et l'entreprise finlandaise «Stonesoft», cette convention intervient en marge de l'audience accor- dée par le ministre du secteur, M. Moussa Benhamadi au ministre finlandais aux Affaires européennes et au Com- merce extérieur, M. Alexander Stubb. Elle vise «l'élargis- sement du champ de coopération aux moyens de lutte contre la cybercriminalité» et «l'encouragement de l'émer- gence de potentialités algériennes dans le domaine de la sécurité des réseaux à travers l'introduction de la forma- tion dans cette spécialité dans les programmes des univer- sités et des écoles algériennes». Dans ce cadre, il a été convenu de l'établissement d'un partenariat entre trois universités ou grandes écoles natio- nales tout en laissant la porte ouverte pour de nouvelles propositions de coopération dans ce domaine. A travers cette convention, l'Algérie encourage son secteur banquier

à s'orienter vers les transactions dans le cadre du projet e- banquing (e-commerce). Elle s'inscrit également dans le cadre de la stratégie du secteur des TIC visant à garantir la protection des sites et des services à tous les niveaux. Dans ce cadre, M. Benhammadi a souligné l'importance de cette convention qui accompagne la stratégie du secteur fondée essentiellement sur «la formation et le recyclage des experts dans ce domaine à travers un laboratoire vir- tuel au cyberparc de Sidi Abdallah pour que ces dernier puissent tirer profit de l'expertise finlandaise dans ce do- maine». Il a souligné que la lutte contre la cybercriminalité exige une coopération internationale pour la mise en place d'un système de défense infaillible. M. Benhammadi a insisté, par ailleurs, sur la nécessité d'établir une véritable coopération avec les sociétés étran- gères en général fondée sur la stabilité en Algérie en fonc- tion d'une nouvelle politique économique adoptée par le pays portant obligation d'ouverture de filiales de sociétés d'investissements en Algérie.

NUTRITION - RENCONTRE

«Adopter un modèle méditerranéen de fast-food»

Les participants au 1 er congrès international de la Société algérienne de la nutrition (SAN), clôturé jeudi à Oran, ont insisté sur la néces- sité d'adopter un modèle méditerranéen de fast food. Les chercheurs dans le domaine de la nu- trition et de la santé ont expliqué que ce mo- dèle repose principalement sur les produits agricoles, les huiles végétales et les poissons, nécessaires pour la prévention de certaines maladies. Dans ce contexte, le D r Hadj Lakehal Belka- cem, responsable du département de préven- tion et de promotion de la santé à l'Institut national de la santé publique a souligné que que le régime alimentaire du bassin méditer- ranéen est l'un des meilleurs dans le monde, «ce qui nécessite sa préservation» pour la pré- vention de certaines maladies, notamment l'obésité favorable à des maladies graves comme le cancer du sein. Pour sa part, la spécialiste en nutrition, le professeur Rabie Bahae du Maroc estime que le régime alimentaire méditerranéen «a

prouvé son efficacité» et «son effet positif sur la santé» de l'individu comme modèle "adap- table» et «préventif» de nombreuses maladies liées à la nutrition et à l'alimentation. Le nutritionniste Denis lairon de l'univer- sité de Marseille (France), qui a animé une communication sur «l'alimentation durable :

concept et pratiques face aux enjeux présents et futurs», a souligné que de nombreuses

études ont montré que les personnes qui adoptent la diète méditerranéenne sont moins exposées à l'obésité, aux maladies cardiovas- culaires et au diabète type 2. «Les associations et les institutions de la nu- trition ont un rôle important de diffusion de la culture du modèle alimentaire méditerranéen en voie d'extinction devant la prolifération du fast-food» dans une société qui «fut dans un passé proche attachée aux repas tradition- nels», ont souligné les participants appelant à «sensibiliser» les propriétaires de ce type de restaurants sur l'importance d'introduire ce modèle dans les sandwichs très prisés par les consommateurs, notamment les jeunes et les enfants. Lors de cette rencontre, à laquelle ont pris part 50 professeurs et chercheurs d'Algérie, de France, du Maroc et de Tunisie et de 80 labo- ratoires scientifiques, de nombreuses com- munications ont abordé, entre autres, «l'alimentation durable : concept et pratiques face aux enjeux présents et futurs», «les com- portements nutritionnels et leurs effets sur le corps de l'enfant et de l'adolescent», «l'obésité» et «l'évolution de la pédiatrie en Algérie». Les participants ont débattu de sujets liés à la «microbiologie au service de la santé hu- maine», «la phytothérapie et la santé», «les plantes et leur rôle thérapeutique», «la nour- riture en Algérie», en plus de l'affichage de posters d'études et d'enquêtes.

TRANSPORT

«Sécurisation maximale» du futur tramway de Constantine

Le tramway de Constantine, dont la mise en circulation est prévue pour le début de l’été prochain, sera doté d’une «police spéciale» qui veillera à sécuriser la ligne et les passagers, a indiqué jeudi le wali, Noureddine Bedoui. Un accord sera bientôt signé avec les services de la Sûreté de wilaya pour assurer une pré- sence «quotidienne et continue» des policiers à l’intérieur des rames et aux alentours du tracé qui va du stade Benabdelmalek Ramdane à la cité Zouaghi Slimane sur une distance de plus de 9 km, a-t-il souligné. Les agents de l’ordre public devant être déployés pour garantir la sécurité du tramway et des passa- gers opéreront en étroite collaboration avec les contrôleurs qui seront ultérieu- rement recrutés dans le cadre des activités de la société algéro-française Citram chargée de l’exploitation et de la maintenance de ce moyen de transport, a ajouté le wali. M. Bedoui a indiqué, dans ce contexte, qu’une première vague de cadres et d’agents est déjà en stage de formation sur les modalités et les tech- niques d’exploitation et de maintenance du tramway. La mise en marche «à blanc» (dernière phase de test avant la mise en service) du tramway de Constan- tine devra commencer au mois de mars 2013, a encore fait savoir le chef de l’exé- cutif local, soulignant l’importance de ce projet dont la réalisation s’inscrit dans le cadre de mise à niveau de la capitale de l’Est algérien.

ZAKAT

Octroi de crédits du fonds

à 63 jeunes investisseurs à Annaba

Pas moins de 63 jeunes sans emploi ont bénéficié, jeudi à Annaba, de crédits sans in- térêt du fonds de la zakat afin de créer leurs propres activités professionnelles, a-t-on constaté. La cérémonie de remise de ces cré- dits a été organisée en marge des travaux d'une journée de sensibilisation organisée à l'occasion du lancement de la 11 ème cam- pagne de collecte de la zakat. Ces crédits, d'un montant de 13 millions de dinars, per- mettront de financer des projets dans les do- maines de l'artisanat, des services, de l'élevage et des technologies de l'information et de la communication (TIC), a souligné le directeur des affaires religieuses. Lors des travaux de cette journée de sensibilisation, les intervenants ont insisté sur la nécessité «d'expliquer aux citoyens l'importance du

rôle du fonds de la zakat dans la promotion de l'insertion et de l'intégration sociale et professionnelle des jeunes à la faveur de la création de micro-entreprises productrices de richesses et d'emplois». Ils ont également mis l'accent, lors de cette rencontre organisée par la direction des Affaires religieuses en présence de re- présentants de la société civile et de bienfai- teurs, sur «la dynamisation du dispositif du fonds de la zakat qui contribue au renforce- ment de la cohésion sociale». Le fonds de la zakat qui a collecté, entre 2004 et 2011 à Annaba, un montant de 300 millions de dinars, a financé depuis sa créa- tion 556 micro-entreprises initiées par des jeunes sans emploi. APS

10

DK NEWS

SOCIÉTÉ

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

GENDARMERIE NATIONALE

Un dispositif «spécial fin d’année»

Un dispositif sécuritaire «spécial fin d’an- née» sera mis en place par le 5 ème commande- ment régional de la Gendarmerie nationale, a indiqué, jeudi, le lieutenant-colonel Rachid- Eddine Benabdelaziz, chef du service régional de la police judiciaire (CSRPJ). Il s’agit d’un «plan préventif» à mettre en place «d’ici à quelques jours», destiné à per- mettre un déroulement sans incident des fêtes de fin d’année sur l’ensemble des wilayas rele-

vant de la compétence territoriale du 5 ème com- mandement régional de la Gendarmerie nationale, a ajouté cet officier au cours d’une conférence de presse. Le lieutenant-colonel Benabdelaziz a souli- gné que tous les moyens humains et matériels nécessaires seront mobilisés par la Gendarme- rie nationale dont les éléments, appuyés par les brigades cynotechniques, «occuperont tout

le terrain», places publiques, restaurants, hô-

tels et complexes touristiques, entre autres. Des barrages fixes, des patrouilles de contrôle et des opérations «coup-de-poing» sont également prévus à l’occasion des fêtes de fin d’année, cette période étant généralement mise à profit par des groupes de malfaiteurs pour perpétrer des actes délictuels ou crimi- nels. La lutte contre le crime a permis aux élé- ments du 5 ème commandement régional de la Gendarmerie nationale de traiter, durant les seuls mois d’octobre et de novembre derniers, près de 4 900 affaires qui ont donné lieu à l’ar-

restation de 4 937 personnes dont 153 femmes,

a indiqué de son côté le capitaine Abdelhak

Hammouche, responsable de la cellule d’in- formation de ce corps constitué. Les interventions des gendarmes ont abouti, durant la même période, à la saisie d’une quantité de 587 822 comprimés de psy- chotropes et près de 1 170 kg de drogue, a sou- ligné le même officier.

APS

BBA / CAGOULÉS ET ARMÉS D’UN FUSIL ET D’UN SABRE

Ils tentent de braquer un bureau de poste

Cela s’est passé au village Bir Aïssa, com- mune d’Aïn Tesra (Bordj Bou Arréridj). La ten- tative de braquage a échoué grâce à la résistance du receveur qui a avisé les gen- darmes de la brigade de Ras El Oued, au moyen du téléphone. Ce dernier a indiqué aux services de sécurité que «2 individus cagoulés en possession d’un fusil de chasse et d’un sabre ont tenté de cambrioler le bureau de poste, avant de prendre la fuite suite à l’inter- vention des riverains. Les recherches entre- prises par les gendarmes se sont soldées par l'interpellation de 2 suspects (un père et son fils) devant leur habitation audit village, en possession d'un fusil de chasse factice. Pour l’heure, l'enquête se poursuit. DD. M.

SPECTACULAIRE SAISIE PAR LA SÛRETÉ NATIONALE DE STUPÉFIANTS AUX FRONTIÈRES OUEST

18

tonnes

de kif traité

!

récupérées à Tlemcen

La quantité de drogue (cannabis), conditionnée en plusieurs centaines de paquets de 25 kg chacun, était dissimulée à l’intérieur des doubles fonds de deux camions-citernes de transport de ciment.

Quatre personnes, dont le propriétaire de la ferme où se trouvaient les camions-citernes et un ressortissant malien, ont étés arrêtées.

et un ressortissant malien, ont étés arrêtées. D. Mentouri Le service régional de lutte contre les

D. Mentouri

Le service régional de lutte contre les stupéfiants relevant de la Sûreté de wilaya de Tlemcen a opéré, mercredi soir, la saisie de près de 18 tonnes de kif traité dans une ferme située dans la zone frontalière Colonel Lotfi de la daïra de Maghnia, a-t-on appris jeudi auprès du chef de ce service. On croit savoir que, suite à cette importante

saisie de drogue qui, selon des

sources, «était destinée à l’étranger», les services de police seraient persua- dés de l’existence d’un réseau trans- national de trafic de stupéfiants pour lequel l’Algérie constituerait un pays de transit. Devant cette évidence, il est

permis de croire qu’Interpol serait sur le point de déclencher une en- quête pour identifier les membres du réseau transnational à l’origine de cette importation. Il faut préciser que cette quantité, répartie en 694 colis de 25 kilogrammes chacun, était dissi- mulée à l’intérieur de deux camions- citernes de transport de ciment, a indiqué une source autorisée. Selon les premiers éléments de l’enquête, cette quantité de kif, d’une valeur vé- nale de 1,8 milliard DA (plus de 180 milliards de centimes), était destinée à l’étranger. Une enquête est ouverte pour identifier le reste des membres de ce réseau transnational de narco- trafiquants et de localiser les ramifi- cations. Cette surprenante saisie n’est pas fortuite puisqu’elle est le fruit de

la vigilance des services de police mais également de la contribution des ci- toyens qui, de plus en plus, assistent les services en communiquant des in- formations et des renseignements sur des mouvements suspects. Il est à rap- peler que depuis quelques années, la frontière marocaine est devenue une véritable passoire utilisée de façon in- tense par les narcotrafiquants qui font passer des quantités de plus en plus importantes de stupéfiants vers le ter- ritoire algérien. Près de 100 tonnes de kif traité y ont été saisies depuis le début de l’année par les divers corps de sécurité, et ce dans les différentes wilayas frontalières avec le voisin ma- rocain, notamment Tlemcen, Nâama et Béchar.

D. M.

TRAFIC DE STUPÉFIANTS À L’OUEST ET AU SUD-OUEST

150,155 kg de kif

saisis en une journée

Décidément, les narcotrafiquants ne manquent pas d’imagination. Traqués sur la voie terrestre, ils optent pour la voie maritime pour acheminer leurs cargaisons qui, dans certains cas, finit par échouer sur les plages. Les gendarmes de la brigade de Bouzedjar (Aïn Témou- chent), en patrouille sur la plage de Sbiaate, commune d’El M'Saïd, ont récupéré un sac rejeté par les vagues, conte- nant 90 kilogrammes de kif traité. Une enquête a été immédiatement ouverte pour locali- ser le destinataire. Par ailleurs, à Illizi, les gendarmes de la brigade d’Illizi en patrouille sur la RN03, reliant Illizi à Dja- net, ont interpellé au lieu-dit Tasset, commune d’Illizi, 2 individus pour association de malfaiteurs, trafic de stupé- fiants, contrebande et faux et usage de faux. Ces derniers, à la vue des gendarmes, ont tenté de prendre la fuite, aban- donnant le véhicule tout-terrain (Toyota) à bord duquel ils voyageaient. La fouille du véhicule dont le récépissé de la

carte d’immatriculation est falsifié, a conduit à la décou- verte de 67,67 kg de kif traité, dissimulés dans le réservoir supplémentaire de carburant. En outre, 1,350 kg de kif a été saisi à la Cité Maraval (Oran) par les gendarmes de la section de recherches d’Oran. Les 2 personnes ont été pré- sentées devant le procureur de la République près le tribu- nal d’Oran qui les a placées sous mandat de dépôt. Dans le sillage de leur lutte contre le trafic et la commercialisation de stupéfiants, les gendarmes de la section de sécurité et d’intervention du groupement territorial de Constantine ont interpellé dans la commune d’El Khroub trois per- sonnes à bord d’un véhicule de marque Hyundai Accent, en possession de 135 grammes de kif traité et la somme de 39 900 DA, représentant le produit de vente de stupéfiants. Une enquête est ouverte par les gendarmes de la section de recherches de Constantine.

D. M.

SÉTIF

Les services de police traquent les criminels

lusieurs personnes ont été arrêtées par les P services de police à Sétif et plus exacte- ment par les éléments du Bureau de re- cherche et d’investigation (BRI). La plupart des personnes arrêtées se sont rendu coupables de vols par effraction, de commercialisation de drogue, ou de constitution d’associations de malfaiteurs. D’importantes sommes d’argent, fruit de la commercialisation de stupéfiants ou de vols, ainsi que des quantités de drogues ont été récupérés par les policiers. Les au- teurs ont été présentés devant les tribu- naux afin de répondre de leurs actes.

D. M.

50 KG DE KIF

SAISIS À ANNABA

Le propriétaire arrêté par les services de police

Exploitant des informations détenues et avérées, les policiers du service régional de lutte contre le trafic de stupéfiants ont procédé à la perquisition d’un domicile appartenant à un individu âgé de 40 ans et sans profes- sion. Cette opération s’est soldée par la découverte de 50 kilogrammes de cannabis. Le propriétaire a été présenté devant les juridictions compétentes. DD. M.

Vendredi 7 - Samedi 8 décembre 2012

CULTURE

DK NEWS

11

Le photographe et cinéaste français Marc Garanger exposera, à partir de mercredi au centre culturel algérien de Paris, une série de photographies représentant des femmes algériennes en 1960 et en 2004, selon le site Internet du centre.

ALGÉRIE - FRANCE

Exposition de photographies

«Femmes algériennes 1960» à Paris

Sous le thème "Femmes algé- riennes 1960", les photographies de Marc Garanger qui, en 1960 était un soldat appelé dans les rangs de l'ar- mée coloniale française, représentent des femmes algériennes rurales obli- gées de poser têtes nues et qui fixaient l'objectif de l'appareil avec des yeux où se mêlent colère et crainte. L'administration coloniale, qui avait ordonné la prise de ces photos de manière humiliante, se proposait de recenser les populations des villages dans le but de mieux les maîtriser et de resserrer l'étau autour des élé- ments de l'Armée de libération natio- nale (ALN). Marc Garanger a avoué avoir été profondément touché par l'expression de ces femmes "qui n'avaient d'autres choix que le silence pour manifester leur refus", ajoutant qu'il leur rendait hommage par cette exposition. Sous le thème "Retour en Algérie" le photographe présente d'autres pho- tographies prises en 2004 dans l'Algé- rie indépendante dans sa quête de retrouver les mêmes femmes et de les "réhabiliter". Marc Garanger était pas- sionné par la photographie dans les années 1950. Il rejoignit l'armée fran- çaise, 12 ans après, pour accomplir son

Marc Garanger pendant le New-York Photo Festival
Marc Garanger pendant le New-York Photo Festival

service militaire et fut chargé de pho- tographier près de 2000 femmes algé- riennes en majorité rurales dans la wilaya de Bouira (Ain Terzine et El Mardoud notamment) dont les popu- lations avaient été transférées dans les camps de concentration. Les photographies avaient été pu- bliées pour la première fois dans une revue suisse et avaient été considérées comme un témoignage de la barbarie

coloniale française avec son corollaire le racisme. Elles ont été ensuite expo- sées dans plusieurs villes françaises, en Grèce et en Finlande. Marc Garanger a reçu plusieurs distinctions internationales dont le prix français Niepce de photographie (1966), le prix du New York photo fes- tival (2010) pour ses photographies sur des peuples et communautés dans différentes parties du monde.

CULTURE - LITTÉRATURE

3èmes rencontres littéraires internationales de Nouakchott du 9 au 14 décembre

Des hommes de lettres, des critiques littéraires et des artistes africains prendront part aux 3èmes rencontres lit- téraires internationales "Traversées mauritanides", orga- nisées à Nouakchott (Mauritanie) du 9 au 14 décembre, annoncent les organisateurs. Placée sous le thème "Ecrits et cris", cette édition orga- nisée par l'association "Traversées mauritanides", en col- laboration avec l'Organisation internationale de la francophonie (Oif ) ainsi que des programmes de soutien de l'Onu, prévoit un large programme littéraire mais aussi des représentations de théâtre, des projections cinémato- graphiques et des spectacles de musique. De grands noms de la littérature africaine seront pré- sents à ces rencontres, à l'instar des sénégalais Ken Bugul et Felwine Sarr (initiateur des rencontres "printemps d'Afrique"), le togolais Sami Tchak (grand prix littéraire d'Afrique noire en 2004) ou encore le tchadien Noël Ndjé- kéry. Le romancier et universitaire algérien Amine Zaoui

prendra part lui aussi à ces rencontres aux côtés de plu- sieurs hommes et femmes de lettres mauritaniens qui sillonneront, cinq jours durant, plusieurs établissements scolaires et universitaires. Le programme de la manifesta- tion prévoit des tables rondes et des rencontres littéraires sur l'écriture en arabe et en dialectes arabes ainsi que des ateliers d'écriture destinés aux écrivains, étudiants de la fa- culté des lettres de Nouakchott et aux jeunes talents. Dans un autre registre les rencontres accueilleront éga- lement la comédienne et metteur en scène belge Marie Ruggeri (plusieurs fois primée) qui présentera une pièce théâtrale intitulée "Louise Michel - écrits et cris" ainsi que la photographe et réalisatrice française Françoise Dexmier qui animera le volet cinéma. Un volet du programme sera consacré à la poésie et aux arts lyriques afin de promouvoir la diversité linguistique et culturelle de la Mauritanie avec des lectures poétiques et des spectacles de slam dans plusieurs villes du pays.

MILA

Le tournage du film documentaire consacré à Abdelhafid Boussouf ''en est aux toutes dernière retouches'', a indiqué le réalisateur de ce film, Ab- delbaki Sellaï. D’une durée de 52 minutes, le film dont la projection est prévue vers la fin du mois de décembre en cours, à l’occasion de la commémoration du 32ème anniversaire de la mort de Boussouf, a été financé par la wilaya de Mila. Le tournage a été effectué dans les wilayas de Mila, de Constantine, de Skikda, de Tlemcen et d’Alger, selon Sellaï. Le documentaire se décline en 5 étapes qui sont autant de tournants

Abdelbaki Sellaï met la dernière main à son film documentaire sur Abdelhafid Boussouf

dans la vie de "Si Mabrouk" (nom de guerre de Boussouf ) relatée ici depuis son enfance, ses études et son entrée dans l’activité clandestine au service du mouvement national. Il est égale- ment question dans ce film de l’adhé- sion de Boussouf à la décision du déclenchement de la lutte armée, en tant que membre du groupe des 22 historiques, de son rôle dans la struc- turation de la Révolution et surtout de son action pour mobiliser les jeunes et les former aux liaisons-communica- tions et à l’armement et, enfin, de son rôle dans la création des services de renseignements de la Révolution plus

connu sous le nom de Ministère de l’armement et des liaisons générales (MALG). Parmi les figures qui ont contribué à ce film par leurs témoi- gnages, le réalisateur a cité le Moudja- hid Abderrahamane Ben Rouane qui fut un proche collaborateur de Si Ma- brouk ainsi que Abdallah Chaâbane, Khaled Bensmain et Cherif Abdedaim auteur d’une biographie sur Abdelha- fid Boussouf. Abdelbaki Sellaï, réalisateur de té- lévision, a également réalisé un docu- mentaire en deux parties consacré à cheikh Abdelhamid Benbadis intitulé "l’Imam des imams"

La revue Al-Djeich

consacre un numéro au déclenchement de la Guerre de libération

La revue mensuelle "Al-Djeich" a consa- cré le numéro du mois de novembre au 58e anniversaire de la Guerre de libération l'étayant d'un entretien avec Mohamed Me- chati, membre du groupe des 22, et d'un complément sur la participation de l'Armée nationale populaire (ANP) dans les guerres arabo-israéliennes. "La célébration de l'anniversaire du dé- clenchement de la guerre de libération est à même de renforcer les liens des généra- tions montantes avec leurs racines et leur Histoire riche en hauts faits et leur attache- ment avec fierté et fidélité aux sacrifices de leurs aïeux pour la préservation de la pa- trie", lit-on dans l'éditorial de ce numéro spécial. "Le 58e anniversaire du déclenchement de la guerre de libération, un tournant dé- cisif dans l'Histoire de l'Algérie", est le titre d'un dossier de 16 pages consacré par cette publication mensuelle à cette date cruciale de l'Histoire des Algériens. "Après les massacres du 8 mai 1945, les Algériens ont constaté que la liberté s'arra- chait face à un colonisateur qui n'était pas prêt à renoncer à l'Algérie même s'il devait pour cela mobiliser toutes ses forces dé- ployées dans les autres colonies", écrit Al- Djeich. Evoquant la réunion du groupe des 22, la revue a estimé que "cette réunion a consacré le début d'une ère nouvelle pour le mouvement national qui en tirant les le- çons du combat pacifique, a constaté que le combat armé était la seule voie vers l'indé- pendance". Le dossier spécial étayé de por- traits et parcours des artisans de la Révolutions est revenu sur les circonstances de la tenue de la réunion des 22, les déci- sions des membres de la commission révo- lutionnaire pour l'unité et l'action (CRUA) et la préparation du déclenchement de la ré- volution à la faveur de la réunion d'Alger le 27 juin 1954. La revue a consacré par ailleurs un entretien à l'un des artisans de la guerre de libération, le moudjahid Mohamed Me- chati, qui est revenu sur les étapes phares du combat armé. Mohamed Mechati a présenté à cette oc- casion son ouvrage autobiographique inti- tulé "Mohamed Mechati, parcours d'un combattant" dans lequel il révèle des vérités historiques dont "la majorité sont restées occultes. La revue de l'ANP a en outre pu- blié un dossier intitulé "La santé durant la guerre de libération, un devoir envers la ré- volution et le peuple" qui met en avant le rôle joué par les étudiants de médecine et de pharmacie et la création de Croissant rouge algérien. Dans un complément sur la parti- cipation de l'ANP aux guerres arabo-israé- liennes, la revue a évoqué les batailles du 5 et du 15 juillet 1967 et le rôle de l'aviation al- gérienne dans la guerre de 1973. Le dossier a été appuyé par des témoi- gnages de personnes qui ont participé à ces guerres dont le colonel Hocine Oussaid et le général-major à la retraite, Mohamed Be- kouche. Le complément comporte un en- tretien avec le général-major à la retraite Mohamed Abdelaziz Kabil, de la 4e brigade blindée de la 3e armée égyptienne durant la guerre d'octobre 1973 ainsi que des témoi- gnages du général-major à la retraite, Mo- hamed Chibani.

APS

SCIENCE

12 DK NEWS

Vendredi 7 - Samed

OBÉSITÉ, DIABÈTE Cibler le «gène du maigre»
OBÉSITÉ,
DIABÈTE
Cibler
le
«gène
du
maigre»

Certains patients souffrent d’une maladie rare caractérisée par l’incapacité dans laquelle se trouve leur organisme d’assimiler effectivement les calories qu’ils ingèrent. Conséquence, ils ne grossissent jamais, quoi qu’ils mangent !

ils ne grossissent jamais, quoi qu’ils mangent ! Ces heureux mortels, en fait, sont des ma-

Ces heureux mortels, en fait, sont des ma- lades… Le phénomène serait lié en effet, à l’ab- sence -pathologique- d’un enzyme essentiel au processus de la digestion. Une société française de biotechnologie, basée dans le Génopole d’Evry, vient de tester une molécule capable d’inhiber ar- tificiellement cet enzyme. Cette découverte pourrait constituer une piste intéressante… vers un traitement de l’obésité et du diabète de type 2. «Pour la première fois, nous nous sommes intéressés aux gènes des patholo- gies induisant la minceur, voire la maigreur, mal- gré l’alimentation», explique le D r Itzik Harosh, P-DG d’ObeTherapy Biothechnology, la biotech à l’origine de cette découverte. Ses chercheurs ont travaillé sur une pathologie rare, la déficience congénitale en entéropeptidase, l’enzyme évoqué plus haut. «L’entéropeptidase en fait fonctionne comme un déclencheur de la digestion, donc de l’absorption par l’organisme des calories ingé- rées.»

MAIGRIR, MAIS PAS TROP

Les patients souffrant de cette maladie géné- tique rare se nourrissent à volonté, sans prendre de poids, voire… en en perdant, ce qui est loin d’être plaisant… «S’ils ne sont pas pris en charge, ces malades meurent affamés faute d’assimiler les calories qu’ils ingurgitent», souligne le D r Harosh.

L’objectif de ces travaux est donc la mise au point d’un traitement qui, en limitant l’absorption des graisses et des protéines, agit contre l’obésité. Bien entendu, une prise en charge de l’obésité et du diabète de type 2 ne saurait reposer unique- ment sur un traitement de ce type. Un suivi médical et nutritionnel devrait lui être associé. En attendant, la molécule Obe2008, éla- borée par la biotech française, est encore dans sa phase de tests précliniques chez la souris. «Si tout va bien, dans un an et demi nous commencerons les études sur l’homme.» Un médicament, s’il est mis au point, ne serait pas disponible avant un mi- nimum de 7 ou 8 ans…

ne serait pas disponible avant un mi- nimum de 7 ou 8 ans… OSTÉOPOROSE Des os

OSTÉOPOROSE

disponible avant un mi- nimum de 7 ou 8 ans… OSTÉOPOROSE Des os qui partent en

Des os qui partent en fumée

Le tabagisme, c’est connu, est dangereux pour la santé à bien des égards, et notamment pour la santé des os. Il est d’ailleurs reconnu comme un facteur de risque d’ostéoporose, une maladie qui se manifeste, le plus souvent, après 60 ans. Or et c’est là un fait relativement nou- veau, il semblerait que ces méfaits se manifes- tent bien plus tôt, dès les premières années d’addiction en fait. C’est en tout cas la conclu- sion d’un travail américain, mené auprès d’adolescentes. Explications. L’équipe du P r Lorah Dorn, du Cincinnati Children’s Hospital Center , s’est intéressée à la santé osseuse de 262 adolescentes de 11 à 19 ans en bonne santé. Chaque année pendant trois ans, toutes on subi une ostéodensitométrie. Cet examen radiologique permet de mesurer la densité minérale osseuse (DMO), et donc d’ap- précier la solidité du squelette. Durant toute cette période de suivi, chaque adolescente s’est vue demander de remplir un questionnaire portant sur sa consommation de tabac, d’alcool et sur son degré d’anxiété. Résultat, plus les adolescentes fumaient, plus leur densité miné- rale osseuse au niveau de la hanche et des ver- tèbres s’est avérée faible. Les auteurs sont parvenus à la même conclusion chez les filles qui souffraient de dépression mais ne fumaient pas. En revanche, aucune dégradation osseuse n’a pu être liée à la consommation d’alcool des non-fumeuses. «Toutes les adolescentes de 13 ans présentaient une DMO quasiment normale, car la plupart d’en- tre elles ne fu- maient pas. Par la suite, cependant, nous avons ob- servé chez les fu- meuses une baisse régulière de la DMO au fil des années», in- dique Lorah Dorn. Le taba- gisme peut in- fluer sur la santé osseuse, de plu- sieurs manières différentes. Par interférence avec l’absorption du calcium par exemple, ou par altération de la sécrétion de certaines hor- mones.

par altération de la sécrétion de certaines hor- mones. U Or u par voie de la

U

Or u

par voie

de

la

c

façon si

tabagis

intox ?

dent de

bagism

d’ombr

UNE DI

Au ce gueux, c loir arr était de une cig fumer d d’altern torze de cole. Ré ont fort et 11 % o Aux y premie nous di quoi ? P

MAL

De

ont fort et 11 % o Aux y premie nous di quoi ? P MAL De

tir de 50 aujourd ponible La pr lation d avons m certaine à l’accu Montré Ces o sur un un agen tingtine tres ess

ET VIE

DK NEWS 13
DK NEWS
13

i 8 Décembre 2012

CIGARETTE ÉLECTRONIQUE

«Aucune preuve d’efficacité.» «Pas d’autorisation de mise sur le marché (AMM).» «Pas un produit de santé.» Jusqu’à présent les opposants à la cigarette électronique avançaient ces arguments pour assurer que l’on ne saurait y voir «une aide au sevrage tabagique».

l’on ne saurait y voir «une aide au sevrage tabagique». ne première «étude» très biaisée… ne

ne première «étude» très biaisée…

tabagique». ne première «étude» très biaisée… ne étude observationnelle diffusée de presse nous révèle

ne étude observationnelle diffusée de presse nous révèle que «l’usage igarette électronique entraîne de

gnificative une forte diminution du me chez 72 % des fumeurs». Info ou

Le P r Bertrand Dautzenberg, prési-

l’Office français de prévention du ta-

e

(OFT), déplore quelques zones

e

et nous aide à lire entre les lignes.

MINUTION DU TABAGISME DE 72 %. VRAIMENT ?

entre d’examens de santé de Péri- cent fumeurs déclarant «ne pas vou- êter» ont été recrutés. La consigne «vapoter» (c’est-à-dire de «fumer» arette électronique, ndlr) au lieu de

u tabac. Ils gardaient la possibilité

er les deux pratiques. Soixante-qua- ces volontaires ont suivi le proto- sultat, au bout du trimestre, «72 % ement diminué leur consommation

nt totalement arrêté de fumer».

eux du P r Dautzenberg, c’est là un

de fumer». eux du P r Dautzenberg, c’est là un mais des 74 qui ont tenu

mais des 74 qui ont tenu le coup. On a donc volontairement exclu de l’équation ceux qui

n’ont pas adhéré à la cigarette électronique, soit un quart de l’échantillon. Si l’on prend

ceux d’un arrêt spontané. Ce travail n’ap- porte rien de nouveau.»

«J’ATTENDS UNE VÉRITABLE ÉTUDE»

r

lien manifestement biaisé. «On

ceux qui ont totalement arrêté, ce ne sont

Pourtant, pour le D r Jacques Granger,

t

72 %» explique-t-il. « Mais 72 % de

donc pas 11 % (comme précisé dans l’étude)

président du Comité départemental des

Pas des 100 participants de départ,

mais bien 8 %. Des résultats similaires à

maladies respiratoires de Dordogne qui a

similaires à maladies respiratoires de Dordogne qui a commandé l’étude, il s’agit là de la première

commandé l’étude, il s’agit là de la première pierre de travaux nécessaires. «Bien que réalisée avec des moyens limités, cette pre- mière étude menée en France confirme le potentiel de la cigarette électronique pour la protection de la santé des fumeurs (…) On ne peut à la fois reconnaître que le tabac est la première cause de décès évitables et ne faire aucune étude sur la cigarette électro- nique», commente-t-il. C’est justement ce qu’attend Bertrand Dautzenberg : une véritable étude. «Le nombre de participants est limité, il n’y a pas de groupe contrôle, on ne sait pas qui a financé ce travail. Les limites de la méthodologie employée sont très importantes.» Le P r Dautzenberg se défend pourtant d’attaquer systémati- quement la cigarette électronique. «C’est vrai qu’au premier abord cela paraît moins dangereux que la cigarette classique. Mais dans la mesure où nous n’en avons pas la preuve formelle, nous ne conseillons pas la cigarette électronique. Ce n’est pas un mé- dicament et cela restera ainsi, tant que la preuve ne sera pas faite de son efficacité dans le sevrage tabagique.»

ADIES NEURODÉGÉNÉRATIVES

s mécanismes communs ?

Une équipe de l’université de Montréal a identifié des méca- nismes qui, bien qu’étudiés es- sentiellement sur un modèle de la maladie de Huntington, pourraient se trouver à l’ori- gine de plusieurs maladies neurologiques. Maladie de Huntington, donc, mais aussi sclérose latérale amyotro- phique (SLA) ou certaines dé- mences. Pour l’heure, ils sont parvenus à interrompre la dé- générescence des neurones qui caractérise la maladie de Hun- tington. Ces recherches sont, pour le moment, purement ex- périmentales. La maladie de Huntington est une affection génétique fa- tale qui se manifeste le plus souvent chez des patients à par-

0 ans. Elle provoque la mort progressive d’aires cérébrales spécifiques. Elle est ’hui encore incurable, et l’efficacité des traitements palliatifs actuellement dis-

s demeure très relative.

incipale caractéristique de la maladie de Huntington est d’entraîner l’accumu- ans les cellules neuronales d’une protéine mutée appelée «huntingtine». «Nous ontré que l’augmentation du taux de progranuline -une autre protéine liée à

es affections neurologiques, ndlr- réduisait la mort des neurones en faisant échec mulation de protéines mutées», explique le D r Alex Parker, de l’université de al.

bservations ont été réalisées sur un ver rond transparent (C. elegans), ainsi que modèle de cellules de mammifères. «Cela porte à croire que la progranuline est

t neuroprotecteur potentiel contre la neurodégénérescence causée par la hun-

mutée», estime Alex Parker. Avec son équipe, il effectuera prochainement d’au- ais, portant sur des modèles de mammifères plus complexes.

ais, portant sur des modèles de mammifères plus complexes. CANCER AVANT 18 ANS Ménopause précoce ?
ais, portant sur des modèles de mammifères plus complexes. CANCER AVANT 18 ANS Ménopause précoce ?

CANCER AVANT 18 ANS

Ménopause précoce ?

Les femmes ayant souffert d’un cancer avant l’âge de 18 ans ont-elles un risque accru de ménopause précoce ? Selon une équipe française, certains traitements pourraient en effet augmenter le risque d’une ménopause avancée par rapport à la population générale. Voici les explications du D r Cécile Thomas-Teinturier, principal auteur de l’étude à l’unité INSERM U1018 de Villejuif, et pédiatre endocrinologue à l’hôpital Bicêtre. Les auteurs ont suivi 706 femmes qui toutes avaient survécu à un cancer de l’enfance ou de l’adolescence. En se basant sur des questionnaires complétés par ces patientes, ils ont observé que pour 97 de ces femmes leur ménopause était survenue à un âge médian de 44 ans. C’est-à-dire 7 ans plus tôt que dans la population générale.

7 ans plus tôt que dans la population générale. CERTAINS TRAITEMENTS AUGMENTENT LE RISQUE Au terme

CERTAINS TRAITEMENTS AUGMENTENT LE RISQUE Au terme de ce travail, plusieurs facteurs de risques ont été identifiés. Chez le tiers de ces 97 femmes, la ménopause avait été induite par l’ablation chirurgicale des deux ovaires, ablation souvent pratiquée en deux temps. Même si leur pathologie n’avait imposé le re- trait que d’un ovaire sur deux, ces femmes en effet ont par la suite présenté «un risque plus important que les autres de développer un problème gynécologique nécessitant une seconde ovariectomie. Et c’est celle-ci qui a induit une ménopause plus précoce», ex- plique-t-elle. Pour les autres patientes, «une chimiothérapie contenant des agents alky- lants, associée à une radiothérapie de l’abdomen pendant l’adolescence, paraît avoir augmenté le risque d’une ménopause avancée en moyenne de 4 ans», indique Cécile Tho- mas-Teinturier. Et «2,1 % des femmes ayant reçu une chimiothérapie à haute dose avant transplantation médullaire, c’est-à-dire avant greffe de moelle osseuse, ont développé une ménopause avant 40 ans». «Ces nouvelles données devraient permettre d’informer les patientes lorsqu’elles sont exposées à un risque de ménopause précoce. Les praticiens devraient notamment leur conseiller de ne pas retarder leur première grossesse au-delà de 30 ans, mais aussi ras- surer celles pour qui le risque de ménopause avancée est faible», conclut Cécile Thomas- Teinturier.

14 DK NEWS

HISTOIRE-CULTURE

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

ALGÉRIE-UNESCO-PATRIMOINE

Le costume nuptial tlemcénien classé patrimoine culturel immatériel de l’humanité

Le costume nuptial de Tlemcen (extrême-ouest d’Alger) a été inscrit mercredi par l’Unesco sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, à la faveur de la 7 e session du comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel qui se tient au siège de l’agence onusienne à Paris.

Pour motiver sa décision, le Co- mité a affirmé que les rites et les sa- voir-faire artisanaux associés à la tradition du costume nuptial de Tlemcen ont été transmis de géné- ration en génération par les hommes et les femmes de la com- munauté, et servent de marqueur d’identité locale. Il a estimé que cette inscription pourrait encoura- ger le dialogue mutuel entre les communautés et les groupes, tout en sensibilisant à d’autres pratiques

et rituels vestimentaires de la région

méditerranéenne et ailleurs. Les rites et les savoir-faire associés à la cérémonie du mariage dans la ré- gion frontalière de Tlemcen ont été

inclus en 2010 dans une base de données nationale des biens cultu- rels immatériels, gérée par le Minis-

tère de la culture. L’inscription du costume nuptial tlemcénien sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité n’a reçu aucune objection de la part des membres de l’organe subsi- diaire du Comité ad-hoc de l’Unesco. Pour le directeur du Cen- tre national de recherches préhisto- riques, anthropologiques et historiques (CNRPAH), Slimane Hachi, qui a présenté le dossier al- gérien à l’Unesco, au nom de la mi- nistre de la culture, cela « dénote du sérieux de ceux qui ont monté ce dossier, préparé avec minutie et mené avec diligence par le ministère de la culture depuis plus de trois ans». «Cette consécration oblige l’Al- gérie et la communauté directe- ment concernée à maintenir cette tradition du costume nuptial et à la transmettre fidèlement de généra- tion en génération», a-t-il indiqué à l’APS. Le délégué permanent adjoint de l’Algérie à l’Unesco, Lahcène Bessikri, s’est félicité, lors d’une cé- rémonie organisée au siège de l’agence onusienne à l’occasion de cette consécration, de cette inscrip-

tion sur la liste représentative du pa- trimoine culturel immatériel de l’humanité. «Cette inscription ré- compense, au-delà de Tlemcen et sa région, la perpétuation d’une tradi- tion dont le socle est amazigh, sau- vegarde l’oralité et la valeur intrinsèque de l’artisan», a-t-il dit.

ALGÉRIE-MAROC

«Une œuvre poétique se déclame, elle ne se lit pas»

Le passage du chantre de la poésie populaire algéroise Yacine Ouabed aura été le clou de la soirée poétique, organisée mardi soir à la bibliothèque nationale à Rabat, tant il a subjugué son auditoire par la déclamation de ses vers d’une voix rauque, une gestuelle théâtrale et une profondeur de sens. «Pour moi une œuvre poétique se déclame. Elle ne se lit pas surtout

lorsque l’on est l’auteur», a-t-il déclaré mercredi à l’APS au lendemain de son récital organisé à l’occasion de la tenue des journées culturelles algé- riennes au Maroc (1 er au 7 décembre). Sans aucune feuille de papier et dans une concentration extrême, le parolier de plusieurs chanteurs chaâbis avait, en effet, récité, la veille, une partie de son répertoire, dans un silence as- sourdissant mais ponctué de longs applaudissements et de bravos à la fin de chaque poème. «Mon seul support, c’est ma mémoire et c’est ma manière

à moi de la préserver», a-t-il tenu à souligner en précisant que ce qu’il met en vers représente modestement «des observations au quotidien de la vie des gens, de leur comportement et de l’évolution de la société en général».

A une question sur son amour pour la poésie populaire, l’auteur des chan-

sons Addounia Ya Khsara, El Haq Wa Asoum Haq, Ya Liyame Saafini Halti, Echamâa, Eshams Wa Eshasara, poèmes populaires qu’il a déclamés lors de cette soirée a indiqué qu’il était né dans «un environnement où la poésie

populaire avait une place prépondérante». «L’artiste est l’enfant d’un envi- ronnement et le mien est poétique», a-t-il affirmé avant de faire savoir que

sa défunte mère s’adressait à ses enfants avec des métaphores. «Dans ses bénédictions et dans ses colères ma défunte mère s’adressait

à nous avec des métaphores et des sous-entendus usant du vers poétique

dans chaque situation», a-t-il dit. Quant à la réaction positive de l’assistance devant sa prestation, il a signalé qu’il aurait voulu faire plus en lui accordant plus de temps qu’il ne lui en était imparti. «J’aurais voulu que le public entende et connaisse mes poèmes sur l’amour, la solidarité, la cupidité des gens, la nature et bien d’autres sujets qui concernent la société qu’elle soit algérienne ou autre», a-t-il dit. Enfin, s’agissant de ses projets, Yacine Ouabed a indiqué qu’il envisageait de mon- ter une opérette poétique chaâbie à l’occasion du 50ème anniversaire de l’indépendance de l’Algérie et de faire une tournée nationale pour déclamer ses poèmes. Yacine Ouabed avait été précédé dans son récital des poètes, l’Algérienne Zineb Laoudj, des Marocains Aïcha Basri et Ahmed Lamsiyakh (populaire) qui ont lu, à cette occasion, des vers de leurs œuvres réci- proques. Pour rappel, Ouabed a écrit les paroles des chansons de plusieurs grands chanteurs chaâbis tels que le défunt Kamel Messaoudi, Abdelmadjid Meskoud, Nacereddine Galliz, Réda Sikka, Didine Karroum et tant d’autres. Les journées culturelles algériennes se déroulent dans trois villes en l’oc- currence Rabat, Casablanca et Marrakech. Un riche programme d’activités artistiques, cinématographiques, théâtrales, musicales et littéraires a été retenu pour la réussite de cette manifestation culturelle qui prendra fin ven- dredi prochain par une prestation de l’ensemble algérien de musique an- dalouse. Ces journées sont parrainées par les ministères des deux pays. Elles sont organisées par l’Agence algérienne pour le rayonnement culturel en partenariat avec les institutions culturelles marocaines d’accueil.

Pour l’anthropologue Leïla Belkaïd, c’est tout l’artisanat algérien que «nous avons la fierté de pouvoir faire connaitre au monde aujourd’hui pour la première fois». «Il s’agit, fait rare, d’un artisanat citadin, en Algé- rie, l’art saharien ou rural étant le plus souvent privilégié, à juste titre parce ce sont des traditions extrê- mement riches», a indiqué M me Bel- kaïd, qui a été chargée, en tant qu’experte dans le domaine, de pré- parer ce dossier par le ministère de la culture. Aux yeux de l’auteure du beau livre Costumes d’Algérie (2003 - Du Layeur Eds), une telle inscrip- tion au patrimoine de l’humanité encourage les chercheurs à se spé- cialiser dans des domaines du patri- moine où «nous avons des lacunes énormes, comme dans le costumé, où nous sommes extrêmement peu nombreux», a-t-elle relevé. «On aimerait vraiment qu’il y ait

un maximum de chercheurs qui puissent réaliser, à travers des pro- jets comme celui d’aujourd’hui, que notre patrimoine est absolument fondamental et que justement le 50 e anniversaire de l’indépendance c’est de se dire que l’objectif premier de cette indépendance consiste à se rapproprier son identité, et cela passe par le patrimoine», a-t-elle ajouté. Le costume nuptial tlemcé- nien est le second bien immaté- riel algérien à être classé patrimoine culturel de l’humanité. En 2008, le même comité avait inscrit l’Aha- lil dans le même chapitre. L’Ahalil, ex- primé par des chants folklo- riques typiques à la région de Timi-

moun (Sud), est une fête d’origine zénète célébrant la naissance du prophète de l’islam et marquant l’attachement de la population à la tradition.

marquant l’attachement de la population à la tradition. De nouveaux dossiers prochainement présentés par

De nouveaux dossiers prochainement présentés par l’Algérie

De nouveaux dossiers seront prochainement sou- mis par l’Algérie pour inscription sur la Liste repré- sentative de l’Unesco du patrimoine culturel immatériel de l’humanité, a annoncé mercredi à l’APS le directeur du Centre national de recherches préhis- toriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH), Slimane Hachi. «Nous avons monté plusieurs dossiers qui seront examinés, au fur à mesure des sessions du Comité in- tergouvernemental de sauvegarde du patrimoine cul- turel. Pour le cycle 2013, le Rekb (cavalerie) des Ouled Sidi Cheikh (El-Bayadh, sud-ouest d’Alger) et l’Imzad, dossier à présenter en partage avec le Niger et le Mali, seront soumis à l’organe subsidiaire du comité ad- hoc», a indiqué Hachi, au terme de la présentation à l’Unesco du dossier sur le costume nuptial tlemcénien. En plus de ces deux dossiers, il a également fait part du montage de dossiers relatifs à la Sbeiba, un rituel ancestral mettant en scène chaque année, dans l’oued de Djanet, une suite de danses où les hommes magni- fiquement costumés paradent au rythme des chœurs de femmes et des instruments traditionnels, et au Sboue de Timimoun, célébrant la naissance du sceau des prophètes. Des dossiers sur les tissages du bur- nous, la musique maghrébo-andalouse et le couscous, en tant que patrimoine culinaire maghrébin ancestral, sont également en chantier au CNRPAH, selon la même

source. Selon la Convention pour la sauvegarde du pa- trimoine immatériel, un Etat membre ne peut présen- ter qu’un seul dossier par session du comité ad-hoc de l’Unesco, en plus d’un autre dossier à présenter éven- tuellement au titre du patrimoine partagé avec un ou d’autres pays. Le costume nuptial de Tlemcen (extrême-ouest d’Alger) a été inscrit mercredi par l’Unesco sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de

l’humanité, à la faveur de la 7 e session du comité inter- gouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel qui se tient au siège de l’agence onusienne

à Paris. Cet élément est le second bien immatériel algérien

à être classé patrimoine culturel de l’humanité. En

2008, le même comité avait inscrit l’Ahalil dans le même chapitre. L’Ahalil, exprimé par des chants fol- kloriques typiques à la région de Timimoun (Sud), est une fête d’origine zénète célébrant la naissance du pro- phète de l’islam et marquant l’attachement de la popu- lation à la tradition. Le patrimoine culturel immatériel désigne, aux yeux des experts de l’Unesco, des pratiques et expres- sions transmises de génération en génération comme les traditions orales, les arts du spectacle, les pratiques sociales, les rituels et événements festifs, les connais- sances et pratiques concernant la nature et l’univers ou

EL TARF La pensée de Frantz Fanon reste d’une «brûlante actualité»
EL TARF
La pensée de Frantz
Fanon reste d’une
«brûlante actualité»

Les participants au 7 ème sémi- naire sur Frantz Fanon, ouvert jeudi après-midi à El Tarf, à l’occasion du 51 ème anniversaire de sa mort, ont es- timé que la pensée de cet intellec- tuel, militant de la cause algérienne, reste d’une «brûlante actualité». Il apparaît aujourd’hui, plus de 50 ans après sa mort, que l’auteur de Peau noire, masques blancs qui n’a jamais cessé, tout au long de sa courte vie, de dénoncer le colonia- lisme et ses pratiques inhumaines, avait «une vision éminemment prospective». Au cours de cette ren- contre qui a réuni de nombreux chercheurs, historiens et universi- taires venus de différentes wilayas, le wali a rendu un hommage appuyé à Frantz Fanon à propos duquel il dira qu’il «ne s’agit pas seulement d’un souvenir, d’une personne-res-

sources, mais également et surtout d’un exemple, Fanon ayant contri- bué à la naissance d’un nouvel hu- manisme inter-civilisationnel». M. Mohamed Taibi, de l’université d’Oran, après avoir rappelé la ren- contre entre Fanon et le défunt Pierre Chaulet, a estimé pour sa part que le «crime imprescriptible contre l’humanité commis par l’Etat colonial en Algérie est à jamais ins- crit dans la chair et dans la mémoire populaire». Il a rappelé dans ce contexte le témoignage de Chaulet qui avait affirmé que l’évolution de la pensée de Frantz Fanon «ne peut se comprendre que si on la situe dans son contexte et dans l’histoire mondiale de la décolonisation, entre le printemps 1955, à la veille de la Conférence de Bandoeng (Indoné- sie), et l’automne 1961 après la pre-

mière phase des pourparlers offi- ciels entre l’Algérie et la France». Pour sa part, le fils de Frantz Fanon, Olivier, a soutenu que son père «a été et restera Algérien» et que sa pensée «demeurera à jamais une ré- férence pour les générations fu- tures». Des livres consacrés à la glo- rieuse Révolution du 1 er Novembre 1954, aux œuvres et à la pensée de Frantz Fanon, ainsi que des photos inédites de ce militant de la cause al- gérienne, ont fait l’objet d’une expo- sition dans le hall de la maison de jeunes. Une visite guidée à travers des sites et des monuments historiques de la région d’El Tarf est également au programme au profit des partici- pants à ce 7 ème séminaire.

APS

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

ÉCONOMIE

DK NEWS

15

BANQUE MONDIALE - ENVIRONNEMENT

L’institution met en garde contre la menace du changement climatique dans la région MENA

La Banque mondiale

a indiqué jeudi que les

effets du changement climatique seraient particulièrement mar- qués dans la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), tout en propo- sant diverses mesures pour faire face aux ef-

fets actuels et renforcer

la résilience aux réper- cussions futures.

et renforcer la résilience aux réper- cussions futures. «Une action concertée à plusieurs niveaux sera né-

«Une action concertée à plusieurs niveaux sera né- cessaire pour réduire la vul- nérabilité au changement climatique», a déclaré Ra- chel Kyte, vice-présidente de la BM chargée du déve- loppement durable à l’occa- sion de la publication d’un rapport de cette institution consacré à cette menace dans la région. Pour l’institution de Bretton Woods, la région MENA s’adapte depuis des siècles au changement cli- matique, mais de nouveaux risques apparaissent à un rythme beaucoup plus sou- tenu, avec notamment la perspective d’une hausse de 4°C de la température mondiale, de sorte que la résilience bâtie au fil des années est mise à rude épreuve. Elaboré en parte- nariat avec la Ligue arabe, et faisant appel à des spécia- listes et des décideurs de toute la région, ce nouveau rapport sur le climat identi- fie et évalue ces risques et insiste sur le fait que plu-

sieurs décennies d’efforts de lutte contre la pauvreté pourraient être réduites à néant. La BM indique qu’au cours des 30 dernières an- nées, les catastrophes cli- matiques ont touché 50 millions de personnes dans le monde arabe, représen- tant un coût direct d’envi- ron 12 milliards de dollars et un coût indirect bien plus élevé encore. Les tendances récentes, note-t-elle, lais- sent à penser que l’aridité des régions arides s’accen- tue, de même que la fré- quence des inondations soudaines. A l’échelle mon- diale, l’année 2010 a été la plus chaude depuis que les températures sont relevées, avec 19 pays ayant atteint des records cette année-là et dont 5 d’entre eux étaient des pays du MENA, précise le rapport. Dans cette région, pour- suit-il, les températures de- vraient atteindre de nouveaux sommets et les précipitations diminuer si

bien que dans cette partie du monde, qui est celle où les réserves d’eau douce sont les plus limitées, cette précieuse ressource natu- relle pourrait devenir en- core plus rare. Selon la BM, un climat plus rude menace les moyens de subsistance dans toute la région et des conditions météorolo- giques extrêmes pourraient affecter à la fois le secteur du tourisme, qui génère chaque année 50 milliards de dollars, et l’agriculture, déjà mise à rude épreuve par le climat. La conjonction de l’élé- vation des températures, de pluies plus sporadiques et de sécheresses plus fré- quentes pourrait induire une multiplication des mauvaises récoltes et une baisse des rendements, avec des difficultés crois- santes pour la population rurale de la région MENA, qui représente près de la moitié de ses habitants, souligne le rapport. Les migrations vers des

villes déjà saturées et des zones côtières vulnérables pourraient s’accélérer. Le rapport souligne que l’adaptation doit être inté- grée dans toutes les poli- tiques et initiatives nationales afin que celles-ci permettent une meilleure résilience aux aléas clima- tiques. Il s’agit aussi bien de dé- ployer des efforts pour re- cueillir des données sur le changement climatique que de renforcer les ser- vices de base, et de disposer d’informations météorolo- giques exactes pour pouvoir se préparer à des événe- ments extrêmes. Un meil- leur accès à des services tels que l’éducation, la santé ou l’assainissement, conjugué à des filets de protection so- ciale efficaces qui permet- tent de compenser la perte soudaine des moyens de subsistance, donnera aux populations les capacités et les ressources nécessaires pour surmonter les difficul- tés que pose le climat.

ÉTATS-UNIS

Baisse plus forte que prévu des stocks de brut

Les stocks de pétrole brut ont enre- gistré une baisse plus que prévu la se- maine dernière aux Etats-Unis, selon les chiffres hebdomadaires du dépar- tement américain de l'Energie (DoE) publiés mercredi. Les réserves de brut ont baissé de 2,4 millions de barils lors de la se- maine achevée le 30 novembre pour s'établir à 371,8 millions de barils, alors que les experts prévoyaient un recul de 300 000 barils seulement.

Ces réserves avaient déjà diminué d'environ 2 millions de barils au cours des deux semaines précédentes, alors que la côte est des Etats-Unis se re- mettait progressivement du passage fin octobre de l'ouragan Sandy qui avait provoqué des perturbations dans plusieurs raffineries et des terminaux de distribution. Les stocks de produits distillés ont de leur côté avancé de 3 millions de barils à 115,10 millions de barils alors que les analystes pré-

voyaient une hausse de 600.000 ba- rils. Ces stocks, qui incluent le gazole et le fioul de chauffage, sont particu- lièrement surveillés par les investis- seurs à l'approche de la saison hivernale. Les réserves d'essence ont affiché un bond de 7,9 millions de barils à 212,1 millions de barils, soit plus de quatre fois plus que la hausse de 1,8 million de barils attendue.

GANDE-BRETAGNE

L'austérité va durer jusqu’en

2018

Le ministre britannique des Finances George Osborne a indiqué mercredi devant le parlement, que l'austérité économique allait durer plus longtemps que prévu, soit jusqu’en 2018. Dans son traditionnel dis- cours d’automne, très attendu par la classe politique, le chancelier a également admis qu'il raterait son objectif de réduire la dette publique dans les temps prévus, soulignant toutefois que son plan est dans la bonne voie. «Cela va prendre du temps, mais l'éco- nomie britannique est sur la voie de la re- prise», a-t-il affirmé sous les huées de l’opposition. M. Osborne a reconnu que les précédentes prévisions de croissance étaient trop optimistes, affirmant que l’éco- nomie britannique enregistrera une légère contraction de 0,1 % en 2012, contre une précédente prévision de 0,8 % de crois- sance. Selon lui, la croissance de l’écono- mie britannique atteindra de 1,2 % en 2013, en baisse par rapport à la précédente prévi- sion qui tablait sur un taux de 2 %. De nom- breux observateurs estiment que la reprise sera plus lente que prévu, et les mesures d'austérité visant à réduire les dépenses se- ront désormais nécessaires pour six années supplémentaires. La déclaration du chancelier a été l’oc- casion pour le parti de l’opposition de cri- tiquer la politique du gouvernement de coalition. Ed Balls, en charge des questions financières au parti Travaillistes a indiqué que «cette déclaration montre nettement l’ampleur de l'échec économique de ce gou- vernement dont le plan tombe en ruines», a-t-il soutenu.

ENVIRONNEMENT Plus de 350 000 tonnes de débris à New York après l'ouragan Sandy

La ville de New York a récolté pas moins de 350 000 tonnes de déchets et débris dans le sillage de l'ouragan Sandy, qui a

frappé la première ville des Etats-Unis le

29 octobre, a indiqué jeudi le maire

Michael Bloomberg. Il a cependant noté que les zones les plus touchées, notamment les Rockaways (dans le Queens), Coney Island (à Brooklyn) ou Staten Island, ne présentaient plus de signes extérieurs de dommages matériels plus d'un mois après la catastrophe. «Je pense que la quantité de débris enlevés s'élève à plus de 350 000 tonnes»,

a-t-il dit. En d'autres termes, il faudrait 11

667 camions de 30 tonnes pour parvenir à

un tel volume. «Si vous regardez bien, vous verrez qu'il n'y a toujours pas d'électricité, et les gens ont souffert d'importants dégâts

à l'intérieur à cause des inondations, mais

à l'extérieur le département de collecte des

déchets a fait un travail formidable», a-t-il

fait observer. Sandy avait fait quelque 110 morts aux Etats-Unis et causé des dommages chiffrés en milliards de dollars.

Le Royaume-Uni peut perdre sa notation AAA après l’évaluation sévère de ses finances publiques

L’agence internationale de notation Fitch a déclaré jeudi que le Royaume-Uni pouvait perdre sa notation AAA l’année prochaine, après l’évaluation sévère de ses finances publiques. Un déclassement de la notation de l’économie britan- nique en 2013 devient «plus que probable», a souligné cette agence précisant que d'ici à 2015, la dette du Royaume-Uni sera proche de la limite supérieure du ni-

veau compatible avec le statut de notation «AAA». Dans son discours traditionnel d’automne, le chan- celier George Osborne a revu à la baisse les prévisions de croissance pour 2012 et pour les années suivantes, le gou- vernement prévoyant désormais une contraction de 0,1 % de l'économie cette année, contre une précédente pré- vision de +0,8 %. Il a également ajouté que l’austérité devait se prolon-

ger jusqu’en 2018. «Nous prolongeons la consolidation budgétaire d'un an supplémentaire, jusqu'en 2017-18», a-t-il affirmé. Le ministre des Finances a également admis qu'il n’atteindrait pas son objectif de réduction du ratio dette-produit intérieur brut à partir de 2015-2016, désormais repoussé en 2016-2017, en raison de la dégra- dation de la conjoncture.

APS

16

DK NEWS

AFRIQUE

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

SÉCURITÉ

L’ONU renouvelle son engagement pour la consolidation de la paix en Afrique centrale

Le secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a exprimé jeudi sa satisfaction devant les efforts dé- ployés par les pays membres du Comité consultatif permanent des Nations unies chargé des questions de sécurité en Afrique centrale (UNSAC) en ma- tière de prévention des conflits. Dans son message lu par son représentant spécial pour l'Afrique cen- trale, Abou Moussa, lors de la 35 e réunion du Co- mité à Brazzaville, en République du Congo, M. Ban a réitéré la ferme détermination de l'ONU de continuer à les aider à faire face aux nombreux défis qui interpellent la sous-région dans ce do- maine. «Alors que nous fêtons les 20 ans de votre Comité, on ne peut manquer de noter que cette cé- lébration a lieu au moment où la sous-région d'Afrique centrale continue de faire face à d'impor- tants défis à sa paix et à sa sécurité», a-t-il noté. «La recrudescence des groupes armés dans certains pays membres du Comité et leurs conséquences sécuritaires et humanitaires pour toute la région, la montée des activités terroristes dans le Sahel voi- sin et leur impact sur l'Afrique centrale, la crimi- nalité transnationale organisée et les trafics en tous genres, y compris le trafic de drogues et le tra- fic d'êtres humains, notamment celui des enfants et des jeunes filles», sont «autant de questions ur- gentes qui interpellent aujourd'hui votre Comité», a-t-il souligné dans son message. Outre le traite- ment de l'épineux problème de «la persistance des conflits internes dans certains Etats», il s'agit éga- lement, selon lui, de faire face à «la prolifération des armes légères et de petit calibre, la montée de l'insécurité transfrontalière et du grand bandi- tisme le long des grands axes routiers reliant les pays de la sous-région, la piraterie et le vol à main armée en haute mer dans le golfe de Guinée». Il s’est, par ailleurs, félicité de la mise en place d'un réseau régional sur le contre-terrorisme, conformément à la «Déclaration sur une feuille de route pour la lutte contre le terrorisme et la non- prolifération des armes en Afrique centrale» adop- tée à l'issue de la 33 e réunion ministérielle de l'UNSAC en 2011. Il a également salué une «forte volonté politique de tous les acteurs», une meil- leure coordination des actions entre les Nations unies et ses partenaires sous régionaux, principa- lement la Communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), la Communauté éco- nomique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao), la Commission du golfe de Guinée (CGG). «Le bu- reau régional des Nations unies pour l'Afrique cen- trale, dont la mission essentielle est d'accompagner votre sous-région dans le domaine de la diplomatie préventive et de la consolidation de la paix, continuera à vous soutenir dans ce do- maine crucial de la coordination, y compris en ce qui concerne le renforcement des capacités de mé- diation des institutions sous-régionales», a-t-il soutenu.

Le Nigeria retire leur enregistrement à 28 partis d'opposition

La Commission électorale du Nigeria a an- noncé avoir retiré jeudi leur enregistrement of- ficiel à 28 partis d'opposition qui, pour la plupart, n'ont obtenu aucun résultat apprécia- ble aux précédentes élections organisées dans ce pays, le plus peuplé d'Afrique. Ce chiffre est égal à la moitié du nombre total des partis poli- tiques nigérians. «Exerçant les prérogatives qui lui sont conférées par la Constitution de 1999 (telle qu'amendée) et par la loi électorale de 2010 (telle qu'amendée), la Commission électo- rale nationale indépendante a aujourd'hui ( ) supprimé l'enregistrement» de ces 28 partis, est-il écrit dans un communiqué de l'institu- tion. Bien qu'aucune explication ne soit fournie par cette instance, il apparaîtrait que l'existence de ces partis n'avait pas justifié par le passé l'ar- gent dépensé pour les faire participer aux scru- tins. Certains des 28 partis concernés, dont celui de la Rédemption des peuples, d'obédience so- cialiste, et le Parti du progrès du Nigeria, égale- ment de gauche, ont été créés il y a une trentaine d'années. Les prochaines élections présidentielle et législatives au Nigeria sont prévues pour 2015.

AFRIQUE -SYNDICATS

L'OUSA remercie le président Bouteflika, «grande figure du mouvement panafricain»

Les participants au 10 ème congrès de l'Organisation de l'unité syndicale afri- caine (OUSA), qui se tient à Alger, ont adressé leurs re- merciements «profonds et chaleureux» au président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika, «grande figure du mouvement panafri- cain».

Bouteflika, «grande figure du mouvement panafri- cain». «Les participants au 10 è m e congrès de

«Les participants au 10 ème congrès de l'OUSA tiennent à remercier pro- fondément et chaleureusement Son Excellence le président de la Répu- blique, M. Abdelaziz Bouteflika, pour avoir bien voulu placer les travaux du congrès sous son haut patronage», est-il mentionné dans la motion de remerciement lue par le président de l'OUSA, M. Ahmed Ibrahim Ghan- dour, à la cérémonie d'ouverture offi- cielle du congrès. «L'Afrique gardera toujours en mémoire le rôle de son Excellence, le président Bouteflika, grande figure du Mouvement panafricain, dans le combat pour l'émancipation des peu-

ples du tiers-monde en général et des peuples africains en particulier», lit- on dans ce message. «L'action diplo- matique de l'Algérie sous la conduite du président Bouteflika, ministre des Affaires étrangères à l’époque, a per- mis de faire entendre sa voix dans tous les forums internationaux, no- tamment lors de la 29ème session de l'Assemblée générale de l'ONU qui a vu l'expulsion de la délégation de l'Afrique du Sud alors sous l'apar- theid», ajoutent les participants au congrès de l'OUSA. «Homme de paix

et de dialogue, le président Bouteflika

a œuvré, au plan interne, à promou-

voir la réconciliation nationale qui a

permis le retour de la paix et de la sta- bilité, conditions essentielles à la re- lance du processus de développement économique et social», souligne ce message. L'Algérie abrite du 1 er au 7 décembre le 10 ème congrès de l'OUSA qui est une centrale syndicale pana- fricaine créée en avril 1973 et comp- tant une cinquantaine de pays adhérents. Le Premier ministre, M. Abdelmalek Sellal, et des membres du gouvernement ont assisté à la céré- monie d'ouverture officielle du 10 èm e congrès de l'OUSA dont le thème re-

tenu est «Panafricanisme, développe-

ment économique et transformation de l'Afrique».

L'Algérie a consacré le dialogue social dans le traitement des dossiers économiques et sociaux

Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité so- ciale, M. Tayeb Louh, a indi- qué mercredi à Alger que l'Algérie «a consacré concrè- tement le dialogue social» comme mode privilégié pour le traitement des dossiers économiques et sociaux de portée nationale. Dans une allocution à l'ouverture du 10 e congrès de l'Organisation de l'unité syndicale africaine (OUSA), le ministre a précisé que la signature en 2006 du pacte national économique et social afin de préserver la paix sociale et de garantir la compétitivité des entre- prises, a été le couronne- ment de la pratique du dialogue social. Le pacte national écono- mique et social, a-t-il expli- qué, visait à réunir les conditions pour la création de richesses et d'emplois dans le cadre des exigences du développement de l'éco- nomie nationale. L'Algérie s'est attelée, de- puis plus d'une décennie, à relancer son économie à tra- vers d'«importants pro- de

grammes»

connu une amélioration constante en 2011, avec un taux de scolarisation de 98,16 % et une espérance de vie de 76,3 ans. Par ailleurs, il est prévu une évolution du PIB par habitant de 4 366 dollars en 2010 à plus de 5000 en 2012, a-t-il ajouté. M. Louh a également évoqué le plan na- tional de lutte contre le chô- mage et de promotion de l'emploi qui s'appuie, a-t-il dit, sur l'encouragement de l'investissement productif générateur d'emplois et de la création de micro-entre- prises et la promotion de la formation qualifiante en re- lation avec les besoins des entreprises. Le taux de chômage est passé d'environ 30 % en 1999 à 9,96 % en 2011, a-t-il pré- cisé. En matière de pouvoir d'achat, le ministre a évoqué les mesures prises pour rele- ver le niveau du salaire na- tional minimum garanti (SNMG), la promulgation du nouveau statut général de la fonction publique, ainsi que l'adoption des statuts parti- culiers qui en découlent et les régimes indemnitaires y

t-il ajouté, «l'Algérie a, sous la direction du président de la République, engagé une réforme de son arsenal légis- latif à l'effet d'approfondir l'Etat de droit, la liberté d'ex- pression et de promouvoir le rôle de la femme au sein des assemblées élues et des ins- titutions». Au niveau africain, M. Louh a souligné qu'«au début de ce nouveau millé- naire, le continent africain s'est doté d'un nouvel instru- ment, le Nepad, en vue de rassembler toutes ses poten- tialités pour faire face aux mutations contemporaines». Le Nepad, a-t-il précisé, offre aux pays africains une op- portunité d'une plus grande maîtrise de leurs pro- grammes de développement et une coopération plus effi- cace entre eux et avec les au- tres partenaires au niveau mondial. M. Louh a, dans ce contexte, souligné que l'Al- gérie «a adopté avec convic- tion le Mécanisme africain d'évaluation par les pairs de l'Union africaine qui permet de suivre et d'évaluer les évo-

développement et d'investis- sement qui ont permis de rattraper les retards en infra- structures de base et de créer les conditions pour une di- versification de l'économie et le développement de l'inves- tissement productif créateur de richesse et d'emploi, a af- firmé M. Louh. En matière sociale et d'amélioration des conditions de vie des ci- toyens, le ministre a précisé que les indicateurs du déve- loppement humain avaient

afférents, lesquels ont per- mis «des augmentations substantielles des traite- ments des fonctionnaires at- teignant jusqu'à 50 %». Les réformes qui accom- pagnent les évolutions et mutations des aspirations et intérêts du peuple consti- tuent un «processus continu qui ne peut être limité dans le temps ou répondre à des préoccupations conjonctu- relles», a affirmé le ministre. Partant de ce postulat, a-

lutions sociales, écono- miques et politiques dans les pays africains et ce, pour la poursuite de l'édification d'une Afrique active qui contribue et influe sur le dé- veloppement économique mondial et, en même temps, en tire bénéfice». Le monde d'aujourd'hui est confronté à de nombreux défis qu'il s'agisse de la paix et de la sécurité internatio- nales, de ceux liés à l'énergie et aux énergies renouvela-

bles, à l'eau, à l'environne- ment ou encore de ceux liés au problème du chômage notamment des jeunes, a in- diqué le ministre, soulignant la nécessité pour l'Afrique d'«être partie prenante dans le processus de recherche de solutions permettant de faire face à tous ces défis». M. Louh a, à cet égard, salué le rôle et les efforts de l'organi- sation syndicale africaine dans la défense des intérêts du continent en général et des droits des travailleurs africains en particulier. Il a aussi salué les efforts de l'or- ganisation dans son combat pour une représentation plus équitable de l'Afrique au sein du conseil d'administra- tion du Bureau international du travail (BIT). Pour le mi- nistre, la recherche constante de la conciliation entre les aspirations légi- times des travailleurs et les impératifs du développe- ment économique et de la création de richesses doit être une des missions essen- tielles des partenaires éco- nomiques et sociaux eu service du développement économique et sociale du continent africain. Une dé- marche qui permettra de contribuer réellement à la diversification des écono- mies et au renforcement de leur compétitivité dans la perspective d'une plus grande création de richesse et d'emplois et de l'intégra- tion économique de l'Afrique.

APS

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

MONDE

DK NEWS

17

PALESTINE

Entretiens Abbas-Abdallah II à Ramallah en Cisjordanie

Le président palestinien Mahmoud Abbas a eu des entretiens avec le roi de Jordanie, Abdal- lah II, arrivé jeudi à Ramallah en Cisjordanie pour la première visite officielle de ce niveau de- puis le vote accordant à la Palestine le statut d'Etat observateur à l'ONU le 29 novembre.

Le roi Abdallah est ac- compagné par le Premier ministre Abdallah Nsour, lors de sa visite qui «vise à réitérer le soutien de la Jor- danie aux Palestiniens, construire sur leur succès historique aux Nations unies et les aider à établir un Etat», a indiqué un haut responsable jordanien. Le chef de la diplomatie jorda- nienne, Nasser Jawdeh, a critiqué la poursuite de la colonisation israélienne, en particulier le projet E1 qui relierait une implantation à des quartiers de colonisa- tion à El Qods-Est et coupe- rait en deux la Cisjordanie, compromettant la viabilité d'un Etat palestinien. «La dernière annonce is- raélienne de la construc- tion de colonies, en particulier dans le secteur sensible E1, diviserait la Cis- jordanie en deux parties», a déclaré M. Jawdeh lors d'une conférence de presse conjointe avec son homo- logue palestinien Riyadh al- Malki. «Cela touche au

homo- logue palestinien Riyadh al- Malki. «Cela touche au principe de la continuité géographique de l'Etat

principe de la continuité géographique de l'Etat pa- lestinien», a-t-il souligné, rappelant que la colonisa- tion israélienne était «reje- tée par le monde entier». Le gouvernement pales- tinien, dans un communi- qué publié à l'issue de sa réunion autour du Premier ministre Salam Fayyad, a appelé jeudi «la commu- nauté internationale à met- tre fin à cette politique israélienne de piraterie»,

dénonçant «une forme inacceptable de chantage politique». Il a appelé la Ligue arabe

budgétaire pour combler le déficit n'est pas tenue». Le roi Abdallah II s'était rendu à Ramallah en novembre

à «fournir le filet de sécu-

2011.

rité» de 100 millions de dol- lars par mois promis en cas de sanctions financières, af- firmant «la nécessité d'amender la décision arabe sur le filet de sécurité pour le porter à 240 mil- lions tant qu'Israël retient les taxes de l'Autorité et que la promesse d'assistance

La Jordanie avait ensuite accueilli en janvier 2012 une série de «rencontres explo- ratoires» israélo-palesti- niennes pour examiner les perspectives de reprise de négociations de paix, gelées depuis plus de deux ans, qui n'avaient pas donné de résul- tat tangible.

CANADA

Ottawa contre la décision d'Israël de construire de nouveaux logements dans des colonies

Le Premier ministre canadien, Ste- phen Harper, a exprimé jeudi l'oppo- sition de son pays à la décision d'Israël de construire 3 000 nouveaux loge- ments dans des colonies à El Qods et en Cisjordanie occupées. «M. Harper a informé le chef du gouvernement israélien Benjamin Netanyahu que cette décision nuit aux efforts visant à établir la paix au Proche-Orient», ont rapporté des sources médiatiques. L'annonce par Israël de la construction de nouveaux logements a provoqué un tollé inter- national. Washington a condamné cette annonce alors que plusieurs pays européens ont convoqué les ambassa-

que plusieurs pays européens ont convoqué les ambassa- deurs israéliens dans leurs capitales. De nombreux pays

deurs israéliens dans leurs capitales. De nombreux pays ont également critiqué le projet israélien de ne pas reverser aux Palestiniens 100 millions de dollars de taxes. Une mesure prise par Israël après que l'ONU eut accordé à l'issue d'un vote le statut de pays observateur non membre à la Palestine. Les négocia- tions de paix israélo-palestiniennes sont suspendues depuis 2010, en rai- son de la poursuite de la colonisation dans les territoires occupés. Le gouvernement canadien avait annoncé récemment une aide de 300 millions de dollars en faveur de l'Etat palestinien.

SAHARA OCCIDENTAL - ESPAGNE

Une assemblée municipale espagnole appelle le gouvernement espagnol à défendre le droit du peuple sahraoui à la liberté

L'assemblée municipale de la commune de Alama de Murcia (Es- pagne) a appelé le gouvernement es- pagnol à défendre le plan de règlement des Nations unies pour l'autodétermination du peuple sah- raoui et son droit à la liberté et à l'in- dépendance, indique un communiqué des représentants du Polisario à Murcie. Les représentants des partis au sein de cette assemblée ont adopté à l'unanimité une recommandation qui rappelle les «souffrances du peu-

ple sahraoui depuis 1975 et les nom- breuses résolutions de l'ONU rela- tives à la reconnaissance de son droit à la liberté et à l'indépendance». Le document qui insiste sur le «respect des droits de l'homme dans les territoires sahraouis occupés et la libération immédiate de tous les dé- tenus politiques sahraouis», appelle le Conseil de sécurité et la commu- nauté internationale à «prendre les mesures nécessaires pour l'élargisse- ment des prérogatives de la Minurso au Sahara occidental».

des prérogatives de la Minurso au Sahara occidental». Le Laos ratifie son adhésion à l'OMC

Le Laos ratifie son adhésion à l'OMC

L'Assemblée nationale du Laos a ratifié jeudi l'adhésion du pays à l'Organisation mondiale du commerce (OMC), dont il de- vrait devenir membre effectif début 2013, a annoncé la presse officielle vendredi. «La plupart des membres de l'Assemblée natio- nale ont soutenu la décision du gouverne- ment d'adhérer à l'OMC, indiquant que cela représentait une opportunité en or pour le Laos de bénéficier de la libéralisation du marché», a précisé le Vientiane Times. Le régime communiste, qui avait déposé sa candidature il y a quinze ans, avait bouclé son dossier d'adhésion en septembre der- nier et sa candidature avait été formelle- ment acceptée fin octobre par le Conseil général, l'organe exécutif de l'OMC, qui re- présente les 157 pays membres de l'organi- sation. Après notification de la ratification, le pays deviendra membre de l'OMC dans un délai de 30 jours. Depuis le début réel des négociations en 2004, le pays a adopté des dizaines de lois sur les investissements, les règles sani- taires, l'import-export, la propriété intellec- tuelle. Une activité inégalée pour ce pays placé sous la coupe d'un régime commu- niste depuis 1975. Reste désormais à faire appliquer ce corpus. Seul pays d'Asie du Sud-Est à n'avoir pas encore rejoint l'Orga- nisation, il a enregistré depuis dix ans une croissance annuelle supérieure à 7 %. Un rythme qui devrait au moins se maintenir jusqu'en 2015 selon la Banque mondiale. Et le gouvernement voit cette adhésion comme un moyen de parvenir à son objectif de sor- tir de la liste des Pays les moins avancés d'ici 2020, notamment en attirant plus d'investis- sements étrangers. Ces derniers sont passés de 300 millions de dollars en 2005 à 1,5 mil- liard en 2011 selon la Banque mondiale. Mais 80 % de ces sommes sont destinées aux secteurs hydroélectrique et minier. Le pays de 6 millions d'habitants largement agricole souffre d'un manque criant d'infrastruc- tures et de tissu industriel.

FUSÉE NORD-CORÉENNE

Les Etats-Unis déploient des navires antimissiles

Les Etats-Unis ont déployé des navires équipés de capacités antimissiles balistiques pour «surveiller étroitement» le lancement annoncé par la Corée du Nord d'une fusée, a affirmé jeudi le commandant des forces américaines en Asie-Pacifique, l'amiral Samuel Locklear. «Il semble logique que nous les déplacions afin d'avoir une meilleure connaissance de la situation. Ces navires sont dotés de capacités antimissiles», a-t-il déclaré à des journalistes, sans préciser le nombre de navires en question. Il s'agit de deux destroyers, l'USS Benfold et l'USS Fitzgerald, qui vont «surveiller tout lancement de missile éventuel par la Corée du Nord et également rassurer nos alliés dans la région si un tir a lieu», a précisé à l'AFP un responsable de la Marine américaine, sous couvert de l'anonymat. Les Etats-Unis ont dénoncé comme «un acte de grande provocation» le lancement annoncé comme imminent par Pyongyang d'un «satellite d'observation terrestre». La communauté internationale soupçonne la Corée du Nord de vouloir procéder à un nouveau test de missile balistique en infraction aux résolutions de l'ONU. La Corée du Nord entend effacer l'échec du lancement très médiatisé d'une fusée Unha- 3 en avril, qui avait explosé en vol. Pyongyang affirme qu'elle était aussi destinée à placer un satellite à usage civil en orbite. Pour l'amiral Locklear, la Corée du Nord «a progressivement acquis une meilleure technologie» en matière de missile balistique.

18 DK NEWS

TÉLÉ

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

Programme du Samedi 8 Décembre 2012

Programme du Samedi 8 Décembre 2012

Programme du Samedi 8 Décembre 2012
  20:43 Emission de solutions - Magazine
 

20:43

Emission de solutions - Magazine

de l'environnement

10h30 : Djourouh el hayet (17) rediff - feuil- leton alg 11h00 : le Mexique au cœur de la rivière Maya «rediff» - Reportage 12h00 : Journal en français+météo - Infor- mation 12h25 : Nour djihane (06) - Feuilleton dou- blé 13h40 : Iktichaf el afaq (16) - Documentaire 14h25 : Dalila oua el zaybaq II (22) - Feuille- ton arabe 15h10 : Simba oua asdhika'e el ghaba - L mé- trage dessin animé 16h40 : Tabaluga III (25) - Dessin animé 17h05 : Sahla mahla n°05 - Série enfantine 17h30 : Takder tarbah n°54 - Emission de jeux 18h00 : Journal en amazigh - Information 18h30 : Djourouh el hayet (18) - Feuilleton alg 19h00 : Journal en français+météo - Infor- mation 19h30 : Alhane wa chabab n°17 - Emission 20h00 : Journal en arabe - Information 20h45 : A cœur ouvert (direct) - Emission de divertissement 22h00 : Le retour des étalons sauvage - Re- portage 23h00 : Gala artistique - Gala 00h00 : Journal en arabe – Information

20:44

22:30

Météo 2 Telethon 2012 - Emission spéciale -

La grande fête (suite)

Telethon 2012 - Emission spéciale - La grande fête (suite) 12:00 12/13 : Journal régional 12:25

12:00 12/13 : Journal régional 12:25 12/13 : Journal national 12:50 30 millions d'amis - Magazine ani- malier 13:25 Les grands du rire - Divertisse- ment-humour 15:00 En course sur France 3 - Tiercé Depuis Vincennes

15:15 Keno - Loterie 15:20 Telethon 2012 - Emission spéciale - L'union fait la force

18:40

Expression directe - Magazine poli-

tique - PS 18:45 Un livre toujours - Magazine litté-

raire - «Maximes» de François de La Roche- foucauld (Folio/Gallimard)

19:00

19/20 : Journal régional 19/20 : Journal national

19:30

19:58 Météo 20:00 Tout le sport - Multisports 20:15 Zorro - Série d'aventures - L'épée la plus chanceuse du monde - Saison 1 (12/39)

22:15 Les châtaigniers du désert - Télé- film dramatique

22:15 Les châtaigniers du désert - Télé- film dramatique 12:00 Les douze coups de midi -
22:15 Les châtaigniers du désert - Télé- film dramatique 12:00 Les douze coups de midi -

12:00

Les douze coups de midi - Jeu

 

12:48

Météo L'affiche du jour - Magazine sportif

11:55 Album de la semaine - Magazine musical - Spéciale hip-hop

12:50

-

Un consultant raconte une histoire

12:28 La météo 12:30 Babioles - Série d'animation Câlin à la ligne 12:35 Zapping - Divertissement

13:00

Journal Reportages - Magazine de repor-

13:15

tages

15:15 Ghost whisperer - Série fantastique

12:45

Le supplément - Magazine d'actua-

-

Les démons de minuit - Saison 5 (13/22)

lité

16:05 Ghost whisperer - Série fantastique

13:45

L'effet papillon - Magazine d'actua-

-

Double vision - Saison 5 (21/22)

lité

17:00 Ghost whisperer - Série fantastique

14:25

Samedi sport - Multisports

-

La parade des enfants - Saison 5 (22/22)

14:35

Rugby - Coupe d'Europe 3e journée Intérieur sport - Magazine sportif -

17:50

Tous ensemble - Magazine de so-

16:25

ciété Chaque semaine, Marc Emmanuel aide

Karaté 16:50 Football - Championnat de France Ligue 1 - 16e journée 18:55 Samedi sport - Multisports 19:00 Le JT 19:10 Salut les terriens ! - Magazine d'ac- tualité 20:25 Made in Groland - Divertissement- humour 22:40 Jour de rugby – Rugby - Coupe d'Europe 23:15 Jour de foot – Football - 16e journée de Ligue 1

18:45

50mn inside - Magazine de repor-

tages

19:50

Là où je t'emmènerai - Magazine de

société

19:55

Météo

20:00

Journal

20:30

Du cote de chez vous - Magazine de

la décoration

 

20:35

Météo

20:40 Nos chers voisins - Série humoris-

tique

23:55

Toute la musique qu'on aime - Di-

23:55 Toute la musique qu'on aime - Di-  
 

vertissement

 
12:20 Le meilleur pâtissier, à vos four- neaux ! - Magazine culinaire 13:25 Météo 13:30

12:20 Le meilleur pâtissier, à vos four- neaux ! - Magazine culinaire 13:25 Météo 13:30 C'est ma vie - Magazine de société - Le couple à rude épreuve (1/2) 14:45 C'est ma vie - Magazine de société - Le couple à rude épreuve (2/2)

12:40 Point route - Magazine de services

12:55

Météo 2 Journal 13H15, Le samedi

 

13:00

13:15

- Magazine d'ac-

tualité

16:05 C'est ma vie - Magazine de société - Amour et divergences

13:50

Météo 2

14:00

Telethon 2012 - Emission spéciale -

17:30

Accès privé - Magazine du show-biz D&CO - Magazine de la décoration

La course aux diagnostics

 

18:40

15:25

Le geste parfait - Magazine de ser-

- Mickaël et Kristell 19:40 Météo

vices

15:30

Le jour où tout a basculé - Magazine

19:45

Le 19.45 Scènes de ménages - Série humo-

de société

 

20:05

15:55 Le jour où tout a basculé - Magazine de société 16:30 Rugby - Coupe d'Europe 3e journée

ristique

Once upon a time - Série fantas-

tique - La petite voix de la conscience - Sai- son 1 (5/22) 22:30 Once upon a time - Série fantas- tique - Le berger - Saison 1 (6/22) 23:20 Lie to me - Série dramatique - L'homme à abattre - Saison 2 (6/22)

21:40

18:35

CD'aujourd'hui - Variétés

18:40 Telethon 2012 - Emission spéciale - Cap sur les défis !

20:00

Journal Tirage du loto - Loterie

20:40

! 20:00 Journal Tirage du loto - Loterie 20:40 La Selection 20:50 Election de Miss France

La Selection

20:50

Election de Miss France 2013 - Divertisse- ment - En direct

Durée : 3h05 - Présentateur : Jean- Pierre Foucault Ce soir, en direct, une jeune femme sera élue Miss France 2013 en présence d'Alain Delon, président du jury, de Mi- reille Darc, vice-présidente, et des jurés Adriana Karembeu, Camille Muffat,

Alexandra Rosenfeld, Nikos Aliagas et Frédéric Diefenthal. Depuis le Zénith de Limoges, Jean-Pierre Foucault présente ce grand rendez-vous du charme, de l'élégance et de la beauté. Pour atteindre la plus haute marche du podium, les 33 candidates, re- présentant chacune une région française, devront faire preuve de rythme et de glamour autour du thème choisi, les plus grandes actrices du cinéma. Elles rendront ainsi hommage à Catherine Deneuve, Meryl Streep, Sophie Marceau ou Grace Kelly. Lors de la première phase de l'élection, le public pourra voter en direct et en même temps que le jury.

Kelly. Lors de la première phase de l'élection, le public pourra voter en direct et en
20:45 Téléthon 2012 - Emission spéciale - En direct Durée : 1h45 - Présentateur :

20:45

Téléthon 2012 - Emission spéciale - En direct

20:45 Téléthon 2012 - Emission spéciale - En direct Durée : 1h45 - Présentateur : So-

Durée : 1h45 - Présentateur : So- phie Davant, Nagui, Franck Dubosc La grande fête Franck Dubosc, parrain de l'édi- tion 2012 du Téléthon, accueille une pléiade d'invités surprises, venus of- frir des interprétations inédites, en

duo et en trio, de chansons de variété. Loïc Ballet fait vivre l'ambiance en coulisses et Laura Tenoudji té- moigne de la mobilisation des internautes et des défis qu'ils réalisent. Tous les acteurs de cette solidarité hors du commun viennent témoi- gner de leur générosité sur le plateau : artistes, chercheurs, pompiers et autres étudiants qui, durant trente heures, ont collecté des fonds pour la recherche. Pour les accueillir, des enfants malades et des pa- rents, qui se confient sur leur parcours et donnent un sens à cet élan de générosité. Cette soirée festive clôture la 26e édition du Téléthon.

soirée festive clôture la 26e édition du Téléthon. 20:45 Les châtaigniers du désert - Telefilm dramatique

20:45

Les châtaigniers du désert - Telefilm dramatique

Durée : 1h30 - Acteur : Elodie Navarre, Louis Velle, François Marthouret - Réalisa- teur : Caroline Huppert Une intellectuelle, athée convaincue, fiancée d'un sénateur américain, revient dans les Cévennes, pays de son enfance, et redécouvre la spiritualité.

fiancée d'un sénateur américain, revient dans les Cévennes, pays de son enfance, et redécouvre la spiritualité.
20:55 Prime suspect - Série policière Red - Thriller Durée : 1h45 - Acteur :
20:55
Prime suspect - Série policière
Red - Thriller
Durée
: 1h45
- Acteur :
Bruce Willis,
Helen Mirren, Morgan Freeman - Réali-
sateur : Robert Schwentke
Quatre vétérans de la CIA deviennent
les cibles de leur ancien employeur.
Ils
reprennent du service, dégainant leurs
armes avec la même célérité.
service, dégainant leurs armes avec la même célérité. 20:50 Le transporteur - la série - Série

20:50

Le transporteur - la série - Série d'action

Once upon a time - Série fantastique Durée : 0h50 - Acteur : Jennifer Morri- son, Jessy Schram, Robert Carlyle - Réa- lisateur : David Solomon Le prix à payer - Saison 1 (4/22) Emma tente de venir en aide à Ashley Boyd, une jeune femme enceinte. Dans le monde des contes, Cendrillon passe avec Tracassin un accord qu'elle va regretter.

une jeune femme enceinte. Dans le monde des contes, Cendrillon passe avec Tracassin un accord qu'elle

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

DÉTENTE

DK NEWS

19

Mots Fléchés N°138

8 Décembre 2012 DÉTENTE DK NEWS 19 Mots Fléchés N°138 Proverbes La cendre a hérité du

Proverbes

La cendre a hérité du bûcher. Proverbe algérien

Plutôt rompre que plier.

Proverbe berbère

Le trop de quelque chose est un manque de

quelque chose.

proverbe arabe

De l’eau sur la mariée, de l’or dans le panier Proverbe français

C’est arrivé le 8 Décembre

1869

: ouverture du concile Vatican I.

1907

: début du règne de Gustave V de

Suède.

1914 : bataille des Falklands

1915 : parution du poème In Flanders

Fields de John McCrae dans Punch.

1985 : naissance de l'Association sud-asia-

tique pour la coopération régionale.

1987 : signature du traité sur les forces nu-

cléaires à portée intermédiaire.

1991 : création de la Communauté des États

indépendants.

1999 : signature du traité de l'Union slave.

Célébrations :

- Journée mondiale du climat.

- Bulgarie : Journée de l'Étudiant.

- France : Fête de l'Immaculée Conception.
- Lyon : Fête des Lumières qui se déroule dans la nuit du 8 au 9 décembre.

- Corse : Festa Di A Nazione Corsa (Fête de la Nation Corse). - Panama : Día de la Madre (Fête des mères).

- Paraguay : Pèlerinage en l'honneur de la Vierge de Caacupé.

- Roumanie : Ziua Constitutiei Romaniei

( Jour de la Constitution).

- Ouzbékistan : Konstitutsiya Kuni (Fête de la Constitution), depuis 1992.

Samurai-sudoku N°138

Les problèmes de Sudoku Samouraï se composent de cinq grilles de sudoku entrelacées. Les règles standard du sudoku s'appliquent à chacune de ces cinq grilles. Placez les chif- fres de 1 à 9 dans les cases vides de chaque grille. Chaque ligne, chaque colonne, et chaque région 3 x 3 doit contenir une fois les chiffres de 1 à 9.

Chaque Sudoku Samouraï a une solution unique et peut être résolu par la logique pure.

solution unique et peut être résolu par la logique pure. Mots Croisés N°138 Horizontal 1.Polygone à

Mots Croisés N°138

peut être résolu par la logique pure. Mots Croisés N°138 Horizontal 1.Polygone à quatre côtés 2.Relatifs

Horizontal 1.Polygone à quatre côtés 2.Relatifs aux ultrasons 3.Grand oiseau d'Australie - Article contracté - Branche mère de l'Ouban- gui 4.Bras - Our 5.Pronom relatif - Divinité féminine 6.Adjectif numéral- Pied menu 7.Première épouse de Jacob - Épuise 8.Prénom masculin - Erre 9.Insecte hétéroptère - Deux 10.Pronom personnel - Ensemble des traverses d'une voie ferrée 11. Affronts - Logement 12.Signes d'altération qui hausse d'un demi-ton - Volcan d'Italie

Vertical 1.Petite quantité - Note 2.Petit avion - Article indéfini - Négation 3.Parcelle - Note - Soldat américain 4.Qui a des pousses serrées, abondantes - Action ou parole stupide 5.Radium - Mendélévium - Tendons 6.Couleur - Bière anglaise 7.Cornemuse d'un type très répandu au Moyen Âge - Prêtre et patron des gens de loi 8.Année - Levier à l'usage de la grosse artillerie - En les 9.Racle la gorge - Dialecte

10. Epoque - Qui suit des études

11. Lu à nouveau - Risque - Eau-de-vie

12. Alcaloïde de la fève de Calabar -

Abandonna

20

DK NEWS

SPORTS

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

FORUM «50 ANS DE FOOTBALL»

Le professionnalisme ne se décrète pas mais se construit

Le professionnalisme dans le football algérien a été lancé «dans la précipitation» ce qui explique les problèmes rencon- trés actuellement par les clubs, ont estimé unanimement d'an- ciens joueurs et dirigeants ayant pris part, mercredi, au forum du journal Echaab consacré aux «50 ans du football algérien». «Le professionnalisme ne se décrète pas mais se construit et

c'est cela qui a causé le mauvais départ de ce projet ambitieux»,

a souligné à ce titre l'ex joueur de l'USM Alger et secrétaire gé- néral de la Fédération algérienne de football (FAF), Reda Ab-

douche, précisant que les clubs algériens «novices dans ce domaine, sont en train de patiner». Deux championnats pro- fessionnels (Ligues 1 et 2) ont été lancés par la FAF en 2010 et 32 clubs se sont retrouvés propulsés au statut professionnel, sans une profonde réflexion et une période d'apprentissage puisque

le professionnalisme exige plus de rigueur dans la gestion. «Les

sociétés sportives par actions (SSPA) qui sont gérées par le code du commerce, fonctionnent maintenant d'une manière illégale par rapport aux dispositions réglementaires. Aucun club ne paye l'impôt sur le revenu global (IRG), ces facilités ne peuvent durer éternellement. Nos clubs n'ont pas le réflexe de commer- cialité», a-t-il déploré. De son côté, l'ancien ministre de la Jeu- nesse et des Sports, Sid Ali Lebib, pense que cette expérience est née dans un environnement économique défavorable. «Nous étions contraints d'entrer dans le monde du profession- nalisme malgré un climat économique défavorable à la réussite de ce projet. L'implication des entreprises économiques ainsi que les chaînes TV avec l'ouverture prochaine dans le champ audio-visuel sont inévitables pour un démarrage effectif du processus de professionnalisation de notre football», a précisé Lebib. «J'appelle à une séparation totale entre le football ama- teur et professionnel: le football amateur c'est pour le plaisir et la massification et le football professionnel exige les perfor- mances sportives et économiques», a-t-il ajouté. D'autre part, l'ancien joueur de la glorieuse équipe du FLN, Mohamed Maouche, regrette l'«état d'esprit» des joueurs orienté princi- palement vers le côté matériel du football. «Le football algérien va mal. Les joueurs ne pensent actuellement qu'à l'argent. La notion de l'amour du club, de la défense de ses couleurs a com- plètement disparu. Prenez l'exemple des matches derbies qui ont perdu leur saveur», a déploré l'ancienne star du stade de Reims. Dans le même registre, l'ancien joueur de la JS Kabylie, Miloud Iboud, estime que la formation est l'«enfant pauvre» du football en Algérie. «Il est temps de tirer la sonnette d'alarme. Le football algérien est en danger. Nous sommes en train d'ignorer la formation qui est un élément incontournable pour la réussite», a-t-il dit, affirmant qu'«on est dans une situation floue: ni amateurisme, ni professionnalisme». «On ne peut par- ler de clubs +pros+ sans des centres de formation qui permet- tront d'abord la pérennisation du système dans l'objectif de diminuer les charges à moyen terme dans un premier temps, puis récolter les premiers fruits du travail entamé», a enchaîné Abdouche. Enfin, l'ancienne coqueluche du CR Belouizdad, Mokhtar Kalem, estime que les joueurs des années 1960, 1970 et 1980 ont «beaucoup donné» pour le football algérien. «A notre époque jouer pour des clubs comme le CRB, le MCA, la JSK, l'USMA ou l'ESS représentait un honneur. Maintenant les joueurs ne reconnaissent que le langage de l'argent. Excusez- moi du terme mais on à affaire parfois à des mercenaires pas à des footballeurs», a-t-il regretté. Le Forum du quotidien Echaab a été marqué par la présence de plusieurs anciens joueurs : Mohamed Maouche, Abdelhamid Zouba, Mokhtar Kalem, Mohamed Kaci Said et Miloud Iboud, D'ancien diri- geants ont également pris part à ce rendez-vous tels que Reda Abouche, Sid Ali Lebib et Djaâfar Yefsah, en présence d'une trentaine d'étudiants invités par les organisateurs.

JS KABYLIE-MERCATO

La piste africaine privilégiée par Hannachi

M. A. F.

A l’instar de toutes les équipes de la Ligue 1 profes- sionnelle de football, la JS Kabylie compte aussi se ren- forcer en vue du prochain mercato d’hiver, qui se profile à l’horizon, et les premiers pourparlers ont déjà commencé. Comme nous l’avions rapporté dans l’une de nos précédentes éditions, le boss du club, Moh Chérif Hannachi, a pu déceler le mal qui ronge son équipe en relevant le manque d’efficacité du secteur offensif, véritable maillon faible depuis le début de la saison. Dans cette optique, il s’est orienté vers la piste étrangère pour faire ses emplettes. Selon une source très au fait des affaires du club phare de Kabylie, deux joueurs africains ont été contactés par la direction en vue d’un éventuel recrutement lors du mercato d’hi- ver. Il s’agit de l’attaquant malien, Mohamed Traoré (23 ans), qui avait évolué la saison dernière à Al Ismaily (Div 1 égyptienne de football). Contraint au repos forcé à l’instar de tous les joueurs du Championnat égyp- tien, à l’arrêt depuis quelque temps, Mohamed Traoré (qui détient une sélection avec l’équipe du Mali), compte se relancer à la JSK qui pourrait finaliser avec lui très prochainement. Traoré, qui a entamé sa carrière sportive à l’AS Real Bamako (Div 1 malienne), est un avant-centre de mé- tier au sens inné du but. Lors de ses dernières appari- tions sous le maillot d’Al Ismaily, il a inscrit 7 buts en 14 apparitions. Cet élément pourrait constituer un ren- fort de choix pour la JSK, à la recherche de l’oiseau rare. L’autre joueur sur les tablettes de Moh Chérif

Hannachi n’est autre que l’international sénégalais Alassane Diallo, sociétaire du MAS Fès (Div 1 maro- caine), dirigé par l’entraîneur algérien, Azzedine Aït Djoudi. Véritable chasseur de buts, l’ancien joueur de l’US Gorée (Div 1 sénégalaise de football) a brillam- ment décroché le titre de meilleur buteur au Sénégal la saison dernière. Très apprécié dans son pays, Alas- sane Diallo (24 ans) sera certainement l’une des révé- lations de la phase retour du championnat si la JSK parvient à s’attacher ses services bien évidemment. Outre ces deux joueurs, la JSK cherche à renforcer le poste de gardien de but, une manière de ramener un concurrent potentiel pour Malik Asselah. Après la dé- cision de la direction d’écarter la piste du portier in- ternational, Raïs Ouahab M’bolhi, les regards sont désormais tournés vers l’ancien gardien du club, Lou- nés Gaouaoui, actuellement à l’AS Khroub (Ligue 2). Par ailleurs, le nouvel entraîneur-adjoint de l’équipe, Arezki Amrocuhe, énergiquement contesté par cer- tains supporters, restera finalement au club, alors que l'ancien joueur, Lahcène Nazef, a officiellement inté- gré le staff technique sur demande de Sendjak. Par ail- leurs, la JSK, qui reste sur une contre-performance à domicile face à l’ES Sétif (1-1), effectuera cet après- midi un déplacement périlleux à El Eulma pour don- ner la réplique au MCEE, qui reste invaincu depuis l’arrivée à la barre technique du coach Rachid Belhout. Cette rencontre, entrant dans le cadre de la 14 e jour- née, devrait être celle de la relance pour les coéqui- piers d’Ali Rial, plus que jamais contraints de renouer avec la gagne après une période de disette, même si leur mission s’annonce difficile.

Belakhdar : «On regrette cette impasse, mais on peut réagir»

L’attaquant des Vert et Jaune Belkhadar disputera pour la première fois contre son ex- équipe, le MCE. Il éprouve un réel plaisir à figurer, cette saison, dans l’effectif de la JSK. Belakhdhar, comme tous les autres attaquants de la JSK, estime que l’efficacité, qui lui fait défaut ces derniers temps, doit être retrouvée face au MCEE.

Quel est l'état d'esprit de l'équipe à la veille du match face au MCEE ? Le moral est au beau fixe, on s'est entraînés le plus normalement du monde et le groupe est prêt à abor- der cette rencontre face au MCEE dans de bonnes conditions. C’est une rencontre qui sera diffi- cile, car le MCEE n’est pas facile à manier à domicile. Cependant, si on veut recréer cette dynamique, on est obligés de gagner. Ce sera une rencontre très disputée mais on n’a pas le choix, car on est déci- dés à sortir victorieux.

Vous paraissez optimiste Je pense que nous avons les moyens de gagner ce match, même si le MCEE reste un adversaire

qu'on doit prendre très au sérieux. Tous les joueurs sont conscients de la mission qui les attend. Je pense que chacun de nous va se surpasser pour ramener un bon résultat.

Comment voyez-vous la suite du parcours ? Le parcours ne sera pas facile. J’es- time que les matches vont être de plus en plus serrés. Chaque point vaudra son pesant d’or lors du dé- compte final. C’est pour cela que l’erreur n’est plus permise.

Pensez-vous jouer les premiers rôles ? Si on fait un résultat à El Eulma, nous gagnerons plus en confiance et le doute se dissipera, alors nous aurons tenu le pari de relever le défi.

Pour cette saison, quel est votre objectif personnel ? Jouer le maximum de matches en tant que titulaire demeure mon premier objectif.

Ne craignez-vous pas la pres- sion ? Nous sommes des professionnels. Donc, il n’y a pas lieu de craindre la

pression. Il faut savoir la gérer. On a un bon groupe et on peut ef- fectuer une grande saison. Toutes les conditions sont réunies pour cela.

Avez-vous un message à trans- mettre à vos supporters ? Je demande à nos supporters d’être nombreux, de nous soutenir jusqu’à la fin. De notre côté, on fera le maximum pour ne pas les décevoir. Je leur de- mande pardon aussi pour toutes les occasions que j’ai ratées, j’es- sayerai d’être plus percutant à l’avenir.

Un dernier mot J’espère que la suite du champion- nat nous sera favorable et qu’on va éviter les erreurs du passé. Tout comme j’espère, aussi, pour moi, de faire de mon mieux pour être ti- tulaire lors de la majorité des matches restants. La JSK possède tous les moyens pour jouer les premiers rôles et être un candidat potentiel pour le titre.

Entretien réalisé par Ferrah Menad

pour le titre. Entretien réalisé par Ferrah Menad Solution Samurai-soduku N°137 N°137CroisésMotsSolution

Solution Samurai-soduku N°137

réalisé par Ferrah Menad Solution Samurai-soduku N°137 N°137CroisésMotsSolution METAMORPHOSE UNIFORME

N°137CroisésMotsSolution

METAMORPHOSE

UNIFORME RAS

NANA

GIGOLOS

I

TRIA R EUE

CLE OS ETAL

I

RHUME ANES

PO

ELIXIRS

U

AM BEQUET AI LICE ULNAIRE

ISAR

ETANGS

SERGE E EU U

ES EMBRASEES

FACTIONNAIRE OBEISSANT A NE MLI EOLIE DRAGEES U PC A BA RUPTEUR MORDU CA CRI
FACTIONNAIRE
OBEISSANT A
NE MLI EOLIE
DRAGEES U PC
A
BA RUPTEUR
MORDU CA
CRI
ELU FECIAL
N
NETTOYERAIS
TAIE RDS PUR
ATRESIE ASTI
LEE ONSAGER
E
ZOUG CIRAS
MotsSolution
N°137Fléchés

Vendredi 7 - Samedi 8 Décembre 2012

SPORTS

DK NEWS

21

14 e JOURNÉE DE LIGUE 1

Les deux co-leaders, l’ESS et l’USMH, à l’épreuve à domicile

co-leaders, l’ESS et l’USMH, à l’épreuve à domicile S. Ben Alors que le match USMA-USMBA se

S. Ben

Alors que le match USMA-USMBA se déroulait au moment où nous mettions sous presse, la 14 e journée sera caracté- risée par les matches que doivent dispu- ter les deux co-leaders à domicile et qui seront de véritables tests pour confir- mer leur statut respectif. Ainsi, à Sétif, c’est le derby entre le co-leader, l’En- tente de Sétif, et leur voisin de Bordj Bou Arréridj, alors que le second co-leader, l’USM Harrach, recevra une redoutable équipe du CS Constantine drivée par un certain coach de l’Equipe de France, Roger Lemerre. Pour le jeune Okbi, il n’y a pas de doute quant à l’objectif de l’équipe en recevant Bordj Bou Arréridj : «Il faut ga- gner ce derby des Hauts Plateaux. Nous sommes dans l’obligation d’enchaîner avec les bons résultats à domicile.» Les Sétifiens n’ont pas d’autre choix que de prouver que leur position de leader n’est pas usurpée. Seulement, le CABBA jouera sans pression en déplacement. Et le joueur Djerrar affirme, tout de même, en dépit de la difficulté de la tâche face au champion d’Algérie en titre : «Nous irons à Sétif pour gagner. Les joueurs sont confiants aussi bien à domicile qu’à l’extérieur». Et c’est tout l’enjeu de ce derby qui reste indécis. Pour l’USM Harrach, l’autre co-leader, il ne s’agit ni plus ni moins que de rester sur la même dynamique des bons résul- tats. Charef, le coach de l’équipe, a de- mandé à ses joueurs de se concentrer sur ces deux derniers matches avant la fin de la phase aller pour empocher 6 points. Et pour ce faire, il va falloir d’abord gagner contre le CSC pour faire douter le MCA, dernier adversaire avant la trêve de l’aller. Bounedjah, l’attaquant harrachi qui revient en force en cette fin de la pre-

mière partie du championat, est direct :

«Il faut battre le CSC et rester premiers.» Sans commentaire. Du côté du CSC, motivés par l’achat par le groupe Tassili Airlines de 75 % des parts de la SSPA, les joueurs constantinois seront gonflés à bloc pour ce match qu’ils ne veulent pas gâcher afin de rester à l’affut du moin- dre faux pas des équipes de tête, à com- mencer par leur adversaire du jour. D’ailleurs le P-DG de la Sonatrach avait déclaré lors de la cérémonie de signa- ture du protocole : «Nous n’attendons pas des résultats immédiats.» Ce qui en- lève toute pression chez les joueurs. La JSM Béjaïa, 3 e avec 24 points, est à l’affut du moindre faux pas des deux co-lea- ders, mais il se trouve qu’elle doit effec- tuer un périlleux déplacement à Béchar pour rencontrer la JS Saoura. Le coach Michel est très inquiet pour former son équipe-type avec la suspension de Za- four et les blessures de Mekhaldi et Neyati. C’est dire toute la difficulté de l’équipe pour garder le rythme de la vic- toire après la dernière contre-perfor- mance l'USM Alger (2-0). Il serait donc bien difficile de préserver sa place sur le podium, car la JS Saoura (10 e avec 16 points) est très difficile à jouer sur son terrain du 20 Août 1955. Le MC Alger, qui reste sans la moin- dre victoire depuis trois matches, est appelé à réagir du côté des Aurès face au CA Batna, avant-dernier au classement avec 10 points. Menad sait que la tâche est très difficile devant une équipe avide de se racheter auprès de son public et c’est tout l’enjeu du match, car au Mou- loudia le doute commence à s’installer. Le MCE Eulma qui, doucement, mais sûrement, se fraie un chemin se trouve 6 e avec 21 points et est bien décidé à prendre le meilleur sur son adversaire du jour, la JSK. Invaincus depuis l'arri- vée de Rachid Belhout à la barre tech- nique, les gars d’El Eulma doivent être

très vigilants car les joueurs du coach

Sendjak veulent offrir un bon résultat à

leurs fans et atténuer la crise qui secoue l’équipe depuis ces dernières semaines.

Les

Kabyles seront en mission difficile

face

au MCEE, intraitable dans son jar-

din de Messaoud Zougar, et qui va cher-

cher à se rapprocher du podium. A l'ouest, le stade de Mohamed Bou-

mezrag de Chlef sera le théâtre d'un derby palpitant entre l'ASO Chlef et le

MC Oran, deux équipes qui vont cher-

cher à s'éloigner de la zone de turbu- lences. Difficile surtout pour l’ASO qui joue son second match consécutif à do- micile et qui n’aura, pour ainsi dire,

aucun droit à l’erreur. Donc la pression est de mise chez les joueurs de Benzekri

qui doit beaucoup travailler le volet psy-

chologique. Enfin, le match entre le WA Tlemcen et le CR Belouizdad a été re- porté au 11 décembre, en raison du match que disputait ce dernier au mo- ment où on mettait sous presse contre l’équipe comorienne de Nouvel Steal pour le compte de la Coupe de l'Union arabe de football (UAFA).

Le programme

Aujourd’hui à 15 heures :

Batna : CAB-MCA Alger : USMH-CSC Béchar : JSS-JSMB Chlef : ASO-MCO A 17h45 :

Sétif : ESS-CABBA A 18 heures :

Eulma : MCEE- JSK 11 décembre :

Tlemcen : WAT-CRB

Rappel du classement

 

Pts

J

1

. USM El-Harrach

27

13

- . ES Sétif

27

13

3 . JSM Béjaïa

24

13

4 . USM Alger

23

13

-- . MC Alger

21

13

--. MC El Eulma

21

13

7 . CS Constantine

20

13

8 . CR Belouizdad

17

13

-- . CABB Arréridj

17